L’autisme est une maladie grave caractérisée par une violation des capacités de l’enfant à comprendre le monde et la société.

C'est intéressant! En 1943, le scientifique américain Leo Kanner a décrit pour la première fois la maladie de l'autisme chez les enfants. À la suite d'une violation dans la sphère personnelle et émotionnelle, les enfants et les adolescents ont reçu des noms supplémentaires: syndrome d'autisme de la petite enfance, syndrome de RDA, syndrome de Leo Canner.

Classification de l'autisme

En ce qui concerne la gravité, l'autisme chez les enfants varie de léger à très grave. Avec un léger degré d'autisme, un enfant peut sembler normal et un peu étrange. Mais le degré grave de cette maladie peut complètement perturber le fonctionnement du cerveau. Nous voyons déjà ici des bizarreries évidentes dans le comportement du bébé, des écarts de communication et des interactions sociales.

Il y a quatre groupes d'autisme infantile. Chacun d’entre eux se caractérise par ses propres manières de se détacher du monde extérieur dans la société.

  • Le détachement de ce qui se passe est terminé. Les enfants de ce groupe n'ont pas de points de contact avec le monde extérieur. Ils ne réagissent pas du tout au manque de nourriture, de couches mouillées. Ils sont contraints de regarder et même des contacts corporels mineurs.
  • Rejet de l'environnement. Il se caractérise par une sélectivité rigoureuse dans les contacts. La communication avec les enfants ne peut être limitée qu'aux parents. Les bébés de ce groupe ont généralement un fort sentiment de peur. Cette réaction est très agressive. Mais les enfants du deuxième groupe, contrairement au premier, sont plus adaptés à la vie en société.
  • Préoccupation avec des intérêts autistes. Les enfants essaient de se cacher dans leurs intérêts. Leurs activités, en règle générale, ne sont pas informatives. Un enfant peut pendant longtemps dessiner le même complot, parler pendant des mois sur le même sujet. Leurs intérêts sont souvent agressifs et intimidants.
  • Difficultés d'interaction avec l'environnement - une manifestation de l'autisme à un degré modéré. Les enfants ont accru leur vulnérabilité et leur vulnérabilité.

Pourquoi l'autisme survient-il?

L'autisme est considéré comme une maladie génétique, bien que les causes de son apparition n'aient pas encore été élucidées de manière fiable. Cette maladie combine une variété de symptômes différents qui peuvent se manifester différemment pour tous les autistes. Il faut se rappeler que plus le diagnostic est posé tôt, plus la thérapie est lancée rapidement, plus l'enfant a de chances de s'adapter normalement à la société.

La question se pose: quelles sont les causes probables de l'autisme chez les enfants?

Causes de l'autisme chez les enfants.

  • La cause du développement de l'autisme peut être une quelconque atteinte organique du fœtus, survenue pendant la période de développement prénatal ou pendant l'accouchement. Certaines de ces blessures peuvent survenir si la mère a contracté une infection virale au cours de la grossesse (rubéole, rougeole, varicelle). Le processus de formation du cerveau est altéré pendant la maladie, ce qui peut contribuer au développement de l'autisme chez l'enfant.
  • Si au moins un des parents est atteint d'autisme, il existe un risque de contracter cette maladie chez les enfants. Vous devriez savoir que si un enfant est atteint d'autisme, le deuxième enfant sera très probablement atteint de cette maladie.
  • Les médecins suggèrent que l'autisme peut être une anomalie héréditaire et se transmettre au niveau des gènes. Ceci peut être confirmé par les manifestations de cette maladie chez plusieurs membres d'une même famille. Mais toujours pas identifié les gènes qui sont responsables de la survenue de l'autisme.
  • La cause de l'autisme peut être des désordres hormonaux et immunitaires, toutes sortes de désordres du système nerveux.
  • Certains pensent que les vaccins pour enfants peuvent déclencher l'apparition de la maladie. Cependant, ceci n'est pas confirmé. Si des changements se produisaient après la vaccination, il pourrait s’agir du premier signal de violation qui ne s’était pas manifestée plus tôt. Et la vaccination n'a servi que de déclencheur.
  • Influencer l'émergence de l'environnement autistique, des relations familiales, des conditions de vie. Le développement de la maladie peut entraîner une dépression prolongée.

Considérant les causes de l’autisme, nous pouvons en conclure qu’il se développe le plus souvent avec une combinaison de plusieurs des facteurs ci-dessus. Un grand nombre de travaux sur l'étude de l'autisme n'ont pas conduit à un consensus et à une théorie sur le traitement et l'occurrence de cette maladie.

Symptômes et signes

Les scientifiques ont identifié trois signes permettant de déterminer la présence d'autisme chez les enfants:

  • Perturbation de l'interaction sociale.
  • L’émergence de difficultés de communication avec les autres.
  • Caractéristiques du comportement des enfants.

Les psychiatres décrivent généralement un complexe de symptômes qui survient chez les patients. Mais les symptômes cliniques sont décrits très divers. Ceci est attribué au fait que l'autisme, comme une personne, a de multiples facettes et qu'il se forme chez chaque patient en fonction de sa personnalité et de son environnement de différentes manières.

Les premiers signes d'autisme chez le nouveau-né peuvent déjà apparaître à l'âge de trois mois, mais ils ne suscitent toujours pas la peur chez les parents, car les troubles du comportement du bébé peuvent être attribués aux particularités de son caractère et de son enfance.

Lorsque les premiers symptômes de l'autisme apparaissent chez les enfants, les parents sont attentifs au fait que le bébé ne peut rien faire exécuté par ses pairs à un certain âge. Les symptômes de l'autisme se distinguent par leur multiplicité, chaque bébé étant individuel. Comment l'autisme se manifeste-t-il chez les enfants?

Les symptômes de l'autisme chez les nouveau-nés et les enfants plus âgés incluent:

  • l'enfant ne peut pas répondre correctement à une variété de sons;
  • il a augmenté l'activité motrice,
  • il n'y a pas d'intérêt pour la nourriture;
  • il y a l'habitude de marcher sur des chaussettes;
  • le bébé ne pleure pas si les parents vont quelque part, n'essaye pas de leur sourire.

L’une des premières plaintes des parents est l’absence d’audience chez les enfants. Un bébé avec des sons plutôt forts ne montre aucun intérêt pour sa source. En fait, cela peut s’expliquer par le fait qu’en ce moment, l’enfant est dans son espace confiné et qu’il ne réagira pas au stimulus tant qu’il ne l’aura pas gêné.

Les autres symptômes sont les suivants:

  • Cela devient un retard visible dans le développement mental de l'enfant.
  • L'enfant essaie d'éviter le contact visuel, il hésite à regarder dans les yeux des gens qui l'entourent.
  • Peut ne pas répondre aux questions et à certaines actions des parents et amis, ne reconnaît pas ceux qui sont avec lui tous les jours.
  • Il est impossible d'écouter la personne qui lui parle et de comprendre les mots qu'il a entendus.
  • Un enfant ne peut pas transmettre ses émotions, ses sentiments, ses exigences et ses demandes.
  • Le bébé a périodiquement une nervosité spontanée, irritabilité, colère. Des difficultés surviennent dans la compréhension des choses ordinaires. L'enfant refuse de répondre aux demandes et demandes élémentaires.
  • Les enfants autistes se sentent mal à l'aise dans la société. Leur comportement est caractérisé par le détachement du monde extérieur et le désir d'être seul.
  • L'un des symptômes importants chez les enfants d'âge moyen et plus âgés peut être des troubles d'apprentissage. L'enfant ne peut pas formuler de phrases, parler correctement même avec un entraînement régulier.
  • Beaucoup ne tolèrent pas la lumière vive. Ils n'aiment pas les changements, ils n'aiment pas les changements apportés à leur régime habituel.
  • Les enfants ont une capacité réduite à comprendre les informations reçues, ils n'aiment pas partager quelque chose avec les autres.
  • Les enfants autistes peuvent avoir une attitude différente à l'égard de la présence ou de l'absence de la mère: certains ne la remarquent pas du tout, tandis que d'autres sont très difficiles à supporter les soins et l'absence de la mère. Leur réaction peut aboutir à un état somatique grave (fièvre, vomissements).
  • À un âge plus avancé, les enfants hésitent à prendre part à divers jeux collectifs, à devenir amis avec des enfants, ils n’ont aucun sens de l’empathie.

Diagnostic et traitement de l'autisme infantile.

Malheureusement, l'autisme n'est pas complètement guéri. Cependant, un traitement adjuvant aidera à éliminer les moments de comportement indésirables et contribuera au développement normal de l'enfant. L'autisme doit souvent être différencié des états et névroses analogues à la névrose. Pour clarifier le diagnostic, le médecin recueille l'anamnèse. Dans le même temps, les causes estimées de la maladie sont clarifiées, les symptômes actuels sont pris en compte.

L'autisme des enfants est une maladie complexe. Mais encore, un enfant autiste peut essayer de revenir à un mode de vie normal, l’aider à s’adapter au monde qui l’entoure, s’il suit les recommandations des médecins. La psychothérapie est la base des composants des effets complexes sur les patients autistes. Le psychothérapeute aidera si possible l'enfant à établir un contact avec son entourage, à surmonter ses peurs et ses barrières psychologiques.

Les enfants peuvent faire leurs études à l'école. Mais ici, vous devez utiliser différentes approches et méthodes. Il est possible d'étudier dans de petites classes spéciales et des écoles spéciales, et peut-être même d'intégration, où des enfants en bonne santé et l'autisme apprennent en même temps.

Chez un enfant, vous pouvez essayer de développer un lien avec les parents pour améliorer l’adaptation sociale. Pour déterminer les spécificités du retard de développement de l’enfant, le médecin traitant effectue des tests de dépistage de l’autisme et applique divers schémas de questionnaire. Si la famille était mentalement retardée, le médecin prescrit une analyse chromosomique, une recherche sur la résonance magnétique avec des modifications structurelles dans le cerveau. Un électroencéphalogramme est prescrit dans le cas de crises épileptiques fréquentes.

Selon les indications du traitement de l'autisme chez les enfants, le médecin peut prescrire un traitement médicamenteux. Les enfants ayant un développement retardé, il est conseillé de nommer Cerebrolysin, acide glutamique. Selon le témoignage prescrit des médicaments anticonvulsifs, des sédatifs.

Un psychologue expérimenté devrait traiter et surveiller un enfant malade, car le traitement sera long et que le fait de changer de médecin peut aggraver l’état du bébé.

Réduire le risque d'autisme contribuera à la bonne attitude des jeunes à l'égard de la grossesse et de sa planification. Les futurs parents devraient faire l’objet d’un dépistage afin d’identifier les maladies chroniques, le cas échéant. La future mère devrait mener une vie saine, elle devrait être observée chez le gynécologue pendant la grossesse.

Le traitement des enfants autistes se poursuit tout au long de leur vie. Dans certains cas, une dynamique positive peut être réalisée rapidement, et parfois cela prend des années.

Les parents doivent savoir et se rappeler que si un enfant est atteint d'autisme, il doit avant tout être aimé et accepté tel qu'il est à l'heure actuelle. Après tout, ce ne sont pas des enfants malades, ils sont simplement différents.

Est-ce que mon enfant a l'autisme? Comment reconnaître les premiers symptômes et signes de l'autisme

Auteur: Konstantin Romaniv il y a 2 ans

En tant que parent, vous ne voulez jamais croire que votre précieux bébé a un problème. Mais lorsqu'il s'agit de l'autisme, sa reconnaissance précoce - idéalement avant l'âge de dix-huit mois - revêt une importance capitale. Mais quel que soit l'âge de votre enfant, ne perdez pas espoir. Le traitement peut réduire l'impact de la maladie et aider votre enfant à apprendre, à grandir et à réussir. Dans cet article, nous vous expliquerons comment reconnaître les premiers symptômes et signes de l'autisme afin que vous puissiez prendre le meilleur soin de votre enfant.

Qu'est-ce que l'autisme?

L'autisme est un spectre de troubles étroitement liés avec un groupe général de symptômes. De tels troubles se manifestent dans la petite enfance et la petite enfance, provoquant des retards dans de nombreux domaines de développement majeurs, par exemple pour apprendre à parler, à jouer et à interagir avec d'autres personnes. Les symptômes et les signes de l'autisme varient considérablement, de même que ses effets. Certains enfants autistes ne souffrent que de déficiences mineures, tandis que d'autres ont davantage de difficultés dues à la maladie. Cependant, chaque enfant autiste a des problèmes, au moins dans une certaine mesure, dans les trois domaines d’activité suivants:

  • communication verbale et non verbale
  • attitudes envers les gens et l'environnement
  • pensée adaptative et comportement

Les médecins, les parents et les experts ont des opinions divergentes sur les causes de l’autisme et sur la meilleure façon de les traiter. Cependant, il y a un fait avec lequel tout le monde convient que la détection précoce de l'autisme et l'exposition intense dans cette situation aide. Pour les enfants à risque et les enfants présentant des signes précoces d'autisme, cela peut être important.

Comment les parents peuvent-ils détecter les premiers symptômes et signes de l'autisme?

En tant que parent, vous pouvez être le premier à découvrir les premiers signes de l'autisme. Vous connaissez votre enfant mieux que quiconque et remarquez les particularités de son comportement qu'un pédiatre lors d'une visite rapide de quinze minutes peut ne pas être en mesure de saisir. Le pédiatre de votre enfant peut être un collègue utile, mais ne minimisez pas l'importance de vos observations et de votre expérience. La bonne manière est la voie de l'auto-éducation, maîtrisant la connaissance de ce qui est normal et de ce qui ne l'est pas.

Surveillez le développement de votre enfant

L'autisme entraîne différents retards de développement. Veillez donc à le surveiller attentivement, en particulier lorsque votre enfant se situe aux principales étapes du développement des sphères sociale, émotionnelle et cognitive de sa vie. De telles observations sont un moyen efficace d'identifier le problème à un stade précoce. Bien que les retards de développement n'indiquent pas automatiquement l'autisme, cela peut indiquer un risque accru.

