La disgraphie est un trouble persistant du processus d'écriture, dû à une altération des fonctions mentales régulant l'aptitude à apprendre le langage oral et écrit. La déviation se manifeste par des erreurs typiques et récurrentes, dont une personne ne peut se débarrasser. La disgraphie est très courante: elle touche 53% des enfants âgés de 8 à 8,5 ans et près de 40% des lycéens. Et nous ne parlons pas d'écriture laide, d'écriture bâclée ou de violations des règles et normes d'orthographe.

Nous aiderons les parents à comprendre si leurs enfants ont tendance à avoir une dysgraphie et à vous expliquer comment y remédier.

Ne pas ignorer le problème

Constatant que l'enfant ne maîtrise pas assez bien ses compétences en écriture, de nombreux parents accusent cet enseignant "peu attentionné". Et en vain. En règle générale, la disgraphie chez les enfants se développe par la suite sous l’influence de divers facteurs beaucoup plus tôt. Parmi eux:

  • malformations prénatales;
  • traumatisme à la naissance ou asphyxie au moment de la naissance;
  • maladies infectieuses graves (encéphalite, méningite et autres maladies qui appauvrissent le système nerveux);
  • tumeurs cérébrales;
  • retard mental;
  • troubles de la parole.

Les enfants à risque sont ceux dont les parents ont un vocabulaire restreint, un discours flou ou faux, ou qui ne se soucient tout simplement pas de communiquer avec le bébé. Curieusement, on trouve aussi des dysgraphiques chez ceux avec qui ils étaient trop actifs avant d'entrer à l'école, les obligeant à assimiler des informations trop difficiles à comprendre.

En présence de dysgraphie, il ne faut pas espérer que l'enfant «surmontera» le problème. Les violations persistantes de la lettre, qui ne sont pas liées à l'ignorance des normes orthographiques, doivent être corrigées avec la participation d'un psychologue, d'un orthophoniste, de professeurs et, bien entendu, de parents. De plus, certains patients ont besoin de l’aide d’un neurologue, d’un oto-rhino-laryngologiste, d’un réhabilitologue, etc.

Soyez patient

Les erreurs abondantes et élémentaires dans une lettre commises par un enfant dysgraphique sont généralement gênantes pour les adultes, d’autant plus que la dysgraphie se caractérise par la répétition persistante des mêmes erreurs. Les plus courants sont:

  • confusion dans l'écriture des lettres de type gothique et "k", "d" et "t", "b" et "n") ou graphiques ("w" et "n", "x" et "g"), "L" et "m");
  • écrire des majuscules au lieu de minuscules (et vice versa);
  • image miroir des lettres;
  • transposition de syllabes en mots;
  • ajouter aux mots des syllabes ou des lettres supplémentaires;
  • l'absence de mots de fins;
  • incohérence des fins génériques, numériques et des cas;
  • violations de la structure du texte, omissions des membres des peines.

En attendant, en étudiant avec un enfant dysgraphique, vous ne devriez pas être pressé et ennuyé. Un adulte devrait savoir que la tâche élémentaire de l’enfant n’est pas une tâche de ce type. La présence d'un mentor en colère et impatient ne fait qu'aggraver la situation et augmenter le nombre d'erreurs.

Organiser un lieu d'étude

L'enfant doit être engagé dans une pièce bien ventilée et bien éclairée. Il est important que rien ne le distrait: vous devez éteindre l'ordinateur et la télévision, retirer les éléments inutiles de la table et, si possible, demander aux autres membres de la famille de quitter la pièce. Le mobilier et les fournitures de bureau doivent faire l'objet d'une attention particulière: une table, une chaise ainsi qu'un stylo ou un crayon avec lequel l'enfant écrit doivent être aussi à l'aise que possible.

Éviter le surmenage

Un enfant souffrant de dysgraphie n’a pas de réelle compétence en écriture. Les longues classes le fatiguent, ce qui nécessite des pauses régulières de 10 à 15 minutes. À ce moment, il peut courir, boire un verre de jus de fruit ou manger une pomme, jouer. En aucun cas, ne peut pas combiner le travail sur le texte avec regarder la télévision ou un jeu d'ordinateur: l'enfant sera difficile à se concentrer.

Jouer avec bébé

Les plus jeunes élèves apprennent plus facilement les informations classées sous forme de jeu. Il existe de nombreuses méthodes d'enseignement de l'écriture à l'aide de rébus, de devinettes, de coloriages, etc. Bien entendu, elles doivent être sélectionnées individuellement. À cette occasion, il est utile de consulter un psychologue et un orthophoniste.

Parler des mots troublés

Les experts conseillent d’expliquer en détail à l’enfant l’orthographe de chaque mot, en répétant à maintes reprises et en articulant clairement les points problématiques. Il est important que le bébé prononce également les mots qu'il écrit en syllabes. Chaque erreur doit être corrigée en répétant le mot. Le cas avance lentement, mais blâmer l'enfant pour le manque d'intelligence est inacceptable: cela peut annuler l'effet complet des leçons.

Lire à haute voix

La richesse du vocabulaire, le développement général d'une personne et la qualité de son écriture dépendent directement de la quantité de fiction qu'il lit et de la facilité avec laquelle le processus nommé lui est donné. Pour les enfants atteints de dysgraphie, la lecture est généralement problématique. Il est difficile de remédier à la situation, car l’attitude envers la lecture comme exercice difficile, désagréable et inutile à l’âge de 7 à 8 ans a déjà été formée. Mais même dans une telle situation, vous devriez essayer d'intéresser l'enfant aux livres.

Pour commencer, des nouvelles ou des poèmes appropriés, des histoires amusantes et amusantes. Vous ne pouvez pas forcer l'enfant à lire et le laisser seul avec cette activité. Il est préférable d’organiser la lecture à haute voix, tour à tour ou par rôles. Les parents doivent toutefois s’assurer que le bébé prononce soigneusement tous les mots et attire l’attention sur leur orthographe correcte.

Fournir un soutien moral à votre enfant.

Lorsque l'enfant dysgraphique est difficile à apprendre à l'école. Il souffre du mécontentement constant des enseignants et s'habitue à se considérer moins performant que ses pairs. Oui, et ses camarades de classe se réfèrent parfois à lui sans sympathie, se moquant de la "stupidité", qui déprime encore et conduit à une diminution de l'estime de soi.

Dans une telle situation, seuls l'amour et la compréhension des parents peuvent rectifier la situation ou au moins réduire la gravité du problème. Les membres adultes de la famille doivent veiller à ce que le bébé reçoive toute l'assistance nécessaire (cours avec des spécialistes, diagnostic et traitement des maladies qu'il présente, attitude amicale lors de l'exécution de tâches). Il est important de féliciter l'enfant le plus souvent possible, de célébrer ses succès et de ne pas blâmer ses erreurs et ses échecs.

Selon les experts, la dysgraphie peut être réparée chez un enfant de 8 ans et plus. À cette époque, les compétences de base en écriture étaient normalement formées. La présence d'un problème est indiquée par des défauts typiques, répétitifs et compulsifs dans l'écriture. Ils sont presque toujours combinés avec un vocabulaire médiocre, des troubles de la parole, une mauvaise mémoire. En plus de la dysgraphie, ces enfants ont souvent une hyperactivité, des performances médiocres et une difficulté à se concentrer.

La déviation peut être corrigée, mais le degré de correction dépend des efforts déployés par les proches. Il est important de comprendre que la dysgraphie ne passe jamais seule. Plus tôt le bébé tombera entre les mains de spécialistes et plus leurs recommandations seront mises en œuvre avec soin, meilleur sera le résultat. Il est recommandé que, à la fin du primaire, l'enfant maîtrise parfaitement les compétences d'écriture; sinon, les problèmes liés à la formation ultérieure et à la réalisation sociale sont inévitables.

