Le terme «négativisme» est utilisé en psychologie pour décrire l'état d'une personne qui résiste à toute manifestation d'influence externe. Il convient de noter qu’il est rare de trouver une explication rationnelle à un tel modèle de comportement. Souvent, les personnes souffrant de négativisme agissent contrairement à leurs propres désirs. Dans cet état, une personne perçoit négativement la réalité environnante et éprouve un désir incontrôlé de commettre des actes contraires aux normes généralement acceptées.

Dans la sphère pédagogique, ce terme est utilisé pour caractériser un modèle de comportement oppositionnel, qui se manifeste par l’absence de reconnaissance de l’autorité des enseignants. Regardons comment la négativité se manifeste dans différents aspects de la vie.

Negativism (negativism anglais; du latin. Negatio - déni) - résistance à l'influence

Diverses formes de manifestation de résistance

En psychologie, le phénomène du négativisme se divise en deux formes de manifestation: passive et active. La forme active de ce modèle comportemental implique une manifestation d’agression et une vive résistance aux tentatives d’influence du public. Le négativisme a une relation étroite avec le non-conformisme, ce qui amène une personne à commettre des actes qui, dans certains cas, contredisent ses désirs. Le non-conformisme est un modèle de comportement qui implique une autonomie complète et une résistance consciente vive à la pression de la société. La différence entre ces modèles de comportement est que la négativité se manifeste souvent sous la forme d'actions inconscientes.

La forme passive du phénomène considéré se caractérise par un refus total de répondre aux exigences et aux demandes des personnes qui les entourent. Il existe des types physiologiques de manifestations de ce trouble de la personnalité, qui se manifestent par le refus de manger, de dormir, de bouger et de contacter le monde environnant. Selon les experts, la négativité est l’un des composants essentiels du comportement complexe de protestation. Outre le négativisme lui-même, l’entêtement, qui a des motifs fondés, fait partie de ce complexe.

Bien que l’obstination soit l’une des manifestations du phénomène à l’étude, la personne n’a pas certains motifs de résister avec négativité. La seule chose qui lie, deux manifestations du syndrome du comportement de protestation, la présence de facteurs subjectifs communs qui impliquent leur développement.

Le négativisme en psychologie est un état dans lequel une personne refuse d'adhérer aux principes sociaux et aux normes de comportement établis. Une telle protestation a une certaine similitude avec le mutisme. Le terme "mutisme" doit être compris comme un trouble mental qui oblige une personne à cesser d'utiliser la parole et les gestes afin d'éviter toute communication avec les autres. La principale différence entre ces états est que le mutisme se manifeste dans le contexte d'un traumatisme émotionnel fort.

La dernière composante du comportement complexe de protestation est l’obstination. Contrairement à la négativité et à l'entêtement, l'obstination se concentre sur divers fondements sociaux, y compris des événements importants ou le système même des valeurs humaines.

Le trait le plus caractéristique de cette résistance est son absence de fondement, son absence de motifs raisonnables.

La raison du changement de comportement

Selon les experts, la négativité fait partie intégrante de troubles mentaux complexes. Ces troubles incluent le syndrome catatonique, la schizophrénie, la démence et l'autisme. Souvent, une personne sous l'influence d'une dépression prolongée modifie son propre modèle de comportement en fonction du phénomène considéré.

Si nous considérons la négativité dans un large éventail de manifestations, nous pouvons dire que la raison principale de son apparition est l’état de frustration.

Le plus souvent, cette condition découle d’une longue incapacité à satisfaire ses propres besoins. Dans un tel état, une personne perçoit négativement l'environnement et les circonstances de la vie. Dans le contexte d'une telle perception du monde environnant, une personne ressent un malaise psychologique, qui se reflète dans le modèle comportemental.

Le désir de changer les fondations publiques et le refus de se conformer aux normes établies peuvent surgir dans le contexte de la complexité de l'intégration dans la société. La présence de ce problème conduit à une réaction hypercompensatrice, qui s'inscrit dans le contexte de difficultés de communication. Le modèle de comportement en question peut être exprimé par une obstination violente dans toute tentative d’exercer une pression externe. Si une personne atteinte du trouble en question estime que les exigences de la société sont très différentes de ses besoins internes, une sorte de réaction défensive commencera. Les experts expliquent ce fait par le fait qu'un individu a besoin de la liberté d'expression et de la capacité de contrôler sa propre vie.

Comment la négativité est liée et l'âge

Avant de parler de la relation entre l’âge d’une personne et son modèle de comportement, jetons un œil sur la question de ce qu'est le non-conformisme, la définition et la manifestation de cet état. Le terme "non-conformisme" doit être compris comme un modèle de comportement, qui implique le maintien d’attitudes personnelles, qui contredisent directement les normes établies dans la société. Un exemple frappant d'un tel modèle de comportement est celui des enfants qui s'identifient à différentes sous-cultures (punks, goths et autres informels).

Selon les statistiques, une personne dans sa vie est confrontée à plusieurs crises liées à l'âge. Cette période de la vie marquera des changements dans le comportement et la perception du monde qui nous entoure, ce qui se manifeste sous la forme de fréquentes fluctuations émotionnelles. En cette période de crise, une personne fait preuve de plus en plus de conflits, d’agressivité et de perception pessimiste du monde. Dans la plupart des cas, le négativisme fait partie intégrante de tels changements de perception. Le plus souvent, le phénomène considéré est intégré dans un modèle de comportement humain sous l'influence de facteurs de stress qui laissent un individu sans défense face à une influence extérieure.

Le négativisme est causé par l'action de la défense psychologique en réponse à des influences qui contredisent les sens internes du sujet.

Selon des études scientifiques, la grande majorité des crises liées à l'âge se produisent entre un mois et vingt ans. Regardons les crises les plus courantes:

  • crise du nouveau-né;
  • crise de la première année de vie et de trois ans;
  • crise scolaire;
  • crise de puberté.

À un âge plus avancé, une personne ne rencontre que deux types de périodes de crise. Ces périodes comprennent l’atteinte de l’âge moyen et le stress psychologique causé par la retraite.

Comment se manifeste la négativité dans l'enfance

Le négativisme chez les enfants se manifeste le plus souvent à l'âge de trois ans, car le modèle de comportement personnel est fondé à cet âge. En atteignant l'âge susmentionné, les enfants commencent à rechercher l'indépendance, ce qui conduit à l'apparition de catégorique et d'obstination. Cette période peut être mieux décrite à l’aide de l’expression "moi-même". Le désir d'explorer de manière indépendante le monde s'accompagne rarement de la possibilité d'une exécution indépendante des actions souhaitées. Dans ce contexte, la frustration se développe et fait partie intégrante du négativisme.

