La vie de chaque personne comprend non seulement des moments de joie et de bonheur, mais également des événements tristes, des déceptions, des maladies et des pertes. Pour accepter tout ce qui se passe, la volonté est nécessaire, il est nécessaire de bien voir et percevoir la situation. En psychologie, il y a 5 étapes pour accepter l'inévitable, par lequel passent tous ceux qui ont une période difficile de la vie.

Ces étapes ont été développées par la psychologue américaine Elizabeth Kubler-Ross, qui s'intéressait au sujet de la mort depuis l'enfance et cherchait le bon moyen de mourir. Plus tard, elle passa beaucoup de temps avec des mourants gravement malades, les aidant psychologiquement, écoutant leurs confessions, etc. En 1969, elle a écrit un livre sur Death and Dying, qui est devenu un best-seller dans son pays et à partir duquel les lecteurs ont appris les cinq étapes de l'acceptation de la mort, ainsi que d'autres événements inévitables et terribles de la vie. Et ils concernent non seulement la personne mourante ou dans une situation difficile, mais aussi ses proches, qui vivent cette situation avec elle.

5 étapes pour rendre l'inévitable

Ceux-ci comprennent:

  1. Déni L'homme refuse de croire que cela se passe avec lui et espère que ce cauchemar prendra fin un jour. Si nous parlons d'un diagnostic fatal, alors il considère que c'est une erreur et cherche d'autres cliniques et médecins pour le réfuter. Les proches de tous soutiennent la souffrance, parce qu’ils refusent eux aussi de croire à la fin inévitable. Souvent, ils ne manquent que le temps, reportant le traitement nécessaire et les aides en visite, les diseuses de bonne aventure, les médiums, sont traités par les herboristes, etc. Le cerveau d'un malade ne peut percevoir aucune information sur le caractère inévitable de la fin de vie.
  2. La colère À la deuxième étape de la création d'une personne inévitable, il souffre de ressentiment et d'apitoiement sur soi. Certains deviennent simplement enragés et demandent tout le temps: «Pourquoi moi? Pourquoi cela m'est-il arrivé? »Tous les autres, en particulier les médecins, sont devenus les ennemis les plus terribles qui ne veulent pas comprendre, qui ne veulent pas guérir, qui ne veulent pas écouter, etc. C'est à ce stade qu'une personne peut se quereller avec tous ses proches et aller écrire des plaintes aux médecins. Il est agacé par tous - rires de personnes en bonne santé, d’enfants et de parents qui continuent à vivre et à résoudre leurs problèmes qui ne le concernent pas.
  3. Négociation ou négociation. Dans 3 des 5 étapes pour rendre l'inévitable, une personne tente de négocier avec Dieu lui-même ou avec d'autres puissances supérieures. Dans ses prières, il lui promet qu'il se corrigera, fera ceci ou cela, en échange de sa santé ou d'un autre avantage qui lui est important. C'est pendant cette période que beaucoup commencent à se lancer dans la charité, pressés de faire de bonnes actions et ayant le temps de faire au moins un peu de cette vie. Certaines personnes ont leurs propres signes, par exemple, si une feuille d’arbre tombe sur les jambes avec le dessus, cela signifie attendre de bonnes nouvelles, et si celle du bas, la mauvaise.
  4. La dépression Dans les 4 étapes pour rendre l'inévitable, une personne devient déprimée. Ses mains tombent, l'apathie et l'indifférence à tout apparaissent. Une personne perd le sens de la vie et peut tenter de se suicider. Les membres de la famille sont également fatigués de se battre, même s’ils ne donnent pas forcément la forme.
  5. Acceptation À la dernière étape, la personne se résigne à l'inévitable, l'accepte. Des personnes gravement malades attendent tranquillement la finale et même prient pour une mort rapide. Ils commencent à demander pardon à leurs proches, réalisant que la fin est proche. Dans le cas d'autres événements tragiques non liés à la mort, la vie entre dans son cours habituel. Les parents se sont également calmés, réalisant que rien ne pouvait être changé et que tout ce qui pouvait être fait a déjà été fait.

Je dois dire que toutes les étapes ne se passent pas dans cet ordre. Leur séquence peut varier et leur durée dépend de l'endurance de la psyché.

5 étapes pour rendre l'inévitable. Psychologie humaine

Une personne ne peut suivre le chemin de sa vie sans rencontrer de sérieuses déceptions et éviter des pertes terribles. Tout le monde ne parvient pas à se sortir d'une situation difficile et stressante: de nombreuses personnes ont été victimes du décès d'un être cher ou d'un divorce sévère pendant de nombreuses années. Pour atténuer leur douleur, une méthode en 5 étapes pour accepter l'inévitable a été développée. Bien sûr, il ne sera pas capable en un instant de se débarrasser de l'amertume et de la douleur, mais il permet de prendre conscience de la situation et de s'en sortir de manière adéquate.

Crise: réaction et dépassement

Chacun de nous dans la vie peut attendre une étape quand il semble que les problèmes ne peuvent tout simplement pas être résolus. Eh bien, s’ils sont tous domestiques et solubles. Dans ce cas, il est important de ne pas baisser les bras et d’atteindre le but recherché, mais il existe des situations où pratiquement rien ne dépend d’une personne - elle souffrira et vivra dans tous les cas.

Les psychologues qualifient de telles situations de crise et conseillent très sérieusement d'essayer de s'en sortir. Sinon, ses conséquences ne permettront pas à une personne de se construire un avenir heureux et de tirer certaines leçons du problème.

Chaque personne réagit à la crise à sa manière. Cela dépend de la force intérieure, de l'éducation et souvent du statut social. Il est impossible de prédire quelle sera la réaction d'un individu face au stress et aux situations de crise. Il arrive que, à différentes périodes de la vie, la même personne puisse réagir au stress de différentes manières. Malgré les différences entre les personnes, les psychologues ont établi une formule générale en cinq étapes pour accepter l'inévitable, qui convient également à tout le monde. Avec son aide, vous pouvez aider efficacement à faire face aux problèmes, même si vous n'avez pas la possibilité de consulter un psychologue ou un psychiatre qualifié.

5 étapes pour rendre l'inévitable: comment faire face à la douleur de la perte?

Elizabeth Ross, médecin et psychiatre américain, a été la première à parler des étapes de la prise de troubles. Elle a classé ces étapes et les a décrites dans le livre "On Death and Dying". Il convient de noter qu'initialement, la méthode d'adoption n'était utilisée que dans le cas d'une maladie mortelle chez l'homme. Un psychologue a travaillé avec lui et ses proches parents, les préparant à l’inévitabilité de la perte. Le livre d'Elizabeth Ross a fait fureur dans la communauté scientifique et la classification donnée par l'auteur a été utilisée par des psychologues de différentes cliniques.

