L'axonopathie est un trouble qui affecte les processus des cellules nerveuses. Comme ils sont situés dans tout le corps, les symptômes de la maladie peuvent être différents.

La défaite des axones appartient au groupe des polyneuropathies. La maladie est considérée comme un processus dégénératif se développant lentement. L'axonopathie est traitée par un neurologue.

Comme tous les troubles du système nerveux périphérique, la maladie se manifeste par une altération des mouvements et de la sensibilité, des symptômes autonomes. Avec un traitement adéquat, il est possible d'arrêter la dégénérescence, améliorant ainsi le pronostic à vie.

Causes et pathogenèse de la maladie

Des processus nerveux périphériques peuvent se développer pour les raisons suivantes:

  1. Intoxication chimique. Avec les effets à long terme du poison sur le corps, le métabolisme intracellulaire des neurones est perturbé, ce qui entraîne une carence en nutriments essentiels et le tissu subit une dégénérescence. Les poisons comprennent: l'alcool méthylique, le monoxyde de carbone, l'arsenic.
  2. Troubles endocriniens En raison du déséquilibre hormonal, les processus métaboliques de l'organisme ralentissent. Cela se reflète dans toutes les fonctions, y compris la transmission de l'influx nerveux le long des axones.
  3. Carence en vitamine. Le manque de substances bénéfiques conduit à une destruction lentement progressive des processus périphériques.
  4. Intoxication chronique à l'alcool éthylique. L'axonopathie se développe souvent chez les personnes souffrant d'alcoolisme sur plusieurs années.

Le mécanisme d'occurrence des violations dans les axones est considéré au niveau cellulaire. Dans les processus périphériques, aucun organite ne produit de composés protéiques (EPS, ribosomes). Par conséquent, pour le fonctionnement des parties périphériques des nutriments proviennent du corps cellulaire (neurone). Ils se déplacent vers les axones à l'aide de systèmes de transport spéciaux. Sous l'influence de substances toxiques ou de changements hormonaux, le flux de protéines à la périphérie est perturbé.

L'état pathologique peut également être dû à une production d'énergie insuffisante dans les mitochondries, ce qui perturbe le transport antérograde des phospholipides et des glycoprotéines. La dégénérescence est particulièrement prononcée dans les axones longs. Pour cette raison, les principaux symptômes de la maladie se font sentir aux extrémités distales.

La défaite des processus périphériques conduit progressivement à la mort de la cellule entière. Dans le même temps, il est impossible de restaurer les fonctions. Si le corps du neurone reste intact, la régression pathologique est possible.

Facteurs de risque

La perturbation du métabolisme cellulaire ne se produit pas sans cause.

Dans certains cas, il semble que le facteur provocant était absent, mais ce n’est pas le cas.

Ainsi, une variante d'axonopathie subaiguë et chronique se développe. Dans ces cas, la dégénérescence se produit progressivement.

Les facteurs de risque d'occurrence du processus pathologique comprennent:

  • intoxication chronique, ce qui n’est pas toujours perceptible - les personnes qui exercent des activités dangereuses, prennent des médicaments à long terme et vivent dans des conditions défavorables y sont exposées;
  • la présence de maladies neurologiques inflammatoires causées par des agents infectieux;
  • pathologie du cancer;
  • maladies chroniques des organes internes;
  • abus d'alcool.

Types de pathologie

Il existe 3 types d'axonopathie, qui diffèrent par le mécanisme de développement, la sévérité du tableau clinique et le facteur étiologique.

  1. Violation de type 1 se réfère à des processus dégénératifs aigus, la maladie survient lors d'un empoisonnement grave du corps.
  2. Processus pathologique subaiguë caractérise la violation de type 2, ce qui conduit à des troubles métaboliques. C'est souvent le cas - diabète, goutte, etc.
  3. La dégénérescence des processus périphériques de type 3 se développe plus lentement que d'autres variantes de la maladie. Ce type de maladie est souvent observé chez les personnes immunodéprimées et souffrant d'alcoolisme.

Manifestations cliniques

Le symptôme initial de l'axonopathie est une diminution de la sensibilité qui se produit progressivement. Le tableau clinique se caractérise par une sensation de chair de poule dans le pied et la main, un engourdissement des doigts. Il y a ensuite une perte totale de sensibilité profonde sur le type de "chaussettes" et de "gants". Avec la progression de l'état pathologique, une personne peut ne pas ressentir de douleur ni de stimulation de la température.

Un processus dégénératif prononcé se manifeste par une déficience motrice. Le patient s'inquiète de la faiblesse, de la boiterie. Au stade terminal de la maladie, une paralysie périphérique et une parésie se développent. Les réflexes tendineux sont affaiblis ou ne sont pas du tout causés.

Les axones des membres inférieurs et supérieurs, les nerfs crâniens sont sujets à la dégénérescence. L'axonopathie du nerf péronier est exprimée par les symptômes suivants:

  • l'activité motrice des jambes en souffre - le processus de flexion et d'extension est perturbé;
  • il n'y a pas de pronation et de supination;
  • force réduite dans les muscles du mollet, entraînant un changement de démarche.

La défaite du nerf oculomoteur conduit à plisser les yeux. Il peut y avoir une diminution de l'acuité visuelle et un rétrécissement des champs visuels.

Si le nerf phrénique est impliqué dans le processus dégénératif, il se produit alors un syndrome de Horner caractéristique, caractérisé par le développement d'un ptosis, d'un myosis et d'une énophtalmie (rétraction du globe oculaire).

Avec la défaite du nerf vague, l'innervation des organes internes est perturbée, ce qui se manifeste cliniquement par une tachycardie, une augmentation du NPV.

Méthodes de diagnostic et de traitement

Le neuropathologiste diagnostique la maladie lors d'un examen spécifique. Il effectue des études de sensibilité, de force musculaire et de réflexes. Pour déterminer les causes de l'état pathologique, un diagnostic en laboratoire est effectué. Les patients doivent passer un test sanguin général et biochimique. Teneur estimée en minéraux: calcium, sodium et potassium, glucose.

Avec les perturbations hémodynamiques, un ECG est effectué. Un examen radiographique du thorax est également présenté. Pour exclure les maladies du SNC, l'électroencéphalographie et l'USDG des vaisseaux de la tête sont réalisés.

Le diagnostic spécifique comprend l'électroneuromyographie. Cette étude nous permet d’estimer la prévalence des lésions dans les processus périphériques, ainsi que de déterminer comment le pouls est conduit.

Dans les processus dégénératifs, le traitement de l'axonopathie est long. En plus du développement des muscles à l'aide de la thérapie d'exercice et de massage, montre l'utilisation de médicaments.

Ceux-ci incluent des médicaments du groupe des nootropes et des vitamines du groupe B. Ils prescrivent des médicaments.

