O. Beardsley. Salomé avec la tête de Jean-Baptiste.

Ambivalence des sentiments

AMBIVALENCE DE SENS (du latin. Ambo - les deux + valentis - efficace). Caractéristiques de la sphère émotionnelle, qui s’expriment dans la dualité des relations avec une personne ou un phénomène, tout d’abord avec son acceptation et son rejet simultanés. Par exemple, dans la jalousie d’un adulte, les sentiments d’amour et de haine sont combinés et dans la tristesse, la douceur et le chagrin. Recherche. Selon la théorie 3. Freud, on croyait que l’ambivalence des émotions pouvait dominer la phase prégénitale du développement mental de l’enfant.

Ambivalence (Kondakov, 2007)

AMBIVALENCE (de Lat. Ambo - les deux + valentis - efficace). Orientation caractéristique de la personne, décrite par E. Bleuler (Bleuler E. Dementia praecox ou Gruppe der Schizophrenien. Leipzig; W., 1911), exprimée par l'apparition simultanée de sentiments incompatibles (amour et haine), d'idées (ami et ennemi), de désirs (rapprochement et répulsion) intentions (aide et préjudice). Recherche. E.

Ambivalence des sentiments

SENSE: AMBIVALENCE (ambivalence des sentiments) - 1. Incohérence, incohérence de plusieurs sentiments simultanément éprouvés par rapport à un objet déterminé; l'attitude contradictoire du sujet envers l'objet - le ciblage simultané du même objet de sentiments opposés. Un complexe d'états émotionnels associés à la dualité des relations - avec acceptation et rejet simultanés. Par exemple, la jalousie combine des sentiments d'amour et de haine. Une des caractéristiques distinctives des névrosés.

Ambivalence (Gurieva, 2009)

AMBIVALENCE (latin ambo - les deux et valentia - force) est un terme qui a été introduit par E. Bleuler pour désigner la dualité de l'expérience, de la relation à quelque chose ou à quelqu'un, en d'autres termes, lorsqu'un objet provoque deux sentiments opposés chez une personne, par exemple, l'amour et la haine, la pitié et le dégoût, etc.

Guryeva T.N. Nouveau dictionnaire littéraire / T.N. Guriev. - Rostov n / a, Phoenix, 2009, p. 13

Ambivalence (Golovin, 2001)

AMBIVALENCE (dualité, ambiguïté) - dualité, ambiguïté, parfois inconsistance. Dans la psychologie des sentiments, cela signifie une double expérience, la présence conjointe dans l'âme de deux aspirations opposées, comme si elles étaient incompatibles avec un seul objet - par exemple, la sympathie et l'antipathie.

Dictionnaire de psychologue pratique. - Minsk, Moisson. S. Yu. Golovin, 2001, p. 28

Ambivalence (Osipov, 2014)

AMBIVALENCE (de Lat. Ambo - les deux, valentia - force - contradictoire, double) - coexistence dans la structure de personnalité profonde d'attitudes émotionnelles opposées et mutuellement exclusives (par exemple, l'amour et la haine) en relation avec tout objet ou personne, dont l'un se révèle être ce refoulé dans le domaine de l'inconscient et a un effet qui n'est pas perçu par cette personne. En fiction, cet état est décrit et analysé en détail par FM. Dostoïevski. Le terme "A." a été introduit dans la circulation scientifique par le psychiatre E. Bleuler, qui a vu dans A.

Ambivalence des sentiments

AMBIVALENCE DES SENS (du grec ambi - préfixe désignant la dualité, latin. Valentia - power) - état complexe de la personnalité associé à la survenue simultanée d’émotions et de sentiments opposés; manifestation de conflit interne de personnalité. Souvent observé chez les adolescents en collaboration avec leurs pairs, parents, enseignants.

GM Kodjaspirova, A. Yu. Kodjaspirov. Dictionnaire pédagogique: Pour stud. plus haut et n ped. études. institutions. - M.: Centre d'édition "Academy", 2001, p. 10

Ambivalence

Connaissez-vous le concept d'ambivalence? Si non, alors lisez la suite, si oui, alors voyez les autres mots à la mode et leur signification.

Quelle est l'ambivalence

L'ambivalence provient des mots latins ambo - «les deux» et valentia - «force». En d'autres termes, ce sont deux forces.

Il convient de noter que l'ambivalence en psychologie signifie la dualité des sentiments par rapport au même objet. De plus, ces sentiments sont opposés.

Par exemple, il y a des gens qui nous causent à la fois de la sympathie et de l'hostilité. C'est un sentiment complexe d'ambivalence, et cela peut se produire chez tout le monde.

Mais si cela se manifeste souvent en relation avec beaucoup de choses, on pense qu'une personne présente des signes de schizophrénie.

Un fait intéressant est que le terme ambivalence a été introduit en psychologie par le psychiatre suisse Eigen Bleuler. Il a distingué trois types d’ambivalence:

  1. Émotionnel: éprouver deux sentiments contradictoires à propos du même objet.
  2. Volitional: l'incapacité de décider d'une étape spécifique et une oscillation constante entre les deux solutions.
  3. Intellectuelle: alternance constante d'idées mutuellement exclusives dans le raisonnement.

Comment mémoriser le mot ambivalence et le mettre en pratique avec élégance? Très simple Tout d’abord, essayez à plusieurs reprises de l’utiliser dans votre discours.

Par exemple, votre amie n'est pas indifférente à un jeune homme, mais elle dit constamment qu'elle ne peut tout simplement pas le tolérer. Comme par hasard, en clignant de l'œil et en souriant, dites-lui:

- Oui, ma chère ambivalence cachée!

Dans le contexte du concept décrit dans cet article, un autre terme est souvent utilisé. Lisez à propos de la dissonance cognitive.

