La neuropathie du nerf péronier est une maladie associée à un dysfonctionnement du nerf péronier. Il est situé près du nerf tibial, à l'extérieur du tibia, puis va le long du pied au pied, se divisant en deux branches: la plus profonde et la plus profonde. Superficiel est responsable du travail des muscles latéraux de la jambe et de leur sensibilité, et profond - des doigts extenseurs et du muscle tibial. La maladie s'accompagne de difficultés à fléchir le pied et les orteils, jusqu'à l'impossibilité totale de les contrôler.

Classification et variétés

Il existe plusieurs types de pathologie. Ils se distinguent par les raisons qui ont provoqué le développement de la pathologie.

La compression

Le soi-disant "syndrome de tunnel" - le type de maladie le plus courant. Cela est dû à une perturbation du système musculo-squelettique. Elle se développe pour diverses raisons: lors d’un long séjour «accroupi» (si le travail le requiert), dans des chaussures très moulantes, lors d’une longue séance de jambe à jambe ou en cas de courbure de la colonne vertébrale. Tout cela provoque la compression, la compression nerveuse. Pour lutter contre la maladie, il y a plusieurs moyens.

La tâche principale du médecin consiste à éliminer non seulement la neuropathie elle-même, mais également la maladie qui l’a provoquée.

Irina Martynova. Diplômé de l'Université de médecine de l'État de Voronej. N.N. Burdenko. Stagiaire en clinique et neurologue à l'hôpital polyclinique de Moscou. Posez une question >>

Post traumatique

Comme son nom l'indique, cette maladie peut se développer à la suite d'un traumatisme. En règle générale, il s'agit d'une blessure à la partie supérieure de la jambe, par exemple une fracture du péroné. D'autres causes peuvent être une chute, des coups ou des ecchymoses.

Ischémique

Sous ischémie, on entend une sorte d ’« accident vasculaire cérébral »de la cellule nerveuse, résultant d’une violation de la conductivité du sang qu’elle contient. Il se développe dans le contexte de pathologies du coeur ou du système cardiovasculaire. Cela peut se produire, par exemple, avec les varices, le diabète, la goutte, etc.

Il est nécessaire de rétablir le processus normal d'approvisionnement en sang et de suspendre la destruction des tissus.

Axonal

La forme la plus grave qui se produit en raison de la carence de certaines vitamines dans le corps humain. La mauvaise alimentation provoque la dystrophie: les axones fibulaires (une partie des neurones) changent de structure. Dans ce cas, la thérapie manuelle est appliquée uniquement après un changement de régime, en comblant les micronutriments manquants avec des médicaments.

Selon le type de maladie, les symptômes et le traitement changent.

Lésion primaire et secondaire

La lésion primaire est associée à une inflammation du nerf fibulaire. Cela n'a rien à voir avec d'autres processus pathologiques. Le plus souvent causé par une charge prolongée sur cet endroit.

La neuropathie n'est due que dans 18% des cas à des lésions primaires.

Le type secondaire est appelé la situation où la neuropathie, contrairement au premier cas, se développe en raison de la maladie existante d’un autre patient.

Ici, la maladie est le plus souvent causée par une compression.

Les symptômes

Les manifestations de la maladie dépendent de l'origine, du niveau de la lésion et de son type. Conditionnellement, les symptômes peuvent être divisés en symptômes sensoriels et moteurs. Voici une liste de symptômes en fonction de la zone de dommage:

  • douleur à la cheville;
  • problèmes de sensibilité - manque de sensations ou leur quantité excessive;
  • problèmes d'extension du pied et des orteils;
  • impossible de se tenir sur les talons;
  • difficile de marcher, démarche «cheval» avec une grande hauteur des genoux;
  • perte de poids shin.

La défaite de la branche superficielle.

  • douleurs brûlantes sur le côté du tibia, au contact des surfaces du pied, dans les doigts;
  • dégradation de la sensibilité de la peau dans cette zone;
  • problèmes avec le mouvement de l'articulation de la cheville.

Vaincre les branches profondes.

  • problèmes de flexion et d'extension du pied;
  • son affaissement;
  • atrophie de ses petits muscles.

En cas de blessure soudaine (par exemple, une fracture), les symptômes apparaissent presque immédiatement.

En conséquence, avec le développement progressif de la pathologie, ils se manifesteront avec le temps.

Raisons

Sur la base des types de pathologie, nous pouvons identifier les causes les plus fréquentes:

  1. Blessures entraînant une neuropathie post-traumatique du nerf péronier (autrement, névrite traumatique).
  2. La compression, la survenue d'un syndrome de tunnel.
  3. Longues jambes de recherche dans la mauvaise position.
  4. Problèmes d'approvisionnement en sang.
  5. Lésions toxiques aux deux jambes (diabète, intoxication alcoolique, maladie rénale).
  6. Infections, maladies communes graves.
  7. Tumeurs, tumeurs malignes.

Selon la raison, des hypothèses sont formulées sur la structure modifiée des axones et sur la façon de la rétablir dans son état initial.

D'autres actions sont basées sur cela.

Diagnostics

La première étape est une enquête sur le patient. Le médecin traitant (traumatologue ou neurologue) clarifie les plaintes, procède à un examen. Lors de l'inspection, les tests primaires suivants sont effectués:

  1. Le patient est invité à se tenir sur ses talons.
  2. Les pieds sont tournés vers l'extérieur, ils déplient leurs doigts et observent si cela est possible et s'il y a des sensations douloureuses.
  3. Ils regardent leur démarche, puis si leurs tibias et leurs doigts sont minces (atrophie musculaire).
  4. À l’aide d’une aiguille, vérifiez la sensibilité.

Sur la base de ces données, le diagnostic principal est établi.

Pour clarifier le patient doit passer une série de tests.

  1. Électromyographie. Des électrodes sous forme d'aiguilles sont introduites sur le site de blessure prévu. Avec eux, ils déterminent le degré d'infestation, stimulant artificiellement le travail normal de l'organe.
  2. Électroneurographie. Une impulsion électrique est appliquée à la zone touchée, après quoi ils examinent la réaction à quelle vitesse l'impulsion est transmise à travers la fibre. Vous permet de définir le degré d'infestation.
  3. Échographie. Le médecin peut vous prescrire une échographie du nerf ou des vaisseaux des membres inférieurs et prendre des photos, sur la base desquelles la lésion sera clairement établie.
  4. IRM (imagerie par résonance magnétique). En utilisant l'IRM, des images tridimensionnelles et détaillées de la structure axonale sont obtenues.
  5. CT (tomodensitométrie). Semblable à une IRM, un membre affecté est numérisé et des images sont prises. Attribuez moins fréquemment en raison de résultats inexacts.
  6. Radiographie Nécessaire si la maladie est apparue à la suite d'une blessure ou d'une fracture - vous devez savoir exactement quelle en est la cause et où.
  7. Blocus Novocainic. Cette méthode consiste à introduire une solution de novocaïne dans la zone contenant le tissu atteint. En conséquence, la douleur et l'irritabilité des tissus devraient être réduites. Il est utilisé si le diagnostic n'est pas sûr jusqu'à la fin.

Quels tests doivent être passés pour le diagnostic, le médecin décide lui-même.

Traitement

Le traitement de la neuropathie du nerf péronier est déterminé en fonction des causes de sa survenue, du degré d'infestation et d'autres facteurs. Dans certaines situations, même une assistance spécialisée n’est pas nécessaire: il suffit de changer de chaussures ou de pansement en cas de blessure. Si la source est une autre maladie, vous devez d'abord l'éliminer.

En règle générale, le médecin prescrit un traitement complet. Il comprend des médicaments, de la physiothérapie et parfois même une intervention chirurgicale. Laissez-nous examiner ces méthodes.

