Affecter les frustrations (troubles de l'humeur) est le nom général d'un groupe de troubles mentaux associés à des troubles affectifs. Présent dans ICD. La classification DSM combine plusieurs diagnostics lorsque le symptôme principal est une violation de l'état émotionnel.

Les plus largement reconnus sont deux types de troubles, la différence étant fonction du fait qu'une personne a déjà eu un épisode maniaque ou hypomaniaque. Ainsi, il existe des troubles dépressifs, parmi lesquels le plus connu et le plus étudié est un trouble dépressif majeur, également appelé «dépression clinique», et un trouble affectif bipolaire, auparavant appelé «psychose maniaco-dépressive» et décrite par des périodes (hypo) maniaques intermittentes, épisodes dépressifs (durée moyenne de 6 mois), d’une durée de 2 semaines à 4 à 5 mois.

Dans certains cas, les troubles affectifs sont appelés manifestations intenses d'émotions inappropriées (dans le cadre d'un trouble délirant), par exemple, peur, anxiété, colère, colère, enthousiasme ou extase.

Les troubles affectifs peuvent être accompagnés d'autres troubles, tels que des délires ou des troubles catatoniques.

Classification

Troubles du spectre dépressif

  • Trouble dépressif majeur, souvent appelé dépression clinique, lorsqu'une personne a connu au moins un épisode dépressif «clinique» (F32.1). La dépression sans période de manie est souvent appelée dépression unipolaire, car l’humeur reste dans un état émotionnel ou «pôle». Lors du diagnostic, il existe plusieurs sous-types ou spécifications pour le déroulement du traitement:
    • Dépression atypique - caractérisée par une réactivité et une positivité de l'humeur (anhédonie paradoxale), une prise de poids importante ou une augmentation de l'appétit («manger pour soulager l'anxiété»), un sommeil excessif ou une somnolence (hypersomnie), une sensation de lourdeur dans les membres et un manque significatif de socialisation en conséquence d'une hypersensibilité à un rejet social apparent. Des difficultés pour évaluer ce sous-type ont conduit à la question de sa validité et de sa distribution.
    • Dépression mélancolique (dépression aiguë) - se caractérise par une anhédonie (perte de plaisir dans la plupart des affaires), une incapacité à répondre aux stimuli qui procurent du plaisir. La sensation d'humeur basse est plus prononcée que la sensation de regret ou de perte, caractérisée par une aggravation des symptômes le matin, un réveil matinal, un retard psychomoteur, une perte de poids excessive (à ne pas confondre avec l'anorexie mentale), un fort sentiment de culpabilité.
    • La dépression psychotique est un terme désignant une longue période dépressive, en particulier de nature mélancolique, lorsque le patient présente des symptômes psychotiques tels que des idées délirantes ou des hallucinations moins probables. Ces symptômes correspondent presque toujours à l'humeur (le contenu coïncide avec les thèmes dépressifs).
    • La dépression involutive (dépression durcissante) est une forme rare et grave de dépression clinique, comprenant un trouble des mouvements et d'autres symptômes. Dans ce cas, la personne est silencieuse, presque dans un état de stupeur, et est soit immobile, soit fait des mouvements sans but ou même anormaux. Des symptômes catatoniques similaires se développent également dans la schizophrénie, les épisodes maniaques ou résultent d'un syndrome neuroleptique malin.
    • La dépression postpartum est notée comme un terme de clarification dans le DSM-IV-TR; elle fait référence aux excès, persistants et entraînant parfois la perte de capacité de dépression des femmes après la naissance d'un enfant. La dépression postpartum, dont la probabilité est estimée à 10-15%, se manifeste généralement dans les trois mois ouvrables et ne dure pas plus de trois mois.
    • Trouble affectif saisonnier est un terme de clarification. La dépression chez certaines personnes est saisonnière, avec un épisode de dépression en automne ou en hiver et un retour à la normale au printemps. Un diagnostic est posé si la dépression s'est manifestée au moins deux fois pendant les mois les plus froids et jamais à un autre moment de l'année pendant deux ans ou plus. Cependant, dans une étude menée sur un grand échantillon (34 294 personnes), il n'a pas été possible de détecter la relation entre la dépression et la période de l'année. La dépression n'était pas associée à la largeur de vie de la personne, ni à la quantité de lumière solaire.
  • La dysthymie est un trouble de l'humeur chronique modéré, quand une personne se plaint de mauvaise humeur presque quotidiennement pendant au moins deux ans. Les symptômes ne sont pas aussi graves que ceux de la dépression clinique, bien que les personnes atteintes de dysthymie souffrent simultanément d'épisodes de dépression clinique (parfois appelés «double dépression»).
  • Autres troubles dépressifs (DD-NOS) - incluent les troubles dépressifs qui causent des dommages, mais ne correspondent pas aux diagnostics définis officiellement. La CIM-9 a été désignée par le code 311. Selon le DSM-IV, «tous les troubles dépressifs qui ne répondent aux critères d'aucun trouble spécifique» sont couverts. Ils comprennent une étude des diagnostics de dépression transitoire récurrente et de dépression mineure, indiqués ci-dessous:
  • La dépression brève récurrente (Dépression brève récurrente, RBD) se distingue du trouble dépressif majeur principalement en raison de la différence de durée. Les patients souffrant de dépression transitoire récurrente présentent des épisodes dépressifs une fois par mois, avec des épisodes individuels d'une durée inférieure à deux semaines et généralement inférieure à 2-3 jours. Pour diagnostiquer la RBD, les épisodes durent au moins un an et, si la patiente est une femme, quel que soit le cycle menstruel. Les patients souffrant de dépression clinique peuvent développer un RBD, ainsi que l'inverse.
  • La dépression mineure est une dépression qui ne répond pas à tous les critères de la dépression clinique, mais dans laquelle au moins deux symptômes sont présents dans les deux semaines.