Disgraphie

La disgrafia est un trouble partiel du processus d'écriture associé à une formation insuffisante (ou à une désintégration) des fonctions mentales impliquées dans la mise en œuvre et le contrôle de l'écriture. Dégraphier traduit des erreurs persistantes, typiques et répétées dans l'écriture, qui ne disparaissent pas d'elles-mêmes sans formation ciblée. Le diagnostic de la dysgraphie comprend l'analyse du travail écrit, l'examen du discours oral et écrit à l'aide d'une méthode spéciale. Le travail correctionnel visant à surmonter les dysgraphies nécessite l'élimination des violations de la prononciation, du développement des processus phonémiques, du vocabulaire, de la grammaire, de la parole cohérente et des fonctions autres que la parole.

Disgraphie

Dégraphier - défauts spécifiques de la lettre, causés par des violations du VPF, participant au processus d'écriture. Selon des études, une dysgraphie est détectée chez 53% des élèves de deuxième année et de 37 à 39% des élèves de niveau moyen, ce qui indique la durabilité de cette forme de trouble de la parole. La prévalence élevée de la dysgraphie chez les écoliers est liée au fait qu'environ la moitié des diplômés de la maternelle fréquentent la première année avec la PNF ou l'ONR, ce qui ne permet pas le processus d'alphabétisation à part entière.

Selon le degré de gravité des troubles du processus d’écriture, l’orthophonie distingue la dysgraphie et l’agraphie. Avec la dysgraphie, la lettre est déformée mais continue à fonctionner comme un moyen de communication. Agrafiyu caractérise l'incapacité première à maîtriser les compétences en écriture, leur perte totale. La lettre et la lecture étant inextricablement liées, la violation de la lettre (dysgraphie, agraphie) est généralement accompagnée d'une violation de la lecture (dyslexie, alexie).

Causes de la dysgraphie

La maîtrise du processus d’écriture est en relation étroite avec le degré de formation de tous les aspects de la parole orale: prononciation saine, perception phonémique, les aspects lexical et grammatical de la parole, parole cohérente. Par conséquent, les mêmes causes organiques et fonctionnelles qui causent la dyslalie, alalia, la dysarthrie, l'aphasie et le développement psycho-oral peuvent être la base du développement de la dysgraphie.

Le sous-développement ou des lésions cérébrales durant les périodes prénatale, natale et postnatale peuvent entraîner l’apparition ultérieure de dysgraphie: pathologie de la grossesse, traumatisme à la naissance, asphyxie, méningite et encéphalite, infections et maladies somatiques graves entraînant l’épuisement du système nerveux de l’enfant.

Les facteurs socio-psychologiques contribuant à l’apparition de la dysgraphie incluent le bilinguisme (bilinguisme) dans la famille, le discours incompris ou incorrect, le manque de contacts vocaux, l’inattention portée au discours de l’enfant par les adultes, l’apprentissage précoce et non justifié de l’alphabétisation de l’enfant en l'absence de préparation psychologique. Le groupe à risque de survenue de dysgraphies est constitué d'enfants présentant une prédisposition constitutionnelle, divers troubles de la parole, CRA.

Les blessures à la tête, les accidents vasculaires cérébraux, les tumeurs au cerveau et les interventions neurochirurgicales entraînent le plus souvent une dysgraphie ou une agraphie chez l'adulte.

Mécanismes dysgraphiques

Une lettre est un processus complexe à plusieurs niveaux, dans lequel différents analyseurs sont impliqués: moteur de la parole, parole, visuel, moteur, effectuant une traduction séquentielle de l'articulème en phonème, phonème en graphème, graphème en kinème. La clé de la maîtrise de la lettre réside dans un niveau assez élevé de développement du discours oral. Cependant, contrairement à la parole orale, la parole écrite ne peut être développée que sous la condition d'une formation ciblée.

Conformément aux concepts modernes, la pathogenèse de la dysgraphie chez les enfants est associée au développement intempestif du processus de latéralisation des fonctions cérébrales, notamment la mise en place des fonctions de gestion de la parole dominantes du grand hémisphère. Normalement, ces processus devraient être terminés au début de la scolarité. En cas de latéralisation retardée et de présence de gaucher caché chez un enfant, le contrôle cortical sur le processus d'écriture est violé. Avec la dysgraphie, il y a un manque de formation de fonctions mentales supérieures (perception, mémoire, pensée), sphère émotionnelle-volitive, analyse et synthèse visuelle, représentations opto-spatiales, processus phonémiques, analyse et synthèse de syllabes, et lexique et grammatical de la parole.

Du point de vue de la psycholinguistique, les mécanismes de la dysphrisme sont considérés comme une violation des opérations de production d’une déclaration écrite: conception et programmation interne, structuration lexicale et grammaticale, division de phrases en mots, analyse phonémique, corrélation de phonèmes avec graphème, réalisation motrice de l’écriture sous contrôle visuel et kinesthésique.

Classification de la dysgraphie

En fonction du manque de formation ou de violation de telle ou telle opération d'écriture, il existe 5 formes de dé-graphie:

  • désarticulation articulo-acoustique associée à une articulation altérée, à la prononciation du son et à la perception phonémique;
  • dysgraphie acoustique associée à une altération de la reconnaissance phonémique;
  • dysgraphie sur la base d'un manque d'analyse et de synthèse du langage;
  • la dysgraphie grammaticale associée au sous-développement de l'aspect lexico-grammatical de la parole;
  • Disgraphing optique dû au manque de représentations visuelles et spatiales.

En plus des formes «pures» de la dysgraphie, on rencontre des formes mixtes dans la pratique de l’orthophonie.

Faits saillants de la classification moderne:

I. Violations spécifiques de la lettre:

  • 1.1. Dysgraphie dysphonologique (paralicale, phonémique).
  • 1.2. Dysgraphies métalinguistiques (dyspraxiques ou dysgraphies motrices dues à la violation des opérations du langage).
  • 2.1. Dysorphographie morphologique.
  • 2.2. Dysorphographie syntaxique.

Ii. Violations non spécifiques de la lettre associées à la négligence pédagogique, CRA, MA, etc.

Symptômes de Disgrafia

Les signes qui caractérisent la dysgraphie incluent des erreurs typiques et répétées de nature persistante dans la lettre, qui ne sont pas liées au manque de connaissance des règles et normes de la langue. Les erreurs typiques rencontrées dans divers types de dysgraphies peuvent se manifester en mélangeant et en remplaçant des lettres manuscrites graphiquement similaires (w, w, t, wd, m-l) ou des sons similaires en écriture (B - n, d - t, g - k, w-g); distorsion de la structure alphabétique syllabe du mot (omissions, permutations, ajout de lettres et de syllabes); violation de la cohésion et séparation de l'orthographe des mots; Agrammatisme sur la lettre (violation d'inflexion et alignement des mots dans la phrase). De plus, lorsqu’ils écrivent des dysgraphies, les enfants écrivent lentement, leur écriture est généralement difficile à distinguer. Il peut y avoir des fluctuations de hauteur et d’inclinaison des lettres, des glissements de ligne, des lettres majuscules par des lettres minuscules et vice versa. On ne peut parler de dysgraphie qu'après que l'enfant a maîtrisé la technique de l'écriture, c'est-à-dire pas avant 8 à 8 ans et demi.

