Le syndrome asthéno-névrotique (en abrégé ANS) est une affection neurologique. On l'observe souvent chez les adultes et les enfants très mobiles, qui réagissent de manière réactive au moindre revers ou à des stimuli externes, montrent violemment des émotions, prennent des problèmes de cœur à la vie.

De telles particularités psycho-émotionnelles d'une personne peuvent être de nature innée et héréditaire et, dans un environnement favorable, ne sont pas particulièrement manifestes. Mais ils peuvent dramatiquement "détoner" sous l'influence d'une cause physiologique externe ou interne et provoquer le développement d'une maladie nerveuse difficile à traiter.

Causes du SNA

L’épuisement mental, qui est essentiellement un syndrome asthéno-névrotique, a plusieurs causes:

  • maladies chroniques et blessures à la tête;
  • intoxication;
  • facteurs sociaux;
  • mauvais mode de vie.

Maladies chroniques

La personne est un système uniforme dans lequel des facteurs physiques influencent la psychoémotivité. Comme nous le savons, un esprit sain ne se trouve que dans un corps qui n’est pas chargé de maladies. En ce qui concerne les causes du syndrome névrotique, nous devons déterminer si des maladies chroniques affectent le SNA:

  • hypothyroïdie (pathologie de la glande thyroïde);
  • hypotension (pression artérielle basse);
  • diabète, etc.

Les processus cérébraux latents résultant de lésions ou ayant un caractère héréditaire entraînent des troubles mentaux:

  • haute pression crânienne;
  • troubles circulatoires;
  • tumeurs.

L'hypoxie à la naissance, le sous-développement du système nerveux, l'hérédité peuvent affecter le développement du syndrome chez les enfants.

Intoxication du corps

Les causes du syndrome peuvent être des rhumes fréquents, qui doivent être traités avec des antibiotiques. Les enfants atteints d'infections virales respiratoires aiguës persistantes sont le plus souvent enregistrés dans la zone à risque du SNA.

Chez les adultes, on observe un syndrome asthéno-névrotique avec une intoxication constante à la nicotine. Une idée fausse commune est l'effet calmant des cigarettes. Certains adultes s'accrochent à eux dans des situations stressantes ou lorsqu'ils sont bouleversés. Mais une mauvaise habitude brise encore plus le système nerveux. La nicotine brûle toutes les vitamines et déshydrate le corps. Par conséquent, presque tous les fumeurs souffrent du syndrome asténo-névrotique.

Facteurs sociaux

Une atmosphère défavorable au travail ou à la maison provoque des dépressions nerveuses. Si vous ne comprenez pas cette raison à temps et n'essayez pas de changer la situation, les attaques de colère ou les accès de colère augmenteront, deviendront une boule de neige et se transformeront en syndrome asthéno-névrotique.

Le désir insatiable de construire une carrière est également une source d'épuisement mental. Avec des charges mentales irrationnelles, une personne est menacée de fatigue chronique, d’insomnie et de maladies nerveuses.

Chez les enfants, les causes sociales du SNA sont des conflits à l’école ou avec des amis. Les parents devraient reconnaître le syndrome asthéno-névrotique chez un enfant à temps et travailler ensemble pour faire face à une situation de conflit.

Souvent, les adultes ne comprennent pas qu’ils sont en réalité opprimés par leur enfant, devenu soudainement déprimé et irritable. Ils reprochent aux enfants de ne pas être recrutés ou d'avoir de mauvais résultats scolaires, ce qui provoque encore le développement du syndrome, qui est difficile à traiter à un stade avancé.

Mauvais mode de vie

Le rythme effréné de la modernité est en soi un stress pour le corps. Il est nécessaire de compenser un mode de vie sain et un régime quotidien strict:

  • temps d'aller se coucher;
  • manger en même temps et pas une fois par jour;
  • prévenir l'épuisement du corps avec l'avitaminose;
  • n'oubliez pas de prendre des pauses dans le travail;
  • consacrer du temps au sport.

