La schizophrénie étant une maladie très grave, de nombreux experts étudient en profondeur la question de savoir si la schizophrénie est héréditaire. Il représente un changement mental prononcé qui entraîne progressivement une dégradation complète de la personnalité d’une personne. La maladie est accompagnée de tout un ensemble de signes et de symptômes selon lesquels le médecin peut établir le diagnostic.

La probabilité de transmission de la schizophrénie par héritage est très élevée. Beaucoup de gens croient qu'il est proche de cent pour cent. Les femmes et les hommes souffrent de la maladie. De plus, la pathologie ne se reflète pas toujours clairement chez le plus proche parent. Parfois, sa forme élargie se retrouve chez les petits-enfants, les neveux ou les cousins.

Facteurs de risque

Il est très important de savoir exactement comment la schizophrénie se transmet de génération en génération. En fait, le facteur génétique joue un rôle assez important dans la transmission de cette maladie.

Distribué un tel danger avec une certaine fréquence.

  • Si le trouble s’est manifesté chez l’un des jumeaux, le risque que le deuxième enfant en souffre également est de 50% environ.
  • La situation est un peu moins risquée si la maladie est diagnostiquée chez un grand-père, une grand-mère, uniquement chez la mère ou seulement chez le père.
  • Seule une personne sur dix-huit souffre de la maladie, si la pathologie s'est manifestée chez un parent éloigné.
  • Une personne sur cinquante peut en hériter si un oncle ou une tante, ainsi que des cousins, des arrière-oncles ou des grands-mères sont devenus patients d'un hôpital psychiatrique.

On peut affirmer avec une certitude absolue que la personne à qui on a diagnostiqué une pathologie, à la fois du point de vue des parents et de la génération de parents plus âgés, souffrira de ce type de maladie mentale.

La probabilité de développer la maladie est proche de cinquante pour cent si elles ont souffert d'une mère ou d'un père, ainsi que des deux parents. Autrement dit, la transmission de la maladie se fait de manière autosomique.

Si un seul membre de la famille était schizophrène, le facteur de risque d'héritage d'un gène reste assez élevé. Quel pourcentage cela fera, il est même difficile à assumer. Cependant, pour pouvoir juger cette situation avec confiance, il est nécessaire de procéder à une analyse chromosomique.

Effet de ligne masculine

Il est important de comprendre si la schizophrénie est le plus souvent héritée du père, car les hommes sont souvent sensibles à cette maladie.

Cela se produit parce que:

  • les représentants du sexe fort développent des troubles mentaux durant l'enfance ou l'adolescence;
  • la maladie progresse rapidement;
  • cela affecte leurs relations familiales;
  • l'impulsion de son développement peut ne pas être un facteur trop important ni même acquis;
  • les représentants du sexe fort sont plus susceptibles de connaître une surcharge neuro-psychologique, etc.

Cependant, des psychiatres expérimentés ont clairement établi que l'hérédité de la maladie mentale du père est beaucoup moins fréquente. Les préjugés sur la schizophrénie masculine sont dus au fait que, chez les représentants du sexe fort, la maladie évolue de manière plus prononcée.

Les principaux symptômes chez les hommes sont plus développés et plus lumineux. Ils ont des hallucinations, ils entendent des voix, ils voient des personnes disparues. Les schizophrènes sont souvent très maniérés, enclins à raisonner ou soumis à certaines idées maniaques.

Certains patients perdent complètement le contact avec le monde extérieur, cessent de s'occuper d'eux-mêmes et souffrent souvent de manifestations dépressives. Parfois, les tendances suicidaires atteignent le stade où une personne a tendance à se suicider. S'il échoue, le plus souvent, il devient immédiatement patient dans un service psychiatrique.

Les hommes sont très souvent agressifs, alcoolisent constamment, se droguent, manifestent un comportement asocial.

Les schizophrènes de sexe masculin sont simplement remarquables, par opposition aux femmes malades, dont la maladie ne se remarque souvent que pour les membres de leur famille.

En outre, les représentants du sexe fort souffrent beaucoup plus de stress nerveux et mental, ne cherchent pas d'aide médicale ou psychiatrique à temps et finissent souvent plus tard en prison.

L'influence de la lignée de mère et grand-mère

Il est également important d'identifier avec précision la probabilité exacte de transmission de la schizophrénie par le biais de l'hérédité par le biais de la lignée féminine.

Dans ce cas, le risque de contracter la maladie augmente plusieurs fois. La probabilité que la mère de son fils ou de sa fille attrape la maladie augmente d'au moins cinq fois. Ce chiffre est beaucoup plus élevé que le niveau de risque des cas où la pathologie est diagnostiquée chez le père des enfants.

Il est assez difficile de faire des prévisions précises en toute confiance, car le mécanisme général du développement de la schizophrénie n’a pas encore été complètement étudié. Cependant, les scientifiques ont tendance à croire que l’anomalie chromosomique joue un rôle déterminant dans la maladie.

Non seulement une telle pathologie, mais également de nombreuses autres maladies mentales peuvent évoluer de la mère vers l’enfant. Il est même possible que la femme elle-même n'en ait pas souffert, mais qu'elle soit porteuse d'une mutation chromosomique, à l'origine du développement de la maladie chez les enfants.

Une grossesse grave, chargée de toxicose, peut également devenir un facteur de risque.

Les maladies infectieuses ou respiratoires qui affectent le fœtus pendant la gestation sont également à l'origine de diverses maladies.

C’est avec de telles influences que les personnes chez lesquelles on a diagnostiqué cette pathologie mentale grave fêtent leur anniversaire au plus fort des infections virales au printemps ou en hiver.

Composer le développement de l'hérédité de la schizophrénie chez les enfants:

  • conditions mentales très difficiles pour le développement précoce d'une fille ou d'un fils affecté par la maladie;
  • manque de soins appropriés pour l'enfant;
  • changements métaboliques prononcés chez le bébé;
  • dommages organiques au cerveau;
  • pathologie biochimique, etc.

Par conséquent, il devient clair que pour que la maladie soit transmise sous une forme étendue, il est nécessaire de combiner divers facteurs importants, et non pas un seul héréditaire.

Que les parents souffrent de la maladie du côté masculin ou féminin est très important, mais pas décisif.

Très souvent, une femme est atteinte de schizophrénie sous une forme paresseuse, qui reste inaperçue des membres de sa famille, des professionnels de la santé ou d'un psychiatre.

Souvent, un gène muté particulier qu'elle a pu hériter de parents peut être récessif, sans avoir une chance particulière de s'exprimer pleinement.

La probabilité d'occurrence de la maladie associée au facteur chromosomique

Il n’ya pas de réponse sans équivoque à la question sur le transfert de la schizophrénie d’un parent à un autre.

