La respiration est un processus physiologique auquel nous ne prêtons presque pas attention. Mais ici, la difficulté à respirer, que les médecins appellent un essoufflement, se manifestant sous la forme d'un manque d'air, de problèmes d'inspiration et d'expiration, devient immédiatement perceptible. Et dans de nombreux cas, ces symptômes sont révélateurs d'une maladie grave.

Presque toujours, la sensation de manque d’air est due à une hypoxie - diminution de la teneur en oxygène dans les tissus ou à une hypoxémie - diminution de la concentration en oxygène directement dans le sang. Ces deux conditions provoquent l’activation du centre respiratoire de notre cerveau, nous avons une sensation de manque d’air, en réponse de laquelle la respiration devient plus fréquente, dans laquelle les échanges gazeux entre le sang et l’air atmosphérique s’intensifient, réduisant ainsi le manque d’oxygène dans les tissus.

Qu'est-ce qui peut causer cette maladie à se développer?

Faiblesse cardiaque - provoque la stagnation dans les poumons et les tissus, les échanges gazeux dans les poumons sont perturbés, l’essoufflement apparaît.

Insuffisance respiratoire (pulmonaire) - affaiblissement des échanges gazeux en raison de la perte de la partie fonctionnellement active des poumons due à une inflammation, à la sclérose du tissu pulmonaire, à des lésions tumorales, à un collapsus pulmonaire, à un bronchospasme et à une difficulté d'expiration, etc.

La diminution primaire de la concentration en oxygène dans le sang en cas d'intoxication, anémie, maladies du système sanguin, etc.

Il y a beaucoup de troubles fonctionnels ou de maladies dans lesquels il devient difficile de respirer. Par conséquent, nous allons essayer de décrire les principaux.

Donc:

  • Mauvaise condition physique - détrainement
    Dans cette situation, l'essoufflement survient lorsque l'effort physique est accru et correspond généralement à une réaction normale. Le cœur commence à pomper le sang de manière plus active et les muscles qui travaillent nécessitent plus d’énergie et d’oxygène. De ce fait, une personne peut commencer à ressentir le manque d'air, sa respiration s'accélère par réflexe pour compenser le manque d'oxygène dans les tissus. Cette situation ne représente pas une menace pour la santé, cependant, cela montre qu'il est nécessaire de prendre soin de votre forme physique.
  • Insuffisance cardiaque congestive
    Le manque d'air et l'essoufflement dans cette pathologie sont le résultat d'une perturbation chronique de l'apport sanguin à tous les tissus du corps. L'un des signes les plus caractéristiques d'insuffisance cardiaque congestive est la position assise forcée du patient. Le manque d'air se produit allongé, souvent la nuit, et diminue lorsque vous vous assoyez.
  • Asthme cardiaque
    Dans cette maladie, le manque d'air se développe très rapidement et peut évoluer en crise d'asphyxie. La dyspnée persiste en position assise, accompagnée d'un blanchiment net de la peau, d'une respiration rauque et d'une toux. Il s'agit d'une violation très grave qui menace la vie humaine et nécessite des soins médicaux d'urgence.
  • Thromboembolie de l'artère pulmonaire
    Les caillots sanguins qui peuvent se former dans les veines profondes des membres inférieurs peuvent se déchirer et se déplacer avec la circulation sanguine, bloquant ainsi la lumière de l'artère pulmonaire. Cela conduit à une ischémie aiguë et à un infarctus pulmonaire, qui s'accompagne d'une sensation de manque d'air. De plus, cette catastrophe vasculaire se manifeste par une toux douloureuse, une cyanose du visage, une douleur à la poitrine, etc. Cette condition nécessite également une intervention médicale urgente.
  • Cardiopathie ischémique
    L'inconfort, l'oppression thoracique est un symptôme classique d'une crise d'angine de poitrine - l'une des manifestations de la maladie coronarienne. Les patients le désignent parfois comme un manque d’air. Dans un certain nombre de cas graves, y compris l'infarctus du myocarde, une crise d'ischémie peut provoquer une faiblesse cardiaque, une insuffisance cardiaque classique et une crise d'asthme cardiaque. Ceci est une condition extrêmement dangereuse, les soins médicaux d'urgence.
Maladies pulmonaires:
  • l'asthme bronchique, dans lequel la difficulté d'expiration et le manque d'air se développent paroxystiquement - dans le contexte d'un spasme des bronches et des bronchioles sous l'influence d'un stress, d'un contact avec un allergène ou d'un changement important des paramètres environnementaux;
  • pneumothorax spontané (air entrant dans la cavité pleurale, qui est la muqueuse des poumons), dans lequel le poumon se contracte et la surface respiratoire des poumons diminue. La maladie s'accompagne également d'un manque d'air, d'un blanchiment soudain, de douleurs à la poitrine, etc.
  • l'apparition d'une sensation de manque d'air après ou pendant un repas ou une suffocation peut indiquer qu'un corps étranger est entré dans les voies respiratoires.
Autres maladies:
  • Crise sympathique ou surrénalienne ou attaques de panique
    Forte excitation émotionnelle, peur, anxiété, etc. accompagné par la libération d'adrénaline dans le sang - "hormone de stress". Il accélère le métabolisme dans le corps, augmentant la consommation d'oxygène par les tissus. C'est pourquoi, lors d'attaques de panique ou dans des situations stressantes, une personne peut commencer à ressentir un manque d'air. Les difficultés respiratoires peuvent aussi être une manifestation du syndrome hystérique. Pour ces conditions, la sensation de manque de souffle est plus caractéristique.
  • L'anémie
    Le fer fait partie intégrante de la molécule de protéine d'hémoglobine, contenue dans les globules rouges - globules rouges. C'est cette protéine qui est responsable du transport de l'oxygène des poumons vers les cellules de tout le corps. Lorsqu'une carence en fer se développe, l'anémie ferriprive survient à des stades élevés et peut provoquer une hypoxie relative - manque d'oxygène dans les tissus, sensation d'air insuffisant et essoufflement au moindre effort physique.
  • L'obésité
    Il s'agit d'une pathologie grave, dont la principale menace est l'accumulation de tissus adipeux sur les organes internes. Une telle charge supplémentaire ne permet pas aux poumons de respirer complètement et le cœur ne fait pas de réductions efficaces. Par conséquent, tout cela conduit également à une diminution de l'oxygène dans les tissus et au développement d'un essoufflement.
  • la sensation de manque d'air qui survient au plus fort de l'inhalation avec la douleur peut être un signe de névrite nerveuse intercostale, par exemple avec l'herpès;
  • la respiration est également difficile pour les patients souffrant de différentes lésions de la poitrine, telles que les lésions des tissus mous ou les fractures des côtes, dans lesquelles les lésions ne permettent pas une respiration complète et ne provoquent pas de vive douleur;
  • le manque d'air, les éternuements, la toux, une sensation de douleur ou une boule dans la gorge peuvent indiquer le développement d'une pneumonie, d'une bronchite grave ou d'une réaction allergique;

Comment se débarrasser des difficultés respiratoires?

Le sentiment de manque d'air n'est pas une maladie, mais ce n'est qu'une des manifestations de toute pathologie. Par conséquent, dans le traitement des difficultés respiratoires à la clinique CELT, l’attention principale est portée sur la recherche de la cause de ce symptôme. Après l'avoir trouvé, nos médecins traiteront la maladie sous-jacente, à la suite de laquelle l'essoufflement disparaîtra.

