Les experts appellent les symptômes de sevrage une condition caractéristique de l’une des phases de l’alcoolisme, à savoir la troisième. Ce syndrome est essentiellement une gueule de bois, mais il diffère de la gueule de bois qu'une personne en bonne santé éprouve habituellement le matin après une fête ou le soir après avoir fait le tri dans l'alcool.

Ce nom est traduit (abstinentia) comme suit - «abstinence». La condition survient chez une personne qui consomme de l'alcool après un certain temps après avoir réduit la dose d'alcool entrant dans le corps, ou ayant complètement cessé de boire. De nombreux alcooliques qui arrêtent de boire connaissent probablement cette maladie, qui agit sur le corps de manière strictement définie.

Il convient de noter que ce syndrome ne peut être diagnostiqué que chez les alcooliques, ce que les experts considèrent comme un symptôme incontestable de la dépendance à l'alcool (alcoolisme). Si le patient a développé ce syndrome, cela signifie qu'il est alcoolique. Les experts rapportent que le syndrome de sevrage peut être considéré comme la preuve la plus importante et irréfutable qu'une personne souffre d’alcoolisme et a besoin de soins médicaux obligatoires, ainsi que de l’aide de psychologues expérimentés.

Dans la gueule de bois habituelle, une personne qui n’est pas malade d’alcoolisme, le matin, il ya un fort mal de tête, il est malade, des vomissements peuvent parfois se produire, ainsi que des tremblements des mains. À l'heure du déjeuner, ces symptômes disparaissent généralement. Cette situation, même désagréable, ne doit pas être confondue avec l’état pathologique appelé syndrome d’abstinence. Le syndrome dure généralement beaucoup plus longtemps: un alcoolique peut souffrir de 3 à 5 jours. Bien que les raisons de se sentir mal à la fois dans ce cas et dans l'autre soient similaires, il existe une accumulation de toxines dans le corps, des produits du métabolisme de l'alcool dans le sang. Dans un syndrome alcoolique, ce syndrome est caractérisé par des symptômes, parmi lesquels figurent également:

  • irrégularités cardiaques;
  • dysfonctionnement cérébral;
  • fonction hépatique anormale;
  • problèmes pancréatiques;
  • détérioration des vaisseaux sanguins.

Ce «groupe» de symptômes négatifs et graves pour le corps est également aggravé par les symptômes typiques d'une gueule de bois, décrits ci-dessus.

En outre, lorsqu'un syndrome d'abstinence s'installe chez un alcoolique, le pouls s'accélère, la respiration devient plus fréquente, une augmentation de la température corporelle et l'apparition de frissons. Il est important de se rappeler que les symptômes de sevrage se caractérisent également par les symptômes suivants:

  • perte d'appétit;
  • l'acquisition d'un ton de peau pâle et malsain du visage;
  • abaisser ou augmenter la pression artérielle;
  • manque de coordination des mouvements;
  • l'apparition de diarrhée et de vomissements;
  • réduction du tonus musculaire.

Devrais-je parler du dégoût de l'alcoolique, qui a encore une fois fait face à des symptômes de sevrage? De nombreux alcooliques qui souffrent de ce syndrome pour la première fois pensent qu’il se passe quelque chose d’incroyable. Ainsi, le syndrome de sevrage peut même entraîner une psychose et un delirium tremens, qui nécessitent la surveillance obligatoire d'un professionnel de la santé.

L’abus prolongé de l’alcool constitue le «terreau» propice au développement du syndrome de sevrage. Cette forme de syndrome est considérée comme la plus grave et la moins traitable. Les trois premiers jours étant la période la plus difficile, ayant cessé de prendre de l'alcool, le patient peut présenter des crises convulsives uniques ou en série. Les crises sont pleines de mictions involontaires, ainsi que de morsures possibles de la langue.

En règle générale, ce syndrome dure plusieurs jours, mais il est rare qu'un alcoolique persiste sans boire de nouveau lorsque cette affection douloureuse perdure. Le plus souvent, il ne s'agit pas de boire, mais aussi de se saouler sérieusement. La boisson alcoolisée soulage à nouveau les symptômes du syndrome de la gueule de bois et le toxicomane semble se sentir mieux. Le syndrome de la gueule de bois chez les alcooliques ne dure pas plus de cinq jours. Pendant ce temps, le corps d'un alcoolique a le temps de récupérer. En outre, la plupart des symptômes disparaissent et les plaintes du patient concernant la santé disparaissent. L'une des conséquences les plus dangereuses du syndrome d'abstinence, qui nécessite l'intervention de spécialistes, est le delirium tremens ou la psychose.

L'abstinence de la gueule de bois habituelle diffère dans sa force. Une personne en bonne santé ressent habituellement un inconfort ordinaire pendant la gueule de bois. L’alcoolique dans le même cas se sent insupportablement mal, c’est-à-dire complètement dépassé. Le patient a un tremblement des mains et tout le corps tremble.

Conséquences graves de la gueule de bois

Les conséquences les plus graves du syndrome de sevrage sont les suivantes:

  • vomissements et haut-le-cœur;
  • des nausées;
  • les hémorroïdes ou l'aggravation;
  • saignement interne;
  • maux de tête graves;
  • insomnie et problèmes de sommeil;
  • des cauchemars;
  • gonflement possible du cerveau;
  • la possibilité d'exacerbation de maladies chroniques et existantes.

1. Vomissements et bâillonnement

Dans le cas où l'état du patient avec syndrome d'abstinence ne diffère pas dans les complications, les vomissements peuvent ne pas se produire, mais dans les cas graves, un alcoolique souffre généralement de vomissements extrêmement graves. En règle générale, les vomissements contiennent non seulement des aliments non cuits, mais aussi de la bile provenant du duodénum. Souvent, des traces de sang peuvent également être présentes dans le vomi d'un alcoolique. Il est à noter que le sang dans les vomissements est un signal très perturbant, car il indique que des saignements gastriques graves peuvent se produire. Pendant le saignement gastrique, le sang gicle. Voulant sauver le patient dans cet état, il est impératif de faire appel à des spécialistes qui fourniront une assistance d'urgence à l'alcoolique.

Pourquoi le sang dans le vomi d'un patient alcoolique? Du sang apparaît à partir de vaisseaux et de veines endommagés et usés du tractus gastro-intestinal et de l'estomac du patient. Ce phénomène s'appelle les varices et est une conséquence de la cirrhose de l'alcoolique qui se développe rapidement. Rappelez-vous que la cirrhose du foie est une maladie difficilement compatible avec l’existence normale.

2. hémorroïdes aggravées

Les hémorroïdes aiguës sont une manifestation fréquente des symptômes de sevrage. Les hémorroïdes sont une affection caractérisée par l'éclatement des vaisseaux rectaux et la saignée du rectum.

3. Saignements internes (intestinaux)

Les matières fécales noires sont un symptôme certain d'un saignement intestinal présent chez un alcoolique. Dans de tels cas, les selles alcoolisées ont une couleur de charbon distincte. Les proches et les membres de la famille de l’alcoolique qui ont remarqué de telles selles devraient immédiatement appeler un médecin, car les saignements intestinaux menacent la vie et la santé de l’alcoolique.

4. mal de tête

L'apparition d'un mal de tête avec un syndrome de la gueule de bois est un symptôme peu fréquent, mais si elle apparaît, cela suggère que les traumatismes anciens et les alcooliques rappellent eux-mêmes. Cela s'explique par le fait que le syndrome de sevrage révèle toutes les maladies chroniques et les blessures chroniques, tout en les renforçant et les aggravant.

5. Aggravation de l'insomnie et des cauchemars

Le syndrome de sevrage alcoolique peut provoquer la survenue de telles conditions associées au sommeil:

  • incapacité à s'endormir ou difficulté à s'endormir;
  • insomnie partielle;
  • l'apparition de cauchemars;
  • l'apparition de rêves obsessionnels avec le même complot.

Lorsque cette condition dure environ cinq jours, une tromperie de la perception visuelle et auditive peut apparaître. Par exemple, un alcoolique entend frapper à la roue d'une composition et jette un blouson sur son cintre dans le couloir à l'intention d'une personne qui se cache dans un coin isolé. Il semble à l’alcoolique qu’il tombe constamment ou tombe quelque part. Dans ses cauchemars douloureux, le patient peut se transformer en différents personnages: chasseurs de participants, persécutions, attaques. Les cas de présence d'animaux dans des cauchemars alcoolisés ne sont pas rares non plus.

En règle générale, les longs cauchemars deviennent la raison pour laquelle l'alcoolique développe de tels états:

  • delirium tremens;
  • delirium tremens;
  • rêves obsessionnels.

6. Exacerbation de maladies chroniques et actuelles

Les saignements internes, delirium tremens et delirium tremens ne sont pas les seuls compagnons du syndrome d'alcool. Un autre danger qui guette les personnes atteintes du syndrome d’alcool est qu’une personne commence à souffrir d’exacerbation de maladies chroniques et persistantes.

Chez les alcooliques au cours des symptômes de sevrage se produisent de telles maladies:

  • pancréatite aiguë;
  • pancréatite chronique;
  • douleur au bas du dos;
  • douleur sous les côtes du côté gauche;
  • douleur dans le foie (hépatite alcoolique);
  • parfois même la survenue d'une cirrhose est possible (douleur dans l'hypochondre droit).

Un alcoolique qui ressent de telles sensations doit obligatoirement consulter un médecin spécialiste qui diagnostiquera et prescrira un traitement adéquat.

7. œdème cérébral

L'œdème cérébral est une complication mortelle du syndrome de sevrage de l'alcool. Lorsque le gonflement du cerveau affecte les centres respiratoires et cardiaques alcooliques du corps. Cette maladie est dans la plupart des cas la cause du décès du patient.

Les experts rapportent que l’alcoolique n’a pratiquement aucun organe qui soit non seulement complètement, mais au moins partiellement en bonne santé. Quoi qu'il en soit, la dépendance mortelle à l'alcool affecte tout le corps du patient. Une personne souffrant d'alcoolisme avec un syndrome d'abstinence réduit considérablement l'attention. C'est extrêmement instable et le patient n'est pas capable de concentrer son attention. Le fonctionnement mental est également altéré et l'humeur dépressive du patient aggrave la situation.

La quantité de mémoire chez un patient souffrant d'alcoolisme est considérablement réduite et la fonction de la mémoire à court et à long terme est perturbée. Certains alcooliques qui souffrent de symptômes de sevrage souffrent moins de la mémoire mécanique, tandis que d'autres souffrent de moins de violations de la mémoire logique. En règle générale, il est assez difficile de trouver des patients atteints d’alcoolisme qui ne souffrent pas de troubles de la mémoire pendant le syndrome de sevrage.

Violations du processus de pensée dans le syndrome de sevrage

Chez les personnes excessivement dépendantes de l'alcool, les processus de pensée se distinguent par des associations abstraites chaotiques et abondantes. Cela se produit à la suite d'une forte envie d'alcool, ce qui déforme les sentiments et les désirs de l'alcoolique. Les directives sociales et spirituelles d'un alcoolique sont considérablement déformées et subissent parfois une métamorphose cardinale.

Les processus mentaux d'un alcoolique sont extrêmement improductifs, ils manquent complètement d'éléments créatifs et de compréhension de l'humour. La dynamique de la pensée est gravement perturbée, de sorte que les patients perçoivent et comprennent mal les instructions, leurs réponses sont souvent caractérisées par un manque de logique et d'absurdité, et la capacité à créer des associations est superficielle. Plus le syndrome d'abstinence est fort, plus la pensée d'une personne souffrant d'alcoolisme est chaotique. En cas d’alcoolisme chronique, la pensée d’un malade se caractérise par un ralentissement particulier et un caractère aléatoire de l’apparition de liens logiques.

Les violations qui surviennent dans la psyché avec le syndrome de sevrage présentent les caractéristiques suivantes:

  • tristesse anxieuse;
  • sous-dépression dysphorique;
  • sous-dépression apathique;
  • anxiété prononcée et états apparentés.