Les jeunes parents doivent être capables de distinguer la manifestation du phénomène considéré avec la désobéissance habituelle. Le refus d'actions que l'enfant ne veut pas accomplir est la norme pour cet âge. Le phénomène en question se manifeste dans les cas où un enfant manifeste un refus prononcé de donner suite aux demandes exprimées par les adultes.

Tableau clinique

Le négativisme est un symptôme de la crise provoquée par le passage à un certain stade de développement humain. De plus, cette affection est caractéristique de nombreux troubles mentaux. La forme de manifestation de ce modèle de comportement dépend du type de négativisme (passif ou actif) et peut être exprimée à la fois comme désobéissance démonstrative et résistance passive. De nombreuses personnes souffrant de ce trouble ignorent souvent les recommandations des spécialistes, ce qui complique considérablement le processus de traitement.

Le négativisme se manifeste le plus souvent chez les enfants par rapport aux besoins des adultes qui ne prennent pas en compte leurs besoins internes.

Le négativisme se manifeste dans le comportement humain sous la forme des caractéristiques suivantes:

  1. La difficulté de créer des liens de communication et d'interaction avec les personnes qui les entourent.
  2. Tempérament chaud, isolement et conflit.
  3. Méfiance et anxiété accrue.
  4. Un désir rare de faire des concessions contraires à sa propre opinion.

À l'âge adulte, les manifestations du négativisme ressemblent beaucoup au nihilisme. Le nihilisme est un certain modèle de vision du monde, caractérisé comme un choix humain conscient. Les personnes négatives, contrairement aux nihilistes, n'ont pas la capacité de contrôler leur propre comportement.

Les experts disent qu'il est extrêmement difficile de décrire la perception intérieure du monde environnant d'une personne souffrant de négativisme, car ce modèle de comportement est perçu comme la norme. Caractériser ce désordre est possible, comme la présence de difficultés dans la formation des besoins et des désirs. Le développement du désordre s'accompagne souvent de conflits internes et d'agressions dirigées contre lui-même. Dans la forme passive de la maladie, les patients subissent un retard de conscience qui frise l’indifférence face aux événements qui les entourent.

Comment traiter le problème

On trouve souvent des exemples de non-conformisme dans nos vies. Des exemples de tels comportements dans la société peuvent être différents coups d'État lorsque des personnes en désaccord avec l'ordre établi tentent d'imposer leurs propres valeurs à la société. Contrairement au non-conformisme, la négativité se manifeste plus souvent dans la vie quotidienne non publique. La présence de tels troubles chez les proches est une bonne raison de consulter un spécialiste. Seul l'impact psychologique d'un médecin expérimenté peut résoudre le conflit interne, qui est la cause première de l'entêtement pathologique.

Dans le cas d'enfants d'âge préscolaire, diverses méthodes de correction mentale sont utilisées, basées sur le format des jeux et des contes de fées. Lorsque le négativisme apparaît à l'adolescence, des techniques cognitivo-comportementales sont utilisées. Il est très important de pouvoir trouver le fil conducteur nécessaire pour pouvoir entrer en contact avec un adolescent qui a fermé dans son propre monde. Afin d'obtenir le résultat souhaité, les parents de l'enfant doivent être directement impliqués dans le traitement. Pour corriger le comportement, vous devrez utiliser toute votre ingéniosité, car sinon, vous pourrez faire face à la barrière émotionnelle que l'adolescent construira.

Il est important que les parents comprennent que la pression psychologique exercée sur un enfant ne peut qu'aggraver la situation. Les menaces et les punitions physiques forceront l'enfant à se retirer dans son propre monde. Les experts recommandent d’utiliser la méthode de l’impact modéré, qui repose sur des compromis. Les parents devraient essayer le moins possible d'initier des conflits avec les enfants.

La tâche principale de la thérapie est d'apprendre à l'enfant à interagir correctement avec le monde extérieur, grâce à l'inculcation de comportements positifs. Obtenir des résultats en modifiant votre propre modèle de comportement doit être accompagné d'éloges et de compréhension. Le renforcement positif joue un rôle important pour la psyché qui n'est pas complètement formée.

Le négativisme peut s'exprimer à la fois par le refus de remplir les conditions requises et par la réalisation d'actions contraires à celles requises.

Méthodes préventives

Conformité et non-conformisme constituent un équilibre particulier du modèle de comportement humain. La prédominance d'un des côtés de ce phénomène peut affecter négativement la perception du monde environnant. Afin de prévenir ce trouble mental chez les proches, ceux-ci devraient recevoir soutien et attention. Le plus souvent, les personnes en âge de crise ont besoin d'un tel soutien.

Lors de la réalisation d'une prophylaxie chez les enfants, il est important de leur apprendre à bien s'adapter à la société. Les personnes âgées doivent être particulièrement attentives, car souvent, pour atteindre un âge avancé, une personne perd ses liens de communication avec les autres. N'oubliez pas qu'il est très important d'empêcher le développement de la frustration de manière opportune, car cet état est la principale cause du développement de la négativité.

Monde de la psychologie

Menu principal

Négativisme

NEGATIVISME

Negativism (négativisme anglais; du latin. Negatio - déni) - la résistance du sujet privé de motifs raisonnables aux influences exercées sur lui. Le concept de négativisme a été utilisé à l'origine uniquement en relation avec des phénomènes pathologiques qui se produisent dans certaines formes de maladie mentale. Chez les patients atteints de maladie mentale, N. peut se manifester non seulement en ce qui concerne les effets d’autres personnes, mais également en relation avec l’action d’impulsions internes (retard de la parole, mouvements, certaines fonctions physiologiques).

Actuellement, ce concept a acquis un sens plus large: il est utilisé en pédagogie et en psychologie pour désigner toute résistance apparemment non motivée à l'influence de quelqu'un d'autre. N. se présente comme une réaction défensive face aux influences en conflit avec les besoins du sujet. Dans ces cas, le refus de satisfaire à l'exigence constitue un moyen de sortir du conflit et de le libérer de son influence traumatique. Le plus souvent, H. survient chez les enfants en ce qui concerne les besoins des adultes, sans tenir compte de leurs besoins. Le négativisme augmente avec les états de fatigue ou de surexcitation n. c. (voir. Le négativisme des enfants).

La forme de N. est l’obstination, derrière laquelle se trouve le motif de l’affirmation de soi. Le négativisme et l'obstination sont unis par le fait qu'ils se développent sur la base d'états subjectifs d'une personne, en ignorant objectivement les objectifs existants (cf. Persistance).

Il existe 2 formes de N: passif, qui se traduit par le refus de satisfaire aux exigences, et actif, dans lequel les actions opposées sont entreprises. N. m. B. épisodique, situationnel, mais dans certaines conditions, il peut être corrigé et devenir un trait de caractère stable.

