Ces tests vous permettront de savoir si vous avez réellement des troubles psychologiques. Bien sûr, tous les tests ont leurs propres erreurs, mais ils ont été compilés par des psychologues de renommée mondiale, et leurs résultats doivent être pris en compte, car au moins approximativement, vous saurez dans quelle position vous vous trouvez.

Liste des tests en ligne:

Le test permettant de déterminer l’anxiété est un test très important, car attaques de panique, les peurs sans cause commencent précisément avec l'augmentation des niveaux d'anxiété. Par conséquent, je recommande fortement de passer ce test. Déterminez votre niveau d'anxiété et vous saurez vous-même à quoi vous avez affaire.

Le test de prédisposition aux attaques de panique est également un test important. C’est en fait ce que nous travaillons avec le site Web du gourou de l’IET, en éliminant le pic d’anxiété, de panique et de peur maximale inconsciente.

Test de niveau d'anxiété - Un court test en ligne montrera le niveau d'anxiété et de tension dans votre système nerveux.

Déterminer le niveau de l’état névrotique - assurez-vous de passer ce grand test avec beaucoup de questions qui analyseront très bien votre état pour la névrose. Ceci est le test le plus important sur cette page!

Le test permettant de déterminer le niveau d'anxiété et de tolérance au stress est un test rapide qui vous permet de vérifier rapidement vos principales données psychologiques.

Test en ligne pour la dystonie végétative (VVD) - un test pour vos signes et symptômes du TRI.

Grand test de névrose

Test en ligne 86 questions - le plus grand test, où vous obtenez l'analyse la plus détaillée de votre situation (l'analyse sera envoyée à votre adresse e-mail).

Tests flash. Collection de tests psychologiques:

Tests de texte:

L'importance de passer un test est que vous pouvez déterminer rapidement si vous avez un problème et son degré. Bien sûr, toutes ces données sont exemplaires, mais elles sont néanmoins utiles pour au moins connaître l'état des choses. Surtout lorsque vous vous inquiétez en vain, il peut ne pas y avoir de problème du tout.

© Toute copie de matériel est interdite!

Test d'attaque de panique

Les attaques d'anxiété, vécues douloureusement par une personne accompagnée de peur, sont appelées attaques de panique (AP). Cela empêche la personne de s'adapter à une vie bien remplie. Dans un premier temps pour énoncer un problème, un test d'attaque de panique est utilisé. Cependant, la nécessaire participation d'un spécialiste.

La particularité du test

Un test de symptôme pour PA peut être pris en ligne. Si la première question à laquelle vous avez répondu par l'affirmative, contactez un psychologue.

Les questions pour le test du trouble panique aident à déterminer votre condition:

  1. Le sentiment de peur, d'anxiété et d'horreur des 3 ou 4 derniers mois?
  2. Si oui, vérifiez avec les sentiments que vous rencontrez pour la première fois?
  3. Vous sentez-vous anxiété avant de ré-attaquer?
  4. Les manifestations étaient inattendues ou liées à une situation inconfortable spécifique?
  5. Y a-t-il une peur de la mort?

Les résultats du test d'attaque de panique ne constituent pas un diagnostic. Seule une approche réfléchie des diplômés permettra d'établir la présence de la maladie.

Détermination du degré d'attaque de panique

La ligne entre les états d'anxiété semble être imperceptible et le traitement diffère de manière significative. La spécialiste Nikita Valerievich Baturin vous aidera à vous débarrasser de cette maladie si vous avez identifié les symptômes d’une attaque de panique.

Déterminez si vous avez ressenti au cours des 4 derniers mois:

  1. Augmentation des difficultés respiratoires, manque d'air?
  2. Augmentation de la transpiration lorsque la sueur "roule la grêle"?
  3. Battement de coeur fort (saute hors de la poitrine)?
  4. Une boule dans la gorge, étouffante?
  5. Sensation désagréable de serrement dans la poitrine, apparu une douleur à la poitrine?
  6. Faiblesse, tête qui tourne?
  7. Un engourdissement, des picotements dans les membres, dans tout le corps?

Si vous avez répondu oui, passez le test avancé et consultez un psychologue.

Une AP cliniquement exprimée est accompagnée par la peur, qui apparaît de manière inattendue. L'attaque est caractérisée par des symptômes qui effraient une personne:

  • battement de coeur soudain;
  • un sentiment d'irréalité de ce qui se passe;
  • douleur à la poitrine, suffocation;
  • l'horreur de la mort subite ou de la perte de contrôle;
  • l'apparence de peur de devenir fou.

Faites attention! L’attaque de panique se développe rapidement et atteint son maximum en 5-7 minutes. Le développement de l'attaque est observé 15-20 minutes.

De tels symptômes se retrouvent dans les maladies mentales somatiques. La sensation de rythme cardiaque irrégulier, la douleur dans le côté gauche du sternum est perçue par l'homme comme une manifestation de la maladie. L'attaque provoque une augmentation de la pression. Le patient n'a pas assez d'air, la peur augmente à cause de l'asphyxie. Il y a le vertige, la faiblesse.

Lorsque le test d'attaque de panique et d'anxiété indique la présence de signes de désordre, vous devez contacter un psychologue, un psychothérapeute. Vous obtiendrez une aide spécialisée. Réaliser l'existence d'un problème psychologique. Voir quelles solutions existent.

Test d'attaque de panique

Échelle du trouble panique (Échelle de gravité du trouble panique - Formulaire d’auto-évaluation)

(traduit par moi)

  • Battement de coeur rapide ou martelant
  • Transpiration
  • La nausée
  • Douleur ou malaise à la poitrine
  • Vertige
  • Peur de devenir fou ou de perdre le contrôle de soi
  • Essoufflement
  • Engourdissement ou picotement
  • Sensation d'étouffement
  • Peur de la mort
  • Frissons ou rougeurs
  • Sentiment d'irréalité

Test d'attaque de panique

Ce test visait à identifier une personne présentant des signes d'un trouble neuropsychiatrique de type attaque de panique et, en cas de résultat positif, à déterminer la gravité du trouble et à le renvoyer à un spécialiste.

Vous êtes présenté avec une liste de 35 questions. Veuillez lire attentivement la question elle-même, mais répondez sans hésiter - écoutez vos sentiments initiaux. C'est ce qui sera le bon diagnostic.

Test d'attaque de panique

Test d'attaque de panique

(Katon W. J. Questions sur le dépistage de panique dans le questionnaire sur la santé du patient)

A. Les attaques d'anxiété.

  1. Avez-vous eu des crises soudaines d'anxiété, de peur ou d'horreur au cours des 4 derniers mois?
  2. Avez-vous déjà eu de telles attaques avant?
  3. Certaines de ces attaques se produisent-elles de manière inattendue, en dehors d'une situation particulière, où ressentirez-vous de l'anxiété ou de la gêne?
  4. Avez-vous peur d'une attaque ou de ses conséquences?