Si vous êtes concerné, continuez

Chaque enfant a une vitesse de développement individuelle, vous n’avez donc pas besoin de paniquer si votre bébé commence à parler ou à marcher un peu plus tard. En matière de développement sain, il existe un large éventail d’indicateurs «normaux». Toutefois, si votre enfant n’atteint pas les étapes principales du développement de son âge ou si vous suspectez un problème, signalez-le immédiatement au médecin de votre enfant. N'attends pas.

Ne pas être d'accord avec l'attentisme.

De nombreux parents inquiets se font dire: «Ne t'inquiète pas» ou «Nous allons attendre et voir». Mais attendre est la pire chose à faire. Vous risquez de perdre un temps précieux à l'âge où votre enfant a les meilleures chances de succès du traitement. En outre, que le retard soit causé par l’autisme ou par tout autre facteur, il est peu probable que les enfants présentant des retards de développement se développent simplement pour sortir de leurs problèmes. Pour développer des compétences dans des domaines problématiques, votre enfant a besoin d'une aide supplémentaire et d'un traitement ciblé.

Faites confiance à votre instinct

Idéalement, le pédiatre prendra vos préoccupations au sérieux et procédera à un examen approfondi de la présence d'autisme ou d'autres retards de développement. Mais parfois même des médecins bienveillants manquent des signes avant-coureurs ou sous-estiment leurs problèmes. Écoutez votre intuition, si elle vous dit que quelque chose ne va pas, et persistez. Inscrivez-vous pour un rendez-vous supplémentaire avec un médecin, demandez l'avis d'un autre médecin ou faites appel à un spécialiste du développement de l'enfant.

Toute régression est un signe d'alarme sérieux de l'autisme.

Certains enfants atteints de troubles du spectre autistique commencent à développer leurs compétences en communication, puis régressent généralement entre 12 et 24 mois. Par exemple, un enfant qui communique en utilisant les mots «mère» ou «sur le manche» peut cesser complètement de parler ou arrêter de jouer à des jeux de contact qu’il aimait habituellement, par exemple «ku-ku», dames ou faisant signe «à datant. Toute perte de langage, disparition de babillage, expressions faciales, gestes ou habiletés sociales doit être prise très au sérieux, la régression étant le principal signe avant-coureur de l'autisme.

Symptômes et signes de l'autisme chez les nourrissons et les jeunes enfants

Si l’autisme est observé dès l’enfance, le médecin peut, au cours du traitement, tirer pleinement parti de la plasticité remarquable du cerveau de l’enfant. Bien que l'autisme soit difficile à diagnostiquer jusqu'à 24 mois, les symptômes apparaissent souvent entre 12 et 18 mois. Si des signes sont détectés à l’âge de 18 mois, un traitement intensif aidera à reprogrammer le cerveau et à inverser les symptômes.

Les premiers signes de l'autisme sont associés à un manque de comportement normal et non à la présence d'anormaux, ils sont donc difficiles à identifier. Dans certains cas, les premiers symptômes de l'autisme sont même mal compris en tant que caractéristiques d'un «bon bébé», car un bébé peut sembler calme, autonome et peu exigeant. Cependant, si vous savez quoi rechercher, vous pouvez voir les signes avant-coureurs de l'autisme plus tôt.

Certains enfants autistes ne répondent pas aux étreintes, ne s'étirent pas pour être pris dans leurs bras ou ne regardent pas leur mère pendant l'allaitement.

Les premiers signes de l'autisme

Votre bébé ou votre enfant en bas âge:

  • ne pas regarder dans les yeux
  • ne sourit pas au sourire
  • ne répond pas à votre nom ni au son d'une voix familière
  • ne surveille pas les objets visuellement
  • ne regarde pas tes gestes quand tu fais remarquer des choses
  • ne dit pas au revoir
  • n'utilise pas de gestes pour communiquer
  • pas de bruit pour attirer votre attention
  • ne pas embrasser ou répondre aux câlins
  • ne pas étendre ses bras pour être ramassé
  • n'imite pas vos mouvements et vos expressions faciales
  • ne joue pas avec d'autres personnes et ne ressent aucun intérêt ni plaisir
  • Ne faites pas attention et ne vous inquiétez pas si vous vous blessez ou si vous ressentez un inconfort

Signes avant-coureurs du développement de l'autisme

Les retards de développement suivants justifient un examen immédiat par le pédiatre de votre enfant:

  • à 6 mois: pas de grands sourires ou d'autres expressions faciales joyeuses
  • à 9 mois: pas d'échange de sons, sourires ou autres expressions faciales
  • à 12 mois: pas de réponse au nom
  • à 12 mois: pas de babillage ou "langage de bébé"
  • à 12 mois: pas de gestes tels que pointer, montrer, tirer la main ou faire signe de la main
  • à 16 mois: ne parle pas
  • à 24 mois: absence d'expressions significatives de deux mots qui ne sont ni une imitation ni une répétition

Symptômes et signes de l'autisme chez les enfants plus âgés

En vieillissant, les signes avant-coureurs de l'autisme se diversifient. Il existe de nombreux signes et symptômes d'avertissement, mais ils sont généralement associés à des capacités sociales altérées, à des difficultés d'élocution et de langage, à des difficultés de communication non verbale et à un comportement non adaptatif.

Problèmes dans la sphère sociale

Les problèmes de développement des compétences sociales sont indiqués par le fait que l'enfant:

  • fait preuve de désintérêt ou d'ignorance à l'égard des autres et de ce qui se passe autour de soi
  • je ne sais pas comment établir un contact, jouer ou se faire des amis
  • préfère éviter le contact des gens autour
  • ne joue pas à des jeux d'imitation, ne participe pas à des jeux de groupe, n'imite pas les autres et n'utilise pas une approche créative des jouets
  • a du mal à comprendre ou à parler de sentiments
  • il semble qu'il n'entende pas quand les autres lui parlent
  • ne partage pas les loisirs ou les réalisations avec d'autres (dessins, jouets)

Pour les enfants présentant un trouble du spectre autistique, une interaction sociale de base peut être difficile. Beaucoup d'enfants autistes semblent préférer vivre dans leur propre monde, se refermer et s'isoler des autres.

Troubles de la parole et du langage

Vous pouvez parler de troubles de la parole et du langage si l'enfant:

  • parle avec un ton qui ne correspond pas à la situation ou avec un rythme étrange (par exemple, prononce chaque phrase avec une intonation interrogative)
  • répète sans cesse les mêmes mots ou expressions, souvent sans intention de communiquer
  • répond à la question en la répétant, plutôt que de donner une réponse
  • abuse de la langue (erreurs grammaticales, mots incorrects) ou parle de lui-même à la troisième personne
  • a du mal à communiquer ses besoins ou ses désirs
  • ne comprend pas de simples instructions, déclarations ou questions
  • prend très littéralement (manque les nuances d'humour, d'ironie et de sarcasme)

Les enfants atteints de troubles du spectre autistique ont des difficultés à parler et à parler. Souvent, ils commencent à parler tard.

Problèmes de communication non verbale

Les problèmes de communication non verbale sont indiqués par le fait que l'enfant:

  • évite le contact visuel
  • utilise des expressions faciales qui ne correspondent pas à la situation
  • ne comprend pas les expressions faciales, le ton de la voix et les gestes des autres
  • très peu gesticulant, peut sembler indifférent ou "robotique"
  • réagit de manière inhabituelle aux visions, aux odeurs, aux textures et aux sons
  • peut être particulièrement sensible au bruit fort
  • peut ne pas répondre aux personnes entrantes / sortantes, ainsi qu'aux tentatives des autres pour attirer son attention
  • a une posture anormale, maladroit ou bouge de manière étrange (par exemple, marcher sur la pointe des pieds exclusivement)

Les enfants atteints de troubles du spectre autistique ont du mal à capter les signaux non verbaux et à utiliser le langage du corps. Cela rend leur interaction sociale très difficile.

Signes de non adaptabilité

L'enfant présente des signes de non adaptabilité s'il:

  • suit des rituels stricts (par exemple, insiste sur un itinéraire particulier pour aller à l'école)
  • ne s'adapte pratiquement pas aux changements d'horaire ou de l'environnement (par exemple, la réorganisation des meubles ou le changement d'heure du coucher provoque l'hystérie)
  • a un attachement inhabituel à des jouets ou à des objets étranges, tels que des clés, des interrupteurs d'éclairage ou des élastiques; de manière obsessionnelle met les choses dans une ligne ou les place dans un certain ordre
  • Occupé par un loisir ciblé qui fait souvent référence à des chiffres ou des symboles (par exemple, mémoriser et répéter des faits sur des cartes, des horaires de train ou des statistiques sportives)
  • regarder longtemps des objets en mouvement, comme un ventilateur de plafond, ou se concentrer sur une partie de la chose, par exemple sur les roues d'une voiture miniature
  • répète les mêmes actions ou mouvements plusieurs fois de suite, par exemple, applaudir, se balancer ou tourner (le soi-disant comportement auto-stimulant, ou "stimulation"). Certains chercheurs et cliniciens pensent que ce comportement peut apaiser les enfants autistes plutôt que de les stimuler.

Les enfants présentant un trouble du spectre autistique sont souvent limités, inflexibles et même excessifs dans leurs comportements, leurs activités et leurs intérêts.

Comportement commun limité et répétitif:

  • applaudir des mains
  • se balancer d'avant en arrière
  • rotation autour de son axe
  • claquer des doigts
  • se cogner la tête
  • observation de sources lumineuses
  • mouvement des doigts devant les yeux
  • doigt enchevêtrement
  • tapoter sur les oreilles
  • se gratter
  • jouets de construction en ligne droite
  • rotation des choses, des roues
  • observation d'objets en mouvement
  • lumière allumée et éteinte
  • répéter des mots ou des sons

Causes de l'autisme

Jusqu'à récemment, la plupart des scientifiques pensaient que l'autisme était principalement dû à des facteurs génétiques. Mais des recherches innovantes suggèrent que les facteurs environnementaux peuvent également être importants dans le développement de l'autisme.

Les nourrissons peuvent être nés avec une susceptibilité génétique à l'autisme, qui est ensuite réalisée sous l'influence d'un facteur externe, soit dans l'utérus, soit après la naissance.

Il convient de noter que «facteur environnemental» signifie dans ce cas quelque chose d'extérieur au corps. Ces facteurs ne se limitent pas à la pollution ou aux substances toxiques dans l’atmosphère. En fait, les conditions externes prénatales comptent parmi les plus importantes.

Facteurs prénataux pouvant contribuer à l'autisme:

  • antidépresseurs pendant la grossesse, principalement au cours du premier trimestre
  • carences nutritionnelles en début de grossesse, en particulier quantités insuffisantes d'acide folique
  • âge de la mère et du père
  • complications à la naissance ou peu de temps après la naissance, y compris très faible poids à la naissance et anémie hémolytique du nouveau-né
  • infections maternelles pendant la grossesse
  • exposition à des polluants chimiques tels que les métaux lourds et les pesticides pendant la grossesse

Des recherches supplémentaires sont nécessaires sur ces facteurs de risque prénatals, mais si vous êtes enceinte ou tentez de tomber enceinte, il serait utile de prendre des mesures pour réduire le risque d'autisme chez votre enfant.

Réduire le risque d'avoir un enfant autiste: conseils pour les femmes enceintes

Prendre une multivitamine

Un apport quotidien de 400 microgrammes d'acide folique aide à prévenir les anomalies congénitales, telles que les anomalies du tube neural du fœtus. On ignore si cela contribuera également à réduire le risque d'autisme, mais la prise de vitamines ne fait pas mal. En savoir plus sur la nutrition pendant la grossesse dans notre article Régime alimentaire pour femmes enceintes: nutriments, aliments et prise de poids.

En savoir plus sur les inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine (ISRS)

Les femmes qui prennent des ISRS (ou qui développent une dépression pendant la grossesse) devraient parler à un clinicien de tous les risques et avantages de ces médicaments. Une dépression non traitée chez la mère peut également affecter la santé de son enfant plus tard. Ce n'est donc pas une décision facile.

Suivez les règles d'hygiène pour les femmes enceintes.

En mangeant des aliments nutritifs, en essayant d'éviter les infections et en rendant visite à un médecin pour des examens réguliers, vous augmentez les chances d'avoir un bébé en bonne santé.

Autisme et Vaccination

Bien que vous ne puissiez pas contrôler les gènes dont votre enfant héritera, ni le protéger de tous les risques environnementaux, vous pouvez toutefois protéger votre santé de manière très importante: assurez-vous qu'il soit vacciné rapidement.

Malgré de nombreuses controverses sur ce sujet, les résultats de la recherche ne supportent pas la théorie selon laquelle les vaccins ou leurs composants sont à l'origine de l'autisme. Cinq études épidémiologiques à grande échelle menées aux États-Unis, en Grande-Bretagne, en Suède et au Danemark ont ​​montré que les enfants vaccinés ne présentaient pas de taux d'autisme plus élevés. En outre, une analyse approfondie de la sécurité effectuée par l'Institute of Medicine n'a pas permis de trouver des preuves à l'appui de ce lien. Les autres organisations qui ont conclu que les vaccins ne sont pas liés à l'autisme sont: les centres de contrôle et de prévention des maladies (CDC), la Food and Drug Administration (FDA) des États-Unis, l'Académie américaine de pédiatrie et l'Organisation mondiale de la santé.

Mythes et faits sur la vaccination des enfants

Mythe n ° 1: Les vaccins ne sont pas nécessaires.

Réalité: Les vaccins protègent votre enfant de nombreuses maladies graves et potentiellement mortelles, notamment la rougeole, la méningite, la poliomyélite, le tétanos, la diphtérie et la coqueluche. Aujourd'hui, ces maladies sont rares car les vaccins remplissent leur fonction. Mais les bactéries et les virus qui causent ces maladies existent toujours dans l'environnement et les enfants non immunisés peuvent être infectés.

Mythe n ° 2: Les vaccins causent l'autisme.

Fait: malgré des recherches approfondies et des analyses de sécurité, scientifiques et médecins n'ont pas trouvé de lien entre la vaccination des enfants et l'autisme ou d'autres problèmes de développement. Les enfants non vaccinés ne présentent pas un taux de troubles du spectre autistique moins élevé.