Quelques années plus tard, les psychiatres ont prouvé l’efficacité de l’application de la méthodologie à 5 étapes pour sortir d’une situation de stress et de crise inévitable en thérapie complexe. Jusqu'à présent, des psychothérapeutes du monde entier ont utilisé avec succès la classification Elisabeth Ross. Selon les recherches du Dr Ross, dans une situation difficile, une personne doit passer par cinq étapes:

Sur chacune des étapes, en moyenne, pas plus de deux mois sont alloués. Si l'une d'entre elles est retardée ou exclue de la liste générale des séquences, le traitement n'apportera pas le résultat souhaité. Cela signifie que le problème ne peut pas être résolu et que la personne ne retrouvera pas un rythme de vie normal. Parlons donc de chaque étape plus en détail.

Première étape: déni de la situation

Le déni de l'inévitable est la réaction la plus naturelle de l'homme à un grand chagrin. Cette étape est impossible à franchir, elle doit être adressée à quiconque se trouve dans une situation difficile. Le plus souvent, le déni touche au choc, de sorte qu'une personne ne peut pas évaluer correctement ce qui se passe et cherche à s'isoler du problème.

Si nous parlons de personnes gravement malades, alors, dans un premier temps, ils commencent à visiter différentes cliniques et à se faire tester dans l'espoir que le diagnostic résulte d'une erreur. De nombreux patients se tournent vers les médecines alternatives ou les diseuses de bonne aventure pour tenter de comprendre leur avenir. Avec le déni vient la peur, il subordonne presque complètement l'homme à lui-même.

Dans les cas où le stress est causé par un problème grave non lié à la maladie, la personne essaie de toutes ses forces de prétendre que rien n'a changé dans sa vie. Il se replie sur lui-même et refuse de discuter du problème avec quelqu'un d'autre.

Deuxième étape: la colère

Une fois que la personne est enfin consciente de son implication dans le problème, elle passe à la deuxième étape - la colère. C’est l’une des étapes les plus difficiles des 5 étapes pour rendre l’inévitable, elle requiert un grand nombre de forces d’une personne, à la fois mentale et physique.

La personne en phase terminale commence à jeter sa colère contre les personnes saines et heureuses qui l’entourent. La colère peut être exprimée par des sautes d'humeur, des cris, des larmes et des accès de colère. Dans certains cas, les patients cachent soigneusement leur colère, mais cela leur demande beaucoup d’efforts et ne permet pas de dépasser rapidement cette étape.

De nombreuses personnes, confrontées au désastre, commencent à se lamenter sur leur sort, ne comprenant pas pourquoi elles doivent tant souffrir. Il leur semble que tout le monde autour d'eux les traite sans le respect et la compassion nécessaires, ce qui ne fait qu'intensifier les accès de colère.

La négociation - la troisième étape pour rendre inévitable

À ce stade, la personne en vient à la conclusion que tous les ennuis et les malheurs vont bientôt disparaître. Il commence à agir activement pour ramener sa vie à son cours antérieur. Si le stress est causé par une rupture des relations, l'étape de la négociation inclut les tentatives de négociation avec le partenaire décédé au sujet de son retour dans la famille. Ceci est accompagné d'appels constants, d'apparences au travail, de chantage avec la participation d'enfants ou avec l'aide d'autres choses importantes. Chaque rencontre avec son passé se termine dans l'hystérie et les larmes.

Dans cet état, beaucoup viennent à Dieu. Ils commencent à fréquenter les églises, se font baptiser et tentent de mendier leur santé ou tout autre résultat positif dans l’église. Simultanément à la foi en Dieu, la perception et la recherche de signes de destin sont renforcées. Certains deviennent soudainement des experts, d'autres négocient avec des puissances supérieures, se tournant vers des médiums. De plus, la même personne effectue souvent des manipulations mutuellement exclusives - il va à l'église, aux diseuses de bonne aventure et étudie les signes.

Au troisième stade, les personnes malades commencent à perdre de leur force et ne peuvent plus résister à la maladie. L'évolution de la maladie leur fait passer plus de temps dans les hôpitaux et les procédures.

La dépression - la plus longue étape des 5 étapes pour rendre l'inévitable

La psychologie reconnaît que la dépression, qui enveloppe les personnes en crise, est plus difficile à combattre. À ce stade, il est impossible de se passer de l'aide d'amis et de parents, car 70% des personnes ont des idées suicidaires et 15% d'entre elles tentent de se suicider.

La dépression s'accompagne de frustration et d'une prise de conscience de la futilité de leurs efforts pour tenter de résoudre un problème. La personne est complètement et complètement immergée dans la tristesse et le regret, elle refuse de communiquer avec les autres et passe tout son temps libre au lit.

L’humeur au stade de la dépression change plusieurs fois par jour, l’apathie s'installe derrière une forte hausse. Les psychologues considèrent la dépression comme une préparation pour se sortir de la situation. Mais malheureusement, c’est sur la dépression que beaucoup de gens s’arrêtent pendant de nombreuses années. En faisant l'expérience de leur malheur encore et encore, ils ne se permettent pas d'être libres et de recommencer leur vie. Sans un professionnel qualifié, ce problème est impossible.

La cinquième étape est l'acceptation de l'inévitable.

Pour supporter l'inévitable ou, comme on dit, accepter, il est nécessaire que la vie joue à nouveau avec des couleurs vives. C'est la dernière étape selon le classement d'Elizabeth Ross. Mais une personne doit traverser cette étape toute seule, personne ne peut l’aider à vaincre la douleur et à trouver la force de supporter tout ce qui s’est passé.

Au stade de l'acceptation, les personnes malades sont déjà complètement épuisées et attendent la mort comme délivrance. Ils demandent pardon à leurs proches et analysent toutes les bonnes choses qu'ils ont réussi à faire dans la vie. Le plus souvent, durant cette période, les proches parlent de pacification, qui se lit sur le visage du mourant. Il se détend et profite de chaque minute qui passe.

Si le stress a été causé par d'autres événements tragiques, alors la personne devrait complètement «se remettre» de la situation et entrer dans une nouvelle vie, se remettre des conséquences de la catastrophe. Malheureusement, il est difficile de dire combien de temps cette étape devrait durer. C'est individuel et incontrôlable. Très souvent, l'humilité ouvre soudainement de nouveaux horizons pour une personne, elle commence soudainement à percevoir la vie différemment qu'auparavant et change complètement son environnement.

Ces dernières années, la technique d'Elizabeth Ross a acquis une grande popularité. Des médecins réputés y font des ajouts et des modifications, même certains artistes participent au raffinement de cette technique. Par exemple, la formule des 5 étapes d'acceptation de l'inévitable selon Shnourov, où le célèbre artiste de Pétersbourg définit toutes les étapes de manière habituelle, est apparue il n'y a pas si longtemps. Bien sûr, tout cela est présenté de manière plaisante et est destiné aux fans de l'artiste. Néanmoins, il ne faut pas oublier que surmonter la crise est un problème grave qui nécessite des actions réfléchies pour aboutir à une solution.

5 étapes pour rendre l'inévitable

Beaucoup de choses ont été écrites et dites sur ce sujet, en particulier par les psychologues américains. Dans les pays de la CEI, les troubles psychologiques ne sont pas pris au sérieux, mais en vain. Nous avons appris dès notre enfance à faire face à la douleur par nous-mêmes. Mais en essayant de s’isoler du problème, en se submergeant de travail, d’inquiétudes, en embarrassant notre amertume et notre douleur, nous ne créons que l’apparence de la vie et, en fait, nous vivons sans cesse notre perte.

