La lycanthropie est l’un des phénomènes les plus mystérieux de la psychiatrie moderne. Cette maladie est venue du Moyen Âge, dans lequel elle était redoutée et considérée comme une réalité. Sa manifestation moderne est dépourvue de signes mystiques, mais elle présente des signes cliniques à part entière et un mécanisme de traitement.

La lycanthropie - qu'est-ce que c'est?

Tout psychothérapeute ou psychiatre peut répondre à la question de savoir ce qu'est la lycanthropie. C'est un trouble de la perception de soi et du comportement, ce qui suggère que son propriétaire se considère comme un animal ou présente ses habitudes caractéristiques. La persuasion banale ne fonctionne pas ici, car le patient croit sincèrement en son deuxième «moi», considérant les «dénonciateurs» comme des menteurs.

Au Moyen Âge, les médecins refusèrent de considérer ce syndrome obsessionnel comme une maladie. L’Église était engagée dans la «guérison», suggérant qu’elle était emprisonnée dans un monastère ou brûlée sur le bûcher. Cela n’a pas contribué à l’étude du syndrome, on en sait donc relativement peu. Aux Pays-Bas, l’Institut moderne de Groningue étudie ce trouble et recueille tous les cas connus.

Lycanthropie

La lycanthropie clinique est provoquée par la perturbation de certaines parties du cortex cérébral responsables des mouvements et des sensations. Avec l'aide de la membrane sensorielle du cerveau, une personne se fait une idée du monde qui l'entoure et de lui-même. Les défauts de la coquille permettent au propriétaire du syndrome de se considérer comme un animal et de visualiser ses habitudes comportementales.

Lycanthropie maladie mentale

Il est nécessaire de reconnaître que la lycanthropie humaine (du grec "Licos" - loup et "anthropos" - homme) est effectivement un trouble mental. Elle a un lien indirect avec la psychologie: cette maladie ne peut pas être un déséquilibre temporaire fondé sur le stress ou une réduction de l'estime de soi. "Loups-garous" ont toujours dans un délire complexe paranoïa, une psychose aiguë, un trouble de la personnalité bipolaire ou l'épilepsie.

Lycanthropie - Symptômes

Le syndrome du loup-garou, en raison de sa rareté et de sa minutie, présente une liste vague de symptômes facilement attribuables à la liste complète des malformations mentales. La lycanthropie, quelle que soit sa spécificité, ressemble à la schizophrénie:

  1. Pensées obsessionnelles. Le patient est convaincu qu'il est un représentant du monde animal ou sait comment le transformer à sa guise.
  2. Insomnie chronique et activité nocturne. Les personnes atteintes de troubles similaires ne dorment pas beaucoup, mais pas du tout, car elles travaillent la nuit.
  3. Le désir de partager votre "secret" avec le monde. Le patient justifie les actions de son second "je" et n'a pas peur d'en parler à ses amis et à ses connaissances.

Comment se remettre de la lycanthropie?

La médecine spécialisée pour la lycanthropie n'a pas encore été inventée. Ses symptômes sont atténués de la même manière que des maladies similaires avec une perception déformée de leur propre personnalité sont traitées. Ceux-ci comprennent des antidépresseurs de différentes forces, des médicaments contre l'insomnie et des conversations régulières avec des psychothérapeutes. Malheureusement, la maladie peut être stabilisée, mais pas complètement guérie.

Les psychiatres connaissent encore toutes sortes de manifestations de la lycanthropie, car elle n’est pas moins diverse que le monde animal. Les gens sont des "loups-garous" de moins en moins fréquents ou évitent de rencontrer des médecins, laissant inconsciemment deviner la nature extraordinaire de leur maladie. Il est difficile à traiter, mais est facilement contrôlé par les médecins.

Lycanthropie - mythe ou réalité?

Les différends sur l'existence ou non de la lycanthropie sont régulièrement menés entre médecins. En cela, il ressemble à la porphyrie, une maladie de vampire qui est apparue à cause d'anomalies génétiques causées par des mariages entre parents. Quand il perturbe la production d'hémoglobine, provoquant la destruction rapide de la peau sous l'influence de la lumière du soleil.

La porphyrie et la lycanthropie sont similaires en ce qu'elles étaient considérées comme des traits de caractère de personnages de conte de fées. Avec le développement de la médecine, il s'est avéré que les mythes et les «histoires d'horreur» des enfants exagéraient les vrais problèmes de santé. Le syndrome de loup-garou a commencé à être considéré comme une violation de la psychologie en 1850: depuis lors, les médecins ont dénombré 56 personnes qui se considèrent comme des loups-garous, capables de se transformer en un animal sauvage ou domestique.

Lycanthropie - cas réels ces jours-ci

Une telle maladie inhabituelle, la lycanthropie, dont les cas réels sont moins fréquents, incite les gens à s'associer au loup. Sur les 56 cas, 13 étaient liés au fait que le patient se considérait comme cet animal et refusait catégoriquement de croire en son origine «humaine». Les autres "loups-garous" étaient certains qu'il s'agissait de serpents, de chiens, de chats, de grenouilles ou d'abeilles. Les médecins sont surpris d’avouer qu’ils étaient confiants de devoir faire face à un grand nombre de patients.

Le plus étudié est le syndrome du loup-garou qui a emporté le tueur en série espagnol Manuel Blanco, qui est venu voir les médecins en 1852. Il a obtenu du tribunal la reconnaissance du fait qu'une partie des crimes avait été commis par le loup, en lequel il avait été transformé. Essayant de convaincre les psychiatres qu'il avait raison, il leur montra des canines imaginaires et ne demanda que de la viande crue pour le déjeuner. En regardant dans le miroir, Manuel a dit avoir vu un loup là-bas.

Causes et symptômes de la lycanthropie. Méthodes de traitement et faits historiques

L'idée de devenir un animal appartient à la conscience humaine depuis les temps les plus anciens. Et ce n’est que récemment que les cas de telles transformations ont reçu une justification. Il s'est avéré que dans certaines maladies mentales, en particulier la schizophrénie, dans l'une des variantes des états hallucinatoires délirants, il semble à une personne qu'elle est en train de devenir ou est déjà devenue un animal. Variations du délire même et de l'animal possible - nombreux. Les patients peuvent prétendre être devenus une grenouille, un chat, un renard, un ours, mais le plus populaire, bien sûr, est de devenir un loup. En outre, les variantes de la transformation elle-même sont également possibles: périodique ou permanent, complet ou partiel, etc. C'est la transformation en loup qui implique le nom de la maladie: lycanthropie du grec - "homme-loup".

La lycanthropie dans l'histoire

Les premières mentions de lycanthropie ont été enregistrées dans les légendes grecques anciennes.

«Selon l'une des versions, la maladie s'appelle lycanthropie en l'honneur du héros de l'ancienne légende grecque, le roi Lycaon. Selon la légende, pour se moquer de Zeus, il l'a nourri de chair humaine - avec son propre fils tué. En punition, Zeus le transforma en loup, le condamnant à des errances éternelles avec des troupeaux d'animaux. Zeus considérait la mort comme une punition inadéquate pour un tel crime. "

L'histoire de Lycaon fut la première légende enregistrée sur les loups-garous. Cependant, il faut comprendre que dans la Grèce et Rome antiques, l'attitude envers les loups était très bienveillante et respectueuse, ils étaient considérés comme des animaux sages et honnêtes. Et dans la Rome antique, il y avait tout un culte des loups - après tout, c'était la louve qui avait élevé les fondateurs de la ville, Romulus et Rem. L'image de la louve capitoline en Italie et maintenant le standard de la vraie maternité.

