L’hypocondrie est un trouble préoccupant qui attache de plus en plus d’attention à la santé physique. Il y a longtemps que l'état de l'homme, qui se manifestait par l'inquiétude de la possibilité supposée de tomber malade, s'appelait hypocondrie. Au sens habituel du terme, ce mot signifie découragement et attitude mélancolique à l'égard de la vie. Comment se débarrasser de cette maladie inquiète encore beaucoup.

Médecine Le terme hypochondrie fait référence à des diagnostics. Il est destiné aux patients qui ne lâchent pas leurs idées obsessionnelles sur la présence d'une maladie grave incurable. Ce terme désigne un trait de personnalité ou un symptôme de trouble mental. L'hypocondrie pure se caractérise par la perception de sentiments personnels comme déplaisants et anormaux. Dans ce cas, l'hypochondriaque "sait" par erreur quel type de maladie il a, mais son degré de conviction change souvent en raison du caractère suspect de cette maladie.

Qu'est ce que c'est

L'hypocondrie est l'état d'une personne, qui se préoccupe constamment de la possibilité de contracter une ou plusieurs maladies somatiques, se plaint de sa santé physique, se fait une idée de ses sensations habituelles anormale et désagréable, en supposant qu'il existe, en plus de la maladie sous-jacente, une forme supplémentaire.

Dans le même temps, une personne peut penser qu’elle sait de quel type de «maladie» elle est réellement affectée, mais le degré de sa conviction change généralement de temps en temps, et il considère qu’une maladie ou une autre est plus probable.

Causes du syndrome hypocondriaque

L'hypocondrie accompagne dans la plupart des cas les changements mentaux déjà existants dans le contexte de la maladie sous-jacente. Le plus souvent, il s'agit d'une névrose. Ce sont des formes spécifiques de maladie mentale, la psychiatrie dite "mineure". La principale différence entre la psychiatrie «limite» et la grande, c'est que les personnes souffrant de névrose sont très critiques envers elles-mêmes et leurs changements.

Important: comprendre l’essence de la maladie est un facteur important pour un traitement approprié. Le patient commence à participer activement au processus de thérapie en aidant le médecin.

Le syndrome hypochondriaque peut accompagner une pathologie organique - pathologies cérébrales (processus inflammatoires, lésions, néoplasmes). L'hypocondrie est souvent le véritable compagnon des maladies séniles associées au développement d'une démence (démence).

Une prédisposition génétique joue un certain rôle. Les expériences hypocondriaques se produisent chez les enfants. Les problèmes familiaux, les problèmes au travail, dans les établissements d’enseignement, les craintes des personnes anxieuses peuvent déclencher le développement de sentiments et d’expériences douloureuses.

Classification

L'hypocondrie est divisée en les types suivants, en fonction du trouble mental:

  1. Surévalué - dans lequel les plaintes humaines semblent à des étrangers raisonnables et compréhensibles. Après ces visites, les médecins, qui, naturellement, ne détectent pas leurs problèmes de santé, décident d’effectuer le traitement de manière autonome à domicile, avec l’aide de remèdes populaires;
  2. Obsessive - en raison de la capacité d’impression. Cela se produit souvent chez les étudiants des universités de médecine, qui entendent très souvent parler de nouvelles maladies et sont convaincus que chacune d’elles est dans leur corps;
  3. Syndrome asthénoipochondrial - peut survenir pendant plusieurs années. Un trait distinctif est qu’il peut y avoir des motifs de maladie réelle de l’organisme;
  4. Fou - les patients sont sûrs que les médecins leur cachent la maladie car ils ne veulent pas la soigner. Toute tentative de convaincre une telle personne est considérée comme une déception et le refus de la soigner est pris pour le désespoir et la mortalité de la maladie. Souvent, ces personnes voient des hallucinations. Ce type d'hypochondrie se produit généralement avec une schizophrénie ou une dépression prolongée. Peut se terminer par un suicide.

Symptômes d'hypocondrie

Des hypochondries cachées à différentes périodes de la vie peuvent apparaître chez toute personne, tout le monde a ses règles lorsqu'il semble que le corps fonctionne mal. Mais, chez les vrais hypocondriaques, cela se transforme en une manie douloureuse.

Il existe trois formes conditionnelles de la maladie:

Les personnes avec un type obsessionnel peuvent être décrites comme ceci:

  • Analysez constamment tous les processus dans le corps (et si je vais normalement aux toilettes; et qu'est-ce qui a piqué cela; oh, j'ai mal à la tête - probablement, il y a un cancer!).
  • Sujettes à l'anxiété et à la méfiance.
  • Ont souvent de l'anxiété et des craintes pour leur santé.
  • Si aucun symptôme ne peut être détecté, ils commencent à s'écouter, à se sentir paniqué (même la douleur a cessé, probablement - c'est la fin!).

Une crise d'hypochondrie peut résulter de la consultation d'annonces médicales, de la phrase ambiguë du médecin.

Avec une forme surévaluée, les manifestations sont similaires, mais il existe aussi des réactions comportementales et mentales très caractéristiques:

  • Une personne fait un effort incroyable pour atteindre une santé parfaite, applique une variété de régimes, durcie, prend beaucoup de médicaments, de vitamines ou de compléments alimentaires. Ces personnes pensent souvent qu’elles ne sont pas traitées correctement ou ne veulent pas être traitées pour la «maladie existante» et elles sont souvent impliquées dans des litiges avec des cliniques et des médecins.
  • Les patients réagissent avec acuité et émotion aux moindres manifestations d'inconfort physique ou d'anomalie. Même des problèmes de santé bénins tels que le nez qui coule sont considérés comme très graves.

Ce type d'hypochondrie peut être le signe d'une psychopathie ou d'une schizophrénie imminente.

Le type d'hypochondrie le plus grave est délirant, il peut être:

  • Tentatives de suicide fréquentes.
  • Absurdités possibles et toutes sortes d'hallucinations, dépression.
  • Confiance en la présence de maladies incurables.
  • Les tentatives de dissuasion sont interprétées comme «même les médecins m'ont mis une croix».

Ce type d'hypochondrie nécessite généralement un traitement immédiat.

Diagnostics

Si une personne a des plaintes, la première chose à faire est de consulter un médecin (la chose la plus raisonnable est un thérapeute). Seul un spécialiste peut dire s’il ya lieu de s’inquiéter pour la santé de son corps ou s’il s’agit d’un syndrome de l’hypochondrie. Pour clarifier l'état du patient, le médecin vous prescrira un test sanguin, de l'urine, un électrocardiogramme. Ces examens les plus simples montreront l’état général du corps.

Si nécessaire, pour exclure certaines maladies, échographies ou rayons X, des consultations de divers spécialistes peuvent être prescrites. S'il n'y a pas de pathologie au niveau des organes internes et si le patient continue à être perturbé par l'état de santé inquiétant, il est conseillé de consulter un psychiatre ou un psychothérapeute. Ce médecin se familiarisera avec les résultats de l'examen de la polyclinique, et dirigera éventuellement le patient vers un psychologue afin de déterminer ses caractéristiques personnelles.

