Les hallucinations sont une image qui résulte d'une erreur dans le processus de perception d'un ou plusieurs organes des sens.

Une telle image n’existe que dans la tête et n’a aucun lien avec la réalité (stimulus externe), mais elle peut aussi avoir une couleur sensuelle et être très convaincante.

L'épilepsie alcoolique: de quoi s'agit-il et comment la traiter? Renseignez-vous sur notre article.

Les causes

Qui est sujet aux hallucinations?

L'apparition d'hallucinations est directement liée à l'état du cerveau, dans lequel apparaissent des images, des voix, des odeurs et des images ne correspondant pas à la réalité.

Très souvent, les hallucinations sont un symptôme de la schizophrénie ou le résultat de l’usage de drogues hallucinogènes.

Le cerveau n'est pas encore complètement compris par la science et reste un mystère pour les scientifiques. Par conséquent, tous les processus qui s'y déroulent ne peuvent être expliqués de manière précise et sans ambiguïté, de même qu'une étude détaillée des causes des troubles résultants.

Mais toutes les raisons peuvent être divisées en trois catégories:

  • internes (maladies héréditaires qui affectent le cerveau et le système nerveux humains);
  • externes (maladies et pathologies acquises, telles que commotions cérébrales graves, empoisonnements et lésions infectieuses du corps, etc.);
  • temporaire (troubles métaboliques, non pathologiques, tels que le manque de sommeil ou le stress).

Des hallucinations visuelles se développent sur fond d’alcoolisme, d’abus de drogues et de substances psychotropes, de prise de certains médicaments et même d’empoisonnement alimentaire.

Les hallucinations visuelles et auditives se manifestent de manière complexe dans le contexte de maladies mentales telles que la schizophrénie, l'hallucinose, la psychose et certains types de convulsions.

Les hallucinations des espèces olfactives se produisent avec des lésions / lésions du cerveau.

La cause des troubles peut être une infection (encéphalite, paludisme, typhoïde, etc.) ou une atteinte / contusion de la région temporale, ainsi que la schizophrénie et d'autres maladies.

Les hallucinations tactiles apparaissent à la suite du syndrome de sevrage sur fond d'abus d'alcool. Les encéphalites et la schizophrénie peuvent également déclencher de fausses sensations sur le corps et à l'intérieur.

Groupe de risque

Certains groupes de personnes sont prédisposés aux hallucinations en raison de leur mode de vie ou de leur état physique actuel.

    Personnes plus âgées. Le processus de vieillissement est inévitablement associé à des changements dans le corps et à des processus irréversibles dans le cerveau.

Après 60 ans, le patient peut être diagnostiqué avec la paranoïa ou la démence, qui est la cause d'hallucinations.

Les maladies rhumatismales et les pathologies cardiovasculaires au stade de décompensation provoquent également de fausses images. Les personnes souffrant d'alcoolisme. Une intoxication alcoolique sévère conduit à un delirium tremens et à des hallucinations. La psychose alcoolique, le délire sont des états psychotiques aigus associés à un dysfonctionnement du cerveau et des organes sensoriels.

  • Sujet personnes déprimées. La dépression de la psyché, une anxiété accrue, une vision dépressive de la réalité et des phobies peuvent conduire à l'apparition d'hallucinations et de visions variées.
  • Les personnes qui pourraient hériter génétiquement de troubles mentaux. Si une personne a des antécédents de schizophrénie dans un genre, les hallucinations peuvent devenir le premier signe d'héritage de pathologie.
  • Les personnes qui se droguent. Même si l'utilisation de stupéfiants ne provoque pas d'hallucinations directement pendant l'action du médicament, des troubles de la perception peuvent survenir après (pendant la période de sevrage, en raison de symptômes de sevrage).
  • au contenu ↑

    Que faire: quel médecin contacter?

    Les hallucinations sont une condition malsaine du corps qui signale des violations nécessitant une correction.

    Dans le même temps, les troubles de la perception ne sont pas une maladie indépendante, mais un symptôme de diverses pathologies (physiques ou mentales).

    Pour traiter un symptôme, vous devez rechercher la cause des hallucinations. Vous ne pouvez pas ignorer les soins médicaux et l’automédication, même si les hallucinations semblent bénignes.

    Tout d'abord, une personne souffrant de troubles de la perception doit contacter un médecin généraliste, un psychiatre et un neuropathologiste.

    Lors de l’examen, un médecin peut orienter un patient vers un oncologue, un narcologue et d’autres spécialistes restreints, qui analyseront son état et confirmeront ou nieront la présence des maladies responsables des hallucinations.

    Hallucinations grand-mère après un accident vasculaire cérébral

    Un accident vasculaire cérébral est une maladie grave qui nécessite un traitement et une récupération à long terme.

    Mais même dans le cas d'un traitement approprié, des complications peuvent être détectées (perturbation de la circulation sanguine dans le cerveau, processus irréversibles et délire). Dans le contexte de ces pathologies, il y a violation de la perception.

    Les hallucinations après un AVC ressemblent à un discours incohérent, à des illusions et à un état de délire. Le patient peut se plaindre d'étranges visions et d'images, être conscient de son état ou croire aux hallucinations, en les considérant comme réelles.

    Les proches du patient en cas d'hallucinations post-AVC doivent assurer la sécurité à la fois de la personne atteinte du trouble de la perception et des personnes l'entourant.

    Il est nécessaire de faire appel imperceptiblement à une équipe d’ambulances pour le patient afin de ne pas provoquer d’agression ou d’augmentation du niveau d’anxiété.

    Toute manifestation d’intérêt malsain mettant en cause les paroles du patient et la panique est formellement interdite, dans la mesure où cela peut aggraver la situation.

    Dans un état de psychose, les personnes malades sont dans un état d'agitation et font l'expérience d'une poussée de force physique.

    Par conséquent, il est nécessaire qu’il y ait au moins trois personnes dans la pièce qui puissent apaiser le patient. Dans certains cas, même des personnes âgées plus faibles et des patients en période postopératoire peuvent atteindre la fenêtre ou la porte et causer des dommages physiques à leurs proches (dans le contexte d'une psychose).

    Ne laissez pas d'objets tranchants et lourds dans la chambre du patient. Vous ne pouvez pas non plus laisser une personne souffrant d’hallucinations sans surveillance.

    Il est strictement interdit d'utiliser des médicaments pour arrêter les hallucinations sans recommandations médicales. Toutes les actions doivent être coordonnées avec un spécialiste.

    Comment vous aider si des visions apparaissent?

    Comment se débarrasser des hallucinations?

    Si vous pensez avoir des hallucinations ou êtes confiant en un trouble de la perception, essayez de ne pas paniquer.

    Tout d’abord, contactez votre proche, qui pourra réfuter des visions / voix effrayantes, etc. Obtenir de l'aide peut réduire l'anxiété.

    Si la vision est due à un empoisonnement, à la prise de substances psychotropes, à l’alcool, vous devez vous rendre immédiatement à l’hôpital.

    Même si les hallucinations ne sont pas associées à des malaises / douleurs, il est simplement nécessaire de consulter un médecin et de rechercher la cause profonde.

    Dans les phases ultérieures, il est très difficile de guérir les hallucinations ou d'atténuer les symptômes.