Il faut toujours se rappeler que la respiration est une fonction vitale du corps. Par conséquent, en cas de violation, en particulier si elle se développe soudainement, il est nécessaire de consulter immédiatement un médecin.

Si vous respirez beaucoup pendant le VSD

Les troubles autonomes sont souvent la cause de divers troubles dans le corps humain.

Près de 15% des adultes se plaignent de la présence de problèmes respiratoires non liés aux pathologies du coeur, des poumons et de la glande thyroïde:

  • l'émergence d'un sentiment de manque d'air;
  • sensation d'obstacles dans le passage de l'oxygène;
  • l'apparition d'une sensation d'oppression dans la poitrine, une douleur dans la région de la poitrine;
  • manifestation de peur, anxiété due à des violations.

C'est ainsi que se manifeste le syndrome d'hyperventilation - une des manifestations les plus prononcées de la dystonie vasculaire.

  • Toutes les informations sur le site sont à titre informatif seulement et ne constitue pas un manuel pour l'action!
  • Seul un médecin peut vous donner un diagnostic exact!
  • Nous vous exhortons à ne pas vous auto-guérir, mais à vous inscrire auprès d'un spécialiste!
  • Santé à vous et à votre famille!

Régulation du processus respiratoire

Pour le travail du corps humain sont responsables de deux systèmes principaux: somatique et végétatif. Le système somatique comprend les bases squelettique et musculaire, ainsi que les composants internes du corps végétatifs.

Des parties végétatives et somatiques sont également libérées de manière conditionnelle dans le système nerveux humain. La partie somatique régule la coordination des mouvements, la sensibilité et nous pouvons la gérer (par exemple, nous pouvons facilement mettre le corps en mouvement).

La régulation végétative du système nerveux se produit de manière cachée, une personne ne peut pas modifier consciemment les conditions (par exemple, changer le métabolisme ou le travail du cœur).

Le processus respiratoire est régulé simultanément par les parties somatiques et végétatives du système nerveux. Tout le monde peut arbitrairement reprendre son souffle, retenir sa respiration.

Consciemment, une personne contrôle sa respiration lorsqu'elle joue d'un instrument de musique, parle, monte en ballon. Au niveau inconscient, la respiration humaine est automatiquement contrôlée (par exemple, lorsqu'une personne se concentre sur des choses abstraites ou dans un état de sommeil).

La respiration passe facilement de l'état conscient à l'état automatique, ce qui évite tout risque d'étouffement lorsque les pensées sont détournées du processus respiratoire. Ainsi, le système respiratoire humain est très sensible à l'influence non seulement des processus objectifs dans le corps, mais également aux chocs émotionnels (stress, sentiments, peurs).

L'exactitude des processus métaboliques dans le corps dépend directement de l'exactitude de la respiration. Lorsque nous respirons, nous absorbons l'oxygène de l'environnement et lorsque nous expirons, nous libérons du dioxyde de carbone.

De petites quantités de dioxyde de carbone restent dans le sang, affectant son acidité. Si la teneur en acide carbonique dans le sang est trop élevée, la personne commence à respirer plus souvent. Avec un manque de dioxyde de carbone, la respiration devient plus rare.

Dans le syndrome d'hyperventilation, le patient ne respire pas correctement. Les dysfonctionnements respiratoires entraînent des modifications négatives des processus métaboliques, raison pour laquelle il est difficile de respirer pendant le TRI.

Les symptômes

La cause des pathologies du système végétatif devient l’influence destructive d’un complexe de situations psychologiquement néfastes. Sous leur influence, le schéma du processus de contrôle de l'haleine est sujet à des perturbations.

Des niveaux élevés de stress sont fortement associés aux problèmes respiratoires. Pour la première fois, une telle influence se révélait déjà au milieu du XIXe siècle dans l'armée. Ensuite, ce syndrome a été appelé "coeur du soldat".

«Syndrome d'hyperventilation» signifie «respiration accrue». Ses manifestations cliniques sont l’essoufflement, les maux de gorge, une toux fastidieuse et sans cause.

La plupart des patients se plaignent d'une sensation de manque d'air dans le TRI. Le système respiratoire réagit de manière aiguë au stress et à la dépression, qui nuisent à son travail.

La description de la dystonie végétative-vasculaire par type cardiaque est donnée dans cet article.

Parfois, le GVS se manifeste en raison de la capacité des individus à imiter les états vus d’autres personnes (par exemple, toux, essoufflement). Une telle imitation de natures artistiques et sophistiquées reste dans la mémoire au niveau du subconscient. Même le comportement observé chez les patients atteints de VSD pendant l'enfance peut provoquer une répétition inconsciente des manifestations externes du TRI chez les personnes matures.

Les inhalations et les expirations superficielles et peu fréquentes ne permettent pas d'éliminer une quantité suffisante de dioxyde de carbone de l'organisme et le métabolisme du calcium et du magnésium est perturbé. La concentration accrue de ces minéraux entraîne des vertiges, des convulsions et des douleurs au cœur. Des frissons, la chair de poule, une raideur musculaire peuvent également apparaître.

La respiration est perturbée de manière chronique ou paroxystique. En outre, le patient ressent plusieurs symptômes désagréables: frissons, fièvre, palpitations cardiaques, nausées, peur de la mort, engourdissement des extrémités et autres. Tous ces troubles sont divisés en émotionnel, musculaire et respiratoire.

Souvent, les attaques de panique provoquent un sentiment de peur aigu, non motivé, un essoufflement et même une crise d'asphyxie en cas de dystonie vasculaire.

Pour les troubles respiratoires dans le TRI comprennent:

Causes d'étouffement dans la gorge et de difficultés respiratoires

Une sensation d'étouffement dans la gorge n'est pas un symptôme typique des ARVI classiques, ni une longue liste d'autres maladies allant de la névrose à l'oncologie.

Il serait faux de dire que cette maladie n'a qu'une étiologie infectieuse-inflammatoire. Ce n'est pas.

Dans la plupart des cas, la sensation de manque d'air n'a pas d'origine virale ou bactérienne (bien que cela se produise parfois).

Le symptôme est dangereux avec l'obstruction croissante probable (rétrécissement) des voies respiratoires et, par conséquent, la formation d'asphyxie, lorsque l'air ne peut normalement pas se déplacer à travers les structures anatomiques.

C'est fatal. C'est pourquoi il est si important d'identifier en temps voulu la maladie correspondante ou de corriger les principaux symptômes.

Les causes du problème

L'étouffement dans la gorge est un symptôme typique d'une multitude de maladies, ainsi que de conditions qui ne sont pas pathologiques en elles-mêmes.

Un trait distinctif de cette sensation est sa localisation fausse: le patient se sent suffoqué dans la région du cou et de la gorge, estimant que la source du problème réside précisément ici, mais ce n'est pas le cas dans 70% des cas.

Il est important de noter que les maladies ORL s'accompagnent toujours de signes caractéristiques: fièvre, toux, douleur et sont généralement visibles à l'œil nu: paroi arrière rouge, amygdales enflées, taches blanches, plaques, etc.

Si les difficultés respiratoires ne sont pas accompagnées de symptômes supplémentaires, surviennent périodiquement et paroxystiques, il s'agit plus probablement d'une névrose ou d'une allergie.

En cas d'interception régulière de la respiration, on soupçonne principalement des maladies pulmonaires, endocriniennes, cardiaques et néoplasiques.

