Un large domaine de connaissances scientifiques couvre le comportement anormal et déviant d'une personne. Un paramètre essentiel de ce comportement est un écart dans une direction ou une autre avec une intensité différente et, pour diverses raisons, un comportement reconnu comme normal et non déviant. Dans les chapitres précédents, les caractéristiques du comportement normal et même harmonieux ont été citées: équilibre des processus mentaux (au niveau des propriétés du tempérament), adaptabilité et réalisation de soi (au niveau des caractéristiques), spiritualité, responsabilité et conscience (au niveau personnel). De plus, comme la norme de comportement est basée sur ces trois composantes de l'individualité, les anomalies et les déviations sont basées sur leurs changements, leurs déviations et leurs violations. Ainsi, le comportement deviaitnaya d’une personne peut être désigné comme un système d’actions ou des actions individuelles qui contredisent les normes acceptées dans la société et se manifestent sous la forme de déséquilibre des processus mentaux, de non adaptabilité, de violation du processus d’actualisation de soi ou de déviation du contrôle moral et esthétique de leur comportement.

On pense qu'un individu adulte souhaite initialement un «objectif interne» selon lequel toutes les manifestations de son activité sont faites sans exception (le «postulat de conformité» selon V. A. Petrovsky). Il s’agit de l’orientation adaptative initiale de tout processus mental et comportemental. Il existe différentes variantes du «postulat de conformité»: maison résiduelle, hédonique, pragmatique. Dans la version homéostatique, le postulat de conformité apparaît sous la forme d'une obligation d'éliminer les conflits dans les relations avec l'environnement, d'éliminer les "tensions" et d'établir un "équilibre". Dans la variante hédoniste, les actions humaines sont déterminées par deux affects principaux: le plaisir et la souffrance, et tout comportement est interprété comme maximisant le plaisir et la souffrance. La variante pragmatique utilise le principe d'optimisation, lorsque l'aspect pratique du comportement (avantage, avantage, succès) est mis au premier plan.

Le fondement de l’évaluation du comportement déviant d’une personne est l’analyse de ses interactions avec la réalité, puisque le principe fondamental de la norme - adaptabilité - découle de l’adaptation (adaptabilité) à une chose et à une personne, c.-à-d. environnement réel de l'individu. Les interactions de l'individu et de la réalité peuvent être représentées de six manières différentes (Figure 18).

Lorsqu'il fait face à la réalité, l'individu tente activement de détruire la réalité qu'il déteste, de la changer conformément à ses propres attitudes et valeurs. Il est convaincu que tous les problèmes auxquels il est confronté sont déterminés par les facteurs de la réalité et que le seul moyen d'atteindre ses objectifs est de lutter contre la réalité, d'essayer de se refaire une réalité ou de maximiser les avantages d'un comportement contraire aux normes de la société. Dans ce cas, la réponse du côté de la réalité vis-à-vis d'un tel individu devient également une opposition, une expulsion ou une tentative de changer l'individu pour l'ajuster aux exigences de la réalité. La confrontation de la réalité se produit dans un comportement criminel et idéaliste.

La confrontation douloureuse de la réalité est provoquée par des signes de pathologie mentale et de troubles psychopathologiques (en particulier névrotiques), dans lesquels le monde qui nous entoure est perçu comme hostile en raison de la distorsion subjective de sa perception et de sa compréhension. Les symptômes de la maladie mentale empêchent de bien évaluer les motivations des actes d'autrui et, par conséquent, une interaction efficace avec l'environnement devient difficile. Si, en confrontant la réalité, une personne en bonne santé choisit consciemment la manière de la traiter, alors en cas d’opposition douloureuse chez une personne souffrant de maladie mentale, cette forme d’interaction est la seule et nécessaire.

La manière d’interagir avec la réalité sous la forme d’éviter la réalité est choisie consciemment ou inconsciemment par des personnes qui la considèrent négativement et d’une manière opposée, se considérant elles-mêmes incapables de s’y adapter. Ils peuvent également être guidés par le manque d'adaptation à la réalité, «ne méritant pas de s'y adapter» en raison d'imperfections, de conservatisme, d'uniformité, de suppression des valeurs existentielles ou d'activité franchement anti-humaine.

Ignorer la réalité se manifeste par l'autonomisation de la vie et de l'activité humaines, lorsqu'il ne tient pas compte des exigences et des normes de la réalité, existant dans son propre monde étroitement professionnel. Dans ce cas, il n'y a pas de collision, pas d'opposition, pas d'échappatoire à la réalité. Chacun existe comme si par lui-même. Ce type d'interaction avec la réalité est assez rare et ne se rencontre que chez un petit nombre de personnes hyper douées et talentueuses atteintes d'hyperactivité dans n'importe quel domaine.

Une personne harmonieuse choisit l'adaptation à la réalité. Cependant, il est impossible d'exclure définitivement d'un certain nombre d'individus harmonieux des individus qui utilisent, par exemple, un moyen d'éviter la réalité. Cela est dû au fait que la réalité, ainsi que celle d’un individu distinct, peut être désaccordée. Par exemple

L'adaptation volontaire aux conditions du régime autoritaire, la division de ses valeurs et le choix d'un comportement approprié ne peuvent être considérés comme harmonieux.

Afin d’évaluer les types de comportement déviant (déviant), il est nécessaire de représenter de quelles normes de la société ils peuvent s’écarter. La norme est un phénomène de conscience de groupe sous la forme d'idées partagées par le groupe et de jugements particuliers des membres du groupe sur les exigences de comportement, prenant en compte leurs rôles sociaux, créant des conditions optimales pour être en interaction avec ces normes et pour les refléter (KK Platonov). Les gens suivent les règles suivantes:

Les normes juridiques sont établies sous la forme d'un ensemble de lois et impliquent une sanction pour leur violation, les normes morales et esthétiques ne sont pas réglementées de manière aussi stricte et, si elles ne sont pas respectées, seule la censure publique est possible. Séparément, dans chacune des normes sociales énumérées ci-dessus, les normes du comportement sexuel sont décrites. Cela est dû à l'importance accrue du comportement humain sexuel et sexuel, ainsi qu'à la fréquence des déviations et des perversions dans cette sphère intime de la vie humaine. Dans le même temps, les normes du comportement sexuel sont réglementées à la fois au niveau du droit et au niveau de la moralité et de l'esthétique. Le comportement déviant est considéré comme tel qu'il y a des écarts par rapport à au moins une des normes sociales.

Selon le type d'interaction avec la réalité et les violations de certaines normes de la société, les comportements déviants sont divisés en cinq types (Figure 19):

Un comportement déviant est considéré comme tout type de comportement s'écartant des critères d'une norme sociale particulière en fonction de son degré, de sa direction ou de sa motivation. Dans ce cas, les critères sont déterminés par les normes suivantes: instructions et réglementations légales (normes respectueuses de la loi), règles morales, éthiques et éthiques (les soi-disant valeurs universelles) et l'étiquette. Certaines de ces normes ont des critères absolus et non ambigus, inscrits dans des lois et des décrets, d’autres, relatifs, qui sont transmis de bouche en bouche, diffusés sous forme de traditions, de croyances ou de réglementations familiales, professionnelles et publiques.