La méthode des 5 étapes pour rendre l'inévitable est universelle, c'est-à-dire qu'elle convient à toute personne confrontée à une crise. Il a été développé par la psychiatre américaine Elizabeth Ross. Elle a décrit cette méthode dans son livre, On Death and Dying. Initialement, la classification était utilisée en psychothérapie pour les personnes gravement malades et leurs proches. Les psychologues assistaient des personnes ayant signalé une maladie incurable, une mort rapide ou la perte d'un être cher. Plus tard, la méthode des cinq étapes pour rendre l'inévitable a commencé à s'appliquer dans des cas moins tragiques.

Chaque étape des cinq est complexe à sa manière et nécessite beaucoup de dépenses mentales. Mais si nous vivons passionnément les trois premiers, souvent sans nous rendre compte de nos actes, le stade de la prise de conscience est la période où nous sommes pour la première fois véritablement confrontés à une nouvelle réalité. Nous comprenons que le monde ne s’est pas arrêté, que la vie bat son plein autour de nous. Et c'est le plus difficile.

Étape 1 Déni

La première réaction dans une situation stressante est une tentative de ne pas croire en ce qui s'est passé. Ne croyez pas celui qui a annoncé la nouvelle, ne croyez pas les résultats de l'enquête ou du diagnostic. Souvent, une personne demande à la première minute: "S'agit-il d'une blague? Vous plaisantez?", Même s'il a le cœur de deviner que ce n'est pas le cas. Dans le même temps, une personne éprouve de la peur. Peur de la mort ou peur d'être à jamais brisé. Cette peur entraîne un état de choc. Dans cet état, l'esprit fait diverses tentatives pour nous sauver d'un stress extrême. Cela crée une sorte de mécanisme de sécurité. Mode auto-économie, si vous voulez.
Le déni est rapidement remplacé par la colère. Un état de passion continue.

Étape 2 La colère

Si, dans le déni, une personne ne croit pas à l’existence d’un problème, elle commence alors, avec colère, à rechercher les coupables de son chagrin. Une poussée d'adrénaline puissante provoque des attaques d'agression et peut être cachée ou dirigée contre les autres, contre vous-même, vers Dieu, la providence, etc.

Les personnes malades peuvent être fâchées contre les autres parce qu'elles sont en bonne santé. Ils peuvent avoir l'impression que leur famille sous-estime l'ampleur du problème, ne sympathise pas et continue de vivre en général. Cela vaut la peine de dire que les membres de la famille peuvent probablement encore être au stade de la négation en ce moment, guidés par la formule "si j'enterre mes yeux, tout cela disparaîtra".

La recherche des coupables peut se traduire par des reproches, une auto-flagellation. C'est une condition assez dangereuse, car une personne peut se faire du mal. Cependant, étant dans le feu de la passion, une personne mentalement instable peut nuire à autrui.

Très souvent, une personne commence à boire afin de parler et de rejeter l'amertume accumulée. Si la situation a été causée par une rupture ou une trahison, il est prêt pour une action plus décisive. L'essentiel ici est de ne pas dépasser les limites du code pénal.

Étape 3 Négociation.

Faisant l'expérience de la douleur de la séparation, la personne laissée tente de rencontrer un partenaire afin de le persuader de revenir de gré ou de force. Il devient obsédé, humilie, accepte de faire des concessions, mais aux yeux d'un partenaire, il a l'air pathétique. Déjà plus tard, après avoir traversé cette étape, les gens ne comprennent pas où se trouvaient leur fierté et leur sens de la dignité humaine. Mais en se rappelant l’état d’esprit "pas sobre", ils sont faciles à comprendre.

Étape 4 La dépression

L'état de passion s'est évaporé. Toutes les tentatives faites pour retrouver une vie normale n’ont pas été couronnées de succès. Peut-être que la période la plus difficile est à venir. Il se caractérise par l’apathie, la déception, la perte du désir de vivre. La dépression est une maladie très grave. Environ 70% des patients ont tendance à avoir des pensées suicidaires et jusqu'à 15% vont à un pas terrible. Pourquoi est-ce que cela se passe? Une personne ne sait pas vivre avec la blessure dans l'âme, avec le vide qui remplit tout son espace de vie. Étant donné que dans l'espace post-soviétique, il est difficile pour les gens de demander l'aide d'un psychologue, en particulier de la génération la plus âgée, ils peuvent ne pas être conscients de la présence d'un trouble dépressif.

Les symptômes de la dépression peuvent être pris à notre insu pour brûler des émotions. Dans la dépression, le patient commence à parler avec cynisme, limite le cercle de communication. Souvent, il s'agit d'alcool ou de toxicomanie. Sans savoir comment changer de réalité, il tente de changer ou, comme on dit souvent, «élargit» sa conscience à l'aide de substances narcotiques. En général, pendant cette période, une personne est encline à se "tuer" de toutes les manières possibles. Cela peut être un rejet de la nourriture, conduisant à un épuisement physique, une tentative de créer des problèmes parmi les criminels locaux, un mode de vie désordonné, des crises de boulimie alcooliques. Une personne peut soit se cacher du monde dans son appartement, soit aller au vent.

Si chacune des périodes précédentes dure au maximum deux mois, la dépression peut durer des années. C'est donc l'une des cinq étapes les plus difficiles pour rendre l'inévitable. Dans la plupart des cas, vous devez contacter un spécialiste pour obtenir de l'aide.

La dépression est dangereuse car les marées d’euphorie seront remplacées par des stades prolongés d’indifférence absolue ou, inversement, de haine pour eux-mêmes et les autres. Si la maladie n'est pas encore devenue chronique, les informations peuvent aider la personne. Ceux-ci peuvent être d'anciens livres de patients sur l'expérience, diverses formations psychologiques avec des psychologues adéquats, des cours en ligne et hors ligne. Ce n'est qu'en comprenant les mécanismes de votre conscience que vous pourrez sortir de la crise et en tirer certaines leçons.

Étape 5 Acceptation

La douleur causée par la perte d’aiguïse deviendra terne, puis la conscience fera tout pour soigner cette plaie.
Dans le livre d'Elizabeth Ross, On Death and Dying, il est dit que les personnes en phase terminale de maladie sont à ce stade en parfaite tranquillité d'esprit. Le plus souvent, ils sont déjà trop épuisés physiquement, mais heureux chaque minute rapide.

J'aimerais ajouter que l'acceptation ne vient que lorsqu'une personne est prête à changer. Peu importe la tragédie que vous rencontrez dans la vie, vous avez toujours le choix - y rester coincé de peur de vivre différemment ou de vivre encore.

Il est important de franchir chacune des cinq étapes pour accepter l'inévitable. La difficulté consiste à se donner la possibilité de faire l'expérience de chacun sans cacher ses émotions, sans utiliser de moyen pour atténuer ses sensations. Il n'y a pas de honte à exprimer des sentiments. Après tout, vous êtes une personne vivante. Sinon, la douleur et le ressentiment d'une énorme bosse collante seront entraînés après la vie.