Un trouble génétique ou une prédisposition héréditaire sont des facteurs de risque prononcés, mais pas une phrase du tout. Par conséquent, les personnes qui ont enregistré ce problème devraient être observées dès leur plus jeune âge par un psychologue ou un psychiatre, et éviter de provoquer des facteurs favorisant le développement de la maladie.

Même lorsque les deux parents d'un enfant sont atteints de schizophrénie, la probabilité de développer une telle pathologie chez lui ne dépasse généralement pas 50% de probabilité.

Par conséquent, tant que les preuves pratiques et expérimentales n’ont pas été pleinement étayées, on ne peut que spéculer sur le point de savoir si la schizophrénie est une maladie héréditaire ou non.

Avec des statistiques assez précises sur le fait que la maladie est transmise le long de la ligne chromosomique, il est encore très difficile de calculer le degré de probabilité.

De nombreux scientifiques de premier plan dans ce domaine ont effectué des recherches pertinentes, mais il n’existe pas encore de données définitives. Cela s'explique par le fait qu'il n'est pas possible d'étudier pleinement l'état mental et les signes de schizophrénie chez tous les parents du patient, ses grands-parents et ses arrière-grands-mères absents, ou d'identifier les conditions de formation et de développement de l'adolescent touché.

Parfois, la maladie peut être transmise des parents aux enfants, mais sous une forme si faiblement exprimée qu’il est très difficile de dire qu’une personne est atteinte de schizophrénie.

Dans les cas où les parents ou les enfants vivent dans un environnement très prospère et ne souffrent pas de maladies concomitantes, la maladie se manifeste parfois sous la forme de certaines bizarreries de comportement ou même d’un état de porteur pratiquement caché.

Les circonstances de la manifestation de la pathologie sous forme développée

Pour que la schizophrénie puisse s’exprimer sous une forme généralisée, il faut combiner des facteurs tels que:

  • biochimique;
  • social;
  • nerveux;
  • psychologique;
  • mutation chromosomique;
  • la présence d'un gène dominant;
  • caractéristiques constitutionnelles du patient, etc.

Par conséquent, pour tirer une conclusion finale sur la probabilité d'héritage de la schizophrénie, il est nécessaire de procéder avec une grande prudence. Néanmoins, éliminer ce facteur est bien entendu inacceptable.

Les psychiatres en exercice ont depuis longtemps remarqué le lien entre un père malade ou même un oncle et la présence d'une pathologie chez un fils ou un neveu.

De plus, il y a des cas où les deux jumeaux ont été immédiatement touchés par une telle maladie mentale.

Il faut reconnaître que la schizophrénie est transmise le long de la ligne chromosomique. Une telle conclusion ne cause pas le moindre doute. La génétique et les psychiatres ont même prouvé que l'hérédité féminine est déterminante. Cependant, pour qu'une maladie aussi grave et incurable puisse pleinement entrer dans ses droits, une combinaison de très nombreuses causes et facteurs est nécessaire.

La schizophrénie est-elle héritée ou non?

La schizophrénie est une maladie mentale bien connue. Dans le monde, cette maladie touche plusieurs dizaines de millions de personnes. Parmi les principales hypothèses d’apparition de la maladie, une attention toute particulière soulève la question suivante: peut-on hériter de la schizophrénie?

L'hérédité comme cause de la maladie

La préoccupation de savoir si la schizophrénie est héritée est justifiée pour les personnes dont les familles ont des cas de maladie. Une mauvaise hérédité est également dérangeante lorsque l'on contracte un mariage et planifie une progéniture.

Après tout, ce diagnostic signifie de graves obscurcissements mentaux (le mot même «schizophrénie» est traduit par «conscience scindée»): délires, hallucinations, dysmotilité, manifestations de l'autisme. Une personne malade devient incapable de penser de manière adéquate, de rester en contact avec les autres et a besoin d'un traitement psychiatrique.

Les premières études sur la propagation familiale de la maladie ont été menées dès les 19e et 20e siècles. Par exemple, dans la clinique du psychiatre allemand Emil Crepelin, l'un des fondateurs de la psychiatrie moderne, de grands groupes de patients schizophrènes ont été étudiés. Les travaux du professeur de médecine américain I. Gottesman, qui a traité de ce sujet, sont également intéressants.

Pour confirmer la "théorie de la famille", il y avait initialement un certain nombre de difficultés. Afin de déterminer avec certitude s'il s'agit ou non d'une maladie génétique, il est nécessaire de recréer le tableau complet des affections chez l'homme. Mais de nombreux patients ne pouvaient tout simplement pas confirmer de manière fiable la présence ou l'absence de troubles mentaux dans leurs familles.

Certains parents des patients étaient peut-être au courant de la confusion mentale, mais ces faits ont souvent été soigneusement dissimulés. Un malaise psychotique sévère chez les membres de la famille a imposé une stigmatisation sociale à toute la famille. Par conséquent, de telles histoires ont été étouffées à la fois pour la postérité et pour les médecins. Souvent, le lien entre un malade et ses proches était complètement rompu.

Néanmoins, la séquence familiale dans l'étiologie de la maladie a été tracée très clairement. Bien que la réponse affirmative sans équivoque selon laquelle la schizophrénie soit nécessairement héritée, les médecins, heureusement, ne donnent pas. Mais la prédisposition génétique est l'une des principales causes de ce trouble mental.

Données statistiques "théorie génétique"

À ce jour, la psychiatrie a accumulé suffisamment d’informations pour tirer certaines conclusions sur la manière dont la schizophrénie est héritée.

Les statistiques médicales affirment que s’il n’ya ni obscurité ni obscurité dans la lignée de votre clan, la probabilité de tomber malade n’est pas supérieure à 1%. Toutefois, si de tels membres de la famille étaient encore atteints, le risque augmente en conséquence et varie de 2 à près de 50%.

Les taux les plus élevés sont enregistrés par paires de jumeaux identiques (monozygotes). Ils ont des gènes complètement identiques. Si l'un d'entre eux est malade, le second présente un risque de développer une pathologie de 48%.

Le cas décrit dans les travaux sur la psychiatrie (monographie de D. Rosenthal et al.) Dans les années 70 du XXe siècle a beaucoup attiré l'attention de la communauté médicale. Le père de quatre jumeaux identiques - les filles ont souffert d'un handicap mental. Les filles se développaient normalement, étudiaient et communiquaient avec leurs camarades. L'un d'entre eux n'a pas obtenu son diplôme, mais trois ont terminé l'école en toute sécurité. Cependant, entre 20 et 23 ans, des troubles mentaux schizoïdes ont commencé à se développer chez toutes les sœurs. La forme la plus grave - catatonique (avec des symptômes caractéristiques sous forme de troubles psychomoteurs) a été enregistrée chez une fille qui n’avait pas terminé ses études. Bien sûr, dans de tels cas de doute, cette maladie héréditaire ou contractée, ne survient tout simplement pas chez les psychiatres.