Vous ne pouvez pas reporter une visite chez le médecin si l’idée d’une maladie grave ou d’une préoccupation pour la santé, sans raison apparente, dure plusieurs jours. Premièrement, vous devez vraiment vous assurer que la personne est en bonne santé physique. Deuxièmement, l'hypochondrie, laissée sans surveillance, peut avoir des conséquences tragiques. Ainsi, l'hypochondrie associée à la dépression est une condition plutôt dangereuse. Un tel patient, qui a décidé qu'il était gravement malade, par exemple avec une maladie oncologique, peut se suicider pour ne pas être un fardeau pour ses proches ou pour ne pas en souffrir. Les maladies graves telles que la schizophrénie et la dépression peuvent débuter par des symptômes d'hypochondrie. Dans ce cas, il est très important de ne pas perdre de temps: plus le traitement est commencé tôt, meilleur est le pronostic pour le patient.

Traitement de l'hypochondrie

Un traitement efficace de l'hypochondrie est impossible sans la participation des membres de la famille du patient, qui sont les seuls à pouvoir aider à modifier son mode de vie. Ce sont les changements positifs qui sous-tendent la psychothérapie: il est recommandé au patient de changer temporairement de lieu de résidence (repos, déplacements, visites connexes et amicales dans d’autres villes et pays), de travail, dans son cercle social. De nouveaux passe-temps, en particulier ceux liés aux activités physiques - natation et autres sports, cyclisme, randonnée et yoga, donnent des résultats positifs. Un nouveau passe-temps doit être déterminé en fonction de l'âge du patient.

Lors du traitement de l'hypochondrie à la maison, il convient d'exclure catégoriquement la lecture de la littérature médicale, la visualisation des programmes pertinents, la communication sur des forums qui ont un rapport avec la médecine. En général, toute la production médiatique est reléguée au second plan - la communication vivante et positive avec la famille, les amis et la nature doit constituer le fondement de la vie d’un hypocondriaque. Des conversations régulières avec le psychothérapeute ont lieu.

En règle générale, au début de l'hypochondrie, ces mesures sont suffisantes. Si un diagnostic de deuxième ou troisième degré de la maladie est diagnostiqué chez un patient, il est conseillé de traiter l'hypochondrie avec des médicaments.

Le traitement symptomatique de l'hypochondrie comprend:

  1. Prise de sédatifs - extraits de valériane, d’agripaume, de pivoine et de leurs dérivés, Persen, Phytosed, Novo-passit, Dormiplant, Validol, Cedariston et autres;
  2. Acceptation des somnifères - pris uniquement sur ordonnance et sous la surveillance d'un médecin: Donormil, Melaxen, Hyposed, Barbamil, Bromizoval et autres;
  3. Prise d'antidépresseurs - Amitriptyline, Sertralin, Fluoxetine. Ces drogues ne créent pas de dépendance, mais leur utilisation n’est efficace que 2 à 3 semaines après le début de la réception;
  4. Neuroleptiques - utilisés dans les cas de troubles mentaux graves et de troubles du comportement: Rispolept, Khloprotiksen, Sonapaks, Grandaksin.

Le traitement par un psychothérapeute comprend de nombreuses méthodes, la thérapie est choisie individuellement, en fonction de l'état et de la forme de la maladie. Lorsque l'hypochondrie est utilisée:

  • psychothérapie individuelle;
  • psychothérapie familiale;
  • psychothérapie de groupe;
  • psychothérapie rationnelle;
  • psychothérapie cognitivo-comportementale

Toutes ces méthodes peuvent être très efficaces, à condition que le thérapeute établisse un contact avec le patient.

Comment se débarrasser de l'hypochondrie indépendamment?

Le travail indépendant du patient sur sa maladie est une condition préalable à la réussite du traitement. Pour que l’autoassistance soit efficace, il faut la pratiquer tous les jours. Dans le même temps, il ne faut pas oublier que le traitement de l'hypochondrie, comme de toute autre maladie, doit être effectué sous la surveillance d'un spécialiste.

Travaille sur toi-même et tes peurs

Les experts notent que les traits de caractère individuels sont des facteurs fréquents qui accompagnent l'hypochondrie. Par conséquent, pour augmenter l'efficacité du traitement traité, il est nécessaire de faire attention à travailler sur soi-même. L'ambiguïté est l'un des traits de personnalité qui contribue au développement et empêche le traitement de l'hypochondrie.

Les mesures qui vous aideront à réduire vos soupçons sont les suivantes:

  • Tenez un journal dans lequel vous noterez les situations désagréables causées par la méfiance, ainsi que les pensées et les sentiments qui vous ont accompagné;
  • éliminer le désir de parler mal de vous ou de votre corps;
  • développez vos qualités et compétences positives;
  • essayez de dessiner ou de décrire toutes vos préoccupations dans des vers, en utilisant des mots et des images amusants;
  • écrivez les peurs que vous visitez sur un bout de papier et essayez de vous moquer d'eux;
  • Imaginez un film sur votre vie idéale et regardez-le tous les jours pendant 5 à 10 minutes.

Les autres traits de caractère, qui représentent un environnement favorable à la manifestation de l'hypochondrie, sont la tendance à une évaluation négative du monde environnant et au doute de soi. Dans le processus de traitement de ce trouble, le succès et l'échec peuvent se produire. Il est nécessaire de se concentrer même sur les plus petites réalisations et de ne pas se focaliser sur les échecs. Il est utile d’enregistrer et d’analyser toutes les expériences positives accumulées qui augmenteront votre estime de soi et votre confiance en la victoire sur la maladie.

Combattre la peur

L'anxiété est un sentiment qui accompagne et intensifie les symptômes de l'hypochondrie. Au moindre malaise physique, la peur surgit, ce qui empêche la capacité de penser rationnellement. Des techniques spéciales qui aident à obtenir une relaxation à la fois musculaire et émotionnelle aideront à contrôler cette sensation.

Les moyens de se détendre sont:

  • exercices de respiration;
  • exercice;
  • yoga, méditation;
  • relaxation progressive par jacobson.

Vous pouvez vous aider vous-même pendant une crise d'angoisse en vous rappelant que la peur et le rire bloquent automatiquement la peur Vous pouvez syronizirovat sur la situation dans laquelle vous vous trouvez, souvenez-vous d'une blague ou tout traduire en blague. Si vous ne pouvez pas rire, essayez d'exprimer votre colère. Être en colère ne concerne pas nécessairement des personnes ou des circonstances réelles. Vous pouvez exprimer une agression contre un personnage de fiction ou la maladie elle-même.

Confrontation de l'exclusion sociale

Les symptômes de l'hypochondrie amènent souvent les patients à limiter leur contact avec le monde extérieur. La peur d'être infecté par une maladie ou au bon moment sans drogue conduit progressivement à un isolement social total ou partiel. Pour éviter cela, il est nécessaire de trouver une incitation forte afin de contacter le monde extérieur aussi souvent que possible.