Mythe numéro 3: la vaccination est trop tôt

Réalité: La vaccination précoce protège votre enfant des maladies graves les plus courantes et les plus dangereuses pour les bébés. Le report de la vaccination de votre enfant le met en danger. Le calendrier de vaccination recommandé est conçu pour tenir compte au mieux de l’état du système immunitaire chez les enfants d’un certain âge. Une autre planification peut ne pas fournir le même niveau de protection.

Mythe # 4: Trop de vaccins sont administrés en même temps.

Fait: Vous avez peut-être entendu des théories selon lesquelles le calendrier de vaccination recommandé surchargerait le système immunitaire des jeunes enfants et pourrait même causer l'autisme. Mais des études montrent que le fait de remettre des vaccins n'améliore pas la santé des enfants et ne réduit pas le risque d'autisme qu'ils contiennent, mais, comme indiqué ci-dessus, cela les expose effectivement au risque de contracter des maladies potentiellement mortelles.

Que faire si vous remarquez certains des premiers signes de l'autisme

Si votre enfant a des retards de développement ou d’autres signes avant-coureurs de l’autisme, prenez immédiatement rendez-vous avec un pédiatre. En fait, il est bon que votre enfant soit examiné par un médecin, même s’il se développe en fonction de son âge. L'American Academy of Pediatrics recommande à tous les enfants de subir des dépistages de développement de routine (contrôles) ainsi que des dépistages spéciaux d'autisme à l'âge de 9, 18 et 30 mois.

Calendrier de dépistage de l'autisme

Un certain nombre d'outils spécialisés ont été développés pour identifier les enfants à risque de développer l'autisme. La plupart de ces outils de dépistage sont simples et rapides, consistant en des questions «oui» ou «non» ou en une liste de contrôle des symptômes. Un pédiatre devrait également connaître votre opinion sur le comportement de votre enfant.

Visitez un spécialiste du développement de l'enfant

Si votre pédiatre détecte des signes possibles d'autisme pendant le dépistage, votre enfant devrait être dirigé vers un spécialiste pour une analyse diagnostique complète. Les outils de dépistage ne peuvent pas être utilisés pour le diagnostic, une analyse plus approfondie est donc nécessaire. Un spécialiste peut effectuer une série de tests pour déterminer si votre enfant est autiste. Bien que de nombreux médecins ne diagnostiquent pas l'autisme chez les enfants de moins de 30 mois, ils peuvent utiliser des méthodes de dépistage pour déterminer s'ils présentent un groupe de symptômes associé à l'autisme.

Rechercher des possibilités d'intervention précoce.

Le processus de diagnostic de l'autisme est complexe et peut parfois prendre du temps. Mais vous pouvez commencer le traitement dès que vous soupçonnez un retard de développement chez votre enfant. Demandez à votre médecin de vous recommander des services d’intervention précoce. Les enfants qui présentent plusieurs signes avant-coureurs de l'autisme peuvent avoir des retards de développement. Ils bénéficieront d’une intervention précoce, qu’ils répondent ou non à tous les critères du trouble du spectre de l’autisme. En d’autres termes, les tactiques d’attente comportent plus de risques qu’une intervention précoce.

Pour en savoir plus sur les conseils pour élever un enfant autiste, consultez notre article Que faire si un enfant est autiste? Comment aider un enfant autiste à grandir et à s'épanouir

Si vous avez aimé l'article, vous pouvez également être intéressé par:

Autisme Signes précoces, diagnostic et correction de la pathologie

Les premiers signes de l'autisme

Symptômes de l'autisme chez les enfants de moins d'un an

Les symptômes de l'autisme chez les enfants de moins d'un an font partie des critères de diagnostic précoce. En règle générale, la première mère remarque ces signes. Les parents réagissent particulièrement rapidement si la famille a déjà un enfant. En comparaison avec un grand frère / une grande sœur en bonne santé, un enfant autiste a l’air "étrange".

Les symptômes de l'autisme chez les enfants de moins d'un an sont (fréquence d'occurrence):

  • violation ou absence totale de contact avec les yeux - 80%;
  • phénomène d'identité - 79%;
  • violation du complexe de revitalisation - 50%;
  • traitement pathologique des proches parents - 41%;
  • réaction pathologique à une nouvelle personne - 21 pour cent;
  • attitude pathologique à l'égard du traitement verbal - 21%;
  • une attitude pathologique envers le contact physique est de 19%.
Perturbation ou absence de contact avec les yeux
Ce symptôme se manifeste par l’absence de fixation du regard de l’enfant ou par son évitement actif. Les parents remarquent que, lorsqu'il tente d'attirer un enfant et d'établir un contact visuel avec lui, l'enfant résiste activement à cette situation. Parfois, il est encore possible d'établir un contact visuel, mais en même temps, l'enfant semble regarder au-delà («regarder à travers»). Le regard peut également être fixe ou gelé.

Phénomène d'identité
Ce symptôme apparaît lorsque les parents commencent à introduire des aliments complémentaires dans le régime alimentaire de l'enfant, c'est-à-dire après 6 mois. Cela se manifeste par la difficulté d'introduire des aliments complémentaires. En réponse à un nouveau repas, l'enfant fait preuve d'agressivité. Des difficultés apparaissent non seulement dans la nutrition, mais aussi dans le changement de situation d'un lieu. Le bébé réagit violemment à la nouvelle disposition du mobilier et de ses jouets, résiste aux vêtements neufs. En même temps, un certain rituel apparaît: il mange des aliments dans un certain ordre, ses jouets disposés selon un certain schéma. Les enfants autistes réagissent négativement aux nouveaux locaux - hôpital, crèche, jardin d'enfants.

Violation du complexe de revitalisation
Une perturbation du complexe de revitalisation se produit chez un enfant autiste sur deux à l'âge de un an. Le symptôme se manifeste par une faible réaction (et dans un cas grave, en son absence totale) à une lumière de stimulation externe - au son des hochets et aux voix environnantes. L'enfant réagit faiblement à la voix de la mère, ne répond pas quand elle l'appelle. Il répond également avec lenteur à un sourire, ne s'infecte pas en réponse au sourire d'un adulte (généralement les enfants sourient en réponse à un sourire). Chez les enfants autistes, la composante motrice est également peu développée - elle ne commence pas à sauter activement comme les autres enfants, ne va pas vers la mère.

Relation pathologique avec des proches
Ce symptôme est également plus perceptible chez les enfants de moins d'un an. Cela s'exprime dans le retard ou en l'absence de reconnaissance de la mère - l'enfant ne va pas à sa rencontre, ne la prend pas, ne marche pas dans ses bras. En outre, le bébé réagit mal à la caresse de maman, ne montre pas le besoin de soins. Parfois, une telle attitude peut se manifester vis-à-vis des autres membres de la famille, alors que la mère ressent un fort attachement. En général, l’ambivalence (dualité) est observée dans les relations de l’enfant avec les adultes. L'attachement fort peut être remplacé par le froid et l'hostilité.

Réaction pathologique à une nouvelle personne
Chaque cinquième enfant autiste montre une réaction pathologique à une nouvelle personne. Cette réaction s’exprime en anxiété, peur, excitation face à l’apparition d’une nouvelle personne. Parfois, il peut être remplacé par la super-sociabilité, dans laquelle l'enfant manifeste un intérêt accru pour la nouvelle personne.

Attitude pathologique au traitement verbal
Le symptôme se manifeste par l'absence de réaction à la circulation verbale et imite souvent la surdité chez l'enfant. C'est pourquoi les parents se tournent souvent d'abord vers l'oto-rhino-laryngologiste. De plus, les enfants autistes n'utilisent pas de gestes d'affirmation ou de déni - ils ne hochent pas la tête; N'utilisez pas de geste de salutation ou d'adieu.

Relation pathologique avec le contact physique
Ce symptôme s'exprime en hostilité au contact physique - caresses, "étreintes". Lorsque vous essayez de caresser un enfant ou de le serrer dans ses bras, il esquive. Les enfants autistes ne tolèrent que de petites doses de contact physique et sont très sélectifs envers ceux qui les manifestent. Certains enfants préféreront peut-être se lancer ou tourner en rond.

Symptômes de l'autisme chez les enfants de moins de 3 ans
À mesure que l'enfant grandit et se développe, l'attention des parents est attirée par son discours, son mode de jeu, son type de communication avec les autres enfants.

Les symptômes de l'autisme chez les enfants de moins de 3 ans sont (fréquence d'occurrence):

  • violation de la communication avec les enfants - 70%;
  • attachement à des objets inanimés - 21 pour cent;
  • craintes - 80 pour cent;
  • violation de la conservation de soi - 21 pour cent;
  • pathologie de la parole - 69 pour cent;
  • stéréotypes - 69%;
  • caractéristiques de l'intelligence - 72 pour cent;
  • fonctionnalités de jeu - 30 pour cent.
Violation de la communication avec les enfants
Très souvent, les enfants autistes évitent la compagnie de leurs pairs. Ignorer la communication peut être soit passif - l'enfant est simplement isolé des autres enfants, soit actif - un comportement agressif et impulsif apparaît. Parfois, le cercle d'amis peut être limité à un ami plus âgé de deux ans ou à un parent (frère ou soeur). Dans le collectif général - dans une crèche, dans la rue, lors d'une fête d'anniversaire, un autiste n'est pas pour longtemps, car il préfère souvent la solitude aux entreprises.

Attachement à des objets inanimés
Une autre caractéristique du comportement est l'attachement à des objets inanimés. L'attention des enfants autistes est le plus souvent attirée par l'ornement du tapis, certains détails spécifiques du vêtement, le dessin sur le papier peint.

Les peurs
Les enfants autistes sont également caractérisés par des peurs anormales. En règle générale, ils n'ont pas peur des hauteurs ou des ténèbres, mais des bruits de la maison, de la lumière, d'une certaine forme d'objet. Les peurs s'expliquent par la sensibilité accrue (hyperesthésie) des enfants autistes.

Les peurs des enfants autistes sont:

  • Bruits - le bruit d'un rasoir électrique, d'un aspirateur, d'un sèche-cheveux, de la pression de l'eau, du son de l'ascenseur;
  • couleurs vives, nettes ou brillantes dans les vêtements;
  • précipitations - gouttes d'eau, flocons de neige.
Avec le cours agressif de la maladie, il y a une fixation des peurs avec la formation d'idées délirantes. C'est peut-être la crainte de tout ce qui est rond - alors que l'enfant évitera tous les objets de forme ronde. Cela peut aussi être une peur inexplicable de la mère, la peur de sa propre ombre, la peur des trappes, etc.

Violation de la conservation de soi
Chaque cinquième enfant autiste a un manque de peur. Ce symptôme peut se manifester dès l'enfance, lorsqu'un enfant est suspendu dangereusement à la mer dans une poussette ou un parc. Les enfants plus âgés peuvent courir sur une chaussée, sauter d'une grande hauteur. La caractéristique est le manque de correction de l'expérience négative des coupures, des ecchymoses, des brûlures. Ainsi, un enfant ordinaire, brûlé involontairement, à l'avenir évite cet objet. Cependant, les enfants autistes peuvent «marcher sur le même râteau» plusieurs fois.

Pathologie de la parole
Des caractéristiques du développement de la parole sont observées chez 7 enfants sur 10 souffrant de troubles du spectre autistique. Même au cours de la petite enfance, cela se manifeste en l'absence de réaction à la parole - l'enfant réagit mal aux appels. De plus, les parents peuvent noter que leur enfant préfère le silence et le chuchotement. Il y a un retard dans le développement de la parole - les premiers mots apparaissent plus tard, l'enfant ne claque pas, ne babille pas.
Le discours d'un enfant se caractérise par le phénomène d'écholalie, qui se traduit par la répétition de mots. Un enfant sur une question qui lui est adressée peut la répéter plusieurs fois. Par exemple, à la question «Quel âge avez-vous?» L'enfant répond «Années, années, années». Il existe également une tendance à la déclaration, aux monologues, à un discours très expressif. L'attention des parents est attirée par le fait que l'enfant commence à parler de lui à la troisième personne (le pronom «je» n'est pas typique).

Pour la plupart des cas d’autisme, le développement initial de la parole est caractéristique, suivi de la régression. Ainsi, les parents notent que l’enfant, qui a parlé au début, devient soudainement silencieux. Le vocabulaire, qui consistait auparavant en une douzaine de mots, est maintenant limité à deux ou trois mots. La régression de la parole peut se produire à n'importe quel stade. Le plus souvent, il est célébré à l'âge d'un an et demi, mais il peut également être détecté plus tard au niveau du discours.

Les stéréotypes
Les stéréotypes sont des répétitions stables de mouvements, de phrases. Dans le trouble du spectre autistique, le comportement stéréotypé est considéré comme un type de comportement auto-stimulant. Il convient de noter que les personnes en bonne santé présentent aussi parfois des stéréotypes. Cela s’exprime par exemple en enroulant des cheveux sur un doigt, en tapotant un crayon sur une table, en faisant passer du sable entre les doigts. Les «stéréotypes sains» diffèrent du degré d'intensité pathologique. Dans l'autisme, le stéréotype est observé dans le mouvement, la parole et le jeu.

Les stéréotypes dans l'autisme sont:

  • mouvements stéréotypés - balancement rythmique ou balancement du corps, flexion des doigts, sauts, rotation de la tête;
  • perception visuelle stéréotypée - couler des mosaïques, allumer et éteindre la lumière;
  • perceptions stéréotypées du son - le bruissement des colis, le froissement et la déchirure du papier, le balancement des vantaux ou des fenêtres;
  • stéréotypes tactiles - coulée de croupe, pois et autres produits en vrac, transfusion d’eau;
  • stéréotypes olfactifs - reniflement constant des mêmes objets.
Caractéristiques de l'intelligence
Il y a un retard dans le développement intellectuel de chaque troisième enfant autiste. On note la passivité intellectuelle, le manque de détermination et d'activité productive, l'incapacité d'attirer l'attention sur quelque chose.

