L'apraxie est une maladie caractérisée par une violation de la mise en œuvre d'actions ciblées.

Dans le même temps, malgré le fait que le désir existe, de même que les capacités physiques, une personne ne peut exécuter aucun geste. En outre, la maladie évolue de telle sorte que les troubles de la coordination sont totalement absents, de même que les signes de parésie.

La maladie affecte les hémisphères cérébraux et, par conséquent, les voies du corps calleux. L'apraxie peut se développer à la suite d'un certain nombre de pathologies. Parallèlement, les experts divisent la maladie en plusieurs types, différenciés en fonction de certains facteurs, tels que l'emplacement et d'autres facteurs.

Il est possible de diagnostiquer certaines formes de la maladie uniquement en observant l'exécution de certaines tâches par une personne. Ainsi, à titre d'exemple, on peut noter la perte de compétences:

  • dessins qui étaient précédemment présents;
  • écrire
  • cravate lacets;
  • jouer d'un instrument de musique et autres.

Classification des maladies

Les spécialistes diffèrent dans plusieurs types de la maladie, en fonction du degré de progression:

Avec la défaite de ces parties du cerveau développe l'apraxie orale

  • apraxie unilatérale, caractérisée par des troubles du système moteur d'un côté seulement;
  • apraxie bilatérale caractérisée par une lésion diffuse du cortex ou du lobe frontal.

Les manifestations cliniques de la maladie dépendent entièrement de la façon dont la région cérébrale touchée continue de fonctionner. En outre, l'apraxie diffère également par le lieu de localisation des troubles, ainsi se distinguent les types de maladie suivants:

  1. Le frontal ou régulateur est causé par une régulation altérée des mouvements effectués. En même temps, le cortex de la région préfrontale des hémisphères cérébraux est affecté. Il en résulte des violations d'actes moteurs complexes avec un flux constant. Ainsi, les mouvements effectués ne sont pas terminés.
  2. Un moteur ou un moteur implique l’impossibilité de réaliser les actions prévues.
  3. La forme prémotrice ou dynamique de la maladie est caractérisée par une désautomatisation et une inertie pathologique des mouvements. Dans le même temps, les compétences responsables du transfert de mouvements vers un système plus complexe sont violées. Ce type d’apraxie se produit souvent si le cortex prémoteur ou le champ cytoarchitectonique de Bodman est affecté.
  4. La forme corticale résulte d'une lésion du cortex de l'hémisphère dominant du cerveau. Lorsque cela se produit, la transformation du cortex moteur du côté endommagé.
  5. La forme bilatérale est une forme de la maladie qui affecte les deux côtés et survient lorsque des foyers de pathologie sont situés dans le lobe pariétal inférieur de l'hémisphère dominant du cerveau. En raison du développement de cette forme, des violations de l’interaction des deux hémisphères peuvent se produire.

Selon les types de troubles et de compétences cognitifs, l’apraxie est classée comme suit:

  1. Apraxie akinétique ou psychomotrice - un trouble dans lequel il n’ya pas d’impulsion pour exécuter certains mouvements.
  2. La forme amnesticale de la violation implique des déviations dans le système de mouvements volontaires, mais dans le même temps, les imitatifs restent. En même temps, le patient perd la mémoire de ce que devrait être le prochain mouvement.
  3. Dans la forme idéaliste, le patient a des difficultés à élaborer un plan de mouvements successifs nécessaires pour pouvoir effectuer des actions complexes.
  4. Lorsque la forme idéocinétique est perdue, les compétences nécessaires pour effectuer des mouvements élémentaires ciblés sont perdues, bien que la capacité à effectuer des actions aléatoires demeure.
  5. L'apraxie kinesthésique ou afférente est caractérisée par des troubles de l'afférentation kinesthésique et, par conséquent, par des troubles de la performance des mouvements volontaires et de leur recherche. Ainsi, une personne souffrant d'une pathologie ne peut pas donner la forme souhaitée à un membre et il est impossible d'effectuer des mouvements tels que se peigner, se caresser, etc.
  6. Avec l’apraxie constructive, l’habileté à fabriquer des parties de l’objet entier est perdue.
  7. Lors de la mise en place de la robe, des problèmes surviennent lors de la mise en place de la robe, en particulier parce que la personne ne comprend pas comment le vêtement doit s'asseoir et quelle chaussure doit porter les chaussures gauche et droite. Cette pathologie se produit lorsque la lésion de l'hémisphère droit du cerveau.
  8. Avec l'apraxie orale, les compétences nécessaires pour effectuer des mouvements complexes des lèvres et de la langue sont perdues, ce qui entraîne l'apparition de problèmes d'élocution.
  9. Enfin, il convient de noter que la forme afférente de la violation peut entraîner des problèmes d'élocution.

On distingue les types d’aphasie motrice cinétique suivants:

  • forme spatiale dans laquelle une personne a des problèmes d'orientation dans l'espace, ainsi que des difficultés lorsque vous souhaitez prendre une certaine position;
  • l'apraxie de la marche est caractérisée par une déficience lors de l'exécution de mouvements, bien qu'il n'y ait pas de troubles moteurs, vestibulaires ou autres.

Causes de la maladie

L'apraxie se développe lorsque le lobe pariétal du cortex cérébral, du lobe frontal ou du corps calleux est affecté. Cela se produit si observé:

  • troubles circulatoires dans le cerveau, ayant une forme chronique, on observe alors une démence caractérisée par des larmoiements, une perte de mémoire, etc.
  • lésion cérébrale traumatique;
  • les processus qui sont une conséquence de l'inflammation du cerveau;
  • La maladie d'Alzheimer, caractérisée par une altération de la mémoire;
  • cancer du cerveau;
  • La maladie de Parkinson, caractérisée par une raideur musculaire, une progression rapide, des troubles neuropsychologiques et des tremblements.

A quoi ça ressemble?

  • manque de compétences de contrôle des muscles du visage;
  • difficultés à s'habiller (problème de lacets et de fermeture à glissière);
  • manque de compétences dans la coordination des doigts et des mains (il existe des problèmes pour dessiner des éléments élémentaires);
  • difficultés dans la proportion d'utilisation d'objets et d'activités, où ils devraient être impliqués;
  • troubles de la marche;
  • une personne ne peut pas contourner ou contourner un obstacle;
  • Le stoop précédemment absent est noté.

Diagnostic et assistance

Afin de diagnostiquer la maladie, un certain nombre d'activités sont réalisées:

  • analyse de l'histoire et des plaintes de pathologie;
  • examen par un neurologue;
  • examen par un neuropsychologue;
  • résonance magnétique et tomodensitométrie;
  • Souvent, le patient se rend au bureau d’un neurochirurgien et d’un psychologue.

Dans ce cas, le traitement médicamenteux est absent et les médicaments ne peuvent même pas ralentir la progression de la maladie. De plus, pour lutter contre la pathologie et ses conséquences, les actions suivantes sont menées:

  • la pression artérielle est surveillée et des médicaments pouvant améliorer la nutrition et la circulation sanguine dans le cerveau sont prescrits;
  • chirurgie (la tumeur est enlevée).

Le spécialiste qui supervise le patient établit un plan individuel du programme thérapeutique, qui comprend les procédures suivantes:

  • physiothérapie;
  • ergothérapie;
  • méthode de réadaptation cognitive;
  • cours avec un orthophoniste.

Les méthodes de traitement de la maladie dépendent en grande partie des détails. Par exemple, l’âge du patient, le degré de dommage et la nature de la pathologie sont très importants.

Malgré le fait qu’il n’existe pas de traitement en tant que tel aujourd’hui, les procédures décrites ci-dessus permettent au moins partiellement de rétablir le fonctionnement. La thérapie physique est la méthode la plus efficace car, au fil du temps, des améliorations des fonctions corporelles sont observées.

Le traitement, ou plutôt la thérapie de soutien, est un processus plutôt difficile et long qui nécessite persévérance et patience.

Par conséquent, vous ne devriez pas retarder la campagne chez le médecin si vous soupçonnez une maladie. Selon les raisons, un renvoi à un psychiatre ou à un neurologue sera effectué.

Outre le fait qu'un complexe individuel de procédures réparatrices et de soutien est en cours de développement pour le patient, il convient de l'entourer de soins. Vous aurez besoin d’un psychologue supplémentaire, d’une infirmière, car les proches et le travailleur social ne pourront pas toujours rester à proximité du patient.

Les spécialistes de la prévision et les conséquences probables

Selon la nature de la pathologie devenue l'agent causal de l'apraxie, les prévisions sont établies. Par conséquent, les experts mènent des activités pour éliminer les causes de la maladie et améliorer les mouvements effectués de manière arbitraire.

En raison du fait qu’il n’existe aucun traitement pour la maladie, mais uniquement des méthodes de soutien, il en résulte un certain nombre de conséquences:

  • la qualité de vie du patient diminue considérablement en raison de l'impossibilité de tester certaines sensations tactiles et certains mouvements du corps;
  • prendre soin de soi-même pour les personnes souffrant de la maladie est impossible; des soins constants sont donc nécessaires;
  • et bien sûr, il ne peut être question de faire un travail quelconque.

L’apraxie est un type de maladie qui développe l’invalidité du patient.

Apraxie kinesthésique;

Sourd T.A.

Examen

Shulgina Yu.A.,

L'apraxie est une violation d'une action délibérée arbitraire avec la sécurité de ses mouvements élémentaires, qui ne sont pas le résultat d'une paralysie ou d'une parésie. Se produit avec des lésions focales du cortex des hémisphères cérébraux ou des voies du corps calleux.