Peu importe la difficulté, maintenant, il arrive un moment où vous réalisez que vous êtes libre. Lorsque vous vous sentez à nouveau, lorsque vous n'avez pas peur du changement, lorsque vous avez appris à ressentir l'amour à distance. Même si cette distance ne peut pas être mesurée dans les unités habituelles.

Les étapes de la réalisation de l'inévitable

Dans la vie de chaque personne, il y a des maladies, des pertes, du chagrin. Une personne doit accepter tout cela, il n’ya pas d’autre issue. "Acceptation" du point de vue de la psychologie signifie une vision et une perception adéquates de la situation. Accepter une situation est très souvent accompagné d'une peur de l'inévitable.

La médecin américaine Elizabeth Kübler-Ross a créé le concept d'assistance psychologique aux mourants. Elle a étudié les expériences de personnes mortellement malades et a écrit un livre intitulé «On Death and Dying». Dans ce livre, Kübler-Ross décrit la mise en scène de l'acceptation de la mort:

Elle a regardé la réaction des patients de la clinique américaine, après que les médecins leur aient parlé du terrible diagnostic et de la mort inévitable.

Les 5 étapes des expériences psychologiques sont vécues non seulement par les personnes malades, mais également par les parents qui ont appris l'existence de la terrible maladie ou du départ imminent de leur proche. Le syndrome de perte ou le sentiment de chagrin, les émotions fortes qui résultent de la perte d'une personne sont familiers à tous. La perte d'un être cher peut être temporaire, survenir à la suite d'une séparation ou être permanente (décès). Au cours de notre vie, nous nous attachons à nos parents et à nos proches parents qui nous soignent. Après la perte de proches parents, la personne se sent démunie, comme si elle en était «coupée», ressentait un sentiment de chagrin.

Déni

La première étape de l'acceptation de l'inévitable est la négation.

À ce stade, le patient croit qu’une erreur s’est produite, il ne peut pas croire que cela lui arrive réellement, que ce n’est pas un mauvais rêve. Le patient commence à douter du professionnalisme du médecin, du diagnostic correct et des résultats de la recherche. Dans la première étape consistant à «accepter l'inévitable», les patientes commencent à se faire consulter dans des cliniques plus vastes, puis à consulter des docteurs, des médiums, des professeurs et des docteurs en sciences, à chuchoter des femmes. Dans la première étape, chez un malade, il y a non seulement un déni du diagnostic terrible, mais aussi une peur, pour certains, cela peut continuer jusqu'à la mort elle-même.

Le cerveau d'une personne malade refuse de percevoir des informations sur le caractère inévitable de la fin de vie. Dans la première étape consistant à «accepter l'inévitable», les patients oncologiques commencent à être traités par la médecine traditionnelle, ils refusent la radiothérapie et la chimiothérapie traditionnelles.

La deuxième étape de l'acceptation de l'inévitable se traduit par la colère des malades. Habituellement, à ce stade, une personne pose la question «Pourquoi est-ce moi?» «Pourquoi suis-je tombée malade de cette terrible maladie?». Le patient se rend compte qu'il est gravement malade, mais il lui semble que les médecins et l'ensemble du personnel médical ne lui accordent pas suffisamment d'attention, n'écoutent pas ses plaintes, ne veulent plus le soigner. La colère peut se manifester dans le fait que certains patients commencent à écrire des plaintes aux médecins, à s'adresser aux autorités ou à les menacer.

Dans cette phase de «rendre l'inévitable» malade, les jeunes et les personnes en bonne santé deviennent agacés. La patiente ne comprend pas pourquoi tout le monde sourit et rit, la vie continue et elle ne s’est pas arrêtée un instant à cause de sa maladie. La colère peut être ressentie profondément à l'intérieur, et à un moment donné, elle peut «se répandre» sur les autres. Les manifestations de colère se produisent généralement à ce stade de la maladie, lorsque le patient se sent bien et en force. Très souvent, la colère d'une personne malade est dirigée contre des personnes psychologiquement faibles qui ne peuvent rien dire en réponse.

La troisième étape de la réaction psychologique d'un malade à une mort rapide est - la négociation. Les personnes malades essayent de négocier ou de négocier avec le destin ou avec Dieu. Ils commencent à deviner, ils ont leurs propres "signes". Les patients à ce stade de la maladie peuvent deviner: "Si la pièce tombe maintenant, je vais guérir." À ce stade de «l'acceptation», les patients commencent à accomplir diverses bonnes actions, à s'engager presque dans la charité. Il leur semble que Dieu ou la destinée verra quelle sorte de bien et de bien ils sont et changera d'avis, leur donnera une longue vie et une bonne santé.

À ce stade, la personne surestime ses capacités et tente de tout réparer. La négociation ou la négociation peut se manifester par le fait qu'un malade est prêt à payer tout son argent pour sauver sa vie. Au stade de la négociation, la force du patient commence à s'affaiblir progressivement, la maladie progresse régulièrement et chaque jour qui passe, elle devient de pire en pire. A ce stade de la maladie, beaucoup dépend des proches du malade, car il perd progressivement de la force. L'étape de la négociation avec le destin peut également être attribuée aux membres de la famille du malade, qui ont toujours l'espoir de retrouver un être cher et font tout ce qui est en leur pouvoir, versent des pots-de-vin aux médecins et commencent à se rendre à l'église.

Déprimé

Au quatrième stade, une dépression grave se produit. À ce stade, une personne est généralement fatiguée de la lutte pour la vie et la santé, chaque jour elle empire. Le patient perd tout espoir de guérison, ses «mains sont baissées», une diminution de la baisse d'humeur, de l'apathie et de l'indifférence à l'égard de la vie qui l'entoure est observée. À ce stade, une personne est immergée dans ses sentiments intérieurs, elle ne communique pas avec les gens, elle peut rester pendant des heures dans une position. Dans le contexte de la dépression, une personne peut avoir des pensées suicidaires et une tentative de suicide.

Acceptation

La cinquième étape s'appelle l'acceptation ou l'humilité. Au stade 5, «faisant que la personne inévitable ait pratiquement mangé la maladie, elle l'a épuisé physiquement et moralement. Le patient bouge un peu, passe plus de temps dans son lit. Dans la cinquième étape, un malade grave, comme si il résumait sa vie entière, se rend compte qu'il y avait beaucoup de bien dedans, il a réussi à faire quelque chose pour lui-même et pour les autres, a rempli son rôle sur cette Terre. «J'ai vécu cette vie pour une raison. J'ai réussi à faire beaucoup. Maintenant je peux mourir en paix. "

De nombreux psychologues ont étudié le modèle d'Elizabeth Kübler-Ross «5 étapes de la mort» et ont conclu que les études américaines étaient plutôt subjectives. Toutes les personnes malades ne passent pas par les 5 étapes. Certaines peuvent perturber leur ordre ou pas du tout.

Les étapes de l'acceptation nous montrent que non seulement la mort a lieu, mais tout ce qui est inévitable dans nos vies. À un moment donné, notre psychisme comprend un certain mécanisme de défense et nous ne pouvons pas percevoir de manière adéquate la réalité objective. Nous déformons inconsciemment la réalité, la rendant pratique pour notre ego. Le comportement de nombreuses personnes en situation de stress grave est similaire à celui d'une autruche qui se cache la tête dans le sable. L'adoption d'une réalité objective peut influer qualitativement sur l'adoption de décisions adéquates.