    Une forte fièvre peut provoquer des hallucinations. Dans ce cas, les antipyrétiques (Ibufen, Paracétamol) aideront à traiter rapidement le symptôme déplaisant.

    Le stress, le manque de sommeil et une fatigue intense conduisent à des hallucinations. Si vous comprenez que le corps est au bord de l'épuisement, vous devez vous reposer (allez au lit, éteignez les messagers et éloignez-vous des choses).

    Il est important de ne pas perdre de temps et d’avouer honnêtement que l’aide d’un spécialiste est nécessaire. Une personne souffrant d’hallucinations ne peut s’aider de manière autonome, la ligne de démarcation entre le réel et l’irréel étant effacée.

    Il y a substitution de la perception et le patient est de plus en plus immergé dans son monde de visions.

    Il est presque impossible de sortir de ce cercle vicieux, car avec les maladies évolutives, une personne est déconcertée par les sensations et croit aux hallucinations.

    Méthodes de traitement

    Les hallucinations causées par des déclencheurs (substances psychotropes, empoisonnement, hypnose, médicaments) sont traitées en éliminant les effets nocifs (déclencheurs directs).

    Les seules exceptions sont les situations dans lesquelles des facteurs externes ont entraîné des modifications du corps ou un syndrome de sevrage provoqué.

    Les hallucinations dans le contexte des troubles psychotiques sont traitées en corrigeant la pathologie sous-jacente qui a provoqué le trouble de la perception. Pour ce faire, utilisez des neuroleptiques.

    Si la pathologie sous-jacente ne peut pas être traitée (démence sénile), le traitement vise à arrêter la phase aiguë des hallucinations.

    Si les hallucinations ont été causées par la consommation de drogues ou d'alcool, le patient doit suivre un cours de rééducation.

    Scheme

    Comment traiter la pathologie? Quels médicaments aideront?

    Le traitement des hallucinations est une thérapie individuelle. Les préparations sont sélectionnées sur la base du tableau clinique, du type d'hallucinations, de la pathologie de la cause fondamentale et de l'état émotionnel du patient.

    La liste des mesures obligatoires comprend:

    • prendre des médicaments selon un schéma individuel;
    • isolement du patient pendant la période de la période aiguë (directement des hallucinations);
    • psychothérapie individuelle pour la rééducation du patient et son retour à la vie normale.
    au contenu ↑

    Noms de médicaments

    Quelles pilules prendre chez le patient? Les antipsychotiques (neuroleptiques) sont utilisés pour lutter contre les hallucinations:

    Pour le soulagement de l'excitation aiguë et des délires, des injections intramusculaires sont utilisées:

    Si le patient est déprimé, des antidépresseurs sont prescrits. Pour lutter contre l'anxiété, des tranquillisants sont utilisés et, en cas de faiblesse, des stimulants.

    Il est très important de ne pas paniquer devant l'apparition d'hallucinations et de ne pas cacher aux autres le fait qu'il y a violation de la perception.

    Souvent, la réticence à demander de l'aide est due à la peur du traitement imminent, à la honte ou à la conviction qu'un cas est isolé et non dangereux.

    Cependant, à long terme, une telle stratégie ne fera qu’aggraver la situation du patient et entraîner la perte totale de sa vie normale, la perte de contrôle de la réalité et de ses propres actions.

    Drogues provoquant des hallucinations

    Le désir de l'homme de s'évader de la routine quotidienne lui a fait découvrir des drogues - des composés chimiques qui altèrent la perception de la réalité, provoquant diverses visions et sons qui n'existent pas vraiment. Les drogues hallucinogènes vendues dans les pharmacies modernes sont très populaires chez les adolescents. Ces agents contiennent des substances pouvant induire le patient dans un état d’euphorie et provoquer des hallucinations. Cependant, ces drogues ne sont pas inoffensives et peuvent créer une forte dépendance.

    Pour les patients hypertendus, un quota a été alloué. Depuis le 1er février, chaque personne souffrant d'hypertension a le droit de le faire. En savoir plus >>>

    Pourquoi les gens ont des hallucinations

    Il existe de nombreuses raisons pour lesquelles une personne a des images imaginaires qui ne correspondent pas à la réalité. Ceux-ci comprennent:

    • maladie mentale - schizophrénie, psychose alcoolique, épilepsie, paranoïa et autres;
    • pathologies somatiques - néoplasmes, lésions cérébrales;
    • infections - méningite, encéphalite, syphilis du cerveau, maladies vasculaires et cardiaques graves, intoxication;
    • prendre des médicaments qui affectent le système nerveux central: médicaments, alcool, médicaments, ainsi que l'utilisation de certaines plantes et de certains champignons toxiques pour le cerveau;
    • stress chronique et manque de sommeil.

    Les hallucinations peuvent toucher tous les sens, tandis que les patients peuvent entendre des voix ou des sons, voir des personnes ou des animaux qui n'existent pas.

    Le plus souvent, les illusions surgissent sous l’influence de maladies graves affectant le cerveau. Cependant, des effets illusoires peuvent parfois apparaître en raison du rejet du sommeil pendant plus de 2 jours, après une chirurgie, avec une dépression, pendant la ménopause chez la femme et pendant la puberté chez l'adolescent.

    Substances provoquant des images imaginaires

    Certaines personnes ont tendance à s'éloigner délibérément de la réalité en utilisant des produits chimiques ou des composés narcotiques. L’un des psychédéliques connus est le diéthylamide de l’acide lysergique, appelé LSD.

    De plus, certains composés synthétiques et plantes contenant des alcaloïdes ont des effets hallucinogènes:

    • PCP, Angel Dust ou Phencyclidine;
    • cocaïne - drogue sous forme de poudre ou de pâte obtenue à partir de coca croissant en Amérique du Sud et en Afrique;
    • l'opium est un stupéfiant dérivé du pavot;
    • l'héroïne est un dérivé de la morphine en poudre;
    • psychédéliques - marijuana, anasha, haschisch, synthétisés à partir de chanvre;
    • Ecstasy, MDMA ou méthylènedioxyméthamphétamine - amphétamine faisant désormais partie de la culture en plein air;
    • salvia (devins de sauge) - une plante qui peut être trouvée dans les forêts du Mexique;
    • peyotl - hallucinogène de cactus;
    • champignon toxique Psilotsibum;
    • ayahuaska - décoction, qui est préparé à partir de vignes;
    • plante iboga en croissance en Afrique.

    Pour provoquer des hallucinations, il suffit de manger des champignons causant un trouble de la conscience, par exemple un crapaud ou un agaric de mouche. Certaines plantes - la belladone et la dope - ont également des propriétés hallucinogènes.

    Les drogues et les boissons alcoolisées, prises à fortes doses, ainsi que la surdose de certaines drogues peuvent causer une violation de la perception de la réalité.

    Quelles drogues provoquent des hallucinations

    Certains médicaments utilisés en psychiatrie, en dentisterie, en chirurgie et dans d’autres domaines de la médecine peuvent déclencher des effets hallucinogènes.

    L'agent psychédélique connu est l'oxyde nitreux - le "gaz hilarant" utilisé dans le traitement des dents. L'inhalation d'un volume important d'une substance donnée peut déclencher l'apparition d'hallucinations à court terme.