B. Lors de votre dernière attaque (attaque), vous avez eu:

  • respiration superficielle
  • palpitations, pulsations, interruptions du fonctionnement du cœur ou sensation de son arrêt
  • douleur ou inconfort dans le côté gauche de la poitrine
  • transpiration
  • sensation d'essoufflement, essoufflement
  • vagues de chaleur ou de froid
  • nausée, malaises gastriques, diarrhée ou envie d'y aller
  • vertiges, instabilité, brouillard dans la tête ou pré-perte de conscience
  • picotements ou engourdissements dans le corps ou les membres
  • tremblements dans le corps, membres, contractions musculaires ou resserrement du corps (membres)
  • peur de la mort ou d'une crise irréversible

Si vous avez répondu «oui» à au moins une question de la section A et à quatre questions de la section B, vous avez des attaques de panique et vous devez consulter un psychothérapeute ou un psychiatre.

Puisque le facteur déclencheur d'une attaque de panique est le plus souvent l'anxiété, il est très important de détecter et de traiter rapidement le trouble d'anxiété.

Test pour évaluer le niveau d'anxiété

Les instructions. Lisez attentivement chaque déclaration et choisissez la réponse en fonction de vos sentiments au cours du dernier mois.

1) Je ressens de la tension, je me sens mal à l'aise:

c) de temps en temps, parfois;

d) Je ne me sens pas du tout.

2) Je sens la peur, il semble que quelque chose de terrible puisse arriver:

a) oui, et la peur est très forte;

b) si, si, mais la peur n’est pas très forte;

c) je le ressens parfois, mais cela ne me dérange pas;

d) Je ne me sens pas du tout.

3) Des pensées agitées me tournent dans la tête:

b) la plupart du temps;

c) de temps en temps;

d) seulement occasionnellement.

4) Je peux facilement m'asseoir et me détendre:

a) ce n'est pas du tout comme ça;

b) seulement à l'occasion;

c) c'est peut-être;

5) Je ressens un stress interne ou des frissons:

d) Je ne me sens pas du tout.

6) Il m'est difficile de rester immobile, comme si j'avais constamment besoin de bouger:

b) c'est peut-être;

c) seulement dans une certaine mesure;

d) ce n'est pas du tout comme ça.

7) J'ai un sentiment de panique:

b) assez souvent;

Comptez maintenant le résultat:

la réponse “a” correspond à 3 points, “b” - 2, “c” - 1, “g” - 0 points. Ajouter des points.

Si la somme des points de 0 à 3 - le niveau d'alarme est dans la plage normale;

de 4 à 7 - une légère augmentation du niveau d'anxiété, nous vous conseillons de contacter un psychologue;

de 8 à 10 - anxiété modérée, il est préférable de contacter un psychothérapeute pour corriger le problème;

de 11 à 15 ans - anxiété grave, nous vous recommandons de contacter un psychothérapeute et de suivre un traitement;

16 points et plus - une augmentation prononcée du niveau d'anxiété nécessite un traitement qualifié par un psychiatre ou un psychothérapeute.

TEST pour détecter les attaques de panique

Afin de déterminer si vous avez une attaque de panique, répondez "oui" ou "non" aux questions suivantes: avez-vous déjà eu des attaques d'anxiété, de peur ou d'horreur soudaines au cours des 4 derniers mois?

(Questions sur le dépistage de panique dans le questionnaire sur la santé des patients de Katon W.J)

Test de détection d'attaque de panique en cours

Afin de déterminer si vous avez une attaque de panique, répondez "oui" ou "non" aux questions suivantes:

a) avez-vous vécu des crises soudaines d'anxiété, de peur ou d'horreur au cours des 4 derniers mois?

b) avez-vous déjà eu des attaques similaires?

c) Certaines de ces attaques se produisent-elles de manière inattendue, sans contact avec une situation particulière, où ressentiriez-vous de l'anxiété ou de la gêne?

d) Avez-vous peur d'une crise ou de ses conséquences?

Si vous avez répondu non à au moins une question, cela signifie que vous n'avez pas d'attaque de panique.

Si vous avez répondu «oui» aux quatre questions, passez ensuite le test d'identification des attaques de panique.

1. AU COURS DE VOTRE DERNIERE PAUSE (ATTAQUE), VOUS AVEZ ETE TESTE:

Respiration superficielle et rapide

2. Palpitations, pulsations, interruptions du travail du cœur ou sensation de son arrêt

3. Douleur ou malaise au côté gauche de la poitrine

4. transpiration

5. sensation d'essoufflement, d'essoufflement

6. Des vagues de chaleur ou de froid

7. Nausée, malaises gastriques, diarrhée ou envie de

8. Vertiges, instabilité, brouillard dans la tête ou état pré-inconscient.


9. Picotements ou engourdissements dans le corps ou les membres.

10. Frissons dans le corps, les membres, les contractions musculaires ou la raideur du corps (membres)


11. Peur de la mort ou d'une crise irréversible.

Si vous avez répondu «oui» à quatre questions, vous avez des attaques de panique et vous devez consulter un psychothérapeute ou un psychiatre.

Test d'attaque de panique

Test d'attaque de panique

Test d'attaque de panique

Vous pouvez déterminer vous-même la présence d'attaques de panique. Créé par le psychologue américain Wayne Caton, le questionnaire permettant de détecter les attaques de panique présente des taux élevés de sensibilité (81%) et de spécificité (99%).

Table des matières:

Pour des résultats précis, vous devez lire attentivement les questions et y répondre "oui" ou "non". Alors, prenez un papier, un stylo ou un crayon et partez.

Section "A". Identifier les symptômes d'anxiété d'attaque de panique

  1. Au cours des 4 derniers mois, avez-vous éprouvé un sentiment soudain d'anxiété, de peur et d'horreur?
  2. Avez-vous ressenti quelque chose comme ça avant?
  3. Ces attaques se manifestent-elles ou font-elles apparaître de manière inattendue, quelle que soit la situation particulière qui est désagréable, inconfortable pour vous?
  4. Avez-vous peur d'une autre crise d'angoisse?
  5. Avez-vous peur des conséquences négatives de la manifestation de panique, la mort?

Section "B". Déterminer les signes physiques d'une attaque de panique

Lors d'une crise d'angoisse, avez-vous éprouvé des symptômes tels que:

  1. Augmentation de la respiration, sa nature peu profonde?
  2. Inconfort, douleur dans le côté gauche de la poitrine?
  3. Des palpitations cardiaques, une augmentation de la fréquence cardiaque, une fonction cardiaque irrégulière ou le sentiment que «le cœur s'est arrêté»?
  4. Essoufflement, manque d'oxygène dans les poumons?
  5. Transpiration accrue?
  6. Une vague inattendue de vagues froides ou chaudes?
  7. Inconfort dans l'estomac, envie de nausée, diarrhée ou nausée, diarrhée?
  8. État instable, vertiges, conscience floue, sensation de front défaillant?
  9. Picotements, engourdissements dans les bras, les jambes ou sur tout le corps?
  10. Tremblement, "saccades" des mains ou des pieds, l'impression que la peau du visage, du cou, du cou "se resserre"?

En résumé

Si vous avez répondu «non» à la première question de la section «A», vous pouvez parler non pas d'une attaque de panique, mais d'une maladie neurologique ou thérapeutique.

Si la réponse affirmative «oui» est reçue pour au moins une question de la section «A» et quatre questions de la section «B», on peut alors juger du trouble panique.