Troubles bipolaires

  • Le trouble affectif bipolaire, anciennement appelé «psychose maniaco-dépressive», est décrit comme des périodes intermittentes d’états maniaques et dépressifs (alternant parfois très rapidement ou se mélangeant dans un état dans lequel le patient présente simultanément des symptômes de dépression et de manie). Les sous-types comprennent:
    • Le trouble bipolaire [I bipolaire] est déterminé si un ou plusieurs épisodes maniaques ou mixtes sont présents ou ont eu lieu, indépendamment de la présence d'épisodes de dépression clinique. Le diagnostic par DSM-IV-TR nécessite au moins un épisode maniaque ou «mixte». Pour le diagnostic du trouble bipolaire I, les épisodes dépressifs, bien que non nécessaires, se manifestent souvent au cours de l'évolution de la maladie.
    • Le trouble bipolaire [II bipolaire] est caractérisé par des épisodes hypomaniaques et dépressifs.
  • La cyclothymie est une forme moins grave de trouble bipolaire, qui se manifeste par des périodes dysthymiques et d'hypomanie légère (ou hyperthymique) qui se manifestent de temps à autre, sans formes plus graves de manie ou de dépression. Souvent caractérisé par un parcours "symétrique", c'est-à-dire l'alternance correcte ou continue d'épisodes opposés, ou d'épisodes doubles.

Aspects socioculturels

Kay Redfield Jamison (Kay Redfield Jamison) et d’autres ont étudié le lien possible entre les troubles affectifs (en particulier le trouble bipolaire) et la créativité. Il a été suggéré que "le lien entre la créativité et la maladie mentale, en particulier le trouble affectif bipolaire et la dépression". L'interdépendance entre la dépression et la créativité est particulièrement courante chez les femmes poètes.

Troubles affectifs

Troubles affectifs (troubles de l'humeur) - troubles mentaux, qui se manifestent par un changement dans la dynamique des émotions humaines naturelles ou par leur expression excessive.

Les troubles affectifs sont une pathologie commune. Souvent, il est déguisé en diverses maladies, notamment somatiques. Selon les statistiques, des troubles affectifs plus ou moins graves sont observés chez un adulte sur quatre de notre planète. Dans ce cas, un traitement spécifique ne reçoit pas plus de 25% des patients.

Raisons

Les causes exactes conduisant au développement de troubles affectifs sont inconnues à ce jour. Certains chercheurs pensent que la cause de cette pathologie réside dans la violation des fonctions des systèmes épiphyse, hypothalamo-hypophysaire et limbique. De tels troubles entraînent l'échec de la libération cyclique de libérines et de mélatonine. En conséquence, les rythmes circadiens du sommeil et de l’éveil, de l’activité sexuelle et de la nutrition sont perturbés.

Les troubles affectifs peuvent également être dus à un facteur génétique. On sait qu'environ un patient sur deux souffrant du syndrome bipolaire (une variante du trouble affectif), des troubles de l'humeur ont été observés chez au moins l'un des parents. La génétique a suggéré que des troubles affectifs pourraient survenir en raison d'une mutation génique localisée dans le chromosome 11. Ce gène est responsable de la synthèse de la tyrosine hydroxylase, une enzyme qui régule la production de catécholamines surrénaliennes.

Les troubles affectifs, en particulier en l’absence de traitement adéquat, aggravent la socialisation du patient, entravent l’établissement de relations amicales et familiales, réduisent la capacité de travail.

Souvent, des facteurs psychosociaux deviennent la cause de troubles affectifs. Des stress tant négatifs que positifs de longue durée provoquent une surcharge du système nerveux, suivie de son épuisement ultérieur, ce qui peut conduire à la formation d'un syndrome dépressif. Les stresseurs les plus puissants:

  • perte de statut économique;
  • décès d'un parent proche (enfant, parent, conjoint);
  • querelles de famille.

En fonction des symptômes prédominants, les troubles affectifs sont divisés en plusieurs grands groupes:

  1. La dépression La cause la plus fréquente d'un trouble dépressif est un trouble du métabolisme des tissus cérébraux. En conséquence, un état de désespoir extrême, de découragement, se développe. En l'absence de traitement spécifique, cette condition peut durer longtemps. Souvent au plus fort de la dépression, les patients tentent de se suicider.
  2. Dysthymie L'une des variantes d'un trouble dépressif caractérisé par une évolution moins sévère que la dépression. Caractérisé par une mauvaise humeur, une anxiété accrue de jour en jour.
  3. Trouble bipolaire. Nom obsolète - syndrome maniaco-dépressif, car il se compose de deux phases alternantes, dépressive et maniaque. Dans la phase dépressive, le patient est déprimé et apathique. Le passage à la phase maniaque se manifeste par une augmentation de l'humeur, de la vigueur et de l'activité, souvent excessive. Certains patients en phase maniaque peuvent avoir des idées délirantes, de l'agressivité, de l'irritabilité. Les troubles bipolaires avec une symptomatologie légère sont appelés cyclotymie.
  4. Troubles anxieux. Les patients se plaignent de sentiments de peur et d'anxiété, d'anxiété interne. Ils attendent presque toujours les problèmes, les tragédies et les problèmes à venir. Dans les cas graves, on note une agitation motrice, l'anxiété est remplacée par une attaque de panique.

Signes de

Chaque type de troubles affectifs, il existe des manifestations caractéristiques.

Les principaux symptômes du syndrome dépressif:

  • manque d'intérêt pour le monde;
  • un état de tristesse ou de désir prolongé;
  • la passivité, l'apathie;
  • troubles de la concentration;
  • un sentiment d'inutilité;
  • troubles du sommeil;
  • diminution de l'appétit;
  • détérioration de la capacité de travail;
  • pensées de suicide récurrentes;
  • détérioration de l'état de santé général, ne pas trouver d'explication lors de l'examen.

Pour le trouble bipolaire caractérisé par:

  • phases alternées de dépression et de manie;
  • humeur dépressive pendant la phase dépressive;
  • au cours de la période maniaque - insouciance, irritabilité, agressivité, hallucinations et (ou) non-sens.

Le trouble anxieux présente les manifestations suivantes:

  • pensées lourdes et obsessionnelles;
  • troubles du sommeil;
  • diminution de l'appétit;
  • sentiment constant d'anxiété ou de peur;
  • essoufflement;
  • la tachycardie;
  • détérioration de la concentration.

Caractéristiques du cours chez les enfants et les adolescents

Le tableau clinique des troubles affectifs chez les enfants et les adolescents présente des caractéristiques distinctives. Les symptômes somatiques et végétatifs sont mis en avant. Les signes de dépression sont:

  • les peurs nocturnes, y compris la peur des ténèbres;
  • difficulté à s'endormir;
  • pâleur de la peau;
  • plaintes de douleur à la poitrine ou à l'abdomen;
  • fatigue accrue;
  • une forte diminution de l'appétit;
  • capricieux
  • refus de jouer avec des pairs;
  • la lenteur;
  • difficultés d'apprentissage.