Cela devrait être un métier qui procure du plaisir et vous permet de réaliser des objectifs ou des désirs. Les prétextes qui peuvent vous forcer à quitter la zone de confort sont la danse ou le sport, l’étude d’un nouveau type d’activité (par exemple, conduire une voiture), des cours de formation avancée. Une motivation accrue lorsque vous assistez aux activités que vous avez choisies permettra l’implication d’amis ou de parents.

Conduite de formations indépendantes

Il existe un grand nombre d'exercices différents dont la mise en œuvre aura un impact positif sur la thérapie. L'une des formations implique un jeu de rôle dans lequel vous devez jouer différents rôles au cours de la semaine. Faites une liste de 7 personnages, tout en maximisant votre imagination. Il peut s'agir d'animaux, de héros de contes de fées, d'objets inanimés. Indiquez également les circonstances qui influencent le comportement et les sentiments des personnages.

Si vous avez des problèmes en écrivant une liste, utilisez les exemples fournis.

Voici des exemples de personnages d'entraînement:

  • un arbre dans la forêt, dans les branches duquel un oiseau a fait son nid;
  • réalisateur célèbre qui se prépare pour le tournage du film;
  • le mur d'un ancien manoir en cours de reconstruction;
  • voiture chère chez un concessionnaire automobile que personne n'achète;
  • un homme qui a d'abord vu sa femelle sans maquillage;
  • femme d'âge moyen qui a fait une offre.

Complétez l'image des personnages avec divers détails. Cela vous permettra de mieux entrer dans le rôle et de le conserver tout au long de la journée. Tenez un journal dans lequel il est nécessaire d'indiquer tous les événements survenus pendant la période d'entraînement, tant sur le plan physique qu'émotionnel. Au cours de la semaine, au réveil, commencez à jouer les personnages de la liste. Le jeu devrait se passer plus à l'intérieur de vous. Réfléchissez et pensez comme vos personnages le feraient, tout en essayant de ne pas changer leur comportement habituel. Regardez comment l'attitude des autres change envers vous, en fonction du personnage que vous jouez.

La formation effectuée vous permettra de vous échapper de la manière habituelle et de vivre une nouvelle expérience. En jouant chaque jour un nouveau rôle, vous pouvez vous éloigner de l’anxiété et faire face plus facilement à la maladie.

Hypochondrie - qu'est-ce que c'est, symptômes et traitement

Vous avez sûrement remarqué que les personnes âgées passent le plus clair de leur vie aux rendez-vous des médecins. Ils vont à l'hôpital pour la moindre raison. Pas toujours la cause - la vraie maladie. Parfois, les personnes âgées attirent l'attention comme ça. L'hypocondrie est propre à la vieillesse, mais cela ne signifie pas que toutes les personnes âgées sont des hypocondriaques. Tout comme cela ne signifie pas que le désordre ne peut pas dépasser le jeune homme.

Qu'est-ce que l'hypochondrie?

Hypocondrie - trouble de la personnalité, se manifestant par une attention accrue de l'homme à la santé. Bouton, un seul cas de toux - une raison pour aller chez le médecin.

Les hypochondries constituent les maladies et les symptômes: des maladies du froid aux maladies mortelles. L'individu ressent de vrais symptômes de la maladie ou ressent un malaise général. Dans certains cas, la personne est concentrée sur la prévention, les examens et les tests. D'autres hypochondriaques préventifs vont si loin qu'ils veulent supprimer une appendicite en bonne santé.

L'hypocondriaque est accompagné d'une grande trousse de secours. Certaines personnes atteintes d'un désordre sont convaincues d'une mauvaise hérédité et attendent que celle-ci se manifeste.

Les visites volontaires et régulières chez le médecin sont un élément indispensable du désordre. Naturellement, dans la plupart des cas, les médecins ne détectent pas la maladie et ne dirigent pas le patient vers une autre chambre d'hôpital ou vous conseillent de contacter un psychiatre.

Les symptômes

L’activité préférée de Hypochondriaque consiste à rechercher des diagnostics sur Internet. La particularité de ce trouble est que l'hypochondriaque non seulement se connecte à Internet avec ses propres symptômes, mais les fait volontairement sortir du réseau. Les personnes atteintes de ce trouble sont suggestibles.

Hypochondriaque est un problème pour les médecins de profil non psychologique. Parfois, des mois s'écoulent jusqu'à ce que le médecin réalise que le patient le trompe, invente des symptômes, «recherche sur Google» des diagnostics et les attribue tels quels.

Autres caractéristiques de l'hypochondrie:

  • méfiance;
  • anxiété;
  • tendances dépressives;
  • irritabilité, émotivité;
  • suggestibilité;
  • préoccupation et obsession;
  • les idées obsessionnelles ne passent pas même après des résultats de test négatifs;
  • l'hystérie, démonstrative;
  • indécision;
  • peur de tomber malade, par exemple, attraper le VIH dans un lieu public;
  • pensée pessimiste.

L'état du patient s'aggrave sous l'influence des médias, de la publicité pour des produits pharmaceutiques ou de la visualisation de vidéos de prévention sociale. L’hypocondriaque est convaincu qu’il n’ya pas de personnes en parfaite santé. S'il ne ressent aucun symptôme, il conclut qu'il est dans un état très dangereux.

Il est nécessaire de rendre hommage, de nombreux hypochondriaques sont très compétents en médecine. Ils aiment étudier les encyclopédies et lire des ouvrages spécialisés. Mais peu importe la façon dont l'hypochondriaque comprend la maladie, si lui-même n'est pas malade, cela n'a aucun sens.

Les expériences en matière de santé concernent souvent:

  • système cardiovasculaire;
  • fonction de reproduction;
  • le travail du tractus gastro-intestinal;
  • activité cérébrale.

Faites attention au dernier élément. Un hypocondriaque peut venir chez un psychiatre, mais avec un diagnostic ou des symptômes différents. Et du seuil à exiger des médicaments, parce que le client est déjà soi-disant conscient de ce qui lui est arrivé.

Dans de tels cas, le psychiatre doit être particulièrement prudent et attentif. En outre, le risque commun à chaque médecin est un hypochondriaque avec toxicomanie.

Aux stades avancés, le trouble s'accompagne de complications. La personne est convaincue de l'incurabilité de la maladie, des «piratages» et de la cruauté des médecins. Le risque d'une telle condition est le suicide. Ce stade est complété par des délires et des hallucinations.

Causes de l'hypochondrie

Comme vous pouvez le deviner, l'hypochondrie prend du temps. Le temps libre est abondant pour les chômeurs, les retraités et les personnes à charge. Le trouble hypocondriaque est une variante de l’activité, de l’emploi, de la réalisation de soi. Cependant, il y a aussi un développement inverse: une hypochondrie rend une personne isolée du monde, prive de sa capacité de travail.

La deuxième raison du désordre est le besoin d'attention. Une personne apprend un moyen spécifique d'attirer l'attention dans son enfance. Les parents ont soit surchauffé l’enfant, soit ignoré, réprimandé, regretté et montré des émotions positives uniquement pendant les périodes de maladie.