Il convient de noter que les résultats auto-identifiés et interprétés ne peuvent pas servir de diagnostic. Pour diagnostiquer une attaque de panique ne peut que des recherches professionnelles menées par un spécialiste certifié.

Le test pour déterminer le degré d'anxiété

Répondez aux questions du test, en vous basant sur les sentiments du mois dernier. En choisissant l’un des quatre choix de réponses, attribuez-vous des points.

R. Je suis dans un état de tension, je me sens inhabituel:

  1. Constamment - 3 points
  2. Souvent - 2 points
  3. Parfois, parfois - 1 point
  4. Jamais essayé (a) - 0 points

B. J'ai peur - il me semble que quelque chose de terrible va se passer:

  1. Oui, d'accord, j'ai une grande peur - 3 points
  2. Oui, c’est vrai, mais la peur est faible, non meurtrière - 2 points.
  3. Parfois, j'ai peur, mais cela ne me dérange pas beaucoup - 1 point
  4. N'a pas testé du tout - 0 points

Q. Je pense aux problèmes, je m'inquiète:

  1. Oui, tout le temps - 3 points
  2. Plus que d'autres choses - 2 points
  3. À la réception, rarement - 1 point
  4. Rarement, parfois - 0 points.

G. Je me détends facilement, accroupi:

  1. Loin de là - 3 points
  2. Parfois, parfois - 2 points
  3. C'est peut-être vrai - 1 point
  4. Oui, bien sûr - 0 points

D. Je connais le sentiment de frisson intérieur, le sentiment de "chair de poule":

  1. Oui, très souvent - 3 points
  2. Ça arrive souvent - 2 points
  3. Parfois - 1 point
  4. Je ne sais pas ce que c'est - 0 points

E. Je ne peux pas m'asseoir au même endroit, j'ai besoin d'être constamment en mouvement:

  1. Oui, c'est vrai - 3 points
  2. Peut-être est-ce vrai - 2 points
  3. Dépend de la situation - 1 point
  4. Non, ce n'est pas à propos de moi - 0 points

G. J'ai des sentiments de panique:

  1. Très souvent - 3 points
  2. Arrive souvent - 2 points
  3. Parfois - 1 point
  4. Jamais essayé (a) - 0 points

En résumé

Calculez le nombre total de points accumulés pour les réponses et trouvez le résultat:

  • de 0 à 3 points - votre degré d'anxiété se situe dans les limites normales;
  • de 4 à 7 ans - votre anxiété est légèrement accrue, vous pouvez penser au traitement;
  • de 8 à 10 - anxiété modérée, ce qui peut corriger le traitement;
  • de 11 à 15 ans - un état d'anxiété prononcé, un traitement est recommandé;
  • à partir de 16 points - degré d'anxiété élevé nécessitant un traitement, sinon la maladie progressera.

Tests que vous avez VSD, attaques de panique, anxiété, névrose, etc.

Ces tests vous permettront de savoir si vous avez réellement des troubles psychologiques. Bien sûr, tous les tests ont leurs propres erreurs, mais ils ont été compilés par des psychologues de renommée mondiale, et leurs résultats doivent être pris en compte, car au moins approximativement, vous saurez dans quelle position vous vous trouvez.

Liste des tests en ligne:

Le test permettant de déterminer l’anxiété est un test très important, car attaques de panique, les peurs sans cause commencent précisément avec l'augmentation des niveaux d'anxiété. Par conséquent, je recommande fortement de passer ce test. Déterminez votre niveau d'anxiété et vous saurez vous-même à quoi vous avez affaire.

Le test de prédisposition aux attaques de panique est également un test important. C’est en fait ce que nous travaillons avec le site Web du gourou de l’IET, en éliminant le pic d’anxiété, de panique et de peur maximale inconsciente.

Test de niveau d'anxiété - Un court test en ligne montrera le niveau d'anxiété et de tension dans votre système nerveux.

Déterminer le niveau de l’état névrotique - assurez-vous de passer ce grand test avec beaucoup de questions qui analyseront très bien votre état pour la névrose. Ceci est le test le plus important sur cette page!

Le test permettant de déterminer le niveau d'anxiété et de tolérance au stress est un test rapide qui vous permet de vérifier rapidement vos principales données psychologiques.

Grand test de névrose

Test en ligne 86 questions - le plus grand test, où vous obtenez l'analyse la plus détaillée de votre situation (l'analyse sera envoyée à votre adresse e-mail).

Tests flash. Collection de tests psychologiques:

Tests de texte:

L'importance de passer un test est que vous pouvez déterminer rapidement si vous avez un problème et son degré. Bien sûr, toutes ces données sont exemplaires, mais elles sont néanmoins utiles pour au moins connaître l'état des choses. Surtout lorsque vous vous inquiétez en vain, il peut ne pas y avoir de problème du tout.

© Toute copie de matériel est interdite!

Test d'attaque de panique

Ce test visait à identifier une personne présentant des signes d'un trouble neuropsychiatrique de type attaque de panique et, en cas de résultat positif, à déterminer la gravité du trouble et à le renvoyer à un spécialiste.

Vous êtes présenté avec une liste de 35 questions. Veuillez lire attentivement la question elle-même, mais répondez sans hésiter - écoutez vos sentiments initiaux. C'est ce qui sera le bon diagnostic.

Attaques de panique: causes et versions, facteurs provoquants

La question est de savoir quel est le facteur déclenchant de cette maladie. Les attaques de panique ont différentes causes: certains pensent que la panique est provoquée par des perturbations de l'équilibre chimique dans le cerveau, d'autres sont convaincus qu'il s'agit d'une pensée irrationnelle.

Plusieurs hypothèses sur la survenue d'attaques de panique

Qu'est-ce qui cause les attaques de panique? Plusieurs théories expliquent la situation. Ils sont basés sur des facteurs physiologiques et sociaux affectant le corps humain. La cause fondamentale réside dans les effets des facteurs de stress. Les plus courantes sont les hypothèses suivantes sur l'origine de PA.

  1. La catécholamine. Selon cette hypothèse, l’anxiété entraîne une augmentation de la concentration de catezolamines dans le sang - substances biologiquement actives produites par le cortex surrénalien. Ces composants provoquent des processus tels que l'augmentation de la pression, le rétrécissement des vaisseaux sanguins, la tension du système nerveux.
  2. L'hypothèse génétique est appuyée par un certain nombre de chercheurs qui considèrent l'hérédité comme étant la cause de l'AP. Fait intéressant, chez des jumeaux identiques, dans la moitié des cas, il existe des maladies courantes, notamment des attaques de panique. La probabilité d'occurrence de cette maladie chez les parents proches est élevée.
  3. La conjecture psychanalytique est basée sur le fait que la cause première de la condition est un conflit interne causé par l'accumulation de tension et le manque de décharge émotionnelle. La transformation de l'énergie non dépensée en anxiété se produit. La raison de l'attaque peut aussi être une certaine situation de conflit.
  4. Théorie du comportement. Ses fondateurs considèrent que la cause de l’état est liée à des facteurs externes, appelés stimuli non conditionnés, qui provoquent une crise d’anxiété réflexe qui se transforme en panique. La formation de l’Autorité palestinienne repose souvent sur des situations fictives.
  5. L'hypothèse cognitive voit la cause de l'AP interprétation incorrecte des sensations humaines. Les personnes affectées sont plus émotives, plus sensibles, plus enclines à exagérer leurs impressions. Surtout, ils ne se préoccupent pas de la situation désagréable elle-même, mais de la probabilité qu’elle se produise.

