Combien de personnes ne risquent pas de se montrer et de montrer leur travail de peur de s'exprimer.

Lorsque des psychologues et des coachs ont commencé à apparaître activement sur Internet, j'ai regardé avec envie les spécialistes qui avaient leur propre site Web regorgeant d'articles et de vidéos. Et qui ont audacieusement partagé leurs opinions professionnelles sur les réseaux sociaux. Je le voulais aussi, mais je ne savais pas par où commencer, je ne savais pas écrire du tout.

J'ai trouvé des cours de promotion en ligne, dans lesquels, également, des cours sur l'écriture et la pratique de performances vidéo. J'étais ravi et j'ai dit à mon mari: "Eh bien, ça y est, je vais me détendre à 100%." ​​Au début de l'enthousiasme, c'était la mer. En tant qu'anormal, j'ai fait toutes les tâches jusqu'à la nuit, je me suis parfaitement bien passé.

Il en a été ainsi jusqu'à l'écriture de textes et la création de vidéos. Tout le monde est venu... Je me suis rendu compte que je ne pouvais pas partager mon opinion et me montrer. J'ai honte, j'ai peur d'attirer l'attention. Et tout a bien commencé. Ennuyeux! L'argent dépensé, en vain mon mari a annoncé une victoire, à la traîne des honneurs. J'étais coincé: je ne peux pas continuer, parce que toutes les tâches concernant la présentation de soi et je ne peux pas arrêter parce que... je ne peux pas! C'est dommage: j'aime organiser des réunions en direct, des ateliers, travailler avec mes clients, mais je ne peux pas enregistrer cette putain de vidéo et je ne peux pas publier ces articles stupides!

Allez travailler avec la peur à manifester à votre thérapeute.

Lors de la formation chez un thérapeute en gestalt, chaque spécialiste doit suivre un cours de psychothérapie personnelle. Lors de ma thérapie, je revenais parfois sur ce sujet, mais d'autres problèmes étaient plus pertinents.

Après 4 mois je suis de retour! Les cours sont déjà terminés, mais j'ai continué à faire les devoirs manqués moi-même. Et ça a marché: j'ai d'abord rempli mon site web avec des textes, j'ai rempli correctement la page sur le portail des psychologues, puis j'ai commencé à essayer d'écrire des posts.

Je ne suis pas un super maitre (c’est impossible sans formation et des milliers d’heures de pratique), je ne suis pas très disposé à faire une vidéo (je dois toujours la monter, la déconner, et encore continuer, un bon moyen de communication). Mais je peux écrire, diriger des émissions en direct, me montrer et exprimer mon opinion sur les réseaux sociaux.

Ce qui m'a aidé:

1⃣ Groupe de promotion. Comprendre comment bien faire. Soutien de l'enseignant. Soutien de groupe Composabilité: nous prenons des mesures imparfaites ensemble et ne sommes donc pas si effrayants.

2⃣ Travailler avec la peur de s'exprimer avec un psychothérapeute.

Travailler avec un professeur de textes.

4⃣ Des livres sur la façon de vous permettre de créer, d’écrire, de parler.

5 ⃣ Jusqu'à présent, je participais à des sommets et à des webinaires sur la promotion, les textes et les discours.

Vous n'êtes toujours pas en ligne? Mais vous en avez besoin pour mener des affaires (ou à des fins personnelles)? Amis, étudiez, trouvez des groupes de soutien, trouvez vos professeurs et vous réussirez. Pour certains, il y aura suffisamment de cours de textes et de discours. Quelqu'un ne peut pas se passer du travail psychologique avec la peur de se montrer. Cela nécessitera des investissements en argent, en temps et en efforts. Mais cela ne vaut-il pas la peine que vous et vos clients trouviez un ami et que vous puissiez vous réaliser dans votre entreprise?

J'ai peur des réseaux sociaux

Nous vivons dans un monde de nos peurs. Peur des hauteurs, des fantômes et des miroirs - hier. Aujourd'hui, les gens sont fous de la pêche à la traîne sur Internet, des réseaux sociaux ou d'un smartphone oublié. Nous pénétrons dans le monde des phobies de l'homme moderne.

Nomophobie

Avez-vous déjà oublié votre téléphone portable à la maison? Si vous ressentez de l'inconfort, de l'anxiété et des sentiments de peur, vous êtes plus susceptible de souffrir de nomophobie - la plaie du 21e siècle. Ce terme vient de l'expression anglaise "no mobile phone" et signifie la peur de se retrouver sans téléphone portable. Les scientifiques ont découvert une nouvelle maladie en 2008, lorsque des recherches ont montré que pour 100 personnes, 66% ont paniqué et sont restées sans communication. Ils vérifiaient constamment les messages, les appels manqués, les courriels.

L'année 2008 a précédé l'ère des smartphones à écran tactile avec accès rapide à Internet. Et si déjà une grande partie de la population souffrait d'une nouvelle phobie, maintenant tout le monde doit avoir les symptômes de la maladie. Voulez-vous tester vous-même? Essayez d'éteindre le téléphone au moins pendant une journée.

Phobie cybernétique

Dans un monde où l'ordinateur personnel est devenu le principal compagnon de la vie, l'émergence de la cyber phobie ou la peur des ordinateurs est tout à fait naturelle. Et si la nomophobie est une maladie qui touche les jeunes, la cyber phobie est courante chez les personnes âgées, qui doivent maîtriser les nouvelles technologies. Les médecins distinguent les symptômes suivants - si une personne est extrêmement prudente avec un PC, répond négativement aux ordinateurs, évite les ordinateurs et les endroits où ils peuvent être trouvés - avec un degré élevé de probabilité d'être malade. Une forte phobie peut être accompagnée même par des réactions physiques - nausées et vertiges. Seul un psychologue peut aider à guérir la cyber phobie, mais il est possible de procéder à une prophylaxie en vous obligeant à travailler sur l'ordinateur plusieurs heures par jour.