Dans le cas de la dysgraphie articulo-acoustique, des erreurs spécifiques dans la lettre sont associées à une prononciation incorrecte du son (comme il est dit et écrit). Dans ce cas, les remplacements et les omissions de lettres sur la lettre répètent les erreurs sonores correspondantes dans le discours oral. La dysgraphie articulo-acoustique se produit dans les dyslales polymorphes, les rhinolales et la dysarthrie (c'est-à-dire chez les enfants présentant un sous-développement de la parole phonétique-phonémique).

Avec la dysgraphie acoustique, la prononciation du son n’est pas perturbée, mais la perception phonémique n’est pas suffisamment formée. Les erreurs sur la lettre ont le caractère de remplacer des lettres correspondant à des sons semblables (sifflement - sifflement, voix - sourd et vice-versa, affiliation - leurs composants).

Dégrader sur la base des violations de l'analyse et de la synthèse du langage caractérise la violation de la division des mots en syllabes et des phrases en mots. Avec cette forme de dysgraphie, l’élève manque, répète ou échange des lettres et des syllabes; écrit des lettres supplémentaires dans un mot ou n'ajoute pas de mots à la fin; écrit des mots avec des prépositions ensemble et avec des préfixes séparément. La disgrafia sur la base des violations de l'analyse de la langue et de la synthèse se produit le plus souvent chez les écoliers.

La dysgraphie agrammatique est caractérisée par de multiples agrammatismes dans l’écriture: changement de mots inapproprié dans les cas, le sexe et le nombre; violation des mots dans la phrase; violation des constructions prépositionnelles (séquence de mots incorrecte, omissions des membres de la phrase, etc.). La dysgraphie agrammatique accompagne généralement le sous-développement général de la parole dû à Alalia, la dysarthrie.

Le dessin graphique optique remplace ou mélange des lettres graphiquement similaires dans une lettre. Si la reconnaissance et la reproduction des lettres isolées sont altérées, ils parlent de dysgraphie optique littérale; si le modèle de lettres dans un mot est violé - à propos de la détection optique verbale. Les erreurs typiques rencontrées lors de la représentation optique incluent la souscription ou l’ajout d’éléments de lettres (l au lieu de m; x au lieu de x et vice versa), l’écriture miroir de lettres.

Très souvent, les symptômes dysgraphiques révèlent des symptômes non verbaux: troubles neurologiques, diminution des performances, distractibilité, hyperactivité, diminution de la mémoire, etc.

Dysgraphie diagnostique

Pour identifier les causes organiques de la dysgraphie, ainsi que l’exclusion des défauts de la vision et de l’ouïe pouvant entraîner des violations de la lettre, il est nécessaire de consulter un neurologue (neurologue pédiatrique), un ophtalmologiste (oculiste pédiatrique) et un otolaryngologiste (ORL pédiatrique). L'examen du niveau de formation de la fonction de parole est effectué par un orthophoniste.

Les tâches de diagnostic de la langue écrite sont la distinction entre l'ignorance démesurée et élémentaire des règles d'orthographe, ainsi que la définition de sa forme. L’examen de la dysgraphie s’effectue en plusieurs étapes. Le premier est l'étude et l'analyse du travail écrit. Afin de clarifier les causes possibles de la dysgraphie, le développement général et le développement de la parole de l'enfant sont soigneusement étudiés; attire l'attention sur l'état du système nerveux central, la vision, l'audition. Ensuite, la structure de l'appareil articulatoire, la parole et la motricité manuelle sont examinées, la main principale est déterminée, etc.

L’évaluation de l’état de la prononciation, de l’analyse phonémique et de la synthèse phonémique constitue un aspect important de l’examen des dysgraphies; différenciation auditive des sons; structure syllabe du mot; vocabulaire et structure grammaticale de la parole. Après une étude approfondie de la formation de la parole orale, ils sont transférés à une étude de la langue écrite: un enfant ou un adulte atteint de dysgraphie se voit confier la tâche de copier un texte écrit ou manuscrit, une lettre de dictée, de décrire une image, de lire des syllabes, des mots, des textes, etc.

Sur la base de l'analyse des erreurs typiques reflétées dans le protocole de l'examen de la parole, une conclusion en orthophonie est réalisée.

Correction de la dysgraphie

Le travail d'orthophonie sur la correction des dysgraphies est construit en tenant compte des mécanismes et des formes de violation de l'écriture. Les approches générales visant à surmonter les dysgraphies suggèrent de combler les lacunes dans la prononciation du son et les processus phonémiques; enrichissement du dictionnaire et formation du côté grammatical du discours; développement d'un discours cohérent. Le développement de l'activité analytique-synthétique, de la perception auditive et spatiale, de la mémoire, de la pensée et de la sphère motrice est important dans la structure des cours d'orthophonie pour la correction de la dysgraphie. Les compétences acquises de la parole orale sont fixées à l'aide d'exercices écrits.

Pour la maladie principale, les personnes atteintes de dysgraphie et d’agraphie peuvent se voir prescrire des traitements médicamenteux et des traitements de rééducation (thérapie physique, massages, exercices, hydrothérapie).

Pronostic et prévention de la dysgraphie

Pour surmonter la dysgraphie, il faut un travail bien coordonné d'un orthophoniste, d'un enseignant, d'un neurologue, de l'enfant et de ses parents (ou d'un patient adulte). Comme les violations de la lettre ne disparaissent pas d'elles-mêmes pendant le processus de scolarisation, les enfants atteints de dysgraphie devraient recevoir une orthophonie au journal de l'école.

La prévention de la dysgraphie doit commencer avant même que l’enfant commence à lire. Dans le travail préventif, il est nécessaire d’inclure le développement ciblé de fonctions mentales supérieures, qui contribuent à la maîtrise normale des processus d’écriture et de lecture, des fonctions sensorielles, des représentations spatiales, des différenciations auditives et visuelles, de la praxis constructive et des capacités de locomotion. La correction opportune des troubles de la parole, la résolution du sous-développement phonétique, phonétique-phonémique et général de la parole sont importantes.

L’évaluation des progrès de la langue russe chez les enfants atteints de dysgraphie est un problème difficile. Au cours de la période de travail correctionnel, il est conseillé de procéder à un contrôle conjoint des examens en russe par l'enseignant et l'orthophoniste, en affectant des erreurs spécifiques de type graphique qui ne devraient pas être prises en compte lors de la notation.

Dégraphie: définition, causes, symptômes et traitement


"Le silence règne dans la forêt endormie,

Les tours sont les ennuis des zones de zones,

Les oiseaux applaudiront toute la journée.

Rivières Rutzay melte "

"Quels sont ces mots si intéressants?" - vous demandez, et vous aurez raison, car dans notre langue, il n'y a pas de tels mots. En attendant, c'est tout à fait russe, bien qu'étrange. Et les enfants écrivent ces mots dans leurs cahiers et leurs écrits (le plus souvent (étudiants plus jeunes, mais plus tard), souffrant d'un trouble spécial appelé «dysgraphie». Nous discuterons ensuite de la nature de la déviation, de la manière dont elle se manifeste et qui est diagnostiquée, et de la façon de la traiter.

Quelle est la dysgraphie

La disgraphie est un état pathologique dans lequel il existe un désordre dans le processus d'écriture. Environ 50% des écoliers du primaire et environ 35% des lycéens sont au courant de cette maladie. En outre, cette pathologie peut également se développer chez l'adulte (10% de tous les cas), qui pour une raison quelconque a altéré le travail des fonctions mentales supérieures. De plus, ce trouble est étroitement lié à la dyslexie - une déviation dans le processus de lecture, car la lecture et l’écriture sont deux composantes d’un même processus mental.

