L’épilepsie est une maladie connue de l’humanité depuis plus de quelques centaines d’années. Cette maladie multifactorielle se développe sous l'influence de nombreuses causes différentes, qui sont divisées en interne et externe. Les experts en psychiatrie affirment que le tableau clinique peut être si clairement défini que même des modifications mineures peuvent nuire au bien-être du patient. Selon les experts, l'épilepsie est une maladie héréditaire qui se développe malgré l'influence de facteurs externes. Regardons les causes de l'épilepsie chez l'adulte et les méthodes de traitement de cette pathologie.

L'épilepsie est une maladie du système nerveux dans laquelle les patients souffrent de crises soudaines.

Causes des crises d'épilepsie

L'épilepsie, qui se manifeste à l'âge adulte, fait référence à des maladies neurologiques. Au cours des activités de diagnostic, la tâche principale des spécialistes est d'identifier la cause principale de la crise. Aujourd'hui, les attaques d'épilepsie sont divisées en deux catégories:

  1. Symptomatique - se manifeste sous l'influence de lésions cérébrales traumatiques et de diverses maladies. Il est intéressant de noter que dans cette forme de pathologie, une crise d'épilepsie peut commencer après certains phénomènes externes (un son puissant, une lumière vive).
  2. Cryptogénique - attaques simples de nature inconnue.

La présence de crises d'épilepsie est une raison brillante de la nécessité d'un examen diagnostique approfondi du corps. Pourquoi il y a épilepsie chez les adultes, la question est tellement compliquée que les experts ne peuvent pas toujours trouver la bonne réponse. Selon les médecins, la maladie peut être associée à des lésions organiques du cerveau. Les tumeurs bénignes et les kystes situés dans cette zone sont les causes les plus courantes de crise. Le tableau clinique associé à l'épilepsie se manifeste souvent sous l'influence de maladies infectieuses telles que la méningite, l'encéphalite et les abcès du cerveau.

Il convient également de mentionner que de tels phénomènes peuvent être le résultat d'accidents vasculaires cérébraux, de troubles des antiphospholipides, d'athérosclérose et d'une augmentation rapide de la pression intracrânienne. Souvent, les crises d'épilepsie se développent dans le contexte de l'utilisation prolongée de médicaments de la catégorie des bronchodilatateurs et des immunosuppresseurs. Il convient de noter que le développement de l'épilepsie chez l'adulte peut être causé par un arrêt brutal de l'utilisation de somnifères puissants. En outre, ces symptômes peuvent être causés par une intoxication aiguë du corps par des substances toxiques, un alcool de qualité médiocre ou des substances narcotiques.

Nature de la manifestation

Les méthodes et les stratégies de traitement sont sélectionnées en fonction du type de maladie. Les experts identifient les types d'épilepsie suivants chez l'adulte:

  • crises non convulsives;
  • crises nocturnes;
  • saisies sur le fond de la consommation d'alcool;
  • crises convulsives;
  • l'épilepsie sur le fond des blessures.
Malheureusement, les causes spécifiques des convulsions ne sont pas connues des médecins.

Selon les experts, le développement de la maladie chez l'adulte n'a que deux raisons principales: la prédisposition héréditaire et les lésions organiques du cerveau. La gravité d'une crise épileptique est influencée par divers facteurs, parmi lesquels les troubles mentaux, les maladies dégénératives, les troubles métaboliques, les maladies oncologiques et l'intoxication par les toxines doivent être mis en évidence.

Facteurs déclenchant une crise d'épilepsie

Une crise d'épilepsie peut être déclenchée par divers facteurs, qui sont divisés en interne et externe. Parmi les facteurs internes, il convient de souligner les maladies infectieuses affectant certaines parties du cerveau, les anomalies vasculaires, le cancer et les prédispositions génétiques. En outre, une crise épileptique peut être provoquée par une altération de la fonction rénale et hépatique, une hypertension artérielle, la maladie d'Alzheimer et la cysticercose. Souvent, les symptômes caractéristiques de l'épilepsie sont dus à une toxicose pendant la grossesse.

Parmi les facteurs externes, les experts distinguent les intoxications aiguës du corps causées par l'action de substances toxiques. En outre, une crise d'épilepsie peut être causée par certaines drogues, drogues et alcool. Beaucoup moins souvent, les symptômes inhérents à la maladie considérée apparaissent sur le fond des blessures à la tête.

Quel est le danger d'attaques

La fréquence des épisodes de crise épileptique revêt une importance particulière dans le diagnostic de la maladie. Chaque crise similaire entraîne la destruction d'un grand nombre de connexions neuronales, ce qui provoque des changements personnels. Souvent, les crises d'épilepsie à l'âge adulte entraînent des modifications du caractère, de l'insomnie et des problèmes de mémoire. Les crises d'épilepsie, qui se produisent une fois par mois, sont rares. L'incidence moyenne des épisodes est d'environ trois dans les trente jours.

Le statut d'épilepsie est attribué à un patient en présence d'une crise permanente et de l'absence d'un écart «léger». Lorsque l'attaque dure plus de trente minutes, le risque de conséquences catastrophiques pour le patient est élevé. Dans une telle situation, vous devez immédiatement appeler l'ambulance pour informer le répartiteur de la maladie.

Le signe le plus caractéristique de cette maladie est une crise convulsive.

Tableau clinique

Les premiers signes d'épilepsie chez l'homme adulte se manifestent le plus souvent sous une forme latente. Les patients tombent souvent dans une seconde confusion, accompagnés de la commission de mouvements incontrôlés. Dans certaines phases de la crise, les patients modifient leur perception de l'odorat et du goût. La perte de communication avec le monde réel entraîne une série de gestes répétitifs. Il convient de mentionner que des attaques soudaines peuvent causer des blessures susceptibles de nuire à la santé du patient.

Parmi les signes évidents d'épilepsie, il convient de citer une augmentation du nombre d'élèves, une perte de conscience, des tremblements des membres et des convulsions, des gestes et des gestes aveugles. De plus, lors d'une crise épileptique aiguë, il existe un transit intestinal incontrôlé. Le développement d'une crise d'épilepsie est précédé par une sensation de somnolence, une apathie, une fatigue intense et des problèmes de concentration. Ces symptômes peuvent être temporaires ou permanents. Dans le contexte d'une crise d'épilepsie, le patient peut perdre conscience et perdre sa mobilité. Dans cette situation, le tonus musculaire augmente et des crampes incontrôlées dans les jambes.

Caractéristiques des activités de diagnostic

Les symptômes de l'épilepsie chez l'adulte sont si prononcés que dans la plupart des cas, le diagnostic correct peut être posé sans recourir à des techniques de diagnostic complexes. Cependant, vous devriez faire attention au fait que l'examen ne devrait pas être plus tôt que deux semaines après la première attaque. Au cours des activités de diagnostic est très important d'identifier l'absence de maladies qui causent des symptômes similaires. Le plus souvent, la maladie se manifeste chez les personnes qui ont atteint les personnes âgées.

Les crises d'épilepsie chez les personnes âgées de trente à quarante-cinq ans ne sont observées que dans quinze pour cent des cas.

Afin d'identifier la cause de la maladie, vous devriez consulter un médecin, qui non seulement prendra l'historique, mais effectuera également un diagnostic approfondi de tout l'organisme. Pour poser un diagnostic précis, le médecin est obligé d'étudier le tableau clinique, d'identifier la fréquence des crises et de réaliser une imagerie par résonance magnétique du cerveau. Étant donné que les manifestations cliniques de la maladie peuvent varier considérablement en fonction de la forme de la pathologie, il est très important de procéder à un examen complet du corps et d'identifier la principale cause du développement de l'épilepsie.

Que faire pendant l'attaque

Compte tenu de la manifestation de l'épilepsie chez l'adulte, une attention particulière devrait être accordée aux règles de premiers secours. Dans la plupart des cas, une crise d'épilepsie a pour origine un spasme musculaire, ce qui entraîne des mouvements incontrôlés du corps. Souvent, dans un état similaire, le patient perd conscience. L’apparition des symptômes ci-dessus est une bonne raison de contacter une ambulance. Avant l'arrivée des médecins, le patient devrait être dans un état horizontal, la tête abaissée sous le corps lui-même.

Au cours de l'attaque, l'épilepsie ne réagit même pas aux stimuli les plus forts, la réaction des pupilles à la lumière est totalement absente

Les crises d'épilepsie s'accompagnent souvent de vomissements. Dans ce cas, le patient devrait être en position assise. Il est très important de maintenir la tête d'un épileptique afin d'empêcher le vomi de pénétrer dans les organes respiratoires. Après sa convalescence, le patient devrait recevoir une petite quantité de liquide.

Traitement de la toxicomanie

Afin de prévenir une rechute d'une maladie similaire, il est très important d'aborder correctement la question du traitement. Afin de parvenir à une rémission à long terme, le patient doit prendre des médicaments pendant une longue période. L'usage de drogues uniquement dans les moments de crise est inacceptable, en raison du risque élevé de complications.

Il est possible d’utiliser des médicaments puissants qui arrêtent le développement de crises épileptiques seulement après avoir consulté votre médecin. Il est très important d'informer le médecin de tout changement lié à l'état de santé. La plupart des patients parviennent à éviter avec succès la récurrence d'une crise épileptique grâce à des médicaments bien choisis Dans ce cas, la durée moyenne de rémission peut atteindre cinq ans. Cependant, au début du traitement, il est très important de choisir la bonne stratégie de traitement et de s'y tenir.

Le traitement de l'épilepsie implique une attention particulière de la part du médecin quant à l'état du patient. Au début du traitement, les médicaments ne sont utilisés qu’à petites doses. Une augmentation de la posologie est autorisée uniquement lorsque l'utilisation de médicaments ne contribue pas à une tendance positive. Le traitement complexe d'attaques partielles d'épilepsie inclut des médicaments du groupe des phonitoins, des valproates et des carboxamides. Lors de crises d'épilepsie généralisées et d'attaque idiopathique, on prescrit du valproate au patient en raison de son effet doux sur le corps.

La durée moyenne du traitement est d'environ cinq ans d'utilisation régulière de médicaments. Il est possible d'arrêter le traitement uniquement si, pendant la période susmentionnée, il n'y a aucune manifestation caractéristique de la maladie. Étant donné que des médicaments puissants sont utilisés pendant le traitement de la maladie considérée, le traitement doit être complété progressivement. Au cours des six derniers mois de traitement, la posologie est progressivement réduite.

L'épilepsie provient de l'épilepsie grecque - "attrapé, attrapé par surprise"

Complications possibles

Le principal danger des crises d'épilepsie est une forte dépression du système nerveux central. Parmi les complications possibles de cette maladie, il faut mentionner la possibilité d'une rechute de la maladie. En outre, il existe un risque de développement d'une pneumonie par aspiration, dans le contexte d'une pénétration de vomissements dans les organes respiratoires.

Une crise d'épilepsie lors de l'adoption de procédures à l'eau peut être fatale. Vous devez également souligner le fait que les crises d'épilepsie au cours de la gestation peuvent nuire à la santé du futur bébé.

Prévisions

Avec une seule apparence d'épilepsie à l'âge adulte et un accès rapide aux soins médicaux, nous pouvons parler d'un pronostic favorable. Dans environ 70% des cas, les patients utilisant régulièrement des médicaments spéciaux, il existe une rémission à long terme. En cas de récurrence de la crise, des anticonvulsivants sont prescrits aux patients.

L'épilepsie est une maladie grave qui affecte le système nerveux du corps humain. Afin d’éviter des conséquences catastrophiques pour l’organisme, il convient de concentrer au maximum l’attention sur sa propre santé. Sinon, une des crises d'épilepsie peut être fatale.

Symptômes et signes d'épilepsie chez l'adulte

L'épilepsie chronique est une maladie neuropsychiatrique. Elle se déroule de manière cachée, mais souvent avec des manifestations périodiques de crises, appelées crises d'épilepsie. Se préparer à une crise est impossible - il se présente soudainement. La cause est l'excitation, qui couvre immédiatement de nombreuses parties du cerveau.

