La peur d'un espace clos peut non seulement dégrader sérieusement la qualité de la vie, mais également détruire progressivement la santé mentale d'une personne. Au fur et à mesure, quels sont les moyens de se débarrasser de cette phobie commune, est-il possible de retrouver la joie et la plénitude de la vie.

Le contenu

Des peurs différentes hantent une personne à différentes périodes de sa vie. Dans l’enfance, il peut s’agir de la peur des ténèbres, de l’absence d’une mère à proximité ou de la présence d’une personne sous le lit, à l’adolescence - de la peur des peaux à tendance acnéique et à l’âge adulte - de la peur de parler en public.

Ce sont des peurs qui sont relativement faciles à corriger, elles font partie des phobies facilement réparables. La peur de l'espace confiné est une peur qui peut persécuter une personne pendant de nombreuses années, exerçant une très forte influence négative sur tous les comportements conscients.

Qu'est ce que c'est ↑

La claustrophobie, ou la peur des espaces confinés, est un trouble de la psyché humaine qui se manifeste par des épisodes de peur panique lorsque vous restez dans un espace confiné ou lorsqu'un grand nombre de personnes se rassemble.

Causes de la peur de l'espace confiné ↑

De nombreuses situations de la vie ont finalement conduit à la peur des espaces confinés et, dans presque tous les cas, elles sont strictement individuelles.

Les psychologues notent les raisons suivantes de la claustrophobie:

  1. L'instinct inné, l'atavisme, hérité du monde animal et le besoin de survivre.
  2. Transféré au stress infantile, ce qui a entraîné des changements de comportement mental. Les adeptes du point de vue claustrophobe sont issus des craintes des enfants et affirment que le stress subi par les enfants doit être suffisamment puissant pour entraîner un changement aussi important de la santé psychologique. Ils sont persuadés que par la suite, une personne ne peut qu'apprendre à faire face aux attaques de panique et ne pas s'en débarrasser. La cause même de la phobie elle-même va dans le subconscient - puisque l'événement stressant s'est produit il y a longtemps, les informations à ce sujet ont été consolidées dans la partie inconsciente de la psyché. Pour vous débarrasser de la peur, vous avez besoin d'effets profonds sur le subconscient, ce que tous les psychologues ne peuvent pas faire.
  3. L'urbanisation en tant que cause de la peur des espaces confinés présente également de nombreuses preuves incontestables. Les adeptes de ce point de vue sur la présence de phobies d’espace limité conduisent à de tristes statistiques: dans la mégalopole, les victimes de la peur des lieux confinés sont 2 fois plus nombreuses que dans les provinces. La raison de cette crainte est que le stress frappe les habitants de la métropole avec une force incroyable. La grande ville ne dort ni jour ni nuit. L'abondance de la publicité agressive, des nouvelles négatives, des mots "crise", "violence", "pauvreté", "argent", son refrain, a pour conséquence que le cerveau du citoyen ne fait pas face à un tel flot négatif. Le stress d'une grande ville conduit à ce qu'une phobie se développe sur l'accumulation d'un grand nombre de personnes.
  4. La génétique. Les médecins et les scientifiques ne sont pas d'accord pour dire que c'est la cause fondamentale de la claustrophobie. Ainsi, au 21ème siècle, les scientifiques n’ont pas pu identifier le gène responsable de l’émergence de la peur de l’espace confiné. Les experts disent que la claustrophobie peut être transmise des parents aux enfants. Même si un tel gène n'existe pas, les enfants copient souvent le comportement des parents, y compris la peur des espaces confinés.

D'où vient la peur obsessionnelle? Lire ici

Signes et symptômes ↑

Reconnaître le moment d'occurrence chez les adultes et les enfants d'une réaction de panique lorsqu'ils se trouvent dans un espace clos n'est pas difficile. De plus, cela se remarque non seulement à la personne elle-même, mais également à son entourage, car il existe plusieurs signes de claustrophobie, ils sont clairement exprimés et complexes.

Symptômes de la claustrophobie en tant que réaction du système nerveux:

  • la soudaineté d'une attaque de peur;
  • palpitations cardiaques;
  • des vertiges;
  • bouche sèche;
  • manque d'air, sensation d'étouffement,
  • tremblement des mains;
  • transpiration;
  • l'émergence de sensations de "nausée", malaise à l'estomac;
  • panique peur de mourir ou de devenir fou.

Au moment de la peur, les glandes surrénales produisent une dose critique d'adrénaline, dont la libération entraîne une forte réduction des vaisseaux sanguins. C'est ce qui a provoqué le vertige, le sentiment d'un état pré-inconscient.

L'apparition soudaine de la peur conduit au fait qu'une personne est simplement incapable de la contrôler, d'où la peur de la peur elle-même. Il commence à croire à l'homme que la peur est plus forte que lui, qu'il peut devenir fou ou mourir.

Les endroits où la claustrophobie survient le plus souvent peuvent être à la fois petits et assez encombrés:

  1. Au premier appartient un ascenseur, qui est une sorte de leader du nombre de phobies, une chambre de pression, un tomographe, un solarium, une cellule de prison, une cave, etc.
  2. Les avions, les métros, les magasins et même des lieux apparemment anodins comme une classe ou un public étudiant sont des endroits où la phobie se produit le plus souvent dans un espace clos et sur l'accumulation d'un grand nombre de personnes..
  3. La crainte d'un accident, la crainte d'un parachute non divulgué, s'ajoute souvent à la crainte d'un espace limité dans un avion.

Une personne atteinte de phobie aura tendance à quitter les lieux ou ne voudra tout simplement pas y entrer, craignant sa manifestation. L'exposition à la claustrophobie est inhérente non seulement aux personnes suspectes, peu sûres et timides.

Même les gens comme les stars du sport et les films admettent que leur espace restreint est un véritable supplice. Certaines stars hollywoodiennes admettent qu'elles préfèrent monter les escaliers afin de ne pas entrer dans l'ascenseur et, dans les gratte-ciel, n'engagez que dans un ascenseur absolument vide pour y crier, luttant contre la peur pendant la montée ou la descente.

Traitement de la claustrophobie ↑

Il est impossible de dire sans équivoque ce qui fait la claustrophobie et comment traiter ce trouble mental. Les jeux d’esprit à ce stade de l’évolution de la science demeurent un mystère pour les scientifiques, et il n’existe aucune réponse précise quant à savoir si la claustrophobie peut être complètement guérie.

Néanmoins, il existe de nombreuses méthodes permettant aux personnes atteintes d'un trouble similaire de mener une vie pleinement active et de travailler en étroite collaboration avec les autres.

La claustrophobie, comme tous les autres troubles mentaux, se prête mieux à une thérapie complexe:

  1. Psychologique. Les psychothérapeutes prescrivent souvent un traitement individuel contre la drogue. Les personnes souffrant de la peur des espaces confinés sont obligées de prendre des antidépresseurs spéciaux, sans elles pour surmonter cette maladie, ce n'est pas possible.
  2. Psychothérapeutique. Les psychologues modernes disposent d’un grand nombre de techniciens capables de réduire l’effet de la peur sur l’état mental d’une personne, y compris la crainte d’un espace limité.

La peur elle-même peut être à la fois un ami d'une personne et son ennemi:

  1. Il vous permet de contrôler les désirs, les penchants et les habitudes, en évitant que ces derniers aient un effet asservissant et destructeur sur le destin et la vie d'une personne.
  2. Cependant, sa manifestation excessive se transforme d’assistant en bourreau de personne, empoisonnant l’existence et détruisant la psyché.

