Enfant hystérique 2 ans: que faire? Les crises de colère des enfants sont assez courantes chez les enfants de 2 à 3 ans. Les enfants hurlent, s'allongent sur le sol, piétinent, dispersent diverses choses. À ce moment-là, les adultes récemment parents deviennent confus et ils veulent que cela cesse le plus tôt possible. Comment répondre aux crises? La moitié des adultes est très perdue dans cette situation - les pleurs hystériques d'un enfant de 2 à 5 ans peuvent troubler n'importe qui. Afin de faire face avec compétence à de telles conditions, il est important de comprendre leur cause et de connaître plusieurs méthodes d’élimination.

Pourquoi les enfants deviennent-ils hystériques?

Même l'enfant le plus apaisé dans 2-3 ans cesse de temps en temps d'obéir, et organise parfois l'hystérie pour une raison quelconque. Les parents doivent comprendre qu'il s'agit d'une partie normale du processus de développement. Les enfants âgés de 2 à 3 ans essaient de comprendre le monde et, lorsqu'ils ne sont pas en mesure de s'acquitter de cette tâche, ils n'utilisent que l'outil dont ils disposent. Les crises chez les enfants sont souvent le résultat d'une frustration.

La cause principale peut être dénotée par le fait que les bébés jusqu'à 5 ans de développement ne sont pas encore en mesure de contrôler pleinement toutes leurs émotions. Le résultat est de telles manifestations, souvent incontrôlées.

Au cours du processus de croissance des enfants, leur conscience change. Et ils sont durs sur le fait que tous leurs caprices, souhaits et autres besoins ont été satisfaits auparavant. Et maintenant, il y a des règles à suivre. Cela offense le bébé et conduit souvent à des manifestations qui semblent hystériques.
Au fil du temps, les enfants commencent à se rendre compte qu'il existe certaines règles au-delà desquelles il est impossible de sortir, mais tant qu'ils s'y habituent, vous pouvez souvent observer de tels états. Comment calmer le bébé?

Comment se comporter pendant les crises?

  • Montrer la compréhension. N'oubliez pas que les enfants ne sont pas encore capables de contrôler leurs émotions, mais vous le pouvez.
  • Soyez calme et confiant. Si vous rencontrez une telle manifestation, l'équilibre est important. Les accès de colère de l'enfant ne doivent pas vous mettre hors de soi.
  • Ne parlez pas de caprices. Si au moins une fois il est clair pour l'enfant que par une crise de colère, il obtiendra ce qu'il veut, il y aura des crises de colère tout le temps.
  • Soyez patient Pas besoin d'espérer que le bébé se calme rapidement, surtout si les parents ont déjà succombé à ses manipulations. Il est nécessaire de se comporter calmement et systématiquement dans chacune de ces situations et d'indiquer clairement que vous n'allez pas changer de position. Ensuite, au fil du temps, l’enfant comprendra que ses manipulations n’ont pas de sens.
  • Il est très important de maintenir la cohérence dans toutes les actions. S'il existe un tel problème lorsque le bébé ne comprend pas ce qu'il est permis de faire et ce qui est inacceptable, cela signifie que les adultes sont incompatibles dans leurs décisions et leurs interdictions. Les parents ont permis à l'enfant de douter de sa parole.
  • Lorsque la crise est déjà en plein essor, la lutte n’a aucun sens, vous pouvez essayer de ramasser les miettes et rassurer. Les cris et les punitions dans cette situation sont inappropriés.
  • Vous pouvez essayer de distraire l’enfant ou de vous rendre dans la pièce et de lui dire que vous ne pouvez pas communiquer avec lui dans cet état, et assurez-vous de parler quand il se calmera.
  • Lorsque les enfants jouent beaucoup en public et font de nombreuses crises en public, il est important d'aller là où personne ne se trouve et le besoin d'hystérique disparaîtra. Si vous cédez, les situations répétées seront difficiles à éviter.
  • Dans tous les cas, rappelez-vous que tôt ou tard, avec la bonne approche, l'hystérie des 2-3 ans prendra fin. L'enfant grandira, apprendra à gérer ses émotions et à exprimer ses désirs d'une manière adulte - avec des mots et des demandes. Par conséquent, les parents doivent faire preuve de patience et suivre ces conseils simples.
  • Si l'enfant ne s'endort pas à la suite d'une crise de colère, préparez-lui un thé apaisant au tilleul, à la camomille et au miel, passez un peu de temps avec lui avant d'aller au lit et lisez un conte de fées. Votre voix calme aidera votre bébé à se calmer et à s'endormir.
  • Si un enfant fait des accès de colère après la maternelle, cela signifie qu'il y maintient très probablement ses émotions. Aidez votre enfant à améliorer ses relations avec ses pairs. À la maison, vous pouvez organiser de petites vacances pour votre enfant et inviter vos pairs - des enfants âgés de 2 à 5 ans.
  • Les pleurs hystériques d'un bébé gênent souvent non seulement les parents, mais également tous les habitants de la maison. Demandez-leur de faire preuve de compréhension aussi. Si un enfant ne peut s'endormir sans une crise, essayez de sonner le plus possible dans sa chambre pour ne pas empêcher les enfants plus âgés de dormir.

La crise de 2-3 ans

Âge 2-3 ans - psychologiquement critique. Vers 2 ou 3 ans, la plupart des parents subissent des changements dramatiques dans le comportement de leur enfant. Des crises constantes chez l'enfant en 2 ans, l'infini n'est pas pour toutes les questions, des refus des rituels quotidiens habituels. Première pensée: bien, gâté. Mais ne vous précipitez pas pour vous en vouloir, car un tel comportement pour un enfant de 2 ans est une norme psychologique. La crise de deux ans chez un enfant - quelles sont ses causes et comment se comporter dans de telles situations?

Un enfant hystérique de 2 ans est souvent né de ce qu’il commence à sonder ses limites. Si, jusqu’à deux ans, un enfant s’associe psychologiquement à ses parents et représente cet organisme comme un organisme, il se sépare au bout de deux ans pour devenir une personnalité indépendante. Et ici il a une question logique: que peut un individu? Voulez-vous quelque chose ou y a-t-il des limites? Est-il possible d'obtenir beaucoup? Qui peut arrêter? L'enfant commence l'étude et, bien sûr, ses résultats ne lui plaisent pas toujours. Il est si triste que plusieurs personnes s’y opposent. C'est ici que commencent les crises et les affrontements.

Comment gérer les accès de colère? Afin d'aider l'enfant à s'habituer à ce monde, de lui donner l'expérience de diverses communications et de faire de cette période la moins pénible pour lui et pour l'enfant, les psychologues recommandent aux parents de diviser les situations qui se présentent en trois zones.

Pas de situation catégorique ou non

De telles situations incluent clairement tout comportement qui menace la vie ou la santé de l'enfant. Par exemple, un enfant de 2 à 5 ans doit savoir clairement qu'il ne peut jamais fuir sa mère. Cela inclut également certaines de vos interdictions personnelles que vous souhaitez établir pour l’enfant, pour quelque raison que ce soit. Oui, il y aura des larmes. Mais cette expérience est inestimable pour l’enfant, car il saura que tout ne se passe pas dans cette vie selon son désir et qu’il apprendra à l’accepter.

Comment calmer l'enfant et soulager la situation? Si vous souhaitez détourner l'infraction de l'enfant de vous-même, vous pouvez penser à un tiers, par exemple, un médecin qui ne permet pas de manger de la crème glacée, et vous ne pouvez rien y faire. En outre, souvent, pour arrêter les larmes, une explication suffisamment motivée de la raison pour laquelle vous interdisez cette action, de nombreux enfants de cet âge sont prêts à accepter vos arguments et à les comprendre.

Il est important que les parents comprennent les facteurs suivants dans ce domaine. Premièrement, si vous mettez une interdiction, vous devez toujours la respecter, sans exception, sinon l'enfant ne comprendra plus ce qu'il veut de lui. Deuxièmement: plus vous établissez de règles et d'interdictions, plus il sera difficile pour votre enfant de prendre des décisions de manière autonome à l'âge adulte. Les accès de colère chez un enfant de 2 ans ne doivent pas vous empêcher de penser de manière sensée.

