La schizophrénie est une maladie mentale grave à évolution chronique. Il se développe le plus souvent à un jeune âge: après 20 ans chez les garçons et après 26 ans chez les filles.

Mais il n’est pas rare que cette maladie survienne à la fois chez les enfants et les adolescents. Les symptômes et les signes de la schizophrénie chez les adolescents sont étroitement liés aux caractéristiques et au degré de négligence de la maladie, aux caractéristiques personnelles du patient et à son âge.

Comment se comporte une mère schizophrénogène? Renseignez-vous sur notre article.

Informations générales

L'adolescence est un terrain fertile pour le développement de divers types d'anomalies mentales, car pendant cette période, l'enfant est particulièrement vulnérable en raison des changements hormonaux qui se produisent dans son corps.

Il s'agit d'un stade naturel de croissance durant lequel l'enfant repense sa vie, cherche de nouvelles directives, tend à se séparer émotionnellement de ses parents ou de ses tuteurs, tente de se déclarer comme une personne presque adulte, dont l'opinion devrait être écoutée.

C'est au cours de l'âge de transition que la probabilité de développer une schizophrénie augmente plusieurs fois par rapport aux périodes plus anciennes.

La schizophrénie est un trouble mental dans lequel des changements pathologiques sont observés dans les processus de pensée, dans la sphère émotionnelle, dans la perception.

La maladie a de nombreuses variétés et caractéristiques de manifestation. Selon diverses sources, de 0,5% à 1% des personnes dans le monde souffrent de schizophrénie.

La schizophrénie est souvent accompagnée d'autres troubles mentaux (différents types de troubles anxieux, de dépression, de troubles obsessionnels compulsifs), qui aggravent l'évolution de la maladie et la rendent difficile à diagnostiquer.

Les schizophrènes sont également 40% plus susceptibles de souffrir d'alcoolisme et la plupart d'entre eux ont du mal à travailler en raison de préjugés sur leur maladie. Par conséquent, beaucoup d’entre eux, même en rémission régulière, ne peuvent pas s’intégrer à la société et essaient souvent de se suicider.

Cependant, il est important de comprendre que la majorité des schizophrènes ne sont pas du tout dangereux pour la société et que même les patients atteints de formes graves de la maladie sont plus dangereux pour eux-mêmes que pour leurs proches.

Plus tôt la schizophrénie se développe, plus elle peut affecter la vie future de l'enfant.

Les causes

Les études visant à établir les causes de la schizophrénie sont toujours en cours et il est impossible de dire avec certitude quelles conditions préalables influencent son apparition, mais l'observation à long terme des patients et l'étude de leur ADN ont permis d'identifier plusieurs raisons:

  1. Caractéristiques génétiques. Environ 40% des schizophrènes ont des parents dans l’histoire desquels se trouve ce trouble mental ou d’autres. Si un proche parent de l'enfant est atteint de schizophrénie, la probabilité qu'elle le lui transmette est de 10%.
  2. Conditions sociales défavorables et spécificités de l'éducation. Les enfants grandissant dans des familles d'alcooliques et de toxicomanes sont plus susceptibles d'avoir de graves problèmes de santé mentale. L'atmosphère qui règne dans la famille est également d'une grande importance. Les plus dangereuses en termes de probabilité de développer la schizophrénie chez les enfants sont les familles où les parents sont toxiques à un degré ou à un autre.

Si les parents frappent, humilient, insultent ou ignorent les enfants, les utilisent dans des sphères criminelles, cherchent à les contrôler de manière excessive, exigent une obéissance inconditionnelle de leur part, une telle famille est alors d'une toxicité sans équivoque.

  • Fort choc psycho-émotionnel. Selon la personnalité de l'enfant, de nombreux événements, même ceux qui ne seront pas traumatisants pour la plupart des enfants, peuvent constituer un choc majeur. Exemples: décès de parents, amis, animaux de compagnie, accident de la route, épisode aigu d’humiliation publique, viol ou autres actes de nature sexuelle, passages à tabac.
  • Toxicomanie, alcoolisme. Un adolescent est extrêmement sensible à l'influence de ses pairs et des autres personnes qui l'entourent, et les parents entrent rarement dans ce cercle de confiance. Si l'enfant se trouve dans un environnement défavorable, il peut développer une dépendance à l'alcool ou à la drogue. Les drogues hallucinogènes sont particulièrement susceptibles de provoquer le développement de la schizophrénie.
  • Violations survenues lors de la formation du fœtus et lors de l'accouchement. Les maladies infectieuses (hépatite, rougeole, cytomégalovirus) transmises pendant la grossesse augmentent le risque de développer des troubles du cerveau de l’enfant. En outre, la probabilité augmente si la mère prenait des drogues qui affectaient négativement le fœtus, consommait une grande quantité d’alcool et était exposée à des substances toxiques, y compris des drogues, pendant la gestation.
  • Type de personnalité schizoïde. Les enfants avec cette accentuation sont fermés, ont tendance à se protéger des autres, ils signalent souvent qu'ils ne sont pas intéressés à communiquer avec eux. Ils ont également du mal à comprendre les expériences émotionnelles d’autres personnes. Immergé dans les fantasmes et les loisirs, laconique.
  • Sont également à risque les adolescents qui:

    1. Ils vivent dans les grandes villes. Les citadins souffrent de schizophrénie et d'autres maladies mentales beaucoup plus souvent que les villageois. Cela est peut-être dû au rythme excessivement tendu et stressant de la vie dans les villes.
    2. Appartenir au genre masculin. En moyenne, les hommes développent la schizophrénie plus tôt que les femmes, de sorte que la majorité des adolescents atteints de cette maladie sont des garçons.

    Mais alors que la schizophrénie avec la même probabilité peut se développer chez une personne de l'un ou l'autre sexe, et si vous prenez un groupe aléatoire de personnes de plus de 35 ans, il y aura approximativement le même nombre de schizophrènes des deux sexes parmi eux.

  • Né en hiver ou au printemps. Les chercheurs n'ont pas encore trouvé cette explication.
  • Cependant, même une coïncidence sur plusieurs points ne garantit pas que l'enfant sera atteint de schizophrénie.

    À propos des causes de la schizophrénie chez les enfants et les adolescents dans cette vidéo:

    Formes et étapes

    Les formes suivantes de schizophrénie se distinguent:

    1. Paranoïaque Dans cette forme de la maladie, les hallucinations et les délires prédominent et d’autres symptômes sont soulagés ou absents. Les patients sont irritables, montrent souvent de l'agressivité, sont méfiants. Il est assez rare chez les adolescents, car il apparaît généralement plus tard dans la vie.
    2. Catatonique. Le tableau clinique est basé sur les déviations psychomotrices: alternance de stupeur et d'excitation. Une forme rare de schizophrénie.
    3. Gebefrenicheskaya. Dans le comportement des patients l'emporte sur la bêtise, un comportement délibérément enfantin. Bien que cette forme ne soit pas courante, elle est assez courante à l'adolescence.
    4. Indifférencié. Ce diagnostic est posé dans les cas où le patient présente plusieurs caractéristiques symptomatiques clés correspondant à différentes formes de schizophrénie ou dans les cas où les symptômes ne sont pas suffisamment clairs.
    5. Résiduelle. Une forme caractérisée par la présence de symptômes d’un défaut schizophrénique: désir d’isolement, trouble de la pensée, froideur émotionnelle. Peut être observé après un traitement réussi d'une psychose aiguë.
    6. Simple Souvent observé à l'adolescence. Les patients sont apathiques, mous, montrent une froideur émotionnelle, un détachement, sont timides, infantiles, sans succès dans leurs études.

