L'histoire de chaque buveur commence par un verre. Au début, l’alcool à petites doses stimule les centres du cerveau et provoque l’euphorie. Pour maintenir le faux plaisir, il faut augmenter progressivement les portions. Après une forte consommation d'alcool, il se produit une dépression alcoolique et des troubles mentaux nécessitant un traitement médical se forment dans son contexte. Pour comprendre le mécanisme de développement de la maladie, vous devez savoir ce qui se passe après avoir bu de l'alcool sur le plan physiologique.

Au niveau hormonal

Les hormones déterminent l'état émotionnel. Les neurotransmetteurs, substances bioactives des neurones qui transmettent des impulsions aux cellules, sont responsables de l'équilibre et de la tranquillité. Sous l'influence des toxines, leur activité diminue. La sérotonine et les endorphines procurent un sentiment de joie. Si elles sont injectées, la barrière hémato-encéphalique ne permet pas aux substances synthétiques de pénétrer rapidement dans les cellules nerveuses.

Lorsque vous prenez de l'alcool et des drogues, les hormones du bonheur sont produites en grande quantité et pénètrent immédiatement à travers la membrane des neurones, de sorte qu'une personne tombe rapidement dans l'euphorie. Dès que leur niveau diminue, un sentiment de dépression apparaît et la personne tente de le restaurer avec un autre verre de dope. Comprenant la dépendance à l'alcool, il développe une apathie qui se transforme en dépression post-alcoolique. Mais ce n'est pas tout.

L'alcool éthylique est considéré comme une substance psychotrope qui paralyse la sensibilité des terminaisons nerveuses et augmente la production de l'hormone du stress, la noradrénaline. Une fois dans le sang, les molécules d'éthanol commencent à se décomposer rapidement. Les produits de désintégration avec le sang migrent à travers le corps. C'est le cerveau qui en souffre le plus. En raison de son impact négatif, le transport de l'oxygène dans les cellules est perturbé, entraînant la mort neuronale.

La dépendance se forme progressivement. Premièrement, l'habitude de réduire le stress en grande partie entraîne la formation d'un syndrome d'abstinence, lorsque des troubles somatiques et neurologiques apparaissent au cours d'une gueule de bois qui disparaît après une nouvelle dose d'alcool. La dépendance chez les hommes survient dans quelques mois, chez les femmes - deux fois plus vite, chez les adolescentes en deux semaines.

Pourquoi après la dépression alcoolique

Après une forte consommation d'alcool, le syndrome de la gueule de bois commence le lendemain. Dans le sang, le taux de glucose diminue plusieurs fois, il se produit une rupture des forces, une faiblesse musculaire. La gueule de bois dure généralement une journée. La période de récupération dépend de la rapidité du corps à synthétiser l'alcool déshydrogénase. C'est une enzyme adaptative qui catalyse l'oxydation de l'alcool éthylique en acétaldéhyde, qui se décompose en acide acétique. Puis elle:

  • transformé en dioxyde de carbone et en eau;
  • excrété du corps.

Le taux d'oxydation dépend de la concentration en éthanol. Après quelques heures, l'état d'une personne de petite taille est redevenu normal. Après quelques jours, le sang est clarifié, le corps redevient normal. Dans un alcoolique, la gueule de bois survient en fonction de la vitesse à laquelle les métabolites toxiques quittent le corps. Il faut généralement 5 jours pour récupérer, mais pendant ce temps, il parvient à se fixer à plusieurs reprises à un verre.

Pourquoi, après une dépression ivre, si une personne prend une décision volontaire et tente de revenir à un mode de vie sobre? Les boissons chaudes agissent directement sur la zone de plaisir, stimulent les récepteurs cérébraux de la dopamine et présentent une euphorie imaginaire. Pour recevoir une compensation morale sous forme de joie et de réconfort psychologique, une personne sobre doit travailler dur. Après avoir bu de l'alcool, le plaisir imaginaire survient rapidement, mais dans le même temps, l'élément de motivation du buveur passe au second plan.

Si un événement ivre est perçu à travers un verre boueux, une évaluation sobre de la réalité conduit à la stupeur. Par conséquent, cela ne fait pas plaisir à l’existence «ligotée», d’autant plus qu’avec une stimulation cérébrale constante par dopage, la synthèse naturelle des hormones de joie s’arrête. Une personne s'oppose inconsciemment à ce qui se passe, essayant de rétablir un inconfort psychologique avec l'une des variantes de la «thérapie de remplacement», acquérant une dépendance au jeu ou à la drogue.

Dépression alcoolique: symptômes et traitement

Les problèmes surviennent à cause de l'abstinence et passent après la prochaine réception. Dans la deuxième phase de la maladie, on observe des troubles végétatifs et mentaux:

  • rougeur de la peau;
  • maux de tête;
  • perte d'appétit;
  • les pointes de pression;
  • les poches;
  • lourdeur dans le foie, problèmes gastro-intestinaux;
  • troubles fonctionnels;
  • une envie irrésistible de boire.

La dépression après une consommation occasionnelle excessive d'alcool est compliquée par les manifestations somatiques du syndrome de sevrage - une forte excitation du système nerveux central, des tremblements de la main, des frissons, des troubles du sommeil. Une personne est en crise, incapable d'évaluer correctement l'ampleur du problème. En règle générale, les événements se développent selon le scénario classique, lorsque la maladie prend une forme chronique. Dans une stupeur ivre, il n’ya pas de place pour des réflexions philosophiques sur la vie, d’autant plus que des processus irréversibles se déroulent dans les structures cérébrales, entraînant une dégradation complète.

À la troisième apparait la psychose alcoolique, subdivisée en espèces.

  1. Le délire se produit sur le fond de la conscience brouillée, accompagné d'hallucinations auditives et visuelles qui se produisent dans un esprit clair.
  2. En cas d'encéphalopathie alcoolique aiguë: impuissance psychologique, délire, mégalomanie. Chez les personnes de plus de 40 ans, les pseudo-paralysies progressent.
  3. L'intoxication pathologique est caractérisée par une forte excitation, des attaques de panique, un sentiment accru de danger.

En premier lieu, pour améliorer la condition physique, des médicaments anti-consommation sont pris. Ils contiennent une combinaison d'effets anti-toxiques: Alka-Seltzer, Zorex, Zenalk, Corrda, Limontar, Absorbant Enterosgel et autres. Dans les pharmacies, les médicaments sont présentés dans un assortiment.

Il est temps que l’indigène qui boit ait recours à de l’aide s’il est sobre le matin, perd la maîtrise de soi, ne peut plus penser sobre, devient socialement dangereux, s’engouffre dans une frénésie. Comment sortir de la dépression alcoolique, dira un spécialiste. Si vous annulez des boissons stimulantes, le narcologue psychiatre corrigera l'état physiologique et psychologique à l'aide de préparations pharmacologiques.

Ce qui est offert aux patients

La thérapie ne réussit qu'avec le désir conscient du patient d'abandonner la mauvaise habitude. Si la maladie ne court pas, vous pouvez vous passer d'antidépresseurs. À mesure que les métabolites toxiques sont éliminés, les symptômes disparaissent. Si la dépression ne passe pas, des pensées obsessionnelles sur le suicide apparaissent, un système complexe est nommé. La mélancolie sous forme sévère est difficile à traiter. Le patient doit faire preuve de discipline et d'un rejet complet de l'alcool.

