Les troubles mentaux sont une affection caractérisée par des changements mentaux et comportementaux destructeurs.

Le terme a plusieurs interprétations, tant dans le domaine de la jurisprudence que dans celles de psychiatrie ou de psychologie, qui introduisent une ambiguïté dans son sens.

CIM (Classification internationale des maladies) ne distingue pas ce trouble en tant que maladie mentale ou mentale.

Le terme comporte plutôt une évaluation générale d’une variété de violations de la psyché humaine.

La psychiatrie note qu'il n'est pas toujours possible d'identifier les signes biologiques, sociaux ou médicaux de troubles mentaux. Seuls quelques problèmes mentaux sont survenus en raison d'une perturbation physique du corps.

Facteurs de risque


Chaque trouble mental d'un individu peut survenir à la fois en raison d'un changement de structure et en raison d'une perturbation du fonctionnement normal du cerveau.

Les raisons de cet effet sont réparties dans les groupes suivants:

  1. Exogène. Tout facteur externe affectant une personne est généralement attribué à cette catégorie: qu’il s’agisse de toxines de fabrication variées, de stupéfiants, de micro-organismes ou de lésions cérébrales, qui pourraient également être provoqués par une maladie.
  2. Endogène. Cette catégorie comprend les facteurs immanents, notamment les anomalies chromosomiques, les maladies géniques et les maladies héréditaires.

Il est scientifiquement impossible d'expliquer de nombreux autres troubles mentaux. Chaque personne sur 4 a tendance à avoir des troubles mentaux et des variations de comportement.

Les principaux facteurs provoquant les pathologies considérées sont généralement attribués à l'influence biologique et psychologique de l'environnement.

La violation peut être transmise génétiquement, sans distinction de sexe. Des facteurs psychologiques ont associé l'hérédité, ainsi que les effets de l'environnement, qui peuvent entraîner des troubles de la personnalité.

Susciter un faux sentiment de valeurs familiales chez les enfants augmente les risques de développer des troubles mentaux.

Les pathologies mentales se manifestent le plus souvent chez les patients atteints de diabète sucré, de maladies vasculaires du cerveau, de maladies infectieuses, ainsi que de patients victimes d'un AVC.

La dépendance à l'alcool peut priver une personne d'un état d'esprit sain en perturbant les fonctions mentales et physiques du corps.

Les symptômes de la maladie peuvent également se manifester en cas d'utilisation régulière de substances psychoactives affectant le système nerveux.

L’aggravation de l’automne ou des problèmes personnels peuvent entraîner une légère dépression chez toute personne. Pour cette raison, en automne, il est recommandé d'utiliser des vitamines.

Classification

Pour faciliter le diagnostic, l'Organisation mondiale de la santé a classé les pathologies mentales, qui sont généralement regroupées comme suit:

  1. Une condition causée par divers types de dommages organiques au cerveau. Cette catégorie comprend les troubles causés par des lésions cérébrales, des accidents vasculaires cérébraux ou des maladies systémiques. Les fonctions cognitives sont altérées, des symptômes tels que des hallucinations, une variabilité émotionnelle, des délires surviennent.
  2. Changement mental persistant causé par une consommation excessive d'alcool ou de drogues. Ce groupe comprend les pathologies causées par l’influence de substances psychoactives, ainsi que de sédatifs, d’hypnotiques et de substances hallucinogènes.
  3. Schizophrénie et troubles schizotypiques. Les symptômes se manifestent par un changement brutal de caractère, des actes illogiques et absurdes, un changement des intérêts et l’émergence de loisirs inhabituels, une perte d’efficacité. Un individu peut complètement perdre l’état de responsabilité et de perception des événements qui l’entourent. Si les symptômes sont légers ou liés à un état limite, un trouble schizotypique est alors diagnostiqué pour le patient.
  4. Les troubles affectifs sont un groupe de troubles se manifestant par un changement d'humeur. Le représentant le plus brillant de la catégorie est le trouble bipolaire. Ce groupe comprend également la manie avec divers troubles psychotiques et l’hypomanie. Les formes résistantes de ces troubles sont considérées comme une cyclothymie et une dysthymie.
  5. Phobies et névroses. Ce groupe est généralement attribué à divers troubles névrotiques, notamment une attaque de panique, un état paranoïaque, une névrose, un stress chronique, diverses phobies et des anomalies somatisées. La classification comprend des types de phobies spécifiques et situationnels.
  6. Syndromes comportementaux, y compris des problèmes physiologiques. Ce groupe comprend divers types de troubles liés à la nutrition, au sommeil et à la dysfonction sexuelle.
  7. Troubles de la personnalité et du comportement. Ce groupe comprenait de nombreuses conditions, notamment des problèmes d’identification selon le sexe, les préférences sexuelles, les habitudes et les envies de fumer.

Les troubles de la personnalité spécifiques incluent un changement de comportement persistant en réaction à une situation sociale ou personnelle. Ces affections incluent les symptômes dissociés du trouble de la personnalité paranoïde, schizoïde et dissociatif. Retard mental. Cette catégorie comprend les affections congénitales caractérisées par un retard mental. Ces manifestations réduisent les fonctions intellectuelles telles que la parole, la pensée, l'attention, la mémoire et les fonctions d'adaptation sociale.

Le trouble peut être léger, modéré, modéré ou grave, caractérisé par des manifestations cliniques évidentes. Ces conditions sont basées sur des traumatismes possibles du fœtus pendant l'accouchement, des retards de développement dans l'utérus de la mère, des prédispositions génétiques et un déficit de l'attention à un âge précoce.

  • Troubles du développement de la psyché. Cette catégorie comprenait les pathologies de la parole, le retard dans l'acquisition des compétences, la formation, les fonctions motrices et les problèmes de développement psychologique. La condition se manifeste dans l'enfance et est souvent causée par des lésions cérébrales. S'écoule uniformément, sans détérioration ni rémission.
  • Violations associées à l'activité et à l'attention. Les pathologies hyperkinétiques font également partie de ce groupe. Les symptômes se manifestent chez les adolescents ou les enfants sous forme de problèmes d’attention. Les enfants font preuve d'hyperactivité, de désobéissance, parfois d'agression.
  • Symptomatologie

    Les pathologies mentales présentent les symptômes suivants, subdivisés en groupes de symptômes.

      Groupe 1 - hallucinations

    Les hallucinations incluent la perception imaginaire, non provoquée par un objet externe. Ces perceptions peuvent être verbales, visuelles, tactiles, gustatives et olfactives.

    • Les hallucinations verbales (auditives) se manifestent par des mots individuels, des chansons, de la musique, des phrases que le patient entend. Souvent, les mots peuvent être de la nature d'une menace ou d'un ordre difficile à résister.
    • Le visuel peut se manifester par l’émergence de silhouettes, d’objets, d’images et de films entiers.
    • L'hallucination tactile est perçue comme une sensation sur le corps de créatures ou d'objets étrangers, ainsi que par leurs mouvements à travers le corps et les membres.
    • L'hallucination du goût est caractérisée par un sens du goût, comme si le patient avait mordu quelque chose.
    • Les hallucinations olfactives se manifestent par l'odeur des odeurs, généralement dégoûtantes.

    Les hallucinations peuvent se manifester dans une grande variété de cas et sont un symptôme de la psychose. Peut survenir comme dans la schizophrénie et dans l'intoxication par l'alcool ou d'autres substances toxiques. C'est également une manifestation possible en cas de lésion cérébrale ou de psychose sénile.

