Phonophobia, akustikofobiya et ligirofobiya - les noms de phobies, manifestés par la peur des sons. Les termes "phonophobie" et "phobie acoustique" sont synonymes, seule phonophobie en grec signifie littéralement phobie du son, tandis que phobie acoustique en grec signifie phobie associée à l'audition. Ils peuvent se manifester par une peur des sons en général ou par des sons spécifiques. La peur de la voix humaine se distingue. Le troisième terme - ligi-phobie - est la peur des sons forts, ainsi que des dispositifs qui peuvent les produire. Par exemple, moteurs, machines-outils ou haut-parleurs. Bien que cela puisse paraître étrange, il existe assez souvent une peur particulière du réveil-matin qui, avec quelques modifications, peut également être attribuée à ce groupe de phobies.

Peur des bruits forts

L'intolérance du bruit fort et la crainte de son apparition possible (ligi-phobie) sont souvent associées à un état d'épuisement, à la neurasthénie, à la psychasthénie et au fameux TRI. Dans ces conditions, il y a une sensibilité accrue en général, et une sensibilité spéciale et une méfiance vis-à-vis de tout ce qui concerne la santé et le corps physique. En plus d'une fatigue accrue et d'une tendance à l'excitation provoquée par le moindre irritant, une stimulation excessive des sens provoque la douleur et la peur. C'est assez pour le développement d'une phobie. En outre, un son fort est associé inconsciemment à quelque chose de grand et de formidable. Même un appareil compact, tel qu'un compresseur ou un haut-parleur, peut sembler sensible à une personne sensible comme étant beaucoup plus grand que le réel et porteur d'un danger inconnu. Une personne avec une voix forte est souvent perçue comme un agresseur potentiel et peut provoquer une grande frayeur chez les personnes affaiblies et se sentant sans défense.

Peur des sons silencieux et spécifiques

Les phobies associées aux sons calmes ont des racines psychologiques plus profondes et plus complexes. Souvent, ces craintes indiquent un désordre plus grave, dans lequel, au minimum, des fantasmes douloureux sont liés. Un son silencieux peut être associé inconsciemment à une attente déplaisante, souvent liée à un personnage tiré par les cheveux. Par exemple, les cloches silencieuses sont associées au son d'une cloche éloignée, laissant présager des problèmes. Bien qu'il puisse y avoir des associations et des plus simples. Si un adolescent, restant seul à la maison, aimait faire quelque chose de répréhensible du point de vue des adultes, il risquerait avec le temps de prendre l'habitude d'écouter attentivement et de rechercher des signes d'approches d'adultes, comme des marches ou la rotation d'une clé. Par la suite, cela peut donner lieu à une phobie à part entière. Et, bien sûr, les psychoses militaires ne peuvent être négligées. Celui qui a eu au moins une fois une attaque au mortier écoutera le ciel pendant de nombreuses années, prêt à se précipiter au sol et à s’y glisser au maximum.

Peur des voix sonores

Ce trouble est plus fréquent chez les personnes ayant une enfance sévère. Les enfants sur lesquels leurs pairs ou leurs gardiens les humilient constamment cessent d'attendre quelque chose de bien des paroles humaines. Au contraire, le son de la voix de quelqu'un laisse présager une nouvelle humiliation ou des coups. Cela peut être particulièrement visible si l'interlocuteur a une voix forte. Un discours fort peut parfois conduire à un état de confusion et de prostration. Cela se produit plus souvent chez les femmes, chez lesquelles les pères ou les frères aînés ont crié dans leur enfance, ou chez les maris dans leur jeune âge. Cela inclut également la peur de votre propre voix. Les enfants voyous sont généralement habitués à rester dans l'ombre et à rester silencieux, afin de ne pas causer par inadvertance l'intérêt dangereux d'autrui à leur propre personne. En grandissant, non seulement ces enfants n’ont pas les compétences suffisantes en communication, mais ils ont aussi tendance à être effrayés par le son de leur propre voix. Parfois, une peur irrationnelle du besoin de communiquer peut entraîner des troubles de la parole bizarres. Avec de telles violations, une personne peut parfaitement parler à elle-même, mais s'adresser à quelqu'un «oublie» les mots. Plus précisément, ils peuvent être dit dans leur tête, mais pas à haute voix. Avec de telles violations sont généralement gênés de consulter un médecin, et tous les médecins ne seront pas en mesure de comprendre les subtilités de ce qui se passe, se limitant au conseil "ne laissez pas tomber" et aux pilules apaisantes. La première et la seconde n'ont aucune signification, c'est clair.

Son d'alarme peur

Cette peur est seule. Il est étroitement associé à plusieurs expériences et croyances. Premièrement, les personnes sensibles sont effrayées par le signal d'alarme puissant lui-même. Ils font très attention à la mélodie qui les réveille le matin. En règle générale, ils essaient de trouver ou même de créer leur propre fichier sonore, en commençant par un gémissement à peine audible et rare, en augmentant prudemment le volume et en se transformant finalement en une mélodie forte - juste au cas où, pour ne pas dormir trop longtemps. Mais tout n'est pas si simple. Le réveil est généralement réglé avant le jour ouvrable, ce qui signifie que demain, il n'y aura pas que des restrictions de sommeil, mais aussi, peut-être, une charge importante et responsable. Devant elle, juste pour dormir, mais malheureusement, plus on a besoin de dormir, plus c'est difficile. Attendre le signal d’alarme peut se transformer en un cauchemar obsessionnel qui ne vous laisse pas du tout vous endormir. La situation est encore compliquée par les éléments d'auto-responsabilité pour le fait que «tout est comme les gens et que je suis seul. "Bien, alors dans le texte. L'expérience cachée de la perte de contrôle dans un rêve est un facteur important. Si vous ne vous laissez pas emporter par quelque chose qui absorbe fortement l’attention, alors en réalité, en règle générale, nous ne manquerons jamais le bon moment auquel nous nous attendons. Des personnes angoissées s’imposent inconsciemment dans un rêve. Ce qui est naturellement impossible. Par conséquent, le son d'un réveil est pour eux une sorte de découverte du fait qu'une perte de contrôle vient de se produire, ce qui est toujours douloureux pour un trouble anxieux.

Traitement de la peur des sons forts

La phonophobie est la peur malsaine des bruits extérieurs instantanés ou prolongés, qui provoque des accès douloureux.

Phonophobia - peur des sons forts

Peur du bruit extérieur

Il est inhérent à l'homme d'avoir peur des sons forts, de frémir et de regarder en arrière vers le bruit. C'est une réaction défensive à l'impact d'un stimulus externe bruyant et brusque. Le réflexe est produit dès la naissance: un nouveau-né réagit au bruit extérieur en écartant les jambes et les bras dans différentes directions. La peur du bruit est normale, sauf si elle se transforme en une phobie incontrôlable.

On l'appelle aussi ligirophobie et phobie acoustique. Parfois, ces termes sont utilisés comme synonymes, bien qu'il existe des incohérences. Si vous traduisez littéralement la phonophobie - la peur des sons forts. La phobie acoustique est une peur coordonnée par l'oreille. Ligirophobie - la peur des bruits extérieurs et des dispositifs qui les produisent.