Piracetam - l'un des nootropics les plus célèbres

Phenotropil, Piracetam, Neuromultivitis, qui aident à restaurer le métabolisme dans les cellules du système nerveux. Sont également présentés des médicaments destinés à améliorer la circulation sanguine dans le cerveau, avec leur aide à améliorer la nutrition du tissu cérébral - Cerebrolysin, Actovegin.

Lorsque le déséquilibre hormonal est nécessaire pour traiter la maladie sous-jacente qui a conduit au développement de l'axonopathie. Les complications de la pathologie incluent la paralysie, la cécité, les maladies cardiovasculaires et les accidents vasculaires cérébraux.

Les mesures préventives comprennent la lutte contre les facteurs de provocation - effets de l’intoxication, alcoolisme. Avec le diabète, il est nécessaire de maintenir une glycémie normale. L'apparition d'une paresthésie est considérée comme une raison pour faire référence à un neuropathologiste.

Axonopathie

Description

L'axonopathie est une maladie caractérisée par des lésions des processus longs des cellules nerveuses, pour diverses raisons. L'axonopathie désigne des maladies de type pathologique et constitue un type de polyneuropathie.

L'axonopathie est divisée en trois types, en fonction du mécanisme de son développement dans le corps.

  1. Le premier type d'axonopathie est la polyneuropathie axonale aiguë, le deuxième type est la polyneuropathie axonale subaiguë et le troisième type est la polyneuropathie axonale chronique. Le premier type de maladie peut se développer avec un empoisonnement au méthanol, à l'arsenic ou au monoxyde de carbone.
  2. Le second type se développe en raison de troubles métaboliques.
  3. Le troisième type d'axonopathie peut se développer avec l'abus d'alcool et les carences chroniques en vitamines.

Les symptômes

Les symptômes de l'axonopathie sont les suivants: violation de la sensibilité, sensations désagréables dans le corps, troubles des mouvements, fonctions végétatives, par exemple transpiration accrue, pigmentation de la peau, etc.

L'axonopathie a une nature de développement très lente. Dans cette maladie, les fibres nerveuses grandes et petites peuvent être touchées. Le développement commence par les parties les plus éloignées du corps, le bout des doigts ou des orteils.

Les signes du développement de l'axonopathie: la sensibilité de la douleur est perturbée (la sensibilité de la peau est atrophiée), la sensibilité de la température diminue (le patient cesse de ressentir le froid et la chaleur), les réflexes s'estompent.

La restauration de toutes les fonctions perturbées du corps, ainsi que le développement de l'axonopathie, sont extrêmement lents et pas toujours complets.

Diagnostics

Le diagnostic de l'axonopathie se fait par étapes. Le diagnostic commence par interroger le patient sur les manifestations de la maladie et en l'examinant. Ensuite, vous devez mener des études de laboratoire et instrumentales.

Les méthodes diagnostiques de l'axonopathie comprennent: l'électroneuromyographie (établir le niveau de la lésion et examiner le comportement du signal électro), une analyse clinique générale du sang, de l'urine, une analyse sanguine biochimique du glucose, une ponction du liquide céphalo-rachidien avec son examen ultérieur, une radiographie thoracique, une échographie de tous les organes du péritoine, Tests d'infection à VIH.

Prévention

En médecine, il n’existe pas d’opinion précise ni de réponse à la question concernant les causes de l’apparition et du développement de l’axonopathie dans le corps humain. Par conséquent, personne n'a encore réussi à développer une méthodologie pour la prévention de cette maladie.

Médecins - les scientifiques conseillent aux personnes qui sont sujettes à cette maladie d'éviter les situations stressantes et de rester au calme la plupart du temps.

Traitement

Le traitement de l'axonopathie est un processus extrêmement long. Tout d'abord, les complexes de vitamines sont prescrits, des médicaments pouvant améliorer le flux sanguin dans les petits vaisseaux. Appliquez ensuite les outils qui restaurent progressivement le système nerveux humain, nourrissez-le avec les substances nécessaires et renforcez-le pour éviter la récurrence de la maladie.

En outre, un traitement peut être prescrit pour la maladie contre laquelle une axonopathie s'est développée. Par exemple, les médicaments antibactériens ou antiviraux. Si le patient souffre de diabète, on lui prescrit des médicaments hypoglycémiques.

La période de rééducation après l'axonopathie est également retardée, car la restauration complète du système nerveux n'a pratiquement pas lieu. Tous les patients présentent des effets résiduels se traduisant par des troubles ou des dysfonctionnements d'autres organes et systèmes. La probabilité et l'intensité de ces dysfonctionnements dépendent de l'étendue et du degré de développement de l'axonopathie.

Traitement de la neuropathie du nerf péronier avec des remèdes populaires: thérapie par l'exercice en cas de maladie

La neuropathie (névrite) du nerf péronier est une lésion inflammatoire des terminaisons nerveuses du membre inférieur. Il se développe à la suite d'un pincement d'un nerf, d'une ecchymose ou d'une autre blessure à la jambe. Il existe des processus pathologiques dans les nerfs péronier et tibial, ainsi que des dommages sensoriels. Cette maladie se cache à la fois un enfant et un adulte. Si ne pas agir à temps, la névrite peut provoquer des complications graves.

Causes de la maladie

La neuropathie du nerf péronier chez les enfants et les adultes se développe en raison de:

  • Troubles du flux sanguin dus à des maladies vasculaires (insuffisance circulatoire chronique, thrombophlébite, varices).
  • Mauvaise formulation de l'injection intramusculaire.
  • Pathologies infectieuses sévères.
  • Cancer, accompagné de la propagation des métastases dans tout le corps.
  • Dommages ischémiques aux muscles et aux nerfs de la jambe inférieure.
  • Conditions pathologiques caractérisées par une altération des processus métaboliques: diabète, insuffisance rénale, rhumatismes.
  • Maladies systémiques entraînant des lésions du tissu conjonctif dans les membres (arthrite, arthrose, goutte).
  • Compression des fibres nerveuses ou neuropathie tunnel.
  • Effets mécaniques sur l'appareil axonal de la jambe résultant de la rupture des fibres neuromusculaires, d'une lésion des articulations et des os résultant d'une chute, d'un coup ou d'une blessure grave, y compris une fracture.

Selon la classification internationale de la neuropathie ICD-10 du nerf péronier, le code G57.8 est attribué.

Symptômes de la neuropathie

Au stade initial de la maladie, les symptômes sont légers mais progressent avec le temps.

Les principaux symptômes de la neuropathie:

  • Gonflement de la jambe.
  • Fonction motrice altérée. L'amplitude de flexion et d'extension du pied est limitée, à cause de laquelle il commence à pendre involontairement.
  • Inconfort dans les membres inférieurs: engourdissement, chair de poule sur la peau, picotement ou légère sensation de brûlure.
  • Douleur qui augmente progressivement et devient plus prononcée pendant l'exercice. En particulier, la douleur augmente avec les squats, la course à pied et d'autres exercices où la partie inférieure de la jambe est activement impliquée.

