L'obéissance automatique (CIM 295.2) est un phénomène d'obéissance excessive (manifestation de "l'automatisme de commandement") associé à des syndromes catatoniques et à un état hypnotique.

Agression, agression (CIM 301.3; 301.7; 309.3; 310.0) - en tant que caractéristique biologique d'organismes plus bas que l'homme, est un élément du comportement mis en œuvre dans certaines situations pour répondre à des besoins vitaux et éliminer le danger de l'environnement, mais pas pour cibles destructives, sauf s’il est associé à un comportement prédateur. Appliqué à une personne, ce concept s’étend au comportement préjudiciable (normal ou douloureux), dirigé contre autrui et soi-même et motivé par l’hostilité, la colère ou la rivalité.

Agitation (CIM 296.1) - anxiété prononcée et excitation motrice, accompagnée d'anxiété.

L'agitation catitonique (CIM 295.2) est une affection dans laquelle les manifestations psychomotrices de l'anxiété sont associées à des syndromes catatoniques.

Ambivalence (CIM 295) - la coexistence d'émotions, d'idées ou de désirs antagonistes vis-à-vis d'une même personne, d'un même objet ou d'une même position. Selon Bleuler, qui a inventé le terme en 1910, l'ambivalence à court terme fait partie de la vie mentale normale; Une ambivalence grave ou soutenue est le symptôme initial de la schizophrénie, dans laquelle elle peut se produire dans le domaine de l'idéateur affectif ou de la sphère volitive. Il fait également partie d'un trouble obsessionnel-compulsif et est parfois observé dans les psychoses maniaco-dépressives, en particulier dans les cas de dépression prolongée.

L'ambitance (CIM 295.2) est un trouble psychomoteur caractérisé par une dualité (ambivalence) dans le domaine des actions arbitraires, ce qui conduit à un comportement inapproprié. Ce phénomène se manifeste le plus souvent dans le syndrome catatonique chez les patients schizophréniques.

L'amnésie sélective (CIM 301.1) est une forme de perte de mémoire psychogène pour les événements associés aux facteurs provoquant une réaction psychologique, habituellement considérée comme hystérique.

Anhédonie (CIM 300.5; 301.6) - incapacité à ressentir du plaisir, ce qui est observé particulièrement souvent chez les patients atteints de schizophrénie et de dépression.

Note Le concept introduit par Ribot (1839-1916).

Astasia Abasia (CIM 300.1) - incapacité à maintenir une position verticale, entraînant l'incapacité de rester debout ou de marcher, avec des mouvements non perturbés des membres inférieurs couchés ou assis. En l'absence de lésion organique du système nerveux central, l'astasie-abasie est généralement une manifestation de l'hystérie. L'astasie peut toutefois être un signe de lésion organique du cerveau impliquant notamment les lobes frontaux et le corps calleux.

Autisme (ICD 295) est un terme inventé par Bleuler pour désigner une forme de pensée caractérisée par un affaiblissement ou une perte de contact avec la réalité, un manque de désir de communication et des fantasmes excessifs. Selon Bleuler, l'autisme profond est un symptôme fondamental de la schizophrénie. Le terme est également utilisé pour désigner une forme spécifique de psychose infantile. Voir aussi autisme chez les jeunes enfants.

Instabilité d'affect (ICD 290-294) - Expression incontrôlée, instable et fluctuante des émotions, observée le plus souvent dans les lésions organiques du cerveau, la schizophrénie précoce et certaines formes de névrose et de troubles de la personnalité. Voir aussi les sautes d'humeur.

Affect pathologique (CIM 295) est un terme général qui décrit les états d’humeur douloureux ou inhabituels, parmi lesquels la dépression, l’anxiété, le moral élevé, l’irritabilité ou l’instabilité affective sont les plus fréquents. Voir aussi la planéité affective; psychose affective; anxiété; la dépression; troubles de l'humeur; état d'exaltation; les émotions; humeur psychose schizophrénique.

L'aplatissement affectif (CIM 295.3) est un trouble prononcé de réactions affectives et de leur uniformité, qui se traduit par un aplatissement émotionnel et une indifférence, en particulier comme symptôme de la psychose schizophrénique, de la démence organique ou des personnalités psychopathes. Synonymes: aplatissement émotionnel; matité affective.

L'aérophagie (CIM 306.4) est une ingestion d'air habituelle entraînant des régurgitations et des ballonnements, souvent accompagnée d'une hyperventilation. L’aérophagie peut être observée dans les états hystériques et anxieux, mais elle peut aussi agir comme une manifestation monosymptomatique.

La jalousie morbide (CIM 291.5) est un état émotionnel complexe et douloureux avec des éléments d’envie, de colère et le désir de posséder l’objet de votre passion. La jalousie sexuelle est un symptôme bien défini d'un trouble mental et se manifeste parfois par des lésions organiques du cerveau et une intoxication (voir troubles mentaux associés à l'alcoolisme), une psychose fonctionnelle (voir troubles paranoïaques), des troubles névrotiques et de la personnalité, signe clinique dominant souvent. croyances délirantes dans la trahison du conjoint (conjoint) ou amoureux (amant) et la volonté d'attraper un partenaire dans un comportement répréhensible. Compte tenu de la possibilité du caractère pathologique de la jalousie, il est également nécessaire de prendre en compte les conditions sociales et les mécanismes psychologiques. La jalousie est souvent le motif de la violence, en particulier des hommes envers les femmes.

Brad (ICD 290-299) - un faux, non susceptible de correction, de conviction ou de jugement; pas en rapport avec la réalité, ainsi que les attitudes sociales et culturelles du sujet. Le non-sens primaire est complètement impossible à comprendre sur la base de l'étude de l'histoire de la vie et de la personnalité du patient; Psychologiquement, les illusions secondaires peuvent être comprises, car elles découlent des manifestations douloureuses et d'autres caractéristiques d'un état mental, telles que l'état de trouble affectif et de suspicion. Birnbaum en 1908, puis Jasper en 1913, ont opéré une distinction entre l’illusion elle-même et les idées délirantes; ces derniers sont simplement des jugements erronés exprimés avec une persévérance excessive.

Les délires de la grandeur sont une conviction douloureuse d’importance personnelle, de grandeur ou d’objectif élevé (par exemple, le gâchis d’une mission messianique), souvent accompagnée par d’autres idées délirantes fantastiques pouvant être un symptôme de paranoïa, de schizophrénie (souvent, mais pas toujours), de manie et de maladies organiques le cerveau. Voir aussi les idées de grandeur.

Le non-sens concernant le changement de son propre corps (dysmorphobie) est une croyance douloureuse en la présence de changements physiques ou d’une maladie, de nature souvent étrange, et basée sur des sensations somatiques, ce qui conduit à une inquiétude hypocondriaque. Ce syndrome est le plus souvent observé dans la schizophrénie, mais peut se manifester dans les cas de dépression grave et de maladies organiques du cerveau.

Mess of the Messianic Mission (CIM 295.3) - conviction délirante en votre propre choix divin d'accomplir de grands exploits en sauvant l'âme ou l'expiation pour les péchés de l'humanité ou d'une certaine nation, d'un groupe religieux, etc., ainsi que dans les états psychotiques causés par l’épilepsie. Dans certains cas, en particulier en l'absence d'autres manifestations psychotiques évidentes, ce trouble est difficile à distinguer des particularités des croyances propres à cette sous-culture ou de la mission religieuse accomplie par des membres de sectes ou mouvements religieux fondamentaux.

L'illusion de persécution est la conviction pathologique du patient qu'il est victime d'un ou de plusieurs sujets ou groupes. Il est observé dans l'état paranoïaque, en particulier dans la schizophrénie, ainsi que dans la dépression et les maladies organiques. Dans certains troubles de la personnalité, il existe une prédisposition à de telles illusions.

Une interprétation folle (CIM 295) est un terme inventé par Bleuler (Erklarungswahn) pour décrire des idées délirantes exprimant une explication quasi logique pour une autre illusion plus généralisée.

La suggestibilité est un état de susceptibilité à l'acceptation non critique d'idées, de jugements et de comportements observés ou démontrés par d'autres. La suggestibilité peut être élevée sous l’influence de l’environnement, de drogues ou de l’hypnose, et est le plus souvent observée chez les individus présentant des traits hystériques. Le terme "suggestibilité négative" est parfois appliqué au comportement négativiste.

Hallucination (ICD 290-299) - perception sensorielle (de toute modalité) qui apparaît en l'absence de stimuli externes appropriés. Outre la modalité sensorielle, qui caractérise les hallucinations, elles peuvent être divisées en fonction de l'intensité, de la complexité, de la distinction entre la perception et du degré subjectif de leur projection sur l'environnement. Des hallucinations peuvent apparaître chez des individus en bonne santé dans un état de demi-éveil (hypnagogique) ou dans un état de réveil incomplet (hypnopompique). En tant que phénomène pathologique, ils peuvent être les symptômes d'une maladie du cerveau, d'une psychose fonctionnelle et des effets toxiques de médicaments, chacun ayant ses propres caractéristiques.

