Boulimie - quelle est cette maladie? Tout est simple - c'est un trouble mental associé aux troubles de l'alimentation. Dans la pratique médicale, en tant que maladie indépendante, cela a été considéré relativement récemment. La principale manifestation de la boulimie - des épisodes de suralimentation dans lesquels une personne est capable de consommer une grande quantité de nourriture sans éprouver de saturation.

Après des perturbations, les boulimiques se sentent coupables et tentent de se débarrasser de ce qu'ils mangent de différentes manières, par exemple en prenant un laxatif ou en faisant vomir. Un tel comportement conduit inévitablement à l'épuisement du corps et au développement de nombreuses complications à partir de divers organes internes.

Qu'est ce que c'est

La boulimie est un trouble mental associé à l'alimentation, caractérisé par une forte augmentation de l'appétit, prenant la forme d'une faim paroxystique et agonisante. Cette maladie est souvent le sujet de jeunes femmes, dans lesquelles la psyché est la plus touchée. Les patients n'ont pas la volonté et ne sont pas en mesure de contrôler la quantité de nourriture mangée.

Causes de développement

Bien que la maladie soit connue de l'homme depuis assez longtemps, les causes de son apparition autonome ne sont toujours pas bien comprises. Par conséquent, la médecine moderne adhère aux causes suivantes les plus probables de la maladie, à savoir:

  • faible estime de soi dans le processus de croissance ou dans le processus de croissance, ce qui provoque un stress, un état de doute constant,
  • stress intense, dans lequel une personne est une longue période, et n'est pas capable d'éliminer la cause qui l'a causé,
  • violation des processus métaboliques dans le cerveau en raison d'une toxine à action prolongée ou d'un empoisonnement chimique chronique,
  • les personnes qui ont été privées de nourriture en guise de punition pour inconduite ou qui, au contraire, les ont encouragées à réussir avec des plats supplémentaires, risquent davantage de souffrir de boulimie,
  • hérédité accablée (un membre de la famille proche a reçu un diagnostic de boulimie).

La boulimie est le contraire de l'anorexie. Les personnes boulimiques sont beaucoup plus difficiles à identifier que les personnes souffrant d'anorexie ou de surconsommation de nourriture, car elles maintiennent généralement un poids et un état de santé normaux. Leur comportement dans les intervalles entre les attaques de telles personnes peut ne pas différer de sain.

Cependant, plus souvent, les patients boulimiques se caractérisent par une incontrôlabilité presque complète et, même dans les intervalles entre les crises, une tendance à une consommation excessive peut se manifester en relation avec l'alcool ou les médicaments.

Boulimie nerveuse

Les gens sont satisfaits de leurs unités d'apparence et tout le monde ne peut pas l'accepter. À la recherche de la silhouette parfaite ou après la libération de la tension nerveuse, les gens tombent dans le piège de la boulimie.

Comment ça se passe? Après le jeûne ou le stress nerveux, une personne attaque la nourriture sans avoir la volonté d'arrêter. Pour cette raison, les gens deviennent dépendants de la boulimie nerveuse. La princesse Diana, le célèbre mannequin Twiggy, la petite-fille d'Ernest Hemingway, Margo Louise, le mannequin Kate Moss, Elvis Presley, le présentateur d'aérobic et l'actrice Jane Fonda sont des personnes souffrant de boulimie nerveuse.

Les causes de la boulimie mentale sont le stress constant, la vulnérabilité et l'insécurité d'une personne, ainsi que la solitude, la contrainte imposée par diverses conventions. C'est pourquoi le processus de prise de nourriture apporte à une personne joie, satisfaction.

Symptômes de la boulimie

Le symptôme principal de la boulimie peut être considéré comme une sensation constante de faim. Une personne est très attirée par la nourriture et ne peut surmonter ce sentiment. Absorbant une grande quantité de nourriture, il ne se sent pas rassasié. Les boulimiques sont principalement déprimés. Leur humeur ne monte qu'au cours du repas et, s'ils sont privés de la possibilité de manger, ils peuvent devenir déprimés, irritables et leurs capacités mentales et leur performance diminuer.

  1. Avec la boulimie, un autre symptôme caractéristique est le surpoids. Mais cela ne s’applique pas à tous les boulimiques: la peur constante de prendre du poids en excès peut les affamer, les faire vomir artificiellement, prendre des laxatifs ou faire du sport. Ainsi, nous pouvons distinguer un autre symptôme caractéristique de la boulimie - un modèle comportemental particulier.
  2. La boulimie, comme toute autre maladie, a ses stades. Habituellement, la phase initiale se caractérise par de rares accès incontrôlables de nourriture. En un mois, pas plus d'un ou deux épisodes ne surviennent lorsque la maladie se fait sentir. Mais la boulimie peut aussi devenir chronique.

En conséquence, les organes du tractus gastro-intestinal, le cœur, les vaisseaux sanguins et, surtout, la psyché sont affectés. Une personne devient émotionnellement instable, anxieuse, hystérique et incertaine, ce qui ne fait qu'aggraver la maladie.

La boulimie provoque la dépression, l'obésité et peut être l'un des principaux symptômes de l'anorexie.

Conséquences possibles

Les complications les plus courantes de la maladie:

  • le manque de chlore dans le corps provoque un dysfonctionnement de la digestion et de la déshydratation.
  • en raison de vomissements, sous l'influence du suc gastrique, l'émail des dents est considérablement endommagé.
  • faibles niveaux d'ions calcium libres (troubles de la coagulation, affaiblissement des os et des dents, troubles du passage de l'influx nerveux, risque accru d'ostéoporose)
  • lors des vomissements, l'infection est transmise dans la cavité buccale. Il en résulte une irritation de la gorge, un gonflement des glandes salivaires sous-maxillaires et des ulcères de la langue.
  • le déséquilibre électrolytique - en particulier l'hypokaliémie, conduit généralement à une activité cardiaque altérée (arythmies, choc cardiogénique, infarctus du myocarde) et à une faiblesse du muscle cardiaque.
  • la paroi du rectum s'affaiblit et des hémorroïdes se développent.
  • Parfois, les vomissements entraînent une rupture de l'œsophage ou de l'estomac.
  • les conséquences les plus fatales sont le cancer du larynx ou de l'œsophage.

Au cours de la procédure d'installation, les lavements peuvent endommager l'œsophage et l'estomac, des saignements dans le tube digestif, des perforations gastriques, une distension gastrique, une constipation (selon les laxatifs), une pancréatite, des maladies intestinales et duodénales.

Comment se débarrasser de la boulimie?

Les patients boulimiques présentent divers troubles réversibles grâce à une approche globale du traitement. La thérapie doit être surveillée de préférence par un psychothérapeute ou un psychiatre et un nutritionniste. Il ne faut pas confondre un psychothérapeute avec un psychologue: les psychologues n’ont pas de diplôme médical et ne traitent le plus souvent pas de maladies graves, mais offrent un conseil psychologique.

En règle générale, la boulimie est traitée en ambulatoire et seuls quelques patients peuvent nécessiter une hospitalisation. La stabilisation de l'état du patient est l'objectif principal si la personne est en danger de mort. Les principaux objectifs du traitement sont axés sur les besoins physiques et psychologiques du patient afin de rétablir la santé physique et un apport alimentaire normal.