Dans l'épilepsie, les symptômes chez l'adulte peuvent être complètement différents. Tout dépend des fonctions que remplit le neurone "sous tension". Par exemple, si, avec son aide, nous plions le bras, au moment de l’attaque, le patient commencera à plier et à déplier son bras plusieurs fois contre son gré. Une crise peut être courte - quelques secondes et assez longue - quelques minutes.

La fréquence d'occurrence est différente pour chaque patient. Il est très important de surveiller la fréquence des crises: plus elles se produisent souvent, plus elles ont de conséquences. Les dommages aux neurones et la connexion entre les cellules cérébrales entraînent progressivement l'apparition de symptômes déjà entre des crises d'épilepsie: le comportement d'une personne change, les traits de caractère que personne ne remarquait auparavant ne deviennent plus aigus, la vitesse de la pensée diminue.

Signes courants d'épilepsie chez les adultes:

  • troubles de la coordination des mouvements;
  • problèmes d'élocution;
  • augmentation du tonus musculaire;
  • problèmes mentaux.

Ces symptômes, ainsi que d’autres, peuvent apparaître en combinaison.

Au cours de l'épilepsie, les signes et les symptômes chez l'adulte dépendent du type de crise. Les crises partielles et généralisées sont distinguées. Partial est aussi appelé local / focal. La cause de leur apparition est un foyer épileptique qui fonctionne dans l’un des deux hémisphères cérébraux. La lésion peut être identifiée en utilisant la procédure électroencéphalographique. Contrairement aux crises locales généralisées, elles sont caractérisées par la présence d'une activité électrique diffuse des deux hémisphères du cerveau à la fois, ce qui peut être vu sur l'électroencéphalogramme.

Les types de crises diffèrent les uns des autres par les signes extérieurs d'épilepsie chez les hommes et les femmes adultes. En règle générale, une personne souffre de crises du même type et avec les mêmes symptômes: motrice, parole, mental. Mais avec l'évolution de la maladie, si elle n'est pas traitée, d'autres symptômes peuvent apparaître, mais les anciens ne disparaîtront pas.

Symptômes de crises partielles

La perte de conscience est l’un des signes de l’épilepsie chez l’adulte, si l’on parle d’un type partiel de crises. Mais ce n'est pas toujours le cas. Si le patient était conscient pendant l'attaque et sentait ce qui se passait, il parle alors d'une simple attaque partielle.

Les manifestations peuvent être les suivantes:

  • moteur. Dans ce cas, les premiers signes d'épilepsie chez l'adulte sont des tremblements musculaires, qui peuvent survenir n'importe où: abdomen, mains, visage. La personne tourne involontairement la tête plusieurs fois, la même chose se passe avec les yeux. Peut crier soudainement le mot et émettre un son s'il y avait une réduction des muscles laryngés. Il arrive que, suite à un tremblement musculaire dans une partie du corps, un tremblement apparaisse dans le reste. Bientôt, le processus de contraction musculaire recouvre tout le corps et la personne tombe inconsciente. En langage médical, de telles attaques sont appelées jacksoniennes (moteur avec une marche) avec une généralisation secondaire;
  • mental. Caractérisé par des défaillances de la pensée, la mémoire, qui se produit aussi soudainement. Par exemple, un patient peut soudainement avoir peur, très bien. Il peut lui sembler qu'il a déjà vu l'environnement inconnu dans lequel il réside actuellement. En parlant avec l'interlocuteur, une personne qui a eu une crise mentale partielle peut soudainement oublier pendant un court instant et ne pas reconnaître qui est devant lui, mais ensuite se souvenir de la conversation et y revenir comme si de rien n'était. De la même manière, un patient peut, sans aucune raison, perdre l'orientation dans sa propre chambre, son appartement. Il y a souvent des hallucinations: la foudre vole sous vos yeux, un bras grossit, cela semble superflu, etc. Puisque la personne est consciente, après la fin de l'attaque, elle peut dire ce qu'elle a vu, entendu et ressenti.
  • toucher Les premiers signes d'épilepsie chez l'adulte en cas de crise sensorielle partielle sont une sensation de brûlure et des piqûres sur la peau, une sensation comme si un courant électrique avait traversé le corps, des sons incompréhensibles dans les oreilles (craquements, bruits forts, bourdonnements), un goût dans la bouche, une odeur quand Il n'y a rien d'odorant à proximité. Accompagner ces attaques peut marcher avec la généralisation ultérieure. Souvent, une personne perd conscience.
  • viscéral végétatif. Dans ce type d'épilepsie, les signes et les symptômes chez l'adulte comprennent l'apparition d'une sensation d'espace vide à l'intérieur de l'abdomen, dans sa partie supérieure, et le mouvement d'organes d'un endroit à l'autre. Il se trouve que le patient rougit brusquement, sort avec de la salive, son cœur bat très fort, la pression monte, il a très soif.

Une perte de conscience indique une crise partielle complexe. Mais il n'est pas du tout nécessaire que l'homme soit tombé en fermant les yeux. Il peut s'arrêter et commencer à prononcer le même mot, la même phrase ou même une phrase entière. avaler continuellement; mâcher les lèvres, faire des mouvements de succion; agitez votre main, soulevez-la, redressez-vous et pliez vos doigts, etc. Il ne peut être sorti de cet état ni par des mots, ni par la lumière, ni par le toucher - il n'y a pas de conscience. Lorsque la crise se termine, le patient revient à lui-même, mais il ne se souvient de rien de ce qui s’est passé une seconde auparavant.

Certaines crises partielles complexes durent plusieurs heures, parfois plusieurs jours. À l’extérieur, les signes d’épilepsie chez les hommes et les femmes adultes ne peuvent pas être perçus par d’autres personnes: il semble qu’une personne marche, pense en route, attend même un feu vert, dîne tranquillement et change de vêtements à la maison, a l’air légèrement dispersée. Un tel comportement est similaire au comportement de "fous".

N'importe quel type d'attaque partielle peut provoquer une généralisation secondaire, lorsque tout le cerveau est impliqué dans le processus: les convulsions commencent, une personne perd conscience. Mais avant cela, il sent quelque chose de connu et compris que par lui seul, la prétendue aura. Cela ne dure que quelques secondes / minutes, mais pendant ce temps, un patient qui comprend: une attaque est sur le point de commencer, a peut-être le temps de se préparer un peu: allongez-vous, enlevez les objets pointus et durs, descendez de l'escalier roulant. Malheureusement, échapper à l'attaque elle-même est impossible.

Ce qui est caractérisé par des crises généralisées

Quoiqu'il en soit, la dixième ou la première crise épileptique survenue chez l'adulte, elle s'accompagne invariablement d'une perte de conscience - c'est la principale caractéristique d'une crise généralisée. Rappelez-vous ce qui s'est passé l'homme ne peut pas.

Les symptômes varient selon le type de crise:

  • absense Si, dans ce type d'épilepsie, le symptôme chez l'adulte est le seul - une perte de conscience aiguë (pendant quelques secondes), on parle alors d'une forme simple d'absence. La conscience ne s'accompagne pas d'une chute, la personne se bloque sur place, quoi qu'il fasse - il a dit, il est parti, il a mangé, puis il est revenu à la vie. Si, en outre, il existe d'autres signes, tels qu'une miction soudaine, des yeux qui roulent, des léchages répétés des lèvres, des gestes manifestes, une respiration rapide, un renforcement du rythme cardiaque, vous pouvez alors diagnostiquer une absans complexe. Cette saisie s'apparente à une partielle complexe et elle est souvent confondue même par des médecins expérimentés. La réponse exacte ne donnera que l'électroencéphalographie;
  • myoclonique. Ses symptômes: contractions musculaires de force accrue: un homme s’assied brusquement et se lève, agite les mains, s’agenouille, jette la tête en arrière, hausse les épaules;
  • tonique. De 5 secondes à une demi-minute, les crampes musculaires continuent. Le patient fléchit entièrement les bras, les jambes, le cou et le corps;
  • tonique-clonique. Le type le plus courant de crises d'épilepsie, dont les causes peuvent être le manque de sommeil complet, une trop grande consommation d'alcool, une forte stimulation excessive. Même lors de la première crise d'épilepsie chez l'adulte, il y a une forte perte de conscience avec une chute. Puis les crampes commencent. Premièrement, il y a des toniques (cris, bruits dus aux contractions du muscle guttural, cela conduit à se mordre la langue avec des dents, cambrer tout le corps), qui durent au maximum une demi-minute. Derrière eux - cloniques (spasmes des extrémités), dont la durée est d'environ 1-2 minutes. Autres symptômes: le visage devient bleu et rouge en même temps, le cœur bat souvent, la pression augmente, de la mousse apparaît sur les lèvres (si une personne se mord la langue, sa joue mélange de la mousse avec du sang). Après une crise, tout redevient normal: les muscles s'affaiblissent, la personne respire fort et librement, elle s'endort. Dort de quelques secondes à plusieurs heures. Après son réveil, au début, il ne comprend pas ce qui s’est passé, qui il est, quel jour et quelle année est inscrit au calendrier. La mémoire est restaurée plus tard. Ce qui lui est arrivé - je ne m'en souviens pas, mais j'ai mal à la tête, aux muscles, à la faiblesse;
  • clonique Cela arrive rarement. Comme une crise tonico-clonique. La seule différence est que la première étape manque.
  • astatique / atonique. Le patient diminue soudainement le tonus musculaire dans l'une des parties du corps. S'il se trouve dans la mâchoire, il est suspendu et le patient reste immobile pendant quelques secondes / minutes. Si dans le cou - la tête tombe brusquement sur la poitrine et le patient est incapable de la soulever. Parfois, il peut tomber lui-même.

Ce sont les symptômes de l'épilepsie de ses différents types et types. Déterminer le type / type est extrêmement important, car le médecin sera en mesure de prescrire le traitement correct, ne connaissant que le diagnostic exact.

Spécialité: Neurologue, Épileptologue, Diagnostic Fonctionnel Médecin 15 ans d'expérience / Médecin de première catégorie.

L'épilepsie chez l'adulte: causes et symptômes

L'épilepsie est une maladie chronique du cerveau qui se présente sous la forme de crises épileptiques répétées apparaissant spontanément. Une crise d'épilepsie (epipay) est une sorte de complexe de symptômes qui survient chez une personne à la suite d'une activité électrique spéciale du cerveau. C'est une maladie neurologique assez grave, qui met parfois la vie en danger. Un tel diagnostic nécessite un suivi régulier et un traitement médical (dans la plupart des cas). En respectant scrupuleusement les recommandations du médecin, vous pouvez obtenir une absence presque complète d'épiprips. Et cela signifie la capacité de mener le mode de vie d'une personne pratiquement en bonne santé (ou avec des pertes minimales).

Dans cet article, découvrez les raisons pour lesquelles l'épilepsie survient le plus souvent chez l'adulte, ainsi que les symptômes les plus reconnaissables de cette affection.

Informations générales

L'épilepsie chez l'adulte est une maladie assez commune. Selon les statistiques, environ 5% de la population mondiale au moins une fois dans sa vie a eu une crise d'épilepsie. Cependant, une seule saisie n'est pas une raison pour établir un diagnostic. Dans l'épilepsie, les crises se reproduisent avec une certaine périodicité et se produisent sans l'influence d'aucun facteur provenant de l'extérieur. Ceci doit être compris comme suit: une crise dans la vie ou des crises répétées en réponse à une intoxication ou à une forte fièvre ne sont pas l'épilepsie.

Beaucoup d’entre nous ont vu une personne perdre soudainement conscience, s’effondrer au sol, avoir des convulsions et de la mousse sortir de la bouche. Une telle variante de l'épipridation n'est qu'un cas particulier: les crises sont beaucoup plus diverses dans les manifestations cliniques. En soi, une crise peut être une attaque de troubles moteurs, sensoriels, autonomes, mentaux, visuels, auditifs, olfactifs, gustatifs avec perte de conscience ou sans. Cette liste de troubles n’est pas observée chez toutes les personnes souffrant d’épilepsie: un patient n’a que des manifestations motrices et l’autre n’a que des troubles de la conscience. Une variété de crises d'épilepsie présente des difficultés particulières dans le diagnostic de cette maladie.