Les états maniaques chez les enfants et les adolescents se produisent également de manière atypique. Ils se caractérisent par des signes tels que:

  • gaieté accrue;
  • désinhibition;
  • incontrôlable;
  • yeux brillants;
  • rougeur du visage;
  • discours accéléré;
  • rire constant.
Voir aussi:

Diagnostics

Le diagnostic des troubles affectifs est réalisé par un psychiatre. Cela commence par une histoire approfondie. Pour une étude approfondie des caractéristiques de l'activité mentale peut être attribué à un examen médical et psychologique.

Des symptômes affectifs peuvent être observés sur le fond des maladies:

  • système endocrinien (syndrome adrénogénital, hypothyroïdie, thyrotoxicose);
  • système nerveux (épilepsie, sclérose en plaques, tumeurs cérébrales);
  • troubles mentaux (schizophrénie, troubles de la personnalité, démence).

C'est pourquoi le diagnostic des troubles affectifs doit nécessairement inclure l'examen du patient par un neurologue et un endocrinologue.

Traitement

L'approche moderne du traitement des troubles affectifs repose sur l'utilisation simultanée de méthodes psychothérapeutiques et de médicaments du groupe des antidépresseurs. Les premiers résultats du traitement deviennent visibles au bout de 1-2 semaines. Le patient et ses proches doivent être informés de l'interdiction de cesser de prendre des médicaments de manière spontanée, même en cas d'amélioration constante de la santé mentale. Les antidépresseurs ne peuvent être annulés que progressivement, sous la surveillance du médecin traitant.

Prévention

En raison de l'incertitude quant aux raisons exactes à l'origine du développement des troubles affectifs, il n'existe aucune mesure de prévention spécifique.

Conséquences et complications

Les troubles affectifs, en particulier en l’absence de traitement adéquat, aggravent la socialisation du patient, entravent l’établissement de relations amicales et familiales, réduisent la capacité de travail. Ces conséquences négatives détériorent la qualité de vie non seulement du patient, mais également de son environnement proche.

Les complications de certains troubles affectifs peuvent être des tentatives de suicide.

Troubles affectifs

Troubles affectifs (syn. Sautes d'humeur) - il ne s'agit pas d'une maladie distincte, mais d'un groupe de conditions pathologiques associées à une violation des expériences internes et à l'expression externe de l'humeur d'une personne. De tels changements peuvent conduire à un mauvais ajustement.

Les sources exactes des pathologies ne sont actuellement pas connues des cliniciens. Cependant, il est supposé que des facteurs psychosociaux, une prédisposition génétique et une altération du fonctionnement de certains organes internes peuvent affecter leur survenue.

Le tableau clinique comprend de nombreux symptômes, mais la passivité et l'apathie, la dépression, les troubles du sommeil, les pensées obsessionnelles sur le suicide, le manque d'appétit et les hallucinations sont considérés comme les principaux.

Le diagnostic de ces troubles est effectué par un psychiatre et repose sur la collecte et l'étude de l'histoire de la vie. Comme ces affections peuvent résulter d'autres pathologies (trouble affectif organique), le patient doit être consulté par différents spécialistes.

Le traitement consiste en des méthodes thérapeutiques conservatrices, parmi lesquelles la prise d'antidépresseurs et de tranquillisants, le travail du patient avec un psychothérapeute. L'absence totale de traitement peut avoir des conséquences graves.

Dans la classification internationale des maladies de la dixième révision de cette catégorie de pathologies, plusieurs chiffres sont attribués. Pour les troubles de l'humeur, le code CIM-10 sera F30 - F39.

Étiologie

Les raisons fondamentales pour lesquelles les personnes développent des troubles de la personnalité émotionnelle ne sont pas encore complètement connues. Certains experts dans le domaine de la psychiatrie suggèrent que cela est dû à la perturbation du fonctionnement de tels systèmes:

  • épiphysaire;
  • hypothalamo-hypophysaire;
  • limbique

Leur impact négatif peut être dû au fait que la perturbation du fonctionnement des systèmes entraîne la libération cyclique de libérines et de mélatonine, à la base de laquelle il y a violation des rythmes circadiens de sommeil et de veille, d'activité sexuelle et de nutrition.

L'influence de la prédisposition génétique n'est pas exclue. Par exemple, le syndrome bipolaire (un des types de troubles affectifs) chez un patient sur deux est associé à une hérédité accablée - des troubles similaires sont observés chez au moins un des parents.

La génétique suggère que l'anomalie peut être causée par des mutations du gène situé sur le chromosome 11, responsable de la synthèse d'une enzyme spécifique qui régule le fonctionnement des glandes surrénales (production de catécholamines).

Les facteurs psychosociaux peuvent agir comme des provocateurs. Les effets à long terme des situations de stress positives et négatives entraînent une surcharge du système nerveux central, ce qui conduit à son épuisement et à la formation d'un syndrome dépressif. Les facteurs les plus importants de cette catégorie sont considérés comme:

  • réduction du statut économique;
  • la mort d'un être cher ou d'un être cher;
  • des querelles au sein de la famille, de l'école ou du groupe de travail - le plus souvent pour cette raison, développent des troubles affectifs chez les enfants et les adolescents.

En outre, de telles violations peuvent survenir dans le contexte du cours ou de l'absence totale de traitement pour certaines maladies:

  • syndrome adrénogénital;
  • sclérose en plaques;
  • hypothyroïdie, thyrotoxicose et autres pathologies endocriniennes;
  • l'épilepsie;
  • la démence;
  • dystonie vasculaire;
  • tumeurs malignes;
  • troubles mentaux de la personnalité.

Il y a des cas où les facteurs prédisposants sont:

  • déséquilibre hormonal;
  • échec saisonnier des neurotransmetteurs - un trouble affectif saisonnier se développe;
  • la période de procréation ou la période post-partum;
  • l'adolescence;
  • dépendance excessive à l'alcool - la dépression liée à l'alcool fait partie d'un groupe de troubles de l'humeur;
  • abus sexuel.

Risque accru de développer la maladie que les cliniciens associent à certains traits:

  • la constance;
  • conservatisme;
  • responsabilité accrue;
  • désir excessif d'ordre;
  • inclination aux sautes d'humeur;
  • sentiments anxieux fréquents;
  • présence de traits schizoïdes ou psychasthéniques.