La troisième option - les parents se disputaient et juraient constamment, et ne se ralliaient qu'aux maladies de l'enfant.

Autres causes de l'hypochondrie:

  • expérience traumatisante de la maladie;
  • l'hypocondrie des parents;
  • expérience personnelle d'observer la maladie d'une autre personne;
  • les craintes découlant de l'expérience personnelle d'un traitement douloureux et prolongé.

Ainsi, le traumatisme psychologique associé à la détérioration de la santé de la personne elle-même ou de quelqu'un de l'environnement est un autre préalable à l'hypochondrie.

L'hypocondrie est une obsession. Dans ce cas, les conditions préalables - anankastnoy trouble de la personnalité, le perfectionnisme. Le patient veut être en parfaite santé, pour lequel il effectue toutes sortes de procédures de revenu, prend des additifs biologiques, des médicaments préventifs annoncés, etc. Régime alimentaire, procédures de nettoyage - un autre standard de vie hypocondriaque.

Test rapide d'hypochondrie

Faites un test rapide de 7 questions et déterminez votre propension à l'hypochondrie. Répondez «oui» ou «non» aux questions suivantes:

  1. Craignez-vous la peur d'une mort inattendue?
  2. Êtes-vous souvent fatigué, sentez-vous un destin malheureux?
  3. Croyez-vous les médecins?
  4. Êtes-vous en bonne santé?
  5. Plus de deux fois par mois, croyez-vous pouvoir tomber malade?
  6. Parler de la maladie ne vous donne pas la joie?
  7. Vous avez lu beaucoup de livres sur la médecine, mais vous n’avez aucune relation avec ce domaine?

De 3 à 5 réponses positives - vous êtes sujet à l'hypochondrie. Plus de 5 - consultez un psychologue, vous avez peut-être déjà une hypochondrie. Moins de 3 "oui" - aucune raison de s'inquiéter.

Traitement

L'hypocondrie appartient au groupe des maladies psychosomatiques. Seul un psychiatre guérira un hypocondriaque. Jusque-là, le patient recherchera de nouvelles et de nouvelles maladies, des symptômes.

Les personnes atteintes d'un trouble discutent avec les médecins, doutent de la justesse et de l'efficacité du traitement prescrit. Cette caractéristique rend difficile la relation entre un psychothérapeute et un client.

Le traitement commence par un diagnostic précis. Pour ce faire, le patient subit d'abord un examen complet. Sur la base des résultats, le médecin élimine les véritables problèmes de santé physique du client. Ensuite, l'hypochondriaque rencontre un psychiatre.

Le but de la thérapie est de distraire le patient. Les affiches médicales et les miroirs sont retirés de la pièce où se trouve le patient. Au moment de la thérapie, le médecin interdit au client de regarder la télévision, de se plonger dans la médecine, de lire de la littérature professionnelle, d’utiliser des forums sur Internet.

Dans le cas de l'hypochondrie, l'hospitalisation peut aggraver la situation. L'attention du personnel médical et l'obtention du statut officiel du patient est un exploit pour l'hypochondriaque.

Le psychothérapeute utilise plusieurs domaines de thérapie à la fois: individuel, famille, groupe, cognitivo-comportemental. Le spécialiste atteint l'emplacement et la confiance du patient, choisit des méthodes en fonction des états et des réactions du client.

Aux stades avancés, le médecin prescrit des médicaments. Mais leur nomination et leur réception nécessitent une attention particulière. Médicaments - une mesure de traitement, qui est utilisée pour durer.

Si le patient n'est pas hospitalisé, le rôle de soutien est attribué à la famille du patient. Recommandations aux parents du patient:

  • Ne dissuadez pas le patient et ne vous assurez pas qu'il est en bonne santé. Mais dommage, il vaut mieux ignorer les conseils. Écoutez la personne, indiquez clairement que vous partagez ses expériences.
  • Ne pas ignorer ou surveiller.
  • Utilisez la frustration à vos propres fins. La douche froide non seulement durcit le corps, mais organise également un tremblement psychologique, permet à une personne d'échapper aux idées obsessionnelles.
  • Communiquez davantage avec le patient, mais pas sur des sujets médicaux. Marcher avec lui, offrir des options pour un passe-temps.
  • Organisez régulièrement un bon entraînement physique.

Hypocondrie - obsession. Il est nécessaire d'attirer l'attention du patient sur les activités productives et sociales, le travail et les loisirs.

Même les hypochondries bénignes sont difficiles à traiter. C'est un processus complexe et long. La thérapie dure au moins six mois. Seul avec l'hypochondrie ne peut pas faire face. Mais il est également difficile pour un psychothérapeute d'aider le patient. Le traitement repose sur la coopération du médecin et de la famille.

Hypochondrie dans le TRI - une peur obsessionnelle de la maladie

Salutations les amis! Les personnes souffrant d'IRR et de névrose sont tourmentées par de nombreuses peurs. L'hypocondrie est l'un des plus fréquents. Il est si fort qu’il prive littéralement une personne de la paix et d’une vie normale.

Ici, je veux vous dire ce qu’est l’hypochondrie et quels en sont les symptômes. Je suis au courant de cette maladie et toutes les informations sont donc transmises par expérience personnelle. Presque tous les troubles névrotiques souffrent d'hypocondrie. Lorsque, dans le contexte du développement de l'IRR, j'ai commencé à manifester un trouble hypocondriaque, je ne savais toujours pas ce que c'était et de quoi il est chargé. Vous n'êtes peut-être pas au courant de ce qui vous arrive et l'article vous sera utile.

Hypochondrie - qu'est-ce que c'est

En médecine, le trouble psychosomatique est appelé hypochondrie, ce qui se traduit par une préoccupation excessive pour la santé et la recherche constante de maladies inexistantes.

Le plus souvent, une personne souffrant de ce trouble ne réalise pas que ses soupçons et ses angoisses sont pour la plupart absurdes et vit dans la conviction qu’elle est malade de quelque chose de grave. Et si ce n’est pas très grave, c’est toujours quelque chose qui est nécessairement malade.

Le désordre hypocondriaque de la psyché est compliqué par le fait que même si le patient en vient à réaliser son propre problème et admet qu’il est un hypocondriaque, il ne peut rien faire avec lui-même. Des peurs, parfois très fortes, lui font écouter tous les sons et mouvements de son corps et continuent à rechercher des maladies. Le rhume banal peut provoquer la panique et l’anxiété chez un hypocondriaque et susciter de nombreuses suspicions des complications du rhume, notamment le développement d’un cancer du nasopharynx. Les personnes souffrant d'hypochondrie ont confiance en la maladie, même si elles se sentent bien. Mais je dirai, amis, que les VSD se sentent rarement bien. Par conséquent, l'hypochondrie se développe rapidement et se développe sur le fond de la névrose.

