L’alcoolisme féminin est le résultat d’un certain nombre de causes différentes, qui, à leur tour, sont étroitement liées aux causes de l’alcoolisme masculin, ce qui donne en général des raisons de mettre un signe égal entre les facteurs qui provoquent. Dans le même temps, l’alcoolisme féminin présente dans cette comparaison une caractéristique distinctive très importante. L’article d’aujourd’hui traite de la nature de cette différence, des stades de l’alcoolisme et des particularités de son traitement chez les femmes.

Causes de l'alcoolisme féminin

Pour en revenir à ce que nous avons commencé, nous notons que la différence susmentionnée entre l’alcoolisme féminin et l’alcoolisme masculin réside dans le fait que son fondement pour les femmes est émotionnel-psychologique, ce qui en détermine les caractéristiques. Quand même une petite quantité d'alcool entre dans notre corps (et si nous parlons de manière plus objective, alors dans notre cerveau), son effet correspondant est trouvé, ce qui affecte en particulier le système de neurotransmetteur. Dans ce contexte, la consommation d'alcool s'accompagne d'euphorie, de détente et de tranquillité générale. Dans la très grande majorité des cas, les particularités d'exposition susmentionnées incitent à vouloir utiliser ce moyen en particulier pour détourner l'attention des problèmes et se détendre. Compte tenu du fait que les femmes sont plus flexibles psychologiquement, leur capacité à équilibrer habilement les états d'activation du cerveau dus à l'alcool et à l'oppression est déterminée, ce qui se réfère en particulier aux doses consommées.

Pour en venir aux raisons contre lesquelles se développe l’alcoolisme chez les femmes, une généralisation complète peut être faite en deux catégories principales pour tous les facteurs qui servent de base, en particulier, il s’agit de causes psychologiques et physiques. Laissez-nous nous attarder sur ces options.

  • Causes psychologiques:
    • Prédisposition des femmes sur le plan émotionnel pour résoudre les problèmes liés à l'état de stress, sans attirer des personnes non autorisées. Ici, en particulier, on peut envisager le moyen pratiquement habituel de soulager le stress en organisant des «rencontres» avec des amis, qui sont à leur tour presque toujours accompagnés de consommation d'alcool (le fait d'aller chez le médecin, comme vous le savez, est résolu, le problème d'un ordre ou d'un autre est résolu à un niveau social déterminé ).
    • Augmentation du niveau de charge de stress, qui en général dans certaines conditions ou une autre tombe sur le corps de la femme.
    • La grande importance des facteurs sociaux et de la société dans son ensemble. Dans ce cas, cela implique l’adoption de certaines positions forcées auxquelles certaines circonstances de la vie prédisposent, ainsi que le rôle qu’une femme assume dans son passé. À cause de cela, une charge excessive apparaît, que la femme est souvent incapable de supporter de manière adéquate. À titre d’exemple, nous pouvons citer une situation dans laquelle, en raison du type de comportement qui prévaut dans la société, une femme ne peut pas montrer sa faiblesse en raison du caractère «incorrect» d’un tel comportement. En conséquence, la charge devient redondante et un chemin facile vers la relaxation, qui, comme il est clair, passe par l’alcool, aide à l’éliminer.
    • Le modèle actuel de perception par une femme des autres femmes qui boivent de l’alcool est l’hostilité à leur égard. En raison de cette contradiction interne, appuyée par d'autres facteurs, la consommation domestique de boissons chez les femmes a une forme cachée. En raison de cette situation, un stress supplémentaire apparaît, qui, cette fois, est lié à la nécessité de cacher sa propre dépendance. Un tel cercle vicieux entraîne non seulement une augmentation de l'état de stress général d'une femme, mais également le fait que l'alcool commence à être consommé en plus grande quantité.
  • Causes physiques:
    • une plus petite quantité d'eau dans le corps d'une femme, en raison de laquelle la concentration d'alcool dans celui-ci est plus élevée;
    • moins de masse musculaire, ce qui entraîne une forte intoxication;
    • l'obtention du résultat antidépresseur requis en raison de la moindre quantité d'alcool consommée, ce qui entraîne la formation d'une perception illusoire de la sécurité de cette méthode de gestion du stress;
    • degré accru d’absorbabilité de l’éthanol, en raison des caractéristiques hormonales inhérentes au corps de la femme.

En général, en continuant d’examiner les causes de l’alcoolisme féminin, il est impossible de ne pas s’attarder sur une autre, non moins importante, de ses caractéristiques. Par exemple, le premier est que la perte d'un être cher est perçue par la femme beaucoup plus profondément (cela s'applique à des exemples tels que le divorce, la perte d'un enfant, etc.). Face à ce type de stress, les femmes ont tendance à s'éloigner de la réalité en utilisant des moyens improvisés qui, il est clair, est l'alcool. Ensuite, la réalisation de «sous-réalisations», d’occasions manquées, de problèmes familiaux et d’un mode de vie général (soupçons sur la maîtresse de son mari, le passage du temps et le départ de la jeunesse, le sacrifice d’une carrière pour le rôle actuel de femme au foyer, etc.).

La carrière de l’alcoolisme féminin n’est pas une cause moins courante. Donnant pleinement tous les rôles d’une femme d’affaires prospère, la femme perd quant à elle le rôle d’importance non négligeable - le rôle de femme heureuse et de mère, en d’autres termes, dans le contexte de la réussite dans le cadre de l’activité professionnelle, la vie personnelle en souffre, ce qui peut également entraîner la formation ultérieure de dépendances boissons alcoolisées, en raison desquelles ce genre d'infériorité est étouffé. L'infériorité est considérée à la fois dans le contexte d'un mode de vie général et dans celui de se considérer soi-même en tant qu'individu, ce qui aggrave dans les deux cas l'essence du problème.

Un rôle non moins significatif est attribué à des problèmes d’échelle sociale différente. Il s’agit en particulier d’une certaine spécificité de l’activité professionnelle et des difficultés qui l’accompagnent. Il s’agit de difficultés matérielles auxquelles une femme a été confrontée pour une raison ou une autre; c’est après tout les particularités des fondamentaux fondamentalement établis et soutenus en matière d’éducation et d’éducation. Un des problèmes courants avec les options énumérées est la présence de femmes buvant des hommes dans n’importe quel cercle social. Il n’est pas étonnant que les femmes occupant des postes de responsabilité (que nous avons déjà examinés dans le contexte de la définition de femme d’affaires), de même que les femmes occupant des postes similaires dans des entreprises directement associées à la production de boissons alcoolisées ou à leur mise en œuvre, courent également un risque particulier. La présence de certaines maladies nerveuses, ainsi que de troubles mentaux, d’attitudes à l’égard des activités criminelles ou de la prostitution conduit également à la formation d’une dépendance à l’alcool chez les femmes.

Quels que soient les exemples que les lecteurs eux-mêmes peuvent ajouter aux options énumérées, l’urgence du problème de l’alcoolisme chez les femmes ne diminue malheureusement pas, et l’un des facteurs considérés peut jouer un rôle moteur dans la formation de cette dépendance. Sur la base de statistiques exemplaires, il est connu que l’alcoolisme féminin, en particulier ces dernières années, est considéré comme un problème plutôt grave. Là encore, sur la base de ces données, il est connu qu'environ 25% des femmes qui consomment de l'alcool le font systématiquement et que 45% d'entre elles en consomment pendant les périodes de forte consommation d'alcool. Dans environ 4% des cas, les femmes boivent de l'alcool périodiquement («à l'occasion») et environ 28% du nombre total de personnes qui boivent sont équilibrées pendant les périodes d'abstinence, alternant avec une consommation excessive d'alcool (il peut aussi s'agir d'une consommation quotidienne d'alcool). Il semble que pour attirer l'attention des lecteurs sur le fait que de tels chiffres sont perçus au moins comme effrayants, il n'y a pas grand intérêt.