    Dans certains cas, les symptômes de la schizophrénie simple sont ignorés pendant longtemps: les proches du patient le considèrent paresseux ou l'écrivent comme une caractéristique de la période de l'adolescence.

    Selon les caractéristiques de l'évolution de la schizophrénie est divisé en:

    1. La première étape. À ce stade, les premiers symptômes de la schizophrénie apparaissent, le caractère d'une personne change progressivement. Il commence à voir le monde différemment: dans des tons inquiets ou excessivement beaux. Pendant cette période, il peut avoir l'impression que la vérité lui a été révélée. Si le patient a passé rapidement la première étape et était brillant, il s'agit d'un symptôme favorable.
    2. Deuxième étape Le patient s'adapte aux changements de sa vie et ses mondes illusoires coexistent en parallèle avec le monde réel. Un adolescent peut commencer à voir la dualité dans tout ce qui l’entoure, par exemple, il peut percevoir son ami comme un ange ou un étranger et comme une personne ordinaire qu’il connaît bien en même temps.
    3. La troisième étape. A ce stade, il y a une dégradation. Il y a des changements pathologiques importants dans l'intelligence émotionnelle et cognitive, les pensées du patient deviennent plus stéréotypées.

    La troisième étape de la schizophrénie est la plus défavorable en termes de pronostic. Dans ce cas, la transition peut s’effectuer très rapidement ou ne pas se produire du tout.

    Tout dépend du traitement, de l'attitude envers le patient, de la forme de la maladie, des traits de personnalité et bien plus encore.

    En quoi la schizophrénie chez les enfants et les adolescents est-elle différente de l'autisme? Découvrez à partir de la vidéo:

    Premiers signes

    Comment se manifeste la schizophrénie chez les adolescents? Les signes suivants sont le plus souvent observés:

    1. Changements prononcés de la personnalité. Un adolescent amical peut soudainement devenir agressif, irritable, perdre tout intérêt pour l’apprentissage et pour tout ce qui lui était cher.
    2. Interrompre la communication avec les amis. Et pour un adolescent en bonne santé, c'est tout à fait normal, mais des changements radicaux peuvent indiquer la présence de troubles mentaux (et ce n'est pas toujours la schizophrénie). Auparavant, un enfant sociable peut se retirer, perdre tous ses amis et ne pas vouloir en trouver de nouveaux, avoir l'air détaché.
    3. Manque d'initiative, apathie. Adolescent, qui avait déjà travaillé dur, peut commencer à s’allonger pendant des heures sur le canapé.
    4. Changement d'intérêts. Il peut y avoir de nouveaux loisirs, parfois inhabituels, atypiques, commençant par un intérêt (parfois excessif, fanatique) dans les horoscopes, des théories anti-scientifiques et se terminant par un intérêt pour les livres de philosophie, un amour de collectionner et collectionner.
    5. Changements d'humeur Pendant longtemps, les esprits déprimés ou exaltants persistent. En outre, un enfant peut connaître des sautes d'humeur soudaines, parfois déraisonnables.

    Pour la schizophrénie chez les adolescents, l’apparition d’hallucinations et de délires n’est pas caractéristique. Ils apparaissent généralement plus tard, au fur et à mesure que la maladie progresse, ou n'apparaissent pas du tout: tout dépend de la forme de la schizophrénie.

    Il est important de comprendre que certains de ces symptômes peuvent être observés à la fois chez un adolescent en bonne santé et chez un adolescent présentant d'autres handicaps mentaux (trouble bipolaire, dépression).

    Les symptômes

    Les principaux symptômes de la maladie:

    • un non-sens;
    • discours et pensée brisés;
    • hallucinations auditives;
    • amour du vide, stéréotypage philosophique, sagesse;
    • froideur émotionnelle, indifférence aux problèmes des personnes, même proches;
    • raideur en mouvement;
    • un visage raide et sans émotion qui ressemble à un masque;
    • changements négatifs de comportement;
    • dégradation des performances;
    • impolitesse, irritabilité, agressivité;
    • la suspicion;
    • sautes d'humeur;
    • abondance de néologismes dans la parole;
    • le désir de rester à l'écart des gens;
    • manque de volonté.

    Les adolescents atteints de schizophrénie sont enclins à consommer des drogues et des boissons alcoolisées. Ils cessent de s'occuper d'eux-mêmes, refusent de manger ou, au contraire, mangent goulûment et beaucoup.

    Le désir de tenir les gens éloignés des gens peut devenir extrêmement marqué: un adolescent s'enferme dans une pièce et ne la quitte pas pendant des jours et refuse catégoriquement de quitter l'appartement. Si un adolescent vit seul, il ne quitte pas son habitat et ne sort que pour des besoins urgents.

    Les hallucinations auditives prédominent dans la schizophrénie (le patient entend des voix qui peuvent l'accuser, l'ordre, l'humilier, les féliciter), mais l'apparition de visuels, tactiles, olfactifs est possible.

    Il n'y a pas de différence prononcée entre la schizophrénie chez les filles et les garçons, à l'exception du fait que dans la plupart des cas, les filles se développent plus tard et que le pronostic est plus favorable.

    Chez les garçons, la schizophrénie continue maligne se développe souvent et les premiers signes de la maladie sont plus souvent observés au début de l'adolescence (moins de 16 ans).

    Diagnostics

    Les principales méthodes de diagnostic de la schizophrénie:

    1. Conversation Le psychiatre s’adresse à un adolescent pour lui poser des questions sur ses passe-temps, son attitude à l’égard de son entourage, la situation à l’école. Il communique également avec les proches parents d'un adolescent, parfois avec ses amis, ses professeurs, et donne ainsi une image approximative de la maladie.
    2. Supervision du patient. Au cours de la conversation, un spécialiste remarque les caractéristiques du comportement, des mouvements, des expressions faciales et de la pensée liés à la schizophrénie.
    3. Effectuer des tests spéciaux. Avec leur aide, vérifiez les capacités cognitives d'un adolescent.

    Parallèlement, le patient subit plusieurs autres examens pour exclure les pathologies somatiques, dans lesquelles on peut observer des symptômes similaires à la schizophrénie (épilepsie, VIH, maladies auto-immunes, troubles métaboliques, troubles hormonaux, lésions cérébrales traumatiques, syphilis).

    Il est important que le psychiatre différencie la schizophrénie des autres troubles mentaux: trouble bipolaire, trouble schizo-affectif, syndrome borderline, trouble dépressif majeur.

