"… La peur m'enveloppe pour que les larmes coulent de mes yeux et le corps tremblent... j'ai très peur de mes pensées, je veux vraiment ne plus les ressentir et ne même pas y penser... Mais je ne sais pas comment je peux y faire face... J'essaie de chasser ces pensées, des pensées au sujet de ma mort... J'essaie de remplir d'une manière ou d'une autre la tête avec d'autres, mais cela s'avère très mauvais... une sorte d'apathie à l'intérieur, une sorte de dépression, ça ne me plait pas du tout, mes mains ont baissé du tout... j'ai peur de tomber. l'esprit, parce que ces pensées ne me donnent pas une vie normale et profitent de la vie... "

Pensées obsessionnelles... Ils montent eux-mêmes dans la tête. Il est impossible de s'en débarrasser. Alors, est-il encore possible de résister seul à un tel état ou faut-il immédiatement
pouvoir du psychothérapeute?

Vous pouvez gérer vous-même. Et il est même nécessaire de comprendre comment y faire face soi-même, car c’est l’une des expériences existentielles les plus importantes pour le développement de la personnalité d’une personne, et tôt ou tard, elle survient chez toute personne en bonne santé mentale. Par conséquent, tout le monde doit être préparé à ce phénomène.

Alors que faire?

La première chose à faire est de changer votre attitude envers la situation elle-même, lorsque des pensées de mort sont apparues et que la peur de la mort est apparue dans le contexte du bien-être extérieur.

J'attire l'attention sur le fait que je parle de pensées obsessionnelles sur la mort, dans le contexte d'une vie tout à fait normale et apparemment prospère.

Lorsque des pensées de mort apparaissent, puis se manifestent encore et encore, d’abord votre attitude face à cette panique. C’est comme si les pensées et la peur de la mort étaient anormales. Comme s'il s'agissait de signes d'anomalie mentale. Et même si souvent, en plus de la peur de la mort, vous avez également peur de devenir fou.

Cependant, les pensées sur la mort elles-mêmes et la peur de la mort ne sont pas des signes d'insuffisance mentale, elles montrent seulement une augmentation de la conscience. Ils témoignent du processus de formation de votre personnalité, de la nécessité de comprendre le sens de votre vie. La nécessité de se débarrasser de l'insatisfaction interne (souvent soigneusement masquée) à l'égard de leur vie.

Ces pensées indiquent la collision de notre perception quotidienne et donc superficielle de la vie avec sa profondeur métaphysique, son incompréhensibilité terrifiante. Elle tourne les idées habituelles sur la vie, elle détruit l'image habituelle du monde.

C’est comme si les gens, ne le sachant pas, se trouvaient dans un bâtiment qui surplombe un gouffre d’un kilomètre, se consacrent à leurs activités quotidiennes et marchent, entre autres, sur un plancher de verre fermé au-dessus de la verdure comme herbe de printemps, avec un tapis parmi les gens, la natte s'était égarée et il vit tout à coup que sous la surface transparente du sol il y avait un vide terrible. Et il était horrifié. Oui, cette image fantastique est une métaphore de la réalité dans laquelle nous vivons, sans même savoir ce qu’elle est.

Ce conflit est existentiel, inévitable dans le processus de formation de structures supérieures de la conscience humaine. À propos, c’est exactement le niveau de réflexion qui conduit une personne au concept de "Dieu" et à cette réalité ultime et compréhensible - Dieu.

Des expériences de ce genre peuvent donner à votre perception de la vie une profondeur religieuse. Et alors la peur de la mort se transformera en un état de foi profond, en un état d'amour profond. Parce qu'il se manifeste chez l'homme sa profondeur.

Il faut donc, tout d’abord, accepter cette situation, non seulement calmement et sans panique, mais avec gratitude. Parce que la profondeur de votre âme qui était vide et que vous avez essayé de la remplir avec quelque chose, n'est pas donnée à une personne.

Votre conscience, votre nature humaine fait appel à Dieu, à la foi, à l'amour et à la liberté, car il y a un besoin pour une personne en elle. Seule elle se déplace habituellement, étant inutile pour une vie réussie dans le monde moderne. Cependant, le besoin de se laver est aussi urgent que celui d’aimer. L’insatisfaction face à ces deux besoins fondamentaux entraîne une peur obsédante de la mort.

La rencontre existentielle intérieure avec la réalité de la mort est l'occasion de rencontrer Dieu et d'en remplir votre profondeur. Et quand une telle expérience mène à la découverte profonde de Dieu, la peur se transforme en amour, acceptation humble et reconnaissante de la vie en tant que cadeau incompréhensible. Puis la peur disparaît, de même que la nuit l'obscurité disparaît à l'aube.

Trouver la foi en Dieu en réalité, si cela se produit au plus profond de la peur de la mort, est la découverte du miracle de l'existence même, l'expérience du miracle de la vie elle-même et l'expérience d'une profonde gratitude. Et puis il y a remplissage de notre profondeur avec Dieu, c'est-à-dire avec amour. Et l'amour et seulement l'amour détruit la peur, toute peur, car la lumière supprime les ténèbres.

Très utile pour une lecture attentive du livre d'Anthony Surozhsky «On Prayer» est un livre sur la rencontre avec Dieu en profondeur.

La deuxième chose à changer est votre relation avec vous-même et votre vie. La cause d'une profonde insatisfaction envers vous-même et votre vie est la vie personnelle défavorable du parent pendant les années de votre enfance.

L'essentiel: il faut que vous vous réalisiez capable d'être l'auteur de votre vie et l'auteur de vous-même.

Résistez à l'identification inconsciente de vous-même avec ses parents. Parce que cela mène inévitablement à un conflit avec soi-même. Vous devez commencer à construire votre harmonie (soi souhaité), malgré les circonstances défavorables de votre enfance, contrairement à ce que vos parents ont fait et continuent de faire avec eux-mêmes, avec leurs vies et les uns avec les autres. Tu n'es pas tes parents. Discrimination avec les parents - c'est ce qui devrait se passer dans le processus de libération de la peur de la mort. Vous devez APPRENDRE à vous construire et à bâtir votre vie, quels que soient les parents et leur destin.

Troisième chose à changer: nouer de nouvelles relations indépendantes entre adultes et parents. Débarrassez-vous de leur dépendance émotionnelle. Prendre pleinement la responsabilité de leur vie pour eux-mêmes. Apprendre à permettre au père et à la mère d'être tels qu'ils sont et à apprécier tout ce qu'ils disent et font comme leurs propres choix. Arrêtez de leur prouver quoi que ce soit et de les convaincre, laissez-les réfléchir, parler et agir comme ils peuvent. Vous n'avez pas besoin de leur faire des excuses. Donnez-leur simplement ce dont ils ont le plus besoin: votre amour. Mentalement et à haute voix, à chaque occasion, exprimez-leur votre gratitude pour la vie qu’ils vous ont donnée. Mais ne prenez pas au sérieux ce qu'ils vous disent. Vivez votre esprit, ne discutez pas avec eux, agissez comme bon vous semble.

Quatrièmement, vous devez faire, apprendre à gérer vos émotions, vos pensées et vos interprétations de ce qui se passe. Et percevoir ce qui ne dépend pas de vous avec une acceptation calme (avec humilité), comme nous percevons un changement de saison, par exemple. Donc il y a. Et c'est tout. Ce n'est ni bon ni mauvais.

Notre naissance ne dépend pas de nous. Cela ne dépend pas de nous qu'une personne meurt en temps voulu. Interroge la naissance et la mort entre les mains du Créateur. Ce n'est pas notre préoccupation. Et il n'y a rien à ajouter. Acceptez avec humilité et gratitude ce qui vous est donné au moment présent - la vie, la vie dans toutes ses forces et possibilités. La vie est en toi et la vie est autour de toi. Où que vous regardiez, la vie est partout. Et elle est belle!
La cinquième chose que vous devez cultiver en vous-même est la capacité de vivre dans le moment présent. Maintenant rien de mal ne vous arrive. Maintenant vous êtes plein de vie. Et vous avez l’habitude de sauter ce moment présent vivant et chaleureux et de fuir avec votre attention (pensées et imagination) quelque part qui n’existe nulle part, mais seulement dans votre esprit. Gérer votre attention et vous concentrer sur le moment présent est ce que vous devez maîtriser.