L'hyperventilation (CIM 306.1) est une affection caractérisée par des mouvements respiratoires plus longs, plus profonds ou plus fréquents, conduisant à des vertiges et à des convulsions en raison du développement d'une alcalose aiguë des gaz. C'est souvent un symptôme psychogène. En plus des crampes aux poignets et aux pieds, des phénomènes subjectifs peuvent être associés à une hypocapnie, tels que paresthésies prononcées, vertiges, sensation de vide dans la tête, engourdissements, palpitations et mauvais pressentiments. L'hyperventilation est une réponse physiologique à l'hypoxie, mais peut également se produire dans les états d'anxiété.

Hyperkinesis (ICD 314) - mouvements violents excessifs des membres ou de toute partie du corps apparaissant spontanément ou en réponse à une stimulation. L'hyperkinésie est un symptôme de divers troubles organiques du système nerveux central, mais peut également survenir en l'absence de dommages visibles et localisés.

La désorientation (CIM 290-294; 298.2) est une violation des sphères de conscience temporelles, topographiques ou de la personnalité, associée à diverses formes de lésions organiques du cerveau ou, moins fréquemment, à des troubles psychogènes.

La dépersonnalisation (CIM 300.6) est une perception psychopathologique caractérisée par une conscience de soi aggravée qui devient inanimée avec un système sensoriel intact et une capacité de réaction émotionnelle. Il existe un certain nombre de phénomènes subjectifs complexes et douloureux, dont la plupart sont difficiles à exprimer verbalement. Les plus difficiles sont les sensations de changer de corps, l’auto-analyse et l’automatisation minutieuses, l’absence de réaction affective, la rupture du sens du temps et le sentiment de distanciation personnelle. Le sujet peut sentir que son corps est séparé de ses sensations, comme s'il se surveillait lui-même de côté ou comme s'il était déjà mort. La critique de ce phénomène pathologique est en règle générale préservée. La dépersonnalisation peut se manifester en tant que phénomène isolé chez les individus normaux dans toutes les autres manifestations; il peut se produire dans un état de fatigue ou de fortes réactions émotionnelles, en plus de faire partie d'un complexe observé lors de la mastication mentale, de l'anxiété obsessionnelle, de la dépression, de la schizophrénie, de certains troubles de la personnalité et du dysfonctionnement du cerveau. La pathogenèse de ce trouble est inconnue. Voir aussi syndrome de dépersonnalisation; déréalisation.

La déréalisation (CIM 300.6) est un sentiment subjectif d'aliénation, semblable à la dépersonnalisation, mais davantage lié au monde extérieur qu'à la conscience de soi et à la conscience de soi. L'environnement semble être incolore, la vie est artificielle, où les gens jouent soi-disant des rôles conçus sur scène.

Le défaut (CIM 295.7) (non recommandé) est une violation prolongée et irréversible de toute fonction psychologique (par exemple, "défaut cognitif"), du développement général de capacités mentales ("défaut mental") ou d'un mode caractéristique de pensée, de ressenti et de comportement qui constitue l'individu. Les défauts dans n'importe laquelle de ces zones peuvent être congénitaux ou acquis. Kraepelin (1856-1926) et Bleuler (1857-1939) ont été considérés comme des critères de sortie de la psychose schizophrénique (altération de l'intelligence et des émotions, ou légère excentricité du comportement, isolement autiste ou aplatissement affectif). par opposition à sortir de la psychose maniaco-dépressive. Selon des recherches récentes, le développement d'un défaut après un processus schizophrénique n'est pas inévitable.

La dysthymie est un état d'humeur dépressive moins sévère que la dysphorie associée à des symptômes névrotiques et hypocondriaques. Le terme est également utilisé pour désigner la sphère psychologique pathologique sous la forme d'un complexe de symptômes affectifs et obsessionnels chez des sujets présentant un degré élevé de neuroticisme et d'introversion. Voir aussi personnalité hyperthymique; troubles névrotiques.

La dysphorie est une affection désagréable caractérisée par une humeur dépressive, une morosité, une anxiété, une anxiété et une irritabilité. aussi des troubles névrotiques.

La conscience floue (CIM 290-294; 295.4) est un état de conscience perturbée, qui est une phase de désordre qui se développe tout au long du continuum, d'une conscience claire au coma. Les troubles de la conscience, de l'orientation et de la perception sont associés à des lésions cérébrales ou à d'autres maladies somatiques. Ce terme est parfois utilisé pour désigner une gamme plus large de troubles (y compris un champ perceptuel limité après un stress émotionnel), mais il est préférable de l’utiliser pour désigner les premiers stades de l’état de confusion provoqué par une maladie organique. Voir aussi confusion.

Idées de grandeur (CIM 296.0) - exagération de leurs capacités, de leur force et de leur estime de soi excessive observées dans les cas de manie, de schizophrénie et de psychose sur un sol organique, avec par exemple une paralysie progressive.

Les idées relationnelles (CIM 295.4; 301.0) sont une interprétation pathologique de phénomènes externes neutres comme ayant une signification personnelle, généralement négative pour le patient. Ce trouble se manifeste chez les individus sensibles à la suite de stress et de fatigue et peut généralement être compris dans le contexte d'actualité, mais il peut être un précurseur de troubles délirants.

Le changement de personnalité est une violation de traits de caractère fondamentaux, généralement aggravés, à la suite ou en conséquence d'un trouble somatique ou mental.

Illusions (ICD 291.0; 293) - perception erronée de tout objet ou stimulus sensoriel de la vie réelle. Les illusions peuvent survenir chez de nombreuses personnes et ne sont pas nécessairement un signe de trouble mental.

L’impulsivité (CIM 310.0) est un facteur lié au tempérament de la personnalité et se manifestant par des actes accomplis de manière inattendue et inadéquate en fonction des circonstances.

Intellect (ICD 290; 291; 294; 310; 315; 317) est une capacité de réflexion générale qui permet de surmonter des difficultés dans des situations nouvelles.

La catalepsie (CIM 295.2) est une affection douloureuse qui commence soudainement et se poursuit pendant une courte ou une longue période, qui se caractérise par la suspension des mouvements volontaires et la disparition de la sensibilité. Les membres et le tronc peuvent conserver leur posture - un état de souplesse à la cire (flexibilitas segea). La respiration et le pouls sont lents, la température corporelle baisse. Parfois, il existe une catalepsie souple et rigide. Dans le premier cas, la posture est donnée par le mouvement externe le plus léger, dans le second cas, la posture attachée est maintenue de manière persistante, malgré les tentatives de l'extérieur pour le changer. Cette affection peut être causée par des lésions cérébrales organiques (dans l'encéphalite, par exemple), ainsi que par la schizophrénie catatonique, l'hystérie et l'hypnose. Synonyme: souplesse de la cire.

Catatonia (CIM 295.2) est une série de troubles psychomoteurs et volitionnels qualitatifs, comprenant stéréotypes, manières, soumission automatique, catalepsie, échocinésie et écopraxie, mutisme, négativisme, automatismes et actes impulsifs. Ces phénomènes peuvent être trouvés sur le fond de l'hyperkinésie, l'hypokinésie ou l'akinésie. Calbaum a décrit Catatonia comme une maladie indépendante en 1874; plus tard, Kraepelin l'a considérée comme l'un des sous-types de démence précoce (schizophrénie). Les manifestations catatoniques ne se limitent pas à la psychose schizophrénique et peuvent survenir avec des lésions cérébrales organiques (telles que l'encéphalite), diverses maladies somatiques et des états affectifs.

La claustrophobie (CIM 300.2) est une peur pathologique des espaces confinés ou des espaces clos. Voir aussi agoraphobie.

Kleptomania (ICD 312.2) est un terme obsolète pour désigner un désir de voler douloureux, souvent soudain, généralement irrésistible et non motivé. De tels états, en règle générale, se reproduisent. Les objets que les sujets volent sont généralement privés de toute valeur, mais peuvent avoir une certaine signification symbolique. On pense que ce phénomène, plus fréquent chez les femmes, est associé à la dépression, à des maladies névrotiques, à un trouble de la personnalité ou à un retard mental. Synonyme: vol à l'étalage (pathologique).

La compulsion (CIM 300.3; 312.2) est un besoin insurmontable d'agir ou d'agir d'une manière que la personne considère elle-même comme irrationnelle ou dénuée de sens et qui s'explique davantage par un besoin intérieur que par des influences extérieures. Lorsqu'une action obéit à un état obsessionnel, le terme désigne une action ou un comportement résultant d'idées obsessionnelles. Voir aussi action obsessionnelle (obsessionnelle).

La confabulation (CIM 291.1; 294.0) est un trouble de la mémoire avec une conscience claire, caractérisée par des souvenirs d'événements ou de sensations fictifs du passé. De tels souvenirs d’événements fictifs sont généralement caractérisés par une riche imagination et doivent être provoqués; moins souvent, ils sont spontanés et stables et montrent parfois une tendance à la grandeur. Les confabulations sont généralement observées sur un sol organique atteint du syndrome amnésique (par exemple, du syndrome de Korsakov). Ils peuvent aussi avoir un caractère iatrogène. Ils ne doivent pas être confondus avec des hallucinations liées à la mémoire et apparaissant dans la schizophrénie ou dans des fantasmes pseudologiques (syndrome de Delbrückk).