L'homme réagit aux bruits forts de la naissance

Facteurs de développement

Le cri, le discours de plus en plus aigu, la musique bruyante dans le bâtiment, le travail de la télévision, suscitent l'inquiétude et la recherche d'un espace plus paisible pour une personne souffrant de phonophobie. Pour de telles personnes, parler à voix haute est un irritant qui instille un sentiment d’insécurité et de malaise. La peur des bruits forts chez une personne provoque un éclair de panique.

Ligirophobe ressent une tension nerveuse à proximité d'appareils reproduisant le bruit et les sons durs. Il peut s'agir de haut-parleurs, d'une horloge avec alarme, d'une alarme. Le patient peut regarder le ballon se gonfler de peur de craindre qu'il ne se déchire.

Une variante difficile de la phobie acoustique est la peur d’un son de voix, qui se développe dans le contexte d’une enfance difficile (insultes et moqueries, affirmations peu flatteuses dans son sens). La peur des bruits forts chez un enfant peut être affectée par le fait que les parents parlent à voix haute. Le son de la voix d'un tel enfant semble être la prochaine dose d'insulte et de coercition. La peur d'une voix personnelle peut se former. Dans ce cas, l'enfant apprend à se cacher et à ne pas parler pour ne pas encourir d'acte hostile. Il est difficile pour un adulte de communiquer avec les gens, car des pathologies typiques de la parole leur sont inhérentes (ils ne peuvent pas prononcer des constructions construites dans leurs pensées).

Signes de phobie

Les personnes souffrant de phobie doivent limiter leur présence dans les lieux publics. La peur des sons très forts gâte toute l’existence d’une personne. Ils essaient d'être moins dans la rue. Visites de magasins, visites d’animations, établissements de restauration sont irréels. Au travail, il arrive aussi de rejeter des spécialités qui sont accompagnées de bruits ou de sons durs variés. La circulation des véhicules signifie également attirer l'inconfort. Parfois, la maladie oblige le phonophobe à se fermer du monde extérieur chez lui.

La peur des bruits forts, comme la plupart des troubles agités, présente des symptômes typiques et progresse en raison de l'épuisement et de l'affaiblissement du système nerveux humain. Une tension nerveuse prolongée, une émotion accrue, la suspicion, contribuent aux phobies de bruits forts et de bruits extérieurs. Les causes et les symptômes du caractère mental seront discutés ci-dessous.

  1. Désir de s'échapper. Le patient s'efforce de se tenir à l'écart de la situation, accompagné de bruit, en essayant de couper le volume des appareils avant de les utiliser.
  2. Sentiment de pudeur et d'humiliation. Pendant l'éclatement de la peur, toutes les émotions sont incontrôlables, je veux me cacher du bruit.
  3. Mauvaises habitudes La peur constante des sons chez l'homme contribue à la formation d'un état dépressif, à un affaiblissement mental et conduit parfois à une dépendance à l'alcool et à la drogue.

Signes de nature physiologique dus à une excitation involontaire du système nerveux au stimulus (bruit fort et étranger):

  • fréquence cardiaque rapide;
  • essoufflement;
  • contractions spasmodiques;
  • sentiment de dégoût et de réflexe nauséeux;
  • transpiration;
  • nausée, évanouissement.

Après élimination du bruit, l'état interne d'une personne est normalisé. La gêne sous forme de son diminue et les causes physiologiques du problème s'estompent. Le phonophobe essaie de quitter la pièce menaçante de peur de voir se produire à nouveau un son fort.

La honte accompagne souvent la phonophobie

Traitement de la peur d'un son fort

Le traitement de la peur des sons forts avec des médicaments est recommandé après avoir consulté un médecin qui déterminera et prescrira un cycle de traitement spécifique.

  1. Des tranquillisants qui aident au calme lorsque vous vous sentez mal à l'aise (Hydroxysin, Midazolam, Buspiron et Fenazépam).
  2. Les antidépresseurs qui affectent la fonction mentale (bupropion, duloxétine, venlafaxine et milnacipran).
  3. Préparations à effet sédatif, médicaments à base de plantes médicinales qui réduisent le stress émotionnel (teinture d’amère ou de valériane).

L'antidépresseur de venlafaxine est parfois prescrit pour les phobies.

Traitement d'un point de vue psychologique

La thérapie psychologique est également appliquée dans le traitement de la peur des sons forts.

  1. Effet hypnotique. La plupart des gens se méfient de l'hypnose en s'appuyant sur des critiques négatives. Si vous utilisez les services d'un spécialiste expérimenté, vous pourrez vous débarrasser rapidement de la peur du bruit.
  2. Traitement sonore. Dans ce cas, applique la méthode de l'action inverse. Des mélodies calmes alternent avec nettes et élevées.

La phonophobie n’est pas une maladie critique, mais il ne faut pas la laisser partir toute seule, car la tension nerveuse a un effet négatif sur l’état psychologique. Dans ce cas, il est impératif de vous défendre contre la peur des bruits forts.

Comment surmonter la peur des sons forts, ou ligiofobiyu?

Les gens ont tendance à ressentir un sentiment de peur au niveau des réflexes. La protection inconditionnelle du corps est incluse dans la forme de la réaction de peur aux sons durs. C’est une réaction rationnelle tout à fait naturelle pour toute personne. Cependant, si la peur irrationnelle des sons est incontrôlable, il s’agit d’une phonophobie. Lorsque la peur des sons forts est inhérente à une personne, on parle de ligi-phobie. En général, ces concepts sont similaires.

Symptômes de la phonophobie

Les phonophobes se retrouvent dans un état alarmant après des conversations à voix élevées. Les gens habitués à parler assez fort sont considérés comme des agresseurs potentiels. La présence d'interlocuteurs aussi "bruyants" engendre un fort inconfort pour les victimes, un sentiment d'insécurité pouvant entraîner une hystérie inattendue.

La particularité de la peur du bruit réside dans la peur non seulement des sons eux-mêmes. Les alarmes inactives, les alarmes, le matériel de musique ou les haut-parleurs font également peur à Ligorofobov. Les victimes de cette maladie sont très méfiantes et tendues à la seule pensée que le dispositif est sur le point de rapporter de l'argent. L’apparition d’un ballon gonflable peut provoquer une chaîne de réactions sous forme de manifestations psychologiques ou végétatives, même si elle n’éclate pas.

Écouter de la musique peut provoquer des crises de panique entre les enregistrements. Ces quelques secondes de silence suivies par l'inclusion soudaine de musique sont pénibles pour ceux qui souffrent de la peur de la musique.

Le degré des symptômes varie en fonction de la gravité et de la phase de la peur des sons durs. L’influence principale à cet égard est l’affaiblissement du système nerveux. La forme légère est assez portable. Une manifestation trop vive d'une phobie des sons forts peut conduire à la surdité ou à la folie. Par conséquent, les phonophobes tentent de se retirer de la source d'inconfort. Si cela n’est pas possible, couvrez-vous les oreilles avec les mains, une peur progressive et incontrôlable se transforme en panique. La crise s'accompagne de battements cardiaques rapides, de vertiges et de migraines, d'un manque d'oxygène, de tremblements dans les mains, de transpiration ou de nausées.

Il y a des cas où, en raison de la peur d'un son puissant, une personne est isolée du monde extérieur. Le phonophobe devient très sélectif dans une carrière, préférant les spécialités "silencieuses".

