Pendant la grossesse, chaque femme s'inquiète de l'état de son futur bébé, il s'agit d'une réaction absolument naturelle. Il arrive que pendant le port d'un enfant, une anxiété inexplicable se produit, les paumes deviennent froides et humides et la respiration est intermittente. Ces états sont appelés attaques de panique pendant la grossesse. Dans ces moments-là, il est difficile pour la future mère de se ressaisir et de penser raisonnablement.

Pourquoi les crises d'anxiété surviennent-elles chez les femmes enceintes?

Pendant la grossesse, des crises de panique surviennent chez 50% des femmes et de nombreuses mères s'inquiètent de la question suivante: d'où viennent-elles et quelle est la dangerosité de ces conditions dans la nouvelle situation? L'attaque de panique est autrement appelée crise végétative. Il s’agit d’un trouble névrotique causé par la réaction du système végétatif humain à certains facteurs.

Qu'est-ce qui déclenche les attaques de panique pendant la grossesse? En premier lieu, l’instinct de préserver la progéniture d’une femme joue ce rôle. Elle finit souvent par se retrouver, se souvenant des moments négatifs et les appliquant à elle-même. La peur de l'accouchement, la peur de ne pas pouvoir devenir une bonne mère aggravent la peur de se retrouver dans une situation désagréable.

Le stress psycho-émotionnel qui en résulte provoque le développement d'attaques, appelées attaques de panique. Une autre cause importante du problème est les changements hormonaux dans le corps. L'anxiété provoque des palpitations cardiaques, des vertiges soudains. Impact et conflits possibles avec les autres, foulant les foules, se trouvant dans un espace confiné.

Symptômes typiques

La sensation la plus désagréable qui provoque des attaques de panique pendant la grossesse est l'impuissance. L'AP se manifeste de différentes manières, mais il existe des signes unificateurs permettant d'identifier l'État. Les manifestations les plus courantes de l’AP comprennent:

  • transpiration excessive, couvrant les vagues de froid ou de chaleur;
  • perte d'orientation, stabilité altérée;
  • des vertiges;
  • faiblesse
  • frissons, tremblements des membres;
  • suffocation, insuffisance respiratoire, manque d'air;
  • douleur à la poitrine;
  • changements de pression;
  • des crampes dans les membres;
  • problèmes avec le tractus gastro-intestinal (nausées, vomissements, selles fâchées);
  • se sentir irréel de ce qui se passe.
Réception chez le psychothérapeute: j'ai une peur panique de tomber enceinte

Les symptômes des épisodes sont relatifs car ils peuvent se manifester différemment chez chaque personne. Mais si une femme est confrontée à plusieurs signes indiquant un problème, elle doit contacter un psychothérapeute.

Quel est le danger

Toute crise reportée pendant la période de portage d'un bébé fait craindre à la future mère qu'il puisse faire du mal au bébé. Et ces préoccupations sont pleinement justifiées. Bien que l'on pense que les attaques de panique ne menacent pas la vie du fœtus, elles peuvent toutefois compliquer le déroulement de la grossesse. Les effets négatifs de la dépression et de l'instabilité mentale, l'apathie.

La pratique montre que dans la plupart des cas, même avec un problème, les bébés naissent à l'heure et en bonne santé. Souvent, après la naissance d'un enfant, une femme oublie pour toujours cet état déplaisant. Mais pendant la grossesse, il est utile d’apprendre à faire face à l’AP, afin de contrôler votre état et de ne pas laisser la peur s'emparer de votre esprit.

Est-il possible de diminuer ou d’augmenter la pression lorsque le PA

Pendant la grossesse, les attaques de panique peuvent entraîner une diminution ou une augmentation de la pression. Dans la plupart des cas, les femmes subissent une diminution de la pression au cours de la première moitié de la journée, une fatigue après le sommeil, une lourdeur et des nausées, des vertiges et une diminution de la fréquence cardiaque à 45 battements par minute.

La pression de la grossesse peut augmenter ou diminuer.

Vous pouvez combattre ce phénomène désagréable à l'aide de médicaments faibles ou de remèdes populaires - teintures de valériane et thé sucré - vous pouvez, si possible, boire une tasse de café léger ou manger un morceau de fromage fort. Motherwort est préférable de ne pas utiliser, il est capable de réduire davantage la pression. Dans cet état, il est préférable de se coucher sans oreiller, les jambes légèrement surélevées.

PA peut provoquer et augmenter la pression, ils se rattrapent principalement le soir, après un dîner tardif. Une attaque commence par une pression sur la poitrine, une grosseur apparaît dans la gorge, souvent accompagnée d'un rythme cardiaque intense, d'un engourdissement des extrémités et d'une élévation de la température pouvant atteindre 39 degrés.

La première étape consiste à ouvrir une fenêtre d’air pur, à s’allonger, à mettre un oreiller sous le dos et à poser une serviette humide sur le front. Ensuite, vous devriez boire de l'eau froide, prendre valokordin ou Corvalol pour réduire les battements de coeur. Si la maladie est accompagnée de douleur, vous pouvez prendre une pilule no-shpy ou un autre sédatif efficace.

Risques de fausse couche

Les attaques de panique sont fréquentes chez les femmes enceintes et ne sont pas dangereuses en soi. Mais les attaques de panique peuvent déclencher des tensions musculaires, ce qui entraîne de nombreuses causes conduisant à l’utérus hypertonus. Cela soulève des inquiétudes quant à la santé du bébé, une tonicité accrue peut provoquer une fausse couche. Par conséquent, il est important de surveiller votre état psychologique et d'éviter les situations stressantes et les tensions.

Comment se comporter lors d'une attaque de PA

Les attaques de panique chez les femmes enceintes devraient être arrêtées sous peu. Le moyen le plus simple de gérer les manifestations physiologiques d’une attaque est d’apprendre à se détendre correctement et rapidement. L'entraînement comprend des exercices pour alterner le stress et la relaxation de groupes musculaires individuels, puis de tout le corps en même temps.

Faire de l'exercice pour les femmes enceintes aidera à se débarrasser de l'AP

Il est utile de répéter l'exercice de forte tension avec une relaxation brutale accompagnée d'une expiration profonde. Afin de faire face rapidement et sans conséquences négatives à la PA, il convient d'explorer les pratiques de respiration et les autres exercices de réduction du stress. Une technique simple - essayez de rendre l'expiration plus longue et plus profonde que l'inspiration.

Traitement et prévention

Il faut comprendre que le traitement médicamenteux pendant la grossesse est contre-indiqué. Tous les médicaments étant dangereux pour le fœtus, leur utilisation doit être exclue avant la grossesse. Dans les cas graves, des antipsychotiques légers peuvent être prescrits.

