La libido et la mortido sont deux forces, deux inclinaisons qui déterminent et encadrent le mouvement humain dans le couloir de la vie. La libido est un désir de vie, un désir de changement, c'est une manifestation de la vie elle-même, quelque chose qui la soutient dans le temps. Mais toute vie dans sa manifestation de vie est limitée, c'est-à-dire mortelle, bien sûr. Mortido est une force limitant la libido, l'attirance pour un état statique, la mort en tant qu'état principal à partir duquel le non-vivant a été amené à l'état de vie. La libido est la poursuite d'une forme de vie finie (la vie dans le corps) et la mortido est le désir d'une forme de vie infinie (puisque nous parlons de forces, sinon la mortido peut être décrite comme un désir de l'état précédant la vie du corps).

L'homme est le principe du plaisir, le désir du plaisir. L'une des inclinations centrales et fondamentales des animaux supérieurs et de l'homme est le désir de se préserver, de cette forme de vie, de son corps et de sa psyché (dans le cas de l'homme). Une autre attraction de base est la reproduction, le désir de continuer dans le temps, de transférer votre pool de gènes dans le futur. Tant chez l'homme que chez l'animal, ces fringales sont inconscientes, mais l'homme, en tant que forme de vie sensuelle et consciente, est également capable de prendre conscience de certaines manifestations mentales en lui-même, des conséquences de ces inclinations.

L’homme ressent intérieurement l’interaction de deux forces, la libido et la mortido, et, étant sous leur influence, essaie de trouver un équilibre en soi pour se préserver. Il se conserve grâce à ses capacités innées et acquises à se protéger des influences extérieures nuisibles et des irritations, ainsi que grâce à sa capacité à tirer du plaisir et de la satisfaction de la vie, les comblant de ses besoins psychiques vectoriels. Depuis le temps du troupeau primitif jusqu'à ce jour, la principale source de plaisir est la nourriture, elle devient également l'essence même du lien entre l'homme primitif et l'environnement extérieur. La nature régit l’espèce humaine par manque de nourriture; l’homme doit et veut manger. Cette pénurie l'oblige à agir, oblige l'ensemble de la meute primitive à une chasse collective qui, plus tard, lorsqu'une personne devient une forme de vie sociale, entraîne l'émergence d'une hiérarchie alimentaire au sein de laquelle la nourriture obtenue est divisée et distribuée par le responsable de l'urètre entre tous les membres de la meute. Ce n'est pas également divisé, chacun obtient selon ses besoins, selon ses pénuries et selon son rang naturel dans ce groupe. Un bon classement - en fonction de l’ensemble de vecteurs et de sa capacité à profiter au troupeau - et la répartition des aliments entre tous les membres de la meute en fonction des besoins deviennent le fondement de la psyché humaine, de la personne en tant que forme sociale de la vie. Chaque personne reçoit également un sentiment de sécurité et de sécurité - c'est aussi un type de satisfaction - au sein du groupe social du leader. Sentir un sentiment de sécurité et de sécurité est un besoin psychologique fondamental d'une personne, sans lequel une personne ne serait pas capable de se sauver mentalement à la fois dans la petite enfance et dans un état plus adulte.

L'attrait de notre moi est extrêmement conservateur, ils s'efforcent constamment de retourner à un état d'équilibre, essayant de répéter la satisfaction précédemment éprouvée, qui a donné cet équilibre. L’influence de l’environnement externe est telle qu’une personne doit constamment réagir à ses changements et aux stimuli externes afin de retrouver l’équilibre mental précédemment perdu. De plus, les désirs mentaux non réalisés (désirs vectoriels) sont eux-mêmes des sources de stimulation interne de l'appareil mental. Après tout, le vide du désir, rempli de satisfaction, se manifeste de nouveau après un certain temps. Ce cycle de changement d'état dans les désirs rappelle la nature des vibrations.

Le ratio de libido et de mortido chez l'homme

À la naissance et avant la première année de vie, la libido prédomine presque complètement chez l'homme, et la mortido n'est présente que comme un certain soutien au processus de la vie, en s'efforçant d'atteindre l'état originel, l'état d'inanimé ou, en d'autres termes, l'état antérieur à la vie dans le corps. Après tout, la première année forme la vie d'un petit enfant (le pouvoir de la vie, quelque chose d'anime), y compris le volume de sa vie mentale individuelle. Chez un petit enfant, une quantité énorme d’énergie et de force commence progressivement à être contrebalancée par le désir d’un état statique. La vie est le désir de mouvement, d'émanation d'énergie, d'utilisation efficace du potentiel d'énergie psychique donné par la nature. Cependant, au sein de la matière organique vivante, ce désir se limite à un autre désir: équilibrer complètement le stress mental interne causé par les désirs, c’est-à-dire calculer le potentiel de désir donné à une personne, épuiser sa force et son volume avec des plaisirs ou un remplissage constant, atteignant ainsi le premier état statique. Après la première année de vie, la proportion de mortido commence à augmenter dans les sentiments de l'enfant et, à un moment donné, un élément apparaît dans la perception de l'environnement qui empêche la réalisation de sa vie par une action active, sous forme de paresse.

L'homme est le principe du plaisir, et il peut recevoir du plaisir à la fois de l'action et de l'effort, de l'investissement de forces mentales et physiques, et de l'inaction, du bonheur qui, comme on le sait, est également susceptible d'apporter satisfaction. À l'âge de 15-17 ans, un certain équilibre est atteint entre la libido et la mortido chez une personne, dans laquelle il reste 25 à 27 ans. Après 27 ans, la mortido est de plus en plus présente dans la vie. Jusqu'au moment où la mortido n'atteint pas sa forme la plus haute et ne limite pas complètement la libido conduisant à la fin de la vie, à la perte de l'énergie de la vie, à la perte de l'attirance pour la vibration. Une telle manifestation de la relation entre libido et mortido tout au long de la vie est typique pour la plupart des gens, à l'exception de l'urètre et du muscle. Leur ratio de libido et de mortido dans la psyché est exprimé différemment. Pour la moyenne des hommes anaux et cutanés sans retard sérieux dans le développement psychosexuel, la prévalence de la mortido s'exprime par une diminution du désir sexuel, il a besoin de moins de contacts sexuels par semaine qu'il n'en avait eu plus tôt. En moyenne, une personne devient plus difficile à gravir, le désir d'inaction équilibrée et de repos commence à prévaloir en elle et est ressenti comme un manque de force pour agir.

Les manifestations de la mortido peuvent être observées non seulement dans le cadre défini par les corridors de la vie, mais aussi, par exemple, sous la forme d’une sorte de manifestation de la miséricorde particulière de la nature. Une personne naît avec un certain potentiel d'énergie psychique, mais si, en faisant tous les efforts possibles pour recevoir du plaisir et de la joie, elle ne les reçoit pas à chaque fois, alors l'énergie se supprime d'elle-même, il y a une forte attirance pour la mort, la paresse, la statique et l'apathie, le manque d'intérêt et la force de vivre. De telles conditions peuvent survenir chez les personnes dès le début de l'adolescence.

