La respiration est une fonction physiologique importante qui maintient la constance de l'environnement interne du corps. Des difficultés respiratoires ne sont pas toujours un signe de pathologie, mais dans tous les cas, le patient ressent une gêne considérable.

Les raisons peuvent être physiologiques (normales, comme compensation dans des conditions de demande accrue en oxygène du corps) et pathologiques - dans le contexte de maladies de divers organes et systèmes.

Causes de se sentir à court d'air

Des difficultés respiratoires peuvent survenir normalement. Par exemple, une personne qui mène une vie sédentaire ne pratique pas de sport avec un effort physique accru. La dyspnée peut également survenir dans les hautes terres en raison de la réduction de la teneur en oxygène de l'atmosphère.

Mais souvent, le sentiment de manque d'air lors de la respiration est une conséquence de maladies graves et nécessite une intervention médicale.

Troubles respiratoires

Des difficultés respiratoires peuvent survenir non seulement dans les maladies du système pulmonaire mais résultent souvent d'une pathologie du système circulatoire, du tube digestif, du système endocrinien et du système nerveux, de maladies systémiques et oncologiques, de lésions de la poitrine.

Vous parler des plus communs.

Emphysème État pathologique dans lequel la "légèreté" du tissu pulmonaire augmente. Cela se produit dans le contexte de l'expansion des alvéoles pulmonaires et de la destruction des parois alvéolaires. Les poumons débordent d’air et développent des sur-étirements du tissu pulmonaire, ce qui entraîne l’apparition de kystes dans l’air. La lumière grossit et ne peut remplir pleinement ses fonctions. Les causes de l'emphysème sont le plus souvent des maladies chroniques du système respiratoire: bronchite obstructive chronique, asthme bronchique, maladies inflammatoires des bronches et des poumons, lésions toxiques.
Le symptôme principal est l'essoufflement avec une difficulté prédominante à l'expiration. La dyspnée augmente progressivement: elle survient tout d'abord pendant l'effort physique, puis au repos. La cyanose de la peau se développe, mais lors de crises de toux, la peau du visage devient rose. Le patient acquiert une apparence caractéristique: la poitrine se dilate - la poitrine en forme de tonneau, lorsque vous expirez et toussez, vous ressentez un gonflement des veines du cou, tout en inspirant la contraction des espaces intercostaux. En outre, les patients perdent souvent du poids de manière significative.

Asthme bronchique. Maladie chronique des voies respiratoires, qui est basée sur le processus inflammatoire avec le développement d'une violation de la perméabilité bronchique. Le symptôme sous-jacent est des difficultés respiratoires, avec une difficulté expiratoire marquée. Les crises d'asthme peuvent être déclenchées par divers facteurs: activité physique, contact avec des allergènes, stress. Souvent accompagné d'une toux sèche ou de crachats, respiration sifflante lointaine - respiration sifflante, qui peut être entendue à distance

Pneumothorax spontané. Il s'agit d'une pathologie dans laquelle de l'air s'accumule entre les feuilles de la plèvre, non associée à des lésions de la poitrine et des poumons causées par une blessure. Cela peut être une complication de maladies telles que l'emphysème, les abcès et la gangrène pulmonaire, la tuberculose. Peut-être le développement d'un pneumothorax en vol, une immersion profonde dans l'eau due à une chute de pression brutale. La difficulté à respirer se développe soudainement. L'essoufflement peut être plus ou moins grave. Accompagné de douleurs aiguës dans la poitrine du côté affecté. La douleur peut se propager au cou, au bras, également du côté affecté. Les patients ont souvent peur de la mort. Apparaît des sueurs froides, cyanose de la peau. Le patient est assis. Expansion marquée de la poitrine et des espaces intercostaux. Souvent, la douleur et l'essoufflement après quelques heures deviennent moins intenses.

Œdème pulmonaire (insuffisance ventriculaire gauche aiguë). Une condition dans laquelle les poumons deviennent pleins de liquide et ne peuvent plus remplir leurs fonctions. Le fluide des capillaires pulmonaires pénètre dans les alvéoles pulmonaires et les remplit. Cela peut se produire avec une augmentation de la pression hydrostatique dans les vaisseaux, ce qui entraîne la libération de fluide dans l’espace intercellulaire ou des dommages aux parois des capillaires et des alvéoles pulmonaires (souvent dans le contexte d’une exposition à des substances toxiques). Les causes les plus courantes sont les maladies du système cardiovasculaire (infarctus aigu du myocarde, hypertension, malformations cardiaques), du système respiratoire (PE, asthme bronchique sévère, pleurésie exsudative), les maladies d'autres organes et systèmes: cirrhose du foie, insuffisance rénale, jeûne, infection, blessures à la poitrine, intoxication par des agents toxiques.
Cela commence très souvent, souvent la nuit. Suffocation aiguë, toux sèche, pâleur, puis cyanose de la peau, sueurs froides, extrémités froides. Respiration, pouls. Le patient est dans une position forcée du corps: assis, les jambes baissées. Avec la progression de l'œdème, un "gargouillis" apparaît dans la poitrine, une toux avec des expectorations mousseuses roses.

Embolie pulmonaire (embolie pulmonaire). Blocage aigu de l'artère pulmonaire ou de ses branches avec un caillot sanguin. Le thrombus se forme le plus souvent dans les veines des jambes, dans le système de la veine cave inférieure ou dans le cœur droit avec les maladies appropriées. Une embolie pulmonaire peut également se développer sur le fond de la septicémie, le cancer et les blessures. Elle se caractérise par l'apparition de douleurs thoraciques aiguës, le plus souvent derrière le sternum. Le syndrome de la douleur thoracique peut être diffus, parfois dans l'hypochondre droit, en fonction de la localisation du thrombus. Essoufflement de gravité variable: la fréquence des mouvements respiratoires augmente à 24 - 72 par minute. Un symptôme caractéristique est une toux avec une séparation des expectorations sanglantes et maigres, accompagnée de douleurs à la poitrine. En cas d'embolie pulmonaire massive, on observe une baisse de la pression artérielle, une augmentation de la fréquence cardiaque, un gonflement des veines du cou, des pulsations anormales dans le haut de l'abdomen (épigastrique). L'embolie pulmonaire est souvent compliquée par un œdème pulmonaire.