    Méthodes de traitement

    Les principaux traitements pour la schizophrénie sont:

    1. Traitement médicamenteux. Chaque patient est sélectionné individuellement médicaments, et dans le processus de traitement, cette liste peut varier. La schizophrénie est généralement traitée avec les groupes de médicaments suivants: antipsychotiques atypiques (asénapine, clozapine), benzondiazépines (nitrazépam, diazépam), stabilisateurs de l'humeur (préparations au lithium, carbamazépine, topiramate).
    2. Psychothérapie Vous permet d'atténuer certains des symptômes, d'améliorer les sphères émotionnelles et volontaires, de réduire les niveaux de stress. En outre, le thérapeute aidera l'adolescent à s'habituer à l'idée qu'il est malade.
    3. Réhabilitation sociale. Il existe des institutions spéciales qui aideront l'adolescent à s'adapter à la société. Si la maladie apparaît modérément et répond bien au traitement médical, l'adolescent retourne dans les établissements d'enseignement habituels. La capacité d'être parmi les gens a un effet positif sur l'état émotionnel du patient, améliore le pronostic, prévient l'autisme.

    Il est important de traiter un adolescent atteint de schizophrénie avec soin, gentillesse et compréhension afin qu'il se sente en sécurité.

    Prévisions

    Le pronostic de la schizophrénie dépend de nombreux facteurs: la forme et l'évolution de la maladie, les caractéristiques de la personnalité de l'adolescent, son intérêt pour le monde réel, l'efficacité du traitement médicamenteux, la présence ou l'absence de soutien d'amis proches et de parents proches. Les garçons ont un pronostic moins favorable que les filles.

    Les parents et amis d'un adolescent atteint de schizophrénie devraient abandonner les stéréotypes concernant cette maladie afin de ne pas aggraver son état et d'essayer de le traiter au mieux.

    Il est utile de consulter le médecin du patient: il vous expliquera comment mieux interagir avec lui. L’attitude chaleureuse et attentionnée des proches joue un rôle important dans le processus de traitement et améliore parfois le pronostic.

    Pronostic de la schizophrénie chez les adolescents

    Des scientifiques de l'Université de Stanford se sont développés.

    Le chef du ministère de la Santé de la Fédération de Russie, Veronika Skvortsova, a nié.

    Service fédéral de supervision dans les soins de santé.

    La facture correspondante est soumise à la paroisse.

    Les médicaments bon marché peuvent bientôt.

    Les législateurs russes envisagent sérieusement.

    Dans la région de Kalouga a mené la première méthode d’opération.

    La nouvelle loi a été proposée pour examen par les députés de la Douma d'Etat.

    Les députés de la faction Russie unie se sont entretenus avec.

    Se débarrasser de la dépendance à l'alcool et à la drogue.

    Pronostic de la schizophrénie chez les adolescents

    "> psychose à évolution périodique ou circulaire non progressive, de même que les variantes" lentes psychopathes "de pronostic plutôt correct, ne sont pas des entités schizophréniques, il est juste de considérer la schizophrénie comme une psychose dont le pronostic est toujours mauvais et dont l'évolution ne diffère que par le degré de désavantage.

    O.D. Sosyukalo et ses employés ont fourni des données sur la patho morphose de la schizophrénie chez l'adolescent, en comparant les caractéristiques de la clinique et l'évolution de la maladie dans les années 1950 et 1970. Une diminution significative du nombre de débuts marqués a été constatée. Le nombre de cas avec le développement progressif de la psychose a considérablement augmenté. De manière moins fréquente, selon les auteurs, des troubles affectifs et hallucinatoires délirants ont commencé à se manifester. Étant donné que le changement de clinique n’est pas associé au traitement et à l’âge, on peut supposer que certains des débuts aigus de la schizophrénie ont été traités statistiquement comme des psychoses schizoaffectives, directement issues de la schizophrénie.

    Il serait très intéressant de comparer les matériaux il y a 40 ans à la réalité d'aujourd'hui. Selon des données littéraires, la fréquence de la schizophrénie chez les adolescents reste la même. L'aspect clinique sur plusieurs décennies a peut-être changé d'une manière ou d'une autre. À première vue, les formes hébéphrénique et catatonique sont devenues des raretés. Dans le même temps, il faut savoir que de telles enquêtes n'ont de valeur que si elles sont réalisées sur un support uniforme par des chercheurs d'une école de diagnostic.

    "> le diagnostic ne fait pas l'objet du contrat. La communauté scientifique et l'atelier médical sont composés d'individus ayant une vision subjective des choses (du phénomène clinique à l'ordre mondial), conscients que l'appel au consentement, à l'unité, etc. a une implication pour accepter la position de l'appelant, celui-ci considère à juste titre que ses opinions théoriques et ses préférences en matière de diagnostic ne sont pas moins raisonnables et fiables sur le plan clinique, et que la position de l'appelant n'est pas moins subjective que la sienne et qu'elle est prête à toute discussion.. Les procédures Onnyh pour l'échange de vues, de ne pas compromettre leur nature mentale des discussions est que la reconnaissance de l'innocence de quelqu'un est souvent le cas pour des raisons irrationnelles, et le point de vue « classique » - un phénomène improbable et est généralement temporaire.

    Aujourd'hui, comme il y a 100 ans, il n'y a pas d'unité dans la qualification du syndrome, dans l'utilisation de termes, ni même dans la compréhension commune de ce qu'est la pathologie et de ce qui ne l'est pas. Dans une certaine mesure, cette situation est aggravée par l'inclusion dans le cadre de la schizophrénie (sous le drapeau de la psychose schizo-affective, circulaire, périodique, intermittente, récurrente de la schizophrénie) des psychoses à évolution délibérément non productive, dans le tableau clinique prédictif des troubles d'affectivité et de conscience. L’interprétation large de la schizophrénie n’est pas utile, notamment parce qu’elle est associée à des attentes pessimistes quant au pronostic en raison des idées prédominantes parmi la population au sujet de cette maladie. L'unité de l'évaluation des symptômes de la schizophrénie relevant d'un avenir non proche, son diagnostic posé semble légitime, du moins pour des raisons d'ordre social.

    Pronostic de la schizophrénie chez les adolescents

    Si le tableau clinique de la schizophrénie est déterminé par des symptômes négatifs, un pronostic nettement moins favorable est noté à la fois en traitement hospitalier et en réadaptation (Remschmidt et al.). Cela pourrait s'expliquer par le moindre effet de la thérapie neuroleptique et par la difficulté d'influencer les symptômes négatifs à l'aide de mesures psychothérapeutiques et socio-rééducatives.

    En général, selon l'état actuel des connaissances, le pronostic de la schizophrénie à partir de la prépubertie et de l'adolescence est moins favorable que la dynamique de la schizophrénie chez l'adulte (Weiner). Selon les données disponibles, 23% des patients adolescents présentent une rémission. Cependant, dans 52% des cas, la maladie devient chronique, alors que chez l'adulte, elle n'est observée que dans 25% des cas; la fréquence des rémissions partielles chez les adultes est de 50% et chez les adolescents de 25%.

