Une personne vit en communication directe avec le monde extérieur. Il le connaît, tire des conclusions, des raisons. Pourquoi certaines personnes perçoivent-elles le monde comme mauvais et d'autres comme bonnes? Tout cela est dû à l'aperception et à la perception. Tout cela est uni dans l'unité transcendantale de l'aperception. L'homme perçoit le monde non pas tel qu'il est, mais à travers un prisme. À propos de cela plus en détail dira le magazine Internet psytheater.com.

Le monde est-il cruel? Est-il injuste? Entrant dans une situation de douleur et de souffrance, une personne commence soudainement à penser au monde dans lequel elle vit. Bien que tout se passe bien dans sa vie, il ne pense pas particulièrement à ce sujet. Le monde des hommes s'en fiche, tant que tout se passe «comme sur des roulettes». Mais dès que la vie devient une direction impropre à l'homme, il commence soudainement à réfléchir au sens de son être, aux gens et au monde qui l'entoure.

Le monde est-il aussi mauvais que beaucoup y pensent? Non En fait, les gens ne vivent pas dans le monde dans lequel ils sont apparus. Tout dépend de la façon dont les gens voient ce qui les entoure. Le monde aux yeux de chaque personne est différent. Un botaniste, un bûcheron et un artiste regardent les arbres différemment lorsqu'ils pénètrent dans une forêt. Le monde est-il mauvais, cruel et injuste? Non Donc, ceux qui l'appellent avec des mots similaires le regardent.

Si vous revenez au fait qu'une personne commence généralement à évaluer le monde qui l'entoure uniquement lorsque quelque chose ne va pas dans sa vie comme nous le souhaiterions, il n'est alors pas étonnant que le monde lui-même semble cruel et injuste. En soi, le monde a toujours été comme vous le voyez. Et peu importe si vous regardez le monde de bonne humeur ou de mauvaise. Le monde ne change pas simplement parce que tu es triste ou heureux maintenant. Le monde est toujours le même pour tous. C'est juste que les gens eux-mêmes le regardent différemment. En fonction de la façon dont vous le regardez, cela devient pour vous la façon dont vous le voyez.

De plus, notez que le monde est d’accord avec n’importe quel point de vue, car il est si diversifié qu’il peut correspondre à toute idée à ce sujet. Le monde n'est ni mauvais ni bon. Il a juste tout: le mauvais et le bon. Ce n'est que lorsque vous le regardez, vous voyez une chose sans remarquer tout le reste. Il se trouve que le monde est le même pour tous, seul le monde le voit différemment selon ce à quoi il porte son attention.

Qu'est-ce que l'aperception?

Le monde dans lequel une personne vit dépend de sa perception. Qu'est ce que c'est Il s'agit d'une perception sans équivoque des objets et phénomènes environnants, qui repose sur les vues, l'expérience, la vision du monde et les intérêts, les désirs d'une personne. L'aperception est une perception réfléchie et consciente du monde qui peut être analysée par une personne.

Le monde est le même pour tous, tandis que tout le monde l'évalue et le perçoit différemment. La raison en est la diversité des expériences, des fantasmes, des attitudes et des évaluations que donnent les gens qui regardent la même chose. Ceci s'appelle l'aperception.

En psychologie, l'aperception se réfère également à la dépendance de la perception du monde à l'expérience passée d'une personne et à ses objectifs, ses motivations, ses désirs. En d'autres termes, une personne voit ce qu'elle veut voir, entend ce qu'elle veut entendre, comprend les événements à sa guise. La diversité des options ne parle pas.

La perception du monde est influencée par de nombreux facteurs:

  1. Caractère
  2. Intérêts et désirs.
  3. Objectifs et motivations urgents.
  4. L'activité dans laquelle une personne est engagée.
  5. Statut social.
  6. État émotionnel
  7. Même la santé, etc.

Les exemples d'aperception peuvent inclure:

  • Une personne engagée dans la réparation d'appartements évaluera la nouvelle situation en termes de réparations de haute qualité, sans se soucier des meubles, de l'esthétique et de tout le reste.
  • Un homme à la recherche d'une belle femme va tout d'abord évaluer l'attractivité externe des inconnus, ce qui aura une influence sur le fait de les connaître ou non.
  • Lorsque vous magasinez dans un magasin, une personne accorde plus d’attention à ce qu’elle veut acheter, sans rien remarquer d’autre.
  • Une victime de violence évaluera le monde en termes de présence de signaux dangereux pouvant indiquer qu'il existe un risque de situation de violence.

De nombreux psychologues ont tenté d’expliquer l’apperception, ce qui a donné beaucoup de concepts à ce phénomène:

  1. Selon G. Leibniz, l'aperception est une sensation obtenue par la conscience et la mémoire par les sens, qu'une personne a déjà comprise et comprise.
  2. I. Kant définit l'aperception comme le désir de connaître une personne qui procède de ses propres idées.
  3. I. Herbart a considéré l'aperception comme une transformation de l'expérience existante sur la base de nouvelles données obtenues du monde extérieur.
  4. W. Wundt a défini l'aperception en structurant l'expérience existante.
  5. A. Adler définit l'aperception avec une vision subjective du monde, quand une personne voit ce qu'elle veut voir.

Considération séparée de la perception sociale, où une personne regarde le monde qui l'entoure sous l'influence de l'opinion du groupe dans lequel elle se trouve. Un exemple serait l’idée de la beauté féminine, qui se résume aujourd’hui aux paramètres 90-60-90. Une personne succombe à l’opinion de la société, s’évaluant elle-même et les personnes qui l’entourent en fonction de ce paramètre de la beauté.

Unité transcendantale d'aperception

Chaque personne est sujette à la connaissance de soi et à la connaissance du monde. Ainsi, I. Kant a uni cette propriété de tous les peuples dans l'unité transcendante de l'aperception. L’apperception transcendantale est l’unification de l’expérience passée avec le nouveau reçu. Cela conduit au développement de la pensée, à son changement ou à sa consolidation.

Si quelque chose change dans la pensée d'une personne, des modifications dans ses idées sont possibles. La cognition se produit à travers la perception sensorielle de phénomènes et d'objets. C'est ce qu'on appelle la contemplation, qui est activement impliquée dans l'aperception transcendantale.

Le langage et l'imagination sont liés à la perception du monde environnant. L'homme interprète le monde comme il comprend. Si quelque chose lui est incompréhensible, alors la personne commence à penser, à inventer ou à intégrer un postulat qui ne requiert que la foi.

Le monde est différent pour les gens. Le terme aperception est utilisé activement en psychologie cognitive, où le rôle principal dans la vie et le destin d'une personne est donné à ses opinions et à ses conclusions tout au long de sa vie. Le principe de base est le suivant: une personne vit comme il regarde le monde et qu’il le remarque, sur lequel il focalise l’attention. C'est pourquoi certaines choses vont bien, d'autres sont mauvaises.

Pourquoi le monde est-il hostile pour certains et convivial pour d'autres? En fait, le monde est le même, tout dépend de la façon dont la personne le regarde. Lorsque vous êtes sujet à des émotions positives, le monde vous semble amical et coloré. Lorsque vous êtes bouleversé ou en colère, le monde semble dangereux, agressif, terne. Cela dépend beaucoup du type de personne qui est dans l'ambiance et de la façon dont il le regarde exactement.

Dans de nombreuses circonstances, la personne décide elle-même de la réaction à certains événements. Tout dépend de quelles croyances il est guidé. Les évaluations négatives et positives sont basées sur les règles que vous utilisez et qui parlent de ce que les autres personnes devraient être et de la manière dont elles devraient se comporter dans certaines circonstances.

Seulement vous pouvez vous faire chier. Les environs ne peuvent pas vous déranger si vous ne le souhaitez pas. Cependant, si vous succombez aux manipulations des autres, vous commencerez à ressentir ce que l'on attend de vous.

Il est évident que la vie d’une personne dépend entièrement de la façon dont elle réagit, de ce qu’elle permet et des croyances qui la guident. Bien entendu, personne n'est à l'abri d'événements imprévus et déplaisants. Cependant, même dans cette situation, certaines personnes réagissent différemment. Et selon votre réponse, il y aura d'autres développements. Seulement vous décidez de votre destin avec votre choix, ce qu’il faut ressentir, quoi penser et comment regarder ce qui se passe. Vous pouvez commencer à vous sentir désolé pour vous-même ou à blâmer tout le monde autour de vous et vous irez ensuite dans un sens. Mais vous pouvez comprendre qu’il est nécessaire de résoudre des questions ou tout simplement de ne pas répéter les erreurs et d’aller dans le sens contraire de votre vie.

Tout dépend de toi. Vous ne vous débarrasserez pas d'événements désagréables et tragiques. Cependant, vous avez le pouvoir de réagir différemment afin de ne devenir que plus fort et plus sage et de ne pas succomber à la souffrance.

Perception et Perception

La perception et l’aperception sont propres à chaque personne. La perception est définie comme l'acte inconscient de percevoir le monde. En d'autres termes, vos yeux ne font que voir, vos oreilles entendent, la peau se sent, etc. L'aperception est incluse dans le processus, lorsqu'une personne commence à comprendre les informations qu'elle perçoit par le biais des sens. C'est une conscience consciente, significative, vécue au niveau de la perception des émotions et des pensées.

  • La perception est la perception de l'information par les sens sans la comprendre.
  • L'aperception est le reflet d'une personne qui a déjà mis ses pensées, ses sentiments, ses désirs, ses idées, ses émotions, etc. dans les informations perçues.

A travers l'apérection, on peut se connaître. Comment ça se passe? La perception du monde se fait à travers un certain prisme de vues, de désirs, d’intérêts et d’autres composantes mentales. Tout cela caractérise une personne. Il apprécie le monde et la vie à travers le prisme de son expérience passée, qui peut inclure:

  1. Peurs et complexes.
  2. Situations traumatiques par lesquelles une personne ne veut plus passer.
  3. Des échecs.
  4. Expériences qui se sont produites dans une situation donnée.
  5. Les concepts de bien et de mal.

La perception n'inclut pas le monde intérieur de l'homme. C'est pourquoi les données ne peuvent pas être analysées aux fins de la connaissance de la personne. L'individu a simplement vu ou ressenti, ce qui est caractéristique de toutes les créatures vivantes confrontées aux mêmes irritants. Le processus de connaissance de soi se produit à travers les informations qui ont été perçues.

La perception et l’aperception sont des éléments importants de la vie d’une personne. La perception donne simplement une image objective de ce qui se passe. L'aperception permet à une personne de réagir sans ambiguïté, de tirer rapidement des conclusions, d'évaluer la situation du point de vue de si elle lui est agréable ou non. C'est une propriété de la psyché, lorsqu'une personne est forcée d'évaluer le monde afin de réagir automatiquement et de comprendre ce qu'il faut faire dans diverses situations.

Un exemple simple de deux phénomènes peut être appelé un son qui est entendu à proximité d'une personne:

  1. Avec la perception, la personne l'entend simplement. Il ne fait peut-être même pas attention à lui, mais note sa présence.
  2. Lorsque le son d'aperception peut être analysé. Quel est ce son? A quoi ressemble-t-il? Que pourrait-il être? Et la personne tire d'autres conclusions si elle a prêté attention au son retentissant.

La perception et l'aperception sont des phénomènes complémentaires et interchangeables. En raison de ces propriétés, une personne développe une image complète. En mémoire, tout est sauvegardé: ce à quoi on n'a pas prêté attention, et ce qui a été réalisé par l'homme. Si nécessaire, une personne peut obtenir ces informations de sa mémoire et les analyser, formant ainsi une nouvelle expérience de ce qui s’est passé.

L'aperception crée l'expérience qu'une personne utilise plus tard. En fonction de l'évaluation que vous avez donnée à un événement, vous aurez une opinion et une idée spécifiques à ce sujet. Cela différera de l'opinion d'autres personnes qui ont attribué une note différente à l'événement. Le résultat est un monde diversifié pour toutes les créatures vivantes.

L'aperception sociale est basée sur l'évaluation des personnes les unes des autres. En fonction de cette évaluation, une personne choisit une personne en particulier comme ami, partenaire préféré ou le transforme en ennemi. Ici intervient également l’opinion publique, qui est rarement analysable et perçue par une personne comme une information qui devrait être acceptée et suivie sans condition.

Aperception

Perception (du latin. Ad-to + perceptio-perception) - perception attentive, significative, consciente, réfléchie. Nous avons remarqué et compris ce que nous avons vu. Dans le même temps, différentes personnes, en fonction de leur capacité à comprendre et à l'expérience passée, verront des choses différentes. Ils ont une perception différente.