Insuffisance cardiaque chronique (CHF). État caractérisé par l'incapacité du système cardiovasculaire à fournir de manière adéquate de l'oxygène et du sang aux tissus et aux organes. L'ICC est une conséquence de diverses maladies: athérosclérose, hypertension, myocardite, malformations cardiaques, pathologie endocrinienne, maladies du tissu conjonctif, lésions cardiaques toxiques. La base est une réduction de la contractilité du cœur. Les manifestations initiales sont l'essoufflement (essoufflement lors de la respiration), le rythme cardiaque rapide, la faiblesse, la fatigue. Au début de la maladie, ces symptômes apparaissent pendant l'exercice, au fur et à mesure que la maladie progresse, que la résistance à la charge diminue progressivement et que les plaintes peuvent déranger le patient au repos, les oedèmes sont caractéristiques - d'abord dans les jambes et les pieds, et en cas d'insuffisance grave, le liquide s'accumule dans les cavités abdominale et pleurale., dans la cavité péricardique. La quantité d'urine excrétée diminue, les douleurs dans l'hypochondre droit dérangent. La peau est cyanotique. Souvent réduit l'appétit, les nausées, souvent les vomissements. Les patients sont irritables, déprimés, fatigués rapidement et dorment mal.

Dystonie neurocirculatoire. Maladie fonctionnelle et structurelle chronique, qui peut s'accompagner de nombreuses plaintes, mais aucune pathologie organique n'est détectée au cours de l'examen. Les raisons peuvent être différentes: stress aigu et chronique, déséquilibre hormonal (pendant l'ajustement hormonal, pendant la grossesse), fatigue, conditions socio-économiques défavorables, traits de personnalité. Les patients se plaignent souvent du sentiment de difficulté à respirer, même avec une respiration profonde n'est pas assez d'air. Les patients ont souvent peur d'étouffer. Un symptôme caractéristique est la douleur dans la région du cœur. La douleur peut être de nature et d'intensité différentes, mais sa localisation peut également varier. Palpitations souvent marquées, vertiges, anxiété. Les patients remarquent une faiblesse, de la fatigue, une diminution des performances. Chaleur et froid médiocres, changements brusques du temps. En règle générale, au cours de l'examen, aucun changement majeur n'est détecté, sous réserve de l'absence de pathologie concomitante.

L'anémie Maladie dans laquelle la quantité d'hémoglobine par unité de volume de sang diminue. Les causes de l'anémie sont variées: apport insuffisant de fer dans le corps humain, destruction des globules rouges sous l'influence de divers facteurs (infection, intoxication par un agent toxique, pathologie héréditaire), perte de sang, altération de la formation de globules sanguins dans la moelle osseuse. Un signe fréquent d'anémie est l'essoufflement à l'effort, une douleur douloureuse dans la région du cœur. Les patients souffrent de faiblesse, de fatigue et souvent de vertiges et d'acouphènes. La peau est pâle, parfois ictérique. Il y a violation de l'odorat, du goût, de l'appétit - les malades veulent manger de la craie, de la poudre pour les dents. Chez ces patients, on note une sécheresse et des cheveux cassants, une desquamation de la peau, des ongles cassants.

L'hyperthyroïdie. Maladie thyroïdienne, qui augmente la production d'hormones thyroïdiennes. Les hormones thyroïdiennes ont une incidence sur le maintien d'un métabolisme normal. Leur excès entraîne une accélération des processus métaboliques, augmentant respectivement le besoin et l'absorption d'oxygène par les tissus et les organes. Cela provoque l'apparition de symptômes: augmentation de la fréquence cardiaque, souvent des arythmies, souvent une augmentation de la pression artérielle, essoufflement en raison d'incohérences dans la demande en oxygène et dans sa consommation. Les patients peuvent être dérangés par la douleur dans la région cardiaque, la sensation de chaleur, la transpiration. Il y a une perte de poids avec un apport suffisant de nutriments.

L'hypothyroïdie. Maladie thyroïdienne, due à une diminution de la production d'hormones thyroïdiennes. Dans ce cas, il y a des signes de diminution du niveau de métabolisme. Les patients remarquent une faiblesse, une diminution des performances, une sensation de froid constante. La fréquence cardiaque est également réduite. Un symptôme caractéristique est le myxoedème - gonflement des tissus gluants. Les patients font face à un gonflement, à une respiration nasale difficile et à une perte auditive due à un gonflement des muqueuses. Essoufflement en marchant et des mouvements soudains se développent souvent. Préoccupé par la douleur dans le coeur. La fréquence cardiaque et la pression artérielle sont réduites. Le surpoids apparaît. Les patients ont tendance à la constipation, à la flatulence. Les femmes développent souvent des irrégularités menstruelles.

En outre, la dyspnée peut être perturbée par l'obésité, les malformations cardiaques, l'infarctus du myocarde, les rhumatismes, les troubles du rythme cardiaque aigu, les maladies du tissu conjonctif accompagnées de lésions pulmonaires - lupus érythémateux disséminé, la sarcoidose, le syndrome de Goodpasture, la sclérodermie systémique.

Des troubles respiratoires surviennent parfois lors de maladies du système nerveux central: méningite, encéphalite, accident vasculaire cérébral aigu (AVC).

Certaines maladies du tractus gastro-intestinal peuvent être accompagnées d'une sensation de difficulté à respirer: oesophagite par reflux, cholécystite, colite, hépatite, cirrhose du foie. La dyspnée est un symptôme assez commun des néoplasmes des bronches, des poumons, du larynx, de l'œsophage, de l'estomac, du foie et de la glande thyroïde.

Les blessures à la poitrine peuvent également provoquer une sensation de manque d'air lors de la respiration: contusion de la poitrine, du cœur, des poumons, des côtes fracturées, une fracture de la vertèbre thoracique ou une lésion du sternum; couteau et blessures par balle à la poitrine; compression de la poitrine avec des objets lourds; lésion thoracoabdominale - quand une lésion traumatique survient dans la cavité thoracique, le diaphragme et la cavité abdominale.

Quel genre de docteur contacter s'il y a un manque d'air

Si la sensation de difficulté à respirer est chronique, vous devez d'abord contacter le thérapeute. En outre, en fonction des résultats de l'examen, le patient peut être dirigé vers un pneumologue, un cardiologue, un endocrinologue, un gastro-entérologue, un hématologue ou un neurologue. En présence de blessures à la poitrine, un traumatologue ou un chirurgien thoracique prendra en charge le patient. Si l'essoufflement est apparu de manière aiguë et qu'il est prononcé - des soins d'urgence ou une hospitalisation peuvent être nécessaires, auquel cas le patient devrait consulter un médecin.

