Chaque seconde dans le monde souffre d'une soif incontrôlable de quelque chose. Peu de gens savent à quelles conséquences graves et à quels changements de la vie un tel problème peut aboutir.

Définition du concept

Vous pouvez trouver beaucoup d'informations sur la nature de cette pathologie, comment elle apparaît, qui affecte une personne, quelles méthodes de traitement existent. Le problème de l'attachement à quelque chose que beaucoup de gens associent à la drogue, à l'alcool et au tabac. Mais il y a aussi un attachement au jeu, aux machines à sous, etc. Il y a une pathologie pour 2 raisons:

  • traction physiologique - une substance ou un objet affecte le cerveau humain et provoque le besoin de fumer, de boire, de jouer ou de prendre une drogue à plusieurs reprises;
  • dépendance psychologique - une personne commence à fumer, à boire, à jouer ou à se droguer à cause de problèmes dans la vie, de stress fréquent, de dépression.

Le comportement addictif est l’un des types de comportement destructeur dans lequel une personne veut s’éloigner des problèmes, se fermer des autres.

Il commence à s'impliquer activement dans divers objets, à changer le type d'activité et son état psycho-émotionnel à l'aide de produits chimiques.

Le désordre se manifeste en raison de diverses situations de la vie. Par exemple, des problèmes au travail ou dans la famille. L'individu veut se détourner du monde réel et plonge dans le sien, dans lequel il n'y a pas de problèmes. La traction sur une substance ou un objet particulier commence par une simple dépendance et, lorsqu'une personne se rend compte que son état émotionnel d'une substance se normalise, elle se tourne à nouveau vers elle pour obtenir de l'aide.

Une personne ayant un comportement additif utilise diverses substances, aime les jeux interdits pour changer sa vie et son état psychologique.

Causes de développement

D'où vient la dépendance? Les causes d'un comportement addictif chez une personne peuvent être nombreuses:

  • diverses situations qui affectent la psyché;
  • désaccords avec les autres;
  • insatisfaction personnelle concernant l'apparence, etc.

Les facteurs à l'origine du problème peuvent être divisés en 3 classes: sociale, biologique, psychologique. Ils sont tous interconnectés. En outre, le patient peut observer simultanément les 3 groupes de raisons pour lesquelles un comportement addictif se développe.

Le type de comportement addictif de type social se développe en raison de problèmes de famille, de travail et d’enfants dus à la scolarisation. Également fortement influencé par les troubles politiques, le faible intérêt de l'État pour la vie des gens.

La dépendance biologique est formée en raison de l'influence des substances psychotropes. En outre, une personne est sujette à une dépendance en raison d'une prédisposition héréditaire.

La variation psychologique de la dépendance se forme pour diverses raisons. Les traits de caractère d'une personne, la présence de complexes, une faible intelligence, aucun intérêt ni sens à la vie. Etat psychologique sévère d'une personne - la présence de stress, de choc, de dépression, de chagrin. La dépendance psychique se développe souvent à cause de la mauvaise parentalité (parents buveurs), des blessures d’enfance (décès des parents, problèmes dans l’enfance et incapacité à les surmonter).

Signes de déviations

La dépendance et le comportement addictif sont un trouble grave. Pour commencer à aider une personne avec un traitement, vous devez savoir s'il est malade ou non. Il est difficile à déterminer, surtout au stade initial. Les signes caractéristiques d'un comportement addictif sont discutés ci-dessous.

  1. La triche est la dépendance pathologique d'une personne. Il aime mentir, confier ses tâches à une autre personne.
  2. La présence de complexes. Le patient ferme de la réalité environnante. Il cherche des moyens de se distinguer de la foule en modifiant son apparence.
  3. Peur d'affection. Le patient ne veut pas d'attention. Il vit tout seul et n'essaie pas de trouver son âme sœur.
  4. L'excitation. Le patient ressent une excitation paranoïaque, à cause de cela, il peut toujours rester proche du sujet de l'affection.
  5. Manipulation Le patient a de nombreux complexes avec lesquels il peut manipuler ses proches. Menace de se tuer ou de se tuer afin d'obtenir ce qu'ils veulent.
  6. Pensée standard. L'individu ne vit pas comme il veut, mais comme il veut les autres. Il n'a pas d'opinion, il écoute toujours ses amis.
  7. De telles personnes sont généralement notoires parce qu'elles croient que leur opinion est fausse.
  8. Irresponsabilité. Une personne n'est pas responsable de ses actes et a peur des critiques et de la condamnation.

Caractéristiques d'un toxicomane

À l’heure actuelle, il est difficile de reconnaître un comportement humain provoquant une dépendance, même si tous les symptômes susmentionnés sont présents. En raison du fait que la vie d'un individu change souvent, des difficultés surviennent. Ils peuvent se produire dans la communication, le comportement et les actions. L'individu montre ses capacités pas jusqu'au bout, en relation avec lesquelles il développe un complexe d'infériorité, une pensée stéréotypée, etc.

La dépendance psychique découle des émotions et se manifeste par rapport aux objets, aux choses et aux phénomènes. Addictive ne communique pas avec des gens normaux. La pathologie change complètement une personne. Les conséquences d’une dépendance sont la perte de la famille, de l’amour, du travail et de l’amitié. L'individu quitte progressivement la vie normale dans le monde des illusions. Il y a violation et le sujet auquel la personne s'adresse commence à jouer un rôle important dans sa vie.

Étapes de la formation

Dépendance addictive a 5 étapes. À 1 et 2, le patient peut être enregistré. Cela aidera le psychologue, qui déterminera la cause du développement et prescrira le traitement. Mais au dernier stade, la vie d’une personne s’effondre complètement. Les conséquences peuvent être les plus imprévisibles, car le trouble mental est grave. Les étapes de développement sont détaillées ci-dessous.

  1. "Échantillons initiaux." À ce stade, la personne se familiarise avec l’objet ou la substance qui cause la dépendance.
  2. "Rythme addictif." Ceci est ce qu'on appelle la mise en scène. Le patient est conscient de toutes les difficultés et pense s’il faut continuer à prendre la dose, jouer, boire ou arrêter.
  3. "Comportement provoquant une dépendance." L'homme nie avoir un problème. Il y a de l'anxiété et de l'anxiété. Il s’inspire lui-même que cette "poussée" lui est simplement nécessaire.
  4. "Obéissance totale à la maladie." Le vieil humain "Je" est tué, la substance n'apporte plus de joie.
  5. La dernière étape est "Catastrophe". Personnalité psychologique et biologique complètement détruite.

Types de comportement destructeur

Le problème du comportement provoquant une dépendance est largement connu. Chaque jour, les raisons de son apparition deviennent plus nombreuses. La subordination consiste non seulement en l'attachement à la cigarette, à la drogue et à l'alcool, mais également aux jeux informatiques, aux sports, aux jeux d'argent, etc. Les types sont divisés en produits chimiques et non chimiques.