Une autre définition de l'aperception est constituée par les processus mentaux qui assurent la dépendance de la perception d'objets et de phénomènes sur l'expérience passée d'un sujet donné, sur le contenu et l'orientation (buts et motivations) de son activité actuelle, sur des caractéristiques personnelles (sentiments, attitudes, etc.).

Le terme introduit dans la science G. Leibniz. Pour la première fois, il a divisé la perception et l'aperception, en comprenant le premier stade comme une présentation primitive, vague et inconsciente de tout contenu («beaucoup en un»), et sous l'aperception, le stade de perception claire et distincte, consciente (en termes modernes, catégorisée, significative).

La perception, selon Leibniz, inclut la mémoire et l'attention, et est une condition préalable à une connaissance supérieure et à la conscience de soi. Par la suite, le concept d'aperception s'est développé principalement dans la philosophie et la psychologie allemandes (I. Kant, I. Herbart, V. Wundt, etc.), où, avec toutes les différences de compréhension, il était perçu comme une capacité de l'âme se développant de manière immanente et spontanée et source d'un seul courant de conscience.. Kant, sans limiter l’aperception, comme Leibniz, le stade le plus élevé de la connaissance, pensait que cela provoquait une combinaison d’idées et faisait la distinction entre une perception empirique et une perception transcendantale. Herbart a introduit le concept d'aperception dans la pédagogie, en l'interprétant comme une prise de conscience du nouveau matériel perçu par les sujets sous l'influence d'un stock d'idées - connaissances et expériences antérieures, qu'il a qualifiée de masse perceptible. Wundt, qui a transformé l'aperception en principe explicatif universel, a estimé que l'aperception était le début de toute la vie mentale d'une personne, «causalité mentale spéciale, force mentale intérieure» déterminant le comportement de la personnalité.

Les représentants de la psychologie de la Gestalt ont réduit l'aperception à l'intégrité structurelle de la perception, en fonction des structures primaires qui apparaissent et varient dans leurs lois internes.

L'aperception est la dépendance de la perception sur le contenu de la vie mentale d'une personne, sur les caractéristiques de sa personnalité, sur l'expérience passée du sujet. La perception est un processus actif dans lequel les informations reçues sont utilisées pour émettre et tester des hypothèses. La nature de ces hypothèses est déterminée par le contenu de l'expérience passée. Avec la perception d'un objet, les traces des perceptions passées sont également activées. Par conséquent, le même sujet peut être perçu et reproduit de différentes manières par différentes personnes. Plus l'expérience de la personne est riche, plus sa perception est riche, plus elle voit le sujet. Le contenu de la perception est déterminé à la fois par la tâche assignée à la personne et par les motivations de son activité. Un facteur essentiel qui influence le contenu de la perception est l’installation du sujet, qui se développe sous l’influence des perceptions précédentes et qui représente une sorte de volonté de percevoir d’une manière ou d’une autre le nouvel objet présenté. Ce phénomène, étudié par D. Uznadze et ses collaborateurs, caractérise la dépendance de la perception à l’état du sujet percepteur, lequel est à son tour déterminé par des influences antérieures. L’effet de l’installation est très répandu et s’étend au travail de divers analyseurs. Dans le processus de perception, il existe également des émotions qui peuvent modifier le contenu de la perception; avec une attitude émotionnelle envers le sujet, il devient facilement un objet de perception.

Perception et aperception.

La perception est le processus de réception et de transformation d'informations sensorielles, à partir duquel une image subjective d'un phénomène ou d'un objet est créée. Avec l'aide de ce concept, une personne est capable de se comprendre et de comprendre les caractéristiques d'une autre personne, et déjà sur la base de cette connaissance, établir une interaction, montrer une compréhension mutuelle.

L'aperception est une perception conditionnelle du monde environnant (objets, personnes, événements, phénomènes), en fonction de l'expérience personnelle, des connaissances, des idées sur le monde, etc. Par exemple, une personne qui conçoit, une fois dans un appartement, d'abord évaluez-le en termes d'ameublement, de combinaisons de couleurs, d'emplacement des objets, etc. Si une personne intéressée par la floristique entre dans la même pièce, elle fera tout d'abord attention à la présence de fleurs, à leur toilettage, etc.

Une perception réfléchie et attentive du monde sur la base de leurs propres expériences, fantasmes, connaissances et autres points de vue est appelée perception, qui est différente pour les personnes.

La perception est appelée «perception sélective», car tout d'abord, une personne est attentive à ce qui correspond à ses motivations, ses désirs et ses objectifs.

Il existe de tels types d'aperception: biologique, culturelle, historique. Congénital, acquis.

La perception et l'aperception sont liées.

Il arrive souvent qu'une personne ne prête pas attention à un phénomène ou à une personne et qu'elle ait ensuite besoin d'être reproduite lorsqu'elle est consciente de l'importance de les mémoriser. Par exemple, une personne était au courant de la présence d’une série mais ne l’a pas regardée. Après avoir pris connaissance de l'intéressant interlocuteur, la conversation sur la série donnée commence. Une personne est forcée de se rappeler des informations auxquelles elle n’avait auparavant prêté aucune attention, les rendant maintenant conscientes, claires et nécessaires. La perception sociale est caractérisée par la perception d'une autre personne, la corrélation des conclusions tirées avec des facteurs réels, la prise de conscience, l'interprétation et la prédiction d'actions possibles. Voici l'évaluation de l'objet, qui a été dirigée à l'attention du sujet. La chose la plus importante est que ce processus est mutuel. De son côté, un objet devient un sujet qui évalue l'identité d'une autre personne et tire une conclusion, en fait une évaluation, à partir de laquelle se forment une certaine attitude envers lui et un modèle de comportement.

Types de perception. La perception de l'espace, du temps et des mouvements. Illusions de perception

La perception est généralement le résultat de l’interaction de plusieurs analyseurs. La classification de la perception, ainsi que des sensations, est basée sur les différences entre les analyseurs impliqués dans la perception. Selon quel analyseur joue le rôle dominant dans la perception, il existe des perceptions visuelles, auditives, tactiles, kinesthésiques, olfactives et gustatives.

Le type kinesthésique perçoit rapidement l'information à travers la perception de changements, de mouvements.

Un autre type de classification des perceptions repose sur les formes d’existence de la matière: espace, temps et mouvement. Conformément à cette classification, attribuez la perception de l'espace, la perception du temps et la perception du mouvement.

PERCEPTION DE L'ESPACE

La perception de l'espace est très différente de la perception de la forme de l'objet. Sa différence réside dans le fait qu’il s’appuie sur d’autres systèmes d’analyseurs collaboratifs et peut procéder à différents niveaux.

Le premier appareil essentiel assurant la perception de l'espace est la fonction d'un appareil vestibulaire spécial situé dans l'oreille interne. Quand une personne change la position de la tête, le liquide qui remplit les canaux change de position, irritant les cellules ciliées, et leur excitation provoque des changements dans le sens de la stabilité du corps (sensations statiques).

Le deuxième appareil essentiel, fournissant la perception de l’espace et avant tout de la profondeur, est l’appareil de perception visuelle binoculaire et de sensation des efforts musculaires issus de la convergence des yeux.

Les lois de la perception structurelle décrites par les psychologues de la Gestalt constituent le troisième élément important de la perception de l'espace. La dernière condition vient s’ajouter à eux: l’influence d’une expérience antérieure bien établie, qui peut influer considérablement sur la perception de la profondeur et, dans certains cas, conduire à l’apparition d’illusions.

TEMPS PERCEPTION

La perception du temps a différents aspects et est réalisée à différents niveaux. Les formes les plus élémentaires sont les processus de perception de la durée d'une séquence, basés sur des phénomènes rythmiques élémentaires appelés «horloges biologiques». Ceux-ci incluent des processus rythmiques se produisant dans les neurones du cortex et des structures sous-corticales. Un changement dans les processus d'excitation et d'inhibition au cours d'une activité nerveuse prolongée est perçu comme une amplification et une atténuation alternées ressemblant à une onde pendant une écoute prolongée. Ceux-ci comprennent des phénomènes cycliques tels que le rythme cardiaque, le rythme respiratoire et, pour des intervalles plus longs - le rythme du changement de sommeil et de veille, l'apparition de la faim, etc.

Dans la perception actuelle du temps, nous distinguons: a) la perception de la durée; b) la perception de la séquence temporelle.

Un trait caractéristique du temps est son irréversibilité. Nous pouvons revenir à la place de l'espace où nous sommes partis, mais nous ne pouvons pas retourner le temps qui s'est écoulé.

Puisque le temps est une quantité directionnelle, un vecteur, sa définition sans ambiguïté implique non seulement un système d'unités de mesure (seconde, minute, heure, mois, siècle), mais également un point de départ constant à partir duquel un compte est tenu. A cette époque, radicalement différent de l'espace. Dans l'espace, tous les points sont égaux. Il doit y avoir un moment privilégié. Le point de départ naturel dans le temps est le présent, c'est «maintenant», qui divise le temps en son passé et son futur. Notre présent ne reçoit une caractéristique véritablement temporaire que lorsque nous sommes en mesure de l'examiner du passé et du futur, en transférant librement notre point de départ au-delà des limites de l'immédiat.

MOUVEMENT DE PERFORMANCE

La perception du mouvement est une question très complexe dont la nature n’a pas encore été complètement clarifiée. Si un objet se déplace objectivement dans l'espace, nous percevons son mouvement du fait qu'il quitte la zone de la meilleure vision, ce qui nous fait bouger les yeux ou la tête afin de fixer la vue à nouveau. Ainsi, un certain rôle dans la perception du mouvement est joué par le mouvement des yeux, suivant l'objet en mouvement. Cependant, la perception du mouvement ne peut être expliquée uniquement par le mouvement des yeux: nous percevons simultanément le mouvement dans deux directions opposées, bien que l'œil ne puisse évidemment pas se déplacer simultanément dans des directions opposées. Simultanément, l’impression de mouvement peut se produire en l’absence, en réalité si, par de petites pauses temporaires, alternent sur l’écran un certain nombre d’images reproduisant certaines phases successives du mouvement d’un objet. Le déplacement d'un point par rapport à la position de notre corps nous indique son mouvement dans un espace objectif.

Dans la perception du mouvement, les signes indirects qui créent une impression médiatisée du mouvement jouent un rôle important. Nous pouvons non seulement tirer des conclusions sur le mouvement, mais aussi le percevoir.

Les théories du mouvement sont principalement brisées en 2 groupes:

Le premier groupe de théories dérive la perception du mouvement des sensations visuelles élémentaires de chaque point individuel par lequel il passe, et affirme que la perception du mouvement résulte de l'influence de ces sensations visuelles élémentaires (W. Wundt).

Les théories du second groupe prétendent que la perception du mouvement a une qualité spécifique qui ne peut être réduite à de telles sensations élémentaires. Les représentants de cette théorie disent que, par exemple, lorsqu'une mélodie n'est pas une simple somme de sons, mais un tout qualitativement spécifique qui en diffère, la perception du mouvement n'est pas réductible à la somme des éléments de cette perception des sensations visuelles élémentaires. De ce point vient la théorie de la psychologie de la gestalt (M. Wertheimer). Les recherches en psychologie de la Gestalt n'ont pas révélé l'essence de la perception du mouvement. Le principe de base régissant la perception du mouvement est la compréhension de la situation dans une réalité objective basée sur l'expérience passée d'une personne.

ILLUSION DE PERCEPTION

Les illusions sont une perception fausse ou déformée de la réalité environnante, ce qui amène le percepteur à faire l'expérience d'impressions sensorielles qui ne correspondent pas à la réalité et l'incite à des jugements erronés concernant l'objet de la perception.

Des exemples d'illusions du premier type sont les mirages ou la déformation d'objets lorsqu'ils sont perçus dans l'eau ou à travers un prisme. L'explication de telles illusions se situe en dehors de la psychologie. Actuellement, il n’existe pas de classification psychologique généralement acceptée des illusions de perception. Les illusions ont lieu dans toutes les modalités sensorielles. Les illusions visuelles, comme celle de Muller-Lyer, sont mieux étudiées que d’autres.

Un exemple d'une illusion proprioceptive est la démarche ivre d'un marin chevronné, à qui le pont semble stable, et la terre lui échappe, comme un pont avec une forte montée. L'élément d'incertitude est la localisation du son, par exemple l'effet ventriloque ou l'attribution de la voix à une poupée et non à un artiste.

Les illusions de goût font référence à des illusions de contraste: dans ce cas, le goût d'une substance influence les sensations gustatives ultérieures. Par exemple, le sel peut donner un goût acide à l’eau pure et le saccharose peut la rendre amère.