Ajout d’un éditeur: Il existe également un N. philosophique tout à fait raisonnable et motivé - des enseignements qui s’appuient sur des principes négatifs (par exemple, agnosticisme, scepticisme, athéisme).

Dictionnaire psychologique. A.V. Petrovsky M.G. Yaroshevsky

Négativisme (du latin. Negatio - déni) - comportement non motivé du sujet, se manifestant par des actes délibérément opposés aux exigences et aux attentes d’autres individus ou groupes sociaux. Le négativisme en tant que réaction situationnelle ou trait de personnalité (à l’exception des cas cliniques de résistance insensée) est provoqué par le besoin du sujet de s’affirmer, de protéger son moi, et est également une conséquence de son égoïsme et de son aliénation (voir Aliénation de la personne) des besoins et des intérêts d’autrui les gens

La base psychologique de N. consiste à mettre le sujet en désaccord, à nier certaines exigences, formes d'appels, attentes des membres d'un groupe social donné, à protester contre ce groupe et à rejeter une personne en tant que telle. Les réactions de N. sont plus prononcées chez les enfants en période de crise liée à l'âge. Ils trouvent leur expression dans les comportements démonstratifs, l'entêtement, les conflits. Les méthodes psycho-correctionnelles de travail avec ces enfants éliminent la négativité en tant que forme de comportement.

Dictionnaire des termes psychiatriques. V.M. Bleicher, I.V. Crook

Négativisme (lat. Negativus - négatif) - attitude négative vis-à-vis des influences de l'environnement extérieur, isolant les impressions externes et l'opposition aux stimuli externes. Il y a N.: passif, caractérisé par la résistance de la tentative du médecin pour changer la position du corps du patient, le nourrir (avec une augmentation significative du tonus musculaire); active - les instructions de l'interlocuteur, toute demande suscite l'opposition du patient (lorsqu'il s'adresse à lui, il serre les lèvres, se couvre la tête d'une couverture); paradoxal - les actions du patient sont opposées aux instructions (en réponse à une demande de rapprochement, il quitte le cabinet du médecin).

Le négativisme se manifeste également par le mutisme (négativisme de la parole), la rétention urinaire et fécale, lorsque le patient est conduit aux toilettes. Le négativisme passif se retrouve souvent dans la même série de symptômes d'obéissance passive. Il est observé le plus souvent avec la schizophrénie catatonique, parfois avec une paralysie progressive, la démence sénile. E. Kretschmer [1922] a expliqué N. du point de vue de la théorie des mécanismes hypobuliques, E. Bleuler [1911] le voyait comme une manifestation de l'autisme.

Neurologie Dictionnaire explicatif complet. Nikiforov A.S.

aucune signification et interprétation du mot

Dictionnaire Oxford de psychologie

Négativisme

  1. Un cadre général caractérisé par une résistance aux propositions des autres (négativisme passif) et une tendance à agir de manière opposée aux instructions ou aux commandes (négativité active). Une caractéristique distinctive de ce comportement, en particulier lorsqu'il se manifeste chez les jeunes enfants, est l'absence de toute raison objective pouvant justifier une telle attitude négativiste.
  2. Le terme général utilisé pour désigner toute philosophie fondée sur les principes du déni, par exemple le scepticisme, l’agnosticisme.

domaine de terme

POSITION DE NEGATIVISME - le groupe exerce une pression sur l'individu, qui résiste à toute épreuve, démontrant au premier coup d'œil une position extrêmement indépendante, déniant par tous les moyens toutes les normes du groupe. C'est un cas spécifique de conformité, "conformité à l'envers". La position, opposant conformité, n'est pas négativisme, mais indépendance, indépendance.

NÉGATIVISME CATATHONIQUE - forte résistance à toute tentative de mettre une personne en mouvement. Il peut être passif lorsque le patient refuse simplement de bouger ou est actif lorsque le patient effectue des actions opposées à celles qu'il lui est demandé de faire.

Quelle est la négativité

Le terme «négativisme» fait référence à une forme spécifique de comportement humain lorsque, sans raison apparente, il fait preuve de résistance face à tout facteur d'influence externe. En psychologie, ce terme est utilisé pour dénoter la contradiction du sujet, agissant à l’encontre des attentes des autres, même contre un gain personnel.

Au sens large du terme, le négativisme fait référence à la perception négative par une personne de son environnement dans son ensemble. De quoi s'agit-il et dans quels cas cette désignation est-elle utilisée, nous la décrirons plus en détail ci-dessous.

Comportement spécifique et principales raisons de sa manifestation

Le négativisme en tant que forme d'activité comportementale humaine peut être un trait de caractère ou une qualité situationnelle. Il peut se manifester sous forme de mécontentement manifesté de manière démonstrative, de tendance à la pensée et d’expressions négatives, de vision dans laquelle les autres n’ont que des défauts, de mauvaise humeur.

Si nous supposons qu'une personne est une créature programmable, il devient alors évident de savoir quel facteur provoque la négativité. Dès sa naissance et tout au long de son enfance, une personne reçoit de l’extérieur de nombreux contextes différents. Ainsi sa conscience est formée et certaines réactions sont produites.

Il convient de noter que dans un tel «ensemble d'installations», un enfant crée toujours des conditions préalables négatives lorsqu'il est informé de quelque chose avec lequel il n'est pas d'accord. C'est ce désaccord qui se situe dans la "boîte" distante du subconscient et qui peut se manifester au fil du temps sous la forme de tels complexes ou traits de caractère spécifiques, tels que:

  • La timidité
  • L'insécurité.
  • Culpabilité ou solitude.
  • Incapacité d'être indépendant.
  • Suspicion excessive.
  • Stealth et beaucoup d'autres.

Des exemples d'expressions prédisposant au développement du négativisme qu'un enfant peut entendre dans son enfance peuvent être: «ne tourne pas», «ne pars pas», «ne crie pas», «ne fais pas cela», «ne crois pas à personne», etc. Il semblerait que les mots inoffensifs avec lesquels les parents agissent afin de protéger et de protéger leur enfant contre les erreurs, soient absorbés par ceux-ci à un niveau inconscient et commencent tout simplement à empoisonner sa vie.

Le plus dangereux est qu’une fois que cela se produit, l’attitude négative ne disparaisse pas. Il commence à se manifester dans presque tout à travers des émotions, des sentiments ou des comportements.

Formes comportementales

Le terme "négativité" est souvent utilisé en pédagogie. Il est utilisé pour les enfants caractérisés par une activité opposée dans leurs relations avec les personnes âgées et pour ceux qui devraient faire autorité pour eux (parents, grands-parents, éducateurs, enseignants, enseignants).