Du point de vue de la religion orthodoxe, une personne doit percevoir humblement toutes les situations de la vie, c'est-à-dire que les étapes de l'acceptation de la mort sont caractéristiques des non-croyants. Les personnes qui croient en Dieu, psychologiquement, tolèrent plus facilement le processus de la mort.

Un peu de psychologie. 5 étapes pour rendre l'inévitable

Étape 1 - Déni (la personne refuse d'accepter ce qui lui est arrivé);
Étape 2 - Colère (à ce stade, se manifeste une agression envers le monde entier);
Étape 3 - Négociation (il y a des réflexions sur la façon de s'entendre sur un meilleur sort);
Stade 4 - dépression (à ce stade, une personne peut être dans un état dépressif toute la journée);
Étape 5 - Adoption (acceptation du destin inévitable).

Différents Ukrainiens ont maintenant différentes étapes. Beaucoup plus coincé sur 1

  • Les mieux notés
  • Premier dessus
  • D'actualité

72 commentaires

De la dépendance à l'héroïne n'est pas complètement émise, quelqu'un pizdit

sont guéris. mais c'est une erreur statistique) 5%

Nichrome aussi loin que vous avez jeté

Oui, en général, il n’existe pas de dépendance, c’est tout ce que les toxicomanes ont inventé pour continuer à monter en flèche! =)

pourquoi est-ce qui se passe J'ai écrit ci-dessous, je vais vous copier:
En Russie, personne n’a l’impulsion pour ne pas aimer les Ukrainiens. nous les aimons tout autour. mais les médias ukrainiens envoient de telles impulsions. Voici une preuve pour vous. De nombreux Russes appellent à présent leurs amis ou leurs proches en Ukraine. Ils veulent savoir comment ils vont ou sont simplement inquiets et, très souvent, ils entendent dire dans leur discours qu’il n’ya rien d’agressif déraisonnable. Il n'y a qu'une conclusion.

J'ai vu des programmes ukrainiens il y a une semaine lorsque j'ai écrit que les médias ukrainiens incitaient les Ukrainiens à lutter contre les Russes. C'est une pratique courante de rallier le peuple contre l'ennemi extérieur imaginaire, afin que le peuple ne remarque pas les problèmes internes et l'incompétence du gouvernement actuel.

Nos médias, par exemple, même s'ils ne sont pas toujours objectifs, disent constamment que les Ukrainiens sont un peuple fraternel. Ils sont maintenant tombés dans une situation très compliquée. Dans toutes les villes du pays, des rassemblements ont lieu avec votre soutien. Vous ne le montrez probablement pas. Tirez vos propres conclusions.

Emigration et expatriés

Comment rester en exil? Émigration externe et interne. Santé, famille, éducation, travail, repos dans l'émigration. Groupe de soutien

5 étapes pour rendre l'inévitable tragique

La mort est inévitable. À un moment donné, la psychologue américaine Elizabeth Kübler-Ross, à partir de ses propres observations, a déduit 5 étapes de l'acceptation de la mort (nouvelles de la mort): déni, colère, négociation, dépression et humilité.

La théorie de Kubler-Ross a rapidement trouvé une réponse dans la pratique généralisée et les psychologues ont commencé à l'appliquer non seulement dans les cas de diagnostic mortel, mais également dans d'autres situations de vie difficiles: divorce, échecs de la vie, perte d'êtres chers et autres expériences traumatisantes.

Première étape: le déni

Le déni est en règle générale la première réaction de défense, un moyen de s’isoler de la triste réalité. Dans des situations extrêmes, notre psychisme n’est pas très ingénieux dans ses réactions: c’est soit un choc, soit une course à pied. Le déni est à la fois conscient et inconscient. Les principaux signes de déni: réticence à discuter du problème, isolement, tentatives de prétendre que rien ne s'est passé.

Habituellement, étant à ce stade de chagrin, une personne tente tellement de réprimer ses émotions que tôt ou tard, ce stade passe inévitablement au suivant.

Deuxième étape: la colère

La colère, et parfois même la colère, naissent de l'indignation croissante de l'injustice: «Pourquoi moi?», «Pourquoi cela m'est-il arrivé?». La mort est perçue comme une punition injuste, provoquant la colère. La colère se manifeste de différentes manières: une personne peut se fâcher contre elle-même, les personnes qui l'entourent ou une situation dans l'abstrait. Il ne se sent pas prêt à affronter ce qui s'est passé. Il devient alors enragé: il est fâché contre les autres, contre les objets qui l'entourent, les membres de sa famille, ses amis, Dieu, ses activités. En fait, la victime des circonstances comprend l'innocence des autres, mais il devient impossible de l'accepter. L'étape de la colère est un processus purement personnel et chacun procède individuellement. Au cours de cette étape, il est important de ne pas condamner ni de provoquer une querelle, en se rappelant que la colère est à l’origine du chagrin et que ce comportement est un phénomène temporaire, suivi du stade suivant.

Troisième étape: les enchères

La période d'enchère (ou de négociation) est une tentative de s'accorder avec le sort d'un meilleur sort. L'étape de la négociation avec le destin peut être attribuée aux membres de la famille du malade, qui ont toujours l'espoir de retrouver un être cher, et ils font tout ce qui est en leur pouvoir: ils versent des pots-de-vin à des médecins, commencent à se rendre à l'église, font un travail caritatif.
Une manifestation caractéristique de cette étape est non seulement l’augmentation de la religiosité, mais aussi, par exemple, la pratique fanatique de la pensée positive. L'optimisme et la pensée positive en tant que méthode de soutien sont très bons, mais sans un amendement de la réalité environnante, nous pouvons retourner à la première étape du déni, et c'est leur principal piège. La réalité est toujours plus forte que les illusions. Et de toute façon, tôt ou tard, ils devront leur dire au revoir. Lorsque les tentatives désespérées de parvenir à un accord n'aboutissent à rien, la prochaine étape très difficile commence.

Étape quatre - dépression

La dépression tombe dans l'abîme, comme cela semble être le cas pour une personne qui souffre. En fait, c'est une chute vers le bas. Et ce n'est pas la même chose que ce que nous dirons ensuite. Une personne «abandonne», elle cesse d'espérer, de chercher le sens de la vie, de se battre pour l'avenir. Si, à ce stade, il existe une insomnie et un refus total de manger, s'il n'y a absolument aucune force pour sortir du lit pendant plusieurs jours ni aucune amélioration de son état, vous devez contacter un spécialiste, car la dépression est une maladie insidieuse qui peut évoluer vers une détérioration grave. au suicide.

Cependant, dans un état de choc grave, la dépression est une réaction normale de la psyché aux changements de la vie. C’est une sorte d’adieu à la façon dont il était, repoussant au bas de la hiérarchie pour que l’opportunité d'entrer dans la phase finale de ce processus difficile se présente.