    Groupe 2 - symptômes de troubles de la pensée

    Ce groupe de symptômes inclut les pathologies des processus de pensée, il comprend: les idées obsessionnelles, délirantes et surévaluées.

    • Les obsessions incluent des conditions qui se manifestent contre la volonté du patient. Le patient évalue de manière critique la position et tente de la gérer. Les pensées obsessionnelles sont caractérisées par une vision contradictoire du patient. L'obsession a lieu dans le cas d'une névrose ou d'une schizophrénie.
      • Le doute obsessionnel se manifeste par une incertitude régulière dans les actions et les actions accomplies, il existe une contradiction avec la logique rationnelle;
      • le patient peut vérifier à plusieurs reprises si les appareils électriques sont allumés, si les portes sont verrouillées;
      • une mémoire obsessionnelle se manifeste en se rappelant régulièrement d'un fait ou d'un événement déplaisant;
      • une idée abstraite obsessionnelle se manifeste en faisant défiler dans la pensée les concepts, les nombres et les opérations incohérents.
    • Des idées surévaluées. Ils se manifestent sous forme de croyances logiquement fondées, fondées sur des situations réalistes associées à des caractéristiques personnelles et chargées d'émotion. De telles idées poussent le patient à des actions étroitement ciblées, ce qui contribue souvent à sa désadaptation. Dans le même temps, la pensée critique est préservée, ce qui permet de corriger les idées.
    • Idées folles. Par eux, on entend une fausse idée qui naît dans le contexte des troubles mentaux et ne correspond pas à la réalité. De tels jugements ne font pas l'objet de critiques, ils sont donc complètement immergés dans la conscience du patient, ce qui modifie ses activités et réduit son adaptation sociale.
  • Groupe 3 - signes de facultés affaiblies

    Ici, différents types de troubles émotionnels sont regroupés, reflétant l'attitude humaine envers la réalité et envers soi-même.

    Le corps humain entretient une relation étroite avec l'environnement externe, ce qui entraîne une exposition constante aux stimuli externes.

    Un tel impact peut être à la fois émotionnellement positif et négatif, voire source d'incertitude. Les émotions sont ressurgies (hypothétiques, hyperthymiques et paratymiques) ou perdues.

      L’hypotmie se manifeste par une baisse de l’humeur sous forme de test d’anxiété, de peur, de sentiment de tristesse ou de confusion.
        Tosca est un état qui opprime tous les processus mentaux d'une personne. L'ensemble de l'environnement est peint dans des tons sombres.

    L'activité diminue, il y a une forte manifestation de malheur. Il y a un sentiment que la vie n'a pas de sens.
    Il y a une forte probabilité de suicide. Tosca se manifeste dans les cas de névrose et de psychose maniaco-dépressive.

  • Anxiété - anxiété interne, oppression et tension excessive dans la poitrine. Habituellement accompagné d'un sentiment de catastrophe imminente.
  • La peur est une condition qui fait craindre pour sa vie et son bien-être. En même temps, le patient peut ne pas se rendre compte de ce qu’il craint en fait et espérer qu’un malheur lui arrivera.

    Quelqu'un va chercher à s'échapper, certains deviennent déprimés, gelés sur place. La peur peut avoir une certitude. Dans ce cas, la personne est consciente de la cause de la peur (voitures, animaux, autres personnes).

  • Confusion Dans cet état, il y a une variabilité de l'arrière-plan émotionnel avec une manifestation de confusion.
  • Les états hyptotymiques ne sont pas spécifiques et peuvent se produire dans différents états.
  • Hyperthymia - excessivement bonne humeur. De tels états se manifestent par l'euphorie, la complaisance, l'extase, la colère.
    • Euphorie - joie sans cause, bonheur. Dans cet état, il y a souvent un désir de faire quelque chose. Manifesté par la consommation d'alcool ou de drogues, ainsi que par la psychose maniaco-dépressive.
    • L'ecstasy se caractérise par le plus haut degré d'élévation de l'humeur. Manifesté chez des patients atteints de schizophrénie ou d'épilepsie.
    • La complaisance est un état de négligence sans désir d'agir. Le plus souvent se produit avec la démence sénile ou des processus cérébraux atrophiques.
    • La colère La condition est l'irritabilité du plus haut niveau, la colère avec la manifestation d'une activité agressive et destructrice. Lorsque combiné avec le désir est appelé dysphorie. La maladie est caractéristique des patients atteints d'épilepsie.
  • Tous les types d'états émotionnels décrits ci-dessus peuvent se produire chez une personne en parfaite santé dans la vie quotidienne: le facteur principal est le nombre de manifestations, l'intensité et l'influence sur la poursuite de l'activité.

    Groupe 4 - symptômes de troubles de la mémoire

    Le quatrième groupe contient des symptômes de problèmes de mémoire. Celles-ci incluent la réduction de la fonction de la mémoire ou sa perte totale, l'incapacité de se souvenir, de conserver et de reproduire les événements ou les informations prises séparément.

    Ils sont divisés en paramnésie (déception de la mémoire) et amnésie (perte de mémoire).

    Groupe 5 - signes de violation de l'activité volontaire

    Les troubles volitionnels comprennent des types de troubles tels que l'hypobulie (exprimée par l'affaiblissement de l'activité volitive), l'abulia (manque d'activité) et la parabulie (déformation des actes volitifs).

    1. L'hypobulie se caractérise par une diminution de l'intensité et du nombre d'actions induisant l'activité. Peut manifester une oppression d'instincts individuels, par exemple, de nourriture, sexuelle ou défensive, ce qui conduit à l'anorexie, à une diminution de la libido et au manque de protection de la menace, respectivement. Habituellement observé avec névrose, états dépressifs. Des conditions plus stables surviennent dans certains cas de lésions cérébrales, ainsi que de schizophrénie et de démence.
    2. Le symptôme opposé est l'hyperbulie, qui se traduit par une augmentation douloureuse de l'activité volitive. Un tel désir malsain d'activité apparaît dans le cas de la psychose maniaco-dépressive, de la démence et de certains types de psychopathies.
  • Groupe 6 - signes de trouble de l'attention

    Le sixième groupe de symptômes comprend des signes de distraction, de distractibilité, d'épuisement et de raideur.

    1. Absence d'esprit Dans cet état, une personne n'est pas capable de se concentrer sur un type d'activité.
    2. Épuisement. Une telle perturbation de l'attention conduit à un affaiblissement de la concentration sur un processus particulier. En conséquence, il devient impossible d'effectuer un travail de manière productive.
    3. Distractibilité. Une telle manifestation entraîne des changements d'activité fréquents et déraisonnables et, par conséquent, une perte de productivité.
    4. Raideur Il devient difficile pour une personne de déplacer l'attention d'un objet à un autre.
  • Les pathologies décrites se produisent presque toujours dans les cas de maladie mentale.

    Réaction du public

    La plupart des gens ont tendance à éviter tout contact avec des personnes souffrant de troubles mentaux. La plupart du temps, ce sont des stéréotypes.

    Dans le même temps, il existe de nombreuses options pour les déviations qui créent des problèmes pour le patient, mais pas pour les personnes qui l’entourent. Seules quelques pathologies conduisent à un comportement asocial et à la violation des lois. Dans ce cas, une personne est considérée comme folle et est soumise à un traitement obligatoire.

    Les vieux stéréotypes cultivent des complexes chez les personnes qui n'autorisent pas les psychothérapeutes en visite, comme il est de coutume dans la culture occidentale. Personne ne peut être assuré contre les troubles mentaux, vous ne devez donc pas ignorer les spécialistes qui peuvent vous aider à surmonter le problème psychologique.