Un certain nombre de théories ont été avancées pour expliquer les illusions. Selon I. Roca, la psychologie de la Gestalt est la plus appropriée à cette fin, car elle indique l’erreur de l’hypothèse de la constance. Du point de vue de cette théorie, les illusions ne sont pas quelque chose d'anormal ou d'inattendu: la perception ne dépend pas d'un stimulus séparé, mais de leur interaction dans le champ visuel.

Aperception

Quel est le monde qui nous entoure? Pourquoi cela semble-t-il brillant et pur pour certains, mauvais et inhospitalier pour d'autres? Après tout, le monde est un pour tous. Pourquoi chaque personne a-t-elle sa propre attitude face à ce qui se passe? L'aperception joue un rôle majeur dans cette problématique. Parallèlement à cela, il y a la perception et l'unité transcendantale d'aperception, dont des exemples seront également considérés.

Le monde est toujours le même, seul ce que voit une personne change. Selon la façon dont vous regardez le monde, il obtient de telles peintures. Et la chose la plus étonnante est que peu importe la façon dont vous le regardez, vous verrez la preuve de votre opinion. Dans le monde, il y a tout ce qu'une personne voit. Seules certaines personnes se concentrent uniquement sur les bonnes choses et d’autres sur les mauvaises. C'est pourquoi tout le monde regarde le monde différemment. Tout dépend de ce à quoi vous faites le plus attention.

Votre perception de vous-même n'est déterminée que par votre opinion sur les circonstances, votre attitude à l'égard de tout ce qui se passe. Ce que vous pensez et ce que vous ressentez à propos de tel ou tel événement détermine vos sentiments, vos émotions, forme un certain point de vue, une idée, etc.

Dans le monde, tout ce qui se passe n’est soumis qu’à l’esprit humain. Il est nécessaire d'apprendre la tolérance et de ne pas être surpris qu'il existe dans le monde les meilleures choses et les plus terribles. La manifestation de la tolérance signifie traiter consciemment les imperfections du monde et de soi-même, en réalisant que personne ni rien n'est à l'abri des erreurs.

L'imperfection réside uniquement dans le fait que le monde, vous ou une autre personne, ne correspond pas à vos idées ou à celles des autres. En d'autres termes, vous voulez voir le monde comme un seul, mais ce n'est pas le cas. Vous voulez voir une blonde et vous êtes une brune. La tolérance se manifeste en comprenant que vous, les autres et le monde qui vous entourez ne devez répondre aux attentes et aux idées de personne.

Le monde est tel qu'il est - réel et permanent. Seule la personne elle-même change et, avec lui, la vision du monde et l'idée de ce qui se passe dans ce monde changent.

Aperception

Avez-vous déjà remarqué que les gens peuvent parler d'un événement auquel ils ont participé, mais chacun racontera son histoire comme s'il s'agissait de deux événements différents? L'aperception est une perception conditionnelle du monde environnant (objets, personnes, événements, phénomènes), en fonction de l'expérience personnelle, des connaissances, des idées sur le monde, etc. Par exemple, une personne qui conçoit, une fois dans un appartement, d'abord évaluez-le en termes d'ameublement, de combinaisons de couleurs, d'emplacement des objets, etc. Si une personne intéressée par la floristique entre dans la même pièce, elle fera tout d'abord attention à la présence de fleurs, à leur toilettage, etc.

La même pièce - différentes personnes ayant des expériences, des compétences et des intérêts différents - une perception différente de la pièce, qui reste essentiellement la même pour tous ceux qui y pénètrent.

Une perception réfléchie et attentive du monde sur la base de leurs propres expériences, fantasmes, connaissances et autres points de vue est appelée perception, qui est différente pour les personnes.

La perception est appelée «perception sélective», car tout d'abord, une personne est attentive à ce qui correspond à ses motivations, ses désirs et ses objectifs. Fort de son expérience, il commence par explorer le monde qui l’entoure avec partialité. Si une personne est au stade de «manque», elle commence alors à rechercher dans le monde extérieur ce qui correspond à ses désirs, ce qui facilitera leur mise en œuvre. Il est également influencé par les attitudes et l'état mental d'une personne.

Ce phénomène a été considéré par de nombreux psychologues et philosophes:

  • I. Kant a combiné les possibilités de l'homme en mettant en évidence une perception empirique (connaissance de soi) et transcendantale (perception pure du monde).
  • I. Herbart perçoit l'aperception comme un processus cognitif, dans lequel une personne reçoit de nouvelles connaissances et les combine avec les connaissances existantes.
  • V. Wundt a décrit l'aperception comme un mécanisme permettant de structurer l'expérience personnelle dans la conscience.
  • A. Adler est célèbre pour sa phrase: "Une personne voit ce qu’elle veut voir." Une personne ne remarque que ce qui correspond à sa conception du monde, à cause de laquelle un certain modèle de comportement est formé.
  • En médecine, ce concept est caractérisé comme la capacité d'une personne à interpréter ses propres sensations.

Attribuez séparément l'aperception sociale - une attitude personnelle ou une évaluation des personnes qui les entourent. Pour chaque personne avec laquelle vous communiquez, vous rencontrez l'une ou l'autre attitude (sentiments). C'est ce qu'on appelle l'aperception sociale. Cela inclut également l'influence des personnes les unes sur les autres par le biais d'idées et d'opinions, le cours d'activités communes.

Il existe de tels types d'aperception:

  1. Biologique, culturel, historique.
  2. Congénital, acquis.

L’aperception est essentielle dans la vie d’une personne. Le site d’aide psychologique psymedcare.ru identifie deux fonctions:

  1. La capacité d'une personne à changer sous l'influence de nouvelles informations, qu'elle réalise et perçoit, complétant ainsi son expérience et ses connaissances. La connaissance change, la personne elle-même change, les pensées influant sur son comportement et son caractère.
  2. Capacité de la personne à émettre des hypothèses sur les personnes, les objets, les phénomènes. En se basant sur les connaissances existantes et en recevant du nouveau matériel, il suppose, anticipe, avance des hypothèses.
monter

Perception et Perception

Une personne perçoit le monde qui l'entoure. Comment fait-il exactement? Ici, non seulement on peut retrouver l’aperception, mais aussi la perception. Quelle est leur différence?

  • Lorsqu’une personne perçoit, le monde perçoit le monde consciemment, clairement, en fonction de son expérience passée, des connaissances disponibles, des objectifs et de l’orientation de son activité. C'est une forme active de connaissance du monde qui l'entoure afin de compléter ses propres connaissances et expériences.
  • Avec la perception, la personne est «non incluse». On l'appelle aussi «perception inconsciente», lorsque le monde est perçu comme tel, indistinctement, indépendamment.

La perception peut ne pas avoir de sens ou de valeur. Une personne voit et sent le monde qui l’entoure, mais les informations reçues sont si insignifiantes qu’une personne n’y prête pas attention, ne s’en souvient pas.

Lors de la perception, une personne agit consciemment en recherchant dans l'environnement ce qui l'aidera à résoudre une tâche cognitive donnée.

Un exemple simple de perception et d'aperception est le son, qui est entendu de près par une personne:

  • Si un individu fait attention à lui, analyse, réalise, se souvient de ce qui s'est passé, alors il parle d'aperception.
  • Si la personne entendue, sans y prêter attention, ne se donnait pas la peine de se rendre compte de ce qui se passait, on parle de perception.

La perception et l'aperception sont liées. Il arrive souvent qu'une personne ne prête pas attention à un phénomène ou à une personne et qu'elle ait ensuite besoin d'être reproduite lorsqu'elle est consciente de l'importance de les mémoriser. Par exemple, une personne était au courant de la présence d’une série mais ne l’a pas regardée. Après avoir pris connaissance de l'intéressant interlocuteur, la conversation sur la série donnée commence. Une personne est forcée de se rappeler des informations auxquelles elle n’avait auparavant prêté aucune attention, les rendant maintenant conscientes, claires et nécessaires.

La perception sociale est caractérisée par la perception d'une autre personne, la corrélation des conclusions tirées avec des facteurs réels, la prise de conscience, l'interprétation et la prédiction d'actions possibles. Voici l'évaluation de l'objet, qui a été dirigée à l'attention du sujet. La chose la plus importante est que ce processus est mutuel. Un objet à son tour devient un sujet qui évalue l'identité d'une autre personne et tire une conclusion, en fait une évaluation, à partir de laquelle se forment une certaine attitude envers lui et un modèle de comportement.

Les fonctions de perception sociale sont:

  1. La connaissance de soi.
  2. Connaissance des partenaires et de leurs relations.
  3. Établir des contacts émotionnels avec ceux que la personne estime fiables et nécessaires.
  4. Volonté d'activités communes, où tout le monde réussira.

Ce qui apparaît dans votre conscience lorsque vous entendez un mot ou un autre, c’est ainsi que vous réagissez, voyez le monde qui vous entoure. Le monde lui-même n'est ni bon ni mauvais. Il est ce que vous lui attribuez.

Ici, vous pouvez entendre: "Mais qu'en est-il des gens qui interfèrent constamment avec la vie, offensent, trahissent?". Pourquoi ne pas, alors que vous vous calmez après une situation négative ou une séparation, regardez votre délinquant avec un sourire? En effet, chez une autre personne, il y a quelque chose de bien que vous aimiez un jour, avec lui, dans votre vie, d’agréables événements ont eu lieu. Tant que vous regardez vos délinquants avec le sourire, ils ne peuvent vous faire de mal et vous priver de votre bonheur. De plus, vous pouvez leur prendre les qualités qui vous ont autrefois attiré et les cultiver en vous-même. Après tout, pendant que vous essayez d’éviter vos agresseurs, vous essayez de les oublier, ils vous blessent à chaque souvenir ou rappel. Vous gaspillez votre force pour fuir, au lieu de simplement ne pas réagir et se développer, pour devenir meilleur et plus fort.

Si vous n'aimez pas quelque chose, changez simplement votre attitude. Arrête d'avoir peur, cache-toi, cours. Commencez à ne pas réagir à des choses désagréables, mais à les voir, et donnez-vous du temps uniquement pour ce qui vous plaît. Après tout, le monde dépend de votre vision. Il peut être beau et heureux si vous vous concentrez sur cela. Et cela peut être gris et ennuyeux si vous laissez le temps à l'état dépressif. Le monde doit être vu tel qu'il est.

Unité transcendantale d'aperception

Chaque personne possède l'habileté d'unité transcendantale d'aperception, qui consiste à combiner de nouvelles connaissances avec une expérience de vie existante. En d’autres termes, cela peut être appelé apprentissage, développement, changement. Une personne reçoit constamment de nouvelles connaissances, informations, acquiert des compétences. Ceci est combiné avec ce qui a déjà été reçu précédemment, créant une nouvelle idée de vous-même, des gens, du monde dans son ensemble.

L'unité transcendantale de l'aperception implique trois facteurs:

  1. Déduction - allocation de la production privée basée sur des informations générales. À travers la perception, une personne passe à la perception - la connaissance des informations dont elle a besoin.
  2. Contemplation - observation, qui peut ensuite être amené à l'analyse et à l'analyse.
  3. Imagination - la représentation de l’information complémentaire.

Une personne se trompe quand elle pense voir le monde qui l'entoure telle qu'elle est réellement. En réalité, une personne voit tout dans un spectre déformé en raison de son influence sur la perception qu'a le monde de certains facteurs. Celles-ci peuvent être les convictions de ce qui est bon et ce qui est mauvais, la détermination de certains idéaux et le rejet des autres, les préjugés et les complexes concernant certains phénomènes vitaux. De nombreux facteurs influencent une vision du monde erronée. Comment cela se manifeste-t-il dans le monde extérieur?

Les gens sont connus pour prendre souvent des décisions à l’avance, puis pour créer des conditions propices à la confirmation des conclusions. Une personne remarque consciemment des cas confirmant ses soupçons et ses attentes. Il ne remarque que ce qu'il veut voir - des exemples qui renforcent ses préjugés. Par exemple, un homme soupçonnant une femme de trahison verra des preuves de trahison dans chacune de ses interactions avec d'autres membres du sexe opposé. Un tel homme ne verra pas la simple communication professionnelle de sa femme et de celle d'un autre homme, mais des signes évidents de flirt, qui mèneront finalement au sexe. Il voit ce qu'il veut, pas ce qu'il est vraiment.

Les stéréotypes jouent les leurs. Très clairement, cela se manifeste dans le désir de faire aimer toute personne. Par exemple, une femme apporte une bière à un homme parce qu'elle croit que tous les hommes boivent, étant donné que son premier mariage s'est effondré à cause de l'alcoolisme. La question qui se pose est la suivante: pourquoi continuer à utiliser le stéréotype s’il a déjà détruit les relations précédentes? Donc, malheureusement, beaucoup de gens le font. Dans l'état d'esprit habituel, ils peuvent condamner ou encourager certaines actions d'une personne, mais lorsqu'il s'agit de favoriser une autre personne, ils oublient que les stéréotypes peuvent constituer une farce cruelle s'ils sont utilisés. Que pensez-vous, pourquoi le mariage d’une femme avec cet homme à qui elle a apporté une bière s’effondrerait-il? C'est vrai, à cause de l'alcoolisme, comme dans le premier cas.