Cinquième étape: la réconciliation

Reconnaissance d'une nouvelle réalité comme donnée. A ce moment commence une nouvelle vie qui ne sera plus jamais la même. Au stade final, une personne est capable de ressentir un soulagement. Il admet que le chagrin est arrivé dans la vie, il accepte de l'accepter et de continuer son chemin. L'acceptation est la dernière étape, la fin des tourments et des souffrances. La soudaineté complique grandement la réalisation du chagrin par la suite. Il arrive souvent que les forces qui acceptent la situation soient complètement absentes. Il n'est pas nécessaire de faire preuve de courage, car vous devez donc vous soumettre au destin et aux circonstances, tout laisser passer pour trouver la paix.

Pour chaque personne, une expérience particulière de ces étapes est particulière, et il arrive que les étapes ne passent pas dans la séquence spécifiée. Une période peut ne prendre qu'une demi-heure, disparaître complètement ou être travaillée très longtemps. De telles choses se produisent purement et individuellement. Toutes les personnes ne sont pas en mesure de traverser les cinq étapes de l'inévitable. La cinquième étape est très personnelle et spéciale, car personne ne peut sauver une personne de la souffrance, sauf elle-même. D'autres personnes peuvent soutenir dans une période difficile, mais elles ne comprennent pas pleinement les sentiments et les émotions des autres.

Les 5 étapes pour rendre l'inévitable sont des expériences purement personnelles et des expériences qui transforment une personne: soit il la brise en la laissant pour toujours dans l'une des étapes, soit la renforce.

5 étapes pour prendre les décisions inévitables, de changement et de gestion

Accueil »Articles» 5 étapes pour prendre l'inévitable, les changements et les décisions de gestion

5 étapes pour prendre les décisions inévitables, de changement et de gestion

Avant de changer, quelque chose d'incroyablement important pour vous devrait être menacé.
Richard Bach. Guide de poche du Messie

La plupart d'entre nous regardons le changement avec crainte. La nouvelle réalité - qu’il s’agisse d’un changement de stratégie de la société, du système salarial, des réductions envisagées - nous inquiète, ainsi qu’un diagnostic inattendu diagnostiqué lors d’un contrôle de routine. Le «degré» des émotions est bien sûr différent, mais leur spectre est presque identique. Dès le choc initial: "Non, cela ne peut pas m'arriver!" Avant d'accepter l'inévitabilité: "Eh bien, vous devez commencer à vivre différemment." Pourquoi

Ceci est tout à fait explicable par la nature humaine. Les changements nous apportent la menace de diverses pertes:

  • la stabilité;
  • contrôle de la situation;
  • statut;
  • compétences;
  • opportunités de carrière;
  • de l'argent;
  • liens sociaux;
  • lieu de travail, etc.

Et à la perte, même potentielle, les gens réagissent principalement émotionnellement, y compris les mécanismes de défense.

Un tel mécanisme de défense de base est bien connu comme étant les 5 étapes d’une réponse aux changements de E. Kübler-Ross. Une éminente psychologue a décrit dans son livre culte Sur la mort et la mort (1969) les réactions émotionnelles de personnes gravement malades et mourantes et a décrit les cinq étapes clés de la réaction émotionnelle:

Presque le même stade que les gens vivent dans leurs réactions émotionnelles, face au besoin de s’adapter à une nouvelle réalité. En un sens, le changement est la mort d'un état de choses existant. Anatole France a écrit: «Chaque changement, même le plus souhaitable, a sa propre tristesse, car ce que nous rompons fait partie de nous-mêmes. Vous devez mourir pendant une vie pour pouvoir entrer dans une autre.

Regardons le comportement des gens et les actions possibles du leadership à chaque étape.

1. négation

Au stade initial du déni, les gens craignent généralement que les changements leur soient personnellement négatifs: «C’est peut-être nécessaire pour la société, mais je n’en ai pas besoin! J'ai des devoirs stables et coutumiers. Le déni peut se produire dans les cas suivants:

  • les gens n'assistent pas aux réunions sur le projet de modification sous quelque prétexte que ce soit;
  • ils ne participent pas aux discussions;
  • ils sont indifférents ou ostensiblement occupés par des tâches bureaucratiques de routine.

Que peut-on faire à ce stade:

  1. fournir le maximum d'informations possible sur les différents canaux de communication concernant les objectifs et les raisons des changements;
  2. donner aux gens le temps de comprendre le changement;
  3. stimuler la discussion et la participation.

2. colère

C'est à ce stade qu'il est important de comprendre que ce ne sont pas des changements en eux-mêmes qui provoquent la colère des gens, mais les pertes qu'ils subissent: «C'est injuste! Non! Je ne peux pas l'accepter! "

En conséquence, les employés à ce stade peuvent:

  • se plaindre sans cesse au lieu de travailler;
  • tomber dans les charges et les critiques;
  • s'énerver plus que d'habitude, s'accrocher à des bagatelles.

En fait, les points de colère exprimés ouvertement sur l’engagement des gens, c’est bien! Il s’agit d’une occasion pour les cadres de laisser les employés «se défouler» d’émotions fortes et, en même temps, d’analyser le scepticisme et les doutes exprimés - ils peuvent s’avérer sans fondement.

Quelques recommandations à ce stade:

  1. écoutez d’abord les gens, sans chercher à les dissuader, reconnaissez leurs sentiments;
  2. Offrir des moyens de compenser les pertes que craignent les employés, par exemple une formation supplémentaire, un recyclage, un horaire flexible, etc.
  3. encourager les gens à diriger leur énergie de travail vers le changement plutôt que vers la critique et la rhétorique vide de sens;
  4. arrêtez le sabotage franc, mais ne répondez pas par l'agression à l'agression.

3. Négociation

C’est une tentative de retarder l’inévitable. Nous essayons de «passer un accord» avec la direction ou avec nous-mêmes pour reporter des changements ou trouver un moyen de sortir de la situation: «Si je vous promets de le faire, ne tolérerez-vous pas ces changements dans ma vie?» Par exemple, un employé commence à faire des heures supplémentaires pour éviter de futures réductions.

La négociation est un signe que les gens commencent déjà à se tourner vers l'avenir. Ils ne se sont pas encore séparés de leurs craintes, mais ils recherchent déjà de nouvelles opportunités et négocient.

C'est très important ici:

  1. diriger l'énergie des gens dans une direction positive, ne pas rejeter leurs idées;
  2. stimuler le brainstorming, les sessions stratégiques;
  3. aider les employés à évaluer leur carrière et leurs opportunités de nouvelles façons.

4. dépression

Si l'étape précédente a un résultat négatif, les gens seront dans un état de dépression, de dépression, d'incertitude quant à l'avenir et de manque d'énergie: «Pourquoi essayer? Quoi qu'il en soit, cela ne mènera à rien de bon. Dans ce cas, par dépression, nous entendons une réaction défensive, pas un trouble mental.

Dans une entreprise, les signes de dépression sont:

  • humeur générale d'apathie;
  • une augmentation des hospitalisations et des absences sur le lieu de travail;
  • augmenter le roulement du personnel.

