Prévention primaire de la dépendance aux substances psychoactives. Destiné aux personnes encore en bonne santé. Objectif: éviter les abus de surfactants, la formation de compétences de vie, un mode de vie sain. Cela arrive médical et social. La prévention primaire est de trois types: 1) universelle (destinée à un large éventail de personnes, apparentée à toutes); 2) sélectif (lié à n'importe quel sous-groupe de la population, par exemple, à risque élevé); 3) ciblé (destiné à des personnes spécifiques présentant un risque élevé de dépendance). Composantes de la prévention primaire: 1) Éducation: - informer sur les effets des substances sur l'organisme; - compréhension des conséquences de la dépendance; - connaissance de vous-même, de vos sentiments, de vos émotions. 2) psychologique - correction de certaines caractéristiques psychologiques (auto-évaluation, adaptation). L’objectif est la formation de compétences de communication efficaces, la pensée critique, l’évitement des situations à haut risque d’irritation, les conflits, la capacité de dire «non», une responsabilité accrue pour leurs actions et leurs choix, la capacité de demander de l’aide. 3) Social - assistance à l'adaptation sociale et aux activités de loisirs. Prévention secondaire de la dépendance aux substances psychoactives. Vise à obtenir une rémission. On considère déjà la réhabilitation. La réadaptation est un système de mesures éducatives, psychologiques, pédagogiques, médicales, sociales, juridiques et du travail visant à rejeter les agents de surface avec la formation d’une orientation antidrogue durable de l’individu en vue de sa réinsertion sociale et de sa réinsertion dans la société. Tâches: 1) Formation d’une motivation durable pour le rejet final de l’utilisation de tensioactifs; 2) formation d'une motivation consciente pour l'inclusion et la participation au processus de réadaptation; 3) la correction et le développement de la structure de la personnalité par le développement personnel cognitif et l'acquisition de compétences sociales; 4) Créer un environnement de réhabilitation qui influence la restauration et le développement d'aptitudes et de qualités socialement acceptables qui favorisent la resocialisation et la réhabilitation; 5) la mise en œuvre d'activités éducatives et éducatives; 6) la mise en œuvre d'un ensemble de mesures thérapeutiques visant à éliminer le besoin impérieux d'agents tensioactifs, prévenir les perturbations et les rechutes; 7) Réorganisation du cadre de vie dans la restauration des relations familiales, correction des relations avec les principaux personnages significatifs; 8) Formation d'une perspective de la vie réelle sur la base de la formation continue, du développement des compétences professionnelles, de la protection juridique et du soutien social. Prévention tertiaire de la dépendance aux substances psychoactives. Vise à réduire les effets négatifs de la consommation: réduire l’incidence des maladies sexuellement transmissibles, réduire la criminalité. Les principaux objectifs de la réhabilitation des toxicomanes. 1. la formation d'une motivation durable pour le rejet final de l'utilisation de tensioactifs, 2. la formation d'une motivation consciente pour participer au processus de réadaptation, 3. la correction et le développement des structures de la personnalité, à travers la fourniture de posit. développement personnel et acquisition de soc. compétence, 4. la création d'un environnement de réadaptation qui affecte la restauration et la formation de qualités et de compétences sociales qui favorisent la ré-socialisation et la réadaptation, 5. la mise en œuvre de l'éducation. et des images. activités., 6. la mise en œuvre d'un complexe thérapeute activités, dirigé. sur l'élimination patol. envie de psychoactive. choses, prévenir les perturbations et les rechutes, 7. la réorganisation du cadre de vie, rétablie. relations familiales, relations correctrices avec les personnes les plus importantes, 8. formation d'une perspective de la vie réelle basée sur la formation continue, le développement, les compétences professionnelles, la protection juridique et les services sociaux. soutenu par Communauté thérapeutique dans le système de réadaptation des patients toxicomanes. La communauté thérapeutique fait partie des formes thérapeutiques de réadaptation qui associent statutairement les patients toxicomanes et le personnel des institutions de réadaptation. Elle encourage les activités des patients toxicomanes dans le respect des normes sociales en leur offrant des possibilités de travail productif et responsable, leur permettant de développer leurs intérêts et leurs capacités. Les principes de durée et de continuité de l'observation médicale, d'intégralité et de continuité des étapes acquièrent une importance particulière dans le cas de la réadaptation de patients atteints de comorbidité ou infectés par le VIH. Des analyses cliniques minutieuses, une expérience à long terme de l’existence de thérapeutes médicaux professionnels (TS), prouvent l’utilité de ce type de travail de réadaptation. Dans ce cas, il est possible non seulement d'éliminer la manifestation de la maladie, mais également de développer chez le patient des qualités lui permettant de s'adapter à l'environnement. En règle générale, les dépendants de substances psychoactives et leurs proches qui participent à des programmes thérapeutiques à court terme (hospitalisation et consultations externes et psychothérapie de soutien (ambulatoire) partageant pleinement les objectifs de l'activité de CT et ses règles et traditions de base peuvent participer aux activités de l'Union douanière. Les patients infectés, leurs proches et le personnel médical du centre de traitement de la toxicomanie constituent le dernier maillon du programme de réadaptation. tâches thérapeutiques résolues dans le processus de psychothérapie de soutien individuelle, de groupe à court terme et de groupe (y compris la famille) avec une pharmacothérapie «armée» contre la comorbidité et la thérapie antirétrovirale chez les patients séropositifs, notamment la solution ce qui est difficile voire impossible dans les premières étapes du processus de rééducation.L’un des principaux problèmes de la phase de rééducation ambulatoire est la violation du régime de sobriété par les patients. Cette circonstance revêt une importance particulière compte tenu des troubles du comportement qui se développent au cours de l’anesthésie et peuvent être combinés dans le cadre de la notion de schéma de toxicomanie. La majorité des patients dans la structure du tableau clinique présentent des troubles psychopathiques qui se manifestent sous la forme de: égocentrisme, tromperie, posture, légèreté, brutalité, incohérence, incohérence, volonté, instabilité des intentions, faible contrôle des émotions, et parfois sous la forme d'un cynisme extrême et de la cruauté envers proche

Pour les patients infectés par le VIH, il est nécessaire de développer de nouvelles compétences d'adaptation qui aident à surmonter le sentiment de solitude, à changer de mode de vie et à réduire les comportements agressifs et risqués. Suite à une correction psychothérapeutique et pharmacologique aux premiers stades de la réadaptation, ces troubles du comportement sont quelque peu atténués, mais l’effet obtenu nécessite une consolidation supplémentaire. Il s'agit essentiellement d'un changement d'emphase des influences psychothérapeutiques sur l'interaction sociothérapeutique des membres du CT. En même temps, les tâches principales de l’UC sont formulées comme suit: renforcer l’attitude des membres de la communauté pour qu’ils abandonnent complètement l’usage de substances psychoactives interdites et de l’alcool; personnel; prévention de la récurrence de la dépendance à des substances psychoactives, en tenant compte de la production de schémas thérapeutiques de base; implication d'enfants, d'adolescents et des familles de patients dans les activités de la CU, promouvoir la sobriété (modes de vie sains) améliorant la qualité de vie des membres de la communauté thérapeutique.