    Les autres médicaments pouvant causer des hallucinations incluent:

    • analgésiques d'origine narcotique et non narcotique: indométhacine, kétamine, morphine, pentazocine, ainsi que des salicylates;
    • médicaments antibactériens - acyclovir, amantadine, amphotéricine, chloroquine, benzylpénicilline et autres;
    • médicaments antihistaminiques - Suprastin, Tavegil;
    • anticonvulsivants - Suksilep, hexamidine;
    • certains médicaments prescrits par les médecins pour le traitement de la maladie de Parkinson ont également un effet hallucinogène, par exemple, la lévodopa, la bromocriptine, la carbidopa;
    • si la dose est dépassée, des gouttes nasales normales peuvent perturber la conscience - Éphédrine, Nasol;
    • antidépresseurs - Amitriptyline, Trazodone;
    • des médicaments cardiotropes, par exemple, la lidocaïne, la digoxine, le novocaïnamide;
    • Clophelin, Dopegit, Inderal, Propranolol - ces solutions et comprimés provoquent des hallucinations dans le traitement de l'hypertension;
    • tranquillisants - Triazolam, Diazepam, Relanium;
    • substances stéroïdes - Prednisolone, Dexamethasone.

    Le plus souvent, les drogues hallucinogènes sont prises pour soulager la douleur ou pour introduire les patients dans un sommeil artificiel. En règle générale, ces médicaments ont des effets secondaires, y compris des hallucinations.

    Histoires de nos lecteurs

    Je nettoie les vaisseaux de manière stable chaque année. J'ai commencé à faire ça quand j'avais 30 ans, parce que la pression était hors de l'enfer. Les médecins ont juste haussé les épaules. Je devais prendre ma propre santé. J'ai essayé différentes méthodes, mais l'une m'aide particulièrement bien.
    Plus >>>

    Substances les plus dangereuses

    Parmi les médicaments les plus dangereux pour les médicaments qui entraînent des effets hallucinogènes et une dépendance, figurent les médicaments contenant:

    Les risques particuliers sont les médicaments appartenant aux médicaments opioïdes:

    Les stimulants qui stimulent l'humeur et l'énergie, tels que la cocaïne, ainsi que les médicaments contenant du sulfate de morphine, du fentanyl et de la méthadone peuvent être très nocifs pour l'organisme.

    La liste des médicaments pharmaceutiques comprend des médicaments à base de codéine qui entraînent une forte dépendance physique et psychologique:

    • Coffeex;
    • le nurofène plus;
    • sedalgin;
    • solpadeine;
    • terpinkode;
    • goupille de codeur;
    • Pentalgin H;
    • Sedal M et autres.

    La dépendance à ces médicaments est une maladie grave et nécessite un traitement sérieux. De plus, avec une utilisation incontrôlée, les outils suivants peuvent causer des problèmes:

    • Lyrics - un médicament pour les personnes souffrant d'épilepsie. Ses propriétés sont similaires à celles des opioïdes.
    • tropicamide - se présente sous la forme de gouttes pour les yeux. Capable de provoquer un effet hallucinogène et un évanouissement;
    • le tramadol est prescrit pour soulager la douleur chez les patients atteints de néoplasmes malins;
    • médicaments psychédéliques contenant du dextrométhorphane (Tussin +, Glycodin, Atussin);
    • le relaxant musculaire Baclofen, anticholinergiques Parkopan, Taren;
    • La mescaline, la diméthyltryptamine et la psilocine ne provoquent pas une forte dépendance psychologique et physiologique, mais elles sont très dangereuses pour le cerveau. Deviennent souvent une cause de perte de perception, de psychose et de perte d’intelligence.

    Les médicaments les plus populaires sont le groupe des opioïdes, qui comprend la codéine, l’éphédrine et le tramadol, ainsi que des tranquillisants à effet sédatif.

    Effets des drogues hallucinogènes

    Parfois, les visions et les images d'un toxicomane sont totalement inoffensives, mais elles peuvent être dangereuses. Dans ce cas, une personne a des voix dans sa tête, lui ordonnant d'exécuter des actions agressives ou des actions. En outre, la prise d’hallucinogènes peut entraîner une intoxication grave et la mort.

    Les hallucinations des comprimés peuvent se manifester par:

    • voix imaginaires et objets inexistants;
    • perception déformée du goût et de l'odorat;
    • des sensations de toucher qui ne le sont pas.

    Les hallucinogènes admis à long terme peuvent provoquer chez un patient:

    • des convulsions;
    • désorientation dans le temps et l'environnement;
    • tomber dans le coma et l'état de délire.

    Un dosage excessif entraîne une inhibition de l'état psycho-émotionnel d'une personne. Les drogues les plus dangereuses stimulent le système nerveux central - l'amphétamine et la cocaïne. En cas de surdosage, ils provoquent un fort effet hallucinogène, une surexcitation et une psychose.

    L'usage incontrôlé de drogues psychédéliques est souvent la cause du coma, de l'arythmie et de la mort.

    Les conséquences

    Les toxicomanes achètent souvent des drogues hallucinogènes pour leur synthèse ultérieure avec d'autres substances nocives. En combinant des substances avec des produits chimiques, une personne les transforme en poison, ce qui peut le détruire en quelques années. Les médicaments les plus populaires sont la désomorphine, Coldact, vis.

    La dépendance chez un toxicomane peut se former très rapidement. Le plus grand désir de jouir et d’éliminer les problèmes de santé l’incite à utiliser des hallucinogènes. Dans le soi-disant rupture, le toxicomane présente les symptômes suivants:

    • fièvre ou frissons;
    • attaques de panique;
    • tendance à la diarrhée;
    • larmoiement, écoulement nasal;
    • crampes abdominales;
    • transpiration excessive;
    • accès de nausée et de nausées;
    • confusion
    • troubles du sommeil ou somnolence;
    • mauvaise coordination;
    • comportement agité, anxiété, dépression, irritabilité.

    L'ingestion systématique d'hallucinogènes amène progressivement le cerveau à s'y adapter, et la dépendance de l'organisme entraîne la nécessité d'augmenter la dose.

    Les substances hallucinogènes peuvent créer une dépendance résistante. Dans le même temps, la dépendance psychologique est généralement plus forte que physique.

    En outre, la consommation régulière de médicaments entraîne de graves lésions du système nerveux central, trouble mental qui se traduit par des symptômes similaires à ceux de la schizophrénie. Cela est particulièrement prononcé chez les personnes âgées: les personnes âgées sont plus exposées aux accidents et aux blessures sous l’influence de la drogue.

    Les stupéfiants nuisent à l'état de santé en général, peuvent détruire le foie et le cerveau. La probabilité de dépendance augmente plusieurs fois lors de la consommation de drogues à fortes doses, en les associant à l'alcool et aux anesthésiques.

    Hallucinations

    Les hallucinations sont des perceptions imaginaires, des perceptions sans objet, des sensations qui naissent sans stimuli. Les hallucinations sont une tromperie, une erreur, une erreur dans la perception de tous les sens, lorsqu'un patient voit, entend ou ressent quelque chose qui n'est pas présent dans la réalité.