Au fil du temps, une atrophie musculaire, unilatérale ou bilatérale, peut se développer. Parfois, la sensibilité du membre inférieur est partiellement ou complètement perdue.

Diagnostic de pathologie

Il est possible de diagnostiquer une lésion axonale dans la région du nerf péronier grâce aux méthodes d'examen suivantes:

  • Électromyographie.
  • Électroneurographie.
  • Tests sur la sensibilité de la surface de la peau avec une aiguille.
  • Échographie.

Pour clarifier le diagnostic, autoriser les examens aux rayons X, la tomodensitométrie, la numération globulaire complète.

Plus tôt le diagnostic est posé et le traitement commencé, plus les chances de guérison sont grandes.

Méthodes de traitement

Le traitement de la névrite du nerf péronier dépend en grande partie des causes de son développement. Dans certains cas, il suffira d’appliquer un bandage serré à la cheville pour exclure les traumatismes du membre, et dans d’autres, cela nécessitera toute une série de mesures médicales.

Si la neuropathie est une maladie systémique, il est nécessaire de la traiter et la névrite disparaîtra progressivement.

Pour le traitement des névrites, utilisez des médicaments, de la gymnastique, des massages, de la médecine traditionnelle et de la physiothérapie: laser, courants électriques et autres techniques. Si les méthodes énumérées n’ont pas aidé, une intervention chirurgicale est utilisée.

Traitement médicamenteux

Pour les névralgies et les névrites, les groupes de médicaments suivants sont prescrits:

1. Les anti-inflammatoires non stéroïdiens ont un effet thérapeutique complexe. Envoyé à la suppression de la douleur, de l'inflammation et du gonflement. Efficace Diclofenac, Nimesulide, Ksefokam.

Ils doivent être pris uniquement selon les indications du médecin.

Le diclofénac est un médicament efficace, appartient au groupe des AINS. Il a des effets analgésiques, antipyrétiques et anti-inflammatoires prononcés. Le médicament est produit sous plusieurs formes: comprimés, suppositoires, solution, pommade et gouttes. Nommé aux enfants de 15 ans et adultes pas plus de 150 mg par jour 2-3 fois.

Le nimésulide s’applique également aux anti-inflammatoires non stéroïdiens. La différence réside dans le fait que le nimésulide a également un effet antiagrégant: il empêche la formation de caillots sanguins.

Le médicament est pris après les repas dans les 50-100 mg.

2. Antioxydants. Par exemple, Berlition, Liping. Posséder des propriétés immunostimulantes, neurotransmetteurs, hypotoxiques et autres. Grâce à ces médicaments, il est possible de renforcer le système immunitaire, d'améliorer la circulation sanguine et le fonctionnement des organes internes.

La Berlition est un remède efficace contre la neuropathie due au transfert du diabète sucré ou de l'alcoolisme.

Le médicament ne peut pas être utilisé chez les enfants de moins de 18 ans, les femmes enceintes et allaitantes, ainsi que les personnes souffrant d'hypersensibilité.

La lipine améliore la respiration cellulaire et les processus métaboliques.

3. Vitamines du groupe B (B1, B2, B6, B12).

4. Les médicaments normalisant la conduction de l'influx nerveux sont nécessairement prescrits pour le développement de la névrite, car ils aident à restaurer la sensibilité et la fonction musculaires. (Neyromidine, Prozerin).

5. Préparations pour améliorer le flux sanguin - aident à éliminer les caillots sanguins et à améliorer le trophisme tissulaire des membres inférieurs. Ce groupe comprend Caviton, Trental.

Caviton est caractérisé par des propriétés pharmacologiques prononcées. Son but est de rétablir la circulation sanguine, de réduire la viscosité du sang, d'améliorer les réactions métaboliques.

Le médicament est contre-indiqué chez les personnes de moins de 18 ans, les femmes enceintes et allaitantes, ainsi qu'en présence de maladies graves du système cardiovasculaire. Les comprimés commencent à être pris avec 15 mg, en augmentant progressivement la dose, mais celle-ci ne doit pas dépasser 30 mg par jour.

Physiothérapie

La physiothérapie vise à réduire le gonflement des membres inférieurs, à accélérer la circulation sanguine et à échanger des réactions, ce qui permet de normaliser les tissus mous trophiques et de rétablir la conductivité neuromusculaire.

Pour le traitement des objets usagés:

  • Réflexologie.
  • Thérapie magnétique.
  • Massages
  • Électrostimulation.

La durée de la physiothérapie est déterminée par le médecin traitant en fonction de la gravité et du type de pathologie. En règle générale, les méthodes de physiothérapie sont utilisées dans des cours complexes.

Un bon effet dans le traitement de la neuropathie donne un massage. Il contribue à la restauration de certains sites atrophiques.

Les mouvements massifs aident à accélérer le flux sanguin et les processus métaboliques.

Le massage ne doit être pratiqué que dans l'état d'un hôpital avec un spécialiste. L'auto-massage des jambes est contre-indiqué. Il est donc possible non seulement de réduire l'efficacité du traitement, mais également de nuire considérablement à la santé.

Physiothérapie

Afin de préserver la mobilité du membre, avec la défaite des terminaisons nerveuses, on prescrit au patient une thérapie par l'exercice. Avec des exercices réguliers, il est possible non seulement de développer des muscles atrophiés, mais aussi d'accélérer la circulation sanguine.

À des fins thérapeutiques, le médecin choisit la gymnastique en fonction de son état de santé, de sa gravité et de la forme de sa pathologie.

Certaines séries de cours peuvent être effectuées à la maison, mais vous devez d'abord consulter un spécialiste.

Lors des premières séances, il vaut la peine d'aller chez le médecin pour maîtriser la technique des exercices.

Plus efficace pour restaurer l'activité motrice d'exercices de membres sur des simulateurs spéciaux et des séances aquatiques.

Il est nécessaire de choisir la charge en tenant compte de la forme physique et de l'état du patient. Les premières classes doivent être menées avec une tension minimale, en augmentant progressivement la charge et la durée de la séance d'entraînement. Tous les exercices sont effectués en douceur et mesurés, vous ne pouvez pas vous dépêcher et faire des mouvements brusques.

Remèdes populaires

Il est possible de traiter la névrite chez un enfant et un adulte à l'aide de méthodes traditionnelles, mais sous la surveillance d'un médecin.

Il existe de nombreuses recettes universelles qui aident à améliorer la conduction neuromusculaire, à éliminer la douleur et l’enflure.