Critique (CIM 290-299; 300) - ce terme, en psychopathologie générale, fait référence à la compréhension par un individu de la nature et des causes de sa maladie et à la présence ou non d'une évaluation correcte de celle-ci, ainsi que de son influence sur lui et les autres. La perte de critiques est considérée comme un élément essentiel du diagnostic de la psychose. Dans la théorie psychanalytique, ce type de connaissance de soi est appelé "intuition intellectuelle"; il diffère de la "perspicacité émotionnelle", qui caractérise la capacité de ressentir et de comprendre l'importance des facteurs "inconscients" et symboliques dans le développement des troubles émotionnels.

Personnalité (CIM 290; 295; 297.2; 301; 310) - Caractéristiques innées de la pensée, des sensations et du comportement qui déterminent le caractère unique de l'individu, son mode de vie et la nature de son adaptation et qui résultent de facteurs constitutionnels de développement et de statut social.

Manners (ICD 295.1) - comportement psychomoteur inhabituel ou pathologique, moins persistant que les stéréotypies, plutôt lié à des caractéristiques de la personnalité (caractérologiques).

Les sensations violentes (CIM 295) sont des sensations pathologiques avec une conscience claire dans laquelle les pensées, les émotions, les réactions ou les mouvements du corps semblent être influencés, elles semblent être «faites», dirigées et contrôlées de l'extérieur par des forces humaines ou inhumaines. Les vrais sentiments violents sont caractéristiques de la schizophrénie, mais pour les évaluer de manière réaliste, il convient de prendre en compte le niveau d'éducation du patient, les caractéristiques de l'environnement culturel et les croyances.

L'humeur (CIM 295; 296; 301.1; 310.2) est l'état prédominant et stable des sentiments qui, à un degré extrême ou pathologique, peuvent dominer le comportement externe et l'état interne de l'individu.

Mood is capricious (ICD 295) (non recommandé) - réactions affectives variables, inconstantes ou imprévisibles.

Humeur inadéquate (CIM 295.1) - réactions affectives douloureuses qui ne sont pas causées par des stimuli externes. Voir aussi humeur incongrue; paratimia.

L'ambiance est incongrue (CIM 295) - le décalage entre les émotions et le contenu sémantique des expériences. C'est généralement un symptôme de la schizophrénie, mais on le trouve également dans les maladies organiques du cerveau et certaines formes de troubles de la personnalité. Tous les experts ne reconnaissent pas la division entre une humeur inadéquate et incongrue. Voir aussi humeur inadéquate; paratimia.

Vibrations de l'humeur (CIM 310.2) - Instabilité pathologique ou instabilité de la réaction affective sans cause externe. Voir également affecter l'instabilité.

Le trouble de l'humeur (CIM 296) est un changement pathologique affectif qui dépasse la plage normale et entre dans l'une des catégories suivantes. dépression, bonne humeur, anxiété, irritabilité et colère. Voir aussi affect pathologique.

Le négativisme (CIM 295.2) est un comportement ou une attitude opposés ou opposés. Le négativisme actif ou d'équipe, qui se traduit par la réalisation d'actions contraires à celles requises ou attendues; le négativisme passif se réfère à l'incapacité pathologique de répondre positivement aux demandes ou aux stimuli, y compris la résistance musculaire active; Selon Bleuler (1857-1939), le négativisme interne est un comportement dans lequel les besoins physiologiques ne sont pas obéissants, comme manger et manger. Le négativisme peut se produire dans les états catatoniques, dans les maladies organiques du cerveau et dans certaines formes de retard mental.

Le non-sens nihiliste est une forme de délire, exprimé principalement sous la forme d’un état dépressif sévère et caractérisé par des idées négatives concernant sa propre personnalité et le monde qui les entoure, par exemple l’idée que le monde extérieur n’existe pas ou que le corps lui-même a cessé de fonctionner.

L'action obsessionnelle (obsessionnelle) (CIM 312.3) est une action quasi rituelle visant à réduire l'anxiété (par exemple, se laver les mains pour éliminer l'infection), en raison d'une obsession ou d'un besoin. Voir aussi la contrainte.

Les idées obsessionnelles (obsessionnelles) (CIM 300.3; 312.3) sont des pensées et idées indésirables qui provoquent des réflexions persistantes, persistantes, perçues comme inappropriées ou dépourvues de sens et auxquelles il faut résister. Ils sont considérés comme étrangers à l'individu, mais émanant de l'individu [OMD].

Paranoïde (CID 291.5; 292.1; 294.8; 295.3; 297; 298.3; 298.4; 301.0) est un terme descriptif désignant soit des idées pathologiques dominantes, soit des illusions de relation concernant un ou plusieurs sujets, le plus souvent la persécution, l'amour, l'envie, la jalousie, l'honneur, le litige, la grandeur et le surnaturel. On peut l'observer dans les psychoses organiques, les intoxications, la schizophrénie, mais aussi en tant que syndrome indépendant, réaction au stress émotionnel ou trouble de la personnalité. Note Il convient de noter que les psychiatres français ont traditionnellement donné le terme "paranoïaque" et non le sens mentionné ci-dessus; les équivalents de cette valeur en français sont interprétatif, délirant ou persecutoire.

Paratimia est un trouble de l'humeur observé chez des patients schizophrènes, dans lequel l'état de la sphère affective ne correspond pas à l'environnement qui entoure le patient et / ou à son comportement. Voir aussi humeur inadéquate; l'ambiance est incongrue.

La fuite des idées (CIM 296.0) est une forme de trouble de la pensée, généralement associée à une humeur maniaque ou hypomaniaque et souvent perçue subjectivement comme une pression de pensées. Les caractéristiques typiques sont la parole rapide et en pause; les associations de parole sont libres, se produisent rapidement et disparaissent sous l'influence de facteurs transitoires ou sans raison apparente; très caractéristique de distractibilité accrue, de rimes fréquentes et de jeux de mots. Le flux d'idées peut être si fort que le patient peut difficilement l'exprimer, de sorte que son discours devient parfois incohérent. Synonyme: fuga idearum.

L’effet superficiel (CIM 295) est l’absence de réponse émotionnelle liée à la maladie et exprimée par l’indifférence aux événements et situations externes; Il est généralement observé dans la schizophrénie de type hébéphrénique, mais peut également se produire lors de lésions organiques du cerveau, de retard mental et de troubles de la personnalité.

L’habitude des laxatifs (CIM 305.9) consiste à utiliser des laxatifs (en abuser) ou à contrôler leur propre poids corporel, souvent associé à des «fêtes» dans la boulimie.

Humeur élevée (CIM 296.0) - État affectif de plaisir joyeux qui, lorsqu'il atteint un degré significatif et conduit à la séparation de la réalité, est le symptôme dominant de la manie ou de l'hypomanie. Synonyme: hyperthymie.

Une attaque de panique (CIM 300.0; 308.0) est une attaque soudaine de forte peur et d’anxiété au cours de laquelle les signes et les symptômes d’une anxiété douloureuse deviennent dominants et s’accompagnent souvent d’un comportement irrationnel. Le comportement dans le même temps est caractérisé soit par une activité extrêmement réduite, soit par une hyperactivité agitée sans but. L'attaque peut se développer en réponse à des situations ou à des situations de stress graves et soudaines, ainsi que se produire sans événement antérieur ou provoquant dans le processus de névrose d'anxiété. Voir aussi trouble panique; état de panique.

Troubles psychomoteurs (CIM 308.2) - une violation du comportement moteur expressif, qui peut être observée dans diverses maladies nerveuses et mentales. La paramimie, les tics, la stupeur, les stéréotypes, la catatonie, les tremblements et la dyskinésie sont des exemples de troubles psychomoteurs. Le terme "crise épileptique psychomotrice" était auparavant utilisé pour désigner les crises épileptiques, caractérisées principalement par des manifestations d'automatisme psychomoteur. À l'heure actuelle, il est recommandé de remplacer le terme «crise épileptique psychomotrice» par le terme «crise de l'automatisme épileptique».

Irritabilité (CIM 300.5) - état d'excitation excessive provoqué par une gêne, une intolérance ou une colère, observé avec fatigue, douleur chronique ou signe de changement de tempérament (par exemple, avec l'âge, après une lésion cérébrale, l'épilepsie et des troubles maniaco-dépressifs).

La confusion (CIM 295) est un état de confusion dans lequel les réponses aux questions sont déconnectées et fragmentaires et ressemblent à de la confusion. On l'observe dans les cas de schizophrénie aiguë, d'anxiété grave, de maladie maniaco-dépressive et de psychose organique avec confusion.

La réponse au vol (CIM 300.1) est une attaque de vagabondage (courte ou longue), une évasion d'habitats habituels dans un état de conscience perturbé, qui est généralement suivie d'une amnésie partielle ou complète de l'événement. Les réactions de fuite sont associées à l’hystérie, à des réactions dépressives, à l’épilepsie et parfois à des lésions cérébrales. En tant que réactions psychogènes, elles sont souvent associées au fait de s’échapper des endroits où des troubles ont été observés, et les personnes atteintes d’une telle maladie se comportent mieux que les «épileptiques désorganisés» avec une réaction d’évasion sur une base organique. Voir aussi le rétrécissement (restriction) du champ de conscience. Synonyme: état de vagabondage.