Quels tests devraient être prises

- numération globulaire complète
- analyse d'urine
- test sanguin biochimique
- méthode de détermination du statut hormonal en cas de suspicion de pathologie endocrinienne
- radiographie thoracique
- détermination de la fonction respiratoire (fonction respiratoire)
- en cas de suspicion de corps étrangers dans les voies respiratoires, dyspnée d'étiologie inconnue - bronchoscopie
- ECG
- ECHO-KG
- radiographie de la colonne thoracique
- avec des informations insuffisantes sur les méthodes de recherche standard CT des poumons, du cœur

Méthodes pour combattre le sentiment de manque d'air

Comme mentionné précédemment, l'essoufflement peut être une manifestation d'une maladie grave nécessitant une surveillance médicale et le choix d'un traitement médicamenteux. Néanmoins, il existe des remèdes populaires pour traiter la dyspnée, mais ils doivent toujours être appliqués après l'examen, et uniquement après consultation de votre médecin. En voici quelques unes:

- lait de chèvre réchauffé pour ½ tasse avec 1 cuillère à café de miel 2 fois par jour, efficace contre les maladies broncho-pulmonaires accompagnée d'essoufflement et de toux;
- 10-20 g d'herbe de mélisse verser un verre d'eau bouillante et insister, prendre 1/3 tasse 3 fois par jour avant les repas;
- 1 cuillère à soupe d'aneth haché en poudre versez un verre d'eau bouillante, insistez 45 minutes et prenez ½ tasse 3 fois par jour;
- 1 cuillère à soupe d'herbe sèche hachée de Leonurus verser un verre d'eau bouillante, laisser pendant 45 minutes, filtrer, prendre un verre 3 fois par jour avant les repas.

Le traitement médicamenteux dépend du diagnostic principal à l'origine de l'essoufflement et inclut le traitement de la maladie sous-jacente.

Si une dyspnée est apparue dans le contexte de maladies du système broncho-pulmonaire, des bronchodilatateurs sont prescrits. En cas de nécessité, un traitement antibactérien, un traitement anti-inflammatoire est effectué. En cas de dyspnée sur fond de pathologie cardiovasculaire, un traitement approprié est mis en œuvre - hypotenseur avec hypertension artérielle, avec insuffisance cardiaque chronique - glycosides cardiaques, traitement anti-œdème, stabilisation du statut hormonal, troubles métaboliques en cas de pathologie endocrinienne. La dyspnée d'origine neurogène est traitée avec des sédatifs, un auto-entraînement, de la physiothérapie.

Une difficulté respiratoire sévèrement exprimée peut nécessiter des soins intensifs d'urgence.

Ainsi, en cas de dyspnée, le patient doit consulter un médecin. Seuls un diagnostic bien établi et un traitement adéquat aideront à faire face à la maladie et à prévenir les conséquences graves et la progression de la maladie. Vous bénisse!

Causes de la dyspnée: conseils des praticiens généraux

L’essoufflement est l’une des principales plaintes des patients. Cette sensation subjective oblige le patient à se rendre à la clinique, à appeler une ambulance et peut même constituer une indication pour une hospitalisation d'urgence. Alors qu'est-ce que la dyspnée et quelles en sont les principales causes? Vous trouverez des réponses à ces questions dans cet article. Alors...

Quelle est la dyspnée

Comme mentionné ci-dessus, l’essoufflement (ou dyspnée) est une sensation subjective, une sensation aiguë, subaiguë ou chronique de manque d’air, se manifestant par une oppression thoracique et une augmentation clinique du taux de respiration de plus de 18 par minute et de sa profondeur.

Une personne en bonne santé qui est au repos ne fait pas attention à sa respiration. Avec un effort modéré, la fréquence et la profondeur de la respiration changent - la personne en est consciente, mais cette affection ne lui cause pas de gêne et, de plus, les indicateurs de respiration redeviennent normaux quelques minutes après la fin de l'exercice. Si la dyspnée à charge modérée devient plus prononcée, ou apparaît lorsqu'une personne effectue des actions élémentaires (attacher des lacets, marcher dans la maison), ou, pire encore, ne se produit pas au repos, nous parlons de dyspnée pathologique, indiquant une maladie particulière..

Classification de la dyspnée

Si le patient s'inquiète de difficultés respiratoires, cet essoufflement s'appelle inspiratoire. Il apparaît lorsque la lumière de la trachée et les grandes bronches sont rétrécies (par exemple, chez les patients asthmatiques ou à la suite d'une compression de la bronche de l'extérieur - avec pneumothorax, pleurésie, etc.).

Si une gêne survient pendant l'expiration, cet essoufflement est appelé expiratoire. Il se produit en raison du rétrécissement de la lumière des petites bronches et est un signe de maladie pulmonaire obstructive chronique ou d'emphysème.

L'essoufflement peut être associé à un certain nombre de raisons - avec violation, inspiration et expiration. Les principales sont l'insuffisance cardiaque et les maladies pulmonaires aux stades avancés et avancés.

Il existe 5 degrés de dyspnée, déterminés en fonction des plaintes du patient - l'échelle MRC (échelle de la dyspnée du Conseil de recherches médicales).

Causes de la dyspnée

Les principales causes de la dyspnée peuvent être divisées en 4 groupes:

  1. Insuffisance respiratoire due à:
    • violation de la perméabilité bronchique;
    • maladies tissulaires diffuses (parenchyme) des poumons;
    • maladies vasculaires des poumons;
    • maladies des muscles respiratoires ou de la poitrine.
  2. Insuffisance cardiaque.
  3. Syndrome d'hyperventilation (avec dystonie et névrose neurocirculatoires).
  4. Troubles métaboliques.

Dyspnée en pathologie pulmonaire

Ce symptôme est observé dans toutes les maladies des bronches et des poumons. Selon la pathologie, la dyspnée peut survenir de manière aiguë (pleurésie, pneumothorax) ou gêner le patient pendant des semaines, des mois et des années (maladie pulmonaire obstructive chronique ou MPOC).

La dyspnée dans la BPCO est causée par un rétrécissement de la lumière des voies respiratoires, l’accumulation de sécrétions visqueuses. Il est permanent, de nature expiratoire et, en l’absence de traitement adéquat, devient de plus en plus prononcé. Souvent combiné à une toux, suivie par un écoulement de crachats.

Dans l’asthme bronchique, la dyspnée se manifeste par des crises soudaines d’étouffement. Il a un caractère expiratoire - une respiration courte et bruyante est suivie d'une expiration bruyante et difficile. En inhalant des médicaments spéciaux qui dilatent les bronches, la respiration revient rapidement à la normale. Il y a des attaques d'étouffement généralement après le contact avec des allergènes - quand ils sont inhalés ou mangés. Dans les cas graves, l'attaque n'est pas arrêtée par des bronchomimétiques - l'état du patient s'aggrave progressivement, il perd conscience. Il s'agit d'une maladie extrêmement grave qui nécessite des soins médicaux d'urgence.

Essoufflement et maladies infectieuses aiguës - bronchite et pneumonie. Sa gravité dépend de la gravité de la maladie sous-jacente et de l'ampleur du processus. En plus de l'essoufflement, le patient s'inquiète de plusieurs autres symptômes:

  • augmentation de la température de nombres subfébriles à fébriles;
  • faiblesse, léthargie, transpiration et autres symptômes d'intoxication;
  • toux non productive (sèche) ou productive (avec expectorations);
  • douleur à la poitrine.