Causes de l'épilepsie chez l'adulte

L'épilepsie est une maladie avec de nombreux facteurs causatifs. Dans certains cas, ils peuvent être établis avec un certain degré de certitude, parfois impossible. De manière plus compétente, parler de la présence de facteurs de risque pour le développement de la maladie et non des causes immédiates. Par exemple, l'épilepsie peut se développer à la suite d'une lésion cérébrale traumatique, mais cela n'est pas nécessaire. Une lésion cérébrale ne peut pas laisser derrière elle les conséquences sous la forme d'épipadia.

Parmi les facteurs de risque figurent:

  • prédisposition héréditaire;
  • prédisposition acquise.

La prédisposition héréditaire réside dans un état fonctionnel particulier des neurones, dans leur tendance à exciter et à générer une impulsion électrique. Cette caractéristique est codée dans les gènes et transmise de génération en génération. Sous certaines conditions (action d'autres facteurs de risque), cette prédisposition se transforme en épilepsie.

La prédisposition acquise est une conséquence de maladies ou de conditions pathologiques du cerveau préalablement transférées. Parmi les maladies pouvant être à l'origine du développement de l'épilepsie, on peut noter:

  • lésion cérébrale traumatique;
  • méningite, encéphalite;
  • troubles aigus de la circulation cérébrale (en particulier hémorragie);
  • tumeurs cérébrales;
  • lésions cérébrales toxiques résultant de la consommation de drogues ou d'alcool;
  • kystes, adhérences, anévrismes cérébraux.

Chacun de ces facteurs de risque résultant de processus biochimiques et métaboliques complexes conduit à l’apparition d’un groupe de neurones dans le cerveau dont le seuil d’excitation est faible. Un groupe de tels neurones forme un foyer épileptique. La focale génère une impulsion nerveuse qui se propage aux cellules environnantes et l'excitation capture de plus en plus de nouveaux neurones. Cliniquement, ce moment représente l’apparition d’une sorte de crise. Selon les fonctions des neurones du foyer épileptique, il peut s’agir d’un phénomène moteur, sensoriel, végétatif, mental ou autre. Au fur et à mesure que la maladie progresse, le nombre de foyers épileptiques augmente, des connexions stables entre les neurones «excités» se forment, de nouvelles structures cérébrales sont impliquées dans le processus. Ceci s’accompagne de l’émergence d’un nouveau type de crises.

Dans certains types d’épilepsie, il existe initialement un seuil d’excitation bas dans un grand nombre de neurones du cortex cérébral (ceci est particulièrement caractéristique de l’épilepsie avec prédisposition héréditaire), c.-à-d. l'impulsion électrique résultante a immédiatement un caractère diffus. Foyer d'épilepsie, en fait, non. Une activité électrique excessive des cellules diffuses conduit à la "capture" de tout le cortex cérébral dans le processus pathologique. Et cela, à son tour, conduit à une crise d'épilepsie généralisée.

Symptômes de l'épilepsie chez l'adulte

Les principales manifestations de l'épilepsie chez l'adulte sont les crises d'épilepsie. À la base, ils représentent la cartographie clinique des fonctions des neurones impliqués dans le processus d'excitation (par exemple, si les neurones du foyer épileptique sont responsables de la flexion du bras, la crise consiste en une flexion involontaire du bras). La durée de la crise varie généralement de quelques secondes à quelques minutes.

Epipristou apparaissent avec une certaine fréquence. Le nombre de saisies pendant une certaine période est important. Après tout, chaque nouvelle crise épileptique est accompagnée de lésions des neurones, la suppression de leur métabolisme, entraînant la survenue de troubles fonctionnels entre les cellules du cerveau. Et cela ne passe pas sans laisser de trace. Après un certain temps, le résultat de ce processus est l’apparition de symptômes au cours de la période intercritique: un comportement particulier se forme, le caractère change, la pensée s’aggrave. La fréquence des crises est prise en compte par le médecin lors de la prescription du traitement, ainsi que lors de l'analyse de l'efficacité du traitement.

La fréquence des crises est divisée en:

  • rare - pas plus d'une fois par mois;
  • fréquence moyenne - de 2 à 4 par mois;
  • fréquent - plus de 4 par mois.

Un autre point important est la division des crises épileptiques en focales (partielles, locales) et généralisées. Les crises partielles se produisent lorsqu'il y a un foyer épileptique dans l'un des hémisphères cérébraux (cela peut être détecté par électroencéphalographie). Les crises généralisées apparaissent à la suite d'une activité électrique diffuse des deux moitiés du cerveau (ce que ne confirme pas non plus l'électroencéphalogramme). Chaque groupe de crises a ses propres caractéristiques cliniques. Habituellement, chez un patient, le même type d’attaques est observé, c’est-à-dire les mêmes entre eux (seulement moteur ou sensible, etc.). À mesure que la maladie progresse, il est possible que de nouvelles crises se développent sur les anciennes.

Épipripadki partiel

Ce type de crise d'épilepsie peut survenir avec ou sans conscience. Si la perte de conscience ne se produit pas, le patient se souvient de ses sentiments au moment de l'attaque, une telle attaque est appelée simple partielle. La saisie elle-même peut être différente:

  • moteur (moteur) - contractions musculaires dans de petites zones du corps: mains, pieds, visage, abdomen, etc. Cela peut être un tour des yeux et une tête de nature rythmique, criant des mots ou des sons individuels (contraction des muscles du larynx). Les commutations se produisent soudainement et ne sont pas soumises au contrôle volontaire. Il est possible que la réduction d’un groupe musculaire s’étende à la moitié du corps, puis à l’autre. Lorsque cela se produit, perte de conscience. Ces crises sont appelées motrices avec marche (Jackson) avec généralisation secondaire;
  • sensible (sensoriel) - sensation de brûlure, passage du courant électrique, fourmillements dans différentes parties du corps. L'apparition d'étincelles devant les yeux, de bruits (bruits, craquements, bourdonnements) dans les oreilles, d'odeurs et de sensations gustatives est attribuée à ce type d'épi-triade. Les crises sensorielles peuvent aussi être accompagnées d'une marche avec généralisation ultérieure et perte de conscience;
  • végétatif-viscéral - apparition d'une sensation désagréable de vide, de gêne dans le haut de l'abdomen, de mouvements d'organes internes les uns par rapport aux autres, etc. En outre, une augmentation de la salivation, une augmentation de la tension artérielle, des palpitations, des bouffées vasomotrices, une soif sont possibles;
  • mental - une violation soudaine de la mémoire, de la pensée, de l'humeur. Cela peut être exprimé sous la forme d'un sentiment de peur ou de bonheur apparu de manière abrupte, un sentiment de «déjà vu» ou «déjà entendu» lorsque vous restez dans un environnement totalement inconnu. Comportement «bizarre»: une non-reconnaissance soudaine des êtres chers (pendant quelques secondes, puis un retour au sujet de la conversation, comme si de rien n’était arrivé), une perte d’orientation dans son propre appartement, un sentiment «irréel» de la situation - ce sont toutes des crises partielles mentales. Des illusions et des hallucinations peuvent apparaître: la main ou le pied semble au patient être trop grand, ou superflu, ou immobilisé; il y a des odeurs, des éclairs, etc. Puisque la conscience du patient n'est pas perturbée, il peut parler de ses sensations inhabituelles après l'attaque.

Les crises partielles peuvent être difficiles. Cela signifie qu'ils procèdent avec une perte de conscience. Dans ce cas, le patient ne doit pas tomber. C'est juste que le moment de l'attaque elle-même est «effacé» de la mémoire du patient. Après la crise et le retour à la conscience, la personne ne peut pas comprendre ce qui s'est passé, ce qu'elle vient de dire, ce qu'elle faisait. Et il ne se souvient pas du tout de l'épiphristap Comment peut-il regarder de côté? Une personne se bloque soudainement et ne réagit à aucun stimulus, fait des mouvements de mastication ou d’avalement (succion, etc.), répète la même phrase, montre un geste, etc. Je répète - il n’ya pas de réaction aux autres, car la conscience est perdue. Il existe un type particulier de crises partielles complexes pouvant durer des heures, voire des jours. Les patients dans cet état peuvent donner l’impression d’une personne qui réfléchit, mais ils font ce qui est juste (ils traversent la route vers un feu vert, s’habillent, se mangent, etc.), comme s’ils «menaient une seconde vie». Il est possible que le somnambulisme ait également un début d'épilepsie.

Tous les types de crises partielles peuvent se terminer par une généralisation secondaire, c.-à-d. atteinte de tout le cerveau avec perte de conscience et secousses convulsives générales. Dans de tels cas, les symptômes moteurs, sensoriels, végétatifs et mentaux décrits ci-dessus deviennent ce que l'on appelle une aura. L'aura apparaît avant une épipriation généralisée en quelques secondes, parfois quelques minutes. Comme les crises sont du même type et que le patient se souvient des sensations de l'aura, plus tard, lorsqu'une aura se produit, une personne peut avoir le temps de s'allonger (de préférence quelque chose de doux) afin de ne pas se blesser inconsciemment, de quitter un endroit dangereux (par exemple, un escalator, une route).. Pour prévenir une attaque, le patient ne peut pas.

Epipripadki généralisé

Les épi-attaques généralisées se produisent avec une conscience altérée, le patient ne se souvient de rien de la crise elle-même. Ces types d'épiphristies sont également divisés en plusieurs groupes en fonction des symptômes qui les accompagnent:

  • absans - un type spécial de convulsions, consistant en une perte de conscience soudaine de 2 à 15 secondes. Si c'est la seule manifestation, alors c'est un simple absans. La personne "gèle" au milieu de la phrase et à la fin de la saisie, comme si elle "se rallumait". Si d'autres symptômes accompagnent la perte de conscience, il s'agit d'une absence complexe. Les autres signes peuvent inclure des picotements des paupières, des ailes du nez, du roulage des yeux, une gesticulation, un léchage des lèvres, la chute des mains levées, une augmentation du rythme respiratoire et cardiaque, une perte d'urine, etc. Il est très difficile pour un médecin de distinguer ce type de crises des crises partielles complexes. Parfois, la différence entre eux ne peut être établie qu’en utilisant l’électroencéphalographie (elle montrera l’implication diffuse de tout le cortex cérébral pendant les absences). Il est nécessaire d’établir le type de crise, car cela dépend du médicament qui sera prescrit au patient;
  • myoclonique - ce type de crise est une contraction musculaire massive, des contractions musculaires, des tremblements. Cela peut ressembler à un geste de la main, s'accroupir, tomber sur ses genoux, baisser la tête, tressaillir avec un haussement d'épaules, etc.
  • tonico-clonique - le type le plus courant de crises d'épilepsie. Presque chaque personne a assisté à une crise généralisée tonico-clonique dans sa vie. Cela peut être provoqué par le manque de sommeil, la consommation d’alcool, une surstimulation émotionnelle. Il y a une perte de conscience, le patient tombe (il subit parfois une blessure grave au moment de la chute), la phase de convulsions toniques se développe, puis les phases cloniques. Les convulsions toniques ressemblent à une sorte de cri (contraction convulsive des muscles du larynx), à la contraction des muscles masticateurs, ce qui conduit à se mordre la langue ou la joue, à cambrer le corps. Cette phase dure 15-30 secondes. Ensuite, des convulsions cloniques se développent - des contractions alternées à court terme des fléchisseurs et des extenseurs, une sorte de «vibration» des extrémités. Cette phase dure 1-2 minutes. Le visage d'une personne devient bleu violacé, le rythme cardiaque s'accélère, la pression artérielle augmente, de la mousse est libérée de la bouche (peut-être du sang en raison de la morsure de la langue ou de la joue dans la phase précédente). Peu à peu, les crampes diminuent, une respiration bruyante apparaît, tous les muscles du corps se détendent et l'urine peut couler, le patient semblant s'endormir. Le sommeil post-sommeil dure de quelques secondes à plusieurs heures. Les patients ne viennent pas immédiatement à la raison. Ils ne peuvent pas naviguer où ils sont, à quelle heure de la journée, ne se souviennent pas de ce qui s’est passé, ne peuvent pas donner immédiatement leur prénom et leur nom de famille. La mémoire revient progressivement, mais l'attaque elle-même n'est pas stockée en mémoire. Après une crise, le patient se sent dépassé, se plaint de maux de tête, de douleurs musculaires et de somnolence. Dans la même forme, les crises partielles se produisent avec la généralisation secondaire;
  • tonique - sont comme des spasmes musculaires. Extérieurement, cela ressemble à une extension du cou, du torse et des extrémités, qui dure 5 à 30 secondes;
  • clonique - crises assez rares. Similaire aux crises tonico-cloniques, mais sans la première phase;
  • atonique (astatique) - représente une perte soudaine de tonus musculaire dans une partie du corps ou dans l’ensemble du corps. Cela peut être un affaissement de la mâchoire et une décoloration dans cette position pendant quelques secondes ou quelques minutes, une chute de la tête sur la poitrine, une chute complète.