    Le fonctionnement du cerveau n'est pas entièrement compris, à savoir dans l'inconnu et les mensonges les plus extraordinaires et les plus mystérieux. Les hallucinations viennent de cette région. Le cerveau nous montre des images qui ne sont pas là. Les hallucinations auditives sont perçues comme une voix «d'en haut». Les hallucinations sont connues depuis des temps immémoriaux. Ils ont attaché une importance particulière. Dans les rituels des anciens Indiens, les chamans utilisaient des champignons "sacrés" pour tomber en transe et évoquer des "visions". Ces champignons étaient considérés comme divins. On y trouve des images et des statues de champignons dans les temples antiques. Maya a largement utilisé des drogues hallucinogènes (champignons, herbes, tabac, cactus) à des fins religieuses et médicales pour soulager la douleur. De nombreuses personnalités talentueuses ont vécu des hallucinations (alcoolisme, opium, schizophrénie, psychose) et ont présenté au monde de nouveaux genres littéraires - Edgar Poe, Hemingway, Jonathan Swift, Jean Jacques Rousseau, Gogol, Yesenin, Guy de Maupassant; chefs-d'œuvre d'art - Vincent van Gogh, Goya; Vubel; musique - Chopin; Mathématiques - John Forbes Nash, lauréat du prix Nobel de développement dans le domaine de la théorie des jeux et de la géométrie différentielle. L'imbrication du monde du spirituel, du monde réel et du monde des perceptions sous l'influence du processus psychopathique chez les génies devient imprévisible et renversante. Mais finalement conduire à la dégradation et à la dévastation.

    Photos d'artistes avec hallucinations

    Il existe des hallucinations: visuelles, olfactives, auditives, gustatives, générales (viscérales et musculaires).

    Causes des hallucinations

    Hallucinations visuelles - vision d’images visuelles de couleurs vives ou de décolorées, de scènes immobiles et entières, dans lesquelles le patient peut participer à l’absence de ces images dans la réalité.

    Peut-être leur apparition dans l'intoxication alcoolique (en tant que symptôme de delirium tremens), de drogues et de substances à action psychostimulante (LSD, cocaïne, haschisch, opium, amphétamines, bêta-bloquants, sympathomimétiques), c'est-à-dire avec l'action de M-holinoblokiruyuschim (atropine, scopalamine, antiparkinsoniens), phénothiazines, relaxants musculaires centraux - cyclobenzaprine, orfénadrine, antidépresseurs tricycliques, toxines végétales - dope, belladone, champignons - champignons pâles), certains composés organiques de l’étain. Les hallucinations visuelles associées à des hallucinations auditives peuvent être des cas de maladie de Creutzfeldt-Jakob, de maladie de Levi, d'occlusion de l'artère cérébrale postérieure (hallucinose pédonculaire).

    Hallucinations auditives - le patient entend des sons qui ne sont pas vraiment présents - des mots, des appels, des voix qui peuvent commander, réprimander, féliciter. Ils surviennent dans les cas de schizophrénie, d'hallucinose alcoolique, d'empoisonnement avec des substances psychotiques, de cocaïne, de la maladie de Levi, de crises épileptiques simples.

    Hallucinations olfactives - un sens de l'odorat en son absence. Se produit avec des lésions du lobe temporal du cerveau, la schizophrénie. Dans la schizophrénie, les odeurs désagréables sont plus courantes: putrides, pourries. En cas d'encéphalite herpétique, de simples crises partielles, d'hallucinations olfactives peuvent être associées au goût.

    Goût - sensation de manque de goût, de goût agréable ou dégoûtant dans la bouche. Le patient peut, pour cette raison, refuser de manger.

    Hallucinations tactiles (le patient ne sent pas les objets existants) associées au syndrome de sevrage de l'alcool, associées à des hallucinations visuelles et auditives.

    Hallucinations du corps - malaise dans le corps - passage de courant, éclatement des bulles dans les intestins, toucher le corps, saisir les mains, les jambes - avec schizophrénie, encéphalite.

    Les hallucinations sont vraies et fausses. Le patient voit les vraies hallucinations de l'extérieur, les images hallucinatoires sont dans la nature d'une réalité exactement projetée dans l'espace. Les hallucinations fausses n'ont pas de projection dans l'espace extérieur, le patient les voit et les entend à l'intérieur de la tête - l'hallucination est projetée dans la tête et n'est pas perçue par les sens.

    Les hallucinations sont simples et complexes. Les hallucinations simples capturent les reflets d'un organe sensoriel. La combinaison d'hallucinations de deux ou plusieurs organes sensoriels est appelée complexe. Si vous voyez un diable, entendez ses pas, sentez le froid dans son dos, entendez son murmure - vous éprouvez une hallucination complexe. Pour le développement d'hallucinations complexes, la suggestion de soi, les traits de personnalité, la psyché, les complexes psychologiques comptent. Le contenu des hallucinations est varié, unique et inattendu, il découle de la réserve mentale de la sphère méconnaissable de l'activité mentale.

    Maladies pour lesquelles des hallucinations se produisent

    Il y a des hallucinations dans la schizophrénie, l'épilepsie, les tumeurs cérébrales, la psychose alcoolique, les maladies infectieuses, la syphilis du cerveau, l'encéphalite herpétique, l'athérosclérose cérébrale, l'intoxication médicamenteuse - cocaïne, LSD, méscaline. Les hallucinations se produisent avec l'hypothermie.

    Hallucinatoire - syndrome paranoïde - le patient qui voit des hallucinations (effrayant - meurtre, violence, menaces) le prend pour de la réalité et raconte son contenu - un non-sens. Développe avec la psychose alcoolique, la schizophrénie, la syphilis du cerveau.

    Hallucinose - syndrome caractérisé par la présence d'hallucinations prononcées et persistantes (généralement auditives) - le plus souvent avec l'alcoolisme, la syphilis.

    Le délire est une psychose alcoolique caractérisée par de vraies hallucinations visuelles, des troubles délirants, des changements de comportement et une agitation motrice. Développé sur le fond de l'abstinence ou de la gueule de bois. Les illusions apparaissent d'abord, puis les vraies hallucinations. Plus souvent, le patient voit de petits animaux, des insectes, moins souvent des serpents, des diables, des gens. Les hallucinations visuelles peuvent être combinées avec auditif, olfactif, tactile. Le patient est excité, ses mouvements correspondent aux visions de l'hallucination. Le non-sens porte le contenu des hallucinations.

    Hallucinose alcoolique - psychose alcoolique - le soir ou la nuit durant l'insomnie, l'anxiété, la peur et les erreurs auditives sont aiguës. Le sentiment de menace provient déjà de la perception délirante de la «réalité changée du monde». Les voix jure plus souvent, se disputent, une voix perverse jure avec le bien. Le sentiment de peur augmente et le patient tente de s'échapper. Développé à la hauteur de consommation excessive d'alcool ou d'abstinence. Hallucinose aiguë dure de 2 jours à un mois, subaiguë - 1 à 3 mois, chronique - de 6 mois.

    Hallucinose en prison - perception délirante de la réalité accompagnée d’hallucinations auditives - chuchotements, harcèlement.

    Hallucinose tactile chronique - Il semble constamment au patient que la chair de poule se traîne sur la peau et sous la peau, ainsi que des vers lors de lésions organiques du cerveau et de psychoses séniles.