46% des probabilités de tomber malade d'un descendant si l'un de ses parents est malade dans sa famille (mère ou père), mais que grand-mère et grand-père sont tous deux malades. La maladie génétique dans la famille est également confirmée dans ce cas. Un pourcentage similaire de risque concernera une personne dont le père et la mère sont tous deux atteints de maladie mentale en l'absence de diagnostics similaires chez leurs parents. Il est également assez facile de déterminer ici que la maladie du patient est héréditaire et non acquise.

Si une pathologie est détectée chez l'un des jumeaux fraternels, le risque que le second tombe malade est de 15-17%. Une telle différence entre des jumeaux identiques et des jumeaux fraternels est associée au même ensemble génétique dans le premier cas et différente - au second.

13% de la probabilité sera chez une personne avec un patient dans le premier ou le deuxième genou de la famille. Par exemple, la probabilité d'apparition de la maladie est transmise par la mère avec un père en bonne santé. Ou vice-versa - du père, alors que la mère est en bonne santé. Option: les deux parents sont en bonne santé, mais un grand malade est parmi les grands-parents.

9%, si vos frères et soeurs ont été victimes d'une maladie mentale, mais aucune déviation similaire n'a été trouvée dans les tribus les plus proches.

De 2 à 6%, le risque sera chez un membre de la famille où il n'y a qu'un seul cas de pathologie: un de vos parents, demi-frère ou soeur, oncle ou tante, quelqu'un de neveux, etc.

Faites attention! Même une probabilité de 50% n'est pas une phrase, pas 100%. Ainsi, les mythes populaires sur l'inévitabilité du transfert de gènes malades "par génération" ou "de génération en génération" ne doivent pas être pris trop à coeur. À l'heure actuelle, la génétique ne dispose toujours pas de connaissances suffisantes pour affirmer avec précision l'inévitabilité de l'apparition de la maladie dans chaque cas particulier.

Quelle ligne est plus susceptible d'avoir une mauvaise hérédité?

Parallèlement à la question de savoir si une terrible maladie est héritée ou non, le type même d'héritage a été étudié de près. Quel est le moyen le plus courant de contracter la maladie? Chez les gens, on pense que l'hérédité chez les femmes est beaucoup moins répandue que chez les hommes.

Cependant, la psychiatrie ne confirme pas cette hypothèse. Dans la question de savoir comment la schizophrénie est héritée plus souvent - à travers la ligne féminine ou masculine, la pratique médicale a révélé que le sexe n'est pas déterminant. Autrement dit, le transfert du gène pathologique de mère en fils ou en fille est possible avec la même probabilité que par le père.

Le mythe selon lequel la maladie est transmise aux enfants plus souvent par le biais de la lignée masculine n'est associé qu'aux particularités de la pathologie chez l'homme. En règle générale, les hommes souffrant de maladie mentale sont tout simplement plus visibles dans la société que les femmes: ils sont plus agressifs, parmi lesquels il y a plus d'alcooliques et de toxicomanes, ils supportent plus difficilement le stress et les complications mentales, ils s'adaptent plus mal après des crises mentales.

Sur d'autres hypothèses d'occurrence de pathologie

Est-il arrivé qu'un trouble mental affecte une personne dans la race de laquelle il n'existait absolument pas une telle pathologie? La médecine a répondu de manière non équivoque à la question de savoir si la schizophrénie peut être acquise.

Outre l'hérédité parmi les principales causes du développement de la maladie, les médecins appellent également:

  • troubles neurochimiques;
  • alcoolisme et toxicomanie;
  • expérience psychique traumatique vécue par l'homme;
  • maladies maternelles pendant la gestation, etc.

Le schéma de développement d'un trouble mental est toujours individuel. Maladie héréditaire ou non - dans chaque cas, n'est visible que lorsque toutes les causes possibles du trouble de la conscience sont prises en compte.

Évidemment, avec une combinaison de mauvaise hérédité et d’autres facteurs provocants, le risque de tomber malade sera plus élevé.

Informations complémentaires Plus en détail sur les causes de la pathologie, son développement et sa prévention éventuelle, raconte le médecin-psychothérapeute, candidat en sciences médicales Galuschak A.

Et si vous êtes à risque?

Si vous êtes certain de l'existence d'une prédisposition innée aux troubles mentaux, prenez cette information au sérieux. Toute maladie est plus facile à prévenir qu'à guérir.

Les mesures préventives simples sont tout à fait à la portée de tous:

  1. Maintenez un mode de vie sain, renoncez à l'alcool et aux autres mauvaises habitudes, choisissez le meilleur mode d'activité physique et reposez-vous, contrôlez la nutrition.
  2. Consultez régulièrement un psychologue, consultez rapidement un médecin si vous présentez des symptômes indésirables, ne vous soignez pas.
  3. Portez une attention particulière à votre bien-être mental: évitez les situations stressantes, les charges excessives.

N'oubliez pas qu'une attitude compétente et calme face au problème facilite la réussite de toute entreprise. À l'heure actuelle, avec un traitement médical rapide, de nombreux cas de schizophrénie sont traités avec succès et les patients ont ainsi la possibilité de mener une vie saine et heureuse.

Transmission héréditaire de la schizophrénie

La schizophrénie est un trouble mental grave qui affecte des millions de personnes dans le monde. Parmi les hypothèses de l'apparition de la pathologie, une attention particulière est portée à la question de savoir si la schizophrénie est héréditaire.

La probabilité de transmission de la schizophrénie par héritage

L’enthousiasme suscité par le fait qu’une maladie soit héritée est un phénomène compréhensible pour les personnes dans les familles de lesquelles il existe des cas de pathologie, pour les personnes qui se préparent au mariage et à la naissance de leur progéniture. Cela est dû au fait qu'un tel diagnostic n'implique pas de simples anomalies mentales: hallucinations et délires, esprit flou, troubles de la motilité.

L'affirmation selon laquelle la schizophrénie est une maladie héréditaire est erronée. Les mythes sur la transmission du désordre par héritage ne correspondent pas à la réalité, car la probabilité de développer la maladie est présente même chez les personnes sans parents malades.