La correction des symptômes de la dépression post-alcoolique comprend 3 étapes.

  1. La désintoxication implique l'élimination des effets des symptômes de sevrage. Les antioxydants sont administrés aux patients par voie intraveineuse. Ils neutralisent les produits de désintégration, aident à la régénération des cellules du foie, restaurent le pouvoir du cerveau.
  2. Les antidépresseurs non toxiques de la nouvelle génération sont prescrits pour la normalisation du fond mental. Les médicaments sans effets secondaires sont bien tolérés et ne créent pas de dépendance.
  3. Des cours individuels de psychocorrection avec un spécialiste aident plus facilement à traverser la période de rééducation et à s’adapter à une nouvelle vie.

Façons de traiter la dépression post-alcoolique

La pathologie est diagnostiquée sur la base de signes cliniques. Dans la phase aiguë du syndrome de sevrage (AS), le bien-être est aggravé par des troubles somato-végétatifs, neurologiques, affectifs tels que: l'hypocondrie, l'apathie, les états asthéno-anxieux. Il y a souvent des cyclotimes (sautes d'humeur) et des psychoses endoréactives. Les symptômes exprimés sont réduits en 3 jours, la mélancolie prend un caractère prolongé et dure de 7 à 15 jours.

  1. Dans la forme aiguë de la SA, les symptômes sont éliminés par des tranquillisants - diazapam, chlordiazépoxide. Le phénazépam est prescrit pour rétablir le sommeil.
  2. Afin d’activer la circulation sanguine, les dérivés du GABA (acide gamma-aminobutyrique) sont représentés par du phénibut.
  3. À petites doses, les antipsychotiques atypiques - aminazine, largaktil - sont utilisés pour soulager les troubles hallucinatoires.
  4. Des antidépresseurs sédatifs sans effets cholinolytiques sont prescrits - mirtazapine, mianvérine.
  5. Les hépatoprotecteurs antidesensants sont présentés - adénosylméthionine (Heptral).
  6. Pour stabiliser le système végétatif - Mexidol.

Types de troubles affectifs et traitement

Après le retrait des symptômes aigus, une rémission prolongée survient. Comme les injections régulières d'alcool constituaient une habitude persistante, cela affectait les substances psychosomatiques. Les patients se plaignent de coups de bélier, de maladies de la peau, de maux de tête et de rhumes. Les signes sont plus caractéristiques chez les patients présentant un statut hypochondriaque. Ils croient que tout va après un verre de vodka. Dans une période sobre, ils se découragent et essaient de susciter la pitié.

La thérapie est basée sur la psychologie rationnelle et les médicaments. Le médecin convainc le patient que les problèmes sont causés par des boissons alcoolisées et que, pour rétablir la santé, vous devez faire des exercices physiques. Des médicaments psychotropes sont prescrits - sulpiride (eglonil), tianeptine (coaxil).

Comment traiter le syndrome apathique

Comment sortir de la dépression alcoolique, si la dépendance se forme après de nombreuses années de consommation de boissons fortes? Dans la plupart des cas, il s'agit d'ivrogne domestique avec une dose quotidienne allant jusqu'à 400 g. Les patients sont actifs, émotionnellement instables - il y a de fortes sautes d'humeur. Le plaisir et l'ouverture sont remplacés par l'irritabilité et l'agressivité. L'abstinence forcée de boire entraîne des symptômes de sevrage avec manifestation de troubles autonomes et émotionnels. L'anosognosie est présente dans 90% des cas. Ils nient le problème évident, n'acceptent le traitement qu'après avoir persuadé des proches ou des problèmes de santé progressifs.

Au début de la rémission, les troubles mentaux qui sont particulièrement visibles après le codage ou les torpilles sont détectés. Quelque part l'activité disparaît, laissant la gaieté. Les gens deviennent autonomes, deviennent passifs. Le traitement repose sur une psychothérapie positive et des antidépresseurs stimulants. Nommé: pyrindol (pyrazidol), moclobémide (aurorix). Au cours des trois premiers mois, les patients s’habituent à peine au nouvel état. Si le patient n'est pas observé par un médecin après le codage, il peut vivre pendant des années dans cet état. Avec le contrôle médical, tout est réglé.

Traitement du syndrome d'asthéno-anxiété

Un dysfonctionnement psychologique apparaît chez les personnes qui se méfient de la nature de celles qui ont souffert de timidité depuis l’enfance, qui s’inquiètent beaucoup. Au fil des ans, la tension émotionnelle ne va nulle part. L'anxiété généralisée et la dysthymie se transforment en pessimisme.

Après avoir bu de l'alcool, les gens sont libérés, ils s'adaptent rapidement à la société. Au cours d'une gueule de bois, l'anxiété s'intensifie. Ils sont prêts à tout moment à interrompre la rémission et à revenir à l'ancien mode de vie. Le schéma de traitement est construit:

  • sur la psychologie positive;
  • thérapie par gelstat;
  • les tranquillisants;
  • antidépresseurs - azafène, fluoxétine (prozac).
  • neuroleptiques faibles - thioridazine (sonapaxe), sulpiride (eglonile).

Conditions dysphoriques

La pathologie se forme chez des ivrognes chroniques. Les maladies sont sensibles aux personnes ayant une psyché mobile, sujettes à blâmer les autres pour leurs échecs, constamment insatisfaites. Ils ont rapidement des fringales - au moins 2 fois par mois. Avec altération de la conscience développer une agression, une amnésie. Au stade initial de la rémission, les patients se comportent de manière pacifique, mais après 3-5 mois, une communication normale devient impossible. Ils sont nerveux, en colère, se replient sur eux-mêmes. Le matin, une «gueule de bois sèche» apparaît avec l'apparition de signes caractéristiques de l'UA. Les narcologues savent que ce sont des précurseurs de rechute et les arrêtent à l’avance. Tenue:

  • traitement fortifiant;
  • les médicaments métaboliques sont prescrits - disulfure, biotredin;
  • tranquillisants, neuroleptiques légers de la liste ci-dessus;
  • antidépresseurs - amitriptyline, clomipramine.

Une rémission asthéno-dysphorique est observée chez des patients qui souhaitent fuir la réalité sous l’influence de vapeurs enivrantes. Avec la prochaine dose de dopage, ils prennent vie, ils se sentent nécessaires. La dépendance se forme rapidement. Dans les premiers mois, comportez-vous de manière adéquate, puis tombez dans la prostration, agissez comme des personnes dégradées. Le traitement commence par des mesures psychothérapeutiques - psychologie rationnelle et activante, thérapie par gelstat. Nommé:

  • biostimulants - pantantokrine, eleutherococcus, teinture de ginseng.
  • petites doses d'antidépresseurs stimulants - pirlindol (pyrazidol).

