Les fonctions cognitives du cerveau sont la capacité de comprendre, d'apprendre, d'étudier, d'être conscient, de percevoir et de traiter (mémoriser, transmettre, utiliser) des informations externes. C’est la fonction du système nerveux central - l’activité nerveuse la plus élevée sans laquelle l’identité de la personne est perdue.

La gnose - la perception de l'information et son traitement, les fonctions ménagères - c'est la mémoire, la praxis et la parole - c'est le transfert de l'information. Avec une diminution de ces fonctions ménagères-intellectuelles (compte tenu du niveau initial), on parle de déficience cognitive, déficit cognitif.

La diminution des fonctions cognitives est possible avec les maladies neurodégénératives, les maladies vasculaires, les neuroinfections, les lésions cérébrales traumatiques graves. Dans le mécanisme de développement, le rôle principal est joué par les mécanismes qui découplent les connexions du cortex cérébral avec les structures sous-corticales.

L’hypertension artérielle est le principal facteur de risque, car elle déclenche les mécanismes des troubles trophiques vasculaires, l’athérosclérose. Les épisodes de troubles circulatoires aigus (accidents vasculaires cérébraux, accidents ischémiques transitoires, crises cérébrales) contribuent au développement de troubles cognitifs.

Il existe une violation des systèmes de neurotransmetteurs: la dégénérescence des neurones dopaminergiques avec une diminution du contenu en dopamine et de ses métabolites, l'activité des neurones noradrénergiques diminue, le processus d'excitotoxicité, c'est-à-dire la mort des neurones, commence à la suite de la perturbation des interconnexions neurotransmetteurs. L'ampleur des dommages et la localisation du processus pathologique importent.

Ainsi, avec la défaite de l'hémisphère gauche, il est possible de développer apraxie, aphasie, agraphie (incapacité d'écrire), acalculie (incapacité à compter), alexie (incapacité à lire), lettre agnosie (non reconnaissance de lettres), violation de la logique et de l'analyse, suppression des capacités mathématiques, activité mentale arbitraire.

La lésion de l'hémisphère droit se manifeste visuellement - des troubles spatiaux, l'incapacité à considérer la situation dans son ensemble, le diagramme du corps, l'orientation dans l'espace, la coloration émotionnelle des événements, la capacité de rêver, de rêver, de composer sont perturbés.

Les lobes frontaux du cerveau jouent un rôle important dans presque tous les processus cognitifs - mémoire, attention, volonté, expressivité de la parole, pensée abstraite, planification.

Les lobes temporaux permettent la perception et le traitement des sons, des odeurs, des images visuelles, l'intégration de données provenant de tous les analyseurs sensoriels, la mémorisation, l'expérience et la perception émotionnelle du monde.

Les dommages causés aux lobes pariétaux du cerveau offrent une variété d'options pour les troubles cognitifs - trouble d'orientation spatiale, alexie, apraxie (incapacité à effectuer des actions ciblées), agraphie, acalculus, désorientation - gauche - droite.

Les lobes occipitaux sont un analyseur visuel. Ses fonctions sont les champs de vision, la perception des couleurs et la reconnaissance des visages, des images, des couleurs et l'interrelation des objets avec la gamme de couleurs.

La défaite du cervelet provoque un syndrome affectif cognitif cérébelleux avec émoussement de la sphère émotionnelle, comportement inapproprié désinhibé, altération de la parole - diminution de la fluidité de la parole, apparition d'erreurs grammaticales.

Causes des troubles cognitifs

La déficience cognitive peut être temporaire, après une lésion cérébrale traumatique, une intoxication et une convalescence dans l'intervalle de jours à années, et peut évoluer progressivement vers la maladie d'Alzheimer, la maladie de Parkinson, les maladies vasculaires.

Les maladies vasculaires du cerveau - la cause la plus fréquente de troubles cognitifs de gravité variable, allant de troubles minimes à la démence vasculaire. L’hypertension artérielle est au premier rang des lésions cognitives, puis les lésions athéroscléreuses occlusives des grands vaisseaux, leur combinaison, aggravées par des troubles circulatoires aigus - accidents vasculaires cérébraux, crises transitoires, troubles de la circulation sanguine - arythmies, malformations vasculaires, angiopathies, perturbations des propriétés rhéologiques du sang.

Les troubles métaboliques liés à l’hypothyroïdie, au diabète sucré, aux insuffisances rénale et hépatique, au manque de vitamine B12, d’acide folique, à l’alcoolisme et à la toxicomanie, l’abus d’antidépresseurs, de neuroleptiques et de tranquillisants peuvent provoquer le développement de troubles cognitifs dysmétaboliques. Avec une détection et un traitement rapides, ils peuvent être réversibles.

Par conséquent, si vous avez vous-même remarqué des déviations intellectuelles apparues, consultez un médecin. Pas toujours le patient lui-même peut comprendre que quelque chose ne va pas avec lui. Une personne perd progressivement la capacité de penser clairement, de mémoriser les événements actuels et, en même temps, se souvient clairement des événements anciens, diminue l'intellect, l'orientation dans l'espace, les changements de caractère en irritable, les troubles mentaux sont possibles, le libre service est perturbé. Les proches peuvent être les premiers à prêter attention aux violations du comportement quotidien. Dans ce cas, amenez le patient à l'examen.

Examen en violation des fonctions cognitives

Pour déterminer la présence d'un dysfonctionnement cognitif, la ligne de base est prise en compte. Le patient et ses proches sont interrogés. Les cas de démence dans la famille, les blessures à la tête, la consommation d'alcool, les épisodes de dépression, les médicaments sont d'importance.

Au cours de l'examen, un neurologue peut détecter la maladie sous-jacente avec les symptômes neurologiques appropriés. L'analyse de l'état mental est réalisée selon différents tests environ par un neurologue et un psychiatre en profondeur. L'attention, la reproduction, la mémoire, l'humeur, l'exécution d'instructions, la pensée figurative, l'écriture, le comptage, la lecture sont étudiés.

La brève échelle du MMSE (mini-état d’état) est largement utilisée - 30 questions pour une évaluation indicative de l’état des fonctions cognitives - orientation dans le temps, le lieu, la perception, la mémoire, la parole, une tâche en trois étapes, la lecture, le dessin. Le MMSE est utilisé pour évaluer la dynamique des fonctions cognitives, l'adéquation et l'efficacité du traitement.

Déclin cognitif facile - 21 - 25 points, lourd 0 - 10 points. 30 à 26 points sont considérés comme la norme, mais le niveau initial d’éducation doit être pris en compte.

Une échelle d'évaluation clinique plus précise de la démence (RDC) est basée sur l'étude des troubles de l'orientation, de la mémoire, des interactions avec les autres, du comportement à la maison et au travail, en libre service. Sur cette échelle, 0 point est la norme, 1 point est une démence légère, 2 points est une démence modérée, 3 est une démence sévère.

Échelle - Une batterie de dysfonctionnements frontaux est utilisée pour dépister la démence avec une lésion primaire des lobes frontaux ou des structures cérébrales sous-corticales. C'est une technique plus complexe qui identifie les violations de la pensée, de l'analyse, de la synthèse, du choix, de la fluidité, de la praxis et de la réaction de l'attention. 0 point - démence sévère. 18 points - les capacités cognitives les plus élevées.