Tâches à ce stade:

  1. reconnaître les difficultés et les problèmes existants;
  2. éliminer les peurs, les doutes et l'indécision restants;
  3. aider les gens à sortir de leur état dépressif, soutenir toute tentative d'action active et fournir une rétroaction positive;
  4. montrer aux employés un exemple personnel d'implication dans un projet de changement;

5. Adoption

Bien que ce soit la dernière étape, les gestionnaires doivent comprendre que l'acceptation ne signifie pas nécessairement le consentement. Les gens comprennent que toute résistance supplémentaire n'a pas de sens et commencent à évaluer les perspectives: «D'accord, il est temps de travailler. Pensons aux options et aux solutions. " Souvent, l'acceptation intervient après les premiers résultats à court terme. Vous pouvez voir les manifestations de cette étape en ce que les employés:

  • prêt à apprendre de nouvelles choses;
  • investir du pouvoir pour que les changements fonctionnent;
  • se sentir impliqué et engager les autres.

Pour obtenir des résultats à ce stade, il faut:

  1. renforcer et renforcer de nouveaux comportements;
  2. récompense pour le succès et la réalisation;
  3. développer et définir de nouvelles tâches.

Bien sûr, en réalité, les gens ne passent pas toujours toutes les étapes de manière séquentielle. De plus, tout le monde n’arrive pas au stade de l’adoption. Mais les dirigeants et les responsables des changements dans les organisations qui connaissent cette dynamique affective présentent de nombreux avantages:

  • comprendre que la résistance est normale.
  • ils sont conscients du stade de résistance auquel les gens se trouvent et des réactions auxquelles ils peuvent s'attendre.
  • soulagés de réaliser que leurs propres réactions et sentiments sont normaux et ne sont pas des signes de faiblesse.
  • peut développer et mettre en œuvre des actions appropriées pour le passage rapide et efficace de ces étapes.

Des changements réussis pour vous!

Expert en intelligence émotionnelle: Elena Eliseeva

La collection complète de matériaux dans le manuel électronique "Change Management". Aperçu des méthodes et des outils "que vous pouvez obtenir gratuitement en remplissant le formulaire.

Les étapes de la réalisation de l'inévitable en psychologie

Les exemples de l'inévitable sont la mort d'êtres chers, le diagnostic fatal posé à une personne ou d'autres événements tragiques de la vie qui suscitent la peur et la colère. La conscience de la victime produit un mécanisme de réponse sous la forme d'une chaîne de réactions pour faire face à ces situations et les accepter. Il comprend plusieurs étapes qui, ensemble, constituent un modèle de comportement humain face à quelque chose d’inévitable.

En 1969, le docteur Elizabeth Kübler-Ross a publié le livre On Death and Mourir, où elle a décrit en détail les cinq étapes du deuil en se basant sur ses observations quotidiennes de personnes n'ayant pas eu longtemps à vivre.

Ce type de comportement peut être attribué non seulement à la mort ou au diagnostic. Elle s'applique à tous les changements de la vie: échecs au travail (réduction ou licenciement), finances (faillite), relations personnelles (divorce, trahison). Une personne répond à tous ces événements avec un modèle de comportement spécial, qui comprend les étapes suivantes:

Toutes ces étapes ne vont pas forcément dans un ordre strict, certaines peuvent être absentes, une autre personne revient, et certaines personnes peuvent rester bloquées. Ils peuvent durer pendant différentes périodes.

La première étape est le déni. Avec elle, une personne ne croit pas au changement, il pense que cela ne lui arrive pas. Le déni peut durer de quelques minutes à plusieurs années. C'est dangereux, car une personne peut «s'éloigner» de la réalité et rester dans cette phase.

Un exemple est un patient chez qui on a diagnostiqué un diagnostic mortel, et il n'y croit pas, et a besoin de faire un nouveau test, pensant qu'il était confus avec quelqu'un. La fille à qui l’aimée est partie peut considérer que c’est temporaire, le gars a simplement décidé de se reposer et reviendra bientôt.

La prochaine étape de l'adoption de l'inévitable se traduit par l'agression du patient. Souvent, il est dirigé vers l'objet qui a provoqué l'événement. La colère peut être ressentie par tout le monde: le médecin qui a signalé le diagnostic fatal, le responsable qui l’a viré, la femme qui l’a quitté ou d’autres personnes en bonne santé s’il est malade. L'homme ne comprend pas pourquoi cela lui est arrivé, il considère que c'est injuste.

Cette étape est parfois accompagnée de véritables explosions d'agression et de bouffées de colère. Mais il n'est pas recommandé de les retenir, car cela a de lourdes conséquences pour la psyché. Il est préférable de transformer la colère dans un autre sens, par exemple pour faire des exercices physiques dans le gymnase.

En étant à ce stade, une personne tente par tous les moyens de différer l'inévitable. Il espère que vous pourrez toujours changer, trouver un moyen de sortir de la situation si vous faites des sacrifices.

Par exemple, un employé qui commence à faire des heures supplémentaires tout en réduisant ses effectifs. Ou un patient qui a été terriblement diagnostiqué, mène une vie saine et fait de bonnes actions, espérant que cela l’aidera à retarder l’inévitable. Si ces efforts ne portent pas de fruits, la personne devient déprimée.

Lorsque la victime réalise que tous ses efforts pour éviter le changement ont été vains, ils se produiront bientôt de toute façon, le stade de la dépression commence. Pendant cette phase, les gens, fatigués de se battre, plongent dans leurs expériences et leurs émotions intérieures et s'éloignent de leurs proches. Ils ont réduit l'estime de soi, l'humeur, apparaissent des pensées suicidaires. Ils sont constamment déprimés, ils ne veulent pas quitter la maison et communiquer avec les autres.

Un exemple en est un patient qui en a marre de se battre pour sa vie et qui a perdu tout espoir de guérison.

Cette étape a un autre nom - humilité. Avec elle, la victime est moralement épuisée. Il accepte gentiment l'inévitable, le supporte, évalue les perspectives. Un malade résume ce qu'il a réussi à faire dans sa vie. Beaucoup de gens dans cet État commencent à chercher de nouvelles opportunités, à découvrir quelque chose en eux-mêmes.

Ce modèle de comportement de l'inévitable est largement utilisé en psychologie.

Cinq étapes pour créer un chagrin inévitable

"La vie à vivre n'est pas un champ pour avancer." Combien de fois entendons-nous cette phrase et combien de fois la voyons-nous nous-mêmes? La vie est une chose très difficile qui pousse une personne à se réjouir et à sourire, pleurer et souffrir, à tomber amoureuse et à rire, pardonner et oublier. Parfois, les défis auxquels nous sommes confrontés sont très cruels, ne laissant que douleur et déception. À de tels moments, une personne éprouve une émotion spéciale que personne n’a encore été capable d’explorer à fond. C'est ce qu'on appelle le chagrin.

Malheureusement, chacun de nous doit vivre cette émotion, car la perte inévitable de proches, d'amis et de connaissances se produit dans la vie de chacun. Les causes des émotions peuvent être différentes: décès, divorce d'un être cher ou autre perte de la vie. Et quelle que soit la cause de son apparition, les étapes du deuil seront les mêmes dans tous les cas.