    Avec des soins médicaux appropriés en temps voulu, il est possible d'éviter les effets graves et parfois irréversibles de la maladie mentale sur une personne.

    Un documentaire sur le sujet: «Troubles mentaux et mentaux. Génie ou maladie.

    Causes des troubles mentaux

    Considérez ce qui cause les troubles mentaux. Chaque personne au cours de la vie souffre également de chagrin d'amour et de problèmes divers. La question de savoir pourquoi l’un à la fois un gobelet «se lève», alors que l’autre est forcé de lutter contre tous les troubles mentaux qui se développent toute sa vie, fait l’objet de nombreuses études et spéculations. Les experts supposent qu'il existe deux grandes catégories de facteurs de causalité. L'une concerne les caractéristiques du corps humain, y compris le cerveau; l'autre est le développement mental individuel de chacun dans le contexte de sa famille, de sa culture et de son expérience de la vie. Ces aspects somatopsychiques des fonctions vitales de l'homme ne sont plus considérés comme isolés et de nature différente.

    Les processus mentaux, y compris l'humeur, la cognition et le comportement, dépendent de l'organisme qui peut fonctionner. Par conséquent, tous ou de nombreux troubles mentaux ont apparemment une base biologique, telle que, par exemple, un excès ou une carence en soi-disant neurotransmetteurs. Des différences subtiles dans la chimie du cerveau, dont beaucoup sont héréditaires, peuvent rendre certaines personnes plus susceptibles à des troubles tels que la dépression, l’alcoolisme ou la schizophrénie.

    D'autre part, les processus mentaux peuvent avoir un effet grave sur tout le corps. Par exemple, ils sont capables d'utiliser des neurotransmetteurs, qui stimulent la communication dans le cerveau et le système nerveux, afin de modifier les fonctions du système immunitaire. Par exemple, de nombreuses personnes sous l'influence d'un stress à action prolongée et apparemment irrésistible sont particulièrement susceptibles aux maladies somatiques.

    Malgré le fait que presque tout le monde souffre de troubles mentaux, il y a des changements dans le métabolisme du cerveau, la psychiatrie fait la distinction entre les troubles mentaux et sans aucun doute de causes organiques. On parle de troubles d'origine organique lorsqu'une maladie ou une blessure endommage directement le tissu cérébral et influence ainsi les changements de pensée, de sentiment ou de comportement. Ces maladies comprennent, par exemple, les accidents cérébrovasculaires, la maladie d’Alzheimer ou d’autres types de démences associées à la destruction de la substance cérébrale et rendant le malade excité, confus, oublieux, fermé. Les autres causes organiques des symptômes mentaux sont les désordres hormonaux (par exemple, les maladies de la thyroïde), la surdose de drogues ou de médicaments et une forte fièvre - ils peuvent au moins provoquer des fonctions cérébrales temporaires. S'il est possible d'établir les causes physiques directes de troubles mentaux, elles sont classées comme organiquement déterminées.

    Causes des troubles mentaux. Comme l'interaction de l'âme et du corps, et la vie elle-même crée les conditions préalables aux troubles mentaux. Ainsi, certains membres de la famille dont il existe des cas de troubles dépressifs peuvent ne pas éprouver de difficultés sérieuses avant que leur prédisposition biologique ne prenne une tournure à cause de la lourde charge de travail (due par exemple à un divorce). On sait que la privation grave (c’est-à-dire l’absence presque complète de facteurs somatiques et autres facteurs favorables) au cours de la petite enfance et de la petite enfance, bien que très rarement, peut entraîner une déficience intellectuelle, qui est principalement neurologique. Malgré le fait que beaucoup de personnes atteintes de fardeau génétique aient reçu une bonne éducation dans leur famille et ont été entourées de soins, toujours à la fin de leur jeunesse, elles tombent malades de la schizophrénie. La prédisposition à la maladie chez d’autres patients est activée par de lourdes charges et les circonstances de la vie. Et bien que beaucoup de gens aient une prédisposition génétiquement déterminée à la dépendance à l'alcool, ils ne tomberont jamais malades à l'alcool tant qu'ils n'ont pas essayé l'alcool.

    En conclusion, une brève explication des circonstances et des facteurs supposés être qu’ils-mêmes ou en combinaison avec d’autres facteurs de risque provoquent des troubles mentaux.

    Transmission des signaux nerveux et du métabolisme dans le cerveau La science moderne comprend de mieux en mieux les mécanismes de fonctionnement du cerveau. De nombreux scientifiques se sont concentrés sur la question de savoir comment le cerveau transmet les signaux nerveux. Ils ont identifié de nombreuses substances naturelles, appelées neurotransmetteurs, qui transmettent des messages d'une cellule à une autre. L'excès ou la carence de certaines de ces substances est associé à la dépression, à la schizophrénie et aux tendances au suicide et au meurtre. En outre, de nouvelles méthodes de recherche en laboratoire et techniques ont montré que certaines personnes atteintes de troubles mentaux subissent un certain changement dans le métabolisme du cerveau.

    Dans le cerveau des personnes souffrant de troubles mentaux graves, on trouve parfois des signes qui le distinguent du cerveau de la plupart des gens. Certes, il n’a pas encore été possible d’établir une relation claire entre ces changements structurels et certaines anomalies mentales. On sait également que les cellules cérébrales de certaines personnes ayant une déficience intellectuelle ont moins de liens les unes avec les autres que ne le voient les autres. Comme déjà mentionné, certaines maladies somatiques graves, telles que les tumeurs ou les accidents cérébrovasculaires, peuvent affecter la structure et les capacités fonctionnelles du cerveau et provoquer des symptômes similaires à ceux de troubles mentaux.

    Médicaments et autres substances De nombreuses substances psychotropes, telles que l'alcool, la nicotine, certains médicaments vendus sur ordonnance ou en vente libre, peuvent altérer le fonctionnement du cerveau et affecter les processus mentaux. Ainsi, la caféine et la nicotine agissent de manière excitante. L'alcool a des effets extrêmement prononcés à la fois sur le comportement et sur la personnalité, à court et à long terme. La consommation de cocaïne peut entraîner des épisodes psychotiques. L'empoisonnement au plomb chez les enfants peut réduire le développement mental et l'apprentissage. De nombreux médicaments sur ordonnance, y compris des médicaments hypotenseurs, peuvent contribuer au développement de la dépression.

    Comment les cellules du cerveau transmettent des informations

    Même le plus petit fragment du cerveau - un fragment qui pourrait tenir dans une cuillère à thé - est plus complexe que l'ordinateur le plus sophistiqué en cours de création. Le cerveau contient en moyenne 10 milliards de neurones, ou ganglions (c'est-à-dire des cellules nerveuses avec tous les processus). Chaque neurone a des dizaines de queues, appelées dendrites, qui reçoivent des messages d'autres neurones. Chaque neurone a également un long processus (axone ou neurite), qui s'étend aux autres neurones et se divise en un nombre infini de terminaisons qui transmettent des signaux. Selon les calculs disponibles, le cerveau a plus de 1 LLC LLC LLC (un quadrillion) de connexions entre cellules.

    Les voies de communication les plus importantes dans le cerveau sont celles qui se trouvent sur la voie entre les processus axonaux d'une cellule et les dendrites d'une autre. Entre eux, il y a la plus petite distance - la soi-disant fente synaptique ou synapse, qui sépare légèrement les cellules les unes des autres. Les messages transmis d'une cellule à une autre passent par l'axone, y compris sous la forme d'un signal électrique. Il induit l'extrémité de l'axone à libérer des molécules de substances chimiques, appelées neurotransmetteurs. En moins de 1/10 000 fractions de seconde, les neurotransmetteurs atteignent les neurorécepteurs d'une dendrite proche, qui convertit à nouveau le message reçu en un signal électrique.