Type chimique

Un type de trouble chimique nécessite une substance qui provoque des envies de fumer. Cela peut être de l’alcool, des cigarettes, des drogues, etc. Aider une personne en présence d’un tel trouble n’est possible qu’au stade initial. Il y a 8 symptômes du type chimique:

  • la dose de la substance consommée augmente;
  • perte de mémoire temporaire;
  • douleur, peur;
  • troubles de la parole;
  • déni de dépendance;
  • incompréhension des autres;
  • pensées uniquement sur la nouvelle dose;
  • consommation de substances psychoactives pour la paix et la joie.

Type non chimique

Les types de dépendance non chimiques sont des types comportementaux de pathologies. Celles-ci incluent l'informatique, la dépendance aux sports, le goût du jeu, les loisirs en ligne, le travail, les achats, le jeûne et les repas excessifs. Le besoin impérieux peut être déterminé par les symptômes suivants:

  • dissolution quotidienne au travail, à l'ordinateur, dans des jeux, etc.
  • nervosité et irritation;
  • faiblesse
  • impossibilité de se maîtriser;
  • nouveaux intérêts et environnement négatif.

Diagnostics

Pour déterminer si une personne a une dépendance addictive, vous devez faire appel à un psychologue ou à un narcologue. Tout d'abord, le médecin va parler à la personne. L'apparence et le comportement du patient donneront une réponse sur la présence d'un comportement addictif. S'il s'agit d'une dépendance chimique, vous devriez vous rendre à la réception chez un narcologue. Il effectuera une série de tests permettant de déterminer si une personne est dépendante ou non.

Si une personne a tous les signes de dépendance vis-à-vis d'une substance nocive, il est urgent de se rendre à l'hôpital: le type de traction chimique nuit gravement à la santé humaine.

Traitement

Le problème peut être résolu lorsque le patient réalise lui-même qu'il ne va pas bien. Il sera difficile de commencer un traitement contre la volonté de la personne. La qualité et la méthode de traitement dépendent également du patient et de son consentement. Tout d'abord, le soutien des proches du patient est nécessaire. La méthode de traitement est déterminée par le médecin. Si le problème est de nature narcologique, le patient est placé à l'hôpital et sous la surveillance de spécialistes, le corps est désintoxiqué. À en juger par l'étape, les sédatifs sont utilisés pour empêcher le patient de s'échapper de la clinique.

Le traitement de la dépendance au jeu et d'autres types d'attachement non chimique est effectué par un psychologue.

Le médecin prescrit un cours de psychothérapie. Cours avec le patient individuellement ou en groupe.

Prévention

Il est préférable de déterminer la dépendance au cours des étapes initiales et de ne pas lui permettre de progresser. Les mesures préventives ont un plan d’action spécifique.

Nous devons essayer de déterminer la propension à un comportement de dépendance au cours de l'enfance ou de l'adolescence. À l'aide de conversations, il est possible de comprendre s'il y a des problèmes dans la famille: l'enfant a une faible estime de soi, des problèmes à l'école et d'autres expériences.

Il est important d'informer les enfants autant que possible sur les méfaits des drogues, de l'alcool et des cigarettes. Il est nécessaire de parler des méthodes par lesquelles vous pouvez faire face au stress.

Dans les cas extrêmes, vous pouvez contacter un psychologue qui tiendra une conversation et corrigera les perspectives négatives sur la vie de l'enfant.

Conclusion

Le comportement provoquant une dépendance est l’état psychologique d’une personne. Pour éviter les problèmes, l'individu à l'aide de produits chimiques et non chimiques change sa vie. La dépendance chimique inclut les drogues, l'alcool et le tabac, la dépendance non chimique - jeux d'argent, sports, achats, etc. Si un problème non chimique peut être guéri peu importe la période, le produit chimique n'est traité qu'au stade initial.

Dépendance et comportement addictif

Le concept de dépendance et de comportement addictif

Dans la catégorie extrêmement complexe et diversifiée de «comportement déviant d'un individu», un sous-groupe de comportement dit dépendant ou dépendance est mis en évidence. Le comportement dépendant d'un individu est un problème social grave car, sous une forme explicite, il peut avoir des conséquences négatives telles qu'une perte de capacité de travail, un conflit avec autrui et la perpétration d'infractions. En outre, il s'agit du type d'écart de déviation le plus courant - à partir de lat. déviation - déviation; Comportement déviant ou déviation sociale - ce comportement s'écarte des normes généralement acceptées, les plus communes et les mieux établies dans certaines communautés à une certaine période de leur développement, affectant d'une manière ou d'une autre leur sort.

Addiction (ing. Addiction - addiction, addiction) - perçue par une personne ayant un besoin obsessionnel de certaines activités. L’acquisition de tout type de dépendance est une condition préalable à la formation d’un comportement humain addictif.

Le comportement addictif est l’une des formes de comportement destructeur qui s’exprime dans le désir d’échapper à la réalité en changeant son état mental en prenant certaines substances ou en fixant de façon permanente l’attention sur certains objets ou activités accompagnant le développement d’émotions intenses. Ce processus est tellement excitant pour une personne qu’il commence à contrôler sa vie: une personne devient impuissante devant sa dépendance, ses efforts volontaires s’affaiblissent et ne lui permettent pas de résister à la dépendance. Une personne sujette à toute forme de dépendance s'appelle un toxicomane.

Au sens large, la dépendance est comprise comme «le désir de compter sur quelqu'un ou quelque chose pour obtenir satisfaction ou adaptation». Toutes les personnes subissent une dépendance «normale» à des objets vitaux tels que l'air, l'eau, la nourriture. La plupart des gens entretiennent un attachement sain avec leurs parents, leurs amis et leur conjoint. Cependant, la dépendance d’une personne à des habitudes néfastes, qui détruisent sa personnalité, entraîne le développement d’un comportement addictif.

Le principal motif du développement d'un comportement provoquant une dépendance est de trouver un moyen d'éviter les problèmes. Le choix d’une stratégie de comportement addictive s’explique par les difficultés d’adaptation aux situations difficiles: conditions socio-économiques difficiles, nombreuses déceptions, effondrement des idéaux, conflits familiaux et industriels, disparition de proches, changement radical des stéréotypes habituels.

Car notre époque se caractérise par une augmentation très rapide des changements dans tous les domaines de la vie publique, et la réalité est que le désir de confort psychologique et physique n’est pas toujours réalisable. Pour rétablir le confort psychologique, une personne choisit une dépendance en cherchant à modifier artificiellement son état mental pour obtenir des émotions subjectivement agréables. Ainsi, une illusion de résolution du problème est créée. Une telle méthode de «lutte» avec la réalité est fixée dans le comportement humain et devient une stratégie stable d'interaction avec la réalité. L’attractivité de la dépendance réside dans le fait qu’elle représente le chemin de la moindre résistance, une impression subjective est créée qui, en se tournant vers la fixation sur certains objets ou actions, vous ne pouvez pas penser à vos problèmes, oublier vos angoisses, vous échapper de situations difficiles, en utilisant différentes options mise en œuvre provoquant une dépendance.