  • Buvez des œufs et du miel. Pour préparer un tel médicament, vous devez mélanger un jaune brut avec deux cuillères à soupe d'huile d'olive. Battez le tout soigneusement avec une fourchette, ajoutez 100 ml de jus de carotte et 2 cuillerées à thé de miel liquide frais. Il est préférable de boire la boisson le matin et le soir avant de manger.
  • Solution saline. Pour un demi-seau d'eau tiède, prenez un verre de sel et 9% de vinaigre de table dans une quantité de 2/3 de tasse. Dans le mélange résultant est nécessaire de garder les jambes quotidiennement pendant 20 minutes. Le cours de thérapie est un mois.
  • Infusion de fenugrec et de laurier. Particulièrement efficace chez les patients dont le diabète est la cause de la neuropathie. Pour la préparation de la perfusion, il est souhaitable d'utiliser un thermos. Mélanger 1 cuillère à soupe. l feuilles de laurier broyées et 3 c. l graines de fenugrec. Tous versent de l'eau bouillante, insistez pendant 2-3 heures, puis la boisson Boisson signifie que vous avez besoin pendant la journée en petites portions.

Avant d’utiliser des remèdes traditionnels, ne négligez pas de consulter un médecin afin de ne pas provoquer de réactions allergiques et d’aggraver l’état actuel.

Ivanova Svetlana

Thérapeute de la seconde catégorie, transfusiologue, expérience de 29 ans

Diagnostic et traitement des problèmes du système musculo-squelettique (jambe inférieure) et de l'abdomen.

  • douleur et inconfort abdominaux;
  • ecchymoses et blessures à la jambe;
  • toux, douleur à la poitrine;
  • ARI, ARVI;
  • intoxication alimentaire;
  • froid
  • nez qui coule;
  • malaise général;
  • maux de tête;
  • articulations douloureuses;
  • température élevée.
  • Diplôme en "Médecine générale" (Thérapeutique et Prophylactique) ", Université d’État de Chuvash. I.N. Ulyanova, Faculté de médecine (1990)
  • Stage dans la spécialité "Questions de thérapie choisies", Académie de médecine de l’État de Kazan (1996)

Cours de recyclage

  • "Questions de néphrologie pour les thérapeutes", Institut d'État pour la formation avancée de médecins nommés d'après V.I. Lénine (1995)
  • "Thérapie", Académie de médecine de Kazan (2001)
  • "Transfusiology", Académie russe de médecine de l'enseignement supérieur, Ministère de la santé de la Fédération de Russie (2003)
  • "Thérapie et pneumologie", Académie de médecine de l'enseignement supérieur de Saint-Pétersbourg, Agence fédérale pour le développement social et la santé (2006)
  • "Transfusiologie", Académie de médecine de l'enseignement supérieur de l'Agence fédérale de la santé et du développement social, Saint-Pétersbourg (2007)
  • "Transfusiologie", Institut des hautes études de médecine du ministère de la Santé et du Développement social de Chuvashia (2012)
  • "Thérapie", Institut de formation médicale postdoctorale du ministère de la Santé et du Développement social de Chuvashia (2013)
  • "Thérapie", Université de Russie pour l'amitié entre les peuples (2017)

Lieu de travail: clinique MedtsentrServis Kurskaya

Comment traiter la neuropathie du nerf péronier

Le manque de mobilité du pied, les engourdissements, les picotements indiquent la défaite du nerf péronier. Il sort de la colonne lombaire, partant du nerf sciatique.

Des dommages peuvent survenir au niveau périphérique, en dehors de la moelle épinière. En fonction de la localisation et du type de lésion, le traitement de la neuropathie du nerf péronier est prescrit. Les remèdes populaires peuvent également soutenir le corps, stimuler la régénération des tissus nerveux.

Qu'est-ce que la neuropathie du nerf péronier?

La défaite du nerf péronier se manifeste par une extension et une pronation du pied altérées. C'est la mononeuropathie la plus commune des membres inférieurs.

Le symptôme de la suspension du pied apparaît après diverses blessures, entraînant des lésions des muscles, une compression ou un étirement du nerf. Des dommages sont possibles sur fond de troubles métaboliques, tels que le diabète.

Le plus souvent, le nerf fibulaire est blessé au niveau du genou. La branche commune du nerf sciatique est susceptible d'être endommagée dans le bassin et le bas de la jambe. Il appartient au plexus sacré et est formé par les racines des deux dernières racines lombaires et des quatre racines sacrées.

Hors de la cavité pelvienne par la grande ouverture sciatique - dans 90% des cas, sous le muscle en forme de poire et dans 10% des perforations de l'abdomen.

Le nerf sciatique est divisé en une commune et une commune tibiale dans la région poplitée. En outre, le nerf péronier descend le long de la tête latérale du muscle gastrocnémien et fournit des signaux nerveux à la face externe du tibia. La branche continue entre le long muscle fibulaire et le péroné, où elle est à nouveau divisée en deux parties:

  • le nerf profond fournit le mouvement du tibia antérieur, l'extenseur du gros orteil et le long extenseur des doigts, la fibulaire tertiaire - responsable de l'extension du pied. Au pied, il innerve les extenseurs courts des doigts, l'espace entre le deuxième et le premier doigts;
  • le nerf superficiel descend entre la longue et la courte fibulaire jusqu'au pronateur principal du pied, ainsi que la sensibilité de la partie externe du tibia, du pied et de ses doigts.

La neuropathie se manifeste par une altération de la fonction de l'un des muscles énumérés, une diminution de l'innervation sensible de la peau, qui reçoit des impulsions de ce segment. Ce type de neuropathie périphérique se développe chez les personnes de tout âge, se réfère à la mononeuropathie commune.

Causes et groupes à risque

Les neuropathies se développent lorsque la gaine de myéline qui recouvre la fibre est endommagée. C'est nécessaire pour transmettre des signaux. L'axone ou le corps du processus neuronal peut être blessé, ce qui conduit à des symptômes plus graves.

Les principales causes de lésion de la branche fibulaire:

  • blessure au genou;
  • fracture du péroné;
  • l'utilisation d'une orthèse rigide ou de plâtrage de la jambe inférieure;
  • l'habitude de jeter vos jambes;
  • porter des bottes à bout élevé;
  • pression sur le nerf pendant le sommeil, anesthésie;
  • dommages chirurgicaux.

Les personnes ayant une constitution spécifique sont sujettes à développer une mononévrite:

  • trop mince;
  • souffrant de pathologies auto-immunes;
  • boire de l'alcool;
  • patients diabétiques;
  • personnes atteintes de lésions héréditaires du tissu nerveux (syndrome de Charcot-Marie-Tut).

Le nerf fibulaire commun est le plus souvent blessé au niveau du tendon du long muscle fibulaire, où il recouvre la tête du péroné et passe dans la membrane interosseuse.