Causes des phobies des sons forts

Les tentatives pour cacher leur état aux autres ne font qu'accroître la manifestation des symptômes. Lorsque le stimulus est éliminé, l'état interne se normalise et les manifestations de peur des sons forts d'une personne disparaissent. Les causes de ce trouble peuvent être causées par une frayeur infantile ou un incident dans un événement bruyant et encombré aux conséquences graves.

À un âge précoce, on pouvait se souvenir d'événements tragiques accompagnés du son de sirènes ou de la musique du concert malheureux. À l'avenir, un traumatisme psychologique non produit se rappellera lorsqu'un entourage sonore similaire est répété.

Le stress chronique, la dystonie végétative-vasculaire, les diagnostics neurasthéniques peuvent également devenir des agents de la phonophobie.

En plus de la composante psychologique, la rage - une maladie virale dangereuse - peut faire craindre les bruits forts.

Le développement de cette pathologie contribue à la suspicion, à une émotivité excessive, à un état prolongé de tension nerveuse. Se faufiler à la suite d'une dépression, d'un manque de force morale et même de sombrer dans l'alcoolisme ou la toxicomanie est le revers de la phonophobie. Par conséquent, la question de guérir ou de tout laisser partir d'elle-même ne mérite même pas la réflexion.

Traitement de la ligyrophobie

Avant toute nomination, le spécialiste procédera à un examen préliminaire. La tactique de traitement est déterminée individuellement, chaque cas ayant ses propres caractéristiques et nature d'origine.

Lutte indépendante avec la peur

Dans une forme légère, la peur des sons forts peut être surmontée par vos propres moyens. La sensibilisation et la motivation intrinsèque aideront à résoudre le problème. Procurez-vous un ensemble d'exercices de relaxation et de respiration, pratiquez régulièrement des méditations contre la peur et les attaques de panique:

Votre tâche est de maîtriser la peur. Pour votre tranquillité d'esprit, vous pouvez consulter périodiquement un psychologue pour observer la dynamique.

Les cas plus complexes ne sont sujets à une rémission stable qu'avec la participation d'un spécialiste. Un psychologue ou un psychothérapeute déterminera la tactique et la séquence de la thérapie.

Traitement de la toxicomanie

La prise en charge de la peur des bruits forts est axée sur le choix d’un spécialiste des tranquillisants et des antidépresseurs. Pour réduire le niveau d'anxiété, on prescrit de l'hydroxyzine, de la buspirone ou du phénazépam. Dans la série des antidépresseurs, on utilise la duloxétine, le milnacipran et le bupropion. Veuillez noter que le nom du médicament est donné à titre de référence. L'automédication ne produira pas le résultat souhaité.

Leur application sera systémique. En outre, un sédatif unique est recommandé. Une teinture de valériane ou d’agripaume aidera avant le contact notoirement connu avec la source d’une attaque irritante. Par exemple, un endroit bruyant ou une situation qui ressemble à un facteur traumatique.

Cette partie de la thérapie est davantage axée sur les manifestations directes de la maladie. Réduire les symptômes et minimiser le nombre de flambées de crise amélioreront l’état de la personne. Mais l'impact sur la source du problème n'est pas moins important.

Psychothérapie

La psychocorrection vise uniquement à renforcer la psyché instable. L'élimination de la cause elle-même donne un pronostic favorable quant à la disparition future de la phobie.

L'hypnose et la programmation neurolinguistique ont un effet positif sur la réduction des attitudes négatives inconscientes. Les psychologues considèrent qu'une telle solution au problème «de l'intérieur» est la plus efficace. De plus, vous pouvez obtenir les conseils d’un spécialiste expérimenté sans quitter votre domicile. Baturin Nikita Valerievich, psychologue-hypnologue, affronte des gens de Skype du monde entier.

Après avoir surmonté la peur d'être pendant les sessions sous le contrôle et l'influence complets d'une autre personne, vous avez une chance de vous débarrasser définitivement de la peur des sons forts. Il est important de choisir un spécialiste expérimenté dont la compétence ne fait pas de doute. Le facteur humain est un autre critère de sélection important. Une réunion préliminaire vous montrera si vous pouvez faire confiance à cet expert. Une ouverture totale sera la clé du succès du traitement.

Les psychologues utilisent dans leurs pratiques les méthodes suivantes:

  • Technique comportementale cognitive. Il est important que les phonophobes apprennent à réagir de manière adéquate aux situations qui les effraient. Les techniques de thérapie cognitivo-comportementale y parviennent avec succès.
  • La thérapie sonore est basée sur la technique de rétroaction. L'alternance de mélodies douces avec des sons durs et une tonalité accrue donne un effet positif lorsque vous travaillez sur la peur du bruit.

La peur des bruits forts aggrave la qualité de la vie en raison des possibilités limitées de participer pleinement aux relations sociales. Les dépressions prolongées dues à cette matière apparemment triviale peuvent causer un certain nombre d'autres maladies graves. La psychosomatique est une chose insidieuse: un état psychologique négatif à long terme fera de vous un client régulier des médecins.

Vous trouverez ici de nombreuses vidéos utiles sur la gestion des peurs.

Phonophobie - peur des sons forts et du bruit

La ligirophobie est une peur des sons forts, dont l'impact sur une personne peut provoquer une attaque de panique. Le fait que les gens aient peur des sons durs et forts est la norme, même un réflexe inconditionnel. Mais la pathologie peut être appelée un état où une personne ne peut pas contrôler sa peur dans son attitude.

Il existe d'autres noms pour ce problème - phonophobie, phobie acoustique. Ce sont pratiquement des synonymes, sachant que c’est précisément la ligi-phobie qui implique la crainte des sons forts, les deux autres termes désignant même les plus courants.

Les principaux facteurs étiologiques

Une personne qui a une maladie similaire, avec l’apparence d’une musique forte ou la présence de personnes qui parlent fort, commence à se sentir anxieuse. Il cherche involontairement un endroit sûr. Pour les personnes qui, par nature, ont une voix forte ou sonore, il se sent sans défense ou très mal à l’aise, jusqu’au développement de l’hystérie. Assez souvent, une attaque de panique peut se développer, surtout si les bruits forts sont soudains.

Parfois, les patients atteints de Ligofobie ressentent une gêne et une tension prononcées lorsqu'ils se trouvent à proximité d'appareils pouvant émettre un son puissant. Ceux-ci incluent des haut-parleurs, un réveil, une voiture. Les patients ne peuvent pas tolérer lorsqu'ils gonflent des ballons à côté d'eux. Après tout, la panique peut commencer même lorsque la balle n’éclate pas.

Parmi les principales raisons du développement de cette affection, il convient de noter:

  • Lésion cérébrale traumatique;
  • La migraine;
  • Épisodes fréquents de céphalée de genèse inexpliquée;
  • Symptômes de sevrage

La maladie s'accompagne d'un mal de tête insupportable et nécessite une isolation phonique du patient.

Tableau clinique

Lorsque la peur du bruit devrait le moins possible visiter les lieux publics. Avec une forme grave de la maladie, la qualité de la vie est considérablement réduite, ce qui se manifeste par le refus total de rester dans les centres commerciaux, les cafés, les concerts, le cinéma ou le théâtre. Certaines personnes doivent même changer de profession. Très souvent, de tels patients ne quittent pratiquement pas la maison, car ils peuvent seulement contrôler leur environnement.

