Avez-vous entendu la phrase "La société ne me comprend pas, cependant, comme je le fais"? Ou peut-être vous-même le pensez? Il est alors possible que vous soyez un déviant, c’est-à-dire une personne dont le comportement diffère des normes généralement acceptées. Et lisez plus à ce sujet ci-dessous.

Le phénomène de comportement déviant (déviant) n'est pas nouveau. Un tel phénomène a toujours été présent dans la société, est présent et, peut-être, sera présent. Les déviants, c'est-à-dire les personnes qui ne veulent pas ou ne peuvent pas vivre selon les normes de la société, l'ont toujours été et le seront. Cependant, chaque société a son propre cadre de comportement et ses notions de la norme, ce qui signifie que le nombre d'individus ayant un tel comportement peut être différent, tout comme le niveau moyen d'écart par rapport aux normes sociales d'une société peut différer d'un autre.

Les théories sur le phénomène du comportement déviant sont principalement basées sur la recherche et l'évaluation de ses causes. Je vous suggère de vous plonger dans l’histoire et de faire une excursion dans la formation des attitudes du public à l’égard des déviations et dans la compréhension de l’essence même de ce phénomène.

Théories des Déviations: Histoire

Pour réfléchir aux causes du comportement déviant, les particularités de sa formation et de son développement ont été introduites pour la première fois au 19ème siècle. De manière générale et à ce jour, toutes les théories peuvent être divisées en biologisant et sociologisant, psychanalytique.

Biologiser les théories

Les premières théories sont apparues du point de vue de l’approche de biologisation. Ils différaient d’une certaine manière les uns des autres, mais l’idée générale était la même: toutes les déviations sont innées.

  1. L'initiale était la théorie anthropologique du crime, propriété de Charles Lombroso. Aux États-Unis, les partisans de cette théorie étaient H. Sheldon, E. Kretschmer, A. Khuton, et en Russie, A. Dril. L'idée principale de cette théorie est que des criminels sont nés. L’émergence d’anomalies à la naissance dues à des caractéristiques somatiques, ainsi qu’aux caractéristiques du crâne et du visage.
  2. Cette théorie a commencé à être développée et, dans les années 70, avec la découverte du syndrome de Klinefelter, une hypothèse est apparue sur les anomalies chromosomiques des criminels. C'est-à-dire que, dans cette théorie, l'explication principale des déviations était une perturbation de la génétique. Cependant, après de nombreuses expériences et recherches menées en URSS et dans d'autres pays, cette hypothèse a été officiellement démentie en 1972. Mais plus tard, E. Wilson a commencé à penser au rôle décisif de la génétique dans la formation du comportement.
  3. Dans le monde moderne, l’approche biologisante n’est pas aussi pertinente, mais elle a toujours sa place. Walter Gove fait partie de la théorie des facteurs liés au sexe et à l'âge, selon laquelle des crimes difficiles et graves sont le plus souvent commis par des hommes. En outre, le scientifique a découvert que les hommes et les femmes commettaient plus souvent des crimes dans leur jeunesse (18-24 ans).

Les conditions préalables au comportement antisocial des défenseurs modernes de l'approche biologisante sont appelées caractéristiques individuelles défavorables. Dans le même temps, les auteurs n'excluent pas d'autres effets que des facteurs biologiques, sociaux et psychologiques. Dans ce cadre, I. S. Noi et V. S. Ovchinsky ont parlé de la nécessité d'étudier la génétique, la psychiatrie, la psychologie et la psychogénétique.

Théories sociologiques

Presque simultanément à l'approche biologisante, une approche sociologique est envisagée. Ses représentants associent un comportement déviant aux conditions sociales des personnes. Cependant, en identifiant le lien entre les anomalies comportementales et les conditions socio-économiques de la société, les scientifiques ne pouvaient pas différencier et expliquer totalement la nature du comportement déviant.

Durkheim a exprimé l'opinion qu'il y a un certain niveau de criminalité dans toute société, cela ne peut pas être. Et vous devez veiller à maintenir ce niveau et à ne pas le laisser grandir, ni l'éradiquer.

Ainsi, dans le cadre de l'approche sociologique, on peut distinguer les théories suivantes:

  1. La théorie des déviations de fonctionnalité (anomie). Les partisans de cette théorie étaient E. Durkheim, T. Parsons, J. Mead et R. Merton. Ces auteurs pensent que les causes des déviations sont la dévaluation des normes de comportement. Ce phénomène est caractérisé par une anomie - une rupture de la solidarité par rapport aux valeurs et aux normes fondamentales. Les individus (groupes) commencent à rechercher des moyens divergents mais efficaces d'affirmation de soi, à condition que les méthodes approuvées ne fonctionnent pas.
  2. La théorie de la stigmatisation («étiquetage»). L'étude en a impliqué M. Foucault, E. Hoffmann, E. Lammert, G. Becker. L'idée de base: les déviations résultent de l'imposition à un individu (groupe) de ses opinions, de ses définitions, de sa morale. Ceux qui ont le pouvoir sont capables de le faire. En d'autres termes, par exemple, en appelant un élève à la traîne difficile et problématique au lieu d'aide et de développement, l'enseignant recevra un tel enfant.
  3. Théorie du conflit et de la déviance. La déviation est due au conflit de groupes sociaux, l'antinomie «négativisme» - «positivisme» se manifeste. T. More, R. Saint-Simon, R. Owen, S. Fourier, F. Engels, G. Marcuse, R. Mills, R. Quinni, L. Coser.
  4. Théorie du transfert culturel. Identification de l'identité entre les manières de développer un comportement déviant et tout autre comportement ou activité. Les sociologues russes et français N. K. Mikhailovsky et G. Tarde ont identifié un mécanisme d'imitation.
  5. Théorie de la désorganisation sociale. De nombreux chercheurs (R. Park, E. Burges, L. Wirth, R. Mackenzie, P. Berger, T. Shibutani et E. Tiriakyan) ont expliqué l’émergence d’un comportement déviant sous l’influence de certaines zones, de certains lieux et de certains environnements totalement désorganisés socialement et personnellement.
  6. La théorie de l'inclusion - exclusion (M. Foucault, J. Young). Les écarts s'expliquent par la différenciation des personnes en "off" et "incluses" dans la vie politique de la société.

Théorie socio-psychologique

À partir du milieu du 20ème siècle, les théories socio-psychologiques ont commencé à émerger. Leur point commun: les chercheurs étaient à la recherche des causes des écarts de personnalité parmi leurs plus proches associés. C'est-à-dire que la relation de l'individu avec l'environnement a été analysée.