Parmi les techniques capables de surmonter les attaques de claustrophobie, les plus efficaces sont les suivantes:

  • Désensibilisation systématique. Il vous permet de prononcer l’apparition d’une attaque de panique dans la situation particulière dans laquelle elle se produit. Ainsi, il arrive assez souvent que des personnes craignent de naître dans un seul espace clos, par exemple dans un ascenseur ou un métro, tandis que dans un salon de bronzage et dans un avion, elles se sentent en confiance et calmes. Au cours de conversations avec un psychologue, des mécanismes qui déclenchent une réaction de peur sont révélés. On dit exactement pourquoi la peur se produit et ce qu’une personne craint réellement. Ensuite, il est démontré que dans la situation de l'espace clos lui-même, rien ne menace la vie, qu'il y a toujours des personnes prêtes à aider, que la situation elle-même dure très peu de temps et qu'à ce moment-là, rien de vraiment terrible ne se produira.
  • Introduction à l'état de transe hypnotique. Le patient non seulement se détend et se calme. Les questions guides et les déclarations du psychologue sont capables d’atteindre les profondeurs de la psyché, où se cachent tous les souvenirs d’enfance, et d’identifier la cause première de la phobie. Le psychologue suggère au patient que la cause fondamentale est éliminée et n’a plus d’effet sur sa vie future. L'autosuffisance dans une situation dans laquelle une personne se sentait impuissante, seule et craintive dans son enfance vous permet d'éviter d'autres épisodes de peur.
  • Techniques de programmation neuro-linguistique. Ils utilisent des tours de parole spéciaux qui changent la perception d'une situation dans laquelle se produit une réaction phobique. Il est difficile d’utiliser ces techniques indépendamment, mais avec un formateur et un praticien expérimenté en PNL, vous pouvez obtenir des résultats incroyablement rapides. Et la technique de l'armature aide à arrêter rapidement le moment d'une attaque de panique dans n'importe quelle situation, y compris dans un espace confiné. L’une des tâches les plus importantes du psychologue est de former une personne à sortir de cet état.

Comment surmonter la peur de l'eau? Découvrez ici.

Où sont les racines de la peur de l'évaluation sociale? Lire l'article.

Comment surmonter soi-même ↑

Est-il possible de surmonter une attaque de peur, être dans un espace confiné? Très probablement, sans l'aide d'un psychologue, il est difficile, voire impossible, de faire face à la situation.

On peut apprendre à détendre le corps dans le cas d'un type réflexe claustrophobe. Se persuader par des arguments rationnels pour ne plus avoir peur est presque impossible, car la claustrophobie est une réaction irrationnelle qui ne réagit pas aux arguments rationnels.

Quelques astuces:

  1. Il est important de ne pas essayer d’éviter d’être dans des endroits où la peur du traître se manifeste. Par contumace, cette réaction ne peut être surmontée, elle ne peut être gérée que par une réunion face à face.
  2. Vous pouvez essayer de parler à des gens qui ont surmonté cette phobie.
  3. Cependant, le meilleur moyen, rapide et fiable consiste à contacter des spécialistes. Après tout, il suffit souvent souvent d’une seule séance pour éliminer définitivement la phobie qui paralyse la psyché.

Vidéo: Claustrophobie - Peur des espaces confinés

Vous aimez cet article? Abonnez-vous aux mises à jour du site via RSS ou restez à l'écoute de VKontakte, Odnoklassniki, Facebook, Google Plus ou Twitter.

Dis à tes amis! Parlez de cet article à vos amis de votre réseau social préféré à l'aide des boutons du panneau à gauche. Merci beaucoup

Qu'est-ce que la claustrophobie et comment gérer la peur des espaces confinés?

La claustrophobie est un trouble mental, accompagné de la panique dans un espace clos sans explication logique. La peur augmente souvent dans les pièces basses, les ascenseurs et les salles «sourdes» sans fenêtre. Les personnes souffrant de cette phobie se sentent gênées par une foule de clients dans un supermarché ou un lieu similaire. Ils tentent par tous les moyens de sortir de la situation et du type d'activité qui provoque l'attaque de la peur. Les troubles mentaux transforment le comportement et les habitudes de l'individu, au point de refuser de quitter son domicile.

Pourquoi la claustrophobie survient

À la base de la majorité de la phobie humaine se trouvent des situations qui constituent une menace. La peur est un instinct modifié de conservation de soi. Essayons de comprendre la claustrophobie, qu'en est-il de la théorie de l'évolution? La peur de - une sorte d'élément de protection qui met en garde contre la participation à des situations potentiellement dangereuses. Les ancêtres craignaient les espaces fermés, risquaient de traverser d'étroits passages souterrains et des grottes en raison de la possibilité d'un effondrement. Les expériences au niveau génétique ont été transmises aux représentants modernes de l’humanité.

Le deuxième facteur de risque est un dysfonctionnement du cerveau. Les tests effectués confirment que chez les personnes souffrant de claustrophobie, cela se manifeste par une diminution de l'amygdale droite, responsable de la génération d'émotions positives et négatives. Les noyaux frontaux envoient des impulsions aux autres compartiments du limbium, accélérant ainsi le rythme cardiaque et provoquant un essoufflement.

Le psychotraumatisme infantile transféré dans des espaces confinés fait référence au risque que le trouble soit considéré. Les souvenirs peuvent être effacés, mais dans l’inconscient, ils suscitent des émotions cachées: anxiété dans la vie, syndrome de désespoir. Un organisme répète une situation si l'environnement rappelle des expériences passées. Il y a des cas de claustrophobie après une blessure à l'âge adulte. Par exemple, les mineurs ou les spéléologues qui ont survécu aux glissements de terrain.

Les parents trop méfiants risquent de craindre un espace clos chez leurs enfants. Cela est dû aux avertissements constants qu’il est dangereux dans l’ascenseur, il fait sombre, dans le sous-sol, il fait froid. La signification logique des phrases est perdue avec le temps, l'adulte reste simplement inconscient de la certitude que les espaces clos sont dangereux.

La claustrophobie est parfois causée par une soif de découvertes ou de changements fondamentaux. Les scientifiques ont découvert que les personnes atteintes de cette maladie ont un caractère puissant, sont par nature actives et curieuses. Leur cerveau nécessite une activité productive, se concentre sur les découvertes et critique la stabilité.

Les personnes ayant le contraire de la claustrophobie - l'agoraphobie, préfèrent le confort et ont une attitude négative à l'égard du changement. Affirmer que ce diagnostic, l'antipode de la peur des espaces confinés, n'est pas tout à fait correct.

Risques potentiels de peur des espaces confinés

Ce qu'il faut savoir aux personnes sujettes aux troubles mentaux, accompagnés et aux peurs. Ceux-ci comprennent:

  • fortes doses de caféine (augmente le degré d'anxiété, la fréquence cardiaque);
  • l'abus d'alcool, la prise de stupéfiants (le cerveau est altéré par les toxines, le psychisme est surchargé);
  • l'intimidation méthodique d'enfants est lourde de psychotraumatismes graves, dont les conséquences se manifestent à l'âge adulte;
  • des histoires à l'enfant sur ses propres peurs;
  • La claustrophobie se développe souvent chez les personnes trop friandes de films d'horreur, surtout si l'intrigue est liée à des ascenseurs, des pièces sombres et des lieux similaires.

Symptômes de la claustrophobie

Qu'est-ce que la peur de l'espace confiné, tout le monde devrait savoir. Les facteurs suivants sont caractéristiques de la maladie. Une personne est exposée à des peurs et à des malaises fréquents lorsqu'elle pénètre dans l'ascenseur, une petite pièce, le sous-sol ou une autre pièce sans fenêtre.

