Le TDAH (trouble d'hyperactivité avec déficit de l'attention) est un trouble chronique du système nerveux central qui se manifeste sous la forme d'hyperactivité, d'impulsivité et d'inattention de l'enfant. Il est très difficile pour les enfants atteints de TDAH de rester debout ou assis au même endroit, ils sont constamment en mouvement, coléreux, déséquilibrés, pas diligents, incapables de se concentrer. Les signes de cette maladie ne sont pas le reflet de la faible éducation ou de la nature de l'enfant. Les premiers symptômes du TDAH peuvent se manifester chez les enfants âgés de 3 à 6 ans, mais la maladie se développe à l’âge scolaire, mais les symptômes du TDAH peuvent progressivement se stabiliser, mais certains restent chez les adultes. Le plus souvent, cette maladie se manifeste chez les garçons. Lorsque l'hyperactivité est altérée neurophysiologie du cerveau, chez les patients jeunes sont déficients en dopamine et en noradrénaline. Les parents se tournent le plus souvent vers un psychologue qui se plaint de l'hyperactivité de leur enfant.

Contrôler tous les symptômes du TDAH permet le traitement complexe de cette maladie, ce qui contribue à réduire l'hyperactivité et à adapter socialement un enfant ou un adulte. Les méthodes de traitement varient selon l’enfant ou l’adulte; elles comportent généralement deux aspects principaux: la thérapie comportementale et la pharmacothérapie.

Thérapie

La psychopharmacothérapie est prescrite aux enfants atteints de TDAH pendant une longue période, le traitement peut durer des années. En psychiatrie infantile pour le traitement de l'hyperactivité, il existe des protocoles internationaux pour la prescription de médicaments. Médicaments utilisés dont l'efficacité et l'innocuité sont prouvées:

  1. Prescrire des médicaments pour les enfants âgés de 10 à 12 ans. L'enfant présente des signes visibles de TDAH, ainsi que des signes secondaires d'altération du fonctionnement du système nerveux. À l'école, un enfant aussi hyperactif est toujours perceptible, ce à quoi tous les enseignants se plaignent, et des cours communs avec un psychologue ne l'aident pas. La psychothérapie pharmacologique chez ces enfants est indiquée en monothérapie ou peut être combinée à diverses psychothérapies. La combinaison de plusieurs médicaments est possible en cas de dysfonctionnement familial ou de fond prémorbital. Il est possible de prescrire des médicaments dans les formes légères de TDAH, lorsque la thérapie comportementale était utilisée, mais il était inefficace et les symptômes de l'hyperactivité persistaient.
  2. La psychopharmacothérapie n'est pas utilisée chez les enfants d'âge préscolaire. Ce n'est que dans des cas exceptionnels et difficiles, lorsque l'hyperactivité est exprimée, que le développement psychophysiologique correct de l'enfant et son adaptation sociale sont compromis. Mais, tout d’abord, la psychothérapie est réalisée, leur efficacité étant réduite, la prescription d’un traitement médicamenteux est possible. Les parents doivent prendre la décision finale concernant la prescription de médicaments pour l’enfant. Habituellement, les parents privilégient la pharmacothérapie. Les travailleurs médicaux ont pour tâche d'expliquer et de souligner l'importance de prescrire des préparations spéciales, de mettre en évidence tous les aspects de cette question et de répondre à toutes les questions d'intérêt afin d'exprimer leur opinion. Le TDAH doit être traité et non observé lorsque l'hyperactivité elle-même passe. Il est important de respecter les opinions des parents et de nommer un complexe de diverses psychothérapies, mais si elles sont inefficaces, retournez à un traitement médicamenteux.

Les principaux médicaments pour le traitement du TDAH:

  • Drogues de première ligne (leur utilisation chez les enfants est efficace et sans danger). Ceux-ci incluent les psychostimulants et l'atomoxétine.
  • Les médicaments de seconde intention - sont des médicaments moins efficaces ou ont un certain nombre d’activités indésirables - antidépresseurs et agonistes des récepteurs centraux des adrénorécepteurs alpha-2 (imipramine, velbutrine, clonidine et guanfacine).
  • Médicaments de troisième intention - la pharmacodynamique de ces médicaments est peu étudiée ou entraîne de nombreux effets secondaires. Ces médicaments sont utilisés pour le traitement du TDAH si la maladie est accompagnée d'un autre trouble ou si le patient ne tolère pas les médicaments des groupes ci-dessus (venlafaxine, buspirone, carbamazépine, rispéridone).

L'utilisation d'antipsychotiques dans la pratique psychiatrique en pédiatrie chez les patients atteints de TDAH est hautement indésirable.

Lorsque la psychopharmacothérapie est importante pour remédier aux effets secondaires indésirables, modifiez la posologie, la fréquence de prise du médicament, afin de contrôler de près le comportement de l'enfant. Il est également nécessaire d'arrêter le traitement périodiquement (par exemple, lorsqu'il est souhaitable d'organiser un traitement «médical» pour un patient à l'école). Au début de l'école, vous ne devez pas prescrire immédiatement de traitement médicamenteux, vous devez attendre, voir comment le patient s'adapte à la charge scolaire, quelle est l'hyperactivité exprimée chez un enfant atteint de TDAH.

Psychostimulants

Depuis plusieurs décennies, les psychostimulants sont utilisés dans le traitement du TDAH chez l’adulte et l’enfant, et leur pharmacodynamique repose sur la recapture de catécholamines dans la terminaison nerveuse présynaptique. En conséquence, la quantité de dopamine et de noradrénaline augmente dans la fente synaptique des terminaisons nerveuses.

Les psychostimulants sont indiqués pour prescription à l'école et à l'adolescence, utilisés chez les adultes atteints de TDAH et même chez les enfants d'âge préscolaire (3-6 ans). Chez les enfants d’âge préscolaire, ils ont un effet thérapeutique plus faible et montrent davantage leurs effets secondaires. La question de la nomination de psychostimulants chez les enfants soulève de nombreux problèmes non résolus.

Certains parents croient que les psychostimulants peuvent entraîner une toxicomanie et que, lors de l'utilisation de psychostimulants, il se produit un sentiment d'euphorie. Plus la dose de psychostimulant est élevée, plus le sentiment est lumineux. Les parents s'opposent fermement à l'utilisation de psychostimulants, car ils craignent que leurs enfants ne deviennent dépendants à l'avenir. Il n'est pas recommandé de prescrire des psychostimulants à des enfants atteints de troubles psychotiques et bipolaires, ces médicaments pouvant provoquer une réaction psychotique ou une manie.

Les psychostimulants affectent la taille et le poids de l'enfant, ils ralentissent légèrement le taux de croissance. Les psychostimulants affectent le sommeil et l'appétit et peuvent également causer ou augmenter le nombre de tics chez les enfants.

Les psychostimulants ne sont pas une panacée pour tous les problèmes. Les parents doivent comprendre qu’ils sont obligés d’élever leur enfant et non pas de médicaments pour influencer son psychisme.

Les psychostimulants ne s'appliquent pas aux maladies du cœur et des vaisseaux sanguins chez les enfants et les adultes.

Antidépresseurs

Les antidépresseurs sont prescrits comme groupe de réserve et constituent un bon substitut aux psychostimulants. Les antidépresseurs réduisent la gravité des symptômes du TDAH. Les antidépresseurs tricycliques sont également prescrits pour le traitement de l'hyperactivité chez l'adulte et chez l'enfant. Le mécanisme pharmacodynamique de ces médicaments est basé sur la capture de noradrénaline.