  • Cette forme de traitement de la boulimie, la thérapie cognitivo-comportementale (TCC), est bien étudiée. Elle consiste à responsabiliser le patient lui-même sur le contrôle de son alimentation. Les patients tiennent des registres, fixent la nourriture qu'ils consomment et notent les vomissements; ils essaient d'identifier les stimuli externes ou les changements émotionnels qui précèdent l'émergence d'une soif de trop manger, afin d'éliminer davantage ces facteurs ou de les éviter [4]: ​​38. Des procédures sont appliquées pour réduire les restrictions nutritionnelles et développer les compétences cognitives et comportementales afin de contrer les attaques de suralimentation [2]: 507. Les patients apprennent à identifier et à modifier les pensées et attitudes dysfonctionnelles concernant leur propre forme corporelle, leur poids corporel et leur nutrition, ainsi que toutes pensées et attitudes dysfonctionnelles contribuant à l'émergence d'émotions négatives, contre lesquelles se produisent des crises de suralimentation.
  • Des études contrôlées ont montré l'avantage de la thérapie cognitivo-comportementale par rapport à d'autres types d'intervention psychologique et pharmacologique. En moyenne, le TPC aide à se débarrasser de la suralimentation et des actions visant à nettoyer le tractus gastro-intestinal chez environ 50% des patients, tandis qu'en pourcentage, la réduction de la fréquence des crises de suralimentation et de nettoyage du tractus gastro-intestinal chez tous les patients subissant un TPC est généralement de 80% ou plus. Le CPT donne des résultats positifs et durables: les changements thérapeutiques persistent pendant un an ou plus. Un suivi prospectif prolongé après une TPC (durée médiane = 5,8 ans) a montré qu'environ deux tiers des patients ne souffraient pas de troubles de l'alimentation. Une autre caractéristique de la TCC dans la boulimie est également la vitesse: la fréquence des crises commence à diminuer après les premières séances de traitement.
  • Le traitement antidépresseur doit être effectué si la boulimie est accompagnée d'un trouble dépressif évident [4]: ​​38–39; les antidépresseurs peuvent également être prescrits si des névroses, telles que le trouble obsessionnel-compulsif, accompagnent un trouble de l'alimentation [5]. Efficacité prouvée dans la boulimie fluoxétine - un groupe antidépresseur d'inhibiteurs sélectifs du recaptage de la sérotonine, ainsi que d'antidépresseurs tricycliques [2]: 495. D'autres médicaments, tels que les inhibiteurs de la monoamine oxydase, sont également utilisés.
  • L'efficacité du TPC dans la boulimie est supérieure à celle du traitement avec un seul antidépresseur (les changements thérapeutiques résultant de l'utilisation du TPC sont beaucoup plus longs que ceux dus au traitement par antidépresseur), mais l'association du TPC avec un antidépresseur est plus efficace que le TPC isolé. Il est parfois avancé que le traitement antidépresseur vise à éliminer uniquement les affections qui accompagnent le trouble de l'alimentation, et non le trouble en lui-même, et que le traitement de la boulimie uniquement avec des antidépresseurs n'entraînera pas le rétablissement.

En plus de la TCC, d'autres méthodes psychothérapeutiques sont parfois utilisées pour la boulimie, par exemple la thérapie comportementale, la thérapie psychodynamique, la psychothérapie familiale; la psychothérapie basée sur l'expérience et le programme Twelve Steps, empruntés à la thérapie des troubles liés à la toxicomanie. Une méthode très prometteuse, dont l'efficacité en boulimie se rapproche de l'efficacité de la TCC, est la thérapie interpersonnelle (interpersonnelle).

La psychothérapie est prescrite par un médecin sur une base individuelle, car son utilisation dépend de nombreux facteurs, y compris la présence de troubles mentaux concomitants.

Parfois, il est également noté que la diète (qui n'est pas une panacée et est strictement prescrite), la vitamine (utilisée pour corriger les déséquilibres en vitamines et en micro-éléments pouvant survenir au cours de l'évolution de la maladie), le traitement des organes internes (le cas échéant). complications de la boulimie).

Le but ultime du patient est de s’accepter tel qu’il est et de mener une vie en bonne santé physique et émotionnelle. Le rétablissement de la santé physique et psychologique prendra probablement beaucoup de temps et les résultats seront progressifs. La patience est une partie importante du processus de récupération. Une attitude positive avec beaucoup d’effort patient est un autre élément essentiel d’un rétablissement réussi.

Iloréflexothérapie

L'acupuncture est une méthode de traitement venue de l'Orient ancien. Il n'est pas utilisé en tant que méthode de traitement indépendante, mais uniquement en complément de la médecine traditionnelle. Les points d'acupuncture sont stimulés avec des aiguilles. Pour un traitement efficace, il est nécessaire de connaître l'emplacement exact de ces points. L'acupuncture dans le traitement de la boulimie est une nouvelle direction.

Les effets de la thérapie: normalisent l'appétit et le métabolisme énergétique chez un patient. De plus, l'acupuncture détend et aide à soulager le stress.

Thérapie de la bioénergie

La forme la plus populaire de médecine alternative. C'est l'un des moyens les plus anciens de rétablir la santé. La thérapie est connue depuis l'Antiquité en Chine, en Inde, en Égypte et en Mésopotamie. La plupart des maladies du corps humain commencent par des réflexions sur la maladie, puis la maladie apparaît dans le corps physique. En cas de boulimie, le patient est constamment insatisfait des proportions du corps, il craint une augmentation de son appétit.

La bioénergétique active les défenses naturelles du corps et crée un "ordre" dans le corps du patient. Lorsque la source d'énergie du problème est éliminée, la maladie cesse. Cette option de traitement est très bonne, si vous ne pouvez pas vaincre la maladie de manière classique.

Prévisions

Si vous ou l'un de vos proches présentez des symptômes de boulimie, consultez un médecin. Cette maladie est dangereuse car le patient est absolument incapable de se contrôler et, en fin de compte, la boulimie peut devenir grave. Divers troubles résultant de la maladie, avec une approche intégrée du traitement, sont réversibles.

  1. En cas de boulimie, le pronostic est associé à l'efficacité du traitement et à l'humeur psychologique du patient. Grâce à un traitement médical efficace et efficace et à une psychocorrection de haute qualité, le pronostic est favorable. Sinon, il peut y avoir des complications sous la forme d'une perturbation du système cardiovasculaire, de problèmes d'estomac ou d'un psychisme déprimé.
  2. Dans certains cas, une guérison spontanée peut survenir. Par exemple, avec un choc émotionnel positif puissant et un changement positif de l'état psychologique du patient.
  3. Pour prévenir l'apparition de la boulimie, il est nécessaire de prévenir le maintien d'un climat psychologique sain dans la famille, d'inculquer à l'enfant les compétences nécessaires pour bien se nourrir et de développer une estime de soi adéquate. Si un adolescent souffre de déficiences de la figure et d'une trop grande complétude, il est nécessaire de suivre son régime alimentaire et son comportement alimentaire. Les aliments ne doivent pas être utilisés pour encourager ou punir les enfants.