    Il existe de nombreux neurotransmetteurs, dont beaucoup n'ont pas encore été étudiés. On suppose que chacun d’entre eux est spécialisé dans un type de signal spécifique. Certains neurotransmetteurs semblent être responsables d'émotions telles que la tristesse, la colère ou la joie. D'autres sont responsables des pensées ou des impressions perçues par les sens; ils transmettent des signaux qui se forment lorsque nous percevons des couleurs, entendons le son d'une cloche ou sentons une brûlure provoquée par une allumette.

    Certains axones sont capables de libérer diverses substances, mais en fonction du signal électrique reçu, ils ne reproduisent qu’une seule, définitive. D'autres ne peuvent émettre qu'un petit nombre d'émetteurs différents, puis en quantités limitées. À leur tour, les dendrites perçoivent (acceptent) un nombre différent de substances et en quantités limitées. Parfois, les neurotransmetteurs sont suspendus dans la fente synaptique jusqu'à ce que la cellule qui les sécrète les absorbe, soit qu'ils soient détruits par des enzymes, ou reçus par le neurone vers lequel ils ont été dirigés.

    Ces dernières années, de nombreuses études ont été entreprises sur la définition la plus précise des rôles joués par les neurotransmetteurs et les récepteurs individuels, ainsi que sur leurs actions spécifiques dans les cas où ces matériaux de construction chimiques persistent dans la fente synaptique. Si certaines substances restent dans la fente synaptique, elles peuvent alors bloquer la transmission d'autres impulsions importantes. Si d'autres neurotransmetteurs sont résorbés trop rapidement, le signal qu'ils ont essayé de transmettre sera transmis de manière erronée, comme lors de la conversation téléphonique, chaque seconde mot est bloqué par une interférence statique. De nombreux médicaments modernes utilisés dans les troubles mentaux ont un impact direct sur la composition en constante évolution des neurotransmetteurs. Certains affectent les neurotransmetteurs responsables du maintien de la concentration persistante. D'autres inhibent l'activité des enzymes qui détruisent normalement certains neurotransmetteurs. Certains «bouchent» les récepteurs avec des substances inactives, de sorte que les cellules du cerveau ne peuvent pas recevoir les messages qui leur sont envoyés, ce qui peut être nocif pour la santé mentale ou les émotions.

    La prédisposition aux troubles mentaux peut être héritée. Parmi les syndromes dans lesquels les chercheurs supposent la présence d’une composante génétique prononcée figurent diverses formes de troubles affectifs associés aux peurs, à la schizophrénie et à certaines formes de dépendance à l’alcool. Il n’existe pas de certitude absolue que l’action des gènes entraînera la transmission du désordre à la progéniture, mais elle augmente la probabilité de leur apparition. En règle générale, de nombreuses influences mentales et externes interagissent avec une prédisposition héréditaire à certains troubles.

    Ainsi, par exemple, les psychanalystes partent du fait que des événements, des sentiments, des fantasmes, des attentes et d'autres souvenirs qui habitent notre subconscient peuvent provoquer des conflits, lesquels à leur tour peuvent révéler des symptômes douloureux. Les formes psychodynamiques de thérapie issues de la psychanalyse tentent de découvrir et de résoudre les conflits ayant provoqué les symptômes d'un trouble mental. Des cliniciens et des chercheurs de diverses directions théoriques ont étudié l’importance des expériences vécues dans la petite enfance et ont découvert que les comportements qui s’étaient formés au cours de la petite enfance au cours du processus de communication avec les parents, les frères et les sœurs se répètent constamment lors de relations ultérieures à l’âge adulte.

    Un cerveau typique contient 10 milliards de neurones. Le neurone est constitué du noyau cellulaire, des dendrites et de l'axone. Les dendrites et les axones sont séparés les uns des autres par une distance infime - les synapses. Les axones libèrent des substances chimiques qui transmettent des impulsions, des neurotransmetteurs acceptant les dendrites.

    Les experts en psychologie et en psychothérapie cognitives et théoriques du comportement suggèrent que les fonctions comportementales sont consolidées par un certain nombre d’influences positives et négatives, c’est-à-dire que les récompenses et les punitions qui apparaissent tout au long de la vie sont assimilées et formées. Suivant ces conclusions, les troubles mentaux peuvent être considérés comme le résultat final d’un certain nombre de «mauvaises habitudes», qui peuvent être surmontées au cours du traitement par le recyclage. Ces habitudes sont parfois très complexes, telles que la nature de la réponse émotionnelle individuelle à certaines situations ou le train de pensées typique d'une personne confrontée à la nécessité de résoudre une tâche intellectuelle spécifique.

    L’orientation relativement nouvelle de la thérapie cognitive repose sur l’hypothèse que les pensées d’une personne sont capables de provoquer des sentiments et des schémas de comportement faussement dirigés; Les psychothérapeutes travaillent avec les patients pour apprendre à reconnaître et à traiter ces schémas de pensée.

    Classification des troubles mentaux

    Troubles mentaux - il s'agit d'une affection caractérisée par des modifications de la psyché et du comportement humains. Dans ce cas, le comportement ne peut pas être caractérisé comme normal.

    Le terme «troubles mentaux» a différentes interprétations en médecine, en psychologie, en psychiatrie et en droit. Le fait est que maladie mentale et maladie mentale ne sont pas des concepts identiques. Le désordre caractérise le désordre de la psyché humaine. Les troubles mentaux ne peuvent pas toujours être définis comme une maladie. Pour ces cas, le terme "trouble mental" est utilisé.

    Facteurs et causes des troubles mentaux

    Les troubles mentaux sont causés par des modifications de la structure ou du fonctionnement du cerveau, pouvant survenir pour plusieurs raisons:

    1. Facteurs exogènes et causes. Ceux-ci incluent des facteurs externes pouvant affecter le corps humain: poisons industriels, drogues, alcool, radiations, virus, traumatismes cranio-cérébraux et psychologiques, maladies vasculaires.
    2. Facteurs et causes endogènes. Ce sont des facteurs internes qui affectent le niveau héréditaire chromosomique. Ceux-ci comprennent: les mutations géniques, les maladies héréditaires, les anomalies chromosomiques.

    Malgré la séparation claire de l'étiologie des troubles mentaux, les causes de la plupart d'entre elles n'ont pas encore été identifiées. Il est totalement incompréhensible que le facteur particulier parmi les groupes sélectionnés cause l'un ou l'autre des troubles. Mais il est clair que presque tout le monde a un penchant pour les troubles mentaux.

    Les principaux facteurs de troubles mentaux comprennent les facteurs biologiques, psychologiques et environnementaux.

    Les troubles mentaux peuvent accompagner un certain nombre de maladies somatiques, telles que le diabète sucré, les maladies vasculaires du cerveau, les maladies infectieuses, les accidents vasculaires cérébraux. Les troubles peuvent causer l’alcoolisme et la toxicomanie.

    Tout le monde connaît des phénomènes tels que la dépression d’automne, qui peut «assommer» une personne. Inutile de dire que le stress, l’anxiété et une profonde détresse émotionnelle peuvent également causer un certain nombre de troubles mentaux.

    Classification des troubles mentaux

    Pour faciliter l'analyse des troubles mentaux, ils sont regroupés par base étiologique et tableau clinique.