Les caractéristiques psychologiques et physiques de la manifestation de la claustrophobie sont décrites dans la section "diagnostic". Les symptômes de la maladie comprennent les nuances comportementales d'individus craignant un espace clos:

  • les chambres sont situées à proximité avec une sortie;
  • essayez de ne pas fermer les portes ou les fenêtres;
  • dans une pièce fermée ou "sourde", ils s'inquiètent visiblement, ils ne peuvent pas se trouver une place
  • ne pas utiliser les transports en commun, surtout aux heures de pointe;
  • Évitez les ascenseurs et les longues lignes.

S'il y a cinq signes ou plus activement exprimés, l'attaque de claustrophobie se transforme en attaque de panique. La manifestation de ces symptômes témoigne de la nécessité de contacter un psychologue ou un autre spécialiste en psychologie. Si cela ne se fait pas à temps, l'évolution de la maladie s'aggrave, elle évolue en phase chronique. L'individu devient déprimé, léthargique, évite la communication, change radicalement de comportement.

Diagnostic des manifestations phobiques

La peur de l’espace confiné doit être distinguée des autres manifestations d’un plan similaire - manque de confiance en soi, modification de certains traits de personnalité, processus dépressifs et paranoïaques.

Signes psychologiques et physiques de la claustrophobie:

  • tremblements et froid déplaisant dans les membres;
  • respiration rapide;
  • la tachycardie;
  • la migraine;
  • peur de la suffocation, incapacité de quitter la pièce, capacité de se contrôler;
  • peur des situations qui provoquent des attaques;
  • pâleur ou rougeur de la peau;
  • manque de coordination;
  • état actif d'anxiété ou d'entrée dans un état de stupeur.

Le test de Spielberger-Hanin permet de diagnostiquer la claustrophobie. Le client sélectionne l'une des quatre versions de la réponse aux tâches. Les totaux sont calculés à l'aide d'une clé spéciale. Un score supérieur à 45 points indique le risque de maladie, de 75 à 100 attaques de panique s'ajoutent à la claustrophobie.

Etablir le diagnostic de MBC-10

Ce trouble survient si tous les symptômes suivants apparaissent:

  • il y a anxiété, accompagnée de manifestations psychologiques ou végétatives;
  • Le délire ou les pensées obsessionnelles n'appartiennent pas aux causes principales de l'expression de l'anxiété;
  • le stress n'est activé que dans un espace confiné ou dans une foule immense;
  • on évite modérément les processus contribuant au développement de la peur.

Après l'examen, un diagnostic de F40.00 ou F40.01 (phobie sans / avec manifestation de panique) est posé.

Comment se débarrasser de la claustrophobie

Pour aider une personne souffrant de la maladie en question, il est possible, suivant les recommandations des psychologues, de réduire le degré de peur, d’appeler l’attaque de panique:

  1. Communication sur un sujet neutre. Ne persuadez pas dans la sécurité des peurs, car elles sont irrationnelles. Il est préférable de trouver un sujet de conversation commun en essayant de se concentrer sur des choses ou des événements agréables.
  2. Le pouvoir du toucher. Si un être cher souffre de la peur d'un espace confiné, les câlins et les accidents vasculaires cérébraux aident à soulager le pic de stress. Respirez à l'unisson, ce qui vous permettra de normaliser le pouls tout en agissant de manière apaisante.
  3. Tenu large sourire. Cette méthode fonctionne sur le contraste d'impulsions effrayantes et de la réponse du corps. La panique disparaît après quelques minutes.
  4. Changement de concentration. Claustrophobus concentre toute l'attention sur les expériences. Il faut le rendre à la réalité. Pour ce faire, demandez à vous concentrer sur le visage du compagnon, la photo, les accessoires de levage, etc. Vous devriez étudier les moindres détails de quelques minutes, fermez les yeux, décrivez ce que vous avez fait tout haut. Les enfants participent à une sorte de jeu, en se demandant qui trouvera des caractéristiques plus distinctives.
  5. Ce qui est claustrophobe, en général, beaucoup de gens le savent. Mais peu de gens réalisent que les symptômes peuvent être supprimés à l'aide d'un appareil moderne. Téléphoner à votre famille, revoir des photos, votre jeu préféré vous permet de réduire le niveau de peur.
  6. Exercices de respiration. Aide bien la respiration abdominale. Sur un souffle lent, ils gonflent l'estomac, expirent, ne se pressant pas entre les lèvres avec un "canard". Vous pouvez imaginer qu'il y a un négatif, accumulé à la suite de stress.
  7. Activer le centre de la parole à l'aide du chant réduit l'anxiété.

Comment traiter la claustrophobie

La personne sous une forme intelligible est expliquée que le problème ne va pas disparaître de lui-même. Vous devez contacter un psychologue qui éliminera le trouble en quelques séances. Dans ce cas, l'hospitalisation n'est pas nécessaire.

Traitements spéciaux pour la peur des espaces confinés:

  1. Transformation de conviction. Le spécialiste travaille avec les organes sensoriels modaux du client (vue, toucher, audition). Ils agissent comme un canal pour corriger le subconscient. Le thérapeute en communication compile un texte dans lequel il utilise des mots et des expressions de contrôle. L'impact vise à convaincre que dans les espaces fermés il n'y a pas de danger.
  2. L'hypnothérapie est un traitement efficace contre la claustrophobie. L'hypnologue-psychologue professionnel Baturin Nikita Valerievich soulage la peur pendant plusieurs séances. Il introduit le client dans une transe jusqu'à la relaxation complète, en recherchant simultanément la cause première de l'apparition du trouble. L'hypnothérapeute utilise le système classique (commandes claires et non ambiguës) ou la méthode Erickson (travailler avec des images et des images au niveau de l'inconscient de la personnalité).
  3. Programmation neuro-linguistique. Dans ce cas, la claustrophobie est corrigée en instillant une peur dans le cerveau humain. Dans ce cas, le client dans cette image n'est pas inclus. Ensuite, une image colorée est créée, où il apparaît fier, calme et complètement débarrassé du problème. Le premier élément est affiché en grand, le second est petit et indescriptible. Effectuer une sorte de manipulation des vagues des mains, après quoi les images sont échangées avec l'augmentation de l'image souhaitée.
  4. Traitement de la claustrophobie par une approche comportementale. La procédure est effectuée par étapes. Sous la supervision d'un spécialiste, un individu est placé dans un environnement où il est victime d'une attaque de claustrophobie, par exemple un ascenseur. Tout d’abord, la plongée dure quelques secondes, avec une augmentation progressive de la durée des sessions. La tâche consiste à permettre au client d'apprendre à se contrôler, à se détendre et à faire abstraction d'un environnement stressant. En cas de panique à quelque stade que ce soit du processus, l'occupation est suspendue et revient à des situations faciles.
  5. Autotraining. La technique est basée sur la relaxation musculaire, l'auto-hypnose. L'efficacité de la technique comparée à l'hypnothérapie. La différence réside dans le fait que le subconscient et l'esprit de l'individu travaillent ensemble, ils sont directement intégrés au traitement et peuvent améliorer de manière autonome le déroulement de l'étude. Les exercices autogènes augmentent les capacités du NA parasympathique, minimisant ainsi la physiologie de la claustrophobie.

La réussite de la délivrance de la crainte d'un espace clos dépend de la volonté du client, de l'expérience et de la qualification du spécialiste et du respect des recommandations qui lui ont été assignées.