  1. La théorie de l’anomalie sociale de R. Merton reposait sur l’hypothèse «de la disparition des normes morales dans un comportement déviant, qui est causée par un décalage entre l’objectif et les moyens de l’atteindre entre les déviants».
  2. D'après la théorie de la neutralisation, D. Mate et T. Saika ont conclu qu'une personne comprend les normes morales et les accepte même, mais qu'elle justifie son comportement de différentes manières, se référant le plus souvent à d'autres personnes et en blâmant les autres.
  3. E. Sutherland appartient à la théorie de la communication différenciée. Cette position explique la formation de déviations par l’attitude sélective de l’individu envers les normes et les valeurs de son environnement.
  4. La dernière théorie de cette approche est la théorie d'une sous-culture délinquante, c'est-à-dire d'une culture au sein d'une culture. Le représentant de la théorie - A. Cohen. Il a estimé que la sous-culture choisit des normes et des valeurs absolument opposées à celles établies dans une culture étendue. R. Cloward et L. Oulin étaient engagés dans le même sujet. Ils ont distingué une sous-culture criminelle, un conflit et un "repli sur soi". En Russie, I. A. Gorkova a poursuivi activement l'étude de l'influence de la sous-culture sur la personnalité.

Le représentant de l'approche socio-psychologique était également un scientifique russe, Yu. A. Aleksandrovsky. Il a ajouté qu'en réponse à la situation socio-économique et politique du pays, une personne peut être victime de troubles du stress social. Et cela affecte le comportement. I. I. Karpets et A. R. Ratinova, à la tête d'un comportement déviant, présentent des défauts dans la sphère de la conscience juridique; NF Kuznetsova - défauts dans la psychologie des individus, des communautés sociales.

D'ailleurs, en Russie, les premières études sur les comportements déviants ont commencé à être menées dans les années 60 du XXe siècle (V.S. Afanasyev, A.G. Zdravomyslov, I.V. Matochkin et autres). Au stade initial, il s’agissait d’études de certains types de déviations. V. Kudryavtsev, qui a commencé par considérer les déviations sociales comme une pathologie, un comportement antisocial, a également apporté une contribution théorique significative. Cependant, I. I. Gilinsky a exprimé une opinion alternative. De son point de vue, les déviations sont un phénomène social normal, une fonction du système social.

Théories psychanalytiques

Une autre approche est psychanalytique. Son représentant principal était Z. Freud. Plus tard, ses idées ont été reprises par A. Adler, E. Fromm, C. Horney et U. Schutz. Avec cette approche, les chercheurs pensent que certaines des qualités d’un individu jouent un rôle déterminant dans la formation d’un comportement déviant:

  • sentiment d'anxiété accrue;
  • agressivité (il s'agissait d'une qualité de base);
  • la rigidité;
  • complexe d'infériorité;
  • désir et désir de tout détruire.

Les partisans de la théorie ont déclaré que toutes les formes de comportement socio-mésadaptées résultent de:

  • la suppression des véritables pulsions de l'individu;
  • blocage serré de leur mise en œuvre;
  • contrôle étroit sur vous et vos émotions;
  • faible estime de soi.

D'autres scientifiques - A. Bandura, A. Bass, L. Berkovts, S. Rosenzweig - ont joué le rôle principal dans l'agression, et S. N. Enikolopova et T. N. Kurbatova parmi les scientifiques russes. Mais la raison de l'émergence de l'agression était différente. Les raisons, selon ces auteurs, ne sont pas le confinement des pulsions, mais divers facteurs sociaux, tout au long de la vie.

Quel est le comportement déviant?

Ainsi, après avoir analysé un certain nombre de sources, nous pouvons conclure qu’il n’existe pas de concept unique de comportement déviant. La complexité de la définition du concept à l'étude est due à son caractère interdisciplinaire. Un certain nombre de sciences traitent du problème des déviations:

Cependant, il est évident que le comportement déviant peut être interprété à partir de la position de l'opinion publique et de la position de l'individu. Ensuite, pour une société relevant de la psychologie, le comportement déviant est un ensemble d’actions qui, dans leurs manifestations, contredisent les normes juridiques ou morales-sociales d’une société donnée à un moment donné et généralement acceptées dans la société.

Mais, du point de vue de la sociologie, un comportement déviant par rapport à la société peut être interprété comme «un phénomène social étudié à l’aide de méthodes sociologiques spéciales conjointement avec des criminologues, des psychologues et d’autres spécialistes. Tout comportement qui provoque une désapprobation de l’opinion publique est appelé déviant »(G. F. Kutsev).

En ce qui concerne la personnalité, un comportement déviant est le déséquilibre des processus mentaux associés à:

  • manque d'adaptabilité;
  • problèmes d'autodétermination;
  • estime de soi insuffisante;
  • manque de contrôle moral sur leur comportement.

Concept de norme

En parlant de déviations, il est important de définir quelle est la norme. I. A. Lipsky définit le concept de «norme sociale» comme suit: les règles de comportement social, officiellement établies ou formées sous l'influence de pratiques sociales, et les manifestations d'une personne dans des conditions historiques concrètes de la société.

C’est-à-dire qu’il s’agit d’un comportement normal qui, à l’heure actuelle, ne crée pas de confusion chez les autres citoyens. Je vais donner un exemple de la relativité du concept de «norme». Dans le monde moderne, il est normal de modifier son corps (perçage, tatouage, cheveux colorés), mais à une autre époque, c'était inacceptable et condamné. Maintenant, bien sûr, on peut aussi trouver des condamnations, mais dans l’ensemble, la biodimodification est acceptée.

Comportement déviant: inconvénients et avantages

Un comportement déviant (déviant) est souvent associé à un signe moins plutôt qu'à un signe plus. Cependant, ce n'est absolument pas nécessaire. Un comportement déviant peut être positif.

E. Durkheim a été l'un des premiers à parler des écarts de manière positive. Il a exprimé l’idée que la déviation elle-même est positive et inévitable. L'auteur note que chaque invention, chaque pensée créative qui développe notre société est une déviation positive.

Les résultats

Après avoir analysé plusieurs théories d’auteurs et définitions du phénomène des déviations, on peut dire que la norme sociale correspond aux règles, droits et devoirs du comportement des personnes dans cette société établie par une société particulière. Comportement déviant - comportement qui ne répond pas aux normes établies dans une société donnée.

Ainsi, un comportement déviant est un comportement s'écartant des normes généralement acceptées (dans un sens positif ou négatif), causé par les caractéristiques de socialisation (apprentissage de l'expérience sociale) d'une personne ou de sa désocialisation (perte d'expérience sociale précédemment acquise).