Que faire et comment traiter les troubles du cyclotime dans la dépression de la gueule de bois

Les gens cycloïde psychotype sujet à de fréquents changements d'humeur. L'alcoolisme chez eux, ils se développent souvent sur la base de troubles affectifs, mais il est possible qu'ils apparaissent sur le fond de la dépendance formée. Particulièrement visible dans la période de réduction de l'UA. Apparaître: angoisse, humeur monotone, anxiété, insomnie.

Les activités commencent par une psychothérapie rationnelle et familiale. La difficulté dans le choix des médicaments et des dosages en raison d'une courte période d'infractions allant de 7 à 14 jours. S'il est impossible de combiner le calendrier de prise de médicaments avec des différences émotionnelles, un complexe prophylactique est nommé:

  • antidépresseurs légers - pipofézine (azafène), fluvoxamine (févarine);
  • timostatics - depakin, lamotrigine.

Les patients sont sous surveillance médicale, car ils considèrent que les sautes d'humeur liées à l'auto-tonnage sont un phénomène normal et ne sont pas en accord avec la prescription.

Comment se débarrasser de la dépression liée à l'alcool

Pour ceux qui préfèrent encore se détendre avec de l'alcool, vous devez être capable de gérer vous-même l'état. Dans le sens d'apporter une douche. Le sport de pouvoir est le meilleur moyen de se débarrasser d’une charge émotionnelle. Avec ensuite quitter la dépression, la compression musculaire et la mauvaise humeur.

Naturellement besoin de rétablir les niveaux d'hormones. La sérotonine augmente:

  • de chocolat;
  • traîner en bonne compagnie;
  • reste au soleil.

Le développement de la dopamine, responsable du plaisir, stimule l'exercice de votre activité préférée, le sexe. Regarder des comédies pour une tasse de thé avec des bonbons améliorera certainement votre humeur. Il est important que le régime alimentaire contienne du poisson gras, des bananes et des bonbons. Sans nuire à la santé et au système nerveux, il est parfois possible de consommer 30 ml d'alcool par 70 kg de poids corporel.

Comment faire face à la dépression après l'alcool?

L'état dépressif après un joyeux festin avec une forte consommation d'alcool est connu de beaucoup de gens. Dans le but de détourner l'attention des problèmes, d'étouffer les angoisses émotionnelles ou simplement de détendre une personne a souvent recours à l'alcool. Bien sûr, cette méthode ne soulage pas les problèmes et les angoisses, elle ne procure qu'un soulagement temporaire, suivi d'une dépression profonde. Qu'est-ce que la dépression post-alcoolique et comment y faire face - plus loin dans l'article.

Pour le plaisir d'avoir à payer l'intelligence

Même dans l'Antiquité, les représentants de différentes cultures utilisaient consciemment toutes sortes de substances intoxicantes afin de créer un sentiment de joie, de bien-être, de confiance et de tranquillité. L'alcool, l'une des substances toxiques les plus populaires, peut faire des merveilles et rendre une personne plus détendue et plus sociable. Ce poison améliore l'humeur et augmente le désir sexuel. Tous ces aspects "positifs" des effets de l'alcool sur une personne constituent un motif sérieux pour son utilisation. En même temps, je ne veux pas vraiment me rappeler le prix d’un tel «bonheur».

Pendant ce temps, l'euphorie est obtenue artificiellement en introduisant de l'extérieur deux hormones dans le corps: la sérotonine et l'endorphine. La barrière hémato-encéphalique créée par la nature les empêche de pénétrer dans le cerveau, mais le «problème» peut être rapidement résolu avec de l'alcool. L'alcool a un effet destructeur sur la barrière susmentionnée et, en dissolvant les neurones dans le cerveau, augmente le pourcentage d'opiacés dans le sang - substances analogues à la morphine. En d'autres termes, le plaisir vaut un homme de son propre intellect.

Le taux de sérotonine dans l'hypothalamus diminue progressivement, ce qui pousse une personne à vouloir combler la concentration d'hormone et commence à augmenter la dose d'alcool tout en augmentant le contenu en noradrénaline. Cette hormone est aussi appelée «l'hormone de la rage». En réduisant sa quantité dans le corps, une personne tombe dans un état dépressif. Par conséquent, toute boisson alcoolisée est essentiellement le dépresseur le plus puissant.

Une brève sensation de bonheur après avoir bu est rapidement remplacée par une diminution de l'humeur et de l'activité mentale. Apparaît également des réactions inhibées et une activité motrice. Après un certain temps, la dépression survient après l’alcool, dans la plupart des cas, progressive.

L'impact de l'alcool sur le fond psycho-émotionnel

Pour la sécrétion et la synthèse des hormones, comme mentionné ci-dessus, l'épiphyse, l'hypophyse et l'hypothalamus sont responsables. Le système endocrinien est également activement impliqué dans ce processus. Les effets nocifs de l'alcool s'étendent à tous les organes et systèmes du corps humain, y compris l'état émotionnel.

Les boissons alcoolisées, quel que soit le type de digestion par l'organisme, sont beaucoup plus rapides que celles affichées. L’éthanol est concentré au maximum sur le site de la circulation sanguine intensive, c’est-à-dire dans le cerveau. L'alcool interfère avec l'apport normal d'oxygène aux neurones du cerveau. Ainsi, la sensation d'intoxication, même légère, conduit à la mort de certaines parties du cortex cérébral. Et avec l'abus d'alcool régulier, des troubles mentaux apparaissent, les capacités mentales diminuent et, en général, le fonctionnement normal du cerveau est perturbé.

Les scientifiques ont établi: plus une personne boit, plus la dépression post-alcoolique dure longtemps. Les dommages spéciaux causés à l'état psycho-émotionnel ne conduiront pas à une consommation maximale de 30 à 35 g d'alcool par 70 kg de poids corporel. L'éthanol à cette dose n'est pas dangereux pour le corps. Ces résultats sont basés sur les résultats de recherches médicales qualifiées.

Mais cela ne signifie pas que vous pouvez consommer de l'alcool tous les jours sans vous soucier de votre santé. L'alcoolisme est inévitable lorsqu'on boit de l'alcool, même à des doses minimes. Le développement de la dépendance chez un homme moyen se produit dans les 2-3 mois, une femme peut devenir alcoolique dans les 4-6 semaines, alors que l'adolescente - dans 2 semaines. Pendant cette période, les effets peuvent être plus graves que la dépression.

Causes de la dépression alcoolique

Parmi un certain nombre de raisons pour le développement de spécialistes de la dépression alcoolique sont les suivantes:

  • troubles métaboliques;
  • dysfonctionnement du système nerveux;
  • violation des organes internes;
  • troubles mentaux de courte durée dus à l'effet toxique de l'alcool sur les structures organiques.

En outre, le développement de la dépression liée à l'alcool est précédé de troubles accumulés et de certaines difficultés de la vie que les personnes à caractère faible préfèrent «éliminer» avec l'aide de l'alcool. Les dépressions alcooliques sont particulièrement sensibles chez les femmes.

La consommation régulière d'alcool, même en quantité modérée, mine la santé du système nerveux, dégrade son activité et, par conséquent, une personne devient excessivement irritable et agressive. Dans sa vie, il existe un cycle de facteurs tels que le mécontentement vis-à-vis de sa propre vie, puis l'irritabilité et l'agressivité croissantes, la consommation d'alcool et encore le mécontentement envers la vie...