Caractéristiques de l'alcoolisme féminin

Bien qu’il existe des parallèles communs avec l’alcoolisme masculin, l’alcoolisme féminin présente certes un certain nombre de ses caractéristiques. Bien que certaines d’entre elles aient été un peu plus élevées, il ne serait pas superflu de découvrir plus en détail la question qui les concerne.

Tout d’abord, il s’agit des caractéristiques de l’habituation des femmes à l’alcool. Ainsi, on sait en particulier que la dépendance à part entière et la dépendance à l’alcool qui en découle - tout cela se développe beaucoup plus rapidement chez les femmes que chez les hommes. Ainsi, si un homme a besoin de boire régulièrement de l'alcool pendant 7 à 10 ans pour devenir alcoolique, la dépendance des femmes, entraînant une dépendance ultérieure, se produit beaucoup plus rapidement - environ 5 ans.

Remarquablement, les symptômes de l'alcoolisme chez les femmes commencent à se développer si rapidement que le traitement en raison de cette caractéristique est associé à un certain nombre de difficultés. Compte tenu de cette dépendance rapide à l’alcool du corps féminin, il n’est pas surprenant que l’effet sur l’état du corps se manifeste également de manière plus prononcée et plus rapide. Parmi les pathologies les plus courantes chez les femmes alcooliques, diverses pathologies du pancréas et du foie sont considérées.

En raison de l’alcool, une femme perd la capacité de bien se comporter, ce qui lui confère le statut de personne effrontée, ce qui conduit à la consolidation d’un autre comportement qui caractérise non moins clairement son côté, à savoir l’adhérence à des relations sexuelles sans promesses. En raison du manque d'hygiène nécessaire de ce type de communication, certaines maladies vénériennes, ainsi que des maladies du système génito-urinaire, deviennent des compagnons fréquents de l'alcoolisme. Sur la base de plusieurs données relatives à la recherche médicale sur les femmes alcooliques, il a été révélé que seulement 10% d’entre elles peuvent «se vanter» de l’état normal des fonctions des glandes sexuelles. Pour le reste des femmes, dans un certain sens, le tableau est non seulement déprimant, mais également irréversible. Nous parlons en particulier de la maternité, plus précisément de son incapacité. Une telle limitation est due au fait que, dans le contexte de l'abus d'alcool chez la femme, le tissu ovarien dégénère en tissu adipeux, entraînant une perte de la fonction génitale.

Mais ce n'est pas tout. L’alcoolisme féminin et le développement progressif de troubles mentaux n’entraînent pas de conséquences moins graves. Ces violations ne sont aggravées que par les effets de l’alcool consommé par la femme. Les changements concernent également les traits de caractère, qui se manifestent par l'hystérie et la nervosité, l'égoïsme et l'agressivité. Beaucoup plus tôt, chez les femmes (comparé aux hommes), l’alcoolisme se développe et l’encéphalopathie, entraînant une dégradation supplémentaire de la personnalité et le développement de la démence.

Alcoolisme féminin: étapes

L'alcoolisme se développe selon certaines étapes, passant d'une période de dépendance minimale à laquelle les doses d'alcool consommées sont faibles à une période de perte absolue de maîtrise de soi, dans laquelle la consommation d'alcool s'accompagne d'une désintégration de la personnalité et de pathologies somatiques réelles. Nous soulignons les étapes spécifiques du processus d’alcoolisme, tout en notant qu’ils traitent déjà de l’alcoolisme déjà formé, dans lequel, par conséquent, il existe déjà une dépendance à l’alcool.

La première étape est la perte de contrôle sur le dosage de l'alcool. Dans la vie quotidienne, cet ordre de consommation d’alcool s’appelle «ignorance de la mesure / norme». En général, l’intoxication a une forme plutôt prononcée au cours de chacun des épisodes de consommation d’alcool, alors qu’aucun trouble neuropsychiatrique associé n’est associé à tel ou tel type à ce stade et qu’une certaine autocriticité est généralement préservée. Entre-temps, quelle que soit la gravité de la situation à ce stade, toutes les femmes ne sont pas prêtes à admettre qu'elles boivent tout simplement.

La deuxième étape est caractérisée par la formation d'une gueule de bois ou d'un syndrome de sevrage. Cela est dû au fait que certains changements ont déjà eu lieu dans le corps dans le contexte de l'abus d'alcool, ainsi que de changements très importants, tels que la tolérance à l'éthanol a augmenté et que, par conséquent, elle permet d'atteindre l'état d'intoxication habituel avec ses conséquences, grande dose d'alcool. En conséquence, plus la dose est élevée, plus l'intoxication par l'acétaldéhyde devient intense, ce qui, à son tour, provoque une forme encore plus grave d'intoxication du corps.

Sur la base des processus réels de ce stade, des changements caractéristiques se produisent dans l’apparence de la femme. Ils consistent en particulier dans le développement de poches sur le visage et dans le rougissement de la peau, les lèvres gonflées, les yeux prenant l’apparence de fentes. Sur la peau apparaissent également des taches de type pourpre ou des taches bleuâtres, des ecchymoses se forment sous les yeux, les yeux peuvent briller, mais il y a un aspect généralement malsain. La femme qui boit cesse de la regarder, ses cheveux sont emmêlés et gras. En raison de la disparition rapide des tissus adipeux sur le fond de la consommation d'alcool, les jambes, les bras et les épaules des femmes perdent leur douceur inhérente dans leurs mouvements, une musculature excessive se développe en raison de ce type de perte.

Il convient de noter que l’apparence d’une femme abusant de l’alcool change non seulement assez rapidement, mais aussi irrévocablement, au sens littéral du terme, elle est décrépit jour après jour. Encore une fois, ils souffrent des effets de l'alcool sur le corps et les cheveux de la femme, qui commencent à tomber et à grisonner assez tôt, ainsi que sur les dents - ils s'effondrent beaucoup à leur tour. En outre, la dyspnée devient un compagnon fréquent de l’alcoolisme féminin et, comme on peut le comprendre, des changements négatifs de caractère correspondants apparaissent. Il convient également de noter ici que les modifications énumérées concernent la deuxième étape, caractérisée par un degré de gravité plus élevé du cours, ce qui complique par conséquent le traitement ultérieur de l’alcoolisme féminin à cette étape.

Quant à la troisième étape, il y a déjà de l'alcool qui affecte presque tout, allant des manifestations émotionnelles aux manifestations physiologiques. Le signe principal correspondant à ce stade de l’alcoolisme féminin est la frénésie.

Alcoolisme féminin

Dans la plupart des cas, ce type d’alcoolisme est perçu par nos concitoyens comme une évidence, mais aussi comme un phénomène normal et sans danger, qui n’a rien de commun avec l’alcoolisme. En attendant, ce n'est pas du tout le cas, et dans cette section, nous expliquerons brièvement pourquoi, en soulignant également les principaux symptômes, stades et caractéristiques de l'alcoolisme à la bière chez les femmes.

En règle générale, la formation d'une dépendance à la bière commence par un scénario standard dans lequel des boissons à faible teneur en alcool sont utilisées comme moyen de relaxation. On ne peut parler que d'une bouteille par jour. Cependant, en raison de l'innocuité apparente de cette méthode de relaxation, la bière est consommée quotidiennement.