Avec le traitement rapide de la bronchite et de la pneumonie, leurs symptômes disparaissent en quelques jours et une guérison survient. Dans les cas graves de pneumonie, l'arthrite cardiaque rejoint l'insuffisance respiratoire - la dyspnée augmente de manière significative et d'autres symptômes caractéristiques apparaissent.

Les tumeurs des poumons aux premiers stades sont asymptomatiques. Si une tumeur nouvellement émergée n'a pas été identifiée par hasard (lors de la fluorographie prophylactique ou comme découverte accidentelle dans le processus de diagnostic de maladies non pulmonaires), elle se développe progressivement et, lorsqu'elle atteint une taille suffisamment grande, provoque certains symptômes:

  • premier essoufflement constant, non intensif mais progressivement croissant;
  • hacker la toux avec un minimum de crachats;
  • hémoptysie;
  • douleur à la poitrine;
  • perte de poids, faiblesse, pâleur du patient.

Le traitement des tumeurs du poumon peut inclure une intervention chirurgicale visant à enlever une tumeur, une chimiothérapie et / ou une radiothérapie, ainsi que d'autres méthodes de traitement modernes.

De tels états de dyspnée, tels que la thromboembolie pulmonaire, ou PE, l'obstruction localisée des voies respiratoires et l'œdème pulmonaire toxique sont les plus dangereux pour la vie du patient.

Embolie pulmonaire - état dans lequel une ou plusieurs branches de l'artère pulmonaire sont bouchées par des caillots sanguins, entraînant une partie des poumons, sont exclues de l'acte de respirer. Les manifestations cliniques de cette pathologie dépendent de l'étendue de la lésion du poumon. Il se manifeste habituellement par un essoufflement soudain qui perturbe le patient lors d'efforts modérés ou légers ou même au repos, de sensation d'étouffement, de tiraillement et de douleur thoracique, semblable à celle de l'angine de poitrine, souvent associée à une hémoptysie. Le diagnostic est confirmé par des modifications appropriées sur l'ECG, une radiographie du thorax, au cours de l'angiopulmographie.

L'obstruction des voies respiratoires se manifeste également par un complexe de symptômes d'étouffement. La dyspnée est de nature inspiratoire, on peut entendre la respiration à distance - bruyant, stidoroznoe. Un compagnon fréquent de la dyspnée dans cette pathologie est une toux douloureuse, en particulier lors du changement de la position du corps. Le diagnostic est posé sur la base d'une spirométrie, d'une bronchoscopie, d'un examen radiographique ou tomographique.

Une obstruction des voies respiratoires peut entraîner:

  • altération de la perméabilité trachéale ou bronchique due à la compression de cet organe de l'extérieur (anévrisme de l'aorte, goitre);
  • lésions de la trachée ou de la bronche (cancer, papillomes);
  • frapper (aspiration) d'un corps étranger;
  • formation de sténose cicatricielle;
  • inflammation chronique conduisant à la destruction et à la fibrose du tissu cartilagineux trachéal (maladies rhumatismales - lupus érythémateux disséminé, polyarthrite rhumatoïde, granulomatose de Wegener).

Le traitement par bronchodilatateurs dans cette pathologie est inefficace. Le rôle principal dans le traitement appartient au traitement adéquat de la maladie sous-jacente et à la restauration mécanique des voies respiratoires.

Un œdème pulmonaire toxique peut survenir au fond d'une maladie infectieuse, accompagné d'une intoxication grave ou dû à l'exposition à la voie respiratoire de substances toxiques. Au premier stade, cette affection ne se manifeste que par un essoufflement croissant et une respiration rapide. Au bout d'un moment, l'essoufflement laisse place à une suffocation atroce accompagnée d'un souffle bouillonnant. La direction du traitement est la désintoxication.

Moins fréquemment, l'essoufflement se manifeste par les maladies pulmonaires suivantes:

  • pneumothorax - affection aiguë dans laquelle de l'air pénètre dans la cavité pleurale et s'y attarde, comprimant les poumons et empêchant l'acte de respirer; découle de blessures ou de processus infectieux dans les poumons; nécessite des soins chirurgicaux d'urgence;
  • tuberculose pulmonaire - une maladie infectieuse grave causée par la tuberculose à mycobactéries; nécessite un traitement spécifique à long terme;
  • actinomycose pulmonaire - une maladie causée par des champignons;
  • emphysème pulmonaire - maladie dans laquelle les alvéoles s'étirent et perdent leur capacité à échanger des gaz normalement se développe indépendamment ou accompagne d'autres maladies chroniques du système respiratoire;
  • silicose - groupe de maladies professionnelles du poumon résultant du dépôt de particules de poussière dans le tissu pulmonaire; la récupération est impossible, un traitement symptomatique symptomatique est prescrit au patient;
  • scoliose, défauts de la vertèbre thoracique, spondylarthrite ankylosante - dans ces conditions, la forme de la poitrine est perturbée, ce qui rend la respiration difficile et cause l'essoufflement.

Dyspnée dans la pathologie du système cardiovasculaire

Les personnes souffrant d'une maladie cardiaque, l'une des principales plaintes, sont essoufflées. Aux premiers stades de la maladie, les patients perçoivent un essoufflement comme une sensation de manque d'air au cours de l'effort, mais avec le temps, cette sensation est causée par une diminution du stress. Aux stades avancés, elle ne laisse pas le patient même au repos. En outre, les stades avancés de la maladie cardiaque se caractérisent par une dyspnée nocturne paroxystique, une attaque suffocante qui se développe la nuit et conduit au réveil du patient. Cette condition est également connue sous le nom d'asthme cardiaque. La cause en est la stagnation dans le liquide des poumons.

Dyspnée avec troubles névrotiques

Les plaintes de dyspnée à des degrés divers font des patients des neurologues et des psychiatres. La sensation de manque d'air, l'incapacité à respirer avec un sein plein, souvent accompagnée d'anxiété, la peur de la mort par suffocation, la sensation d'un «lambeau», une obstruction à la poitrine qui empêche une bonne respiration - les plaintes des patientes sont très diverses. Habituellement, ces patients sont très excitables, des personnes extrêmement réactives au stress, souvent à tendance hypocondriaque. Des troubles respiratoires psychogènes apparaissent souvent sur fond d’anxiété et de peur, d’humeur déprimée, après une surexcitation nerveuse. Il existe même des crises possibles de faux asthme - des crises soudaines de dyspnée psychogène. La caractéristique clinique des caractéristiques psychogéniques de la respiration est sa conception en bruit - soupirs, gémissements, gémissements fréquents.

Les neuropathologistes et les psychiatres traitent du traitement de la dyspnée dans les troubles névrotiques et analogues.