Cependant, l'utilisation de candidats tricycliques est dangereuse en raison de la cardiotoxicité de ces médicaments et du risque d'arythmie (doit être prescrite sous contrôle de l'ECG). L'effet thérapeutique maximal associé à l'utilisation d'antidépresseurs tricycliques est atteint trois à quatre semaines après la prise du médicament. Une surdose de ces médicaments peut être fatale, les parents doivent donc faire très attention à leur stockage. Quelque temps après l’utilisation des antidépresseurs tricycliques, la résistance à ces médicaments se développe et il est donc nécessaire d’organiser des «vacances médicales», qui doivent coïncider avec les vacances scolaires.

L'administration d'antidépresseurs tricycliques a amélioré les symptômes chez 70% des enfants malades. Ces médicaments agissent principalement sur les symptômes comportementaux (réduisent l'hyperactivité) et ont peu d'effet sur les capacités cognitives.

Tous les antidépresseurs ont un certain nombre d’actions indésirables: ils provoquent une hypotension, une bouche sèche et une constipation. Parmi les antidépresseurs tricycliques, il est souvent prescrit aux enfants et aux adultes - Velbutrin. Ce médicament est bien toléré et les effets secondaires (bouche sèche et maux de tête) sont rarement observés. Velbrutin est généralement prescrit après les psychostimulants (s'ils ont provoqué une dépendance ou ont été maltraités). Il est préférable de ne pas prescrire d'antidépresseurs aux enfants et aux adultes ayant une activité épileptique accrue, y compris ceux avec des tics, ces médicaments pouvant provoquer des crises.

Effexor, Effexor XR est une nouvelle génération d'antidépresseurs. Le mécanisme de l'action pharmacologique de ces médicaments repose sur une augmentation du taux de neurotransmetteurs - sérotonine et noradrénaline dans les cellules. Après le traitement par Effexor, la capacité de travail augmente, l'amélioration de l'humeur, de l'attention et de la mémoire s'améliore.

Nootropiques et Neurotransmetteurs

Les médicaments nootropes et neurométaboliques sont largement utilisés en Russie pour le traitement du TDAH. Nootropiques - ont un effet positif sur le fonctionnement du cerveau et améliorent les processus d’apprentissage et de mémoire (nootropil, glycine, phenibut, phenotropil, pantogam), sans provoquer d’hyperactivité chez les enfants et les adultes.

Les médicaments qui améliorent le métabolisme des neurotransmetteurs sont la cortexine, la cérébrolysine et le semax.

Améliorer la circulation cérébrale montre la nomination d'adultes et d'enfants - Cavinton ou Instenon. Les médicaments qui améliorent la circulation cérébrale n'augmentent pas l'hyperactivité chez les enfants.

La régularité des médicaments doit être revue périodiquement, le médecin peut annuler certains médicaments pour une courte période et évaluer le comportement de l'enfant. Il arrive que les manifestations du TDAH soient si mineures que vous ne devriez pas immédiatement recourir à la psychopharmacothérapie. c'est-à-dire qu'il faut des lectures strictes.

Méthodes supplémentaires

L'une des méthodes controversées du traitement non pharmacologique du TDAH est l'exposition à certaines zones du cerveau avec un faible courant électrique constant - la micropolarisation transcrânienne. Cette méthode de traitement peut réduire l'hyperactivité et l'inattention.

La psychothérapie est une méthode supplémentaire pour le traitement de l'hyperactivité chez les enfants et les adultes, notamment la psychothérapie individuelle, comportementale, de groupe, familiale, la formation psychologique, la correction pédagogique et le développement de systèmes métacognitifs (comment créer son quotidien, comment maîtriser un nouveau matériel).

Il existe diverses méthodes non traditionnelles de traitement de l'hyperactivité chez les enfants et les adultes, dont l'efficacité n'a pas été prouvée. Parmi eux figurent l'ostéopathie, une diète spéciale de Feingold, l'homéopathie, l'acupuncture, les compléments alimentaires, les neurovitamines, les plantes médicinales (Neurohel). Il est très important d'impliquer les enseignants et les enseignants de maternelle dans le processus de traitement. Ce n'est que par des efforts conjoints, il est possible de traiter avec succès le TDAH.

L'utilisation de médicaments pour l'hyperactivité chez les enfants

La faisabilité de l’utilisation de médicaments pour traiter l’hyperactivité chez les enfants est parfois remise en question. Pour comprendre, il est nécessaire de déterminer le concept même de syndrome d'hyperactivité.

Le trouble d'hyperactivité avec déficit de l'attention est un trouble d'activité nerveuse élevée souvent détecté chez les jeunes enfants. Provoquer le développement d'une telle condition chez un enfant peut entraîner des complications lors de la gestation ou de l'accouchement.

Un enfant hyperactif a beaucoup de difficulté à se concentrer et à contrôler son comportement. Cela est dû au fait que le système nerveux de l’enfant ne traite pratiquement pas les informations entrantes. Dans le même temps, la persuasion et la punition ne fonctionnent pratiquement pas - l'enfant hyperactif reste impulsif et agité.

Comment traiter l'hyperactivité chez les enfants

L’approche principale du traitement des enfants présentant un déficit de l’attention et de l’hyperactivité devrait être complète et inclure à la fois des médicaments, ainsi que des corrections pédagogiques et psychologiques.

Avec l'aide de médicaments nootropes et métaboliques, l'enfant a la possibilité de mieux s'adapter à la vie quotidienne. Afin de choisir la bonne dose du médicament, vous devez consulter un spécialiste.

Les médicaments ont les effets thérapeutiques suivants:

  • Impulsivité et excitabilité réduites en réponse à des stimuli externes.
  • Améliorer la capacité d'apprentissage et la concentration.
  • Augmenter les performances.
  • Améliorer l'assimilation du matériel éducatif et le développement de nouvelles compétences.
  • Le comportement de l'enfant devient plus ordonné et l'activité est plus ciblée.
  • Améliorer la coordination des mouvements, y compris la motricité fine.

Dans les pays occidentaux, le traitement de l'hyperactivité chez les enfants est largement pratiqué à l'aide de médicaments appartenant au groupe des psychostimulants. Cependant, ces médicaments ont un grand nombre d'effets secondaires. Très souvent, le traitement avec de tels agents s'accompagne de l'apparition d'insomnie, d'agitation psychomotrice et de maux de tête. Dans notre pays, un tel traitement des enfants n’est pas pratiqué. Dans la pratique pédiatrique et neurologique russe, le traitement des enfants avec l'utilisation de médicaments nootropes est plus accepté.

Ce groupe comprend les substances médicamenteuses qui ont un effet positif sur les fonctions intégratrices supérieures du cerveau.

Le choix du médicament dépend du syndrome prévalent chez un petit patient en particulier. Si la première place chez un enfant est une attention éparse, un effet plus important peut être obtenu en utilisant des médicaments nootropes. Ces médicaments comprennent Cortexin, Gliatilin, Encephabol.

Si le syndrome principal est l'hyperactivité et la désinhibition, le traitement est principalement réalisé à l'aide de dérivés de l'acide gamma-aminobutyrique. Ces médicaments comprennent Pantogam et Phenibut. Ils contrôlent les fonctions inhibitrices dans le cerveau.

Prescrire de tels médicaments ne devrait concerner qu'un neurologue ou un pédopsychiatre. Vous ne devez pas essayer de vous prescrire un traitement pour enfants.