Si le patient a moins de trente-cinq ans, il sera plus clairement diagnostiqué avec anxiété: à l’âge de trente-cinq ans, on observe une humeur dépressive prédominante.
Dans une humeur mélancolique, les patients s’accusent de dépendance à la bouteille. En outre, l'alcoolique se reproche ce qu'il fait lorsqu'il est en état d'ébriété. Une variété d'incidents de la vie survenant avec un alcool aggrave la mauvaise humeur du patient. Le sentiment de malheur et de désespoir pousse parfois les alcooliques au suicide, bien que ces cas soient souvent de nature démonstrative et visent à servir d'outil pour faire chanter les proches et les amis de l'alcoolique. Il y a des cas où un alcoolique de cette manière reçoit de l'argent pour la prochaine portion d'alcool de la part de personnes proches.

Un alcoolique à l'humeur extrêmement perturbante a peur de mourir à la suite d'une crise soudaine ou d'un arrêt cardiaque. Ces patients appellent parfois une ambulance ou un médecin à la maison pour qu'il leur prescrive des médicaments cardiovasculaires. Parfois, cette anxiété donne l'impression que le patient a du mal à respirer à cause du manque d'air. Le syndrome de sevrage chez un alcoolique est non seulement caractérisé par des troubles anxieux, mais peut également provoquer des attaques de panique.

Le sentiment d'intoxication chez un alcoolique devient beaucoup plus fort après une gueule de bois. Pour satisfaire son désir de raccrocher, un alcoolique est prêt à vendre tous les biens qu’il a contre des sous, à sauter du balcon d’un être cher ou à descendre sur des cordes ou des draps noués. Il n’est pas rare qu’un alcoolique s’arrête avant même de commettre un crime afin d’obtenir de l’argent pour l'alcool.

Il existe également des cas où l'envie d'une bouteille, au contraire, disparaît et que l'alcoolique rejette clairement l'odeur et même l'apparence de toute boisson alcoolisée. C'est un indicateur du développement inverse des symptômes de sevrage, au cours desquels le sommeil de l'alcoolique s'améliore la nuit et où d'autres problèmes de santé observés chez le patient s'atténuent. Les symptômes neurologiques ne disparaissent pas le plus longtemps - un alcoolique peut souffrir pendant longtemps de troubles du tonus musculaire et d'ataxie du tronc.

Comment aider un patient qui souffre du syndrome d'abstinence?

De nombreux parents et amis d’alcooliques réfléchissent à la façon de supprimer ce syndrome. L'élimination du syndrome d'alcool chez un alcoolique qui souffre de dépendance, si le syndrome n'a pas encore eu le temps de causer des complications, peut être effectuée avec succès par un narcologue spécialiste qualifié. Le syndrome de sevrage de l'alcool est mieux éliminé dans une clinique de traitement de la toxicomanie, où le patient est surveillé en permanence par du personnel médical capable de fournir des soins médicaux à tout moment.

Le traitement du syndrome d'alcool à domicile peut entraîner de graves complications pour un alcoolique. En outre, les membres de la famille d'un alcoolique à la maison ne peuvent pas toujours contrôler correctement la façon dont le patient observe un mode de vie sobre, condition nécessaire au traitement de cette maladie. De plus, les proches ne sont souvent pas en mesure de contrôler la façon dont le patient observe les prescriptions d'un autre médecin. Il y a des cas où le patient en paroles semble être en accord avec toutes les exigences d'un spécialiste, mais dans la pratique, les paroles d'un alcoolique sont extrêmement différentes de l'acte.

En règle générale, l'étape initiale du traitement du syndrome de sevrage alcoolique en hospitalisation est l'introduction dans le corps d'une solution saline alcoolique spécialisée, capable de normaliser l'équilibre électrolytique dans le corps du patient. La solution est injectée à l'hôpital par voie intraveineuse. La solution est également complétée par des sédatifs, des médicaments pour le cœur, des somnifères, des vasodilatateurs, des diurétiques et d'autres médicaments nécessaires au traitement thérapeutique.

Après s'être débarrassé du syndrome de la gueule de bois, le patient est en mesure de rétablir son activité mentale et de revenir à la normale. Les conditions de rétablissement du psychisme à la marque de la norme dépendent de la difficulté du syndrome de sevrage. L'âge de la maladie, qui détermine la profondeur des anomalies encéphalographiques du patient, revêt une importance primordiale. De nombreux alcooliques améliorent également leur fonction de mémoire, réduisent leur soif d'alcool et réduisent le nombre d'associations liées à l'alcool.

L'arrêt du syndrome d'abstinence peut complètement restaurer les valeurs sociales et morales déformées par la dépendance pernicieuse à l'alcool. Dans de tels cas, la déformation alcoolique de l'individu peut être considérée comme une condition temporaire qui persiste après le traitement.

Lorsque les symptômes de ce syndrome ont disparu et que les distorsions mentales sont préservées, la soi-disant dégradation alcoolique de la personnalité du patient se produit. Dans cet état, un alcoolique souffre des troubles mentaux suivants:

  • incapacité à faire la distinction entre majeur et mineur;
  • capacité d'abstraction réduite;
  • violation de la tendance à la généralisation et à l'émergence d'une poussée du détail;
  • réduction de la pensée critique;
  • productivité réduite de la pensée.

L’estime de soi du patient atteint du syndrome de sevrage alcoolique dépend de la nature du caractère de l’alcool, de son type psychologique, ainsi que de la relation de l’alcoolique avec ses proches et ses amis. L’estime de soi des patients peut aller de la dépression à l’irritabilité extrême et à la nervosité. La dépression et un état où les patients commencent à penser au suicide ne sont pas rares chez les patients alcooliques.

Le syndrome de sevrage est une maladie dont les symptômes peuvent devenir plus difficiles à chaque nouvelle attaque. Un alcoolique qui n'est pas traité met sa santé en danger de façon évidente. En outre, il ne faut pas oublier que le syndrome d'alcool peut avoir un effet néfaste sur le psychisme humain. Souvent, les changements dans la psyché du patient peuvent être pratiquement irréversibles. Faire appel aux psychothérapeutes et aux psychologues est une mesure obligatoire pour ceux qui souffrent d’alcoolisme. Si un patient alcoolique n'est pas en mesure de s'adresser aux médecins lui-même, ses proches sont obligés de le conduire chez des spécialistes qui peuvent sauver l'alcoolique et sauver son corps et son esprit des effets destructeurs des boissons alcoolisées.

Syndrome de sevrage alcoolique - traitement des effets dangereux de l'alcoolisme

L'alcool éthylique est une substance ayant un effet narcotique sur le corps humain. Son utilisation régulière à long terme entraîne non seulement la formation d'une dépendance psychologique, mais également une modification du travail des organes internes. Le métabolisme d'une personne souffrant d'alcoolisme est reconstruit conformément au nouveau mode du corps, l'éthanol commence à jouer un rôle important dans les processus métaboliques. De plus, les toxines formées lors de la désintégration de l’alcool s’accumulent dans le sang et les tissus, ce qui entraîne le développement d’une intoxication chronique.

Le syndrome de sevrage alcoolique et de gueule de bois sont des phénomènes différents. Ce dernier se développe dans le contexte d'une intoxication générale avec des produits de décomposition d'éthanol et dure plusieurs heures, au maximum une journée. Il se développe chez presque toutes les personnes qui ont consommé de l'alcool à la veille.

Les phénomènes d'abstinence ne se manifestent que par un rejet marqué de l'alcool ou une réduction significative des doses consommées de produit contenant de l'alcool chez les personnes souffrant d'alcoolisme chronique.

Le développement du syndrome de sevrage n’est pas tant l’intoxication que l’absence d’une substance directement impliquée dans la SG.

Qu'est-ce que le syndrome de sevrage alcoolique?

Syndrome de sevrage alcoolique - ensemble de troubles neurologiques, mentaux et somatiques provoqués par l'abstinence de la consommation habituelle d'alcool. En réalité, la présence de signes du phénomène considéré est l’un des signes diagnostiques de la dépendance physiologique dans l’alcoolisme. La réponse à la question de savoir combien de temps dure un syndrome d’abstinence peut varier en fonction de la durée de consommation d’alcool et des caractéristiques du patient. En moyenne, ce chiffre est de 3 à 5 jours.

Important: le sevrage alcoolique est une maladie grave qui nécessite une assistance médicale!

L’alcoolisme chronique est à l’origine de la maladie, tandis que la gravité des manifestations cliniques varie selon que le patient souffre d’une forme d’alcoolisme permanent ou ivre. Le syndrome de sevrage est beaucoup plus grave chez les alcooliques permanents que chez les personnes qui consomment régulièrement de l'alcool. Les symptômes de la maladie sont les suivants.

La première étape de l’alcoolisme - l’abstinence ne se développe pas.

Les phénomènes de sevrage dans la deuxième phase de l’alcoolisme dépendent de son degré:

  • 1er degré - troubles auto-asthéniques:
  • transpiration;
  • la tachycardie;
  • bouche sèche;
  • désir de boire de l'alcool.
  • Grade 2 - troubles somatiques et neurologiques:
  • hyperémie de la peau;
  • transpiration;
  • tachyarythmie;
  • tremblement;
  • perturbation de la démarche;
  • manque de coordination des mouvements;
  • vomissements;
  • des nausées;
  • mal de tête
  • 3ème degré - principalement pathologie mentale:
  • troubles du sommeil;
  • anxiété;
  • la culpabilité;
  • instabilité de l'humeur;
  • visions cauchemardesques;
  • hallucinations.

Au troisième stade de l’alcoolisme, l’abstinence se manifeste sous la forme de tous les symptômes susmentionnés. Pendant 2-3 jours après l'annulation, le patient peut avoir des visions, le patient ne se rend pas compte de l'endroit où il se trouve, voit des monstres inexistants, il semble conspirer contre lui. Delirium tremens développé («delirium tremens»).

Les symptômes de l'abstinence s'atténuent progressivement à mesure que les processus de métabolisme et de désintoxication se normalisent. Le rêve du patient est considéré comme le moment de sa sortie du délire quand il est présent (atteint de delirium tremens; les personnes peuvent ne pas dormir pendant plusieurs jours).

Diagnostic de la maladie

En règle générale, le diagnostic de syndrome de sevrage est assez simple. Lors des entretiens avec un patient et ses proches, il s’agit de la durée de la consommation quotidienne et de la période écoulée depuis que le patient a refusé de boire. En règle générale, pour le développement de l'abstinence, la consommation régulière de produits contenant de l'alcool doit s'échelonner sur plusieurs semaines. L'abstinence se développe dans les 12 à 24 heures suivant la dernière consommation d'alcool.

La présence de signes de delirium tremens est une indication de la fixation douce du patient au lit. Autrement, une personne qui se trouve dans un état de conscience modifié peut se blesser ou blesser d'autres personnes.

Objectivement, une personne souffrant d'alcoolisme, il existe un ensemble complet ou partiel des symptômes ci-dessus. Le patient peut être agressif ou déprimé, chercher à répéter l’alcool ou avoir besoin d’une assistance médicale. Lors de l'analyse toxicologique de l'urine et du sang, l'éthanol peut ne pas être détecté si plus de 1-2 jours se sont écoulés depuis sa dernière utilisation.

Méthodes de traitement

Le traitement du sevrage alcoolique ne peut être fait à la maison qu'avec son degré modéré, non accompagné de troubles mentaux. S'ils existent, le patient doit être hospitalisé à l'hôpital pour présenter un profil toxicologique ou narcologique.

Premiers secours et traitement à domicile

La principale tâche de la personne qui fournit les premiers soins au patient est d’éliminer l’intoxication et de prévenir les troubles mentaux. Un traitement symptomatique (comprimé antidouleur pour les maux de tête) et un traitement de désintoxication sont fournis au patient souffrant du syndrome de sevrage.

La désintoxication à la maison est un "restaurant" de lavage gastrique, l'utilisation de chélateurs et une consommation d'alcool abondante. Pour éliminer le contenu gastrique, le patient reçoit une grande quantité d'eau à boire, après quoi il provoque des vomissements. La procédure est répétée jusqu'à ce que la masse de vomi soit constituée d'eau pure.

Après le lavage, la personne doit donner du charbon actif à raison de 1 comprimé pour 10 kg de poids corporel. Le médicament vous permet de lier et de retirer du corps les substances toxiques qui seront libérées dans l'estomac après le nettoyage.

