Selon des scientifiques, le trouble dissociatif se manifeste pour la première fois chez une personne dès son plus jeune âge en réaction à la cruauté et à des actes de violence. Incapable de faire face seule à la situation traumatique, la conscience de l’enfant crée de nouvelles personnalités qui assument tout le fardeau d’une douleur insupportable. La science a été témoin de cas où plusieurs dizaines de personnalités existaient chez une même personne. Ils peuvent varier en genre, en âge et même en nationalité, avoir des écritures, des caractères, des habitudes et des préférences de goût différents. Fait intéressant, les individus peuvent même ne pas soupçonner l'existence l'un de l'autre.

En 1979, un client âgé a été brutalement assassiné dans un hôtel d'une petite ville américaine, Fort Myers. Soupçonnée de meurtre, la femme de chambre Juanita Maxwell a été arrêtée. La femme n'a pas plaidé coupable, mais lors d'un examen médical, il s'est avéré qu'elle souffrait d'un trouble dissociatif. Dans son corps, six personnes se sont entendues, dont l'une, Wanda Weston, et ont commis le meurtre. Lors de l'audience, les avocats ont veillé à ce que la personnalité criminelle se manifeste. Aux yeux du juge, Juanita, calme et taciturne, s'est transformée en une Wanda bruyante et agressive, qui a raconté en riant comment une femme âgée avait été tuée à la suite d'une querelle. Le délinquant a été envoyé dans un hôpital psychiatrique.

Un joueur de football américain enfant souffrait de surpoids et de troubles de la parole. C’est alors que deux autres personnalités se sont installées dans un Herschel complet et difficile à manier - un «guerrier» aux capacités exceptionnelles dans le football et un «héros» brillant lors d’événements sociaux. Quelques années plus tard seulement, Herschel, fatigué du chaos dans sa tête, a demandé l'aide d'un médecin.

En 1953, l'image "Les trois visages d'Ève". Le film est basé sur la vraie histoire de Chris Seismore, une femme dans laquelle 22 personnes ont vécu longtemps. Chris a remarqué les premières bizarreries dans son comportement d'enfant lorsqu'elle a découvert qu'il y avait plusieurs petites filles dans son corps. Cependant, Chris s'est tourné vers le médecin à l'âge adulte après qu'une des personnalités ait tenté de tuer sa petite fille. Après des années de traitement, la femme a réussi à se débarrasser des habitants agités de sa tête.

«La chose la plus difficile dans mon rétablissement est le sentiment de solitude qui ne me quitte pas. Ma tête s'est soudainement calmée. Il n'y avait personne d'autre là-bas. Je pensais que je me suis tué. Il m'a fallu environ un an pour réaliser que tous ces individus n'étaient pas moi, ils existaient en dehors de moi et il était temps de faire connaissance avec le vrai. " Shirley Mason

L'histoire de Shirley Mason était la base du film "Sybil". Shirley était enseignante à l'université. Une fois qu’elle s’est tournée vers la psychiatre Cornelia Wilbur avec des plaintes d’instabilité émotionnelle, de manque de mémoire et de dystrophie. Le médecin a pu constater que Shirley souffrait d'un trouble dissociatif. La première sous-personnalité est apparue à Mason à l'âge de trois ans après le cruel harcèlement de sa mère schizophrène. Après une thérapie prolongée, le psychiatre a réussi à intégrer les 16 individus en un. Cependant, le reste de la vie de Shirley dépendait des barbituriques. Elle est décédée en 1998 d'un cancer du sein.

De nombreux psychiatres modernes mettent en doute la crédibilité de cette histoire. Ils soupçonnent que Cornelia pourrait simplement inspirer confiance à sa patiente impressionnable en présence de ses nombreuses personnalités.

1811 L'Angleterre Mary Reynolds, 19 ans, s'est rendue sur le terrain pour lire un livre à elle seule. Quelques heures plus tard, elle y est retrouvée sans connaissance. À son réveil, la jeune fille ne se souvenait plus et ne savait pas parler. Elle est également devenue aveugle, sourde et a oublié comment lire. Après un certain temps, les compétences et aptitudes perdues sont revenues à Mary, mais son personnage a complètement changé. Si, avant de perdre conscience, elle était silencieuse et déprimée, elle est maintenant devenue une jeune femme spirituelle et enjouée. Au bout de 5 mois, Mary redevint silencieuse et pensive, mais pas pour longtemps: un matin, elle se réveilla de nouveau vigoureuse et gaie. Ainsi, elle passa d'un état à l'autre pendant 15 ans. Puis "silencieuse" Marie a disparu pour toujours.

Karen Overhill, 29 ans, s'est tournée vers un psychiatre de Chicago, Richard Bayer, pour se plaindre de dépression, de troubles de la mémoire et de maux de tête. Après un certain temps, le médecin a réussi à découvrir que 17 personnalités s'entendaient à l'intérieur de son patient. Parmi eux, Karen, deux ans, l'adolescent noir Jensen et son père Holden, âgé de 34 ans. Chacun de ces personnages avait sa propre voix, ses traits de caractère, son comportement et ses compétences. Par exemple, une seule des personnalités savait conduire une voiture et les autres devaient attendre patiemment qu'elle se libère et les conduise au bon endroit. Certaines des personnalités étaient des droitiers, d'autres des gauchers.

Il s'est avéré que dans son enfance, Karen a dû traverser de terribles épreuves: elle a été victime de harcèlement et de violence de la part de son père et de son grand-père. Plus tard, les parents de la fille l’ont offerte à d’autres hommes pour de l’argent. Pour faire face à tout ce cauchemar, Karen a créé des amis virtuels qui la soutenaient, la protégeaient de la douleur et des souvenirs effrayants.

Le Dr Bayer a travaillé avec Karen pendant plus de 20 ans et à la fin, il a réussi à la guérir en combinant toutes les personnalités en une seule.

L'artiste britannique Kim Noble a 57 ans et souffre d'un trouble de dissociation pendant presque toute sa vie. 20 personnalités vivent dans une tête de femme - un petit garçon Diabalus qui connaît le latin, une jeune Judy souffrant d’anorexie, une Ria de 12 ans qui peint de sombres scènes de violence... Chacun des personnages peut apparaître à n’importe quel moment, généralement un jour à la tête de Kim, qu’ils parviennent à "gérer" 3-4 sous-personnalités.

«Parfois, j’ai le temps de changer 4 ou 5 tenues le matin... Parfois, j’ouvre le placard et vois des vêtements que je n’ai pas achetés ou une pizza que je n’ai pas commandée... Je peux me retrouver assis sur le canapé après un certain temps. ou conduire une voiture sans une seule idée de l'endroit où je vais »

Les médecins surveillent Kim depuis de nombreuses années, mais jusqu'à présent rien n'a été possible pour l'aider. La femme a une fille, Aimée, habituée au comportement inhabituel de sa mère. Kim ne sait pas exactement qui est le père de son enfant, elle ne se souvient pas de sa grossesse ni du moment de sa naissance. Néanmoins, toutes ses personnalités sont bonnes pour Aimée et ne l'ont jamais offensée.

Estelle La Gardi

Ce cas unique a été décrit par le psychiatre français Antoine Despin en 1840. Estelle, sa patiente âgée de onze ans, souffrait de douleurs intenses. Elle était paralysée, immobile dans son lit et toujours à moitié endormie.

Après le traitement, Estelle a périodiquement commencé à sombrer dans un état hypnotique au cours duquel elle se levait, courait, nageait et partait se promener dans les montagnes. Puis la métamorphose a eu lieu à nouveau et la jeune fille est restée clouée au lit. La «seconde» Estelle a demandé aux autres de plaindre la «première» et de satisfaire tous ses caprices. Après un certain temps, le patient a repris l’amendement et a obtenu son congé. Despin a suggéré que la double personnalité était causée par la thérapie magnétique, qui a été appliquée à la fille.

L'écrivain Ken Keese a décrit le cas unique de Billy Milligan dans le livre The Multiple Minds of Billy Milligan. En 1977, Milligan a été arrêté pour plusieurs viols de filles. Lors de l'examen médical, les médecins ont conclu que le suspect souffrait d'un trouble dissociatif. Les psychiatres ont révélé 24 personnalités de sexe, d’âge et de nationalité différents. L'un des habitants de cette «auberge» était une Adalana, une lesbienne âgée de 19 ans, qui, si je puis me permettre, avait commis un viol.

Après un long procès, Milligan a été envoyé dans un hôpital psychiatrique. Ici, il a passé 10 ans, puis a été libéré. Milligan est décédé en 2014 dans une maison de retraite. Il avait 59 ans.

Dès sa plus tendre enfance, Trudy Chase, de New York, a été abusée et ridiculisée par sa mère et son beau-père. Pour s'adapter à la réalité cauchemardesque, Trudy a créé un grand nombre de nouvelles personnalités, propres «gardiens de la mémoire». Ainsi, la personne surnommée Black Catherine se souvenait des épisodes liés à la colère et à la rage, et le nom de Rabbit était plein de souffrance... Trudy Chase devint populaire après avoir publié le kigu autobiographique "When the Rabbit Hurls" et devint l'invité de la transmission d'Oprah Winfrey.

Nouvelles

10 cas connus de trouble dissociatif de l'identité

Donc, face aux façades des maisons pour ceux qui ont une tête et c'est sur leurs épaules. Bientôt l'été, et beaucoup le dépenseront probablement dans le pays. Il est temps de se préparer.

Les troubles de l'identité dissociative (DID), souvent appelés troubles de la personnalité multiple (SCLC), intéressent les gens depuis plus d'un siècle. Cependant, malgré le fait qu'il s'agisse d'un trouble très connu, les psychiatres ne sont même pas certains de son existence. Il est possible qu'il s'agisse d'une forme d'une autre maladie, telle que la schizophrénie. Une autre théorie est que cela n'existe pas du tout, et ceux qui l'ont, y compris les personnes énumérées ci-dessous, prétendent tout simplement l'être.

L'un des premiers cas de double personnalité signalés appartenait au Français Louis Vive. Née prostituée le 12 février 1863, Vivet est privée de protection parentale. À l'âge de huit ans, il s'est engagé dans une voie criminelle. Il a été arrêté et a vécu dans un établissement correctionnel. À l'âge de 17 ans, il travaillait dans une vigne et la vipère s'enroulait autour de son bras gauche. Bien que la vipère ne l'ait pas mordu, il était si terrifié qu'il avait des convulsions et le paralysait sous la ceinture. Après avoir été paralysé, il a été placé dans un hôpital psychiatrique, mais un an plus tard, il a recommencé à marcher. Vive semblait maintenant être une personne complètement différente. Il n'a reconnu aucune des personnes à l'hôpital, il est devenu plus sombre et même son appétit a changé. À l'âge de 18 ans, il a été libéré de l'hôpital, mais pas pour longtemps. Au cours des prochaines années, Vive a constamment pénétré dans des hôpitaux. Pendant son séjour là-bas, entre 1880 et 1881, il a été diagnostiqué avec une double personnalité. À l'aide d'hypnose et de métallothérapie (application d'aimants et d'autres métaux sur le corps), le médecin a identifié jusqu'à 10 personnalités différentes, chacune possédant ses propres traits de caractère et histoires. Cependant, après avoir examiné ce cas ces dernières années, certains experts ont conclu qu'il n'avait peut-être eu que trois personnes.

9. Judy Castelli

Judy Castelli a grandi dans l'État de New York et a subi des violences physiques et sexuelles avant de lutter contre la dépression. Un mois après son entrée à l'université en 1967, elle fut renvoyée chez elle par un psychiatre scolaire. Pendant plusieurs années, Castelli s'est battue avec des voix dans sa tête qui lui disaient de se brûler et de se couper. Elle a pratiquement paralysé son visage, a presque perdu la vue d'un œil et une main a perdu sa capacité de travail. Elle a également été hospitalisée à plusieurs reprises pour tentative de suicide. Chaque fois, on lui a diagnostiqué une schizophrénie chronique indifférenciée.

Mais de façon inattendue, dans les années 1980, elle a commencé à aller dans des clubs et des cafés et à chanter. Elle a presque signé un contrat avec un label, mais a échoué. Néanmoins, elle a pu trouver un emploi et a été le numéro principal d'un spectacle non commercial réussi. Elle a également commencé à se consacrer à la sculpture et à la fabrication de vitraux. Puis, lors d’une séance de thérapie en 1994 avec une thérapeute, avec laquelle elle était traitée depuis plus de dix ans, elle eut plusieurs personnalités; il y en avait sept au début. Alors que le traitement se poursuivait, 44 personnes sont déjà apparues. Après avoir appris qu'elle souffrait d'un trouble de la personnalité, Castelli est devenue une partisane active des mouvements associés à ce trouble. Elle était membre de la Société de New York pour l'étude de personnes multiples et la dissociation. Elle continue à travailler comme artiste et enseigne les arts visuels pour les personnes atteintes de maladie mentale.

8. Robert Oxnem

Robert Oxnam est un érudit américain éminent qui a passé toute sa vie à apprendre la culture chinoise. Ancien professeur d'université, ancien président de l'Asian Society, il est actuellement consultant privé sur des questions liées à la Chine. Et bien qu’il ait beaucoup accompli, Oksnem doit faire face à sa maladie mentale. En 1989, un psychiatre lui a diagnostiqué l’alcoolisme. Tout a changé après les séances de mars 1990, lorsque Oxnam a prévu d’arrêter le traitement. Au nom d'Oxnem, l'une de ses personnalités, un jeune garçon en colère nommé Tommy, qui vivait dans le château, s'est tourné vers le médecin. Après cette séance, Oxnem et son psychiatre ont poursuivi la thérapie et ont découvert qu’Oxnem avait effectivement 11 personnes. Après de nombreuses années de traitement, Oxnem et son psychiatre ont réduit à trois le nombre de personnalités. Il y a Robert, qui est la personne principale. Ensuite, Bobby, qui était plus jeune, est un gars amusant et insouciant qui adore le roller à Central Park. Une autre personne qui ressemble à un bouddhiste est connue sous le nom de Wanda. Wanda faisait partie d'une autre personne appelée la sorcière. Oxnem a écrit un mémoire sur sa vie intitulé "Split Mind: Ma vie à la double personnalité". Le livre a été publié en 2005.