    • Un groupe de désordres provoqués par des désordres organiques du cerveau: les conséquences d'un traumatisme crânien, d'un AVC Ce groupe se caractérise par la défaite des fonctions cognitives: la mémoire, la pensée, l'apprentissage avec l'apparition des délires, des hallucinations, des changements d'humeur.
    • Changements mentaux persistants causés par la consommation de substances psychoactives: alcool, drogues.
    • Troubles schizotypiques et divers types de schizophrénie caractérisés par des changements de personnalité. Ce groupe de troubles se manifeste par un changement radical de la nature de la personne, des actions illogiques d’une personne, un changement des loisirs et des intérêts, une nette diminution de l’efficacité. Parfois, une personne perd sa santé mentale et comprend parfaitement ce qui se passe autour de lui.
    • Le groupe des troubles affectifs, qui se caractérise par un brusque changement d'humeur. L'exemple le plus célèbre de ce groupe est le trouble biopolaire. Ce groupe comprend la manie, la dépression.
    • Un groupe de névroses et de phobies combine attaques de panique, paranoïa, stress, phobies et déviations somatisées. Les phobies peuvent causer une grande variété de sujets. Avec certains d'entre eux, les gens s'en sortent avec succès ou apprennent à les éviter, d'autres provoquent des attaques de panique et ne se prêtent pas à la correction.
    • Syndromes comportementaux causés par des troubles physiologiques: ingestion de nourriture (excès alimentaire, anorexie), troubles du sommeil (hypersomnie, insomnie, etc.), dysfonctions sexuelles (frigidité, troubles de la libido, etc.).
    • Troubles du comportement et de la personnalité à l'âge adulte. Ce groupe de troubles comprend un certain nombre de violations de l'identité sexuelle et de préférences sexuelles, telles que le transsexualisme, le fétichisme, le sadomasochisme, etc. Cela inclut également des troubles spécifiques en réponse à certaines situations. Selon les symptômes, ils se divisent en troubles schizoïdes, paranoïaques, dissociaux.
    • Retard mental. Il s'agit d'un groupe important d'affections congénitales caractérisées par une déficience intellectuelle et (ou) un retard mental. Ces troubles sont caractérisés par des troubles intellectuels: élocution, mémoire, pensée, adaptation. Le retard mental peut être grave, modéré ou léger. Elle peut être causée par des facteurs génétiques, des pathologies du développement intra-utérin, des traumatismes à la naissance, des facteurs psychogènes. Ces conditions se manifestent très tôt.
    • Troubles du développement mental. Ce groupe comprend les troubles de la parole, le retard dans l'acquisition des capacités d'apprentissage, les troubles de la motricité, y compris la motricité fine, les troubles de l'attention.
    • Troubles hyperkinétiques. Ce groupe de troubles du comportement se manifestant dans l'enfance. Les enfants sont vilains, hyperactifs, désinhibés, agressifs, etc.

    Cette classification décrit les principaux troubles mentaux, en les regroupant par causalité.

    Troubles mentaux: mythes et réalité

    Les troubles mentaux envahis par un certain nombre de mythes. Le mythe principal concerne l'incurabilité des troubles mentaux. La plupart des gens ont tendance à penser que la psyché ayant subi un changement (trouble) est incapable de se rétablir.

    En fait, c'est loin d'être le cas. Un traitement médical bien choisi peut non seulement éliminer les symptômes de la maladie, mais aussi restaurer le psychisme humain. Dans ce cas, une intervention psychothérapeutique et une thérapie comportementale peuvent soigner le trouble avec un degré d'efficacité élevé.

    Le système d’information moderne est enclin à attribuer les déviations d’un comportement normal adéquat à des troubles mentaux. Les changements d'humeur et les réactions inadéquates au stress ou aux troubles de l'adaptation ne sont que de tels exemples et ne doivent pas être considérés comme des troubles.

    Cependant, ces manifestations peuvent être des symptômes de troubles mentaux dont l’essence ne se trouve pas dans des manifestations externes, mais dans des mécanismes plus profonds. Les symptômes des troubles mentaux sont très divers.

    Le plus commun:

    • sensopathie: susceptibilité nerveuse et tactile altérée;
    • hyperesthésie: aggravation des irritants;
    • Hépesthésie: sensibilité diminuée;
    • la sénesthopathie: sensation de compression, de brûlure, etc.;
    • hallucinations: visuelles, auditives, tactiles;
    • pseudo-hallucinations (quand l'objet est senti à l'intérieur);
    • distorsion de la perception de la réalité du monde;
    • perturbations des processus de la pensée: incohérence, inhibition, etc.
    • un non-sens;
    • obsessions et phénomènes;
    • les peurs (phobies);
    • troubles de la conscience: confusion, déréalisation;
    • troubles de la mémoire: amnésie, dimnésie, etc.
    • obsessions: mots intrusifs mélodie, partition, etc.
    • actions obsessionnelles: essuyer des choses, se laver les mains, vérifier les portes, etc.

    Les troubles mentaux font encore l’objet de recherches scientifiques dans le domaine de la psychiatrie et de la psychologie. Les causes des troubles sont déterminées mais non absolues. La plupart des troubles surviennent lors de l’interaction de plusieurs facteurs: externes et internes.

    Les mêmes facteurs peuvent provoquer un trouble mental grave chez une personne et une expérience chez une autre. La raison en est la stabilité de la psyché et la susceptibilité de l'homme.

    Il est très important de distinguer les troubles mentaux du surmenage ou de la dépression nerveuse. Aux premiers signes de désordre, vous devriez demander l'aide d'un spécialiste, sans remplacer le traitement par des sédatifs qui n'apporteront aucune efficacité.

    Traitement des troubles mentaux se produit dans l'utilisation complexe de drogues, thérapie comportementale et correction pédagogique dans certains types. De la part de parents et d’amis, il faut respecter scrupuleusement toutes les instructions du médecin et faire preuve de patience à l’égard des personnes en mauvaise santé.

    L'efficacité du traitement dépend non seulement des méthodes choisies, mais également de la création d'un climat psychologique favorable pour le patient.

    Causes des troubles mentaux

    Les troubles mentaux ne sont pas aussi rares que le pensent parfois les personnes éloignées de la psychologie, de la psychothérapie et de la psychiatrie. Des représentants de l'Organisation mondiale de la santé affirment que de la quatrième à la cinquième personne dans le monde souffrent d'un trouble mental ou comportemental.

    Mais en même temps, on ne peut pas dire que 20 à 25% des habitants de la terre sont des «malades mentaux». Le concept de "trouble mental" est plus large que celui de "maladie mentale".

    La maladie mentale est le contraire de la santé mentale, une condition dans laquelle une personne ne peut pas s'adapter à l'évolution des conditions de vie et résoudre des problèmes réels. Les troubles mentaux se traduisent par une altération de la mémoire, de l'intelligence, de la sphère émotionnelle ou du comportement. Changer la perception d'eux-mêmes et du monde.

    Causes des troubles mentaux

    Les causes des troubles mentaux sont divisées en:

    Dans un cas (avec des lésions organiques du cerveau dues à des problèmes de vaisseaux, à une intoxication ou à une lésion cérébrale traumatique), la raison est claire. Dans un autre cas (trouble bipolaire ou schizophrénie), malgré de nombreuses études, il est impossible d’établir une raison non équivoque, scientifiques et médecins évoquant une combinaison de facteurs (une maladie multifactorielle).