Dépression post-alcoolique: symptômes

Après l'abandon complet de l'alcool, des troubles digestifs et des troubles de la fonction hépatique apparaissent, ainsi que des nausées et des vomissements. Le refus de l’alcool a également une incidence sur le contexte psycho-émotionnel: une personne tombe dans une dépression dont la gravité dépend de la quantité d’alcool consommée. Les symptômes d'une telle dépression sont généralement exprimés:

  • expression du visage triste;
  • anxiété;
  • l'insomnie;
  • mouvement lent;
  • pensée retardée;
  • rythme lent.

Un alcoolique peut avoir des pensées suicidaires et même des tentatives de suicide. Dans le même temps, le patient éprouve du désespoir et du désespoir. Souvent, les patients se suicident dans un état de dépression alcoolique.

Combien de temps dure la dépression post-alcoolique? Cette condition peut durer de plusieurs jours à plusieurs semaines. Dans certains cas, la maladie dure environ un an ou plus. De nombreux patients présentent des récidives de dépression alcoolique. Parfois, les symptômes de dépression se manifestent avec des symptômes de sevrage.

Le diagnostic de dépression alcoolique est associé aux manifestations de la maladie. La maladie passe ou s'affaiblit progressivement avec le rejet complet de l'alcool en quelques jours.

Comment remonter le moral après avoir bu?

Les symptômes de la dépression après avoir bu de l'alcool, beaucoup de gens ont connu. L'inconfort psychologique est accompagné d'une mauvaise santé. Pour vous débarrasser à jamais de ce problème, vous devez complètement abandonner la consommation d'alcool et vous amuser ou soulager le stress d'une autre manière. Après un certain temps après avoir renoncé à l'alcool, une personne améliore son sommeil, son énergie vitale et de nouvelles idées apparaissent.

Si vous n'êtes pas prêt pour une décision aussi catégorique et qu'après une soirée amusante, la dépression vous tourmente, vous devez rechercher des moyens efficaces pour lutter contre ce phénomène désagréable. La première chose à faire est de rétablir le niveau d'hormones dans le corps. Par exemple, la sérotonine peut être restaurée pendant la baignade, l'exposition au soleil, la consommation de bonbons variés, etc. Pour normaliser votre état émotionnel, faites du sport, du yoga ou de la randonnée.

L'hormone dopaminergique, appelée «hormone du plaisir», est produite en mangeant des aliments savoureux, en bougeant et en jouant, en faisant du shopping. Pour augmenter le contenu des endorphines dans le sang, vous devez faire quelque chose de créatif, faire des exercices physiques. Le rire est le moyen le plus efficace d’activer la production d’endorphines. Par conséquent, si vous n'êtes pas d'humeur à communiquer au sein de l'entreprise et que vous n'avez pas d'appétit pour cause de malaise, regardez votre comédie préférée et surmontez ainsi la dépression seule. Si la nourriture ne provoque pas de dégoût, donnez la préférence à ce jour au chocolat, au brocoli, au sucre, au poisson gras, à la banane.

Traitement de la dépression dans l'alcoolisme

Comment sortir de la dépression alcoolique? Tout d’abord, le désir de la personne elle-même de se débarrasser de sa dépendance à l’alcool et de toutes ses conséquences désagréables. Le traitement de la dépression alcoolique prévoit la nomination (exclusivement par un médecin!) De médicaments et la mise en place d'une assistance psychologique.

Le traitement médicamenteux comprend la nomination d'antidépresseurs au patient. Pour que le traitement soit aussi efficace que possible, le patient doit suivre un cours de rééducation psychologique. La tâche du psychothérapeute est d’enseigner au patient à jouir de la vie, à regarder le monde avec des yeux sobres et à résoudre des problèmes de la vie sans alcool.

Le traitement de la dépression est recommandé dans une clinique de traitement pour toxicomanes sous la supervision de spécialistes. À la clinique, le patient peut également recevoir un traitement d'entretien pour se débarrasser des effets de l'intoxication alcoolique. Pendant la période de traitement, le soutien de ses parents et amis est important pour le patient. Le patient doit comprendre qu’il l’aime, qu’il prend soin de lui. Ce sont des personnes proches qui peuvent le convaincre du résultat positif du traitement. Une aide opportune pour la dépression aidera une personne à ressentir à nouveau la joie de vivre, à trouver l'harmonie, à se débarrasser de sa dépendance.

Dépression après avoir bu: comment éviter

De ce qui précède, il s'ensuit que les gens boivent de l'alcool pour se débarrasser de l'état dépressif, du stress. Cependant, le paradoxe est que l'alcool ne guérit pas mais constitue un facteur aggravant dans le développement de processus négatifs provoquant une dépression. Il s'avère que l'alcool et la dépression sont interdépendants. Ce n'est que jusqu'à ce que la dépression soit établie que cela amène une personne à boire de l'alcool ou, au contraire, que l'alcool provoque une dépression.

Comment éviter cet état, sans se priver du plaisir de s'amuser avec des amis?

Bien sûr, n'abusez pas et respectez les règles qui réduiront les effets négatifs de l'intoxication.

  1. Bien manger avant de manger, il est souhaitable d'utiliser du lait et du beurre comme nourriture.
  2. Boire de l'alcool, assurez-vous de manger.
  3. Ne pas interférer avec différents types d'alcool, abandonner les cocktails.
  4. Surveiller les intervalles entre les consommations d'alcool.
  5. Ne buvez que des boissons de bonne qualité.
  6. Comment pouvez-vous fumer moins si vous fumez?
  7. Prenez une douche avant de vous coucher et veillez à ventiler la pièce.

Il convient de rappeler que même avec une consommation modérée de boissons alcoolisées, des problèmes psycho-émotionnels surviennent. Le fond émotionnel est rétabli après quelques semaines d'abstinence et la personne redevient normale. La dépression post-alcoolique ne nécessite généralement pas de traitement spécial et disparaît rapidement d'elle-même. Si un tel désordre survient lorsqu’on essaie d’arrêter de fumer après une consommation longue et systématique d’alcool, un tel cas nécessite un traitement.

Pourquoi la dépression et l'anxiété apparaissent-elles après l'alcool?

La dépendance à l'alcool est une combinaison de nombreuses conditions pathologiques, dont l'un est un syndrome dépressif. La structure clinique de la dépression post-alcoolique est similaire à l’une des phases de la dépression caractéristiques du trouble affectif bipolaire.

Beaucoup de gens croient que boire de l'alcool aide à éliminer le stress accumulé. La pratique prouve le contraire et la question se pose: pourquoi avec une gueule de bois, la dépression et l'anxiété ne font que s'intensifier? Vous trouverez ci-dessous les raisons pour lesquelles, après l'ivresse, la dépression et la peur prennent des formes particulièrement sévères et causent beaucoup de problèmes à une personne.

La science a montré que l'état émotionnel est directement lié à la concentration de neurotransmetteurs.

L'effet de l'éthanol conduit à un déficit en sérotonine, ce qui a pour conséquence que la psyché souffre de divers troubles, notamment de la dépression. En outre, l’éthanol libéré dans le corps stimule la production de noradrénaline; Cette amine biogénique est communément appelée «l'hormone d'agression».