Le traitement est principalement axé sur la psychothérapie pour les attaques de panique. La tâche principale est d'éliminer la cause de la panique. Actuellement, les femmes enceintes sont formées à l’auto-assistance et à la réduction de l’anxiété. Ces techniques peuvent améliorer la tolérance globale au stress d'une personne et éliminer le risque d'attaques de panique.

Ils sont utilisés avec les pratiques de respiration, l'acupuncture, la phytothérapie, l'art-thérapie, les séances d'aromathérapie. Ces méthodes non médicamenteuses se sont révélées efficaces pour lutter contre ce problème.

La prévention appropriée est tout aussi importante. Si une femme a un problème d’AP, elle doit se rappeler les points suivants.

  1. Le stress et l'AP ont des effets non seulement psychologiques mais aussi physiologiques sur le corps de la mère. Il est donc important d'apprendre à gérer le stress afin d'éviter sa manifestation végétative.
  2. L’augmentation de la tolérance au stress et de la relaxation sont les seuls moyens sûrs de se débarrasser des effets négatifs des crises convulsives. Les drogues sont dangereuses pendant cette période.
  3. Il est possible de soulager la tension et de prévenir l’apparition de l’AP en maintenant le régime quotidien, une alimentation saine et saine et une activité physique. Il vaut la peine de se débarrasser des mauvaises habitudes avant la grossesse.

Dans cette période responsable pour une femme, l’essentiel est de trouver plus de raisons de se réjouir. De nombreuses inquiétudes ne sont tout simplement pas justifiées, il est important que vous en discutiez avec votre psychologue afin de ne pas réagir brusquement à certains moments de l'avenir. Vous pouvez vous battre avec des pensées tristes et des angoisses à l'aide d'un passe-temps, lire de bons livres, regarder de bons films intéressants.

Vidéo: attaques de panique pendant la grossesse

Des émotions positives, des activités agréables, un climat favorable au dénouement - tout cela contribuera à éviter les ennuis et à préparer le beau moment de la vie - la naissance d'un bébé.

Attaques de panique pendant la grossesse

L'attaque de panique est une crise aiguë d'anxiété et de peur gratuite, accompagnée de symptômes végétatifs. Il peut y avoir une douleur à la poitrine, une faiblesse grave, un rythme cardiaque rapide, un essoufflement, des tremblements musculaires. Pendant la grossesse, des attaques de panique apparaissent à l'arrière-plan: surmenage nerveux, surcharge physique, exacerbation d'une pathologie chronique. Leur effet sur le fœtus est minime, les complications surviennent rarement. Le traitement est axé sur la psychothérapie. Selon le témoignage prescrit des sédatifs et d'autres moyens.

Causes d'une attaque de panique

L'origine de l'attaque reste souvent inconnue. Divers facteurs sont impliqués dans le développement d'une attaque de panique:

  • Prédisposition génétique. La littérature médicale décrit la transmission d'une prédisposition à une attaque de panique héréditaire. Les mécanismes exacts pour le développement de cet état sont inconnus. Le gène codant pour la propension aux attaques de panique n'a pas été trouvé.
  • Caractéristiques de la personnalité. Les attaques de panique sont plus courantes chez les femmes sujettes à la démonstration, désireuses d'attirer l'attention, avides de reconnaissance. Ils exagèrent souvent le degré d'anxiété, tentent de s'intéresser à eux-mêmes, mais se calment rapidement s'ils ne manifestent pas leur participation. Souvent, lors de la nomination d’un gynécologue, ces patients présentent de nombreuses plaintes sans fondement réel et non associées à des maladies.
  • Pathologie chronique des organes internes et du système nerveux. La propension à développer une attaque de panique se produit dans le contexte de maladies du cœur, du tube digestif et des poumons. Dans la fiche du patient, vous pouvez souvent rencontrer le TRI (dystonie végétative-vasculaire).
  • Peur d'une certaine maladie. Les symptômes d'une attaque de panique sont souvent associés à certaines phobies. Si une femme a peur d'étouffer (en cas de maladies des poumons et des bronches), elle souffrira de suffocation. Si la patiente s'inquiète de l'état du cœur et des vaisseaux sanguins, elle se plaindra de douleurs à la poitrine et de palpitations.
  • Le stress. Des expériences émotionnelles fortes et / ou à long terme entraînent souvent une crise de panique. Cela se produit souvent lorsqu'une femme nie le problème et essaie de convaincre les autres qu'elle va bien. Les émotions réprimées se manifestent par des crises d’anxiété et de panique.
  • Effort physique intense. Le compensateur corporel tente de sortir d'une situation désagréable et envoie un signal au système nerveux central. Une attaque de panique se développe, après quoi la femme ressent une dévastation et une fatigue. Elle est obligée de faire une pause dans son travail, de se détendre et de reprendre des forces. Au fil du temps, un tel schéma peut devenir une habitude.
  • Traumatisme psychologique de l'enfance. Des études montrent que les attaques de panique se produisent souvent dans les familles où les parents souffrent d'alcoolisme. Il y a un risque élevé de développer une pathologie lorsque les adultes ne font pas attention ou ne font pas l'objet d'hyper-traitement. Les attaques de panique se produisent pour la première fois dans l'enfance ou l'adolescence et sont transférées à l'âge adulte.

Toute situation désagréable peut être un facteur provocant. Habituellement, une femme sait avec certitude quand elle peut avoir une crise de panique - par exemple, dans une pièce exiguë, dans un ascenseur, à la vue d'un gros chien, à une hauteur etc.

  • situation défavorable dans la famille (divorce, querelle avec un conjoint ou des proches parents);
  • stress aigu (décès d'un être cher, maladie grave);
  • anxiété chez l'enfant (pathologie du développement intra-utérin, menace d'avortement);
  • stress physique ou émotionnel (travail acharné sur fond de toxicose, en fin de grossesse);
  • changement des conditions météorologiques;
  • boire de l'alcool.