Pour soulager l'intoxication devrait manger une grande quantité de boisson enrichie. Pour cela, les jus naturels, les compotes, les boissons aux fruits sont bien adaptés. En plus de saturer le corps en vitamines, ils contribuent à l'élimination des sous-produits alcooliques des reins.

Afin de stabiliser le psychisme, il est recommandé aux personnes souffrant du syndrome de sevrage d’utiliser des décoctions d’herbes sédatives (agripaume, de camomille). Cela facilitera le report d'une détérioration temporaire et évitera un retour à l'ancien mode de vie. L'utilisation de médicaments sans ordonnance médicale n'est pas autorisée.

Soins médicaux spécialisés

Des soins médicaux spécialisés sont fournis après l'hospitalisation du patient. Ici, une personne souffrant du syndrome de sevrage reçoit une thérapie par perfusion massive suivie de l'introduction de diurétiques (jusqu'à 5 à 6 litres de solution saline + 80 à 100 mg de furosémide). Hemodez, reopolyglucin peuvent également être utilisés pour la désintoxication.

En guise d'antidote pour le patient, le unitiol ou le thiosulfate de sodium est prescrit. En fait, ces substances sont des absorbants parentéraux: elles précipitent sur elles-mêmes les toxines de l'alcool contenues dans le sang et contribuent à leur élimination précoce.

En outre, le patient reçoit des vitamines, des agents antiplaquettaires, des médicaments nootropes qui permettent de corriger les troubles de l’approvisionnement en sang cérébral.

Correction des troubles mentaux produits par la nomination de médicaments psychotropes (aminazine, halopéridol, Relanium). Les deux premiers médicaments sont plus souvent utilisés dans le délirium, Relanium est utilisé pour soulager l'anxiété et le sommeil. Bien entendu, les patients présentant des signes de troubles mentaux nécessitent une surveillance constante. Lorsqu'il est exprimé, l'agitation psychomotrice du patient doit être fixée au lit.

Effets de l'abstinence sur le corps

En soi, l’abstinence n’a pas d’effets retardés si elle parvient à l’arrêter correctement. Cependant, de nombreuses personnes qui consomment de l'alcool depuis longtemps et qui, après l'avoir refusé, souffrent de maladies causées par l'alcoolisme même. En règle générale, les patients qui arrêtent de boire ont:

  • maladie cardiaque et système cardiovasculaire;
  • maladie rénale;
  • maladie du foie, jusqu'à la cirrhose;
  • tendance aux saignements intestinaux;
  • tendance à subir un AVC par type ischémique;
  • asthénie musculaire.

Bien entendu, à mesure que le corps récupère après une intoxication prolongée, son état s’améliorera. Cependant, il ne sera pas possible de rétablir l'état de santé d'une personne moyenne qui n'a jamais abusé de l'alcool.

Quels sont les effets rapides du retrait? Ceux-ci incluent les dommages mécaniques que le patient se fait lorsqu'il est en délire. Il peut se cogner la tête contre les murs, casser des objets, casser du verre, se blesser avec un éclat. Il y a des cas où des patients en délire sautent par la fenêtre de leur propre maison.

En outre, les patients présentant un syndrome de sevrage prononcé peuvent développer des convulsions, un arrêt respiratoire, un arrêt cardiaque et d'autres pathologies nécessitant une intervention médicale urgente. C'est pourquoi le traitement des formes sévères de symptômes de sevrage est recommandé dans une clinique de traitement de la toxicomanie.

Syndrome de sevrage alcoolique

Syndrome de sevrage alcoolique - Ensemble de troubles du corps, du système nerveux et de la psyché qui survient chez un alcoolique souffrant d'un manque d'éthanol dans le corps (en raison d'une réduction significative de la dose quotidienne ou de l'abandon complet de l'alcool).

La théorie Dans la vie de tous les jours, le syndrome d’abstinence est appelé la gueule de bois. Le problème est que la gueule de bois est souvent confondue avec une sensation de malaise le lendemain matin après les excès du soir. En fait, dans la plupart des cas, nausées, vertiges, faiblesse après un abus d’alcool - conséquences de l’intoxication. Dès que les produits de décomposition d'éthanol seront neutralisés et éliminés du corps, ce sera plus facile pour la personne.

La gueule de bois est une condition lorsque vous voulez devenir sobre, c'est-à-dire prendre une nouvelle dose d'alcool. Sur cette base, et distinguer une personne en bonne santé d'un alcoolique. Avec la post-intoxication habituelle, même la pensée de l'alcool provoque le dégoût, et l'alcoolique rêve d'une boisson forte comme médicament.

Le syndrome de sevrage (gueule de bois) est un symptôme de l'alcoolisme du stade II. Chez une personne en bonne santé, il ne peut y avoir aucune envie de se saouler avec de l'alcool.

La cause des symptômes de sevrage

Le foie perçoit l'alcool comme un poison qui doit être neutralisé. Mais si le poison à fortes doses est administré quotidiennement, le foie cesse tôt ou tard d'y faire face. Une dégradation progressive de tous les organes internes commence.

Cependant, le corps humain a une marge de sécurité suffisante. Le corps tente de s'adapter à de nouvelles conditions. Étant donné que l'éthanol et ses produits de désintégration sont maintenant constamment présents dans le sang, le corps les intègre au métabolisme.

Tôt ou tard, l'alcool commence à réguler la production de l'hormone neurotransmetteur dopamine, responsable de la sensation de plaisir (satisfaction). La joie de quelque chose: une nourriture savoureuse, un passe-temps agréable - nous en faisons l'expérience grâce à la production de dopamine.

Et si une personne en bonne santé ne s'améliore que si elle ne contient pas de toxines, alors pour un alcoolique, c'est tout le contraire. Le métabolisme est interrompu, la production de dopamine cesse.

Le patient, souffrant de souffrance physique, tombe dans la dépression. Et tout cela peut être corrigé avec quelques gorgées de liqueur. Afin de ne pas succomber à la tentation et de ne pas entrer dans le combat, vous devez avoir une volonté forte.

Niveaux de sévérité du syndrome d'abstinence

La gravité du syndrome d’abstinence dans l’alcoolisme dépend du stade de la maladie, de l’état de santé et de l’âge du patient.

Classification du syndrome de sevrage en fonction du niveau de gravité:

  • facile, inhérent au début du stade II de l'alcoolisme. Les symptômes sont tolérables. Le patient ressent une faiblesse, des maux de tête, des nausées, une bouche sèche. La soif d'alcool est modérée, vous pouvez vous en passer ou rester sobre le soir. Il faut être conscient du fait qu'après la consommation d'alcool, le patient devient plus facile;
  • modérément sévère. Les affections décrites ci-dessus sont aggravées, des problèmes de pression et de problèmes cardiaques (tachycardie, douleur), d'œdème et de troubles gastro-intestinaux y sont ajoutés. Le patient peut encore tenir quelques heures sans alcool, mais préfère rester sobre jusqu'au déjeuner;
  • lourd Des troubles du système nerveux s'ajoutent à ces symptômes. Le patient devient irritable, dort mal, les mains commencent à trembler. Pour devenir sobre, une personne est prête à déplacer des montagnes à la recherche d'alcool;
  • aigu, typique de la fin de la deuxième étape de l'alcoolisme. Il y a des troubles mentaux: peur incontrôlable, dépression, sentiments suicidaires;
  • déplié. Exacerbation de tous les symptômes, accompagnée d'insomnie chronique. Le patient approche du stade III;
  • syndrome avec troubles psychoorganiques, caractéristique de l’alcoolisme de stade III. Une personne éprouve des changements d'humeur brusques et non motivés, perd progressivement la mémoire, la parole est perturbée, des hallucinations sont possibles.

Traitement du syndrome de sevrage à domicile

Le traitement des symptômes de sevrage n’est qu’une étape préparatoire au traitement de l’alcoolisme, il ne faut pas confondre les deux processus. À l'hôpital, les troubles qui accompagnent le syndrome de la gueule de bois sont guéris à l'aide de perfusions intraveineuses (perfusions) de divers médicaments. La posologie doit être très stricte, il est donc interdit d’utiliser de tels produits à la maison.

Attention! L'automédication peut être nocive pour la santé. Consultez votre médecin avant d'appliquer les techniques décrites.

Le traitement des symptômes de sevrage à domicile n’est possible que si le patient:

  • moins de 60 ans;
  • ne souffre pas de maladies cardiovasculaires;
  • a une forte volonté.

Procédures de traitement à domicile

  1. Il est nécessaire de prendre un absorbant 2 fois par jour, le moyen le plus simple est le charbon actif, à raison de 1 comprimé pour 10 kg de poids. La durée du cours est de 2 à 4 semaines. Il faut au moins 2 semaines entre la prise de charbon et celle d’autres médicaments. Il n'est pas recommandé de nettoyer l'estomac avec des vomissements, car cela peut provoquer un saignement interne.
  2. Le premier jour (pour saturer le corps avec des sels de magnésium et de potassium), 4 à 5 comprimés d'Asparkam doivent être pris. Ils sont broyés en poudre et dissous dans 100 ml d'eau tiède. Au cours des 2 à 4 prochaines semaines, 1 à 2 comprimés d'Asparkam doivent être pris quotidiennement. Il est conseillé d'entrer dans le régime de chou marin.
  3. Le premier jour, buvez au moins 1,5 litre d'eau minérale Borjomi, Luzhansky, Dilijan, Essentuki n ° 4, Essentuki n ° 17 ou Arzni. S'il n'y a pas d'eau minérale, 4 à 10 g de soude sont dissous dans 1,5 litre d'eau bouillie ordinaire. Le liquide doit être bu pendant la journée et vous ne pouvez pas boire plus de verre avec une volée afin de ne pas provoquer de vomissements. Au cours des 2 à 4 prochaines semaines, vous devez boire au moins 2 à 3 litres d’eau gazeuse par jour.
  4. En plus de l'eau, il est recommandé de boire des frais diurétiques, des thés aux feuilles de canneberge, des boutons de bouleau.
  5. Prenez au moins un mois dans des comprimés de vitamine C (selon les instructions).
  6. Pour restaurer les processus neurotransmetteurs dans le cortex cérébral, prenez de la glycine pendant 2 à 4 semaines. Au cours de cette période, hasch, gelée, aspic sont très utiles.
  7. Enrichissez le régime avec de la viande bouillie, du poisson (les aliments frits mettent le foie à rude épreuve). Pour reconstituer les protéines, mangez des légumineuses, des noix, des noisettes.

Ces méthodes aident à atténuer les symptômes de sevrage et les effets de l'intoxication alcoolique. En règle générale, cela devient beaucoup plus facile pour le patient après 1 à 2 jours de procédures. Vous devez renoncer à l'alcool pendant toute la durée du traitement.

Syndrome de sevrage alcoolique

Syndrome de sevrage alcoolique - complexe de symptômes pathologiques chez les alcooliques qui refusent de boire de l'alcool. Dans les manifestations, il ressemble à une gueule de bois, cependant, il en diffère par un certain nombre de signes supplémentaires, y compris la durée. Il se développe uniquement chez les patients présentant 2 et 3 stades d'alcoolisme, en l'absence de dépendance à l'alcool n'est pas observée. Accompagné de transpiration, de palpitations, de tremblements de la main, de troubles de la coordination, de troubles du sommeil et de l'humeur. Passage possible au delirium tremens (delirium tremens). Traitement - thérapie par infusion.

Syndrome de sevrage alcoolique

Syndrome de sevrage alcoolique (syndrome de sevrage) - ensemble de troubles psychologiques, neurologiques, somatiques et autonomes observés après la cessation de la consommation d'alcool. Ne se développe que chez les personnes souffrant de dépendance à l'alcool. Il se produit sur le 2ème stade de l'alcoolisme. Une partie des manifestations de ce syndrome s'apparentent à la gueule de bois habituelle, mais avec une gueule de bois, il n'y a aucun symptôme, y compris une soif irrésistible d'alcool. La gueule de bois a lieu dans quelques heures, le syndrome de sevrage dure plusieurs jours.

Le délai entre le début d’une consommation régulière d’alcool et l’apparition du syndrome de sevrage de l’alcool varie de 2 à 15 ans. Il existe une relation entre le moment de l'apparition de cette maladie, le sexe et l'âge des patients. Ainsi, chez les garçons et les adolescents, des signes de sevrage sont observés dès l’âge de 1 à 3 ans après le début de l’abus d’alcool, et après 2 à 5 ans, la maladie se prolonge et s’aggrave. Chez les femmes, ce syndrome apparaît après environ 3 ans de consommation régulière d'alcool.

