Le médicament halopéridol aide à faire face à des maladies mentales graves telles que la schizophrénie, la paranoïa, des troubles du comportement, des états maniaques. Cet outil est efficace et peu coûteux, mais entraîne de nombreuses complications, notamment des tremblements, des yeux qui roulent et la dépression. Pour cette raison, il ne peut être utilisé qu'après prescription d'un médecin, dans le strict respect des instructions.

Composition et libération

L'halopéridol (halopéridol) est produit par de nombreux fabricants sous différentes formes posologiques. Il peut s'agir de comprimés, de solutions pour les injections intramusculaires et intraveineuses, de gouttes pour l'administration orale. L'ingrédient actif du médicament est la substance antipsychotique halopéridol. Les composants auxiliaires dépendent du type de forme posologique.

Comprimés fabriqués par la société allemande Gedeon Richter. Selon les instructions, ils contiennent les composants suivants:

oxyde de silicium colloïdal anhydre, gélatine blanche, stéarate de magnésium, lactose, talc, amidon

La solution est produite par la société pharmaceutique Elegant India. La substance active est présente ici à une concentration de 5 mg. Des éléments supplémentaires sont le propylparaben, le méthylparaben, l'acide lactique, l'eau stérile.

Les gouttes pour administration orale produisent la campagne allemande Ratiopharm. Ils sont emballés dans une bouteille de verre foncé, conçue pour 30 ml. Un millilitre de médicament contient 2 mg d’halopéridol, ainsi que du parahydroxybenzoate de méthyle, de l’acide lactique, du parahydroxybenzoate de propyle, de l’eau purifiée.

Action d'halopéridol

L'ingrédient actif du médicament est l'halopéridol, un dérivé de la butyrophénone. C'est un neuroleptique utilisé pour traiter les troubles mentaux. Le médicament élimine le développement de changements persistants dans la personnalité, d'hallucinations, de délires, de manie, augmente l'intérêt pour l'environnement. Cela est dû au blocage des récepteurs de la dopamine dans le cortex intermédiaire (mezortex) et dans le système limbique du cerveau.

La dopamine est un neurotransmetteur qui transmet des signaux du cerveau aux cellules. Il est responsable du sentiment de plaisir, de joie, provoque des explosions émotionnelles. De plus, la dopamine facilite le déplacement rapide de l’attention d’une activité cognitive à une autre (capacité d’attention de la personne, mémoire, langage, perception visuelle-spatiale, fonctions exécutives). Pour cette raison, une transmission dopaminergique retardée conduit à l'inertie du patient.

L'instruction indique que l'halopéridol a un effet antihistaminique faible, anticholinergique. En raison du blocage des récepteurs alpha-adrénergiques se caractérise par un effet sédatif modéré (réduit l'irritabilité et l'anxiété), tandis que des doses mineures provoquent un effet activant. En petites quantités, le neuroleptique inhibe les récepteurs de la dopamine D2 du centre de vomissement, ce qui lui permet d'être utilisé dans le traitement des vomissements sévères, qui ne peuvent être arrêtés par des moyens simples (par exemple, lors d'une chimiothérapie).

Dans le sang, 90% du neuroleptique se lie aux protéines. Le médicament passe facilement la barrière hémato-encéphalique, qui sépare le système circulatoire des tissus cérébraux, empêchant ainsi la pénétration de grosses cellules sanguines, des particules étrangères. La vitesse du médicament dépend de la méthode de saisie. La concentration maximale de neuroleptique dans le sang est observée avec une injection après 10 à 20 minutes, après avoir pris une pilule ou des gouttes - après trois heures. Heloperidol se désintègre dans le foie. La demi-vie est de 24 heures. Il apparaît dans la composition des matières fécales (60%) et de l'urine (40%).

Indications d'utilisation Haloperidol

L'halopéridol n'est pas un moyen facile de calmer les nerfs. Selon les instructions, les indications pour l’utilisation du médicament sont la schizophrénie, la psychose, la manie, incl. degré doux (hypomanie). En outre, prescrire des médicaments dans les situations suivantes:

  • maladie mentale et problèmes de comportement résultant de lésions organiques cérébrales et de patients présentant un retard mental (agressivité, activité accrue, tendance à se blesser);
  • des problèmes psychotiques accompagnés d'hallucinations, d'illusions, de troubles de la conscience et de la pensée;
  • traitement adjuvant dans le traitement à court terme de l'agitation psychomotrice de gravité variable, du comportement violent violent impulsif;
  • syndromes catatoniques - troubles mentaux accompagnés de troubles de la motricité (agitation ou stupeur);
  • hoquet et vomissements qui ne se prêtent pas à des méthodes simples de traitement;
  • état agité, anxiété chez les personnes âgées;
  • tics lourds.

Selon les instructions, Haloperidol est prescrit aux enfants à partir de 3 ans. Son utilisation est pertinente pour la schizophrénie, la psychose, les cendres, l'autisme, les problèmes de comportement, accompagnés d'agressivité et d'hyperactivité. Les médicaments prescrits pour le syndrome de Gilles de la Tourette, une maladie héréditaire qui se manifeste chez les enfants, se caractérisent par de multiples tics.

Posologie et administration

Le médicament ne peut être utilisé que sur les instructions du médecin, en suivant scrupuleusement ses instructions. La durée du traitement et la posologie dépendent de la maladie et du tableau clinique. Pour déterminer la dose initiale, l’âge du patient et la réponse de l’organisme aux antipsychotiques sont pris en compte. Prescrire le médicament à la dose clinique minimale efficace. Il est impossible d'annuler le médicament brusquement, car cela peut provoquer des problèmes et n'entraînera pas l'effet escompté.

Pilules

Dans la plupart des cas, la posologie initiale est la moitié de la dose standard chez l'adulte et, à mesure que le traitement avance, elle est ajustée: d'abord, elle augmente, puis elle diminue. Parfois, le médicament est complètement annulé, mais vous pouvez avoir besoin d'une réception permanente à des fins de prévention. Prenez les comprimés avec un verre d'eau pendant ou après le repas. Dans l’élaboration du schéma thérapeutique, l’instruction recommande de partir des données suivantes:

Dose initiale avec symptômes modérés, mg

Posologie initiale pour symptômes sévères, résistance au traitement, mg

Dans la phase aiguë, mg

En phase chronique aiguë, mg

Adultes: 1.5-3, divisés en 3 applications

3-5, répartir en 3 doses

2-20, peut être à la fois ou réparti dans plusieurs réceptions

1-3, répartir en 3 doses, peut être augmenté à 20-30

Si, pendant le traitement, la dose a été augmentée à 30 mg, réduire progressivement à la dose efficace minimale, à savoir 5-10 mg / jour.

Excitation et anxiété chez les personnes âgées

  • tics lourds;
  • Syndrome de Gilles de la Tourette;
  • hoquet impétueux

1.5-3, divisé en 3 applications.