Faits intéressants sur l'hypochondrie

Les gens ont commencé à souffrir de ce trouble psychosomatique pendant longtemps. Pour la première fois, les médecins ont remarqué le problème à l'époque d'Hippocrate, et c'était déjà en 460 av. e. Ensuite, les personnes qui cherchaient des plaies étaient appelées prétendantes et découragées. C’est Hippocrate qui, pour la première fois, a identifié le problème comme une maladie et lui a donné un nom. Le mot hypochondrie vient de deux mots grecs: ipo (sub) et honros (côtes). Le guérisseur était convaincu que c’était dans cette partie du corps que se produisaient les changements pathologiques à l’origine des symptômes de l’hypocondrie.

Plus tard, avec le développement de la psychiatrie, les experts étaient convaincus que l'hypochondrie n'avait aucun lien avec l'état du corps et que son centre d'intérêt se situait exclusivement dans la tête (psyché) de la personne. Bien que cela puisse se produire sur le fond de n'importe quelle maladie physiologique.

Selon les statistiques, les hommes et les femmes souffrent de désordre en quantités à peu près égales. La plupart des patients appartiennent au groupe d’âge des 25 à 45 ans. Chez les enfants, la pathologie mentale est extrêmement rarement diagnostiquée. Parfois, le problème commence à l'adolescence et s'aggrave au fil des ans.

Beaucoup d'hypocondriaques et chez les personnes âgées. Mais, comme le disent les psychologues, leur préoccupation pour la santé est plus souvent associée à l’ennui et au désir d’attirer l’attention, plutôt que les peurs qui surgissent chez les personnes d'âge moyen.

Les hypocondriaques font partie de tous les segments de la population. Il y en a beaucoup parmi les célébrités. Selon certaines sources, le trouble hypocondriaque aurait été causé par Edgar Poe, Charlotte Bronte et Charles Darwin. Le problème est si important qu'il est souvent couvert de films et de livres.

Causes de l'hypochondrie

Les raisons du développement de ce trouble mortel sont nombreuses. Les psychothérapeutes distinguent le principal d'entre eux - un type de personnalité extrêmement suspect. Mais comment ce type de personnalité se développe est une autre histoire.

Certains parents dans leur enfance ont été effrayés par des histoires d'horreur sur des germes mortels et les infections horribles qui nous entourent littéralement partout. D'autres enfants ont grandi dans un environnement d'êtres chers éternellement malades.

Si les hypocondriaques faisaient partie de la famille, alors 99% des cas étaient transmis à l’enfant. Les enfants en mauvaise santé ou ceux qui ont eu une maladie grave entrent souvent dans cette catégorie. En tout cas, ce problème a été posé dans la petite enfance. Même si une personne ne se souvient plus beaucoup de son enfance et que le désordre a commencé soudainement à l'âge adulte, lorsque le problème a été résolu, les fils mènent encore à un âge précoce.

Mais pas tous les gens qui ont grandi dans un environnement hypocondriaque, le désordre s'est manifesté avec l'âge. Pourquoi Parce que beaucoup dépend de la nature de la personne.

Des études montrent que les hypocondriaques ressemblent toutefois à des névroses, à une organisation mentale plus subtile.

Certains experts soutiennent que le dysfonctionnement psychosomatique se produit sur le fond d'interprétations incorrectes de signaux corporels allant d'organes au cerveau. C'est en partie le cas. Mais un échec dans la perception des signaux par le cerveau se produit sur la base de problèmes mentaux et n'est donc qu'une conséquence, pas une cause.
Le problème peut se manifester dans le contexte d'une véritable maladie physique, épuisement neuro-émotionnel, dépression, apathie, dépression. Eh bien, et bien sûr, dans le contexte de la dystonie végétative-vasculaire.

Ici, il est important de comprendre que la névrose, la dépression ou d’autres facteurs ne sont que des provocateurs de l’hypocondrie, dont les graines ont été semées dans l’enfance.

Les experts estiment que l'hypochondrie est un instinct pathologique de conservation de soi, une des manifestations de la peur de la mort, avec laquelle je suis entièrement d'accord. La peur de la mort est à la base de toutes les peurs.
J'ajoute aussi de moi-même que, tout en démêlant l'enchevêtrement de mon grave trouble hypocondriaque né du contexte de l'IRR, je me suis attaqué aux causes profondes, qui étaient bien dans la petite enfance. J'en parle en détail dans un autre article.

Symptômes d'hypocondrie

Les symptômes de la maladie mentale sont très caractéristiques, mais ils peuvent être plus ou moins graves.

Signes par lesquels on peut déterminer qu’une personne est un hypocondriaque:

  • La fixation de toute sensation étrange ou douloureuse à l'intérieur du corps se transforme en une idée obsessionnelle d'une maladie grave en développement.
  • Toute l'attention d'une personne est tournée vers l'intérieur - chaque minute, il écoute ses sensations physiques.
  • Toute conversation avec des proches, des proches, des amis et même des collègues se poursuit sans heurts dans la discussion sur les plaies.
  • Idées obsessionnelles sur la présence des maladies les plus graves.
  • Bien que les hypochondriaques aient souvent peur des médecins et ne se sentent pas bien entre les murs de la clinique, cela ne les empêche pas de nombreuses visites chez le médecin.
  • Le patient est enclin à examiner constamment la surface de son corps, à étudier les caractéristiques des matières fécales, l'état des cheveux, des ongles, le blanc des yeux, etc.
  • Circulation constante dans les hôpitaux, les médecins, à la recherche de maladies. Des tests satisfaisants et des résultats de diagnostic ne rassurent pas.
  • Toute légère déviation dans l'analyse conduit à une panique, provoquant de nouvelles vagues d'anxiété et de pensées négatives.
  • Les peurs de la maladie peuvent se remplacer brusquement. Par exemple, avec une douleur dans les intestins, une personne peut s'attarder sur un cancer de l'estomac, mais ressentir une douleur à la jambe pendant plusieurs jours commence à être conduite sur un caillot de sang, en oubliant l'estomac.
  • Être constamment dans un état déprimé, déprimé.
  • Crises de panique sur le fond de certaines sensations corporelles.
  • Soins de santé excessifs, atteignant le point d'absurdité: par exemple, refus des transports en commun, car il y a beaucoup de microbes, ou refus de manger dans des établissements de restauration publics par peur d'empoisonnement.

Les experts identifient plusieurs types de symptômes particulièrement graves:

  • Hallucinations viscérales. Sensation obsessionnelle de la présence dans le corps d'objets étrangers ou d'objets vivants (vers, poissons, grenouilles, insectes). Dans le même temps, la personne souffrant de ce trouble peut clairement sentir une araignée couler sous sa peau, par exemple.
  • Senesthopathy. Sensation constante de symptômes physiques, sans localisation exacte. Souvent, le patient ne peut même pas dire exactement ce qu'il ressent. Les personnes atteintes de sénestopathie se plaignent de douleurs, d'horaire, de picotements, de douleurs et de brûlures dans diverses parties du corps.
  • Idées folles. Si, par exemple, un hypocondriaque vit non loin d'une usine de production, il peut alors composer l'idée qu'il développe un cancer du poumon par épuisement. Il ira chez le médecin et convaincra tout le monde de sa conclusion, demandant aux médecins de confirmer le diagnostic. Les malheureux accuseront les médecins de leur négligence s’ils le déclarent en bonne santé physique.

