Les troubles neuropsychiatriques sont des états humains dans lesquels la conscience change et acquiert le caractère d'un comportement destructeur.

Ce terme est controversé d'un certain côté et est interprété différemment par les avocats, les psychiatres et les psychologues.

Selon ICD, la maladie mentale n'est pas la même chose que la maladie mentale. Ce terme décrit généralement divers types de perturbations de la psyché humaine.

Du point de vue de la psychiatrie, il n’est pas toujours possible de déterminer les symptômes biologiques, médicaux et sociaux d’un trouble mental. Parfois seulement, le fondement de cette violation peut être une violation physiologique dans le corps. D'où le terme «trouble mental» plutôt que «maladie mentale» est utilisé dans la CIM-10.

Pourquoi des troubles mentaux surviennent-ils?

Toutes les défaillances de la psyché humaine sont causées par une fonction cérébrale anormale, qui peut survenir pour deux raisons:

  • cause exogène (externe) - intoxication par des substances toxiques, alcool, drogues, action des radiations, maladies infectieuses et virales, traumatismes psychologiques, effets physiques sur le cerveau (accidents vasculaires cérébraux), perturbation du réseau vasculaire.
  • cause endogène (interne) - troubles dans l’ensemble des chromosomes, maladies héréditaires transmises génétiquement.

Néanmoins, la science n'a pas encore complètement expliqué pourquoi les troubles mentaux apparaissent. Bien que ces maladies touchent près de vingt-cinq pour cent des habitants de la terre.

Les principales raisons de l'apparition de troubles mentaux incluent des facteurs environnementaux biologiques et psychologiques. Les troubles mentaux sont souvent transmis des parents aux enfants, ce qui a pour conséquence que les membres d'une famille se ressemblent souvent. Les facteurs psychologiques sont une combinaison de gènes et d'environnement.

Certaines maladies sont également des facteurs provoquants. Ce sont l'hyperglycémie, les infections, la sclérose des vaisseaux cérébraux, les troubles circulatoires dans le cerveau.

L'alcoolisme et la toxicomanie sont les plus dangereux, car ils nuisent au système nerveux central et changent complètement la nature d'une personne.

Les mauvaises conditions météorologiques ou les échecs de la vie personnelle en automne peuvent provoquer des troubles mentaux chez toute personne. Il est donc utile de faire appel à des complexes vitaminiques ayant des effets bénéfiques sur le système nerveux et sur l’organisme tout entier.

Classification

L'OMS, pour la commodité des psychiatres, a mis au point un système dans lequel les troubles mentaux se différencient par leur occurrence et leurs symptômes.

  • Dommages au cerveau

Ce sont les conditions dans lesquelles une personne reste après un TBI, un AVC et d'autres maladies systémiques. Il est possible que les deux fonctions cérébrales supérieures (la capacité de mémoriser, de penser et d’apprendre de nouvelles choses) soient affectées, ainsi que l’émergence de «symptômes plus» (délires, hallucinations, sautes d’humeur).

  • Troubles mentaux dus à la consommation d'alcool ou de drogues

Conditions résultant de l'utilisation de substances psychoactives non médicamenteuses (sédatifs, barbituriques, hallucinogènes, certains composés chimiques).

  • Schizophrénie et troubles schizoïdes

Dans la schizophrénie, les sautes d'humeur, les intérêts, la fatigue, les perturbations dans la sphère sociale, la réalisation d'actions, dont la logique n'est claire que pour le patient. Si ces manifestations sont bénignes, il s'agit alors d'un trouble de la personnalité schizoïde.

  • Troubles affectifs

Le symptôme principal d'un tel état est un changement d'humeur caractéristique du trouble affectif bipolaire. Ce groupe comprend la manie, la dépression, la cyclo- et la dysthymie.

  • Peurs déraisonnables et névrose

Celles-ci comprennent les attaques de panique, la manie de la persécution, diverses peurs, le stress chronique.

  • Troubles physiologiques

Ceci est une violation de l'appétit, du sommeil et du désir sexuel.

  • Trouble de la personnalité et du comportement à l'âge adulte

Un très grand groupe, qui comprend des États tels que, par exemple, le transsexualisme, le sadomasochisme, la pédophilie, le besoin impérieux de jouer dans un casino.

Conditions congénitales dans lesquelles il y a un retard dans le développement de la psyché et une fonction cognitive réduite.

Il est divisé en degrés en fonction de la sévérité des manifestations. Les causes de telles affections sont les désordres génétiques, le développement fœtal anormal, le manque d'attention des parents.

  • Violations du développement psychologique

Troubles de la parole, fonction motrice, apprentissage médiocre. Cette condition survient dans l'enfance après avoir souffert de maladies affectant le cerveau. Produit sans remise ni détérioration.

  • Hyperactivité

Observé chez les enfants et les adolescents. Ils ont du mal à se concentrer sur quelque chose pendant longtemps. Les enfants sont vilains, constamment en mouvement et peuvent même montrer de l'agressivité.

Symptômes de troubles mentaux

  1. Sensopathie - sensibilité nerveuse et tactile anormale:
  • hyperesthésie (hypersensibilité aux stimuli normaux);
  • hypesthésie (sensibilité réduite aux stimuli normaux);
  • la sénesthopathie (sensations de pression, de brûlure, de grattement dans diverses parties du corps);
  1. Hallucinations:
  • vrai (le patient voit l'objet "en dehors de lui-même");
  • faux (le patient voit l'objet "en lui-même");
  • illusions (le patient perçoit un objet réel avec distorsion);
  • métamorphosie (changement dans la perception de la taille de votre corps).

Le processus de réflexion peut changer: devenir rapide et décousu ou au contraire devenir lent.

Le patient peut errer, peut-être sous l’apparence de pensées obsessionnelles, de souvenirs, de phobies.

Dans le tableau clinique, il peut y avoir des perturbations dans la perception du monde environnant ou de sa propre personnalité (elle n’est pas ressentie comme telle), un dysfonctionnement de la mémoire, un manque de sommeil, des cauchemars nocturnes.

Un trouble obsessionnel compulsif peut survenir. Les obsessions sont de plusieurs types:

  • distractions (compter à voix haute et silencieuse, répéter les dates, les chiffres, diviser les mots en plusieurs parties);
  • figuratif (peurs et doutes obsessionnels);
  • maîtriser le moment où le patient exprime son désir de vérité (par exemple, sa personne proche n'est pas morte, mais est partie);
  • rituels obsessionnels (se laver les mains, vérifier les interrupteurs).

En faisant toutes ces actions, le patient est certain de ne pas laisser se produire quelque chose de terrible.

L'automédication de troubles mentaux est inacceptable - seul un psychiatre peut le faire après un examen approfondi. Avec le bon choix de médicaments et l'aide d'un médecin, un trouble mental peut facilement être ajusté.

Matériaux liés:

Comment distinguer klinaniyu de la paresse

Tout le monde a telle ou telle peur et c'est absolument normal. La nature a construit chez tous les hommes un état de peur, de protection.

Caractéristiques de l'asthénie

L'asthénie est un trouble psychopathologique caractérisé par un ensemble complexe de symptômes, notamment une sensation de faiblesse, une perturbation du sommeil et une fatigue accrue. Les patients qui.

La psychose est-elle un esprit brisé ou la vraie profondeur de l'esprit humain?

Sigmund Freud a déclaré que la psychose utilise le monde de la fantaisie comme un garde-manger dont il tire les documents.

Causes et traitement de la suralimentation compulsive

La suralimentation compulsive est une violation de la fonctionnalité de l'œsophage, caractérisée par une forte augmentation de poids, de la gourmandise et, par conséquent, une augmentation de l'appétit (principalement accompagnée de.

Principes de base de la psychologie humaniste

La psychologie humaniste traite des problèmes de l'amour, l'attention portée à divers états humains. L’individu et son désir sont au centre de cela.

Behaviorisme. Comportement de base

Le comportementalisme est une branche (ou stade de développement) de la psychologie qui repose sur l'analyse d'éléments comportementaux, en accordant une attention particulière aux influences.

Agression des enfants. Types et méthodes de correction

Il existe différents types de déviations dans le comportement des enfants. Dans la longue liste, le leader incontesté est l'agression. Cette désobéissance, manifestations d'irritabilité, traitement cruel.

Changements de poids saisonniers et troubles affectifs

Quelle que soit la vie progressive d'une personne, il ressent toujours l'influence des changements saisonniers sur son corps. Tout habitant de la terre.

Dysthymie

La dysthymie est un trouble mental manifesté par un état émotionnel déprimé. Contrairement à la dépression, la dysthymie se caractérise par l’absence de troubles du comportement prononcés.

Ce que vous devez savoir sur le suicide. Comment comprendre cela proche du danger?

Le suicide, bien que cela semble être une chose lointaine qui ne nous touche jamais personnellement ni à nos amis, est en réalité menacé.

Maladies neuropsychiatriques

Description des maladies neuropsychiatriques

Les troubles neuropsychiatriques comprennent l'état d'une personne dans laquelle la conscience change et un caractère de comportement destructeur apparaît.

Les maladies neuropsychiatriques sont caractérisées par un niveau modéré de troubles mentaux. Ces maladies sont déterminées par la discordination mentale, le déséquilibre, la violation des cycles de sommeil et de veille, ainsi que par l'état d'hyperactivité et la présence de maladies imaginaires.

Les psychologues ne sont pas toujours en mesure de déterminer les symptômes de troubles mentaux associés à des facteurs biologiques, médicaux et sociaux. En règle générale, les violations physiologiques du corps sont à l’origine de telles violations.

Causes des maladies neuropsychiatriques

Les principales raisons sont des facteurs psychologiques. Ceux-ci comprennent les traumatismes mentaux aigus ou une longue période d’échec lorsqu’un stress mental à long terme est créé.

La tension émotionnelle se manifeste non seulement dans la psyché humaine, mais également dans le dysfonctionnement des organes internes, tels que les arythmies cardiaques, les dysfonctions respiratoires et les troubles gastro-intestinaux.

Essayez de demander de l'aide aux enseignants

Le plus souvent, les troubles nerveux se limitent à des formes fonctionnelles et temporaires. Cependant, parfois, lorsque survient un stress émotionnel, des maladies associées à un effort excessif mental. Dans ce cas, le facteur de stress est important, par exemple en cas de maladie de la peau, d’hypertension ou de maladie gastrique.

Le deuxième facteur qui influe sur l’émergence de maladies neuropsychiatriques est la dégradation du système nerveux autonome. Les violations se caractérisent par:

  • tension artérielle irrégulière
  • trouble du rythme cardiaque,
  • maux de tête
  • troubles du sommeil
  • transpiration
  • des frissons
  • doigts tremblants
  • sensations désagréables dans le corps.

Ces tensions mentales sont fixes dans l'esprit d'une personne et se manifestent dans des situations stressantes sous forme d'anxiété ou de raideur.

Le troisième facteur qui influence l'émergence de maladies neuropsychiatriques sont les caractéristiques individuelles d'une personne. Certaines personnes ont tendance à avoir des manifestations insoutenables dans leur caractère, un déséquilibre émotionnel et l'habitude de vivre constamment dans toutes les circonstances et situations. Ainsi, ils forment le risque de développer des troubles mentaux.

Posez une question à des spécialistes et obtenez
répondez dans 15 minutes!

Le quatrième facteur concerne les périodes difficiles de la vie d’une personne. Il y a des périodes de stress dans la vie d'une personne. Le stade d'augmentation du risque survient à l'âge de 3 à 5 ans lors de la formation du moi personnel, puis entre 12 et 15 ans, se produit la puberté de l'enfant, au cours de laquelle tous les systèmes de l'organisme sont reconstruits.

Diagnostic et traitement des maladies neuropsychiatriques

La tâche principale des psychiatres modernes est d’établir un diagnostic précis et de rétablir efficacement une activité mentale normale. Dans les institutions médicales, les psychothérapeutes qui possèdent les qualifications les plus élevées et une solide expérience traitent des troubles mentaux. Ils abordent la compréhension des causes des troubles mentaux sous différents angles et prescrivent un traitement diversifié.

Habituellement, le traitement des maladies neuropsychiatriques repose sur l’étude de la psychosomatique du corps, car ces troubles résultent de maladies des organes et des systèmes internes.

Il se trouve qu'une personne a une maladie dont elle ne sait rien, alors qu'elle est à l'origine de ses troubles mentaux. Par exemple, un état dépressif peut être associé à des maladies du tractus gastro-intestinal ou à des maladies cardiovasculaires.

Les troubles neuropsychiatriques sont diagnostiqués et traités à l'aide d'équipements modernes, des derniers médicaments et des meilleures méthodes professionnelles. Dans le monde moderne, les chances de succès du traitement des maladies neuropsychiatriques sont élevées. S'appuyant sur la possibilité de prendre des médicaments et sur le soutien de ses proches, la personne qui souffre peut se rétablir complètement et retrouver une vie normale.

N'a pas trouvé la réponse
à votre question?

Écris juste ce que tu veux
besoin d'aide

Bibliothèque de psychologie

Maladies mentales: liste complète et description des maladies

De nos jours, les anomalies mentales se retrouvent presque toutes les secondes. La maladie n'a pas toujours des manifestations cliniques vives. Cependant, certains écarts ne peuvent être négligés. Le concept de norme a une large gamme, mais l'inaction, avec des signes évidents de maladie, ne fait qu'aggraver la situation.

Résumé:

Maladies mentales chez l'adulte et l'enfant: liste et description

Parfois, divers maux ont les mêmes symptômes, mais dans la plupart des cas, la maladie peut être divisée et classée. Principales maladies mentales - une liste et une description des écarts peuvent attirer l'attention de vos proches, mais seul un psychiatre expérimenté peut établir le diagnostic final. Il prescrira également un traitement basé sur les symptômes, ainsi que des études cliniques. Plus le patient cherche de l'aide tôt, plus les chances de succès du traitement sont grandes. Vous devez abandonner les stéréotypes et ne pas avoir peur d'affronter la vérité. Maintenant, la maladie mentale n’est plus une phrase, et la plupart d’entre elles sont traitées avec succès si le patient consulte en temps utile un médecin. Le plus souvent, le patient lui-même ne réalise pas son état et cette mission devrait être assumée par ses proches. La liste et la description de la maladie mentale sont fournies à titre indicatif. Peut-être que votre connaissance sauvera la vie de ceux qui vous sont chers ou dissipera vos soucis.

Agoraphobie avec trouble panique

L'agoraphobie, d'une manière ou d'une autre, représente environ 50% de tous les troubles anxieux. Si initialement le désordre ne signifiait que la peur de l'espace ouvert, la peur de la peur a maintenant été ajoutée à celle-ci. Ainsi, l'attaque de panique se déroule dans un environnement où il y a une forte probabilité de tomber, de se perdre, de se perdre, etc., et la peur ne résoudra pas ce problème. L'agoraphobie exprime des symptômes non spécifiques, c'est-à-dire une accélération du rythme cardiaque; la transpiration peut également se produire dans d'autres troubles. Tous les symptômes de l'agoraphobie portent exclusivement des signes subjectifs que le patient lui-même éprouve.

Démence alcoolique

L'alcool éthylique à usage constant agit comme une toxine, qui détruit les fonctions cérébrales responsables du comportement et des émotions humaines. Malheureusement, seule la démence alcoolique peut être retrouvée, ses symptômes peuvent être identifiés, mais le traitement ne restaure pas les fonctions cérébrales perdues. Vous pouvez ralentir la démence alcoolique, mais pas guérir complètement une personne. Les symptômes de la démence liée à l’alcool incluent: troubles de la parole, perte de mémoire, perte de sensibilité et manque de logique.

Allotriophagie

Certains sont surpris lorsque des enfants ou des femmes enceintes associent des aliments incompatibles ou, en général, mangent des aliments non comestibles. Le plus souvent, cela se traduit par le manque de certains oligo-éléments et vitamines dans le corps. Ce n'est pas une maladie, et est généralement "traité" en prenant un complexe de vitamines. Dans l'allotriophagie, les gens mangent ce qui n'est en principe pas comestible: le verre, la saleté, les cheveux, le fer, et il s'agit d'un trouble mental dont les causes ne sont pas uniquement dues à un manque de vitamines. Le plus souvent, il s'agit d'un choc, accompagné de l'avitaminose, et, en règle générale, un traitement doit également être envisagé de manière globale.

L'anorexie

À notre époque de gloire, la mort par anorexie est de 20%. La peur obsessionnelle de grossir vous fait refuser de manger, jusqu'à l'épuisement complet. Si vous reconnaissez les premiers signes d'anorexie, vous pouvez éviter une situation difficile et agir à temps. Les premiers symptômes de l'anorexie:
La préparation de la table se transforme en un rituel, avec comptage des calories, coupe précise et déploiement / étalement sur une assiette de nourriture. Toute la vie et les intérêts se concentrent uniquement sur la nourriture, les calories et la pesée cinq fois par jour.

Autisme

Autisme - Quelle est cette maladie et comment peut-on la traiter? Seulement la moitié des enfants diagnostiqués avec l'autisme ont des troubles fonctionnels du cerveau. Les enfants autistes pensent différemment des enfants ordinaires. Ils comprennent tout, mais ne peuvent pas exprimer leurs émotions à cause d'une violation de l'interaction sociale. Les enfants ordinaires grandissent et copient le comportement des adultes, leurs gestes, leurs expressions faciales et apprennent ainsi à entrer en contact, mais avec l'autisme, la communication non verbale est impossible. Les enfants autistes ne recherchent pas la solitude, ils ne savent tout simplement pas comment établir eux-mêmes le contact. Avec une attention appropriée et une formation spéciale, cela peut être quelque peu ajusté.

Fièvre blanche

Blue Devils fait référence à la psychose, sur fond d’une consommation prolongée d’alcool. Les signes de delirium tremens sont représentés par un très large éventail de symptômes. Hallucinations - visuelles, tactiles et auditives, délire, sautes d'humeur rapides de heureux à agressif. À ce jour, le mécanisme des lésions cérébrales n’est pas entièrement compris, car il n’existe pas de traitement complet pour ce trouble.

Maladie d'Alzheimer

De nombreux types de troubles mentaux sont incurables et la maladie d'Alzheimer en fait partie. Les premiers signes de la maladie d'Alzheimer chez l'homme ne sont pas spécifiques, et cela n'apparaît pas immédiatement. Après tout, tous les hommes oublient leurs anniversaires, dates importantes, et cela ne surprend personne. Dans la maladie d'Alzheimer, la mémoire à court terme en souffre en premier lieu, et les gens l'oublient littéralement aujourd'hui. Apparaît l'agressivité, l'irritabilité, et il est également blâmé pour la manifestation du caractère, manquant ainsi le moment où il était possible de ralentir le cours de la maladie et prévenir une démence trop rapide.

La maladie de Pick

La maladie de Niemann Pick chez les enfants est exclusivement héréditaire et est divisée par gravité en plusieurs catégories, par mutations dans une certaine paire de chromosomes. La catégorie classique "A" est une phrase pour un enfant et la mort survient à cinq ans. Les symptômes de la maladie de Niemann Pick se manifestent au cours des deux premières semaines de la vie d'un enfant. Manque d’appétit, vomissements, opacification de la cornée et élargissement des organes internes, de sorte que l’abdomen de l’enfant devient trop gros. Les dommages au système nerveux central et au métabolisme entraînent la mort. Les catégories «B», «C» et «D» ne sont pas si dangereuses, car le système nerveux central n'est pas affecté aussi rapidement, ce processus peut être ralenti.

Boulimie

Qu'est-ce qu'une maladie pour la boulimie et est-il nécessaire de la traiter? En fait, la boulimie n'est pas simplement un trouble mental. L’homme ne maîtrise pas son sentiment de faim et mange littéralement tout. Dans le même temps, le sentiment de culpabilité incite le patient à prendre beaucoup de laxatifs, de préparations émétiques et de moyens miracles pour perdre du poids. L'obsession de son poids n'est que la partie visible de l'iceberg. La boulimie est due à des troubles fonctionnels du système nerveux central, à des troubles de l'hypophyse, à des tumeurs cérébrales, au stade initial du diabète, et la boulimie n'est qu'un symptôme de ces maladies.

Hallucinose

Les causes du syndrome d'hallucinose se produisent sur le fond de l'encéphalite, l'épilepsie, la lésion cérébrale traumatique, l'hémorragie ou les tumeurs. En pleine conscience, le patient peut ressentir des hallucinations visuelles, auditives, tactiles ou olfactives. Une personne peut voir le monde autour de lui sous une forme quelque peu déformée et les visages des interlocuteurs peuvent être présentés sous la forme de personnages de dessins animés, ou sous la forme de figures géométriques. Une forme aiguë d'hallucinose peut durer jusqu'à deux semaines, mais ne vous détendez pas si les hallucinations ont disparu. Sans identifier les causes des hallucinations et un traitement approprié, la maladie peut réapparaître.

Démence

La démence sénile est une conséquence de la maladie d'Alzheimer, et on l'appelle souvent «le marasme du vieil homme». Les stades de développement de la démence peuvent être divisés en plusieurs périodes. À la première étape, il y a des trous de mémoire et parfois le patient oublie où il allait et ce qu'il faisait il y a une minute.

L'étape suivante est la perte d'orientation dans l'espace et dans le temps. Le patient peut même se perdre dans sa chambre. En outre, les hallucinations, le délire et les troubles du sommeil suivent. Dans certains cas, la démence survient très rapidement et le patient perd complètement la capacité de raisonner, de parler et de se servir lui-même pendant deux à trois mois. Avec des soins appropriés, un traitement d'entretien, le pronostic de l'espérance de vie après l'apparition de la démence est de 3 à 15 ans, en fonction des causes de la démence, des soins prodigués au patient et des caractéristiques individuelles du corps.

Dépersonnalisation

Le syndrome de dépersonnalisation est caractérisé par une perte de communication avec soi-même. Le patient ne peut pas se percevoir lui-même, ses actions, ses paroles, et se regarde de côté. Dans certains cas, il s’agit d’une réaction défensive de la psyché au choc, lorsque vous devez sans émotions pour évaluer vos actions de l’extérieur. Si ce trouble ne disparaît pas dans les deux semaines, un traitement est prescrit en fonction de la gravité de la maladie.

Déprimé

Une réponse sans équivoque, la dépression - est-ce une maladie ou non - est impossible. C'est un trouble affectif, c'est-à-dire un trouble de l'humeur, mais il affecte la qualité de la vie et peut conduire à une invalidité. L'humeur pessimiste déclenche d'autres mécanismes qui détruisent le corps. Une autre option est possible lorsque la dépression est le symptôme d'autres maladies du système endocrinien ou de la pathologie du système nerveux central.

Fugue dissociative

La fugue dissociative est un trouble mental aigu qui se produit sur fond de stress. Le patient quitte son domicile, déménage dans un nouvel endroit et tout ce qui touche à sa personnalité: nom, prénom, âge, profession, etc. est effacé de sa mémoire. Dans le même temps, la mémoire des livres lus, de certaines expériences, mais sans lien avec sa personnalité, est préservée. La fugue dissociative peut durer de deux semaines à plusieurs années. La mémoire peut revenir soudainement, mais si cela ne se produit pas, vous devriez demander l'aide d'un psychothérapeute qualifié. Sous hypnose, en règle générale, ils trouvent la cause du choc et la mémoire revient.

Bégaiement

Le bégaiement est une violation de l'organisation tempo-rythmique de la parole, exprimée par les spasmes de l'appareil vocal. En règle générale, le bégaiement se produit chez des personnes physiquement et psychologiquement faibles qui dépendent trop des opinions des autres. La zone du cerveau responsable de la parole est adjacente à la zone responsable des émotions. Les violations qui se produisent dans un domaine affectent inévitablement l’autre.

Le jeu

Le jeu est considéré comme une maladie des personnes faibles. Il s’agit d’un trouble de la personnalité et le traitement est compliqué par le fait qu’il n’ya pas de remède contre le jeu. Sur fond de solitude, d'infantilisme, de cupidité ou de paresse, une dépendance au jeu se développe. La qualité du traitement du jeu dépend uniquement du désir du patient et constitue une discipline de soi constante.

Idiotie

L'idiotie est classée dans la CIM comme un retard mental profond. Les caractéristiques générales de la personnalité et du comportement sont liées au niveau de développement d'un enfant de trois ans. Les patients atteints d'idiotie sont pratiquement incapables d'apprendre et vivent exclusivement sur leurs instincts. En règle générale, le niveau de QI des patients est d'environ 20 points et le traitement consiste à soigner les patients.

Imbecile

Dans la Classification internationale des maladies, l’imbécillité a été remplacée par le terme «retard mental». La déficience du développement intellectuel du degré d'imbécillité représente le niveau moyen de retard mental. L’imbécillité congénitale est une conséquence d’une infection intra-utérine ou d’un défaut de formation du fœtus. Le niveau de développement de l'imbécile correspond au développement d'un enfant de 6 à 9 ans. Ils sont modérément appris, mais la vie indépendante d'un imbécile est impossible.

L'hypocondrie

L'hypochondrie névrotique se manifeste par une recherche obsessionnelle des maladies en soi. Le patient écoute attentivement son corps et recherche des symptômes confirmant la présence de la maladie. Le plus souvent, ces patients se plaignent de fourmillements, d'un engourdissement des extrémités et d'autres symptômes non spécifiques, ce qui nécessite un diagnostic précis de la part des médecins. Parfois, les patients atteints d'hypochondrie sont tellement confiants dans leur maladie grave que le corps, sous l'influence de la psyché, échoue et tombe réellement malade.

Hystérie

Les signes d'hystérie sont plutôt violents et, en règle générale, les femmes souffrent de ce trouble de la personnalité. Dans le désordre hystérique, il y a une forte manifestation d'émotions et une certaine théâtralité et de l'hypocrisie. Une personne cherche à attirer l'attention, à faire pitié, à réaliser quelque chose. Certains considèrent que ce ne sont que des caprices, mais, en règle générale, un tel trouble est assez grave, car une personne ne peut pas contrôler ses émotions. Ces patients nécessitent une psychocorrection, car les hystériques sont conscients de leur comportement et ne souffrent pas d’incontinence autant que leurs proches.

