Le désir de l'homme de s'évader de la routine quotidienne lui a fait découvrir des drogues - des composés chimiques qui altèrent la perception de la réalité, provoquant diverses visions et sons qui n'existent pas vraiment. Les drogues hallucinogènes vendues dans les pharmacies modernes sont très populaires chez les adolescents. Ces agents contiennent des substances pouvant induire le patient dans un état d’euphorie et provoquer des hallucinations. Cependant, ces drogues ne sont pas inoffensives et peuvent créer une forte dépendance.

Pour les patients hypertendus, un quota a été alloué. Depuis le 1er février, chaque personne souffrant d'hypertension a le droit de le faire. En savoir plus >>>

Pourquoi les gens ont des hallucinations

Il existe de nombreuses raisons pour lesquelles une personne a des images imaginaires qui ne correspondent pas à la réalité. Ceux-ci comprennent:

  • maladie mentale - schizophrénie, psychose alcoolique, épilepsie, paranoïa et autres;
  • pathologies somatiques - néoplasmes, lésions cérébrales;
  • infections - méningite, encéphalite, syphilis du cerveau, maladies vasculaires et cardiaques graves, intoxication;
  • prendre des médicaments qui affectent le système nerveux central: médicaments, alcool, médicaments, ainsi que l'utilisation de certaines plantes et de certains champignons toxiques pour le cerveau;
  • stress chronique et manque de sommeil.

Les hallucinations peuvent toucher tous les sens, tandis que les patients peuvent entendre des voix ou des sons, voir des personnes ou des animaux qui n'existent pas.

Le plus souvent, les illusions surgissent sous l’influence de maladies graves affectant le cerveau. Cependant, des effets illusoires peuvent parfois apparaître en raison du rejet du sommeil pendant plus de 2 jours, après une chirurgie, avec une dépression, pendant la ménopause chez la femme et pendant la puberté chez l'adolescent.

Substances provoquant des images imaginaires

Certaines personnes ont tendance à s'éloigner délibérément de la réalité en utilisant des produits chimiques ou des composés narcotiques. L’un des psychédéliques connus est le diéthylamide de l’acide lysergique, appelé LSD.

De plus, certains composés synthétiques et plantes contenant des alcaloïdes ont des effets hallucinogènes:

  • PCP, Angel Dust ou Phencyclidine;
  • cocaïne - drogue sous forme de poudre ou de pâte obtenue à partir de coca croissant en Amérique du Sud et en Afrique;
  • l'opium est un stupéfiant dérivé du pavot;
  • l'héroïne est un dérivé de la morphine en poudre;
  • psychédéliques - marijuana, anasha, haschisch, synthétisés à partir de chanvre;
  • Ecstasy, MDMA ou méthylènedioxyméthamphétamine - amphétamine faisant désormais partie de la culture en plein air;
  • salvia (devins de sauge) - une plante qui peut être trouvée dans les forêts du Mexique;
  • peyotl - hallucinogène de cactus;
  • champignon toxique Psilotsibum;
  • ayahuaska - décoction, qui est préparé à partir de vignes;
  • plante iboga en croissance en Afrique.

Pour provoquer des hallucinations, il suffit de manger des champignons causant un trouble de la conscience, par exemple un crapaud ou un agaric de mouche. Certaines plantes - la belladone et la dope - ont également des propriétés hallucinogènes.

Les drogues et les boissons alcoolisées, prises à fortes doses, ainsi que la surdose de certaines drogues peuvent causer une violation de la perception de la réalité.

Quelles drogues provoquent des hallucinations

Certains médicaments utilisés en psychiatrie, en dentisterie, en chirurgie et dans d’autres domaines de la médecine peuvent déclencher des effets hallucinogènes.

L'agent psychédélique connu est l'oxyde nitreux - le "gaz hilarant" utilisé dans le traitement des dents. L'inhalation d'un volume important d'une substance donnée peut déclencher l'apparition d'hallucinations à court terme.

Les autres médicaments pouvant causer des hallucinations incluent:

  • analgésiques d'origine narcotique et non narcotique: indométhacine, kétamine, morphine, pentazocine, ainsi que des salicylates;
  • médicaments antibactériens - acyclovir, amantadine, amphotéricine, chloroquine, benzylpénicilline et autres;
  • médicaments antihistaminiques - Suprastin, Tavegil;
  • anticonvulsivants - Suksilep, hexamidine;
  • certains médicaments prescrits par les médecins pour le traitement de la maladie de Parkinson ont également un effet hallucinogène, par exemple, la lévodopa, la bromocriptine, la carbidopa;
  • si la dose est dépassée, des gouttes nasales normales peuvent perturber la conscience - Éphédrine, Nasol;
  • antidépresseurs - Amitriptyline, Trazodone;
  • des médicaments cardiotropes, par exemple, la lidocaïne, la digoxine, le novocaïnamide;
  • Clophelin, Dopegit, Inderal, Propranolol - ces solutions et comprimés provoquent des hallucinations dans le traitement de l'hypertension;
  • tranquillisants - Triazolam, Diazepam, Relanium;
  • substances stéroïdes - Prednisolone, Dexamethasone.

Le plus souvent, les drogues hallucinogènes sont prises pour soulager la douleur ou pour introduire les patients dans un sommeil artificiel. En règle générale, ces médicaments ont des effets secondaires, y compris des hallucinations.

Histoires de nos lecteurs

Je nettoie les vaisseaux de manière stable chaque année. J'ai commencé à faire ça quand j'avais 30 ans, parce que la pression était hors de l'enfer. Les médecins ont juste haussé les épaules. Je devais prendre ma propre santé. J'ai essayé différentes méthodes, mais l'une m'aide particulièrement bien.
Plus >>>

Substances les plus dangereuses

Parmi les médicaments les plus dangereux pour les médicaments qui entraînent des effets hallucinogènes et une dépendance, figurent les médicaments contenant:

Les risques particuliers sont les médicaments appartenant aux médicaments opioïdes:

Les stimulants qui stimulent l'humeur et l'énergie, tels que la cocaïne, ainsi que les médicaments contenant du sulfate de morphine, du fentanyl et de la méthadone peuvent être très nocifs pour l'organisme.

La liste des médicaments pharmaceutiques comprend des médicaments à base de codéine qui entraînent une forte dépendance physique et psychologique:

  • Coffeex;
  • le nurofène plus;
  • sedalgin;
  • solpadeine;
  • terpinkode;
  • goupille de codeur;
  • Pentalgin H;
  • Sedal M et autres.

La dépendance à ces médicaments est une maladie grave et nécessite un traitement sérieux. De plus, avec une utilisation incontrôlée, les outils suivants peuvent causer des problèmes:

  • Lyrics - un médicament pour les personnes souffrant d'épilepsie. Ses propriétés sont similaires à celles des opioïdes.
  • tropicamide - se présente sous la forme de gouttes pour les yeux. Capable de provoquer un effet hallucinogène et un évanouissement;
  • le tramadol est prescrit pour soulager la douleur chez les patients atteints de néoplasmes malins;
  • médicaments psychédéliques contenant du dextrométhorphane (Tussin +, Glycodin, Atussin);
  • le relaxant musculaire Baclofen, anticholinergiques Parkopan, Taren;
  • La mescaline, la diméthyltryptamine et la psilocine ne provoquent pas une forte dépendance psychologique et physiologique, mais elles sont très dangereuses pour le cerveau. Deviennent souvent une cause de perte de perception, de psychose et de perte d’intelligence.

Les médicaments les plus populaires sont le groupe des opioïdes, qui comprend la codéine, l’éphédrine et le tramadol, ainsi que des tranquillisants à effet sédatif.

Effets des drogues hallucinogènes

Parfois, les visions et les images d'un toxicomane sont totalement inoffensives, mais elles peuvent être dangereuses. Dans ce cas, une personne a des voix dans sa tête, lui ordonnant d'exécuter des actions agressives ou des actions. En outre, la prise d’hallucinogènes peut entraîner une intoxication grave et la mort.

Les hallucinations des comprimés peuvent se manifester par:

  • voix imaginaires et objets inexistants;
  • perception déformée du goût et de l'odorat;
  • des sensations de toucher qui ne le sont pas.

Les hallucinogènes admis à long terme peuvent provoquer chez un patient:

  • des convulsions;
  • désorientation dans le temps et l'environnement;
  • tomber dans le coma et l'état de délire.

Un dosage excessif entraîne une inhibition de l'état psycho-émotionnel d'une personne. Les drogues les plus dangereuses stimulent le système nerveux central - l'amphétamine et la cocaïne. En cas de surdosage, ils provoquent un fort effet hallucinogène, une surexcitation et une psychose.

L'usage incontrôlé de drogues psychédéliques est souvent la cause du coma, de l'arythmie et de la mort.

Les conséquences

Les toxicomanes achètent souvent des drogues hallucinogènes pour leur synthèse ultérieure avec d'autres substances nocives. En combinant des substances avec des produits chimiques, une personne les transforme en poison, ce qui peut le détruire en quelques années. Les médicaments les plus populaires sont la désomorphine, Coldact, vis.

La dépendance chez un toxicomane peut se former très rapidement. Le plus grand désir de jouir et d’éliminer les problèmes de santé l’incite à utiliser des hallucinogènes. Dans le soi-disant rupture, le toxicomane présente les symptômes suivants:

  • fièvre ou frissons;
  • attaques de panique;
  • tendance à la diarrhée;
  • larmoiement, écoulement nasal;
  • crampes abdominales;
  • transpiration excessive;
  • accès de nausée et de nausées;
  • confusion
  • troubles du sommeil ou somnolence;
  • mauvaise coordination;
  • comportement agité, anxiété, dépression, irritabilité.

L'ingestion systématique d'hallucinogènes amène progressivement le cerveau à s'y adapter, et la dépendance de l'organisme entraîne la nécessité d'augmenter la dose.

Les substances hallucinogènes peuvent créer une dépendance résistante. Dans le même temps, la dépendance psychologique est généralement plus forte que physique.

En outre, la consommation régulière de médicaments entraîne de graves lésions du système nerveux central, trouble mental qui se traduit par des symptômes similaires à ceux de la schizophrénie. Cela est particulièrement prononcé chez les personnes âgées: les personnes âgées sont plus exposées aux accidents et aux blessures sous l’influence de la drogue.

Les stupéfiants nuisent à l'état de santé en général, peuvent détruire le foie et le cerveau. La probabilité de dépendance augmente plusieurs fois lors de la consommation de drogues à fortes doses, en les associant à l'alcool et aux anesthésiques.

Traitement des hallucinations: noms des comprimés

Les hallucinations sont une image qui résulte d'une erreur dans le processus de perception d'un ou plusieurs organes des sens.

Une telle image n’existe que dans la tête et n’a aucun lien avec la réalité (stimulus externe), mais elle peut aussi avoir une couleur sensuelle et être très convaincante.

L'épilepsie alcoolique: de quoi s'agit-il et comment la traiter? Renseignez-vous sur notre article.

Les causes

Qui est sujet aux hallucinations?

L'apparition d'hallucinations est directement liée à l'état du cerveau, dans lequel apparaissent des images, des voix, des odeurs et des images ne correspondant pas à la réalité.