Les principaux facteurs nécessaires à la mise en oeuvre de la praxis sont les suivants: 1) la préservation de la base kinesthésique (afférente) des mouvements; 2) préservation de la base cinétique (efférente); 3) sécurité des coordonnées spatio-visuelles; 4) le processus de programmation, de contrôle dans l'organisation de mouvements et d'actions ciblés. Différentes zones des hémisphères cérébraux participent à la réalisation de ces conditions préalables et le système fonctionnel de la praxis comprend de nombreuses zones corticales (champs préfrontaux et prémoteurs - champs 6, 8; départements postcentraux, champs 39, 40). Si une partie du système fonctionnel est endommagée, l'un des facteurs est perturbé et une apraxie se produit. Sur la répartition de tels facteurs qui constituent la base des violations, et la classification basée sur l’apraxie selon A.R. Luria. Ainsi, apraxie posturale et apraxie buccale sont distinguées lorsque les divisions postcentrales des hémisphères cérébraux sont endommagées, une apraxie dynamique est observée lorsque les régions prémotrices du cerveau sont endommagées, une apraxie spatiale et une apraxie constructive sont présentes lorsque le lobe pariétal inférieur est endommagé et, enfin, une apraxie frontale se produit lorsque la plaie frontalière est endommagée

D'abord décrit par Fersrer. Se produit lorsque la partie centrale postérieure du cortex post-central est atteinte (champs 1, 2, 3, 5 et partiellement 7).

Le principal défaut de cette forme d'apraxie est la désintégration de la synthèse topologique. La violation du type de mouvements kinesthésiques - d’un point de vue physiologique - est l’impossibilité de faire les mouvements nécessaires tout en maintenant la force musculaire potentielle et la perte de l’impulsion motrice de la cible souhaitée.

1. Symptôme "pelle à la main". L'acte moteur perd son schéma kinesthésique. Si vous demandez au patient de prendre un objet sur la table, il est incapable de le faire s'il le fait sans contrôle visuel; et peut effectuer ce mouvement que sous contrôle visuel constant. C'est-à-dire que les informations qui doivent provenir des muscles et des tendons et informer le sujet de la position de ses mains, du corps dans l'espace, ne trouvent pas son destinataire, donc la personne ne sent pas sa position dans l'espace.

2. Symptôme de violation de la position de la praxis - posture de l'apraxie. C'est-à-dire l'incapacité de jouer différentes poses de doigts. On demande au patient de répéter la même pose que celle prise par le médecin. Sans contrôle visuel, le patient ne peut pas répéter cette position. Le patient éprouve les mêmes difficultés, essayant par exemple de placer la langue entre la lèvre supérieure et les dents - apraxie orale.

3. Violation de divers mouvements du sujet. Si nous demandons au patient de répéter tout mouvement objectif - de montrer comment la bouilloire est versée dans le verre, de montrer comment les allumettes sont allumées, etc. -, il ne peut pas le faire.

4. Dans les cas de lésions de l’hémisphère gauche (droitier), ces symptômes sont combinés à une aphasie motrice afférente et à une agraphie afférente (dans la lettre, comme dans le discours des patients, il existe des substitutions de personnes dont la prononciation est proche, par exemple, «l - n»), ce qui constitue le syndrome de Cerebre supérieur. fonctions caractéristiques des lésions des parties postcentrales du cerveau.

APRAXIA - Conférence. Les principaux syndromes de la violation de VPF

Tout travail d'étudiant coûte cher!

Bonus de 100 p pour la première commande

Ils se caractérisent par le fait que, tout en maintenant la force des membres et en préservant les actes moteurs élémentaires, la capacité d'effectuer des mouvements et actions ciblés assez subtils est altérée. Le nom «apraxia» regroupe diverses formes de violation d’actions. Les difficultés de compréhension de l'apraxie, leur nature se reflètent dans les classifications de l'apraxie. Les plus connues sont les classifications proposées par G. Lipmann et A.R. Louriya. A.R. Luria a développé une classification de l'apraxie basée sur une compréhension générale de la structure psychologique et de l'organisation cérébrale d'un acte moteur arbitraire. Il a distingué 4 formes d'apraxie: apraxie afférente kinesthésique, apraxie cinétique, spatiale ou apraktnoagnoziya, apraxie régulatrice.
a) kinesthésique apraxi
Survient dans les lésions du lobe pariétal près de l'izvilina postcentral (parties inférieures de la région post-scellée du cortex cérébral). Avec la défaite de l'hémisphère gauche, l'apraxie est bilatérale, avec la défaite de droite - seulement dans la main gauche.
Le principal défaut est la violation de l'afférentation kinesthésique proprioceptive de l'acte moteur avec la préservation de l'organisation spatiale externe des mouvements (d'où le nom différent - apraxie afférente). Dans ce cas, les mouvements deviennent indifférenciés, mal contrôlés (symptôme «pelle à la main»), les patients sont perturbés par les mouvements de la lettre, la possibilité de reproduction correcte de diverses postures de la main (apraxie de la posture) est perdue. Il est difficile d'effectuer des actions sans objets (par exemple, pour montrer comment l'eau est versée dans un verre). Lorsque l'amélioration du contrôle visuel du mouvement peut être compensée dans une certaine mesure.

b) apraxie spatiale
Survient avec des lésions des parties pariéto-occipitales du cortex à la limite des 19e et 39e champs, en particulier avec la défaite du côté gauche de l'audition ou des foyers bilatéraux. La jonction des lobes pariétal, temporal et occipital est souvent définie comme une zone d'un analyseur statokinesthetic, car les lésions locales de cette zone provoquent des perturbations des corrélations spatiales lors de la réalisation d'actes moteurs complexes.
La base de cette forme d'apraxie est un trouble des synthèses visuelles et spatiales, une violation des représentations spatiales. Ainsi, chez les patients, l’afférentation vis-spatiale des mouvements en souffre en premier lieu.
L'apraxie spatiale peut apparaître dans le contexte de fonctions gnostiques visuelles intactes, mais elle est plus souvent observée dans le contexte d'une agnosie opto-spatiale visuelle, puis une image complexe de l'apractoagnosie apparaît. Dans tous les cas, les patients ont des postures apraxiques, des difficultés à effectuer des mouvements orientés dans l'espace. Renforcer le contrôle visuel des mouvements ne les aide pas. Il n'y a pas de différence nette entre les mouvements avec les yeux ouverts et les yeux fermés.
Ce type de trouble comprend également l’apraxie constructive - formes particulières et les plus courantes de trouble de la praxis, concernant principalement la construction de figures à partir de détails et de dessins.
Les patients ont du mal à ou ne pas être en mesure de représenter en mission, de dessiner directement ou par mémoire des figures géométriques simples, des objets, des figures d'animaux et d'hommes. Les contours de l'objet sont déformés (au lieu d'un cercle, d'un ovale), ses détails et éléments individuels sont sous-estimés (lorsque le triangle est dessiné, un coin est sous-exposé). Il est particulièrement difficile de copier des formes géométriques plus complexes - une étoile à cinq branches, un losange (par exemple, une étoile est dessinée sous la forme de deux lignes qui se croisent ou sous la forme d'un triangle déformé). Des difficultés particulières se posent lors de la copie de formes géométriques irrégulières.
Des difficultés similaires se posent lors de la rédaction des instructions ou du dessin des figures d'animaux et du "petit homme", le visage humain. Les contours humains se révèlent déformés, incomplets, avec des éléments disproportionnés. Ainsi, en copiant le visage d’une personne, le patient peut placer un œil dans l’ovale (parfois sous la forme d’un rectangle) ou placer un œil au-dessus de l’autre, ignorer certaines parties du visage du dessin, les oreilles étant souvent situées à l’intérieur du visage, etc.
Le dessin de la mémoire est le plus perturbé lorsqu'un échantillon présenté à un patient est retiré ou n'est pas présenté du tout s'il s'agit de figures familières. Dessiner une image tridimensionnelle d'un objet (un cube, une pyramide, une table, etc.) pose également de grandes difficultés, par exemple, lorsqu'il dessine une table, le patient a les 4 jambes sur le même plan.
Des difficultés surviennent non seulement lors du dessin, mais également lors de la construction de figures à partir de bâtons (allumettes) ou de cubes selon un motif donné (par exemple, l'ajout des dessins les plus simples à partir de cubes Kosa).
Les troubles de la praxis constructive sont particulièrement prononcés lors de la copie de figures inconnues sans annotation verbale («figures non déclarées»). Cette technique est souvent utilisée pour identifier les troubles cachés de la praxis constructive.
Les manifestations caractéristiques de l'apraxie constructive sont également des difficultés pour choisir un endroit pour dessiner un objet sur une feuille de papier - l'image peut être située dans le coin supérieur droit de la feuille ou dans le coin inférieur gauche, etc. Lors du dessin d'objets, il peut y avoir un «symptôme» lorsque le patient dessine ou dessine très près à l'échantillon ou superpose son motif sur l'échantillon. Souvent, dans le cas d'une lésion du côté droit, le champ d'espace gauche est ignoré dans les dessins.
L'apraxie constructive selon la littérature se produit lorsque le lobe pariétal (gyrus angulaire) des hémisphères gauche et droit est affecté. A noté une apparition plus fréquente de ce défaut dans l'HMF et une gravité plus sévère avec des lésions du côté gauche chez les droitiers.
Il existe d'autres points de vue sur la dépendance de la sévérité des défauts de conception et de tirage sur la latéralisation des lésions. I.M. Les jambes fines (1973) indiquent une plus grande sévérité globale des troubles chez les patients présentant des lésions du lobe pariétal droit. Dans ces cas, on note un type de motif plus détaillé, la présence d’un plus grand nombre d’éléments («lignes extra»), une déformation des interrelations spatiales des parties avec des éléments «ignorants» de la partie gauche de la structure, etc. par 90 ° ou 180 °.
Avec la défaite de l'hémisphère gauche, il est à noter que les dessins des patients sont plus primitifs, épuisés en détail, les patients ont tendance à copier des échantillons et non à dessiner, des difficultés à identifier les angles et les joints entre les éléments de la structure. De nombreux éléments de ce trouble sont identifiés en analysant des lettres (la construction de lettres et de chiffres).