Comment soigner médicalement une phobie

En pharmacothérapie, plusieurs groupes de médicaments sont utilisés:

  1. Tranquillisants (gidazépam). Ils ont un effet psycho-sédatif sur les zones du système nerveux central, ont un effet calmant prononcé, détendent les muscles squelettiques. Moins - addictif, nécessite des rendez-vous avec des experts.
  2. Les antidépresseurs de la catégorie tricyclinique (imipramine) empêchent la libération inverse d'adrénaline par les canaux nerveux, stabilisent la psyché, empêchent la dégradation de la sérotonine (l'hormone de la bonne humeur). Après leur réception, l'activation des peurs et de la dépression diminue. L'effet est remplacé après 6-7 jours.
  3. Dans le traitement de la claustrophobie, on utilisait des bêta-bloquants (aténolol). Les médicaments réduisent la sensibilité des récepteurs à l'adrénaline, diminuent la manifestation de la peur panique et stabilisent le travail du cœur.

Prévention de la claustrophobie

En cas de surmenage nerveux, il est recommandé de prendre des remèdes homéopathiques ou à base de plantes médicinales: valériane, décoction d’attouchement, nottu, collection Herboriste.

Le sport réduit considérablement le risque de développer des peurs. Le complexe régulier comprend:

  • exercices du matin;
  • cours de fitness;
  • marcher à pied au moins une demi-heure par jour;
  • arts sportifs d'équipe et martiaux;
  • danser

Après une crise de claustrophobie, le sommeil prolongé, la méditation, l’eau et les procédures respiratoires et les travaux au jardin contribuent au rétablissement. Une nutrition adéquate joue un rôle important dans la prévention de la maladie. Les fruits de mer, l'huile d'olive, les graines de citrouille, les noix, les carottes, les abricots et les pommes font la diète. Ils sont bons pour le cerveau, contiennent beaucoup de protéines et de vitamines.

La claustrophobie sera moins fréquente si vous dormez au moins 8 heures par jour. Une vie sexuelle régulière et à part entière contribue à la production de sérotine et d'endorphines, qui améliorent le fonctionnement des vaisseaux sanguins, du cœur et donnent des impulsions de «plaisir» au corps.

La claustrophobie, quel genre de maladie, discutée en détail ci-dessus. Il existe différentes méthodes pour traiter une maladie. L'hypnothérapie et les techniques similaires sont considérées comme des méthodes efficaces.

Claustrophobie Causes, symptômes et signes, traitement, prévention de la pathologie.

Le site fournit des informations générales. Un diagnostic et un traitement adéquats de la maladie sont possibles sous la surveillance d'un médecin consciencieux. Tous les médicaments ont des contre-indications. Consultation requise

La claustrophobie est une peur obsessionnelle persistante de locaux fermés qui défie toute explication logique. Elle est fortement exacerbée dans certaines situations: dans des espaces restreints, étroits et bas, des pièces sans fenêtres et des stands. Les gens se sentent mal à l'aise dans les transports encombrés, parmi les nombreux acheteurs du magasin. Ils commencent à éviter les situations et activités dans lesquelles une attaque de peur peut se reproduire. En conséquence, une phobie modifie le comportement et les habitudes de quelqu'un, qui peut même refuser de quitter la maison.

Manifestations La claustrophobie se manifeste par un sentiment de danger, une peur accablante, une accélération du rythme cardiaque, une transpiration accrue, un essoufflement. Dans les formes graves, les attaques de panique et la syncope sont possibles.

Le mécanisme de développement de la claustrophobie. Dans une situation stressante, il se produit une puissante libération d'adrénaline dans le sang. Cette hormone stimule le système nerveux sympathique. En conséquence, la fréquence respiratoire et la fréquence cardiaque augmentent par réflexe, la lumière des vaisseaux sanguins dans les muscles et autres organes est réduite et la pression artérielle augmente. Ces changements entraînent l'apparition de symptômes physiologiques de la claustrophobie.

Parmi les causes de claustrophobie les plus fréquemment rencontrées, il faut citer le traumatisme mental subi de près et la prédisposition génétique, caractéristique du fonctionnement du cerveau.

Des statistiques La claustrophobie est l’un des troubles mentaux les plus courants. De 3 à 6% de la population souffre de pathologies graves et environ 15% d’anxiété mineure dans des espaces confinés. Les femmes souffrent de claustrophobie deux fois plus souvent que les hommes, ce qui est associé à une émotivité accrue.
L'âge moyen des patients est compris entre 25 et 45 ans, mais une claustrophobie peut également se développer chez les enfants. Ce trouble est difficile à tolérer dans l’enfance et, chez les personnes âgées de plus de 50 ans, ses symptômes s’atténuent.

La maladie évolue de manière ondulante: les périodes de calme alternent avec des périodes de crises épaisses. Au fil du temps, les périodes de rémission deviennent plus courtes et le nombre d'attaques atteint plusieurs par semaine.

Les psychologues et les psychothérapeutes s’occupent du traitement de la claustrophobie. De nombreuses techniques ont été développées pour se débarrasser de ce trouble anxieux: auto-hypnose, hypnose, PNL. Un psychothérapeute expérimenté guérira cette maladie en 5 à 7 heures.

Causes de la claustrophobie

Les causes de la claustrophobie sont un sujet de recherche très populaire autour duquel la controverse se poursuit. Plusieurs théories expliquent l’apparition de ce trouble anxieux.

  1. Théorie de l'évolution La base des phobies - des situations dangereuses pour la vie et la santé humaines. Par conséquent, la peur en tant que manifestation de phobies est un instinct de conservation hypertrophié. Selon cette théorie, la claustrophobie est un élément protecteur - elle met en garde contre le risque de tomber dans des situations potentiellement dangereuses. La peur des lieux fermés a été développée par nos ancêtres et ne leur permettait pas de pénétrer dans de petites grottes et des trous d'homme, où le risque d'obstruction était élevé. Un tel réflexe de défense a été hérité des hommes modernes, bien qu’il ait en grande partie perdu de sa pertinence.
  2. Altération de la fonction cérébrale. À l'intérieur du lobe temporal du cerveau se trouve l'amygdale ou amygdales. Cette structure est responsable de la formation d’émotions positives et négatives. Un certain nombre d'études ont montré que chez les patients claustrophobes, l'amygdale droite est beaucoup plus petite que chez les personnes en bonne santé. Les noyaux de la partie antérieure de l'amygdale anormale envoient des signaux à d'autres parties du système limbique. Ainsi, à travers l'hypothalamus, l'amygdale contrôle les organes internes: accélère le rythme cardiaque, provoque l'essoufflement.
  3. Traumatisme mental vécu dans des espaces confinés. Ces situations peuvent être très diverses: l’enfant est coincé dans la filière génitale pendant l’accouchement, la tête entre les barreaux de la clôture et ne peut sortir longtemps, il est coincé dans un ascenseur, les parents perdus dans la foule. Au fil des ans, l’histoire elle-même peut être effacée de la mémoire, mais au fond de l’inconscient, des émotions vécues: peur de la vie et de la liberté, panique, désespoir. L'organisme se souvient de cette réaction et la reproduit chaque fois que la situation ressemble au moins approximativement à celle du passé. Dans certains cas, la claustrophobie apparaît à un âge avancé: chez les mineurs bloqués dans une mine lors d’un glissement de terrain, chez les spéléologues jonchés de grottes.
  4. Le résultat de l'éducation. Une mère trop prudente, méfiante et anxieuse risque de cultiver la claustrophobie chez son enfant. Des phrases telles que «ne joue pas sous la table, c'est bouché», «ne prend pas l'ascenseur, ça peut casser», «ne te cache pas dans le placard - reste coincé» sont déposées dans le subconscient de l'enfant. Au fil du temps, leur signification logique de base est perdue. Chez l'adulte, il ne reste qu'une vague certitude que les espaces fermés constituent une menace.
  5. Soif de changement et de découverte. Les scientifiques ont conclu que les claustrophobes sont des personnes puissantes, actives et curieuses dotées d'une imagination développée. Par nature, ils cherchent constamment à faire des découvertes, aspirent au changement et craignent la stabilité. Leur cerveau a besoin d'une activité vigoureuse. Par conséquent, dans des espaces clos étroits, ils se sentent violés dans leurs besoins mentaux fondamentaux. Contrairement à eux, les personnes souffrant d'agoraphobie (peur des espaces ouverts) ont peur du changement et préfèrent le confort et la stabilité.