Ainsi, sur la base de ce qui précède, on peut conclure qu’une épi-attaque n’est pas toujours une simple convulsion accompagnée d’une perte de conscience.

Un état dans lequel une crise épileptique dure plus de 30 minutes ou des crises répétitives se succèdent si souvent qu’une personne ne reprend pas conscience est appelé statut épileptique. Il s’agit d’une complication de l’épilepsie mettant la vie en danger, nécessitant une réanimation. Le statut épileptique peut survenir avec tous les types de crises: partielles et généralisées. Bien sûr, le statut des crises tonico-cloniques généralisées est le plus grave. En l'absence de soins médicaux, la mortalité peut atteindre 50%. Pour prévenir l'épistate ne peut être qu'un traitement adéquat de l'épilepsie, le strict respect des recommandations du médecin.

L'épilepsie se manifeste dans la période intercritique. Bien sûr, cela ne devient perceptible qu'après la longue existence de la maladie et le grand nombre de crises convulsives. Pour les patients souffrant de crises épileptiques fréquentes, de tels symptômes peuvent survenir dès quelques années à compter du début de la maladie.

Pendant les attaques, les neurones meurent, cela se manifeste par la suite sous la forme d'un soi-disant changement de personnalité épileptique: une personne devient vindicative, vindicative, impolie, sans tact, difficile, pédante. Les patients se plaignent pour une raison quelconque, se disputent avec les autres. L’humeur devient sombre et maussade sans raison, l’émotivité exacerbée, l’impulsivité est caractéristique, la pensée ralentit («il a commencé à réfléchir», c’est ainsi que son entourage réagit au patient). Les patients "se fixent" sur des bagatelles, perdant leur capacité à généraliser. De tels traits de personnalité entraînent une limitation du cercle social et une dégradation de la qualité de la vie.

L'épilepsie est une maladie incurable, mais ce n'est pas une phrase. Un type de crise bien établi aide à poser un diagnostic et donc à prescrire le bon médicament (car il diffère selon le type d'épilepsie). La prise constante de médicaments antiépileptiques conduit dans la plupart des cas à l’arrêt des épipatiques. Et cela permet à une personne de revenir à une vie normale. Avec une longue absence de crises sur le fond du traitement par un médecin (et seulement par un médecin!), La question de l’arrêt du traitement en général peut être envisagée. Ceci devrait être connu de tous les patients souffrant de cette maladie.

Épilepsie mineure chez l'adulte symptômes et traitement

L'épilepsie est une maladie grave et évolutive sans traitement approprié. Il affecte le cerveau humain et se manifeste sous la forme d'une sorte de crise, dont la manifestation peut être différente. Le principe de base par lequel les médecins diagnostiquent l'épilepsie (en plus des tests de laboratoire) est la périodicité de la récurrence des crises. Le fait est qu'une telle attaque peut se produire même chez une personne relativement en bonne santé en raison du surmenage, de l'intoxication, du stress grave, de l'intoxication, d'une forte fièvre, etc. Cependant, sur la base d'un seul cas de crise, le diagnostic ne peut pas être posé: dans ce cas, c'est la régularité et la répétabilité de ces phénomènes pathologiques qui sont importantes.

Une véritable crise épileptique se développe de manière inattendue, elle ne survient pas par surmenage, mais par elle-même, de manière imprévisible. Le cas classique d'une crise d'épilepsie est une situation dans laquelle une personne tombe inconsciente et se bat dans des convulsions. La saisie est accompagnée par la libération de mousse, rougeur du visage. Cependant, il ne s'agit que d'une opinion commune sur l'épilepsie. Ce type d'attaque existe, mais ce n'est qu'une des nombreuses options possibles pour la manifestation de la maladie.

Épilepsie: symptômes chez l'adulte

La médecine décrit de nombreux cas de convulsions impliquant des muscles, des organes de l’odorat, le toucher, l’ouïe, la vision, les papilles gustatives. L'attaque peut ressembler à un trouble mental complexe. Elle peut être caractérisée par une perte totale de conscience et peut survenir avec la pleine conscience du patient. En fait, l'attaque est une sorte de fonctionnement du cerveau (détectée lors d'un diagnostic à l'aide d'un encéphalogramme).

Raisons

En règle générale, l'épilepsie se développe sur la base d'une prédisposition héréditaire. Le cerveau de ces patients est prédisposé à un état particulier des cellules nerveuses (neurones) - elles se caractérisent par une disponibilité accrue à la conduction impulsionnelle. Les adultes peuvent tomber malades après avoir subi une blessure à la tête ou une maladie infectieuse grave. En outre, il existe un risque élevé de développer la maladie à un âge avancé, lorsque le cerveau est «épuisé»: en particulier après un AVC et d'autres maladies neurologiques.

Pourquoi l'épilepsie se développe

En même temps, il est impossible d'affirmer avec certitude que l'épilepsie commencera définitivement après une blessure grave à la tête. C'est complètement optionnel. Parfois, il est très difficile de déterminer les causes de la maladie chez l’adulte - il s’agit dans ce cas de facteurs héréditaires.

Facteurs de risque:

  1. Facteurs héréditaires.
  2. Blessures à la tête
  3. Maladies infectieuses du cerveau.
  4. Complications dues à la consommation d'alcool à long terme.
  5. Tumeur cérébrale (kystes, tumeurs).
  6. Coups
  7. Anomalies des vaisseaux cérébraux.
  8. Stress fréquent, surmenage.
  9. La vieillesse

Causes primaires et secondaires de l'épilepsie

Faites attention! Les facteurs de risque incluent les accidents vasculaires cérébraux, les infections cérébrales et l'intoxication alcoolique.

Le mécanisme d'occurrence d'une attaque

Le mécanisme d'occurrence est associé aux processus les plus complexes du cerveau. Les facteurs de risque existants conduisent progressivement au fait qu’il existe dans le cerveau un groupe de cellules nerveuses caractérisé par un seuil d’excitation plus bas. En pratique, cela signifie que ce groupe entre facilement dans un état d'excitation et que le processus le plus insignifiant peut s'avérer être le déclencheur. Dans ce cas, les médecins parlent de la formation d’un foyer épileptique. Si une impulsion nerveuse y apparaît, elle est toujours prête à s'étendre aux groupes de cellules voisins - ainsi le processus d'excitation continue de croître, couvrant de nouvelles régions du cerveau. Donc, l'attaque se manifeste au niveau biochimique. À ce stade, nous observons diverses manifestations inattendues de l'activité du patient, les soi-disant «phénomènes»: il peut s'agir à la fois de phénomènes mentaux (perturbations mentales à court terme) et de pathologies des sens, des muscles.

Convulsions pour l'épilepsie

Si vous ne prenez pas les médicaments appropriés destinés à réduire l'activité des processus pathologiques, le nombre de foyers peut augmenter. Des connexions constantes entre les foyers peuvent être créées dans le cerveau, ce qui en pratique donne des crises complexes et prolongées, couvrant de nombreux phénomènes, de nouveaux types de crises peuvent apparaître. Au fil du temps, la maladie englobe des parties saines du cerveau.

Le type de phénomène est associé au type de neurones couverts par la pathologie. Si l'attaque couvre les cellules responsables de l'activité motrice, nous verrons alors des mouvements répétitifs ou, au contraire, une décoloration des mouvements. Par exemple, lorsque des neurones responsables de la vision sont inclus dans le processus pathologique, le patient voit des étincelles devant ses yeux ou des hallucinations visuelles complexes. Si des neurones sont impliqués, responsables de l’odorat, la personne souffrant d’épilepsie aura des odeurs inhabituelles mais clairement manifestées. Des manifestations similaires de la maladie avec l'inclusion de neurones responsables de l'activité motrice d'un organe.

Grosse crise d'épilepsie

Certains types de maladies se caractérisent par l'absence d'un foyer d'excitation en raison de la pathologie d'un grand nombre de cellules dans le cortex cérébral. Avec ce type de maladie, on voit que l'impulsion émergente couvre instantanément tout le cerveau: ce processus est caractéristique de la crise dite généralisée, connue de la majorité du fait de la brillance du flux.

La fréquence des crises est importante pour le traitement. Le problème est que chaque attaque signifie des dommages aux neurones, leur mort. Cela conduit à une activité cérébrale altérée. Plus les crises sont fréquentes, plus le patient est dangereux. Sans traitement approprié, une déformation du caractère est possible, l'apparition d'un comportement typique particulier, la pensée est perturbée. Une personne peut changer dans le sens d'une vengeance douloureuse, d'une rancoeur, d'une dégradation de la qualité de la vie.

Petite crise d'épilepsie

Types de crises partielles

La crise partielle (le type est déterminé dans le diagnostic) a un degré moindre. Intensité. Il n'y a pas de danger pour la vie. Il est associé à l'émergence d'un nid de pathologie dans l'un des hémisphères du cerveau. Une variété d'attaques dépend des manifestations de la maladie (les sensations principales du patient, les effets sur tout système corporel).

Une attaque complexe se caractérise par une perte de mémoire et une sorte de "pause sur l'image" dans le comportement du patient: une personne souffrant d'une maladie peut maintenir une activité physique, tandis soit des mouvements ou des phrases).

Faites attention! Il existe une sorte de crise qui peut durer très longtemps, plusieurs heures. Une personne ne bat pas forcément dans des convulsions, mais ses mouvements sont automatiques, il n'y a pas de conscience, mais le corps continue à bouger, il n'y a pas de chute.

Ces attaques peuvent aboutir à un processus pathologique étendu, lorsque tout le cerveau est impliqué et qu'il y a perte totale de conscience et de coordination (le patient tombe, il y a des convulsions). Ce phénomène s'appelle la généralisation secondaire. Dans ce cas, les phénomènes qui précèdent un ajustement général associé à n’importe quel système du corps sont appelés une aura. C’est le début d’une grave attaque dont le patient se souvient: sensations visuelles ou tactiles, sensations gastriques ou autres, restent présentes dans la mémoire.

Mémo pour les patients atteints d'épilepsie

Le phénomène de l'aura peut aider les patients à se préparer à une attaque: au cours de son parcours, il peut se préparer et assurer sa sécurité: couchez-vous à l'avance pour quelque chose de doux, appelez à l'aide.

Types de crises généralisées

Ces manifestations de la maladie sont une option plus dangereuse. Leurs principaux signes: la perte totale de conscience et de coordination, le processus couvre tout le cerveau.

En médecine, on appelle ce que l’on appelle le statut épileptique - l’état grave du patient, quand une crise dure plus d’une demi-heure. Une autre option est quand il y a toute une série d'attaques, les intervalles entre eux ont une courte durée. Dans ce cas, des soins médicaux d'urgence sont nécessaires, voire une réanimation. N'importe quel type de crise peut aboutir à un état de mal épileptique, il n'y a pas d'exception.