Le sciatique est endommagé au niveau des branches latérales d'où part le nerf péronier commun. La neuropathie ischémique par compression est une maladie professionnelle des personnes qui restent longtemps accroupies.

La neuropathie post-traumatique est l'une des complications de l'ostéotomie de la hanche, qui provoque une parésie du nerf péronier. Les dommages se produisent lorsque le déplacement du fémur sans fracture. Causes des blessures - fracture du fémur, ainsi que chirurgie visant à restaurer le genou après une blessure.

Avec une forte flexion plantaire du pied, le nerf fibulaire est tendu simultanément au muscle du même nom. Deux semaines après la lésion, les patients doivent être examinés pour vérifier la conduction de l'influx nerveux.

La neuropathie périphérique se développe lorsque les ligaments du genou sont endommagés dans près de 60% des blessures sportives. Les subluxations et les luxations de la cheville affectent également sa fonction, mais plus encore - leur traitement, provoquant une compression prolongée de la tête du péroné.

L'extension active du pouce indique la fonctionnalité du nerf péronier profond lorsque le patient est dans un plâtre. Un gonflement de la jambe contribue également au dysfonctionnement et à des troubles de la conduction nerveuse.

Dans l'arthrose, accompagnée d'une déformation varus du genou, le nerf est blessé à la suite de la marche. Avec le valgus - il est initialement affaibli avec la branche latérale de la sciatique et une inflammation du nerf tibial se développe souvent.

Les symptômes

Lors de troubles de la compression et de la conduction nerveuse, les symptômes suivants se manifestent:

  • diminution de la sensibilité, engourdissement, picotements à l'avant ou à l'extérieur de la jambe;
  • la pendaison du pied ou l'impossibilité de le redresser;
  • Démarche fessée;
  • doigt tombant en marchant;
  • difficulté à bouger, boiterie;
  • faiblesse dans la cheville ou le pied;
  • atrophie musculaire de la jambe et du pied.

Les symptômes d'une lésion du nerf tibial peuvent inclure des crampes, une sensation de brûlure.
Les malformations, les cors et les callosités sont un signe indirect d'une diminution de la conduction nerveuse à la périphérie ou d'un syndrome de compression dans la région lombaire.

Méthodes de diagnostic

Les patients souffrant de douleurs de la partie externe de la jambe et de l'avant-pied, ainsi que de la radiculopathie, doivent être examinés pour vérifier la conduction nerveuse. L'affaissement du pied est le premier signe d'une déficience motrice.

En cas de lésion au niveau de la taille, le patient ne peut pas bouger la jambe sur le côté, tourner la cuisse, plier le genou, plier le pied et le pouce, plier le pied. Des troubles similaires se produisent lorsque des dommages se produisent au niveau du muscle en forme de poire. Aux plus bas niveaux de compression, seul le pied souffre.

Assurez-vous d'étudier la conductivité sensible - la zone située entre le premier et le second doigt. On demande au patient de déplier les pieds et les doigts sous résistance, par rapport à la force des muscles de l'autre jambe.

Les diagnostics matériels clarifient l'emplacement et la cause des dommages:

  1. La radiographie exclut les lésions osseuses et les luxations.
  2. L'IRM est utilisée en cas de suspicion de hernie lombaire ou de sacro-iliite.
  3. Les échographies évaluent l’intégrité du nerf au niveau de la tête du péroné.
  4. L'électromyographie peut déterminer le niveau de démyélinisation, une diminution de l'amplitude du signal à la périphérie, ainsi que la diminution de l'impulsion reçue par le muscle.

Les médecins vérifient la force des muscles, la flexion et l'extension du pouce au cours de la neuropathie périphérique. La résistance de la tête courte du biceps de la hanche est testée pour prévenir la radiculopathie ou les lésions au niveau de la colonne vertébrale.

Traitement

Il est important d'éliminer le facteur affectant la destruction du tissu nerveux. Avec la préservation à long terme du syndrome de compression, il ne peut que partiellement guérir.

Des médicaments

Les premiers signes de neuropathie sont difficiles à détecter et à traiter. Les médicaments suivants sont utilisés: diclofénac, ibuprofène, inhibiteurs de la recapture de la sérotonine, médicaments opioïdes pour le soulagement de brûlures graves sur fond d'axonopathie Pour réduire le syndrome douloureux local en utilisant une pommade à la lidocaïne, du venin d'abeille et du poivron rouge.

Les préparations de Trental et de Cavinton sont prescrites en cas de manque de sang dans la jambe. Le traitement est complété par des vitamines B, C et leucine.

Remèdes populaires

Les remèdes populaires ne permettent pas de guérir la neuropathie, mais ils sont capables d’en éliminer les conséquences. Les compresses à base de lait et de miel améliorent l'état des tissus privés de tout apport nerveux ou de toute circulation sanguine.

Il est nécessaire d'humidifier la gaze dans le lait, d'appliquer du miel liquide sur la peau, de maintenir pendant 30 minutes. Des compresses en argile bleue, diluées dans de l'eau jusqu'à obtenir une boue liquide, aident à soulager l'inflammation. Ces recettes peuvent être alternées toute la journée.

La chirurgie

Pour les cas post-traumatiques, la décompression microchirurgicale est utilisée. Elle est réalisée sous anesthésie générale ou locale, pratiquant une incision dans la tête du péroné. L'aponévrose passe entre les longs muscles fibulaire et gastrocnémien. Le nerf entre les bandes de tissu conjonctif est libéré.

Dans ce cas, le tendon du muscle long du péroné n'est pas affecté. C'est ce muscle qui forme le tunnel fibulaire. L'opération ne nécessite pas l'imposition de gypse ou le port d'une orthèse dure. Les symptômes sont réduits dans près de 50% des cas.

Le second type d'opération est effectué sur le tunnel tarsien, dans lequel le nerf tibial est divisé en branches médiales et latérales, contrôlant les muscles qui amènent et retirent les doigts.

L'opération est nécessaire dans trois cas:

  • l'inefficacité du traitement conservateur;
  • le pincement affecte la marche;
  • lésion axonale enregistrée.

L'opération est réalisée si le port d'une orthèse et une kinésithérapie ne pouvaient pas restaurer la fonction des muscles du pied.

Voir aussi:

Dans près de 60% des cas, les cas de compression du nerf péronier non traumatiques sont causés par deux facteurs:

  • spasme ou faiblesse du muscle piriforme;
  • faiblesse du muscle tibial postérieur.

Vous devez d’abord déterminer le niveau de compression nerveuse. Allongé sur le dos, jetez votre jambe sur votre jambe et essayez de la ramener à votre poitrine. Du côté de la tension visible dans le sacrum, le muscle en forme de poire sera raccourci.