Une personne critiquant une autre personne ne parle pas de elle, mais de ce qu’elle a vue en elle-même. Il critique les qualités qui lui sont inhérentes. Et il y réagit négativement parce qu'il déteste ces qualités en lui-même. Une personne est toujours ennuyée chez les autres par ce qui est en elle-même. Un grand nombre de condamnations parlent de principe. Plus vous avez de principes, plus vous condamnez les autres. Ce jeu est un excellent mécanisme de défense de l'ego humain. L'égoïsme ne permet jamais à son maître de remarquer ses erreurs et ses défauts, car il le tue. Caché derrière les imperfections du monde et des gens, l'ego protège une personne contre ses propres défauts.

Les erreurs dites constituent une autre excellente distorsion de la vision du monde. Il est plus courant pour une personne de dire que quelque chose a été mal fait que de regarder la situation de l’autre côté. En fait, il n'y a pas d'erreur! Ils n'existent tout simplement pas! Il y a seulement des situations dans lesquelles une personne traite comme des erreurs. Mais en eux-mêmes ils ne se trompent pas.

Exemples d'aperception

Chaque personne a une perception, mais ne s'en rend pas compte. Il existe de nombreux exemples d'aperception ici:

  • Le chorégraphe, lorsqu’il communique avec les gens, attire l’attention sur la manière dont ils bougent, le plastique de leurs bras et de leurs jambes.
  • Regarder une émission de télévision, c'est mémoriser des informations importantes. Par exemple, lors de la sortie d'un nouvel épisode de votre série télévisée préférée, même si la chaîne aurait pu parler d'un acteur qui joue un rôle majeur dans ce genre.
  • Une personne qui ne fait pas confiance aux gens verra derrière chaque mot une déception, un mensonge, un désir de manipuler.
  • Le maître de la fabrication des skis et le skieur évaluent les skis différemment. Le maître examinera la qualité et les méthodes de traitement du matériau, et le skieur évaluera l’élasticité, la résistance et les autres propriétés des skis.
  • Voulant répondre à votre question, une personne mettra en évidence des informations qui fournissent partiellement ou totalement les connaissances nécessaires. Par exemple, après le départ de son homme bien-aimé, une femme cherchera toute information susceptible de répondre à sa question: comment la récupérer?
  • Lorsqu'une personne se rend au travail, elle ne fait pas attention à ce qui est lié au processus de déplacement. Par exemple, il ne fera pas attention aux personnes qui se tiennent à l'arrêt de bus, mais se contentera de noter le nombre de minibus qui approche.
  • En écoutant la mélodie, une personne choisira uniquement les sons qui lui plaisent à l'oreille.
  • Lorsqu'elle choisit où aller pour se détendre, une personne sera guidée par l'expérience des expériences qu'elle a vécues, se reposant déjà à un endroit ou à un autre.

La concentration sur des sensations spécifiques, des croyances, des idées et des émotions amène une personne à se limiter dans ses décisions, ses conclusions et ses choix. Une personne évitera ce qui l'a effrayée ou blessée, en allant ou en étant emportée seulement en donnant des expériences positives.

A travers quel prisme voyez-vous le monde? Les gens regardent le monde à travers leur propre prisme. Au mot "pomme", certains imaginent une pomme verte et d’autres - une pomme rouge. En regardant une fenêtre, quelqu'un voit les étoiles et l'autre - le treillis. Ainsi, les croyances, les croyances, les principes de «ce qui est bon et ce qui est mauvais» sont le prisme à travers lequel une personne regarde le monde, qui caractérise le phénomène de l’aperception. Le résultat - une perception limitée du monde, ignorant le reste.

Ce prisme oblige une personne à agir d'une manière ou d'une autre. En regardant à travers, une personne commet certaines actions. En conséquence, certaines personnes considèrent qu'il est normal de se moucher dans les lieux publics et celles qui toléreront jusqu'à ce qu'elles arrivent aux toilettes se vident le nez. Il y a des gens qui se considèrent dignes de devenir riches malgré le fait qu'ils habitent maintenant à la gare dans une boîte en carton, et ceux qui se considèrent indignes de la richesse, même s'il a terminé des études supérieures et qu'il a un toit sur la tête.

Selon quel ensemble de croyances, de principes, de règles, d'autorisations et d'interdictions une personne regarde le monde qui l'entoure, elle s'autorise un mode de vie particulier. On peut dire que beaucoup de gens n'atteignent pas leurs objectifs et leurs désirs simplement parce qu'ils se considèrent indignes de les avoir ou incapables de les atteindre. Bien sûr, si une personne se considère indigne et incapable, elle ne fera rien pour atteindre ses objectifs. Et ici, peu importe qui a quelles opportunités. Il y a des gens sans bras ni jambes qui gagnent plus d'argent que ceux qui sont en bonne santé physique.

Tout dépend de ce que vous croyez, de ce qui vous guide et de ce que vous permettez et interdisez. Une espérance de vie d'aperception peut être à la fois heureuse et malheureuse. Tout dépend des yeux de l'homme qui regarde, qui se distingue de toutes les informations qu'il veut savoir, voir et entendre.

Mais si une personne change de prisme, ses actions, son mode de vie, ses relations et même son cercle social changent. Si vous voulez changer votre vie, changez vos croyances, vos principes, "permettez" et "ne permettez pas". Tout cela conduira inévitablement à un changement de comportement et à la mise en place de nouvelles actions, lesquelles à leur tour entraîneront de nouvelles conséquences. Et en fonction de quoi et dans quelle direction vous allez changer, votre vie changera dans une direction ou une autre.

Aperception - psychologie

L'aperception est. Perception en psychologie. Aperception

L'aperception est. Perception en psychologie. Test d'aperception

Notre expérience, nos objectifs et nos motivations passés jouent un rôle majeur dans la perception du monde environnant, de ses objets et de ses phénomènes.

Histoire du concept

Le concept d'aperception a été introduit par le psychologue G. Leibniz. D.S. Bruner a proposé le terme "aperception sociale". C'est la perception des groupes sociaux, des nations, des races, des individus.

Le psychologue a attiré l'attention sur la subjectivité de faire des gens autour d'eux, en contraste avec des objets et des phénomènes.

Le philosophe Emmanuel Kant a soulevé la question de l'unité transcendantale de l'aperception, l'essentiel étant que la conscience de sa personnalité ne puisse être séparée de la conscience de l'environnement.

Alfred Adler croyait que l’aperception était un style de vie développé par l’homme. Sur cette base, le psychologue a développé un schéma, présentant ce terme comme l'un des principaux liens de la perception. I.F.

L'aperception de Herbart a été transférée à la pédagogie, la qualifiant de prise de conscience des sujets du matériau sous l'influence de connaissances et d'expériences antérieures.

Wilhelm Wundt a présenté ce terme comme une force psychique interne spéciale qui détermine le comportement humain.

Perception et Perception

La perception est l'une des propriétés mentales les plus importantes d'une personne dont l'action est la perception conditionnelle d'objets et de phénomènes dans le monde environnant, en fonction de ses vues, de ses intérêts et de son expérience. En ce qui concerne la perception, ce concept inclut la réception et la transformation d'informations sensorielles, à travers lesquelles l'image subjective d'un objet est formée.

Le concept explique la compréhension de soi et d'une autre personne et, sur cette base, l'établissement d'une interaction et d'une compréhension mutuelle. Ces deux termes sont divisés par le célèbre scientifique G. Leibniz. Le psychologue a montré que la perception est la condition principale de la conscience de soi. Et il a ajouté au concept de mémoire et d'attention. Ainsi, l'aperception est une combinaison de processus mentaux majeurs.

Caractéristiques

La perception a certaines propriétés. Ils peuvent être désignés comme étant significatifs, constants et objectifs. La première propriété est une perception différente du même sujet par différentes personnes. La raison de ce phénomène est que chaque personne a sa propre expérience accumulée, sur laquelle elle s’appuie.

Deuxièmement, malgré les conditions changeantes, la perception des propriétés de l’objet reste relativement indépendante. La troisième propriété suggère que toutes les impressions du monde qui nous entourent sont attribuées à divers objets et phénomènes (ciel bleu, son d'une voix humaine, etc.). Avec objectivité associée signification.

Les nouvelles expériences se mêlent toujours aux expériences passées, aux connaissances, sur la base desquelles une personne reconnaît un sujet.

Perception en psychologie

En plus de combiner les sensations dans une sorte d'image intégrale qu'une personne reconnaît, sa compréhension et sa compréhension ont également lieu. Toutes les actions sont réalisées grâce aux connaissances acquises. Ainsi, nous pouvons distinguer les propriétés spéciales de la conscience:

  1. Catégorisation. Tout sujet est perçu comme un membre de la classe généralisée. Les propriétés spécifiques du groupe sont transférées à l'objet lui-même.
  2. Médiation verbale. En raison de cette propriété, il se produit une abstraction et une généralisation des propriétés individuelles des objets.
  3. Effet des installations. On peut dire qu'il s'agit d'une capacité presque inconsciente de ressentir, de réagir et de percevoir de la manière suggérée par l'expérience et la motivation.
  4. Subjectivité. En fonction de leurs facteurs individuels, différentes personnes perçoivent le même sujet différemment.
  5. Aperception. Les perceptions de tout contenu sont déterminées par les impressions et les connaissances passées.

M. Wertheimer, l'un des fondateurs de la psychologie de la Gestalt, a déduit six lois de la perception. Ceux-ci comprennent:

  1. L'effet de proximité (l'union de personnages proches).
  2. Effet de similarité (les éléments de même couleur, forme, etc. sont regroupés).
  3. Facteur "destin commun" (les éléments sont combinés en fonction de leurs modifications).
  4. Facteur de fermeture (meilleure perception des chiffres fermés).
  5. Le facteur de regroupement sans reste (on essaie de regrouper un certain nombre de sujets pour qu’il n’y ait pas de chiffres séparés).
  6. Facteur "bonne continuation" (le choix de lignes moins incurvées des deux intersectant ou connexes).

Psyché de la personnalité

Le concept de «psyché» fait référence à la capacité des sujets de refléter des objets du monde, de construire une image de la réalité et, à la base de celle-ci, de réguler leur comportement et leurs activités. Les principales propriétés du psychisme peuvent être distinguées dans les conclusions suivantes:

1. La psyché est une propriété de la vie, une matière hautement organisée.

2. La psyché est capable de percevoir des informations sur le monde et de donner naissance à une image d'objets matériels.

3. Sur la base des informations reçues de l'extérieur, l'environnement interne de l'individu est régulé et son comportement se forme.

Les méthodes de recherche les plus courantes de la perception en psychologie sont les tests. Ce sont principalement des représentants de deux types - l’aperception de symboles et l’aperçu thématique.

Le premier test consiste en 24 cartes avec des symboles tirés de contes de fées et de mythes. Le sujet regroupe les cartes comme il convient. La prochaine étape de la recherche est la proposition d'ajouter des caractères à un autre manquant.

Ensuite, le regroupement a lieu à nouveau, mais dans des catégories connues: «amour», «jeu», «pouvoir», «connaissance». Le sujet doit expliquer le principe de sa systématisation et le sens des symboles.

Le résultat sera l'identification des priorités et l'orientation des valeurs de la personne.

Le second test est présenté sous la forme d'un ensemble de tableaux avec des photographies en noir et blanc, sélectionnées en fonction de l'âge et du sexe des sujets. La tâche de la personne chargée du test est de créer une histoire d’intrigue à partir de chaque image. Cette technique est utilisée en cas de diagnostic psychothérapeutique et différentiel lors de la sélection de candidats à des postes importants.

Test pour l'étude des enfants

Le test d'aperception pour enfants a été créé par L. Bellak et S. S. Bellak. Les recherches utilisant cette méthode sont menées auprès d'enfants âgés de 3 à 10 ans. Son essence réside dans la démonstration de diverses images représentant des animaux engagés dans différentes activités.

L'enfant est invité à raconter l'histoire en se basant sur les images (ce qui occupe les animaux, ce qui se passe dans l'image, etc.). Après la description, le psychologue clarifie les questions.

Il est important de montrer les images dans un certain ordre, dans l'ordre de leur numérotation.