Pathogenèse du syndrome de sevrage alcoolique

Après être entré dans le corps, l’éthanol est décomposé de différentes manières: avec l’enzyme alcool déshydrogénase (principalement dans les cellules du foie), avec l’aide de l’enzyme catalase (dans toutes les cellules du corps) et avec le système microsomal d’oxydation d’éthanol (dans les cellules du foie). Dans tous les cas, l'acétaldéhyde devient un produit intermédiaire du métabolisme - un composé hautement toxique qui a un impact négatif sur le travail de tous les organes et qui provoque des symptômes de gueule de bois.

Chez une personne en bonne santé, l'alcool est décomposé principalement à l'aide d'alcool déshydrogénase. Avec l'utilisation régulière de l'alcool, des variantes alternatives du métabolisme de l'alcool sont activées (avec la participation de la catalase et du système microsomal d'éthanol acidifiant). Cela conduit à une augmentation de la quantité d'acétaldéhyde dans le sang et à son accumulation dans les organes et les tissus. L'acétaldéhyde, à son tour, affecte la synthèse et la dégradation de la dopamine (une substance chimique qui interagit avec les cellules nerveuses).

La consommation prolongée d'alcool entraîne un épuisement de la dopamine. L'alcool lui-même se lie aux récepteurs des cellules nerveuses, ce qui reconstitue le déficit. Au premier stade de l’alcoolisme, le patient sobre souffre d’une stimulation insuffisante des récepteurs en raison de l’absence de dopamine et de l’absence d’alcool pour le remplacer. C'est ainsi que se forme la dépendance mentale. À la deuxième étape de l’alcoolisme, la situation change: la cessation de la consommation d’alcool entraîne la rupture de la compensation, non seulement la décomposition dans le corps, mais aussi la synthèse de la dopamine qui augmente de façon spectaculaire. Le niveau de dopamine augmente, ce qui conduit à l'apparition de réactions végétatives, qui sont les principaux signes du syndrome de sevrage.

Les variations du taux de dopamine sont dues à des symptômes tels que troubles du sommeil, anxiété, irritabilité et augmentation de la pression artérielle. La sévérité des symptômes de sevrage dépend directement du niveau de dopamine. Si son contenu est triplé par rapport à la norme, le syndrome de sevrage se transforme en delirium tremens (delirium tremens). Avec l’effet sur le niveau des neurotransmetteurs, l’acétaldéhyde affecte négativement la capacité des globules rouges de se lier à l’oxygène. Les globules rouges acheminent moins d'oxygène dans les tissus, ce qui entraîne une altération du métabolisme et l'insuffisance en oxygène des cellules de divers organes. Des symptômes somatiques apparaissent, caractéristiques des symptômes de sevrage, dans le contexte de l'hypoxie tissulaire.

La profondeur des dommages corporels lors du retrait affecte la durée de cette condition. La gueule de bois habituelle ne dure que quelques heures. Le sevrage dure en moyenne 2 à 5 jours. Le maximum de symptômes est généralement observé le troisième jour, au plus fort de la défaillance des mécanismes de compensation due à la cessation de la consommation d'alcool. Dans les cas graves, les effets résiduels du sevrage peuvent persister pendant 2 à 3 semaines.

Symptômes et classification du syndrome de sevrage de l'alcool

Il existe plusieurs classifications du syndrome de sevrage de l'alcool, tenant compte de la gravité, du moment de l'apparition de certains symptômes, ainsi que des options cliniques avec la prévalence de l'un ou l'autre symptôme. Au deuxième stade de l’alcoolisme, il existe trois niveaux de sevrage:

  • 1 degré. Il se produit pendant la transition du premier stade de l’alcoolisme au second. Apparaît au cours de crises de boulimie courtes (généralement - pas plus de 2-3 jours). Les symptômes asthéniques et les troubles du système nerveux autonome sont prédominants. Accompagné de palpitations, bouche sèche et transpiration excessive.
  • 2 degrés. Il est observé "au milieu de" la deuxième phase de l'alcoolisme. Apparaît après avoir bu pendant 3-10 jours. Les troubles neurologiques et les symptômes des organes internes rejoignent les troubles végétatifs. Accompagné de rougeur de la peau et des yeux, de palpitations, de fluctuations de la pression artérielle, de nausées et de vomissements, d'une sensation de turbidité et de lourdeur dans la tête, de troubles de la démarche, de tremblements des mains, des paupières et de la langue.
  • 3 degrés. Cela se produit généralement lorsque l'on passe de la deuxième étape de l'alcoolisme à la troisième. Observé avec une forte consommation d'alcool pendant plus de 7-10 jours. Les symptômes végétatifs et somatiques persistent, mais disparaissent progressivement. Le tableau clinique est principalement déterminé par les troubles mentaux: troubles du sommeil, cauchemars, anxiété, culpabilité, humeur mélancolique, irritation et agressivité envers autrui.

Au troisième stade de l’alcoolisme, le syndrome de sevrage se déclare et comprend tous les signes énumérés ci-dessus. Il faut garder à l’esprit que les manifestations de l’abstinence peuvent varier, la gravité et la prévalence de certains symptômes dépendent non seulement du stade de l’alcoolisme, mais également de la durée d’une frénésie, de l’état des organes internes, etc. Contrairement à la gueule de bois, le syndrome de sevrage est toujours accompagné alcool, augmentant dans l'après-midi.

Compte tenu du moment de l’occurrence, on distingue deux groupes de symptômes de sevrage. Les premiers symptômes apparaissent dans les 6-48 heures suivant l'abandon de l'alcool. Si le patient recommence à boire, ces symptômes peuvent disparaître complètement ou considérablement. Après avoir abandonné l'alcool, le patient est agité, agité et irritable. Il y a une augmentation du rythme cardiaque, des tremblements de la main, de la transpiration, une augmentation de la pression artérielle, une aversion pour la nourriture, des diarrhées, des nausées et des vomissements. Le tonus musculaire est réduit. Violations identifiées de la mémoire, de l'attention, du jugement, etc.

Les symptômes tardifs sont observés dans les 2-4 jours après la cessation de la consommation d'alcool. Ils concernent principalement les troubles mentaux. Des troubles mentaux apparaissent lors de l’aggravation de certains symptômes précoces (pouls, agitation, transpiration, tremblements de la main). L'état du patient change rapidement. La cécité, les hallucinations, le délire et les crises d'épilepsie sont possibles. Les illusions se forment sur la base d'hallucinations et ont généralement un caractère paranoïaque. Délires les plus souvent observés de persécution.

En règle générale, les premiers symptômes précèdent tardivement, mais ce schéma n'est pas toujours noté. Dans les cas bénins, les symptômes tardifs peuvent être absents. Chez certains patients, des symptômes tardifs se développent soudainement, dans le contexte d'un état général satisfaisant, avec l'absence ou la faiblesse de manifestations précoces d'abstinence. Certains symptômes tardifs peuvent être progressivement réduits sans entrer dans le delirium tremens. Avec l'apparition de tous les signes et la progression des symptômes tardifs, se développe le delirium tremens. Dans certains cas, la première manifestation de l’abstinence se transforme en une crise épileptique et le reste des symptômes (y compris les symptômes précoces) se manifestent plus tard.

Il existe 4 variantes du syndrome de sevrage alcoolique avec une prédominance de symptômes provenant de divers organes et systèmes. Cette division a une grande signification clinique car elle nous permet d’établir quels organes ont été plus sévèrement affectés par l’abstinence et de choisir le traitement le plus efficace. Cette classification comprend:

  • Option neurovégétative. La variante la plus courante du syndrome de sevrage est «le fondement» sur lequel le reste des manifestations est «construit». Il se manifeste par des troubles du sommeil, une faiblesse, un manque d'appétit, des palpitations, des fluctuations de la pression artérielle, des tremblements de la main, un gonflement du visage, une augmentation de la transpiration et une bouche sèche.
  • Variante cérébrale. Les troubles du système nerveux autonome sont complétés par des évanouissements, des vertiges, des maux de tête intenses et une sensibilité accrue aux sons. Il peut y avoir des convulsions.
  • Option somatique (viscérale). Le tableau clinique est formé en raison des symptômes pathologiques des organes internes. Une jaunisse bénigne de la sclérotique, des ballonnements, de la diarrhée, des nausées, des vomissements, un essoufflement, une arythmie, des douleurs dans les zones épigastriques et cardiaques sont détectées.
  • Option psychopathologique. Les troubles psychiatriques prédominent: anxiété, changements d'humeur, peur, troubles du sommeil marqués, illusions auditives et visuelles à court terme, pouvant se transformer en hallucinations. L'orientation dans l'espace et dans le temps se dégrade. Pensées possibles de suicide et de tentative de suicide.

Indépendamment du cours de l’abstinence, cette condition est toujours accompagnée de troubles mentaux et de la pensée du patient. Au cours de cette période, tous les changements de personnalité caractéristiques de l'alcoolisme sont mis en avant, deviennent «plus importants» et visibles de l'extérieur. L’inertie et l’improductivité de l’esprit du patient attirent l’attention. Le patient perçoit mal les explications et les instructions, agit souvent et répond par inadvertance. Dans ses réponses et ses discours, il n’ya pas de facilité et de spontanéité qui caractérise la communication informelle ordinaire. L'humour et l'ironie sont absents ou simplifiés et rugueux.

Chez les jeunes, l’anxiété prévaut, chez les personnes âgées - une baisse de l’humeur. Les patients éprouvent un sentiment d'impuissance et souffrent de sentiments de culpabilité en raison de leur incapacité à s'abstenir de boire de l'alcool et de leurs actes en état d'ébriété. Dans certains cas, des attaques de panique se produisent. La dépression alterne avec des épisodes de consécration dus à un besoin accru d'alcool. Dans cet état, des patients sans remords de conscience trompent leurs proches, ouvrent les serrures ou sortent de la maison par un balcon, mendient de l'argent à des amis et des étrangers, commettent des vols, etc.

Traitement du syndrome de sevrage alcoolique

Le traitement des symptômes de sevrage est effectué par des experts en narcologie. Les patients en légère abstinence peuvent obtenir l’aide d’un narcologue à domicile ou en consultation externe. Le schéma thérapeutique comprend des injections intraveineuses au goutte à goutte de solutions salines, des vitamines, des traitements de désintoxication (ingestion de charbon actif), des moyens de rétablir les fonctions de divers organes et d’améliorer l’activité du système nerveux. Les patients auxquels on a prescrit des benzodiazépines - des médicaments qui réduisent l'anxiété, ont un effet sédatif, hypnotique et anticonvulsivant et qui, en même temps, affectent le système nerveux autonome, aident à éliminer les troubles de l'autonomie.

Les indications d'hospitalisation sont l'épuisement, une déshydratation importante, une hyperthermie grave, un tremblement important des membres, des paupières et de la langue, des hallucinations, des convulsions épileptiques et une altération de la conscience. Un traitement hospitalier est nécessaire en cas de pathologie somatique, notamment - saignements gastro-intestinaux, insuffisance respiratoire, insuffisance hépatique sévère, pancréatite, bronchite grave et pneumonie. Les patients sont également hospitalisés en présence de troubles mentaux (schizophrénie, psychose maniaco-dépressive, dépression alcoolique) et en cas d'antécédents de psychose liée à l'alcool.

Le programme de soins hospitaliers comprend un traitement médicamenteux (les traitements ambulatoires sont complétés par des antipsychotiques, des anticonvulsivants, des hypnotiques, des tranquillisants, des nootropes, des moyens de corriger les troubles mentaux et somatiques), un régime alimentaire spécial, une plasmaphérèse et d'autres traitements non médicamenteux. Le traitement est effectué après un examen approprié. Les patients sont sous la surveillance d'un narcologue.