Socionethobia

Peur des réseaux sociaux. C'est une version moderne de la peur de la persécution qui se manifeste par la peur de posséder un compte sur Internet - contact, facebook, twitter, car il peut être utilisé pour espionner ou manipuler. Ce ne sont peut-être pas forcément des services de renseignement, il suffit que l’environnement - famille, chefs d’entreprise et clients - se familiarise avec les données personnelles. Traiter Socionethobia est simple. Selon le Dr Jaye Bayer, vous devez créer un compte patient qui corresponde à sa zone de confort. Par exemple, ajoutez des groupes ayant les mêmes loisirs que lui.

Trollphobie

Tout internaute sait qui sont les trolls. Tout le monde est conscient qu'il est impossible de les nourrir, il est inutile d'interdire, il suffit de les ignorer. Mais la croissance active de la population de trolls sur Internet a conduit à une réponse - trollfobiya ou trolling. Le patient est sûr - tous les commentateurs, les membres de son bloc ou de son portail sont des trolls qui poursuivent un seul objectif - détruire son projet. D'où le désir d'anonymat ou le désir de ne pas attirer l'attention. Malheureusement, il n'y a pas de médicaments et de techniciens médicaux pour trollefobia. Les psychologues conseillent la même chose que la sagesse populaire d'Internet: ne succombez pas à des provocations, ne nourrissez pas les trolls.

Imodzhifobiya

Un exemple de nouvelles craintes humaines qui a émergé de la prolifération de bavardoirs et de réseaux sociaux. En envoyant le smiley ou l'autocollant habituel dans un message, une personne craint de ne pas le comprendre, de mettre le symbole "hors de propos". Imodzhifobii est difficile à appeler une maladie mentale grave, c'est juste une autre forme de psychose, qui est temporaire et sélective. Dans une certaine mesure, chaque internaute est un peu imodgifob. Dans la communication en ligne, il est souvent nécessaire de gérer la correspondance personnelle et officielle en même temps. Tout le monde n'a pas le temps de passer du style convivial au style représentatif.

Selfies

Les psychologues disent que la peur d’un mauvais selfie est aujourd’hui un grave problème psychologique qui nécessite une intervention médicale. Il est curieux que le culte d’Instagram ait conduit le fait que beaucoup de filles pratiquent la chirurgie plastique uniquement dans le but de créer un «selfie de haute qualité».

Trédophobie

Du mot anglais thread - une branche des commentaires sur les réseaux sociaux. En fait, cela s’exprime dans la peur de commenter, d’exprimer votre opinion. Habituellement, la treadphobie est timide et dans la vie, elle ne fait qu’aggraver les choses en ligne, car si le commentaire s’avérait soudainement alphabétisé, les critiques et les insultes tomberaient. Ainsi, vous pouvez vous transformer en un meme Internet. En général, les psychologues prescrivent l'anonymat - essayez de créer un compte à partir d'un personnage fictif, cela aidera à surmonter la barrière interne. Ici, l’essentiel est de ne pas exagérer et de ne pas frapper Internet à la traîne. Si vous choquez le public, vous ne ferez que provoquer la haine, pas la reconnaissance.

Phobies des réseaux sociaux: 7 phobies nées d'Internet et de gadgets

Il y a beaucoup de phobies dans le monde, c'est-à-dire types de peur de certains objets, phénomènes, mots, etc. Cependant, vous ne surprendrez personne avec la peur habituelle des espaces fermés ou du nombre 13. L'ère de la technologie moderne dicte ses propres règles, y compris les phobies, qui suivent également les progrès techniques. Quelles phobies sont apparues dans le dictionnaire ces dernières années? À quoi ont conduit les réseaux sociaux, les ordinateurs et les technologies numériques? À propos de ce portail Estet et racontez-le dans cet article.

Nous vivons dans un monde de nos peurs. Peur des espaces confinés, des ténèbres ou des hauteurs - hier. De nos jours, les gens conduisent à la folie de la pêche à la traîne sur Internet, à un smartphone oublié ou à l'absence de goûts pour les photos sur les réseaux sociaux. Nous avons essayé de pénétrer dans le monde des phobies de l'homme moderne et avons distingué 7 phobies des conséquences du NTP.

Nomophobie

Avez-vous déjà oublié votre téléphone portable à la maison ou dans la voiture? Si, en même temps, vous ressentez de l'inconfort, de l'anxiété et de la peur, vous risquez de souffrir de nomophobie, la plaie du XXIe siècle. Le terme est dérivé de l'expression anglaise «no mobile phone» et se traduit par la peur de se retrouver sans téléphone. Les scientifiques ont identifié cette maladie à la suite d'une étude réalisée en 2008, qui montrait que 66% des 100 personnes vivaient la panique, tout en restant sans moyen de communication. Ils ont essayé de vérifier en permanence les appels, les messages et les courriels manqués.

Il est à noter qu'en 2008, l'ère des smartphones à écran tactile avec accès rapide à Internet n'a pas encore commencé. Et si plus de la moitié de la population souffrait de phobie, la maladie devait maintenant se propager à tout le monde. Essayez de vérifier vous-même: éteignez le téléphone pendant au moins un jour.

Phobie cybernétique

L’ordinateur personnel étant le principal compagnon de la vie dans le monde moderne, l’apparition de la peur informatique ou de la cyber phobie est donc tout à fait naturelle. Si la nomophobie est une maladie des jeunes, la cyber phobie est plus susceptible de se produire chez les personnes âgées qui sont obligées d'apprendre de nouvelles techniques.

Les médecins distinguent ces symptômes de la cyber phobie:

  • la personne est extrêmement prudente avec le PC;
  • répond négativement à propos de l'ordinateur;
  • évite les ordinateurs.

Une forte phobie s'accompagne même de réactions physiques: vertiges et nausées. Le traitement de la cyber phobie nécessitera l'aide d'un psychologue qualifié et le soutien de parents. Vous pouvez effectuer indépendamment une prophylaxie quotidienne: passer à l'ordinateur pendant plusieurs heures.

Socionethobia

C'est également la peur des réseaux sociaux - la version moderne de la peur de la persécution, qui se manifeste par la peur d'ouvrir votre compte sur les réseaux sociaux, car il peut être utilisé pour le chantage ou la surveillance. Il n’est pas nécessaire que ce soit des services spéciaux, c’est suffisant pour que les personnes des cercles proches - membres de la famille, clients ou chefs - puissent se familiariser avec les données personnelles.