Symptômes de la maladie

Le principal symptôme d'une attaque de panique est un sentiment d'anxiété forte, indépendant de la situation actuelle. La peur inexplicable pour le patient est accompagnée de réactions végétatives. Ces symptômes surviennent:

  • maux de tête;
  • des vertiges;
  • transpiration excessive;
  • se sentir chaud;
  • des frissons;
  • douleur à la poitrine, derrière le sternum;
  • douleur abdominale;
  • essoufflement;
  • sensation d'essoufflement;
  • difficulté à avaler, gorge nouée;
  • des nausées;
  • selles molles;
  • tremblements musculaires;
  • instabilité en marchant;
  • engourdissement et picotement des membres;
  • diminution de l'acuité visuelle et auditive;
  • pseudo-paralysie;
  • peur de la mort;
  • état faible;
  • un sentiment de dépersonnalisation lorsqu'une femme ne se sent pas et perçoit ses propres actions de côté;
  • sensation de déréalisation lorsque le monde qui l'entoure est perçu comme irréel.
  • Les symptômes d'une attaque de panique sont différents. Il est impossible de prédire à l’avance quels seront les signes d’une femme en particulier. Les symptômes sont généralement associés à de vraies peurs.
  • Attaque de panique dure 5-30 minutes.
  • Après l'attaque, il y a faiblesse, fatigue, fatigue, mais reste conscient. La confusion de la conscience ou le sommeil soudain ne sont pas caractéristiques.
  • L'intensité de l'anxiété au cours d'une attaque peut varier, allant d'un léger stress interne à une panique grave.
  • Habituellement des crises spontanées. Les attaques situationnelles sont moins courantes (par exemple, lorsque vous devez monter en hauteur, prendre l’ascenseur, etc.).
  • Les attaques de panique se produisent presque toujours à l'état de veille. Très rarement, une attaque survient dans un rêve. Chez certaines femmes, les symptômes apparaissent avant de s'endormir et immédiatement après le réveil et ne sont pas associés à des cauchemars.
  • Les attaques de panique sont sujettes à la répétition. Au fil du temps, les crises épileptiques sont de plus en plus fréquentes et de plus en plus graves, et on ne peut trouver les véritables raisons de leur survenue.
  • Le patient a peur de répéter la situation, ce qui augmente le risque de développer une attaque.
  • L'attaque de panique n'est pas précédée par l'aura.

Par nature, il existe deux groupes d’attaques:

  • Grandes attaques de panique. Accompagné de l'apparition de 4 symptômes végétatifs ou plus. Se produisent rarement - une fois par semaine / mois.
  • Petites attaques de panique. Accompagné de 1 à 3 symptômes. Peut se produire fréquemment, y compris quotidiennement.

Il est important de savoir qu'une attaque unique n'est pas une maladie. De telles attaques surviennent chez presque toutes les personnes au moins une fois dans leur vie. Cela se produit souvent pendant la grossesse. Les futures mères sont sensibles à l'influence de divers facteurs négatifs. Naturellement, ils s'inquiètent du déroulement de la grossesse et de la prochaine naissance, de la santé de l'enfant. Avec la gestation, le risque d'attaque de panique augmente considérablement.

Diagnostics

Critères pour le trouble panique:

  • Les attaques de panique se produisent à plusieurs reprises au cours des derniers mois.
  • les circonstances dans lesquelles les attaques se produisent ne sont pas associées à une menace objective pour la vie et la santé de la femme;
  • entre les crises, la femme se sent bien, il n’ya pas d’autres signes de troubles neurologiques ou mentaux;
  • l'anxiété peut apparaître entre les attaques;
  • la survenue d'une attaque de panique n'est pas associée à la consommation d'alcool, de drogues ou de drogues;
  • une femme ne souffre pas de maladies somatiques pouvant causer des symptômes similaires (hyperthyroïdie, arythmie, crise hypertensive, angine de poitrine, épilepsie, etc.).

Il est important de distinguer l'attaque de panique de la pathologie somatique. Pour un diagnostic précis, vous devez subir un examen:

  • ECG (électrocardiographie);
  • EchoCG (échocardiographie);
  • EEG (électroencéphalographie);
  • test sanguin pour les hormones thyroïdiennes;
  • tests cliniques généraux de sang et d'urine.

Grossesse pendant les attaques de panique

Les attaques de panique à court terme ne sont pas dangereuses pour le fœtus. Ils n'affectent pas le développement de l'enfant et n'augmentent pas le risque de complications. Cette condition est désagréable pour une femme enceinte, mais sur son fond, il est possible de porter et de donner naissance à un enfant en toute sécurité.

Des problèmes surviennent lors d’attaques de panique fréquentes:

  • Les crises répétées et prolongées sont stressantes pour une femme enceinte. Le risque de fausse couche et de naissance prématurée augmente.
  • Les symptômes d'une attaque de panique ressemblent aux manifestations d'une autre pathologie (cœur, poumon, tube digestif). Cela conduit à un surdiagnostic et à un traitement déraisonnable.

Principes de thérapie

Pendant la grossesse, le traitement est principalement non médicamenteux. Nommé que des remèdes à base de plantes douces à base de valériane et motherwort. La durée de l'admission est déterminée par le médecin et ne dure généralement pas moins d'un mois. Dans les cas de trouble panique grave, les antipsychotiques sont utilisés à faible dose. Le psychothérapeute et le gynécologue sont engagés dans le traitement des attaques de panique.

Principes généraux du traitement non médicamenteux:

  • Conformité au mode du jour. Il est conseillé aux femmes enceintes de se coucher et de se lever à peu près au même moment. Eh bien, si le sommeil nocturne tombe entre 22 et 8 heures du matin. À ce stade, les ressources du corps sont restaurées et le risque d'attaque de panique est réduit.
  • Activité motrice. La formation sérieuse et les sports professionnels sont interdits, mais une vie sédentaire n'est pas la bienvenue. Les pratiques de yoga douces, la gymnastique pour les femmes enceintes, la natation et la marche en bénéficieront.
  • Nutrition rationnelle. Le rapport optimal de nutriments et de vitamines procure au corps des ressources et aide à faire face au stress pendant la grossesse.
  • Groupe de soutien Il est important que la future mère sache que non seulement elle souffre d'une telle pathologie - et qu'elle voit des exemples de sortie d'une situation désagréable. Il sera utile de communiquer avec un groupe de personnes souffrant du même problème. Ces groupes sont souvent organisés dans des centres d’aide psychologique.

Vous pouvez combattre vous-même des attaques de panique, mais il est préférable de faire appel à un spécialiste. Un psychothérapeute aidera à identifier la source du problème et à choisir des techniques douces qui sont sans danger pendant la grossesse. Le médecin vous enseignera les techniques de maîtrise de soi et vous indiquera comment faire face à l'attaque en fonction de la situation clinique spécifique. Ces compétences seront utiles après la fin de la grossesse.

Attaques de panique pendant la grossesse

Les troubles anxieux peuvent empoisonner l’existence de toute personne et, pendant la grossesse, ils sont doublement dangereux pour la mère et le fœtus. Les attaques de panique constituent une menace importante pour la gestation, entraînant une augmentation du tonus utérin et une fausse couche spontanée. Bien que les attaques de panique et la grossesse ne soient pas considérées comme des concepts mutuellement exclusifs, tout médecin recommande de reporter la conception jusqu'à la guérison.

Causes d'anxiété pendant la grossesse

La prédisposition à l'apparition de phobies et de troubles anxieux est caractérisée par un type particulier de femmes asthéniques à corps étroit, au cou long, aux membres minces et aux petites épaules. Ils se caractérisent par une grande instabilité émotionnelle, de l'anxiété et du doute de soi.