Kleptomanie

Ce désordre psychologique se réfère à un désordre des instincts. La nature exacte de la kleptomanie n'a pas été étudiée, cependant, il a été noté que la kleptomanie est une maladie concomitante dans d'autres troubles psychopathiques. Parfois, la kleptomanie se manifeste à la suite d'une grossesse ou de l'adolescence, avec transformation hormonale du corps. Traction au vol quand la kleptomanie n'a pas de raison d'être enrichie. Le patient ne cherche que le frisson du fait même de l'acte illégal.

Le crétinisme

Les types de crétinisme sont divisés en endémiques et sporadiques. En règle générale, le crétinisme sporadique est causé par une déficience en hormones thyroïdiennes au cours du développement embryonnaire. Le crétinisme endémique est causé par un manque d’iode et de sélénium dans l’alimentation de la mère pendant la grossesse. Dans le cas du crétinisme, un traitement précoce est essentiel. Si, dans le crétinisme congénital, le traitement commence à l'âge de 2 à 4 semaines de la vie d'un enfant, son degré de développement ne sera pas inférieur à celui de ses pairs.

Choc "culturel"

Le choc culturel et ses conséquences ne sont pas pris au sérieux par beaucoup, cependant, l'état d'une personne avec un choc culturel devrait être une source de préoccupation. Les gens sont souvent confrontés à un choc culturel lorsqu'ils déménagent dans un autre pays. Au début, la personne est heureuse, elle aime les autres aliments, les autres chansons, mais elle est bientôt confrontée aux différences les plus profondes dans les couches les plus profondes. Tout ce qu'il considérait comme normal et ordinaire est contraire à sa vision du monde dans un nouveau pays. Selon les caractéristiques d'une personne et les raisons de son déménagement, il existe trois façons de résoudre un conflit:

1. Assimilation. Acceptation totale d'une culture étrangère et dissolution dans celle-ci, parfois sous une forme hypertrophiée. Sa culture est diminuée, critiquée et le nouveau considéré comme plus développé et idéal.

2. Ghettoization. C’est-à-dire créer votre propre monde dans un pays étranger. Il s’agit d’une résidence séparée et de la limitation des contacts extérieurs avec la population locale.

3. assimilation modérée. Dans ce cas, l'individu conservera chez lui tout ce qui a été accepté dans son pays d'origine, mais au travail et dans la société, il tente de développer une culture différente et observe les coutumes généralement acceptées dans cette société.

Manie de la persécution

La manie de la persécution - en un mot, on peut qualifier un désordre réel d'espionnage ou de traque. La manie de la persécution peut se développer dans un contexte de schizophrénie et se manifeste par une suspicion excessive. Le patient est convaincu qu'il est sous la surveillance des services spéciaux et soupçonne tout le monde, même ses proches, d'espionnage. Ce trouble schizophrénique est difficile à traiter car il est impossible de convaincre un patient qu'un médecin n'est pas un employé de services spéciaux et qu'une tablette est un médicament.

La misanthropie

Une forme de trouble de la personnalité caractérisée par l'aversion pour les gens, voire la haine. Qu'est-ce que la misanthropie et comment reconnaître un misanthrope? Un misanthrope s'oppose à la société, à ses faiblesses et à ses imperfections. Pour justifier leur haine, misanthrope élève souvent sa philosophie dans un culte. Le stéréotype a été créé selon lequel un misanthrope est un ermite absolument fermé, mais ce n'est pas toujours le cas. Le misanthrope choisit soigneusement qui laisser dans son espace personnel et qui peut être son égal. Sévèrement, un misanthrope déteste l’ensemble de l’humanité et peut appeler à des massacres et à des guerres.

Monomania

La monomanie est une psychose, exprimée par la concentration sur une pensée, préservant pleinement la raison. Dans la psychiatrie actuelle, le terme «monomanie» est considéré comme dépassé et trop général. Actuellement, il y a «pyromanie», «kleptomanie», etc. Chacune de ces psychoses a ses racines et un traitement est prescrit en fonction de la gravité de la maladie.

États obsessionnels

Le trouble obsessionnel-compulsif ou trouble obsessionnel-compulsif se caractérise par l’incapacité de se débarrasser de pensées ou d’actions agaçantes. En règle générale, les personnes ayant un niveau élevé d’intellect et de responsabilité sociale souffrent de TOC. Le syndrome des états obsessionnels se manifeste par une réflexion sans fin sur des choses inutiles. Combien de cellules sur la veste du compagnon de voyage, quel âge a l'arbre, pourquoi l'autobus a-t-il des phares ronds, etc.

La deuxième variante du désordre consiste en des actions obsessionnelles, ou un double contrôle d'actes. L'impact le plus commun est associé à la propreté et à l'ordre. Le patient lave sans cesse tout, se plie et se lave à nouveau, jusqu'à épuisement. Le syndrome des états non liés est difficile à traiter, même avec un traitement complexe.

Trouble de la personnalité narcissique

Les signes de trouble de la personnalité narcissique sont facilement reconnaissables. Les personnalités narcissiques sont sujettes à une estime de soi exagérée, ont confiance en leur propre idéalité et sont perçues comme envieuses par toute critique. Il s’agit d’un trouble de la personnalité comportementale, qui n’est pas aussi anodin que cela puisse paraître. Les personnalités narcissiques sont sûres de leur propre permissivité et ont droit à quelque chose de plus que tout le monde. Sans un pincement de conscience, ils peuvent détruire les rêves et les projets d'autres personnes, car pour eux cela n'a aucune importance.

Névrose

La névrose obsessionnelle est une maladie mentale ou non, et à quel point est-il difficile de diagnostiquer un trouble? Le plus souvent, la maladie est diagnostiquée sur la base des plaintes du patient et des tests psychologiques, de l'IRM et de la tomodensitométrie du cerveau. Les névroses sont souvent le symptôme d'une tumeur cérébrale, d'un anévrisme ou d'infections précédemment transférées.

L'oligophrénie

L'oligophrénie est une forme de retard mental dans laquelle le patient ne se développe pas mentalement. L'oligophrénie est causée par des infections intra-utérines, des anomalies génétiques ou une hypoxie pendant l'accouchement. Le traitement de l’oligophrénie est l’adaptation sociale des patients et l’enseignement des techniques de libre service les plus simples. Pour ces patients, il existe des jardins d'enfants spéciaux, des écoles, mais ils ne peuvent que rarement atteindre un développement supérieur à celui d'un enfant de 10 ans.

Attaques de panique

Les attaques de panique sont un trouble assez commun, cependant, les causes de la maladie sont inconnues. Le plus souvent, les médecins dans le diagnostic écrivent le TRI, car les symptômes sont très similaires. Il existe trois catégories d'attaques de panique:

1. Attaque de panique spontanée. La peur, la transpiration excessive et les palpitations se produisent sans aucune raison. Si de telles attaques se produisent régulièrement, il est nécessaire d'exclure les maladies somatiques et d'aller seulement chez un psychothérapeute.

2. Attaque de panique situationnelle. Beaucoup de gens ont des phobies. Quelqu'un a peur de prendre l'ascenseur, d'autres sont effrayés par les avions. De nombreux psychologues ont réussi à faire face à de telles craintes et il ne vaut pas la peine de retarder une visite chez le médecin.

3. Attaque de panique pendant que vous prenez des stupéfiants ou de l’alcool. Dans cette situation, la stimulation biochimique est sur le visage, et un psychologue dans ce cas aidera seulement à se débarrasser de la dépendance, si elle existe.

Paranoïa

La paranoïa est un sens aigu de la réalité. Les patients atteints de paranoïa peuvent construire des chaînes logiques complexes et résoudre les tâches les plus complexes, grâce à leur logique non standard. La paranoïa est un trouble chronique caractérisé par des phases de crises calmes et violentes. Pendant de telles périodes, le traitement du patient est particulièrement difficile, car des idées paranoïaques peuvent être exprimées dans des illusions de persécution, des illusions de grandeur et d'autres idées dans lesquelles le patient considère les médecins comme des ennemis ou s'ils ne méritent pas de traitement.

Pyromanie

La pyromanie est un trouble mental qui se traduit par la douloureuse passion de regarder le feu. Seule une telle contemplation peut apporter au patient joie, satisfaction et tranquillité. La pyromanie est considérée comme un type de TOC en raison de son incapacité à résister au désir obsessionnel de mettre le feu à quelque chose. Les Pyromanes planifient rarement un feu à l'avance. Cette convoitise spontanée, qui ne procure ni gain matériel ni profit, et le patient se sent soulagé après l'incendie criminel.

Psychoses

Les psychoses et leurs types sont classés en fonction de leur origine. La psychose organique se produit sur le fond de lésions cérébrales dues à des maladies infectieuses passées (méningite, encéphalite, syphilis, etc.)

1. Psychose fonctionnelle - lorsque le cerveau n'est pas physiquement endommagé, des anomalies paranoïaques se produisent.

2. Intoxication. La psychose d'intoxication est causée par l'abus d'alcool, de stupéfiants et de poisons. Sous l'influence des toxines, les fibres nerveuses sont affectées, ce qui entraîne des effets irréversibles et une psychose compliquée.

3. Réactif. Après un traumatisme psychologique, une psychose, une attaque de panique, une hystérie et une excitabilité émotionnelle accrue se produisent souvent.

4. traumatique. En raison de lésions cérébrales traumatiques, la psychose peut se manifester par des hallucinations, des peurs non fondées et des états obsessionnels.

Comportement auto-dommageable "Pathologie"

Les comportements autodestructeurs chez les adolescents se traduisent par une haine et une douleur auto-infligées, en guise de punition pour leur faiblesse. À l'adolescence, les enfants ne peuvent pas toujours montrer leur amour, leur haine ou leur peur, et l'auto-agression aide à faire face à ce problème. La pathologie est souvent accompagnée d'alcoolisme, de toxicomanie ou de sports dangereux.

Dépression saisonnière

Le trouble du comportement s'exprime dans l'apathie, la dépression, la fatigue et une diminution générale de l'énergie vitale. Ce sont tous des signes de dépression saisonnière, qui touche principalement les femmes. Les causes de la dépression saisonnière résident dans la diminution des heures de clarté. Si la dépression, la somnolence et la mélancolie ont commencé à la fin de l’automne et durent jusqu’au printemps, c’est la dépression saisonnière. La production de sérotonine et de mélatonine, des hormones responsables de l'humeur, est affectée par la lumière du soleil et, si elle n'est pas présente, les hormones nécessaires tombent en "hibernation".

Perversions sexuelles

La psychologie des perversions sexuelles change d'année en année. Les inclinations sexuelles séparées ne répondent pas aux normes modernes de la moralité et au comportement généralement accepté. À différents moments et dans différentes cultures, leur compréhension de la norme. Ce qui peut être considéré aujourd'hui comme une perversion sexuelle:

Le fétichisme. L'objet du désir sexuel de devenir vêtement ou objet inanimé.
Egsbizionizm. La satisfaction sexuelle est atteinte uniquement en public, une démonstration de leurs organes génitaux.
Voyeurisme Ne nécessite pas de participation directe à des rapports sexuels et se contente d'espionner les rapports sexuels d'autrui.

Pédophilie Assez douloureux pour apaiser votre passion sexuelle avec des enfants qui n’ont pas atteint la puberté.
Sadomasochisme. La satisfaction sexuelle, peut-être seulement dans le cas de causer ou de recevoir une douleur physique, ou une humiliation.

Senesthopathy

La psychopathie est l'un des symptômes de l'hypochondrie ou des délires dépressifs en psychologie. Le patient ressent une douleur, des brûlures, des picotements, sans raison particulière. Dans une forme grave de sénestopathie, le patient se plaint de gel du cerveau, de gale du coeur et de démangeaisons dans le foie. Le diagnostic de la sénesthopathie commence par un examen médical complet visant à exclure les symptômes somatiques et non spécifiques des maladies des organes internes.

Syndrome Double Négatif

Le syndrome de double illusion négatif s'appelle différemment le syndrome de Capgra. En psychiatrie, ils n'ont pas décidé s'il fallait considérer cela comme une maladie indépendante ou un symptôme. Le patient atteint du syndrome des jumeaux négatifs est certain qu'un de ses proches ou lui-même a été remplacé. Toutes les actions négatives (écrasement de la voiture, vol du bar au supermarché), tout cela est attribué au double. Parmi les causes possibles de ce syndrome est appelée la destruction du lien entre la perception visuelle et émotionnelle, en raison de défauts gyroscopiques.

Syndrome du côlon irritable

Le syndrome du côlon irritable avec constipation est exprimé par des ballonnements, des flatulences et une altération des mouvements de l'intestin. La cause la plus fréquente du SCI est le stress. Environ les deux tiers de toutes les personnes atteintes du SRC sont des femmes et plus de la moitié d'entre elles souffrent de troubles mentaux. Le traitement de l'ISF est systémique et comprend un traitement médicamenteux visant à éliminer la constipation, la flatulence ou la diarrhée, ainsi que les antidépresseurs, afin de soulager l'anxiété ou la dépression.

Syndrome de fatigue chronique

Le syndrome de fatigue chronique prend déjà l'ampleur de l'épidémie. Cela est particulièrement visible dans les grandes villes, où le rythme de la vie est plus rapide et la charge mentale énorme. Les symptômes de la maladie sont très variables et un traitement à domicile est possible s'il s'agit de la forme initiale de la maladie. Maux de tête fréquents, somnolence tout au long de la journée, fatigue, même après des vacances ou un week-end, allergies alimentaires, perte de mémoire et incapacité à se concentrer, autant de symptômes du SFC.

Syndrome de burnout

Le syndrome d'épuisement émotionnel chez le personnel médical se produit en 2 à 4 ans de travail. Le travail des médecins est associé à un stress constant. Souvent, les médecins se sentent insatisfaits d'eux-mêmes, du patient ou se sentent impuissants. Après un certain temps, ils sont dépassés par l'épuisement émotionnel, exprimés avec indifférence face à la douleur, au cynisme ou à l'agressivité manifestée de quelqu'un d'autre. Les médecins apprennent à traiter les autres, mais ils ne savent pas comment gérer leur propre problème.

Démence vasculaire

La démence vasculaire est provoquée par une mauvaise circulation dans le cerveau et est une maladie progressive. Vous devez être attentif à votre santé pour les personnes souffrant d'hypertension, de sucre dans le sang ou pour un membre de la famille proche atteint de démence vasculaire. Le nombre de personnes vivant avec un tel diagnostic dépend de la gravité des lésions cérébrales et du soin apporté par les proches aux malades. En moyenne, après avoir posé un diagnostic, l’espérance de vie du patient est de 5 à 6 ans, sous réserve des traitements et des soins appropriés.

Stress et trouble d'adaptation

Le stress et une adaptation comportementale altérée sont assez persistants. La violation de l'adaptation comportementale survient généralement dans les trois mois, après le stress lui-même. En règle générale, il s’agit d’un choc violent, de la perte d’un être cher, d’une catastrophe différée, de la violence, etc. Un trouble d’adaptation comportementale en violation des règles morales adoptées dans la société, un vandalisme insignifiant et des actes mettant en danger la vie des personnes sont exposés.
Sans traitement approprié, un trouble stressant d'adaptation comportementale peut durer jusqu'à trois ans.

Comportement suicidaire

En règle générale, les adolescents n’ont pas encore complètement formé l’idée de la mort. Les tentatives de suicide fréquentes sont causées par le désir de se reposer, de se venger, de sortir des problèmes. Ils ne veulent pas mourir pour toujours, mais seulement pour un moment. Néanmoins, ces tentatives peuvent être couronnées de succès. Pour prévenir les comportements suicidaires des adolescents, une prévention doit être effectuée. Faire confiance aux relations familiales, apprendre à gérer le stress et à résoudre les situations de conflit réduit considérablement le risque de ressentir des idées suicidaires.

La folie

La folie est un concept dépassé permettant de définir tout un ensemble de troubles mentaux. Le plus souvent, le terme folie est utilisé en peinture, en littérature, avec un autre terme - "folie". Par définition, la folie ou la folie peuvent être temporaires, causées par la douleur, la passion, l'obsession, et généralement traitées avec des prières ou de la magie.

Tafofiliya

Tofofiliya se manifeste par son attrait pour le cimetière et ses rituels funéraires. Les causes de la tafofiliya résident principalement dans l’intérêt culturel et esthétique des monuments, des rites et des rituels. Certaines des anciennes nécropoles ressemblent davantage à des musées et l'atmosphère du cimetière apaise et réconcilie avec la vie. Tafofily pas intéressé par les cadavres, ou des réflexions sur la mort, et ne montrent qu'un intérêt culturel et historique. En règle générale, la tafofiliya ne nécessite pas de traitement si la visite des cimetières ne se transforme pas en comportement obsessionnel face aux TOC.

Anxiété

L'anxiété psychologique est une peur non motivée, ou une peur pour des raisons mineures. Dans la vie humaine, il existe une "anxiété utile", qui est un mécanisme protecteur. L'anxiété est le résultat de l'analyse de la situation et de la prévision des conséquences de la réalité du danger. En cas d'anxiété névrotique, une personne ne peut pas expliquer les raisons de sa peur.

Trichotillomanie

Qu'est-ce que la trichotillomanie et s'agit-il d'un trouble mental? Bien entendu, la trichotillomanie appartient au groupe OCD et vise à lui arracher les cheveux. Parfois, les cheveux sont arrachés inconsciemment et le patient peut manger des cheveux personnels, ce qui entraîne des problèmes au niveau du tractus gastro-intestinal. La trichotillomanie est généralement une réaction au stress. Le patient ressent une sensation de brûlure dans le follicule pileux sur la tête, le visage, le corps et après s'être retiré, il se sent reposé. Parfois, les patients atteints de trichotillomanie deviennent reclus, car ils ont honte de leur apparence et ils ont honte de leur comportement. Des études récentes ont révélé que les patients atteints de trichotillomanie avaient des lésions dans un gène particulier. Si ces études sont confirmées, le traitement de la trichotillomanie aura plus de succès.

Hikikomori

Explorer pleinement le phénomène des hikikomori est assez difficile. Ce sont principalement des hikikomori qui s'isolent consciemment du monde extérieur et même des membres de leur famille. Ils ne travaillent pas et ne quittent pas les limites de leur chambre, sauf en cas de besoin urgent. Ils restent en contact avec le monde via Internet et peuvent même travailler à distance, tout en excluant les communications et les réunions dans la vie réelle. Les hikikomori souffrent souvent de troubles mentaux du spectre de l'autisme, de la phobie sociale et du trouble de la personnalité anxieux. Les hikikomori ne se produisent presque jamais dans les pays dont l’économie est sous-développée.

Phobie

La phobie en psychiatrie est la peur, ou l'anxiété excessive. En règle générale, les phobies sont attribuées à des troubles mentaux ne nécessitant pas de recherche clinique et la psycho-correction permet de mieux faire face. Les exceptions sont déjà des phobies enracinées qui échappent à tout contrôle de la personne et perturbent ses moyens de subsistance normaux.

Trouble de la personnalité schizoïde

Le diagnostic de trouble de la personnalité schizoïde est établi sur la base de signes caractéristiques du trouble.
Dans le cas du trouble de la personnalité schizoïde, l'individu fait preuve de froideur émotionnelle, d'indifférence, de refus de socialisation et de tendance à la solitude.
Ces personnes préfèrent contempler leur monde intérieur et ne partagent pas leurs expériences avec leurs proches, et traitent également avec indifférence leur apparence et la façon dont la société réagit.

La schizophrénie

Sur la question: la schizophrénie est une maladie congénitale ou acquise, il n'y a pas de consensus. Vraisemblablement, l’émergence de la schizophrénie devrait combiner plusieurs facteurs, tels que la prédisposition génétique, les conditions de vie et l’environnement socio-psychologique. Dire que la schizophrénie est une maladie exclusivement héréditaire est impossible.

Mutisme électif

Le mutisme électif chez les enfants âgés de 3 à 9 ans se manifeste par une verbalité sélective. En règle générale, à cet âge, les enfants vont à la maternelle, à l'école et se lancent dans de nouvelles conditions. Les enfants timides ont des difficultés à socialiser, ce qui se reflète dans leur langage et leur comportement. À la maison, ils peuvent parler sans cesse, mais ils ne font pas de bruit à l’école. Le mutisme électif est attribué aux troubles du comportement et une psychothérapie est indiquée.

Encoprésie

Parfois, les parents se posent la question suivante: «L'encoprésie - qu'est-ce que c'est, et s'agit-il d'un trouble mental?». Avec l'encoprésie, l'enfant ne peut pas contrôler ses masses fécales. Il peut "aller gros" dans son pantalon, sans même comprendre ce qui se passe. Si ce phénomène se produit plus d'une fois par mois et dure au moins six mois, l'enfant doit subir un examen complet, y compris celui d'un psychiatre. Au cours de la scolarisation du pot, les parents s’attendent à ce que l’enfant s’habitue la première fois et le grondent quand il l’oublie. Ensuite, l'enfant a peur du pot, et avant des selles, qui peuvent être exprimées dans l'encoprésie de la psyché, et de nombreuses maladies du tractus gastro-intestinal.

Énurésie

L'énurésie chez les enfants dure généralement cinq ans, et aucun traitement spécial n'est requis ici. Il suffit de respecter le régime du jour, de ne pas boire beaucoup de liquide la nuit et de vider la vessie avant de se coucher. L'énurésie peut également être causée par une névrose dans le contexte de situations stressantes et les facteurs psycho-traumatiques pour l'enfant doivent être exclus.

L'énurésie est particulièrement préoccupante chez les adolescents et les adultes. Parfois, dans de tels cas, il se produit un développement anormal de la vessie et, hélas, il n’existe aucun traitement curatif, si ce n’est l’utilisation d’un réveil-matin énurésique.

Les troubles mentaux sont souvent perçus comme le caractère d’une personne et l’accusent de ce dont il n’est en fait pas coupable. L’impossibilité de vivre en société, l’incapacité de s’adapter à tous est condamnée, et la personne s’avère, seule avec son malheur. La liste des affections les plus courantes ne couvre même pas un centième des troubles mentaux et, dans chaque cas, les symptômes et le comportement peuvent différer. Si vous vous inquiétez de la condition d'un être cher, ne laissez pas la situation se débrouiller toute seule. Si le problème interfère avec la vie, alors il faut le résoudre avec un spécialiste.

Maladie neuropsychiatrique

Types de troubles mentaux

Les troubles mentaux sont invisibles à l'œil nu et sont donc très insidieux. Ils gênent considérablement la vie d’une personne qui n’est pas au courant du problème. Les spécialistes qui étudient cet aspect de la nature humaine sans limites affirment que beaucoup d’entre nous sont atteints de troubles mentaux, mais cela signifie-t-il que chaque habitant de notre planète sur deux doit être traité?

Table des matières:

Comment comprendre qu'une personne est vraiment malade et qu'elle a besoin d'une aide qualifiée? Répondez à ces questions et à beaucoup d’autres que vous recevrez en lisant les sections suivantes de l’article.

Qu'est-ce qu'un trouble mental?

Le concept de "trouble mental" couvre un large éventail de déviations de l'état mental d'une personne par rapport à la norme. Les problèmes de santé internes en question ne doivent pas être considérés comme une manifestation négative du côté négatif de la personne humaine. Comme toute maladie physique, le trouble mental est une violation des processus et des mécanismes de perception de la réalité, en raison desquels certaines difficultés sont créées. Les personnes confrontées à de tels problèmes, mal adaptées aux conditions de vie réelles et n’interprètent pas toujours correctement ce qui se passe.

Symptômes et signes de troubles mentaux

Les manifestations caractéristiques du trouble mental comprennent les troubles du comportement, de l'humeur et de la pensée qui vont au-delà des normes et croyances culturelles généralement acceptées. En règle générale, tous les symptômes sont dictés par l'état d'esprit déprimé. Dans le même temps, une personne perd la capacité d'exercer pleinement ses fonctions sociales habituelles. Le spectre global des symptômes peut être divisé en plusieurs groupes:

  • physique - douleur dans diverses parties du corps, insomnie;
  • cognitif - difficultés de penser clairement, troubles de la mémoire, croyances pathologiques injustifiées;
  • Perceptuel - Conditions dans lesquelles le patient observe des phénomènes que les autres ne remarquent pas (sons, mouvements d'objets, etc.);
  • émotionnel - un sentiment soudain d'anxiété, de tristesse, de peur;
  • comportementale - agression injustifiée, incapacité à prendre des mesures élémentaires en matière de soins personnels, abus de substances psychoactives.

Les principales causes de maladie chez les femmes et les hommes

L'étiologie de cette catégorie de maladies n'a pas été complètement étudiée et la médecine moderne ne peut donc pas décrire clairement les mécanismes à l'origine des troubles mentaux. Néanmoins, il est possible d'isoler un certain nombre de raisons, dont le lien avec les déviations mentales a été scientifiquement prouvé:

  • états stressants de la vie;
  • situation familiale difficile;
  • maladie du cerveau;
  • facteurs héréditaires;
  • prédisposition génétique;
  • problèmes médicaux.

En outre, les experts identifient un certain nombre de cas particuliers, qui sont des déviations, conditions ou incidents spécifiques, dans le contexte desquels se développent des troubles mentaux graves. Les facteurs qui seront abordés se retrouvent souvent dans la vie quotidienne et peuvent donc entraîner une détérioration de la santé mentale des personnes dans les situations les plus imprévues.

Alcoolisme

L'abus d'alcool systématique conduit souvent à des troubles mentaux. Une personne souffrant d’alcoolisme chronique contient en permanence une grande quantité de produits de dégradation de l’éthanol, qui entraînent de graves changements dans la pensée, le comportement et l’humeur. À cet égard, il existe des troubles mentaux dangereux, notamment:

  1. Psychose Trouble mental dû à une altération des processus métaboliques dans le cerveau. L'effet toxique de l'alcool éthylique éclipse l'esprit du patient, mais ses effets ne se manifestent que quelques jours après l'arrêt de l'utilisation. Une personne est saisie par un sentiment de peur ou même par un engouement pour la persécution. En outre, le patient peut avoir toutes sortes d’idées obsessionnelles liées au fait que quelqu'un veut lui causer un préjudice physique ou moral.
  2. Diables Blancs. Désordre mental post-alcoolique courant qui survient en raison de perturbations métaboliques profondes dans tous les organes et systèmes du corps humain. Delirium tremens se manifeste par des troubles du sommeil et des crises convulsives. En règle générale, ces phénomènes apparaissent plusieurs heures après la fin de la consommation d’alcool. Le patient manifeste des sautes d'humeur brutales allant du plaisir insouciant à une angoisse terrible.
  3. Brad Un trouble mental, appelé délire, se manifeste par l'apparition de jugements et de conclusions inébranlables chez le patient qui ne correspondent pas à la réalité objective. Dans un état de délire chez une personne, le sommeil est perturbé et une photophobie apparaît. Les frontières entre le sommeil et la réalité s’estompent, le patient commence à confondre l’un avec l’autre.
  4. Les hallucinations sont des idées vives, pathologiquement amenées au degré de perception d'objets de la vie réelle. Le patient commence à penser que les personnes et les objets qui l’entourent se balancent, tournoient ou même tombent. La sensation du temps qui passe est déformée.