Cependant, le socionethobia est facile à traiter. Selon le psychologue Jay Bayer, le patient doit créer un compte correspondant à sa zone de confort, par exemple dans un groupe ayant les mêmes loisirs.

Trollphobie

Tout internaute est familiarisé avec le concept de troll. Et tout le monde sait que les nourrir ne vaut pas la peine, interdire est inutile, le plus simple est simplement de l'ignorer. Cependant, la croissance active de la population de trolls a récemment provoqué une réaction - trollfobiya ou trolling. Le patient est certain que tous les lecteurs, commentateurs et participants de son blog ou de son portail sont des trolls, dont le but est de détruire le projet. Par conséquent, il y a une volonté de ne pas attirer trop d'attention et d'anonymat.

Malheureusement, il n’ya pas de remède contre la trollphobie. Les psychologues recommandent d’essayer de ne pas succomber aux provocations - de ne pas "nourrir" les trolls.

Imodzhifobiya

Un des exemples les plus clairs des peurs modernes, qui est apparu à la suite de la propagation des réseaux sociaux, des messageries instantanées et des salles de discussion. Une personne souffrant d’imodgifobiya craint d’être mal comprise ou de ne pas mettre l’émoticône ou l’autocollant si familier à tout le monde. Imodzhifobii peut difficilement être qualifié de trouble mental grave, il ne s'agit que d'une nouvelle forme de psychose sélective et temporaire. On pense que chaque utilisateur d’Internet a un peu d’imodgifob: dans la communication en ligne, il est nécessaire que la correspondance soit officielle ou personnelle, mais tout le monde n’a pas le temps de passer rapidement du ton représentatif au sympathique.

Selfies

Cette phobie, malgré sa comicité, a déjà envoyé sa première victime à l'hôpital. À la fin du mois de mars 2014, le Britannique Daniel Bowen, âgé de 19 ans, s'est rendu à l'hôpital après avoir passé six mois sans quitter son domicile pour un selfie parfait (photo prise personnellement sur un téléphone portable). Le type faisait 200 photographies par jour - il a été renvoyé de l'école, il est devenu très maigre et a finalement décidé de se suicider. Heureusement, il n'a pas réussi dans le dernier cas. Telles sont les conséquences de la phobie de soi.

Selon les médecins, le souci de soi est un grave problème psychologique des temps modernes, qui nécessite nécessairement une intervention médicale. À propos, Danny Bowen était guéri après s'être sevré constamment à l'aide d'un smartphone.

Trédophobie

La signification du mot fil dans ce contexte - une branche des commentaires dans les réseaux sociaux. La phobie, respectivement, s’exprime dans la crainte de commenter, par exemple, d’exprimer son opinion. Souffrant de tredofobii généralement timide, même dans la vie, seul le online est aggravé, car si le commentaire se révélait soudainement déplacé, les insultes et les critiques tomberaient.

Les psychologues prescrivent l’anonymat à ces patients: essayez de créer un compte au nom d’un personnage fictif pour surmonter la barrière interne. La chose principale ici est de ne pas exagérer, afin de ne pas frapper l'Internet à la traîne. N'oubliez pas que si vous choquez le public, cela provoquera de la haine plutôt que de la reconnaissance.

Forum

Peur des réseaux sociaux. Je ne peux pas communiquer avec des amis sur les réseaux sociaux.

Bonjour à tous, aidez s'il vous plaît.
Je ne peux pas communiquer sur Skype, sur des forums de discussion, sur des réseaux sociaux, etc. avec de vieux amis.
J'ai un compte sur les réseaux sociaux et il y a plusieurs amis, mais je ne communique avec personne sauf avec un ami avec qui on se voit au travail et le soir après le travail. Récemment, j’ai été ajoutée à la discussion générale où de nombreux amis et connaissances de longue date communiquent, de nombreux moments amusants et dont ils ne se souviennent pas vraiment, qui rient et s’amusent. Quand je lis un chat, je ris aussi, mon humeur monte) et d’une manière générale, j’ai une attitude positive à l’égard de ce chat et de cette communication, car c’est vraiment cool de communiquer avec de vieux amis que vous n’avez pas vus depuis 5 ou 10 ans et que la vie s’est répandue dans différents pays et villes, mais moi, personnellement, je n’ai rien écrit à part le banal "Bonjour tout le monde et comment allez-vous?" et c’est tout, je ne peux rien écrire d’autre et j’ai peur d’écrire mes pensées, mes questions et mes réponses - je suis gêné, je suis juste gêné de communiquer avec une personne familière.
Je suis sociopolitain. J'ai remarqué que j'avais une phobie - au début j'avais peur de créer un compte sur les réseaux sociaux pendant plusieurs années, et le jour où j'ai créé un compte - j'étais nerveuse, mon cœur battait très souvent, la chair de poule sur mon corps et finissait par vaincre ma peur et mon zaregal)) J'ai créé un compte et ajouté quelques amis et camarades de classe.Je me sentais fatigué, c'était dur pour moi, mais je l'ai fait - j'ai vaincu cette phobie.
Maintenant, j'ai une nouvelle phobie - J'ai peur de communiquer avec les gens des réseaux sociaux, que faire et comment être aidé !? Cela me plane beaucoup, si quelque chose n'est pas clair - demandez s'il vous plaît.

PS
et me monte encore qu'ils pensent de moi ou de ce qu'ils disent et ça me rend furieux

J'ai peur des réseaux sociaux

Pour quelqu'un, poster sur Facebook est devenu une partie peu préférée du travail, tandis que pour d'autres, défiler des bandes est devenu presque une dépendance, consommant tout mon temps libre. En refusant les réseaux sociaux, nous risquons de sombrer dans la vie virtuelle, trop étroitement liée à la vie réelle. Nous passons parfois une heure et demie à la recherche d’une photo ou d’un lien intéressant à partager, simplement parce que cela doit être fait périodiquement pour vous rappeler vous-même. Ou ne postez pas une image que vous aimez vraiment, car "elle ne s'intégrera pas dans le style de profil".

Dans le contexte de nos tentatives personnelles pour repenser l’importance de Facebook et de Instagram, de plus en plus d’études donnent des résultats alarmants: les réseaux sociaux nous rendent malheureux, nous secouent les nerfs et nous poussent dans la dépression. Mais il y a aussi le bon côté de la médaille: avec un bon usage, ils peuvent apporter de la joie, rassembler et inspirer.