Pendant la période de gestation, le corps de la femme subit une restructuration hormonale, tandis que le travail des glandes endocrines peut être perturbé. Cela est souvent facilité par des lésions organiques du cerveau (cancer, traumatismes, microstrokes), une prédisposition génétique, un stress permanent.

L’émergence de l’AP peut contribuer à divers facteurs:

  • fatigue chronique, troubles du sommeil;
  • maladies somatiques, maladie générale, diminution de l'immunité;
  • des conditions socio-économiques et professionnelles défavorables;
  • le désir de contrôler étroitement tous les domaines de leur vie;
  • peur de la maternité, de l'accouchement ou de la santé de l'enfant;
  • atmosphère psychologique tendue dans la famille et au travail;
  • troubles endocriniens.

Les attaques de panique pendant la grossesse au cours du premier trimestre sont souvent associées à des expériences négatives antérieures - la peur d'une fausse couche ou de la mort du fœtus. À l'avenir, la femme s'inquiète du CDF possible du bébé, d'une naissance prématurée et craint également de nuire au fœtus, de perdre son apparence, de perdre une carrière ou son mari.

Les attaques de panique sont-elles dangereuses lors du transport d'un enfant?

Les attaques de panique pendant la grossesse surviennent chez près de la moitié des femmes, il s’agit d’une manifestation de l’instinct physiologique qui sauve la progéniture. Ils sont de différentes manifestations (du défilement de situations désagréables à l'agoraphobie). Une femme enceinte a peur de la naissance et de la maternité à venir, a peur de perdre un aspect attrayant ou son travail préféré, ou est frustrée par la perspective de passer trois ans de sa vie entre quatre murs sans communiquer pleinement avec ses amis.

Cela ajoute également un réarrangement endocrinien du corps, accompagné de troubles du VHC (nausée, vertiges soudains, tachycardie, fluctuations de pression). La tension psychoémotionnelle accumulée à la suite de cela s’exprime en crises d’anxiété. Leur effet sur le fœtus est minime, mais avec des maladies somatiques concomitantes, il peut parfois provoquer une augmentation du tonus ou même une fausse couche à un stade précoce.

Chez les femmes dont la constitution nerveuse est faible, les crises d’anxiété et de peur non motivées peuvent provoquer un état émotionnel déprimé avec le développement d’une dépression grave. Le traitement d'une telle pathologie est complexe et à long terme, visant à la restauration complète de l'état émotionnel normal. Mais en général, les attaques de grossesse et de panique sont des satellites fréquents et, dans des cas isolés, entraînent de graves complications.

Diagnostic des attaques de panique

Les médecins considèrent les attaques de panique pendant la grossesse comme une manifestation de la dystonie végétative-vasculaire, provoquée par l'adaptation de l'organisme à de nouvelles conditions d'existence. En raison de l’augmentation du stress, il se produit un dysfonctionnement du SNA, accompagné d’anxiété et de panique spontanées, de vertiges, de tremblements, d’une accélération du rythme cardiaque, d’une hyperventilation pulmonaire et d’autres symptômes désagréables.

L’attaque de panique, ainsi que d’autres violations du TRI, ne sont pas considérées comme une pathologie. Ceci est un signe de labilité émotionnelle, de perturbations du fond hormonal, etc. L'inquiétude n'est généralement pas motivée, elle est associée à la peur subconsciente de revivre l'inconfort.

Au cours d'une attaque, l'adrénaline est libérée dans la circulation sanguine, ce qui fait que la femme perd complètement le contrôle d'elle-même. Les attaques de panique surviennent généralement spontanément et durent en moyenne 15 à 30 minutes.

Les signes physiques d'une attaque de panique chez une femme enceinte sont polymorphes et dynamiques, notamment:

  • nausée, transpiration;
  • la tachycardie;
  • bourdonnement dans les oreilles, conscience brouillée;
  • rougeur du visage et fièvre;
  • difficulté à avaler;
  • tremblement, frissons;
  • diarrhée et gêne abdominale;
  • hyperventilation des poumons avec respiration fréquente et superficielle.

En plus du physique, la femme ressent des symptômes psychologiques: l’horreur de perdre l'esprit ou l'âme pendant une attaque de panique, ainsi que l'inquiétude que d'autres remarquent une attaque et le sentiment de honte et d'humiliation qui y est associé. Les attaques peuvent se manifester en tant que pathologie primaire, qui s’est développée sur la base de facteurs provoquants et a un caractère secondaire, survenant en présence de la maladie sous-jacente.

Le diagnostic est établi en fonction de la présence de plaintes de la femme enceinte et des résultats de l'histoire collectée. Au cours de l'enquête, le spécialiste détermine la durée de la maladie et spécifie la fréquence des attaques. Afin d'éliminer davantage les attaques de panique, il est important de déterminer les facteurs qui contribuent à leur attaque et de déterminer les signes qui la précèdent. La grossesse avec attaques de panique et de pandémie totale est réalisée sous la supervision non seulement d'un obstétricien-gynécologue, mais également d'un psychothérapeute.

Attaques de panique pendant la grossesse - que faire pendant une crise

Pour surmonter une attaque de panique, une personne ne peut le faire que par la force de sa volonté. Les personnes qui l'entourent, si elles connaissent les mesures d'assistance, peuvent lui apporter un soutien moral. En règle générale, une attaque de panique ne dure pas plus de 10-30 minutes. Si une femme le rencontre pour la première fois, le satellite doit l’aider à prendre conscience du caractère sans fondement de la peur et du caractère inadéquat de son hyperréaction. Après cela, il est généralement plus facile pour une personne de contrôler ses émotions.

S'il est visible que certains facteurs spécifiques sont à l'origine de l'horreur (congestion de personnes ou de voitures, de bâtiments), vous devez immédiatement changer la situation, sortir du moyen de transport, du magasin, emmener la femme dans une pièce ou un parc fermé. Lors d'une crise d'angoisse, une femme a besoin de l'aide des autres.

Que faire en cas de crise de panique pendant la grossesse? Il est important de se comporter avec une telle personne avec calme et confiance. Demandez la permission de prendre les mains et commencez à respirer lentement avec lui. La respiration doit se faire avec le nez et expirer par les lèvres étirées avec une paille. À 1, 2 - inspirez, à 3, 4 - retenez votre souffle, à 5, 6, 7 - expirez et à 8 - retardez. Inutile de se concentrer sur le sujet de la panique, bien au contraire, il est important de détourner l’attention d’une femme avec quelque chose de neutre ou d’agréable.

Si une femme tremble, on remarque qu'elle a des frissons, alors il faut lui donner de boire du thé chaud et de lui proposer des vêtements chauds. Et, au contraire, avec l'hyperhémie du visage, la chaleur et la transpiration, vous devez vous laver le visage à l'eau froide et le brosser soigneusement. Ces activités simples suffisent généralement à arrêter l'attaque.