Les anciennes légendes fonctionnaient intensément avec la possibilité d'une transformation totale ou partielle en une bête - pour rappeler au moins le Minotaure, les centaures et les sirènes.

Dans la mythologie scandinave, les loups jouent un rôle également important: le dieu suprême Odin, au lieu de chiens, était accompagné de deux loups, Frekki et Jerry. La nature destructive du loup a été incarnée dans Fenrir - le loup géant, qui est lié et caché dans le cachot jusqu’à la fin du monde - il pourra alors se libérer de ses liens et devenir un participant à la bataille universelle des dieux, qui détruira le monde.

«Il est intéressant de noter que les détails des légendes de loup-garou différaient selon la faune de la région. Ainsi, en Europe occidentale, la plupart des légendes associaient un loup-garou à un loup et, en Europe centrale et orientale, pas moins que des loups-garous. Pour le Japon, les loups-garous sont des renards. Dans les légendes africaines, les transformations en singes ou en hyènes sont fréquentes. En outre, il y avait des variations locales - par exemple, dans les légendes slaves, on trouve souvent des transformations en crapaud, en coq ou en chèvre. ”

Avec le début du Moyen Âge, divers péchés ont été attribués aux loups et cet animal est devenu une image collective du "mal". En partie, cela a contribué aux grands dommages causés par les loups à l'élevage.

Les «enquêtes» menées par l’inquisition de cas de lycanthropie, telles que des procès pour sorcières et d’autres procès, étaient de nature purement accusatoire, leur seul but étant d’arracher des aveux au défendeur. Par conséquent, des milliers de personnes ont été torturées et exécutées sur des accusations de travail aux XVI-XVI siècles, et des dizaines de milliers de personnes selon certaines études. La plupart des accusations étaient le résultat de comptes personnels entre les villageois et les vrais patients n’avaient rien à faire. Bien sûr, sous la torture, les gens ont accepté n'importe quel témoignage, même le plus absurde. Les cas isolés, lorsque de vrais patients atteints de lycanthropie tombaient entre les mains des inquisiteurs, ne faisaient que réchauffer leur ardeur. Les acquittements ont été pratiquement inexistants et les rares cas où ils ont néanmoins été prononcés ont profondément handicapé les accusés.

À la fin de l'apogée de l'Inquisition, l'attitude envers les lycanthropes est devenue plus uniforme, les premières tentatives pour étudier ce phénomène ont commencé. Aux XVIIIe et XIXe siècles, des recherches ont été activement menées pour déterminer la nature de la maladie. Les premiers cas de lycanthropie décrits de manière fiable appartiennent également à cette période.

Symptômes de la lycanthropie

Actuellement, la lycanthropie en médecine est considérée comme un syndrome qui survient lorsque plusieurs maladies mentales. Le diagnostic de "lycanthropie clinique" est posé dans les cas suivants:

  • L'illusion de la transformation - le patient affirme qu'il s'est transformé ou devient un animal, indique un type particulier d'animal, affirme qu'il ne voit pas dans le miroir, mais la bête. Souvent, le patient peut dire les détails de la transformation, ses sentiments en même temps.
  • Le comportement du patient correspond au comportement de la bête, qu'il aurait transformé en. Les patients se déplacent à quatre pattes, aboient, hurlent, grattent, dorment par terre, se déshabillent, demandent de la nourriture qui, selon eux, consomme des animaux et montre d'autres signes de comportement "animal".

Prévalence de la lycanthropie

Malgré la notoriété répandue de ce terme et sa mention fréquente dans les publications, la plupart d’entre elles relèvent d’études «ésotériques», historiques ou mythologiques. Il y a très peu de recherche médicale sur ce qu'est la lycanthropie, en prenant en compte les symptômes, le traitement et ses résultats. Avec une recherche délibérée dans les archives de la mention de la maladie lycanthropie depuis 1850, seulement 56 de ses cas ont été trouvés. Les diagnostics rétrospectifs ont montré la répartition suivante des diagnostics: la moitié des cas étaient répartis entre dépression, épisodes psychotiques et schizophrénie, et dans une cinquième partie, il était possible de diagnostiquer un trouble bipolaire. Les cas restants ont été laissés sans diagnostic. Parmi les hommes malades, il y en avait un tiers de plus que les femmes.

Au cours des dernières décennies, seuls deux cas de lycanthropie ont été décrits dans la littérature. Le premier est enregistré auprès d'un jeune soldat toxicomane, en particulier de la marijuana, des amphétamines et du LSD. Après la prise de LSD, un seul épisode d'hallucinations a été observé, dans lequel le patient s'est vu transformé en loup. À l'avenir, des idées folles sont apparues qu'il était un loup-garou, ce que ses collègues et les idées d'obsession des autres autour du diable se connaissent et se signalent. À la clinique, il a reçu un diagnostic de schizophrénie et son état s'est nettement amélioré après le traitement. Plus tard, le patient a arrêté le traitement de manière indépendante, après quoi les idées d’obsession sont revenues, aucun autre épisode de lycanthropie n’a été observé.

Le deuxième cas est décrit chez un homme d'âge moyen et s'est accompagné d'une diminution progressive de l'intelligence et de la capacité à effectuer un travail quotidien. Peu à peu, des symptômes psychotiques sont apparus - une tendance à dormir dans la rue, un hurlement sur la lune, une déclaration qu'il était couvert de poils, qu'il était un loup-garou. Un examen approfondi a révélé une dégénérescence du cortex cérébral, ses modifications microstructurales. En raison de la consommation régulière de médicaments, la lycanthropie n'a pas été exacerbée, mais le patient n'a pas pu retrouver son état normal en raison de la nature organique de la maladie.

La médecine officielle accorde peu d'attention au phénomène mental, que l'on peut qualifier de lycanthropie. Ses symptômes sont toujours une manifestation d'autres maladies, dont les méthodes de diagnostic et de traitement sont étudiées en profondeur, tandis que la lycanthropie n'est qu'une des options possibles pour un état hallucinatoire délirant.

Une autre raison du faible niveau de connaissance de la lycanthropie est la rareté de son apparence. Même en comptant les 56 cas décrits par la pointe de l'iceberg et en les multipliant par cinq, 250 cas de la maladie pour l'humanité tout entière pendant près de 200 ans d'étude donneront une prévalence extrêmement faible de la pathologie. De plus, la lycanthropie ne nécessite pas de traitement spécial et est adaptée au traitement de la maladie sous-jacente. En conséquence, les entreprises médicales ne sont pas motivées par les coûts de leur étude.

Causes de la lycanthropie

La plupart des cas de lycanthropie appartiennent à la triade susmentionnée: schizophrénie, dépression accompagnée d'épisodes de psychose et psychose maniaco-dépressive. Environ un cinquième des cas décrits représentent d'autres causes - diverses pathologies organiques du cerveau, des syndromes hallucinatoires liés à l'utilisation de substances psychoactives, des maladies dégénératives et des psychoses de l'hypochondrie.

Selon la plupart des études, la lycanthropie est accompagnée de modifications des zones prémotrices et sensorielles du cortex (correspondant au gyrus central et précentral de la région pariétale). Les formations sous-corticales sont également souvent impliquées. La défaite cumulative de ces zones entraîne une altération de la perception de son propre corps.