Symptômes et signes de claustrophobie

Comment reconnaître la claustrophobie. Claustrophobic inconfort et anxiété dans les situations suivantes:

  • petite pièce fermée
  • chambre sans fenêtre
  • un ascenseur
  • salons de bronzage
  • Tunnel IRM
  • cabine de douche
  • voiture de train, métro, dans l'avion
  • grotte ou tunnel
  • une pièce remplie de monde
  • le sous-sol
  • chaise de barbier
  • les files d'attente
  • en serrant la cravate ou le col serré

Manifestations psychologiques de la claustrophobie. Une fois dans un espace clos, une personne ressent:

  • peur de l'attaque de panique
  • peur de la restriction de la liberté
  • peur d'étouffer
  • peur de la mort
  • peur de devenir fou
  • peur de commettre un acte asocial incontrôlable
  • en attente d'un danger imminent

En règle générale, la première attaque de claustrophobie surprend une personne et reste en mémoire longtemps. À l'avenir, dans de telles situations, il a peur d'une répétition d'inconfort, il ne craint pas la pièce elle-même, mais ce qui peut arriver ici.

Les manifestations physiologiques de la claustrophobie sont associées à la réaction végétative de l'organisme - la stimulation du système nerveux sympathique:

  • augmentation du rythme cardiaque, pulsation de sang dans les vaisseaux
  • tachycardie - palpitations cardiaques
  • oppression thoracique
  • essoufflement, essoufflement
  • maux de gorge, toux
  • chaleur, brûlure au visage et au cou
  • nausée, vomissement
  • envie d'uriner ou de vider l'intestin
  • picotements, froideur ou engourdissement
  • perte de conscience due à une respiration excessive

Une attaque de claustrophobie peut devenir une attaque de panique (5 symptômes ou plus se manifestent et tous sont prononcés).

Si des symptômes psychologiques ou physiologiques apparaissent, consultez un psychologue ou un psychothérapeute. Sans traitement, les symptômes de la claustrophobie sont exacerbés et la maladie devient chronique. Le patient modifie son comportement pour éviter des situations dangereuses, à son avis. Son cercle de connaissances diminue, de graves dépressions durables se développent, il devient lent et apathique.

Caractéristiques comportementales des personnes souffrant de claustrophobie. Ils tentent de toutes leurs forces d'éviter les situations dans lesquelles le sentiment de peur peut être aggravé:

  • à l'intérieur, ils essaient de rester plus près de la sortie
  • laisser les fenêtres et les portes ouvertes autant que possible
  • l'intérieur est perturbé, déplacez-vous de manière erratique dans la pièce
  • éviter de voyager dans les transports en commun, surtout pendant les heures de pointe
  • ne pas utiliser l'ascenseur, préférant les escaliers
  • ne portez pas de vêtements avec un col serré
  • essayez de ne pas faire la queue
  • éviter les lieux et les événements fréquentés: concerts, rassemblements

Diagnostiquer les causes de la claustrophobie

La claustrophobie doit être distinguée des autres maladies mentales ou de l’accentuation de certains traits de personnalité: doutes de soi, troubles dépressifs et paranoïaques. Il existe des critères clairs pour cela. Si ces signes sont découverts chez le patient, il est diagnostiqué.

  1. À l'intérieur développent des manifestations physiologiques:
    • extrémités tremblantes et froides
    • tachycardie
    • crise de migraine
    • respiration irrégulière rapide
  2. Manifestations psychologiques
    • peur de ne pas sortir de la pièce
    • peur d'étouffer
    • peur de perdre le contrôle de vos actions
  3. Eviter les situations dans lesquelles les attaques se développent
  • Les signes externes de claustrophobie n'apparaissent que lorsque le patient est dans un espace clos.
  • rougeur ou pâleur de la peau
  • démarche instable
  • tremblement des membres
  • stupeur ou anxiété
  • Questionnaires psychologiques pour déterminer le niveau d'anxiété
  • Échelle d'anxiété réactive et personnelle - questionnaire Spielberger-Khanin
  • Le patient choisit l'une des quatre réponses possibles. À la fin, les résultats sont évalués à l'aide d'une clé.
  • Le risque élevé de développer la claustrophobie montre le résultat de plus de 45 points.
  • Plus de 70 points sont gagnés par les personnes victimes d'attaques claustrophobes, accompagnées d'attaques de panique.

Critères de diagnostic selon IBC-10 (Classification internationale des maladies de la 10e révision).

Pour le diagnostic de "claustrophobie", qui fait partie du diagnostic "d'agoraphobie", il est nécessaire que tous les critères suivants soient remplis:

  • L'anxiété est exprimée par des symptômes végétatifs ou psychologiques. Des manifestations telles que le délire ou les pensées obsessionnelles ne peuvent être la principale expression de l’anxiété.
  • L'anxiété se manifeste exclusivement à certains endroits: espace clos, foule.
  • Évitement exprimé des situations dans lesquelles la phobie se développe.

Selon les résultats de l'enquête, l'un des diagnostics peut être posé:

  • F40.00 - Agoraphobie sans trouble panique
  • F40.01 - Agoraphobie avec trouble panique

Traitement de la claustrophobie

Comment pouvez-vous aider une personne dans cet état

Si vous vous trouvez à l'intérieur avec une personne claustrophobe, vous pouvez l'aider.

Les psychologues ont élaboré plusieurs recommandations qui peuvent réduire le niveau de peur et prévenir une attaque de panique.

  • Communiquer sur des sujets abstraits. N'essayez pas de convaincre le claustrophobe que ses craintes sont sans fondement. Les arguments logiques sont impuissants ici, puisque sa peur est irrationnelle. Communiquer sur des sujets communs. Votre objectif est de détourner l’attention de la personne, de la faire passer à quelque chose de plus agréable. Entamez une conversation sur les souvenirs d'enfance, les vacances les plus réussies et les plats préférés.
  • Des touches Si vous êtes avec un être cher, vous pouvez réduire le stress en le prenant dans vos bras et en le caressant. La meilleure option serait d'appuyer sa tête sur sa poitrine. Suggérez d’écouter les battements de votre cœur et de respirer avec vous. Cela aide le patient à se calmer, à normaliser le pouls et à respirer.
  • Sourire Demandez à la personne de sourire largement et de garder le sourire. Le cerveau reçoit des signaux sur l'incohérence des émotions (peur) et des réactions corporelles (sourires). Le résultat de cette contradiction sera un affaiblissement de la panique. Et cela arrive assez rapidement pendant 1-2 minutes.
  • Concentration. Lors d'une crise de claustrophobie, le patient se concentre sur ses peurs et ses expériences. Vous pouvez l'aider à retourner dans le monde réel. Pour ce faire, demandez à vous concentrer sur votre visage ou sur tout détail de la situation: les boutons de l'ascenseur, le motif du papier peint. Il est nécessaire d’examiner attentivement le sujet pendant 1 minute, en notant tous les détails. Après cela, demandez de fermer les yeux et de décrire le sujet. Cela peut être fait mentalement ou à haute voix. Pour les enfants, il est souhaitable de transformer la situation en jeu: qui appellera plus de signes.
  • Gadgets. Pour beaucoup de gens, une tablette ou un téléphone aide à soulager la tension. Vous pouvez appeler des amis, revoir des photos et sélectionner celles qui ont le plus de succès, jouer au jeu, vérifier les SMS entrants.
  • Gymnastique respiratoire. Demandez au patient de respirer lentement, la respiration abdominale aide particulièrement bien. La respiration est lente, il faut gonfler l'estomac. L'expiration est également lente, à travers les lèvres pliées. Réception efficace "souffle de couleur". Il faut imaginer que lors de l'inhalation, la poitrine se remplit d'air turquoise «calme», et à l'expiration, le rouge «alarmant» quitte le corps.
  • Chantant Chantez n'importe quelle chanson ensemble. Le chant distrait et active le centre de la parole dans le cerveau, tirant l'excitation de l'amygdale vers d'autres zones, réduisant ainsi l'anxiété.