Dans le même temps, on observe une accélération du développement intellectuel dans 30% des cas. Cela s'exprime dans le développement rapide de la parole, des fantasmes, des associations, ainsi que dans l'accumulation de connaissances dans certains domaines abstraits. Dans le choix des sciences, les enfants autistes sont très sélectifs - on s'intéresse de plus en plus au nombre, aux pays et aux structures. Mémoire auditive très développée. La désintégration des fonctions intellectuelles est observée dans 10% des cas. Cela s'exprime dans la répartition des compétences comportementales, de l'activité cognitive et de la parole précédemment formée.

Caractéristiques du jeu
Ce symptôme se manifeste soit dans l'absence totale du jeu, soit dans la prédominance du jeu seul. Dans le premier cas, l'enfant ignore les jouets - ne les examine pas ou les examine sans intérêt. Souvent, le jeu se limite à des manipulations élémentaires - rouler une perle ou un pois, tourner un bouton sur une corde. Principalement le jeu seul, généralement dans un certain endroit qui ne change pas. Un enfant plie ses jouets selon un certain principe, généralement en fonction de la couleur ou de la forme (mais pas en fonction de la fonctionnalité). Très souvent, l'enfant utilise des objets totalement non liés au jeu dans son jeu.

Diagnostic de l'autisme

Le diagnostic de l'autisme comprend les plaintes des parents, les antécédents de la maladie et l'examen de l'enfant. Lors d'une réception chez un pédopsychiatre, les parents expliquent d'abord le motif de leur visite. Cela peut être un manque de langage chez un enfant ou sa régression, un comportement agressif, des peurs, des stéréotypes. Le plus souvent, les parents se plaignent que l'enfant ne parle pas et n'utilise pas la communication comme moyen de communication.

Les plaintes fréquentes des parents sont:

  • le bébé ne répond pas au traitement, donne l'impression d'un enfant sourd;
  • l'enfant ne regarde pas dans les yeux;
  • il n'y a pas de premiers mots, phrases, discours;
  • régression du développement de la parole (quand le bébé a déjà parlé, mais a soudainement cessé de parler);
  • claquant des joues, se mordant;
  • répète les mêmes mots, les mêmes mouvements;
  • évite les autres enfants, ne joue pas avec eux;
  • préfère la solitude;
  • n'aime pas le changement et réagit de manière agressive à leur égard.
Ensuite, le médecin pose des questions sur le développement de l'enfant. Comment il est né, s'il y a eu des blessures à la naissance, comment il a grandi et développé. L’importance diagnostique est l’hérédité en termes psychiatriques. Le diagnostic différentiel est réalisé avec un retard du développement psychoverbal (ZPR), un retard mental et une schizophrénie infantile.

L'inspection d'un enfant soupçonné d'autisme consiste en une conversation avec lui et en une observation. Les enfants autistes, allant chez le médecin, sont souvent la première chose qui se précipite à la fenêtre. Les petits enfants peuvent se cacher derrière une chaise, une table et d’autres meubles. Presque toujours, toute visite chez le médecin s'accompagne de comportements négatifs, de pleurs, de crises de colère. Un tel enfant entre rarement en dialogue, répète souvent la question posée par le médecin. Le gamin ne réagit pas à l'appel, ne tourne pas la tête. Les enfants ne sont pas intéressés par les jouets et l'offre de jouer, ils sont passifs. Parfois, ils peuvent être intéressés par un casse-tête ou un constructeur.

Tests d'autisme

Les tests d’identification des inclinations autistes reposent sur l’observation du comportement de l’enfant dans la vie quotidienne, son interaction avec ses pairs et ses parents, son attitude à l’égard des jouets. Il existe un grand nombre de programmes d'autodétermination de l'autisme, mais aucun d'entre eux ne donne de résultats précis. Les résultats de tout test ne sont que l’hypothèse que seul un médecin peut confirmer ou infirmer.

Test simple
Ce test est le plus simple, mais ses résultats sont plutôt vagues. Les experts recommandent de réaliser ce type de test en conjonction avec d’autres méthodes de test.
Le test comprend deux parties: la première consiste à surveiller l'enfant, la seconde - la mise en œuvre conjointe de certaines actions.

Les questions de la première partie du test sont les suivantes:

  • si l'enfant aime s'asseoir sur les genoux des adultes;
  • si l'enfant aime les câlins parentaux;
  • s'il s'intéresse aux jeux d'enfants;
  • si l'enfant est en contact avec ses pairs;
  • Est-ce que cela imite certaines actions ou certains sons lors de la lecture?
  • si l'index est utilisé comme un pointeur afin d'attirer l'attention des autres sur un objet quelconque;
  • si l'enfant apporte des jouets ou d'autres objets pour leur prêter l'attention des parents.
La prochaine partie de ce programme nécessite la participation des parents.

Les tâches de la deuxième partie du test sont les suivantes:

  • Montrez votre enfant avec un doigt sur le sujet, tout en observant attentivement sa réaction. Le regard de l'enfant doit se précipiter sur l'objet indiqué et ne pas s'arrêter au doigt du parent.
  • Regardez tout en jouant ensemble combien de fois le bébé vous regarde dans les yeux.
  • Invitez un enfant à faire du thé ou un autre plat dans un bol en jouet. Cette offre suscitera-t-elle son intérêt?
  • Donnez à l'enfant des cubes et demandez à construire une tour. Répondra-t-il à cette offre?
La propension à l'autisme est considérée comme assez élevée si, au cours de ce test, la plupart des réponses étaient négatives.

CARS (échelle d'évaluation de l'autisme chez les jeunes enfants)
Ce type de test est le principal outil pour tester les enfants dont le comportement suggère l’autisme.
CARS comprend 15 blocs, dont chacun affecte une partie distincte du comportement des enfants dans certaines situations. Il y a 4 réponses de base pour chaque élément - normalement - 1 point, un peu anormal - 2 points, moyennement anormal - 3 points, significativement anormal - 4 points. Il existe également trois options intermédiaires entre chacune des réponses principales, dont la valeur est estimée à 1,5 point, 2,5 points et 3,5 points, respectivement. Des options intermédiaires sont nécessaires dans les cas où le parent ne peut pas déterminer avec précision, par exemple, un peu anormal ou modérément anormal sont la réaction ou le comportement du bébé dans la situation spécifiée dans le test.

Les signes de l'autisme chez les enfants. Signes externes, comportement d'un enfant autiste

Le site fournit des informations générales. Un diagnostic et un traitement adéquats de la maladie sont possibles sous la surveillance d'un médecin consciencieux. Tous les médicaments ont des contre-indications. Consultation requise

À quel âge peut l'autisme se produire?

L’autisme chez les enfants est présentement chez 2 à 4 cas pour 100 000 enfants. En combinaison avec un retard mental (autisme atypique), ce chiffre s'élève à 20 cas pour 100 000. Le rapport entre garçons et filles présentant cette pathologie est de 4 pour 1.

L'autisme peut survenir à tout âge. En fonction de l'âge, le tableau clinique de la maladie change également. Conventionnellement, on parle d'autisme de la petite enfance (jusqu'à 3 ans), d'autisme d'enfance (de 3 à 10 ans) et d'autisme chez les adolescentes (chez les enfants de plus de 11 ans).

En ce qui concerne les classifications standard de l'autisme, la controverse n'a pas encore diminué. Selon la classification statistique internationale des maladies, y compris les maladies mentales, il existe l'autisme des enfants, l'autisme atypique, le syndrome de Rett et le syndrome d'Asperger. Selon la dernière version de la classification américaine des maladies mentales, seuls les troubles du spectre autistique sont distingués. Ces troubles incluent à la fois l'autisme précoce et atypique.

En règle générale, le diagnostic de l'autisme chez l'enfant est posé à l'âge de 2,5 à 3 ans. C'est durant cette période que les troubles de la parole, la limitation des relations sociales et l'isolement se manifestent le plus clairement. Cependant, les premiers signes de comportement autistique se manifestent au cours de la première année de vie. Si l'enfant est le premier de la famille, les parents remarquent généralement plus tard sa «dissimilarité» vis-à-vis de leurs pairs. Cela se manifeste le plus souvent lorsque l'enfant va à la maternelle, c'est-à-dire lorsqu'il tente de s'intégrer dans la société. Toutefois, s’il ya déjà un enfant dans la famille, les premiers symptômes de l’enfant autiste sont généralement observés par la mère au cours des premiers mois de la vie. Comparé à un frère ou une sœur aîné, l'enfant se comporte différemment, ce qui attire immédiatement l'attention de ses parents.

L'autisme peut se manifester plus tard. Les débuts de l'autisme peuvent être observés après 5 ans. Dans ce cas, le QI est plus élevé que chez les enfants dont le début de l'autisme était à l'âge de 3 ans. Dans ces cas, les compétences élémentaires de communication sont préservées, mais l'isolement du monde domine toujours. Chez ces enfants, les troubles cognitifs (troubles de la mémoire, activité mentale, etc.) ne sont pas aussi prononcés. Très souvent, ils ont un QI élevé.

Des éléments de l'autisme peuvent être dans le cadre du syndrome de Rett. Il est diagnostiqué à l'âge de un à deux ans. L'autisme avec préservation des fonctions cognitives, appelé syndrome d'Asperger (ou autisme léger), survient entre 4 et 11 ans.

Il convient de noter qu'entre les premières manifestations de l'autisme et le moment du diagnostic, il existe une certaine période. Observé certaines caractéristiques de l'enfant, que les parents n'attachent pas d'importance. Cependant, si vous vous concentrez sur la mère à ce sujet, alors elle reconnaît réellement "quelque chose de tel" avec son enfant.

Ainsi, les parents d'un enfant toujours obéissant et qui ne crée pas de problèmes, rappelez-vous que dans l'enfance, l'enfant ne pleurait pratiquement pas, pouvait regarder la tache sur le mur pendant des heures, etc. C'est-à-dire que certains traits de caractère chez un enfant existent initialement. Cela ne veut pas dire que la maladie apparaît comme "un coup de tonnerre". Cependant, avec l'âge, lorsque le besoin de socialisation (jardin d'enfants, école) augmente, d'autres se joignent à ces symptômes. Ici, dans cette période, pour la première fois, les parents consultent un spécialiste.

Quelle est la particularité du comportement d'un enfant autiste?

Malgré le fait que les symptômes de cette maladie sont très divers et dépendent de l’âge, certains traits de comportement sont communs à tous les enfants autistes.

Les caractéristiques du comportement d'un enfant autiste sont:

  • violation des contacts et des interactions sociales;
  • intérêts et caractéristiques limités du jeu;
  • propension à répéter des actions (stéréotypes);
  • violations de la communication verbale;
  • troubles de la sphère intellectuelle;
  • altération du sens de conservation de soi;
  • caractéristiques de la démarche et des mouvements.

Violation des contacts et des interactions sociales

C'est la principale caractéristique du comportement des enfants atteints d'autisme et se retrouve à 100%. Les enfants autistes vivent dans leur propre monde et la prédominance de cette vie intérieure s'accompagne d'un départ du monde extérieur. Ils ne communiquent pas, évitent activement leurs pairs.

La première chose qui peut sembler étrange à maman est le fait que l'enfant ne demande pratiquement pas ses mains. Les enfants du sein (enfants de moins d'un an) se distinguent par leur inertie et leur inactivité. Ils ne sont pas aussi vivants que les autres enfants, réagissent à un nouveau jouet. Ils ont une faible réaction à la lumière, aux sons, ils peuvent aussi rarement sourire. Le complexe de réveil, inhérent à tous les petits enfants, n’est pas ou peu développé par les autistes. Les enfants ne répondent pas à leur nom, ne répondent pas aux sons et autres stimuli qui imitent souvent la surdité. En règle générale, à cet âge, les parents s'adressent pour la première fois à un audiologiste (spécialiste de l'audition).

L'enfant réagit différemment à la tentative de prise de contact. Il peut y avoir des attaques d'agression, des peurs se forment. L’absence de contact visuel est l’un des symptômes les plus connus de l’autisme. Cependant, il est loin de se manifester chez tous les enfants, mais se présente sous des formes plus sévères, de sorte que l'enfant ignore cet aspect de la vie sociale. Parfois, un enfant peut sembler à travers une personne.
On croit que tous les enfants autistes ne sont pas capables de montrer des émotions. Cependant, ce n'est pas le cas. En effet, pour beaucoup d’entre eux, la sphère émotionnelle est très pauvre: ils sourient rarement et leurs expressions faciales sont les mêmes. Mais il y a aussi des enfants avec des expressions faciales très riches, diverses et parfois pas tout à fait adéquates.

En grandissant, un enfant peut pénétrer profondément dans son propre monde. La première chose qui attire l'attention est l'incapacité de contacter les membres de la famille. L'enfant demande rarement de l'aide, il commence tôt à se servir lui-même. Un enfant autiste n'utilise pratiquement pas les mots «donner», «prendre». Il ne contacte pas physiquement - lorsqu'on lui demande de donner tel ou tel objet, il ne le donne pas entre ses mains mais le jette. Ainsi, il limite ses interactions avec son entourage. La plupart des enfants ne tolèrent pas non plus les câlins et autres contacts physiques.

Les problèmes les plus évidents se font sentir lorsque l’enfant est conduit à la maternelle. Ici, en essayant de présenter un enfant à d’autres enfants (par exemple, de les mettre à une même table ou de participer à un jeu), il peut produire diverses réactions affectives. Ignorer l'environnement peut être passif ou actif. Dans le premier cas, les enfants ne manifestent tout simplement pas d'intérêt pour les enfants environnants, les jeux. Dans le second cas, ils s'enfuient, se cachent ou agissent agressivement envers les autres enfants.

Intérêts et caractéristiques limités du jeu

Un cinquième des enfants autistes ignorent les jouets et tous les types de jeux. Si l'enfant manifeste de l'intérêt, il s'agit généralement d'un jouet, d'un programme de télévision. L'enfant ne joue pas du tout ou joue de façon monotone.

Les bébés peuvent fixer leur regard sur un jouet pendant longtemps, mais celui-ci ne l'atteint pas. Les enfants plus âgés peuvent regarder le soleil sur le mur pendant des heures, le mouvement des voitures par la fenêtre, regarder le même film des dizaines de fois. Dans ce cas, la préoccupation des enfants avec cette activité peut être alarmante. Ils ne perdent pas l’intérêt pour leur travail, donnant parfois l’impression de détachement. Lorsque vous essayez de les écarter des cours, ils expriment le mécontentement.