Le développement, la formation et l'assimilation de comportements déviants sont dus aux caractéristiques individuelles de la personne, à son environnement proche et à l'état socio-économique de la société dans laquelle se trouve la personne. Tous les facteurs peuvent être regroupés en trois groupes: sociaux, psychologiques et biologiques.

Pour terminer, je voudrais recommander trois autres de mes travaux pour compléter cet article: «Comportement déviant: types, causes, manifestations», «Comportement déviant des enfants et des adolescents: causes, prévention, correction», «Diagnostic du comportement déviant des enfants et des adultes». Chacun des articles complète les autres et vous permet d'obtenir ensemble un maximum d'informations sur le comportement déviant, ainsi que des références à la littérature.

Comportement déviant: causes, types, formes

En se démarquant de la société, de sa propre approche de la vie, un comportement socialement normatif peut se manifester non seulement dans le processus de formation et de développement personnels, mais aussi sur le chemin de toutes sortes de déviations par rapport à une norme acceptable. Dans ce cas, il est d'usage de parler des déviations et du comportement déviant d'une personne.

Qu'est ce que c'est

Dans la plupart des approches, le concept de comportement déviant est associé à un comportement déviant ou asocial d'un individu.


Il est souligné que ce comportement représente des actions (de nature systémique ou individuelle) qui vont à l’encontre des normes acceptées dans la société et qu’elles soient fixées (normes) légalement ou existent en tant que traditions et coutumes d’un environnement social particulier.

La pédagogie et la psychologie, en tant que sciences de l'homme, caractéristiques de son éducation et de son développement, concentrent leur attention sur les signes caractéristiques communs d'un comportement déviant:

  • l'anomalie de comportement est activée lorsqu'il est nécessaire de respecter des normes sociales de moralité socialement acceptées (importantes et significatives);
  • la présence de dommages qui «se propagent» assez largement: de soi (auto-agression) aux personnes environnantes (groupes de personnes) et se terminant par des objets matériels (objets);
  • faible adaptation sociale et réalisation de soi (désocialisation) d'un individu qui enfreint les normes.

Par conséquent, pour les personnes avec déviation, en particulier pour les adolescents (c’est cet âge qui est exceptionnellement sujet à des déviations de comportement), des propriétés spécifiques sont caractéristiques:

  • réponse affective et impulsive;
  • réactions inadéquates de grande ampleur;
  • orientation indifférenciée des réactions aux événements (elles ne distinguent pas les spécificités des situations);
  • les réactions comportementales peuvent être appelées immuablement répétitives, à long terme et multiples;
  • niveau élevé de préparation au comportement antisocial.

Types de comportement déviant

Les normes sociales et les comportements déviants combinés les uns aux autres permettent de comprendre plusieurs types de comportement déviant (en fonction de l'orientation des schémas de comportement et de la manifestation dans l'environnement social):

  1. Asocial. Ce comportement reflète la tendance d'un individu à accomplir des actes qui menacent des relations interpersonnelles prospères: enfreignant les normes morales reconnues par tous les membres d'une certaine micro-société, une personne déviée détruit l'ordre établi d'interaction interpersonnelle. Tout cela s'accompagne de multiples manifestations: agressivité, déviations sexuelles, dépendance au jeu, dépendance, vagabondage, etc.
  2. Antisocial, un autre nom est délinquant. Les comportements déviants et délinquants sont souvent pleinement identifiés, bien que les timbres comportementaux délinquants se rapportent à des problèmes plus étroits: ils ont pour violation «le droit» de normes juridiques, ce qui entraîne une menace pour l'ordre social et une perturbation du bien-être de leur entourage. Il peut s'agir d'une variété d'actions (ou de leur absence) directement ou indirectement interdites par les actes législatifs (normatifs) en vigueur.
  3. Autodestructif. Manifestation dont le comportement menace l'intégrité de l'individu, les possibilités de son développement et son existence normale dans la société. Ce type de comportement s’exprime de différentes manières: par des tendances suicidaires, des addictions alimentaires et chimiques, des activités qui menacent considérablement la vie, ainsi que des comportements autistes / victimisés / fanatiques.

Les formes de comportement déviant sont systématisées à partir de manifestations sociales:

  • de couleur négative (toutes sortes de dépendances - alcool, produit chimique; comportement criminel et destructeur);
  • positivement coloré (créativité sociale, sacrifice altruiste);
  • socialement neutre (vagabondage, mendicité).

En fonction du contenu des manifestations comportementales avec déviations, elles sont divisées en types:

  1. Comportement dépendant. En tant que sujet d’attraction (cela dépend), il peut y avoir divers objets:
  • agents psychoactifs et chimiques (alcool, tabac, substances toxiques et médicinales, drogues),
  • jeux (activant le comportement de jeu),
  • satisfaction sexuelle
  • Ressources Internet
  • la religion
  • achats, etc.
  1. Comportement agressif. Cela se traduit par un comportement destructeur motivé qui provoque des dommages aux objets / objets inanimés et des souffrances physiques / morales pour animer des objets (personnes, animaux).
  2. Mauvais comportement. En raison d’un certain nombre de caractéristiques personnelles (passivité, réticence à se prendre en charge, à défendre ses propres principes, lâcheté, manque d’indépendance et attitude vis-à-vis de la soumission), la personne a des habitudes dans les actes de la victime.
  3. Tendances suicidaires et suicides. Le comportement suicidaire est une sorte de comportement déviant qui implique une démonstration ou une véritable tentative de suicide. Ces comportements sont considérés:
  • avec une manifestation interne (pensées suicidaires, réticence à vivre dans les circonstances, fantasmes quant à sa propre mort, projets et intentions en matière de suicide);
  • avec manifestation externe (tentatives de suicide, suicide réel).
  1. Fugue de la maison et du vagabondage. L'individu est sujet à des changements chaotiques et permanents de lieu de séjour, à un mouvement continu d'un territoire à un autre. Il faut en assurer l'existence en demandant des aumônes, des vols, etc.
  2. Comportement illégal. Différentes manifestations en termes d'infractions. Les exemples les plus évidents sont le vol, la fraude, l'extorsion de fonds, le vol qualifié et le hooliganisme, le vandalisme. Dès l'adolescence comme tentative d'affirmation de soi, ce comportement est ensuite consolidé afin de créer une interaction avec la société.
  3. Violation de comportement sexuel. Manifesté sous la forme d'activités sexuelles anormales (début de vie sexuelle, promiscuité, satisfaction du désir sexuel sous une forme pervertie).

Les causes

Le comportement déviant est considéré comme un lien intermédiaire situé entre la norme et la pathologie.