    Sur la base du suivi de 59 patients adolescents atteints de psychose schizophrénique et présentant des manifestations entre 14 et 18 ans (Krausz, Krausz, Muller-Thomson), il a été constaté qu'après 5 à 11 ans, la moitié des patients avaient transformé la maladie en forme chronique. Seulement 22% ont présenté une réduction nette des symptômes. Une étude de suivi avec un suivi moyen de 5 ans (Schmidt, Blanz) a révélé une dynamique défavorable après le premier traitement en milieu hospitalier.

    Sur les 40 adolescents interrogés, 55% avaient un grave dérèglement social qui entravait leur éducation. Dans 60% des cas, en rapport avec l'apparition de la maladie, il y avait un décalage entre la poursuite des études et les succès obtenus à l'école. Gilberg et ses collaborateurs (Gillberg et al.), D'après des données statistiques obtenues en Suède, indiquent un pronostic généralement défavorable de la schizophrénie avec manifestation primaire à l'adolescence.

    Les critères de prédiction sont l'âge au début de la maladie, la nature des débuts et les traits de personnalité prémorbides (Remschmidt et al., Schulz et al.). L’apparition de la maladie avant l’âge de 14 ans et surtout la manifestation chez l’enfant préfigurent l’évolution la moins favorable. Les manifestations précoces de troubles émotionnels sous la forme de troubles introvertis, ainsi que de retards de développement concomitants et le développement progressif de symptômes principalement négatifs, constituent une combinaison défavorable pour la dynamique future de la maladie.

    En outre, Martin (Martin), basé sur une étude prospective, a montré que la persistance de troubles cognitifs et l'aggravation de symptômes affectifs laissaient présager une évolution défavorable. Au contraire, le diagnostic de sous-types de schizophrénie tels que l'hébéphrénie ou la schizophrénie paranoïde chez les adolescents ne permet pas de prédire le développement ultérieur de la maladie (Martin, Remschmidt et autres, Schmidt, Blanz, Schulz et autres).

    - Nous vous recommandons de visiter notre section avec des matériaux intéressants sur des sujets similaires "Psychologie"

    Schizophrénie chez les adolescents

    La schizophrénie peut causer une personne de tout âge, y compris l'adolescence. Environ 30% des patients détectent les symptômes de cette maladie pour la première fois à l'âge de 10 à 20 ans.

    Autrement dit, à l'adolescence, le risque de développer une schizophrénie est quatre fois plus élevé que chez les jeunes et les adultes.

    Les premiers signes de schizophrénie chez un adolescent

    La schizophrénie chez l'adolescent est un processus associé à la formation chez un adolescent d'un état mental et émotionnel pathologique dans la perception de la réalité environnante. Les signes de psychopathie apparaissent au début du développement de la schizophrénie chez les adolescents: désobéissance, agressivité, refus d'aller à l'école, déviations sexuelles.

    Le symptôme principal de la schizophrénie à l'adolescence est l'injection presque instantanément d'émotions négatives, l'apparition de troubles de la pensée, l'autisme prononcé, une diminution de l'activité globale. La schizophrénie chez l'adolescent et chez l'adulte diffère de manière significative. Dans ce groupe d'âge, les débuts de la schizophrénie se manifestent rarement sous la forme d'hallucinations et de délires.

    Types de schizophrénie à l'adolescence:

    • paranoïde - se manifeste par un délire sous la forme d'une mauvaise interprétation des événements et des expériences personnelles, souvent de la dysmorfomanie (détection d'un défaut d'aspect, ce qui en fait ne l'est pas);
    • simple - cela peut commencer par une nature difficile et des explosions d'agression, suivies par un net déclin de l'activité et une pauvreté des intérêts;
    • résiduelle - dans le contexte de l’absence de manifestations aiguës de la schizophrénie, demeure une inhibition, une faible activité sociale, une indifférence face à leur apparence;
    • hébéphrénique - se manifeste par des éléments de comportement enfantin: grimaces, maniérisme, manifestation extrême de l'autisme;
    • catatonique - à l’heure actuelle est assez rare, il ya une stupeur ou une activité physique improductive, un négativisme, un affaiblissement des postures inhabituelles.

    Selon le type de flux, la schizophrénie est divisée en flux continu et paroxystique.

    Les adolescents inclus dans le groupe à risque pour la maladie de la schizophrénie doivent être expliqués à l'importance de ne pas prendre de drogues et de boissons alcoolisées. Les adolescents doivent être constamment accompagnés dans le développement des compétences sociales, afin d'empêcher le début de l'exclusion sociale, de forger de manière positive le développement des relations avec les personnes, d'enseigner les techniques d'hygiène et les soins personnels.

    En outre, il est nécessaire de mener un travail psychothérapeutique spécial, dont le but est de parler de la nécessité de maintenir un mode de vie sain, de surveiller leur apparence, de corriger le comportement pathologique de l'adolescent et de favoriser les contacts formels avec les autres. Dans la famille parentale d'un adolescent malade, il est important de maintenir une relation stable et calme, sans violence physique et morale, sans dépendance excessive et sans comportement incontrôlé.

    Il est important d'enseigner à un adolescent:

    • contrôler votre comportement et vos émotions;
    • faire le travail vous-même;
    • établir des relations avec les autres;
    • s'engager dans la créativité et le sport

    Symptômes de la schizophrénie chez les adolescents

    Il y a des complexes de symptômes entiers qui ne peuvent pas être considérés séparément les uns des autres, tous, à un degré ou à un autre, sont applicables à un certain nombre d'autres maladies. Considérez-les par rapport à la schizophrénie ne peut que, globalement.

    • Changements dans la sphère émotionnelle (un adolescent atteint de schizophrénie souffre de grandes difficultés pour exprimer ses émotions ou ne réagit pas correctement aux situations de la vie quotidienne).
    • L'apparition du délire, les hallucinations sont possibles (un adolescent malade entend des voix qui n'existent pas dans la réalité et voit des objets imaginaires).
    • La violation du comportement chez les adolescents se traduit par une incontrôlabilité, un manque de dévouement, une passivité, une indifférence vis-à-vis de l'apprentissage, l'autonomie, l'alcoolisme précoce et les intérêts primitifs.

    Ces symptômes n'apparaissent pas toujours simultanément, mais ils changent et dépendent du stade de la maladie.

    La schizophrénie nécessite un diagnostic approfondi, car ce diagnostic accompagne généralement une personne à vie. Les manifestations caractéristiques de cette maladie accompagnent généralement d'autres états de l'adolescent présentant des troubles mentaux. Comprenez toutes les manifestations de la maladie et établissez le diagnostic principal - un certain type de schizophrénie, seul un psychiatre a droit à ce droit. Comment, dans d'autres domaines, prescrire un traitement et contrôler le processus de traitement.