Gardez une trace du temps

L'ancien président de Facebook, Sean Parker, a déjà admis: l'objectif initial du projet était de capter l'attention des utilisateurs pour qu'ils passent tout leur temps sur le réseau social. Like Button a rapproché les créateurs de services de cet objectif comme jamais auparavant. Elle a utilisé nos récepteurs de la dopamine, qui travaillent sur le renforcement positif: si nous avions déjà présenté le tableau et obtenu le même résultat, nous répéterions cette opération pour gagner de plus en plus d'approbation. Un autre outil important est la formation de messages sans fin basés sur les goûts. Mais l'automne dernier, ils ont commencé à se battre avec «l'infini». Dans Instagram et Facebook, une fonction d'alerte apparaît lorsque vous faites défiler tous les nouveaux messages. Ainsi, les développeurs ont pris soin de leurs utilisateurs en réponse à une vaste étude montrant que les réseaux sociaux détruisent la santé mentale.

Afin de ne pas vous sentir accro, observez l'hygiène de la navigation en ligne. Les réseaux sociaux sont une partie importante et même nécessaire de notre vie, mais ce n’est pas toute la vie. Essayez donc de déterminer combien de temps vous êtes prêt à leur consacrer quotidiennement. De nombreux smartphones intègrent une analyse du temps passé devant l'écran. Vous pouvez y voir combien d'heures réelles vous passez sur les réseaux sociaux. Instagram vous permet de définir une limite de temps dans l'application. Presque tous les navigateurs Web ont également des utilitaires dotés de "contrôleurs". Vous pouvez le faire plus facilement et opposer votre veto à l’utilisation du téléphone à certaines heures, voire tout un week-end.

Moins vous utiliserez de réseaux sociaux, plus le contenu du flux sera intéressant. Comme vous vous en souvenez, c'est basé sur les goûts. Par conséquent, si vous vérifiez votre instagram une fois par jour ou tous les deux jours, il y aura toujours des messages des personnes les plus intéressantes et les plus proches. En général, pour que les réseaux sociaux inspirent et remplissent d’émotions positives, il est logique de procéder à davantage de nettoyage du contenu selon le principe de Marie Kondo: ouvrez chaque profil auquel vous êtes abonné et demandez-vous: «Me rend-il heureux?». Sinon, supprimez un ami. facultatif. Sur Facebook, il existe un bouton «suivre» pour ce cas, et sur Instagram, il est mis en sourdine (masquer de la bande). Donc, vous n'offusquerez pas qui que ce soit, mais nettoyez la bande de tout ce qui est inutile.

Examinez la liste de vos objectifs pour l’année, réfléchissez aux grands projets sur lesquels vous travaillez et à ce que vous voulez changer, et créez un ruban basé sur les demandes en cours. Si vous planifiez un déménagement, cherchez un nouvel emploi, construisez une maison, envisagez d'avoir un chien ou emportez-vous du maquillage, trouvez des blogueurs qui écrivent sur ce sujet, proches de vous dans le style et l'esprit (parmi toute la variété qui y règne à coup sûr).

Si vous explorez le minimalisme ou que vous vous efforcez d’économiser, il est judicieux de vous désabonner de ceux qui font la promotion du shopping et des discussions quotidiennes sur de nouveaux vêtements, cosmétiques, meubles et autres. Vos réseaux sociaux sont, si vous préférez, le reflet de vos valeurs, de vos intérêts et de vos projets. C’est votre principale source d’informations que vous pouvez entièrement construire vous-même. Vous ne devriez pas refuser une telle opportunité.

Rappelez-vous la beauté du monde des réseaux sociaux avant l’apparition du bouton Like. Nous nous sommes vêtus de graffitis sur VKontakte, avons écrit des blogs, créé des albums avec cinquante photos de voyages et commenté des articles non pour les «élever au sommet», mais parce que nous voulions simplement discuter. Ironiquement, la recherche prouve que les réseaux sociaux peuvent être bénéfiques et heureux, mais uniquement si vous êtes un participant actif. Par exemple, des scientifiques de l’Université du Michigan ont constaté que les réseaux sociaux les plus bénéfiques affectaient ceux qui les utilisaient pour une communication réelle et non pour la promotion de certains biens, services ou d’eux-mêmes.

C'est-à-dire que pour aimer à nouveau Facebook, nous devons tout rembobiner au début. Commentez la photo floue de la ville après la pluie que votre tante a aménagée. Féliciter un collègue avec une carte d'anniversaire que vous avez trouvée ou peinte spécialement pour lui. Discutez du nouveau film sur la page d'un ami et proposez-lui de poursuivre la discussion autour d'un café. Partagez ce que vous aimez vraiment. Rejoignez des groupes d'intérêt. Créez votre propre groupe. Au lieu d'utiliser les réseaux sociaux comme un «tueur de temps», faites défiler la bande sans but et oubliez en cinq minutes ce que vous venez de voir, devenez leur participant actif et son modérateur. Et même dans ces circonstances, continuez de contrôler votre temps et votre implication dans les activités Internet. Votre relation sera alors agréable et utile.