Considérant les causes des écarts, la plupart des études se concentrent sur les groupes suivants:

  1. Facteurs psychobiologiques (maladies héréditaires, caractéristiques du développement périnatal, sexe, crises liées à l'âge, pulsions inconscientes et caractéristiques psychodynamiques).
  2. Facteurs sociaux:
  • caractéristiques de l'éducation familiale (anomalies fonctionnelles et de rôle dans la famille, capacités matérielles, style parental, traditions et valeurs familiales, attitudes de la famille à l'égard des comportements déviants);
  • la société environnante (la présence de normes sociales et leur conformité / non-conformité réelle / formelle, la tolérance de la société pour les déviations, la présence / l'absence de moyens de prévention des comportements déviants);
  • l'influence des médias (fréquence et détail de la diffusion d'actes de violence, attractivité des images de personnes aux comportements déviants, biais d'information sur les conséquences des manifestations de déviations).
  1. Facteurs de personnalité.
  • violation de la sphère émotionnelle (anxiété accrue, diminution de l'empathie, humeur négative, conflit interne, dépression, etc.);
  • la déformation du concept de soi (identité de soi et identité sociale inadéquates, distorsion de l'image de soi, estime de soi insuffisante et manque de confiance en soi, leurs capacités);
  • la courbure de la sphère cognitive (manque de compréhension de leurs perspectives de vie, attitudes déformées, expérience d'actions déviantes, manque de compréhension de leurs conséquences réelles, faible niveau de réflexion).

Prévention

La prévention précoce des comportements déviants aidera très efficacement à renforcer le contrôle personnel sur les manifestations négatives.

Il est nécessaire de bien comprendre que les enfants ont déjà des signes indiquant le début de la déviation:

  • manifestations de colère anormales pour l’âge de l’enfant (fréquentes et mal maîtrisées);
  • l'utilisation d'un comportement intentionnel afin d'ennuyer un adulte;
  • refus actifs de satisfaire aux exigences des adultes, violation des règles établies par ceux-ci;
  • opposition fréquente aux adultes sous forme de différends;
  • manifestation de colère et de vengeance;
  • l'enfant devient souvent l'instigateur de la lutte;
  • destruction délibérée de la propriété d'autrui (objets);
  • dommages causés à d’autres personnes lors de l’utilisation d’articles dangereux (armes).

Un certain nombre de mesures préventives mises en œuvre à tous les niveaux de la manifestation du socium (national, réglementaire, médical, pédagogique, socio-psychologique) ont un effet positif sur le dépassement de la prévalence du comportement déviant:

  1. Formation d'un environnement social favorable. A l'aide de facteurs sociaux, une influence sur le comportement indésirable d'un individu avec une déviation possible est créée - un fond négatif est créé pour toutes les manifestations d'un comportement déviant.
  2. Facteurs informationnels. Travail spécialement organisé pour informer au maximum des déviations afin d'activer les processus cognitifs de chaque individu (conversations, conférences, production vidéo, blogs, etc.).
  3. Formation en compétences sociales. Elle vise à améliorer la capacité d'adaptation à la société: les travaux de formation visant à renforcer la résilience face à une influence sociale anormale sur une personne, à accroître la confiance en soi et à développer les compétences de réalisation de soi permettent de prévenir la déviation sociale.
  4. Initiation d'activité opposée à un comportement déviant. Ces formes d'activité peuvent être:
  • testez-vous "pour la force" (sport avec risque, escalade en montagne),
  • connaissance des nouveaux (voyages, maîtrise des métiers difficiles),
  • communication confidentielle (assistance à ceux qui ont "trébuché"),
  • la créativité
  1. Activation des ressources personnelles. Développement de la personnalité, à partir de l'enfance et de l'adolescence: attrait pour le sport, groupes de croissance personnelle, épanouissement personnel et expression de soi. L'individu est formé pour être lui-même, pour pouvoir défendre son opinion et ses principes dans le cadre des normes morales généralement acceptées.

Comportement déviant

Une société stable est comme une rue à double sens. Pour éviter les collisions, tous ses participants suivent les règles établies. Tout le monde se comporte normalement, c'est-à-dire de manière adéquate, habituelle, prévisible.

Cependant, dans la société moderne, une grande échelle acquiert un comportement déviant. Elle se caractérise par l’ignorance des normes généralement acceptées par des individus ou des groupes de personnes. Le danger de ce phénomène peut être qu’il peut conduire à une anomie sociale.

Traitement des comportements déviants

Les psychologues associent un complexe de réactions comportementales anormales chez un individu au problème de son adaptation à l'environnement social.

Les enseignants sont enclins à considérer la déviance comme un obstacle au développement d’une personnalité émergente, les enfants de 7 à 9 ans étant au centre de leur attention et capables déjà de se maîtriser.

Les sociologues expliquent le comportement déviant comme un départ des attitudes adoptées par la plupart des gens.

Les médecins n'attribuent pas de déviations comportementales à des conditions pathologiques, mais les considèrent comme des manifestations d'accentuation du caractère, de réactions situationnelles, de malformations du développement, de névroses, de psychoses.

Types de déviations:

1. Asocial - mépris des attitudes socialement valables.

2. Criminalité - actes incompatibles avec l'idéologie, la politique et la moralité d'une société donnée.

3. Autodestruction - mode de vie conduisant à l'autodestruction, telle que le suicide.

4. Addictive - rejet de la réalité en prenant des drogues psychoactives.

5. Psychopathologie - la manifestation des symptômes de certains troubles mentaux.

6. Caractérologique - la détection de traits de caractère problématiques comme héritage d'erreurs dans l'éducation.

7. Areal - ignorant les normes moyennes par les personnes avec l'hyperactivité.

Différentes approches de la classification du comportement déviant

1. Les sociologues distinguent comportement immoral, anesthésie, alcoolisme, hooliganisme, suicide, vagabondage, crime, prostitution, abus de mineurs.

2. Les juristes distinguent les types de déviation - délits, infractions disciplinaires, crimes - en fonction du niveau de leur danger social.

3. En pédagogie, un signe égal est mis entre les termes «comportement déviant» et «désadaptation». Les variantes de déviation sont considérées comme une activité excessive, une conduite désordonnée, le vol, la déception, le jeu, le vagabondage, la toxicomanie, la prostitution.

4. La médecine considère les déviations comme l’enracinement de mauvaises habitudes, de préférences, de troubles sexuels.

Il n’est pas difficile de remarquer que les classifications ci-dessus se complètent. La même réaction anormale se traduit par une gradation de formes: une mauvaise habitude - un comportement déviant - un désordre.