    Dans certains cas d’empoisonnement au plomb tétraéthyle (contenu dans l’essence au plomb), un état psychotique aigu se manifeste par un trouble de la conscience et des expériences hallucinatoires - le plus souvent d’hallucinations auditives et tactiles impératives - le goût des cheveux dans la bouche.

    Dans la syphilis du cerveau, il y a des hallucinations auditives sous forme de mots et de sons séparés, d'exclamations, d'hallucinations visuelles de contenu déplaisant.

    Dans les hallucinations des toxicomanes sont combinées images auditives et visuelles, irréel, mal, créatures terribles, délires de la persécution, la jalousie.

    Hallucination visuelle du polynarkoman.

    Avec la décompensation des maladies cardiovasculaires, on observe un trouble de l'humeur, de l'anxiété, des peurs, de l'insomnie et des manifestations hallucinatoires. Avec l'amélioration de la condition physique et la normalisation de la circulation sanguine, tous les troubles mentaux disparaissent.

    Dans les maladies rhumatismales du cœur et des articulations, l'irritabilité, l'intolérance, les larmoiements, les troubles du sommeil, la perception trompeuse développent, surtout le soir, moins souvent un afflux d'hallucinations.

    Des hallucinations auditives et visuelles sont possibles avec des tumeurs malignes. Dans le développement joue un rôle dans la toxicité de la maladie, l'épuisement, les lésions cérébrales, l'utilisation de substances narcotiques comme analgésiques.

    Dans les maladies infectieuses - typhus et fièvre typhoïde, paludisme, pneumonie - il peut y avoir un afflux d'hallucinations visuelles, de perceptions illusoires d'objets environnants et de déclarations fragmentaires délirantes sur des scènes excitantes et intimidantes, des attaques de monstres, la mort. Quand la température baisse, tout disparaît.

    L'Amentia est une forme grave de trouble de la conscience caractérisée par une violation de l'intégrité de la perception de l'objet, une violation de la synthèse des perceptions, une violation de la pensée, de la parole, de l'orientation en soi et de l'espace, des hallucinations. Se produit avec une psychose endogène (traumatique, infectieuse, toxique). Peut être fatal. Les survivants développent une amnésie (perte de mémoire).

    Les hallucinations sont un symptôme de la maladie mentale - schizophrénie, psychose.

    Champignons hallucinogènes

    Depuis des millénaires, les champignons connus peuvent causer des hallucinations.

    Les champignons hallucinogènes - Psilocybe - comptent plus de 20 espèces, se développent sur le sol, les plantes mortes, les branches, les zones humides, la tourbe, le fumier, l’humus de la forêt. Les champignons contiennent des substances psychoactives du groupe tryptamine - un poison neurotoxique qui provoque des hallucinations, des psychonévroses, une toxicomanie et la mort.

    L'agaric de mouche rouge est un hallucinogène très puissant, que certains peuples de la Sibérie appellent cela le «champignon des aliénés». Des tremblements, de l'agitation, des hallucinations visuelles se produisent lorsqu'il est consommé.

    Drogues hallucinantes

    Certains médicaments peuvent provoquer des hallucinations - des analgésiques narcotiques, certains antibiotiques et des médicaments antiviraux, sulfamides, anti, anticonvulsivants, anti-histaminiques, antiparkinsoniens, antidépresseurs, cardiotrope, anti-hypertenseurs, psychostimulants, tranquillisants, médicaments - mescaline, la cocaïne, le crack, le LSD, le PCP, la psilocybine.

    Examen d'un patient souffrant d'hallucinations

    Sur la photo, à gauche. Patient souffrant d'intoxication aux champignons et d'hallucinations.

    Les attitudes envers les hallucinations peuvent être critiques et non critiques. Une personne peut comprendre que les voix et les scènes qu’elle entend ne sont pas réelles, mais peut les considérer comme une réalité. Des scènes plus réalistes qui correspondent à la réalité - la vision des proches, par exemple. Les patients aux prises avec des hallucinations peuvent distinguer les hallucinations de la réalité, mais ils ne le peuvent pas, ils peuvent ressentir quelque chose comme des précurseurs avant l’apparition des hallucinations. Ambient peut remarquer la présence d'hallucinations sur le comportement du patient - gestes, expressions faciales, mots et actions qui ne correspondent pas à la réalité environnante. Si une personne elle-même n’est pas en mesure d’évaluer son état, son entourage doit en prendre soin, puis consulter un médecin - un psychiatre, un neurologue pour un examen approfondi.

    Au stade pré-médical, il est important de sécuriser le patient et les autres, afin de prévenir les actes et actes traumatiques dangereux.

    Il est important de clarifier la nature des hallucinations pour le diagnostic et les méthodes de traitement, la surveillance du patient. L'enquête comprend des tests et des procédures pour suspecter l'une des maladies ci-dessus.

    Quels médecins contacter en cas d'hallucinations

    Les médecins peuvent avoir besoin d'aide:

    - Neurologue
    - Psychiatre
    - Narcologue
    - Oncologue

    Traitement des hallucinations

    Selon la maladie sous-jacente est un traitement individuel. Dans des conditions aiguës, une hospitalisation est nécessaire. Pour les hallucinations prononcées, on utilise des antipsychotiques, des sédatifs, des tranquillisants et un traitement de désintoxication. L'essentiel est de consulter un médecin à temps.

    Consultation du docteur au sujet des hallucinations

    Question: Peut-il y avoir des hallucinations chez une personne en bonne santé?
    Réponse: Les personnes en bonne santé peuvent avoir des illusions - visuelles, auditives, gustatives, tactiles - il s’agit d’une distorsion de la perception des objets de la vie réelle du monde environnant. L'eau qui coule peut sembler être une conversation: une robe suspendue dans une pièce sombre peut être confondue avec un homme, des ombres incompréhensibles au crépuscule sous un buisson pour des animaux. Les illusions peuvent aussi porter sur les maladies infectieuses, les intoxications, l'épuisement. Une illusion survient lorsqu'une représentation inappropriée est ajoutée à la perception, à la sensation.

    Drogues pouvant causer une psychose (hallucinations) ou des délires

    Pour une personne de tout âge présentant des symptômes de trouble mental (hallucinations, par exemple) ou de délire, avant de commencer à prendre des antipsychotiques, vous devez déterminer avec soin si ces symptômes sont causés par la prise de médicaments. Pour une personne de 60 ans ou plus, il est très probable que des hallucinations, un délire ou d'autres symptômes similaires à ceux de la schizophrénie soient causés par la prise des drogues énumérées ci-dessous ou par l'arrêt brutal de l'alcool, des barbituriques ou d'autres somnifères et tranquillisants.

    Parmi les médicaments les plus courants pouvant provoquer des symptômes tels que les hallucinations ou le délire, on peut identifier les suivants:

    Drogues-hallucinogènes

    Les drogues, les hallucinogènes appartiennent au groupe des substances psychoactives qui peuvent changer l’esprit d’une personne. Dans un environnement professionnel, ces drogues sont appelées psychédéliques et, chez les toxicomanes, elles sont appelées hallucinogènes. Ces médicaments sont capables de provoquer toutes sortes d'hallucinations: goût, visuel, auditif. Dans le même temps, toutes les sensations expérimentées semblent réelles, cependant, ce n’est en réalité qu’un produit de l’imagination.