peur des réseaux sociaux

Bonjour, j'ai 28 ans, ça a l'air normal, je ne me plains pas de mon apparence, pas d'un nerd, j'ai des amis et ainsi de suite. (Il s’agit de vous pour mieux comprendre l’essence du problème). En général, l'année 2012 est dans la cour, tous ces contacts et facebook sont apparus il y a cent ans, tout est clair, mais il y a des gens comme moi qui ne sont pas là et non, ils étaient plus précis mais très peu nombreux. La première fois que je me suis inscrit sur VKontakte avant le début de l'année 2008, le contact semblait alors être comme, eh bien, je me suis enregistré, j'ai ajouté tous les amis là-bas, comme toutes les règles, ça semblait cool, mais ça a commencé, et la première semaine... il y avait environ 40 "amis" en quelques semaines., essentiellement ceux avec qui il a communiqué, et c’est à ce moment que tout a commencé. Toutes les marques sur des photos stupides avec des gens qui me déplaisent en général et n’ont pas vraiment communiqué avec eux pendant longtemps, encore différentes photos maladroites de la nouvelle année, à partir desquelles le téléphone, la mer de toutes sortes de bêtises, commentaires, demandes d’amis de toutes les personnes de gauche, que nous connaissons bien et qu’en fin de compte, lors de la troisième semaine de ma présence sur VKontakte, le placement définitif de ma photo d’un anniversaire il ya deux ans, lorsque j’ai beaucoup bu et que j’ai vraiment ne pas aimer ma vue, s’est terminé. De plus, toutes sortes de vidéos stupides d'amis au mur, d'étiquettes de type Karjovye du 23 février, d'un ami, etc., en général, eh bien, vous comprenez. En général, j'ai pris ma retraite et je n'y suis pas inscrit avant 2009, puis je me suis enregistré, et c'est pareil. Enlevé. puis, d’une manière ou d’une autre, j’ai eu l’impression que je manquais beaucoup parce que = je n’étais pas là, tout le monde était au travail ou à la maison, et ils ont parlé, j’ai remplacé ICQ à VKontakte. En général, j’ai compris qu’il était vraiment nécessaire, mais toujours connu un solide négatif de lui. En général, le fait est qu’en plus de tout spam, être «caché», ce n’est pas du tout le sens du FSB, est très ennuyeux, mais j’y suis allé et tout le monde voit immédiatement que je suis en ligne, je change de photo, c’est tout de suite affiché dans les nouvelles, et ainsi de suite. C’est simplement désagréable, je ne peux rien faire et je ne veux pas que quelqu'un m’écrive, ni même que je sois chez moi en ce moment. En bref, quelque chose comme ça... De temps en temps, je me suis enregistré de la sorte et je l’ai bientôt supprimé, puis j’ai honte d’ajouter des amis moi-même. Ils répondent donc oui, vous l’avez déjà supprimé. Ne pouvez-vous pas le supprimer? Je dis, oui, oui, je ne le ferai pas, et encore une fois, je ne maintiens pas cette surveillance totale... Récemment, je pense avoir surmonté cette phobie. Je me suis inscrit sur VC et Facebook en janvier et je ne l’ai pas supprimé. Il ya une semaine, j’ai eu une dépression grave et j’ai eu la gueule de bois. effacé à nouveau ce maudit contact, il semblait que je détestais tout le monde, c’est maintenant vraiment dommage de le refaire. J’ai supprimé tous mes amis avant de supprimer la page. Il est donc inutile de le restaurer... Je ne comprends pas pourquoi, je communique normalement avec les gens, mais de nature introvertie, mais en compagnie de gens familiers beaucoup bschayus6 plaisantez, prendre l'initiative, et ainsi de suite, mais quand tous ces gens avec qui je suis heureux de communiquer dans le monde réel tous les jours coller leurs photos sur votre page, lisez leurs nouvelles idiotes, vous commencez à les haïr tout. Dernière chance, facebook. Il ne l'a pas supprimé et n'a ajouté que ceux6 qui sont sûrs que ce ne sera pas gênant. Que penses-tu de tout ça? Merci

Le semblable

peur des réseaux sociaux: 5 commentaires

Et vous devez être dans les réseaux sociaux. Vivez une vraie vie sans contacts et facebook

Sasha! Vous n’aimez pas le canard et ne vous asseyez pas, vous avez déjà 28 ans, vous êtes déjà assez dirigé par la foule)
Par exemple, je n’aime pas particulièrement correspondre non plus, surtout lorsque des personnes écrivent avec qui nous ne communiquons pas et ne nous voyons pas vraiment dans la vie, seulement «bonjour».
Il suffit d'appeler et de parler normalement) Ne vous inquiétez pas tellement, cela prend vraiment beaucoup de temps)

Tout d’abord, vous pouvez faire en sorte que cela ne soit pas visible par vos amis. Deuxièmement, qu'est-ce qui vous fait penser que c'est un must? Mais si vous avez des amis là-bas - quand vous le souhaitez, écrivez.)))))))))))) Troisièmement, une sorte de fouillis est confus.

Inscrivez-vous à Mail.ru et utilisez un agent. Si vous voulez vraiment créer un réseau "social" - vous pouvez à tout moment créer / supprimer My World, sans perdre les bonnes personnes de la liste des contacts de l'agent. Eh bien, le courrier au marché est également utile :-)
Et meilleur contact avec le contact - c’est une chose contagieuse, de toute façon, tôt ou tard vous voudrez le supprimer quand même.

Sasha, ton problème - comme si je lisais dans mes pensées... j'ai le même!

Phobies étranges de personnes au 21ème siècle

Chacun de nous a peur de quelque chose.

Différentes sortes de phobies hantent l'homme depuis des temps immémoriaux.

Cependant, des craintes sont apparues assez récemment, et personne ne soupçonnait même leur existence il y a une vingtaine d'années.

Les phobies les plus célèbres ont commencé à s’effacer, laissant la place aux phobies modernes qui se sont formées chez des personnes sous l’influence de la nouvelle époque.

Par exemple, la plupart d’entre nous ont peur de se retrouver sans téléphone portable.

Selon une nouvelle étude, plus de la moitié des habitants d’Albion sont atteints de nomophobie. En d'autres termes, ils ont peur de perdre ou d'oublier leur téléphone portable à la maison.

Voici quelques-unes des peurs les plus populaires et, en même temps, étranges qui ont surgi relativement récemment.

Peurs modernes

C'est une peur de ce que les gens disent de vous et se taisent dès que vous entrez dans la pièce.

En règle générale, une telle phobie se développe au travail.

Craignant que la ligne que vous avez rejoint bougera plus lentement que la suivante. Une telle peur se produit souvent lorsqu'une personne s'enregistre à l'aéroport, au bureau de poste ou au guichet des supermarchés.

Le seul moyen de sortir de cette situation est de prendre un ami avec vous pour le mettre à la place suivante au cas où.

Peurs de l'homme moderne

Les personnes souffrant de la peur panique du vent souffrent d'ankraophobie. En règle générale, ils préfèrent les espaces fermés.

La peur de la danse oblige de nombreux adolescents à abandonner les activités amusantes. Beaucoup de gens souffrent d'horophobie au fil des ans.