La fatigue physique et mentale est une voie rapide vers le syndrome asthéno-névrotique. Et si une personne ne reconnaît pas les premiers symptômes du SNA à temps, la maladie peut être très grave.

Conséquences du SNA

Le syndrome asthéno-névrotique peut avoir des causes sous la forme de maladies chroniques. Et inversement: l’épuisement nerveux provoque de graves changements physiologiques, parfois irréversibles:

  • troubles hormonaux;
  • crise cardiaque ou accident vasculaire cérébral;
  • ulcère d'estomac, etc.

Si vous renoncez à la maladie, celle-ci se transformera en une dépression profonde et une réticence persistante à vivre. Au stade du syndrome asthéno-neurologique, une personne est encore capable de s’aider. Mais il est souvent difficile de sortir d'un état dépressif sans l'intervention d'un psychologue ou un traitement par antidépresseurs.

Le syndrome asthéno-névrotique oublié chez les enfants est confronté à de graves modifications du système endocrinien et à une altération de la puberté. Les adultes qui ont eu une telle maladie dans leur enfance peuvent avoir des problèmes de fonction de reproduction.

Les symptômes

Il est possible d'empêcher le développement du syndrome asthéno-névrotique si les premiers signes de la maladie sont détectés à temps. Chez les jeunes enfants, les symptômes sont les suivants:

  • caprices et pleurs sans cause;
  • refus de manger;
  • mettre la colère sur les jouets;
  • rhumes fréquents.

Le pédiatre ou le neuropathologiste pédiatrique sera en mesure de déterminer l'étendue du syndrome et de prescrire un traitement.

Les symptômes chez un adulte ou un adolescent apparaissent progressivement, augmentant à différents stades d'épuisement nerveux.

Le premier stade de progression de la maladie n’est généralement pas pris au sérieux. En raison des éclats d'irritabilité fréquents, les personnes qui l'entourent et la personne elle-même pensent qu'il a simplement «détérioré son caractère». Pour traiter cette maladie rarement, on essaie.
L'excitabilité émotionnelle est accrue: rires malsains et feintes de gaieté, larmes folles, manifestations inattendues de joie. Il est difficile pour une personne de contrôler ses sentiments et de retenir ses émotions.

À la deuxième étape, l'incontrôlabilité émotionnelle est remplacée par l'indifférence vis-à-vis de son entourage: personne n'est intéressé par les nouvelles réunions, les films et les divertissements.

Les symptômes se manifestent par une détérioration du bien-être physique: une personne se lasse du moindre effort, veut dormir ou se coucher de façon permanente. Mais même un très long sommeil ne restaure pas.

À ce stade du syndrome asthéno-névrotique, la personne glisse presque dans la dépression. L'apathie, le refus de tout faire, les rhumes fréquents (par exemple, une personne peut avoir mal à la gorge tout le temps). Si rien n'est fait, cet état aura des conséquences plus graves.

Traitement ANS

Les méthodes de traitement du syndrome asthéno-névrotique sont combinées dans trois directions:

  • psychothérapie;
  • consommation de drogue;
  • organiser le bon mode de vie.

Le traitement psychothérapeutique peut inclure des visites chez un spécialiste. La maladie, à ses débuts, est complètement curable avec des méthodes à la maison: bains relaxants, aromathérapie, contemplation des poissons d'aquarium et promenades dans la nature.

Dans la première phase du syndrome, les médicaments sont généralement limités aux complexes de vitamines et aux tisanes contenant de la racine de valériane. Si l’état de la personne empire, il faudra prescrire un sédatif, des adaptogènes et éventuellement des antidépresseurs à un médecin.

Le traitement est également une révision du mode de vie qui a conduit au syndrome asthéno-névrotique. Assurez-vous d'inclure des sports, un régime alimentaire et un régime de jour strict. L'organisation de votre vie est recommandée à titre préventif. Après tout, le meilleur traitement pour le syndrome est sa prévention.