Un autre signe de dépendance est que le toxicomane protège son monde intérieur contre la pénétration du "négatif" dans l'environnement. Comme on le sait, les relations interpersonnelles habituelles sont caractérisées par une dynamique, dans le processus de contacts, il existe un échange d’opinions, un enrichissement mutuel, un apprentissage, une personne confrontée à de nouvelles situations, des approches qui stimulent son développement. Les relations addictives avec les objets - les substituts sont dépourvues de ces caractéristiques dynamiques, il existe une fixation sur une émotion prévisible, qui est obtenue de manière stéréotypée. Ainsi, les relations de dépendance sont relativement stables et prévisibles. Cependant, cette stabilité et cette prévisibilité contiennent quelque chose de mort, de gelé, qui retarde le développement de la personne humaine.

La formation d'un comportement provoquant une dépendance est caractérisée par des changements émotionnels: l'établissement de relations et de liens émotionnels non pas avec d'autres personnes, mais avec un objet ou une activité inanimé, les relations émotionnelles interpersonnelles sont remplacées par la projection d'émotions sur les sujets substituts. Les personnes ayant un comportement addictif essaient de réaliser leur désir d'intimité de manière artificielle. Consciemment, ils utilisent un mécanisme de légitime défense appelé "penser à volonté". Il réside dans le fait qu'une personne, contrairement à la logique des relations de cause à effet, la considère comme réelle, ne s'autorise que ce qui correspond à ses désirs, alors que le contenu de la pensée est à son tour subordonné à des émotions, qui sont également épuisées artificiellement chez le toxicomane.

Comportement addictif

Le problème du comportement dépendant (addictif) dans le monde moderne s'est avéré être peut-être le plus déroutant et le plus difficile à résoudre de tous ceux qui font face à l'humanité. La plupart des gens ont une expérience traumatisante de dépendance, allant des friandises au désir de plonger dans le tumulte du hard rock en passant par la nicotine, l’alcool et les drogues. Les normes de la société de consommation moderne par le biais de la publicité exigent le maintien de divers types de dépendances. Dans notre cas, nous allons nous concentrer sur les types de comportement addictif les plus destructeurs.

La toxicomanie est une façon de s’adapter aux situations difficiles d’activité et de communication, l’espace qui permet de se «détendre», de se «réjouir» et de revenir (si vous le pouvez) dans la vie réelle. Un agent de dépendance approprié (cigarette, alcool, drogue) vient à la rescousse, changeant l'état sans effort, apprivoisant la personne à l'esclavage du corps et de l'âme. Les dépendances sont les causes psychologiques des catastrophes personnelles, de la destruction et de la maladie.

Le comportement addictif est l’un des types de comportement déviant (déviant) avec la formation du désir de fuir la réalité en modifiant artificiellement son état mental en prenant certaines substances ou en fixant en permanence leur attention sur certains types d’activités afin de développer des émotions intenses.

La gravité d'un comportement de dépendance peut aller d'un comportement pratiquement normal à des formes graves de dépendance, accompagnées de pathologies somatiques et mentales graves.

Types de comportement addictif

- alcoolisme, toxicomanie, toxicomanie, tabagisme (toxicomanie);
- jeu, dépendance à l'ordinateur, dépendance sexuelle, longue écoute de la musique basée sur le rythme;
- troubles de l'alimentation;
- immersion complète dans une activité quelconque, sans tenir compte des tâches essentielles, des problèmes, etc.

Pour l'homme et la société, tous ces types de comportement addictif ne sont pas équivalents en conséquences.

Une personne a généralement tendance à avoir un confort psychologique et physique. Dans la vie quotidienne, un tel état confortable n'est pas toujours réalisable ou pas suffisamment persistant: divers facteurs externes, problèmes au travail, querelles avec des proches, compréhension insuffisante de la famille, destruction du stéréotype habituel (réduction des effectifs, changement de poste, retraite, etc.) ; les caractéristiques des biorythmes (saisonniers, mensuels, quotidiens, etc.) et la saisonnalité de l'année (été, automne) ont un impact sur le tonus général du corps, sur l'élévation ou la baisse de l'humeur et sur les performances.

Les gens ont des attitudes différentes vis-à-vis des périodes de mauvaise humeur. En règle générale, ils trouvent la force de les gérer, utilisent leurs ressources internes, communiquent avec leurs amis et leur famille, en considérant les périodes de récession comme des cycles de vie naturels. Pour d'autres, les fluctuations du tonus psychophysique et de l'humeur sont perçues comme difficilement tolérables. Dans ce dernier cas, nous parlons de personnes ayant une faible tolérance à la frustration, c.-à-d. individus inadaptés. Cela peut être favorisé à la fois par les traits de personnalité individuels (anxiété, dépendance, estime de soi insuffisante, etc.) et par l'accentuation du caractère.

Les racines des mécanismes de dépendance, quelle que soit la forme de dépendance à laquelle elles peuvent conduire, se trouvent dans l’enfance, en particulier dans l’éducation. À la maison, dans l'environnement parental, l'enfant apprend le langage des contacts interpersonnels et des relations affectives. Si un enfant ne trouve pas de soutien, de chaleur émotionnelle chez ses parents, il ressent un sentiment d'insécurité psychologique, puis ce sentiment d'insécurité, de méfiance est transféré au grand monde qui l'entoure, aux personnes qu'il doit rencontrer dans la vie, ce qui l'oblige à rechercher un état de confort en prenant des substances., fixant sur certaines activités et objets.

La dépendance est un moyen de contrôler et d’éliminer les périodes de récession. En utilisant n'importe quel moyen ou stimulus qui modifie artificiellement l'état mental, améliore l'humeur, la personne réalise ce qui est souhaité, satisfait son désir, mais à l'avenir, cela ne suffit pas. La toxicomanie est un processus qui a un début, se développe et se termine.

V. Segal (1989) identifie les caractéristiques psychologiques suivantes chez les personnes ayant un comportement addictif:
- tolérance réduite aux difficultés de la vie quotidienne et bonne tolérance aux situations de crise;
- complexe d'infériorité caché, combiné à une supériorité manifestée de l'extérieur;
- sociabilité externe, combinée à la peur des contacts émotionnels persistants;
- désir de dire des mensonges;
- le désir de blâmer les autres, sachant qu'ils sont innocents;
- le désir d'éviter la responsabilité dans la prise de décision;
- stéréotype, répétabilité du comportement;
- la dépendance;
- anxiété

Dans la personnalité addictive, on note le phénomène de «soif de sensations fortes» (V.А. Petrovsky), caractérisé par une envie de prendre des risques. Selon E. Bern, l'homme a six types de faim:
faim de stimulation sensorielle;
soif de reconnaissance;
soif de contact et de caresses physiques;
faim sexuelle;
faim structurant la faim;
faim d'incidents.

En tant que comportement addictif, chacun des types de faim chassés s’intensifie. Une personne ne trouve pas satisfaction dans le sentiment de «faim» dans la vie réelle et cherche à soulager l’inconfort et l’insatisfaction face à la réalité, en stimulant certains types d’activités.