Ambivalence

(du latin ambo - les deux valentia - force)

la dualité de l'expérience sensorielle, qui se traduit par le fait qu'un même objet provoque à la fois deux sentiments opposés chez une personne, tels que le plaisir et le déplaisir, l'amour et la haine, la sympathie et l'antipathie. Habituellement, l’un des sentiments ambivalents est supplanté (en règle générale, inconsciemment) et dissimulé par l’autre. A. est enraciné dans l’ambiguïté des relations d’une personne avec l’environnement, dans l’incohérence du système de valeurs (voir Valeur). Le terme "A." a été proposé par le psychologue suisse E. Bleuler.

Ambivalence

Ambivalence (de Lat. Ambo - «les deux» et Lat. Valentia - «force») - dualité d'attitude envers quelque chose, en particulier - dualité d'expérience, exprimée par le fait qu'un objet provoque deux sentiments opposés chez une personne à la fois.

Le contenu

Histoire du concept

Le terme est introduit par Eigen Bleuler. Il a considéré l'ambivalence comme la caractéristique principale de la schizophrénie [1] et a distingué trois types d'ambivalence [2]:

  1. Émotionnel: à la fois sentiments positifs et négatifs envers une personne, un sujet, un événement (par exemple, en relation entre enfants et parents).
  2. Volitional: des fluctuations infinies entre les décisions opposées, l'impossibilité de choisir entre elles, entraînant souvent le rejet de la décision en général.
  3. Intellectuel: alternance d'idées contradictoires et mutuellement exclusives dans le raisonnement humain.

Son contemporain Sigmund Freud a donné un sens différent à ce terme. Il considérait l'ambivalence comme la coexistence de deux pulsions opposées profondément enracinées, inhérentes à l'homme, dont le plus fondamental sont le désir de vie et le désir de mort.

Interprétation moderne

En psychologie moderne, il y a deux compréhensions de l'ambivalence:

  • En psychanalyse, l'ambivalence est généralement comprise comme une gamme complexe de sentiments qu'une personne ressent envers quelqu'un. On suppose que l'ambivalence est normale vis-à-vis de ceux dont le rôle dans la vie de l'individu est également ambigu. L'unipolarité des sentiments (uniquement positifs ou uniquement négatifs) est plutôt interprétée comme une manifestation d'idéalisation ou de dépréciation, c'est-à-dire qu'il est supposé que les sentiments sont en fait très probablement ambivalents, mais l'individu n'en est pas conscient.
  • En psychologie clinique et en psychiatrie, l’ambivalence fait référence à un changement global périodique de l’attitude de l’individu à l’égard de quelqu'un: la nuit dernière, le patient n’avait ressenti que des sentiments positifs pour une personne donnée, seulement des sentiments négatifs ce matin, et à présent uniquement des sentiments positifs. En psychanalyse, un tel changement d'attitude est généralement appelé "scission du moi".

Les notes

  1. ↑ Stotz-Ingenlath G (2000). «Aspects épistémologiques de la conception de la schizophrénie par Eugen Bleuler en 1911» (PDF). Médecine, soins de santé et philosophie3 (2): 153–9. DOI: 10.1023 / A: 1009919309015. PMID 11079343. Vérifié 2008-07-03.
  2. ↑ Stotz-Ingenlath G (2000). «Aspects épistémologiques de la conception de la schizophrénie par Eugen Bleuler en 1911» (PDF). Médecine, soins de santé et philosophie3 (2): 153–9. DOI: 10.1023 / A: 1009919309015. PMID 11079343.

Voir aussi

Liens

Littérature

  • New World Collegiate Dictionary de Webster, 3e édition.
  • Van Harreveld, F., van der Pligt, J. de Liver, Y. (2009). Présentation du modèle MAID. Revue de la personnalité et de la psychologie sociale, 13, 45-61.
  • Sigmund Freud:
    • Trois essais sur la théorie sexuelle (1905), Gallimard, collection Folio, 1989 (ISBN 2-07-032539-3)
    • Analyse d'une phobie d'un petit garçon de cinq ans: Le Petit Hans (1909), PUF, 2006 (ISBN 2-13-051687-4)
    • L'Homme aux rats: Journal d'une analyse (1909), PUF, 2000 Modèle: ISBN 2-13-051122-8
    • Cinq psychanalyse (Dora, L'homme aux loup, Petit Hans, Président Schreber), réédité, traduction révisée, PUF Quadige (ISBN 2-13-056198-5)
    • La dynamique du transfert (1912)
  • Jean Laplanche, Jean-Bertrand Pontalis, Vocabulaire de la psychanalyse, Paris, 1967, éd. 2004 PUF-Quadrige, n ° 249, (ISBN 2-13-054694-3)
  • Alain de Mijolla et coll. : Dictionnaire international de la psychanalyse, Ed.: Hachette, 2005, (ISBN 2-01-279145-X)
  • José Bleger: Symbiose et ambiguité, PUF, 1981, (il distingue l'ambiance de la divalence, (ISBN 2-13-036603-1)
  • Paul-Claude Racamier: Les schizophrènes Payot-poche, (réim. Envisagée de la distinction entre l'ambivalence névrotique et la paradoxalité psychotique). 2001, (ISBN 2-228-89427-3)
  • Michèle Emmanuelli, Ruth Menahem, Félicie Nayrou, Ambivalence: L'amour, la haine, l'indifférence, Ed.: Presses Universitaires de France, 2005, Coll.: Monographies de psychanalyse, (ISBN 2-13-055423-7)
  • Ambivalenz, œuvres et résolutions des députés Eugen Bleuler, Berich 1911 vom Vortrag 1910 und Veröffentlichung 1914
  • Jaeggi, E. (1993). Ambivalenz. Dans A. Schorr (Hrsg.), Handwörterbuch der Angewandten Psychologie (S. 12-14). Bonn: Deutscher Psychologen Verlag.
  • Thomae, H. (1960). Der Mensch in der Entscheidung. Berne: Huber.
  • Bierhoff, H.W. (1996). Neuere Erhebungsmethoden. Dans E. Erdfelder, R. Mausfeld, T. Meiser G. Rudinger (Hrsg), Handbuch quantitative Methoden (S. 59-70). Weinheim: Psychologie Verlags Union.
  • Jonas, K., Broemer, P. Diehl, M. (2000). Ambivalence attitudinale. Dans W. Stroebe M. Hewstone (Eds.), Revue européenne de psychologie sociale (Vol. 11, p. 35–74). Chichester: Wiley.
  • Glick, P. Fiske, S.T. (1996). Le sexisme ambivalent de l'inventaire: différencier le sexisme hostile et sexuel bienveillant. Journal de la personnalité et de la psychologie sociale, 70, 491-512.
  • Glick, P. Fiske, S.T. (2001). Une alliance ambivalente. Sexisme hostile et bienveillant comme complémentarité de l'inégalité des sexes. American Psychologist, 56, 109-118.

