La peur des abeilles et des guêpes est un sentiment normal pour toute personne qui a été piquée par ces insectes au moins une fois dans sa vie. Si la peur devient pathologique et incontrôlable, alors c'est l'apifobie. Ce trouble est très courant et peut être traité avec succès, l’essentiel est de ne pas retarder une visite chez le médecin.

Caractéristiques de la peur des abeilles et des guêpes

Une piqûre d'abeille ou une guêpe, en particulier s'il y a des conséquences désagréables par la suite, peut également conduire au développement de l'apyphobie.

L'apiphobie est une peur irrationnelle et incontrôlable des abeilles et des guêpes. La peur règne chez de nombreuses personnes mordues par ces insectes. En fait, la peur s'étend à tous les insectes piqueurs: guêpes, abeilles, bourdons. Selon la CIM-10, la maladie est indiquée par le code F40.2 et fait référence à des phobies isolées spécifiques.

La peur des abeilles peut survenir chez une personne de tout âge, mais elle provient le plus souvent de l'enfance. Cela peut aggraver à la vue d'un insecte et du simple bourdonnement.

On devrait pouvoir distinguer la peur normale de la phobie pathologique. Dans le premier cas, la personne a peur de se faire piquer, car la piqûre de l'insecte est douloureuse et peut provoquer des allergies. En fait, la réaction normale est la peur d'entrer en collision avec de tels insectes. Ils ne parlent de peur pathologique que lorsqu'une personne éprouve une horreur incontrôlable à la vue de tels insectes avec lesquels elle ne peut pas faire face seule.

Causes de désordre

L'apiphobie étant une peur des abeilles, la raison de son développement est assez évidente. La peur pathologique se produit chez les personnes qui ont déjà été mordues par des abeilles ou des guêpes. En règle générale, le trouble a pour origine une enfance profonde, car l'attaque d'insectes chez un petit enfant est accompagnée d'une grande frayeur. Sur fond de stress, l'installation «abeille-douleur» est fixée, ce qui provoque le développement d'un trouble phobique.

Une personne allergique au poison des insectes a souvent peur des abeilles, des guêpes ou des bourdons. La peur dans ce cas est due à la peur pour leur propre santé ou même leur vie. Dans le même temps, l'apiphobie peut être accompagnée d'autres troubles: la peur de la mort, la maladie, la douleur.

La raison évidente du développement des phobies réside dans les caractéristiques de l’éducation. Malheureusement, tous les parents n’ont pas la patience nécessaire pour répondre aux questions des enfants ou pour leur enseigner les règles de sécurité, de sorte qu’ils sont nombreux à simplement intimider les conséquences des piqûres d’abeilles et des guêpes. Au lieu d'expliquer correctement à l'enfant les causes des attaques de ces insectes et les particularités de leur comportement, les parents décrivent la douleur causée par les morsures, les symptômes d'allergie et les conséquences effrayantes de la peinture. En conséquence, un enfant impressionnable peut acquérir la peur de ces insectes pendant toute sa vie.

Une autre cause non évidente de phobies est le visionnage de films d'horreur dans lesquels des personnes sont attaquées par des insectes ou des abeilles sont placées sur des personnes. Les personnes ayant un psychisme faible d'un tel complot peuvent suffire à attraper cette phobie.

Symptômes de l'apyphobie

Même à la vue d'un petit insecte rayé, des attaques de panique et une anxiété incontrôlable commencent à apifoba.

La peur des guêpes, des abeilles et des bourdons, dont le nom est apyphobie, présente les mêmes symptômes que d’autres troubles spécifiques. Une personne éprouve de l'horreur et de la panique en rencontrant un dangereux insecte. Il faut voir l'abeille, les autres entendre le bruit d'un insecte. La phobie peut également être exacerbée par la visualisation d'images d'abeilles ou de vidéos montrant une colonie d'insectes.

Symptômes de peur pathologique:

  • panique croissante;
  • anxiété incontrôlable;
  • hypertension artérielle;
  • des vertiges;
  • pouls rapide;
  • essoufflement;
  • désorientation;
  • désir de s'échapper.

En règle générale, lorsqu’il rencontre un objet de peur, une personne perd son calme. La peur panique le fait se comporter de manière inadéquate à la vue d'une abeille ou d'une guêpe. Ainsi, un adulte peut soudainement crier et essayer de fuir un insecte piquant. La peur pathologique de l'enfant se manifeste par l'hystérie la plus forte, pouvant aller jusqu'à une crise.

Diagnostics

En connaissant ce qu'on appelle la peur des abeilles ou la peur pathologique d'une guêpe, une personne sera capable de diagnostiquer de manière autonome. Cependant, il est recommandé de faire appel à un spécialiste. La consultation d'un psychothérapeute est avant tout nécessaire pour comprendre les raisons d'une telle peur, qui ne sont pas toujours évidentes. En outre, le médecin aidera à éliminer les pathologies psycho-neurologiques secondaires qui pourraient éventuellement conduire à une exacerbation de la réaction du système nerveux au stimulus, dans ce cas aux insectes.

Pour poser un diagnostic, il suffit que le médecin parle simplement avec le patient, pose des questions et analyse la réaction. L'ensemble de la procédure ne prend pas beaucoup de temps. La consultation coûtera environ 500-1000 roubles, selon la région de résidence. Après la première conversation, le médecin vous proposera plusieurs méthodes de traitement. Le coût du traitement ultérieur est calculé individuellement, en fonction de la gravité de la maladie, du nombre de séances nécessaires et des résultats intermédiaires du traitement. Certains patients surmontent rapidement la peur des abeilles, alors que d'autres peuvent nécessiter un traitement à long terme.

Aide professionnelle et auto-traitement

La principale direction dans le traitement de l'apyphobie est un rapprochement progressif avec l'objet de la peur.

Le nom de la peur des abeilles est apiphobie, de même que la peur des guêpes et des bourdons. Le traitement d'une telle phobie est généralement psychothérapeutique. La pharmacothérapie est prescrite très rarement - seulement si le patient a d'autres troubles mentaux et neurologiques, par exemple des névroses, une dépression. Dans ce cas, on utilise des antidépresseurs, des sédatifs et des tranquillisants. Les médicaments sont choisis par le médecin individuellement et suivis par un petit traitement (sauf les antidépresseurs, prescrits pour au moins six mois).

La direction principale dans le traitement de l'apyphobie est une convergence progressive avec l'objet de la peur. Avant cela, il est nécessaire de mener plusieurs séances de psycho-correction cognitivo-comportementale, qui aident à corriger la réaction individuelle du patient aux insectes bourdonnants et piquants.

La convergence avec l'objet de peur est lente. Au début, on montre à un homme des images d'abeilles, analysant ses réactions par le biais d'une psychothérapie cognitivo-comportementale. Au fil du temps, visionnez les vidéos et les documentaires sur les abeilles et les guêpes.

Lorsque le patient se sent suffisamment en confiance, il est temps de communiquer avec des insectes vivants. Pour ce faire, vous pouvez vous entraîner à quitter le rucher.

L'auto-traitement est effectué de la même manière, mais au lieu d'une thérapie cognitivo-comportementale, on utilise des méthodes d'auto-entraînement et de relaxation. Lorsqu'une personne apprend à maîtriser ses accès de peur à l'aide de moyens de relaxation, tels que des exercices de respiration, il est recommandé de commencer un rapprochement progressif avec l'objet de la peur.

En règle générale, l'apyphobie peut être traitée avec succès - à la fois professionnelle et indépendante. La seule différence est que le thérapeute aidera à faire face à la peur beaucoup plus rapidement, mais l'auto-traitement peut durer six mois.

Apifobiya - peur des abeilles

Apifobiya - peur des abeilles. Symptômes, causes, prévention et traitement de l'apyphobie.

Apiphobie - une peur obsessionnelle des abeilles, des guêpes. Aussi connu sous le nom de mélissophobie et de sfexophobie.

L'apiphobie est irrationnelle, c'est-à-dire illogique, inaccessible à la compréhension rationnelle. C’est une peur très forte, inconsciente, qu’une personne ne peut surmonter seule. Aucune persuasion, ridicule et condamnation ne peut aider à s'en débarrasser. C'est une peur incontrôlable, souvent accompagnée de panique ou de grande excitation.

Apyfobam n'a pas à voir un insecte qui leur fait peur. Même un bourdonnement à peine audible peut mener à la panique.

Formation de terme

Le nom de la maladie - Apyphobia - est formé par la fusion de mots des langues grecque et latine: "Apis" dans le sens de "abeille" + "Phobos", signifiant "peur".

Qui est sujet à l'apiphobie?

C'est l'une des peurs les plus courantes parmi:

  • les enfants Il convient de noter que l'apiphobie est souvent déclenchée par des adultes qui, essayant de protéger un enfant des piqûres d'abeilles ou de guêpes, l'intimident. Les enfants perçoivent l'insecte comme une menace. Peu à peu, la peur des abeilles peut se transformer en phobie;
  • les personnes qui ont été attaquées à plusieurs reprises par les abeilles ou piquées par plusieurs insectes;
  • les personnes qui ont une forte réaction allergique aux piqûres d’insectes. Au début, ils craignent moins la morsure elle-même que ses conséquences: un choc anaphylactique qui menace leur vie;
  • des gens très impressionnables qui, sous l’influence de films ou d’articles publiés dans les médias, commencent à croire en l’existence d’abeilles meurtrières.

Causes de l'apyphobie

La plupart des chercheurs considèrent ces raisons comme:

  • la douleur associée aux piqûres d'abeilles ou de guêpes qu'une personne a eu le plus souvent durant son enfance;
  • réactions allergiques graves du corps.

Mais il y a un autre point de vue:
Les biologistes américains D. Rakizon et H. Derringer soutiennent que la peur des insectes peut être déterminée génétiquement.

Les peuples antiques, luttant pour le territoire, rencontraient souvent divers insectes dangereux, qui atteignaient alors une très grande taille. Au cours de cette lutte, un «gène de menace» s'est formé. Pour certains, sous l'influence des circonstances, cela «fonctionne», déclenchant l'instinct de conservation de soi sous une forme hypertrophiée.

Symptômes de l'apyphobie

Les signes de l'apyphobie liés à la santé humaine comprennent:

  • faiblesse
  • transpiration accrue;
  • palpitations cardiaques;
  • des vertiges et une hypertension artérielle peuvent survenir.

Ils se produisent au moment où une personne voit ou entend un insecte bourdonnant.

Déterminer qu'une personne a développé l'apiphobie aidera son comportement.
Les scénarios les plus probables sont:

  1. Une personne essaie d'éviter de rencontrer un insecte dont elle a peur (forme bénigne de la maladie).
  2. Commence à crier, en agitant les bras ou même en fuyant (forme lourde).
  3. Il essaie de tuer les abeilles effrayantes, les guêpes et les bourdons qui se trouvent à proximité de lui (une forme grave d’apyphobie).