L'histoire de la dysgraphie

Pour la première fois, le thérapeute allemand Adolf Kussmaul s'est distingué en 1877 en tant que pathologie indépendante des troubles de l'écriture et de la lecture. Après cela, de nombreuses œuvres ont paru, décrivant diverses violations de l'écriture et de la lecture chez les enfants. Cependant, ils étaient considérés comme un trouble de l'écriture et certains scientifiques ont fait remarquer qu'il s'agissait généralement d'un signe de démence et ne caractérisaient que les enfants retardés.

Mais déjà en 1896, le thérapeute V. Pringle Morgan décrivit le cas d'un garçon de 14 ans qui avait une intelligence tout à fait normale, mais il y avait des violations de l'écriture et de la lecture (c'était une question de dyslexie). Après cela, d'autres ont enquêté sur la violation de l'écriture et de la lecture en tant que pathologie indépendante sans rapport avec le retard mental. Un peu plus tard (au début des années 1900), le scientifique D. Ginshelwood a introduit les termes «alexia» et «agraphia», désignant une forme de désordre grave et légère.

Le temps a passé et la compréhension de la nature du rejet de l'écriture et de la lecture a changé. Cela n'était plus défini comme une violation optique uniforme; a commencé à utiliser différents concepts: "alexie" et "dyslexie", "agraphie" et "dysgraphie"; commencé à distinguer différentes formes et classifications de dysgraphies (et, bien sûr, de dyslexie).

Par la suite, les troubles du processus d’écriture et de lecture ont commencé à être étudiés par un nombre croissant de spécialistes, y compris des spécialistes nationaux. Les plus significatifs sont les travaux des neuropathologistes Samuel Mnukhin et Roman Alexandrovich Tkachev. Selon Tkachev, la base des violations est constituée par les violations ménagères (troubles de la mémoire) et, selon les idées de Mnoukhine, leur fondement psychopathologique général réside dans la violation de la formation de la structure.

À la fin du XXe siècle, des défectologues, des éducateurs et des psychologues, tels que R. E. Levin, R. M. Boskis, M. E. Khvattsev, F. A. Rau et d'autres, commencent à étudier la dysgraphie (et la dyslexie).. Si nous parlons de scientifiques modernes et plus particulièrement de dysgraphie, alors L. G. Nevolina, A.N. Kornev, S.S. Lyapidevsky, S.N. Shakhovskaya et d'autres ont apporté une contribution importante à son étude. Sur la base des résultats de leurs recherches, nous poursuivrons notre article.

Causes de la dysgraphie

Malgré des études approfondies, les causes de la dysgraphie avec une précision de cent pour cent ne sont pas encore claires. Mais certaines données sont toujours disponibles. Par exemple, les scientifiques susmentionnés disent que les troubles de l'écriture peuvent causer:

  • Causes biologiques: hérédité, dommages ou sous-développement du cerveau à différentes périodes du développement de l'enfant, pathologie de la grossesse, lésion foetale, asphyxie, maladies somatiques graves, infections du système nerveux.
  • Causes socio-psychologiques: syndrome d'hospitalalisme (troubles causés par le séjour prolongé d'une personne à l'hôpital en dehors de son domicile et de sa famille), négligence pédagogique, manque de contacts vocaux, éducation dans des familles bilingues.
  • Des raisons sociales et environnementales: des besoins d’alphabétisme excessifs pour l’enfant, un âge de l’alphabétisme mal défini (trop tôt), un rythme et des méthodes d’enseignement inadéquats.

Comme vous le savez, une personne commence à maîtriser les compétences en écriture lorsque toutes les composantes de son discours oral sont correctement formées: prononciation saine, composante lexicale et grammaticale, perception phonétique, connectivité de la parole. Si, lors de la formation du cerveau, les violations susmentionnées se sont produites, le risque de développement dysgraphique est très élevé.

Il est également important de noter que les enfants atteints de différents troubles fonctionnels des organes de l'audition et de la vision, qui entraînent des déviations dans l'analyse et la synthèse d'informations, sont sujets à des dysgraphies. Et chez l'adulte, les accidents vasculaires cérébraux, les lésions cérébrales, les interventions neurochirurgicales et les processus tumoraux cérébraux peuvent déclencher le développement d'une pathologie. En exerçant un certain impact sur le développement d'une personne, l'un ou l'autre des facteurs ci-dessus conduit à la dysgraphie, qui peut se manifester sous différentes formes.

Types de dysgraphie

Aujourd'hui, les experts divisent la dysgraphie en cinq formes de base, chacune dépendant de l'opération écrite cassée ou non formée:

  • Dysgraphie acoustique - caractérisée par une altération de la reconnaissance du son phonémique
  • Dysgraphie articulo-acoustique - caractérisée par une articulation et une perception altérées de la phonémique (audition phonémique), ainsi que par des difficultés de prononciation du son
  • Disgraphia agrammatique - caractérisée par des problèmes de développement lexical et de développement de la structure grammaticale de la parole
  • Disgrafiya optique - caractérisé par une perception visuelle et spatiale non développée
  • Une forme particulière de dysgraphie causée par le manque de synthèse de la langue

En pratique, tout type de dysgraphie sous sa forme pure est assez rare, car Dans la plupart des cas, la dysgraphie prend une forme mixte, mais avec une prédominance quelconque. Il peut être installé en fonction des caractéristiques.

Symptômes de Disgrafia

Comme toute violation de l’orthophonie, la dysgraphie présente un certain nombre de symptômes. En règle générale, il se fait connaître par des erreurs systématiques d’écriture, mais ces erreurs sont commises par des personnes qui ne connaissent pas les normes et règles linguistiques. Dans la plupart des cas, des erreurs surviennent lors du remplacement ou du déplacement de sons similaires ou de lettres similaires, de lettres manquantes et de syllabes dans les mots ou de modification de leur emplacement, en ajoutant des lettres supplémentaires. Il existe également une écriture cohérente de nombreux mots et un manque de cohérence des mots et des formes de mots dans les phrases. Dans le même temps, il existe une faible vitesse d'écriture et une écriture difficile à lire.

Mais parlons des symptômes, qui peuvent avec un certain degré de probabilité parler du développement d'une dysgraphie d'un type particulier:

  • Avec la dysgraphie acoustique, il n’ya peut-être pas de violation de la prononciation des sons, mais leur perception sera certainement fausse. Sur la lettre, cela se manifeste par le remplacement des sons entendus par une personne, ceux qui leur sont similaires lors de la prononciation, par exemple, les sifflements sont remplacés par des sifflements, des sons sourds - exprimés (S-N, F-Z, etc.), etc..
  • Lors de l'articulation de la discographie acoustique, les erreurs dans la lettre sont spécifiquement associées à une prononciation incorrecte des sons. Une personne écrit exactement comme elle entend. En règle générale, ces symptômes surviennent chez les enfants dont le côté de la parole phonétique et phonémique est peu développé. En passant, les erreurs dans la dysgraphie de ce type seront similaires à la fois en prononciation et en écriture (par exemple, si un enfant dit «voix mixte», il écrira de la même manière).
  • Dans le cas de la dysgraphie agrammatique, les mots changent de cas, les déclinaisons sont confuses, l’enfant est incapable de déterminer le nombre et le sexe (par exemple, "soleil éclatant", "bonne tante", "trois ours", etc.). Les phrases diffèrent par l'incohérence dans la formulation des mots, certains membres de la phrase pouvant être complètement omis. Quant à la parole, elle est inhibée et sous-développée.
  • Avec la dysgraphie optique, les lettres sont mélangées et remplacées par celles qui sont visuellement similaires aux bonnes. Ici, il faut distinguer entre la dysgraphie optique littérale (les lettres isolées sont mal reproduites) et la dysgraphie optique verbale (les lettres dans les mots sont mal reproduites). Le plus souvent, les lettres "sont en miroir", des éléments supplémentaires leur sont ajoutés ou des éléments nécessaires sont sous-écrits (par exemple, T est écrit P, L - M, A - D), etc.)
  • En cas de dysgraphie provoquée par un manque de formation de la synthèse linguistique, l’enfant change de lettres et de syllabes par endroits, n’ajoute pas de mots à la fin, n’ajoute pas de mots inutiles, écrit des prépositions avec des mots et en sépare les préfixes (par exemple, «marchait», «table», etc.). ) Ce type de dysgraphie est considéré comme le plus fréquent chez les écoliers.