Ainsi, en buvant une ou deux bouteilles de ce type d'alcool par jour, une femme ne ressent aucun changement particulier dans son corps, ni le danger associé à la consommation de bière. La consommation d'alcool est accompagnée d'euphorie et d'un sentiment d'intoxication. Comme dans tout schéma similaire (prenez, par exemple, la toxicomanie), les sensations ressenties au cours de l'intoxication sont figées dans le cerveau, le même phénomène s'accompagne de l'apparition d'un désir de répéter ces sensations encore et encore. À ce stade, il est conseillé d’envisager le passage à la phase suivante de l’alcoolisme. Selon le même schéma et pour la même raison, les doses d'alcool prises augmentent progressivement pour atteindre plusieurs litres par jour. À l'avenir, il y a un risque d'augmentation ultérieure de la posologie ou de substitution des boissons «plus sérieuses», car la bière ne permet pas à tout le monde d'obtenir l'effet désiré dans le même volume. Comme vous pouvez le constater, la bière est un tremplin pour l’alcoolisme en tant que tel.

La dépendance à la bière chez les femmes (tout comme chez les hommes) se développe de manière imperceptible et la dépendance se manifeste beaucoup plus rapidement que dans les cas de consommation d'un autre type d'alcool. Les caractéristiques gustatives attrayantes ainsi que l'innocuité apparente attribuée à la bière par rapport aux autres types d'alcool servent de base.

En ce qui concerne les symptômes accompagnant l’alcoolisme de la bière, ils ressemblent le plus souvent aux symptômes qui se produisent lorsqu’on boit un autre type d’alcool. Signalons un certain nombre de signes sur la base desquels un diagnostic préliminaire d’alcoolisme de la bière est établi:

  • une femme consomme plus de 1 litre de bière par jour;
  • dans le cadre des périodes dites "sobres", la femme devient vicieuse, agressive;
  • la perturbation d'événements et de réunions au cours desquels la consommation prévue de bière entraîne une colère et une irritabilité graves;
  • les maux de tête sont fréquents;
  • La bière agit comme une sorte de stimulant, apportant l'humeur normale d'une femme;
  • pendant la journée, on note la somnolence, tandis que la nuit, au contraire, l'insomnie est importante;
  • Sans le besoin de bière, une femme ne peut pas se reposer et se détendre normalement.

En ce qui concerne les manifestations externes qui accompagnent l’alcoolisme de la bière, elles ressemblent aux symptômes précédemment examinés et sont les suivantes:

  • faiblesse constante et léthargie;
  • les poches;
  • désordre
  • bleuissement des lèvres, poches sur les lèvres (en raison du stress accru exercé sur les reins);
  • maigreur disproportionnée des membres inférieurs;
  • flétrissement précoce de la peau et l'apparition de rides sur celle-ci, ainsi qu'un vieillissement précoce de la peau.

De plus, en raison des volumes importants de consommation de bière, les femmes deviennent masculines, ce qui s'accompagne de symptômes caractéristiques. En particulier, il s’agit d’un changement de forme conformément à la caractéristique indiquée, «antennes de bière», un grossissement de la voix. Les cheveux peuvent également pousser sur le visage ou la poitrine.

Le schéma accéléré du processus de destruction du corps féminin par l'alcool est dû aux particularités des enzymes féminines naturelles, qui se différencient des enzymes masculines par leur propre activité consistant à séparer l'alcool et à le désactiver.

Parmi les manifestations physiologiques des symptômes de l’alcoolisme de la bière, on distingue les points suivants:

  • fonction de fertilité réduite;
  • dépression
  • le développement de maladies chroniques affectant les organes internes (reins, cœur, foie, etc.);
  • développement de maladies du système nerveux.

En raison de la violation de la nutrition tissulaire dans le corps, ainsi que de la défaite de petits nerfs par l'alcool, la femme diminue progressivement son intellect, des pertes de mémoire surviennent et, éventuellement, une démence se développe. L’intérêt pour tout ce qui se passe autour de nous est perdu et le but principal de l’existence (pas de la vie, mais de l’existence) est d’obtenir d’une manière ou d’une autre la prochaine portion de bière.

En ce qui concerne les symptômes psychologiques liés à l’alcoolisme de la bière, les femmes sont confrontées à des problèmes de fouille psychologique interne et de dépression, elles deviennent aussi capricieuses et larmoyantes. Entre autres choses, l'instinct maternel est réduit, il n'y a pas non plus de désir de prendre soin de la famille, ce qui, encore une fois, est dicté par de nouveaux objectifs dans la vie d'une femme. Dans le contexte de l’alcoolisme de la bière, une dégradation absolue de la personnalité se développe, dans laquelle la compréhension de sa propre position est perdue.

Traitement de l'alcoolisme féminin

Affirmer que l'alcoolisme féminin est incurable n'est bien sûr pas vrai. Dans le même temps, il est assez difficile de changer la perception d’une personne quant à sa conviction actuelle que l’alcool est un moyen efficace de lutter contre les formes graves d’expériences, ainsi que de faire face à diverses adversités dans un domaine particulier de la vie. Il est également difficile de changer l'attitude des patients à l'égard de leur propre état et de les convaincre de la nécessité de traiter l'alcoolisme en raison de sa pertinence actuelle, qui n'est pas toujours reconnue par les patients.

Dans une situation où une personne (selon notre considération une femme, bien que cela s'applique, bien sûr, aux hommes) estime que la consommation d'alcool procure un soulagement, on peut affirmer qu'il existe déjà un réel problème lié à l'alcool. Si la consommation d'alcool devient une habitude, cela détermine également la pertinence du problème. Enfin, lorsque l’on a l’impression que, pour assurer un bien-être normal et adéquat, il n’ya pas assez d’alcool (sous une forme ou une autre), il n’ya plus qu'un problème, mais bien l’alcoolisme en tant que tel. C'est la prise de conscience du problème, quelle que soit l'ampleur de sa pertinence, constitue la principale étape du traitement de l'alcoolisme.

En reprenant le traitement, nous répétons que la maladie, à savoir l'alcoolisme, est traitée, seul le traitement doit être instauré le plus rapidement possible. Comme le lecteur a pu le comprendre, il s’agit de la progression rapide de la dégradation de l’alcoolisme chez les femmes, sans parler d’autres problèmes connexes. Séparément, le degré d'implication émotionnelle d'une femme est également pris en compte, mais cela inclut également la dépendance à l'opinion réelle de l'environnement, la suggestion de soi. Encore une fois, le manque d’intelligibilité spécifique dans les relations sexuelles, éliminé par l’alcool, n’ajoute rien à l’attractivité du tableau général de l’alcoolisme. À propos, au cours de la période dite de l'illumination (temps en dehors de la consommation d'alcool, pause dans la forme de la sobriété), une femme, en particulier son propre comportement pendant la période de l'euphorie alcoolique et de l'oubli, rencontre, en règle générale, un sens prononcé de la culpabilité en marge de l'auto-destruction,, à son tour, provoque un retour ultérieur aux libations alcooliques pour un soulagement. Ainsi, sans fournir d'assistance sous la forme d'un traitement approprié, la femme doit simplement être dans un cercle aussi vicieux et fermé.

En général, les méthodes de traitement de l'alcoolisme féminin peuvent être qualifiées de traditionnelles. En particulier, ce traitement concerne la pharmacie, le codage, la thérapie aversive, la psychocorrection. Également autorisé l'utilisation de méthodes de traitement traditionnel, de médicaments homéopathiques et de suppléments diététiques. De plus, dans certains cas, une combinaison de méthodes est également possible, sur la base de laquelle la probabilité d'obtenir des résultats est élevée. Arrêtons-nous sur certaines méthodes de traitement de la dépendance à l'alcool chez les femmes.

Codage et méthodes communes de lutte contre l'alcoolisme féminin

Le codage détermine soit la fourniture d'un certain impact psychologique, soit la formation d'une interdiction de consommer de l'alcool par le biais d'un réflexe conditionné résultant de la réaction réelle au disulfirame-éthanol. Une combinaison de la méthode psychothérapeutique, associée à un effet médicamenteux spécifique sur le corps de la femme, est également autorisée.