Il est nécessaire de s'allonger du côté opposé et de taper du poing sur la fesse - du sacrum à la cuisse. Puis massez la région du sacrum et la plus grande torsion de la cuisse du côté opposé.

Pour renforcer le muscle tibial postérieur, vous aurez besoin d'une ceinture ou d'un ruban élastique, noué autour de la jambe inférieure à 5 cm au-dessous de l'articulation du genou. Le but est la compression des os du tibia et du péroné.

Une fois le ruban appliqué, la partie interne de l'os tibial doit être massée à l'endroit où le muscle tibial postérieur est attaché. Ensuite, mettez-vous sur vos pieds, enveloppez le pied à l'intérieur et montez 20 fois sur les chaussettes.

La thérapie par l'exercice est répétée plusieurs fois par jour, tout en massant simultanément la surface avant du tibia avec des mouvements doux.

Physiothérapie

Iontophorèse utilisée avec des anti-inflammatoires stéroïdiens dans la zone de passage du nerf. Les médicaments pénètrent dans les tissus mous, ce qui réduit la douleur sans effets secondaires systémiques. La magnétothérapie est utilisée pour soulager l'inflammation et la stimulation électrique pour stimuler le travail musculaire.

Mesures préventives

La prévention consiste à maintenir un style de vie actif. Il est recommandé de porter des chaussures confortables pour contrôler son poids. Si vous êtes sujet au diabète, suivez un régime pauvre en glucides.

Lorsque la douleur apparaît dans le bas du dos, il est préférable de contacter immédiatement les ostéopathes pour corriger le dysfonctionnement du pelvis, le sacrum, afin d'éviter un pincement prolongé du nerf. Lorsque l'engourdissement dans les pieds - rapidement examiné par un neurologue.

Conclusion

La neuropathie du nerf péronier se développe à la suite d'une compression au niveau du genou avec des lésions du rein ou du bassin, ainsi que de diverses pathologies de la jambe. La cause peut être le diabète et les dommages ischémiques.

La réduction de la conductivité est traitée en éliminant les causes qui violent la fonction du nerf péronier. Il est nécessaire d’adapter son régime alimentaire, de faire de l’exercice et de prendre des médicaments complémentaires.

Axonopathies: causes et principales manifestations

L'axonopathie est une maladie du système nerveux associée à l'implication d'axones neuronaux dans le processus pathologique en raison de l'influence de divers facteurs. On pense que tous les axonopathies dans leurs manifestations cliniques sont des polyneuropathies et doivent être surveillées par un neurologue. Il est très important de commencer un traitement en temps opportun, de procéder à des examens diagnostiques avancés afin de déterminer la véritable cause de la maladie.

Causes de l'axonopathie

Conformément aux motifs, tous les types d'axonopathies sont divisés en trois grands groupes: axonopathies aiguës, subaiguës, chroniques. De quoi s'agit-il, d'une axonopathie du premier type? Le plus souvent, un état similaire se produit lors d'une intoxication aiguë par divers poisons (méthanol, composés de l'arsenic, monoxyde de carbone), accompagné du développement rapide de symptômes cliniques chez une personne malade.

Quel est le deuxième type d'axonopathie? Cette affection est associée à une apparition progressive et subaiguë de symptômes de lésion axonale neuronale. Le plus souvent, une telle axonopathie survient avec diverses maladies métaboliques (diabète sucré, autre pathologie endocrinienne).

Il est important de noter! En excluant le facteur dommageable (rejet des boissons alcoolisées, lutte contre les carences en vitamines, etc.), les symptômes ne disparaissent pas complètement, car une partie des dommages aux axones reste irréversible.

En cas d'axonopathie du troisième type, les symptômes apparaissent lentement, ils passent longtemps inaperçus au patient. Une tendance similaire est observée chez les personnes souffrant d'intoxication chronique à l'alcool, le béribéri.

Les principaux symptômes de l'axonopathie

Les manifestations des axonopathies sont diverses et dépendent principalement de la localisation des neurones affectés. Les principaux symptômes de la maladie: sensibilité de la peau altérée, rampement, inconfort, sudation excessive ou insuffisante, pigmentation excessive de la peau.

En règle générale, l’apparition de symptômes se produit très lentement, si ce n’est pour parler du premier type d’axonopathies. L'implication progressive dans le processus pathologique d'un plus grand nombre de fibres d'axones et de nouveaux axones entraîne une augmentation de l'intensité des symptômes et une diminution de la qualité de vie des personnes malades.

Une axonopathie du nerf péronier est souvent observée, associée à de nombreux facteurs dommageables. Avec le développement d'un tel état, le patient souffre non seulement d'une sensibilité de la région de la jambe et du pied, mais également d'une violation de la sphère motrice: une faiblesse des muscles du pied entraîne une flexion incomplète, une extension et un retournement latéraux. Tout cela conduit à l’apparition de la démarche dite «à cheval». À la suite d'une lésion axonale, il peut y avoir une altération du mouvement des doigts des membres inférieurs.

Savez-vous en quoi le complexe Milgamma est différent du Combibipen? Lisez à propos des effets des médicaments sur le système nerveux.

On peut trouver ici comment l'empoisonnement par des substances toxiques affecte le système nerveux.

Diagnostic de la maladie

Le diagnostic d'axonopathie et la détermination des causes de sa cause est une tâche difficile pour tout spécialiste. Par conséquent, si l'un des symptômes ci-dessus apparaît, il est nécessaire de consulter immédiatement un neurologue pour un examen et une prise en charge rapide du traitement. L'étape la plus importante dans le diagnostic des axonopathies est l'examen neurologique du patient et la collecte de toutes les plaintes, en tenant compte de la dynamique de leur apparition.

Pour la déclaration du diagnostic, utilisez activement:

  • l'électroneuromyographie (méthode permettant de déterminer la localisation de la lésion et d'évaluer les paramètres de l'influx nerveux le long de l'axone);
  • tests généraux de sang et d'urine;
  • examen biochimique de la glycémie pour exclure le diabète sucré;
  • examen radiographique du thorax;
  • Échographie;
  • tests pour un certain nombre d'infections (syphilis, VIH).

Traitement de l'axonopathie

Le traitement à long terme de l'axonopathie repose sur la prescription de vitamines des groupes B, C et E, ainsi que de médicaments améliorant l'irrigation sanguine des nerfs (Actovegin, Cerebrolysin, Clopidogrel, etc.). Très souvent, en plus de ces médicaments, utilisez des médicaments du groupe des nootropes - Nootropil, Piracetam, Fenotropil, etc. Ces médicaments protègent les neurones des effets néfastes et améliorent leur récupération.

Savez-vous pourquoi Actovegin est utilisé? Indications et contre-indications pour rendez-vous.

Tout sur les effets secondaires de Nootropil ici.