Il convient de noter que de temps en temps, tout le monde peut manifester un intérêt accru pour sa santé. Mais l'hypochondrie est une affection prolongée qui s'aggrave avec le temps.

Les psychothérapeutes notent que le trouble est difficile à traiter, car le patient présente des symptômes physiques et ne croit pas les provoquer de manière autonome avec sa tête.

En conclusion

À la fin de cet article sur les symptômes et les signes de l'hypochondrie, je souhaite exprimer mon opinion. Je répète que j'ai souffert d'hypocondrie pendant environ un an et que je m'en suis débarrassé avec succès. Je suis plus que confiant que le trouble hypochondriaque de la psyché n'est pas indépendant, mais se produit dans le contexte de certaines peurs internes. La peur de base est la peur de la mort, cela peut aussi être la peur du châtiment pour les péchés, la peur de l'avenir, la peur de l'impuissance. Parfois, une maladie survient à la suite de chocs, si on diagnostique soudainement une maladie grave chez un proche, mais même dans de telles situations, le motif fondamental est la peur de ne pas être dans la même situation.

Il est inutile d'essayer de se débarrasser de l'hypochondrie sans déterminer les véritables causes et de ne pas les éliminer. Même s'il est soulagé, le désordre peut revenir. Trouvez la cause et éliminez la peur, vous pouvez l’auto-psychothérapie ou consulter un thérapeute compétent. Mais cela ne suffit pas. Il est possible de se débarrasser complètement des phobies et des peurs en modifiant radicalement les perspectives et en élargissant les limites de votre conscience. Et pour cela, vous devez travailler beaucoup sur vous-même. Malheureusement, en raison de la paresse, de l’incrédulité et du refus de quitter la zone de confort, de nombreux hypochondriaques restent dans cet état et vivent toute leur vie dans la peur, sans aucune joie ni plaisir de la vie.

Hypocondrie: maladie de sa volonté

Selon les statistiques, jusqu'à 25% des patients qui consultent un médecin généraliste sont des hypochondriaques. Et environ 60% des symptômes évoqués par les patients n'ont aucune cause organique. Mais une chose est de veiller sur la santé, une autre est de vous harceler avec une douleur inventée. Comment reconnaître une hypocondrie et la distinguer du désir de vivre en bonne santé? Pourquoi une psychothérapie hypochondriale? Si la vie de l'hypochondrie et de sa famille devient insupportable, il est temps de s'occuper de cette maladie.

Qu'est-ce que l'hypochondrie?

L'hypocondrie se produit lorsqu'une personne est obsédée par sa santé, craint de tomber malade ou contracte une maladie mortelle. Et la peur est si grande qu’une personne ignore les conseils des médecins, se pose des diagnostics et se soigne elle-même. Selon la conclusion ironique des médecins, l'hypocondriaque ne se sent bien que lorsqu'il se sent mal. Mais sérieusement, un hypocondriaque croit en l’existence de la maladie, au point qu’elle souffre de symptômes physiques réels.

L'hypocondrie ne se manifeste pas tant par la confiance du diagnostic que par l'attente constante que l'effet de la «prophétie épanouissante» fonctionnera et que les symptômes imaginaires deviendront réels au fil du temps. L'inquiétude et la peur pour leur santé ne disparaissent pas, même après une recherche médicale à part entière et la conclusion que la santé est normale. Les hypocondriaques sont toujours guéris: ils achètent des compléments alimentaires, des complexes de vitamines et des préparations à base de plantes. Ils gardent l'industrie pharmaceutique et les médecins profitent.

Les hypochondries sont souvent traitées avec ironie - elles sont perçues comme un motif de plaisanteries et d’enseignement. Les hypochondriaques sont souvent appelés simulateurs ou chuchotements. Mais ce n'est pas. L'hypocondriaque ne se plaint pas seulement de symptômes douloureux, il en souffre. Selon les statistiques, ce trouble touche 10% de la population. L'hypocondrie affecte souvent les personnes âgées de 30 à 50 ans. La pathologie inventée concerne le cerveau, le cœur et les organes génitaux. Les maladies les plus courantes inventées par les hypochondriaques sont le sida, le cancer, les allergies et les crises cardiaques.

Evolution du concept d'hypocondrie

Comme toutes les maladies, l'hypochondrie a sa propre biographie. Dans le livre de référence actuel sur les maladies, il est question de troubles somatomorphes. Mais l'hypochondrie n'est pas une maladie ni un signe de trouble mental grave. Les symptômes corporels ne sont pas associés à des désordres organiques, mais à des problèmes psychologiques accumulés.

Mais à l'époque d'Hippocrate, on croyait que la maladie se cachait dans l'hypocondre - les parties latérales supérieures de l'abdomen. Intéressant, mais le nom vient du grec Hypochondrion - hypochondrium. Selon d'anciens canons, c'est là que se trouvait l'âme, ce qui fait mal, rend une personne triste et pensive. De l'âme malade n'a aidé aucun diagnostic ou conseil des médecins.

Des symptômes difficiles et contradictoires se manifestent dans toutes les parties du corps, de la couronne au talon. Les manifestations physiques étaient accompagnées d'insomnie, obsession du non-sens. En conséquence, le traitement était varié: l’un prescrivait un régime strict, l’autre - les jeux de plein air avec des épingles, le troisième - la pratique de la créativité ou la culture des fleurs. Mais avec la découverte des nerfs, la maladie a migré au niveau des nerfs. Les hypocondriaques étaient considérés comme schizophrènes et traités dans des établissements fermés spécialisés. Pendant longtemps, l'hypochondrie a été considérée comme une manifestation «masculine» d'hystérie «féminine».

Avec la dépendance à Internet, les attaques de panique et diverses phobies, les hypochondries sont considérées comme un malheur du XXIe siècle. L’invention des tomographes et des appareils à ultrasons numériques ne permet pas de poser le bon diagnostic. L'attente d'une maladie empoisonne la vie d'un patient imaginaire et de ses proches. Et pour obtenir une peur obscure plus facile que jamais: le flux d'informations, le manque de mouvement, le tabagisme et l'alcool contrôlent constamment la force de l'esprit. Mais il faut parfois des années pour soigner une maladie imaginaire.

L'hypocondrie n'est pas une phrase. De célèbres stars d'Hollywood, par exemple, admettent qu'elles paniquent sans raison pour la santé. Jennifer Lawrence et Megan Fox ont déclaré dans une interview qu'elles aiment poser un diagnostic sur Internet. Le directeur de génie, Woody Allen, a passé toute sa vie dans un état de paranoïa et d'hypochondrie. Parmi les écrivains de renommée mondiale, il y a également pas mal d'hypocondriaques. Voici Edgar Allan Poe, Hans Christian Andersen et Charlotte Bronte.