Qu'il s'agisse d'une séance de suggestion ou d'une procédure médicamenteuse, le codage de l'alcoolisme repose initialement sur la communication avec le patient, ainsi que sur l'historique de la maladie que nous envisageons. Dans certains cas, vous aurez peut-être également besoin de données obtenues en interrogeant des proches dans certaines zones.

Quelle que soit la méthode de codage, son consentement est une condition préalable à sa mise en œuvre. Le médecin explique avant la procédure tous les points pertinents; l’accent est mis non seulement sur un éventuel résultat positif, mais également sur les conséquences et les complications du codage. De plus, avant de coder, le patient ne doit pas permettre que de l'alcool soit pris dans un certain délai, ce délai pouvant aller de 2 à 5 jours à 2 semaines.

La durée de la période de codage est déterminée individuellement, en tenant compte de l'historique et des particularités de l'état du patient. En général, le codage est possible pour une période allant d'un mois à cinq ans.

Torpille Dans ce procédé de codage, l'administration intraveineuse d'une forme prolongée de disulfirame est envisagée. Si une femme commence à consommer de l'alcool après cela, un relâchement progressif du disulfirame provoquera une réaction nette et immédiate d'une réaction correspondante, ce qui ne se fera pas sans la fourniture de soins médicaux. Traitement de l'alcoolisme féminin, dont les critiques portent sur cette méthode, par la nature même de l'efficacité d'un avis très contradictoire, beaucoup d'opinions négatives à son sujet. Ainsi, en Occident, il n'a pas été utilisé depuis longtemps en raison de la fragilité du résultat, ainsi que des graves préjudices causés aux patients sur le plan psychologique. Cependant, il n'y a aucune raison de parler de manque de performance non plus, car la méthode est tout à fait adaptée à sa mise en œuvre.

Méthode Dovzhenko. Cette méthode est la toute première en codage, elle implique un impact sur le patient à travers son esprit. Initialement, l'effet psychothérapeutique se situe dans le cadre de la thérapie de groupe, puis il est déjà individuel, pour lequel des mesures psychologiques et physiques sont appliquées.

Esperal Dans ce cas, on introduit soit du gel Esperal (injections parentérales, qui excluent leur entrée dans l'environnement gastro-intestinal), soit on coud un type spécial de comprimé. Le disulfirame, qui agit en tant que principe actif, est libéré lentement lorsqu’on utilise de l’alcool, ce qui provoque une réaction appropriée de l’organisme, ce qui entraîne la formation d’une attitude négative à l’égard de l’alcool chez les patients. La méthode est simple à mettre en œuvre et suffisamment demandée, mais son efficacité est son efficacité à long terme (jusqu’à 5 ans). La méthode est bonne pour les patients qui ont passé avec succès une période de sobriété préalablement établie par le médecin comme mesure de préparation à la procédure. Esperal peut également être pris sous forme de pilule, mais bien que cette méthode soit la plus simple, il est très facile de la décomposer aussi bien dans la régularité de leur consommation que dans celle de l'alcool.

L'hypnose. Cette méthode dans le traitement de l'alcoolisme est une variété de méthodes d'hypnose protégées par le droit d'auteur. Leur objectif consiste à introduire le patient dans un état d'hypnose contrôlé, dans lequel l'amener à un état limite s'accompagne de lui inculquer la pensée d'un contenu négatif concernant l'alcoolisme tout en créant une attitude négative à l'égard de tout type de boisson alcoolisée.

La thérapie aversive implique les variantes de codage énumérées, souvent accompagnées d’un certain nombre de problèmes supplémentaires. Par exemple, les patients souffrent souvent de diverses phobies, ils craignent également les produits de la fermentation et le contact de la peau avec des liquides contenant de l'alcool.

Un autre inconvénient de ces mesures est de traiter les manifestations de la maladie, mais pas d’influencer les causes qui l’ont provoquée. Compte tenu de cette caractéristique, dans le traitement de l'alcoolisme, il est préférable d'utiliser l'une de ces méthodes comme phase initiale du traitement, grâce à laquelle il sera possible de rétablir pendant un certain temps le fonctionnement normal du corps dans son ensemble, ainsi que de permettre au patient de rester sobre (au sens propre et figuré). ) d'aborder la compréhension de leur propre vie.

Quelque temps après, des psychologues devraient être associés au traitement, dont l’intervention aidera à s’attaquer aux causes profondes des problèmes provoquant une dépendance stable à l’alcool. C’est cette direction qui est en fait la clé, car c’est ici qu’il existe une réelle opportunité de comprendre l’essence même de la dépendance, qui implique d’éliminer la source de ce problème, et pas seulement ses conséquences, grâce aux méthodes de traitement décrites ci-dessus.

L'alcoolisme chez les femmes: les principaux signes et méthodes de traitement

L'alcoolisme est une dépendance qui affecte négativement le corps humain dans son ensemble. Les signes d'alcoolisme chez les femmes sont presque les mêmes que chez les hommes, mais il y a tout de même quelques nuances. Selon les statistiques, un homme aura besoin de 7 à 10 ans pour devenir alcoolique et les femmes de 5 ans seulement. La durée de la lutte contre l'alcool est également différente dans le temps: pour les hommes, le traitement est plus facile et plus rapide.

Causes de l'alcoolisme féminin

L'alcoolisme est souvent appelé une maladie masculine. Mais au cours des 10 dernières années, la situation a changé: de plus en plus de femmes sont exposées à la dépendance à l'alcool (pour 100 personnes, il y a 70 femmes qui boivent). La difficulté de traiter l'alcoolisme chez les femmes est que les symptômes de la maladie apparaissent beaucoup plus tard que chez les hommes, mais les signes de dépendance sont les plus prononcés.

L'alcoolisme féminin est une maladie psycho-narcologique qui s'accompagne d'une perturbation du système nerveux central et des organes internes.

Il est difficile de dire pourquoi une femme jeune, en bonne santé et belle devient la patiente d’un narcologue. Mais plusieurs facteurs ont contribué au développement de la maladie.

Quelles sont les causes de l'alcoolisme féminin? Le plus souvent, la dépendance est le résultat de problèmes psychologiques et émotionnels. Étant donné que le sexe féminin est le plus susceptible aux sentiments, la maladie elle-même est plus difficile à traiter que les hommes.

Peut-être est-ce une prédisposition?

La cause de la maladie peut être l’hérédité ou une prédisposition biologique à une consommation excessive. Dans les cas où le mari et la femme boivent régulièrement de l'alcool dans la période précédant la conception de l'enfant, des enfants sont également nés qui sont également prédisposés à cette dépendance. La possibilité de devenir dépendant de l'alcool augmente de 2 à 4 fois, plutôt que chez les enfants dont les parents boivent rarement et à petites doses.

À l'adolescence, beaucoup s'intéressent à l'utilisation d'énergie, d'alcool à faible teneur en alcool, y compris les boissons à la bière. S'habituer à prendre de l'alcool à petites doses est très rapide. À l'avenir, il fera face à de graves problèmes de santé.

Le stress, la solitude, l'inutilité, la mort d'un être cher, un amour non partagé, un déficit de l'attention, l'adultère - les principales raisons pour lesquelles les femmes commencent à abuser de l'alcool. Les blessures morales et l'apathie qu'une personne ressent à ces moments-là provoquent un sentiment de désespoir et de dépression. En buvant leur peine avec de l’alcool, les femmes essaient de s’éloigner des problèmes et non de les résoudre. Ils trouvent leurs médicaments dans une bouteille.

L'environnement de la fille joue également un rôle important. Si parents et amis boivent souvent, il est probable qu'elle suivra le même chemin.

Les statistiques montrent que si une femme n’a pas d’emploi ou d’occupation intéressant, elle est sujette à l’ivresse domestique, ce qui au fil du temps peut se transformer en alcoolisme.