Dyspnée avec anémie

Anémie - groupe de maladies caractérisées par des modifications de la composition du sang, à savoir la diminution du contenu en hémoglobine et en globules rouges. Étant donné que le transport de l'oxygène des poumons directement vers les organes et les tissus s'effectue à l'aide de l'hémoglobine, sa quantité diminuant, le corps commence à éprouver une privation d'oxygène - une hypoxie. Bien sûr, il essaie de compenser cet état, en gros, pour injecter plus d'oxygène dans le sang, ce qui entraîne une augmentation de la fréquence et de la profondeur des respirations, c'est-à-dire un essoufflement. Les anémies sont de types différents et proviennent de différentes raisons:

  • manque d'apport en fer dans les aliments (pour les végétariens, par exemple);
  • saignements chroniques (avec ulcère peptique, léiomyome utérin);
  • après des maladies infectieuses ou somatiques graves récentes;
  • avec des troubles métaboliques congénitaux;
  • en tant que symptôme du cancer, en particulier du cancer du sang.

En plus de l'essoufflement pendant l'anémie, le patient se plaint de:

  • faiblesse grave, fatigue;
  • diminution de la qualité du sommeil, diminution de l'appétit;
  • vertiges, maux de tête, diminution des performances, concentration altérée, mémoire.

Les personnes souffrant d'anémie se distinguent par la pâleur de la peau, dans certains types de maladie - par sa teinte jaune ou jaunisse.

Diagnostiquer l'anémie est facile - il suffit de passer une formule sanguine complète. S'il y a des changements indiquant une anémie, une autre série d'examens, à la fois en laboratoire et instrumentaux, sera programmée pour clarifier le diagnostic et identifier les causes de la maladie. L'hématologue prescrit le traitement.

Dyspnée dans les maladies du système endocrinien

Les personnes souffrant de maladies telles que la thyrotoxicose, l'obésité et le diabète sucré se plaignent souvent d'un essoufflement.

Avec la thyrotoxicose, une maladie caractérisée par une surproduction d'hormones thyroïdiennes, tous les processus métaboliques du corps sont considérablement augmentés - en même temps, il ressent un besoin accru en oxygène. En outre, un excès d'hormones entraîne une augmentation du nombre de contractions cardiaques, ce qui a pour conséquence que le cœur perd la capacité de pomper complètement le sang vers les tissus et les organes. Il manque alors d'oxygène, ce que le corps tente de compenser: essoufflement.

Une quantité excessive de tissu adipeux dans le corps pendant l'obésité rend difficile le travail des muscles respiratoires, du cœur et des poumons, de sorte que les tissus et les organes ne reçoivent pas assez de sang et souffrent d'un manque d'oxygène.

Avec le diabète sucré, le système vasculaire du corps est affecté tôt ou tard, de sorte que tous les organes sont dans un état de manque chronique d'oxygène. En outre, au fil du temps, les reins sont également affectés - une néphropathie diabétique se développe, ce qui provoque une anémie, ce qui entraîne une hypoxie accrue.

Dyspnée chez les femmes enceintes

Pendant la grossesse, les systèmes respiratoire et cardiovasculaire du corps de la femme sont soumis à un stress accru. Cette charge est due à l'augmentation du volume de sang circulant, à la compression de l'utérus à partir du bas du diaphragme (à la suite de quoi les organes thoraciques deviennent plus étroits et les mouvements de respiration et de battement de coeur sont entravés dans une certaine mesure), le besoin en oxygène non seulement de la mère, mais aussi de l'embryon en croissance. Tous ces changements physiologiques font que beaucoup de femmes ont un essoufflement pendant la grossesse. La fréquence de respiration ne dépasse pas 22-24 par minute, elle devient plus fréquente lors d'efforts physiques et de stress. Avec la progression de la grossesse, la dyspnée progresse également. En outre, les femmes enceintes souffrent souvent d'anémie, à la suite de laquelle l'essoufflement s'intensifie.

Si la fréquence respiratoire dépasse les chiffres ci-dessus, l'essoufflement ne passe pas ou ne diminue pas de manière significative au repos, la femme enceinte devrait toujours consulter votre médecin - obstétricien-gynécologue ou thérapeute.

Essoufflement chez les enfants

Le taux respiratoire chez les enfants d'âges différents est différent. La dyspnée doit être suspectée si:

  • chez un enfant de 0 à 6 mois, le nombre de mouvements respiratoires (VPN) est supérieur à 60 par minute;
  • chez l'enfant de 6 à 12 mois, la VAN est supérieure à 50 par minute;
  • un enfant de plus d'un an, la VAN est supérieure à 40 par minute;
  • un enfant de plus de 5 ans avec une fréquence respiratoire supérieure à 25 par minute;
  • un enfant de 10 à 14 ans a une VAN supérieure à 20 par minute.

Il est plus correct de compter les mouvements respiratoires pendant la période où l'enfant dort. Une main chaude doit être posée sur la poitrine du bébé et compter le nombre de mouvements de la poitrine pendant une minute.

Au cours de l'excitation émotionnelle, de l'effort physique, des pleurs, de l'alimentation, le taux de respiration est toujours plus élevé. Toutefois, si la VAN dépasse de manière significative la norme et se rétablit lentement au repos, vous devez en informer le pédiatre.

Le plus souvent, l'essoufflement chez les enfants survient lorsque les conditions pathologiques suivantes sont observées:

  • syndrome de détresse respiratoire du nouveau-né (souvent enregistré chez les prématurés, dont la mère souffre de diabète, de troubles cardiovasculaires, de maladies de la sphère génitale; l'hypoxie intra-utérine et l'asphyxie y contribuent; cliniquement manifeste par un essoufflement avec un NPI de plus de 60 par minute, la teinte bleue de la peau et leur la pâleur, la raideur de la poitrine est également notée, le traitement doit commencer le plus tôt possible - la méthode la plus moderne consiste à introduire du surfactant pulmonaire dans la trachée du nouveau-né moments s de sa vie);
  • laryngotrachéite sténosante aiguë, ou faux croup (une petite lumière de la structure laryngée chez l'enfant est sa lumière, qui, avec des modifications inflammatoires de la membrane muqueuse de cet organe, peut entraîner une altération de la circulation de l'air; habituellement, une fausse croupe se développe la nuit - dans la région des cordes vocales, l'oedème augmente dyspnée inspiratoire et suffocation; dans cet état, il est nécessaire de donner de l'air frais à l'enfant et d'appeler immédiatement une ambulance);
  • malformations cardiaques congénitales (en raison d'un retard de développement intra-utérin, l'enfant développe des messages pathologiques entre les grands vaisseaux ou les cavités du cœur, ce qui entraîne un mélange de sang veineux et artériel; par conséquent, les organes et tissus reçoivent un sang qui n'est pas saturé en oxygène et présentent une hypoxie; ils souffrent d'hypoxie; en fonction de la gravité tache montre une observation dynamique et / ou un traitement chirurgical);
  • bronchite virale et bactérienne, pneumonie, asthme bronchique, allergies;
  • l'anémie.