Même dans les anciennes légendes, il a été avancé que la transmission héréditaire de la lycanthropie est possible. Comment l'obtenir par héritage est devenu clair après avoir découvert les véritables causes de la maladie - la plupart des maladies mentales, en particulier la schizophrénie, révèlent une nature héréditaire évidente.

Lycanthropie et hypertrichose

Une autre raison possible de la propagation des légendes sur les loups-garous est une maladie appelée hypertihos. Il s'agit d'une pilosité accrue du derme, dans laquelle les cheveux recouvrent de manière dense tout le corps, y compris le visage, donnant au patient l'apparence d'un animal. Cette maladie est également héréditaire. De nombreux cas de la maladie ont été décrits, le plus souvent dans des groupes ethniques où des mariages proches sont adoptés - pour que la manifestation de gènes défectueux soit répétée, leur apparition répétée est nécessaire sur plusieurs générations. Pour les inquisiteurs, l'apparence effrayante de tels patients était un motif suffisant pour conclure le "loup-garou" et toutes les conséquences qui en découlaient. Hélas, la relation entre la lycanthropie et l'hypertrichose est étudiée encore moins que les aspects mentaux de la maladie.

Traitement

La lycanthropie n'est pas toujours guérie avec succès. Dans la schizophrénie, un traitement par neuroleptiques et antipsychotiques conduit à un affaissement des manifestations, mais avec la rechute de la maladie, celles-ci peuvent revenir.

Le trouble bipolaire et la dépression sont traités avec succès avec des tranquillisants, mais il est également possible que des symptômes résiduels persistent.

Mais les effets de la prise d'hallucinogènes et en particulier les dommages organiques au cerveau sont assez mal traités. Dans la plupart des cas, le maximum que l'on puisse atteindre est la disparition des cas d'auto-agression ou des menaces envers les autres.

Qu'est-ce que la lycanthropie - les loups-garous existent?

Pendant longtemps, l’homme a voulu pouvoir s’appliquer à n’importe quel animal, mais les cas de cet appel n’ont reçu leur explication logiquement correcte que récemment.

Les experts ont constaté que dans certains troubles mentaux, tels que la schizophrénie, il semble à une personne en état de délire qu'elle est en train de devenir ou est déjà devenue une bête.

Il existe de nombreux animaux chez lesquels les patients peuvent «s'allumer», ainsi que des hallucinations de ce type. Il convient de noter que l’appel peut être permanent ou périodique. Une personne peut «transformer» soit des parties séparées du corps, soit «transformer» complètement.

Le nom "lycanthropie" est traduit du grec en "homme-loup", et c’est précisément l’appel au loup qui implique le nom de la maladie.

Informations historiques


Les premières mentions du phénomène de la lycanthropie se retrouvent dans les mythes de la Grèce antique. Selon l'une des théories, le désordre tire son nom du roi Lycaon, qui régala Zeus avec de la viande humaine préparée à partir du fils qu'il avait tué de ses propres mains.

Pour une telle moquerie, le dieu du tonnerre le transforma en loup et le condamna à errer sur la terre en troupeaux d'animaux, concluant que la mort ne suffisait pas pour punir le roi de ce crime. Selon des légendes, une personne pourrait se transformer totalement ou partiellement en animal (transformer des membres individuels), comme le prouve l'existence de centaures, de minotaures et de sirènes dans la mythologie.

Les loups ont joué un rôle important dans la mythologie des peuples de Scandinavie. Ainsi, selon la légende, Odin était accompagné d'une paire de loups (pas de chiens). L'essence destructrice du loup scandinave se reflète dans un énorme loup nommé Fenrir, enchaîné et caché dans des cachots jusqu'à la fin du monde. Selon la légende, c'est alors qu'il sera capable de gagner la liberté et de prendre part à une bataille destructrice entre les dieux. Le Moyen Âge a marqué une période difficile pour l'image du loup: il est devenu un symbole du mal absolu et du péché. Cela pourrait, dans une certaine mesure, provenir des dommages causés par les loups aux fermes de l’époque.

L'Inquisition a enquêté sur des cas de lycanthropie ainsi que sur le phénomène des sorcières. Il convient de noter que tous les procès n'avaient qu'un caractère accusateur, leur seul objectif étant d'extraire les aveux de l'accusé. La plupart de ces accusations étaient subjectives, c'est-à-dire que des personnes qui vivaient dans la même localité ont écrit des dénonciations les unes contre les autres.

Les cas où des personnes souffrant de lycanthropie sont parvenues aux inquisiteurs n'ont fait qu'attiser le feu de la justice dans ce qu'ils faisaient. Il y avait un nombre insignifiant de peines justifiant des patients atteints de lycanthropie et, dans les rares cas où ces personnes étaient justifiées, les ex-accusés restaient infirmes à vie. Après le coucher du soleil de l'activité inquisitoriale, les premières tentatives d'étudier le désordre sont apparues et l'attitude envers les lycanthropes est devenue neutre.

Les symptômes


D'un point de vue médical, la lycanthropie se caractérise par un syndrome qui se développe à partir de plusieurs troubles mentaux. La lycanthropie clinique peut être diagnostiquée sur la base des signes suivants:

  1. Transformation délirante: le «lycanthrope» est fermement convaincu qu’au moment où il se transforme en animal ou s’est déjà transformé, il indique qui il est transformé et, en regardant dans le miroir, il est sûr de voir l’animal qu’il est devenu.
  2. Le patient se comporte conformément au comportement et aux habitudes de l'animal, à la transformation dans laquelle il voit toujours les choses. Il peut aboyer et miauler, se déplacer sur quatre jambes, gratter et mordre, dormir à même le sol (sol nu), ne pas porter de vêtements et ne pas montrer d'autres signes d'habitudes animales.

Prévalence de la maladie

Malgré l'utilisation fréquente de ce terme dans la littérature, la plupart de ses interprétations se rapportent à la recherche dans le domaine de l'ésotérisme, de l'histoire et de la mythologie. Les études médicales qui répondent à la question sur la nature d'une maladie telle que la lycanthropie et qui structurent tous les résultats obtenus sont extrêmement insuffisantes pour dresser un tableau complet de la maladie. Depuis 1850, seuls 56 cas de lycanthropie ont été trouvés dans les archives.

Les diagnostics ont été répartis comme suit: la moitié des cas sont atteints de dépression psychotique et de schizophrénie, une autre partie (environ un cinquième) est une psychose maniaco-dépressive, les autres cas n’ayant pas reçu de diagnostic.

Il convient de noter que les hommes présentant des symptômes de lycanthropie se sont avérés bien plus que les représentants du sexe faible (environ un tiers).

Au cours des dernières décennies, seuls quelques cas de manifestations lycanthropes ont été recensés dans la littérature.

L'un d'entre eux était enregistré auprès d'un soldat qui prenait depuis longtemps des stupéfiants (chanvre, amphétamines, LSD).

Des hallucinations ont été constatées une fois après avoir pris une dose de LSD, dans laquelle il s’imaginait complètement transformé en loup. Puis il commença à affirmer qu'il était un loup-garou, comme l'avaient déjà deviné ses collègues, et que tout le monde autour était obsédé par le diable. On lui a diagnostiqué une schizophrénie et on lui a prescrit un traitement, après quoi l'état du patient a subi des changements notables dans le sens d'une amélioration. Cependant, plus tard, il arrêta le traitement et les symptômes précédemment présents réapparurent, mais la lycanthropie ne se manifesta plus.