Planification de la grossesse pour PA et IRR

Puis-je tomber enceinte avec des attaques de panique? Malgré l'avertissement des médecins, le pourcentage de femmes qui ont décidé de concevoir avec ce diagnostic est assez élevé. La maladie se manifeste à tout âge et dans différentes circonstances. Il est donc impossible de prédire.

Sont des attaques de panique pendant la grossesse? La médecine a connu des cas de guérison complète de l'AP au cours de cette période. Mais il est faux de considérer la grossesse comme une occasion de se débarrasser des troubles anxieux.

Les principales méthodes de traitement de l’AP sont:

Seules ces méthodes peuvent être utilisées en période gestationnelle pour éviter des effets indésirables sur le fœtus. Les médecins recommandent de se préparer à la survenue d'une grossesse avec l'existence d'une telle pathologie dans l'histoire, ayant suivi un traitement, éliminant les facteurs provoquant des attaques de panique et augmentant la résistance au stress. Le traitement est généralement effectué par un psychothérapeute expérimenté et dure un an.

L'hypnothérapie aidera à surmonter efficacement les attaques de panique pendant la grossesse. Nikita Valerievich Baturin - spécialiste internationale, consulte, traite les dépendances, les phobies, l’anxiété, enseigne l’hypnose et l’autohypnose. Le traitement consiste en plusieurs séances dont l'un des principaux avantages est l'absence de tout effet secondaire, l'amélioration du bien-être général de la femme, le soulagement de l'accouchement à l'avenir.

La pharmacothérapie (avec des antidépresseurs et des tranquillisants) est un autre moyen de traiter les attaques de panique. Lorsque le transport de ces médicaments est strictement interdit, car ils peuvent conduire à la CRF chez le fœtus. Ce type de traitement doit être arrêté 60 jours avant la conception prévue et le rejet du traitement médicamenteux intervient progressivement afin d'éviter l'apparition de symptômes de sevrage se traduisant par une détérioration de l'état et la reprise des attaques.

Comment gérer les attaques de panique pendant la grossesse

Une résidente de la ville, malgré elle, est impliquée dans le rythme effréné de la vie. Elle est constamment pressée quelque part et est confrontée à des situations stressantes. Et si elle attend un enfant, le corps fait face à un double fardeau. Parfois, des attaques de peur signalent que le corps demande du repos. Dans ce cas, une femme doit prendre soin de son corps, il suffit parfois de prendre un peu de vacances et de dormir pour que les crises d'anxiété cessent. Vous devez également prendre soin des petits plaisirs quotidiens et des loisirs agréables.

Vous pouvez combattre l’AP seul. Mais c'est plus facile à faire sous la direction d'un psychothérapeute. La principale méthode de traitement de l'AP est la psychothérapie cognitive. Lors de séances de psychothérapie, un spécialiste parle du mécanisme d'apparition des troubles paniques et apprend à une femme à reconnaître et à remettre en question des attitudes erronées. Aide à développer des tactiques pour combattre l’AP, enseigne les bases de l’autohypnose pour réduire l’anxiété.

L’hypnothérapie vous permet d’identifier les paramètres qui déclenchent le mécanisme de développement de l’AP. Même si le patient n'est pas conscient de la cause de l'anxiété, cette méthode fonctionne toujours. L'hypnologue reprogramme le subconscient de la femme et donne des suggestions positives, grâce auxquelles son attente constante d'une attaque disparaît.

En 4 à 6 séances d’hypnothérapie, une femme reprend sa vie normale et sa confiance en soi s’accroît. Après chaque nouvelle séance, la patiente se sent mieux et apprend à garder ses sentiments sous contrôle. La peur d'une nouvelle attaque s'affaiblit, les symptômes désagréables disparaissent.

Les séances de psychothérapie sont conçues pour développer l'immunité du corps au stress. Les exercices d'hypnothérapie et de relaxation sont efficaces pour lutter contre les attaques de panique durant la grossesse:

D'autres méthodes de traitement sont appliquées avec succès: la luminothérapie, l'acupuncture, l'art-thérapie, le rayonnement infrarouge. La première fois après la naissance du bébé, il est recommandé à la femme de continuer à consulter le psychothérapeute.

attaques de panique pendant la grossesse

Attaques de panique pendant la grossesse

Une femme qui a eu 40 ans, est mariée et a un fils adulte. Sa douleur était qu'elle et son mari voulaient un autre enfant. Et toutes ses tentatives d'accouchement, et il y en avait déjà deux, se sont terminées en cinq mois avec une naissance prématurée.

Tous ses nombreux voyages chez le médecin ont abouti à un seul diagnostic: le TRI sur type hypertonique. Utilisé des remèdes populaires pour le traitement de l'IRR, pris des sédatifs.

Après avoir lu l'article sensible sur le TRI, j'ai réalisé qu'elle souffrait de trouble panique. Et maintenant, étant dans la période de 3 mois, elle connaît un état croissant d'anxiété inexpliquée. Attaques de peur, vertiges, tachycardie presque tous les jours. Et plus la période est longue, plus ces attaques sont intenses. Sa question est la suivante: puis-je retirer le bébé tant attendu cette fois-ci? Suis-je normal? Après tout, toutes les enquêtes disent que je peux avoir des enfants?

Tous les médecins ne comprennent pas ce que sont les attaques de panique. Ces diagnostics sont généralement les suivants: VSD, crise sympatho-surrénalienne, dystonie neurocirculatoire, cardioneurose. Mais dans le monde entier, il y a longtemps eu un terme - attaques de panique et troubles de panique. Cela figure également dans la CIM-10 (Classification internationale des maladies de la dixième révision).

Les attaques de panique sont d'intensité différente

Attaques de panique légères lorsque 10-15 minutes. Dans ce cas, un ou deux symptômes. Maux de tête, suffocation, jette de la sueur. Sans conséquences.

Les attaques de panique d'intensité moyenne durent jusqu'à 60 minutes. Des symptômes plus graves et l'humeur de la femme se détériorent, le sommeil normal disparaît, il n'y a pas de force et il dure un jour ou deux.

Si l'attaque de panique dure plus d'une heure, les symptômes sont encore plus intenses. Et la femme quitte l'attaque pendant plusieurs jours.

Je dois dire que mon client a donné naissance à un bel enfant. Et elle était sur la bonne voie, réalisant que si les tests et tests montrent la normalité, le problème se situe dans le système nerveux.