Le test de dessin d'horloge est un test simple, lorsqu'un patient est invité à dessiner une horloge - un cadran avec des chiffres et des flèches indiquant une heure spécifique peut être utilisé pour le diagnostic différentiel de démence de type frontal et lorsque les structures sous-corticales sont endommagées par la maladie d'Alzheimer.

Pour un patient présentant une déficience cognitive acquise, des tests de laboratoire sont nécessaires: test sanguin, lipidogramme, détermination de la thyréostimuline, vitamine B12, électrolytes sanguins, tests de la fonction hépatique, créatinine, azote, urée, glycémie.

Pour les lésions neuro-imagées du cerveau, on a utilisé l’imagerie par résonance magnétique et par ordinateur, le doppler des principaux vaisseaux, l’électroencéphalographie.

Le patient est examiné pour détecter la présence de maladies somatiques - hypertension, maladies chroniques des poumons, du cœur.

Un diagnostic différentiel de démence vasculaire et de maladie d'Alzheimer est en cours. La maladie d'Alzheimer se caractérise par un début plus graduel, une progression lente et progressive, des troubles neurologiques minimes, une altération tardive de la mémoire et des fonctions exécutives, une démence de type cortical, une absence de troubles de la marche, une atrophie de l'hypocampe et du cortex temporo-pariétal.

Traitement des troubles

Assurez-vous de traiter la maladie sous-jacente!

Pour le traitement de la démence, on utilise le donépézil, la galantamine, la rivastigmine, la mémantine (abix, meme), la nicergoline. La posologie, la durée d'administration et les schémas sont choisis individuellement.

Pour améliorer les fonctions cognitives, des médicaments appartenant à différents groupes pharmacologiques dotés de propriétés neuroprotectrices sont utilisés - glycine, cérébrolysine, semax, somazine, céraxon, nootropil, piracétam, pramistar, memplant, sermion, cavinton, mexidol, mildronate, mildronate, solcoséryl
Assurez-vous de traiter l'hypercholestérolémie. Cela aide à réduire le risque de dysfonctionnement cognitif. Ce régime est pauvre en cholestérol - légumes, fruits, fruits de mer, produits laitiers faibles en gras; Vitamines B; statines - liprimar, atorvastatin, simvatin, torvakard. Éliminer le tabagisme, l'abus d'alcool.

Consultation d'un neurologue sur les troubles cognitifs

Question: Est-il utile de résoudre les mots croisés?
Réponse: oui, il s’agit d’une sorte de «gymnastique» pour le cerveau. Il est nécessaire de forcer le cerveau à travailler - lire, raconter, mémoriser, écrire, dessiner...

Question: est-il possible de développer une déficience cognitive dans la sclérose en plaques?
Réponse: oui, la déficience de la fonction cognitive dans la sclérose en plaques se compose de perturbations de la vitesse de traitement de l'information, de troubles mentaux (mémoire à court terme), de perturbations de l'attention et de la pensée et de perturbations visuo-spatiales.

Question: Que sont les «potentiels cognitifs évoqués»?
Réponse: la réponse électrique du cerveau pour effectuer une tâche mentale (cognitive). La méthode neurophysiologique des potentiels cognitifs évoqués est un enregistrement des réactions bioélectriques du cerveau en réponse à une tâche mentale utilisant l'électroencéphalographie.

Question: quels médicaments peuvent être pris indépendamment avec une légère distraction, une altération de l'attention et de la mémoire après une surcharge émotionnelle?
Réponse: 2 comprimés dissolvent la glycine sous la langue ou dans des préparations à base de ginko-biloba (meménoplant, ginkofar) 1 comprimé 3 fois par jour, vitamines du groupe B (neurovitan, milgamma) jusqu'à 1 mois ou nootropil - mais le médecin vous prescrira le dosage en fonction de l'âge et les maladies. Mais il est préférable d’aller chez le médecin tout de suite - vous pouvez sous-estimer le problème.

Troubles cognitifs: symptômes, prévention et traitement

Parfois, nous oublions où nous avons laissé les clés. En regardant autour de l'appartement toute la journée, nous sommes surpris de notre distraction et de notre inattention, sans même nous douter que ce sont les premiers symptômes d'une perturbation du fonctionnement normal du cerveau. Les soi-disant troubles cognitifs se manifestent souvent chez les personnes âgées. Mais il arrive aussi que des jeunes et même des enfants en souffrent.

Troubles cognitifs. Qu'est ce que c'est

D'abord, examinons plus en profondeur notre cerveau. Les "cellules grises" assument bon nombre des responsabilités qui leur incombent. Grâce à leur travail actif, nous nous déplaçons physiquement et nous développons mentalement. Les fonctions cognitives du cerveau sans lesquelles nous ne pourrions pas connaître le monde qui nous entoure sont importantes dans la vie de chaque personne. Tout d'abord, avec leur aide, nous percevons, comprenons et traitons les informations obtenues dans le processus cognitif. C'est l'une des manifestations de l'activité nerveuse supérieure, sans laquelle une personne ne serait jamais une personne.

Facteurs de risque

Même si vous êtes encore loin de la retraite, vous n'êtes pas à l'abri de ce problème, qui peut vous tomber sur la tête, à savoir ce qui se trouve au centre, le cerveau. Les principaux facteurs de risque de déficience cognitive sont les traumatismes crâniens graves et les intoxications. Dans ce cas, la maladie sera temporaire, de plusieurs jours à 2 ou 3 ans.

Une forme plus grave de la maladie qu'une personne peut contracter avec la maladie de Parkinson, la maladie d'Alzheimer et les maladies vasculaires. Dans ce cas, le trouble des fonctions cognitives sera progressif. Les maladies vasculaires sont la raison principale et la plus fréquente de la perte de la capacité de connaître le monde qui nous entoure.

Symptômes principaux

Les premières hirondelles alarmantes seront des problèmes au travail. Au début, vous êtes trop paresseux pour travailler, vous vous sentez fatigué, le cerveau refuse littéralement de penser et d’analyser. Les nouvelles données ne sont pas perçues, il devient difficile de tirer des conclusions. Dans des formes plus sévères, les fonctions du langage sont violées: une personne ne peut pas formuler une pensée, il lui est difficile de trouver des mots et de parler simplement.

Toutes ces manifestations suggèrent que vous devriez contacter immédiatement un neurologue. Seul un spécialiste qualifié peut établir un diagnostic précis et prescrire le traitement correct et efficace.

Déficience cognitive légère

C'est une pathologie du cerveau caractérisée par une démence vasculaire. Si elle n'est pas traitée à temps, la maladie traverse plusieurs étapes de développement: elle commence par une altération de la mémoire mineure et se termine par une démence complète. Dans la forme bénigne de la maladie, le patient ne peut pas garder l'attention sur un sujet pendant longtemps, est incapable de passer beaucoup de temps à faire du travail mental, ressent une fatigue accrue.