3-5 2-3 en deux ou trois doses, si possible.

0,5-1 3 fois par jour, si nécessaire, augmenter à 2-3 fois par jour

Dans le syndrome de Gilles de la Tourette, 5–10 mg (y compris chez l’enfant), dans plusieurs applications. Évitez les réductions de dose soudaines.

Comportement infantile et schizophrénie

0,025-0,05 mg / kg. Prenez la moitié de la dose le matin et la moitié du soir. La dose maximale autorisée est de 10 mg.

La solution

Une solution intramusculaire ou intraveineuse est importante pour les crises aiguës. La posologie est la suivante:

  • Pour éliminer les vomissements persistants ou le hoquet, le médicament est administré par voie intramusculaire à une dose de 1 à 2 mg.
  • En cas de psychose aiguë, accompagnée de symptômes modérés, l'administration du médicament par voie intramusculaire est recommandée aux adultes, à raison de 2 à 10 mg de solution. Si nécessaire, chaque dose suivante est administrée après 4-8 heures, jusqu'à l'obtention de l'effet thérapeutique souhaité. Au cours de la journée, vous pouvez entrer un maximum de 18 mg.
  • En cas de psychose grave, une dose initiale de 18 mg peut être nécessaire. Dans ce cas, un compte-gouttes est utilisé. L’instruction recommande d’injecter le médicament à une vitesse ne dépassant pas 10 mg / min.

Gouttes

Vingt gouttes du médicament (1 ml de solution) contiennent 2 mg d’un antipsychotique. La dose quotidienne est distribuée une à trois fois. Prenez les gouttes pendant le repas, en utilisant une cuillère à café dans le dosage. Le médicament peut être ajouté à des plats, des boissons, goutte à goutte sur un morceau de sucre (en l'absence de diabète).

La dose initiale pour les adultes varie de 0,5 à 1,5 mg par jour. Si nécessaire, il est augmenté progressivement jusqu'à 2 mg (maximum 4 mg) jusqu'à l'obtention de l'effet souhaité. La dose administrée aux patients âgés et souffrant d’une déficience physique peut être augmentée tous les trois à cinq jours. Pour soulager les symptômes aigus chez les patients hospitalisés, le médecin peut vous prescrire une dose allant jusqu'à 15 mg, parfois supérieure. Pendant la journée, vous ne pouvez pas prendre plus de 100 mg.

L'utilisation de gouttes d'halopéridol dans la schizophrénie nécessite des doses plus élevées. L'instruction indique les données suivantes:

  • posologie thérapeutique quotidienne: 10-15 mg;
  • forme chronique: 20-40 mg par jour;
  • cas résistants (la maladie est de nature permanente, le traitement médicamenteux ne traite pas bien ses symptômes): jusqu’à 50-60 mg par jour;
  • traitement d'entretien quotidien: 0,5-5 mg.

La dose pour les enfants âgés de plus de trois ans est calculée en fonction du poids. La posologie quotidienne est de 0,025 à 0,05 mg par kilogramme de poids corporel. La réception des gouttes est répartie sur plusieurs fois. Dans les cas extrêmes, la dose peut être augmentée à 0,2 mg / kg de poids corporel. Dans ce cas, la dose ne peut être augmentée qu'une fois tous les trois à cinq jours. La dose d'entretien peut être de 0,5 à 5 mg par jour.

Instructions spéciales

Le médicament a un effet sédatif, affecte donc la vitesse de réflexion et de concentration. Pour cette raison, lors de l'utilisation du médicament, il est nécessaire d'abandonner la conduite automobile et les activités nécessitant une précision et une attention particulière. En outre, le traitement par l'halopéridol doit prendre en compte les points suivants:

  • Un traitement prolongé de la schizophrénie et d'autres troubles mentaux peut entraîner un syndrome de sevrage (vomissements, nausées, insomnie). Pour éviter cela, la dose doit être réduite progressivement.
  • L'halopéridol n'est pas recommandé en monothérapie chez les patients déprimés. L'instruction recommande de le combiner avec des antidépresseurs, qui, avec la dépression, traitent la psychose.
  • Lors du traitement de la manie, il existe un risque de dépression, qui peut se transformer en état suicidaire. Ayant trouvé un problème similaire chez un patient, celui-ci doit être surveillé de près.
  • Le médicament pénètre dans le lait maternel à cause de ce que l'on trouve dans le sang des nourrissons. Les informations sur l'effet du médicament pendant l'allaitement ne suffisent pas pour tirer des conclusions sur son effet sur le bébé.
  • L'halopéridol augmente la synthèse de la prolactine, ce qui entraîne l'apparition de lait chez les femmes et les hommes non nourrissants. De plus, il peut y avoir des problèmes dans le travail des organes reproducteurs.
  • En saison chaude, il est nécessaire de protéger la peau exposée aux rayons ultraviolets en raison du risque accru de photosensibilisation.
  • Réduit les effets des neuroleptiques en prenant du thé ou du café.
  • La combinaison avec l'éthanol provoque une hypertension, améliore l'effet de l'alcool.

Interactions médicamenteuses

En raison du risque d'apparition d'un grand nombre d'effets indésirables, l'halopéridol doit être associé avec prudence à d'autres médicaments. Même en cas de rhume, de grippe ou d’autres maladies virales des voies respiratoires, vous ne pouvez pas prendre de médicaments sans ordonnance sans consulter votre médecin: il existe un risque de coup de chaleur et d’autres complications. En outre, tout en prenant Haloperidol avec d'autres médicaments, prenez en compte:

  • l’effet inhibiteur sur le système nerveux central de l’éthanol, des analgésiques opiacés, des antidépresseurs tricycliques, des barbituriques, des somnifères, des médicaments pour l’anesthésie générale augmente;
  • augmente l'effet des médicaments antihypertenseurs, m-anticholinergiques périphériques;
  • augmente la toxicité et la sédation des inhibiteurs de la MAO et des antidépresseurs tricycliques;
  • le risque de crises épileptiques graves augmente simultanément à l'utilisation du bupropion;
  • l'effet de la bromocriptine, anticonvulsivant, des médicaments vasoconstricteurs est réduit (ces derniers peuvent provoquer une diminution paradoxale de la pression artérielle);
  • diminue l'efficacité des médicaments antiparkinsoniens utilisés dans la maladie de Parkinson;
  • diminue ou augmente l'effet de l'utilisation d'anticoagulants;
  • Lorsqu'il est pris simultanément avec Methyldopa (utilisé pour l'hypertension), le risque de troubles mentaux augmente: il y a un ralentissement des processus de réflexion, une désorientation dans l'espace;
  • L'utilisation prolongée de barbituriques, de carbamazépine et d'autres inducteurs d'oxydation microsomique réduit les neuroleptiques plasmatiques.