À temps pour identifier le problème est important non seulement pour le patient, mais également pour ses proches.

Symptômes et signes de l'alcoolisme féminin

Il est possible de reconnaître la dépendance non seulement à l'apparence de la femme, mais également au comportement, au caractère.

Le déni est l’un des signes courants de la dépendance à l’alcool. Une personne qui a déjà une dépendance à l'alcool est encline à dire qu'elle boit de l'alcool comme tout le monde: lors d'occasions spéciales avec des proches ou le week-end pour soulager le stress et la fatigue. Ces personnes se distinguent par une soif inconsciente d'alcool.

Les symptômes de l'alcoolisme chez la femme présentent les symptômes suivants:

  1. Intérêt accru pour les boissons alcoolisées. Après quelques verres, un sentiment de félicité survient, des endorphines sont sécrétées dans le corps. Sans une dose régulière, l'humeur se dégrade. Dans de tels moments, la fille devient dure, irritable et gémissante. Cela continue au prochain lot. C'est le tout premier signal du fait que la jeune fille est dépendante de l'alcool.
  2. Augmentation progressive du dosage. Le corps s'habitue à l'alcool, il faut donc boire de plus en plus. La force des boissons augmente également.
  3. L'absence de réaction protectrice à l'intoxication alcoolique. Une personne en bonne santé qui boit un peu plus que sa norme commence à se sentir mal. Ce processus est souvent accompagné de vomissements. Si le réflexe nauséeux ne suivait pas, la barrière biologique, préservant ainsi l’empoisonnement, était détruite. Le corps cesse de compter l'alcool comme poison.
  4. Systématique. Toutes les filles dépendantes à l'alcool commencent à boire à peu près également. Les rassemblements rares sont en augmentation, au quotidien. Une femme commence à ressentir un besoin irrésistible d'alcool. Les toxicomanes sont prêts à trouver n'importe quelle raison de boire, sinon ils commenceront à se casser. La maladie prend déjà une forme grave.
  5. Comportement avant la boisson émergente. Ces personnes essaient de s'absenter du travail de bonne heure, de se débarrasser rapidement de tous les cas, de rentrer chez elles et de boire calmement.
  6. Justification de leur comportement avec des expressions courantes: «donc les médecins conseillent», «l'alcool augmente l'efficacité», etc.
  7. Incapacité à critiquer votre comportement. Les femmes alcooliques ne reconnaissent pas leur attachement à l’éthanol, ignorant et niant les signes de dégradation sociale dans le contexte de l’ivresse. Ils ne comprennent pas pourquoi ils sont considérés comme malades et essaient de les aider.

Augmentation progressive de la posologie

L'opinion selon laquelle l'alcoolisme féminin est incurable est vraie, car la dépendance d'une femme est déjà un trouble de la personnalité.

  • vieillissement spectaculaire: des rides apparaissent, la peau devient lente et sèche;
  • des poches et des ecchymoses sous les yeux;
  • gonflement persistant, surtout dans le nez et les lèvres;
  • le visage prend une teinte rougeâtre, la peau devient bleuâtre;
  • les cheveux commencent à tomber, parfois même les dents;
  • la voix devient plus rugueuse.

Les étapes de l'alcoolisme féminin

Les signes d'alcoolisme chez le beau sexe apparaissent dans un certain ordre et augmentent progressivement. Les médecins narcologues distinguent les phases suivantes de l'alcoolisme chez les femmes:

  1. La première étape. A ce stade, le contrôle du volume d'alcool consommé est perdu. Les filles nient avoir commencé à boire beaucoup plus qu'avant. Certaines femmes essaient de cacher qu'elles ont commencé à boire plus. Peut commencer à boire de l'alcool seul. La consommation d’alcool devient la norme deux à trois fois par semaine, l’intoxication se produit après de petites doses. Dépendance psychologique formée à l'alcool. La barrière biologique de protection est détruite: le réflexe nauséeux est absent.
  2. Deuxième étape Il y a une gueule de bois, l'envie d'alcool augmente. Augmente la force des boissons et leur dosage. Les signes externes de l'alcoolisme commencent à apparaître. Les femmes boivent tous les jours ou consomment une grande quantité d’alcool en 3-4 jours. Perte de mémoire possible à court terme. Il y a une dépendance physique à l'alcool. Avec de longues pauses, la rupture se produit. L'insomnie est possible. Une défaillance hormonale dans le corps d'une fille peut survenir, un gain de poids est possible. Une femme perd son sens des responsabilités, son intérêt pour la famille, le travail. La fille devient fermée. A ce stade, les symptômes d'intoxication apparaissent plus lumineux.
  3. La troisième étape. Il y a une dégradation complète de l'individu. A ce stade, les médecins notent une amnésie et une démence prolongées. Vient ensuite la période du delirium tremens, l’état délirant, les hallucinations. Des changements irréversibles, externes et internes, se produisent dans le corps et le cerveau d'une femme. Il y a l'hépatite alcoolique. Les troubles psychomoteurs sont possibles. A ce stade, la maladie n'est pratiquement pas traitable, le patient se décompose constamment, la probabilité de décès est élevée.

Il est recommandé de commencer le traitement de l’alcoolisme chez la femme dès le premier stade, lorsque les premiers symptômes de la dépendance deviennent perceptibles. Dans ce cas, les chances de récupération sont élevées.

Alors à quelle étape dites-vous?

La dépendance chez les filles se développe très rapidement. Le temps entre la première et la dernière étape de l’alcoolisme passe inaperçu. Par conséquent, les narcologues n’ont parfois pas le temps d’arrêter cette terrible maladie.

Conséquences et traitement de l'alcoolisme féminin

Étant donné que l'alcoolisme féminin se développe sur une courte période, il est rarement possible d'éviter des conséquences graves. Conséquences générales: perturbation du fonctionnement normal du corps, organes internes endommagés.

Le résultat de l'alcoolisme féminin sont:

  • encéphalopathie alcoolique toxique avec lésions cérébrales;
  • polyneuropathie avec la défaite de tous les nerfs du corps;
  • delirium tremens, diminution du niveau des capacités intellectuelles;
  • hépatite et cirrhose du foie;
  • surdosage et intoxication par des substituts de l'alcool;
  • insuffisance rénale;
  • lésion du pancréas;
  • risque de développer des crises cardiaques et des accidents vasculaires cérébraux;
  • circulation sanguine altérée, dans ce cas, le risque de formation de gangrène ou d'amputation des extrémités augmente;
  • troubles de la reproduction;
  • infertilité;
  • ménopause précoce;
  • maladies gynécologiques;
  • tuberculose, bronchite chronique;
  • violation du système cardiovasculaire.

Il y a un vieillissement précoce. La capacité d'une telle fille à avoir un enfant en bonne santé est minime.

Vieillissement précoce de l'alcoolisme

Les narcologues savent que si l'alcoolisme féminin s'est développé, comment y faire face. De nombreux experts comparent cette maladie à la toxicomanie. Si une dépendance excessive aux produits de l'alcool peut être détectée à un stade précoce, il devient alors possible de guérir une femme.

Les qualités de volonté du patient sont la clé du succès sur le chemin du rétablissement. Si le patient a été envoyé de force à la clinique, les chances de succès sont faibles.

Façons de traiter la dépendance à l'alcool chez les femmes:

  • codage;
  • assistance psychologique;
  • l'usage de drogues;
  • dépôt d'alcoolisme;
  • désintoxication;
  • traitement des organes internes.

Comment guérir l'alcoolisme féminin dans les dernières étapes? Dans ce cas, vous devez contacter la clinique de traitement de la toxicomanie.

À la réception chez le narcologue

Le diagnostic du corps est la première étape du traitement. Le médecin détermine l'étendue des dommages causés au cerveau, au système nerveux central et aux organes internes. Ensuite, le médecin prescrit un traitement, si possible.