Entre autres choses, les personnes atteintes de dysgraphie peuvent présenter des symptômes non liés à l’orthophonie. Ce sont généralement des troubles et des troubles de nature neurologique, tels que des performances médiocres, des problèmes de concentration, une distractibilité accrue, des troubles de la mémoire, une hyperactivité.

Avec la manifestation systématique des symptômes considérés, il est nécessaire de faire appel à un spécialiste capable d'effectuer un diagnostic approfondi et de distinguer la pathologie de l'analphabétisme banal. Un tel spécialiste est un orthophoniste. En passant, gardez à l’esprit que le diagnostic de «dysgraphie» n’est posé que si l’enfant a déjà des compétences en écriture, c.-à-d. pas avant l'âge de 9 ans. Sinon, le diagnostic peut être erroné.

Dysgraphie diagnostique

Comme nous l'avons dit, pour diagnostiquer la dysgraphie, vous devez consulter un orthophoniste. Cependant, la consultation avec d'autres spécialistes est très importante. Parmi ces spécialistes figurent un psychologue, un ophtalmologue, un neurologue et un ORL. Ils aideront à éliminer les défauts des organes de la vue et de l’ouïe, ainsi que les troubles mentaux. Ce n’est qu’après cela que l’orthophoniste, après avoir examiné les symptômes, peut établir que la dysgraphie se développe et déterminer son apparence.

Les mesures de diagnostic sont toujours effectuées de manière complète et progressive. Les œuvres écrites sont analysées, le développement général et de la parole, l'état du système nerveux central, les organes de la vue et de l'ouïe, la motilité de la parole et les appareils d'articulation sont évalués. Pour l'analyse du discours écrit, le spécialiste peut proposer à l'enfant de réécrire le texte imprimé ou manuscrit, d'écrire le texte sous la dictée, de décrire une histoire à partir du dessin, de le lire à haute voix. Sur la base des données obtenues, un protocole est établi et le médecin tire ses conclusions.

Dans le diagnostic joue un rôle énorme et le temps dans lequel il passe. Il est préférable de demander conseil au plus bas âge possible (de préférence à la maternelle) afin de pouvoir commencer à corriger la déviation au tout début. Si, dans l'enfance, les mesures nécessaires ne sont pas prises, la discographie se manifestera à l'âge adulte et il sera beaucoup plus problématique de l'éliminer.

Correction et traitement de la dysgraphie

Contrairement aux pays occidentaux, où des programmes spéciaux ont été développés pour le traitement et la correction de la dysgraphie, il n’existe pas encore de tels programmes en Russie. C'est pourquoi les mesures correctives doivent commencer dès l'âge de la maternelle et inclure des techniques spéciales et des techniques que possèdent les orthophonistes. Mais avec l'aide d'un programme scolaire régulier pour éliminer les dysgraphies ne fonctionnera pas. En réalité, personne ne peut éliminer complètement la déviation - telle est sa spécificité. Cependant, il est encore possible de rapprocher les compétences en écriture de l'idéal.

Les programmes correctifs sont nécessairement développés en tenant compte des caractéristiques individuelles de chaque cas individuel et, bien entendu, de la forme de la violation. Afin de corriger la déviation, le spécialiste développe un système permettant de combler les lacunes dans les processus importants pour la formation de la compétence en écriture et travaille au développement de la parole et à sa cohérence. Des tâches pour la formation de la grammaire et le développement du lexique sont également définies, la perception spatiale et auditive est corrigée et les processus de pensée et la mémoire sont développés. Tout cela conduit au développement des compétences en écriture.

En plus du complexe d'orthophonie, les médecins ont souvent recours à la thérapie physique, aux massages et à la physiothérapie. En ce qui concerne le traitement de la toxicomanie, sa faisabilité et son efficacité restent une grande question.

Si vous décidez de participer directement au traitement de la dysgraphie chez votre enfant, utilisez l'activité de jeu. Il est utile que les plus jeunes élèves donnent des devoirs pour la création de mots en lettres magnétiques - cela renforce considérablement la perception visuelle des éléments des lettres. Et écrire des dictées améliore la perception auditive des sons.

Il est utile de jouer avec votre enfant dans l'historien - lorsque celui-ci écrit les lettres à la plume et à l'encre. Le choix des outils d'écriture conventionnels doit être abordé avec sagesse. Il est recommandé d’acheter des stylos, des crayons et des feutres au corps rugueux ou irrégulier, car ils massent les extrémités distales des doigts, moyennant quoi des signaux supplémentaires sont envoyés au cerveau.

En fait, il existe de nombreuses options pour résoudre les écarts d'une lettre, mais toutes doivent être discutées avec un orthophoniste. Nous recommandons également de faire référence à la littérature spécialisée. Faites attention aux livres de E. V. Mazanova («J'apprends à ne pas confondre les lettres», «J'apprends à ne pas confondre les sons»), O. V. Chistyakova («30 cours de russe pour prévenir la dysgraphie», «Nous corrigeons la dysgraphie»), I. Y. Ogloblina (cahiers orthophoniques pour la correction dysgraphique), O. M. Kovalenko («Correction des troubles de l'écriture»), O. I. Azova («Diagnostic et correction des troubles de l'écriture»).

Ces livres contiennent beaucoup de matériel utile pour l’auto-apprentissage à la maison. Mais un résultat rapide est difficilement possible et vous devez donc être patient et réagir correctement aux erreurs. Les cours devraient être systématiques, mais de courte durée. Assurez-vous de donner à votre enfant l'occasion de se détendre, de jouer et de faire ses choses préférées. Et prenez votre temps pour regarder la vidéo "Comment vaincre la dysgraphie", d'où vous pouvez également obtenir de nombreuses informations utiles.

De plus, nous notons que même si le problème de la dysgraphie ne vous concerne pas, cela ne signifie pas que vous pouvez le rayer. Afin d'éviter son développement, nous conseillons de temps en temps de prendre des mesures préventives, qui doivent également dire quelques mots.

Prévention dysgraphique

La prévention dysgraphique implique certaines actions avant que votre enfant apprenne à écrire. Ils comprennent des exercices visant à développer la pleine conscience, la mémoire, les processus de pensée, la perception spatiale, la différenciation visuelle et auditive, ainsi que d’autres processus responsables de la maîtrise de l’écriture.

Tous les troubles de la parole, même les plus insignifiants, doivent être immédiatement corrigés. Il est également important d'élargir le vocabulaire de l'enfant. À un âge plus avancé, vous devez vous entraîner à l'écriture. Et nous voulons vous proposer quelques exercices pouvant être utilisés à la fois pour prévenir et corriger la dysgraphie.