Situations de flexibilité

De telles situations sont nécessaires pour que l'enfant acquière les compétences essentielles de flexibilité, de communication et de négociation. Expérience inestimable. Dans quelles situations est-ce approprié? Par exemple, dans une question aussi complexe que celle de regarder des dessins animés.

Tous les parents sont confrontés à la même situation: l'enfant demande des caricatures, vous l'allumez, puis il ne leur permet catégoriquement pas de s'éteindre et fait une crise de colère. En effet, à l'âge de 2 ans, l'enfant ne comprend toujours pas pourquoi c'était simplement possible, mais maintenant, tout à coup, c'est devenu impossible. Essayez de donner à votre enfant la possibilité de déplacer les limites convenues. Par exemple, après avoir regardé un dessin animé, le bébé pleure et a besoin de plus, demandez-lui quel autre dessin animé il veut voir et acceptez ce que vous lui permettez, mais après cela, éteignez la tablette. Il est clair qu'après la deuxième caricature, il va probablement recommencer à pleurer, et curieusement, mais ici, vous pouvez faire une autre concession. Avec deux ans, c'est tout à fait acceptable, mais il est souhaitable de ne faire que deux concessions. Après la deuxième affectation, éteignez la tablette, malgré les larmes.

Vous serez surpris de constater à quelle vitesse l'enfant sera à court d'hystérie, même si vous avez tout éteint. Et pendant que vous cédiez, vous avez fait deux choses très importantes: d’abord, vous avez donné à l’enfant l’occasion d’influencer la situation lui-même, de déplacer les limites, tard encore à dire au revoir aux dessins animés.

De telles situations peuvent être évitées, c'est-à-dire n’attendez pas que l’enfant devienne hystérique à la fin du dessin animé, mais allez le voir avant la fin du dessin, et commencez à négocier avec lui avant qu’il ne commence à pleurer.

Si un enfant n'obéit pas à l'âge de 2 ans, un réveil-matin ordinaire peut devenir un autre outil utile pour les parents de cette zone. Convenez avec le bébé qu'il sera engagé dans quelque chose jusqu'à ce que l'alarme sonne. Ensuite, vous pouvez déplacer ce réveil, par exemple, si nécessaire. Avec cette approche, vous réduisez la négativité que vous visez, car vous n'êtes pas responsable du fait que le réveil a déjà commencé à sonner. Il est très utile que les enfants âgés de 2 à 5 ans aient leur propre régime de jour - le bébé doit dormir et marcher en même temps, conformément au programme.

Situations sans frontières

C’est cette expérience qui nous permet, à l’âge adulte, de prendre des décisions indépendantes, de faire des découvertes surprenantes, d’atteindre des objectifs ambitieux. Veut-il jeter tous les jouets dans la pièce? Permettez-lui pourquoi pas? Qu'il soit le maître des jouets et de ses désirs, même s'il refusait de les replier maintenant. Et si vous voulez être plus sage, ne les enlevez pas et demandez-lui de les plier à nouveau, mais plus tard. S'il accepte, il réalisera que ses souhaits et ses décisions ont également des conséquences.

Les trois zones décrites sont très importantes pour la formation de l’expérience de vie d’un enfant. Bien sûr, il est très difficile de toujours prendre les bonnes décisions, de trouver cette ligne de démarcation entre admissibilité et permissivité, si un enfant est constamment hystérique à l'âge de 2 ans. C’est encore plus difficile quand un enfant pleure hystérique, car c’est toujours un test pour les parents. Comment regarder en toute sécurité les larmes de votre bébé bien-aimé? Mais la capacité des parents à traverser cette période difficile pour eux et le bébé dépend de la manière dont leur interaction avec l’enfant se formera.

Docteur Komarovsky à propos de l'hystérie chez un enfant

Les crises de colère des enfants peuvent rendre la vie difficile à tout adulte, même très patient. Hier encore, le bébé était un "amoureux", et aujourd'hui, il a changé comme il est - il crie pour une raison quelconque, crie, tombe par terre, se cogne la tête contre les murs et le palais et aucune exhortation n'aide. De telles scènes déplaisantes ne constituent presque jamais une manifestation isolée. Souvent, l'hystérie chez un enfant est répétée systématiquement, parfois plusieurs fois par jour.

Cela ne peut qu'alarmer et dérouter les parents qui se posent des questions, qu'est-ce qu'ils ont fait de mal, tout est en ordre chez le bébé et comment arrêter ces singeries. Le médecin réputé pour enfants, Evgueni Komarovsky, explique aux mères et aux pères comment réagir aux crises de colère des enfants.

À propos du problème

Caprices des enfants - le phénomène est répandu. Et même si les parents du tout-petit disent qu’ils ont le pipsqueak le plus pacifique du monde, cela ne veut pas dire qu’il n’arrange jamais les scènes sur un terrain plat. Plus récemment, confesser les hystériques de son propre enfant était quelque peu embarrassant, les parents étaient embarrassés, tout à coup, les gens pensaient qu’ils élevaient mal un enfant en bas âge, et ils craignaient parfois complètement que d’autres ne considèrent pas leur enfant bien-aimé mentalement. Alors ils se sont battus du mieux qu'ils pouvaient avec leur famille.

Ces dernières années, ils ont commencé à parler du problème avec des spécialistes, des psychologues pour enfants, des psychiatres, des neurologues et des pédiatres. Et la perspicacité est venue: essuyer les enfants beaucoup plus que cela puisse paraître à première vue. Selon les statistiques dont disposent les psychologues pour enfants dans l'une des plus grandes cliniques de Moscou, 80% des enfants de moins de 6 ans sont périodiquement hystériques et 55% de ces bébés ont un caractère hystérique. En moyenne, les enfants peuvent tomber dans de telles attaques de 1 fois par semaine à 3 à 5 fois par jour.

Les crises de colère des enfants ont certains symptômes sous-jacents. En règle générale, l'attaque est précédée d'événements et de situations similaires.

Pendant une crise, un enfant peut crier, trembler, s'étouffer et les larmes ne seront pas excessives. Il peut y avoir des problèmes respiratoires, des battements de coeur rapides, de nombreux enfants essaient de se blesser en se grattant le visage, en se mordant les mains, en se cognant les murs ou le sol. Les attaques chez les enfants sont suffisamment longues. Après eux, ils ne peuvent pas se calmer pendant longtemps en sanglotant.

À certaines époques, les hystériques acquièrent des manifestations plus fortes et, à ces stades «critiques» de leur développement, les valeurs aberrantes affectives changent de couleur. Ils peuvent apparaître soudainement et disparaître tout aussi soudainement. Mais les crises ne peuvent en aucun cas être ignorées, car il est impossible de permettre à l'enfant de commencer à manipuler des membres adultes de la famille à l'aide de cris et de tampons.

Opinion du Dr. Komarovsky

Pour Yevgeny Komarovsky, tout d'abord, les parents devraient se rappeler qu'un enfant en état d'hystérie a nécessairement besoin d'un spectateur. Les enfants ne font jamais de scandales devant la télévision ou une machine à laver, ils choisissent une personne vivante et, parmi les membres de la famille, c'est celui qui est le plus sensible à son comportement qui est le spectateur.

Si papa commence à s'inquiéter et devient nerveux, il sera choisi par l'enfant pour une crise spectaculaire. Et si la mère ignore le comportement de l’enfant, faire une crise de colère devant elle n’est tout simplement pas intéressant.

Comment sevrer un enfant des hystériques, dira le Dr Komarovskaya dans la vidéo suivante.

Cette opinion est quelque peu contraire à l'opinion généralement admise des psychologues pour enfants, qui affirment que l'enfant est dans un état d'hystérie et qu'il ne se contrôle pas du tout. Komarovsky est convaincu que le bébé est parfaitement conscient de la situation et de l'alignement des forces, et que tout ce qu'il fait en ce moment le fait de manière tout à fait arbitraire.