Une sorte de comportement humain criminel (criminel) est comportement délinquant - un comportement déviant dans ses manifestations extrêmes est une infraction pénale. Les différences de comportement criminel liées à la gravité de l'infraction, à la gravité de leur nature antisociale. Les infractions sont divisées en crimes et délits. L’infraction ne repose pas seulement sur le fait qu’elle ne représente pas un danger public important, mais aussi sur ce qui diffère du crime par les motifs de l’acte illégal.

KK Platonov a distingué les types de personnalité suivants des criminels: 1) déterminés par des attitudes et des habitudes appropriées, une charge interne imputable à des crimes répétés; 2) est déterminé par l'instabilité du monde intérieur, la personne commet un crime sous l'influence des circonstances qui prévalent ou des personnes environnantes; 3) est déterminé par un haut niveau de conscience juridique, mais par une attitude passive à l’égard des autres contrevenants aux normes juridiques; 4) est déterminé non seulement par un niveau élevé de conscience juridique, mais également par des mesures de lutte contre la violation de normes juridiques; 5) est déterminé par la possibilité d'un crime seulement au hasard. Le groupe de personnes ayant un comportement délinquant comprend des représentants des deuxième, troisième et cinquième groupes. Dans le cadre de l'action consciente volontaire, en raison de caractéristiques psychologiques individuelles, le processus d'anticipation du résultat futur d'un délit (infraction) est violé ou bloqué. De tels individus, souvent sous l'influence d'une provocation extérieure, commettent un acte illicite sans en présenter les conséquences. La force du motif d'une action spécifique inhibe l'analyse des conséquences négatives (y compris pour la personne elle-même). Les actions souvent délinquantes sont véhiculées par des motifs impénioniques ou affectogènes. La base des actions pénales impulsives situation par impulsion est la tendance à résoudre le conflit interne, ce qui signifie la présence d'un besoin non satisfait (S. A. Arsentiev). En règle générale, les motivations situationnelles-impulsives sont mises en œuvre sans l'étape de planification préalable et de sélection des objets, objectifs, méthodes et programmes d'action adéquats pour répondre aux besoins réels.

Un comportement délinquant peut se manifester, par exemple, dans les méfaits et le désir de s'amuser. Un adolescent par curiosité et pour une entreprise peut lancer des objets lourds (ou de la nourriture) sur les passants depuis le balcon, se réjouissant de la précision avec laquelle il est possible de tomber dans la "victime". Sous forme de farces, une personne peut appeler la salle de contrôle de l'aéroport et avertir d'une bombe qui aurait été posée dans un avion. Afin d'attirer l'attention sur sa propre personne («se disputer»), un jeune homme peut essayer de grimper dans une tour de télévision ou de voler un cahier dans le sac d'un enseignant.

Comportement addictif - c’est l’une des formes de comportement déviant (déviant) avec la formation du désir de fuir la réalité en modifiant artificiellement son état mental en prenant certaines substances ou en fixant en permanence l’attention sur certains types d’activités, qui vise à développer et à maintenir des émotions intenses (Ts.P. Korolenko TADONSKY).

Le motif principal des personnalités sujettes à des comportements addictifs est le changement actif de leur état mental insatisfaisant, qu’elles considèrent le plus souvent comme «gris», «ennuyeux», «monotone», «apathique». Une telle personne ne détecte en réalité aucun domaine d’activité susceptible d’attirer son attention pendant une longue période, qui captiverait, plairait ou provoquait toute autre réaction émotionnelle significative et prononcée. La vie lui semble sans intérêt, à cause de sa banalité et de sa monotonie. Il n'accepte pas ce qui est considéré comme normal dans la société: la nécessité de faire quelque chose, de se livrer à une activité quelconque, d'observer certaines traditions et normes acceptées dans la famille ou la société. On peut dire que chez un individu ayant un comportement dépendant, l’activité dans la vie quotidienne, remplie de demandes et d’attentes, est considérablement réduite. En même temps, la dépendance est sélective - dans les domaines de la vie qui, bien que temporaire, apportent la satisfaction de la personne et la détruisent

du monde de la stagnation émotionnelle (insensibilité), il [commence] à faire preuve d’une activité remarquable pour atteindre son objectif. Les caractéristiques psychologiques suivantes des personnes ayant des comportements dictés (B.Segal) sont distinguées:

1. Tolérance réduite sur les difficultés quotidiennes et bonne tolérance aux situations de crise

2. Complexe d'infériorité caché, associé à une supériorité manifestée de l'extérieur.

3. Sociabilité externe, combinée à la peur des contacts émotionnels persistants.

4. Le désir de dire des mensonges.

5. Le désir de blâmer les autres, sachant qu'ils sont innocents.

6. Le désir d'éviter la responsabilité dans la prise de décision.

7. Comportement stéréotypé et reproductible.

Selon les critères existants, les caractéristiques principales d’un individu ayant tendance à adopter des formes de comportement provoquant une dépendance sont l’inadéquation de la stabilité psychologique dans les cas de relations quotidiennes et de crises. Normalement, en règle générale, les personnes en bonne santé mentale s’adaptent facilement («automatiquement») aux exigences de la vie quotidienne (des ménages) et souffrent plus difficilement des situations de crise. Contrairement aux individus aux prises avec une variété de dépendances, ils essaient d’éviter les crises et les événements non conventionnels dérangeants.

L’antipode classique de la personnalité provoquant une dépendance est l’homme de la rue - une personne qui, dans l’ensemble, vit dans l’intérêt de la famille, des proches, des personnes proches et s’adapte bien à une telle vie. C'est l'homme de la rue qui développe les fondements et les traditions qui deviennent des normes socialement encouragées. Il est de nature conservatrice, ne veut rien changer au monde qui l’entoure, se contente de ce qu’il a («petites joies de la vie»), essaie d’éliminer le risque au minimum et est fier de son «bon style de vie». Au contraire de lui, un toxicomane a au contraire horreur d'une vie traditionnelle avec ses fondements, sa mesure et sa prévisibilité, quand «tu es encore à la naissance, tu sais ce qu'il adviendra de cette personne». La prévisibilité, la détermination de son propre destin est un moment irritant pour un toxicomane. Les situations de crise avec leur imprévisibilité, leur risque et leurs effets marqués constituent pour eux le terrain sur lequel ils acquièrent confiance en eux-mêmes, estime de soi et supériorité par rapport aux autres. Dans la personnalité addictive, on note le phénomène de «soif de frissons» (VA Petrovsky), caractérisé par une envie de risque provoquée par l'expérience de la maîtrise du danger.