La présence constante dans le centre de réhabilitation narcologique de psychiatres, psychothérapeutes, psychologues, assistants sociaux vous permet de diriger les moyens de subsistance du CT dans le canal psychothérapeutique, facilite le processus de guérison et de réadaptation. Principes de réadaptation des patients sous traitement. Consentement volontaire à participer à des activités de réadaptation. Ce principe implique l’obtention du consentement d’un mineur rééducateur (ou de son représentant légal) pour participer au processus de réadaptation. Il est opportun de fixer le consentement en signant entre un mineur (ou son représentant légal) - d’une part, et un établissement de rééducation -, d’autre part, un contrat ou contrat, indiquant les droits et obligations des parties, conditions dans lesquelles une résiliation anticipée du contrat est possible. Cessation du surfactant. Le principe est la formation de la motivation (installation) du patient à un rejet complet de tous les principaux types de tensioactifs. La confidentialité Tous les participants au processus de réadaptation devraient respecter le droit de l'enfant de ne pas divulguer les informations relatives à sa participation à la réadaptation. Le transfert d'informations à des tiers n'est possible qu'avec le consentement des mineurs eux-mêmes ou de leurs représentants légaux, à l'exception des cas prévus par la législation en vigueur. Mesures de réhabilitation systématiques. Les programmes de réadaptation reposent sur l’intégration et la coordination d’un ensemble d’activités de rééducation éducatives, pédagogiques, psychologiques, médicales et autres, ainsi que sur l’intégration des efforts de toutes les parties prenantes. Le caractère systématique du processus de réadaptation est assuré par les efforts concertés de spécialistes de différents profils, interagissant au sein d’une même structure (équipe, équipe). Mesures de réhabilitation de l'étape. Le processus de réadaptation se construit par étapes, en tenant compte d’une évaluation objective de l’état réel du mineur et de sa dynamique régulière. Les principales étapes suivantes de la réadaptation sont mises en évidence: la première (entrée dans le programme de réhabilitation), la élargie, la dernière (sortie du programme de réadaptation). Orientation positive des mesures de réadaptation. Les actions à orientation positive ont la priorité sur les sanctions et les sanctions à orientation négative. Au lieu d'une relation de conflit chronique avec la société normative, les mineurs développent une orientation personnelle positive. Ceci est réalisé en ciblant les mesures de réadaptation pour adoption, soutien, encouragement. Cela crée une atmosphère propice à la croissance et au développement personnels. Responsabilité Au cours du processus de réadaptation, les mineurs deviennent de plus en plus indépendants, sont formés pour prendre et mettre en œuvre des décisions responsables et sont exempts de l'hypermétropie. Une décision indépendante et responsable sur le rejet des agents de surface est d’une grande importance. Inclusion dans la réhabilitation des principales autres personnes significatives (ZDL). Ce principe implique des conseils; diagnostic et correction des problèmes existant chez les membres de la famille et ZDL dans l'environnement le plus proche des mineurs. La participation de la ZDL au processus de réhabilitation est expressément stipulée dans le contrat pour traiter les vrais problèmes. Réorganisation du cadre de vie et formation d'un environnement de rééducation. Il est censé mettre en œuvre un soutien multilatéral pour un comportement socialement acceptable et les changements correspondants dans le mode de vie du mineur par le biais de l'impact sur toutes les composantes du cadre de vie. Le processus de réadaptation lui-même nécessite la création d'un environnement de réadaptation spécial ayant un effet thérapeutique sur le mineur. Approche différenciée pour la réadaptation de divers groupes de mineurs. Une gamme de programmes de rééducation différenciés et l'inclusion d'un mineur dans ceux-ci sont supposés, en tenant compte de son potentiel de rééducation et en conformité avec les indications et les contre-indications. Soutien mineur continu. Un soutien social et personnel complet est fourni au mineur qui abuse d'un surfactant pendant la période de participation au programme de réadaptation et après son achèvement.

Étapes de la réadaptation des patients sous toxicomanie. Le programme de réadaptation peut être conçu pour une période de 6 à 12 mois, selon l’état de la personne réhabilitée et, dans certains cas, pour d’autres, y compris des périodes plus longues. Le programme de réhabilitation comprend 3 principales étapes successives de sa mise en œuvre:

1. PHASE INITIALE (ADAPTATION). La durée de la 1ère étape est jusqu'à 2 mois. Les principales tâches résolues à la 1ère étape: examen, dépistage, conseil aux mineurs; assimilation par les mineurs des règles d'organisation de l'activité vitale du CR; orientation et adaptation des mineurs dans les CR; l'implication des mineurs dans les activités de réadaptation (soins personnels, procédures et rituels collectifs et collectifs, etc.) dans le système d'activités de loisirs; formation de motivation. Ainsi, à la 1ère étape du processus de réadaptation, tous ses éléments constitutifs sont activement utilisés: "thérapie environnementale", "thérapie de l'emploi", effets psycho-psychothérapeutiques et sanitaires. Le mineur est dans le statut de "novice", "candidat" avec la mise en œuvre obligatoire de toutes les exigences et restrictions imposées par ce statut et le règlement de travail du CR. Cependant, pendant un certain temps, un mineur est en position d'observateur et détermine lui-même s'il est prêt à participer aux activités de ce CR. 2. STADE ÉTENDU (PRINCIPAL). La durée de la 2ème étape est de 6-8 mois. Les tâches principales résolues à la 2ème étape: intégration maximale des mineurs dans le mode de vie et la structure du CR, assimilation et intériorisation («appropriation», acceptation personnelle) de toutes ses normes et règles; promotion le long de la hiérarchie; l'internalisation des installations logicielles utilisées par les technologies psychothérapeutiques, la mise en place d'un mode de comportement actif réhabilité en groupe dans le travail de psychocorrection et la vie quotidienne (études, emploi, loisirs); mise en œuvre de technologies thérapeutiques et éducatives; identification et consolidation des compétences de resocialisation progressive; amélioration significative de la santé. Au 2e stade, on distingue 2 phases de l'état du patient: 1) un état instable; 2) état stable. 2.1. Phase instable. Il existe une forte dépendance des réhabilités vis-à-vis de la "pression" positive du groupe, de l’environnement et du régime thérapeutique - dans ce contexte, toute la gamme de restrictions, de sanctions positives et négatives est utilisée le plus activement, une interaction "dense" et un contrôle mutuel de tous les membres de la communauté sont réalisés ("junior", membres de la famille moyens et supérieurs, etc.). 2.2. Phase d'état stable. Il y a un maximum de «réutilisation» de ceux réhabilités dans la CR, une acceptation positive de ses normes collectives et individuelles - une activité personnelle croissante et une autonomie accrue dans la mise en œuvre d'un comportement normatif adéquat sont encouragées, un besoin de moins en moins important d'appliquer des sanctions de différents types est pris en compte pour la compréhension et l'assimilation d'installations de logiciels procédures (le statut de "maître de la maison"). 3. ÉTAPE FINALE (achèvement du programme de réhabilitation, sortie, retour dans un environnement social ouvert). La durée de la 3ème étape est de 2-3 mois. Les tâches principales résolues à la 3ème étape: consolidation des effets des méthodes et technologies psycho-sociales et sociothérapeutiques utilisées, leur utilisation active dans des situations problématiques; préparer les mineurs à leur libération (libération) de la République centrafricaine, séparation progressive de celle-ci par le biais d'une succession de régimes de séjour dans la CR et à l'extérieur de celle-ci; réduction maximale de l'application des restrictions et sanctions du régime; consolidation et mise en œuvre des compétences de prise de décision indépendante et de leur mise en œuvre pratique; stabilisation à un niveau satisfaisant des caractéristiques de base de la personnalité, du comportement, du système de relations entre mineurs, volonté de rester sobre. À la 3ème étape de la mise en œuvre du programme de réhabilitation, il est possible de distinguer les périodes finales initiales. Au cours de la période initiale, une préparation active est en cours pour quitter le CR, à condition que ceux-ci continuent à y vivre avec des points de vente "à la journée" à court terme pour la mise en œuvre d'activités spécifiques. En fin de période, des sorties de plus en plus fréquentes et longues (jusqu'à plusieurs jours) du CR sont mises en place, la possibilité de travailler ou de poursuivre une formation en dehors du centre régional est utilisée et un système de soutien social et narcologique est activement mis en place. Si nécessaire, une surveillance est assurée dans le dispensaire narcologique, incluse dans les programmes de consultations externes, groupes d’entraide et d’entraide.

Votre psychologue. Le travail d'un psychologue à l'école.

Dernières nouvelles

Le plus populaire

PRÉVENTION DE COMPORTEMENT ADDICTIF

Matériel pour le séminaire sur les technologies salvatrices,
préparé par la psychologue Besedina Olga Viktorovna

Octobre 2003
Gymnase polytechnique №6

Le concept de dépendance.