Il existe des calculs sur la probabilité possible de développer une schizophrénie:

  • les personnes les plus à risque sont les personnes dans la famille de plusieurs générations qui sont malades (grands-mères, grands-pères, parents), le risque dans ce cas est de 46%;
  • 47% à 48% des risques de maladie existent chez un jumeau identique, si le deuxième jumeau est schizophrène;
  • les jumeaux fraternels peuvent tomber malades avec une probabilité de 17%;
  • si l'un des parents et l'un des grands-parents souffrent d'un trouble, la probabilité de devenir schizophrène chez un enfant est de 13%;
  • si le diagnostic est posé à un frère ou à une soeur, la probabilité d'apparition de la maladie augmentera jusqu'à 9%;
  • la maladie est avec maman ou papa ou demi-frères et soeurs - 6%;
  • neveu - 4%;
  • schizophrénie chez les cousins ​​du patient - 2%.

Même un taux de 50% n'est pas une phrase. Et dans de tels cas, il y a une chance de donner naissance à des enfants en bonne santé.

Quelle est la limite de la schizophrénie?

Parallèlement aux études sur les causes héréditaires de pathologie, le type de patrimoine lui-même est étudié. Les statistiques médicales ont déterminé que le sexe dans le processus de transmission ne joue pas un rôle majeur: la transmission de la maladie de papa à des enfants est aussi probable que celle de la mère.

L'opinion selon laquelle le trouble est transmis plus souvent par les hommes n'est associée qu'aux caractéristiques spécifiques de l'évolution de la maladie chez les hommes.

Selon des études génétiques, environ 75 gènes mutés ont été trouvés qui influencent le développement de la schizophrénie de différentes manières. Par conséquent, la probabilité de maladie dépend du nombre de gènes porteurs de défauts et non de la lignée héréditaire.

L'hérédité de la schizophrénie chez les femmes

En cas de maladie de la mère, le risque de transmission à un fils ou à une fille est quintuplé par rapport aux cas de troubles chez le père de famille. Étant donné que le mécanisme de développement de la maladie n’est pas complètement compris, il est difficile de faire des prévisions.

Mais les scientifiques ont tendance à penser que la pathologie chromosomique joue un rôle important dans la maladie.

La mère est capable de transmettre aux enfants non seulement la schizophrénie, mais aussi d'autres troubles mentaux. Une femme n'a pas à souffrir de cette maladie, elle peut être porteuse de chromosomes malades, ce qui sera la cause et le début du développement de la maladie chez les enfants. Les femmes sont souvent malades sous une forme paresseuse que les membres de leur famille et les médecins ne remarquent pas.

Il sera transféré de la mère à la fille de la schizophrénie ou de la mère au fils - cela dépend aussi de facteurs aggravants:

  • grossesse difficile avec toxicose;
  • SRAS et infections respiratoires aiguës, affectant l'enfant dans l'utérus;
  • conditions psychologiques graves pour le développement d'un enfant souffrant de pathologie;
  • manque d'attention et de soins pour l'enfant;
  • pathologies des systèmes métaboliques du corps;
  • lésions cérébrales et autres pathologies biochimiques.

L'hérédité de la schizophrénie chez les hommes

Les hommes sont plus sujets à la maladie mentale. Cela se produit parce que:

  • pour le sexe fort, le trouble se développe dans l'enfance ou l'adolescence;
  • la maladie progresse rapidement et affecte les relations familiales;
  • même des facteurs acquis peuvent inclure un mécanisme pour le développement de la schizophrénie;
  • les hommes sont plus susceptibles de ressentir de la tension, du stress et de la surcharge;
  • demande rarement de l'aide;
  • Résoudre des problèmes à l'aide d'alcool, de drogues, mener une vie sociale.

La forme de la schizophrénie chez les hommes est plus prononcée et on peut donc supposer que la maladie est plus fréquente chez les hommes plus âgés.

Les principaux signes de la maladie sont plus brillants et plus développés: les hommes souffrent d'hallucinations, entendent des voix, ont tendance à avoir des pensées et des idées maniaques, certains perdent le contact avec la réalité, se moquent de l'apparence, montrent des tendances suicidaires.

Il est donc clair que le père peut transmettre la maladie sous une forme élargie à son fils, son fils ou sa fille, mais que seuls des facteurs génétiques sont nécessaires.

Est-il possible de contracter la schizophrénie sans hérédité?

Aujourd’hui, il n’existe pas d’hypothèses et de théories uniques expliquant l’apparition d’un trouble schizophrénique.

Le facteur héréditaire a été prouvé, mais dans 20 cas sur 100 les personnes sans famille atteintes de schizophrénie sont malades.

Le risque de tomber malade de personnes en bonne santé n'ayant aucun parent malade est de 1%. La cause de la pathologie est une propension individuelle, qui dépend de la prédisposition génétique. La prédisposition peut être réalisée sous l'action d'un complexe de causes internes et externes.

Que les membres de la famille soient malades n’a pas de signification décisive. Une personne, même sujette à la maladie, peut être en bonne santé si elle mène une vie correcte et vit dans un environnement favorable.

Mais la probabilité de maladie augmente si une personne est exposée à des facteurs négatifs:

  • alcoolisme et toxicomanie;
  • traumatisme psychologique, expérience négative dans l'enfance;
  • pathologies neurochimiques (lésions du système nerveux central et du cerveau).

Le trouble se développe toujours selon un schéma individuel, chaque cas est différent des autres, les causes de la schizophrénie sont différentes.

Le gène de la schizophrénie est-il hérité par les enfants?

L'existence de facteurs génétiques dans l'apparition de la schizophrénie n'est pas mise en doute, mais pas au sens de certains gènes porteurs.

La schizophrénie n’est héritée que lorsque le cours de la vie d’un individu, son destin, prépare une sorte de terrain au développement de la maladie.

L'amour infructueux, les malheurs de la vie et les traumatismes psycho-émotionnels conduisent au fait qu'une personne s'éloigne d'une réalité insupportable dans un monde de rêves et de fantasmes.

Sur les symptômes de la schizophrénie hébéphrénique, lisez notre article.

Quelle est cette maladie?

La schizophrénie est une maladie évolutive chronique qui comprend un complexe de psychose résultant de causes internes non associées à des maladies somatiques (tumeur au cerveau, alcoolisme, toxicomanie, encéphalite, etc.).

À la suite de la maladie, un changement de personnalité pathologique survient avec une violation des processus mentaux, ce qui se traduit par les symptômes suivants:

  1. La perte progressive des contacts sociaux, conduisant à l'isolement du patient.
  2. Appauvrissement émotionnel.
  3. Troubles de la pensée: verbosité vide et vide, jugement, dénué de sens commun, symbolisme.
  4. Contradictions internes. Les processus mentaux se produisant dans l'esprit du patient sont divisés en "son propre" et en externe, c'est-à-dire ne lui appartenant pas.

Les symptômes associés incluent l’apparition de délires, de troubles hallucinatoires et illusoires, du syndrome dépressif.