Signes de crises généralisées

ATTENTION! La plus grande difficulté réside dans les crises tonico-cloniques. La mortalité dans ce type de crises sans soins médicaux est très élevée (jusqu'à 50%).

Ainsi, nous voyons que les symptômes de l'épilepsie chez l'adulte sont extrêmement diversifiés, dans certains cas, la manifestation typique de la maladie (convulsions) n'est pas observée.

Symptômes d'épilepsie dépendant de la zone de lésions cérébrales

Principaux symptômes:

  1. Changer de goût.
  2. Changement de sensations olfactives.
  3. Phénomènes visuels.
  4. Phénomènes mentaux, émotionnels.
  5. Sensations inhabituelles dans l'estomac.
  6. Changer les élèves.
  7. Hallucinations
  8. Perte de contact avec la réalité (perte de conscience, comportement automatique inhabituel).
  9. Mouvements musculaires incontrôlés, contractions, coups, etc.
  10. Crampes
  11. Raideur musculaire, perte d'activité motrice, fixation de la vue.
  12. Changements dans l'état mental, conscience confuse.

Les signes d'une crise d'épilepsie

Vidéo - Epilepsie: signes et symptômes

De quoi s'agit-il? L'épilepsie est une maladie nerveuse mentale caractérisée par des crises récurrentes, accompagnée de divers symptômes paracliniques et cliniques.

Dans le même temps, entre les attaques, le patient peut être complètement normal, pas différent des autres. Il est important de noter qu'une seule crise ne constitue pas encore l'épilepsie. Une personne est diagnostiquée seulement quand il y a au moins deux crises.

La maladie est connue dans la littérature ancienne, des prêtres égyptiens (environ 5000 ans av. J.-C.), Hippocrate, des docteurs en médecine tibétaine et d'autres le mentionnent. Dans la CEI, l'épilepsie est appelée "épilepsie" ou simplement "épilepsie".

Les premiers signes d'épilepsie peuvent survenir entre 5 et 14 ans et ont un caractère croissant. Au début de son développement, une personne peut avoir des crises légères à des intervalles allant jusqu'à un an ou plus, mais au fil du temps, leur fréquence augmente et atteint plusieurs fois par mois. Leur nature et leur gravité changent également avec le temps.

Raisons

Qu'est ce que c'est Malheureusement, les causes de l'activité épileptique dans le cerveau ne sont pas encore suffisamment claires, mais sont probablement liées à la structure de la membrane de la cellule cérébrale, ainsi qu'aux caractéristiques chimiques de ces cellules.

L'épilepsie est classée en raison de son apparition sur idiopathique (s'il existe une prédisposition héréditaire et aucun changement structurel dans le cerveau), symptomatique (si un défaut structurel du cerveau est détecté, par exemple des kystes, des tumeurs, des hémorragies, des malformations) et cryptogénique (s'il n'est pas possible d'identifier la cause de la maladie ).

Selon les données de l'OMS dans le monde, environ 50 millions de personnes souffrent d'épilepsie - c'est l'une des maladies neurologiques les plus courantes à l'échelle mondiale.

Symptômes d'épilepsie

Dans l'épilepsie, tous les symptômes surviennent spontanément, moins souvent provoqués par une lumière clignotante, un son fort ou une fièvre (élévation de la température corporelle au-dessus de 38 ° C, accompagnée de frissons, de maux de tête et d'une faiblesse générale).

  1. Les manifestations d'une crise convulsive généralisée résident généralement dans les convulsions tonico-cloniques, bien qu'il ne puisse y avoir que des convulsions toniques ou cloniques. Un patient tombe malade pendant une crise et subit souvent des dommages importants, se mord souvent la langue ou manque d'urine. La crise se termine essentiellement par un coma épileptique, mais une agitation épileptique se produit également, accompagnée d'un assombrissement crépusculaire de la conscience.
  2. Les crises partielles se produisent lorsqu'un centre d'excitabilité électrique excessive est formé dans une zone particulière du cortex cérébral. Les manifestations d’une attaque partielle dépendent de la localisation d’un tel foyer - elles peuvent être motrices, sensibles, autonomes et mentales. 80% de toutes les crises d'épilepsie chez l'adulte et 60% chez l'enfant sont partielles.
  3. Crises tonico-cloniques. Ce sont des crises convulsives généralisées qui impliquent le cortex cérébral dans le processus pathologique. La crise commence par le fait que le patient se fige sur place. De plus, les muscles respiratoires sont réduits, les mâchoires sont comprimées (la langue peut mordre). La respiration peut être avec cyanose et hypervolémie. Le patient perd la capacité de contrôler la miction. La durée de la phase tonique est d'environ 15 à 30 secondes, après quoi se produit la phase clonique, à laquelle se produit la contraction rythmique de tous les muscles du corps.
  4. Absansy - Coupures de conscience soudaines pendant très peu de temps. Lors d'un abcès typique, une personne subit soudainement, absolument sans aucune raison apparente pour elle-même ou pour autrui, de réagir aux irritants extérieurs et se fige complètement. Il ne parle pas, ne bouge pas les yeux, les membres et le torse. Une telle attaque dure au maximum plusieurs secondes, après quoi elle poursuit également ses actions, comme si de rien n'était. La crise passe complètement inaperçue pour le patient.

Dans la forme bénigne de la maladie, les crises épileptiques se produisent rarement et ont le même caractère, mais elles sont quotidiennes et se succèdent 4 à 10 fois de suite (statut épileptique) et ont un caractère différent. En outre, les patients ont des changements de personnalité: la flatterie et la douceur alternent avec la malice et la mesquinerie. Beaucoup ont un retard mental.

Premiers secours

Habituellement, une crise d'épilepsie commence par le fait qu'une personne a des convulsions, puis elle cesse de contrôler ses actes et, dans certains cas, elle perd conscience. Une fois sur place, vous devez immédiatement appeler une ambulance, retirer tout objet lourd et tranchant du patient, essayer de le coucher sur le dos, la tête en arrière.

En cas de vomissement, plantez-le légèrement en appui sur la tête. Cela empêchera les vomissures de pénétrer dans les voies respiratoires. Après avoir amélioré l'état du patient peut boire un peu d'eau.

Manifestations inter-épidémiques de l'épilepsie

Tout le monde connaît de telles manifestations de l'épilepsie que les crises d'épilepsie. Mais, il s'est avéré que l'augmentation de l'activité électrique et la disponibilité convulsive du cerveau ne laissent pas les victimes même entre les attaques, quand, semble-t-il, il n'y a aucun signe de maladie. L'épilepsie est dangereuse dans le développement de l'encéphalopathie épileptique - dans cette condition, l'humeur se dégrade, l'anxiété apparaît et le niveau d'attention, de mémoire et de fonctions cognitives diminue.

Ce problème est particulièrement pertinent chez les enfants, car peut conduire à un retard de développement et interférer avec la formation de compétences en langage, lecture, écriture, comptage, etc. De plus, une activité électrique inappropriée entre les attaques peut contribuer au développement de maladies aussi graves que l'autisme, la migraine, le trouble d'hyperactivité avec déficit de l'attention.

La vie avec l'épilepsie

Contrairement à la croyance populaire selon laquelle une personne atteinte d'épilepsie devra se limiter de nombreuses manières, que de nombreuses routes en face de lui sont fermées et que la vie avec l'épilepsie n'est pas si stricte. Le patient lui-même, sa famille et les autres doivent se rappeler que, dans la plupart des cas, ils n’ont même pas besoin d’être enregistrés.

La clé pour une vie bien remplie sans restrictions est la réception régulière et ininterrompue des médicaments sélectionnés par le médecin. Le cerveau protégé par des médicaments n'est pas aussi sensible aux effets provocateurs. Par conséquent, le patient peut mener une vie active, travailler (y compris à l'ordinateur), faire de l'exercice, regarder la télévision, voler dans des avions et bien plus encore.

Mais il existe un certain nombre d'activités qui constituent essentiellement un «chiffon rouge» pour le cerveau d'un patient souffrant d'épilepsie. Ces actions devraient être limitées:

  • conduire une voiture;
  • travailler avec des mécanismes automatisés;
  • nager en eau libre, nager dans la piscine sans surveillance;
  • auto-annulation ou sauter des pilules.

Et il y a aussi des facteurs qui peuvent causer une crise d'épilepsie, même chez une personne en bonne santé, et eux aussi doivent se méfier:

  • manque de sommeil, travail de nuit, fonctionnement quotidien.
  • usage chronique ou abus d'alcool et de drogues

L'épilepsie chez les enfants

Il est difficile de déterminer le nombre réel de patients atteints d'épilepsie, car de nombreux patients ne connaissent pas leur maladie ou ne la cachent pas. Aux États-Unis, selon des études récentes, au moins 4 millions de personnes souffrent d'épilepsie et sa prévalence atteint 15 à 20 cas pour 1 000 personnes.

L'épilepsie chez les enfants survient souvent lorsque la température augmente - environ 50 enfants sur 1000. Dans d'autres pays, ces chiffres sont probablement à peu près les mêmes, puisque l'incidence ne dépend pas du sexe, de la race, du statut socio-économique ou du lieu de résidence. La maladie entraîne rarement la mort ou une violation flagrante de l'état physique ou des capacités mentales du patient.

L'épilepsie est classée selon son origine et son type de crise. Par origine, il existe deux types principaux:

  • l'épilepsie idiopathique, dans laquelle la cause ne peut pas être identifiée;
  • épilepsie symptomatique associée à une lésion organique spécifique du cerveau.

L'épilepsie idiopathique survient dans environ 50 à 75% des cas.

L'épilepsie chez l'adulte

Les crises d'épilepsie qui apparaissent après vingt ans ont généralement une forme symptomatique. Les causes de l'épilepsie peuvent être les facteurs suivants:

  • blessures à la tête;
  • les tumeurs;
  • anévrisme;
  • accident vasculaire cérébral;
  • abcès cérébral;
  • méningite, encéphalite ou granulomes inflammatoires.

Les symptômes de l'épilepsie chez l'adulte se manifestent sous différentes formes. Lorsqu'un foyer épileptique est situé dans des zones bien définies du cerveau (épilepsie frontale, pariétale, temporale, occipitale), ce type de crise est appelé focale ou partielle. Les modifications pathologiques de l'activité bioélectrique de l'ensemble du cerveau provoquent des épisodes d'épilepsie généralisée.

Diagnostics

Basé sur la description des attaques par des personnes qui les ont observées. En plus d'interroger les parents, le médecin examine soigneusement l'enfant et lui prescrit des examens supplémentaires:

  1. L'IRM (imagerie par résonance magnétique) du cerveau: permet d'exclure d'autres causes d'épilepsie;
  2. EEG (électroencéphalographie): des capteurs spéciaux, superposés sur la tête, permettent d’enregistrer l’activité épileptique dans différentes parties du cerveau.

L'épilepsie est-elle traitée

Toute personne souffrant d'épilepsie est tourmentée par cette question. Le niveau actuel de résultats positifs dans le traitement et la prévention de la maladie suggère qu'il existe une réelle opportunité de sauver les patients de l'épilepsie.

Prévisions

Dans la plupart des cas, après une seule attaque, le pronostic est favorable. Environ 70% des patients au cours du traitement viennent en rémission, c’est-à-dire que les crises sont absentes pendant 5 ans. Dans 20-30% des saisies continuent, dans de tels cas, il est souvent nécessaire la nomination simultanée de plusieurs anticonvulsivants.

Traitement de l'épilepsie

Le but du traitement est d’arrêter les crises épileptiques avec des effets secondaires minimes et de guider le patient afin que sa vie soit aussi remplie et productive que possible.