Traitement de la gliatiline

La gliatiline est un médicament appartenant à la classe des neuroprotecteurs. Largement utilisé dans le traitement du TDAH et d'autres maladies du cerveau de nature organique et fonctionnelle.

L'action pharmacologique consiste à rétablir les processus métaboliques et à normaliser le flux sanguin dans les tissus cérébraux. En raison des effets de la gliatiline, la conductivité dans les tissus du cortex cérébral est améliorée.

Chez l’homme, la gliatiline se désintègre en deux ingrédients actifs principaux, le glycérophosphate et la choline.

  1. La choline est impliquée dans la synthèse du médiateur neurotransmetteur - acétylcholine. Grâce à cette substance active, la vitesse de transmission de l'influx nerveux et l'échange d'informations entre les tissus et les cellules nerveuses augmentent considérablement.
  2. La composition de la membrane cellulaire des neurones comprend des phospholipides. Le composant principal est la substance glycérophosphate. Il augmente considérablement la résistance des cellules nerveuses aux facteurs externes négatifs.

Grâce aux effets de la gliatiline, les fonctions cérébrales perturbées par l'hypoxie sont restaurées et les capacités cognitives de l'enfant augmentées, la concentration de l'attention et la formation de nouvelles compétences sont améliorées.

Gliatilin dans la pratique des enfants

Malgré le fait que dans les ouvrages de référence et les instructions d'utilisation, il n'existe aucune donnée sur la possibilité de traiter les enfants avec ce médicament, les pédiatres et neurologues nationaux ont une expérience extrêmement positive du traitement des patients mineurs atteints des maladies suivantes:

  • Les conséquences des traumatismes à la naissance et des maladies organiques du cerveau.
  • Retard du développement mental et psychomoteur.
  • Syndrome d'hyperactivité avec déficit de l'attention.
  • Signes d'autisme chez les jeunes enfants d'origines diverses.

Pour les enfants de moins de 2 ans, le médicament est indiqué sous forme injectable. Les médicaments pour les enfants plus âgés sont prescrits sous forme de gélules. La procédure d’injection dure habituellement de 10 à 15 jours. Lors de la prescription du médicament au cours du traitement devrait être de 1 à 3 mois. Le médecin détermine la posologie en fonction de l'âge et du poids du patient.

La seule contre-indication à la prescription de cette substance médicamenteuse est une sensibilité individuelle possible à ses composants. Si vous présentez des symptômes désagréables tels que des nausées, la posologie du médicament peut être quelque peu réduite. Si des éruptions cutanées apparaissent, arrêtez de prendre le médicament et faites appel à un spécialiste.

Sur le marché pharmaceutique, il existe des médicaments ayant des propriétés similaires et le principe actif, mais qui portent un nom commercial différent. Cependant, seul un spécialiste peut remplacer le médicament.

Traitement Cortexin

La cortexine appartient au groupe des médicaments nootropes et stimule les processus métaboliques dans les tissus cérébraux. L'utilisation de ce médicament contribue à l'amélioration des fonctions mentales supérieures. Cela permet à l'enfant d'accroître ses capacités d'apprentissage et d'absorber davantage de nouvelles informations.

Cortexin protège parfaitement le tissu cérébral des effets de l'hypoxie et de divers types de toxines. L'amélioration de la fonction du système nerveux permet aux neurones du cerveau de récupérer beaucoup plus rapidement après des influences externes indésirables.

L'utilisation de ce médicament aide à restaurer la structure et la fonction des neurones après un stress. En outre, ce médicament supprime l'activité pathologique excessive des neurones et a un effet anticonvulsivant.

En supprimant le processus de peroxydation lipidique, Cortexin aide les neurones à mieux survivre dans une situation d'hypoxie.

On remarque que pendant le traitement par Cortexin, les bébés commencent à parler et à mémoriser beaucoup mieux le nouveau matériel. La parole de l'enfant devient plus douce. Peut-être la disparition du bégaiement.

Un effet supplémentaire est contenu dans le médicament acide aminé glycine. Le médicament est uniquement produit sous forme de poudre lyophilisée, diluée et injectée par voie intramusculaire. Il est préférable de faire l'injection dans la région des épaules. Chez les enfants de moins de six mois, la masse musculaire étant faible, des injections sont effectuées à l'avant de la cuisse. Il est préférable de faire cette injection le matin de 7 à 8 heures. Cela évite un grand nombre d'effets secondaires que la substance peut provoquer.

Il convient de rappeler que la poudre avec l'introduction provoque une douleur notable, il est donc préférable de diluer la solution de Novocain ou de lidocaïne, à température ambiante. Cependant, si un enfant a une réaction allergique à un anesthésique local, le médicament est dilué avec de l’eau distillée ou une solution saline.

Le médicament prêt à l'emploi ne doit pas être conservé - il doit être saisi immédiatement et en entier.

Le cours thérapeutique complet dure 10 jours. Après six mois, vous pouvez le répéter si nécessaire.

Le dosage du médicament dépend de l'âge de l'enfant et du poids de son corps. Si l'enfant pèse plus de 20 kg, l'agent est administré à une dose calculée pour un adulte. Pour les nourrissons et ceux pesant moins de 20 kg, il existe un tableau spécial pour le calcul du dosage.

Vous ne devez pas vous écarter du schéma prescrit par le médecin et essayer de modifier indépendamment la durée du traitement ou la posologie.

Vous pouvez entrer dans le médicament même en cas de rhume - ce n'est pas une contre-indication. Le médicament va bien avec les agents antipyrétiques. Il existe même une opinion selon laquelle, dans le contexte de l'administration de Cortexin, l'organisme des enfants s'attaque au rhume plus rapidement et plus efficacement.

Comprimés et sirop Pantogam

Pantogam - un médicament à base d'acide gamma-aminobutyrique. Cette substance contrôle les processus d'inhibition dans le cerveau. Il est produit sous forme de sirops ou de comprimés à usage oral.

Vous pouvez prendre le médicament 30 minutes après le prochain repas. Ne prenez pas de médicaments la nuit - il peut être difficile de s’endormir chez un enfant. La posologie est prescrite par un neurologue, en fonction de l'âge de l'enfant.

La durée du traitement peut aller de plusieurs mois à six mois. Ensuite, il est recommandé de faire une pause de 3 à 6 mois, après quoi, si nécessaire, le cours peut être répété.

Pour améliorer l'effet de la prise du médicament peut être en utilisant un traitement complexe. Pendant la prise du médicament, on note une diminution des signes d'anxiété ou d'hyperactivité de l'enfant, de la persévérance et de la capacité de concentration de l'attention. En outre, le médicament affecte l'activité pathologique des neurones du cerveau et a un effet anticonvulsivant.

Traitement du TDAH chez les enfants et les adultes: 7 conseils

6 types de trouble déficitaire de l'attention: lorsque les médicaments ne fonctionnent pas

Neuroscientifique, le D r Amen est l’un des plus grands spécialistes du trouble du déficit de l’attention avec hyperactivité (TDAH). Il a appris à identifier ce trouble non seulement chez les enfants, mais aussi chez les adultes, et il a mis au point un système de diagnostic et de traitement du TDAH, qui utilise les médicaments traditionnels seulement de manière durable. Alors, qu'est-ce qui peut améliorer l'état d'un enfant ou d'un adulte atteint de TDAH?