Née au Royaume-Uni en 1960, Kim Noble a déclaré que ses parents étaient des ouvrières malheureuses en mariage. Dès son jeune âge, elle a été soumise à des violences physiques, puis a souffert de nombreux problèmes mentaux lorsqu'elle était adolescente. Elle a essayé plusieurs fois d'avaler des pilules et a été placée dans un hôpital psychiatrique. Après vingt ans, ses autres personnalités sont apparues et elles ont été incroyablement destructives. Kim était une conductrice de fourgonnette et l'une de ses personnalités, Julia, a pris possession de son corps et a percuté une camionnette dans un tas de voitures en stationnement. Elle est également tombée sur une bande de pédophiles. Elle s'est rendue à la police avec ces informations et, après cela, elle a commencé à recevoir des menaces anonymes. Puis quelqu'un lui a versé de l'acide sur le visage et a mis le feu à sa maison. Elle ne pouvait se souvenir de rien de ces incidents. En 1995, on a diagnostiqué chez Noble un trouble dissociatif de l’identité et elle continue de recevoir des soins psychiatriques. Elle travaille actuellement en tant qu'artiste et, bien qu'elle ne connaisse pas le nombre exact de personnalités dont elle dispose, elle pense en avoir environ 100. Elle côtoie chaque jour quatre ou cinq personnalités différentes, mais Patricia est dominante. Patricia est une femme calme et confiante. Une autre personnalité importante est Haley, celle associée aux pédophiles, qui a conduit à cette attaque à l'acide et à un incendie criminel. Noble (au nom de Patricia) et sa fille sont apparues à l’Oprah Winfrey Show en 2010. Elle a publié un livre sur sa vie, «Tout mon je: comment j'ai appris à vivre avec de nombreuses personnalités dans mon corps», en 2012.

Truddi Chase affirme que lorsqu'elle a deux ans, en 1937, son beau-père l'a agressée physiquement et sexuellement, alors que sa mère l'a humiliée émotionnellement pendant 12 ans. À l'âge adulte, Chase était très stressée en tant que courtier immobilier. Elle est allée voir un psychiatre et a découvert qu'elle avait 92 personnalités différentes qui différaient considérablement les unes des autres. La plus jeune était une fille de cinq ou six ans, appelée Lamb Chop. L'autre était Ying, un poète et philosophe irlandais, âgé d'environ 1000 ans. Aucune des personnalités n’a agi contre l’autre, et il semble qu’elles se soient toutes connues. Elle ne voulait pas intégrer dans un seul ensemble toutes les personnalités, car elles traversaient beaucoup de choses ensemble. Elle a appelé ses personnalités "troupes". Chase et son thérapeute ont écrit le livre When The Rabbit Howls, qui a été publié en 1987. Une mini-série télévisée a été tournée en 1990. Chase est également apparu dans un épisode très émotionnel du Oprah Winfrey Show en 1990. Elle est décédée le 10 mars 2010.

5. Le procès de Mark Peterson

Le 11 juin 1990, Mark Peterson, 29 ans, a invité une femme inconnue de 26 ans à prendre un café à Oshkosh, dans le Wisconsin. Ils se sont rencontrés deux jours plus tard dans le parc et, alors qu'ils se promenaient, comme l'a dit la femme, elle a commencé à montrer à Peterson certaines de ses 21 personnalités. Après leur départ du restaurant, Peterson a suggéré qu'elle couche dans sa voiture et elle a accepté. Cependant, quelques jours après cette réunion, Peterson a été arrêté pour agression sexuelle. Apparemment, les deux individus n'étaient pas d'accord. L'une d'entre elles avait 20 ans et elle est apparue pendant les rapports sexuels, alors qu'une autre personne, une fillette de six ans, venait de la regarder. Peterson a été reconnu coupable et reconnu coupable d'abus sexuel au deuxième degré, car il est illégal d'avoir des relations sexuelles délibérées avec une personne atteinte de maladie mentale et ne pouvant donner son consentement. La peine a été annulée après un mois et les procureurs ne voulaient pas que la femme soit sous le stress d'un autre procès. Le nombre de ses personnalités est passé à 46 entre l'incident de juin et le tribunal en novembre. Le cas de Peterson au tribunal n'a plus été examiné.

Née le 25 janvier 1923 à Dodge Center, dans le Minnesota, Shirley Mason a apparemment vécu une enfance difficile. Selon Mason, sa mère était pratiquement une barbare. Au cours de nombreux actes de violence, elle a mis le lavement Shirley, puis s'est remplie le ventre d'eau froide. À partir de 1965, Mason a demandé de l'aide en raison de ses problèmes mentaux. En 1954, elle a commencé à rencontrer la Dre Cornelia Wilbur à Omaha. En 1955, Mason raconta à Wilbur des épisodes étranges lorsqu'elle se retrouva dans des hôtels de différentes villes sans avoir aucune idée de la façon dont elle y arriva. Elle est également allée faire des courses et s'est retrouvée devant des produits éparpillés, ne sachant pas ce qu'elle avait fait. Peu de temps après cette reconnaissance, différentes personnalités ont commencé à apparaître au cours du traitement. L'histoire de Mason sur sa terrible enfance et sa double personnalité est devenue un livre à succès, Sybil, sur lequel une série télévisée très populaire du même nom mettant en vedette Sally Fields a été tournée. Bien que Sybil / Shirley Mason soit l’un des cas de trouble de l’identité dissociatif les plus connus, le tribunal public était mixte. Beaucoup de gens croient que Mason était une femme souffrant de maladie mentale qui adorait son psychiatre et Cornelia lui a inspiré l'idée d'une double personnalité. Mason, semble-t-il, aurait même admis avoir tout inventé dans une lettre qu'elle avait écrite au Dr Wilbur en mai 1958, mais ce dernier lui avait dit que son esprit était en train d'essayer de la convaincre qu'elle n'était pas malade. Alors Mason a continué la thérapie. Au fil des ans, 16 personnalités sont apparues. Dans la version télévisée de sa vie, Sybil vit heureuse pour toujours, mais le vrai maçon est accro aux barbituriques et dépend du thérapeute qui a payé ses factures et lui a donné de l'argent. Mason est décédé le 26 février 1998 d'un cancer du sein.

3. Chris Costner Sizemore

Chris Costner Sizemore se souvient que son premier trouble de la personnalité est survenu vers l'âge de deux ans. Elle a vu l'homme tiré d'un fossé et elle a pensé qu'il était mort. Au cours de cet incident choquant, elle a vu une autre petite fille l'observer. Contrairement à beaucoup d'autres personnes atteintes de troubles de la personnalité multiples, Sizemore n'a pas été victime de maltraitance et a grandi dans une famille aimante. Cependant, après avoir vu cet événement tragique (et une autre blessure au travail meurtrière plus tard), Sizemore affirme qu'elle a commencé à se comporter étrangement et les membres de sa famille l'ont souvent remarqué. Elle a souvent eu des ennuis à cause de ce qu'elle a fait et ne s'en est pas souvenue. Sizemore a demandé de l'aide après la naissance de sa première fille, Taffy, à l'âge de vingt ans environ. Un jour, une de ses personnalités, connue sous le nom d'Eva Black, a tenté d'étrangler l'enfant, mais Eva White a réussi à l'en empêcher. Au début des années 1950, elle a commencé à fréquenter un thérapeute nommé Corbett H. Siegpen, qui a diagnostiqué sa double personnalité. Alors qu'elle était traitée par Zigpen, elle avait une troisième personne nommée Jane. Au cours des 25 années suivantes, elle travailla avec huit psychiatres différents et comptait au total 22 personnalités. Tous ces individus avaient un comportement complètement différent, et leur âge, leur sexe et même leur poids étaient différents. En juillet 1974, après quatre années de thérapie avec le Dr Tony Zitos, toutes les personnalités se sont réunies et il ne lui en restait plus qu'une. Le premier Dr Sizemore, Zigpen, et un autre médecin du nom de Harvey M. Klekli, ont écrit un livre sur l'affaire Sizemore, intitulé Les trois visages d'Ève. Elle a été projetée en 1957 et Joan Woodward a reçu un Oscar de la meilleure actrice, mettant en scène trois personnalités de Sismor.

2. Billie Milligan

Entre le 14 et le 26 octobre 1977, trois femmes de l’Ohio State University ont été enlevées et emmenées dans un lieu isolé, volées et violées. Une femme a affirmé que l'homme qui l'avait violée parlait avec un accent allemand, tandis qu'une autre a affirmé que (malgré son enlèvement et son viol), il était en fait un bon gars. Cependant, la même personne a commis ces viols: Billy Milligan, 22 ans. Après son arrestation, Milligan a été examiné par un psychiatre et a été diagnostiqué avec un trouble de l'identité dissociative. En tout, il avait 24 personnalités différentes. Par conséquent, lors de l’enlèvement et du viol, l’avocat de Milligan a déclaré que ce n’était pas Billy Milligan qui avait commis ces crimes. Deux personnes différentes contrôlaient son corps - Rajen, qui était yougoslave, et Adalan, qui était lesbienne. Le jury a accepté, et il est devenu le premier Américain à être reconnu coupable pour trouble de l'identité dissociative. Il a été placé dans un hôpital psychiatrique jusqu'en 1988 et a été relâché après que des experts eurent estimé que toutes ses personnalités étaient réunies en une. En 1981, Daniel Keyes, écrivain primé pour «Flowers for Algeron», a publié un livre sur l'histoire de Milligan intitulé «The Minds of Billy Milligan». Dans le futur film, basé sur son histoire, "Crowded Hall", comme indiqué, sera supprimé de Leonardo DiCaprio. Milligan est décédé du cancer le 12 décembre 2014 à l'âge de 59 ans.

1. Juanita Maxwell.

En 1979, Juanita Maxwell, âgée de 23 ans, travaillait comme femme de ménage dans un hôtel de Fort Myers, en Floride. En mars de la même année, l'auberge de l'hôtel Inès Kelly, âgée de 72 ans, a été brutalement assassinée. elle a été battue, mordue et étranglée. Maxwell a été arrêtée parce qu'elle avait du sang sur ses chaussures et des égratignures au visage. Elle a affirmé qu'elle n'avait aucune idée de ce qui s'était passé. Dans l’attente d’un procès, Maxwell a été examinée par un psychiatre et, lorsqu’elle est allée au tribunal, elle n’a pas plaidé coupable, car elle avait plusieurs personnalités. Elle avait six personnalités autres que la sienne et l'une des personnalités dominantes, Wanda Weston, avait commis ce meurtre. Au cours du procès, l’équipe de la défense, avec l’aide d’un travailleur social, a pu obliger Wanda à comparaître devant le tribunal pour témoigner. Le juge a jugé le changement remarquable. Juanita était une femme tranquille et Wanda était bruyante et charmante et elle aimait la violence. Elle a ri en admettant avoir battu le retraité avec une lampe à cause de désaccords. La juge était convaincue qu'elle avait vraiment quelques personnalités ou qu'elle méritait un Oscar pour une réincarnation aussi brillante. Maxwell a été envoyée dans un hôpital psychiatrique où, dit-elle, elle n'a pas reçu de traitement approprié et était simplement bourrée de tranquillisants. Elle a été libérée mais, en 1988, elle a de nouveau été arrêtée pour avoir cambriolé deux banques. Elle a de nouveau soutenu que Wanda l'avait fait; la résistance interne était trop forte et Wanda l'emporta de nouveau. Elle ne voulait pas contester les accusations et a été libérée après y avoir purgé sa peine.

Homme à double personnalité

Dans une période de ma vie, j'ai rencontré un jeune homme. Très intéressant, instruit, intelligent, avec une telle perspective. Personnalité créative. Tout allait bien, mais parfois il tombait dans une stupeur - il regardait un point pendant une minute, puis il leva les yeux et le regarda avec un tel regard, comme la première fois qu'il me voyait et ne comprenait pas comment j'étais ici. Puis il a commencé des réflexions philosophiques. Je (eh bien, je ne sais pas, peut-être à cause de l’inexpérience) je n’attache aucune importance à cela, j’ai aimé qu’il soit «pas de ce monde». À un moment donné, il a disparu. N'a pas contacté, n'est pas apparu. Changé le nombre.

Quelques mois ont passé et je l'ai rencontré quand j'ai quitté le travail, il m'attendait. Suivant était un dialogue approximatif:

- Nina, allons-y, Taras attend.

- Eh bien, Taras est venue avec une fille, tu voulais la rencontrer, elle aussi (.) Est une sorcière héréditaire.

- Je ne peux pas, j'ai des projets.

- Comment, nous avons convenu, ils sont venus spécialement?

* Je ne connaissais aucun Taras, je ne suis pas une sorcière et nous ne nous sommes mis d'accord sur rien.

- Je ne peux pas, je suis désolé, vous confondez quelque chose.

- Ici, vous avez apporté le livre que vous avez demandé.

* Octavio Paz. Labyrinthes de la solitude. Pour la première fois, j'entends parler de cela et elle ne pouvait pas m'intéresser, comme je l'avais compris dans le processus de lecture.

- Avez-vous fait ce que vous m'aviez promis?

- Je n'ai rien promis!

- Vous avez promis de faire de moi un horoscope universel basé sur le sanscrit!

- Pendant tout ce temps, vous n'avez pas compris quelque chose.

Quelques mois plus tard, il m’appelait lui-même, me disant qu’il allait bien, qu’il était dans la ville tout ce temps (c’est un moment important), qu’il a enfin une petite amie (.), Tout va bien. Poursuite de la communication Au bout de quelques mois, il est venu tête nue et est entré dans un monologue selon lequel il ne pourrait pas vivre sans moi, car je l’ai (.) Quitté, il ne dort pas, et s’il dort, il n’a pas de cauchemars, et en général, il a compris que sans lui il ne pourrait pas vivre, marions-nous. Je l'ai refusé, mais j'ai communiqué et surveillé le comportement. Pendant longtemps, je n'ai rien vu d'étrange et nous avons renouvelé notre relation. C'était très étrange - comme si l'autre personne était là, pas du tout.