La liste des sources d'AP ne se limite pas à cela: il existe encore de nombreux facteurs affectant le développement des crises. N'oubliez pas que la panique peut être un signe de la maladie, en particulier de toute pathologie mentale ou somatique.

Maladies et états provoquant une AP

Dans de nombreux cas, les causes des attaques de panique doivent être recherchées dans des situations qui provoquent une surcharge du corps. Mais l’AP ne se produit pas chez tout le monde, bien que le stress entoure presque tout le monde. On remarque que les femmes sont plus susceptibles d'être attaquées et qu'il existe une forte probabilité de panique pendant la puberté. Quelles sont les principales raisons du développement?

  1. Les maladies. Il peut s'agir d'opérations, de problèmes cardiaques et respiratoires, de troubles mentaux, obligeant une personne à se préoccuper de sa santé, à craindre la mort. Les changements physiologiques, tels que la grossesse et l'accouchement, la première menstruation, sont également susceptibles de provoquer de l'anxiété. Les maladies endocriniennes, en particulier la thyrotoxicose, jouent un rôle particulier. La sécrétion accrue d'hormone thyroïdienne a un effet stimulant sur les humains.
  2. Acceptation des médicaments. Ce sont des médicaments qui sont souvent utilisés pour traiter les troubles nerveux, ils ont des effets secondaires et provoquent de l'anxiété. Le danger est l'utilisation de stéroïdes, de stéroïdes anabolisants et de médicaments anti-asthmatiques qui affectent directement le système nerveux central et provoquent des attaques de panique. Certaines substances utilisées en anesthésiologie et dans le traitement de l'alcoolisme peuvent provoquer des hallucinations.
  3. Problèmes mentaux. La peur incontrôlée se produit dans les phobies, les troubles post-traumatiques stressants, la dépression, la schizophrénie. Il s'accompagne d'une stupeur ou d'une excitabilité motrice accrue.
  4. Les motivations sociales sont représentées par le progrès technique, un rythme de vie accéléré et des facteurs de stress constants. Les facteurs de risque comprennent une faible activité physique, la présence de mauvaises habitudes, des situations de conflit non résolues et des troubles du sommeil.

La normalisation du contexte émotionnel, l'élimination des maladies et d'autres facteurs de stress contribuent à augmenter la résistance au stress et, par conséquent, la probabilité d'attaques de panique est réduite. Comme ce sont les hormones du stress qui sont la principale cause du développement de l'anxiété.

Conflits internes ou déchirement d'un robinet

Les attaques de panique apparaissent souvent à la suite d'un conflit de personnalité interne. Les expériences de l'homme sont plutôt contradictoires et, en l'absence d'une décision juste, les mécanismes de défense de la psyché entrent en vigueur. Peut-être que l'exclusion de la conscience de ce conflit, mais que l'anxiété et le désir intérieur de le résoudre affectent le niveau physiologique.

Cependant, il est impossible de les lier avec un conflit interne, car toute la chaîne n’est pas réalisée et il est suggéré que les symptômes parlent de maladie imminente ou de décès. La peur génère une nouvelle attaque et, pour l’éviter, le corps élimine les conflits internes de la conscience par une attaque de panique.

À cet égard, nous pouvons parler des avantages de l'Autorité palestinienne, en tant que moyen de gérer l'anxiété et la résolution des conflits internes. Ce n'est pas la meilleure option, mais cela vous permet d'avertir "d'arrêter un robinet d'arrêt". Si vous résolvez le conflit interne, l'Autorité palestinienne peut complètement mettre fin à son action pour se débarrasser des restrictions et de la peur constante.

Conscient et inconscient chez l'homme: la lutte entre "devoir" et "vouloir"

De nombreux psychologues, partisans du freudisme, soutiennent que la cause de l’AP devient un conflit entre le conscient et l’inconscient. Qu'est ce que cela signifie? Une personne dans le cerveau coexiste avec une variété d'aspirations, ayant la nature opposée. Les désirs de la catégorie «Je veux» sont étroitement liés aux exigences de la catégorie «doit». Ceci est bien écrit dans l'article de V. Levy "L'art d'être soi-même".

Ce qui fait la panique de Freud

Dans notre vie, une personne ne peut satisfaire que ses désirs, elle doit obéir aux normes et lois généralement acceptées. Mais forcer une personne à accepter et à aimer quelque chose qui lui est étranger est presque impossible: si cela se produit, il y aura un conflit interne.

La lutte entre le conscient et le subconscient réside simplement dans le fait que, en réponse à l'accomplissement de devoirs inhabituels, une protestation interne se forme, qui s'exprime également dans un état de panique. Pour résoudre le conflit, il faut analyser la situation et comprendre qu'il veut amener l'inconscient.

L'élimination des causes de la névrose peut être un élément clé de la lutte contre l'AP. Malheureusement, cela peut être assez difficile à faire, car une personne vit dans une société et la résolution du conflit entre «devoir» et «vouloir» affecte les intérêts des autres personnes.

Peur de la mort et de PA

Lors d'une attaque de panique, une personne peut ressentir la peur de la mort et ne pas pleinement prendre conscience de l'inutilité de telles expériences. Cela est dû aux symptômes somatiques: il se transforme en fièvre, les palpitations deviennent plus fréquentes, des douleurs thoraciques apparaissent, une gêne est possible au niveau du tractus gastro-intestinal, une respiration est perturbée, des poussées de pression, des vertiges et un état proche de l'évanouissement.

Peur de la mort et de PA

D'où vient la peur de la mort à l'Autorité palestinienne? Cela est dû à l'expérience émotionnelle d'une personne stressée depuis sa naissance, surtout si l'accouchement a été difficile et s'est accompagné d'asphyxie. Le type psychologique d'une personne a un effet considérable sur ce phénomène: les personnes au caractère anxieux - mélancolique et colérique - sont plus sensibles à l'AP. Les traumatismes mentaux subis dans l’enfance jouent un rôle important.

La peur de la mort et PA - des concepts toujours connectés. Pour les briser, vous devez ressentir la réalité de ce qui se passe et faire un pas en avant.

Causes et facteurs de panique de masse

La panique de masse est un phénomène qui touche plusieurs personnes à la fois. Il y a plusieurs raisons à cela. Les principaux facteurs affectant ceci sont les suivants.

  1. Phénomènes sociaux se produisant dans le monde, société. Ce sont des catastrophes naturelles, des échecs économiques, des tragédies, des guerres.
  2. Causes physiologiques. Fatigue, faim, alcoolisme, toxicomanie - tout ce qui réduit le niveau de maîtrise de soi.
  3. Facteurs psychologiques généraux Il s’agit de surprises, de situations effrayantes, d’informations souvent exagérées ou déformées. Comme Carnegie l'a écrit dans son célèbre livre, le mal arrive dans la vie d'un individu en fait rarement, dans 10% des cas. Mais beaucoup de gens ne le savent tout simplement pas, ce qui permet de gagner énormément d’argent auprès de divers organismes assurant la vie d’une personne.
  4. Vide idéologique. Absence d'objectif commun ou de leaders de confiance, faibles niveaux de cohésion.