Oui, c'est du travail. Mais cela doit être fait, cela ne peut pas être laissé pour plus tard. Plus facile, plus rapide et plus efficace, ce travail peut être effectué avec moi. Par correspondance, Skype, lors de réunions personnelles, j'aide à passer ce terrain troublant et fragile sans nuire à la santé mentale et physique, afin de trouver les qualités personnelles pour lesquelles Dieu attribue cet état à l'homme.

Pensées obsessionnelles de la mort de près

www.preobrazhenie.ru - Transformation de la clinique - consultation anonyme, diagnostic et traitement des maladies de l'activité nerveuse supérieure.

  • Si vous avez des questions à un consultant, demandez-lui un message personnel ou utilisez le formulaire "poser une question" sur les pages de notre site.


Vous pouvez également nous contacter par téléphone:

  • 8 495-632-00-65 multicanaux
  • 8 800-200-01-09 L'appel gratuit en Russie


Votre question ne restera pas sans réponse!

Nous étions les premiers et restons les meilleurs!

Bonjour Julia Cela ressemble à une névrose (trouble psychogène). Dans le développement des troubles psychogènes, un conflit psychologique (externe ou interne) occupe une place particulière. Le conflit externe est déterminé par la collision de relations perturbées de l'individu avec les exigences de l'environnement. Les conflits internes (intrapersonnels) commencent dans l'enfance et se transforment en «couches névrotiques» qui rendent la vie difficile. Dans les conditions d'un conflit inconscient de longue date, une personne n'est pas en mesure de résoudre la situation qui se présente: pour satisfaire un besoin personnel, pour changer les mentalités à son égard, pour faire un choix, pour prendre une décision adéquate. Les craintes pathologiques (phobies) sont basées sur une anxiété profondément cachée (un signe de conflit interne). C'est un mécanisme de défense dans le conflit entre les impulsions inacceptables de l'inconscient et la suppression de ces impulsions. L'anxiété est provoquée de manière interne et n'est associée à des objets externes que dans la mesure où il existe une stimulation des conflits internes. Avec l'aide d'un psychothérapeute ou d'un psychologue, vous pouvez prendre conscience d'un problème psychologique, trouver des moyens de le résoudre, résoudre un conflit psychologique. L’impact psychothérapeutique a pour but de résoudre le conflit ou de modifier l’attitude à l’égard de la situation de conflit. Un rôle important en psychothérapie consiste à apprendre la relaxation et la maîtrise de soi émotionnelle.
Les médicaments pour les troubles névrotiques sont utilisés dans des cas particuliers. Ils donnent généralement un effet à court terme.

Le psychothérapeute doit être dans l'état du PND territorial. Envisagez la possibilité de travailler avec un spécialiste sur Internet (en chat vidéo, par correspondance)

Comment traiter la névrose obsessionnelle et les peurs

Une personne peut développer un état dans lequel de fausses idées ou pensées tentent de prendre le dessus sur la conscience. Ils attaquent tous les jours et se transforment en trouble obsessionnel-compulsif. Cela rend la vie difficile, mais il existe des moyens de se débarrasser des pensées obsessionnelles et des peurs. Sans aide, avec le temps, la situation ne fera que s'aggraver. Il sera de plus en plus difficile de se concentrer sur des choses vraiment importantes pour trouver la force de surmonter les problèmes de la vie quotidienne. Par la suite, la dépression, les mauvaises pensées, les désirs et parfois le désordre sont exacerbés par la schizophrénie.

Pourquoi le trouble obsessionnel-compulsif survient-il?

La condition d'obsession du TOC (trouble obsessionnel-compulsif) se produit dans les cas où la conscience n'est pas en mesure de réprimer les pulsions à une action. En même temps, elles évincent toutes les autres pensées, bien qu’elles soient pour le moment dénuées de sens ou sans fondement. La force de ces impulsions est si grande qu'elles suscitent la peur. Le développement de manifestations obsessionnelles-phobiques, la névrose obsessionnelle est influencé par des facteurs biologiques et psychologiques à des degrés divers.

Le syndrome de l'état obsessionnel a différentes manifestations, mais elles se résument toutes aux symptômes principaux de cette nature:

  • actions répétitives, rituels;
  • des contrôles réguliers de leurs propres actions;
  • pensées cycliques;
  • en se concentrant sur des pensées de violence, de religion ou sur le côté intime de la vie;
  • désir écrasant de compter les nombres ou la peur d'eux.

Chez les enfants

La maladie d'OCD est également trouvée chez les enfants. En règle générale, les causes du développement sont les traumatismes psychologiques. Un enfant développe une névrose dans un contexte de peur ou de punition, un traitement injuste de la part des enseignants ou des parents est susceptible de provoquer un tel état. La séparation du père ou de la mère à un âge précoce a un effet important. L'élan de l'état obsessionnel devient un transfert dans une autre école ou une relocalisation. Un certain nombre de facteurs dans le domaine des relations familiales sont décrits qui forment un trouble chez un enfant:

  1. Le mécontentement sexuel. Dans ce cas, des qualités qui lui sont étrangères lui sont imposées, ce qui provoque une grande anxiété.
  2. Enfant en retard. Les médecins ont découvert un lien entre l'âge de la mère et le risque de développer une psychose chez un enfant. Si une femme enceinte est âgée de plus de 36 ans, le risque d'anxiété du bébé augmente nécessairement.
  3. Conflits au sein de la famille. Souvent, la négativité des querelles affecte l'enfant, il a un sentiment de culpabilité. Selon les statistiques relatives aux familles où un homme participe activement à la parentalité, les névroses chez les enfants sont beaucoup moins fréquentes.
  4. Famille incomplète. L'enfant n'a pas la moitié du comportement. L'absence de stéréotype provoque le développement de la névrose.

Chez les adultes

Dans la génération précédente, la survenue de troubles obsessionnels compulsifs est affectée par des causes biologiques et psychologiques. Les premiers apparaissent, selon les médecins, en raison de violations du métabolisme du neurotransmetteur, la sérotonine. On croit que cela régule le niveau d'anxiété, en ayant une connexion avec les récepteurs des cellules nerveuses. Tenez également compte de l’influence des conditions de vie et de l’écologie, mais la relation n’a pas encore été prouvée scientifiquement.

Des facteurs psychologiques se manifestent dans certains chocs de la vie et dans certaines situations stressantes. Cela ne peut pas être appelé les causes de la névrose - elles deviennent plutôt le déclencheur pour les personnes qui ont une prédisposition génétique à développer des pensées et des peurs obsessionnelles. Il est impossible d'identifier ces caractéristiques héréditaires d'une personne à l'avance.

États obsessionnels

Les personnes présentant certaines accentuations de la personnalité ou psychotraumatismes sont prédisposées à un état obsessionnel. Ils sont soumis à une invasion involontaire de sentiments, d'images, d'actions, ils sont poursuivis par des pensées obsessionnelles sur la mort. Une personne comprend l'inutilité de tels phénomènes, mais ne peut pas surmonter et résoudre de tels problèmes de manière indépendante.

Les signes cliniques d'un tel état dépendent en grande partie du fait que le trouble cognitivo-comportemental s'est aggravé et s'est développé. Il existe actuellement deux principaux types de pensées obsessionnelles: les manifestations intellectuelles et émotionnelles. Ils provoquent des phobies chez une personne et une peur panique, qui brise parfois complètement la vie et le rythme habituel des personnes.