L'attraction sexuelle, qui est au centre des manifestations libidineuses des vecteurs inférieurs, est particulièrement intéressante. Au niveau biologique, sexuel est le désir de reproduire la structure d'origine (autrefois) d'une substance vivante sous la forme d'une cellule germinale, mais déjà avec les capacités héritées et nouvellement acquises d'un organisme vivant. En d'autres termes, il s'agit d'un désir de sauver la vie elle-même pendant plus longtemps, par opposition aux autres pulsions qui mènent le corps à la mort. Chez un homme, cela s'exprime mentalement par le désir de donner son éjaculation à une femme, tout en éprouvant le plaisir le plus vif de la vie, justifiant sensuellement toutes les difficultés d'être, conduisant à ce plaisir de pointe. Psychologiquement, chez une femme, il s’agit du désir d’obtenir un sentiment de sécurité et de sécurité grâce aux relations sexuelles avec un homme et à l’éjaculation masculine. C’est l’acte de confirmer la préservation de sa propre vie et la confirmation de la continuation de sa propre vie dans le temps. Par conséquent, la nature des femmes en tant que telles concerne davantage le désir de sauver la vie de leur propre progéniture. Par conséquent, tous les facteurs sont extrêmement importants pour elle, y compris les propriétés et le développement de son partenaire de vie, qui est plus ou moins capable de satisfaire ces besoins fondamentaux.

Caractéristiques de la libido et du vecteur musculaire mortido

Dans un vecteur musculaire, c’est-à-dire chez une personne purement musculaire, le rapport libido / mortido s’exprime exactement au contraire de celui des autres personnes. Le vecteur musculaire est mentalement un ensemble de désirs fondamentaux: manger, boire, respirer, dormir et maintenir la température de votre corps. Le muscle a un esprit spécial, une sagesse naturelle spéciale, qui a évolué en tant qu'outil humain pour se préserver. À savoir, la capacité à générer des formes de pensée pour préserver son intégrité en garantissant le désir de manger, de boire, de respirer, de dormir, soutenue par une pensée visuellement efficace.

Un tissu musculaire n'est pas un homme de travail intellectuel, mais d'une manière particulière naturellement prédisposé à un travail physique incessant. Cette personne est moins pénalisée par une forme consciente et égocentrique de se sentir unique (son opposé est un son), une personne plus proche que l’autre de l’inconscient, une personne qui se sent particulièrement attachée à la meute, à la communauté. Le muscle, le seul parmi les gens, a un sens profond du "nous". Il fait tout comme tout - "comme tout le reste, moi aussi" Parce qu'il se sent, son «moi», un élément inséparable d'une communauté, d'un collectif, son «moi» est donc davantage un sentiment de «nous» qu'un sentiment de «moi». Ce sont des formes de perception uniques, mais simples, qui ne sont pas surchargées par la complexité intellectuelle et ne génèrent aucune spéculation philosophique sur la nature intrinsèque de la perception dans un muscle. Néanmoins, il est petit en termes de volume et d’intensité des manifestations, mais constitue une forme de perception parfaite et précise de la présence d’un lien psychique, de l’intégrité mentale des personnes en général, d’une espèce humaine. En présence d'un muscle, ce lien se manifeste sous une forme simple de perception et s'exprime, pour ainsi dire, plus physiquement, pour lui l'état de réconfort est de se retrouver au coude à coude avec un grand nombre de personnes, en communauté proche. Il ne pense pas du tout et ne détermine pas la vie en dehors de l'équipe. Et la plus grande souffrance est la solitude forcée.

Muscle est né avec la sensation d'un «paradis» interrompu, car tous ses désirs - manger, boire, respirer, dormir et maintenir sa température corporelle - étaient complètement satisfaits avant la naissance dans le ventre de la mère. La naissance devient pour lui une rupture de l'état de confort mental et d'équilibre absolus. L'homme musclé est le seul à sentir sa naissance dans le monde par la cessation du vrai, dans ses sensations, dans sa vie. Il a donc une perception particulière de la vie et une attitude particulière envers la mort.

Pour lui, tuer, détruire l'intégrité aux quatre niveaux de la nature - inanimé, végétal, animal et humain - devient un acte de bien faire. Le rôle spécifique du muscle est un guerrier et un chasseur. Il prend facilement la vie de quelqu'un et abandonne sa vie avec aisance. Un homme musclé éprouve la joie de mettre fin à la vie et ne tue le vivant qu'avec de bonnes intentions, généralement pour nourrir les autres, la meute entière et lui-même. S'il s'agit du meurtre d'une personne, alors c'est fait pour sauver la meute, et si nous parlons d'une attitude personnelle vis-à-vis du retrait de l'ennemi de la vie, dans la perception du muscle, c'est une bonne chose, c'est le transfert de l'homme au meilleur des mondes. Dans sa perception du monde, pour tous c'est la vie, une attirance pour la vie, pour lui est la mort et pour d'autres c'est la mort, pour lui le début de la vie. La vie musculaire commence après la mort et il apporte heureusement cette mort aux vivants.

Le muscle a une capacité incroyable d'obtenir une grande satisfaction de la contraction musculaire, sa zone érogène. Par conséquent, le muscle est naturellement très travailleur, physiquement et physiquement, et c’est la seule personne pour qui la paresse n’est pas naturelle, c’est-à-dire qu’il n’est pas paresseux par nature et le reste jusqu’à son grand âge. Un homme musclé ne peut tout simplement pas vivre sans travail, même dans la vieillesse, il ne peut travailler sans travail nulle part sur le terrain dès le petit matin. Et il peut travailler sans rémunération, pour lui le travail lui-même est un paiement sensuel. La principale chose qui était un toit sur votre tête et une assiette de nourriture.

Par exemple, cette relation inverse entre la libido et la mortido dans le vecteur musculaire peut être décrite comme suit: dans un muscle, le désir de vie (changement par le plaisir reçu) devient le désir de mort (désir et volonté de tuer le vivant et désir de mourir avec valeur sur le champ de bataille), et le désir d'un état statique (la mort, c'est-à-dire ce que d'autres manifestent clairement par paresse) devient un désir de vie, c'est-à-dire de travail. Travailler de "clôture à dîner" est juste au sujet de muscle.

Mortido ou libido non prononcée se transforme en destrud

Dans la psychanalyse moderne, les médecins utilisent le terme mortido, qui symbolise le principe destructeur de la personne humaine. Pour désigner l'ampleur de ce sentiment, le terme "destruto" est utilisé.

Histoire de

Sigmund Freud croyait que l'homme est guidé par deux instincts fondamentaux: la libido et la mortido. Et si la libido est un désir de vie, alors la mortido est un principe destructeur.

Sur la base de cette théorie, son étudiante Sabina Spielrein a écrit l'ouvrage «La destruction comme raison de devenir», qui a marqué le début d'une étude approfondie du désir de mort d'une personne. Elle établit un parallèle entre le désir de mort et le masochisme profondément caché. Elle croyait que le besoin de détruire sa propre personnalité découle d'un désir profond de mort. Dans sa thèse de doctorat, elle a également attiré l'attention sur le fait que la désintégration consciente de la personnalité et le désir de s'autodétruire peuvent être une source de croissance créative et sociale.

De nombreux scientifiques étaient engagés dans la question de la mort impérieuse (Alfred Adler, Sabina Spielrein, Karl Jung, Wilhelm Stekel), mais seul Freud était capable de transformer leurs points de vue en un concept commun et de les éclairer dans la deuxième théorie dualiste de l'attraction. Dans ce travail, il montrait un lien entre libido et mortido et opposait pour la première fois l'envie de vivre à un principe destructeur de la personnalité de chaque personne.

Sur la base de cette théorie et des travaux de Spielrein, le terme «destruto» est devenu populaire et l’étude dans laquelle Paul Federn s’est activement engagé.