Lésion cérébrale

Lorsqu'une personne subit une lésion cérébrale mécanique, tout un ensemble de troubles mentaux graves peut se développer. À la suite de dommages aux centres nerveux, des processus complexes sont déclenchés, conduisant à l'obscurcissement de la conscience. Après de tels cas, les troubles / affections / maladies suivants surviennent souvent:

  1. États du crépuscule. Célébré, en règle générale, dans la soirée. La victime devient somnolente, le délire apparaît. Dans certains cas, une personne peut sombrer dans un état de stupeur. La conscience du patient est remplie de toutes sortes d'images d'excitation qui peuvent provoquer des réactions appropriées: du trouble psychomoteur à l'affect brutal.
  2. Le délire. Un trouble mental grave dans lequel une personne a des hallucinations visuelles. Par exemple, une personne blessée dans un accident de voiture peut voir des véhicules en mouvement, des groupes de personnes et d'autres objets associés à la chaussée. Les troubles mentaux plongent le patient dans un état de peur ou d'anxiété.
  3. Onéroïde. Une forme rare de trouble mental en violation des centres nerveux du cerveau. Il s'exprime par l'immobilité et une légère somnolence. Pendant un certain temps, le patient peut être chaotique, puis geler à nouveau sans bouger.

Maladies somatiques

Dans le contexte des maladies somatiques, la psyché humaine souffre très, très sérieusement. Il y a des violations dont il est presque impossible de se débarrasser. Vous trouverez ci-dessous une liste des anomalies mentales considérées par la médecine comme les plus courantes dans les troubles somatiques:

  1. État semblable à une névrose asthénique. Trouble mental dans lequel une personne devient hyperactive et bavarde. Le patient éprouve systématiquement des troubles phobiques, tombe souvent dans une dépression à court terme. En règle générale, les peurs ont des contours clairs et ne changent pas.
  2. Syndrome de Korsakovsky. La maladie est une combinaison de troubles de la mémoire liés aux événements actuels, à la désorientation de l’orientation dans l’espace / terrain et à l’apparition de faux souvenirs. Trouble mental grave qui ne se prête pas aux méthodes de traitement connues en médecine. La patiente oublie constamment les événements qui viennent de se produire et répète souvent les mêmes questions.
  3. Démence. Un diagnostic terrible, décodant comme démence acquise. Ce trouble mental se rencontre souvent chez les personnes âgées ayant des problèmes somatiques. Le diagnostic de "démence" est posé aux personnes ayant des fonctions cognitives réduites. Les troubles somatiques entraînent des anomalies irréparables dans le cerveau. La responsabilité mentale d'une personne ne souffre pas. Apprenez-en davantage sur la démence: en quoi consiste la maladie, comment se déroule le traitement, combien de temps dure ce diagnostic.

L'épilepsie

Presque toutes les personnes souffrant d'épilepsie, il existe des troubles mentaux. Les troubles qui surviennent sur le fond de cette maladie peuvent être paroxystiques (simples) et permanents (permanents). Les cas de troubles mentaux suivants se retrouvent plus souvent dans la pratique médicale que d’autres:

  1. Crises mentales. La médecine distingue plusieurs variétés de ce trouble. Tous sont exprimés en changements brusques d'humeur et de comportement du patient. La crise mentale chez une personne souffrant d'épilepsie est accompagnée de mouvements agressifs et de cris forts.
  2. Trouble mental transitoire (transitoire). Déviations à long terme du patient par rapport à la normale. Un trouble mental transitoire est un ajustement mental prolongé (décrit ci-dessus), aggravé par un état de délire. Cela peut durer de deux à trois heures à des jours entiers.
  3. Troubles de l'humeur épileptiques. En règle générale, ces troubles mentaux sont exprimés sous la forme de dysphorie, caractérisée par une combinaison simultanée de colère, d'angoisse, de peur déraisonnable et de nombreuses autres sensations.

Tumeurs malignes

Le développement de tumeurs malignes entraîne souvent des modifications de l'état psychologique d'une personne. Avec la croissance des formations sur le cerveau augmente la pression, en raison de laquelle il existe de graves anomalies. Dans un tel état, les patients ont des craintes déraisonnables, des délires, un désir prolongé et de nombreux autres symptômes focaux. Tout cela peut indiquer la présence des troubles psychologiques suivants:

  1. Hallucinations Ils peuvent être tactiles, olfactifs, auditifs et gustatifs. Ces anomalies sont généralement détectées en présence de tumeurs dans les lobes temporaux du cerveau. Souvent, on détecte avec eux des troubles végéto-viscéraux.
  2. Troubles affectifs. Dans la plupart des cas, ces troubles mentaux sont observés dans des tumeurs situées dans l'hémisphère droit. En relation avec cela, des accès d'horreur, de peur et d'angoisse se développent. Les émotions provoquées par une violation de la structure du cerveau sont affichées sur le visage du patient: l'expression du visage et le changement de couleur de la peau, les pupilles se contractent et se développent.
  3. Altération de la mémoire Avec l'apparition de cette déviation, des signes du syndrome de Korsakoff apparaissent. Le patient est confus dans les événements qui viennent de se produire, pose les mêmes questions, perd la logique des événements, etc. De plus, dans cet état, une personne change souvent d'humeur. En quelques secondes, les émotions du patient peuvent passer d'euphoriques à dysphoriques, et inversement.

Maladies vasculaires du cerveau

Les violations du système circulatoire et des vaisseaux sanguins affectent instantanément l'état mental d'une personne. Avec l'apparition de maladies associées à une augmentation ou une diminution de la pression artérielle, la fonction cérébrale s'écarte de la norme. Les troubles chroniques graves peuvent entraîner le développement de troubles mentaux extrêmement dangereux, notamment:

  1. Démence vasculaire. Ce diagnostic signifie démence. Dans ses symptômes, la démence vasculaire ressemble aux effets de certains troubles somatiques qui se manifestent chez les personnes âgées. Les processus de pensée créative dans un tel état sont presque complètement éteints. Une personne devient autonome et perd le désir de rester en contact avec quelqu'un.
  2. Psychose cérébrovasculaire. La genèse des troubles mentaux de ce type n’est pas totalement comprise. En même temps, la médecine avec certitude nomme deux types de psychose cérébro-vasculaire: aiguë et prolongée. La forme aiguë se traduit par des épisodes de confusion, de stupéfaction crépusculaire, de délire. Une forme prolongée de psychose est caractérisée par un état de stupeur.

Quels sont les troubles mentaux

Les troubles mentaux chez les personnes peuvent survenir indépendamment du sexe, de l'âge et de l'ethnie Les mécanismes de développement des maladies mentales ne sont pas complètement compris. La médecine s'abstient de toute déclaration Cependant, pour le moment, la relation entre certaines maladies mentales et la limite d'âge est clairement établie. Chaque âge est caractérisé par ses propres déviations communes.

Personnes âgées

Chez les personnes âgées, sur fond de maladies telles que le diabète sucré, l’insuffisance cardiaque / rénale et l’asthme bronchique, de nombreuses déviations de nature mentale se développent. Les maladies mentales séniles comprennent:

Types de troubles mentaux chez les adolescents

La maladie mentale chez les adolescents est souvent associée à des circonstances défavorables dans le passé. Au cours des 10 dernières années, les anomalies mentales suivantes ont souvent été constatées chez les jeunes:

Caractéristiques des maladies chez les enfants

Dans l'enfance, il peut aussi y avoir de graves troubles mentaux. La raison en est généralement des problèmes familiaux, des méthodes d’éducation inadéquates et des conflits avec des pairs. La liste ci-dessous répertorie les anomalies mentales les plus souvent enregistrées chez les enfants:

  • l'autisme;
  • Le syndrome de Down;
  • trouble déficitaire de l'attention;
  • retard mental;
  • retards de développement.

Quel médecin contacter pour un traitement

Les anomalies mentales ne sont pas traitées indépendamment. Par conséquent, lorsque le moindre soupçon de troubles mentaux apparaît, un appel urgent à un psychothérapeute est requis. Parler à un patient avec un spécialiste vous aidera à identifier rapidement le diagnostic et à choisir une stratégie de traitement efficace. Presque toutes les maladies mentales sont curables, si vous appliquez à temps. Rappelez-vous ceci et ne tardez pas!

Vidéo sur le traitement de la maladie mentale

Ci-dessous, la vidéo contient de nombreuses informations sur les méthodes modernes de traitement des troubles mentaux. Les informations reçues seront utiles à toutes les personnes prêtes à prendre soin de la santé mentale de leurs proches. Écoutez les mots des experts pour briser les stéréotypes sur les approches inadéquates de la lutte contre les handicaps mentaux et découvrir la vérité médicale réelle.

Les informations présentées dans l'article sont à titre informatif seulement. Les matériaux des articles n'appellent pas à l'auto-traitement. Seul un médecin qualifié peut diagnostiquer et conseiller un traitement en fonction des caractéristiques individuelles d'un patient particulier.

Maladie neuropsychiatrique

Troubles - maladies neuropsychiatriques.

Les maladies mentales sont causées par la pathologie du cerveau et se manifestent par un trouble de l'activité mentale. Les troubles mentaux comprennent à la fois des perturbations grossières du reflet du monde réel présentant des troubles du comportement (psychose) et des modifications plus modérées de l'activité mentale (névroses, psychopathies, certains types de pathologies affectives). Les maladies mentales comprennent également les troubles mentaux nosologiquement définis qui sont associés étiologiquement à d’autres maladies (par exemple, la paralysie progressive).

Le groupe de la psychose symptomatique est uni par des troubles mentaux accompagnant toute maladie des organes internes ou toute intoxication. Une telle psychose apparaît dans le tableau clinique, acquiert une signification indépendante et fondamentale, souvent de longue durée.

Un groupe particulier de troubles mentaux (et non de maladies mentales) comprend les réactions aux effets psycho-traumatiques. Cependant, parfois pour certaines raisons (prédisposition constitutionnelle, cumul et intensité des effets psychotraumatiques, faiblesse somatique, etc.), les troubles atteignent le degré de psychose qui se produit avec des schémas correspondant à des psychogénies nosologiquement (par exemple, des paranoïdes réactifs prolongés).

Les anomalies du développement associées à des déviations stables par rapport à l'activité mentale normale constituent un groupe important dans lequel l'oligophrénie est isolée en cas de retard du développement intellectuel et la psychopathie si l'anomalie se limite à un développement déformé de la personnalité, la formation d'une nature désharmonieuse rendant difficile l'adaptation de la société. L'oligophrénie et la psychopathie ne sont pas des maladies indépendantes, mais des états pathologiques résultant d'influences pathogènes variées ayant perturbé le développement harmonieux de la personnalité.

Lorsque vous utilisez les matériaux du site, faites référence à la source!

Maladies mentales, nerveuses de la psyché

Lorsque nous sommes atteints de la grippe ou de la varicelle, nous savons que nous le sommes temporairement, que tout finira par passer, même si ce n’est pas définitivement ni complètement. Malheureusement, il existe de telles maladies qui peuvent être guéries très longtemps ou qui sont complètement incurables.

Symptômes, causes, types et descriptions de la maladie mentale

Voyeurisme

(Scopophilie). Avec cette maladie, une personne observe constamment des corps nus: dans le trou de la serrure, dans les toilettes publiques et partout où il est possible de jeter un coup d'œil. Voyeur surveille également les rapports sexuels. La maladie est traitée dans un hôpital ordinaire, mais pendant très longtemps. Les personnes souffrant de voyeurisme peuvent être des parents, des parents, des parents, des amis, des étrangers et des personnalités connues.

Dysmorphophobie

Il semble au patient qu'il a un corps, un nez, des oreilles et un sourcil laids. Et cela commence généralement par le fait que quelqu'un lui dit quelque chose de mauvais ou commence à le taquiner. La maladie, le plus souvent, est inhérente aux filles et aux filles de douze à vingt ans. Ils s'en inquiètent et partagent leurs expériences avec leur famille et leurs amis. Bien entendu, ils tentent à leur tour de convaincre les patients de l’inverse, mais ils ne réussissent pas aussi bien. Leur réaction défensive: "Je suis moche, je suis moche, vous ne me dites pas cela, parce que vous avez peur que je sois très offensé."

Dysmorphomanie

Maladie mentale plus profonde. Cela s'exprime dans le fait que les patients se présentent eux-mêmes avec des défauts d'aspect et essaient de toutes les manières possibles de les cacher. Par exemple, il leur semble qu’ils ont des dents affreuses. Ils viennent chez le dentiste et demandent de retirer toutes les dents et d’en insérer de nouvelles. S'ils ne sont pas satisfaits de la forme de leur tête, ils la ferment avec un chapeau. Si quelque chose ne va pas avec la personne, ils prêtent de l'argent et se précipitent vers les chirurgiens plasticiens pour faire quelque chose "avec toute cette laideur incroyable."

Psychose involutive

(Mélancolie). Cette maladie apparaît dans le contexte des traits de personnalité d’une personne qui peuvent y contribuer: rigidité, suspicion, anxiété. La ménopause (ménopause) ne s'applique pas à un certain nombre de maladies.

(Psychose maniaco-dépressive. Cette maladie mentale se manifeste par des crises convulsives (maniaco-dépressives). En l’absence de ces phases douloureuses, on peut dire que ces personnes sont en bonne santé. Dans les «minutes de la maladie», les personnes atteintes de TIR parlent constamment de leur valeur, ils s’humilient, les sous-estiment. La nourriture leur semble tellement insipide qu’ils ne la touchent presque pas, d’où leur perte de poids sur les quinze derniers kilogrammes.

Anorexie mentale

Les filles veulent vraiment perdre du poids. Ils refusent toute nourriture, s'épuisent d'exercices, prennent divers diurétiques. Mais comme cela ne peut pas durer si longtemps, ils commencent à manger beaucoup et provoquent, après avoir mangé, des vomissements artificiels. Cela ne signifie pas leur attitude impitoyable envers leurs parents et leurs proches. Ils les aiment, respect et pitié. Seulement au moment du "tir anorexical", ils oublient tout.

Délire

Il s'agit d'un état de conscience dans lequel les patients perdent leur orientation dans l'environnement externe, ils ne comprennent pas où ils se trouvent. Ceci est accompagné d'hallucinations: ils commencent à voir ce qui n'est pas en vue. Les gens, les objets et les voix se fondent pour devenir «inexistants».

Psychose hallucinatoire - délirante

Plus fréquent chez les hommes de plus de quarante ans. Son début est une stupéfaction complète. Continuation - l’émergence de délires et la "tromperie" de l’ouïe. Cette condition survient chez un homme quelque temps après sa blessure (cranio-cérébrale).

État à sens unique

Vu chez les personnes souffrant de maladie cardiaque. Ils vivent comme dans un rêve. Ils assistent à divers événements au cours desquels ils jouent le rôle principal "héroïque". Mais - observateur, passif, pas actif, comme dans le cas du délire.

La schizophrénie

Activité réduite (émotionnelle).

Déficit d'énergie, initiative, intérêt.

Des croyances très étranges.

Incapacité (impossibilité) d'effectuer des actions ayant un but.

Impolitesse dans le comportement.

Comment traiter les personnes qui ont une psyché «malade»?

Pas besoin de les détester pour ça: ils ne sont pas à blâmer. En outre, par exemple, 1% de la population de la planète Terre est atteinte de schizophrénie. À propos, chaque Biélorusse sur huit est «accablée» par cette maladie.

Nul besoin de rire des malades: un tel trouble peut à tout moment vous toucher. Pour ne pas être intimidé par des "insuffisances" de personnes ayant une psyché "malsaine", lisez plus souvent quelque chose de plus utile que des romans de tabloïd ou des romans policiers banals.

Si vous comprenez que le patient est à la merci d'hallucinations, vous ne devriez pas maintenir une conversation à ce sujet. Vous allez donc vous faire du mal à vous-même et à votre interlocuteur.

Est-il possible d'attribuer la suicidalité à une maladie mentale?

Naturellement c'est. Le prédécesseur du suicide est la dépression la plus profonde. Eh bien, la dépression, comme on le sait, est «un pas vers l'inadéquation de la conscience et de la psyché». Pour éviter la triste "létalité", vous devez parler calmement à ceux qui veulent se suicider. Pour ce faire, vous devez connaître les "règles" de ce qui est sur le point de se poser des problèmes:

  1. L'homme, sans un mot, répète son inutilité.
  2. Il dit qu'il n'a aucune raison de vivre plus longtemps, qu'il est sans espoir et sans espoir.
  3. Quand une personne se calme, elle commence à rédiger un testament en appelant des amis avec qui il n’a pas vu depuis cent ans.
  4. Un homme suicidaire raconte en détail son plan pour son propre meurtre.

Le plus souvent, ce comportement est inhérent aux adolescents.

Maladie mentale - Causes:

  1. Amour non partagé.
  2. Perte du sens de la vie.
  3. Incompréhension totale des parents.
  4. L'influence d'un événement, d'un film, d'un livre lu.
  5. Devoir
  6. Se sentir coupable d'un acte.
  7. Phobies
  8. Refus de servir à l'avenir dans l'armée.

L'homme qui se détruit ne ressent pas la peur. Il ne ressent rien que le vide. Il est prêt à se pendre, à se jeter par la fenêtre, à boire des pilules, à ouvrir les veines. Ils essaient de le faire de telle sorte que cela soit possible: ils savent que s'ils survivent, ils seront «fermés» dans un hôpital psychiatrique.

Maladies neuropsychiatriques

Les maladies mentales sont causées par la pathologie du cerveau et se manifestent par un trouble de l'activité mentale. Les troubles mentaux comprennent à la fois des perturbations grossières du reflet du monde réel présentant des troubles du comportement (psychose) et des modifications plus modérées de l'activité mentale (névroses, psychopathies, certains types de pathologies affectives). Les maladies mentales comprennent également les troubles mentaux nosologiquement définis qui sont associés étiologiquement à d’autres maladies (par exemple, la paralysie progressive).

Le groupe de la psychose symptomatique est uni par des troubles mentaux accompagnant toute maladie des organes internes ou toute intoxication. Une telle psychose apparaît dans le tableau clinique, acquiert une signification indépendante et fondamentale, souvent de longue durée.

Un groupe particulier de troubles mentaux (et non de maladies mentales) comprend les réactions aux effets psycho-traumatiques. Cependant, parfois pour certaines raisons (prédisposition constitutionnelle, cumul et intensité des effets psychotraumatiques, faiblesse somatique, etc.), les troubles atteignent le degré de psychose qui se produit avec des schémas correspondant à des psychogenèses (par exemple, des paranoïdes réactifs prolongés).

Les anomalies du développement associées à des déviations stables par rapport à l'activité mentale normale constituent un groupe important dans lequel l'oligophrénie est isolée en cas de retard du développement intellectuel et la psychopathie si l'anomalie se limite à un développement déformé de la personnalité, la formation d'une nature désharmonieuse rendant difficile l'adaptation de la société. L'oligophrénie et la psychopathie ne sont pas des maladies indépendantes, mais des états pathologiques résultant d'influences pathogènes variées ayant perturbé le développement harmonieux de la personnalité.

Les névroses sont des maladies neuropsychiatriques caractérisées par un degré modéré de troubles neuropsychiatriques. Dans ces maladies, la discoordination et le déséquilibre psychiques, mais aussi les troubles du sommeil, la vigilance, le sentiment d'activité, ainsi que les symptômes de maladies internes neurologiques et imaginaires, sont mis en avant.

La cause principale de la névrose est le facteur mental. La névrose est donc appelée maladie psychogène.

Ces facteurs peuvent être attribués à un traumatisme mental aigu ou à un échec prolongé, lorsqu'il existe un contexte de stress mental prolongé. La tension émotionnelle s'exprime non seulement dans l'activité mentale d'une personne, mais également dans les fonctions de ses organes internes, son activité cardiaque, sa fonction respiratoire et son tractus gastro-intestinal. Habituellement, ces troubles peuvent être limités à des formes fonctionnelles et transitoires.

Toutefois, dans certains cas, dans le contexte du stress émotionnel, de telles maladies peuvent survenir. Les facteurs de stress revêtent une grande importance, par exemple un ulcère peptique, un asthme bronchique, une hypertension, une neurodermatite, etc.

Le deuxième facteur est constitué par les troubles végétatifs (instabilité de la pression artérielle, battement de coeur, douleurs au coeur, maux de tête, troubles du sommeil, transpiration, frissons, doigts tremblants, sensations désagréables dans le corps). Apparaissant à la suite d'un stress mental, de tels troubles sont résolus à l'avenir, il est difficile pour une personne de se débarrasser de l'anxiété ou de la tension.

Le troisième facteur est les caractéristiques d'une personne. Ce facteur est d'une importance primordiale pour la névrose. En raison de la nature de leur caractère, certaines personnes sont sujettes à l’instabilité, à l’instabilité émotionnelle et ont tendance à vivre les maigres circonstances de leurs relations avec leurs parents et collègues. Ces personnes ont un risque élevé de développer une névrose.

Le quatrième facteur concerne les périodes de risque accru. Les névroses se produisent à une fréquence inégale à différentes périodes de la vie. Les périodes de risque accru sont l'âge de 3-5 ans (la formation de "I"), 12-15 ans (puberté et douleur au coeur, essoufflement, etc.).

Les troubles autonomes de la neurasthénie se manifestent par une labilité vasomotrice, un dermographisme exprimé, une transpiration, des contractions musculaires individuelles, une tendance à l'hypotension ou à l'hypertension, etc. Contrairement à l'épilepsie, à la neurasthénie, ils se développent toujours sur le fond d'un surmenage nerveux, ils sont de courte durée et disparaissent sans laisser de trace.

Avec les premiers signes de neurasthénie, il suffit de rationaliser le mode de travail, de repos et de sommeil. Le patient, si nécessaire, devrait être transféré à un autre travail, éliminer la cause du stress émotionnel. Avec la forme hypersthénique (stade) de la neurasthénie, un traitement fortifiant, des repas réguliers, un régime quotidien clair et un traitement vitaminique sont indiqués. Lorsque irritabilité, humeur et incontinence, prescrire de la teinture de valériane, du muguet, des préparations à base de brome, des tranquillisants, des interventions de physiothérapie - bains chauds communs ou résineux, bains de pieds avant le coucher. En cas de neurasthénie grave, il est recommandé de prévoir du repos (jusqu'à plusieurs semaines) et un traitement de sanatorium. Dans le cas d'une neurasthénie grave hyposthénique, le traitement est effectué à l'hôpital: insulinothérapie à petites doses, agents fortifiants, médicaments stimulants (sydnocarbe, lemongrass, ginseng), physiothérapie stimulante, hydrothérapie. Une psychothérapie rationnelle est recommandée. En cas de prédominance dans le tableau clinique, on observe l’hypertension, l’anxiété, les troubles du sommeil, les antidépresseurs et les tranquillisants aux effets antidépresseurs (azafen, pyrazidol, tazépam, seduksen). La dose est sélectionnée individuellement.

Il s’agit d’un groupe d’états névrotiques d’origine psychogène présentant des troubles somato-végétatifs, sensoriels et moteurs. Il est beaucoup plus fréquent chez les femmes que chez les hommes, et il est particulièrement facile chez les personnes souffrant d'un cercle hystérique psychotique.

La névrose hystérique se manifeste de différentes manières. Les deux principaux groupes de troubles sont l'instabilité émotionnelle (crises de réactions émotionnelles, crises de pleurs, rire) et les maladies neurologiques et somatiques imaginaires.

Ceux-ci incluent la faiblesse musculaire, la perte de sensation, la sensation d'enchevêtrement dans la gorge, la difficulté à respirer, la cécité hystérique, la surdité, la perte de voix, etc. Ce n'est pas pour rien que les médecins de presque toutes les spécialités médicales doivent faire face à cette névrose. Tout d'abord, nous notons que la névrose hystérique est une maladie. L'hystérie n'est jamais un prétexte ou une simulation.

Les troubles du mouvement dans la névrose hystérique sont divers. Actuellement, on rencontre rarement des patients atteints de paralysie hystérique, de faiblesse des jambes, de difficulté à marcher. Parfois, ces troubles du mouvement durent plus d'un an, enchaînant le patient au lit. Mais dans les cas où la nature de la maladie est indéniablement hystérique, une guérison est possible.

Les troubles hystériques comprennent également les spasmes liés à l'écriture. Lorsque vous écrivez, la tension dans les muscles des bras et des doigts ne disparaît pas, elle persiste et interfère avec l'écriture. Un trouble similaire se produit chez les opérateurs de télégraphe, les dactylographes.

Les troubles de la parole peuvent se manifester par un «discours d'achoppement», un bégaiement, une parole silencieuse ou un refus de parole (silence hystérique). De tels symptômes peuvent apparaître lors d'effets mentaux soudains et graves sur une personne, par exemple en cas d'incendie, de tremblement de terre, de naufrage, etc.

Les troubles hystériques comprennent également les états d’extase, de délice irrépressible, qui sont observés chez certaines personnes religieuses pendant la prière.