En psychologie, en relation avec le concept de négativisme, deux formes principales d'activité comportementale du sujet sont considérées:

1. Le négativisme actif est une forme de comportement individuel dans laquelle il exprime durement et plutôt vivement sa résistance en réponse à toute tentative d'influence extérieure sur lui. Les sous-espèces de cette forme de négativisme sont physiologiques (la protestation d’une personne s’exprime par un refus de manger, une réticence à faire ou dire quoi que ce soit) et des manifestations paradoxales (désir intentionnel de faire quelque chose dans l’inverse).

2. Le négativisme passif est une forme de comportement, exprimée au mépris absolu par l'individu des demandes ou des demandes. Pour un enfant dans l'environnement domestique, une telle forme se manifeste sous la forme d'un refus de faire ce qui était demandé, même si le déni va à l'encontre de ses propres désirs. Par exemple, lorsqu'un enfant se voit proposer de manger, mais qu'il refuse obstinément.

La négativité observée chez les enfants mérite une attention particulière. Cela est dû au fait que l’enfant utilise souvent cette forme de résistance, l’opposant à une attitude négative imaginaire ou réellement existante à son égard de la part des adultes. Dans de telles situations, les attitudes négatives deviennent permanentes et se manifestent sous forme de caprices, d'agression, d'isolement, de grossièreté, etc.

Les raisons du négativisme qui se manifeste chez les enfants incluent principalement le mécontentement face à certains de leurs besoins et désirs. Exprimant son besoin d'approbation ou de communication et ne recevant pas de réponse, l'enfant est immergé dans leurs expériences. En conséquence, une irritation psychologique commence à se développer, à l’encontre de laquelle le négativisme se manifeste.

Au fur et à mesure que l'enfant grandit, il prendra conscience de la nature de ses expériences, ce qui permettra aux émotions négatives d'apparaître plus souvent. Le blocage prolongé et l’ignorance des besoins de l’enfant par les adultes et les parents peuvent conduire au fait que le déni deviendra une caractéristique permanente de son caractère.

Cause et effet

De telles situations en psychologie sont considérées comme complexes, mais non critiques. Des techniques professionnelles opportunes aideront à identifier, à éliminer et à prévenir les tendances négatives dans le comportement du sujet.

Dans le même temps, il ne faut pas penser que le négativisme est une caractéristique propre aux enfants. Le négativisme se manifeste souvent chez les adolescents, les adultes et même les personnes âgées. Les raisons de la manifestation d'attitudes négatives en réponse à des stimuli externes peuvent être des changements dans la vie sociale de l'individu, des traumatismes psychologiques, des situations stressantes et des périodes de crise. Cependant, dans tous les cas, la négativité exprimée est principalement motivée par des défauts d’éducation et d’attitude vis-à-vis de la vie, qui se sont formés dans certaines conditions.

Afin de déterminer les attitudes négatives qui se sont formées et d’empêcher leur développement, un diagnostic psychologique d’un patient potentiel devrait être réalisé à l’avenir. Vient ensuite le travail pour éliminer ou atténuer les manifestations négatives du sujet. Premièrement, le problème initial est éliminé, ce qui entraîne le développement d’une attitude négative.

En outre, la pression sur l'individu est éliminée afin qu'il puisse «déverrouiller» et évaluer la situation réelle. Les adultes seront aidés par la réception de la connaissance de soi lorsque, au cours de son travail avec un psychologue, une personne est immergée dans ses propres souvenirs et peut trouver la cause de son insatisfaction afin d'en éliminer les conséquences.

Bien que le négativisme soit un phénomène assez courant chez une personne moderne, il peut facilement être corrigé. Si vous contactez un spécialiste à temps pour obtenir de l'aide, une personne sera capable de se débarrasser du déni et de ne plus voir un négatif dans les environs. Auteur: Elena Suvorova

Et le conseil le plus important

Si vous aimez donner des conseils et aider d'autres femmes, suivez une formation de coaching gratuite avec Irina Udilova, découvrez le métier le plus populaire et commencez à en recevoir entre 30 et 150 000:

  • > "target =" _ blank "> Formation de coaching gratuite à partir de zéro: obtenez entre 30 et 150 000 roubles!
  • > "target =" _ blank "> 55 meilleures leçons et ouvrages sur le bonheur et la réussite (à télécharger en cadeau)"

Négativisme

Notre voisin, Ivan Petrovich, voit que tout est toujours faux!
télécharger la vidéo

Le négativisme est une attitude envers une personne, des personnes, et parfois envers la vie et le monde dans son ensemble, avec des préjugés négatifs. Le contraire du négativisme est la compréhension, la coopération, le soutien.

Le plus souvent, par négativisme, nous entendons le négativisme comportemental - la tendance à tout refuser ou à tout faire à son comble, à faire le contraire, contrairement aux demandes et aux demandes. Le négativisme passif - ignorer les demandes et les demandes. Négativisme actif (comportement de protestation) - une personne fait le contraire, peu importe ce qu'elle lui demande.

Le négativisme chez les enfants: «Tu es resté longtemps. Allez faire un tour! "-" Je ne veux pas, je lis! ". «Vous n'avez pas lu aujourd'hui. C’est le moment de lire! "-" Je ne veux pas aller me promener! "- il est fort probable que ses vœux soient exactement à l’opposé de ce qui avait été suggéré.

Le négativisme est plus caractéristique des enfants en période de crise de l'âge. Typique pour les adolescents (négativisme d'adolescent) et pour les personnes plus âgées (voir l'échelle de tons émotionnels et de négativité d'âge). Le négativisme dégénère généralement pendant les périodes d'échec personnel.

La propension à objecter est l’une des manifestations de la négativité et elle peut être utilisée. Adolescente maitrisant les chaussures à talons hauts. "Est-ce difficile pour vous de marcher sur des talons aussi hauts?" - Naturellement, elle dira: "Non, d'accord!" «Bien, bien, je me suis donné la bonne suggestion rapide.

Lorsque le négativisme est associé à un état d'esprit ou d'humeur généralement mauvais, il est plus souvent de nature totale, se manifestant dans le comportement, dans le style de communication et dans les conceptions de la vie. Dans d'autres cas, peut-être en raison des particularités de l'éducation, le négativisme peut être très sélectif. Par exemple, en mots, une personne jure, se objecte et se blâme, mais en même temps, elle aime et se soucie. Au contraire, une personne polie et bien élevée avec un vocabulaire complètement positif peut en fait être une personne asociale avec des attitudes misanthropes négatives.

Le négativisme peut se manifester vis-à-vis de certaines personnes ou d'un groupe de personnes. Par exemple, il semble à une personne que dans cette société son individualité est supprimée, puis il essaie de tout faire «pas comme les autres». Il est difficile pour un négatif de vivre pour lui-même, il est encore plus difficile de vivre près de lui. Il est difficile de mener des affaires avec une personne si une vision négative du monde est inhérente à une personne - l'habitude de laisser voir des choses négatives dans la vie: erreurs - pas de chance, problèmes - pas d'opportunités, défauts - pas de dignité. Cependant, les négatifs peuvent être amis, arrosant ensemble la boue environnante. Souvent, ils parlent aussi mal les uns des autres, mais comme ils ont l'habitude de voir des choses négatives dans le monde, ils les comprennent parfaitement. Ils y sont habitués.