Comment aider une personne à sortir d'une attaque.

Expliquez au patient que le problème de la claustrophobie ne sera pas résolu seul. Surtout quand une personne a connu une forte attaque de peur et craint sa répétition. Dans ce cas, vous devez contacter un psychologue ou un psychothérapeute. Un spécialiste aidera à résoudre le problème en 3 à 10 séances. Les patients atteints de claustrophobie n'ont pas besoin de traitement dans les hôpitaux psychiatriques et n'ont donc aucune raison de craindre une hospitalisation.

La peur de l'espace confiné est

Parmi les nombreuses phobies auxquelles une personne est soumise, la claustrophobie occupe l'une des premières places. Il s’agit d’un trouble mental, qui se traduit par une peur forte et pathologique des espaces clos ou à l’étroit. Les personnes claustrophobes ont peur d'entrer dans de petites pièces sans fenêtres, sans douche, sans cabines d'essayage dans les magasins, sans ascenseur, sans coupé ni métro, sans subir une IRM ou en pilotant un avion.

S'ils y arrivent contre leur volonté, ils éprouvent beaucoup d'émotions désagréables. Leur intensité peut être différente: d'un malaise assez fort, avec lequel les claustrophobes tentent de se battre autant que possible et d'une peur panique irrésistible, qu'ils ne peuvent pas surmonter.

Environ 15% de la population de la Terre est soumise à cette pathologie dans une faible mesure, et sous forme sévère, elle survient chez 3 à 6% des personnes. De plus, les femmes souffrent de claustrophobie deux fois plus souvent que les hommes - ceci est dû à leur émotivité accrue, qu'elles ne peuvent contrôler. Généralement, la peur des espaces confinés se développe chez les personnes âgées de 25 à 45 ans, mais les enfants peuvent également en souffrir. Ils souffrent le plus de ses manifestations.

La claustrophobie est également une peur de l'étroitesse. Ainsi, ceux qui en souffrent se sentent également mal à l'aise dans une pièce où de nombreuses personnes se sont rassemblées, dans une foule nombreuse, où tout le monde est trop près les uns des autres, par exemple lors de concerts, dans des véhicules bondés ou des magasins. Si la peur est trop forte et provoque des sentiments désagréables, les gens commencent à éviter de telles situations, même en dépit des avantages qu’ils peuvent retirer de tels événements.

Dans les cas les plus difficiles, la peur des espaces confinés devient si forte qu’elle devient l’émotion dominante, subordonne complètement l’identité de la personne et la transforme en aggravation. Cela tient au fait que les claustrophobes changent radicalement leurs habitudes et peuvent même refuser de quitter leur domicile. Ils choisissent la retraite volontaire afin de ne pas tomber dans des situations potentiellement dangereuses dans lesquelles ils peuvent à nouveau avoir peur de la panique.

Ce sont les personnes que la phobie empêche de mener une vie normale qui nécessitent l'aide d'un spécialiste qualifié. Le psychothérapeute les aidera à comprendre les raisons qui ont provoqué la phobie et effectuera un traitement pour l’éliminer.

Causes de la claustrophobie

La claustrophobie doit être distinguée de certains traits de caractère qui peuvent également causer une telle maladie. Par exemple, pour les personnes trop peu sûres, méfiantes et timides, être à proximité en compagnie d'étrangers peut également provoquer une peur panique. Cependant, dans ce cas, cette émotion négative est causée non par la peur des espaces confinés, mais par un complexe d'infériorité ou un autre écart similaire par rapport au comportement normal.

La claustrophobie dans une large mesure est précisément la peur des espaces clos, ils ne doivent pas nécessairement être des personnes. Cela survient simplement parce qu'une personne se trouve dans un espace étroit et étroit. Dans ce cas, la peur, transformée en panique, peut être qualifiée d’intrusive et d’illogique.

Les causes des phobies sont différentes et peuvent être combinées les unes avec les autres. L'essentiel est la peur de la mort, héritée d'ancêtres lointains. Dans l'Antiquité, la capacité de s'échapper rapidement du piège signifiait la préservation de la vie et l'incapacité - la mort. Maintenant, cette situation est depuis longtemps hors de propos, mais la peur de leur vie chez l'homme moderne peut être fortement associée à un espace fermé.

Une autre raison de la claustrophobie est une violation de l'espace personnel, que chaque personne occupe une certaine quantité. Plus il est élevé, plus la probabilité de développer le trouble est élevée.

La claustrophobie survient souvent chez les enfants impressionnables lorsque, à titre de punition, les parents les ferment dans une pièce sombre et encombrée, par exemple une toilette ou une salle de bain, ou un placard. Le risque de développer le trouble est accru si la violence est appliquée à l'enfant à ce moment-là. La peur des espaces confinés peut également se produire si le bébé est perdu et a été seul pendant longtemps sans parents.

La claustrophobie peut être le résultat d'une mauvaise éducation, lorsqu'une mère anxieuse et méfiante instille sans le vouloir de la peur chez son enfant, lui interdisant de jouer à l'intérieur ou même d'y entrer. Au fil du temps, la masse de telles mises en garde forme chez le petit homme une peur constante qui demeure avec lui, même lorsqu'il a déjà grandi. L'importance de cette raison est confirmée par le fait que cette phobie est souvent héréditaire et se produit dans plusieurs générations de la famille.

La cause de la claustrophobie peut aussi être un désordre physiologique dans le développement du cerveau humain - chez les personnes prédisposées à ce trouble, l'amygdale droite est beaucoup plus petite que chez l'homme normal. Elle est responsable des émotions d'angoisse et de peur et en conserve le souvenir.

Une phobie peut également se produire chez les adultes s'ils ont dû endurer un séjour forcé dans un espace clos et trop rapproché, par exemple chez les mineurs après un effondrement ou chez des personnes ayant survécu à un tremblement de terre.

En outre, la claustrophobie peut être le résultat d'une névrose, d'une maladie grave, de lésions organiques du cerveau ou d'un travail anormal.

Les caractéristiques personnelles d'une personne jouent également un rôle dans l'apparition de la claustrophobie. Cela se produit souvent chez des personnes trop impressionnables, dépendantes et indécises, plus sujettes à la peur que des personnes mentalement stables.

Symptômes phobiques

Lorsqu'une personne subit une attaque de claustrophobie, son corps réagit à la situation en libérant de l'adrénaline dans le sang, ce qui augmente le rythme cardiaque et le rythme respiratoire, resserre les vaisseaux sanguins. De tels changements entraînent l'apparition de symptômes physiologiques caractéristiques de nombreux troubles anxieux et phobiques. Ce sont des manifestations végétatives-vasculaires telles que:

  • palpitations cardiaques et respiration;
  • des vertiges;
  • engourdissement des membres et tremblements;
  • bouche sèche;
  • douleur et oppression thoraciques;
  • faiblesse musculaire;
  • l'hyperhidrose;
  • frissons ou fièvre;
  • des nausées;
  • hyperémie de la peau;
  • essoufflement;
  • crampes abdominales;
  • attaque de panique;
  • perte de conscience

Afin de soulager les symptômes désagréables, les claustrophobes tentent de quitter rapidement la pièce, ce qui leur a causé une phobie.