Signes de rejet:

• déviation des normes en vigueur dans la société;

• censure de la société, exprimée sous la forme d'étiquettes négatives: «huckster», «ivre», «salope»;

• le caractère destructeur des actions;

• la régularité des réactions déviantes, par exemple le vol d'argent répété de ses camarades de classe;

• problèmes d'adaptation dans la société.

Déviations avec plus et moins:

• les déviations négatives - prostitution, vol, ivresse, vandalisme - entravent la réalisation de soi par l'individu ou portent atteinte à l'ordre public;

• les déviations positives - dotations élevées, hyper-intelligent, trop actives dans la transformation de la société - contribuent à l'amélioration du progrès individuel ou social.

Les origines du comportement déviant

Il existe de nombreuses théories expliquant l'origine des réactions déviantes. La plupart des spécialistes s'accordent pour dire que la cause fondamentale des déviations est le conflit entre les postulats de la société et les tâches imposées par la vie. Le conflit entre les priorités de la vie et les intérêts de l'individu est un motif d'égale différence de comportement.

Parmi les autres facteurs contribuant à la déviation, sélectionnez les éléments suivants:

• génétique, provoquant une tendance héréditaire à perturber l'ordre public;

• personnel, exprimé par la déformation des besoins et de la nature de l'individu;

• physique-psychologique, conduisant à un développement anormal de la personnalité;

• informationnel, associé à l’influence négative des médias.

Prévention et traitement

La thérapie pour les déviations dans les formes avancées, telles que le jeu ou la dépendance à l'ordinateur, est au service de spécialistes tels que des psychothérapeutes ou des psychiatres. Ce travail est effectué à la fois en milieu hospitalier et ambulatoire. Dans les établissements d’enseignement, les psychologues scolaires se consacrent au diagnostic et à la correction des écarts.

Orientations du travail préventif:

• Programmes publics de lutte contre le handicap social: impact sur les familles dysfonctionnelles, travail avec les enfants des rues, amélioration de la santé de la société dans son ensemble, accroissement de son bien-être et de sa culture;

• organisation de groupes sociaux de jeunes remplissant la fonction de contrôle social;

• publications dans les médias de masse;

• conversations dans les établissements d'enseignement qui contribuent au développement spirituel de l'homme, à sa socialisation.

Il a été prouvé que recevoir un soutien social opportun aide les personnes présentant des anomalies comportementales à faire face plus rapidement à leurs problèmes, à "s'intégrer" plus rapidement à la vie sociale, à mieux assimiler les principes d'activité mutuelle et de respect mutuel.

S'il vous plaît écrivez les avantages et les inconvénients d'un comportement déviant.

Points faibles - la société a introduit des normes sociales, orientant les personnes vers leur réalisation, c'est-à-dire comportement prévisible. Un comportement déviant viole toujours les règles dans n'importe quelle direction.
Les écarts peuvent être négatifs - alcool, toxicomanie, tabagisme, traverser la route au mauvais endroit sont des phénomènes négatifs.
Avantages - il y a des déviations positives - des génies, des grands athlètes déviés de la norme.

Autres questions de la catégorie

a) prendre la poupée de force;
b) Casser la poupée en la divisant en plusieurs parties;
c) Jeter la poupée;
d) Donner la poupée à l'adversaire;
d) Discutez de la façon de jouer ensemble.
Donner des conseils sur la meilleure façon de procéder. Explique pourquoi cette méthode est la meilleure.

"Les affaires sont une combinaison de guerre et de sport."
S'il vous plaît écrivez-vous, le travail d'Internet n'est pas accepté.

1) la connaissance de soi
2) la réalisation de soi
3) conservation de soi
4) auto-éducation

Le concept est-il utilisé pour caractériser ce processus? 1)

Comportement déviant

Comportement déviant et sa spécificité

Un comportement qui s'écarte des normes généralement acceptées est appelé comportement déviant en sociologie. Au sens large, le concept de "déviation" signifie tout écart de comportement par rapport à une norme sociale. Dans un sens étroit, la déviance fait référence aux déviations par rapport aux normes informelles. Déviation par rapport aux normes juridiques (infraction) est appelée comportement délinquant, déviation par rapport aux normes de droit pénal - comportement criminel.

La déviation (déviation) peut être avec un signe moins ou un signe plus: un comportement déviant négatif et un comportement déviant positif. Le génie et le mal sont souvent des choses communes: en tout cas, ce sont deux types de comportement déviant. Le plus souvent, s’agissant d’un comportement déviant, c’est précisément un comportement déviant négatif qui est visé. Le comportement délinquant en tant que forme d'écart négatif n'a qu'une évaluation négative.

Le suicide (suicide), l’alcoolisme, la toxicomanie et la promiscuité sexuelle sont les formes de comportement déviant les plus courantes dans toute société. La prévalence de formes négatives de comportement déviant est un indicateur de l'efficacité du contrôle social.

Dans les sociétés simples, avec un système de réglementation non développé, les comportements déviants sont facilement contrôlés et détectés. Moins il y a de normes, moins la possibilité de déviations est grande. Dans les sociétés organisées de manière complexe, qui comprennent plusieurs systèmes de réglementation et un grand nombre de sous-cultures, le problème de la définition d'un comportement comme déviant et de son contrôle est souvent compliqué. Prévenir les anomalies est une tâche de contrôle social.

Le concept de déviance varie d'une société à l'autre, étant quelque peu relatif. La déviation au sein d'une culture ou d'une communauté peut être considérée comme la norme dans une autre. Dans la société primitive (et dans certaines tribus, même aujourd'hui), cannibalisme, gérontocide (tuer des personnes âgées), inceste et infanticide (tuer des enfants) étaient considérés comme la norme pour des raisons économiques (pénurie alimentaire) ou d'ordre social (permettant le mariage entre parents). En Russie moderne, il existe une loi interdisant la propagande homosexuelle chez les mineurs et, dans certains pays européens, elle est perçue comme une violation de la liberté individuelle.

Mais la déviation peut être une caractéristique relative non seulement de deux sociétés ou époques différentes, mais également de deux ou plusieurs grands groupes sociaux d’une même société. Dans ce cas, ils ne parlent pas de culture, mais de sous-culture. Des exemples de tels groupes sont les jeunes, les croyants, les femmes, les minorités nationales, les retraités.