Déficience cognitive légère

Entre les troubles légers et graves, les médecins diagnostiquent une forme modérée de la maladie. Les fonctions cognitives chez une personne deviennent moins prononcées, plus faibles que ce que la norme implique pour son âge, mais elles ne sont pas encore transformées en démence - démence. Le patient trouvera qu'il est difficile pour lui de compter, de mémoriser les phrases que vient de prononcer l'interlocuteur, et même les mots, pour naviguer sur le terrain. Il est facile de se débarrasser de ces troubles dès les premiers stades à l’aide de médicaments ordinaires. Le traitement des troubles cognitifs est prescrit par un neuropathologiste, en tenant compte des conseils d'un psychiatre et d'autres spécialistes restreints.

Si l'enfant est malade

Curieusement, même les enfants peuvent faire face à tous les inconvénients et à tous les fardeaux de cette maladie. Habituellement, chez les plus petits patients, la cause des violations devient l’avitaminose élémentaire. Lorsqu'il consomme des produits en conserve, des produits sucrés et d'autres produits nocifs, l'enfant ignore les légumes et les fruits, les céréales saines, la viande et le poisson. En conséquence, ne reçoit pas toutes les vitamines nécessaires. En conséquence, des troubles cognitifs se développent chez les enfants: mauvaise performance à l’école, incapacité de répéter ou de reproduire ce qu’ils voient, entendent ou lisent, manque de concentration et pensée intense en classe.

Traitement

La thérapie cognitive des troubles de la personnalité dépend directement de la cause des troubles. Dans tous les cas, il devrait viser à corriger les modifications pathologiques de l'activité cérébrale. Outre le fait que les médecins traitent la maladie sous-jacente pour améliorer les fonctions cognitives, ils peuvent également prescrire des médicaments à propriétés neuroprotectrices: Semax, Glycine, Ceraxon, Cavinton, Nootropil, etc.

Assurez-vous de prescrire des médicaments pour l'hypercholestérolémie. Cela empêche le développement de troubles cognitifs, sert de prévention de leurs progrès futurs. Si un patient est atteint de démence, il peut prescrire "Nicergolin", "Galantamine", "Memantine", "Donepezil". La psychothérapie cognitive des troubles de la personnalité contribue également à améliorer l'état général du patient. Il est recommandé de suivre un régime sans cholestérol: manger des fruits de mer, des légumes et des fruits, du lait et du fromage cottage. Fumer et boire devraient être complètement exclus.

Neurologues d'opinion

Ils affirment qu'un exercice très utile de la déficience cognitive consiste à résoudre des mots croisés. Un tel loisir est une gymnastique pour le cerveau. En résolvant, en nous rappelant, en comparant, nous empêchons non seulement le développement d’écarts, mais nous les traitons également s’ils se sont déjà manifestés. En outre, les médecins conseillent de lire des poèmes et de les enseigner comme souvenir, dessiner, tricoter, fabriquer. Ces cours seront la réhabilitation de vos "cellules grises" et compléteront le traitement général prescrit.

Dysfonctionnement cognitif

Les fonctions cérébrales supérieures ou autres fonctions cognitives sont les fonctions les plus complexes du cerveau, qui permettent de mener à bien le processus de connaissance rationnelle du monde et d’assurer une interaction ciblée avec celui-ci.

Ces fonctionnalités incluent:

  • mémoire
  • praxis
  • la capacité de programmer et d'exécuter des actions complexes,
  • discours
  • fonctions exécutives.
Comme vous le comprenez, elles sont importantes pour nous non seulement dans le cadre de nos activités professionnelles mais également domestiques.

Vous pouvez voir comment nous les appliquons dans la vie quotidienne avec un exemple simple. Il est nécessaire de prendre dans la zone de perception n'importe quel objet dès que notre cerveau comprend toutes ses possibilités pour l'analyser et élaborer le programme d'actions nécessaire.

Par exemple, nous voyons un objet œuf - nous portons une attention particulière à ses caractéristiques, en particulier le fait qu’il est rond, solide, blanc, nous le percevons et l’identifions comme un œuf. La mémoire suggère qu'il est comestible, la pensée suggère que l'œuf peut être cassé. Nous pouvons, grâce à la praxis, le prétraiter et avec l'aide de la parole pour informer les autres.

Vous voyez combien de fonctions différentes notre cerveau a utilisées pour effectuer une tâche aussi simple en apparence. En bref, même les moments les plus élémentaires à première vue de notre vie nécessitent une activité cérébrale accrue. La perte d'une seule des fonctions cognitives menace une baisse significative de la qualité de la vie et des possibilités de libre-service, sans parler de la perte de certaines compétences plus complexes, telles que, par exemple, des compétences professionnelles.

La perte complète ou partielle des fonctions cognitives est appelée déficience cognitive. Son degré peut varier de légères perturbations subtiles à une démence profonde accompagnée d'une désintégration complète de la personnalité.

Dans le spectre des déficiences cognitives, l’option la plus facile est un déficit cognitif facile; elle est classée dans une catégorie distincte par l’école universitaire de l’académicien Yakhno. Ces troubles sont principalement neurodynamiques. Des caractéristiques telles que:

  • vitesse de traitement de l'information
  • la possibilité de passer rapidement d'une activité à une autrĕ
  • RAM
  • concentration de l'attention.

Ce type de trouble est le plus bénin et se manifeste sous forme de cognition facilement décroissante chez les personnes âgées dans le cadre du processus de vieillissement naturel. Chez les jeunes, ces troubles peuvent également survenir pour un certain nombre de raisons, mais le déficit cognitif léger nous intéresse moins, puisqu'il ne représente pas une menace sérieuse et peut souvent disparaître tout seul.

Il convient de noter que ce type de violation est principalement attribué à l’école scientifique russe, mais qu’il est moins pris en compte par la littérature occidentale. Le déficit cognitif modéré, reconnu à la fois par les neurologues occidentaux et russes, revêt un intérêt majeur.

Syndrome de déficience cognitive légère ou déficience cognitive légère - déficience cognitive dépassant nettement la norme d'âge, mais n'atteignant pas l'ampleur de la démence. Il présente un intérêt significatif pour les médecins en tant qu’État indépendant, ce qui a un effet assez notable sur la qualité de vie et un facteur pronostique défavorable - jusqu’à 80% des patients qui développent une RBM dans les 5 ans présentent une progression significative de la démence. En d'autres termes, chez la plupart des patients, le GAR ne reste pas immobile et entre en démence. Par conséquent, il est important d'identifier cette condition et de commencer son traitement en temps voulu afin de ralentir ce processus.

Qu'est-ce que la démence?

La démence est la déficience cognitive la plus grave, ce qui conduit à la désadaptation du patient dans les domaines professionnel et social.

En d'autres termes, avec la démence, la capacité d'interagir normalement avec le monde qui nous entoure est perdue, qu'il s'agisse de simples tâches ménagères ou de compétences professionnelles complexes.

La démence peut être de différents types et origines:

  • Démence de type Alzheimer,
  • Démence vasculaire,
  • Démence avec les veaux Levi,
  • démence fronto-temporale
  • et ainsi de suite.