L'évolution de la schizophrénie est caractérisée par deux phases: aiguë et chronique. Au stade chronique, les patients deviennent apathiques: épuisés mentalement et physiquement. La phase aiguë est caractérisée par un syndrome mental prononcé, qui comprend un ensemble de symptômes-phénomènes:

  • la capacité d'entendre vos propres pensées;
  • des voix commentant les actions du patient;
  • perception de la voix sous forme de dialogue;
  • ses propres aspirations sont réalisées sous influence externe;
  • éprouver des effets sur votre corps;
  • quelqu'un enlève au patient ses pensées;
  • d'autres peuvent lire l'esprit du patient.

La schizophrénie est diagnostiquée lorsque le patient présente une collection de troubles maniaco-dépressifs, de symptômes paranoïaques et hallucinatoires.

Qui peut tomber malade?

La maladie peut commencer à n’importe quel âge, mais le plus souvent, la schizophrénie débute à l’âge de 20 à 25 ans.

Selon les statistiques, l'incidence est la même chez les hommes et les femmes, mais chez les hommes, la maladie se développe beaucoup plus tôt et peut commencer à l'adolescence.

Chez les femmes, la maladie est plus aiguë et se traduit par des symptômes affectifs vifs.

Selon les statistiques, 2% de la population mondiale souffre de schizophrénie. La théorie unifiée de la cause de la maladie n'existe pas à l'heure actuelle.

Congénital ou acquis?

Est-ce une maladie héréditaire ou non? À ce jour, il n’existe pas de théorie unique sur l’apparition de la schizophrénie.

Les chercheurs ont formulé de nombreuses hypothèses sur le mécanisme du développement de la maladie, et chacune d’elles a ses propres preuves, mais aucun de ces concepts n’explique pleinement l’origine de la maladie.

Parmi les nombreuses théories de la schizophrénie:

  1. Le rôle de l'hérédité. Prédisposition familiale à la schizophrénie scientifiquement prouvée. Cependant, dans 20% des cas, la maladie se manifeste d'abord dans une famille où le fardeau héréditaire n'est pas prouvé.
  2. Facteurs neurologiques. Chez les patients atteints de schizophrénie, diverses pathologies du système nerveux central ont été identifiées, provoquées par des lésions du tissu cérébral dues à des processus auto-immuns ou toxiques au cours de la période périnatale ou au cours des premières années de la vie. Fait intéressant, des troubles similaires du système nerveux central ont été observés chez des parents en bonne santé mentale d'un patient atteint de schizophrénie.

Ainsi, il a été prouvé que la schizophrénie est principalement une maladie génétique associée à diverses lésions neurochimiques et neuroanatomiques du système nerveux.

Toutefois, l’activation de la maladie se produit sous l’influence de facteurs internes et environnementaux:

  • traumatisme psycho-émotionnel;
  • aspects dynamiques familiaux: mauvaise répartition des rôles, mère surreprésentée, etc.
  • déficience cognitive (altération de l'attention, de la mémoire);
  • violation de l'interaction sociale;

Sur la base de ce qui précède, on peut conclure que la schizophrénie est une maladie multifactorielle de nature polygénique. Dans ce cas, une prédisposition génétique chez un patient particulier n'est réalisée que par l'interaction de facteurs internes et externes.

Comment distinguer la schizophrénie paresseuse de la névrose? Découvrez la réponse maintenant.

Quel gène est responsable de la maladie?

Il y a quelques décennies, des scientifiques ont tenté d'identifier le gène responsable de la schizophrénie. L'hypothèse de la dopamine a été activement promue, suggérant une dysrégulation de la dopamine chez les patients. Cependant, cette théorie a été scientifiquement réfutée.

Aujourd'hui, les chercheurs ont tendance à croire que la cause de la maladie est une violation de la transmission impulsionnelle de nombreux gènes.

Héritage - lignée masculine ou féminine?

Argué que la schizophrénie est transmise plus souvent par la ligne masculine. Ces conclusions sont basées sur les mécanismes de manifestation de la maladie:

  1. Chez l'homme, la maladie se manifeste plus tôt que chez la femme. Parfois, les premières manifestations de la schizophrénie chez les femmes ne peuvent commencer que pendant la ménopause.
  2. La schizophrénie chez un porteur génétique se manifeste sous l'influence d'un mécanisme déclencheur. Les hommes souffrent de traumatismes psycho-émotionnels beaucoup plus profonds que les femmes, ce qui les pousse à développer la maladie plus fréquemment.

En fait, si la mère a une schizophrénie dans la famille, les enfants tombent malades cinq fois plus souvent que si le père était malade.

Données statistiques sur la présence de prédispositions génétiques

Des études génétiques ont prouvé le rôle de l'hérédité dans le développement de la schizophrénie.

Si la maladie est présente chez les deux parents, le risque de la maladie est de - 50%.

Si l’un des parents est atteint de la maladie, la probabilité qu’elle survienne chez un enfant diminue de 5 à 10%.

Des études utilisant la méthode des jumeaux ont montré que la probabilité de transmission de la maladie chez les deux jumeaux identiques était de 50%, chez les jumeaux fraternels - ce chiffre tombe à 13%.

Par héritage, dans une plus grande mesure, ce n’est pas la schizophrénie elle-même qui est transmise, mais une prédisposition à la maladie, dont la réalisation dépend de nombreux facteurs, y compris les mécanismes de déclenchement.

Les tests de double personnalité peuvent être transmis sur notre site Web.

Comment connaître la probabilité dans votre famille?

Le risque de contracter la schizophrénie chez une personne présentant une génétique non compliquée est de 1%. Si l'un des parents est malade dans la famille, la probabilité d'héritage est de 5 à 10%.

Si la maladie se manifeste chez la mère, le risque de maladie augmente considérablement, en particulier chez les enfants de sexe masculin.

La probabilité de développer la maladie est de 50% si les deux parents sont malades. S'il y avait des grands-parents atteints de schizophrénie dans la famille, le risque de maladie pour le petit-fils est de 5%.

En identifiant la maladie chez les frères et soeurs, la probabilité de schizophrénie sera de - 6 - 12%.

Quelle est la limite de la schizophrénie? Découvrez-le à partir de la vidéo:

Comment hériter - schéma

La probabilité d'hériter de la schizophrénie de parents dépend du degré de parenté.

La schizophrénie est transmise par la ligne masculine.

Les véritables causes de la schizophrénie n'ont pas encore été identifiées. La science connaît de nombreuses théories sur les facteurs influençant l'apparition de cette maladie, les mécanismes de déclenchement et les prédispositions. Mais le monde scientifique n'a pas encore confirmé ces théories avec une probabilité de 100%.