c) apraxie cinétique
Il est associé à une lésion des parties inférieures de la région prémotrice du cortex cérébral et est inclus dans le syndrome prémoteur, c.-à-d. procède dans le contexte de la violation de l'automatisation (organisation temporaire) de diverses fonctions mentales.
Manifesté sous la forme de la décroissance de "mélodies cinétiques", c.-à-d. violation de la séquence, l'organisation temporaire d'actes moteurs. En même temps, des persévérances motrices simples sont caractéristiques (élémentaires selon Luria), qui se manifestent par une continuation incontrôlée du mouvement qui a commencé une fois (surtout lorsqu'il est effectué en série). L'apraxie cinétique se manifeste par la violation de divers actes moteurs - actions soumises, dessin, écriture, par la difficulté d'effectuer des tests graphiques, en particulier lors de mouvements en série (apraxie dynamique).

d) apraxie réglementaire
La lésion est localisée dans la région du cortex pré-frontal convexital antérieur aux régions prémotrices. Il coule sur le fond de la préservation du tonus et de la force musculaire.
La base du défaut est une violation du contrôle arbitraire de la mise en œuvre du mouvement, une violation de la régulation de la parole des actes moteurs. Manifesté sous la forme de violations de la programmation des mouvements, empêchant le contrôle conscient de leur exécution, le remplacement des mouvements nécessaires par des schémas moteurs et des stéréotypes. Les caractéristiques sont les persévérations systémiques (selon Luria) - persévérations de programmes moteurs complets. Les plus grandes difficultés pour ces patients sont causées par le changement de programmes de mouvements et d’actions.
Avec la désintégration grossière d'une régulation arbitraire des mouvements chez les patients, des symptômes d'écopraxie sont observés sous la forme de répétitions imitatives des mouvements de l'expérimentateur.
Cette forme d'apraxie est plus prononcée lorsque la région préfrontale gauche du cerveau est touchée.
Selon Lipmann, les types d'apraxie suivants: a) apraxie cinétique des extrémités; b) apraxie idéomotrice; c) atraxie idéologique; d) apraxie orale; e) apraxie du tronc; e) vinaigrette apraxie.
En tant que forme relativement indépendante de ces violations se dégage lettre désordre - agraphia.

a) Apraxie cinétique des extrémités. Faire des actions simples, y compris des gestes (par exemple, avec l'effort nécessaire pour bouger vos doigts ou votre main), est préservé tout en maintenant le volume, la force musculaire et l'activité des mouvements, ainsi que les capacités de libre service - les patients peuvent manger, se vêtir, etc. la performance des gestes individuels est préservée, mais la mise en œuvre d'actions simples, incluses dans des gestes, principalement associés à un certain symbolisme - «agiter une main et une main en se séparant», «pointe ton doigt vers toi», est perturbée. Ainsi, lorsqu'il se met «à menacer avec un doigt», le patient fait un mouvement avec l'index et le dos dans le plan sagittal.
Avec l'apraxie cinétique, les mouvements deviennent en quelque sorte déformés: indistincts, maladroits, plus grossiers, souvent mal dirigés, il semble qu'ils perdent leur raison d'être, mais contrairement à l'ataxie, la coordination des muscles agonistes et antagonistes n'est pas perturbée. L'apraxie cinétique des membres est unilatérale, elle ressemble en grande partie à la «parésie afférente», dans laquelle les mouvements deviennent également moins différenciés, mais ici, les phénomènes d'ataxie se manifestent souvent, il existe une contraction diffuse des muscles des agonistes et des antagonistes - le mouvement des «mains-pelles».


b) Apraxie idéomotrice (apraxie motrice ou apyxie de Dejerine effectuant). L'exécution de diverses actions intentionnelles est violée - les actions d'une équipe, alors que spontanément elles sont correctement exécutées. Le patient peut décrire le plan des actions de travail en équipe, mais ne sait pas comment les mettre en œuvre, quels mouvements sont nécessaires à leur mise en œuvre. Par exemple, par tâche ou par imitation, il ne peut pas poing, montrer son oreille avec la main, allumer une allumette, etc. Cependant, ces actions sont automatiquement effectuées dans une situation réelle, par exemple, lorsqu'il fume, le patient allume une allumette. Il est particulièrement difficile d'effectuer des actions en l'absence de l'objet. Les patients ne peuvent pas montrer comment couper du bois, mélanger le sucre dans un verre avec une cuillère, enfoncer un clou, etc. Les mouvements deviennent diffus, se mêlent aux mouvements utilisés dans d'autres actions, ils se déforment et des synkinésies apparaissent.
Contrairement à l'apraxie cinétique des membres, les gestes symboliques sont faits facilement. Selon de nombreux auteurs ayant étudié l'apraxie, le développement de l'apraxie idéomotrice bilatérale se produit le plus souvent avec la défaite du gyrus marginal du lobe pariétal gauche. Si la lésion recouvre des zones proches du gyrus central postérieur, une apraxie cinétique des extrémités se produit. Des lésions plus diffuses du lobe pariétal, notamment du gyrus angulaire, conduisent à une combinaison d'apraxie idéomotrice et idéatrice.
L'isolement de chacune des formes décrites de l'apraxie sous une forme «pure» est un événement relativement rare dans la pratique. L'apraxie idéomotrice se produit également lorsque l'hémisphère droit est affecté (dans les mains droites) et même le corps calleux dans ses parties centrales. Dans ces cas, il est principalement marqué dans la main gauche.
De l'avis de la plupart des auteurs, l'apraxie idéomotrice survient lorsque le gyrus supra-marginal du lobe pariétal de l'hémisphère gauche est atteint et, dans ce cas, il est bilatéral. Plus rarement, cette forme d'apraxie se produit lorsque la région pariétale de l'hémisphère droit est affectée, auquel cas le défaut est limité aux extrémités gauches.


c) Apraxie imaginaire. On le trouve sous forme isolée assez rarement. L'exécution d'actions complexes nécessitant pour leur mise en œuvre une certaine séquence, tout en maintenant les performances d'actions simples, est perturbée. Chaque fragment faisant partie d'une action complexe est exécuté correctement, notamment lors de sa copie. Par exemple, si un allumette est allumée, le patient peut allumer une bougie ou mélanger le sucre dans un verre de thé avec une cuillère s'il est déjà versé dans un verre. Pour effectuer tout le complexe et la séquence d'actions complexes - prenez la boîte, sortez une allumette, allumez-la, puis allumez une bougie - le patient ne peut pas. Dans le cadre d’actions complexes, il devient complètement impuissant - avec la même tâche, allumer lui-même la bougie, le patient tourne longtemps la boîte, gratte l’autre côté de la boîte avec une allumette, met une allumette éteinte dans sa bouche, frappe la boîte avec l’autre extrémité, qui n’est pas du soufre. En simplifiant, on peut dire qu'avec l'apraxie idéo-motrice, le patient ne sait pas comment exécuter l'action, et avec l'apraxie idéale, dans quel ordre le mettre en œuvre. Selon l'opinion de la plupart des auteurs, l'apraxie des idéateurs est toujours bilatérale et survient lorsque les circonvolutions angulaires et partiellement sur-marginales de l'hémisphère dominant sont affectées (à gauche, à droite). On distingue les types spécialisés d'apraxie idéomotrice: apraxie orale, apraxie du corps, apraxie du pansement.


d) apraxie orale. Les mouvements délibérés intentionnels faits à l'aide de la langue et des lèvres sont altérés. Les patients ne peuvent pas effectuer de simples poses articulatoires sur les instructions:
coller votre joue avec votre langue, étendre votre langue sur votre lèvre supérieure ou inférieure, toucher le bout de votre langue aux coins de vos lèvres ou de votre lèvre supérieure, etc. Violation de la mise en œuvre de mouvements symboliques, également réalisée à l'aide de la langue et des lèvres, par exemple pour siffler, cliquer ou cliquer sur la langue, frapper les lèvres, montrer comment elles crachent. Très rarement, il se produit une apraxie de la déglutition, mais un certain nombre d’auteurs la réfèrent plus fréquemment à une apraxie faciale plutôt qu’aphalique.
L'attribution d'apraxie orale à idéomoteur est justifiée - des mouvements qui ne sont pas effectués sur les instructions, sont facilement effectués pendant les repas, en cours de conversation, etc. L'apraxie orale orale et symbolique à divers degrés, ensemble ou séparément, accompagne presque toujours l'aphasie motrice (afférente).
Se produisent avec la défaite des parties inférieures du gyrus post-central de l'hémisphère dominant, probablement avec la saisie des parties adjacentes du lobe pariétal.


d) Apraxin torse. La capacité de positionner correctement le torse et les membres inférieurs dans l’espace pour se tenir debout, assis ou marcher est compromise. Cela conduit à des troubles indiqués dans la littérature neurologique comme astasia-abasia. En même temps, avec ces violations, les mouvements dans les extrémités inférieures sont presque complètement préservés. Localisation: région de temya, souvent en violation de la connexion avec le visuel, la colline (les deux hémisphères).


e) vinaigrette Apraxin. Un certain nombre d'auteurs le considèrent comme l'une des formes d'apraxie idéale avec violation d'une séquence complexe d'actions lors de l'habillage.
Les patients perdent leur capacité à effectuer systématiquement toute une série d'actions nécessaires pour s'habiller ou se déshabiller. Les patients ne sont pas capables d’orienter des parties de vêtements par rapport à leur corps. Par exemple, en essayant de mettre une chemise, le patient a tendance à la tirer par-dessus sa tête, en mettant sa main gauche dans la manche droite et, au contraire, à la mettre dans le dos avec un fermoir. Des difficultés surviennent lors de la mise en chaussettes, chaussures, boutonnage et déboutonnage, chaussures à lacer, etc.
L'apraxie survient avec la défaite du lobe pariétal (gyrus angulaire) de l'hémisphère gauche.