Il convient de noter que, ces dernières années, le nombre de personnes inspirées par des vidéos sur la chaîne Youtube a augmenté. Les «mobs flash» avec danses dans les centres commerciaux et les places sont devenus particulièrement populaires.

Curieusement, cela a entraîné une forte augmentation de l'incidence de l'horophobie.

Peurs et phobies

Ceux qui paniquent craignent l'opinion de quelqu'un d'autre sont sujets à l'alloxaphobie. Certains d'entre nous sont tellement dépendants des pensées des autres à leur sujet que cela devient une phobie obsessionnelle.

Craindre les explosions atomiques en cette période agitée est une chose tout à fait normale.

Cette phobie est semblable à la précédente. La peur des armes nucléaires est l’une des peurs courantes de la modernité.

En raison de la crainte que le beurre de cacahuète ne colle au palais, beaucoup refusent de le manger. Cette phobie est assez commune, même parmi les fans ardents de ce produit.

Phobies modernes

La peur des réseaux sociaux est une phobie apparue au 21ème siècle. En fait, il s’agit d’une version moderne de la peur de vous voir.

Cette phobie se manifeste par la peur d’avoir votre propre page sur les réseaux sociaux, car les personnes mal intentionnées peuvent utiliser les informations de votre compte pour faire du chantage ou de l’espionnage.

La peur des glucides chez certaines personnes conduit à un abandon complet de l'utilisation du sucre et de l'amidon, qui sont les composants principaux de la farine, des pâtes, des pommes de terre et du riz.

Une telle crainte était la propagande du soi-disant régime du Dr. Atkins. Certains acceptent l'appel d'un nutritionniste réputé pour abandonner la consommation d'aliments gras et pour limiter les glucides de manière trop littérale.

La peur d'être ridiculisé amène certaines personnes à porter un masque et à ne pas être elles-mêmes. Cette phobie rappelle l'alloxaphobie, la peur de l'opinion d'un autre.

Chez l'homme moderne, la peur des pièces vides est assez courante. Les Tenofoby ne tolèrent pas physiquement les pièces non meublées et autres objets intérieurs.

La peur du vert - un phénomène rare. Une personne atteinte d'une telle phobie ne tolère pas l'apparition d'arbres, d'herbe ou d'autres objets de couleur verte.

La peur des baguettes japonaises en mangeant est devenue une phobie très commune depuis que le sushi a acquis une immense popularité parmi les gourmets européens.

Souffrant de cautiophobie, vous ne devez que conseiller ce qui suit: il existe une fourchette ordinaire pour les sushis et autres plats asiatiques.

Il peut sembler étrange ou ridicule que, à notre époque de technologies complexes et développées, il y a ceux qui ont peur des ordinateurs paniqués.

Si la nomophobie est une phobie des jeunes, la cyber phobie est plus fréquente chez les personnes âgées contraintes d’apprendre les nouvelles technologies.

Phobies humaines

La dégoût ou la dégoût anormal pour la politique et tout ce qui y est lié évolue parfois vers une véritable phobie.

Les personnes souffrant d'omphalophobie ont peur des nombrils. Ils commencent une véritable panique quand quelqu'un touche leur nombril, et eux-mêmes n'osent pas toucher les autres.

En règle générale, cette phobie est liée au fait que les nombrils sont associés au cordon ombilical et au ventre maternel. Les soi-disant omphalophobes évitent non seulement de regarder, mais même de penser à cette partie du corps, car la pensée même du nombril lui-même provoque une horreur inhumaine.

Le nombre de personnes souffrant de cette phobie est en augmentation constante. La raison de cela - les tendances de la mode qui permettent de porter des hauts avec le ventre ouvert.

La peur des phénomènes cosmiques, le cosmos et tout ce qui y est lié, se développe chez certaines personnes en une véritable phobie difficile à combattre.

La peur pathologique d'être seul est une maladie de notre temps. C’est un paradoxe, mais plus les technologies qui nous entourent sont avancées, plus nous nous sentons seuls.

Domatofobiya - Crainte forte et paniquée pour les maisons et tous les bâtiments. Une peur particulière inspire les grands immeubles de grande hauteur.

Les villes en croissance rapide avec d'énormes gratte-ciel ont créé une nouvelle phobie. Les Domatophobes ont même peur de s'approcher de tels bâtiments.

La peur obsessionnelle de nouveaux objets, situations et choses est la raison pour laquelle certaines personnes préfèrent la routine.

La chronophobie souffre des personnes qui craignent que le temps avance inexorablement.

La crainte d'une longue attente est associée à une augmentation du nombre de centres d'appels et de ce qu'on appelle les services bancaires téléphoniques, les services de banque à distance.

Cette crainte de se tromper en écrivant un mot en choisissant la mauvaise lettre s’est généralisée avec l’avènement des téléphones portables et des ordinateurs.

La rithophobie ou la peur des rides est inhérente, en règle générale, aux femmes. Cette phobie est associée à la popularité croissante des injections de Botox.

Pour certains, cette peur est une véritable paranoïa et ce sont des clients réguliers des cosmétologues et des chirurgiens plasticiens.

Phobies d'Internet

Notre siècle est caractérisé par une profusion de technologies modernes, par toutes sortes de réseaux sociaux et par de nombreux retards informatiques. Il n’est donc pas surprenant que de nombreux utilisateurs d’Internet aient commencé à apparaître sous différentes formes de phobies, et tout simplement à craindre. Toutes ces craintes ont depuis longtemps cessé d'être inhabituelles.

Tout au long de l'histoire de l'humanité, il a eu des peurs. Les phobies étaient différentes, des petites peurs à la panique. Le monde a changé, s’est amélioré et les craintes non seulement n’ont pas diminué, mais ont également augmenté.

Comment et pourquoi avons-nous peur et comment l'éviter? Comment notre création et notre subconscient peuvent-ils gérer cela? Malheureusement, ni une avancée dans le domaine de la médecine, ni le professionnalisme des médecins ne nous ont permis de réduire nos phobies. Vous ne pouvez que les supprimer, mais pas résoudre le problème.