Par conséquent, le principal conseil de Komarovsky est de ne montrer en aucune manière que les parents touchent le «concert» des enfants, au moins d’une manière ou d’une autre. Peu importe la force des larmes, des cris et du piétinement.

Si l'enfant parvient à se frayer un chemin avec l'aide de l'hystérie, il utilisera cette méthode tout le temps. Komarovsky recommande aux parents d'apaiser le bébé lors d'une crise de colère.

Céder, c'est devenir victime de manipulation, qui sera, d'une manière ou d'une autre, en amélioration constante, continuer pour le reste de ta vie.

Il est souhaitable que tous les membres de la famille adhèrent aux tactiques calmes de comportement et de rejet des hystériques, afin que le «non» de la mère ne devienne jamais le «oui» du père ou le «peut-être» de la grand-mère. Ensuite, l'enfant comprendra rapidement que l'hystérie n'est pas une méthode du tout et cessera de tester la force des nerfs adultes.

Si la grand-mère commence à montrer de la douceur, à plaindre l'enfant offensé par le refus parental, elle risque alors de devenir la seule spectatrice des crises de colère des enfants. Le problème, dit Komarovsky, est le manque de sécurité physique avec de telles grand-mères. Après tout, en général, le petit-fils ou la petite-fille cesse de leur obéir et peut se retrouver dans une situation désagréable dans laquelle ils peuvent se blesser pendant une promenade, se brûler avec de l’eau bouillante dans la cuisine, mettre quelque chose dans la douille, etc.

Piquer une crise chez les enfants de 2 ans! Je vais essayer! peut vous être utile!

La colère chez les enfants est une réaction aux restrictions, aux attentes non satisfaites. Si l'enfant ne peut pas faire quelque chose ou n'est pas autorisé à faire quelque chose, il est en colère. Très en colère! Sur vous, sur d'autres personnes, sur ces interdictions. C’est la colère de cet enfant qui le rend hystérique, ce qui se traduit par:
-l'enfant perd le contrôle de lui-même et couine de façon hystérique
-se précipite sur le sol et frappe ses pieds
- peut frapper des objets et frapper des gens
- peut se battre ou jurer
-se précipiter sur le bras
-"Roll in" hurler

Avec tout cela, de telles crises - un phénomène fréquent chez les enfants de cet âge. Parfois, ils sont appelés "Deux années horribles".

Les crises de colère à cet âge s'expliquent par le fait que l'enfant commence à se séparer de sa mère et à prendre conscience de lui-même en tant que personne indépendante.
Une personne indépendante commence à "se battre" pour l'indépendance.
ET C'EST NORMAL! De plus, pour un enfant de deux ans, une hystérie périodique est un «comportement sain».
Les parents ne devraient jamais être un enfant hystérique. Sauf dans des cas particuliers - par exemple, si un enfant est malade.


Pourquoi les enfants deviennent-ils hystériques?

Parce qu'ils sont contrariés ou stressés.
Pour attirer l'attention.
Pour faire votre propre chemin.


Pourquoi les parents cèdent-ils à la crise d’un enfant?

Parce qu'avoir peur, comme si l'enfant n'avait rien blessé.
Parce qu'il est insupportable de regarder un enfant battre de façon hystérique et nerveuse, et si vous cédez, l'hystérie cesse.
Parce que les gens autour regardent et que penseront-ils de vous ??
Parce que cette opération est tout simplement insupportable!

Comment faire face à l'hystérie?
Tout d’abord, il faut tout analyser.
Gardez une trace!
-combien de fois un enfant devient hystérique
-combien de temps ça prend
-quelle heure de la journée arrive plus souvent
-où ça se passe
-avec qui, en présence de qui (avec maman, papa, grand-mère, etc.)
-quelle est la raison
-quelles sont les conséquences de chaque cas
Si dans les 2-3 semaines, vous vous forcez à remplir un tel panneau à chaque fois. Vous en apprendrez beaucoup sur votre enfant.

Alors que faire avec ça?
-Essayez de prévenir
-Arrêtez-vous avant que tout le cauchemar commence.
-parle au bébé! MAIS N'essayez jamais de le raisonner au beau milieu d'une «bagarre» et choisissez toujours un moment pour parler lorsque vous êtes à la fois calme et amical. En "état de guerre" ou sur les nerfs, vous n'êtes d'accord sur rien.
-assurez-vous que l'enfant vous écoute
-aidez votre enfant à faire face à la «destruction de ses espoirs». Pour ce faire, vous devez apprendre: -avant qu'une restriction particulière puisse provoquer une hystérie chez un enfant. -apprendre à l'enfant à "accepter" les restrictions, faites-lui savoir que tous ses souhaits ne sont pas remplis. - Apprenez à votre enfant à se détendre et à se calmer.

CE QU'IL NE FAUT PAS FAIRE !!
-céder à un enfant hystérique
-montrer le pire exemple pour un enfant (par exemple, crier dessus)
-ne jamais punir

Quelles méthodes peuvent être appliquées à un petit enfant?
Ignorer est la seule méthode!
Pas toujours l'enfant va crier... Criez, soyez fatigué, tais-toi.

(Il est IMPORTANT de se rappeler quand un enfant qui crie ne devrait PAS être ignoré.
-Lorsque la situation est dangereuse pour la santé / la vie de l’enfant ou d’autres personnes.
-Quand cela se passe dans un lieu public et que vous êtes terriblement mal à l'aise / honte devant les autres.)

Dès que la crise commence par se vautrer sur le sol et crier, éloignez-vous de l'enfant. À une distance d'au moins un mètre.
Ne montrez pas que vous êtes en détresse. Prétendre que rien ne se passe.
Après 10 minutes (plus ou moins, selon le bébé), l'enfant cessera de crier. Dès que cela s'est produit - souriez et félicitez l'enfant.
Si tout est repris - vous ne le regardez pas à nouveau et prétendez généralement que ce n'est pas votre enfant. Dès que vous vous arrêtez - félicitez à nouveau pour votre bon comportement.


Rappelez-vous que l'enfant espère toujours gagner cette bataille avec vous! Par conséquent, n'abandonnez jamais. Abandonnez - considérez que vous avez perdu, et les hystériques telles que, à l'avenir, vous recevrez plus d'une fois.
Il semble que l'hystérie de l'enfant dure pendant des heures. En fait, il est extrêmement rare de retarder de plus de 30 minutes (chez un enfant en bonne santé).
C'est important. que tous les membres de la famille avec lesquels l'enfant communique doivent suivre un comportement similaire. Effectuer un front uni !!
Si cela a déjà fonctionné, utilisez cette tactique à chaque fois.


Comment "sortir" l'enfant de l'hystérique?
Si une crise de colère survient dans la rue, dans le magasin, lors d'une soirée, lorsqu'il n'y a aucune possibilité d'ignorer le bébé qui crie et qui agite sur le sol, les actions doivent être les suivantes:
-ne pas tracasser et ne pas être nerveux
-ne dis rien !!
- Saisissez silencieusement l'enfant dans ses bras, sortez de la pièce, asseyez-vous avec lui dans la rue et tenez-vous bien. Jusqu'au calme.
-Une fois calmé, revenez.
NE JAMAIS DÉTRUIRE VOTRE ENFANT, discuter de son comportement avec d’autres personnes (avec lui).

Donc, trois principes principaux:
-ignorer la crise
-"Se retirer de la situation"
-récompenser un bon comportement.

Que doivent faire les parents en cas de crise de folie des enfants: comment calmer un enfant de 2 à 4 ans et comment réagir à des «concerts» permanents?

Pendant une crise, l'enfant s'énerve et son état général est caractérisé comme extrêmement agité. Les accès de colère chez l’enfant sont accompagnés des signes suivants: pleurs, hurlements, mouvements de la main et des jambes. Lors d'attaques, le bébé peut se mordre ou blesser des personnes à proximité, tomber au sol, il y a des cas de tête contre le mur. La miette dans cet état ne perçoit pas les mots et les croyances habituels, réagit de manière inadéquate à la parole. Cette période ne convient pas pour des explications et des idées. L'impact conscient sur les adultes est calculé sur le fait qu'il obtiendra finalement ce qu'il veut. Ce comportement a souvent un effet positif.