    Les facteurs endogènes comprennent:

    1. Prédisposition génétique.
    2. Troubles du développement intra-utérin, troubles du développement à un âge précoce.
    3. Troubles immunologiques et troubles métaboliques.
    4. Maladies somatiques affectant l'état du cerveau en raison d'un apport sanguin insuffisant (encéphalopathie dyscirculatoire dans les affections du coeur et de l'hypertension artérielle), l'auto-intoxication (insuffisance hépatique et rénale sévère) ou les troubles hormonaux (hypothyroïdie, hyperthyroïdie).

    Les causes des troubles mentaux sont souvent combinées: une personne est stressée, son corps est affaibli par une infection ou une surcharge, il y a déjà eu une blessure, un membre de la famille souffre d'un trouble (antécédents familiaux surchargés). L'importance de chacun de ces facteurs doit être évaluée par un thérapeute expérimenté.

    1. Intoxication (alcoolisme, toxicomanie, toxicomanie, dommages toxiques causés par des substances nocives au travail ou dans la vie quotidienne).
    2. Traumatisme cérébral.
    3. Processus infectieux (encéphalite, méningite).
    4. Exposition aux radiations.
    5. Stress émotionnel aigu ou chronique.

    Les médecins considèrent les troubles mentaux et du comportement comme des maladies multifactorielles. Même si la cause principale d'un problème mental est une circonstance clairement définie (par exemple, une hérédité défavorable), la condition humaine dépend toujours de nombreux facteurs:

    • caractéristiques personnelles;
    • traditions parentales;
    • conditions de vie;
    • environnement social;
    • relations avec le conjoint et les enfants;
    • environnement de travail;
    • quel est l'état de santé d'une personne, quelles sont ses maladies chroniques, combien de fois a-t-il un rhume, at-il souffert de blessures à la tête.

    Avec le diagnostic précoce et le traitement de spécialistes expérimentés - psychiatres, psychothérapeutes, parfois neurologues, les troubles mentaux répondent bien au traitement. Les médecins utilisent des médicaments modernes et des méthodes non médicamenteuses - psychothérapie (individuelle, groupe), BOS-thérapie.

    Causes de la maladie mentale

    La maladie mentale est un trouble du cerveau, dans lequel les réactions mentales ne correspondent pas à la réalité environnante, elles le reflètent incorrectement et cela affecte le comportement d'une personne.

    Causes de la maladie mentale

    L'émergence d'une maladie mentale est provoquée par l'action de facteurs externes (exogènes) et internes (endogènes). Leur rôle dans le développement d'une maladie mentale spécifique peut être différent. Divers de ces facteurs et dans la nature.

    Facteurs externes pour le développement de la maladie mentale

    Parmi les facteurs étiologiques externes (causaux), il convient de distinguer les facteurs somatogènes (corporels) et psychogènes. Les facteurs somatogènes diffèrent dans une grande variété: ils incluent:

    1. diverses maladies des organes internes;
    2. les infections;
    3. intoxication;
    4. les tumeurs;
    5. lésion cérébrale traumatique.

    Les facteurs psychogènes sont des expériences mentales graves. Conflits au sein de la famille, avec des amis, au travail - il s’agit de causes psychologiques de maladies. De plus, les maladies peuvent provoquer divers types de catastrophes naturelles, par exemple un tremblement de terre, un ouragan, une tempête, etc.

    Facteurs internes au développement de la maladie mentale

    Aux facteurs internes (endogènes) en premier lieu, sont caractéristiques constitutionnelles héréditaires.

    On sait que dans les familles où il y a eu des cas de maladie mentale, l'hérédité pathologique se manifeste beaucoup plus souvent que chez les personnes en bonne santé mentale. Cela concerne principalement des maladies telles que la schizophrénie, la psychose maniaco-dépressive, l'épilepsie.

    Parfois, au cours de l'interrogatoire, il s'est avéré que les parents du patient ou les représentants des générations précédentes de cette famille ne souffraient pas d'une maladie mentale prononcée, mais ils ont relevé certains aspects de l'activité mentale, considérés par d'autres comme des étrangetés et représentés sous une forme non complètement développée (rudimentaire) de certains signes de la maladie..

    Il n’en résulte pas du tout que la prédisposition héréditaire soit quelque chose de fatal et que les descendants de familles où vivaient des malades mentaux soient également condamnés à la maladie. Les relations héréditaires sont très complexes. La coïncidence de l'hérédité pathologique sur le modèle des deux parents et l'influence de facteurs environnementaux pouvant contribuer à la manifestation de traits génétiquement déterminés jouent un grand rôle dans le développement de la maladie mentale.

    Les particularités constitutionnelles d'une personne sont étroitement liées à l'hérédité. La constitution d'une personne est déterminée par la totalité de ses caractéristiques biologiques innées, qui comprennent la structure du corps et des organes internes, leur taille, un certain nombre de caractéristiques fonctionnelles de l'organisme, son tempérament, le type d'activité nerveuse supérieure. Certaines caractéristiques constitutionnelles (structure du corps) sont relativement plus stables, changent peu pendant la vie, d'autres (tempérament) sont davantage influencées par l'environnement extérieur. Dans la plupart des cas, il existe une certaine correspondance entre le type de constitution somatique et certaines caractéristiques de la psyché.

    Le tempérament est l'un des aspects les plus importants de la personnalité, sa caractéristique dynamique, basée sur le type de réponse d'un individu à l'environnement et sur certains aspects de sa sphère émotionnelle. Depuis l'époque d'Hippocrate, il existe quatre types de tempérament:

    Pour la vivacité, la mobilité, l’émotion, la sensibilité et l’impressionnabilité caractéristiques. Leurs réactions à l'environnement diffèrent par leur vitesse, assez prononcée. Les Sanguines sont résolus, gais.

    Flegmatique - calme, avec des réactions mentales quelque peu lentes, lente, imperturbable. Leurs réactions sont plus stables que celles des sanguines, bien qu’elles soient légèrement plus lentes.

    Cholériques - déséquilibrés, sujets à des réactions violentes, ils se caractérisent par une grande activité, des réactions impulsives impulsives, l'impatience.

    Mélancolique généralement triste, dominé par une humeur dépressive et pessimiste. Mélancolique est caractérisé par la fatigue, ils ne sont pas persistants dans la réalisation de leurs objectifs, ne défendent pas leurs vues et leurs intentions.

    Les principaux types de tempérament humain ont été expliqués dans le cadre d'études sur l'activité nerveuse supérieure menées par I. P. Pavlov. Ainsi, une personne sanguine se caractérise par un type d'activité nerveuse élevée fort, équilibré et mobile, une personne flegmatique est forte, équilibrée mais inerte, une personne colérique est forte mais déséquilibrée, avec l'avantage d'un processus irritant, une forme mélancolique est faible.

    Les facteurs internes qui jouent un rôle dans le développement de la maladie mentale incluent sexe et âge.

    Un certain nombre de maladies mentales se développent principalement chez les personnes du même sexe, par exemple, la maladie d'Alzheimer ou la démence sénile sont observées principalement chez les femmes.

    Certaines maladies mentales, telles que l'alcoolisme, sont différentes chez les hommes et les femmes. La spécificité de l'alcoolisme féminin est due à la fois à des facteurs externes et aux caractéristiques biologiques du corps de la femme. Un certain nombre de maladies mentales ne s'observent que pendant l'enfance ou, au contraire, chez les personnes âgées.

    Manifestation de la maladie mentale

    Le tableau clinique de la maladie mentale est déterminé par ses symptômes, qui peuvent être combinés en syndromes.

    Les symptômes distincts ont une valeur diagnostique significativement inférieure aux syndromes, qui reflètent dans leur évolution les caractéristiques des facteurs pathogènes responsables de la pathogenèse.