Il y a un certain nombre de signes de cette pathologie. Généralement, un tremplin de son développement est la présence de stress chronique ou de méfiance excessive. Lorsqu'une personne a peur des sons forts ou du bruit, les symptômes suivants se développent:

  • Les gens essaient de se limiter dans un certain espace et d'essayer d'éteindre tous les instruments capables de produire des sons, à la maison comme au travail.
  • Sentiment de peur prononcée. Les formes particulièrement sévères sont caractérisées par le fait que le patient a très peur pour sa vie. La panique peut augmenter si le patient a peur que les autres remarquent son état et commencent à le taquiner.
  • Le résultat final de la maladie est la dépression, l'épuisement nerveux. Parfois, tout type de dépendance peut se développer, comme l’alcoolisme, le jeu. Dans les cas graves, les patients ont recours à des médicaments.

Le corps humain réagit au facteur irritant par le travail de réflexes inconditionnés. Sous l'influence de l'excitation du système nerveux et des effets de l'adrénaline, de telles manifestations peuvent survenir:

  • Tachycardie, tachypnée;
  • États convulsifs;
  • Nausée jusqu'à vomissements;
  • Transpiration accrue;
  • Évanouissement

Un symptôme très caractéristique de la pathologie est que le rétablissement de l’état du patient a lieu immédiatement après l’élimination du bruit. Le patient récupère assez rapidement, la clinique d'attaque de panique disparaît. Si la peur de la répétition de sons forts persiste, la personne tente de quitter ce lieu dangereux, à son avis, situé.

Les médecins distinguent la phonophobie paradoxale - une condition dans laquelle il y a une peur des sons faibles. Ils accompagnent généralement des troubles mentaux graves avec des idées délirantes. Ces peurs sont souvent très farfelues, mais elles sont étroitement liées à des souvenirs, des moments effrayants. Par exemple, dans la psychose d'après-guerre, les gens écoutent attentivement le silence afin de reconnaître les sons qui peuvent laisser présager ou être associés à des actions militaires.

Une des manifestations de la pathologie est la peur des sons des voix. Habituellement, cela concerne les personnes ayant eu une enfance difficile. Cela est dû aux faits d'intimidation, à diverses humiliations, ainsi qu'au fait qu'à cet âge, un seul négatif a été entendu. C'est une phobie très persistante. Les querelles de parents proches peuvent également l'affecter. La voix de quelqu'un peut provoquer un tableau associatif humiliant.

La peur de votre propre voix est particulièrement grave. Ces enfants sont généralement très silencieux, ils se cachent, pour ne pas provoquer d'attaque de peur. Les patients adultes atteints de ce type de pathologie communiquent mal avec les autres. Ils peuvent difficilement prononcer des phrases complètes à cause de l'excitation, ils peuvent oublier les mots, les confondre. En même temps, mentalement, leur discours est tout à fait adéquat.

Comment traiter

Comment se débarrasser de la forme légère, peut inciter un psychologue ordinaire. Son traitement ne nécessite pas l'utilisation de drogues. Il vous suffit de comprendre votre problème et de vouloir l’éradiquer. Des techniques telles que l'auto-entraînement, la relaxation sont appliquées, les exercices de respiration aident très bien.

En plus des psychologues, l'aide d'un psychiatre ou d'un psychothérapeute peut être nécessaire pour éliminer la pathologie modérée et grave. Ils organisent des séances de thérapie spéciales au cours desquelles ils combinent diverses techniques. De ce fait, une longue rémission peut être obtenue.

Les drogues sont sélectionnées exclusivement par des experts, car elles appartiennent au groupe des drogues puissantes. La préférence est donnée aux tranquillisants, aux antidépresseurs. Avant de visiter des endroits bruyants, les médecins recommandent parfois à leurs patients de prendre des sédatifs non calmants. Les médicaments sont annulés très progressivement afin de prévenir les symptômes de sevrage.

Les effets psychothérapeutiques visent le facteur étiologique du problème. Des méthodes telles que l'hypnose ou la programmation neurolinguistique sont utilisées. Ils permettent non seulement de gérer la peur humaine, mais également de définir les paramètres appropriés. La plupart des patients refusent ce traitement en raison du risque d'être sous le contrôle d'une personne inconnue. Il existe une méthode de thérapie comportementale conservatrice. Cela aide à développer l'habileté d'une réponse adéquate à des stimuli effrayants.

Diagnostic, causes et traitement de la phonophobie

La phonophobie est une peur pathologique des sons, dont l'exposition à court ou à long terme peut provoquer des attaques de panique. Il est courant pour une personne d’être effrayée par des bruits forts, de commencer et de se tourner du côté du bruit. Cette réaction fait référence à des réflexes de protection inconditionnels. Il se forme dès les premiers jours de la vie, même un nouveau-né, effrayé, se bloque, écartant les bras et les jambes sur le côté, en réponse à un son puissant (le réflexe de Moro). La peur des sons est naturelle si elle ne se transforme pas en une peur irrationnelle et incontrôlable du moindre bruit, totalement inoffensif.

La phobie est également connue sous d'autres noms: ligirophobie et phobie acoustique. Habituellement, ces termes sont utilisés de manière interchangeable. Mais, si vous regardez, il y a de petites différences. La phonophobie en traduction signifie littéralement la peur du son. La phobie acoustique se traduit par une peur associée à l'audition. En fait, ils sont synonymes. La ligirophobie est la peur des sons forts et des appareils qui peuvent les produire.

Causes de l'apparition d'épisodes de peur du bruit

La conversation sur les tonalités élevées, le discours bruyant, la musique forte dans la pièce provoquent de l'anxiété chez le phobique et le poussent à chercher un endroit sûr. Le phonophobe perçoit une personne avec une voix forte comme un agresseur possible, ce qui provoque un sentiment d'impuissance devant elle. En sa présence, un fort sentiment d'inconfort se développe, qui se développe progressivement en hystérique.

Des sons soudains et inattendus déclenchent le plus souvent une attaque de panique. Par exemple, écouter un CD qui commence par une minute de silence, puis soudainement, la musique commence, peut déclencher une frayeur.

Ligi-phob connaît une tension alarmante à côté des appareils pouvant émettre des bruits forts. Par exemple, réveil, haut-parleurs d'ordinateur, alarme incendie, haut-parleur. Il est également insupportable pour le patient de regarder quelqu'un gonfler un certain nombre de balles. Des manifestations psychologiques et végétatives en réponse à une panique peuvent se développer, même si la balle n'éclate pas.

La phobie acoustique n'est pas toujours le résultat d'un trouble phobique de l'anxiété. Compte tenu de cela, avec le développement inattendu de la peur du bruit, il est nécessaire de diagnostiquer et de clarifier la cause de la maladie. Une réaction accrue à des sons inattendus peut apparaître chez les personnes atteintes de lésions cérébrales traumatiques, de lésions cérébrales infectieuses, de migraines, de céphalées de tension et, bien sûr, de la gueule de bois. Des sons aigus et forts provoquant l'aggravation d'autres symptômes de la maladie - mal de tête, convulsions, vomissements. Dans ce cas, il est nécessaire d’assurer au patient une isolation maximale du bruit extérieur.