    L’essentiel dans le diagnostic de la schizophrénie est une collection scrupuleuse d’anamnèse, des tests psychologiques des traits de personnalité d’un adolescent et une observation à long terme par un groupe de médecins dans un hôpital psychiatrique. Le médecin attache une grande importance aux données relatives à la consommation de drogues et de stupéfiants, aux informations sur les effets d’une substance toxique, à la possibilité de transmission de la maladie par héritage. De plus, pour exclure la pathologie cérébrale, l’état du système nerveux de l’adolescent est pris en compte.

    Antécédents médicaux: patient C., 18 ans

    À l'adolescence, on peut noter le comportement insupportable, gênant et conflictuel envers les parents et les amis. Je suis sorti en courant de la maison, j'ai vécu dans le sous-sol, j'ai pris de l'alcool et de la drogue. Ça fume. Il y a eu des cas de vol. La 9e année a obtenu un diplôme avec difficulté. Inscrit à l'école professionnelle, mais n'a pas obtenu son diplôme et 1 cours, car il a été arrêté pour hooliganisme.

    De retour à la maison, j'ai décidé d'aller travailler. J'ai un chargeur dans le magasin. Là, il aimait la fille avec laquelle il commençait à attirer l’attention. À la vue d'une fille, il a commencé à parler très fort, à utiliser un langage grossier, à cracher dans sa direction, à faire d'autres compromis. En réponse à son indignation, il a dispersé des produits dans le magasin et brisé une vitrine.

    En outre, il commença à avoir l'air désordonné, arrêta de se laver et parla beaucoup et de manière insensée.

    Une fois, j'ai invité un policier à l'accompagner dans un restaurant en tant que garde. Ayant reçu un refus de lui, il a initié une bagarre. Travail laissé. Installé dans une décharge, était heureux et a attendu là-bas mon cœur. Au cours de cette période, ils ont commis plusieurs vols. En conséquence, il a été arrêté alors qu'il tentait de voler un sac de bonbons à un enfant. Pendant son hospitalisation, il a ri et s'est comporté bêtement, a grimacé et un dérapage thématique a été noté lorsqu'il a parlé.

    Il existe 4 types de pronostic pour la schizophrénie:

    1. En général, le pronostic de la maladie.
    2. La prévision du plan social, la possibilité de formation et d’emploi.
    3. La prévision de l'efficacité du traitement.
    4. Prévision en termes de possibilité d'hicide ou de suicide.

    Une cinquantaine de facteurs peuvent déterminer le pronostic de la maladie. Certains d'entre eux:

    • Le sexe masculin est un facteur défavorable, le sexe féminin est plus favorable.
    • La pathologie organique concomitante du cerveau aggrave le pronostic de la schizophrénie.
    • L'hérédité de la maladie dans l'histoire est défavorable.
    • L'accentuation du caractère schizoïde a également un effet négatif sur le pronostic.
    • Un bon signe sera un début aigu de la maladie, un mauvais - un début incertain et effacé de la maladie.
    • Il est mauvais, si la composante hallucinatoire prévaut, eh bien - si elle est affective.
    • Une bonne indication est la réponse à la première thérapie.
    • Longtemps sur le temps, et les exacerbations fréquentes aggravent également le pronostic.

    Selon les statistiques, environ 20% des adolescents malades commettent des tentatives de suicide, dont près de 12% décèdent.

    Le pronostic probable du développement de la maladie dans votre cas particulier peut être obtenu lors de la consultation dans notre clinique.

    Traitement de la schizophrénie chez les adolescents en clinique

    Le problème le plus grave auquel les parents d'un adolescent souffrant de schizophrénie sont confrontés est la recherche d'un spécialiste qualifié. Il s’agit d’un psychiatre capable de rétablir la santé d’un adolescent dans un délai optimal et prolongé.

    Ce problème peut être facilement résolu par des professionnels de leur domaine, des médecins de différents profils du centre psychothérapeutique spécialisé «Transformation de la clinique».

    Le centre a les possibilités:

    • service ambulatoire;
    • service d'hospitalisation;
    • les services de garde;
    • services d'aide à domicile des médecins;

    Découvrez les prix des services ici. Vous pouvez prendre rendez-vous de manière anonyme, en indiquant uniquement votre nom et votre ville, sans présenter de pièces justificatives.

    Pour toute question relative à votre santé ou à celle de vos proches, veuillez composer le numéro figurant sur le site.

    Schizophrénie chez les enfants et les adolescents: signes et traitement

    Le mécanisme de développement de la schizophrénie est associé à une prédisposition héréditaire, à des troubles métaboliques du cerveau, et ne dépend pas d'influences externes. La difficulté de reconnaître une maladie apparue au cours de l'enfance et de l'adolescence réside dans sa similitude avec les manifestations de la crise dite de l'adolescence, dans la mesure où cette maladie fait souvent ses débuts chez les adolescents âgés de 12 à 15 ans.

    Les symptômes spécifiques de la schizophrénie sont une altération de la pensée et de la perception, une déformation délirante de la pensée, la présence d'un syndrome hallucinatoire.

    Pour aider à suspecter la présence de la maladie chez un adolescent peut apparaître dans son comportement quotidien les caractéristiques suivantes:

    • l'isolement;
    • détachement;
    • silence inhabituel;
    • isolement des autres;
    • difficultés de communication avec les pairs;
    • sautes d'humeur.

    Une vigilance particulière est requise pour les cas avec la présence persistante des premiers symptômes indiqués de la maladie en présence d'antécédents familiaux aggravés.

    Des signes similaires se caractérisent par l'adolescence et chez les enfants en bonne santé. La situation pathologique est caractérisée par l’apparition soudaine et l’existence régulière de ce complexe de symptômes associé à des signes spécifiques de la maladie. La manifestation de la schizophrénie sera une combinaison de ces symptômes avec des hallucinations, des idées délirantes ou délirantes, l’émergence d’un comportement insensé bizarre, des grimaces, des troubles de la parole et de la pensée.

    La manifestation de la pathologie peut être variée: les hallucinations sont auditives, visuelles, gustatives, olfactives, tactiles. L'option la plus commune est l'auditif, le visuel est un peu moins commun, les variétés restantes se produisent dans de rares cas.

    Les hallucinations auditives s'expriment dans la perception de voix inexistantes ou d'autres sons. Les options caractéristiques sont le son des gouttes d'eau, le craquement de la porte. Les sons sont obsessionnels, agaçants pour le patient. Les voix entendues par le patient peuvent parler entre elles ou il peut s'agir d'une voix qui communique avec le patient.

    La nature de l'hallucination est subjectivement déterminée par le patient comme menaçante. Les voix peuvent avoir un caractère impératif et dominateur comportant un certain danger: cette situation peut entraîner le suicide ou la perpétration d'actes illégaux.

    Le non-sens se manifeste par la présence de conclusions qui ne correspondent pas à la réalité, la formation d’idées inexistantes (le non-sens systémique) présente souvent les manifestations suivantes:

    Variété de délire

    Les manifestations

    Le patient s’élève au-dessus des autres

    Manifesté sous la forme du syndrome de l'automatisme mental, le patient croit qu'il est influencé par des forces extérieures (sur ses pensées, ses actions).