Caractéristique

La mortido est le contraire de l'aspiration à la libido, qui se traduit par la destruction consciente de la personnalité à tous les niveaux: social, psychologique, physique. Il s’agit d’un contrepoids à l’instinct de survie inhérent à tout organisme vivant sur Terre.

Mortido - est une force interne qui porte le besoin de destruction, de meurtre, de violence; c'est l'instinct de mort; c'est la colère, l'agression sous diverses formes et manifestations.

La libido et la mortido sont deux leviers qui déplacent quiconque. Il existe une théorie selon laquelle une libido qui ne peut être exprimée se transforme en une livre détruite. En d'autres termes, si une personne ne peut pas pleinement réaliser ses besoins sexuels, son potentiel créatif, alors cette énergie inexprimée se transforme en autodestruction. Cela se manifeste dans l'agressivité d'une personne vis-à-vis de soi-même et des autres, des éclats de rage remplacés par la passivité et la dépression.

Physiologiquement, la prédominance de l'instinct de mort se manifeste par le ralentissement des processus métaboliques, une diminution de l'activité immunitaire et la production d'hormones. Cela peut conduire à une dépression prolongée, qui finit par dégénérer. Cette condition est due à un déséquilibre du système d'endorphines et d'enképhalines dans la structure neurochimique du cerveau: lorsqu'il est impossible de répondre aux besoins fondamentaux du système nerveux central, il ne se produit pas des hormones de plaisir (endorphines), mais des enképhalines, qui provoquent la dépression, l'anxiété, l'insatisfaction et l'anxiété.

Énergie instinct de mort

Pour désigner l'ampleur de l'instinct de mort en psychanalyse, utilisez le terme destruto.

Le fondateur de cette théorie, Sigmund Freud lui-même était peu impliqué dans le développement de la théorie de la destruction, mais ses étudiants ont écrit plusieurs ouvrages sur ce sujet. Ils étaient basés sur le concept de la dualité de la personnalité d’une personne. Il affirme que tout le monde a la libido et la mortido et que ces deux instincts doivent être équilibrés et orientés vers la création. Dans le cas où cela ne se produit pas, alors les actions d'une personne portent la destruction et la destruction en elles-mêmes.

Destrudo est une action potentiellement destructrice dirigée contre la personne elle-même et le monde qui l’entoure. Il se distingue de la mortido par la directionnalité, la vectorité et la présence de points d'application d'énergie destructive. Destrudo est également un moyen d’expliquer et de déchiffrer le contexte actuel et l’état d’esprit du patient.

Il est impossible de déterminer avec précision l'état des motifs du comportement et des actions de l'homme. Tous les scientifiques ne partagent pas le principe de la dualité de la nature humaine. La communication sexuelle est la plus haute manifestation de la libido et la mortido se manifeste par le meurtre. Pour le moment, ces deux phénomènes sont présents directement ou indirectement dans la société. La libido et la mortido influencent les actions d'une personne avec la même force.

Libido et mortido. Homme et femme en numérologie.

9 janvier 2015 admin

Sigmund Freud a examiné le comportement de l'individu par rapport aux instincts humains. Si une personne a un faible niveau de développement moral, son ego s'efforcera de servir ces instincts. En cas de mécontentement, une personne ayant un faible niveau de développement moral ressent une forte colère, des sentiments destructeurs et de l'agressivité. La libido et la mortido sont deux instincts selon la théorie de Freud, les principales énergies motivantes qui déplacent une personne. Il est constamment à la recherche de satisfaire ses instincts et ses désirs, motivés par ces énergies. Si nous considérons ces énergies sous l'angle de l'existence et de l'interaction conditionnées, il s'agit alors de deux énergies psychiques d'une personne ayant une signification complètement opposée. Mais ils peuvent être utilisés à l'avantage et même progresser, s'ils sont appliqués dans un rapport raisonnable.

La libido vise à manifester le désir sexuel. Chez l'homme, cette énergie est généralement vectorielle et orientée vers une activité externe, vers l'objet. Une femme a une libido dirigée vers l'intérieur. C'est la spécificité du séjour et de l'emplacement de cette énergie dans le corps qui porte le caractère de sa conditionnalité. Chez les filles, la libido forme la sexualité des figures, de la parole et des mouvements. La sexualité de la femme est dirigée vers l'intérieur, elle existe dans tout le corps. Ses principales impulsions - orale et skopticheskie. Le but de la formation d’une femme est de se positionner, elle a une invagination du corps (activité dirigée vers l’intérieur). C'est l'expansion des hanches, l'augmentation mammaire, le développement du tissu adipeux, l'apparition de la menstruation. Le principal désir sexuel d'une fille est de regarder et de se montrer, de donner un coup d'œil. La sexualisation féminine est une dépendance prononcée. Chez les hommes, la sexualisation s'exprime par l'agression. L'hystérie féminine est le coût de la sexualisation. Une fille avec des anomalies destructrices du développement passe par les étapes de la maturation, elle est donc encline à sexualiser toutes les relations non sexuelles.

Chez les garçons à la puberté, le développement de la poitrine, des organes génitaux, des muscles et de la voix se produit. Tous ses signes de grandir et de devenir un homme visent la démonstration du pouvoir extérieur, de la circulation vers l'extérieur (pouvoir vocal), de la capture et de la domination. Pour un jeune homme en période de puberté, il y a des éclairs d'agression, une instabilité émotionnelle. Le pouvoir du corps, dirigé vers l'extérieur et une poussée d'hormones se font sentir. L'énergie de la libido saisit un homme comme une attaque de désir pour attirer l'attention du monde entier. Parfois, une personne sublime cette énergie dans des explorations créatives, du travail. Mais la libido est aussi dirigée contre elle-même. Ce développement de l'ego s'appelle l'amour de soi, ou narcissisme. S'il est trop puissant, si sa force de vie vise à prouver sa supériorité sur les autres, il souhaite rapidement s'élever au-dessus des autres. Alors sa libido est destructrice, destructrice.

L'étude de la sexualisation en tant que mécanisme de défense a amené certains psychologues à conclure que le principal motif de l'énergie morty-libidine est de trouver une issue grâce à l'action et à la réaction. Chez les filles dont la libido a été formée, ce processus peut se dérouler de manière cachée, sans réagir à l'extérieur, un tel processus peut s'appeler érotisation. Ce sont des histoires romantiques inventées, un intérêt pour l’art, la couture, la musique, l’initiation à la danse, etc. Le positionnement de sa féminité, de son attrait et de sa sexualité, montre la fille dans des bijoux et des vêtements. Chez les garçons, l'énergie libidique mortelle s'exprime ouvertement dans diverses activités. Il est axé sur les sports, les compétitions, l'activité physique externe, le développement de l'oratoire et le pouvoir de la conviction, la discussion et la preuve de son exactitude, son orientation vers la victoire.

Sigmund Freud a d'abord supposé que la base de tous les types d'activité humaine était la libido à énergie sexuelle basale. Mais plus tard, impressionné par le comportement destructeur de ses clients, il découvre également la mortido. L’une des conséquences directes de sa théorie biologique et psychologique a été la tendance à considérer le comportement sexuel comme une expression de la motivation première d’une personne. L'énergie sexuelle est une base dynamique puissante pour toutes les relations humaines et tous les types d'activité humaine, d'humeur, de facteurs de chance et d'échec, de victoire et de perte. Par conséquent, il ne faut pas assimiler le comportement sexuel à l'expression du désir de procréation. L'instinct le plus fondamental et le plus puissant qui anime notre vie est tellement important pour l'humanité uniquement parce qu'il vise l'immortalité. Cependant, l'instinct de procréation est destructeur.