Raisons

Plus le bébé est âgé, plus il a de désirs personnels et d’intérêts. Parfois, ces opinions diffèrent de ce que pensent les parents. Il y a une collision de positions. L'enfant voit qu'il ne peut pas atteindre le but souhaité et commence à se fâcher et à devenir nerveux. De telles situations de tension et provoquent l'émergence d'états hystériques. Voici les principaux facteurs qui influent sur ceci:

  • le bébé est incapable de déclarer et d'exprimer son mécontentement;
  • une tentative d'attirer l'attention sur vous-même;
  • le désir d'obtenir quelque chose de bien;
  • surmenage, faim, manque de sommeil;
  • condition douloureuse dans la période d'exacerbation de la maladie ou après celle-ci;
  • une tentative de devenir comme les autres enfants ou d'être comme un adulte;
  • le résultat de la garde excessive et de la sévérité excessive des parents;
  • les actions positives ou négatives de l'enfant n'ont pas de réponse claire de la part des adultes;
  • le système de récompenses et de punitions est peu développé;
  • lorsqu'un enfant est arraché à une activité excitante;
  • mauvaise éducation;
  • système nerveux faible, comportement déséquilibré.

Après avoir vu la même chose une fois avec votre bébé, les parents ne savent souvent pas comment réagir ni comment l'arrêter. Le seul désir dans les moments de crises est qu’elles se terminent le plus tôt possible et ne commencent plus. Les parents peuvent influencer leur fréquence. La durée de telles situations dépendra de leur comportement correct et rationnel.

Différence des caprices

Avant de vous lancer dans la lutte contre les attaques hystériques, vous devez distinguer les deux concepts d '"hystérie" et de "caprice". Whims - actions délibérées visant à obtenir ce que vous voulez, impossible ou interdit. Il existe des caprices similaires aux crises de colère: piétiner, crier, lancer des objets. Les aléas sont souvent nés là où il n’y avait aucune possibilité de les remplir - par exemple, vous voulez manger des bonbons, mais ils ne sont pas à la maison, ou ne se promener pas et il pleut abondamment par la fenêtre.

Les crises de colère des enfants se distinguent par leur caractère involontaire. L'enfant ne peut pas faire face à des émotions, et cela déborde en manifestations physiques. Ainsi, dans un état hystérique, un enfant arrache ses cheveux, se gratte le visage, pleure fort ou se cogne la tête contre un mur. On peut affirmer que parfois même des crises involontaires, appelées "pont hystérique", se produisent. Un enfant dans cet état est arqué par un arc.

Étapes des crises

Comment se manifestent les accès de colère des enfants? 2-3 ans - âge, caractérisé par les stades d'attaque suivants:

Type faible et déséquilibré du système nerveux de l'enfant est le plus susceptible à l'apparition d'attaques fortes. À l'âge de 1 an se produisent également des manifestations hystériques. Ils se caractérisent par de longs pleurs déchirants. Que peut causer une telle condition? La raison peut même être considérée comme une erreur minime dans les soins: la mère n’a pas changé de pantalon mouillé, la sensation de soif ou de faim, l’exigence de sommeil, les douleurs coliques. Ces bébés se caractérisent par un réveil constant la nuit. Un bébé d'un an peut encore pleurer longtemps, même si les raisons ont déjà été éliminées.

Les crises chez l'enfant à 1,5-2 ans

En un an et demi, les enfants font des crises de colère sur le fond d'un effort excessif, en termes émotionnels et de fatigue. Une mentalité non complètement établie donne de tels résultats, mais plus l'enfant est âgé, plus ses attaques hystériques sont conscientes. Il manipule ainsi les sentiments des parents pour atteindre leurs objectifs.

À l'âge de 2 ans, le bébé adulte comprend déjà comment utiliser les mots «je ne veux pas», «non» et comprend le sens de l'expression «non». Réalisant le mécanisme de leur action, il commence à les mettre en pratique. L'enfant de deux ans ne peut pas encore exprimer sa protestation ou son désaccord verbalement, il a donc recours à une forme plus expressive: les crises hystériques.

Le comportement agressif et débridé d’un enfant de 1 à 2 ans choque les parents qui ne savent pas quelle réaction sera la bonne. Le bébé crie, agite les bras, roule sur le sol, se gratte - toutes ces actions exigent une réaction adéquate des adultes. Une partie des adultes cède aux provocations et satisfait tous les désirs du tout-petit, une autre partie a recours à des punitions physiques pour le déshabituer à l'avenir à des choses semblables.

La bonne réaction: qu'est-ce que c'est?

Quelle devrait être la réaction aux attaques hystériques de deux ans? La base est souvent un caprice, exprimé par les mots "Je ne veux pas", "Donne", "Je ne veux pas", etc. N'ayant pas réussi à empêcher la survenue d'une attaque hystérique, jetez les pensées sur le fait de calmer l'enfant. En outre, il ne vaut pas la peine de le réprimander ou de le réprimander, cela ne fera que renforcer son impulsion. Ne jetez pas l'enfant seul. Il est important de le garder en vue afin que la miette ne soit pas effrayée, mais maintienne la confiance en soi.

Une faiblesse chez un adulte unique peut devenir un problème à long terme. Battre et punir l'enfant ne vaut pas non plus la peine, les effets physiques n'apporteront pas de résultats, mais ne feront qu'aggraver le comportement du bébé. Cela aide vraiment d'ignorer complètement les crises des enfants. Voyant que ses efforts sont vains et que, s’ils n’apportent pas le résultat souhaité, l’enfant renoncera à cette méthode d’exposition.

Vous pouvez le rassurer doucement et calmement, en disant aux miettes comment vous l’aimez, tout en le serrant dans ses bras. Essayez d'être plus familier et tendre, même s'il est très en colère, crie ou se cogner la tête. Paysan échappant de vos bras, ne vous tenez pas de force. Dans une situation d'hystérie causée par le fait qu'il ne veuille pas rester avec quelqu'un (avec la grand-mère, avec l'enseignant), vous devez quitter la pièce dès que possible et le laisser avec un adulte. Retarder le moment de la séparation ne fera qu'allonger le processus d'hystérie des enfants.

Les crises dans les lieux publics

Il est très difficile pour les parents de contrôler le processus de demandes hystériques dans les lieux publics. Un enfant de 2 ans est beaucoup plus facile et plus sûr de céder pour arrêter le bruit et rétablir le calme, mais une telle opinion est extrêmement fausse. Les opinions obliques des autres ne devraient pas vous inquiéter pour le moment, mais le plus important est de réagir de la même manière face à des actions similaires.

En perdant une fois et en réglant le scandale, vous provoquez une répétition secondaire de la situation. Scarce demande un jouet dans le magasin - soyez ferme dans son refus. Ne réagissez pas à son piétinement, à son indignation et à son mécontentement envers tout projet. En voyant le comportement confiant et inébranlable des parents, l'enfant comprendra que les crises hystériques ne permettent pas d'atteindre l'objectif souhaité. Rappelez-vous que la miette fait des attaques hystériques dans un but d'influence souvent dans les lieux publics, en comptant sur l'opinion du public.

La meilleure réponse est d'attendre un peu. Après la fin de l'attaque, vous devriez calmer la miette, serrer dans vos bras et demander doucement quelle est la cause de son comportement, et également lui dire qu'il est beaucoup plus agréable de lui parler quand il est au repos.

Les crises chez l'enfant de 3 ans

Un enfant de 3 ans veut être indépendant et sentir son âge adulte et son indépendance. Rare a déjà ses désirs et veut défendre ses droits auprès des adultes. Les enfants de 3 ans sont au tournant des nouvelles découvertes et commencent à se sentir comme une personne unique, ils peuvent se comporter différemment dans une période aussi difficile (nous recommandons de lire: comment une crise de 3 ans se manifeste-t-elle chez un enfant et comment y faire face?). Les caractéristiques principales de cette étape sont le négativisme, l’entêtement et la volonté propre. Les accès de colère chez un enfant de 3 ans découragent souvent les parents. Pas plus tard qu'hier, leur bébé a tout fait avec joie et plaisir, et aujourd'hui, il fait tout avec défi. Maman demande à manger de la soupe et le bébé jette une cuillère, ou papa l'appelle et l'enfant ignore constamment ces demandes. Il semble que les mots principaux des enfants de trois ans deviennent «je ne veux pas», «je ne veux pas».