Intellectuelle

Les états obsessionnels de type intellectuel sont appelés obsessions ou obsessions. Dans ce type de trouble, on distingue les manifestations communes d’obsession suivantes:

  1. "Chewing-gum mental." Réflexions déraisonnables, doutes sur une raison quelconque, et parfois sans elle.
  2. Aritmomania (compte intrusif). Une personne compte tout autour de lui: personnes, oiseaux, objets, marches, etc.
  3. Doutes obsessionnels. Manifesté dans une fixation plus faible des événements. L’homme n’est pas sûr d’avoir éteint le feu, le fer à repasser.
  4. Répétition intrusive. Les numéros de téléphone, noms, dates ou noms sont constamment reproduits dans l'esprit.
  5. Soumissions intrusives.
  6. Souvenirs obsessionnels. En règle générale, contenu indécent.
  7. Préoccupations intrusives. Se produisent souvent sur le lieu de travail ou dans la vie sexuelle. L'homme doute qu'il puisse faire quelque chose.
  8. Obsession de contraste. Une personne a des pensées qui ne correspondent pas au comportement typique. Par exemple, une fille bonne et non pas diabolique émerge des images de meurtre sanglant.

Émotionnel

Les obsessions émotionnelles incluent diverses phobies (peurs) qui ont une direction spécifique. Par exemple, une jeune mère éprouve une anxiété déraisonnable pouvant nuire à son enfant ou le tuer. Phobies domestiques - la peur du nombre 13, les églises orthodoxes, les chats noirs, etc. Il existe de nombreux types de peur auxquels des noms spéciaux ont été attribués.

Phobies humaines

  1. Oxyphobie Le problème se manifeste dans la peur des objets tranchants. Une personne éprouve ce qui peut causer des blessures à autrui ou à lui-même.
  2. Agrophobie Peur obsessionnelle de l'espace ouvert, les attaques provoquent des places, des rues larges. Les personnes souffrant de cette névrose n'apparaissent dans la rue que lorsqu'elles sont accompagnées par une autre personne.
  3. Claustrophobie Problème obsessionnel dans la peur des petites pièces fermées.
  4. Acrophobie Avec cet état obsessionnel, une personne a peur d'être au top. Il y a le vertige et la peur de tomber.
  5. Anthropophobie Le problème est la peur des grandes foules. L'homme a peur de s'évanouir et d'être écrasé par la foule.
  6. La misophobie Le patient a constamment peur de se salir.
  7. Dysmorphophobie. Il semble au patient que tout le monde s’intéresse au développement anormal et laid du corps.
  8. La nosophobie. Une personne a constamment peur de contracter une maladie grave.
  9. Nicothobia Genre de peur du noir.
  10. Mythophobie La personne a peur de mentir, évite donc tout contact avec les gens.
  11. La thanatophobie est un type de peur de la mort.
  12. La monophobie Une personne a peur de rester seule, ce qui est lié à l'idée d'impuissance.
  13. Pantophobie Le plus haut degré de peur générale en tant que telle. Le patient est effrayé par tout ce qui l'entoure.

Comment se débarrasser des pensées obsessionnelles

La psychologie de la peur est conçue de manière à ce que les états obsessionnels ne puissent pas se transmettre seuls. Il est extrêmement difficile de vivre, se battre de manière autonome est difficile. Dans ce cas, les proches devraient aider, et pour cela, vous devez savoir comment vous débarrasser des pensées obsessionnelles et de la peur. Le soutien peut être fourni par des pratiques psychothérapeutiques ou par un travail indépendant sur les conseils de psychologues.

Pratiques psychothérapeutiques

Avec une nature psychogène claire des troubles, il est nécessaire de mener une thérapie avec le patient, basée sur les symptômes de l'état obsessionnel. Appliquer des techniques psychologiques individuellement pour chaque patient. Le traitement d'un état obsessionnel peut avoir lieu individuellement ou en groupe. Pour guérir une personne, utilisez ces thérapies psychologiques:

  1. Psychothérapie rationnelle. Au cours du traitement, le spécialiste révèle le «point de départ» de l'état névrotique, révèle l'essence pathogénétique du conflit. Il essaie d'activer les aspects positifs de la personnalité et corrige les réactions négatives et inadéquates d'une personne. La thérapie devrait normaliser le système de réponse émotionnelle-volontaire.
  2. Psychothérapie de groupe. La solution des problèmes intrapersonnels passe par le traitement des défauts des interactions interpersonnelles. Les travaux pratiques visent le dernier problème de résolution des obsessions intrapersonnelles.

Conseils de psychologie

Le degré d'états obsessionnels peut être différent, de sorte que la présence de ces derniers n'est pas une voie directe vers la psychiatrie. Parfois, les gens ont juste besoin de comprendre comment s’éloigner des mauvaises pensées qui proviennent du subconscient. Pour surmonter la peur et l'anxiété compulsives, vous pouvez utiliser les techniques suivantes:

  1. Acceptation Avec des pensées obsessionnelles, les gens essaient de ne pas penser à eux, de s’occuper de quelque chose qui les distrait. En règle générale, de telles actions exacerbent la situation. Par conséquent, se faire une idée aidera à sortir du cercle vicieux. Dès que les pensées cesseront de vous gêner, le sentiment d'anxiété diminuera - et c'est déjà à mi-chemin de la victoire de la maladie.
  2. Son et enregistrement des réflexions. Un bon moyen de vaincre une attaque de pensées obsessionnelles. Si vous jetez le négatif sur le papier qui peut tout supporter, l’énergie négative trouvera une issue et deviendra plus facile. Si les pensées ne sont pas très choquantes ou effrayantes, vous pouvez les partager avec vos proches.
  3. Créez une image positive. Une expérience positive aidera à se libérer des émotions négatives. Essayez de présenter un événement lumineux et joyeux (possible fictif) aussi détaillé que possible.
  4. Rechercher des gains secondaires. Dans certains cas, les pensées obsessionnelles sont un moyen de se protéger contre les problèmes non résolus. Essayez de comprendre ce qu’ils masquent et de résoudre ces problèmes. Après cela, l'état névrotique va disparaître. Parfois, un état obsessionnel devient un prétexte pour être malheureux. C’est une excuse pour ne pas s’attaquer aux cas difficiles, chercher du travail, etc.
  5. La détente En plus du stress psychologique, on observe également un stress physique, de sorte que la relaxation deviendra une procédure importante pour le surmonter. Il devrait être fait réchauffer 10-15 minutes par jour. Par exemple, allongez-vous sur le sol, gardez les jambes tendues. Les bras le long du corps, la tête droite, les yeux fermés, tentez de détendre toutes les cellules de votre corps et allongez-vous sans bouger. La respiration devrait être douce et calme.

Comment se débarrasser de la peur

Un certain nombre de raisons compliquent le processus de rétablissement de la peur obsessionnelle. Pour certains, cela est dû au manque de confiance en eux-mêmes et en leurs forces, d'autres manquent de persévérance, d'autres s'attendent toujours à ce que tout aille de soi. Il existe de nombreux exemples de personnages célèbres qui, sur le chemin du succès, ont réussi à surmonter leurs phobies et leurs peurs et à faire face aux problèmes internes. À cette fin, des techniques psychologiques sont utilisées pour aider une personne à éliminer la peur obsessionnelle de son chemin.

Techniques psychologiques

  1. Combattre la pensée négative. Ils appellent cette technique «switch», car l’essence est de présenter vos craintes obsessionnelles sous la forme d’un switch aussi clairement que possible, dans les détails, et de l’éteindre au bon moment. L'essentiel est de tout imaginer dans votre imagination.
  2. Bonne respiration. Les psychologues disent: "Nous respirons le courage, nous exhalons la peur." Des respirations uniformes avec un léger retard, puis des exhalations, normalisent la condition physique lors d'une attaque de peur. Cela aidera à se calmer.
  3. Réponse à l'anxiété. Pratique difficile lorsqu'une personne "regarde la peur dans les yeux". Si le patient a peur de parler, vous devez le placer devant le public. Surmonter la peur réussira à travers le "lecteur".
  4. Nous jouons un rôle. Le patient est invité à jouer le rôle de personne confiante. Si cet état est pratiqué sous la forme d'un jeu théâtral, alors le cerveau peut à un moment donné y répondre, et la peur obsessionnelle passera.

Aromathérapie

L'une des causes du trouble obsessionnel-compulsif est le stress et la fatigue psychologique. Pour prévenir et traiter un tel problème, il est nécessaire de pouvoir se détendre, restaurer l'état émotionnel. Lorsque le stress ou la dépression, l'aromathérapie aide bien. Il est nécessaire de le combiner avec une psychothérapie, car les procédures d'aromathérapie ne sont qu'un moyen de soulager la tension, mais pas de résoudre le problème fondamental.