Et maintenant, considérons les principales craintes des utilisateurs d’Internet. Si vous ne trouvez pas votre personnel là-bas, ne soyez pas fâché et pas heureux, peut-être que vous n'en avez pas, mais il y en a d'autres...

Rétofophobie. Cette peur est particulière à ceux qui ont peur de se tromper dans les mots ou de ne pas voir "autochange"

Chronophobie Internet. Ce groupe d'utilisateurs diffère en ce qu'il craint inutilement et gaspille du temps sur le réseau.

Nomophobie Une des phobies les plus courantes. Les utilisateurs de cette catégorie ont peur de rester sans Internet - "... soudainement, un téléphone portable tombe en panne, une couverture médiocre dans le métro, un café, une maison ou un problème avec le fournisseur."

Stanophobie. Cette phobie doit son nom à Stan, le personnage de la série animée «South Park» (saison 14, épisode 4, où la grand-mère du héros lui a été ajoutée en tant qu'ami). La principale crainte ici est la crainte que toutes sortes de parents s'enregistrent sur les réseaux sociaux... Phobie obsolète ou peur de la phobie. Les utilisateurs de cette catégorie ont peur de poster des blagues obsolètes, des blagues, ne veulent pas être ridiculisés à cause d'informations périmées.

Feykofobiya. Cette crainte s'exprime dans la crainte de publier des informations provenant de sources peu fiables. Chaque message est revérifié, la source d'informations est recherchée.

Phobie Enese Cette peur peut aussi être appelée paranoïa. Il est basé sur la peur de la surveillance par les services secrets dans les réseaux sociaux.

Weibekophobia. Phobie très intéressante. Les utilisateurs exposés à cette peur craignent leur passé dans le réseau. Ils détruisent constamment les anciennes "traces" de leur séjour dans les réseaux sociaux, Twitter, LJ, afin que personne ne puisse trouver cette information.

Ponctophobie Une phobie étrange se manifeste par le fait que les utilisateurs ont peur d'écrire ou de recevoir un message, un message avec un point à la fin d'une phrase. Ils considèrent que la phrase se terminant par un point est trop sévère et grossier.

Imodzhifobiya. Il est caractéristique de ceux qui utilisent des sourires et des autocollants variés tout en craignant d’être mal compris par les autres. En outre, tout cela est accompagné d'une agonie mentale après chaque émoticône envoyée.

Aglyphobie Les représentants de ces peurs ont peur d'être mentionnés ou signalés dans diverses photographies ou dans des messages.

Filtrer la phobie Phobia est basé sur la peur de choisir le mauvais filtre dans Instagram. Au lieu de la joie, il y a l'angoisse et la peur du choix. Topitsithobia. La peur de ne pas être informé ou d'être hors sujet, ainsi que la peur de paraître ridicule lors de la soumission de telle ou telle information. Par exemple, tout le monde parle de l’Ukraine et vous avez posté une recette de kebab.

Selfies Peur d'un mauvais selfie. La peur est accompagnée de plusieurs autoportraits, de sorte que le résultat était bon.

Heshtegophobia Presque paniqué de craindre la «grille» #, si ce symbole est utilisé avant un mot.

Loginophobia Les représentants de cette phobie ont peur de se connecter et de se connecter à d'autres ordinateurs et téléphones.

Laikophobie. Grande peur de ne pas obtenir le nombre souhaité et élevé de «j'aime» sur les réseaux sociaux

Duoluminophobia. Les employés de bureau sont généralement sujets à cette peur. Phobia est basé sur la peur de faire une erreur en discutant avec des collègues et des amis.

Ignophobia Beaucoup de gens ont peur de l'indifférence et de l'ignorance, cette peur est basée sur ceci. L'inquiétude est provoquée lorsque le message est lu pendant la correspondance, mais reste sans réponse.

Notifikofobiya. La peur apparaît avec une irritation constante des différentes alertes. En conséquence, un smartphone ou un ordinateur portable en panne.

Et n'oubliez pas, si la peur à faire face, il peut ne pas être si effrayant!

Confessions d'un psychologue: lancez-les sur vos réseaux sociaux!

«Je n'aime pas les réseaux sociaux. Pour moi, c’est un monde en plastique, un monde d’illusions et de tentatives d’apparition, et de ne pas être.

Je me sens malheureux après avoir visité les pages d'amis souriants lors de diverses fêtes, visionné des photos de nombreux voyages, acheté des appartements, des voitures...

Et oui, j’envie terriblement des occasions manquées que quelqu'un a saisies et portées dans un avenir radieux et aéré. En moi, les réseaux sociaux évoquent beaucoup de négativité, et j'ai peur de basculer du côté obscur. Et je ne sais pas comment me vanter et me vanter. Eh bien, c'est très très difficile pour moi. Je ne sais pas comment être une star, et mes publications se révèlent souvent être des goûts non marqués et ne vont jamais au sommet des vues Facebook. Je ne suis pas populaire... "

Ces expériences ont été partagées par ma cliente, une jeune femme qui est venue à la réception pour un doute aigu de soi. Agréable, intéressant, intelligent, habillé avec goût. Il est difficile, en la regardant, de suspecter cette insécurité la plus notoire et des sentiments aussi profonds vis-à-vis de ce fait apparemment indigne, comme l’impopularité des réseaux sociaux.

Beaucoup de choses ont été écrites sur le revers des réseaux sociaux et il existe un certain nombre d'études assez curieuses sur l'impact négatif sur la psyché des personnes. Je ne parlerai que de quelques faits essentiels qui, à mon avis, méritent le plus d'attention.

Impact négatif des réseaux sociaux

1. Enlèvement de temps

Surfer en moins de 15 minutes se transforme souvent en de nombreuses heures d'assise sans but, avec visionnement du profil d'autres personnes, de photos et de piratage de la vie à la surface de lecture.

2. Cultiver un sentiment d'insécurité

Tout le monde part en vacances dans les îles, achète des appartements, loue des voitures, change d'emplois prestigieux, est superbe et je suis Cendrillon.

3. Déception dans votre vie

Contre toutes ces belles et réussies, vous réalisez que votre vie passe.
Pensée superficielle - images avec citations, petits messages, mais en quelles quantités. Le cerveau est surchargé d'informations, la perception devient très sélective, la fatigue s'accumule, ce qui affecte la qualité de l'assimilation et la quantité d'informations pouvant être traitées.