Si une personne atteinte de phobie ne se tourne pas vers un médecin et ne suit pas le traitement dont elle a besoin, son trouble mental devient progressivement chronique. La vie de ces patients est complètement dépendante de la peur panique, leurs contacts et leurs intérêts sociaux se resserrent et ils développent souvent une dépression. Dans une telle situation, seul un psychothérapeute peut mener une thérapie compétente.

Traitement de la claustrophobie

La claustrophobie répond bien au traitement médicamenteux, mais ce n’est pas la seule méthode. Discuter avec un psychologue ou un psychothérapeute est un autre excellent moyen de traiter la peur des espaces confinés. Les experts utilisent plusieurs techniques pour soulager leurs patients des troubles anxieux. Ce sont des méthodes efficaces de traitement psychothérapeutique telles que:

  • l'hypnose;
  • programmation neuro-linguistique;
  • thérapie de gestalt;
  • thérapie familiale systémique;
  • thérapie cognitive;
  • techniques d'auto-hypnose et de relaxation.

Au cours du traitement, le médecin trouve le motif de son apparition, même si elle est inconnue de la patiente elle-même, et lui explique comment bien traiter sa peur. Le patient se débarrasse progressivement de la phobie obsédante, réagit avec plus de confiance dans les situations où il peut craindre les espaces confinés, apprend plus simplement à comprendre ce qui lui causait peur et la panique.

En outre, les techniques de physiothérapie ont un effet positif sur le traitement de la claustrophobie, ce qui peut réduire le niveau d'anxiété et prévenir une autre crise de peur des espaces confinés: technique de respiration et de relaxation appropriées.

Le nombre de séances nécessaires pour se débarrasser de la claustrophobie est déterminé par le spécialiste de chaque cas. Il est important de mener à bien un traitement thérapeutique jusqu'au bout car, dans le cas d'une maladie non réparée, les symptômes d'un trouble phobique s'atténuent, mais ne disparaissent pas complètement. Après un certain temps, ils reviennent encore, mais sous une forme plus intense. Pour éviter cela, vous devez poursuivre le traitement prescrit par un spécialiste.

Chaque cas de claustrophobie est différent. Si vous ou vos proches êtes confrontés à une pathologie telle que la peur des espaces confinés, ne restez pas seule avec elle et ne lui permettez pas de réduire la qualité de votre vie. Irakli Pozharisky est un psychologue pratiquant et un psychothérapeute qui traite les phobies. Travailler avec un spécialiste vous aidera à régler votre problème.

Quelle est la peur des espaces confinés et comment la surmonter

La peur des espaces confinés est l'une des peurs les plus courantes de l'humanité. Dans une forme légère, la phobie se manifeste par un sentiment de malaise et d’anxiété dans la cabine de l’ascenseur, dans la cabine de l’avion et dans la foule, qui a été bloquée de tous les côtés. Une personne gravement malade se trouvant dans une situation similaire peut connaître une véritable horreur, des attaques de panique et même perdre le contrôle de lui-même.

Pourquoi les gens ont-ils peur des espaces confinés?

Comment appelle-t-on en psychiatrie la peur de l'espace confiné? Le nom de cette maladie - "claustrophobie" - provient de la fusion du latin "claustum" (chambre fermée) et de l'ancien grec "phobos" (peur).

Une réponse sans équivoque sur les raisons pour lesquelles une telle peur affecte la psyché humaine, ce que les médecins n’ont toujours pas. Il y a beaucoup d'hypothèses principales sur les causes de la maladie:

  1. Expérience négative vécue dans l'enfance, elle est associée à un espace fermé. Il peut s'agir d'épisodes de maltraitance d'enfants lorsqu'ils sont enfermés dans des sous-sols, des placards, des placards - les parents en guise de punition ou des camarades hors de farces. Ou l'enfant pendant les jeux lui-même pourrait rester coincé dans une pipe ou un laissez-passer, ou en apparaître dans la cabine d'ascenseur arrêtée. L'événement effrayant laisse une empreinte forte sur le psychisme de l'enfant. Par la suite, toute pièce exiguë agit comme un déclencheur de réactions mentales négatives.
  2. Blessure mentale grave reçue par une personne déjà adulte. Par exemple, après avoir eu un accident, une personne est bloquée dans la cabine d'une voiture accidentée. Les victimes d’incendies, d’effondrements d’édifices, de blessés dans des lieux très peuplés - par exemple, lors d’un béguin dans un stade ou dans le métro, peuvent par la suite se méfier des espaces fermés.
  3. Troubles du cerveau. Selon une théorie, si une personne a une amygdale réduite - une partie du cerveau qui contrôle les réactions humaines pendant les périodes de peur -, la tendance aux manifestations de claustrophobie est beaucoup plus forte en comparaison avec les personnes ne présentant pas de tels écarts.
  4. Facteur génétique, hérédité. Le fait que l'enfant adopte les attitudes comportementales de ses parents revêt une importance particulière, en particulier s'ils les informent de manière persistante. Par exemple, une mère transmet la peur des espaces clos à un enfant qui la regarde s’attaquer. L’anxiété excessive, l’hyper-soins, une indication constante du danger («ne pas y aller - rester coincé, étouffer», etc.) forment un type de personnalité tout aussi perturbé et anxieux chez l’enfant.
  5. Nature névrotique de la disposition de l'individu, susceptibilité à la méfiance, anxiété, expériences excessives. Chez ces personnes, même les personnes non expérimentées personnellement, mais les événements qui sont terribles pour elles, juste vues quelque part, peuvent former une peur forte et constante. Par exemple, des informations sur une personne enterrée vivante, les victimes de débris de tremblement de terre, une scène de thriller ou de film d'horreur - tout cela peut effrayer une personne tellement que celle-ci souffrira plus tard de la peur des petites pièces. En outre, selon les statistiques, les personnes qui craignent la stabilité et toute restriction de la liberté sont plus souvent victimes de cette crainte.
  6. Les naissances graves, associées aux traumatismes à la naissance, les bébés coincés dans le canal utérin, créent également une certaine empreinte dans le subconscient humain. Par la suite, les risques de claustrophobie chez ces personnes seront supérieurs à la moyenne.

Situations effrayantes courantes pour les claustrophobes: sous-sol, ascenseur, solarium, appareil d'IRM ou chambre de pression médicale, douche, pièce fermée avec beaucoup de monde et files d'attente, voiture de train, cabine d'avion ou de voiture, pièce sans fenêtre, etc.

Parfois, la claustrophobie est la peur même d'un fauteuil de barbier et une pression excessive sur le cou avec un col ou un foulard.

Symptômes et manifestations

Vous ne devriez pas tirer de conclusions prématurées sur la présence d'une phobie, si vous avez vécu une anxiété et un malaise parfaitement compréhensibles, dans une situation inhabituelle que votre subconscient a identifiée comme potentiellement dangereuse. Par exemple, vous êtes coincé dans la cabine d'ascenseur et même les lumières se sont éteintes. Vous êtes dans une bousculade dans un stade ou coincés de toutes parts dans une cabine de transport en commun. Dans de tels cas, le désir de sortir rapidement sera complètement sain.

Cependant, s'il n'y a pas de menace explicable de manière logique, mais que vous craignez toujours de tomber dans de petits espaces clos, il est préférable de contacter un psychologue au préalable.

