L'utilisation de boissons alcoolisées à fortes doses a un impact négatif sur la santé. L'impact physiopathologique de l'alcool sur le corps humain est généralement dû à sa résistance et à ses nombreuses impuretés nocives. L'alcoolisme se développe avec la consommation régulière de boissons alcoolisées. Cette maladie mentale nuit grandement à la santé, tandis que la capacité de travail et les valeurs morales d'une personne diminuent.

Qu'est-ce que l'alcool

Le marché moderne de notre pays regorge de boissons alcoolisées variées, qui se différencient par leur force, leur fabricant et leur composition. En règle générale, l'effet de l'alcool sur le corps humain est toujours négatif car, lorsqu'il est ingéré, il se transmet rapidement par le sang à tous les organes, entraînant souvent leur destruction. L'éthanol (alcool éthylique), C2H5OH est une toxine qui, une fois prise, est neutralisée par le foie. Ce liquide limpide volatil avec une odeur caractéristique, un goût brûlant, est parfaitement dilué avec de l’eau.

Ce produit de fermentation de levure peut être produit par des moyens chimiques. Il brûle bien, est inflammable, est utilisé comme fluide technique pour les dispositifs de freinage, comme solvant ou comme carburant. Une maladie telle que l’alcoolisme est souvent héréditaire. Si les deux parents boivent dans la famille et qu’ils ne reçoivent pas de traitement approprié, leur enfant peut aussi devenir alcoolique à l’avenir.

Comment l'alcool affecte le corps humain

Les gens qui aiment les esprits s'intéressent souvent à la question de savoir comment l'alcool affecte le corps humain. L'éthanol, en règle générale, est concentré dans le cerveau et le foie, il est rapidement capable de tuer les cellules de ces organes. De plus, l'alcool est un mutagène. En règle générale, dans un organisme adulte, le système immunitaire élimine les cellules mutantes, mais s’il ne résiste pas, les personnes alcooliques développent un cancer de l’estomac, de la cavité buccale, du foie et de l’œsophage. Aussi l'alcool affecte

  • Violer le développement du fœtus. Le cerveau souffre souvent, le cœur de l'enfant est touché et les membres sont sous-développés.
  • Il active les récepteurs d'acides aminés de GABA, le principal transmetteur inhibiteur du système nerveux. En conséquence, l'excitabilité cellulaire diminue.
  • La teneur élevée en éthanol améliore la synthèse des endorphines et de la dopamine. Le patient a l'euphorie.
  • Violer le métabolisme dans le corps. Ce facteur provoque le développement du syndrome psychologique.
  • Effet toxique. En règle générale, elle est déterminée par une augmentation du pouls, un manque d'air et un dysfonctionnement du cœur.
  • L'utilisation systématique de boissons fortes provoque une dystrophie graisseuse et une inflammation du foie. Les hépatocytes sont détruits, une cirrhose se produit.
  • Il provoque une encéphalopathie alcoolique. La maladie débute par des troubles mentaux accompagnés d'illusions visuelles statiques ou monotones et d'hallucinations.

Dose mortelle

Les effets nocifs de l'alcool sur la santé humaine ne sont impossibles que lorsqu'un homme ou une femme ne boit pas du tout d'alcool. En règle générale, tous les autres subissent les effets néfastes de l’utilisation de l’alcool éthylique. Seulement à petites doses, l’alcool est bon pour le corps, mais si vous buvez un peu plus, il y aura plus de mal que de bien. Pour chaque personne, il y a une dose mortelle d'alcool. Pour un homme de 70 kg qui ne boit pas, c'est:

  • 750 ml de vodka, bue en cinq heures;
  • 300 ml d'alcool pur, bu pendant cinq heures.
  • 450 ml de vodka, bu pendant cinq heures.

Si une personne consomme constamment des boissons alcoolisées, elle risque de mourir de 3 bouteilles de vodka ou de 600 ml d’alcool pur, ivre au bout de 5 heures ou plus rapidement. Le sang peut normalement contenir 0,4 ppm (), ce qui est un niveau acceptable. Lorsque la concentration d'alcool est supérieure à 3,8 ppm, une paralysie respiratoire peut survenir, entraînant la mort d'une personne. La mort est encore possible lorsque la concentration atteint 2.2-3.2.

Qu'est-ce que l'alcool affecte

Les gens s'intéressent souvent à la question de savoir quels organes sont touchés par l'alcool? Sur la base de recherches, les médecins disent que cela affecte négativement tout le corps, mais à des degrés divers. Les boissons alcoolisées sont à base d'éthanol, un composé toxique. Lorsqu'il entre dans la composition de la vodka, de la bière, du vin ou d'une autre boisson du corps, il est rapidement absorbé par les intestins. Ensuite, l'éthanol est acheminé vers tous les organes internes. Dans ce cas, l’alcool destructeur affecte le cœur, le cerveau, l’estomac et le système reproducteur.

Sur le système respiratoire

On sait que respirer, c'est la vie. Lorsque l'alcool est exposé aux poumons et aux bronches, le tissu pulmonaire est altéré, entraînant une défaillance de l'ensemble du système respiratoire. Les muqueuses se dessèchent, l'immunité du corps s'affaiblit, le risque de tuberculose est élevé. Le premier signe de son apparition est une forte toux qui peut survenir le deuxième jour après une consommation excessive d'alcool. En outre, les maladies suivantes peuvent entraîner un effet négatif de l'alcool sur le système respiratoire:

  • l'emphysème;
  • la trachéobronchite;
  • bronchite chronique.

Sur le ventre

Les boissons alcoolisées ont un effet néfaste sur les cellules des organes digestifs, les détruisant, provoquant des brûlures et une nécrose des tissus. En même temps, le pancréas s’atrophie et les cellules productrices d’insuline meurent. Cela contribue au fait que l’absorption des nutriments utiles est perturbée, la sécrétion d’enzymes est inhibée, les aliments stagnent dans l’intestin et l’estomac. En règle générale, l'effet négatif de l'alcool sur l'estomac peut causer:

  • le diabète;
  • stade chronique de la pancréatite;
  • la gastrite;
  • cancer de l'estomac;
  • douleur abdominale sévère.

Au système reproducteur

Les boissons fortes pour les filles et les femmes sont particulièrement dangereuses, car leur dépendance à l'alcool se produit rapidement. Les filles souffrant d’alcoolisme sont susceptibles d’endommager les ovaires. C’est pour cette raison que les menstruations sont interrompues. Les représentants de la moitié de l'humanité souffrent également d'une consommation excessive de boissons fortes. Les effets néfastes de l'alcool sur le système reproducteur de l'homme se traduisent par une diminution du désir sexuel, le développement de l'impuissance et de l'infertilité. L'ivresse provoque toujours une atrophie des testicules, conduisant à la naissance d'un enfant en mauvaise santé.

Sur le système cardiovasculaire humain

L'alcool provoque la destruction des cellules sanguines - les globules rouges. Cela provoque la déformation des corps rouges, alors que ceux-ci provenant des poumons ne transportent pas la quantité requise d'oxygène vers d'autres tissus. En outre, la régulation du sucre est perturbée, ce qui entraîne des conséquences irréversibles: dysfonctionnement du cerveau, diabète sucré, problèmes de vaisseaux sanguins. L’effet de l’alcool sur le système cardiovasculaire d’une personne a des conséquences négatives. Cela peut indiquer de telles maladies:

  • hypertension artérielle;
  • athérosclérose;
  • l'arythmie;
  • cardiopathie ischémique.

Comment l'alcool affecte le cerveau

Le système nerveux central et le cerveau risquent davantage de souffrir d'alcool éthylique. La concentration d'alcool dans de tels organes après la consommation devient plus élevée que dans tout le corps. L'alcool étant toxique pour les tissus cérébraux, une intoxication peut souvent survenir après la consommation de boissons fortes. L'alcool peut provoquer la destruction, l'engourdissement et la mort du cortex cérébral. Effets négatifs de l’alcool sur le cerveau:

  • les fonctions endocriniennes sont altérées;
  • centres du cerveau affectés qui régulent le tonus vasculaire;
  • la réaction d'origine végétative change;
  • il y a des problèmes avec la psyché, la mémoire, le développement mental.