Des informations sur nootropics sont disponibles à cette adresse: https://golmozg.ru/farmacevtika/nootropy-dlya-mozga.html. Nootropics pour les enfants et les adultes.

Il est très important de traiter la maladie sous-jacente, dans le contexte duquel l'axonopathie est apparue. S'il est associé à une infection, il faut commencer par un traitement antiviral ou antibactérien. Dans le cas du diabète sucré, le traitement doit nécessairement inclure un traitement hypoglycémique pour contrôler le taux de glucose dans le sang.

Aux premiers stades du traitement, il est nécessaire de commencer des mesures de rééducation visant à restaurer les fonctions sensorielles et motrices endommagées - massage thérapeutique, physiothérapie, physiothérapie.

Neuropathie du nerf péronier: causes, symptômes et traitement

La neuropathie du nerf péronier est une maladie qui se développe à la suite d'une lésion ou d'une compression du nerf péronier. Il y a plusieurs raisons à cette condition. Les symptômes sont associés à une altération de la conduction des impulsions le long du nerf vers les zones innervées des muscles et de la peau, principalement la faiblesse des muscles qui déplient le pied et ses doigts, ainsi que la violation de la sensibilité sur la surface externe du tibia, le dos du pied et ses doigts. Le traitement de cette pathologie peut être conservateur et opératoire. À partir de cet article, vous apprendrez ce qui cause la neuropathie du nerf péronier, comment elle se manifeste et comment elle est traitée.

Pour comprendre l'origine de la maladie et ses symptômes, vous devez vous familiariser avec certaines informations relatives à l'anatomie du nerf péronier.

Petit programme éducatif anatomique

Le nerf péronier fait partie du plexus sacré. Les fibres nerveuses font partie du nerf sciatique et en sont séparées en un nerf péronier commun distinct au niveau de la fosse poplitée ou légèrement au-dessus. Ici, le tronc commun du nerf péronier est dirigé vers l'extérieur de la fosse poplitée, qui tourne autour de la tête du péroné. À cet endroit, il se trouve superficiellement, recouvert seulement de fascia et de peau, ce qui crée des conditions préalables à la compression du nerf de l'extérieur. Ensuite, le nerf fibulaire se divise en branches superficielles et profondes. Un peu plus haut que la division nerveuse, une autre branche part - le nerf cutané externe du tibia qui, dans le tiers inférieur du tibia, est relié à la branche du nerf tibial, formant le nerf sural. Le nerf sural innerve la partie postérieure du tiers inférieur de la jambe, le talon et le bord extérieur du pied.

Les branches superficielles et profondes du nerf péronier portent ce nom en raison de leur évolution relative par rapport à l'épaisseur des muscles du mollet. Le nerf péronier superficiel assure l'innervation des muscles, ce qui permet de relever le bord externe du pied, comme si le pied tournait, et forme également la sensibilité du pied arrière. Le nerf péronier profond innerve les muscles qui étendent le pied, les doigts, procure des sensations de toucher et de douleur dans le premier intervalle interdigital. La compression de l'une ou l'autre branche, respectivement, s'accompagne d'une violation de l'enlèvement du pied à l'extérieur, de l'impossibilité de redresser les doigts et le pied et d'une violation de la sensibilité dans différentes parties du pied. En fonction de l'évolution des fibres nerveuses, des endroits de leur division et de la décharge du nerf cutané externe du bas de la jambe, les symptômes de compression ou de lésion seront légèrement différents. Parfois, la connaissance des caractéristiques de l'innervation par le nerf péronier des muscles et des régions cutanées aide à établir le niveau de compression nerveuse avant l'utilisation de méthodes de recherche supplémentaires.

Causes de la neuropathie péronière

La survenue d'une neuropathie du nerf péronier peut être associée à diverses situations. Ceux-ci peuvent être:

  • blessures (cette cause est particulièrement importante pour les lésions de la partie supérieure externe de la jambe, où le nerf est superficiel et proche de l'os fibulaire. Une fracture de l'os fibulaire dans cette zone peut provoquer des lésions nerveuses par des fragments d'os. Même un plâtre imposé à ce sujet peut neuropathie du nerf péronier. La fracture n'est pas la seule cause traumatique. Les chutes, les impacts sur cette zone peuvent également provoquer une neuropathie du nerf péronier);
  • compression du nerf péronier à n'importe quelle partie de sa répétition. Ce sont les syndromes dits tunnel - supérieur et inférieur. Le syndrome supérieur se développe lorsqu'un nerf péronier commun est comprimé dans la composition du faisceau neurovasculaire lors d'une approche intensive du biceps de la cuisse avec la tête du péroné. Habituellement, une telle situation se produit chez des personnes de certaines professions qui doivent maintenir une certaine posture pendant longtemps (nettoyeurs de légumes, baies, manutentionnaires de parquet, pipes - une pose accroupie) ou qui effectuent des mouvements répétés pour comprimer le faisceau neurovasculaire dans cette zone (coutures apparentes). mannequins). La compression peut être causée par la pose bien-aimée de la jambe aux pieds. Le syndrome du tunnel inférieur se développe lorsqu'un nerf péronier profond est pincé à l'arrière de la cheville, sous le ligament ou à l'arrière du pied, dans la région de la base I du métatarse. La compression dans cette zone est possible en portant des chaussures inconfortables (serrées) et en appliquant un plâtre;
  • troubles circulatoires du nerf péronier (ischémie nerveuse, pour ainsi dire «accident vasculaire cérébral» du nerf);
  • mauvaise position des jambes (jambes) pendant la chirurgie prolongée ou un état grave du patient, accompagné de l'immobilité. Dans ce cas, le nerf est comprimé à la place de son emplacement le plus superficiel;
  • pénétration des fibres nerveuses lors d'une injection intramusculaire dans la région glutéale (où le nerf péronier fait partie intégrante du nerf sciatique);
  • infections graves impliquant plusieurs nerfs, y compris le péronier;
  • toxicité pour les nerfs périphériques (par exemple, insuffisance rénale sévère, diabète grave, consommation de drogue ou d'alcool);
  • maladies oncologiques avec métastases et compression nerveuse par nodules tumoraux.

Bien entendu, les deux premiers groupes de causes sont les plus courants. Les autres causes de neuropathie péronière sont très rares, mais elles ne peuvent être ignorées.

Les symptômes

Les signes cliniques de neuropathie du nerf péronier dépendent du lieu de sa défaite (le long de la ligne) et de la gravité de sa survenue.

Ainsi, en cas de lésion aiguë (par exemple, fracture du péroné avec déplacement de fragments et lésion des fibres nerveuses), tous les symptômes apparaissent simultanément, bien que les premiers jours ne soient pas nécessairement évidents en raison de la douleur et de l’immobilité du membre. Avec la lésion progressive du nerf péronier (en s'accroupissant, en portant des chaussures inconfortables et des situations détaillées), les symptômes apparaissent progressivement sur une période de temps.