Wikimedia Foundation. 2010

Voyez ce que "Ambivalence" est dans d'autres dictionnaires:

ambivalence - ambivalence... dictionnaire de référence orthographique

Ambivalence - La coexistence d'émotions, d'idées ou de désirs antagonistes vis-à-vis d'une même personne, d'un même objet ou d'une même position. Selon Bleuler, qui a inventé ce terme en 1910, l'ambivalence à court terme fait partie d'une mentalité normale... Grande encyclopédie psychologique

AMBIVALENCE - (du latin ambo et va lentia force), dualité des sentiments, de l'expérience, exprimée par le fait qu'un seul et même objet apporte à la personne deux sentiments opposés à la fois, par exemple, plaisir et déplaisir, amour et...... Philosophique encyclopédie

Ambivalence - Ambivalence ♦ Ambivalence Coexistence dans une même personne et dans ses relations avec le même sujet de deux affects différents - plaisir et souffrance, amour et haine (voir, par exemple, Spinoza, "Ethics", III, 17 et scholium ),...... Dictionnaire philosophique de Sponville

AMBIVALENCE - (du latin ambo et force de valentia), la dualité de l'expérience, lorsqu'un même objet amène une personne à opposer simultanément des sentiments tels que l'amour et la haine... Encyclopédie moderne

AMBIVALENCE - (du latin. Ambo et valentia force) la dualité de l'expérience, lorsque le même objet donne à la personne simultanément des sentiments opposés, par exemple. amour et haine, plaisir et déplaisir; un des sens est parfois exposé...... Grand dictionnaire encyclopédique

AMBIVALENCE - (Grecque. Amphi autour, autour, autour, des deux côtés, double et latin. Force de Valentia) dual, contradictoire attitude du sujet à l'objet, caractérisé par directionnalité simultanée du même objet sur les impulsions opposées, attitudes... Dictionnaire philosophique plus récent

ambivalence - nom, nombre de synonymes: 3 • dualité (27) • ambiguïté (2) • ambiguïté... Dictionnaire des synonymes

Ambivalence - (du latin. Ambo et force valentia) Eng. ambivalence; lui Ambivalenz. La dualité de l'expérience, lorsqu'un même objet chez une personne provoque simultanément des sentiments opposés, par exemple l'antipathie et la sympathie. voir AFFECT, EMOTIONS. Antinazi....... Encyclopédie de la sociologie

Ambivalence - (de Lat. Ambo et de valentia force) terme désignant la dualité interne et l’incohérence d’un phénomène politique, en raison de la présence de principes opposés dans sa structure interne; la dualité de l'expérience, quand pareil...... Science politique. Dictionnaire.

ambivalence - et, w. ambivalent, e adj. <lat ambo les deux + force valentia. La dualité de l'expérience, exprimée dans le fait qu'un objet provoque à la fois deux sentiments opposés chez une personne: l'amour et la haine, le plaisir et le déplaisir, etc. ALS... Dictionnaire historique de la langue russe gallicismes

Ambivalente: qu'est-ce que c'est

Ambivalence est un terme désignant la dualité, utilisé à l'origine en psychologie pour désigner la présence de plusieurs idées polaires dans l'esprit humain. Il convient de noter que dans l'esprit d'une personne, il peut exister simultanément plusieurs idées polaires, ainsi que des désirs ou des émotions. Le concept à l'examen a été adopté pour "l'armement" au début du XIXe siècle et a longtemps été considéré comme le principal symptôme de la schizophrénie.

Le phénomène de l'ambivalence a été étudié par d'éminents scientifiques tels que Carl Jung et Sigmund Freud, qui ont consacré beaucoup d'attention à la «dualité de la conscience» dans leurs travaux. Si nous parlons de la dualité de la conscience du point de vue de la médecine, alors nous pouvons dire que dans un état similaire dans le cerveau humain, il peut y avoir deux pensées qui ne se mélangent pas. Sur le plan psychologique, la dualité de conscience est considérée comme une norme qui ne nécessite pas de correction mentale. Regardons ce qu'est l'ambivalence et comment elle se manifeste.

Ambivalence (de latin ambo - both + valentia - force): ambivalence d’une personne envers quelque chose

Le phénomène de la dualité en psychologie

Depuis ses débuts, ambivalence a été utilisée comme un terme désignant la dualité uniquement dans le domaine médical. Beaucoup plus tard, les grands scientifiques du XIXe siècle ont commencé à mentionner le phénomène en question, utilisant l'ambivalence pour caractériser les caractéristiques de la psyché. Il est important de noter que cette condition du point de vue de la psychologie est la norme et ne nécessite pas de traitement. Dans ce domaine, seul le degré d'expression de cet état est important. Selon Sigmund Freud, l’ambivalence prononcée est l’un des symptômes des troubles névrotiques. De plus, la dualité est souvent constatée au complexe œdipien et à certains stades de développement personnel.

Compte tenu de ce qui précède, une question très naturelle apparaît: pourquoi cette caractéristique de la conscience humaine a-t-elle une si grande valeur? Afin de comprendre l'importance de l'ambivalence, il convient d'étudier attentivement le modèle même de la structure de la conscience humaine. En outre, une attention accrue devrait être accordée à deux instincts vitaux - eros (vie) et thanatos (mort). Ce sont ces instincts établis chez l'homme dès la naissance qui constituent la manifestation clé du phénomène considéré. Sur la base de cette théorie, les experts ont avancé la version selon laquelle la dualité de conscience est inhérente à chaque personne dès la naissance et n’est pas un état acquis, provoqué par divers facteurs.