Ainsi, les théories les plus courantes sur l'origine de la schizophrénie sont les suivantes:

  • Théorie génétique. L'essence de la théorie est que la schizophrénie est héritée. Comme preuve de cette théorie, on utilise des faits selon lesquels, dans les familles où les parents souffrent de schizophrénie, la maladie apparaît plus souvent que dans d'autres. Une théorie purement génétique est réfutée par le fait que la maladie touche des personnes dans les familles desquelles aucun cas de schizophrénie n'a été observé.
  • Théorie de la dopamine. On sait que l'activité mentale de l'homme dépend de l'interaction et de la production de sérotonine, de dopamine et de mélatonine. On sait scientifiquement que la schizophrénie entraîne une augmentation de la stimulation des récepteurs de la dopamine. Contrairement à cette théorie, il est indiqué que l'augmentation de la dopamine peut provoquer un délire et des hallucinations, mais cela n'affecte pas la volonté et les émotions, et ne peut donc pas causer de schizophrénie.
  • Théorie constitutionnelle. Elle soutient que l'apparition et le développement de la schizophrénie sont influencés par les caractéristiques psychophysiologiques d'une personne.
  • Théorie infectieuse. À l'heure actuelle, cette théorie n'a en réalité aucune base factuelle et est considérée plutôt d'un point de vue historique que d'un point de vue pratique.
  • Théorie neurogénétique. La science détermine la situation de désaccord entre les activités des hémisphères légal et gauche, en raison d'un défaut du corps calleux, qui conduit à l'apparition d'une maladie de schizophrénie.
  • Théorie psychanalytique. La psychanalyse vous permet d'identifier les caractéristiques de l'éducation dans les familles de patients atteints de schizophrénie. En règle générale, dans de telles familles, l’absence de relations émotionnelles chaleureuses ou l’extrême opposé aux réactions des adultes face aux mêmes actions que les enfants est constatée.
  • Théorie écologique. Il est possible que l’idée que les mauvaises carences écologiques et nutritionnelles d’une femme enceinte aient un effet néfaste sur le développement du fœtus, entraînant des tendances à diverses maladies, en particulier la schizophrénie.
  • Théorie de l'évolution La haute intelligence humaine a longtemps été considérée comme la norme et non comme un élément remarquable, déterminé par le développement de la société dans son ensemble. À mesure que l'intellect se développe, les caractéristiques du cerveau changent et la probabilité de schizophrénie augmente.

On pense que la schizophrénie, comme beaucoup d'autres maladies mentales, est causée par une combinaison de facteurs héréditaires et de circonstances environnementales - la vie humaine. Et pourtant, tous tourmentés par la question de savoir si la schizophrénie peut être héritée.

Y a-t-il un gène de la schizophrénie?

Le chiffre de 1% caractérise très éloquemment la schizophrénie. Elle souffre d'une personne sur 100. Absolument, chaque personne court le risque de schizophrénie.

Toutefois, selon les statistiques, si vos proches en première ligne avaient des cas de schizophrénie, le risque de contracter cette maladie chez vous augmentera personnellement à 10%. Si un membre de la famille de deuxième ligne (neveux, oncles, grands-mères, etc.) est atteint de schizophrénie, le risque de contracter la maladie est alors compris entre 2 et 6%. Le risque le plus élevé de schizophrénie est si la maladie est trouvée chez un jumeau identique. Les scientifiques le déterminent à 40%.

Et pourtant, dans les statistiques, il ne s'agit pas de transmission héréditaire de la maladie, mais de risque. Une structure spéciale des processus cérébraux métaboliques est héritée. Ce sont les processus métaboliques dans le cerveau dans certaines conditions qui provoquent la scission, définie comme la schizophrénie.

Le gène de la schizophrénie est périodiquement "découvert" par différents groupes de chercheurs, mais avec des études répétées et ultérieures, ces théories ne sont pas confirmées. Les gènes humains se trouvent dans 23 paires de chromosomes. En héritage, une personne reçoit 2 copies de chaque chromosome: de maman et papa. Plusieurs gènes sont associés au risque de contracter la maladie, mais aucun d’entre eux ne cause directement la schizophrénie. Par conséquent, sur la base d'une analyse génétique, il est impossible de prédire la probabilité de schizophrénie chez l'homme.

Cela signifie que le gène de la schizophrénie n'existe pas ou ne se trouve pas à l'heure actuelle. Cependant, on ne peut pas dire que la schizophrénie n'est pas liée à l'hérédité. Lorsqu'une combinaison de composants tels que l'hérédité et des facteurs environnementaux défavorables, le risque de schizophrénie augmente plusieurs fois.

Les facteurs indésirables sont les suivants: maladies virales, blessures lors de l'accouchement, alimentation inadéquate de la mère pendant la grossesse et facteurs psycho-traumatiques.

Pour l'émergence de la schizophrénie, en plus des caractéristiques initiales, ce que l'on appelle des mécanismes de déclenchement sont nécessaires.

Ces mécanismes peuvent être:

  • les drogues;
  • l'alcool;
  • situations stressantes;
  • traumatisme psychologique;
  • conditions environnementales défavorables.

La schizophrénie peut survenir à tout âge, en fonction des conditions d'occurrence du mécanisme déclencheur, mais elle est plus courante en période de crise: premier préscolaire, école primaire, adolescent, jeunesse, crise de la quarantaine, retraite. Comme vous pouvez le constater, les périodes d’âge répertoriées sont associées à des caractéristiques critiques.

Pour prédire la probabilité de maladie chez une personne, vous devez faire attention à l'âge auquel la schizophrénie est apparue chez des parents. Il est possible qu'il y ait une observation des mêmes périodes du développement de la maladie.

La schizophrénie est-elle transmise par la ligne masculine?

Tout ce qui est décrit ci-dessus, y compris les mécanismes de déclenchement et la génétique de la maladie, s’applique également aux hommes et aux femmes, sans donner la priorité à l’un des sexes.

Cependant, il existe une perception selon laquelle la schizophrénie est transmise par la ligne masculine. Quelle est la base de cette théorie?

  1. La prédisposition génétique à la maladie se transmet également entre les lignées masculine et féminine. Cependant, la manifestation de la schizophrénie chez les hommes est généralement plus brillante et plus visible que chez les femmes. Par conséquent, les hommes atteints de schizophrénie sont plus visibles pour les parents que les femmes. Par conséquent, le risque de maladie est associé à la lignée masculine.
  2. Les mécanismes de départ sont un certain nombre de facteurs, notamment l’alcool et les drogues. Les statistiques montrent que l'alcoolisme est encore considéré comme un problème davantage masculin, bien que le pourcentage d'hommes alcooliques et toxicomanes soit légèrement supérieur à celui des femmes. C’est pour cette raison que le nombre de cas de schizophrénie augmente chez la population masculine.
  3. Le stress et les complications mentales pendant les périodes de crise liées à l’âge touchent les hommes plus profondément et plus profondément. Compte tenu de la conditionnalité génétique du risque de schizophrénie, le déclenchement de ces mécanismes est le plus probable chez les hommes.
  4. Élever des garçons est souvent plus difficile que d'élever des filles. Les parents ne permettent pas la manifestation de la douceur, qui affecte le développement émotionnel de l'enfant.