7 conseils pour tous

Ci-dessous, je parlerai de six types de TDAH et de l’importance de connaître votre type afin d’obtenir une aide adéquate. Cependant, il existe un certain nombre de procédures communes à tous les patients atteints de TDAH, en plus des prescriptions du médecin.

  1. Prenez une multivitamine. Ils aident à apprendre et à prévenir les maladies chroniques. Quel que soit le type de TDAH que vous avez ou votre enfant, je recommande des suppléments de multivitamines et de minéraux tous les jours. Quand j'étais à la faculté de médecine, un professeur qui nous a enseigné un cours de nutrition a déclaré que si les gens avaient une alimentation équilibrée, ils n'auraient pas besoin de suppléments de vitamines et de minéraux. Cependant, un régime équilibré est quelque chose d'archaïque pour beaucoup de nos familles de fast-food. D'après ma propre expérience, je peux dire que les familles atteintes du TDAH, en particulier, ont des problèmes de planification et, en règle générale, mangent au restaurant. Protégez-vous et protégez vos enfants en prenant des suppléments de multivitamines et de minéraux.
  2. Complétez votre alimentation avec des acides gras oméga-3. Il a été constaté que les personnes atteintes de TDAH ont un déficit en acides gras oméga-3 dans le sang. Deux d'entre eux sont particulièrement importants: l'acide eicosapentaénoïque (EZPK) et l'acide docosahexaénoïque (DZGK). Prendre EZPK aide généralement les personnes atteintes de TDAH. Adultes, je recommande de prendre 2000-4000 mg / jour; enfants 1000-2000 mg / jour.
  3. Éliminer la caféine et la nicotine. Ils ne permettent pas de s'endormir et réduisent l'efficacité des autres traitements.
  4. Faites de l'exercice régulièrement: au moins 45 minutes 4 fois par semaine. De longues et vigoureuses promenades - exactement ce dont vous avez besoin.
  5. Pas plus d'une demi-heure par jour à regarder la télévision, à jouer à des jeux vidéo, à utiliser un téléphone portable et d'autres appareils électroniques. Cela peut ne pas être facile, mais cela aura un effet notable.
  6. Traitez les aliments comme des médicaments, car c’est ce qu’ils sont. La plupart des patients atteints de TDAH s'améliorent lorsqu'ils suivent un programme bénéfique pour le cerveau. Travailler avec un nutritionniste peut donner des résultats sérieux.
  7. Ne jamais crier sur les victimes du TDAH Ils cherchent souvent le conflit ou l'excitation comme moyen de stimulation. Ils peuvent facilement vous faire peur ou vous mettre en colère. Ne perdez pas votre calme avec eux. Si une telle personne vous fait exploser, son cortex frontal à basse énergie est activé et il l’aime inconsciemment. Ne laissez jamais votre colère devenir le médicament de quelqu'un. Cette réaction crée une dépendance des deux côtés.

6 types de TDAH

Un traitement efficace d'une personne atteinte de TDAH peut changer sa vie. Alors pourquoi des médicaments comme le Ritalin aident-ils certains patients, mais ne font qu’aggraver la condition de d’autres? Jusqu'à ce que je commence à faire des balayages de la DECT (tomographie par émission de photon unique) et je ne connaissais pas la raison. Les examens m'ont appris que le TDAH n'est pas un type de trouble. Il en existe au moins 6 types différents et ils nécessitent une approche thérapeutique différente.

Nos recherches suggèrent que le TDAH affecte principalement les régions suivantes du cerveau:

  • Le cortex frontal est responsable de la concentration, de la capacité d'attention, de l'évaluation de ce qui se passe, de l'organisation, de la planification et du contrôle des pulsions.
  • Gyrus cingulaire antérieur - commutateur d'engrenage cérébral
  • Lobes temporaux associés à la mémoire et à l'expérience.
  • Les noyaux gris centraux, qui produisent et transforment le neurotransmetteur dopamine, affectent le cortex frontal.
  • Système limbique associé à l'état émotionnel et à l'humeur.
  • Le cervelet associé à la coordination des mouvements et des pensées.

Type 1: TDAH classique. Les patients présentent les principaux symptômes du TDAH (capacité d'attention brève, confusion, désorganisation, procrastination et absence d'évaluation du comportement prospective), ainsi que de l'hyperactivité, de la nervosité et de l'impulsivité. Sur le scan SPECT, nous observons une diminution de l’activité du cortex frontal et du cervelet, en particulier à la concentration. Ce type est généralement diagnostiqué dans les premiers stades de la vie.

Dans ce cas, j'utilise des compléments alimentaires qui augmentent le niveau de dopamine dans le cerveau, tels que le thé vert, la L-tyrosine et la Rhodiola Rosea. S'ils sont inefficaces, des médicaments stimulants peuvent être nécessaires. J'ai également constaté qu'un régime riche en protéines et une restriction de glucides simples peuvent être très utiles.

Type 2: TDAH inattentif. Les patients présentent les principaux symptômes du TDAH, mais en dehors de cela, ils présentent une dépression, une motivation réduite, un détachement et une tendance à rester autonomes. Sur le scan SPECT, nous observons également une diminution de l’activité dans le cortex frontal et le cervelet, en particulier à la concentration.

Ce type est généralement diagnostiqué à un âge plus avancé. C'est plus fréquent chez les filles. Ce sont des enfants et des adultes calmes, ils sont considérés comme des paresseux, non motivés et pas très intelligents. Les recommandations pour ce type sont les mêmes que pour le premier.

Type 3: TDAH avec fixation excessive. Ces patients sont également caractérisés par des symptômes primaires du TDAH, mais en combinaison avec une rigidité cognitive, des problèmes de changement d'attention, une tendance à rester concentré sur les pensées négatives et un comportement obsessionnel, le besoin d'uniformité. En outre, il existe une prédisposition à l’anxiété et au ressentiment, et ils ont tendance à vouloir argumenter et à s’opposer.

Sur le scanner OEKT, nous observons une diminution de l'activité du cortex frontal avec la concentration et une augmentation de l'activité du gyrus cingulaire antérieur, ce qui conduit à une boucle sur les pensées négatives et certains comportements. Les stimulants ne font généralement qu'aggraver l'état de ces patients. Ce type que je commence souvent à traiter avec des additifs qui augmentent le niveau de sérotonine et de dopamine. Je recommande un régime avec une combinaison équilibrée de protéines saines et de glucides intelligents.

Type 4: Lobes temporaux du TDAH. Les principaux symptômes du TDAH chez ces patients sont combinés avec un tempérament. Ils éprouvent parfois des périodes d'anxiété, de maux de tête ou de douleurs abdominales, se livrent à des pensées sombres, ont des problèmes de mémoire et de lecture, et interprètent parfois mal les propos qui leur sont adressés. Dans leur enfance, ils ont souvent des blessures à la tête ou dans leur famille, un membre de la famille a des accès de colère. Sur les scanners SPECT, nous observons une diminution de l’activité du cortex frontal lors de la concentration et de l’activité des lobes temporaux.

Les stimulants rendent généralement ces patients encore plus irritables. J'utilise habituellement une combinaison de suppléments stimulants pour calmer et stabiliser mon humeur. Si le patient a des problèmes de mémoire ou d’apprentissage, je lui donne des compléments alimentaires qui améliorent la mémoire. Si des médicaments sont nécessaires, je prescris une combinaison d'anticonvulsifs et de stimulants, ainsi qu'un régime alimentaire contenant davantage de protéines.