Vidéo: Comment gérer les pensées obsessionnelles

Parfois, les personnes peuvent souffrir d'un trouble léger obsessionnel-obsessionnel ou obsessionnel-compulsif sans en être conscient. Lorsque la situation s'aggrave, ils sont gênés de demander de l'aide. La vidéo ci-dessous présente des moyens de se débarrasser de l’anxiété. Les dossiers vous aideront à résoudre vous-même le problème et à améliorer votre condition. Les méthodes utilisées sont différentes, vous pouvez donc choisir celle qui vous convient le mieux.

Comment gérer les pensées obsessionnelles sur la maladie et la mort?

Bonjour, je vous demande d’aider à savoir quoi faire, voici la situation: il ya 7 ans, j’avais commencé mes attaques de panique, ma durée de 1,5 à 2 ans, n’était très souvent pas une fois par jour, j’avais le temps de m'y habituer et vous pouvez dire avec les vivre, puis ils sont passés et ne se sont pas dérangés quelques années..

Il y a un an et demi, j'ai donné naissance à une fille. Pendant la grossesse, j'ai toujours eu l'idée obsolète de ne pas pouvoir porter l'enfant, j'ai lu tous les diagnostics terribles possibles et je les ai toujours essayés moi-même, j'avais peur de déménager, d'aller quelque part, de sortir..

Et après la naissance de l’enfant, ce cauchemar a commencé, nous sommes allés à la clinique, il y avait des déviations importantes dans les analyses de sang et d’urine et les médecins n’y ont pas prêté attention, mais «je suis une mère, j’ai aussi Google et moi. elle est capable de comprendre "

En général, je commençais constamment à chercher des réponses dans Google, à établir des diagnostics, à tout réduire à des maladies incurables, à rugir pendant une demi-journée ou même plus. En oncologie, j'y pense constamment, à quel point c'est terrible et ce que je vais devoir traverser, je peins dans ma tête des situations qui maissent ma famille sans moi et ainsi de suite. Je me réveille et je m'endors en y réfléchissant, toute ma vie passe à l’arrière-plan, je ne peux pas être heureux, je ne peux pas distraire, oublie, car j’ai la tête qui tourne que je ne suis pas curable.

La situation dans la famille est normale, nous construisons notre maison dans la banlieue où nous allons déménager jusqu'à la nouvelle année, le mari gagne beaucoup d'argent, il nous aime et sa fille, il a d'excellents parents et je n'ai aucun problème d'alcool ni de drames familiaux..

Maintenant, j’ai des problèmes d’estomac et on m’a dit que le problème psychologique se faisait aussi sentir et pouvait manifester une douleur ici et là, soit dit en passant, il ya 7 ans, j’ai reçu un diagnostic de trouble du système nerveux autonome.

Je voudrais donc demander par où commencer le combat avec ces pensées. Je veux vraiment regarder les choses et profiter de la vie, me débarrasser de cette toile dans ma tête, me dire par où commencer?

Auteur de la question: Tanya Age: 25

La psychologue Khomyakova Svetlana Ivanovna répond à la question.

Chère Tanya, bonjour! Tout ce qui nous arrive dans la vie n'est pas accidentel. Vous écrivez qu'il y a sept ans, à la même époque, vous avez appris le diagnostic de TRI et que vous avez été victime d'attaques de panique. Le fait est que les manifestations somatiques de la dystonie végétative et vasculaire et des attaques de panique sont interdépendantes. La VSD résulte du déséquilibre du système nerveux sympathique et parasympathique et des expériences émotionnelles à long terme, du stress, et elle est classée en trois types principaux: cardiologique (corps dans le cœur), hypertenseur (maux de tête, hypertension) et hypotenseur (faiblesse, diminution de la pression artérielle). Attaque de panique avec l'IRR combine le plus souvent les symptômes de tous les types, survient à court terme, mais plus difficile pour l'état psychophysique de l'individu.

La condition que vous décrivez aujourd'hui est similaire au trouble obsessionnel compulsif (TOC) ou au trouble obsessionnel-compulsif. «Obsessio» se traduit par une obsession de l’idée et «compulcio» - la coercition. Comme une attaque de panique, le TOC fait référence aux troubles anxieux et s'accompagne de pensées obsessionnelles et d'actions rituelles et répétitives.

Tanya, tout ce qui vous arrive est une conséquence, vous devez trouver la raison. Vous êtes jeune et, plus important encore, vous souhaitez vous aider. En règle générale, le TRI et le trouble anxiété-phobie se manifestent chez les personnes du type névrotique, enclins à s’inquiéter de toute raison et à exagérer les situations les plus anodines. Des traits anxieux et méfiants se forment pendant l'enfance, lorsqu'il est interdit à l'enfant de montrer de vraies émotions, de se comporter naturellement et naturellement, comme il se doit. Combien de fois avons-nous entendu des phrases disant, par exemple, que les garçons ne devraient pas pleurer, parce que les hommes ne pleurent pas, mais que les vraies filles ne se fâchent jamais, etc., etc. Les sentiments refoulés s'accumulent en nous et se superposent au fil des ans. En grandissant, nous nous habituons à vivre dans des attitudes, à craindre le monde qui nous entoure, nous vivons dans nos têtes, remplaçant la réalité par une anxiété de l'esprit.

Est-il possible de s'aider soi-même et de profiter de la vie comme le font les autres? Je le pense Tanya, tu remarques très subtilement et subtilement toutes les nuances des conditions vécues, tu te rends compte de la racine du problème - «le web dans la tête» Comment commencer à agir?

Fermez les yeux et imaginez le grenier que vous avez hérité d'une petite fille. C'était autrefois son endroit préféré. Dans ses temps libres, elle montait au grenier et appréciait la vue depuis la fenêtre ouverte, respirait les arômes des arbres du jardin en fleurs, la nettoyait et la rangeait, décorait son paradis de mains habiles, rêvait altruiste et audacieuse du futur... La petite fille grandissait et partait, seule la toile était un châle enveloppe l'ancien lieu de pouvoir...

Tanya, quelles associations cette histoire a-t-elle pour vous? Si telle était votre histoire, imaginez une fin heureuse et écrivez-la.

Commencez à changer progressivement votre façon de penser. Par volonté, apprenez à passer à une autre vague, comme à la radio: vous n’aimez pas l’autoradio, vous allumez la balise - dès que vous sentez que la même pensée obsessive désagréable se met à palpiter dans votre tête. Imprimez-vous une installation positive, lifehacks, accrochez-vous à des endroits bien en vue pour stimuler le cerveau dans la bonne direction. Pour une aide psychothérapeutique et médicale, il est préférable de contacter les spécialistes. Valériane, mère-mère, millepertuis, mélisse, s'il n'y a pas de contre-indications, exerce un léger effet sédatif sur le système nerveux - vous pouvez infuser du thé avec eux. Yoga, exercices de respiration, massage, bains chauds, sommeil et éveil, le refus des mauvaises habitudes aideront à mettre de l'ordre dans les pensées et à renforcer le tonus. Et pour obtenir du soutien, vous pouvez toujours contacter vos proches, car vous, Tanya, avez une famille aussi merveilleuse! Je vous souhaite sincèrement de "vous débarrasser du Web dans votre tête et de profiter de la vie"!

Pensées obsessionnelles craintes et tout

La pensée obsessionnelle dans le TRI est un symptôme répandu qui apporte beaucoup de problèmes à une personne. Le sentiment de perte soudaine de contrôle de ses propres pensées, lorsque la voix intérieure le pousse à exécuter une série d'actions, est capable de plonger une personne dans un véritable choc. Même les personnes adultes intelligentes suivent facilement des pensées obsessionnelles, se soumettant complètement à leur pouvoir.

Quelles sont les pensées obsessionnelles?