Au cours des quinze dernières années dans l'espace post-soviétique, une nouvelle direction en psychologie a été activement formée, appelée addictologie - la science de la toxicomanie. Une des caractéristiques principales de l’addictologie est la combinaison de divers paradigmes qu’elle utilise. Celles-ci comprennent des aspects sociopsychologiques, biomédicaux, culturels, pédagogiques, juridiques, spirituels, etc. Chaque paradigme comprend ses propres modèles, hypothèses et théories.
Addictology étudie les causes de la dépendance, les mécanismes de son développement, les signes psychologiques et cliniques, les symptômes, la dynamique, les méthodes de correction et la thérapie.
Une dépendance est une forme de comportement déviant. Selon la définition de Ts.P.Korolenko [Segal, Korolenko, 1990)], le comportement addictif s'exprime en s'éloignant de la réalité par un changement de l'état mental. Une personne «quitte» une réalité qui ne lui convient pas. La réalité insatisfaite est en quelque sorte toujours une réalité intérieure, comme dans le cas de la réalité «environnementale» externe, celle-ci est perçue comme l'émergence d'un état mental intérieur inconfortable à partir duquel il y a un désir de s'en débarrasser.
On peut parler de comportement addictif lorsque la participation à une activité, la relation avec un autre sujet ou la dépendance à l’utilisation d’une substance chimique particulière devient douloureuse. Les signes suivants indiquent la difficulté de ces méthodes pour se débarrasser de l’inconfort psychologique:

  • Désir compulsif, incontrôlé et mal compris de répéter la méthode de comportement choisie;
  • Désadaptation sociale;
  • Autodestruction (mentale et biologique).

TERMES PRINCIPAUX:
-la dépendance;
-agent addictif;
-mise en œuvre provoquant une dépendance.

La classification des dépendances.

Il existe plusieurs classifications de comportement dépendant, la plupart d'entre elles sont basées sur le type d'agent addictif (objet, activité, relation), par lequel le changement d'humeur et l'échappement à la réalité sont réalisés. À notre avis, la classification la plus complète et la plus exhaustive est celle proposée par C.P. Korolenko et N.V. Dmitrieva (fondée sur le même principe) dans le livre Psycho-social Addictology. Tous les types de dépendances sont divisés en deux grands groupes: chimiques et non chimiques. Il existe également un groupe intermédiaire qui combine les propriétés du premier et du second.
Classification des dépendances (Ts.P. Korolenko et N.V. Dmitrieva):

  • Adhésifs non chimiques:
  • le jeu (passion du jeu),
  • Dépendance à Internet,
  • amour addiction
  • dépendance sexuelle,
  • dépendance aux relations (codépendance),
  • dépendance exploitable,
  • shopping (dépendance à l'argent de poche),
  • addiction urgente, etc.
  • Dépendances chimiques:
  • alcoolisme
  • toxicomanie et toxicomanie.

3. Groupe intermédiaire:

  • trop manger addictif
  • le jeûne provoquant une dépendance.

Il faut comprendre que la classification ci-dessus est également imparfaite, car Un agent addictif, par exemple, dans un groupe de dépendances non chimiques n'est pas vraiment une substance, mais ne peut pas être qualifié d'homogène en même temps: dans le cas du jeu et du shopping, il s'agit d'une activité; dans le cas d'une co-dépendance ou d'une dépendance amoureuse, il s'agit principalement de relations avec un autre sujet qui inclut, bien sûr. et des activités pour mettre en œuvre ces relations.
Cependant, les principaux signes psychologiques de toute dépendance sont la triade:
-pensée obsessionnelle-compulsive en matière de dépendance (alcoolisme, drogues);
- le déni en tant que forme de défense psychologique;
-perte de contrôle.

Santé et comportement addictif.

Pourquoi parle-t-on de comportement de dépendance aujourd'hui lors d'un séminaire sur l'éradication de la santé?
Nous avons déjà mentionné ci-dessus que l'un des principaux signes de dépendance est le comportement autodestructeur du toxicomane et son inadaptation. La toxicomanie est une maladie qui affecte le corps, la psyché d'une personne, la portée de ses relations avec le monde extérieur. De plus, la dépendance est une maladie mortelle. La dernière déclaration ne fera pas de doute quand on parle de toxicomanie chimique (alcoolisme, toxicomanie, toxicomanie). Les conséquences de l'abus de surfactants sont évidentes. La chose la plus étonnante est que les dépendances non chimiques entraînent presque les mêmes conséquences, presque les mêmes maladies et, finalement, la mort. Les manifestations d'un comportement addictif concernent tous les aspects de l'activité mentale, de la vision du monde, du comportement humain, des systèmes et des valeurs de croyances, ainsi que de la santé physique.
Le toxicomane a violé l'estime de soi, il ne perçoit pas correctement la réalité et, par conséquent, n'y réagit pas correctement. Le toxicomane n'est pas capable de prendre soin de lui-même, il n'est pas conscient de ses sentiments (qui lui sont généralement présentés sous la forme d'un vague caillot d'anxiété, de culpabilité et de honte), il n'est pas conscient de ses besoins et de ses problèmes, il ne sait pas comment résoudre les tâches que la vie lui impose. ne peut pas construire des relations étroites, confiantes, profondes et à part entière avec d'autres personnes (proches, famille et en général avec la société).
Le toxicomane vit presque toujours dans le stress, il est caractérisé par une maladie causée par le stress. Ce sont des troubles psychosomatiques tels que:

  • ulcère peptique et ulcère duodénal,
  • colite
  • l'hypertension
  • maux de tête
  • dystonie neurocirculatoire,
  • l'asthme
  • tachycardie
  • arythmie
  • troubles métaboliques
  • maladies somatiques associées à une famine non systématique, à la gourmandise, etc.

Les toxicomanes non chimiques sont plus faciles que d’autres personnes et deviennent dépendants de l’alcool ou des tranquillisants, car les dépendances ont tendance à se transformer d’un type à l’autre, et plusieurs types de dépendance peuvent exister en parallèle. Par exemple, une dépendance exploitable est souvent et facilement transformée en alcool; Les toxicomanes amoureux (plus souvent les femmes) ont souvent des troubles de l'alimentation associés à ce problème (gourmandise ou dépendance provoquant une dépendance) ou à l'incontinence de l'argent (achats); le jeu et la dépendance urgente se transforment souvent également en alcoolisme ou s’y combinent.
En santé mentale, les troubles suivants sont assez fréquents:
-déprimé
-névrose
-suicides, etc.

INFLUENCE DES INSTITUTS SOCIAUX SUR LA FORMATION D'UNE PERSONNALITÉ ADDICTIVE.

Ici, nous ne parlerons pas de la socialisation de l'individu en tant que tel. Toutes les étapes de la formation de la personnalité sont merveilleusement décrites dans divers paradigmes psychologiques. Pour le moment, nous nous intéressons à certaines caractéristiques des institutions sociales et à la manière dont elles forment une personnalité provoquant une dépendance.

La famille

Le facteur de risque pour la formation d'une personnalité addictive sera une famille dysfonctionnelle. Les familles sont devenues dysfonctionnelles pour de nombreuses raisons. Toutes les familles présentant une dépendance chimique du patient sont dysfonctionnelles. D'autres facteurs de stress autres que l'alcoolisme peuvent également être à l'origine d'un dysfonctionnement. Mais la famille alcoolique est toujours dysfonctionnelle, car elle ne peut vivre qu'une courte période de temps normale. Les familles dysfonctionnelles comprennent également les familles émotionnellement répressives, dans lesquelles les relations sont caractérisées par les mêmes caractéristiques que dans la famille où se trouve un patient présentant une dépendance chimique.

Déni de problèmes et maintien d'illusions.

Les parents essaient de cacher aux enfants toutes les choses négatives liées aux problèmes familiaux (bien qu’il soit impossible de cacher le désordre introduit dans la vie de la famille, par exemple par un alcoolique). Les enfants sont victimes de deux poids deux mesures alors que toute la famille joue le jeu: «Supposons que tout est bon, mais cachons toutes les mauvaises choses et défendons-nous ainsi. Les membres de la famille ne discutent jamais de ce qui se passe.
Les familles dysfonctionnelles sont caractérisées par des messages ambivalents. L'enfant entend les messages quotidiens avec une double signification, par exemple: "Je t'aime, va, ne me dérange pas." Le même paradoxe est celui des demandes contradictoires des parents: «Dites toujours la vérité» et «Je ne veux rien savoir». D'une part, l'enfant apprend qu'être honnête est une grande dignité, de l'autre côté, toute vie à la maison enseigne à dissimuler la vérité. Et l'enfant commence à s'habituer à nier la vérité. Si vous croyez en même temps dans les deux parties du double message, vous avez alors le sentiment que vous devenez fou. L'incapacité à faire confiance à ses sentiments et à sa perception place l'enfant dans une position très fragile et dangereuse. Le besoin constant de s'éloigner de la réalité, de vivre avec des sentiments douloureux et d'espérer que personne ne remarque, n'épuise, n'épuise un enfant. Sentant la différence éternelle entre ce qu'on lui dit et ce qu'il voit, l'enfant commence finalement à se méfier de ce qu'il voit et entend. Pour se sentir en sécurité, l'enfant tente de «rétablir l'ordre», ce qui entraîne une méfiance accrue à l'égard de lui-même. Les enfants ont peur de parler de leurs problèmes, ils se taisent et la nuit, ils font des cauchemars. Malgré tout, le secret est révélé tôt ou tard, mais les enfants ne voient plus la vérité, ils s'habituent à vivre longtemps. L'habitude de dissimulation oblige à ignorer la réalité. L'esquive et la tromperie sont en train de devenir la même norme que la réalité. Tout le monde devient en colère et méfiant.
+ mes recherches sur ps. PROT.
…………………………………………………………….