Toutes les causes du développement de manifestations dangereuses peuvent être représentées comme suit:

  • Asthme bronchique.
  • Hyperventilation (syndrome d'hyperventilation).
  • Maladie pulmonaire obstructive chronique (bientôt MPOC).
  • Lésion traumatique de la gorge et / ou du larynx.
  • Pneumothorax.
  • Crise cardiaque d'origines diverses.
  • Attaque de panique.
  • Pneumonie.
  • Réactions allergiques d'intensité variable, y compris le choc anaphylactique.
  • Cancer du poumon
  • Tumeurs dans l'hypopharynx.
  • Gonflement de la gorge.
  • Diphtérie.
  • Angine de poitrine
  • Pharyngite
  • Maladies de la glande thyroïde à un stade avancé.
  • Névrose.

Chaque pathologie nécessite une approche particulière du traitement et se distingue par des symptômes supplémentaires.

Considérez-les tous dans l'ordre.

Asthme bronchique

La maladie est une inflammation des structures de la nature bronchique non infectieuse (dans la grande majorité des cas).

Pour démarrer le processus pathologique, il suffit de contacter l’allergène pendant un certain temps. En règle générale, la maladie se développe paroxystique.

Le développement de l'asthme a deux raisons principales: la pénétration d'un agent pathogène infectieux dans le corps (dans des cas extrêmement rares), le contact avec une substance intolérable (beaucoup plus souvent).

Les symptômes de la maladie comprennent: essoufflement, asphyxie (ressenti au niveau de la gorge, même si le problème est plus profond), toux avec une petite quantité de crachats, douleur à l'inhalation, spasme des muscles lisses des bronches, en raison de laquelle il est impossible d'inhaler ou d'exhaler de manière adéquate, peau cyanotique couvertures, triangle nasolabial, expiration ou expiration pathologiquement courte, sensation de démangeaison dans la gorge et derrière le sternum, sifflements lors de la respiration, respiration sifflante.

Traitement: on utilise des bronchodilatateurs (préparations pour élargir les bronches, également appelés bronchodilatateurs), des corticostéroïdes comme la prednisolone, une origine anti-inflammatoire non stéroïdienne (si elles ne sont pas allergiques).

Il est préférable d’utiliser tous les produits pharmaceutiques sous forme de compte-gouttes ou d’inhalations. Donc, l'effet du traitement est maximal. Il est possible d’utiliser des immunosuppresseurs dans les cas graves et négligés.

Maladie pulmonaire obstructive chronique

La BPCO est une cause fréquente d'étouffement dans la gorge. L'essence du processus pathologique est le développement d'une obstruction intensive des alvéoles et de l'arbre bronchique.

Causes de la formation de la maladie:

  • Le tabagisme Affecte les poumons et les bronches de manière négative.
  • Travaille dans les cimenteries, objets industriels chimiques.
  • Prédisposition génétique.

Prématurité dans l'enfance, tabagisme actif et passif, le niveau de nutrition à faible teneur en vitamines joue un rôle important dans la formation du problème.

  • La destruction du parenchyme pulmonaire, comme on le voit sur les rayons X et la tomographie.
  • Séparation d'une grande quantité de crachats lors du réflexe de la toux.
  • Augmentation de la pression artérielle (hypertension).
  • La formation du coeur dit pulmonaire (une augmentation de ses sections droites, à la suite d'une pathologie pulmonaire).
  • Syndrome d'hyperventilation.
  • Toux intense.
  • Essoufflement et étouffement.

Il n'y a pas de traitement spécifique. Traitement par corticostéroïdes et bronchodilatateurs.

L'hyperventilation

C'est une dystonie neurocirculatoire. C'est une de ses formes.

L'essence du processus pathologique réside dans le contrôle névrotique artificiel de la respiration, au cours duquel le rythme respiratoire est perdu, et le patient commence à s'étouffer, à se sentir étouffé et à être essoufflé.

Une quantité excessive d'oxygène entraîne une insuffisance de la numération globulaire. Des migraines, des vertiges et un changement du rythme cardiaque commencent.

La condition est corrigée par des sédatifs légers, ainsi que par une psychothérapie.

Lésion traumatique du larynx ou de la gorge

Le plus souvent, ce type de problème concerne les enfants d'âge préscolaire et scolaire précoce.

Causes possibles de blessure:

  • un coup à la gorge pouvant entraîner la formation d'un hématome, une contusion, une fracture, un déplacement de structures anatomiques;
  • avaler un objet étranger. Par exemple, jouets, petites pièces de designer, etc.

Chez l'adulte, les lésions à la gorge surviennent le plus souvent lors de la consommation d'aliments durs. Le corps étranger «classique» était et reste une arête de poisson.

Le traitement est peu invasif. Nécessaire pour éliminer l'agent pathogène du pharynx. La blessure elle-même est corrigée de manière conservatrice ou opératoire, en fonction de la nature de la blessure.

Pneumothorax

Développe, en règle générale, avec des blessures de la poitrine ouverte (pénétration) nature. Dans tous ces cas, une attention médicale immédiate est requise.

L'air atmosphérique pénètre dans la cavité pleurale et comprime les poumons, provoquant une sensation de suffocation. La circulation sanguine est perturbée au niveau local.

La symptomatologie est très typique: attaques de suffocation, essoufflement, douleur à la poitrine, impossibilité d'inhaler ou d'exhaler normalement.

Le traitement est effectué avec l'aide d'analgésiques. Il est important de sceller le coffre.

S'il est impossible de restaurer la fonction pulmonaire, une résection de la zone endommagée est nécessaire (élimination partielle).

Crise cardiaque

Défini comme une lésion du muscle cardiaque de nature ischémique. En raison de la violation de la circulation sanguine locale dans le myocarde, les tissus environnants sont détruits et le cœur s’arrête pour pomper correctement le sang dans le corps.

La condition est lourde avec le début de la mort. La mort survient surtout à la suite d'une crise cardiaque massive.

Les raisons du développement de l'état sont multiples. La parole parle presque toujours d'hypertension artérielle non compensée, de graves maladies cardiologiques concomitantes.

Les symptômes ne sont pas typiques: derrière le sternum, une douleur sourde et oppressante, un essoufflement, une suffocation grave (comme le montre la pratique, elle est localisée juste dans la gorge).

Par conséquent, en cas d'insuffisance respiratoire, il peut s'agir d'une condition préalable à l'infarctus.

Le patient ressent un changement de fréquence cardiaque comme une tachycardie (pouls supérieur à 90 battements / min.). On peut parler de bradycardie (moins de 60 battements par minute).

Le traitement est effectué strictement à l'hôpital. Des médicaments spécialisés sont utilisés pour corriger la maladie, notamment les anticoagulants, les angioprotecteurs et autres.

Attaque de panique

C'est une variante de la dystonie végétative-vasculaire. De par sa nature, ce trouble anxiété-névrotique.

C'est le cas le plus courant chez les représentants du sexe faible en raison des particularités du système nerveux.

Comme le montrent clairement les statistiques et les études de profil, chaque cinquième personne au moins une fois dans sa vie a eu une crise de panique.

Les individus anxieux et méfiants dont le type de système nerveux est faible et labile souffrent le plus souvent et le symptôme survient à la suite de sa surcharge.