Traitement de l'apyphobie

Plus l'apyphobie est diagnostiquée tôt, plus il est facile de s'en débarrasser. Si vous remarquez des signes de cette maladie chez vous ou chez vos proches, vous devez demander l'aide d'un psychothérapeute.

L'une des conditions les plus importantes pour un traitement réussi consiste à déterminer la cause d'une horreur irrésistible pour les insectes. Après tout, ni les guêpes ni les abeilles n'attaquent sans cause. Les abeilles mordent le plus souvent la vie, alors elles ne piquent que lorsque cela est nécessaire pour se protéger. Mais se souvenir du patient, d'où venait sa peur, n'est pas immédiatement possible.

Il existe maintenant différentes méthodes de traitement des phobies:

  • l'hypnothérapie;
  • programmation neuro-linguistique;
  • thérapie comportementale, etc.

Toutes ces techniques sont utilisées lors de la nomination de médicaments conçus pour améliorer l'état du patient.

À titre préventif, les psychologues conseillent de réduire au minimum le contact avec les abeilles et de ne pas regarder de films d'horreur avec la participation de ces insectes.

Le pronostic pour traiter cette phobie avec le strict respect de toutes les recommandations du psychothérapeute est assez élevé. Les gens s'arrêtent pour regarder les insectes qui passent en piquant d'horreur, et certains acquièrent même leurs propres ruches.

L'apiphobie comme peur des abeilles, des guêpes et des bourdons

Il existe de nombreuses peurs irrationnelles qui ne peuvent pas être expliquées en termes de logique. Il est impossible de convaincre une personne craignant de voler que les avions sont en sécurité: il paniquera encore. L'apiphobie est la peur des guêpes et des abeilles. Le patient peut avoir peur du contact avec les insectes et leurs piqûres. La phobie progresse avec le temps sous une forme sévère.

Causes de la condition

La peur des abeilles s'appelle la mélissophobie. Les psychologues n’ont pas de consensus sur les causes de cette peur. Le groupe de risque comprend:

  • les enfants;
  • les adultes attaqués par les insectes;
  • les personnes allergiques;
  • personnalités impressionnables.

Les racines de la peur des abeilles, des guêpes et des bourdons se trouvent le plus souvent dans l'enfance. Certains parents intimident trop l'enfant. Ils lui font constamment peur et le bébé commence à craindre un type d'insectes bourdonnants.

Certains adultes sont attaqués par les abeilles. Cela peut arriver lorsque le miel n'est pas récolté correctement ou à l'approche d'une ruche sauvage. Une telle situation traumatique laisse une marque pendant longtemps.

Les personnes souffrant d'allergies, il n'y a pas tant la peur des abeilles, que la peur des effets des morsures. Ils peuvent entraîner un choc anaphylactique, voire mortel.

Une certaine catégorie d'adultes est très impressionnable. Ils croient sincèrement en ce qui se passe dans les films et dans la publication des médias sur les abeilles meurtrières.

La peur des abeilles et des guêpes est appelée sphexophobie. La peur naît de la douleur après une morsure ou d'une réaction allergique grave. Certaines biologies américaines croient le contraire. Selon eux, la peur des abeilles, des guêpes et des bourdons est génétiquement déterminée. Dans les temps anciens, les gens étaient confrontés à divers insectes dangereux. L'instinct de conservation offre d'éviter de les rencontrer. Pour certaines personnes, pour une raison quelconque, cela fonctionne sous une forme hypertrophiée.

Symptômes phobiques

Les psychologues distinguent deux formes de la maladie: légère et grave. Dans le premier cas, le patient essaie de ne pas entrer en contact avec des insectes. Avec le développement des phobies, une personne n'évite pas seulement les abeilles et les guêpes, mais essaie de les détruire.

Les particularités de comportement sont différentes. Certaines personnes deviennent agressives, tentent de poursuivre des insectes, se réjouissent de leur mise à mort. D'autres paniquent d'une espèce d'abeille ou de bourdon. Par conséquent, ces personnes ne vont pas à l'extérieur, ne nagent pas dans l'eau et vont rarement dans les parcs. L'apyphobie se caractérise par le fait que les libellules et les papillons ne font pas peur au patient.

La phobie se manifeste par les symptômes suivants:

  • faiblesse
  • des vertiges;
  • transpiration accrue;
  • palpitations cardiaques.

Tout cela se produit lorsqu’il est en contact avec un insecte bourdonnant. La peur est irrationnelle, de sorte qu'une personne ne prendra pas d'arguments logiques. Dans les cas graves, le patient pleure, panique ou s’enfuit d’une guêpe ou d’un bourdon. Il est visité par des pensées de mort.

Lors d'une attaque de panique, une personne ne se contrôle pas et n'est pas responsable de son comportement. En entrant en collision avec un déclencheur, celui-ci peut devenir engourdi et tomber dans une stupeur. Sa respiration est difficile, il y a un léger vertige. Certaines personnes sont agitées.

Diagnostic et traitement

Toute phobie est plus facile à traiter au stade initial de développement. Plus la forme de la peur est difficile, plus il est difficile de la gérer. Un psychologue expérimenté peut utiliser des questionnaires spéciaux. Ils vous permettent d'identifier les problèmes et de déterminer le niveau d'anxiété.

Un outil de diagnostic important pour un spécialiste est la conversation. Il demande au client des émotions, des sentiments et des problèmes. Une grande attention est accordée aux souvenirs d'enfance. Le plus souvent, la cause de la peur réside dans cette période. Le succès du traitement dépend de la détermination de la cause de la peur.

Il existe plusieurs traitements pour les phobies. Au cours de la programmation neurolinguistique, une personne est invitée à rappeler en détail la collision avec un déclencheur.

Avec l'aide d'un spécialiste, le patient semble surveiller la situation de l'extérieur et aider à la détruire. Une personne apprend à gérer sa peur pendant la thérapie.

Pendant l'hypnothérapie, le client plonge dans un état de transe. Son esprit cesse de contrôler la psyché et le spécialiste peut s'attaquer aux causes des phobies. Une psychologue semble créer un «mur» autour d'une personne et la protège des objets effrayants. L'hypnothérapie vous permet d'examiner la situation traumatique et de trouver de nouvelles façons de vous adapter au problème.

Le traitement médicamenteux n'est prescrit que pour une maladie grave. Il comprend généralement des antidépresseurs, des tranquillisants et des vitamines du groupe B. Un tel complexe permet de soulager les symptômes et de ramener le système nerveux à un état normal. Mais seules les pilules phobiques ne peuvent pas faire face, car la cause du problème réside dans la psyché.

Pour réussir à se débarrasser de la peur, un psychologue aura besoin d'un traitement à long terme. Ne vous attendez pas à des résultats immédiats, car travailler sur soi prend du temps.

Apiphobie - peur des abeilles et des guêpes

L'apyphobie est l'une des phobies les plus courantes: la peur des abeilles ou des guêpes. Certaines personnes ont tellement peur de ces insectes qu'ils ne perdent le contrôle d'eux-mêmes que par une espèce d'abeille ou de guêpe et par la panique. Voyons ce qu'est apifobiya, comment cela se manifeste et quelles méthodes sont traitées.

Peur ordinaire ou phobie?

La plupart des gens traitent les abeilles et les guêpes avec crainte, ce qui est parfaitement normal, car ils peuvent facilement piquer. Les piqûres de ces insectes sont très douloureuses et le poison qu'ils injectent sous la peau provoque une réaction allergique: la morsure devient enflée, rougit, commence à démanger et fait mal. La douleur et le gonflement persistent pendant plusieurs jours.

Si une personne est attaquée par tout un essaim d’abeilles ou de guêpes, la dose de poison reçue peut entraîner de graves problèmes de santé, voire la mort, si aucune assistance médicale n’a été fournie à la victime à temps. Et les personnes allergiques aux piqûres d'abeilles peuvent même mourir d'une seule bouchée.

C'est pourquoi la grande majorité des gens traite les abeilles et les guêpes avec prudence, et certains les craignent même. Cependant, cette peur est une manifestation normale de l'instinct de conservation et n'est pas liée à la phobie.

C’est tout à fait autre chose quand une personne a tellement peur des abeilles ou des guêpes qu’elle panique d’une seule espèce d’insecte. Cependant, apifobam n'a même pas à voir l'objet de sa peur. Il suffit juste d'entendre le bourdonnement pour que la phobie soit activée.

La maladie porte plusieurs noms: mélissophobie et cnidophobie (peur des insectes piqueurs). Une personne peut avoir peur non seulement des abeilles et des guêpes, mais aussi des frelons, des bourdons, des mouches à ventre et d’autres créatures similaires.

Causes de l'apyphobie

La panique des abeilles a plusieurs causes:

  • Expérience négative. Une personne qui a été attaquée par des abeilles peut avoir une peur persistante, qui évoluera peu à peu en phobie. Bien sûr, il est difficile de rencontrer une telle personne, qui ne piquerait jamais une guêpe ou une abeille de sa vie. Et la majorité de ces expériences se passent sans conséquences. Mais pour certains, la peur de l'os est fixée dans l'esprit et devient incontrôlable.
  • Caractéristiques de l'éducation. Les parents, essayant d'isoler leur enfant du danger d'être piqué par les abeilles, peuvent, sans le vouloir, l'intimider avec des histoires d'horreur au sujet de ces insectes. Chez les enfants particulièrement impressionnables, cela peut entraîner une vive réaction négative des abeilles, qui finira par se transformer en phobie.
  • Tendance aux allergies. Les personnes allergiques ont très souvent peur des abeilles et des guêpes. Et ils sont effrayés non pas tant par l'insecte lui-même que par les conséquences de sa morsure qui, dans un tel cas, peut être fatale.
  • Capacité d'impression accrue. Les individus avec une impressionabilité accrue peuvent commencer à craindre les insectes après avoir lu d’horribles articles sur Internet ou après avoir regardé des films d’horreur avec une intrigue correspondante.
  • Peur génétique. Certains psychologues pensent que l’une des causes de l’apiphobie est une peur génétiquement inhérente. Pour nos anciens ancêtres, qui vivaient en contact étroit avec la nature, les insectes constituaient une source de danger réel et ils ont mis au point un mécanisme de protection qui peut être négligé par un citadin moderne.

Symptômes de l'apyphobie

La peur des abeilles et des guêpes est accompagnée des mêmes symptômes que ceux observés avec toute autre phobie:

  • sentiment de panique, perte de contrôle de vous-même et de vos actions;
  • se sentir faible, membres tremblants;
  • transpiration excessive, palpitations cardiaques, sensation de manque d'air, vertiges, hypertension artérielle;
  • un désir irrésistible de cesser le contact avec l'insecte le plus rapidement possible - de fuir, de se cacher.

Chez différents patients, la phobie peut être exprimée différemment. Certains paniquent à la vue d'une abeille ou d'une guêpe vivantes, d'autres en ont même assez d'une photo ou d'une image peinte, d'autres ont peur lorsque l'insecte est assis sur eux et le quatrième tombe malade dès qu'ils entendent un bourdonnement.