    Le mécanisme d'action des psychédéliques sur le corps n'est pas encore bien compris, mais il est certain qu'ils ont un effet négatif sur l'ADN: la mémoire génétique est perdue, la probabilité d'infertilité ou la naissance d'enfants présentant diverses anomalies augmente. Les hallucinogènes peuvent provoquer une intoxication grave, ainsi que l’apparition de diverses maladies mentales.

    Types d'hallucinogènes et mode d'action

    Tous les types de psychédéliques sont divisés en deux grands groupes:


    Hallucinogènes d'origine synthétique

    Le LSD est une drogue courante. Il a été obtenu pour la première fois en 1938 à partir d'ergotamine. Ce n'est que dans les années 60 que ce médicament a été inclus dans la liste des produits interdits, mais à ce jour, il est fabriqué dans des laboratoires illégaux. Selon les médecins, le LSD aide parfaitement à la migraine. La consommation de ce médicament provoque une distorsion des sensations.

    Ce médicament est commun dans les boîtes de nuit et les discothèques. C'est dans de tels endroits qu'on peut proposer d'essayer ce psychédélique. Pour la première fois, l'ecstasy a été créé en Allemagne en 1912 et ce n'est que dans les années 90 qu'il figurait sur la liste des produits interdits. Ce médicament provoque l'apparition d'une dépression causée par un échec de la sérotonine. De nombreux experts continuent d'étudier ce médicament en tant que moyen de stress post-traumatique.

    Le psychédélique le plus dangereux. En médecine, on parle de phencyclidine. Initialement utilisé comme anesthésique. Mais après avoir abandonné son utilisation, car il existe de nombreux effets secondaires différents. Les toxicomanes qui utilisent cette drogue peuvent facilement se blesser, par exemple lorsque des personnes sortaient de gratte-ciel par des fenêtres sous l’effet de la poussière d’anges. Les effets de la consommation sont très similaires aux symptômes de la schizophrénie.

    Hallucinogènes végétaux

    • Psilobicine

    Ce type de psychédélique est aussi appelé champignon magique. Provoque des hallucinations de goût et de couleur. Ce médicament fait un excellent travail avec l'anxiété et la dépression.

    Ce médicament est dérivé du peyotl de cactus. La consommation provoque l'émergence dans l'esprit d'images en alternance, comme dans un kaléidoscope. La personne est sous l'influence d'émotions vives.

    Tous ces psychédéliques provoquent l’émergence d’une dépendance persistante.

    Signes et effets d'usage

    Psilocybine

    Signes d'utilisation

    C’est suffisant d’essayer ce médicament une seule fois et il est impossible de s’arrêter. Il suffit de plusieurs réceptions pour la formation d'une dépendance réelle.

    L'effet de l'utilisation de la psilobicine ne dure pas longtemps. Après 6-7 heures, la relaxation est totale. Selon les experts, ce médicament a un effet ambigu et on peut distinguer les conditions suivantes:

    En dépit de son effet modéré, ce médicament peut être comparé aux drogues synthétiques qui provoquent une dépendance rapide.

    Conséquences de l'utilisation

    Les conséquences de l'utilisation de ce médicament peuvent être les conditions suivantes:

    • L'apparition d'hallucinations lumineuses;
    • Bouts d'agression excessive;
    • L'euphorie;
    • L'intoxication du corps;
    • Manifestations paranoïaques;
    • Évanouissement;
    • Distorsion de la perception du temps, de l'espace et du son;
    • Tremblement

    Si une personne a été intoxiquée par ce médicament, sa température corporelle augmente, ses pupilles se dilatent, une tachycardie est observée. L'appareil vestibulaire s'affaiblit, le système nerveux en souffre.

    Signes et effets du LSD

    Il suffit d’essayer ce médicament plusieurs fois, car les premiers effets secondaires apparaîtront. Un toxicomane autochtone peut être soupçonné d’utiliser ce médicament pour les motifs suivants:

    • Haute pression et les élèves sont constamment à l'état élargi;
    • Insomnie, furtivité et irritabilité;
    • Palpitations cardiaques;
    • Tremblement des membres;
    • Consommation excessive de liquide.

    Lors de la prise de ce médicament, on observe l'apparition de phénomènes irréversibles:

    • Dégradation complète de l'individu;
    • Anomalies chromosomiques;
    • Comportement déviant.

    Les cas de suicide sous l'action du LSD ou le décès par surdose ne sont pas exclus.

    Peyote (Mescaline)

    Signes d'utilisation de peyote

    Une personne souffrant de dépendance à ce type de drogue peut être identifiée par un certain nombre de signes. Les premiers signes de consommation sont observés déjà une demi-heure après l'utilisation de la mescaline, pouvant durer plusieurs heures, et après une période de la même période, les symptômes régressent:

    • Hallucinations auditives;
    • Tachycardie;
    • Hallucinations visuelles: tous les objets environnants peuvent être perçus comme des objets flottants dans l’eau ou des oiseaux flottant dans l’espace;
    • Difficulté de mouvements et de pensées;
    • Perte de conscience totale ou partielle;
    • Vomissements et nausées;
    • Les élèves sont dans un état développé;
    • Le sentiment d'une forte poussée d'énergie;
    • Se sentir chaud;
    • Un toxicomane a un sens excessif de grandeur et de supériorité;
    • Taux d'anxiété élevé;
    • L'homme commence à se craindre lui-même;
    • Il y a violation de l'orientation dans le temps;
    • Changement de perception spatiale.

    Il convient de noter que la peyote a des effets très similaires sur la psyché humaine sur les hallucinogènes tels que le LSD et la psilobicine. Cependant, il provoque des modifications beaucoup plus petites s'il est utilisé aux mêmes doses. Pour cette raison, la prévalence de cette drogue psychédélique dans l'environnement de la drogue est incomparable avec les deux drogues narcotiques mentionnées ci-dessus.

    Effets possibles du médicament

    Ce type de drogue hallucinogène a un effet puissant sur la psyché humaine, il perturbe complètement le fonctionnement normal du système nerveux. Cela se traduit par un retard dans la conduite des impulsions nerveuses le long des conducteurs, ce qui rend leur travail difficile. Cela provoque l'apparition d'un effet hallucinogène. Le médicament affecte négativement le travail de certaines parties du cerveau, ce qui entraîne une augmentation de la veille et une activité excessive. En outre, la conscience d'une personne est sujette au changement, il peut la perdre complètement ou elle sera émoussée.

    En raison du surdosage de Peyote, les problèmes de santé suivants se produisent:

    • Insuffisance hépatique;
    • Insuffisance respiratoire complète avec issue fatale;
    • Parésie ou paralysie de certains groupes musculaires entraînant des perturbations de l'activité motrice;
    • La psychose;
    • Euphorie déraisonnable ou humeur dépressive.