En conclusion, il convient de noter que seul un spécialiste peut déterminer la cause fiable de la dyspnée. Par conséquent, si cette plainte se produit, ne vous soignez pas spontanément - la solution la plus appropriée serait de consulter un médecin.

Quel médecin contacter

Si le diagnostic du patient est toujours inconnu, il est préférable de consulter un médecin généraliste (pédiatre pour enfants). Après l'examen, le médecin pourra établir un diagnostic présomptif. Si nécessaire, orienter le patient vers un spécialiste. Si la dyspnée est associée à une pathologie pulmonaire, il est nécessaire de consulter un pneumologue et, en cas de maladie cardiaque, un cardiologue. Hématologue traite l'anémie, les maladies des glandes endocrines - un endocrinologue, une pathologie du système nerveux - un neurologue, les troubles mentaux accompagnés d'un essoufflement, - un psychiatre.

Sensation ou sensation de manque d'air: causes et traitement

Le sentiment de manque d'air est le sentiment que chacun de nous a éprouvé dans nos vies. Retenez votre souffle pendant quelques secondes et nous ferons l'expérience d'un manque d'air. Les causes de cette affection ont un effet significatif sur le traitement, avec lequel le médecin peut éliminer ce symptôme de nombreuses maladies terribles.

Les principaux processus énergétiques dans notre corps se produisent avec la participation continue des molécules d'oxygène. Le processus biochimique principal de nos cellules est la phosphorylation oxydative. Ce processus se produit dans les structures intracellulaires - les mitochondries. Pour que la molécule d'oxygène de l'air parvienne dans les mitochondries, elle emprunte un chemin complexe, fourni par divers mécanismes physiologiques.

La violation à l'une des étapes énumérées de l'apport d'oxygène conduit à l'activation d'un mécanisme de compensation.

La sensation de manque d’air s'accompagne toujours de bâillements, d’essoufflement, puis d’une augmentation de la fréquence respiratoire, de palpitations, parfois de toux et de fortes peurs. Si les mécanismes compensatoires ne fournissent pas la demande en oxygène nécessaire, la suffocation se produit avec confusion ou perte de conscience, entraînant une hypoxie grave et une perturbation du travail de tous les organes et systèmes.

Les symptômes de manque d'air dans différentes maladies peuvent être de différentes durées - un manque d'air constant, de longues périodes ou de courtes crises d'étouffement.

Les causes du manque d'air doivent être traitées.

Les principales causes des pénuries d’air peuvent et doivent être traitées rapidement. Ils incluent les états suivants:

Son tableau clinique est typique: toux sèches, essoufflement, précurseurs ou apparition soudaine. Les patients ont un essoufflement difficile à respirer, une sensation de constriction derrière le sternum, des sifflements sifflants que l'on entend de loin. Le coffre prend la forme d'un tonneau avec des espaces intercostaux lisses. Le patient est obligé de prendre une position qui facilite la respiration - assis, posant ses mains sur le dos d'une chaise ou d'un lit. Les crises surviennent après le contact avec des allergènes, après l'hypothermie ou dans le froid, en prenant de l'aspirine (aspirine d'asthme), après un effort physique (asthme de stress physique). Après avoir pris la pilule "état de nitroglycérine" ne s'améliore pas. Si lors de l'attaque à prendre du flegme pour analyse, il révèle une forte teneur en éosinophiles, un marqueur des processus allergiques.

  • Bronchite obstructive chronique

Contrairement à l'asthme, avec la bronchite, la dyspnée est moins permanente avec des exacerbations pendant l'hypothermie, un effort physique accru. Accompagné d'une toux persistante avec écoulement de crachats.

  • Maladies aiguës du système broncho-pulmonaire

Bronchite et pneumonie aiguës, la tuberculose peut également être accompagnée de crises d'asthme au cœur de l'incidence, ressemblant à des crises d'asthme. Mais, à mesure que l'état s'améliore, les attaques passent.

Crises d'asthme avec décharge d'une grande quantité d'expectorations mucopuruleuses, parfois avec hémoptysie, généralement le matin.

  • Dyspnée et manque d'air en cas de maladies du coeur et des vaisseaux sanguins

Toute pathologie d'organe peut entraîner une pénurie d'air provenant du cœur lorsque sa fonction de pompage est altérée. Un essoufflement court et rapide peut survenir en cas de crise hypertensive, d'épisodes d'arythmie cardiaque, de dystonie neurocirculatoire. En règle générale, il ne s'accompagne pas de toux avec expectorations.

Avec des problèmes cardiaques constants et graves, accompagnés d'une insuffisance cardiaque, la sensation de manque d'air inquiète toujours le patient, augmente avec l'effort physique et peut se manifester la nuit par des crises d'asthme cardiaque. En même temps, l'essoufflement se traduit par une difficulté à respirer, des râles humides et bouillonnants apparaissent et des expectorations mousseuses sont libérées. Le patient prend une position assise forcée, ce qui facilite son état. Après avoir pris la pilule "nitroglycérine", les crises d'essoufflement et de manque d'air disparaissent.

L'embolie pulmonaire, cause fréquente de manque d'air, est considérée comme le symptôme principal de cette pathologie: les thrombi des vaisseaux veineux des extrémités supérieures et inférieures se détachent et tombent dans la cavité de l'oreillette droite, le flux sanguin se dirigeant dans l'artère pulmonaire, provoquant le blocage de ses branches larges ou petites.. Un infarctus pulmonaire se développe. Il s'agit d'une maladie potentiellement mortelle, qui s'accompagne d'un essoufflement grave et d'une toux douloureuse avec des expectorations sanglantes, une cyanose prononcée de la moitié supérieure du corps.

  • Obstruction des voies respiratoires supérieures

Les obstacles au passage de l'air dans les poumons peuvent créer des tumeurs, une sténose cicatricielle de la trachée, une laryngite, une rhinite, des corps étrangers dans les voies respiratoires, des processus pathologiques dans le médiastin: goitre post-thoracique, sarcoïdose, anévrisme aortique, bronchoadénite tuberculeuse. La dyspnée est permanente dans la pathologie décrite et peut être accompagnée d'une toux sèche et non productive.

  • Déficit d'intégrité de la poitrine

Les fractures des côtes peuvent provoquer le développement d'un essoufflement. Des difficultés respiratoires dues à une épargne thoracique due à une douleur intense surviennent souvent lors de blessures à la poitrine. Il n'y a pas de toux et d'expectorations, respiration sifflante dans les poumons, augmentation de la température. Le pneumothorax spontané, c'est-à-dire l'accumulation d'air dans la cavité pleurale, accompagnée d'une compression du poumon et d'une réduction de sa surface respiratoire, d'un déplacement du médiastin dans une direction saine, s'accompagne d'un manque d'air progressif allant jusqu'à l'asphyxie. Il n'y a pas de toux ni de crachats, les douleurs thoraciques vous dérangent. Seul le retrait de l'air de la cavité pleurale facilite l'état du patient.