Le traitement est effectué avec des sédatifs légers. Dans les cas graves, il est impossible de se passer d'antidépresseurs (la fluoxétine, également connue sous le nom de Prozac, fonctionne particulièrement bien).

L'asphyxie se manifeste par réflexe. Le patient ressent le manque d'air, peut s'évanouir, a un sentiment intense de peur, de panique. Possibles tentatives de suicide sur le fond d'une attaque, surtout s'il s'agit de la première.

Pneumonie

Aussi appelé pneumonie. Comme son nom l'indique, la maladie se développe à la suite d'une inflammation du parenchyme pulmonaire et de l'arbre bronchique.

Il existe une lésion infectieuse des structures anatomiques.

L'étouffement se fait sentir juste au niveau de la gorge, bien que ce sentiment soit faux.

Il n'y a que trois raisons: une diminution significative de l'activité du système immunitaire, la pénétration de structures pathogènes (virus, bactéries, champignons) dans le corps, la présence de facteurs déclencheurs (hypothermie, médicaments cytotoxiques, autres médicaments, etc.).

Les symptômes sont assez typiques: douleur sous le sternum, problèmes d'inhalation et d'expiration, asphyxie, essoufflement, respiration sifflante pendant la respiration, problèmes cardiaques, y compris la tachycardie (accélération du rythme cardiaque), bradycardie (processus inverse).

Le traitement est réalisé avec l'utilisation d'anti-anti-non stéroïdiens, d'antibiotiques à large spectre, d'antiviraux, d'antifongiques (en fonction de l'étiologie du processus), d'analgésiques, de bronchodilatateurs, de corticostéroïdes dans les cas extrêmes.

Allergie

Les réactions allergiques sont parmi les leaders dans le nombre de cas de suffocation soudaine. La réponse immunitaire peut avoir une intensité différente. D'une éruption cutanée mineure à un bronchospasme et un choc anaphylactique.

Dans chaque cas, vous devez comprendre séparément.

Les causes des allergies sont variées. Cela inclut la prise d'aliments allergènes, l'inhalation de structures pathogènes, la poussière, les composés chimiques sous forme de colorants, les assainisseurs d'air, les lessives et les poudres à laver (ces facteurs provoquent le plus souvent le symptôme en question).

Manifestations: suffocation de nature intense, en particulier œdème de Quincke et choc anaphylactique, ainsi que crise d'asthme allergique des bronches, douleur thoracique, sensation de démangeaisons dans la gorge.

La suffocation s'accompagne souvent de manifestations classiques de la réponse immunitaire, notamment des démangeaisons et des rougeurs de la peau, des larmoiements et un écoulement abondant de mucus transparent par le nez.

Traitement: antihistaminiques des première et troisième générations, origine non stéroïdienne anti-inflammatoire, corticostéroïdes, bronchodilatateurs dans le système.

Cancer du poumon

Elle est définie comme une lésion oncologique de structures broncho-pulmonaires de nature infiltrante avec risque de développer des foyers secondaires de dégénérescence tissulaire (métastases).

Nécessite un traitement urgent dans les premiers stades, le seul moyen est la possibilité de guérison complète.

Le plus souvent, la maladie survient chez les fumeurs expérimentés et les employés d’entreprises de produits chimiques nocifs et autres.

Symptômes: appuie sur le sternum au milieu, le patient a du mal à respirer, il a la gorge serrée, une hémoptysie (une petite quantité de sang, puis une hémorragie pulmonaire importante) apparaît aux stades développés.

Au stade initial, il n'y a qu'une toux sèche constante ou avec une quantité minimale d'expectorations.

Thérapie: opérationnelle. Une radiothérapie et une chimiothérapie supplémentaires sont en cours.

Tumeurs de la gorge et du larynx

La néoplasie chez le laryngo-faucon est presque toujours étouffante et est à court d'essoufflement, car elle bloque la lumière des voies respiratoires (la soi-disant occlusion se produit).

Il existe plusieurs types de tumeurs:

  • Angiomes Tumeurs vasculaires. Peu enclin à la croissance, car éliminé dans les cas extrêmes.
  • Bénigne.
  • Lipomes Ils sont wen.
  • Chordoma. Néoplasie du cartilage.
  • Lympangiomes. Tumeurs du tissu lymphoïde.
  • Fibromes. Tumeurs du tissu conjonctif.
  • Les polypes Une variété de fibromes. Susceptible de malignité (dégénérescence maligne)

Les néoplasies malignes ne sont que deux types:

  • Les carcinomes
  • Sarcomes (beaucoup plus agressifs que le premier type).

Le traitement est chirurgical dans tous les cas.

Diphtérie

Maladie infectieuse d'origine bactérienne (dans la plupart des situations cliniques) avec le cours classique. Il commence toujours brusquement, avec une élévation de température allant jusqu'à 38-39 degrés.

Le deuxième ou le troisième jour, il y a des douleurs dans la gorge, des maux de tête, de la toux avec une petite quantité de crachats.

À la fin du troisième jour, les amygdales sont recouvertes d'une floraison blanche et friable, facile à éliminer mécaniquement.

La sensation d'étouffement dans la gorge ne se produit que lorsque le processus est abaissé dans la trachée et affecte les cordes vocales, qui gonflent pendant 1 à 3 jours, sinon c'est rare.

Angine de poitrine

Amygdalite aiguë ou chronique. Les causes sont toujours contagieuses. Le rôle principal dans le développement de la pathologie est joué par une diminution de l'immunité.

Symptômes: mal de gorge, faiblesse, fièvre, exsudation abondante, etc.

Lors de l'inspection visuelle, on peut voir à la fois l'élargissement ou l'amygdale. C'est leur gonflement qui provoque un étouffement dans la gorge, car la lumière du larynx se rétrécit considérablement.

Le traitement est spécifique, anti-inflammatoire et vise la destruction de bactéries ou d’autres agents pathogènes.

Pharyngite

Il s’agit d’une inflammation de la membrane muqueuse de la paroi postérieure du pharynx (dans 75% des cas d’étiologie virale) et présente un tableau clinique similaire avec une amygdalite. Souvent, les deux pathologies "coexistent" et surviennent simultanément.

La maladie se caractérise par une toux sèche et toux, une sensation de constriction et une bosse dans le larynx (le gonflement des muqueuses joue ici un rôle, il est donc difficile pour le patient de respirer, bien que ce soit rare) avec un mal de gorge aigu et une hyperthermie modérée (37 à 38,5 degrés).

Il existe une manifestation supplémentaire: le changement de timbre vocal.

Maladie de la thyroïde

Le goitre est possible sur le fond de la thyrotoxicose (sécrétion excessive des hormones thyroxine T_4 et triiodothyronine T_3. La glande thyroïde agrandie serre la gorge et commence progressivement à étouffer le patient.

Cependant, le symptôme de manque d’air n’est caractéristique qu’à un stade développé, lorsque la taille de l’organe affecté a augmenté de 20 à 30%, ce qui est déjà visible à l’œil nu.

Le goitre se développe en raison d'un excès d'iode dans l'alimentation. Le traitement consiste à modifier le régime alimentaire à faible teneur en iode recommandé par l'endocrinologue.

Névrose de la gorge

Il se produit sur le fond du stress fréquent. Caractérisé par un faux trouble respiratoire.

Les signes d'étouffement dans la gorge sont généralement presque toujours les mêmes.

Il y a une sensation de manque d'oxygène, un changement dans la nature de l'inspiration et de l'expiration. Cependant, les causes de cette condition sont différentes. Il est nécessaire de procéder à un diagnostic différentiel approfondi.