Mais il est important de noter que certaines conditions de vie peuvent avoir des conséquences négatives sur la conscience humaine, ce qui peut entraîner une violation du fragile équilibre. C'est l'équilibre mental perturbé qui provoque le développement de la névrose et d'autres états limites. Le plus souvent, de telles violations sont observées dans les situations suivantes:

  1. L'utilisation de drogues psychotropes, d'alcool et de drogues.
  2. Agitation émotionnelle négative et stress.
  3. Situations psychotraumatiques laissant une empreinte sur l'esprit humain.
  4. L'utilisation de diverses pratiques et techniques pour l'expansion (changement) de la perception.

Considérant la question de ce qu'est l'ambivalence en psychologie, il est important de mentionner que, selon les experts, les idées opposées entreront tôt ou tard dans un conflit qui aura un effet négatif sur la conscience. À la suite de ce conflit, l'un des sens peut aller dans le subconscient. Le résultat de cette transition est que la dualité réduit sa gravité.

L'ambivalence de Blairu est divisée en trois types

Ambivalence en psychiatrie

Considérant l'ambivalence d'un point de vue médical, il convient de noter que cette condition n'est pas une pathologie indépendante. En psychiatrie, le phénomène en discussion fait partie du tableau clinique de diverses maladies. Sur cette base, on peut dire que l’émergence de la dualité est associée précisément au développement de troubles mentaux. Les sentiments ambivalents, les pensées et les émotions sont caractéristiques de diverses maladies, parmi lesquelles il convient de distinguer la schizophrénie. En outre, cette caractéristique de la conscience humaine se manifeste de manière négative dans des maladies telles que:

  • dépression chronique;
  • la psychose;
  • troubles obsessionnels compulsifs (trouble obsessionnel compulsif, névrose, etc.).

Souvent, l'ambivalence apparaît dans les crises de peur panique, les troubles de l'alimentation et même les phobies.

Il est important de comprendre que le phénomène d'ambivalence implique la présence de plusieurs sentiments, émotions ou désirs qui ne se mélangent pas mais se manifestent de manière parallèle. La dualité, du point de vue de la psychiatrie, est perçue comme un changement radical dans l’attitude du monde extérieur. Dans un tel état, une personne change souvent d'attitude vis-à-vis de différentes personnes, objets ou phénomènes.

Tableau clinique

Le terme en question ayant de nombreuses définitions, nous nous baserons sur les critères utilisés dans le contexte (psychiatrique) d'origine pour établir le tableau clinique. Ces critères sont divisés en trois groupes: les émotions, les pensées et la volonté. Dans le cas où un état ambivalent est considéré comme une pathologie, le patient possède les trois composants ci-dessus, qui sont générés les uns par les autres.

Ambivalence émotionnelle

La dualité affectant la sphère émotionnellement sensible a la prévalence la plus élevée. Ce symptôme, caractéristique de nombreuses névroses et autres troubles mentaux, se rencontre souvent chez des personnes en parfaite santé. Un signe lumineux de la dualité dans la sphère des émotions sensibles est la présence de plusieurs émotions opposées. Une attitude ambivalente est constituée de sentiments comme la haine et l’amour, la curiosité et la peur, le mépris et la sympathie. Dans la plupart des cas, une personne en bonne santé est dans le même état de nostalgie, où la tristesse du passé suscite la joie de souvenirs agréables.

Le danger de cet état s'explique par le fait que tôt ou tard, l'un des états obtient le rôle dominant. Dans une situation où la peur est accompagnée de curiosité, la déviation de l'échelle en faveur de celle-ci peut entraîner des conséquences traumatiques et une menace pour la vie. La domination de la haine sur l'amour provoque le lancement de mécanismes de protection dans lesquels une personne sous l'influence de ses propres émotions peut être nuisible, à la fois pour les autres et pour elle-même.

Avec ambivalence, une personne éprouve simultanément des sentiments positifs et négatifs envers quelqu'un ou quelque chose.

Pensées et idées polaires

Les pensées et idées polaires font partie intégrante des troubles névrotiques. Les pensées obsessionnelles et les idées qui se succèdent dans l'esprit humain sont une caractéristique particulière de la maladie mentale. Il faut faire attention au fait que les pensées polaires dans la conscience apparaissent uniquement à cause de la dualité de la perception émotionnelle. La gamme même des idées humaines peut être de taille illimitée. La dualité de pensée en psychiatrie est considérée comme une «fissure» de la conscience, principal symptôme de la schizophrénie.

Sera sphère

La dualité volontaire se caractérise par l'absence de la possibilité d'effectuer une action spécifique, en raison de la présence de plusieurs stimuli. Afin de mieux comprendre cet état, considérons une situation dans laquelle une personne éprouve une forte soif. Dans de telles conditions, une personne ordinaire prend un verre, y verse de l'eau et se désaltère. Lorsque dualité volontaire, les patients refusent de l'eau ou gèlent dans une position avec un verre à la main, tout en ne faisant pas attention à un fort désir de boire. Le plus souvent, la plupart des gens sont confrontés à ce phénomène lorsqu'ils ont simultanément le désir de rester éveillés et d'aller au lit.

Les spécialistes qui étudient l'ambivalence volitive disent que le refus de prendre des décisions en toute indépendance est le plus souvent causé par des conflits internes. La raison de tels conflits peut être un comportement irresponsable ou, au contraire, une responsabilité accrue, accompagnée de la peur de se tromper. La raison du conflit interne peut être une diminution de l’estime de soi et une autocritique accrue, une peur de l’attention du public et une tendance au perfectionnisme, une anxiété accrue, une indécision et diverses phobies. La tentative d'éviter un choix difficile s'accompagne de l'apparition de deux sentiments polaires: la honte pour sa propre indécision et un sentiment de soulagement. Les experts confirment la théorie selon laquelle chaque type de dualité est étroitement lié les uns aux autres.