Nous partons combattre les accès de colère

Lorsque vous manifestez des accès de colère à la maison, indiquez clairement votre idée que toute conversation avec lui ne se fera qu'après son calme. Eux-mêmes à ce moment plus ne lui prêtons pas attention et ne se livrent pas aux tâches ménagères. Les parents doivent montrer comment contrôler leurs émotions et rester calmes. Lorsque le bébé se sera calmé, parlez-lui et dites-lui à quel point vous l'aimez et que son humeur ne vous aidera pas à atteindre vos objectifs.

Lorsque les caprices se produisent dans un endroit surpeuplé, essayez d'amener l'enfant ou de l'emmener là où le public sera moins nombreux. Des crises de colère fréquentes chez le bébé permettent d’accorder une plus grande attention aux mots que vous dites à l’enfant. Évitez les situations où la réponse à votre question peut être un déni. Vous ne devriez pas dire catégoriquement: «Habillez-vous vite, il est temps de sortir!» Créez l'illusion de choix: «Allez-vous en pull rouge ou bleu?» Ou «Où aimeriez-vous aller, au parc ou au terrain de jeu?»

À l'approche de l'âge de 4 ans, l'enfant va changer - les crises de colère des enfants disparaîtront et disparaîtront aussi soudainement qu'ils sont apparus. Une miette entre dans l'âge où vous avez déjà la capacité de parler de vos désirs, de vos émotions et de vos sentiments.

Les accès de colère chez un enfant de 4 ans

Souvent, nous, adultes, provoquons chez les enfants des caprices et des accès de colère. La permissivité, le manque de cadres et les concepts de «non» et de «non» rendent un mauvais service au bébé. Une miette entre dans le piège de la négligence parentale. Ainsi, les enfants de 4 ans se sentent bien et si maman dit non, alors grand-mère peut le permettre. Il est important que les parents et tous les adultes qui éduquent des adultes se mettent d’accord et discutent de ce qui est permis et interdit, ainsi que d’informer l’enfant. Après cela, vous devez suivre strictement les règles établies. Tous les adultes devraient être unis dans leurs méthodes d’éducation et ne pas enfreindre les interdictions des autres.

Komarovsky soutient que l'humeur et les accès de colère des enfants fréquents peuvent indiquer la présence de maladies du système nerveux. Pour obtenir de l'aide, contactez un neurologue ou un psychologue si:

  • en présence de fréquentes manifestations de situations hystériques, ainsi que de leur agressivité;
  • il y a violation ou interruption de la respiration lors d'attaques, l'enfant perd conscience;
  • l'hystérie persiste après l'âge de 5 ou 6 ans;
  • le gamin se bat ou se gratte, entourant;
  • les hystériques surviennent la nuit en combinaison avec des cauchemars, des peurs et des changements d'humeur fréquents;
  • après une crise, l'enfant a des vomissements, un essoufflement, une léthargie et une fatigue.

Lorsque les médecins constatent l’absence de toute maladie, il faut en rechercher la raison dans les relations familiales. L'environnement immédiat du bébé peut également avoir une grande influence sur l'apparition des crises hystériques.

Prévention

Comment faire face à l'hystérie des enfants? Parents, il est important de saisir le moment qui approche de l’attaque. Peut-être que le bébé se pince les lèvres, renifle ou sanglote légèrement. Ayant remarqué de tels signes caractéristiques, essayez de faire passer le bébé à quelque chose d'intéressant.

Distrayez l’attention de l’enfant en lui montrant la vue par la fenêtre ou en changeant de pièce en prenant un jouet intéressant. Cette technique est pertinente au tout début de l'hystérie d'un enfant. Avec le développement actif d'une attaque, cette méthode ne produira aucun résultat. Pour prévenir les conditions hystériques, le Dr Komarovsky donne les conseils suivants:

Que faire lors d'une crise chez un enfant de 2 ans

Chaque parent est inévitablement confronté à une perte de maîtrise de soi chez le bébé. En tombant dans une excitation extrême, la miette tente de défendre sa position plutôt que de mettre les adultes dans une situation difficile. Les accès de colère chez un enfant de 2 ans sont un phénomène normal, il faut apprendre à réagir correctement. Beaucoup de parents, confrontés à une perte de sang-froid, sont perdus et font des erreurs. Cela ne fait qu'exacerber les déviations dans le comportement de l'enfant, il commence à manipuler ses proches. L'hystérie peut durer plusieurs années.

Causes des crises de colère

Beaucoup d'adultes croient que le bébé pleure et pleure pour une raison quelconque. Loin de là, dans la plupart des cas, ils provoquent une excitation extrême:

  1. Se sentir mal. Dans ce cas, crier et pleurer informent les parents sur le développement de la maladie, le malaise et la douleur. Les adultes peuvent ne pas remarquer de signes de malaise, de rougeur de la gorge et d’autres symptômes. Scarce attire l'attention sur son état de la manière la plus simple. De nombreux pédiatres recommandent les accès de colère sans raison apparente pour mesurer la température du corps du bébé et voir sa gorge. Rappelez-vous combien de temps le bébé a mangé, parfois la raison de ce comportement réside dans la faim.
  2. Le plus souvent, la manifestation émotionnelle est le désir d'obtenir quelque chose des adultes. Le petit homme peut manifester du mécontentement ou de l'agression à la maison et dans la rue. Souvent, les lieux publics où vous devez respecter les règles de comportement et de sécurité deviennent un lieu de manifestation d'émotions. Les parents se comportent souvent de manière incohérente. Afin de ne pas devenir le sujet de discussion d’autres personnes, ils violent leurs propres interdictions, qui aggravent la situation.
  3. Manque d'attention. Souvent, les adultes, pour compenser le temps passé avec le bébé, commencent à le choyer. Cela mène au fait que la miette ignore l'existence des interdictions et perçoit très émotionnellement tout refus.
  4. Le surmenage et les troubles du sommeil entraînent également des crises incontrôlables. Dans ce cas, l'enfant se réveille la nuit avec une crise de nerfs, pendant longtemps ne convient pas pour dormir, des sanglots ou des frissons. Cette situation est plus facile à prévenir qu'à corriger. Des parents, le bébé n'a besoin que d'attention. Pour continuer à dormir, il vous suffit de caresser le bébé dans le dos, de lui donner une boisson chaude ou un câlin.

À l'âge de trois ans, bébé, la plupart des parents savent ce que la situation peut avoir comme lien avec des manifestations de caractère. Vous ne devriez pas changer votre vie pour éviter la manifestation d'émotions, vous devez apprendre à négocier avec l'enfant et à l'interdire. C'est une étape importante de la socialisation, à ne pas manquer.

Les principales différences des caprices

Tantrum - expression incontrôlée d'émotions en toute occasion. Un enfant de 2 ans lors d'une attaque commence à montrer de l'agressivité envers lui-même et les autres. Il se déchire les cheveux, se tord les membres, se gratte le visage, tente de se cogner la tête contre le sol ou le mur. Le «pont hystérique» est un symptôme fréquent de cette maladie. C'est un type de saisie, le corps dans lequel il tourne en arc de cercle.

La plupart des psychologues ne font pas la distinction entre les concepts d '"hystérie" et de "caprice", car ils sont souvent interreliés. L'enfant commence à agir, et ne peut tout simplement pas s'arrêter à cause de l'immaturité de son système nerveux.

Souvent, une vraie crise est précédée de caprices. Ils commencent délibérément. Situations typiques: pluie ou chaleur à l'extérieur, le bébé a besoin d'aller se promener, l'enfant a besoin de bonbons, ce qui n'est pas à la maison. Les symptômes des caprices sont les mêmes que ceux d'une crise d'hystérie: crier, pleurer, frapper du pied, lancer des jouets, essayer de frapper vos parents ou vous-même.