Selon E. Bern, l'homme a six types de faim:

• faim de stimulation sensorielle

• soif de reconnaissance

• faim de contact et coups physiques

• faim structurelle ou besoin de temps structuré

• faim incidente

Dans le cadre du type de comportement addictif, chacun de ces types de faim est exacerbé. Une personne ne trouve pas satisfaction dans le sentiment de faim dans la vie réelle et cherche à soulager l'inconfort et l'insatisfaction face à la réalité en stimulant certains types d'activités. Il tente d'atteindre un niveau accru de stimulation sensorielle (privilégiant les influences intenses, les sons forts, les odeurs fortes, les images lumineuses), la reconnaissance de l'originalité des actions (y compris sexuelles), la plénitude temporelle des événements.

En même temps, objectivement et subjectivement, la faible tolérance aux difficultés de la vie quotidienne, les reproches incessants de l'inadéquation et du manque de vitalité des êtres chers et de leur entourage forment un «complexe d'infériorité» caché parmi les toxicomanes. Ils souffrent de ce qui est différent des autres, d'être incapables de "vivre comme les autres". Cependant, un tel "complexe d'infériorité" émergeant temporairement se transforme en une réaction hyper-compensatoire. De faible estime de soi exprimée par les autres, les individus vont immédiatement à surévalué, en contournant le adéquat. L'émergence d'un sentiment de supériorité sur les autres remplit une fonction psychologique défensive, aidant à maintenir l'estime de soi dans des conditions microsociales défavorables - conditions de confrontation de l'individu avec la famille ou l'équipe. Un sentiment de supériorité repose sur la comparaison du «marais gris philistin», dans lequel se trouve tout ce qui entoure et «la vraie vie sans vie» du toxicomane.

Étant donné que la pression exercée par la société sur ces personnes est assez intense, les personnes toxicomanes doivent s’adapter aux normes de la société et jouer un rôle déterminant.

"Son parmi des étrangers." De ce fait, il apprend à jouer officiellement les rôles sociaux que lui impose la société (fils exemplaire, interlocuteur courtois, collègue respectable). La sociabilité externe, la facilité à établir des contacts s’accompagnent d’un comportement manipulateur et de la superficialité de liens affectifs. Une telle personne a peur des contacts émotionnels persistants et à long terme en raison de la perte d'intérêt rapide pour la même personne ou le même type d'activité et de la peur de la responsabilité d'une entreprise. Le motif du «célibataire invétéré» (un refus catégorique d'attacher le nœud et d'avoir une progéniture) en cas de comportement provoquant une dépendance peut prévaloir peut être la crainte de la responsabilité et de la dépendance à l'égard d'un éventuel conjoint et de ses enfants.

Le désir de dire des mensonges, de tromper les autres et de blâmer les autres pour leurs propres erreurs et gaffes découlait de la structure de la personnalité addictive, qui tente de dissimuler à autrui son propre «complexe d'infériorité», en raison de son incapacité à vivre conformément aux principes et aux normes généralement acceptés.

Ainsi, l’essentiel dans le comportement d’un toxicomane est le désir d’échapper à la réalité, la peur de la vie quotidienne remplie d’obligations et de règles, la vie ennuyeuse, la tendance à chercher au-delà de l’expérience émotionnelle, même au prix de risques graves, et de l’incapacité d’être responsable de quelque chose.

Une déviation de la réalité se produit avec un comportement addictif sous la forme d'une sorte d '«évasion» lorsque, au lieu d'interaction harmonieuse avec tous les aspects de la réalité, l'activation se produit dans n'importe quelle direction. Dans le même temps, une personne se concentre sur un domaine d'activité étroitement ciblé (souvent disharmonieux et détruisant une personnalité), ignorant toutes les autres. Conformément au concept de N. Peseschkian, il existe quatre types d '"évasion" de la réalité: "évasion dans le corps", "évasion dans le travail", "évasion dans le contact ou la solitude" et "évasion dans le fantasme" (Figure 20).

Lorsque vous choisissez d'échapper à la réalité sous forme de «fuite vers le corps», activité de la vie traditionnelle axée sur la famille, la croissance de carrière ou les loisirs, modification de la hiérarchie des valeurs de la vie quotidienne, réorientation vers des activités visant uniquement leur propre amélioration physique ou mentale. En même temps, le passe-temps pour les activités de loisirs (la «paranoïa de la santé»), les interactions sexuelles (le «chercher et attraper un orgasme»), l’apparence personnelle, la qualité des méthodes de repos et de relaxation deviennent hypercompensateurs. «S'échapper au travail» se caractérise par une fixation disharmonieuse sur les questions officielles, à laquelle une personne commence à consacrer un temps excessif par rapport à d'autres domaines de la vie, devenant un bourreau de travail. Un changement dans la valeur de la communication se forme dans le cas d'un choix de comportement sous la forme de «fuite aux contacts ou de solitude», dans lequel la communication devient soit le seul moyen souhaitable de satisfaire les besoins, remplaçant tous les autres, soit le nombre de contacts étant réduit au minimum. La propension à penser, aux projecteurs en l'absence du désir de réaliser quelque chose, de réaliser une action, de montrer une activité réelle est appelée «fuite dans le fantasme». Dans le cadre d'un tel éloignement de la réalité, on s'intéresse à la quête pseudo-philosophique, au fanatisme religieux et à la vie dans un monde d'illusions et de fantasmes. Plus en détail sur les différentes formes d’évasion de la réalité sera décrit ci-dessous.

Sous type pathocaractérologique de comportement déviant comprendre le comportement dû aux changements pathologiques de la nature, formés dans le processus d'éducation. Ceux-ci incluent le soi-disant. troubles de la personnalité (psychopathie) et accentuation explicite et prononcée du caractère. Le manque d'harmonie des traits de caractère conduit au fait que toute la structure de l'activité mentale de l'homme change. En choisissant ses actions, il est souvent guidé non pas par des motifs réalistes et convenablement conditionnés, mais par des «motifs d’actualisation de soi psychopathiques considérablement modifiés». L’essence de ces motivations est l’élimination de la dissonance personnelle, en particulier le décalage entre le moi idéal et l’estime de soi. Selon L.M. Balabanova, en cas de trouble de la personnalité émotionnellement instable (psychopathie excitable), le motif le plus courant du comportement est le désir de réaliser un niveau de revendications insuffisamment surestimé, une tendance à la domination et à la domination, à l'entêtement, à la sensibilité, à l'intolérance à la contre-réaction, à une tendance à l'auto-inflation et aux recherches. raisons de la décharge de la tension affective. Chez les individus présentant un trouble de la personnalité hystérique (psychopathie hystérique), les motivations d'un comportement déviant sont généralement des qualités telles que l'égocentrisme, la soif de reconnaissance, la haute estime de soi. La réévaluation de leurs capacités réelles conduit à définir des tâches qui correspondent à une estime de soi illusoire, qui coïncide avec le «je» idéal, mais dépasse les capacités de l'individu. Les mécanismes de motivation les plus importants sont le désir de manipuler les autres et de les contrôler. L'environnement est considéré uniquement comme un outil devant répondre aux besoins de la personne. Chez les personnes atteintes de troubles de la personnalité anormaux et anxieux (évitant) (psychopathie psychasthénique), l'épanouissement pathologique se traduit par la préservation du stéréotype habituel des actions, par la prévention du surmenage et du stress, des contacts non désirés, par le maintien de l'indépendance personnelle. Lorsque de telles personnes entrent en collision avec des tâches accablantes en raison de leur vulnérabilité, de leur souplesse et de leur faible tolérance au stress, elles ne reçoivent aucun renforcement positif, elles se sentent offensées et persécutées.