Un autre cas a été observé chez un homme d'âge moyen. La maladie s'est poursuivie avec une régression intense de l'intellect et des capacités à effectuer des activités quotidiennes. Peu à peu, le patient acquit une tendance à hurler sur la lune, dormant à la belle étoile, affirmant que tout son corps était couvert de poils épais et qu’il était lui-même un loup-garou. Malgré le traitement prescrit, il n'était pas possible d'amener le patient à un état normal.

L'une des raisons pour lesquelles la lycanthropie est encore mal comprise est sa manifestation rare. Tous les cas décrits dans la littérature ne suffisent pas pour construire une théorie caractérisant la maladie, pour identifier des méthodes efficaces de traitement et de diagnostic. Et comme la lycanthropie ne nécessite pas de traitement séparé et qu'elle est éliminée avec la pathologie principale, les entreprises opérant dans le domaine de la médecine ne sont pas motivées pour dépenser de l'argent pour étudier cette maladie.

Raisons

La plupart des cas connus d’apparition de la lycanthropie sont l’une des manifestations de la schizophrénie, du trouble bipolaire et de la dépression réactive. Mais il convient de noter qu'environ un cinquième de tous les cas de lycanthropie connus ont d'autres causes. Ces raisons incluent:

  • pathologies organiques du cerveau;
  • utilisation d'hallucinogènes;
  • maladies de type dégénératif;
  • syndrome d'hypochondrie;
  • hallucinose.

Des études ont montré que la lycanthropie est liée à des modifications du gyrus central et précentral du lobe pariétal, impliquant souvent une matière grise provenant de zones proches du cortex. La perturbation complexe du travail de ces zones est la cause des troubles de la perception du corps du patient.

Des légendes anciennes ont parlé de la possibilité d'un héritage de la lycanthropie et, après avoir déterminé les causes qui provoquent la maladie, il est devenu clair pourquoi elle est héréditaire: le nombre impressionnant de troubles qui causent la lycanthropie (en particulier la schizophrénie) est de nature héréditaire.

Lycanthropie et hypertrichose

L'hypertrichose est l'une des raisons possibles de la propagation des rumeurs et de la légende concernant les loups-garous.

Il s’agit d’une telle maladie caractérisée par la présence d’une couche de poils denses chez une personne, tandis que tout le corps, y compris le visage, est recouvert de poils, ce qui les rapproche d’une bête.

Le niveau accru de pilosité est héréditaire et se produit souvent chez les peuples dans lesquels le mariage avec des parents proches est autorisé et encouragé, ce qui est conforme à la règle principale de la manifestation de la maladie: le gène défectueux doit être retrouvé pendant plusieurs générations. Une telle apparence effrayante constituait un prétexte sans réserve pour les inquisiteurs: le patient était stigmatisé par un "loup-garou" et les méthodes acceptées de traitement des loups étaient utilisées.

Actuellement, le lien entre cette maladie et la lycanthropie en est au stade des connaissances limitées, encore moins que celui du côté mental de la maladie.

Traitement

Le trouble en question ne se prête pas toujours à un traitement réussi. Même avec l'utilisation d'antipsychotiques et d'antipsychotiques pour supprimer la schizophrénie, il existe un risque de récurrence des manifestations de la maladie lors des récidives.

Les symptômes résiduels peuvent persister même lorsqu'ils sont guéris par des tranquillisants pour des maladies telles que la dépression et la psychose maniaco-dépressive.

En cas d'élimination des conséquences de l'utilisation de substances hallucinatoires, ainsi que de lésions cérébrales de nature organique, le traitement a une efficacité plutôt faible.

Le mieux que nous puissions réaliser est l’élimination des actes d’autodestruction et la réduction des risques de situations qui menacent des étrangers.

Page

La lycanthropie
La lycanthropie (du grec ancien λύκος - "loup" et ἄνθρωπος - "homme") est une maladie mythique ou magique qui provoque une métamorphose du corps au cours de laquelle le patient se transforme en loup. En plus de la lycanthropie magique, il existe une véritable maladie mentale: la lycanthropie clinique, dans laquelle le patient se considère comme un loup, un loup-garou ou un autre animal.