Vide l'intimité.

Dans de telles familles, il n’ya pas d’embrassement émotionnel chaleureux, pas de soutien mutuel, il n’ya personne ici pour partager la joie ou le chagrin, il n’ya pas d’amour, de confiance ou de réconfort ici. Au lieu de cela - cavilles constantes, méfiance, scepticisme, culpabilité, lutte, combats, confusion, solitude. Les membres de la famille ne font pas attention les uns aux autres, ils sont mauvais et traitent les enfants de manière incorrecte. Les enfants ne se sentent pas en sécurité là où ils devraient se sentir protégés.

Règles et rôles figés.

L’éducation dans une famille dysfonctionnelle obéit à certaines règles. En voici quelques-uns: adultes - les propriétaires de l'enfant; seuls les adultes déterminent ce qui est juste ou faux; les parents gardent une distance émotionnelle; La volonté de l’enfant, considérée comme un entêtement, doit être brisée le plus tôt possible.
Dans les familles dysfonctionnelles, il y a toujours beaucoup de règles négatives et d'énoncés correspondants, par exemple:
-n'exprime pas tes sentiments
-ne vous fâchez pas
-ne sois pas triste
-ne pleure pas
-ne pense pas, ne t'en fais pas, mais suis mes ordres
-ne pose pas de questions
Il est également souligné que dans les familles dysfonctionnelles, les règles sont soit trop souples, soit trop strictes.
Les rôles familiaux sont bien décrits par le «triangle de Karpman»: il existe 3 rôles: «victime», «poursuite», «sauveur».
Le changement de rôles dans le triangle s’accompagne d’un changement d’émotions et d’intenses. Le séjour d’une personne dans un rôle peut durer de quelques secondes à plusieurs années. En une journée, vous pouvez alternativement visiter le rôle de sauveteur - poursuivant - victime vingt fois. (Illustrer avec l'exemple d'une famille alcoolique). Les membres de la famille ne peuvent pas aller au-delà de ce cercle.
Dans le livre de E. Bern "Les jeux auxquels les gens jouent", on trouve une description du jeu "Alcoholic" dans lequel des familles de personnes chimiquement dépendantes jouent tous les jours.

Relation de conflit

Peu importe à cause de la dispute qu’un enfant, en particulier un petit, pourrait penser que c’est de sa faute. Les enfants cherchent généralement des solutions aux problèmes qu'ils rencontrent. Les querelles au niveau verbal et accompagnées d'agression physique n'ont pas qu'un effet traumatisant sur l'enfant. Les observations constantes de la manière dont les parents se provoquent, se disputent, font du bruit ou bougent un peu, se reprocher, se plaindre les uns des autres, amènent les enfants à apprendre un style similaire de relations entre des personnes en général. Les querelles et les combats deviennent une seconde nature de l'enfant.

Les limites de la personne sont floues.

Les membres de familles dysfonctionnelles ne font pas la distinction entre leurs propres frontières et celles des autres membres de la famille. Une métaphore sur le «bouillon primaire» du livre de N. Kozlov conviendrait bien pour décrire cet état.
Intervenir dans la vie d'autrui, le contrôle sur autrui est un moyen de se dégager de toute responsabilité envers soi-même (sa vie, son travail, sa santé, etc.). Ils ne disent pas: "C'est dommage que vous ayez un tel problème. Comment puis-je vous aider?" Leur réponse est: "Je suis ici. Je le ferai pour vous."
Anecdote:
Le mari rentre chez lui, il rencontre une femme inquiète:

  • Ecoute! Nous avons de tels problèmes ici! Pouvez-vous imaginer que la fille du voisin est enceinte!
  • Eh bien, qu'est-ce qui a excité? C'est son problème.
  • Elle vient donc de toi enceinte!
  • Et pourquoi étiez-vous alarmé? C'est mon problème
  • Que devrais-je faire?
  • Oh! Et c'est ton problème.

Cette blague décrit simplement la capacité de séparer leurs propres problèmes des autres, qui fait tellement défaut
Le manque de différenciation du «je» de chaque membre de la famille se manifeste également dans la sphère des sentiments: «Si la mère est en colère, alors tout le monde est en colère." Et c'est vrai. Dès que l'un des membres de la famille franchit le seuil de la maison, provoquant une irritation ou un autre sentiment, tous les assistants sont immédiatement infectés. V. Moskalenko, dans le livre «Dépendance sociale: caractéristiques et pratiques du dépassement», cite des déclarations de personnes qui ont réalisé à quel point elles avaient été immergées auparavant dans les problèmes des membres de leur famille:
"..." Quand mon mari souffre de la gueule de bois, j'ai aussi mal à la tête. Il tombe malade et me rend malade... " Quand je ne savais pas comment m'éloigner des problèmes de mon mari et de ma fille, raconte l'épouse co-dépendante d'un alcoolique au cours d'une psychothérapie de groupe, un humain, mais ceci est un autre état. J'étais comme un appendice d'une autre personne. Maintenant, pour la première fois, je me suis senti au centre de ma propre conscience. "

Système fermé

Tout le monde cache le secret de la famille et maintient la façade de pseudo-prospérité. Les familles dysfonctionnelles ont leur propre manière d'interagir avec le monde extérieur. Sur ce compte, la famille a aussi ses propres "règles":
-ne pas laver le linge sale en public
-ne trahis pas ta famille
-ne laisse pas de secrets
-Que vont-ils penser de nous s'ils le découvrent?
La plupart des enfants battus sont victimes de parents alcooliques. Cependant, en réalité, la proportion réelle de ces victimes peut être beaucoup plus grande. Les enfants sont battus pour ne pas apparaître au bon endroit au mauvais moment, pour avoir tenté de protéger leur mère ou leurs frères et sœurs plus jeunes. Les battements physiques d'enfants sont naturellement réduits au silence. Ce secret de famille s’accorde bien avec les règles du jeu qui règnent ici, l’affirmation que tout va bien dans la famille.
Dans ces maisons, ils n'aiment pas les invités, car les amis des enfants, qui viennent souvent, peuvent devenir les témoins de ce qu'ils cachent soigneusement. Et les enfants eux-mêmes ont tendance à cacher leurs expériences même à des amis proches.

Absolutisation de la volonté, contrôle.

Les membres de familles dysfonctionnelles sont enclins à contrôler leur comportement. Bien entendu, le contrôle vise la vie des autres et non la sienne. Tout le monde vit selon le principe "Je sais mieux que toi ce que tu dois faire, où tu dois être et comment tu seras mieux". Le contrôle prend des dimensions globales. Aucun des membres de la famille n'a d'espace personnel et intime. Contenu des poches, lettres personnelles et conversations téléphoniques, cahiers, etc. pas la propriété de leur propriétaire seulement.