Très souvent, les hallucinations sont un symptôme de la schizophrénie ou le résultat de l’usage de drogues hallucinogènes.

Le cerveau n'est pas encore complètement compris par la science et reste un mystère pour les scientifiques. Par conséquent, tous les processus qui s'y déroulent ne peuvent être expliqués de manière précise et sans ambiguïté, de même qu'une étude détaillée des causes des troubles résultants.

Mais toutes les raisons peuvent être divisées en trois catégories:

  • internes (maladies héréditaires qui affectent le cerveau et le système nerveux humains);
  • externes (maladies et pathologies acquises, telles que commotions cérébrales graves, empoisonnements et lésions infectieuses du corps, etc.);
  • temporaire (troubles métaboliques, non pathologiques, tels que le manque de sommeil ou le stress).

Des hallucinations visuelles se développent sur fond d’alcoolisme, d’abus de drogues et de substances psychotropes, de prise de certains médicaments et même d’empoisonnement alimentaire.

Les hallucinations visuelles et auditives se manifestent de manière complexe dans le contexte de maladies mentales telles que la schizophrénie, l'hallucinose, la psychose et certains types de convulsions.

Les hallucinations des espèces olfactives se produisent avec des lésions / lésions du cerveau.

La cause des troubles peut être une infection (encéphalite, paludisme, typhoïde, etc.) ou une atteinte / contusion de la région temporale, ainsi que la schizophrénie et d'autres maladies.

Les hallucinations tactiles apparaissent à la suite du syndrome de sevrage sur fond d'abus d'alcool. Les encéphalites et la schizophrénie peuvent également déclencher de fausses sensations sur le corps et à l'intérieur.

Groupe de risque

Certains groupes de personnes sont prédisposés aux hallucinations en raison de leur mode de vie ou de leur état physique actuel.

    Personnes plus âgées. Le processus de vieillissement est inévitablement associé à des changements dans le corps et à des processus irréversibles dans le cerveau.

Après 60 ans, le patient peut être diagnostiqué avec la paranoïa ou la démence, qui est la cause d'hallucinations.

Les maladies rhumatismales et les pathologies cardiovasculaires au stade de décompensation provoquent également de fausses images. Les personnes souffrant d'alcoolisme. Une intoxication alcoolique sévère conduit à un delirium tremens et à des hallucinations. La psychose alcoolique, le délire sont des états psychotiques aigus associés à un dysfonctionnement du cerveau et des organes sensoriels.

  • Sujet personnes déprimées. La dépression de la psyché, une anxiété accrue, une vision dépressive de la réalité et des phobies peuvent conduire à l'apparition d'hallucinations et de visions variées.
  • Les personnes qui pourraient hériter génétiquement de troubles mentaux. Si une personne a des antécédents de schizophrénie dans un genre, les hallucinations peuvent devenir le premier signe d'héritage de pathologie.
  • Les personnes qui se droguent. Même si l'utilisation de stupéfiants ne provoque pas d'hallucinations directement pendant l'action du médicament, des troubles de la perception peuvent survenir après (pendant la période de sevrage, en raison de symptômes de sevrage).
  • au contenu ↑

    Que faire: quel médecin contacter?

    Les hallucinations sont une condition malsaine du corps qui signale des violations nécessitant une correction.

    Dans le même temps, les troubles de la perception ne sont pas une maladie indépendante, mais un symptôme de diverses pathologies (physiques ou mentales).

    Pour traiter un symptôme, vous devez rechercher la cause des hallucinations. Vous ne pouvez pas ignorer les soins médicaux et l’automédication, même si les hallucinations semblent bénignes.

    Tout d'abord, une personne souffrant de troubles de la perception doit contacter un médecin généraliste, un psychiatre et un neuropathologiste.

    Lors de l’examen, un médecin peut orienter un patient vers un oncologue, un narcologue et d’autres spécialistes restreints, qui analyseront son état et confirmeront ou nieront la présence des maladies responsables des hallucinations.

    Hallucinations grand-mère après un accident vasculaire cérébral

    Un accident vasculaire cérébral est une maladie grave qui nécessite un traitement et une récupération à long terme.

    Mais même dans le cas d'un traitement approprié, des complications peuvent être détectées (perturbation de la circulation sanguine dans le cerveau, processus irréversibles et délire). Dans le contexte de ces pathologies, il y a violation de la perception.

    Les hallucinations après un AVC ressemblent à un discours incohérent, à des illusions et à un état de délire. Le patient peut se plaindre d'étranges visions et d'images, être conscient de son état ou croire aux hallucinations, en les considérant comme réelles.

    Les proches du patient en cas d'hallucinations post-AVC doivent assurer la sécurité à la fois de la personne atteinte du trouble de la perception et des personnes l'entourant.

    Il est nécessaire de faire appel imperceptiblement à une équipe d’ambulances pour le patient afin de ne pas provoquer d’agression ou d’augmentation du niveau d’anxiété.

    Toute manifestation d’intérêt malsain mettant en cause les paroles du patient et la panique est formellement interdite, dans la mesure où cela peut aggraver la situation.

    Dans un état de psychose, les personnes malades sont dans un état d'agitation et font l'expérience d'une poussée de force physique.

    Par conséquent, il est nécessaire qu’il y ait au moins trois personnes dans la pièce qui puissent apaiser le patient. Dans certains cas, même des personnes âgées plus faibles et des patients en période postopératoire peuvent atteindre la fenêtre ou la porte et causer des dommages physiques à leurs proches (dans le contexte d'une psychose).

    Ne laissez pas d'objets tranchants et lourds dans la chambre du patient. Vous ne pouvez pas non plus laisser une personne souffrant d’hallucinations sans surveillance.

    Il est strictement interdit d'utiliser des médicaments pour arrêter les hallucinations sans recommandations médicales. Toutes les actions doivent être coordonnées avec un spécialiste.

    Comment vous aider si des visions apparaissent?

    Comment se débarrasser des hallucinations?

    Si vous pensez avoir des hallucinations ou êtes confiant en un trouble de la perception, essayez de ne pas paniquer.

    Tout d’abord, contactez votre proche, qui pourra réfuter des visions / voix effrayantes, etc. Obtenir de l'aide peut réduire l'anxiété.

    Si la vision est due à un empoisonnement, à la prise de substances psychotropes, à l’alcool, vous devez vous rendre immédiatement à l’hôpital.

    Même si les hallucinations ne sont pas associées à des malaises / douleurs, il est simplement nécessaire de consulter un médecin et de rechercher la cause profonde.

    Dans les phases ultérieures, il est très difficile de guérir les hallucinations ou d'atténuer les symptômes.

    Une forte fièvre peut provoquer des hallucinations. Dans ce cas, les antipyrétiques (Ibufen, Paracétamol) aideront à traiter rapidement le symptôme déplaisant.

    Le stress, le manque de sommeil et une fatigue intense conduisent à des hallucinations. Si vous comprenez que le corps est au bord de l'épuisement, vous devez vous reposer (allez au lit, éteignez les messagers et éloignez-vous des choses).

    Il est important de ne pas perdre de temps et d’avouer honnêtement que l’aide d’un spécialiste est nécessaire. Une personne souffrant d’hallucinations ne peut s’aider de manière autonome, la ligne de démarcation entre le réel et l’irréel étant effacée.

    Il y a substitution de la perception et le patient est de plus en plus immergé dans son monde de visions.

    Il est presque impossible de sortir de ce cercle vicieux, car avec les maladies évolutives, une personne est déconcertée par les sensations et croit aux hallucinations.

    Méthodes de traitement

    Les hallucinations causées par des déclencheurs (substances psychotropes, empoisonnement, hypnose, médicaments) sont traitées en éliminant les effets nocifs (déclencheurs directs).

    Les seules exceptions sont les situations dans lesquelles des facteurs externes ont entraîné des modifications du corps ou un syndrome de sevrage provoqué.

    Les hallucinations dans le contexte des troubles psychotiques sont traitées en corrigeant la pathologie sous-jacente qui a provoqué le trouble de la perception. Pour ce faire, utilisez des neuroleptiques.

    Si la pathologie sous-jacente ne peut pas être traitée (démence sénile), le traitement vise à arrêter la phase aiguë des hallucinations.

    Si les hallucinations ont été causées par la consommation de drogues ou d'alcool, le patient doit suivre un cours de rééducation.

    Scheme

    Comment traiter la pathologie? Quels médicaments aideront?

    Le traitement des hallucinations est une thérapie individuelle. Les préparations sont sélectionnées sur la base du tableau clinique, du type d'hallucinations, de la pathologie de la cause fondamentale et de l'état émotionnel du patient.

    La liste des mesures obligatoires comprend:

    • prendre des médicaments selon un schéma individuel;
    • isolement du patient pendant la période de la période aiguë (directement des hallucinations);
    • psychothérapie individuelle pour la rééducation du patient et son retour à la vie normale.
    au contenu ↑

    Noms de médicaments

    Quelles pilules prendre chez le patient? Les antipsychotiques (neuroleptiques) sont utilisés pour lutter contre les hallucinations:

    Pour le soulagement de l'excitation aiguë et des délires, des injections intramusculaires sont utilisées:

    Si le patient est déprimé, des antidépresseurs sont prescrits. Pour lutter contre l'anxiété, des tranquillisants sont utilisés et, en cas de faiblesse, des stimulants.

    Il est très important de ne pas paniquer devant l'apparition d'hallucinations et de ne pas cacher aux autres le fait qu'il y a violation de la perception.

    Souvent, la réticence à demander de l'aide est due à la peur du traitement imminent, à la honte ou à la conviction qu'un cas est isolé et non dangereux.

    Cependant, à long terme, une telle stratégie ne fera qu’aggraver la situation du patient et entraîner la perte totale de sa vie normale, la perte de contrôle de la réalité et de ses propres actions.

    Pilules d'hallucination

    L'apparition d'hallucinations est un sujet de préoccupation non seulement pour la personne qui en souffre, mais également pour ses proches. Dans certains cas, ils sont considérés comme un signe de troubles mentaux graves. En aucun cas, cette situation ne doit être ignorée, vous devriez consulter un médecin qui, avec l’aide d’une correction médicale, améliorera l’état du patient. Notre article vous expliquera comment se débarrasser des hallucinations avec des médicaments.

    Si cette maladie est causée par des médicaments, vous devez non seulement cesser de les prendre, mais également débarrasser le corps de l'intoxication. Lorsque les hallucinations auditives se produisent en même temps que visuel, il est nécessaire d'hospitaliser le patient à l'hôpital. À ce jour, différents médicaments aident à guérir différents types d'hallucinations.

    C'est important! Avant la nomination d'un traitement en présence d'une maladie mentale, la démence, le médecin doit être averti, car certains types de pilules peuvent aggraver l'évolution de la maladie.

    Neuroleptiques

    Le traitement des hallucinations est le plus souvent effectué à l'aide de médicaments appartenant au groupe des antipsychotiques, qui permettent de résoudre ce problème avec assez de succès. Les neuroleptiques sont des médicaments psychotropes conçus pour éliminer les problèmes neurologiques et psychologiques. Cependant, ces médicaments ont de nombreux effets secondaires, bien qu’il existe aujourd’hui des neuroleptiques de la génération moderne, qui sont plus sûrs que le précédent.