Souvent, une personne souffrant de phobie, à la vue d'une abeille, saute de sa place, commence à courir, crie, agite ses bras ou tente de tuer un insecte. Pendant la saison chaude, les apiphobes connaissent une forte tension nerveuse, car la possibilité de rencontrer une abeille à tout moment est très élevée. Les habitants des zones rurales sont particulièrement touchés.

Comment guérir l'apyphobie?

La peur des abeilles, comme toute autre phobie, doit être traitée. Plus le traitement commence tôt, plus il est facile de se débarrasser de la peur. Les psychothérapeutes ont dans leur arsenal plusieurs méthodes de traitement de ces troubles.

La première étape de la thérapie consiste à découvrir la cause de la phobie. Il est très important d’arriver à la source de la peur. Les causes de l'apyphobie sont souvent l'enfance et le patient peut même ne pas se souvenir de l'événement qui a déclenché le mécanisme du développement de la maladie. La tâche du psychothérapeute est de l’aider à se rappeler d’où vient la peur. La conscience de la cause permet de guérir une phobie.

Les psychothérapeutes utilisent des techniques telles que:

  • l'hypnothérapie;
  • programmation neuro-linguistique;
  • thérapie comportementale.

Le psychothérapeute propose souvent au patient de «regarder sa peur dans les yeux». Pour ce faire, il est pris à un endroit de grandes concentrations d'abeilles ou de guêpes. Bien entendu, tout cela se fait sous le contrôle strict d'un spécialiste et progressivement.

Si la phobie est exprimée très clairement, le patient peut avoir besoin non seulement d'une psychothérapie, mais également d'un traitement médicamenteux. Dans ce cas, le médecin prescrit des antidépresseurs, des tranquillisants ou des antipsychotiques. Cependant, les comprimés eux-mêmes ne peuvent pas guérir le trouble. Ils sont efficaces uniquement en combinaison avec la méthode psychothérapeutique correctement choisie.

Si le patient est sérieusement déterminé à se débarrasser de sa peur, s'il est prêt à travailler activement sur lui-même et à suivre toutes les recommandations d'un spécialiste, il aura alors toutes les chances de guérir.

Apiphobie: quelle est cette peur, comment se manifeste-t-elle et est-elle traitée?

L'apiphobie est une peur (peur) qui survient lorsqu'une personne rencontre une abeille (guêpe) ou contemple une image d'insecte, ainsi qu'une possible piqûre. Cette condition humaine, causée par cette peur négative (irrationnelle), peut également être appelée mélissophobie ou sphexophobie. De manière surprenante, souvent les personnes souffrant de cette phobie posent la question: "Peur des abeilles, quel est le nom de cette maladie?"

Le nom de ce syndrome psychologique est dérivé de la phrase latin-grec, où “apis” (du latin), traduit par “abeille”, et “fobos” (du grec), traduit par “peur”.

Manifestations caractéristiques chez un individu sujet à cette phobie

La peur des guêpes et des abeilles est peut-être la phobie la plus répandue chez les individus connus depuis l’enfance. Peu de gens ont été victimes d'attaques et de morsures depuis leur enfance.

Ce genre de peur de l'abeille est toujours accompagné par l'excitation d'une personne et tout ce qu'il a augmente de panique. Une horreur possible peut même provoquer le bourdonnement caractéristique, se manifestant par le désir de se cacher, couvrant ses oreilles. Souvent, la chair de poule apparaît sur le corps d'une personne sujette à la splexophobie, d'un seul coup d'œil à l'abeille ou à la guêpe.

Une explication de la peur des abeilles, partant d'une position logique, n'existe pas.

Les biologistes américains bien connus David Rakizon et Jaime Derringer affirment que l'apiphobie est une peur qui évolue dans le temps au niveau du gène de l'hérédité, le soi-disant «gène de la menace», qui provoque non seulement la peur des guêpes et autres insectes (araignées, vers, etc.). cafards), mais augmente également les chances de "survie" de ce type de peur.

La réaction à l'apparition d'abeilles ou de guêpes chez chacun des individus est également complètement différente, individuelle. Quelqu'un se comporte nerveusement, faisant preuve d'une agression déraisonnable envers les insectes, essayant de frapper avec une tapette à mouches ou un autre objet élastique, dans le but d'éliminer l'abeille (guêpe). Et au contraire, quelqu'un commence à éprouver une peur profonde, préférant se cacher, pour éviter les endroits où la possibilité de rencontrer des abeilles et des guêpes est très probable.

Les raisons du développement de la peur irrationnelle - sphexophobie

La cause du syndrome psychologique de mélissophobie, qui peut déboucher sur un léger trouble mental, est différente pour chaque personne, individu.

Mais avant de les exprimer, il est nécessaire de rappeler qu'une abeille (guêpe) peut piquer rarement et seulement en cas de légitime défense. Au cours de sa morsure, l'insecte meurt. Ils n'attaquent une personne que dans le cas le plus extrême pour eux-mêmes, en mourant.

Les psychologues, qui ont étudié en détail les manifestations de la sphexophobie, ont identifié plusieurs raisons principales de la peur de l'abeille parmi les nombreuses personnes célèbres de nos jours.

  1. Phobie de douleurs répétées. Si la morsure d'une abeille (guêpe) était dans l'enfance d'une personne, alors il se souvenait de ces sensations qu'il avait éprouvées et ne voulait plus les répéter. C'est une douleur et une forte sensation de brûlure dans la région où elle a été piquée.
  2. Très souvent, les piqûres d'insectes peuvent provoquer des réactions allergiques graves pouvant provoquer un choc anaphylactique pouvant entraîner la mort.
  3. Essayant de sauver leur enfant des terribles effets des piqûres d'abeilles ou des guêpes, les parents le préviennent. Ainsi, ils forment sans le vouloir sa peur de ces insectes.

Symptômes et signes de la sphexophobie

Les symptômes de cette phobie sont similaires à ceux d'autres syndromes psychologiques de ce type.

Deuxièmement, une faiblesse inattendue du corps humain, due à une «rencontre» avec une guêpe ou une abeille.

Troisièmement, un pouls fortement augmenté et une augmentation de la pression artérielle chez un individu.

Quatrièmement, transpiration excessive.

Cinquièmement, la peur irrationnelle, qui se transforme en panique.

S'il y a au moins trois des signes de panique ci-dessus chez une personne qui voit une abeille volante (guêpe) ou son image, il est nécessaire de consulter un psychothérapeute, car il est impliqué dans la prévention et le traitement de tels problèmes.

L'auto-traitement dans de tels cas n'aura aucun effet, mais ne fera qu'aggraver la situation du fait qu'il est passé dans une forme grave de la maladie du même nom.

Les étapes et les traitements pour cette phobie

Le traitement et la correction, ainsi que la cause première du problème d'un syndrome psychologique prononcé, ne peuvent être administrés que par un psychologue consultant autorisé à utiliser la pratique psychothérapeutique ou un psychologue clinicien, ainsi qu'un psychothérapeute.

Un cours de psychothérapie permettra au patient de voir lui-même son problème et sa profondeur. C’est cette circonstance qui constitue la clé de la résolution d’un problème qui pourrait durer des années à partir de la petite enfance de l’individu. Le psychothérapeute consultant (psychologue) agit comme un «compagnon de route voyageur» d’un client oppressant «de l’intérieur» de la situation, c’est-à-dire qu’il en est le reflet.

La première étape du traitement, qui est la principale, est le diagnostic opportun de la peur de rencontrer et de piquer une abeille (guêpe). Aujourd'hui, il n'y a pas de questionnaire pour identifier apifobii. Ce moment est possible par contact direct avec un psychothérapeute lors d'une enquête psychothérapeutique.

La deuxième étape du traitement est la sélection des méthodes de traitement et la préparation d'un programme de soins pour chaque patient. Cela comprend la décision d'utiliser des méthodes spécifiques de traitement psychothérapeutique, le cas échéant, la nomination de médicaments.

La troisième étape du traitement est une intervention psychothérapeutique directe, comprenant l'hypnothérapie, la PNL (programmation neurolinguistique) et la TPC (thérapie cognitivo-comportementale).

L'une des recommandations d'un psychothérapeute peut être une phrase "regarder sa peur dans les yeux". Dans ce cas, le patient est invité à se rendre dans un lieu où se trouvent de grandes concentrations d’abeilles avec des guêpes. Mais la «réunion» devrait avoir lieu sous le contrôle constant (intentionnel) d'un spécialiste qui la recommande. Le contact avec ces insectes volants sert à identifier le résultat du traitement psychothérapeutique.

Le traitement médicamenteux, en particulier dans ce cas, est prescrit pour réduire la tension nerveuse chez un patient et minimiser la fréquence des manifestations d’états de panique non contrôlés par l’homme.

La quatrième étape du traitement consiste en un nouveau diagnostic d'un problème déjà traité, après une intervention psychothérapeutique et un traitement médical éventuel. Si l'identification des résidus de la présence d'une phobie est établie, vous devez alors répéter le traitement. Il est possible de recommander un changement de psychothérapeute.

Conclusion

Vous devez savoir et comprendre que l’usage de drogues dans le traitement des syndromes psychologiques n’est qu’un des outils qui ne guérit pas, mais qui facilite la vie en présence d’un des syndromes psychologiques basés sur la peur.

Malheureusement, la splexophobie ne peut pas être complètement guérie. Il ne peut être que légèrement corrigé ou arrêté pendant un moment.

L'algorithme de traitement de la sphexophobie décrit dans cet article, appelé la peur des abeilles et des guêpes, est le seul vrai et le plus efficace.

Auteur de l'article: Trushkin Ivan Vladislavovich, bachelier en psychologie

Apyphobie

Les scientifiques ont longtemps suggéré qu'une phobie n'était qu'un symptôme, un sentiment de peur irrationnelle qui ne pouvait pas être expliqué du point de vue de la logique. Par exemple, peu importe combien vous expliquez à une personne qu'il est sécuritaire de piloter un avion, il est difficile de convaincre le patient avec des mots ordinaires, et ce n'est pas un argument pour lui que beaucoup plus de personnes meurent dans des accidents de voiture que dans des accidents d'avion. Pratiquement, la peur phobique est à peu près la même, et cet exemple convient à toutes les occasions.

L'apiphobie est la peur des abeilles, des guêpes. Et pour être plus précis, la personne a peur des piqûres de ces insectes, a très peur et est anxieuse. En outre, cette maladie est parfois appelée mélissophobie ou spexophobie.

Dans chaque cas d'apiphobie, la maladie évolue de différentes manières, mais il faut tenir compte du fait que si l'apiphobie est apparue, elle ne disparaîtra pas comme cela et avec le temps, ses manifestations ne feront que s'accroître. La peur des abeilles est considérée comme irrationnelle, car nous savons tous que les abeilles piquent assez rarement, et ceci dans un but de légitime défense. La particularité est que ça pique, l'abeille meurt après quelques heures, il est donc clair que les abeilles n'ont rien à voir avec de tels actes.