Qu'est-ce qui se passe dans le corps d'une femme enceinte avec des attaques de panique

On sait que les attaques de panique présentent les symptômes les plus étendus. Comprenez bien qu'avec une femme, vous pouvez désigner un ensemble d'enquêtes et d'analyses. Il s’agit au minimum de tests ECG, d’urine et de sang. Et si tout montre les limites de la norme - alors il est clair que tout dans le corps est en ordre. Et cela signifie que c'est une névrose.

Symptômes du trouble panique pendant la grossesse

La pression artérielle saute

Vertige avec évanouissement

Jette de la sueur ou des frissons

Hausse de température déraisonnable

Crises d'asthme, incapacité à respirer ou à expirer complètement

Nausée, troubles gastro-intestinaux

Douleur au coeur, aux jambes et au corps

Humeur déprimée, perturbant les pensées et les peurs hantées, lors de la naissance, pour la santé de l'enfant;

Attaques de panique

Quand une femme enceinte vit une crise de panique, bien entendu, l'enfant en souffre. L'hypoxie du fœtus, qui s'accompagne d'une attaque, est directement dépendante de l'adrénaline, libérée dans la peur.

Un gros problème pour le médecin, quoi nommer, pour calmer la femme. En effet, pendant la grossesse, la barrière hémato-placentaire pénètre dans la majorité des substances entrant dans le corps de la femme. Et affecte directement le fœtus en développement, ce qui peut entraîner des anomalies du développement.

Comment fonctionne la barrière hémato-placentaire:

  • Il ne mélange pas le sang du fœtus et de la mère;
  • Échange de gaz - il fournit le sang fœtal à partir du sang de la mère, du sang fœtal et du dioxyde de carbone;
  • Il fournit des vitamines, des minéraux, de l'eau, des nutriments au sang fœtal et élimine les produits du métabolisme fœtal;
  • Certaines substances circulant dans le sang de la mère sont absorbées et d’autres pas.

Et même si une pilule «sûre» apaisante est choisie pour une femme enceinte, cela n’a aucun sens. Parce que le trouble panique ne disparaît pas simplement, mais s’aggrave également.

Parfois, les attaques de panique, si elles étaient avant la grossesse, avec son apparition peuvent cesser temporairement, parfois même devenir plus fréquentes. Tout dépend du contexte émotionnel dans lequel vit la femme. Autant qu'elle est capable de s'accorder pour se calmer, en prenant soin d'elle-même et du petit.

Dans tous les cas, le problème des attaques de panique pendant la grossesse peut être résolu en contactant un spécialiste qui comprend ce qu'est une névrose et comment s'en débarrasser sans pilule.

Les indications directes pour l'avortement pendant les attaques de panique ne sont pas, mais il est également impossible de laisser une femme seule avec cette maladie. Il est préférable d’effectuer une psychothérapie en cas de trouble panique avant la grossesse. Et planifiez calmement le bébé.

Comment les attaques de panique sur le fœtus, si une femme avec une attaque de panique, la pression artérielle monte

Des sauts vers le haut peuvent mener à la prééclampsie.

La gestose ou la toxicose d'une femme enceinte n'est pas une condition normale pendant la grossesse, lorsqu'il y a gonflement (visibles ou cachés), l'analyse de l'urine montre la présence de protéines et la pression augmente constamment. Tout cela conduit à des violations des systèmes cardiovasculaire, nerveux et endocrinien d'une femme.

Ces changements qui commencent dans les vaisseaux d'une femme atteinte de prééclampsie conduisent à une détérioration de l'apport sanguin au placenta et peuvent nuire au développement du fœtus. Un bébé peut naître avec un petit poids.

L'attaque de panique est une condition dans laquelle une femme enceinte a une peur forte et incontrôlable. Une telle émotion provoque des spasmes et des tensions non seulement dans les muscles des bras, des jambes, du dos et de tous les muscles, mais également dans l'utérus. Les gynécologues appellent cet utérus hypertonus. Si vous n'intervenez pas à temps, cela peut entraîner un décollement du placenta, des saignements et même une fausse couche ou une naissance prématurée.

Comment les attaques de panique avec une diminution de la pression artérielle sur le foetus

La tendance à la réduction de la pression dans le contexte des attaques de panique conduit au fait que le sang circule mal vers le placenta et diminue l'apport en oxygène et en nutriments au fœtus. Les médecins appellent cela l'insuffisance placentaire. Et à partir de là aussi, et avec un faible poids, des chiffres bas sur la balance Apgar chez un enfant. Il peut même y avoir un retard mental.

Bien que généralement les femmes enceintes tolèrent mieux l'hypotension.

RAISONS DES ATTAQUES PANIQUES DE LA GROSSESSE

Changements de fond hormonaux pendant la grossesse, il s'agit d'un phénomène naturel. Et de cela change souvent l'humeur d'une femme. Toutes les peurs sont intensifiées en prévision du bébé. Les peurs les plus courantes pendant la grossesse sont les suivantes:

  • Perdre un enfant;
  • La peur que les attaques de panique pendant la grossesse peuvent affecter le bébé;
  • La crainte que je ne puisse pas fournir à l'enfant tout le nécessaire à sa naissance;
  • Peur d'informer le mari ou le partenaire, ou des parents, d'une grossesse non planifiée;

Toutes ces peurs et les autres ne font que réchauffer le trouble panique et les attaques deviennent de plus en plus intenses.

Pouvez-vous vous aider si vous avez un trouble panique pendant la grossesse? Bien sûr, tout le monde connaît les astuces pour se sentir à l'aise:

  • Marcher dans l'air frais;
  • Éloignez-vous des situations stressantes;
  • Mangez bien;
  • Exercice pour se détendre et se calmer;
  • Méditation, autotraining;
  • Massages, natation;
  • Techniques de relaxation dans une attaque de panique.

Toutes ces méthodes sont bonnes, mais elles ne fonctionnent toujours pas avec les causes des attaques de panique et ne garantissent pas qu'elles ne réapparaîtront pas au moment crucial. Parce que le plus souvent, le trouble panique est dû à une sorte de situation stressante qui est restée bloquée dans le système nerveux et qui «s'ouvre dans toute sa gloire», comme une femme le ressentait autrefois.

TRAITEMENT DES ATTAQUES PANIQUES DE LA GROSSESSE

À ce jour, il existe des méthodes psychothérapeutiques à court terme et sûres pour traiter les attaques de panique. Sans médicaments sur ordonnance. Après trois ou quatre séances, la femme commence à se sentir plus détendue, ce qui garantit le bon développement du fœtus. Pour l'avoir toujours, nous avons besoin d'une base psychothérapeutique qualifiée.

Attaques de panique ou IRR - névrose. Trouble du système nerveux. Les méthodes suivantes fonctionnent parfaitement avec cela: thérapie EMDR, TCC, hypnose ericksonienne, psychothérapie stratégique. Toutes ces méthodes sont intégrées dans une certaine technique, où tout est construit selon les plans.