La pratique montre que les tentatives d'auto-guérison de cette maladie n'aboutissent pas à des résultats tangibles: tôt ou tard, il arrive un moment où vous ne pouvez plus vous retenir et cogner sur les aliments. Réaliser des progrès dans ce cas sera assez difficile. Avec l'aide de professionnels et le soutien de parents, il sera beaucoup plus facile de faire face à la boulimie. La condition principale pour la récupération: pas besoin de trop manger ou de mourir de faim. La nourriture doit être équilibrée et un état émotionnel positif stable.

Boulimie: quelle est cette maladie, comment se manifeste-t-elle et comment s'en débarrasser?

Au XXIe siècle, les maladies associées aux troubles de l’alimentation sont devenues plus fréquentes. Cela est dû à des facteurs tels que l’imposition de stéréotypes sociaux, l’augmentation du niveau de stress et la propagation de la restauration rapide.

Certaines normes de beauté sont promues sur les écrans et les couvertures de magazines, auxquelles les gens ont tendance à se conformer. Parfois, dans le contexte de constantes dépressions nerveuses, cela devient une obsession et se transforme en une véritable phobie. La boulimie est un de ces cas qui, selon les statistiques, touche environ 7% de la population.

Le chiffre est encore petit, mais enclin à croître constamment. Beaucoup en souffrent sans même s'en rendre compte et ne sachant pas de quel type de maladie il s'agit. Par conséquent, il est si important de se familiariser avec les informations de base: prévenir est averti.

Qu'est ce que c'est

Si beaucoup ont entendu parler de l'anorexie, les informations sur la maladie apparaissent beaucoup moins souvent, bien que ces maladies soient similaires. Selon les ouvrages de référence médicale, la boulimie est un comportement alimentaire abusif caractérisé par des accès excessifs de nourriture et par un désir obsessionnel de corriger la silhouette et de perdre du poids, bien que dans la plupart des cas, il ne dépasse pas la norme.

Les personnes atteintes de ce trouble ont une très faible estime de soi, sont instables mentalement et abusent souvent des laxatifs pour nettoyer le corps encore et encore, provoquant ainsi des diarrhées ou des vomissements de quelque manière que ce soit. De tels stress entraînent non seulement de nombreux problèmes de santé, mais aussi une dépendance à l'alcool et même un suicide.

À ce jour, cette maladie a dépassé l'anorexie et la prévalence de la suralimentation compulsive. Beaucoup de patients ne réalisent même pas qu'ils souffrent de boulimie. Pour eux, l'image ressemble à ceci: ils mènent un mode de vie sain (faire du sport, nettoyer en permanence le corps, rester assis sur un régime), mais en même temps, la nature les trompait avec des proportions de corps idéales. Ils ne sont pas guidés par leur IMC, mais par les paramètres de la beauté qui clignotent dans les médias et par leur propre reflet dans le miroir, qu’ils ne peuvent évaluer de manière objective.

La boulimie est une maladie cyclique, car le patient doit bouger sans arrêt dans le même cercle qu’il ne peut pas briser: attaque de suralimentation - nettoyage du corps (par des vomissements, des lavements ou des laxatifs) - régime strict - nouvelle rupture.

Face à cette situation, les psychothérapeutes et les nutritionnistes essaient aujourd'hui de transmettre aux masses le plus d'informations possible sur la boulimie: comment la déterminer et comment s'en débarrasser. L'Association nationale américaine de l'anorexie mentale et des troubles associés (ANAD) l'a qualifié de maladie mentale mortelle.

Étymologie Le terme "boulimie" remonte à deux mots grecs: "βοῦς" se traduit par "taureau" et "λῑμός" signifie "faim".

Raisons

Dans chaque cas, les raisons peuvent être différentes. Leur identification et leur élimination sont la tâche principale de la thérapie de cette maladie. Sans se débarrasser du facteur provocateur, il est impossible de guérir le patient. Tous sont divisés en 3 grands groupes.

  • altération du métabolisme;
  • syndrome métabolique;
  • diabète, résistance à l'insuline;
  • lésions (toxiques, tumeur) du cerveau dans l'hypothalamus;
  • insuffisance hypothalamo-hypophysaire (trouble hormonal);
  • génétique, hérédité;
  • manque de nutriments en raison de la faim constante.
  • le désir de répondre aux normes de beauté imposées par la société;
  • les complexes internes proviennent de l'enfance et de l'adolescence (harcèlement de la part de camarades de classe et de membres de la famille à propos du surpoids entre 10 et 16 ans);
  • comparaison constante avec quelqu'un de l'environnement, rivalité malsaine avec une petite amie mince et mince (collègue, voisin...);
  • la dépendance à des réseaux sociaux dans lesquels des amis publient en permanence des images à ventre plat, à la taille de guêpe et à un butin gonflé;
  • commentaires insolents et sans tact, blagues, commentaires de connaissances, parents, entraîneur, amis au sujet de la silhouette ou du poids.
  • traumatismes psychologiques subis pendant l’enfance, ce qui inclut non seulement la plénitude pendant l’adolescence, en raison de laquelle les relations avec les pairs ne se sont pas développées, mais aussi la famine du nouveau-né et le manque d’amour parental;
  • Dépressions nerveuses constantes;
  • dépression
  • dépression prolongée;
  • faible estime de soi associée à un manque d'apparence;
  • complexe d'infériorité;
  • attitude négative envers la vie;
  • anxiété élevée.

De plus, des crises de suralimentation peuvent être déclenchées à la fois par un stress négatif (dû à la perte d'un être cher, un divorce, des échecs au travail) et un sentiment positif (nouveau roman, promotion au travail). Dans le premier cas, la nourriture devient le seul plaisir qui aide à se calmer. Dans le second cas, il agit comme une récompense du mérite.

Le plus souvent, une personne souffrant de boulimie est incapable de reconnaître de manière indépendante la véritable cause des accès excessifs à l'alimentation. Mais pour trouver un déclencheur, il est très important de prendre les mesures appropriées pour limiter l'appétit.

Autres noms La boulimie est aussi appelée faim du loup ou kinorexie.

Il existe plusieurs classifications.

Approche pathogénétique clinique

  1. Boulimie nerveuse - se développe dans le contexte de troubles mentaux lorsqu'on se compare à d'autres.
  2. Héréditaire.
  3. Dépressif - commence après un stress grave ou un traumatisme psychologique.
  4. Émotionnel - les excès alimentaires pour une personne sont une méthode de relaxation émotionnelle. Ces patients se distinguent par leur irritabilité, leur tempérament chaud et leurs sautes d'humeur soudaines.
  5. Alimentaire - se développe sur le fond d'une grève de la faim trop longue dans le but de corriger le corps.

Selon le mécanisme de

  1. Réactif - une poussée de la maladie représente 20 à 25 ans, un facteur provocant est le stress psychologique insupportable, la manifestation principale est la lutte constante entre le désir de manger savoureux et manger beaucoup et le besoin de restreindre et de contrôler la nutrition.
  2. Autochtone - commence à l'adolescence, se caractérise par de fréquentes attaques, un fardeau imparable pour une nourriture délicieuse et interdite, un manque de compréhension de la présence de la maladie, un manque de sensation de satiété.