    Le patient est confiant dans le fait qu'il est surveillé dans le but de causer un préjudice (par exemple, le voisin est un agent spécial, un espion mafieux extraterrestre ou un meurtrier envoyé spécialement à lui).

    Délire d'invalidité physique

    L'adolescent s'auto-attribue une difformité inexistante: nez excessivement gros, raccourcissement d'une jambe, surpoids, etc.

    Il existe diverses manifestations: discours incohérent, discours sous forme de fragments de phrases

    Cette manifestation se caractérise par l’apparition de comportements absurdes et absurdes chez l’adolescent: le patient peut rire aux éclats, s’habiller ou lui donner l’air maladroit, rendre publics les monologues décousus, les considérant ridicules et spirituels, faire des grimaces et agir en hauteur. Le comportement des adolescents de 12 à 15 ans commence soudain à ressembler au comportement d'un petit enfant.

    Pour cette condition est caractérisée par un changement de stupidité état dépressif. Il y a souvent des différences dans le fond émotionnel, du plaisir débridé à l'hystérie ou à l'agression.

    Le syndrome hépatique est un complexe symptomatique caractéristique de la schizophrénie chez les enfants et les adolescents. Dans la plupart des cas, les précurseurs d'un tel état se manifestent dès l'enfance: dans le comportement d'un tel enfant, on constate un intérêt accru pour la violence et la cruauté. Il regarde des films sur les catastrophes et les meurtres avec intérêt, peut montrer une agression envers les animaux.

    Les caractéristiques du syndrome hépatique sont également la vulnérabilité, la sensibilité, combinées à l’indifférence et à l’impolitesse envers les proches. À l'adolescence, le négativisme devient prononcé et s'adresse aux membres de la famille plus jeunes et plus faibles.

    À la puberté, le syndrome heboid dans la schizophrénie chez les adolescents se manifeste dans la philosophie, dans la fascination pour les problèmes abstraits du futur, dans la recherche du sens de la vie. Ces adolescents sont cyniques par rapport à leurs pairs, louent vivement leurs "grandes" connaissances et pensées, se placent au-dessus des autres.

    Avec ce trouble, il existe un risque élevé de comportement immoral d'un adolescent, qui peut se manifester par une désinhibition sexuelle, qui prend souvent des formes perverses. L'adolescent est facilement accro à la drogue, à l'alcool, a tendance à vagabonder, passant la nuit dans les sous-sols et les greniers. L'intoxication à l'alcool et aux drogues contribue à la commission d'actes illégaux de gravité variable.

    Une telle condition est une indication de l'hospitalisation à l'adolescence dans des conditions hospitalières dans le but de l'isoler, en maintenant une observation continue avant le soulagement du syndrome.

    Le syndrome heboid dans la structure de la schizophrénie est difficile à traiter (comparé au syndrome heboid dans la psychose ou en tant que pathologie indépendante). Mais la bonne approche et un traitement antipsychotique systématique peuvent permettre d'obtenir une rémission convaincante de haute qualité. L'acceptation des antipsychotiques doit être systématique, sans quoi une rechute est inévitable, ce qui aggrave considérablement le pronostic de la maladie.

    Le diagnostic de la forme latente de la schizophrénie est compliqué par la "lassitude", une gravité faible des symptômes.

    Parfois, une pathologie suspectée permet une tendance à un comportement inhabituel ou excentrique ou à l'apparition soudaine de peurs ou de changements d'humeur instantanés, de formes bénignes de troubles émotionnels.

    La schizophrénie chez les enfants: comment identifier les principaux signes de maladie chronique

    La schizophrénie est l’une des maladies plutôt graves, complexes et dangereuses auxquelles les enfants sont exposés.

    Son danger réside dans le fait que de nombreux parents préfèrent ne pas prêter attention au comportement étrange de l'enfant, en assimilant les symptômes psychiatriques à un fantasme ou à un personnage violent.

    Souvent comme cela, mais toujours regarder votre fils ou votre fille mérite plus d'attention. Il faut se rappeler que dans la schizophrénie, la détection précoce de la maladie et le début de son traitement sont extrêmement importants.

    L'accès tardif à un médecin rend difficile le diagnostic différentiel difficile. La complexité du diagnostic réside dans le système nerveux non formé mais central.

    Raisons

    Comme c'est le cas chez les adultes, il est difficile de nommer les causes spécifiques de la schizophrénie chez les enfants.

    Vous pouvez parler de facteurs généraux:

    • prédisposition génétique. Il y a un pourcentage de la probabilité d'héritage de pathologie;

    le risque d'avoir un bébé atteint de cette maladie augmente avec l'âge de la mère au moment de l'accouchement;

    climat psychologique malsain dans la famille: dépendances, manque d'argent, querelles;

    maladies infectieuses portées par la mère pendant la grossesse;

  • épuisement et suppression de l'immunité chez la mère pendant la conception et la réalisation.
  • Causes de la schizophrénie: hérédité, stress, alcool, drogues:

    Capacité d'apprendre sur l'hérédité

    Les gens demandent souvent: pouvez-vous savoir si votre enfant sera atteint de schizophrénie héréditaire? Il y a une tendance: la présence de parents malades augmente la probabilité de la maladie.

    Aucun expert ne peut déterminer avec précision s'il y aura de la schizophrénie chez un enfant aux antécédents familiaux surchargé.

    Il n'est pas clair quels gènes sont impliqués dans le développement de la schizophrénie. On sait seulement que 74 gènes sont impliqués dans ce processus, il est donc difficile de répondre correctement à la question de l'hérédité.

    Comment comprendre qu'un enfant est malade - symptômes

    Comment se manifeste la schizophrénie chez les enfants, existe-t-il des signes lumineux, un comportement particulier? Les symptômes peuvent varier selon la forme, le type de schizophrénie infantile.

    Les signes sont divisés en deux groupes: productif et négatif.

    Lors de la manifestation de la psyché productive, de nouveaux processus sont lancés, qui devraient être absents chez une personne en bonne santé.

    Par exemple, ce sont des hallucinations, des états obsédants délirants, des peurs non fondées que le patient ne peut pas distinguer de la vie réelle.

    Les signes négatifs sont ceux dans lesquels se produisent l'effacement des traits de personnalité: changements de caractère destructeurs, confusion des pensées, incapacité de penser en principe, dégradation des fonctions motrices.

    Hallucinations Plus souvent - auditif, moins souvent - visuel. Par exemple, il parle à des créatures de fiction, entend des réponses, voit des objets inexistants ou voit avec intérêt quelque chose dans le vide.

    Les phénomènes de paranoïa, comme si l'enfant était humilié ou voulait causer du tort.

    Fort niveau d'anxiété, peur d'objets ou de phénomènes inexistants. Manifesté en clôture.

    Suspension de la société, refus de communiquer avec les parents ou les pairs.