Cette technique permet d'identifier les paramètres suivants:

  1. Principaux motifs et besoins.
  2. Relations avec les parents (frères, soeurs, parents).
  3. Conflits intrapersonnels.
  4. Caractéristiques des mécanismes de protection.
  5. Peurs, phobies, fantasmes.
  6. Comportement des pairs.

En se basant sur le concept d '«aperception» (il s'agit d'une perception consciente, significative et réfléchie de la réalité basée sur l'expérience passée), il est important de corriger l'influence des connaissances acquises de l'enfant dans le temps afin qu'il développe les concepts corrects concernant les objets du monde.

Qu'est-ce que l'aperception en psychologie

Perception (du latin. Ad-to + perceptio-perception) - perception attentive, significative, consciente, réfléchie. Nous avons remarqué et compris ce que nous avons vu. Dans le même temps, différentes personnes, en fonction de leur capacité à comprendre et à l'expérience passée, verront des choses différentes.

Ils ont une perception différente.

Une autre définition de l'aperception est constituée par les processus mentaux qui assurent la dépendance de la perception d'objets et de phénomènes sur l'expérience passée d'un sujet donné, sur le contenu et l'orientation (buts et motivations) de son activité actuelle, sur des caractéristiques personnelles (sentiments, attitudes, etc.).

Le terme introduit dans la science G. Leibniz. Pour la première fois, il a divisé la perception et l'aperception, en comprenant le premier stade comme une présentation primitive, vague et inconsciente de tout contenu («beaucoup en un»), et sous l'aperception, le stade de perception claire et distincte, consciente (en termes modernes, catégorisée, significative).

La perception, selon Leibniz, inclut la mémoire et l'attention, et est une condition préalable à une connaissance supérieure et à la conscience de soi. Par la suite, le concept d'aperception s'est développé principalement dans la philosophie et la psychologie allemandes (I. Kant, I. Herbart, V. Wundt et autres).

), où, avec toutes les différences de compréhension, était considérée comme la capacité de l'âme se développant de manière immanente et spontanée et la source d'un seul courant de conscience. Kant, sans limiter l’aperception, comme Leibniz, le stade le plus élevé de la connaissance, pensait que cela provoquait une combinaison d’idées et faisait la distinction entre une perception empirique et une perception transcendantale.

Herbart a introduit le concept d'aperception dans la pédagogie, en l'interprétant comme une prise de conscience du nouveau matériel perçu par les sujets sous l'influence d'un stock d'idées - connaissances et expériences antérieures, qu'il a qualifiée de masse perceptible.

Wundt, qui a transformé l'aperception en principe explicatif universel, a estimé que l'aperception était le début de toute la vie mentale d'une personne, «causalité mentale spéciale, force mentale intérieure» déterminant le comportement de la personnalité.

Les représentants de la psychologie de la Gestalt ont réduit l'aperception à l'intégrité structurelle de la perception, en fonction des structures primaires qui apparaissent et varient dans leurs lois internes.

L'aperception est la dépendance de la perception sur le contenu de la vie mentale d'une personne, sur les caractéristiques de sa personnalité, sur l'expérience passée du sujet. La perception est un processus actif dans lequel les informations reçues sont utilisées pour émettre et tester des hypothèses. La nature de ces hypothèses est déterminée par le contenu de l'expérience passée.

Avec la perception d'un objet, les traces des perceptions passées sont également activées. Par conséquent, le même sujet peut être perçu et reproduit de différentes manières par différentes personnes. Plus l'expérience de la personne est riche, plus sa perception est riche, plus elle voit le sujet.

Le contenu de la perception est déterminé à la fois par la tâche assignée à la personne et par les motivations de son activité.

Un facteur essentiel qui influence le contenu de la perception est l’installation du sujet, qui se développe sous l’influence des perceptions précédentes et qui représente une sorte de volonté de percevoir d’une manière ou d’une autre le nouvel objet présenté. Ce phénomène, étudié D.

Uznadze et son équipe caractérisent la dépendance de la perception à l’état du sujet qui perçoit, lequel est à son tour déterminé par les influences antérieures exercées sur lui. L’effet de l’installation est très répandu et s’étend au travail de divers analyseurs. Dans le processus de perception, il existe également des émotions qui peuvent modifier le contenu de la perception; avec une attitude émotionnelle envers le sujet, il devient facilement un objet de perception.

Formation pour un coach, un psychologue conseil et un coach. Diplôme de recyclage professionnel

Programme de développement personnel d'élite pour les meilleures personnes et des résultats exceptionnels

L'aperception en psychologie est considérée comme l'une des étapes de la cognition des objets. L'aperception est incluse dans la perception. Dans le processus de perception, des mécanismes cognitifs supérieurs sont impliqués, ce qui entraîne l'interprétation des informations sensorielles.

Tout d'abord, nous sentons le stimulus, puis à l'aide de la perception, nous interprétons les phénomènes détectés et une image complète est créée. C’est lui qui se transforme sous l’influence de l’expérience du passé, que l’on appelle la perception.

Après l'aperception, l'objet a une coloration individuelle et personnelle. Toute la vie d'une personne, consciemment ou inconsciemment, est un processus d'aperception. Ce n'est pas un acte spontané, mais l'évaluation constante d'une nouvelle expérience à travers la connaissance, les impressions, les idées, les désirs présents dans une personne.

L'expérience se superpose à de nouvelles impressions et il nous est déjà difficile de déterminer lequel de ces deux facteurs joue un rôle important dans nos jugements sur le sujet en ce moment: la réalité objective ou nos caractéristiques individuelles (désirs, expériences, préjugés). Une telle relation entre l'objectif et le subjectif fait qu'il est impossible de déterminer avec exactitude où ils interfèrent avec des jugements, tels qu'un préjudice.

Le mot «aperception» comprend deux parties en latin: ad, qui se traduit par «k», et perception - «perception». Le terme d'aperception introduit Leibniz.

Par lui, il entendait des actes de perception conscients, soulignant leur différence par rapport à l’inconscient, appelé à son tour perceptuel. Le terme d'aperception a longtemps été sous la juridiction de la philosophie.

Wolf, Kant, Fichte, Herbart, Hegel et Husserl l'ont examiné en détail et analysé:

Le problème est que le nouveau ne peut guère mobiliser le stock d’idées et d’idées que nous avons déjà. À quoi cela mène-t-il? Grâce à l'aperception, au fil des ans, les gens sont devenus plus conservateurs. Ils ont déjà un système d'idées stable et tout ce qui vient de l'extérieur et ne correspond pas à cela est ignoré.

Mais d'autre part, grâce à l'aperception, le processus d'apprentissage peut être effectué beaucoup plus efficacement. Selon les adeptes de Herbart, chaque nouvel élément de connaissance doit être consciemment inclus dans l'expérience passée et est associé aux informations que les étudiants maîtrisent déjà bien.

Ainsi, l'implication de la mémoire mécanique peut être minimisée, aucune fissure n'est nécessaire. L’inclusion à part entière d’une nouvelle personne dans le système de connaissances d’une personne est organisée et, plus important encore, la joie de la découverte se produit souvent, ce qui conduit à son tour au désir de répéter une telle expérience. L'essentiel - établir un nombre suffisant de liens entre l'ancien et le nouveau.

La connaissance préalable du monde et de ses objets est toujours révélée. Ce n'est pas si facile à illustrer. Supposons que vous êtes assis sur une chaise et que l’enfant récupère un peu de construction des cubes Lego.

Si vous vous assoupissez, ayant déjà vu quel genre de bastion se dressait sous sa main, et pendant que vous dormiez, il le démonta en petites parties, mais néanmoins connectées, puis, presque sans difficulté, lorsque vous vous réveillez, vous pouvez vous rappeler à quoi telle ou telle partie appartenait.

La même personne qui n'a pas vu le bâtiment peut difficilement préciser que des parties du bastion démantelé reposent sur le sol - il peut supposer qu'il ne s'agit que de parties reliées à la hâte afin qu'elles ne deviennent pas confuses, ou que ce soient des parties de bâtiments - être le service d'incendie ou la police.

L'aperception est une conséquence directe de l'apprentissage. Si nous n’avions pas cette propriété, nous serions à peine en mesure de tracer rapidement des parallèles et de comprendre comment utiliser un nouveau stimulus. Après avoir lu une phrase avec difficulté, nous apprendrions chaque fois que les lettres se transforment en mots et que chaque mot a son propre sens. Nous aurions encore et encore à donner un sens aux stimuli externes et internes.

Après avoir appris le sens des signaux des sens, nous avons acquis un réseau d’associations grâce auquel il nous est plus facile d’interpréter les stimuli du monde extérieur. Par exemple, lorsque vous entendez une balalaïka, vous pouvez immédiatement établir un parallèle avec les traditions des Slaves, leur culture et plus précisément - leurs danses et leurs divertissements. En termes simples, notre compréhension du monde est affectée par l’interaction de deux structures:

Ce que nous savons de l’objet se superpose à ce que nous ressentons dans le processus de sa perception directe, et nous obtenons l’image de l’objet pour le moment. Cela nous aide à lire, à écrire et à relier des personnes et des phénomènes à un groupe ou à un autre, mais cela conduit à de multiples erreurs et problèmes.

En se basant sur la connaissance du rôle de l'aperception dans la perception des personnes, des événements, des idées et des objets, Murray a développé un test d'aperception. Plus tard, ses variations sont apparues, toutes axées sur l’évaluation de la structure principale de la personnalité mentale ou de sa totalité. Ceux-ci peuvent être:

Le test est une image dans laquelle les sujets doivent écrire des histoires. En eux, les gens déclarent ce qu’ils pensent se passe avec les caractères des images: ce qui s’est passé avant le moment fixé, ce qui se passe ensuite. Il est également nécessaire de refléter les expériences, les sentiments, les émotions et les pensées qui pourraient appartenir aux personnages, en fonction des sujets.

En plus des images avec les situations, il y a une feuille blanche. Cette partie du test révèle les problèmes réels de la personne. Ici, le sujet doit composer une histoire à partir d'une image qu'il inventera lui-même! Dans le processus d'aperception, l'expérience passée et le contenu de la psyché sont mis à jour dans les récits des sujets.

L'aperception fonctionne parce que les sujets ne sont limités par rien. L'essentiel est de créer la bonne impression en eux, sinon le test échouera, ils ne devraient pas savoir ce qui est détecté, et l'atmosphère et les compétences de la personne effectuant le diagnostic sont également importantes. Pour différents types de personnalité nécessite sa propre approche.

Par le même principe, la méthode des associations libres est arrangée. Il a été introduit par le père de la psychanalyse Sigmund Freud. Déjà, Jung a noté que les associations libres, lorsqu'un stimulus est présenté, se produisent plus facilement et avec moins de défenses, de sorte qu'il devient plus facile d'accéder au contenu inconscient de la conscience.

Au milieu du XXe siècle, Edwin Boring a exprimé l'idée d'une fonction spécifique de la perception, qui consiste, selon lui, à sauvegarder l'activité de penser. Il sélectionne et détermine le plus important qu'il soit préservé.

Et les psychologues cognitifs sont d'accord avec ce point de vue. Ainsi, une personne dispose de filtres afin de se défaire de l'un et de sauver l'autre, d'ignorer une partie et de remarquer l'essentiel et le plus décisif pour sa vie et sa réussite.

Mais comment va-t-on prendre la décision «d'ignorer ou de sauvegarder»? Bien sûr, sur la base de l'expérience passée et des rafales momentanées. Il ne faut donc pas espérer qu’il sera possible de maîtriser n’importe quel domaine de la science à la fois ou de comprendre des phénomènes complexes - la nature méthodique et la richesse des associations liées à ce sujet ou adjacentes sont importantes.

William James a estimé (sur la base de la considération de la perception) que la différence d'opinions sur un fait prouve la pauvreté des associations des parties en conflit. Leur désaccord révèle déjà l'insuffisance de toutes les explications concurrentes et, pour éliminer la contradiction, il leur faudrait augmenter leur stock d'idées et même voire même introduire un nouveau concept pour le phénomène en question.

APPERCEPT

APPERCEPT (du latin. Ad-to et perceptio-perception) - un concept exprimant la conscience de la perception, ainsi que la dépendance de la perception sur l'expérience spirituelle passée et sur le stock de connaissances et d'impressions accumulées. Le terme "aperception" introduit G.V.

Leibniz, en les désignant conscience ou actes réflexifs ("qui nous donnent l'idée de ce que l'on appelle" je "), par opposition aux perceptions inconscientes (perceptions). “Alors

, une distinction doit être faite entre perception-perception, qui est l'état intérieur de la monade, et la conscience d'aperception, ou connaissance réfléchie de cet état intérieur... "(GV Leibniz, 4 t., v. 1. M., 1982, p. 406).