Facteurs de panique de masse

Le dernier facteur est fondamental, car il existe de nombreuses preuves que des groupes de personnes unis par un objectif commun sont capables de maintenir l’unité et de ne pas succomber à la panique, même en cas de danger mortel.

Actuellement, l'origine des troubles mentaux dans un groupe combiné d'individus n'est pas entièrement comprise. Mais il n'y a pas de fumée sans feu, et nous devons rechercher ce qui déclenche des changements dans le psychisme d'une personne consciente de lui-même en tant qu'unité de masse. En attendant, c’est une occasion pour les charlatans et les escrocs de toutes les allégeances de gagner de l’énergie et de l’argent.

Test d'attaque de panique

Les attaques d'anxiété, vécues douloureusement par une personne accompagnée de peur, sont appelées attaques de panique (AP). Cela empêche la personne de s'adapter à une vie bien remplie. Dans un premier temps pour énoncer un problème, un test d'attaque de panique est utilisé. Cependant, la nécessaire participation d'un spécialiste.

La particularité du test

Un test de symptôme pour PA peut être pris en ligne. Si la première question à laquelle vous avez répondu par l'affirmative, contactez un psychologue.

Les questions pour le test du trouble panique aident à déterminer votre condition:

  1. Le sentiment de peur, d'anxiété et d'horreur des 3 ou 4 derniers mois?
  2. Si oui, vérifiez avec les sentiments que vous rencontrez pour la première fois?
  3. Vous sentez-vous anxiété avant de ré-attaquer?
  4. Les manifestations étaient inattendues ou liées à une situation inconfortable spécifique?
  5. Y a-t-il une peur de la mort?

Les résultats du test d'attaque de panique ne constituent pas un diagnostic. Seule une approche réfléchie des diplômés permettra d'établir la présence de la maladie.

Détermination du degré d'attaque de panique

La ligne entre les états d'anxiété semble être imperceptible et le traitement diffère de manière significative. La spécialiste Nikita Valerievich Baturin vous aidera à vous débarrasser de cette maladie si vous avez identifié les symptômes d’une attaque de panique.

Déterminez si vous avez ressenti au cours des 4 derniers mois:

  1. Augmentation des difficultés respiratoires, manque d'air?
  2. Augmentation de la transpiration lorsque la sueur "roule la grêle"?
  3. Battement de coeur fort (saute hors de la poitrine)?
  4. Une boule dans la gorge, étouffante?
  5. Sensation désagréable de serrement dans la poitrine, apparu une douleur à la poitrine?
  6. Faiblesse, tête qui tourne?
  7. Un engourdissement, des picotements dans les membres, dans tout le corps?

Si vous avez répondu oui, passez le test avancé et consultez un psychologue.

Une AP cliniquement exprimée est accompagnée par la peur, qui apparaît de manière inattendue. L'attaque est caractérisée par des symptômes qui effraient une personne:

  • battement de coeur soudain;
  • un sentiment d'irréalité de ce qui se passe;
  • douleur à la poitrine, suffocation;
  • l'horreur de la mort subite ou de la perte de contrôle;
  • l'apparence de peur de devenir fou.

Faites attention! L’attaque de panique se développe rapidement et atteint son maximum en 5-7 minutes. Le développement de l'attaque est observé 15-20 minutes.

De tels symptômes se retrouvent dans les maladies mentales somatiques. La sensation de rythme cardiaque irrégulier, la douleur dans le côté gauche du sternum est perçue par l'homme comme une manifestation de la maladie. L'attaque provoque une augmentation de la pression. Le patient n'a pas assez d'air, la peur augmente à cause de l'asphyxie. Il y a le vertige, la faiblesse.

Lorsque le test d'attaque de panique et d'anxiété indique la présence de signes de désordre, vous devez contacter un psychologue, un psychothérapeute. Vous obtiendrez une aide spécialisée. Réaliser l'existence d'un problème psychologique. Voir quelles solutions existent.

ESSAI SUR LES ATTAQUES PANIQUES

© Psymed.info Tous droits réservés.Il est interdit de copier, reproduire, distribuer ou utiliser de quelque manière que ce soit le contenu de ce site sans l'autorisation écrite préalable du détenteur des droits.

Les résultats de ce test d'auto-évaluation déterminent la probabilité d'attaques de panique. Ce test est un outil d’évaluation préliminaire de l’état et ne permet pas de déterminer le diagnostic exact. Si les résultats de votre test indiquent que vous pourriez souffrir d'attaques de panique (trouble panique), veuillez contacter un spécialiste pour clarifier le diagnostic.

Test d'attaque de panique

Test d'attaque de panique

(Katon W. J. Questions sur le dépistage de panique dans le questionnaire sur la santé du patient)

  1. Avez-vous eu des crises soudaines d'anxiété, de peur ou d'horreur au cours des 4 derniers mois?
  2. Avez-vous déjà eu de telles attaques avant?
  3. Certaines de ces attaques se produisent-elles de manière inattendue, en dehors d'une situation particulière, où ressentirez-vous de l'anxiété ou de la gêne?
  4. Avez-vous peur d'une attaque ou de ses conséquences?

B. Lors de votre dernière attaque (attaque), vous avez eu:

  • respiration superficielle
  • palpitations, pulsations, interruptions du fonctionnement du cœur ou sensation de son arrêt
  • douleur ou inconfort dans le côté gauche de la poitrine
  • transpiration
  • sensation d'essoufflement, essoufflement
  • vagues de chaleur ou de froid
  • nausée, malaises gastriques, diarrhée ou envie d'y aller
  • vertiges, instabilité, brouillard dans la tête ou pré-perte de conscience
  • picotements ou engourdissements dans le corps ou les membres
  • tremblements dans le corps, membres, contractions musculaires ou resserrement du corps (membres)
  • peur de la mort ou d'une crise irréversible

Si vous avez répondu «oui» à au moins une question de la section A et à quatre questions de la section B, vous avez des attaques de panique et vous devez consulter un psychothérapeute ou un psychiatre.

Puisque le facteur déclencheur d'une attaque de panique est le plus souvent l'anxiété, il est très important de détecter et de traiter rapidement le trouble d'anxiété.

Test pour évaluer le niveau d'anxiété

Les instructions. Lisez attentivement chaque déclaration et choisissez la réponse en fonction de vos sentiments au cours du dernier mois.

1) Je ressens de la tension, je me sens mal à l'aise:

c) de temps en temps, parfois;

d) Je ne me sens pas du tout.

2) Je sens la peur, il semble que quelque chose de terrible puisse arriver:

a) oui, et la peur est très forte;

b) si, si, mais la peur n’est pas très forte;

c) je le ressens parfois, mais cela ne me dérange pas;

d) Je ne me sens pas du tout.

3) Des pensées agitées me tournent dans la tête:

b) la plupart du temps;

c) de temps en temps;

d) seulement occasionnellement.