Médicaments

La prise de médicaments vise à soulager les symptômes, ainsi que l’activité de la pathologie ayant contribué au développement de la maladie.

Fondamentalement, prescrire un tel groupe d’outils:

  • Vitamines B;
  • médicaments anti-inflammatoires non stéroïdiens;
  • médicaments pour améliorer la circulation sanguine;
  • préparations pour améliorer la conductivité des impulsions;
  • les antioxydants.

Les médicaments les plus populaires de chaque groupe qui sont prescrits aux patients sont les suivants:

Diclofenac.

  • Description: pilules, pommade ou ampoules; réduit la douleur, soulage le gonflement et l'inflammation.
  • Contre-indications: grossesse et allaitement, pathologies sévères du foie et des reins, asthme bronchique, insuffisance cardiaque, maladie coronarienne et troubles des artères périphériques.
  • Effets secondaires: maux de tête et vertiges, troubles du sommeil, nausées, dyspepsie, diarrhée, eczéma, éruption cutanée.
  • Prix:

Milgamma.

  • Description: comprimés et ampoules; soulage le gonflement et l'inflammation, renforce le système nerveux, réduit la douleur.
  • Contre-indications: grossesse, troubles du muscle cardiaque, insuffisance cardiaque, allergies, âge jusqu'à 16 ans.
  • Effets secondaires: allergies, démangeaisons, transpiration, vertiges, rythme cardiaque rapide, nausées et vomissements.
  • Prix:

"Neyromedin."

  • Description: comprimés et ampoules; améliore la conductivité des impulsions.
  • Contre-indications: grossesse, épilepsie, troubles vestibulaires, angine de poitrine, asthme bronchique, obstruction intestinale, ulcère gastrique, âge jusqu'à 18 ans.
  • Effets secondaires: vertiges, transpiration, nausées, battements de coeur rapides, somnolence, prurit.
  • Prix:

Trental.

  • Description: pilules; réduit la viscosité du sang, améliore la circulation sanguine.
  • Contre-indications: grossesse et allaitement, saignements abondants, hémorragie cérébrale, crise cardiaque, âge jusqu'à 18 ans.
  • Effets secondaires: vertiges, troubles du sommeil, tachycardie, prurit, troubles visuels.
  • Prix:

"Berlition".

  • Description: pilules; fonctionne comme une vitamine.
  • Contre-indications: grossesse et allaitement, âge jusqu'à 18 ans.
  • Effets secondaires: difficulté à respirer.
  • Prix:

Physiothérapie

La thérapie physique fait référence à l'utilisation dans le traitement de moyens physiques tels que l'eau, la lumière, la chaleur ou le mouvement. Les méthodes utilisées sont les suivantes:

  • Thérapie magnétique - effet sur le corps humain d'un champ magnétique à travers lequel les cellules nerveuses sont restaurées, douleur, inflammation, etc. largement utilisé dans le traitement de la neuropathie.
  • Amplipulse - effet sur la zone touchée par des courants modulés, grâce auxquels les cellules sont restaurées et stimulées; soulage le gonflement et l'inflammation.
  • Thérapie par ultrasons - l’effet des ultrasons sur les zones touchées, qui stimule la circulation sanguine, soulage la douleur, l’inflammation et les tons.
  • Électrophorèse avec des substances médicamenteuses - effet sur le corps humain par un champ électrique à travers lequel les médicaments sont transmis dans tout le corps.
  • Électrostimulation - utilisation d'un courant électrique sur le corps afin de restaurer les fonctions de certains organes et systèmes.

En outre, les médecins prescrivent souvent des massages qui font du thérapeute manuel l’acupuncture, une méthode traditionnelle chinoise utilisant de petites aiguilles.

Le médecin suit un cours en tenant compte des contre-indications et de l'état individuel du patient.

Exercice thérapeutique et gymnastique

Une série d'exercices pour la thérapie physique et la gymnastique aide également à traiter la maladie. Les exercices visent à restaurer les fonctions des membres et à améliorer la circulation sanguine.

Exercices généraux, allant du plus simple au suivant (tous pratiqués en position couchée):

  1. Imitation de la marche. L'accent est mis sur le mouvement général et la flexion des articulations du genou (de préférence, une flexion plus forte des articulations du coude). Au bout d'un moment, vous pouvez accentuer le mouvement de la cheville.
  2. Écraser la longe. Les genoux se pliaient à angle droit. Dissolvez les bras sur les côtés pendant l'inspiration et, pendant que vous expirez, appuyez sur le bas du dos et soulevez le coccyx.
  3. Flexion du pied Semblable à l'imitation de la marche, mais l'attention se concentre sur la flexion du pied sur l'inspiration et l'extension de l'expiration.
  4. Mouvement circulaire. La cheville est tournée dans le sens des aiguilles d'une montre, puis contre.

Le médecin fait des exercices individuellement pour chaque patient.

Certains d'entre eux peuvent être contre-indiqués.

Intervention chirurgicale

Le traitement par des méthodes chirurgicales est une mesure extrême prise lorsque la maladie atteint une forme grave, sans traitement médicamenteux ni physiothérapeutique.

L'opération se fait le plus souvent en cas de lésion traumatique des fibres ou de compression importante du nerf, si le traitement habituel ne suffit pas.

Plus l'opération est effectuée tôt, meilleur est le risque de récupération rapide.

Les types de chirurgie sont les suivants:

  • Neurolyse - au cours du processus, les fibres sont coupées, ce qui élimine les structures qui produisent une compression. De ce fait, la conductivité des impulsions est restaurée.
  • Décompression des troncs - une dissection similaire de tissu, comprimant le tronc, son mouvement ou sa reconstruction.
  • Coudre avec une pause complète rétablit l'intégrité du tronc, s'il est brisé, en cousant les extrémités.
  • Tronc en plastique - est réalisé lorsqu'il est impossible d'imposer une suture en raison de l'éloignement des extrémités les unes des autres, ce qui entraîne une autotransplantation.

Après la chirurgie, on prescrit au patient des cours de repos au lit et de thérapie physique en même temps que le traitement principal.

Médecine populaire

L'utilisation de remèdes populaires est présumée simultanément aux médicaments, ainsi qu'à l'adoption de mesures préventives. Certaines recettes populaires sont présentées ci-dessous:

  1. Les dates. Enlevez les dattes fraîches des os, hachez-les finement et mangez 2-3 cuillères à thé trois fois par jour après les repas. C'est possible avec du lait.
  2. Buvez du miel et des œufs. Mélangez le jaune cru avec 2 cuillères à café de miel liquide, vous pouvez ajouter 2 cuillères à soupe d'huile d'olive et ¼ de tasse de jus de carotte.
  3. Bouillon de racine de bardane. Cuire une cuillère à soupe de racine de bardane hachée dans 1/4 de tasse de vin rouge. Partez pour quelques heures. Buvez une demi-tasse deux fois par jour.

Les remèdes populaires ne peuvent pas complètement se débarrasser de la maladie.

Pour ce faire, consultez un médecin et suivez les recommandations.

Prévisions

Les prévisions sont positives, l’essentiel est de demander de l’aide à temps. La plupart des patients sont guéris par des médicaments et de la physiothérapie. Mais même si une intervention chirurgicale est nécessaire, les opérations sont généralement réussies et toutes les fonctions perdues sont rendues à la personne.

La complication survient si vous ne traitez pas la maladie pendant longtemps. Une parésie peut survenir, qui se manifeste par l’atrophie de petits muscles, une difficulté importante à marcher, une diminution de la sensibilité et une douleur intense à la jambe. Possible handicap, handicap.

Lors de la récupération, toutes les fonctions reviennent à la normale et rien d’autre ne gêne la personne.