Les descriptions de la lycanthropie et de son traitement figurent dans les textes médicaux les plus anciens. Le médecin grec Pavel Egineta en a parlé dès le 7ème siècle. En tant que traitement efficace, il a conseillé la saignée. Cela était dû au fait que la théorie humorale était répandue à cette époque, selon laquelle l'un des quatre fluides (sang, mucus, bile, bile noire (mélancolie)) peut prévaloir chez une personne. Chaque élément est associé à un personnage particulier. Un idéal pour la santé physique et mentale d'une personne serait la présence équilibrée des quatre fluides dans son corps. L'excès de l'un d'eux provoque un déséquilibre entraînant des anomalies physiologiques et mentales. Dans le cas de la lycanthropie, comme tous le reconnaissent, la bile noire prédomine. Son excès peut causer divers types de troubles mentaux, notamment la dépression, les hallucinations, la manie et la folie. Peu à peu, le mot "mélancolie" a commencé à être utilisé pour désigner l'état mental pathologique. À la Renaissance, la description de la «lycanthropie mélancolique», extraite de l’ouvrage «Mélancolie» d’Aetius (fin V - début du VIe siècle), citée ici dans Le refuge pour les idiots incurables de Garzoni, était populaire:
"Parmi les fluides mélancoliques, les médecins considèrent la cause de la folie, appelée par les Grecs" lycanthropie ", et les Romains -" loup rage "quand une personne avec l'avènement de février s'enfuit de la maison au cimetière où il erre, hurle, déterre les ossements des morts, avec lequel il se promène dans les rues, à la grande stupéfaction et à la consternation de tous ceux qui le rencontrent… de telles personnalités mélancoliques ont des visages pâles, des yeux secs, aux yeux creux et qui voient mal, une langue sèche; ils ont un besoin constant de recracher, simultanément une soif aiguë, un manque d'humidité. "
Il y avait bien sûr des médecins qui, prenant la théorie humorale pour expliquer la lycanthropie, croyaient en même temps que le diable cherchait le peuple mélancolique et déformaient leur perception de la réalité environnante.
Des descriptions vives et vivantes des cas de lycanthropie de Goulard ont été compilées par lui sur la base de l'histoire de la médecine. Historien, pas médecin, il connaissait bien les travaux d’Aetius, d’Egineta, de Donat, de Finsel, de Peser, de Bodin et de Vir. À la suite de ses analyses, il est parvenu à cette conclusion: les personnes dont le cerveau ou l’imagination était seulement «souillée» souffraient de mélancolie, les autres, celles qui s’imaginaient être des loups-garous, étaient «affaiblies et émerveillées» par Satan. Gular donne également des exemples de lycanthropie de masse. En Livonie, des milliers de personnes ont été battues avec des chaînes et forcées à se joindre aux actions sadomasochistes lycanthropes. Elles ont poursuivi leurs bourreaux comme un troupeau poursuivi et ont participé à leurs orgies, tombant au niveau animal dans leur comportement. Chose étrange, cependant: pendant tout ce temps, pendant douze jours, ils étaient en transe, éprouvant le sentiment de la transformation qui aurait prétendument englouti leurs corps. Quand ils sont revenus à la raison, les gens étaient convaincus que leurs âmes, sous la conduite de Satan, avaient quitté leur corps et étaient devenues des loups, après quoi elles avaient été impliquées de force dans les émeutes démoniaques lycanthropes.
Selon les récits de patients au début de l'attaque, ils ont présenté un léger frisson qui s'est transformé progressivement en fièvre. En même temps, il y avait un fort mal de tête et une soif inextinguible. Le patient souffrait également de difficultés respiratoires, la transpiration persistait. Les bras étaient allongés et considérablement gonflés, la peau du visage et des membres était floue et grossière. Les orteils sur les jambes sont fortement pliés et deviennent semblables aux griffes. Dans ce cas, le lycanthrope ne pouvait pas porter de chaussures et essayait de s'en débarrasser. La conscience lycanthropique a également changé: il présentait des signes de claustrophobie - une personne avait peur des salles fermées et essayait de toute sa force de sortir de la maison dans la rue. Des nausées apparurent, des crampes d'estomac commencèrent. Le lycanthrope a ressenti une forte sensation de brûlure dans la poitrine. Son discours était brouillé, des murmures gutturaux sortirent de sa gorge. Dans cette phase de l'attaque, le patient atteint de lycanthropie a essayé de se débarrasser de ses vêtements, se levant à quatre pattes. La peau commença à s'assombrir et à se couvrir de poils ternes. Une chevelure grossière se développait sur sa tête et son visage, donnant à une personne l'apparence d'un animal.Un loup-garou avait une folle soif de sang, incapable de surmonter ce qu'il courait à la recherche d'une victime. La plante des pieds et les paumes se durcirent tellement qu'il put courir sur des pierres tranchantes sans se blesser le moins du monde.Il tomba sur le lycanthrope à la toute première personne qu'il eut, il mordit une artère au cou et but du sang. Satisfaisant de sa soif, le loup-garou perdit ses forces, tomba au sol et s'endormit jusqu'au matin. Le pré-convoi sentait l'approche de l'attaque auparavant, mais ne put l'empêcher - la rapidité de la transformation ne permettait pas de prendre de mesures spéciales, certains lycanthropes essayant de se cacher dans les sous-sols de leurs maisons et de survivre à l'attaque de la traite. D'autres sont allés dans le fourré de la forêt et ont essayé de lancer leur agression sur les plantes, se roulant sur le sol, grognant bruyamment et grattant le tronc d'arbre.
Au cours de la longue histoire de la maladie, de nombreux lycanthropes ont avoué avoir utilisé des drogues ou des onguents avec lesquels ils avaient recouvert leur corps afin de provoquer une transformation. Apparemment, ils avaient une «expansion de conscience» et ils ressentaient une incroyable force - physique et mentale - complètement incomparable avec ce qu'une personne peut ressentir dans la vie réelle.
Aujourd'hui, le terme "lycanthropie" est officiellement utilisé en psychiatrie pour désigner la forme de délire dans laquelle une personne s'imagine être un animal. En psychiatrie, de nombreux exemples de lycanthropie sont connus, des cas de personnes se faisant passer pour de supposés loups, chats, chiens, etc. Un exemple classique est le cas d'une jeune fille japonaise en 1921 dans la ville autrichienne de Wiesenschaft. La fille est devenue obsédée par le renard, puis son comportement est devenu pleinement compatible avec le comportement du renard. Les enfants nés du patient présentaient des signes de lycanthropie de loup.
Étant donné que la lycanthropie est probablement un cas rare dans notre société industrielle, les médecins impliqués dans ces lycanthropes modernes ont dû se tourner vers la littérature médicale ancienne pour obtenir des descriptions, des diagnostics, des projections et des traitements. Ils ont constaté que dans les lycanthropes de l'Antiquité, du Moyen Âge, de la Renaissance et, par la suite, jusqu'au 20ème siècle, nombre des symptômes suivants sont apparus:
- un changement de l'état de conscience (perception de soi en laine, imitation de postures de loup et hurlements);
- perte de soi et départ de la société (visites fréquentes dans des cimetières, des forêts, des lieux désertiques);
- stress psychologique aigu et anxiété;
- aspirations bestiales irrésistibles (habitudes sexuelles des loups et appétit pour la viande humaine);
- obsession (mauvais oeil, introduction dans le corps du diable, satanisme).
De nombreux cas étaient liés à la drogue, mais pas tous. Au XXe siècle, les lycanthropes (du moins ceux qui ont été traités dans des hôpitaux psychiatriques et qui font actuellement l'objet de discussions) ne sont pas impliqués dans des abus sexuels, du cannibalisme ou des meurtres, contrairement à nombre de leurs prédécesseurs.

Lycanthropie comment tomber malade

L ikantropiya - des mots grecs λύκος ("loup") et νθρωωπ ("homme") - "maladie du loup-garou". Etat mental, quand il semble à une personne que de temps en temps elle se transforme en bête, le plus souvent en loup. Diagnostiqué comme une manifestation de la schizophrénie. Dans ce cas, la maladie mythique, dans laquelle le patient se transforme en bête, est également appelée lycanthropie. De nombreux patients atteints de lycanthropie clinique sentent qu'ils se transforment en loups, mais il existe plusieurs autres options: chats, chevaux, oiseaux, grenouilles, etc. Dans certains cas, il n'est pas possible de déterminer exactement quel animal est représenté par le patient.

L'un des plus anciens troubles mentaux. Il existe des références dans la mythologie ancienne et la Bible. Les gens se sont identifiés avec des animaux qui vivaient à proximité - quelque part, ils étaient des loups, des tigres, des ours, des lions, des crocodiles.

Un meurtrier âgé de 28 ans souffrant de paranoïa, de schizophrénie et de lycanthropie a décrit sa maladie comme suit: Je perds le contrôle de moi-même, j’ai l’impression de me transformer en loup, je me regarde dans le miroir et vois le processus de transformation. Mon visage n’est plus le mien, il est complètement transformé. mes cheveux poussent sur tout mon corps et mes dents deviennent plus ".

Extrait de l’histoire du patient G: "Un homme de 24 ans, sujet à l’alcoolisme et à la dépression, prétend être un chat sous forme humaine. Son chat domestique lui en a parlé il y a 13 ans et enseignait en même temps le langage du chat. il passe son temps libre à travailler normalement en compagnie de chats, vit avec eux, y compris dans la vie sexuelle. Il est amoureux d'un tigre du zoo qu'il espère libérer une fois. Un traitement de six ans n'a pas fonctionné. "

On pense que le diagnostic de lycanthropie peut être posé pour l'un des deux symptômes suivants:

le patient lui-même dit qu'il a parfois l'impression ou se sent transformé en bête;

le patient se comporte de manière très animée, tel que hurler, aboyer ou ramper à quatre pattes.

Comment devenir un vrai loup-garou? Que faut-il pour cela?

Le désir de devenir fort, habile et invulnérable, d’acquérir des capacités que la plupart des gens n’ont pas, est le désir naturel de presque toutes les personnes. Pour beaucoup d'entre nous, l'idée de devenir une créature magique - par exemple, un loup-garou - semble séduisante.

Est-ce possible pour une personne ordinaire en réalité?

Selon les anciennes légendes, un loup-garou est une personne qui a la capacité de se transformer en n'importe quel animal. La transformation peut se produire à la demande d'un loup-garou ou involontairement, sous l'influence de certains facteurs, le plus souvent de la pleine lune. En Europe, les loups-garous, en règle générale, se transforment en loups, comme en témoigne un autre nom pour ces créatures - volkolaks ou loups-garous.