Tous partagent un symptôme commun - un déclin spectaculaire des fonctions cognitives et diffèrent par les caractéristiques des troubles, l'âge de l'apparition de la maladie et le taux de progression.

La maladie d’Alzheimer peut donc être de type sénile (sénile) et présénile, c’est-à-dire avec un départ tôt. Cependant, après le début clinique de la maladie, le taux de dégradation des fonctions cognitives peut être assez important, il est donc très important d'identifier les troubles au stade où ils ne sont pas parvenus au stade de la démence et dont le déroulement des avalanches peut être retardé.

Il convient de noter que les causes des troubles cognitifs à un jeune âge diffèrent de celles des personnes âgées.

Les causes jeunes peuvent souvent être une pathologie de la période périnatale ou de la naissance. Chez les personnes âgées, le déclin peut être causé par une légère diminution de la mémoire et d'autres fonctions dans le cadre du cours normal du vieillissement, mais l'ampleur de ces changements est très faible dans ce cas.

Outre les raisons mentionnées, une diminution de la fonction cognitive peut être observée à la suite de:

  • Traumatisme cérébral
  • Maladies vasculaires
  • Maladies démyélinisantes
  • Maladies infectieuses
  • Troubles métaboliques et système hormonal,
  • Les tumeurs,
  • Maladies neurodégénératives du système nerveux central.

Il faut se rappeler que l’utilisation de drogues diverses peut affecter la fonction cognitive. Chez les personnes âgées, il est nécessaire de prendre en compte l’usage de drogues, et pas seulement le profil neurologique, car pour un nombre assez important de drogues, l’effet des effets négatifs sur la concentration, la mémoire et d’autres fonctions mentales supérieures est décrit. Enfin, un facteur important susceptible d'altérer la mémoire et l'attention est le contexte émotionnel et le niveau d'anxiété, qui ne peuvent être correctement évalués que du point de vue de l'utilisation d'entretiens cliniques et de l'utilisation d'échelles spéciales.

Pour déterminer la présence de troubles cognitifs, les techniques principales sont l’interview clinique et l’application de tests. Les techniques auxiliaires sont des méthodes électrophysiologiques telles que les «potentiels cognitifs induits».

Les moyens d'identifier les causes des troubles existants sont extrêmement variés, notamment:

  • méthodes de diagnostic en laboratoire permettant de détecter des anomalies dans le sang et d’autres matériels biologiques.
  • méthodes de diagnostic radiologique et IRM révélant des modifications structurelles de la structure des organes,
  • méthodes de diagnostic fonctionnel, permettant d'évaluer le fonctionnement d'un service particulier de notre corps.

Cependant, avec une telle variété d'instruments, l'axe autour duquel les plaintes sont collectées, des données objectives, les résultats des examens sont le contact du médecin et du patient. Le médecin doit donc déterminer les indications pour les examens nécessaires, établir un diagnostic et ensuite prescrire un traitement.

Déficience cognitive - qu'est-ce que c'est?

La déficience cognitive est l’un des symptômes neurologiques les plus courants. La survenue de tels troubles indique la présence de troubles du cerveau.

En raison de la progression de l'état pathologique, un changement dans la connaissance rationnelle du monde se produit.

Comprendre le problème, la déficience cognitive - de quoi il s'agit, ce sera plus facile si vous étudiez d’abord les informations sur les causes de ces troubles et leurs symptômes.

Quelle est la dissonance cognitive? Renseignez-vous sur notre article.

Le concept et la définition

Au sens large, la déficience cognitive est une déviation des fonctions du cerveau humain, responsable de la cognition, de la compréhension, de la perception et de la sensibilisation de certaines informations obtenues à partir de l'environnement.

Dans certains cas, ces troubles sont observés en présence de maladies d'étiologie neurologique graves.

Une déficience cognitive peut être associée aux fonctions cérébrales suivantes:

  • réglementation de l'activité arbitraire;
  • tous les types de mémoire;
  • gnose (assignation d'objets à une certaine catégorie);
  • perception de l'information;
  • concentration de l'attention;
  • l'intelligence;
  • activité de la parole;
  • praxis (capacité d'appliquer les connaissances dans la pratique);
  • fonction psychomotrice.
au contenu ↑

Carence ou carence

La déficience ou déficience cognitive est une forme de perte cognitive.

Le degré des symptômes dépend du taux de progression de la déviation. Tout d'abord, les déficiences cognitives affectent la mémoire opérationnelle, la vitesse de traitement des informations reçues, la concentration et la capacité de changer rapidement de type d'activité.

S'il existe un niveau critique de violations, il existe un risque de développer un trouble de la personnalité et une désadaptation d'une personne dans un environnement social et professionnel.

Stades du déficit cognitif:

  1. Déficience cognitive modérée (susceptibilité aux états anxieux-dépressifs).
  2. Démence légère (à la maison, une personne se sent mieux que dans une équipe).
  3. Démence modérée (perturbation de l'activité quotidienne, apparition des premiers symptômes de troubles cognitifs).
  4. Démence sévère (manifestation des principaux symptômes de la déficience cognitive).
au contenu ↑

Liste de distorsion

Les distorsions cognitives sont des erreurs systématiques de pensée qui se produisent dans certaines situations. Les déviations de modèle ou les modèles sont un exemple de comportement mental évolutif.

Ce type de distorsion peut être dû à la nécessité de s'adapter à une situation particulière ou au manque de capacité de réflexion spécifique.

L’élimination de ce problème est une tendance distincte de la psychothérapie et l’objet principal de la psychothérapie cognitive. Au total, plus de 120 distorsions cognitives ont été enregistrées, divisées en plusieurs groupes.

Distorsions liées à la prise de décision et au comportement dans certaines situations:

  • renforcement irrationnel (attachement à une direction choisie plus tôt);
  • l'amplification (un effort excessif est investi dans l'élaboration d'un plan pour atteindre l'objectif);
  • soumission à l'autorité (une personne ne peut pas être guidée par sa propre opinion et est subordonnée à une personne spécifique qui se considère comme une autorité);
  • absence de prise en charge (la frustration liée à la perte dépasse la joie de retrouver le même objet);
  • et ainsi de suite

Les distorsions, basées sur des stéréotypes:

  • l'effet de la confiance excessive (une personne surestime grandement ses capacités et ses compétences);
  • regroupement des illusions (il y a une tendance à voir des schémas d'image où ils sont absents);
  • une cascade d'informations disponibles (la distorsion est une croyance collective en des faits qui ont été exprimés à de nombreuses reprises);
  • effet de télescope (mauvaise orientation dans le temps, événements récents perçus comme distants et inversement);
  • corrélation illusoire (la présence d'une croyance erronée dans l'interrelation d'événements ou d'actions non présents);
  • et ainsi de suite

Distorsions sociales:

  • l'effet de halo (dans la perception d'une personne, un fait joue un rôle clé, par exemple, une apparence attrayante est associée à un personnage idéal);
  • distorsion en faveur de son groupe (une personne n'écoute que l'opinion de ceux qu'elle considère être membres d'un certain groupe);
  • distorsion de l'évaluation homogène de personnes appartenant à un autre groupe (les membres de leur groupe possèdent un ensemble de capacités et de compétences plus impressionnant que les membres d'autres groupes);
  • l'illusion de transparence (distorsion dans la surestimation de la compréhension par d'autres personnes et la surestimation de leur propre capacité à les comprendre);
  • et ainsi de suite