Apraxie kinesthésique

Apraxie kinesthésique (afférente) - un type d’apraxie de Lipmann

L'apraxie est une violation des actions ciblées et arbitraires tout en maintenant la précision, la force élémentaire et la coordination des mouvements causés par les lésions focales du cortex cérébral.

Table des matières:

Informations générales

Pour la première fois, l’apraxie a été décrite par Lipmann. Il la définit comme une maladie dans laquelle une personne ne peut pas effectuer de mouvements opportuns en l’absence de troubles du tonus musculaire, d’ataxie et de parésie.

Lipmann a divisé la maladie en ces types:

  • Moteur (acrokinétique), dans lequel le patient comprend clairement les mouvements qui doivent être effectués, mais ne peut pas les reproduire;
  • Ideatorna, le patient ne représente pas quel mouvement doit être effectué;
  • Idéocinétique, qui occupe une place intermédiaire.

Il a associé cette maladie à des dommages au cerveau, à savoir les zones pariétales et inférieures.

L'apraxie survient lorsque l'un des composants nécessaires à l'exécution de l'un ou l'autre mouvement volontaire complexe est perturbé. C'est très différent de l'ataxie, de la parésie et de la dystonie.

C'est important! En fonction du site de localisation de la lésion cérébrale, divers mécanismes sont violés, qui sont à la base des mouvements volontaires et la maladie peut donc prendre diverses formes. Dans cet article, nous allons parler de l'apraxie kinesthésique (afférente).

Afférent - type d'apraxie cinétique Lipmann

A. kinaesthetica ou apraxie kinesthésique (afférente) est un processus pathologique provoqué par une violation des mouvements volontaires dans le contexte d'un trouble d'afférentation kinesthésique, elle peut être caractérisée comme une recherche des mouvements justes. Un malade est incapable de donner à la main la position désirée en présence d'échantillons à la fois tactiles et visuels.

Il convient de noter qu'avec ce type d'apraxie, il y a violation de toutes les actions objectives, par exemple:

  • Il n'est pas possible de montrer comment peigner, repasser, fumer ou verser du thé sans l'objet lui-même;
  • il y a une posture d'apraxie;
  • Le phénomène est une pelle à main.

Il existe des violations de tous les mouvements volontaires complexes de l'une ou l'autre partie du corps, principalement des membres supérieurs, qui les rendent incontrôlables.

C'est important! L'acrokinétique et l'apraxie idéo-cinétique de Lipmann (apparition des persévérations motrices, les actes moteurs qui sous-tendent les habiletés motrices) s'approchent de cette forme, sur la base de sensations kinesthésiques. Le patient ne trouve pas le mouvement souhaité, mais ne peut le reproduire que sous surveillance. Afferent est observé dans les lésions du cortex de la région post-centrale de l'hémisphère dominant (à gauche chez les droitiers) du gros cerveau.

Les apraxies suivantes peuvent être observées simultanément:

  1. Kinesthetic oral - une maladie fréquente dans laquelle il y a des difficultés dans les mouvements de la langue, des joues et des lèvres.
  2. Kinesthésique articulatoire - dans la composition des unités syllabiques, le patient déforme le son des voyelles et des consonnes.

Traitement et thérapie, pronostic

Le traitement de cette maladie pour chaque patient se déroule individuellement, mais le travail, la thérapie physique, la réadaptation cognitive et l'aide d'un orthophoniste sont toujours au centre des préoccupations. Les patients ont besoin d'une supervision constante et d'une assistance pour effectuer des actions simples. Selon la cause et le type de maladie, il est nécessaire de faire appel à un spécialiste qualifié, par exemple un neurologue ou un psychiatre. Les patients apraxiques ont également besoin de l'aide d'un psychologue et d'un orthophoniste.

Lors de la prévision, il est nécessaire de partir de la nature de la maladie dans laquelle l'apraxie s'est produite, cela peut être:

  • tumeur cérébrale;
  • blessure à la tête;
  • lésion cérébrale de la genèse vasculaire;
  • processus inflammatoires et dystrophiques.

Avec le patient réaliser des activités visant à améliorer la mobilité volontaire, ainsi que le traitement, directement, la maladie sous-jacente.

APRAXIA

L’agnosie auditive sous-dominante se manifeste chez l'incapacité à maîtriser la signification du bruit non verbal, à savoir naturel, c'est-à-dire publié par des objets de la nature, et sujet, c.-à-d. objets sonores.

Cela se produit lorsque le lobe temporal droit est affecté. Dans ce cas, les enfants ne distinguent pas des sons tels que grincements, coups, applaudissements, bruissements, etc., ils n'entendent pas les voix des animaux et ne les imitent donc pas.

Plus souvent chez les patients adultes, une audition musicale impressionnante présente des défauts (amusia). Il se manifeste par l’incapacité de mémoriser une mélodie ou de la reconnaître.

Parfois, les patients ont une sensibilité accrue au bruit (hyperacousie). Il y a aussi des cas de changements dans l'aspect mélodique-intonational de la parole, des voix, des éléments de la dysarthrie; les fonctions auditives non verbales souffrent - distinguer la durée des sons, la perception du timbre des sons, la capacité de localiser les sons dans l'espace; la capacité de reconnaître la voix de personnes familières, en particulier par téléphone, par radio, est altérée.

Agnosie auditive dominante se produit lorsque les lésions sont situées dans l'hémisphère gauche du cerveau. Elle est la parole et se manifeste difficulté à comprendre le discours. Dans ce cas, une compréhension partielle de la parole est parfois possible, ce qui est obtenu en s’appuyant sur la longueur de la phrase, l’intonation, la situation de la communication, c.-à-d. ce qui, selon les concepts modernes, relève de la «compétence» de l'hémisphère droit.

L'agnosie auditive de la parole est la manifestation la plus complexe de l'agnosie auditive. La perception de la parole est due à l'activité conjointe des deux zones temporales du cerveau (droite et gauche). En règle générale, les lésions unilatérales du lobe temporal ne provoquent pas une agnosie auditive complète.

Apraxia est incapacité à recourir à des pratiques arbitraires, auparavant renforcées.

Comme il n'y a pas de paralysie ni de parésie chez les patients apraxiques, l'échec d'une activité arbitraire ne peut être causé que par une perturbation de sa gestion par les mécanismes centraux du cerveau.

Apraxie neurale est subdivisée sur:

Ø sensible - kinesthésique, afférent;

Ø moteur - cinétique, efférent.

Apraxie kinesthésique consiste dans la perte de la capacité de reconnaître des objets au toucher, malgré le fait qu'ils aient un sens tactile.

L'apraxie cinétique se manifeste par l'incapacité d'effectuer des actions objectives, surtout sans sujet. Les deux types d'apraxie peuvent concerner différentes parties du corps. Le plus commun est l'apraxie à la main ou manuel. De plus, les symptômes d'apraxie seulement dans la main droite indiquent une lésion dans l'hémisphère gauche ou dans les deux à la fois, et les symptômes d'apraxie uniquement dans la main gauche indiquent une lésion dans l'hémisphère droit. Ceci, cependant, ne peut être établi que dans le cas où les deux mains ne sont pas parétiques.

Dans le cadre de l'apraxie manuelle, émettez poignet et le doigt. Ils se caractérisent par leur incapacité à suivre les instructions de la posture de la main ou des doigts, ou d'une série d'entre eux.

La principale manifestation de l'apraxie orale est incapacité à contrôler arbitrairement des organes situés dans la cavité buccale. Dans ce cas, involontairement, ces mouvements peuvent être facilement effectués.

Il y a aussi une apraxie du tronc quand altération de la capacité à répartir les membres du corps dans l'espace, et aussi apraxie de l'habillement (les patients confondent certaines parties de leurs vêtements avec d'autres, ne peuvent pas trouver le devant, ont du mal à attacher des boutons ou à nouer des lacets).

Ce type d’apraxie est le plus difficile et consiste en incapacité à parler avec articulation malgré l'absence de paralysie ou de parésie des organes d'articulation.

Selon les enseignements de A.R. Luria, apraxie articulaire est un défaut primaire de l'aphasie motrice.

Incohérence dans la reproduction de poses simples porte le nom de apraxie kinesthésique afférente. La violation de la composante afférente d'un acte pratique est associée à une lésion du cortex pariétal (post-central) et plus spécifiquement à l'activité des champs secondaires d'une zone cérébrale donnée, responsables de la mise en place de postures individuelles (Fig. 6 - champs 2, 1, 5, 7).

Les manifestations caractéristiques de l'apraxie kinesthésique sont la recherche d'une posture consistant en des mouvements chaotiques avec les mains ou les doigts et en les remplaçant par d'autres. En même temps, dans le cadre des actions involontaires habituelles, telles que manger, s'habiller, etc., les mêmes postures sont généralement facilement reproduites.

Défaut de reproduire une série de mouvements appelée apraxie efférente cinétique. Son apparition est associée à la défaite des champs secondaires du cortex de la région prémotrice (précentral) (Fig. 6 - champs 6, 8). Les patients ont du mal à reproduire une série d'actes pratiques qui se confondent en une seule action ou constituent un programme moteur spécifique («poing-bord-paume»).

A.R. Luria appelle la désintégration de l'acte moteur en série une désintégration de la mélodie cinétique de l'action. La reproduction d'une série de poses donnée est entravée par un blocage particulier: la persévération (persévération à engrenages). De ce fait, ce type de persévération diffère de ceux qui surviennent lorsque la «profondeur» du cerveau est affectée, lorsque des confitures sont mises de côté. La persévération en profondeur peut forcer à se produire après une certaine période après la lecture précédente et empêcher l'exécution de l'action en cours.

Dans certaines des activités de la violation de la gnose et de la praxis agir ensemble, en même temps, et donc difficile à séparer les uns des autres.