Presque tous les enfants de familles dysfonctionnelles éprouvent de la gêne à leur retour de l'école après la crainte d'ouvrir la porte de leur maison. Il y a quoi Le père est-il déjà de retour ou pas? Est-il sobre ou ivre? Les enfants ont tendance à rester dehors de longues heures pour se protéger de ce qui peut arriver à la maison. Ainsi commence ne jamais quitter la peur pour l'avenir. Au fil des ans, la peur s’approfondit. Même en l'absence de crises graves de la vie, la peur ne peut pas quitter l'enfant. L'inquiétude, les pressentiments colorent toute la vie.
Dans les familles dysfonctionnelles, les parents ne tiennent souvent pas leurs promesses. Le mot «demain» devient le mot le plus populaire. Une déception, une autre. Tout cela déprime l'enfant. Et fidèles aux traditions familiales pour que tout soit secret, les enfants ne racontent jamais leurs sentiments lourds à leurs parents. Ils arrêtent d'attendre la promesse. Mais ils ont le sentiment que leurs parents les ont trahis. En tant qu'adultes, ils continuent à anticiper la déception et ne font pas confiance aux relations occasionnelles et intimes. Un désir passionné de se préoccuper constamment de leurs parents reste longtemps chez les enfants de ces familles. Ils peuvent rester infantiles, immatures dans leurs relations avec leurs pairs.
Cette constante, très pénible pour un enfant, une expérience de chaos et de désordre mène très souvent à un amour de l'ordre très étrange et obsessionnel, paranoïaque. Le manque de capacité à rationaliser votre vie, l'incapacité de le planifier, à le rendre stable et prévisible se traduit par un désir compulsif de rationaliser les choses autour de vous. (Exemple: Marina et Yaourt).

Insulte sexuelle

Souvent, les maris de femmes alcooliques, ayant des pensées et des sentiments, se tournent vers la «moitié féminine de la maison», vers leurs filles, si la mère est malade et physiquement ou émotionnellement absente. Le père cherche l’amitié et la reconnaissance des filles. Des relations étroites avec les filles peuvent se glisser dans le domaine de l'activité sexuelle. Sous l'insulte sexuelle, comprenez non seulement le viol apparent, mais aussi l'empiétement caché sur le développement sexuel libre. La nature des conséquences est comparée à ce que laisse l’alcoolisme lui-même: un sentiment d’inutilité, une perte de contrôle sur sa vie et toute la dépendance accablante à ce secret absolu et suprême de la famille. La culpabilité, la honte, la haine de soi, le désespoir, la dépression, le rôle de la victime dans toutes les situations de la vie, la passivité - ce n'est pas une liste complète de ce qui peut être associé à l'acte d'inceste ou à l'insulte sexuelle cachée qui a eu lieu dans l'enfance.

Enfants pseudo-adultes.

Dans le même temps, les enfants de familles dysfonctionnelles sont forcés de devenir rapidement des adultes. C'est une chose quand un enfant aime faire ce que font les adultes, en particulier lorsque ces actions sont renforcées par des éloges. Cependant, lorsqu'il doit assumer réellement certaines des responsabilités des parents, l'enfant ne se sent pas heureux. Il ressent de la colère et de l'irritation lorsqu'il doit s'occuper d'adultes. Le processus naturel de croissance est poussé par la pression de la situation familiale. Cela rend difficile le partage d'expériences avec d'autres. Au lieu de cela, l'enfant s'habitue à faire plaisir aux autres, en leur donnant du plaisir et en attendant passionnément l'approbation de leur part. Si l'approbation ne vient pas, il est écrasé et en colère. Les enfants se sentent responsables de leurs frères et sœurs plus jeunes. Les parents alcooliques ont également besoin de leur soutien physique et émotionnel. Les enfants doivent écouter, approuver les parents, rendre leur vie plus confortable et plus confortable. Les enfants deviennent les parents de leurs parents. Les enfants dissimulent la désorganisation de la vie familiale. Et plus tard, ils ont le vague sentiment d'avoir oublié quelque chose qui leur est dû et qu'ils continuent de se battre pour obtenir leur part d'attention, la joie des enfants. Étant âgés de 30 et même de 40 ans, ils se sentent comme des «pseudo-adultes». Ils n'ont pas eu la possibilité d'être des enfants. Certains découvrent qu'ils ne savent pas jouer. Ils ne comprennent pas la frivolité, la frivolité. Devenir adulte à l’avance est tout simplement injuste. Il y a un sentiment que vous avez été volé. De telles personnes ne savent pas comment profiter de la vie. (Un exemple est un homme d'affaires et la première neige)

Système éducatif.

L’éducation traditionnelle elle-même porte sur elle-même des traits de dépendance, des traits destinés à se dissocier de la réalité. Tout d'abord, cela se manifeste par la présentation de matériel pédagogique en dehors de l'intégration avec le monde réel, mettant l'accent sur la priorité de la connaissance des sujets académiques, en soulignant l'utilité de la connaissance par opposition aux relations interpersonnelles imprévisibles. L’importance des relations interpersonnelles peut être mise à niveau du fait que les écoliers visent un travail éducatif absorbant, qui est activement soutenu et encouragé.
Des activités d'apprentissage excessives et, parfois, le désir illimité des enseignants et des parents d'emmener leurs enfants pour qu'ils n'aient pas le temps de "prendre toutes sortes de bêtises" (selon les adultes), conduisent au fait que les enfants n'ont pas le temps de s'appartenir à eux-mêmes, de jouer communiquer avec des pairs. Au lieu d'une connaissance rationnelle de la réalité, il y a une rupture avec la réalité. Les enfants sont ainsi distraits de leurs propres sensations, besoins conscients et inconscients, de la connaissance de soi au sens le plus large du mot. Ainsi, l'incapacité de vivre ici et maintenant se forme progressivement. Sans acquérir l'expérience nécessaire d'entrer en collision avec la réalité, en cas de rencontres aléatoires et régulières avec des problèmes du monde réel, l'enfant est impuissant. Les difficultés ne sont pas des stades de développement, mais des phénomènes associés à la peur, à l'incertitude et à la gêne que l'on voudrait éviter par tous les moyens.
La frustration ne vient pas seulement du fait qu'un problème est apparu, mais aussi de la nécessité de prendre une décision, de choisir, d'assumer la responsabilité de ce qui s'est passé et des conséquences.
L'école contribue à la fixation unilatérale d'activités éducatives ou de ses types individuels, renforce cette fixation en tant qu'activité souhaitée et approuvée. Il existe des cas où d'anciens élèves honorés, des enfants surdoués, devenant adultes, tout en conservant la stratégie habituelle consistant à éviter et à rechercher des sensations, choisissent des formes aussi sévères de dépendance que l'alcoolisme ou la toxicomanie. Aujourd'hui, certains établissements d'enseignement sont balayés par une vague d'identification d'enfants surdoués. La coopération des parents et des enseignants dans ce domaine est très étroite. En soi, l’aide aux enfants surdoués est un phénomène humain. Mais les adultes oublient souvent que l'enfant est un enfant et ignorent ses besoins naturels. D'un côté, les adultes veulent que leurs enfants réalisent ce qu'ils ne pourraient pas réaliser eux-mêmes. D'un autre côté, ils souhaitent bonne chance aux enfants et croient que cela garantira leur avenir. Les enfants recherchent des talents (on pense que le plus tôt sera le mieux), on leur enseigne des langues étrangères, ils sont enregistrés simultanément dans plusieurs cercles, dans des écoles spéciales et ils sont fiers d'eux-mêmes et de leurs enfants. Coût zélé parental des enfants «étoiles». Le résultat - dépressions nerveuses, immunité réduite, fatigue. En outre: la séparation de la communication avec les pairs, la charge des besoins des enfants non satisfaits, la paupérisation de l'expérience de la vie. Ces enfants manquent d'initiative. On leur offre un chemin préparé sur lequel ils sont accompagnés. Pour eux, tout est décidé. Mais un jour, il sera temps de faire preuve d'indépendance face aux difficultés de la vie, puis la peur, la perte d'équilibre et un sentiment de sécurité se développeront. E. Bern écrit: «Les parents qui considèrent avoir tout mis en œuvre pour rendre leurs enfants heureux, attrapent des toxicomanes, des criminels et des suicides. Ces contradictions existent depuis le tout début de la race humaine '(+ l'exemple des villages de toxicomanes en Israël).
La connaissance de la réalité est compliquée pour les enfants et le fait que les institutions éducatives manquent de spécialistes capables, avec compétence, ouvertement, sans ironie, sans hypocrisie et sans hypocrisie, de parler avec les enfants de sujets qui les intéressent au plus près mais qui sont transformés en adultes secret accru ».
Parallèlement à la traduction des connaissances, des points de vue, des croyances, des moyens d’interaction avec le monde sont diffusés, qui, malheureusement, peuvent être des modèles inflexibles, figés et inappropriés pour le moment présent.
La création de modèles éducatifs visant à utiliser pleinement les ressources d’auto-éducation, l’auto-éducation et l’auto-actualisation revêt une grande importance pour la mise en place et le renforcement de mécanismes d’adaptation et la formation d’une position de vie active.
La personnalité de l'enseignant joue un rôle important dans le processus éducatif. La profession d'enseignant peut malheureusement contribuer à déformer la personnalité d'une personne qui a choisi cette spécialité. Et une telle personne déformée, transmettant des connaissances, traduit également une partie de sa déformation. En parlant de déformation professionnelle, nous entendons une identification complète avec la profession lorsque les traits de personnalité sont perdus. Les stratégies d'enseignement sont transférées à la sphère des relations interpersonnelles, qui est parfois l'une des causes des conflits dans la famille et avec les autres. Le travail d'un enseignant peut, en raison de diverses circonstances, devenir son agent de réalisation addictif.
La dépendance des travailleurs est un phénomène assez courant dans le domaine de l’éducation. Les employés qui passent un temps illimité sur leur lieu de travail, se sacrifient, les enfants et la famille dans son ensemble sont approuvés et pris comme exemples. Le personnel travaille pour l'usure. Le plan de travail est très riche et on passe beaucoup de temps à surveiller le processus d’éducation, le fait qu’il accompagne et pour le personnel. Dans ces groupes, il règne une atmosphère psychologique malsaine, avec de nombreuses personnes atteintes de maladies chroniques et de problèmes non résolus dans leur famille et dans leur vie personnelle. Une alternative saine à une telle institution pourrait être une institution avec un modèle axé sur la personnalité qui couvrirait à la fois les enfants et le personnel enseignant.