Exercices pour la prévention et la correction de la dysgraphie

Ces exercices conviennent bien aux enfants en âge d'aller à l'école primaire, mais ils peuvent aussi être réalisés par des enfants plus âgés:

  • Prenez un livre avec un enfant avec lequel il n'est pas encore familier. Il est souhaitable que le texte soit imprimé avec une police de taille moyenne et qu’il soit un peu ennuyeux pour que l’attention de l’enfant ne soit pas distrait par le contenu. Donnez la tâche de trouver et mettre en évidence une lettre spécifique dans le texte, par exemple C ou P, O ou A, etc.
  • Compliquez un peu la tâche: laissez l’enfant chercher une lettre en particulier et soulignez-la, et la lettre qui la suivra encercler ou rayer.
  • Invitez un enfant à marquer des paires de lettres similaires, telles que L / M, R / P, T / P, B / D, U / U, A / U, D / Y, etc.
  • Parlez un petit passage à l'enfant. Sa tâche est d'écrire et de parler à haute voix tout ce qu'il écrit, exactement tel qu'il est écrit. Dans le même temps, il convient de mettre l'accent sur les battements faibles - ces sons auxquels on ne prête pas attention lors de la prononciation, par exemple, on dit: "il y a une tasse avec un bébé sur l'acier", mais on écrit: "il y a une tasse avec du lait sur la table". Ce sont exactement les actions sur lesquelles l'enfant doit insister. La même chose s'applique à l'écriture et à la prononciation claire des fins de mots.
  • Exercice pour le développement de l'attention et de la grande motilité - mouvements du corps, des bras et des jambes. La ligne du bas est que l'enfant trace une ligne continue avec un stylo ou un crayon, sans changer la position de la main et de la feuille. Les collections de dessins spéciaux, dont les points nodaux sont identifiés par des numéros de séquence pour la connexion, sont les mieux adaptées à cet usage.
  • Expliquez à l'enfant les différences entre les sons durs et doux, sourds et sonores. Ensuite, donnez la tâche de sélectionner des mots pour chacun des sons et d’en faire une analyse des mots: en quelles lettres, syllabes et sons s’ils se composent. Pour plus de commodité et de clarté, vous pouvez utiliser divers éléments.
  • Pratiquez l'écriture de votre enfant. Pour ce faire, il est utile d’utiliser un cahier dans la zone afin que l’enfant puisse écrire des mots, en plaçant les lettres dans des cellules séparées. Assurez-vous que les lettres remplissent complètement l'espace de la cellule.

Et quelques autres conseils pour diriger des cours:

  • La situation doit être calme, rien ne doit distraire l'enfant
  • Ramasser les tâches en fonction de l'âge et des capacités de l'enfant
  • En cas de difficulté, aidez l'enfant, mais ne complétez pas les tâches vous-même.
  • N'enseignez pas de mots étrangers à votre enfant s'il n'est pas encore prêt pour cela psychologiquement.
  • Dans la communication de tous les jours, parlez aussi correctement et clairement que possible.
  • Ne répétez pas les mots et les phrases qu'il dit incorrectement.
  • Ne pas oublier de choisir avec soin les outils pour écrire
  • Fournissez un soutien psychologique à l'enfant, car les enfants atteints de maltraitance se sentent souvent «pas comme les autres».
  • Ne jamais gronder un enfant pour des erreurs
  • Encouragez et félicitez l’enfant pour tout progrès, même le plus insignifiant.

N'oubliez pas qu'une approche compétente en matière de parentalité, de soins et d'attention envers l'enfant, ainsi qu'une attention extrême au processus de son développement vous aideront à reconnaître les écarts dans le temps et à prendre des mesures pour les corriger et les éliminer. Et nous vous souhaitons, à vous et à vos enfants, plein succès dans l'apprentissage et l'acquisition de nouvelles compétences!

Disgrafia chez les plus jeunes écoliers: types, signes et quoi faire?

À l'école primaire, certains parents sont surpris d'apprendre que leur enfant a un problème spécifique - la dysgraphie: l'enfant ne peut pas écrire presque un mot sans erreurs, alors qu'il semblerait qu'il soit complètement développé et qu'il n'y ait aucun problème de développement intellectuel. Qu'est-ce que la dysgraphie et comment la traiter? Les réponses à ces questions sont dans notre article.

La disgraphie a des symptômes clairement exprimés, mais seul un spécialiste, le plus souvent un orthophoniste, peut poser un diagnostic précis. La disgraphie ne disparaît pas d'elle-même et entrave la poursuite de l'éducation de l'enfant: sans éliminer le problème, il sera presque impossible de maîtriser le programme scolaire, même au niveau élémentaire.

Qu'est-ce que la dysgraphie? Comment savoir qu'un enfant a la dysgraphie?

En règle générale, si l'enfant a des problèmes d'écriture (dysgraphie), parents et enseignants n'apprendront que lorsqu'ils apprennent à écrire, c'est-à-dire à l'école primaire. La disgraphie est une violation spécifique d'une lettre lorsqu'un enfant écrit des mots avec des erreurs phonétiques, des erreurs d'enregistrement des sons. Au lieu de "n", il écrit "b", au lieu de "t" - "d", forme incorrectement des syllabes, ajoute des lettres supplémentaires, saute celles dont il a besoin, écrit quelques mots en un seul morceau.

Par erreur, on peut prendre des graphiques tout simplement pour ne pas connaître les règles grammaticales, mais le problème est plus profond.

Comparez les "offres" - "brevetlozhenie" et "phrase" - "pièce jointe". Dans cet exemple, la différence entre l'ignorance flagrante de l'orthographe correcte (règles) et la déformation est clairement visible.

Dans ce cas, l'écriture de ces enfants est souvent illisible, inégale. Lorsque vous écrivez, un enfant fait beaucoup d'efforts, mais écrit très lentement. Si un tel enfant étudie dans une salle de classe avec des enfants ordinaires, il peut éprouver des sentiments graves en raison de ses erreurs, de sa lenteur, du mécontentement de l'enseignant. Dans la parole, un enfant dysgraphique ne peut souvent pas construire de longues phrases et préfère garder le silence ou parler brièvement. Pour cette raison, la «dysgraphie» n’a pas une communication à part entière avec ses pairs et il lui semble que ses camarades de classe lui sont opposés.

Malheureusement, il s'agit d'un problème assez grave qui «ne va pas seul»: le plus souvent, la dysgraphie se manifeste par la dyslexie, le problème de la lecture, et l'enfant peut également avoir des problèmes de langage et d'autres fonctions physiques.

Types de dysgraphie

  • Articulatoire-acoustique. Cela est lié au fait que l'enfant prononce mal les sons et, par conséquent, les prononçant pour lui-même, les enregistre incorrectement. Pour le traitement de ce type de dysgraphie, il est nécessaire de travailler sur la prononciation correcte des sons.
  • Acoustique. Dans ce cas, l'enfant prononce correctement les sons, mais les confond avec des sons similaires (sourds: bp, dt, s; grésillement: s-w, z-w; et ne distinguent pas non plus la douceur des sons individuels).
  • Optique. Un enfant atteint de dysgraphie optique devient difficile à écrire et à distinguer des lettres: il ajoute des éléments supplémentaires (bâtons, tirets, cercles), saute ceux dont il a besoin, même écrit en sens inverse).
  • Dégraphier en raison de problèmes d’analyse et de synthèse de la langue. Un enfant avec ce problème peut sauter ou répéter des mots entiers sur la lettre, remettre à zéro les syllabes et les lettres à la place, écrire des mots différents (ils mélangent des préfixes et des prépositions dans des noms - écrivez ensemble ou séparément, attachez une partie du mot suivant à un mot, etc.)
  • Dégraphie agrammatique. En règle générale, il est détecté après 1-2 cours, car il nécessite une grande connaissance des règles d'écriture des mots ("bon chat", "beau soleil", etc.). C'est-à-dire que ce problème est lié au fait que l'enfant ne peut pas incliner correctement les mots en fonction du sexe et de la casse et ne peut pas se mettre d'accord sur un adjectif et un nom. Un tel problème peut être observé dans les familles bilingues (bilingues), ainsi que lorsqu'un enfant apprend dans une langue autre que la langue maternelle.