    Les médicaments de la nouvelle génération aident non seulement à guérir les hallucinations, mais aussi à soulager les tensions musculaires, ont un léger effet sédatif, clarifient le processus de réflexion. Les remèdes les plus populaires pour traiter le syndrome hallucinatoire-délirant aujourd'hui incluent:

    Abilifay Attribuer simultanément avec des antidépresseurs pour la démence, la schizophrénie, la dépression. Cependant, il faut se rappeler que cet outil peut causer une anxiété accrue. Habituellement, pour la schizophrénie, le médicament est prescrit de 10 à 15 mg par jour, pour le traitement des troubles bipolaires, la dose recommandée varie de 15 à 30 mg par jour. Le traitement habituel dure de 1 à 3 mois.

    Les contre-indications à l'utilisation d'enfants sont considérées comme allant jusqu'à 16 ans et d'intolérance individuelle à la drogue. Les patients atteints de maladies cardiovasculaires doivent également faire l'objet d'une surveillance particulière. Les effets indésirables incluent vertiges, somnolence, pneumonie, perte d'appétit.

    Quétiapine. Il est utilisé selon le schéma suivant: le premier jour, 50 mg sont utilisés, le jour 2 - 100 mg, le jour 3 - 200 mg, le jour 4 - 300 mg. Ensuite, la posologie varie entre 300 et 450 mg par jour. Les patients âgés au début consomment 25 mg par jour, puis la dose est augmentée de 25 mg par jour. La même posologie est prescrite chez les patients présentant une insuffisance rénale ou hépatique.

    Ces pilules pour les hallucinations sont contre-indiquées en cas d'intolérance à ces dernières chez les enfants de moins de 18 ans pendant l'allaitement. Chez les patients ayant des antécédents de phénomènes convulsifs, de maladies cardiovasculaires, l'application doit être effectuée sous la surveillance d'un médecin. Le traitement est prescrit individuellement, en fonction de la gravité de la maladie. Parmi les effets secondaires les plus fréquents: insomnie, nausée, tachycardie, vertiges, délire.

    Eта eperapine. Non indiqué pour l'endocardite, les maladies du cerveau, en violation du système nerveux central, pendant la grossesse, l'allaitement, les enfants de moins de 12 ans. Ce médicament est utilisé à partir de 10 mg par jour. Si le patient a déjà suivi un traitement par ce médicament, il est possible d’attribuer 40 mg par jour.

    En outre, la posologie quotidienne est augmentée à 80 mg et est prise dans un cours de 4 mois. L’épérapine a de nombreux effets secondaires, dont les plus fréquents sont les vertiges, la faiblesse musculaire, l’anxiété, l’augmentation de la tension artérielle, les nausées, la tachycardie, des mictions fréquentes, de la fièvre, de l’urticaire.

    Tranquillisants

    Souvent, le traitement des hallucinations nécessite la connexion de tranquillisants, qui ont un effet calmant. Les tranquillisants arrêtent la panique, l'anxiété, le stress, la dépression et aident à éliminer les hallucinations. Ces médicaments aideront à réduire le stress interne, sans affecter les processus cognitifs. Des tranquillisants avec des hallucinations sont prescrits si la pathologie est causée par un état d'anxiété accru. Les médicaments les plus prescrits comprennent:

      Gidazépam. Fait référence aux médicaments "quotidiens" qui ne causent pas de somnolence. La posologie habituelle est de 0,02 à 0,05 g trois fois par jour. La durée du cours varie en fonction de l'état du patient et se situe dans une plage de 4 mois. Ce médicament est contre-indiqué dans la pathologie des reins et du foie, la faiblesse musculaire, l’emploi au travail, nécessitant une vitesse de réaction. Les vertiges, les démangeaisons, le manque de désir sexuel, les nausées sont parmi les effets secondaires les plus courants.

    Grandaxine. Il est utilisé avec un stress accru, la peur, un trouble autonome, une activité réduite. Habituellement administré à 5 mg. La posologie moyenne chez l'adulte est de 0,01 g à trois reprises, le traitement habituel ne dépassant pas 2 mois.

    S'il y a un besoin, la répétition ultérieure de l'utilisation du médicament est possible après 1 mois. Les effets secondaires les plus courants incluent divers troubles digestifs, des démangeaisons. Contre-indications pour l'utilisation de Grandaxine est le 1er trimestre de la grossesse, les troubles psychopathologiques. En cas de besoin, le rendez-vous pour les enfants à partir de 1 an est possible, tandis que le médecin doit choisir la dose en fonction du poids du bébé.

    Seduxen. Calme le système nerveux central, détend le tonus musculaire, soulage la tension émotionnelle, l'anxiété, l'irritabilité, les hallucinations sur fond de peur. Ce médicament est prescrit à raison de 0,0025 mg deux fois, avec une augmentation progressive dans laquelle il est possible de l'amener à 5 mg par jour. Avec l'augmentation des peurs, accompagnée d'hallucinations auditives, le médicament est autorisé à augmenter à 20 mg par jour.

    La posologie quotidienne est divisée en 3 doses. Si le sommeil est perturbé de manière stable, le médicament est administré la nuit. L'utilisation à partir de 1 an est possible, en même temps la dose n'est choisie que par le médecin traitant. Les effets secondaires comprennent les nausées, les vertiges et les tremblements. Contre-indiqué pour une utilisation pendant la grossesse, en présence d'insuffisance rénale et de maladies cardiovasculaires.au contenu ↑

    Antidépresseurs

    Les médicaments actifs en relation avec la dépression, les troubles mentaux associés à l’affaiblissement de l’activité motrice, les troubles autonomes, la baisse de l’humeur, la perte de la réalité, sont appelés antidépresseurs. Les médicaments suivants sont les antidépresseurs les plus prescrits pour les hallucinations:

    Amitriptyline. Contre-indiqué dans les cas d'intoxication du corps, de grossesse, d'allaitement, de glaucome, de maladies cardiovasculaires, de psychose dépressive, d'alcoolisme, d'asthme et d'AVC.

    Ce médicament a les effets secondaires suivants: tachycardie, tremblements, augmentation de la pression artérielle, arythmie, diarrhée, nausée, diminution de la libido, maux de tête, insomnie. L'amitriptyline est prescrite à la dose de 25 mg la nuit, puis, pendant 5 jours, la dose est progressivement augmentée jusqu'à 200 mg trois fois. Si nécessaire, la dose quotidienne peut être augmentée à 300 mg.

    La paroxétine. Il appartient aux médicaments de la nouvelle génération, élimine assez rapidement l’anxiété, la dépression, bien tolérée par les patients. Contre-indiqué pendant la grossesse, l'allaitement, chez les enfants de moins de 14 ans atteints d'épilepsie, de maladies cardiaques, de glaucome, d'épilepsie. L'instruction indique que la paroxétine est prise un à la fois tout en mangeant. Si le patient a la dépression, alors prescrit 20 mgs pendant 2-3 semaines.

    Si nécessaire, la posologie peut être augmentée, mais elle ne doit pas dépasser 50 mg. Les effets secondaires suivants peuvent apparaître lors de l’utilisation du médicament: transpiration accrue, diarrhée, nausées, perte d’appétit, troubles du désir sexuel, mictions fréquentes, faiblesse musculaire, vertiges, insomnie, tachycardie.

    Tianeptine Capable d'améliorer l'humeur, augmenter le tonus musculaire global, soulager la dépression, augmenter l'anxiété, les changements d'humeur fréquents. Contre-indiqué en cas d'hypersensibilité au remède, grossesse, enfants de moins de 15 ans, au premier trimestre de la grossesse, pendant l'allaitement.

    Il existe des cas d'effets secondaires suivants: vertiges, somnolence pendant la journée, arythmie, douleur à la poitrine, difficultés respiratoires, sensation de chaleur, sensation de «nausée» dans la gorge, nausée, ballonnements et bouffées de chaleur. Généralement prescrit 12,5 mg trois fois. Si les patients présentent également une insuffisance rénale, la posologie est réduite à 12,5 mg deux fois.

    C'est important! Il est impossible d'utiliser indépendamment des médicaments destinés au traitement des hallucinations, car la psyché humaine est un système plutôt subtil. Des médicaments choisis incorrectement peuvent le déséquilibrer définitivement.

    La survenue d'hallucinations ne devrait impliquer un traitement que sous la surveillance constante d'un spécialiste. Avec un contrôle approprié du patient et un traitement systématique, vous pouvez vous débarrasser de ces symptômes désagréables pendant une longue période.

    Médicaments d'hallucination

    Médicaments d'hallucination

    Le délire et la démence sont des syndromes cliniques qui se développent respectivement dans les lésions cérébrales aiguës et chroniques. Ces deux conditions se retrouvent à la fois séparément et ensemble et leurs symptômes peuvent se chevaucher partiellement, bien qu'ils diffèrent clairement l'un de l'autre.

    La variété des causes du délire et de la démence détermine la diversité des stratégies de traitement. À l'exception du délire d'origine médicamenteuse chez les personnes jeunes, la survenue de délire est davantage associée à une lésion primaire du système nerveux central. À un âge avancé, la pathologie primaire se trouve plus souvent en dehors du système nerveux central.

    Le délire se manifeste par la stupéfaction, la désorientation, une altération de l'attention et de la mémoire. La gravité des symptômes fluctue au cours de la journée. Il y a souvent une forte anxiété et agitation. Dans le même temps, avec le délire hypoactif (plus caractéristique des troubles métaboliques, principalement de l'hypoglycémie et de l'hyponatrémie), les changements de conscience se manifestent par des degrés divers de somnolence.

    Le délire peut être accompagné de délires (généralement intrusifs et fugaces) et d'hallucinations dans une ou plusieurs modalités sensorielles. On note souvent des tremblements «flottants» des membres (astérisque) caractéristiques des troubles métaboliques.

    L'identification et l'élimination de la cause sous-jacente du délire revêtent une importance particulière.

    Parmi les nombreuses causes du délire, les plus importantes sont les maladies infectieuses (poumon, voies urinaires, oreilles) et les réactions associées à la fois à l'ingestion (intoxication) et au sevrage de médicaments (par exemple, anesthésiques) et d'alcool. Le patient doit procéder à un examen médical complet pour identifier les signes possibles de lésion des organes internes.

    Le délire peut être une manifestation de la méningite, de l'encéphalite et de l'hémorragie méningée. Il devrait également exclure l’état après une crise épileptique, à laquelle il n’ya pas eu de témoins. Les hallucinations visuelles et l'hyperactivité sympathique sont des signes caractéristiques du délire qui se développe après la cessation de la consommation prolongée d'alcool (syndrome de sevrage).

    Chez les patients atteints de démence, il existe un risque accru de délire lors de maladies infectieuses et de la prise de médicaments qui affectent le système nerveux central.

    Précautions lors de l'utilisation de sédatifs:

    • Si possible, prescrire des agents oraux.

    • Pendant et après l'utilisation d'un sédatif, les fonctions vitales sont contrôlées.