Type 5: TDAH limbique. Les principaux symptômes du TDAH chez ces patients sont accompagnés de mélancolie chronique et de négativisme, associés à une perte de force, à une faible estime de soi, à une irritabilité, à un isolement social, au manque d'appétit et au sommeil. Sur le scan SPECT, on observe une diminution de l’activité du cortex frontal au repos et avec la concentration et une augmentation de l’activité du système limbique profond. Ici, les stimulants provoquent également des problèmes de jeu ou des symptômes de dépression.

Type 6: Cercle de feu du TDAH. Outre les principaux symptômes du TDAH, ces patients se caractérisent par des sautes d'humeur, des accès de colère, des traits de personnalité opposés, un manque de souplesse, une hâte de penser, une conversation excessive et une sensibilité aux sons et à la lumière. J'appelle ce type «anneau de feu», car sur les balayages du cerveau de personnes atteintes de ce type de TDAH, on peut voir un anneau caractéristique.

Traitement du TDAH avec des médicaments

Le trouble d'hyperactivité avec déficit de l'attention est une maladie neurodégénérative qui nécessite une approche thérapeutique globale. Dans ce cas, non seulement une thérapie comportementale est nécessaire, mais également un traitement médicamenteux. Le traitement médicamenteux peut non seulement éliminer les signes de la pathologie, mais aussi les surmonter complètement.

Sédatifs

Avec l'hyperactivité de l'enfant, les médicaments les plus efficaces sont les médicaments qui ont un effet sédatif. Dans la plupart des cas, les enfants prennent les rendez-vous suivants.

Glycine

C'est un acide aminé qui procure un soulagement émotionnel. Pendant la période de prise du médicament, l'enfant hyperactif devient plus calme. Grâce à Glycine, le sommeil d'un petit patient est normalisé et le travail du cerveau s'améliore également.

L'utilisation de la drogue est recommandée en cas d'adaptation sociale insuffisante, faible performance mentale, agressivité, troubles végéto-vasculaires.

L'avantage indiscutable du médicament est le nombre minimum de contre-indications. Il est interdit de le prendre uniquement si vous êtes hypersensible.

Citral

Le médicament a un effet antiseptique, anti-inflammatoire et analgésique. Il est recommandé d'utiliser pour le traitement de la maladie chez les enfants d'âge préscolaire. La production de médicaments se fait sous forme de suspension, ce qui permet de l'utiliser dans l'enfance. L'utilisation de médicaments est strictement interdite en cas d'hypersensibilité.

Pantogam

Il appartient à la catégorie des médicaments sédatifs nootropes ayant un effet anticonvulsivant. C'est pourquoi il est utilisé pour traiter l'hyperactivité dans les cas particulièrement difficiles.

Pendant la période de prise du médicament, l'activation de l'activité mentale et la performance physique sont fournies. Le médicament est utilisé dans le TDAH, ainsi que pour lutter contre les troubles hyperkinétiques. Les comprimés doivent être pris pour les enfants de 1 à 6 mois. La posologie est déterminée par le médecin en fonction des caractéristiques d'âge. Si vous êtes hypersensible, il est strictement interdit de prendre un sédatif.

Apaisant signifie prescrit aux jeunes enfants avec une excitabilité accrue. Ils sont utilisés non seulement pour calmer l'enfant, mais aussi pour éliminer les symptômes de la maladie.

Psychostimulants

Afin de traiter la maladie chez les enfants, l'utilisation de psychostimulants est recommandée. Ritalin

C'est un médicament psychotrope sans amphytamine destiné au traitement de l'hyperactivité chez les enfants.

L'action du médicament vise à réduire l'hyperactivité, ainsi que l'impulsivité. Pendant la période de prise du médicament, l’enfant devient plus concentré. Avec l'aide de médicaments, on améliore le comportement et la qualité de vie globale du bébé. L'inconvénient du médicament est qu'il doit être pris en stricte conformité avec la posologie établie par le médecin. Sinon, des effets indésirables seront observés.

Exedrine

Le médicament a été développé sur la base d'acide acétylsalicylique et de psycholeptiques. C'est pourquoi le médicament est bien toléré par les enfants. L'inconvénient du médicament est la présence d'un grand nombre de contre-indications sous forme d'hypersensibilité, de béribéri, de glaucome, de maladie coronarienne, etc. Le médicament est autorisé à prendre uniquement à l'adolescence, si l'enfant a 15 ans.

Les psychostimulants sont souvent utilisés pour traiter le TDAH. Avec l'aide de ces médicaments, l'état du petit patient est stabilisé et son cerveau et son activité physique sont activés.

Nootropiques

Si l'hyperactivité est diagnostiquée chez les enfants, il leur est conseillé de prendre des médicaments qui ont un effet nootropique. Les médecins recommandent de prendre:

Piracetam

Le médicament est recommandé pour l'hyperactivité, car il contribue à améliorer la synthèse de la dopamine dans le cerveau. Le médicament a un effet positif sur les processus métaboliques dans le cerveau.

Si l'enfant est sujet à des réactions allergiques, alors le médicament n'est pas recommandé. En outre, le médicament est contre-indiqué dans le diabète et l’insuffisance rénale. Le médicament a des inconvénients sous la forme d'effets secondaires - diarrhée, constipation, nausée, vomissements, convulsions, etc.

Noopept

Largement utilisé du trouble déficitaire de l'attention, caractérisé par la présence d'une action neuroprotectrice. Avec l'aide du médicament fournit une mémoire améliorée, ainsi que la capacité d'apprendre.

Au cours de l'utilisation du médicament améliore la résistance du tissu cérébral à une variété d'impacts négatifs. L'avantage des médicaments est l'absence de syndrome de sevrage. La consommation de drogues est autorisée à partir de 18 ans. S'il existe des indications appropriées, le médecin peut vous prescrire un médicament plus tôt.

Phenotropil

Il appartient à la catégorie des nootropes, qui possèdent des propriétés psychostimulantes. Merci à la drogue fournit une activité cérébrale interactive complète. En outre, le médicament a des propriétés sédatives.

L'intolérance individuelle est la seule contre-indication à l'utilisation du médicament. Étant donné que l'effet du médicament sur le corps de l'enfant n'est pas défini, il n'est pas recommandé de l'utiliser. Le traitement médicamenteux est autorisé uniquement après avoir consulté un médecin.

La liste des médicaments nootropes est assez longue. Il est recommandé aux patients d'utiliser Semax, Bilobil, Cerebrolysin, etc. Le choix d'un certain médicament est effectué uniquement par le médecin.

Vitamines

Il existe divers médicaments pour traiter le TDAH. Très souvent, on prescrit aux patients des complexes vitaminiques avec lesquels ils contribuent à renforcer le système immunitaire et à stabiliser le comportement de l'enfant.

Thiamine Chloride-Darnitsa

C'est une préparation soluble dans l'eau d'origine synthétique. Le médicament est caractérisé par une bonne adsorption. Il est destiné au traitement des carences en vitamines, des troubles de l’activité cérébrale et nerveuse. Le médicament est déconseillé de prendre en cas de maladies allergiques, carence en vitamines, hypersensibilité aux composants.

Vitamine A

Il s'agit d'une vitamine liposoluble recommandée pour traiter le TDAH, l'avitaminose, les maladies du système nerveux, etc. Le traitement avec le médicament devrait être effectué seulement après consultation préalable avec le médecin. Sinon, des effets indésirables sous la forme d'hypervitaminose peuvent se produire.

La thérapie par les vitamines est assez efficace pour traiter le TDAH. Les médicaments ne doivent être prescrits que par un médecin après avoir effectué les examens appropriés et déterminé les carences en vitamines.