Prévisions

Dans les cas bénins, tous les phénomènes de syndrome de sevrage sans traitement disparaissent en l'espace de 10 jours maximum, avec un traitement sans hospitalisation (à domicile ou en consultation externe) - en l'espace de 5 jours maximum. Le pronostic du sevrage grave dépend de la forme du trouble, de la gravité des troubles mentaux et de la gravité de la pathologie somatique. L'évolution la plus grave s'observe avec la prévalence de symptômes psychopathologiques et le passage au délire alcoolique. Les variantes neurovégétatives et viscérales sont plus faciles et durent moins longtemps.

Il convient de rappeler que l’abstinence est un signe de dépendance à l’alcool déjà développée. Si le patient continue à prendre de l'alcool, les symptômes de sevrage s'aggraveront avec le temps et l'alcoolisme progressera. Si un syndrome d’abstinence apparaît, vous devriez consulter un narcologue, qui vous recommandera le traitement le plus efficace pour l’alcoolisme (installation d’un implant de codage, traitement médicamenteux de l’alcoolisme, thérapie hypnosuggeuse, codage de Dovzhenko, etc.) et vous conseiller sur un programme de réadaptation adapté.

Syndrome de sevrage alcoolique

On me demande souvent ce qu'est le sevrage alcoolique, comment comprendre que c'est elle qui n'est pas la gueule de bois. Il est très facile pour une personne inexpérimentée de confondre cette maladie avec une gueule de bois banale. Vous devez seulement comprendre que toute personne peut avoir la gueule de bois, qu’elle soit dépendante ou non, et que le syndrome de sevrage est déjà une conséquence de l’alcoolisme chronique des 2e et 3e stades.

Dans cet état, le corps humain a déjà été reconstitué avec la dose d'éthanol dont il a besoin tout le temps. Et son absence dans le sang conduit à une maladie aussi grave. C'est pourquoi, dans cet état, il est très facile de recommencer à boire.

Il faut immédiatement comprendre que les symptômes apparus ne disparaîtront pas et ne feront que s'aggraver sans une intervention appropriée du corps médical. Il est impossible de vaincre le syndrome d’abstinence à la maison. Les symptômes bénins ne durent pas longtemps et disparaissent, les plus graves peuvent facilement durer jusqu'à 10 jours. Avec des soins appropriés, tous les problèmes peuvent être inversés: ce sont eux qui détermineront si les procédures de restauration peuvent être effectuées à domicile ou si un traitement hospitalier est nécessaire.

Comprendre ce qu'est ce phénomène et comment y faire face aidera cet article. Bonne chance à vous dans le combat.

Quel est le syndrome de sevrage de l'alcool

Le syndrome de sevrage alcoolique est considéré comme la manifestation la plus typique et la plus commune des syndromes de sevrage (narcotique, nicotine).

On entend par concept un ensemble de symptômes dont la gravité diffère et qui se manifestent par toute combinaison après la cessation de la consommation d'alcool. Le sevrage alcoolique est typique de la consommation excessive d'alcool, de la dépendance à l'alcool formée.

Le sevrage alcoolique est souvent confondu avec une gueule de bois. En fait, il s’agit de deux manifestations cliniquement et morphologiquement différentes. La gueule de bois est causée par une intoxication alcoolique du corps, c’est-à-dire que le rôle principal dans la pathogenèse est joué par la présence d’une substance intoxicante dans le corps - l’éthanol.

La raison du sevrage alcoolique est le manque d'alcool, c'est-à-dire que le corps s'est déjà équipé pour travailler dans des conditions de présence constante d'éthanol et que ce manque affecte le fonctionnement des organes et des systèmes.

L'abstinence est typique de l'alcoolisme chronique, ses stades II et III.

Souvent, la présence d'un syndrome de sevrage alcoolique est à la base des soupçons d'une relation développée et de l'orientation vers un traitement médicamenteux.

La traction sur l'alcool sur le fond de l'abstinence devient pathologiquement prononcée, les patients sont prêts à prendre toute mesure pour trouver une occasion de boire.

En même temps, l'état général du patient est souvent tel qu'il ne peut effectuer les actions les plus simples en matière de soins personnels, et encore moins se rendre à fond au magasin et acheter une boisson alcoolisée. Pour cette raison, surgissez:

Symptômes du syndrome d'alcool

Il est difficile d’isoler l’un des principaux symptômes du syndrome de sevrage alcoolique. En règle générale, la présence de trois ou quatre des symptômes les plus prononcés du système nerveux, y compris la sphère psychique, ainsi que des manifestations somatiques et végétatives sont typiques de sa clinique. D'autres apparences sont également présentes, mais les présentateurs constituent l'image de base de la maladie.

Pour beaucoup, le syndrome de sevrage alcoolique se déroule en plusieurs phases:

  1. ça commence par des symptômes bénins
  2. qui vont ensuite dans prononcé, lourd.

Il est souvent impossible de remarquer et même de noter cliniquement la transition de ces phases, car elles se remplacent rapidement et existent souvent simultanément.

L'activité et la gravité des symptômes pendant le sevrage dépendent directement de plusieurs facteurs:

  • santé humaine générale;
  • la présence de sa tolérance à l'alcool;
  • qualité de l'alcool consommé;
  • durée de la consommation avant le refus;
  • le degré de dépendance à l'alcool;

Parmi les symptômes typiques les plus fréquemment rencontrés:

  • troubles du sommeil, insomnie, somnolence;
  • nausée, vomissement, manque d'appétit, trouble de l'alimentation;
  • tachycardie, augmentation de la pression artérielle, tremblements des membres, instabilité et instabilité de la démarche, vertiges;
  • excitation neuropsychique, désorientation dans le temps;
  • altération de l'attention, de la concentration, des troubles de la mémoire et autres troubles de l'activité nerveuse supérieure;
  • delirium tremens, hallucinations, convulsions, psychose alcoolique.

La durée des symptômes est variable. En règle générale, les symptômes bénins durent environ 2 à 3 jours et sont assez faciles à arrêter. Ils provoquent également la reprise de l'hypertrophie, car la prise d'une nouvelle dose d'alcool supprime rapidement les symptômes bénins du sevrage alcoolique.

Des symptômes graves peuvent apparaître immédiatement et peuvent apparaître 1 à 3 jours après l'abolition de l'alcool. Leur durée est jusqu'à 10 jours.

L'acceptation de l'alcool ne fait qu'aggraver la gravité des symptômes et contribue souvent à la formation rapide de conditions potentiellement mortelles:

  1. crises épiletieuses;
  2. delirium tremens («delirium tremens»).

Soulagement du syndrome de sevrage alcoolique

Seul un léger degré de syndrome de sevrage alcoolique peut être arrêté à la maison. Pour ce faire, vous devrez faire appel à une équipe d’ambulances spéciale - les méthodes les plus répandues sont inefficaces ici.

L’arrivée à la maison se fera par l’introduction de sédatifs, en posant des compte-gouttes avec des solutions qui améliorent le métabolisme, soulagent l’intoxication.

Les vitamines C et B sont introduites, des médicaments qui améliorent les propriétés rhéologiques du sang et restaurent la circulation sanguine.

Le syndrome d’auto-retrait ne passera pas - c’est la chose la plus importante à comprendre. Et ici, c’est la qualité des conseils et de l’aide pratique qui importe, car les changements de l’état du corps se produisent instantanément et il est impossible de les éliminer ou de les prévenir à la maison.

La tactique correcte de traitement du sevrage alcoolique consiste à retirer une brigade spéciale, les manifestations aiguës (agitation, agression, agitation, vomissements, etc.) à la maison, puis à être hospitalisés dans un hôpital spécialisé.

L’hôpital évaluera l’état du patient et mènera une enquête sur la base des résultats de l’hospitalisation ou du traitement ambulatoire proposé.

Traitement du syndrome

Le traitement ambulatoire du syndrome de sevrage de l'alcoolisme dans l'alcoolisme a pour objectif de rétablir l'état mental et physique.

Les médicaments pour le syndrome de sevrage sont choisis de manière à ce que leurs effets secondaires ne provoquent pas d'aggravation ni de réduction des symptômes de sevrage.

Outils utilisés tels que:

  • diazépam
  • le chlordiazépoxide,
  • les bêta-bloquants,
  • préparations de magnésium
  • vitamines du groupe B.

La posologie, la fréquence et la durée du traitement sont déterminés exclusivement par le médecin, en fonction des antécédents et de l'état actuel du patient.

Les indications d'hospitalisation sont:

  1. hallucinations;
  2. crise d'épilepsie;
  3. ou des convulsions;
  4. psychose alcoolique;
  5. Syndrome de Gaye-Wernicke;
  6. perturbation de la conscience;
  7. état général grave;
  8. la déshydratation;
  9. la présence de comorbidités aggravant l'abstinence (tant somatiques que neuropsychiatriques), ainsi que des pathologies chirurgicales développées sur le fond de l'alcoolisme (pancréatite, syndrome de Mallory-Weiss et autres).

Pour le traitement du sevrage alcoolique, on utilise des médicaments agissant sur la pathogenèse et la symptomatologie. Parmi les tranquillisants dans le groupe des benzodiazépines (diazépam, tazepam, phénazépam et al.), Les bêta-bloquants (propranolol, KONKOR, timolol), les bloqueurs des canaux calciques (vérapamil, la nifédipine, l'amlodipine), les anticonvulsivants, les préparations de vitamines et de minéraux contenant du magnésium et de vitamines Groupe B.

Syndrome de sevrage - une conséquence de la dépendance à l'alcool. Évidemment, la consommation ultérieure d’alcool entraînera à nouveau l’apparition des mêmes symptômes.

Et avec chaque fois que la gravité des symptômes sera plus difficile, le degré de perturbation des organes et des systèmes - plus profond. Tout cela mène à une pensée évidente - la nécessité de traiter l'alcoolisme.

Quelle méthode ce traitement sera effectué - il est préférable de vérifier avec le médecin-narcologue. Cela peut être un traitement hospitalier dans un dispensaire ou un code pour l'alcoolisme, peut-être que quelqu'un préférera l'hypnose ou la psychothérapie dans des groupes d'Alcooliques Anonymes.

En tout état de cause, sans traitement de l'alcoolisme, il existe un risque que la situation se développe avec sevrage, lorsqu'elle devient incontrôlable et que le patient décède de troubles décompensatoires ou du développement d'une psychose, ou se retrouve dans une situation qui menace directement la vie.
https://nodrink.me

Gueule de bois et abstinence. Quelle est la différence?

Après avoir reçu des quantités importantes d'alcool, une personne qui ne souffre pas d'alcoolisme, le matin, un certain nombre de symptômes associés à l'intoxication aiguë de l'alcool dans le corps.

  1. mal de tête aigu;
  2. faiblesse
  3. nausée, souvent accompagnée de vomissements;
  4. humeur dépressive;
  5. tremblement des mains;
  6. transpiration excessive;
  7. Pendant la journée, ces symptômes s'atténuent progressivement. Cette condition s'appelle une «gueule de bois» et ne doit pas être confondue avec les symptômes de sevrage observés pendant l'alcoolisme.

La consommation répétée d'alcool ne soulage pas les symptômes d'intoxication alcoolique, il s'agit simplement d'un empoisonnement aigu provoqué par les produits de décomposition de l'alcool dans le corps. L'élimination du syndrome d'abstinence avec une nouvelle dose d'alcool, contrairement à une idée fausse commune, ne peut qu'aggraver une affection déjà grave.

Le syndrome d’abstinence (ou syndrome de sevrage) se forme au deuxième stade de l’alcoolisme et est une manifestation claire de la formation d’une dépendance physique à l’alcool.

Elle se manifeste 8 à 20 heures après l’arrêt de la consommation de boissons alcoolisées et se manifeste par un complexe de troubles mentaux, neurologiques et somato-végétatifs.

Syndrome d'annulation. Symptômes cliniques

La durée de cette période extrêmement difficile pour une personne souffrant d’alcoolisme dépend des caractéristiques individuelles de l’organisme mais, en règle générale, en l’absence de traitement spécialisé, les principaux symptômes disparaissent en 2 à 5 jours.