Tout d'abord, il est nécessaire d'éliminer autant que possible les circonstances traumatiques de la psyché ou d'atténuer leur influence. Parfois, un changement positif change de décor. La psychothérapie, en particulier rationnelle, est l’une des tâches principales du traitement de l’hystérie. Des conversations répétées, persistantes et ciblées avec le patient contribuent au développement de son attitude face aux causes de la maladie. Pour éliminer les symptômes individuels de l'hystérie, on utilise une suggestion (état de veille ou hypnotique). Dans un certain nombre de cas, l’hypnose, l’entraînement autogène et la suggestion indirecte sont efficaces, car le facteur verbal est associé à l’utilisation de procédures physiothérapeutiques ou de substances médicamenteuses (blocage novocaïnique, massage, divers types d’électrothérapie avec une explication de leur rôle thérapeutique). Dans le traitement de certains troubles moteurs, mutisme, surdumatisme, la désinhibition amytal-caféine a un effet favorable (administration sous-cutanée de 1 ml d'une solution à 20% de caféine et, après 4 à 5 minutes, administration intraveineuse de 3 à 6 ml d'une solution aqueuse à 5% d'amytal sodique fraîchement préparée) suggestion verbale visant à éliminer les symptômes douloureux, pour un cycle de 15 à 10 séances tous les deux jours. Avec l'excitabilité émotionnelle accrue et l'instabilité de l'humeur, il est recommandé d'utiliser divers sédatifs, tranquillisants et antidépresseurs légers. Des crises hystériques prolongées montrent l’introduction d’hydrochlorure dans le lavement. Lorsque l'hystérie a prescrit un traitement fortifiant, un traitement de vitamine, un traitement de spa, une physiothérapie.

Le pronostic est généralement favorable. Dans certains cas, dans une situation de conflit à long terme, il est possible de transformer une névrose hystérique en un développement hystérique de la personnalité avec un état névrotique prolongé et une hypochondrie hystérique.

Névrose obsessionnelle

La névrose des états obsessionnels est caractérisée par le fait que, dans l'esprit d'une personne, certaines pensées, certains désirs, peurs, actions prennent un caractère obsessionnel et invincible. Ils se distinguent par la répétition, ainsi que par l'incapacité d'une personne d'influencer son état, bien qu'elle comprenne toutes les irrégularités et même l'étrangeté de son comportement. Par exemple, avec le lavage obsessionnel des mains, une personne peut se laver les mains pendant des heures. La peur de laisser l'appareil électrique non éteint, la porte ouverte, oblige une personne à se contrôler plusieurs fois. Des conditions similaires existent chez les personnes en bonne santé, mais elles sont faiblement exprimées. Avec la névrose, de telles peurs sont clairement obsessionnelles. On craint la rue, les grands espaces, les hauteurs, les véhicules en mouvement, la pollution, la contamination, la maladie, la mort, etc.

Le traitement doit être complet et strictement individualisé, en tenant compte non seulement du tableau clinique de la maladie, mais également des caractéristiques personnelles du patient. Dans les cas bénins, la préférence est donnée aux méthodes psychothérapeutiques et toniques. Parfois, un simple effet est obtenu par une simple formation à la suppression des obsessions. Si cela n'aboutit pas, la suggestion est appliquée dans un état hypnotique.

Dans les cas graves et persistants de névrose, en plus des mesures psychothérapeutiques et du traitement fortifiant, des sédatifs ou des remèdes toniques sont indiqués en fonction du stade de la maladie et des caractéristiques cliniques.

Dans la période initiale de névrose obsessionnelle, ainsi que dans la prévalence des phobies dans le tableau clinique avec anxiété, stress émotionnel et troubles du sommeil, il est recommandé d'utiliser des tranquillisants avec un léger effet antidépresseur. Les doses de médicaments sont sélectionnées individuellement, en fonction de la gravité des troubles névrotiques.

Si les obsessions sous l'influence du traitement faiblissent ou disparaissent de manière significative, un traitement de soutien est recommandé pendant 6 à 12 mois.

Parallèlement à la psychothérapie, une psychothérapie doit être réalisée pour expliquer la nécessité d'un traitement et le respect du sommeil et du repos. On sait qu’avec l’affaiblissement somatique et l’aggravation du sommeil, les obsessions névrotiques deviennent plus intenses et douloureuses.

Dans les cas plus graves de névrose, en particulier de dépression névrotique, le traitement hospitalier est recommandé, auquel peuvent s'ajouter les antidépresseurs, les antipsychotiques à faible dose, les antipsychotiques à faible dose, les doses d'insuline hypoglycémiante, etc., pendant la période de rétablissement. dans la vie de l’équipe, renforcer ses effectifs et détourner l’attention des obsessions en voie de disparition au profit d’intérêts réels. En cas d’obsession persistante mais relativement isolée (peur des hauteurs, de la noirceur, des espaces dégagés, etc.), il est recommandé de supprimer la peur par auto-hypnose.

Troubles de la circulation cérébrale

Selon la classification moderne, diverses formes de maladies neurovasculaires distinguent les manifestations initiales d'un apport sanguin insuffisant au cerveau, de troubles transitoires de la circulation cérébrale, d'accidents vasculaires cérébraux (hémorragie cérébrale et infarctus cérébral) et d'insuffisance vasculaire cérébrale chronique, appelée encéphalopathie dyscirculatoire.

Les causes des troubles vasculaires cérébraux sont le plus souvent l’athérosclérose et l’hypertension.

Dans les formes initiales de maladies vasculaires du système nerveux, les performances ne souffrent généralement pas de manière significative. Cependant, avec une demande cérébrale accrue pour la circulation sanguine (travail mental intense, en particulier dans une pièce encombrée), les maux de tête, la lourdeur de la tête, une sensation de nausée, des vertiges, qui provoquent une interruption du travail, s'intensifient. Au repos, ces plaintes disparaissent. Bon nombre des formes initiales ne sont détectées que lors d'examens préventifs.

Observation dispensaire, traitement dans les dispensaires, construction correcte du mode de travail et de repos - ces activités suffisent souvent à rétablir la santé. C’est à ce stade, au stade des manifestations initiales, que toutes les mesures thérapeutiques et prophylactiques sont particulièrement efficaces.

Le stress émotionnel peut être «désamorcé» par l’éducation physique, le sport, l’entraînement autogène, ce qui vous permet de changer activement d’attention, de développer la capacité de réagir correctement.

L'un des facteurs les plus importants est la culture de l'éducation. La maîtrise de soi et le contrôle de vos sentiments ne viennent pas d'eux-mêmes, ils nécessitent des efforts particuliers. Le renforcement de la force physique et le respect des règles d'hygiène mentale sont les principaux moyens de prévention, mais également de traitement des formes initiales de maladies vasculaires du cerveau.

Les manifestations mentales initiales de la maladie vasculaire cérébrale incluent les conditions suivantes:

1) état psevdonevrastenicheskih avec plaintes typiques de maux de tête, bruits dans la tête, vertiges, paresthésie du visage, troubles du sommeil, fatigue, diminution des performances tout en maintenant certaines capacités compensatoires, irritabilité par rapport au bruit et à la chaleur, humeur dépressive, pleurs, larmoiements, oubli, etc. ;

2) les états psychopathiques avec une prédominance de changements caractérologiques sous la forme d'aiguisement, puis d'effacement des caractéristiques qui caractérisaient auparavant le patient.

Ces troubles montrent en général une certaine dépendance vis-à-vis de l'âge auquel la maladie a débuté.

Au cours de la période involutive, les composantes asthéniques de la personnalité sont principalement intensifiées: caractéristiques de l'indécision, du doute de soi, de l'anxiété. Avec la manifestation de la maladie chez les personnes âgées, les changements personnels peuvent avoir une couleur sénile: rigidité et égocentrisme, insensibilité et aliénation, avarice, hostilité envers les autres, indifférence et grossissement émotionnel.

Avec un processus vasculaire progressif, en plus des symptômes énumérés, il y a des signes d'une certaine réduction de la personnalité et de l'activité mentale - psycho-syndrome organique. Il se manifeste notamment par une diminution de l'activité mentale, un rétrécissement du volume et une diminution de la clarté de la perception, du rythme et de la productivité de l'activité intellectuelle, du niveau de jugement et de critique. On note la rigidité et la minutie de la pensée, l’appauvrissement des idées et des concepts, l’affaiblissement de la mémoire et la mémorisation de nouveaux matériaux, une humeur réduite et larmoyante, une diminution ou, plus rarement, une désinhibition des pulsions.

Dans la phase initiale des changements mentaux dans les maladies vasculaires, les états dépressifs réactifs et conditionnellement conditionnés, peints de manière réactive sont relativement souvent développés.

Avec un processus vasculaire progressif, le stade initial des changements mentaux se transforme progressivement en un appauvrissement persistant de toute activité mentale - démence. Cependant, la démence vasculaire se développe souvent de manière aiguë après une violation de la circulation cérébrale (démence postapoplexique). Il existe un certain nombre de formes (types cliniques) de démence vasculaire. Tous les types cliniques sont rarement observés sous forme pure; c'est généralement une combinaison avec la prédominance de l'un ou l'autre type.

Le type clinique de démence le plus fréquent et le plus caractéristique. Elle se caractérise par des dépôts inégaux ou partiels, y compris des violations ménagères; sécurité de l'orientation brute ou partielle; la préservation bien connue des compétences comportementales, des attitudes personnelles, des attitudes et des réactions - tout ce qui constitue le soi-disant noyau de la personnalité; méconnaissance de la maladie et capacité à évaluer de manière critique leur propre insolvabilité; difficulté et lenteur des processus mentaux, de la parole et de la motilité; sentiment d'impuissance, diminution de l'activité mentale et du niveau d'activité intellectuelle; la prévalence d'humeur dépressive ou anxieuse; tendance à la larmoiement et aux réactions d'angoisse jusqu'au soi-disant incontinence affectent. Cette forme de démence vasculaire s'observe généralement entre 50 et 65 ans, principalement dans l'artériosclérose cérébrale.

Démence vasculaire amnésique

La démence vasculaire amnésique provoque une gravité particulière des troubles de la mémoire - amnésie de fixation, désorientation amnésique et confabulations substitutives (mnémoniques), c'est-à-dire le développement d'un syndrome de Korsakoff d'intensité et de plénitude variées. La démence amnésique survient souvent après des troubles de la circulation cérébrale ou une psychose aiguë; dans de tels cas, il est dans une certaine mesure réversible. Avec son développement dans la vieillesse, le plus souvent avec la combinaison d’une lésion vasculaire et d’une atrophie cérébrale sénile, la soi-disant présbiophrénie est possible.

Démence vasculaire pseudo-paralitique

La démence vasculaire pseudo-paralytique est un type de démence, semblable au tableau classique de la démence avec paralysie progressive, mais caractérisée par une sévérité moindre de la décomposition mentale. Avec elle, les troubles dysmnésiques, ainsi que les signes d'une diminution de l'activité mentale et d'un ralentissement du taux de processus mentaux, sont relativement moins prononcés. La négligence et l'euphorie sourde, la conversation et la facilitation des processus associatifs jusqu'à moriopodobny, l'excitation stupide prévalent. Les critiques et le niveau de jugement sont fortement réduits, une désinhibition est observée. Ce type de démence vasculaire est également possible à un âge plus précoce, plus souvent avec une hypertension maligne.

Démence vasculaire pseudotumorale

La démence vasculaire pseudotumorale est un type clinique relativement aigu de démence avec congestion et stupeur, une faiblesse et une diminution de l'activité motrice et de la parole, des difficultés à réparer, à percevoir et à donner un sens à ce qui se passe. Une démence de ce type est observée dans les encéphalopathies hypertensives sévères. La similitude des manifestations cliniques avec la symptomatologie des tumeurs cérébrales nécessite un examen clinique et neurologique particulièrement approfondi.

Chapitres similaires d'autres livres

Maladie mentale

Fonctions mentales

Les fonctions mentales sont les systèmes fonctionnels multicomposants les plus complexes qui se forment pendant la vie d'une personne et sont soumis à certaines lois du développement de la psyché. En cas de violation, la fonction mentale «ne se dégage pas» et «ne diminue pas», mais ne modifie que sa

Maladie mentale

Troubles mentaux

Troubles psychiatriques Il existe plusieurs grands groupes de troubles mentaux: la psychose est une pathologie mentale prononcée qui se manifeste par des troubles tels que les délires, les hallucinations, les troubles importants du comportement, l'activité mentale, les dommages

Troubles mentaux

Troubles mentaux Ainsi, entre l’état de maladie mentale grave et le degré élevé de santé mentale, il existe de nombreux états intermédiaires dans lesquels il est très important pour une personne de pratiquer des activités psycho-hygiéniques et psychosociales.

Diathèse neuro-arthritique

Diathèse neuro-arthritique, étiologie. Dans la formation de la diathèse neuro-arthritique joue un rôle, d’une part, la transmission de certaines propriétés pathologiques du métabolisme, d’autre part - la nutrition, le mode, l’environnement. Parents et parents proches (généralement du père)

Violations de la sphère et du comportement émotionnels-volontaires. Maladie mentale et des anomalies. Psychiatrie infantile

Violations de la sphère et du comportement émotionnels-volontaires. Maladie mentale et des anomalies. Psychiatrie infantile Abalienation Abulia Aggravation Accentuation d'un personnage Aura Autisme Auto-agression Effet Effet de l'insuffisance Effet d'un Hebefrenia pathologique Hyperdynamique

11. symptômes mentaux

11. symptômes mentaux

12. maladie mentale

12. maladie mentale

Chapitre 2. Le développement neuropsychique des filles

Chapitre 2. Le développement neuropsychique des filles Le poids du cerveau d'une fille nouveau-née est relativement grand - 350–380 g et environ 10–12% du poids corporel, mais il est loin d'être mature et non formé. Les cellules nerveuses ne sont pas complètement formées, les couches de cellules ne sont pas délimitées, les membranes

Toxines nerveuses

Maladie mentale

Chapitre 3. Troubles psychosomatiques, maladies nerveuses et mentales

Chapitre 3. Troubles psychosomatiques, nerveux et mentaux

Virus mentaux

Virus mentaux Toutes les catastrophes sont le résultat de la pensée négative de la population. Quels sont les virus mortels? Ce sont les pensées renvoyées à l'homme dans l'espace. Chaque virus, comme une pensée insignifiante, semble

CARTE DU DIAGNOSTIC COMPLEXE DES PARTICULARITÉS DU DÉVELOPPEMENT PHYSIQUE, NERVEUX ET MENTAL DES ENFANTS DE 0 À 3 ANS

CARTE DU DIAGNOSTIC COMPLEXE DES PARTICULARITÉS DU DÉVELOPPEMENT PHYSIQUE, NERVEUX ET MENTAL DES ENFANTS DE 0 À 3 ANS * Praxis est une action bien coordonnée, accompagnée d'un contrôle élargi pouvant être perturbé lors de lésions cérébrales.

CARTE DU DIAGNOSTIC COMPLEXE DES PARTICULARITÉS DU DÉVELOPPEMENT PHYSIQUE ET NERVE-PSYCHIQUE DES ENFANTS DE PLUS DE 3 ANS

CARTE DES DIAGNOSTICS COMPLEXES DES PARTICULARITES DU DEVELOPPEMENT PHYSIQUE, NERVEUX ET MENTAL DES ENFANTS DE PLUS DE 3 ANS (Considéré: force des mouvements, précision des mouvements, vitesse des mouvements, coordination des mouvements, passage d'un mouvement à un autre)

Maladie neuropsychiatrique

Chapitre 8. Maladie nerveuse et mentale

Les patients de ces services doivent faire l’objet d’une surveillance étroite et continue. Les patients atteints de maladies neuropsychiatriques sont souvent agités, leur comportement ne correspond pas à la situation et ils commettent souvent des actes dangereux pour eux-mêmes et les autres. À cet égard, il est inacceptable de laisser ces patients sans attention pendant une minute.

Dans le département neurologique, et en particulier psychiatrique, un stockage minutieux de la documentation et des médicaments doit être assuré. La salle de traitement doit être constamment fermée, les médicaments doivent être conservés dans des coffres-forts et des armoires spéciales. Il est important de veiller à ce que les patients ne quittent pas le service sans la permission du médecin et ne se dirigent pas vers les fenêtres ouvertes (s'ils ne sont pas équipés de barres).

Soins des patients neurologiques. La particularité du travail dans le département neurologique est due au contingent de patients et aux problèmes de santé observés dans les maladies du système nerveux. Il s'agit d'une paralysie, d'une sensibilité diminuée ou accrue, de troubles des organes pelviens (retard, incontinence d'urine et de fèces).

La prise en charge des patients atteints de paralysie et de parésie nécessite, en plus de la mise en œuvre générale des règles de prise en charge des patients gravement malades, une surveillance attentive de la propreté de la peau et la régularité de la vidange de la vessie et des intestins. Paralysie, diminution de la sensibilité, généralement accompagnée de malnutrition de la peau, en particulier dans les zones qui exercent une pression sur le poids du corps. En conséquence, les escarres se forment avec une ulcération profonde de la peau et du tissu sous-cutané.

Un long séjour du patient en décubitus dorsal peut faire craindre une autre complication - la survenue d'une congestion dans les poumons avec le développement d'une pneumonie. La prévention de la pneumonie congestive nécessite de déplacer périodiquement le patient, de placer des oreillers supplémentaires sous le dos et de modifier de temps à autre l'inclinaison du lit à droite ou à gauche. Il est important de surveiller la régularité de la miction et de la défécation. Avec la rétention d'urine et de matières fécales, il est nécessaire de prévenir le débordement de la vessie en la cathétérisant régulièrement, ainsi que de vider rapidement les intestins (en donnant un lavement nettoyant laxatif). Dans certains cas, la rétention d’urine dure plusieurs semaines ou mois, puis lors du cathétérisme, il est également nécessaire de traiter la vessie par l’introduction d’une solution désinfectante. En cas d'incontinence d'urine et de matières fécales, il est particulièrement important de maintenir la propreté de la peau, car les excréments de la peau contribuent à la formation d'escarres. De plus, la peau infectée peut être une source de complications septiques.

Les patients qui sont dans le coma nécessitent une attention particulière de la part de l'infirmière. Il est important de surveiller la position du patient au lit. La tête doit être légèrement surélevée et tournée sur le côté pour éviter que la langue ne colle et ne pénètre dans les voies respiratoires par la salive, le mucus ou les vomissures. Il est nécessaire de contrôler le respect par le patient des règles d'hygiène personnelle, de la pureté des sous-vêtements et du linge de lit. Un bain sanitaire est fait au moins une fois par semaine. Les patients au repos strict au lit doivent être lavés régulièrement ou essuyés avec une serviette humide.

Un certain nombre de maladies nerveuses sont difficiles, difficiles à traiter et mènent parfois à une invalidité, à une perte de mémoire, à l'intelligence et à d'autres troubles. À cet égard, chaque patient nécessite une approche individuelle de la part du médecin, du personnel médical moyen et junior.

Pour les patients qui ont une humeur sombre et sombre, particulièrement longue et gravement malade, une surveillance constante est nécessaire. L’infirmière doit informer le médecin de ses observations sur l’état du patient, son humeur.

Les soins aux malades mentaux revêtent une grande importance dans le traitement. Les patients en état d'éveil, la présence de pensées suicidaires, ainsi que les patients stupides et désordonnés dans un hôpital psychiatrique se voient imposer un repos au lit dans des chambres d'observation spéciales dotées d'un poste d'observation permanent, ouvert 24h / 24. La surveillance des patients dans un hôpital psychiatrique a plusieurs objectifs. Il est important de protéger le patient contre des actions inappropriées, tant vis-à-vis de lui-même que vis-à-vis d'autres personnes, afin d'éviter d'éventuelles tentatives de suicide chez les patients. L'observation de l'évolution de la maladie revêt une grande importance car, dans le cas d'une maladie mentale, l'état du patient pendant le jour ou la nuit est différent. L'observation est effectuée par un médecin et des infirmières.

En plus du repos au lit et de la surveillance, une grande attention est accordée à la routine quotidienne. Dans un hôpital psychiatrique, la routine quotidienne doit être strictement conforme au traitement fourni. Les toilettes du matin pour les patients faibles, stupides et excités sont dirigées par le personnel. La nutrition des patients devrait être diverse, en tenant compte du fait que les patients excités dépensent beaucoup d'énergie, ainsi que des violations du métabolisme des vitamines dans le traitement des antipsychotiques.

Des médicaments sont également administrés aux patients à certaines heures. Une infirmière doit veiller strictement à ce que les patients les prennent. Il est nécessaire de vérifier les tables de chevet et les poches des patients, car ils peuvent accumuler des objets et des médicaments inutiles. Le linge des patients doit être changé en temps voulu. Bain hebdomadaire d'hygiène. Les patients faibles sont essuyés avec du vinaigre parfumé au moins 1 fois par semaine. Il est nécessaire de surveiller attentivement l’état de la peau chez les patients faibles, en particulier dans les endroits où la pression est la plus forte - sur les omoplates, le sacrum et les coudes. Les patients faibles sont retournés plusieurs fois par jour pour prévenir le développement d'une pneumonie congestive. Les patients alités doivent être plats, le linge sans plis. Si nécessaire, utilisez la plaque de base. Dans la salle commune, outre les chambres d’observation, il devrait y avoir des salles réservées aux patients en convalescence, des salles de repos et des salles d’ergothérapie.

La routine quotidienne devrait inclure des heures d'ergothérapie. En plus de travailler à l'intérieur ou à l'extérieur (le type de travail est prescrit par un médecin), les patients dont l'état de santé s'est amélioré sont autorisés à lire des journaux, des magazines et des ouvrages de fiction, qui doivent être récupérés à la bibliothèque de l'hôpital. Les patients peuvent regarder la télévision.

Les soins aux malades mentaux comprennent également un traitement symptomatique. Lorsque l'insomnie prescrite des somnifères. Il est nécessaire d'effectuer une thérapie de renforcement général. Selon la prescription du médecin, des bains de conifères, des bains chauds simples, de la gymnastique, des massages et d'autres types de traitements de physiothérapie peuvent être appliqués.

Outre les mesures généralement acceptées pour les soins des patients, une attention particulière doit être accordée aux questions de traitement des patients, à la tactique de comportement du médecin et du personnel. Malgré l’état d’enthousiasme et les mauvaises actions, les personnes atteintes de maladie mentale doivent faire preuve de la même attention et de la bienveillance du médecin et du personnel. Traitement inacceptable des malades mentaux pour "vous" ou un cri rugueux. Cependant, lors de l’initiation ou de l’agression du patient, le personnel doit pouvoir le garder avec soin jusqu’à ce que la médication arrête la stimulation. Le personnel doit apprendre à bien soigner les malades, à adopter une attitude attentive et à faire preuve de vigilance, ce qui peut éviter les états d'excitation prononcée, d'agression et de tentatives de suicide.

Se produit à la suite de la pénétration de microbes suppuratifs dans le tissu cérébral en cas d'inflammation purulente de l'oreille moyenne ou des organes internes, ainsi que de lésions ouvertes du crâne.

Symptômes: mal de tête, malaise général, léthargie, nausée, fièvre légère. Il peut y avoir des crises d'épilepsie, une paralysie, des troubles cérébelleux, etc.

La chirurgie est nécessaire. Avant et après la chirurgie, les sulfamides, les antibiotiques et les agents déshydratants sont prescrits.

ATAXY. Violation de la coordination des mouvements (le patient ne peut pas avoir un doigt au bout du nez, il titube en marchant). La maladie survient lorsque le cervelet est endommagé, les colonnes postérieures de la moelle épinière. Il est observé dans de nombreuses maladies (sclérose en plaques, ver de la colonne vertébrale, etc.).

Traitement: effets sur la maladie sous-jacente.

Athérosclérose des vaisseaux cérébraux

Il survient principalement chez les personnes âgées. La maladie est causée par un trouble du métabolisme lipidique. Le développement de la maladie est favorisé par la tension neuropsychique, les troubles endocriniens, les troubles de l'alimentation (abus de nourriture grasse) et l'hypertension. Avec l'athérosclérose, les parois des vaisseaux deviennent denses, inégales, la lumière des vaisseaux se rétrécit.

Symptômes: diminution des performances mentales, altération de la mémoire, irritabilité, insomnie, bruit dans la tête, vertiges.

La normalisation de l'alimentation, le travail et le repos, les promenades quotidiennes, une alimentation avec peu de graisses animales sont nécessaires. Appliquez les vitamines B1, B6, B15, C, les préparations d'iode, le médicament de Bechterew, la nigeksin, la cinnarizine (stagerone).

APHASIE. Troubles de la parole. Se produit avec la défaite du cortex cérébral. Dans l'aphasie motrice, le patient a du mal à prononcer les mots, mais comprend le discours des autres. Dans l'aphasie sensorielle, la compréhension de la parole est gravement altérée. Dans l'aphasie amnésique, le patient oublie les noms des objets, même s'il se souvient de leur objectif.

Il est nécessaire de traiter la maladie sous-jacente. plus des activités d'orthophonie.

Symptôme découlant de diverses maladies. Éliminer le besoin de traiter la maladie sous-jacente. Le sommeil offensif contribue à la marche avant le coucher, le bain général ou le bain de pieds. Appliquez de la diphenhydramine, des bromures, des somnifères.

La maladie survient avec diverses maladies du système nerveux et des organes internes. Caractérisé par une diminution du pouls, des fluctuations de la pression artérielle, des troubles gastro-intestinaux, une transpiration excessive, des réactions névrotiques.

Traitement: effets sur la maladie sous-jacente. Bromures, tranquillisants, bromocamphor, ganglioblokatora, dérivés de l’ergotamine, préparations d’atropine, physiothérapie et balnéothérapie (bains de pins, douches) sont présentés.

HYDROCÉPHALIE (EAU DU CERVEAU)

La maladie est une conséquence d'une augmentation de la quantité de liquide céphalo-rachidien dans la cavité crânienne. Il existe une hydrocéphalie interne (accumulation de liquide dans les ventricules du cerveau) et externe (accumulation de liquide dans l'espace sous-arachnoïdien). La dropsie est congénitale et acquise - à la suite d'une méningite, d'un traumatisme, d'une tumeur. Chez les enfants atteints d'hydrocéphalie congénitale, le crâne est grand, les coutures sont larges, le printemps est tendu et palpitant. On observe une exophtalmie, des troubles oculomoteurs et parfois un retard mental. Chez les adultes, il existe des maux de tête, des nausées et des vomissements.

Traitement: impact sur la cause sous-jacente. Déshydratation: furosémide, dichlothiazide. Dans certains cas, une intervention chirurgicale est indiquée.