Bien sûr, l’observation des médecins est nécessaire pendant la grossesse, car le corps subit certains changements. Mais le trouble panique est la prérogative du psychothérapeute. Pour la future mère, le calme est important. Après tout, elle est responsable non seulement pour elle-même, mais aussi pour le bébé.

Attaques de panique pendant la grossesse - comment faire face?

J'ai déjà eu un article sur http://www.doctorvlad.com/panic/index.php/2011/08/kak-lechit-straxi-pri-beremennosti/. Aujourd'hui, l'article est consacré spécifiquement aux attaques de panique pendant la grossesse.

Des questions de ce genre me sont très souvent posées: «Est-il possible de tomber enceinte si une femme est sujette aux attaques de panique? Comment la grossesse affecte-t-elle les attaques de panique? »Et tout ça.

Selon mes observations, de nombreuses femmes, malgré leurs crises de panique, tombent enceintes et donnent naissance à de beaux enfants en bonne santé.

Souvent, il arrive même que la grossesse et les accouchements ultérieurs guérissent simplement la femme de la panique. Certes, cela n'arrive pas toujours, malheureusement. La grossesse n'est pas une panacée pour la panique.

Mais les attaques de panique dans la plupart des cas ne constituent pas une contre-indication à la grossesse. Tout n'est pas simple et pas simple.

Par conséquent, lisez l'article du site http://karapuzik.org.ua/ De mon point de vue, tout n'est pas si mal mâché ici. L'article sera intéressant non seulement pour les femmes enceintes, mais également pour toutes les personnes qui souffrent (ou aiment!) Avec des attaques de panique.

Soudain, le cœur pincé, le vertige, il n'y avait plus rien à respirer et une peur irrésistible s'emparait de... Une situation familière? C'est une attaque de panique. Comment y faire face pendant la grossesse, étant donné que l'utilisation de nombreux médicaments par les femmes enceintes est interdite?

En règle générale, les personnes présentant un niveau d'anxiété élevé, vivant dans un état de stress émotionnel constant, de conflits internes, sont sujettes aux attaques végétatives. En principe, toutes les circonstances peuvent provoquer une attaque de panique: excitation vasculaire en soi (battement de coeur, vertiges, etc.), «ouverte» ou, au contraire, «fermée», une foule nombreuse, diverses situations conflictuelles.

Au cours d'une telle attaque, la personne ne comprend pas ce qui lui arrive, et sa peur et sa panique sont totalement naturelles. Pendant ce temps, avoir peur est la pire chose qui puisse arriver dans une situation comme celle-ci. La peur ne fait qu'augmenter les symptômes du malaise végétatif. Par conséquent, ce sentiment peut et doit être combattu.

Attaque de panique - un phénomène pour les habitants des villes modernes n’est pas rare. Il s’agit d’une crise aiguë de la peur, accompagnée de sensations désagréables et parfois douloureuses: palpitations, suffocation, nausées, vertiges… Son développement soudain et son développement rapide en sont les caractéristiques. Une attaque végétative, aussi effrayante soit-elle, n'est pas un danger réel pour la vie et la santé physique. C'est un symptôme d'un désordre psychologique, pas une maladie somatique. " C'est-à-dire qu'une personne souffrant d'attaques de panique est seulement malade de sa peur. Habituellement, en cas d'attaque, il éprouve une peur inexplicable, inexpliquée de la mort en général, ou plus précisément, de mourir d'une crise cardiaque ou d'un accident vasculaire cérébral.

Crises de panique et grossesse

Il est impossible de prédire comment la grossesse affectera la propension de la femme aux attaques de panique. L'état de santé peut s'aggraver car, à ce moment, la femme est plus anxieuse. Et souvent, la grossesse guérit simplement, car les priorités changent et maintenant, toute l’attention de la future mère est complètement différente. La condition d’une femme est souvent exacerbée après l’accouchement dans le contexte de la dépression qui s’ensuit, qui repose sur la confiance inconsciente qu’elle a rempli son objectif principal. Une femme éprouve un désir impénétrable et le vide. "

Bien que l'exposition à la panique ne soit pas une contre-indication à la grossesse et que la plupart des femmes portent et mettent au monde un enfant, on ne peut pas dire que les crises pendant cette période soient totalement inoffensives. Pendant la crise, le corps subit un stress important, notamment musculaire. Cela conduit à une hypertonicité de l'utérus, ce qui peut entraîner une fausse couche. Par conséquent, si vous connaissez les situations qui vous causent des attaques de panique incontrôlables, essayez de les éviter. Si c'est mauvais dans le métro, utilisez le transport terrestre, essayez de ne pas être dans la foule si vous ne transportez pas de grandes foules.

Préparer à l'avance

Les moyens principaux et les plus efficaces de faire face aux attaques de panique sont les suivants: psychothérapie, exercices de relaxation, techniques de respiration. Ces méthodes sont les seules acceptables pendant la grossesse.

Vous pouvez éviter les troubles associés aux attaques de panique en vous préparant à la grossesse, en remettant de l'ordre dans vos nerfs, en éliminant les causes anxiogènes et en augmentant la tolérance au stress. Avec un travail systématique sur soi-même sous la supervision d'un psychothérapeute, le rétablissement survient en un an. La psychothérapie est le principal moyen de faire face aux attaques de panique. Il existe également une pharmacothérapie - traitement avec des antidépresseurs et des tranquillisants. Mais leur rôle est secondaire. Il convient de noter que ces médicaments sont contre-indiqués pendant la grossesse, car ils peuvent avoir un effet négatif sur le fœtus, provoquant des malformations. Par conséquent, leur réception doit être arrêtée 2 mois avant la grossesse planifiée. Le refus des médicaments doit être progressif afin d'éviter le syndrome dit de sevrage, qui se traduit par l'apparition de nouveaux symptômes de la maladie et la détérioration de la maladie.

Guérir de la peur

Pendant la grossesse et l'allaitement, les seuls moyens de lutter contre les attaques de panique sont les suivants: psychothérapie, exercices de respiration et divers moyens de relaxation. La peur n'est pas seulement une expérience, mais aussi un état des muscles. En sollicitant, ils envoient des informations au cerveau, et il enregistre la présence de danger. Par conséquent, si vous souhaitez vous débarrasser des attaques de panique, vous devez apprendre à faire face aux tensions musculaires. Pour ce faire, il est nécessaire de former une mémoire musculaire pour la relaxation. Si vous pouvez relaxer spontanément les muscles de votre corps à tout moment et en tout lieu, la peur n'aura alors aucun fondement physiologique et la probabilité de son apparition diminuera donc. Pour vous détendre, vous devez d’abord bien forcer.