La caractéristique fondamentale d'une personnalité addictive est la dépendance.

Pour se défendre, les toxicomanes utilisent un mécanisme que la psychologie appelle «penser à volonté», dans lequel le contenu de la pensée est subordonné aux émotions. Un cadre hédoniste typique dans la vie, c’est-à-dire le désir de jouissance immédiate à tout prix.

La toxicomanie devient un moyen universel d '«échapper» à la vie réelle lorsque, au lieu d'interaction harmonieuse avec tous les aspects de la réalité, l'activation se produit dans n'importe quelle direction.

Conformément au concept de N. Pezheshkian, il existe quatre types d’échappatoires à la réalité:
- "Fuite dans le corps" - il y a une réorientation d'activités visant à leur propre amélioration physique ou mentale. En même temps, le passe-temps pour les activités de loisirs («paranoïa de la santé»), les interactions sexuelles («rechercher et attraper un orgasme»), l’apparence, la qualité du repos et les moyens de détente deviennent hypercompensateurs;
- La «fuite au travail» se caractérise par une fixation disharmonieuse sur les affaires officielles, à laquelle une personne commence à consacrer un temps exorbitant par rapport à d'autres affaires, devenant un bourreau de travail;
- «Fuite au contact ou solitude», dans laquelle la communication devient soit le seul moyen souhaitable de répondre aux besoins, remplaçant tous les autres, soit le nombre de contacts minimisé;
- "Fuite dans le fantasme" est un intérêt pour la quête pseudo-philosophique, le fanatisme religieux, la vie dans un monde d'illusions et de fantasmes.

Les racines des mécanismes de dépendance, quelle que soit la forme de dépendance à laquelle elles conduisent, sont enracinées dans l’enfance, en particulier dans l’éducation. Travaux 3. Freud, D. Winnicott, I. Balint, M. Klein, B. Spock, M. Muller, R. Spitz témoignent que les expériences douloureuses d’un enfant au cours des deux premières années de sa vie (maladie, perte de la mère ou incapacité à satisfaire les besoins affectifs de l'enfant, le régime alimentaire rigide, l'interdiction de «choyer» l'enfant, le désir de briser son caractère têtu, etc., sont associés au comportement de dépendance ultérieur des enfants. À quelle fréquence, au lieu de contact physique («habituez-vous à vous asseoir sur les mains») et de chaleur émotionnelle, l'enfant reçoit une sucette ou une autre bouteille de boisson. Un objet inanimé «aide» l'enfant à faire face à ses expériences et remplace les relations humaines. C'est dans l'environnement parental que l'enfant apprend le langage des contacts interpersonnels et des relations affectives. Si un enfant ne trouve pas de soutien de la part de ses parents, coups corporels, chaleur émotionnelle, il ressent un sentiment d'insécurité psychologique, de méfiance, qui est transféré dans le grand monde qui l'entoure, à des personnes avec lesquelles il doit se rencontrer dans la vie. Tout cela fera dans le futur rechercher un état confortable en prenant certaines substances, en se fixant sur certains objets et activités. Si la famille n'a pas donné à l'enfant les moyens nécessaires
avec le temps, il éprouvera des difficultés à maintenir l’estime de soi (rappelez-vous la conversation réelle des alcooliques «Me respectes-tu?»), incapable de s’accepter et de s’aimer. Les troubles affectifs des parents, accompagnés d’alexithymie, peuvent constituer un autre problème. Les parents apprennent aux enfants à étouffer leurs expériences (à comprendre, à prononcer), à les supprimer et à les nier. Cependant, ce n'est pas toujours dans les familles où les parents d'alcooliques vont développer un comportement dépendant chez un enfant (le risque est assez élevé), les caractéristiques individuelles d'une personne particulière jouent un rôle tout aussi important.

Les facteurs sociaux contribuant à la formation d'un comportement de dépendance incluent:
- progrès techniques dans le domaine de l'industrie alimentaire et pharmaceutique, mettant sur le marché tous les nouveaux objets de dépendance;
- activité de narcotrafiquants;
- l'urbanisation, affaiblissant la communication interpersonnelle entre les personnes.

Pour certains groupes sociaux, le comportement dépendant est une manifestation de la dynamique de groupe (groupe d'adolescents, association informelle, minorité sexuelle, juste une entreprise de sexe masculin).

Les caractéristiques psycho-physiologiques de la personne, les caractéristiques typologiques du système nerveux (adaptabilité, sensibilité), le type de caractère (instable, hyperthymique, accentuation de l'épilepsie chez les alcooliques et les toxicomanes), une faible tolérance au stress, le développement de la personnalité névrotique, obsessionnel (structures de pensée protectrices du bâtiment) jouent un rôle important dans la formation d'un comportement dépendant ou compulsif (libération de l'anxiété dans l'action, par exemple, trop manger, l'ivresse).

La dépendance a souvent un début inoffensif, un parcours individuel (avec une dépendance accrue) et un résultat. La motivation comportementale est différente à différentes étapes.
Étapes de la dépendance (par Ts.P. Korolenko et TA Donskikh):
La première étape est celle des «premiers tests». Au début, une connaissance de la drogue se produit sporadiquement, avec obtention d’émotions positives et maintien du contrôle.
La deuxième étape - "Rythme Addictive". Un rythme individuel constant d'utilisation avec contrôle relatif se forme progressivement. Ce stade est souvent appelé stade de dépendance psychologique, lorsque le médicament contribue réellement à améliorer l'état psychophysique pendant un certain temps. Progressivement, une dépendance à des doses croissantes de drogue se crée, parallèlement à l’accumulation de problèmes socio-psychologiques et à la consolidation de stéréotypes comportementaux mésadaptés.
La troisième étape - "Comportement de dépendance" (la dépendance devient un mécanisme de réponse stéréotypique). Caractérisé par une augmentation du rythme d'utilisation aux doses maximales, l'apparition de signes de dépendance physique avec des signes d'intoxication et une perte totale de contrôle. Le mécanisme de protection du toxicomane s’exprime dans la négation obstinée des problèmes psychologiques qui y règnent. Mais au niveau subconscient, il y a un sentiment d'anxiété, d'anxiété et de trouble (d'où l'apparition de réactions défensives). Il y a un conflit interne entre «je suis le même» et «je suis addictif».
La quatrième étape - la prédominance complète du comportement addictif. Le "je" original est détruit. Le médicament cesse d'être amusant, il est utilisé pour éviter la souffrance ou la douleur. Tout cela s'accompagne de modifications brutes de la personnalité (jusqu'à un trouble mental), les contacts sont extrêmement difficiles.
La cinquième étape est "Catastrophe". La personnalité est détruite non seulement psychologiquement, mais aussi biologiquement (une intoxication chronique provoque des dommages aux organes et aux systèmes vitaux du corps humain).

Au stade final, les toxicomanes violent souvent l’ordre public, extorquent de l’argent, commettent des vols; Il y a toujours un risque de suicide. Les principales motivations: le désespoir, le désespoir, la solitude, l'isolement du monde. Les pannes émotionnelles sont possibles: agressivité, rage, qui sont remplacées par la dépression.