Les déviations patho-caractéristiques comprennent également ce qu'on appelle. Le développement de la personnalité névrotique est une forme pathologique de comportement et de réponse, formée dans le processus de névrose sur la base de symptômes et de syndromes névrotiques. Dans une plus grande mesure, ils sont représentés par des symptômes obsessionnels dans le cadre du développement obsessionnel (selon ND Lakosina). Les déviations se manifestent sous la forme d'obsessions névrotiques et de rituels qui imprègnent toute l'activité humaine. En fonction de leurs manifestations cliniques, une personne peut choisir les moyens d’opposition douloureuse à la réalité. Par exemple, une personne ayant des rituels obsessionnels peut effectuer des actions stéréotypées pendant longtemps et au détriment de ses plans (ouvrir et fermer des portes, sauter un trolleybus approprié pour s'arrêter un certain nombre de fois), dans le but de soulager la tension et l'anxiété émotionnelles.

À une maladie parabolique semblable état patho-caractérologique, on parle de comportement basé sur le symbolisme et les rituels superstitieux. Dans de tels cas, les actions d'une personne dépendent de sa perception mythologique et mystique de la réalité. Le choix des actions est basé sur une interprétation symbolique d'événements externes. Une personne, par exemple, peut refuser de commettre n'importe quel acte (se marier, passer un examen ou même sortir) en relation avec «l'arrangement inapproprié des corps célestes» ou d'autres interprétations pseudo-scientifiques de la réalité et des superstitions.

Type psychopathologique de comportement déviant Il est basé sur les symptômes psychopathologiques et les syndromes qui sont des manifestations de certaines maladies mentales. En règle générale, les motivations du comportement du malade mental restent incompréhensibles jusqu'à ce que les principaux signes de troubles mentaux soient détectés. Un patient peut afficher un comportement déviant en raison de troubles de la perception - hallucinations ou illusions (par exemple, boucher les oreilles ou écouter quelque chose, rechercher un objet inexistant, parler à soi-même), des troubles de la pensée (exprimer, défendre et essayer d'atteindre des objectifs basés sur une interprétation illusoire de la réalité, limitent activement la portée de leur communication avec le monde extérieur en raison d’idées obsessionnelles et de peurs), commettent des actions absurdes et compréhensibles ou restent inactifs pendant des mois, réalisent une fantaisie stéréotypée mouvements ou le gel permanent dans une posture uniforme en raison de violations de l'activité volontaire.

Une variante des types de comportement déviant patho-caractéristiques, psychopathologiques et addictifs est un comportement autodestructeur (autodestructeur). Son essence réside dans le fait que le système des actions humaines ne vise pas le développement et la croissance personnelle, ni l'interaction harmonieuse avec la réalité, mais la destruction de la personnalité. L'agression est dirigée contre elle-même (l'agression), à l'intérieur de la personne elle-même, alors que la réalité est perçue comme une opposition, ce qui ne donne pas la possibilité d'une vie bien remplie et de la satisfaction des besoins vitaux. L'autodestruction se manifeste sous la forme de comportement suicidaire, d'anesthésie et d'alcoolisme, ainsi que d'autres types de déviations. Les comportements autodestructeurs sont motivés par des attitudes et l’incapacité de faire face à la vie quotidienne, des changements pathologiques de caractère, ainsi que des symptômes psychopathologiques et des syndromes.

Un type particulier de comportement déviant est considéré déviations dues à l'hyperactivité humaine (K.K.Platonov). Aller au-delà de l'ordinaire, normal considère une personne dont les capacités dépassent de manière significative et significative la capacité statistique moyenne. Dans de tels cas, on parle de manifestations de surdouement, de talent et de génie dans l’une quelconque des activités de l’homme. La déviation vers le surdoué dans un domaine s'accompagne souvent de déviations dans la vie quotidienne. Une telle personne s'avère souvent inadaptée à la vie «quotidienne, banale». Il est incapable de comprendre et d’évaluer correctement les actions et le comportement d’autres personnes, il s’avère naïf, dépendant et non préparé aux difficultés de la vie quotidienne. Si, pendant le comportement délinquant, il existe une confrontation en interaction avec la réalité, avec un comportement addictif - un écart par rapport à la réalité, avec une nature patocharactologique et psychopathologique - une opposition douloureuse, puis avec un comportement associé à une hyperactivité - ignorant la réalité. L’homme existe dans la réalité («ici et maintenant») et vit en même temps dans sa propre réalité, sans penser au besoin de «réalité objective» dans laquelle les autres agissent. Il considère le monde ordinaire comme quelque chose d'insignifiant, d'insignifiant et ne participe donc pas à l'interaction avec lui, ne développe pas de style d'attitude émotionnelle vis-à-vis des actions et des comportements d'autrui, accepte tout événement se déroulant à distance. Les contacts forcés sont perçus par une personne ayant des hyper-capacités comme étant facultatifs, temporaires et non perçus comme importants pour son développement personnel. Extérieurement, dans la vie ordinaire, les actions d'une telle personne peuvent être de nature fantaisiste. Par exemple, il peut ne pas savoir comment utiliser les appareils ménagers, comment effectuer les tâches quotidiennes. Tout son intérêt est concentré sur des activités liées à des capacités extraordinaires (musicales, mathématiques, artistiques et autres).

Le comportement déviant (déviant) a les formes cliniques suivantes:

• auto-agression (comportement suicidaire)

• l'abus de substances qui provoquent un état d'activité mentale altéré (alcoolisme, anesthésie, tabagisme, etc.)

• troubles de l'alimentation (trop manger, jeûner)

• anomalies du comportement sexuel (déviation et perversion)

• Loisirs psychologiques surévalués («workaholism», jeux d'argent, collectionner, «paranoïa de la santé», fanatisme, religieux, sportif, musical, etc.)

• Passe-temps psychopathiques surévalués («intoxication philosophique», litige et querulisme, variétés de délires - kleptomanie, dromomanie, etc.)

• réactions caractérologiques et patho-caractéristiques (émancipation, groupement, opposition, etc.)

• écarts de communication (autisme, hyperactivité, conformisme, pseudologie, comportement narcissique, etc.)