4) Je peux facilement m'asseoir et me détendre:

a) ce n'est pas du tout comme ça;

b) seulement à l'occasion;

c) c'est peut-être;

5) Je ressens un stress interne ou des frissons:

d) Je ne me sens pas du tout.

6) Il m'est difficile de rester immobile, comme si j'avais constamment besoin de bouger:

b) c'est peut-être;

d) ce n'est pas du tout comme ça.

7) J'ai un sentiment de panique:

b) assez souvent;

Comptez maintenant le résultat:

la réponse “a” correspond à 3 points, “b” - 2, “c” - 1, “g” - 0 points. Ajouter des points.

Si la somme des points de 0 à 3 - le niveau d'alarme est dans la plage normale;

de 4 à 7 - une légère augmentation du niveau d'anxiété, nous vous conseillons de contacter un psychologue;

de 8 à 10 - anxiété modérée, il est préférable de contacter un psychothérapeute pour corriger le problème;

de 11 à 15 ans - anxiété grave, nous vous recommandons de contacter un psychothérapeute et de suivre un traitement;

16 points et plus - une augmentation prononcée du niveau d'anxiété nécessite un traitement qualifié par un psychiatre ou un psychothérapeute.

Vérifiez aussi

Les attaques de panique peuvent-elles être guéries?

Comme le montre la pratique clinique, les attaques de panique, dans la plupart des cas, répondent bien au traitement. Il y a beaucoup de façons de surmonter...

Test d'attaque de panique

Test d'attaque de panique

(Katon W. J. Questions sur le dépistage de panique dans le questionnaire sur la santé du patient)

  1. Avez-vous eu des crises soudaines d'anxiété, de peur ou d'horreur au cours des 4 derniers mois?
  2. Avez-vous déjà eu de telles attaques avant?
  3. Certaines de ces attaques se produisent-elles de manière inattendue, en dehors d'une situation particulière, où ressentirez-vous de l'anxiété ou de la gêne?
  4. Avez-vous peur d'une attaque ou de ses conséquences?

B. Lors de votre dernière attaque (attaque), vous avez eu:

  • respiration superficielle
  • palpitations, pulsations, interruptions du fonctionnement du cœur ou sensation de son arrêt
  • douleur ou inconfort dans le côté gauche de la poitrine
  • transpiration
  • sensation d'essoufflement, essoufflement
  • vagues de chaleur ou de froid
  • nausée, malaises gastriques, diarrhée ou envie d'y aller
  • vertiges, instabilité, brouillard dans la tête ou pré-perte de conscience
  • picotements ou engourdissements dans le corps ou les membres
  • tremblements dans le corps, membres, contractions musculaires ou resserrement du corps (membres)
  • peur de la mort ou d'une crise irréversible

Si vous avez répondu «oui» à au moins une question de la section A et à quatre questions de la section B, vous avez des attaques de panique et vous devez consulter un psychothérapeute ou un psychiatre.

Puisque le facteur déclencheur d'une attaque de panique est le plus souvent l'anxiété, il est très important de détecter et de traiter rapidement le trouble d'anxiété.

Test pour évaluer le niveau d'anxiété

Les instructions. Lisez attentivement chaque déclaration et choisissez la réponse en fonction de vos sentiments au cours du dernier mois.

1) Je ressens de la tension, je me sens mal à l'aise:

c) de temps en temps, parfois;

d) Je ne me sens pas du tout.

2) Je sens la peur, il semble que quelque chose de terrible puisse arriver:

a) oui, et la peur est très forte;

b) si, si, mais la peur n’est pas très forte;

c) je le ressens parfois, mais cela ne me dérange pas;

d) Je ne me sens pas du tout.

3) Des pensées agitées me tournent dans la tête:

b) la plupart du temps;

c) de temps en temps;

d) seulement occasionnellement.

4) Je peux facilement m'asseoir et me détendre:

a) ce n'est pas du tout comme ça;

b) seulement à l'occasion;

c) c'est peut-être;

d) Je ne me sens pas du tout.

6) Il m'est difficile de rester immobile, comme si j'avais constamment besoin de bouger:

b) c'est peut-être;

c) seulement dans une certaine mesure;

d) ce n'est pas du tout comme ça.

7) J'ai un sentiment de panique:

b) assez souvent;

Comptez maintenant le résultat:

la réponse “a” correspond à 3 points, “b” - 2, “c” - 1, “g” - 0 points. Ajouter des points.

Si la somme des points de 0 à 3 - le niveau d'alarme est dans la plage normale;

de 4 à 7 - une légère augmentation du niveau d'anxiété, nous vous conseillons de contacter un psychologue;

de 8 à 10 - anxiété modérée, il est préférable de contacter un psychothérapeute pour corriger le problème;

de 11 à 15 ans - anxiété grave, nous vous recommandons de contacter un psychothérapeute et de suivre un traitement;

16 points et plus - une augmentation prononcée du niveau d'anxiété nécessite un traitement qualifié par un psychiatre ou un psychothérapeute.

Vérifiez aussi

Les attaques de panique peuvent-elles être guéries?

Comme le montre la pratique clinique, les attaques de panique, dans la plupart des cas, répondent bien au traitement. Il y a beaucoup de façons de surmonter...

Symptômes d'une attaque de panique et tests de sensibilité aux attaques de panique

Attaque de panique (synonymes: crise végétative, crise sympatho-surrénale) - attaque de peur aiguë née de causes humaines conscientes ou inconscientes, accompagnée de symptômes végétatifs éclatants caractéristiques du moment de forte peur de quelque chose.

Ne confondez pas une attaque de panique avec un trouble panique - une condition psychopathologique dans laquelle des attaques de panique se produisent régulièrement, le patient est pleinement conscient de son état pathologique et attend la prochaine attaque d'attaque de panique.

La panique peut se produire spontanément chez une personne en bonne santé mentale à la suite d'une exposition à des stimuli psychogènes aigus ou à un traumatisme émotionnel, ainsi qu'un signe clinique supplémentaire d'autres troubles mentaux: phobies, maladies organiques du système cardiovasculaire, troubles dépressifs, maladies endocriniennes.

Afin de distinguer les réactions réflexes protectrices du système nerveux, sous la forme de manifestations de peur, chez des personnes en bonne santé atteintes de troubles mentaux, des tests spécialement conçus pour ces raisons sont utilisés.

Symptômes d'une attaque de panique

Un fort sentiment de peur, un sentiment d'anxiété intense, un désir de manifester la panique sont les principales expériences émotionnelles lors d'une attaque de panique, qui sont combinées à au moins quatre des symptômes autonomes suivants qui reflètent pleinement les manifestations de la peur:

  • Tachycardie, souvent dans un contexte d'arythmie cardiaque.
  • Augmentation de la transpiration avec une sensation constante de «sueur froide».
  • Sensations d'agitation des organes internes, tremblements des muscles squelettiques, particulièrement sensibles au niveau des doigts et des genoux.
  • Déficit aigu en air, respiration rapide, en règle générale - dyspnée inspiratoire. Attaques fréquentes d'asphyxie aiguë.
  • Douleur persistante dans les régions centrale et gauche du sternum.
  • Inconfort dans l'intestin, ouverture aléatoire du sphincter externe de l'anus, nausée.
  • Vertiges, sensation de légèreté dans la tête.
  • Inconscient ou pré-inconscient.
  • Sens persistant de la perte de la raison sur le fond de la peur de faire la mauvaise chose.
  • Peur de la mort
  • Circulation chaotique d'idées polyvalentes, sans rapport et extrêmement obsessionnelles.
  • Miction fréquente, parfois involontaire, "gorge nouée".
  • Problèmes possibles de vision et d'audition, pression artérielle élevée ou basse.