Ceux-ci incluent constructif, activité somato-spatiale, dessin, actions d'orientation spatiale. Il est souvent difficile de déterminer pourquoi une personne est incapable de dessiner quelque chose: elle n’a aucune image de ce qui doit être représenté, ou il est incapable de le faire avec sa main.

VIOLATION DE LA PENSÉE ET DE LA CONSCIENCE

La pensée et la conscience sont le résultat de l'activité intégrative de tout le cerveau. Il n'est donc pas habituel d'associer leurs violations aux dommages causés à une zone particulière. Dans le même temps, il existe des domaines prioritaires dont la défaite conduit à des perturbations primaires de différents types de pensée.

La violation de la pensée visuelle et figurative est principalement associée à une lésion ou à une déficience fonctionnelle:

- départements pariéto-occipitaux du cortex de l'hémisphère droit, conduisant à l'appauvrissement des représentations sensuelles-figuratives;

- cortex frontal des deux hémisphères, il en résulte une fragmentation de l'activité, qui se transforme en associations latérales (perte de l'intention initiale de l'activité); raisonnement, incapacité à construire une histoire cohérente;

- lobes frontaux basaux, causant une inertie pathologique, des difficultés d'inclusion dans les activités; glisser sur les associations latérales; égalisation d'hypothèses d'importance diverse

La pensée visuellement efficace est également perturbée, de même que visuelle-figurative, avec la défaite des régions frontales antérieures du cortex des deux hémisphères, ainsi que des noyaux gris centraux de ces régions et se manifeste dans la nature chaotique de l'activité constructive, diverses sortes d'erreurs spatiales - mélange de coordonnées, taille de l'image et violation de la proportionnalité des parties leur topologie (emplacement); la fragmentation des images, dans la perception et la reproduction de figures constructives.

- lobe frontal de l'hémisphère gauche (lobes avant et arrière);

- les parties pariéto-occipitales du cortex des deux hémisphères et des zones de SSR, dans ce cas, avec la défaite de la zone droite, les erreurs spatiales prédominent en raison de la perception directe de l'espace, et la gauche - son analyse logique;

- niveaux sous-corticaux (sous-corticaux), se manifeste par les difficultés d’inclusion dans la tâche et de passage d’un fragment d’activité à un autre, de concrétisation, de compréhension de tel ou tel matériau.

Toutes les formes de conscience et de pensée sont contrôlées par le mécanisme central de l'activité mentale - les lobes frontaux. Par conséquent, les violations les plus graves de celle-ci, non seulement chez les enfants, mais aussi chez les patients adultes, sont associées à des lésions du front. Avec des foyers frontaux massifs, les programmes de différents types d’activités sont désintégrés en un certain nombre de fragments pratiquement indépendants les uns des autres (par exemple, un patient peut donner un coup de main s’il repose sur une couverture et il est difficile de le faire si la main est recouverte d’une couverture, car exécuter un certain nombre de programmes inaccessibles).

Avec la pathologie du front l'activité avec les programmes dits de conflit devient impossible (par exemple, faire un poing avec le doigt levé de l'examinateur).

Les lobes frontaux décident du programme pour surmonter l'inertie, actions stéréotypées. Dans le cas où il y a une déficience dans le fonctionnement des lobes frontaux du cerveau. Il existe une inertie pathologique des actions effectuées, l'incapacité de passer à une autre action ou à un autre rythme (la viscosité des processus d'activité mentale supérieure).

L'insuffisance frontale se manifeste dans le phénomène opposé, appelé comportement sur le terrain, lorsqu'il est impossible de se concentrer sur quelque chose. Les patients soudainement, sans aucune justification, appellent les objets dans la pièce, hors de propos pour commencer à les manipuler.

Une pathologie similaire, mais encore plus grossière, est observée chez les enfants à maturation retardée des lobes frontaux. Ils deviennent hyper-excitables: ils commencent à manquer tout ce qui «se présente, ne font pas attention aux instructions des adultes, il peut être très difficile de se concentrer sur quelque chose, même très brillant, ils ne répondent pas toujours aux voix élevées.

Le diagnostic différentiel de ces enfants (des enfants retardés mentaux et autistes) est difficile. Ainsi, un enfant qui a un comportement au champ, contrairement aux arriérés mentaux, est capable de résoudre des tâches qui sont plutôt difficiles pour son âge, dans de rares moments où il réussit à attirer son attention. Il traite différemment les personnes qui l'entourent et montre des signes plus «subtils» de réaction émotionnelle que les enfants retardés mentaux.

Le dessin d'un enfant ayant un comportement au champ ne diffère guère de celui d'enfants normaux du groupe d'âge correspondant. Ils n'ont aucune méfiance, aucune réaction négative à l'activité proposée. Ils ne montrent pas de "dissimulation" évidente, ils ne sont pas constamment pressés contre leurs parents. Cependant, ils peuvent simplement ne pas répondre aux instructions, étant distraits par quelque chose d'autre à proximité. Une caractéristique importante de ces enfants et de ces adultes est qu’ils ne remarquent pas (ne contrôlent pas) leurs erreurs et ne tentent pas de les corriger.

Enfin, le plus important est que le discours de ces enfants se dissocie. Certaines fonctions sont maîtrisées presque normalement, alors que d’autres ne le sont pas. Ils accumulent un dictionnaire qui n’est pas conforme aux lois en vigueur chez les enfants normaux et, en conséquence, en l’activant, ce qui désactive leur attention et leur permet de contrôler consciencieusement leurs activités. Discours connecté tels enfants commencent à comprendre tard, parce que ne retenez pas votre attention sur les périodes de parole de plus d'un mot. Phrase discours ils développent aussi plus tard, parce que ils ne peuvent pas garder en mémoire les programmes de parole internes.

La pensée altérée, accompagnée de changements de conscience, est le plus souvent causée par tumeurs ou anévrismes des artères connectives avec lésion des régions médiales des lobes frontaux du cerveau. Cependant, en raison de la localisation de la lésion, la conscience est perturbée de différentes manières.

1 L'inadéquation du fonctionnement des lobes frontaux du cerveau. Étant donné que ce domaine participe directement à la création de programmes pour différents types d’activités, il garantit la subordination de la ligne de comportement dominante pour le moment, inhibe les effets secondaires et compare également le résultat de l’action à la tâche.

2 Activité globale réduite dans le cortex cérébral en raison de l’infériorité de ses liens avec la formation réticulaire de la tige, ce qui donne le ton du cortex et donc une activité consciente (insuffisance des impulsions d’énergie ascendantes ou effets inhibiteurs sur le cortex cérébral). Cela se manifeste dans les phénomènes bien connus. la durabilité et inactivité.

3 Diminution de la clarté de la conscience et de la mémoire en raison de l'infériorité du fonctionnement des divisions médiales (profondes) fronto-temporales, qui établissent une connexion étroite avec l'ancien cortex limbique, les divisions diencéphaliques (moyennes) du cerveau.

La véritable déficience intellectuelle chez les enfants est due à une lésion ou à une immaturité des lobes frontaux du cerveau.. On les appelle "oligophrénie", qui peut avoir un degré d'impudeur différent (débilité, imbécillité, idiotie).

Une diminution de l'activité mentale chez l'adulte est appelée démence. Elle est souvent causée non par des causes locales, mais par lésions cérébrales diffuses, lié à l'insuffisance de travail d'une partie considérable de la région cérébrale (faiblesse héréditaire des processus nerveux, athérosclérose, syndrome de Korsakovsky, maladie de Pick-Alzheimer et autres).

Apraxie kinesthésique

APRAXIE (l'inaction de l'apraxie grecque) est une violation des formes complexes d'une action arbitraire (et particulièrement ciblée) avec la préservation de la force élémentaire, de la précision et de la coordination des mouvements qui se produisent lors de lésions focales des hémisphères cérébraux. Les phénomènes d'apraxie ont été décrits pour la première fois par Lipmann (H. Lipmann, 1900), qui définissait l'apraxie comme l'incapacité d'effectuer un mouvement raisonnable en l'absence de parésie, d'ataxie ou de violation du tonus musculaire. Apraxie liée à Lipmann avec une lésion du cortex cérébral pariétal et inférieur (Fig. 1) et une apraxie motrice (acrokinétique) distinguée, dans laquelle le patient représente clairement les mouvements qu'il doit effectuer, mais ne trouve pas les voies motrices pour son exécution; apraxie ideator, dans laquelle le patient ne sait pas quel mouvement il doit effectuer, et apraxia idéocinétique, qui occupe une position intermédiaire. Une forme spéciale d'apraxie, décrite par Lipmann (1905), est l'apraxie gauche, résultant de perturbations dans les voies du corps calleux, résultant en une impulsion nerveuse qui formule la tâche du mouvement, n'atteint pas les régions tempérées inférieures de l'hémisphère droit. Cela conduit à la difficulté d'effectuer le mouvement souhaité avec la main gauche tout en maintenant la capacité d'effectuer des mouvements avec la main droite.

Le développement ultérieur de la théorie de l'apraxie était lié aux travaux de Zittig (O. Sittig, 1931), Kleist (K. Kleist, 1934) et Denny-Brown (D. Denny-Brown, 1952, 1958). Les progrès les plus significatifs de la théorie de l'apraxie ont été réalisés par des neurologues soviétiques qui ont tenté d'approcher l'aproxie du point de vue des mécanismes généraux de l'acte moteur, étudiés en détail par N.A. Bernshtein (1947), et de la théorie psychologique générale de la structure de l'activité humaine (L. S. Vygotsky, 1956, 1960; A. N. Leont'ev, 1957 et autres.).

Selon les concepts modernes, l'apraxie diffère radicalement de formes de troubles du mouvement comme la parésie, l'ataxie, la dystonie et survient lorsque l'un des éléments nécessaires à la mise en oeuvre d'un mouvement volontaire complexe est perturbé. En conséquence, la localisation de la lésion dans le cortex cérébral peut perturber les divers mécanismes sous-jacents au mouvement volontaire complexe, et l'apraxie peut prendre différentes formes.