Après un moment nous sommes allés nous détendre ensemble, il était nécessaire dans la ville de N (tu te souviens?) De faire un transfert. Nous avons marché autour de la ville, j'ai dit que c'était ici pour la première fois, il a répondu - "Moi aussi." J'ai demandé comment ça va? Vous étiez ici il y a un an. Il a répondu qu'il ne l'était pas. MAIS Quand nous sommes revenus et avons effectué un transfert dans cette ville, nous avons dû attendre une journée pour le train. Alors il a marqué IMMÉDIATEMENT ses amis, nous sommes allés chez lui, avons passé la nuit, le lendemain, fait le tour de la ville et il m'a fait visiter la ville. J'ai demandé - comment savez-vous tout? Et il a répondu qu'il était ici l'année dernière et qu'il a passé beaucoup de temps.

Plus loin que pire. Une demi-journée, il pourrait être responsable, attentif, travailler, s'amuser. Puis il a changé radicalement - il a dit qu'il n'avait pas de travail, il avait marqué des réunions importantes pour lesquelles il se préparait depuis des semaines; Je lui ai reproché de ne pas l'avoir compris et au bout de 10 minutes, j'ai admiré sa chance.

À un moment donné, il a disparu. Une semaine plus tard, un message sur le réseau social l'informait qu'il était fiancé à une fille. J'ai prétendu que je n'avais pas remarqué, demandé où il était, ce qui lui était arrivé - il a répondu qu'il n'y avait aucune humeur, il était découragé, pour ainsi dire. Lorsqu'on lui a demandé comment je peux aider, il a répondu qu'il prendrait les choses. Pris, n'a pas expliqué. Plus tard, j’ai écrit à sa "mariée", lui a demandé comment nous nous étions séparés, je lui ai dit que de toute façon. Quelle est la prochaine étape - je ne sais pas et je ne veux pas savoir.
© NINA GERASIMCHUK

Comment différents alter ego peuvent avoir des compétences différentes.

Comment plusieurs personnalités peuvent-elles vivre dans un même corps qui, tout en «changeant de montre», dotent également ce corps de nouvelles capacités? Et qu'est-ce que la division de la personnalité ou le trouble de l'identité dissociative? Neuroscience a trouvé les réponses.

Au cours des vingt dernières années, les neurosciences ont fait un pas de géant en avant, ouvrant le voile du secret du dispositif cérébral des humains et des animaux. Si auparavant nous pouvions seulement deviner ce qui est caché dans le crâne de nombreux représentants de la population de la Terre et comment ce «quelque chose» fonctionne, maintenant, en particulier avec le développement des technologies IRM, nous nous rapprochons de la vérité et de l'explication des processus et des caractéristiques de l'activité vitale formes de plus en plus claires et claires. Et s'il reste encore à découvrir un certain nombre de secrets de pensée et d'activité nerveuse, l'explication de certains paradoxes a déjà été couronnée de succès. Là où certains voient du mysticisme et des significations divines, d'autres soutiennent que tout a une base matérielle et scientifique.

Voir aussi:

Le processus de pensée est né des interactions électrochimiques des neurones, de l'activité des axones et des synapses - les cellules de notre système nerveux. De telles interactions donnent naissance non seulement à des pensées et à des idées, mais forment également une personnalité capable d'accumuler de l'expérience, des connaissances, des compétences et des souvenirs. Si vous n’approfondissez pas les caractéristiques de l’interaction des neurones, du fonctionnement du système nerveux et du travail du cerveau (vous pouvez en lire plus en détail et sous une forme accessible dans les travaux de neurophysiologistes et neuropsychologues, Vileanur Ramachandran, Oliver Sachs, Eliezer Sternberg) personnalité.

Mais comment expliquer ces cas où plusieurs personnalités «vivaient» dans un même corps? Pendant de nombreuses années, cela a été considéré comme une anomalie inexplicable et, même maintenant, lorsque le lien entre la psychologie cognitive et les neurosciences est plutôt fragile, il est assez difficile de trouver une explication scientifique exhaustive. Et il est peu probable que l'humanité puisse même sortir du dogme religieux, considérant ces cas comme «l'introduction de plusieurs esprits dans le corps mortel d'une personne», sinon pour des réalisations techniques (par exemple, l'IRM), ce qui a permis d'enquêter sur l'activité de différentes régions du cerveau.

Comment la personnalité se sépare de

Le neuropsychologue Eliezer Sternberg a examiné l'un des nombreux cas de syndrome de clivage de la personnalité dans l'une de ses œuvres.

Une mère célibataire dont le diagnostic de «cécité congénitale» est incertaine s'est plainte de lacunes dans la mémoire et n'a pas pu expliquer l'apparition des mots «Je te déteste» et «Anormal» sur mon corps après une perte de temps. Elle a également découvert de nouveaux articles Je ne l'ai pas acheté dans mon esprit et ma mémoire. Lorsque la femme est entrée à l'hôpital, elle ne savait pas où elle avait des ecchymoses et des écorchures et ne savait pas non plus où elle était la nuit dernière. Elle s'appelait Evelyn, elle avait 35 ans et elle a eu une enfance très difficile: sa propre mère s'est moquée de la fille, a fermé son placard à clé et quand Evelyn a été envoyée dans une famille d'accueil, son beau-père l'a également maltraitée et même harcelée.

Lorsque le nombre de retombées temporelles et l'impossibilité de rendre compte de ce qui lui est arrivé depuis le «blocage» et de la durée de ce «blocage» ont été généralisés, les psychiatres ont commencé à examiner Evelyn.

- Evelyn a reçu un diagnostic de trouble dissociatif de l'identité - une maladie mentale, également appelée trouble de la personnalité multiple ou fracture de la personnalité. À l'intérieur, Evelyn semblait être habitée par plusieurs personnes différentes. Parmi eux se trouvaient une femme nommée Franny F. et sa fille Cynthia, ainsi que Sarah, la «laide» fille de dix ans, «aux cheveux roux maigres», aux yeux bruns et aux taches de rousseur. Et enfin, Kimmy, un bébé de quatre ans «semblable à un ange», aux yeux bleus et aux cheveux blonds courts.

Le comportement du patient a changé en fonction de la personnalité qui est apparue. Evelyn elle-même semblait une femme intelligente et adulte et exprimait ses pensées avec une clarté surprenante. En se tournant vers Kimmy, elle a soudainement commencé à babiller d'une voix enfantine, pour déformer des mots simples, par exemple appeler le maillot violet «fuayeva». Elle a dit que le président est "son papa" et elle a admiré que le kiwi est à la fois un fruit et un oiseau. Elle s'est vantée que son frère aîné lui enseignait comment écrire son nom.

Voir aussi:

Lorsque vous passez d'une personne à une autre, le personnage, les préférences et l'histoire de la vie en général, que le patient peut raconter, peuvent changer. Les habitudes et l'écriture peuvent changer (et un droitier peut devenir gaucher et vice versa), l'acuité visuelle peut être différente et même le niveau de forme physique peut varier.

Dans le cas d’Evelyn, l’aveuglement, que les médecins n’ont pu expliquer depuis si longtemps, a presque soudainement disparu lorsque Evelyn a perdu son moi et est devenue Kimmy. L'acuité de sa vision était différente et dépendait directement de la personnalité qui était activée à un moment donné. Et le nombre d'individus a augmenté avec le temps.

Rappelez-vous Billy Milligan, si célèbre pour le nombre incroyable d'individus qui se sont installés dans son corps - pas moins de 24! Tous possédaient également les caractères et les capacités les plus différents. Alors, comment cela peut-il être expliqué, sinon par le mysticisme?

Alter-ego des positions scientifiques

En règle générale, les personnes qui se séparent ont vécu une expérience très très négative par le passé. Enfance grave, traumatisme psychologique, grave, destructeur pour le psychisme, les événements de la vie forcent notre cerveau à se protéger des effets néfastes sur le psychisme et le système nerveux. C'est nécessaire à notre survie et c'est inhérent à notre évolution.

Si notre système nerveux n'avait pas développé de mécanismes de défense contre les stress et les souvenirs déplaisants, notre espèce serait difficilement viable. Les traumatismes psychologiques peuvent tuer en nous le désir de faire quoi que ce soit, sombrer dans la dépression et obliger à regarder sans but. Notre cerveau est conçu pour nous protéger du pouvoir destructeur des traumatismes émotionnels. L'esprit subconscient peut nous éloigner des souvenirs désagréables et la dissociation fonctionne mieux que jamais dans ce cas.

Cela ne signifie pas que la division de la personnalité touchera tous ceux qui subissent le moindre stress. Mais les personnes avec un système nerveux plutôt fragile qui ont été soumises à une violence prolongée peuvent ressentir cet effet secondaire d'un mécanisme de défense.

Comment le cerveau éloigne-t-il de telles personnes des souvenirs traumatiques? Il fragmente la mémoire en bloquant l'accès à des mémoires individuelles pour l'identité de l'hôte. Toutes les sous-personnalités se développent à partir de fragments de mémoires, comblant les vides vides de l'esprit (personne n'a besoin de souvenirs orphelins, il s'agit d'un vide que le cerveau estime nécessaire de combler). C'est ce qu'on appelle la fragmentation de la conscience.

Preuve de fragmentation de la conscience

Voir aussi:

D'où est venue l'idée de fragmentation de la conscience chez des patients atteints d'un trouble de la personnalité dissociatif? Cela a aidé ces avancées très techniques qui ont été mentionnées au début. Sans TEP (tomographie par émission de positrons), qui permettait de réaliser des études de neuroimagerie, il était difficile de parvenir à cette conclusion. Les scientifiques ont étudié le cerveau des sujets présentant une scission de la personnalité à l'aide d'un scanner PET, tout en amenant les patients à changer d'alter-ego.

Il s'est avéré que lors du changement d'alter-ego, les zones de l'amygdale responsables d'émotions se sont fortement intensifiées, mais que lorsque le changement avait eu lieu, l'activité cérébrale dans les sous-personnalités était neutre, comme c'était le cas avec la personnalité. Cela signifie que les individus créent une certaine barrière vis-à-vis des expériences passées et des explosions émotionnelles, les protégeant des expériences traumatiques.

L'étude a également révélé l'activité de différentes parties de l'hippocampe, qui est le centre de la mémoire des événements de la vie. Selon la personnalité qui est apparue, une certaine zone de l'hippocampe a été activée. Ceci est une preuve directe que la division de la personnalité entraîne la fragmentation de la conscience et des souvenirs. Chacune des personnalités n’ayant accès qu’à un fragment spécifique de la mémoire, Evelyn ne pouvait donc pas se souvenir de ce qui lui était arrivé pendant les moments de «panne». Et l’activité d’autres zones du cerveau, à laquelle l’autre-ego avait également accès, a déterminé la différence de qualité de la vision. La cécité d'Evelyn était de nature purement neurologique et était due à des problèmes d'accès au cortex visuel.

De la psychologie cognitive aux neurosciences

Expliquer la nature de la scission de la personnalité n'est qu'un exemple de l'évolution des neurosciences, ne laissant aucune chance au mysticisme et aux croyances de faire infuser des esprits ou de transmigrer des âmes. Les coins inexplorés de notre conscience et les particularités du fonctionnement de notre cerveau sont encore indénombrables, mais aujourd'hui, l'humanité est déjà bien avancée, utilisant des paramètres techniques pour le diagnostic et les expériences.

Peut-être qu'avec le temps, les scientifiques n'exploreront pas le psychisme humain par le biais de la méthode de la boîte noire, tentant de prédire d'après des données externes ce qui se passe à l'intérieur de la boîte crânienne, mais se tourneront vers les neurosciences, qui ont suffisamment de courage pour examiner la boîte noire elle-même, la rendant moins mystérieuse. et y laisser aussi peu que possible l'obscurité et l'inexplicable.

Trouble dissociatif de l'identité: plusieurs personnes dans un seul corps

Avez-vous déjà pensé que vous pourriez ne pas connaître quelqu'un très bien? Qu'est-ce qui lui semble parfois complètement différent, étranger, inconnu, comme s'il avait été remplacé? Comme certaines personnes très différentes vivent dans son corps?

Trouble dissociatif de l'identité (DID), également connu sous le nom de trouble de la personnalité multiple (RLM), à personnalité multiple, à double personnalité... qu'est-ce que c'est? Dans cet article, la psychologue Yulia Koneva vous expliquera tout sur le trouble du dédoublement de la personnalité, ses causes, ses signes, ses symptômes et ses manifestations, ainsi que sur des histoires vécues par des personnes atteintes de ce trouble.

Trouble dissociatif de l'identité

Personnalité Split: 23 âmes dans un corps

Quels types de personnalité connaissez-vous? Grâce au cinéma mondial et en particulier au film «Split», la société a de nouveau commencé à s'intéresser à une maladie assez rare, mais très mystérieuse, pour les spécialistes - dissociation personnelle ou trouble de la dissociation multiple. Dans le film, M. Night Shyamalan parle d'un certain Kevin, un homme dont l'esprit est divisé en 23 personnes. Il kidnappe trois filles, les met au sous-sol et planifie leur meurtre rituel. Mais Kevin avait un vrai prototype. Il s'appelait Billy Milligan.

Billy Milligan, né en 1955, comptait également 23 personnalités, chacune avec son propre caractère et ses propres caractéristiques - et une «superpersonnalité» que d'autres appelaient le Professeur. L'enseignant était pour eux un peu comme un patron, car il était le seul à pouvoir «graver» dans la mémoire des autres personnalités de Milligan.