Rémission (CIM 295.7) - État de disparition partielle ou complète des symptômes et des signes cliniques de la maladie.

Comportement rituel (CIM 299.0) - actions répétitives, souvent complexes et généralement symboliques, qui renforcent les fonctions de signalisation biologique et acquièrent une signification rituelle lors de la réalisation de rites religieux collectifs. Dans l'enfance sont une composante du développement normal. En tant que phénomène pathologique, consistant soit dans la complication de comportements quotidiens, tels que le lavage ou l'habillage obsessionnel, soit dans l'acquisition de formes encore plus bizarres, le comportement rituel se manifeste dans les troubles obsessionnels, la schizophrénie et l'autisme précoce.

Les symptômes de sevrage (CIM 291; 292.0) sont des phénomènes physiques ou mentaux qui se développent pendant la période d’abstinence à la suite de l’arrêt de la consommation de stupéfiants, ce qui entraîne une dépendance chez un sujet donné. L'image des symptômes avec l'abus de substances différentes est différente et peut inclure des tremblements, des vomissements, des douleurs abdominales, de la peur, du délire et des convulsions. Synonyme: symptômes de sevrage.

Le délire systématique (CIM 297.0; 297.1) est une conviction délirante faisant partie d'un système associé d'idées pathologiques. Ces absurdités peuvent être primaires ou constituer des conclusions quasi logiques dérivées d'un système de prérequis illusoires. Synonyme: non-sens systématisé.

Une diminution de la quantité de mémoire (CIM 291.2) correspond à une diminution du nombre d’éléments ou d’unités non liées sur le plan cognitif (le nombre normal est compris entre 6 et 10), qui peut être correctement reproduit après une présentation séquentielle unique. La capacité de mémoire est un indicateur de la mémoire à court terme associée à la capacité de perception.

L'état onirique (CIM 295.4) est un état de conscience bouleversé dans lequel les phénomènes de dépersonnalisation et de déréalisation sont observés sur fond d'une légère brumisation de la conscience. Les états oniriques peuvent être l’une des étapes à l’échelle de l’approfondissement des perturbations organiques de la conscience menant au crépuscule des états de conscience et du délire, mais ils peuvent également se produire dans les maladies névrotiques et dans un état de fatigue. La forme complexe d'un état onirique avec des hallucinations visuelles lumineuses et pittoresques, qui peuvent être accompagnées par d'autres hallucinations sensorielles (l'état onirique oneuronique), est parfois observée dans l'épilepsie et certaines maladies psychotiques aiguës. Voir aussi neurophenia.

Isolement social (autisme) (CIM 295) - rejet des contacts sociaux et personnels; survient le plus souvent au début de la schizophrénie, lorsque les tendances autistiques conduisent à se distancer et à s'aliéner des personnes, ainsi qu'à une altération de leur capacité à communiquer avec elles.

Spasmusnutans (ICD 307.0) (non recommandé) - 1) contractions rythmiques de la tête dans la direction antéropostérieure associées à des mouvements d'équilibrage compensatoires du corps dans la même direction, parfois accompagnés d'une propagation aux membres supérieurs et au nystagmus; les mouvements sont lents et apparaissent en série de 20 à 30 personnes avec un retard mental; cette condition n'est pas associée à l'épilepsie; 2) le terme est parfois utilisé pour décrire les crises épileptiques chez les enfants caractérisés par une chute de la tête sur la poitrine due à une perte de tonus musculaire dans le cou et à un spasme tonique lors de la flexion due à la contraction des muscles antérieurs. Synonymes; Tique Salaam (1); spasme des bébés (2).

Confusion de conscience (CIM 290-294) est un terme couramment utilisé pour désigner l'état de stupéfaction associé à une maladie organique aiguë ou chronique. Cliniquement caractérisé par la désorientation, le ralentissement des processus mentaux avec de faibles associations, l'apathie, le manque d'initiative, la fatigue et une altération de l'attention. Dans les cas de confusion légère lors de l'examen du patient, des réactions et des actions rationnelles peuvent être obtenues, cependant, avec un degré de frustration plus grave, les patients sont incapables de percevoir la réalité environnante. Le terme est également utilisé dans un sens plus large pour décrire une violation de la pensée dans la psychose fonctionnelle, mais cette utilisation du terme n'est pas recommandée. Voir aussi confusion réactive; conscience floue. Synonyme; état de confusion.

Les stéréotypes (CIM 299.1) sont des mouvements pathologiques fonctionnellement autonomes regroupés dans une séquence rythmique ou complexe de mouvements non ciblés. Chez les animaux et les humains, ils apparaissent dans un état de limitation physique, de privation sociale et sensorielle, et peuvent être causés par des médicaments, tels que la phénamine. Ceux-ci incluent la locomotion répétée (déplacement), l'automutilation, les secousses de la tête, les postures bizarres des membres et du torse et le comportement maniéré. Ces signes cliniques sont observés dans les cas de retard mental, de cécité congénitale, de lésions cérébrales et d'autisme chez les enfants. Chez l’adulte, les stéréotypes peuvent être une manifestation de la schizophrénie, en particulier des formes catatoniques et résiduelles.

La peur (CIM 291.0; 308.0; 309.2) est une émotion intense primitive qui se transforme en menace réelle ou imaginaire et s'accompagne de réactions physiologiques résultant de l'activation du système nerveux autonome (sympathique) et du comportement protecteur lorsque le patient tente d'éviter le danger, échappe ou se cache.

Stupor (ICD 295.2) est une affection caractérisée par un mutisme, une immobilité totale ou partielle et une réactivité psychomotrice. La conscience peut être perturbée en fonction de la nature ou de la cause de la maladie. L’état de Stuporoznye se développe avec des maladies organiques du cerveau, la schizophrénie (en particulier sous forme catatonique), une maladie dépressive, une psychose hystérique et des réactions aiguës au stress.

La stupeur catatonique (CIM 295.2) est un état d’activité psychomotrice supprimée causée par des symptômes catatoniques.

Jugement (ICD 290-294) - une évaluation critique de la relation entre des objets, des circonstances, des concepts ou des termes; La présumée présentation de ces liens. En psychophysique, c'est la distinction entre les stimuli et leur intensité.

Limiter la conscience, limiter le champ de la conscience (CIM 300.1) est une forme de perturbation de la conscience, caractérisée par le rétrécissement et la domination d’un petit groupe limité d’idées et d’émotions tout en désactivant pratiquement tout autre contenu. Cette condition apparaît avec une fatigue extrême et une hystérie; il peut également être associé à certaines formes de déficience cérébrale (en particulier l'état de conscience crépusculaire dans l'épilepsie). Voir aussi conscience floue; état crépusculaire.

Tolérance - la tolérance pharmacologique apparaît lorsque l'administration répétée d'une quantité donnée d'une substance provoque un effet réduit ou lorsqu'une augmentation constante de la quantité de la substance administrée est nécessaire pour obtenir un effet précédemment obtenu avec une dose inférieure. La tolérance peut être innée ou acquise; dans ce dernier cas, il peut s’agir d’une prédisposition, d’une pharmacodynamique ou d’un comportement propice à sa manifestation.

Anxiété (CIM 292.1; 296; 300; 308.0; 309.2; 313.0) - douloureux, de par sa nature, s'ajoutant à l'état de peur subjectivement désagréable ou à d'autres prémonitions dirigées vers l'avenir, en l'absence de toute menace ou danger tangible ou de l'absence totale de lien entre ces facteurs avec cette réaction. L'inquiétude peut être accompagnée d'une sensation de malaise physique et de manifestations de dysfonctionnement volontaire et autonome du corps. L'anxiété peut être situationnelle ou spécifique, c'est-à-dire associée à une situation ou à un objet particulier, ou «flottant», lorsqu'il n'existe aucun lien évident entre les facteurs externes à l'origine de cette alarme. Les caractéristiques de l'anxiété peuvent être distinguées de l'anxiété; dans le premier cas, il s'agit d'une caractéristique stable de la structure de la personnalité et, dans le second, d'un désordre temporaire. Note La traduction du terme anglais «anxi» dans d'autres langues peut présenter certaines difficultés en raison des différences subtiles entre la nuance supplémentaire exprimée dans des mots liés au même concept.

Anxiété de séparation (non recommandé) est un terme inexact qui désigne le plus souvent des réactions normales ou douloureuses - anxiété, détresse ou peur - chez un jeune enfant séparé de ses parents ou de ses gardiens. Dans le développement ultérieur des troubles mentaux, ce trouble ne joue pas en soi un rôle; cela ne devient leur cause que si d'autres facteurs s'y joignent. La théorie psychanalytique identifie deux types d'anxiété résultant de la séparation: objectif et névrotique.

La phobie (CIM 300.2) est une peur pathologique qui peut être diffuse ou focalisée sur un ou plusieurs objets ou circonstances non proportionnelle au danger ou à la menace externe. Cette condition est généralement accompagnée d'appréhensions, à la suite desquelles une personne tente d'éviter ces objets et situations. Ce trouble est parfois étroitement lié à l'état obsessionnel. Voir aussi condition phobique.