Causes de la dysgraphie

Les causes de ce trouble peuvent être très différentes: des traumatismes à la naissance, des infections et de la génétique à la négligence de l'éducation. Lorsque des problèmes dans la dysgraphie cérébrale s'accompagnent souvent de comorbidités, ce qui peut déjà être connu des parents.

En fait, un enfant chez qui on a diagnostiqué une dysgraphie ne peut pas écrire sans erreur, car ses analyseurs de la parole, des systèmes auditif, visuel et moteur sont altérés, l'enfant ne peut pas traiter les informations (synthèse et analyse).

Comment éliminer la dysgraphie et est-ce possible?

Heureusement, oui, avec certains efforts des deux parents, des spécialistes et de l'enfant lui-même, les erreurs peuvent être corrigées et corrigées. Bien sûr, ce n’est pas un processus rapide: il faut parfois des mois et des années de formation systématique pour surmonter complètement les erreurs et les violations de l’écriture, de la parole et de la lecture qui en découlent. Mais ces travaux seront récompensés: l'enfant pourra étudier pleinement dans une école ordinaire et devenir un membre à part entière de la société, un enfant ordinaire.

La disgraphie n'est pas une phrase, vous pouvez vivre avec, mais les parents et les enseignants devraient avoir pour tâche de vaincre cette maladie. L'avantage est développé de nombreuses techniques et exercices pour éliminer la dysgraphie. Ceci est confirmé par des personnes célèbres souffrant de dyslexie et de dysgraphie. Voici une courte liste de noms: Hans Christian Andersen, Albert Einstein, Tom Cruise, Salma Hayek, Cher, Dustin Hoffman, Walt Disney, Fedor Bondarchuk, Vladimir Mayakovsky, Merlin Monroe.

Quel médecin traite la dysgraphie?

Habituellement, un enseignant enseignant à un enfant informe sur la dysgraphie. Il a peut-être déjà une expérience de travail avec de tels enfants. Ensuite, contactez un orthophoniste et un neuropsychiatre. Le travail principal est réalisé par un orthophoniste: il développe les deux hémisphères du cerveau, enseigne à distinguer, prononcer et enregistrer des sons. Le neuropsychiatre aidera à identifier les troubles associés (le cas échéant), à comprendre les causes de la dysgraphie et à prescrire des médicaments. Dans certains cas, d'autres spécialistes sont associés à la solution du problème, par exemple, si l'enfant a des problèmes d'audition, il ne peut ni entendre les sons ni les écrire.

Que devraient faire l'enseignant et les parents?

Résoudre un tel problème est impossible à lui seul: les parents, les enseignants et les médecins doivent se réunir et se mettre d'accord sur leurs actions. Attribuer un traitement, effectuer certains exercices. Peut-être que l'enfant devrait être transféré dans une autre école (spécialisée) ou faire appel à un tuteur qui peut professionnellement effectuer les exercices avec l'enfant à la maison.

Il ne faut pas oublier que les «dysgraphiques» ressentent très souvent leur problème avec acuité et ont peur de le répéter: il manque des leçons, perd des cahiers en russe, communique peu. La tâche des adultes, en dehors du traitement, est de fournir un soutien psychologique à l'enfant: ne pas réprimander, montrer de l'intérêt pour la réussite, aider.

La discographie est un trouble avec lequel on peut et devrait travailler: effectuer des exercices, corriger les problèmes associés (par exemple, la dyslexie, des problèmes de communication avec des pairs). Les caractéristiques de cette violation et son importance pour la vie future de l'enfant ne peuvent permettre une intervention non professionnelle - il est nécessaire de faire appel à des spécialistes, tout d'abord, à un orthophoniste.

Dégraphie photo

Photo gracieuseté de Gelenko, Vitaly Kupriyanov.

Chers lecteurs! Si vous avez des photographies d’exemples d’enregistrements d’enfants atteints de dysgraphie, merci de les envoyer à l’éditeur afin d’illustrer cela, ainsi que d’autres articles connexes. Merci d'avance!

Merci pour votre note. Si tu veux ton nom
est devenu connu de l'auteur, connectez-vous en tant qu'utilisateur
et cliquez sur Merci encore. Votre nom apparaîtra sur cette page.

Avoir un avis?
Laisser un commentaire

Avez-vous aimé le matériel?
Voulez-vous lire plus tard?
Économisez sur votre mur et
partager avec des amis

Vous pouvez placer sur votre site l'annonce de l'article en référence à son texte intégral.

Comment guérir la dyslexie et la dyslexie

Disgraphie

Disgraphia en grec signifie "je n'écris pas / ne dessine pas". Les médecins définissent cette maladie comme l'incapacité de maîtriser une lettre dans le contexte d'une intelligence normalement développée. Lorsque la dysgraphie chez une personne a violé la lettre sur le principe phonétique. Cela se manifeste par un grand nombre d'erreurs qui altèrent la composition sonore du mot.

En règle générale, la dysgraphie ne vient pas seule. Des troubles de la parole buccaux et des problèmes liés à d'autres fonctions mentales sont également notés dans son contexte, en fonction de la part du système nerveux immature.

Vous pouvez diagnostiquer la dysgraphie à l'aide de tests spéciaux. En règle générale, les dictatures et la réécriture banale des textes sont proposées comme telles. C’est cette étude qui vous permet de déterminer avec précision le degré de frustration.
Un effet secondaire de la représentation graphique peut être un rejet complet de la lettre d'une personne. Par exemple, les enfants commencent à refuser d'aller à l'école, les adultes se tournent vers le travail physique, qui ne nécessite pas d'écriture.

Le traitement de la dysgraphie doit être complet et le succès de l'événement dépend directement de la proximité et de la productivité des interactions entre patients et spécialistes des soins. Différents types d'orthophonistes et de psychologues sont impliqués dans le traitement des dysgraphies. Naturellement, il est conseillé de ne pas choisir les premiers spécialistes disponibles, à savoir ceux qui pratiquent avec de tels patients depuis longtemps. Parallèlement à la correction de la lettre, vous devrez développer la mémoire, améliorer la concentration, etc.

Rappelons que la dysgraphie n’est pas une phrase. Le désir de s'en débarrasser et la persévérance aident à se débarrasser de cette pathologie pour toujours et sans laisser de trace.

Dyslexie

Dyslexie en traduction du même grec signifie «impossibilité de parler correctement». Cette maladie est une violation de la comparaison du son et de la lettre d’une personne, qui se traduit par des erreurs de lecture et qui est acquise en raison d’une violation ou d’une immaturité du système nerveux.

Déterminer la dyslexie est assez simple. L’homme n’assimile pas les lettres, car dans son cerveau, il n'y a pas de connexion entre eux et les sons auxquels ils correspondent. On peut également noter le mélange et le remplacement par des sons proches du point de vue phonétique, etc. En outre, des lettres graphiquement similaires sont identifiées avec des patients dyslexiques.

Le plus souvent, la dyslexie se traduit par des violations de la procédure de lecture: erreurs constamment renouvelées, réserves non passantes. Une personne peut abuser ou prononcer des préfixes, des fins, des suffixes, etc.

Malgré cela, il est assez difficile de diagnostiquer la dyslexie. Pour ce faire, effectuez plusieurs tests différents visant à étudier l’ordre de lecture, avec une comparaison parallèle avec d’autres.