Que devrait-on examiner?

Ils commencent par les plus simples - ils examinent d'abord la gorge et la trachée à l'aide d'un endoscope. En l'absence de pathologies ORL, des radiographies des poumons sont effectuées, puis, si tout est en ordre, elles sont transférées vers les systèmes nerveux, endocrinien, cardiovasculaire.

Les procédures de diagnostic incluent la liste suivante:

  • Test sanguin général.
  • Enquête sur le sang veineux.
  • Radiographie des poumons ou fluorographie.
  • Écouvillon de gorge.
  • S'il y a une tumeur, une biopsie et une histologie sont nécessaires.
  • Il est important de déterminer l'état mental du patient.
  • Examen neurologique général.

C'est une sorte de «programme minimum». À la discrétion du médecin, la liste peut être considérablement élargie.

Tout d'abord, vous devez contacter le thérapeute pour déterminer les tactiques de diagnostic et de traitement.

La sensation de manque d'air dans la gorge est un symptôme unique de diverses maladies, du cœur à l'oncologie. Dans tous les cas, le patient doit être soigneusement examiné. C’est le seul moyen de connaître la raison et d’attendre une solution rapide au problème.

Pas assez d'air: causes de difficultés respiratoires - cardiogéniques, pulmonaires, psychogènes et autres

La respiration est un acte physiologique naturel qui se produit constamment et auquel la plupart d'entre nous ne prêtons pas attention, car le corps lui-même régule la profondeur et la fréquence des mouvements respiratoires en fonction de la situation. Le sentiment que pas assez d'air, peut-être, est familier à tout le monde. Il peut apparaître après une course rapide, grimper sur le plancher en hauteur des escaliers avec beaucoup d'enthousiasme, mais un corps en bonne santé résiste rapidement à un tel essoufflement, entraînant une respiration redevenue normale.

Si la dyspnée à court terme après l'effort ne cause pas d'anxiété grave, disparaissant rapidement au repos, une difficulté respiratoire aiguë prolongée ou soudaine peut indiquer une pathologie grave nécessitant souvent un traitement immédiat. Un manque d'air aigu à la fermeture des voies respiratoires par un corps étranger, un œdème pulmonaire, une crise d'asthme peut coûter la vie, par conséquent toute détresse respiratoire nécessite de rechercher sa cause et un traitement rapide.

Le système respiratoire ne participe pas seulement au processus de respiration et fournit de l'oxygène aux tissus, bien que son rôle soit, bien entendu, primordial. Il est impossible d'imaginer une respiration sans un fonctionnement correct du squelette musculaire du thorax et du diaphragme, du cœur et des vaisseaux sanguins et du cerveau. La composition du sang, le statut hormonal, l'activité des centres nerveux du cerveau et diverses causes externes - entraînement sportif, nourriture abondante, émotions affectent la respiration.

Le corps s'adapte avec succès aux fluctuations de la concentration de gaz dans le sang et les tissus, augmentant, si nécessaire, la fréquence des mouvements respiratoires. Avec un manque d'oxygène ou une augmentation des besoins respiratoires, sa respiration s'accélère. L'acidose associée à un certain nombre de maladies infectieuses, la fièvre, les tumeurs provoque une augmentation de la respiration pour éliminer l'excès de dioxyde de carbone du sang et normaliser sa composition. Ces mécanismes sont inclus par eux-mêmes, sans notre volonté et nos efforts, mais acquièrent dans certains cas le caractère de pathologiques.

Tout trouble respiratoire, même si la raison semble évidente et inoffensive, nécessite un examen et une approche thérapeutique différenciée. Par conséquent, lorsque vous avez le sentiment qu'il n'y a pas assez d'air, il est préférable d'aller immédiatement chez le médecin - thérapeute, cardiologue, neurologue, psychothérapeute.

Causes et types d'insuffisance respiratoire

Lorsqu'une personne respire beaucoup et n'a pas assez d'air, elle parle d'essoufflement. Cette caractéristique est considérée comme un acte adaptatif en réponse à une pathologie existante ou reflète le processus physiologique naturel d'adaptation à des conditions extérieures changeantes. Dans certains cas, il devient difficile de respirer, mais il n’ya pas de désagréable manque d’air, car l’hypoxie est éliminée par une fréquence accrue de mouvements respiratoires - en cas d’intoxication au monoxyde de carbone, de travail dans un appareil respiratoire, de forte montée en hauteur.

La dyspnée est inspiratoire et expiratoire. Dans le premier cas, il n'y a pas assez d'air lors de l'inhalation, dans le second, lors de l'expiration, mais un type mixte est possible lorsqu'il est difficile d'inhaler et d'exhaler.

La dyspnée n’accompagne pas toujours la maladie, elle est physiologique et c’est un état tout à fait naturel. Les causes de la dyspnée physiologique sont:

  • Activité physique;
  • Excitation, forte détresse émotionnelle;
  • Être dans un endroit encombré et mal ventilé, dans les hautes terres.

L'augmentation physiologique de la respiration se produit de manière réflexe et après un court laps de temps. Les personnes en mauvaise condition physique, qui ont un travail de bureau sédentaire, souffrent plus souvent d'essoufflement en raison d'efforts physiques que celles qui vont régulièrement au gymnase, à la piscine ou tout simplement se promener quotidiennement. Avec l'amélioration du développement physique général, l'essoufflement est moins fréquent.

La dyspnée pathologique peut se développer de manière aiguë ou être constamment perturbée, même au repos, de manière significative aggravée par le moindre effort physique. Une personne suffoque lors de la fermeture rapide des voies respiratoires avec un corps étranger, un œdème des tissus laryngés, du poumon et d'autres conditions graves. Dans ce cas, lors de la respiration, le corps ne reçoit pas le minimum nécessaire d’oxygène, et d’autres troubles graves s’ajoutent à l’essoufflement.

Les principales raisons pathologiques pour lesquelles il est difficile de respirer sont:

  • Maladies du système respiratoire - dyspnée pulmonaire;
  • Pathologie du coeur et des vaisseaux sanguins - essoufflement du coeur;
  • Violations de la régulation nerveuse de l'acte de respiration - essoufflement du type central;
  • Violation de la composition des gaz du sang - essoufflement hématogène.

Raisons de coeur

Les maladies cardiaques sont l’une des raisons les plus fréquentes pour lesquelles il devient difficile de respirer. Le patient se plaint de ne pas avoir assez d’air et s’appuie sur la poitrine, constate l’apparition d’un œdème dans les jambes, d’une cyanose de la peau, de fatigue, etc. Habituellement, les patients qui ont des problèmes respiratoires en raison de modifications du cœur ont déjà été examinés et prennent même les médicaments appropriés, mais la dyspnée peut non seulement persister, mais est parfois aggravée.

Lorsque la pathologie du coeur n'est pas assez d'air pendant l'inhalation, c'est la dyspnée inspiratoire. Il accompagne l'insuffisance cardiaque, peut être maintenu même au repos à ses stades sévères, aggravé la nuit lorsque le patient est allongé.

Les causes les plus courantes de dyspnée cardiaque:

  1. Cardiopathie ischémique;
  2. Les arythmies;
  3. Cardiomyopathie et myocardiodystrophie;
  4. Défauts - congénitaux conduisent à un essoufflement pendant l’enfance et même pendant la période néonatale;
  5. Processus inflammatoires dans le myocarde, péricardite;
  6. Insuffisance cardiaque.