Leur curiosité est tout à fait naturelle, et ils peuvent voler comme ça, ces insectes n’utilisent la chance de la dernière attaque meurtrière que dans le cas d’une extrême extrême. Une telle action peut être qualifiée de conditionnelle, car la piqûre d'une abeille se situe du côté opposé de la tête de l'insecte, à l'extrémité du corps. Ainsi, ce que l'on appelle piqûre d'abeille est dans la plupart des cas absolument inoffensif et a parfois même un effet cicatrisant, sauf bien sûr si une personne a une intolérance individuelle au venin d'abeille et aux produits apicoles. Mais si une abeille pique, c'est très douloureux, et pour beaucoup c'est une bonne raison pour le développement de l'apyphobie.

Causes de l'apyphobie

Considérant les causes de cette phobie, les psychothérapeutes sont d’accord. La peur des abeilles se développe après une piqûre d'abeille et la situation est considérablement compliquée s'il y a un âge enfantin, car les enfants sont extrêmement émotifs et réceptifs, quelle que soit la nature du personnage. Et la douleur est toujours une raison très sérieuse d'avoir peur de quelque chose et même d'avoir peur.

L'apyphobie n'est pas une cause moins grave, non pas la morsure elle-même, avec toutes ses douleurs, mais le développement d'une réaction allergique. En règle générale, si une ou deux abeilles piquent une personne, une allergie grave ne se produit pas. Mais avec la peur du choc anaphylactique, certaines personnes paniquent littéralement lorsqu'une abeille ou une guêpe se trouve dans leur zone de visibilité. Si un insecte a accidentellement volé par une fenêtre ouverte, la personne se précipite dans une autre pièce paniquée ou sort de l'appartement sans même prêter attention à ce qu'elle a oublié de porter des pantoufles.

La particularité est que, très souvent, dans la presse jaune, divers reportages douteux sur les abeilles ou les guêpes mutantes sont dangereux, ainsi que de nombreux films sur les abeilles sauvages, les abeilles meurtrières, etc. Tout cela porte une empreinte négative sur la «réputation» de ces insectes utiles, et ils sont complètement injustifiés parmi les ennemis les plus dangereux.

Fait intéressant, un fait tel que la dépendance de l’humanité à l’égard de la population de l’abeille domestique est complètement ignoré, et c’est précisément à cause de ces travailleurs que se fait la pollinisation de nombreuses plantes sauvages et cultivées. Bien entendu, toute personne normale est alarmée par l’affirmation d’une propagation active des abeilles tueuses, dont le poison est mortel pour les humains. Mais un patient atteint d'apyphobie prend toutes ces informations sérieusement exagérées et son état psychologique se dégrade considérablement.

Signes et traitement de l'apyphobie

Le comportement d'une personne souffrant de cette phobie n'est pas difficile à prévoir. Dans ce cas, il peut y avoir deux manières de traiter le problème. Avec une peur accrue des abeilles, une personne peut être indifférente à ces insectes, ce qui est nécessaire pour les gens, et essayez simplement d'éviter même de les approcher. Ou alors, le patient, lorsqu'il est confronté à des abeilles mellifères, n'est pas simplement enlevé, il s'enfuit, mais décide que les abeilles doivent être détruites.

Réaction apifobov imprévisible, et peut être différent. Dans certains cas, les patients deviennent agressifs, ils essaient de poursuivre l'abeille eux-mêmes et sont très heureux s'ils parviennent à la tuer. Une autre catégorie d'apifobov est tellement enveloppée dans la peur des abeilles, des guêpes, qu'elle tente de ne pas se reposer dans la nature s'il y a des abeilles à ces endroits. En outre, d'autres insectes, tels que les libellules, les papillons, les moustiques et autres, sont perçus très fidèlement par eux et ne font pas peur. En voyant une abeille, apifob éprouve un état de panique dont les symptômes ressemblent à ceux d’autres phobies, ainsi que de troubles anxieux. Ce vertige, rythme cardiaque rapide, transpiration excessive, pression peut augmenter, une faiblesse générale peut se produire.

Comme cette peur est irrationnelle, il est dans la plupart des cas impossible à une personne de prouver qu'il est préférable de s'éloigner de cet endroit pour que l'apiphobie ne se manifeste pas sous une forme sévère.

Cette maladie se développe souvent chez les enfants et l’origine de ce problème doit toujours être recherchée dans l’enfance. Certains traitements des phobies aident les apyphobes à surmonter leurs peurs déraisonnables. L'hypnothérapie, la thérapie cognitivo-comportementale, la thérapie comportementale ainsi que la PNL fournissent un excellent effet. Ces techniques contribuent à l’approche lente du patient avec l’objet de la peur. Pour commencer, ceci est juste une image, et ensuite vous pouvez regarder une vraie abeille. Si désiré, le patient et l'assistance de sa famille et de ses amis, le rétablissement est complet et définitif. Il y a des cas où, après le traitement, les apifobes deviennent des apiculteurs.

Apiphobie (peur des abeilles) - causes, symptômes, traitement

Les psychothérapeutes disent depuis longtemps qu'une phobie n'est qu'un signe, une sensation de peur irrationnelle et déplaisante, qui ne peut être expliquée logiquement. Combien ne convainc pas une personne que les abeilles sont des insectes utiles, extraire du miel, sous la forme d'une guêpe, un bourdon, une abeille apparaît comme une panique. Il est particulièrement effrayant pour une personne qu'un insecte puisse la mordre. Comment traiter la phobie? A quel point est-elle dangereuse?

Description

Chaque personne a l'api-phobie différemment. Dans certains cas, il ne disparaît pas du tout, mais au contraire, il devient encore plus fort. Dans ce cas, la peur des insectes est irrationnelle. Tout le monde sait que les abeilles piquent assez rarement pour se défendre. Après l'abeille pique, il meurt immédiatement, de sorte que les insectes attaquent extrêmement rarement les humains.

Les abeilles peuvent voler comme ça, en regardant une personne. Le plus souvent, une piqûre d'abeille ne nuit pas, et parfois même traite. Une abeille est dangereuse lorsqu'une personne est allergique à ses produits et au poison des insectes. Certains ont peur du malaise qui survient après une piqûre d'abeille. Nous constatons que la peur ne survient pas, elle provoque quelque chose.

Causes de l'apyphobie

Les psychothérapeutes en sont certains: la peur des abeilles apparaît si une personne a déjà eu une piqûre d'insecte douloureuse dans son enfance. Tout le monde sait que les enfants sont des personnalités réceptives et émotionnelles. Et la douleur ils restent toujours dans la mémoire.

L'allergie aux abeilles est une cause plus grave d'apyphobie. Quand un insecte pique, une allergie survient rarement - la morsure peut légèrement démanger, gonfler. Beaucoup de personnes allergiques ont peur du choc anaphylactique, alors elles ont une attaque de panique quand elles voient une abeille. Par exemple, si une abeille vole accidentellement dans la pièce, une personne s’en échappe, oubliant même parfois cela sans vêtements ni chaussures.

Certains ont peur des abeilles après avoir lu la presse jaune, Internet sur les abeilles tueuses, les guêpes mutantes, les abeilles sauvages. Une telle information affecte négativement la psyché humaine, elle commence donc à être considérée comme de bons ennemis par de bonnes abeilles.

Intéressant Souvent, une personne ne comprend pas à quel point une abeille est dépendante. Sans ces insectes, de nombreuses plantes cultivées ne seraient pas pollinisées. Bien sûr, cela devient effrayant lorsque vous lisez des histoires d'horreur sur un poison mortel. Et, si une personne est aussi apifob, alors elle embellit généralement tout dans son imagination et son état mental se dégrade fortement.

Les symptômes

Il est très difficile de prévoir le comportement d'une personne atteinte de cette phobie. Certains évitent simplement les abeilles, essayez de ne pas les approcher. D'autres, voyant l'abeille, commencent à courir. Mais il existe une catégorie distincte de personnes qui, à cause de la peur, tuent des insectes.

C'est dangereux quand le patient est agressif, abeille constamment les abeilles, prend plaisir à la destruction. Il y a un groupe d'apifobov, qui ont très peur des abeilles et qui ne vont pas dans la nature, alors qu'ils sont indifférents aux papillons, aux libellules, aux moustiques.

Presque tous les apiphobes souffrent de troubles anxieux, de battements de cœur rapides, de transpiration accrue, de sauts de pression importants, de faiblesses.

Méthodes de traitement

En raison du fait que la peur renvoie à l'irrationnel, il est difficile de convaincre le patient du bénéfice et de la sécurité des abeilles. Très souvent, la maladie est caractéristique des enfants. Si les parents remarquent un problème, vous devez agir immédiatement.

Les psychothérapeutes utilisent le plus souvent de tels traitements efficaces:

  • Thérapie cognitivo-comportementale.
  • L'hypnothérapie
  • Thérapie comportementale.

À l'aide de ces techniques, le patient se débarrasse progressivement de la peur. Au début, il peut regarder calmement la photo et, après un moment, la vraie abeille. Dans certaines situations, apifob après traitement devient généralement un apiculteur.

Avec un traitement en temps opportun sera révélé la raison. Un traitement efficace est envisagé si la personne n'a pas peur de rencontrer un groupe important d'abeilles. Mais le contact avec les abeilles volantes est un véritable examen pour le patient.

Ceux qui ont réussi à se débarrasser de la peur sont considérés comme des gagnants. Il existe aujourd'hui de nombreux programmes spéciaux dans lesquels le patient doit être en contact avec les abeilles. Cependant, ils ne sont pas assez efficaces. Bien que la réunion virtuelle est une sorte de préparation avec un véritable ennemi.

À titre préventif, afin d'éviter le développement de l'apiphobie, il est nécessaire d'avoir le moins de contacts possible avec les insectes, d'essayer de ne pas regarder divers films d'horreur et d'éviter également les piqûres d'insectes.

Premiers secours pour piqûre d'abeille

Si une abeille, un bourdon ou une guêpe mordait, des mesures urgentes devraient être prises pour qu'il n'y ait plus de peur à l'avenir. Rappelez-vous les trois types de réaction aux abeilles: locale, toxique et allergique. Pas si effrayant quand un petit gonflement, rougeur, brûlure apparaît sur le site de la morsure.

La réaction toxique aux abeilles est plus dangereuse, elle se manifeste par de la fièvre, des vomissements sévères, des maux de tête et des crampes. Le terrible est une réaction allergique aux abeilles, qui peut entraîner des convulsions, une perte de conscience, conduisant à un arrêt de la respiration et du coeur. Dans ces cas, vous devez entrer des glucocorticoïdes, de l'adrénaline, des soins médicaux d'urgence sont donc nécessaires.