La double émotion, comme l'ambivalence elle-même, peut être à la fois une différence dans la conscience humaine et le symptôme d'une maladie. C'est pourquoi, lors de l'examen diagnostique, une attention accrue est accordée aux manifestations de fond de cette affection.

Un comportement ambivalent peut être un signe d'instabilité émotionnelle et parfois le premier signe d'une maladie mentale.

Méthodes de thérapie

Lorsqu'une personne est modérément ambivalente, ce qui s'accompagne de l'absence d'une manifestation négative de cette condition, il n'est pas nécessaire d'utiliser différentes méthodes de traitement. Dans ce cas, la dualité est un trait caractéristique de la conscience. L'intervention médicale n'est requise que dans les situations où l'ambivalence envers le monde qui l'entoure laisse une empreinte négative sur l'activité de la vie habituelle. Dans cette situation, le malaise causé par les conflits internes peut être une sorte de signal concernant la présence de troubles mentaux. Les experts ne recommandent pas aux personnes confrontées à des problèmes similaires de rechercher de manière indépendante différentes méthodes de résolution des conflits, car il existe un risque élevé de développer des complications plus graves.

Traitement médicamenteux

À ce jour, aucun médicament axé sur les drogues ne peut éliminer la dualité de la conscience. La stratégie de traitement, ainsi que les moyens utilisés, sont considérés individuellement. Le plus souvent, le choix d'un médicament spécifique est fait sur la base des symptômes accompagnant le tableau clinique.

Dans le cadre du traitement complexe des états limites, des médicaments appartenant à divers groupes de médicaments sont utilisés. Ceux-ci peuvent être des médicaments sédatifs légers ou des tranquillisants plus puissants et des antidépresseurs. L’action de tels médicaments vise à supprimer la gravité de la maladie et à normaliser l’équilibre mental. Dans le cas où la maladie a une forme sévère de gravité et qu'il y a un risque élevé pour la vie du patient, les spécialistes peuvent recommander aux membres de la famille du patient de réaliser un traitement à l'hôpital.

Correction mentale

Les méthodes de psychothérapie reposent sur différentes méthodes d'identification de la cause de la dualité de la conscience. Cela signifie que le traitement est principalement axé sur l'effet psychanalytique. Pour obtenir un résultat stable, un spécialiste doit identifier la cause première de l'apparition de l'ambivalence. Dans les situations où le rôle du mécanisme de déclenchement est attribué à diverses circonstances traumatiques ayant des racines chez les enfants, le spécialiste doit soigneusement «travailler» ce moment. Pour ce faire, augmenter l'estime de soi et inculquer un sens des responsabilités au patient. Une attention accrue est accordée à la correction de la sphère émotionnelle-volitive.

De nombreux psychologues pensent que l'ambivalence est inhérente à toute personne sans exception, mais la différence ne réside que dans le degré de sa manifestation.

Lorsque la dualité de conscience est la cause de phobies et d'une anxiété accrue, le traitement psychothérapeutique a pour objectif principal de lutter contre les moments problématiques de la vie du patient. L'effet souhaité peut être obtenu à l'aide de formations indépendantes et d'exercices de groupe visant à lutter contre la peur intérieure et la croissance personnelle.

En conclusion, il faut dire que la dualité peut être un trait distinctif de la psyché humaine et un symptôme de la maladie. C'est pourquoi il est très important de prêter l'attention nécessaire à votre propre état. L'émergence de sentiments d'inconfort dus à l'ambivalence envers le monde qui nous entoure nécessite une consultation urgente avec un spécialiste. Sinon, le risque de conséquences négatives pour la vie humaine augmente chaque jour.

Ambivalent - c'est quoi? Ambivalence en tant que relation d'un sujet et en tant que caractéristique d'un objet

"Ambivalent" est maintenant un mot à la mode. Mais peu savent ce que cela signifie. Dans ce cas, le cours de chimie scolaire aide mal. C'est pourquoi nous avons décidé d'écrire cet article. Il sera défini, présente les principaux cas d'utilisation. Pour le lecteur n'était pas ennuyeux, les exemples sont choisis simples et claires pour tout le monde.

La définition

Une relation ambivalente est un double arrangement avec un objet. Il est très important de distinguer la dualité de la relation "d'une part... de l'autre...". Le premier cas est l'ambivalence et le second est l'évaluation analytique habituelle de l'objet. Comment distinguer l'un de l'autre? Avec le type de relation "d'une part... de l'autre..." chez l'homme, il n'y a pas de confrontation. Le sujet sait exactement comment il évalue l'événement ou le phénomène du monde extérieur. Lorsque l’attitude d’une personne peut être décrite en toute confiance par le terme «ambivalent» (c’est, rappelons-nous, une dualité), elle ne dira pas elle-même comment elle perçoit quelque chose.

Archétypes K.-G. Jung

Les exemples les plus célèbres d’ambivalence ont été donnés par K.G. Jung est le fondateur de la psychologie analytique, l'auteur du concept d'inconscient collectif. Il a également donné au monde l'enseignement des archétypes.

L’archétype est l’idée la plus ancienne de l’humanité, qui prédétermine la perception de la réalité par le sujet. Ils font partie du "fonds" de l'inconscient collectif. Ils se manifestent dans les rêves, les mythes et les légendes, en un mot, dans la créativité. Comme vous le savez, dans toute création à partir de rien, l'élément subconscient est fort. L'archétype est toujours ambivalent, c'est sa principale qualité.

Archétype de la mère

Dans la théorie de Jung, l'image de la mère est de nature double. D'une part, une mère est un foyer, de sécurité, de tranquillité, d'absence d'anxiété, et d'autre part, une mère, une femme âgée en rêve peut symboliser la mort.