L'apraxie afférente (kinesthésique) se manifeste en violation des fondements kinesthésiques du mouvement, c'est-à-dire en violation des sensations de la position ou de la direction du mouvement d'une partie particulière du corps, en particulier des mains, sans laquelle un adressage clair des impulsions motrices perd sa certitude et le mouvement devient incontrôlable. Cette forme d’apraxie, proche de l’apraxie hypocinétique et idéocinétique de Lipmann, s’exprime par l’impossibilité de trouver le mouvement souhaité sur la base de sensations kinesthésiques et le patient ne peut effectuer ce mouvement que sous contrôle visuel constant. Dans l'apraxie afférente, les parties post-centrales de l'hémisphère dominant (gaucher et droitier) sont touchées.

L'apraxie orale est un type particulier d'appareil apraxique dans lequel les difficultés de la parole motrice se développent, prenant la forme d'une aphasie motrice afférente (kinesthésique) (voir). Le patient ne peut pas trouver les positions de l'appareil vocal nécessaires pour prononcer les sons correspondants - articulum - et un syndrome se forme, ce qui implique un mélange de sons proches de l'articulation dans la parole expressive, des troubles de la lettre, etc. La lésion pendant l'apraxie orale est localisée dans les parties inférieures du post-central ( kinesthésique) du cortex de l'hémisphère dominant (gauche et droitier).

L'apraxie spatiale se manifeste par une violation de l'orientation du patient dans les directions spatiales, principalement dans la direction droite - gauche. Le patient ne peut pas dessiner une image orientée dans l’espace, ne peut pas atteindre le point souhaité dans l’espace, ni construire une figure à partir d’allumettes ni construire un schéma spatial (apraxie constructive). Lors de l'écriture, le patient commet des erreurs spatiales, étant incapable de corréler correctement les parties de lettres complexes et montrant des signes d'écriture miroir, et l'ensemble du système de mouvements est perturbé selon un type spatial prononcé (Fig. 2). Les troubles décrits se produisent avec des lésions des parties pariéto-occipitales du cortex cérébral.

L'apraxie cinétique, ou efférente, se traduit par le fait que la recherche des mouvements nécessaires et leur organisation spatiale restent intactes, mais qu'une transition en douceur d'un lien d'un mouvement complexe à un autre est inaccessible. Les habiletés motrices se désintègrent: pour chaque élément d'une habileté motrice complexe, une impulsion spéciale est requise, la fluidité de l'écriture est perturbée. Des troubles similaires se produisent lorsque les parties prémotrices du cortex cérébral, principalement l'hémisphère dominant (gaucher et droitier), sont affectées. Comme le savent de nombreuses études, notamment Fulton (F. Fulton, 1935), les parties prémotrices du cortex cérébral sont étroitement liées aux noyaux sous-corticaux et sont directement impliquées dans l’automatisation de mouvements volontaires complexes, dans la formation d’activités motrices lisses. L'apraxie efférente est caractérisée par une inertie pathologique des mouvements et des persévérations motrices (répétition des mêmes mouvements), dont le patient a connaissance, mais ne peut pas attendre arbitrairement. Des défauts similaires se manifestent souvent dans la lettre (Fig. 3). Dans cette forme d'apraxie, la lésion est située dans les parties profondes des régions prémotrices et conduit à une perturbation des connexions normales de la zone prémotrice avec les noyaux sous-corticaux.

Cette forme d'apraxie peut se manifester par une violation des processus de la parole, ce qui conduit à une aphasie efférente (cinétique) (voir). Le patient, qui peut facilement trouver l'articulation nécessaire, est incapable de passer facilement d'une articulation à une autre, et la prononciation du mot entier et d'autant plus que la phrase entière devient inaccessible. Cela se produit lors de la défaite des parties inférieures de la zone prémotrice de l'hémisphère dominant (gaucher), la zone de Broca.

Les méthodes d'étude de l'apraxie étaient jusqu'à récemment insuffisamment développées et consistaient à répéter les mouvements du médecin, à effectuer certaines actions avec des objets réels ou imaginaires (par exemple, montrer comment le thé est versé dans une théière, comment le thé est agité dans un verre, etc.). Ces méthodes permettent d'établir la présence de l'un ou l'autre type d'apraxie, mais ne permettent toujours pas d'isoler les facteurs sous-jacents de tel ou tel type d'apraxie et ne fournissent donc pas une base suffisante pour utiliser les symptômes de l'apraxie dans le diagnostic topique de lésions cérébrales.

Actuellement, cette lacune est comblée en introduisant un certain nombre de techniques nous permettant de montrer quels défauts sous-tendent une forme ou une autre de l'apraxie. Ainsi, pour l'analyse de l'apraxie kinesthésique (ou «apraxie de la posture»), il est proposé au patient de reproduire les différentes positions des doigts sur l'échantillon (par exemple, mettre les doigts II et V, replier les doigts en forme d'anneau); dans l'étude de l'apraxie orale, donner à la langue la position du tube, le placer entre les dents et la lèvre inférieure, siffler, etc. Des difficultés pour effectuer ce test, accompagnées de fouilles infructueuses, donnent lieu à une déclaration d'apraxie kinesthésique qui permet de penser à la défaite de certaines parties du cortex post-central grands hémisphères.

Pour l'analyse de l'apraxie spatiale, il est proposé au patient de donner à la paume étendue une position horizontale, frontale ou sagittale ou de corréler la position des deux mains dans les coordonnées correspondantes de l'espace. Des difficultés dans l'exécution de ce test avec l'exécution facile du précédent suggèrent que la lésion est dans la région inférieure ou pariéto-occipitale du cortex. De même, le test de Ged présente des difficultés: reproduction des positions des mains du médecin assis devant le patient; ralentir la tendance à reproduire les mouvements en miroir, effectuer des mouvements croisés (par exemple, toucher l'oreille droite de l'oreille gauche, etc.)

Pour l'analyse de l'apraxie cinétique, il est demandé au patient d'effectuer une «mélodie cinétique» qui lui est assignée, ce qui nécessite un basculement sans heurt d'un élément du mouvement à un autre (par exemple, tapoter des rythmes selon un échantillon ou une instruction de la parole, ou effectuer un test de coordination réciproque des mouvements des deux mains en même temps, en repliant les doigts de la main, poing et redressez les doigts de l’autre main en répétant ce mouvement plusieurs fois de suite). La violation de la mise en œuvre sans heurt de cette "mélodie cinétique" par un bourrage au niveau de l’un des maillons du mouvement peut indiquer une défaite du cortex prémoteur. La présence de persévérations motrices globales (l'impossibilité d'arrêter le mouvement dans le temps et sa répétition inerte sous la forme de mouvements violents) peut indiquer l'implication de parties profondes de la zone prémotrice et de noyaux moteurs sous-corticaux dans le processus pathologique.

Pour analyser les phénomènes d'apraxie frontale, le patient est placé dans des conditions où il est invité à exécuter une action conditionnelle ne correspondant pas à un signal visuel (par exemple, en réponse à un poing levé, levez le doigt et l'abaissez), ou développez une action conditionnelle nécessitant un schéma de réponse rythmique (, en réponse à un coup pour soulever la droite, en réponse à deux coups - la main gauche); cet échantillon est répété plusieurs fois d'affilée avec une alternance rythmique, puis cet ordre rythmique est perturbé. La tendance à remplacer l'action conditionnelle (instruction correspondante) par une imitation ou une tendance à reproduire un stéréotype inerte, quel que soit le signal, est le signe d'une fonction régulatrice altérée des lobes frontaux du cerveau et, par conséquent, d'un symptôme d'apraxie frontale.

La réalisation des échantillons décrits permet de compléter la description clinique de l'apraxie par une analyse physiopathologique des facteurs sous-jacents à ses différentes formes et de différencier l'apraxie des troubles du mouvement plus élémentaires (parésie, ataxie) et de l'inactivité générale des mouvements résultant d'états d'hypertension-dislocation prononcés.

Pronostic et traitement. Le pronostic est déterminé par la nature de la maladie, dans laquelle se produit une aproxie (il s'agit dans la plupart des cas de lésions vasculaires du cerveau, principalement du ramollissement de certaines parties du cortex cérébral, moins souvent de tumeurs, de lésions, de processus inflammatoires et dystrophiques). La maladie principale est en cours de traitement, ainsi que des mesures spéciales - séances avec le patient - visant à améliorer les mouvements volontaires.

Bibliographie: Bernshtein N. A. Sur la construction des mouvements, M., 1947; Luria A. R. Fonctions corticales humaines supérieures et leurs troubles dans les lésions cérébrales locales, M., 1969, bibliographie; il, Principes fondamentaux de la neuropsychologie, M., 1973; Tonkonogiy I.M. Introduction à la neuropsychologie clinique, p. 106, L., 1973; De AJuriaguerra J. a. Tissot R. Les apraxias, Handb. clin. neurol., ed. par P. J. Vinken a. G. W. Bruyn, v. 4, p. 48, Amsterdam - N. Y., 1969, bibliographie; Lange J. Agnosien und Apraxien, Handb. Neurol., Hrsg. v. O. Bum-ke u. O. Foerster, Bd 6, S. 807, B., 1936, Bibliographie; Warrington E. K. Apraxie constructive, Handb. clin. neurol., ed. par P. J. Vinken a. G. W. Bruyn, v. 4, p. 67, Amsterdam —N. Y., 1969, bibliogr.