Au Japon, la forme animale du loup-garou est un renard. Même sous sa forme humaine, il est décoré d'une magnifique queue de renard qu'il cache sous ses vêtements. En Afrique, les races de chats sont plus populaires: léopards, tigres, etc.

Quand un loup-garou est sous forme humaine, il est impossible de le distinguer des gens ordinaires. Certains prétendent que les moments d'être dans la peau d'un animal sont effacés de la mémoire d'une personne. Selon une autre version, la mémoire est préservée, mais le corps bestial du loup-garou entraîne un instinct irrésistible qui l'oblige à attaquer les humains et les animaux.

Les scientifiques pensent que les légendes sur les loups-garous sont apparues à cause de cas de folie, lorsque les aliénés se voyaient eux-mêmes des animaux, mangeaient de la viande crue et se moquaient des humains. Les anciens médecins ont décrit de tels symptômes chez certains patients, appelant la maladie "lycanthropie", du grec "likos" - loup et "anthropos" - homme.

On croyait que la lycanthropie pouvait tomber malade si un loup ou un autre animal mordait une personne.

Selon la légende, vous pouvez devenir un loup-garou si:

- né d'une mère loup-garou ou d'un père loup-garou;

- prenez la morsure d'un autre loup-garou;

- Conduisez un rite magique spécial.

Selon les anciennes croyances slaves, pour devenir un volkolak, il faut trouver dans la forêt l'empreinte d'un pied de loup rempli d'eau, collecter soigneusement cette eau et boire une pleine lune à minuit. Après cela, il suffira de jeter une peau de loup sur vos épaules pour se transformer en loup.

Certaines sorcières expérimentées agissaient différemment: elles forgeaient et tempéraient un couteau spécial avec leurs propres mains, puis partaient à la chasse dans la forêt. Un homme devait le laver dans le sang de trois loups pour acquérir des propriétés magiques: il suffisait de planter un couteau magique dans le sol et de retourner le couteau avec le dos pour se transformer en loup.

Certes, pour redevenir humain, le loup devait basculer de la même manière sur ce couteau. Par conséquent, pour transformer la sorcière a choisi l'endroit le plus sourd et désert: après tout, si vous retirez le couteau du sol, il ne pourra plus retourner dans le corps humain et restera dans la peau d'un loup jusqu'à la fin de ses jours.

Les sorciers de l'Europe occidentale ont résolu le problème différemment. Ils ont préparé une potion contenant des ingrédients très exotiques: sang de chauve-souris, fourrure de loup et de renard, baies de loup, etc. Le candidat loup-garou devait attendre la pleine lune et à minuit, après s'être déshabillé, se frotter avec cette potion en utilisant un morceau de peau de loup comme une brosse.

Il est possible que le casse-cou qui a risqué cette expérience se soit vraiment senti comme un loup, car le goji ou la belladone est une plante très toxique qui provoque des hallucinations. Une personne pouvait, sous l’influence d’une drogue, s’imaginer comme une bête, courir à quatre pattes, grogner et même attaquer les autres.

Le désir de devenir un loup-garou peut être mis en œuvre avec succès dans le jeu "Sims 3". Pour cela, les développeurs ont proposé trois options.

1. En créant votre personnage, vous pouvez immédiatement sélectionner la race de loup-garou. Dans les paramètres, l'apparence des incarnations humaines et de loups est formée et le changement de l'hypostase s'effectue à l'aide du bouton «Transformer».

2. Dans la boutique d'Alistair, vous pouvez acheter un élixir appelé «La malédiction de Likan» et le boire.

3. Vous pouvez vous lier d'amitié avec un loup-garou puis, au bout d'un moment, il mordra votre personnage et le transformera en loup-garou.

Dans Skyrim, pour devenir un loup-garou, vous devez effectuer certaines quêtes, par exemple la série de quêtes des compagnons de Weitran. Après avoir fait la main d'argent, après avoir bu le sang du loup-garou, vous allez acquérir ces capacités.

Pour la personne qui veut se remettre de la lycanthropie, la quête d’Aela est fournie. Après cette réussite, vous devez parler à Kodlak Whiteman. Il parlera de la malédiction des compagnons et donnera à cette tâche l'honneur du sang, ce qui lui permettra de restituer l'essence humaine du loup-garou.

La lycanthropie est une maladie des loups-garous. Lycanthropes

La maladie des loups-garous ou du bénévolat s'appelle la lycanthropie. Pour la première fois, ce terme est apparu en 1584 dans le livre du chercheur anglais R. Scott «Exposing witchcraft». Il a introduit ce concept après une étude approfondie des travaux de médecins anciens, qui considéraient la traite comme une maladie et tentaient de la guérir.

Les écrits du médecin alexandrin Pavel Eginet contiennent une analyse détaillée de la maladie et de ses causes. Ce médecin pensait que la maladie pouvait être causée par divers types de troubles mentaux et par l’usage de certaines drogues hallucinogènes.

Il donne également une description des symptômes caractéristiques des personnes souffrant de lycanthropie. Il leur a attribué l'affaiblissement des fonctions visuelles, la pâleur de la peau, l'absence totale de salive et de larmes, une soif accrue, des membres inférieurs blessés.

De plus, chez les patients atteints de lycanthropie, le désir d'aller au cimetière la nuit était criant et de hurler à la lune jusqu'au lever du soleil.

En guise de traitement de la lycanthropie, le médecin a recommandé le nettoyage de l'estomac, un système d'alimentation spécial, la saignée. Pour éliminer la marche nocturne et assurer un sommeil paisible, il a été recommandé au patient de se frotter les surfaces internes des narines avec de l'opium.

L'apparition d'une personne atteinte de lycanthropie a très vite commencé à changer. Selon les récits de patients au début de l'attaque, ils ont présenté un léger frisson qui s'est transformé progressivement en fièvre. En même temps, il y avait un fort mal de tête et une soif inextinguible. Le patient souffrait également de difficultés respiratoires, la transpiration persistait. Les bras étaient allongés et considérablement gonflés, la peau du visage et des membres était floue et grossière. Les orteils sur les jambes sont fortement pliés et deviennent semblables aux griffes. Dans ce cas, le lycanthrope ne pouvait pas porter de chaussures et essayait de s'en débarrasser. La conscience lycanthropique était également en train de changer: il avait des signes de claustrophobie - la personne ressentait la peur des chambres fermées et faisait de son mieux pour sortir de la maison dans la rue.

D'autres nausées sont apparues, des crampes d'estomac ont commencé. Le lycanthrope a ressenti une forte sensation de brûlure dans la poitrine. Son discours était brouillé, des murmures gutturaux sortirent de sa gorge. Dans cette phase de l'attaque, le patient atteint de lycanthropie a essayé de se débarrasser de ses vêtements, se levant à quatre pattes. La peau commença à s'assombrir et à se couvrir de poils ternes. La racine des cheveux a grossi sur la tête et le visage, faisant ressembler une personne à un animal.

Le loup-garou réveillait une soif de sang, incapable de surmonter ce qu'il courait à la recherche de la victime. La plante des pieds et des paumes était tellement durcie qu'il pouvait courir sur des pierres tranchantes sans se faire du mal.

Le lycanthrope a attaqué la première personne qui est tombée dessus, a mordu une artère au cou et a bu du sang avec des dents pointues. Satisfaisant de sa soif, le loup-garou perdit ses forces, tomba au sol et s'endormit jusqu'au matin. À l'aube, il redevint un homme.