Il est plus difficile de remarquer une négativité profonde chez l'homme. En apparence, il semble avoir une attitude positive envers les gens, il les traite avec des préjugés négatifs, ne leur fait pas confiance, voit l'intention et le sabotage, blâme et soupçonne les gens, provoquant le négativisme, entre autres.

Les causes du négativisme étant variées, il est impossible de nier à la fois les circonstances génétiques et l’influence du fond hormonal et de l’environnement culturel général. Malheureusement, le négativisme est l’un des traits caractéristiques de la mentalité russe. À cet égard, la majorité des Russes voient plus souvent en eux-mêmes des défauts que des vertus.

À l'étranger, si une personne dans la rue touchait accidentellement une autre personne, la réaction systématique de presque tout le monde: «Désolé», des excuses et un sourire. Ils sont tellement élevés. Il est regrettable qu'en Russie de tels schémas soient plus négatifs, vous pouvez entendre ici «Eh bien, où regardez-vous?» Et quelque chose de plus dramatique.

En ce qui concerne les raisons psychologiques, il s’agit principalement: 1) de l’impuissance, du manque de compétences et de connaissances pour faire face au problème; 2) la lutte pour le pouvoir, l'affirmation de soi; 3) le manque d'attention, attirer l'attention; 4) expression d’hostilité, de vengeance: c’est parfois une version douloureuse d’une vision du monde négative.

Comment gérer la négativité?

Combattre la négativité est une tâche créative. Il est dangereux de souligner les symptômes du négativisme chez les autres. Habituellement, les personnes développant un négativisme réagissent à cela avec protection, ne faisant que se renforcer dans leur négativité. Si vous vous surveillez vous-même ou demandez aux autres de vous dire que vous «tombez dans le négativisme», les succès sont bien réels.

Et comment ne pas tomber dans le négativisme? - Il n'est pas très sage de lutter contre le négativisme, car la lutte contre est déjà une manifestation du négativisme. Il est plus productif et amusant de développer une attitude positive et une attitude positive à l’égard des gens. C'est réel Ainsi, nous supprimons la position du Sacrifice, la tendance à méditer (pleurnicher, ce n’est pas seulement pleurer et se désoler de son bien-aimé, c’est une plainte, un reproche, un chagrin, etc. comme tout est affreux! », nous développons la position de l'auteur, la confiance en soi et l'habitude du soutien chaleureux des autres. Nous apprenons à voir nos succès et nos réussites, nous apprenons à complimenter les gens, nous apprenons à remercier les gens et nous apprenons la gratitude de la vie en général.

Les personnes attentives veillent à ce que la négativité ne les prenne pas. Le plus simple est de demander à vos amis et aux membres de votre famille de vous surveiller, surtout qu’un tel jeu est utile pour tout le monde. Vous pouvez suivre indépendamment votre vocabulaire positif et écrire vos expressions typiques dans lesquelles vous rejetez votre négatif. Mat, bien sûr, est exclu de la communication normale.

négativisme

Dictionnaire explicatif psychologique et psychiatrique court. Ed. igisheva 2008

Un bref dictionnaire psychologique. - Rostov-sur-le-Don: PHOENIX. L.A. Karpenko, A.V. Petrovsky, M.G. Yaroshevsky. 1998

Dictionnaire de psychologue pratique. - M.: AST, Harvest. S. Yu. Golovin. 1998

Dictionnaire psychologique. I.M. Kondakov. 2000

Grand dictionnaire psychologique. - M.: Prime-Evroznak. Ed. B.G. Mescheryakova, Acad. V.P. Zinchenko. 2003

Voyez ce qu'est le "négativisme" dans d'autres dictionnaires:

NEGATIVISME - en médecine, symptôme d'un trouble mental dans lequel les patients résistent sans aucune raison aux influences extérieures, refusent de donner suite à toute demande (négativisme passif) ou font le contraire (négativité active)... Big Encyclopedic Dictionary

Négativisme - (du latin. Negatio denial) refusant d'être exposé à d'autres personnes, non en raison de la logique de la mise en œuvre de leurs propres tâches, mais d'une attitude négative à leur égard. Le négativisme est causé par l'action de la défense psychologique en réponse aux effets,...... Vocabulaire psychologique

Partager le lien vers le surligné

Lien direct:

Nous utilisons des cookies pour notre site. Continuez à utiliser ce site, vous êtes d'accord avec cela. Ok

NEGATIVISME

Contenu:

Trouvé 25 définitions du terme NEGATIVISM

NEGATIVISME

NEGATIVISME

NEGATIVISME

NEGATIVISME

NEGATIVISME

- comportement non motivé du sujet, contrairement aux exigences des autres sujets, son aliénation des intérêts des autres.

NEGATIVISME (CIM 295.2)

NEGATIVISME

Le plus souvent manifesté chez les enfants en ce qui concerne les besoins des adultes, qui ne prennent pas en compte leurs besoins internes, principalement liés à la formation de la conscience de soi. Cela peut se traduire par le refus de remplir les conditions requises et par la réalisation d'actions contraires à celles requises.

En excluant les cas cliniques de résistance dénuée de sens, le négativisme en tant que réaction situationnelle ou trait de personnalité est dû au besoin du sujet de s'affirmer, de se protéger, et est également une conséquence de son égoïsme formé et de son éloignement des besoins et des intérêts des autres.

La base psychologique du négativisme est de mettre le sujet en désaccord, de nier certaines exigences, certaines formes de communication, les attentes des membres d'un groupe social particulier, de protester contre ce groupe et de rejeter une personne en tant que telle. La réaction négative du négativisme est plus prononcée chez les enfants en période de crise liée à l’âge. Ils se traduisent par des comportements démonstratifs, obstinés et conflictuels. Le travail psycho-correctionnel avec de tels enfants élimine la négativité en tant que comportement.

NEGATIVISME

E. Kretschmer [1922] a expliqué N. du point de vue de la théorie des mécanismes hypobuliques, E. Bleuler [1911] le voyait comme une manifestation de l'autisme.

NEGATIVISME

Actuellement, ce concept a acquis un sens plus large: il est utilisé en pédagogie et en psychologie pour désigner toute résistance apparemment non motivée à l'influence de quelqu'un d'autre. N. se présente comme une réaction défensive face aux influences en conflit avec les besoins du sujet. Dans ces cas, le refus de satisfaire à l'exigence constitue un moyen de sortir du conflit et de le libérer de son influence traumatique. Le plus souvent, H. survient chez les enfants en ce qui concerne les besoins des adultes, sans tenir compte de leurs besoins. N. augmente dans des conditions de fatigue ou de surexcitation n. c. (voir. Le négativisme des enfants).