Distorsions causées par des troubles de la mémoire:

  • cryptomnezia (au sens large, la distorsion est une attribution fausse du propre auteur);
  • distorsion rétrospective (les événements passés sont filtrés à travers la réalité, imposant faussement une prévisibilité à certaines situations);
  • bienfaiteur (une personne assume la responsabilité des résultats favorables des événements et refuse son participe si le résultat est devenu négatif);
  • constance apparente (chez une personne, certaines positions d'autres personnes sont mémorisées, mais en même temps, il ne permet pas la probabilité de leur changement);
  • distorsion égocentrique (exagération des résultats passés, les événements sont plus brillants qu’ils ne l’étaient en réalité);
  • et ainsi de suite

Brièvement sur les distorsions cognitives, les raisons de leur apparition et leur classement dans cette vidéo:

Caractéristiques de développement chez les enfants

Le développement de troubles cognitifs chez les enfants entraîne dans la plupart des cas un manque critique de vitamines dans le corps (en l'absence de maladies congénitales du cerveau).

Les conséquences de maladies infectieuses ou le manque de contrôle du régime alimentaire peuvent également provoquer des déviations.

Le risque de déficience cognitive peut survenir pendant le développement du fœtus (le facteur le plus courant est l'hypoxie fœtale, entraînant une privation d'oxygène du corps).

Caractéristiques de la déficience cognitive chez les enfants:

  1. La violation des fonctions cognitives du cerveau chez les enfants peut entraîner une désadaptation de l'enfant dans la société (à la maternelle, à l'école, etc.).
  2. Ces violations sont la cause d'anomalies dans la formation de la parole et provoquent une diminution de la concentration.
  3. Les troubles émotionnels peuvent être la cause de déviations développementales dans les compétences d'apprentissage et de la perception des informations nécessaires.
au contenu ↑

Les causes

Les maladies vasculaires du cerveau sont l’une des causes les plus fréquentes de troubles cognitifs.

Le risque de déviations peut résulter de lésions hémorragiques, d’un état multi-infarctus, d’une ischémie cérébrale de type chronique ou d’un infarctus de localisation stratégique.

Certaines fonctions cérébrales commencent à fonctionner avec des facultés affaiblies ou se perdent complètement.

En outre, de nombreux facteurs peuvent entraîner une déficience cognitive en ce qui concerne l’impact négatif de l’environnement externe ou la progression de pathologies spécifiques.

Les facteurs suivants peuvent provoquer une déficience cognitive:

  • progression des tumeurs cérébrales;
  • graves déviations dans le système métabolique;
  • maladies neurodégénératives (maladie d'Alzheimer, etc.);
  • manque d'approvisionnement en sang au cerveau;
  • effets d'une lésion cérébrale traumatique;
  • troubles liquorodynamiques;
  • alcoolisme et toxicomanie (à un stade avancé de développement);
  • neuroinfections et maladies démyélinisantes;
  • le résultat de graves perturbations hormonales;
  • maladies du système nerveux central;
  • conséquences des maladies infectieuses;
  • le résultat de pathologies associées aux vaisseaux;
  • changements corporels liés à l'âge.
au contenu ↑

Classification et espèce

En pratique médicale, la déficience cognitive est divisée en trois groupes principaux - degré léger, modéré et sévère.

Dans le premier cas, les violations seront insignifiantes (altération de la mémoire, fatigue excessive et difficulté à résoudre les problèmes).

La forme modérée s'accompagne de la détérioration de plusieurs fonctions cognitives à la fois.

À un stade sévère, la perception du monde environnant pose de graves problèmes (le patient présente la plupart des symptômes caractéristiques des troubles cognitifs).

Classification du syndrome en fonction de l'étiologie:

  • troubles organiques (les processus pathologiques acquièrent une forme irréversible);
  • anomalies fonctionnelles (les violations sont temporaires);
  • déficience neurocognitive (particulière aux troubles mentaux organiques).
au contenu ↑

Les symptômes

Les symptômes de la déficience cognitive sont variés et comprennent de nombreux signes de déviations dans l'exécution de certaines fonctions du cerveau.

L'intensité des manifestations dépend du degré de leurs dommages et de la présence de maladies concomitantes. Les premiers symptômes peuvent ressembler aux traits spécifiques du caractère d’une personne, mais ils deviendront avec le temps des anomalies neurologiques prononcées.

Les symptômes de la déficience cognitive sont les facteurs suivants:

  • un non-sens (fausses conclusions qui sont durables);
  • troubles de l'alimentation;
  • hallucinations visuelles ou auditives;
  • diminution de l'activité du processus de réflexion;
  • somnolence diurne associée à une activité nocturne;
  • des signes d'apathie;
  • troubles de la mémoire;
  • activité locomotrice sans but;
  • violation de l'orientation à l'endroit où la personne se trouve pour la première fois;
  • concentration réduite;
  • perte de tact;
  • irritabilité excessive et agressivité.

Vous pouvez en apprendre davantage sur les causes et les symptômes de la déficience cognitive à partir de la vidéo:

Méthodes de traitement

Le traitement des troubles cognitifs est effectué par un neurologue. Sur la base des données obtenues lors de l'examen du patient, le traitement est prescrit individuellement.

Le rôle clé est joué par la cause de l'apparition de conditions pathologiques.

La thérapie peut inclure l'admission de médicaments spéciaux, des cours avec des psychologues ou des orthophonistes, des visites à des procédures de guérison du corps.

Le complexe de thérapie peut inclure les options de traitement suivantes:

  • médicaments nootropes (encéphabol, piracétam);
  • complexes de vitamines et de minéraux (glycine);
  • agents ayant des propriétés neuroprotectrices (Mildronate, Cerebrolysin);
  • médicaments anti-démence (Donepezil, Memantine);
  • médicaments contre l'hypercholestérolémie (simvastatine, Torvakard);
  • procédures psychothérapeutiques (nommés individuellement);
  • adhésion à un régime sans cholestérol.

Les troubles cognitifs tendent à progresser progressivement. Si elles ne sont pas commencées à temps, les conséquences changeront radicalement la qualité de vie du patient.

Avec des complications, ces personnes sont complètement inadaptées et ne peuvent pas effectuer seules les activités ménagères de base. S'il existe un risque de telles violations, il est nécessaire de contacter un neuropathologiste dès que possible.

Quels sont les principaux signes de perte de la fonction cognitive, quelles méthodes de traitement existent? Découvrez-le à partir de la vidéo:


Partager avec des amis:

Populaire sur le site:

Abonnez-vous à notre groupe intéressant Vkontakte:

Vous avez une question? Demandez dans les commentaires à l'article. Le psychologue répond aux questions:

Déficience cognitive du cerveau

Comme il est désagréable de constater la détérioration de la capacité de mémoriser des informations en soi ou dans les proches, l’apparence de fatigue, une diminution de l’intelligence. De tels troubles dans le travail du cerveau en médecine sont appelés "déficience cognitive". Cependant, ne désespérez pas. Un traitement adéquat est d'une grande importance pour les personnes atteintes de cette maladie. La médecine moderne est capable de fournir un traitement approprié et d'obtenir une rémission stable.