La survenue de difficultés respiratoires en pathologie cardiaque est le plus souvent associée à une insuffisance cardiaque caractérisée par un débit cardiaque insuffisant et par l'hypoxie tissulaire, ou par une stagnation des poumons due à l'insolvabilité du myocarde ventriculaire gauche (asthme cardiaque).

Outre l’essoufflement, souvent associé à une toux sèche et douloureuse, les personnes cardiaques présentent d’autres symptômes caractéristiques qui facilitent le diagnostic: douleur dans la région cardiaque, gonflement «du soir», cyanose de la peau et interruptions du cœur. Il est de plus en plus difficile de respirer en position couchée, de sorte que la plupart des patients dorment même à moitié assis, réduisant ainsi le flux de sang veineux des jambes vers le cœur et la manifestation d'un essoufflement.

symptômes d'insuffisance cardiaque

Avec une crise d'asthme cardiaque, qui peut rapidement se transformer en œdème alvéolaire des poumons, le patient s'étouffe littéralement - le rythme respiratoire dépasse 20 par minute, le visage devient bleu, les veines du cou gonflent, les expectorations deviennent mousseuses. L'œdème pulmonaire nécessite des soins d'urgence.

Le traitement de la dyspnée cardiaque dépend de la cause sous-jacente qui l’a provoquée. Des médicaments diurétiques (furosémide, veroshpiron, diacarbe), des inhibiteurs de l'ECA (lisinopril, enalapril, etc.), des bêta-bloquants et des anti-arythmiques, des glycosides cardiaques, de l'oxygénothérapie sont prescrits à un patient adulte insuffisamment cardiaque.

On montre aux enfants les diurétiques (diacarbe) et les médicaments des autres groupes sont strictement dosés en raison des effets secondaires possibles et des contre-indications chez les enfants. Les anomalies congénitales au cours desquelles l'enfant commence à s'étouffer dès les premiers mois de sa vie peuvent nécessiter une correction chirurgicale urgente, voire une transplantation cardiaque.

Causes pulmonaires

La pathologie des poumons est la deuxième raison conduisant à une difficulté à respirer, qui peut être une difficulté à respirer ou à expirer. La pathologie pulmonaire avec insuffisance respiratoire est:

  • Maladies obstructives chroniques - asthme, bronchite, pneumosclérose, pneumoconiose, emphysème pulmonaire;
  • Pneumo-et hydrothorax;
  • Les tumeurs;
  • Corps étrangers des voies respiratoires;
  • Thromboembolie dans les branches des artères pulmonaires.

Les modifications inflammatoires et sclérotiques chroniques du parenchyme pulmonaire contribuent grandement à l'insuffisance respiratoire. Ils sont aggravés par le tabagisme, les mauvaises conditions environnementales, les infections récurrentes du système respiratoire. La dyspnée s’inquiète d’abord au cours de l’effort physique, acquérant progressivement le caractère de constante, alors que la maladie passe à un stade plus grave et plus irréversible du parcours.

Avec la pathologie des poumons, la composition gazeuse du sang est perturbée, il y a un manque d'oxygène, qui manque tout d'abord à la tête et au cerveau. Une hypoxie sévère provoque des troubles métaboliques du tissu nerveux et le développement d’une encéphalopathie.

Les patients souffrant d'asthme bronchique savent bien comment la respiration est perturbée pendant une crise: il devient très difficile d'expirer, il y a une gêne et même une douleur à la poitrine, une arythmie est possible, les expectorations sont très difficiles lorsque la toux est séparée et les veines du cou gonflent. Les patients souffrant d'essoufflement sont assis les mains sur les genoux - cette posture réduit le retour veineux et la charge sur le cœur, soulageant ainsi la situation. Le plus souvent, il est difficile de respirer et il n’ya pas assez d’air pour un tel patient la nuit ou tôt le matin.

Dans le cas d'une crise d'asthme grave, le patient suffoque, la peau devient bleuâtre, une panique et une désorientation sont possibles, et l'état asthmatique peut être accompagné de convulsions et d'une perte de conscience.

En cas de troubles respiratoires dus à une pathologie pulmonaire chronique, l'apparence du patient change: le thorax prend la forme d'un tonneau, les espaces entre les côtes se creusent, les veines du cou sont grosses et élargies, ainsi que les veines périphériques des extrémités. L’expansion de la moitié droite du cœur dans le contexte des processus sclérotiques dans les poumons conduit à son insuffisance et l’essoufflement devient plus complexe et plus mixte, c’est-à-dire que non seulement les poumons ne gèrent pas la respiration, mais le cœur ne peut pas fournir un débit sanguin suffisant, débordant de la partie veineuse de la circulation sanguine.

Il n’ya pas assez d’air dans les cas de pneumonie, pneumothorax, hémothorax. Avec l'inflammation du parenchyme pulmonaire, il devient non seulement difficile de respirer, la température augmente, il y a des signes évidents d'intoxication sur le visage et la toux est accompagnée de crachats.

Une cause extrêmement grave d’insuffisance respiratoire soudaine est considérée comme se trouvant dans les voies respiratoires d’un corps étranger. Il peut s'agir d'un morceau de nourriture ou d'un petit détail de jouet qu'un bébé va inhaler accidentellement en jouant. La victime avec un corps étranger commence à s'étouffer, devient bleue, perd rapidement conscience et un arrêt cardiaque est possible si l'aide n'arrive pas à temps.

La thromboembolie vasculaire pulmonaire peut également entraîner un essoufflement soudain et en augmentation rapide, ainsi que de la toux. Il survient plus souvent qu'une personne souffrant de pathologie des vaisseaux des jambes, du cœur et de processus destructeurs du pancréas. Dans la thromboembolie, la maladie peut être extrêmement grave avec une augmentation de l'asphyxie, une peau bleue, une apnée rapide et des palpitations.

Dans certains cas, l’essoufflement grave est l’allergie et l’œdème de Quincke, qui sont également accompagnés d’une sténose de la lumière du larynx. La cause peut être un allergène alimentaire, une piqûre de guêpe, une inhalation de pollen de plante, un médicament. Dans ces cas, l’enfant comme l’adulte ont besoin de soins médicaux d’urgence pour mettre fin à la réaction allergique et l’asphyxie peut nécessiter une trachéostomie et une ventilation artificielle des poumons.

Le traitement de la dyspnée pulmonaire doit être différencié. Si la cause est un corps étranger, éliminez-le dès que possible. En cas d'œdème allergique, l'administration d'antihistaminiques, d'hormones glucocorticoïdes et d'adrénaline est indiquée chez l'enfant et l'adulte. En cas d'asphyxie, une trachéo ou une conicotomie est réalisée.

Dans l’asthme bronchique, traitement en plusieurs étapes, y compris les bêta-adrénomimétiques (salbutamol) en aérosol, les anticholinergiques (bromure d’ipratropium), les méthylxantines (aminophylline), les glucocorticostéroïdes (triamcinolone, la prednisolone).

Les processus inflammatoires aigus et chroniques nécessitent un traitement antibactérien et de désintoxication. Une compression des poumons lors d'un pneumo ou hydrothorax, une obstruction altérée de l'appareil respiratoire par la tumeur indiquent l'indication d'une intervention chirurgicale (ponction de la cavité pleurale, thoracotomie, ablation d'une partie du poumon, etc.).