Analyse structurale et psychopathologique des attaques

  1. Obsessionnel - le patient lutte constamment avec lui-même, avec ses propres attaques, il est souvent capable de contrôler la suralimentation pendant des semaines et même des mois, mais il s'ensuit une panne grave et il ne peut pas s'arrêter, absorbant la nourriture en quantités exorbitantes.
  2. Dysthymique - le patient est émotionnellement inquiet d'être attiré par la nourriture, mais incapable de lutter contre les attaques, de sorte qu'elles se produisent presque tous les jours.
  3. Impulsif - une personne ne comprend pas ce qui lui arrive, aussi ne se préoccupe-t-elle pas des attaques, même si des complexes internes quant à l'imperfection de sa propre figure sont présents.

Pour perdre du poids

  1. Consommation non contrôlée de diurétiques et de laxatifs.
  2. Vomissements - induction artificielle de vomissements plusieurs fois par jour.
  3. Sports - un entraînement exténuant.

Classifications de boulimie utilisées dans la pratique médicale pour clarifier le diagnostic, identifier les causes profondes et la nomination du traitement optimal.

Des statistiques 10% des personnes souffrant de boulimie sont des hommes. 10% des adolescentes âgées de 12 à 16 ans posent ce diagnostic. Dans 10% des cas, la maladie est mortelle en raison d'un arrêt cardiaque, de la malnutrition ou d'un suicide.

Tableau clinique

Les principaux signes de boulimie:

  • trop manger, quand une personne ne peut pas contrôler la quantité de nourriture mangée, et cela dépasse le taux quotidien;
  • l'utilisation constante de diverses méthodes de lutte contre l'obésité: purification du corps par les vomissements et les laxatifs, grèves de la faim, programmes d'entraînement épuisants;
  • dépendance excessive de l'estime de soi et de l'humeur à l'égard du poids et des paramètres corporels.

La boulimie se développe souvent sur fond de troubles mentaux, de maladies du système nerveux central et du système endocrinien. Pour chaque individu, cela se manifeste de différentes manières:

  • l'automutilation quand une personne souffre du fait que son corps ne respecte pas les normes de la beauté imposées par la société;
  • l'appétit, qui conduit à l'absorption d'une grande quantité de nourriture, peut être soudain (le plus souvent il se passe la nuit) et constant (une personne mâche toujours quelque chose, sans cesse);
  • Les crises sont accompagnées de faiblesse grave, de faim douloureuse, de vertiges et de douleurs à l'estomac.

Certains symptômes résultent simultanément des mesures prises par le patient et de son mode de vie. Ils concernent sa santé mentale et physique:

  • panne;
  • prédisposition aux pathologies ORL;
  • échec du cycle menstruel jusqu'à l'aménorrhée;
  • les fluctuations de poids;
  • violation des processus métaboliques;
  • Pathologie gastro-intestinale;
  • état dépressif;
  • haine de soi, culpabilité constante de trop manger;
  • le besoin douloureux d'obtenir l'approbation d'autres personnes;
  • douleur musculaire;
  • problèmes dentaires;
  • trop de discussions sur les régimes, les modèles, la nutrition, le poids;
  • troubles des selles causés par la suralimentation;
  • peau sèche, mauvaise condition des ongles et des cheveux.

Dans le même temps, la plupart des gens ont un poids normal, c’est-à-dire que l’idée des kilos en trop est inventée, intrusive et ne correspond pas à la réalité.

La boulimie étant un trouble mental, une personne ne peut évaluer objectivement ni son propre comportement ni les paramètres de son corps. Il lui semble qu'il fait tout bien (il a faim, il fait du sport, il nettoie le corps), mais il est tellement imparfait que même cela ne donne pas le résultat souhaité (taille 90/60/90, presse à dé, taille de tremble, etc.) ). Cela provoque des accès constants d’irritabilité et les complexes internes se transforment rapidement en véritable dégoût de soi.

Sur la note Les pics d'âge qui expliquent l'apparition de la maladie sont l'adolescence (13-16 ans) et les jeunes filles (22-25 ans).

Diagnostics

La maladie n'est pas diagnostiquée par les tests conventionnels, car elle appartient à la catégorie des troubles psychologiques. Il existe un test de dépistage de la boulimie - EAT-26: il s’agit du test de comportement alimentaire (test de comportement alimentaire). Il a été développé en 1979 à Toronto, au Clark Institute of Psychiatry. Déjà basé sur lui ont été publiés d'autres tests similaires. Ils peuvent être trouvés sur Internet et en ligne, mais le déchiffrement des résultats et la déclaration finale du diagnostic doivent être effectués exclusivement par un médecin.

Si vous pensez être atteint de boulimie, vous devez contacter un psychothérapeute. Une consultation avec un gastro-entérologue, un médecin généraliste et un nutritionniste est également nécessaire pour confirmer le diagnostic. Pour la détection des maladies concomitantes, des tests traditionnels sont effectués: sang, urine, électrocardiogramme, échographie des organes internes susceptibles d'être affectés.

Pour comparaison. De nombreux experts estiment que la boulimie s'apparente à une toxicomanie, seule la nourriture joue le rôle d'une drogue. Les signes de dépendance sont évidents: le patient ne peut pas sortir du cercle cyclique de façon indépendante. Au fil du temps, le sentiment de satiété disparaît et vous devez donc augmenter le nombre de portions et le nombre de repas.

Traitement

Pour que le traitement soit efficace, un examen complet du corps est effectué et les conclusions de divers spécialistes sont recueillies. Mais le cours principal de la thérapie conduira le psychothérapeute.

Médicamenteux

Vous pouvez traiter les médicaments contre la boulimie - dans certains cas, des antidépresseurs sont prescrits. Ils sont efficaces en présence de:

  • trouble dépressif manifeste;
  • névrose;
  • trouble obsessionnel compulsif.

Au cours de la recherche, l'efficacité des antidépresseurs suivants a été scientifiquement prouvée:

  • inhibiteurs sélectifs: fluoxétine, sertraline, paroxétine, tsitalapram, escitalopram;
  • tricycliques: amitriptyline, imipramine, clomipramine, maprotiline, miansérine, trazodone;
  • monoamine oxydase: Moklobenide, Pirlindol.

La fluoxétine (comprimés) est prescrite plus souvent que d'autres médicaments, comme les médicaments tricycliques, par exemple, dans 30% des cas, ils provoquent de multiples effets indésirables, qui peuvent entraîner l'interruption du traitement.

On pense que le traitement de la boulimie avec des antidépresseurs n'est pas efficace car il élimine uniquement les troubles mentaux contre lesquels se développe la maladie sous-jacente. Par conséquent, ils sont prescrits le plus souvent en association avec une thérapie cognitivo-comportementale.

Thérapie cognitivo-comportementale

Pour remédier à la boulimie, vous devez faire appel à un psychothérapeute ou à un psychiatre. L'hospitalisation n'étant requise que dans les cas les plus extrêmes, le plus souvent, les patients sont vus en consultation externe par un médecin. La méthode de traitement la plus efficace est la thérapie CPT, thérapie cognitivo-comportementale. Il comprend le travail suivant avec les patients.