Une caractéristique du comportement addictif est sa nature cyclique. Nous listons les phases d'un cycle:
- la présence d'un état de préparation interne à un comportement de dépendance;
- augmentation du désir et de la tension;
- attente et recherche active de l'objet de la dépendance;
- obtenir un objet et réaliser des expériences spécifiques, se détendre;
- phase de rémission (repos relatif).

Ensuite, le cycle est répété avec une fréquence et une gravité individuelles (pour un toxicomane, le cycle peut durer un mois, pour un autre - un jour).

Un comportement dépendant ne conduit pas nécessairement à la maladie, mais provoque naturellement des changements personnels et une inadaptation sociale. C.P. Korolenko et T.A. Les êtres humains sont enfouis pour former une attitude de dépendance - un ensemble de caractéristiques cognitives, émotionnelles et comportementales qui créent une attitude de dépendance vis-à-vis de la vie.

Une attitude addictive se traduit par l’apparition d’une attitude émotionnelle trop chère vis-à-vis de l’objet de la dépendance (souci d’un approvisionnement constant en cigarettes, drogues). Les pensées et les conversations sur l'objet commencent à prévaloir. Le mécanisme de rationalisation est en train de devenir plus fort - la justification intellectuelle de la dépendance («tout le monde fume», «le stress ne peut être atténué sans alcool»). Dans le même temps, «penser à volonté» se forme, entraînant une diminution de la criticité vis-à-vis des comportements addictifs et de l’environnement de dépendance («je peux me contrôler»; «tous les toxicomanes sont de bonnes personnes»). La méfiance se développe également envers les «autres», y compris les spécialistes qui tentent de fournir une assistance médicale et sociale au toxicomane («ils ne peuvent pas me comprendre car ils ne savent pas ce que c'est»).

Qu'est-ce que la toxicomanie en psychologie - types, stades de formation et prévention chez les adolescents et les adultes

Une personne sur deux dans le monde est dépendante de quelque chose. Cependant, peu de gens pensent que cela peut avoir des conséquences graves et affecter non seulement leur propre vie, mais également celle des enfants et de leurs proches. Aujourd'hui, vous en apprendrez plus sur ce type de trouble, tel que le comportement provoquant une dépendance, les causes du développement d'un tel problème, les types de dépendance en science et la prévention de ces dépendances.

Quelle est la dépendance

En psychologie, le concept de "dépendance" est une forme de désordre qui implique un comportement destructeur. A étudié - sociologie clinique et psychologie. En raison de difficultés de la vie ou de relations familiales, une personne a tendance à laisser la réalité dans un monde virtuel ou irréel. La dépendance commence par la dépendance habituelle et, après satisfaction émotionnelle, devient une dépendance. Une personne sujette à la dépendance commence à utiliser différentes substances afin de changer son propre état psychologique.

Signes de comportement addictif

La dépendance est un trouble très complexe. Pour venir chez le natif et la personne proche pour l’aider, vous devez déterminer s’il est dépendant ou non. Il est difficile d'identifier, surtout quand une personne se trouve entre les "deux feux", c'est-à-dire dans les premiers stades de la maladie. Pour savoir à quel stade se développe ce problème, considérons les signes caractéristiques du trouble:

  • Un mensonge C'est soit un trait de personnalité pathologique d'une personne, soit acquis. Une personne cache la vérité et tente de transférer la responsabilité à une autre.
  • Complexes. L'homme commence à se fermer, cherchant constamment des moyens de s'humilier. En externe, le patient essaie de trouver un moyen de regarder et de se comporter mieux que les autres.
  • Peur de l'attachement. Une personne évite toute manifestation d'attention envers sa personne, préfère rester seule et ne pas chercher une âme sœur.
  • Anxiété Le patient a une anxiété paranoïaque, grâce à laquelle il peut rester longtemps près du sujet de sa dépendance. La prémonition de tout trouble ne permet pas à une personne de sortir.
  • Manipulation En raison du fait que le patient a différents complexes, il essaie de manipuler ses proches, menaçant de représailles ou de se suicider, dans le but de réaliser l'objectif souhaité.
  • Pensée stéréotypique. Grosso modo, un toxicomane tente d'imiter le «troupeau», c'est-à-dire son cercle proche. Cela se produit indépendamment du désir de dépendance du patient. Les pensées des autres sont ses pensées. Le patient ne peut pas exprimer sa propre opinion, est notoire, croit que son point de vue ne veut rien dire.
  • Refus d'être responsable de leurs actions. Un patient atteint d'un tel trouble ne veut pas être tenu pour responsable de ses actes, de ses craintes de critique ou de sa condamnation.

Caractéristiques d'une personnalité addictive

Dans le monde moderne, il est difficile de déterminer le comportement déviant d'une personne, même en tenant compte de tous les signes énumérés ci-dessus. Le fait est que la société et la vie sociale des gens changent constamment. De ce fait, des difficultés de communication se posent et une personne ne peut réaliser pleinement son potentiel, elle n'a tout simplement pas le temps. De là naissent des complexes, un sentiment d’infériorité, une pensée stéréotypée, etc.

Raisons

Si le jeu, la solitude, le désir de se démarquer de la foule, l’instabilité psychologique, les circonstances défavorables du quotidien et autres sont caractéristiques de votre proche, il se trouve dans la zone à risque. Un comportement addictif se manifeste lorsqu'un enfant ou une personne vit dans une famille en difficulté. Autrement dit, toute émotion négative et toute tentative de s'exprimer aux dépens d'un enfant ou d'une personne psychologiquement faible entraînent de telles conséquences.

La dépendance peut se manifester de génération en génération, des parents aux enfants. Un tel trouble concerne des enfants de familles immorales ou incomplètes, même en cas de violence, de scandales ou de tendances criminelles. Le développement du trouble peut également être influencé par un lieu public (école, université, travail). Dans ces institutions, par-dessus tout, le travail et les connaissances sont difficiles, mais pas les relations entre pairs.

Comportement dépendant des adolescents

Malheureusement, aujourd'hui, la majorité des adolescents souffrent d'un trouble de dépendance. Le problème est que, à l'adolescence, l'enfant tente de rejoindre l'équipe de pairs, ce qui peut être une mauvaise entreprise. Sans le savoir, il commence à boire, à fumer ou à se droguer afin de prouver qu'il est identique à un autre.

La mauvaise habitude temporaire devient progressivement permanente. La dépendance peut entraîner une famille dans laquelle l'enfant ne se sent pas nécessaire et aimé. Il court de problèmes, se rapprochant de lui-même, jouant à des jeux ou buvant avec ses pairs dans la cour. Si vous ne remarquez pas les signes de trouble de dépendance dans le temps, l'enfant peut se détruire: pendant cette période, son seuil émotionnel est très élevé.

Quelle est la nature destructive de la dépendance?