L'utilisation simultanée d'halopéridol avec des médicaments provoquant des réactions extrapyramidales (troubles moteurs) augmente les manifestations de ces troubles. Vous ne pouvez pas utiliser de médicaments neurotrétiques entraînant un allongement de l'intervalle QTc. Des précautions doivent être prises lors de l'application avec des agents provoquant un déséquilibre électrolytique. Les amphétamines réduisent l'effet des neuroleptiques et leur effet psychostimulant. L'effet antipsychotique de l'halopéridol est réduit et les médicaments suivants augmentent ses propriétés anticholinergiques:

  • Les bloqueurs des récepteurs H1 de la première génération;
  • agents antidiskinétiques;
  • médicaments anticholinergiques m.

Effets secondaires

L’utilisation de l’halopéridol exige de la prudence et un strict respect des instructions du médecin, car elle entraîne un grand nombre de complications. Parmi eux figurent l'insomnie, la somnolence, l'agitation, les troubles mentaux, l'anxiété, la dépression, la confusion, l'acathisie (agitation). Convulsions, convulsions oculaires, tremblements, contractions musculaires involontaires, dystonie, nystagmus, raideur du système musculo-squelettique sont possibles. De plus, il peut y avoir de telles complications:

  • maux de tête, augmentation ou diminution de la pression;
  • perte de libido, gynécomastie (hypertrophie mammaire) et autres problèmes dans la région génitale;
  • allergies, incl. choc anaphylactique;
  • l'hyperprolactinémie, une violation de la production d'hormone antidiurétique;
  • hypoglycémie, hyperthermie (fièvre);
  • alopécie (perte de cheveux);
  • difficulté à uriner;
  • agranulocytose, leucocytose, hyponatrémie, leucopénie;
  • problèmes de vision, incl. la cataracte;
  • hypotension, tachycardie, allongement de l'intervalle QT;
  • essoufflement, bronchospasme, œdème laryngé, laryngospasme;
  • diarrhée, nausée, constipation, augmentation de la salivation ou sécheresse de la bouche;
  • gain ou perte de poids;
  • léthargie, mort subite.

Surdose

Une dose excessive est dangereuse: elle peut augmenter les effets secondaires. Il y a souvent une diminution de la pression, une sédation, des manifestations graves de réactions extrapyramidales sous la forme de tremblements, une incapacité à s'adapter (rigidité). Dans des situations graves, choc possible, coma. Lorsque la dépression respiratoire, l'hypertension artérielle est injectée, une solution liquide, du plasma sanguin ou de l'albumine, des agents vasopressifs (dopamine ou noradrénaline) sont injectés dans une veine.

Contre-indications

L'halopéridol ne doit pas être pris si vous êtes allergique aux substances actives ou auxiliaires. Selon les instructions, les contre-indications absolues à l'utilisation du médicament:

  • coma d'étiologie différente;
  • dépression du système nerveux causée par des médicaments;
  • l'alcoolisme;
  • crise cardiaque récente;
  • grossesse, allaitement;
  • âge jusqu'à 3 ans.

Maladie de Parkinson, glaucome fermé, dystonie vasculaire, thyrotoxicose, hypokaliémie non contrôlée. L'instruction ne recommande pas de prescrire pour l'épilepsie, les problèmes de foie, l'hyperplasie de la prostate, lorsque la rétention urinaire est observée. Avec prudence, il est nécessaire d'appliquer pour des problèmes avec le système cardiovasculaire (arythmie ventriculaire, insuffisance cardiaque), l'intervalle QT prolongé ou l'utilisation de médicaments qui l'augmentent.

Conditions de vente et de stockage

Libérer le médicament sur ordonnance. Conserver à une température ne dépassant pas 25 ° C Durée de conservation des comprimés et des gouttes - 5 ans, solution - 2 ans. Gouttes après ouverture, utilisation dans les six mois.

Analogues d'halopéridol

Si nécessaire, l'halopéridol peut être remplacé par des analogues contenant un principe actif similaire dans le même dosage. Ils sont également produits sous forme de comprimés ou d'injections. Parmi eux se trouvent les fonds suivants:

  • Galomond. La solution produit des comprimés Inde - Ukraine.
  • Halopril (Ukraine).
  • Senorm (Inde).

Prix ​​Haloperidol

Le médicament peut être acheté dans de nombreuses pharmacies à Moscou et dans la région de Moscou. Les prix:

HALOPERIDOL (HALOPERIDOL)

HALOPERIDOLUM N05A D01

Gedeon Richter

COMPOSITION ET FORME DE L'EMISSION:

onglet. 1,5 mg, № 50 5,04 UAH.

Halopéridol 1,5 mg

Autres ingrédients: oxyde de silicium colloïdal anhydre, gélatine blanche, stéarate de magnésium, talc, lactose, amidon.

№ П.02.03 / 06093 du 26.02.2003 au 26.02.2008

rr d / in. 5 mg amp. 1 ml, № 5 10,28 UAH.

Halopéridol 5 mg

Autres ingrédients: acide lactique, eau pour injection.

№ П.05.03 / 06845 du 21.05.2003 au 21.05.2008

PROPRIETES PHARMACOLOGIQUES: l'halopéridol (4- (para-chlorophényl) -1- [3- (para-fluorobenzoyl) propyl] pipéridinol-4) est un dérivé de la butyrophénone, un neuroleptique. Il a un effet antipsychotique et antiémétique prononcé.

Le mécanisme d’action de l’halopéridol est dû au blocage de la dopamine centrale (D2) et récepteurs α-adrénergiques dans les structures mésocorticales et limbiques du cerveau. Bloc D2-récepteurs de l'hypothalamus provoque un effet antipyrétique, galactorrhée (en raison de la production accrue de prolactine). L'inhibition des récepteurs de la dopamine dans la zone de déclenchement du centre émétique sous-tend l'action antiémétique. L'interaction avec les structures dopaminergiques du système extrapyramidal conduit à des troubles extrapyramidaux. Une activité antipsychotique sévère est associée à un effet sédatif modéré (à petites doses, il a un effet activant).

L'halopéridol est absorbé principalement par intestin grêle, sous forme non ionisée, par diffusion passive. La concentration plasmatique maximale est atteinte au bout de 3 à 6 heures et la biodisponibilité du médicament est de 60 à 70%. Environ 90% de l'halopéridol se lie aux protéines plasmatiques, 10% étant la fraction libre. Le rapport de la concentration dans les érythrocytes à la concentration dans le plasma sanguin est de 1:12. La concentration d'halopéridol dans les tissus est plus élevée que dans le sang, et le médicament a tendance à se cumuler dans les tissus. Métabolisé dans le foie, le métabolite ne possède pas d'activité pharmacologique. L'halopéridol est excrété dans l'urine (40%) et les fèces (60%). La demi-vie d'élimination après administration orale est en moyenne de 24 heures (12 à 37 heures). Le médicament pénètre à travers le placenta et est excrété dans le lait maternel.