Comme mentionné ci-dessus, l'anxiété, la peur et l'état de panique sont les principaux symptômes de ce trouble mental. Il convient de noter que chacun de ces phénomènes peut se manifester séparément, caractérisant la gravité de la souffrance mentale, de manière cohérente, dans l’ordre dans lequel ils sont énumérés ou dans un état mixte, comme la manifestation la plus grave d’une attaque.

La particularité de l’anxiété est une tension nerveuse persistante, dans laquelle les symptômes autonomes peuvent se manifester dans une mesure faible ou ne pas se manifester du tout. Ce type d'attaque mentale est souvent appelé «panique sans panique».

La fréquence des attaques de panique peut varier considérablement - d’un épisode par mois à plusieurs en une heure. La durée d'une attaque est également très différente, mais en moyenne, ça va.

Les attaques de panique sont généralement attribuées à des troubles spontanés, mais une étude plus détaillée des antécédents du patient et des entretiens révèlent parfois une certaine dépendance de la situation à l’occurrence de la prochaine attaque.

Les premières manifestations d'attaques de panique amènent une personne à faire appel à un nombre suffisant de spécialistes généralistes, à la recherche de maladies graves des systèmes cardiovasculaire, nerveux, digestif, etc. L'absence de toute pathologie commence à convaincre le patient de la présence d'une maladie très rare, unique et certainement fatale. Une telle tournure d'événements conduit souvent à l'apparition de dépressions, souvent à un guide hypocondriaque, et augmente encore la fréquence des attaques de panique, transformant la déviation en trouble panique.

Test d'attaque de panique

Si vous soupçonnez la présence d'attaques de panique ou de trouble panique, il est autorisé à effectuer plusieurs tests élémentaires vous permettant de vous pencher vers un avis ou un autre et de décider de consulter un psychothérapeute.

En règle générale, tous les tests d'attaque de panique se composent de deux blocs principaux. Le premier bloc est court et ne contient que quelques questions de définition dont les réponses montreront la nécessité du prochain bloc de questions beaucoup plus détaillé.

Les questions ne contiennent pas une double signification dans leur contenu, il s’agit de déclarations directes reflétant l’essence des symptômes cliniques d’une attaque avec deux réponses monosyllabiques possibles. Après traitement des résultats, sur la base d’une comparaison avec les principaux symptômes, il est conclu qu’il existe une prédisposition aux attaques de panique.

Traitement d'attaque de panique

L’attaque de panique, non compliquée par des pathologies mentales ou somatiques concomitantes, n’est pas un phénomène dangereux pour la vie du patient; en outre, elle peut être traitée avec beaucoup de succès.

Leurs médicaments, les médicaments de première ligne, sont principalement des antidépresseurs sédatifs, utilisés pendant six mois au maximum, et des tranquillisants, un traitement ne dépassant pas deux semaines.

Des médicaments spécifiques sont sélectionnés strictement individuellement dans le contexte de la manifestation éclatante des substances somatiques végétatives.

Haute efficacité de la psychothérapie dans le traitement des attaques de panique, l’objectif principal étant de déterminer la cause principale de l’attaque. Si cette condition est remplie, les prévisions sont plus que favorables.

Attaque de panique et test d'attaque de panique

Regard médical sur l'attaque de panique et test pour les attaques de panique.

Une attaque de panique n’est souvent pas envisagée du point de vue de la maladie. Dans certaines conditions, presque tout le monde peut avoir une crise de panique. En cas de stress émotionnel intense, des manifestations au niveau du corps peuvent indiquer des attaques de panique. Cependant, la panique commence parfois à progresser et est diagnostiquée chez

1,9-3,6% de la population. Avec une légère marge chez les femmes.

En cas de diagnostic médical, une attaque peut être qualifiée de crise végétative ou de dystonie. Cependant, l'attaque de panique est actuellement un terme mondialement reconnu inclus dans la classification des maladies.

Afin de classifier votre attaque selon une attaque de panique, je porte à votre attention un petit test.

Test des attaques de panique compilé par Wayne J. Katon. Nom complet: Questionnaire de dépistage de la panique du questionnaire sur la santé du patient (PHQ).

1. La question de la présence d'attaques d'anxiété. (répondez "Oui", "Non")

a) avez-vous vécu des crises soudaines d'anxiété, de peur ou d'horreur au cours des 4 derniers mois?

(lorsque vous répondez oui, continuez à répondre aux questions).

b) avez-vous déjà eu des attaques similaires?

c) Certaines de ces attaques se produisent-elles de manière inattendue, sans contact avec une situation particulière, où ressentiriez-vous de l'anxiété ou de la gêne?

d) Avez-vous peur d'une crise ou de ses conséquences?

2. Lors de votre dernière attaque (attaque), vous avez eu:

(répondez "Oui", "Non")

a) respiration superficielle et rapide

b) rythme cardiaque, pulsation, interruption du travail du coeur ou sensation de l’arrêter

c) douleur ou malaise au côté gauche de la poitrine.

e) sensation d'essoufflement, essoufflement

f) vagues de chaleur ou de froid

g) nausée, malaises gastriques, diarrhée ou envie de le faire

h) vertiges, instabilité, brouillard dans la tête ou malaises

i) picotements ou engourdissements dans le corps ou les membres

j) trembler dans le corps, les membres, les contractions musculaires ou la raideur du corps (membres)

k) peur de la mort ou d'une crise irréversible?

Lorsque vous répondez aux questions du paragraphe 1 a-d "Oui" et à toute question du paragraphe 2 a-k "Oui", nous pouvons supposer que vous avez des attaques de panique.

(la sensibilité de la méthode est de 81%, la spécificité est de 99%).

Vous devez arrêter après la question 1 a) si vous avez répondu «non», car si une attaque de panique se déroule dans un contexte de calme émotionnel relatif, il ne s’agit pas d’une composante psychologique du problème, mais de cas neurologiques ou thérapeutiques.

Par conséquent, si vous avez des douleurs dans certains organes, alors consultez un médecin. Si vous ressentez de la douleur en raison de la peur et de l’anxiété - e

puis des attaques de panique. Référez-vous à un psychologue, lui seul peut vous aider. Ce n'est pas un cas médical, mais psychologique. Et résolu assez rapidement.

ESSAI SUR LES ATTAQUES PANIQUES

© Psymed.info Tous droits réservés.Il est interdit de copier, reproduire, distribuer ou utiliser de quelque manière que ce soit le contenu de ce site sans l'autorisation écrite préalable du détenteur des droits.