Émotions (CIM 295; 298; 300; 308; 309; 310; 312; 313) - un état complexe de la réaction d’activation, consistant en divers changements physiologiques, une perception accrue et des sensations subjectives visant des actions spécifiques. Voir aussi affect pathologique; l'ambiance.

Echolalia (ICD 299.8) - répétition automatique de mots ou de phrases de l'interlocuteur. Ce symptôme peut être une manifestation du langage normal dans la petite enfance, se produire dans certaines conditions douloureuses, notamment la dysphasie, les conditions catatoniques, le retard mental, l'autisme précoce, ou encore prendre la forme de la dite échholaline retardée.

Bibliothèque de psychologie

Maladies mentales: liste complète et description des maladies

De nos jours, les anomalies mentales se retrouvent presque toutes les secondes. La maladie n'a pas toujours des manifestations cliniques vives. Cependant, certains écarts ne peuvent être négligés. Le concept de norme a une large gamme, mais l'inaction, avec des signes évidents de maladie, ne fait qu'aggraver la situation.

Résumé:

Maladies mentales chez l'adulte et l'enfant: liste et description

Parfois, divers maux ont les mêmes symptômes, mais dans la plupart des cas, la maladie peut être divisée et classée. Principales maladies mentales - une liste et une description des écarts peuvent attirer l'attention de vos proches, mais seul un psychiatre expérimenté peut établir le diagnostic final. Il prescrira également un traitement basé sur les symptômes, ainsi que des études cliniques. Plus le patient cherche de l'aide tôt, plus les chances de succès du traitement sont grandes. Vous devez abandonner les stéréotypes et ne pas avoir peur d'affronter la vérité. Maintenant, la maladie mentale n’est plus une phrase, et la plupart d’entre elles sont traitées avec succès si le patient consulte en temps utile un médecin. Le plus souvent, le patient lui-même ne réalise pas son état et cette mission devrait être assumée par ses proches. La liste et la description de la maladie mentale sont fournies à titre indicatif. Peut-être que votre connaissance sauvera la vie de ceux qui vous sont chers ou dissipera vos soucis.

Agoraphobie avec trouble panique

L'agoraphobie, d'une manière ou d'une autre, représente environ 50% de tous les troubles anxieux. Si initialement le désordre ne signifiait que la peur de l'espace ouvert, la peur de la peur a maintenant été ajoutée à celle-ci. Ainsi, l'attaque de panique se déroule dans un environnement où il y a une forte probabilité de tomber, de se perdre, de se perdre, etc., et la peur ne résoudra pas ce problème. L'agoraphobie exprime des symptômes non spécifiques, c'est-à-dire une accélération du rythme cardiaque; la transpiration peut également se produire dans d'autres troubles. Tous les symptômes de l'agoraphobie portent exclusivement des signes subjectifs que le patient lui-même éprouve.

Démence alcoolique

L'alcool éthylique à usage constant agit comme une toxine, qui détruit les fonctions cérébrales responsables du comportement et des émotions humaines. Malheureusement, seule la démence alcoolique peut être retrouvée, ses symptômes peuvent être identifiés, mais le traitement ne restaure pas les fonctions cérébrales perdues. Vous pouvez ralentir la démence alcoolique, mais pas guérir complètement une personne. Les symptômes de la démence liée à l’alcool incluent: troubles de la parole, perte de mémoire, perte de sensibilité et manque de logique.

Allotriophagie

Certains sont surpris lorsque des enfants ou des femmes enceintes associent des aliments incompatibles ou, en général, mangent des aliments non comestibles. Le plus souvent, cela se traduit par le manque de certains oligo-éléments et vitamines dans le corps. Ce n'est pas une maladie, et est généralement "traité" en prenant un complexe de vitamines. Dans l'allotriophagie, les gens mangent ce qui n'est en principe pas comestible: le verre, la saleté, les cheveux, le fer, et il s'agit d'un trouble mental dont les causes ne sont pas uniquement dues à un manque de vitamines. Le plus souvent, il s'agit d'un choc, accompagné de l'avitaminose, et, en règle générale, un traitement doit également être envisagé de manière globale.

L'anorexie

À notre époque de gloire, la mort par anorexie est de 20%. La peur obsessionnelle de grossir vous fait refuser de manger, jusqu'à l'épuisement complet. Si vous reconnaissez les premiers signes d'anorexie, vous pouvez éviter une situation difficile et agir à temps. Les premiers symptômes de l'anorexie:
La préparation de la table se transforme en un rituel, avec comptage des calories, coupe précise et déploiement / étalement sur une assiette de nourriture. Toute la vie et les intérêts se concentrent uniquement sur la nourriture, les calories et la pesée cinq fois par jour.

Autisme

Autisme - Quelle est cette maladie et comment peut-on la traiter? Seulement la moitié des enfants diagnostiqués avec l'autisme ont des troubles fonctionnels du cerveau. Les enfants autistes pensent différemment des enfants ordinaires. Ils comprennent tout, mais ne peuvent pas exprimer leurs émotions à cause d'une violation de l'interaction sociale. Les enfants ordinaires grandissent et copient le comportement des adultes, leurs gestes, leurs expressions faciales et apprennent ainsi à entrer en contact, mais avec l'autisme, la communication non verbale est impossible. Les enfants autistes ne recherchent pas la solitude, ils ne savent tout simplement pas comment établir eux-mêmes le contact. Avec une attention appropriée et une formation spéciale, cela peut être quelque peu ajusté.

Fièvre blanche

Blue Devils fait référence à la psychose, sur fond d’une consommation prolongée d’alcool. Les signes de delirium tremens sont représentés par un très large éventail de symptômes. Hallucinations - visuelles, tactiles et auditives, délire, sautes d'humeur rapides de heureux à agressif. À ce jour, le mécanisme des lésions cérébrales n’est pas entièrement compris, car il n’existe pas de traitement complet pour ce trouble.

Maladie d'Alzheimer

De nombreux types de troubles mentaux sont incurables et la maladie d'Alzheimer en fait partie. Les premiers signes de la maladie d'Alzheimer chez l'homme ne sont pas spécifiques, et cela n'apparaît pas immédiatement. Après tout, tous les hommes oublient leurs anniversaires, dates importantes, et cela ne surprend personne. Dans la maladie d'Alzheimer, la mémoire à court terme en souffre en premier lieu, et les gens l'oublient littéralement aujourd'hui. Apparaît l'agressivité, l'irritabilité, et il est également blâmé pour la manifestation du caractère, manquant ainsi le moment où il était possible de ralentir le cours de la maladie et prévenir une démence trop rapide.

La maladie de Pick

La maladie de Niemann Pick chez les enfants est exclusivement héréditaire et est divisée par gravité en plusieurs catégories, par mutations dans une certaine paire de chromosomes. La catégorie classique "A" est une phrase pour un enfant et la mort survient à cinq ans. Les symptômes de la maladie de Niemann Pick se manifestent au cours des deux premières semaines de la vie d'un enfant. Manque d’appétit, vomissements, opacification de la cornée et élargissement des organes internes, de sorte que l’abdomen de l’enfant devient trop gros. Les dommages au système nerveux central et au métabolisme entraînent la mort. Les catégories «B», «C» et «D» ne sont pas si dangereuses, car le système nerveux central n'est pas affecté aussi rapidement, ce processus peut être ralenti.

Boulimie

Qu'est-ce qu'une maladie pour la boulimie et est-il nécessaire de la traiter? En fait, la boulimie n'est pas simplement un trouble mental. L’homme ne maîtrise pas son sentiment de faim et mange littéralement tout. Dans le même temps, le sentiment de culpabilité incite le patient à prendre beaucoup de laxatifs, de préparations émétiques et de moyens miracles pour perdre du poids. L'obsession de son poids n'est que la partie visible de l'iceberg. La boulimie est due à des troubles fonctionnels du système nerveux central, à des troubles de l'hypophyse, à des tumeurs cérébrales, au stade initial du diabète, et la boulimie n'est qu'un symptôme de ces maladies.

Hallucinose

Les causes du syndrome d'hallucinose se produisent sur le fond de l'encéphalite, l'épilepsie, la lésion cérébrale traumatique, l'hémorragie ou les tumeurs. En pleine conscience, le patient peut ressentir des hallucinations visuelles, auditives, tactiles ou olfactives. Une personne peut voir le monde autour de lui sous une forme quelque peu déformée et les visages des interlocuteurs peuvent être présentés sous la forme de personnages de dessins animés, ou sous la forme de figures géométriques. Une forme aiguë d'hallucinose peut durer jusqu'à deux semaines, mais ne vous détendez pas si les hallucinations ont disparu. Sans identifier les causes des hallucinations et un traitement approprié, la maladie peut réapparaître.

Démence

La démence sénile est une conséquence de la maladie d'Alzheimer, et on l'appelle souvent «le marasme du vieil homme». Les stades de développement de la démence peuvent être divisés en plusieurs périodes. À la première étape, il y a des trous de mémoire et parfois le patient oublie où il allait et ce qu'il faisait il y a une minute.