INDICATIONS: psychose aiguë et chronique d'étiologies diverses, accompagnée d'agitation, de troubles hallucinatoires et délirants, d'états maniaques, de troubles psychosomatiques;

troubles du comportement, changements de personnalité (paranoïde, schizoïde, etc.), syndrome de Gilles de la Tourette chez l'enfant et l'adulte;

Tiki, la chorée de Gottington;

vomissements et hoquet durables et résistants à d'autres traitements, y compris ceux provoqués par un traitement antitumoral;

dans la période préopératoire afin de prévenir les vomissements.

APPLICATION: La dose d'halopéridol est définie individuellement. Appliquer à l'intérieur pendant 30 minutes avant de manger (peut être avec du lait pour réduire l'effet irritant sur la muqueuse gastrique). La dose quotidienne initiale pour les adultes est de 0,5 à 5 mg en 2 à 3 doses. Ensuite, la dose est augmentée progressivement de 0,5 à 2 mg (dans les cas graves, de 2 à 4 mg) jusqu'à l'obtention de l'effet thérapeutique souhaité.

L'apport quotidien maximum pour les adultes est de 100 mg. La dose thérapeutique moyenne pour les adultes est de 10 à 15 mg / jour, pour les formes chroniques de schizophrénie - de 20 à 40 mg / jour, en cas de résistance au traitement, jusqu'à 50 à 60 mg / jour en 2 à 3 doses. Si nécessaire, utilisez une dose quotidienne de 15 mg ou plus est recommandé d'utiliser le médicament Haloperidol Forte.

La durée du traitement est en moyenne de 2-3 mois. Dose d'entretien (en dehors de la phase aiguë) - de 5 à 0,5 mg / jour (la dose est réduite progressivement).

Pour le soulagement de l'agitation psychomotrice, Haloperidol est prescrit par dose de 2 à 5 mg 2 à 3 fois par jour les premiers jours du traitement.

Les enfants âgés de 3 à 12 ans (pesant de 15 à 40 kg) reçoivent une dose de 0,025 à 0,05 mg par kg de poids corporel par jour, en 2 ou 3 doses, sans augmenter la dose tous les 5 à 7 jours. jusqu'à une dose quotidienne de 0,15 mg / kg.

Les patients âgés et débilités sont prescrits 1 /3- 1 /2 La dose habituelle pour les adultes, avec son augmentation, pas plus que tous les 2-3 jours.

En tant qu'antiémétiques, les adultes reçoivent une dose orale de 1,5 à 2 mg.

CONTRE-INDICATIONS: dépression toxique grave de la fonction du système nerveux central et coma d'étiologie; Maladies du SNC accompagnées de troubles pyramidaux et extrapyramidaux (maladie de Parkinson, etc.); hypersensibilité aux dérivés de butyrophénone; la période de grossesse et d'allaitement; âge jusqu'à 3 ans.

SNC: troubles extrapyramidaux paroxystiques et aigus de gravité variable. Chez la plupart des patients, on observe un syndrome akineto-rigide transitoire, des crises oculaires, une acathisie et des phénomènes dystoniques. Les médicaments antiparkinsoniens (trihexyphénidyle et autres) sont utilisés pour les arrêter.

La gravité des troubles extrapyramidaux dépend de la dose. Souvent, si la dose est réduite, ils peuvent diminuer ou disparaître.

Dans certains cas, des signes de troubles neurologiques sont observés lorsque le médicament est arrêté après un long traitement, il faut donc arrêter l'halopéridol en réduisant progressivement la dose.

Peut-être le développement du syndrome malin des neuroleptiques.

L'usage prolongé d'halopéridol peut entraîner une dyskinésie tardive, en particulier chez les patients âgés présentant une insuffisance organique du système nerveux central. Il faut donc réduire la dose du médicament chez ces patients.

Une léthargie, une somnolence et des maux de tête peuvent survenir au début du traitement.

Système cardiovasculaire: tachycardie, hypotension artérielle, parfois hypertension, modifications de l'ECG (allongement de l'intervalle Q-T et / ou apparition d'arythmies ventriculaires (principalement après l'administration parentérale d'halopéridol).

Système sanguin: leucopénie ou leucocytose transitoire, anémie, lympho-monocytose, rarement - agranulocytose.

Peau: toxicodermie, photosensibilité, hyperfonctionnement des glandes sébacées.

Appareil digestif: anorexie, dyspepsie, bouche sèche, parfois hypersalivation, nausées, vomissements, constipation, diarrhée, dysfonctionnement hépatique, jaunisse.

Système endocrinien: aménorrhée, frigidité, gynécomastie, impuissance, hyperprolactinémie, galactorrhée.

INSTRUCTIONS SPÉCIALES: Le médicament doit être prescrit avec précaution en cas de maladie du système cardiovasculaire accompagnée de symptômes de décompensation, de conduction intracardiaque altérée et de maladies graves des reins, du foie et des poumons.

Étant donné que, pendant le traitement par halopéridol, il est possible de prolonger l'intervalle Q-T, le médicament doit être utilisé avec une extrême prudence dans les cas de syndrome d'intervalle Q-T prolongé, d'hypokaliémie, ainsi qu'en association avec d'autres médicaments allongeant l'intervalle Q-T.

Pendant le traitement par l'halopéridol, il est interdit de conduire des véhicules, d'entretenir des machines et d'effectuer d'autres types de travaux nécessitant une attention soutenue.

INTERACTIONS: l'halopéridol potentialise l'effet inhibiteur sur le système nerveux central des antihypertenseurs à action centrale, des analgésiques opioïdes, des hypnotiques, des antidépresseurs, des anesthésiques et de l'alcool.

En cas d'utilisation simultanée de médicaments antiparkinsoniques (lévodopa, etc.), l'effet thérapeutique de ces médicaments peut être réduit en raison de l'effet antagoniste sur les structures dopaminergiques.

L'halopéridol peut réduire l'efficacité de l'épinéphrine et d'autres sympathomimétiques et entraîner une diminution paradoxale de la pression artérielle dans leur application.

En cas d'association avec des antiépileptiques, les doses de ces derniers doivent être augmentées, car l'halopéridol réduit le seuil de préparation à la convulsion.

L'halopéridol affecte l'activité des anticoagulants indirects. Par conséquent, la dose de ces derniers doit être ajustée.

L'halopéridol ralentit le métabolisme des antidépresseurs tricycliques, ce qui augmente leur concentration plasmatique et leur toxicité.

Lors de la prise d'halopéridol avec la fluoxétine et le lithium, le risque d'effets indésirables sur le système nerveux central, en particulier de réactions extrapyramidales, augmente.

Avec la nomination simultanée avec des antihistaminiques peut augmenter les effets anticholinergiques.