Dans la mortido, l'opposé de la libido. La Mortido est une énergie qui, de par sa nature, a un caractère destructeur, destructeur. C'est la colère, l'agression, le désir de tout détruire. La colère est constituée de conflits intenses, de conflits, de confrontations, de guerres, d’un sentiment de supériorité et d’indignation face à l’injustice de la situation, d’un désir de tout faire malgré, pour aboutir, de. Parfois, si la situation le permet, les «mortinistes» se laissent aller. La colère les submerge tellement qu’une personne devient sujette à de brusques changements d’humeur, à des cris de colère et à des obstacles, qui aboutissent à la dépression. Mais une telle personne sait qu’avec l’aide de la protestation et du conflit, on peut aussi obtenir quelque chose. Et puis un homme avec sa protestation prouve qu'il continue à chercher le bonheur, mais d'une manière différente, par opposition. En règle générale, ce sont des gens volontaires, mais l’essentiel pour atteindre leurs objectifs est d’apprendre à s’affronter et non à franchir la ligne de démarcation.

La colère est plus sensible aux hommes et beaucoup plus que les femmes. Un tel comportement des hommes est motivé par la motivation de leur vie, on leur apprend dès l'enfance à être fort: gagner, résister, se battre, ne jamais abandonner, rivaliser, agir, vaincre. Si nous prenons la numérologie, le nombre d'hommes est un nombre impair. Les nombres impairs sont des nombres de force, d'action, d'attaque, de combat, des nombres novateurs. Pour un homme, abandonner et abandonner équivaut à la mort. Le sentiment de vide et de solitude est tout à fait acceptable pour eux. Les hommes se sentent plus à l'aise seuls que les femmes. Ils sont des héros solitaires et agissent selon les principes de la logique simple: si vous êtes seul, vous risquez d'être juste devant tout le monde, surtout quand vous montez à la montagne. Pour une femme, la solitude est la mort, la sentence, la fin. Comme vous le savez, l’énergie masculine et féminine, la libido et la mortido sont en chacun de nous. La terreur, les attaques armées, la violence et les meurtres sont un exemple frappant de destruction par la morgue, mais il s’agit d’une mortido sous une forme hypertrophiée. La mortido à doses modérées est nécessaire pour que chacun puisse défendre, défendre ses positions et ses frontières, protéger son territoire.

Mortido

Mortido - le désir de l'homme à la destruction. Selon la psychanalyse classique, une personne est gouvernée par deux impulsions qui déterminent les motivations de ses actions: créatrice (sous forme de libido) et destructive (mortido).

Au milieu des années 1910, Sabine Spielrein, étudiante à Sigmund Freud, introduisit le terme instinct de mort dans la psychanalyse. Au départ, Freud, qui travaillait activement au développement de la libido, a réagi de manière douteuse aux vues de Spielrein. Par la suite, un autre disciple de Freud, Paul Federn, affinant ce concept, introduisit le terme "mortido" en 1936, utilisé pour désigner une énergie de libido égale mais opposée à celle-ci.

Mortido porte l'instinct de mort, qui se manifeste à différents niveaux: physique, social, psychologique. Mortido est activé lorsqu'une personne n'a pas la capacité de satisfaire ses besoins biologiques fondamentaux (système de reproduction, amélioration de son statut, etc.). En ce moment, il se produit une libération d’encéphales qui provoque l’apparition de la peur, une humeur dépressive, une angoisse.

Mortido est associé à un autre concept - destrudo, qui signifie agression, centré sur les autres. Mortido et Destrudo, à leur tour, sont inclus dans un concept plus complet - Thanatos. Dans la psychanalyse classique, la mortido joue un rôle moins important (comparé à la libido), en grande partie à cause du fait que les idées de Sabina Spielrein n'ont pas été soutenues par les milieux universitaires depuis longtemps. Aujourd'hui, la mortido est l'une des composantes principales de diverses théories de l'agression, malgré le fait que l'existence d'une mortido n'est pas prouvée biologiquement.

Direction psychodynamique dans la théorie de la personnalité »

La théorie de la personnalité développée par Sigmund Freud a choqué les idées de son temps, puisqu'il n'a pas présenté l'homme à l'homo sapiens conscient de son comportement, mais à un être en conflit, dont les racines sont dans la sphère de l'inconscient. Freud a d'abord décrit la psyché comme un champ de bataille entre instincts inconciliables, raison et conscience.

La théorie psychanalytique de Freud est un exemple d'approche psychodynamique. La dynamique signifie ici que le comportement humain est déterminé et que les processus mentaux inconscients ont une grande importance dans la régulation du comportement humain. La théorie psychodynamique de la personnalité de Freud est à la base de pratiques ultérieures - par exemple, la psychanalyse.

Mortido ou libido non prononcée se transforme en destrud

Le concept de libido est apparu pour la première fois en 1868 et a été introduit par M. Benoît. Ensuite, cela n’était considéré que comme le comportement sexuel d’une personne.

Dans son traité Théorie de la libido, Freud a désigné la libido comme l'idée centrale de la psychanalyse. Il a fait valoir que le désir sexuel se développe et est modifié tout au long de la vie d’une personne et constitue la base de ses actions et de ses désirs. Il a divisé la libido en trois composantes: l'attraction libidinale, l'impulsion libidinale et l'objet libidinal. Avec les désirs sexuels et les relations sexuelles, nous pouvons parler de l'unité des objets d'attraction.

Dans la deuxième théorie dualiste des pulsions, Sigmund Freud a mis en contraste la libido et la mortido. Il voyait dans la libido l'énergie de la vie créatrice à la base des désirs et des plaisirs sexuels. Le scientifique n'a pas associé la libido au sexe, mais l'a considérée dans un sens plus large: l'amour dans toutes ses manifestations, la passion, la luxure. Il était persuadé que si l’énergie de la libido n’est pas utilisée et la solution, elle peut devenir destructive et conduire à des troubles mentaux.

Karl Jung, élève de Freud, a envisagé la libido de manière quelque peu différente et ne s'est pas concentré sur les manifestations de la sexualité et les désirs charnels. Il a établi des parallèles avec les énergies orientales de Chi et de Pran, cherchant des explications sur le mode de vie des pays moins développés. Jung a déclaré qu'une personne ressent le besoin d'exprimer de l'énergie et que cela peut se faire de différentes manières (musique, peinture).

Le contenu

Histoire de

Caractéristique

Énergie instinct de mort

Dans la psychanalyse moderne, les médecins utilisent le terme mortido, qui symbolise le principe destructeur de la personne humaine.

Pour désigner l'ampleur de ce sentiment, le terme "destruto" est utilisé.

Sigmund Freud croyait que l'homme est guidé par deux instincts fondamentaux: la libido et la mortido. Et si la libido est un désir de vie, alors la mortido est un principe destructeur.

Sur la base de cette théorie, son étudiante Sabina Spielrein a écrit l'ouvrage «La destruction comme raison de devenir», qui a marqué le début d'une étude approfondie du désir de mort d'une personne. Elle établit un parallèle entre le désir de mort et le masochisme profondément caché. Elle croyait que le besoin de détruire sa propre personnalité découle d'un désir profond de mort. Dans sa thèse de doctorat, elle a également attiré l'attention sur le fait que la désintégration consciente de la personnalité et le désir de s'autodétruire peuvent être une source de croissance créative et sociale.