Les jeux qui nécessitent de l'imagination et l'imagination attirent rarement de tels enfants. Si la fille a une poupée, elle ne l'habillera pas, ne s'asseoira pas à la table et ne la présentera pas aux autres. Son jeu sera limité à une action monotone, par exemple peigner les cheveux de cette poupée. Elle peut faire cette action des dizaines de fois par jour. Même si un enfant fait plusieurs actions avec son jouet, c'est toujours dans le même ordre. Par exemple, une fille autiste peut peigner, se laver et changer sa poupée, mais toujours dans le même ordre et pas du tout. Cependant, en règle générale, les enfants ne jouent pas avec leurs jouets mais les trient plutôt. L'enfant peut construire et trier ses jouets en fonction de divers critères: couleur, forme, taille.

Les enfants autistes sont différents des enfants ordinaires et des spécificités du jeu. Donc, ils ne sont pas occupés par des jouets ordinaires. L'attention autistique est plus attirée par les articles ménagers, tels que les clés, un morceau de matériel. En règle générale, ces objets produisent leur son préféré ou ont leur couleur préférée. En règle générale, ces enfants sont liés à l'objet sélectionné et ne le modifient pas. Toute tentative visant à séparer un enfant de son «jouet» (dans la mesure où ils peuvent parfois être dangereux, par exemple en ce qui concerne le bouchon) est accompagnée de réactions de protestation. Ils peuvent être exprimés dans l'excitation psychomotrice exprimée ou, au contraire, laisser en eux-mêmes.

L'intérêt du bébé peut être réduit au pliage et à la construction de jouets dans un certain ordre, au recalcul de voitures dans le parking. Parfois, les enfants autistes peuvent même avoir des passe-temps différents. Par exemple, collectionner des timbres, des robots, une passion pour les statistiques. La différence de tous ces intérêts est le manque de contenu social. Les enfants ne sont pas intéressés par les personnages représentés sur les timbres ou par le pays d'où ils ont été envoyés. Ils ne sont pas intéressés par le jeu, mais ils peuvent être attirés par diverses statistiques.

Les enfants ne laissent personne entrer dans leurs passions, même ceux qui sont autistes. Parfois, les enfants ne sont même pas attirés par les jeux, mais par certaines actions. Par exemple, ils peuvent allumer et éteindre le robinet à intervalles réguliers pour surveiller le débit d'eau, ouvrir le gaz pour regarder les flammes.

Plus rarement, dans les jeux d'enfants autistes, il existe un fantasme pathologique avec une réincarnation en animaux, objets inanimés.

Tendance aux actions répétitives (stéréotypes)

Des actions répétitives ou des stéréotypes sont observés chez 80% des enfants autistes. Dans le même temps, les stéréotypes sont observés à la fois dans le comportement et dans la parole. Le plus souvent, ce sont des stéréotypes moteurs, qui se réduisent à des tours de tête monotones, à des contractions musculaires des épaules, à la flexion des doigts. Dans le syndrome de Rett, on observe une torsion stéréotypée des doigts et un lavage des mains.

Actions stéréotypées fréquentes dans l'autisme:

  • allumer et éteindre la lumière;
  • verser du sable, de la mosaïque, de la croupe;
  • balancer la porte;
  • score stéréotypé;
  • pétrir ou déchirer le papier;
  • tension et relaxation des membres.
Les stéréotypes observés dans le discours sont appelés echolalia. Il peut s'agir de manipulations avec des sons, des mots, des phrases. Dans ce cas, les enfants répètent les mots entendus par leurs parents, à la télévision ou par d'autres sources sans se rendre compte de leur sens. Par exemple, en demandant «auras-tu du jus?», L'enfant répète «tu seras du jus, tu seras du jus, tu seras du jus».

Ou l'enfant peut poser la même question, par exemple:
Enfant - "Où allons-nous?"
Maman - "Dans le magasin."
Enfant - "Où allons-nous?"
Maman - "Dans le magasin de lait."
Enfant - "Où allons-nous?"

Ces répétitions sont inconscientes et ne s'arrêtent parfois qu'après avoir interrompu un enfant avec une phrase similaire. Par exemple, à la question «Où allons-nous?», La mère répond «Où allons-nous?». L'enfant s'arrête ensuite.

Il y a souvent des stéréotypes dans la nourriture, les vêtements et les sentiers de promenade. Ils acquièrent le caractère de rituels. Par exemple, un enfant va toujours de la même manière, préfère la même nourriture, les vêtements. Les enfants autistes tapant constamment sur le même rythme, tournant le volant dans leurs mains, se balançant sous un certain temps sur une chaise, tournant rapidement les pages d'un livre.

Les stéréotypes affectent les autres sens. Par exemple, les stéréotypes gustatifs sont caractérisés par le léchage périodique d'objets; olfactif - reniflement constant d'objets.

Il existe de nombreuses théories sur les raisons possibles de ce comportement. Les partisans de l'un d'entre eux considèrent les stéréotypes comme une sorte de comportement auto-stimulant. Selon cette théorie, le corps d'un enfant autiste est hyposensible et présente donc une auto-stimulation afin d'exciter le système nerveux.
Les partisans d'un concept différent et opposé estiment que l'environnement est hyper-excitable pour l'enfant. Afin de calmer le corps et d’éliminer les effets du monde qui l’entoure, l’enfant adopte un comportement stéréotypé.

Violations de la communication verbale

La perturbation de la parole, à un degré ou à un autre, se produit dans toutes les formes d'autisme. La parole peut développer avec un retard ou ne pas développer du tout.

Les troubles de la parole sont plus prononcés chez les enfants autistes. Dans ce cas, même le phénomène de mutisme (absence totale de langage) peut être noté. Beaucoup de parents notent qu'après que l'enfant a commencé à parler normalement, il se tait pendant un certain temps (un an ou plus). Parfois, même au début, l’enfant est en avance sur ses pairs dans le développement de sa parole. Puis, de 15 à 18 mois, il y a une régression - l'enfant cesse de parler aux autres, mais en même temps, il parle complètement avec lui-même ou dans un rêve. Dans le syndrome d'Asperger, la parole et les fonctions cognitives sont partiellement préservées.

Dans la petite enfance, il peut ne pas y avoir de marche, de babillage, ce qui, bien sûr, incitera la mère à alerter immédiatement. On note également l'utilisation rare des gestes chez les tout-petits. Au cours du développement de l'enfant, des troubles de la parole expressifs sont souvent constatés. Les enfants abusent des pronoms et des appels. Le plus souvent, ils s'appellent à la deuxième ou à la troisième personne. Par exemple, au lieu de «vouloir manger», l'enfant dit «il veut manger» ou «tu veux manger». Il se tourne également vers lui à la troisième personne, par exemple, «Anton a besoin d'un stylo». Souvent, les enfants peuvent utiliser des extraits d'une conversation entendue à l'âge adulte ou à la télévision. Dans la société, un enfant peut ne pas utiliser la parole du tout, ne pas répondre à des questions. Cependant, seul avec lui-même, il peut commenter ses actions, déclarer de la poésie.

Parfois, le discours de l’enfant devient prétentieux. Il est rempli de citations, de néologismes, de mots inhabituels, de commandes. Leur discours est dominé par l'autodialogue et la tendance à la rime. Leur discours est souvent monotone, sans intonation, les phrases commentantes y prévalent.

De plus, le discours des autistes est souvent caractérisé par une intonation particulière avec une prédominance de sons aigus à la fin d'une phrase. Il y a souvent des tics vocaux, des troubles phonétiques.

Le retard de développement de la parole est souvent la raison pour laquelle les parents de l'enfant se sont tournés vers les orthophonistes et les pathologistes. Afin de comprendre la cause des troubles de la parole, il est nécessaire de déterminer si la parole est utilisée dans ce cas pour la communication. La cause des troubles de la parole dans l'autisme est une réticence à interagir avec le monde extérieur, notamment par le biais d'une conversation. Les anomalies de développement de la parole dans ce cas reflètent une violation du contact social des enfants.

Troubles de la sphère intellectuelle

Dans 75% des cas, il existe divers troubles intellectuels. Cela peut être un retard mental ou un développement mental inégal. Le plus souvent, ce sont différents degrés de retard de développement intellectuel. Un enfant autiste a des difficultés à se concentrer et à se concentrer. Il a également une perte d'intérêt rapide, un trouble de l'attention. Les associations communes et les généralisations sont rarement disponibles. Les tests sur la manipulation et les habiletés visuelles d'un enfant autiste fonctionnent généralement bien. Cependant, les tests qui nécessitent une pensée symbolique et abstraite, ainsi que l'inclusion de la logique, sont mal effectués.

Parfois, les enfants s'intéressent à certaines disciplines et à la formation d'aspects individuels de l'intelligence. Par exemple, ils ont une mémoire spatiale, une audition ou une perception unique. Dans 10% des cas, le développement intellectuel initialement accéléré est compliqué par la désintégration de l'intellect. Dans le syndrome d'Asperger, l'intellect est maintenu dans la limite d'âge ou même plus.

Selon diverses données, une baisse de l'intelligence dans les limites d'un retard mental léger et modéré est constatée chez plus de la moitié des enfants. Ainsi, la moitié d'entre eux ont un QI inférieur à 50. Un tiers des enfants ont une intelligence au niveau de la frontière (QI 70). Cependant, une diminution de l'intelligence n'est pas totale et atteint rarement un retard mental important. Plus le QI de l'enfant est bas, plus son adaptation sociale est difficile. Les autres enfants avec un QI élevé ont une pensée non standard, ce qui limite aussi très souvent leur comportement social.

Malgré le déclin des fonctions intellectuelles, de nombreux enfants acquièrent eux-mêmes les compétences scolaires de base. Certains d'entre eux apprennent à lire de manière autonome, acquièrent des compétences en mathématiques. Pour beaucoup, les capacités musicales, mécaniques et mathématiques peuvent persister.

Car les troubles de la sphère intellectuelle sont caractérisés par des irrégularités, à savoir des améliorations et des détériorations périodiques. Donc, dans le contexte du stress situationnel, de la maladie, des épisodes de régression peuvent se produire.

Perturbation du sens de la conservation de soi

La perturbation de la conservation de soi, qui se manifeste par une auto-agression, survient chez un tiers des enfants autistes. Agression - est une forme de réponse à diverses relations de vie peu favorables. Mais puisqu'il n'y a pas de contact social avec l'autisme, une énergie négative est projetée sur elle-même. Les enfants autistes se caractérisent par se frapper, se mordre. Très souvent, ils n'ont pas de «sens du bord». Ceci est observé dans la petite enfance, lorsque le bébé se penche sur le côté de la poussette, monte sur le parc. Les enfants plus âgés peuvent sauter sur la chaussée ou d'une hauteur. Beaucoup d'entre eux n'ont pas la consolidation de l'expérience négative après les chutes, les brûlures, les coupures. Ainsi, un enfant ordinaire, tombant ou coupant une fois, évitera cela à l'avenir. Un enfant autiste peut faire la même action des dizaines de fois, tout en se faisant mal, mais sans s'arrêter.

La nature de ce comportement a été peu étudiée. De nombreux experts suggèrent que ce comportement est dû à une diminution du seuil de sensibilité à la douleur. Ceci est confirmé par l'absence de pleurs lorsque le bébé frappe et tombe.

En plus de l'auto-agression, un comportement agressif peut être observé, dirigé contre n'importe qui. La raison de ce comportement peut être une réaction défensive. Très souvent, on observe si un adulte tente de briser le mode de vie habituel de l’enfant. Cependant, une tentative de résistance au changement peut aussi se manifester par une auto-agression. Un enfant, surtout s'il souffre d'une forme sévère d'autisme, peut se mordre, se battre, se frapper délibérément. Ces actions cessent dès que l'intervention dans son monde cesse. Ainsi, dans ce cas, ce comportement est une forme de communication avec le monde extérieur.

Caractéristiques de la démarche et des mouvements

Souvent, les enfants autistes ont une démarche spécifique. Le plus souvent, ils imitent le papillon, tout en marchant sur la pointe des pieds et en équilibrant leurs mains. Certains sautent. Une caractéristique des mouvements d'un enfant autiste est une sorte de maladresse, d'angularité. Courir avec de tels enfants peut sembler ridicule, car ils agitent les bras, écartent les jambes.

De plus, les enfants autistes peuvent marcher par étapes, se balancer tout en marchant ou en marchant sur un itinéraire spécial strictement défini.

À quoi ressemblent les enfants autistes?

Enfants jusqu'à un an

L'apparence du nourrisson se caractérise par l'absence de sourire, d'expressions faciales et d'autres émotions vives.
Comparé à d'autres enfants, il n'est pas si actif et n'attire pas l'attention. Ses yeux sont souvent fixés sur un sujet (toujours le même).

Le gosse n'atteint pas les mains, il n'a pas de complexe de revitalisation. Il ne copie pas les émotions - s'il sourit, il ne répond pas avec un sourire, ce qui est totalement inhabituel pour les petits enfants. Il ne gesticule pas, n'indique pas les objets dont il a besoin. Le bébé ne babille pas comme les autres enfants d'un an, ne marche pas, ne répond pas à son nom. Un enfant autiste ne crée pas de problèmes et donne l’impression d’un «enfant très calme». Pendant de nombreuses heures, il joue seul sans pleurer, ne montrant aucun intérêt pour les autres.

Il est extrêmement rare chez les enfants que la croissance et le développement accusent un retard. En même temps, l'autisme atypique (autisme avec retard mental) est très souvent associé à des comorbidités. Le plus souvent, il s'agit d'un syndrome convulsif ou même d'épilepsie. Dans le même temps, le développement neuropsychique est retardé: l'enfant commence à s'asseoir tard, se met en marche plus tard, prend du retard dans sa masse et sa croissance.