Potentialise l'action des hypnotiques, des médicaments, des analgésiques et d'autres médicaments qui inhibent la fonction du système nerveux central.

En prenant le médicament et en prenant du thé ou du café, l'effet de l'halopéridol peut être réduit.

SURDOSAGE: des réactions aiguës peuvent survenir. Une fièvre alarmante, en particulier, peut être l’un des symptômes du syndrome malin des neuroleptiques. Dans les cas graves de surdosage, diverses formes d’altération de la conscience peuvent être observées, notamment le coma.

Le traitement en cas de surdosage comprend l’abolition du médicament, l’introduction de diazépam, une solution de glucose, de médicaments nootropes, de vitamines B et C et un traitement symptomatique.

CONDITIONS DE CONSERVATION: 15-30 ° C

Date d'ajout: 01/02/2006
Date de modification: 31/08/2007


Pour trouver facilement cette page, ajoutez-la à vos favoris:

Le médicament halopéridol - la forme et la composition de libération, les indications d'admission et les contre-indications, les analogues et le prix

Il est impossible d’acheter le médicament halopéridol dans une pharmacie par vous-même - en tant que substance psychotrope puissante, il n’est délivré que sur prescription de psychiatres. Cependant, vous devez savoir que le médicament a un large éventail d'applications - ils traitent les vomissements au cours de la chimiothérapie et de la radiothérapie, soulagent les tics nerveux, sont utilisés comme prémédication pour soulager l'anxiété chez un patient avant la chirurgie, donc lors de la prescription d'halopéridol - qui est utilisé dans n'importe pas besoin de paniquer que le médecin soupçonne que vous avez la schizophrénie.

Qu'est-ce que l'halopéridol?

Synthétisés au milieu du siècle dernier sur la base de butyrophénone, les comprimés d’Halopéridol ont immédiatement commencé à jouir d’une grande popularité pour le traitement de nombreuses affections associées aux troubles mentaux. Plus tard, des effets secondaires désagréables de l'halopéridol ont été découverts et d'autres substances psychotropes ont été inventées, agissant plus doucement sur le corps et le psychisme du patient, mais il reste un remède éprouvé utilisé par les psychiatres russes lorsque des patients «violents» sont admis dans un hôpital psychiatrique.

Les instructions d'utilisation du médicament doivent être lues si l'on vous prescrit des gouttes d'halopéridol, une solution ou des comprimés, car le médicament peut provoquer divers effets secondaires et affecte le corps du patient individuellement. Une utilisation à long terme peut entraîner des effets irréversibles sur le cerveau. L'halopéridol doit être pris en stricte conformité avec les instructions, dans tous les cas n'essayez pas de vous prescrire un médicament.

La composition

L'halopéridol est une poudre blanche ou jaune avec de fins cristaux, presque insoluble dans l'eau et légèrement soluble dans l'alcool ou l'éther. Les comprimés, en fonction de la concentration en principe actif, contiennent un demi et demi ou cinq grammes d'halopéridol. En outre, le médicament contient les composants auxiliaires suivants:

  • stéarate de magnésium;
  • le lactose;
  • fécule de pomme de terre;
  • gélatine médicale;
  • talc.

Formulaire de décharge

Étant donné que l'utilisation de l'halopéridol est justifiée pour une variété de maladies et que certaines nécessitent une intervention médicale urgente, il est nécessaire que le médicament soit absorbé le plus rapidement possible dans le corps du patient. L'effet maximal des comprimés est atteint seulement après 3 heures. La forme du médicament est donc différente:

  • Haloperidol dans des flacons pour injection intraveineuse. La concentration maximale de la solution dans le sang après l'invasion est atteinte au bout de 10 minutes.
  • Solution d'huile pour injection intramusculaire. L'action souhaitée prend environ 20 minutes.
  • Haloperidol gouttes pour perfusion intraveineuse. La digestibilité et l'effet sont ralentis, mais l'effet du médicament sur cette administration est prolongé.
  • Comprimés à une concentration de 1,5 et 5 mg de la substance active. Le médicament est traité par le foie et environ 70% de la substance active pénètre dans le sang.

Pharmacodynamique et pharmacocinétique

Le médicament affecte les récepteurs de la dopamine situés dans la paupière ventrale du cerveau, le lobe frontal des deux hémisphères et dans le système limbique, en les bloquant. Cela montre l'effet antipsychotique du médicament. De plus, il existe un blocage des principaux récepteurs de l'hypothalamus, ce qui entraîne un effet hypothermique et une production active de l'hormone prolactine par l'organisme. L'interaction avec l'appareil du système extrapyramidal, qui est responsable du mouvement, peut perturber son travail et amener le patient à vouloir se déplacer constamment.

La suppression de l'activité des récepteurs produit un effet antiémétique, tandis que l'Halopéridol peut, selon le mode d'emploi, avoir un léger effet sédatif à fortes doses (à petites doses, au contraire, contribue à augmenter l'activité motrice). Caractéristiques métaboliques:

  1. L'agent étant diffusé à partir de l'intestin grêle par résorption passive, le principe actif dans les tissus corporels est plus important que dans le sang.
  2. Tout est presque complètement associé aux globules blancs (90%).
  3. La substance est excrétée par les reins ou avec les selles, mais elle est contenue dans le lait maternel.
  4. La demi-vie se produit dans une journée.

Halopéridol - Indications d'utilisation

Selon les instructions d'utilisation, Haloperidol n'est nommé que par un psychiatre ayant le droit de prescrire des substances psychotropes. L'utilisation du médicament est justifiée avec les symptômes suivants:

  • Syndrome Gilles de la Tourette.
  • Pour le traitement des anomalies schizophréniques au stade aigu.
  • Avec la psychose, qui sont observés chez les personnes dépendant de l'administration d'amphétamine, dérivés de l'acide lysergique.
  • Dans une condition présentant des anomalies comportementales à un stade avancé et dans l'enfance, il s'agit d'autisme, de troubles maniaques et paranoïaques. Cependant, l'utilisation constante peut provoquer une dyskinésie chez l'enfant. Par conséquent, conformément aux instructions, l'halopéridol n'est pas recommandé pendant une longue période.
  • Hallucinations, délire avec délire.
  • Arrêt brutal de drogues ou d'alcool chez les patients dépendants.
  • Traitement contre les nausées, les vomissements, le hoquet convulsif après chimiothérapie et radiothérapie.
  • Soulager l'anxiété avant une chirurgie invasive et une anesthésie.

Contre-indications

L'instruction indique que les contre-indications à l'utilisation d'halopéridol sont absolues et relatives. Les états suivants sont absolus:

  • le coma;
  • allergie aux dérivés de butyrophénone ou aux composants auxiliaires du médicament;
  • dommages graves au système nerveux central causés par l'alcool ou la drogue;
  • âge jusqu'à 3 ans;
  • état de grossesse et d'allaitement.