Effet sur la peau et l'état musculaire

L'utilisation chronique de boissons fortes provoque souvent un affaiblissement et un épuisement des muscles. En outre, 50% des alcooliques développent des maladies de la peau, le système immunitaire ne fonctionnant que pour moitié, il ne gère pas différents virus. Le foie ne nettoie pas non plus l’ensemble du corps. Ainsi, les ulcères, les furoncles, les éruptions cutanées allergiques et l’acné commencent à apparaître à la surface de la peau. L'effet alcoolique sur la peau et l'état des muscles se manifeste de la manière suivante:

  • la déshydratation se produit;
  • la testostérone diminue;
  • l'œstrogène augmente;
  • masse musculaire réduite;
  • les muscles s'affaiblissent, s'atrophient, perdent leur tonus;
  • réduction de la synthèse des protéines;
  • il y a une pénurie de minéraux (phosphore, calcium, zinc) et de vitamines (A, B et C);
  • il y a un réapprovisionnement incontrôlé du corps en calories.

L'effet positif de l'alcool sur le corps humain

Peu de gens croient que l’effet de l’alcool éthylique sur le corps humain peut être positif. En effet, à faible dose, l'éthanol est bénéfique pour l'homme. Par exemple, le vin rouge contient des micro-éléments et des antioxydants dont le corps a besoin. Dans le même temps, vous ne devriez pas boire plus de trois verres par semaine. En outre, le vin rouge élimine les scories et les toxines, normalise le métabolisme et constitue un excellent moyen prophylactique de lutter contre l'athérosclérose. En fonction de la boisson, vous pouvez sélectionner un effet positif:

  • le champagne peut être pris à petites doses pour un cœur faible;
  • le vin chaud soutient le corps avec bronchite, rhume, pneumonie, grippe;
  • la vodka peut réduire le cholestérol;
  • La bière ralentit le processus de vieillissement et réduit le risque de maladie cardiaque.

Mais quelle dose d'alcool est utile pour une personne? Les médecins recommandent aux hommes de ne pas boire plus de 20 grammes d’alcool pur et aux femmes, 10 grammes, soit 100 grammes de vin, 30 grammes de vodka et 300 ml de bière. La réception d’une cuillère d’alcool deux fois par semaine peut servir de mobilisateur pour le corps, c’est-à-dire que l’effet hormesis se produit. Cette méthode aide une personne à faire bouger les choses rapidement. Dans ce cas, il est strictement interdit de donner des esprits à un enfant. Si de l'alcool est entré accidentellement dans le corps de l'enfant, un lavage urgent doit être effectué et un médecin doit être appelé.

L'effet de l'alcool sur le corps

L'effet de l'alcool sur le corps humain

L'alcoolisme est le problème le plus important de la société moderne

L'abus d'alcool est l'un des problèmes urgents de notre pays. Les vastes ventes et la publicité des boissons alcoolisées, les tensions sociales, économiques et psychologiques, le manque d'organisation des loisirs et les loisirs contribuent à l'alcoolisation de la population, y compris des étudiants. La baisse de l'incidence de l'alcoolisme chronique, précédemment enregistrée, a été remplacée par sa croissance, y compris sa maladie la plus grave - la psychose alcoolique. Les accidents, empoisonnements et blessures liés à l’alcoolisme touchent principalement les personnes en âge de floraison (en particulier les hommes): ils occupent la première place dans la structure de la mortalité de la population valide et se classent à la deuxième place dans la structure des causes de décès de l’ensemble de la population de Russie, causant la mort de tous les hommes une femme sur trois décédée en âge de travailler. L’augmentation de la mortalité de la population active a un impact sur la formation des ressources en main-d’œuvre.

Le mode de vie alcoolique, à l’opposé du mode de vie sain, est l’un des principaux facteurs de décès prématuré. L'alcoolisme est un mal social énorme qui «ronge» l'intérieur de la personne, causant de graves dommages à la société. «Catastrophe nationale», «suicide collectif de la nation», «le chemin qui mène à la catastrophe de l'humanité» - voilà comment les scientifiques et le public de nombreux pays estiment l'abus croissant de boissons alcoolisées.

L'alcoolisme est-il une maladie ou une licence? Le début de l’intoxication systématique est la dissolution, le manque de culture et le manque de volonté, et la période de dépendance mentale à l’alcool est une maladie naissante.

Causes de l'alcoolisme

Dans l'onglet. 1 étant donné le schéma d'origine de l'abus d'alcool le plus reconnu.

Ce schéma donne une idée des facteurs sociaux contribuant à l'abus d'alcool et reflète les dynamiques d'âge de l'alcoolisme, ainsi que diverses causes importantes de l'alcoolisme - matériel et économique, santé et hygiène, moral et culturel, professionnel et politique.

Ivresse domestique. Dans la vie de tous les jours, nous parlons le plus souvent d'ivresse domestique - le phénomène d'abus d'alcool, toujours sans signes de maladie et de dépendance mentale à l'alcool. Passons maintenant à la classification généralement acceptée (tableau 1). À propos du 1er groupe - boire de l'alcool rarement (vacances, célébrations, pas plus d'une fois par mois) en petite quantité (2 à 3 verres de vin ou de spiritueux). En règle générale, ils ne sont pas nombreux aujourd'hui; À propos du 2e groupe - ils boivent de l'alcool avec modération (1 à 3 fois par mois, mais pas plus d'une fois par semaine) à propos de vacances, de fêtes de famille, de réunions avec des amis. Le nombre de boissons peut aller jusqu'à 200 g de boissons fortes ou de 400 à 500 g de boissons légères (en tenant compte de l'âge, du sexe et du développement physique). Ce sont des personnes qui "connaissent leur mesure", qui n'autorisent pas les situations conflictuelles; À propos du 3ème groupe - alcooliques: aucun signe d’alcoolisme, c’est-à-dire ivrognes (plusieurs fois par semaine - plus de 0,5 litre de vin et 200 g de spiritueux; le motif est «pour l'entreprise», «je veux et bois», etc.). Ce sont des personnes antisociales, des conflits familiaux et professionnels, des clients réguliers de stations de dépilage et de la police. Ils manifestent déjà une dépendance à l'alcool;

avec les premiers signes de l'alcoolisme - perte de contrôle, dépendance mentale à l'alcoolisme. Cette condition correspond au 3ème stade de l’alcoolisme en tant que maladie; signes sévères d’alcoolisme - dépendance physique à l’alcool, syndrome de sevrage (gueule de bois). Cette condition correspond au 4ème stade de la maladie.

Tableau 1. Facteurs déterminant la genèse de l'abus d'alcool

Relations défavorables entre les parents; traditions d'alcool dans la famille; absence d'un des parents; exposition précoce à l'alcool

Environnement douanier, traditions alcooliques; expression de soi

III - "situation particulière"

Installation sur l'usage habituel de l'alcool; indépendance économique et manque de contrôle; La coutume de "boire" des gens expérimentés, "l'amitié à la tombe", etc.

IV - installation pour ivresse

Conflit dans la famille, faible niveau culturel; riche richesse; manque de direction dans l'utilisation du temps libre; Interdépendance "professionnelle"

Ce schéma d’ivresse reflète l’aspect social et hygiénique du problème à l’examen, mais il définit clairement les traditions de consommation modérée dans notre réalité. Après avoir compris cette information, chacun de vous peut s’attribuer mentalement ou se rapprocher d’une des catégories décrites. Et si vous n'avez pas un tel exemple, c'est un éloge pour vous et votre entourage.