La nature destructive de la dépendance se traduit par des relations émotionnelles avec des objets ou des phénomènes inanimés. Les patients ne contactent pas les gens, perdent peu à peu leur importance. La réalisation addictive remplace l’amour et l’amitié et devient le but de la vie. Une personne s'éloigne constamment de la vie réelle pour devenir virtuelle ou irréelle. Le sujet occupe une place centrale dans la vie d'une personne qui ne fait plus preuve d'amour, de sympathie, de pitié, de soutien et de sympathie envers les autres.

Les étapes d'un comportement addictif

Le comportement addictif est divisé en cinq étapes. Les deux premières personnes peuvent toujours être sauvées en le réduisant à un psychologue afin de déterminer les principales causes d'apparition de la maladie et de prendre des mesures pour éviter le développement ultérieur d'une dépendance. À la dernière étape, la personnalité de la personne est complètement détruite, ce qui peut entraîner d’autres troubles mentaux plus graves. Ensuite, nous considérons les étapes plus en détail:

  • Étape 1. «Premiers échantillons». À ce stade, la personne se familiarise pour la première fois avec un sujet qui entraîne une dépendance provoquant une dépendance.
  • Étape 2. «Rythme addictif». Cette étape est considérée comme un "point de transit". En fonction de la gravité des problèmes, la personne décide d’aller plus loin ou de tout arrêter.
  • Étape 3. "Comportement provoquant une dépendance." A ce stade, le patient ne reconnaît pas sa dépendance. Il a de l'anxiété, de l'anxiété et d'autres réactions de dépendance. Si au deuxième stade une personne doute encore, alors au troisième, à l'intérieur du patient, le conflit commence entre «je suis le même» et «je suis réel».
  • Étape 4. «Prévalence totale du comportement de dépendance». L'ancien "moi" de l'homme est détruit, le sujet de la dépendance n'apporte pas le plaisir antérieur.
  • Étape 5. «Catastrophe provoquant une dépendance». À ce stade de la toxicomanie, la personnalité d’une personne est complètement détruite psychologiquement et biologiquement.

Types de dépendance

Le problème de la dépendance dans le monde moderne est devenu important. Le fait est que les causes de ce trouble sont reconstituées. Les dépendances apparaissent en fonction de l’apparition de nouveaux gadgets, de boissons alcoolisées, de drogues et d’autres objets provoquant une dépendance. Les troubles de dépendance se divisent en dépendances chimiques et non chimiques.

Chimique

Les troubles de dépendance chimique nécessitent une substance qui provoque la dépendance. Celles-ci incluent de telles options de dépendance: dépendance à l'alcool (alcoolisme), toxicomanie, toxicomanie, tabagisme. Ensuite, nous discutons des signes de trouble de dépendance chimique. Il n'y en a que sept, cependant, ce n'est que dans un premier temps que vous pouvez aider une personne:

  • la mesure de consommation de substances est perdue;
  • trous de mémoire;
  • souffrance physique, changement de langage;
  • déni;
  • les pensées visent à satisfaire les besoins de dépendance;
  • prendre des substances pour améliorer le bien-être;
  • problèmes dans l'environnement.

Non chimique

Les formes de dépendance non chimiques ne nécessitent aucune substance en particulier qui provoque la dépendance. Les dépendances comportementales incluent des activités telles que la dépendance à l'ordinateur, la dépendance à une relation, le workaholism, la dépendance à Internet, la dépendance à un sport, le shopaholism, la suralimentation ou la famine, la procrastination, le jeu. Les signes d'un trouble addictif non chimique:

  • le joueur est constamment dans le jeu;
  • l'éventail des intérêts change;
  • perte de contrôle;
  • l'apparition d'irritation et d'anxiété;
  • perte de pouvoir à la confrontation.

Comment savoir s'il existe une propension à la dépendance

Afin de déterminer si vous avez une tendance à créer une dépendance, ce qui entraîne un comportement provoquant une dépendance, plusieurs types de tests peuvent être trouvés sur Internet. Vous pouvez visiter des centres psychologiques, où vous pouvez passer un test de trouble de dépendance dans une atmosphère détendue, puis donner des réponses à des spécialistes expérimentés et obtenir des résultats avec des recommandations.

Traitement de la dépendance

La dépendance ne peut être gérée que si le patient est conscient de la complexité du problème et cherche à se débarrasser de la dépendance. La qualité du traitement dépend du désir du patient. Cependant, cela est possible s'il est pris en charge par une famille ou des personnes proches. Les traitements pratiques sont prescrits par un psychologue ou un narcologue. En cas de toxicomanie, le patient est placé dans des centres de traitement spécialisés pour la désintoxication du corps.

Prévention de la toxicomanie

La prévention des comportements addictifs consiste à diagnostiquer (identifier les enfants et les adolescents présentant une tendance à une dépendance), à ​​communiquer des informations (consultations, leçons, conférences sur les mauvaises habitudes, leurs conséquences, leurs contre-mesures), à corriger la violation (le psychologue travaille avec le patient, corrige ses conséquences négatives). attitudes vis-à-vis de sa personnalité et les compétences nécessaires pour faire face aux situations difficiles de la vie).

Causes, stades de développement, types et méthodes de traitement du comportement addictif

Le comportement addictif est l’une des formes du comportement dit destructeur (destructeur), dans lequel une personne cherche à s’échapper de la réalité environnante, fixant son attention sur des activités et des objets spécifiques ou modifiant son propre état psycho-émotionnel par le biais de diverses substances. Essentiellement, en ayant recours à un comportement de dépendance, les gens ont tendance à se créer l’illusion d’une sorte de sécurité, pour parvenir à un équilibre de la vie.

La nature destructive d'un tel état est déterminée par le fait qu'une personne établit un lien affectif non pas avec d'autres personnalités, mais avec des objets ou des phénomènes, ce qui est particulièrement caractéristique de la dépendance chimique, de la dépendance aux jeux de cartes et autres jeux, de la dépendance à Internet, etc. Très souvent, la pathologie est retrouvée chez les mineurs, les écoliers et les étudiants, mais elle est souvent diagnostiquée chez des adultes de statut social différent. Dans ce contexte, il est très important de prévenir en temps utile les comportements de dépendance chez les enfants prédisposés.

La psychologie décrit la toxicomanie comme une sorte de frontière entre la dépendance pathologique et la norme. Cette ligne est particulièrement mince en ce qui concerne le comportement addictif des adolescents. S'écartant de la réalité par l'utilisation de substances psychoactives, de jeux informatiques, etc., ils vivent des émotions agréables et très vives, dont ils peuvent très vite devenir dépendants. Lorsque cela se produit, le déclin de l'adaptabilité. On peut dire que toute forme de dépendance est une sorte de signal d’aide requis par une personne pour rester membre à part entière de la société.

Causes de développement

Les raisons sans équivoque du développement d'un comportement de dépendance ne peuvent pas être isolées, car il y a habituellement l'effet d'une combinaison de divers facteurs environnementaux défavorables et de caractéristiques personnelles de chaque personne. En règle générale, il est possible d'identifier une prédisposition à un comportement addictif chez les adolescents et les enfants en utilisant des techniques psychologiques spéciales et par la présence de certains traits de personnalité.