L'éthanol est rapidement absorbé et décomposé, et le processus d'élimination des produits de décomposition se déroule lentement. Lorsque l'éthanol est oxydé, de l'acétaldéhyde se forme et la plus grande quantité de ce composé toxique est concentrée dans le cerveau. En conséquence, les neurones ne reçoivent pas la nutrition nécessaire et les cellules du cortex cérébral meurent.

Si la consommation d'alcool provoque d'abord une euphorie à court terme, la personne est confrontée à une dépression progressive. Le lien entre la dépendance à l'alcool et les troubles dépressifs est comme un cercle vicieux. Dans le contexte de la dépression, l'alcoolisme est aggravé et l'abus d'alcool augmente l'anxiété et la mélancolie, devenant ainsi un état maniaque.

Les chercheurs ont découvert que la dépression alcoolique était la conséquence d’une intoxication prolongée à l’éthanol; Les personnes à risque dépendent de plus de 35 ans.

Beaucoup de patients dans des cliniques spécialisées souffrent de troubles affectifs graves accompagnés de pensées suicidaires (ou même d’actions). Certains patients sont en délire, tombent dans la dépréciation de soi, se blâment, sentent leur valeur et leur inutilité.

Les conséquences

Pourquoi cette condition est-elle dangereuse? Le trouble dépressif post-alcoolique a de nombreuses conséquences négatives:

  1. Les idées suicidaires qui se manifestent conduisent une personne à des tentatives de suicide
  2. La probabilité d'accidents ou de blessures dus à la négligence augmente.
  3. Le patient est capable d'exécuter des actions dangereuses pour les autres.
  4. La dépendance à l'alcool entre dans une phase chronique.
  5. La personnalité sous l'influence de l'alcool se dégrade.
  6. Une encéphalopathie alcoolique se développe.
  7. Dans le contexte de la dépression se produit une psychose épileptique alcoolique.

Variétés de dépression alcoolique

La pathologie est divisée en deux options conditionnelles:

  • Panne à court terme due à une intoxication à l'éthanol après une consommation excessive d'alcool;
  • Dépression sévère après la consommation excessive.

Brève dépression

Dans ce cas, le trouble est léger. La raison en est la consommation excessive d'alcool, qui conduit à l'apparition du syndrome de la gueule de bois.

  • Une personne ressent un inconfort physique marqué.
  • Il est d'humeur dépressive et souffre de sentiments de culpabilité et de repentance pour sa licence.
  • L'éthanol introduit est oxydé, abaissant le taux de glucose dans le sang. Ce processus biochimique entraîne une baisse de l'humeur, une faiblesse musculaire et une diminution de la concentration.
  • La fatigue et l'apathie sont exacerbées par une anxiété et une agression sans cause.
  • La carence en magnésium qui en résulte provoque une tachycardie, des frissons et une nervosité.

Si nous rappelons la génétique, la prédisposition innée affecte grandement le développement de la maladie. Parfois, les gens consomment une quantité impressionnante d'alcool, de qualité douteuse, et ne se sentent pas déprimés. Dans d'autres cas, les gens doivent souffrir des symptômes négatifs d'une gueule de bois.

Quelle est la raison de cette "injustice"? Chaque organisme a sa propre capacité génétiquement déterminée à synthétiser l’alcool déshydrogénase, une enzyme responsable de l’intensité de la conversion de l’éthanol en acétaldéhyde.

Ce type de dépression alcoolique ne nécessite pas de traitement spécial et, en règle générale, disparaît de lui-même pendant une courte période.

Dépression après avoir abandonné l'alcool

Quand une personne quitte une frénésie prolongée et cesse de consommer des boissons fortes, elle fait une dépression alcoolique pendant 2 à 5 jours. Le refus de l'alcool conduit au syndrome de sevrage, qui survient chez les individus présentant deux ou trois stades d'alcoolisme.

Il s’agit d’un syndrome d’abstinence avec ses manifestations somatiques qui aggravent les symptômes de la dépression:

  • Il y a des convulsions, des tremblements, une hyperactivité du système nerveux sympathique.
  • Le patient est confronté à une grave crise psychologique, sa vie semble perdre son sens, son existence semble sans but.
  • L'absence totale d'émotions positives aggrave l'incapacité à éprouver du plaisir, le monde est peint exclusivement en couleurs sombres et le sentiment de culpabilité enlève toute force.
  • Souffrant d'alcool, la dépression souffre du repentir pour les actes commis et les pensées sur l'avenir ne font que désespérer.

La dépression de sevrage est une menace à ne pas sous-estimer. La personne refuse les boissons alcoolisées et mène une vie ordinaire apparemment normale.

Au cours de la consommation d'alcool était pour l'individu un moyen d'échapper à la réalité dans le monde de l'euphorie, et maintenant cette occasion a été perdue. La personne perd l'opportunité de ressentir une joie imaginaire et voit la vie quotidienne dans toute sa solitude, fait l'expérience d'une vie négative et frustrante.

Dans de rares cas, il est possible de surmonter la crise par eux-mêmes et beaucoup plus souvent, les changements personnels sont catastrophiques. Une personne a désespérément besoin d'une «thérapie de substitution» et d'autres extrêmes viennent remplacer l'alcool. Certains vont au travail, ce qui conduit au syndrome de fatigue chronique, d'autres sont accros aux sports extrêmes, et d'autres encore ont des relations sexuelles imprudentes.

Causes de la dépression alcoolique

Les produits de désintégration de l'éthanol provoquent une intoxication du corps, ce qui empêche le système nerveux et le cerveau de fonctionner correctement. C'est le mécanisme de développement de la dépression alcoolique.

  • L’activité des inhibiteurs du GABA augmente sous l’influence même d’une faible quantité d’éthanol, ce qui entraîne un état d’apathie.
  • Dans le même temps, les récepteurs de la dopamine, les «coupables» de l’euphorie maniaque, commencent à agir activement.
  • Dans le système sérotoninergique du cerveau, une défaillance entraîne une perturbation de la production et du transport normaux de neurotransmetteurs responsables de l'état émotionnel.

L'alcoolisme chronique se caractérise par une diminution du volume cérébral, ainsi que par des modifications et des lésions oxydatives des neurones. La dégradation de la personne dépendante est aggravée par la détérioration des capacités mentales et la formation d'un comportement imprévisible dans son insuffisance.

Une consommation modérée et apparemment anodine (mais régulière) peut être une blague cruelle qui sape progressivement le système nerveux. Cela constitue la base des troubles mentaux.

Symptômes de dépression alcoolique

Combien de temps dure l'état de dépression? La dépression après l’alcool peut durer plusieurs jours et peut durer un an. Le patient doit être préparé à une récurrence de dépression alcoolique, dont l’évolution ressemble à une psychose maniaco-dépressive.

L'abus prolongé de boissons fortes conduit à un trouble dépressif. Il se manifeste par une combinaison de symptômes somatiques et psychologiques, complétée par des anomalies cognitives et comportementales. Il y a des signes d'intoxication à l'alcool et des manifestations de dépression.