Avant de prescrire des médicaments antiépileptiques, le médecin doit procéder à un examen détaillé du patient - clinique et électroencéphalographique, complété par une analyse des données de l'ECG, des fonctions rénale et hépatique, du sang, des urines, du scanner et de l'IRM.

Le patient et sa famille doivent recevoir des instructions sur la prise du médicament et être informés des résultats réels et réalisables du traitement, ainsi que des éventuels effets indésirables.

Principes de traitement de l'épilepsie:

  1. Respect du type de crises et d'épilepsie (chaque médicament a une certaine sélectivité pour un type de crise et d'épilepsie);
  2. Dans la mesure du possible, utilisez la monothérapie (utilisation d'un seul antiépileptique).

Les médicaments antiépileptiques sont choisis en fonction de la forme d'épilepsie et de la nature des attaques. Le médicament est généralement prescrit dans une petite dose initiale avec une augmentation progressive jusqu'à l'effet clinique optimal. Avec l'inefficacité du médicament, il est progressivement annulé et le suivant est nommé. N'oubliez pas que vous ne devez en aucun cas modifier vous-même la posologie du médicament ni arrêter le traitement. Un changement soudain de dose peut entraîner une détérioration et une augmentation des crises.

Le traitement médicamenteux est associé à un régime alimentaire, déterminant le mode de travail et de repos. Les patients épileptiques recommandent une alimentation avec une quantité limitée de café, d'épices chaudes, d'alcool, d'aliments salés et épicés.

Méthodes médicales

  1. Les anticonvulsivants, un autre nom pour les anticonvulsivants, réduisent la fréquence, la durée, dans certains cas, empêchent complètement les crises.
  2. Médicaments neurotropes - peuvent inhiber ou stimuler la transmission de l'excitation nerveuse dans différentes parties du système nerveux (central).
  3. Les substances psychoactives et les médicaments psychotropes affectent le fonctionnement du système nerveux central, entraînant des modifications de l'état mental.
  4. Le racétam est une sous-classe prometteuse de substances nootropes psychoactives.

Méthodes sans drogue

  1. La chirurgie;
  2. Méthode de voix;
  3. Traitement ostéopathique;
  4. Régime cétogène;
  5. L'étude de l'influence des stimuli externes qui affectent la fréquence des attaques et l'affaiblissement de leur influence. Par exemple, la fréquence des attaques peut être influencée par la routine quotidienne et il peut être possible d'établir une connexion individuelle, par exemple, lorsque le vin est utilisé, puis lavé au café, mais ceci est individuellement pour le corps de chaque patient souffrant d'épilepsie;

L'épilepsie chez l'adulte est une maladie latente de la sphère mentale et neurologique, est très fréquente, car selon les statistiques, presque chaque centième personne a cette pathologie. Il se produit dans la population générale en tant que pourcentage de 8 à 10% de la population, ce qui représente une partie importante de la population de la Terre.

Les microsymptomes d'épilepsie chez l'adulte se manifestent même imperceptiblement chez les personnes elles-mêmes, c'est-à-dire chez un nombre incroyable de personnes et ne réalisent pas qu'elles présentent certains symptômes de l'épilepsie. L'épilepsie de la seconde partie de la population, consciente de sa maladie, cache sa pathologie, la société ayant une attitude négative à son égard. La stigmatisation est très répandue et crée à son tour certaines difficultés dans tous les domaines de la vie (économique, moral, socioculturel, éthique). Et aujourd'hui, dans la plupart des pays du monde civilisé, il existe un certain cadre pour les patients atteints d'épilepsie (interdiction de conduire, choix des qualifications).

L'épilepsie chez l'adulte se manifeste par des répétitions typiques d'épiprips, d'intensité et de caractère variables. Les patients sont prédisposés à la survenue spontanée d'épiphriscus se manifestant par des troubles moteurs, des distorsions temporaires de la sphère sensible, des troubles moteurs, des troubles de la pensée et des symptômes autonomes, des états précomateux.

En analysant la pathogenèse, il apparaît clairement que de tels changements sont causés par ce qui suit: avec une forte surstimulation soudaine des neurones, une décharge se produit, avec la formation d'un foyer convulsif, qui provoque plus tard l'épiphriseur. Dans ce cas, il n'y a pas de blessures en tant que telles dans le cerveau, mais seulement des structures neurales cellulaires et une électroactivité du cerveau. Ces modifications peuvent être causées par: ischémie de la circulation sanguine, pathologie de la période périnatale, antécédents héréditaires aggravés, traumatismes crâniens, maladies somatiques, infections virales persistantes, néoplasmes, perturbations métaboliques métaboliques, accidents vasculaires cérébraux, effets toxiques et chimiques. Dans la zone endommagée, le tissu cicatriciel contenant un kyste est organisé, c’est cette structure qui exerce une pression sur les formations tissulaires et les terminaisons nerveuses adjacentes dans la région motrice, ce qui provoque des convulsions.

La promptitude à la convulsion peut se manifester par une excitation électrique minimale du foyer - il s'agira d'épilepsie par abcès chez l'adulte (à court terme, par des mesures temporaires, désactivation de la conscience sans convulsions).

Les premiers signes d'épilepsie chez l'adulte apparaissent souvent pour la première fois à un jeune âge. La forme sénile associée à de faibles fonctions céphaliques est beaucoup moins courante.

Classer l'épilepsie chez les adultes dans les catégories suivantes:

• L’épilepsie bénigne idiopathique chez l’adulte est l’une des formes de traitement hospitalier les plus faciles et les mieux tolérées.

• Épilepsie symptomatique secondaire chez l'adulte - formée en présence de facteurs pathologiquement dommageables.

• Épilepsie généralisée chez l'adulte - bilatérale, sans manifestations focales. Ceux-ci comprennent: les épipripupes tonico-cloniques et l’épilepsie par absence chez les adultes.

• Les épiphriscupes partiels sont la forme la plus répandue.

• L'épilepsie jacksonienne chez l'adulte est une forme de maladie caractérisée par une tendance à la généralisation des crises, avec une dégénérescence allant du simple au complexe.

• L’épilepsie post-traumatique chez l’adulte se développe après une blessure au crâne.

• L'épilepsie liée à l'alcool chez l'adulte se développe avec l'abus d'alcool et entraîne une destruction du cerveau. Il se développe très lentement au fil des décennies.

• Épilepsie nocturne chez l'adulte - constatée pendant le sommeil, avec morsures des muscles de la langue, miction non contrôlée et écoulement fécal.

Épilepsie chez l'adulte: causes

Les facteurs causaux de l'épilepsie chez l'adulte ne sont pas établis de manière fiable, l'hérédité est considérée comme le facteur de risque le plus présomptif, car environ 40% des personnes atteintes d'épipriques avaient des cas de cette maladie dans la famille.

Les risques provocateurs sont les suivants:

- des facteurs traumatiques du profil cerveau-crânien tout au long de la vie, car même une blessure reçue lors de la naissance dans le monde peut la faire connaître même des décennies plus tard;

- l'ischémie, en particulier chez les personnes âgées;

- infections cérébrales (méningite, méningococcémie, encéphalite, méninoencéphalite, abcès cérébral);

- néoplasmes céphaliques et sclérose généralisée;

- manque d'approvisionnement en oxygène du cerveau pour son utilisation fonctionnelle complète et pathologie des vaisseaux sanguins des vaisseaux cérébraux;

- l'effet de la médication constante: antidépresseurs, neuroleptiques, comprimés sédatifs, antibiotiques et bronchodilatateurs;

- consommer au moins une fois des drogues, en particulier de l'amphétamine, de la cocaïne et de l'éphédrine - ce sont les éléments les plus dangereux pour le cerveau et le cerveau et elles passent facilement à travers la barrière obstructive - le sang-cerveau;

- pathologie génétique héréditaire;

- la génération la plus âgée dans soixante-dix ans;

- traumatisme post-partum dans les antécédents du patient épileptique;

- pathologie cervicale: ostéochondrose avec troubles vertébro-basilaires;

L'épilepsie chez l'adulte: symptômes et signes

Le complexe de symptômes est individuel, en raison des différences dans les processus de l'activité nerveuse du cerveau chez différents types de personnes. Il existe toutefois une dépendance à la zonalité des lésions cérébrales, et le complexe de symptômes est un reflet direct du lien avec le département affecté dans la structure céphalique des tissus.

Les premiers signes d'épilepsie chez l'adulte peuvent être les suivants: déficience motrice, pathologie de l'appareil conversationnel, diminution ou, inversement, augmentation du tonus musculaire, changements dans le fonctionnement de la psyché d'un individu particulier.

Les symptômes de l'épipripsie diffèrent également d'une sous-espèce à l'autre:

→ Les épiphriscus de Jackson sont une lésion anormale qui délimite les éléments structurels du tissu cérébral sans toucher simultanément les voisins. Nous avons donc clairement défini les symptômes de certains groupes de muscles squelettiques. Ces symptômes sont de courte durée et passent rapidement, le corps récupère rapidement après de telles convulsions. Une personne est dans une crise de Jackson dans une conscience bouleversée, il n'est pas possible d'établir un contact verbal ou autre avec cette personne. Il n'y a aucune conscience de ce qui se passe chez le patient, ce qui rend difficile la fourniture des premiers secours. Il y a des contractions musculaires ou des mains et des pieds engourdis, avec une propagation plus poussée avec une généralisation complète, aussi, il y a un endroit pour être. Les phases de tels épisodes sont divisées en:

• Aura-précurseur - un état pathologiquement agité, pré-émergent, avec une augmentation de l'excitation nerveuse (un foyer anormal d'électroactivité du cerveau se développe et capture toutes les nouvelles zones);

• Convulsions toniques - muscles squelettiques soudainement et fortement tendus, la tête se penche en arrière, la personne tombe, le corps se contracte et se raidit, la respiration s'arrête et la peau devient bleue, ceci continue jusqu'à la minute qui passe;

• Convulsions cloniques - muscles uniformément réduits, salivation abondante, mousse au niveau des lèvres pouvant durer jusqu'à cinq minutes;

• Stupeur - après l’électroactivité, il se produit une inhibition intense et intense de tous les processus, les muscles se détendent, les réflexes ne peuvent pas être déclenchés, la durée peut aller jusqu’à une demi-heure;

• Le sommeil est la phase finale. Après le réveil, le patient peut être dérangé par des douleurs migraineuses, des troubles moteurs.

→ Les petites crises sont des contractions consécutives avec des manifestations moins intenses que les épiphriscus de Jackson. Elles se caractérisent par: des changements d’expressions faciales - des grimaces, une baisse de ton prononcée avec un stress soudain sur le sol, mais il est important de noter que la conscience est préservée, parfois des phénomènes absans se produisent, ou au contraire un hypertonus avec torpeur.

→ Epistatus est une séquence de plusieurs épipripes à la fois, pendant une courte période, la conscience n'est pas restaurée pendant les pauses, le ton est abaissé, il n'y a pas de réflexes, il y a: mirdiasis ou miosis, tachycardie, hypoxie et œdème d'éléments cérébraux, avec conséquences irréversibles, pouvant aller jusqu'à la fatalité.

Pour toutes les catégories de classification, les signes d'épiphriscus suivants sont caractéristiques:

- une chute soudaine;

- pleurer du spasme de la glotte;

- inclinaison de la tête, tension musculaire;

- respiration intermittente, enrouée, avec apnée possible et gonflement des vaisseaux du cou;

- marbrure de la peau ou sa blancheur;

- mouvements musculaires chaotiques;

- défaillance de la langue, écume de la bouche avec des ecchymoses causées par des morsures des muqueuses ou de la langue;

- relaxation complète et retraite pour dormir.

Tous ces épiphrisques font leurs débuts et se terminent très brusquement et spontanément.

L'aura a ses propres caractéristiques: inconfort épigastrique, marbrure de la peau, transpiration, piloérection, hallucinations optiques, hémianopsie, odeur (goût du métal, amertume), hallucinations auditives (craquements, bruits, musique, cris), peur sans crainte et horreur, euphorie, euphorie, tachycardie, malaise derrière la poitrine, nausée, tournures incontrôlées des yeux et de la tête, raccourcissement des lèvres, coupures de succion involontaires, cris de phrases et de mots dénués de sens, frissons, parasthésie.