Aujourd'hui, dans le traitement de l'hypochondrie développé techniques et approches psychothérapeutiques. Il est important de comprendre que l'hypochondrie n'est pas un ensemble de symptômes, mais un symptôme principal. Et vous devez le traiter, pas les mains, les jambes et le ventre.

Hypocondrie dans le corps: que se passe-t-il dans le corps?

Les hypocondriaques sont très suggestibles. Toute information sur la maladie peut causer toute une gamme d'inconfort, allant d'une anxiété légère à une attaque de panique. Dans cet état, le pouls s'accélère, le cœur bat plus fort et plus souvent, les mains transpirent. Parfois, le sentiment de peur recouvre la tête.

Des symptômes peu clairs poussent les hypochondriaques à rechercher des informations supplémentaires. Pour plus d'informations, ils se tournent vers Internet, leurs amis, des répertoires médicaux, ce qui met davantage l'accent sur la santé. En réponse à des expériences, le cerveau produit des symptômes physiques qui imitent la maladie. La douleur s'intensifie, parfois elle devient simplement insupportable.

Si des événements traumatiques (divorce, examens, maladie relative réelle) se produisent dans la vie d'un hypocondriaque, l'hypochondrie augmente. Des attaques de panique, des crises d'asthme, des réactions allergiques avec une véritable éruption cutanée peuvent survenir. La crainte de mauvais poisons la vie pour lui et sa famille, rend impossible la communication avec les autres. Les craintes pour leur santé ne cessent pas, même lorsque l'hypochondriaque reste seul à la maison.

Ce cercle vicieux devient l'enfer personnel de l'hypocondriaque. Tout le monde lui fait peur: mains sales, maux de tête, articulations douloureuses, nez qui coule. Le traitement commence par une simple teinture d’agripaume, mais peut être utilisé à long terme avec des tranquillisants. Le dossier médical devient plus épais que le volume de l'encyclopédie.

Les médecins prennent ce trouble au sérieux. Après tout, la psyché humaine et la somatique sont étroitement liées, en tant que deux parties d’un tout. Les problèmes de la sphère émotionnelle entraînent une véritable maladie physique. Par exemple, le stress constant provoque non seulement l'insomnie, mais aussi des troubles digestifs ou un ulcère. Et l’anxiété conduit à un vasospasme, à des pics de pression et à une maladie cardiaque.

Causes de l'hypochondrie

Les médecins appellent les raisons qui provoquent l'hypocondrie:

  • Une maladie grave. Il arrive qu'après un accident vasculaire cérébral, une crise cardiaque ou une opération compliquée, le patient a peur d'une répétition de la situation.
  • L'hérédité. Après la maladie ou le décès d'un parent proche, une personne développe des symptômes similaires.
  • Cyber ​​chondria Le Dr Google ou des conseillers volontaires d’Internet sont au cœur des préoccupations. Les internautes interprètent mal les symptômes décrits et s’attribuent des maladies imaginaires.
  • Épidémies mondiales. Les rapports d'une épidémie de maladie dans une autre localité poussent les gens à rechercher les mêmes symptômes en eux-mêmes.
  • Organes d'hypersensibilité. L'irritation des récepteurs trop sensibles des organes internes est perçue par la psyché comme une véritable maladie.
  • Suggestibilité facile. L'instabilité émotionnelle d'une personne suggérée augmente après avoir visionné une publicité de préparations médicales, des informations sur de nouvelles maladies, des mentions de maladies graves dans les médias.
  • Trouble d'anxiété. Parfois, l'anxiété générale n'est pas associée à un événement spécifique. C'est-à-dire qu'une personne est «alarmée du tout» et voit les manifestations d'anxiété (battement de coeur, transpiration, tremblements de la main) comme des manifestations de maladies graves.
  • Environnement microsocial. L'hypocondrie affecte parfois les étudiants en médecine, mais les symptômes disparaissent après l'obtention du diplôme. Une visite à la clinique ou à l'hôpital ajoute également des expériences troublantes.
  • Prédisposition génétique. Dans les tribus primitives, il y avait des guerriers, des gardiens du foyer et des gardes qui avertissaient leurs proches du danger. Selon l'une des théories, les hypochondriaques sont précisément les gardes qui ont l'habitude de regarder et de faire l'expérience.

Mais parfois, les médecins eux-mêmes nous fabriquent des hypocondriaques: ils traitent des maladies inexistantes, prescrivent des tests et des examens sans fin. Il s'avère un phénomène étonnant: le patient semble être traité, mais ne récupère pas. Mais ça ne meurt pas. Si une personne est inspirée, le traitement "au cas où" se poursuivra pour toujours.

Causes psychologiques de l'hypochondrie

L'habitude de souffrir pour une raison quelconque se forme dans l'enfance. Il était une fois, lorsqu'un personnage était en train de se former, l'habitude de souffrir d'un enfant était établie. Par exemple, le bébé ne recevait de l'attention et des soins que lorsqu'il était malade. Plus tard pendant la maladie, vous pourriez éviter la maternelle ou l’école. L'habitude s'est peu à peu formée: tomber malade quand on veut de l'amour, de la caresse, de l'attention. Ayant maîtrisé ce type de comportement dans son enfance, une personne cherchera inconsciemment une maladie en elle-même. Souvent, des personnes appelées douloureuses dans leur enfance et constamment orientées par des médecins vers l'hypochondriaque. Ou, au contraire, il est interdit de montrer des signes de faiblesse - pleurer ou se plaindre.

En gestalt-thérapie, il y a le concept de rétroflection, quand une personne utilise son énergie contre elle-même. Une rétroflection saine est nécessaire pour la maîtrise de soi. Idéalement, il est destiné aux cas où une personne a rencontré un problème, s'en est souvenu et a agi différemment la prochaine fois. La rétroflection pathologique se transforme parfois en masochisme. La peur de faire l'expérience de sensations désagréables dans le corps fait en sorte qu'une personne s'écoute constamment, à chaque minute pour suivre les signaux du corps. Il recherche des informations en panique, trouve la confirmation des symptômes et cela provoque une nouvelle vague de peur.

L'hypocondrie

L'hypochondrie de la santé est un type de trouble distinct. C'est le désir de préserver la santé par tous les moyens et de prouver que leur mode de vie est le seul qui soit correct. Ils font du jogging par tous les temps, des morses, des adversaires du gluten et du sel, des adeptes de la respiration, de l'eau froide et de la marche pieds nus.

Ils consacrent tout leur temps libre et officiel à la nutrition, à la respiration, à l'exercice et à la promotion d'un mode de vie sain. Ils harcèlent des parents, des connaissances et des étrangers, achètent des suppléments et des médicaments miraculeux tels que la momie et le ginseng. Parfois, à la recherche de la santé éternelle, ils surchargent et détruisent excessivement le corps.