    • Évitez l’administration intramusculaire de diazépam en raison de son absorption faible et inégale.

    • Évitez le midazolam par voie intraveineuse pour le délire en raison du risque de dépression respiratoire.

    • Les benzodiazépines ne sont pas prescrites aux patients souffrant de troubles respiratoires graves.

    • Les benzodiazépines sont utilisées avec prudence chez les enfants et les personnes âgées en raison du danger d’une excitation comportementale paradoxale.

    • Lorsqu'un sédatif est ré-administré, surveillez attentivement le patient pendant une période adéquate.

    • Tous les rendez-vous médicaux sont enregistrés et, si le patient est transféré dans un autre hôpital, cette information lui est transmise.

    Traitement non médicamenteux du délire

    Surveillez attentivement les fonctions vitales du patient et traitez la cause sous-jacente du délire. Assurer la nutrition et le maintien de l'équilibre hydrique du patient et, si nécessaire, éliminer la douleur. Une atmosphère calme, un éclairage nocturne et des rappels fréquents ont pour effet bénéfique d'améliorer les capacités d'orientation et de communication du patient.

    En raison du comportement imprévisible du patient, il est nécessaire d’établir une surveillance continue pendant les soins. Le personnel médical ne doit approcher le patient que de face et, à tout contact, se présenter et indiquer le but de l'interaction. Un patient est généralement plus calme si un proche (parent ou ami) est à proximité. L’usage fréquent de médicaments n’est généralement pas nécessaire, en particulier chez les enfants, dont le délire passe plus vite.

    Traitement médicamenteux du délire

    La pharmacothérapie vise à éliminer l'anxiété, l'agitation, l'agressivité, les hallucinations et les délires. Si la cause du délire n'est pas claire, essayez un essai à la thiamine. Pour réduire l'anxiété et l'agitation, utilisez:

    Diazépam 5-10 mg (très vieux ou faible: 2 mg) une fois à l'intérieur, si nécessaire, répétez cette dose après une heure ou (si nécessaire, administration intramusculaire de benzodiazépines):

    Midazolam 2,5-5 mg (très âgé ou faible: 1,25 mg) par voie intramusculaire une fois (en cas de sédation excessive, de dépression respiratoire ou d'hypotension, établissez une surveillance continue du patient pendant 4 heures)

    ou (si nécessaire, administration intraveineuse de benzodiazépines pour obtenir un effet sédatif rapide):

    Diazépam 5–20 mg (très vieux ou faible: 2 mg) par voie intraveineuse en une seule dose lentement sur plusieurs minutes pour réduire le risque de dépression ou de dépression respiratoire.

    Le choix du benzodiazépine pour l'administration parentérale est déterminé par sa disponibilité et par les conditions de surveillance du patient. Si vous devez éliminer l'effet de la benzodiazépine, le flumazénil est prescrit:

    Flumazénil 0,2 mg IV, puis chaque minute 0,1 mg, au besoin, jusqu'à atteindre la dose de 1 mg.

    L'effet du flumazénil peut s'épuiser avant même la fin de l'effet du sédatif précédemment prescrit. Étant donné que la demi-vie du flumazénil est légèrement inférieure à 1 heure, il est parfois nécessaire de la réintroduire.

    Pour éliminer les illusions ou les hallucinations ou la correction des troubles du comportement associés, utilisez:

    Haloperidol 1,5 à 10 mg (très âgés ou douloureux: 0,5 mg; enfants: de 0,01 à 0,1 mg / kg), en ajustant la dose en fonction de l'effet clinique ou (avec des symptômes très graves et impossibilité d'administration orale):

    Droperidol 5 mg (très âgé ou très faible: 2 mg; enfants: de 0,01 à 0,15 mg / kg) par voie intramusculaire une fois.

    Haloperidol 5 mg (très âgé ou faible: de 0,5 à 1,5 mg; enfants: de 0,01 à 0,1 mg / kg) par voie intramusculaire.

    Le dropéridol est similaire à l'halopéridol, mais son effet sédatif est plus fort. En cas d’effets indésirables extrapyramidaux, il est recommandé de prendre les précautions suivantes:

    Benztropine 1-2 mg par voie orale ou intramusculaire

    Benzheksol 2 mg à l'intérieur

    Biperiden 1 mg par voie orale.

    Les anticholinergiques peuvent exacerber les manifestations du délire ou de la démence.

    Si le délire survient peu de temps après la fin de votre consommation excessive d'alcool, utilisez:

    Diazépam 10-20 mg par voie orale toutes les 2 heures jusqu'à la disparition des symptômes

    Thiamine 100 mg par voie intramusculaire ou intraveineuse 1 r / jour pendant 3 à 5 jours, suivie d'une transition à 100 mg p / o 1 p / jour.

    Pour le traitement ou la prévention du syndrome de Wernicke - Korsakov (encéphalopathie alcoolique de Wernicke, qui se transforme en syndrome de Korsakov, c.-à-d., Délire, conduisant à un trouble amnésique provoqué par l'alcool). Pour prévenir le développement du syndrome de Wernicke-Korsakov, les patients présentant un risque d'infusion de glucose sont toujours associés à l'administration de thiamine.

    Si le délire résulte de l'utilisation d'anticholinergiques, par exemple la benztropine, le benzhexol, les plantes contenant des alcaloïdes du groupe de l'atropine (dope, etc.), le traitement inclut parfois 15-30 mg par voie intraveineuse.

    La physostigmine n'est pas prescrite car elle peut provoquer un arrêt cardiaque. Ce traitement, ainsi que tout autre traitement non standard du délire d'origine médicamenteuse, est discuté avec un toxicologue. La plupart des patients guérissent et sans traitement spécifique.

    Hallucinations

    Description:

    Hallucinations - Perceptions qui se produisent sans objet réel, déceptions de sentiments; le patient voit ou entend dire qu’en réalité, il n’existe pas en ce moment.

    Symptômes d'hallucinations:

    Les hallucinations sont divisées en analyseurs (visuels, tactiles, auditifs, etc.) et en fonction de leur nature. Les plus importants en termes pratiques sont les suivants. Hypnagogique - hallucinations visuelles et auditives qui se produisent lorsque vous vous endormez (les yeux fermés!) Et servent souvent de précurseur au délire alcoolique en développement. Les hallucinations visuelles sont plus fréquentes dans les cas de psychose exogène aiguë et de troubles de la conscience. Ils sont observés principalement le soir et la nuit. Microptic - hallucinations visuelles sous la forme d'images de personnes ou d'animaux qui diffèrent par de très petites tailles (souvent avec un délire alcoolique). Impératif - hallucinations auditives, «voix», ordre d'exécuter certaines actions, souvent dangereuses pour le patient ou d'autres; parfois, ils interdisent au patient de parler, le forcent à résister à un examen ou à un examen, etc. Le danger de ces hallucinations est que les patients sont souvent incapables de résister à «l'ordre». Les hallucinations auditives se produisent plus souvent en silence lorsque le patient est seul et non distrait. Les hallucinations auditives sont particulièrement courantes dans la schizophrénie et les hallucinoses alcooliques. Les hallucinations olfactives sont exprimées par diverses odeurs imaginaires, souvent désagréables; généralement trouvé dans la schizophrénie et les paranoïaques préséniles; leur apparition dans le tableau clinique de la schizophrénie signifie généralement une tendance à une évolution défavorable de la maladie avec résistance au traitement. Avec des hallucinations tactiles, le patient ressent une sensation de rampement sous la peau d'insectes, de frissons et de petits objets (avec délire alcoolique, intoxication à la cocaïne). Avec des hallucinations gustatives, les patients éprouvent un goût inhabituel qui n’est pas caractéristique de cet aliment ou l’apparition de sensations gustatives désagréables dans la bouche sans manger.

    Il existe de vraies hallucinations et de fausses (pseudohallucinations). Un patient aux vraies hallucinations est convaincu de la réalité de son existence, car pour lui, il est projeté dans l'espace qui l'entoure, ne différant pas des sons, des voix et des images visuelles ordinaires.

    Les pseudo-hallucinations sont localisées dans le corps même du patient et s'accompagnent d'un sentiment d'aliénité et d'accomplissement (elles entendent des voix dans leur tête qui leur sont transmises de l'espace; elles sont «faites pour voir»; elles sont convaincues d'une influence extérieure sur leurs pensées et leurs sentiments. la nature de ces effets - «hypnose», «laser», etc.). Les pseudo-hallucinations sont généralement associées à des illusions d'impact. Si les vraies hallucinations sont plus caractéristiques des psychoses alcooliques, traumatiques et organiques, les pseudo-hallucinations ne concernent que la schizophrénie.

    L'hallucinose est un syndrome psychopathologique caractérisé par des hallucinations prononcées et abondantes (de types variés) qui dominent le tableau clinique. L'hallucinose est souvent accompagnée d'idées délirantes, dont le contenu dépend de «voix» ou de visions (illusions hallucinatoires). L'hallucinose aiguë se développe généralement lors d'une psychose infectieuse ou intoxicante (généralement alcoolique). En cas d'évolution défavorable ou de traitement inadéquat dans le contexte de maladies organiques ou vasculaires du cerveau, l'hallucinose aiguë devient chronique, caractérisée par des signes distinctifs auditifs et moins fréquents d'hallucinations tactiles. Avec lui, le comportement des patients est plus ordonné, peut-être une attitude critique vis-à-vis des "voix", les patients peuvent même maintenir leur capacité de travail.

    Causes des hallucinations:

    L'apparition d'hallucinations indique une gravité significative des troubles mentaux; chez les patients atteints de névrose, ils n'existent généralement pas. L'étude des caractéristiques des hallucinations dans chaque cas peut aider à établir le diagnostic de maladie mentale et à prédire son issue. Par exemple, dans la schizophrénie, les voix que le patient entend se réfèrent souvent à lui, commentent ses actions ou lui ordonnent de faire quelque chose. En cas d'hallucinose alcoolique, les voix parlent du patient à la troisième personne et maudissent généralement ou condamnent pour ivresse.

    Traitement des hallucinations:

    La survenue d'hallucinations est une indication d'hospitalisation (avec l'accompagnement obligatoire de tels patients par un ambulancier paramédical) et d'un traitement actif par neuroleptiques (halopéridol, triftazine, épotarazine, leponex, etc.). Les conditions hallucinatoires chroniques liées à la schizophrénie et à d'autres maladies mentales nécessitent un traitement d'entretien constant par des psychotropes et une surveillance dynamique par un psychiatre. Il convient de garder à l’esprit que, dans un certain nombre de cas, les patients peuvent cacher leurs hallucinations (dissimulation) lorsqu’ils parlent à un médecin et, en présence de personnel paramédical, «oublier» et démontrer des signes objectifs de hallucinations. Le personnel devrait être tenu d'informer le médecin de la présence de troubles hallucinatoires chez le patient.

    Où postuler:

    Drogues, drogues, comprimés pour le traitement des hallucinations:

    Antipsychotique (neuroleptique) signifie.

    Pharma Start LLC Ukraine

    Antipsychotique (neuroleptique) signifie.

    Lundbeck (Lundbeck) Danemark

    Antipsychotique (neuroleptique) signifie.