Quelle est la déficience cognitive

Les fonctions cognitives sont la perception, la rapidité de pensée, la capacité à se familiariser avec de nouvelles informations et à les mémoriser, à l’attention, à la parole, à l’orientation dans l’espace et le temps, à la motricité. Au fil du temps, une personne commence à montrer des violations du comportement quotidien en raison de défaillances des fonctions cognitives. Les cas isolés d'oubli ne sont pas une raison d'inquiétude, mais si une personne commence régulièrement à oublier des événements, des noms ou des noms d'objets, cela peut indiquer des perturbations de l'activité cérébrale, alors le patient a besoin de l'aide d'un neurologue.

Les symptômes

Si l’altération des fonctions cognitives est liée à l’hémisphère gauche du cerveau, des symptômes externes tels que l’incapacité du patient à écrire, compter, lire, peuvent être observés, des difficultés de logique, d’analyse et de capacités mathématiques disparaissent. L’hémisphère droit, touché par la maladie, provoquera des altérations spatiales; par exemple, une personne cesse de s’orienter dans l’espace, la capacité de rêver, de composer, de rêver, d’empathie, de dessiner et de perdre la créativité disparaît.

L'activité des lobes frontaux du cerveau est associée à la perception des odeurs et des sons, à la coloration émotionnelle du monde environnant, elle est responsable de l'expérience et de la mémorisation. Si la maladie affecte les lobes pariétaux du cerveau, le patient perd la capacité de réaliser des actions intentionnelles. Il ne fait pas la distinction entre le droit, le gauche, l’écriture ou la lecture. Les lobes occipitaux sont responsables de la capacité de voir des images en couleur, d'analyser, de reconnaître des visages et des objets. Les modifications du cervelet se caractérisent par un comportement inadéquat et une altération de la parole.

Déficience cognitive légère

Cela peut être considéré comme le stade initial de la chaîne de perturbations de l'activité cérébrale supérieure, qui sont pour la plupart liées à la mémoire du patient. Un léger type de perturbation peut être provoqué non seulement par des changements liés à l’âge. La cause en est souvent une encéphalite ou une blessure à la tête. Qu'est-ce qu'une déficience cognitive et comment se manifeste-t-elle sur le plan externe? Il s’agit d’une fatigue intense pendant l’activité mentale, de l’incapacité de mémoriser de nouvelles informations, de la confusion, de la difficulté à se concentrer et de la difficulté à effectuer des actions ciblées.

Il est souvent difficile pour le patient de comprendre le discours de quelqu'un d'autre ou de choisir les mots pour le transfert des pensées. Un fait intéressant est qu’il s’agit d’un processus réversible. En cas de stress mental grave, les symptômes progressent et disparaissent après un bon repos. Cependant, il est nécessaire de consulter le neurologue et le thérapeute, qui conduira les études instrumentales nécessaires, attribuera un test.

Déficience cognitive légère

Avec la détérioration du travail de plusieurs processus qui vont au-delà de la norme d'âge du patient, mais n'atteignent pas le degré de démence, on peut parler d'une violation modérée. Selon les statistiques médicales, ces symptômes peuvent survenir chez 20% des personnes de plus de 60 ans. Cependant, chez la plupart de ces patients, la démence survient au cours des cinq prochaines années. Chez 30% des personnes, la maladie progresse lentement, mais si, dans un court laps de temps, plusieurs fonctions cognitives se manifestent simultanément, une consultation urgente d'un spécialiste est nécessaire.

Forme lourde

La prévalence de la démence est observée chez les patients âgés et elle est généralement déclenchée par la maladie d'Alzheimer. La BA est une maladie cérébrale associée à la mort de neurones acétylcholinergiques. Ses premiers signes sont la perte de mémoire, l’oubli constant des événements de la vie. À la prochaine étape de la progression des changements pathologiques, la désorientation dans l'espace commence, une personne perd la capacité d'exprimer ses pensées, dit un non-sens, devient impuissante dans la vie quotidienne et peut avoir besoin de l'aide de ses proches.

Une déficience cognitive souvent marquée provoque une insuffisance vasculaire cérébrale, alors la mémoire pour les événements de la vie peut rester bonne, mais l'intellect en souffre. Les patients cessent de distinguer et de voir la similitude entre les concepts, leur pensée ralentit, il y a une difficulté à se concentrer. En outre, chez l’homme, le tonus musculaire augmente, la démarche change. Lorsque ces signes sont nommés examen neuropsychologique.

Raisons

Les violations sont divisées en deux types: fonctionnel et organique. Les troubles fonctionnels sont provoqués par un surmenage émotionnel, un stress, une surcharge. Elles sont caractéristiques de tout âge et, lorsqu'elles éliminent des causes, elles disparaissent d'elles-mêmes. Cependant, il existe des cas où le médecin décide de prendre un traitement médicamenteux.

Les désordres organiques sont déclenchés par des changements dans le cerveau sous l'influence d'une maladie. En règle générale, ils sont observés dans la vieillesse et se distinguent par leur caractère stable. La médecine moderne offre des moyens productifs de résoudre ce problème, vous permettant d'obtenir un bon résultat. Les causes suivantes d'infractions peuvent être citées:

  • Manque de sang aux cellules du cerveau. Ceux-ci incluent des maladies telles que les maladies cardiovasculaires, les accidents vasculaires cérébraux, l'hypertension. Une personne doit surveiller sa tension artérielle, maintenir un niveau optimal de sucre et de cholestérol.
  • Atrophie cérébrale liée à l'âge ou maladie d'Alzheimer progressive. Dans ce cas, les symptômes de la maladie augmentent progressivement sur plusieurs années. Un traitement adéquat aidera à améliorer l'état du patient et à stabiliser les symptômes pendant longtemps.
  • Problèmes métaboliques.
  • Alcoolisme et empoisonnement.
  • Insuffisance cardiovasculaire.

Chez les enfants

La pratique de la névralgie chez l'enfant montre que les déficits cognitifs sont dus à des maladies affectant le système nerveux d'un petit patient. Cela peut être, par exemple, un traumatisme à la naissance ou une infection intra-utérine, des troubles métaboliques congénitaux dans le système nerveux de l’enfant. Il existe un problème de diagnostic précoce et correct, mais plus tôt les spécialistes identifient la maladie et initient un traitement adéquat, meilleur sera le résultat.

Troubles cognitifs chez les personnes âgées et séniles

Chez les patients âgés, le cerveau subit de nombreux changements et son poids est considérablement réduit. Ce processus commence tôt, dès l'âge de 30 à 40 ans, et à 80 ans, le degré de perte de neurones peut atteindre 50% de la masse totale. Les neurones survivants ne restent pas les mêmes, ils subissent des modifications fonctionnelles. Sur le plan externe, cela peut aussi se manifester sous la forme de fonctions cognitives altérées.