Ne confondez pas la phonophobie avec l'hyperacousie (ouïe anormalement aiguë). L'hyperacousie rend la perception de tous les sons tranchante, provoquant des sensations douloureuses. Les sons relativement faibles sont perçus comme trop intenses. Causée par la paralysie d'un des muscles auditifs due à une lésion du nerf facial.

Symptômes symptômes

Les personnes qui souffrent de la peur du bruit doivent limiter leur séjour dans des lieux publics. Les formes sévères de phobies nuisent considérablement à la qualité de vie des patients. Ils ont peur de sortir. Visiter des centres commerciaux, des concerts, des restaurants devient impossible. Nous devons abandonner certaines professions dans lesquelles il existe un risque de présence constante de bruit ou de bruits durs périodiques. Les vols en avion et les voyages dans un flux dense de voitures en bourdonnement sont une souffrance insupportable. Parfois, une maladie oblige le phonophobe à s’isoler complètement à la maison. Restant dans l'appartement, il peut contrôler les sons environnants.

La phobie acoustique, comme tous les troubles anxieux-phobiques, présente un certain nombre de signes caractéristiques. Se développe habituellement sur le fond d'épuisement du système nerveux humain. Le stress chronique, l'irritabilité et la méfiance du caractère sont des terrains fertiles pour la formation de la peur du bruit et des sons forts.

  • Le principe de l'évitement. Le patient a tendance à ne pas tomber dans une situation où vous pouvez entendre un son fort. Il est à noter qu'une personne souffrant de cette phobie, avant de commencer à travailler avec une technique quelconque, a tendance à désactiver le son de ses haut-parleurs.
  • Pendant une attaque, une peur irrationnelle incontrôlable, un désir de se cacher d’un son puissant, un sentiment de catastrophe imminente, un sentiment de peur pour la santé et la vie, la peur de perdre la tête, apparaissent. Augmente la peur panique que d'autres remarquent une attaque, un sentiment de honte et d'humiliation à cause de cela.
  • À long terme, sans traitement, la peur des bruits forts entraîne le développement de la dépression, l'épuisement nerveux et, dans certains cas, le développement de dépendances (alcoolisme, toxicomanie).

Après exposition à un agent irritant (son dur, bruit intrusif), une certaine réaction corporelle se produit en raison de l'excitation automatique du système nerveux autonome et de la poussée d'adrénaline:

  • battement de coeur
  • essoufflement
  • convulsions
  • nausée, vomissements,
  • transpiration accrue
  • vertiges, perte de conscience possible.

Caractérisé par la restauration rapide du fond émotionnel normal, après la disparition du bruit. Le patient se calme, les symptômes physiologiques disparaissent. Seule la peur de la répétition du bruit et de l'attaque oblige le phonophobe à quitter l'endroit dangereux pour lui.

Il y a une manifestation paradoxale de la phonophobie - la peur des sons faibles. Il accompagne souvent des troubles mentaux plus profonds, parfois avec des idées délirantes. Un son calme provoque un stress émotionnel intense associé à l'attente d'une situation douloureuse pour une personne. Ce sont généralement des peurs farfelues, mais il existe une fixation pathologique après un événement effrayant. Par exemple, la psychose d'après-guerre incite les gens à écouter attentivement et à rechercher les sons associés aux bombardements.

La phobie acoustique grave est une peur du son d'une voix. Formé chez les personnes ayant une enfance difficile. L'humiliation et l'humiliation subies à un jeune âge, l'habitude de n'entendre que des mots négatifs dans votre discours, provoquent une peur persistante. Également affecté par de bruyantes querelles de parents en présence d'un enfant. Le son du discours de ces enfants est associé à un autre lot d'humiliation ou de violence. Souvent, dans de tels cas, une peur supplémentaire de leur propre voix se développe. L'enfant s'habitue à se cacher et à se taire afin de ne pas provoquer un autre acte d'agression dans sa direction. En tant qu'adultes, ces enfants ne peuvent pas communiquer avec leur entourage et ont souvent peur de leur propre voix. Ils ont des troubles de la parole caractéristiques: il leur est facile de construire une phrase mentalement, mais il est impossible de la prononcer, ils confondent ou oublient les mots.

Traitement de la phobie

Avec une forme légère de phonophobie, une personne est capable de faire face à elle-même. Cela nécessite seulement une prise de conscience de leurs problèmes et un grand désir de se débarrasser de la peur des bruits forts. L'auto-entraînement, les exercices de relaxation, les exercices de respiration vous permettent de contrôler vos sens et de vaincre la peur.

Les phobies modérées et graves nécessitent l’aide de psychologues et psychiatres compétents. Un traitement opportun basé sur une combinaison de diverses techniques psychothérapeutiques entraîne une rémission durable.

  • Traitement de la toxicomanie. Sous la supervision d'un psychothérapeute, les médicaments à effet calmant et antidépresseur sont sélectionnés individuellement. Dans les cas bénins, il est recommandé au patient de prendre un sédatif avant de se rendre dans un endroit bruyant. Le retrait des médicaments doit être effectué progressivement, également sous la surveillance d'un médecin, car le développement du syndrome de sevrage est possible.
  • Traitement psychothérapeutique. Envoyé directement à la cause de la maladie - une psyché instable. La phonophobie est traitée avec succès par des techniques de programmation hypnotique et neurolinguistique. Ces méthodes peuvent affecter les attitudes négatives inconscientes, bien qu'elles ne soient pas populaires chez les patients en raison de la peur d'être entièrement sous le contrôle d'une autre personne. La méthode de thérapie cognitivo-comportementale aide à développer les compétences du patient pour réagir de manière adéquate à la situation qui l'effraie.

Le traitement de cette phobie est obligatoire car il réduit considérablement la qualité de vie du patient et ne permet pas une pleine participation à la société.

Peur des bruits forts

Phonophobie - la peur des sons forts, cette phobie a d'autres noms - phobie acoustique et ligirophobie, qui sont synonymes. Ils désignent un peu la même chose. Phonophobie - la peur des sons au sens le plus large, la phobie acoustique - la peur de certains sons, tels que la voix humaine, y compris sa propre et la ligirophobie - la peur des sons forts, ainsi que des appareils qui les produisent (par exemple, des machines qui fonctionnent, des moteurs qui résonnent systèmes acoustiques, alarmes, alarmes).

La peur peut couvrir les phonophobes même au début d'un son ou même pendant l'attente, par exemple, pendant l'écoute d'un CD, lorsqu'il faut un certain temps pour commencer à jouer, puis que la piste commence à jouer brusquement.

Afin de ne pas ressentir à nouveau un fort inconfort, les phonophobes tentent d'éviter les lieux et les événements où ils sont encombrés et bruyants. Par exemple, ils ne visitent jamais:

  • activités sportives;
  • concerts de groupes musicaux;
  • grands centres commerciaux;
  • les parcs;
  • des bars,
  • d'autres endroits et endroits où les sources de sons forts abondent.

Les fonophobes ne peuvent pas voyager en transport, n'utilisent pas d'avion et refusent un travail rentable et prometteur s'il est associé à un bruit chronique. Ils ont également tendance à ne pas communiquer avec les voix fortes, les bébés qui peuvent crier soudainement et les animaux, principalement les chiens, car ils risquent de leur faire peur en aboyant.