  1. L'objectif est d'apprendre au patient à contrôler son alimentation.
  2. Outils pour atteindre cet objectif: les patients notent la quantité de nourriture qu'ils mangent pour chaque repas, puis tentent d'identifier les facteurs qui provoquent des crises de suralimentation.
  3. Travailler pour éliminer ces facteurs.
  4. Réduire les restrictions alimentaires: instiller de bonnes habitudes alimentaires.
  5. Développement des compétences anti-épileptiques.
  6. Identifiez et modifiez les pensées et attitudes dysfonctionnelles concernant la forme et le poids du corps.
  7. Combattez les émotions négatives.

L’efficacité du CTT dans le traitement de la boulimie peut être jugée à partir des faits suivants:

  • dans 50% - délivrance complète de la maladie;
  • dans 80% - réduction des attaques;
  • les résultats peuvent persister pendant un an ou plus;
  • le patient est enregistré pendant environ 6 ans après avoir subi une TPC, ce qui constitue une excellente prévention du développement de la maladie;
  • la fréquence des attaques diminue après 3-4 sessions.

Ni les antidépresseurs ni les autres méthodes psychothérapeutiques ne donnent un tel effet. Ces derniers comprennent:

  • thérapie comportementale;
  • thérapie psychodynamique;
  • psychothérapie familiale;
  • analyse de l'expérience;
  • le programme «Douze étapes» (adapté du système de traitement des troubles de dépendance aux substances psychoactives);
  • La thérapie interpersonnelle (interpersonnelle) est l’une des méthodes les plus prometteuses après la TPC, qui donne également de bons résultats.

Le programme de traitement est établi individuellement pour chaque cas particulier, car il dépend de la présence de troubles mentaux contre lesquels se développe la maladie sous-jacente.

Mesures supplémentaires

Réalisé exclusivement sur les recommandations du médecin.

  1. Dans certains cas, le régime alimentaire aide. Ce n'est pas une panacée et est attribué individuellement. Le plus souvent, il s'agit d'un horaire clair des repas et de la taille exacte des portions, ainsi que de l'exclusion du fast-food et des sucreries de l'alimentation.
  2. La réception de complexes multivitaminiques n’est nécessaire que s’il manque certains oligo-éléments et certaines vitamines.
  3. Traitement des maladies concomitantes.

Pour faire face à la boulimie, le patient doit apprendre à s'accepter tel qu'il est, à mener une vie normale. Le rétablissement de la santé (physique et psychologique) prend beaucoup de temps, les résultats se manifestent progressivement, il est donc nécessaire de faire preuve de patience. L’attitude positive du patient lui-même et le professionnalisme du médecin sont les composantes essentielles d’une thérapie réussie.

Remèdes populaires

Beaucoup sont intéressés par la façon de se débarrasser eux-mêmes de la boulimie, sans implication d'antidépresseurs ni de TPC. Il est possible d'essayer, mais personne ne garantira une guérison complète, car il est très difficile de faire face à un trouble mental.

Vous devez d'abord essayer:

  1. Mangez fractionné: organisez 5 à 6 repas par jour, les portions ne doivent pas dépasser 250-300 g.
  2. Levez-vous de la table avec une légère sensation de faim.
  3. Buvez chaque jour au moins 2 litres d’eau plate.
  4. Les aliments doivent être légers, non gras et peu caloriques pour que l’estomac puisse les digérer rapidement.
  5. Le petit déjeuner est nécessaire jusqu'à 9h00, le déjeuner - jusqu'à 14h00, le dîner - vers 18-19h00.
  6. Entre les repas principaux, vous devez préparer des collations légères à base de fruits, de noix, de cocktails, de baies et de produits laitiers.
  7. Abandonnez les sodas, les fast foods, le sucre, le café et l’alcool.
  8. Essayez de mener une vie saine.
  9. Passez beaucoup de temps à l'air frais.
  10. Dormir (mais pas verser), le temps optimal pour dormir individuellement, mais est en moyenne de 7 à 8 heures.
  11. Ne soyez pas nerveux.
  12. La marche doit être à pied.
  13. Les exercices intensifs (gymnastique, natation, jogging) ne sont pas recommandés, car ils entraînent la combustion d'un grand nombre de calories, ce qui engendre une augmentation de l'appétit, un épuisement du corps jusqu'à l'anorexie.
  14. Dès que vous ressentez une autre attaque, buvez du kéfir, du thé vert ou de l'eau minérale ordinaire.

Le plus difficile est de choisir les bons produits. Ayant appris qu'il est recommandé d'abandonner une certaine liste, beaucoup vont à l'extrême, ce qui entraîne de nouvelles pannes et de nouvelles crises. Par conséquent, si vous ne pouvez pas vous réveiller le matin sans café, vous ne devez en aucun cas vous forcer: une fois par jour, vous pouvez vous permettre d'acheter 150 ml de votre boisson préférée sans sucre. La même chose vaut pour les frites ou hamburger. Une fois par semaine, un petit paquet ou une petite portion ne causera pas de préjudice grave. Faites des secours, sinon plus vous vous limitez dans l'alimentation, plus les attaques sont puissantes et dangereuses.

Deuxièmement, à la maison, vous pouvez essayer d’utiliser des remèdes populaires pour calmer l’appétit.

Moudre 3 gousses d'ail, verser avec un verre d'eau tiède, laisser reposer pendant 24 heures, boire une cuillère à soupe chaque jour avant d'aller se coucher. L'infusion d'ail affecte favorablement la valve qui unit l'œsophage et l'estomac. S'il y a des problèmes avec le tube digestif, cette recette est contre-indiquée.

  • Huile de lin

Avant chaque repas (et base, et des collations) boire 20 ml d'huile de lin.

  • Menthe et persil

L'infusion de menthe et de persil a un effet calmant. Ils doivent être séchés, broyés, mélangés dans des proportions égales (une cuillère à thé), verser un verre d'eau bouillante. Filtrer dans une demi-heure. Buvez dès que l'attaque commence. Atténue le sentiment de faim pendant 2-4 heures.

  • Absinthe amère

20 grammes d'herbes séchées et hachées verser un verre d'eau bouillante, insister une demi-heure, filtrer. Buvez une cuillère à soupe 30 minutes avant les repas trois fois par jour.

  • Prunes et figues

250 grammes de prunes et de figues sont pris. Les fruits sont broyés, mélangés et remplis avec 3 litres d'eau. Il est mis à feu et réduit à 500 ml. Buvez 4 fois par jour pendant une demi-tasse, indépendamment des repas.

20 g de branches de céleri fraîches versez un verre d'eau bouillante. Garder le feu pendant 15 minutes, égoutter. Le volume résultant doit être bu en 1 jour pour 3 doses en 10 minutes avant de manger.

  • Silt De Maïs

Versez de l'eau bouillante avec un verre de 10 g de stigmates de maïs, cuits à la vapeur au bain-marie pendant 20 minutes. Prendre immédiatement avant un repas dans une cuillère à soupe.

Mélangez 40 g d'herbes séchées de mélisse, herbe rampante, camomille, achillée, pissenlit, millepertuis, prêle. Versez 500 ml d'eau bouillante. Insister 2 jours. Buvez un verre deux fois par jour pendant un mois.