• comportement immoral et immoral

Chacune de leurs formes cliniques peut être due à n'importe quel type de comportement déviant, et parfois plusieurs types de comportement déviant servent de motif au choix d'une forme ou d'une autre. Ainsi, par exemple, l'alcoolisation peut être associée à des dépendances (éviter la réalité); avec la nature de la pathologie, dans laquelle l'usage et l'abus de boissons alcoolisées agissent comme une sorte de compensation thérapeutique et d'élimination du conflit intrapersonnel; présentant des manifestations psychopathologiques (syndrome maniaque) ou s’amenant consciemment à un certain état mental dans le but de commettre des actes délinquants. Le tableau 17 présente la fréquence de représentation des formes de comportement déviant ci-dessus dans divers types.

Fréquence de représentation des formes cliniques de comportement déviant dans ses différents types

Comportement déviant: causes, types, formes

En se démarquant de la société, de sa propre approche de la vie, un comportement socialement normatif peut se manifester non seulement dans le processus de formation et de développement personnels, mais aussi sur le chemin de toutes sortes de déviations par rapport à une norme acceptable. Dans ce cas, il est d'usage de parler des déviations et du comportement déviant d'une personne.

Qu'est ce que c'est

Dans la plupart des approches, le concept de comportement déviant est associé à un comportement déviant ou asocial d'un individu.


Il est souligné que ce comportement représente des actions (de nature systémique ou individuelle) qui vont à l’encontre des normes acceptées dans la société et qu’elles soient fixées (normes) légalement ou existent en tant que traditions et coutumes d’un environnement social particulier.

La pédagogie et la psychologie, en tant que sciences de l'homme, caractéristiques de son éducation et de son développement, concentrent leur attention sur les signes caractéristiques communs d'un comportement déviant:

  • l'anomalie de comportement est activée lorsqu'il est nécessaire de respecter des normes sociales de moralité socialement acceptées (importantes et significatives);
  • la présence de dommages qui «se propagent» assez largement: de soi (auto-agression) aux personnes environnantes (groupes de personnes) et se terminant par des objets matériels (objets);
  • faible adaptation sociale et réalisation de soi (désocialisation) d'un individu qui enfreint les normes.

Par conséquent, pour les personnes avec déviation, en particulier pour les adolescents (c’est cet âge qui est exceptionnellement sujet à des déviations de comportement), des propriétés spécifiques sont caractéristiques:

  • réponse affective et impulsive;
  • réactions inadéquates de grande ampleur;
  • orientation indifférenciée des réactions aux événements (elles ne distinguent pas les spécificités des situations);
  • les réactions comportementales peuvent être appelées immuablement répétitives, à long terme et multiples;
  • niveau élevé de préparation au comportement antisocial.

Types de comportement déviant

Les normes sociales et les comportements déviants combinés les uns aux autres permettent de comprendre plusieurs types de comportement déviant (en fonction de l'orientation des schémas de comportement et de la manifestation dans l'environnement social):

  1. Asocial. Ce comportement reflète la tendance d'un individu à accomplir des actes qui menacent des relations interpersonnelles prospères: enfreignant les normes morales reconnues par tous les membres d'une certaine micro-société, une personne déviée détruit l'ordre établi d'interaction interpersonnelle. Tout cela s'accompagne de multiples manifestations: agressivité, déviations sexuelles, dépendance au jeu, dépendance, vagabondage, etc.
  2. Antisocial, un autre nom est délinquant. Les comportements déviants et délinquants sont souvent pleinement identifiés, bien que les timbres comportementaux délinquants se rapportent à des problèmes plus étroits: ils ont pour violation «le droit» de normes juridiques, ce qui entraîne une menace pour l'ordre social et une perturbation du bien-être de leur entourage. Il peut s'agir d'une variété d'actions (ou de leur absence) directement ou indirectement interdites par les actes législatifs (normatifs) en vigueur.
  3. Autodestructif. Manifestation dont le comportement menace l'intégrité de l'individu, les possibilités de son développement et son existence normale dans la société. Ce type de comportement s’exprime de différentes manières: par des tendances suicidaires, des addictions alimentaires et chimiques, des activités qui menacent considérablement la vie, ainsi que des comportements autistes / victimisés / fanatiques.

Les formes de comportement déviant sont systématisées à partir de manifestations sociales:

  • de couleur négative (toutes sortes de dépendances - alcool, produit chimique; comportement criminel et destructeur);
  • positivement coloré (créativité sociale, sacrifice altruiste);
  • socialement neutre (vagabondage, mendicité).

En fonction du contenu des manifestations comportementales avec déviations, elles sont divisées en types:

  1. Comportement dépendant. En tant que sujet d’attraction (cela dépend), il peut y avoir divers objets:
  • agents psychoactifs et chimiques (alcool, tabac, substances toxiques et médicinales, drogues),
  • jeux (activant le comportement de jeu),
  • satisfaction sexuelle
  • Ressources Internet
  • la religion
  • achats, etc.
  1. Comportement agressif. Cela se traduit par un comportement destructeur motivé qui provoque des dommages aux objets / objets inanimés et des souffrances physiques / morales pour animer des objets (personnes, animaux).
  2. Mauvais comportement. En raison d’un certain nombre de caractéristiques personnelles (passivité, réticence à se prendre en charge, à défendre ses propres principes, lâcheté, manque d’indépendance et attitude vis-à-vis de la soumission), la personne a des habitudes dans les actes de la victime.
  3. Tendances suicidaires et suicides. Le comportement suicidaire est une sorte de comportement déviant qui implique une démonstration ou une véritable tentative de suicide. Ces comportements sont considérés:
  • avec une manifestation interne (pensées suicidaires, réticence à vivre dans les circonstances, fantasmes quant à sa propre mort, projets et intentions en matière de suicide);
  • avec manifestation externe (tentatives de suicide, suicide réel).
  1. Fugue de la maison et du vagabondage. L'individu est sujet à des changements chaotiques et permanents de lieu de séjour, à un mouvement continu d'un territoire à un autre. Il faut en assurer l'existence en demandant des aumônes, des vols, etc.
  2. Comportement illégal. Différentes manifestations en termes d'infractions. Les exemples les plus évidents sont le vol, la fraude, l'extorsion de fonds, le vol qualifié et le hooliganisme, le vandalisme. Dès l'adolescence comme tentative d'affirmation de soi, ce comportement est ensuite consolidé afin de créer une interaction avec la société.
  3. Violation de comportement sexuel. Manifesté sous la forme d'activités sexuelles anormales (début de vie sexuelle, promiscuité, satisfaction du désir sexuel sous une forme pervertie).

Les causes

Le comportement déviant est considéré comme un lien intermédiaire situé entre la norme et la pathologie.