Il est recommandé d'appliquer du coton sur la zone touchée, qui doit être humidifiée avec de l'ammoniac, du peroxyde d'hydrogène et du permanganate de potassium. Pour soulager l'enflure, réduire la douleur, il est préférable d'appliquer un rhume sur la zone touchée.

La victime doit boire beaucoup de liquides, en cas d'allergie, il est recommandé de prendre des antihistaminiques - Suprastin, Tavegil, Dimedrol. Après la morsure, il est interdit d'administrer des médicaments qui réduisent la pression, par exemple la prométhazine.

Donc, pour prévenir le développement de l'apyphobie, vous devez toujours faire attention aux abeilles, ne les ennuyez pas. Si vous êtes engagé dans un rucher, respectez toutes les mesures nécessaires, portez des vêtements de protection spéciaux. Quand une piqûre d'insecte, vous devez donner immédiatement les premiers soins. Prenez soin des morsures de guêpes, d'abeilles, de bourdons de vos enfants, sinon ils peuvent être très effrayés, et à l'avenir, ils auront une phobie.

Apiphobie - une peur écrasante des guêpes et des abeilles

Il existe une opinion selon laquelle la phobie n'est rien d'autre qu'un symptôme précédant une peur irrationnelle, qui défie toute explication du point de vue de la logique élémentaire. Ainsi, par exemple, peu importe comment vous essayez d'expliquer à une personne qui a peur de voler dans des avions, que ce type de transport est le plus sûr pour se déplacer du point «A» au point «B», il aura toujours peur de voler. La même chose s'applique à l'apyphobie - c'est la peur des abeilles (guêpes). Et si plus précisément, les insectes eux-mêmes n’ont pas peur de la personne, mais de ce qu’ils peuvent mordre. Parfois, dans la littérature scientifique, cette phobie peut également être trouvée sous le nom de mélissophobie ou spexophobie.

Le développement de l'apyphobie chez chaque personne peut se dérouler de différentes manières. Mais il faut se rappeler que même si cette phobie est apparue, alors ne peut tout simplement pas s'en débarrasser. Et si vous l'exécutez, les symptômes de la phobie ne feront que s'intensifier. Souvent, les patients ne pensent même pas à celui qu'une abeille (guêpe) ne piquera jamais. Et pour réussir à mordre, il faut être très en colère. De plus, après une bouchée, l’abeille meurt. De plus, le venin d'abeille lui-même n'est pas mortel pour une personne, mais au contraire, il est même utile (bien sûr, si une personne n'a pas d'allergie au venin d'abeille et qu'un essaim d'abeilles ne l'a pas tenté).

En étudiant les causes de l'apiphobie, tous les psychothérapeutes sont arrivés à la même conclusion: l'apiphobie survient après qu'une abeille pique une personne (la situation est considérablement compliquée si l'enfant est mordu). La piqûre d'abeille est assez douloureuse, et la douleur est un motif sérieux pour ressentir la peur.

En outre, la peur des abeilles et des guêpes réchauffe de manière significative les médias avec leurs reportages sur des abeilles tueuses et des guêpes mutantes. Bien sûr, cela laisse une impression négative sur ces insectes.

Le comportement de apyfob peut avoir deux options. Dans le premier cas particulièrement difficile, apifob tente d'éviter les abeilles et tout ce qui les concerne. Dans le second cas, le patient, lorsqu’il rencontrera les abeilles, tentera de les détruire à tout prix.

La thérapie cognitivo-comportementale, l'hypnothérapie, la thérapie comportementale, etc. sont souvent utilisés pour traiter cette phobie. Le traitement est généralement réussi.

Apyphobie Peur des abeilles ou des guêpes

Apiphobie ou peur des abeilles et des guêpes - fait référence à la zoophobie qui touche une partie importante de la population. Le nom vient de lat. apis - abeille, grech φόβος - la peur, l'apiphobie est également connue sous le nom de mélissophobie (mélissophobie) et de spheksophobie (spheksophobie). L’horreur obsessionnelle irrationnelle des abeilles et des guêpes, ou de leurs morsures, est l’une des phobies les plus courantes chez les enfants et les adultes victimes d’attaques d’insectes volants.

La peur est souvent accompagnée de panique ou d'anxiété. Le bourdonnement caractéristique provoque une sensation d’irritation, certaines personnes ont la chair de poule ou le désir de fermer les oreilles.

Dans une certaine mesure, cette peur est absolument normale et saine. Beaucoup de gens ne craignent que de voir des insectes, car personne ne veut se faire piquer. Mais dans le cas de l’apyphobie, même la mention ou l’image de l’objet de la peur peut déclencher une réaction d’alarme semblable à celle qui se produit lors d’une morsure réelle. Ainsi, une perception normale et saine se transforme en panique.

Raisons

  • Les peurs et les phobies sont généralement causées par des réactions du cerveau.
  • La situation traumatique antérieure est probablement le déclencheur de l’apyphobie.
  • Un enfant ou même un adulte pourrait endommager accidentellement la ruche et en être piqué plusieurs fois.
  • Dans certains cas, la personne peut avoir seulement été témoin de tels incidents et ne pas avoir eu de morsures.
  • Les réactions conditionnées par la société sont souvent des causes probables de l'apyphobie. Les parents et les soignants ont tendance à demander aux enfants de rester à l'écart de la ruche. Ce type de protection peut augmenter la peur d'un enfant.
  • De même, les parents ou les frères et sœurs aînés manifestent une grande peur face aux insectes. Les petits enfants apprennent à craindre de prendre leurs craintes pour eux-mêmes.
  • Les films et les émissions de télévision contribuent également au développement des phobies.
  • Un enfant peut devenir une victime en marchant sur une abeille en jouant à l'extérieur. La morsure peut être assez douloureuse.
  • Chez certaines personnes, il se produit un gonflement, qui peut durer plusieurs jours, et une réaction allergique entraînera un choc anaphylactique. Le développement de la peur des abeilles est donc tout à fait naturel.

La peur ordinaire (néphobe) chez les adultes est parfois associée à un manque de connaissances. Le grand public n'a aucune idée du fait que les abeilles attaquent pour défendre leur ruche ou elles-mêmes, et l'insecte sur le terrain n'est pas dangereux.

L'apyphobie de la plupart des enfants est résolue par eux-mêmes. Dans certains cas, la peur persiste à l'âge adulte. Une peur déraisonnable parmi la population peut nuire à l’écologie de la région.

Ces insectes sont d'importants pollinisateurs et lorsque des gens horrifiés détruisent des colonies d'abeilles sauvages, ils endommagent gravement l'environnement et peuvent également entraîner la disparition de l'insecte.

Les symptômes

Si une personne voit ou pense à propos d'une abeille, elle peut présenter les symptômes suivants:

  • la dyspnée;
  • rythme cardiaque accéléré;
  • transpiration abondante;
  • pensées de mort;
  • perte de contrôle, élimination de la réalité;
  • attaque de panique ou d’anxiété, une personne tente de s’échapper en criant ou en pleurant;
  • s'évanouir

Souvent, les patients atteints d’apyphobie comprennent que de telles pensées sont complètement irrationnelles. Néanmoins, ils ne peuvent pas contrôler et continuent à gonfler encore plus le sentiment de peur.

Traitement

Pour comprendre la peur des abeilles, il est important de comprendre les faits:

  • les insectes ne piquent que lorsqu'ils sont provoqués;
  • la plupart des insectes n'ont même pas de dard (cela inclut les mâles et les espèces solitaires);
  • Les abeilles sont des insectes étonnants qui nous fournissent de la nourriture, des médicaments et jouent un rôle important dans l'écosystème.

Ces faits aideront les personnes atteintes de phobies à rationaliser leurs pensées effrayantes.

La thérapie cognitive est une méthode efficace pour surmonter la peur des abeilles. Il comprend un processus d’apprentissage de la perception calme et positive du stimulus lors de sessions au cours desquelles une personne se rapproche progressivement de sa peur. Apprend à le contrôler et s’ajuste pour modifier la relation à l’objet.

Actuellement, cette procédure est devenue une désensibilisation systématique (désensibilisation, une diminution du taux de réponse émotionnelle), qui est effectuée par étapes, jusqu'à ce qu'une personne s'habitue à la situation et que des changements positifs commencent.

Il est recommandé que la session de thérapie se déroule dans un environnement confortable, tel qu'un parc ou un jardin, où progressivement et sur une longue période une personne se rapproche des abeilles. Ce processus ne peut être interrompu: il faut plusieurs mois d'observation des insectes avant que les gens ne se sentent à l'aise en leur présence.

Les techniques de respiration profonde, de comptage et d'autres méthodes permettant de détourner l'attention des abeilles aident à vaincre l'apyphobie au moment de son apparition. Pour le traitement des personnes qui craignent les abeilles, il a été proposé comme moyen efficace - un traitement médicamenteux.

Comment est la peur des guêpes

Insectophobie - peur des insectes

Insectophobie est le nom commun pour les peurs irrationnelles liées aux insectes. Il est à son tour divisé en:

  • cnidophobie - peur des insectes piqueurs;
  • isoptérophobie - peur des termites et des insectes qui se nourrissent de bois;
  • apiphobie - peur des abeilles et des guêpes;
  • arachnophobie - peur des araignées;
  • Mirmekofobii - peur des fourmis, etc.

Avec un tel trouble, les patients ne consultent pas très souvent un médecin, car ils croient que si vous vous éloignez d'un objet qui fait peur, le problème sera résolu tout seul. Mais malheureusement, ce n'est pas le cas.

Les causes

L'insectophobie peut survenir à différents stades de la vie, mais les enfants sont le plus souvent touchés. D'où vient cette peur irrésistible? De nombreux médecins et scientifiques ont réfléchi à cette question. Mais il n'y a pas encore de réponse unique.

Il existe aujourd'hui deux théories sur l'origine de la peur:

  • La théorie psychodynamique de Freud.
  • Théorie comportementaliste.

    La théorie comportementale, les scientifiques d'aujourd'hui soutiennent plus, mais plus récemment, la théorie psychodynamique de Freud a eu une influence assez grande.

    Selon la théorie de Freud, une phobie est le résultat d'une utilisation excessive par une personne du mécanisme protecteur du refoulement et du transfert afin de contrôler l'anxiété cachée. C'est-à-dire qu'un signal est écarté, ce qui cause de l'anxiété à un niveau inconscient (refoulement) et une sorte de déplacement de la peur principale vers un objet ou une situation neutre se produisant qui est soumis à la personne (transfert). A titre d'exemple, un scientifique cite un cas avec un garçon, à qui sa mère a fait une remarque pour le fait qu'il se comporte de manière indécente. Cela concernait son comportement sexuel inconscient. Le garçon, pensant que sa mère en parlerait à son père, avait peur. Pour une raison quelconque, sa conscience a créé l'association d'un père avec un cheval et il a commencé à craindre les chevaux.