La prochaine étape est la désintoxication. Il y a un nettoyage complet du corps d'une femme alcoolique. Il est important de soigner toutes les maladies survenant dans le contexte de l'alcoolisme. Ensuite, le médecin traitant prescrit des séances de psychothérapie, parfois des proches ont recours aux services d’un hypnotiseur.

Les médicaments aident à éliminer le désir de boire. Il y a un dégoût pour l'alcool. Dans les cas graves, les femmes sont traitées avec le codage. Il existe plusieurs techniques de codage: thérapie par aversion, sensibilisation et stress, ou thérapie de choc, thérapie par xénon et cryothérapie. Plus le traitement est commencé tôt, plus les chances de guérison sont grandes.

Un traitement constant et progressif aidera à retrouver une vie normale. Sur le chemin du rétablissement, seules les personnes qui ne boivent pas devraient entourer le patient. Le soutien des êtres chers est également important. Il est alors possible que la dépendance soit une chose du passé. Il est important de se rappeler que chaque verre d'alcool est un pas en avant vers la destruction de leur propre santé.

Comment soigner l'alcoolisme féminin à la maison en peu de temps?

Comment guérir l'alcoolisme féminin à la maison? Ce processus nécessitera de la patience de toute la famille. Mari, enfants et autres membres de la famille devront aider activement la femme alcoolique à lutter contre ce problème.

Caractéristiques du traitement de l'alcoolisme féminin

La traction sur l'alcool chez une femme est beaucoup plus dangereuse que la même maladie chez l'homme. Les raisons des dommages plus graves causés à l’alcool par les femmes seront un peu. Nous les listons:

  • La résistance aux boissons alcoolisées ne se maintient qu'au début de la maladie. Et cela passe généralement complètement inaperçu. Au dernier stade, le patient se saoule après 0,25 litre de bière.
  • Le développement rapide de la maladie. Une dame est en train de devenir alcoolique depuis un ou deux ans d'ivresse. Et nous parlons de boissons alcoolisées faibles et fortes.
  • Le contenu en fluide dans le corps de la femme est réduit, contrairement à celui du mâle. En outre, une femme est plus petite qu'un homme en taille et en poids. Par conséquent, la même dose d'alcool ne nuit pas à l'homme, mais nuit aux femmes.
  • Dans le corps de la femme, l'activité de l'enzyme qui décompose l'alcool est également réduite. Par conséquent, la fille se saoulera plus vite.
  • L'alcool plus fort et plus rapide endommage le psychisme d'une femme et provoque la désintégration de l'individu.

Tout cela conduit à un traitement plus complexe. De plus, les femmes ont toujours du mal à admettre leur maladie.

Très souvent, les patients masquent leur problème et ne consultent leur médecin que dans des situations critiques. C’est généralement la troisième (dernière) étape de la dépendance à l’alcool. De plus, plus le problème est identifié tôt, plus il est facile à résoudre.

L'alcoolisme féminin est-il curable?

L'alcoolisme féminin est-il curable? Certaines personnes considèrent l'alcoolisme chez les femmes comme un malheur irréparable. Cependant, ils ont tort. Les narcologues savent comment soigner l’alcoolisme féminin à la maison et à l’hôpital. Mais chez les femmes, cette maladie est un peu différente de celle des hommes.

Cependant, chez les deux sexes, le désir de cesser de boire en quantité excessive joue un rôle important. Les causes des problèmes d’alcool sont essentiellement psychologiques. Par conséquent, la phase initiale est surmontée à l'aide d'une psychothérapie. Cependant, dans des cas plus complexes, il est nécessaire de lutter de manière globale contre l’alcoolisme féminin. Il faudra des médicaments et l'aide de médecins qualifiés.

Les narcologues savent comment soigner l'alcoolisme féminin à la maison et à l'hôpital

Comment traiter l'alcoolisme féminin?

Pour faire face à l'alcoolisme doit être complet. Cependant, la condition la plus importante est le désir de se débarrasser de l’alcoolisme féminin chez la patiente elle-même. Et après cela, elle devra s'adapter à la vie sans alcool. De nos jours, un alcoolique, quel que soit son sexe, se voit proposer:

  • Techniques psychothérapeutiques.
  • Médicaments. Certains agents provoquent le rejet de l'alcool, alors que d'autres bloquent sa division.
  • Codage de l'alcoolisme chez les femmes (la même méthode s'applique aux hommes).
  • Récupération de médicaments des organes et des tissus endommagés par l'alcool d'un malade.
  • Acupuncture (acupuncture).
  • Remèdes populaires (principalement végétaux).
  • Traitement au laser.
  • Utilisez l'hypnose.
au contenu ↑

Conseils de traitement

Envisager plusieurs options pour surmonter la dépendance. Une dame peut essayer de renoncer à l'alcool elle-même. Cependant, il est préférable que vous aidiez vos proches si vous cessez de boire. Nous donnons plusieurs recommandations sur la façon de procéder.

Seuls

Les tentatives indépendantes de soigner l'alcoolisme féminin sont toujours difficiles. Cependant, ils valent encore la peine d'être pris. Mais il est préférable que le patient aille immédiatement chez un narcologue, car chez lui ce sera inutile. Habituellement, la méthode de Dovzhenko, diverses méthodes de codage et l'hypnose anti-alcool sont appliquées à ces patients. Mais ici, la volonté du patient de guérir est importante.

Mais les femmes ivres ne consultent les médecins qu'en cas de problèmes graves. Parfois, il est difficile de boire (il faut alors traiter le patient en ambulatoire), et parfois du delirium tremens (une hospitalisation est nécessaire ici). Puis boire un traitement médicamenteux prescrit - la désintoxication, un remède pour la frénésie et des médicaments pour restaurer le corps.

Les tentatives de traitement indépendantes sont généralement infructueuses.

Les épouses ne souffrent pas uniquement des époux alcooliques. Parfois, un tel malheur - un conjoint qui boit - arrive aussi aux hommes. Nous donnons une table avec des conseils sur la façon de sevrer la femme à boire:

Un autre point important est votre relation avec le beau-père et la belle-mère (et la relation du conjoint avec ses père et mère). Les parents de la femme devraient connaître le problème de la fille et tenter de l'influencer. Parlez-leur de la situation.

Familier

Êtes-vous amis avec un alcoolique? Ne lui crie pas dessus et ne fais pas de reproches. Ce conseil est principalement donné aux parents. Cependant, les amis devraient se comporter de la même manière. Votre petite amie alcoolique devrait savoir que vous l'aimez et la chérissez. Peut-être la conduisez-vous doucement à l’idée d’une visite chez le médecin.

N'oubliez pas que si votre amie boit constamment, elle a de graves problèmes psychologiques. Se livrer à boire ne peut pas être. Cependant, demandez à un ami ce qui la tourmente. De cette façon, vous pourrez peut-être l'aider à arrêter et à sauver sa famille, son travail et, plus important encore, son équilibre émotionnel.

Pour les enfants

Les fils et les filles jeunes et adultes sont toujours inquiets pour leurs parents. Ils ne peuvent pas forcer la mère à cesser de boire par la force, mais ils peuvent la motiver à se faire soigner. Rappelez-vous que cela dure plusieurs mois.

Après cela, vous pourrez aider votre mère à cesser de boire, en l’invitant chez un psychothérapeute ou au club des Alcooliques anonymes. Eh bien, si à ce moment-là vous soutiendrez le père, qui se bat pour la santé de sa femme, votre mère. Il existe également une autre règle: les enfants adultes vivant dans la même maison avec leur mère alcoolique sont absolument contre-indiqués. Sinon, vous serez pris en otage par la situation.