Considérant les causes des écarts, la plupart des études se concentrent sur les groupes suivants:

  1. Facteurs psychobiologiques (maladies héréditaires, caractéristiques du développement périnatal, sexe, crises liées à l'âge, pulsions inconscientes et caractéristiques psychodynamiques).
  2. Facteurs sociaux:
  • caractéristiques de l'éducation familiale (anomalies fonctionnelles et de rôle dans la famille, capacités matérielles, style parental, traditions et valeurs familiales, attitudes de la famille à l'égard des comportements déviants);
  • la société environnante (la présence de normes sociales et leur conformité / non-conformité réelle / formelle, la tolérance de la société pour les déviations, la présence / l'absence de moyens de prévention des comportements déviants);
  • l'influence des médias (fréquence et détail de la diffusion d'actes de violence, attractivité des images de personnes aux comportements déviants, biais d'information sur les conséquences des manifestations de déviations).
  1. Facteurs de personnalité.
  • violation de la sphère émotionnelle (anxiété accrue, diminution de l'empathie, humeur négative, conflit interne, dépression, etc.);
  • la déformation du concept de soi (identité de soi et identité sociale inadéquates, distorsion de l'image de soi, estime de soi insuffisante et manque de confiance en soi, leurs capacités);
  • la courbure de la sphère cognitive (manque de compréhension de leurs perspectives de vie, attitudes déformées, expérience d'actions déviantes, manque de compréhension de leurs conséquences réelles, faible niveau de réflexion).

Prévention

La prévention précoce des comportements déviants aidera très efficacement à renforcer le contrôle personnel sur les manifestations négatives.

Il est nécessaire de bien comprendre que les enfants ont déjà des signes indiquant le début de la déviation:

  • manifestations de colère anormales pour l’âge de l’enfant (fréquentes et mal maîtrisées);
  • l'utilisation d'un comportement intentionnel afin d'ennuyer un adulte;
  • refus actifs de satisfaire aux exigences des adultes, violation des règles établies par ceux-ci;
  • opposition fréquente aux adultes sous forme de différends;
  • manifestation de colère et de vengeance;
  • l'enfant devient souvent l'instigateur de la lutte;
  • destruction délibérée de la propriété d'autrui (objets);
  • dommages causés à d’autres personnes lors de l’utilisation d’articles dangereux (armes).

Un certain nombre de mesures préventives mises en œuvre à tous les niveaux de la manifestation du socium (national, réglementaire, médical, pédagogique, socio-psychologique) ont un effet positif sur le dépassement de la prévalence du comportement déviant:

  1. Formation d'un environnement social favorable. A l'aide de facteurs sociaux, une influence sur le comportement indésirable d'un individu avec une déviation possible est créée - un fond négatif est créé pour toutes les manifestations d'un comportement déviant.
  2. Facteurs informationnels. Travail spécialement organisé pour informer au maximum des déviations afin d'activer les processus cognitifs de chaque individu (conversations, conférences, production vidéo, blogs, etc.).
  3. Formation en compétences sociales. Elle vise à améliorer la capacité d'adaptation à la société: les travaux de formation visant à renforcer la résilience face à une influence sociale anormale sur une personne, à accroître la confiance en soi et à développer les compétences de réalisation de soi permettent de prévenir la déviation sociale.
  4. Initiation d'activité opposée à un comportement déviant. Ces formes d'activité peuvent être:
  • testez-vous "pour la force" (sport avec risque, escalade en montagne),
  • connaissance des nouveaux (voyages, maîtrise des métiers difficiles),
  • communication confidentielle (assistance à ceux qui ont "trébuché"),
  • la créativité
  1. Activation des ressources personnelles. Développement de la personnalité, à partir de l'enfance et de l'adolescence: attrait pour le sport, groupes de croissance personnelle, épanouissement personnel et expression de soi. L'individu est formé pour être lui-même, pour pouvoir défendre son opinion et ses principes dans le cadre des normes morales généralement acceptées.

Comportement déviant

La psychologie du comportement déviant est telle qu'une personne n'est souvent pas consciente d'agir de manière destructive.

Le comportement déviant est une forme particulière de comportement déviant, dans lequel une personne perd le concept de valeurs morales, de normes sociales et se concentre pleinement sur la satisfaction de ses besoins. Un comportement déviant implique une dégradation obligatoire de l'individu, car il est tout simplement impossible de progresser et de causer des souffrances aux autres. L'homme change littéralement sous nos yeux: il perd le sens de la réalité, une honte élémentaire et toute responsabilité.

La psychologie du comportement déviant est telle qu'une personne n'est souvent pas consciente d'agir de manière destructive. Elle ne veut pas se plonger dans les besoins des autres, elle ne se soucie pas des sentiments de ses proches. Un comportement déviant prive une personne de la capacité de penser et de raisonner de manière sensée.

Le concept de comportement déviant

Le concept de comportement déviant en sciences psychologiques est apparu grâce au travail acharné d'Emile Durkheim. Il est devenu le fondateur de la théorie de la déviation en général. Le concept de comportement déviant au début signifiait un certain décalage avec la compréhension par le public de la manière de se comporter dans une situation donnée. Mais peu à peu, le concept de comportement déviant devint proche de la compréhension des infractions et du fait de nuire délibérément à autrui. Cette idée a été complétée et développée dans ses travaux par un disciple de Emile Durkheim - Robert King Merton. Le scientifique a insisté sur le fait que le comportement déviant dans tous les cas est dicté par la réticence à se développer, à travailler sur soi-même et à profiter aux voisins. Le concept de comportement déviant fait partie de ceux qui affectent la sphère des relations humaines.

Causes d'un comportement déviant

Les raisons pour lesquelles une personne choisit pour elle-même un comportement déviant sont très diverses. Ces raisons sont parfois tellement subordonnées à la personnalité qu'elle perd la volonté, la capacité de penser raisonnablement, de prendre des décisions de manière indépendante. Les comportements déviants sont toujours caractérisés par une sensibilité, une vulnérabilité, une agressivité et une intransigeance accrues. Une telle personne exige que ses désirs soient immédiatement satisfaits et quel qu'en soit le prix. Tous les types de comportement déviant sont extrêmement destructeurs, ils rendent une personne extrêmement susceptible et malheureuse. La personnalité commence progressivement à se détériorer, perdant des compétences sociales, perdant des valeurs habituelles et même leurs propres qualités positives de caractère. Alors, quelles sont les raisons de la formation d'un comportement déviant?

Mauvais environnement

La personnalité est grandement affectée par l'environnement dans lequel elle se trouve. Si une personne est placée dans un environnement où elle est constamment humiliée et réprimandée, elle commencera progressivement à se dégrader. Beaucoup de gens deviennent simplement autonomes et cessent de faire confiance aux autres. Un environnement médiocre amène une personne à ressentir des sentiments négatifs, puis à susciter des réactions défensives contre elle. Un comportement déviant est le résultat d'un traitement cruel et injuste. Jamais des gens prospères et heureux ne feront de mal aux autres, en essayant de prouver quelque chose à tout prix. L'essence du comportement déviant est qu'il détruit progressivement une personne, révélant ainsi d'anciens griefs et des revendications inexprimées.