En réalité, nous pouvons également saisir cette dualité. Qui parmi les adolescents ne se sentait pas attaché à la mère et à la tendresse et détestait en même temps? L'amour maternel peut sauver, et peut-être tuer, étrangler. Voici un tel phénomène ambivalent - l'amour maternel.

Et un autre point intéressant, qui mérite d'être mentionné. Le ventre maternel dans les rêves peut symboliser la tombe. Dans toutes les langues, il existe des représentations qui égalent mère et mort. Si nous analysons la relation "sein-tombe", nous pouvons nous rappeler qu'il existe une expression telle que "mère de la terre de fromage". En conséquence, l'enterrement peut être perçu comme un retour dans le ventre de la mère. Donc, en principe, nous sommes de la poussière, et nous en résultons en poussière.

Cependant, il est temps de s’éloigner des thèmes et des idées lourdes et de réfléchir à l’attrait des femmes.

Ambivalence de la beauté

Cette section sera intéressante non seulement pour les hommes, mais aussi pour les femmes.

Quand un gars voit une belle fille, à quoi pense-t-il en premier? Bien sûr, il rêve avant tout de possession physique. Puis, lorsque la première vague de fascination pour l’objet du désir s’apaise, le jeune homme se surprend à penser à la peur de la beauté. Un excellent exemple qui peut être attribué à la catégorie des "sentiments ambivalents".

Paradoxe, mais notre garçon imaginaire ne sait même pas ce qu'il y a de plus dans sa relation à la fille: la peur ou le désir. Comme nous le voyons, ce raisonnement nous amène au mystère de savoir pourquoi les belles femmes sont malheureuses et seules (oui, ce n'est pas un mythe) - elles ont peur, mais en même temps, l'amour.

Est-il possible de surmonter la peur de la beauté féminine?

Bien sur que tu peux. Pour ce faire, tout d’abord, calmer le tremblement interne. Et étalez votre peur dans les composants les plus simples, en vous posant la question suivante: «De quoi ai-je vraiment peur? et piquant, et ma mère ne commande pas. "

Attitude ambivalente au texte. Kafka, "le château"

Comme vous le savez, l'une des caractéristiques de la littérature classique est la polyphonie des significations. Mais il existe des auteurs tels que Franz Kafka, par exemple, dont la prose est si distinctive qu'elle peut provoquer un comportement ambivalent du lecteur. Cela s'exprime dans le fait qu'un amoureux de la littérature classique peut, d'une part, ne pas aimer Kafka, mais d'autre part, lire ses écrits, car dans le travail d'un écrivain germanophone, l'élément magique est puissant. Il hypnotise le lecteur.

Par exemple, prenons l’une des œuvres les plus célèbres de Kafka - "Castle". Quand une personne lit cet essai pour la première fois, elle ne reste en suspens qu'en attendant la finale, ce qui mettra fin aux errances de l'arpenteur. Dans ce cas, il convient de noter que la prose elle-même est ennuyeuse. Mais il n'y a aucun moyen de le quitter, je me le demande. À la fin du parcours de l'arpenteur, le lecteur saura s'il se familiarise avec le contenu du roman.

Dmitry Gorchev. Mélanger le style haut et bas

La perception ambivalente du texte par le lecteur est encore plus caractéristique quand il lit le contemporain, malheureusement, l’écrivain Dmitry Gorchev, qui nous a déjà quitté en 2010. À sa manière, il rappelle subtilement à D.I. Kharms. Les lèvres de Yuvatchev (le vrai nom de Daniil Ivanovich) jouent également tout le temps avec un sourire ironique. Certes, Gorchev «arrose» abondamment sa prose d’un langage obscène, et Harms ne s’autorise que dans des cahiers qui ne sont pas destinés à être imprimés à l’origine. Mais nous avons de nouveau été distraits.

La prose de Gorchev n'est peut-être pas si profonde et il n'a certainement pas eu le temps de devenir un classique. Mais en même temps, si vous êtes capable de percevoir le message caché du texte, il s'avérera alors qu'il s'agit d'une prose existentielle avec un sous-texte de vie significatif. Cela est particulièrement vrai de ses récits, tels que "Le méchant". À travers cette image immorale, Gorchev rappelle la triade classique «Bien, vérité et beauté».

Ambivalence

Trouvé 10 définitions du terme AMBIVALENCE

Ambivalence

la dualité de l'expérience, lorsqu'un même objet provoque simultanément des sentiments opposés, tels que plaisir et déplaisir, sympathie et antipathie.

Ambivalence

polydirectionnalité ("multi-vecteur") de l'activité humaine, aspiration multiple ou du moins double, combinaison d'orientations, voies de réalisation de soi de natures diverses, essence; absence de ligne dure dans la nature du comportement.

Ambivalence

de lat. ambo - les deux et valentia - la force), dualité des sentiments, exprimée par le fait qu'un même objet provoque simultanément deux sentiments opposés: plaisir et déplaisir, amour et haine, sympathie et antipathie. A. est enraciné dans l’ambiguïté du rapport d’une personne à l’environnement, dans l’incohérence du système de valeurs. Le terme "A." est proposé par les Suisses. psychologue E. Bleuler.

Ambivalence

de lat. ambo - les deux et valenta - force) - dualité, se manifestant dans des sentiments et des actions aux aspirations contradictoires, tels que l’amour et la haine, le plaisir et le déplaisir, la sympathie et l’antipathie; l'un des sens est parfois supplanté (inconsciemment) et déguisé par l'autre. L’ambivalence est enracinée dans l’ambiguïté de l’attitude d’une personne à l’égard de la société environnante, dans la nature contradictoire d’un système de valeurs adopté ou cultivé.

Ambivalence

de lat. ambo et valentia - force) - dualité, qui se manifeste par des sentiments et des actions en contradiction avec les aspirations de chacun. Le terme a été introduit par E. Bleuler. L'ambivalence est propre à certaines idées qui, tout en exprimant une nuance de plaisir et de déplaisir, dénotent l'amour et la haine, la sympathie et l'antipathie; généralement l'un de ces sentiments est forcé (inconsciemment) et dissimulé par un autre. En ce sens, l'ambivalence joue un rôle dans la psychanalyse et la graphologie.