L’anémie, carence en fer ou maligne, caractérisée par une diminution du nombre de globules rouges dans le sang, conduit au développement de l’hypoxie. La fonction principale des globules rouges est le transport de l'oxygène des poumons au tissu. Si, pour une raison quelconque, la capacité de liaison des érythrocytes est perturbée, comme dans le cas de substances toxiques, ou si la teneur en protéine de liaison à l'hémoglobine diminue, l'oxygène cesse de pénétrer dans les tissus - un essoufflement se produit. Il est permanent et augmente pendant l'activité physique.

  • Processus système et néoplasique

Les lésions diffuses du tissu conjonctif (polyarthrite rhumatoïde, périartérite noueuse, lupus érythémateux disséminé), les processus néoplasiques (syndrome carcinoïde, lésion métastatique des poumons) aggravent les échanges gazeux dans les poumons et les tissus et peuvent entraîner des symptômes de rareté de l'air.

  • L'obésité et l'exercice

Les dépôts de graisse en excès interfèrent avec une gamme suffisante de mouvements des muscles respiratoires et augmentent la charge sur le cœur et les organes respiratoires. Un mode de vie sédentaire, le dégraissage, une lésion vasculaire athéromateuse de l'obésité conduit au développement d'une insuffisance respiratoire avec un effort physique minime.

  • Respiration difficile et manque d'air pendant les attaques de panique et l'hystérie

Les attaques de panique, accompagnées d'une vive sensation de peur et d'adrénaline dans le sang, augmentent la demande en oxygène des tissus. Il y a une pénurie d'air. Une respiration difficile lors d'une crise d'hystérie survient en raison de facteurs psychogènes et n'est pas un véritable essoufflement. Le patient tente donc inconsciemment d'attirer l'attention des autres.

Diagnostic et traitement de l'essoufflement respiratoire

Le manque d'air pendant la respiration a toujours une cause. Et si vous ne dirigez pas les efforts pour l'éliminer, le problème continuera et progressera. Le diagnostic de la maladie devrait être fondé sur les normes médicales modernes. Le traitement du manque d'air pendant la respiration dépend entièrement de la maladie qui a provoqué ce symptôme.

Trouver un facteur étiologique des violations dans un court laps de temps ne peut être que le médecin expérimenté qui connaît toutes les caractéristiques et les différences de la dyspnée dans une maladie donnée. Le spécialiste enverra une recherche de diagnostic dans la bonne direction et la cause du problème sera rapidement établie. Cela économisera du temps et des efforts sur la recherche de diagnostic.

L'algorithme d'examen standard nécessaire au diagnostic d'infractions graves comprend des tests cliniques de sang et d'urine, une radiographie pulmonaire, une électrocardiographie. Des méthodes de diagnostic supplémentaires sont désignées sur la base des résultats de cet examen et sur la base des plaintes caractéristiques et des résultats de l'examen du patient.

Il peut s'agir d'un examen de spécialistes restreints: ORL, cardiologue, endocrinologue, neurologue, pneumologue, allergologue, traumatologue, chirurgien thoracique. Diagnostic complémentaire: surveillance quotidienne de l'activité cardiaque selon Holter, échographie du coeur, vaisseaux, cavités pleurales, Doppler des vaisseaux sanguins, angiographie, tomographie par ordinateur ou imagerie par résonance magnétique, examen de la fonction respiratoire, tests d'allergie, culture et analyse des expectorations, test sanguin pour marqueurs spécifiques, méthodes de diagnostic endoscopique et d'autres.

Les caractéristiques du traitement du manque d'air seront composées du diagnostic et des résultats de l'enquête.

Manque d'air

Le manque d'air - dans la plupart des cas, est le signe d'une maladie grave qui nécessite des soins médicaux immédiats. Le désordre de la fonction respiratoire pendant l'endormissement ou le sommeil est particulièrement dangereux.

Bien que les principales causes de la déficience en air soient de nature pathologique, les cliniciens identifient plusieurs facteurs prédisposants moins dangereux, notamment l'obésité.

Ce problème ne constitue jamais le seul signe clinique. Les symptômes les plus courants sont considérés - bâillements, difficultés respiratoires, toux et sensation de nodule dans la gorge.

Pour trouver la source d'une telle manifestation, il est nécessaire de procéder à une grande variété de mesures de diagnostic - en commençant par une enquête auprès des patients et en terminant par des examens instrumentaux.

La tactique de traitement est individuelle et entièrement dictée par le facteur étiologique.

Étiologie

Dans presque tous les cas, les attaques de manque d'air causées par deux états:

  • hypoxie - alors qu'il y a une diminution de la teneur en oxygène dans les tissus;
  • L'hypoxémie est caractérisée par une baisse du taux d'oxygène dans le sang.

Les provocateurs de telles violations sont présentés:

  • faiblesse du coeur - dans ce contexte développer une congestion dans les poumons;
  • insuffisance respiratoire ou pulmonaire - elle se développe à son tour dans le contexte d’un collapsus ou d’une inflammation des poumons, d’une sclérose des tissus pulmonaires et de lésions tumorales de cet organe, de spasmes des bronches et de difficultés respiratoires;
  • anémie et autres troubles sanguins;
  • insuffisance cardiaque congestive;
  • asthme cardiaque;
  • thromboembolie de l'artère pulmonaire;
  • cardiopathie ischémique;
  • pneumothorax spontané;
  • asthme bronchique;
  • coup de corps étranger dans les voies respiratoires;
  • attaques de panique, qui peuvent être observées avec névrose ou IRR;
  • dystonie végétative;
  • névrite du nerf intercostal, qui peut survenir au cours de l'évolution de l'herpès;
  • fractures des côtes;
  • bronchite grave;
  • réactions allergiques - il convient de noter qu'en cas d'allergie, le manque d'air est le symptôme principal;
  • une pneumonie;
  • ostéochondrose - le plus souvent, il y a un manque d'air en cas d'ostéochondrose cervicale;
  • maladie de la thyroïde.

Les causes moins dangereuses du symptôme principal sont:

  • la présence d'un excès de poids chez l'homme;
  • manque de forme physique, qui est également connu comme exercice. Dans le même temps, la dyspnée est une manifestation tout à fait normale et ne constitue pas une menace pour la santé ou la vie humaine;
  • période de procréation;
  • mauvaise écologie;
  • changement climatique brutal;
  • premières menstruations chez les jeunes filles - dans certains cas, le corps de la femme réagit à de tels changements corporels avec une sensation périodique de manque d'air;
  • conversations en mangeant de la nourriture.