Prévention

La pathologie est tout à fait possible de prévenir, si vous suivez ces recommandations:

  1. Faites des contrôles réguliers si vous faites de l'exercice. Une pression importante sur le bas de la jambe peut provoquer une pathologie.
  2. Pour choisir des chaussures confortables de votre taille, lorsque vous portez des talons, il est préférable de réduire leur hauteur ou de les abandonner complètement.
  3. Réduire la charge sur l'articulation de la cheville, plus souvent pétrir et reposer les muscles.

En suivant ces conseils simples, vous pouvez prévenir le développement de la maladie.

N'oubliez pas qu'un diagnostic opportun est la clé d'une guérison rapide et réussie. Malgré le fait que cette maladie soit assez grave, son pronostic est optimiste si nous abordons correctement son traitement.

Neuropathie du nerf péronier: causes, symptômes et traitement

La neuropathie du nerf péronier est une maladie qui se développe à la suite d'une lésion ou d'une compression du nerf péronier. Il y a plusieurs raisons à cette condition. Les symptômes sont associés à une altération de la conduction des impulsions le long du nerf vers les zones innervées des muscles et de la peau, principalement la faiblesse des muscles qui déplient le pied et ses doigts, ainsi que la violation de la sensibilité sur la surface externe du tibia, le dos du pied et ses doigts. Le traitement de cette pathologie peut être conservateur et opératoire. À partir de cet article, vous apprendrez ce qui cause la neuropathie du nerf péronier, comment elle se manifeste et comment elle est traitée.

Pour comprendre l'origine de la maladie et ses symptômes, vous devez vous familiariser avec certaines informations relatives à l'anatomie du nerf péronier.

Petit programme éducatif anatomique

Le nerf péronier fait partie du plexus sacré. Les fibres nerveuses font partie du nerf sciatique et en sont séparées en un nerf péronier commun distinct au niveau de la fosse poplitée ou légèrement au-dessus. Ici, le tronc commun du nerf péronier est dirigé vers l'extérieur de la fosse poplitée, qui tourne autour de la tête du péroné. À cet endroit, il se trouve superficiellement, recouvert seulement de fascia et de peau, ce qui crée des conditions préalables à la compression du nerf de l'extérieur. Ensuite, le nerf fibulaire se divise en branches superficielles et profondes. Un peu plus haut que la division nerveuse, une autre branche part - le nerf cutané externe du tibia qui, dans le tiers inférieur du tibia, est relié à la branche du nerf tibial, formant le nerf sural. Le nerf sural innerve la partie postérieure du tiers inférieur de la jambe, le talon et le bord extérieur du pied.

Les branches superficielles et profondes du nerf péronier portent ce nom en raison de leur évolution relative par rapport à l'épaisseur des muscles du mollet. Le nerf péronier superficiel assure l'innervation des muscles, ce qui permet de relever le bord externe du pied, comme si le pied tournait, et forme également la sensibilité du pied arrière. Le nerf péronier profond innerve les muscles qui étendent le pied, les doigts, procure des sensations de toucher et de douleur dans le premier intervalle interdigital. La compression de l'une ou l'autre branche, respectivement, s'accompagne d'une violation de l'enlèvement du pied à l'extérieur, de l'impossibilité de redresser les doigts et le pied et d'une violation de la sensibilité dans différentes parties du pied. En fonction de l'évolution des fibres nerveuses, des endroits de leur division et de la décharge du nerf cutané externe du bas de la jambe, les symptômes de compression ou de lésion seront légèrement différents. Parfois, la connaissance des caractéristiques de l'innervation par le nerf péronier des muscles et des régions cutanées aide à établir le niveau de compression nerveuse avant l'utilisation de méthodes de recherche supplémentaires.

Causes de la neuropathie péronière

La survenue d'une neuropathie du nerf péronier peut être associée à diverses situations. Ceux-ci peuvent être:

  • blessures (cette cause est particulièrement importante pour les lésions de la partie supérieure externe de la jambe, où le nerf est superficiel et proche de l'os fibulaire. Une fracture de l'os fibulaire dans cette zone peut provoquer des lésions nerveuses par des fragments d'os. Même un plâtre imposé à ce sujet peut neuropathie du nerf péronier. La fracture n'est pas la seule cause traumatique. Les chutes, les impacts sur cette zone peuvent également provoquer une neuropathie du nerf péronier);
  • compression du nerf péronier à n'importe quelle partie de sa répétition. Ce sont les syndromes dits tunnel - supérieur et inférieur. Le syndrome supérieur se développe lorsqu'un nerf péronier commun est comprimé dans la composition du faisceau neurovasculaire lors d'une approche intensive du biceps de la cuisse avec la tête du péroné. Habituellement, une telle situation se produit chez des personnes de certaines professions qui doivent maintenir une certaine posture pendant longtemps (nettoyeurs de légumes, baies, manutentionnaires de parquet, pipes - une pose accroupie) ou qui effectuent des mouvements répétés pour comprimer le faisceau neurovasculaire dans cette zone (coutures apparentes). mannequins). La compression peut être causée par la pose bien-aimée de la jambe aux pieds. Le syndrome du tunnel inférieur se développe lorsqu'un nerf péronier profond est pincé à l'arrière de la cheville, sous le ligament ou à l'arrière du pied, dans la région de la base I du métatarse. La compression dans cette zone est possible en portant des chaussures inconfortables (serrées) et en appliquant un plâtre;
  • troubles circulatoires du nerf péronier (ischémie nerveuse, pour ainsi dire «accident vasculaire cérébral» du nerf);
  • mauvaise position des jambes (jambes) pendant la chirurgie prolongée ou un état grave du patient, accompagné de l'immobilité. Dans ce cas, le nerf est comprimé à la place de son emplacement le plus superficiel;
  • pénétration des fibres nerveuses lors d'une injection intramusculaire dans la région glutéale (où le nerf péronier fait partie intégrante du nerf sciatique);
  • infections graves impliquant plusieurs nerfs, y compris le péronier;
  • toxicité pour les nerfs périphériques (par exemple, insuffisance rénale sévère, diabète grave, consommation de drogue ou d'alcool);
  • maladies oncologiques avec métastases et compression nerveuse par nodules tumoraux.

Bien entendu, les deux premiers groupes de causes sont les plus courants. Les autres causes de neuropathie péronière sont très rares, mais elles ne peuvent être ignorées.

Les symptômes

Les signes cliniques de neuropathie du nerf péronier dépendent du lieu de sa défaite (le long de la ligne) et de la gravité de sa survenue.

Ainsi, en cas de lésion aiguë (par exemple, fracture du péroné avec déplacement de fragments et lésion des fibres nerveuses), tous les symptômes apparaissent simultanément, bien que les premiers jours ne soient pas nécessairement évidents en raison de la douleur et de l’immobilité du membre. Avec la lésion progressive du nerf péronier (en s'accroupissant, en portant des chaussures inconfortables et des situations détaillées), les symptômes apparaissent progressivement sur une période de temps.