Ambivalence

de lat. ambo - les deux et valentia - la force) - la présence d'émotions opposées chez une personne à l'égard du même objet (amour et haine, la sympathie et l'antipathie, etc.) ou la présence simultanée de deux objets mutuellement inconciliables qui s'excluent mutuellement. Le terme "ambivalence" a été introduit par le psychanalyste suisse E. Bleuler au début. 20 po De nos jours, il est souvent utilisé en dehors de la psychologie (par exemple, en sociologie et en philosophie des sciences) dans un sens plus large lorsqu'il s'agit d'incohérence, d'ambiguïté d'une action particulière, d'évaluation, d'installation, etc.

Ambivalence

(du latin ambo - both + valentis - valide) - une double attitude contradictoire d’une personne à un objet, caractérisée par une directivité simultanée d’impulsions opposées sur le même objet. Ce terme définit des sentiments et des motivations non seulement mélangés, mais contradictoires, qui sont testés non pas alternativement, mais presque simultanément. En scientifique Le terme lexique a été introduit par E. Bleuler (1911) pour désigner l'une des créatures. signes de schizophrénie. Bleuler a toutefois permis une interprétation élargie de ce concept par rapport à la norme. S. Freud l'a présentée comme une bonne désignation de pulsions opposées, souvent manifestée chez une personne sous forme d'amour et de haine pour le même objet sexuel. Le concept A. a été utilisé par le fondateur de la psychanalyse lorsqu'il considérait un phénomène comme le transfert, avec lequel l'analyste doit composer dans le processus de traitement d'un patient. En mn. Dans ses travaux, Freud a souligné la double nature du transfert, qui a une orientation positive et négative. Dans le livre "Essai sur l'histoire de la psychanalyse", a-t-il souligné: "Le transfert est ambivalent: il inclut à la fois une attitude positive (amicale) et négative (hostile) envers le psychanalyste". N.D. Naumov

Ambivalence

de lat. ambo (les deux, valentia - force) est un concept psychologique dénotant la dualité de la perception sensorielle, exprimée par le fait qu'un même objet peut provoquer chez une personne des sentiments opposés (plaisir - déplaisir, sympathie - antipathie, etc.). Cette caractéristique de la perception sensorielle se reflète spécifiquement dans l'activité esthétique et est utilisée dans l'art. En esthétique, A. signifie dualité: activité esthétique - son intérêt pour la réalité et l’idéal; sentiment esthétique - «rire à travers les larmes», plaisir à travers le choc et compassion (Catharsis); perception esthétique - l'expérience de l'art. manuf. en tant que réalité et en même temps conscience de sa conditionnalité (cela transmet fidèlement l'image poétique de Pouchkine: «Je vais verser sur la fiction des larmes»). Art-consciemment et inconsciemment utilise le principe de A. dans la construction compositionnelle et émotionnelle des artistes. en confrontant ouvertement (romantisme, baroque) ou en comparant raisonnablement (réalisme) les principes opposés: naissance et mort, guerre et paix, jeunesse et vieillesse, ha-hoo et abus, «haut» et «bas», transformant souvent le sens ordinaire des concepts (par exemple, comme A. A. Akhmatova: «de votre part et blasphème - louange»). Une signification similaire a A. couplé art. images, porteuses de commencements opposés: Don Quichotte et Sancho Panza, Faust et Méphistophélès, Christ et Jude, le Maître et Marguerite, etc., se manifeste également dans la dualité ouverte de moyens d'expression artistiques tels que métaphore, grotesque, ironie, antithèse, etc. Dans moderne le principe de A. principe est plus compliqué, multiplié renforcé dans le système de l'art. expression d'opposition. Dans l'esthétique soviétique, Bakhtine a exploré le principe de A. qui a révélé ses profondes traditions, issues de la mythologie et de la culture populaire. Voir aussi: Opposition esthétique.

Ambivalence

caractéristique logique fondamentale de la pensée, de la culture, de l'idéal moral, de toute activité humaine, de la capacité d'une personne à maîtriser idéalement et matériellement, de conceptualiser tout phénomène présentant un intérêt pour le sujet par le biais de la double opposition, de rechercher constamment des moyens de donner un sens aux pôles de cette opposition, de trouver le sens en tant que priorité du dépassement de l'opposition, comme mesure du retrait des contradictions, en les reliant les uns aux autres entre les pôles. Et, - le processus dialectique, la dialectique est la logique de A. A. - le mécanisme d'unité des pôles opposés de la double opposition, le mécanisme de leur changement mutuel, leur complémentarité, leur interpénétration, le mécanisme de "digestion-sens constant à travers chacun des pôles Compréhension - la transition entre eux.

A. agit dans les formes d'inversion et de médiation. L'inversion est caractérisée par l'absolutisation de différents pôles. Supprimer les opposés des pôles n’est possible dans ces conditions que comme une absolutisation de la vérité d’un pôle tout en nivelant l’autre, en identifiant le sens avec l’un des pôles. L’inversion est caractérisée par le désir de résoudre des problèmes à la vitesse de la lumière (logiquement hors du temps), c’est-à-dire ne traînant pas entre les pôles de l'opposition, mais sautant de l'un à l'autre. Par exemple, l'identification de tout phénomène, chose, voisin moral du voisin, mécanisme, etc. avec bien, avec beau, serviable, etc. peut inversement aller à des estimations opposées, à savoir comme le mal, la laideur, le mal, etc. Au cœur de cette logique de loup-garou se trouve la notion que le rejet d'un pôle est identique à la transition vers l'autre pôle d'oppositions éternellement existantes. L'inversion tend à réduire le dialogue des pôles à la transformation d'un monologue en un autre, et inversement, par exemple, pour évaluer, comprendre un phénomène ou un autre, le monologue des «autorités» peut être remplacé par la compréhension des «travailleurs acharnés», mais leur synthèse est impossible. Et ici, il apparaît sous la forme primitive du changement des pôles de l'opposition, sous la forme d'un battement.