La religion

La religion peut être une grande force qui aide à traverser la vie avec toutes ses difficultés, un soutien fiable dans les jours difficiles. Mais dans le même temps, la religion peut également devenir une force s'éloignant de la réalité. La recherche de soi, la recherche de l'amélioration de soi mène au monde des illusions religieuses. Parfois, imperceptiblement, une personne est entraînée dans l'une des sectes religieuses, qui sont de nature destructrice. Sous le couvert du noble objectif de «lutter pour la spiritualité», il se produit une séparation violente (des leaders de la secte) de la réalité.
La tradition chrétienne peut contribuer à la formation de la personnalité avec une tendance à la dépendance. L'idée d'humilité, de patience, de souffrance est tout à fait en accord avec les humeurs de la relation de toxicomane.

La société dans son ensemble

PRINCIPALES ÉTAPES ET ORIENTATIONS DE LA PRÉVENTION.

1. Étape diagnostique.

Cela inclut le diagnostic des caractéristiques personnelles qui influent sur la formation d’un comportement provoquant une dépendance:
-anxiété accrue
-faible résistance au stress
-i-concept instable
-faible niveau d'internalité
-incapacité à l'empathie,
-non communicatif,
-égocentrisme accru,
-faible perception du soutien social
-stratégie d'évitement pour surmonter les situations stressantes
-se concentrer sur la recherche de sensations,
-aspirer à l'approbation sociale
-scores alexithymia élevés,
-taux élevés de dépression
-agressivité et autres
Ces indicateurs peuvent être mesurés à l'aide de méthodes de diagnostic (quantitatives et qualitatives) que nous utilisons constamment dans nos travaux.

La collecte d’informations sur la situation de l’enfant dans la famille, sur la présence de personnes chimiquement dépendantes dans la famille, sur la nature des relations familiales, sur la composition de la famille, sur les loisirs et les capacités de l’enfant, sur ses amis et ses autres groupes de référence possibles. Le psychologue doit contacter le personnel soignant, les enseignants et les parents pour obtenir des informations. L'enseignant qui travaille avec l'équipe des enfants connaît bien chaque enfant et vous indiquera facilement les enfants en utilisant l'une des quatre stratégies comportementales suivantes: «héros de la famille», «enfant perdu», «bouc émissaire», «clown».

L'observation est une autre source d'information importante. Regardez en personne avec les enfants pour leur discours. Certains marqueurs nous permettent de trouver des enfants dans cette catégorie:

  • Réactivité: se manifeste dans des déclarations où les causes de ses propres actions et émotions sont attribuées à d'autres personnes: «il me tourmente», «ils m'offensent toujours», «elle m'a amené à la chaleur blanche», «il m'a eu», «ils m'ont fait agir» et ainsi de suite - c'est-à-dire toutes les actions, les émotions ressemblent à des réactions au monde qui les entoure et non à des actions propres.
  • Déclarations négatives à propos de moi-même, de mes capacités et de mes possibilités: «J'ai la tête qui tourne mal aujourd'hui», «Je ne comprends rien du matin», «Mais moi, un imbécile, j'y ai cru,« laisse-moi tranquille aller
  • Coller: le discours peut être complètement absent des déclarations sur vous-même personnellement, sur leurs objectifs, sur leurs affaires. Au lieu d’eux, tout le temps sonne "nous", "nous", "nous"; ou, il est possible de mentionner constamment des membres de la famille ou des personnes proches lorsque vous répondez personnellement à des questions concernant l'enfant.

2. Stade de sensibilisation.

C'est une extension de compétence dans des domaines aussi importants que:
-développement psycho-sexuel
-culture des relations interpersonnelles,
-technologie de communication
-moyens de surmonter les situations stressantes
-conflictologie,
-effectivement des problèmes de comportement addictif (en prenant en compte les principaux mécanismes addictifs, les types de réalisation addictive, la dynamique de développement du processus addictif et ses conséquences).
Les activités éducatives devraient être destinées aux parents, aux enfants et aux enseignants. Il peut être utilisé dans n’importe quelle forme de travail: réunions parentales (elles peuvent être organisées sous forme de conférences sur un sujet, peuvent être organisées sous forme de conversation), heures de cours thématiques pour écoliers, séminaires pour enseignants, informations présentées sur le stand, etc.
Littérature pouvant être recommandée aux parents et aux enseignants:

  • Moskalenko V.D. Un enfant dans une famille alcoolique. - Questions de psychologie №4, 1991.
  • Moskalenko V.D. Enfants de patients alcooliques (âgés de 0 à 18 ans).
  • Johnson V. Comment faire traiter un alcoolique ou un toxicomane. Moscou, 2000.
  • Norwood R. Comment ne pas être esclave de l'amour.
  • Skinner, Cleese. Famille et comment y survivre.
  • Skinner, Cleese. La vie et comment y survivre.

3. Développement - stade correctionnel.

Comprend les types de travail les plus divers du psychologue. Cette activité devrait être destinée aux enfants à risque. Une question très importante est la question des critères de sélection des enfants avec lesquels ce travail devrait être mené.
Tout d'abord, il est nécessaire de s'appuyer sur des informations concernant la présence dans la famille d'un enfant d'une personne (proche parent), un patient présentant une dépendance chimique. Nous avons déjà mentionné ci-dessus que la famille des personnes chimiquement dépendantes est définitivement dysfonctionnelle. C'est-à-dire que s'il y a au moins une personne dans la famille d'un enfant (mère, père, grand-mère, grand-père, frère, soeur, tante, oncle) qui souffre d'une dépendance chimique, nous, les psychologues, pouvons certainement attribuer cet enfant au groupe à risque. De nombreuses études ont confirmé qu'une telle famille ne produit que des toxicomanes (peu importe le type de dépendance dont il est question). Ce sont principalement des alcooliques et leurs conjoints, eux-mêmes toxicomanes (co-dépendants). Les données sur l’assortiment des mariages d’enfants chimiquement dépendants sont également assez largement représentées dans la littérature.
Les résultats de nos diagnostics constituent la deuxième source d’information importante. Et même si cela ne vise pas directement à révéler les propriétés de la personnalité addictive, nous pouvons accumuler progressivement des informations sur les enfants qui ont un niveau d'anxiété élevé, une dépression, une faible estime de soi, une faible tolérance au stress, un concept I non formé, etc. Les informations accumulées doivent être analysées, comparées aux observations et aux observations des enseignants, et les parents doivent être invités à parler.