Il survient dans les maladies du cerveau et de ses membranes, les sinus paranasaux, les névroses, les maladies des organes internes, les infections et l'intoxication. L'augmentation des maux de tête, surtout le matin, accompagnée de nausées et de vomissements, indique une augmentation de la pression intracrânienne.

Traitement: effets sur la maladie sous-jacente. Analgésiques, thérapie de déshydratation.

Il est observé dans les cas de maladie de Ménière, de labyrinthite, d'encéphalite, d'accident cérébrovasculaire, de lésion cérébrale traumatique, etc. Peut s'accompagner de nausées, de vomissements, de troubles de la marche.

Nécessite des effets sur la maladie sous-jacente. Profession interdite liée au travail en hauteur, à la conduite de véhicules. En cas d'attaque vertigineuse, il vous faut du repos, une bouillotte d'eau aux pieds, des pansements de moutarde à l'arrière de la tête, un extrait de belladone - 0,015 g, de la belloïde, du bellaspon, des injections de 1 ml de solution à 0,1% d'atropine.

CÉRÉBRAL POUR ENFANTS PARALICH

Se produit à la suite d'une lésion intra-utérine du cerveau.

Symptômes: tétraparèse spasmodique ou hémiparésie; les troubles mentaux sont mineurs.

Traitement: massage, mesures orthopédiques, physique et balnéothérapie (courants diadynamiques, radon, bains de sulfures, enveloppements chauds, applications de boue).

Comme une maladie indépendante (maladie de Parkinson) est rarement observée, le plus souvent - avec l'artériosclérose cérébrale, après une encéphalite, une lésion cérébrale traumatique.

Symptômes: tremblements des mains et de la tête au repos, raideur générale, lenteur des mouvements, démarche à petits pas. Le visage est petit, la voix est calme, monotone.

Traitement: tropacine - 0,015 g, déparkine - 0,25 g 2 à 3 fois par jour, cyclodol - 0,002 g 3 fois par jour, injections de vitamine B6, massage.

La parole est rendue obscure, disproportionnée, en collant certaines syllabes et en étirant d’autres. Se produit avec une névrose à la suite d'une blessure mentale.

Traitement: cours avec orthophonie, thérapie de renforcement, bromures, tranquillisants.

Convulsions cloniques du diaphragme. Se produire avec une encéphalite, des troubles de la circulation cérébrale, une obstruction intestinale, une névrose, après une chirurgie, etc.

Vous devez d’abord clarifier la cause du hoquet. Traitement symptomatique: solution à 0,5% de novocaïne dans 1-2 cuillères à soupe, belladone - 0,015 g, chlorpromazine, épotarazine

HEMORRHAGIQUE (Saignement dans le cerveau)

Se produit en raison de la rupture de l'artère ou de l'hypertension, artériosclérose cérébrale.

Symptômes: soudain, après un stress physique ou émotionnel, perte de conscience, bouffées de chaleur du visage, vomissements. La paralysie des extrémités se développe du côté opposé à la lésion, la température monte à 38–39 ° C, des symptômes méningés sont notés.

Traitement: le transport est possible sur une machine spéciale en l'absence de symptômes mettant la vie en danger (coma profond, détresse respiratoire, baisse cardiaque). Il est nécessaire de soulager rapidement la cavité buccale de la salive mousseuse accumulée, en empêchant sa pénétration dans les voies respiratoires. Des sangsues sur la région des processus mastoïdiens sont recommandées avec une pression artérielle élevée - médicaments antihypertenseurs (injections de solution à 1–2% de Dibazol, 2 ml s / c), déshydratation, dimedrol ou pipolfen, 1 ml s / c, in / in 10 ml de solution de chlorure à 10% calcium, vitamine C / m, vikasol. Peau de toilette soignée, en la frottant systématiquement avec de l'alcool de camphre. Surveiller l'activité de la vessie et des intestins.

Il se développe principalement chez les personnes âgées atteintes d’athérosclérose. Une lésion nécrotique (un centre de ramollissement gris) survient lors d'une thrombose et d'une embolie cérébrale, accompagnée d'un spasme persistant, avec une chute de l'activité cardiaque chez les patients présentant une insuffisance coronaire et cérébrale.

Avec la thrombose, le développement de la maladie est progressif, souvent pendant le sommeil. Il y a une période de précurseurs sous forme de vertiges, de faiblesses à court terme et d'engourdissements dans les membres. Les symptômes focaux se développent généralement avec une conscience intacte. L'embolie se produit dans l'endocardite, la fibrillation auriculaire. Les symptômes focaux apparaissent rapidement, entraînant souvent une perte de conscience à court terme, parfois des convulsions.

Traitement: en l'absence de contre-indications (coma, collapsus, activité cardiaque altérée), le patient doit être transporté à l'hôpital. Appliquez des vasodilatateurs: aminophylline - 10 ml d’une solution à 2,4% avec du glucose, papavérine - 2 ml d’une solution de s / c à 2%. À la baisse de l'activité cardiaque - 0,5 ml de corglycone ou de strophantine dans / dans du glucose, 1 à 2 ml de cordiamine s / c. Utilisation d'une action anticoagulante directe (héparine) ou indirecte (feniline, pelentane) sous le contrôle d'indicateurs de la coagulation du sang et des systèmes anticoagulants. Toilette quotidienne de la peau, prévention des plaies de pression (placer le patient sur le cercle de caoutchouc).

KOMA. Perte de conscience profonde sans réaction à l'irritation. Observé avec diabète, urémie, accident vasculaire cérébral, empoisonnement, maladies infectieuses, lésion cérébrale traumatique grave, tumeurs cérébrales. Il y a inhibition des fonctions du cortex, puis du sous-cortex.

Symptômes: perte de conscience profonde, accélération ou diminution du pouls, pupille large ou étroite. À mesure que le coma augmente, les réflexes du tendon et de la peau disparaissent, la respiration devient frustrée et la pression artérielle chute.

Une aide d'urgence est requise. Il convient d’accorder une attention particulière à l’élimination du processus pathologique à l’origine du coma (hyper- ou hypoglycémie, urémie, etc.). Appliquer déshydratation: 1–2 ml de furosémide ou de novurit v / m. Attribuer des remèdes cardiaques, en violation de la respiration - cytite, lobélie, respiration de l'appareil. Il est nécessaire de surveiller la pureté de la peau, pour éviter le retard de l'urine et des selles.

Irritation des méninges, pouvant survenir lors de nombreuses infections, intoxication, méningite, augmentation de la pression intracrânienne, hémorragie sous-arachnoïdienne.

Symptômes: mal de tête, sensibilité accrue à la lumière, au toucher, au bruit. En raison de l'irritation des racines nerveuses, il se produit une tension musculaire réflexe (rigidité). La tête du patient ne peut pas être pliée au sein. Pliée aux articulations de la hanche et du genou, la jambe ne peut pas être complètement étendue au genou.

Traitement: effets sur la maladie sous-jacente

Complication des processus purulents, lésions ouvertes du crâne.

Symptômes: syndrome méningé en développement aigu, fièvre. Le liquide céphalo-rachidien est trouble, verdâtre, il contient une quantité importante de neutrophiles et une teneur accrue en protéines.

Traitement: fortes doses de pénicilline et d’autres antibiotiques, notamment par voie intraveineuse. Lorsqu'un foyer purulent (otite) est détecté, un traitement chirurgical est effectué.

Se produit avec des lésions virales des membranes et des infections courantes (grippe, rougeole, oreillons, etc.).

Symptômes: développement aigu du syndrome méningé, fièvre. Le liquide céphalo-rachidien est transparent, contient un nombre important de lymphocytes, sa pression est augmentée.

Traitement: analgésiques, diurétiques, vitamines B1, C. Des antibiotiques sont prescrits pour prévenir les complications bactériennes.

La conséquence de la propagation de la bactérie de la tuberculose dans les vaisseaux sanguins des organes internes affectés, des os, des ganglions lymphatiques.

Symptômes: développement progressif, maux de tête, faiblesse, perte d'appétit, fièvre modérée. Développent plus tard le syndrome méningé, la parésie du nerf crânien (omission du siècle, strabisme, etc.). La température monte à 39–40 ° C et une bradycardie apparaît. Le liquide céphalo-rachidien est transparent, contient un grand nombre de lymphocytes, la quantité de protéines est augmentée, la teneur en sucre est réduite. Un jour plus tard, un mince film tombe du liquide céphalo-rachidien.

Hospitalisation obligatoire. Ils prescrivent streptomycine, ftivazid, vitamines B1, C, diphenhydramine, gluconate de calcium. Le traitement est effectué jusqu'à ce que la composition complète du liquide céphalo-rachidien soit normalisée.

Il se produit plus souvent à l'adolescence, les femmes sont principalement malades. L'hérédité joue le rôle.

Symptômes: accès intermittent de céphalées dans une moitié de la tête, accompagné de nausée et de vomissements. Habituellement, avant une attaque, les patients ressentent une lourdeur à la tête, un malaise général, puis des "étincelles" devant les yeux ou des taches sombres. Parfois, lors d'une attaque, des fantômes, des parésies, des aphasies, etc., sont observés.Les attaques durent de plusieurs heures à 1 à 2 jours. Avec l'âge, les crises épileptiques sont moins fréquentes et peuvent disparaître complètement.

Traitement: normalisation du travail et du repos, exercice. Pendant les précurseurs et pendant l'attaque - Belloid, Bellaspon en comprimés, Dihydroergotamine 10 gouttes chacune, caféine - 0,1 g, acide nicotinique - 0,02 g, éphédrine - 0,01 g, Dimedrol - 0,05 g, acide acétylsalicylique, spazmoveralgin, sedalgin, pansement à la moutarde à l’arrière de la tête et des mollets, tranquillisants.

MYOPATHIE (DISTROPHIE MUSCULAIRE)

Atrophie musculaire lentement progressive sans dommage pour le système nerveux. La maladie est héréditaire. En cas de forme juvénile, les muscles de la ceinture scapulaire s'atrophient principalement; sous d'autres formes, les muscles du visage, des épaules et de la ceinture pelvienne, les muscles du dos. La forme pédiatrique touche généralement les garçons, caractérisés par des pseudo-hypertrophies (les membres semblent élargis en raison du dépôt de graisse sur le site des muscles atrophiés), une progression rapide de la maladie accompagnée d'une atrophie dans tous les départements.

Traitement: injections de vitamine E à 2 ml / m², prozerine - 1 ml d'une solution à 0,05% s / c, rétabolil, gluconate de calcium, vitamines du groupe B, thérapie par l'exercice, massage.

Neurologique et névrite

Lésions nerveuses périphériques causées par refroidissement, infection, traumatismes, intoxication, allergies, troubles métaboliques. Caractérisé par des troubles de la douleur et de la sensibilité dans la zone d'innervation du nerf correspondant.

Névralgie du nerf trijumeau. Se produit avec des maladies des dents, des sinus paranasaux, avec la constriction des trous osseux à travers lesquels passent les branches nerveuses.

Symptômes: La maladie se manifeste par de graves accès de douleur au visage pendant quelques secondes ou minutes, qui surviennent plus souvent lorsque vous parlez et mangez. La douleur provoque un rhume, une infection, un refroidissement. L'examen a révélé une douleur aux points de sortie des branches nerveuses du trijumeau. Certaines zones «déclencheurs» se trouvent sur le visage et peuvent provoquer une attaque douloureuse au toucher.

Traitement: carbamazépine (Tegretol, Finlepsin), acide acétylsalicylique, amidopyrine, analgine, chaleur sèche, thérapie UHF, échographie, électrophorèse de Novocain. Dans les cas graves - alcoolisme de la branche touchée ou chirurgie. Assurez-vous de traiter les dents des patients et l'inflammation des sinus paranasaux.

Névrite du nerf facial. Se produit après l'hypothermie, la grippe et d'autres infections, moins souvent - inflammation de l'oreille moyenne, fracture de la base du crâne.

Symptômes: la paralysie des muscles faciaux du côté correspondant se développe, le patient ne peut pas froisser son front, ses yeux se plissent, sa bouche est déformée pour devenir un côté sain.

Traitement: acide acétylsalicylique, acide nicotinique, diurétiques, antibiotiques, glucocorticostéroïdes, sollux, paraffine, ultrasons, injections de vitamine B1; Thérapie par l'exercice, massage léger. Lorsque vos yeux sont secs, instillez une solution à 30% de sulfacyle de sodium.

Névrite du nerf radial. Il se développe principalement avec des blessures, parfois après une anesthésie prolongée avec fixation du bras, injection dans la surface externe de l'épaule.

Symptômes: il y a une faiblesse des extenseurs de l'avant-bras, une atrophie musculaire de la main, une sensibilité perturbée à la surface extérieure de l'avant-bras et à l'arrière des doigts et de la main. La brosse pend, les doigts sont à demi pliés.

Névrite du nerf cubital. Plus souvent traumatique, parfois avec de l'arthrite.

Symptômes: flexion perturbée des phalanges principales de tous les doigts et apportant les doigts. Les muscles intercostaux (patte griffue) sont atrophiés. La sensibilité sur les doigts est contrariée.

Névrite du nerf médian. Il se développe avec des infections, des blessures.

Symptômes: l’opposition du premier doigt est compliquée, les doigts sont pliés en un poing, les muscles de l’atrophie du premier doigt (la «patte de singe»). La sensibilité est perturbée sur la surface externe de la paume et sur les doigts I, II, III et la moitié des doigts IV. Douleur fréquente.

Névrite du nerf fémoral. Se produit souvent dans les maladies inflammatoires et néoplasiques des organes pelviens, avec blessure.

Symptômes: il y a des douleurs à la face antérieure-intérieure de la cuisse, la flexion de la cuisse et l'extension du tibia sont difficiles, les muscles de la surface antérieure de la cuisse sont atrophiés. Disparaît le réflexe du genou. Symptôme de Wasserman positif (tension). Il est nécessaire de distinguer de la lésion de l'articulation de la hanche, dans laquelle des douleurs apparaissent non seulement lors de la flexion, mais également lors de la rotation de la hanche, la charge le long de l'axe longitudinal de la jambe étant douloureuse.

Névrite du nerf sciatique (sciatique). Causes - communes à toutes les névrites, ostéochondrose de la colonne vertébrale.

Symptômes: douleur aux fesses, à l'arrière des cuisses et au bas des jambes, étirement douloureux du nerf. Une hypotension des muscles fessiers, gastrocnémiens, une diminution du réflexe d’Achille sont notées.

Névralgie intercostale. Se produit avec diverses infections.

Symptômes: apparition de douleurs thoraciques circulaires, palpation de l’espace intercostal correspondant. La toux et les éternuements aggravent la douleur. Souvent, la névralgie intercostale est le symptôme d'une maladie des organes internes, de la colonne vertébrale. Un examen attentif du patient est donc nécessaire.

Traitement de la névrite: traitement anti-inflammatoire, analgésiques, vitamines du groupe B, prozérine, aloès. Physiothérapie, thérapie par l'exercice, massage.

lésion rhumatismale du système nerveux. Il y a: la rheumatovasculite, qui survient lors de divers troubles de la circulation cérébrale (thrombose vasculaire, hémorragie sous-arachnoïdienne, embolie vasculaire); méningoencéphalite rhumatismale; rhumatisme cérébral avec syndrome épileptiforme; psychose rhumatismale aiguë et prolongée; névrite rhumatismale; encéphalomyélite rhumatismale; méningomyélite rhumatismale. Pour les neuro-rhumatismes, la multiplicité des lésions et leur courte durée sont typiques. Les formes vasculaires sont plus courantes chez les personnes d'âge moyen et avancé, l'encéphalite chez les enfants.

Traitement: traitement antirhumatismal et symptomatique.

TAPIS DE NETTOYAGE DE NUIT

Il se caractérise par une miction involontaire pendant le sommeil. Il est plus fréquent chez les jeunes enfants. Les raisons sont diverses: mauvaise éducation hygiénique de l'enfant, maladie des voies urinaires, malformations congénitales de la colonne vertébrale et de la moelle épinière, traumatisme mental, etc.

Traitement: éducation appropriée, régime hygiénique du jour. Il est nécessaire de limiter la consommation de liquide la nuit. Agents apaisants, physiothérapie, psychothérapie.

CONGELÉ. Perte de conscience soudaine à court terme survenant pendant une crise vasculaire avec une anémie cérébrale aiguë. On l'observe en cas de traumatisme mental, d'irritation douloureuse, de perte de sang importante, d'intoxication, etc. Cela se produit plus souvent chez les personnes présentant une labilité végétative-vasculaire. Dure quelques minutes. Précurseurs: vertiges, nausées, essoufflement. La syncope doit être distinguée des crises d'épilepsie.

Des soins d’urgence sont nécessaires: déposez le patient, ouvrez la fenêtre ou une fenêtre, donnez de l’ammoniac liquide provenant du coton; injections de caféine ou de cordiamine.

TUMEURS DU CERVEAU

Caractérisé par des symptômes cérébraux (maux de tête, souvent le matin, accompagnés de nausées et de vomissements) associés à une augmentation de la pression intracrânienne et des symptômes de lésions focales, en fonction de la localisation de la tumeur (paralysie, troubles de la parole, crises d'épilepsie, etc.).

Une opération est nécessaire. Thérapie symptomatique: agents de déshydratation, avec crises d'épilepsie - médicaments anticonvulsivants.

TUMEURS DU CERVEAU SPINAL

Les tumeurs émanant des racines ou des membranes se manifestent par une douleur radiculaire, qui est ensuite accompagnée de symptômes de compression de la moelle épinière (parésie, paralysie, troubles de la sensibilité, etc.). Les tumeurs intracérébrales se caractérisent par une augmentation progressive des symptômes de lésion de la moelle épinière. Pour clarifier le diagnostic, un examen dans le département neurologique ou neurochirurgical est nécessaire.

Lorsque les tumeurs extracérébrales nécessitent une intervention chirurgicale, une radiothérapie intracérébrale, parfois une radiothérapie. En cas de compression de la moelle épinière, une attention particulière du patient, la prévention des plaies de pression est nécessaire. Il est très important de surveiller l'activité de la vessie et des intestins.

Lésion multiple des nerfs périphériques. Il est observé dans les infections (grippe, diphtérie), l'intoxication (alcool, plomb, mercure, etc.), les troubles métaboliques (diabète), le béribéri.

Symptômes: douleur, engourdissement dans les membres, faiblesse et hypotension des muscles des bras et des jambes distaux, sensibilité affaiblie sous forme de gants et de bas.

Traitement: effets sur la maladie sous-jacente. Vitamines B1, B12, prozerine, Dibazol, massage, physiothérapie, thérapie par l'exercice.

Le virus de la maladie est transmis par les voies respiratoires et le tractus gastro-intestinal. Il existe 3 formes cliniques: avortement (maladie infectieuse bénigne du Qatar des voies respiratoires ou gastro-intestinales), non paralytique (méningite séreuse) et paralytique (développer une paralysie musculaire avec atrophie et disparition des réflexes).

Traitement: suspicion de poliomyélite - hospitalisation immédiate, repos au lit. Sérum immunitaire à l'huile (30 à 60 ml), gamma globuline, prozerine, dibazol, vitamine B1; dans la période de récupération - thérapie d'exercice, massage, traitement orthopédique et spa.

Dommages causés aux racines des nerfs spinaux primaires (infectieux ou toxiques) ou secondaires (dus à des processus métaboliques dégénératifs, inflammatoires, néoplasiques de la colonne vertébrale et des tissus environnants).

Sciatique cervicothoracique. Manifesté par des douleurs, des troubles moteurs et sensibles du cou, de la ceinture scapulaire, du dos et des bras. Les points paravertébraux sur le niveau cervico-thoracique sont douloureux.

Radiculite lombo-sacrée. Il y a une douleur dans le bas du dos avec un recul dans la jambe, une posture analgésique protectrice avec une tension des longs muscles du dos, une courbure de la colonne vertébrale. La sensibilité est altérée, les réflexes tendineux sont réduits ou non causés. Les points de douleur sont exprimés. Lorsque la douleur persistante nécessite une ponction médullaire pour exclure une tumeur.

Traitement: repos au lit, chaleur sèche, analgésiques, diurétiques, selon les indications - prednisone. Avec des troubles métaboliques dans la colonne vertébrale - moche, atofan. Physiothérapie; dans la période aiguë d'irradiation ultraviolette, électrophorèse de Novocain, ultrasons, courants modulés sinusoïdaux; dans la période de récupération - massage, thérapie par l'exercice. Avec la radiculite chronique - traitement en spa (applications de boue, radon, bains de sulfure). Dans les cas graves, la chirurgie est indiquée.

Maladie chronique infectieuse-allergique, caractérisée par des périodes d'exacerbation et de rémission, progressivement progressive. Les personnes jeunes et d'âge moyen tombent malades. La base est la formation de foyers de dégradation de la myéline des fibres nerveuses avec la croissance ultérieure d'argiles et la formation de "plaques". L'apparition et la récurrence de la maladie sont provoquées par un refroidissement, un froid, un traumatisme.

Symptômes: dans la période initiale, des troubles visuels transitoires, des parésies, des troubles de la coordination sont notés. Détecter le nystagmus, la parole scannée, les tremblements intentionnels, l’absence de réflexes abdominaux. À l'avenir, ces symptômes deviennent permanents.

Traitement: hormones corticostéroïdes (prednisone 25 mg 3 à 4 fois par jour pendant 2 mois), dimédrol, suprastine, vitamine B1, prozérine, autohémothérapie, vitamines.

Contractions involontaires de muscles individuels (locaux) ou de muscles du corps entier (généralisés). Des crises convulsives généralisées surviennent lors d'épilepsie, de lésions cérébrales traumatiques, de tumeurs, d'encéphalites, de maladies vasculaires, d'infections courantes (chez les enfants), d'intoxication, d'éclampsie chez les femmes enceintes. Les crises de convulsions généralisées se terminent souvent par une perte de conscience, une perte d'urine, une morsure de la langue. Des crises locales sont observées dans les tumeurs cérébrales, l'encéphalite, après une lésion cérébrale traumatique. La forme de crise la plus grave est le statut épileptique, dans lequel se développent une série de crises consécutives. Dans le même temps, la mort par asphyxie, une chute d'activité cardiaque est possible.

Les personnes souffrant d’états convulsifs doivent éviter toute surchauffe, consommation d’alcool.

Traitement: lors d'une crise, il est nécessaire de soutenir la tête du patient pour se protéger des ecchymoses, de placer un tissu mou ou une spatule dans la bouche pour éviter les morsures de la langue. Phénobarbital - 0,05 à 0,1 g 1 à 2 fois par jour, hexamidine - 0,25 g 2 à 3 fois par jour, carbamazépine, bromures, gluconate de calcium - 0,5 g 1 à 2 fois par jour. En état d'épilepsie - Solution à 25% de sulfate de magnésium / in, 50 ml d'une solution à 5% d'hydrate de chloral dans l'énéma.

Commotion cérébrale. Elle se caractérise par une perte de conscience à court terme, des maux de tête, des nausées, des vomissements et des vertiges. Symptômes focaux instables identifiés (nystagmus), fluctuations de la pression artérielle.

Lésion cérébrale. Dommages plus graves que la commotion cérébrale. Les symptômes cérébraux sont associés à des troubles focaux sévères (parésie, aphasie).

Traitement: repos au lit strict (avec une légère commotion pendant au moins 10 jours). Analgésiques, thérapie déshydratante (sulfate de magnésium 10 ml d'une solution à 25% dans l'huile, glycérol par voie orale, dans / au goutte-à-goutte, solution à 10-20% de mannitol), ganglioblokatory, antihistaminiques, vitamines.

Écraser le cerveau. Se produit lors d'un saignement des vaisseaux intracrâniens. Hémorragie sous-arachnoïdienne, épi- et sous-durale. L'hémorragie méningée se caractérise par le développement immédiat du traumatisme du syndrome méningé et la présence de sang dans le liquide céphalo-rachidien. L’hématome épidural se caractérise par un «léger» espace, c’est-à-dire qu’une détérioration est détectée quelques heures après la lésion. Un symptôme important pour le diagnostic est l’expansion de la pupille du côté de l’hématome, l’apparition de convulsions locales ou la parésie des membres opposés. Dans l'hématome sous-dural, des symptômes cérébraux et focaux apparaissent après quelques jours.

Traitement des hématomes opératoires. En cas d'hémorragie méningée - Vikasol, gluconate de calcium, vitamine C, agents déshydratants.

SYSTÈME NERVEUX ÉLECTRIQUE

C'est possible pendant le travail en courant alternatif, à la décharge de foudre.

Symptômes: altération de la conscience de durée différente, bradycardie, maux de tête, vertiges, insomnie. Par la suite, l’état asthénoneurotique et la dystonie végétative-vasculaire se développent souvent.

Traitement: élimination de la victime de la source actuelle. Réanimation (respiration artificielle, médicaments cardiaques, injection de sang intra-artériel). À l'avenir - vitamines B1, B6, C, Dibazol, sédatifs.

ENCEPHALITES. Maladies inflammatoires primaires du cerveau (épidémie, transmises par les tiques, les moustiques) et secondaires (avec infections et intoxications courantes).

Encéphalite épidémique. Causé par un virus. La période d'incubation dure de 1 jour à plusieurs mois. Distribué par goutte à goutte. La maladie se développe progressivement, il y a des troubles du sommeil (somnolence ou insomnie persistante), vision double, strabisme, vertiges, transpiration, troubles mentaux. Les formes souvent effacées de la maladie. La température souvent subfebrile. Le stade chronique de la maladie se présente sous la forme d'une paralysie tremblante.

Traitement: glucocorticoïdes (prednisone, etc.), antibiotiques à large spectre. Les somnifères pour l'insomnie, la caféine pour la somnolence.

Encéphalite à tiques. Maladie virale, porteurs - tiques ixodiques. L'infection se produit par morsure. La période d'incubation est de 10-14 jours. Commencer aiguë, forte fièvre, mal de tête grave. La paralysie la plus typique des muscles du cou et de la ceinture scapulaire avec atrophie, lésion des nerfs crâniens, syndrome méningé. Les formes effacées sans paralysie sont plus courantes.