Parmi ses 23 personnalités, deux dominaient, sans compter Billy lui-même: l'Anglais Arthur Smith, un intellectuel raffiné, et le Yougoslave Regen Vadaskovinich, un militaire qui possède des arts martiaux de contact et comprend les armes. Parmi les autres personnalités de Milligan, il y avait un mécanicien qui pouvait casser des serrures, un parodiste qui adorait se moquer des autres et un garçon, David, qui avait 8 ans et portait la douleur des autres personnalités de Milligan. Seules 10 personnalités «souhaitables», que d'autres «autorisaient» à contrôler le corps de temps en temps, et 13 indésirables. Parmi ces derniers se trouvent un Juif religieux (le seul croyant parmi les personnalités de Milligan), ainsi que deux amis voleurs et un garçon sourd.

Billy Milligan a été arrêté deux fois et une seconde fois pour viol. Curieusement, parmi les personnalités de Milligan, une fille était responsable du viol, elle s'appelait Adalana et elle était lesbienne. C'est elle qui a initié les attaques, car elle avait besoin d'amour et d'affection, mais ne les a pas reçues.

Les personnalités de Milligan ne se sont pas formées immédiatement, mais étaient une réaction à une enfance difficile. Sean, Sean, une anglaise de trois ans, Christine, et un garçon sans nom. Chacune de ces personnalités remplit une fonction spécifique. Par exemple, Christine pourrait rester longtemps dans un coin sans pleurer, sans laquelle il aurait été difficile de survivre dans la famille de Dorothy Milligan et Johnny Morrison. Morrison s'est suicidé alors que Billy n'avait pas encore quatre ans. Lorsque Billy a eu 8 ans, son beau-père, Chelmer Milligan, l'a ligoté et violé. Au moins là, il l'a dit plus tard à Billy.

Quand Billy Milligan avait vingt ans, il a été emprisonné pour vol à main armée dans une pharmacie. Il a été publié en 1977 et la demande de viol a ensuite suivi. C'est à ce moment-là qu'un examen psychiatrique a été effectué et que Milligan est passé d'un jeune criminel à un phénomène médical.

Dans le film Shyamalan, cela n’est pas très clair, mais en réalité, les personnalités de Milligan se sentaient la plupart du temps comme une famille très unie. Pour chacun d’eux, les autres avaient leur propre attitude, leurs propres groupes - en particulier les personnalités «souhaitables» et «indésirables», que nous avons déjà mentionnées. Sur la plupart des questions, les positions ont radicalement divergé, mais il y avait encore quelque chose en commun. Premièrement, presque tous les individus étaient des créatifs qui apprécient l’art, même si c’est différent. Deuxièmement, tout le monde essayait en quelque sorte de prendre soin du corps de Milligan et d’autres personnalités, et seul un crime contre le bien commun était punissable par le passage à «indésirable», c’est-à-dire la privation du droit de posséder le corps.

Toutes les personnalités ont été testées sur le QI, cependant, Arthur Smith (qui est un intellectuel) a refusé de passer le test. Cependant, il était clair que ses indicateurs étaient élevés: par exemple, il avait étudié l'arabe et le swahili. En utilisant la logique, il a calculé les personnalités restantes et dérivé des règles générales pour chacun, auxquelles ils devaient obéir. Mais il est à noter que non seulement le QI était différent pour d'autres personnalités, mais que les données de l'électroencéphalographie montrant l'activité des processus cérébraux étaient également différentes. Comme des étrangers les uns aux autres.

Après dix ans de thérapie, Billy Milligan a été guéri, c'est-à-dire qu'il est devenu une seule personne, Billy Milligan, sans les Yougoslaves et les fillettes de trois ans, et a été libéré. Les informations sur sa vie future sont inexactes, mais on sait que pendant quelque temps, il a essayé de faire du cinéma et a même créé son propre studio de cinéma appelé Stormy Life Productions, mais a fait faillite. Il est décédé en 2014, il avait 59 ans.

Quelle est la dissociation de la personnalité? Est-ce une norme ou une déviation? Les cas de dissociation sont d'une gravité si diverse que les gens ne comprennent pas toujours s'ils doivent s'en inquiéter et demander l'aide d'un médecin. La dissociation peut se produire dans la vie quotidienne lorsqu'une personne est distraite, rêve de quelque chose, conduit une voiture ou effectue d'autres actions automatiques. La personnalité multiple, manifestée par des chamanes en état de transe, n'est généralement pas perçue comme une maladie, même dans les cultures traditionnelles. Trouble dissociatif de l'identité, dans lequel une personne a une personnalité multiple, est un degré extrême de manifestation de la dissociation psyché.

Test cognitif général en ligne CogniFit: avec l'aide d'un programme scientifique, évaluez rapidement et avec précision l'état de votre cerveau, déterminez vos côtés cognitifs forts et faibles. Les résultats de ce test neuropsychologique aident à déterminer si les changements cognitifs d’une personne sont normaux ou s’il ya suspicion de troubles neurologiques. Obtenez votre résultat en moins de 30 à 40 minutes. CogniFit («CogniFit») est le programme de tests cognitifs le plus recommandé utilisé par les professionnels.

Il existe encore des différends quant à la gravité du trouble de la personnalité multiple. De nombreux psychiatres ont tendance à croire qu'une double personnalité est en général un diagnostic déraisonnable. Comment expliquer autrement l'augmentation du nombre de cas enregistrés de plusieurs dizaines au XIXe siècle à 40 000 au cours de la dernière décennie du XXe siècle? Certains chercheurs attribuent cela au fait qu'avant, tous les patients présentant des symptômes dissociatifs avaient reçu un diagnostic de schizophrénie, les critères de diagnostic de la maladie mentale sont aujourd'hui plus clairs. Par conséquent, la schizophrénie est rarement diagnostiquée à tort. En médecine moderne, le véritable trouble de la personnalité multiple est considéré comme une maladie extrêmement rare. Dans ce cas, le patient ne peut pas se passer de l'aide d'un thérapeute ou d'un psychiatre.

Comment se manifeste une personnalité multiple? Les personnalités qui existent chez une personne se remplacent périodiquement et, en même temps, la personne actuellement active ne se souvient pas des événements survenus avant le «basculement». Le déclic pour changer de personnalité peut être des mots, des situations ou des lieux. Le changement de personnalité s'accompagne de troubles somatiques.

Les «personnes» peuvent différer les unes des autres par leurs capacités mentales, leur nationalité, leur tempérament, leur vision du monde, leur sexe et leur âge.

Quand la première preuve de l'existence d'une personnalité multiple est-elle apparue? Le syndrome de double personnalité a été mentionné dans les écrits de Paracelsus - ses dossiers d'une femme qui croyait que quelqu'un lui volait de l'argent étaient restés. Cependant, en réalité, l'argent a été dépensé par sa deuxième personne, à propos de laquelle la femme ne savait rien.

Les troubles de l'identité dissociative (DID), souvent appelés troubles de la personnalité multiple (SCLC), intéressent les gens depuis plus d'un siècle. Cependant, malgré le fait qu'il s'agisse d'un trouble très connu, les psychiatres ne sont même pas certains de son existence. Il est possible qu'il s'agisse d'une forme d'une autre maladie, telle que la schizophrénie. Une autre théorie est qu’il n’existe pas du tout et que ceux qui le possèdent prétendent tout simplement être.

En 1791, le médecin de la ville de Stuttgart, Eberhard Gmelin, décrivit une jeune citadine qui, sous l’influence des événements de la Révolution française (l’Allemagne de l'époque devint un refuge pour de nombreux aristocrates français), acquit une seconde personnalité - une Française aux mœurs aristocratiques parlant parfaitement le français, bien que la première fille) ne le possédait pas.

La maladie était considérée comme une rareté extraordinaire. Jusqu'au milieu du XXe siècle, seuls 76 cas de double personnalité ont été documentés.

L'existence du syndrome de bifurcation de la personnalité des masses est devenue connue après des recherches menées en 1957 par les psychiatres Corbett Tigpen et Hervey Klekli. Le résultat de leurs recherches est le livre «Les trois visages d’Eve», qui décrit en détail le cas de leur patiente, Eve White. L’intérêt pour le phénomène a également été provoqué par le livre «Sybil» publié en 1973, dont l’héroïne a été diagnostiquée avec un trouble de la personnalité multiple.

Après la publication et le filtrage de ces livres, le nombre de patients souffrant de troubles de l'identité dissociative a augmenté (de 40 à 40 000 cas entre les années 1980 et 1990), de sorte que certains scientifiques considèrent cette maladie comme iatrogène (sous l'influence de psychothérapeutes).

Le «Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux» inclut un trouble de la personnalité multiple en tant que diagnostic depuis 1980.

Dans certains cas, les personnes présentant un trouble de la personnalité multiple ne considèrent pas cette affection comme un trouble. Ainsi, l’auteur du best-seller «Les hurlements du lapin», Truddy Chase, a refusé d’intégrer ses sous-personnalités dans un seul tout, affirmant que toutes ses personnalités existaient en équipe.

Les troubles identitaires dissociatifs représentent actuellement 3% du nombre total de maladies mentales. Chez les femmes, en raison des particularités de la psyché, la maladie est enregistrée 10 fois plus souvent que chez les hommes. Une telle dépendance au genre peut être associée à un diagnostic difficile de fracture de la personnalité chez les hommes. En savoir plus sur les troubles de la personnalité.

Les «personnes» peuvent différer en capacités mentales, nationalité, tempérament, vision du monde, sexe et âge

Raisons du développement de DID

Comment naît une personnalité multiple? L'étiologie d'une double personnalité n'est pas encore complètement comprise, mais les données disponibles plaident en faveur de la nature psychologique de la maladie.

Le trouble de l'identité dissociative découle du mécanisme de la dissociation, sous l'influence duquel les pensées ou souvenirs spécifiques de la conscience humaine ordinaire sont divisés en parties. Poussées dans l'esprit subconscient, des pensées fourchues émergent spontanément dans l'esprit en raison de déclencheurs (déclencheurs), qui peuvent être des événements et des objets présents dans l'environnement lors d'un événement traumatique.

La double personnalité, comme d’autres troubles dissociatifs, a un caractère psychogène. Son apparition est associée à tout un ensemble de facteurs. Le déclencheur peut parfois être une situation de stress aigu avec laquelle une personne est incapable de faire face par elle-même. Pour lui, la personnalité multiple sert de défense contre les expériences traumatiques. De nombreux troubles dissociatifs se développent chez des personnes qui, en principe, sont capables de dissocier et de séparer leurs perceptions et leurs souvenirs du flux de conscience. Cette capacité, combinée à la capacité d'entrer dans un état de transe, est un facteur de développement d'un trouble de l'identité dissociative.

Les différences de personnalité découlent souvent de l'enfance et sont associées à des événements traumatisants, à l'incapacité de se défendre face à une expérience négative et au manque d'amour et de soin de ses parents pour l'enfant. Des études menées par des scientifiques nord-américains ont révélé que 98% des personnes souffrant de double personnalité étaient victimes de violence dans leur enfance (85% en ont la preuve documentée). Ainsi, ces études ont montré que le facteur clé qui provoque une scission de la personnalité est la violence durant l’enfance. Dans d'autres situations, la perte précoce d'un être cher, une maladie complexe ou une autre situation de stress aigu joue un rôle important dans le développement d'un trouble de l'identité dissociative. Dans certaines cultures, la guerre ou une catastrophe mondiale peut être un facteur clé.

Pour la survenue de troubles de la personnalité multiple, une combinaison de:

  • Stress insupportable ou stress sévère et fréquent.
  • Capacité à se dissocier (une personne doit être capable de séparer sa propre perception, ses propres souvenirs ou son identité de la conscience).
  • Manifestations dans le processus de développement individuel des mécanismes de protection de la psyché.
  • Expérience traumatisante dans l’enfance avec manque de soins et d’attention envers l’enfant touché. Une image similaire se produit lorsque l'enfant n'est pas suffisamment protégé contre les expériences négatives ultérieures.

L'identité unifiée (l'intégrité du concept de soi) ne se présente pas à la naissance, elle se développe chez les enfants grâce à une multitude d'expériences. Les situations critiques créent un obstacle au développement d'un enfant et, par conséquent, de nombreux éléments à intégrer dans une identité relativement unifiée restent séparés.

Une étude à long terme réalisée par Ogawa et al. Montre que le manque d'accès à une mère à l'âge de deux ans est également un facteur contribuant à la dissociation.

La capacité à générer de multiples personnalités ne se manifeste pas chez tous les enfants victimes de violence, de perte ou de blessures graves. Les patients présentant un trouble de l'identité dissociative se distinguent par leur capacité à entrer facilement dans un état de transe. C'est la combinaison de cette capacité avec la capacité de dissociation qui est considérée comme un facteur contribuant au développement de la maladie.

Pensez-vous que vous ou un de vos proches êtes déprimé? Découvrez avec le test de dépression neuropsychologique innovant CogniFit pour l'anxiété s'il existe des symptômes inquiétants pouvant indiquer une dépression. Obtenez un rapport détaillé avec des recommandations en moins de 30 à 40 minutes.

Symptômes et signes

Trouble dissociatif de l'identité (DID) est le nom moderne du trouble, connu des masses sous le nom de trouble à personnalité multiple ou à double personnalité. Il s'agit du trouble le plus grave du groupe des troubles dissociatifs de la psyché, qui se manifeste par la majorité des symptômes dissociatifs connus.