Il existe un autre type d'hypochondrie: une attention excessive à leur maladie. Par exemple, en cas d’arythmie légère, une personne s’arrête toutes les minutes, écoute le rythme cardiaque, mesure la pression. Lorsque vous changez la météo, ne quittez pas la maison - juste au cas où. Dans le cabinet du médecin, ces patients commencent eux-mêmes à donner des conseils ou à discuter du traitement prescrit. La pharmacie étudie scrupuleusement les instructions et prend les médicaments à l’heure.

Liste de contrôle de l'hypochondrie: Comment déterminer votre peur

Est-ce que quelque chose vous dérange, mais n'interfère pas avec la vie? Malgré de nombreux examens, il n’ya pas de diagnostic? Êtes-vous traité avec des compléments alimentaires et des vitamines? Il est logique d'inclure la pensée critique et de poser la question "Ne suis-je pas un hypocondriaque?".

Pour l'autodiagnostic, vous pouvez vous poser des questions:

  • Vous étudiez-vous constamment à la recherche de nouveaux symptômes? Toute sensation est traitée comme un nouveau symptôme: toux après un rhume - pneumonie, essoufflement après une marche - crise cardiaque. Grand amateur de musique qui passe son temps libre à la recherche de nouvelles mélodies, l’hypocondriaque écoute les nouvelles des entrailles du corps.
  • Une maladie que vous "essayez" vous-même? Immédiatement après la lecture d'un livre sur le cancer du cerveau, une visite chez un oncologue suit, une histoire sur l'œdème de Quincke provoque des spasmes dans la gorge, une pression faible est considérée comme le premier symptôme d'immunodéficience.
  • Allez-vous chez le médecin pas souvent, mais très souvent? Parfois, les visites chez le médecin ont lieu deux fois par jour et les vacances se transforment en une autre visite aux bureaux de la clinique. L'opinion d'un médecin et les résultats des tests ne sont pas crédibles.
  • Avez-vous trop peur de tomber malade? Il est parfaitement normal d’éviter tout contact avec un ami froid ou d’être vacciné avant de voyager dans un pays exotique. Mais s’asseoir d’un enfant enrhumé ou ne pas aller n’importe où est une occasion de réfléchir.
  • Trouvez-vous des symptômes à chaque fois dans un nouvel endroit? Les hypocondriaques se rendent dans des salles différentes et chaque médecin décrit différents symptômes: des vertiges aux problèmes intestinaux. Parfois, ils vont chez le médecin avec un symptôme "Je meurs."
  • Êtes-vous constamment soigné? Chaque nouveau diagnostic se termine par une visite à la pharmacie. Les effets secondaires des médicaments non contrôlés sont traités comme de nouvelles maladies.
  • Êtes-vous toujours de mauvaise humeur? Le pessimisme permanent est un autre point qui distingue un hypocondriaque expérimenté. Pourtant, toutes ses maladies sont mortelles, la bonne humeur n’a tout simplement pas sa place.
  • Votre passe-temps consulte une carte médicale? Toutes les conversations avec un hypocondriaque entrent nécessairement dans le thème de sa santé. Viennent ensuite une liste détaillée des symptômes et des regrets concernant l’inaction des médecins.

Plus il y a d'articles pertinents pour vous, plus vous êtes susceptible d'être hypocondriaque. Malheureusement, dans de tels cas, parler avec des amis n’aide pas. Mais il existe une solution: arrêtez de feuilleter les ouvrages de référence médicaux et cherchez un bon psychothérapeute.

Pourquoi l'hypochondrie?

Si une personne provoque les symptômes de la maladie, alors elle en a besoin. Ceci est appelé bénéfice secondaire. La première étape de l'introspection consiste à trouver un bénéfice secondaire afin de rompre la chaîne douloureuse.

Numéro de prestation 1. Éviter les problèmes de communication

La peur de l'intimité, le rejet ou le rejet par d'autres est plus facile à étouffer si vous avez une explication. Il existe une telle explication pour une hypocondrie: je suis malade. Par conséquent, les gens ne veulent pas communiquer avec moi / se faire des amis / se rencontrer.

Numéro de prestation 2. Attirer l'attention

Le désir d'attirer l'attention et de négliger les sentiments d'une autre personne sont des signes de narcisme. La vie de telles personnes est dépourvue de communication, elles sont donc engagées dans elles-mêmes et dans leur corps. Parfois, les mères âgées inventent leurs propres maladies, vomissent des hystériques, augmentent le sentiment de culpabilité chez les enfants.

Numéro de prestation 3. Se préparer à une attaque

Lorsque sa propre hostilité est projetée sur les autres, la personne attend constamment d'être attaquée. Avec l'hypochondrie, une attaque n'est pas attendue de la part des ennemis extérieurs, mais des agresseurs internes - microbes, tumeurs.

Hypochondrie: traitement psychothérapeutique

Dans la plupart des cas, une psychothérapie est indiquée pour les hypochondriaques. Après tout, les réflexions troublantes sont le résultat de conflits internes prolongés. Travailler avec un psychothérapeute aide le client à comprendre la cause de la tension interne et de l'absence de fondement de l'anxiété. L'objectif principal de la psychothérapie est de trouver la motivation pour le changement. Le cours peut durer de plusieurs mois à un an. Par conséquent, il est important de trouver un spécialiste en qui l'hypochondriaque fera davantage confiance que les médecins et les analyses.

Les formes extrêmes d'hypocondrie sont considérées comme un trouble mental ou une névrose. Mais il n'y a pas de médicament spécial pour cette maladie. Certains médicaments réduisent l'anxiété, aident à dormir ou améliorent l'humeur. Dans un tel état négligé d’auto-traitement ne peut être considéré. Les médicaments doivent être prescrits par un médecin. Mais le traitement médicamenteux aidera à soulager les symptômes, mais n'éliminera pas le conflit interne avec soi-même et avec les gens.

Parfois, au lieu de médicaments, un placebo, un massage et l’acupuncture sont prescrits pour les hypocondriaques. En même temps, ils mènent une sorte de programme éducatif, expliquent au patient la structure du corps, les causes de l’apparition de maladies. Si vous n'êtes pas encore prêt pour la psychothérapie, les médecins recommandent de pratiquer quotidiennement le plaisir, l'exercice, la communication et les réalisations. Tous les articles doivent être faits chaque jour. Obligatoire

Conclusions:

  • L'hypocondrie est une peur: tomber malade ou être infecté.
  • Hypocondrie - ce n’est pas de la méfiance et pas une mauvaise humeur, mais pas encore un trouble mental. Il s'agit d'un processus réversible pour lequel une psychothérapie est indiquée.
  • Variétés du désordre - hypochondrie de la santé ou attention hypertrophiée à sa maladie.
  • Le comportement de l'hypocondriaque devient à la fois un rituel apaisant et une source de tension interne.
  • Au début du traitement, il est nécessaire de détecter le bénéfice secondaire que le patient imaginaire reçoit.
  • Pour vaincre l'hypochondrie, il est important de trouver un médecin capable de combiner le traitement de maladies imaginaires avec la psychothérapie.
  • Les personnes célèbres du présent et du passé étaient des hypocondriaques, mais cela ne les empêchait pas de créer.

En Savoir Plus Sur La Schizophrénie