Un comportement de dépendance se développe généralement lorsque les caractéristiques ci-dessus sont combinées à certaines circonstances, par exemple un environnement social défavorable, une faible adaptation de l’enfant aux conditions d’un établissement d’enseignement, etc. De plus, d'autres facteurs de risque sont identifiés, tels que le désir de se démarquer nécessairement de la foule, le jeu, l'instabilité psychologique, la solitude, la perception des circonstances ordinaires de la vie quotidienne comme étant défavorable, le manque d'émotions, etc.

Il convient de souligner que, dans le processus de formation des toxicomanes, un certain rôle appartient à presque toutes les institutions sociales existantes. Dans l’émergence d’un comportement déviant, l’un des rôles principaux appartient à la famille, tout comme dans le traitement de la pathologie. Cependant, la présence dans la famille d'un membre destructeur, qu'il soit enfant ou adulte, peut entraîner sa dégradation. Pour les familles dysfonctionnelles, la plupart d’entre elles se caractérisent par des méthodes assez spécifiques de résolution de problèmes et d’expression, basées sur l’affirmation de soi aux dépens du reste des membres de la famille et la compensation de leurs propres émotions négatives.

La relation entre la dépendance des parents et celle des enfants peut se manifester même après une génération, entraînant la naissance de petits-enfants présentant des prédispositions héréditaires, telles que l'alcoolisme. Étant donné que la famille est le critère principal et le principal exemple pour toute personne, les enfants issus de familles incomplètes ou immorales, les familles dont les membres ont tendance à être violents ou manifestement de tendance criminelle, les familles en conflit souffrent souvent d’un comportement addictif.

Certaines conditions préalables au développement de la dépendance peuvent être données non seulement par la famille, mais également par une autre institution publique - l’école. Le fait est que le système scolaire moderne encourage le travail très dur, ignorant presque les relations interpersonnelles. En conséquence, les enfants grandissent sans acquérir une expérience de vie utile et des compétences sociales, essayant d'éviter toutes difficultés et responsabilités. Il est révélateur que les élèves des écoles destinées aux enfants surdoués fréquentant de nombreuses classes et cercles supplémentaires, mais n'ayant pratiquement pas de temps libre, aient plus tendance à créer une dépendance.

En tant que facteur prédisposant au développement du comportement addictif, la religion peut également être considérée, ce qui donne un sens à la vie et aux personnes et aide à se débarrasser des dépendances néfastes, mais elle peut aussi devenir une dépendance pathologique. Même les mouvements religieux traditionnels peuvent contribuer à la formation de la dépendance, sans parler des diverses sectes destructrices.

Étapes de développement

Le développement de toute dépendance pathologique passe généralement par plusieurs étapes, qui peuvent également être pleinement considérées comme la sévérité du comportement de dépendance. La première étape est la période des premiers tests, quand une personne essaie pour la première fois quelque chose qui peut par la suite se transformer en dépendance. Vient ensuite l'étape du «rythme addictif», quand une personne commence à développer une habitude.

À la troisième étape, des manifestations évidentes de comportement de dépendance sont déjà observées et la dépendance devient le seul moyen de faire face aux difficultés de la vie. Dans le même temps, la personne elle-même nie sa propre dépendance et il existe une nette discordance entre la réalité environnante et sa perception.

Au stade de la dépendance physique, la dépendance commence à prévaloir sur les autres sphères de la vie d’une personne, et y faire face n’apporte plus une satisfaction émotionnelle et l’effet de la bonne humeur. À un stade avancé, il se produit une dégradation émotionnelle et physique complète et, lorsqu'il est dépendant de substances psychotropes, le travail de presque tous les organes et systèmes du corps est perturbé. Ceci est lourd avec la survenue de désordres physiologiques et mentaux graves, voire de décès.

Les formes de comportement addictif sont très diverses, les types suivants peuvent être distingués par origine:

  • produits chimiques - tabagisme, toxicomanie, toxicomanie, alcoolisme;
  • non chimique - dépendance à l'ordinateur, dépendance à Internet, vidéo et jeux de hasard, workaholism, shopaholism, dépendance sexuelle, etc.
  • troubles de l'alimentation - jeûne ou mange trop provoquant une dépendance;
  • enthousiasme pathologique pour tout type d'activité conduisant à un mépris total ou à une aggravation des difficultés de la vie - sectarisme, fanatisme religieux, etc.

Il convient de noter que la classification présentée est très conditionnelle. Les conséquences de diverses formes de dépendance peuvent différer considérablement pour l'individu et la société. Cela provoque une attitude différente dans la société vis-à-vis des différents types de dépendance. Ainsi, par exemple, le tabagisme est toléré et neutre par beaucoup, et la religiosité provoque souvent une approbation. Certains comportements de dépendance particulièrement courants seront abordés plus en détail.

Dépendance au jeu

Ces dernières années, le nombre de personnes ayant une dépendance au jeu douloureuse a considérablement augmenté dans le monde entier. Cela n’est pas surprenant, car il existe aujourd’hui un grand nombre de façons de satisfaire leurs envies pathologiques: machines à sous, jeux de cartes, casinos, loteries, tirages au sort, etc. En principe, une personne en parfaite santé peut ressentir une certaine émotion, se manifestant par le désir de gagner et l'excellence, ainsi que par l'enrichissement financier. Ceci est basé sur des émotions purement positives que les gens ont tendance à ressentir encore et encore. C'est alors que l'excitation prend une forme affective en l'absence d'un contrôle rationnel sur sa composante émotionnelle. Dans un tel état de passion, il y a violation de la perception et la volonté d'une personne ne se concentre que sur un seul objet.

Lorsque le jeu devient une dépendance, en médecine, on parle de dépendance. Dans le même temps, les joueurs à problèmes peuvent être divisés en plusieurs types. Le premier type est le soi-disant "rire", percevant le jeu comme un divertissement. Cependant, avec le temps, le gain devient de plus en plus important, ce qui signifie que les enjeux augmentent, alors que les échecs sont simplement perçus comme un ensemble de circonstances défavorables ou une arnaque par les autres joueurs.

Après une période de temps relativement courte, une telle personne peut se transformer en un «joueur en pleurs», commencer à emprunter de l'argent pour satisfaire son envie de jouer. En même temps, la dépendance au jeu domine le reste de la vie. En dépit de l'endettement financier croissant et de la séparation de la réalité, le joueur "en pleurs" croit toujours que, d'une manière magique, tous ses problèmes seront résolus, par exemple, avec une grosse victoire.

Après cela vient l'étape du désespoir. Le joueur «désespéré» n’est occupé que par le jeu, il n’a souvent ni lieu de travail ou d’étude permanent, ni amis. Comprenant que sa vie roule sur une oblique, une telle personne n'est pas capable de surmonter seule sa dépendance, car lorsqu'il cesse de jouer, il souffre de troubles bien réels, comme la gueule de bois avec dépendance à l'alcool: migraines, troubles de l'appétit et du sommeil, dépression, etc. Les tendances suicidaires sont assez courantes chez les joueurs désespérés.