Dépression névrotique

Dépression névrotique - une maladie apparue à la suite de l'impact d'un événement traumatique. Le trouble est caractérisé par une forme prolongée de névrose. La maladie peut être accompagnée de divers syndromes: asthénique, anxieux-phobique, hypochondrie.

Les premiers signes du trouble apparaissent après l'exposition à des facteurs de stress chez une personne, et leur intensité peut ne pas être prononcée, mais la situation elle-même est un problème subjectivement important pour le patient. Le rôle héréditaire (prédisposition génétique) dans le développement de la dépression névrotique est minime.

Avec cette maladie, il existe différentes formes de dépression:

  • réactif (situationnel);
  • personnel;
  • non endogène;
  • non psychotique.

La plupart des psychiatres modernes considèrent la formation des symptômes dominants de la dépression névrotique comme une étape dans le développement d'autres troubles mentaux. La dernière version de la classification de la maladie mentale (DSM-III) ne considère pas la maladie comme un trouble indépendant.

La dépression névrotique se caractérise par un large éventail de manifestations allant de conditions normales à la substitution de formes «effacées, déguisées, presque non symptomatiques». Une telle «dépression sans dépression» pose certaines difficultés pour le diagnostic et la différenciation du trouble dans le cadre des formes nosologiques existantes. L'absence ou la faible manifestation des symptômes empêche la mise en œuvre opportune d'un traitement fondé sur une preuve pathogénique, associé à un risque plus élevé de sous-estimation de la gravité réelle de la maladie.

Dans une certaine catégorie de personnes, y compris les enfants et les adolescents, la maladie survient le plus souvent sous une forme cachée (sous une forme déguisée). Sans remarquer, ne pas comprendre ni ignorer les signes de dépression, les gens modifient leur mode de vie en se basant sur un «comportement destructeur»: ils abusent de l’alcool, prennent des substances narcotiques et toxiques, tentent d’améliorer leur état émotionnel avec de fortes doses de drogues.

Chez certains patients, la dépression est considérée comme une maladie somatique et la personne subit des examens répétés et un traitement infructueux avec divers spécialistes, aggravant ainsi son état émotionnel.

Une complication de la dépression névrotique est une pensée suicidaire et des tentatives qui se produisent au plus fort du développement de la maladie, au moment où il se trouve dans un état aigu de désespoir, de désespoir. La seule méthode prophylactique d'action suicidaire est le diagnostic correct de la dépression, l'accès rapide à un médecin et un traitement complet.

Dépression de la genèse névrotique: causes

La principale raison du développement de la dépression névrotique est l'impact de facteurs traumatiques personnellement importants. En règle générale, une situation stressante pour un individu est en réalité un événement ordinaire de la vie, tel que: une situation de conflit dans une famille, des problèmes professionnels, des difficultés financières.

Très souvent, l’effondrement des plans, des espoirs, des aspirations et des désirs devient un facteur provocateur du développement de la maladie. En outre, le déclencheur est un conflit prolongé entre les besoins réels et les priorités personnelles et les règles strictes de la vie en société. Ce désordre émotionnel peut résulter de la situation difficile et difficile à résoudre dans le présent et en perspective. Par exemple, une femme est obligée de prendre soin d'un mari handicapé paralysé: un effort physique énorme, un stress mental constant, la conscience de l'absence de chances de guérison entraînent un stress intense et provoquent le développement d'une dépression névrotique.

L'accumulation d'énergie négative se produit également sous l'influence de facteurs non intensifs, mais permanents et "monotones", par exemple: un conflit, une atmosphère hostile sur le marché du travail. Incapable de se détendre complètement, de moyens sains de se débarrasser de la tension et de la fatigue, une personne est fixée sur ses sentiments négatifs, tombe dans une dépression et un état d'apathie. En conséquence, la vitalité est épuisée, la personne souffre de «dépression nerveuse» et par la suite, un état dépressif se développe.