Au stade initial de la maladie est presque invisible. Cependant, sous une forme plus sérieuse, cela provoque une véritable panique:

  • le cœur commence à battre violemment, une douleur à la poitrine peut survenir;
  • le sang afflue au visage;
  • la personne est trempée de sueur;
  • trembler, devenir engourdi, affaiblir les mains et les pieds;
  • les bouffées de chaleur sont remplacées par des frissons;
  • il y a un essoufflement, une sensation de manque d'air;
  • roule la nausée, la douleur à l'estomac, etc.

Selon l'explication scientifique, tout cela provient d'une forte libération d'adrénaline dans le sang dans une situation stressante. La première attaque prend généralement la personne au dépourvu, et plus tard, sa peur de l'espace le plus proche est complétée par la peur de perdre le contrôle de soi-même.

Dans certaines conditions, une attaque de claustrophobie peut atteindre l’ampleur d’une attaque de panique, d’une psychose: une personne a peur de suffoquer, de mourir ou de devenir fou, évanouie ou presque incapable de contrôler son propre corps.

  • 15% des personnes s’inquiètent dans des espaces restreints, mais cette crainte n’est pas forte et ne leur cause aucun inconvénient sérieux;
  • les hommes claustrophobes sont deux fois moins que les femmes (ceci est dû à leur moindre émotivité);
  • les attaques particulièrement graves de pathologie sont supportées par les enfants.

Craignant constamment une crise, les personnes claustrophobes commencent à se comporter de manière particulière. Dans les locaux, ils prennent de la place à côté de la sortie, ouvrent des fenêtres et des portes grandes ouvertes et, s’il est impossible de le faire, ils se précipitent littéralement au hasard dans la pièce. Ils marchent dans les escaliers sans utiliser l'ascenseur et essaient de ne pas utiliser les transports en commun. Ils ne sont pas attirés par l'événement avec une foule nombreuse.

C'est important! Et si vous êtes au courant des symptômes alarmants de cette maladie? En aucun cas, ne vous engagez pas dans l'autodiagnostic et l'auto-traitement, vous devez absolument contacter un psychothérapeute. Même si vos angoisses sont mineures, toutes les anomalies mentales peuvent évoluer de manière inaperçue et contribuer également à l'émergence d'autres processus pathologiques dans le corps.

La maladie se développe par vagues: une crise s'ensuit, mais si aucune mesure n'est prise, la rémission sera progressivement réduite et le nombre et la fréquence des crises augmenteront.

Méthodes de diagnostic et de traitement

Afin de déterminer si un patient a une phobie, le psychothérapeute effectuera des tests spéciaux. Ils sont nécessaires pour évaluer l'état du patient au moment du traitement.

Parfois, les patients adoptent d'autres traits de personnalité douloureux pour la claustrophobie. Par exemple, la peur d'être dans une pièce avec d'autres personnes peut être le résultat d'un complexe d'infériorité, d'une phobie sociale (peur des gens) et de la peur d'une communication forcée. De plus, ce qui ressemble à une phobie dans un espace clos peut devenir un signe secondaire d’une autre maladie mentale - par exemple, des manifestations de délires ou des hallucinations dans la schizophrénie.

Les causes et le traitement de la maladie sont étroitement liés: la psychothérapie donne la clé pour se débarrasser des phobies. La thérapie cognitivo-comportementale est largement utilisée. Son principe est de plonger délibérément le patient dans des situations terribles pour lui (naturellement, avec la participation et sous la surveillance d'un spécialiste). Peu à peu, les claustrophobes apprennent à éliminer l'anxiété. Par exemple, un plan de cours échelonné comprendra les tâches suivantes: rester dans la cabine d'ascenseur avec un psychologue pendant quelques instants, la prochaine fois: allez-y vous-même, puis, conduisez quelques étages, etc. Les tâches se compliquent très progressivement et si le patient commence à paniquer, le "test" s'arrête immédiatement et le travail avance d'un pas.

Les techniques d'auto-suggestion ainsi que l'entraînement du patient aux techniques de relaxation et d'attaques de panique auto-apaisantes (auto-entraînement) permettent de traiter efficacement cette pathologie. Le traitement de la claustrophobie à l'aide de l'hypnose est assez répandu: en état de sommeil hypnotique, des suggestions sont faites au client, le soulageant de la peur.

Dans les cas graves de phobies, des médicaments sont nécessaires.

La claustrophobie est traitée avec succès par les méthodes modernes de psychothérapie et les personnes atteintes d'une maladie craignant de consulter un médecin craignent en vain une hospitalisation forcée dans une clinique psychiatrique, car elles ne sont pas nécessaires.

Informations complémentaires: plus d'informations sur les symptômes et les causes de la claustrophobie dans la vidéo.

IRM par peur des espaces confinés

L'imagerie par résonance magnétique (IRM) est largement utilisée en médecine moderne pour diagnostiquer et déterminer la cause de maladies par ondes électromagnétiques. L'IRM est souvent indispensable pour détecter des maladies du cerveau et de la moelle épinière, des organes internes, elle est prescrite pour les sinus, les problèmes de la colonne vertébrale, etc.

Chez les patients claustrophobes, la nécessité de subir une IRM dans un appareil de type fermé peut entraîner de sérieuses difficultés, puisqu'un tel appareil est une chambre tubulaire avec un aimant à l'intérieur. Afin de mener une étude, une personne doit être placée à l'intérieur de l'appareil, mais y être susceptible de provoquer une crise de panique grave.

Pour éviter cela, les professionnels de la santé ont formulé un certain nombre de recommandations concernant l'IRM "sans douleur" lorsque le patient a peur de l'espace confiné:

  • expliquer au patient les conditions qui assurent sa sécurité complète: il y a un bouton d'urgence spécial à l'intérieur de la chambre et, si nécessaire, l'examen sera immédiatement arrêté;
  • allumer la lumière et le ventilateur à l'intérieur de la caméra;
  • montrer au patient ce qui se passe à l'extérieur, il peut, s'il le souhaite, voir dans un miroir spécial;
  • couvrir le visage du patient avec un mouchoir en papier - même s’il ouvre les yeux pendant la procédure, il ne verra pas le tunnel dans lequel il se trouve;
  • Vous pouvez positionner le patient sur le ventre, pas sur le dos, pour que son regard ne soit pas dirigé à l'intérieur de l'espace clos;
  • Parlez au patient pendant l'examen sur une communication interne spéciale.

Ces techniques simples aident les gens à surmonter leur peur et leur rendent l'IRM possible. Ils sont également utilisés dans le travail avec les enfants, qui ont également généralement peur des dispositifs «tunnel».

Dans les cas particulièrement difficiles, y compris chez les enfants, une IRM peut être réalisée sous l'influence du sommeil médicamenteux. Le patient prend un comprimé et se plonge dans une sieste agréable, qui le protège de manière fiable des soucis et de l’anxiété au cours de la procédure. Mais cette technique n'est utilisée que dans les grandes cliniques et sous la supervision d'un anesthésiste, comme dans toute anesthésie. Même si elle est légère et de courte durée, certaines complications peuvent se développer.

Prévention des maladies

Comme pour d’autres troubles nerveux, les mauvaises habitudes telles que l’alcool, le tabagisme et même la consommation de café en grande quantité sont inacceptables pour les personnes souffrant de phobies et les personnes craignant les attaques.

La meilleure aide pour un traitement efficace de la claustrophobie est le respect des principes d’un mode de vie sain, augmentant la résistance au stress. Renforcer le système nerveux aidera les sports et les promenades régulières au grand air, ainsi que les pratiques de respiration apaisantes, la créativité et la méditation.

En soi, l'apparition de phobies est directement liée à l'anxiété générale du patient. Et plus le niveau d'anxiété est bas, plus la peur aiguë se manifeste de manière facile et moins fréquente.

En Savoir Plus Sur La Schizophrénie