L'étape suivante est la perte d'orientation dans l'espace et dans le temps. Le patient peut même se perdre dans sa chambre. En outre, les hallucinations, le délire et les troubles du sommeil suivent. Dans certains cas, la démence survient très rapidement et le patient perd complètement la capacité de raisonner, de parler et de se servir lui-même pendant deux à trois mois. Avec des soins appropriés, un traitement d'entretien, le pronostic de l'espérance de vie après l'apparition de la démence est de 3 à 15 ans, en fonction des causes de la démence, des soins prodigués au patient et des caractéristiques individuelles du corps.

Dépersonnalisation

Le syndrome de dépersonnalisation est caractérisé par une perte de communication avec soi-même. Le patient ne peut pas se percevoir lui-même, ses actions, ses paroles, et se regarde de côté. Dans certains cas, il s’agit d’une réaction défensive de la psyché au choc, lorsque vous devez sans émotions pour évaluer vos actions de l’extérieur. Si ce trouble ne disparaît pas dans les deux semaines, un traitement est prescrit en fonction de la gravité de la maladie.

Déprimé

Une réponse sans équivoque, la dépression - est-ce une maladie ou non - est impossible. C'est un trouble affectif, c'est-à-dire un trouble de l'humeur, mais il affecte la qualité de la vie et peut conduire à une invalidité. L'humeur pessimiste déclenche d'autres mécanismes qui détruisent le corps. Une autre option est possible lorsque la dépression est le symptôme d'autres maladies du système endocrinien ou de la pathologie du système nerveux central.

Fugue dissociative

La fugue dissociative est un trouble mental aigu qui se produit sur fond de stress. Le patient quitte son domicile, déménage dans un nouvel endroit et tout ce qui touche à sa personnalité: nom, prénom, âge, profession, etc. est effacé de sa mémoire. Dans le même temps, la mémoire des livres lus, de certaines expériences, mais sans lien avec sa personnalité, est préservée. La fugue dissociative peut durer de deux semaines à plusieurs années. La mémoire peut revenir soudainement, mais si cela ne se produit pas, vous devriez demander l'aide d'un psychothérapeute qualifié. Sous hypnose, en règle générale, ils trouvent la cause du choc et la mémoire revient.

Bégaiement

Le bégaiement est une violation de l'organisation tempo-rythmique de la parole, exprimée par les spasmes de l'appareil vocal. En règle générale, le bégaiement se produit chez des personnes physiquement et psychologiquement faibles qui dépendent trop des opinions des autres. La zone du cerveau responsable de la parole est adjacente à la zone responsable des émotions. Les violations qui se produisent dans un domaine affectent inévitablement l’autre.

Le jeu

Le jeu est considéré comme une maladie des personnes faibles. Il s’agit d’un trouble de la personnalité et le traitement est compliqué par le fait qu’il n’ya pas de remède contre le jeu. Sur fond de solitude, d'infantilisme, de cupidité ou de paresse, une dépendance au jeu se développe. La qualité du traitement du jeu dépend uniquement du désir du patient et constitue une discipline de soi constante.

Idiotie

L'idiotie est classée dans la CIM comme un retard mental profond. Les caractéristiques générales de la personnalité et du comportement sont liées au niveau de développement d'un enfant de trois ans. Les patients atteints d'idiotie sont pratiquement incapables d'apprendre et vivent exclusivement sur leurs instincts. En règle générale, le niveau de QI des patients est d'environ 20 points et le traitement consiste à soigner les patients.

Imbecile

Dans la Classification internationale des maladies, l’imbécillité a été remplacée par le terme «retard mental». La déficience du développement intellectuel du degré d'imbécillité représente le niveau moyen de retard mental. L’imbécillité congénitale est une conséquence d’une infection intra-utérine ou d’un défaut de formation du fœtus. Le niveau de développement de l'imbécile correspond au développement d'un enfant de 6 à 9 ans. Ils sont modérément appris, mais la vie indépendante d'un imbécile est impossible.

L'hypocondrie

L'hypochondrie névrotique se manifeste par une recherche obsessionnelle des maladies en soi. Le patient écoute attentivement son corps et recherche des symptômes confirmant la présence de la maladie. Le plus souvent, ces patients se plaignent de fourmillements, d'un engourdissement des extrémités et d'autres symptômes non spécifiques, ce qui nécessite un diagnostic précis de la part des médecins. Parfois, les patients atteints d'hypochondrie sont tellement confiants dans leur maladie grave que le corps, sous l'influence de la psyché, échoue et tombe réellement malade.

Hystérie

Les signes d'hystérie sont plutôt violents et, en règle générale, les femmes souffrent de ce trouble de la personnalité. Dans le désordre hystérique, il y a une forte manifestation d'émotions et une certaine théâtralité et de l'hypocrisie. Une personne cherche à attirer l'attention, à faire pitié, à réaliser quelque chose. Certains considèrent que ce ne sont que des caprices, mais, en règle générale, un tel trouble est assez grave, car une personne ne peut pas contrôler ses émotions. Ces patients nécessitent une psychocorrection, car les hystériques sont conscients de leur comportement et ne souffrent pas d’incontinence autant que leurs proches.

Kleptomanie

Ce désordre psychologique se réfère à un désordre des instincts. La nature exacte de la kleptomanie n'a pas été étudiée, cependant, il a été noté que la kleptomanie est une maladie concomitante dans d'autres troubles psychopathiques. Parfois, la kleptomanie se manifeste à la suite d'une grossesse ou de l'adolescence, avec transformation hormonale du corps. Traction au vol quand la kleptomanie n'a pas de raison d'être enrichie. Le patient ne cherche que le frisson du fait même de l'acte illégal.

Le crétinisme

Les types de crétinisme sont divisés en endémiques et sporadiques. En règle générale, le crétinisme sporadique est causé par une déficience en hormones thyroïdiennes au cours du développement embryonnaire. Le crétinisme endémique est causé par un manque d’iode et de sélénium dans l’alimentation de la mère pendant la grossesse. Dans le cas du crétinisme, un traitement précoce est essentiel. Si, dans le crétinisme congénital, le traitement commence à l'âge de 2 à 4 semaines de la vie d'un enfant, son degré de développement ne sera pas inférieur à celui de ses pairs.

Choc "culturel"

Le choc culturel et ses conséquences ne sont pas pris au sérieux par beaucoup, cependant, l'état d'une personne avec un choc culturel devrait être une source de préoccupation. Les gens sont souvent confrontés à un choc culturel lorsqu'ils déménagent dans un autre pays. Au début, la personne est heureuse, elle aime les autres aliments, les autres chansons, mais elle est bientôt confrontée aux différences les plus profondes dans les couches les plus profondes. Tout ce qu'il considérait comme normal et ordinaire est contraire à sa vision du monde dans un nouveau pays. Selon les caractéristiques d'une personne et les raisons de son déménagement, il existe trois façons de résoudre un conflit:

1. Assimilation. Acceptation totale d'une culture étrangère et dissolution dans celle-ci, parfois sous une forme hypertrophiée. Sa culture est diminuée, critiquée et le nouveau considéré comme plus développé et idéal.

2. Ghettoization. C’est-à-dire créer votre propre monde dans un pays étranger. Il s’agit d’une résidence séparée et de la limitation des contacts extérieurs avec la population locale.

3. assimilation modérée. Dans ce cas, l'individu conservera chez lui tout ce qui a été accepté dans son pays d'origine, mais au travail et dans la société, il tente de développer une culture différente et observe les coutumes généralement acceptées dans cette société.

Manie de la persécution

La manie de la persécution - en un mot, on peut qualifier un désordre réel d'espionnage ou de traque. La manie de la persécution peut se développer dans un contexte de schizophrénie et se manifeste par une suspicion excessive. Le patient est convaincu qu'il est sous la surveillance des services spéciaux et soupçonne tout le monde, même ses proches, d'espionnage. Ce trouble schizophrénique est difficile à traiter car il est impossible de convaincre un patient qu'un médecin n'est pas un employé de services spéciaux et qu'une tablette est un médicament.

La misanthropie

Une forme de trouble de la personnalité caractérisée par l'aversion pour les gens, voire la haine. Qu'est-ce que la misanthropie et comment reconnaître un misanthrope? Un misanthrope s'oppose à la société, à ses faiblesses et à ses imperfections. Pour justifier leur haine, misanthrope élève souvent sa philosophie dans un culte. Le stéréotype a été créé selon lequel un misanthrope est un ermite absolument fermé, mais ce n'est pas toujours le cas. Le misanthrope choisit soigneusement qui laisser dans son espace personnel et qui peut être son égal. Sévèrement, un misanthrope déteste l’ensemble de l’humanité et peut appeler à des massacres et à des guerres.

Monomania

La monomanie est une psychose, exprimée par la concentration sur une pensée, préservant pleinement la raison. Dans la psychiatrie actuelle, le terme «monomanie» est considéré comme dépassé et trop général. Actuellement, il y a «pyromanie», «kleptomanie», etc. Chacune de ces psychoses a ses racines et un traitement est prescrit en fonction de la gravité de la maladie.

États obsessionnels

Le trouble obsessionnel-compulsif ou trouble obsessionnel-compulsif se caractérise par l’incapacité de se débarrasser de pensées ou d’actions agaçantes. En règle générale, les personnes ayant un niveau élevé d’intellect et de responsabilité sociale souffrent de TOC. Le syndrome des états obsessionnels se manifeste par une réflexion sans fin sur des choses inutiles. Combien de cellules sur la veste du compagnon de voyage, quel âge a l'arbre, pourquoi l'autobus a-t-il des phares ronds, etc.