  • Serrez les muscles de la main en serrant les doigts avec un poing.
  • Serrer les muscles de l'avant-bras, en essayant de plier le poignet au maximum dans l'articulation du poignet.
  • Tendez les muscles des épaules et des avant-bras en écartant les bras au niveau des épaules et en les pliant au niveau des coudes.
  • Serrez les muscles des omoplates, en les réduisant et en les tirant vers le bas.
  • Étirez vos hanches en soulevant les jambes tendues et tendues en position assise.
  • Resserrez les muscles de la jambe en tirant le pied vers vous et légèrement l'un vers l'autre.
  • Serrer les muscles des pieds, en pliant les orteils autant que possible.

Apprenez à faire chaque exercice séparément et combinez-les. Après cela, créez un stress maximal dans tous les muscles spécifiés. Comptez jusqu'à dix, en vous concentrant sur la tension. Au prix de "dix", détendez-vous immédiatement et respirez à fond. Détendez-vous en vous concentrant sur la sensation de relaxation. Rappelez-vous que vous ne faites pas cet exercice pour soulager les tensions, mais pour favoriser la relaxation musculaire et la formation de la mémoire musculaire appropriée.

Survivre à la panique

Pendant une attaque de panique, vous pouvez appliquer ces méthodes simples. Ils soulageront votre condition et vous aideront à survivre à la crise végétative. Les attaques de panique sont de deux types - avec une pression artérielle élevée et basse. Chacun d'eux a ses propres caractéristiques.

Les exercices de relaxation sont répétés de préférence de 7 à 10 fois par jour, jusqu'à ce que vous appreniez à vous détendre de manière aléatoire, rapide et complète, sans effort préalable. En règle générale, cela prend entre 5 et 10 jours de cours réguliers.

Souffle apaisant

La physiologie de la peur ne se limite pas à la tension musculaire. Il est également important de savoir comment nous respirons. Notre souffle contre le stress diminue et devient confus et inefficace, ce qui entraîne une réaction à la psyché. Si nous ne savons pas comment ajuster notre respiration à temps, nous perdons la capacité de faire face aux peurs. Puisque nous préparons un sol physiologiquement bénéfique pour eux. Cette technique vous aidera à harmoniser le système nerveux autonome. L'exercice est basé sur un mécanisme simple. Le fait est que lorsque vous inspirez, tous les processus du corps sont activés et, lors de l'expiration, le corps est calmé et détendu. Par conséquent, si vous inspirez au détriment de l'expiration, vous augmentez le ton.

Si l'accent est mis sur l'expiration, vous vous sentez détendu. Cet exercice de respiration consiste à augmenter le temps que vous passez sur l'expiration (la troisième phase du cycle de respiration) par rapport à l'inspiration (première phase) et la pause (deuxième phase). Vous devez commencer avec 5 secondes passées sur chacune des trois phases: inspirez lentement, faites une pause, expirez. Puis changez de rythme: inspirez - 5 secondes, faites une pause - 4 secondes et expirez - 6 secondes. Chaque cycle suivant, vous enlevez une seconde à partir de la pause et ajoutez une seconde à l'expiration. Ainsi, après quatre cycles, vous passez cinq secondes à inspirer et dix à expirer. Respirez comme ceci pendant 2-3 minutes et votre état est normalisé - la tension et la peur disparaîtront.

Un exercice de respiration plus simple consiste à surveiller votre respiration. Respirez lentement, uniformément, profondément, en essayant de vous concentrer autant que possible sur toute la variété de sensations que vous inspirez et expirez.

Attaques avec une pression artérielle basse

Les crises hypotensives (80 / 50-90 / 60) ont généralement lieu le matin ou l'après-midi. Faiblesse, sensation de chaleur et de lourdeur à la tête, vertiges, sensation de suffocation, nausées et parfois vomissements, douleurs abdominales et diarrhée, sueurs froides, pouls devient rare (jusqu'à 45 battements par minute), le cœur s'arrête sentir que plus et ça va s'arrêter.

PREMIERS SOINS

  • Prenez 20 gouttes de teinture de valériane. Dans ce cas, il est préférable de ne pas utiliser de teinture de Motherwort - cela peut réduire encore plus la pression.
  • En cas d'attaque à basse pression, vous pouvez boire du thé fort et sucré ou une petite tasse de café noir. Selon les observations des médecins, dans certaines situations, il suffit de manger du fromage épicé ou du poisson salé pour remédier à la pression «effondrée».
  • Ouvrez la fenêtre et allongez-vous sans oreiller, en mettant une couverture roulée sous vos pieds. À basse pression, le cerveau manque d'oxygène et une position horizontale avec les jambes surélevées assurera la circulation du sang dans la tête.

Les crises d'hypertension

Les attaques de panique avec hypertension artérielle (150 / 90-180 / 110) surviennent le plus souvent en soirée. Même un dîner tardif peut les provoquer. Il y a une autre raison de ne pas manger trop tard. L'attaque commence souvent par le fait qu'elle intercepte la gorge, il devient difficile de respirer, il n'y a pas assez d'air et chaque respiration est donnée avec difficulté. Mais le plus souvent, le premier signe d'une attaque de panique est une secousse dans le cœur, à partir de laquelle il commence à compter un rythme fou (140 battements par minute). Le cœur peut piquer, écraser, en général, de toutes les manières possibles pour vous rappeler que vous l'avez. En même temps, il frappe à la tempe, sa tête peut faire mal, trembler. Les bras et les jambes sont engourdis, le corps est recouvert de "chair de poule" et la température atteint 38 ° C.

PREMIERS SOINS

  • Ouvrez la fenêtre, fermez les boutons du haut, asseyez-vous ou allongez-vous, mettez les oreillers sous votre dos - il sera plus facile de respirer.
  • Appliquer sur le front, les tempes, le cou, les poignets, avec des lingettes humidifiées à l’eau froide. Boire lentement un verre d'eau.
  • Les astuces suivantes vont calmer le rythme cardiaque. Fermez les yeux et appuyez 10 secondes pendant une minute, en utilisant les coussinets du majeur et de l'index des deux mains, sur les globes oculaires. Massez la pointe au centre du menton avec des mouvements circulaires de l'index de la main droite (9 fois dans le sens des aiguilles d'une montre et contre celle-ci). Pressez, pétrissez et étirez légèrement le majeur de chaque main pendant 2-3 minutes.
  • Prenez 30 gouttes (avec un battement de coeur fort - jusqu’à 40-45) de valocordin ou de corvalol avec une petite quantité d’eau fraîche, ou buvez une pilule dans le nez.

Oui, j'ai de nouveau lu attentivement l'article et je me suis assuré que de nombreux trucs seraient utiles à tous les «alarmistes», pas seulement aux femmes enceintes. Demandez si quelque chose n'est pas clair ou pas.

En Savoir Plus Sur La Schizophrénie