Les principaux symptômes dissociatifs incluent:

  1. Amnésie dissociative (psychogène), dans laquelle une perte soudaine de mémoire est provoquée par une situation traumatique ou un stress, et l'assimilation de nouvelles informations et de nouvelles consciences n'est pas perturbée (souvent observée chez les personnes ayant survécu aux hostilités ou à une catastrophe naturelle). La perte de mémoire est perçue par le patient. L'amnésie psychogène est plus fréquente chez les jeunes femmes.
  2. Fugue dissociative ou réaction de fuite dissociative (psychogène). Manifesté par le départ soudain du patient du lieu de travail ou de la maison. Dans de nombreux cas, la fugue est accompagnée d'une conscience affectée, puis d'une perte partielle ou totale de mémoire, sans se rendre compte de la présence de cette amnésie.
  3. Trouble dissociatif d'identification, à la suite duquel une personne s'identifie à plusieurs personnalités, chacune d'entre elles dominant en elle avec un intervalle de temps différent. La personnalité dominante détermine les opinions, le comportement, etc. de la personne. comme si cette personnalité était la seule et que le patient lui-même, pendant la période de domination d'une des personnalités, ignorait l'existence d'autres personnalités et ne se souvenait pas de la personnalité d'origine. La commutation se produit généralement soudainement.
  4. Dépersonalization trouble dans lequel une personne subit périodiquement ou constamment l'aliénation de son propre corps ou de ses processus mentaux, se regardant comme si elle était de côté. Il peut y avoir des sensations déformées de l'espace et du temps, l'irréalité du monde environnant, la démesure des membres.
  5. Syndrome de Ganser («psychose en prison»), qui se traduit par une manifestation délibérée de troubles somatiques ou mentaux. Il apparaît comme une conséquence du besoin intérieur de paraître malade sans l'objectif d'obtenir des bénéfices. Le comportement observé avec ce syndrome ressemble au comportement des patients schizophrènes. Le syndrome inclut l'hypocrisie (une question simple ne répond pas du tout à la question, mais relève de sa portée), des épisodes de comportement extravagant, une insuffisance d'émotions, une diminution de la sensibilité à la température et à la douleur, une amnésie liée aux épisodes du syndrome.
  6. Trouble dissociatif, qui se manifeste sous forme de transe. Manifesté dans une réaction réduite aux stimuli externes. La double personnalité n'est pas la seule condition dans laquelle il y a transe. L'état de transe est observé avec la monotonie des mouvements (pilotes, pilotes), dans les médiums, etc., mais chez les enfants, cette condition survient généralement après une blessure ou des violences physiques.

La dissociation peut également être observée à la suite d'une suggestion de forçage longue et intense (traitement de la conscience des otages, diverses sectes).

Les signes d'une double personnalité incluent également:

  • Déréalisation, dans laquelle le monde semble irréel ou lointain, mais il n'y a pas de dépersonnalisation (il n'y a pas de violation de la perception de soi).
  • Coma dissociatif caractérisé par une perte de conscience, un net affaiblissement ou un manque de réponse aux stimuli externes, une extinction des réflexes, une modification du tonus vasculaire, une altération du pouls et de la thermorégulation. C'est aussi une stupeur possible (immobilité complète et manque de parole (mutisme), réactions affaiblies à l'irritation) ou une perte de conscience associée à une maladie somatoneurologique.
  • Labilité émotionnelle (sautes d'humeur).

Anxiété ou dépression, tentatives de suicide, attaques de panique, phobies, troubles du sommeil ou de l'alimentation sont possibles. Parfois, les patients ont des hallucinations. Ces symptômes ne sont pas directement associés à une double personnalité, car ils peuvent être la conséquence d'un traumatisme psychologique à l'origine du trouble.

Diagnostics

Le trouble de l'identité dissociative est diagnostiqué en respectant les critères suivants:

  • L'absence d'alcool, l'intoxication à la drogue, l'influence d'autres substances toxiques et de maladies. Absence de simulation explicite ou de fantaisie.
  • Une personne a des problèmes de mémoire évidents qui n’ont rien à voir avec un simple oubli.
  • La présence de plusieurs «moi» distincts avec des modèles stables de perception du monde, des attitudes différentes à l’égard de la réalité environnante et de la vision du monde.
  • La présence d'au moins deux des identités distinguables qui peuvent influencer le comportement du patient. Trouble identitaire dissociatif (personnalité scindée ou scission, trouble de la personnalité multiple, syndrome de la personnalité multiple, trouble de la personnalité dissociatif organique) - un trouble mental rare, dans lequel l'identité personnelle est perdue et l'impression qu'il existe plusieurs personnalités différentes (états du moi) dans un seul corps.

Le trouble dissociatif de l’identité est diagnostiqué selon quatre critères:

  1. Le patient doit avoir au moins deux (voire plusieurs) états personnels. Chacune de ces personnes doit avoir des caractéristiques individuelles, un caractère, sa propre vision du monde et sa propre pensée, elle perçoit la réalité différemment et diffère d'une situation à l'autre par son comportement.
  2. Ces individus contrôlent le comportement d'une personne à son tour.
  3. Le patient a des trous de mémoire, il ne se souvient pas d’épisodes importants de sa vie (mariage, accouchement, cours à l’université, etc.). Apparaître sous la forme «Je ne me souviens plus», mais le patient attribue généralement ce phénomène à des problèmes de mémoire.
  4. Le trouble d'identité dissociatif résultant n'est pas associé à une intoxication aiguë, chronique, à l'alcool ou à une drogue.

La double personnalité doit être distinguée des jeux de rôle et des fantasmes.

Étant donné que les symptômes dissociatifs se développent dans les manifestations extrêmement prononcées du trouble de stress post-traumatique, ainsi que dans les troubles associés à l'apparition de douleurs dans certains organes à la suite d'un conflit mental réel, il convient de distinguer une double personnalité de ces troubles.

Le patient a une «base», la personne principale qui détient le vrai nom et qui ne soupçonne généralement pas la présence d'autres personnalités dans son corps. Par conséquent, si le patient assume un trouble dissociatif chronique, le psychothérapeute doit examiner:

  • certains aspects du passé du patient;
  • état mental actuel du patient.

Comment diagnostique-t-on un trouble? Les questions d'entrevue sont regroupées par sujet:

  • Amnésie. Il est souhaitable que le patient cite des exemples de "temps écoulé", car des épisodes microdissociatifs dans certaines conditions sont également observés chez des personnes en parfaite santé. Les patients souffrant de dissociation chronique, les situations d'échec dans le temps sont souvent observés, les circonstances de l'amnésie ne sont pas associées à une activité monotone ou à une concentration d'attention extrême, il n'y a pas d'avantage secondaire (il est présent, par exemple, lors de la lecture d'une littérature fascinante).

Au stade initial de la communication avec un psychiatre, les patients ne reconnaissent pas toujours qu'ils ont des épisodes similaires, bien que chaque patient ait au moins une personnalité ayant connu des échecs similaires. Si le patient a donné des exemples convaincants de sa présence d'amnésie, il est important d'exclure le lien possible de ces situations avec la consommation de drogues ou d'alcool (la présence d'un lien n'exclut pas une double personnalité, mais complique le diagnostic).

Ils aident à clarifier la situation avec le temps qui lui est imparti pour poser des questions sur la présence dans la penderie (ou elle-même) des affaires que la patiente n'a pas choisies. Chez les hommes, ces objets «inattendus» peuvent être des véhicules, des outils, des armes. Une telle expérience peut affecter des personnes (des inconnus prétendent connaître le patient) et des relations (actes et paroles que le patient connaît des récits de ses proches). Si des étrangers, en se référant à un patient, ont utilisé d'autres noms, ils doivent être clarifiés, car ils peuvent appartenir à d'autres personnalités du patient.

  • Dépersonnalisation / déréalisation. Ce symptôme est plus fréquent dans les troubles de l'identité dissociative, mais il est également caractéristique de la schizophrénie, des épisodes psychotiques, de la dépression ou de l'épilepsie temporale. Une dépersonnalisation transitoire est également observée à l'adolescence et au moment de la mort dans une situation de blessure grave. Vous devez donc vous rappeler le diagnostic différentiel.

Le patient doit préciser s'il connaît l'état dans lequel il se regarde en tant qu'étranger et regarde un «film» sur lui-même. De telles expériences sont caractéristiques de la moitié des patients à personnalité divisée et l'observateur est généralement la personnalité de base principale du patient. Lorsqu’ils décrivent ces expériences, les patients constatent qu’ils ressentent à ces moments une perte de contrôle de leurs actions, se regardent de quelque part, à un point fixe externe, latéral ou supérieur, et voient ce qui se passe comme au fond. Ces expériences s'accompagnent d'une grande frayeur. Pour les personnes ne souffrant pas de trouble de la personnalité multiple et ayant vécu une expérience similaire à la suite d'expériences de mort, cette condition s'accompagne d'un sentiment de détachement et de paix.

Il peut aussi y avoir un sentiment d'irréalité de quelqu'un ou de quelque chose dans la réalité environnante, une perception de soi mort ou mécanique, etc. Cette perception se manifestant dans la dépression psychotique, la schizophrénie, les phobies et le trouble obsessionnel-compulsif, un diagnostic différentiel plus large est nécessaire.

  • Expérience de vie La pratique clinique montre que chez les personnes souffrant de division de la personnalité, certaines situations de la vie se répètent plus souvent que chez les personnes ne présentant pas ce trouble.

La violence subie dans l'enfance est un facteur clé du développement de DID

En règle générale, les patients présentant un trouble de la personnalité multiple sont accusés de tromperie pathologique (en particulier pendant l’enfance et à l’adolescence), de déni de comportement ou de comportement observé par d’autres personnes. Les patients eux-mêmes sont convaincus qu'ils disent la vérité. La fixation de tels exemples sera utile au stade de la thérapie, car elle aidera à expliquer les inconvénients pour la personnalité principale de l’incident.

Les patients avec une double personnalité sont très sensibles à l'hypocrisie, souffrent d'une amnésie étendue, couvrant certaines périodes de leur enfance (il est utile d'établir une séquence chronologique des années scolaires). Normalement, une personne est capable de raconter sa vie de manière constante, en se remémorant année après année. Les personnes à double personnalité connaissent souvent de fortes fluctuations du rendement scolaire, ainsi que des lacunes importantes dans la chaîne des mémoires.

Souvent, en réponse à des stimuli externes, il se produit un état de flashback dans lequel des souvenirs et des images, des cauchemars et des souvenirs oniriques envahissent involontairement la conscience. Le flashback provoque une grande anxiété et un déni (la réaction défensive de la personne principale).

Des images obsessionnelles associées à un traumatisme primaire et à une incertitude sur la réalité de certains souvenirs sont également observées.

Il est également caractéristique de manifester certaines connaissances ou compétences qui surprennent le patient, car il ne se souvient pas du moment où il les a acquises (une perte soudaine est possible).

  • Les principaux symptômes de K. Schneider. Les patients à personnalité double peuvent «entendre» des voix agressives ou favorables se disputant dans leur tête, commentant les pensées et les actions du patient. Des phénomènes d'influence passive peuvent survenir (souvent une écriture automatique). Au moment du diagnostic, la personne principale a souvent l'expérience de communiquer avec ses personnalités en alternance, mais interprète cette communication comme une conversation avec lui-même.

Lors de l’évaluation de l’état mental actuel, l’attention est portée sur:

  • l'apparence (peut changer radicalement d'une session à l'autre, jusqu'à des changements d'habitudes drastiques);
  • parole (changement de timbre, vocabulaire, etc.);
  • la motricité (tics, convulsions, tremblements des paupières, grimaces et réactions réflexes d'orientation accompagnent souvent les changements de personnalité);
  • des processus de pensée souvent caractérisés par l'illogisme, l'incohérence et la présence d'associations étranges;
  • la présence ou l'absence d'hallucinations;
  • l'intellect, qui dans son ensemble reste intact (la déficience en mosaïque n'est révélée que dans la mémoire à long terme);
  • prudence (le degré d'adéquation des jugements et du comportement peut varier considérablement d'un comportement d'adulte à un comportement enfantin).

Patnem F. "Diagnostic et traitement des troubles de la personnalité multiple"

Les patients présentent généralement un trouble d’apprentissage marqué, basé sur l’expérience passée. EEG et IRM sont également effectués pour éliminer la présence de dommages organiques au cerveau.

Il y a d'autres symptômes d'une double personnalité:

  • sautes d'humeur, dépression;
  • idées et tentatives suicidaires;
  • augmentation du niveau d'anxiété jusqu'au trouble anxieux;
  • il existe parfois des troubles dissociatifs de nature différente;
  • perturbation de l'appétit, du régime alimentaire;
  • mauvais sommeil, insomnie, cauchemars;
  • la présence de diverses peurs, phobies, troubles paniques;
  • sentiment de perte, de confusion, parfois de déréalisation et de dépersonnalisation manifestées;
  • les enfants peuvent expérimenter des changements de goûts, se parler, parler de différentes manières.

Étant donné que la schizophrénie et le trouble de la personnalité dissociative présentent de nombreux symptômes similaires, même des hallucinations se manifestent parfois avec une double personnalité, la schizophrénie est parfois diagnostiquée à tort chez une personne, bien que le trouble de la personnalité dissociatif soit d'une nature complètement différente.

Test psychologique

Test MMPI

Le test MMPI (questionnaire personnel multi-échelle du Minnesota, inventaire de la personnalité multiphasique du Minnesota, MMPI) est un questionnaire personnel créé à l'Université du Minnesota (États-Unis) par le psychiatre Stark Hathway et le psychologue clinicien John McKinley en 1947. Ce test est utilisé dans le diagnostic de la personnalité.

Dans trois études, le MMPI a été mené sur un échantillon de 15 patients ou plus atteints de DID (Coons, Sterne, 1986; Solomon, 1983; Bliss, 1984b). Dans toutes ces études indépendantes, un certain nombre de résultats cohérents ont été obtenus. Le profil MMPI des patients atteints d'IRD diffère par une augmentation de l'échelle de validité F et de l'échelle Sc ou de la schizophrénie (Coons, Sterne, 1986; Solomon, 1983; Bliss, 1984b). Parmi les points critiques du questionnaire, constituant une échelle de schizophrénie, à laquelle les patients atteints de DID ont souvent répondu positivement, figuraient le paragraphe 156: «J'ai eu des périodes où je faisais quelque chose et je ne savais pas ce que je faisais», ainsi que le paragraphe 251 : «J'ai eu des périodes d'interruption de mes actions et je ne comprenais pas ce qui se passait» (Coons, Sterne, 1986; Solomon, 1983). Koons et Stern (Coons, Sterne, 1986) ont constaté dans leur étude que 64% des patients avaient répondu positivement au point 156 dans le premier test et 86% dans le deuxième test, la durée moyenne de l'intervalle entre deux tests étant de 39 mois. Ils ont également constaté que 64% des patients donnaient une réponse positive au paragraphe 251. En outre, il a été noté que ces patients étaient beaucoup moins susceptibles de donner des réponses positives aux éléments du questionnaire critiques pour les troubles psychotiques, à l'exception de l'élément décrivant les hallucinations auditives.