4. dépendance

Formé un désir constant et constant d'être dans les réseaux sociaux.

Un médicament simple, ou pourquoi ils le font

Et maintenant, les expériences personnelles de leur échec et les médicaments simples qui les aideront à y faire face. Les réseaux sont émotionnels, c’est leur principal canal d’influence. Par conséquent, mesdames et messieurs, passons à la logique!

  • Qui, étant dans son esprit et sa mémoire sobre, placera sa photographie tordue et oblique, prise dans une perspective infructueuse et dans une situation ennuyeuse?
  • Qui partagera le chagrin, la tristesse qui verse depuis longtemps une mer de larmes dans les oreillers de solitude et qui cherche désespérément à en trouver la moitié?
  • Qui racontera des histoires d'échecs au travail ou que le travail est dans le foie avec tous mes chers collègues et mes supérieurs non moins aimés?
  • Qui va parler de dépression, de perte du sens de la vie ou d'une période difficile de peurs, d'inquiétudes, de rebondissements?
  • Qui partagera ses pensées sur le divorce, sur la façon dont l'enfant bascule sur le lustre pour la deuxième année et sur le fait que vous voulez parfois sortir par la fenêtre et que ces pensées ne causent plus peur ni reproche?
Montrez-moi ce kamikaze et je reprendrai mes mots et écrirai un article complet et détaillé consacré à ce héros avec beaucoup de photos et peut-être même une vidéo. Pendant que vous le cherchez parmi vos amis et connaissances, je souhaite développer davantage ma pensée.

Au prix d'efforts énormes, les gens portent la marque du succès, du bonheur et de l'harmonie. C’est un gage de popularité, de goûts, de jalousie, d’envie, de classement - tous les attributs qui confirment votre appartenance au groupe et que vous respectez ses règles.

Je n'ai pas rencontré les âmes courageuses et désespérées qui s'engageaient dans un strip-tease spirituel sur la dureté de la vie, la pauvreté dans l'âme et les peurs qui régnaient avant d'aller au lit. Cela n’est pas accepté, car il est difficile d’avoir beaucoup de goûts et, en outre, une telle franchise peut sérieusement compromettre le succès de la marque personnelle créée par les efforts titanesques.

5 raisons supplémentaires pour les profils idéaux sur les réseaux sociaux

1. À l'aide d'un profil, de nombreuses personnes essaient de plaire à l'employeur.

2. Le profil est souvent utilisé pour le développement des affaires et la vente de ses biens et services.

3. Il existe de nombreuses informations compétentes sur la façon de mieux se promouvoir sur les réseaux sociaux et au moins beaucoup de mes amis l'utilisent.

4. Les spécialistes CMM et les rédacteurs aident la majorité des utilisateurs particulièrement réussis des réseaux sociaux à promouvoir leur profil.

5. Former et maintenir votre marque et être populaire est une compétence qui s’exerce par le biais de connaissances, d’efforts et d’une assez longue période.

Si, même après tout ce qui précède, la voix intérieure continue de dire avec enthousiasme qu'il faut faire quelque chose, faites-le. Commencez petit - définissez un objectif que vous poursuivrez via les réseaux sociaux. Faites un programme minimum et commencez à manifester. Toute habileté, y compris un muscle, doit être entraînée de manière à obtenir un résultat. Et rappelez-vous que de l'autre côté de l'écran se trouvent les mêmes personnes ayant des problèmes, des peurs et des inquiétudes similaires. Restez simple et dans le bon sens!

Comment les reconnaître, ou les phobies nées de gadgets et de réseaux sociaux

Nomophobie - Avez-vous déjà oublié votre téléphone portable à la maison? Si vous ressentez de l'inconfort, de l'anxiété et des sentiments de peur, vous êtes plus susceptible de souffrir de nomophobie - la plaie du 21e siècle. Ce terme vient de l'expression anglaise "no mobile phone" et signifie la peur de se retrouver sans téléphone portable.
Cyber ​​phobie - est fréquente chez les personnes âgées, qui doivent apprendre les nouvelles technologies.
Socionethobia - peur des réseaux sociaux. J'imagine que les lecteurs du forum n'en ont pas peur, alors nous allons l'omettre. )
Trollephobia - tout internaute sait qui sont les trolls. Tout le monde est conscient qu'il est impossible de les nourrir, il est inutile d'interdire, il suffit de les ignorer. Mais la croissance active de la population de trolls sur Internet a conduit à une réponse - trollfobiya ou trolling. Le patient est sûr - tous les commentateurs, les membres de son bloc ou de son portail sont des trolls qui poursuivent un seul objectif - détruire son projet. D'où le désir d'anonymat ou le désir de ne pas attirer l'attention. Malheureusement, il n'y a pas de médicaments et de techniciens médicaux pour trollefobia. Les psychologues conseillent la même chose que la sagesse populaire d'Internet: ne succombez pas à des provocations, ne nourrissez pas les trolls.
Imodzhifobiya - l'un des exemples de nouvelles peurs humaines résultant de la prolifération de forums de discussion et de réseaux sociaux. En envoyant le smiley ou l'autocollant habituel dans un message, une personne craint de ne pas le comprendre, de mettre le symbole "hors de propos".
Phobie de soi - les psychologues disent que la peur d'un mauvais selfie est aujourd'hui un problème psychologique grave qui nécessite une intervention médicale. Il est curieux que le culte d’Instagram ait conduit le fait que beaucoup de filles pratiquent la chirurgie plastique uniquement dans le but de créer un «selfie de haute qualité».
Tredofobiya - du mot anglais thread - une branche des commentaires sur les réseaux sociaux. En fait, cela s’exprime dans la peur de commenter, d’exprimer votre opinion. Habituellement, la treadphobie est timide et dans la vie, elle ne fait qu’aggraver les choses en ligne, car si le commentaire s’avérait soudainement alphabétisé, les critiques et les insultes tomberaient. Ainsi, vous pouvez vous transformer en un meme Internet.

Se débarrasser des phobies, se sentir bien et moins anonyme - pour que le projet ne soit pas détruit... de bonne et de bonne humeur))))

En Savoir Plus Sur La Schizophrénie