Causes cérébrales

Dans certains cas, les difficultés respiratoires sont associées à des lésions cérébrales, car il existe les principaux centres nerveux qui régulent l'activité des poumons, des vaisseaux sanguins et du cœur. La dyspnée de ce type est caractéristique des lésions structurelles du tissu cérébral - traumatisme, néoplasie, accident vasculaire cérébral, œdème, encéphalite, etc.

Les troubles de la fonction respiratoire en pathologie cérébrale sont très divers: il est possible à la fois de ralentir la respiration et de l'augmenter, l'apparition de différents types de respiration pathologique. De nombreux patients atteints d'une pathologie cérébrale sévère sont sous ventilation artificielle des poumons, car ils ne peuvent tout simplement pas respirer.

L'effet toxique des déchets de microbes, la fièvre entraîne une augmentation de l'hypoxie et une acidification de l'environnement interne du corps, à cause desquels un essoufflement apparaît - le patient respire souvent et bruyamment. Ainsi, le corps cherche à se débarrasser rapidement de l'excès de dioxyde de carbone et à fournir de l'oxygène aux tissus.

Une cause relativement inoffensive de la dyspnée cérébrale peut être considérée comme un trouble fonctionnel du cerveau et du système nerveux périphérique - dysfonctionnement autonome, névrose, hystérie. Dans ces cas, l'essoufflement est de nature «nerveuse» et, dans certains cas, il est perceptible à l'œil nu, même par un spécialiste.

Avec une dystonie végétative, des troubles névrotiques et une hystérie banale, le patient semble manquer d’air, il respire fréquemment et en même temps, il peut crier, pleurer et se comporter de manière extrêmement provocante. Une personne peut même se plaindre d'étouffer au cours d'une crise, mais il n'y a aucun signe physique d'asphyxie - elle ne devient pas bleue et les organes internes continuent à fonctionner correctement.

Les sédatifs soulagent les troubles respiratoires au cours de la névrose et d'autres troubles de la psyché et de la sphère émotionnelle, mais les médecins rencontrent souvent des patients chez qui une telle dyspnée nerveuse devient permanente.

Le traitement de la dyspnée cérébrale est engagé dans la réanimation, les thérapeutes, les psychiatres. Dans les lésions cérébrales sévères avec une incapacité à s'auto-respirer, le patient subit une ventilation pulmonaire artificielle. Dans le cas d'une tumeur, celle-ci doit être retirée et les névroses et les formes hystériques de difficultés respiratoires doivent être stoppées par des sédatifs, des tranquillisants et des neuroleptiques dans les cas graves.

Hématogène

La dyspnée hématogène survient lorsque la composition chimique du sang est perturbée, lorsque la concentration de dioxyde de carbone augmente et que l’acidose se développe en raison de la circulation des produits métaboliques acides. Ce trouble respiratoire se manifeste par des anémies d'origines très différentes, des tumeurs malignes, une insuffisance rénale sévère, un coma diabétique, une intoxication grave.

En cas d'essoufflement hématogène, le patient se plaint de ne pas souvent avoir assez d'air, mais le processus d'inspiration et d'expiration n'est pas perturbé, les poumons et le cœur ne subissent pas de modifications organiques évidentes. Un examen détaillé montre que les raisons de la respiration fréquente, qui préserve le sentiment qu'il n'y a pas assez d'air, sont des modifications de la composition électrolytique et gazeuse du sang.

Le traitement de l'anémie implique la nomination de suppléments de fer, de vitamines, de nutrition, de transfusions sanguines, en fonction de la cause. En cas d'insuffisance rénale et hépatique, un traitement de désintoxication, une hémodialyse et un traitement par perfusion sont effectués.

Autres causes de difficultés respiratoires

Beaucoup de gens connaissent le sentiment quand, sans raison apparente, ne pas soupirer sans douleur aiguë à la poitrine ou au dos. La plupart ont immédiatement peur, en pensant à une crise cardiaque et en se tenant au validol, mais la raison peut en être différente: ostéochondrose, disque intervertébral hernié, névralgie intercostale.

Dans la névralgie intercostale, le patient ressent une douleur intense dans la moitié de la poitrine, aggravée par les mouvements et l'inhalation, et les patients impressionnables peuvent paniquer, respirer souvent et superficiellement. Dans l'ostéochondrose, il est difficile d'inhaler et une douleur persistante dans la colonne vertébrale peut provoquer une dyspnée chronique, qui peut être difficile à distinguer d'une respiration difficile en pathologie pulmonaire ou cardiaque.

Le traitement des difficultés respiratoires lors de maladies du système musculo-squelettique comprend la thérapie physique, la physiothérapie, les massages, le traitement médicamenteux sous forme de médicaments anti-inflammatoires, les analgésiques.

Beaucoup de femmes enceintes se plaignent du fait que l'augmentation de la durée de la grossesse leur empêche de mieux respirer. Ce symptôme pourrait bien entrer dans la norme, car la croissance de l'utérus et du fœtus soulève le diaphragme et réduit l'expansion pulmonaire, les changements hormonaux et la formation du placenta augmentent le nombre de mouvements respiratoires pour fournir de l'oxygène aux tissus des deux organismes.

Cependant, pendant la grossesse, la respiration doit être soigneusement évaluée afin de ne pas passer à côté de la pathologie grave, qui semble être son augmentation naturelle, qui peut être l’anémie, le syndrome thromboembolique, la progression de l’insuffisance cardiaque en cas de malformation de la femme, etc.

La thromboembolie des artères pulmonaires est considérée comme l'une des raisons les plus dangereuses pour lesquelles une femme peut commencer à s'étouffer pendant sa grossesse. Cette condition représente une menace pour la vie, accompagnée d'une forte augmentation de la respiration, qui devient bruyante et inefficace. L'asphyxie et la mort sont possibles sans premiers secours.

Ainsi, n'ayant pris en compte que les causes les plus fréquentes de difficultés respiratoires, il apparaît clairement que ce symptôme peut indiquer un dysfonctionnement de presque tous les organes ou systèmes de l'organisme et qu'il est parfois difficile d'isoler le principal facteur pathogène. Les patients qui ont de la difficulté à respirer doivent faire l'objet d'un examen attentif et, si le patient suffoque, ils ont besoin d'une aide urgente et qualifiée.

Tout cas d'essoufflement nécessite une visite chez le médecin pour en déterminer la cause, dans ce cas, l'auto-traitement est inacceptable et peut avoir des conséquences très graves. Cela est particulièrement vrai des troubles respiratoires chez les enfants et les femmes enceintes et des crises d'essoufflement soudaines chez les personnes de tout âge.

Difficile de respirer pas assez d'air en inspirant

S'il devient difficile de respirer, le problème peut être associé à des défaillances de la régulation nerveuse, à des lésions musculaires et osseuses, ainsi qu'à d'autres anomalies. C'est le symptôme le plus commun dans les attaques de panique et la dystonie vasculaire.

Pourquoi respirer est difficile - la réaction du corps

Dans de nombreux cas, les pénuries d’air peuvent indiquer une maladie grave. Par conséquent, on ne peut pas ignorer une telle déviation et attendre que la prochaine attaque passe, dans l’espoir que la nouvelle ne se répète pas de si tôt.