Les contre-indications relatives à l'utilisation d'halopéridol sont les suivantes:

  • troubles épileptiques;
  • dépression ou hystérie;
  • dysfonctionnement du myocarde;
  • dysfonctionnement du foie ou des reins;
  • l'hyperthyroïdie;
  • hyperplasie prostatique avec rétention urinaire;
  • dystonie avec crises végétatives;
  • glaucome à angle fermé.

Posologie et administration

Haloperidol selon les instructions prises par voie orale, pendant ou après un repas, de sorte que l’irritation de la muqueuse gastrique soit minime. Rendez-vous ordinaires:

  1. Pour les adultes, la première utilisation quotidienne peut aller jusqu'à 5 mg, à prendre 2 à 3 fois par jour avec un intervalle de 6 à 8 heures. Après cela, la posologie est augmentée de 2 mg par jour pour atteindre un maximum de 100 mg par jour.
  2. Pour les enfants, la posologie initiale est calculée sur la base de 0,05 mg par jour, divisée par 2-3 doses. Ensuite, pas plus tôt que dans une semaine, la dose du médicament augmente, atteignant un maximum de 0,15 mg / kg de poids.
  3. Le traitement dure 2-3 mois.

Surdose

Si vous prenez Halopéridol - dont les instructions d'utilisation sont assez accessibles - alors si vous le prenez de manière erronée, un surdosage peut survenir. C'est dangereux parce que le patient souffre de retard, de somnolence, de léthargie, de problèmes respiratoires. Dans les cas critiques, le coma survient, suivi de la mort. En cas de surdosage, le patient est lavé l'estomac, donnez du charbon activé. En cas de coma, un appareil de ventilation artificielle du poumon est utilisé. L'albumine est injectée par voie intraveineuse.

Halopéridol - effets secondaires

Agissant systématiquement sur le corps, l'utilisation d'halopéridol peut provoquer, conformément au mode d'emploi, les effets secondaires suivants:

  • Dans le système nerveux central: dépression, anxiété, insomnie ou somnolence, convulsions épileptiques, mouvements constants des membres, globes oculaires, langue, bronchospasmes, dystonie, dyskinésie, syncope.
  • Dans le système cardiovasculaire: tachycardie, arythmie, syndrome auriculaire, réduction de la pression, hypotension.
  • À des doses croissantes dans le tractus gastro-intestinal: nausée, diarrhée ou constipation, bouche sèche, insuffisance hépatique.
  • Dans le système hématopoïétique: tendance à la leucopénie ou leucocytose, agranulocytose.
  • Dans les organes urinaires: séparation urinaire, retard des règles, diminution ou augmentation de la libido, gynécomastie.
  • Sur la peau: risque élevé d'alopécie, réactions allergiques.

Interaction avec d'autres médicaments

L’utilisation de l’halopéridol, conformément aux instructions, renforce l’effet des opiacés, des antidépresseurs et des sédatifs. L'utilisation simultanée de médicaments contre la maladie de Parkinson, d'anticoagulants et d'antalgiques diminue leur effet, et sa prise avec de la méthyldopa augmente la désorientation. L'utilisation de médicaments contenant des barbituriques, du lithium et du café est inacceptable. Selon les instructions, l'utilisation combinée d'un agent avec des antidépresseurs peut augmenter la toxicité de ces derniers.

Instructions spéciales

Lors de la prise du médicament devrait éviter le soleil ouvert pour empêcher la photosensibilité. Les patients doivent régulièrement passer des tests de la fonction hépatique, effectuer un ECG. Si des troubles extrapyramidaux sont observés, les patients, selon les instructions du patient, réduisent la dose ou utilisent des vitamines et des nootropes. L'instruction indique que l'utilisation du médicament est incompatible avec la gestion de mécanismes complexes, la conduite de véhicules.

Halopéridol et alcool

L’instruction interdit formellement l’utilisation simultanée du médicament avec de l’alcool. En cas d'utilisation simultanée d'alcool et de l'agent, les réactions suivantes sont possibles:

  • insuffisance cardiaque et respiratoire aiguë;
  • augmentation de la psychose alcoolique et de l'excitation sexuelle;
  • troubles de la conscience et de l'orientation jusqu'au coma;
  • crises d'épilepsie;
  • autres réactions corporelles imprévisibles.

Les analogues

Beaucoup de médicaments traitent les psychoses et les troubles mentaux aigus. Pour les médicaments dont l'utilisation, selon les instructions, a le même effet que l'halopéridol, alors qu'ils ont le même nom international et le même code selon le système général de classification. Ceux-ci comprennent les médicaments suivants:

  • Décanoate d'halopéridol;
  • Halopril;
  • Galomond;
  • Senorm;
  • Le dropéridol;
  • Melperon

Le coût du médicament est faible, mais vous ne devez pas oublier que son utilisation indépendante est inacceptable et que la vente en vente libre du médicament par les pharmacies n’est pas pratiquée. La répartition approximative des prix à Moscou peut être vue dans le tableau suivant:

Halopéridol, Dropéridol, Ziprasidone, Zeldoks

Le traitement des troubles mentaux nécessite un diagnostic minutieux et une sélection individuelle des médicaments. Parlez à votre médecin, psychothérapeute ou psychiatre.

L'halopéridol est l'un des neuroleptiques les plus courants. Il se distingue des autres antipsychotiques par une action anti-gallucinatoire prononcée et rapide, mais provoquant des effets indésirables prononcés (agitation, somnolence, raideur, troubles de la coordination). La réputation de l'halopéridol est odieuse et injustement viciée. Ce n'est pas une mauvaise drogue. Il a testé le temps et l'expérience clinique. Il suffit de ne pas l'attribuer à une cuillère à soupe trois fois par jour.

L'halopéridol est un antipsychotique dérivé de la butyrophénone. Il est développé et testé en 1957 dans la société belge Jenssen Pharmacutika]. Voir schizophrénie, états maniaques, troubles mentaux aigus, dépression excitée, oligophrénie, involution, épileptiforme, psychose alcoolique et autres maladies accompagnées d'hallucinations, agitation psychomotrice. Dans le cas du délire alcoolique avec des hallucinations visuelles sous l'influence de l'halopéridol, il y arrive rapidement, le calme moteur et les hallucinations disparaissent. Il existe une forme de préparation à long terme - l'halopéridol décanoate, avec la possibilité d'une injection unitaire 1 fois sur 4 semaines.

Pharmacodynamique

Il a un fort effet antipsychotique, un sédatif doux (chlorpromazine 50 mg équivalent à 1 mg d'halopéridol). Le mécanisme de l'action antipsychotique de l'halopéridol est très probablement associé au blocage des récepteurs de la dopamine dans le mésocortex et le système limbique. Bloque l'activité dopaminergique des voies nigrostricales avec quelles perturbations en dehors du système extrapyramidal sont associées.