Ainsi, la non-fréquentation du service religieux est une déviation du point de vue d'un croyant, mais la norme est celle d'un athée. Les règles de l'étiquette de la noblesse exigeaient de se nommer par leur nom et leur patronyme, et le nom abrégé (Olka ou Deniska), en tant que norme de circulation dans les couches inférieures, était considéré comme un comportement déviant des premiers. Il s'ensuit que les critères de déviance sont relatifs, dépendent de la culture et ne peuvent être considérés isolément. Les critères de déviance changent avec le temps au sein de la même culture. Après la Seconde Guerre mondiale, le tabagisme aux États-Unis s'est généralisé et approuvé par la société. Fumer dans un appartement, un bureau et même à la télévision était considéré comme normal. Mais au fil du temps, les scientifiques ont prouvé que le tabagisme était la cause de nombreuses maladies graves. Peu à peu, les organisations publiques ont lancé de vastes campagnes contre le tabagisme et, aux États-Unis, les fumeurs sont devenus l’objet d’une condamnation universelle.

En Union soviétique dans les années 60-70 XX siècle. Les instituteurs se débattaient avec des élèves qui avaient les cheveux longs, dans lesquels ils voyaient une imitation du mode de vie occidental et des signes de corruption morale. À la fin des années 80. L'influence occidentale a triomphé, notre société a changé et les cheveux longs sont passés d'une déviation à une norme.

La déviance mentionnée ci-dessus est la déviance culturelle, c'est-à-dire déviation par rapport aux normes de la culture. Cela ne devrait pas être mis sur un pied d'égalité avec la déviance mentale, avec les soi-disant "anomalies mentales".

Plus souvent que dans les autres groupes d'âge, des comportements déviants sont observés chez les adolescents. L'expérience de vie d'un adolescent est petite, la vision du monde, le caractère et les opinions ne sont pas encore complètement formés. Pour ces raisons, l’évaluation de la situation peut être inadéquate. Manque d’expérience et erreurs dans l’évaluation de la situation et la prédiction impropre des conséquences. De plus, les caractéristiques d'âge suivantes jouent également un rôle:

  • • social - il y a un changement d'agents de socialisation. La famille en tant qu'institution principale de socialisation est remplacée par des collectifs d'éducation et de travail et des groupes informels;
  • • socio-psychologique - le comportement de l'adolescent est façonné par des facteurs contradictoires. Pour les garçons et les filles mineurs, non seulement le conformisme de groupe accru est caractéristique, mais également le désir d’indépendance. Cela provoque l'instabilité et la nature situationnelle de leur comportement;
  • • psychologique - la puberté exacerbe la manifestation de certaines qualités chez un adolescent (irritabilité, impulsivité).

Tout cela détermine la tendance accrue des mineurs à un comportement déviant. Actuellement, en Russie, les facteurs socio-économiques, les «coûts sociaux» des réformes économiques en cours ont de graves conséquences sur le comportement déviant des jeunes. Un autre problème est le manque de contrôle sur les réseaux sociaux dans lesquels les adolescents passent de plus en plus de temps. En un instant, les réseaux sociaux populaires diffusent auprès d'un vaste public une grande variété d'informations, notamment en les encourageant directement ou indirectement à exécuter des actions liées à la forme d'un comportement déviant.

S'il vous plaît écrivez les avantages et les inconvénients d'un comportement déviant.

Gagnez du temps et ne visualisez pas les annonces avec Knowledge Plus

Gagnez du temps et ne visualisez pas les annonces avec Knowledge Plus

La réponse

La réponse est donnée

esaryc

Inconvénients - la société a introduit des normes sociales, orientant les gens vers leur épanouissement, c.-à-d. comportement prévisible. Un comportement déviant viole toujours les règles dans n'importe quelle direction.
Les écarts peuvent être négatifs - alcool, toxicomanie, tabagisme, traverser la route au mauvais endroit sont des phénomènes négatifs.
Avantages - il y a des déviations positives - des génies, des grands athlètes déviés de la norme.

Connectez Knowledge Plus pour accéder à toutes les réponses. Rapidement, sans publicité ni pause!

Ne manquez pas l'important - connectez Knowledge Plus pour voir la réponse tout de suite.

Regardez la vidéo pour accéder à la réponse

Oh non!
Les vues de réponse sont terminées

Connectez Knowledge Plus pour accéder à toutes les réponses. Rapidement, sans publicité ni pause!

Ne manquez pas l'important - connectez Knowledge Plus pour voir la réponse tout de suite.

Comportement déviant: exemples et signes de déviations

Malgré le fait qu'un certain cadre et des règles de comportement soient établis dans la société, il est de la nature humaine de les violer. Chacun a sa propre pensée qui laisse une empreinte sur la communication avec les autres. Parfois, il devient la cause d'un phénomène tel qu'un comportement déviant. Les exemples d'une telle pensée non standard sont assez nombreux et, heureusement, ne sont pas toujours négatifs.

Définition du concept

La déviation par rapport aux normes sociales généralement acceptées est définie comme un comportement déviant. Les exemples de ce phénomène sont assez nombreux. Dans le même temps, des spécialistes de différents domaines définissent les comportements déviants à leur manière:

  • Du point de vue de la sociologie, on peut dire qu'il s'agit d'un phénomène qui constitue une menace réelle pour la survie de l'homme dans la société. Dans ce cas, nous parlons à la fois du déviant et de son entourage. En outre, il existe une violation des processus d'assimilation de l'information, de reproduction des valeurs généralement acceptées, ainsi que de développement et de réalisation personnels.
  • Du point de vue de la médecine, une violation des interactions interpersonnelles et des anomalies comportementales est provoquée par la présence de pathologies neuropsychiatriques de gravité variable.
  • Du point de vue de la psychologie, un comportement déviant est une manière antisociale de résoudre des situations conflictuelles. En même temps, ils souhaitent nuire à leur bien-être et à celui du public.

Raisons principales

Malheureusement, les psychologues ne sont toujours pas en mesure de déterminer avec précision l'éventail des raisons qui provoquent un comportement déviant. Les exemples permettent de ne faire qu'une liste approximative. Cela ressemble à ceci:

  • incohérence des objectifs avec les moyens disponibles pouvant être utilisés pour les atteindre;
  • diminution des attentes de la société vis-à-vis d’un individu donné, ce qui entraîne progressivement une marginalisation;
  • la dépendance à l'alcool et aux drogues, la détérioration du fonds génétique et d'autres pathologies sociales;
  • maladie mentale de nature différente;
  • l'absence de motivation claire pour déterminer avec précision les actions appropriées pour une situation particulière;
  • l'inégalité sociale et l'injustice, encourager l'agression;
  • les conflits armés, les catastrophes causées par l'homme et les catastrophes naturelles qui violent l'esprit.