La raison de la formation d'un comportement déviant indique toujours qu'il est nécessaire de changer de vie. Les caractéristiques d'un comportement déviant sont telles qu'il ne se manifeste pas soudainement, pas immédiatement, mais progressivement. Une personne qui porte une agression en elle-même devient de moins en moins gérable et harmonieuse. Il est très important de changer d’environnement si l’on tente de transformer un comportement déviant en un comportement constructif.

Consommation d'alcool et de drogues

Une autre raison du comportement déviant est la présence dans la vie d'une personne de facteurs destructeurs trop négatifs. Un comportement déviant, bien sûr, ne se produit pas en soi, sans raison apparente. Il est impossible d'être en désaccord avec le fait que les substances toxiques affectent négativement notre conscience. Une personne qui consomme de la drogue est appelée à se détériorer tôt ou tard. Le toxicomane ne peut pas se contrôler, perd la capacité de voir le bien chez les gens, perd son estime de soi, il montre des attaques d'agression dirigées contre les autres. Même une personne sans éducation spéciale peut diagnostiquer un tel comportement déviant. La personnalité dégradante donne une impression de répulsion vive. Les personnes qui l’entourent ont tendance à éviter de rencontrer de tels sujets, à craindre des conséquences néfastes et simplement à s’inquiéter pour leur vie. Parfois, il suffit de regarder une personne pour établir la raison de son comportement inapproprié. Un comportement déviant déviant ne peut être caché aux yeux indiscrets. Les parents et les parents de ceux qui ont un comportement déviant ont tendance à être embarrassés et à avoir honte d'eux-mêmes, bien qu'ils souffrent eux-mêmes énormément des actes des déviants.

Souffrant de dépendance à l'alcool, il existe également des manifestations d'agression et de colère incontrôlable. Le plus souvent, cette personne est déçue d’abord par elle-même, puis par les personnes qui l’entourent. Pour diagnostiquer un comportement déviant, il suffit parfois de regarder la personne elle-même pour en déterminer l'essence. La raison pour laquelle les gens se brisent et commencent à prendre diverses substances toxiques est simple: ils ne peuvent pas réaliser leur potentiel dans le monde. Le comportement déviant d'un individu implique toujours la présence de manifestations négatives nettes qui nuisent à la vie et au bien-être des autres.

Critique constante

Il y a une autre raison pour la formation d'un comportement déviant. Si dans l'enfance un enfant est constamment critiqué pour quelque chose, alors les manifestations de déception de soi ne tarderont pas à attendre. C’est la source du doute de soi, de l’hypersensibilité à la critique, de l’instabilité émotionnelle et mentale. Une critique constante peut éventuellement mener à toutes formes et types de comportement déviant. Tous les types de comportement déviant, quelle que soit la forme d'expression, annulent tout effort visant à devenir meilleur et à s'établir dans n'importe quel domaine de la vie: vie personnelle, profession et créativité. À un moment donné, une personne cesse de croire en elle-même et en ses capacités. Il ne comprend pas les causes de son état, mais cherche la confirmation de manifestations négatives à l'extérieur. Le diagnostic du comportement déviant est un processus plutôt compliqué et qui prend du temps, qui doit être effectué par des spécialistes. Il faut être extrêmement attentif avec les enfants et les adolescents afin de ne pas briser leurs rêves, de ne pas détruire leur confiance en eux-mêmes et leur propre avenir. Les causes d'un comportement déviant peuvent être complètement différentes. Il vaut mieux prévenir le développement d'une telle déviation que d'essayer de corriger les conséquences.

Classification du comportement déviant

La classification du comportement déviant comprend plusieurs concepts importants. Ils sont tous interconnectés et se conditionnent mutuellement. Ceux qui sont proches d'une telle personne commencent d'abord à sonner l'alarme. Même un enfant peut diagnostiquer une personnalité dégradante. En d’autres termes, il n’est pas difficile de reconnaître les comportements déviants. La manifestation d'un comportement déviant est généralement perceptible pour les autres. Considérez les formes et les types de comportement déviant les plus courants.

Comportement addictif

La dépendance est le tout premier type de comportement déviant. Les dépendances chez l'homme se développent progressivement. En formant toute sorte de dépendance, il tente de compenser l'absence dans sa vie de quelque chose de très important et de précieux. Quelles dépendances peuvent être et pourquoi sont-elles si destructives pour une personne? Il s’agit tout d’abord de la dépendance chimique. L'usage de drogues, l'alcool conduit à la formation d'une dépendance stable. Après un certain temps, un homme n’imagine plus une existence confortable sans une habitude malsaine. Ainsi, les gros fumeurs disent qu’une cigarette fumée les aide à se détendre. Les personnes dépendantes à l'alcool se justifient souvent par le fait qu'un verre d'alcool vous permet de découvrir de nouvelles opportunités en vous-même. Bien sûr, ces perspectives sont imaginaires. En fait, une personne perd progressivement le contrôle de elle-même et de son état émotionnel.

Il y a aussi une dépendance psychologique. Il se manifeste en fonction des opinions des autres, ainsi que d'une concentration douloureuse sur une autre personne. Il y a des amoureux non partagés qui enlèvent beaucoup de vitalité. Une telle personne se détruit elle aussi: des expériences sans fin n’ajoutent ni santé ni force. Souvent, le désir de vivre, de se fixer des objectifs et de s'efforcer de les atteindre disparaît. Le diagnostic du comportement déviant implique l'identification rapide des signes pathologiques et la prévention de leur développement. La manifestation d'un comportement déviant doit toujours être corrigée dans tous les cas sans exception. Toute dépendance est un type de comportement déviant qui tôt ou tard conduira une personne à la destruction totale.

Comportement délinquant

Le comportement criminel ou illégal est un autre type de comportement déviant qui peut être considéré comme dangereux non seulement pour l'individu, mais également pour la société dans son ensemble. Un délinquant - celui qui commet des actes criminels - est une personne qui a complètement perdu toute norme morale. Pour lui, il n'y a que ses propres besoins d'ordre inférieur, qu'il cherche à satisfaire de quelque manière que ce soit. Diagnostiquer une telle personne peut être un coup d'oeil. La plupart des gens embrassent la peur naturelle dès qu'il y a un soupçon qu'il y a un criminel à côté d'eux. Certains types de citoyens cherchent immédiatement à contacter la police.

Le délinquant ne s’arrêtera pas devant un obstacle. Il ne s'intéresse qu'à son bénéfice immédiat et, pour atteindre un tel objectif, il est parfois prêt à prendre des risques inutiles. Les principaux signes que le délinquant est devant vous sont les suivants. Le délinquant regarde rarement dans les yeux, mentant pour se sortir d'une situation difficile. Une telle personne ne sera pas difficile à remplacer même un parent proche. Le diagnostic des délinquants est généralement traité par les autorités compétentes.