Le loup-garou sentait l'approche d'une attaque à l'avance, mais était incapable de l'empêcher - la rapidité de la transformation ne permettait pas de prendre de mesures spéciales.

Certains lycanthropes ont essayé de se cacher dans les sous-sols de leurs maisons et ont survécu à l'attaque du volontariat là-bas. D'autres sont allés dans le fourré de la forêt et ont essayé de lancer leur agression sur les plantes, se roulant sur le sol, grognant bruyamment et grattant le tronc d'arbre.

Beaucoup de croyances sur les loups-garous existaient en Russie. Ici, ils ont toujours cru qu'un mot sincère, un souhait sincèrement exprimé avait un certain pouvoir et pouvait être réalisé. Cela s'applique également à la malédiction.

Les gens croyaient qu'une malédiction ayant éclaté dans un état de malice pourrait faire en sorte que la personne à qui elle avait été envoyée se transforme en loup-garou.

Selon les prêtres orthodoxes, Satan entendra sûrement la malédiction et en profitera pour amener l'âme damnée dans ses réseaux.

Ainsi, le cas de l'apparition d'un loup-garou dans la banlieue de Moscou est connu. Dans l'une des régions, les attaques contre le bétail sont devenues plus fréquentes. Le berger a déclaré avoir vu un énorme ours attaquer son chien. La bête a été déclarée chasse, mais elle n'a pas pu être attrapée. Les gens soupçonnaient que l'affaire était due à la force perverse et se tournaient vers le prêtre local pour demander de l'aide.

À l'aide de prières, l'ours a réussi à piéger et à tuer avec une balle en argent. Il s'est avéré que sous la peau de l'ours se cachait une femme ordinaire.

Dans les environs de Moscou, les loups-garous se sont transformés en ours, en loups et même en rats. Selon une légende, le célèbre oprichnik d’Ivan le Terrible Malyuta Skuratov aurait fait appel au loup et volé les cours des boyards.

Lycanthropie clinique

La lycanthropie clinique, ou simplement la lycanthropie, est une psychose dans laquelle le patient a le sentiment de se transformer ou de devenir une bête. Les moines dominicains James Springer et Heinrich Kramer ont déclaré catégoriquement que la transformation d'un homme en loup est impossible. Ils ont expliqué qu'avec l'aide de diverses potions et sorts, un sorcier pouvait faire croire à celui qui l'observait qu'il était devenu un loup ou un autre animal, mais il est impossible de transformer physiquement une personne en bête.

Néanmoins, en tant que maladie qui fait penser à une personne qu'elle est devenue une bête et qu'elle doit se comporter en conséquence, ce phénomène est connu depuis l'Antiquité.

Toujours vers 125 avant JC, le poète romain Marcellus Syth a écrit sur la maladie, dans laquelle une manie est entourée de manie, accompagnée d'un terrible appétit et d'une férocité du loup. Selon Sydit, les gens y sont plus susceptibles au début de l'année, notamment en février, lorsque la maladie s'intensifie et peut être observée dans les formes les plus aiguës. Ceux qui en sont influencés sont ensuite transférés dans des cimetières abandonnés et y vivent comme des loups affamés. On croyait qu'un loup-garou était un méchant homme pécheur que les dieux avaient transformé en bête en punition. Cependant, ces personnes restent physiquement des personnes, s'imaginant seulement être des animaux et ne devenant pas des loups.

Les cas impliquant des loups-garous ont longtemps été considérés par la science officielle comme un simple conte de fées. Au moins jusqu'à ce que, en 1963, le Dr Lee Illis présente son travail intitulé "De la porphyrie et de l'étymologie des loups-garous". En elle, le médecin a fait valoir que les épidémies de bénévolat étaient des raisons médicales. Il a fait valoir qu'il s'agissait d'une maladie à la porphyrine - une maladie grave qui se traduit par une sensibilité accrue à la lumière, une décoloration des dents et de la peau et conduit souvent à des états maniaco-dépressifs et à la lycanthropie. En conséquence, les personnes perdent leur apparence humaine et perdent souvent leur santé mentale. Dans ses travaux, le Dr Lee Illis a cité environ quatre-vingt cas similaires rencontrés dans le cadre de sa pratique.

Le fait que la maladie soit transmise par des morsures, le médecin a considéré un non-sens. Dans son livre, il a déclaré que cette maladie n'était pas contagieuse, car héréditaire - ce que la science moderne appelle des anomalies génétiques associées à la race humaine. À cet égard, il note que ce n'est pas un hasard si une maladie qui faisait que les gens se considéraient comme des animaux effrénés en Europe frappait parfois des villages entiers et des petites villes. Les paysans couraient à quatre pattes, hurlaient et mordillaient même leurs propres vaches. Bien sûr, personne n'a examiné ou traité ces malheureux. Ils ont été poursuivis et chassés par des chiens. Quelqu'un a guéri tout seul, mais des centaines d'entre eux sont morts comme des bêtes. Dans le même temps, par exemple, à Ceylan, jamais entendu parler de loups-garous, en particulier de loups-garous.

La découverte faite par Lee Illis explique en grande partie la nature du phénomène, qui dans les milieux scientifiques a longtemps été considéré comme un non-sens et une superstition. Cependant, cela ne répond pas à certaines questions, dont la principale est la suivante: comment un loup-garou peut-il retrouver son apparence humaine quelques heures après sa conversion en bête. Le Dr Illis estime lui-même qu'une telle transformation est théoriquement possible mais improbable.

Toutes les qualités attribuées à un loup-garou sont facilement réfutées par la science moderne, ce qui prouve l'impossibilité de telles réincarnations pour un être vivant. De nos jours, la majorité de ceux qui se considèrent comme des loups-garous sont des patients de cliniques psychiatriques. Aujourd'hui, les médecins appellent des "lycanthropes" les gens des deux sexes qui s'imaginent comme des loups-garous et ce mot est devenu un diagnostic psychiatrique.

L'auteur de l'encyclopédie de la médecine en sept volumes, l'un des médecins les plus respectés de son époque, Pavel Eginethe, qui a vécu à Alexandrie au 7ème siècle, a été le premier à décrire la lycanthropie en termes médicaux. Il a analysé la maladie et en a identifié les causes: troubles mentaux, pathologies et drogues hallucinogènes. Symptômes de la lycanthropie: pâleur, faiblesse, yeux et langue secs (sans larmes ni salive), soif constante, plaies ne cicatrisant pas, désirs et états obsessionnels.

Au XVIe siècle, de nombreux ouvrages sur ce sujet ont été écrits. On croyait que les loups-garous n'étaient pas des gens possédés par un démon ou des esprits diaboliques, mais simplement des «personnes mélancoliques qui sont tombées dans la supercherie». Le célèbre médecin de l'époque, Robert Burton, considérait également la lycanthropie comme une forme de folie. Ses études pharmacologiques ont montré que la composition des pommades préparées par les sorciers pour «l'emballage» comprenait des hallucinogènes puissants. Et la motivation pour le cannibalisme - un facteur important, sinon déterminant - pourrait être la malnutrition aiguë.

Les psychiatres expliquent aujourd’hui la lycanthropie comme étant le résultat d’un syndrome organo-cérébral associé à des troubles mentaux, à une psychose maniaco-dépressive et à une épilepsie psychomotrice, c’est-à-dire à la schizophrénie et à des troubles "connexes". Chez les enfants, la lycanthropie peut résulter de l'autisme congénital.