Les pensées obsessionnelles, les peurs et le TRI sont des concepts interdépendants, car toute personne atteinte d'une telle pathologie est un type d'hypocondriaque, de suspicion et de vol de fantasmes sans limites. De plus, les proches ne voient pas toute la profondeur des expériences de la dystonique et ne peuvent pas toujours fournir un soutien, considérant que de telles pensées sont mensongères. En fait, tous les étudiants ne peuvent pas gérer indépendamment le cours de pensées agaçantes, ce qui peut entraîner une peur de la réalité et une complication de la dystonie vasculaire avec des troubles mentaux.

Si une personne est atteinte de dystonie, le système responsable de la relaxation ne remplit pas pleinement ses fonctions, ce qui entraîne une tension constante et l'attente d'un événement manifestement mauvais.

Les pensées obsessionnelles chez les patients atteints de VSD sont formées comme suit:

  • même dans leur enfance, ces personnes se distinguent par de forts sentiments pour leur propre santé;
    à l'âge adulte, l'état mental se dégrade, ce qui provoque l'apparition de nombreuses phobies, parmi lesquelles la position dominante est prise - la peur de la mort;
  • lors de la prochaine attaque de panique, une personne imagine des images horribles de sa propre mort ou de celle de l'un de ses proches;
  • En s'interdisant de penser à la mort ou à la maladie, le coureur porte constamment de telles pensées dans sa tête, se fatiguant encore plus.

Trouble obsessionnel compulsif

Les personnes aux prises avec des états obsessionnels peuvent tout pervertir au point qu'il est tout simplement impossible de les croire. Une telle condition qui se produit dans la dystonie végétative, il est accepté d'appeler trouble obsessionnel compulsif. Pour chaque personne, ces états peuvent avoir des manifestations différentes, pour que quelqu'un se manifeste au maximum, pour que quelqu'un n'exprime que peu.

Anxiété, dépression, irritation - tous ces sentiments sont constamment dans la tête d'une personne malade. Ces personnes ne peuvent pas être distraites par des pensées positives, elles commencent à se connecter et cherchent quelque chose de mauvais dans chaque geste, signe ou symbole.

Un trouble de ce type peut avoir différentes manifestations:

  • des doutes sur ses propres actions: une personne est en train de décider si elle a réellement éteint le fer ou la cuisinière avant de quitter la maison, elle n'en croit pas ses propres yeux et prend parfois des photos de prises de courant vides de sorte que, lors de leur examen, elle puisse se calmer et niveler son sentiment d'anxiété;
  • actions - charmes qui peuvent sauver des vies: ainsi, une personne peut rentrer chez elle si quelque chose, à son avis, a mal tourné. Là, il effectue une sorte de rituel (par exemple, il se regarde dans un miroir ou un peigne), ce qui lui sauve la vie. La situation peut atteindre le point où une personne se crée des rituels qui se contredisent, ce qui la place dans une véritable impasse, la réaction de l'organisme à laquelle il peut être totalement inadéquat;
  • scénarios de mort constants, tant chez son peuple que chez lui: les cadres de la mort peuvent poursuivre régulièrement une personne, et en même temps, il craindra qu'avec de telles pensées, il ne provoque le développement de tels scénarios.

Le trouble obsessionnel compulsif ne doit pas être pris pour la schizophrénie. Ces deux pathologies sont différentes, car les pensées obsessionnelles d'une personne qui nous entoure ont certaines particularités:

  1. Conscience de tout le pouvoir négatif de leurs propres pensées: une personne n'aime pas leur apparence, elle lui fait horreur. Un tel patient n'est pas destiné à s'autodétruire ni à faire du mal aux autres.
  2. Comprendre ses propres pensées délirantes, conscience de la différence évidente entre fantasme et réalité.
  3. Le désir de se débarrasser de telles pensées, de vous vider la tête.

Traitement traditionnel

Pour sauver une personne des pensées obsessionnelles, les experts recommandent des sédatifs forts, des tranquillisants, tels que Anaprilin.

En général, dans une telle situation, les groupes de médicaments suivants sont prescrits:

  • les antidépresseurs;
  • les sédatifs;
  • anxiolytiques.

Ces médicaments aideront le patient à se calmer, à éliminer un niveau élevé d'anxiété et à accorder moins d'attention à l'expérience.

L'usage constant de ce type de drogues a ses inconvénients:

  • la nécessité de dépenser constamment de grosses sommes d’argent pour leur achat;
  • la présence de restrictions qui ne permettent pas de profiter pleinement de la vie;
  • la probabilité d'effets indésirables du corps;
  • la reprise des pensées obsessionnelles après le sevrage;
  • une petite chance que même l'utilisation constante de médicaments de haute qualité puisse se débarrasser des pensées obsessionnelles.

Psycho correction des obsessions

Les expériences obsessionnelles tourmentent physiquement et moralement une personne, ne lui permettant pas de se reposer, le maintenant constamment sous tension. La correction psychologique de ce comportement vous permet de parvenir progressivement à une délivrance complète de ces manifestations désagréables du TRI.

Les patients ayant des pensées obsédantes fortement prononcées pourraient bien reprendre une vie à part entière si un spécialiste compétent travaillait avec eux.

L'inquiétude est éliminée par l'utilisation de telles techniques:

  • trouver la racine du problème: le patient et le médecin discutent de ce qui peut arriver si vous n'allez pas de l'avant avec vos propres pensées;
  • sensibilité réduite à la pensée provocatrice: produite par l'hypnose;
    trouver des outils pour soulager son anxiété.

Selon de nombreuses études, cette technique donne d'excellents résultats. Après plusieurs séances, les patients acquièrent les compétences nécessaires à la complaisance.

C'est important! La technique de psycho-correction des obsessions produit des résultats et n'est appliquée que si le patient y consent de son plein gré.

Comment se débarrasser de ses pensées obsessionnelles

Pour vous débarrasser des pensées obsessionnelles à l'origine de votre souffrance, de vos problèmes internes, de vos idées fausses, il est important de travailler constamment sur vous-même.

Pour éliminer les expériences obsessionnelles, vous pouvez utiliser ces techniques:

  1. Méditation: malgré les coûts de temps élevés, vous permet d’apprendre la complaisance.
  2. Changer votre attention: détourner l'attention de vos expériences en mettant chacun de vos sens dans le travail. Cette méthode est facile à utiliser, mais ne donne qu’un effet à court terme.
    Ajoutez votre propre activité dans la vie: commencez à jouer au tennis, marchez plus souvent dans la nature, ne mangez pas trop avant de vous coucher, faites votre commerce préféré avec vos proches.
  3. Pour se débarrasser du stress physique: les muscles à tonus constant provoquent une réponse mentale, exprimée par des pensées obsessionnelles.
  4. Par conséquent, il est si important de pouvoir détendre votre corps à l'aide de techniques de relaxation modernes.
  5. N'oubliez pas la communication: rencontrez plus souvent des personnes intéressantes, développez votre propre cercle de connaissances, discutez uniquement des nouvelles positives avec des amis.
  6. Minimisez au minimum regarder la télévision et les réseaux sociaux qui regorgent de tragédies et de catastrophes: vous ne devez pas donner à manger au cerveau pour créer des pensées obsessionnelles sur la mort.
  7. Il est moins facile de se renseigner sur la dystonie végétative-vasculaire dans des forums spéciaux, où les mêmes personnes partagent leurs propres sensations et symptômes: il est très probable qu’une personne puisse même trouver les signes de la maladie qu’elle n’avait pas eu auparavant.
  8. N'essayez pas de garder vos pensées sous contrôle: si une personne fait de son mieux pour ne pas penser à quelque chose, elle y pensera probablement sans cesse.
  9. Pour traiter moins votre corps que votre âme: bonne humeur, optimisme dans votre vision de l'avenir, voilà le moyen de vous débarrasser de votre anxiété obsessionnelle.

En entrant dans la voie de la lutte contre les pensées obsessionnelles qui apparaissent souvent en présence de dystonie végétovasculaire, il convient de rappeler qu’il est impossible de contrôler tous les processus se produisant sur Terre. Il est peu probable qu'une catastrophe se produise si une personne ne fait pas demi-tour avant de quitter la maison ou ne choisit pas des chaussettes de la mauvaise couleur. L'homme ne peut pas contrôler sa propre pensée, tout comme la pensée ne devrait pas le contrôler complètement.