Tous les symptômes de neuropathie du nerf péronier peuvent être divisés en moteurs et sensoriels. Leur combinaison dépend du niveau de la lésion (pour laquelle les informations anatomiques ont été décrites ci-dessus). Considérez les signes de neuropathie du nerf péronier en fonction du niveau de la lésion:

  • avec une compression nerveuse élevée (dans la composition des fibres du nerf sciatique, dans la région de la fosse poplitée, c'est-à-dire avant la division du nerf en branches superficielles et profondes):
  1. violations de la sensibilité de la surface antéro-latérale du tibia, le dos du pied. Cela peut être le manque de sensation du toucher, l'impossibilité de distinguer une irritation douloureuse et juste le toucher, la chaleur et le froid;
  2. douleur au côté de la jambe et du pied, aggravée par le fait d'être accroupie;
  3. violation de l'extension du pied et de ses doigts, jusqu'à l'absence totale de tels mouvements;
  4. faiblesse ou impossibilité de rétraction du bord extérieur du pied (en le soulevant);
  5. incapacité à rester sur leurs talons et à être comme eux;
  6. en marchant, le patient est forcé de lever la jambe haute pour ne pas se coller aux doigts, en abaissant le pied en premier, les orteils tombent à la surface, puis toute la plante de la jambe, en marchant, se plie excessivement aux articulations du genou et de la hanche. Une telle marche s'appelle «coq» («cheval», perone, steppage) par analogie avec la promenade de l'oiseau et de l'animal du même nom;
  7. le pied prend la forme d'un "cheval": il pend et se replie pour ainsi dire avec les doigts fléchissants;
  8. avec une certaine expérience de la neuropathie du nerf péronier, une perte de poids (atrophie) des muscles se développe le long de la surface antéro-latérale du tibia (évaluée par rapport à un membre sain);
  • lors de la compression du nerf cutané externe du tibia, des modifications extrêmement sensibles se produisent (diminution de la sensibilité) à la surface externe du tibia. Cela peut ne pas être très visible, car le nerf cutané externe du tibia est relié à une branche du nerf tibial (les fibres de ce dernier semblent jouer le rôle d'innervation);
  • les dommages au nerf péronier superficiel présentent les symptômes suivants:
  1. douleur avec sensation de brûlure dans la partie inférieure de la surface latérale de la jambe, sur le pied arrière et sur les quatre premiers orteils;
  2. diminution de la sensibilité dans les mêmes zones;
  3. faible avance et soulevez le bord extérieur du pied;
  • la défaite de la branche profonde du nerf péronier est accompagnée de:
  1. faiblesse de l'extension du pied et de ses doigts;
  2. un léger surplomb du pied;
  3. violation de la sensibilité sur le pied arrière entre le premier et le deuxième orteils;
  4. au cours de la longue existence du processus - atrophie des petits muscles du pied arrière, qui devient perceptible par rapport à un pied sain (les os semblent plus clairs, les espaces interdigitaux s’enfoncent).

Il s'avère que le niveau de lésion du nerf péronier détermine clairement certains symptômes. Dans certains cas, il peut exister une violation sélective de l’extension du pied et de ses doigts, dans d’autres - soulevant son bord extérieur, et parfois - uniquement des troubles sensibles.

Traitement

Le traitement de la neuropathie du nerf péronier est largement déterminé par la cause de son apparition. Parfois, remplacer un plâtre qui a pincé un nerf devient le traitement principal. Si la raison en était des chaussures inconfortables, alors son changement contribue également à la récupération. Si la raison en est dans les comorbidités existantes (diabète sucré, cancer), dans ce cas, il est nécessaire de traiter en premier lieu la maladie sous-jacente, et les mesures restantes pour restaurer le nerf péronier sont déjà indirectes (bien que obligatoires).

Les principaux médicaments utilisés pour traiter la neuropathie du nerf péronier sont les suivants:

  • les anti-inflammatoires non stéroïdiens (Diclofenac, Ibuprofen, Ksefokam, Nimesulide et autres). Ils aident à réduire la douleur, soulagent le gonflement de la région nerveuse, éliminent les signes d'inflammation;
  • Vitamines B (Milgamma, Neyrorubin, Kombilipen et autres);
  • agents pour améliorer la conduction nerveuse (Neuromidine, Galantamine, Proserine et autres);
  • médicaments pour améliorer l'apport sanguin au nerf péronier (Trental, Cavinton, Pentoxifylline et autres);
  • antioxydants (Berlithion, Espa-Lipon, Thiogamma et autres).

Les méthodes de physiothérapie sont activement et efficacement utilisées dans le traitement complexe: magnétothérapie, amplipulse, ultrasons, électrophorèse avec des substances médicinales, stimulation électrique. Les massages et l’acupuncture contribuent à la récupération (toutes les procédures sont sélectionnées individuellement, en tenant compte des contre-indications du patient). Complexes recommandés de la thérapie physique.

Pour corriger la démarche du "coq", utilisez des orthèses spéciales qui fixent le pied dans la bonne position, sans le laisser pendre.

Si le traitement conservateur n’a pas d’effet, il faut alors recourir à la chirurgie. Le plus souvent, cela doit être fait avec une lésion traumatique des fibres du nerf péronier, en particulier avec une rupture complète. Lorsque la régénération nerveuse ne se produit pas, les méthodes conservatrices sont impuissantes. Dans de tels cas, l'intégrité anatomique du nerf est restaurée. Plus l'opération est effectuée tôt, meilleur est le pronostic de récupération et de restauration de la fonction du nerf fibulaire.

Le traitement chirurgical devient un salut pour le patient et en cas de compression importante du nerf péronier. Dans ce cas, disséquer ou supprimer les structures qui compressent le nerf fibulaire. Cela aide à rétablir le passage de l'influx nerveux. Et ensuite, avec l'aide des méthodes conservatrices ci-dessus, «amenez» le nerf pour une guérison complète.

Ainsi, la neuropathie du nerf péronier est une maladie du système périphérique qui peut survenir pour diverses raisons. Les principaux symptômes sont associés à une sensibilité altérée de la jambe et du pied, ainsi qu’à une faiblesse d’extension du pied et des orteils. La tactique thérapeutique dépend en grande partie de la cause de la neuropathie du nerf péronier, elle est déterminée individuellement. Un patient a des méthodes suffisamment conservatrices, un autre peut nécessiter une intervention à la fois conservatrice et chirurgicale.

Film éducatif «Neuropathie des nerfs périphériques. Clinique, caractéristiques de diagnostic et de traitement "(à partir de 23h53):

Comment reconnaître et soigner la neuropathie du nerf péronier?

La neuropathie du nerf péronier se développe quand il est écrasé ou endommagé. Selon la localisation du site de la blessure, les symptômes de cette maladie varient, mais en général, la neuropathie est caractérisée par une douleur, des troubles de la sensibilité, une faiblesse ou une parésie des muscles. Cet article portera sur les symptômes et le traitement, y compris l'exercice, de cette maladie.

Où est le nerf fibulaire?

En parlant des maladies du nerf péronier, vous devez avoir une idée de son emplacement et de son fonctionnement.

Le nerf péronier commun est une branche de la sciatique, qui s'étend du plexus sacré. Le nerf sciatique est divisé en fibulaire et tibial dans la fosse poplitée.

Le nerf péronier commun est situé à l'extérieur du tibia, il descend la jambe et est divisé en deux grandes branches: superficielles et profondes, et de petites branches, responsables de la sensibilité de la partie externe du tibia. Ces branches s'unissent aux autres et passent plus loin au bord extérieur du pied.

La partie profonde du nerf péronier est responsable des mouvements du muscle tibial antérieur, de l'extenseur des orteils et de l'extenseur du premier orteil séparément. Puis il va au pied et finit dans le premier et le deuxième orteil.

La partie superficielle est divisée en branches cutanées, responsables de la sensibilité et allant au premier, deuxième et troisième orteils du pied, et musculaires, responsables des mouvements des muscles cirrus de la jambe. Une branche distincte innerve tous les orteils, à l'exception de la grosse. Un tel parcours complexe du nerf mène à sa vulnérabilité.

Causes de la maladie

Les causes de la neuropathie du nerf péronier peuvent être différentes.