Certaines personnes ayant une peur particulièrement développée des sons forts peuvent limiter au maximum leur contact avec le monde et quitter à peine la maison, leur permettant ainsi de contrôler tous les sons qui les entourent. Naturellement, ce n'est pas une solution au problème et il est impossible de vivre ainsi. Avec la phonophobie, comme avec les autres phobies, vous pouvez faire face à l'aide d'un traitement, dont la principale méthode aujourd'hui est la psychothérapie.

Causes de la phonophobie

Toute personne, même pas sujette à la phonophobie, peut être effrayée par des sons trop forts et trop aigus et, à ce moment, commencer et se tourner instinctivement vers sa source. Il s’agit d’une réaction tout à fait normale et la crainte suscitée par le moment passe très vite. Avec la phonophobie, la peur prend une forme pathologique, devient hypertrophiée et incontrôlable, accompagnée de symptômes psycho-végétatifs prononcés. Les phonophobes ont peur de tous les sons forts, même ceux qui sont potentiellement inoffensifs et ne peuvent causer aucun préjudice à une personne. Le son est pour eux le irritant le plus puissant, provoquant la peur et les sensations les plus désagréables.

Les raisons de ce phénomène (peur des sons forts) peuvent être les suivantes:

  • Forte peur qu'une personne a reçue dans son enfance. Tout son aigu peut effrayer un enfant et plus tard, il peut oublier cette affaire, mais l'impact négatif sur la psyché persistera, ce qui constituera le fondement du développement de la phonophobie.
  • Crier ou parler à voix haute, ce qui peut causer de la peur chez les enfants et les adultes.
  • La situation tragique à laquelle est témoin l'homme. Cela peut être un accident, accompagné d'un crash et d'un bruit de métal. La frayeur qu’une personne a subie à l’heure actuelle peut commencer à être fermement associée au son, ce qui provoque la phonophobie.
  • Hébergement près de l'aéroport, une autoroute très fréquentée, la gare. De tels endroits sont des sources de bruits forts et constants d’équipements de travail. Il n’est donc pas surprenant que les personnes qui vivent à côté d’eux aient souvent peur et deviennent des phonophobes.
  • Sons des appareils ménagers: réveil, aspirateur, hachoir à viande, sèche-cheveux et autres choses. Pour cette raison, les phonophobes essaient toujours de se passer de ces dispositifs, car ils ont une hostilité tout à fait compréhensible à leur égard et, partant, de la peur.
  • Les enregistrements audio de musique "lourde" et agressive, qui incluent également toute la puissance, peuvent également faire craindre les sons forts.
  • Les phénomènes naturels accompagnés de sons forts, tels que les orages, peuvent également provoquer une attaque de phonophobie.
  • Films d'horreur et catastrophes, dans lesquels des sons forts et souvent désagréables soulignent les moments les plus dramatiques. La plupart des gens les tolèrent relativement calmement, mais avec des personnes impressionnables et trop émotives, ils peuvent provoquer la peur du développement ultérieur de la phonophobie.
  • Une fatigue importante du système nerveux à la suite d'un stress chronique, ainsi que de maladies telles que la neurasthénie, la psychasthénie, le TRI peut entraîner une phonophobie.
  • Certains traits de caractère, tels que le manque d'équilibre, la méfiance, l'émotivité excessive, le pessimisme, une tendance à exagérer, sont également responsables du développement de la phonophobie.

La peur des sons forts se manifeste souvent chez les personnes ayant une oreille "sensible" et ayant une bonne audition. Ils ont l’impact des sons forts sur les organes de l’ouïe, causant ainsi au sens littéral de la douleur physique, qui devient la base de la phonophobie.

Symptômes de peur des sons forts

Les symptômes de la phonophobie peuvent se manifester sous différentes formes: de tolérables, si la maladie évolue dans une phase facile, à une force excessive, quand une personne qui entend des sons forts craint de devenir assourdissante ou de devenir folle. Ce sont ces sensations extrêmement désagréables qui font que les phonophobes partent le plus tôt possible, voire fuient la source de sons gênants.

Si vous évitez l'action de sons forts ne fonctionnait pas, alors les phonophobes enveloppent des peurs incontrôlées, qui grandissent rapidement, ce qui se met à paniquer. Ils essaient de se couvrir les oreilles avec les mains et quittent la scène aussitôt que possible.

Dans le même temps, ils éprouvent des symptômes physiques bien tangibles:

  • palpitations cardiaques;
  • vertiges ou maux de tête;
  • manque d'air;
  • poignée de main;
  • transpiration abondante;
  • nausée

Cette situation peut être exacerbée si les phonophobes craignent que leur entourage ne le voie et ne se sentent gênés par leur faiblesse soudaine. L'attaque de la phonophobie passe immédiatement, dès que le stimulus - un son fort - disparaît et que les manifestations de la peur disparaissent.

Traitement de la phobie

Le traitement de la phonophobie est effectué individuellement après l'examen du patient. Un programme typique de traitement de la phonophobie comprend des méthodes psychothérapeutiques et des médicaments. L'utilisation de médicaments est destinée à atténuer les symptômes, à réduire le nombre d'attaques et à améliorer l'état général du patient. Pour ce faire, utilisez des médicaments standard pour le traitement des troubles phobiques: antidépresseurs, tranquillisants, psycholeptiques.

Après cela, la peur des bruits forts continue à être traitée avec l'aide d'une influence psychothérapeutique. Dans ce cas, peut être appliqué:

  • programmation neuro-linguistique;
  • thérapie par le son;
  • thérapie cognitivo-comportementale;
  • l'hypnothérapie.

La méthode de traitement choisie dépend de la gravité de la peur et de la personnalité du patient lui-même. Si vous connaissez les manifestations de la phonophobie, mais souhaitez contrôler votre peur, vous pouvez contacter le centre de psychologie d'Erekle Pozharisky, qui vous aidera à vous débarrasser de ce trouble.

Acoustiphobia - peur des sons

Phobie acoustique (synonymes: phonophobie, ligirophobie) - peur des sons forts et durs.

Chaque jour, les gens sont entourés par d'innombrables bruits de fond, mais s'habituent peu à peu aux sons environnants et cessent de les remarquer.

Effrayant et surprenant après avoir frappé ou frappé inopinément - une réaction congénitale à un danger potentiel, mais des attaques de peur et de panique incontrôlables causées par des sons provenant de l'arrière-plan général peuvent indiquer qu'une personne souffre de phobie acoustique.

La phobie acoustique fait partie de ces phobies, dont les causes doivent être recherchées dans l’enfance profonde, mais des incidents graves accompagnés de sons forts peuvent contribuer au développement de la maladie chez une personne mature.