Comment se débarrasser des pensées sur la mort

Comment puis-je me débarrasser des pensées constantes de la mort? Au cours des deux dernières semaines, j'ai constamment pensé à la mort. J'ai lu votre article sur la peur de la mort, mais malheureusement, cela ne m'a pas aidé à me débarrasser de ces pensées déplaisantes. Peut-être que vous pouvez me conseiller d'autres façons? J'ai 17 ans, ma grand-mère et mon grand-père ont 75 ans, ma mère a 47 ans et la conscience de leur âge ne me permet pas de vivre en paix. Je veux que ma mère et mes grands-parents soient toujours avec moi. Ma grand-mère m'a dit: "Je n'ai pas peur de la mort. Je sais qu'un jour elle viendra me chercher. Je suis prête à accepter le fait de mourir un jour." J'étais littéralement abasourdi en entendant ces mots, car, contrairement à elle, je ne suis pas prêt pour un tel résultat d'événements - je ne suis pas du tout prêt! Je ne veux pas mourir et je ne veux pas entendre que ma grand-mère perçoit calmement une telle perspective. Personnellement, il me fait peur à mort. L'idée que dans 30 à 40 ans ma mère mourra aussi me fait horreur. En fait, elle est partie vivre très longtemps! Je suis constamment tourmenté par la pensée d'une perte aussi lourde, ils empoisonnent ma vie. J'ai littéralement assommé d'horreur quand j'imagine une perspective similaire. Et mon état ne s'est aggravé qu'après avoir assisté aux premières funérailles de ma vie - c'étaient les funérailles de mon cousin, qui n'avait que 25 ans. Il a été abattu dans un affrontement de rue. J'ai commencé à penser à ce qui nous arrive après la mort. La nuit, j'ai des attaques de panique - je commence à frapper un grand frisson, je sanglote et je ne peux pas m'arrêter. Il y a à peine deux semaines, je pouvais simplement vivre et profiter de la vie, mais maintenant, rien ne me plaît. Quel conseil me donneriez-vous? Je suis fatigué de cette tristesse constante et de ce blues. J'en ai marre de vivre dans une peur constante. Je veux profiter et profiter de la vie, mais je ne peux pas le faire à cause du flux constant de pensées obsessionnelles qui bouillonnent littéralement dans ma tête... Au secours!

Bonjour Bienvenue sur notre site!

Je suis vraiment désolée d'apprendre vos souffrances, votre anxiété excessive, vos accès de larmes et vos pensées obsessionnelles qui fourmillent constamment dans votre tête. Je compatis sincèrement avec vous. En fait, votre désir de toujours être avec vos proches est tout à fait normal et naturel - il s'agit d'un besoin humain universel, caractéristique de chacun de nous. Beaucoup de gens ne peuvent pas accepter le fait qu’à un moment donné, ils ne seront plus sur cette terre - à un niveau instinctif, cela leur semble faux. Il est difficile pour beaucoup de personnes de réaliser leur incapacité à vivre pour toujours - du moins sous la forme dans laquelle nous existons maintenant.

Beaucoup de gens parviennent à ne pas y penser. Ils utilisent le principe de «licenciement» - «oui, quand je pense à cette perspective, je n’aime pas ça, mais je ne peux tout simplement pas y penser». Cependant, à certains moments, les circonstances de la vie nous amènent à comprendre que notre mandat sur cette terre est limité - tout comme l'espérance de vie des personnes qui nous entourent.

Nous devons trouver le courage d'accepter les choses telles qu'elles sont dans la réalité et ne pas trop nous concentrer sur ce qu'elles "devraient être" ou sur nos propres fantasmes sur ce que nous voudrions qu'elles soient. à voir. "C'est la fin de notre vie qui lui donne de la valeur." Oui, c'est vrai, mais cette vérité et d'autres platitudes similaires ne vous aideront pas si vous avez une peur si forte.

Comme indiqué dans l'article que vous avez déjà lu, une certaine partie de notre conscience peut à un moment donné «se joindre à» et commencer à se préparer à comprendre que nous pouvons perdre notre vie sous la forme dans laquelle nous existons maintenant - en majorité cas, ce processus commence avec l’âge. Comprendre l’inévitabilité de sa propre mort à 95 ou 75 ans peut différer à bien des égards d’une compréhension similaire présente dans l’esprit d’un individu de 17 ou même de 40 ans. En un sens, nous nous préparons à la mort tout au long de notre vie. Même de jolies jeunes réussissent à se préparer à leur disparition imminente (si elles ont le temps de le faire). Quand une personne sait qu’elle mourra bientôt, des processus se déclenchent dans son esprit qui changent ses idées sur la mort. Dans de nombreuses descriptions de l'expérience de la mort clinique et de la mort temporaire, nous pouvons trouver des preuves: toutes ces personnes ont vécu un calme incroyable, une sensation de mouvement, etc. etc. Ces idées sont à bien des égards différentes des sentiments qui naissent dans notre âme lorsque nous voyons la mort "de côté".

Vous écrivez que votre état a empiré après avoir assisté aux funérailles de votre cousin âgé de 25 ans, qui a été tué par une blessure par balle. Votre concentration excessive sur la mort et votre préoccupation constante à ce sujet peuvent être associées à cet événement. Peut-être que vous commencez à vous inquiéter lorsque vous vous souvenez de ces funérailles ou du moment où vous avez appris le décès de votre frère? Si vous avez répondu positivement à cette question, il se peut que vous souffriez de certaines manifestations du stress post-traumatique, qui alimentent votre concentration en pensées de mort - cela se transforme en une véritable obsession. Si les souvenirs de la mort de votre frère causent toujours des expériences incroyablement fortes dans votre âme, vous devriez nous appeler et nous pouvons vous aider à faire face rapidement et efficacement à cet état.

Étant donné que vous n'avez pas encore 18 ans, vous devez obtenir le consentement de vos parents pour utiliser n'importe quel type de traitement et discuter avec eux de la possibilité d'écouter l'enregistrement "Peur de la mort".

Très probablement, une telle obsession avec des pensées de mort finira par disparaître d'elle-même. Peut-être qu'à ce moment-là, lorsque vous lirez ma réponse, vous vous débarrasserez déjà de toutes ces pensées et craintes désagréables.

Préoccupé par les pensées obsessionnelles sur la mort

Questions connexes et recommandées

1 réponse

Site de recherche

Et si j'ai une question similaire, mais différente?

Si vous n'avez pas trouvé les informations nécessaires parmi les réponses à cette question ou si votre problème est légèrement différent de celui présenté, essayez de poser une autre question au médecin sur cette page si celle-ci concerne la question principale. Vous pouvez également poser une nouvelle question à laquelle nos médecins répondront au bout d’un moment. C'est gratuit. Vous pouvez également rechercher les informations nécessaires dans des questions similaires sur cette page ou sur la page de recherche du site. Nous vous serions très reconnaissants de nous recommander à vos amis sur les réseaux sociaux.

Medportal 03online.com effectue des consultations médicales dans le mode de correspondance avec des médecins sur le site. Ici, vous obtenez des réponses de vrais praticiens dans votre domaine. Actuellement, le site fournit des conseils sur 45 domaines: allergologue, neurologue, gastro-entérologue, hématologue, généticien, gynécologue, homéopathe, dermatologue, pédiatre, neurologue orthophoniste, Laura, mammologue, avocate en médecine, narcologue, neuropathologiste, neurochirurgien, néphrologue, oncologue, oncologue, chirurgien orthopédiste, ophtalmologiste, pédiatre, chirurgien plasticien, proctologue, Psychiatre, psychologue, pneumologue, rhumatologue, sexologue-andrologue, dentiste, urologue, pharmacien, phytothérapeute, phlébologue, chirurgien, endocrinologue.

Nous répondons à 95,66% des questions.

Comment se débarrasser des pensées obsessionnelles sur la mort

Comment se débarrasser des pensées obsessionnelles?