  1. Blessures - la découverte d’un nerf à la surface de la jambe donne à penser qu’elle est relativement facilement endommagée à la suite de blessures de la partie supérieure externe de la jambe. Neuropathie post-traumatique du nerf péronier, autrement appelée neurite traumatique. Elle peut survenir à la suite d’une blessure, d’une fracture, d’une luxation de l’articulation, d’une chirurgie articulaire, d’une injection intramusculaire, d’une chute, d’une chute, d’une attaque cérébrale, d’une compression du tissu cicatriciel après une blessure ou une intervention chirurgicale. Son intégrité peut être brisée jusqu'à une pause complète. Un nerf fracturé peut endommager des fragments d'os et peut également être comprimé par un plâtre. Si le nerf péronier est endommagé, une parésie ou une paralysie musculaire peut survenir.
  2. Syndromes de tunnel. Se produisent plus souvent pendant un séjour prolongé dans une posture accroupie ou avec des mouvements de jambes monotones. Les personnes des professions dont le travail est associé à un long séjour à ce poste sont à risque. Le syndrome du tunnel peut également survenir avec des jambes pendant longtemps assises. Le syndrome du tunnel peut être causé par la compression du nerf par le disque intervertébral (syndrome du tunnel spondylogénique).
  3. Mauvaise position des jambes en cas d'immobilité forcée de longue durée (patients alités, lors d'opérations prolongées).
  4. Échec d'approvisionnement en sang.
  5. Lésions toxiques (en cas d'insuffisance rénale sévère, de diabète sucré, de lésions alcooliques), alors que les deux jambes sont affectées par le type de "chaussettes".
  6. Infections graves.
  7. Compression de la tumeur et métastases dans le cancer.

Symptômes caractéristiques

Le nerf péronier peut être affecté à différents endroits, de sorte que les symptômes varient. Vous pouvez les diviser en moteur et sensible.

Avec une compression élevée (dans la fosse poplitée), les symptômes suivants se manifestent:

  • La sensibilité est altérée sur la surface antéro-latérale de la jambe et de l'arrière du pied, et il peut ne pas y avoir de sensation de toucher, de chaleur et de froid, ni de discernement de douleur et de toucher.
  • La douleur sur les surfaces latérales du pied et de la jambe lorsque l’accroupissement augmente.
  • L'extension du pied est perturbée, les extenseurs peuvent tomber complètement en panne.
  • Violation et il devient impossible de soulever le bord extérieur du pied.
  • Le patient ne peut pas rester sur ses talons, marcher sur eux.
  • "Pied de cheval" - le pied pend. En marchant, le patient est obligé de lever la jambe haute pour ne pas se coller au sol avec ses doigts. Au pas, les doigts sont d'abord placés sur le sol, puis le pied entier (steppage, "coq", "démarche du cheval").
  • En cas de maladie prolongée, on observe une atrophie des muscles, la jambe malade devient plus fine que la jambe en bonne santé.

Si la partie cutanée externe est comprimée, les symptômes ne sont que sensibles: la sensibilité de la surface externe du tibia est perturbée.

Si la branche superficielle est endommagée, les symptômes seront les suivants:

  • Douleur et sensation de brûlure sur le côté de la jambe, à l'arrière du pied, entre 1 et 4 doigts.
  • Sensibilité altérée dans les mêmes zones.
  • Il est difficile de soulever et de retirer le bord extérieur du pied.
  • Les dommages à la branche profonde apparaissent comme suit.
  • Refusez les muscles responsables de l’extension du pied et des orteils.
  • Diminution de la sensibilité entre 1 ou 2 doigts à l'arrière du pied.
  • Pied légèrement suspendu.
  • Avec maladie à long terme - atrophie des muscles du pied. Par rapport à une jambe en bonne santé, les os sont plus visibles, les espaces entre les doigts s’enfoncent.

Il est important que le patient se souvienne que la maladie peut évoluer avec peu ou pas de douleur. L'incapacité de se tenir debout ou de marcher sur les talons est un signe important de cette maladie.

L'électroneuromyographie et l'échographie sont utilisées pour un diagnostic précis.

La neuropathie du nerf tibial peut être associée à des lésions du péronier. Les deux peuvent être affectés au niveau de la tête du péroné. Les symptômes suivants sont notés:

  • Engourdissement à l'extérieur du pied.
  • Le pied «fessée» perturbe la marche du patient, car la faiblesse des muscles qui le plient empêche le patient de tourner le pied.
  • S'il y a une blessure au canal tarse et à la cheville, il y a une douleur et des picotements sur la plante du pied et près de la base des doigts, un engourdissement.
  • Avec la participation des branches plantaires, la sensibilité sur les surfaces latérales ou internes du pied est perturbée.

Méthode de thérapie

Le traitement de la neuropathie dépend de sa cause et du site où le nerf est affecté. Parfois, il suffit d'éliminer la cause de la compression (plâtre, chaussures inconfortables).

Si la neuropathie est causée par une autre maladie, l’accent sera mis sur son traitement, et d’autres mesures, bien qu’elles soient également obligatoires, sont déjà secondaires.

Des médicaments sont utilisés:

  • les anti-inflammatoires non stéroïdiens (ibuprofène, nimésulide, diclofénac),
  • des préparations améliorant la conduction nerveuse (Proserin, Neuromidin),
  • vitamines du groupe B (leurs combinaisons: Milgamma, Kombilipen et autres),
  • médicaments qui améliorent la circulation sanguine
  • agents antioxydants.

Également utiliser la thérapie physique:

  • thérapie magnétique
  • amplipulse
  • thérapie par ultrasons
  • électrophorèse
  • électrostimulation avec parésie et paralysie.

L'acupuncture, le massage et la thérapie par l'exercice sont également efficaces.

Avec une compression importante, un traitement chirurgical est indiqué. Dans le même temps, les structures qui compressent le nerf sont supprimées, ce qui élargit le canal dans lequel il passe. Après l'opération, la fonction du nerf est restaurée à l'aide de méthodes conservatrices.

En outre, l'opération est indiquée pour les lésions nerveuses traumatiques, lorsque sa régénération ne se produit pas, par exemple lorsqu'elle est interrompue. Dans ce cas, rétablissez chirurgicalement son intégrité. Plus tôt une telle opération est effectuée, meilleur sera son effet et meilleure sera la récupération.

Pour la fixation du pied dans la position correcte (correction du "pied de cheval"), des orthèses spéciales sont utilisées.

Physiothérapie

Les exercices choisis pour la thérapie physique dépendent de la préservation de la fonction musculaire. Les exercices visent à rétablir la flexion plantaire et dorsale du pied, en améliorant la circulation sanguine.

Les exercices les plus efficaces sur des simulateurs spéciaux dans le bureau de la thérapie physique, adaptés à la condition du patient. Le médecin choisira individuellement un complexe que le patient peut effectuer à la maison, après l'avoir maîtrisé avec un instructeur. L'automédication avec l'exercice peut entraîner encore plus de lésions nerveuses. La même chose s'applique au massage thérapeutique.

La neuropathie du nerf péronier peut survenir pour diverses raisons. Cette maladie est traitée pendant longtemps et le pronostic dépend, entre autres, de sa durée. La thérapie doit être complète, si les lésions nerveuses sont le résultat d’une autre maladie, elles sont traitées en premier lieu, tout en restaurant les fonctions des nerfs et des muscles de la jambe. Dans certains cas, le traitement conservateur est inefficace et une intervention chirurgicale est nécessaire.

Comment traiter la neuropathie du nerf péronier

La neuropathie du nerf péronier (peroneal) est un type de neuropathie périphérique dans laquelle la partie inférieure du nerf sciatique, la plus longue ligne nerveuse du corps, commence à la quatrième vertèbre et descend le long de la jambe jusqu'au pied. La région du nerf poplité est divisée en deux branches:

  • Nerf tibial (va à l'arrière du muscle poplité, est responsable de la flexion plantaire du pied avec les muscles de la jambe).
  • Nerf péronier commun (passe à travers l’os tubulaire de la jambe):
    • Branche de surface (située à la surface des muscles de la jambe, permet de soulever le bord extérieur du pied).
    • Branche profonde (passe à travers le muscle fibulaire, active les extenseurs du pied et des orteils).