Les trois études (Coons, Sterne, 1986; Solomon, 1983; Bliss, 1984b) ont révélé une augmentation de l’échelle F, qui constitue souvent le fondement formel permettant de considérer le profil complet du MMPI comme invalide. Solomon (Solomon, 1983) a interprété les valeurs élevées de cette échelle comme un «appel à l'aide», a-t-il noté, en raison des tendances suicidaires chez les patients de son échantillon. Dans les trois études, les résultats de l'application de MMPI à des patients atteints de DID démontrent le polyimprématisme de ces derniers. De plus, il a été suggéré que bon nombre des profils obtenus indiquent la présence d'un trouble de la personnalité limite.

Test de Rorschach

Encore moins de patients atteints de DID ont été examinés à l'aide du test de Rorschach. Wagner et Hayes (Wagner, Heis, 1974), dans une étude des réponses des patients DID à la tâche du test de Rorschach, ont relevé deux caractéristiques communes: (1) un grand nombre de réponses de mouvement différentes et (2) des réponses de couleur labiles et contradictoires. Wagner et ses collègues (Wagner et al., 1983) ont complété ces données, obtenues de quatre patients DID. Danisino et ses collègues (Danesino et al., 1979) et Piotrovsky (Piotrowsky, 1977) ont confirmé les premiers résultats de l'application du test de Rorschach par Wagner et Hayes (Wagner, Heis, 1974), sur la base des interprétations des réponses de deux patients atteints de DID. Cependant, Lovitt et Levkof (Lovitt, Lefkov, 1985) se sont opposés à suivre les règles d'interprétation suivies par Wagner et ses collègues (Wagner et al., 1983), qui utilisaient un protocole différent dans l'étude de trois patients atteints d'IRD pour enregistrer les réponses au test de Rorschach, et le système Exner pour interpréter les réponses. Malgré le fait que le nombre de cas examinés à l’aide de ces protocoles était trop petit pour permettre une généralisation, les auteurs ont suggéré de tirer leurs conclusions sur la spécificité du test de Rorschach dans la définition de DID et d’autres pathologies dissociatives sous-jacentes (Wagner et al., 2004). (1983; Wagner, 1978).

Examen physique

En règle générale, les psychiatres dans leur pratique, en particulier lors des admissions en consultation externe, ne procèdent pas à une évaluation systématique de l’état physique du patient. Les raisons en sont multiples et la décision de mener une étude sur l’état physique est la prérogative des thérapeutes. Cependant, il est important de prendre en compte l’état physique du patient ou du moins son état neurologique lors du diagnostic de DID.

L'amnésie est la seule et la plus caractéristique des caractéristiques physiopathologiques de DID: elle se manifeste par une difficulté à se rappeler. Le diagnostic différentiel de la fonction de la mémoire nécessite l’élimination des troubles organiques tels que commotion cérébrale, gonflement, hémorragie cérébrale, ainsi que la démence organique (par exemple, dans la maladie d’Alzheimer, la chorée de Huntington ou la maladie de Parkinson). Pour exclure la possibilité de ces maladies, un examen neurologique complet est nécessaire.

L’examen de l’état physique peut également aider à identifier les traces de dommages physiques chez le patient, c.-à-d. autoagression. Habituellement, les parties du corps qui se font du mal chez DID, souvent cachées des observations superficielles, incluent le haut des bras (dissimulé sous de longues manches), le dos, l’intérieur des cuisses, la poitrine et les fesses. En règle générale, les traces de blessures infligées par le patient ont l’apparence de coupes soignées faites avec une lame de rasoir ou un verre brisé. Dans ce cas, de fines cicatrices sont visibles, semblables aux lignes d'un stylo ou d'un crayon. Souvent, les cicatrices de coupures répétées forment sur la peau une sorte de personnage, semblable à des caractères chinois ou à des traces de cuisses de poulet. Les brûlures causées par les cigarettes ou les allumettes, qui sont en compote sur la peau, sont une autre forme courante d'automutilation. Ces brûlures laissent des cicatrices circulaires ou en pointillés. Si l'évaluation de l'état physique a révélé des signes d'automutilation répétée, il existe alors des raisons sérieuses de supposer chez ce patient un trouble dissociatif tel que le DID ou le syndrome de dépersonnalisation.

Les cicatrices chez les patients DID peuvent également être liées à la violence dont elles ont été victimes dans leur enfance. Parfois, les patients avec une personnalité multiple ne peuvent pas expliquer l'apparition de cicatrices associées à une opération chirurgicale - c'est ainsi que nous obtenons un fait supplémentaire, ce qui donne à penser que le patient a une amnésie sur des événements importants de sa vie personnelle.

Rencontre avec des personnalités différentes

Comment se comporter si vous avez affaire à une personne souffrant d'un trouble de la personnalité multiple? Le diagnostic de DID (ou RML) ne peut être posé que si le clinicien enregistre directement l’apparition d’une ou plusieurs alternatives et que ses observations confirment qu’au moins une autre personne présente des caractéristiques distinctives et en prend le contrôle de temps à autre. le comportement de l'individu (American Psychiatric Association, 1980, 1987). La discussion sur l'individualité et l'indépendance inhérente aux personnalités alternatives et les distinguer des sautes d'humeur et des «états du moi» est présentée dans le présent chapitre. Comment se comporter en spécialiste dès le premier contact avec l'alter-personne de son patient? F.Patnem en parle dans son livre Diagnostic et traitement des troubles de la personnalité multiple. Considérez plus.

Il ressort d’une revue des publications et des données des études NIMH que les initiateurs du premier contact dans environ la moitié des cas sont une ou plusieurs personnes alternatives qui "ressortent à la surface" et se déclarent comme des individus dont l’identité diffère de la personnalité principale du patient (Putnam et al.., 1986). Très souvent, un alter-personne commence à entrer en contact avec le thérapeute par un appel téléphonique ou une lettre, se présentant comme un ami du patient. En règle générale, avant cette affaire, le thérapeute ne soupçonne pas son patient de souffrir de DID. La manifestation spontanée de ce symptôme est possible immédiatement après la première rencontre avec le patient en cas de crise ou de confirmation du diagnostic de DID.

Supposons qu'un patient reconnaisse en lui-même certains symptômes dissociatifs et dise qu'il se sent parfois comme une personne différente ou en présence d'une autre, alors que l'autre personne est généralement décrite comme étant hostile, en colère ou déprimée et suicidaire. Ensuite, le clinicien peut demander si sa rencontre avec cette partie du patient est possible: «Cette partie peut-elle apparaître et me parler?» Après cette question, les patients à personnalité multiple peuvent montrer des signes de détresse. Les personnalités principales de certains patients savent qu’elles peuvent empêcher l’apparition de personnalités indésirables et ne souhaitent pas que le thérapeute tente d’établir un contact avec elles. Il arrive souvent que la personne principale, consciente de l’existence d’autres individus alternatifs, leur rivalise pour attirer l’attention du thérapeute et ne soit pas intéressée à faciliter leur rencontre avec le thérapeute. De diverses manières, le thérapeute peut être amené à comprendre que l’apparition de l’autre ou de l’autre personnalité est impossible ou indésirable.

Les thérapeutes qui n'ont pas d'expérience avec DID peuvent être très inquiets à propos de la première apparition d'alter-personnalités. «Comment devrais-je me comporter si une sorte de personnalité différente apparaît soudainement devant moi?» «Que peut-il arriver si cela se produit, sont-ils dangereux?» «Et si je me trompe et qu'il n'y a aucun autre individu? Mes questions conduiront-elles à l'émergence artificielle d'une telle personnalité? »Habituellement, ces questions et d'autres d'une urgence particulière confrontent les thérapeutes, qui soupçonnent une personnalité multiple chez leur patient, mais qui n'ont pas encore eu l'expérience d'un changement clair de personnalités alternatives chez leur patient.

Le meilleur moyen d’établir un contact avec les personnes présumées alter est de les contacter directement. Dans de nombreux cas, il est logique de demander directement au patient son existence et d'essayer d'établir un contact direct avec lui.

Cependant, dans certaines circonstances, il est possible d'utiliser l'hypnose ou des médicaments spéciaux pour faciliter l'établissement de contacts avec d'autres personnalités.

Appel aux prétendues alter-personnalités

Si le thérapeute a de bonnes raisons de croire que son patient souffre de DID, mais que le contact avec l’autre personne n’a pas encore eu lieu, tôt ou tard un moment viendra où le thérapeute devra contacter l’autre personne directement pour l’établir. Pour le thérapeute, cette étape sera peut-être plus difficile que pour le patient. Dans une telle situation, le thérapeute peut se sentir stupide, mais il est nécessaire de passer par là. Tout d'abord, il est nécessaire de déterminer à qui s'adresser pour répondre à votre question. Si le patient est effectivement une personne multiple, alors, dans la plupart des cas, la personne avec laquelle le thérapeute l'identifie est probablement la personne principale. Le principal, en règle générale, est la personne représentée dans le traitement. Habituellement, cette personne est déprimée et déprimée par les circonstances de sa vie (c'est peut-être moins vrai pour les hommes), elle évite ou nie activement la preuve de l'existence d'autres personnalités. Si le patient lors des séances est représenté par une personne qui n’est pas la principale, alors cette personne est probablement consciente de la multiplicité de la personnalité du patient et cherche à la révéler.

Habituellement, le thérapeute se réfère à l'autre personne qu'il connaît le mieux. Le thérapeute, s’interrogeant sur les situations pouvant être associées à des manifestations de symptômes dissociatifs chez ce patient, peut, avec des réponses positives, obtenir une description de situations spécifiques pouvant l’aider. Supposons que le patient raconte comment il a perdu son emploi à plusieurs reprises à cause d'explosions de colère dont il ne pouvait se souvenir de rien. Sur la base de ces informations, le thérapeute peut supposer que si des épisodes dont le patient ne se souvient plus étaient ceux de l’apparition de DID, il est fort probable qu’une personne soit devenue active au cours de ces moments et a agi avec colère. Le thérapeute peut utiliser la description des actions de cette personne et, s’appuyant sur celles-ci, se référer approximativement à elle comme suit: «J’aimerais parler directement avec cette partie [aspect, point de vue, côté, etc.] de vous, qui était actif mercredi dernier. sur votre lieu de travail et a dit au patron toutes sortes de choses ". Plus l'appel est immédiat, plus les chances de le faire comparaître sont élevées. Habituellement, il est plus productif de s’adresser à un nom spécifique. Toutefois, l’établissement du contact sera facilité par l’utilisation des attributs ou fonctions de la personne ciblée (par exemple, «quelque chose de sombre», «quelqu'un en colère», «petite fille», «administrateur»).. Le ton avec lequel la demande de rencontre avec l'autre partie de la personnalité est exprimée devrait être invitant, mais pas exigeant.

Habituellement, l’apparence d’un alter personnalité ne se produit pas immédiatement après la première visite du thérapeute. En règle générale, cette demande doit être répétée plusieurs fois. Si rien ne se passe en même temps, le thérapeute doit faire une pause pour évaluer l’influence du patient sur son influence. Le thérapeute doit observer attentivement l'apparition de signes de comportement indiquant un changement possible de la personnalité du patient. S'il n'y a aucun signe visible de changement, le thérapeute doit alors déterminer si le patient lui a causé une gêne. Pour la plupart des patients qui ne souffrent pas de DID, les questions posées à la structure hypothétique du système de la personnalité ne provoquent pas de détresse grave. Ils font juste une pause ou disent quelque chose comme: «Je ne pense pas, docteur, qu’il ya quelqu'un d’autre avec nous». D'autre part, en réponse aux tentatives persistantes du thérapeute pour entrer en contact avec une personne différente, les patients à personnalités multiples manifestent généralement des signes d'inconfort sévère. Cela peut être considéré comme une preuve de l'existence d'alter-personnalités. Très probablement dans de tels moments, ils éprouvent une très grande détresse. Certains patients peuvent ressentir un état de transe s’ils ne réagissent pas à leur environnement.

Si le patient présente des signes d'inconfort sévère, le thérapeute peut refuser sa demande. Dans cet état, le patient peut serrer la tête avec ses mains, il a des grimaces de souffrance, il commence à se plaindre de maux de tête ou de douleurs dans d'autres parties du corps et d'autres signes de souffrance somatique provoqués par la demande du thérapeute sont possibles. Cet inconfort est dû au fait qu'une certaine lutte se déroule à l'intérieur du patient. Peut-être que la personne principale ou une autre personne appartenant au système de la personnalité tente d'empêcher la comparution de l'une ou l'autre personne à qui la demande a été envoyée; soit deux personnes ou plus tentent de paraître en même temps; ou le système de la personnalité tente de pousser la personne alternative à la surface, à laquelle la demande a été adressée, mais cette personne résiste, elle ne veut pas «aller à la surface» et rencontrer le thérapeute. Cependant, chaque thérapeute doit déterminer le degré de persévérance dans chaque cas. Toutes les personnalités altérées n'apparaissent pas lorsque vous les contactez pour la première fois et, bien entendu, le patient peut ne pas être atteint de DID.

Si le patient subit des transformations dramatiques, après quoi il dit: «Bonjour, je m'appelle Marcie», cela signifie que le thérapeute a surmonté le premier obstacle. Si le patient réagit différemment, le thérapeute doit alors s'arrêter et explorer avec lui ce qu'il est advenu de ce dernier lorsque le thérapeute a tenté d'établir un contact avec l'autre personne. Les patients à personnalité multiple peuvent signaler qu'après avoir évoqué la modification de personnalité proposée, ils semblaient «diminuer progressivement», ont été retirés et supprimés, se sentaient étouffés, ressentaient une pression interne très forte ou semblaient être recouverts d'un brouillard. De tels témoignages de patients constituent une base sérieuse pour des hypothèses sur la pathologie dissociative et indiquent que le thérapeute devrait poursuivre, peut-être lors de la prochaine session, ses tentatives d'entrer en contact avec l'autre personne. Outre les tentatives visant à aborder les alter-personnalités dont le thérapeute présume l'existence à partir des exemples cités par le patient au cours de l'entretien, vous pouvez essayer d'établir un contact avec «une autre» personne susceptible de souhaiter communiquer avec le thérapeute.