Au moins une fois dans leur vie, de nombreuses personnes sont confrontées à des pensées, actions et désirs obsessionnels. Ces états obsessionnels viennent contre la volonté et le désir de l'homme. Plus une personne tente de bloquer de telles pensées, plus elles lui montent à la tête. La cause des pensées obsessionnelles est la peur, qui est profondément ancrée dans le subconscient. Sous l'influence de pensées obsessionnelles, une personne peut commettre des actes stupides, se comporter de manière inadéquate. De plus, l'individu est pleinement conscient de l'absurdité de ses actes, mais il ne peut rien faire avec lui-même. Les personnes qui sont torturées par des États obsessionnels organisent souvent des rituels spéciaux pour améliorer leur condition. Ces rituels deviennent vitaux, commence la névrose des pensées obsessionnelles.

Les états et pensées obsessionnels les plus courants:

  • agression: le désir d'infliger de graves dommages à des parents, des parents, juste des passants; désir d'aller dans la voie en sens inverse
  • suspicion douloureuse associée à une responsabilité personnelle excessive: si j'ai éteint la lumière, le gaz; Ai-je oublié de fermer la porte? Est-ce un camion de pompiers qui va chez moi, etc.
  • un désir obsessionnel de propreté et d'hygiène personnelle: lavage répété et très complet des mains, stérilisation de la vaisselle, peur d'aller aux toilettes publiques, etc.
  • exécution obsessionnelle de divers rituels associés à des panneaux pour prévenir les malheurs: frapper à la table, cracher sur l'épaule gauche, fermer la route, voir un chat noir, compter quelque chose un certain nombre de fois, etc.
  • un ordre obsessionnel: les lunettes ne doivent être placées que dans un certain ordre, les livres dans un certain ordre, le tapis doit rester parfaitement perpendiculaire au mur, etc.
  • peurs sexuelles: peur d'être homosexuel, lesbienne, masochiste, pédophile, etc.
  • pensées obsessionnelles sur la mort: peur de mourir de façon inattendue ou même des pensées douloureuses à la fin de la vie.

Beaucoup de gens s'intéressent à la façon de traiter les pensées obsessionnelles et cela peut-il être fait sans l'aide d'un spécialiste? Si vous avez une névrose, il est très difficile de vous en débarrasser vous-même. Si les pensées obsessionnelles n'ont pas encore détruit le cours habituel de votre vie, vous pouvez alors essayer de vous en sortir vous-même.

Comment se débarrasser des pensées obsessionnelles: conseil d'un psychologue

  • N'essayez pas de bloquer les mauvaises pensées, interdisez-vous de penser au problème - cela provoquerait des états obsessionnels.
  • Ne vous gronder pas pour les mauvaises pensées, ils viennent à l'esprit à beaucoup, juste que vous leur accordez une plus grande importance.
  • Remplacez les pensées négatives par des affirmations positives: écrivez votre peur sur une feuille de papier et votre état souhaité sur l’autre. Par exemple, la peur: j'ai peur de contracter une infection quelque part et il est difficile de tomber malade. Affirmation positive: Je suis en parfaite santé, mon système immunitaire fonctionne parfaitement et me protège de tous les maux. Brûle la mauvaise feuille, porte toujours des affirmations avec toi et lis dès que de mauvaises pensées te viennent à l’esprit.
  • La méditation aide beaucoup - complète relaxation musculaire ou lecture de mantras. Dans le réseau, vous trouverez de nombreuses pratiques méditatives. Choisissez le bon et méditez plusieurs fois par jour. Enlever la tension musculaire vous rendra beaucoup plus calme.
  • Si les États obsessionnels ne vous donnent pas la paix et vous tourmentent, vous ne devriez pas être enfermé en privé avec vos peurs. Si possible, contactez un (!) Psychologue expérimenté qui a déjà travaillé avec ce problème. Le spécialiste dont vous avez besoin est un psychologue, pas un médecin.

N'oubliez pas que vous êtes le maître de vos pensées et que vous pouvez facilement bannir les pensées indésirables de votre tête! Être en bonne santé et heureux.

Source:
Comment se débarrasser des pensées obsessionnelles?
Comment se débarrasser des pensées obsessionnelles? Parfois, ces conditions gênent la vie normale: une personne doit regarder 8 fois dans le miroir avant de sortir, toucher la photo de ses parents 2 fois avant de se coucher, etc. Et il comprend toute l'absurdité de ses actes, mais il ne peut pas s'arrêter.
http://elhow.ru/psihologija/pomocsh/samokontrol/kak-izbavitsja-ot-navjazchivyh-myslej

Comment se débarrasser de la peur de la mort, Comment comprendre la mort

Comment se débarrasser de la peur de la mort | Comment comprendre la mort

En soi, la peur est la réponse du corps aux stimuli externes. Agissant en tant que défenseur de la menace de la vie, c'est la norme. Autrement, les gens seraient comme des zombies inactifs qui suivent inconsciemment dans une direction inconnue. Mais lorsque la peur acquiert d’énormes dimensions, sans la quitter un instant - c’est une phobie - un trouble mental, qui inclut également la peur de la mort. Parmi les psychanalystes, on pense que c’est cette phobie qui est ancrée dans tous les autres, car c’est la première, c’est dans le contexte de cette peur que toutes les autres apparaissent.

Pour traiter une telle maladie est nécessaire sous le contrôle d'un psychothérapeute ou d'un psychiatre. Comme la peur de la mort, comme toutes les phobies, est une maladie qui nécessite à la fois un soutien médical du corps et un soutien psychologique du médecin.

Toutes les personnes aux prises avec des phobies sont sans aucun doute guéries. Cependant, le temps nécessaire à la guérison est nécessaire pour tout le monde, car les raisons, le tempérament, l'environnement et d'autres facteurs sont différents pour chacun. La peur de la mort se produit souvent chez les enfants et les personnes âgées impressionnables.

Comment vaincre la peur de la mort

Il y a des situations où une personne surmontera la peur de la mort avec un effort de volonté. Il se calme, recommence sa vie, les indicateurs physiques et mentaux reviennent à la normale et la vie reprend son cours. Mais cela se produit très rarement, la meilleure option est donc de consulter un spécialiste à temps.

C'est réaliser la présence de la peur, sa nature irrationnelle et les raisons de son apparition. Répondez franchement à la question: "Qu'est-ce qui vous fait peur?" Et réalisez qu'il ne s'agit que d'un inconnu.

En pensant froidement et logiquement, acceptez que si vous vous déchirez par l'incertitude, vous nuisez à votre santé, en perdant tout le cours de votre vie. Vaut-il la peine de passer votre temps?

S'engager dans l'auto-formation au lieu de "se terminer", en se répétant comment vous vous réjouissez chaque jour et tout ce que vous avez.

Les gens qui croient en l'immortalité de l'âme se rassurent souvent avec cette pensée, et les athées devraient accepter le fait que notre vaste et inconnu monde peut être infini.

Pour se débarrasser de la peur de la mort, il faut se rendre compte de la présence de la peur, de sa nature irrationnelle et des raisons de son apparition. Répondez franchement à la question: "Qu'est-ce qui vous fait peur?" Et réalisez qu'il ne s'agit que d'un inconnu.

En pensant froidement et logiquement, acceptez que si vous vous déchirez par l'incertitude, vous nuisez à votre santé, en perdant tout le cours de votre vie. Vaut-il la peine de passer votre temps?

S'engager dans l'auto-formation au lieu de "se terminer", en se répétant comment vous vous réjouissez chaque jour et tout ce que vous avez.

Les gens qui croient en l'immortalité de l'âme se rassurent souvent avec cette pensée, et les athées devraient accepter le fait que notre vaste et inconnu monde peut être infini.

Et le principal conseil le plus efficace et le plus efficace sera l'ergothérapie. L'activité physique, le sport et de nombreux loisirs actifs ne laissent aucune place aux peurs et aux phobies. Personne ne suggère de surtrainer. Cependant, si vous travaillez physiquement, que vous en retirez un bénéfice pour la société, que vous ressentez une fatigue agréable et que vous vivez pleinement votre vie, vous ne ressentirez que des émotions positives.