Beaucoup de scientifiques étaient engagés dans la question de la mort, mais seul Freud était capable de transformer leurs points de vue en un concept général et de les éclairer dans la deuxième théorie dualiste de l'attraction. Dans ce travail, il montrait un lien entre libido et mortido et opposait pour la première fois l'envie de vivre à un principe destructeur de la personnalité de chaque personne.

Sur la base de cette théorie et des travaux de Spielrein, le terme «destruto» est devenu populaire et l’étude dans laquelle Paul Federn s’est activement engagé.

La mortido est le contraire de l'aspiration à la libido, qui se traduit par la destruction consciente de la personnalité à tous les niveaux: social, psychologique, physique. Il s’agit d’un contrepoids à l’instinct de survie inhérent à tout organisme vivant sur Terre.

Mortido - est une force interne qui porte le besoin de destruction, de meurtre, de violence; c'est l'instinct de mort; c'est la colère, l'agression sous diverses formes et manifestations.

La libido et la mortido sont deux leviers qui déplacent quiconque. Il existe une théorie selon laquelle une libido qui ne peut être exprimée se transforme en une livre détruite. En d'autres termes, si une personne ne peut pas pleinement réaliser ses besoins sexuels, son potentiel créatif, alors cette énergie inexprimée se transforme en autodestruction. Cela se manifeste dans l'agressivité d'une personne vis-à-vis de soi-même et des autres, des éclats de rage remplacés par la passivité et la dépression.

Physiologiquement, la prédominance de l'instinct de mort se manifeste par le ralentissement des processus métaboliques, une diminution de l'activité immunitaire et la production d'hormones. Cela peut conduire à une dépression prolongée, qui finit par dégénérer. Cette condition est due à un déséquilibre du système d'endorphines et d'enképhalines dans la structure neurochimique du cerveau: lorsqu'il est impossible de répondre aux besoins fondamentaux du système nerveux central, il ne se produit pas des hormones de plaisir (endorphines), mais des enképhalines, qui provoquent la dépression, l'anxiété, l'insatisfaction et l'anxiété.

Énergie instinct de mort

Pour désigner l'ampleur de l'instinct de mort en psychanalyse, utilisez le terme destruto.

Le fondateur de cette théorie, Sigmund Freud lui-même était peu impliqué dans le développement de la théorie de la destruction, mais ses étudiants ont écrit plusieurs ouvrages sur ce sujet. Ils étaient basés sur le concept de la dualité de la personnalité d’une personne. Il affirme que tout le monde a la libido et la mortido et que ces deux instincts doivent être équilibrés et orientés vers la création. Dans le cas où cela ne se produit pas, alors les actions d'une personne portent la destruction et la destruction en elles-mêmes.

Destrudo est une action potentiellement destructrice dirigée contre la personne elle-même et le monde qui l’entoure. Il se distingue de la mortido par la directionnalité, la vectorité et la présence de points d'application d'énergie destructive. Destrudo est également un moyen d’expliquer et de déchiffrer le contexte actuel et l’état d’esprit du patient.

Il est impossible de déterminer avec précision l'état des motifs du comportement et des actions de l'homme. Tous les scientifiques ne partagent pas le principe de la dualité de la nature humaine. La communication sexuelle est la plus haute manifestation de la libido et la mortido se manifeste par le meurtre. Pour le moment, ces deux phénomènes sont présents directement ou indirectement dans la société. La libido et la mortido influencent les actions d'une personne avec la même force.

Conditions générales de sélection d'un système de drainage: Le système de drainage est sélectionné en fonction de la nature du système protégé.

Eric Bern. Libido et mortido.

À partir de cet article, je veux commencer à écrire toute une série d’articles sur E. Burns et ses livres.

Et maintenant à propos de son travail «Introduction à la psychiatrie et à la psychanalyse pour les non-initiés», ou plutôt à la libido et à la mortido comme principales aspirations de l'homme.

La libido est le désir de construire, et à l'origine le désir de continuer la course!

Mortido est un désir de destruction, qui visait à l'origine à se protéger des empiétements extérieurs.

Le nom de Berne est le plus souvent associé à l'analyse transactionnelle créée par lui. Mais dans ce travail, Berne se manifeste précisément comme un adhérent cohérent de la psychanalyse freudienne classique. Après tout, la libido et la mortido sont des concepts clés de la psychanalyse.

Et comme toujours, j'essaierai, dans le but d'intégrer différents courants psychologiques, de considérer la libido et la mortido du point de vue de l'idéo-gestalt, tout en donnant des exemples et des arguments de Berne lui-même tirés de ce travail.

Comme l'écrit Berne, depuis sa tendre enfance, il est courant qu'une personne manifeste les deux aspirations.

La libido se manifeste dans le désir constant de téter le sein de la mère, mortido de casser ou casser quelque chose.

Si l'enfant ne se nourrit pas naturellement, il est plus ou moins satisfait du mamelon ou de son propre doigt. Et cela peut aussi s'appeler une sorte de sublimation.

Les jouets cassés ou la vaisselle cassée sont toujours punis de toute façon.

Et si cette punition est cruelle, alors il y a une résistance à la mortido, ce qui signifie qu'elle sera déjà dirigée vers l'intérieur, contre elle-même. La mortido intérieure détruit la libido.

Dans la psychasthénie, avec sa défense, c'est exactement ce qui se passe: la libido, réprimée par la mortido intérieure, se manifeste par l'impuissance et l'éjaculation précoce chez l'homme et la frigidité chez la femme. Cependant, non seulement c'est pour le psychasthénique, mais aussi pour tous ceux qui retiennent leur agression, et par cette même mortido avec la libido.

Cependant, il est impossible de considérer la libido et la mortido comme des opposés directs qui se font la guerre. Ce sont plutôt des opposés dialectiques s'interpénétrant.

Et Berne a un exemple d’agriculture, lorsque la terre est labourée par mortido et, par conséquent, par une agression destructrice, mais la récolte est cultivée avec amour par la libido. C'est-à-dire que la création est inséparable de la destruction.

Et une destruction créatrice similaire selon Berne peut également servir par sublimation dans les professions d'un mineur, d'un menuisier, d'un chirurgien.

Et comment sublimer, si vous ne pouvez pas travailler dans ces domaines? Un de mes amis a sculpté des figures de différentes argiles. Et il a sculpté sans plaisir, et même avec dégoût. Il a sculpté ses ennemis et, avec grand plaisir, ils les ont écrasés, écrasés et même craché dessus. Une telle sublimation de la mort.

On a aussi beaucoup parlé de la sublimation de la libido, qu’il s’agisse de toute activité créatrice ou créatrice.

Une agression modérée, que j'appelle habituellement une colère réprimée, conduit à la suppression de la mortido et de la libido. L'expression de la colère conduit la libido et la mortido à une interaction amicale dans la réalisation de ses propres désirs.

Et, bien sûr, nous vivons tous dans une société entre les gens et nous ne pouvons pas nous passer de la maîtrise de soi! Mais la retenue excessive est la maîtrise de soi et de l’agression.

J'ai déjà dit à propos des dommages de la mortalité dirigée vers l'intérieur. Et la libido dirigée vers l'intérieur?

Et ici, Berne note que la question de savoir comment la libido peut être dirigée vers l’intérieur est peu étudiée, mais il semble que c’est exactement ainsi que vous vous dirigez.

Jung appellerait cela le vrai soi. Et ici, il aurait très probablement fait de l'anima et de l'animus un obstacle à la libido intérieure. Mais plus à ce sujet plus tard.