  • Mélancolie sévère (dite "vitale"), atteignant parfois une telle intensité qui conduit le patient à des actes suicidaires, dépression, irritabilité avec des crises d'agression peu contrôlées, états dépressifs, anxiété, souvent accompagnée de crises de peur intense inexpliquées (parfois des signes d'un début de psychose alcoolique), insomnie ou sommeil intermittent, souvent accompagné de rêves cauchemardesques, de maux de tête prolongés et peu soulagés.
  • Les troubles neurologiques se manifestent par des tremblements (tremblements) des mains, une coordination altérée des mouvements, un nystagmus (mouvements oscillatoires involontaires des yeux) et une faiblesse musculaire.
  • La pathologie somatique est la suivante: transpiration, accélération du rythme cardiaque, troubles du rythme cardiaque, sauts de pression artérielle, essoufflement, rougeur de la peau, diarrhée. Les patients se plaignent d'une soif constante, d'une nette diminution de leur appétit, de nausées, souvent accompagnées de vomissements.
  • Les conséquences du syndrome de sevrage grave peuvent être une psychose alcoolique - du délire (delirium tremens) à l’hallucinose aiguë et à la psychose de Korsakov.

En outre, les symptômes de sevrage peuvent entraîner des complications telles qu'un infarctus du myocarde ou des convulsions généralisées.

Conséquences sociales

La consommation répétée d'alcool atténue tous les symptômes énumérés. Par conséquent, le besoin impérieux d'alcool au deuxième stade de l'alcoolisme devient irrésistible (compulsif).

Les patients, étant abstinents, oublient toutes les promesses qu'ils ont faites à eux-mêmes et à leurs proches, cessent de contrôler consciemment leur désir et commencent «tout ce qui est sérieux». Si aucun alcool de haute qualité n'est à portée de main, tous les substituts disponibles, souvent très toxiques, sont utilisés.

La soif obsessionnelle et irrésistible d'alcool, souvent dans le but d'atténuer les symptômes de sevrage, entraîne un état d'ébriété, c'est-à-dire de longues périodes de consommation constante, souvent à fortes doses, car la tolérance (résistance) apparaît au deuxième stade de l'alcoolisme, qui peut être maintenue longtemps au maximum.

Dans ce contexte, la personnalité du patient se dégrade de manière générale: relations familiales, amitié et liens professionnels sont détruits. Le patient cesse d'assumer la responsabilité de ses actes, se laisse aller, parle de son état mental et physique.

Causes du syndrome de sevrage alcoolique

Le syndrome de sevrage survient à ce stade du développement de la maladie, lorsque l'alcool à haute dose fait partie intégrante de l'homéostasie pathologique, c'est-à-dire qu'il est inclus dans le métabolisme général aux concentrations auxquelles le corps du patient s'est habitué.

C'est ce qu'on appelle la dépendance physique. Il apparaît généralement après 5 à 7 ans de consommation d'alcool systématique, mais il peut se développer plus tôt, avec des abus particulièrement intenses.

Certains patients qui s'abstiennent de consommer de l'alcool depuis plusieurs mois ont des problèmes de santé qui ressemblent beaucoup au tableau classique des symptômes de sevrage. Ces conditions sont communément appelées «abstinence sèche» ou «syndrome de sevrage prolongé».

Structure du syndrome de sevrage

En général, le syndrome d’abstinence dans sa structure comporte deux parties: des signes spécifiques d’alcool pathologique, un désir irrésistible de boire de l’alcool et des troubles non spécifiques liés aux effets toxiques de l’alcool sur divers organes et systèmes du patient. Ces troubles non spécifiques sont très différents chez les différents patients, car ils sont déterminés par les caractéristiques individuelles du corps du patient, par exemple:

  • état du système cardiovasculaire;
  • système digestif;
  • statut immunitaire;
  • l'âge;
  • le genre.

Options du syndrome d'abstinence clinique

Option neurovégétative. Dans tous les cas de sevrage de l'alcool, cette option est présente. C'est la base de tout le tableau clinique de l'abstinence. Les symptômes restants le complètent. Caractéristique:

  1. mauvais sommeil;
  2. asthénie;
  3. la léthargie;
  4. transpiration;
  5. gonflement du visage;
  6. manque d'appétit;
  7. la soif
  8. bouche sèche;
  9. changements soudains de la pression artérielle;
  10. palpitations cardiaques;
  11. tremblement des doigts.

Variante cérébrale. Si la première option est accompagnée de symptômes pathologiques tels que:

  • mal de tête sévère avec nausée
  • vertige
  • sensibilité douloureuse aux sons
  • évanouissement
  • crises épileptiformes, souvent - généralisées, avec convulsions toniques et cloniques et perte de conscience.

Option viscérale ou somatique. Prevail:

  • douleur abdominale
  • nausée
  • vomissements
  • flatulences
  • selles molles
  • sclérotique jaune,
  • angine de poitrine
  • arythmie cardiaque,
  • essoufflement.

Option psychopathologique. Caractérisé par la présence de troubles mentaux prononcés:

  • anxiété
  • peur que
  • dépression
  • forte détérioration de l'humeur
  • insomnie ou sommeil intermittent avec cauchemars fréquents,
  • idées suicidaires
  • déceptions de la perception sous forme d'illusions auditives et visuelles
  • hallucinations hypnagogiques,
  • états d'ambition périodiques dans les environs.

C'est une liste incomplète, mais assez indicative, qui donne une idée du degré de dommage mental.

Traitement des symptômes de sevrage

Tout d'abord, il convient de rappeler que l'évolution du syndrome de sevrage peut être très difficile et mettre la vie du patient en danger. Par conséquent, lorsque cela se produit, il est nécessaire de consulter un spécialiste compétent. Le soulagement du syndrome d’abstinence n’est que la première étape du traitement.

Après un examen par un narcologue (par exemple, dans le cadre d’une équipe d’urgence spécialisée en narcologie), le patient peut être laissé chez lui, en consultation externe, sous surveillance d’un narcologue au lieu de résidence. conditions hospitalières.

Principes généraux de thérapie

Goutte intraveineuse de glucose et de solutions polyioniques pour la correction de l’intoxication, la déshydratation et la normalisation du métabolisme eau-sel et menstruel.
Vitamines du groupe B: B1, B6, acide folique. Le médicament thiamine, normalisant l’équilibre des vitamines dans ce groupe, et ayant des effets métaboliques, immunostimulants, antioxydants.
De fortes doses de vitamine C.
Pour le soulagement de l'anxiété, la normalisation du sommeil et la prévention des crises épileptiformes, il est recommandé d'administrer des médicaments tels que:

  • Sibazon
  • midazolam
  • acide gammaoxybutyrique.
Dans certains cas, l'utilisation d'antidépresseurs est indiquée.
La détoxification du corps est réalisée à l'aide de absorbants énergétiques.
Si nécessaire, des diurétiques sont prescrits, ainsi que des médicaments normalisant l'activité du système cardiovasculaire.
En l’absence de complications sous forme de crises convulsives ou d’empressement convulsif (détectées au moyen d’un électroencéphalogramme), des agents nootropes sont utilisés.

En cas de syndrome de sevrage grave, on peut effectuer à l'hôpital une plasmaphérèse avec introduction de plasma sanguin et de substituts sanguins.
Ces schémas nécessitent une surveillance médicale stricte.
https://rehabnow.ru/

Qu'est ce que l'abstinence?

Cela devrait commencer par le concept: qu'est-ce que l'abstinence? Traduit du latin, ce mot signifie abstinence. Une personne refuse l'utilisation de certaines substances qui, jusqu'à cette période, pénétraient constamment dans son corps.

Le syndrome de sevrage est un phénomène très important. D'une part, une personne est sauvée de sa dépendance, ce qui détruit la fonctionnalité de son corps. D'autre part, l'abstinence se développe, ce qui peut être associé à la rupture.

Quand une personne refuse de prendre une certaine substance, son corps commence à envoyer des signaux sur la diminution d'une substance donnée qu'il contient. Puisque le corps est habitué à recevoir une dose stable d'une certaine substance, il envoie un signal au cerveau indiquant qu'il est nécessaire de reconstituer les stocks de ce médicament. C'est dans cet état que se développent divers troubles mentaux, autonomes et somatiques.

Les psychologues notent que cette maladie commence à se manifester 0,5 à 4 jours après le refus de prendre des drogues, de l'alcool ou de la nicotine.

Pendant cette période, la personne devient incontrôlable. Après 5 à 7 jours, le "bris" cesse, ce qui est associé à la dépendance du corps à une carence en une substance.

Cependant, ces jours ont encore besoin de survivre car cela devient douloureux non seulement pour la personne dépendante, mais également pour ceux qui l'entourent.

Les symptômes d'abstinence les plus importants sont:

  • l'hystérie,
  • agression incontrôlable
  • envie de boire

Il peut y avoir des hallucinations, des délires, des convulsions et autres troubles.

Le problème de l’abandon des mauvaises habitudes est qu’une personne dépendante peut rarement faire face à la période de «rupture». Il est très difficile de vous persuader de ne pas utiliser une substance qui apporte le bonheur, la paix, la satisfaction.

Si vous souhaitez aider une autre personne à se débarrasser de la dépendance à la drogue, à la nicotine ou à l'alcool, vous devez être prêt à faire face à un échec, associé aux symptômes de sevrage.

Dans un état de désir incontrôlable de remplir le corps avec les substances manquantes, une personne ne peut pas se refuser. C’est pourquoi les alcooliques et les toxicomanes reprennent si souvent leurs habitudes en quelques jours.

Sans aide extérieure ne suffit pas. Il est bon que le toxicomane s’adresse lui-même à un spécialiste qui connaît toutes les étapes du syndrome de sevrage et qui accompagne le client tout au long du processus. Il devient pratiquement impossible d'abandonner une dépendance due à une mauvaise habitude, car après un jour, la maîtrise de soi est réduite et une personne recommence à utiliser des substances nocives.

Les symptômes

Ce syndrome a ses propres signes. Selon la substance à laquelle la personne a refusé, certains signes se développent. Il est nécessaire de prendre en compte le fait que chaque organisme répond individuellement à une pénurie d'une substance particulière. Les symptômes courants de sevrage sont:

  • Vertiges.
  • Tachycardie.
  • Bouche sèche.
  • Mal de tête
  • Humeur dépressive.
  • État fou.
  • Augmentation de la suggestibilité.
  • Transpiration
  • Sommeil perturbé et appétit.
  • Faiblesse physique
  • Repentance et auto-incrimination.
  • Anxiété
  • Timidité
  • Fort désir de consommer de l'alcool, de la nicotine, des drogues, etc.
  • Pensées suicidaires (dans des cas particuliers).

Les manifestations vives sont des actions incontrôlables visant à atteindre leur objectif le plus important: utiliser le "médicament", ce qui n’était pas suffisant dans le corps. Une personne devient forte, puis faible, puis calme, puis agressive.

Souvent, les personnes dans cet état sont prêtes à tout pour que leur but soit atteint: vol, trahison, trahison, manipulation, etc.

Les symptômes disparaissent dès que la personne a satisfait à son désir - encore une fois, il a allumé, bu ou utilisé la drogue. Le corps est saturé de ces substances, dont l'absence a conduit à l'abstinence. Ceci s'appelle une panne. Au moment de la panne, une personne ne ressent pas la honte de ne pas pouvoir résister. Après avoir satisfait ses besoins, il peut survivre et se lancer dans l'auto-flagellation car il ne pouvait résister à la tentation.

Les tentatives pour résister à nouveau à cette habitude sont reprises après un certain temps, au cours duquel le corps est saturé de substances "narcotiques". Les symptômes d'abstinence réapparaissent ici, ce qui déclenche le mécanisme de «rupture et de rupture» dans un cercle.

Chaque type de syndrome d'abstinence a ses propres symptômes.

Retrait d'alcool

On ne devrait parler de sevrage de l'alcool que lorsqu'une personne est atteinte d'alcoolisme chronique (degré II-III). La gueule de bois normale n'est pas l'abstinence. Ainsi, les personnes qui ont trop bu ne peuvent pas survivre au sevrage alcoolique.

Le syndrome de sevrage modéré avec dépendance à l'alcool se manifeste par les symptômes suivants:

  • Tabouret bouleversé
  • Perte d'appétit
  • Poignée de main.
  • Somnolence et insomnie (les cauchemars sont possibles).
  • Douleurs musculaires.
  • Changement de la pression artérielle.
  • Perte de mémoire, amnésie.
  • Irritabilité.
  • Agressivité.
  • Sentiment douloureux.
  • Malaise.
  • Vomissements.
  • Transpiration
  • La nausée
  • Réponse inadéquate
  • Peurs inexpliquées.