La deuxième variante du désordre consiste en des actions obsessionnelles, ou un double contrôle d'actes. L'impact le plus commun est associé à la propreté et à l'ordre. Le patient lave sans cesse tout, se plie et se lave à nouveau, jusqu'à épuisement. Le syndrome des états non liés est difficile à traiter, même avec un traitement complexe.

Trouble de la personnalité narcissique

Les signes de trouble de la personnalité narcissique sont facilement reconnaissables. Les personnalités narcissiques sont sujettes à une estime de soi exagérée, ont confiance en leur propre idéalité et sont perçues comme envieuses par toute critique. Il s’agit d’un trouble de la personnalité comportementale, qui n’est pas aussi anodin que cela puisse paraître. Les personnalités narcissiques sont sûres de leur propre permissivité et ont droit à quelque chose de plus que tout le monde. Sans un pincement de conscience, ils peuvent détruire les rêves et les projets d'autres personnes, car pour eux cela n'a aucune importance.

Névrose

La névrose obsessionnelle est une maladie mentale ou non, et à quel point est-il difficile de diagnostiquer un trouble? Le plus souvent, la maladie est diagnostiquée sur la base des plaintes du patient et des tests psychologiques, de l'IRM et de la tomodensitométrie du cerveau. Les névroses sont souvent le symptôme d'une tumeur cérébrale, d'un anévrisme ou d'infections précédemment transférées.

L'oligophrénie

L'oligophrénie est une forme de retard mental dans laquelle le patient ne se développe pas mentalement. L'oligophrénie est causée par des infections intra-utérines, des anomalies génétiques ou une hypoxie pendant l'accouchement. Le traitement de l’oligophrénie est l’adaptation sociale des patients et l’enseignement des techniques de libre service les plus simples. Pour ces patients, il existe des jardins d'enfants spéciaux, des écoles, mais ils ne peuvent que rarement atteindre un développement supérieur à celui d'un enfant de 10 ans.

Attaques de panique

Les attaques de panique sont un trouble assez commun, cependant, les causes de la maladie sont inconnues. Le plus souvent, les médecins dans le diagnostic écrivent le TRI, car les symptômes sont très similaires. Il existe trois catégories d'attaques de panique:

1. Attaque de panique spontanée. La peur, la transpiration excessive et les palpitations se produisent sans aucune raison. Si de telles attaques se produisent régulièrement, il est nécessaire d'exclure les maladies somatiques et d'aller seulement chez un psychothérapeute.

2. Attaque de panique situationnelle. Beaucoup de gens ont des phobies. Quelqu'un a peur de prendre l'ascenseur, d'autres sont effrayés par les avions. De nombreux psychologues ont réussi à faire face à de telles craintes et il ne vaut pas la peine de retarder une visite chez le médecin.

3. Attaque de panique pendant que vous prenez des stupéfiants ou de l’alcool. Dans cette situation, la stimulation biochimique est sur le visage, et un psychologue dans ce cas aidera seulement à se débarrasser de la dépendance, si elle existe.

Paranoïa

La paranoïa est un sens aigu de la réalité. Les patients atteints de paranoïa peuvent construire des chaînes logiques complexes et résoudre les tâches les plus complexes, grâce à leur logique non standard. La paranoïa est un trouble chronique caractérisé par des phases de crises calmes et violentes. Pendant de telles périodes, le traitement du patient est particulièrement difficile, car des idées paranoïaques peuvent être exprimées dans des illusions de persécution, des illusions de grandeur et d'autres idées dans lesquelles le patient considère les médecins comme des ennemis ou s'ils ne méritent pas de traitement.

Pyromanie

La pyromanie est un trouble mental qui se traduit par la douloureuse passion de regarder le feu. Seule une telle contemplation peut apporter au patient joie, satisfaction et tranquillité. La pyromanie est considérée comme un type de TOC en raison de son incapacité à résister au désir obsessionnel de mettre le feu à quelque chose. Les Pyromanes planifient rarement un feu à l'avance. Cette convoitise spontanée, qui ne procure ni gain matériel ni profit, et le patient se sent soulagé après l'incendie criminel.

Psychoses

Les psychoses et leurs types sont classés en fonction de leur origine. La psychose organique se produit sur le fond de lésions cérébrales dues à des maladies infectieuses passées (méningite, encéphalite, syphilis, etc.)

1. Psychose fonctionnelle - lorsque le cerveau n'est pas physiquement endommagé, des anomalies paranoïaques se produisent.

2. Intoxication. La psychose d'intoxication est causée par l'abus d'alcool, de stupéfiants et de poisons. Sous l'influence des toxines, les fibres nerveuses sont affectées, ce qui entraîne des effets irréversibles et une psychose compliquée.

3. Réactif. Après un traumatisme psychologique, une psychose, une attaque de panique, une hystérie et une excitabilité émotionnelle accrue se produisent souvent.

4. traumatique. En raison de lésions cérébrales traumatiques, la psychose peut se manifester par des hallucinations, des peurs non fondées et des états obsessionnels.

Comportement auto-dommageable "Pathologie"

Les comportements autodestructeurs chez les adolescents se traduisent par une haine et une douleur auto-infligées, en guise de punition pour leur faiblesse. À l'adolescence, les enfants ne peuvent pas toujours montrer leur amour, leur haine ou leur peur, et l'auto-agression aide à faire face à ce problème. La pathologie est souvent accompagnée d'alcoolisme, de toxicomanie ou de sports dangereux.

Dépression saisonnière

Le trouble du comportement s'exprime dans l'apathie, la dépression, la fatigue et une diminution générale de l'énergie vitale. Ce sont tous des signes de dépression saisonnière, qui touche principalement les femmes. Les causes de la dépression saisonnière résident dans la diminution des heures de clarté. Si la dépression, la somnolence et la mélancolie ont commencé à la fin de l’automne et durent jusqu’au printemps, c’est la dépression saisonnière. La production de sérotonine et de mélatonine, des hormones responsables de l'humeur, est affectée par la lumière du soleil et, si elle n'est pas présente, les hormones nécessaires tombent en "hibernation".

Perversions sexuelles

La psychologie des perversions sexuelles change d'année en année. Les inclinations sexuelles séparées ne répondent pas aux normes modernes de la moralité et au comportement généralement accepté. À différents moments et dans différentes cultures, leur compréhension de la norme. Ce qui peut être considéré aujourd'hui comme une perversion sexuelle:

Le fétichisme. L'objet du désir sexuel de devenir vêtement ou objet inanimé.
Egsbizionizm. La satisfaction sexuelle est atteinte uniquement en public, une démonstration de leurs organes génitaux.
Voyeurisme Ne nécessite pas de participation directe à des rapports sexuels et se contente d'espionner les rapports sexuels d'autrui.

Pédophilie Assez douloureux pour apaiser votre passion sexuelle avec des enfants qui n’ont pas atteint la puberté.
Sadomasochisme. La satisfaction sexuelle, peut-être seulement dans le cas de causer ou de recevoir une douleur physique, ou une humiliation.

Senesthopathy

La psychopathie est l'un des symptômes de l'hypochondrie ou des délires dépressifs en psychologie. Le patient ressent une douleur, des brûlures, des picotements, sans raison particulière. Dans une forme grave de sénestopathie, le patient se plaint de gel du cerveau, de gale du coeur et de démangeaisons dans le foie. Le diagnostic de la sénesthopathie commence par un examen médical complet visant à exclure les symptômes somatiques et non spécifiques des maladies des organes internes.

Syndrome Double Négatif

Le syndrome de double illusion négatif s'appelle différemment le syndrome de Capgra. En psychiatrie, ils n'ont pas décidé s'il fallait considérer cela comme une maladie indépendante ou un symptôme. Le patient atteint du syndrome des jumeaux négatifs est certain qu'un de ses proches ou lui-même a été remplacé. Toutes les actions négatives (écrasement de la voiture, vol du bar au supermarché), tout cela est attribué au double. Parmi les causes possibles de ce syndrome est appelée la destruction du lien entre la perception visuelle et émotionnelle, en raison de défauts gyroscopiques.

Syndrome du côlon irritable

Le syndrome du côlon irritable avec constipation est exprimé par des ballonnements, des flatulences et une altération des mouvements de l'intestin. La cause la plus fréquente du SCI est le stress. Environ les deux tiers de toutes les personnes atteintes du SRC sont des femmes et plus de la moitié d'entre elles souffrent de troubles mentaux. Le traitement de l'ISF est systémique et comprend un traitement médicamenteux visant à éliminer la constipation, la flatulence ou la diarrhée, ainsi que les antidépresseurs, afin de soulager l'anxiété ou la dépression.

Syndrome de fatigue chronique

Le syndrome de fatigue chronique prend déjà l'ampleur de l'épidémie. Cela est particulièrement visible dans les grandes villes, où le rythme de la vie est plus rapide et la charge mentale énorme. Les symptômes de la maladie sont très variables et un traitement à domicile est possible s'il s'agit de la forme initiale de la maladie. Maux de tête fréquents, somnolence tout au long de la journée, fatigue, même après des vacances ou un week-end, allergies alimentaires, perte de mémoire et incapacité à se concentrer, autant de symptômes du SFC.