Frère / soeur

Votre soeur boit-elle? Pour aider une femme en votre pouvoir. Vous pouvez lui faire admettre son problème et prendre en compte le besoin de traitement. Cependant, le fardeau principal incombera à vos parents avec elle et / ou son mari. Soutenez de toutes les manières possibles ceux qui passent cette période difficile avec votre sœur. Si votre sœur a des enfants, essayez de prendre soin de vos neveux pendant le traitement de leur mère.

Le traitement principal pour l'alcoolisme

Le traitement de l'alcoolisme est toujours standard. Tout d'abord, le patient est retiré de la frénésie. Après cela, des substances toxiques sont dérivées de son corps - des produits de décomposition de l'alcool. En parallèle, il existe un traitement contre la dépendance - médicaments ou codage. Vient ensuite la thérapie de rééducation - la rééducation physique et sociale du patient.

Cependant, avant de commencer le traitement, un examen complet des femmes est nécessaire. Il est important de connaître le stade de la maladie et les problèmes connexes (état du cœur, du foie, des reins, du système nerveux). Ensuite, il sera possible de choisir les bonnes méthodes de traitement et les médicaments appropriés.

Traitement de la toxicomanie et codage

Un soutien psychologique n'est pas suffisant pour guérir une femme de l'alcoolisme. Elle a besoin de médicaments spéciaux. Parmi ceux-ci, les plus populaires sont:

  • Alcolock Ceci est une goutte contenant des extraits de plantes. Ils sont inoffensifs pour le corps. Cependant, en association avec l'alcool, l'état de santé du patient se dégrade. Nausée, déchirante, elle se plaint de convulsions et de palpitations cardiaques. Le traitement dure un mois.
  • Esperal - un remède contre la pilule. Il ne permet pas au corps d'absorber l'alcool éthylique. Si la patiente boit, elle commence à se sentir malade et vomit, son visage devient rouge.
  • Koprinol. Supprime la gueule de bois et empêche l'apparition d'une autre frénésie.

Traitement de la toxicomanie et codage de l'alcoolisme

Le codage est effectué selon la méthode de Dovzhenko, par choc électrique, insertion d'une ampoule et d'autres manières. Parfois, des méthodes combinées sont appliquées aux patients - le résultat est alors plus rapide. Mais pendant les étapes initiales, ils essaient de sélectionner des options de thérapie douce.

Traitement des remèdes populaires

Les remèdes populaires pour la dépendance à l'alcool - il s'agit généralement de décoctions d'herbes. Ils aident à soigner l’alcoolisme féminin à la maison. Les exemples incluent:

  1. Busserole On verse dessus avec de l'eau bouillante et on fait bouillir un quart d'heure à feu doux. Boire toutes les 2 heures et 1 cuillère à soupe.
  2. Le hooffoot - il est versé avec de l'eau, bouilli et bouilli pendant environ 10 minutes. Boire 1 c. l avant chaque repas.
  3. Thym - il aide en combinaison avec l'absinthe. Vous pouvez également l'utiliser en association avec l'herbe Bogorodskoy et le thym. N'importe lequel des mélanges doit verser de l'eau bouillante. Cependant, l'option avec l'absinthe est bouillie à feu doux, et avec le thym et l'herbe de Bogorodskaya - insistez simplement pour 15 minutes. Le premier mélange se boit de 60 à 70 ml et le second de 1 cuillère à soupe avant les repas.

Les graines de citrouille et le champignon de fumier sont également utilisés. Et certains parents de buveurs insistent pour que la vodka soit posée sur une feuille de laurier ordinaire afin de guérir une femme de l'alcoolisme. Cela provoque ensuite un sentiment de rejet chez le patient. Cependant, le traitement à l'insu de la personne est toujours inefficace. La femme elle-même doit décider de régler le problème.

Traitement obligatoire pour l'alcoolisme

Il est nommé exclusivement par le tribunal. Cela se produit si un malade a commis une infraction en état d'ébriété. Dans une telle situation, vous devrez également soutenir une femme alcoolique proche.

Traitement supplémentaire de l'alcoolisme féminin à la maison dans ce cas, il est préférable de coordonner avec un narcologue. Après tout, certains outils peuvent être incompatibles les uns avec les autres. Et le traitement devrait être bénéfique et non nuisible.

Assistance psychologique

Vous ne pouvez pas appuyer sur le parent malade. Elle a besoin d'être poussée à la pensée du traitement et maintenue dans cette période difficile de sa vie. C'est également bien si un psychothérapeute professionnel l'aide.

Conclusions et conclusion

Peut-on guérir l'alcoolisme féminin? La réponse est simple: vous le pouvez. Cependant, une femme dépendante de l'alcool a beaucoup de chemin à faire.

L'alcoolisme chez les femmes - les symptômes et les premiers signes extérieurs, pourquoi il est incurable et comment traiter la dépendance

Le très difficile problème de l'alcoolisme féminin, qui détruit les familles, la santé et la psyché d'une femme, ne peut être traité que lorsque la patiente a réalisé elle-même que l'alcool est mortel pour elle et que si vous continuez dans la même veine, vous ne buvez plus d'alcool de manière incontrôlée, le résultat n'est pas fatal juste au coin de la rue. La femme qui boit est une image terrible de la dégradation de la personne humaine, et il est très important de ne pas permettre à une personne de se retrouver dans un tel état.

Qu'est-ce que l'alcoolisme féminin?

Les spécialistes ne sont pas d’accord sur les définitions exactes du concept, mais toute personne, y compris l’alcoolisme féminin, est une maladie chronique grave, assimilable à une toxicomanie ou à une toxicomanie, qui détruit physiquement et moralement une personne. Chez les femmes, l’accoutumance à l’alcool et l’intoxication aux mêmes doses d’alcool se produisent plus rapidement que chez les hommes, car elles ont un poids corporel inférieur et une quantité totale de liquide dans le corps.

La dépendance à l'alcool chez les femmes en Russie est devenue endémique, ce qui s'apparente à une épidémie. Au cours de la première décennie du XXIe siècle, le nombre de patients susceptibles de dépendre de l'alcool à différentes étapes, selon les enquêtes statistiques, a été multiplié par cinq. Si nous prenons en compte le fait que beaucoup de femmes ont honte de leur dépendance et ne vont pas à un rendez-vous avec des narcologues, la situation sera beaucoup plus triste.

Voici ce qu'Anna, 45 ans, a déclaré dans une interview pour le magazine 7 days.ru: «L'alcoolisme est guéri! En état d'ébriété, mon mari s'est finalement transformé en homme d'or! Les lecteurs recommandent un remède efficace pour la dépendance à l'alcool.

Caractéristiques

Un stéréotype courant dit que les femmes sont plus fortes que les hommes, elles ont tendance à mieux supporter des situations stressantes et leur seuil de douleur est en moyenne plus élevé. La même opinion est transmise à l'alcool ivre - la société est encline à croire que la maîtrise de soi des femmes est supérieure à celle des hommes en termes de résistance à l'alcool. Les particularités de l’alcoolisme chez les femmes sont toutefois le fait que le sexe faible est beaucoup plus sensible que les puissants aux effets de l’alcool, que les femmes deviennent plus dépendantes de l’alcool et que la consommation de boissons les affecte davantage.

Si la société considère que le fait de boire est beaucoup plus indulgent - on dit qu'une personne a des problèmes, alors il submerge le chagrin, puis une femme alcoolique provoque un mépris et une condamnation universels - tout le monde croit qu'elle-même est responsable de tout, car elle ne sait pas se contrôler. Une telle attitude oblige les femmes à cacher longtemps leur désir ardent de boire de l'alcool, même à leurs parents. Le problème est donc souvent détecté alors que la maladie est déjà difficile à traiter.

L'alcoolisme féminin est-il curable?