Le dysfonctionnement cognitif chez les personnes âgées se traduit par une irritabilité excessive, une sensibilité, une pensée limitée, une mémoire insuffisante. Leur humeur change souvent, des qualités telles que le pessimisme, la peur, l'anxiété, le mécontentement envers les autres apparaissent, la désadaptation sociale est possible. L'absence de traitement entraînera une déficience cognitive catastrophique.

Classification

La classification moderne des troubles cognitifs est basée sur leur gravité et est divisée en formes légère, modérée et sévère. Dans les cas de troubles légers, des processus tels que la capacité de traiter rapidement les informations entrantes, de passer d'un type d'activité à un autre, sont attaqués. Dans les troubles modérés, les troubles de la mémoire prévalent et peuvent évoluer dans la maladie d'Alzheimer. Les troubles graves sont une désorientation temporelle, la parole en souffre, la capacité de reproduction des mots en souffre et la psyché en souffre.

Diagnostic de déficience cognitive

Il est basé sur les plaintes subjectives du patient, sur l’évaluation de son état par des proches et sur la détermination du statut neurologique. En outre, le médecin effectue des tests neuropsychologiques, prescrit des types d’études telles que l’imagerie par ordinateur et l’imagerie par résonance magnétique. Pour diagnostiquer la présence d'une dépression chez une patiente (celle-ci devient souvent la cause de troubles cognitifs), l'échelle de Hamilton est utilisée.

Traitement

Le trouble de la personnalité cognitive est traité avec trois types de médicaments neurométaboliques: médicaments classiques (Piracetam, Pyritinol, Cerebrolysin), médicaments pour le traitement de la maladie d'Alzheimer (Halina Alfoscerat, Mémantine, Ipidacrine), médicaments combinés (Omaron, Cinnarizine). Un grand choix de médicaments neurométaboliques pour la régulation des processus cognitifs permet d’individualiser le traitement des patients présentant une altération de leurs fonctions cognitives.

Prévention

Que faut-il faire pour éviter la survenue de troubles cognitifs? Dès votre plus jeune âge, vous devez prendre soin de votre santé. Les médecins recommandent, à titre de mesure préventive, de s’engager quotidiennement dans des sports actifs, d’entraîner la mémoire, de communiquer davantage. Le rejet des mauvaises habitudes, une consommation adéquate de vitamines et une nutrition adéquate jouent un rôle important. Par exemple, un régime méditerranéen peut aider à réduire le risque de frustration. Récemment utilisé pour la prévention des remèdes à base de plantes contenant du ginkgo biloba.

Fonction cognitive humaine altérée

Les troubles cognitifs sont le symptôme neurologique le plus courant, indiquant que la fonction cérébrale normale est altérée. Cela affecte directement la capacité de la connaissance rationnelle du monde. Les causes de cette maladie peuvent être différentes maladies. Quelle est cette pathologie?

Quelle est la déficience cognitive

Les fonctions cognitives du corps sont une fonction de notre système nerveux, responsable de la compréhension, de la connaissance, de l'étude, de la compréhension, de la perception et du traitement de l'information provenant de l'environnement extérieur. Sans cette fonction, une personne n'est pas capable de connaître le monde qui l'entoure. Regardons de plus près ce que les fonctions cérébrales vont souffrir dans cette situation:

  • Attention Une personne ne peut plus extraire des informations importantes du flux général, elle est incapable de se concentrer.
  • La perception. Il devient impossible de percevoir les informations de l'environnement externe.
  • Mémoire La capacité de stocker et de reproduire les informations reçues est altérée.
  • Fonction psychomotrice. Perte de la capacité à exécuter des habiletés motrices (dessin, écriture, conduite).
  • Intellect Violation de l'analyse de l'information, la capacité de faire des déductions.
  • Discours

Causes de la déficience cognitive

Les causes de la déficience cognitive peuvent être divisées en deux catégories: fonctionnelle et organique. Les premiers sont caractérisés par le fait qu'il n'y a pas de dommages directs au cerveau. Le surmenage, les émotions négatives, les états stressants peuvent conduire à cela. Ce type de trouble peut survenir chez des personnes de tout âge. Ce n'est pas dangereux, généralement, les symptômes disparaissent d'eux-mêmes après l'élimination de leur cause. Parfois, il est conseillé d'appliquer un traitement médicamenteux léger.

Les troubles organiques seront toujours associés à des lésions cérébrales. De telles conditions sont plus courantes chez les personnes âgées. Mais un traitement correct dans de nombreux cas permettra d’obtenir des améliorations significatives.

Les causes les plus courantes de troubles cognitifs:

  • Maladies vasculaires du cerveau. Cela pourrait inclure l'hypertension artérielle, l'athérosclérose (entraînant l'occlusion des gros vaisseaux) et les accidents vasculaires cérébraux.
  • L'hypothyroïdie.
  • Blessures.
  • Le diabète.
  • Alcoolisme
  • La dépendance.
  • Insuffisance hépatique.
  • Insuffisance rénale.
  • Abus de drogues.
  • Maladie de Parkinson.
  • La maladie d'Alzheimer.
  • Tumeurs cérébrales.
  • Intoxication (voir aussi - régime avec administration de nourriture).
  • Sclérose en plaques

Les symptômes

Les symptômes se distinguent par leur diversité. À bien des égards, cela dépendra de la gravité du processus pathologique et de la localisation des anomalies dans le cerveau. Souvent, non pas une fonction en souffre, mais plusieurs à la fois.

  • La mémoire se détériore. Au début, les événements récents sont oubliés, au fur et à mesure que le patient avance, il oublie également ce qui s'est passé il y a longtemps. En savoir plus sur la détérioration de la mémoire ici: http://domadoktor.ru/493-uhudshenie-pamjati.html.
  • Diminution de la concentration Une personne a de la difficulté à résoudre des problèmes spécifiques.
  • Violation d'orientation dans un lieu inconnu.
  • L'activité de penser diminue. Les nouvelles informations ne sont pas perçues, il est difficile de tirer des conclusions.
  • Absence de critiques sur leur comportement.

Selon la gravité des violations peuvent être divisés en trois types:

Légères perturbations. Les symptômes dans ce cas seront: une diminution de la concentration, une légère détérioration de la mémoire, de la fatigue dans divers types de travail intellectuel. Une personne peut oublier le nom de ses amis, incapable de trouver un moyen d'entrer dans un endroit inconnu, il lui est difficile de choisir des mots. Il peut souvent oublier où il a mis quelque chose.

Le diagnostic de ces troubles est réalisé à l'aide d'examens psychologiques et cliniques. Lors de l'exécution d'un test neuropsychologique peut être détecté violation du compte en série. Caractérisé par l'absence de changements à grande échelle dans la sphère comportementale et émotionnelle, il n'y a pas d'atrophie dans le cerveau. L'activité professionnelle et sociale est un peu cassée.

Déficience cognitive légère. Elle est causée par la détérioration d'un ou de plusieurs processus cognitifs. La violation de l’activité instrumentale quotidienne peut nécessiter une assistance extérieure. Le patient ne se souvient pas de certains des événements de la vie, ne peut pas trouver le chemin.