L'effet négatif de l'alcool sur les organes et les systèmes du corps

Le cerveau est le consommateur d'énergie le plus actif. L'effet négatif de l'alcool sur le cerveau est associé à une altération de l'accès de l'oxygène aux neurones à la suite d'une intoxication à l'alcool. La démence alcoolique qui se développe avec la consommation à long terme d'alcool est le résultat de la mort des cellules du cerveau.

Effets irréversibles d'une consommation excessive d'alcool: dommages aux fonctions cérébrales causés par des lésions des cellules du cortex cérébral - la région «pensante» du cerveau. Autopsie des morts, même à un âge relativement jeune, les alcooliques montrent souvent un appauvrissement important du cerveau, en particulier de l'écorce des hémisphères cérébraux.

Les effets nocifs de l'alcool affectent tous les systèmes du corps humain (nerveux, circulatoire, digestif). Actuellement prouvé le rôle préjudiciable de l'alcoolisme dans le développement de maladies aiguës et chroniques.

Les maladies du système cardiovasculaire occupent une place prépondérante dans la structure de la mortalité. Sous l'influence de l'alcool, le muscle cardiaque est affecté, entraînant une maladie grave et la mort. Un examen aux rayons X révèle une augmentation du volume cardiaque, qui ne se développe pas chez tous les patients souffrant d’alcoolisme chronique, mais peut survenir chez des patients ayant une expérience relativement faible de l’alcool. Même chez les personnes en bonne santé, après une forte dose d'alcool, des troubles du rythme cardiaque peuvent se produire, mais ils disparaissent progressivement et spontanément. L'abus d'alcool contribue au développement et à la progression de l'hypertension, la maladie coronarienne, souvent la cause directe des crises cardiaques.

Maladies du système respiratoire. Le souffle est synonyme de vie. Cette inspiration et expiration, qui alternent régulièrement. Le processus respiratoire comprend quatre étapes, et la violation de l’une d’elles conduit à un grave trouble respiratoire. Chez les patients souffrant du premier stade de l’alcoolisme chronique, la fonction de la respiration externe est stimulée: le volume minute de la respiration augmente, la respiration devient plus fréquente. Au fur et à mesure que la maladie progresse, la respiration se détériore et diverses maladies peuvent se produire (bronchite chronique, trachéobronchite, emphysème pulmonaire, tuberculose). Souvent, l’alcool est associé au tabac. Avec les effets simultanés de ces deux poisons, leurs effets nocifs augmentent encore plus. La fumée de tabac endommage la structure des macrophages alvéolaires - des cellules qui protègent le tissu pulmonaire des poussières organiques et minérales, neutralisant les microbes et les virus qui détruisent les cellules mortes. Le tabac et l'alcool constituent une menace grave pour la santé.

Pathologie gastro-intestinale. Les patients atteints d’alcoolisme chronique se plaignent souvent de violations du tractus gastro-intestinal, car la muqueuse gastrique perçoit d’abord les effets toxiques de l’alcool. Dans l'étude, ils révèlent une gastrite, un ulcère gastrique et un ulcère duodénal. Avec le développement de l'alcoolisme, la fonction des glandes salivaires est altérée. D'autres changements pathologiques se développent également.

Le foie occupe une position particulière parmi les organes du système digestif. C’est le principal "laboratoire chimique" de l’organisme, qui exerce une fonction antitoxique, participe à presque tous les types de métabolisme: protéines, lipides, glucides, eau. L'alcool a altéré la fonction hépatique, ce qui peut entraîner une cirrhose (dégénérescence) du foie.

Rein La majorité des patients souffrant d’alcoolisme ont présenté une altération de la fonction excrétrice rénale. Il y a des dysfonctionnements dans le travail de tout le système hypothalamo-hypophyso-surrénalien, par conséquent, la régulation de l'activité des reins est perturbée. L’alcool a un effet néfaste sur l’épithélium rénal douloureux (le tissu protecteur recouvrant la surface interne des organes creux), ce qui altère considérablement la fonction des reins.

Anomalies mentales. L'alcoolisme révèle une grande variété d'anomalies mentales - hallucinations, engourdissements de parties du corps, crampes musculaires et parfois une faiblesse grave des membres («pieds rembourrés»). Une paralysie de groupes musculaires individuels, principalement des membres inférieurs, se développe souvent. En s'abstenant de l'alcool, ces symptômes peuvent passer.

Troubles du système immunitaire. L'alcool affecte négativement le système immunitaire humain, perturbe la formation du sang, réduit la production de lymphocytes et contribue au développement d'allergies.

La consommation d'alcool laisse une empreinte significative sur l'activité de tous les organes internes, ce qui signifie que nous devrions abandonner un verre de vin sec pour le remplacer par un verre de jus ou de quelques fruits.

L'alcool affecte négativement les glandes endocrines, principalement les glandes sexuelles. Une diminution de la fonction sexuelle est observée chez 1/3 des alcooliques et des patients présentant un alcoolisme chronique. Chez les hommes, en raison de «l'impuissance liée à l'alcool», divers troubles fonctionnels du système nerveux central (névroses, dépression réactionnelle, etc.) se produisent facilement. Chez les femmes, sous l'influence de l'alcool, les menstruations cessent tôt, la capacité de procréer diminue, et la toxicose liée à la grossesse est plus courante.

Les muscles et la peau. La consommation chronique d'alcool entraîne souvent un affaiblissement et un épuisement des muscles. L'alcool peut endommager les muscles directement. Une mauvaise alimentation est une autre cause possible de la dystrophie musculaire.

Les alcooliques développent des maladies de la peau dans 30 à 50% des cas. Les lésions cutanées résultent des effets directs de l’alcool, de problèmes de foie et d’une mauvaise alimentation.

Blue Devils est la forme la plus grave d'intoxication à l'alcool. Cela donne 1 à 2% des décès même avec un traitement médical intensif et sans traitement, la mortalité peut atteindre 20%. Pour le delirium tremens, les hallucinations, la stupéfaction et la désorientation sont caractéristiques; avec tremblements, agitation, pouls rapide, hypertension et fièvre. De nombreuses personnes ayant une dépendance à l'alcool au cours de la période de désintoxication («période sèche») ont besoin de soins médicaux. Cette période peut durer de un à deux jours à une semaine.

Durée de vie. La consommation systématique d'alcool conduit à la vieillesse prématurée, au handicap; l'espérance de vie des personnes sujettes à l'ivresse est de 15 à 20 ans plus courte que la moyenne des statistiques.

L'alcool et la progéniture

Les effets nocifs de l’alcool sur les enfants de l’humanité sont connus depuis longtemps. Ainsi, dans l'ancienne Sparte, une loi interdisait aux jeunes mariés de boire du vin le jour de leur mariage. Dans la Rome antique, ils disaient: "Les buveurs donnent naissance à des ivrognes" et interdisaient généralement de boire jusqu'à 30 ans, c'est-à-dire jusqu'à l'âge des hommes aura des familles. L’ancien philosophe grec Platon a demandé l’introduction de la loi, qui interdit formellement de boire jusqu’à 18 ans, c’est-à-dire avant maturation du corps. À Carthage, une loi interdisait de boire du vin à l'époque où les tâches conjugales étaient remplies. Le personnage de la mythologie romaine antique Vulcain est né boiteux, puisque Jupiter était saoul au moment de la conception.

De grandes statistiques sur les effets nocifs de l'alcoolisme sur la progéniture sont maintenant accumulées. Par exemple, le médecin bulgare G. Efremov, qui a longtemps surveillé 23 alcooliques chroniques, a enregistré 15 enfants mort-nés et 8 enfants anormaux dans leurs familles. Les scientifiques français sur un grand matériel statistique ont prouvé que le nombre maximum de mort-nés a été conçu dans la période des carnavals et de la célébration de la récolte du vin jeune. Il y avait même le terme "enfants de carnaval". Bien entendu, tous les parents mentionnés ici n'étaient pas des alcooliques chroniques. Il s'agit de la "conception ivre".