    Selon les facteurs étiologiques, il existe trois principaux groupes de maladies mentales.

    Psychose exogène causée par les effets indésirables de facteurs externes.

    Dans les cas où la cause de la maladie est due aux effets physiques et biologiques sur le corps, on parle de psychose somatogène. Les psychoses, causes psychologiques des maladies, sont appelées psychogènes, réactives.

    Le deuxième groupe comprend psychose endogène, en raison de facteurs pathologiques internes (héréditaires, constitutionnels, etc.).

    Le troisième groupe comprend les maladies causées par une déficience mentale - oligophrénie et psychopathie. Avec l’oligophrénie, il ya un retard dans le développement intellectuel, alors que la psychopathie est due au développement de la personnalité.

    À l'heure actuelle, il n'existe pas de classification unique des maladies mentales acceptée dans tous les pays du monde. La Classification internationale des maladies (CIM-10), mise au point par l'Organisation mondiale de la santé (OMS), a été créée principalement pour unifier les statistiques sur les maladies mentales et repose sur le principe des symptômes.

    Types de maladie mentale

    Type procédural - se caractérise par un développement progressif, une évolution progressive (progressive) et la formation d'un défaut mental, qui est compris comme une diminution persistante de l'intelligence, un appauvrissement des émotions, ce qui complique grandement l'adaptation du patient à la vie en société. La schizophrénie est un exemple typique du développement procédural de la maladie. Il peut exister différents types de flux procédural, par exemple, progressif ou permanent, c’est-à-dire qui survient à des périodes où les symptômes disparaissent (rémission).

    La présence de phases psychotiques, séparées par des périodes de santé pratique (intervalles clairs), est caractéristique du type de flux circulaire. On l'observe dans la psychose maniaco-dépressive, également appelée circulaire. Dans le même temps, les phases psychotiques sont maniaques et dépressives et sont séparées par des intervalles de lumière de durée différente.

    L'évolution de la maladie mentale selon le type de réaction diffère par la dépendance directe de l'apparition aiguë de symptômes psychotiques de la présence de sa cause externe. Dans le même temps, la formation d'une réaction psychotique est influencée par des facteurs tels que l'état du corps du patient, ses caractéristiques personnelles, son âge et son âge. etc.

    La maladie mentale peut également survenir lors d'un épisode. Le plus souvent, il s'agit d'un état psychotique aigu (trouble de la conscience, crise convulsive) qui se produit lorsqu'il existe des facteurs exogènes prononcés, par exemple à haute température, ou lorsqu'il est ivre au fond de l'asthénie.

    Le cours et le traitement de la maladie mentale

    Différents types d'évolution de la maladie et différentes manières de sortir de l'état psychotique, qui dépendent également du traitement, correspondent à différentes maladies mentales:

    Le rétablissement après une maladie mentale peut être considéré comme un rétablissement avec le rétablissement complet des propriétés et des capacités mentales du patient.

    Dans les cas où une partie seulement des symptômes psychopathologiques se développent, il est généralement productif (absurdité, hallucinations), mais il reste des symptômes négatifs de dommages intellectuels, mentaux et personnels (par exemple, épuisement des émotions chez les patients schizophrènes), ils parlent de rémission.

    Maladie mentale

    Les troubles mentaux comprennent un large éventail de maladies caractérisées par des changements psychiques qui affectent les habitudes, les performances, le comportement et la position dans la société. Dans la classification internationale des maladies, ces pathologies ont plusieurs significations. Le code ICD est 10 - F00 - F99.

    Un large éventail de facteurs prédisposants, allant des lésions cérébrales traumatiques et de l'hérédité accablée à la dépendance aux mauvaises habitudes et à l'intoxication par les toxines, peut être à l'origine de l'apparition d'une pathologie psychologique.

    Il existe de nombreuses manifestations cliniques de maladies associées au trouble de la personnalité. De plus, elles sont extrêmement diverses, ce qui permet de conclure qu’elles sont individuelles.

    L'établissement du diagnostic correct est un processus assez long qui, outre les mesures de diagnostic en laboratoire et instrumentales, comprend une étude de l'histoire de la vie, ainsi qu'une analyse de l'écriture et d'autres caractéristiques individuelles.

    Le traitement d'un trouble mental peut être effectué de plusieurs manières: du travail avec le patient aux cliniciens compétents, en passant par l'application de prescriptions de médicaments traditionnels.

    Étiologie

    Le trouble de la personnalité signifie une maladie de l’âme et un état d’activité mentale différent de celui de la santé. L’inverse de cet état est la santé mentale inhérente aux personnes qui peuvent s’adapter rapidement aux changements de la vie quotidienne, résoudre divers problèmes de la vie quotidienne ou atteindre leurs buts et objectifs. Lorsque ces capacités sont limitées ou complètement perdues, on peut penser qu’une personne présente une pathologie psychique particulière.

    Les maladies de ce groupe sont causées par une grande variété et une multiplicité de facteurs étiologiques. Cependant, il convient de noter que tous sont prédéterminés par la perturbation du fonctionnement du cerveau.

    Les causes pathologiques, contre lesquelles des troubles psychiatriques peuvent se développer, devraient inclure:

    • l'évolution de diverses maladies infectieuses pouvant soit affecter négativement le cerveau, soit apparaître sur le fond d'une intoxication;
    • des dommages à d'autres systèmes, tels que l'apparition d'un diabète sucré ou d'un accident vasculaire cérébral antérieur, peuvent provoquer le développement d'une psychose et d'autres troubles mentaux. Ils conduisent souvent à l'apparition d'une maladie chez les personnes âgées;
    • lésion cérébrale traumatique;
    • oncologie cérébrale;
    • malformations et anomalies congénitales.

    Parmi les facteurs étiologiques externes à souligner:

    • effets sur le corps des composés chimiques. Cela devrait inclure l’empoisonnement avec des substances toxiques ou des poisons, l’usage aveugle de drogues ou de composants alimentaires nocifs, ainsi que l’abus d’habitudes nocives;
    • l'effet prolongé de situations stressantes ou de surtensions nerveuses pouvant hanter une personne au travail et à la maison;
    • Une éducation inappropriée de l'enfant ou des conflits fréquents entre pairs entraînent l'apparition d'un trouble mental chez les adolescents ou les enfants.

    Par ailleurs, il convient de souligner l'hérédité accablée - les troubles mentaux, comme aucune autre pathologie, sont étroitement liés à la présence de déviations similaires chez leurs proches. Sachant cela, vous pouvez empêcher le développement d'une maladie particulière.

    De plus, les troubles mentaux chez les femmes peuvent être causés par le travail.

    Classification

    Il existe une division des troubles de la personnalité, qui regroupe toutes les maladies de même nature selon un facteur prédisposant et une manifestation clinique. Cela permet aux cliniciens d'établir un diagnostic plus rapidement et de prescrire le traitement le plus efficace.

    Ainsi, la classification des troubles mentaux comprend:

    • changement mental causé par la consommation d'alcool ou de drogues;
    • troubles mentaux organiques - causés par la perturbation du fonctionnement normal du cerveau;
    • pathologies affectives - la manifestation clinique principale est un changement d'humeur fréquent;
    • la schizophrénie et les maladies schizotypiques - de telles conditions présentent des symptômes spécifiques, qui incluent un changement radical de la nature de la personne et le manque d'action adéquate;
    • phobies et névroses. Les symptômes de tels troubles peuvent apparaître en relation avec le sujet, le phénomène ou la personne;
    • syndromes comportementaux associés à la violation de l'utilisation de la nourriture, du sommeil ou des relations sexuelles;
    • retard mental. Une telle violation concerne les troubles mentaux limites, car ils surviennent souvent dans le contexte d'anomalies fœtales, d'hérédité et d'accouchement;
    • violations du développement psychologique;
    • Les troubles de l'activité et de la concentration sont les troubles mentaux les plus caractéristiques chez les enfants et les adolescents. Il s'exprime dans la désobéissance et l'hyperactivité de l'enfant.