Et si la libido dirigée vers l'extérieur implique un rapprochement avec quelqu'un, n'est-il pas raisonnable de supposer que la direction de la libido est une approche de soi-même?

Et tout cela est bien sûr un raisonnement verbal, même s’ils me paraissent tout à fait vrais.

Et si dans la pratique dans le processus d'idéogestalt?

Comment j'ai l'intention de faire cela, et sera discuté dans le prochain article!

Libido et énergie du mortier

Plus une personne est sexy, plus elle est intelligente.

  • La libido et la mortido comme deux énergies psychiques opposées
  • Qu'est-ce qui se passe chez les garçons qui se transforment en hommes
  • Sexualisation des filles
  • L'énergie destructrice de Mortido

Sélection d'articles sur des sujets similaires:

  • Magie pour attirer l'âme indigène. Comment soigner un «cœur malade» - https://www.b17.ru/article/51070/
  • Le paradoxe des expériences existentielles: le caractère unique des idées sur la vérité - http://www.b17.ru/article/49214/
  • Que choisir: harmonie ou high? -https: //www.b17.ru/article/47830/

lien vers mon article dans la source originale: http://indigolife.in.ua/archives/5561 intitulé: "Libido et Mortido. Homme et femme commençant en numérologie"

La libido et la mortido comme deux énergies psychiques opposées

Libido et mortido - les principales énergies motrices, selon la théorie de Freud, qui déplacent une personne. L'énergie sexuelle de l'individu sert l'instinct de procréation. Z. Freud a examiné le comportement de l'individu par rapport à cet instinct de base. Si nous considérons ces énergies sous l'angle de l'existence conditionnée, il s'agit alors de deux énergies psychiques ayant une signification complètement opposée.

La libido vise à manifester le désir sexuel.

Chez l'homme, cette énergie est généralement vectorielle et vise le travail actif de l'objet. Selon les pythagoriciens en numérologie, pour les hommes, cette énergie est associée au nombre "1". Le nombre 1 en numérologie est un nombre phallique, actif, une énergie débordante, un potentiel.

Ainsi, le début libidinal dans un rôle de genre est constitué des vibrations du nombre 1 et de tous les nombres impairs suivants!

Mortido est l'énergie du mécanisme de sublimation, si nous parlons d'une personnalité hautement développée et de l'énergie de destruction, si nous parlons d'une personnalité faible et destructrice.

L'étude de la sexualisation en tant que mécanisme de défense a amené certains psychologues à conclure que le principal motif de l'énergie morty-libidine est de trouver une issue grâce à l'action et à la réaction. Sigmund Freud a d'abord supposé que la base de tous les types d'activité humaine était la libido à énergie sexuelle basale. Mais plus tard, impressionné par le comportement destructeur de ses clients, il découvre également la mortido. Dans sa théorie, le concept conceptuel principal était la tendance à considérer le comportement sexuel comme une expression de la motivation première d’une personne. L'énergie sexuelle est un puissant pendule dont la dynamique se développe en fonction du niveau de conscience de l'homme. Selon son niveau de conscience, sa motivation à agir est de deux ordres: contrôler ou éviter.

Dans les mécanismes comportementaux, y compris les mécanismes sexuels, la base du contact par la fusion - le conflit est posée. C’est la capacité d’interférer avec compétence (ne pas accepter le mauvais) et de fusionner (accepter uniquement le bien et l’apprécier), est la pierre angulaire de toutes les relations ultérieures. Le facteur clé de la sexualisation est la base de toutes les relations humaines et de toutes sortes d’activités humaines, de l’humeur, des facteurs de chance et d’échec, de victoire et de perte. L'instinct de procréation est le principal et puissant outil d'influence qui anime notre vie. Mais il ne faut pas assimiler le comportement sexuel d’une personne à l’expression du désir de procréation au sens physique du terme. La continuation de la race est également liée à l'idée existentielle philosophique d'immortalité. Par conséquent, les rituels de cette idée sont fermement établis dans les sphères comportementales et psycho-émotionnelles d'une personne, acquérant un nouveau sens. Cependant, l'instinct de procréation est destructeur. Pas tout le carnaval.

Qu'advient-il des garçons qui se transforment en hommes?

Chez les garçons à la puberté, le développement de la poitrine, des organes génitaux, des muscles et de la voix se produit.

Tous ses signes de grandir et de devenir un homme visent la démonstration du pouvoir extérieur, de la circulation vers l'extérieur (pouvoir vocal), de la capture et de la domination.

Pour un jeune homme en période de puberté, il y a des éclairs d'agression, une instabilité émotionnelle. Le pouvoir du corps, dirigé vers l'extérieur, où une poussée d'hormones se fait sentir. Chez les garçons, l'énergie libidique mortelle s'exprime ouvertement dans diverses activités. Il est axé sur les sports, les compétitions, l'activité physique externe, le développement de l'oratoire et le pouvoir de la conviction, la discussion et la preuve de son exactitude, son orientation vers la victoire.

Chez les garçons, qui se transforment ensuite en hommes, la sexualisation s'exprime en expansion.

L'énergie de la libido saisit un homme comme une attaque de désir pour attirer l'attention du monde entier.

Parfois, une personne en développement sublime cette énergie dans des explorations et des travaux créatifs. Mais la libido est aussi dirigée contre elle-même. Ce développement de l'ego s'appelle l'amour de soi, ou narcissisme. Si cette personne est trop dominatrice, trop puissante et que sa force de vie vise à prouver sa supériorité sur les autres, elle voudra rapidement s'élever au-dessus des autres. Et si ce besoin libidique n’est pas satisfait, les garçons subissent très souvent des crises d’agression - l’énergie destructrice de la mortido. Alors sa libido est destructrice, destructrice. Mais si l’énergie est sublimée et redirigée dans la bonne direction, sa libido se transforme en acquis. L'essentiel est de faire un choix dans le temps. L'énergie sublimée de la mortido est, en termes simples, l'énergie psychique de la vie - l'amour. Pour les hommes qui développent leurs niveaux de sublimation, l'amour d'une image mentale mentale infantile mentale selon le principe (beau / non beau) est transmis au monde entier, en fait un trait de caractère tel que se développe la philanthropie. ces personnes deviennent des prêtres, des artisans de paix, des prophètes.

Ce qu'il est important que les femmes connaissent des hommes: vous devez apprendre à les accepter tels qu'ils sont. Nous devons pouvoir exprimer nos demandes verbalement, car leur énergie masculine vise des réalisations, des résultats. En ce sens, leur énergie sexuelle est réalisée, ce qui ne vise pas à parler, mais à des actions. Donnez à l'homme une tâche (tâche, entreprise) et vous verrez comment il vous aime.

Chez les filles dont la libido a été formée, ce processus peut se dérouler de manière cachée, sans réagir à l'extérieur, un tel processus peut s'appeler érotisation. Ce sont des histoires romantiques inventées, un intérêt pour l’art, la couture, la musique, l’initiation à la danse, etc. Le positionnement de sa féminité, de son attrait et de sa sexualité, montre la fille dans des bijoux et des vêtements.

Important à savoir: la sexualité de la femme est intérieure, elle existe dans tout le corps.