    Mais de tels liens entre les événements n’ont pas toujours été confirmés. Par conséquent, on utilise davantage la théorie du comportement dans le domaine clinique, selon laquelle une personne forme une phobie lorsqu’elle a éprouvé une peur écrasante de l’objet. La bihéoristique attribue deux voies d’émergence de la peur:

    Les phobies d'insectes peuvent survenir dans les situations suivantes.

    1. Si, par exemple, un enfant est malade, inconfortable, effrayé à un endroit donné et qu’à ce moment un insecte apparaît soudainement, alors une phobie de cette araignée, termite, abeille ou fourmi s'enfonce profondément dans sa conscience et il ne peut plus surmonter cette peur. peut À partir de maintenant, il tentera d'éviter une rencontre avec un insecte qui le terrifie. C’est un conditionnement classique quand un événement fait craindre un autre.
      1. Les réactions des membres de la famille ou des amis à l’égard de la phobie des insectes revêtent une grande importance. Si maman a peur des araignées, sa fille sera automatiquement atteinte d'une phobie. Ce processus de peur s'appelle la modélisation. La même hostilité peut se produire lorsque vous regardez des films d'horreur ou racontez une histoire effrayante sur la façon dont les insectes attaquent les gens et leur nuisent.

      Conseil: vous devez faire preuve de prudence lorsque vous regardez des films d'horreur, dans lesquels les insectes sont souvent présentés comme des agresseurs. La psyché des enfants est plutôt instable, ce qui peut provoquer une insectophobie chez eux.

      Si vous remarquez que l'enfant a peur, essayez de trouver la cause et consultez un médecin. Plus tôt vous consultez un médecin, plus il sera facile de supprimer une phobie.

      Les symptômes de phobie d'insecte peuvent être identifiés par les caractéristiques suivantes:

    2. Lorsqu'un insecte apparaît, une personne commence à paniquer au cours de laquelle elle tente de s'échapper ou de se cacher. En même temps, il éprouve une grande frayeur, qui s'accompagne de pâleur ou d'hyperémie, de dilatation de la pupille, de transpiration et d'agitation psychomotrice.
    3. Une personne commence à fouiller autour des poisons, enfile des vêtements de protection, ferme les fenêtres, a peur de sortir, car elle pourrait rencontrer un insecte.
    4. Le patient écoute constamment, car il est dans un état alarmant, qu'un insecte est sur le point de venir le mordre.

      La pratique clinique montre que le traitement de l'insectophobie, ainsi que d'autres peurs spécifiques, donne de bons résultats. Les principales méthodes efficaces utilisées sont considérées comme des méthodes de traitement d'exposition. Ils sont basés sur un impact direct sur une personne par l'objet qui lui fait peur.

      Les méthodes de traitement par impact sont divisées en:

    5. désensibilisation systématique;
    6. inondation;
    7. modélisation de la participation.

      La désensibilisation systématique signifie que les thérapeutes détendent les patients grâce à un entraînement à la relaxation. Lorsque les clients apprennent à faire cela, le médecin, avec les patients, crée une hiérarchie de peurs. Ensuite, le thérapeute commence à influencer le patient avec l'objet qui cause la phobie, en commençant par les situations les plus simples. Pendant le cours, le client gravit l’échelle de ses peurs jusqu’à ce qu’il parvienne à vaincre la phobie principale.

      La méthode des inondations est plus cardinale. Cela réside dans le fait qu'une personne lui est exposée plusieurs fois avec un objet dont il a peur. Dans ce cas, les thérapeutes exagèrent souvent sa description. La personne a une excitation émotionnelle et le médecin montre ensuite que la phobie est sans fondement, car l’objet est beaucoup plus petit et moins effrayant.

      Dans une simulation impliquant le patient observe le médecin qui interagit avec l'objet effrayant. Voyant qu'il n'y a rien de mal à cela, le client rejoint et surmonte ainsi sa peur.

      Autres phobies associées à la peur des animaux:

      INSCRIVEZ-VOUS À UN GROUPE sur VKontakte consacré aux troubles anxieux: phobies, peurs, pensées obsessionnelles, IRR, névrose.

      Apiphobie: quelle est cette peur, comment se manifeste-t-elle et est-elle traitée?

      L'apiphobie est une peur (peur) qui survient lorsqu'une personne rencontre une abeille (guêpe) ou contemple une image d'insecte, ainsi qu'une possible piqûre. Cette condition humaine, causée par cette peur négative (irrationnelle), peut également être appelée mélissophobie ou sphexophobie. De manière surprenante, souvent les personnes souffrant de cette phobie posent la question: "Peur des abeilles, quel est le nom de cette maladie?"

      Le nom de ce syndrome psychologique est dérivé de la phrase latin-grec, où “apis” (du latin), traduit par “abeille”, et “fobos” (du grec), traduit par “peur”.

      Manifestations caractéristiques chez un individu sujet à cette phobie

      La peur des guêpes et des abeilles est peut-être la phobie la plus répandue chez les individus connus depuis l’enfance. Peu de gens ont été victimes d'attaques et de morsures depuis leur enfance.

      Ce genre de peur de l'abeille est toujours accompagné par l'excitation d'une personne et tout ce qu'il a augmente de panique. Une horreur possible peut même provoquer le bourdonnement caractéristique, se manifestant par le désir de se cacher, couvrant ses oreilles. Souvent, la chair de poule apparaît sur le corps d'une personne sujette à la splexophobie, d'un seul coup d'œil à l'abeille ou à la guêpe.

      Une explication de la peur des abeilles, partant d'une position logique, n'existe pas.

      Vous sentez-vous une fatigue constante, une dépression et une irritabilité? En savoir plus sur le produit, qui n'est pas dans les pharmacies, mais qui est utilisé par toutes les stars! Renforcer le système nerveux est assez simple.

      Les biologistes américains bien connus David Rakizon et Jaime Derringer affirment que l'apiphobie est une peur qui évolue dans le temps au niveau du gène de l'hérédité, le soi-disant «gène de la menace», qui provoque non seulement la peur des guêpes et autres insectes (araignées, vers, etc.). cafards), mais augmente également les chances de "survie" de ce type de peur.

      La réaction à l'apparition d'abeilles ou de guêpes chez chacun des individus est également complètement différente, individuelle. Quelqu'un se comporte nerveusement, faisant preuve d'une agression déraisonnable envers les insectes, essayant de frapper avec une tapette à mouches ou un autre objet élastique, dans le but d'éliminer l'abeille (guêpe). Et au contraire, quelqu'un commence à éprouver une peur profonde, préférant se cacher, pour éviter les endroits où la possibilité de rencontrer des abeilles et des guêpes est très probable.

      Les raisons du développement de la peur irrationnelle - sphexophobie

      La cause du syndrome psychologique de mélissophobie, qui peut déboucher sur un léger trouble mental, est différente pour chaque personne, individu.

      Mais avant de les exprimer, il est nécessaire de rappeler qu'une abeille (guêpe) peut piquer rarement et seulement en cas de légitime défense. Au cours de sa morsure, l'insecte meurt. Ils n'attaquent une personne que dans le cas le plus extrême pour eux-mêmes, en mourant.

      Les psychologues, qui ont étudié en détail les manifestations de la sphexophobie, ont identifié plusieurs raisons principales de la peur de l'abeille parmi les nombreuses personnes célèbres de nos jours.

      1. Phobie de douleurs répétées. Si la morsure d'une abeille (guêpe) était dans l'enfance d'une personne, alors il se souvenait de ces sensations qu'il avait éprouvées et ne voulait plus les répéter. C'est une douleur et une forte sensation de brûlure dans la région où elle a été piquée.
      2. Très souvent, les piqûres d'insectes peuvent provoquer des réactions allergiques graves pouvant provoquer un choc anaphylactique pouvant entraîner la mort.
      3. Essayant de sauver leur enfant des terribles effets des piqûres d'abeilles ou des guêpes, les parents le préviennent. Ainsi, ils forment sans le vouloir sa peur de ces insectes.

      Symptômes et signes de la sphexophobie

      Les symptômes de cette phobie sont similaires à ceux d'autres syndromes psychologiques de ce type.

      Deuxièmement, une faiblesse inattendue du corps humain, due à une «rencontre» avec une guêpe ou une abeille.

      Troisièmement, un pouls fortement augmenté et une augmentation de la pression artérielle chez un individu.

      Quatrièmement, transpiration excessive.

      Cinquièmement, la peur irrationnelle, qui se transforme en panique.

      S'il y a au moins trois des signes de panique ci-dessus chez une personne qui voit une abeille volante (guêpe) ou son image, il est nécessaire de consulter un psychothérapeute, car il est impliqué dans la prévention et le traitement de tels problèmes.

      L'auto-traitement dans de tels cas n'aura aucun effet, mais ne fera qu'aggraver la situation du fait qu'il est passé dans une forme grave de la maladie du même nom.

      Les étapes et les traitements pour cette phobie

      Le traitement et la correction, ainsi que la cause première du problème d'un syndrome psychologique prononcé, ne peuvent être administrés que par un psychologue consultant autorisé à utiliser la pratique psychothérapeutique ou un psychologue clinicien, ainsi qu'un psychothérapeute.

      Un cours de psychothérapie permettra au patient de voir lui-même son problème et sa profondeur. C’est cette circonstance qui constitue la clé de la résolution d’un problème qui pourrait durer des années à partir de la petite enfance de l’individu. Le psychothérapeute consultant (psychologue) agit comme un «compagnon de route voyageur» d’un client oppressant «de l’intérieur» de la situation, c’est-à-dire qu’il en est le reflet.

      La première étape du traitement, qui est la principale, est le diagnostic opportun de la peur de rencontrer et de piquer une abeille (guêpe). Aujourd'hui, il n'y a pas de questionnaire pour identifier apifobii. Ce moment est possible par contact direct avec un psychothérapeute lors d'une enquête psychothérapeutique.

      La deuxième étape du traitement est la sélection des méthodes de traitement et la préparation d'un programme de soins pour chaque patient. Cela comprend la décision d'utiliser des méthodes spécifiques de traitement psychothérapeutique, le cas échéant, la nomination de médicaments.

      La troisième étape du traitement est une intervention psychothérapeutique directe, comprenant l'hypnothérapie, la PNL (programmation neurolinguistique) et la TPC (thérapie cognitivo-comportementale).

      L'une des recommandations d'un psychothérapeute peut être une phrase "regarder sa peur dans les yeux". Dans ce cas, le patient est invité à se rendre dans un lieu où se trouvent de grandes concentrations d’abeilles avec des guêpes. Mais la «réunion» devrait avoir lieu sous le contrôle constant (intentionnel) d'un spécialiste qui la recommande. Le contact avec ces insectes volants sert à identifier le résultat du traitement psychothérapeutique.

      Le traitement médicamenteux, en particulier dans ce cas, est prescrit pour réduire la tension nerveuse chez un patient et minimiser la fréquence des manifestations d’états de panique non contrôlés par l’homme.