    Pharma Start LLC Ukraine

    Nycomed Austria GmbH (Nycomed Austria GmbH) Autriche

    OJSC "Usine de préparations médicales de Borisov" République de Biélorussie

    Antipsychotique (neuroleptique) signifie.

    LLC République des terres agricoles de Biélorussie

    Antipsychotique (neuroleptique) signifie.

    AS Grindex (JSC Grindeks) Lettonie

    Antipsychotique (neuroleptique) signifie.

    CJSC Biocom Russia

    Antipsychotique (neuroleptique) signifie.

    Ranbaxy Laboratories Ltd, Ind. Area (Laboratoires Ranbaksi Ltd, Indus Area) Inde

    OJSC Irbit Chemical Pharmaceutical Plant Russie

    Antipsychotique (neuroleptique) signifie.

    Lundbeck (Lundbeck) Danemark

    Antipsychotique (neuroleptique) signifie.

    CJSC ZiO-Health Russia

    Antipsychotique (neuroleptique) signifie.

    Sanofi-Aventis Private Co. Ltd (France, gouvernement Sanofi-Aventis).

    Antipsychotiques. Dérivés de pipérazine de phénothiazine.

    Compagnie pharmaceutique Health Ltd. Ukraine

    Antipsychotique (neuroleptique) signifie.

    Lundbeck (Lundbeck) Danemark

    Antipsychotique (neuroleptique) signifie.

    Ozon Russia LLC

    Antipsychotique (neuroleptique) signifie.

    Actavis Ltd. (Actavis Ltd.) Suisse

    Antipsychotique (neuroleptique) signifie.

    JSC Valenta Pharmaceuticals Russie

    Antipsychotique (neuroleptique) signifie.

    Lundbeck (Lundbeck) Danemark

    Antipsychotique (neuroleptique) signifie.

    OJSC Usine chimique et pharmaceutique AKRIKHIN Russie

    Hallucinations - Symptômes et Traitement

    Les hallucinations se produisent à la suite d’erreurs ou d’échecs dans le travail de ceux-ci ou d’autres sens. Caractérisé par la perception d'objets inexistants, la perception imaginaire, ainsi que ses erreurs. Cela signifie qu'une personne peut voir, ressentir ou entendre quelque chose qui n'existe pas vraiment.

    On sait que l’humanité n’a pas beaucoup de connaissances sur le fonctionnement du cerveau. Les hallucinations font référence au domaine des phénomènes inconnus, parmi lesquels il reste encore beaucoup d’inhabituels et de mystérieux. Le cerveau nous montre ce qui en réalité n’existe pas, nous fait entendre des voix qui ne sont pas là. En raison de cette hallucinations sont connus depuis les temps anciens. Bien entendu, tout cela était perçu de manière quelque peu différente: parmi de nombreux peuples, prêtres et chamanes utilisaient délibérément divers champignons et plantes pour tomber en transe et, par exemple, communiquer avec des parents décédés de membres de tribus ou de divinités révérées. Les attitudes vis-à-vis de ces drogues hallucinogènes étaient appropriées: dans de nombreuses églises, on trouvait souvent des ornements et des statues de champignons, suggérant une opinion répandue parmi les anciens sur leur origine divine. Les Indiens Maya, tels médicaments sont largement utilisés à des fins religieuses et médicales en tant qu'anesthésique.

    L’histoire connaît également les cas d’utilisation d’hallucinations dans les domaines de l’art, de la culture et des sciences. Un grand nombre de personnes de talent mondialement connues l'appelaient d'une manière ou d'une autre (alcool, schizophrénie, psychose périodique et consommation d'opium). Curieusement, cela a été très efficace: les chefs-d'œuvre d'Edgar Poe, Gogol, Esenin, Vincent van Gogh, Vroubel, Chopin, ainsi que le développement du lauréat du prix Nobel John Forbes Nash parlent d'eux-mêmes. Vraiment incroyable peut être le résultat de la créativité de génies exposés au processus psychopathique, à la suite de quoi le monde des perceptions, réelles et spirituelles, est intimement lié. La seule chose triste, c’est que cela s’accompagne d’une dégradation progressive et, par conséquent, d’une dévastation totale.

    Il existe plusieurs types d'hallucinations associées à divers organes sensoriels: visuels, musculaires, gustatifs, viscéraux et olfactifs.

    Causes des hallucinations

    Les hallucinations associées aux organes de la vision se caractérisent par la vision du patient d'images diverses ou de scènes inexistantes dans la réalité, auxquelles il peut participer.

    Peut apparaître à la suite d'une intoxication alcoolique (un des symptômes du delirium tremens), de la consommation de drogues ou de substances psychoactives (LSD, haschisch, opium, cocaïne, etc.), de bloqueurs M-anticholinergiques (copalamine, phénothiazines, oufénadrine, antidépresseurs, toxines) plantes et champignons), ainsi que certaines structures organiques de l’étain. Les effets visuels, ainsi que les hallucinations auditives, sont inhérents à certaines maladies. Ceux-ci incluent, par exemple, une hallucinose pédonculaire.

    La voix off, les ordres et les louanges d'amis invisibles, la grêle - tout cela fait référence à des hallucinations auditives, souvent accompagnées de schizophrénie, d'hallucinose alcoolique, d'empoisonnement et de crises épileptiques simples.

    La sensation d'odeurs inexistantes est caractéristique des hallucinations olfactives, que l'on retrouve dans la schizophrénie, ce qui amène le plus souvent les patients à sentir des odeurs désagréables - pourriture, pourriture, etc. En outre, ils peuvent causer des dommages au cerveau, à savoir son lobe temporal. L'encéphalite herpétique, ainsi que les crises partielles, peuvent ajouter aux hallucinations olfactives et même gustatives, au cours desquelles les patients se sentent agréables ou ont un goût dégoûtant dans la bouche. Naturellement, le stimulus gustatif est irréel.

    Les hallucinations de nature tactile se manifestent dans la sensation d'objets qui n'existent pas réellement. La cause est le syndrome de sevrage de l'alcool. Accompagné de visions auditives et visuelles.

    Au cours des hallucinations corporelles, le patient ressent différents inconforts, par exemple le passage d'un courant électrique dans le corps. Il peut également s'agir de toucher le corps, d'attraper les membres, de sentir des bulles éclater dans les intestins. Observé avec des maladies telles que la schizophrénie et l'encéphalite.

    En plus de la différenciation par l'origine, les hallucinations sont divisées en vrai et en faux. Avec de vraies hallucinations, une personne est un observateur extérieur, les images qu'elle voit existent dans une projection précise de la réalité existante. La particularité des fausses hallucinations est qu’elles ne vont pas au-delà de la tête du patient et s’y projettent exclusivement. Cela signifie que les sens avec de telles hallucinations ne sont pas impliqués.

    Les hallucinations peuvent être à la fois simples et complexes. Avec les hallucinations simples, un seul des organes des sens est altéré, tandis que pour les caractéristiques complexes, au moins deux sont capturés. Cela signifie que si un petit diable vient vous rendre visite une fois, vous ne verrez pas seulement son image, vous sentirez également les muscles qui vous refroidissent et vous pourrez discuter à cœur ouvert. Des hallucinations difficiles ne peuvent se produire qu'à un certain niveau d'auto-suggestion, d'état mental et de complexes humains. En outre, les traits de personnalité sont importants.

    Les hallucinations sont incroyablement diverses dans leur contenu. Ce scénario est formé par la sphère subconsciente de la psyché, il est donc souvent si particulier.

    Maladies pour lesquelles des hallucinations se produisent

    Les causes des hallucinations peuvent être de nombreuses maladies, par exemple la schizophrénie déjà mentionnée. En outre, il s’agit de l’épilepsie, de la psychose alcoolique, de la syphilis ou de tumeurs au cerveau, d’un empoisonnement narcotique, de l’hypothermie, etc.

    Avec le syndrome hallucinatoire - paranoïaque, une personne perçoit les choses qui lui semblent pendant les hallucinations comme une réalité. La nature de la vision est généralement délirante et sans joie - meurtre, cruauté, menaces et violence. Causes de développement: syphilis du cerveau, schizophrénie, psychose alcoolique.

    L'hallucinose, qui accompagne souvent la syphilis et l'alcoolisme, entraîne des hallucinations persistantes et bien prononcées.

    Les hallucinations sont des éléphants rouges.

    De vraies hallucinations de nature visuelle, le délire et l’anxiété motrice apparaissent au cours d’une des psychoses alcooliques - le delirium tremens. C'est le résultat d'une gueule de bois ou le refus de prendre de l'alcool. Tout commence par des illusions relativement inoffensives et évolue progressivement vers la visite du patient par des diables, divers insectes et animaux, ainsi que par des personnes imaginaires. Ici, en règle générale, cela ne se termine pas par des hallucinations visuelles, mais aussi par des qualités auditives, tactiles et olfactives. En conséquence, les mouvements du patient et le non-sens total sont complètement subordonnés aux visions.

    Les caractéristiques caractéristiques de l'hallucinose alcoolique sont les hallucinations auditives, l'insomnie, l'anxiété soudaine et la peur incontrôlable. Le patient se sent menacé par la nouvelle perception délirante du monde réel. Habituellement, les voix se disputent et se disputent, ce qui augmente progressivement le sentiment de peur et provoque la fuite du patient. Le plus souvent, une consommation excessive d'alcool à long terme conduit à une hallucinose. Sous différentes formes, il peut durer de deux jours à six mois.

    Dans l'hallucinose tactile chronique, le patient sent constamment la chair de poule ramper sur la surface du corps, ainsi que des vers en cas de lésion organique du cerveau ou de psychoses associées au vieillissement du corps.

    Parfois, lors d’une intoxication par le plomb tétraéthyle contenu dans l’essence au plomb, un état de nature psychotique peut survenir. Il s'accompagne généralement d'expériences hallucinatoires et de troubles de la conscience.

    La syphilis du cerveau est accompagnée d'hallucinations, se manifestant sous forme de sons, de cris, d'images visuelles désagréables.

    Les hallucinations causées par l’usage prolongé de drogues combinent de terribles visions irréalistes, des déceptions auditives, la paranoïa et la jalousie.

    La décompensation des maladies cardio-vasculaires modifie l'humeur du patient, provoque un sentiment de peur, une anxiété sans fondement, ainsi que de l'insomnie et des hallucinations. Avec le retour à une condition physique et à une circulation sanguine normales, tous les symptômes ci-dessus disparaissent.

    En cas de maladies rhumatismales, le patient souffre d'intolérance, d'irritabilité, de troubles du sommeil et parfois d'un afflux d'hallucinations.

    Les tumeurs malignes peuvent également causer des hallucinations auditives et visuelles. Leur développement dépend du degré de toxicité de la maladie, du niveau d'épuisement du patient et de l'état de son cerveau, ainsi que de l'utilisation de stupéfiants pendant le traitement.

    De nombreuses maladies infectieuses figurant sur la liste de leurs symptômes présentent différents types d'hallucinations. Par exemple, le typhus et l'abdomen, le paludisme et d'autres. Jusqu'à ce que la température diminue, on peut observer un délire et une perception illusoire de l'environnement.