Mélangez 30 g d’Hypericum séché, 10 ml de jus de citron concentré, 50 ml d’eau froide, une cuillère à café de miel. Fouettez soigneusement au fouet, buvez une cuillère à soupe avant de manger pendant un mois.

  • Bains de lavande

Leur fonction principale est apaisante. Mettez quelques gouttes d'huile essentielle de lavande dans le bain. Prendre deux fois par semaine avant le coucher.

Versez une cuillère à soupe de Motherwort émincée sèche avec un verre d'eau bouillante. Gardez 20 minutes dans un bain-marie. Strain. Buvez 50 ml avant les repas trois fois par jour.

Si vous avez pris toutes les mesures possibles pour éliminer les crises de suralimentation, mais qu'elles reviennent encore et encore, il est préférable de commencer un traitement médicamenteux ou psychothérapeutique dès que possible.

Les faits Les personnes atteintes de boulimie préfèrent les aliments sucrés et farineux. Scientifiquement, c'est compréhensible. Premièrement, ces produits offrent un maximum de plaisir et contribuent au développement d’un grand nombre d’endorphines. Deuxièmement, ils sont riches en calories et augmentent le taux de sucre dans le sang, ce qui vous permet de ressentir une saturation pendant un moment.

Prévisions

Est-il possible de se remettre complètement de la boulimie? De nombreuses sources affirment que même après la fin du traitement, la maladie réapparaît toujours. En effet, le risque d'un tel développement est très élevé pour deux raisons. Premièrement, le principal mécanisme de déclenchement est constitué par des situations stressantes qui attendent l'homme moderne à chaque tournant. Deuxièmement, la maladie est liée à des troubles mentaux, et il est extrêmement difficile de surmonter les problèmes du système nerveux central, même avec des médicaments.

Voici les prévisions données par les experts:

  • la livraison complète ne garantit aucune méthode connue à ce jour;
  • Les principaux symptômes et conséquences sont éliminés par le PCT pendant une période suffisamment longue, à condition que toutes les recommandations médicales soient suivies
  • il existe des cas de disparition spontanée de signes de boulimie en l'absence de traitement après un choc émotionnel fort, qui était positif, mais ils sont extrêmement rares;
  • les tentatives d'automédication se terminent rarement par le rétablissement;
  • en l'absence de traitement psychothérapeutique et médicamenteux, le pronostic est extrêmement défavorable - des complications commencent à se développer, le risque de décès par insuffisance cardiaque, saignement gastro-intestinal, suicide est élevé;
  • avec le soutien des parents et des proches collaborateurs, les chances de guérison augmentent.

Un pronostic défavorable est si le patient n'a pas eu conscience du problème pendant très longtemps et a refusé le traitement.

Des complications

Malheureusement, la majorité des patients ne savent même pas ce qui est dangereux avec la boulimie. En l'absence de traitement approprié, les effets sur le corps peuvent devenir irréversibles et fatals. Les complications les plus courantes sont:

  • la neurasthénie;
  • diverses formes de dépendance: drogue, alcool, drogue;
  • le suicide;
  • insuffisance cardiaque aiguë;
  • comportement antisocial, isolement, cessation de la communication, y compris l'autisme;
  • irritation du pharynx et de la muqueuse œsophagienne (à cause de vomissements constamment induits);
  • violation de l'équilibre eau-sel;
  • troubles proctologiques dus à l'utilisation fréquente de lavements;
  • déshydratation sévère;
  • caries, saignements des gencives dus à des vomissements répétés (l'acide gastrique détruit l'émail des dents et irrite la muqueuse buccale);
  • inflammation de l'œsophage;
  • déséquilibre électrolytique conduit à des crampes musculaires;
  • troubles intestinaux;
  • troubles du foie et des reins;
  • saignement interne;
  • l'aménorrhée;
  • maladie cardiaque.

Les conséquences aussi graves et graves de la boulimie indiquent encore une fois qu’elle représente un danger pour la vie et la santé humaines et nécessite un suivi médical rapide.

Prévention

La prophylaxie est nécessaire si un tel diagnostic a déjà été posé dans le passé, après un traitement de TPC qui vient juste d’être achevé, en présence de telles maladies chez un membre de la famille. Il vise à acquérir et à corriger des habitudes alimentaires normales et à maintenir une santé psychologique. Quelles mesures sont nécessaires pour faire cela?

  1. Si possible, évitez les situations stressantes.
  2. Trouvez quelque chose qui n’a rien à voir avec la nourriture qui vous procurera du plaisir: passe-temps, travail, famille, etc.
  3. Ne pas abuser de drogues.
  4. Durcissez votre tempérament.
  5. Deux fois par an pour boire des multivitamines.
  6. Quand faible estime de soi, inscrivez-vous à des formations.
  7. Ne fermez pas en vous-même, élargissez votre cercle social.

Une très grande responsabilité dans la prévention de la boulimie incombe aux parents. Le risque de son développement peut dépendre de leur éducation. Pour protéger l'enfant de ce problème à l'avenir, il est nécessaire:

  • maintenir un microclimat psychologique confortable dans la famille;
  • former l'estime de soi correcte de l'enfant;
  • n'utilisez pas de nourriture dans des mesures éducatives: vous ne pouvez pas l'utiliser comme récompense ou punition;
  • inculquer à l'enfant la bonne attitude envers la nourriture en tant que besoin physiologique normal et non en tant que moyen d'obtenir un plaisir émotionnel et physique;
  • Pour former les bonnes habitudes alimentaires: manger selon le régime, éliminer (ou minimiser) les aliments nocifs.

Le soutien d'amis et de parents joue un rôle important. Leur aide est la garantie qu’une personne ne sera jamais confrontée à cette maladie, et si cela se produit, il sera beaucoup plus facile de guérir.

Informations utiles

La boulimie est une maladie pas encore si commune, mais les médecins tirent la sonnette d'alarme. On suppose que le nombre de personnes atteintes augmentera plusieurs fois par an. L'utilisation massive d'Internet, qui décrit divers régimes et méthodes de nettoyage du corps, amène les gens (le plus souvent des filles jeunes et inexpérimentées) à un état de stress lorsqu'ils veulent atteindre la silhouette parfaite par tous les moyens, même au détriment de leur propre santé.

Tout le monde n'est pas pressé d'aller voir un médecin souffrant de cette maladie, même s'ils le soupçonnent à la maison. Dissiper certains des doutes permettra un bloc d'informations utiles.

Quels films sur la boulimie peuvent être regardés?

  1. Affamés (affamés).
  2. Maledimiele.
  3. Partager le secret.
  4. Le secret de Kate.
  5. Quand l'amitié tue (Quand l'amitié tue).

Comment la boulimie affecte-t-elle la grossesse?

Il est important de ne pas laisser la boulimie et la grossesse se développer simultanément. La maladie épuise la force et les ressources de l’organisme maternel, ce qui engendre de nombreuses complications dans le développement du fœtus et une activité supplémentaire du travail. Dans la plupart des cas, cela entraîne une césarienne, une fausse couche ou une mortinaissance. Les enfants nés de mères souffrant d'une forme grave de boulimie sont faibles et sont souvent diagnostiqués:

  • retard de développement;
  • faible taux de sucre dans le sang;
  • taux élevés de globules rouges;
  • immunité affaiblie;
  • Paralysie cérébrale.