Elizabeth Kubler-Ross est une célèbre psychologue américaine. La fille est de la ville suisse de Zurich. La mort a intéressé Elizabeth comme un enfant après avoir vu le mourant de ses propres yeux. C'est sa voisine qui est tombée d'un arbre. Il est mort au lit près de ses parents et amis. Kubler-Ross a suggéré qu'il y avait une sorte de "bonne" façon de mourir après que sa colocataire ait quitté le monde.

Travaux Elizabeth connus dans le monde entier. C'est la première fille qui s'est tellement impliquée dans le sujet de la mort. Elle est chercheuse sur les expériences mortelles et a créé le concept d'assistance psychologique aux mourants. En 1969, Kübler publie son livre, On Death and Dying, qui devient un véritable best-seller aux États-Unis et au-delà. Dans ce document, la jeune fille décrivait sa théorie des «cinq étapes pour rendre l'inévitable» développées au cours d'une petite expérience: on disait aux gens que leur maladie était incurable, après quoi ils observaient simplement leur réaction.

Au cours de l'expérience, cinq étapes de deuil ont été identifiées:

Chacune des étapes de l'expérience d'Elizabeth est décrite en détail.

La première étape - Déni

Dans les premières minutes qui suivent, la personne est informée de la perte, elle est en état de choc. Il ne peut pas croire ce qui s'est passé, rejetant ce qu'il a entendu. Il ne veut pas croire en ce qui a été dit, persuadant tout le monde que "ça ne peut pas être". La première étape de l’adoption de l’inévitable psychologue qualifiée de «déni».

Une personne qui a appris l'existence d'une perte peut se comporter comme si rien ne s'était passé. Il ne veut pas croire en ce qu'il a entendu, alors il se convainc que tout va bien. Par exemple, il peut continuer à inclure la musique préférée de la bien-aimée, à acheter sa nourriture préférée et à lui servir une place à la table. Le chagrin survivant au premier stade de l'acceptation peut constamment poser des questions sur la personne décédée ou simplement continuer à parler de lui comme s'il était toujours en vie.

Un tel comportement suggère qu'une personne ne peut pas accepter une perte, et l'expérience d'une perte est très douloureuse et difficile. Grâce à lui, le coup légèrement assoupli, une personne a un peu plus de temps pour tout accepter et accepter la perte.

A cette époque, il est préférable que les proches ne se disputent pas, et plus encore de ne pas convaincre de ce qui s'est passé. Cela ne fera qu'aggraver la situation. Ne pas être d'accord avec ce que dit le survivant. Il suffit de ne pas maintenir ses illusions, en prenant une position neutre.

Avec le temps, la douleur ne sera plus aussi vive, ce n'est pas pour rien qu'ils disent que «le temps guérit» et qu'une personne pourra alors faire face à la vérité, car elle sera prête à la faire face.

La deuxième étape - Colère

Une fois que la personne commence à se rendre compte de ce qui s’est passé, la deuxième étape de l’expérience commence: la colère. Une personne se reproche à elle-même, à son entourage, ce qui s’est passé. Il est prêt à crier que la vie est injuste et que cela ne devrait pas lui arriver. A ce moment, l'expérimentateur doit être traité très doucement et tendrement, avec anxiété et patience.

Ayant commencé à comprendre un peu ce qui s’est passé, une personne devient enragée et en colère, se sentant incapable de faire face à ce qui est arrivé. Il est en colère contre tout et tout le monde: amis et parents, religions, objets environnants. Il comprend que personne n'est à blâmer pour cela, mais il n'a plus le pouvoir de contrôler ses émotions. Le chagrin est un processus purement personnel qui se déroule de différentes manières.

La troisième étape - négociation

La troisième étape de l’expérience se caractérise par l’espoir naïf et désespéré que tout soit réglé et que les problèmes disparaissent tout simplement.

Si le chagrin est associé à la séparation d'un être cher, être dans la troisième étape mènera à des tentatives d'établir des contacts et de revenir à l'ancienne relation.

Les tentatives de la personne sont réduites à une phrase "si nous".

Il existe des cas de tentatives de conclure un accord avec des forces plus élevées. L'homme commence à croire aux présages et aux superstitions. Par exemple, "si j'ouvre la page du livre, les yeux fermés et pointe le mot affirmatif, tous les problèmes disparaîtront".

Étape quatre - dépression

Après avoir réalisé que puisqu'il n'y en aura plus auparavant, une personne devient déprimée. Le survivant arrive à un état de désespoir complet. Sans aucun doute, le sens de la vie est perdu, les attentes et les projets d'avenir se transforment en déceptions.

Si vous perdez, deux types de dépression peuvent survenir:

  1. Regret et tristesse liés au deuil. Pendant cette période, on tiendra très difficile. C'est beaucoup plus facile quand une personne proche, dont le soutien est important pour vous, sera toujours là.
  2. Se préparer pour une nouvelle vie sans être perdu. Tout le monde a besoin d'un temps différent pour libérer l'événement. Cette période peut aller de quelques jours à plusieurs années. En outre, ils peuvent être provoqués par divers problèmes de santé et les personnes qui les entourent.

C'est ainsi qu'elle a décrit le cours de la quatrième étape de son deuil pour Elizabeth.

Cinquième étape - Adoption

La cinquième étape est la dernière. À ce stade, la personne commence à se sentir soulagée. Il prend conscience de la perte et la prend peu à peu. Il y a une volonté d'aller plus loin en laissant le passé dans le passé.

Chaque personne étant individuelle, il est donc caractéristique que chacun expérimente toutes les étapes à sa manière, parfois en dehors de la séquence spécifiée. Une période ne peut durer qu'une heure et quelques années.

Adoption - la dernière étape. Elle se caractérise par l'achèvement des tourments et des souffrances déjà vécus. Souvent, la force d'accepter le chagrin ne reste pas. Dans ce cas, vous pouvez simplement vous soumettre au destin et aux circonstances, passer par vous-même et trouver la tranquillité d'esprit souhaitée.

La dernière étape de la création de l'inévitable est très personnelle et particulière, car personne ne peut sauver une personne de la souffrance, mais pas lui-même. Les membres de la famille ne peuvent supporter que dans un moment difficile, mais ils ne sont pas en mesure de comprendre et de ressentir eux-mêmes ces sentiments, les émotions ressenties par la victime.

Les 5 étapes du deuil sont des expériences individuelles et une expérience qui transforme la personnalité: elle la brise, la laisse à jamais dans une des étapes ou, au contraire, la renforce.

L'inévitabilité doit être réalisée, pas fuir et se cacher.

Les psychologues disent qu’une transition rapide vers la dernière étape de la création du chagrin n’est possible qu’après avoir pleinement conscience de ce qui s’est passé, il est bon de regarder la douleur dans les yeux, imaginant comment elle se répand dans le corps.

En conséquence, le processus de guérison est accéléré, de même que la transition vers la dernière étape de l'acceptation.

Les 5 étapes du deuil sont conçues pour qu’elles puissent comprendre ce qui leur arrive. Grâce à eux, beaucoup parviennent à prendre au moins un peu de contrôle sur eux-mêmes, ce qui atténue le coup porté par l'incident.

En Savoir Plus Sur La Schizophrénie