Traitement: injecter 40 à 50 ml de sérum hyperimmun spécifique dans plusieurs ml en 24 heures, gamma globuline homologue dans 3 à 6 ml 2 à 3 fois par jour; selon les indications - glucocorticoïdes, diurétiques, vitamines.

Maladie mentale causée par une intoxication prolongée du corps avec de l'alcool et, par conséquent, des lésions toxiques du cerveau et des organes internes. Il se développe à partir de l'ivresse domestique. L’intoxication alcoolique se caractérise par des troubles mentaux, neurologiques et somatiques de différentes profondeurs.

Il y a trois stades d'intoxication. La première étape est une légère intoxication: bonne humeur, comportement effronté, bavardage, rougeur du visage, scintillement des yeux, tachycardie, tremblement des doigts, incoordination de mouvements précis. Sentiment subjectif de soulagement des processus de pensée. La disparition des sentiments d'insécurité. Objectivement - réduire la productivité de la pensée et de la critique. La deuxième étape: euphorie, bavardage, désinhibition de l’instinct, impolitesse, colère, perte de contrôle de ses actes. L'apparition d'une démarche instable. Une rougeur accrue, l'apparition de cyanose. Le troisième stade (intoxication sévère): une forte difficulté des processus mentaux, de la somnolence, une coordination altérée des mouvements, une constriction des pupilles.

L’alcoolisme se caractérise par l’émergence d’une dépendance de la condition mentale et physique vis-à-vis de la consommation d’alcool, c’est-à-dire le désir de soulager l’état par des prises d’alcool répétées. En conséquence, la maîtrise de soi sur sa consommation est perdue, la tolérance à l'alcool dans les premiers stades de l'alcoolisme augmente et elle diminue dans le troisième stade. La cessation de la consommation d'alcool conduit au développement du syndrome d'abstinence avec un désir imparable de la sobriété. Les patients ont perdu leur humeur jusqu'à un état dépressif avec anxiété, peur, troubles du sommeil, hallucinations auditives et visuelles plus souvent la nuit. Il y a faiblesse, transpiration, tachycardie, vertiges, gastro-intestinal et, dans les cas graves, troubles cardiaques et troubles de la fonction hépatique. Il existe des formes graves d’intoxication (soporeuse et comateuse), suivies de l’amnésie (perte de mémoire), de l’alcoolisme et de la dégradation de la personnalité.

L'alcoolisme chronique se déroule en trois étapes. Le premier: augmentation de la tolérance, perte de contrôle de l’usage d’alcool, apparition de formes graves d’intoxication accompagnée d’amnésie, besoin impérieux d’alcool. Asthénie avec fatigue accrue, irritabilité, sautes d'humeur inférieures, manque de confiance en soi, diminution des performances. La deuxième étape: une nouvelle augmentation de la tolérance à l'alcool, le développement complet du syndrome de dépendance et l'apparition de symptômes de sevrage accompagnés d'un besoin impérieux d'alcool non maîtrisé et incontrôlable, une consommation continue pendant plusieurs jours. La capacité de travail est très faible. Les patients changent de caractère: inconstance, tromperie, impolitesse, égoïsme apparaissent. L'intellect et la critique diminuent, la mémoire se détériore. Caractérisé par l'incontinence, une tendance aux réactions hystériques. Dans la troisième étape, il y a de véritables excès. En raison d'une intolérance à l'alcool, le patient cesse de boire après une semaine, puis recommence à boire. L'intoxication a souvent un caractère soporeux suivi de l'amnésie. Détection de la dégradation de l'alcool chez l'individu. Des crises épileptiformes, une psychose alcoolique et des troubles somatiques peuvent survenir: cardiopathie alcoolique, hypertension, lésions hépatiques et rénales et gastrite chronique. L'examen neurologique révèle des réflexes tendineux inégaux, une dystonie végétative et parfois une polynévrite.

Le diagnostic d'alcoolisme chronique est posé sur la base du syndrome de dépendance à l'alcool, avec perte de maîtrise de soi sur la nature de l'alcoolisme, sur la présence du syndrome de sevrage et sur le changement de personnalité alcoolique. Selon le patient, l'anamnèse doit être complétée par des informations provenant de membres de la famille, ainsi que du travail et du lieu de résidence.

Le traitement de l'alcoolisme chronique est effectué dans un hôpital narcologique ou en clinique externe dans une clinique narcologique. La pharmacothérapie commence par le soulagement de l’intoxication ou du sevrage. Procédez à une désintoxication et à un traitement fortifiant en association avec des agents cardiaques. Pour le soulagement de l'anxiété, anxiété, troubles du sommeil après la désintoxication antipsychotiques prescrits.

Après l'élimination des phénomènes d'abstinence et l'amélioration de la condition physique, un traitement antialcoolique est mis en œuvre.

Le traitement antialcool est plus efficace au premier stade de l’alcoolisme chronique et moins efficace au troisième stade, qui se caractérise par une dégradation de la personnalité avec la formation de modifications organiques dans le cerveau (encéphalopathie alcoolique). Les mesures préventives jouent un rôle important dans la lutte contre l’alcoolisme chronique: l’identification active des patients alcooliques et des personnes consommant sans distinction des boissons alcoolisées, leur comptabilité et les soins de suivi visant à prévenir le développement du syndrome de dépendance à l’alcool ou à un traitement rapide.

Délire alcoolique de jalousie. Les patients soupçonnent sa femme de trahison, la surveillant, exigent la reconnaissance de l'infidélité conjugale. Dans un état d'intoxication alcoolique, ils deviennent agressifs et peuvent prendre des mesures socialement dangereuses. Sous réserve d'hospitalisation dans un hôpital psychiatrique. Traitement - antipsychotiques: aminazine, triftazine, halopéridol.

L'hallucinose alcoolique se développe sur le fond de l'abstinence, les hallucinations auditives prédominent sans stupéfaction. Le patient entend des voix (deux ou plus) qui le grondent ou le protègent. Il écoute les voix, les traite d'abord sans discernement, les percevant comme réelles. Les patients sont souvent agités, craintifs et sous l'influence d'hallucinations, ils accomplissent diverses actions, parfois dangereuses.

Les patients souffrant d'hallucinose alcoolique aiguë sont placés en urgence dans un hôpital psychiatrique, où ils doivent être sous surveillance permanente. Traitement - désintoxication signifie: unithiol, glucose, lévomépromazine (teasercin), 50–75 mg / jour i / m avec injection simultanée de 2 ml de cordiamine. Après avoir arrêté l'excitation avec ces médicaments, ils prescrivent des neutroleptiques ayant une action anti-glucifiante: halopéridol, triftazine, prescrivent en même temps des vitamines du groupe B et une perfusion intraveineuse de 20 ml de solution de glucose à 40%. Les neuroleptiques sont administrés par voie intramusculaire jusqu'à la disparition des hallucinations, puis par voie orale avec une diminution progressive des doses. Ensuite, mener un traitement anti-alcool.

Dans certains cas, le cours de l'hallucinose devient chronique, les hallucinations peuvent durer des années. Les patients ont une attitude plus critique envers eux. L'hospitalisation est requise.

Traitement - médicaments neuroleptiques: halopéridol par voie orale - 30 mg / jour, triflupéridol - 0,25 mg / jour, avec augmentation progressive de la dose quotidienne à 2–8 mg, triftazine - 60 mg / jour, vitamines.

Delirium tremens (Delirium tremens) se développe avec une consommation excessive d'alcool prolongée ou avec l'abstinence en présence de risques supplémentaires (maladies somatiques, lésions cérébrales, psychogenia, la période postopératoire). Il se caractérise par des troubles du sommeil, une stupéfaction délirante, des effets d'anxiété, de la peur et une stimulation motrice. Troubles somatiques observés, tachycardie, baisse de la pression artérielle, transpiration, dyspepsie, fièvre. La fièvre démoniaque commence par des hallucinations visuelles nocturnes. À mesure que la psychose se développe, les hallucinations deviennent effrayantes et fantastiques. Il se produit une confusion sous forme de délire avec désorientation dans l’environnement tout en maintenant la conscience de sa propre personnalité, avec des hallucinations visuelles d’une nature vivante, parfois effrayante. Accompagné d'un sentiment de peur, des idées parfois délirantes fragmentaires. Les patients sont agités, trop bavards, protégés de leurs "visions". En cas de délire grave, on observe des mouvements non coordonnés.

On trouve souvent des micropsies: les patients voient de petits animaux, de petits vers et de petites personnes. L'évolution de la maladie est aiguë, dure plusieurs jours et se termine soit par un moyen de sortir de l'état pathologique avec des souvenirs incomplets, soit par un effet mortel en présence d'une insuffisance cardiovasculaire grave. Les patients sont soumis à une hospitalisation urgente dans un hôpital psychiatrique et doivent rester au lit sous surveillance permanente.

Traitement: le traitement de la fièvre blanche est réalisé avec une solution de 0,3 à 0,4 g de phénobarbital dans 20 ml d’alcool éthylique et 150 ml d’eau; la solution est administrée une fois, en même temps, on injecte 2 ml de cordiamine SC. En outre, des agents de désintoxication sont utilisés: unithiol - 5 ml de solution à 5% v / m, glucose - 20 ml à 40% v / v, fortes doses de vitamine B1 et B6, acide nicotinique, remèdes pour le coeur. Le lendemain, la lévomépromazine (teasercine) est prescrite à 50 mg / jour v / m (sous contrôle de la pression artérielle) ou à l'halopéridol à 30 mg / jour v / m.

La psychose de Korsakovsky est caractérisée par des troubles de la mémoire et une polynévrite. Se produit le plus souvent après le delirium tremens. Il y a une asthénie profonde avec épuisement sévère, faiblesse. La mémorisation est fortement perturbée tout en préservant le passé. Les patients ne sont pas orientés dans le temps et dans leur environnement et ne sont pas en mesure de rendre compte l'après-midi des événements survenus le matin. La critique de la maladie fait défaut. Le cours de la psychose est long. Traitement - fortes doses d'acide nicotinique, nootropil (piracétam), 0,4 g 3 fois par jour, vitamines B1 et B6, thérapie fortifiante, physiothérapie, physiothérapie.

L'intoxication pathologique est un état mental qui se produit lors de la prise d'alcool dans une condition particulière associée à un changement de situation, une insomnie prolongée, un surmenage, un surmenage émotionnel et une maladie. Peut se développer lorsque vous voyagez dans un avion ou dans un train. Un assombrissement du type de conscience au crépuscule est caractéristique: la perception de l’environnement change soudainement, des illusions de persécution, des hallucinations, la peur apparaissent. Les patients éprouvent de l'excitation avec colère, colère, agressivité. L'absence de trouble de la coordination des mouvements est un trait caractéristique (les patients ne s'échelonnent pas, ils ont une démarche confiante). L'intoxication pathologique commence soudainement, coule brièvement et se termine aussi soudainement dans un sommeil très profond accompagné d'une amnésie (perte de mémoire).

Athérosclérose du cerveau. Maladie hypertensive

Les troubles mentaux de l'athérosclérose des vaisseaux cérébraux sont progressifs. En fonction de l'évolution de la maladie, ils se manifestent dans les périodes suivantes: 1) une période manifeste caractérisée par des syndromes asthéniques, pseudo-névrotiques et psychopathiques;

2) une période de manifestations cliniques prononcées avec anxiété-dépressif, anxiété-hypocondriaque, syndromes anxiété-délirant et confusion aiguë; 3) la période de démence.

Dans la période initiale, l'asthénie est le plus souvent détectée. Les patients ont des performances réduites, une fatigabilité rapide, une difficulté à passer d’un type d’activité à un autre, une difficulté à maîtriser une nouvelle entreprise, une indisposition, une lourdeur et une pression à la tête, des maux de tête, des vertiges. L'asthénie se développe très lentement et a un flux ondulé. La réduction de la mémoire se développe progressivement, il est difficile pour un patient de se rappeler des dates, des noms, des termes. Pendant un certain nombre d’années, les patients s’acquittent de leurs tâches habituelles mais consacrent plus de temps à leur mise en œuvre. Il y a des violations de l'attention, la difficulté dans l'utilisation des réserves de mémoire. À l'avenir, les troubles de la mémoire s'aggravent. Les patients se souviennent à peine et n'apprennent pas de nouvelles connaissances, mais la mémoire du passé est restée intacte pendant longtemps. Le flux ondulant devient progressivement moins prononcé; les troubles mentaux deviennent permanents et manifestent une tendance au développement progressif. La nature des patients est en train de changer: apparition des caractéristiques d’avarice, de grogne, d’acharnement au poil, d’arrogance avec une tendance à s’immiscer dans les affaires des autres.

En deuxième période, au milieu de troubles somatiques et neurologiques croissants, un état d'anxiété-dépression se développe avec une humeur dépressive, des larmoiements, un doute de soi et une anxiété pour la santé. Les patients souffrent de diverses sénestopathies («piquer le visage», «cuire l’arrière de la tête», «les jambes deviennent engourdies», etc.). La fixation hypocondriaque est notée sur les sensations douloureuses somatiques mineures.

Dans la troisième période, l'état de démence (démence) est noté. Les patients bouleversent la mémoire de l'actualité et sont relativement préservés dans le passé. Il y a une démence marquée. Les patients sont impuissants, ils ne peuvent pas se servir eux-mêmes. Les hémorragies cérébrales peuvent avoir pour conséquence une démence postapoplectique, qui se traduit par des troubles profonds de la mémoire, des rires forcés et des pleurs, une impuissance totale avec l'incapacité de se servir et une désorientation amnésique dans les environs. L'épilepsie tardive peut se développer.

Le traitement des troubles mentaux dans l’athérosclérose dépend du tableau clinique. L'état asthénique et névrotique de la première période est réversible. Après traitement de l'athérosclérose, Aminalon, thérapie de renforcement, des tranquillisants sont utilisés. L'invalidité des patients est généralement rétablie. L'observation dynamique dans un dispensaire psychoneurologique est nécessaire pour prévenir la décompensation, qui est généralement associée à un traumatisme mental, à l'alcoolisme et à d'autres facteurs exogènes. Le régime correct, l'alternance de travail réalisable et de repos est nécessaire. Pour le traitement de la dépression, appliquez du pyrazidol, de l'azafène, de l'amitriptyline et de l'imizine (melipramine). Dans les syndromes paranoïaques, la triftazine et l'aminazine sont indiqués. Le traitement de l'épilepsie tardive est effectué avec des médicaments anticonvulsifs. L'invalidité des patients au cours de cette période est généralement perdue. Dans la démence athéroscléreuse, un traitement symptomatique est effectué, les patients ont besoin de soins et d'une surveillance.

Les troubles mentaux de l’hypertension sont difficiles à distinguer de l’athérosclérose. Dans la phase initiale de l'hypertension, un syndrome asthénique se développe également, un affaiblissement de la mémoire est noté - généralement la mémoire du courant, le présent est bouleversé. Des troubles de la conscience peuvent survenir, qui surviennent soudainement, durent de plusieurs heures à plusieurs jours, s’accompagnent d’une forte augmentation de la pression artérielle et disparaissent avec une diminution de l’hypertension. L'obscurcissement de la conscience peut se manifester sous forme de délire avec des hallucinations visuelles lumineuses d'une nature parfois effrayante.

Traitement: en plus des mesures thérapeutiques générales contre la psychose hypertensive, des médicaments psychopharmacologiques peuvent être utilisés: réserpine, aminazine, propazine, thioridazine, halopéridol. L'utilisation de ces outils nécessite une surveillance constante des fluctuations de la pression artérielle afin d'éviter l'apparition d'un collapsus grave et une surveillance constante de l'état neurologique des patients.

Les troubles mentaux peuvent survenir à différents stades d’une maladie infectieuse. En règle générale, à la fin d'une maladie infectieuse, l'asthénie des convalescents est caractérisée par un épuisement accru, une irritabilité et des maux de tête. L'asthénie dure de 1 à 3 semaines. Un traitement fortifiant est recommandé. Dans la période aiguë d'une maladie infectieuse, des patients individuels peuvent développer une confusion sous la forme de délire, moins souvent amentia. Avec le développement du délire, de multiples hallucinations visuelles d'un personnage fantastique ou intimidant apparaissent, les patients sont détachés de leur environnement, ils ne sont pas orientés dans le temps et l'environnement, mais l'orientation dans leur propre personnalité demeure. Les patients ont peur. Amentia s'accompagne d'une confusion profonde, d'un effet de confusion et d'incohérence de la pensée et de la parole. Il y a une désorientation dans l'environnement et le soi. Les patients sont excités, ne répondent pas aux questions. La stupéfaction dure de quelques jours à plusieurs semaines et, après le rétablissement, les patients ne se souviennent plus de la période aiguë de la maladie. Il est nécessaire de surveiller attentivement l'état du patient.

Traitement: Il est recommandé de nommer des hypnotiques, l’insomnie étant un symptôme précoce des troubles mentaux. Pour le soulagement de l'excitation qui se produit pendant la confusion, il est recommandé d'injecter une solution à 25% de sulfate de magnésium - 10 ml / m, une solution à 2,5% d'aminazine - 2 ml / m ou 0,5 ml d'une solution à 0,5% d'halopéridol / m. Procéder à un traitement de désintoxication (perfusion de glucose), à ​​un traitement vitaminique massif, à des injections sous-cutanées de solution de chlorure de sodium isotonique, à une consommation abondante, à un bon apport calorique. Les patients atteints de psychose infectieuse aiguë ne sont pas recommandés pour être transférés dans un hôpital psychiatrique. Ils doivent être laissés dans le service des maladies infectieuses pour le traitement de la maladie sous-jacente, isolés des autres patients, et un poste d'hygiène individuel ouvert 24h / 24 est désigné.

Il s’agit de troubles mentaux résultant de l’exposition à divers facteurs toxiques - poisons industriels, insecticides, champignons empoisonnés, etc. En cas d’intoxication aiguë, la confusion est plus fréquente sous la forme de délire, qui se transforme parfois en fausse couche et en coma. Accompagné d'un certain nombre de troubles somatiques et neurologiques. Avec une intoxication chronique prolongée, réversible, mais avec une évolution prolongée, se développent des syndromes catatoniques dépressifs-paranoïaques, parfois un syndrome d’amnésie (Korsakov). En outre, l'intellect diminue, la mémoire est perturbée et la démence organique augmente progressivement.

Traitement symptomatique, désintoxication, utilisation prudente des antipsychotiques uniquement en cas de psychose prolongée. Hospitalisation des patients, repos au lit, une observation attentive est nécessaire.

La maladie se caractérise par des attaques affectives périodiques (dépression ou manie), suivies par un rétablissement complet de la santé (période ensoleillée). L'étiologie de la maladie n'est pas assez claire, l'importance du fardeau héréditaire, qui repose sur une anomalie constitutionnelle, est jointe. Les facteurs prédisposants comprennent les traumatismes mentaux et les maladies physiques. La maladie survient généralement à l'âge adulte, les femmes sont plus susceptibles de tomber malade.

Dans le tableau clinique de la phase dépressive, le trouble de l'humeur sous forme d'angoisse, ainsi que d'autres modifications de l'activité mentale, occupe la première place. Le syndrome déployé est caractérisé par une inhibition affective, idéelle et motrice. La Tosca est de nature vitale, accompagnée de douleurs au cœur. Les patients sont tristes, n’ont aucun intérêt pour la vie, ils représentent leur avenir sans espoir, l’environnement est perçu de manière lugubre. Pensant lentement, différents contenus dépressifs monotones, tout le stress mental semble lourd. Les patients se plaignent de perte de mémoire. Beaucoup mentent, la motivation pour l'action est réduite, l'expression sur le visage est triste, la parole est calme, monosyllabique. Les patients expriment un non-sens incrédule, se considèrent comme des criminels. Chez certains patients, des pensées et des tendances suicidaires se produisent, l’appétit diminue, le sommeil est perturbé et le poids corporel diminue. Tachycardie marquée, augmentation de la pression artérielle, pupilles larges. On observe des fluctuations quotidiennes de la maladie: le matin, la dépression est plus prononcée que le soir.

Les patients ayant des pensées et des tendances suicidaires sont hospitalisés dans un service de surveillance psychiatrique. Ils doivent être soumis à une surveillance stricte 24 heures sur 24 et leur personnel doit être informé de son état. Leurs affaires doivent être visionnées tous les jours. Les patients doivent prendre leurs médicaments sous la supervision du personnel.

Les phases dépressives peuvent être moins profondes, leur tableau clinique se manifeste dans certains cas par une anxiété, une anxiété motrice.

Peut-être un traitement ambulatoire sous surveillance médicale constante et sous la surveillance de membres de la famille qui surveillent les médicaments du patient, pour une possible détérioration brutale

Phase maniaque - une humeur joyeuse, non motivée, accompagnée de l’accélération des processus intellectuels, de la parole et de la stimulation motrice. Les patients éprouvent une sensation de vitalité extraordinaire, une poussée de force. Ils ont exprimé le désir d'agir, mais ils ne mènent aucune activité jusqu'au bout. Ils sont agités, parfois agités, bavards. Les idées de grandeur qui naissent dans l'état maniaque sont généralement de nature concrète et consistent à exagérer leurs mérites ou leur position. Il y a désinhibition des instincts: les patients sont voraces, sexy, ils manquent de contrôle de leur comportement. Le sommeil est généralement perturbé. Malgré la gourmandise, les patients maigrissent. Les tachycardies, l'augmentation de la pression artérielle dans la phase maniaque sont moins prononcées que dans les cas dépressifs. Les patients en état de manie sont hospitalisés dans un hôpital psychiatrique en raison d'un comportement inapproprié.

Les phases de psychose maniaco-dépressive se terminent par un rétablissement complet de la santé, préservant les caractéristiques individuelles de la personne. Parfois, dans de légers écarts, de légers sautes d'humeur peuvent survenir sans altération significative des performances. Il existe un écoulement de type dépressif dans lequel il n'y a pas de phases maniaques, un type maniaque sans phases dépressives et un type circulaire avec alternance de phases maniaques et dépressives. Les formes bénignes de cette maladie sont appelées cyclotymie.

Le traitement de la phase dépressive est effectué avec des antidépresseurs. Attribuer la mélipramine dans la première moitié de la journée, par voie orale ou dans / m; la lévomépromazine (caféine), le nitrazépam (eunookine) ou le phénazépam sont recommandés pour les troubles du sommeil la nuit. L'amitriptyline est prescrite à une dose de 200 à 400 mg / jour. Lorsqu'un effet thérapeutique est atteint, les doses sont progressivement réduites.

Pyrazidol peut être utilisé en cas de dépression agitée ou hypochondriaque des antidépresseurs. Avec une excitation motrice prononcée, la peur, la sénestopathie, il est recommandé d'utiliser des antipsychotiques à large spectre - aminazine ou lévomépromazine; réduire progressivement la dose de neuroleptiques et augmenter la dose d'antidépresseurs. Le contrôle de la tension artérielle, du bilan sanguin, de l'indice de prothrombine, de la fonction hépatique et de la fonction rénale est nécessaire.

Le traitement de la phase maniaque est réalisé à l'aide d'antipsychotiques à large spectre - chlorpromazine ou théine. Dans le même temps, les correcteurs sont prescrits - cyclodol, pour l'insomnie - neuleptil.

TOXICOMANIE

Toxicomanie - dépendance aux drogues qui provoquent un état d’euphorie, de négligence, modifient l’état mental du toxicomane. Toxicomanie - dépendance à certaines drogues qui modifient l'état mental. La toxicomanie est causée par des drogues, tandis que la toxicomanie est provoquée par des somnifères, des tranquillisants et des psychostimulants.

La toxicomanie et la toxicomanie se caractérisent par la formation d'une triade de syndromes: le syndrome de dépendance à la drogue (dépendance du confort mental et physique à la prise de drogue); une modification de la tolérance avec l'augmentation des doses et une modification de la forme d'intoxication avec un médicament ou des somnifères; l'abstinence et le besoin impérieux d'une drogue, l'activité vitale de l'organisme du toxicomane n'étant normalisée qu'à un certain niveau d'anesthésie.

L'abus de drogues et de somnifères conduit à la dégradation de l'individu: toxicomanes et toxicomanes ont recours à des astuces illégales pour obtenir la drogue dont ils ont besoin. Ils ont diminué leur activité, perdu leur intérêt pour la vie, leur épuisement physique s'installe avec une faiblesse et une impuissance générales. Résistance réduite aux effets indésirables externes. La mortalité des toxicomanes et des toxicomanes est antérieure à l'espérance de vie moyenne d'une personne.

Le tableau clinique et l'évolution de chaque forme de toxicomanie ou de toxicomanie ont leurs propres caractéristiques, qui sont associées à l'activité pharmacologique du médicament, à son pouvoir narcotique.

Le morphinisme est une forme de toxicomanie. La maladie se caractérise par une dépendance rapide et la formation d'un syndrome de dépendance, une tolérance accrue, l'abstinence se produit dans les 2 mois. Le tableau clinique de l'intoxication à la morphine se manifeste par l'apparition rapide de l'euphorie, qui est remplacée par la complaisance, la paix, la relaxation, une sensation de lourdeur dans les membres, des fantasmes oniriques avec détachement de l'environnement. Environ 4 heures plus tard, cet état s'endort, qui dure jusqu'à 3 heures.L'intoxication par la morphine est accompagnée de troubles végétatifs: constriction des pupilles, pâleur et peau sèche, bradycardie, hypotension.

Le traitement du morphinisme est effectué dans les conditions du service de narcologie. Au début, les mesures thérapeutiques visent à mettre fin à l’abstinence. Ensuite, un traitement à l'atropine est effectué. Exercices thérapeutiques recommandés, ergothérapie. Diriger des séances de psychothérapie. L'attraction du médicament chez les patients est progressivement supprimée. Pour éviter la récurrence de la toxicomanie, les patients devraient être hospitalisés pendant une longue période.