Cette distinction a été faite par lui dans une controverse avec les cartésiens, qui "ne considéraient rien" comme des perceptions inconscientes et, sur cette base, même "renforcés... dans l'opinion de la mortalité des âmes".

I. Kant a utilisé le concept "d'aperception" pour désigner pour eux "la conscience de soi, produisant l'idée" je pense ", qui devrait pouvoir accompagner toutes les autres idées et être identique dans n'importe quelle conscience" (Kant I. Critique de la raison pure. M., 1998, page 149).

Contrairement à la perception empirique, qui est simplement une «unité subjective de conscience» qui naît de l'association d'idées et d'une nature aléatoire, la perception transcendantale est a priori, originale, pure et objective.

C’est grâce à l’unité transcendantale de l’aperception qu’il est possible de réunir tout ce qui est donné dans une représentation visuelle d’une variété au concept d’objet. L'affirmation principale de Kant, qu'il a lui-même qualifiée de "fondement suprême de toute connaissance humaine", est que l'unité de l'expérience sensorielle (représentations visuelles) réside dans l'unité de la conscience de soi, et non l'inverse.

C’est pour l’affirmation de l’unité de conscience originelle qui impose ses catégories et ses lois au monde des phénomènes que Kant introduit le concept d’aperception transcendantale: «… L’unité de conscience est la condition indispensable qui crée le rapport des idées au sujet, c’est-à-dire les transformant en connaissance; la condition de la raison elle-même est donc basée sur cette condition »(ibid., p.

137–138). En d’autres termes, pour que les présentations visuelles deviennent des sujets sur le sujet, il doit certainement les reconnaître comme siennes, c’est-à-dire combinez avec votre "je" à travers l'expression "je pense."

Aux 19-20 siècles. Le concept d'aperception a été développé en psychologie en tant qu'interprétation de la nouvelle expérience à travers l'utilisation de l'ancienne et en tant que principe central ou principal de toute activité mentale. Conformément à la première compréhension de I.F.

Herbart considérait l'aperception comme une prise de conscience de la perception nouvellement perçue sous l'influence du stock d'idées déjà accumulé («masse d'aperception»), tandis que les nouvelles idées réveillent les anciennes et se mélangent avec elles, formant une sorte de synthèse. Dans le cadre de la seconde interprétation de V.

L’apperception du Wundtschital est une manifestation de volonté et elle y voit le seul acte par lequel une conscience claire des phénomènes mentaux devient possible.

En même temps, l'aperception peut être active dans le cas où nous recevons de nouvelles connaissances grâce à un effort conscient et déterminé de notre volonté sur un objet, et passive, lorsque la même connaissance est perçue par nous sans aucun effort volontaire.

En tant que l'un des fondateurs de la psychologie expérimentale, Wundt a même tenté de détecter le substrat physiologique de l'aperçu en imaginant des «centres d'aperception» situés dans le cerveau.

Soulignant le caractère volontaire de l'aperception, Wundt s'est entretenu avec des représentants de la psychologie associative qui ont affirmé que toutes les manifestations de l'activité mentale peuvent être expliquées à l'aide du droit des associations. Selon cette dernière, l'apparition, dans certaines conditions, d'un seul élément psychique n'est appelée dans la conscience que par l'apparition d'une autre connexion associative qui lui est associée (comme cela se produit lors de la reproduction consécutive de l'alphabet).

En psychologie moderne, l’aperception est comprise comme la dépendance de chaque nouvelle perception sur le contenu total de la vie mentale d’une personne.

L'aperception est interprétée comme une perception significative, grâce à laquelle, sur la base de l'expérience de la vie, des hypothèses sur les caractéristiques de l'objet perçu sont avancées. La psychologie suppose que la réflexion mentale d'un objet n'est pas une réflexion en miroir.

Grâce à la maîtrise de nouvelles connaissances, la perception humaine change constamment, acquérant ainsi de la précision, de la profondeur et du sens.

L'aperception peut être stable et temporaire. Dans le premier cas, la perception est influencée par des caractéristiques de personnalité stables (vision du monde, éducation, habitudes, etc.), dans le second - l'état mental au moment de la perception (humeur, sentiments fugaces, espoirs, etc.).

La base physiologique de l'aperception est la nature systémique de l'activité nerveuse supérieure, basée sur la fermeture et la préservation des connexions neuronales dans le cortex cérébral.

En même temps, un dominant a une grande influence sur l'aperception - le centre cérébral de la plus grande excitation, qui subordonne le travail des autres centres nerveux à lui-même.

1. Ivanovsky V. À la question d'aperception. - "Questions de philosophie et de psychologie", 1897, vol. 36 (1);

2. Teplov B.M.Psychology. M., 1951.

L'aperception est..

Grand dictionnaire de termes ésotériques - édité par Dr. med. Stepanov A.M

(du latin. Perception et perception ad), une prise de conscience claire, la dépendance de la perception à l’égard de l’expérience passée, du contenu général de l’activité mentale humaine et de ses caractéristiques individuelles. Il existe une dépendance constante de la perception visuelle aux caractéristiques stables...

(du latin Ad, quand, perceptio - perception) - perception consciente. Le terme introduit par G.V. Leibniz d'indiquer que l'esprit établit ses propres états internes; A. perception contrastée, comprise comme état intérieur de l'esprit, visant à...

Le plus récent dictionnaire philosophique

APPERCEPT (latin ad-to et percepcio-perception) - terme introduit par Leibniz pour désigner les processus d'actualisation des éléments de perception et d'expérience, grâce aux connaissances antérieures et aux composants de la conscience de soi active de la monade. Depuis lors, A est l'un des concepts phares...

(du latin ad - to et perceptio - je perçois) - l’influence sur la perception des objets du monde environnant des expériences antérieures et des attitudes de l’individu. Le terme " aperception " a été introduit.

(Aperception). Perception, y compris une interprétation subjective de ce que nous recevons à travers les sens.

(Apperception; Apperzeption) - un terme appartenant également à la psychologie générale; dénote la dépendance de la perception sur l'expérience passée, sur le contenu général de l'activité mentale de l'homme et sur ses caractéristiques personnelles et individuelles. Jung fait la distinction entre actif et passif...

(ad. à, avant, avec, perceptio - perception). La propriété de la psyché humaine, qui exprime la dépendance de la perception d'objets et de phénomènes sur l'expérience antérieure du sujet, sur les caractéristiques de sa personnalité individuelle. La perception de la réalité n'est pas un processus passif...

Formation de mots. Vient de lat. ad - to + perceptio - percevoir. L'auteur. G. Leibniz. Catégorie Construit théorique pour expliquer les phénomènes de perception. Spécificité L'influence des expériences précédentes et des attitudes de l'individu sur la perception des objets...

Le processus mental par lequel le nouveau contenu est tellement attaché au contenu existant qu'il est désigné comme compris, compris ou clair. / 78- Bd.I. S.322 / Distinguer entre la perception active et passive; le premier est le processus par lequel le sujet est de lui-même, par…

(aperception) - (en psychologie) un état dans lequel les caractéristiques de l'objet, de l'environnement, etc. perçue par une personne compte tenu de ses connaissances et de son expérience.

Club de conscience saine

Perception (du latin. Ad - à + perceptio - perception) - attentif,,, perception. Drew et compris ce qu'ils ont vu. Dans le même temps, différentes personnes, en fonction de leur capacité à comprendre et à l'expérience passée, verront des choses différentes. Ils ont une perception différente.

Une autre définition de l'aperception est constituée par les processus mentaux qui garantissent la dépendance de la perception d'objets et de phénomènes sur l'expérience passée d'une personne, sur le contenu et l'orientation (et) de son activité actuelle, sur des caractéristiques personnelles (, etc.).

Le terme introduit dans la science G. Leibniz. Pour la première fois, il a divisé la perception et l'aperception, en comprenant le premier stade comme présentation primitive, vague, de certains contenus («beaucoup en un»), et sous aperception, le stade d'une perception claire et distincte, consciente (en termes modernes, catégorisée, significative).

La perception, selon Leibniz, inclut et est une condition nécessaire pour une connaissance et une connaissance supérieures. Par la suite, le concept d'aperception s'est développé principalement dans la philosophie et la psychologie allemandes (I. Kant, I. Herbart, V. Wundt et autres).

), où, avec toutes les différences de compréhension, était considéré comme une capacité et une source de développement unique et spontané.

Kant, sans limiter l’aperception, comme Leibniz, le stade le plus élevé de la connaissance, pensait que cela provoquait une combinaison d’idées et faisait la distinction entre une perception empirique et une perception transcendantale.

Herbart a introduit le concept d'aperception dans la pédagogie, en l'interprétant comme une prise de conscience du nouveau matériel perçu sous l'influence d'un stock d'idées - des connaissances antérieures - et l'a qualifié de masse perceptible. qui a transformé l'aperception en un principe explicatif universel, a estimé que l'aperception était le début de toute vie mentale, déterminant de "causalité mentale spéciale, force mentale intérieure".

Les représentants ont réduit leur perception de l'intégrité structurelle de la perception, en fonction des structures primaires qui apparaissent et dont les lois internes varient.

L'aperception est la dépendance de la perception sur le contenu de la vie mentale d'une personne, sur les caractéristiques de sa personnalité, sur l'expérience passée du sujet. - un processus actif dans lequel les informations reçues sont utilisées pour proposer et tester des hypothèses. La nature de ces hypothèses est déterminée par le contenu de l'expérience passée.

Avec la perception d'un objet, les traces des perceptions passées sont également activées. Par conséquent, le même sujet peut être perçu et reproduit de différentes manières par différentes personnes. Plus l'expérience de la personne est riche, plus sa perception est riche, plus elle voit le sujet.

Le contenu de la perception est déterminé à la fois par la tâche assignée à la personne et par les motivations de son activité.

Un facteur essentiel influant sur le contenu de la perception est l’installation du sujet, qui se développe sous l’influence des perceptions précédentes et qui représente une sorte de volonté de percevoir les nouveaux présentés. Ce phénomène, étudié D.

Uznadze et son équipe caractérisent la dépendance de la perception à l’état du sujet qui perçoit, lequel est à son tour déterminé par les influences antérieures exercées sur lui. L’effet de l’installation est très répandu et s’étend au travail de divers analyseurs. Dans le processus de perception sont impliqués et cela peut changer le contenu de la perception; avec une attitude émotionnelle envers le sujet, il devient facilement un objet de perception.

Aperception

Perception (de lat.

ad - to perceptio - perception) est l’une des propriétés fondamentales de la psyché humaine, exprimée dans la conditionnalité de la perception des objets et des phénomènes du monde extérieur et la prise de conscience de cette perception par les caractéristiques du contenu général de la vie mentale, du stock de connaissances et de l’état spécifique de la personnalité.

Le terme “A.” a été introduit par G. Leibniz [1], en désignant le processus de prise de conscience de l’impression qui n’était pas encore apparue; ceci a déterminé le premier aspect du concept de A.: la transition du sensuel, de l'inconscient (sensations, impressions) dans le rationnel, conscient (perception, représentation, pensée). I.

Kant a attiré l'attention sur le fait que l'activité de l'esprit synthétise les éléments atomiques de la sensualité, de sorte que la perception ait toujours une certaine intégrité. Pour désigner la connexion et l'unité des représentations dans la conscience, Kant a introduit le concept d '«unité synthétique A.», c'est-à-dire l'unité du processus de conscience.

Au niveau de la sensibilité, cette unité est assurée par la raison, qui est "... la capacité a priori de relier et de résumer la diversité [du contenu] des données de représentation sous l'unité de l'aperception" [2]. Kant a appelé la synthèse d'idées existantes transcendantales A. Au 19ème siècle. I. F. Herbart à travers le concept de A.

a expliqué la conditionnalité du contenu de la nouvelle représentation du stock d’idées existantes. V. Wundt, grâce auquel le concept de A. était largement utilisé en psychologie, combinait les trois aspects: la conscience du perçu, son intégrité et sa dépendance à l'expérience antérieure. Avec l'aide de A., il tenta d'expliquer le caractère sélectif de la conscience et du comportement.

Dans la psychologie moderne, le concept de A. exprime le fait incontestable que différentes personnes (et même une personne à des moments différents) peuvent percevoir le même objet de différentes manières et, au contraire, percevoir des objets différents comme étant le même.

Cela s'explique par le fait que la perception d'un objet n'est pas une simple copie, mais une construction d'image réalisée sous l'influence de schémas sensorimoteurs et catégoriques qu'une personne possède, d'une base de connaissances, etc. On distingue à cet égard un A. stable.