La raison possible du développement d'un état anormal peut être posée dans les contradictions internes d'une seule personne avec la société.

Classification

En psychiatrie, il est habituel de distinguer plusieurs formes fondamentales de l'évolution des troubles affectifs, qui diffèrent par le tableau clinique. Il y a:

  1. Troubles dépressifs Il existe une léthargie motrice, une tendance à la pensée négative, l'incapacité de ressentir un sentiment de joie et des changements d'humeur fréquents.
  2. Troubles maniaques. Différence dans l'humeur élevée et l'excitation mentale, l'activité motrice élevée.
  3. Trouble bipolaire ou psychose maniaco-dépressive. Il y a une alternance de phases maniaques et dépressives, qui peuvent se remplacer ou alterner avec un état mental normal.
  4. Troubles anxieux. Une personne se plaint de l'apparence sans cause de peur, d'anxiété et d'anxiété. Ces patients sont presque toujours dans l'attente d'un malheur imminent, de problèmes ou de tragédies. Dans les cas graves, des attaques de panique se développent.

Certains troubles de l'humeur affectifs ont leur propre classification. La dépression survient:

  • clinique (trouble dépressif majeur) - symptômes prononcés;
  • petit - la gravité des symptômes est moins intense;
  • atypique - les symptômes caractéristiques sont complétés par une instabilité émotionnelle;
  • psychotique - diverses hallucinations apparaissent sur le fond de la dépression;
  • mélancolique - un sentiment de culpabilité se développe;
  • Involutionnelle - il y a une diminution ou une altération significative des fonctions motrices;
  • postnatals - les symptômes caractéristiques surviennent quand une femme donne naissance à un enfant;
  • trouble récurrent est la forme la plus légère, caractérisée par une légère durée des épisodes de dépression.

Répartir séparément la dépression alcoolique et le trouble affectif saisonnier.

L'état maniaque a deux types:

  • manie classique avec une manifestation vive des symptômes ci-dessus;
  • hypomanie - les symptômes sont légers.

Les types de psychose maniaco-dépressive comprennent les options suivantes:

  • alternant correctement - il y a une alternance ordonnée de dépression, de manie et d'intervalles "clairs";
  • incorrectement intermittent - des phases alternant de manière aléatoire se produisent;
  • la double dépression cède immédiatement la place à la manie ou vice versa, après deux épisodes de ce type, il y a une période «brillante»;
  • circular - caractérisé par une alternance ordonnée de dépression et de manie, mais les intervalles "clairs" sont absents.

La durée d'un épisode peut varier d'une semaine à deux ans et la durée moyenne de la phase est de plusieurs mois. Le temps de la "lumière" est de 3 à 7 ans.

Il existe un groupe de pathologies, appelées "troubles de l'humeur chroniques":

  • dysthymie - symptômes similaires à la dépression clinique et signes moins intenses, mais plus longs;
  • cyclothymie - une affection semblable au trouble bipolaire, une alternance de dépression légère et d'hyperthymie est observée;
  • l'hyperthymie se manifeste par une humeur inutilement élevée, une poussée de force et de vigueur, un optimisme inadéquat et une haute estime de soi;
  • L'hypothymie est caractérisée par une humeur basse persistante, une activité physique et une émotivité;
  • anxiété chronique;
  • apathie ou complète indifférence envers soi-même, tous les événements et le monde qui l’entoure.

Symptomatologie

Les troubles affectifs, selon la forme du flux, ont un tableau clinique différent. Par exemple, les symptômes d'un syndrome dépressif:

  • manque d'intérêt pour le monde;
  • l'état de tristesse prolongée et de nostalgie;
  • passivité et apathie;
  • problèmes de concentration;
  • un sentiment d'inutilité et d'inutilité de l'existence;
  • perturbation du sommeil, jusqu'à son absence complète;
  • diminution de l'appétit;
  • diminution de la capacité de travail;
  • l'émergence d'idées sur la réconciliation de comptes avec la vie;
  • détérioration de l'état de santé général, mais aucune maladie somatique n'a été détectée au cours de l'enquête.

La période maniaque des troubles bipolaires se caractérise par les symptômes suivants:

  • augmentation de l'activité motrice;
  • bonne humeur;
  • accélération des processus de pensée;
  • l'insouciance;
  • agression non motivée;
  • hallucinations ou état délirant.

Pour la phase dépressive particulière:

  • irritabilité;
  • sautes d'humeur fréquentes;
  • détérioration des processus de pensée;
  • léthargie

L'anxiété a les symptômes suivants:

  • pensées obsessionnelles;
  • l'insomnie;
  • manque d'appétit;
  • anxiété et peur constantes;
  • essoufflement;
  • augmentation du rythme cardiaque;
  • incapacité à se concentrer pendant longtemps.

Les états du spectre maniaque comprennent les symptômes suivants:

  • irritabilité anormale ou, au contraire, bonne humeur pendant 4 jours ou plus;
  • augmentation de l'activité physique;
  • bavardage inhabituel, familiarité et sociabilité;
  • problèmes de concentration;
  • besoin réduit de sommeil;
  • augmentation de l'activité sexuelle;
  • imprudence et irresponsabilité.

Le trouble de la personnalité affective chez les enfants et les adolescents se déroule un peu différemment, les signes cliniques somatiques et autonomes apparaissant au premier plan.

Symptômes de dépression chez les enfants:

  • peur des ténèbres et autres peurs nocturnes;
  • difficulté à s'endormir;
  • peau pâle;
  • douleur à l'abdomen et à la poitrine;
  • augmentation des caprices et des larmes;
  • une forte diminution de l'appétit;
  • fatigue
  • manque d'intérêt pour les jouets précédemment préférés;
  • la lenteur;
  • problèmes d'apprentissage.

Une évolution atypique chez les adolescents est observée dans la manie, qui se traduit par de tels signes:

  • brillance malsaine dans les yeux;
  • incontrôlable;
  • activité accrue;
  • hyperémie de la peau;
  • discours accéléré;
  • rire déraisonnable.

Dans certains cas, des symptômes comorbides sont observés - ceux qui précèdent ou se développent dans le contexte des principaux symptômes d’affections pathologiques.

Si un ou plusieurs des symptômes mentionnés ci-dessus surviennent chez des enfants, des adolescents ou des adultes, vous devriez consulter un psychiatre dès que possible.