    Enfin, il faut dire amentia - la forme la plus difficile de perturbation de la conscience. Ses caractéristiques - synthèse altérée des perceptions, pensée, parole, incapacité à naviguer dans l’espace, hallucinations fortes. C'est souvent le résultat d'une psychose endogène, provoquée à son tour par un traumatisme, une infection ou un empoisonnement. Pour le patient, cela peut être fatal, alors que ceux qui souffrent d'anémie souffrent presque toujours de perte de mémoire.

    Champignons hallucinogènes

    La liste des champignons pouvant provoquer des hallucinations compte plus de vingt espèces différentes poussant dans différentes parties de la nature. En raison du poison neurotoxique qu'ils contiennent, la consommation de ces champignons s'accompagne d'une variété d'effets: des hallucinations aux névroses et à la mort. Presque toujours utiliser provoque la dépendance.

    Drogues hallucinantes

    Certains médicaments peuvent provoquer des hallucinations lorsqu'ils sont utilisés. Ceux-ci comprennent les stupéfiants narcotiques, les sulfamides, certains antidépresseurs, les médicaments antituberculeux et anti-inflammatoires, ainsi que les psychostimulants et les tranquillisants.

    Examen d'un patient souffrant d'hallucinations

    Lors de l'examen de patients souffrant d'hallucinations, il convient de garder à l'esprit que certains d'entre eux sont conscients de l'irréalité de leurs visions et que certains y croient de manière sacrée. Des scènes plus plausibles correspondant à la réalité. Dites la communication avec les parents. Dans le même temps, certains patients ressentent comme un signal signalant l’apparition prochaine d’une vision. Le contact avec le patient peut déterminer son état par un comportement étrange - mouvements, gestes, conversations avec des interlocuteurs invisibles ou avec lui-même. Si une personne est inadéquate et ne peut pas évaluer son propre état de manière indépendante, il convient de veiller à sa livraison à l'établissement médical le plus proche pour un examen approprié.

    Au stade pré-médical, l’essentiel est d’assurer la sécurité du patient et des personnes qui l’entourent afin de prévenir les blessures éventuelles.

    Quels médecins contacter en cas d'hallucinations

    Si vous avez des hallucinations, vous devriez prendre rendez-vous avec un neurologue et un psychiatre. Puis visitez un narcologue et un oncologue.

    Traitement des hallucinations

    Sur la base de la maladie, dont l'un des symptômes sont des hallucinations, le patient est traité individuellement. L'hospitalisation n'est requise que lors d'exacerbations. Les hallucinations prononcées sont traitées avec des neuroleptiques, des tranquillisants ou des sédatifs. Un traitement de désintoxication est également effectué.

    Consultation du docteur au sujet des hallucinations

    Question: Si une personne est en parfaite santé, peut-elle assister à des hallucinations?

    Réponse: Pour les personnes en bonne santé, les illusions sont caractéristiques pour lesquelles la perception des objets qui existent dans la réalité est déformée. Par exemple, le son de verser de l'eau peut être confondu avec une conversation, une silhouette dans le noir - une personne, etc. Les illusions peuvent être déclenchées par un empoisonnement, une infection, un piège dans le corps ou son épuisement.

    Drogues provoquant des hallucinations

    Le désir de l'homme de s'évader de la routine quotidienne lui a fait découvrir des drogues - des composés chimiques qui altèrent la perception de la réalité, provoquant diverses visions et sons qui n'existent pas vraiment. Les drogues hallucinogènes vendues dans les pharmacies modernes sont très populaires chez les adolescents. Ces agents contiennent des substances pouvant induire le patient dans un état d’euphorie et provoquer des hallucinations. Cependant, ces drogues ne sont pas inoffensives et peuvent créer une forte dépendance.

    Pourquoi les gens ont des hallucinations

    Il existe de nombreuses raisons pour lesquelles une personne a des images imaginaires qui ne correspondent pas à la réalité. Ceux-ci comprennent:

    • maladie mentale - schizophrénie, psychose alcoolique, épilepsie, paranoïa et autres;
    • pathologies somatiques - néoplasmes, lésions cérébrales;
    • infections - méningite, encéphalite, syphilis du cerveau, maladies vasculaires et cardiaques graves, intoxication;
    • prendre des médicaments qui affectent le système nerveux central: médicaments, alcool, médicaments, ainsi que l'utilisation de certaines plantes et de certains champignons toxiques pour le cerveau;
    • stress chronique et manque de sommeil.

    Les hallucinations peuvent toucher tous les sens, tandis que les patients peuvent entendre des voix ou des sons, voir des personnes ou des animaux qui n'existent pas.

    Le plus souvent, les illusions surgissent sous l’influence de maladies graves affectant le cerveau. Cependant, des effets illusoires peuvent parfois apparaître en raison du rejet du sommeil pendant plus de 2 jours, après une chirurgie, avec une dépression, pendant la ménopause chez la femme et pendant la puberté chez l'adolescent.

    Substances provoquant des images imaginaires

    Certaines personnes ont tendance à s'éloigner délibérément de la réalité en utilisant des produits chimiques ou des composés narcotiques. L’un des psychédéliques connus est le diéthylamide de l’acide lysergique, appelé LSD.

    De plus, certains composés synthétiques et plantes contenant des alcaloïdes ont des effets hallucinogènes:

    • PCP, Angel Dust ou Phencyclidine;
    • cocaïne - drogue sous forme de poudre ou de pâte obtenue à partir de coca croissant en Amérique du Sud et en Afrique;
    • l'opium est un stupéfiant dérivé du pavot;
    • l'héroïne est un dérivé de la morphine en poudre;
    • psychédéliques - marijuana, anasha, haschisch, synthétisés à partir de chanvre;
    • Ecstasy, MDMA ou méthylènedioxyméthamphétamine - amphétamine faisant désormais partie de la culture en plein air;
    • salvia (devins de sauge) - une plante qui peut être trouvée dans les forêts du Mexique;
    • peyotl - hallucinogène de cactus;
    • champignon toxique Psilotsibum;
    • ayahuaska - décoction, qui est préparé à partir de vignes;
    • plante iboga en croissance en Afrique.

    Pour provoquer des hallucinations, il suffit de manger des champignons causant un trouble de la conscience, par exemple un crapaud ou un agaric de mouche. Certaines plantes - la belladone et la dope - ont également des propriétés hallucinogènes.

    Les drogues et les boissons alcoolisées, prises à fortes doses, ainsi que la surdose de certaines drogues peuvent causer une violation de la perception de la réalité.

    Quelles drogues provoquent des hallucinations

    Certains médicaments utilisés en psychiatrie, en dentisterie, en chirurgie et dans d’autres domaines de la médecine peuvent déclencher des effets hallucinogènes.

    L'agent psychédélique connu est l'oxyde nitreux - le "gaz hilarant" utilisé dans le traitement des dents. L'inhalation d'un volume important d'une substance donnée peut déclencher l'apparition d'hallucinations à court terme.

    Les autres médicaments pouvant causer des hallucinations incluent:

    • analgésiques d'origine narcotique et non narcotique: indométhacine, kétamine, morphine, pentazocine, ainsi que des salicylates;
    • médicaments antibactériens - acyclovir, amantadine, amphotéricine, chloroquine, benzylpénicilline et autres;
    • médicaments antihistaminiques - Suprastin, Tavegil;
    • anticonvulsivants - Suksilep, hexamidine;
    • certains médicaments prescrits par les médecins pour le traitement de la maladie de Parkinson ont également un effet hallucinogène, par exemple, la lévodopa, la bromocriptine, la carbidopa;
    • si la dose est dépassée, des gouttes nasales normales peuvent perturber la conscience - Éphédrine, Nasol;
    • antidépresseurs - Amitriptyline, Trazodone;
    • des médicaments cardiotropes, par exemple, la lidocaïne, la digoxine, le novocaïnamide;
    • Clophelin, Dopegit, Inderal, Propranolol - ces solutions et comprimés provoquent des hallucinations dans le traitement de l'hypertension;
    • tranquillisants - Triazolam, Diazepam, Relanium;
    • substances stéroïdes - Prednisolone, Dexamethasone.

    Le plus souvent, les drogues hallucinogènes sont prises pour soulager la douleur ou pour introduire les patients dans un sommeil artificiel. En règle générale, ces médicaments ont des effets secondaires, y compris des hallucinations.

    Substances les plus dangereuses

    Parmi les médicaments les plus dangereux pour les médicaments qui entraînent des effets hallucinogènes et une dépendance, figurent les médicaments contenant:

    Les risques particuliers sont les médicaments appartenant aux médicaments opioïdes:

    Les stimulants qui stimulent l'humeur et l'énergie, tels que la cocaïne, ainsi que les médicaments contenant du sulfate de morphine, du fentanyl et de la méthadone peuvent être très nocifs pour l'organisme.

    La liste des médicaments pharmaceutiques comprend des médicaments à base de codéine qui entraînent une forte dépendance physique et psychologique:

    La dépendance à ces médicaments est une maladie grave et nécessite un traitement sérieux. De plus, avec une utilisation incontrôlée, les outils suivants peuvent causer des problèmes:

    • Lyrics - un médicament pour les personnes souffrant d'épilepsie. Ses propriétés sont similaires à celles des opioïdes.
    • tropicamide - se présente sous la forme de gouttes pour les yeux. Capable de provoquer un effet hallucinogène et un évanouissement;
    • le tramadol est prescrit pour soulager la douleur chez les patients atteints de néoplasmes malins;
    • médicaments psychédéliques contenant du dextrométhorphane (Tussin +, Glycodin, Atussin);
    • le relaxant musculaire Baclofen, anticholinergiques Parkopan, Taren;
    • La mescaline, la diméthyltryptamine et la psilocine ne provoquent pas une forte dépendance psychologique et physiologique, mais elles sont très dangereuses pour le cerveau. Deviennent souvent une cause de perte de perception, de psychose et de perte d’intelligence.

    Les médicaments les plus populaires sont le groupe des opioïdes, qui comprend la codéine, l’éphédrine et le tramadol, ainsi que des tranquillisants à effet sédatif.

    Effets des drogues hallucinogènes

    Parfois, les visions et les images d'un toxicomane sont totalement inoffensives, mais elles peuvent être dangereuses. Dans ce cas, une personne a des voix dans sa tête, lui ordonnant d'exécuter des actions agressives ou des actions. En outre, la prise d’hallucinogènes peut entraîner une intoxication grave et la mort.

    Les hallucinations des comprimés peuvent se manifester par:

    • voix imaginaires et objets inexistants;
    • perception déformée du goût et de l'odorat;
    • des sensations de toucher qui ne le sont pas.

    Les hallucinogènes admis à long terme peuvent provoquer chez un patient:

    • des convulsions;
    • désorientation dans le temps et l'environnement;
    • tomber dans le coma et l'état de délire.

    Un dosage excessif entraîne une inhibition de l'état psycho-émotionnel d'une personne. Les drogues les plus dangereuses stimulent le système nerveux central - l'amphétamine et la cocaïne. En cas de surdosage, ils provoquent un fort effet hallucinogène, une surexcitation et une psychose.