Le fait que la santé de la population, en particulier des hommes, se détériore n’est un secret pour personne. Les statistiques médicales font état de la croissance de la schizophrénie et de son rajeunissement.

Cependant, il est impossible d'affirmer avec certitude que la schizophrénie est héritée par la lignée masculine. Mais on peut affirmer en toute confiance que les mécanismes qui déclenchent la maladie influencent plus activement la partie forte de l’humanité.

La schizophrénie rajeunit chaque année. Et si dans votre famille il y avait des cas de patients atteints de schizophrénie, il est préférable de vous protéger, vous et vos enfants, de son apparition, en contrôlant les mécanismes de déclenchement et en observant votre propre réaction et celle de vos enfants. Le meilleur de tous, si vous fournissez un soutien à votre famille avec des spécialistes compétents dans le domaine de la psychiatrie.

Ne pas se soigner soi-même, ne pas laisser la vie suivre son cours, ne pas se blâmer injustement pour la transmission héréditaire de la schizophrénie. Aidez simplement votre famille à prévenir cette maladie ou à la vaincre dès la première apparition.

Maladie héréditaire schizophrénie

Schizophrénie maladie héréditaire ou acquise? Qu'est-ce qui influence l'événement? Est-il possible de dire à l'avance s'il y aura ou non une schizophrénie? Existe-t-il des tests pour la schizophrénie? De nombreux chercheurs tentent de répondre à cette question.

Au tout début, nous voulons noter que la schizophrénie est traitée. Ce n'est pas une peine à vie. Nos patients traités obtiennent leur diplôme universitaire, travaillent dans des organisations prestigieuses et occupent de bons postes. Les meilleurs résultats peuvent être obtenus aux premiers stades de la formation. La situation est pire lorsque le traitement n'était pas correct ou qu'un psychologue ou un psychothérapeute analphabète a tenté de l'exécuter. Dans ce cas, diverses complications peuvent être attendues.

La transmission de la maladie mentale par héritage - la question n'est pas oisive. Que faire s'il y a des patients schizophrènes parmi les proches ou les proches de la seconde moitié? Est-ce une question naturelle que la schizophrénie soit une maladie héréditaire ou non?

Il fut un temps où les scientifiques ont découvert 72 gènes de la schizophrénie. Depuis lors, plusieurs années ont passé et ces études n'ont pas été confirmées. Jusqu'à présent, dans le monde entier, les scientifiques tentent de trouver la cause de la schizophrénie dans l'hérédité. Cependant, jusqu'à présent, cela n'a pas été possible.

Schizophrénie maladie héréditaire?

Tous parlent du fait qu'il est possible d'établir la schizophrénie par des tests sanguins spéciaux ou des tests génétiques et que, sur cette base, effectuer un traitement n'est rien de plus qu'une conversation. Ils ne sont pas basés sur des faits confirmés officiellement. Cependant, beaucoup de guérisseurs d'aujourd'hui essaient de vendre de l'air, sous forme de tests génétiques ou autres, pour le dépistage de la schizophrénie.

Cependant, l'une des théories les plus célèbres sur la formation de la schizophrénie est basée sur l'origine génétique. La schizophrénie est attribuée à des maladies génétiquement déterminées. Cependant, les changements structurels de certains gènes n'ont pas pu être identifiés.

Un ensemble de gènes défectueux pouvant perturber le fonctionnement du cerveau a été identifié, mais on ne peut pas dire que cela mène au développement de la schizophrénie. Les faits spécifiques ne le confirment pas. Après un examen génétique, il n'est pas possible de dire si une personne est atteinte de schizophrénie ou non.

Si vous suivez la théorie de l'origine de la schizophrénie en tant que maladie héréditaire, cette théorie laisse tomber un nombre énorme de cas pour la première fois. Ceux qui n'ont pas de parents ou de grands-parents qui ont cette maladie dans leur arbre généalogique.

Malgré le manque de données statistiques scientifiquement prouvées et l'absence d'un lien direct entre l'hérédité de la schizophrénie dans la formation de la maladie, on peut établir un lien clair avec la génération plus âgée. Il a été établi que 30% des patients atteints de schizophrénie, de la famille proche, de père, de mère, de grand-mère, de grand-père ou de la génération précédente de parenté directe présentaient des signes de troubles mentaux. Dans la partie restante des patients aucune prédisposition héréditaire n'a été révélée.

Par conséquent, sur la base de données statistiques, on peut parler de la probabilité que la schizophrénie ne soit une maladie héréditaire que dans 30% des cas.

Théorie de la schizophrénie

Comme l'origine de la maladie est inconnue, les scientifiques ont identifié plusieurs hypothèses de survenue de la schizophrénie:

  • Génétique - chez les enfants jumeaux, ainsi que dans les familles où les parents souffrent de schizophrénie, la manifestation la plus fréquente de la maladie est observée.
  • La dopamine - l'activité mentale humaine dépend de la production et de l'interaction des principaux médiateurs, la sérotonine, la dopamine et la mélatonine. Il y a une stimulation accrue des récepteurs de la dopamine dans la région limbique du cerveau. Cependant, cela provoque la manifestation de symptômes productifs, sous forme de délire et d'hallucinations, et n'affecte pas le développement d'un syndrome négatif - apato-abulique: diminution de la volonté et des émotions.
  • Constitutionnel - ensemble de caractéristiques psycho-physiologiques d'une personne: les hommes et les femmes de type pycnique gynécomorphes se trouvent le plus souvent chez des patients atteints de schizophrénie. On pense que les patients atteints de dysplasie morphologique se prêtent moins au traitement.
  • La théorie infectieuse de l'origine de la schizophrénie revêt actuellement plus d'intérêt historique que tout fondement. Auparavant, on pensait que le staphylocoque, le streptocoque, la tuberculose et E. coli, ainsi que les maladies virales chroniques réduisaient l'immunité humaine, ce qui serait l'un des facteurs du développement de la schizophrénie.
  • Neurogénétique - Le décalage entre le travail des hémisphères droit et gauche dû à un défaut du corps calleux, ainsi qu’une violation des connexions fronto-cérébelleuses conduit au développement de manifestations productives de la maladie.
  • Psychanalytique - explique l’émergence de la schizophrénie dans les familles avec une mère froide et cruelle, un père despotique, le manque de relations chaleureuses entre les membres de la famille ou la manifestation d’émotions opposées à propos du même comportement d’un enfant.
  • Écologique - effet mutagène de facteurs environnementaux défavorables et manque de vitamines pendant le développement du fœtus.
  • Évolutionniste - augmentation de l'intelligence des gens et du développement technocratique de la société. La nature tente d'améliorer le cerveau, mais cela échoue.