Diagnostics

Un spécialiste expérimenté peut poser le bon diagnostic dès le stade du diagnostic initial, qui combine plusieurs manipulations:

  • étudier les antécédents familiaux de la maladie - pour identifier les prédispositions génétiques;
  • familiarisation avec les antécédents de la maladie du patient - pour détecter les problèmes pouvant causer des troubles affectifs dans les maladies somatiques;
  • recueil et analyse de l'histoire de la vie;
  • un examen physique approfondi;
  • examen psychiatrique complet;
  • une enquête détaillée sur le patient ou ses proches - pour établir la première heure d'occurrence et la gravité des signes cliniques caractéristiques.

Un examen médical plus complet et une consultation avec d'autres spécialistes (par exemple, un endocrinologue ou un neurologue) sont nécessaires dans les cas où le trouble de l'humeur est causé par la survenue d'une maladie primaire. En fonction du médecin auquel la personne s'adresse, des diagnostics spécifiques en laboratoire et aux instruments seront attribués.

Un psychodiagnostic différentiel du trouble affectif lié à de telles maladies est nécessaire:

  • l'épilepsie;
  • sclérose en plaques;
  • néoplasmes cérébraux;
  • maladie mentale;
  • pathologie endocrine.

Traitement

Le traitement repose sur des méthodes conservatrices impliquant l'administration de médicaments. Ainsi, le traitement des troubles affectifs vise l'utilisation des médicaments suivants:

  • antidépresseurs du groupe tricyclique;
  • antipsychotiques;
  • les tranquillisants;
  • inhibiteurs sélectifs et non sélectifs;
  • stabilisateurs de l'humeur;
  • stabilisateurs de l'humeur.

Avec l'inefficacité des médicaments, on se tourne vers la thérapie électroconvulsive.

Dans la pratique du traitement est très important psychothérapie des troubles affectifs, qui peuvent être:

  • individu ou famille;
  • interpersonnelle et comportementale;
  • de soutien et cognitif;
  • thérapie de gestalt et psychodrame.

Prévention et pronostic

Pour réduire le risque de développer les troubles ci-dessus, il est nécessaire de suivre quelques recommandations simples. La prévention des troubles affectifs comprend les règles suivantes:

  • rejet complet des mauvaises habitudes;
  • relations de confiance dans la famille, en particulier entre parents et enfants;
  • prendre des médicaments contenant des neurotransmetteurs - aidera à éviter l'apparition d'un problème tel que le trouble affectif saisonnier, mais tous les médicaments doivent être prescrits par un clinicien;
  • la détection précoce et le traitement complexe de maladies pouvant causer des troubles comorbides;
  • Un examen médical préventif complet dans un établissement médical, y compris une visite chez un psychiatre, sera l’occasion de détecter un trouble affectif organique à un stade précoce.

Le pronostic dépend de l'évolution de la maladie et du principal facteur étiologique ayant provoqué l'anomalie. Par exemple, dans les maladies somatiques, la probabilité de développer des complications de la pathologie sous-jacente n’est pas exclue. Les troubles affectifs saisonniers et récurrents ont le pronostic le plus favorable.

Cependant, quelle que soit la forme de la survenue de déviations, la probabilité de survenue de conséquences n'exclut pas: une tentative de suicide, des problèmes de socialisation, une diminution de la capacité de travail. Ces complications peuvent être évitées si une correction psychologique de l'humeur est fournie à une personne en temps voulu.

Troubles affectifs

Les frustrations affectives (frustrations de l'humeur) constituent le nom général d'un groupe de troubles mentaux associés à des troubles de la sphère émotionnelle. Présent dans ICD. La classification DSM combine plusieurs diagnostics lorsque le symptôme principal est une violation de l'état émotionnel [1].

Les plus largement reconnus sont deux types de troubles, la différence étant fonction du fait qu'une personne a déjà eu un épisode maniaque ou hypomaniaque. Ainsi, il existe des troubles dépressifs, parmi lesquels le plus connu et le plus étudié est un trouble dépressif majeur, également appelé dépression clinique, et un trouble affectif bipolaire, connu auparavant sous le nom de psychose maniaco-dépressive et décrit par des périodes (hypo) maniaques intermittentes d'une durée de 2 à 3 semaines). semaines à 4-5 mois et épisodes dépressifs (durée moyenne 6 mois).

Dans certains cas, les troubles affectifs sont appelés manifestations intenses d'émotions inappropriées (dans le cadre d'un trouble délirant), par exemple, peur, anxiété, colère, colère, enthousiasme ou extase [2].

Les troubles affectifs peuvent être accompagnés d'autres troubles, tels que des délires ou des troubles catatoniques [3].