Il a une faible centrale?? Adréno-blocage, antihistaminique et effets anticholinergiques, brise le processus de capture du retour et le déplacement de la noradrénaline.

L'halopéridol à faible dose inhibe les récepteurs de la dopamine dans la zone plus précise du centre de vomissements, qui est utilisée pour les vomissements (par exemple, lors d'une chimiothérapie) [4]. Le blocage du récepteur D2 de l'hypothalamus entraîne une diminution de la température corporelle, une augmentation du développement de la prolactine (en raison du fait que l'augmentation mammaire et la sécrétion de lait aux deux étages sont liées).

Cinétique

La biodisponibilité d'induction intraveineuse de 100% commence à agir très rapidement - dans les 10 minutes. La durée d'action fait de 3 à 6 heures. Avec une diminution de l'effet d'introduction, l'approche est lente, mais l'action est plus longue. Dans l'administration intramusculaire de zmach, cet effet est atteint en 20 minutes.En bioconférence par voie orale, 60 à 70% de l'absorption est exposée à l'effet du "premier passage" par le foie. Il est principalement absorbé par l'intestin grêle, sous une forme non ionisée, mécanisme de la propagation passive. Après 3-6 heures, les Tsems ont été atteints dans le sang.

Une concentration plasmatique de 4 µg / l à 20-25 µg / l est nécessaire pour une action efficace. Déterminer le maintien de la préparation dans le plasma est nécessaire pour le calcul de la dose, en particulier dans une application longue. Le rapport entre la concentration de globules rouges et la concentration plasmatique est de 1:12. La concentration en halopéridol dans les tissus est plus élevée que dans le sang, la préparation a tendance à s'accumuler dans les tissus. Passe facilement à travers les barrières histohématogènes, notamment BBB. L'halopéridol est métabolisé dans le foie par le processus de désalkylation H, avec la participation des cytochromes TsYP2D6, TsYP3A3, TsYP3A5, TsYP3A7; inhibiteur TSP2D6. Le métabolite est inactif. L'halopéridol est attribué aux reins (40%) et aux matières fécales (60%). La demi-vie d'élimination plasmatique après application orale des moyennes est de 24 heures (12 à 37 heures), en administration intramusculaire - 21 heures (17 à 25 heures), en administration intraveineuse - 14 heures (10 à 19 heures).

Signes à l'application

  • L'halopéridol est utilisé pour le traitement symptomatique et de soutien de la schizophrénie [2 [3]
  • Psychose aiguë provoquée par la prise de drogues ou de drogues (LSD, psilocybine, amphétamine, méthamphétamine, dextrométhorphane, kétamine) [5], phencyclidine [6], délires et hallucinations de diverses origines, psychose somatogène.
  • Délire [7 [8] [9]
  • Trouble du comportement chez les personnes âgées et les enfants (y compris l'hyper réactance chez les enfants et l'autisme des enfants)
  • Agitation psychomotrice de différentes étiologies (manie, démence, retard intellectuel, trouble humain, alcoolisme),
  • L'abolition de l'alcool et des opiacés.
  • Traitement des troubles neurologiques, des tics, du syndrome de Tourette et des plus précis
  • Nausées et vomissements (post-travailleur [4], effets indésirables du traitement par faisceau, chimiothérapie anticancéreuse)
  • Traitement du syndrome douloureux chronique (avec des analgésiques).
  • Anomalies persistantes dans le traitement En général, les nouveaux antipsychotiques atypiques ont un profil d'innocuité plus favorable (bien qu'ils aient également un test de carence) et sont recommandés en tant que préparations de la version originale. L'halopéridol, qu'il est conseillé d'utiliser dans la fourniture de soins d'urgence [10], bien qu'il s'agisse d'un antipsychotique atypique, commence à le forcer à quitter ce segment [12 [13] [14] [2].

L'halopéridol affecte plus activement la sémiotique productive (délires, hallucinations) que le déni. Aucune preuve de sa supériorité dans le dumping de sémiotiques productives n’a été reçue.

Doses et méthodes d'application

La formule structurelle du décanoate d'halopéridol. Le reste de l'acide décanoïque est alloué en bleu.

Psychose de décrochage: une dose unique de 1 à 5 mg (10 mg) en comprimés ou par voie intramusculaire, généralement toutes les 4 à 8 heures. Lors de l'administration orale, pas plus de 100 mg par jour. En administration intraveineuse de 5 à 10 mg une fois, pas plus de 50 mg par jour.

Soutien thérapeutique: 0,5 à 20 mg par jour par voie orale, rarement plus. Autant que possible à faible dose, capable de maintenir la rémission.

Doses expérimentales: Dans les cas persistants de sémiotiques psychotiques, ont été utilisées (dans la plupart des cas avec des préparations anticholinergiques et antiparkinsoniques (bipéridène, benzatropine, etc.) pour éviter de graves effets secondaires extrapyramidaux), de petites études sur l’utilisation de la forme posologique préformée à la posologie 300 mg - 500 mg par jour. Ces études ont montré qu’ils n’apportaient pas de bons effets et qu’ils entraînaient des effets secondaires graves. En outre, la fréquence des effets indésirables rares (hypotension, allongement de l'intervalle - QUIET et arythmies chaudes graves) a considérablement augmenté. L'utilisation de l'halopéridol à de telles doses n'est pas recommandée, le passage à un autre antipsychotique (par exemple, la clozapine, l'olanzapine est recommandée pour l'aripiprazole).

Le décanoate d'halopéridol est une forme posologique intramusculaire à action prolongée (prolonger). Une injection à raison de 25 à 250 mg équivaut à 1 fois en 2 à 4 semaines. Ceci est spécial, il est pratique pour les patients avec une faible compliance. [15]

contre-indications

Absolu

  • Coma d'étiologies diverses, période aiguë d'impact.
  • Harcèlement toxique grave du SNC causé par la drogue ou l'alcool.
  • Hypersensibilité à l'halopéridol et à d'autres dérivés de la butyrophénone, sésame à l'huile.
  • Âge des enfants jusqu'à 3 ans.
  • Maladie du système nerveux central accompagnée de signes de troubles extrapyramidaux et pyramidaux (maladie de Parkinson) [16].
  • Maladies cardiovasculaires présentant des symptômes de décompensation, des troubles de la conduction myocardique, une augmentation de l'intervalle QT ou un risque d'augmentation de l'intervalle QT (hypokaliémie, réception de préparations prolongeant l'intervalle TL).
  • Insuffisance hépatique (comme la principale méthode de métabolisation de l'halopéridol est le foie, une réduction de dose et / ou une augmentation de l'intervalle entre les doses peut être nécessaire).
  • L'épilepsie, la réduction du seuil convulsif (épilepsie - contrôle supplémentaire) est possible.
  • Glaucome Angle Fermé.
  • Patients atteints de thyréotoxicose.
  • Dans l'hyperplasie de la prostate avec rétention urinaire.
  • Simultanément aux anticoagulants (réduction de l'effet des anticoagulants indirects)

    action

    Voir aussi: L'utilisation de la psychiatrie à des fins politiques en URSS

    Des dissidents soviétiques, y compris des médecins du commerce, ont fait état de l’utilisation de l’halopéridol en médecine punitive pour lutter contre les far-outs. La popularité de l'halopéridol en tant que traitement de la schizophrénie lente était due à deux raisons: les effets secondaires douloureux que l'objectif était de casser étaient ceux des prisonniers et le fait qu'il soit l'un des rares préparatifs psychotropes faits en Union soviétique est suffisant [19]. En particulier, afin d'influencer l'halopéridol, Sergey Kovaleva, Leonid Pljusskhu et Natalia Gorbanevsky ont été soumis à [20].