Apraxie

L'apraxie est un trouble de la capacité à effectuer des actions séquentielles tout en maintenant la quantité requise de fonctions sensorielles et motrices. Se produit avec la défaite de diverses parties du cortex, les nœuds sous-corticaux. Diagnostiqué selon l'examen neurologique, y compris des tests neuropsychologiques spécifiques. La cause des troubles détectés est déterminée à l'aide des méthodes de neuroimagerie (IRM, TDM, TDM). Le traitement de l'apraxie dépend de l'étiologie de la lésion, est réalisée avec l'utilisation de techniques de drogue, neurochirurgicales, de rééducation.

Apraxie

Praxis - traduction du grec "action", dans la compréhension médicale - la fonction nerveuse la plus élevée, permettant d'effectuer des actions séquentielles ciblées. L'apprentissage de la réalisation habile d'actes moteurs complexes se produit dans l'enfance avec la participation de différentes zones du cortex et des ganglions sous-corticaux. Par la suite, les activités quotidiennes fréquemment effectuées atteignent le niveau d'automatisme, fourni principalement par les structures sous-corticales. La perte des habiletés motrices acquises tout en maintenant la sphère motrice, le tonus musculaire normal, est appelée apraxie. Le terme a été proposé pour la première fois en 1871. Une description détaillée de la violation a été faite par le médecin allemand Lipmann, qui a créé la première classification de pathologie au début du 20ème siècle.

Causes de l'apraxie

Les troubles de la praxis surviennent lorsque différentes parties du cerveau sont endommagées: le cortex, les formations sous-corticales et les voies nerveuses qui assurent leur interaction. L'apraxie accompagne le plus souvent la lésion des régions corticales fronto-pariétales. Les étiofacteurs dommageables sont:

  • Tumeurs cérébrales. Les néoplasmes intracérébraux (gliome, astrocytome, ganglioneuroblastome), qui se développent dans le cortex, centres sous-corticaux, ont des effets néfastes sur les zones impliquées dans la fourniture de la praxis.
  • Accidents vasculaires cérébraux Un AVC hémorragique (hémorragie cérébrale) se produit lorsqu'une rupture survient dans la paroi d'un vaisseau cérébral, ischémique - avec thromboembolie, spasme des artères cérébrales.
  • Traumatisme cérébral. L'apraxie provoque des lésions directes des zones cérébrales responsables de la praxis, des lésions secondaires dues à la formation d'un hématome post-traumatique, d'un œdème, d'une ischémie et d'une réaction inflammatoire.
  • Lésions infectieuses. Encéphalite, méningo-encéphalite d'étiologies diverses, abcès cérébraux avec localisation de foyers inflammatoires dans le cortex, ganglions sous-corticaux.
  • Processus dégénératifs. Maladies accompagnées d'une atrophie corticale progressive: démence, maladie de Pick, maladie d'Alzheimer, encéphalopathie alcoolique. Causée par une ischémie cérébrale chronique, des dommages toxiques (alcoolisme), des troubles dysmétaboliques (diabète), des facteurs génétiques.

Les facteurs de risque qui augmentent le risque de développer des troubles de la praxis comprennent un âge supérieur à 60 ans, une prédisposition héréditaire, une hypertension, des antécédents d’accident vasculaire cérébral, de maladies cardiovasculaires et d’alcoolisme chronique.

Pathogenèse

Classification

La division des troubles de la praxis proposée par Lipmann en fonction du niveau d'échec dans la chaîne de formation de l'action séquentielle est utilisée aujourd'hui en neurologie étrangère. Conformément à cette classification, l'apraxie est divisée en:

  • Idéomoteur. Se manifeste par des difficultés à accomplir des actes moteurs simples. Il est observé dans la lésion du lobe pariétal dans la zone du gyrus supra-marginal et angulaire, la zone prémotrice, les voies de communication entre eux, les connexions hémisphériques corticale et corticale-sous-corticale.
  • Idéatif Il est associé aux difficultés liées à l'exécution cohérente d'actions complexes lors de la mise en œuvre correcte de leurs composants individuels. Les zones spécifiques de lésions cérébrales ne sont pas identifiées. L'apraxie idéatorique se manifeste par des lésions des lobes frontaux pariétaux et des structures sous-corticales.
  • Limbiko-cinétique. Il se caractérise par l'absence de dextérité et la rapidité des mouvements subtils, il est visible principalement dans les doigts de la main. Il y a une lésion controlatérale. Un certain nombre d'auteurs associent la forme limbico-cinétique à des lésions du cortex prémoteur du lobe frontal, une violation de ses connexions avec les structures basales. D'autres chercheurs soulignent l'absence de différences claires entre cette pathologie et les affections pulmonaires de la sphère motrice (insuffisance pyramidale).

Les neurologues nationaux utilisent la classification du fondateur de la neuropsychologie soviétique A.R. Luria, suggérant la séparation des troubles de la praxis en fonction du mécanisme de leur apparition. En conséquence, l'apraxie est divisée en:

  • Cinétique - un désordre de la dynamique de l'acte de mouvement, une violation des transitions entre des mouvements simples individuels qui forment une seule action complexe. L'apraxie est bilatérale, moins prononcée du côté touché.
  • Kinesthetic - violation des actions subtiles (boutonnage, lacets) en raison de la perte de la capacité de sélectionner les mouvements nécessaires.
  • Spatial - difficulté à effectuer des actions orientées dans l'espace (habillage, fabrication du lit). Une apraxie constructive est une sous-espèce distincte - la perte de la capacité de créer un tout à partir de parties séparées.
  • Réglementation - difficultés de planification, de suivi et de maîtrise de la mise en œuvre de nouvelles actions complexes.

Le mécanisme complexe de la praxis n'étant pas clairement établi, certains auteurs modernes critiquent les classifications indiquées et proposent de distinguer les formes d'apraxie en ce qui concerne des troubles fonctionnels spécifiques. Selon ce principe, on distingue l'apraxie du pansement, l'apraxie de la marche, l'apraxie des manipulations d'objets, etc.

Symptômes de l'apraxie

Le seul symptôme clinique est le désordre de réaliser des actions avec la préservation de la quantité requise de fonction sensorimotrice. Les patients ne présentent aucune violation de la sensibilité, de la parésie, des changements prononcés du tonus musculaire. Leurs membres sont capables d'effectuer des mouvements au niveau d'une personne en bonne santé. L'action n'est pas implémentée en raison de la perte de la séquence de mouvements. L'apraxie peut se produire dans le contexte d'autres troubles de l'activité nerveuse supérieure (agnosie, amnésie), du déclin cognitif.

L'apraxie cinétique est caractérisée par une violation de la fluidité de la transition entre les éléments successifs de l'action, le «collage» du patient sur la performance d'un élément moteur séparé. Mouvements approximatifs maladroits. Le désordre concerne à la fois des actions nouvelles et familières. Dans la forme kinesthésique, le patient est incapable d'effectuer des mouvements subtils avec ses doigts (attacher / déboutonner des boutons, coudre, nouer des nœuds), pour donner aux mains la pose indiquée par le médecin, au cours de l'action, ne peut pas saisir la position nécessaire des doigts. Le manque de contrôle visuel exacerbe la situation. Le patient perd la capacité de démontrer une action sans objet (sans une tasse, pour montrer les mouvements nécessaires pour verser de l'eau dans la tasse).

L'apraxie spatiale se manifeste par un trouble des notions de «droite / gauche», «haut / bas», associée à une agnosie spatiale. Le patient ne peut pas s'habiller seul, ramasser l'objet des parties, avec la défaite de l'hémisphère dominant, il est difficile d'écrire des lettres. L'apraxie réglementaire se caractérise par la préservation d'actions simples et familières contre la dégradation des performances de nouveaux. Les actes moteurs sont caractérisés par des stéréotypes. La mise en œuvre d'un nouveau programme d'actions (tâches d'allumer une bougie avec une allumette) s'accompagne d'un glissement dans de simples opérations automatisées (fumeurs, tentative d'allumer une bougie comme une cigarette), en effectuant un fragment séparé (en allumant et en éteignant l'allumette).

Une apraxie persistante conduit à un handicap dont le degré dépend de la forme de la pathologie. Le patient est insolvable sur le plan professionnel, souvent incapable de prendre soin de lui-même. La conscience de son propre défaut provoque un inconfort psychologique grave et contribue à l’adaptation sociale.

Diagnostics

En raison de l'absence d'une classification unifiée et d'une compréhension précise de la pathogenèse et du substrat morphologique, la détection de l'apraxie n'est pas une tâche facile pour le neurologue. Le diagnostic est réalisé dans le contexte de l'exclusion d'autres mécanismes de troubles du mouvement, la détermination de la nature des lésions cérébrales. L'examen du patient comprend:

  • Examen neurologique. Vise à évaluer la sphère sensible, motrice et cognitive. Aide à détecter les symptômes focaux concomitants (parésie, troubles de la sensibilité, hyperkinésie extrapyramidale, ataxie cérébelleuse, dysfonctionnement du nerf crânien, problèmes de mémoire, pensée). Les violations de la praxis peuvent être associées à une parésie, une hypesthésie. Dans de tels cas, le diagnostic "d'apraxie" est établi si les troubles moteurs existants ne rentrent pas dans le cadre de ces troubles.
  • Tests neuropsychologiques. Une série de tests est effectuée dans laquelle le patient effectue les actions comme demandé, copie les poses et les mouvements du médecin, compose l’ensemble des pièces, effectue des actions avec un / plusieurs objets et sans eux. Des tests séparés sont effectués les yeux fermés. L'analyse des résultats inclut une évaluation du nombre et de la nature des erreurs d'exécution de tests.
  • Neuroimagerie. Produit avec CT, IRM, TDM du cerveau. Permet de diagnostiquer la lésion: tumeur, zone d'ACV, abcès, hématome, foyers inflammatoires, modifications atrophiques.

Il faut différencier l'apraxie des troubles extrapyramidaux, de l'insuffisance pyramidale, de l'ataxie sensorielle, des troubles cérébelleux, de l'agnosie. La formulation du diagnostic doit contenir une indication de la maladie sous-jacente (traumatisme, accident vasculaire cérébral, encéphalite, maladie d'Alzheimer, etc.).