La localisation superficielle sous-cutanée sur le côté latéral de la jambe rend le nerf péronier particulièrement sensible aux lésions ou à la compression, ce qui entraîne un dysfonctionnement et une altération de la sensibilité du pied.

Neuropathie du nerf péronier

La névrite dans 2/3 des cas est une maladie secondaire de la genèse traumatique, seul un tiers des cas est causé par la pathologie du nerf lui-même. Les causes les plus courantes de la maladie dans les groupes:

  • Traumatique. Toutes sortes de blessures aux pieds et aux jambes: fractures, ecchymoses dues à des chutes ou des coups, entorses, blessures au tendon, entorses. Blessures particulièrement dangereuses du genou et de la partie externe de la jambe, où le nerf est situé à proximité de la surface de la peau.
  • La compression. Causes causées en comprimant le nerf.
    • Le syndrome du tunnel supérieur (compression dans la partie supérieure du nerf suivant) se produit dans la région du tibia sous l'influence du biceps. Il est généralement provoqué par des «accroupissements» de longue date chez les personnes exerçant diverses professions: cueilleuses de légumes, parquet, plomberie, etc. Une autre raison est souvent des actions répétées qui exercent une pression sur l'accumulation de fibres nerveuses dans la région (travail de mannequin ou de couturière) un pied jeté sur l'autre.
    • Syndrome de tunnel inférieur (compression à la jonction du nerf sur le pied). Il se développe en raison du port de chaussures étroites inconfortables ou après la pose de gypse.
  • Causes iatrogènes causées par un traitement inapproprié. Souvent, ce sont des erreurs du chirurgien lors d'une opération des articulations: pincement du nerf par juxtaposition de fragments osseux après une fracture ou position incorrecte de la jambe immobilisée pendant plusieurs heures. Une autre cause courante est la pénétration dans le nerf sciatique lorsque l'injection intramusculaire est réglée trop bas dans la fesse.
  • Vertébrogène - déclenché par des modifications pathologiques des os ou des articulations: courbure de la colonne vertébrale, ischémie nerveuse due à un pincement du disque de la colonne vertébrale, arthrose, ostéochondrose.

Autres facteurs de genèse moins courants: pincement du nerf dû à la croissance d'une tumeur maligne, toxicose du SNC provoquée par un diabète sucré ou des médicaments, saignements au niveau de la région du col de la fibule, lésions infectieuses.

Symptômes de la maladie

Les manifestations de neuropathie dépendent de la localisation (point auquel le nerf est affecté) et du type d'évolution de la maladie (aiguë et progressive). De plus, par la nature des symptômes, il est possible de déterminer l'emplacement de la maladie avec une grande précision:

  • Site patellaire à l'intérieur du nerf sciatique:
    • Douleur et troubles sensoriels du côté externe de la jambe.
    • Extension limitée des doigts.
    • Pied affaissé.
    • "Cheval" démarche avec les jambes élevées.
  • Terminaisons nerveuses de la peau:
    • Diminution discrète de la sensibilité à l'extérieur de la jambe.
  • La partie superficielle du nerf péronier:
    • Brûlure sur toute la jambe sous le genou.
    • Trouble de la perception tactile.
    • L'affaiblissement de la supination.
  • Branche profonde du nerf péronier:
    • Léger affaissement et mobilité limitée du pied.
    • Sensibilité altérée entre 1 et 2 doigts.

Si la maladie évolue longtemps, les symptômes peuvent être accompagnés d’une atrophie plus ou moins prononcée des muscles de la jambe.

Conséquences de la maladie

Le danger de névrite du nerf péronier réside dans le fait qu’en plus des violations de la nature sensorielle, il entraîne une immobilisation du pied, une douleur aiguë. Progression de la parésie et de la paralysie des muscles fibulaires long et court, des muscles tibiaux et des extenseurs. Un traitement tardif peut entraîner une atrophie du biceps fémoral, du gastrocnémien, du péroné et d'autres muscles de la jambe, ainsi qu'un dysfonctionnement des extenseurs et une invalidité.

Diagnostics

La principale méthode de diagnostic consiste à collecter l'anamnèse afin d'identifier une cause possible de la maladie (le plus souvent une lésion de la jambe inférieure proximale). Pour les symptômes tels que la sensibilité réduite, la capacité de plier ou de faire pivoter le pied, les doigts pliés, la nature de la douleur - le médecin détermine la localisation de la lésion nerveuse. À l’aide de techniques spéciales, définissez le degré de santé des muscles et le degré de sensibilité. En outre, lors de l’examen, le médecin attire l’attention sur la sécurité du genou et les réflexes d’Achille, caractéristiques de la neuropathie péronière.

Il est important de différencier la névrite du nerf péronier des troubles neurologiques dégénératifs congénitaux, l'amyotrophie neurale de Charcot-Marie, les lésions diffuses du système nerveux, les tumeurs bénignes et malignes de la colonne vertébrale. L'absence de trouble de la sensibilité permet de suspecter un accident vasculaire cérébral ou une sclérose amyotrophique. Une faiblesse de la supination peut indiquer une sciatique dans la région lombo-sacrée.

Pour clarifier les méthodes de diagnostic sont utilisées:

  • Électroneurographie. Il est effectué par deux électrodes de capteur. Une impulsion électrique est transmise à la première électrode, qui est installée sur la projection du nerf, qui traverse la fibre nerveuse vers la deuxième électrode située sur le muscle innervé. Ainsi, le taux de transmission du signal et le degré de dysfonctionnement nerveux sont déterminés.
  • Échographie. Avec son aide, il examine la structure de la fibre nerveuse et des tissus adjacents. En fonction des résultats de l'échographie, le médecin peut vous prescrire une radiographie du genou, de la jambe et de la cheville.
  • Imagerie par résonance magnétique et calculée (scanner et IRM). Utilisé pour visualiser la pathologie du tibia ou pour identifier une compression du nerf péronier dans la zone de l'entrée du canal.

Avec un diagnostic difficile, ainsi que pour la confirmation clinique de données IRM ou échographiques, un blocage sélectif peut être utilisé. Par l’injection de novocaïne, le médecin anesthésie la zone anatomique spécifique. L'élimination de la douleur en même temps confirme la localisation de la lésion.

Traitement

Le principal objectif du traitement de la neuropathie est d’en éliminer la cause. Parfois, il suffit d'enlever le gypse qui a pincé le nerf ou de remplacer la chaussure par une semelle plus lâche. Lorsque des maladies primaires sont détectées, le neurologue peut ne proposer qu'un traitement symptomatique au patient et en fournir le traitement principal à l'oncologue (pour un cancer) ou à l'endocrinologue (pour le diabète).

Le traitement conservateur comprend:

  • Médicaments.
  • Procédures de physiothérapie.
  • Culture physique thérapeutique (thérapie par l'exercice).

Dans certains cas, une intervention chirurgicale est indiquée.

Des médicaments

Médicaments prescrits dans les groupes suivants:

  • Anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS): méloxicam, diclofénac, ibuprofène, némisulide et analogues. Ils soulagent l'enflure et l'inflammation, réduisent la douleur et rétablissent la mobilité des pieds. Nommé à court terme (jusqu'à 5 jours) en raison du risque d'effets secondaires.
  • Vitamines B: thiamine (B1), acide nicotinique (B3), choline (B4), inositol (B8) améliorent la conductivité, restaurent la structure de la fibre nerveuse. En forte concentration contenue dans les préparations: Milgama, Neyrurubin, etc.
  • Inhibiteurs de la cholinestérase: Neuromidine, Proserine, Ipidacrine. Stimuler la conduction de l'influx nerveux, activer les muscles lisses.
  • Médicaments vasadolytiques: Trental, Cavinton, Pentoxifylline. Améliorer les propriétés rhéologiques du sang, dilater les vaisseaux sanguins, améliorer la circulation sanguine.
  • Métabolites: Berlition, Thiogamma et ainsi de suite. Ils ont un effet antioxydant, proche des vitamines B, améliorent le métabolisme du cholestérol et la conductivité musculaire.