Comportement anti-moral

Le comportement anti-moral est un type particulier de comportement déviant, qui se traduit par un comportement provocant ou laid, chez l'homme. En outre, dans chaque société, différentes actions et actions seront considérées comme anti-morales. Les violations courantes de la moralité sont: la prostitution, l'insulte publique d'autres personnes, un langage obscène. Les personnes qui ne savent pas comment se comporter dans une situation donnée sont sujettes au comportement antimoral. Souvent, ils entrent dans une contradiction flagrante avec la loi, ont des problèmes avec la police. Il est assez simple de diagnostiquer un tel comportement: il attire le regard immédiatement, dès la première manifestation.

Suicide

Ce type de comportement déviant est un trouble mental. Les tentatives de suicide sont entreprises par des personnes qui ne voient pas d’autres perspectives et possibilités de continuer à exister. Tout leur semble sans signification et dépourvu de toute joie. Si une personne pense uniquement au suicide, cela signifie que sa vie peut toujours être corrigée. Il est juste allé à un point dangereux. Il est nécessaire que quelqu'un soit avec lui au bon moment et mis en garde contre cette étape irréfléchie. Le suicide n'a aidé personne à résoudre les problèmes immédiats. En se séparant de la vie, une personne se punit, tout d'abord, elle-même. Même les parents proches sont toujours réconfortés et, avec toutes leurs forces, les âmes continuent à vivre. Il est plutôt difficile de diagnostiquer les tendances suicidaires, car ces personnes apprennent à rester secrètes et réussissent de manière significative dans cette activité. Dans le même temps, les suicides potentiels ont cruellement besoin d'une assistance rapide. Malheureusement, tout le monde ne comprend pas.

Signes de comportement déviant

La tendance des psychologues à adopter un comportement déviant est déterminée par un certain nombre de caractéristiques essentielles. Ces signes indiquent directement ou indirectement que la personne est dans un état insuffisant et qu'elle peut donc être impliquée dans la perpétration de crimes ou dans une situation de dépendance. Quels sont les signes d'un comportement déviant? Par quels paramètres pouvez-vous comprendre que devant vous est un déviant? Il existe plusieurs formes d'expression négative. Vous pouvez les diagnostiquer simplement en observant les gens et en tirant les conclusions appropriées.

Agressivité

Quiconque fait quelque chose d'illégal manifestera ses pires traits de caractère. Le problème est que même les bons traits de personnalité du déviant finissent par disparaître, comme s’ils disparaissaient dans le vide et se dissolvent dans l’air. Un comportement déviant se caractérise par une agressivité, une intransigeance et une assurance accrues. Le délinquant ou tout autre délinquant tentera de défendre sa position dans tous les domaines et le fera fort. Une telle personne ne prendra pas en compte les besoins des autres, ne reconnaîtra pas d’alternative, car il n’ya que sa propre vérité individuelle. L'agressivité repousse les autres et permet au déviant de rester longtemps inaperçu de la société. Avec l'aide de l'agressivité, une personne va à ses objectifs, évite une interaction efficace avec d'autres personnes.

L'agressivité est toujours un signe de la présence de la peur. Seule une personne confiante peut se permettre d'être calme et équilibrée. Ceux dont les activités quotidiennes sont à risque seront toujours nerveux. Chaque minute, il doit rester vigilant afin de ne pas se donner par inadvertance et parfois même de ne pas détecter sa présence.

Incontrôlable

Déviant cherche à tout contrôler, mais en réalité, il devient incontrôlable et nerveux. De tension constante, il perd la capacité de raisonner logiquement, de prendre des décisions responsables. Parfois, il commence à être confus dans son propre raisonnement et à faire des erreurs importantes. De telles erreurs érodent peu à peu les forces, contribuent à la formation d'un terrible doute de soi. En fin de compte, l'incontrôlabilité peut lui rendre un mauvais service, rendre une personne agressive et retirée en même temps. Et comme tous les liens sociaux sont rompus à ce moment-là, il n'y a personne pour demander de l'aide.

Personne ne peut convaincre déviant qu'il a tort. Par sa propre incontrôlabilité, il découvre la nécessité d'être constamment en danger. En se défendant, une personne perd de plus en plus le contrôle de la situation, car elle gaspille une précieuse énergie en vain. En conséquence, il y a une rupture émotionnelle avec le soi et la personne cesse de comprendre où elle devrait aller.

Sautes d'humeur

Dans le processus d'activité vitale, le déviant a des sautes d'humeur soudaines. Si quelqu'un n'agit pas conformément au stratagème établi, le délinquant commence à adopter une approche agressive. La chose la plus intéressante est qu'il ne peut pas contrôler ses émotions. À un moment, il est joyeux et au bout d’une minute, il crie d’indignation. Le brusque changement d'humeur est dicté par la tension du système nerveux, la fatigue émotionnelle, l'épuisement de toutes les ressources internes importantes.

Le comportement déviant vise toujours à la destruction, même si au tout début d'actes illégaux, il semble à une personne qu'il a trouvé un moyen facile et insouciant de vivre. La tromperie est très vite révélée, entraînant un pouvoir de déception assourdissant. Gaieté délibérée - une illusion, pour le moment, jusqu'à ce que le temps soit soigneusement dissimulé, même au déviant lui-même. Un brusque changement d'humeur a toujours une incidence négative sur l'évolution des événements: une personne devient incontrôlable, privée de paix, de confiance et d'avenir. Il n'est pas difficile de diagnostiquer les sautes d'humeur, même la personne elle-même est capable de s'en rendre compte.

Furtif

Tout contrevenant doit toujours faire des efforts importants pour passer inaperçu le plus longtemps possible. En conséquence, le déviant a un secret qui vise à dissimuler délibérément les informations nécessaires et nécessaires. La furtivité crée la suspicion et le refus de partager vos pensées et vos sentiments avec qui que ce soit. Un tel vide émotionnel contribue au développement d'un grave épuisement émotionnel. Quand une personne ne peut faire confiance à personne dans cette vie, elle perd tout: il ne devient pratiquement plus une raison de vivre, le sens le plus nécessaire est perdu. La nature humaine est tellement arrangée que vous devez constamment avoir dans votre tête certains idéaux pour une existence confortable. Une vision du monde formée nous fait avancer vers de nouveaux défis. En l'absence de perspectives visibles, la personne commence immédiatement à se détruire et à se dégrader.

La furtivité crée un penchant pour la tromperie. Le déviant ne peut pas dire la vérité, car il vit selon des lois différentes de celles de la société environnante. Au fil du temps, la déception devient la norme et cesse complètement de se faire remarquer.

Ainsi, le comportement déviant est un problème grave qui existe dans la société moderne. Un tel phénomène doit nécessairement être corrigé dès que possible, mais sa correction semble beaucoup plus difficile, voire impossible.

En Savoir Plus Sur La Schizophrénie