Les symptômes de sevrage de l'alcool dans l'alcoolisme grave sont:

  • Conscience assombrie.
  • Désorientation dans le temps et l'espace.
  • Brad
  • Crampes
  • Augmentation de la température
  • Hallucinations
  • Tremblement
  • L'excitation

Les symptômes associés aux symptômes légers de sevrage de l'alcool peuvent disparaître au bout de 10 jours. Les symptômes sous forme sévère peuvent ne pas disparaître d'eux-mêmes, alors une personne doit être hospitalisée. Sans traitement médical, le patient ne peut pas être guéri. Les symptômes sous forme sévère sont très douloureux.

Les symptômes de la maladie sont similaires dans le refus volontaire et involontaire de l'alcool. Dans le premier cas, les symptômes sont clairs. Dans le second cas, les symptômes sont complétés par plus d’agressivité, d’activité.

Sevrage à la nicotine

Les symptômes de sevrage à la nicotine ne se développent qu’après une consommation prolongée de cigarettes. Chaque organisme est transféré de différentes manières. Cependant, tout le monde passe par cette étape quand ils veulent abandonner leur mauvaise habitude. Surtout brillamment, ils se produisent dans une situation où une personne ne peut tout simplement pas fumer (et n'a pas abandonné sa mauvaise habitude).

Le sevrage à la nicotine se manifeste par les symptômes suivants:

  • Diminution du glucose.
  • Changement de la pression artérielle.
  • Transpiration
  • Léthargie
  • Fatigue
  • Baisse des performances.
  • Inconfort dans la région du coeur.
  • Irritabilité.
  • Apathie
  • Humeur dépressive.
  • Diminution de la concentration
  • La dépression.
  • Maux de tête
  • Anxiété, anxiété.

Comme le métabolisme était inhibé pendant le tabagisme, des améliorations de la digestion seraient observées après l’arrêt de la nicotine. Une couleur de peau saine reviendra, la puissance augmentera, la toux et les chatouilles disparaîtront. Augmentation de l'appétit. Souvent, les gens célèbrent la prise de poids, qui pourrait bientôt devenir inutile.

Avec la nicotine, une personne peut se débrouiller toute seule.

Ici, la santé d'une personne, son état psycho-émotionnel, le pouvoir de motivation, la volonté, la capacité de se dire non quand on veut fumer deviennent importants. Cependant, si vous ne pouvez pas vous aider, vous devriez contacter un psychologue.

Ce type de retrait est le plus facile et le plus expérimenté. Sans aucun doute, pour le fumeur, les symptômes sont très difficiles. Cependant, la soif de fumer chez certains disparaît au bout de 3 jours, chez d'autres, en une semaine ou un mois. À la fin, la personne sent que son odeur et son goût se sont aggravés: maintenant, il peut sentir et goûter plus clairement.

Abstinence narcotique

Le syndrome de sevrage médicamenteux est le plus prononcé et le plus grave. Si une personne prend des médicaments depuis longtemps, les symptômes de sevrage seront les plus graves et les plus longs. Ils apparaîtront 10 à 12 heures après la dernière consommation de drogues.

Lorsque les symptômes de sevrage du médicament seront divisés en étapes suivantes:

  1. Une augmentation du stress interne et de l'insatisfaction survient le premier jour.
  2. Perdu votre appétit.
  3. Un trouble du sommeil se développe.
  4. Il y a une gorge et des éternuements fréquents.
  5. Larmoiement.
  6. La transpiration, la faiblesse, l'alternance de frissons et de chaleur, d'inconfort musculaire, de tensions apparaissent le deuxième ou le troisième jour.
  7. Les douleurs musculaires et les crampes se produisent le troisième jour. Les signes observés les jours précédents sont en augmentation. L'humeur s'aggrave.
  8. La diarrhée, les vomissements et les douleurs abdominales apparaissent le quatrième jour avec le reste des symptômes.
Cette période dure 5 à 10 jours.

Avec le sevrage de la drogue, une personne a besoin d'aide. Il ne sera pas capable de faire face à son propre fardeau de drogue, nous avons donc besoin d'aide de l'extérieur. Si une personne n'abandonne pas sa dépendance, elle développe alors:

  • démence
  • démence
  • dysphorie
  • capacité intellectuelle réduite
  • pas assez fort.

La durée du sevrage dépend de la durée de la consommation de drogue, de la dépendance de la personne vis-à-vis de la substance nocive, ainsi que de la force de l'effet de la drogue sur le corps. Les psychologues notent le rare désir d'un toxicomane de se débarrasser de sa dépendance, car les symptômes sont si forts et désagréables qu'une personne ne veut pas s'en inquiéter.

L'initiative des êtres chers devient importante dans la possibilité d'une guérison.

Traitement

Tout type d’abstinence se manifeste par des symptômes qui amènent le patient à consommer la dose suivante d’alcool, de drogue ou de nicotine. Tous les symptômes disparaissent dans deux cas: quand une personne a satisfait à son désir ou quand une période d'abstinence s'est écoulée.

Pour aider une personne, il est nécessaire de s’engager dans son traitement.

Si nous parlons du traitement du sevrage alcoolique, le plus important est la normalisation des fonctions corporelles et l'élimination des toxines. Cela se fait généralement dans un hôpital sous la surveillance d'un médecin. Le traitement peut être à la maison. Des solutions spéciales sont assignées pour éliminer les toxines du corps, une nutrition appropriée est également appliquée et la personne est complètement protégée des boissons alcoolisées.

L'élimination du sevrage à la nicotine peut sembler la plus facile. Cependant, lors du passage de cette étape, personne ne peut se vanter d'avoir été facile à faire. Le traitement du sevrage à la nicotine se fait par abstinence du tabac par la force de la volonté, ainsi que par l'utilisation de divers médicaments qui éliminent les fringales:

L'élimination de la toxicomanie est la plus longue et la plus grave. Le traitement du sevrage peut durer de 2 à 4 mois. Pendant cette période, le patient est placé dans un hôpital fermé pour s’isoler du monde extérieur. Après cela, des procédures sont mises en place pour éliminer les substances toxiques et restaurer les fonctions du corps.

Dans toute forme d'abstinence, divers médicaments sont utilisés pour supprimer le besoin impérieux de «drogue». Tout est prescrit par un médecin.

L'abstinence est également effectuée psychothérapie comme un élément indispensable du traitement. Le psychothérapeute mène des consultations périodiques avec le patient afin d’éliminer la dépendance et de le protéger du milieu dans lequel il a développé sa mauvaise habitude.

Les gens apprennent à contrôler leurs émotions et leurs pulsions, à vivre d'une nouvelle manière, à avoir des passe-temps.

Ici, diverses œuvres créatives, ainsi que la culture physique, deviennent efficaces.

Durée de vie

L'abstinence est en soi un terme psychologique, mais il est directement lié à ce qui arrive au corps humain. L'espérance de vie avec abstinence dépend de la santé humaine.

Habituellement, les gens ne meurent pas du fait qu'ils essaient de se débarrasser de leurs habitudes.
Les addictions pernicieuses elles-mêmes tuent des personnes, ce qui devient le seul résultat de tous leurs loisirs.

Le pronostic vital est réconfortant si une personne refuse l’alcool, la nicotine ou des drogues. La question de la durée de vie des «anciens toxicomanes» peut recevoir la même réponse que celle du nombre de personnes qui vivent.

Le plus important après toutes les opérations pour se débarrasser d’une mauvaise habitude devient la prévention et le maintien d’un mode de vie sain.

Ici, les parents et les proches devraient venir à la rescousse. Seules une communication sincère, la compréhension et le soutien dans les situations difficiles peuvent aider à ne jamais faire face à l'abstinence.

Des visites périodiques chez un psychologue malade constitueront une bonne prévention.

Votre propre désir de ne jamais consommer de nicotine, d’alcool ou de drogues est l’élément le plus important du rétablissement.

L'assistance psychologique est importante à un stade où une personne ressent à nouveau un besoin impérieux de consommer des substances nocives et souhaite simplement s'exprimer pour obtenir des conseils utiles.

Eh bien, si une personne aura de nouveaux loisirs. Peu importe ce qu'il fera exactement. Cependant, avoir un passe-temps où il aura du succès lui permettra de se valoriser davantage, ainsi que sa vie.

L'augmentation de l'estime de soi et de l'amour de soi est un élément important.

Plus une personne se respecte et s’apprécie, moins elle se fait mal. Sans le soutien de proches et les proches ne peuvent pas faire ici. L'occupation ou le travail préféré aidera également à cela. Lorsqu'une personne est occupée, elle reçoit un soutien.
http://psymedcare.ru

Symptômes du syndrome de sevrage

  1. forte augmentation de la poussée à la substance utilisée
  2. asthénie émergente et croissante, anxiété, dépression, troubles du système nerveux autonome.

Ces symptômes sont caractéristiques de presque tous les types de dépendance. Mais aussi, il y a des symptômes spécifiques, caractéristiques seulement pour un certain type de substance prise.

Syndrome de sevrage alcoolique ou de gueule de bois (gueule de bois - en langage simple)
Manifesté par le fait qu'il existe un malaise mental et physique qui se produit immédiatement après la cessation de la consommation régulière d'alcool, dans le contexte d'une forte attraction qui continue de l'attirer.

Tous les phénomènes d’inconfort - symptômes, s’ajoutent à un seul syndrome et permettent de tirer immédiatement une conclusion sur l’état actuel d’une personne.

Signes de différences entre le syndrome de sevrage alcoolique et le syndrome d'intoxication

L'essentiel est la présence d'un besoin alcoolique pathologique secondaire, qui ne survient que chez les patients alcooliques:

  • fort désir de boire de l'alcool (sobre)
  • tension interne
  • irritabilité
  • dysphorie (humeur fâchée)
  • dépression
  • préoccupation motrice

En règle générale, le syndrome d'abstinence se forme après 2 à 7 ans d'abus d'alcool et les manifestations cliniques évidentes correspondent au début du deuxième stade de l'alcoolisme.

Au cours des dernières années, on a pu noter un tel fait, à savoir une réduction nette de la période de formation du syndrome de sevrage de l'alcool. Cela est peut-être dû à une prédisposition héréditaire à l'alcoolisme, à une consommation d'alcool plus précoce (à l'adolescence) et à d'autres facteurs.

Détermination de la sévérité du SAA et des signes cliniques:

  1. Manifestations minimes: sensation de faiblesse, "yeux tremblants", incapacité à concentrer son attention
  2. Gravité modérée: altération du contact visuel avec le médecin, augmentation du rythme cardiaque et respiratoire, insomnie, manque d'appétit
  3. Manifestations prononcées: contact visuel minimal ("regard errant"), manque de sommeil, manque d'appétit. Les hallucinations sont possibles
  4. Manifestations sévères: tachycardie, essoufflement, transpiration excessive, manque de contact visuel, hallucinations, convulsions, manque complet de sommeil et d'appétit.

Symptômes de symptômes de sevrage pour lesquels une hospitalisation est indiquée:

  • tremblement généralisé
  • hallucinations en cours
  • déshydratation sévère
  • température corporelle supérieure ou égale à 38 ° C
  • crise d'épilepsie
  • stupéfaction
  • ataxie, nystagmus, ophtalmoplégie internucléaire (encéphalopathie Gaje Wernicke)
  • blessure à la tête avec perte de conscience confirmée

Aussi, s'il y a les maladies suivantes:

  • insuffisance hépatique décompensée
  • insuffisance respiratoire
  • pneumonie
  • saignements gastro-intestinaux
  • pancréatite aiguë
  • épuisement et incapacité du patient à bouger

Comment pouvez-vous guérir le syndrome de sevrage

Le syndrome de sevrage alcoolique développé (la gueule de bois) peut être expérimenté (ce qui peut être associé à l'apparition de complications) ou peut être arrêté, c'est-à-dire interrompu par une affection douloureuse et douloureuse. Il est produit par des médicaments.

Cette procédure pour le traitement des symptômes de sevrage s'appelle la désintoxication, ou le nom commun est un compte-gouttes pour la gueule de bois.

Après que le compte-gouttes a été mis, l'état du patient s'améliore, son état de santé revient à la normale, tous les processus perturbés du fonctionnement du corps se normalisent, ce qui donne une sévérité subjective du bien-être.