Le traitement médicamenteux est bien combiné à la physiothérapie.

Physiothérapie

La physiothérapie suivante est appliquée:

  • Électrophorèse. Vous permet de maintenir les médicaments à travers la peau directement sur la lésion.
  • Magnétothérapie. L'exposition à un champ magnétique contrôlé dans une zone locale atténue les symptômes de la douleur, améliore le flux sanguin et l'efficacité de la fibre nerveuse.
  • Thérapie par ultrasons (UST). Les ondes ultrasonores pénètrent sous la peau sur 6 cm et peuvent affecter les fibres nerveuses profondes. UST améliore le métabolisme intracellulaire, accélère la régénération des tissus endommagés.
  • Thérapie Amplipulse. Le courant électrique basse fréquence pulsé à court terme a un effet bénéfique sur la jambe affectée: élimine l'œdème, anesthésie et stimule les muscles lisses.

Afin d'éliminer l'inflammation et de restaurer la fonction musculaire, des exercices actifs (dynamiques, améliorant la coordination et la fonctionnalité de l'appareil vestibulaire) et passifs (réalisés avec l'aide d'un instructeur) sont utilisés. Les exercices sont menés avec la participation des jambes malades et en bonne santé, à l'exception de l'articulation la plus proche du nerf touché (genou ou cheville - en fonction de la localisation de la névrite).

La position de départ optimale pour l’entraînement est la position assise avec une jambe pliée au genou avec un rouleau dur sous le talon. Pour restaurer la fonction de l'articulation du genou, étirez le harnais lors de la flexion de la jambe. Pour restaurer la cheville - adduction et abduction du pied.

Au fur et à mesure que la fonctionnalité du membre reprend, l'instructeur complique la série d'exercices visant à la rééducation complète du patient. Dans les cas graves (y compris pendant la récupération postopératoire), des orthèses spéciales sont utilisées pour fixer le pied et aider à apprendre à marcher.

Traitement chirurgical

Les indications pour la chirurgie sont: la futilité du traitement conservateur, une compression importante du nerf avec une violation complète de la conduction nerveuse, une neuropathie récurrente.

L'opération implique la libération du nerf clampé et la restauration plastique des parois du canal. En l'absence d'excitabilité électrique des muscles, une greffe de tendon est réalisée.

La neuropathie péronière est une maladie dangereuse qui, dans les cas graves, menace l'invalidité et l'incapacité. Il est beaucoup plus difficile de traiter cette maladie que de suivre quelques règles préventives simples:

  • Portez des chaussures confortables.
  • Suivez la posture.
  • Passer jusqu'à 6 km par jour.
  • Ne pratiquez pas de sports traumatiques.

Vidéo utile

Vous pouvez en apprendre plus de cette vidéo.

Conclusion

Si des symptômes similaires à la neuropathie apparaissent, consultez immédiatement un neurologue pour obtenir des conseils.

Causes de la neuropathie péronière et des méthodes de traitement des lésions

L'évolution de la neuropathie du nerf péronier est caractérisée par une sensibilité altérée dans la région de la jambe inférieure. Avec une telle lésion, la patiente ne peut pas plier le pied et ses doigts. Les syndromes de tunnel des membres inférieurs se développent en raison de la compression des fibres nerveuses locales. La compression se produit sur le fond des blessures ou d'autres blessures des jambes, ainsi que sous l'influence de processus pathologiques. Le traitement de la neuropathie est effectué à l'aide de médicaments, d'exercices de thérapie par l'exercice ou d'une chirurgie des articulations.

Anatomie

Pour comprendre le développement de la neuropathie, examinons l’anatomie du nerf péronier. Ce nerf appartient au plexus sacré. Ses fibres font partie du nerf sciatique et sont séparées dans la partie inférieure de la cuisse. En bas, ils atteignent la fosse poplitée. Ici, les fibres qui s'entremêlent forment le tronc commun du nerf fibulaire, qui forme une spirale et enveloppe la tête du péroné. Dans cette zone, les fibres se trouvent sous la peau. En raison de cet emplacement du nerf péronier superficiel, la probabilité de ses dommages et du développement de la neuropathie est élevée.

Plus loin du plexus, trois branches partent:

  • superficielle;
  • profonde;
  • une branche qui longe la couche externe du tibia (mollet).

Des branches superficielles et un nerf fibulaire profond se trouvent le long du tibia. Chacun de ces éléments est responsable de l'innervation des muscles individuels:

  • superficiel - les muscles responsables du mouvement du bord externe du pied et du talon;
  • profonds - les muscles qui fournissent l'extension du pied et des orteils.

Ces caractéristiques de la localisation des branches affectent la nature du tableau clinique caractéristique de la neuropathie. Selon la localisation de la zone à problèmes, la sensibilité diminue et des troubles moteurs apparaissent dans certaines parties du pied ou des doigts.

Causes de névralgie

Le développement de la névrite péronière est provoqué par l'influence de l'environnement externe ou l'évolution des maladies.

Selon ces caractéristiques, la maladie est classée en neuropathie primaire ou secondaire.

Les causes les plus courantes du développement du syndrome du nerf fibulaire incluent:

  • des ecchymoses;
  • des fractures;
  • des coups;
  • compression de la fibre.

Plus souvent, la neuropathie se développe sur le fond des dommages à la partie externe supérieure du tibia, puisque le nerf péronier se trouve directement sous la peau. La compression de fibres locales (syndrome du tunnel) est également une cause fréquente de névrite. Ces violations se produisent sous l’influence de diverses causes. Le syndrome des tunnels des membres inférieurs est diagnostiqué chez les personnes qui s'assoient souvent les jambes croisées ou qui portent du gypse depuis longtemps.

En plus de la neuropathie post-traumatique du nerf péronier, la névrite entraîne:

  • ischémie nerveuse (insuffisance de l'apport sanguin);
  • immobilisation prolongée (par exemple, allongée);
  • maladies infectieuses;
  • pathologies articulaires communes qui déclenchent la compression des canaux nerveux;
  • l'évolution des processus tumoraux;
  • dommages toxiques au corps causés par une insuffisance rénale et d'autres facteurs.

L'apparition d'une neuropathie peut être provoquée par des erreurs d'injections intramusculaires, lorsque l'aiguille touche les nerfs péroniers ou sciatiques.

Symptômes caractéristiques

La nature des symptômes de neuropathie du nerf péronier est déterminée par la localisation du syndrome de compression ischémique et les causes de la maladie.

En cas de blessure aiguë (fracture, injections et autres blessures), les phénomènes cliniques caractéristiques de cette affection se produisent simultanément. Le symptôme principal de la compression est la douleur, qui est souvent associée à une diminution ou une perte temporaire de sensibilité du membre inférieur. Si une névrite se développe progressivement (par exemple chez les personnes qui jettent constamment leurs jambes sur leurs jambes), l'intensité des symptômes du syndrome du tunnel augmente lentement.

En cas de lésion des fibres du plexus des nerfs sciatiques et péroniers, les symptômes deviennent les suivants:

  1. Diminution ou perte complète de la sensibilité sur les surfaces antérieure et latérale du tibia, ainsi que sur l'arrière du pied.
  2. Le syndrome douloureux est localisé dans ces zones. L'intensité de ce symptôme augmente pendant le mouvement.
  3. Troubles du mouvement Le patient n'est pas capable de redresser le pied et les orteils.
  4. Incapacité de bouger le bord extérieur du pied, de se tenir sur les talons et de marcher.
  5. Changer l'apparence du pied. Il est observé en baisse.