Le nombre de femmes 2 - passive, recevante, sympathique. Tous les nombres pairs commençant par deux portent un caractère passif. Dans un rôle de genre, c'est le côté destinataire, le côté humble. C'est l'énergie du pluralisme qui unit la multitude. Comme si l’utérus, qui prend tout le sperme, elle envisage des options. Comme une fille célibataire, se donner à considérer beaucoup, en accepter plusieurs. Mais sélectif et n'accepter qu'un seul. Rien d'autre que la spécificité du séjour et de l'emplacement de cette énergie dans le corps ne porte le caractère de sa conditionnalité. Chez les filles, la libido forme la sexualité des figures, de la parole et des mouvements. En conséquence, la mortido de la femme est dirigée vers l’intérieur. Si une femme n'est pas satisfaite - elle s'effondre de l'intérieur, si un homme n'est pas satisfaite - il détruit tout ce qui se passe autour de lui. Les principales impulsions de la sexualité féminine sont orale et skopticheskie.

Le but de la formation d’une femme est de se positionner, elle a une invagination du corps (activité dirigée vers l’intérieur).

C'est l'expansion des hanches, l'augmentation mammaire, le développement du tissu adipeux, l'apparition de la menstruation. Le principal désir sexuel d'une fille est de regarder et de se montrer, de donner un coup d'œil. La sexualisation féminine est une dépendance prononcée. L'énergie féminine sera envoyée dans la bonne direction, si elle entend des éloges et une approbation, sinon, on observe une hystérie. L'hystérie féminine est le coût de la sexualisation. Une fille avec des anomalies destructrices du développement passe par les étapes de la maturation, elle est donc encline à sexualiser toutes les relations non sexuelles. La sublimation de l'énergie sexuelle chez les femmes se poursuit: dessin, danse, patinage artistique, tricot. Et dans les travaux sans référence au résultat. La sexualisation des hommes exige de la primauté et de la réalisation, pour les femmes - une activité pour l'âme, des discussions de cœur à cœur, la communication, l'expression de soi.

Ce qui est important pour les hommes à savoir sur les femmes: Il est très important qu’une femme ait besoin d’être entendue. C’est l’une des manifestations de son énergie sexuelle: parler cœur à cœur. Pour ainsi dire, l'énergie psychique, l'énergie sensuelle a besoin d'être reconnue et comprise dans ses processus cachés de sexualisation, qui sont moins encaissés, ouverts que chez les hommes. Laissez la femme parler, écoutez-la en hochant la tête et vous verrez comme elle vous aime pour ça.

L'énergie destructrice de Mortido.

Dans la mortido, l'opposé de la libido. La Mortido est une énergie qui, de par sa nature, est destructive, mais aussi une énergie de sublimation. Du point de vue de l’extérieur, c’est la colère, l’agression, le désir de tout détruire. Du point de vue de la transformation, il s’agit d’une sublimation en réalisations, super idées, grandes actions. Du point de vue de l'indemnisation - le remplacement de l'acte infructueux de réalisation de la libido - il peut s'agir d'impulsions destructrices - de crimes. La terreur, les attaques armées, la violence et les meurtres sont un exemple frappant de destruction par la morgue, mais il s’agit d’une mortido sous une forme hypertrophiée. La mortido à doses modérées est nécessaire pour que chacun puisse défendre, défendre ses positions et ses frontières, protéger son territoire.

Si nous considérons la mortalité des crimes, les crimes sont de deux types: par rapport à eux-mêmes et par rapport au durgim. La colère traite de la science de la conflictologie.

Ce n’est pas la capacité de faire face à la situation et aux sentiments qui provoque des conflits intenses, des conflits, une confrontation, une guerre, un sentiment de compétition, une supériorité, un meurtre, un masozmo, un recours injustifié à la force, etc. Du point de vue d'un crime par rapport à soi-même, il s'agit de divers types d'intoxication de l'organisme, du sadomazahisme, etc. D'où le désir de tout faire malgré, et non grâce à, d'accomplir quoi que ce soit. Pour ainsi dire, le but de l'ego non satisfait justifie les moyens. Parfois, dans une situation critique, l'outil lui-même devient la cible. Le degré de déplacement augmente et la personne transforme la situation en situation pato. Pour lui, le sens de la vie devient conflit, lutte. Ce qu'on appelle un conflit pour des raisons de conflit. Si la situation le permet, les "Mortinistes" vont au-dessus de leurs têtes. La colère les submerge tellement qu’une personne devient sujette à de brusques changements d’humeur, à une grogne et à une obstruction qui se terminent par une dépression, l’ivresse, etc. Mais une telle personne sait qu’avec l’aide de la protestation et du conflit, on peut aussi obtenir quelque chose. Et puis une personne avec sa protestation (par exemple, avidement) prouve qu’elle continue à rechercher le bonheur, mais d’une manière différente, par opposition. Par conséquent, l’essentiel pour parvenir à des relations harmonieuses est d’apprendre à entrer correctement en conflit, à ne pas franchir la ligne de front, à ne pas sombrer dans la violence. Mais dans le même temps, n'abandonnez pas leurs positions et n'allez pas dans l'évitement.

Il est important de se rappeler que

La colère est plus susceptible aux hommes, beaucoup moins que les femmes. C'est parce que la libido masculine est dirigée vers l'extérieur. L'homme répond activement aux attentes non satisfaites. Un tel comportement des hommes est motivé par la motivation de leur vie, on leur apprend dès l'enfance à être fort: gagner, résister, se battre, ne jamais abandonner, rivaliser, agir, vaincre. Si nous prenons la numérologie, le nombre d'hommes est un nombre impair. Les nombres impairs sont des nombres de force, d'action, d'attaque, de combat, des nombres novateurs. Pour un homme, abandonner et abandonner équivaut à la mort. Le sentiment de vide et de solitude est tout à fait acceptable pour eux. Les hommes se sentent plus à l'aise seuls que les femmes. Ils sont des héros solitaires et agissent selon les principes de la logique simple: si vous êtes seul, vous risquez d'être juste devant tout le monde, surtout quand vous montez à la montagne. Pour une femme, la solitude est la mort, la sentence, la fin. Comme vous le savez, l’énergie masculine et féminine, la libido et la mortido sont en chacun de nous.

Conclusions, décisions, valeurs.

Si nous continuons le sujet de la sexualisation, nous pouvons comprendre les spécificités de la nature diverse des débuts masculin et féminin en termes d’énergie sexuelle. Après tout, tout ce qui se passait dans la réalité était initialement prévu à un niveau subtil, au niveau de l'information.

Si une personne est au plus bas niveau de développement, son ego s'efforcera de maintenir la SEXUAL INSTINCT sans observer de sens des proportions. Ceci est motivé par le sentiment de manque, l’inflation de la conscience primitive. Il est important de rappeler la règle suivante: seul celui qui est plein d’énergie peut donner. En cas de manque d'amour, de soin et de compréhension dans l'enfance, nous avons tendance à transférer notre expérience d'insatisfaction aux relations entre adultes. Nous la versons sur notre partenaire sexuel, nous éprouvons une forte colère, des sentiments destructeurs, une agression. Il est nécessaire de rappeler combien d’énergie peut être utilisée pour de bon et même être un instrument de progrès, si vous la transformez en un canal positif et constructif.

Libido et mortido

L'auteur: Natalia Glotova

Selon la théorie de Sigmund Freud, la psyché humaine a une certaine structure. Il se compose de trois éléments importants: l'inconscient - il est également appelé It ou Id; la conscience (moi ou l'ego) et le surconscient (le super-moi ou le super-ego).

Chaque élément de la structure joue un rôle important dans le fonctionnement de la psyché.

Le surmoi est responsable des normes culturelles, des valeurs, des attitudes, des croyances créées par la société et les personnes significatives. Le surmoi est une sorte de censeur qui sert de conscience. Grâce à la superconscience, nous réfléchissons et prenons des décisions rationnelles.