À ce jour, la cause de la schizophrénie n’a pas été complètement établie.

Comment diagnostique-t-on la schizophrénie?

Le diagnostic de la schizophrénie est basé sur:

  • analyse approfondie des symptômes;
  • analyse de la formation individuelle du système nerveux;
  • données sur le plus proche parent;
  • conclusion du diagnostic pathopsychique;
  • observation de la réaction du système nerveux aux médicaments de diagnostic.

Ce sont les principales mesures de diagnostic pour le diagnostic. Il existe également d'autres facteurs individuels supplémentaires qui peuvent indiquer indirectement la possibilité de la présence de la maladie et peuvent aider le médecin.

Je voudrais souligner que le diagnostic final de la schizophrénie n’est pas établi lors de la première visite chez le médecin. Même si une personne est hospitalisée de toute urgence dans un état psychotique aigu (psychose), il est trop tôt pour parler de schizophrénie. L'établissement de ce diagnostic prend du temps pour surveiller le patient, la réaction aux actions de diagnostic du médecin et des médicaments. Si une personne est actuellement en état de psychose, le médecin doit d'abord arrêter un état aigu avant de poser un diagnostic, puis un diagnostic complet peut être effectué. Cela est dû au fait que la psychose schizophrénique est souvent symptomatique de certaines affections aiguës dans les maladies neurologiques et infectieuses. De plus, un médecin ne doit pas établir le diagnostic. Cela devrait se produire lors d'une consultation médicale. En règle générale, lors du diagnostic, l’avis du neurologue et du thérapeute doit être pris en compte.

Note

Souviens toi! Le diagnostic de tout trouble mental n’est établi sur la base d’aucune méthode de recherche en laboratoire ou sur du matériel informatique! Ces études ne fournissent aucune preuve directe indiquant la présence d'une maladie mentale particulière.

Des études sur appareils (EEG, IRM, REG, etc.) ou en laboratoire (sang et autres milieux biologiques) ne peuvent exclure que la possibilité de maladies neurologiques ou autres maladies somatiques. En pratique, un médecin compétent les utilise très rarement et s’il le fait, il est très sélectif. La schizophrénie en tant que maladie héréditaire n'est pas définie par ces moyens.

Pour obtenir le maximum d’élimination de la maladie, vous devez:

  • ne pas avoir peur, mais à temps de se tourner vers un spécialiste qualifié, uniquement vers un psychiatre;
  • diagnostics complets de haute qualité, sans chamanisme;
  • thérapie complexe correcte;
  • la mise en œuvre par le patient de toutes les recommandations du médecin traitant.

Dans ce cas, la maladie ne pourra pas se développer et sera arrêtée quelle que soit son origine. Cela est prouvé par notre pratique de longue date et notre science fondamentale.

Probabilité de schizophrénie héréditaire

  • l'un des parents est malade - le risque de formation de la maladie est d'environ 20%,
  • Un parent de deuxième ligne est malade, grand-mère ou grand-père - risque jusqu’à 10%,
  • un parent direct de la 3ème ligne, un arrière-grand-père ou une arrière-grand-mère est malade - environ 5%
  • La schizophrénie affecte un frère ou une soeur, en l'absence de parents malades - jusqu'à 5%,
  • un frère ou une soeur souffrant de schizophrénie, en présence de troubles mentaux chez des parents directs de 1, 2 ou 3 lignes - le risque sera d'environ 10%,
  • lorsqu'un cousin (frère) ou une tante (oncle) tombe malade, le risque de contracter la maladie ne dépasse pas 2%,
  • si seul le neveu est malade - la probabilité n'est pas supérieure à 2%,
  • la probabilité que la maladie apparaisse pour la première fois dans le groupe généalogique n’est pas supérieure à 1%.

Ces statistiques ont une base pratique et ne parlent que du risque possible de formation de la schizophrénie, mais ne garantissent pas sa manifestation. Comme vous pouvez le constater, le pourcentage de fait que la schizophrénie n'est pas une maladie héréditaire est faible, mais cela ne confirme pas la théorie héréditaire. Oui, le pourcentage le plus élevé concerne les cas où la maladie était dans la famille proche, ce sont les parents et la grand-mère ou le grand-père. Toutefois, je voudrais surtout souligner que la présence de schizophrénie ou d’autres troubles mentaux dans la famille proche ne garantit pas la présence de la schizophrénie dans la génération suivante.

La schizophrénie est une maladie héréditaire de la femme ou de l'homme?

Une question raisonnable se pose. Si nous supposons que la schizophrénie est une maladie héréditaire, se transmet-elle par la lignée maternelle ou paternelle? Selon les observations des psychiatres en exercice, ainsi que les statistiques des scientifiques médicaux, aucune tendance directe n’a été trouvée. Autrement dit, la maladie est transmise de manière égale par les lignées féminine et masculine. Cependant, il y a une certaine régularité. Si certaines caractéristiques, par exemple, ont été transférées du père d'un patient schizophrénique à son fils, la probabilité de transmission de la schizophrénie au fils augmente considérablement. Si les caractéristiques sont transmises d'une mère en bonne santé à un fils, la probabilité qu'une maladie se déclare chez un fils est minime. En conséquence, dans la ligne féminine, il en va de même.

La formation de la schizophrénie survient le plus souvent sous l'action de facteurs cumulatifs: hérédité, caractéristiques constitutionnelles, pathologie de la grossesse, développement de l'enfant en période périnatale, ainsi que des caractéristiques de l'éducation dans la petite enfance. Le stress aigu chronique et sévère, ainsi que l'alcoolisme et la toxicomanie peuvent être des facteurs provoquant l'apparition de la schizophrénie chez les enfants.

Schizophrénie héréditaire

Puisque les véritables causes de la schizophrénie ne sont pas connues et qu'aucune des théories de la schizophrénie n'explique ses manifestations, les scientifiques et les médecins ne sont pas enclins à attribuer la schizophrénie à des maladies héréditaires.

Si l'un des parents est atteint de schizophrénie ou s'il existe des cas connus de manifestation de la maladie chez d'autres membres de la famille avant de planifier l'enfant, il est conseillé aux parents de consulter un psychiatre. Enquête, calcul du risque probabiliste et détermination de la période la plus favorable pour la grossesse.

Nous aidons les patients non seulement à se faire soigner à l'hôpital, mais essayons également de fournir une rééducation ambulatoire et socio-psychologique supplémentaire, téléphone Transformation Clinic 8 (800) 2000109.

En Savoir Plus Sur La Schizophrénie