La classification de l'épilepsie chez l'adulte par symptôme:

- Forme temporelle: les symptômes sont multiformes avec une aura spécifique (crampes abdominales, cardialgies, troubles du rythme cardiaque et activité contractile du muscle cardiaque, désorientation, panique, tentatives d'évasion, altérations de la personnalité, pathologie de l'environnement sexuel, troubles électrolytiques et processus métaboliques).

- Épilepsie absolue chez l'adulte: décoloration inattendue, regard manquant, absence de réponse aux manœuvres gênantes.

- Rolanditis: paresthésie du larynx et du pharynx, engourdissements des gencives et de l'appareil lingual, coups aux dents, difficultés d'élocution, hypersalivation, convulsions pendant le sommeil.

- Alcoolique: à long terme, depuis des décennies, l'abus de substances alcooliques.

- Non convulsif: les symptômes consistent en un assombrissement de la conscience et des hallucinations, il existe des délires et des troubles mentaux.

Les changements de personnalité sont également observés, ils sont les suivants:

- changements de caractère: égoïsme; pédantisme; ponctualité; rancune; propension à un attachement anormal; l'infantilisme.

- Pensées perturbées: ralentissement du processus de réflexion chez l'adulte, "viscosité"; détails de l'événement.

- troubles émotionnels: impulsivité; douceur et perception douloureuse d'attitudes négatives envers soi-même.

- la détérioration des mécanismes de mémoire et d'intelligence; démence

- Changer le type de tempérament.

Epilepsie chez l'adulte: diagnostic

Les mesures diagnostiques permettant de déterminer la genèse de la maladie - l'épilepsie chez l'adulte, sont présentées dans les paragraphes suivants:

- Enquête détaillée sur l'historique de la maladie et les maladies aggravantes et les situations traumatiques (physiques et psychogènes) qui ont donné la vie, chez chaque patient, en mettant l'accent sur la pathologie génétique et héréditaire.

- Un médecin spécialiste mène une étude (neurologue, psychiatre) identifiant les principaux symptômes: douleur aux tempes ou migraine, qui peut constituer le premier signal alarmant du problème croissant de la nature organique.

- L’une des mesures obligatoires est une tomographie assistée par ordinateur, une imagerie par résonance magnétique et des tests d’émission de positrons sur un tomographe.

- La méthode de recherche en or - l'électroencéphalographie des modifications de l'électroactivité du cerveau. Selon cette méthode, les "ondes de crête" sont jugées pendant l'activité et pendant le sommeil d'une personne. Il est également important de distinguer les ondes épileptiques d’individus en parfaite santé, car elles peuvent être générées temporairement et sont considérées, d’un point de vue médical, comme une variante de la norme. Pour confirmer le diagnostic, plusieurs séances d'électroencéphalographie sont réalisées avec provocations, observation vidéo-EEG au quotidien - monitoring.

- Dénombrement sanguin capillaire général et examen biochimique des prélèvements de sang veineux - recherche de changements métaboliques métaboliques pathologiques manifestes dans le corps humain.

- Consultation d'un ophtalmologue (examen de la pathologie de l'œdème dans les disques optiques) et définition de l'état des structures vasculaires du fond d'œil.

Premiers secours pour l'épilepsie chez l'adulte

Quand une personne est retrouvée, avec une crise d'épilepsie déjà commencée, chaque personne devrait pouvoir fournir à la victime un soutien de premiers secours, car il est possible que la vie de cette personne dépende de cette aide. De nos jours, des programmes à caractère médical sur des thèmes épileptiques sont organisés, car cette question est importante pour l'ensemble de la société moderne.

L'algorithme d'aide à l'épilepsie chez l'adulte est le suivant:

- Il est nécessaire d'essayer de délimiter le plus possible la personne blessée des traumatismes pendant l'épiphrame, quand une personne tombe au sol et lorsque le patient est déjà en convulsion (pour supprimer les coupures, les perforations, les suffocations, les objets durs).

- Déverrouillez au maximum ou, si possible, supprimez les attributs de compression des vêtements (ceintures, cravates, foulards, fermetures à glissière, boutons).

- Pour éviter la chute de la langue et les apnées subséquentes, vous devez tourner la tête d'un côté et l'empêcher de tourner, afin d'empêcher les membres de subir un traumatisme sans appliquer de force. Mettez une doublure tissée douce ou vos vêtements sous le cou, le visage et le torse, ne déplacez pas le patient (surtout sur une colline - peut tomber), ceci est fait pour que l'épileptique blessé ne frappe pas très dur le sol ou le sol.

- N'essayez pas de desserrer la bouche, en particulier avec des objets durs ou avec un extenseur d'embout buccal, cela entraînerait des lésions traumatiques chez le patient et la personne qui, dans ce cas, fournit les premiers soins (morsure, réfraction dentaire et ingestion de leurs fragments, mastication). objet dur et sa déglutition, suffocation de telles manipulations).

- N'effectuez pas de mesures de ventilation artificielle des poumons de manière indépendante en utilisant la technique du bouche-à-bouche pour l'épipripsie. Dans ce cas, il est préférable de mettre un chiffon doux ou un mouchoir dans la bouche pour empêcher le muscle lingual de mordre et les dents de se fissurer.

- N'essayez pas de boire avec l'épipripsis, cela ne ferait qu'aggraver la situation, voire le patient pourrait s'étouffer.

- Suivre la plage de temps de epipristup.

- Appelez pour des soins d'urgence ou demandez à d'autres de le faire pour fournir une assistance médicale qualifiée.

- Lorsqu'une personne s'éloigne après une épipripsie pour dormir, vous ne devez pas la réveiller immédiatement, vous devez permettre à son système nerveux de se reposer du choc subi par une attaque.

Épilepsie chez l'adulte: traitement

Avec des mesures prises en temps utile et un diagnostic adéquat, nous pouvons parler de nouvelles tactiques de traitement thérapeutique, suivies de la préparation d'un programme de rééducation (souvent toute la vie) pour les patients atteints d'un diagnostic d'épilepsie chez l'adulte.

Lors du choix des médicaments et de la poursuite du traitement, il est nécessaire de déterminer le stade principal - son déroulement: ambulatoire ou hospitalier (hôpital neurologique ou psychiatrique). En cas de traitement ambulatoire, un neurologue ou un psychiatre surveille le patient.

Les postulats de mesures thérapeutiques ont les objectifs suivants:

- Anesthésie des épiphriscus, car les patients ressentent souvent des sensations douloureuses avant et après l'épiphristap, non seulement à cause des blessures subies, mais aussi des douleurs musculaires après de fortes crampes persistent plusieurs jours après l'épipripsis. Ce problème peut être résolu en prenant systématiquement des anticonvulsifs ou des anesthésiques, en enrichissant les aliments de calcium et de magnésium, ou en prenant des compléments alimentaires ou des vitamines riches en ces oligo-éléments.

- La prévention en général, ou du moins la minimisation de la fréquence d'apparition d'épiprips, est réalisable par les méthodes d'interventions chirurgicales et de correction de la sphère neurologique-mentale par voie orale.

- réduction de la durée de l'épiphristap.

- Atteindre l'objectif principal - vivre sans crises et sans assistance médicale à la fois sur deux points.

- Minimiser les effets secondaires liés à la prise de médicaments.

- Protéger la société des individus hypothétiquement dangereux pour la vie des personnes présentant des manifestations agressives d'épiphriscus.

Procédures de traitement en plusieurs phases:

- Différenciation du type d'épipripsis spécifique pour le schéma thérapeutique le plus sélectionné et le plus efficace.

- Recherche du complexe étiopathogène.

Les groupes de médicaments thérapeutiques suivants sont utilisés avec des médicaments:

• Anticonvulsivant - les groupes d’anticonvulsivants sont applicables, ce qui entraîne une réduction supplémentaire de l’incidence et de la durée de l’épipad en tant que tel. Ces médicaments peuvent, dans certains cas, prévenir la survenue de convulsions, grâce à leurs techniques appropriées et au respect des recommandations du médecin traitant. Ces médicaments comprennent: la carbamazépine, le lévétiracétam, l’éthosuximide.

• Les médicaments neurotropes, qui par leur action inhibent ou, au contraire, stimulent le passage de l'excitation pulsée des structures nerveuses, en particulier le long des processus du cerveau glial.

• Les drogues psychotropes peuvent complètement changer la perception psychologique d’une personne des facteurs environnants et des capacités fonctionnelles du système nerveux humain.

• Racetam - nootropiques psychoactifs.

Les méthodes d'exposition non pharmacologiques comprennent: l'intervention chirurgicale, la méthode de Voigt, un régime cétogène équilibré.

Il convient de prêter l’attention du patient à un ensemble de règles pour un traitement plus efficace. Pendant la période de manipulation médicale et d'administration orale de médicaments, les règles suivantes doivent être suivies:

- Respectez scrupuleusement l'horaire et l'heure du traitement.

- Ne remplacez pas par des analogues médicamenteux ou n'incluez pas d'autres groupes de médicaments pouvant inhiber l'action des antiépileptiques, et le patient lui-même et ne le devinera pas, vous devriez toujours consulter votre médecin.

- N'arrêtez pas le traitement déjà commencé spontanément, cela pourrait avoir des conséquences graves.

- à temps pour informer le médecin traitant des symptômes en cours de traitement dans le bien-être personnel.

La thérapie antiépileptique aide à supprimer la maladie de l'épilepsie chez les adultes dans 63% de la population, dans 18% des cas, afin de minimiser l'incidence des manifestations.

Jusqu'à présent, aucun médicament ou méthode n'a été inventé pour la guérison complète de la maladie, mais les mesures prises permettent à une personne de vivre pleinement dans la société sans restreindre ses capacités.

Régime alimentaire pour l'épilepsie chez les adultes

Des changements dans les habitudes alimentaires peuvent affecter de manière significative la fréquence des manifestations d'épipadia et la qualité de vie d'un patient atteint d'épiphriscupes en général, jusqu'à l'éradication complète de cette maladie. Un tel régime est utilisé uniquement en association avec un traitement médicamenteux et uniquement par le médecin traitant, il est impossible d'utiliser le régime cétogène sans autorisation, ce qui pourrait nuire au bien-être général d'une personne.

Le régime alimentaire contre l'épilepsie est à la fois une méthode de traitement et un outil permettant de prévenir les modifications pathologiques secondaires du corps. Le régime alimentaire du patient doit être équilibré, sans restrictions particulièrement strictes et sans régime alimentaire unique.

Le régime cétogène pour l'épilepsie chez l'adulte est souvent utilisé précisément dans des conditions stationnaires, car il existe la possibilité d'un contrôle strict de la nourriture du patient et il doit être surveillé, car complications possibles. Un tel régime dans l'épilepsie chez l'adulte comprend 70% de matières grasses dans le menu et seulement 30% du rapport protéines / glucides diminue.

Le mécanisme de son travail est l'activité anticonvulsive des cétones (ce sont des composés organiques capables d'inhiber les convulsions qui se produisent dans les structures cérébrales).

La liste des produits autorisés pour l'épilepsie chez l'adulte: produits à base de viande (il est souhaitable de manger de la viande de porc et de bœuf), produits à base de poisson, œufs, fromage cottage, lait, fromages à pâte dure, crème sure, ryazhenka, yaourt, beurre, olives ou légumes, produits à base de légumes, fruits, céréales, soupes, bouillons faibles en gras, sous-produits (foie, cœur et rognons), thé faible (il est souhaitable de limiter l'utilisation du café), pain, biscuits, séchage.

La liste des produits interdits pour l'épilepsie chez l'adulte: alcool, aliments salés, plats marinés, marinades, sauces, condiments, viandes fumées, chocolat, cacao.