    Variétés de ces pathologies chez les adolescentes:

    • état dépressif prolongé;
    • boulimie et anorexie de nature nerveuse;
    • drancorexie.

    Les types de troubles mentaux chez les enfants sont présentés:

    Variétés de ces anomalies chez les personnes âgées:

    Les troubles mentaux liés à l'épilepsie sont les plus courants:

    • trouble de l'humeur épileptique;
    • troubles mentaux transitoires;
    • crises mentales.

    La consommation prolongée de boissons contenant de l'alcool entraîne l'apparition des troubles de la personnalité psychologique suivants:

    Une lésion cérébrale peut être un facteur de développement:

    • état crépusculaire;
    • le délire;
    • oniroïde

    La classification des troubles mentaux apparaissant sur le fond des affections somatiques comprend:

    • état semblable à une névrose asthénique;
    • Syndrome de Korsakovsky;
    • démence.

    Les néoplasmes malins peuvent causer:

    • hallucinations diverses;
    • troubles affectifs;
    • altération de la mémoire.

    Types de troubles de la personnalité formés en raison d'anomalies vasculaires du cerveau:

    • démence vasculaire;
    • psychose vasculaire cérébrale.

    Certains cliniciens pensent que le selfie est un trouble mental, ce qui se traduit par la tendance à prendre très souvent vos propres photos au téléphone et à les poster sur les réseaux sociaux. Il était composé de plusieurs degrés de gravité d'une telle violation:

    • épisodique - une personne est photographiée plus de trois fois par jour, mais ne diffuse pas les images obtenues au public;
    • modéré - diffère du précédent en ce qu'une personne place des photos dans des réseaux sociaux;
    • Chronique - les photos sont prises tout au long de la journée et le nombre de photos publiées sur Internet dépasse six.

    Symptomatologie

    L’apparition de signes cliniques de troubles mentaux est purement individuelle. Cependant, ils peuvent tous être divisés en violations de l’humeur, des capacités mentales et des réactions comportementales.

    Les manifestations les plus prononcées de telles violations sont:

    • changement d'humeur déraisonnable ou apparition de rire hystérique;
    • difficulté à se concentrer, même lors de l'exécution des tâches les plus simples;
    • conversations quand il n'y a personne
    • hallucinations auditives, visuelles ou combinées;
    • une diminution ou, au contraire, une augmentation de la sensibilité aux stimuli;
    • échecs ou manque de mémoire;
    • apprentissage difficile;
    • manque de compréhension des événements autour;
    • diminution de la capacité de travail et adaptation dans la société;
    • dépression et apathie;
    • sensation de douleur et d'inconfort dans diverses zones du corps, qui peuvent ne pas l'être en réalité;
    • apparition de croyances injustifiées;
    • un sentiment soudain de peur, etc.
    • alternance d'euphorie et de dysphorie;
    • accélération ou inhibition du processus de pensée.

    Ces manifestations sont caractéristiques des troubles psychologiques chez les enfants et les adultes. Cependant, il existe plusieurs symptômes les plus spécifiques, en fonction du sexe du patient.

    Les représentants du sexe faible peuvent être observés:

    • troubles du sommeil sous forme d'insomnie;
    • trop manger ou, au contraire, refuser de manger;
    • dépendance à l'abus d'alcool;
    • violation de la fonction sexuelle;
    • irritabilité;
    • maux de tête graves;
    • craintes et phobies déraisonnables.

    Chez les hommes, contrairement aux femmes, les troubles mentaux sont diagnostiqués plusieurs fois plus souvent. Les symptômes les plus courants d'une violation incluent:

    • apparence inexacte;
    • éviter l'hygiène;
    • isolement et sensibilité;
    • blâmer tout le monde sauf eux-mêmes pour leurs propres problèmes;
    • sautes d'humeur;
    • humiliation et insulte aux interlocuteurs.

    Diagnostics

    L'établissement du diagnostic correct est un processus plutôt long qui nécessite une approche intégrée. Tout d'abord, le clinicien devrait:

    • étudier l'histoire de la vie et l'histoire de la maladie, non seulement du patient, mais aussi de sa famille proche - afin de déterminer le trouble mental limite;
    • une enquête détaillée sur le patient, qui vise non seulement à clarifier les plaintes concernant la présence de certains symptômes, mais également à évaluer le comportement du patient.

    De plus, la capacité d'une personne à raconter ou à décrire sa maladie est d'une grande importance pour le diagnostic.

    Pour identifier les pathologies d'autres organes et systèmes, des tests de laboratoire sur le sang, l'urine, les selles et le liquide céphalo-rachidien sont présentés.

    Les méthodes instrumentales comprennent:

      TDM et IRM du crâne;

    Le diagnostic psychologique est nécessaire pour identifier la nature des changements dans les processus individuels de la psyché.

    En cas de décès, un examen diagnostique pathoanatomique est effectué. Cela est nécessaire pour confirmer le diagnostic, identifier les causes de la maladie et du décès d'une personne.

    Traitement

    La tactique de traitement des troubles mentaux sera faite individuellement pour chaque patient.

    La pharmacothérapie implique dans la plupart des cas l’utilisation de:

    • les sédatifs;
    • tranquillisants - pour soulager l'anxiété et l'anxiété;
    • neuroleptiques - supprimer les psychoses aiguës;
    • antidépresseurs - pour lutter contre la dépression;
    • stabilisateurs de l'humeur - pour stabiliser l'humeur;
    • nootropiques

    De plus, il est largement utilisé:

    • autotraining;
    • l'hypnose;
    • suggestion;
    • programmation neuro-linguistique.

    Toutes les procédures sont effectuées par un psychiatre. De bons résultats peuvent être obtenus avec l'aide de la médecine traditionnelle, mais seulement dans les cas où ils sont approuvés par le médecin traitant. La liste des substances les plus efficaces sont:

    • écorce de peuplier et racine de gentiane;
    • Bardane et centaurée;
    • mélisse et racine de valériane;
    • Le millepertuis et le kava-kava;
    • cardamome et ginseng;
    • menthe et sauge;
    • racine de girofle et de réglisse;
    • chérie

    Un tel traitement des troubles mentaux devrait faire partie d'une thérapie globale.

    Prévention

    La principale recommandation est le diagnostic précoce et la thérapie complexe initiée en temps utile des pathologies pouvant causer une maladie mentale.

    De plus, vous devez suivre quelques règles simples pour la prévention des troubles mentaux:

    • abandonner complètement les mauvaises habitudes;
    • prendre les médicaments uniquement selon les directives du clinicien et dans le strict respect du dosage;
    • dans la mesure du possible, évitez le stress et les surtensions nerveuses;
    • respecter toutes les règles de sécurité lors du travail avec des substances toxiques;
    • plusieurs fois par an pour subir un examen médical complet, en particulier pour les personnes dont les proches sont atteints de troubles mentaux.

    Ce n'est qu'avec la mise en œuvre de toutes les recommandations ci-dessus qu'un pronostic favorable peut être atteint.

    En Savoir Plus Sur La Schizophrénie