L’abus de somnifères (barbituriques) est un exemple de toxicomanie. L'intoxication aiguë par les barbituriques provoque l'euphorie, la conversation, l'agitation, des changements d'humeur rapides, l'agressivité. Une diminution du pouls et une hypotension survient, une dysarthrie, une perturbation de la marche et une coordination des mouvements sont notées. Après 3 heures, il s'endort, après quoi le patient ralentit, ressent de la faiblesse, des maux de tête, des nausées. Cinq à six mois après le début de l'abus de somnifères, un syndrome de dépendance se forme, la tolérance augmente et l'abstinence apparaît, ce qui se produit dans la journée qui suit la dernière prise de somnifères. Son tableau clinique est caractérisé par la malice du patient, la dysphorie, une humeur dépressive, l'insomnie, le manque d'appétit. Au plus fort des symptômes de sevrage, des crises convulsives surviennent parfois et un délire, ressemblant à de l'alcool, se développe. On note des frissons, de la transpiration, des pupilles dilatées, des contractions musculaires des jambes, des tremblements des membres, de la diarrhée, des vomissements, des battements de coeur rapides et une pression artérielle élevée. Durée du retrait jusqu'à 1 mois.

En cas d'abus prolongé d'hypnotiques, l'encéphalopathie d'intoxication se développe avec des modifications organiques de l'état neurologique et de la psyché du patient: lenteur des processus mentaux, diminution des performances, épuisement, troubles de la mémoire, appauvrissement de la pensée et de la parole, et diminution des intérêts. L’apparition du barbituroman indique également une intoxication: un visage pâle et boursouflé avec une teinte sombre, des yeux ternes, des cheveux ternes ("inanimés"), de longues plaies ne cicatrisant pas, avec une résistance réduite aux infections pustuleuses. La barbituromanie est difficilement traitable, malgré le long séjour des patients dans les hôpitaux de traitement pour toxicomanie, les rechutes se produisent rapidement et souvent. Pour soulager les symptômes de sevrage, un traitement de désintoxication est prescrit, le pirroksan. Ensuite, utilisez des médicaments du groupe des nootropes.

La détection précoce de la toxicomanie et de la toxicomanie, l’hospitalisation des patients et le traitement actif à l’hôpital sont importants. Névrose. Cela comprend un groupe de maladies qui sont basées sur des troubles fonctionnels de la psyché temporairement réversibles et dus à la surcharge des principaux processus nerveux - l'excitation et l'inhibition. Les névroses surviennent dans des conditions de longue situation traumatique et sont liées à des psychogènes.

La névrose hystérique se caractérise par une labilité et une suggestibilité accrues, une tendance à imiter, une tendance à fantasmer, un comportement comportant des éléments de théâtralité. Les patients réagissent aux problèmes par des crises convulsives hystériques avec une contraction hystérique de la conscience, en sanglotant, pathétique. Les crises hystériques ne s'accompagnent pas d'une chute soudaine accompagnée d'ecchymoses et de blessures, elles ne surviennent pas lorsque le patient est seul. Les troubles du mouvement sont de nature expressive et correspondent au contenu des expériences du patient. Parfois, la nature des manifestations violentes de changements affectifs. Le patient tombe, agitant ses bras et ses jambes au hasard, les bat au sol, se cambre, crie des mots individuels. La durée d'une crise hystérique varie de quelques minutes à plusieurs heures. Une crise hystérique ne s'accompagne pas d'un trouble prononcé du tonus musculaire, de spasmes des sphincters avec leur relaxation ultérieure et de l'incontinence d'urine et de fèces, les patients maintiennent une réaction pupillaire à la lumière, des réflexes tendineux peuvent être provoqués, ainsi qu'une réaction à une irritation de la douleur, les patients lui Après une crise, les patients ont une mémoire vague.

Trouble de la conscience - une des manifestations de l'hystérie, se produisant également sous l'influence d'un traumatisme mental. La perception de l'environnement est perturbée, déformée. L'atmosphère semble sombre, menaçante, elle reflète la situation traumatique du patient. Les troubles affectifs sont caractérisés par l'anxiété, la peur. Dans le comportement apparaissent des traits de l'enfance, l'impuissance, des éléments de fausse démence. Chez certains patients, des troubles neurologiques se développent: réduction de la sensibilité du type de bas et de gants, tremblement des mains et des pieds, surdité hystérique, aphonie. Il existe des troubles végétatifs - palpitations, essoufflement, réactions vasculaires prononcées. La névrose hystérique se termine après la disparition d'une situation traumatisante mentale.

La neurasthénie résulte de l'épuisement du système nerveux. Il se caractérise par une asthénie, une irritabilité, une faiblesse, une diminution des performances, des troubles du sommeil. Il existe un sentiment subjectif de trouble de la mémoire. Des troubles végétatifs se développent: transpiration excessive, palpitations, essoufflement.

La névrose des états obsessionnels est caractérisée par des peurs, des doutes et des actions obsessionnels, une tendance à l’auto-analyse, le doute de soi, l’indécision, une sensibilité et une vulnérabilité accrues. Les patients peuvent développer des peurs obsessionnelles de contenu hypochondriacal. Parfois, la peur des hauteurs se développe, la peur de se retrouver sous les transports. Souvent, les peurs obsessionnelles sont combinées à des actions obsessionnelles. Les patients sont critiques à l'égard de ces phénomènes, essayant de les surmonter. Le cours de cette névrose est plus long qu'avec la neurasthénie et la névrose hystérique.

La dépression névrotique se manifeste par une humeur dépressive avec un certain ralentissement des réactions psychomotrices et de la pensée, des souvenirs dépressifs monotones, du pessimisme, une immobilité dans une situation traumatique. Accompagné d'une tendance aux larmes, irritabilité, perte d'appétit et troubles du sommeil. Il n'y a pas d'idées délirantes d'auto-blâme, de troubles vitaux, de retard grave d'agitation psychomoteur ou d'agitation, ainsi que de fluctuations quotidiennes de l'état. La dépression névrotique n'atteint pas la profondeur de la psychose, est de nature réversible, survient lorsque la situation traumatique est résolue ou sous l'influence du traitement.

La névrose hypocondriaque se caractérise par une attention accrue portée à leur santé, à leurs sensations, à la peur de la présence d'une maladie incurable. Parfois, cela est dû à des remarques négligentes de la part du médecin ou du personnel médical sur l'état de santé du patient. Accompagné d'anxiété, de troubles du sommeil et de manifestations végétatives, de palpitations, d'une respiration accrue, d'un dysfonctionnement de l'intestin. Il est réversible, comme toutes les névroses.

Dans le traitement de la névrose, il est important d'éliminer autant que possible les situations stressantes ou d'atténuer la réponse du patient à ces situations. L'hospitalisation des patients dans les sanatoriums des hôpitaux psychiatriques est indiquée. Désactiver un patient dans une situation traumatique (problème familial, conflit au travail) a un effet bénéfique. Le régime de traitement, le traitement fortifiant ont également un effet positif sur le patient. L'utilisation de tranquillisants et de psychothérapie est montrée. Les tranquillisants soulagent l'anxiété, réduisent la sensibilité aux stimuli externes, provoquent une sédation et un relâchement musculaire, améliorent le sommeil. Assigné comme traitement, au fil du temps, un tranquillisant est remplacé par un autre afin d'éviter l'accoutumance.

Dans le cadre du soulagement des symptômes névrotiques, une psychothérapie est réalisée: développer la réponse correcte du patient à la situation, faire émerger certains points de vue sur son comportement dans une situation traumatique, changer sa façon de réagir à cette situation; entraînement autogène; psychothérapie de groupe de patients atteints de diverses formes de névrose; l'hypnothérapie.

TUMEURS DU CERVEAU

La clinique dépend de la nature de la tumeur, de la localisation et de la durée de la maladie. Lorsqu'une tumeur maligne (ou métastase), des troubles mentaux apparaissent soudainement, se traduisant par des actions absurdes, des mots incohérents et sans signification. Vient ensuite l’étourdissement qui se transforme en stupeur. Dans les tumeurs bénignes, les troubles mentaux se manifestent d’abord par une hyperesthésie, une fatigue, une diminution graduelle de la mémoire et une difficulté de l’activité intellectuelle, une réaction lente au mal de tête persistant et environnant. Parfois, des crises convulsives et des troubles de la conscience paroxystiques se produisent. Puis les symptômes locaux se rejoignent - troubles psychosensoriels, monotones, hallucinations auditives et visuelles élémentaires, troubles aphasiques et apractiques, syndromes de stupéfaction - étourdissement, développement, coma se développent.

Le traitement est neurochirurgical. Les patients ont besoin de soins spéciaux et d'une surveillance constante.

Oligophrénie (retard mental) -

développement retardé de la psyché et de l'organisme tout entier, caractérisé par un défaut intellectuel. L'étiologie est diverse: le premier groupe est l'oligophrénie, associée à la défaite des cellules génératrices des parents et à l'aberration chromosomique (syndrome de Down, etc.); le deuxième groupe - les oligophrénies associées à des troubles congénitaux de divers types de métabolisme (oligophrénie phénylpyruvique; oligophrénies associées à la galactosémie); le troisième groupe - les oligophrénies, liées à divers facteurs pathogènes intervenant pendant l'accouchement, la grossesse et la petite enfance (incompatibilité des groupes sanguins mère-enfant, syphilis congénitale, traumatisme à la naissance, encéphalite précoce et méningite).

Les manifestations de l’oligophrénie dépendent de la profondeur du défaut intellectuel et des caractéristiques de l’étiologie. En fonction de la gravité du défaut intellectuel, l’oligophrénie est divisée en idiotie, imbécillité et moralité.

L'idiotie est caractérisée par le mode de vie végétatif du patient, par la présence d'instincts. Il n'y a pas de discours. Les patients sont indifférents à tout, réagissent faiblement à leur environnement, ne peuvent ni marcher ni se tenir debout, ne savent pas comment s’habiller; besoin de soins et de surveillance.

L'imbécilité est caractérisée par un défaut intellectuel moins prononcé. Les patients acquièrent un petit nombre d'idées, maîtrisent la parole, mais le vocabulaire est très pauvre. Ils ont une mémoire mécanique. Facilement inspirés, pas suffisamment indépendants, capables de se servir eux-mêmes, répétez volontiers les techniques apprises des types de travail simples. Ils ne sont pas adaptés à la vie autonome, ils ont besoin de tutelle.

La débilité se caractérise par un défaut intellectuel encore moins profond. Les patients sont capables d’apprendre dans des conditions particulières (école pour retardés mentaux, formation individuelle), d’acquérir un certain vocabulaire, mais utilisent des mots de manière mécanique, sans une compréhension suffisante du sens. Les généralisations et les abstractions aux patients sont inaccessibles. Le développement des émotions est insuffisant. Les patients sont suggestibles. S'il existe des conditions particulières, ils peuvent s'adapter à la vie et maîtriser un métier simple.

Les patients peuvent présenter une dysphorie, un trouble de l’impulsion, une agitation psychomotrice. Dans ces conditions, les patients sont hospitalisés dans un hôpital psychiatrique.

Traitement: pour le soulagement de l'excitation, appliquez l'halopéridol, le neuleptil en association avec le cyclodol. Vitamine appliquée, acide glutamique; avec des troubles endocriniens - traitement hormonal, avec des troubles métaboliques - un régime alimentaire spécial. Une éducation et une formation adéquates des déficients mentaux sont essentielles pour leur permettre d'acquérir des compétences professionnelles. Il est conseillé d'associer l'entraînement à l'utilisation de piracétam, à raison de 0,4 g par capsule 1 à 2 fois par jour, en augmentant la dose à 0,4 g 3 fois par jour. Sous l’influence du piracétam, l’activité intellectuelle, la mémoire et l’efficacité augmentent. Dans les cas de désinhibition grave, d’agitation, une association de piracétam et de neuleptila ou de thioridazine est présentée à petites doses. La durée du traitement est de 2 mois, après une pause de deux semaines, le cours est répété.

La maladie est due à une lésion cérébrale provoquée par un spirochète pâle. La période d'incubation après une infection par la syphilis varie de 6 à 30 ans.

Symptômes: au stade initial, la maladie se caractérise par un épuisement accru, une irritabilité, une perte de mémoire et une réduction des émotions. Les patients deviennent non critiques, sans tact. L'efficacité est fortement réduite, la démence est en augmentation. Une personne perd ses qualités individuelles, sa mémoire est fortement réduite, ses patients perdent leurs compétences professionnelles, commettent des actes absurdes. Des troubles neurologiques et somatiques apparaissent, la parole est perturbée et des modifications de l'écriture manuscrite. Apparaît des symptômes neurologiques dispersés - absence de réaction des pupilles à la lumière tout en maintenant l'accommodation, réflexes tendineux inégaux, amymie. Les changements trophiques sont en augmentation: fragilité accrue des os, des vaisseaux, dégénérescence des organes du parenchyme.

Sans traitement, l'évolution de la paralysie progressive est progressive: pendant 2 à 4 ans, les patients décèdent dans un état de démence. Le traitement est effectué dans un hôpital. Les patients ont besoin d'une surveillance et de soins stricts, 24 heures sur 24. Les troubles trophiques, la facilité de formation des escarres nécessitent des soins soigneux de la peau (essuyage de la peau, pose d'une roue en caoutchouc sous le sacrum). Lorsque vous êtes très excité et que vous tenez bien le patient, évitez les fractures osseuses. La nourriture est servie pas chaude (les patients ont une sensibilité réduite à la douleur) et dans une forme écrasée (les patients ne mâchent généralement pas la nourriture, ils peuvent avoir des violations de la déglutition). Pour le traitement d'une maladie, le paludisme est administré au patient pendant trois jours. Le traitement comprend 10 à 12 crises de paludisme. En même temps, l’état somatique de la patiente fait l’objet d’une surveillance étroite: la température est mesurée 4 fois par jour, l’état du système cardiovasculaire, le volume de la rate sont surveillés (sa rupture est possible). Remèdes cardiaques nécessaires, repos au lit strict. Puis le paludisme est arrêté par Akrikhin. En fin de traitement, les antibiotiques sont utilisés aux mêmes doses que dans le traitement de la syphilis. Le traitement par les vaccins antipaludiques aboutit à l’arrêt complet de la paralysie progressive, en règle générale, il n’ya pas de récurrence de la maladie, il ne reste généralement qu’un certain défaut intellectuel. Il est possible de traiter la paralysie progressive avec la pénicilline seule à fortes doses.

TROUBLES MENTAUX DANS LES INFECTIONS DOMESTIQUES (encéphalite, méningite, arachnoïdite, toxoplasmose, etc.)

Dans la période aiguë d'infection intracrânienne, les troubles mentaux se manifestent sous la forme d'une fatigue profonde avec épuisement grave, faiblesse irritable, intolérance à de forts stimuli externes, maux de tête sévères, troubles du sommeil, distraction de l'attention, perte de mémoire. L'état des patients s'aggrave le soir et la nuit. Au plus fort de la maladie, la conscience s’est obscurcie, le délire avec de nombreuses hallucinations visuelles lumineuses, qui peuvent être suivies par l’étourdissement et la nausée.

Les patients ont besoin de supervision et de soins.

PSYCHOSES REACTIFS (PSYCHOGENIQUE)

Ce sont des troubles mentaux temporaires, réversibles, résultant de traumatismes psychiques. Les états réactifs se produisent plus facilement chez les personnalités psychopathes, ainsi que sur la base de maladies infectieuses passées, de blessures à la tête, de maladies vasculaires, de surmenage, d'insomnie prolongée. L'âge du patient peut également être important. Par exemple, les personnes ménopausées sont plus vulnérables aux influences extérieures. Pour la survenue d'une réaction psychogène, la nature de la blessure mentale est importante. Ainsi, les chocs aigus provoquent des réactions autres que des blessures graves à long terme. Les réactions de choc affectif sont plus souvent observées lors de catastrophes de masse (tremblement de terre, incendie, naufrage). Ils se manifestent sous des formes hyperkinétiques et hypokinétiques. La forme hyperkinétique se caractérise par une désorientation dans l'environnement, un vol, des actions sans signification. Sous la forme hypocinétique, le patient, sous l’effet de la peur, devient inamovible, silencieux. Il existe parfois une prétendue paralysie émotionnelle: une personne ne ressent aucune réaction émotionnelle de peur, bien qu'elle comprenne tout ce qui se passe autour de lui et soit consciente du danger. Les réactions de choc affectif sont de courte durée et réversibles, accompagnées de symptômes autonomes et d'une activité cardiovasculaire altérée. L'utilisation de tranquillisants est montrée.

La dépression réactive est une humeur lourde avec une touche d'irritabilité, parfois de méchanceté, un freinage moteur. Le sommeil et l'appétit sont perturbés. La réflexion est centrée sur les événements traumatiques qui ont provoqué la dépression. Les idées ne s’auto-incriminent pas. Les patients montrent la labilité de l'affect, sont en larmes, capricieux, suivent l'attitude des autres autour d'eux.

Jet aigu paranoïaque. Le tableau clinique se compose d’idées délirantes d’attitude et de persécution nées dans le contexte d’une peur exprimée de manière abrupte. Les patients remarquent que les gens dans leurs poches ont un couteau pour les tuer. Il y a des hallucinations (visuelles et auditives). Un paranoïaque peut se produire en prison, alors son contenu reflète la situation traumatique, l’inquiétude pour son destin. Parfois, les paranoïaques se produisent dans un train, un avion. Les patients sont agités, parfois agressifs, sous l’influence de la peur et les hallucinations peuvent avoir un effet inattendu (se précipiter par la fenêtre, etc.).

Hallucinose réactive est rarement observée. Les vraies hallucinations auditives apparaissent dans le tableau clinique. Développé avec privation sensorielle et situation traumatique. Les paranoïdes réactifs et les hallucinoses se manifestent de manière aiguë et sont de courte durée.

Psychose hystérique aiguë. Il y a plus souvent, se manifeste par un petit nombre de syndromes qui peuvent se transformer en un autre.

Le syndrome de Ganzer est un trouble de conscience hystérique au crépuscule, au cours duquel les patients se comportent mal, donnent des réponses ridicules aux questions les plus simples, révèlent leur incapacité à effectuer les actions les plus simples, ne comprennent pas l'objectif des objets du quotidien. La condition est aiguë et se termine dans quelques jours.

Pseudodementia. Il diffère du syndrome de Ganzer par une altération de la conscience moins prononcée et un comportement plus ordonné. Les patients donnent également des réponses incorrectes à des questions simples, font des erreurs lors d’actions simples, mais peuvent faire face à une tâche complexe de manière inattendue. L'expression du visage est stupide, les patients regardent, parfois ils rient, mais l'affect est dépressif. La pseudo-démence peut se manifester de manière aiguë et prendre fin en quelques jours, parfois même pendant des mois.

Le puérilisme se caractérise par des traits prononcés de puérilité dans le comportement, les expressions faciales et la parole du patient, la nature des jugements et les réactions émotionnelles. Le puérilisme a tendance à durer plus longtemps.

Stupeur psychogène - immobilité complète des patients et manque temporaire de parole. Sur le visage, expression de peur, les patients refusent de manger, sont désordonnés. Il y a tachycardie, transpiration excessive. Cette forme de psychose réactive se développe progressivement, tend à se prolonger.

Le traitement des psychoses réactives comprend une gamme d’activités. Tout d'abord, il s'agit d'une hospitalisation d'urgence de patients dans un hôpital psychiatrique, d'une surveillance, de soins, d'une alimentation, de l'utilisation de médicaments psychotropes. Pour l'arrêt des réactions paranoïdes ou des hallucinoses réactives, l'aminazine, l'halopéridol sont utilisés en association avec des correcteurs aux doses thérapeutiques usuelles. Le traitement de la psychose dépressive réactive est effectué avec des antidépresseurs, parfois en association avec des tranquillisants ou des antipsychotiques. Dans le traitement de la psychose hystérique aiguë, il est conseillé d’assigner de la tacitazine, de la frénolone et des correcteurs du comportement - thioridazine, etc.

Ce sont des caractères et des tempéraments pathologiques qui sont apparus sur la base de l'infériorité innée de l'activité nerveuse supérieure et du déséquilibre de son développement. La formation d'une nature pathologique, comme celle d'une nature normale, se produit sous l'influence de l'environnement extérieur et de l'éducation.

La psychopathie asthénique se caractérise par la combinaison d’une capacité d’impression accrue, d’une sensibilité et d’un épuisement mental important. Ces personnes sont caractérisées par un tempérament timide et indécis, deviennent facilement découragées et perdues. Ils sont timides, désireux d’éviter tout ce qui nécessite de la tension, car ils sont insupportables au stress mental et physique prononcé. Ils se plaignent souvent de mauvaises conditions de sommeil, de gêne corporelle, de préoccupations constantes quant à leur santé et de craintes hypocondriaques.

Une psychopathie excitable se manifeste par un décalage entre la sévérité des réactions émotionnelles et la force et la qualité du stimulus. Les psychopathes excitables ne sont pas capables de se retenir, pour une raison insignifiante, ils réagissent par une violente explosion de colère, accompagnée d'abus et de cris. En état d'irritation, les patients peuvent être agressifs.

Psychopathie affective - groupe de psychopathies caractérisées par une augmentation ou une diminution de l'arrière-plan émotionnel. Les patients sont caractérisés par une humeur constamment élevée. Ces personnes sont optimistes, insouciantes, sujettes à divers loisirs. Ils sont sociable, répondent à tous les événements. Énergique, actif, entreprenant. Parfois, une humeur élevée est associée à une irritabilité accrue, une tendance à des accès de colère. Les hypothétiques se caractérisent principalement par un fond d'humeur abaissé. Ces personnes sont pessimistes, souvent insatisfaites d’eux-mêmes, mais réactif, sociable, travaillent bien et se distinguent par une productivité considérable. Souvent sujet aux peurs hypocondriaques.

Les psychopathies anankastiques (psychasthénie) sont caractérisées par une suspicion anxieuse, un doute de soi, une tendance à la formation d'obsessions, qui se développent sous l'influence de la psychogénie, sont plus résistantes que la névrose de l'obsession.

Les psychopathies hystériques sont caractérisées par une émotivité accrue, qui se manifeste par des réactions affectives violentes pour une raison insignifiante. Dans le même temps, les manifestations externes de la réaction ne correspondent pas à la fois à la cause qui l’a provoquée et à la profondeur de l’expérience émotionnelle. Ils créent l'impression d'exagération délibérée de manifestations émotionnelles. Les émotions ne diffèrent pas en profondeur et sont rapidement remplacées par des contraires. Pensant, les actions dépendent en grande partie de l'état émotionnel. Les patients s'efforcent toujours d'être le centre d'attention, de jouer un rôle aux yeux des autres.

Lors de la reconnaissance de psychopathies, il est nécessaire de prendre en compte que les particularités du caractère ne se manifestent pas tant dans les déclarations du patient que dans ses réactions, ses actions et son comportement en général. Par conséquent, lors de l'établissement du diagnostic de psychopathie, il est nécessaire de s'appuyer sur des informations objectives sur le patient. L'absence de progression est la caractéristique diagnostique la plus importante lors de l'établissement d'un diagnostic de psychopathie. Ceci est important pour distinguer les psychopathies des affections psychopathiques pouvant survenir au cours de la période initiale de troubles mentaux progressifs (tels que la schizophrénie) ou à la suite de légers changements organiques de la psyché (sous l’influence de traumatismes, infections et intoxications, pathologies vasculaires et endocriniennes).

Une bonne éducation, l'élimination des traumatismes psychogènes et un emploi adapté aux caractéristiques de la personnalité de la personne sont nécessaires. Parallèlement à la réadaptation sociale, le rôle des médicaments psychotropes en tant que traitement symptomatique dans la décompensation des psychopathies augmente. En cas d'hystérie ou de psychopathie excitables, des médicaments neuroleptiques peuvent être utilisés: chlorpromazine, propazine, triftazine et éthaperazine à des doses thérapeutiques faibles et moyennes. Avec l'amélioration de l'état de la dose peut être réduit, puis annulé. La psychothérapie est d’une grande importance.

INFRACTIONS MENTALES À DES MALADIES DES ORGANES INTERNES

La maladie de Botkin. Les troubles mentaux sont caractérisés par une humeur dépressive, une anxiété et un ralentissement de la pensée. Parfois, la confusion survient avec des hallucinations visuelles et auditives abondantes.

Pellagra. Le tableau clinique de la psychose se manifeste sous la forme d'un état dépressif caractérisé par une agitation anxieuse, un délire nihiliste, une anxiété dans le lit. Les patients mangent mal, ne dorment pas, sont épuisés, ont l'air plus âgés que leur âge. La forme hallucinatoire-paranoïde se caractérise par un afflux d'hallucinations (principalement visuelles), une illusion primitive dont le contenu dépend de l'environnement. Dans les deux formes, il y a des épisodes de stupéfaction (délire et amentia). Dans les cas graves, un psychosyndrome organique présentant des troubles de la mémoire peut se développer.

Tumeurs malignes. Les troubles mentaux se caractérisent initialement par des symptômes d'asthénie, une dépression accompagnée d'une angoisse vis-à-vis de leur santé, un sentiment de désespoir et parfois de pensées suicidaires. Dans le contexte de la cachexie, la psychose se développe avec un tableau clinique dépressif-paranoïde, un délire nihiliste, suivi d'une stupéfaction délirante. La psychose cancéreuse survient parfois après une intervention chirurgicale.

Maladies cardiovasculaires. Les troubles mentaux se développent dans les cas d'insuffisance cardiaque aiguë et chronique. Dans ce contexte, il y a des épisodes de stupéfaction (délire) et un état prolongé de léthargie et d'apathie avec altération de la mémoire. En période de dépression, des pensées et tendances suicidaires apparaissent souvent chez les patients. En cas d'infarctus du myocarde, il se produit parfois une stimulation motrice prononcée accompagnée d'un sentiment de mélancolie, la peur de la mort.

L'urémie. Les changements mentaux se produisent en présence d'une insuffisance rénale aiguë ou chronique et sont dus à l'effet toxique sur le cerveau des produits de dégradation non excrétés. La psychose néphrogénique aiguë survient soudainement et se caractérise par une stupéfaction avec une vive agitation motrice et parfois des convulsions convulsives. Ensuite, un coma peut se développer. La psychose néphrogénique prolongée se développe sur le fond d'une azotémie persistante. Il se caractérise par la léthargie, la dépression, l'apathie, la somnolence et une démence croissante. Le pronostic est défavorable.