Tantrum: Stage

L’hystérie est compliquée par le fait que, contrairement aux caprices, l’enfant ne fait aucune demande. Le bébé subit une attaque comme suit:

  1. Tout commence par un cri pour lequel il est impossible de comprendre ce dont un enfant a besoin. A ce stade, il est impossible de déterminer la cause de l'excitation.
  2. Les principaux symptômes d’une «explosion» émotionnelle se manifestent au stade de l’excitation motrice. Le bébé ne ressent pas la douleur et peut faire preuve d'une force considérable. Parfois, ses actions sont accompagnées de cris simples, avec l'aide desquels on peut comprendre ce qui est demandé aux parents. Ceci n'est observé que dans les cas où la cause des pleurs est devenue un caprice.
  3. L'hystérique se termine par des sanglots. Si, aux première et deuxième étapes, le tout-petit n'a pas reçu de consolation, il sanglotera longtemps.

Les psychologues disent que plus souvent les émotions sont exprimées par des enfants qui ne maîtrisent pas parfaitement le discours. Ils se sentent impuissants face à l'impossibilité de défendre leur position et utilisent la seule méthode disponible. À 2 ans, il est normal d'exprimer ses sentiments à l'aide d'hystériques, mais à 3 ans, cela devrait passer.

Accidents nocturnes fréquents chez un enfant de 2 ans. Dans ce cas, ils surgissent inconsciemment, dans le contexte des expériences du jour passé et de l'excitation hystérique. Ils passent à travers un rêve et vous devez apaiser le bébé dès le premier stade - après le cri. Si vous atteignez les miettes à temps, la crise ne se développera plus.

La cause des crises nocturnes est souvent la surexcitation du soir. Supprimez tous les facteurs gênants qui peuvent y contribuer: n'invitez pas d'invités à cette heure, n'allumez pas le téléviseur à haute voix, n'organisez pas de festin copieux avec votre famille. Le respect de la routine quotidienne et des rituels quotidiens du soir préparera doucement le bébé au lit.

Erreurs typiques des parents

Les parents se sentent impuissants si un enfant a une crise de colère depuis 2 ans - que faire, ils ne savent pas et n'agissent pas de manière intuitive. Cela peut conduire au fait que les émotions vont se produire plus souvent. Une fois reçu une récompense pour les crises de nerfs inconscients, le bébé comprend que cette méthode peut être utilisée pour influencer les adultes. Il a tout en hurlant et en attendant des faveurs.

La plupart des adultes réagissent de manière prévisible à "l'explosion" d'émotions et commettent les erreurs suivantes:

  1. Crumble miettes. À la fin de l'hystérie, ils commencent à lui offrir des jouets, des friandises et des friandises. Cela ne conduit pas à une réduction du nombre d'humeurs, mais à une augmentation des besoins du bébé. Il commence à accepter douloureusement toute interdiction.
  2. Les menaces et la violence physique sont une méthode inappropriée. Le cri des adultes et leur voix dure ne peuvent que provoquer une nouvelle vague de pleurs et de peur. Souvent, les parents ne peuvent pas gérer leurs émotions et se comportent de la même manière qu'une miette. Cela conduit au fait que le système nerveux de l'enfant est plus secoué.

Les enfants élevés dans une atmosphère de contrôle et de cruauté expriment souvent leur attitude envers le processus éducatif des parents par le biais de crises hystériques. Pour former une personnalité harmonieuse, vous devez pouvoir utiliser la punition à doses.

Le Dr Komarovsky a dit plus d'une fois comment réagir aux crises de colère d'un enfant. Il pense qu'avant de calmer le bébé, les adultes devraient entrer dans un état d'équilibre mental. Il est très difficile si la saisie a eu lieu dans un lieu public. Essayez de faire un câlin et de rassurer l'enfant, mais ne le suivez pas. Ne perdez pas votre calme et rappelez-vous que vous êtes un adulte. Une fois que les pleurs ont cessé, discutez de la situation avec des mots calmes et compréhensibles.

Dès son plus jeune âge, on devrait apprendre à un bébé à percevoir le mot «non». Tous les parents proches devraient être impliqués dans cette étape de l'éducation. Souvent, les mamans et les papas interdisent aux miettes de manger des bonbons, mais les grand-mères nourrissent le bébé avec elles sans faire attention à la restriction établie. De telles situations sont fastidieuses, car sinon l'enfant se souviendra toute sa vie que toute interdiction parentale peut faire l'objet d'un recours contre une grand-mère ou tout autre membre de la famille.

Les interdictions et les punitions ne devraient pas affecter votre relation avec le bébé. Beaucoup de parents pensent que les restrictions ont un effet négatif sur la confiance, mais ce n'est pas le cas. Ne mettez que des interdictions raisonnables, expliquez-les aux miettes.

Conseils de base des psychologues pour enfants

À partir d'un an, les enfants doivent être élevés. L'enfant au cours de cette période commence à apprendre le monde et lui-même. Il apprend à obtenir ce qu'il veut de ses parents par n'importe quel moyen. Un psychologue-conseil vous aidera à faire face aux crises fréquentes:

  1. Dès son plus jeune âge, apprenez à refuser. Au moment de "l'explosion" émotionnelle, il n'est pas nécessaire d'annuler les interdictions existantes, ne tolérez pas. Le mot "non" devrait sonner calmement et fermement en vous. Ne le remplacez pas par la phrase "bon, mais ne pleure pas", sinon l'enfant deviendrait souvent hystérique.
  2. Être dans un état d'équilibre mental. Fatigué des problèmes de la mère pendant l'hystérie d'un enfant peut se comporter de manière extrêmement inadéquate. Un cri et d'autres manifestations de surmenage nerveux de la part des adultes ne peuvent que conduire au fait que le bébé a peur. Il en résulte des crises émotionnelles nocturnes, de l'énurésie et des troubles mentaux.
  3. Chaque famille devrait avoir des règles. Tout le monde devrait les observer: si un bébé ne peut pas manger de barre de chocolat avant le dîner, sa mère ne devrait pas en manger.
  4. Coordination des actions entre tous les participants au processus éducatif. Maman et papa doivent convenir qu'ils utiliseront les mêmes restrictions, punitions et incitations. Si maman tapote sur la tête pour les jouets retirés et que papa achète un jeu vidéo, très bientôt, pour son propre travail, le bébé commencera à demander des cadeaux. Il peut également cesser d'obéir à sa mère.
  5. Fournir au bébé un régime journalier constant, une chambre propre et ventilée pour dormir. C'est au repos que le système nerveux renouvelle son mode de fonctionnement, que l'inconfort ou le manque de sommeil peuvent conduire à de l'irritabilité, des caprices fréquents et des crises de colère.
  6. Beaucoup de nouvelles expériences ne conviennent pas à l'enfant. Si, pour la première fois, vous êtes allé au cirque, vous ne devriez pas aller au parc d'attractions ni faire une longue promenade. Le système nerveux ne résiste pas à la surcharge d'émotions et échoue. En conséquence, la nuit, le bébé est hystérique sans raison apparente, et le lendemain, les parents continuent à être affligés en pleurant par manque de repos. Surveillez les signes de surtension pour l’empêcher.

Prenez le temps de partager des activités avec vos enfants. La communication est une partie importante du processus d’éducation. Il existe plusieurs techniques psychologiques pour faire face aux crises de colère. Utilisez les conseils de psychologie énumérés pour traiter méthodiquement les accès de colère. Ils n’aideront pas tout de suite, mais à l’âge de 3 ans, votre enfant commencera à se comporter beaucoup mieux.

Flexibilité et changement de limites

La lutte contre les crises émotionnelles doit commencer avant qu’elles ne se produisent. Considérons une situation typique: le bébé ne tolère pas les restrictions de mouvement et vous devez voyager. Avant de voler dans un avion, modélisez les scénarios de cet événement. Expliquez que dans la cabine, vous devez vous asseoir attaché comme tout autre adulte. Plusieurs fois avant la date du voyage, menez des conversations préparatoires.