On pense que le diagnostic de lycanthropie peut être posé pour l'un des deux symptômes suivants: le patient lui-même dit qu'il a parfois le sentiment ou a le sentiment d'être devenu une bête; ou le patient se comporte de manière très animée, tel que hurler, aboyer ou ramper à quatre pattes.

Ainsi, en 1932, un meurtrier âgé de 28 ans et souffrant de paranoïa, de schizophrénie et de lycanthropie en France a décrit sa maladie de cette manière.

Quand je suis bouleversé, j'ai l'impression de devenir quelqu'un d'autre; mes doigts sont engourdis, comme des épingles et des aiguilles coincées dans ma main; Je perds le contrôle de moi-même. J'ai l'impression de devenir un loup. Je me regarde dans le miroir et vois le processus de transformation. Mon visage n'est plus le mien, il est complètement transformé. Je regarde intensément, mes pupilles se dilatent et j'ai l'impression que mes cheveux poussent sur tout mon corps et que mes dents s'allongent.

Les lycanthropes modernes diffèrent beaucoup plus par leurs fantasmes: ils ne "transforment" pas et pas tellement en loups, comme chez d'autres créatures, y compris des extraterrestres, qui communiquent avec le cosmos et sont dans d'autres mondes. Ensuite, ils «redeviennent» des gens ordinaires.

Les médecins appellent l’une des raisons de ce phénomène psychiatrique une réaction de défense. Quand une personne a des problèmes psychologiques, elle quitte la réalité, vit dans un monde fictif ou virtuel. Là il est significatif, là il est aimé, et parfois il est persécuté - d’où toute la manie et les états obsessionnels. En règle générale, les attaques de lycanthropie chez une personne sont soit de courte durée, mais elles se reproduisent fréquemment, soit il ne sort pas de "l'attaque" du tout, se considérant comme une bête, et aucune "illumination" ne se produit.

La psyché humaine est très mal comprise. Il est donc encore difficile aujourd'hui de discuter avec des psychiatres. Et peu de gens croient à la possibilité de transformer physiquement l'homme en loup ou en tout autre animal. Cependant, pour convaincre tout le monde que les loups-garous n'existent pas, même au 21e siècle, il est peu probable que tous les médecins réunis ensemble réussissent.

En plus de la lycanthropie "mentale", lorsqu'une personne se considère comme une bête, il existe également un "physique" - lorsqu'une personne a les signes physiques d'un loup, généralement rudimentaire dès la naissance. Par exemple, au Mexique, à Gualajar, il existe un centre de recherche biomédicale dans lequel le Dr Lewis Figuerra étudie la «lycanthropie génétique» depuis de nombreuses années. Le médecin examine l'une des familles mexicaines, composée de 32 personnes - la famille Aciva. Tous souffrent d'une maladie génétique rare, héréditaire et qui modifie considérablement l'apparence humaine. Toute la surface du corps des personnes de la famille Atsiva (y compris les femmes) est couverte de poils épais, même sur le visage, les paumes et les talons. Leur posture, leur voix et leurs expressions faciales sont également atypiques.

Pendant de nombreuses décennies, les Acivas n'ont conclu que des mariages intragénitaux. Par conséquent, selon le Dr Figuerara, le gène est hérité. Cette mutation est apparue parmi les membres de cette famille dès le Moyen Âge, mais plus tard, jusqu'à la fin du 20ème siècle, elle ne s'est pas manifestée du tout.

Désormais, tous les Azivans vivent dans le nord du Mexique, dans la ville de montagne de Zacatecas, également connue dans le sixième livre de Carlos Castaneda, Le cadeau de l’aigle, dans laquelle il parle de la capacité des chamans, appelés "nagualez", à se transformer en animaux pour réaliser le nagual intérieur - illumination. Les sections locales les traitent avec mépris, voire hostilité, refusant de maintenir des liens avec la «famille maudite».

Comme Acivia ne souffre d'aucun handicap mental, cette maladie peut difficilement être attribuée à la lycanthropie, à l'instar de celles mentionnées précédemment, mais le Dr Figuerra, qui affirme que la maladie est incurable, l'appelle «le gène de la lycanthropie» qu'il espère trouver tôt ou tard. et neutraliser.

Certains chercheurs sur la transformation des loups-garous disent que la forme d'un loup-garou dépend vraiment de sa perception. En outre, il est avancé que l'entité elle-même conserve la mémoire ou des informations sur le corps d'origine, ce qui permet au loup-garou de retourner sa forme d'origine. La perception conduit à un état de transition de l'entité, c'est-à-dire à un état de transformation. En observant «seulement» les lycanthropes cliniques, on peut noter que la transformation - même dans le cadre d’une maladie mentale - ne commence pas immédiatement, mais après un certain moment de changement des traits de personnalité du lycanthrope en tant qu’individu.

En Allemagne, il y a l'Institut du Rhin pour l'étude de la médecine alternative. Le professeur de cet institut, Helmut Schulz, est engagé dans la recherche sur les loups-garous depuis de nombreuses années et prend ce phénomène très au sérieux. Schultz estime que le travail est une maladie génétique héréditaire. Schulz écrit que le plus souvent, les loups-garous naissent dans une région peu peuplée, où les gens vivent pendant de nombreuses années, génération après génération, dans un petit cercle assez fermé et, par conséquent, il existe également des mariages connexes. Schulz écrit dans l'une de ses monographies:

Peut-être que cette maladie est précisément le résultat de l'inceste. La médecine moderne n'est pas en mesure de comprendre le mécanisme de la maladie. Mais la capacité des loups-garous à changer leur forme biologique pendant un certain temps est absolument évidente, sans perdre la base protéique. Expliquer ce riche phénomène comme une anomalie purement psychique, lorsque le patient s’imagine uniquement comme un loup-garou, ce serait une erreur très stupide.

Il existe une opinion selon laquelle un lycanthrope clinique n'est que le stade de développement d'une créature sur le chemin de sa transformation en un véritable loup-garou. Il est entendu que la perception de cette créature change, qu'elle s'adapte à la présence dans la nouvelle entité, puis que la forme même de la créature change, s'adaptant à la nouvelle entité. On observe quelque chose de semblable chez les plongeurs depuis l’enfance. En regardant la vie sous l'eau, ils sentent leur unité avec ce monde. Le monde sous-marin devient leur monde, leur vie. En conséquence, ces personnes commencent à se sentir mieux non pas dans le monde humain, mais dans le monde coloré et lumineux des poissons et des coraux.

Dans les deux cas, on peut noter que certains facteurs graves sont nécessaires à la manifestation de cet effet. Par conséquent, il n'est pas possible de considérer l'apparition de loups-garous comme un cas typique. Très probablement, ce sont des exceptions. Le plus souvent, le lycanthrope n'atteint pas le niveau d'un loup-garou dans son développement. Ceci est dû à l'impact de la restriction de son habitat et de son éducation.

La plupart des chercheurs de ce numéro affirment que les hurlements des loups, des phases de la lune, des odeurs ou de l'environnement affectent l'esprit du lycanthrope, l'incitant à agir. Cet impact peut être décrit comme un désir constamment renforcé de faire quelque chose. Dans un tel état, une personne fend sa conscience, supprimant en elle-même cet être considéré comme humain.

Un tel état aggrave énormément les sentiments, modifie la perception. C'est ce que la psychiatrie moderne explique la plupart des cas de lycanthropie clinique.

En Savoir Plus Sur La Schizophrénie