Il a été établi que seulement 5% des enfants retardés mentaux qui étudient dans les soi-disant écoles auxiliaires, les parents souffrent d'alcoolisme chronique, les autres sont des «personnes en bonne santé», mais, en vérité, ne fuyez pas l'alcool.

Au XIXème siècle. Les ivrognes étaient extrêmement rares. Mais au milieu du XXème siècle. ils ont été inclus dans le nombre total d'alcooliques. Dans le même temps, l’OMS note une tendance à augmenter la proportion de femmes alcooliques. L'alcoolisme chez les femmes a des conséquences plus graves: il est plus difficile à traiter que chez les hommes, l'alcoolisme chez une femme enceinte, l'enfant peut être héréditairement inférieur et des lésions du système nerveux central sont possibles. En outre, l’enfant souffre d’un manque de calme et d’atmosphère amicale à la maison.

Des études expérimentales ont montré que l'alcool affecte principalement les cellules sexuelles, qui transmettent ensuite des informations pathologiques au futur foetus. Les cellules sexuelles, lorsqu’elles sont déformées, ne se développent pas correctement et ne sont plus «redressées» par aucun moyen pharmacologique. Les cas où des enfants tout à fait normaux sont nés dans des alcooliques chroniques ne prouvent pas l'innocuité de l'alcoolisme des parents, mais montrent simplement que le facteur alcoolisme agit conjointement avec un grand nombre de facteurs favorables et défavorables. Actuellement, un certain nombre de chercheurs ont montré que chez les alcooliques chroniques, les enfants en bonne santé ne peuvent naître que deux à trois ans après leur abstinence de boire de l'alcool. Sinon, même avec la "conception très sobre", les problèmes ne peuvent être évités.

Parfois, les alcooliques chroniques donnent naissance à des enfants qui ne souffrent pas de retard mental. Mais il est prouvé que 94% des enfants accablés d'hérédité alcoolique deviennent eux-mêmes ivrognes ou contractent des troubles mentaux. Les scientifiques français ont donc mené une expérience unique. Ils ont suivi de près la vie de quatre générations de patients souffrant d’alcoolisme chronique. Dans la première génération - la dépravation morale, les excès alcooliques; dans le second cas, l'ivresse au sens plein du terme; les représentants du troisième ont souffert d'hypocondrie, la mélancolie, ont été sujets au meurtre; dans le quatrième cas - la bêtise, l'idiotie, la stérilité, c'est-à-dire que le genre a cessé d'exister.

Les effets nocifs de l'alcool sur la progéniture ne dépendent pas seulement de causes biologiques, mais également de facteurs sociaux. L’impact social négatif de l’alcoolisme des parents sur le développement de leurs enfants est associé à une altération des relations psychologiques entre eux. Tout membre de la famille vivant aux côtés d’un malade alcoolique est en état de stress psychologique. Une situation psychologique particulièrement difficile survient dans une famille où la mère est alcoolique, bien que, bien entendu, l’alcoolisme du père ait également une incidence négative sur le développement psychologique de l’enfant.

Les conditions défavorables d'éducation dans une famille de parents buveurs entraînent la lenteur de la formation de l'activité communicative-informative des enfants à un âge précoce. En règle générale, ces enfants éprouvent des difficultés d’apprentissage marquées, dues d’une part à l’état pathologique de leur système nerveux et, d’autre part, à une négligence pédagogique.

Les expériences de conflit entraînent diverses formes de comportement anormal chez les enfants, principalement des réactions de protestation. De telles réactions se produisent en présence d'alcoolisme chez l'un des parents. L'enfant cherche à tout faire par dépit, ne répond pas aux exigences des adultes, devient agressif, sombre, malveillant. En plus des réactions actives de la protestation, des réactions passives sont possibles, lorsqu'un enfant quitte l'école, tente d'éviter les rencontres avec son père qui boit, se cache, a peur de rentrer chez lui. L'enfant a des troubles névrotiques: troubles du sommeil, pleurs, sensations de toucher, parfois tics, bégaiement, énurésie nocturne. Les tentatives de suicide (suicide) sont une manifestation plus sévère de la protestation. Elles sont basées sur un sentiment de ressentiment trop prononcé, un désir de se venger des agresseurs, de les effrayer.

L'une des raisons du comportement déviant chez les enfants alcooliques au sein de la famille est le comportement imitatif. On sait que les enfants imitent les fournisseurs de soins et les parents, et qu'ils imitent les comportements antisociaux des parents alcooliques, tels que le langage vulgaire, le hooliganisme, le petit vol, le tabagisme, la consommation d'alcool et de drogues.

Un des traits caractéristiques du comportement des enfants de la famille des alcooliques est la désinhibition motrice, ou syndrome hyperdynamique. Dès leur plus jeune âge, ces enfants se distinguent par une agitation motrice, une agitation, une détermination insuffisante, une impulsivité. Dans tous les cas, des violations prononcées de la concentration de l'attention active. De tels écarts de comportement sont généralement associés à de l'irritabilité, une tendance aux sautes d'humeur, parfois de l'agressivité et du négativisme, à la monotonie du comportement, à l'incapacité de terminer un travail entamé.

Tous ces états mentaux peuvent être à la base de l'implication d'adolescents dans l'alcoolisme et la toxicomanie. En l'absence de correction médicale et psychologique, la négligence pédagogique augmente, les troubles du comportement s'intensifient et les enfants perdent tout intérêt à étudier à l'école.

L'empoisonnement - ce que c'est, les causes, les symptômes, les premiers secours et le traitement

L’abus d’alcool est un problème actuel de la société moderne, qui se traduit par des crimes, des accidents, des blessures et des empoisonnements chez tous les segments de la population. La dépendance à l'alcool est particulièrement pénible lorsqu'elle concerne la partie la plus prometteuse de la société - les étudiants. La mortalité de la population en âge de travailler due à la consommation de boissons alcoolisées occupe des positions élevées. Les scientifiques estiment que l'alcoolisme est le suicide collectif d'une nation. La dépendance à l'alcool, comme le cancer, détruit de l'intérieur l'identité de l'individu et de la société dans son ensemble.

Comment l'alcool affecte-t-il le corps humain? Examinons l'influence de l'alcool sur tous les organes et voyons comment l'alcool affecte le cerveau, le foie, les reins, le cœur et les vaisseaux sanguins, le système nerveux ainsi que la santé des hommes et des femmes.

L'effet de l'alcool sur le cerveau

Tous les organes souffrent des effets négatifs de l'alcool. Mais surtout va aux neurones - les cellules du cerveau. Comment l'alcool affecte le cerveau, les gens sont connus pour leur euphorie, leur bon moral et leur détente.

Cependant, au niveau physiologique, à ce stade, la destruction des cellules du cortex cérébral se produit même après de petites doses d'éthanol.

  1. L'apport sanguin normal au cerveau se fait par de minces capillaires.
  2. Lorsque l'alcool pénètre dans la circulation sanguine, les vaisseaux sanguins se rétrécissent et les globules rouges se collent, formant des caillots sanguins. Ils obstruent la lumière des capillaires du cerveau. Dans ce cas, les cellules nerveuses sont privées d'oxygène et meurent. En même temps, la personne se sent euphorique, même sans avoir connaissance des modifications destructrices du cortex cérébral.
  3. Les capillaires de congestion gonflent et éclatent.
  4. Après avoir bu 100 grammes de vodka, un verre de vin ou un verre de bière, 8 000 cellules nerveuses sont définitivement détruites. Contrairement aux cellules du foie, qui peuvent se régénérer après l’annulation de l’alcool, les cellules nerveuses du cerveau ne se régénèrent pas.
  5. Les neurones morts sont excrétés dans l'urine le lendemain.

Ainsi, sous l'influence de l'alcool sur les vaisseaux, un obstacle à la circulation sanguine normale du cerveau est créé. Ceci est la cause du développement de l'encéphalopathie alcoolique, l'épilepsie.