Le contenu

Classification

Troubles dépressifs

  • Un trouble dépressif majeur, souvent appelé dépression clinique, survient lorsqu'une personne a connu au moins un épisode dépressif «clinique» (F 32.1 32.1). La dépression sans période de manie est souvent appelée dépression unipolaire, car l’humeur reste dans un état émotionnel ou «pôle» [4]. Lors du diagnostic, il existe plusieurs sous-types ou spécifications pour le déroulement du traitement:
  • Dépression atypique - caractérisée par une réactivité et une positivité de l'humeur (anhédonie paradoxale), une prise de poids importante ou une augmentation de l'appétit («manger pour soulager l'anxiété»), un sommeil excessif ou une somnolence (hypersomnie), une sensation de lourdeur dans les membres et un manque significatif de socialisation, en conséquence d'une hypersensibilité à un rejet social apparent [5]: 421. Des difficultés dans l'évaluation de ce sous-type ont conduit à la question de sa validité et de sa distribution [1].
  • Dépression mélancolique (dépression aiguë) - caractérisée par une perte de plaisir (anhédonie) dans la plupart des cas, incapacité de répondre à des stimuli agréables, humeur basse, plus prononcée que le regret ou la perte, aggravation des symptômes le matin, réveil tôt le matin, psychomotricité léthargie, perte de poids excessive (à ne pas confondre avec l'anorexie mentale) ou forte culpabilité [5]: 419.
  • La dépression psychotique désigne une longue période dépressive, en particulier de nature mélancolique, lorsqu'un patient présente des symptômes psychotiques tels que des délires ou des hallucinations moins probables. Ces symptômes correspondent presque toujours à l'humeur (le contenu coïncide avec les thèmes dépressifs) [5]: 412.
  • La dépression involutive (dépression durcissante) est une forme rare et grave de dépression clinique, comprenant un trouble des mouvements et d'autres symptômes. Dans ce cas, la personne est silencieuse, presque dans un état de stupeur, et est soit immobile, soit fait des mouvements sans but ou même anormaux. Des symptômes catatoniques similaires se développent également dans la schizophrénie, les épisodes maniaques ou sont dus au syndrome neuroleptique malin [5]: 417.
  • Dépression post-partum - marquée comme terme de clarification dans le DSM-IV-TR; elle fait référence aux excès, persistants et entraînant parfois la perte de capacité de dépression des femmes après la naissance d'un enfant. La dépression postpartum, dont la probabilité est estimée à 10-15%, se manifeste généralement dans les trois mois ouvrables et ne dure pas plus de trois mois [6].
  • Trouble affectif saisonnier est un terme de clarification. La dépression chez certaines personnes est saisonnière, avec un épisode de dépression en automne ou en hiver et un retour à la normale au printemps. Un diagnostic est posé si la dépression s'est manifestée au moins deux fois pendant les mois les plus froids et jamais à un autre moment de l'année pendant deux ans ou plus [5]: 425.
  • La dysthymie est un trouble de l'humeur chronique modéré, quand une personne se plaint de mauvaise humeur presque quotidiennement pendant au moins deux ans. Les symptômes ne sont pas aussi graves que ceux de la dépression clinique, bien que les personnes atteintes de dysthymie soient simultanément sujettes à des épisodes de dépression clinique périodiques (parfois appelés «double dépression») [1].
  • Autres troubles dépressifs (DD-NOS) - incluent les troubles dépressifs qui causent des dommages, mais ne correspondent pas aux diagnostics définis officiellement. La CIM-9 était désignée par le code 311 311. Selon le DSM-IV, «tous les troubles dépressifs qui ne répondent aux critères d'aucun trouble spécifique» sont couverts. Ils comprennent une étude des diagnostics de dépression transitoire récurrente et de dépression mineure, indiqués ci-dessous:
  • Le trouble transitoire récurrent (dépression brève récurrente, RBD) se distingue du trouble dépressif majeur principalement en raison de la différence de durée. Les patients souffrant de dépression transitoire récurrente présentent des épisodes dépressifs une fois par mois, avec des épisodes individuels d'une durée inférieure à deux semaines et généralement inférieure à 2-3 jours. Pour diagnostiquer une MP, les épisodes doivent se produire pendant au moins un an et, si la patiente est une femme, quel que soit leur cycle menstruel [5]: 778. Les patients souffrant de dépression clinique peuvent développer un RBD, ainsi que l'inverse [7].
  • La dépression mineure est une dépression qui ne répond pas à tous les critères de la dépression clinique, mais dans laquelle au moins deux symptômes sont présents dans les deux semaines [8].

Trouble bipolaire

  • Le trouble affectif bipolaire, anciennement appelé «psychose maniaco-dépressive», est décrit comme des périodes intermittentes d’états maniaques et dépressifs (alternant parfois très rapidement ou se mélangeant dans un état dans lequel le patient présente simultanément des symptômes de dépression et de manie). Les sous-types comprennent:
  • Le trouble bipolaire I [I bipolaire] est déterminé si un ou plusieurs épisodes maniaques ou mixtes sont présents ou ont eu lieu, qu'il y ait ou non des épisodes de dépression clinique. Le diagnostic par DSM-IV-TR nécessite au moins un épisode maniaque ou «mixte». Pour le diagnostic du trouble bipolaire I, les épisodes dépressifs, bien que non nécessaires, se manifestent souvent au cours de l'évolution de la maladie.
  • Le trouble bipolaire II [Bipolar II] est caractérisé par des épisodes hypomaniaques et dépressifs.
  • La cyclothymie est une forme moins grave de trouble bipolaire, qui se manifeste par des périodes dysthymiques et d'hypomanie légère (ou hyperthymique) qui se manifestent de temps à autre, sans formes plus graves de manie ou de dépression. Souvent caractérisé par un parcours "symétrique", c’est-à-dire l’alternance correcte ou continue d’épisodes opposés, ou épisodes doubles [9].

Aspects socioculturels

Kay Redfield Jamison (Kay Redfield Jamison) et d’autres ont étudié le lien possible entre les troubles affectifs (en particulier le trouble bipolaire) et la créativité. Il a été suggéré que "la relation entre la créativité et la maladie mentale, en particulier le trouble affectif bipolaire et la dépression" [10] [11]. L'interdépendance entre dépression et créativité est particulièrement courante chez les femmes poètes [12] [13].

Voir aussi

  • Catégorie: Troubles affectifs
  • Affect (psychiatrie)
  • Déprimé
  • Syndrome maniaque
  • Trouble affectif bipolaire
  • Cyclothymie
  • Syndrome dépressif
  • Syndrome hypomaniaque
  • Stabilisateurs d'humeur
  • Antidépresseurs

Littérature

  • Tiganov A.S., Snezhnevsky A.V. et coll., Troubles affectifs // Guide de psychiatrie. - M.: Medicine, 1999. - T. 1. - pages 555-635. - 712 s. - ISBN 5-225-02676-1