La peur obsédante de la mort - la tanathobie - est l’une des peurs humaines les plus courantes. Des millions de personnes partout dans le monde commencent tôt ou tard à réfléchir au fait que tout finira un jour et cherchent une réponse à la question de savoir comment vaincre la peur de la mort et se débarrasser de ses pensées obsessionnelles.

L'absence de peur de la mort est une procédure complexe et fastidieuse. Se débarrasser complètement de cette peur est, d’une part, presque impossible, et d’autre part, il est imprudent. L'intrépidité atténue l'instinct de préservation de soi, ce qui peut avoir des conséquences désastreuses. Entre-temps, les recommandations suivantes aident à repousser les craintes.

La peur elle-même est une réaction du corps aux stimuli externes. Agissant en tant que défenseur de la menace de la vie, c'est la norme. Autrement, les gens seraient comme des zombies inactifs qui suivent inconsciemment dans une direction inconnue.

Mais lorsque la peur acquiert d’énormes dimensions, sans la quitter un instant - c’est une phobie - un trouble mental, qui inclut également la peur de la mort. Parmi les psychanalystes, on pense que c’est cette phobie qui est ancrée dans tous les autres, car c’est la première, c’est dans le contexte de cette peur que toutes les autres apparaissent.

Se débarrasser de la peur de la mort peut être contrôlé par un psychothérapeute ou un psychiatre. Comme la peur de la mort, comme toutes les phobies, est une maladie qui nécessite à la fois un soutien médical du corps et un soutien psychologique du médecin.

Toutes les personnes aux prises avec des phobies sont sans aucun doute guéries. Cependant, le temps nécessaire à la guérison est nécessaire pour tout le monde, car les raisons, le tempérament, l'environnement et d'autres facteurs sont différents pour chacun. La peur de la mort se produit souvent chez les enfants et les personnes âgées impressionnables.

Comment vaincre la peur de la mort

Essayez de réaliser que vous avez peur de quelque chose dont vous ne savez rien. La plupart de nos peurs sont associées à des situations spécifiques, à la peur de les répéter ou à un danger évident. La peur de la mort hante une personne sans aucune raison objective et visible.

Ne pas éviter les pensées de mort. Au contraire, acceptez-les et reconnaissez-les, habituez-vous au fait que tous ceux qui vous entourent vont mourir et vous-même. La mort fait naturellement partie intégrante de l’existence de tous les êtres vivants. Il est donc inutile et stupide de la nier ou d’essayer de la cacher.

Essayez de regarder votre vie sous un angle nouveau et différent, à savoir commencer à vivre dans le présent, "ici et maintenant". Personne ne sait ce qui se passera dans le futur. Il est donc inutile d'essayer de prédire quelque chose et de faire des projets ambitieux.

Pour vous débarrasser de la peur de la mort, étudiez les points de vue exprimés par des représentants de diverses tendances, cultures et religions. En faisant connaissance avec diverses approches, vous remarquerez que, presque dans chacune d’elles, la pensée glisse qu’au moment de la mort, seul le corps périt, mais pas l’âme. Ainsi, seuls ceux qui ont peur à un moment donné de se séparer de leur membrane physique peuvent craindre la mort.

Il y a des situations où une personne surmontera la peur de la mort avec un effort de volonté. Il se calme, recommence sa vie, les indicateurs physiques et mentaux reviennent à la normale et la vie reprend son cours. Mais cela se produit très rarement, la meilleure option est donc de consulter un spécialiste à temps.

Considérez la perception psychologique de la mort. Comment le comprendre et qu'est-ce qui aidera à se débarrasser de la peur de la mort? Il n’ya guère de thèmes aussi déprimants que la mort et la mort. L'environnement culturel marque l'empreinte de la mort. Dans une société religieuse, où la mort est considérée comme un processus naturel de transition vers une autre existence, les pensées de mort suscitent rarement la peur.

En revanche, dans la culture occidentale, la mort est taboue depuis longtemps. Une tradition de déni de la mort a pris racine, selon laquelle son approche, malgré tous les arguments, est ignorée. Un tel déni isole les mourants de la société, des amis et des parents proches. Ces dernières années, les attitudes envers la mort ont commencé à changer légèrement. la mort et la mort sont maintenant parlés avec plus de franchise.

La docteure Elizabeth Kubler-Ross, psychiatre, a d'abord étudié les réactions mentales et les besoins des patients mourants. Elle a constaté que les patients exprimaient leur volonté de parler en détail de leur état. En outre, elle a réalisé que la plupart des gens ressentaient non seulement l'approche de la mort, mais aussi le besoin d'en parler.

De ce travail scientifique et de nombreuses autres études récentes, il ressort que la franchise des mourants, de leurs familles, des médecins traitants et du personnel offre une occasion de comprendre et de partager le fardeau associé à la maladie mortelle, ainsi que de manifester de la sympathie les uns pour les autres.

La franchise permet aux mourants de se débarrasser des conflits, de se réconcilier avec ce qui se passe et de prendre une décision quant au rejet des options de traitement auxquelles certains espoirs étaient associés.

En outre, la franchise augmente les chances d'une personne mourante de déterminer son propre destin. Certains trouvent la capacité de se servir eux-mêmes en ces derniers jours de leur vie. Il y a des gens qui refusent une intervention médicale active et, en particulier, l'utilisation d'un équipement médical qui soutient artificiellement et prolonge leur vie, n'acceptant que l'extension des soins de routine.

Cinq étapes pour comprendre la mort

Déni, choc et méfiance, sentiment de stupidité, incapacité à reconnaître ce qui se passe réellement et obstination dans l'affirmation selon laquelle aucun changement majeur ne s'est produit.

Peut-être la manifestation de la colère et de l'agression à cause de la compréhension que la mort a commencé.

La situation réelle se concrétise progressivement, mais on tente de prolonger au moins légèrement le temps de la vie avec l'aide de la religion ou de la réalisation zélée de recommandations médicales.

La dépression, un sentiment de désespoir et de désespoir avec le refus de lutter contre la menace mortelle et la volonté de vaincre.

Réconciliation avec défaite dans la lutte pour la vie et conversation sereine sur la mort avec des amis proches et des proches. Soulagement mental lié à la libération d’émotions négatives, sens de l’humilité avec son propre sort, disparition de l’intérêt pour la politique, les événements publics et l’information; soin de la vie quotidienne.

Chaque deuil cause du chagrin et s'accompagne d'un processus d'adaptation (le «processus de la tristesse»). La perte soudaine de sa propre santé et la nécessité de modifier radicalement son mode de vie habituel provoquent un sentiment de désespoir et de tristesse chez les personnes malades, exprimé à un degré plus ou moins grand.

Après le décès d'un être cher, parents et amis effectuent le "travail du deuil", qui représente la résolution d'une tâche longue et complexe consistant à surmonter les accès d'angoisse, de solitude, de culpabilité et d'impuissance. Ces émotions peuvent se manifester sous différentes formes au cours de l'année qui suit le décès d'un être cher.

Si la mort survient directement en présence de proches, elle est vécue par eux-mêmes et constitue la perte de leur propre vie. Les recherches menées par Kubler-Ross et d’autres scientifiques sur les cinq étapes mentales du deuil ont montré qu’elles se déroulaient généralement de la même manière que les étapes correspondantes de la mort.

Ces étapes peuvent se suivre, se bloquer ou se cacher avant de ressurgir avec une nouvelle force. Certaines personnes dans la première étape refusent de croire qu'un être cher est mort et passent par toutes les étapes habituelles du processus de deuil.

Certains patients incurables ont du mal à se débarrasser de la peur de la mort et reconnaissent son caractère inévitable. Certains d’entre eux y parviennent en se réconciliant avec leur vie passée, quand, par exemple, ils sont convaincus d’avoir atteint au moins des objectifs inaccessibles pour d’autres, augmentant ainsi les chances d’humilité face à la fragilité de leur propre vie.

La réconciliation avec la mort imminente s'accompagne d'une perte progressive des intérêts et de la suspension des relations interpersonnelles, y compris des liens familiaux étroits. Il est important que les membres de la famille et les amis proches ne confondent pas ce processus normal de libération de la vie avec leur rejet.

En Savoir Plus Sur La Schizophrénie