Caractéristiques déviantes

De plus en plus, dans la société, on peut rencontrer un phénomène tel que le comportement déviant. Les exemples vous permettent de mettre en évidence un certain nombre de fonctionnalités communes à toutes les personnes confrontées à ce problème. Ainsi, les déviants peuvent être caractérisés comme suit:

  • provoquer une vive réaction négative et la condamnation de la société;
  • peut causer des dommages physiques ou matériels à eux-mêmes ou à autrui;
  • comportement anormal est constamment répété ou est permanent;
  • il y a une désadaptation sociale;
  • les déviations comportementales sont pleinement compatibles avec les caractéristiques individuelles de la personnalité;
  • il y a un désir d'exprimer leurs caractéristiques personnelles.

Exemples de comportement social

Bien que les définitions théoriques décrivent clairement les signes de comportement, elles ne reflètent pas toujours pleinement l'essence du phénomène. Cependant, en regardant autour de vous, vous serez surpris de la fréquence à laquelle un comportement déviant se produit dans la société. Exemples de vie sont les suivants:

  • Personnes sans certain lieu de résidence. En raison des circonstances, leur comportement est très différent des normes généralement acceptées.
  • Demander l'aumône peut causer de la pitié ou une réaction négative des autres. En tout état de cause, dans une société où l'écrasante majorité se procure des moyens matériels par le travail, ce comportement est mal perçu.
  • Les prostituées sont condamnées du point de vue des principes moraux.
  • Les toxicomanes et les alcooliques sont reconnus comme des déviants non seulement en raison de leur dépendance à l'utilisation de certaines substances. En état d'ébriété, ils peuvent constituer une menace physique réelle pour les autres.
  • Ironiquement, du point de vue de la société, les moines sont également considérés comme des déviants. La plupart des gens ne comprennent pas le désir d'abandonner tous les biens et toutes les opportunités publics.
  • Les génies sont également méfiants, malgré le fait que le progrès scientifique et technologique est fermement entré dans la vie moderne. Néanmoins, les attitudes envers les personnes ayant un haut niveau d'intelligence ne peuvent être qualifiées de négatives.
  • Les meurtriers, maniaques et autres criminels ne sont pas seulement condamnés par la société. La législation prévoit des peines sévères pour eux.

Compte tenu des comportements déviants, les exemples de la vie peuvent être cités très longtemps. Ainsi, par exemple, quelqu'un peut emmener ici des gens de l'art, des parasites, des non-formels, etc. Dans tous les cas, une personne peut, si elle le souhaite, se débarrasser d’une telle caractéristique (qu’elle soit acquise ou innée).

Exemples de comportement déviant positif

Les comportements déviants positifs sont des actions visant à changer les valeurs et les normes obsolètes qui entravent le développement social ultérieur. Cela peut se manifester par la créativité, l'activité politique ou simplement une protestation personnelle. Bien que la société puisse avoir un rapport négatif avec de tels phénomènes au début, des exemples de comportements déviants positifs prouvent l'efficacité de ce modèle:

  • G. Perelman est un brillant mathématicien qui est devenu célèbre pour la preuve du théorème de Poincaré (cela fait plus de 100 ans que d’autres scientifiques se battent contre ce théorème). En conséquence, il a été nominé pour plusieurs prix prestigieux. Mais Perelman a catégoriquement refusé toutes les récompenses, ce qui est une mauvaise forme pour les scientifiques. Néanmoins, ce comportement n'a pas nui à la société. En outre, Perelman a jugé inutile de minimiser l’apport d’autres mathématiciens et de traduire généralement la science en un plan commercial.
  • L'exemple suivant est également très intéressant, mais il n'y a aucune preuve de sa véracité. Ainsi, la méthode de l'auteur, le psychiatre D. Rogers, a été reconnue comme une parodie de patients, pour laquelle il a été condamné à mort. L'idée était d'amener le patient à la forme extrême d'hystérie, après quoi il s'est rétabli et a continué à vivre une vie normale. Seulement 50 ans après l'exécution, le comportement déviant du médecin était considéré comme efficace.
  • Certains exemples de comportement déviant positif ont eu un impact significatif sur notre vie aujourd'hui. Ainsi, à la fin des années 60, les ordinateurs avaient la taille d’un salon ou même d’un gymnase d’école. La vraie révolution dans ce domaine a été faite par Steve Jobs et Bill Gates. Ce que beaucoup considéraient comme fou, ils ont donné vie. Aujourd'hui, presque tout le monde a un ordinateur compact et fonctionnel.

Comportement déviant négatif

Les dommages causés à l'individu et aux autres constituent un comportement déviant négatif. Les exemples sont les crimes, la prostitution, l’alcoolisme, la toxicomanie, ainsi que de nombreux autres actes illégaux et immoraux. Les personnes qui commettent de tels actes tombent souvent entre les mains des organismes chargés de l'application de la loi ou obligent les psychothérapeutes à se faire soigner. De plus, la société elle-même crée un contexte de mépris pour les déviants négatifs.

Exemples de situations de comportement déviant

Sans même y penser, nous rencontrons chaque jour des situations de comportement déviant. Un exemple serait comme suit:

  • Un jeune homme en bonne santé entre dans les transports en commun et prend de la place. Il n’ya rien de répréhensible à cela, mais à la prochaine étape, un homme âgé entre. Ne voulant pas céder, le jeune homme commence à faire semblant de dormir et ne remarque pas le vieil homme. Dans la plupart des cas, cet écart est dû non seulement à des qualités personnelles, mais également à une éducation inappropriée.
  • L'élève enfreint constamment la discipline dans la classe en interférant avec l'enseignant et ses pairs. Malheureusement, cette manifestation de comportement déviant provoque souvent une réaction sévère de la part des enseignants, qui génère encore plus de résistance. En règle générale, le manque de discipline chez les écoliers est un reflet direct de l'état psycho-émotionnel et des problèmes de la famille.
  • Les inégalités sociales et les difficultés financières devraient, en théorie, encourager les gens à surmonter activement cette situation. Néanmoins, tous n'ont pas assez de volonté pour cela. Certaines personnes commencent à consommer de l'alcool ou des drogues pour s'éloigner de la réalité, ce qui provoque certainement la condamnation du public.
  • Les gens aspirent aux avantages de la vie, mais les moyens de les recevoir sont différents pour chacun. Ainsi, par exemple, beaucoup, ne ressentant pas le désir ou la force de gagner de l'argent par eux-mêmes, recourent au vol.