Causes des phobies

  1. Un son fort et inattendu qui effrayait une personne en bas âge. Si après un choc ou un coup subit, l’enfant a commencé à pleurer beaucoup et ne peut plus se calmer pendant longtemps, cela signifie que le bébé a subi un choc émotionnel intense. Un enfant peut ne pas être prêt à recevoir un son dur lorsqu'il allume un appareil ménager, un appel de réveil ou un signal téléphonique. Le manque de compréhension de la nature du stimulus sonore aggrave la peur du bébé.
  2. Un son fort précédait ou accompagnait l'événement tragique. Cela pourrait être une explosion d'acte terroriste, un choc contre une voiture, des cris, des explosions et des coups de feu dans une zone de guerre.
  3. Catastrophe naturelle ou phénomène naturel accompagné d'un fort bruit.
  4. Réception sonore utilisée dans les films d'horreur. Initialement, l'intrigue se déroule de manière à ce que la personne se fige et se trouve dans une forte tension émotionnelle, puis des actions effrayantes se produisent sur le fond d'un son fort et vif.
  5. Le stress chronique et la méfiance augmentent le risque de développer des phobies.

Manifestation de phobie acoustique

Facteurs provoquant une attaque de peur irrationnelle:

  • tout son inattendu (porte claquée, balle éclatée, appareil ménager allumé, bruit de pétard),
  • des jouets qui font des sons forts,
  • chansons interprétées d'une voix qui sonne
  • musique
  • bruits de transport aérien et terrestre (rugissement du moteur, signal sonore),
  • orage
  • les oiseaux croassants.

Une personne souffrant de phobie acoustique effraye souvent non seulement le son lui-même, mais aussi l’occasion de l’entendre soudainement. Les enfants et les chiens sont souvent la source de tension nerveuse chez le patient, car ils produisent des bruits inattendus et forts. Les personnes sujettes à ce trouble préfèrent ne pas assister aux événements festifs, concerts, cinémas et n'essayent pas de sortir.

La ville est la source la plus sérieuse de bruits forts, non soumis au contrôle humain.

Sur le plan acoustique, il faut être prudent avec tous les appareils d’amplification du son (haut-parleurs, microphone, klaxon). Vous remarquerez peut-être que lorsque vous allumez l'appareil en écoutant de la musique, une personne réduit tout d'abord le niveau sonore à zéro, puis augmente progressivement le volume de la musique jusqu'à obtenir un son confortable.

Une anxiété qui n’est pas attribuée à une explication logique peut survenir lorsqu’on parle au téléphone, dans une pièce à fort effet acoustique. Un son modéré mais durable peut également être source de tension et de peur. Ils forcent une personne à rechercher un lieu sûr pour des conversations sur des tonalités et des querelles accentuées.

Un tel comportement acoustique comme évitement est caractéristique des phobies acoustiques. La personne tente simplement de ne pas tomber dans des situations susceptibles de provoquer des attaques de peur irrationnelle. À cet égard, la qualité de vie est gravement altérée chez les personnes atteintes de phobie acoustique.

Parfois, une réaction à un son déplaisant peut être non seulement une peur, mais aussi une agression injustifiée. Dès que le bruit gênant disparaît, l'état émotionnel de la personne redevient normal.

En plus des symptômes caractéristiques de toute phobie, une crise à un fort stimulus sonore peut être une crise convulsive.

Phobies liées

Lorsque vous craignez les sons forts, les phobies suivantes peuvent se développer:

  1. Amaksofobiya - peur de conduire une voiture ou d'utiliser tout type de moyen de transport.
  2. Aérophobie - peur de voler dans un avion.
  3. Sidérodromophobie - peur des trains.
  4. Brontophobie - peur des orages.
  5. Globophobie - peur des ballons.

L'importance de faire un diagnostic précis:

Si une personne se plaint de la perception douloureuse de sons durs, d'anxiété et de peur, elle a besoin d'un examen approfondi et d'un diagnostic clair. Les problèmes de santé graves suivants peuvent provoquer une hypersensibilité à un stimulus sonore:
• blessures à la tête,
• infection du cerveau,
• migraine,
• dépendance à l'alcool.

Avec ces maux, les sons forts peuvent provoquer des maux de tête, des nausées, des vomissements et des convulsions.
Par exemple, l'hyperacousie est un symptôme de diverses maladies neurologiques. Cela représente également l'intolérance de divers bruits. Avec ce trouble de la santé, même les signaux sonores modérés semblent d'une intensité insupportablement intense pour une personne et provoquent une excitation du système nerveux, ainsi qu'une douleur.

L'hyperacousie est généralement associée à des pathologies de l'appareil auditif humain ou à des maladies et des lésions du cerveau. L'excitation du système nerveux s'accompagne de la libération d'adrénaline dans le sang. Par conséquent, comme dans le cas du trouble phobique, la peur réagit au son.
Pour éliminer l'hyperacousie, il est nécessaire d'identifier et de guérir la maladie sous-jacente.

Akustikofobiya - peur des bruits faibles

La phobie acoustique peut être comprise et la peur des sons faibles. Cependant, l'intolérance aux bips sonores mineurs n'est le plus souvent pas un trouble indépendant, mais un symptôme du trouble de stress post-traumatique.

Le fondement de la peur est l'attente d'une situation difficile et douloureuse fixée dans le subconscient. Un exemple frappant est le traumatisme psychique au combat («syndrome afghan» ou «syndrome vietnamien»). Ainsi, tout en écoutant les bruits environnants, le patient attend avec impatience des coups de feu.

Peur des voix sonores

La peur du son de la voix est une forme grave de phobie acoustique. La cause d'un trouble complexe doit être recherchée dans l'enfance d'une personne malade. La peur de la parole est le résultat d'insultes et d'humiliations constantes. Si une personne est habituée à n'entendre que des mots négatifs dans son discours, une crainte d'entendre un discours se forme progressivement. Une autre raison - les querelles fréquentes des parents.

Si un membre de la famille manifestait de l'agressivité envers le ménage et si l'enfant devait se cacher et rester silencieux pour ne pas se mettre en colère, le résultat pourrait alors être la peur de sa propre voix. Avec ce trouble, une personne est capable de construire sereinement une pensée dans sa tête, mais lorsqu'elle tente de l'exprimer, elle devient confuse ou oublie les mots.

Traitement Phytobe Acoustique

Acoustiphobia répond bien au traitement.
Méthodes thérapeutiques:

  • programmation neuro-linguistique
  • l'hypnothérapie,
  • autotraining,
  • exercices de relaxation
  • exercices de respiration
  • thérapie cognitivo-comportementale
  • musicothérapie.

Pendant la musicothérapie, le patient est invité à écouter une musique relaxante, qui devient progressivement plus dynamique et puissante, puis la mélodie reprend son son d'origine.

La durée du traitement de la phobie acoustique peut aller jusqu'à huit semaines.

Fort bruit - l'assistant de la personne en difficulté

La capacité d'écouter des sons forts et la capacité de les produire peuvent sauver des vies humaines. Il existe de nombreux cas où les gens ont réussi à cogner à propos de leur situation difficile et potentiellement fatale. Pour attirer l'attention, vous pouvez utiliser un signal de voiture, un sifflet, une arme à feu et tout autre dispositif ou objet pouvant émettre un son puissant.
et

Idéalement, une personne en difficulté peut reproduire un appel de détresse SOS international. Pour ce faire, vous devez d'abord émettre trois sons brefs à la suite, puis trois sons longs et répéter à nouveau trois bips sonores à la suite. Après 1 minute de silence, vous devez refaire la même chose. Les secouristes sont sûrs de reconnaître l'appel à l'aide d'un tel signal.