Presque toujours, s'il n'y a pas assez d'air pendant l'inhalation, la raison en est une hypoxie - une baisse de la teneur en oxygène des cellules et des tissus. Il peut également s'agir d'une hypoxémie lorsque l'oxygène tombe dans le sang lui-même.

Chacune de ces anomalies devient le facteur principal de l'activation du centre respiratoire du cerveau, du rythme cardiaque et de la respiration. Dans ce cas, l'échange gazeux dans le sang avec l'air atmosphérique devient plus intense et le manque d'oxygène diminue.

Presque toutes les personnes ressentent un manque d'oxygène pendant une course ou une autre activité physique, mais si cela se produit même avec une étape calme ou au repos, cela signifie que la situation est grave. Tout indicateur tel qu'un changement de rythme respiratoire, un essoufflement, une durée d'inspiration ou une expiration ne doit pas être ignoré.

Variétés d'essoufflement et autres données sur la maladie

Dyspnée ou langage non médical - essoufflement, est une maladie qui s'accompagne d'une sensation de manque d'air. En cas de problèmes cardiaques, l'apparition de l'essoufflement commence au cours des premiers stades de l'effort physique et si la situation s'aggrave progressivement sans traitement, même dans un état de repos relatif.

Cela se manifeste surtout dans une position horizontale, ce qui oblige le patient à rester assis en permanence.

La dyspnée aiguë se manifestant le plus souvent la nuit, l’écart peut être une manifestation de l’asthme cardiaque. Dans un tel cas, la respiration est difficile et cela indique une dyspnée inspiratoire. Un essoufflement de type expiratoire se produit quand, au contraire, il est difficile d’exhaler de l’air.

Cela est dû au rétrécissement de la lumière dans les petites bronches ou en cas de perte d'élasticité dans les tissus des poumons. Dyspnée directe due à une irritation du centre respiratoire, pouvant être provoquée par des tumeurs et des hémorragies.

Difficulté à respirer ou respiration rapide

Selon la fréquence des contractions respiratoires, il peut exister 2 types de dyspnée:

    bradypnée - mouvements respiratoires par minute de 12 ou moins, due à une lésion cérébrale ou à ses membranes, lorsque l'hypoxie est prolongée, ce qui peut être accompagné de diabète sucré et d'un coma diabétique;

Le principal critère selon lequel l’essoufflement est pathologique est qu’il survient dans des situations normales et non sous de lourdes charges, alors qu’il était auparavant absent.

La physiologie du processus respiratoire et pourquoi il peut y avoir des problèmes

Quand il est difficile de respirer et pas assez d’air, les raisons peuvent être en violation de processus complexes au niveau physiologique. L'oxygène dans notre pénètre dans le corps, dans les poumons et se propage à toutes les cellules par le biais de surfactant.

Il s'agit d'un complexe de substances actives variées (polysaccharides, protéines, phospholipides, etc.) tapissant les alvéoles des poumons. Il est responsable de s'assurer que les vésicules pulmonaires ne se collent pas et que l'oxygène circule librement dans les poumons.

La valeur du surfactant est très importante - avec son aide, le flux d’air à travers la membrane des alvéoles est accéléré de 50 à 100 fois. Autrement dit, nous pouvons dire que nous pouvons respirer grâce au surfactant.

Moins il y a de surfactant, plus il est difficile au corps d'assurer un processus respiratoire normal.

Le surfactant aide les poumons à aspirer et à absorber l'oxygène, empêche les parois des poumons de se coller, améliore l'immunité, protège l'épithélium et prévient l'œdème. Par conséquent, s’il existe une sensation constante de manque d’oxygène, il est tout à fait possible que le corps ne soit pas en mesure de fournir une respiration saine en raison de défaillances dans la production de surfactant.

Causes possibles de la maladie

Souvent, une personne peut ressentir - "Étouffement, comme si une pierre sur les poumons." En bonne santé, cette situation ne devrait pas être dans un état de repos normal ni dans le cas de charges légères. Les causes du manque d'oxygène peuvent être très diverses:

  • sentiments forts et stress;
  • réaction allergique;

En dépit d'une si longue liste de raisons possibles pour lesquelles il peut être difficile de respirer, le surfactant est presque toujours à la base du problème. Si nous considérons du point de vue de la physiologie, il s’agit de la membrane grasse des parois internes des alvéoles.

L'alvéole est une dépression bouillonnante dans les poumons et est impliqué dans l'acte respiratoire. Ainsi, si tout est en ordre avec le surfactant, toutes les maladies des poumons et de la respiration seront peu touchées.

Par conséquent, si nous voyons des gens dans le trafic, pâles et en état d'évanouissement, le plus probablement, tout est également en surfactant. Lorsqu'une personne derrière lui remarque: «Trop souvent, je bâille», la substance est produite de manière incorrecte.

Comment éviter les problèmes de surfactant

Il a déjà été noté que le surfactant est constitué de matières grasses, dont il constitue près de 90%. Le reste est complété par des polysaccharides et des protéines. La fonction clé des graisses dans notre corps est la synthèse de cette substance.

Par conséquent, une raison fréquente de problèmes de surfactant est de suivre la mode d'un régime alimentaire faible en gras. Les personnes qui ont exclu les graisses de leur alimentation (ce qui peut être utile, et non loin de seulement nocif), commencent bientôt à souffrir d'hypoxie.

Les acides gras insaturés, contenus dans les huiles de poisson, de noix, d’olive et végétale, sont utiles. Parmi les produits végétaux est excellent à cet égard, l'avocat.

Le manque de graisses saines dans le régime alimentaire conduit à une hypoxie, qui se développe plus tard en une cardiopathie ischémique, qui est l’une des causes les plus fréquentes de mortalité prématurée. Il est particulièrement important que les femmes enceintes soient bien nourries pendant leur grossesse, afin que l'enfant et elle-même aient toutes les substances nécessaires produites en quantité suffisante.

Comment pouvez-vous prendre soin des poumons et des alvéoles

Puisque nous respirons par les poumons par la bouche et que l'oxygène n'entre dans le corps que par le lien alvéolaire, en cas de problèmes respiratoires, vous devez prendre soin de votre système respiratoire. Vous devrez peut-être aussi accorder une attention particulière au cœur car, en cas de manque d'oxygène, divers problèmes peuvent survenir et nécessiter un traitement rapide.

En plus d'une nutrition adéquate et de l'inclusion dans le régime alimentaire d'aliments gras sains, vous pouvez prendre d'autres mesures préventives efficaces. Un bon moyen d’améliorer la santé est de visiter les salines et les grottes. Maintenant, ils peuvent être facilement trouvés dans presque toutes les villes.

Si un enfant est malade, il existe des salles spécialisées pour les enfants. La valeur de ceci est que seulement avec l'aide du sel fin, il est possible de nettoyer l'alvéole de divers parasites et bactéries pathogènes. Après plusieurs séances dans les salles de sel, il deviendra beaucoup plus calme de dormir et de faire de l'activité physique. Progressivement, le sentiment de fatigue chronique, qui commence à apparaître suite au manque d'oxygène, va commencer à disparaître.

VSD et sensation de manque d'air

La sensation, lorsqu'elle respire fortement, est un accompagnement fréquent de la dystonie végétative-vasculaire. Pourquoi les personnes atteintes de VSD ne peuvent parfois pas respirer à fond? Le syndrome d'hyperventilation est l'une des causes courantes.

Ce problème n'est pas lié aux poumons, au coeur ou aux bronches.

En Savoir Plus Sur La Schizophrénie