    L'usage incontrôlé de drogues psychédéliques est souvent la cause du coma, de l'arythmie et de la mort.

    Les conséquences

    Les toxicomanes achètent souvent des drogues hallucinogènes pour leur synthèse ultérieure avec d'autres substances nocives. En combinant des substances avec des produits chimiques, une personne les transforme en poison, ce qui peut le détruire en quelques années. Les médicaments les plus populaires sont la désomorphine, Coldact, vis.

    La dépendance chez un toxicomane peut se former très rapidement. Le plus grand désir de jouir et d’éliminer les problèmes de santé l’incite à utiliser des hallucinogènes. Dans le soi-disant rupture, le toxicomane présente les symptômes suivants:

    • fièvre ou frissons;
    • attaques de panique;
    • tendance à la diarrhée;
    • larmoiement, écoulement nasal;
    • crampes abdominales;
    • transpiration excessive;
    • accès de nausée et de nausées;
    • confusion
    • troubles du sommeil ou somnolence;
    • mauvaise coordination;
    • comportement agité, anxiété, dépression, irritabilité.

    L'ingestion systématique d'hallucinogènes amène progressivement le cerveau à s'y adapter, et la dépendance de l'organisme entraîne la nécessité d'augmenter la dose.

    Les substances hallucinogènes peuvent créer une dépendance résistante. Dans le même temps, la dépendance psychologique est généralement plus forte que physique.

    En outre, la consommation régulière de médicaments entraîne de graves lésions du système nerveux central, trouble mental qui se traduit par des symptômes similaires à ceux de la schizophrénie. Cela est particulièrement prononcé chez les personnes âgées: les personnes âgées sont plus exposées aux accidents et aux blessures sous l’influence de la drogue.

    Les stupéfiants nuisent à l'état de santé en général, peuvent détruire le foie et le cerveau. La probabilité de dépendance augmente plusieurs fois lors de la consommation de drogues à fortes doses, en les associant à l'alcool et aux anesthésiques.

    Soutenez notre projet dans le social. réseaux!

    Ecrivez ce que vous pensez Annuler la réponse

    Toutes les informations sur le site otravlenye.ru sont uniquement destinées à l'information et ne sont pas un guide d'action.

    Nous vous recommandons vivement de consulter un médecin pour obtenir une assistance médicale.

    Traitement des hallucinations

    Dans le traitement des hallucinations, la cause de ce trouble est toujours prise en compte et sur la base de laquelle un traitement approprié est prescrit. Actuellement, il existe différents types de traitements destinés à de nombreux types d'hallucinations. Mais il convient de noter qu'il existe un certain nombre d'hallucinations, causées par la présence d'une certaine maladie mentale chez une personne. Par conséquent, le médecin doit être prévenu. L'effet thérapeutique dans ce cas sera basé sur l'élimination ou le soulagement des symptômes de la maladie sous-jacente.

    Dans certaines situations, les signes d'hallucinations sont une raison suffisamment grave pour causer une souffrance importante à une personne. Dans de tels cas, on prescrit des médicaments antipsychotiques au patient. Si les hallucinations sont causées par d'autres raisons, le médicament ne dispose actuellement d'aucune preuve à l'appui d'un certain type de traitement et fait l'objet de tests scientifiques. La question de savoir comment traiter les hallucinations, aujourd'hui est assez controversée, mais presque tous les médecins s'accordent pour dire que la thérapie est très individuelle.

    Certaines revues médicales recommandent à un patient souffrant d'hallucinations et sans maladie mentale de prêter attention aux médicaments qu'il prend en relation avec certaines maladies somatiques. Dans la pratique clinique, il existe de nombreux cas où, pour le traitement des hallucinations de différents types, aucun traitement spécial n'est requis, il suffit d'annuler certains médicaments qu'une personne peut prendre pour d'autres maladies et trouver un substitut approprié. Toutefois, il convient de noter que seul un spécialiste qui prend en charge le traitement de ce patient peut attribuer les analogues correspondants.

    Quand le traitement des hallucinations est-il une nécessité?

    Les hallucinations nécessitent un traitement immédiat dans la plupart des cas, vous ne devez donc pas retarder la visite chez le médecin. Il n'y a rien de terrible et de honteux dans le fait que le médecin va organiser une consultation, prescrire un traitement adéquat. Beaucoup de gens sont convaincus que seules les personnalités mentalement anormales et dangereuses pour les autres se rendent à un rendez-vous avec un psychiatre ou un psychothérapeute. Cependant, bien qu’il s’agisse d’une idée fausse, dans le cas d’hallucinations, certains patients peuvent en réalité causer des problèmes non seulement pour eux-mêmes, mais également pour les personnes proches. Fondamentalement, le patient identifie ses hallucinations avec la réalité et ne perçoit pas sa maladie de manière critique. Très peu de patients se rendent à la clinique pour des hallucinations.

    Par conséquent, la responsabilité de traiter un patient souffrant d'hallucinations incombe principalement à ses proches. Il faut accorder une attention particulière au fait que, si nécessaire, le traitement ne devrait pas s'adresser à un psychologue, mais à un psychiatre ou à un psychoneurologue. La différence est que le psychiatre est médecin et guérit les maladies mentales, alors que le psychologue étudie les particularités de la psyché individuelle. En particulier, le psychothérapeute, dont la spécialité est exclusivement l'effet hypnotique, ne contribuera pas au traitement des hallucinations, ces techniques ne sont pas efficaces. La particularité est que, dans un tel cas, le psychothérapeute résout des problèmes au niveau de la névrose, qui sont des troubles nerveux légers, provoqués par le stress, et disparaissent lorsque le facteur d'influence est supprimé.

    Si vous ne traitez pas les manifestations hallucinatoires, elles peuvent progresser. En fin de compte, il peut y avoir une période, en particulier en présence d'alcoolisme, lorsque les hallucinations deviennent des hallucinoses chroniques. Le patient ne peut pas les distinguer de la réalité et commence même à croire que cela est normal. De plus, une personne ne dit rien à personne et continue même d'aller au travail, étant dans le monde de ses hallucinations. Dans cet état, il est difficile de guérir une personne, même à l'hôpital.

    Les médicaments utilisés pour traiter les hallucinations

    Le traitement des hallucinations est effectué selon les indications, à l'aide d'antipsychotiques. Ils influencent avec succès ces troubles mentaux. En particulier, l'utilisation de sédatifs, c'est-à-dire de tranquillisants, est illustrée. Si la structure du trouble mental est complétée par la dépression, le médecin prescrit des antidépresseurs. Pour le traitement des hallucinations, ainsi que pour le traitement de la plupart des maladies mentales, les experts s’approchent avec beaucoup d’attention, car la psyché humaine est un système vulnérable et subtil qui se déséquilibre extrêmement facilement.

    le plus proche. Et s'ils veulent le cacher dans un hôpital psychiatrique? L’éducation est en effet un problème qui peut devenir une maladie mentale assez dangereuse si vous ne contactez pas rapidement un neuropsychiatre ou un psychiatre.

    Très souvent, les créatifs intelligents ont besoin d'un traitement pour cette maladie, leur cerveau étant parfois particulièrement surchargé. Souvent, ces personnes n’ont presque pas de seuil de fatigue et beaucoup sont jalouses de leurs performances. Cependant, tout est limité et les hallucinations sont un châtiment. Progressivement, la prédominance des impressions internes sur les événements se produisant dans la réalité. Avec un traitement médical opportun, un traitement ambulatoire sous la forme d'un traitement de deux semaines peut être prescrit, et il n'y a rien de terrible en cela, la médecine moderne est en mesure de résoudre tous les problèmes.

    Matériaux liés:

    Méthodes pour traiter une tique nerveuse

    Presque toutes les personnes sur la Terre sont tombées sur un type nerveux. Tout le monde n’a pas porté l’attention voulue à ce problème. Si cocher.

    Types et causes de l'aphasie

    L'aphasie affecte le cerveau gauche, responsable de la parole et de l'appareil moteur. Dans le même temps, les capacités intellectuelles demeurent, mais des problèmes avec.

    Qui est un perfectionniste

    Les perfectionnistes appellent des personnes qui sont intérieurement convaincues de l'existence d'un résultat idéal. De plus, ce résultat devrait être autant que possible meilleur que d’autres.

    La parentalité

    Élever des enfants fait partie intégrante du développement et du progrès de la société humaine. Il y a eu beaucoup de gens et de théories à travers l'histoire.

    Trouble de la personnalité schizotypique: symptômes de la schizophrénie psychopathique

    Une personne qui se distingue parmi ses membres par un comportement excentrique et étrange, une manière de penser particulière, ne reste généralement pas sans l'attention du public. V.

    Les troubles psychologiques graves les plus connus

    La plupart des maladies psychologiques, dont la fréquence des cas a récemment augmenté de manière significative, appartiennent à la vaste catégorie des troubles mentaux graves.

    Alcootest - garde de sécurité routière

    Accidents sur les routes dus à un conducteur ivre - hélas, ce n’est pas rare, c’est aussi une cause fréquente de blessures professionnelles et bien d’autres.

    Comment choisir un psychologue

    Plus récemment, nous avons découvert le métier de psychologue dans le cinéma occidental, où presque tous les personnages avaient leur propre psychologue ou.

    Déviations dans la psyché d'un enfant

    Le concept de trouble mental est difficile à associer à l'enfance. Encore plus difficile de déterminer indépendamment la présence d'un trouble mental. Connaissance des adultes entourant l'enfant.

    Psychologie: types et caractéristiques

    La psychologie est une discipline qui se concentre sur l’étude des états mentaux. La psychologie est une science spéciale qui étudie les particularités de la psyché sous différents angles.

    Pilules d'hallucination

    L'apparition d'hallucinations est un sujet de préoccupation non seulement pour la personne qui en souffre, mais également pour ses proches. Dans certains cas, ils sont considérés comme un signe de troubles mentaux graves. En aucun cas, cette situation ne doit être ignorée, vous devriez consulter un médecin qui, avec l’aide d’une correction médicale, améliorera l’état du patient. Notre article vous expliquera comment se débarrasser des hallucinations avec des médicaments.

    L'émergence d'hallucinations nécessite un appel immédiat à un spécialiste. Le plus souvent, la responsabilité du traitement incombe aux membres de la famille du patient, qui ne comprennent généralement pas la gravité de la situation et ne sont pas pressés de consulter un spécialiste. Avant de traiter des hallucinations, il est nécessaire de consulter un médecin qui, avant de prescrire un traitement, détermine la cause du problème et, en conséquence, établit un traitement adéquat.

    Si cette maladie est causée par des médicaments, vous devez non seulement cesser de les prendre, mais également débarrasser le corps de l'intoxication. Lorsque les hallucinations auditives se produisent en même temps que visuel, il est nécessaire d'hospitaliser le patient à l'hôpital. À ce jour, différents médicaments aident à guérir différents types d'hallucinations.

    C'est important! Avant la nomination d'un traitement en présence d'une maladie mentale, la démence, le médecin doit être averti, car certains types de pilules peuvent aggraver l'évolution de la maladie.