La forme de N. est l’obstination, derrière laquelle se trouve le motif de l’affirmation de soi. N. et l'obstination sont unis par le fait qu'ils se développent sur la base des états subjectifs d'une personne, tout en ignorant objectivement les objectifs existants (cf. Persistance).

Il existe 2 formes de N: passif, qui se traduit par le refus de satisfaire aux exigences, et actif, dans lequel les actions opposées sont entreprises. N. m. B. épisodique, situationnel, mais dans certaines conditions, il peut être corrigé et devenir un trait de caractère stable.

Ajout d’un éditeur: Il existe également un N. philosophique tout à fait raisonnable et motivé - des enseignements qui s’appuient sur des principes négatifs (par exemple, agnosticisme, scepticisme, athéisme).

Négativisme négatif

L'un des principaux maux de ce monde est que la plupart des gens sont négatifs.

Une touche d'envie crée un négatif.

Si vous avez une pensée négative, dites-lui simplement que nous vous remercions de votre participation.

La vérité devrait conduire à des changements positifs. Si vrai mène à

changements négatifs, peut-être que ce n'est pas vrai du tout, mais simplement notre manque de culture.

Une personne doit s'efforcer de développer une culture spirituelle, de gagner en pureté d'esprit,

pureté de votre conscience et essayez de vous protéger en quelque sorte du négatif

influences de la culture occidentale qui nous attaquent de toutes les sources.

Le négativisme (du latin. Negatio - déni) en tant que qualité de la personnalité - la tendance à penser négativement sur la base de préjugés, préjugés négatifs, ne voyant que les défauts des personnes; montrer des attitudes négatives de l'attitude inconsciente et malveillante.

Homme - être programmable. Depuis notre enfance, des dizaines d'attitudes négatives ont été impliquées dans notre «logiciel». Ces cadeaux de la «pépinière» nous font voir des «caractéristiques aléatoires» dans le monde extérieur: défauts, échecs, tristesse, menaces et dangers. Le monde est devenu pour nous un grand "byakoy". Lorsque les adultes nous ont dit des sottises différentes, mais qu'ils pensaient eux-mêmes différemment, nous avons écrit exactement cela «différemment» dans le subconscient. Phrases adultes les plus populaires:

“Ne pas tourner!”, “Ne pas courir!”, “Ne pas sauter!”, “Ne pas rester debout!” Ont créé un paramètre négatif “Ne pas le faire”. Par conséquent, à l'âge adulte, nous sommes caractérisés par la timidité, le doute de soi, le manque d'initiative, le manque d'indépendance, la dépendance à l'égard des opinions des autres et l'anxiété. Quand ils nous ont dit: "Tu es méchant, tu offenses ta mère, je vais te laisser pour un autre enfant!", "Je n'ai pas besoin d'une telle fille. Je vais vous donner un policier ou une gitane », nous avons enregistré l'installation« Ne vivez pas! ». Les émissions pour enfants nous ont retournés contre nous, des sentiments de culpabilité, des peurs, des sentiments de solitude, des troubles du sommeil et l'aliénation des parents. «Souviens-toi, mon enfant, nous ont assuré nos parents, tous sont des trompeurs, ne fais confiance qu'à toi! Personne ne peut faire confiance à l'exception de papa et maman. En conséquence, l'installation «Ne crois pas!» S'est installée dans le subconscient et, avec elle, a des difficultés de communication, de suspicion, de peur, de solitude et d'angoisse. «Le malheur est à moi, sors de la vue, tiens-toi dans un coin!» Dirent les parents. Nous sommes entrés dans un coin et avons emporté avec nous colère, agressivité, secret, méfiance, culpabilité, manque d'estime de soi, hostilité envers autrui, aliénation et conflits avec les parents.

Apprenées à un niveau inconscient, les attitudes négatives empoisonnent notre vie: manque d’argent, stagnation dans une carrière, vie personnelle ne se passe pas bien. Une fois apparue, l'installation ne disparaît pas et se manifeste à travers notre comportement, nos sentiments et nos émotions. Seule la contre-tempête peut être un antidote aux attitudes négatives. Mais vous devez d’abord trouver vos attitudes négatives. Vous connaissez l'énigme: «Une centaine de vêtements et tout ce qui ne contient pas d'attaches?». Il peut y avoir des attitudes encore plus négatives: vous retirez le drap supérieur et sous celui-ci, il y a encore beaucoup de ses semblables. Révéler des attitudes négatives n’est possible que par les soins personnels et l’observation de soi. Pas à pas et arriver à la tige. Vous pouvez détecter les attitudes négatives des manières suivantes: en visualisant et en analysant votre environnement.

Visualisation Identifiez les domaines de votre vie qui vous préoccupent (par exemple: santé, argent, relations) et choisissez une chose pour éviter de vous perdre dans le subconscient. Par exemple, vous avez choisi la santé. Dites-vous: «Je suis complètement en bonne santé» et commencez à enregistrer toutes les pensées qui se posent sur ce sujet ou réfutez cette affirmation. Par exemple: ils vont me conduire à l’armée, mon cœur bat comme une queue de souris, mon foie s’est agrandi, je ne crois pas en ma propre santé, j’ai beaucoup de maladies héréditaires, etc. Écris, écris, jusqu'à ce que tous les doutes soient réglés. Imaginez davantage une autre situation concernant l’argent ou les relations et écrivez à nouveau.

Analysez votre environnement. Dis-moi qui est ton ami et je te dirai qui tu es. Cette vérité s'applique entièrement à notre environnement. Montrez votre environnement et je vous dirai qui vous êtes. Dans notre environnement, nous sommes réfléchis, comme dans un miroir. Ecrivez quel genre de croyances et croyances ils avaient pour tel ou tel problème. Il est probable que vous avez des paramètres similaires avec eux.

Pour les attitudes négatives, des constructions linguistiques rigides et péremptoires sont caractéristiques. Par exemple: “c’est impossible, c’est nécessaire, ça devrait, tout, toujours, jamais”, etc. Après avoir identifié et réalisé les attitudes négatives, nous passons à l’étape suivante. À partir d'une installation négative, nous allons créer une nouvelle idée qui pourrait remplacer cette installation. La pensée doit être positive et au niveau de «je peux». Par exemple, nous avons identifié les attitudes négatives suivantes pour l'argent: l'argent ne peut être gagné que par le travail acharné; pour faire des affaires, il faut pouvoir marcher sur les cadavres; l'argent gâte une personne; dans ce monde, tout est déjà divisé; il est impossible de gagner de l'argent avec un travail honnête; honteux de prendre beaucoup d'argent des gens; l'argent porte malheur; l'argent me passe toujours; l'argent est de la terre; vous devez vivre selon vos moyens; c'est dommage d'être riche quand il y a tant de pauvres autour de nous; tous les voleurs riches; un mendiant est né, un mendiant et tu meurs; il vaut mieux ne pas dépenser d'argent, mais économiser pour un jour de pluie; J'ai assez de minimum; la vie est l'alternance de bandes noires et blanches, après la bande blanche elle sera noire; Je suis pauvre mais fier.