Comme le montre la pratique, à l'avenir, ces enfants augmentent le risque de maladies cardiovasculaires, de diabète de type II, d'obésité et d'hypertension. Compte tenu de la gravité de la situation, le diagnostic de la boulimie chez une femme enceinte nécessite une assistance rapide et complète de la part de médecins de différentes directions. Dans ce cas, les chances d'une naissance sans risque d'un enfant en bonne santé augmentent plusieurs fois.

Quelle est la différence entre la boulimie et l'anorexie?

Qui des personnes célèbres a souffert de boulimie?

La princesse Diana est tombée malade après avoir appris l’infidélité de son mari et est devenue dépressive. Le traitement a pris 10 ans.

Elvis Presley - est devenu l'exemple le plus triste et le plus célèbre de l'issue fatale de la boulimie, pour laquelle le chanteur a constamment aggravé la consommation de drogue.

Diane Keaton (actrice) - est tombée malade après avoir perdu du poids pour l'un de ses rôles.

Jane Fonda est une actrice qui a été l'une des premières à admettre qu'elle était traitée depuis près de 30 ans. Elle a même fondé une fondation qui aide les femmes avec ce diagnostic.

Lindsay Lohan - a également reconnu officiellement qu'elle souffrait de la maladie depuis plusieurs années.

Nicole Scherzinger - pendant longtemps, elle a caché sa maladie non seulement au public et aux médecins, mais même à ses proches et à ses amis.

Célèbre dans les années 70. Le mannequin de Twiggy du siècle dernier était très à la mode, car elle ressemblait à une fille de roseau, mais après une nouvelle attaque de boulimie, son cœur ayant refusé, elle était dans un état de mort clinique, mais elle fut sauvée.

Elton John - luttait non seulement avec la dépendance et la dépression prolongée, mais aussi avec la boulimie.

Kate Moss - elle mourait constamment de faim pour devenir la propriétaire d'une silhouette plate, presque enfantine. Mais quand elle a commencé à manger, elle ne pouvait souvent pas s'arrêter. Elle a suivi de longs traitements dans de nombreuses cliniques prestigieuses dans le monde.

Nicole Kidman - souffre d'une maladie très grave - l'anorexie mentale sur fond de crises boulimiques.

La boulimie est une maladie très grave et dangereuse, souvent mortelle. La plupart des gens ne se rendent même pas compte qu'ils souffrent de cette maladie. Par conséquent, vous devez surveiller attentivement vos habitudes alimentaires et tout changement de poids. Dès que des doutes apparaissent, il est préférable de consulter un médecin afin d'éviter les complications et l'hospitalisation.

Quelles sont les causes de la boulimie: symptômes, traitement et conséquences de la maladie

L'appétit constitue le centre de la faim, qui comprend 3 départements. Ici, avec l'aide de cellules spéciales, la concentration de glucose et d'autres éléments est contrôlée. Mais sous l'influence de certains facteurs, se développe une maladie de boulimie nerveuse dans laquelle le patient consomme un nombre illimité de produits et prend régulièrement des laxatifs. Comprendre les caractéristiques de la boulimie, c’est ce qui permet, en raison de la survenue de la maladie, de prévenir son développement.

Qu'est-ce que la boulimie?

La boulimie est une pathologie causée par un trouble neuropsychiatrique. La maladie se manifeste par le désir incontrôlable d'une personne de consommer en permanence une grande quantité de nourriture. La névrose boulimique est caractérisée par plusieurs caractéristiques:

  • la fréquence des épisodes de faim insatiable;
  • le désir d'une personne de se débarrasser de la nourriture consommée en prenant des laxatifs;
  • tente de faire vomir;
  • attitude autocritique envers soi-même, faible estime de soi, culpabilité constante.

Le cours de la maladie est accompagné de dépression. En raison du désir d'une personne de normaliser son poids et de se débarrasser des kilogrammes gagnés, des pathologies telles que l'anorexie et la boulimie se développent souvent simultanément.

La malnutrition provoque un gonflement de la coquille parotide. Des vomissements fréquents provoquent une irritation chronique de la gorge. Les médicaments et un apport insuffisant d'éléments nutritifs entraînent la perte des dents, des douleurs musculaires et une fatigue constante.

Au cours du traitement de la boulimie, il est important d'établir la cause du développement de la pathologie. Des lésions organiques du cerveau ou des facteurs affectant l'état du système nerveux peuvent provoquer cette maladie. Si on considère tout ce qui concerne la boulimie, on peut dire que cette pathologie est l’une des variétés du syndrome d’états obsessionnels (plus précisément, la dépendance).

Un signe important de la maladie est l'absence de sentiment de plénitude ou de sensation de faim constante.

Espèces boulimiques

Boulimie nerveuse est divisé en:

  1. Primaire. Il se développe sous l'influence de facteurs provoquants.
  2. La boulimie se produit sur le fond de l'anorexie, ce qui provoque souvent un désir incontrôlable de manger, mais il n'y a pas de sentiment de satiété.

La maladie est classée en deux types, déterminés par le comportement du patient:

  1. Après la prochaine consommation excessive d'aliments prend des mesures visant à nettoyer l'estomac (prendre des laxatifs, provoquant des vomissements).
  2. Au lieu de nettoyer l'estomac adhère à un régime alimentaire spécial, grâce auquel il contrôle son propre poids.

La pathologie comporte plusieurs étapes.

Initialement, la maladie se manifeste par des crises de gourmandise non maîtrisées (pas plus de 1 à 2 fois par mois).

Plus tard, la fréquence de tels épisodes augmente, conduisant à une boulimie chronique.

Causes de la maladie

Pour bien comprendre les caractéristiques de la névrose boulimique, il est nécessaire de s’attaquer aux causes du développement de la maladie. Les causes de la boulimie sont souvent cachées dans les traumatismes psychologiques des enfants. En particulier, les raisons suivantes peuvent conduire au développement de la pathologie:

  • faim fréquente en bas âge;
  • manque d'amour suffisant et de compréhension de la part des parents;
  • mauvaise relation entre l'adolescent et les parents et / ou les pairs;
  • le désir des parents d'encourager l'enfant à manger.

Tout cela contribue au développement d'un complexe d'infériorité, qui est stoppé par la nourriture. Cette condition est la plus caractéristique des femmes âgées de 15 à 28 ans. Cependant, ces dernières années, la boulimie est de plus en plus diagnostiquée chez les patients et le sexe masculin.

La névrose boulimique survient souvent lorsqu'une personne se restreint longtemps dans les aliments.

Parmi les causes possibles de la survenue de ce trouble, il y a la faible estime de soi, qui est produite à la fois par l'adolescent et par son environnement. De plus, le patient commence à traiter de manière critique uniquement sa propre apparence, sans toucher pour autant les autres aspects de l'activité mentale. Par exemple, une fille a un fort désir d'obtenir un chiffre, comme un modèle. Cela conduit à un régime constant, qui s'accompagne souvent de "pannes".