Enfants de l'année à 3 ans

Les enfants continuent d'être fermés en eux-mêmes et sans émotion. Ils parlent mal, mais le plus souvent, ils ne parlent pas du tout. Entre 15 et 18 mois, les enfants peuvent complètement arrêter de parler. On remarque un regard détaché, l’enfant ne regarde pas dans les yeux de l’interlocuteur. Très tôt, ces enfants commencent à se servir eux-mêmes, s'assurant ainsi de plus en plus d'indépendance vis-à-vis du monde extérieur. Quand ils commencent à parler, les gens autour de vous remarquent qu'ils s'appellent à la deuxième ou à la troisième personne. Par exemple, «Oleg veut boire» ou «Envie de boire». A la question: "Voulez-vous boire?" Ils répondent: "Il veut boire." Le trouble de la parole observé chez les jeunes enfants se manifeste en écholalie. Ils répètent des extraits de phrases ou des phrases entendues de la bouche d'autres personnes. On observe souvent des tics vocaux qui se manifestent par la prononciation involontaire de sons, de mots.

Les enfants commencent à marcher et leur promenade attire l'attention des parents. On marche souvent sur la pointe des pieds, en agitant les mains (comme si on imitait un papillon). En termes psychomoteurs, les enfants autistes peuvent être hyperactifs ou hypoactifs. Plus souvent, il y a la première option. Les enfants sont constamment en mouvement, mais leurs mouvements sont stéréotypés. Ils se balancent sur une chaise, effectuent des mouvements rythmiques du corps. Leurs mouvements sont monotones, mécaniques. Lorsqu'ils étudient un nouvel objet (par exemple, si une mère achète un nouveau jouet), ils le reniflent avec soin, le sentent, le secouent, essayant d'extraire des sons. Les gestes observés chez les enfants autistes peuvent être très excentriques, inhabituels et forcés.

L'enfant ne semble pas des activités ni des passe-temps tout à fait normaux. Il joue souvent avec de l'eau, ouvre et ferme le robinet ou avec un interrupteur d'éclairage. L'attention des proches est attirée par le fait que le bébé pleure très rarement, même lorsqu'il frappe très fort. Demande rarement quelque chose ou gémit. Un enfant autiste évite activement la compagnie d'autres enfants. Aux anniversaires des enfants, en matinée, il s'assoit seul ou s'enfuit. Parfois, en compagnie d'autres enfants, les autistes peuvent devenir agressifs. En règle générale, leur agression est dirigée contre eux-mêmes, mais peut également être projetée sur les autres.

Souvent, ces enfants donnent l’impression d’être gâtés. Ils mangent sélectivement, ne s'entendent pas avec les autres enfants, ils ont beaucoup de peurs. Le plus souvent, il s'agit de la peur de l'obscurité, du bruit (aspirateur, sonnette de porte), d'un certain type de transport. Dans les cas graves, les enfants ont peur de tout: quitter la maison, quitter leur chambre, rester seuls. Même en l'absence de certaines peurs formées, les enfants autistes sont toujours timides. Leur peur est projetée sur le monde extérieur, puisqu'elle leur est inconnue. La peur de ce monde inconnu est la principale émotion d'un enfant. Afin de résister à un changement de situation et de limiter les craintes, ils font souvent des crises de colère.

Extérieurement, les enfants autistes semblent très diversifiés. On pense que les enfants autistes ont des traits du visage subtils et dessinés sur lesquels les émotions apparaissent rarement (le visage du prince). Cependant, ce n'est pas toujours le cas. Chez les enfants en bas âge peuvent être très actifs expressions faciales, démarche maladroite balayer. Certains chercheurs disent que la géométrie faciale des enfants autistes et des autres enfants est toujours différente: leurs yeux sont plus larges, la partie inférieure du visage est relativement courte.

Enfants d'âge préscolaire (de 3 à 6 ans)

Chez les enfants de ce groupe d'âge, les difficultés d'adaptation sociale apparaissent. Ces difficultés sont plus prononcées lorsque l’enfant va à la maternelle ou au groupe préparatoire. L'enfant ne montre pas d'intérêt pour ses pairs, il n'aime pas la nouvelle situation. À de tels changements dans sa vie, il réagit par une agitation psychomotrice violente. Les principaux efforts de l'enfant visent à créer une sorte de "coquille" dans laquelle il se cache, en évitant le monde extérieur.

Le bébé (le cas échéant) des jouets commence à être disposé dans un certain ordre, le plus souvent par couleur ou par taille. Les personnes environnantes remarquent que, par rapport aux autres enfants, il existe toujours un certain mode de vie dans la chambre d'un enfant autiste. Les choses sont disposées à leur place et regroupées selon un certain principe (couleur, type de matériau). L'habitude de toujours tout trouver à sa place procure à l'enfant une sensation de confort et de sécurité.

Si un enfant de ce groupe d'âge n'a pas été consulté par un spécialiste, il devient encore plus autonome. Les troubles de la parole progressent. Briser un mode de vie autiste devient de plus en plus difficile. Une tentative de sortir l'enfant dans la rue est accompagnée d'une agression violente. La timidité et les peurs peuvent se cristalliser dans un comportement obsessionnel, dans des rituels. Cela peut être un lavage périodique des mains, certaines séquences dans la nourriture, dans le jeu.

Plus souvent que les autres enfants, les enfants autistes ont un comportement hyperactif. En termes psychomoteurs, ils sont désinhibés et désorganisés. Ces enfants sont constamment en mouvement, ils peuvent difficilement rester au même endroit. Ils ont du mal à contrôler leurs mouvements (dyspraxie). De plus, les autistes ont souvent un comportement compulsif - ils agissent délibérément selon certaines règles, même si ces règles sont contraires aux normes sociales.

Beaucoup moins souvent, les enfants peuvent différer dans les mouvements hypoactifs. Dans ce cas, ils peuvent souffrir d'une motricité fine, ce qui entraînera des difficultés lors de certains mouvements. Par exemple, un enfant peut avoir des difficultés à attacher ses lacets en tenant un crayon à la main.

Enfants de plus de 6 ans

Les écoliers autistes peuvent fréquenter des établissements d’enseignement spécialisé et des établissements d’enseignement général. Si un enfant n'a pas de trouble intellectuel et qu'il maîtrise l'apprentissage, ses sujets de prédilection sont sélectifs. En règle générale, il s'agit d'une fascination pour le dessin, la musique et les mathématiques. Cependant, même avec une intelligence moyenne ou moyenne, les enfants manquent d'attention. Ils se concentrent à peine sur des tâches, mais sont en même temps concentrés sur leurs études. Plus souvent que les autres, les autistes ont des difficultés à lire (dyslexie).

Dans le même temps, dans un dixième des cas, les enfants autistes font preuve de capacités intellectuelles inhabituelles. Celles-ci peuvent être des talents musicaux, artistiques ou une mémoire unique. Un syndrome de savant est observé dans 1% des cas, avec des capacités remarquables dans plusieurs domaines de la connaissance.

Les enfants qui ont une perte d'intelligence ou un repli significatif sur eux-mêmes participent à des programmes spécialisés. En premier lieu, à cet âge, il y a les troubles de la parole et l'inadaptation sociale. Un enfant ne peut avoir recours à la parole qu'en cas de besoin urgent pour communiquer ses besoins. Cependant, il essaie de l'éviter et commence à se servir très tôt. Plus les langues de communication développées chez les enfants sont dégradées, plus elles font preuve d'agressivité.

Les déviations dans le comportement alimentaire peuvent acquérir le caractère d'infractions graves, y compris le refus de manger. Dans les cas bénins, le repas est accompagné de rituels - manger de la nourriture dans un certain ordre, à certaines heures. La sélectivité des plats individuels est effectuée non pas par critère de goût, mais par couleur ou forme du plat. Pour les enfants autistes, l’aspect de la nourriture est important.

Si le diagnostic a été posé à un stade précoce et que des mesures de traitement ont été prises, de nombreux enfants peuvent bien s’adapter. Certains d’entre eux sont diplômés d’établissements d’enseignement général et de professions libérales. Les enfants présentant des déficiences intellectuelles et intellectuelles minimes sont les mieux adaptés.

Quels tests aideront à identifier l'autisme chez un enfant à la maison?

Le but des tests est d’identifier le risque d’autisme chez un enfant. Les résultats du test ne constituent pas une base pour établir un diagnostic, mais une raison pour contacter des spécialistes. Pour évaluer les caractéristiques du développement de l’enfant, il convient de prendre en compte son âge et d’utiliser les tests recommandés pour son âge.

Les tests pour le diagnostic de l'autisme chez les enfants sont:

  • évaluation du comportement des enfants en termes d'indicateurs globaux de développement - de la naissance à 16 mois;
  • Test M-CHAT (test de dépistage modifié de l'autisme) - recommandé pour les enfants de 16 à 30 mois;
  • échelle d'autisme CARS (échelle d'évaluation de l'autisme chez les enfants) - de 2 à 4 ans;
  • test de dépistage ASSQ - conçu pour les enfants de 6 à 16 ans.

Tester un enfant contre une tendance à l'autisme dès la naissance

Les instituts de santé pour enfants conseillent aux parents d’observer le comportement du bébé dès sa naissance et, en cas de divergence, de contacter un spécialiste.

Les déviations dans le développement de l'enfant de la naissance à l'âge de un an et demi sont l'absence des facteurs comportementaux suivants:

  • sourit ou tente d'exprimer des émotions joyeuses;
  • réponse à un sourire, expressions faciales, sons d'adultes;
  • tente d'établir un contact visuel avec la mère pendant la tétée ou les personnes entourant l'enfant;
  • réaction à votre propre nom ou à une voix familière;
  • gesticulation, ondulation;
  • l'utilisation de doigts pour indiquer des objets d'intérêt pour l'enfant;
  • tente de commencer à parler (en plein essor, en roucoulant);
  • veuillez le ramasser;
  • la joie d'être sur vos mains.
Si même l'une des anomalies ci-dessus est détectée, les parents devraient consulter un médecin. L'un des signes de cette maladie est l'attachement extrêmement fort à quelqu'un des membres de la famille, le plus souvent - à la mère. Extérieurement, l'enfant ne manifeste pas son adoration. Mais s'il existe une menace d'interruption de la communication, les enfants peuvent refuser de manger, ils vomissent ou leur température augmente.

Test M-CHAT pour l'examen d'enfants de 16 à 30 mois

Les résultats de ce test, ainsi que d'autres outils de dépistage (examen) chez les enfants, n'ont pas une certitude absolue, mais ils constituent la base sur laquelle un spécialiste peut passer un examen de diagnostic. Répondez aux questions Le test M-CHAT doit indiquer "Oui" ou "Non". Si le phénomène indiqué dans la question, l'observation d'un enfant ne s'est manifesté que deux fois, ce fait n'est pas lu.

Les questions du test M-CHAT sont:

  • # 1 - Est-ce que l'enfant aime quand on le pompe (sur ses bras, sur ses genoux)?
  • # 2 - L'enfant s'intéresse-t-il aux autres enfants?
  • N ° 3 - Les enfants aiment-ils utiliser des objets comme marches et les grimper?
  • N ° 4 - Un enfant aime-t-il jouer à la cachette?
  • N ° 5 - L'enfant imite-t-il des actions pendant le jeu (parler sur un téléphone imaginaire, secouer une poupée inexistante)?
  • N ° 6 - L'enfant utilise-t-il l'index lorsqu'il a besoin de quelque chose?
  • N ° 7 - L'enfant utilise-t-il son index pour souligner son intérêt pour un objet, une personne ou une action?
  • N ° 8 - L'enfant utilise-t-il ses jouets pour l'usage auquel il est destiné (construit des forteresses à partir de cubes, met des poupées, fait rouler des voitures par terre)?
  • # 9 - L'enfant a-t-il déjà concentré son attention sur les sujets qui l'intéressaient, les apportant et les montrant aux parents?
  • N ° 10 - Un enfant peut-il garder le contact visuel avec des adultes pendant plus de 1 à 2 secondes?
  • N ° 11 - L'enfant a-t-il déjà montré des signes d'hypersensibilité aux stimuli acoustiques (s'est-il couvert les oreilles lors d'une musique forte, a-t-il demandé d'éteindre l'aspirateur)?
  • N ° 12 - Est-ce que l'enfant répond à un sourire?
  • N ° 13 - Est-ce que l'enfant répète pour les adultes leurs mouvements, expressions faciales, intonation;
  • N ° 14 - L'enfant répond-il à son nom?
  • N ° 15 - Pointez un jouet ou un autre objet dans la pièce avec votre doigt. Un enfant va-t-il le regarder?
  • N ° 16 - Est-ce que l'enfant marche?
  • N ° 17 - Regardez un article. Est-ce que l'enfant va répéter vos actions?
  • N ° 18 - L'enfant a-t-il été remarqué en faisant des gestes inhabituels avec ses doigts près de son visage?
  • N ° 19 - L'enfant tente-t-il d'attirer l'attention sur lui-même et sur ce qu'il fait?
  • N ° 20 - L'enfant donne-t-il une raison de penser qu'il a un problème d'audition?
  • N ° 21 - L'enfant comprend-il ce que son entourage dit?
  • N ° 22 - Est-il déjà arrivé qu'un enfant se promène ou soit engagé dans quelque chose sans but qui donne l'impression d'une absence totale?
  • N ° 23 - Lors de rencontres avec des étrangers, des phénomènes, l'enfant est-il confronté aux parents afin de vérifier la réaction?
Déchiffrer les réponses au test M-CHAT
Pour déterminer si l'enfant a réussi ce test ou non, comparez les réponses reçues à celles données dans l'interprétation du test. Si trois points normaux ou deux points critiques coïncident, l'enfant doit être examiné par un médecin.

Les points d'interprétation du test M-CHAT sont les suivants:

  • N ° 1 - non;
  • N ° 2 - non (point critique);
  • № 3, № 4, № 5, № 6 - non;
  • N ° 7 - non (point critique);
  • N ° 8 - non;
  • N ° 9 - non (point critique);
  • N ° 10 - non;
  • N ° 11 - oui;
  • N ° 12 - non;
  • N ° 13, n ° 14, n ° 15 - non (points critiques);
  • N ° 16, N ° 17 - non;
  • N ° 18 - oui;
  • N ° 19 - non;
  • N ° 20 - oui;
  • N ° 21 - non;
  • N ° 22 - oui;
  • N ° 23 est non.