Le traitement des troubles mentaux dans les maladies somatiques est identique au traitement des maladies somatiques sur la base duquel elles ont été développées. Le traitement symptomatique comprend un soulagement de l'excitation, l'élimination des troubles hallucinatoires, paranoïaques et dépressifs, des mesures de détoxication, une thérapie vitaminique massive. Les patients atteints de psychose somatogène sont transférés dans les services psychosomatiques des hôpitaux, leur traitement doit être effectué avec la participation d'un médecin généraliste. Nécessaire autour de l'horloge après l'observation.

La neurasthénie syphilitique est une manifestation précoce de la neurosyphilis. Les patients sont fatigués, irritables, ont des maux de tête, un sommeil médiocre et souffrent souvent de douleurs dans différentes parties du corps. Des troubles neurologiques sont détectés - pupilles inégales, manque de réponse des élèves à la lumière, sécurité de la réponse à l'accommodation, réflexes tendineux inégaux. Avec la méningite et la méningo-encéphalite, on observe des symptômes d'irritation des membranes du cerveau, accompagnés de vomissements, de maux de tête et de maux de dos. L'obscurcissement est noté, parfois une paralysie et une parésie des membres se développent. Dans l’étude du liquide céphalo-rachidien, on détermine une réaction de Wasserman positive, une forte augmentation du nombre de cellules et une augmentation de la teneur en protéines.

La forme vasculaire de la syphilis cérébrale se caractérise par une lésion de gros et de petits vaisseaux. Avec la défaite des grands navires développe souvent un accident vasculaire cérébral. Le tableau clinique dépend de la localisation de l'hémorragie et de sa taille. Après un accident vasculaire cérébral, un état de démence peut se développer avec altération de la mémoire, diminution de l'intelligence et larmoiement. Les accidents vasculaires cérébraux chez les patients peuvent être répétés. Lorsque la syphilis des petits vaisseaux cérébraux se développe un état hallucinatoire-paranoïde avec des illusions de persécution et des hallucinations auditives. Il arrive parfois que la syphilis cérébrale se développe de manière épileptiforme et s'accompagne de crises d'épilepsie.

La forme gommeuse se caractérise par des maux de tête persistants, un état de stupeur, une paralysie. En général, le tableau clinique ressemble à une tumeur cérébrale. Dans le liquide céphalo-rachidien augmente la teneur en protéines, le nombre de cellules, branche syphilitique dans la réaction de Lange. La réaction de Wasserman peut être positive ou négative.

Le traitement est effectué à l'hôpital. Traitement combiné - pénicilline et biochoinol.

Ce groupe de psychoses est dû à une atrophie des cellules du cortex cérébral. La maladie survient principalement après 60 ans. Les manifestations cliniques sont caractérisées par une désintégration progressive de la mémoire, une désorientation dans l'environnement. Les patients cessent d'apprendre de nouvelles choses, ne se souviennent plus de l'actualité, ne reconnaissent pas leurs proches. On note le soi-disant «décalage vers le passé»: les patients disent avoir entre 15 et 18 ans, apprendre encore, ils n’ont pas d’enfants, etc. Des confabulations sont souvent observées - des fantasmes fantastiques avec lesquels les patients comblent des lacunes dans la mémoire. Les patients sont généralement agités, leur humeur est morose ou déprimée, voire insouciante. La nuit, les malades ne dorment pas, se promènent dans la pièce, ramassent des objets inutiles, attachent leur lit. Avec une maladie avancée, les patients perdent leurs compétences habituelles, ne peuvent pas s'habiller et utilisent une cuillère pour manger, deviennent négligents, désordonnés. Les patients atteints de démence sénile ont besoin de soins et d'une surveillance constants. Une hospitalisation dans un hôpital psychiatrique est recommandée.

Traitement: en cas d'agitation grave et d'anxiété nocturne, l'aminazine, les somnifères et les préparations à base de brome sont recommandés.

troubles mentaux qui surviennent dans les périodes aiguës, éloignées et tardives après une blessure à la tête Avec commotion cérébrale et contusion, le coma se développe dans la période aiguë. La sortie du coma peut être progressive, en passant par l’étourdissement - pour aboutir à une conscience claire avec une asthénie sévère. Dans certains cas, le coma devient crépuscule ou délire. Les effets à long terme des lésions cérébrales mineures sont caractérisés par des phénomènes cérébraux traumatiques accompagnés de troubles asthéniques (fatigue accrue, faible tolérance aux sons forts, lumière intense), labilité végétative, troubles du sommeil, maux de tête, vertiges. La tolérance à la chaleur, au froid et aux déplacements est faible. Les conséquences les plus graves de blessures plus graves sont l’encéphalopathie avec explosivité, l’agressivité, l’affaiblissement de la mémoire, la paresse, ainsi que l’encéphalopathie avec apathie, bradypsychisme, léthargie, léthargie.

Dans la clinique de diverses variantes de l'encéphalopathie traumatique, on observe souvent une dysphorie caractérisée par une humeur basse avec une insatisfaction envers tout le monde, une intensité, une irritabilité, une explosion de colère. La dysphorie dure plusieurs jours. Sous l'influence de psychogènes, d'abus d'alcool ou de maladies somatiques, il se produit une décompensation de l'encéphalopathie traumatique: les symptômes décrits augmentent, des réactions hystériques prononcées se développent avec des symptômes de puerilism, une pseudo-démence, des troubles de la conscience hystériques. À la fin de la période de lésions cérébrales sur fond d’encéphalopathie traumatique, certains patients peuvent développer une psychose traumatique périodique, dont le déroulement est déterminé par des troubles de la conscience, des automatismes ambulatoires et une excitation épileptiforme. Au crépuscule de la confusion, les patients sont détachés de leur environnement, ils éprouvent des hallucinations visuelles effrayantes, des illusions de persécution, de la peur. Ils sont excités, peuvent être agressifs. Certains patients ont des crises épileptiformes.

scission de la psyché, une maladie mentale que l’on retrouve souvent dans la pratique psychiatrique, évolue progressivement, accroît la déficience émotionnelle et les troubles de la pensée avec une mémoire formellement préservée. Le nom de la maladie était déterminé par le décalage entre la nature des réactions affectives et le contenu de la pensée, ainsi que par la présence dans le tableau clinique de divers syndromes psychopathologiques.

Les troubles du métabolisme endocrinien jouent un rôle important dans l'apparition de la schizophrénie. La plus courante est la théorie de l'auto-intoxication de l'origine de la schizophrénie. La maladie débute à un jeune âge, mais il existe des cas de schizophrénie infantile et tardive (après 40 ans). L’évolution de la schizophrénie peut être continue, intermittente et mixte, c’est-à-dire occuper une position intermédiaire entre les deux premiers types d’écoulement. Dans un certain type d'évolution et en fonction de la gravité de la lésion, des formes de schizophrénie se forment.

Avec un cours continu de schizophrénie, des formes lentes, simples, paranoïaques et une hébéphrénie se forment.

Forme lente de la schizophrénie. Cette forme est caractérisée par des changements de personnalité, l'apparition de caractères psychopathes qui ne sont pas propres à un patient: irritabilité, isolement pathologique, hostilité envers les personnes. L'asthénie psychique se développe avec la léthargie, une baisse de productivité et une sensibilité accrue aux stimuli externes. Les troubles affectifs se forment progressivement sous forme d'humeur basse avec anxiété inutile, ou sous la forme d'un état hypomaniaque avec désinhibition des fringales, de l'agitation. Il y a des violations de la pensée, de la paralogie, une tendance à la raison, à la minutie et à l'incapacité de distinguer l'essentiel. Dans le contexte de ces changements, certains patients développent des obsessions et des phobies de nature non naturelle: une pensée obsessionnelle pour étrangler leur enfant, pour leur arracher les yeux, une peur obsédante de la mort en bonne condition physique, la peur d’être infectée par la syphilis. Il y a souvent des sensations inhabituelles - une sénesthopathie (les patients ressentent le mouvement des circonvolutions du cerveau, des microbes rampants sur la peau, une déchirure des muscles des os).

Une forme simple de schizophrénie. Au premier plan se trouvent de graves changements de personnalité: grossièreté émotionnelle, indifférence à tout, apathie, isolement pathologique, désinhibition de pulsions de nature non naturelle (désir de se blesser, perversions sexuelles). La pensée des patients est incohérente, improductive, avec une sagesse stérile. Il existe des idées délirantes rudimentaires sur une relation (le plus souvent les patients sont hostiles à leurs parents). Les patients sont inactifs, inutilisables.

La forme paranoïaque de la schizophrénie est caractérisée par la prédominance des délires et des hallucinations. Cela commence par la formation d'une illusion systématisée (persécution, jalousie, invention, délire d'amour) ou par les symptômes caractéristiques de la schizophrénie lente, mais par le développement ultérieur plus distinct de symptômes délirants. Le tableau clinique est déterminé par l’illusion systématisée de persécution (il semble à un patient qu’un groupe d’individus ou une organisation le poursuit constamment), d’impact physique, d’empoisonnement, de développement d’hallucinations auditives, olfactives et tactiles, ainsi qu’une violation prononcée de la pensée sous la forme du syndrome d’automatisme mental de Kandambi - Klerambo que leurs pensées et leur humeur sont connues de tous ceux qui les entourent et ne dépendent pas de leur volonté. Les patients prennent leur retraite, évitent la société, s'enfuient de chez eux, fuient la persécution, écrivent des plaintes au sujet d'ennemis imaginaires, peuvent être agressifs. Il est possible de refuser d'écrire en raison d'idées délirantes d'empoisonnement ou d'olfaction («la nourriture a l'odeur d'un homme mort») et auditive («la voix» interdit de manger) des hallucinations.

La forme catatonique de la schizophrénie est déterminée principalement par une déficience motrice. La période initiale dans sa clinique est une combinaison de symptômes de formes schizophrènes paresseuses, simples et paranoïaques. Dans le contexte de ces troubles, un syndrome catatonique se développe en quelques années - l’excitation alterne soit avec une stupeur (immobilité du patient), soit l’état n’est déterminé que par une stupeur. Pendant l'excitation, les patients essaient de courir quelque part, attaquent soudainement (impulsivement) les autres, résistent à la rétention, ne répondent pas aux questions. Dans un état de stupeur, ils sont immobiles dans le lit, les yeux fermés, prennent souvent une position intra-utérine, gèlent dans une position donnée. Une tentative de changer la posture du patient provoque une vive opposition. Les patients refusent de manger, résistent à l’alimentation et aux soins. Des troubles végétatifs apparaissent - sensation de gras sur le visage, transpiration excessive. La conscience est généralement sauvée.

L'hébéphrénie est la forme actuelle la plus violente et la plus maligne. Après une courte période initiale d'une forme simple, une psychose survient, caractérisée par un changement kaléidoscopique des éléments de base des troubles paranoïdes et catatoniques décrits ci-dessus, accompagné d'une agitation psychomotrice stupide. En 2 à 4 ans, une démence apathique se développe.

SCHIZOPHRENIE PERIODIQUEMENT ACTUELLE

Avec une schizophrénie périodique (paroxystique), il se forme une forme circulaire, schizophrénique dépressive-paranoïde et une catatonie one-ayroid.

La forme circulaire de la schizophrénie est caractérisée par le développement de crises psychotiques affectives (dépressives et maniaques), entrecoupées d'états de rémission - un état de santé satisfaisant accompagné de manifestations rudimentaires de la maladie. Les crises dépressives sont de nature atypique, la mélancolie n’est pas toujours accompagnée d’une inhibition idéelle et motrice comme dans la psychose maniaco-dépressive. Développent souvent des symptômes d'excitation motrice accompagnés d'un afflux de pensées, de phénomènes individuels d'automatisme mental, d'idées délirantes de la relation. Dans les crises maniaques, apparaissent souvent des troubles catatoniques rudimentaires (sous forme d'éveil), des absurdités fantastiques, des accélérations brusques des processus associatifs, atteignant parfois des pensées incohérentes. Les attaques de schizophrénie circulaire surviennent de manière irrégulière et peuvent alterner avec d'autres formes de schizophrénie courante par intermittence.

Forme paranoïde dépressive. L'attaque commence par des symptômes caractéristiques de la schizophrénie circulaire. Les patients sont agités, leur humeur est déprimante, la peur et l'attente de la mort sont prononcées. Les patients ne sont pas orientés dans une situation, ils ne reconnaissent pas leurs proches, ils sont confondus avec des nuls. Diverses formes de non-sens fragmentaires non systématiques sont développées - impacts, relations, dramatisation. Il semble aux patients que certaines scènes sont jouées, une pénalité est en préparation. Parfois, la stupéfaction onirique se produit.

Catatonie onirique. La conscience est assombrie et remplie de sottises fantastiques, combinées à la perception illusoire bizarre de l'environnement. Le patient perd conscience de son moi et participe à des rêves fantastiques. Après avoir quitté l'état aigu, il reste des souvenirs fragmentaires de l'attaque subie.

Une forme de schizophrénie fébrile, ou hypertoxique, est rare et s'accompagne de fièvre, de symptômes de toxicose, de bleus et d'un épuisement croissant. L'état mental est déterminé par la stupéfaction et l'excitation catatonique avec le refus persistant de manger. La mort est possible.

Le cours de la schizophrénie est pérenne. Dans les formes de schizophrénie qui se poursuivent continuellement, on observe principalement des rémissions thérapeutiques - superficielles et non durables. Gebefrenia est généralement résistant à de nombreux types de traitement actif, la rémission thérapeutique est de courte durée. Périodiquement, la schizophrénie actuelle a un pronostic plus favorable: des rémissions spontanées et thérapeutiques à long terme sont possibles (récupération incomplète avec les symptômes des périodes aiguës).

Le traitement des crises aiguës et des exacerbations de schizophrénie est effectué plus souvent dans un hôpital psychiatrique, moins souvent - dans un hôpital de jour et en clinique externe. Il est nécessaire de combiner des méthodes de traitement psychotropes actives avec une ergothérapie. Avec la schizophrénie continue pendant la période d'exacerbation, l'aminazine, la triftazine, l'halopéridol et d'autres médicaments antipsychotiques sont indiqués. Si des troubles dépressifs apparaissent, les antidépresseurs sont recommandés.

Dans le traitement de la schizophrénie récurrente, une association d'antipsychotiques et d'antidépresseurs est indiquée. Lors du traitement par neuroleptiques, une dépression peut survenir lors de tentatives de suicide, une surdose d'antidépresseurs exacerbe le délire et les hallucinations. Les patients doivent donc être placés sous surveillance stricte. Dans le traitement des médicaments psychotropes, des complications telles que la jaunisse toxique, la leucopénie, la granulocytopénie, le parkinsonisme, l'orthostatisme peuvent être observées. Pour éviter ces complications, il faut éviter une surdose de médicaments, une thérapie vitaminique massive, en particulier du B6, des correcteurs correcteurs - Romparkin, Cyclodol, etc. Le traitement neuroleptique doit être effectué sur rendez-vous systématique de remèdes cardiaques, tension artérielle, urine et rénale et indice de prothrombine. Les patients atteints de schizophrénie dans un état d'excitation nécessitent toujours une attention particulière des médecins et du personnel médical et doivent être placés sous une surveillance stricte afin d'éviter tout dommage à eux-mêmes ou à autrui. Ils sont nourris car, dans cet état d'excitation, les patients ne peuvent pas mastiquer, mais les avaler en grandes portions ou complètement. renonce. Un état d'excitation prolongé conduit à l'épuisement physique. Les patients reçoivent donc des mesures de restauration générales et en organisent une surveillance somatique approfondie. Il est nécessaire de surveiller l'activité du système cardiovasculaire et de le corriger avec l'utilisation d'agents cardiaques, d'appliquer toutes les mesures thérapeutiques pour soulager l'éveil et en réduire la durée.

maladie mentale avec troubles paroxystiques, évolution progressive et changements progressifs de la personnalité. L'épilepsie est basée sur des modifications organiques du cerveau. Le tableau clinique est caractérisé par des paroxysmes convulsifs et non convulsifs, des modifications de la personnalité épileptique, ainsi que par une psychose aiguë ou chronique. Le nombre de paroxysmes convulsifs est constitué par de grandes et de petites crises convulsives. Une crise convulsive importante commence par une perte de conscience due à la foudre, des crampes musculaires toniques et la chute du corps. La respiration s'arrête en même temps, il y a une cyanose aiguë. La phase tonique dure quelques secondes, puis des convulsions cloniques surviennent avec des contractions rythmiques de tout le corps. Pendant la phase clonique, l'urine et les matières fécales sont excrétées involontairement, la sécrétion des glandes salivaires augmente et la mousse perd de la bouche. Après 1 à 2 minutes, les convulsions cloniques cessent, la respiration est progressivement restaurée. Le patient reste dans le coma avec une aréflexie complète, les pupilles ne réagissent pas à la lumière. Peu à peu, le coma se transforme en stupeur, les réflexes sont restaurés et le sommeil commence à durer plusieurs heures. Après une crise et un sommeil réparateur, le patient se sent fatigué par des troubles asthéniques. Le développement d’une crise épileptique est souvent précédé d’une aura - stupéfaction, accompagnée d’atteintes végétatives, moins souvent motrices, de senesthopathie massive, d’hallucinations visuelles.

Une petite crise convulsive se caractérise par une perte de conscience soudaine, la présence de convulsions rudimentaires et s'accompagne parfois d'une chute.

Des paroxysmes non convulsifs se produisent avec la stupéfaction, le détachement du patient de son environnement, la présence d’hallucinations visuelles lumineuses, des délires, des affects de peur, mais en préservant des actions automatisées ou une agitation psychomotrice soudaine, parfois dangereuse pour les autres. La ternissure se termine soudainement, souvent dans un sommeil critique.

La dysphorie se manifeste le plus souvent en des paroxysmes non convulsifs sans stupéfaction: les patients acquièrent soudainement une humeur mélancolique et en colère, accompagnée de tendances agressives, parfois avec suspicion, parfois avec une soif d'alcool, un incendie criminel. Les paroxysmes non convulsifs comprennent l'aphasie transitoire, la narcolepsie (somnolence soudaine et irrésistible) et la cataplexie. Cette dernière survient en relation avec des expériences affectives, chez des patients présentant un tonus musculaire soudainement réduit et des patients chutant. Le tonus musculaire est également restauré soudainement, après quelques instants. Les paroxysmes peuvent survenir à différentes fréquences et à différents intervalles.

Les changements mentaux épileptiques sont caractérisés par la rigidité, la viscosité, la lenteur des processus mentaux. Les patients ont une réflexion approfondie, mais ils sont raides - les patients ne peuvent pas séparer le plus important du secondaire, ils ne changent guère de sujet. Les mouvements sont lents, lourds. Avec l'épilepsie précoce, en plus du phénomène décrit, l'infantilisme présente des caractéristiques infantiles.

L'épilepsie commence dans l'enfance ou à un jeune âge, mais il existe également des cas d'épilepsie dite tardive. Dans certains cas, l'épilepsie survient presque sans troubles paroxystiques (1 à 2 crises pendant toute la maladie) et se traduit par des modifications mentales progressives de type épileptique, augmentant la démence épileptique (cette forme de la maladie est appelée épilepsie mentale).

Traitement: le traitement repose sur l'utilisation d'anti-convulsifs, en tenant compte de la nature et de la fréquence des paroxysmes. Pour les crises convulsives importantes, un mélange de Sereysky ou de pagluférol est présenté. Dans certains cas, prescrire du phénobarbital ou du benzonal, ainsi que du chloracon. L'utilisation systématique et à long terme de médicaments anticonvulsifs est nécessaire. L'arrêt soudain de médicaments peut entraîner une forte augmentation des crises et un état de mal épileptique: crises convulsives fréquentes, dans les intervalles entre le crépuscule et l'état comateux. Ce statut peut durer de quelques heures à plusieurs jours, il représente une menace pour la vie du patient en raison d’une altération de la respiration et de la circulation sanguine. Le patient a besoin d'une surveillance médicale individuelle, la sortie de l'état s'accompagnant souvent d'un état de conscience au crépuscule au cours duquel le patient peut prendre des mesures dangereuses.

En plus du traitement anticonvulsivant, les patients atteints d'épilepsie ont besoin d'un traitement par régime. Alimentation laitière et végétale recommandée, limitant la quantité de liquide, sel. Les patients doivent s'abstenir de boire de l'alcool. Il est interdit de travailler sur des véhicules, des machines en mouvement, dans des ateliers chauds, en hauteur, etc.

La maladie d'Addison se caractérise par une asthénie accompagnée de léthargie, d'aspathanalisme, de troubles de l'humeur (dépression), parfois cédée à l'euphorie. Pendant longtemps, suivi par la dissidence intellectuelle. Dans le contexte de ces changements dans le tableau clinique d'une crise addisonique, une psychose peut survenir avec stupéfaction, agitation, convulsions épileptiformes et hallucinose aiguë (hallucinations visuelles et tactiles).

L'acromégalie est caractérisée par une dysphorie persistante avec irritabilité, mécontentement, aversion pour les personnes, égocentrisme.

La thyrotoxicose est accompagnée d’asthénie avec hyperesthésie, épuisement, instabilité de l’humeur et irritabilité accrue. Le rythme des processus mentaux est accéléré.

Après la strumectomie, un délire se développe parfois.

Le diabète sucré est accompagné d'asthénie et de labilité affective. Pendant le coma diabétique - une confusion profonde.

Itsenko - maladie de Cushing. Symptômes: dans la période initiale de la maladie - léthargie, asthénie, dynamisme, basse humeur. Des crises épileptiformes surviennent souvent. Avec un long cours de la maladie, l'hypertension se joint. Les changements mentaux à ce stade sont caractérisés par une combinaison de symptômes dépressifs-hypochondriacaux (angoisse, pensées suicidaires, sensations désagréables, inhabituelles) avec les symptômes caractéristiques de l'hypertension. La psychose exogène aiguë se produit sur fond de crise hypertensive. Au fur et à mesure que la maladie progresse chez les patients, les fonctions intellectuelles et ménagères sont perturbées et la critique de la maladie diminue.

Le myxoedème est caractérisé par un ralentissement des processus mentaux, l'apathie. Il y a des vertiges, des frissons, une sensation de rampement sur la peau. Avec l'apparition précoce de la maladie, le développement mental et physique est retardé.

Traitement: médicaments psychotropes en association avec le traitement de maladies du système endocrinien.

la méthode d’influence de la parole du médecin (personnel médical) sur le psychisme du patient à des fins thérapeutiques. Il existe plusieurs méthodes de psychothérapie: traitement par suggestion à l’état de veille ou à l’état hypnotique; psychothérapie rationnelle ou explicative; entraînement autogène; psychothérapie collective; psychothérapie analytique; psychothérapie causale.

La psychothérapie est utilisée en association avec d'autres méthodes de traitement et indépendamment. Dans ce dernier cas, il est utilisé pour traiter la névrose. Chez les patients atteints de psychoses, les principales méthodes de traitement sont biologiques (psychopharmacologie, insulinothérapie, etc.). La psychopharmacologie a élargi le champ d'application de la psychothérapie dans le traitement de la psychose: le soulagement rapide de l'agitation psychomotrice, l'élimination des syndromes hallucinatoires délirants et la normalisation de l'humeur permettent d'appliquer des méthodes psychothérapeutiques dans les premières étapes du traitement de la psychose.

Le rôle de la psychothérapie dans la période de retour du patient dans le cercle familial et au travail, c'est-à-dire pendant la période de convalescence et de réadaptation sociale, augmente particulièrement.

La psychothérapie est effectuée dans un hôpital psychiatrique, un hôpital de jour et une clinique ambulatoire. La tâche consiste à désactiver les expériences douloureuses chez un patient, à modifier ses jugements incorrects, à créer un stéréotype de réponse et d’attitudes et à faciliter l’adaptation aux conditions extérieures. La psychothérapie est effectuée par un psychiatre, mais dans le travail psychothérapeutique, le personnel médical joue un rôle important, son activité visant à organiser un schéma thérapeutique pour les patients. Le personnel médical doit avoir une certaine activité pour établir le contact avec le malade mental et la conversation ne doit pas se limiter aux problèmes de santé, il est nécessaire d’attirer l’attention du patient sur ses affaires domestiques, ses intérêts, son travail, etc.

L’objectif de la médecine de réadaptation est de restaurer la force mentale et physique d’une personne ayant subi une maladie mentale à un niveau de contrôle, c’est-à-dire la capacité de mener une vie et un travail normaux. Les mesures de réadaptation sociale constituent une partie importante du traitement de la maladie mentale et sont appliquées à la fois en consultation externe et dans un hôpital psychiatrique. Dans la période aiguë de maladie mentale, lorsque même une charge émotionnelle et une charge de travail normales peuvent entraîner une augmentation des modifications pathologiques, le patient a besoin de repos mental et physique - un régime médical et de protection mis en place le plus souvent à l'hôpital. Avec l’amélioration de l’état sous l’influence d’un traitement actif, le régime de traitement et de protection du patient est remplacé par un traitement activant le traitement. Avec le mode d’activation, associé à la thérapie active, des impacts socio-psychologiques sont recommandés: encourager le self-service, stimuler une attitude active à l’égard de la vie du département en participant à des activités collectives d’ergothérapie et de divertissement culturel. À l'avenir, une augmentation progressive de la charge de travail du patient est recommandée.

Les mesures de réadaptation visent à rétablir l'attitude positive du patient à l'égard de la famille, de la société, de la vie et à prévenir la formation d'un défaut mental associé à la tendance du patient à s'isoler. La poursuite du traitement actif du patient entraîne une compensation de son état mental, ce qui permet au patient de garder les manifestations résiduelles de la maladie sous le contrôle de ses propres efforts. À ce stade, une stimulation globale de l'activité sociale du patient est nécessaire. Les mesures de réadaptation ont pour but de rétablir les liens sociaux des patients perturbés par la maladie.

Dans la mise en œuvre de la réadaptation sociale, le personnel médical joue un rôle important. Il contrôle la mise en œuvre systématique de la réadaptation par le patient avec une charge de travail croissante, en tenant compte des inclinations individuelles du patient et de ses intérêts. La réadaptation sociale en ambulatoire permet au patient de retrouver son emploi précédent ou crée les conditions d'un emploi rationnel, tout en contribuant à la formation d'intérêts humains normaux chez les patients, à une utilisation appropriée du temps.

En Savoir Plus Sur La Schizophrénie