Dans la dernière fois, il est devenu courant que le goutte à goutte (même à la maison, même à l'hôpital) pour le syndrome de sevrage mettait différents experts. Sans une éducation spécialisée et une connaissance et une expérience hautement spécialisées que possède le narcologue.

Cette approche, lorsque la procédure est effectuée par un spécialiste d'un autre domaine de la médecine, ne peut pas être qualifiée de traitement à part entière, car dans la plupart des cas, la composition de la perfusion intraveineuse est réduite à un ensemble banal de médicaments ne correspondant pas pleinement à l'état actuel du patient.

Entre autres choses, lors de l’évaluation de la gravité du patient, le narcologue s’appuie sur les données spécifiques de l’expérience et de son propre travail et choisira la tactique de traitement la plus efficace.

Caractéristiques générales du syndrome de sevrage alcoolique

L'abus d'alcool est l'un des principaux problèmes sociaux et médicaux de notre pays. Selon des données officielles, en 2007, plus de 3 millions de patients présentant des troubles liés à une toxicomanie ont été enregistrés par des institutions spécialisées du ministère de la Santé et du Développement social de la Russie, notamment:

  • 1,3% représentaient des patients toxicomanes,
  • 16% - pour les consommateurs de drogues
  • la grande majorité - 82,7% - chez les patients alcoolodépendants.
Selon le dernier indicateur, la Russie est en tête du monde et en termes de consommation - 18 litres par personne et par an.

L’abus d’alcool est compliqué par un certain nombre de conditions pathologiques, y compris aiguës, nécessitant des soins d’urgence. Parmi ceux-ci, il convient de distinguer le syndrome de sevrage alcoolique - complexe symptomatique de troubles somatiques, neurologiques et psychopathologiques chez les patients alcooliques, résultant d'une cessation soudaine de consommation excessive d'alcool ou d'une diminution des doses d'alcool.

Pathogenèse et symptômes

Le syndrome de sevrage de l'alcool repose sur plusieurs mécanismes physiopathologiques. On pense que l'éthanol renforce l'effet inhibiteur de l'acide gamma-aminobutyrique (GABA) et conduit à une diminution de l'excitabilité de tout le cerveau.

À la suite de l'arrêt brutal de la consommation d'alcool, son effet inhibiteur sur le système nerveux central cesse.

Parallèlement, l'alcool affaiblit la transmission glutamatergique par les récepteurs N-méthyl-D-aspartate (récepteurs NMDA). L'arrêt soudain de la consommation d'alcool entraîne une augmentation de l'effet stimulant du glutamate.

La consommation d'alcool entraîne d'autres changements caractéristiques dans les systèmes de médiateurs. L'abolition brutale des boissons alcoolisées provoque l'excitation et une surexcitation supplémentaire du cerveau, ainsi que l'apparition de symptômes spécifiques du syndrome de sevrage alcoolique, caractérisé par un certain développement par phases.

Dans le tableau clinique du syndrome de sevrage alcoolique, on distingue les troubles asthéniques et affectifs:

  • troubles asthéniques: irritabilité, faiblesse, épuisement, incapacité à se concentrer, diminution des performances, symptômes végétatifs abondants (palpitations, hypertension, transpiration, hyperthermie, etc.), tremblements de la langue, des doigts;
  • troubles affectifs: anxiété, peurs incertaines, idées instables d'attitudes et d'accusations, humeur basse, éclats d'irritation, humeur teintée de colère et de mécontentement, comportements hystériques.

De petits symptômes de sevrage commencent à apparaître avant la disparition de l'alcool dans le plasma sanguin. Les convulsions sont plus fréquentes chez les personnes qui ont des antécédents de plusieurs épisodes de consommation d'alcool et qui ont présenté des symptômes de sevrage à plusieurs reprises.

Les symptômes de sevrage peuvent commencer immédiatement par des convulsions. Si des crises focales apparaissent ou se développent 48 heures après la dernière consommation d'alcool et si la consommation d'alcool n'est pas confirmée, il faut exclure les autres causes du syndrome convulsif, en premier lieu une lésion cérébrale traumatique et, en cas de fièvre, en déterminer la cause.

Pendant le sevrage, le sommeil nocturne est perturbé, sa durée raccourcie et une insomnie absolue peut survenir. Il y a souvent des cauchemars avec un sentiment de chute, de persécution, d'attaque.

Dans les cas graves, il se produit des hallucinations auditives et visuelles lors de l'endormissement ou du réveil, ainsi qu'une tromperie auditive de la perception, qui se manifeste sous la forme de voix, appelées par leur nom.

Parfois, les symptômes prodromiques peuvent être à peine perceptibles (légère irritabilité et négativisme). Les patients ont des tremblements, des hallucinations auditives, alors que le développement d'un délire alcoolique important ne se produit pas.

Les formes les plus graves de syndrome de sevrage alcoolique sont accompagnées par le développement de convulsions (type épileptique), d'exacerbations de maladies liées à l'alcool et de delirium tremens (fièvre blanche). Les crises de delirium tremens se développent après avoir longtemps bu, mais elles sont progressivement provoquées par de moins en moins d'ivrogneries.

En règle générale, les symptômes du delirium tremens apparaissent au cours des trois premiers jours suivant la cessation de la consommation d'alcool, mais leur développement se prolonge moins souvent jusqu'à 4-6 jours.

Les premiers signes de delirium tremens sont une aggravation et une anxiété de sommeil nocturne, des réveils fréquents. Le patient devient vif, hyperactif, l'humeur change rapidement. Les changements d'humeur et la vivacité sont aggravés le soir et la nuit, alors que pendant la journée, ces symptômes peuvent être complètement absents.

Le tableau clinique de la fièvre blanche développée est déterminé par un syndrome délirant, se manifestant sous l’effet de confusion, de peur et de troubles somato-végétatifs graves:

  • tremblement important
  • transpiration
  • démarche fragile,
  • tachycardie
  • instabilité de la pression artérielle
  • fièvre de bas grade
  • faiblesse musculaire

Un afflux d'hallucinations est observé le soir et la nuit, en particulier dans une pièce non éclairée. Au matin, les symptômes s'atténuent (les «fenêtres lumineuses»), mais le soir, sans traitement, les symptômes reprennent. Les hallucinations sont généralement menaçantes.

Avec les hallucinations auditives, les patients peuvent parler à des «voix», s’émerveillant de ce que les autres ne les entendent pas. Les hallucinations tactiles se manifestent souvent sous la forme de sensations désagréables dans la cavité buccale dues à des poils imaginaires, des vers, etc., dont le patient tente de se débarrasser.

Les hallucinations visuelles sont généralement zoologiques (rats, insectes, serpents), souvent des diables, des monstres et des parents décédés agissent comme des images visibles. Des hallucinations géniales font que le patient accomplit des actes dangereux pour lui-même et pour les autres (attaquer et blesser, courir, sauter par la fenêtre, etc.). Les expériences folles (idées de persécution, de destruction physique) sont fréquentes.

La mortalité pendant le delirium tremens est de 1-5%

Lorsque les conditions d’abstinence sont récurrentes, le pronostic des patients se dégrade progressivement, ce qui s’explique par le changement graduel du travail des structures limbiques. Chaque fois que les symptômes du syndrome d’abstinence se compliquent, des foyers épileptiformes apparaissent et se stabilisent progressivement en se concentrant sur l’hippocampe, les amygdales et d’autres régions du cerveau.

Le diagnostic du syndrome de sevrage de l'alcool ne pose généralement pas de problèmes, mais dans de rares cas, un diagnostic différentiel des maladies et conditions suivantes est requis:

  • thyrotoxicose;
  • changements de l'état mental et convulsions sur le fond d'une infection du système nerveux central, accident vasculaire cérébral hémorragique;
  • surdosage d'anticholinergiques;
  • hypersympathicotonia lors de l’utilisation d’amphétamine, de cocaïne;
  • syndrome de sevrage somnifère.

Principes de traitement

Le syndrome de sevrage alcoolique de toute gravité nécessite un traitement obligatoire pour la prévention des complications graves et le traitement des troubles déjà développés. En cas de courants légers et modérés, il est rationnel d’effectuer une thérapie à domicile.

L'hospitalisation est nécessaire en cas de sevrage alcoolique sévère, ainsi que d'antécédents de symptômes de sevrage sévères, de convulsions, de delirium tremens, de maladies somatiques et mentales graves.

Pour que le traitement du syndrome de sevrage alcoolique soit efficace, il est nécessaire de combler le déficit liquidien, de rétablir le niveau normal d'électrolytes dans le plasma sanguin et de garantir un régime correct. Pour le traitement des perfusions, psychotropes et vitamines utilisées.

Le traitement par perfusion est effectué sous le contrôle de la diurèse et est prescrit à des fins de désintoxication, ainsi que pour la correction des troubles hydro-électrolytiques et de l’état acido-basique. Aux premiers stades du développement du syndrome de sevrage de l'alcool, la nomination d'entérosorbants, tels que le charbon actif, est nécessaire.

Les benzodiazépines sont efficaces pour la prévention et le traitement des convulsions et du délire causés par l'abolition de l'alcool. Le choix du médicament dépend de ses caractéristiques pharmacocinétiques.

Le diazépam et le chlordiazépoxide sont les benzodiazépines les plus efficaces dans le syndrome de sevrage de l'alcool, ont un effet durable et sont bien tolérés.

En raison de leur action plus courte, le lorazépam et l’oxazépam sont préférés pour ralentir les processus métaboliques, en particulier chez les personnes âgées et les patients souffrant d’insuffisance hépatique.

La carbamazépine, la plus connue dans la Fédération de Russie sous le nom commercial de Finlepsin, est également utilisée dans le traitement du syndrome de sevrage de l'alcool léger ou modéré.

En traitant les patients, Finlepsin est capable de bloquer les canaux sodiques et potassiques, de supprimer l’activité du système glutamatergique, d’inhiber le métabolisme du GABA et de moduler également l’activité de la transmission sérotoninergique et dopaminergique.

En raison des mécanismes d’action énumérés, le médicament a une activité anticonvulsive et est capable de réduire la gravité des troubles autonomes et mentaux. Avec le syndrome de sevrage alcoolique, Finlepsin est prescrit à une dose quotidienne moyenne de 600 mg (200 mg 2 à 4 fois par jour, en fonction de la gravité de l’état).

Si nécessaire, à l'hôpital dans les premiers jours de traitement, la dose quotidienne peut être augmentée à 1200 mg. Jeter le médicament en réduisant progressivement la dose à 200 mg (généralement dans les 7 à 10 jours).

La finlépsine à une dose de 200 à 300 mg / jour est utilisée pour supprimer l'envie d'alcool, tandis que la prise du médicament peut être poursuivie après l'arrêt du syndrome de sevrage alcoolique.

L’une des bases physiopathologiques de cette pathologie est l’activité épileptiforme formée dans le système limbique, qui perturbe le fonctionnement normal du système limbique, conduit à un changement de l’humeur et à des troubles autonomes. La finlépsine, étant un agent antiépileptique et un stabilisateur de l'humeur, est capable de corriger ces changements.

Les neuroleptiques (en règle générale, l'halopéridol) peuvent être prescrits pour soulager l'éveil et les hallucinations avec hallucinose alcoolique, mais ils le font avec prudence, car ils peuvent réduire le seuil de préparation à la convulsion.

La nomination de bêta-bloquants, en premier lieu, est nécessaire pour les patients souffrant d'angine de fatigue à l'effort pour la prévention des crises. Il existe des travaux montrant la capacité de l'aténolol à renforcer l'effet de l'oxazépam en termes de normalisation des fonctions vitales et de réduction du besoin d'alcool.
La clonidine améliore les symptômes végétatifs et peut également être utilisée dans le traitement complexe du syndrome de sevrage alcoolique.
Pour améliorer les processus métaboliques et le système nerveux, on lui attribue un traitement vitaminique. Solutions couramment utilisées de thiamine, pyridoxine, acides nicotiniques et ascorbiques. La thiamine doit être administrée avant l'injection de la solution de glucose, sinon l'accélération de l'encéphalopathie de Wernicke pourrait être accélérée.

En Savoir Plus Sur La Schizophrénie