Drogue de noradrénaline

Pour le traitement du processus pathologique, les médicaments à base de noradrénaline sont souvent utilisés. Hydroarthat de norépinéphrine

L'utilisation de la drogue est recommandée pour les enfants dans des cas extrêmement rares. Avec elle, active le travail du cœur, du cerveau et du système nerveux. L'absence de médicament est susceptible d'entraîner des effets indésirables tels que maux de tête, nausées, vomissements, frissons et tachycardie. Un tel effet indésirable n’est diagnostiqué qu’avec une administration trop rapide du médicament.

Digitale

Dans la petite enfance, le médicament peut ne pas apporter le résultat souhaité, il est donc utilisé dans des cas extrêmement rares. Si un taux labile de calcium sérique est diagnostiqué chez l’enfant, il est recommandé d’utiliser le médicament avec la plus grande prudence.

Le TDAH est un diagnostic difficile qui nécessite une approche compétente du traitement. Les médicaments peuvent être utilisés pour le traitement de la pathologie. Le choix de certains médicaments n’est effectué par le médecin qu’après le diagnostic approprié et la consultation auprès du médecin, ce qui élimine la possibilité de survenue d’effets indésirables.

Médicaments pour le TDAH (hyperactivité et syndrome de déficit de l'attention)

Êtes-vous et votre enfant traité pour des pilules de TDAH?

Traduit et adapté avec la permission de HelpGuide International, l'article original.
Auteurs: Robinson L., M. Smits, Sigal J., Ph.D. de la science
Traduction: Igor Bronin, psychothérapeute
Publié à décembre 2017

Les médicaments aident à réduire les symptômes d'hyperactivité, d'inattention et d'impulsivité chez les enfants et les adultes atteints de TDAH. Cependant, leur utilisation est associée à des effets secondaires et des risques - et ils ne sont certainement pas la seule option de traitement. Que vous soyez un parent ou un patient, il est important de connaître les faits sur les médicaments du TDAH afin de pouvoir prendre des décisions éclairées concernant ce qui est le mieux pour vous et votre enfant.

Médicaments pour le TDAH: Ce que vous devez savoir

Il ne suffit pas de prendre des décisions au sujet des médicaments pour le trouble d'hyperactivité avec déficit de l'attention (TDAH, anciennement connu sous le nom de TDA). La première chose à comprendre est ce que font exactement les médicaments pour le TDAH et ce qu’ils ne font pas. Les comprimés TDAH peuvent aider à améliorer la capacité de concentration, à contrôler les pulsions et à planifier, ainsi qu'à accomplir des tâches. Cependant, aucune pilule magique ne résoudrait tous les problèmes de votre enfant. Même lorsque les médicaments fonctionnent, un enfant souffrant de TDAH continue de lutter contre l'oubli, des problèmes émotionnels et l'exclusion sociale, et un adulte souffrant de désorganisation, de distractibilité et de problèmes relationnels. C'est pourquoi il est si important de modifier votre mode de vie, notamment en faisant de l'exercice régulièrement, en mangeant sainement et en dormant suffisamment.

Les médicaments ne guérissent pas le TDAH. Ils soulagent les symptômes pendant que vous les prenez, mais dès que vous arrêtez, les symptômes réapparaissent. En outre, les tablettes TDAH fonctionnent mieux pour certaines personnes que pour d'autres. Certaines personnes constatent de très fortes améliorations, alors que d’autres n’en tirent pas grand profit. Étant donné que chaque personne réagit à sa manière et de manière imprévisible aux médicaments pour le traitement du TDAH, leur utilisation doit toujours être individualisée et adaptée à une personne spécifique. Nécessite également une surveillance attentive du médecin. Lorsque les effets des médicaments contre le TDAH ne sont pas étroitement surveillés, ils deviennent moins efficaces et plus dangereux.

Stimulants pour le TDAH

Les stimulants sont le type de médicament le plus couramment prescrit pour le trouble déficitaire de l'attention. Pour eux, il existe la plus grande quantité de données sur le traitement du TDAH et la plupart des études indiquent leur efficacité. La classe de stimulants comprend des pilules largement utilisées telles que Ritalin, Adderal et Dexedrin.

On pense que le mécanisme des stimulants est associé à une augmentation des niveaux de dopamine dans le cerveau. La dopamine est un neurotransmetteur associé à la motivation, au plaisir, à l'attention et à l'activité motrice. Pour de nombreuses personnes atteintes de TDAH, les médicaments stimulants augmentent leur capacité de concentration tout en réduisant les symptômes d'hyperactivité et d'impulsivité.

Stimulants pour les actions à long et à court terme

Les stimulants pour le TDAH sont prescrits à différentes doses: à action prolongée ou à action rapide. Les stimulants à court terme atteignent leur maximum d'efficacité en quelques heures à peine et doivent être pris 2 à 3 fois par jour. Les stimulants à action prolongée - ou les stimulants à libération prolongée - ont besoin de 8 à 12 heures et sont généralement pris une fois par jour.

Souvent, les stimulants à action prolongée sont préférés car les personnes atteintes de TDAH ont souvent des problèmes à se rappeler s’ils ont pris les médicaments. Et ne prendre qu'un comprimé par jour simplifie grandement la situation.

Effets secondaires courants des stimulants

  • Sentiments d'agitation et de nervosité
  • Difficulté à s'endormir
  • Perte d'appétit
  • Maux de tête
  • Maux d'estomac
  • Irritabilité, sautes d'humeur
  • Vertige
  • Palpitations cardiaques
  • Tics musculaires
  • Déprimé

Les stimulants peuvent aussi causer des changements de personnalité. Certaines personnes deviennent aliénées, apathiques, inflexibles, moins spontanées et moins bavardes. D'autres développent des symptômes de trouble obsessionnel compulsif. Comme les stimulants augmentent la pression artérielle et le rythme cardiaque, de nombreux experts s'inquiètent de la prise de ces médicaments pendant une longue période.

Problèmes de sécurité liés à la prise de stimulants

Outre les effets secondaires possibles, la prise de stimulants du TDAH pose d'autres problèmes de sécurité.

  • Impact sur le développement du cerveau. L’effet à long terme des médicaments contre le TDAH sur le cerveau jeune et en développement n’a pas encore été étudié. Certains chercheurs ont dit craindre que l'utilisation de comprimés comme le Ritalin chez les enfants et les adolescents puisse perturber le développement normal du cerveau.
  • Problèmes avec le système cardiaque. Il a été démontré que les stimulants du TDAH provoquent une mort subite chez les enfants et les adultes en raison d’une maladie cardiaque. L'American Heart Health Association recommande que tout le monde, y compris les enfants, soit examiné par le système cardiaque avant de prendre des stimulants. Un électrocardiogramme est recommandé si une personne a déjà eu un problème cardiaque.
  • Problèmes psychiatriques. Les stimulants du TDAH peuvent provoquer une exacerbation des symptômes de cruauté, d'agression, d'anxiété, de dépression et de paranoïa. Les personnes ayant des antécédents personnels ou familiaux de suicide, de dépression ou de trouble bipolaire courent un risque particulièrement élevé et doivent donc être encore plus vigilantes quant aux effets des stimulants.
  • Abus possibles. L'abus de stimulants est un problème croissant, en particulier chez les adolescents et les jeunes adultes. Les étudiants les amènent mieux à leurs examens. D'autres médicaments sont utilisés car ils contribuent à la perte de poids. Si votre enfant prend des stimulants, assurez-vous qu'il ne donne ses pilules à personne et ne les vende pas.