    Il convient de noter que ce psychédélique est inhérent à toutes les qualités d’une substance narcotique réelle. Pour cette raison, vous ne devez pas l’attribuer à la catégorie des substances sûres et sans danger. Conséquence de la consommation, la dépendance et la tolérance se développent, c’est-à-dire que pour obtenir satisfaction, il est nécessaire d’augmenter constamment les doses. En outre, la consommation de peyotl peut être qualifiée d’étape transitoire vers la consommation de drogues plus fortes.

    Comment une surdose d'hallucinogènes

    En cas de surdosage d'hallucinogènes, une personne peut ressentir les symptômes suivants:

    • Plusieurs illusions associées à une interprétation incorrecte des objets, des sons, des mouvements;
    • Souvenirs faibles ou absence de souvenirs d'événements survenus il n'y a pas si longtemps;
    • Visions et hallucinations (le toxicomane a entendu divers sons ou objets qu'on ne voit pas vraiment);
    • Il existe diverses anomalies dans l'esprit, une désorientation peut survenir;
    • Pouls rapide;
    • Tension, panique et peur
    • Hypertension artérielle;
    • Dépression (lenteur de la parole et des mouvements, apparence triste);
    • Visage rougi, pupilles dilatées;
    • Le toxicomane n'est pas capable de contrôler ses émotions (on peut observer des crises de pleurs ou de rire déraisonnables).

    Si, lors d'une overdose de toxicomane, il est impossible de provoquer une somnolence ou de l'endormir, vous ne devez pas provoquer de vomissements. En aucun cas, le patient ne doit être laissé seul: une surdose d'hallucinogènes entraîne une déficience complète de la conscience.

    Traitement de la dépendance aux hallucinogènes

    Le traitement de la dépendance aux hallucinogènes devrait avoir lieu exclusivement dans des centres de traitement de la toxicomanie agréés par l'État. N'oubliez pas que se tourner vers les diseuses de bonne aventure, les guérisseurs, les hypnotiseurs, les médecins qui promettent de guérir une dépendance miracle avec une pilule ou une piqûre et qu'un autre charlatan ne fera que perdre un temps précieux. Une approche intégrée exceptionnellement professionnelle peut donner des résultats positifs.

    Notre centre de traitement de la toxicomanie traite depuis de nombreuses années avec succès divers types de dépendance. Nous nous distinguons par notre approche globale du traitement, c'est-à-dire non seulement les narcologues, mais également les psychologues, les psychothérapeutes, les thérapeutes et autres spécialistes travaillant avec les patients. Chacun de nos employés est intéressé par un résultat positif. Nous ne nous contentons pas de regarder nos montres, nous mettons tout en œuvre pour que votre bien-aimé puisse à nouveau mener une vie saine et épanouie!

    Réhabilitation des toxicomanes et des alcooliques. Centres "12 Pas"

    Garantie de 5 ans

    Drogues hallucinogènes et leurs effets

    Les drogues hallucinogènes sont appelées substances narcotiques fortes qui peuvent provoquer chez la personne des troubles pathologiques mentaux, similaires à la maladie mentale. Ces drogues augmentent toutes les sensations, modifiant le sens de la réalité, du temps et de l'espace. Cela contribue à l'apparition d'hallucinations qui, selon la posologie, peuvent aller de 1 à 2 heures à 12 heures.

    L'un des médicaments hallucinogènes les plus courants est le diéthylamide de l'acide lysergique, ou LSD-25, qui provient de l'ergot (un champignon parasitant les oreilles de seigle). Ce médicament peut être utilisé sous forme de comprimés, de gel ou de lingettes imbibées de cette substance.

    Il existe des médicaments du même groupe, mais 100 fois plus faibles que le LSD. Celles-ci comprennent la psilocybine, obtenue à partir du champignon mexicain. La mescaline est 1 000 fois plus faible que le LSD. Elle provient d'une variété spéciale de cactus, notamment de ses têtes séchées. Il est généralement utilisé sous la forme de "pads".

    La diméthyltryptamine (DMT) hallucinogène est appliquée par voie orale en poudre ou en tant que fumeur. En quantité suffisante, il est contenu dans l'écorce de l'arbre de virol. Les narcotiques souvent utilisés, Dithran, Amisyl, Ergotamine, sont également très puissants et contribuent à la violation des fonctions du cerveau.

    Pour la préparation de drogues hallucinogènes, utilisez des infusions d'un certain type de champignons toxiques.

    L'éther éthylique ou diéthylique peut être utilisé à des fins narcotiques. L'éther est un liquide volatil incolore utilisé par les chirurgiens pendant l'anesthésie. En tant que drogue, l'éther se boit ou est inhalé par ses vapeurs.

    Très souvent, les toxicomanes utilisent des substances psychotropes utilisées dans le traitement des maladies nerveuses et mentales. Il les remplace par un médicament familier, mais à une dose plus élevée. Ceux-ci comprennent des tranquillisants et des médicaments anti-parkinsoniques.

    Les tranquillisants sont classés en grands tranquillisants ou neuroleptiques, utilisés pour traiter des maladies mentales complexes, et en petits tranquillisants, utilisés pour traiter des symptômes moins graves. Ils ont un effet calmant et relaxant, ont un effet hypnotique. Les gros tranquillisants créent rarement une dépendance. Le danger est de s'habituer aux petits tranquillisants. La plupart des médicaments addictifs utilisés dans le traitement de la maladie de Parkinson.

    Diagnostiquez le problème de la dépendance aux drogues hallucinogènes dans un centre de rééducation spécialisé dans le traitement de la toxicomanie, le traitement du jeu et le traitement de l’alcoolisme et d’autres dépendances.

    Vous êtes au bord d'un terrible malheur - une dépendance mortelle. Utilisez peut-être la dernière chance, appelez le centre de conseil en réadaptation pour toxicomanes:

    C'est gratuit pour vous, appelez simplement. La plupart des appelants prennent des mesures pour commencer à prendre des mesures afin de se battre pour leur propre vie et celle de leurs proches. Le danger est très proche!

    Comment provoquer des hallucinations

    Publié par Albertych le 20/11/2017

    Dans l'état d'esprit normal, avec les yeux et les oreilles, une personne perçoit le monde extérieur; à la suite de cette interaction, nous voyons et entendons tout ce qui est à sa portée. Les hallucinations sont des effets visuels et sonores observés par une personne et non causés par des facteurs externes. Chaque personne expérimente cet état anormal au moins une fois dans la vie, beaucoup essayent alors consciemment de le répéter encore et encore. Même le sommeil ordinaire est une sorte d'hallucination.

    Quels facteurs provoquent des défaillances de la psyché humaine, externes et internes, forçant le cerveau à fonctionner de manière anormale? Pourquoi de nombreuses personnes tentent-elles délibérément de causer des hallucinations? Quels en sont les avantages et les inconvénients? Presque toutes ces questions, la science moderne a des réponses claires.

    Facteurs externes et internes

    Le terme "hallucinations" a été introduit dans la circulation des médecins et des psychiatres en 1817 avec la main légère de Jean-Étienne Dominique Eskirol, fondateur de la psychiatrie européenne. Le mécanisme même de l'apparition d'un tel échec dans la psyché n'est pas encore complètement compris et peut être causé par des influences à la fois externes et internes sur le corps.