Lors de l'autopsie du crâne des alcooliques, on observe régulièrement des changements pathologiques cérébraux destructeurs:

  • réduction de sa taille;
  • lissage des convolutions;
  • la formation de vides sur le site des sites morts;
  • foyers d'hémorragies ponctuelles;
  • la présence de liquide séreux dans les cavités du cerveau.

Avec l'abus prolongé, l'alcool affecte la structure du cerveau. Sur sa surface, des ulcères et des cicatrices se forment. Sous une loupe, le cerveau d'un alcoolique ressemble à une surface lunaire imprégnée de cratères et de cratères.

Effet de l'alcool sur le système nerveux

Le cerveau humain est une sorte de panneau de contrôle de tout l'organisme. Dans son cortex se trouvent les centres de mémoire, de lecture, de mouvement des parties du corps, de l’odorat, de la vision. La perturbation de la circulation sanguine et la mort des cellules de n’importe quel centre s’accompagnent de la désactivation ou de l’affaiblissement des fonctions du cerveau. Cela s'accompagne d'une diminution des capacités cognitives humaines (cognitives).

L'effet de l'alcool sur le psychisme humain se traduit par une diminution de l'intelligence et une dégradation de la personnalité:

  • troubles de la mémoire;
  • diminution du QI;
  • hallucinations;
  • perte d'autocritique;
  • comportement immoral;
  • discours incohérent.

Sous l'influence de l'alcool sur le système nerveux humain, les réactions comportementales changent. Il perd sa modestie, sa retenue. Fait ce qu'il ne ferait pas dans son bon sens. Cesser de critiquer leurs émotions. Il a eu des accès de colère et de colère démotivés. La personnalité d'une personne se dégrade de manière directement proportionnelle à la quantité et à la durée de sa consommation d'alcool.

Peu à peu, une personne perd de l'intérêt pour la vie. Son potentiel créatif et professionnel diminue. Tout cela a un impact négatif sur la croissance de carrière et le statut social.

La polynévrite alcoolique des membres inférieurs se développe après une utilisation prolongée d'alcool éthylique. Sa cause est une inflammation des terminaisons nerveuses. Elle est associée à une carence aiguë en vitamines du corps dans le corps. La maladie se manifeste par une sensation de faiblesse grave des membres inférieurs, un engourdissement et une douleur chez les mollets. L'éthanol affecte à la fois les muscles et les terminaisons nerveuses - provoque une atrophie de l'ensemble du système musculaire, ce qui entraîne une névrite et une paralysie.

Effet de l'alcool sur le système cardiovasculaire

L’effet de l’alcool sur le cœur est tel que, pendant 5 à 7 heures, il travaille sous charge. Lors de la réception de boissons enivrantes, le rythme cardiaque augmente, la pression artérielle augmente. La fonction entièrement cardiaque n'est rétablie qu'au bout de 2 à 3 jours, lorsque le corps est complètement nettoyé.

Après l’entrée de l’alcool dans le sang, les globules rouges se transforment - ils se déforment à cause de la rupture des membranes, se collent les uns aux autres et forment des thrombi. En conséquence, le flux sanguin dans les vaisseaux coronaires est perturbé. Le cœur, essayant de pousser le sang, augmente de taille.

La conséquence de l’influence de l’alcool sur le cœur lors de maltraitance est la suivante.

  1. Dystrophie myocardique. À la place des cellules mortes des suites d'une hypoxie, se développe un tissu conjonctif, qui viole la contractilité du muscle cardiaque.
  2. La cardiomyopathie est une conséquence typique qui se forme sur 10 ans d'abus d'alcool. Cela affecte souvent les hommes.
  3. Arythmie du coeur.
  4. Cardiopathie ischémique - angine. Après avoir bu de l'alcool, la libération d'adrénaline et de noradrénaline augmente, ce qui augmente la consommation d'oxygène du muscle cardiaque. Par conséquent, n'importe quelle dose peut être la cause d'une insuffisance coronaire.
  5. Le risque d'infarctus du myocarde chez les personnes qui boivent est plus élevé que chez les personnes en bonne santé, quel que soit l'état des vaisseaux coronaires du cœur. L'alcool augmente la pression, ce qui provoque une crise cardiaque et une mort prématurée.

La cardiomyopathie alcoolique est caractérisée par une hypertrophie (expansion) des ventricules cardiaques.

Les symptômes de la cardiomyopathie alcoolique sont les suivants:

  • essoufflement;
  • toux, souvent la nuit, que les gens associent à un rhume;
  • fatigue
  • douleur dans le coeur.

La progression de la cardiomyopathie conduit à une insuffisance cardiaque. Un œdème des jambes, une hypertrophie du foie, une arythmie cardiaque s'ajoutent à l'essoufflement. Lorsque les douleurs dans le cœur chez les personnes révèlent souvent une ischémie myocardique sous-endocardique. Boire de l'alcool provoque également une hypoxie - manque d'oxygène du muscle cardiaque. Comme l'alcool a quitté le corps pendant plusieurs jours, l'ischémie myocardique persiste pendant tout ce temps.

C'est important! Si le lendemain, l'alcool fait mal au cœur, vous devez créer un cardiogramme et consulter un cardiologue.

L'alcool affecte le rythme cardiaque. Après une forte consommation d'alcool, divers types d'arythmie se développent souvent:

  • tachycardie auriculaire paroxystique;
  • battements prématurés atriaux ou ventriculaires fréquents;
  • flutter auriculaire;
  • fibrillation des ventricules, qui nécessite des mesures thérapeutiques anti-choc (souvent fatales).

La présence de telles arythmies après l'ingestion de grandes quantités d'alcool est appelée le cœur "festif". Les arythmies cardiaques, en particulier les arythmies ventriculaires, sont souvent fatales. Les arythmies peuvent être considérées comme des signes de cardiomyopathie.

L’effet de l’alcool sur le système cardiovasculaire humain est un fait scientifiquement établi et justifié. Le risque de ces maladies est directement proportionnel à la consommation de boissons alcoolisées. L'alcool et le produit de son clivage, l'acétaldéhyde, ont un effet cardiotoxique direct. En outre, il provoque une carence en vitamines et en protéines, augmente les lipides sanguins. En cas d’intoxication alcoolique aiguë, la contractilité du myocarde diminue fortement, ce qui entraîne une insuffisance de sang dans le muscle cardiaque. En essayant de compenser le manque d'oxygène, le cœur augmente la contraction. De plus, lorsque l'intoxication diminue la concentration de potassium dans le sang, ce qui est la cause du dérangement du rythme dont le plus dangereux est la fibrillation ventriculaire.

L'effet de l'alcool sur les vaisseaux

Est-ce que l'alcool diminue ou augmente la pression artérielle? - Même un à deux verres de vin augmente la pression artérielle, en particulier chez les personnes hypertendues. Après avoir pris de l'alcool dans le plasma sanguin augmente la concentration de catécholamines - l'adrénaline et la noradrénaline, ce qui augmente la pression. Il existe un concept, "effet dépendant de la dose", qui montre comment l'alcool affecte la pression artérielle en fonction de sa quantité - la pression systolique et diastolique augmente de 1 mm Hg avec une augmentation d'éthanol de 8 à 10 grammes par jour. Chez les personnes qui abusent de l'alcool, le risque d'hypertension est multiplié par 3 par rapport aux non-buveurs.

Comment l'alcool affecte les vaisseaux sanguins? Nous comprendrons ce qu'il advient de nos bateaux lorsque nous buvons de l'alcool. L'effet initial de l'alcool sur la paroi vasculaire est en expansion. Mais après cela, un spasme se produit. Cela conduit à une ischémie des vaisseaux sanguins du cerveau et du cœur, entraînant une crise cardiaque et un accident vasculaire cérébral. L'alcool a également un effet toxique sur les veines en perturbant la circulation sanguine. Cela conduit à des varices de l'œsophage et des membres inférieurs. Les personnes qui abusent des libations ont souvent des saignements dans les veines de l'œsophage, qui aboutissent à la mort. Est-ce que l'alcool dilate ou contracte les vaisseaux sanguins? - ce ne sont que des étapes de son impact séquentiel, toutes deux désastreuses.