La forme sévère est la démence. Cette forme se caractérise par la présence de graves problèmes dans la vie sociale et professionnelle, et même dans le libre-service élémentaire, une aide extérieure est constamment nécessaire. Le patient est désorienté dans le temps, ne se souvient pas de la plupart des événements de la vie. Cette forme peut être compliquée par l'apparition d'anxiété, d'obsession, d'hallucinations et de délires. Dans la manifestation la plus grave - le manque de parole, l'incontinence urinaire, la perte complète de compétences psychomotrices.

Envisagez une déficience cognitive dans l'exemple de l'AVC.

  • Troubles monofonctionnels. Certaines fonctions cognitives (perception, mémoire, parole) sont affectées.
  • Degré modéré de perturbation. La présence de déficience cognitive multiple. La démence est absente dans ce cas.
  • Démence post-AVC. De multiples troubles cognitifs conduisent à une désadaptation du patient.

Signes de troubles cognitifs (vidéo)

Dans cette vidéo, vous pouvez écouter la fréquence à laquelle les troubles cognitifs se produisent, déterminer qui en est le plus susceptible, comment identifier ce problème à temps et commencer à le résoudre.

Troubles cognitifs chez les enfants, symptômes, traitement

Ce problème est assez fréquent chez les enfants et les adolescents. Les raisons peuvent être un manque important pour le corps en vitamines et minéraux, maladies passées, traumatismes à la naissance, infections intra-utérines, hypoxie du cerveau.

Les symptômes typiques sont le syndrome d’hyperactivité avec déficit de l’attention, des réactions comportementales altérées, une psyché instable, des difficultés à maîtriser les compétences en écriture et en lecture.

Le traitement des enfants doit être complet, y compris les traitements médicamenteux et non médicamenteux. En règle générale, les médicaments nootropes sont utilisés à partir de médicaments. Ils améliorent le métabolisme et la transmission interneuronale vers le système nerveux central, ce qui a un effet positif sur l'activité mentale, l'attention, la mémoire, la parole et la capacité d'apprentissage. Ces médicaments incluent "Piracetam", "Instenon", "Encephabol".

Un bon effet aura des cours en psychothérapie. Il est également nécessaire de former la mémoire, par exemple en mémorisant des poèmes et des chansons.

Diagnostics

Afin d'identifier la présence et le degré de dysfonctionnement cognitif, vous devez interroger soigneusement le patient et ses proches. Il est nécessaire de prendre en compte l'hérédité, la présence de blessures dans l'histoire, les mauvaises habitudes, l'état psycho-émotionnel du patient, la consommation de drogues.

Les neurologues examinent le patient à la recherche de la maladie sous-jacente, qui peut produire des symptômes neurologiques.

Un problème de santé mentale est déterminé par un psychiatre à l'aide de tests neuropsychologiques. Ces tests sont des exercices spéciaux pour la reproduction d’images et de mots, la résolution de problèmes, la mise en oeuvre de programmes de type moteur, etc.

Il est très pratique d’utiliser l’échelle MMSE - c’est une liste de questions qui aideront à évaluer l’état de la parole, la mémoire, la perception, la lecture, le dessin, l’orientation dans le temps, etc. Cette échelle est également utilisée pour évaluer l'adéquation et l'efficacité du traitement.

Chez les patients présentant des déficits cognitifs de caractère acquis, des examens de laboratoire supplémentaires doivent être effectués. Le médecin disposera de données importantes issues des analyses cliniques et biochimiques du sang, du profil lipidique, du taux d'hormones stimulant la thyroïde et de quelques autres indicateurs.

Parmi les techniques matérielles utilisées: imagerie par résonance magnétique et calculée, électroencéphalographie, vaisseaux majeurs Doppler.

Le patient doit exclure d'éventuelles maladies somatiques.

Si l'on soupçonne la maladie d'Alzheimer, un diagnostic différentiel de cette maladie avec démence vasculaire est nécessaire.

Traitement de la déficience cognitive

Si vous avez remarqué même les symptômes les plus légers de troubles cognitifs, vous pouvez commencer à prendre des complexes de vitamines et de minéraux, l'acide aminé Glycine. Bien sûr, l’automédication est dangereuse. Par conséquent, avant de commencer tout traitement, consultez votre médecin.

Le traitement, bien sûr, sera en grande partie déterminé par la cause de l'apparition de troubles cognitifs. Mais son objectif principal est la correction des changements pathologiques survenant dans le cerveau. En plus de traiter la maladie sous-jacente, les médecins prescrivent des médicaments neuroprotecteurs pour améliorer la fonction cognitive. Ceux-ci incluent: "Mildronat", "Kavinton", "Piracetam", "Nootropil", "Cerakson", "Cerebrolysin". C'est une excellente prévention de la poursuite du développement de cette pathologie.

Si un patient est atteint de démence sévère, il lui sera présenté des médicaments: donépézil, rivastigmine, mémantine, galantamine, nicergoline. Le dosage et la durée du cours sont choisis strictement individuellement.

Des médicaments permettant de lutter contre l'hypercholestérolémie ("Torvacard", "Simvastatine", "Atorvastatine") sont également présentés. De plus, il est souhaitable de suivre un régime sans cholestérol. Le régime alimentaire doit inclure du fromage cottage, du lait écrémé, des légumes, des fruits et des fruits de mer. Il est très important de se débarrasser des mauvaises habitudes, le cas échéant.

La psychothérapie sera utile.

Prévention

La grande majorité des cas de déficience cognitive, s'ils sont déjà apparus, seront sujets à une progression. Par conséquent, l'objectif de la prévention est de suspendre le processus pathologique afin de réduire les effets néfastes sur le cerveau. Pour cela, vous devez suivre certaines règles:

  • Réception des médicaments nommés par le médecin.
  • Vous devez également faire des exercices pour entraîner les fonctions cognitives (mémoriser des poèmes, faire des mots croisés, dessiner, etc.).
  • Il est extrêmement important de maintenir un état psycho-émotionnel stable afin d'éviter autant que possible les émotions négatives et le stress.
  • Le lien entre les fonctions cognitives et l'activité physique a été prouvé. Par conséquent, il est impératif de faire du sport (marche, natation, gymnastique, pilates, yoga).
  • Ne sous-estimez pas l'importance de l'activité sociale. Chez les personnes isolées socialement, les risques de ces violations augmentent plusieurs fois.
  • Nécessité de porter une attention particulière à la nutrition. Ce doit être rationnel. Un très bon effet sera si vous suivez le régime méditerranéen. Vous pouvez utiliser des suppléments nutritionnels et des vitamines: zinc, cuivre, vitamine E, vitamines B, ginkgo biloba, acides gras polyinsaturés oméga-3.

La déficience cognitive est sans aucun doute un problème très important pour la santé humaine. Par conséquent, il est extrêmement important d'identifier ce syndrome à un stade précoce de son apparition. Cela aidera à prendre les mesures adéquates pour prévenir la progression de la maladie.

En Savoir Plus Sur La Schizophrénie