Les notes

  1. S 123Sadock Benjamin J. Kaplan et Psychoatry de Sadock: sciences du comportement / psychiatrie clinique. - le 9 - Lippincott Williams Wilkins, 2002. - P. 534, 548, 552. - ISBN 0781731836
  2. ↑ Tiganov, 1999, p. 60
  3. ↑ A.S. Tiganov, A.V. Snezhnevsky et d'autres, Syndromes affectifs // Guide de psychiatrie / Ed. Académicien de l'Académie russe des sciences médicales A.S. Tiganov. - M.: Medicine, 1999. - T. 1. - pages 40 à 46. - 712 s. - ISBN 5-225-02676-1
  4. ↑ Parker Gordon Melancholia: une revue phénoménologique et neurobiologique. - Cambridge: Cambridge University Press, 1996. - P. 173. - ISBN 052147275X
  5. ↑ 123456American Psychiatric Association Diagnostic et handicap physique, Révision du texte: DSM-IV-TR. - Washington, DC: American Psychiatric Publishing, Inc., 2000. - P. 943. - ISBN 0890420254
  6. ↑ Ruta M Nonacs. eMedicine - Dépression post-partum
  7. ↑ Carta, Mauro Giovanni; Altamura, Alberto Carlo; Hardoy, Maria Carolina et al. (2003). "Est-ce une brève dépression récurrente d'une expression d'humeur chez les jeunes?". Archives européennes de psychiatrie et de neurosciences cliniques253 ​​(3): 149-53. DOI: 10.1007 / s00406-003-0418-5.
  8. ↑ Rapaport MH, juge LL, Schettler PJ, Yonkers KA, Thase ME, DJ Kupfer, Frank E, Plewes JM, Tollefson GD et Rush AJ (2002). Une analyse descriptive de la dépression mineure. American Journal of Psychiatry159 (4): 637–43. DOI: 10.1176 / appi.ajp.159.4.637. PMID 11925303.
  9. ↑ Tiganov, 1999, p. 608
  10. ↑ Des experts s'interrogent sur le lien entre l'humeur et les troubles de l'humeur - CNN.com
  11. Je suis Jamison K. R. touché par le feu: la maladie maniaco-dépressive et le tempérament artistique. - New York: Free Press, 1996. - ISBN 978-0684831831
  12. ↑ Kaufman, JC (2001). "L'effet Sylvia Plath: la maladie mentale chez d'éminents écrivains et créateurs." Journal of Creative Behavior35 (1): 37–50. ISSN0022-0175.
  13. ^ Bailey, DS (2003). "Considérer la créativité: l'effet 'Sylvia Plath'." Moniteur de psychologie (APA) 34 (10): 42.

Wikimedia Foundation. 2010

Voyez quels "troubles affectifs" dans d'autres dictionnaires:

Troubles de l'humeur (troubles affectifs) (F30 - F39) - Apparemment, les psychiatres continueront à discuter de la classification des troubles de l'humeur jusqu'à ce que de telles méthodes soient développées pour la subdivision des syndromes cliniques reposant au moins en partie sur des bases physiologiques ou...... Classification des troubles mentaux Troubles de la CIM-10. Descriptions cliniques et instructions de diagnostic. Critères de diagnostic de la recherche

"F34" Troubles de l'humeur résistants (chroniques) (troubles affectifs) - Les troubles de cette catégorie sont chroniques et ont généralement une nature fluctuante, où les épisodes individuels ne sont pas assez profonds pour être définis comme une hypomanie ou une dépression légère. Parce qu'ils durent des années, et parfois... Classification des troubles mentaux CIM-10. Descriptions cliniques et instructions de diagnostic. Critères de diagnostic de la recherche

"F38.1" Autres troubles de l'humeur récurrents (troubles affectifs) - Épisodes dépressifs à court terme survenus environ une fois par mois au cours de la dernière année. Tous les épisodes individuels durent moins de 2 semaines (dans les cas typiques, 2-3 jours, avec un rétablissement complet), mais répondent aux critères d'un épisode dépressif... Classification des troubles mentaux CIM-10. Descriptions cliniques et instructions de diagnostic. Critères de diagnostic de la recherche

F34.8 Autres troubles de l'humeur persistants (chroniques) (troubles affectifs) - Cette catégorie résiduelle comprend les troubles affectifs chroniques qui ne sont ni graves ni suffisamment longs pour répondre aux critères de cyclotymie (F34.0) ou de dysthymie (F34.1), mais avec ceux-ci sont cliniquement significatifs. Certains types...... Classification des troubles mentaux CIM-10. Descriptions cliniques et instructions de diagnostic. Critères de diagnostic de la recherche

F38 Autres troubles de l'humeur (affectifs) - Il est si possible d'inclure dans F38 de nombreux troubles que même aucun critère spécifique n'a été défini, à l'exception d'un épisode affectif mixte (F38.00) et d'un bref...... Classification de la santé mentale Troubles de la CIM-10. Descriptions cliniques et instructions de diagnostic. Critères de diagnostic de la recherche

F38.1 Autres troubles de l'humeur récurrents (affectifs). - F38.10 Trouble dépressif court récurrent A. Les troubles répondent aux critères symptomatiques de la dépression légère (F32.0), modérée (F32.1) ou grave (F32.2). B. Des épisodes dépressifs sont survenus au moins une fois par mois en...... Classification des troubles mentaux CIM-10. Descriptions cliniques et instructions de diagnostic. Critères de diagnostic de la recherche

F31.3 Troubles affectifs bipolaires épisode actuel de dépression modérée ou légère. - A. L'épisode actuel relève du critère d'un épisode dépressif à la fois léger (F32.0) et modéré (F32.1) B. Au moins un épisode affectif passé relève du critère d'un épisode hypomanique ou maniaque (F30... Classification de des troubles de la CIM-10: descriptions cliniques et directives de diagnostic, critères de diagnostic de la recherche.

F34.8 Autres troubles de l'humeur chroniques (affectifs). - Il s'agit d'une catégorie résiduelle pour les troubles affectifs chroniques qui ne sont ni suffisamment prononcés ni prolongés pour répondre aux critères de cyclothymie (F34.0) ou de dysthymie (F34.1), mais qui sont néanmoins cliniquement significatifs. Ceux-ci comprennent...... La classification des troubles mentaux CIM-10. Descriptions cliniques et instructions de diagnostic. Critères de diagnostic de la recherche

F38.0 Autres troubles de l'humeur solitaires (affectifs) F38.00 Épisode affectif mixte. - A. L'épisode se caractérise par un tableau clinique mixte ou un changement rapide (en quelques heures) d'hypomanie, de symptômes maniaques et dépressifs. B. Les symptômes maniaques et dépressifs doivent être exprimés en grande partie...... Classification des troubles mentaux CIM-10. Descriptions cliniques et instructions de diagnostic. Critères de diagnostic de la recherche

F38.8 Autres troubles de l'humeur précisés (affectifs). - Il s'agit d'une catégorie résiduelle pour les troubles affectifs qui ne répondent aux critères d'aucune autre rubrique des F30 à F38 (ci-dessus)... Classification des troubles mentaux ICD-10. Descriptions cliniques et instructions de diagnostic. Critères de diagnostic de la recherche

Période affective est appelée

Bern E. Introduction à la psychiatrie et à la psychanalyse pour les non-initiés. Par. de l'anglais - M., 2001 Brill A. Conférences sur la psychiatrie psychanalytique. Par. de l'anglais - Ekaterinbourg., 1998. A. Bukhanovsky. et al. Psychopathologie générale: Un manuel à l'usage des médecins. - croissance. N / A., 1998. Gindikin V.Ya. Psychiatrie pour psychologues cliniciens et psychothérapeutes. - M., 2001. Derner K., Plog U. L'erreur est humaine. Manuel sur la psychiatrie et psycho

Par. avec lui.-SPb., 1997.