Les stimulants du TDAH ne sont pas recommandés dans les cas de:

  • Tout problème cardiaque ou maladie cardiaque
  • Hypertension artérielle
  • Hyperiose
  • Glaucome
  • Niveau d'anxiété élevé
  • Histoires d'abus de drogues

Drapeaux rouges lors de la prise de stimulants

Appelez votre médecin immédiatement si vous ou votre enfant présentez l'un des symptômes suivants tout en prenant des stimulants pour le TDAH:

  • Douleurs à la poitrine
  • Respiration superficielle
  • Évanouissement
  • Voir ou entendre ce qui n'est pas vraiment là.
  • Méfiance ou paranoïa

Les médicaments non stimulants pour le TDAH

Outre les médicaments stimulants traditionnels, il existe plusieurs autres types de médicaments utilisés pour traiter le TDAH, notamment le Straterru - un antidépresseur atypique - et certains médicaments pour la pression artérielle.

Stterra

Straterra, également connu sous son nom commun d'atomoxétine, est le seul médicament non stimulant officiellement approuvé aux États-Unis pour le traitement du TDAH. Contrairement aux stimulants, dont l'effet est lié à la dopamine, Stterrara augmente le niveau de noradrénaline, une autre substance chimique présente dans le cerveau.

Stterra est plus long que les médicaments stimulants. Son effet dure plus de 24 heures, ce qui est une bonne occasion pour les personnes qui ont des problèmes de réveil. Étant donné que le médicament a certaines propriétés antidépressives, il est également le choix le plus courant pour les personnes souffrant de dépression et de symptômes d’anxiété. Un autre avantage est qu’il n’exacerbe pas les tics musculaires et le syndrome de Tourette.

En revanche, Sturterra n’est pas aussi efficace que les médicaments stimulants dans le traitement des symptômes de l’hyperactivité.

Les effets secondaires courants de Stterra incluent:

  • Somnolence
  • Maux de tête
  • Vertige
  • Douleur abdominale ou indigestion
  • Nausées et vomissements
  • Sautes d'humeur

Straterra peut également causer de l'insomnie et une perte d'appétit, mais ces effets secondaires sont plus fréquents avec les stimulants.

Autres options de médicaments

Les médicaments suivants sont parfois utilisés pour traiter le trouble déficitaire de l'attention, bien qu'ils n'aient pas encore été approuvés aux États-Unis à cette fin. Ils ne doivent être pris en compte que si les stimulants ou Statterra ont échoué.

  • Médicaments contre l'hypertension dans le traitement du TDAH. Certains médicaments antihypertenseurs peuvent être utilisés pour traiter le TDAH. Les variantes incluent la clonidine (Catapres) et la guanfacine (Tenex). Mais bien que ces médicaments puissent être efficaces contre l'hyperactivité, l'impulsivité et l'agressivité, ils sont moins utiles lorsqu'il s'agit du problème de l'attention.
  • Les antidépresseurs pour le TDAH. Certaines personnes souffrant de TDAH et de dépression se voient prescrire certains antidépresseurs qui ciblent de nombreux neurotransmetteurs dans le cerveau. Wellbutrin, également connu sous le nom commun de bupropion, est le plus souvent utilisé. Velbutrin cible à la fois la norépinifrine et la dopamine. Une autre option est les antidépresseurs tricycliques.

Stterra risque de suicide chez les enfants

Un stterra peut provoquer une augmentation du nombre de pensées suicidaires et un désir de se suicider chez certaines personnes. Cela est particulièrement vrai pour les enfants et les jeunes adultes atteints de trouble bipolaire et de dépression atteints de TDAH.

Appelez immédiatement votre médecin si votre enfant présente des symptômes d’excitation nerveuse, d’irritabilité, de pensées ou d’actions liées au suicide, ou d’autres changements de comportement inhabituels.

Comment décider d'utiliser ou non des médicaments pour le TDAH

Même lorsque vous êtes armé de tous les faits, décider de prendre des médicaments pour le TDAH n'est pas toujours facile. Si vous n'êtes pas sûr, prenez votre temps avec la solution. Prenez le temps de peser toutes les options. Et si les médicaments sont destinés à l'enfant, assurez-vous qu'il participe également à la décision.

Le plus important est de faire confiance à votre instinct et de faire ce que vous estimez être juste. Ne laissez personne - ni le thérapeute ni l'enseignant de la classe - faire pression sur l'enfant en termes de médicaments s'il se sent mal à cause d'eux. Rappelez-vous: la médication est l’une des options de traitement. Pour les jeunes enfants, les médicaments doivent être pris sous surveillance spéciale comme dernière tentative, et non comme traitement principal.

Questions à poser à un spécialiste du TDAH

La consultation d'un spécialiste du TDAH ou d'un psychiatre expérimenté vous aidera à comprendre les avantages et les inconvénients des médicaments. Voici quelques questions à poser:

  • Quel traitement du TDAH recommandez-vous?
  • Peut-on gérer les symptômes sans médication?
  • Quels médicaments recommandez-vous et quels sont leurs effets secondaires?
  • Quelle est l'efficacité des médicaments pour le TDAH?
  • Combien de temps faut-il prendre des médicaments pendant le traitement?
  • Comment prendre une décision concernant l’arrêt des médicaments?

Pour les parents: questions utiles sur les médicaments pour le TDAH

Jerome Schultz, Cand. Dr. Sc., Spécialiste du TDAH, dit que les questions suivantes doivent être abordées en premier:

  • Les approches non liées à la drogue aident-elles votre enfant? Par exemple, la complaisance, la respiration profonde et les techniques de yoga aident souvent les enfants atteints de TDAH.
  • Y a-t-il eu des tentatives à l'école pour apprendre à un enfant à être plus attentif et moins actif?
  • Quelle est la base de la décision de traiter l'enfant avec des médicaments? Est-ce le résultat de l'observation du comportement d'un enfant pendant une longue période et dans différentes circonstances, telles que l'école et la maison?
  • Dans quelles conditions un enfant se manifeste-t-il de la meilleure façon? Pêcher avec un oncle ou jouer à des jeux vidéo? Aidez votre médecin à comprendre à quel point le problème est complet ou local.
  • Votre enfant a-t-il d'autres maladies pouvant être confondues avec l'hyperactivité? Les enfants exposés à des produits chimiques ou présentant des troubles de l'apprentissage non diagnostiqués, ainsi que ceux souffrant de troubles anxieux, peuvent avoir un comportement similaire.

Source: Réseau d'éducation familiale

Comment décider d'utiliser ou non des médicaments pour le TDAH

Le traitement du trouble déficitaire de l'attention n'est pas seulement une réunion avec des médecins et des médicaments. Il y a beaucoup de choses que vous pouvez faire pour vous aider ou aider votre enfant et pour mettre au défi le TDAH de mener une vie plus calme et plus productive. Avec les bons conseils et outils, vous pouvez gérer vous-même les nombreux symptômes du TDAH. Même si vous décidez de prendre des médicaments, des habitudes de vie saines et d’autres stratégies d’auto-assistance réduiront la posologie.