Dépendance informatique

À l'ère de la technologie informatique, leur utilisation présente des avantages considérables, tant dans les activités éducatives que professionnelles, mais elle a également un impact négatif sur de nombreuses fonctions mentales d'une personne. Bien entendu, l’ordinateur facilite la résolution de nombreuses tâches et réduit donc les besoins en capacités intellectuelles de l’individu. Les fonctions mentales critiques telles que la perception, la mémoire et la pensée sont également réduites. Une personne qui possède certains traits positifs peut progressivement devenir excessivement pédante et même détachée. Dans sa sphère de motivation, les motifs de jeu destructeurs et primitifs commencent à dominer.

Ce comportement provoquant une dépendance est particulièrement courant chez les adolescents. Il peut se manifester en fonction de jeux informatiques, de réseaux sociaux, du phénomène de piratage informatique, etc. En ayant un accès illimité à Internet et aux informations qu’il contient, une personne perd le sens de la réalité. Ce risque est particulièrement important pour les personnes pour qui Internet est le seul moyen de communiquer avec le monde.

L’engouement douloureux pour les jeux vidéo est l’une des formes de dépendance informatique les plus courantes. Il a été constaté que chez les enfants et les adolescents, l’agressivité et l’anxiété, avec l’incapacité de jouer, devenaient un effet secondaire de ce type de dépendance.

En ce qui concerne la fascination pour toutes sortes de réseaux sociaux et autres services créés pour la communication, il y a aussi beaucoup de danger ici. Le fait est que, dans le réseau, tout le monde est en mesure de trouver l’interlocuteur idéal qui répond à tous les critères avec lesquels il n’est pas nécessaire de maintenir la communication. Les personnes dépendantes ont une attitude méprisante à l'égard des contacts avec les gens de la vie. En plus de limiter la communication avec de vraies personnes, il peut y avoir des troubles du sommeil, de l'ennui, une humeur dépressive. La passion de l’informatique l’emporte sur toute autre activité et la communication avec de vraies personnes est très difficile.

Dépendance à l'alcool

L'alcoolisme, ainsi que la toxicomanie, font référence à des formes de comportement destructeur addictif pouvant avoir des conséquences désastreuses. Si, au stade initial de l'alcoolisme, une personne contrôle toujours sa propre vie, à l'avenir, la dépendance commence déjà à la contrôler.

Pour les personnes souffrant d’alcoolisme, les caractéristiques de la personnalité et du caractère telles que difficultés à prendre des décisions importantes et tolérance aux problèmes de la vie, complexe d’infériorité, infantilisme, égocentrisme, diminution des capacités intellectuelles sont caractéristiques. Le comportement des alcooliques est généralement caractérisé par son improductivité, le développement mental atteint progressivement un niveau primitif avec un manque complet d'intérêts et d'objectifs dans la vie.

Alcoolisme féminin particulièrement difficile. Dans la société, les femmes qui boivent sont beaucoup plus condamnées que les hommes, raison pour laquelle la plupart d'entre elles cachent leur dépendance. En règle générale, les femmes sont plus instables émotionnellement, il est donc plus facile pour elles de devenir dépendantes à l'alcool en cas de difficultés de la vie ou sous le poids de leur propre insatisfaction. Souvent, l'alcoolisme féminin est associé à la dépendance aux tranquillisants et aux sédatifs.

Signes cliniques

Le principal objectif de la toxicomanie est l'autorégulation et l'adaptation aux conditions de vie existantes. Reconnaître les symptômes d'un comportement addictif chez un être cher n'est pas toujours facile, car son degré peut varier. Les caractéristiques des patients ayant un comportement déviant peuvent être à la fois une cause et une conséquence de leur dépendance. Ces fonctionnalités incluent:

  • état de santé et confiance en soi absolument normaux dans des situations difficiles de la vie qui, chez d'autres personnes, causent, voire désespèrent, un inconfort essentiel;
  • le désir de mentir et de blâmer les autres pour ce qu'ils n'ont pas fait;
  • faible estime de soi en combinaison avec les manifestations externes de leur propre supériorité;
  • peur de l'attachement émotionnel et des contacts interpersonnels étroits;
  • la présence de stéréotypes dans la pensée et le comportement;
  • anxiété;
  • éviter toute forme de responsabilité;
  • désir de manipuler les autres.

Diagnostic et thérapie

Un comportement toxicomane peut être identifié par un psychologue qualifié sur la base des résultats d’une conversation détaillée avec le patient, au cours de laquelle le médecin collecte des antécédents familiaux détaillés, des informations sur la vie et les activités professionnelles du patient, et révèle ses caractéristiques personnelles. Au cours d'une telle conversation, un spécialiste observe de près le comportement de la parole et du patient, dans lequel certains marqueurs de dépendance peuvent également être présents, par exemple la réactivité ou le blocage du discours, les déclarations négatives sur soi-même, etc.

La psychothérapie est le traitement principal de la dépendance. Si nous parlons de toxicomanie ou d’alcoolisme grave, le patient devra peut-être être hospitalisé et le corps sera désintoxiqué. Étant donné que la plupart des psychologues considèrent la dépendance comme un effet secondaire de la détresse familiale, la préférence est donnée à la psychothérapie familiale, qui peut être stratégique, structurelle ou fonctionnelle. Les principaux objectifs d’un tel traitement psychothérapeutique sont d’identifier les facteurs qui ont provoqué un comportement déviant, de normaliser les relations au sein de la famille et de développer une approche individuelle du traitement.

Mesures préventives

La prévention des comportements provoquant une dépendance sera d'autant plus efficace qu'elle sera mise en route rapidement. L’alerte précoce du développement de la toxicomanie comprend avant tout la phase de diagnostic, qui devrait être menée dans les établissements d’enseignement afin d’identifier les enfants ayant une tendance à un comportement déviant. En outre, la prévention primaire consiste à prévenir la participation des enfants et des adolescents à toute forme de dépendance. Cela inclut également des informations sur les conséquences possibles des techniques de gestion du stress et des technologies de la communication liées à la toxicomanie. Les experts soulignent l’importance pour la société moderne de la vulgarisation d’autres formes de loisirs, par exemple les clubs sportifs.

La prochaine étape de la réadaptation est le traitement correctionnel, visant à corriger les mauvaises habitudes et les dépendances déjà existantes. Cette tâche devrait être confiée à un psychologue qualifié. Dans ce cas, les classes préventives peuvent être à la fois individuelles et en groupe. En tant que technicien de groupe, les formations de croissance personnelle sont particulièrement efficaces et impliquent la correction de certains traits de personnalité et de certains comportements.

Si une personne a subi un traitement après lequel elle a réussi à se débarrasser de sa dépendance, il est nécessaire de prendre des mesures pour la socialiser, la reprendre une vie active et éviter une rechute.

En Savoir Plus Sur La Schizophrénie