Voulez-vous améliorer la mémoire, l'attention et d'autres fonctions cognitives? Entraînez les capacités de base de votre cerveau avec l'entraînement cognitif personnel CogniFit! Le programme détecte automatiquement les fonctions cognitives les plus altérées et offre un mode d’entraînement qui vous convient! Pratiquez régulièrement 2 à 3 fois par semaine pendant 15 à 20 minutes et vous pourrez constater des améliorations dans quelques mois.

Si le patient ne présente aucun signe évident de sentiments forts et qu'il refuse toute réaction interne à la demande du thérapeute, alors peut-être qu'il n'a pas DID. Cependant, il est possible que certains alter-personnes ou groupes de personnalités influentes fassent des efforts pour dissimuler la multiplicité de la personnalité du patient, ce qui peut leur être possible pendant une assez longue période. La plupart des thérapeutes expérimentés dans le traitement de DID ont déjà fait l'expérience de tels cas plus d'une fois. Par conséquent, le thérapeute ne doit pas exclure définitivement le diagnostic, basé uniquement sur une tentative infructueuse d'entrer en contact avec une personne différente. D'une manière ou d'une autre, le thérapeute ne devrait pas être contrarié d'avoir adressé cette demande à son patient. Les patients qui ne sont pas atteints de DID ont tendance à traiter des questions telles que l’une des procédures de routine que font habituellement les médecins, telles que taper du patient sur le genou avec son petit maillet en caoutchouc. Tandis que les patients atteints de DID, après de telles questions, se rendent compte que le thérapeute devine la multiplicité de leur personnalité et veut même travailler avec. En général, le résultat de cette intervention sera positif et il est tout à fait possible qu’une réaction «spontanée» de l’autre personnalité se produise lors des prochaines sessions. Parfois, le système personnel a juste besoin d’un peu de temps pour s’habituer à ce qui a peut-être été la première expérience de l’aborder comme une sorte d’intégrité et de déterminer sa réponse.

Si le thérapeute ne réussit pas à provoquer l'apparition d'une personne alternative par un traitement direct et que le patient continue de montrer des signes évidents d'épisodes dissociatifs fréquents, il convient alors d'envisager la possibilité de recourir à l'hypnose ou de mener des entretiens sous l'influence de médicaments.

Manières de communiquer avec d'autres personnalités

Les options de communication les plus simples sont l’apparence d’un alter-personne qui se présente et se fait appeler un nom spécifique, après quoi il entame une conversation avec un thérapeute. Très probablement, un tel développement de relations est le plus commun, la plupart des patients avec DID auront tôt ou tard recours à cette thérapie. Cependant, aux toutes premières étapes de la thérapie, d'autres manières de communiquer des alternatives avec le thérapeute sont possibles. Ils peuvent s’adresser indirectement au thérapeute, comme s’ils ne sont pas «à la surface» (c’est-à-dire qu’ils n’ont pas de contrôle direct sur le corps). F. Putnam dit que, lorsqu'il est entré en contact avec l'alter-personne d'un patient pour la première fois, elle s'est présentée comme «Mary morte» et a communiqué avec lui, en utilisant la voix d'une personne principale choquée et effrayée. Morte Mary a d'abord raconté sa haine qu'elle ressentait pour la patiente et a déclaré qu'elle voulait la «faire frire pour qu'elle se transforme en bâton»; plus tard, lorsque sa comparution immédiate a eu lieu, elle s'est avérée beaucoup moins vicieuse qu'on ne pourrait le croire à partir de ses premières répliques. La réaction de la personne principale à sa première comparution fut une horreur puissante. La réponse habituelle du thérapeute était d’accepter les déclarations de l’autre personnalité apparaissant comme un objectif donné, de maintenir une conversation polie et intéressée avec Mary Dead. Cette approche a porté ses fruits, le dialogue a été entamé. Bien entendu, l'objectif principal du contact avec les partenaires du patient est un dialogue productif.

Le contact peut être établi par le dialogue interne. Le patient peut «entendre» l’autre personne comme une sorte de voix intérieure qui, en règle générale, appartient aux «voix» qui résonnent dans la tête du patient depuis de nombreuses années. Dans ce cas, le patient transmet au thérapeute les réponses qu’il reçoit de la voix intérieure. Étant donné que les réponses d'un interlocuteur dans cette situation sont contrôlées par une autre personne (généralement la personne principale), des distorsions des messages transmis sont possibles. Les dialogues basés sur la transmission des réponses des voix internes sont, d’une manière ou d’une autre, plutôt peu informatifs. Cette situation est peut-être due à un manque de confiance entre le patient et le thérapeute pour établir un contact plus ou moins direct.

L’écriture automatique est un autre moyen de communication avec l’autre personne, c’est-à-dire la fixation écrite par le patient des réponses de l’autre personne avec l’absence évidente de contrôle volontaire de sa part dans ce processus. Milton Erickson a publié un cas dans lequel le traitement avait été effectué selon la méthode de la lettre automatique (Erickson, Kubie, 1939). Si un patient signale régulièrement une nouvelle entrée dans son journal et déclare ne pas se rappeler comment il l'a fait, le thérapeute peut utiliser une lettre automatique pour établir un canal de communication avec l'auteur de ces entrées, à condition que les tentatives précédentes établir un contact direct avec cet alter-personne n'a pas abouti. L'écriture automatique prend beaucoup de temps et crée de nombreux problèmes. En outre, cette méthode n'est pas un moyen suffisamment efficace pour une thérapie à long terme. Cependant, au début, avec l'aide de cette méthode, le thérapeute peut accéder au système de la personnalité, ce qui peut être important aux dernières étapes du traitement. La technique de signalisation idéomotrice est un autre moyen d'établir un contact avec des alter-personnalités avec lesquelles le contact direct n'est pas possible à ce stade de la thérapie. Le meilleur effet est obtenu en combinant cette technique avec l'hypnose. La technique de signalisation idéomotrice implique un accord entre le thérapeute et le patient sur l'attribution d'une certaine valeur (par exemple, lever l'index de la main droite) à une certaine valeur (par exemple, «oui», «non» ou «arrêt»).

Comment parler pour changer de personnalité

Confirmation du diagnostic

Le contact du thérapeute avec une certaine entité dont l'identité est fondamentalement différente de l'identité personnelle du patient, devenue familière pour le thérapeute, ne constitue pas une base suffisante pour confirmer le diagnostic de DID. Une confirmation supplémentaire est nécessaire pour affirmer que l’autre personne et les autres personnalités pouvant apparaître après elle sont véritablement indépendantes, uniques, relativement stables et différentes des États du moi intermittents. Le thérapeute est chargé de déterminer aussi précisément que possible le degré de présence des personnalités suppléantes du patient dans le monde extérieur et, en particulier, en thérapie, ainsi que le rôle qu'elles ont joué dans la vie passée du patient. Le thérapeute doit également évaluer le niveau de stabilité temporelle des alter-personnalités. Les vraies autres personnalités sont des entités remarquablement stables et stables, dont le «caractère» ne dépend pas du temps et des circonstances.

Toutes les données actuellement connues indiquent que l'apparition de DID est associée à un enfant en situation de grande insécurité dans son enfance ou au début de son adolescence. Au fil du temps, des efforts devraient être faits pour clarifier l’histoire de l’émergence de ces personnalités de patients ou d’autres patients qui sont apparues pour la première fois dans des circonstances similaires ou différentes ou plus tôt. Dans le cas d'autres troubles dissociatifs, par exemple avec une fugue psychogène, l'identité secondaire manque généralement de mémoire d'activité indépendante avant l'épisode de fugue, car l'apparition d'une nouvelle identité personnelle est strictement due à l'apparition de la fugue.

La confirmation d'un diagnostic de DID au premier stade du traitement peut prendre un certain temps, tandis que l'acceptation du diagnostic par le patient et le thérapeute peut être suivie par son rejet, etc. Pour cela doit être préparé. À l'heure actuelle, aucune technique spéciale n'a été développée pour le diagnostic de DID. En règle générale, pour la confirmation finale du diagnostic, il est nécessaire de disposer de données sur la réponse du patient au traitement proposé. S'il existe une amélioration significative de l'état de ce patient grâce à l'utilisation de méthodes spécifiquement conçues pour traiter plusieurs personnes dans le même traitement, alors que d'autres approches thérapeutiques ont été moins efficaces, le critère de la vérité est, pour ainsi dire, la pratique.

Traitement du trouble de la personnalité multiple

Trouble dissociatif de l'identité - trouble qui nécessite l'aide d'un thérapeute expérimenté dans le traitement des troubles dissociatifs.

Les principaux domaines de traitement sont:

  • soulagement des symptômes;
  • la réintégration de diverses personnalités existant chez une personne dans une identité qui fonctionne bien.

Pour le traitement utiliser:

  • La psychothérapie cognitive, qui vise à changer les stéréotypes de la pensée et des pensées et croyances inappropriées par des méthodes de formation structurée, d’expérimentation, de formation dans les plans mental et comportemental.
  • La psychothérapie familiale visait à apprendre à la famille à interagir afin de réduire l'effet dysfonctionnel de la maladie sur tous les membres de la famille.
  • L'hypnose clinique qui aide les patients à s'intégrer, soulage les symptômes et favorise le changement du patient. L'hypnose doit être traitée avec précaution face à une personnalité partagée, car l'hypnose peut provoquer l'apparition d'une personnalité multiple. Les spécialistes du traitement des troubles de la personnalité multiple d'Ellison, Cola, Brown et Klaft traitent les cas d'hypnose qui soulagent les symptômes, renforcent l'ego, réduisent l'anxiété et créent un rapport (contact avec l'hypnotiseur).

La thérapie psychodynamique orientée Insight est utilisée avec assez de succès, aidant à surmonter le traumatisme subi dans l’enfance, à révéler les conflits internes, à déterminer le besoin d’une personne en matière d’individus et à corriger certains mécanismes de défense.

Le médecin traitant doit traiter toutes les personnalités du patient avec le même respect et ne prendre aucun parti dans le conflit interne du patient.

Le traitement médicamenteux vise uniquement à éliminer les symptômes (anxiété, dépression, etc.), car il n'existe aucun médicament pour éliminer la division de la personnalité.

Avec l'aide d'un psychothérapeute, les patients se débarrassent rapidement de l'évasion dissociative et de l'amnésie dissociative, mais parfois l'amnésie devient chronique. La dépersonnalisation et les autres symptômes du trouble sont généralement chroniques.

En général, tous les patients peuvent être divisés en groupes:

  • Le premier groupe se caractérise par la présence de symptômes à prédominance dissociative et de signes post-traumatiques, la fonctionnalité globale n’est pas altérée, grâce au traitement qu’ils récupèrent complètement.
  • Le deuxième groupe est caractérisé par une combinaison de symptômes dissociatifs et de troubles de l'humeur, de comportements alimentaires, etc. Les patients ont plus de difficultés à suivre un traitement, ils ont moins de succès et sont prolongés.
  • Le troisième groupe, mis à part la présence de symptômes dissociatifs, se caractérise par des signes prononcés d'autres troubles mentaux. Par conséquent, le traitement à long terme ne vise pas tant l'intégration, que le contrôle des symptômes.

Tout d'abord, une personne qui a remarqué des signes alarmants de violation de l'identité de soi devrait absolument contacter un psychothérapeute pour obtenir de l'aide. Si un patient a une scission de personnalité, et non de schizophrénie, d'intoxication ou d'un autre trouble de conversion, le traitement aura pour principal objectif d'intégrer des identités distinctes pouvant être distinguées dans une personnalité stable et bien adaptée. Et cela ne peut être fait que sous la supervision d'un spécialiste utilisant des méthodes de psychothérapie. Cette maladie répond bien au traitement par des techniques cognitives, des méthodes de thérapie familiale, ainsi que par l'hypnose. Les médicaments sont utilisés exclusivement pour soulager les symptômes associés, tels que l'anxiété ou la dépression. Au cours du traitement, il est important d'aider le patient à surmonter les effets d'un traumatisme psychologique, à identifier les conflits qui provoquent la séparation de plusieurs identités et à corriger les mécanismes psychiques protecteurs. Le traitement de la double personnalité ne permet pas toujours d’intégrer différentes identités en une. Cependant, assurer la coexistence pacifique de différentes personnalités est également un grand succès. Dans tous les cas, faites confiance aux experts et accordez un résultat positif.

Prévention DRE

Le trouble identitaire dissociatif est une maladie mentale. Il n'existe donc pas de mesures préventives standard pour ce trouble.

La maltraitance des enfants étant considérée comme la principale cause de ce trouble, de nombreuses organisations internationales s’emploient actuellement à identifier et à éliminer cette violence.

En tant que prophylaxie contre le trouble dissociatif, il est nécessaire de consulter un spécialiste en temps utile lorsqu'un traumatisme psychologique ou un stress grave est ressenti chez un enfant.

Très peu de littérature scientifique fournit des informations sur le trouble de l'identité dissociative, mais la culture moderne d'une personne aborde constamment cette question dans ses œuvres et montre de manière exhaustive les symptômes de cette maladie.

Cas connus de trouble dissociatif de l'identité

Au premier signe d'une violation de l'identité de soi, vous devez contacter un psychothérapeute.