    Impact externe

    Pour changer l'état de conscience et atteindre un nouveau niveau de réalité, vous pouvez utiliser les méthodes suivantes d'influence externe sur le corps:

    • L'utilisation de produits chimiques (pilules, injections, mélanges à fumer et herbes, décoctions de champignons et d'organes d'animaux).
    • Regarder une vidéo ou écouter du contenu audio.

    Le moyen le plus facile de provoquer des hallucinations est l’utilisation de surfactants (substances psychoactives). Cette méthode est connue depuis des milliers d'années et a été utilisée par les sorciers et les chamanes de tous les peuples du monde, quel que soit leur lieu de résidence, en Europe, en Asie, en Afrique et en Amérique. Les pratiques rituelles des prêtres visaient à élargir la conscience, à dépasser les normes habituelles, à communiquer avec les esprits et à recevoir des réponses d'autres mondes.

    Les changements causés dans l'état mental dans la plupart des cas ont aidé à trouver la réponse à toutes les questions déjà résolues dans le subconscient des hommes sages - ils avaient juste besoin d'un coup de pouce, d'un nouveau niveau de perception. Par conséquent, il est clair qu’une personne ordinaire, ayant fumé des potions, n’entrera pas en contact avec les esprits, mais se contentera de regarder les «caricatures» et sera dans un état insuffisant pendant quelques jours.

    Hallucinations

    Pratiquement tous les médicaments peuvent provoquer des hallucinations avec des doses multiples dépassant, par exemple, les analgésiques ordinaires. Mais le meilleur effet peut être obtenu en utilisant des médicaments contenant des stupéfiants, ce que les toxicomanes malades sont obligés de faire tous les jours... Presque tous les toxicomanes ont commencé à essayer, regarder des dessins animés et des blagues, puis doivent voler et tromper leurs proches. doses.

    Boissons Hallucinantes

    La boisson la plus commune et la plus populaire avec un effet hallucinogène est une décoction de champignons - crapauds ou crapauds. L'effet de cette substance est si fort que l'expérimentateur peut tomber de la vie réelle pendant plusieurs jours et mourir avec un léger excès de dosage. Oui, et il y a des hallucinogènes de différentes manières: il manque à quelqu'un un verre de bouillon et l'autre à 100 ml. un accident vasculaire cérébral peut arriver.

    Usines d'hallucination

    Beaucoup sont surpris d'apprendre que la plupart des espèces de plantes que nous connaissons, telles que l'acacia, la sauge ou l'érable, contiennent les alcaloïdes les plus forts dans leurs feuilles. Les peuples de tous les pays ont des plantes sacrées, à l'aide desquelles les prêtres atteignent l'illumination et comprennent la vérité. Selon leur lieu de résidence, ces plantes peuvent être du chanvre ordinaire ou de la dope ordinaire, ou des légumineuses exotiques du genre Astragal, qui contiennent le poison le plus puissant qui provoque des hallucinations.

    Vidéos hallucinations

    Grâce aux technologies modernes, il est devenu possible de créer un changement de conscience constant sans drogue. Une vidéo spécialement sélectionnée, associée à des effets sonores, peut provoquer des hallucinations à court terme. Cette méthode d'excréments sur notre propre psyché est pratiquement inoffensive: pour arrêter l'effet, il suffit de détourner le regard du moniteur et de désactiver le son. Le réseau contient un grand nombre de fichiers vidéo provoquant de telles actions. Par conséquent, il est recommandé de respecter les conditions suivantes afin d’éprouver les sensations suivantes: utilisez un casque et un écran avec une bonne résolution et restituez les couleurs.

    Maladies des hallucinations

    Les médecins ont longtemps remarqué qu'il existe un certain nombre de maladies, dont l'évolution s'accompagne d'hallucinations spontanées. La maladie la plus commune est une syncope courante résultant d'un manque ou d'un excès d'oxygène, d'un choc nerveux ou de l'épuisement. Après avoir ramené le patient à la raison, il constate que quelque chose lui a semblé, et beaucoup peuvent même décrire en détail ce qu’il a vu.

    La maladie mentale la plus courante de la schizophrénie est constamment accompagnée de visions qui n’ont absolument aucune base réelle. Sans raison apparente, les hallucinations peuvent être un symptôme de cette terrible maladie.

    Impact interne

    Sans nuire à la santé, des hallucinations peuvent être vécues en utilisant des techniques méditatives. Les moines tibétains et les yogis indiens sont retirés du monde, s’installant dans des grottes abandonnées et explorant leur monde intérieur, plongeant dans le monde merveilleux des expériences énergétiques. Un guide détaillé sur l'éveil de l'énergie de Kundalini, qui contribue à l'émergence d'hallucinations réalistes, se trouve dans la littérature spécialisée, librement publiée sur Internet.

    Ayant commencé à se livrer à de telles pratiques, même une personne ordinaire est capable d’élargir sa conscience en peu de temps, de sorte qu’elle puisse provoquer l’hallucination désirée avec un effort de volonté au cours de quelques mois d’exercice régulier. En outre, un expérimentateur sérieusement engagé augmente considérablement le pouvoir de l'intellect, et les capacités paranormales à lire des pensées et à guérir les gens peuvent s'ouvrir.

    Mythes hallucinations

    Le mythe le plus répandu au sujet des hallucinations est qu’en utilisant un produit (pilule, décoction ou drogue), vous pouvez instantanément entrer dans un autre monde, plus beau et plus parfait, obtenir des réponses à toutes les questions urgentes et revenir comme une personne différente. En croyant ce mythe, vous pouvez payer avec la santé ou même la vie. Un esprit terne et limité ne verra rien de nouveau dans les substances énergétiques minces.

    Ayant repris conscience, rien ne fera que décevoir. Il y aura seulement un mal de tête causé par un spasme des vaisseaux sanguins du cerveau et des nausées causées par l'utilisation de substances inhabituelles pour le corps. Seul un travail sur soi, un développement mental et spirituel complet peut initier une transformation qui peut être observée en conduisant des séances d'hallucinations contrôlées.

    Guide de l'expérimentateur

    Pour que les expériences réussies induisent des effets hallucinogènes, il est nécessaire d’exercer systématiquement les activités suivantes:

    1. Déterminer la méthode d'évocation de la conscience altérée (influence externe ou interne).
    2. Choisissez une méthode spécifique en examinant les éventuels effets indésirables sur le corps et l'esprit. Pour des recommandations détaillées, il est judicieux de parler avec des expérimentateurs plus expérimentés dans des forums spécialisés sur le Web.
    3. Préparez le corps et la psyché. Certaines méthodes, notamment l’utilisation de produits chimiques, nécessitent un rejet temporaire de l’alcool et la conformité avec un régime de décharge, avant la prise.
    4. Analysez les résultats pour éviter les erreurs à l'avenir.

    Conclusion

    Tous les moyens susmentionnés de provoquer des hallucinations sont efficaces et ont fait leurs preuves, et tout expérimentateur expérimenté peut les répéter chez eux. La seule chose que nous ne conseillons pas, c’est d’essayer de changer d’esprit à l’aide de drogues. Ce bourdonnement peut entraîner une forte dépendance dont il sera presque impossible de se débarrasser. La décision de s’engager ou non dans la pratique du changement de conscience, chaque personne se prend elle-même et est également responsable de ces conséquences.

    En Savoir Plus Sur La Schizophrénie