      La quatrième étape du traitement consiste en un nouveau diagnostic d'un problème déjà traité, après une intervention psychothérapeutique et un traitement médical éventuel. Si l'identification des résidus de la présence d'une phobie est établie, vous devez alors répéter le traitement. Il est possible de recommander un changement de psychothérapeute.

      Vous devez savoir et comprendre que l’usage de drogues dans le traitement des syndromes psychologiques n’est qu’un des outils qui ne guérit pas, mais qui facilite la vie en présence d’un des syndromes psychologiques basés sur la peur.

      Malheureusement, la splexophobie ne peut pas être complètement guérie. Il ne peut être que légèrement corrigé ou arrêté pendant un moment.

      L'algorithme de traitement de la sphexophobie décrit dans cet article, appelé la peur des abeilles et des guêpes, est le seul vrai et le plus efficace.

      Auteur de l'article: Trushkin Ivan Vladislavovich, bachelier en psychologie

      Cidophobie

      Avec toute la variété des phobies, personne n'est surpris que quelqu'un ait terriblement peur des insectes. En général, la plupart des gens n’ont aucun enthousiasme pour eux. Mais si beaucoup de gens sont neutres à propos de diverses fourmis et libellules, les insectes piqueurs les font partir de la peur. En général, les gens ont peur des guêpes et des abeilles, car leurs morsures sont très douloureuses et provoquent parfois des réactions allergiques graves. Cette crainte s'appelle la cynophobie et, comme l’apiphobie, elle est largement connue partout, quel que soit l’âge de la personne. En outre, une personne a peur des insectes piqueurs, même si elle ne fait que voler pour le compte de son entreprise ou s’asseoir paisiblement sur une plante à miel et ne va pas attaquer. La peur du contact avec de tels insectes est incroyablement intrusive et implacable, ce qui n'est pas si facile à éliminer.

      La peur des insectes piqueurs ne se développe pas également, et elle est absolument irrationnelle, car il est bien connu que les insectes n'attaquent pas les gens pour les piquer. Cela ne se produit que si, sans remarquer une abeille assise sur une plante ou un objet quelconque, la perturbe accidentellement ou tente de la prendre avec la main. Et même alors, l'insecte tente de se retirer. La seule exception est si vous montez directement dans le nid de guêpe ou la ruche. C'est quand ils piquent en légitime défense. Une abeille, par exemple, mord une personne, meurt. Par conséquent, il est absolument clair qu'ils n'ont aucune raison de mordre comme cela, car ils n'ont rien à faire.

      Vous devriez savoir que la piqûre des insectes piqueurs est souvent complètement inoffensive. Et parfois, même à des fins médicinales, tout le monde sait que le venin d'abeille contribue au traitement de nombreuses maladies rhumatismales. Mais la particularité est que de telles morsures sont très douloureuses, il n’ya donc rien d’étonnant à ce qu’une personne puisse développer une cindophobie. Des études ont montré que les cindophobes résident principalement dans les grandes villes, qui sont parfois mal perçues par les représentants du monde des insectes. En effet, il est difficile pour les insectes de pénétrer par les fenêtres remplies de moustiquaires, et si l'atmosphère calme d'un bureau ou d'un appartement est perturbée par le bourdonnement inhabituel d'un insecte cinglant, c'est tout l'événement. Et ici, on ne sait plus qui est paniqué, qui sait d'où vient l'abeille ou qui la poursuit avec un magazine ou un journal plié.

      Causes de la clénophobie

      Tout cela jusqu’à un certain point peut ne pas être pris au sérieux, et peut même paraître ridicule si les adultes se comportent de la sorte, mais cette impression n’est créée que pour ceux qui ne souffrent pas de cette phobie. De plus, tout est beaucoup plus difficile si, pour la première fois, une personne avait été piquée par un insecte piquant alors qu’elle était encore enfant. En outre, la peur ordinaire devient très rapidement une phobie si une morsure d’insecte provoque une réaction allergique. On sait qu'une ou deux morsures ne provoquent généralement pas d'allergies graves. Mais les cnidhophobes craignent que le choc anaphylactique, qu’ils ont survécu une fois, puisse se développer. Il n’ya donc rien de plus terrible et dangereux pour eux qu’une abeille bourdonnante.

      Mais parallèlement aux situations réelles qui provoquent la peur et la panique, il existe d’autres raisons pour l’apparition de la cindophobie. Les psychologues attribuent un rôle particulier à la presse dite jaune, qui décrit souvent toutes sortes d'histoires sauvages, y compris celles impliquant des insectes capables de piquer. Il existe de nombreux films d'horreur dans lesquels l'intrigue est basée sur l'existence d'énormes insectes en mutation qui piquent tout le monde, et telle est leur mission. Les gens impressionnants ne peuvent pas simplement regarder et oublier. Toute information troublante reste dans le subconscient et peut se manifester après une période assez longue, alors que le film lui-même est oublié depuis longtemps, mais l'impression et les émotions ont provoqué le développement de la cnidophobie.

      Symptômes et traitement de la cindophobie

      Les personnes souffrant de cette phobie ne se comportent pas toujours de la même manière, beaucoup sont agressives. Il n'essaie pas de se cacher s'ils voient une guêpe, au contraire, leur but à ce moment est de la détruire. Ils cherchent à tuer l'insecte et ne se calment pas avant. En général, les personnes ayant une phobie similaire évitent diligemment de se rendre dans des endroits où vous pouvez rencontrer des insectes piqueurs. Ils ne vont pas se promener dans le parc, ils essaient de visiter le pays moins souvent, et il n’est même pas question de faire un pique-nique à la campagne. Il suffit de voir juste une image avec l'image d'une abeille, comme l'humeur cnidophobe se dégrade, une personne peut se quereller avec d'autres qui n'ont rien à voir avec elle.

      Si la maladie passe sous une forme plus grave, des symptômes sont observés, également connus pour d’autres phobies ou troubles anxieux. Par exemple, une personne ressent une faiblesse aiguë, la transpiration est intensément sécrétée et des problèmes cardiovasculaires se posent. Il y a souvent des vertiges, des nausées, des mains et des pieds tremblants. Dans une telle situation, le patient a l’impression que quelque chose de terrible et d’irréparable lui arrivera. Cela prend quelques minutes pour se calmer. Le patient doit s'asseoir dans une pièce calme, prendre le médicament que le médecin lui a prescrit. Étant donné que la peur n'a aucun fondement et est une conséquence de la maladie, il est presque impossible de convaincre une telle personne que le meilleur moyen de s'en sortir est de s'éloigner des insectes afin de ne pas provoquer une exacerbation de la cynicophobie.

      Les enfants sont également souvent touchés par ce trouble mental, qui se développe principalement pendant l’enfance. Le traitement de cette peur phobique peut être qualifié de difficile, mais de nos jours, les experts disposent de nombreuses méthodes pour vous permettre de faire face à la maladie. Les techniques d'hypnose sont une aide précieuse pour les patients atteints de cnidophobie. La thérapie comportementale, la thérapie cognitivo-comportementale ainsi que la PNL sont largement utilisées. Grâce à ces méthodes de désensibilisation, les patients commencent seulement à approcher l'image de l'insecte avec une piqûre énorme, puis la personne examine calmement l'insecte à travers le verre et il arrive un moment où il réagit très calmement à la guêpe qui est passée.

      Les scientifiques ont longtemps suggéré qu'une phobie n'était qu'un symptôme, un sentiment de peur irrationnelle qui ne pouvait pas être expliqué du point de vue de la logique. Par exemple, peu importe combien vous expliquez à une personne qu'il est sécuritaire de piloter un avion, il est difficile de convaincre le patient avec des mots ordinaires, et ce n'est pas un argument pour lui que beaucoup plus de personnes meurent dans des accidents de voiture que dans des accidents d'avion. Pratiquement, la peur phobique est à peu près la même, et cet exemple convient à toutes les occasions.

      L'apiphobie est la peur des abeilles, des guêpes. Et pour être plus précis, la personne a peur des piqûres de ces insectes, a très peur et est anxieuse. En outre, cette maladie est parfois appelée mélissophobie ou spexophobie.

      Dans chaque cas d'apiphobie, la maladie évolue de différentes manières, mais il faut tenir compte du fait que si l'apiphobie est apparue, elle ne disparaîtra pas comme cela et avec le temps, ses manifestations ne feront que s'accroître. La peur des abeilles est considérée comme irrationnelle, car nous savons tous que les abeilles piquent assez rarement, et ceci dans un but de légitime défense. La particularité est que ça pique, l'abeille meurt après quelques heures, il est donc clair que les abeilles n'ont rien à voir avec de tels actes.

      Leur curiosité est tout à fait naturelle, et ils peuvent voler comme ça, ces insectes n’utilisent la chance de la dernière attaque meurtrière que dans le cas d’une extrême extrême. Une telle action peut être qualifiée de conditionnelle, car la piqûre d'une abeille se situe du côté opposé de la tête de l'insecte, à l'extrémité du corps. Ainsi, ce que l'on appelle piqûre d'abeille est dans la plupart des cas absolument inoffensif et a parfois même un effet cicatrisant, sauf bien sûr si une personne a une intolérance individuelle au venin d'abeille et aux produits apicoles. Mais si une abeille pique, c'est très douloureux, et pour beaucoup c'est une bonne raison pour le développement de l'apyphobie.

      Causes de l'apyphobie

      Considérant les causes de cette phobie, les psychothérapeutes sont d’accord. La peur des abeilles se développe après une piqûre d'abeille et la situation est considérablement compliquée s'il y a un âge enfantin, car les enfants sont extrêmement émotifs et réceptifs, quelle que soit la nature du personnage. Et la douleur est toujours une raison très sérieuse d'avoir peur de quelque chose et même d'avoir peur.

      L'apyphobie n'est pas une cause moins grave, non pas la morsure elle-même, avec toutes ses douleurs, mais le développement d'une réaction allergique. En règle générale, si une ou deux abeilles piquent une personne, une allergie grave ne se produit pas. Mais avec la peur du choc anaphylactique, certaines personnes paniquent littéralement lorsqu'une abeille ou une guêpe se trouve dans leur zone de visibilité. Si un insecte a accidentellement volé par une fenêtre ouverte, la personne se précipite dans une autre pièce paniquée ou sort de l'appartement sans même prêter attention à ce qu'elle a oublié de porter des pantoufles.

      La particularité est que, très souvent, dans la presse jaune, divers reportages douteux sur les abeilles ou les guêpes mutantes sont dangereux, ainsi que de nombreux films sur les abeilles sauvages, les abeilles meurtrières, etc. Tout cela porte une empreinte négative sur la «réputation» de ces insectes utiles, et ils sont complètement injustifiés parmi les ennemis les plus dangereux.