Syndrome de burnout

Le syndrome d'épuisement émotionnel chez le personnel médical se produit en 2 à 4 ans de travail. Le travail des médecins est associé à un stress constant. Souvent, les médecins se sentent insatisfaits d'eux-mêmes, du patient ou se sentent impuissants. Après un certain temps, ils sont dépassés par l'épuisement émotionnel, exprimés avec indifférence face à la douleur, au cynisme ou à l'agressivité manifestée de quelqu'un d'autre. Les médecins apprennent à traiter les autres, mais ils ne savent pas comment gérer leur propre problème.

Démence vasculaire

La démence vasculaire est provoquée par une mauvaise circulation dans le cerveau et est une maladie progressive. Vous devez être attentif à votre santé pour les personnes souffrant d'hypertension, de sucre dans le sang ou pour un membre de la famille proche atteint de démence vasculaire. Le nombre de personnes vivant avec un tel diagnostic dépend de la gravité des lésions cérébrales et du soin apporté par les proches aux malades. En moyenne, après avoir posé un diagnostic, l’espérance de vie du patient est de 5 à 6 ans, sous réserve des traitements et des soins appropriés.

Stress et trouble d'adaptation

Le stress et une adaptation comportementale altérée sont assez persistants. La violation de l'adaptation comportementale survient généralement dans les trois mois, après le stress lui-même. En règle générale, il s’agit d’un choc violent, de la perte d’un être cher, d’une catastrophe différée, de la violence, etc. Un trouble d’adaptation comportementale en violation des règles morales adoptées dans la société, un vandalisme insignifiant et des actes mettant en danger la vie des personnes sont exposés.
Sans traitement approprié, un trouble stressant d'adaptation comportementale peut durer jusqu'à trois ans.

Comportement suicidaire

En règle générale, les adolescents n’ont pas encore complètement formé l’idée de la mort. Les tentatives de suicide fréquentes sont causées par le désir de se reposer, de se venger, de sortir des problèmes. Ils ne veulent pas mourir pour toujours, mais seulement pour un moment. Néanmoins, ces tentatives peuvent être couronnées de succès. Pour prévenir les comportements suicidaires des adolescents, une prévention doit être effectuée. Faire confiance aux relations familiales, apprendre à gérer le stress et à résoudre les situations de conflit réduit considérablement le risque de ressentir des idées suicidaires.

La folie

La folie est un concept dépassé permettant de définir tout un ensemble de troubles mentaux. Le plus souvent, le terme folie est utilisé en peinture, en littérature, avec un autre terme - "folie". Par définition, la folie ou la folie peuvent être temporaires, causées par la douleur, la passion, l'obsession, et généralement traitées avec des prières ou de la magie.

Tafofiliya

Tofofiliya se manifeste par son attrait pour le cimetière et ses rituels funéraires. Les causes de la tafofiliya résident principalement dans l’intérêt culturel et esthétique des monuments, des rites et des rituels. Certaines des anciennes nécropoles ressemblent davantage à des musées et l'atmosphère du cimetière apaise et réconcilie avec la vie. Tafofily pas intéressé par les cadavres, ou des réflexions sur la mort, et ne montrent qu'un intérêt culturel et historique. En règle générale, la tafofiliya ne nécessite pas de traitement si la visite des cimetières ne se transforme pas en comportement obsessionnel face aux TOC.

Anxiété

L'anxiété psychologique est une peur non motivée, ou une peur pour des raisons mineures. Dans la vie humaine, il existe une "anxiété utile", qui est un mécanisme protecteur. L'anxiété est le résultat de l'analyse de la situation et de la prévision des conséquences de la réalité du danger. En cas d'anxiété névrotique, une personne ne peut pas expliquer les raisons de sa peur.

Trichotillomanie

Qu'est-ce que la trichotillomanie et s'agit-il d'un trouble mental? Bien entendu, la trichotillomanie appartient au groupe OCD et vise à lui arracher les cheveux. Parfois, les cheveux sont arrachés inconsciemment et le patient peut manger des cheveux personnels, ce qui entraîne des problèmes au niveau du tractus gastro-intestinal. La trichotillomanie est généralement une réaction au stress. Le patient ressent une sensation de brûlure dans le follicule pileux sur la tête, le visage, le corps et après s'être retiré, il se sent reposé. Parfois, les patients atteints de trichotillomanie deviennent reclus, car ils ont honte de leur apparence et ils ont honte de leur comportement. Des études récentes ont révélé que les patients atteints de trichotillomanie avaient des lésions dans un gène particulier. Si ces études sont confirmées, le traitement de la trichotillomanie aura plus de succès.

Hikikomori

Explorer pleinement le phénomène des hikikomori est assez difficile. Ce sont principalement des hikikomori qui s'isolent consciemment du monde extérieur et même des membres de leur famille. Ils ne travaillent pas et ne quittent pas les limites de leur chambre, sauf en cas de besoin urgent. Ils restent en contact avec le monde via Internet et peuvent même travailler à distance, tout en excluant les communications et les réunions dans la vie réelle. Les hikikomori souffrent souvent de troubles mentaux du spectre de l'autisme, de la phobie sociale et du trouble de la personnalité anxieux. Les hikikomori ne se produisent presque jamais dans les pays dont l’économie est sous-développée.

Phobie

La phobie en psychiatrie est la peur, ou l'anxiété excessive. En règle générale, les phobies sont attribuées à des troubles mentaux ne nécessitant pas de recherche clinique et la psycho-correction permet de mieux faire face. Les exceptions sont déjà des phobies enracinées qui échappent à tout contrôle de la personne et perturbent ses moyens de subsistance normaux.

Trouble de la personnalité schizoïde

Le diagnostic de trouble de la personnalité schizoïde est établi sur la base de signes caractéristiques du trouble.
Dans le cas du trouble de la personnalité schizoïde, l'individu fait preuve de froideur émotionnelle, d'indifférence, de refus de socialisation et de tendance à la solitude.
Ces personnes préfèrent contempler leur monde intérieur et ne partagent pas leurs expériences avec leurs proches, et traitent également avec indifférence leur apparence et la façon dont la société réagit.

La schizophrénie

Sur la question: la schizophrénie est une maladie congénitale ou acquise, il n'y a pas de consensus. Vraisemblablement, l’émergence de la schizophrénie devrait combiner plusieurs facteurs, tels que la prédisposition génétique, les conditions de vie et l’environnement socio-psychologique. Dire que la schizophrénie est une maladie exclusivement héréditaire est impossible.

Mutisme électif

Le mutisme électif chez les enfants âgés de 3 à 9 ans se manifeste par une verbalité sélective. En règle générale, à cet âge, les enfants vont à la maternelle, à l'école et se lancent dans de nouvelles conditions. Les enfants timides ont des difficultés à socialiser, ce qui se reflète dans leur langage et leur comportement. À la maison, ils peuvent parler sans cesse, mais ils ne font pas de bruit à l’école. Le mutisme électif est attribué aux troubles du comportement et une psychothérapie est indiquée.

Encoprésie

Parfois, les parents se posent la question suivante: «L'encoprésie - qu'est-ce que c'est, et s'agit-il d'un trouble mental?». Avec l'encoprésie, l'enfant ne peut pas contrôler ses masses fécales. Il peut "aller gros" dans son pantalon, sans même comprendre ce qui se passe. Si ce phénomène se produit plus d'une fois par mois et dure au moins six mois, l'enfant doit subir un examen complet, y compris celui d'un psychiatre. Au cours de la scolarisation du pot, les parents s’attendent à ce que l’enfant s’habitue la première fois et le grondent quand il l’oublie. Ensuite, l'enfant a peur du pot, et avant des selles, qui peuvent être exprimées dans l'encoprésie de la psyché, et de nombreuses maladies du tractus gastro-intestinal.

Énurésie

L'énurésie chez les enfants dure généralement cinq ans, et aucun traitement spécial n'est requis ici. Il suffit de respecter le régime du jour, de ne pas boire beaucoup de liquide la nuit et de vider la vessie avant de se coucher. L'énurésie peut également être causée par une névrose dans le contexte de situations stressantes et les facteurs psycho-traumatiques pour l'enfant doivent être exclus.

L'énurésie est particulièrement préoccupante chez les adolescents et les adultes. Parfois, dans de tels cas, il se produit un développement anormal de la vessie et, hélas, il n’existe aucun traitement curatif, si ce n’est l’utilisation d’un réveil-matin énurésique.

Les troubles mentaux sont souvent perçus comme le caractère d’une personne et l’accusent de ce dont il n’est en fait pas coupable. L’impossibilité de vivre en société, l’incapacité de s’adapter à tous est condamnée, et la personne s’avère, seule avec son malheur. La liste des affections les plus courantes ne couvre même pas un centième des troubles mentaux et, dans chaque cas, les symptômes et le comportement peuvent différer. Si vous vous inquiétez de la condition d'un être cher, ne laissez pas la situation se débrouiller toute seule. Si le problème interfère avec la vie, alors il faut le résoudre avec un spécialiste.

En Savoir Plus Sur La Schizophrénie