Principaux symptômes:

  1. L'activité sociale de l'individu est fortement réduite.
  2. Il y a violation de la stabilité du fond émotionnel.
  3. La mélancolie oppressante est soudainement remplacée par un état d'euphorie maniaque.
  4. Il y a une inhibition marquée des réactions mentales.
  5. Des fluctuations occasionnelles de l'activité motrice apparaissent.
  6. Les fonctions cognitives se détériorent.
  7. La personne commence à souffrir à cause de problèmes de sommeil.
  8. Le travail du pancréas, du foie et du système digestif dans son ensemble est altéré.
  9. Un individu est écrasé par un sentiment d'insignifiance.
  10. Le comportement devient suicidaire.
  11. La déréalisation et la dépersonnalisation compliquent la situation.
  12. La personnalité supprime l'anxiété sans fondement.
  13. Une personne ressent le désir de fuir la triste réalité.
  14. Le sentiment de désespoir et de désespoir devient le fond de la vie.
  15. L'individu aspire consciemment à l'isolement social.
  16. Le comportement alimentaire change, l'appétit est absent ou devient excessif.
  17. Ce qui se passe ne cause aucun intérêt.
  18. La libido perd son pouvoir.
  19. Perte de capacité à effectuer des activités normales.
  20. Il y a une peur de la mort.
  21. Il y a des éclairs d'agression et d'irritabilité injustifiées.

Traitement de la dépression alcoolique

Les symptômes et le traitement sont interdépendants. La chose la plus difficile à contourner le facteur humain. Beaucoup de patients ne comprennent pas que la dépression ne mène pas à la dépendance à l'alcool, mais inversement. L'intoxication prolongée du corps avec de l'éthanol ou le rejet brutal de boissons fortes déclenchent le mécanisme de développement de la pathologie. La tâche des spécialistes est le traitement de l'alcoolisme.

Que faut-il pour réussir? L'essentiel est le désir du patient lui-même, un désir sincère de se libérer des chaînes de la dépendance. Le patient doit être fermement convaincu que sa décision est correcte et ne peut être mise en doute.

La croyance en votre propre force aidera certainement dans le travail difficile quotidien d’être. Le patient doit savoir qu'il y a une lutte difficile à venir.

Un rejet complet de l'alcool au stade initial de la réadaptation conduit à une exacerbation des symptômes et à une augmentation de la dépression. Souvent, les alcooliques et leurs familles cherchent de l’aide auprès d’institutions spécialisées, par exemple: centres de réadaptation où des programmes spéciaux d'adaptation sont appliqués.

Si la forme légère de la dépression s'est développée sur le fond de l'abstinence, il est parfois possible d'éviter les médicaments. Un trouble modérément grave peut être éliminé avec un degré de probabilité élevé avec l'intervention opportune de spécialistes. En ce qui concerne le retrait de la dépression sévère après avoir bu, le processus peut être long, difficile et requiert une grande responsabilité.

Que propose la médecine moderne pour traiter la dépression alcoolique? Nous avons besoin d'une approche intégrée individuelle:

  • traitement médicamenteux;
  • séances de psychothérapie;
  • procédures physiothérapeutiques.

Traitement médicamenteux

Les préparations sont destinées à la détoxification du patient. C'est la première priorité.

  1. Vous devez d'abord nettoyer le corps des substances toxiques accumulées qui se sont formées après la dégradation de l'éthanol.
  2. Les états d’angoisse sont caractéristiques de la période d’abstinence, et des traitements à court terme de tranquillisants puissants, tels que Sibazon, sont utilisés pour les éliminer.

Les antidépresseurs modernes sont capables de surmonter les manifestations de la mélancolie et de réduire en peu de temps l’intensité des signes négatifs de pathologie. Le cours de la thérapie aidera à éliminer complètement l’état dépressif.

En outre, vous aurez besoin d'un traitement qui réduira le besoin d'alcool (les médicaments nécessaires sont sélectionnés individuellement).

  1. L'équilibre hydrique et électrolytique et le métabolisme dans le corps d'un alcoolique sont violés. Ils doivent donc être restaurés à l'aide de médicaments, par exemple Reopoliglukine.
  2. Les injections intramusculaires de vitamines B1, B6, C et PP deviendront des aides indispensables dans la lutte contre la dépression alcoolique.
  3. Les médicaments qui rétablissent la circulation sanguine dans les petits vaisseaux et le cerveau sont également utilisés pour traiter les pathologies.
  4. En outre, l'utilisation de phospholipides, par exemple Essentiale, aidera le foie à restaurer ses fonctions et à participer à la désintoxication.

Séances de psychothérapie

  • Des séances individuelles ou en groupe aident le patient à comprendre le sens de son existence, à ressentir la joie de vivre, à apprendre à penser d'une manière nouvelle, sans alcool.

En travaillant avec un psychothérapeute, une personne réalise que s'enfuir dans une drogue alcoolique est le chemin qui mène à nulle part. Le patient doit réaliser qu'il est possible de gérer le découragement de manière inoffensive.

Physiothérapie

  • La physiothérapie sera un excellent complément au traitement médicamenteux et à la psychothérapie. Un sommeil artificiel, une inductothermie, des séances de stimulation électrique, des procédures thermiques, etc. peuvent être prescrits au patient.

Prévention

Maintenant, vous savez comment sortir de la dépression alcoolique. Beaucoup de gens qui tombent dans le réseau d'alcool considèrent la sobriété comme synonyme d'ennui. Est-il possible d'imaginer un week-end sans quelque chose de brûlant? Et quelles vacances sans alcool? Personne ne veut devenir un exclu dans une vieille entreprise conviviale, où il est de coutume de boire! Tous ces arguments ne sont absolument pas convaincants.

Ceux qui sont confrontés à la dépression alcoolique doivent savoir comment éviter l'alcool améliore la qualité de vie:

  1. L'immunité est restaurée et devient plus forte.
  2. Le risque de développement d'une impuissance sexuelle sur le fond d'une augmentation de la libido diminue.
  3. L'état mental se stabilise et revient à la normale, ce qui a un effet positif sur l'efficacité et l'activité sociale.
  4. Sommeil normal.
  5. L'absence de consommation d'alcool améliore le bien-être.
  6. Il y a plus de temps pour le développement de soi.
  7. Les relations dans la famille, fatiguées de l'alcoolisme d'un être cher, s'améliorent.
  8. La probabilité d'un accident avec une issue tragique diminue.

C'est formidable quand il y a une vraie passion dans la vie, et ce n'est pas à propos de telle ou telle dépendance. Si une personne réussit à trouver un passe-temps passionnant, elle ne veut pas perdre un temps précieux à boire sans signification.

Que faire pour éviter une familiarité désagréable avec la dépression et la dépendance à l'alcool? Voici quelques moyens testés par le temps et la pratique:

  1. Exercice régulier.
  2. "Attaques" sur la nature.
  3. "Communication" avec l’eau, par exemple, visiter la piscine, nager dans un étang, se détendre dans un sauna.
  4. Une bonne nutrition équilibrée.
  5. Maintenir une bonne estime de soi, le respect de votre personnalité.
  6. Amour raisonnable de soi, par exemple, s’encourager avec des cadeaux, des procédures de soins, visiter des événements intéressants.
  7. Sens de l'humour. La rancune, le désir de tout critiquer et de critiquer tout le monde, le cynisme n’a rendu personne plus heureux. Nous devons essayer de noter tout le bien.