La médiation transfère le centre de gravité au-delà du passage d’un pôle de l’opposition existante à un autre, à la recherche d’un nouveau sens complexe et contradictoire, où l’opposition change constamment, de nouvelles oppositions se créent, où le contraire des pôles se transforme en contradiction, ce qui, en le surmontant, donne un résultat qualitativement nouveau, un nouveau sens nouvelles doubles oppositions.

Ambivalence

Grec amphi - autour, autour, des deux côtés, dual et lat. valentia - force) est une attitude double et contradictoire du sujet à l'égard de l'objet, caractérisée par le ciblage simultané du même objet d'impulsions, d'attitudes et de sentiments opposés, de force et de volume égaux. Le concept de A. a été introduit dans la circulation scientifique au début du 20ème siècle. le psychiatre suisse E. Bleuler, qui l'a utilisé pour désigner et caractériser la vie affective, volontaire et intellectuelle des personnes atteintes de schizophrénie (à double personnalité), dont la caractéristique essentielle est la tendance du patient à répondre aux stimuli externes par une double réaction antagoniste. Dans la psychiatrie moderne, on distingue A. certaines espèces, parmi lesquelles on distingue le plus souvent: 1) A. dans la zone affective (lorsque le même point de vue est simultanément accompagné de sentiments agréables et déplaisants); 2) A. dans le domaine de l'activité intellectuelle (qui se caractérise par l'émergence et la coexistence simultanées de pensées opposées) et 3) A. dans le domaine de la volonté - ambition (qui se caractérise par la dualité des mouvements, des actions et des actions). Un élargissement significatif du sens, du contenu et de la portée du concept de A. a été réalisé dans l'enseignement psychanalytique de Freud. Selon la psychanalyse, A. est une propriété attributive naturelle de la psyché humaine et une des caractéristiques les plus importantes de la vie mentale des personnes. Selon Freud, A. apparaît principalement sous la forme de A. sentiments (par exemple, amour et haine, sympathie et antipathie, plaisir et déplaisir, etc., visant simultanément le même objet), puisque chaque sentiment individuel et tous les sentiments humains De nature ambivalente. Freud pensait que, jusqu'à un certain niveau, A. est naturel et tout à fait normal, et A. un degré élevé de A. sentiments sont un trait caractéristique et un trait distinctif des névrosés. Insistant sur le fait qu'une personne transmettait une quantité importante de haine à la personne à laquelle elle était le plus attachée et aimait celle qu'il détestait, Freud a noté que l'une ou l'autre de ces pulsions instinctives antithétiques était supplantée (totalement ou partiellement) dans l'inconscient, phénomène en tant que principe A. En vertu du principe A., une attraction ou un sentiment refoulé est toujours déguisé en une attraction, un sentiment diamétralement opposés, etc. Selon la compréhension psychanalytique, A. est l’une des manifestations de la nature contradictoire de l’homme, ce qui provoque une attitude ambivalente non seulement envers les autres, mais aussi envers lui-même. Cette idée générale s'est reflétée, par exemple, dans l'interprétation du sadisme et du masochisme en tant que sadomasochisme (c'est-à-dire une sorte de dualité d'attitudes, d'expériences, etc. contradictoires et contradictoires). Le concept psychanalytique A. a été quelque peu renforcé dans la psychologie analytique de Jung, dans laquelle A. était habitué à: caractériser les sentiments polaires, désigner une pluralité de mental, fixer la nature dialectique de la vie mentale, clarifier l'essence des attitudes à l'égard des images parentales, etc. est souvent utilisé pour désigner une variété de relations contradictoires du sujet avec l'objet (par exemple, le respect simultané d'une personne pour ses activités et son manque de respect pour son attitude envers les gens, sympathie simultanée pour une personne et antipathie envers elle pour telle ou telle action ou inaction, etc.). Dans la littérature scientifique moderne, le concept de A. est utilisé principalement dans ses significations psychanalytiques.

Schémas trouvés sur le sujet Ambivalence - 0

Articles scientifiques trouvés sur le sujet Ambivalence - 0

Livres trouvés sur le sujet AMBIVALENCE - 0

Trouvé des présentations sur l'ambivalence - 0

Résumés trouvés sur Ambivalence - 0

Connaître le coût de l'écriture

Vous recherchez une dissertation, une thèse, une thèse, une épreuve, un rapport de stage ou un dessin?
Découvrez le coût!

Ambivalence

La signification du mot ambivalence.

Double attitude indéfinie à tout.

L'origine du mot ambivalence.

En latin ambo (les deux), valentia (force). Littéralement - "les deux forces".

Affiliation du mot ambivalence.

Argot général, argot de la jeunesse.

Exemple d'utilisation du mot ambivalence.

J'ai une attitude ambivalente envers lui.

En raison de l'ambivalence, je ne peux pas démarrer un projet.

Deuxièmement, le fait de se préoccuper de ses propres émotions négatives en présence d’un désir passionné de plaire aux autres crée un sentiment de confusion, de dualité, d’ambivalence des sentiments et d’incertitude quant à la position.

Ici, tout est rempli de contrastes carnavales, de mésalliances, d’ambivalences, de déclins et de déprédations.

Dans la danse, on retrouve la même contradiction d'aveuglement et de vision, la même ambivalence étrange de la relation entre le corps et son démon, comme dans l'exemple de Dostoevsky de Grades.

Attitude de carnaval avec ses catégories, rires de carnaval, symboles des actions de carnaval couronnant - démystification, changements et déguisement, ambivalence de carnaval et toutes les nuances du mot carnaval gratuit - familier, cynique-franc, excentrique, laudatif, brandi, etc.

Tous ces rituels ont également été transposés dans la littérature, donnant une profondeur symbolique et une ambivalence aux sujets et positions pertinents, ainsi qu’à une relativité joyeuse et à la facilité du carnaval et à la vitesse des changements.

En Savoir Plus Sur La Schizophrénie