Les fonctions de l'ego incluent l'aide au contact avec le monde extérieur et la régulation de l'affect dans l'instant «ici et maintenant» à travers le vécu des émotions et des sentiments.

Inconscient (Id), est responsable des besoins biologiques, des désirs refoulés, des motivations avides, des aspirations immorales, des impulsions violentes, une attirance sexuelle acceptable, des secrets et des peurs.

Selon les théories psychanalytiques, nos forces inconscientes sont contrôlées par des forces telles que Libido et Mortido.

La libido dans la théorie de Freud.

La libido (lat. Lĭbīdo - convoitise, désir, passion, désir) est ce qui crée. C'est l'un des concepts de base de la psychanalyse, développé par Sigmund Freud. Cela signifie désir sexuel ou instinct sexuel. Ce terme est nécessaire pour décrire les diverses manifestations de la sexualité et en général la force et le désir de la vie.

Sigmund Freud l'a définie comme l'énergie d'attraction de tout ce qui est couvert par le mot «amour»: amour sexuel, amour de soi (narcissisme), amour des parents et des enfants, philanthropie universelle, etc. et Mortido est utilisé précisément ce concept plus large.

Le terme "libido" a été utilisé par Freud pour expliquer les causes des troubles mentaux, de la névrose, ainsi que pour décrire l'évolution du développement mental d'une personne normale, ses activités scientifiques et artistiques et sa sublimation.

La libido dans la théorie de Jung.

Karl Gustav Jung considère la libido dans son ensemble comme une énergie mentale, ou l'intensité du processus mental, et la sexualité comme l'une des nombreuses manifestations possibles de cette énergie, mais pas comme son genre spécifique. Contrairement à Freud, Jung considère la similitude de cette force avec le concept oriental de l'énergie Qi ou Pran. C’est-à-dire que, du point de vue de Jung, la libido est l’énergie libre de la vie.

Pour résumer, la libido est cette énergie psychique, désir d'amour et de création. Cette attraction naît dans l'inconscient de l'homme, en tant qu'instinct de préservation et de continuation de la vie, ainsi que de réalisation créatrice. Il cherche à libérer dans la conscience et la réalité de l'homme à travers sa réalisation de manière positive. Méthodes directes, indirectes ou par sublimation.

Mortido (latin morte - death) - terme utilisé en psychanalyse. Le concept a été introduit par Paul Federn, un des étudiants de Sigmund Freud à la suite de la découverte antérieure (et au départ contestée par Freud lui-même) de Sabina Spielrein, qui a introduit pour la première fois le concept destructeur de la mort dans la psychanalyse classique.

Un autre étudiant de Freud, Eric Bern, a poursuivi ses recherches sur ce sujet. Une idée précise de l’idée de mortido est la distinction entre le désir de mort en tant que désir, orienté vers l’autodestruction (mortido), et l’instinct hypothétique d’agression destructrice, orienté vers le meurtre d’autrui (destrudo).

Destrudo (latin Destrudo) est un terme utilisé en psychanalyse pour désigner la quantité d'énergie mortido (ou instinct de mort). En ce sens, le destrudo est l’opposé idéal de la libido de l’instinct de vie et fait partie d’un ensemble plus vaste de concepts et de forces de Thanatos.

C'est-à-dire que la mortido et le destrudo constituent la base de toute agression et de toute attraction auto-destructrice dans le comportement des gens.

Selon la théorie classique de la psychanalyse, deux impulsions fondamentales se trouvent au cœur de la personnalité humaine: créatif (libido) et destructeur (mortido). La libido est ressentie par une personne comme une personne agréablement familière, inspirée, créée, tandis que la mortido est ressentie comme une douleur, un danger potentiel et une peur inconnue et inspirante.

Beaucoup de gens ne sont pas conscients de leurs inclinations (libido et mortido) et en travaillant avec IAC Libido et Mortido, vous pouvez obtenir des indications sur ce qui peut maintenant aider à résoudre le problème du point de vue de ces inclinaisons.

Par exemple, vous pouvez demander:

"Quelle sera ma ressource maintenant?" Et sortez la carte de Libido, comme si elle était tirée de l'énergie de la vie. Mais Mortido est aussi une ressource. Parce que se laisser vivre des impulsions négatives est très important pour la santé de la psyché. Par exemple, une insulte. Pour une vie pleine et libre d'une personne, il est très important d'identifier cette condition pour vous-même. Traitez avec lui, laissez-vous vivre, exprimez-le et (peut-être, si possible) pardonnez au contrevenant.

Et inversement, vous pouvez poser une question:

"Qu'est-ce qui me dérange maintenant?" Et tirer la carte de Mortido, comme une attraction pour "la mort". Mais la libido peut parfois interférer avec nous. Par exemple, une gentillesse excessive permet à d’autres personnes de violer les frontières ou de ne pas honorer les promesses qui vous sont faites.

Les cartes sont conçues de manière à ce que Libido puisse induire, et Mortido a permis de traiter avec les États. Par conséquent, Libido répond à la question "Que faire, que faire?", Par exemple, "Atteindre", et Mortido est principalement représenté par des états, des sentiments, des émotions, par exemple, "Colère".

QUELS PROBLÈMES PEUVENT ÊTRE RÉSOLUS À L'AIDE DES CARTES LIBIDO ET MORTIDO:

  1. Réalisez vos penchants, aspirations et impulsions inconscients dans une demande particulière.
  2. Chaque mot peut être "connectant" entre d'autres cartes associatives métaphoriques.
  3. Obtenez du soutien en ressources par le biais de la manifestation Libido ou de la «permission» de Mortido;
  4. Permettre aux traits de personnalité non manifestés d'être réalisés.
  5. Comprenez, en réalisant quel désir inconscient, vous pouvez résoudre votre demande actuelle.

Quelles questions peuvent être posées:

  • Qu'est-ce qui m'arrive maintenant?
  • Que devrais-je implémenter?
  • Qu'est-ce que je ne remarque pas en moi?
  • Que font les autres à mon sujet?
  • Qu'est-ce qui peut m'aider?
  • Quelle sera ma meilleure ressource?
  • Quelle est la cause de mon état?
  • Que puis-je faire moi-même?
  • Quel type d'aide devrais-je chercher?
  • Qu'est-ce qui aggrave mon état?
  • Quel est mon côté d'ombre que je dois montrer?
  • Que devrais-je comprendre en premier?
  • Que devrais-je me permettre?
  • Que devrait être jeté?

Et beaucoup d'autres questions que vous pouvez imaginer et vous poser.

Exercice: "Carte du jour."

Afin de comprendre comment vous devez vous comporter aujourd'hui pour plus d'efficacité ou de sécurité, vous pouvez retirer une carte du jour (ou deux cartes) avec des questions:

  1. Qu'est-ce que vous ne devriez pas faire aujourd'hui (ou dans quel état ne devriez-vous pas être)?
  2. Quelle sera une ressource pour moi aujourd'hui?
  3. Ensuite, comme pour toute autre carte, vous devriez travailler en clarifiant l’essence du mot dans le contexte de la demande.

Permettez-moi de vous rappeler que les cartes associatives métaphoriques ne constituent pas une réponse ou une solution immédiate à votre demande. Ne pas être pris à la lettre. Le MAC est nécessaire en tant que "clé" de notre inconscient et de ses sens individuels.

En Savoir Plus Sur La Schizophrénie