Si une attaque hystérique ne peut pas être évitée, rappelez-vous les règles pour y faire face. D'une voix calme, rappelez les accords à l'enfant, concentrez son attention sur le rôle de responsabilité que vous lui avez attribué. Dans la situation décrite, vous utiliserez une interdiction catégorique, pour montrer que la flexibilité est inappropriée. Si l'enfant est têtu, confiez-en la responsabilité à l'hôtesse de l'air, qui interdit de courir autour de la cabine.

La capacité de négocier et de faire preuve de flexibilité est un élément important de l’éducation. Une situation typique: le bébé a besoin de dessins animés. Laissez-le déplacer les limites: autorisez l'affichage de 2 à 3 épisodes. Si, après deux caricatures, il refuse de cesser de regarder, arrangez-vous pour lui permettre à nouveau de regarder votre héros préféré, mais plus tard (après avoir dormi ou marché).

L'utilisation de ces techniques psychologiques vous apprend à négocier avec les enfants. Les restrictions qui sont nécessaires pour la sécurité du bébé, vous ne pouvez pas annuler, dans ce cas, expliquer la prise de conscience de votre acte. Si l'enfant ne veut pas attacher la ceinture à la poussette, dites-lui que tomber sur l'asphalte ou le sol est très douloureux, vous devrez alors vous faire soigner et vous faire des injections. Peut-être pas la première fois, mais la miette comprendra qu'il vaut la peine de s'asseoir tranquillement, avec sa ceinture de sécurité. S'il est têtu, racontez-lui une histoire fictive tirée de son expérience. Expliquez avec votre propre exemple que les conséquences de la désobéissance peuvent être désastreuses.

Les accès de colère chez un enfant de 2 ans: comment arrêter rapidement?

J'ai récemment été témoin d'une situation. C'est arrivé dans un magasin où je suis allé faire les courses.

Debout à la caisse et attendant mon tour, j'ai attiré l'attention sur le bébé (il n'avait pas plus de 2 ans), qui a insisté pour que sa mère lui achète une tablette de chocolat. De sa réaction, j'ai réalisé qu'elle l'avait refusé.

Puis la scène a commencé, que je ne m'attendais pas à voir. Après tout, tous les enfants demandent quelque chose et se font refuser. C'est une situation de ménage normale. Tous les enfants ne deviennent pas immédiatement hystériques.

Le garçon se mit à hurler frénétiquement dans tout le magasin, tout cela accompagné d'un cri sauvage. Dans ce cas, le bébé s'est déchiré les cheveux en sanglotant de façon convulsive.

La pauvre mère ne savait pas où se mettre. En un instant, plusieurs émotions ont éclaté sur son visage: de la confusion et de l’embarras à la haine sauvage pour son enfant.

Cette affaire m’a incité à écrire cet article dans lequel j’essayais de déterminer le plus possible la cause de l’hystérie chez un enfant de 2 ans et, plus important encore, de savoir comment réagir correctement face aux parents.

Causes de l'hystérie chez un enfant en 2 ans

Les crises de colère chez un enfant de 2 ans se produisent souvent. Cet âge est le sommet de telles manifestations violentes d'émotions négatives chez les enfants.

La première chose à retenir: les crises sans raison, un enfant de 2 ans ne se produit pas. Chaque crise a ses propres raisons objectives.

En les comprenant, vous pourrez plus facilement et rapidement faire face à la situation négative actuelle, aider votre enfant à survivre à cet état et le minimiser, voire même prévenir l’hystérie à l’avenir.

  1. Prise de conscience de l'impuissance de l'enfant;

À 2 ans, le bébé est déjà capable de comprendre beaucoup de choses. Il voit diverses actions possibles pour les adultes et comprend en même temps qu'il ne peut pas reproduire tout ce qu'il aimerait faire.

L'enfant ne peut pas exprimer avec des mots et exprimer clairement ce qu'il ressent. Cette incapacité physique conduit l'enfant à un état d'irritation qui se transforme ensuite en crise.

Lisez l'article pour résoudre cette question:. L'enfant ne parle pas à l'âge de 2 ans >>>

  1. À 2 ans, le système nerveux de l’enfant n’est pas complètement développé;

Elle ne peut pas faire face à toutes les émotions que le bébé traverse. Organisant une crise, pleurant et hurlant, il fait face à tous les sentiments et à toutes les impressions accumulés au cours de la journée.

  1. Une autre raison de l'hystérie à l'âge de 2 ans peut être les besoins physiologiques courants;

Wet pants (lisez l'article sur le sujet: Quand et comment sevrer un enfant des couches? >>>), la faim, le désir de boire, etc. peuvent aussi être à l'origine de l'hystérie. Cela peut aussi inclure la maladie, le malaise.

  1. Un grand nombre d'impressions par jour peut également provoquer une hystérie deux ans avant le coucher;

Le système nerveux du bébé ne sait pas comment faire face différemment à cet âge.

Si vous ne suivez toujours pas le régime, n'effectuez pas d'activités préparatoires et apaisantes avant d'aller vous coucher, l'enfant n'aura alors aucune issue. Il soulagera la tension par des cris.

Pour que l'enfant s'endorme bien, observe le parcours sur le sommeil d'un enfant à partir de 6 mois. moins de 4 ans Comment apprendre à un enfant à s'endormir et à dormir sans sein, sans réveil nocturne et avec le mal des transports? >>>.

  1. Le désir d'attirer l'attention des adultes;

L'enfant peut vous contacter plus d'une fois: demander quelque chose, demander quelque chose, mais vous ne l'avez tout simplement pas entendu pour diverses raisons. Et s’ils ont entendu, ils n’ont pas réagi.

Au fait! C'est la cause la plus courante de crises de colère.

  1. Avec l'aide de hystériques, l'enfant vous manipule;

Avec ce comportement, le bébé veut obtenir ce qu'il veut: un jouet, des bonbons, etc. Ou insistez tout seul: tel est le test de votre force, qui est plus fort.

  1. Imitation par l'enfant du comportement entourant les adultes;

S'il y a des scandales constants à la maison, des discussions à voix haute, l'enfant reproduira ce comportement. Adopter tout ce qu'un enfant voit et entend, bon ou mauvais, est caractéristique de l'âge de deux ans.

Assurez-vous de travailler avec vos émotions et votre irritation. Le schéma détaillé est donné dans le cours Maman, ne crie pas! >>>

  1. Les soins parentaux excessifs et la surveillance constante de tout sont une autre cause possible du bébé hystérique de 2 ans.

Il exprime donc sa protestation et son désaccord avec votre ligne de conduite à son égard.

Pour apprendre à communiquer à partir de 2 ans et éviter les moments critiques de comportement, vous pourrez au séminaire Obéissance sans cris ni menaces >>>

Comment répondre à une crise de colère

Les conseils suivants vous aideront à avoir une bonne idée de la façon de calmer votre enfant pendant une crise de colère.

  • Tout d'abord, calmez-vous;

La première chose que nous ressentons dans les moments de comportement de notre enfant est un sentiment de confusion, d’irritation, de gêne, d’indignation, etc. Toute cette gamme d’émotions est d’une aide précieuse dans cette situation. En conséquence, vous devrez rassurer.

À ce sujet, lisez l'article Comment ne pas crier sur l'enfant? >>>

  • Échangez l'attention du bébé. Les enfants de cet âge sont faciles à distraire.
  • Assurez-vous de parler à voix haute de l'état émotionnel que vit le bébé en ce moment.

Par exemple: "Je comprends, vous voulez vraiment l’obtenir (en particulier votre situation), mais je n’avais pas prévu de le faire (par exemple, acheter un jouet) et je ne vais pas le faire" ou "Vous ne voulez pas le faire maintenant".

De plus, il est souhaitable de parler en imitant les émotions d'un enfant à ce moment-là: tonus surélevé, irritation, etc. Cela donne au bébé le sentiment d'être compris. Et c'est la moitié du chemin pour une résolution réussie de l'hystérie.