Le principal effet néfaste de l’alcool sur les vaisseaux sanguins est lié à la manière dont l’alcool affecte le sang. Sous l'action de l'éthanol, les érythrocytes collent ensemble. Les caillots sanguins résultants se propagent dans tout le corps, bloquant les vaisseaux étroits. En se déplaçant à travers les capillaires, la circulation sanguine est considérablement entravée. Cela entraîne une diminution de l'apport sanguin dans tous les organes, mais le plus grand danger concerne le cerveau et le cœur. Le corps relie la réponse compensatoire - augmente la pression artérielle afin de pousser le sang. Cela conduit à une crise cardiaque, crise hypertensive, accident vasculaire cérébral.

Effet sur le foie

Ce n'est pas un secret pour personne que l'alcool affecte le foie. Le stade d'extraction de l'alcool éthylique est beaucoup plus long que l'absorption. Jusqu'à 10% d'éthanol est excrété sous forme pure avec la salive, la sueur, l'urine, les selles et la respiration. C’est pourquoi, après avoir consommé de l’alcool chez l’homme, il se dégage une odeur particulière d’urine et de «fumée» émanant de la bouche. L'éthanol à 90% restant doit décomposer le foie. Cela implique des processus biochimiques complexes, dont l'un est la conversion de l'alcool éthylique en acétaldéhyde. Mais le foie ne peut décomposer qu'environ 1 verre d'alcool en 10 heures. L'éthanol non fractionné endommage les cellules hépatiques.

L'alcool affecte le développement des maladies du foie suivantes.

  1. Obésité du foie. A ce stade, la graisse s'accumule sous forme de globules dans les hépatocytes (cellules du foie). Au fil du temps, il se colle, formant des vésicules et des kystes dans la veine porte, ce qui perturbe le mouvement du sang.
  2. À l'étape suivante, l'hépatite alcoolique se développe - une inflammation de ses cellules. Le foie augmente en même temps. La fatigue, les nausées, les vomissements et la diarrhée apparaissent. À ce stade, après avoir cessé d'utiliser de l'éthanol, les cellules hépatiques sont encore capables de se régénérer (récupérer). L'utilisation continue mène à la transition vers la prochaine étape.
  3. La cirrhose du foie est un trouble typique de l'abus d'alcool. A ce stade, les cellules hépatiques sont remplacées par du tissu conjonctif. Le foie est couvert de cicatrices lorsque vous vous sentez dense avec une surface inégale. Cette étape est irréversible - les cellules mortes ne peuvent pas récupérer. Mais cesser de consommer de l'alcool stoppe la cicatrisation du foie. Les cellules saines restantes remplissent la fonction avec des handicaps.

Si au stade de la cirrhose n'arrête pas de boire, le processus entre dans une phase de cancer. Un foie en bonne santé peut être maintenu avec une utilisation modérée.

C'est important! Selon les recommandations de l’OMS, une dose sans danger pour les femmes est de 10 et pour les hommes de 20 grammes d’alcool par jour.

Équivalent est un verre de bière ou un verre de vin par jour. Et même avec de tels dosages, vous ne pouvez pas boire d'alcool tous les jours. Il est nécessaire de donner la possibilité à l'alcool de quitter complètement l'organisme, et à cet effet 2 à 3 jours sont nécessaires.

L'effet de l'alcool sur les reins

La fonction rénale n’est pas seulement liée à la formation et à l’excrétion de l’urine. Ils participent à l'équilibre des équilibres acide-base et eau-électrolyte, produisent des hormones.

Comment l'alcool affecte les reins? - lorsqu'ils utilisent de l'éthanol, ils passent en mode de fonctionnement intensif. Le bassin rénal est obligé de pomper un grand volume de liquide, essayant d'éliminer les substances nocives pour le corps. Les surcharges constantes affaiblissent la capacité fonctionnelle des reins - au fil du temps, ils ne peuvent plus travailler de manière constante en mode intensifié. L'effet de l'alcool sur les reins peut être vu après le festin de vacances sur le visage enflé, augmentation de la pression artérielle. Le corps accumule des fluides que les reins sont incapables d'excréter.

De plus, les toxines s'accumulent dans les reins, puis des pierres se forment. Au fil du temps, la néphrite se développe. De plus, après avoir bu de l'alcool, il arrive que les reins soient douloureux, la température augmente, des protéines apparaissent dans l'urine. La progression de la maladie s'accompagne d'une accumulation de toxines dans le sang, qui ne sont plus en mesure de neutraliser le foie et de prélever les reins.

L'absence de traitement entraîne l'apparition d'une insuffisance rénale. En même temps, les reins ne peuvent pas former et excréter de l'urine. Commence l'empoisonnement du corps commence - l'intoxication générale avec une issue fatale.

Comment l'alcool affecte-t-il le pancréas?

La fonction du pancréas est de sécréter des enzymes dans l'intestin grêle pour digérer les aliments. Comment l'alcool affecte-t-il le pancréas? - sous son influence, ses canaux sont obstrués, de sorte que les enzymes ne pénètrent pas dans l'intestin, mais à l'intérieur de celui-ci. De plus, ces substances détruisent les cellules de la glande. En outre, ils affectent les processus métaboliques impliquant l'insuline. Par conséquent, en cas d'abus d'alcool, le diabète peut se développer.

En cours de décomposition, les enzymes et les produits de décomposition provoquent une inflammation de la glande - pancréatite. Cela se manifeste par le fait qu'après l'alcool, le pancréas fait mal, des vomissements apparaissent et la température augmente. La douleur dans la région lombaire est le zona. L'abus d'alcool influe sur l'apparition d'une inflammation chronique, facteur de risque de cancer de la glande.

L'effet de l'alcool sur le corps féminin et masculin

L'alcool affecte davantage le corps de la femme que celui de l'homme. Chez les femmes, l'enzyme alcool déshydrogénase, qui décompose l'alcool, est moins concentrée que les hommes et se boit plus vite. Le même facteur affecte la formation de la dépendance à l'alcool chez les femmes plus rapidement que chez les hommes.

Même après l’utilisation de petites doses, les organes de la femme subissent de grands changements. Sous l'influence de l'alcool sur le corps de la femme, la fonction de reproduction est principalement affectée. L'éthanol viole le cycle mensuel et affecte négativement les cellules germinales et la conception. La consommation d'alcool accélère l'apparition de la ménopause. En outre, l'alcool augmente le risque de cancer du sein et d'autres organes. Avec l’âge, l’effet négatif de l’alcool sur le corps de la femme s’accroît, car il ralentit son élimination du corps.

L'alcool affecte négativement les structures importantes du cerveau - l'hypothalamus et l'hypophyse. La conséquence de ceci est son effet négatif sur le corps masculin - la production d'hormones sexuelles est réduite, ce qui réduit la puissance. En conséquence, les relations familiales s'effritent.

L'alcool affecte négativement tous les organes. Ses effets les plus rapides et les plus dangereux sur le cerveau et le cœur. L'éthanol augmente la pression artérielle, épaissit le sang, perturbe la circulation sanguine dans les vaisseaux cérébraux et coronaires. Ainsi, il provoque une crise cardiaque, un accident vasculaire cérébral, une crise hypertensive. Avec une utilisation prolongée, des maladies irréversibles du cœur et du cerveau se développent - cardiomyopathie alcoolique, encéphalopathie. Les organes les plus importants qui éliminent les toxines du corps - le foie et les reins - en souffrent. Le pancréas est endommagé, la digestion est cassée. Mais arrêter l'ingestion d'alcool à un stade précoce de la maladie peut restaurer les cellules et arrêter la destruction des organes.