    Penser dérangé, qui est révélé par la parole. L'enfant ne peut pas expliquer ce qu'il veut dire, perd le fil du dialogue, est confus dans ses pensées. Arrêtez d'utiliser des mots, inventant des ensembles sonores incompréhensibles à la place d'eux.

    Absence de désir d'effectuer les actions de base acceptées. Le plus souvent manifesté en l'absence d'hygiène. Ce symptôme est le plus perceptible chez les adolescents. Ils ne lavent pas, ne changent pas le linge, se défèquent sous eux-mêmes.

    Humeur Lability (gouttes). Larmes - rire sans cause - hystérie - apathie totale, alors que ces humeurs changent instantanément.

    Quels sont les types et les stades de la schizophrénie chez les enfants ou les adolescents, dira la vidéo:

    À un âge précoce

    Early est l'âge de la naissance à trois ans. Pendant cette période, vous remarquerez peut-être des signes de trouble mental. Les violations dans le domaine des besoins et leur priorité en diront le plus clairement.

    Le bébé peut commencer à refuser l'allaitement, il peut être confus jour et nuit et perturber les fonctions motrices.

    Il est important de faire attention aux réactions dites paradoxales. Par exemple, le bébé ne se soucie pas des irritants grossiers, tels que les sons forts et durs, les couches qui n'ont pas changé et la solitude.

    En même temps, le mécontentement est provoqué par l’affection, des bruits calmes, la baignade.

    L'enfant communique mal avec le monde extérieur, il n'a aucune réaction volontaire. La vue ne montre pas d'intérêt et les réactions vocales sont possibles, mais comme si elles étaient pour elles-mêmes et non pour le contact avec d'autres.

    Sinon, comment reconnaître la schizophrénie: le bébé ne cherche pas à éveiller l’intérêt; plus tard, il n’implique pas les adultes dans les jeux.

    Vous pouvez apprendre de notre publication sur les symptômes de la varicelle chez les enfants de moins d'un an.

    Si vous ne savez pas quels peuvent être les effets du rotavirus, lisez ce document.

    Cet article et le Dr. Komarovsky parleront également de la scarlatine chez les enfants.

    Au préscolaire et à l'école

    À cet âge, le symptôme le plus notable est la peur sans fondement d'objets ou de phénomènes inexistants. L'enfant peut halluciner, le plus souvent des personnages de contes de fées ou de monstres.

    Aussi caractéristique:

    • pleurer continuellement pendant plusieurs heures;

    manque d'intérêt pour les jeux de rôle;

    changement de manque de mouvement, de stupeur et de forte excitation;

    l'enfant parle souvent des langues inexistantes, commet des actes incompréhensibles dans la vie quotidienne, ne joue pas;

  • réticence à contacter des regards.
  • L'enfant joue seul, les autres enfants ne lui causent aucun sentiment. Pendant le jeu, en boucle, ils peuvent pendant des heures tenir un jouet dans leurs mains, le tournant simplement.

    Il est possible que l'enfant ait appris à marcher, mais ait ensuite oublié comment le faire et a recommencé à ramper.

    Le patient peut soit arrêter complètement de communiquer verbalement avec d'autres personnes, soit utiliser des ensembles de phrases obscures, mais non dans le but de parler, mais dans le but d'exprimer son propre état qu'il connaît seul.

    À l'adolescence

    Le diagnostic de la schizophrénie chez les adolescents a des difficultés pour les médecins, car les symptômes de la maladie ressemblent aux signes habituels d'une crise transitoire: l'adolescent est silencieux, apathique, il se fiche de ce qui se passe autour de lui, évite ses pairs, est seul.

    Les sautes d'humeur caractéristiques sont également caractéristiques. Mais dans la schizophrénie, tout cela se passe dans le contexte d'hallucinations, d'obsessions délirantes, d'actions inexplicables, de troubles de la parole.

    Par ces actes stupides inexplicables, je ne veux pas dire de la sympathie pour une sous-culture adolescente ou un costume étrange pour une fête, mais une ligne de conduite constante et immuable lorsque, sans explication, il met, par exemple, des bottes en feutre, un pantalon et un manteau de fourrure.

    Vous devez regarder attentivement l'adolescent afin de ne pas confondre les symptômes de la maladie avec le maximalisme habituel séculaire.

    Par exemple, une adolescente prononce tout un discours incohérent et, pensant qu’elle est drôle, il se moque d’elle de façon incontrôlable, mais son monologue n’a aucun sens.

    Un point intéressant pour le diagnostic - le prétendu non-sens du handicap physique. Le patient se considère comme un phénomène physique, pensant qu'il a, par exemple, une main beaucoup plus courte que l'autre.

    Médecins spécialistes et diagnostics

    Les enfants présentant des symptômes de schizophrénie doivent être examinés par un psychiatre qui, si le diagnostic est confirmé, leur prescrira un traitement.

    Pour confirmer le diagnostic est généralement effectuée telles mesures de diagnostic:

    • L'IRM aidera à identifier les pathologies typiques de la structure du cerveau et à éliminer les tumeurs possibles;

    EEG montrera l'activité bioélectrique du cerveau;

    La numérisation recto verso des vaisseaux sanguins permettra de contrôler le débit veineux.

    les neurotests montreront l’efficacité du système nerveux;

  • Les tests psychologiques permettront d'éliminer ou de confirmer les problèmes de mémoire, de perception adéquate de la réalité et d'attention.
  • Si vous ne savez pas comment la rubéole apparaît chez les enfants de moins d'un an, lisez notre publication.

    Cet article et le Dr. Komarovsky parleront également du traitement de la stomatite chez les enfants.

    Découvrez comment l'otite apparaît chez les enfants à partir de ce matériau.

    Traitement

    La schizophrénie est une maladie chronique, mais la plupart de ses manifestations peuvent être neutralisées. La thérapie comprend plusieurs étapes.

    Le premier est un ventouse. Il est appelé à éliminer de toute urgence l'état de psychose, ainsi qu'à supprimer les hallucinations, les délires, etc.

    La deuxième étape se stabilise. Les activités menées au cours de cette étape visent à consolider les résultats obtenus lors de la mise en forme.

    Le troisième est la thérapie de prévention des rechutes. La psychose suivante est prévenue, voire retardée. Les neuroleptiques réduisent les manifestations négatives des troubles mentaux.

    La plupart des traitements médicamenteux sont destinés à soulager des symptômes tels que des hallucinations, des tremblements et des absurdités. Pour ce faire, utilisez habituellement l'halopéridol. Avec un niveau d'anxiété élevé - Levomepromazine.

    Le type et l'intensité de la psychothérapie sont choisis par le médecin en fonction du tableau clinique, des résultats du test et de la réponse du patient aux médicaments.

    Sur le traitement de la schizophrénie chez les enfants, voir la vidéo:

    Récupération et vie communautaire

    La maladie est chronique et la méthode de délivrance complète n'a pas encore été inventée. Mais il existe des moyens de faciliter son écoulement et d'augmenter la durée de la rémission.

    Dans la plupart des cas, les enfants atteints de schizophrénie peuvent fréquenter des écoles ordinaires. Mais parfois, la formation est présentée selon un programme individuel à la maison. Ces décisions sont prises par des commissions médicales et pédagogiques.