Exemples littéraires

Si vous êtes intéressé par des exemples de comportement déviant, vous pouvez apprendre beaucoup de la littérature. Voici les plus brillants d'entre eux:

  • Raskolnikov de l'oeuvre «Crime and Punishment» de Dostoevsky illustre un exemple de comportement déviant. Par souci de gain matériel, il décide de tuer.
  • Comportement Chatsky dans la pièce "Woe from Wit" de Griboedov. Ce personnage est parfois colérique et complètement dénué de tact. Il agit comme un exposant d'autres vices, ainsi que comme un juge strict des principes moraux.
  • Dans le roman «Anna Karenina» de Tolstoï, le personnage principal peut également être cité comme exemple de comportement déviant. L'adultère, les relations extraconjugales et le suicide sont les signes les plus évidents.
  • Dans le «poème pédagogique» de Makarenko, pratiquement tous les élèves de l’orphelinat personnifient d’une manière ou d’une autre un comportement déviant. Ce travail est intéressant principalement parce que le talentueux enseignant a pu corriger la situation.
  • Le héros de l'œuvre "Gobsek" Balzac est un exemple assez intéressant de comportement déviant. L'usurier avide a une propension pathologique à l'accumulation. En conséquence, dans son placard trouver une énorme quantité de richesse, ainsi que la nourriture, qui s'est simplement détériorée.

Exemples d'histoire

S'agissant d'une question comme exemple de comportement déviant, de nombreuses situations intéressantes peuvent être trouvées dans l'histoire:

  • L'un des exemples les plus frappants de comportement déviant est l'incendie du temple d'Artémis par un habitant d'Ephèse, Gerostrat. Pendant la torture, l'homme a dû admettre qu'il l'avait fait afin de glorifier son nom afin que ses descendants parlent de lui. Herostratus a non seulement été condamné à mort, mais il lui a également été interdit de le mentionner. Néanmoins, l'historien Théopompus a jugé nécessaire de parler du crime d'Herostratus, ce qui a permis d'atteindre son objectif.
  • Le comportement d'Adolf Hitler est également considéré comme déviant. Le danger particulier était qu'il possédait de fortes qualités de leadership et qu'il avait du pouvoir. Le triste résultat est connu de tous.
  • Un autre exemple de comportement déviant peut servir de révolution de 1917. Ensuite, I. Lénine et ses associés ont décidé de s'opposer à l'autorité du roi. Le résultat fut la formation d'un État fondamentalement nouveau.
  • Il existe de nombreuses preuves sur la manière dont le comportement déviant des soldats pendant la Seconde Guerre mondiale a contribué à la victoire dans les batailles. Ainsi, les soldats se sont souvent sacrifiés, se précipitant sous les traces de chars à grenades. De cette façon, ils ont ouvert la voie à leur armée. Ceci est l'un des nombreux exemples de comportement déviant, qui s'appelle par conséquent un exploit.

Comportement déviant de l'enfant

Malheureusement, le comportement déviant des enfants n'est pas rare. Les exemples les plus courants sont l'agression verbale (langage grossier, impolitesse et grossièreté), ainsi que l'attaque physique (coups, morsures ou saccades). Ce phénomène a des raisons spécifiques, dont les principales sont les suivantes:

  • La prédisposition génétique à l’agression, qui est transmise par le plus proche parent. Il convient de porter une attention particulière aux maladies associées à une déficience auditive et visuelle, à un retard mental et physique, à des troubles mentaux.
  • Effet sur le psychisme de l'enfant irritants externes. Cela peut être dû à une situation de tension dans la famille, à des conflits avec des pairs et à une attitude partiale des enseignants.
  • Les défauts physiologiques (de la parole ou corporels) provoquent souvent le ridicule et le négatif des autres, et en particulier des enfants. Cela provoque un sentiment d'infériorité chez l'enfant, qui est en train de devenir l'une des principales causes d'agression.

Pour prévenir et corriger les comportements déviants chez les enfants, les mesures suivantes peuvent être prises:

  • la tâche des adultes est de susciter chez l'enfant un vif intérêt pour la communication avec ses pairs, ainsi qu'avec les éducateurs, les psychologues et les autres adultes susceptibles de contribuer à la résolution du problème;
  • la formation de connaissances sur la culture de comportement dans la société et les compétences de communication vivante avec les autres;
  • assistance pour développer une évaluation adéquate de sa propre personnalité et formation aux techniques de maîtrise de soi qui permettront de mettre un terme aux attaques d’agression
  • lecture indépendante ou conjointe de fiction, qui contient des exemples positifs de comportement social correct;
  • l'organisation de jeux de situation dans lesquels les enfants modéliseront indépendamment des moyens de sortir d'un conflit;
  • le rejet des censures habituelles et des interdictions en faveur d'un dialogue constructif, qui vise à expliquer à l'enfant pourquoi un comportement déviant est inacceptable.

Comportement déviant des adolescents

Le comportement déviant des adolescents est un problème épineux, dont les exemples sont malheureusement nombreux. Les premières manifestations peuvent être observées quelque part dans 12-13 ans. C'est l'âge le plus dangereux où un enfant a encore une perception du monde, mais un désir irrésistible semblait en même temps se montrer adulte. Même si les enfants se comportent normalement, il est extrêmement important de ne pas rater cette période. Le signal alarmant peut être un changement de préférences dans la musique et les vêtements, ainsi que les premières manifestations de l'impolitesse. Ne pas prendre des mesures éducatives à temps peut avoir les conséquences suivantes:

  • s'échapper de la maison et du vagabondage;
  • le tabagisme, ainsi que la consommation d'alcool et de drogues;
  • le vol;
  • intégration dans les "mauvaises" entreprises;
  • activités criminelles;
  • passion pour les idées extrémistes;
  • dépendance à l'ordinateur;
  • début de la vie sexuelle;
  • passe-temps mettant la vie en danger.

Il existe des exemples de comportements déviants négatifs et positifs d'adolescents. Si tout est clair avec le premier, le second est alors perçu par beaucoup comme une manifestation normale. Cela peut être un effort excessif d'apprentissage ou de développement physique. Malgré le fait que ces actions ont une couleur positive, il est important de veiller à ce que l'enfant ne se mêle pas de lui-même, que les loisirs ne se substituent pas à la communication avec ses pairs.

Conclusion

L'alcoolisme, le vagabondage, le banditisme et de nombreux autres phénomènes que la société combat activement sont des exemples de comportements déviants. En règle générale, la raison réside dans les problèmes de l'enfance, de l'injustice sociale, ainsi que des troubles mentaux congénitaux. Mais il faut comprendre que la déviation n’est pas toujours mauvaise. Par exemple, nous devons en grande partie le développement des progrès scientifiques et technologiques aux personnes qui présentent des écarts positifs.

En Savoir Plus Sur La Schizophrénie