Il est important de comprendre que le régime alimentaire prescrit pour les épiphriscottes, ainsi que tout autre phénomène individuel, la sélection des plats est faite pour une personne spécifique avec un médecin. C’est un processus à long terme, mais le résultat justifie tout: l’état du patient s’améliore, la fréquence et la force des épiphriscus sont réduites.

L’épilepsie est une maladie connue de l’humanité depuis plus de quelques centaines d’années. Cette maladie multifactorielle se développe sous l'influence de nombreuses causes différentes, qui sont divisées en interne et externe. Les experts en psychiatrie affirment que le tableau clinique peut être si clairement défini que même des modifications mineures peuvent nuire au bien-être du patient. Selon les experts, l'épilepsie est une maladie héréditaire qui se développe malgré l'influence de facteurs externes. Regardons les causes de l'épilepsie chez l'adulte et les méthodes de traitement de cette pathologie.

L'épilepsie est une maladie du système nerveux dans laquelle les patients souffrent de crises soudaines.

Causes des crises d'épilepsie

L'épilepsie, qui se manifeste à l'âge adulte, fait référence à des maladies neurologiques. Au cours des activités de diagnostic, la tâche principale des spécialistes est d'identifier la cause principale de la crise. Aujourd'hui, les attaques d'épilepsie sont divisées en deux catégories:

  1. Symptomatique - se manifeste sous l'influence de lésions cérébrales traumatiques et de diverses maladies. Il est intéressant de noter que dans cette forme de pathologie, une crise d'épilepsie peut commencer après certains phénomènes externes (un son puissant, une lumière vive).
  2. Cryptogénique - attaques simples de nature inconnue.

La présence de crises d'épilepsie est une raison brillante de la nécessité d'un examen diagnostique approfondi du corps. Pourquoi il y a épilepsie chez les adultes, la question est tellement compliquée que les experts ne peuvent pas toujours trouver la bonne réponse. Selon les médecins, la maladie peut être associée à des lésions organiques du cerveau. Les tumeurs bénignes et les kystes situés dans cette zone sont les causes les plus courantes de crise. Le tableau clinique associé à l'épilepsie se manifeste souvent sous l'influence de maladies infectieuses telles que la méningite, l'encéphalite et les abcès du cerveau.

Il convient également de mentionner que de tels phénomènes peuvent être le résultat d'accidents vasculaires cérébraux, de troubles des antiphospholipides, d'athérosclérose et d'une augmentation rapide de la pression intracrânienne. Souvent, les crises d'épilepsie se développent dans le contexte de l'utilisation prolongée de médicaments de la catégorie des bronchodilatateurs et des immunosuppresseurs. Il convient de noter que le développement de l'épilepsie chez l'adulte peut être causé par un arrêt brutal de l'utilisation de somnifères puissants. En outre, ces symptômes peuvent être causés par une intoxication aiguë du corps par des substances toxiques, un alcool de qualité médiocre ou des substances narcotiques.

Nature de la manifestation

Les méthodes et les stratégies de traitement sont sélectionnées en fonction du type de maladie. Les experts identifient les types d'épilepsie suivants chez l'adulte:

  • crises non convulsives;
  • crises nocturnes;
  • saisies sur le fond de la consommation d'alcool;
  • crises convulsives;
  • l'épilepsie sur le fond des blessures.

Malheureusement, les causes spécifiques des convulsions ne sont pas connues des médecins.

Selon les experts, le développement de la maladie chez l'adulte n'a que deux raisons principales: la prédisposition héréditaire et les lésions organiques du cerveau. La gravité d'une crise épileptique est influencée par divers facteurs, parmi lesquels les troubles mentaux, les maladies dégénératives, les troubles métaboliques, les maladies oncologiques et l'intoxication par les toxines doivent être mis en évidence.

Facteurs déclenchant une crise d'épilepsie

Une crise d'épilepsie peut être déclenchée par divers facteurs, qui sont divisés en interne et externe. Parmi les facteurs internes, il convient de souligner les maladies infectieuses affectant certaines parties du cerveau, les anomalies vasculaires, le cancer et les prédispositions génétiques. En outre, une crise épileptique peut être provoquée par une altération de la fonction rénale et hépatique, une hypertension artérielle, la maladie d'Alzheimer et la cysticercose. Souvent, les symptômes caractéristiques de l'épilepsie sont dus à une toxicose pendant la grossesse.

Parmi les facteurs externes, les experts distinguent les intoxications aiguës du corps causées par l'action de substances toxiques. En outre, une crise d'épilepsie peut être causée par certaines drogues, drogues et alcool. Beaucoup moins souvent, les symptômes inhérents à la maladie considérée apparaissent sur le fond des blessures à la tête.

Quel est le danger d'attaques

La fréquence des épisodes de crise épileptique revêt une importance particulière dans le diagnostic de la maladie. Chaque crise similaire entraîne la destruction d'un grand nombre de connexions neuronales, ce qui provoque des changements personnels. Souvent, les crises d'épilepsie à l'âge adulte entraînent des modifications du caractère, de l'insomnie et des problèmes de mémoire. Les crises d'épilepsie, qui se produisent une fois par mois, sont rares. L'incidence moyenne des épisodes est d'environ trois dans les trente jours.

Le statut d'épilepsie est attribué à un patient en présence d'une crise permanente et de l'absence d'un écart «léger». Lorsque l'attaque dure plus de trente minutes, le risque de conséquences catastrophiques pour le patient est élevé. Dans une telle situation, vous devez immédiatement appeler l'ambulance pour informer le répartiteur de la maladie.

Le signe le plus caractéristique de cette maladie est une crise convulsive.

Tableau clinique

Les premiers signes d'épilepsie chez l'homme adulte se manifestent le plus souvent sous une forme latente. Les patients tombent souvent dans une seconde confusion, accompagnés de la commission de mouvements incontrôlés. Dans certaines phases de la crise, les patients modifient leur perception de l'odorat et du goût. La perte de communication avec le monde réel entraîne une série de gestes répétitifs. Il convient de mentionner que des attaques soudaines peuvent causer des blessures susceptibles de nuire à la santé du patient.

Parmi les signes évidents d'épilepsie, il convient de citer une augmentation du nombre d'élèves, une perte de conscience, des tremblements des membres et des convulsions, des gestes et des gestes aveugles. De plus, lors d'une crise épileptique aiguë, il existe un transit intestinal incontrôlé. Le développement d'une crise d'épilepsie est précédé par une sensation de somnolence, une apathie, une fatigue intense et des problèmes de concentration. Ces symptômes peuvent être temporaires ou permanents. Dans le contexte d'une crise d'épilepsie, le patient peut perdre conscience et perdre sa mobilité. Dans cette situation, le tonus musculaire augmente et des crampes incontrôlées dans les jambes.

Caractéristiques des activités de diagnostic

Les symptômes de l'épilepsie chez l'adulte sont si prononcés que dans la plupart des cas, le diagnostic correct peut être posé sans recourir à des techniques de diagnostic complexes. Cependant, vous devriez faire attention au fait que l'examen ne devrait pas être plus tôt que deux semaines après la première attaque. Au cours des activités de diagnostic est très important d'identifier l'absence de maladies qui causent des symptômes similaires. Le plus souvent, la maladie se manifeste chez les personnes qui ont atteint les personnes âgées.

Les crises d'épilepsie chez les personnes âgées de trente à quarante-cinq ans ne sont observées que dans quinze pour cent des cas.

Afin d'identifier la cause de la maladie, vous devriez consulter un médecin, qui non seulement prendra l'historique, mais effectuera également un diagnostic approfondi de tout l'organisme. Pour poser un diagnostic précis, le médecin est obligé d'étudier le tableau clinique, d'identifier la fréquence des crises et de réaliser une imagerie par résonance magnétique du cerveau. Étant donné que les manifestations cliniques de la maladie peuvent varier considérablement en fonction de la forme de la pathologie, il est très important de procéder à un examen complet du corps et d'identifier la principale cause du développement de l'épilepsie.

Que faire pendant l'attaque

Compte tenu de la manifestation de l'épilepsie chez l'adulte, une attention particulière devrait être accordée aux règles de premiers secours. Dans la plupart des cas, une crise d'épilepsie a pour origine un spasme musculaire, ce qui entraîne des mouvements incontrôlés du corps. Souvent, dans un état similaire, le patient perd conscience. L’apparition des symptômes ci-dessus est une bonne raison de contacter une ambulance. Avant l'arrivée des médecins, le patient devrait être dans un état horizontal, la tête abaissée sous le corps lui-même.

Au cours de l'attaque, l'épilepsie ne réagit même pas aux stimuli les plus forts, la réaction des pupilles à la lumière est totalement absente

Les crises d'épilepsie s'accompagnent souvent de vomissements. Dans ce cas, le patient devrait être en position assise. Il est très important de maintenir la tête d'un épileptique afin d'empêcher le vomi de pénétrer dans les organes respiratoires. Après sa convalescence, le patient devrait recevoir une petite quantité de liquide.

Traitement de la toxicomanie

Afin de prévenir une rechute d'une maladie similaire, il est très important d'aborder correctement la question du traitement. Afin de parvenir à une rémission à long terme, le patient doit prendre des médicaments pendant une longue période. L'usage de drogues uniquement dans les moments de crise est inacceptable, en raison du risque élevé de complications.

Il est possible d’utiliser des médicaments puissants qui arrêtent le développement de crises épileptiques seulement après avoir consulté votre médecin. Il est très important d'informer le médecin de tout changement lié à l'état de santé. La plupart des patients parviennent à éviter avec succès la récurrence d'une crise épileptique grâce à des médicaments bien choisis Dans ce cas, la durée moyenne de rémission peut atteindre cinq ans. Cependant, au début du traitement, il est très important de choisir la bonne stratégie de traitement et de s'y tenir.

Le traitement de l'épilepsie implique une attention particulière de la part du médecin quant à l'état du patient. Au début du traitement, les médicaments ne sont utilisés qu’à petites doses. Une augmentation de la posologie est autorisée uniquement lorsque l'utilisation de médicaments ne contribue pas à une tendance positive. Le traitement complexe d'attaques partielles d'épilepsie inclut des médicaments du groupe des phonitoins, des valproates et des carboxamides. Lors de crises d'épilepsie généralisées et d'attaque idiopathique, on prescrit du valproate au patient en raison de son effet doux sur le corps.

La durée moyenne du traitement est d'environ cinq ans d'utilisation régulière de médicaments. Il est possible d'arrêter le traitement uniquement si, pendant la période susmentionnée, il n'y a aucune manifestation caractéristique de la maladie. Étant donné que des médicaments puissants sont utilisés pendant le traitement de la maladie considérée, le traitement doit être complété progressivement. Au cours des six derniers mois de traitement, la posologie est progressivement réduite.

L'épilepsie provient de l'épilepsie grecque - "attrapé, attrapé par surprise"

Complications possibles

Le principal danger des crises d'épilepsie est une forte dépression du système nerveux central. Parmi les complications possibles de cette maladie, il faut mentionner la possibilité d'une rechute de la maladie. En outre, il existe un risque de développement d'une pneumonie par aspiration, dans le contexte d'une pénétration de vomissements dans les organes respiratoires.

Une crise d'épilepsie lors de l'adoption de procédures à l'eau peut être fatale. Vous devez également souligner le fait que les crises d'épilepsie au cours de la gestation peuvent nuire à la santé du futur bébé.

Prévisions

Avec une seule apparence d'épilepsie à l'âge adulte et un accès rapide aux soins médicaux, nous pouvons parler d'un pronostic favorable. Dans environ 70% des cas, les patients utilisant régulièrement des médicaments spéciaux, il existe une rémission à long terme. En cas de récurrence de la crise, des anticonvulsivants sont prescrits aux patients.

L'épilepsie est une maladie grave qui affecte le système nerveux du corps humain. Afin d’éviter des conséquences catastrophiques pour l’organisme, il convient de concentrer au maximum l’attention sur sa propre santé. Sinon, une des crises d'épilepsie peut être fatale.

En Savoir Plus Sur La Schizophrénie