Louie vive

L'un des premiers cas de double personnalité signalés appartenait au Français Louis Vive. Né le 12 février 1863 à Prostituée prostituée, Vive fut privé de protection parentale. À l'âge de huit ans, il s'est engagé dans une voie criminelle. Il a été arrêté et a vécu dans un établissement correctionnel. À l'âge de 17 ans, il travaillait dans une vigne et la vipère s'enroulait autour de son bras gauche. Bien que la vipère ne l'ait pas mordu, il était si terrifié qu'il avait des convulsions et le paralysait sous la ceinture. Après avoir été paralysé, il a été placé dans un hôpital psychiatrique, mais un an plus tard, il a recommencé à marcher. Vive semblait maintenant être une personne complètement différente. Il n'a reconnu aucune des personnes à l'hôpital, il est devenu plus sombre et même son appétit a changé. À l'âge de 18 ans, il a été libéré de l'hôpital, mais pas pour longtemps. Au cours des prochaines années, Vive a constamment pénétré dans des hôpitaux. Pendant son séjour là-bas, entre 1880 et 1881, il a été diagnostiqué avec une double personnalité. À l'aide d'hypnose et de métallothérapie (application d'aimants et d'autres métaux sur le corps), le médecin a identifié jusqu'à 10 personnalités différentes, chacune possédant ses propres traits de caractère et histoires. Cependant, après avoir examiné ce cas ces dernières années, certains experts ont conclu qu'il n'avait peut-être eu que trois personnes.

Judy Castelli

Judy Castelli a grandi dans l'État de New York et a subi des violences physiques et sexuelles avant de lutter contre la dépression. Un mois après son entrée à l'université en 1967, elle fut renvoyée chez elle par un psychiatre scolaire. Pendant plusieurs années, Castelli s'est battue avec des voix dans sa tête qui lui disaient de se brûler et de se couper. Elle a pratiquement paralysé son visage, a presque perdu la vue d'un œil et une main a perdu sa capacité de travail. Elle a également été hospitalisée à plusieurs reprises pour tentative de suicide. Chaque fois, on lui a diagnostiqué une schizophrénie chronique indifférenciée.

Mais de façon inattendue, dans les années 1980, elle a commencé à aller dans des clubs et des cafés et à chanter. Elle a presque signé un contrat avec un label, mais a échoué. Néanmoins, elle a pu trouver un emploi et a été le numéro principal d'un spectacle non commercial réussi. Elle a également commencé à se consacrer à la sculpture et à la fabrication de vitraux. Puis, lors d’une séance de thérapie en 1994 avec une thérapeute, avec laquelle elle était traitée depuis plus de dix ans, elle eut plusieurs personnalités; il y en avait sept au début. Alors que le traitement se poursuivait, 44 personnes sont déjà apparues. Après avoir appris qu'elle souffrait d'un trouble de la personnalité, Castelli est devenue une partisane active des mouvements associés à ce trouble. Elle était membre de la Société de New York pour l'étude de personnes multiples et la dissociation. Elle continue à travailler comme artiste et enseigne les arts visuels pour les personnes atteintes de maladie mentale.

Robert Oxnem

Robert Oxnam est un scientifique américain exceptionnel qui a passé toute sa vie à apprendre la culture chinoise. Ancien professeur d'université, ancien président de l'Asian Society, il est actuellement consultant privé sur des questions liées à la Chine. Et bien qu’il ait beaucoup accompli, Oksnem doit faire face à sa maladie mentale. En 1989, un psychiatre lui a diagnostiqué l’alcoolisme. Tout a changé après les séances de mars 1990, lorsque Oxnam a prévu d’arrêter le traitement. L'une de ses personnalités, un jeune garçon en colère nommé Tommy, qui vivait dans le château, s'est adressé au médecin au nom d'Oxnam. Après cette séance, Oxnem et son psychiatre ont poursuivi la thérapie et ont découvert qu’Oxnem avait effectivement 11 personnes. Après de nombreuses années de traitement, Oxnem et son psychiatre ont réduit à trois le nombre de personnalités. Il y a Robert, qui est la personne principale. Ensuite, Bobby, qui était plus jeune, est un gars amusant et insouciant qui adore le roller à Central Park. Une autre, semblable à une personne «bouddhiste», est connue sous le nom de Wanda. Wanda faisait partie d'une autre personne appelée la sorcière. Oxnam a écrit un mémoire sur sa vie intitulé «Split Mind: Ma vie à double personnalité». Le livre a été publié en 2005.

Kim noble

Née au Royaume-Uni en 1960, Kim Noble a expliqué que ses parents étaient des ouvrières malheureuses en mariage. Dès son jeune âge, elle a été soumise à des violences physiques, puis a souffert de nombreux problèmes mentaux lorsqu'elle était adolescente. Elle a essayé plusieurs fois d'avaler des pilules et a été placée dans un hôpital psychiatrique. Après vingt ans, ses autres personnalités sont apparues et elles ont été incroyablement destructives. Kim était une conductrice de fourgonnette et l'une de ses personnalités, nommée Julia, a pris possession de son corps et s'est écrasée sur une pile de voitures en stationnement sur une camionnette. Elle est également tombée sur une bande de pédophiles. Elle s'est rendue à la police avec ces informations et, après cela, elle a commencé à recevoir des menaces anonymes. Puis quelqu'un lui a versé de l'acide sur le visage et a mis le feu à sa maison. Elle ne pouvait se souvenir de rien de ces incidents. En 1995, on a diagnostiqué chez Noble un trouble dissociatif de l’identité et elle continue de recevoir des soins psychiatriques. Elle travaille actuellement en tant qu'artiste et, bien qu'elle ne connaisse pas le nombre exact de personnalités dont elle dispose, elle pense en avoir environ 100. Elle côtoie chaque jour quatre ou cinq personnalités différentes, mais Patricia est dominante. Patricia est une femme calme et confiante. Une autre personnalité importante est Haley, celle associée aux pédophiles, qui a conduit à cette attaque à l'acide et à un incendie criminel. Noble (au nom de Patricia) et sa fille sont apparues à l’Oprah Winfrey Show en 2010. Elle a publié un livre sur sa vie, «Tout mon je: comment j'ai appris à vivre avec de nombreuses personnalités dans mon corps», en 2012.

Workie Chase

Truddi Chase affirme que lorsqu'elle a deux ans, en 1937, son beau-père l'a agressée physiquement et sexuellement, alors que sa mère l'a humiliée émotionnellement pendant 12 ans. À l'âge adulte, Chase était très stressée en tant que courtier immobilier. Elle est allée voir un psychiatre et a découvert qu'elle avait 92 personnalités différentes qui différaient considérablement les unes des autres. La plus jeune était une fille de cinq ou six ans, appelée Lamb Chop. L'autre était Ying, un poète et philosophe irlandais, âgé d'environ 1000 ans. Aucune des personnalités n’a agi contre l’autre, et il semble qu’elles se soient toutes connues. Elle ne voulait pas intégrer dans un seul ensemble toutes les personnalités, car elles traversaient beaucoup de choses ensemble. Elle a appelé ses personnalités «troupes». Chase et son thérapeute ont écrit le livre When The Rabbit Howls, qui a été publié en 1987. Une mini-série télévisée a été tournée en 1990. Chase est également apparu dans un épisode très émotionnel du Oprah Winfrey Show en 1990. Elle est décédée le 10 mars 2010.

Procès de Mark Peterson

Le 11 juin 1990, Mark Peterson, 29 ans, a invité une femme inconnue de 26 ans à prendre un café à Oshkosh, dans le Wisconsin. Ils se sont rencontrés deux jours plus tard dans le parc et, alors qu'ils se promenaient, comme l'a dit la femme, elle a commencé à montrer à Peterson certaines de ses 21 personnalités. Après leur départ du restaurant, Peterson a suggéré qu'elle couche dans sa voiture et elle a accepté. Cependant, quelques jours après cette réunion, Peterson a été arrêté pour agression sexuelle. Apparemment, les deux individus n'étaient pas d'accord. L'une d'entre elles avait 20 ans et elle est apparue pendant les rapports sexuels, alors qu'une autre personne, une fillette de six ans, venait de la regarder. Peterson a été reconnu coupable et reconnu coupable d'abus sexuel au deuxième degré, car il était illégal d'avoir des relations sexuelles sciemment avec une personne atteinte de maladie mentale et ne pouvant donner son consentement. La peine a été annulée après un mois et les procureurs ne voulaient pas que la femme soit sous le stress d'un autre procès. Le nombre de ses personnalités est passé à 46 entre l’incident de juin et le tribunal de novembre. Le cas de Peterson au tribunal n'a plus été examiné.

Shirley Mason

Née le 25 janvier 1923 à Dodge Center, dans le Minnesota, Shirley Mason a apparemment vécu une enfance difficile. Selon Mason, sa mère était pratiquement une barbare. Au cours de nombreux actes de violence, elle a mis le lavement Shirley, puis s'est remplie le ventre d'eau froide. À partir de 1965, Mason a demandé de l'aide en raison de ses problèmes mentaux. En 1954, elle a commencé à rencontrer la Dre Cornelia Wilbur à Omaha. En 1955, Mason raconta à Wilbur des épisodes étranges lorsqu'elle se retrouva dans des hôtels de différentes villes sans avoir aucune idée de la façon dont elle y arriva. Elle est également allée faire des courses et s'est retrouvée devant des produits éparpillés, ne sachant pas ce qu'elle avait fait. Peu de temps après cette reconnaissance, différentes personnalités ont commencé à apparaître au cours du traitement. L'histoire de Mason sur sa terrible enfance et sa double personnalité est devenue un livre à succès, «Sybil», sur lequel une série télévisée très populaire du même nom avec la participation de Sally Fields a été tournée. Bien que Sybil / Shirley Mason soit l’un des cas de trouble de l’identité dissociatif les plus connus, le tribunal public était mixte. Beaucoup de gens croient que Mason était une femme souffrant de maladie mentale qui adorait son psychiatre et elle lui a inculqué l'idée d'une double personnalité. Mason, semble-t-il, aurait même admis avoir tout inventé dans une lettre qu'elle avait écrite au Dr Wilbur en mai 1958, mais ce dernier lui avait dit que son esprit était en train d'essayer de la convaincre qu'elle n'était pas malade. Alors Mason a continué la thérapie. Au fil des ans, 16 personnalités sont apparues. Dans la version télévisée de sa vie, Sybil vit heureuse pour toujours, mais le vrai maçon est accro aux barbituriques et dépend du thérapeute qui a payé ses factures et lui a donné de l'argent. Mason est décédé le 26 février 1998 d'un cancer du sein.

Chris Costner Sizemore

Chris Costner Sizemore se souvient que son premier trouble de la personnalité est survenu vers l'âge de deux ans. Elle a vu l'homme tiré d'un fossé et elle a pensé qu'il était mort. Au cours de cet incident choquant, elle a vu une autre petite fille la surveiller. Contrairement à beaucoup d'autres personnes atteintes de troubles de la personnalité multiples, Sizemore n'a pas été victime de maltraitance et a grandi dans une famille aimante. Cependant, après avoir vu cet événement tragique (et une autre blessure au travail meurtrière plus tard), Sizemore affirme qu'elle a commencé à se comporter étrangement et les membres de sa famille l'ont souvent remarqué. Elle a souvent eu des ennuis à cause de ce qu'elle a fait et ne s'en est pas souvenue. Sizemore a demandé de l'aide après la naissance de sa première fille, Taffy, à l'âge de vingt ans environ. Un jour, une de ses personnalités, connue sous le nom d'Eva Black, a tenté d'étrangler l'enfant, mais Eva White a réussi à l'en empêcher. Au début des années 1950, elle a commencé à fréquenter un thérapeute nommé Corbett H. Siegpen, qui a diagnostiqué sa double personnalité. Alors qu'elle était traitée par Zigpen, elle avait une troisième personne nommée Jane. Au cours des 25 années suivantes, elle travailla avec huit psychiatres différents et comptait au total 22 personnalités. Tous ces individus avaient un comportement complètement différent, et leur âge, leur sexe et même leur poids étaient différents. En juillet 1974, après quatre ans de thérapie avec le Dr Tony Zitos, toutes les personnalités se sont réunies et il ne lui en restait plus qu'une. Le premier docteur Sizemore, Zigpen, et un autre médecin du nom de Harvey M. Klekli ont écrit un livre sur l'affaire Sizemore intitulé Les trois visages d'Ève. Elle a été projetée en 1957 et Joan Woodward a reçu un Oscar de la meilleure actrice, mettant en scène trois personnalités de Sismor.

Juanita Maxwell

En 1979, Juanita Maxwell, âgée de 23 ans, travaillait comme femme de ménage dans un hôtel de Fort Myers, en Floride. En mars de la même année, l'auberge de l'hôtel Inès Kelly, âgée de 72 ans, a été brutalement assassinée. elle a été battue, mordue et étranglée. Maxwell a été arrêtée parce qu'elle avait du sang sur ses chaussures et des égratignures au visage. Elle a affirmé qu'elle n'avait aucune idée de ce qui s'était passé. Dans l’attente d’un procès, Maxwell a été examinée par un psychiatre et, lorsqu’elle est allée au tribunal, elle n’a pas plaidé coupable car elle avait plusieurs personnalités. Outre sa propre identité, elle en avait six autres, et l'une des personnalités dominantes, Wanda Weston, a commis ce meurtre. Au cours du procès, une équipe de la défense avec l'aide d'un assistant social a pu forcer Wanda à comparaître devant le tribunal pour témoigner. Le juge a jugé le changement remarquable. Juanita était une femme tranquille et Wanda était bruyante, coquette et aimait la violence. Elle a ri quand elle a avoué avoir battu le retraité avec une lampe à cause de désaccords. Le juge était convaincu qu'elle avait quelques personnalités ou qu'elle méritait un Oscar pour une réincarnation aussi brillante. Maxwell a été envoyée dans un hôpital psychiatrique où, dit-elle, elle n'a pas reçu de traitement approprié et était simplement bourrée de tranquillisants. Elle a été libérée mais, en 1988, elle a de nouveau été arrêtée pour avoir cambriolé deux banques. Elle a de nouveau soutenu que Wanda l'avait fait; la résistance interne était trop forte et Wanda l'emporta de nouveau. Elle n'a pas voulu contester l'accusation et a été libérée après avoir purgé sa peine.

Merci de nous lire! Nous apprécierions les questions et commentaires sur l'article.

En Savoir Plus Sur La Schizophrénie