  • Faites de l'exercice régulièrement. La formation est l’un des moyens les plus efficaces de réduire les symptômes du TDAH. La dopamine, la noradrénaline et la sérotonine contribuent au développement du cerveau - tout ce qui affecte la concentration et l’attention. Essayez de marcher, de patiner ou de faire du snowboard, de faire de la randonnée, de danser ou de faire du sport. Encouragez votre enfant à reporter les jeux vidéo et à jouer à l'extérieur.
  • Mange bien. Bien que l'alimentation ne soit pas la cause du TDAH, elle affecte l'humeur, les niveaux d'énergie et les symptômes. Réglez des repas et des collations régulières. Ajoutez plus d'acides gras oméga-3 à votre alimentation et assurez-vous de consommer suffisamment de zinc, de fer et de magnésium.
  • Dors assez. Un sommeil régulier et de haute qualité sera le moyen d’améliorer considérablement les symptômes du TDAH. De simples changements dans vos habitudes quotidiennes vous permettront de mieux dormir la nuit. Réglez l'heure à laquelle vous allez vous coucher et respectez-la. Évitez la caféine en fin d’après-midi.
  • Essayez la psychothérapie. Les spécialistes du TDAH vous aideront, ainsi que votre enfant, à acquérir de nouvelles techniques d’adaptation aux symptômes et à modifier les habitudes à la base du problème. Certains thérapeutes se concentrent sur la gestion du stress et de la colère ou sur le contrôle du comportement impulsif, tandis que d'autres enseignent la gestion du temps, l'amélioration des compétences organisationnelles et la persévérance dans la réalisation des objectifs.
  • Maintenir une attitude positive. Une attitude positive et du bon sens sont vos meilleurs amis pour traiter le TDAH. Lorsque vous êtes dans un bon état d'esprit, vous avez plus de chances de pouvoir répondre à vos besoins et à ceux de votre enfant.

Les médicaments seuls ne suffisent pas au TDAH

Si vous décidez de prendre un médicament contre le TDAH, il est important de le prendre tel que prescrit. Suivez les instructions du médecin et du pharmacien pour optimiser l'efficacité du traitement du TDAH et minimiser les effets secondaires et les risques. Voici quelques consignes de sécurité:

  • Apprenez tout sur les médicaments prescrits. Ceci inclut les effets secondaires possibles, la fréquence à laquelle les pilules, les avertissements et les précautions doivent être prises, les substances à éviter, telles que les médicaments contre la toux.
  • Sois patient. Le choix du bon médicament et du bon dosage est le résultat d'essais et d'erreurs. Des expériences seront nécessaires, ainsi qu'une communication ouverte et honnête avec le médecin.
  • Commencez petit. Il est toujours préférable de commencer avec un petit dosage. Le but est de trouver la dose la plus faible qui atténue les symptômes chez vous ou votre enfant.
  • Suivre les effets des pilules. Portez une attention particulière aux effets des médicaments sur vos émotions et votre comportement ou sur votre enfant. Surveillez les effets secondaires et observez l'efficacité des médicaments pour réduire les symptômes.
  • Abandonne lentement. Si vous ou votre enfant souhaitez arrêter de prendre le médicament, appelez votre médecin pour obtenir des recommandations pour une réduction progressive de la posologie. L'arrêt brusque de la pilule peut entraîner un syndrome de sevrage indésirable avec des symptômes tels qu'irritabilité, fatigue, dépression et maux de tête.

Parler avec votre enfant de médicaments pour le TDAH

De nombreux enfants et adolescents atteints du TDAH ne prennent pas les médicaments correctement - ou cessent de les prendre sans en parler à leurs parents ou à leur médecin - alors si votre enfant prend des médicaments, assurez-vous qu'il comprend comment le faire correctement et pourquoi vous devez respecter le plan prescrit.

Encouragez votre enfant à venir avec des questions et des préoccupations au sujet des médicaments. Cela vous permettra de résoudre le problème ensemble et de trouver les bonnes options de traitement. Il est également important de se rappeler que les médicaments pour le TDAH ne devraient jamais avoir d'effet anesthésiant sur l'enfant, son niveau d'énergie, sa curiosité et son enthousiasme. L'enfant doit quand même se comporter comme un enfant.

Comment suivre les effets des médicaments contre le TDAH sur un enfant

Voici une liste de questions à poser lorsqu'un enfant prend un médicament, modifie la posologie ou commence à prendre d'autres médicaments.

  • Les médicaments ont-ils un effet positif sur l'humeur et le comportement de l'enfant?
  • Pensez-vous que le dosage ou le type de médicament fonctionne? L’enfant considère-t-il que la posologie ou les médicaments fonctionnent?
  • Devrais-je augmenter ou diminuer la dose? Quels sont les changements survenus dans le comportement spécifique qui ont conduit à la conclusion que les médicaments devraient être réévalués?
  • L'enfant a-t-il des effets secondaires, tels que maux de tête, douleurs d'estomac, fatigue ou somnolence, ou, dans le cas de Stterra, sont-ils des pensées suicidaires? Quelle est la probabilité que ces effets secondaires persistent? (Demandez à votre médecin à ce sujet.) Est-ce que les effets secondaires l'emportent sur les effets positifs des médicaments?
  • Votre enfant a-t-il l'impression que certains médicaments ou dosages ont cessé de fonctionner?

Source: Du chaos au calme: Une parentalité efficace pour les enfants atteints de TDAH et autres, Sharon K. Weiss.

Guide de médication de TDAH

La plupart des enfants et des adultes prenant des médicaments pour le TDAH devront faire face à au moins quelques effets secondaires. Parfois, ils disparaissent quelques semaines après le début d'une dose. Vous pouvez également éliminer ou réduire les effets secondaires désagréables en utilisant quelques stratégies simples.

Conseils de réduction des effets secondaires

  • Perte d'appétit Pour faire face à la perte d'appétit, mangez des collations santé pendant la journée et déplacez le déjeuner à une heure ultérieure, lorsque l'influence des médicaments a diminué.
  • L'insomnie. Si vous vous endormez est un problème, essayez de prendre des stimulants plus tôt dans la journée. Si vous ou votre enfant prenez des stimulants à action prolongée, songez à passer aux stimulants des actions à court terme. Évitez également les boissons contenant de la caféine, surtout le soir.
  • Indigestion et maux de tête. Ne prenez pas de médicaments sur un estomac vide, car cela provoquerait des nausées, des douleurs abdominales et des maux de tête. Essayez également de passer aux médicaments à long terme.
  • Vertiges. Tout d'abord, vérifiez la pression. Si cela vous convient, vous devrez peut-être réduire la posologie ou passer à des stimulants à long terme. Assurez-vous également de boire suffisamment de liquide.
  • Changements d'humeur. Si les médicaments provoquent de l'irritabilité, de la dépression, de l'anxiété ou d'autres effets secondaires dans le domaine des émotions, essayez de réduire la dose. La morosité peut aussi être causée par «l’effet de rebond». Dans ce cas, le retour de la posologie ou le remplacement des médicaments avec des stimulants à libération lente aidera.

Si les effets secondaires problématiques continuent d’interférer dans la vie, malgré toutes vos tentatives pour y faire face, demandez à votre médecin d’ajuster la posologie ou essayez d’autres pilules. Beaucoup de gens réagissent mieux aux stimulants à action prolongée ou aux stimulants à libération lente - ils pénètrent dans le sang progressivement et s'éteignent progressivement. Cela minimise les hauts et les bas causés par les changements de concentration du médicament et provoque un «effet de rebond» moins prononcé - lorsque les symptômes réapparaissent, s'aggravant souvent par le passé, lorsque la concentration de substances actives dans le sang diminue.

En Savoir Plus Sur La Schizophrénie