Kaplan GI, Sadokb.J. Psychiatrie clinique. Par. chanté - M., 1994. -T.1-2. Kaplan G.I., Sadok B.Dzh. Psychiatrie clinique. Par. de l'anglais supplémentaire par ed. T.B. Dmitrieva. - M ^ Opo Kisker K.P. et al. (ed.). Psychiatrie, psychosomatique, psychothérapie. Par. avec lui. - M., 1999. Cornetov N.A. Dépression psychogène (clinique, pathogenèse). - Tomsk, 1993. Korolenko Ts.P., Dmitrieva N.V. Psychiatrie sociodynamique. - M. - Ekaterinburg., 2000. Polmayer G. Théorie psychanalytique de la dépression // Encyclopédie de la psychologie des profondeurs. T1 avec elle

Popov, Yu.V., Type V.D. Psychiatrie clinique moderne. - SPb., 2000. Tölle R. Psychiatrie avec des éléments de psychothérapie. Par. avec lui. - Minsk, 1999. Freud 3. Tristesse et mélancolie // Psychologie des émotions. Textes - M., 1984. - Pages 203-211. Hell D. Dépression de paysages. Par. avec lui. - M., 1999.

Ammon G. Psychiatrie dynamique. - SPb., 1995.

Anufriev A.K. (ed.). Troubles psychosomatiques dans les états cyclothymiques et cyclothymoïdes. -

Bern E. Psychothérapie de groupe. - M., 2000. Binswanger L., Rollo May, Carl Rogers. Trois points de vue sur le cas d'Ellen West // Mosk. psychothérapie Zh., 1993. -

№ 3. - pages 25-74. Blackbarn I.M. Le rôle de la psychothérapie cognitive dans le traitement des troubles anxieux et de la dépression. Medikogra-

fiya // Journal. chérie information et int. Communications, 1994. - V. 16. - Vol. 56. - № 1. Garanyan N.G., Kholmogorova A.B. Psychothérapie intégrative des troubles anxieux et dépressifs sur

la base du modèle cognitif // Mosk. psychothérapie Zh., 1996. - N ° 3. - Pages 112-140. Gelder M. et autres, Oxford Manual on Psychiatry, 2 pages - K., 1999. Gindikin V.Ya. Lexique de psychiatrie mineure. - M., 1997. Desyatnikov V.F., Sorokina T.T. Dépression cachée dans la pratique des médecins. - Minsk., 1981. Zhalyuene E.V. G., contribution de Fairburn à la théorie des relations d'objet // Ros. psychanalyse Ouest 1993-1994. -

Izard K.E. Psychologie des émotions. Par. de l'anglais - SPb., 1999. O. Kernberg Troubles graves de la personnalité: stratégies de psychothérapie. - M., 2000. Klein M. Quelques conclusions théoriques concernant la vie affective d'un enfant // Psychanalyse

Développement: samedi traductions. - Ekaterinburg., 1998. - Pages 59-107.

Korkina M.V. et autres Psychiatrie: Manuel. - M., 1995. _ __

Krause R. et ses collaborateurs, Affect Research and Psychotherapeutic Practice // Mosk. psychothérapie Journal, je 9 '

Lindeman E. Clinique du deuil aigu // Psychologie des émotions. Textes - M., 1984. - Pages 212-219. Mentsos S. Modèles psychodynamiques en psychiatrie. Par. avec lui. - M., 2001. M. nov.

Morozov G.V., Shuisky N.G. Introduction à la psychiatrie clinique (propédeutique en psychiatrie). - "•

un novice D.V., Shamray V.K. Psychiatrie clinique sous forme de graphiques, tableaux, figures. - SPb., 2001.. ^ Nikov P.G. Psychiatrie: Un guide rapide pour les médecins. - SPb., 1994. Pevich A.B. et autres, Dépression chez les patients somatiques, 1997. Lorou R et N ° • Psychanalyse clinique. Approche intersubjective. - M., 1999. par A.A. (Ed.) Guide de psychiatrie en 2-htt. - M., 1999. "Gorova L.V. Créativité Melanie Klein. - SPb., 2001." dans Psyché et son traitement: une approche psychanalytique. Traduit de l'anglais. - M., 2001. A. A. Lmogorova Garanyan N. Troubles émotionnels et culture moderne / par l'exemple de somatofor

nombreux troubles dépressifs et anxieux // Mosk. psychothérapie Zh., 1999. -N ° 2. -C. 61-90. donner M.T. Psychiatrie: cours d'introduction. Par. de l'anglais - Lev., 1998. Pulkovsky V.S., Chistyakov N.F. Bases de la psychiatrie. - croissance. N / A., 1997. Chumachenko A.A. Traitement de la dépression endogène par la méthode du drame symbolique // Klin, psikhol. et psychoter., 1999. -

Shapiro D. et al., L'effet de la durée du traitement et de la sévérité de la dépression sur l'efficacité de la psychothérapie cognitivo-comportementale et psychodynamique-interpersonnelle // Mosk. psychothérapie Zh., 1997. - №3.-С. 39-62.

Shader R. (ed.). Psychiatrie Par. de l'anglais - M., 1998. Schilder P. Essai sur la psychanalyse de la psychose // A. Adler, R. Assadgioli, K.G. Jung et al., Transformation et

sublimation de l'énergie sexuelle. Essais psychanalytiques. - M., 1996. -C. 103-206. Schneider M. Affect et son rôle dans la pratique psychanalytique (sur la reconnaissance d'événements réels) // Psychoanalyse et les sciences de l'homme. - M., 1995. - p. 360-376. Ellis. L'élément cognitif de la dépression, qui est injustement négligé // Mosk. psychothérapie Journal

JNG I. Solitude, dépression et thérapie cognitive: la théorie et son application // Labyrinthes de la solitude. Par. de l'anglais - M., 1989. - Pages 552-593.

En Savoir Plus Sur La Schizophrénie