Nous changeons donc l'attitude négative selon laquelle «on ne peut gagner de l'argent que par un travail ardu». C'est sans doute une erreur. Les millionnaires ne labourent pas comme un cheval. Ils consacrent beaucoup de temps à leur travail tout en en profitant. Si vous faites ce que vous aimez, le travail apporte de la joie. Vous devez aller travailler avec joie et revenir avec plaisir. Si vous êtes fatigué et que votre travail est agaçant, vous devez le changer. Il y a une blague: "Si la vodka interfère avec le travail, quittez votre travail." Le travail préféré ne fatigue pas. L'argent est le résultat de votre histoire d'amour avec le travail. Par conséquent, notre attitude positive ressemblera à ceci: «Je suis un aimant financier. J'apprécie le processus de travail lui-même et je gagne beaucoup d'argent. »

Ou un autre exemple: "Il vaut mieux ne pas dépenser d'argent, mais économiser pour un jour de pluie." Ce à quoi une personne pense est ce qui lui arrive. Pensez à un fond noir, cela viendra inévitablement. Une personne décente devrait aller bien. Il est bien sûr nécessaire d’économiser de l’argent, mais à certaines fins spécifiques (voiture, appartement, maison, vacances). Nous formulons une nouvelle attitude positive, quelque chose comme ceci: «Dans ma vie, tout est beau. Je vis en anticipation de tout le meilleur et ne laisse que l'argent, la santé et la prospérité dans ma vie. " Pour une fixation plus rapide dans le subconscient des nouvelles installations, enregistrez-les sur un lecteur MP3 en prononçant 10 fois chaque réglage. Pour enregistrer, utilisez un ordinateur ou un enregistreur vocal numérique. Transférez ensuite ces enregistrements sur un lecteur MP3 et activez-les tous les jours lorsque vous voyagez ou effectuez des tâches ménagères. Après avoir écouté l'enregistrement de nouvelles installations plusieurs fois par jour, vous allez traverser le bloc de protection du subconscient et remplacer rapidement vos réglages négatifs par des positifs.

Joe Vitale a suggéré une excellente technique pour travailler avec des attitudes négatives. La technique s'appelle Ho’oponopono. Ho’oponopono signifie «bien faire» ou «corriger une erreur». Selon les croyances des anciens Hawaïens, les erreurs proviennent de pensées évoquant des souvenirs douloureux. Ho’oponopono suggère une méthode pour libérer ces pensées douloureuses ou ces erreurs de l’énergie qui entraîne un déséquilibre du corps et des maladies. L’essence de la technique est que vous devez faire attention à tout problème (par exemple, à l’attitude négative que vous avez écrite sur papier), puis vous dire de telles phrases: 1) «Je suis vraiment désolé» (je veux dire que Dommage que vous ayez créé ce problème et que vous assumiez pleinement la responsabilité du problème posé). 2) "S'il vous plaît pardonnez" (vous demandez pardon pour le problème ou l'obstacle créé). 3) "Merci" (vous remerciez votre subconscient d'avoir relâché le problème). 4) «Je t'aime» (vous envoyez de l'amour au problème précédent, qui perd déjà de la force et cesse d'être un problème). Malgré la simplicité de la technique et l'étrangeté de ces phrases, elles fonctionnent vraiment. La signification de ces actions est de nettoyer votre espace intérieur. Vous verrez bientôt les résultats de votre travail avec des attitudes négatives et serez surpris: "Comment pourrais-je croire en cela?"

Une personne est obligée de contrôler le «bavardage de l'esprit», en éliminant les pensées déprimantes de son cercle mental et en les remplaçant par des constructions optimistes et positives. Une petite pensée est venue, vous devez immédiatement la remplacer par une pensée positive. L'esprit ne peut pas garder deux pensées à l'esprit à la fois. Le principe de la pensée opposée est simple mais extrêmement efficace.

Le négativisme a de nombreuses manifestations. Par exemple, le négativisme comportemental associé à l'installation fait le contraire, malgré, malgré, malgré tout. Ce qui ne lui demande pas, assurez-vous d'obtenir un refus. Le négativisme communicationnel se manifeste dans la communication: une personne se fait constamment reprocher, se fait reprocher, blâme, justifie et jure. Dans la vie, le négativisme a tendance à remarquer les problèmes, pas les opportunités, les défauts, pas les mérites, les erreurs, pas la chance. Cela est inhérent à la "conscience de la mouche" qui, se dirigeant vers le miel, remarque soudainement une honte en dessous. Il est nécessaire de comprendre ce qu’il ya là pour le tabouret. Elle s'y rend, s'installe, obtient des «enfants» et passe toute sa vie à la poubelle sans aller au miel.

Le négativisme est «soumis à tous les âges», mais plus typique des enfants en période de crise liée à l'âge, des adolescents et des personnes âgées (âgés). De plus, il est exacerbé pendant les périodes d'échec personnel. Les causes de la négativité peuvent être des circonstances génétiques et des hormones. Concernant les raisons des propriétés psychologiques: il s’agit principalement du manque de connaissances sur la façon de gérer le problème. Le désir d’affirmation de soi, le manque d’attention, l’attention, la manifestation d’hostilité et de vengeance joue un rôle non négligeable.

Les préjugés occupent une place importante dans la formation du négativisme. Le préjugé est une attitude négative envers l'antipathie envers autrui ou un préjugé envers un groupe et ses représentants individuels. Le préjugé est littéralement une opinion qui précède la raison, apprise sans discernement, sans réfléchir. Ce sont des "cafards" dans notre tête. Cela n'a aucun sens de renier leurs préjugés. Vivant dans la société, toute personne devient inévitablement un taxi pour les préjugés, comme un chien errant pour les puces. La seule personne exempte de préjugés était W. Fields. Il a lui-même ouvertement déclaré ceci: «Je suis libre de tout préjugé. Je déteste tout le monde également. " Les préjugés sont tombés dans notre subconscient par la voie de la «gouttelette d’air» issue des enseignements de ma mère et de ma grand-mère, des enseignements de la morale des enseignants et de l’atmosphère de notre environnement.