Le travail préventif peut être individuel ou en groupe. Dans le cas des formes de groupe, il s’agit tout d’abord de formations sur le développement personnel comportant des éléments de correction des caractéristiques personnelles et des formes de comportement, y compris la formation et le développement de compétences permettant de travailler sur soi-même.
De plus, vous pouvez travailler sur les compétences individuelles dont les enfants ont besoin. Par exemple, il peut s'agir de toutes sortes de formations visant à corriger et à développer les compétences en communication, à surmonter des situations stressantes,
Ces enfants doivent développer la confiance en soi, leur apprendre à fixer des objectifs et à les atteindre. Ces enfants souffrent souvent de l'incapacité de reconnaître leurs sentiments.
Cela peut être un travail avec des limites personnelles, un travail sur la capacité de partager leurs propres sentiments et ceux des autres.
La chose la plus importante à retenir lorsque vous travaillez avec ces enfants est que notre tâche principale est de nous placer au centre de la conscience de cet enfant lui-même, avec ses sentiments et ses besoins.

Rôles familiaux des enfants issus de familles dysfonctionnelles (selon Ananyeva GA)

Ces rôles incluent:
a) devenir une personne extraordinairement responsable;
b) devenir une "consolatrice";
c) ajustement permanent ou exclusion de responsabilité;
d) causer des problèmes.
Un enfant assumera un rôle ou une combinaison de rôles. Son comportement d'autodéfense compense l'insuffisance de ses parents, couvre les lacunes de son développement affectif et apporte l'apparence de stabilité et d'ordre dans une vie chaotique. Lorsque les enfants apprennent à faire confiance à la fiabilité de leur stratégie pour maîtriser la situation, ils la portent jusqu'à l'âge adulte.
Héros de la famille
Dans presque toutes les familles détruites ou malsaines, il y a un enfant, souvent l'aîné, qui assume les responsabilités d'un parent absent ou surchargé. Ce responsable, en remplaçant l’enfant adulte, prépare la nourriture, s’occupe des finances, assure la prospérité des frères et soeurs plus jeunes et tente de favoriser, dans la mesure du possible, le fonctionnement normal de la famille. Parfois, cet enfant joue le rôle de conseiller en résolvant les conflits entre les parents et en essayant d’améliorer les relations.
À l'école, le héros de la famille est généralement très accompli. Il peut avoir de meilleures notes, effectuer certaines tâches en classe ou être un athlète entraîné. Il travaille dur pour atteindre ses objectifs et obtient l'approbation des enseignants. Il est souvent un organisateur talentueux ou jouit d'un prestige extraordinaire parmi ses camarades de classe.
Les enfants super-réussis deviennent des adultes, ils couvrent généralement les lacunes de leur développement émotionnel par un travail intensif et l'autodiscipline.
Bien que de l'extérieur, ces hommes et ces femmes qui travaillent intensément semblent habiles et confiants, ils souffrent intérieurement d'une faible estime de soi et d'un manque de confiance en soi.
Bouc émissaire
La plupart des familles dysfonctionnelles ont au moins un enfant, dont le nom est une corvée. Pour cet enfant, les règles n'existent que pour les violer. Il est si persistant dans la cause de problèmes qu'il finit par devenir un bouc émissaire familial, détournant l'attention des problèmes familiaux.
Un enfant vilain a découvert un principe important du développement de l'enfant: l'attention négative vaut mieux que l'absence d'attention du tout. Son estime de soi est encore plus basse que celle de ses frères et sœurs à orientation positive. Il fonde sa fragile estime de soi sur le fait de savoir qu'il est «mauvais» et il est un ami de ses amis, qui ont une faible estime de soi.
Les drogues et l’alcool étant un centre commun de rébellion des adolescents, le bouc émissaire fait souvent des expériences avec des drogues ou les maltraite très tôt. La prédisposition héréditaire peut augmenter le développement de la dépendance avant la fin de l'adolescence.
À l'âge adulte, l'héritage du passé se manifeste sous forme de résistance au leadership, de comportement provocant et parfois de tempérament et de fureur incontrôlables. Souvent, les "boucs émissaires" sont prêts à insulter, à offenser les autres. Ils abandonnent souvent les études, se marient tôt (se marient) ou ont un enfant illégal, évitent de suivre une formation professionnelle et contractent une dette qui ne peut être remboursée. En dépit de leur désir d'être différents, ils deviennent très semblables à leurs parents, qu'ils détestent.
"Enfant perdu"
Les «enfants égarés» souffrent d'un sentiment constant d'insuffisance par rapport aux autres, de perte et de solitude dans un monde qu'ils ne comprennent pas, mais en fait ils ont même peur. Ils n’essaient même pas d’agir seuls, ils ont plutôt choisi de suivre le courant. Leur faible estime de soi, leur vision du monde est visible et extérieure: ils sont souvent timides et fermés. Ils préfèrent rester seuls et apprendre que leurs rêves sont plus sûrs et plus satisfaisants que des relations imprévisibles avec les gens.
En tant qu'adulte, «l'enfant perdu» continue de se sentir comme une personne impuissante, n'ayant pas le choix ni d'alternatives. Habituellement, il est aussi isolé émotionnellement que lui-même ou épouse un partenaire qui recrée le chaos de son enfance.
L'isolement émotionnel et l'apathie de «l'enfant perdu» sont souvent confondus avec la sérénité. Un enfant adaptable, malheureusement, accepte comme un fait qu’il ne peut jamais rien changer.
"Bouffon familial" ou "talisman familial"
Ces enfants particulièrement susceptibles ont la capacité de transformer même les moments les plus douloureux en blague et s'habituent à utiliser le sens de l'humour habilement utilisé pour neutraliser l'irritation et la colère.
En grandissant, les bouffons de la famille deviennent souvent incapables d’arrêter les locuteurs et les gens particulièrement excités. Même dans les moments les plus douloureux, ils dissimulent leurs plaisirs les plus profonds avec une blague. Seuls les plus persistants et les plus réceptifs de leurs amis parviennent à percer le voile d'humour qui recouvre les plaies.
Ils peuvent être très talentueux, mais ils ne savent pas comment se réjouir de leur succès, même avec les autres.

Le même enfant peut assumer des rôles différents à des moments différents, les fonctions de rôle pouvant changer. Mais les enfants ont toujours le même objectif: développer des réactions prévisibles dans une atmosphère familiale imprévisible [3].
Quels dangers voient-ils dans ces rôles en réponse à l'alcoolisme d'un parent ou des parents? Si vous ne vous engagez pas dans une psychocorrection, de nouveaux problèmes peuvent compliquer l'avenir des enfants. Ainsi, le héros de la famille, obligé de grandir très vite, ne peut pas faire face aux défaites, à ses propres erreurs, se considère responsable de tout ce qui se passe autour de lui, travaille très dur et devient un «bourreau de travail». Un enfant à problème peut devenir délinquant à l'école. Le sentiment de colère, ancré dans ses réactions, le désir de défier les autres l'empêchent constamment de s'adapter à sa famille et à son travail. L'enfant perdu est enclin à s'isoler davantage à cause de son introversion. Un animal de la famille n'est pas capable de faire face à divers stress, il a généralement des difficultés d'apprentissage, le besoin compulsif d'attention rend les relations interpersonnelles difficiles. Il est facilement accro à l'alcool et aux drogues,
Dans les familles normales, les enfants assument également certains rôles correspondant à leur âge et à leur personnalité. Ce processus habituel d'acceptation des rôles est perturbé dans les familles dysfonctionnelles par le fait qu'ici les fonctions des rôles n'apparaissent pas spontanément et naturellement chez les enfants, mais en réponse à l'alcoolisme ou aux problèmes qu'il provoque [7].

Le travail d'un psychologue avec des types de comportement.

Bien qu'il n'y ait pas deux personnes qui ont traversé la période de récupération de la même manière et pendant la même durée, certains «jalons» peuvent être en même temps les caractéristiques des longues périodes d'un long processus.
Le travail d'un psychologue auprès d'enfants issus de familles dysfonctionnelles peut être construit comme suit:
"Héros de la famille"
besoin d'apprendre:
1. demander ce dont il a besoin et accepter l'aide;
2. accepter la défaite;
3. prendre le contrôle, se détendre et tout laisser aller comme d'habitude;
4. concentrez-vous sur vous-même et arrêtez de décider et de penser pour les autres;
5. comprendre vos besoins, soyez honnête avec vous-même.
Ses points forts sont:
il peut compter sur sa capacité à travailler.
Bouc émissaire
besoin de:
1. franchir le mur de la colère jusqu'à un point sensible, au sentiment d'insulte;
2. apprendre à discuter, pas à se rebeller.
Les forces qui aideront au rétablissement sont la capacité de voir la réalité, une bonne intuition, la sensibilité et le courage.
"Bouffon de la famille"
besoin d'apprendre:
1. assumer la responsabilité;
2. risque d'être grave;
3. soyez sûr.
Vous pouvez répondre à ces besoins en fonction de vos points forts: humour, habileté à jouer et amusement.
"Enfant perdu" doit apprendre:
1. sortir de votre solitude et tendre la main aux autres;
2. apprendre à faire face à la solitude;
3. reconnaître qu'il souffre;
4. créer de nouvelles relations étroites.
Des points forts, tels que la patience, l'indépendance et la créativité, peuvent être la colonne vertébrale de ce processus.