Vous pouvez prévenir la dépression alcoolique à la maison. Essayez de vous rappeler une chose simple mais importante: la vie n’est donnée qu’une fois. Cela n'a aucun sens de le dépenser en désirs, en désespoir et en samoedstvo. La peur et l'anxiété peuvent être vaincues, n'oubliez pas qu'il existe de nombreuses choses vraiment intéressantes, étonnantes et belles dans le monde!

Pourquoi la dépression survient-elle après avoir bu de l'alcool?

Les personnes qui aiment boire ont plus d’une fois fait face à une dépression après l’alcool.

Il se manifeste de différentes manières, en fonction de la quantité et de la force de l'alcool, des caractéristiques individuelles de l'organisme et de la psyché, mais crée toujours un inconfort supplémentaire en cas de gueule de bois et peut pousser certaines personnes à boire davantage pour atténuer leur état.

Vous trouverez une liste des meilleurs films éducatifs sur notre site Web.

Informations générales

La dépression, liée à la consommation d’alcool, n’est pas une gueule de bois.

Ils peuvent être divisés en:

  1. Gueule de bois. Observé chez les personnes qui ont trop bu de l'alcool, surviennent avec une gueule de bois, finissent par passer de leur propre chef lorsque le corps affiche les produits de décomposition.
  2. Dépression lors de l'abandon de boissons alcoolisées. Se produire chez les personnes qui ont une dépendance à l'alcool et qui essaient de s'en débarrasser. Environ 20 à 60% des alcooliques souffrent de divers types d’états dépressifs qui s’aggravent après le refus de l’alcool parce que cela a longtemps été un moyen d’oublier, de s’éloigner temporairement des symptômes de la dépression et qu’ils ne savent pas comment y faire face et ne le veulent pas toujours. Également influencé par l'intoxication alcoolique chronique.

Dans le corps humain, de nombreux types d'hormones affectent l'humeur, le bien-être, provoquent certains états émotionnels et régulent un certain nombre de processus importants du corps.

L’humeur d’une personne dépend de la production des hormones suivantes:

  • des endorphines;
  • la dopamine;
  • la sérotonine;
  • l'ocytocine;
  • l'adrénaline;
  • norépinéphrine;
  • la vasopressine;
  • cortisol

L'alcool pouvant affecter la production de certains d'entre eux, on parle alors de dépresseurs, c'est-à-dire de substances provoquant des états dépressifs.

Le cerveau humain est protégé par la barrière hémato-encéphalique. Ainsi, si des substances toxiques pénètrent dans l'organisme, elles affectent principalement d'autres organes et systèmes, et le cerveau en souffre modérément ou ne souffre pas du tout.

Mais il existe un certain nombre de substances narcotiques qui pénètrent facilement à travers cette barrière, notamment l'éthanol - le composant principal de toute boisson alcoolisée et d'autres liquides que les gens peuvent boire pour se soigner (alcool, teintures d'alcool, huiles de Cologne, eaux de Cologne).

Lorsque l'éthanol pénètre dans le cerveau, il déclenche la production de sérotonine - une hormone qui affecte l'apparence des sentiments de bonheur, de relaxation et de plaisir.

Parallèlement, cette hormone remplit plusieurs autres fonctions et peut également influer sur la formation de la dépendance à l'alcool, si celle-ci en contient trop dans le corps.

Cela est dû au fait que cela augmente l'activité d'une autre hormone de plaisir, la dopamine. Lorsque la quantité d'alcool dans le corps diminue, le niveau de sérotonine diminue, l'humeur diminue, de sorte que la personne veut boire plus.

De plus, l’éthanol augmente la production de noradrénaline. Par conséquent, lorsque l'effet de l'alcool diminue, la personne se sent apathique et léthargique.

L'alcool ne peut pas aider à sortir de la dépression et, au contraire, aggrave considérablement l'état d'une personne qui en prend régulièrement dans l'espoir de se sentir mieux.

La dépression est un fondement approprié pour le développement de divers types de dépendance, y compris l'alcool, et il faudra beaucoup d'efforts pour s'en sortir, car non seulement un trouble mental, mais aussi l'alcoolisme devra être traité.

En outre, l'alcool ne peut pas être consommé en parallèle avec les antidépresseurs, car il augmente le risque d'effets secondaires et réduit l'efficacité du médicament.

En principe, l’alcool ne peut pas être associé à des médicaments, car, associé à la drogue, il alourdit considérablement le foie.

Sur les symptômes et le traitement du délire de jalousie chez les hommes, lisez ce qui suit.

À propos de l'interaction de l'alcoolisme et de la dépression dans cette vidéo:

Causes du déclin de l'humeur dans le refus de boire

Les principales causes du développement d'états dépressifs ou de l'aggravation de ceux qui existaient auparavant, en cas de refus de boissons alcoolisées:

  1. Dépendance psychologique à l'alcool. Une personne qui consomme de l'alcool depuis longtemps s'habitue à l'utiliser comme un remède contre la mauvaise humeur, la dépression, l'anxiété et une mauvaise santé (souvent provoquée par l'alcool même). Par conséquent, l’impossibilité de se détacher de la réalité à l’aide de l’alcool déjà familier détériore l’humeur de la personne et, pendant la période où il se débarrasse de sa dépendance à l’alcool, un alcoolique peut se précipiter vers d’autres extrêmes, trouver d’autres moyens de faire l'expérience du plaisir, par exemple, de jouer à des jeux de hasard.
  2. Syndrome de sevrage alcoolique. C'est ce qu'on appelle la rupture alcoolique, dont les principaux symptômes disparaissent assez rapidement avec un traitement approprié, mais des troubles résiduels, tels que l'anxiété, la dépression, peuvent persister longtemps.
  3. Les conséquences de l'intoxication alcoolique. Lorsque la consommation excessive et prolongée d'alcool affecte le cerveau: perturbe le fonctionnement de différentes zones, affecte la sensibilité des récepteurs de nombreuses hormones, peut entraîner une encéphalopathie alcoolique, dans laquelle l'intelligence, la mémoire, l'attention, le sommeil sont perturbés et des déviations somatiques observées. Avec le temps, certaines violations peuvent devenir moins prononcées, mais dans la plupart des cas, elles persistent toute la vie.

Il est également important de prendre en compte le fait que certains alcooliques commencent à boire en raison de la dépression primaire.

C’est elle qui devient le point de départ de la dépendance, et quand une personne refuse de consommer de l’alcool, les symptômes dépressifs, partiellement étouffés par une consommation régulière d’alcool, deviennent prioritaires.

Par conséquent, il est important de commencer le traitement de la dépression concomitante dès que possible, sinon il est peu probable que la personne soit capable de se débarrasser de l'alcoolisme.

Pourquoi une mauvaise humeur le lendemain de la prise d'alcool? Psychologue à propos de la dépression alcoolique:

Comment trouver de nouveaux amis? Renseignez-vous sur notre article.