Traitement apraxie

Le traitement est effectué en relation avec la maladie en cause. Selon les indications, appliquer une pharmacothérapie, un traitement neurochirurgical, des techniques de rééducation.

La pharmacothérapie comprend:

  • Améliorer l'hémodynamique cérébrale. Le traitement vasculaire des lésions ischémiques aiguës et chroniques est réalisé à l'aide de vasodilatateurs (vinpocétine) et de thrombolytique (héparine), qui améliorent les agents de la microcirculation (pentoxifylline). Dans les accidents vasculaires cérébraux hémorragiques, des préparations d'acide aminocaproïque et des angioprotecteurs sont administrés.
  • Traitement neuroprotecteur. Il vise à augmenter la résistance des neurones à l'hypoxie, aux changements dysmétaboliques dans les troubles aigus de la circulation cérébrale, aux blessures et aux processus inflammatoires.
  • Thérapie nootropique. Les nootropes (piracétam, acide gamma-aminobutyrique, ginkgo biloba) augmentent l'activité des neurones, améliorent l'interaction interneuronale, aident à restaurer les fonctions cognitives.
  • Traitement étiotropique des neuroinfections. En conséquence, l'étiologie est réalisée une thérapie antibiotique, antivirale, un traitement antimycotique.

Des interventions neurochirurgicales sont effectuées selon les indications afin de rétablir l'apport sanguin intracrânien, le retrait de l'hématome intracrânien, un abcès et une tumeur. Les opérations sont effectuées par les neurochirurgiens de manière urgente ou planifiée. La rééducation repose sur des cours spéciaux avec un médecin spécialiste en réadaptation, ce qui permet d’améliorer les capacités cognitives, de compenser partiellement le trouble de la praxis et d’adapter le patient au déficit neurologique survenu.

Pronostic et prévention

L'apraxie a un pronostic différent qui dépend directement de la nature de la pathologie en cause. Après un accident vasculaire cérébral, un traumatisme cérébral, une encéphalite, le degré de récupération dépend de la gravité de la lésion, de l'âge du patient, de la rapidité avec laquelle des soins médicaux qualifiés sont prodigués. Le pronostic défavorable a des processus tumoraux inopérables, des maladies dégénératives progressives. Les mesures préventives consistent à prévenir les blessures à la tête, les infections et les effets cancérogènes; traitement en temps opportun des maladies cardiovasculaires, des maladies cérébrovasculaires.

Apraxie - traitement à Moscou

Manuel des maladies

Maladies nerveuses

Dernières nouvelles

  • © 2018 beauté et médecine

destiné à la référence seulement

et ne remplace pas les soins médicaux qualifiés.

Méthodes de traitement de l'apraxie kinesthésique et ses causes

Apraxia en grec signifie «inaction», caractérisée par une violation de la commission de mouvements ciblés ou arbitraires de complexité variable. Toute activité humaine, réalisée consciemment, est réalisée par étapes. Les habiletés motrices sont mémorisées et peuvent être reproduites à l'aide du schéma enregistré. Au premier stade, une impulsion à l'action consciente survient, qui est responsable de la région temporo-pariétale gauche, avec sa défaite, une apraxie totale se produit.

Les causes de la maladie peuvent être divers facteurs:

  • Changements pathologiques des vaisseaux dans les lobes frontaux du cerveau;
  • Antécédents d'AVC ischémique cérébral;
  • Tumeurs malignes et bénignes du cerveau;
  • Neuroinfections transférées;
  • La maladie d'Alzheimer.

Variétés de la maladie

Il existe plusieurs types d'apraxie:

  • Ideatornaya - le patient n'est pas en mesure de planifier ses actions, d'utiliser les objets comme prévu. Effectuer certains mouvements n'est pas possible dans le bon ordre.
  • Apraxie kinesthésique - perte de représentations somatotopiques et spatiales chez les patients, violation de la compréhension du processus d’exécution d’actions et de mouvements.
  • Spatial - perte de la capacité à reproduire des formes géométriques, l'orientation visuelle et spatiale est perturbée.
  • Idéomoteur - le patient planifie ses actions, mais ne peut les exécuter avec ses mains.
  • Apraxie cinétique - il existe une gêne lorsqu’on essaie de réaliser des mouvements complexes, souvent il ya une limitation de l’action d’un membre.

On distingue également les types suivants de cette maladie: apraxie ambulante (trouble de la démarche), orale (trouble de la parole), conductrice (difficulté à répéter des actions tout en maintenant des mouvements indépendants), dynamique (difficulté à se souvenir des mouvements).

Parmi les causes d'apraxie, le premier cas d'accident vasculaire cérébral ischémique. Un accident cérébrovasculaire se traduit par une violation aiguë de la circulation sanguine cérébrale, à la suite de quoi son tissu est endommagé et ses fonctions sont perturbées en raison d'un apport insuffisant du volume de sang nécessaire dans les zones du cerveau. Ces troubles entraînent le plus souvent l'apparition d'une apraxie kinesthésique.

Diagnostic de l'apraxie kinesthésique

Pour un diagnostic correct, il est proposé au patient d’effectuer les tâches suivantes:

  • Pour la main droite, répétition des mouvements de la main de l'examinateur, proposition d'utiliser des objets imaginaires.
  • Pour les deux mains - la répétition des mouvements des mains du médecin et la répétition de la position de la main.

    L'apraxie kinesthésique chez les patients en phase de récupération précoce après un AVC ischémique se développe le plus souvent dans le bras controlatéral par rapport au côté de l'AVC (environ 83% des patients). Dans le bras ipsilatéral, une apraxie kinesthésique est observée chez un plus petit nombre de patients. Le plus souvent, ce type d'apraxie se développe chez les patients présentant une lésion de l'hémisphère gauche du cerveau, avec un accident vasculaire cérébral de l'hémisphère droit, il est beaucoup moins fréquent.

    Méthodes de traitement pour cette maladie

    Il est très important de procéder à un examen approfondi des patients au début de la période de récupération qui suit un AVC ischémique afin d'identifier les symptômes de l'apraxie. Après avoir défini des paramètres spécifiques pour ce type d'échantillons de maladie et le diagnostic, déterminez la direction du traitement et de la réadaptation médicale.

    Le traitement des patients est basé sur une approche individuelle, mais sans exception, les patients ont besoin d'une surveillance constante par un neurologue, ils ont besoin d'une aide extérieure pour mettre en œuvre des actions simples, telles que s'habiller, manger. Très souvent, une aide qualifiée d'un psychologue et d'un orthophoniste est requise.

    En plus du traitement de la maladie sous-jacente, un traitement visant à restaurer les fonctions motrices est réalisé. Ceci est assisté par la physiothérapie, le massage et la formation sur des simulateurs spéciaux. Malheureusement, le traitement complet de l'apraxie n'est pas garanti, mais avec le traitement approprié de l'AVC ischémique et des mesures de rééducation adéquates, il est possible d'atténuer les symptômes et d'améliorer l'état des patients.

    Apraxie kinesthésique

    Dictionnaire encyclopédique sur la psychologie et la pédagogie. 2013

    Voyez ce que "apraxia kinesthetic" dans d'autres dictionnaires:

    apraxie kinesthésique - (a. kinaesthetica; syn. A. afferent) A., provoquée par la violation de mouvements volontaires résultant de troubles de l'afférentation kinesthésique et caractérisée par la recherche des mouvements nécessaires; observé dans les lésions de l'écorce de la région postcentrale...... Grand dictionnaire médical

    APRAXY KINESTHETIC - [du grec. kinetikos est lié au mouvement] désintégration de l'ensemble des mouvements nécessaires (surtout en l'absence de support visuel), causée par une violation de l'analyse cinétique (c'est-à-dire associée au sentiment de la position et du mouvement de votre corps ou de votre organe) et... Psychomotrika: dictionnaire-référence livre

    Apraxia - Il existe d'autres significations pour ce terme, voir Apraxia (significations). Apraxia ICD 10 R48.248.2 ICD 9 438.81438.81... Wikipedia

    Apraxia afferent - Syn.: Apraxia kinesthetic. Apraxia pose. Se produit lorsqu'une lésion survient dans la région du cortex de la région pariétale, adjacente au gyrus post-central, sur laquelle est projetée la face opposée du corps, entraînant l'apparition d'un trouble...... Dictionnaire encyclopédique de psychologie et de pédagogie

    Apraxia - I Apraxia (apraxia; Grec. Négatif. Préfixe A + Grec. Praxis) Violation des formes complexes d'une action intentionnelle arbitraire tout en préservant ses mouvements élémentaires constitutifs, sa force, sa précision et la coordination de ses mouvements. Avec A....... Encyclopédie médicale

    apraxia afferent - (a. afferens) voir apraxia kinesthetic... Grand dictionnaire médical

    Apraxia poses - Voir Apraxia kinesthetic... Dictionnaire encyclopédique de psychologie et de pédagogie

    Apraxia - (a + grec. Praxis - action). Violation de mouvements et d’actions ciblés arbitraires tout en préservant les composantes de leurs actes moteurs élémentaires. Observé avec des lésions organiques du cortex cérébral. Par H. Liepmann (1900),...... Dictionnaire explicatif des termes psychiatriques

    Apraxia - (du grec. Apraxia inaction) violation des mouvements ciblés et des actions qui surviennent lors de la défaite de diverses zones du cortex cérébral. A. est observé dans les tumeurs cérébrales, le ramollissement de ses parties, dû à la malnutrition,...... La Grande Encyclopédie soviétique

    Partager le lien vers le surligné

    Lien direct:

    Nous utilisons des cookies pour mieux représenter notre site. En continuant à utiliser ce site, vous acceptez ces conditions. Bon

  • En Savoir Plus Sur La Schizophrénie