L'alcoolisme et ses effets sur la santé

L'alcoolisme est une maladie chronique grave caractérisée par une dépendance à la consommation d'alcool sur les plans psychologique et physiologique. Au fur et à mesure qu'il se développe, le contrôle sur le volume d'alcool consommé est perdu, la tolérance à l'alcool augmente (pour être en état d'ébriété, vous devez boire plus d'alcool qu'auparavant). Il y a des signes de gueule de bois et de dommages toxiques aux organes internes. L’alcoolisme à long terme nuit au fonctionnement du cerveau et du système nerveux central: psychose, troubles de la mémoire et retard de la pensée.

Sous l'influence de l'éthanol et de ses métabolites, des changements irréversibles se produisent dans les organes internes. Le tractus gastro-intestinal et le système cardiovasculaire sont les plus touchés. Selon les statistiques, la majorité des décès dus à la dépendance à l'alcool sont dus à ces maladies. L’alcoolisme aura d’autres conséquences tragiques pour la santé.

Quelles sont les conséquences de l'ivresse

Les conséquences tragiques de l’alcoolisme se divisent en 2 groupes:

  • la détérioration de la santé du buveur, sa dégradation personnelle;
  • problèmes familiaux et l'impossibilité d'adaptation dans la société.

Le danger de dépendance pour une personne réside tout d’abord dans de nombreuses lésions des organes internes. Une cirrhose alcoolique du foie se développe, le travail du cœur est perturbé, les vaisseaux sont endommagés, le risque de cancer augmente.

Une personne devient agressive, les processus mentaux ralentissent, les problèmes psychologiques et de personnalité deviennent plus aigus. Dans les cas graves d’alcoolisme, la psychose et l’épilepsie se développent. En conséquence, il perd sa capacité de travail.

Les accidents sont de plus en plus fréquents: les alcooliques ne peuvent pas contrôler leur comportement et se rendent souvent dans des hôpitaux souffrant d'hypothermie ou de blessures. Une autre cause d'invalidité, voire de décès, est l'utilisation d'alcool de qualité inférieure (de substitution).

Les conséquences sociales de l'abus d'alcool se manifestent par la détérioration des relations familiales - les querelles sont de plus en plus fréquentes, les mariages se dissolvent au fil du temps. L’aspect économique de ce problème est la réduction de l’efficacité du travail, la baisse du pouvoir d’achat due au manque d’argent. Le toxicomane ne vient pas au travail, prend un congé ou un congé de maladie, ce qui entraîne une baisse de la productivité de l'ensemble de l'entreprise.

Souvent, les patients sont victimes de fraudeurs et se retrouvent dans la rue sans moyen de subsistance.

L'alcoolisme, comme la toxicomanie, provoque une augmentation de la criminalité, obligeant les toxicomanes à se livrer à un vol, à un vol ou même à un meurtre au nom d'une autre dose d'alcool. En état d’ivresse, la plupart des accidents de la route se produisent, tuant chaque année des dizaines de milliers de personnes.

Les conséquences de l'alcoolisme pour la psyché

L’effet prolongé de l’alcool sur le cerveau et le système nerveux central modifie progressivement le comportement de la personne. Cela concerne tout le monde, indépendamment du statut social et des objectifs de la vie.

Une personne sociable, ouverte et déterminée se transforme en agressive, irritable et nerveuse. Il trouve à redire aux autres, provoque des scandales. Au fil du temps, son cercle de communication s'est rétréci et l'homme lui-même se dirige rapidement vers le «fond» social.

Ce processus se produit progressivement. Premièrement, le toxicomane a des problèmes au travail: il reçoit un avertissement de la direction et, bientôt, en raison d'un travail médiocre ou de l'absentéisme, il est renvoyé. Cela force une personne à passer à une main-d'œuvre moins qualifiée, mais même là, elle ne reste pas longtemps, car elle perd complètement sa motivation pour travailler.

À la dernière étape de l’alcoolisme, les patients mènent un style de vie asocial, ils ne se soucient que de l’alcool.

Quels troubles mentaux provoquent l'alcoolisme

Dans l'ivresse chronique, de tels troubles de la personnalité sont notés:

  • Le toxicomane nie la maladie en lui-même et refuse d'être traité;
  • On observe la destruction de la sphère émotionnelle-volitive: l'apathie et la dépression augmentent, une personne se concentre sur l'alcool;
  • Il y a des attaques d'agression incontrôlées. Le patient est souvent irrité et mécontent des autres. Les femmes peuvent être diagnostiquées avec des crises d'hystérie;
  • L'alcool dépendant perd de l'intérêt pour la vie, ses qualités morales sont réduites;
  • Les patients ont souvent des tendances suicidaires;
  • Il y a un déclin progressif des capacités mentales, des défaillances de la mémoire;
  • Psychose schizo-affective - sautes d'humeur, dysphorie (état dépressif caractérisé par la mélancolie, la colère, l'irritabilité);
  • La manifestation du delirium tremens (delirium tremens). Il s'accompagne d'hallucinations auditives, visuelles et gustatives, ainsi que de maux de tête, de vomissements et d'une anxiété inexplicable.
  • Névrose asthénique. Caractérisé par une excitabilité accrue de la psyché, due à un épuisement du système nerveux, à des maux de tête fréquents et à des troubles du sommeil. Une personne se fatigue très vite, son activité et sa capacité de travail diminuent;
  • Au troisième stade de l’alcoolisme, la démence se forme - démence acquise. Ses symptômes sont des troubles du comportement et des réactions émotionnelles, une incapacité à assimiler de nouvelles informations, des défaillances de la mémoire. Le patient devient difficile à naviguer dans l'espace, il peut oublier les noms de ses proches parents, ne pas se reconnaître dans le miroir, perdre ses compétences domestiques et d'hygiène.

Les effets de la dépendance à l'alcool sur le corps

L'ivresse prolongée contribue au développement de maladies graves pouvant entraîner une invalidité ou la mort. Ils affectent la plupart des systèmes du corps.

Système nerveux central

Le changement de comportement commence après la consommation d'une petite dose d'alcool. L'éthanol, entrant dans le sang, affecte rapidement la structure du cerveau et des neurones. Une personne ressent cela comme un état d'intoxication. Sous l'influence de l'alcool, les processus de régulation entre les parties du cortex cérébral sont perturbés et l'activité des centres de contrôle diminue.

Cela conduit à des changements de comportement - une personne perd partiellement le contrôle de ses actions, son humeur change de façon dramatique. Dans le cas de l'ivrognerie, l'agressivité, la colère, les comportements inappropriés et les troubles psychopathiques apparaissent.

L'alcool a un effet différent sur le comportement des gens. Dans certains cas, il stimule tous les processus nerveux, provoquant un état d'excitation du système nerveux, tandis que d'autres agissent comme un dépresseur, contribuant à son inhibition.

L'alcool éthylique se dissout instantanément dans le sang et atteint une concentration maximale dans les organes et les tissus le mieux alimentés. Tout d'abord, il entre dans le cerveau. L'éthanol dissout la membrane lipidique des érythrocytes, perturbe leur charge négative, ce qui, dans des conditions normales, les aide à se repousser mutuellement. Ils collent ensemble et bloquent les capillaires, formant un thrombus. Le sang ne coule pas dans les tissus, entraînant un manque d'oxygène et une déshydratation. Une personne ressent cela comme une légère intoxication, un état d'euphorie. Le travail des lobes frontaux est altéré, ce qui diminue la capacité de penser logiquement.

L’alcoolisme prolongé entraîne des modifications pathologiques irréversibles dans le cerveau, provoquant des pertes de mémoire et un déclin général des capacités intellectuelles.

Les alcooliques chroniques sont souvent diagnostiqués avec la maladie de Parkinson et la maladie d'Alzheimer.