Un autre facteur de faible estime de soi est la tentative de se protéger des plaisirs, par l'auto-punition, de rejeter des événements joyeux et agréables. Dans ce cas, une personne tente de normaliser son état d'esprit en mangeant de grandes quantités de nourriture.

Une carence en micronutriments est l'une des causes probables de la maladie. Le cerveau envoie un signal sur la nécessité de stocker et une personne commence à consommer de la nourriture en quantité illimitée, s'efforçant ainsi de se protéger d'une éventuelle faim. Ceci est dangereux régimes fréquents et rigides.

Dans certains cas, la boulimie se développe en raison d'une prédisposition héréditaire. Certains troubles génétiques entraînent un dysfonctionnement du système endocrinien, ce qui entraîne une pénurie d'hormones contrôlant l'appétit.

Les symptômes

La maladie se développe généralement sous l'influence de facteurs affectant la santé mentale et physique. Par conséquent, la névrose boulimique est diagnostiquée en fonction des symptômes suivants:

  1. Une envie incontrôlée de nourriture. Le patient ne surveille pas la quantité de produits consommés.
  2. Prendre des laxatifs ou des vomissements fréquents pour perdre du poids (plus de deux fois par semaine pendant trois mois).
  3. La transition vers un régime rigide, l'utilisation d'hormones qui réduisent l'appétit.
  4. Le poids corporel ne correspond pas aux niveaux normaux.

Outre les symptômes énumérés de la boulimie mentale, les symptômes de ce trouble comprennent l'obsession de sa propre forme et de son poids. Le patient parle constamment de nourriture et de la nécessité d'une alimentation saine. Il a des pensées obsessionnelles sur le besoin de nourriture. De plus, il cache soigneusement ce fait. En outre, le patient subit des fluctuations de poids allant de 5 à 10 kg.

La présence de boulimie est indiquée par une indiscrétion dans les aliments. Le patient consomme même des aliments gâtés, préférant des repas riches en calories. Trop manger provoque des douleurs abdominales intenses. A ce moment, l'euphorie résultant de la saturation est remplacée par un sentiment de culpabilité (le patient devient déprimé). Ensuite, le patient fait vomir ou prend des laxatifs et d’autres médicaments.

Quelles maladies peuvent causer la boulimie nerveuse?

En raison du manque de nutriments et des vomissements fréquents au fil du temps, les phénomènes suivants commencent à s’embêter:

  • pathologie de la cavité buccale;
  • diminution de la concentration de l'attention, de la mémoire;
  • fatigue persistante;
  • maux de gorge fréquents, maladies catarrhales;
  • voix enrouée;
  • brûlures d'estomac, crampes d'estomac;
  • éclater des vaisseaux sanguins dans les yeux;
  • constipation, troubles intestinaux;
  • une augmentation de la glande parotide due au processus inflammatoire;
  • crampes des membres;
  • dysfonctionnement des muscles rénaux et cardiaques;
  • drainer la peau, perte de cheveux;
  • diminution de la libido (chez les hommes);
  • violation du cycle menstruel (chez les femmes).

Une personne souffrant d'une maladie est diagnostiquée avec une parotite, des pathologies chroniques du tractus gastro-intestinal et des maladies endocriniennes.

Thérapie

La névrose boulimique est traitée par un psychothérapeute ou un psychiatre après avoir identifié les causes de la boulimie. Dans les cas avancés, la participation de spécialistes restreints est requise. Le traitement de la boulimie est principalement effectué à domicile. Les médicaments pris dans le cadre du traitement choisi sont prescrits par un médecin. Si la boulimie ne peut être guérie par des médicaments ou si la maladie menace la santé et la vie du patient (l'enfant pendant le traitement de la femme enceinte), le médecin décide de l'hospitalisation.

Traitement de la toxicomanie

Les antidépresseurs pour la boulimie constituent la base du traitement. Ces médicaments améliorent la conductivité des impulsions nerveuses entre les cellules.

Dans la plupart des cas, des inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine sont utilisés dans le traitement de la boulimie. Les médicaments de ce groupe améliorent le passage de l'influx nerveux du cerveau aux centres responsables du fonctionnement des organes digestifs. Voici une liste des pilules en vente libre:

L'attaque de la boulimie est supprimée à l'aide d'antidépresseurs de la série tricyclique («Amitriptyline», «Imizin»). Les médicaments de ce groupe augmentent la concentration d'adrénaline et de sérotonine, accélérant ainsi le transfert de quantité de mouvement entre les cellules. Les antidépresseurs tricycliques apaisent également le système nerveux, éliminent la dépression et réduisent les fringales de gourmandise. Un effet durable du traitement avec ces médicaments est obtenu dans les 2-4 semaines.

Les antidépresseurs pour la boulimie doivent être prescrits par un médecin. La prise incontrôlée de médicaments provoque une maladie cardiaque et d’autres complications graves.

Si la maladie est diagnostiquée au stade initial de développement, des médicaments antiémétiques (antiémétiques) sont utilisés. L'administration de ces médicaments ("Zofran", "Tsirukal") est recommandée pendant la période où le traitement aux antidépresseurs n'a pas eu d'effet durable.

Psychothérapie

Le traitement de la névrose boulimique par un psychologue est effectué selon un programme individuel, qui est élaboré en tenant compte des caractéristiques de chaque cas particulier. Habituellement, 10 à 20 séances suffisent pour la récupération complète du patient.

La névrose boulimique est traitée avec:

  1. Psychanalyse La méthode consiste à identifier les causes du développement de la maladie de boulimie.
  2. Thérapie cognitivo-comportementale. Il est considéré comme l'une des méthodes les plus efficaces. Une telle thérapie implique un changement d'attitude du patient envers lui-même et son entourage, des événements actuels et d'autres facteurs provoquant une soif de nourriture.
  3. Psychothérapie interpersonnelle. La méthode est indiquée dans les cas où la boulimie survient simultanément à la dépression.
  4. Thérapie familiale. Dans le cadre de cette approche, les contradictions et les conflits entre proches sont éliminés.
  5. Thérapie de groupe. Cette méthode est efficace au stade final du traitement général.

Pendant le traitement, le médecin ajuste le régime quotidien du patient, y compris des aliments et des repas sains (en petites quantités), dans lesquels le patient s'est limité.

Il est également recommandé de tenir un journal, en notant les changements en cours, la quantité de nourriture consommée et d’autres nuances importantes. Une personne souffrant de boulimie devrait augmenter son activité physique.

Prévention et pronostic

La boulimie nerveuse est traitable. Cependant, l'efficacité du traitement dépend du comportement du patient. Si le patient refuse le traitement prescrit ou cesse de prendre les antidépresseurs à l'avance, les conséquences graves de la boulimie se développent: troubles cardiovasculaires, dépression, saignements internes. Dans les cas avancés, le patient décède d'une insuffisance rénale ou d'autres pathologies.

Une maladie comme la boulimie nécessite une correction de l'état psychoémotionnel. Dans la plupart des cas, la pathologie se développe en raison de troubles nerveux associés à un traumatisme ou au stress chez l’enfant. À cet égard, pour la prévention de la maladie, il est nécessaire d’éliminer les facteurs provoquants au moyen d’une psychothérapie.

En Savoir Plus Sur La Schizophrénie