  • Sortez l'enfant du lieu d'irritation;

Si c'est un magasin, essayez de le sortir de là.

  • Lorsque vous vous adressez au bébé pendant une crise de colère, assurez-vous de prendre une position dans laquelle il vous verra au niveau de ses yeux;
  • Offrez un câlin à votre enfant.

Cela ne signifie pas que vous devriez immédiatement l'attraper dans une brassée. Bébé peut ne pas vouloir ça. Puis dites-lui que, lorsqu'il sera prêt, il pourra monter à tout moment et vous le serrerez dans ses bras.

Le but de ces actions est d’atteindre la fin correcte de l’hystérie. À savoir - il devrait se terminer dans vos bras avec un faible cri.

Cela signifie que l'enfant a réalisé et vécu ce moment. Une telle fin du conflit aidera à l'avenir à minimiser ou même à éliminer complètement les crises de colère.

Comment prévenir les accès de colère

Comme tout le monde, vous connaissez les moments qui précèdent les crises de nerfs. Si vous commencez à agir à ce moment-là, vous pourrez éviter l'hystérie.

  1. Augmentez parfois la proportion de votre attention sur l’enfant en ce moment. Offrez-lui un séjour commun sous n'importe quelle forme: jouez ensemble, lisez avec lui, etc. Le contact corporel est très important: câlins, bisous - cela devrait être beaucoup;
  2. Ne surchargez pas votre enfant d’impressions pendant la journée (visiteurs invités, activités récréatives, lieux très fréquentés). Cela aidera à prévenir une crise de nuit à 2 ans;

Au fait, à ce sujet. Comme il est facile de mettre le bébé sur le lit, cela est également écrit dans l'article Rituels avant de se coucher >>>

  1. Si la situation est liée au désir d’acheter quelque chose (jouets, nourriture), offrez à l’enfant un choix de plusieurs options à la fois, mais pas plus de 3 positions;

Naturellement, sans tenir compte de l'objet souhaité - votre objectif - aussi doucement que possible, détourner l'attention de l'enfant de lui. Sinon, il choisit simplement ce qu'il voulait à l'origine, sans même prêter attention aux options supplémentaires proposées.

Et vous n'allez pas l'acheter pour le moment, sinon il n'y aurait pas de place pour une situation préalable.

Présentez-le immédiatement comme suit: l'achat ne sera effectué que dans ces trois positions.

Ainsi, le bébé comprendra clairement que ce qu'il veut au moment où il n'achète pas.

Et le sentiment de chagrin qui a commencé à le couvrir sera bloqué par la possibilité de choisir, ce qui donne un sentiment positif de la dignité de son moi: "Les gens sont considérés avec moi, intéressés par mon opinion"

  1. Évitez le lieu de conflits possibles. Par exemple, n'entrez pas dans les rangs des jouets pour enfants, si vous êtes dans le magasin. Et si vous savez que cela ne vous aide pas, essayez de vous assurer que l'enfant ne visite pas du tout le magasin.
  2. Si l'enfant demande de l'aide - aide. Même lorsque vous savez avec certitude que le bébé peut se débrouiller seul. Mais, en même temps, annoncez que la prochaine fois, il continuera à se débrouiller seul.
  3. Ne donnez pas de jouets en fonction de votre âge. L'enfant ne peut pas faire face à la tâche (ce ne sera pas de sa faute: le jouet n'est pas conçu pour son âge) et cela deviendra une raison supplémentaire de lancer une crise de colère.

Qu'est-ce que les parents ne devraient pas faire quand un enfant est hystérique?

Ici, vous devez vous rappeler les règles suivantes:

  • Ne jamais crier sur le bébé, exigeant de se calmer immédiatement;

La conséquence de ce comportement peut être que l'enfant se ferme et que le contact sera plus difficile à rétablir.

De plus, avec vos ordres, vous mettez une interdiction de produire des émotions. Cela ne peut pas être fait: c’est ainsi que fonctionne le système nerveux de l’enfant. A 2 ans, elle ne sait pas comment faire autrement, et pour le moment, c’est exactement ce qui est nécessaire, à quel point cela pourrait sembler étrange.

Et vous, interrompez-vous de force le cours naturel des événements. Les émotions ont toujours besoin d'un moyen de sortir et, si ce n'est maintenant, le bébé s'en débarrassera à un autre moment, ailleurs. Ainsi, les crises fréquentes chez un enfant de 2 ans ne peuvent être évitées. Vous ne faites que ralentir le cours des événements

  • Ne vous précipitez pas pour accomplir tous les souhaits de l'enfant si seulement il se calmait.

Attention! C'est l'erreur la plus commune des parents. Surtout quand une telle situation se produit dans des lieux publics.

Vous vous sentez mal à l'aise devant les autres et ce sentiment prévaut. En conséquence: "Vous l'avez, calmez-vous." Vous devez vous rappeler une chose: à ce moment, il n'y a que vous et votre bébé. Personne d'autre ne devrait vous inquiéter.

De plus, vous ne devez pas écouter les conseils de l'extérieur. En tant que mère, vous êtes le seul à savoir comment faire et ce qui sera le mieux pour votre enfant. Eh bien, j'espère qu'après cet article, vous saurez à coup sûr et que votre confiance en vous augmentera considérablement.

C'est important! En donnant à l'enfant tout ce dont il a besoin à de tels moments, vous lui permettez de vous manipuler et de réaliser sa propre voie.

Si vous avez décidé que vous ne l'achèteriez pas aujourd'hui, tenez-vous-en à cette décision jusqu'au bout. L'enfant doit connaître et comprendre le mot "non".

Comment arrêter rapidement une crise de colère

Après avoir passé en revue les actions étape par étape suivantes, vous saurez arrêter une crise chez un enfant de 2 ans en 2 minutes.

  1. Réagir immédiatement. Au minimum, tournez la tête vers le bébé qui crie. À ce stade, ne lui parlez pas;
  2. Rejoignez l'enfant pour être à la hauteur de ses yeux. Accroupissez-vous, penchez-vous, mais le bébé devrait vous voir devant vous et ne pas baisser les yeux. Ne parlez toujours pas;
  3. Parlez à voix haute des émotions de l'enfant, en les comptant sur son visage: "Es-tu en colère?", "Es-tu offensé?". En hochant la tête, le bébé est déjà prêt à poursuivre le dialogue avec vous. C'est le premier pont entre vous et lui.
  4. Plus profondément analyser la situation. Demandez à l'enfant ce qu'il veut. Si vous n'êtes pas encore capable de parler, demandez à montrer, en offrant différentes options pour une réponse;

Ne donnez pas une évaluation de ce que l'enfant vous dit lorsqu'il répond à votre question. Écoutez simplement, et quand il parle, posez la question: "Autre chose?"

Si vous n'êtes pas d'accord avec ce que vous avez entendu (vous n'allez pas acheter un jouet, allez quelque part), prenez l'enfant dans ses bras, dites que vous comprenez ses sentiments, mais que vous n'allez pas l'exécuter.

Quelque chose comme ça: "Je comprends très bien votre désir, mais je n’avais pas prévu de le faire, je suis désolé." Dans ce cas, assurez-vous de justifier pourquoi vous ne réaliserez pas le désir du bébé.

Et si, au contraire, vous êtes d'accord, remerciez-le pour ce qu'il vous a dit et maintenant vous savez ce qu'il faut faire. Dès que vous entamez un dialogue avec votre enfant, l'hystérique commence à s'estomper.

Souviens toi! Ne jamais ignorer votre bébé. En même temps, vous ne devriez pas consacrer tout votre temps à lui, mais si vous entendez ce dont il parle et pouvez y répondre, faites-le.

Vous ne savez pas à quel point c'est important pour lui qu'il essaie de vous transmettre (selon son échelle de valeurs). Et, si cela compte vraiment pour lui et que vous ne réagissez en aucune manière, il choisira quand même la méthode sur laquelle vous devrez tourner votre attention.

N'apportez pas cela et vous n'aurez plus à faire face à des accès de colère. Vous ne savez tout simplement pas ce que c'est.

En Savoir Plus Sur La Schizophrénie