La dyslexie ne se dissout pas seule, elle doit donc être traitée pour éliminer les problèmes de communication de la personne. Le traitement de cette pathologie est généralement complexe. Il s’adresse plus à la formation des fonctions cognitives impliquées dans la formation du problème. En option, des méthodes sont parfois utilisées pour consolider ces fonctions en tant que mécanismes compensatoires.

Le programme de réadaptation comprend des techniques de gestion de la voix, l’extension du vocabulaire et une utilisation aisée de ce dernier, ainsi que la définition des phonèmes. Habituellement, les programmes de réadaptation proposent aux patients dyslexiques de lire, d’écrire et de discuter des informations acquises. Naturellement, sous la supervision d'un médecin. Les neurologues, les orthophonistes et les psychologues devraient être impliqués dans le traitement.

Astuce 1: Comment traiter la dysgraphie chez un enfant

Contenu de l'article

  • Comment traiter la dysgraphie infantile
  • Comment apprendre à un enfant à prononcer le son "b"
  • Comment gérer la dyslexie

Qu'est-ce que la dysgraphie et comment l'identifier?

Il est souvent difficile pour les parents de croire que l'enfant ne peut vraiment pas épeler les mots correctement. En général, de nombreux parents adoptent une position extrêmement étrange par rapport à leur enfant. Lorsqu'un enfant demande de l'aide et dit qu'il ne s'en sort pas, il répond: «Je suis allé à l'école il y a longtemps, je ne me souviens de rien» et, au mieux, lui embauche un tuteur et, au pire, il ignore simplement le problème. D’autre part, ils reprochent à l’enfant: «Dommage de ne pas connaître votre propre langue, il ya quelque chose de difficile!». Mais des difficultés peuvent vraiment surgir.

Si, malgré sa diligence et tous ses devoirs, l'enfant n'est pas capable d'écrire correctement, confond lettres, syllabes, mots, ne peut pas construire une phrase correctement, ne fait pas la distinction entre les concepts linguistiques, il souffre très probablement de dysgraphie.

La disgraphie est l'incapacité d'une personne à maîtriser les compétences de l'écriture littéraire. Le plus souvent, il est associé à une dyslexie - une incapacité à lire, mais dans certains cas, ces troubles peuvent être observés séparément.

La discographie n'est pas une maladie, mais elle peut causer beaucoup de problèmes non seulement à l'école, mais aussi dans la vie.

Pour une raison quelconque, les orthophonistes et les psychologues ne se préoccupent souvent que de la désintégration phonétique, c'est-à-dire des erreurs associées à la non-discrimination des phonèmes et à la corrélation incorrecte du son et de la lettre qui le désigne. Cependant, il existe plusieurs types d’erreurs dysgraphiques.

1. Erreurs liées au manque de formation de processus phonémiques et à la perception auditive - ces erreurs sont les plus courantes. C'est-à-dire que si un enfant écrit le mot "fumée" au lieu du mot "maison", s'il manque constamment des lettres ("tareka"), s'il confond syllabes et lettres ("onco" au lieu de "fenêtre"), s'il ajoute des syllabes supplémentaires au mot ou produit nécessaire, déforme les mots, est confondu dans l'atténuation des voyelles, ce sont des erreurs liées à la perception auditive.

2. Erreurs associées à une structure lexico-grammaticale mal formée: l'enfant n'accepte pas correctement les mots («belle fille»), établit de manière incorrecte des contrôles entre les mots («va dans la rue» au lieu de «va dans la rue»), remplace les mots avec des mots similaires., confond les préfixes et les prépositions, saute les mots dans une phrase.

3. Le troisième type d’erreurs est celui associé à la reconnaissance visuelle des lettres. Un enfant confond des lettres similaires - "ь" et ", "ш" et "щ", écrit des lettres en miroir (surtout lorsqu'il commence à écrire en lettres majuscules), etc.

Quand, comment et par où commencer

De nombreux articles et livres ont été écrits sur la façon de traiter la dysgraphie, mais la plupart d’entre eux concernent donc un cercle de problèmes plutôt étroit. Par exemple, la plupart d'entre eux visent à corriger la dysgraphie chez les écoliers et les enfants d'âge préscolaire. Vous pouvez trouver autant de techniques et albums similaires avec des tâches. Mais il arrive que les parents décident de régler le problème assez tard, par exemple lorsque l'enfant est déjà en troisième ou en quatrième année. Et ici, la tâche est compliquée par le fait que, depuis plusieurs années, l’enfant a déjà réussi à donner beaucoup de concepts et de définitions linguistiques de différentes parties de la linguistique dans les leçons, et qu’il se confond et «flotte» dans celles-ci. C'est particulièrement difficile pour les enfants qui, souffrant de dysgraphie, étudient selon des programmes avancés, par exemple selon le programme d'Elkonin-Davydov. Souvent, les problèmes liés à la langue russe sont considérés comme de la paresse, les enseignants et les parents exercent une pression sur l'enfant. En conséquence, l'enfant peut complètement rejeter ce sujet et il n'apprendra jamais à écrire correctement.

Alors, que faire si vous remarquez des signes de dysgraphie ou de dyslexie chez un enfant?

1. Soyez attentif à votre enfant. S'il a un retard dans le développement de la parole, s'il parle mal, s'il commence seulement à lire et à écrire, mais n'est plus en mesure de faire face, assurez-vous de consulter un orthophoniste et un psychologue. Il est préférable de résoudre ces problèmes avant l'école. À la maison, vous pouvez travailler avec votre enfant sur des albums spéciaux comportant des tâches intéressantes, faciles à trouver en vente.

2. Si l'enfant vient d'aller à l'école et que vous voyez qu'il ne peut objectivement pas gérer le programme en russe, s'il ne lui confie pas de devoirs ni de tâches de classe, contactez immédiatement un orthophoniste et un psychologue. Soit dit en passant, demandez à d’autres parents si la langue russe est bien communiquée à ses camarades de classe - si tout le monde a un problème, il est fort probable que ce n’est pas un trouble du développement, mais un enseignant.

4. Si vous décidez de régler le problème alors que l'enfant est déjà en troisième, quatrième année ou plus tard, vous serez beaucoup plus difficile. Pour commencer, demandez l'aide et le consentement de l'enfant - il doit lui-même se rendre compte qu'il a des problèmes, mais si vous les résolvez, il réussira. Très souvent, les enfants commettent des erreurs simplement parce qu'ils ont peur de commettre des erreurs et se considèrent incapables de faire ce qui est bien. Dans ce cas, un psychologue et une attitude sensible des parents peuvent aider.

Vous pouvez essayer de faire appel à un tuteur, mais essayez de trouver un spécialiste qui a déjà travaillé avec de tels enfants ou qui est prêt à abandonner son programme traditionnel et consacrez un peu plus de temps au travail avec votre enfant. Étant donné que l'enfant a très probablement un désordre total dans la tête à partir de concepts et de termes, il ne peut pas distinguer des parties du discours des membres d'une phrase, les phonèmes des sons et les sons des lettres devront travailler sur la cohérence du langage. En collaboration avec l'enseignant ou le tuteur, créez un schéma de travail pratique, similaire à celui de l'image, par exemple. Étudiez chaque section de langue séparément et montrez à votre enfant comment elles sont liées. Assurez-vous que l'enfant lit davantage, puis redis le texte que vous avez lu. Et surtout - n’oubliez pas d’expliquer à l’enseignant que l’enfant a des problèmes avec lesquels il ne peut pas se débrouiller tout seul. Par conséquent, pendant un certain temps, vous ne devriez pas lui en demander autant que d’autres.

Soyez cohérent et persévérant dans la lutte contre la dysgraphie, faites appel à des experts, étudiez la littérature spécialisée - et les résultats ne tardent pas.

En Savoir Plus Sur La Schizophrénie