En raison d'une consommation prolongée, les vaisseaux cérébraux deviennent très fragiles, le risque de leur rupture augmente plusieurs fois. Ceci est particulièrement dangereux si le patient a des maladies cardiovasculaires telles que l'hypertension et l'arythmie.

En outre, un spasme prolongé des vaisseaux sanguins dû à une violation de la coagulation sanguine et de la thrombose menace d'un AVC ischémique cérébral et d'une atrophie des nerfs optiques et auditifs. Les tissus ne reçoivent pas de nutrition pendant longtemps et leurs cellules meurent.

Système cardiovasculaire

L'alcool affecte extrêmement négativement son mécanisme de régulation, ainsi que le tonus des artères et des veines. Sous l'influence de l'alcool, les vaisseaux sanguins se dilatent et un spasme se produit au bout d'un moment.

Le produit de la transformation intermédiaire à l'éthanol, l'acétyldéhyde, endommage les cardiomyocytes et provoque des modifications dégénératives dans les tissus du muscle cardiaque.

Ils se manifestent par une augmentation initiale de sa taille et une dégénérescence ultérieure. La fréquence des contractions musculaires diminue, entraînant le développement d'une insuffisance cardiaque.

L'alcoolisme provoque un spasme des vaisseaux coronaires, ce qui perturbe le flux de sang dans le coeur. En raison du manque de substances utiles transportées avec elle et d'oxygène, la mort des cardiomyocytes commence et le risque d'infarctus aigu du myocarde augmente.

La dépendance à long terme à l'alcool provoque l'apparition d'une hypertension et peut être à l'origine de troubles circulatoires graves.

Système de reproduction

Très souvent, l'alcoolisme devient une cause de promiscuité, le risque d'infection par des infections sexuellement transmissibles augmente considérablement.

Dans le contexte de l'abus d'alcool, des processus inflammatoires cachés sont souvent diagnostiqués. Ils provoquent une violation de la maturation des cellules germinales, ainsi qu'une diminution de leur viabilité.

Le risque d'anomalies congénitales du fœtus et d'atteintes graves à sa santé augmente. L'alcoolisme provoque la dysfonction érectile chez les hommes. Les effets négatifs de l’alcool se manifestent également par la disparition progressive du désir sexuel. L'impuissance se développe, le risque de formation d'adénome de la prostate augmente.

Chez les femmes, l'abus systématique de boissons fortes conduit à des troubles hormonaux. Le cycle menstruel est confus, le risque de formation d'organes génitaux bénins (polypes, kystes, fibromes) et de tumeurs malignes (cancer du sein) augmente.

Système respiratoire

Étant donné que l'alcool est éliminé de l'organisme par tous les moyens, y compris par les poumons, ses cellules et l'épithélium des bronches, de la trachée et de la plèvre sont endommagés. Dans les cas graves, les médecins diagnostiquent une obstruction et des tumeurs d'organes oncogènes.

Les maladies du système respiratoire se développent souvent dans le contexte des maladies cardiovasculaires existantes. Cela contribue à la stagnation dans le cercle de la petite circulation sanguine et à la présence de maladies inflammatoires des poumons, telles que la pneumonie, la tuberculose ou la pleurésie.

Tractus gastro-intestinal

Les boissons alcoolisées provoquent la formation d'ulcères et de processus inflammatoires dans les organes digestifs. Au troisième stade de l’alcoolisme, une nécrose survient souvent: mort des cellules du pancréas et du foie. La pancréatite et le diabète sucré se développent.

Au fur et à mesure que les maladies du tractus gastro-intestinal se développent, l'épuisement du corps augmente, car les organes affaiblis ne peuvent pas absorber complètement tous les nutriments contenus dans les aliments. L'abus d'alcool provoque une perturbation des processus métaboliques et une perte d'appétit.

L'éthanol endommage les tissus de l'estomac et du pancréas et favorise la formation de tumeurs malignes.

L'impact principal est sur le foie, car il est obligé de traiter une grande quantité d'alcool. Lorsque le corps ne parvient plus à se débarrasser des métabolites de l'alcool, ceux-ci commencent à l'endommager. Cela conduit à la formation de fibrose, roulant dans la cirrhose du foie. Il peut être précédé d'une inflammation tissulaire - l'hépatite. Ce sont des alcooliques typiques.

Les modifications pathologiques du foie peuvent contribuer au développement d'autres maladies, telles que l'ascite (concentration de liquide dans la cavité abdominale), les varices oesophagiennes et l'hépatopathie alcoolique.

L'impact de l'alcoolisme sur la vie sociale

L'abus de boissons fortes conduit à une détérioration de la vie sociale d'une personne. Les conséquences sociales de l'alcoolisme se manifestent dans:

  • Changer le cercle social habituel. Les liens anciens sont brisés, une personne est entourée de personnes dépendantes à l'alcool;
  • Conflits dans la famille, la destruction des relations;
  • Perte de travail, d'étude, de loisir. Le patient perd sa concentration, il lui est difficile de se concentrer sur autre chose que de l'alcool.

En outre, un alcoolique devient un banni dans la société. Il perd ses compétences sociales, commence à être hostile aux autres, perd ses amis. Beaucoup cherchent à éviter le contact avec l'ivrogne, l'expulsent du travail.

Conséquences de l'alcoolisme de la bière

Les gens pensent souvent que la consommation régulière de bière ne nuit pas à la santé et ne contribue pas au développement d'une soif pathologique d'alcool. Mais cette opinion est fausse, car il contient de l’alcool, bien qu’à une concentration inférieure. Les jeunes en boivent pour paraître des adultes, s'asseyant progressivement sur la consommation d'alcool.

Si vous multipliez le pourcentage d'alcool contenu dans la boisson capiteuse par la quantité que vous buvez, il devient évident que 5 à 6 bouteilles de bière équivalent à 0,5 litre de vodka.

La consommation régulière de bière entraîne une dépendance à l'alcool et des effets néfastes sur la santé. Premièrement, le corps s'habitue à l'apport quotidien en éthanol, puis il y a une dépendance à de nouvelles doses. La personne devient nerveuse et irritable, son humeur se dégrade et sa tête est occupée à penser au verre enivrant. Avec la bière prolongée l'alcoolisme est formé le syndrome de sevrage. Ce terme est utilisé en narcologie pour indiquer l'état d'une gueule de bois. L'alcoolique a mal à la tête, il a soif, la bouche sèche et des tremblements dans les membres.

Dans le cas de l'alcool ivre de la bière pendant 2-3 jours après avoir renoncé à l'alcool, une psychose alcoolique, également appelée delirium tremens, peut survenir. Il s'agit d'une condition dangereuse pour le patient et les autres. Il a donc besoin de soins médicaux d'urgence.

La boisson mousseuse affecte négativement les hormones et le système reproducteur humain. Le fait est que la bière contient des phytoestrogènes, des analogues végétaux des hormones sexuelles féminines. Chez les hommes, ils suppriment la production de testostérone et changent d’apparence: une panse de bière apparaît, une poitrine se développe et les épaules sont arrondies. Commencer des problèmes avec la puissance et la fonction de procréer.

Chez la femme, la bière provoque une augmentation du taux de progestérone plusieurs fois supérieure à la normale. Cela conduit au développement de maladies gynécologiques et à des difficultés pour concevoir et porter un enfant. En outre, il y a un excès de poids et un gonflement.

La bière a un fort effet diurétique et élimine le potassium nécessaire à la stabilité de la fonction cardiaque, exerçant une pression sur les reins et le foie.

L'alcoolisme est un grave problème humain. Son taux de croissance dépend du bien-être de la société. La disponibilité de l’alcool, sa large publicité dans les médias et les traditions nationales font que le nombre de toxicomanes augmente chaque année.

Tout le monde a besoin de connaître toutes les conséquences de cette terrible maladie, car il est plus facile de prévenir que de guérir. Cela dépend non seulement de la santé de l'individu, mais également de la société dans son ensemble.

En Savoir Plus Sur La Schizophrénie