Pourquoi le blues de la gueule de bois?

La principale cause de symptômes dépressifs de la gueule de bois est une baisse du niveau de noradrénaline et de sérotonine dans le corps. Mais il existe des facteurs qui augmentent le risque de dépression, et parmi eux:

  1. Quantité, force ivre et longueur de la frénésie. Plus une personne boit longtemps, plus les conséquences seront graves. En outre, une gueule de bois classique peut se transformer en syndrome d’abstinence si une personne développe une dépendance à l’alcool.
  2. Caractéristiques individuelles du corps. Les personnes atteintes de diverses perturbations métaboliques, telles que les maladies des reins, du foie et de l'estomac, sont plus susceptibles de souffrir des divers effets de la gueule de bois, notamment de la dépression post-alcoolique. La présence d'anomalies dans le système nerveux et le cerveau est également importante.
  3. La présence de maladie mentale. Les maladies mentales exacerbent l'état mental et augmentent le risque de développer de l'alcoolisme. Quand une personne ne va pas bien dans la vie et dans la tête, l’alcool devient un moyen de se retirer des problèmes. Mais lorsque son action est terminée, les problèmes ne disparaissent pas et la personne se sent déprimée et impuissante.

Sont à risque:

  • les femmes;
  • les personnes souffrant de dépression primaire ou d'autres troubles mentaux.

Une dépression de gueule de bois disparaît avec le temps, mais sa durée dépend de nombreux facteurs, notamment la santé mentale et physique, le sexe, la quantité et la force de l'alcool, le poids, l'âge et la durée de la consommation d'alcool.

Dans la plupart des cas, les symptômes sont considérablement réduits après la disparition des produits de désintégration de l'alcool, c'est-à-dire en quelques jours.

Dans certains cas, les symptômes persistent pendant plusieurs semaines ou mois.

L'alcoolisme en tant que manifestation de la dépression. A propos de l'opportunité d'aider à résoudre ce problème dans cette vidéo:

Symptômes et signes

Les principaux symptômes de la dépression alcoolique sont similaires à ceux de la dépression classique. Observé:

  • détérioration de l'humeur (modérée à sévère);
  • dépression générale
  • troubles du sommeil (difficulté à s'endormir, sommeil superficiel, somnolence, réveil fréquent);
  • apathie, léthargie;
  • aucune envie de faire quoi que ce soit;
  • haine de soi (particulièrement forte dans les cas où une personne a une dépression primaire);
  • anxiété, attaques de panique;
  • difficulté à se concentrer;
  • le sentiment que tout n'a pas de sens;
  • sentiments suicidaires (pas dans tous les cas);
  • la culpabilité;
  • un sentiment d'inutilité;
  • troubles de l'appétit;
  • irritabilité.
au contenu ↑

Les conséquences

Combien de temps dure la rate et à quoi peut-elle conduire?

Malgré le fait que la dépression de la gueule de bois ne dure pas longtemps, il ne faut pas sous-estimer son danger, en particulier si une personne a un trouble mental dans son histoire.

Cela peut conduire à:

  1. L'autoagression, c'est-à-dire l'agression auto-dirigée. Une personne se gratte, se coupe, se mord au sang, laisse des brûlures. Les particularités de la manifestation de l'auto-agression dépendent de nombreux facteurs et, dans la plupart des cas, l'auto-agression n'est pas en soi un signe d'humeur suicidaire chez une personne: généralement, les personnes qui le font ne cherchent pas à se suicider. Ils peuvent le faire, par exemple, par désir de se punir. Dans le même temps, on observe rarement des humeurs auto-agressives chez les personnes en bonne santé mentale qui en abusent tout simplement de l'alcool et ne sont pas dépendantes de l'alcool.
  2. Tentative de suicide. Certaines personnes se suicident pendant la période de la gueule de bois. Mais les tendances suicidaires sont rarement observées chez les personnes en bonne santé mentale, même après l'alcool.

En outre, une dépression de la gueule de bois peut être à la base du développement de la dépendance à l'alcool et d'une dépression réelle nécessitant un traitement à long terme.

Que faire quand on s'ennuie à vivre? Découvrez la réponse maintenant.

Traitement

Que faire: comment sortir de la dépression alcoolique après?

Pour soulager la dépression après l’alcool, vous devriez:

  1. Accélérer l'élimination des produits de désintégration. Pour cela, vous devez boire plus d'eau pure.
  2. Restaurer les niveaux d'hormones. Pour se sentir mieux avec l'alcoolisme, vous pouvez faire du sport: lors d'une activité physique, le cerveau produit un certain nombre d'hormones de plaisir. Vous pouvez également manger des friandises, vous promener au grand air, faire votre chose préférée, regarder un film humoristique, prendre une douche.

Un traitement spécial pour la gueule de bois n'est généralement pas nécessaire. Si vous avez du mal à dormir, vous pouvez boire des sédatifs classiques, tels que des comprimés de valériane.

Les teintures pharmaceutiques à base d'alcool ne doivent pas être bues pendant la période de récupération.

Mais si, pour une raison quelconque, les symptômes dépressifs ne disparaissent pas quelques jours après avoir bu de l'alcool, vous devriez consulter un médecin.

Avec la dépression, qui est apparue après l'abandon des boissons alcoolisées chez un alcoolique, la situation est plus compliquée.

Ce type de dépression est traité avec une psychothérapie et des médicaments.

  1. Médicaments. Nommés par le médecin traitant, ils sont choisis en fonction des caractéristiques des manifestations dépressives et peuvent inclure des antipsychotiques (par exemple, le Sulpiride), des antidépresseurs (Tianeptine, Pyrindole), des benzondiazépines (Fénazépam) et des antipsychotiques (Tioridazine).
  2. Psychothérapie Il permet de soulager de manière significative les symptômes dépressifs, mais n’est utile que dans les cas où le patient est vraiment prêt à travailler pour surmonter la dépendance et ses conséquences. Diverses méthodes psychothérapeutiques sont appliquées, notamment la psychothérapie cognitivo-comportementale et l'hypnothérapie.

Il est difficile de guérir une dépression alourdie par l’alcoolisme et tout dépend des efforts et du désir du patient.

Prévention de la dépression post-alcool

Bien sûr, la meilleure prévention de la dépression de ce type - ne buvez pas de boissons alcoolisées. Cependant, cela ne convient pas à tout le monde et il est incorrect de considérer l'alcool comme un mal absolu: il est capable de bénéficier d'une consommation modérée, comme le prouvent de nombreuses études.

Comment se battre? Recommandations préventives:

  1. Buvez modérément, rarement et n'atteignez pas un état où l'alcool affecte de manière significative le comportement.
  2. Il est important de bien manger avant de boire. Si vous envisagez de boire beaucoup, il est utile de prendre l'agent sorbant (par exemple, le charbon actif) pendant ou après la consommation d'alcool. Cela réduira les risques de gueule de bois.

Une approche rationnelle et réfléchie de la consommation d'alcool évitera la plupart des problèmes qui y sont associés.

En Savoir Plus Sur La Schizophrénie