Même à l'époque soviétique, on disait que la dépendance à l'alcool chez les femmes est incurable. Est-ce vraiment et ne peut-on pas guérir cette maladie? Si vous examinez le problème sous un angle plus général, vous constaterez que le besoin impérieux d'alcool chez les femmes est comparable au besoin d'un toxicomane d'obtenir une autre dose. Pour le traitement et la réadaptation des toxicomanes, il existe des cliniques spéciales. De nombreuses personnes en sortent en état de rémission prolongée, ce qui signifie que le traitement de l'alcoolisme chez les femmes est également possible. Dans cette situation, le plus important est le désir persistant du patient de surmonter sa passion destructrice.

Signes d'alcoolisme chez les femmes

Une hérédité défavorable joue un rôle majeur: si les parents les plus âgés et les plus proches de la mère ou de leur père abusent de l’alcool, il est fort probable que leur héritière supportera également le fardeau des boissons alcoolisées. En outre, la patiente niera très longtemps le fait qu’elle a développé un besoin malsain et constant de se faire prendre "sur la poitrine". Elle ne peut pas s'apercevoir qu'elle a des symptômes alarmants. Elle ne le pourra pas. Par conséquent, parents et amis devraient commencer à sonner l'alarme s'ils remarquaient les signes d'alcoolisme suivants chez les femmes:

  • recherche constante d'une raison pour «utiliser», qui peut être absolument tout le monde;
  • l'odeur constante d'alcool dans la bouche, tandis que la femme peut essayer de le déguiser;
  • des bouteilles d'alcool cachées ici et là dans toute la maison;
  • L’alcoolisme de la bière chez les femmes peut se manifester par la consommation croissante de bière ou de vin, car la dose initiale ne procure plus la satisfaction nécessaire;
  • tremblements des mains, envie de boire, même sans collation.

Signes d'alcoolisme féminin sur le visage

L'alcool, comme n'importe quelle drogue, a un effet destructeur sur le corps, il n'est donc pas étonnant que les signes suivants de l'alcoolisme féminin sur le visage deviennent visibles:

  • le teint devient gris, les yeux se remplissent de sang, deviennent troubles;
  • le visage d'une femme se gonfle, devient gonflé et ses joues sont pleines;
  • réticulation veineuse autour du nez;
  • l'alcoolique ne surveille plus son apparence, ses cheveux peuvent être sales, ébouriffés, non nettoyés;
  • dans les phases finales, le visage peut virer au jaune - c'est un signe que le foie a cessé de faire face aux doses de choc de toxines l'empoisonnant et a commencé à refuser;
  • la patiente a l'air beaucoup plus âgée que ses années, les traits du visage féminin perdent leur clarté, les dents commencent à tomber.

Les premiers signes d'alcoolisme chez les femmes

Malgré le désir des femmes alcooliques de cacher leur soif d'alcool, il n'est pas du tout difficile de remarquer les premiers signes d'alcoolisme chez les femmes. Ils renversent verre après verre, considérant que c'est un exploit, leur comportement devient de plus en plus effronté, leur visage est ensanglanté, ils ne se soignent plus et perdent rapidement le contrôle de la situation. Les amis, au lieu de neutraliser la situation, encouragent des libations immodérées. Le cercle du patient commence à se limiter aux personnes également incontinentes à l'alcool.

La psyché féminine est très vulnérable aux boissons alcoolisées. La maladie se manifeste par des changements dans le comportement du patient - elle devient hystérique, des tendances psychopathiques apparaissent dans le personnage, la tendance est de couper brutalement ceux qui essaient de faire des commentaires sur la tendance à l'alcool. Elle peut se replier sur elle-même ou, au contraire, devenir débridée, utiliser un langage grossier, se lancer dans une bagarre, devenir illisible dans ses relations sexuelles.

Causes de l'alcoolisme féminin

Le changement du rôle de la femme au foyer en tant que soutien de famille et de la source du bien-être matériel dans la famille, ainsi que de la tendance de la société à assumer le plus possible les responsabilités des femmes, n'est pas tout. Les crises économiques permanentes dans notre pays aggravent la situation, obligeant la femme à tenter de joindre les deux bouts et à chercher de nouvelles sources de revenus pour elle-même et les enfants. Tous ne peuvent pas supporter cette course avec des obstacles. Par conséquent, les raisons suivantes expliquent l’alcoolisme féminin:

  • état psychologique dépressif, tendance à la névrose causée par des causes externes;
  • diverses discordes au sein de la famille ou au travail, problèmes d'enfants, de mari ou de parents;
  • détresse matérielle, provoquant le désir "d'oublier" avec une bouteille;
  • facteurs physiologiques - un métabolisme lent chez la femme contribue à la rétention d'alcool dans le corps, ce qui entraîne le désir de consommer fréquemment de l'alcool;
  • le vide dans la vie, quand il n'y a rien d'autre à faire, l'absence d'une chose favorite.

Les étapes de l'alcoolisme

Les narcologues distinguent trois phases de l’alcoolisme chez la femme, qui peuvent s’intégrer de manière douce et imperceptible:

  • La première étape. A ce stade, les changements de dégradation sont encore imperceptibles - il est clair que le patient boit de plus en plus, essayant de le cacher en quelque sorte aux autres.
  • Deuxième étape Elle se caractérise par le développement du syndrome de la gueule de bois, l’absence de désir émétique associé à l’abus d’alcool, les défaillances de la mémoire, des modifications progressives de la psyché, le travail du cerveau, des sautes d’humeur. Une femme devient asociale, sa pensée, sa qualité de vie change, elle perd son emploi, il y a des problèmes avec ses proches, elle peut commencer à voler, mener une vie décontractée et ne s'intéresse plus aux enfants.
  • Dernière étape. Le patient perd pratiquement son apparence humaine, ses capacités intellectuelles, il ne se souvient déjà presque plus de rien. A ce stade, la maladie est difficile à traiter car elle s'accompagne de pathologies irréversibles des organes internes.

Diagnostic de l'alcoolisme féminin

Comme tous les tests peuvent indiquer des maladies associées, mais pas la dépendance à l'alcool, les narcologues sont guidés par les symptômes suivants pour diagnostiquer l'alcoolisme féminin:

  1. L'alcool est le sujet le plus précieux pour la patiente, elle est prête à discuter sans fin des avantages et des inconvénients de l'une ou l'autre boisson.
  2. La patiente boit toujours plus que prévu, incapable de se retenir.
  3. Boit malgré le bon sens, la pression de la famille, de la société, de leurs besoins immédiats.
  4. Le patient a un syndrome d'abstinence.

Comment faire face à l'alcoolisme féminin

Étant donné que les narcologues sont confrontés aux stades les plus divers de la maladie, à l’état mental et physiologique des patientes, il est nécessaire de lutter contre l’alcoolisme féminin de manière individuelle. La patiente doit comprendre qu'elle a un problème grave, des ennuis et qu'elle veut sincèrement récupérer, en faisant le maximum d'efforts à cet égard. L'aide de la famille joue dans ce cas un rôle important. La toxicomanie peut être supprimée par des médicaments dans des dispensaires spéciaux, où les médecins utilisent des mesures efficaces de codage du cerveau et des mesures pour soulager les fringales psychologiques.

Conséquences de l'alcoolisme chez les femmes

Une soif excessive d'alcool détruit une personne de tous les côtés; par conséquent, les conséquences de l'alcoolisme chez les femmes sont terribles - une dégradation complète de la personne se produit, la perte de son caractère physique et moral. En plus de la soif d'alcool, le patient n'a aucune priorité, tous les liens sociaux et familiaux se perdent progressivement, aucun principe, aucune valeur ne subsistent. Le corps est détruit, incapable de supporter un choc constant à des doses toxiques, le foie, les reins, le cœur, les déchets du cerveau. Les incohérences dans les relations sexuelles conduisent à des maladies sexuellement transmissibles.

En Savoir Plus Sur La Schizophrénie