Les résultats de ce test d'auto-évaluation déterminent la probabilité d'attaques de panique. Ce test est un outil d’évaluation préliminaire de l’état et ne permet pas de déterminer le diagnostic exact. Si les résultats de votre test indiquent que vous pourriez souffrir d'attaques de panique (trouble panique), veuillez contacter un spécialiste pour clarifier le diagnostic.

Test d’Attaque Panique - Diagnostic Phénomène

L’anxiété fait partie du système de défense unique de la personne, conçu pour l’informer d’un éventuel danger interne ou externe. Mais parfois, ce système échoue et la personne commence alors à s'inquiéter sans raison apparente ou le degré de sa peur est incommensurable avec le degré de danger.

Une telle condition s'appelle une attaque de panique.

Lors d'une attaque de panique, une personne est extrêmement angoissée et ne peut pas la contrôler.

Classification des attaques de panique


De par leur nature, les troubles en question sont classés en situation, spontané et conditionnellement.

  1. Spontaneous apparaissent soudainement et souvent sans raisons ni circonstances spéciales.
  2. Les situations résultent d'expériences fortes ou d'événements traumatiques. En outre, ils peuvent provoquer et un sens prononcé de l'attente.
  3. Conditionnellement, la situation résulte d'une exposition à l'organisme de facteurs biologiques ou chimiques. Ceux-ci incluent les substances narcotiques, l'alcool, l'échec hormonal et d'autres.

De par la nature de la manifestation, il convient de prendre en compte les attaques de panique typiques et atypiques.

  1. Pour une attaque de panique typique, un tableau clinique avec la manifestation de symptômes cardiovasculaires sous forme de douleur dans la région du cœur, des pics de pression sont caractéristiques. Très souvent, les personnes dans cet état sont hospitalisées en raison du risque de développer une crise hypertensive.
  2. En cas de crise atypique, crampes musculaires, troubles de la parole (aphasie), troubles de l'audition et de la vision, ainsi que dysfonctionnements du système musculo-squelettique. Les vomissements, la perte de conscience sont autorisés, l'apogée est une miction abondante.

Diagnostics


Pour dresser un tableau clinique complet et clair d’un phénomène pathologique, il vous faut:

  • analyser les symptômes qui accompagnent le paroxysme;
  • identifier, le cas échéant, les symptômes précédant le paroxysme et les symptômes apparus à la suite de l'attaque;
  • déterminer les délais de l'attaque;
  • analyser les facteurs et les situations susceptibles de provoquer une attaque;
  • analyser le phénomène pathologique dans le cycle du sommeil et de l'éveil.

Dans le diagnostic du trouble panique, les spécialistes utilisent des critères clairs.

Une attaque de panique est dite si le patient présente les manifestations suivantes:

  • la peur hypertrophiée, atteignant l'horreur et accompagnée d'un sentiment d'inévitabilité de la mort;
  • sentiment de tension émotionnelle intérieure;
  • la présence de quatre symptômes associés à la panique ou plus.

Liste des symptômes associés à la panique:

  • tachycardie, pouls rapide;
  • transpiration accrue;
  • tremblements partout, frissons;
  • sensation d'étouffement, d'essoufflement;
  • sensation d'oppression et de gêne dans la poitrine à gauche;
  • nausée, vomissements et inconfort dans l'abdomen;
  • conscience floue, vertiges, évanouissements;
  • désorientation dans l'espace, dépersonnalisation;
  • peur d'un acte incontrôlable, peur de perdre la raison;
  • peur de la mort;
  • engourdissement dans la région des membres;
  • sensation de froid et de chaleur traversant le corps.

Le critère clé pour l'attaque de panique est l'anxiété hypertrophiée. Son degré de gravité peut varier d'un sentiment d'inconfort interne à un effet de panique clairement manifeste.

Dans le premier mode de réalisation, l'attaque de panique ne comporte pas de composante émotionnelle et se manifeste principalement par des symptômes végétatifs. De telles attaques sont les plus courantes dans la pratique neurologique.

L'étude a révélé qu'avec l'aggravation de la maladie, le degré de gravité de la peur pendant les attaques diminuait.

Le nombre de symptômes associés à la panique chez les patients peut varier. Il arrive parfois que des attaques à part entière ne soient accompagnées que de 2 ou 3 symptômes associés au panico. Ces attaques sont appelées "petites attaques de panique".

Mais si dans le tableau clinique il y a 5 à 6 symptômes inhabituels pour le trouble panique, alors un tel diagnostic doit être exclu. Pour simplifier le diagnostic d'attaque de panique, un test vous permet d'identifier rapidement cette affection. Le test est basé sur l'indice de typicité d'une attaque de panique.

La principale différence entre le trouble panique et d’autres conditions pathologiques réside dans l’absence de période prodromique. Les attaques apparaissent soudainement et atteignent leur apogée en 10 minutes. Après une attaque, tout le corps se sent faible et vide. Les patients individuels notent un sentiment de "soulagement".

Cependant, la confusion et le sommeil dans la période post-pénale ne sont pas caractéristiques du trouble panique.

Lors du diagnostic de ce type de trouble, il faut tenir compte de la durée de la crise de panique. En moyenne, cela dure de 15 minutes à une demi-heure. Mais il y avait des cas avec des attaques de panique plus longues. Au cours des tests, un schéma direct a été établi entre le nombre de symptômes atypiques accompagnant l'attaque et sa durée.

Pour obtenir un tableau clinique complet des attaques de panique, il est nécessaire d’analyser les causes de leur survenue. Chez la plupart des patients, les attaques de panique commencent spontanément, mais à l'aide d'une conversation détaillée, vous pouvez déterminer non seulement des angoisses insurmontables et spontanées, mais également des situations, qui réagissent à des circonstances «dangereuses».

De telles circonstances peuvent inclure être dans un espace confiné, un voyage dans un trolleybus, un discours devant un large public, etc.

Les attaques de panique se produisent pendant l’éveil, principalement le jour ou le soir, mais il existe des patients atteints de crises qui apparaissent non seulement le jour mais aussi la nuit. Très rarement, les patients sont observés principalement avec des attaques de panique nocturnes.

Qu'est-ce qu'un médecin doit savoir?


Dans le Répertoire international des maladies, le trouble panique est diagnostiqué si les critères suivants sont présents:

  1. Répétant à plusieurs reprises des attaques de panique.
  2. Les attaques de panique se poursuivent pendant au moins un mois et s'accompagnent des symptômes suivants:
    • peur de la répétition d'une attaque de panique;
    • peur d'aggravation d'une attaque, perte d'esprit et maîtrise de soi-même;
    • changement significatif de comportement causé par les attaques.
  3. Les attaques ne résultent pas d'une exposition à des substances ou des symptômes de maladies somatiques.

Auto-diagnostic

Vous pouvez vous retrouver dans un trouble panique.

Cela peut aider un questionnaire spécial pour identifier les attaques de panique, développé par le psychologue américain Wayne Caton. Le test a été testé et se distingue par une validité et une fiabilité élevées.

Après avoir examiné les questions du test et leur avoir répondu "oui" ou "non", vous pouvez obtenir le résultat le plus fiable typique de l'autodiagnostic.

En Savoir Plus Sur La Schizophrénie