Peur des bruits forts

L'hypnose -
condition élevée
suggestibilité

Gennady Ivanov
Hypnothérapeute

Tout adulte peut avoir peur des sons trop forts et trop forts, tout en frissonnant et en se tournant vers sa source. Une telle réaction est programmée par la nature elle-même et constitue un mécanisme de défense inconditionnel contre les dangers.

La peur des bruits forts est tout à fait naturelle, jusqu'à ce que dans certaines circonstances, elle devienne une explication intraitable et un contrôle de la peur pathologique de même les sons qui ne représentent aucune menace. Cette condition s'appelle la phonophobie. Mais ce trouble est aussi appelé ligirophobie et phobie acoustique. En règle générale, ces noms sont utilisés comme synonymes, mais ils présentent en réalité des différences. En fait, avec la phonophobie, les gens ont peur de tous les sons durs et gênants en général, la ligirophobie - des sons très forts, ainsi que des instruments et des appareils qui les produisent, et parfois même de la phobie acoustique, ils ont peur de leur propre voix. Mais, dans tous les cas, pour les personnes souffrant de phobie, le stimulus est sain et ses effets peuvent être à la fois à court terme et à long terme.

Une personne atteinte de phobie acoustique peut éprouver de la crainte, se transformer en panique au moment où le son est créé ou même en attente, par exemple lorsque cela se produit lors de l’écoute d’un disque de musique, lorsque le début de l’enregistrement est précédé d’une minute de silence, puis la musique elle-même est soudainement reproduite.

Pour cette raison, les kiosques acoustiques évitent les endroits bruyants et encombrés:

  • des concerts;
  • événements sportifs;
  • centres commerciaux;
  • les bars;
  • les parcs;
  • rues animées.

Ils essaient de ne pas contacter les personnes qui ont une voix forte, les petits enfants et les animaux, par exemple les chiens, ce qui peut provoquer une nouvelle poussée de phobies, car ils ne veulent pas ressentir la gêne et les symptômes négatifs qui l'accompagnent. Les manifestations de la phonophobie peuvent être d'intensité variable, allant tout à fait de tolérabilité avec un degré de maladie faible, à prononcées, jusqu'à la peur de la surdité ou de la folie. Une gêne occasionnée amène les phobes acoustiques le plus tôt possible à quitter la scène et à en rechercher une autre où vous pouvez vous calmer et vous détendre.

Les ligi-phobes, en revanche, craignent non seulement les bruits forts, mais aussi les véhicules de service équipés de sirènes et de haut-parleurs, de véhicules à grande vitesse, de machines de production, de systèmes sonores, de réveils, d’alarmes, etc.

Causes et symptômes de la phonophobie

La phonophobie appartient à la classe des troubles anxieux-phobiques et entraîne presque toujours le développement d'une surcharge excessive du système nerveux à la suite d'une série de stress chroniques, ainsi que de maladies telles que la psychasthénie, la neurasthénie, le VVD. Le développement de la peur des bruits forts a un certain impact sur le caractère de la personne. Le plus souvent, cette maladie affecte des personnes déséquilibrées, méfiantes, émotionnellement instables, sujettes à exagérer, pessimistes et ayant une faible estime de soi.

La phonophobie provoque une gêne pour les personnes qui en souffrent, une souffrance mentale et physique grave, altère considérablement la qualité de la vie et l'appauvrit. Ils ont peur de sortir, de prendre leur propre moyen de transport ou les transports en commun, de prendre l'avion, de refuser de travailler avec un bruit constant ou des bruits durs. Dans les cas graves, les maladies que les phonophobes choisissent d'isoler volontairement, car ce n'est qu'à la maison qu'ils peuvent contrôler les sons qui les entourent.

Au cas où il ne serait pas possible d'éviter l'exposition au stimulus, l'attaque par la phobie est accompagnée d'une peur incontrôlée et croissante, se transformant en panique, le désir de fermer les oreilles, de crier, de se cacher quelque part, en attente de l'effondrement imminent, de peur pour leur santé et leur vie et les symptômes physiques suivants:

  • la tachycardie;
  • des vertiges;
  • maux de tête;
  • manque d'air;
  • transpiration abondante;
  • membres tremblants;
  • crampes musculaires;
  • nausée sévère;
  • bref vomissement.

Cette situation est renforcée par la crainte que les personnes à proximité s'en aperçoivent et le sentiment de gêne causé par leur faiblesse. La phonophobie se caractérise également par le fait que l'attaque passe dès que le son gênant disparaît. Les patients se calment moralement et les manifestations de symptômes physiques s'atténuent.

Mais pour déclencher la maladie est impossible, en l’absence de traitement, la peur des sons forts provoque un fort épuisement nerveux, le développement de la dépression et parfois une dépendance à l’alcool et à la drogue.

Hypnose Phonophobia Traitement

Si la crainte des sons forts est modérée, la personne peut y faire face par elle-même. Vous devez juste comprendre votre problème et avoir le désir de vous en séparer pour toujours. Dans ce cas, aidez-vous à la relaxation, aux exercices de respiration et à l’auto-entraînement.

En cas de forte manifestation de phonophobie, on utilise un traitement médical et psychothérapeutique (thérapie cognitivo-comportementale), dont le but est d’agir directement sur la psyché instable du patient. Mais ce trouble est également traité avec beaucoup de succès grâce à la suggestion hypnotique. Puisque les raisons de la peur des sons forts se situent dans la sphère mentale d'une personne, c'est l'hypnose qui peut être considérée comme la méthode de traitement la plus efficace et la plus progressive. L’essence de cette méthode repose sur l’analyse et la reprogrammation ultérieure de la conscience du patient. Afin de préserver le client de la peur pathologique, il est introduit dans une transe au moyen de certaines formulations verbales sélectionnées. Il est complètement détendu et son subconscient est sujet aux informations qu’un spécialiste qualifié lui transmet.

Sous l'action de l'hypnose, il est possible de trouver discrètement les facteurs qui sont cachés à la personne elle-même, qui sous-tendent la peur des sons forts dans son cas, et de les éliminer doucement et en toute sécurité. De plus, la suggestion hypnotique n'exerce aucune pression sur le psychisme du patient, qui fournit volontairement toutes les informations nécessaires à l'hypnothérapeute.

Au cours de séances de traitement de la phonophobie avec hypnose, une personne apprend progressivement à faire face facilement aux situations problématiques, à ne pas ressentir d'anxiété, d'anxiété, de peur et de panique; si elle entend des sons forts ou forts, elle s'habitue à y réagir calmement. Son système nerveux revient à la normale et sa santé physique se stabilise.

Le traitement de la peur des sons forts avec l'hypnose présente les avantages suivants: l'utilisation de cette méthode peut réduire la quantité de médicaments prescrits, et même s'en passer. Dans ce cas, la suggestion hypnotique est absolument sans danger, ne provoque pas d'effets secondaires ou de complications. C'est assez confortable et fatiguable pour l'événement thérapeutique du patient, au cours duquel il se sent calme et protégé.

Le traitement de la phonophobie avec hypnose prend de 1 à plusieurs séances en fonction de la gravité des symptômes de la maladie, mais son résultat est toujours positif et durable. À la fin du cours, la maladie ne dérange plus jamais l’ancien phonophobe.

En Savoir Plus Sur La Schizophrénie