Échelle CARS pour déterminer l'autisme chez les enfants de 2 à 6 ans

L'échelle CARS est l'un des tests les plus couramment utilisés pour déterminer les symptômes de l'autisme. L'étude peut être menée par les parents sur la base d'observations de l'enfant pendant son séjour à la maison, dans le cercle de parents, de pairs. Les informations des éducateurs et des éducateurs devraient également être incluses. L'échelle comprend 15 catégories décrivant tous les domaines pertinents pour le diagnostic.
Si des correspondances sont trouvées avec les options proposées, utilisez le point indiqué en regard de la réponse. Lors du calcul des valeurs de test, des valeurs intermédiaires (1.5, 2.5, 3.5) peuvent également être prises en compte dans les cas où le comportement de l’enfant est considéré comme la moyenne entre les descriptions des réponses.

Les points de l'échelle CARS sont:

1. Relations humaines:

  • pas de difficultés - le comportement de l’enfant répond à tous les critères nécessaires pour son âge. La timidité ou l'agitation peuvent être observées dans les cas où la situation est inconnue - 1 point;
  • difficultés faciles - l'enfant montre de l'anxiété, tente d'éviter de regarder directement ou d'arrête de parler dans les cas où l'attention ou la communication est intrusive et ne provient pas de son initiative. De plus, les problèmes peuvent se manifester sous forme de contrainte ou de dépendance excessive à l’égard des adultes par rapport aux enfants du même âge - 2 points;
  • difficultés moyennes - les déviations de ce type s'expriment en démontrant le détachement et en ignorant les adultes. Dans certains cas, pour attirer l'attention des enfants, la persévérance est nécessaire. L'enfant prend volontairement contact avec sa propre volonté - 3 points;
  • problèmes graves dans la relation - l'enfant dans les cas les plus rares réagit et ne montre jamais d'intérêt pour ce que font les autres - 4 points.
2. Compétences d'imitation et d'imitation:
  • les capacités correspondent à l'âge - un enfant peut facilement reproduire des sons, des mouvements du corps, des mots - 1 point;
  • les capacités d'imitation sont un peu brisées - l'enfant répète des sons et des mouvements simples sans difficultés. Des simulations plus complexes sont réalisées avec l'aide d'adultes - 2 points;
  • niveau moyen d'infractions - pour jouer des sons et des mouvements, l'enfant a besoin de soutien de côté et d'efforts considérables - 3 points;
  • problèmes sérieux d’imitation - l’enfant ne tente pas d’imiter des phénomènes acoustiques ou des actions physiques, même avec l’aide d’adultes - 4 points.
3. Contexte émotionnel:
  • la réponse émotionnelle est normale - la réponse émotionnelle de l'enfant correspond à la situation. L'expression faciale, la posture et le comportement changent en fonction des événements - 1 point;
  • il y a des violations mineures - parfois, la manifestation des émotions des enfants n'est pas liée à la réalité - 2 points;
  • l'arrière-plan émotionnel est susceptible d'une gravité modérée - la réaction d'un enfant à une situation peut être différée dans le temps, exprimée de manière trop vive ou au contraire restreinte. Dans certains cas, l'enfant peut rire sans raison ou ne pas exprimer les émotions correspondant aux événements qui se déroulent - 3 points;
  • l'enfant éprouve de sérieuses difficultés émotionnelles - dans la plupart des cas, les réponses des enfants ne correspondent pas à la situation. L'humeur de l'enfant reste inchangée pendant longtemps. Il peut y avoir des situations inverses - l'enfant commence à rire, pleurer ou exprimer d'autres émotions sans raison apparente - 4 points.
4. Contrôle du corps:
  • les compétences correspondent à l'âge - l'enfant bouge bien et librement, les mouvements ont une précision et une coordination précises - 1 point;
  • troubles à l'étape facile - l'enfant peut ressentir une certaine gêne, certains mouvements sont inhabituels - 2 points;
  • niveau moyen des déviations - le comportement de l’enfant peut inclure des moments tels que la marche sur les pieds, des picotements dans le corps, des mouvements inhabituels avec les doigts, des postures ornées - 3 points;
  • l'enfant a des difficultés impressionnantes à s'approprier son corps - dans le comportement des enfants, il existe souvent des comportements étranges, inhabituels pour l'âge et les mouvements qui ne s'arrêtent pas même lorsque l'on essaie de leur imposer une interdiction - 4 points.
5. Jouets et autres objets de la vie quotidienne:
  • la norme - l'enfant joue avec des jouets et utilise d'autres objets conformément à sa destination - 1 point;
  • déviations dans une faible mesure - des anomalies peuvent être observées lors de la lecture ou de l'interaction avec d'autres objets (par exemple, un enfant peut goûter des jouets) - 2 points;
  • problèmes modérés - un enfant peut avoir de la difficulté à déterminer la fonction de jouets ou d'objets. Il peut également accorder une attention particulière aux différentes parties d’une poupée ou d’une machine à écrire, s’impliquer de manière détaillée dans les détails et il est inhabituel d’utiliser des jouets - 3 points;
  • violations graves - il est difficile de détourner l’enfant du jeu ou, au contraire, d’appeler à cette occupation. Les jouets sont plus utilisés d'une manière étrange et inappropriée - 4 points.
6. Adaptabilité aux changements:
  • la réaction de l’enfant est adaptée à son âge et la situation - lorsque les conditions changent, l’enfant ne ressent plus beaucoup d’enthousiasme - 1 point;
  • de petites difficultés sont observées - l'enfant a quelques difficultés d'adaptation. Ainsi, lorsqu’il change les conditions du problème à résoudre, le bébé peut continuer à chercher une solution en utilisant les critères initiaux - 2 points;
  • déviations du niveau moyen - lorsque la situation change, l'enfant commence à y résister activement, éprouve des émotions négatives - 3 points;
  • la réponse aux changements n’est pas totalement conforme à la norme - l’enfant perçoit tout changement de manière négative, des crises de colère peuvent se produire - 4 points.
7.Evaluation visuelle de la situation:
  • indicateurs normaux - l'enfant tire pleinement parti de sa vision pour rencontrer et analyser de nouvelles personnes, de nouveaux objets - 1 point;
  • violations mineures - moments tels que «regarder de nulle part», évitement du contact visuel, intérêt accru pour les miroirs, sources de lumière - deux points peuvent être révélés;
  • problèmes modérés - un enfant peut ressentir une gêne et éviter le regard direct, utiliser un angle de vision inhabituel, rapprocher des objets des yeux. Pour que l’enfant puisse examiner le sujet, il lui faut plusieurs fois le rappeler - 3 points;
  • problèmes importants liés à l’utilisation de la vision - l’enfant fait le maximum pour exclure le contact visuel. Dans la plupart des cas, la vision est utilisée de manière inhabituelle - 4 points.
8. réaction sonore à la réalité:
  • respect de la norme - la réaction de l'enfant aux stimuli sonores et à la parole correspond à l'âge et au réglage - 1 point;
  • il y a des troubles mineurs - l'enfant peut ne pas répondre à certaines questions, ou y répondre avec un retard. Dans certains cas, une sensibilité accrue au son peut être détectée - 2 points;
  • écarts du niveau moyen - la réaction de l'enfant peut être différente des mêmes phénomènes sonores. Parfois, il n’ya pas de réponse même après plusieurs répétitions. L'enfant peut réagir avec enthousiasme à certains sons ordinaires (se couvrir les oreilles, montrer du mécontentement) - 3 points;
  • la réponse sonore ne répond pas pleinement à la norme - dans la plupart des cas, la réaction de l’enfant aux sons est altérée (insuffisante ou excessive) - 4 points.

9. L'utilisation de sens tels que l'odorat, le toucher et le goût:

  • la norme - dans l’étude de nouveaux objets et phénomènes, l’enfant utilise tous les sens en fonction de son âge. Lorsque les sensations de douleur manifestent une réaction correspondant au niveau de douleur - 1 point;
  • petites déviations - un enfant peut parfois avoir des difficultés à utiliser les organes des sens (par exemple, goûter des objets non comestibles). Lorsqu'il ressent de la douleur, l'enfant peut exprimer exagérer ou minimiser sa valeur - 2 points;
  • problèmes modérés - on peut voir un enfant en reniflant, en touchant, en goûtant le goût des gens, des animaux. La réaction à la douleur n'est pas vraie - 3 points;
  • violations graves - la familiarité et l’étude des sujets se produisent dans des proportions inhabituelles. Un enfant goûte des jouets, renifle des vêtements, sent les gens. À l'apparition de sensations douloureuses, il les ignore. Dans certains cas, une réaction exagérée à un léger inconfort - 4 points peuvent être révélés.
10. Peurs et réactions au stress:
  • réaction naturelle au stress et manifestation de peurs - le modèle comportemental de l’enfant correspond à son âge et aux événements actuels - 1 point;
  • troubles inexprimés - un enfant peut parfois devenir effrayé ou plus nerveux que d’habitude par rapport au comportement d’autres enfants dans des situations similaires - 2 points;
  • violations modérées - la réaction des enfants dans la plupart des cas ne correspond pas à la réalité - 3 points;
  • fortes déviations - le niveau de peur ne diminue pas, même après que l'enfant a vécu plusieurs fois des situations similaires, alors qu'il est assez difficile de le calmer. On peut également remarquer un manque total d'expérience dans des circonstances qui inquiètent les autres enfants - 4 points.
11. Capacités de communication:
  • la norme - l'enfant communique avec l'environnement conformément aux caractéristiques de son âge - 1 point;
  • légère déviation - un léger retard dans la parole peut être détecté. Parfois, les pronoms sont remplacés, des mots inhabituels sont utilisés - 2 points;
  • troubles de niveau moyen - l'enfant pose un grand nombre de questions et peut exprimer son inquiétude sur certains sujets. Parfois, le discours peut être absent ou contenir des expressions sans signification - 3 points;
  • violations graves de la communication verbale - la parole ayant un sens est presque absente. Souvent, l'enfant utilise des sons étranges pour communiquer, imite les animaux, imite le transport - 4 points.
12. Compétences en communication non verbale:
  • la norme - l'enfant tire pleinement parti de toutes les possibilités de communication non verbale - 1 point;
  • violations mineures - dans certains cas, l'enfant peut avoir de la difficulté à ordonner ses désirs ou ses besoins avec des gestes - 2 points;
  • déviations modérées - en gros, il est difficile pour un enfant d'expliquer sans mots ce qu'il veut - 3 points;
  • troubles graves - il est difficile pour un enfant de comprendre les gestes et les expressions faciales des autres. Dans ses gesticulations, il utilise uniquement des mouvements inhabituels, qui ne sont pas propres à la valeur évidente - 4 points.
13. Activité physique:
  • la norme - l'enfant se comporte de la même manière que ses pairs - 1 point;
  • petits écarts par rapport à la norme - l'activité de l'enfant peut être légèrement supérieure ou inférieure à la norme, ce qui entraîne certaines difficultés pour les activités de l'enfant - 2 points;
  • le degré moyen de violation - le comportement de l’enfant ne correspond pas à la situation Par exemple, lorsqu'il s'endort, il se caractérise par une activité accrue et, pendant la journée, il est somnolent - 3 points;
  • activité anormale - l'enfant reste rarement dans un état normal, dans la plupart des cas montrant une passivité ou une activité excessive - 4 points.
14. Intellect:
  • le développement de l'enfant est conforme à la norme - le développement de l'enfant est équilibré et ses compétences inhabituelles ne diffèrent pas - 1 point;
  • Légère perturbation - l'enfant a des compétences standard, dans certaines situations, son sens aigu est inférieur à celui de ses pairs - 2 points;
  • déviations du type moyen - dans la plupart des cas, l'enfant n'est pas aussi intelligent, mais dans certains domaines, ses compétences correspondent à la norme - 3 points;
  • de graves problèmes de développement intellectuel - le sens des enfants est inférieur aux valeurs généralement acceptées, mais il existe des domaines dans lesquels l'enfant comprend beaucoup mieux que ses pairs - 4 points.
15. Impression générale:
  • norme - extérieurement, l'enfant ne présente pas de signes de la maladie - 1 point;
  • autisme léger - dans certaines circonstances, l'enfant présente des symptômes de la maladie - 2 points;
  • niveau moyen - l'enfant manifeste un certain nombre de signes d'autisme - 3 points;
  • autisme sévère - l'enfant montre une longue liste de manifestations de cette pathologie - 4 points.
Compter les résultats
Après avoir placé une marque devant chaque sous-section qui correspond au comportement de l’enfant, les points doivent être résumés.

Les critères permettant de déterminer l'état de l'enfant sont les suivants:

  • le nombre de points de 15 à 30 - pas d'autisme;
  • le nombre de points de 30 à 36 - probablement la manifestation de la maladie dans légère et modérée (syndrome d'Asperger);
  • le nombre de points est compris entre 36 et 60 - il existe un risque que l'enfant soit atteint d'autisme grave.

Test ASSQ pour le diagnostic des enfants de 6 à 16 ans

Cette méthode de test est conçue pour déterminer la propension à l'autisme et peut être utilisée par les parents à la maison.
Chaque question du test suggère trois réponses possibles: «non», «partiellement» et «oui». La première réponse est marquée avec une valeur zéro, la réponse «partiellement» implique 1 point, la réponse «oui» - 2 points.