Tous les symptômes de neuropathie du nerf péronier peuvent être divisés en moteurs et sensoriels. Leur combinaison dépend du niveau de la lésion (pour laquelle les informations anatomiques ont été décrites ci-dessus). Considérez les signes de neuropathie du nerf péronier en fonction du niveau de la lésion:

  • avec une compression nerveuse élevée (dans la composition des fibres du nerf sciatique, dans la région de la fosse poplitée, c'est-à-dire avant la division du nerf en branches superficielles et profondes):
  1. violations de la sensibilité de la surface antéro-latérale du tibia, le dos du pied. Cela peut être le manque de sensation du toucher, l'impossibilité de distinguer une irritation douloureuse et juste le toucher, la chaleur et le froid;
  2. douleur au côté de la jambe et du pied, aggravée par le fait d'être accroupie;
  3. violation de l'extension du pied et de ses doigts, jusqu'à l'absence totale de tels mouvements;
  4. faiblesse ou impossibilité de rétraction du bord extérieur du pied (en le soulevant);
  5. incapacité à rester sur leurs talons et à être comme eux;
  6. en marchant, le patient est forcé de lever la jambe haute pour ne pas se coller aux doigts, en abaissant le pied en premier, les orteils tombent à la surface, puis toute la plante de la jambe, en marchant, se plie excessivement aux articulations du genou et de la hanche. Une telle marche s'appelle «coq» («cheval», perone, steppage) par analogie avec la promenade de l'oiseau et de l'animal du même nom;
  7. le pied prend la forme d'un "cheval": il pend et se replie pour ainsi dire avec les doigts fléchissants;
  8. avec une certaine expérience de la neuropathie du nerf péronier, une perte de poids (atrophie) des muscles se développe le long de la surface antéro-latérale du tibia (évaluée par rapport à un membre sain);
  • lors de la compression du nerf cutané externe du tibia, des modifications extrêmement sensibles se produisent (diminution de la sensibilité) à la surface externe du tibia. Cela peut ne pas être très visible, car le nerf cutané externe du tibia est relié à une branche du nerf tibial (les fibres de ce dernier semblent jouer le rôle d'innervation);
  • les dommages au nerf péronier superficiel présentent les symptômes suivants:
  1. douleur avec sensation de brûlure dans la partie inférieure de la surface latérale de la jambe, sur le pied arrière et sur les quatre premiers orteils;
  2. diminution de la sensibilité dans les mêmes zones;
  3. faible avance et soulevez le bord extérieur du pied;
  • la défaite de la branche profonde du nerf péronier est accompagnée de:
  1. faiblesse de l'extension du pied et de ses doigts;
  2. un léger surplomb du pied;
  3. violation de la sensibilité sur le pied arrière entre le premier et le deuxième orteils;
  4. au cours de la longue existence du processus - atrophie des petits muscles du pied arrière, qui devient perceptible par rapport à un pied sain (les os semblent plus clairs, les espaces interdigitaux s’enfoncent).

Il s'avère que le niveau de lésion du nerf péronier détermine clairement certains symptômes. Dans certains cas, il peut exister une violation sélective de l’extension du pied et de ses doigts, dans d’autres - soulevant son bord extérieur, et parfois - uniquement des troubles sensibles.

Traitement

Le traitement de la neuropathie du nerf péronier est largement déterminé par la cause de son apparition. Parfois, remplacer un plâtre qui a pincé un nerf devient le traitement principal. Si la raison en était des chaussures inconfortables, alors son changement contribue également à la récupération. Si la raison en est dans les comorbidités existantes (diabète sucré, cancer), dans ce cas, il est nécessaire de traiter en premier lieu la maladie sous-jacente, et les mesures restantes pour restaurer le nerf péronier sont déjà indirectes (bien que obligatoires).

Les principaux médicaments utilisés pour traiter la neuropathie du nerf péronier sont les suivants:

  • les anti-inflammatoires non stéroïdiens (Diclofenac, Ibuprofen, Ksefokam, Nimesulide et autres). Ils aident à réduire la douleur, soulagent le gonflement de la région nerveuse, éliminent les signes d'inflammation;
  • Vitamines B (Milgamma, Neyrorubin, Kombilipen et autres);
  • agents pour améliorer la conduction nerveuse (Neuromidine, Galantamine, Proserine et autres);
  • médicaments pour améliorer l'apport sanguin au nerf péronier (Trental, Cavinton, Pentoxifylline et autres);
  • antioxydants (Berlithion, Espa-Lipon, Thiogamma et autres).

Les méthodes de physiothérapie sont activement et efficacement utilisées dans le traitement complexe: magnétothérapie, amplipulse, ultrasons, électrophorèse avec des substances médicinales, stimulation électrique. Les massages et l’acupuncture contribuent à la récupération (toutes les procédures sont sélectionnées individuellement, en tenant compte des contre-indications du patient). Complexes recommandés de la thérapie physique.

Pour corriger la démarche du "coq", utilisez des orthèses spéciales qui fixent le pied dans la bonne position, sans le laisser pendre.

Si le traitement conservateur n’a pas d’effet, il faut alors recourir à la chirurgie. Le plus souvent, cela doit être fait avec une lésion traumatique des fibres du nerf péronier, en particulier avec une rupture complète. Lorsque la régénération nerveuse ne se produit pas, les méthodes conservatrices sont impuissantes. Dans de tels cas, l'intégrité anatomique du nerf est restaurée. Plus l'opération est effectuée tôt, meilleur est le pronostic de récupération et de restauration de la fonction du nerf fibulaire.

Le traitement chirurgical devient un salut pour le patient et en cas de compression importante du nerf péronier. Dans ce cas, disséquer ou supprimer les structures qui compressent le nerf fibulaire. Cela aide à rétablir le passage de l'influx nerveux. Et ensuite, avec l'aide des méthodes conservatrices ci-dessus, «amenez» le nerf pour une guérison complète.

Ainsi, la neuropathie du nerf péronier est une maladie du système périphérique qui peut survenir pour diverses raisons. Les principaux symptômes sont associés à une sensibilité altérée de la jambe et du pied, ainsi qu’à une faiblesse d’extension du pied et des orteils. La tactique thérapeutique dépend en grande partie de la cause de la neuropathie du nerf péronier, elle est déterminée individuellement. Un patient a des méthodes suffisamment conservatrices, un autre peut nécessiter une intervention à la fois conservatrice et chirurgicale.

Film éducatif «Neuropathie des nerfs périphériques. Clinique, caractéristiques de diagnostic et de traitement "(à partir de 23h53):

En Savoir Plus Sur La Schizophrénie