Dans le livre classique Nature of Prejudice, le psychologue américain Gordon Allport mène le dialogue suivant: «M. X: Tout le problème avec les Juifs est qu’ils ne se soucient que des membres de leur groupe. M. Y: Toutefois, selon le rapport du Fonds pour les dons volontaires locaux, ils versent plus (proportionnellement à leur nombre) aux besoins du gouvernement local que les non-juifs. M. H: Cela prouve seulement qu’il est important pour eux de s’acheter la popularité et d’entrer enfin dans toutes les affaires des chrétiens. Ils ne pensent à rien d'autre que de l'argent! C'est pourquoi il y a tant de Juifs parmi les banquiers. M. Y: Mais une étude récente indique que le pourcentage de Juifs dans le secteur bancaire est insignifiant - il est bien inférieur au pourcentage de non-Juifs! M. X: Ce que je vous dis, c’est: ils ne veulent pas s’engager dans une entreprise respectable, s’ils font quelque chose, c’est ce qu’ils gagnent dans le cinéma ou dans les boîtes de nuit. " «Ce dialogue est bien plus efficace pour illustrer la nature insidieuse des préjugés que ne le feraient des montagnes de preuves», commente un autre psychologue russe, Elliot Aranson, dans le livre «Public Animal»: «Que dit réellement M. X? "Ne me trompez pas avec les faits, tout est clair pour moi!" Il n'essaye même pas de contester les données rapportées par M. Y à son sujet, mais il est préoccupé par le fait qu'il déforme avec succès les faits de manière à ce qu'ils soutiennent sa haine de, ou les jette sans aucune gêne, et passe à l'attaque dans le nouveau "champ". Une personne qui a des préjugés profonds a une forte immunité contre les informations qui vont à l’encontre de ses stéréotypes chéris… ». Un exemple frappant de la façon dont les stéréotypes deviennent des préjugés.

Le mot "préjugé" lui-même dit que les jugements étrangers pénètrent dans nos têtes, en contournant l'esprit. Nous les prenons sur la foi sans vérification. Curieusement, il y a deux cents ans, nos ancêtres ont remplacé le mot "préjugé" par "préjugé". Et puis les gens ont compris que certains jugements pénètrent dans la tête avant de raisonner. A. Pushkin dans «Tsiganes» écrit: «Qu'est-ce que j'ai abandonné? Triche excitation, peine préjudiciable, foules insensées persécution ou honte brillante. " Ou dans "Eugene Onegin": "... Détruisez les préjugés qui n'ont pas été et qui n'ont pas de fille à treize ans!"

Pourquoi les préjugés contournent-ils facilement les filtres de notre conscience? Les préjugés constituent par nature une mauvaise généralisation incorrecte, une norme d'attitude envers les phénomènes, les objets et les êtres vivants. Les préjugés sont nés sur les ruines de vérités obsolètes. L'esprit de la plupart des gens est paresseux et inerte, à moitié endormi. Pourquoi gaspiller de l'énergie cérébrale pour clarifier leurs idées? Une fois que la sagesse populaire a dit, alors prendre note pour acquis. Ce n'est pas une affaire royale de gérer chaque petite chose. Par exemple, pour ne pas vous emparer de la chance, vous devez toucher du bois. Selon les traditions chrétiennes, il est nécessaire de traverser et de ne pas frapper au bois comme des païens. Ils croyaient que des esprits impurs vivaient dans les arbres et ils ont dû frapper pour les chasser.

De plus, les gens ont toujours comparé leur tribu, la nation, à d’autres. Naturellement, en leur faveur. La morale des étrangers, leur apparence a été moquée et généralisée. Le monde entier ne circule pas. Par conséquent, l'homme du commun a dû prendre beaucoup de déclarations sur la foi. L'odeur des Noirs est décrite à plusieurs reprises dans la littérature américaine des temps anciens. Rappelons, par exemple, Faulkner. Un chauffeur de taxi bien connu de Toronto a soutenu que l'odeur d'un nègre était douce et pourrie, pas plus dégoûtante que n'importe quel autre blanc, mais étrange. À son tour, l'odeur des blancs ne caresse pas les odeurs noires. Au Sénégal, on pense que l'homme blanc, avec les singes, les chiens et les chats, sent l'urine. La mère inspire l’enfant: "Si tu ne vas pas te laver, tu sentiras l’odeur d’urine comme blanche." Les préjugés offrent aux représentants d'une nation la possibilité de se comprendre et de ressentir leur communauté: «Vous regardez un Russe d'un œil vif... Il vous regardera de long en large... Et tout est clair. Et pas de mots sont nécessaires. Ce n'est pas possible avec un étranger. "

Outre la paresse mentale et le snobisme national, la peur est la cause des préjugés. Pourquoi, ayant à peine ressenti la naissance d'une nouvelle vie, la future mère commence-t-elle à croire sincèrement la masse des préjugés? Parce que la peur de l’incertitude des neuf prochains mois est pressante. On ne peut pas croire qu '«on ne peut parler de grossesse à personne. Seul le père du bébé! "," La toxicose sera nécessaire! "," Attendez, les bizarreries vont commencer! Vous allez manger de la craie "," Vous ne pouvez pas dire à personne la date de naissance prévue et tenir un calendrier de grossesse "," Une femme enceinte ne peut pas acheter d'avance pour le bébé, vous ne pouvez pas tricoter et faire de l'artisanat, vous ne pouvez pas teindre ni les ongles ni les cheveux, les cheveux coupés. "

La raison des préjugés peut être une simple ignorance. Dans le film «Le soleil blanc du désert», le camarade Sukhov, organisant le premier foyer de femmes libérées de l'Est du harem d'Abram, a écrit sur un morceau de papier un slogan révolutionnaire: «À bas les préjugés! Une femme, c'est aussi un homme. Néanmoins, cet homme a longtemps été considéré comme une créature impure, bénéficiant du soutien de forces obscures. Ce préjugé était associé à ce qu'on appelle communément les «jours critiques» aujourd'hui. Dans les idées de nos ancêtres, l'homme ne pouvait pas saigner sans impunité ni mourir d'une perte de sang sans l'aide du diable. Par conséquent, il est toujours interdit aux femmes d'assister à l'église les jours critiques.

La structure des préjugés sociaux comprend les émotions et les sentiments (ce qu’une personne ressent), un stéréotype, c’est-à-dire une image généralisée ou une image du monde dans la tête (ce qu’une personne sait) et les actions réelles d’une personne en relation avec un groupe ou le représentant d’un groupe (ce qu’une personne fait). Que ressent une personne? La haine, le dégoût et le sentiment de dégoût. Ses connaissances se résument à des idées hostiles sans fondement concernant un groupe social. Il se caractérise par un comportement négatif envers les membres d'un groupe social en raison de son appartenance. Face aux préjugés, les contacts entre groupes, la sensibilisation et la reconnaissance des préjugés sont efficaces.

En Savoir Plus Sur La Schizophrénie