    Neuroleptiques

    Le traitement des hallucinations est le plus souvent effectué à l'aide de médicaments appartenant au groupe des antipsychotiques, qui permettent de résoudre ce problème avec assez de succès. Les neuroleptiques sont des médicaments psychotropes conçus pour éliminer les problèmes neurologiques et psychologiques. Cependant, ces médicaments ont de nombreux effets secondaires, bien qu’il existe aujourd’hui des neuroleptiques de la génération moderne, qui sont plus sûrs que le précédent.

    Les médicaments de la nouvelle génération aident non seulement à guérir les hallucinations, mais aussi à soulager les tensions musculaires, ont un léger effet sédatif, clarifient le processus de réflexion. Les remèdes les plus populaires pour traiter le syndrome hallucinatoire-délirant aujourd'hui incluent:

    Abilifay Attribuer simultanément avec des antidépresseurs pour la démence, la schizophrénie, la dépression. Cependant, il faut se rappeler que cet outil peut causer une anxiété accrue. Habituellement, pour la schizophrénie, le médicament est prescrit de 10 à 15 mg par jour, pour le traitement des troubles bipolaires, la dose recommandée varie de 15 à 30 mg par jour. Le traitement habituel dure de 1 à 3 mois.

    Les contre-indications à l'utilisation d'enfants sont considérées comme allant jusqu'à 16 ans et d'intolérance individuelle à la drogue. Les patients atteints de maladies cardiovasculaires doivent également faire l'objet d'une surveillance particulière. Les effets indésirables incluent vertiges, somnolence, pneumonie, perte d'appétit.

    Quétiapine. Il est utilisé selon le schéma suivant: le premier jour, 50 mg sont utilisés, le jour 2 - 100 mg, le jour 3 - 200 mg, le jour 4 - 300 mg. Ensuite, la posologie varie en mg par jour. Les patients âgés au début consomment 25 mg par jour, puis la dose est augmentée de 25 mg par jour. La même posologie est prescrite chez les patients présentant une insuffisance rénale ou hépatique.

    Ces pilules pour les hallucinations sont contre-indiquées en cas d'intolérance à ces dernières chez les enfants de moins de 18 ans pendant l'allaitement. Chez les patients ayant des antécédents de phénomènes convulsifs, de maladies cardiovasculaires, l'application doit être effectuée sous la surveillance d'un médecin. Le traitement est prescrit individuellement, en fonction de la gravité de la maladie. Parmi les effets secondaires les plus fréquents: insomnie, nausée, tachycardie, vertiges, délire.

    Eта eperapine. Non indiqué pour l'endocardite, les maladies du cerveau, en violation du système nerveux central, pendant la grossesse, l'allaitement, les enfants de moins de 12 ans. Ce médicament est utilisé à partir de 10 mg par jour. Si le patient a déjà suivi un traitement par ce médicament, il est possible d’attribuer 40 mg par jour.

    En outre, la posologie quotidienne est augmentée à 80 mg et est prise dans un cours de 4 mois. L’épérapine a de nombreux effets secondaires, dont les plus fréquents sont les vertiges, la faiblesse musculaire, l’anxiété, l’augmentation de la tension artérielle, les nausées, la tachycardie, des mictions fréquentes, de la fièvre, de l’urticaire.

    Table des matières:

    Tranquillisants

    Souvent, le traitement des hallucinations nécessite la connexion de tranquillisants, qui ont un effet calmant. Les tranquillisants arrêtent la panique, l'anxiété, le stress, la dépression et aident à éliminer les hallucinations. Ces médicaments aideront à réduire le stress interne, sans affecter les processus cognitifs. Des tranquillisants avec des hallucinations sont prescrits si la pathologie est causée par un état d'anxiété accru. Les médicaments les plus prescrits comprennent:

    1. Gidazépam. Fait référence aux médicaments "quotidiens" qui ne causent pas de somnolence. La posologie habituelle est de 0,02 à 0,05 g trois fois par jour. La durée du cours varie en fonction de l'état du patient et se situe dans une plage de 4 mois. Ce médicament est contre-indiqué dans la pathologie des reins et du foie, la faiblesse musculaire, l’emploi au travail, nécessitant une vitesse de réaction. Les vertiges, les démangeaisons, le manque de désir sexuel, les nausées sont parmi les effets secondaires les plus courants.

    Grandaxine. Il est utilisé avec un stress accru, la peur, un trouble autonome, une activité réduite. Habituellement administré à 5 mg. La posologie moyenne chez l'adulte est de 0,01 g à trois reprises, le traitement habituel ne dépassant pas 2 mois.

    S'il y a un besoin, la répétition ultérieure de l'utilisation du médicament est possible après 1 mois. Les effets secondaires les plus courants incluent divers troubles digestifs, des démangeaisons. Contre-indications pour l'utilisation de Grandaxine est le 1er trimestre de la grossesse, les troubles psychopathologiques. En cas de besoin, le rendez-vous pour les enfants à partir de 1 an est possible, tandis que le médecin doit choisir la dose en fonction du poids du bébé.

    Seduxen. Calme le système nerveux central, détend le tonus musculaire, soulage la tension émotionnelle, l'anxiété, l'irritabilité, les hallucinations sur fond de peur. Ce médicament est prescrit à raison de 0,0025 mg deux fois, avec une augmentation progressive dans laquelle il est possible de l'amener à 5 mg par jour. Avec l'augmentation des peurs, accompagnée d'hallucinations auditives, le médicament est autorisé à augmenter à 20 mg par jour.

    La posologie quotidienne est divisée en 3 doses. Si le sommeil est perturbé de manière stable, le médicament est administré la nuit. L'utilisation à partir de 1 an est possible, en même temps la dose n'est choisie que par le médecin traitant. Les effets secondaires comprennent les nausées, les vertiges et les tremblements. Contre-indiqué pour une utilisation pendant la grossesse, en présence d'insuffisance rénale et de maladies cardiovasculaires.

    Antidépresseurs

    Les médicaments actifs en relation avec la dépression, les troubles mentaux associés à l’affaiblissement de l’activité motrice, les troubles autonomes, la baisse de l’humeur, la perte de la réalité, sont appelés antidépresseurs. Les médicaments suivants sont les antidépresseurs les plus prescrits pour les hallucinations:

    Amitriptyline. Contre-indiqué dans les cas d'intoxication du corps, de grossesse, d'allaitement, de glaucome, de maladies cardiovasculaires, de psychose dépressive, d'alcoolisme, d'asthme et d'AVC.

    Ce médicament a les effets secondaires suivants: tachycardie, tremblements, augmentation de la pression artérielle, arythmie, diarrhée, nausée, diminution de la libido, maux de tête, insomnie. L'amitriptyline est prescrite à la dose de 25 mg la nuit, puis, pendant 5 jours, la dose est progressivement augmentée jusqu'à 200 mg trois fois. Si nécessaire, la dose quotidienne peut être augmentée à 300 mg.

    La paroxétine. Il appartient aux médicaments de la nouvelle génération, élimine assez rapidement l’anxiété, la dépression, bien tolérée par les patients. Contre-indiqué pendant la grossesse, l'allaitement, chez les enfants de moins de 14 ans atteints d'épilepsie, de maladies cardiaques, de glaucome, d'épilepsie. L'instruction indique que la paroxétine est prise un à la fois tout en mangeant. Si le patient a la dépression, alors prescrit 20 mgs pendant 2-3 semaines.

    Après avoir étudié les méthodes d'Olga Markovich dans le traitement des accidents vasculaires cérébraux, la restauration des fonctions de la parole, la mémoire et le soulagement des maux de tête persistants et des picotements au cœur, nous avons décidé de l'offrir à votre attention.

    Si nécessaire, la posologie peut être augmentée, mais elle ne doit pas dépasser 50 mg. Les effets secondaires suivants peuvent apparaître lors de l’utilisation du médicament: transpiration accrue, diarrhée, nausées, perte d’appétit, troubles du désir sexuel, mictions fréquentes, faiblesse musculaire, vertiges, insomnie, tachycardie.

    Tianeptine Capable d'améliorer l'humeur, augmenter le tonus musculaire global, soulager la dépression, augmenter l'anxiété, les changements d'humeur fréquents. Contre-indiqué en cas d'hypersensibilité au remède, grossesse, enfants de moins de 15 ans, au premier trimestre de la grossesse, pendant l'allaitement.

    Il existe des cas d'effets secondaires suivants: vertiges, somnolence pendant la journée, arythmie, douleur à la poitrine, difficultés respiratoires, sensation de chaleur, sensation de «nausée» dans la gorge, nausée, ballonnements et bouffées de chaleur. Généralement prescrit 12,5 mg trois fois. Si les patients présentent également une insuffisance rénale, la posologie est réduite à 12,5 mg deux fois.

    C'est important! Il est impossible d'utiliser indépendamment des médicaments destinés au traitement des hallucinations, car la psyché humaine est un système plutôt subtil. Des médicaments choisis incorrectement peuvent le déséquilibrer définitivement.

    La survenue d'hallucinations ne devrait impliquer un traitement que sous la surveillance constante d'un spécialiste. Avec un contrôle approprié du patient et un traitement systématique, vous pouvez vous débarrasser de ces symptômes désagréables pendant une longue période.

    Pour restaurer le corps après un accident vasculaire cérébral, nos lecteurs utilisent une nouvelle technique découverte par Elena Malysheva à base d'herbes et d'ingrédients naturels - la collection du père George. Collectionner Père George aide à améliorer le réflexe de déglutition, restaure les cellules affectées dans le cerveau, la parole et la mémoire. Et effectue également la prévention des accidents vasculaires cérébraux récurrents.

    Pensez-vous qu'il est impossible de restaurer les fonctions corporelles après un accident vasculaire cérébral? À en juger par le fait que vous lisez ces lignes maintenant, la victoire dans la lutte contre les conséquences de la maladie n’est pas de votre côté. Il convient de noter que plus la rééducation commence tôt, plus les chances de guérison sont grandes. Et la probabilité de reprendre une vie active augmente plusieurs fois si elle est restaurée sous la supervision de spécialistes d'un centre de réadaptation.

    C'est pourquoi nous vous recommandons de vous familiariser avec la véritable histoire de Natalia Efratova, dans laquelle elle parle de la récupération après un accident vasculaire cérébral dans un centre de rééducation en Grèce. Lire l'article.

    Lisez mieux ce que dit Elena Malysheva à ce sujet. Lisez mieux ce que dit Elena Malysheva à ce sujet. Pendant plusieurs années, elle a souffert des effets du STROKE: maux de tête sévères, vertiges, accélération du rythme cardiaque, fatigue chronique, sauts de pression, essoufflement, même au moindre effort. Des tests infinis, des visites chez le médecin, des pilules n'ont pas résolu mes problèmes. MAIS grâce à une recette simple, les maux de tête ont disparu, l’essoufflement et les problèmes cardiaques ont disparu, la pression est revenue à la normale, la mémoire et la vision se sont améliorées. Je me sens en bonne santé, plein de force et d’énergie. Maintenant, mon médecin se demande comment c'est. Voici le lien vers l'article. Voici le lien vers l'article.

    En Savoir Plus Sur La Schizophrénie