(en raison de la vision du monde et de l'orientation générale de l'individu) et temporaire A. (déterminé par l'humeur, l'attitude situationnelle vis-à-vis du perçu, etc.), étroitement imbriqués dans un acte particulier de perception. Variétés d'idées A.

sont les concepts de gestalt, d'attitudes, exprimant divers aspects de l'activité de la personnalité.

L'article est basé sur les matériaux de la grande encyclopédie soviétique.

L'aperception, lat., Le terme d'abord rencontré à Leibniz, signifie qu'il a une idée consciente. Puis la doctrine de A.

Il a ensuite été développé par Wolf et Kant (acte de conscience de soi), Herbart (interaction d’une nouvelle représentation avec un certain nombre d’anciens représentants) et, enfin, Wundt, qui introduit un élément volitif en A. (A.

renforcement de certaines idées grâce à l’attention portée à leur attention).

Lors de la rédaction de cet article, des documents tirés du dictionnaire encyclopédique Brockhaus et Efron (1890-1907) ont été utilisés.

L'aperception (du latin. Apperceptio - perception) est le terme psychologie descriptive, nom générique pour tous les actes mentaux, grâce auquel, avec la participation active de l'attention et sous l'influence de complexes d'éléments mentaux précédemment établis, nous percevons clairement et distinctement ce contenu mental.

Dans la psychologie de la nouvelle époque, le terme «aperception» a connu plusieurs étapes de développement. Pour la première fois, Leibniz a introduit le concept "d'aperception" dans la nouvelle psychologie, par opposition à "l'aperception" de la "perception" simple. Alors que la perception est l'état intérieur de l'âme représentant le monde extérieur, "l'aperception" est "la conscience ou le reflet de cet état intérieur".

Leibniz a souligné le caractère actif de A. Dans les actes de A., les représentations ne nous sont pas simplement données, mais nous en prenons possession comme notre propriété. Puisque l'activité d'une vue distincte du sujet est supposée être assumée, alors, selon Leibniz, les actes de A. sont conditionnés par la conscience de soi. Le concept de A. a été développé par Kant. Selon Kant, A.

il y a une forme de conscience de soi identique et supérieure, grâce à laquelle toute la diversité des représentations visuelles se réfère à la représentation de ce sujet, dans laquelle se trouve cette diversité. Dans A. Kant souligne le caractère synthétique de ses actes. Selon Kant, A. est la condition la plus élevée pour l’unité de tous les concepts de la compréhension; unité A.

en raison de la possibilité de jugements synthétiques a priori en science et en philosophie. - Tandis que Leibniz et Kant ont souligné la fonction gnoseologique de A., le Kantian Herbart a déplacé le centre de gravité vers le contenu psychologique de ce concept. D'après Herbart, A.

il y a acte d'assimilation des représentations qui rentrent dans le champ de la conscience par l'impact de complexes complexes formés jadis par l'expérience psychique. La possibilité de A. en raison, selon Herbart, du mécanisme de la conscience.

Les représentations qui disparaissent de la conscience ne meurent pas sans laisser de traces, mais ayant subi une inhibition, continuent d'exister en tant que «désir de représentation». Par le biais d'associations ou par le mouvement spontané d'une représentation, ceux qui ont quitté la perspective mentale peuvent y revenir. Processus A.

réside dans le fait que les masses de représentations qui ont quitté le champ de la conscience ne restent pas passives, mais tendent, par le biais d'une attraction particulière, à ajouter à leur composition de nouvelles représentations émergentes. La doctrine de Herbart sur A. était complètement mécaniste et intellectuel, car elle réduisait toute vie mentale au mouvement mécanique et à la lutte mécanique de simples représentations.

Dans l'esprit du volontarisme, la théorie de A. a été développée par le célèbre psychologue Wilhelm Wundt, dont l'enseignement sur A. est une synthèse de toute l'histoire antérieure de ce concept, à commencer par Leibniz. Par A. Wundt, nous comprenons chaque processus par lequel nous percevons clairement un contenu mental. Caractéristique A.

consiste, selon Wundt, dans la tension de l'attention; la perception, non accompagnée d'un état d'attention, Wundt appelle la perception. Wundt distingue deux types de A.

: passif, dans lequel un nouveau contenu est saisi instantanément par l'attention, sans installation émotionnelle préalable, et actif, avec un essaim, la perception du contenu est précédée d'un sentiment d'attente et l'attention est dirigée sur un nouveau contenu avant son apparition. En esthétique, le concept de A. est largement utilisé dans l'étude de la perception esthétique. Le concept de A. revêt une importance particulière.

reçues dans ces théories esthétiques qui aspirent à dériver des lois et des conditions de la perception esthétique établies par la psychologie les prescriptions normatives qui régissent le processus artistique. Le fait est que l'étude de A.

des questions telles que la quantité de perception de la conscience, c'est-à-dire la limite quantitative des impressions esthétiques pouvant être perçues d'un seul point de vue; la question du caractère discontinu ou continu de la perception esthétique lors du transfert de l'attention d'un contenu mental à un autre; la question de la gradation des moments de tension et d'affaiblissement dans le processus de perception esthétique, etc. Selon les réponses à toutes ces questions, les théories normatives de l'esthétique ont tenté d'indiquer les propriétés de l'objet esthétique qui devraient être disponibles - afin que l'objet puisse pleinement et complètement être perçu dans une impression esthétique. Des espoirs particuliers reposaient sur la théorie de A. lors de discussions sur des questions telles que le problème de la synthèse des arts. En même temps, ils partaient de l'idée que la possibilité d'une synthèse des arts dépend non seulement de la possibilité de combiner deux ou plusieurs arts en la personne d'un artiste, mais également de la possibilité de percevoir des produits synthétiques de l'art en raison des lois de la psyché. Sur cette base, de nombreux esthétiques, y compris Leo Tolstoï, ont nié toute possibilité de synthèse des arts, estimant que, même si des œuvres d'art synthétiques parfaites pouvaient être créées, elles ne pourraient pas être entièrement comprises en raison de leur conscience d'aperception limitée. Les théories réglementaires basées sur les lois de A. sont clairement intenables. En dépit du fait que des méthodes expérimentales de recherche ont été appliquées depuis longtemps à l'étude de A., les actes de A. n'ont pas encore été étudiés au point de pouvoir tirer des conclusions normatives en matière d'esthétique. De plus, les formes de A., sa portée, sa composition, ses conditions de réalisation ne sont pas constantes, les quantités mentales immobiles; ils changent avec le changement de la psyché d'une personne sociale. D'autre part, toutes les théories normatives reposent sur une hypothèse psychologique erronée, fondée sur le fait que la perception esthétique repose uniquement sur la loi du gaspillage économique des forces. Les travaux les plus récents sur l'esthétique et, en particulier, sur la théorie de la littérature ont montré de manière convaincante que la dialectique du processus artistique incitait dans un certain nombre de cas les artistes à introduire des matériaux, des techniques et des formes qui ne facilitent pas mais au contraire entravent le processus de perception esthétique. Les conditions dans lesquelles les artistes ressentent le besoin d’introduire des éléments qui entravent la maîtrise d’une œuvre ne sont pas déterminées par la logique immanente du développement formel de l’art, mais par des raisons sociologiques: la dialectique de la conscience de classe et la dialectique du développement des classes sociales elles-mêmes.

L'article est basé sur les matériaux de l'Encyclopédie littéraire de 1929-1939.

Les notes

  1. "Nouvelles expériences sur l'esprit humain", M.-L., 1936, p. 120
  2. ↑ Ouvrages, volume 3, M., 1964, p. 193

Voir aussi

Catégories:

Aperception

L'aperception est un concept de discours psycho-philosophique qui exprime la conscience de la perception, ainsi que sa dépendance à l'expérience spirituelle passée et à un stock de connaissances et d'impressions accumulées. Le terme «aperception» a été introduit par G. V.

Leibniz, en les désignant conscience ou actes réflexifs ("qui nous donnent l'idée de ce que l'on appelle" je "), par opposition aux perceptions inconscientes (perceptions).

"Ainsi, une distinction doit être faite entre perception-perception, qui est l'état intérieur de la monade, et la conscience d'aperception / perception réfléchie de cet état intérieur"... (G. Leibniz V. Fonctionne en 4 tonnes, V. 1. - M. (1982, p. 406).

Cette distinction a été faite par lui dans une controverse avec les cartésiens, qui "ne considéraient rien" comme des perceptions inconscientes et, sur cette base, même "renforcés... dans l'opinion de la mortalité des âmes". Depuis lors, le concept d'aperception est devenu l'un des plus répandus en philosophie et en psychologie.

Le terme «perception» recouvre le contenu le plus compliqué de la philosophie de I. Kant, qui a utilisé ce concept pour désigner «la conscience de soi, produisant l'idée« je pense », qui devrait pouvoir accompagner toutes les autres idées et être identique dans toute conscience» (Kant I Critique de la raison pure.

- M., 1998, p. 149). Kant identifie deux types d'aperception: empirique et transcendantale.

Contrairement à la perception empirique, qui est simplement une «unité subjective de conscience» qui naît de l'association d'idées et d'une nature aléatoire, la perception transcendantale est a priori, originale, pure et objective.

C’est grâce à l’unité transcendantale de l’aperception qu’il est possible de réunir tout ce qui est donné dans une représentation visuelle d’une variété au concept d’objet.

La principale déclaration de Kant, qu'il a lui-même appelée «la plus haute fondation de toute connaissance humaine», est que l'unité de l'expérience sensorielle (représentations visuelles) réside dans l'unité de la conscience de soi, mais pas l'inverse.

C’est pour l’affirmation de l’unité de conscience originelle qui impose ses catégories et ses lois au monde des phénomènes que Kant introduit le concept d’aperception transcendantale: «… L’unité de conscience est la condition indispensable qui crée le rapport des idées au sujet, c’est-à-dire les transformant en connaissance; à cette condition, donc, la possibilité de la raison elle-même est fondée »(ibid., p. 137–138). En d'autres termes, pour que les représentations visuelles deviennent la connaissance du sujet par le sujet, il doit certainement les reconnaître comme siennes, c'est-à-dire se confondre avec son «moi» par l'expression «je pense».

Aux XIXe-XXe siècles, le concept d'aperception a été développé en psychologie comme interprétation de la nouvelle expérience en utilisant l'ancien et comme centre ou principe principal de toute activité mentale. Conformément à la première compréhension de I.F.

Herbart considérait l'aperception comme une prise de conscience de la perception nouvellement perçue sous l'influence du stock d'idées déjà accumulé («masse d'aperception»), tandis que les nouvelles idées réveillent les anciennes et se mélangent avec elles, formant une sorte de synthèse. Avec cette compréhension, le terme "aperception" était en fait synonyme de quantité d’attention.

Dans le cadre de la deuxième compréhension, V. Wundt considérait l'aperception comme une manifestation de volonté et y voyait le seul acte par lequel une conscience claire des phénomènes mentaux devient possible.

En même temps, l'aperception peut être active dans le cas où nous obtenons de nouvelles connaissances grâce à l'effort conscient et déterminé de notre volonté sur l'objet, et passive, une fois que la connaissance est perçue par nous sans aucun effort volontaire.

En tant que l'un des fondateurs de la psychologie expérimentale, Wundt a même tenté de détecter le substrat physiologique de l'aperçu en imaginant des «centres d'aperception» situés dans le cerveau.

Soulignant le caractère volontaire de l'aperception, Wundt a fait valoir avec des représentants de la psychologie associative qui ont soutenu que toutes les manifestations de l'activité mentale peuvent être expliquées à l'aide du droit des associations. Selon ce dernier, l’apparition d’un certain élément psychique dans certaines conditions n’apparaît dans la conscience que grâce à l’apparition d’un autre lien associatif qui lui est associé (comme cela se produit lors de la reproduction séquentielle de l’alphabet). La poursuite des recherches dans ce domaine a conduit à l’émergence de la psychologie de la Gestalt.

En psychologie moderne, l’aperception est comprise comme la dépendance de chaque nouvelle perception sur le contenu total de la vie mentale d’une personne.

L'aperception est interprétée comme une perception significative, grâce à laquelle, sur la base de l'expérience de la vie, des hypothèses sur les caractéristiques de l'objet perçu sont avancées. La psychologie suppose que la réflexion mentale d'un objet n'est pas une réflexion en miroir.

Grâce à la maîtrise de nouvelles connaissances, la perception humaine change constamment, acquérant ainsi de la précision, de la profondeur et du sens.

L'aperception peut être stable et temporaire. Dans le premier cas, la perception est influencée par des caractéristiques de personnalité stables (vision du monde, éducation, habitudes, etc.), dans le second - l'état mental directement au moment de la perception (humeur, sentiments fugaces, espoirs, etc.).

La base physiologique de l'aperception est la nature systémique de l'activité nerveuse supérieure, basée sur la fermeture et la préservation des connexions neuronales dans le cortex cérébral.