Si l'enfant est croyant.

La religion joue un rôle important dans l'histoire, la culture et le code moral de la société. Dans une période difficile pour une personne, il se tourne vers la religion et cela lui donne foi, espoir et force pour résister à l'épreuve. Les sentiments religieux de l'enfant doivent être traités avec beaucoup de soin et avec soin, il n'est pas nécessaire d'envahir grossièrement cette sphère. Seulement si l'enfant est dans une secte destructrice, nous avons le droit moral d'intervenir.
Nous avons déjà mentionné que la tradition chrétienne peut contribuer à la formation de traits de personnalité caractéristiques des relations de dépendance. Ici, seule une certaine correction (recadrage) des opinions de l’enfant est admissible: elles peuvent être orientées vers l’attitude envers Dieu en tant que source de force spirituelle et d’énergie pour des réalisations positives, pour l’amélioration de soi, pour la croissance, etc. Le travail avec un enfant peut s’effectuer sans nuire à sa religiosité, ce qui peut au contraire aider un psychologue à travailler avec sa personnalité.

Les applications.

Testez “ESTIMEZ VOTRE IMAGE DE PENSÉES”

.
Le test est emprunté au livre V. Moskalenko "Codependency: Caractérisation et pratique du dépassement". Le test est conçu pour mesurer le degré d’expressivité du complexe de co-dépendance chez le répondant. Vous devez donc l’appliquer avec prudence, d’autant plus qu’il n’existe aucune donnée (personnelle de ma part) concernant sa validité.
.

INSTRUCTIONS:
Mettez le numéro en face de la question qui correspond à votre opinion:
1 - «ne m'est jamais arrivé comme ça ;;
2 - «m'est rarement arrivé»;
3 - «ça m'arrive souvent»;
4 - "ça arrive toujours."
QUESTIONS:

  • J'ai peur de laisser les autres me connaître mieux.
  • J'ai peur des surprises.
  • Je cherche des défauts plutôt que des avantages dans la plupart des situations.
  • Je me sens indigne d'amour.
  • Je me sens pire que les autres.
  • J'ai un penchant pour le travail constant, les excès alimentaires, le jeu, la consommation d'alcool ou d'autres substances intoxicantes.
  • Je me soucie peu de moi, préférant prendre soin des autres.
  • Je ne peux pas me débarrasser des sentiments accablants du passé, tels que la colère, la peur, la honte, la tristesse.
  • Je recherche la louange et la reconnaissance, rendant les gens agréables, en quête de perfection et de sur-accomplissement.
  • Je suis trop sérieux et il m'est difficile de jouer, de jouer.
  • J'ai eu des problèmes de santé dus à l'anxiété constante, au stress.
  • J'ai fortement exprimé le besoin de contrôler les autres, de leur dicter leur volonté.
  • J'ai du mal à exprimer mes sentiments.
  • Je ne m'aime pas
  • J'ai souvent des crises dans ma vie.
  • Il me semble que je suis victime de circonstances difficiles.
  • J'ai peur d'être rejeté par ceux que j'aime.
  • Je me critique vivement, je n'ai même pas peur de m'écraser de reproches.
  • Je m'attends au pire dans la plupart des cas.
  • Quand je fais une erreur, je m'imagine comme une personne sans valeur.
  • Je trouve les autres coupables de toutes mes difficultés.
  • Je vis des souvenirs.
  • Je suis fermé aux nouvelles idées ou aux nouvelles façons de faire les choses.
  • Je suis en colère ou en colère depuis longtemps à cause de problèmes.
  • Je me sens seul, isolé et entouré de gens.

SOMME DES POINTS:
25-54 - la norme
55-69 - légèrement décalé vers la codépendance
70-140 - changé radicalement. Il est nécessaire de se débarrasser de la codépendance.

Les résultats de l'étude "Particularités du style d'interaction interpersonnelle chez les codépendants"

1
Lors du processus d'analyse des données obtenues, les corrélations significatives suivantes ont été trouvées entre les indicateurs des échelles de Leary au sein du groupe expérimental:
Autoritarisme - égoïsme 0,68,
-agressivité 0,75,
-convivialité 0,68,
-altruisme 0,69,
égoïsme - agressivité 0.63,
-convivialité 0.62,
-l'altruisme est de 0,52,
agressivité - altruisme 0,59,
suspicion - altruisme 0,59
convivialité - altruisme 0,78,.
En gras, les traits de personnalité ambivalents sont mis en évidence, dont un seul est généralement présent ou un seul a un score élevé sur l’échelle. Les propriétés de suspicion - altruisme se situent généralement sur une ligne droite sur un discogramme, étant diamétralement opposées dans la direction.
Dans le groupe témoin, aucun phénomène similaire n'a été trouvé, cependant, les corrélations suivantes ont été révélées:
égoïsme - agressivité0,51,
subordination - dépendance 0,75,
-convivialité 0,64,
-altruisme 0,79,
dépendance - convivialité 0,56,
-altruisme 0,58,
Convivialité - Altruisme 0,77.
Ainsi, l’hypothèse selon laquelle les enfants adultes d’alcooliques auront des taux élevés sur des échelles dirigées de manière opposée et qui sont essentielles à l’interaction avec d’autres traits de personnalité, indiquant l’ambivalence de leurs attitudes, a été confirmée.
L'analyse des moyennes selon le questionnaire de Leary n'a pas révélé la prévalence d'indicateurs extrêmes aux échelles dans le groupe expérimental par rapport au groupe témoin. Ainsi, l’hypothèse selon laquelle les enfants adultes d’alcooliques auront plus souvent des extrêmes sur des échelles essentielles à l’interaction avec d’autres traits de personnalité, indiquant que leur comportement est extrême, n’a pas été confirmée.
2
Après avoir analysé la fréquence de sélection de certains types de défenses psychologiques par les sujets, il s’est avéré qu’ils préféraient faire partie du groupe expérimental (chacun de ces types de défenses était préféré par plus de 50% des enfants adultes d’alcooliques):
déni
régresser
compensation
projection
et un peu moins (40%) - rationalisation.
Dans le groupe témoin à la même fréquence (50%), les plus préférés étaient:
Déni
Projection
Et avec une fréquence (40%) - éducation réactive.
En outre, les indicateurs moyens sur les échelles des moyens de défense les plus fréquemment utilisés dans le groupe des enfants adultes d'alcooliques sont supérieurs de 1,51 à ceux du groupe témoin. Ainsi, on peut affirmer que les hypothèses concernant un éventail plus large de défenses psychologiques utilisées par les enfants chimiquement dépendants et la plus grande intensité de l’utilisation des défenses sont également confirmées.

Liste de la littérature utilisée.

1. Moskalenko V.D. Un enfant dans une famille alcoolique. - Questions de psychologie №4, 1991.
2. Moskalenko V.D. Enfants de patients alcooliques (âgés de 0 à 18 ans). M., 1990.
3. Yemelyantseva T.A. Caractéristiques cliniques et psychologiques d'adolescents au comportement déviant issus de familles ayant des problèmes d'alcool et de leur psychothérapie de groupe. - Résumé, MGMI, Minsk 1997.
4. Bullette L.Y. Caractéristiques socio-psychologiques des familles alcooliques. - Problèmes actuels de dépendance, 1986.
5. Butorina E.N. Zyryanova A.T. Enfants de parents souffrant d'alcoolisme. –Alcoolisme et traitement des maladies neuropsychiatriques. Chelyabinsk, 1977.
6. Processus de rétablissement de la famille. Kiev, 1995
7. Danilevsky V.F. Effet névrotique des patients alcooliques sur le plus proche parent. - Affaires médicales, №10, 1975.
8. Johnson V. Comment faire traiter un alcoolique ou un toxicomane. Moscou, 2000.

En Savoir Plus Sur La Schizophrénie