    L’immigration américaine et la police des douanes ont utilisé l’halopéridol pour la sédation de personnes expulsées des États-Unis. De 2002 à 2008, l'halopéridol 365 déporté a été soumis à l'influence. À la suite de l'action de transition soulevée en 2008, les règles ont changé et dorénavant, l'halopéridol ne peut être appliqué que sur recommandation de médecins et sur jugement [22].

    Recherche animale

    Dans une étude contrôlée par platsebo, des groupes de six macaques ont reçu de l'olanzapine et de l'halopéridol à une posologie thérapeutique d'environ deux ans. Dans une analyse post-mortem, lorsqu’on reçoit un singe neuroleptique, on note une diminution similaire de l’expressivité exprimée en volume et en poids du cerveau, pouvant atteindre 8 à 11%. [24] Après une étude plus approfondie des échantillons stockés, il a été montré que la diminution du volume de la matière grise est principalement due à une diminution du nombre d’astrocytes, dans le deuxième tour - oligodendrocytes [25], la densité des arrangements de neurones, bien que leur nombre reste constante, a donc augmenté.

    Les instructions

    Par voie intraveineuse - pour entrer très lentement dans la prévention de l'hypotonie et du collapsus orthostatique. À l’appui de la thérapie, il faut s’efforcer d’utiliser la dose de soutien minimale possible.

    Dosage de la plume

    En plus de la dose, développez plus souvent:

  • Effets indésirables hors système extrapyramidal, rigidité musculaire, tremblements, acathisie
  • Hypotension, Hypertense.
  • Sédation excessive.
  • Les effets secondaires des anticholinergiques - sécheresse de la bouche, mèches, impassilite intestinale paralytique, miction compliquée, transpiration.
  • Dans les cas difficiles - coma, dépression respiratoire, hypotonie, choc.
  • Arythmies sévères avec allongement de l'intervalle, QUIET
  • Attaques convulsives (réduction du seuil convulsif).

    Traitement symptomatique, contrôle des fonctions vitales, lavage de l'abdomen, charbon activé. Dans l'oppression de la respiration - ventilation artificielle des poumons, avec diminution marquée de la pression artérielle - introduction de liquides de substitution du plasma, plasma, noradrénaline (l'adrénaline est impossible, perversion de la réaction à l'adrénaline!), Réduire le caractère expressif du trouble extrapyramidal - central holinoblokatoire et anti-parkianien.

    Interaction avec d'autres médicaments

  • Dépresseurs du système nerveux central (alcool, tranquillisants, médicaments): effets de potentialisation et effets secondaires de ces préparations (sédation, dépression respiratoire). La dose d'opioïdes dans le traitement de la douleur chronique peut être réduite de 50%. En cas d'application simultanée avec de la morphine, il est possible que la myoclonie se développe.
  • Méthyldopa: risque élevé d'effets secondaires extrapyramidaux, hypotension, vertiges, confusion de la conscience.
  • Lévodopa: diminution de l'effet thérapeutique de la lévodopa en raison du blocage du récepteur de la dopamine par l'halopéridol.
  • Énergisants tricycliques: le métabolisme des énergies tricycliques diminue, augmente la toxicité, le risque d’effets secondaires des ATE augmente.
  • Quinidine, buspirone, fluoxétine: la concentration augmente l'halopéridol dans le plasma sanguin (en réduisant la dose d'halopéridol, si nécessaire). Fluoxétine - développement de signes extrapyramidaux et de dystonie possible.
  • Carbamazépine, Phénobarbital, Rifampicine: diminution de la concentration plasmatique sanguine d'halopéridol (si nécessaire, augmentation de la dose d'halopéridol) pour expliquer l'accélération du métabolisme.
  • Anticonvulsivants: le type et - ou la fréquence modifie les attaques épileptiformes, ainsi que la concentration, l'halopéridol dans le plasma sanguin est possible
  • Carbonate de lithium: rarement, exacerbé par des effets secondaires extrapyramidaux, en raison d'un blocage, d'une augmentation des récepteurs de la dopamine, en cas d'utilisation à fortes doses, il est possible qu'une intoxication irréversible et une encéphalopathie grave. Pour contrôler le niveau de lithium dans le plasma sanguin, l'utilisation de doses minimales d'halopéridol est nécessaire.
  • Guanéthidine: réduit l'effet antihypertenseur.
  • Epinéphrine: perversion de l’action pressive, diminution paradoxale de la pression artérielle et tachycardie.
  • Indométacine: somnolence, trouble de la conscience possible.
  • Cisapride: allongement de l'intervalle, CALM
  • Fluvoxamine: augmentation possible de la concentration d'halopéridol dans le plasma sanguin, effets toxiques.
  • Anticoagulants: réduction de l’effet des coagulants indirects.
  • Venlafaxine: une augmentation de la concentration plasmatique d'halopéridol est possible.
  • Antihypertenseurs: potentialisation de l’action.
  • Propranolol: un cas d'hypotension artérielle sévère et d'arrêt cardiaque a été décrit.
  • Isoniazide: Une augmentation de la concentration plasmatique d'isoniazide est possible.
  • Imipénem - Des cas de la route transitoire hypertensive sont décrits. Préparations antipsychotiques

    Asénapine | Alimemazine | Amisulpride | Aripiprazole | Benperidol | Halopéridol | Dicarbin | Dropéridol | Ziprasidone | Ilopéridone | Clozapine | Clotiapine | Quétiapine | Levomepromazine | Lurazidone | Molindone | Olanzapine | Palipéridone | Penfluridol | Péritsiazine | Perphénazine | Pimozide | Promazin | Rispéridone | Sertindol | Sulpiride | Sultoprid | Tiapride | Tioproperazine | Thioridazine | Thaitixen | Trifluopérazine | Triflupéridol | Flupentixol | Fluspirylène | Fluphénazine | Chlorpromazine | Chlorprothixène |

  • En Savoir Plus Sur La Schizophrénie