Lors de la compression du plexus nerveux dans la région du sacrum, les patients bougent leurs jambes tout en se déplaçant, en essayant de ne pas toucher les surfaces avec les doigts. Le membre en ce moment est excessivement plié au genou et à l'articulation de la hanche.

Avec la défaite des fibres nerveuses situées près du péroné, la sensibilité de la peau à la surface externe du tibia est réduite. Dans ce cas, les symptômes sont légers.

Le syndrome de compression ischémique du nerf péronier superficiel se manifeste par les symptômes suivants:

  • l'apparition d'un syndrome douloureux, localisé sur le côté de la jambe, sur l'arrière du pied et les orteils (jusqu'au petit doigt);
  • sensation de brûlure, qui est noté le long du nerf;
  • diminution de la sensibilité dans les zones spécifiées;
  • incapacité de soulever et de retirer le bord extérieur du pied.

La défaite du nerf péronier profond provoque:

  • mobilité réduite du pied et des orteils;
  • léger affaissement du pied;
  • diminution de la sensibilité entre les deux premiers doigts.

Indépendamment de la localisation du syndrome de compression ischémique, il existe dans les cas avancés une atrophie des fibres musculaires. De ce fait, les os commencent à apparaître à travers la peau et d’autres processus, souvent irréversibles, se produisent.

Diagnostics

La névralgie du nerf fibulaire est diagnostiquée sur la base des plaintes du patient et des résultats de tests spéciaux. La sensibilité réduite est détectée par l'acupuncture. L'électroneurographie et l'électromyographie sont également prescrites, ce qui permet d'estimer le taux de transmission du signal par le nerf péronier. Les deux méthodes vous permettent également de déterminer la nature de la lésion. Avec cette maladie, une échographie nerveuse est souvent prescrite.

Si la neuropathie est causée par un traumatisme, le patient est alors envoyé en consultation chez le traumatologue et subit un examen de radiographie et d'échographie. Pour déterminer la localisation exacte des zones touchées, des blocus novocainiques sont introduits dans les zones à problèmes.

Traitement

Si le nerf péronier est affecté, le traitement est effectué avec des médicaments et par une intervention chirurgicale. La plus efficace est la thérapie qui, en plus de ces méthodes, combine des techniques de physiothérapie et des exercices spéciaux.

Traitement médicamenteux

Dans le traitement de la neuropathie du nerf péronier, on utilise des anti-inflammatoires non stéroïdiens:

Les médicaments éliminent les poches, arrêtent le processus inflammatoire et suppriment la douleur. La restauration de la fonction du nerf fibulaire est réalisée à l'aide de vitamines B. Pour améliorer l'irrigation sanguine de la région à problèmes, Trental, Pentoxifylline et d'autres médicaments sont utilisés. La prise d'antioxydants ("Thiogamma", "Berlition") est également indiquée dans le traitement de la neuropathie. En raison du fait que le pincement provoque une diminution de la conductivité des impulsions nerveuses, «Galantamine», «Neuromidin» et «Proserin» sont assignés à l'élimination de la violation.

L'utilisation prolongée d'analgésiques présentant un syndrome de jambe tunnel aggrave considérablement l'état du patient. Par conséquent, ces médicaments pour la neuropathie ne s'appliquent pas.

Physiothérapie

La névrite du nerf péronier est arrêtée avec succès par les techniques de physiothérapie:

  • électrophorèse avec des médicaments;
  • amplipulse;
  • échographie;
  • thérapie magnétique;
  • électrostimulation.

Dans le cadre de la procédure physiothérapeutique, le médecin a un impact sur la région du nerf fibulaire affecté. Le pincement de ce dernier est éliminé par massage. Dans ce cas, le type de manipulation est choisi en fonction des caractéristiques individuelles de la maladie. L'acupuncture est également prescrite pour restaurer la fonction de la zone à problèmes.

En cas de neuropathie, des exercices de physiothérapie sont appliqués. Les exercices sont choisis en fonction de la nature de la lésion des fibres musculaires (leur degré de conservation). La thérapie par l'exercice est utilisée pour rétablir la circulation sanguine dans les zones à problèmes et l'activité motrice du pied.

Les exercices sur simulateurs spéciaux sont considérés comme les plus efficaces. Si nécessaire ou s'il existe des indications appropriées, le médecin choisit un complexe de thérapie par l'exercice pour la pratique à domicile. L'automédication à l'aide d'une culture physique peut entraîner une détérioration du nerf et accélérer l'atrophie musculaire.

Intervention chirurgicale

La chirurgie est principalement utilisée pour les lésions traumatiques du nerf péronier. En fonction des caractéristiques des dommages sont effectués:

  1. Décompression. Dans le cadre de l'opération, le médecin supprime les facteurs qui compriment les fibres nerveuses.
  2. Névrose Cette méthode est utilisée lorsque la compression est provoquée par la formation d'adhérences, la prolifération de tissu conjonctif et d'autres facteurs.
  3. En plastique. La méthode implique la restauration de l'intégrité du nerf endommagé, ainsi que le transfert du canal vers un nouvel emplacement.

Une fois l’opération terminée pour la neuropathie ischémique par compression du nerf péronier, un traitement médicamenteux similaire à celui décrit ci-dessus est prescrit.

Une approche intégrée assure la restauration la plus précoce possible de la structure et des fonctions des fibres endommagées.

Traitement des remèdes populaires

Le traitement du syndrome fibulaire (tunnel) à l'aide de la médecine traditionnelle est effectué en consultation avec le médecin. En cas de lésion du nerf fibulaire, appliquer:

  1. Argile bleue et verte. La substance doit être diluée dans de l'eau jusqu'à un état pâteux, puis enveloppée dans un chiffon et appliquée sur la zone à problèmes. La compresse doit être conservée jusqu'à ce que l'argile sèche.
  2. Compresse de lait de chèvre. Il doit être appliqué pendant quelques minutes sur le site de la lésion.
  3. Ail 4 clous de girofle doivent être broyés et verser de l'eau, porter à ébullition. Après cela, vous devez respirer sur le bouillon pendant 10 minutes.
  4. 2-3 cuillères à soupe térébenthine. Il devrait être dilué dans de l'eau. Dans la solution résultante, vous devez faire tremper le pain et poser le problème sur la jambe pendant 7 minutes. Après la procédure, le membre est mis en chaleur.

La neuropathie du nerf péronier n'est pas complètement guérie avec l'aide de la médecine traditionnelle. Cette approche est utilisée pour éliminer ou réduire l’intensité des symptômes courants. La sélection de remèdes populaires prend en compte la spécificité des maladies associées.

Conséquences et prévention

Dans les cas avancés, la neuropathie provoque le développement d'une parésie du nerf péronier, entraînant une invalidité du patient. De plus, en l'absence de traitement, les muscles commencent à s'atrophier. Et ce processus est irréversible.

Pour prévenir le syndrome des tunnels de pied, il est recommandé de porter des chaussures confortables. Afin de prévenir la neuropathie des membres inférieurs, vous devez, si possible, réduire la charge sur les jambes (éliminez l'excès de poids, réduisez l'activité physique). Les personnes qui pratiquent un sport sont régulièrement examinées par un médecin.

La neuropathie se développe pour diverses raisons. La progression de la maladie provoque une douleur intense et une diminution de la mobilité des membres inférieurs. Par conséquent, il est recommandé de commencer le traitement de la neuropathie immédiatement après les premiers symptômes.

En Savoir Plus Sur La Schizophrénie