    Nous avons parlé de la schizophrénie chez des enfants d'âges différents: ses premiers symptômes et ses premiers signes, les causes de la morbidité chez les enfants et les adolescents, les méthodes de diagnostic et de traitement, donnait une prévision.

    La schizophrénie est une maladie mentale grave et dangereuse. S'il se développe pendant l'enfance, il est important de le remarquer à temps et de consulter un médecin. Sans traitement adéquat, l'enfant peut devenir complètement incapable.

    Schizophrénie chez les adolescents: causes, diagnostic, traitement

    Les consultants de la clinique "IsraClinic" se feront un plaisir de répondre à vos questions à ce sujet.

    La schizophrénie chez les adolescents, provoque

    Biologique

    • Localisation génétique (la présence de la maladie dans les antécédents familiaux);
    • Perturbation du système nerveux central;
    • Effets infectieux sur le fœtus pendant la grossesse;
    • Consommation de drogue, alcoolisme précoce ou toxicomanie

    Social

    • Atmosphère défavorable dans la famille (querelles, scandales, conflits);
    • Ignorer l'identité d'un adolescent.

    Pourquoi existe-t-il une schizophrénie chez les adolescents alors que ses causes ne sont pas complètement établies? Ce n'est qu'une liste indicative des facteurs néfastes pouvant déclencher l'apparition de symptômes schizophréniques.

    Signes de schizophrénie chez les adolescents

    Comme chez l'adulte, les symptômes de la schizophrénie chez l'adolescent peuvent être divisés en négatifs et positifs.

    Les symptômes négatifs chez les adolescents se manifestent plus tôt et prévalent sur les symptômes positifs. Ainsi, un adolescent est bouleversé par ses pensées, son humeur, ses émotions, son désintérêt pour les choses qui l’intéressaient auparavant. Il y a de la grossièreté, de l'agressivité, en particulier à l'égard des parents et des amis, un adolescent devient désordonné, apathique, ne surveille pas son hygiène personnelle, ses capacités intellectuelles chutent, sa performance diminue. Parfois, il peut y avoir dépression, stupeur ou excitabilité motrice. Ce comportement est souvent perçu par les parents comme une manifestation d’une période de transition et l’attention qu’il mérite n’est pas accordée.

    Symptômes productifs

    Comme chez l'adulte, les symptômes productifs se manifestent sous forme d'idées hallucinatoires et délirantes.

    • Les hallucinations sont généralement auditives, sous la forme de voix qui condamnent, grondent ou discutent.
    • Les idées folles, le plus souvent des idées délirantes de défauts physiques (dysmorphophobie ou dismorfomania) sont une insatisfaction quant à leur apparence ou à une partie du corps. Progressivement, cette idée capture complètement l’esprit d’un adolescent et il cherche à éliminer le "défaut" de quelque manière que ce soit. Cela peut conduire à l'anorexie, à l'automutilation ou au suicide.
    • L'intoxication philosophique est un intérêt pour les problèmes abstraits, souvent philosophiques, les réflexions prolongées et les discours incessants.
    • Troubles psychopathiques, y compris la grossièreté, la désinhibition sexuelle, la cruauté et la dépendance à l'alcool et aux drogues.

    Types de schizophrénie chez les adolescents

    • La schizophrénie avec un courant continu. Les premiers signes apparaissent dans l'enfance: aliénation, obstination, irritabilité et, à l'adolescence, la maladie est exacerbée. Les périodes de normalisation deviennent plus courtes et disparaissent progressivement. L'adolescent devient déséquilibré, parle confus, mouvements du corps non coordonnés, confus. La maladie progresse progressivement, avec des aggravations au printemps et en automne. Les attaques de panique, les peurs s'ajoutent aux symptômes existants, l'anxiété, la méfiance et les manifestations délirantes augmentent.
    • Schizophrénie paranoïde. Les premiers signes apparaissent après l’âge de 12 ans: en règle générale, sautes d’humeur, tendance à fantasmer, à inventer des histoires naïves et inexistantes sur eux-mêmes et leurs proches, l’adolescent est souvent confus et invente de nouveaux détails. Avec l’âge, les idées délirantes deviennent plus logiques et délibérées, puis plus tard, des idées délirantes d’exposition, d’empoisonnement et de grandeur. Les hallucinations dans la schizophrénie paranoïde à l'adolescence sont extrêmement rares, principalement les hallucinations visuelles telles que les yeux rouges, les mains noires, l'apparence laide, etc. il y a de l'appréhension et de l'hostilité envers les autres, une préoccupation pour leur vie.
    • Schizophrénie récurrente, typique des filles. Manifesté par des attaques psychopathiques, qui apparaissent brusquement et disparaissent également. Le déclenchement d'une attaque peut provoquer des infections ou des virus, des blessures physiques ou une dépression.
    • Schizophrénie pubertaire aiguë caractérisée par un parcours onduleux lorsque les attaques alternent avec des périodes de calme à peu près égales dans le temps. La durée de l'attaque de deux semaines à deux mois, mais sous l'influence de facteurs défavorables (stress, drogues, alcool) peut être retardée.

    Schizophrénie chez les adolescents, diagnostic

    Des symptômes psychosomatiques distincts peuvent être un signe de schizophrénie, mais aussi d'autres troubles psychotiques chez les adolescents. Par conséquent, la schizophrénie est diagnostiquée après un examen approfondi et exhaustif, et uniquement par des psychiatres qualifiés du centre. Le diagnostic de schizophrénie chez un adolescent est une sorte de phrase. Par conséquent, avant de tirer une telle conclusion, le médecin procède à des tests approfondis des caractéristiques personnelles du patient. Recueille les antécédents de la maladie, vérifie la possibilité de transmission de la maladie par héritage, vérifie que les symptômes ne sont pas causés par la prise de médicaments, de stupéfiants ou de médicaments toxiques. De plus, le diagnostic différentiel prend en compte l'état du système nerveux et la présence de pathologies du cerveau.

    Schizophrénie chez les adolescents, traitement

    Une approche intégrée du traitement de la schizophrénie chez les adolescents comprend:

    • Traitement médicamenteux (nootropiques, neuroleptiques), qui aidera à éliminer les symptômes productifs, ralentit le développement et prévient l’apparition de manifestations négatives et d’un défaut schizophrénique. Dans le traitement des adolescents, il convient de garder à l’esprit que les médicaments utilisés ont un effet secondaire plus marqué sur le corps que dans le traitement des adultes. Ce facteur est pris en compte lors du choix d’un produit médical, de son dosage et du moment de son utilisation.
    • La psychothérapie est utilisée pour aider un adolescent à comprendre et à accepter sa maladie, à trouver un soutien qui lui permettra de ne pas perdre le contact avec la réalité.

    La schizophrénie n'est pas traitée, mais un traitement opportun et qualifié empêchera ou ralentira les changements irréversibles de la personnalité.

    En Savoir Plus Sur La Schizophrénie