Le manque d'air pendant le sommeil ou au repos peut être causé par:

  • l'effet de stress sévère;
  • dépendance à de mauvaises habitudes, en particulier fumer des cigarettes juste avant de se coucher;
  • transféré auparavant une activité physique excessivement élevée;
  • expériences émotionnelles fortes vécues par la personne en ce moment.

Cependant, si une telle maladie est accompagnée d'autres manifestations cliniques, alors, la raison en est probablement la maladie, qui peut menacer la santé et la vie.

Classification

Actuellement, le manque d'air lors de la respiration est classiquement divisé en plusieurs types:

  • inspiratoire - lorsque la personne a du mal à respirer. Le plus caractéristique de ce type de maladie cardiaque;
  • expiratoire - le manque d'air entraîne le fait qu'il est difficile pour une personne d'expirer. Cela se produit souvent au cours de l'asthme bronchique;
  • mixte

Selon la gravité du flux d'un symptôme similaire chez les personnes, l'insuffisance d'air peut être:

  • aigu - l'attaque ne dure pas plus d'une heure;
  • subaiguë - la durée est de plusieurs jours;
  • chronique - observé depuis plusieurs années.

Symptomatologie

La présence de symptômes de manque d'air est indiquée dans les cas où une personne présente les signes cliniques suivants:

  • douleur et pression dans la poitrine;
  • avoir des problèmes respiratoires au repos ou en position horizontale;
  • incapacité de dormir en position couchée - il est uniquement possible de s'endormir assis ou allongé;
  • l'apparition de râles ou de sifflets caractéristiques lors des mouvements respiratoires;
  • violation du processus de déglutition;
  • sensation de coma ou d'objet étranger dans la gorge;
  • légère augmentation de la température;
  • inhibition dans la communication;
  • trouble de la concentration;
  • hypertension artérielle;
  • essoufflement grave;
  • la mise en œuvre de la respiration des lèvres mal serrées ou pliées;
  • toux et maux de gorge;
  • augmentation du bâillement;
  • peur et anxiété insensées.

Avec un manque d'air dans un rêve, une personne se réveille d'une crise soudaine de dyspnée, qui se produit au milieu de la nuit, c'est-à-dire qu'il se produit un réveil brutal dans le contexte d'un fort manque d'oxygène. Pour ce faire, la victime doit se lever du lit ou se mettre en position assise afin d’améliorer son état.

Les patients doivent garder à l'esprit que les symptômes ci-dessus ne sont que la base du tableau clinique, qui sera complété par les symptômes de la maladie ou du trouble qui était à l'origine du problème principal. Par exemple, le manque d'air dans le TRI s'accompagnera d'un engourdissement des doigts, de crises d'asthme et de la peur des espaces restreints. Dans les allergies, on note des démangeaisons dans le nez, des éternuements fréquents et une augmentation des larmes. S'il y a une sensation de manque d'air dans l'ostéochondrose, des symptômes apparaissent: bourdonnements dans les oreilles, diminution de l'acuité visuelle, évanouissement et engourdissement des extrémités.

En tout état de cause, en cas de symptôme aussi alarmant, il est nécessaire de faire appel au plus tôt à une assistance qualifiée d'un pneumologue.

Diagnostics

Pour déterminer les causes du manque d'air, il est nécessaire de mettre en œuvre toute une gamme de mesures de diagnostic. Ainsi, pour établir le diagnostic correct chez l'adulte et l'enfant, il faudra:

  • Étude clinique des antécédents du patient et de son cycle de vie - afin d’identifier les affections chroniques pouvant être la source du symptôme principal;
  • procéder à un examen physique approfondi, avec l'écoute obligatoire du patient pendant sa respiration à l'aide d'un outil tel qu'un phonendoscope;
  • Interrogez une personne en détail - pour connaître l'heure d'apparition des pénuries d'air, car les facteurs étiologiques d'une insuffisance en oxygène la nuit peuvent différer de l'apparition d'un tel symptôme dans d'autres situations. En outre, un tel événement aidera à établir la présence et le degré d'intensité de l'expression des symptômes qui l'accompagnent.
  • prise de sang générale et biochimique - nécessaire pour estimer les paramètres d’échange gazeux;
  • oxymétrie de pouls - pour déterminer comment l'hémoglobine est saturée d'air;
  • radiographie et ECG;
  • spirométrie et pléthysmographie corporelle;
  • capnométrie;
  • consultations supplémentaires d'un cardiologue, endocrinologue, allergologue, neurologue, médecin généraliste et obstétricien-gynécologue en cas de manque d'air pendant la grossesse.

Traitement

Tout d'abord, il est nécessaire de prendre en compte le fait que pour éliminer le principal symptôme, il est utile d'éliminer la maladie qui l'a provoqué. Il en résulte que la thérapie sera individuelle.

Toutefois, en cas d'apparition d'un tel symptôme pour des raisons physiologiques, le traitement reposera sur:

  • prendre des drogues;
  • en utilisant des recettes de la médecine traditionnelle - il faut se rappeler que cela ne peut être fait qu'après approbation du clinicien;
  • exercices de respiration, prescrits par le médecin traitant.

La pharmacothérapie comprend l’utilisation de:

  • bronchodilatateurs;
  • beta adrenomimetics;
  • M-holinoblokatorov;
  • les méthylxanthines;
  • glucocorticoïdes inhalés;
  • médicaments pour fluidifier les expectorations;
  • les vasodilatateurs;
  • diurétiques et antispasmodiques;
  • complexes de vitamines.

Pour soulager une attaque par manque d'air, vous pouvez utiliser:

  • un mélange de jus de citron, d'ail et de miel;
  • teinture alcool de miel et de jus d'aloès;
  • L'astragale;
  • fleurs de tournesol

Dans certains cas, on a recours à des manipulations chirurgicales telles que la réduction du poumon pour neutraliser le manque d'air dans l'ostéochondrose ou une autre affection.

Prévention et pronostic

Il n'existe pas de mesures préventives spécifiques empêchant l'occurrence de la caractéristique principale. Cependant, la probabilité peut être réduite de:

  • maintenir un mode de vie sain et modérément actif;
  • éviter les situations stressantes et les efforts physiques excessifs;
  • contrôle du poids - il est nécessaire de le faire tout le temps;
  • prévenir le changement climatique brusque;
  • traitement rapide des maladies pouvant entraîner l'apparition d'un signe aussi dangereux, en particulier pendant le sommeil;
  • Réussite régulière d'un examen préventif complet dans un établissement médical.

Le pronostic selon lequel une personne manque régulièrement d'air est extrêmement favorable. Cependant, l’efficacité du traitement est directement déterminée par la maladie, qui est la source du principal symptôme. L'absence totale de traitement peut avoir des conséquences irréparables.

En Savoir Plus Sur La Schizophrénie