      Fait intéressant, un fait tel que la dépendance de l’humanité à l’égard de la population de l’abeille domestique est complètement ignoré, et c’est précisément à cause de ces travailleurs que se fait la pollinisation de nombreuses plantes sauvages et cultivées. Bien entendu, toute personne normale est alarmée par l’affirmation d’une propagation active des abeilles tueuses, dont le poison est mortel pour les humains. Mais un patient atteint d'apyphobie prend toutes ces informations sérieusement exagérées et son état psychologique se dégrade considérablement.

      Signes et traitement de l'apyphobie

      Le comportement d'une personne souffrant de cette phobie n'est pas difficile à prévoir. Dans ce cas, il peut y avoir deux manières de traiter le problème. Avec une peur accrue des abeilles, une personne peut être indifférente à ces insectes, ce qui est nécessaire pour les gens, et essayez simplement d'éviter même de les approcher. Ou alors, le patient, lorsqu'il est confronté à des abeilles mellifères, n'est pas simplement enlevé, il s'enfuit, mais décide que les abeilles doivent être détruites.

      Réaction apifobov imprévisible, et peut être différent. Dans certains cas, les patients deviennent agressifs, ils essaient de poursuivre l'abeille eux-mêmes et sont très heureux s'ils parviennent à la tuer. Une autre catégorie d'apifobov est tellement enveloppée dans la peur des abeilles, des guêpes, qu'elle tente de ne pas se reposer dans la nature s'il y a des abeilles à ces endroits. En outre, d'autres insectes, tels que les libellules, les papillons, les moustiques et autres, sont perçus très fidèlement par eux et ne font pas peur. En voyant une abeille, apifob éprouve un état de panique dont les symptômes ressemblent à ceux d’autres phobies, ainsi que de troubles anxieux. Ce vertige, rythme cardiaque rapide, transpiration excessive, pression peut augmenter, une faiblesse générale peut se produire.

      Comme cette peur est irrationnelle, il est dans la plupart des cas impossible à une personne de prouver qu'il est préférable de s'éloigner de cet endroit pour que l'apiphobie ne se manifeste pas sous une forme sévère.

      Cette maladie se développe souvent chez les enfants et l’origine de ce problème doit toujours être recherchée dans l’enfance. Certains traitements des phobies aident les apyphobes à surmonter leurs peurs déraisonnables. L'hypnothérapie, la thérapie cognitivo-comportementale, la thérapie comportementale ainsi que la PNL fournissent un excellent effet. Ces techniques contribuent à l’approche lente du patient avec l’objet de la peur. Pour commencer, ceci est juste une image, et ensuite vous pouvez regarder une vraie abeille. Si désiré, le patient et l'assistance de sa famille et de ses amis, le rétablissement est complet et définitif. Il y a des cas où, après le traitement, les apifobes deviennent des apiculteurs.

      La peur des insectes: les causes et les moyens de vaincre

      L'article traite de ce qu'est la phobie des insectes. Des conseils sont donnés sur la manière de lutter contre l'insectophobie chez les adultes et les enfants.

      Le contenu

      Comment l'appeler ↑

      La plupart des gens connaissent la peur des insectes. Ce sentiment irrationnel s'appelle l'insectophobie. Le mot vient de deux termes grecs - insecte (insectes) et phobie (peur). Cela signifie la peur des insectes.

      Pour déterminer la peur de leur type spécifique, il existe des concepts plus étroits:

      • La cnidophobie C'est une condition qui caractérise uniquement la peur des insectes piqueurs.
      • Isoptérophobie C'est une sorte de phobie d'insecte, mais seulement ceux qui se nourrissent de bois. Nous parlons des termites, des scolytes, des charançons, etc.
      • Myrmécophobie Un autre type spécifique de zoophobie, qui implique la peur des fourmis.
      • Arachnophobie C'est l'un des cas les plus courants de zoophobie, impliquant une peur des araignées. Certaines personnes craignent moins l'insecte que ses images.
      • Apiophia. Ce terme signifie la peur pathologique des abeilles et des guêpes et de leurs morsures. Souvent manifesté dans l'enfance, ainsi qu'après une attaque d'insectes piqueurs.

      La peur des insectes est un problème que la plupart des gens ne prennent pas au sérieux. Ils ont donc rarement recours à l'aide d'un spécialiste. Pendant ce temps, de telles phobies ont des raisons tout à fait compréhensibles, réalisant que vous pouvez faire face à vos sentiments irrationnels.

      Comment débarrasser l'enfant de la peur, lisez ici.

      Causes de l'insectophobie ↑

      La phobie des insectes peut survenir à tout âge, mais elle se développe plus souvent chez les enfants. C’est la raison qui déclenche les mécanismes de la peur des insectes, estiment de nombreux scientifiques et médecins.

      Le consensus n’est pas venu jusqu’à présent, mais il existe deux théories qui tentent d’expliquer les causes de la peur.

      Psychodynamique

      Il a été proposé par Z. Freud. Il pensait que toute crainte était le résultat de la tentative d’un homme de contrôler son anxiété cachée inconsciente. Le signal de trouble est poussé à un niveau inconscient et la peur principale est transférée à un objet neutre.

      Plus accessible, Freud l'explique par un exemple. La mère a menacé son fils qu'il informerait son père de son comportement indécent. Il a eu peur et sa conscience, pour des raisons inconnues, a trahi l'association d'un père avec un cheval. Après cet incident, le garçon a eu peur d'eux.

      Cependant, la théorie du célèbre scientifique n’est pas très populaire dans le domaine clinique.

      Comportementale

      A été nommé par les partisans de cette école. Ils supposent que la peur surgit à la fois sur le chemin de la modélisation et peuvent donc être classiquement conditionnés:

    8. La phobie des insectes peut être modélisée par une autre personne, par exemple un parent proche. Si la mère a peur de l'araignée, l'enfant commencera automatiquement à le craindre.
    9. La phobie peut se produire lorsque vous regardez des films dans lesquels des insectes font du mal aux gens.
    10. La peur conditionnée de façon classique apparaît au fond du fait que l'enfant ressent un malaise à un certain endroit et qu'il voit l'insecte à ce moment-là. Cette phobie s'infiltre dans sa conscience et il ne peut plus faire face à sa peur. C'est-à-dire qu'un événement crée la peur d'un autre.

      Comment se débarrasser de la peur des insectes ↑

      Si un adulte ou un enfant souffre de phobie d'insecte, la meilleure option serait alors de demander de l'aide psychologique. Cela est particulièrement vrai lorsque la peur de la panique, à savoir, est très forte et interfère avec la vie normale.

      Vous pouvez essayer de vous aider, pour cela, vous devriez utiliser les conseils suivants:

    11. besoin de recueillir sur l'insecte autant d'informations que possible. Pour ce faire, visionnez les programmes, lisez la littérature et les articles pertinents sur Internet;
    12. s'il y a eu une rencontre avec une source de peur, inutile de fuir, il est préférable d'essayer de se calmer et de normaliser la respiration;
    13. il faut se rendre compte et essayer de se convaincre que cet insecte ne fera pas de mal, il est beaucoup plus petit qu'un humain, de plus il est plus vulnérable et plus souvent il se craint lui-même;
    14. Il est plus probable que ce soit dans les animaleries impliquées dans le commerce des insectes;
    15. après un certain temps, vous pouvez essayer de contacter des insectes qui causent moins d'aversion pour vous (par exemple, avec des coccinelles ou des papillons).

      Outre ces recommandations, vous pouvez recourir à une autre méthode pour éliminer les peurs: la prise de médicaments à base de plantes.

      L'homéopathie est capable de sauver une personne d'émotions destructrices, d'éliminer en douceur les passions. Prendre ces médicaments aide à faire face à la panique naissante. Ils peuvent être utilisés avant une rencontre probable avec un insecte, par exemple lors de loisirs en plein air ou lors de travaux actifs sur une parcelle de jardin.

      Comment aider un enfant ↑

      Si l'enfant a peur des insectes, il est impossible de le laisser seul avec ces phobies. Le plus souvent, de telles craintes se manifestent avant l'âge de 5 ans, lorsque le bébé dispose d'informations minimales sur ces créatures. Il est difficile pour lui de considérer un insecte en mouvement qui, en plus de tout, peut se comporter de manière imprévisible.

      La peur des enfants augmente en raison de la réponse pas toujours adéquate d'un adulte à une créature inconnue. Souvent, les parents crient: "Écrase-le!", "Oh, abeille!", "Ne viens pas, ça mordra." L'enfant ne comprend pas une telle attitude émotionnelle vis-à-vis de l'insecte et commence à craindre même les représentants les plus innocents de la faune.

      Les adultes peuvent aider un enfant à faire face aux phobies qui l'affectent avant les insectes:

    16. La thérapie de conte de fées est l’une des méthodes psychologiques efficaces pour faire face aux peurs. Il est nécessaire de lire les œuvres de bébé, où les insectes agissent comme un héros positif. S'il est problématique de reprendre de tels récits, vous pouvez les composer vous-même en reprenant ceux déjà connus. Par exemple, vous pouvez remplacer les caractères "Teremka": sauterelles, moustiques, fourmis. Laissez chacun d'eux a son propre caractère. Vous pouvez ajouter une narration avec des images.
    17. Démonstration d'illustrations. Il existe de nombreuses encyclopédies et atlas contenant des images d'insectes. Ils sont pour les enfants d'âges différents. Après avoir trouvé la littérature appropriée, il est possible d'étudier les insectes avec l'enfant à partir d'images. Par exemple, il est facile de dire comment la chenille se transforme en papillon. Vous pouvez dessiner ou imprimer une image d'insecte effrayant, permettre à l'enfant de jouer avec lui, de dessiner sur la photo, de le toucher.
    18. Devraient contrôler leurs propres émotions en présence de l'enfant. Si sur la parcelle de jardin, sans expliquer de pousser les scarabées et les chenilles, et en approchant les guêpes pour commencer à agiter les mains, alors l'enfant formera une image stable de l'ennemi. Au lieu de cela, vous devez mettre un insecte sur la paume, montrant l'absence de peur de lui. Cela aidera éventuellement l'enfant à surmonter les phobies.

      D'où vient la peur d'une maladie incurable? Lire l'article.

      Comment surmonter la peur de la douleur? Lire plus loin.

      La peur des insectes, dans l'enfance et à l'âge adulte, est surmontable. L'essentiel est de ne pas essayer de s'éloigner des phobies, car avec le temps, elles ne peuvent que s'aggraver. Il vaut la peine d'essayer de faire face aux peurs de l'enfance et de prévenir le développement de l'insectophobie chez un enfant.

      Vidéo: si le bébé a peur

      Vous aimez cet article? Abonnez-vous aux mises à jour du site via RSS ou restez à l'écoute de VKontakte, Odnoklassniki, Facebook, Google Plus ou Twitter.

      Dis à tes amis! Parlez de cet article à vos amis de votre réseau social préféré à l'aide des boutons du panneau à gauche. Merci beaucoup

  • En Savoir Plus Sur La Schizophrénie