En même temps, un dominant a une grande influence sur l'aperception - le centre cérébral de la plus grande excitation, qui subordonne le travail des autres centres nerveux à lui-même.

L'aperception - Qu'est-ce que l'unité transcendantale d'aperception, de perception?

Une personne vit en communication directe avec le monde extérieur. Il le connaît, tire des conclusions, des raisons.

Pourquoi certaines personnes perçoivent-elles le monde comme mauvais et d'autres comme bonnes? Tout cela est dû à l'aperception et à la perception. Tout cela est uni dans l'unité transcendantale de l'aperception.

L'homme perçoit le monde non pas tel qu'il est, mais à travers un prisme. À propos de cela plus en détail dira le magazine Internet psytheater.com.

Le monde est-il cruel? Est-il injuste? Entrant dans une situation de douleur et de souffrance, une personne commence soudainement à penser au monde dans lequel elle vit. Bien que tout se passe bien dans sa vie, il ne pense pas particulièrement à ce sujet.

Le monde des hommes s'en fiche, tant que tout se passe «comme sur des roulettes».

Mais dès que la vie devient une direction impropre à l'homme, il commence soudainement à réfléchir au sens de son être, aux gens et au monde qui l'entoure.

Le monde est-il aussi mauvais que beaucoup y pensent? Non En fait, les gens ne vivent pas dans le monde dans lequel ils sont apparus. Tout dépend de la façon dont les gens voient ce qui les entoure.

Le monde aux yeux de chaque personne est différent. Un botaniste, un bûcheron et un artiste regardent les arbres différemment lorsqu'ils pénètrent dans une forêt. Le monde est-il mauvais, cruel et injuste? Non

Donc, ceux qui l'appellent avec des mots similaires le regardent.

Si vous revenez au fait qu'une personne commence généralement à évaluer le monde qui l'entoure uniquement lorsque quelque chose ne va pas dans sa vie comme nous le souhaiterions, il n'est alors pas étonnant que le monde lui-même semble cruel et injuste. En soi, le monde a toujours été comme vous le voyez.

Et peu importe si vous regardez le monde de bonne humeur ou de mauvaise. Le monde ne change pas simplement parce que tu es triste ou heureux maintenant. Le monde est toujours le même pour tous. C'est juste que les gens eux-mêmes le regardent différemment.

En fonction de la façon dont vous le regardez, cela devient pour vous la façon dont vous le voyez.

De plus, notez que le monde est d’accord avec n’importe quel point de vue, car il est si diversifié qu’il peut correspondre à toute idée à ce sujet. Le monde n'est ni mauvais ni bon. Il a juste tout: le mauvais et le bon.

Ce n'est que lorsque vous le regardez, vous voyez une chose sans remarquer tout le reste.

Il se trouve que le monde est le même pour tous, seul le monde le voit différemment selon ce à quoi il porte son attention.

Qu'est-ce que l'aperception?

Le monde dans lequel une personne vit dépend de sa perception. Qu'est ce que c'est Il s'agit d'une perception sans équivoque des objets et phénomènes environnants, qui repose sur les vues, l'expérience, la vision du monde et les intérêts, les désirs d'une personne. L'aperception est une perception réfléchie et consciente du monde qui peut être analysée par une personne.

Le monde est le même pour tous, tandis que tout le monde l'évalue et le perçoit différemment. La raison en est la diversité des expériences, des fantasmes, des attitudes et des évaluations que donnent les gens qui regardent la même chose. Ceci s'appelle l'aperception.

En psychologie, l'aperception se réfère également à la dépendance de la perception du monde à l'expérience passée d'une personne et à ses objectifs, ses motivations, ses désirs. En d'autres termes, une personne voit ce qu'elle veut voir, entend ce qu'elle veut entendre, comprend les événements à sa guise. La diversité des options ne parle pas.

La perception du monde est influencée par de nombreux facteurs:

  1. Caractère
  2. Intérêts et désirs.
  3. Objectifs et motivations urgents.
  4. L'activité dans laquelle une personne est engagée.
  5. Statut social.
  6. État émotionnel
  7. Même la santé, etc.

Les exemples d'aperception peuvent inclure:

  • Une personne engagée dans la réparation d'appartements évaluera la nouvelle situation en termes de réparations de haute qualité, sans se soucier des meubles, de l'esthétique et de tout le reste.
  • Un homme à la recherche d'une belle femme va tout d'abord évaluer l'attractivité externe des inconnus, ce qui aura une influence sur le fait de les connaître ou non.
  • Lorsque vous magasinez dans un magasin, une personne accorde plus d’attention à ce qu’elle veut acheter, sans rien remarquer d’autre.
  • Une victime de violence évaluera le monde en termes de présence de signaux dangereux pouvant indiquer qu'il existe un risque de situation de violence.

De nombreux psychologues ont tenté d’expliquer l’apperception, ce qui a donné beaucoup de concepts à ce phénomène:

  1. Selon G. Leibniz, l'aperception est une sensation obtenue par la conscience et la mémoire par les sens, qu'une personne a déjà comprise et comprise.
  2. I. Kant définit l'aperception comme le désir de connaître une personne qui procède de ses propres idées.
  3. I. Herbart a considéré l'aperception comme une transformation de l'expérience existante sur la base de nouvelles données obtenues du monde extérieur.
  4. W. Wundt a défini l'aperception en structurant l'expérience existante.
  5. A. Adler définit l'aperception avec une vision subjective du monde, quand une personne voit ce qu'elle veut voir.

Considération séparée de la perception sociale, où une personne regarde le monde qui l'entoure sous l'influence de l'opinion du groupe dans lequel elle se trouve. Un exemple serait l’idée de la beauté féminine, qui se résume aujourd’hui aux paramètres 90-60-90. Une personne succombe à l’opinion de la société, s’évaluant elle-même et les personnes qui l’entourent en fonction de ce paramètre de la beauté.

Unité transcendantale d'aperception

Chaque personne est sujette à la connaissance de soi et à la connaissance du monde. Ainsi, I. Kant a uni cette propriété de tous les peuples dans l'unité transcendante de l'aperception. L’apperception transcendantale est l’unification de l’expérience passée avec le nouveau reçu. Cela conduit au développement de la pensée, à son changement ou à sa consolidation.

Si quelque chose change dans la pensée d'une personne, des modifications dans ses idées sont possibles. La cognition se produit à travers la perception sensorielle de phénomènes et d'objets. C'est ce qu'on appelle la contemplation, qui est activement impliquée dans l'aperception transcendantale.

Le langage et l'imagination sont liés à la perception du monde environnant. L'homme interprète le monde comme il comprend. Si quelque chose lui est incompréhensible, alors la personne commence à penser, à inventer ou à intégrer un postulat qui ne requiert que la foi.

Le monde est différent pour les gens.

Le terme aperception est utilisé activement en psychologie cognitive, où le rôle principal dans la vie et le destin d'une personne est donné à ses opinions et à ses conclusions tout au long de sa vie.

Le principe de base est le suivant: une personne vit comme il regarde le monde et qu’il le remarque, sur lequel il focalise l’attention. C'est pourquoi certaines choses vont bien, d'autres sont mauvaises.

Pourquoi le monde est-il hostile pour certains et convivial pour d'autres? En fait, le monde est le même, tout dépend de la façon dont la personne le regarde.

Lorsque vous êtes sujet à des émotions positives, le monde vous semble amical et coloré. Lorsque vous êtes bouleversé ou en colère, le monde semble dangereux, agressif, terne.

Cela dépend beaucoup du type de personne qui est dans l'ambiance et de la façon dont il le regarde exactement.

Dans de nombreuses circonstances, la personne décide elle-même de la réaction à certains événements. Tout dépend de quelles croyances il est guidé. Les évaluations négatives et positives sont basées sur les règles que vous utilisez et qui parlent de ce que les autres personnes devraient être et de la manière dont elles devraient se comporter dans certaines circonstances.

Seulement vous pouvez vous faire chier. Les environs ne peuvent pas vous déranger si vous ne le souhaitez pas. Cependant, si vous succombez aux manipulations des autres, vous commencerez à ressentir ce que l'on attend de vous.

Il est évident que la vie d’une personne dépend entièrement de la façon dont elle réagit, de ce qu’elle permet et des croyances qui la guident. Bien entendu, personne n'est à l'abri d'événements imprévus et déplaisants. Cependant, même dans cette situation, certaines personnes réagissent différemment.

Et selon votre réponse, il y aura d'autres développements. Seulement vous décidez de votre destin avec votre choix, ce qu’il faut ressentir, quoi penser et comment regarder ce qui se passe. Vous pouvez commencer à vous sentir désolé pour vous-même ou à blâmer tout le monde autour de vous et vous irez ensuite dans un sens.

Mais vous pouvez comprendre qu’il est nécessaire de résoudre des questions ou tout simplement de ne pas répéter les erreurs et d’aller dans le sens contraire de votre vie.

Tout dépend de toi. Vous ne vous débarrasserez pas d'événements désagréables et tragiques. Cependant, vous avez le pouvoir de réagir différemment afin de ne devenir que plus fort et plus sage et de ne pas succomber à la souffrance.

Perception et Perception

La perception et l’aperception sont propres à chaque personne. La perception est définie comme l'acte inconscient de percevoir le monde.

En d'autres termes, vos yeux ne font que voir, vos oreilles entendent, la peau se sent, etc. L'aperception est incluse dans le processus, lorsqu'une personne commence à comprendre les informations qu'elle perçoit par le biais des sens.

C'est une conscience consciente, significative, vécue au niveau de la perception des émotions et des pensées.

  • La perception est la perception de l'information par les sens sans la comprendre.
  • L'aperception est le reflet d'une personne qui a déjà mis ses pensées, ses sentiments, ses désirs, ses idées, ses émotions, etc. dans les informations perçues.

A travers l'apérection, on peut se connaître. Comment ça se passe? La perception du monde se fait à travers un certain prisme de vues, de désirs, d’intérêts et d’autres composantes mentales. Tout cela caractérise une personne. Il apprécie le monde et la vie à travers le prisme de son expérience passée, qui peut inclure:

  1. Peurs et complexes.
  2. Situations traumatiques par lesquelles une personne ne veut plus passer.
  3. Des échecs.
  4. Expériences qui se sont produites dans une situation donnée.
  5. Les concepts de bien et de mal.

La perception n'inclut pas le monde intérieur de l'homme. C'est pourquoi les données ne peuvent pas être analysées aux fins de la connaissance de la personne. L'individu a simplement vu ou ressenti, ce qui est caractéristique de toutes les créatures vivantes confrontées aux mêmes irritants. Le processus de connaissance de soi se produit à travers les informations qui ont été perçues.

La perception et l’aperception sont des éléments importants de la vie d’une personne. La perception donne simplement une image objective de ce qui se passe.

L'aperception permet à une personne de réagir sans ambiguïté, de tirer rapidement des conclusions, d'évaluer la situation du point de vue de si elle lui est agréable ou non.

C'est une propriété de la psyché, lorsqu'une personne est forcée d'évaluer le monde afin de réagir automatiquement et de comprendre ce qu'il faut faire dans diverses situations.

Un exemple simple de deux phénomènes peut être appelé un son qui est entendu à proximité d'une personne:

  1. Avec la perception, la personne l'entend simplement. Il ne fait peut-être même pas attention à lui, mais note sa présence.
  2. Lorsque le son d'aperception peut être analysé. Quel est ce son? A quoi ressemble-t-il? Que pourrait-il être? Et la personne tire d'autres conclusions si elle a prêté attention au son retentissant.

La perception et l'aperception sont des phénomènes complémentaires et interchangeables. En raison de ces propriétés, une personne développe une image complète. En mémoire, tout est sauvegardé: ce à quoi on n'a pas prêté attention, et ce qui a été réalisé par l'homme. Si nécessaire, une personne peut obtenir ces informations de sa mémoire et les analyser, formant ainsi une nouvelle expérience de ce qui s’est passé.

L'aperception crée l'expérience qu'une personne utilise plus tard. En fonction de l'évaluation que vous avez donnée à un événement, vous aurez une opinion et une idée spécifiques à ce sujet. Cela différera de l'opinion d'autres personnes qui ont attribué une note différente à l'événement. Le résultat est un monde diversifié pour toutes les créatures vivantes.

L'aperception sociale est basée sur l'évaluation des personnes les unes des autres. En fonction de cette évaluation, une personne choisit une personne en particulier comme ami, partenaire préféré ou le transforme en ennemi. Ici intervient également l’opinion publique, qui est rarement analysable et perçue par une personne comme une information qui devrait être acceptée et suivie sans condition.

En Savoir Plus Sur La Schizophrénie