Les questions du test ASSQ sont:

  • Est-il possible d’utiliser dans la description de l’enfant des expressions telles que «démodé» ou «intelligent»?
  • Est-ce que les pairs d'un enfant sont appelés «professeurs fous ou excentriques»?
  • Pouvez-vous dire à propos de l'enfant qu'il est dans son propre monde avec des règles et des intérêts inhabituels?
  • L'enfant collecte-t-il (ou se souvient-il) des données et des faits d'un enfant sur des sujets individuels, est-ce insuffisant ou ne les comprend-il pas du tout?
  • La perception littérale des phrases est-elle exprimée littéralement?
  • L'enfant utilise-t-il un style de communication inhabituel (à l'ancienne, artistique, orné)?
  • L'enfant a-t-il été remarqué en composant ses propres expressions et mots?
  • Est-il possible d'appeler la voix de l'enfant inhabituelle?
  • Dans la communication verbale, l’enfant utilise-t-il des méthodes telles que crissement, grognement, reniflement, cri?
  • Y a-t-il eu un succès marqué de l'enfant dans certaines zones et un retard important dans d'autres?
  • Pouvez-vous dire à propos de l'enfant qu'il parle bien, mais ne prend pas en compte les intérêts des autres et les règles de la société?
  • Est-il vrai que l'enfant a du mal à comprendre les émotions des autres?
  • Les déclarations de l'enfant sont-elles naïves et gênantes?
  • Le type de contact visuel est-il anormal?
  • L'enfant ressent un désir, mais ne peut pas construire de relations avec ses pairs?
  • Rester avec d'autres enfants n'est possible qu'à ses conditions?
  • L'enfant n'a pas de meilleur ami?
  • Est-il possible de dire que les actions de l’enfant manquent de bon sens?
  • Y a-t-il des difficultés avec le jeu en équipe?
  • Les mouvements maladroits et les gestes maladroits ont-ils été marqués?
  • L'enfant a-t-il eu des mouvements involontaires du corps, du visage?
  • Existe-t-il des difficultés pour effectuer les tâches quotidiennes, en passant dans les pensées obsédantes de l’enfant?
  • L'enfant s'est-il engagé à commander par des règles spéciales?
  • L'enfant a-t-il un attachement particulier aux objets?
  • Est-ce que l'enfant est malmené par un pair?
  • Est-ce que l'enfant utilise des mouvements faciaux inhabituels?
  • Des mouvements étranges des mains ou d'autres parties du corps ont-ils été remarqués?
Interprétation des données
Si le score total ne dépasse pas 19, le résultat du test est considéré comme normal. Avec une valeur qui varie de 19 à 22 - la probabilité d'autisme est augmentée, plus de 22 - élevée.

Quand ai-je besoin de voir un psychiatre pour enfants?

Le médecin doit être contacté dès le premier soupçon d'éléments de l'autisme chez l'enfant. Avant de tester un enfant, un spécialiste observe son comportement. Souvent, le diagnostic de l'autisme n'est pas difficile (il existe des stéréotypes, il n'y a pas de contact avec l'environnement). Dans le même temps, le diagnostic nécessite une collecte minutieuse des antécédents médicaux de l’enfant. Le médecin est attiré par les détails de la façon dont l'enfant a grandi et s'est développé au cours des premiers mois de la vie, lorsque les premières préoccupations de la mère sont apparues et de ce à quoi elles sont connectées.

Le plus souvent, avant de consulter un psychiatre pour enfants ou un psychologue, les parents ont déjà consulté un médecin soupçonnant l’enfant de surdité ou de mutisme. Le médecin précise quand l'enfant a cessé de parler et quelle en est la cause. La différence de mutisme (manque de langage) de l'autisme par rapport à une autre pathologie est que l'enfant commence par parler dans l'autisme. Certains enfants commencent à parler même plus tôt que leurs pairs. Ensuite, le médecin s'enquiert du comportement de l'enfant à la maison et à la maternelle, de ses contacts avec d'autres enfants.

Dans le même temps, le patient est surveillé - comment l'enfant se comporte-t-il dans le bureau du médecin, comment s'oriente-t-il dans la conversation, s'il regarde dans les yeux. Le manque de contact peut être indiqué par le fait que l'enfant ne donne pas d'objets entre ses mains mais les jette par terre. Un comportement hyperactif et stéréotypé plaide en faveur de l'autisme. Si un enfant parle, son discours est pris en compte - qu'il y ait une répétition de mots (écholalie), la monotonie ou, au contraire, la prétention.

En outre, le médecin peut recommander à un spécialiste de se faire tester par des spécialistes de l’autisme. Sur la base de l'observation de l'enfant, de l'analyse de sa communication et des résultats des tests, un diagnostic peut être établi.

Les moyens d'identifier les symptômes en faveur de l'autisme sont les suivants:

  • observation de l'enfant dans la société;
  • analyse des compétences de communication non verbale et verbale;
  • l'étude des intérêts de l'enfant, de son comportement;
  • effectuer des tests et analyser les résultats.
Les écarts de comportement changent avec l’âge, de sorte que le facteur âge doit être pris en compte lors de l’analyse du comportement des enfants et des caractéristiques de son développement.

La relation de l'enfant avec le monde extérieur

Les troubles sociaux chez les enfants autistes peuvent se manifester dès les premiers mois de la vie. Les autistes de l'extérieur semblent plus calmes, moins exigeants et fermés par rapport à leurs pairs. Étant en compagnie d'étrangers ou de personnes inconnues, ils éprouvent un inconfort grave qui, à mesure qu'ils mûrissent, cesse d'être alarmé. Si une personne de l'extérieur tente d'imposer sa communication ou son attention, l'enfant peut s'enfuir, pleurer.

Les signes permettant de déterminer la présence de cette maladie chez un enfant de la naissance à trois ans sont les suivants:

  • manque de désir de prendre contact avec la mère et d'autres personnes proches;
  • attachement fort (primitif) à l'un des membres de la famille (l'enfant ne montre pas d'adoration, mais pendant la séparation, il peut devenir hystérique, la température peut augmenter);
  • réticence à être entre les mains de la mère;
  • manque de posture anticipative à l'approche de la mère;
  • expression d'inconfort lors de la tentative d'établir un contact visuel avec l'enfant;
  • manque d'intérêt pour les événements autour;
  • Démonstration de résistance en essayant de caresser un enfant.
Les problèmes de construction de relations avec le monde extérieur demeurent plus tard. L'incapacité à comprendre les motivations et les actions d'autrui fait des autistes de mauvais interlocuteurs. Afin de réduire le niveau de leurs sentiments à ce sujet, ces enfants préfèrent la solitude.

Les symptômes indiquant l'autisme chez les enfants âgés de 3 à 15 ans comprennent:

  • incapacité à nouer des amitiés;
  • démonstration de détachement des autres (ce qui peut parfois être remplacé par l'émergence d'un fort attachement à une personne ou à un cercle restreint de personnes);
  • aucune envie de prendre contact de leur propre initiative;
  • difficulté à comprendre les émotions et les actions des autres;
  • relations complexes avec des pairs (harcèlement d'autres enfants, utilisation de surnoms offensants à un enfant);
  • incapacité à prendre part à des jeux d'équipe.

Aptitudes à la communication verbale et non verbale dans l'autisme

Les enfants atteints de cette maladie commencent à parler beaucoup plus tard que leurs pairs. Par la suite, le discours de ces patients se distingue par un nombre réduit de lettres de consonnes, regorgeant de répétitions mécaniques des mêmes phrases qui ne sont pas liées à la conversation.

Les déviations de la parole et de la communication non verbale chez les enfants âgés de 1 mois à 3 ans atteints de cette maladie sont:

  • le manque de tentatives d'interaction avec le monde extérieur avec des gestes et des expressions faciales;
  • manque de babillage à l'âge de un an;
  • ne pas utiliser un seul mot dans une conversation jusqu'à un an et demi;
  • incapacité à construire des phrases significatives de moins de 2 ans;
  • manque de geste;
  • faible gesticulation;
  • incapacité d'exprimer vos désirs sans mots.
Les troubles de la communication pouvant indiquer l'autisme chez un enfant âgé de plus de 3 ans sont:
  • pathologies de la parole (utilisation inappropriée de métaphores, permutation de pronoms);
  • l'utilisation de cris, de cris;
  • l'utilisation de mots et de phrases qui ne correspondent pas à la signification;
  • mimique étrange ou absence de mimique;
  • absent, regardant "nulle part" le regard;
  • mauvaise compréhension des métaphores et des phrases parlées au sens figuré;
  • inventer ses propres mots;
  • gestes inhabituels sans signification évidente.

Intérêts, habitudes, caractéristiques comportementales d'un enfant autiste

Les enfants autistes peuvent difficilement comprendre les règles du jeu avec des jouets compréhensibles pour leurs pairs, comme une machine ou une poupée. Ainsi, un autiste ne peut pas rouler une petite voiture, mais tordre sa roue. Il est difficile pour un enfant malade de remplacer certains objets par d'autres ou d'utiliser des images fictives dans le jeu, car une pensée abstraite et un imaginaire mal développés font partie des symptômes de cette maladie. Une caractéristique distinctive de cette maladie est une violation de l’utilisation des organes de la vue, de l’ouïe et du goût.

Les déviations dans le comportement d'un enfant de moins de 3 ans, qui indiquent la maladie sont:

  • concentration lorsque vous ne jouez pas sur un jouet, mais sur ses détails individuels;
  • difficultés à déterminer le but des objets;
  • mauvaise coordination des mouvements;
  • sensibilité accrue aux stimuli sonores (pleurs importants dus au son d'une télévision en fonctionnement);
  • absence de réponse nominative au traitement, aux demandes des parents (parfois, il semble que l'enfant ait des problèmes d'audition);
  • l'étude d'objets de manière inhabituelle - l'utilisation des sens à d'autres fins (un enfant peut renifler ou goûter des jouets);
  • en utilisant un angle de vue inhabituel (un enfant près de ses yeux apporte des objets ou les regarde la tête sur le côté);
  • mouvements stéréotypés (agitant les bras, remuant le corps, tournant la tête);
  • réponse non standard (insuffisante ou excessive) au stress, à la douleur;
  • difficulté à dormir
Les enfants autistes plus âgés conservent les symptômes caractéristiques de cette maladie et présentent d'autres signes au cours de leur développement et de leur maturité. L'une des caractéristiques des enfants autistes est la nécessité d'un système spécifique. Par exemple, un enfant peut exiger de marcher le long de l'itinéraire qu'il a tracé et de ne pas le changer avant plusieurs années. En essayant de modifier les règles établies par lui, un autiste peut exprimer activement son mécontentement et se montrer agressif.

Les symptômes de l'autisme chez les patients dont l'âge varie de 3 à 15 ans sont les suivants:

  • résistance au changement, tendance à la monotonie;
  • l'incapacité de passer d'une activité à une autre;
  • agression envers soi-même (selon une étude, environ 30% des enfants autistes se piquent, se pincent et causent d'autres types de douleur);
  • mauvaise concentration de l'attention;
  • sélectivité accrue dans le choix des plats (qui, dans deux tiers des cas, pose des problèmes de digestion);
  • compétences étroitement séparées (mémorisation de faits sans importance, fascination pour des sujets et des activités qui sont étrangers à l'âge);
  • imagination mal développée.

Tests d'autisme et analyse de leurs résultats

Selon leur âge, les parents peuvent utiliser des tests spéciaux pour déterminer si l'enfant est atteint de cette pathologie.

Les tests pour déterminer l'autisme sont:

  • Test M-CHAT pour les enfants âgés de 16 à 30 mois;
  • échelle d'évaluation de l'autisme CARS pour les enfants de 2 à 4 ans;
  • Test ASSQ pour les enfants de 6 à 16 ans.
Les résultats des tests ci-dessus ne permettent pas de poser un diagnostic définitif, mais constituent un motif efficace pour contacter des spécialistes.

Interprétation des résultats de M-CHAT
Pour réussir ce test, les parents sont invités à répondre à 23 questions. Les réponses obtenues à partir d'observations de l'enfant doivent être comparées aux options en faveur de l'autisme. Si vous identifiez trois correspondances, vous devez montrer le bébé au médecin. Une attention particulière devrait être accordée aux points critiques. Si le comportement de l'enfant est responsable de deux d'entre eux, la consultation d'un spécialiste de la maladie est nécessaire.

Interprétation de l'échelle d'autisme de CARS
L’échelle de l’autisme CARS est une étude tridimensionnelle composée de 15 sections couvrant tous les domaines de la vie et du développement de l’enfant. Chaque élément suppose 4 réponses avec les points correspondants. Si les parents ne peuvent pas choisir les options proposées avec une confiance absolue, ils peuvent s'arrêter à une valeur intermédiaire. Par souci d'exhaustivité, les observations fournies par les personnes qui entourent l'enfant à l'extérieur du foyer (enseignants, enseignants, voisins) sont nécessaires. En additionnant les points pour chaque élément, vous devez comparer le montant total avec les données fournies dans le test.

Les règles pour déterminer le résultat final du diagnostic sur l'échelle CARS sont les suivantes:

  • si le montant total varie de 15 à 30 points - l'enfant ne souffre pas d'autisme;
  • le nombre de points va de 30 à 36 - il existe une probabilité que l'enfant soit malade (autisme léger ou modéré);
  • Un score supérieur à 36 représente un risque élevé qu'un enfant soit atteint d'autisme grave.
Résultats du test avec ASSQ
Le test de dépistage de l'ASSQ comprend 27 questions, chacune étant assortie de 3 types de réponses («non», «parfois», «oui»), avec une récompense correspondante de 0, 1 et 2 points. Si les résultats du test ne dépassent pas la valeur de 19, rien n’inquiète. Lorsque le montant est compris entre 19 et 22 ans, les parents devraient consulter un médecin car il existe une probabilité moyenne de maladie. Lorsque le résultat de l'étude dépasse 22 points, le risque de maladie est considéré comme élevé.

L'aide professionnelle d'un médecin ne consiste pas uniquement en une correction médicale des troubles du comportement. Tout d’abord, il s’agit de programmes éducatifs spéciaux destinés aux enfants autistes. Les programmes les plus populaires dans le monde sont le programme ABA et Floor Time (temps de jeu). ABA comprend de nombreux autres programmes visant à maîtriser progressivement le monde. On pense que les résultats d'apprentissage se font savoir si le temps de formation est d'au moins 40 heures par semaine. Le second programme utilise les intérêts de l'enfant pour établir un contact avec lui. Dans le même temps, même les loisirs «pathologiques» sont pris en compte, par exemple, verser du sable ou de la mosaïque. L'avantage de ce programme est que tout parent peut le maîtriser.

Le traitement de l'autisme se résume également à des visites chez un orthophoniste, un pathologiste et un psychologue. Les troubles du comportement, les stéréotypes et les peurs sont ajustés par un psychiatre et un psychothérapeute. En général, le traitement de l'autisme comporte de nombreuses facettes et vise les zones de développement qui souffrent. Plus tôt le recours au médecin a été lancé, plus le traitement sera efficace. On pense que le traitement le plus efficace prend jusqu'à 3 ans.

En Savoir Plus Sur La Schizophrénie