Un rôle important dans le développement de la genèse névrotique appartient aux traits de personnalité du personnage. Les personnes qui se caractérisent par une force de réaction accrue aux stimuli minimaux, une fixation sur les événements négatifs et des sensations, une évaluation pessimiste du passé et du présent, la prédominance des émotions négatives sur les émotions positives font partie du groupe à risque. Les chances de tomber dans un état dépressif sont les personnes qui sont hésitantes et passives par nature, qui préfèrent suivre le courant plutôt que de supporter les difficultés d'être. Les personnes avec un arrière-plan émotionnel instable, qui se caractérisent par de fréquents changements d'humeur et une réaction excessive à tous les événements, peuvent également ressentir le syndrome dépressif.

Dépression névrotique: symptômes

Le symptôme principal de la dépression de la genèse névrotique est irrationnel, incompréhensible, expliqué et contrôlé, ainsi que manifestement caractérisé par des sautes d'humeur. Bien que, dans ce trouble, le patient soit dominé par un état de dépression, cependant, les sentiments de mélancolie oppressante sont absents ou légèrement manifestes. La dépression névrotique ne se caractérise pas par une autocritique excessive, une estime de soi sous-estimée et une auto-accusation, les patients ne perdent pas totalement leur intérêt pour les événements et leur efficacité demeure. Lorsque la maladie s'aggrave, les sautes d'humeur deviennent plus prononcées, bien que les sentiments émotionnels négatifs ne se traduisent pas par un état de dépression stable, permanent et intense.

Pour la dépression névrotique caractérisée par les manifestations de:

  • pleurs, apitoiement sur soi-même;
  • les tendances à l'accusation et à la critique de ceux qui l'entourent ne sont pas généralisées, mais se limitent à la zone de l'événement traumatique;
  • sentiment de faiblesse générale, sentiment de faiblesse;
  • anxiété légère et irrationnelle;
  • légère détérioration de l'appétit;
  • troubles du sommeil: sommeil prolongé, réveil précoce, sommeil intermittent;
  • probabilité d'endogénéisation;
  • préservation des biens personnels et des qualités;
  • clarté psychologique des causes de l'apparition et du développement de la maladie;
  • nosognosie;
  • vision ambivalente des pensées suicidaires.

Les formes modérées et sévères de dépression peuvent se manifester par des symptômes somatiques:

  • troubles du système digestif: constipation ou diarrhée;
  • douleurs articulaires;
  • diminution du désir sexuel;
  • irrégularités dans le cycle menstruel;
  • Céphalées «pressantes» et «constrictives», appelées «casques neurasthéniques»;
  • douleur au coeur, tachycardie ou arythmie.

Les patients sont conscients du lien entre leur état psychologique et le facteur de stress existant, ils souhaitent changer l'atmosphère de stress, le désir de résister à la maladie. La composante du syndrome de dépression névrotique est l’expression des expressions faciales du patient: les expressions faciales, les pantomimes ne reflètent cet état que lorsque des facteurs psycho-traumatiques sont mentionnés et disparaissent lorsque la conversation passe à un autre sujet.

Les manifestations de la dépression névrotique avec la prévalence de traits de personnalité hystériques chez une personne sont clairement des éléments d'influence et de démonstration des actions. Cependant, ces manifestations «théâtrales» peuvent être éliminées par un effort de volonté motivé: si nécessaire, le patient est capable de se «ressaisir» et d'agir de manière adéquate.

Dépression névrotique: traitement

Les méthodes de traitement de la dépression névrotique sont choisies individuellement par un psychiatre en fonction de la forme et de la gravité de la maladie. Pour que le traitement de la maladie donne de bons résultats, il est possible d’utiliser un traitement médicamenteux et psychothérapeutique complet, combiné, correct et cohérent.

Le rôle principal dans le traitement de cette maladie est attribué à la psychopharmacologie. Le cours de thérapie comprend différents groupes de médicaments: antidépresseurs, antipsychotiques, tranquillisants, stabilisateurs de l'humeur, complexes de vitamines. Le choix des médicaments dépend des particularités de l'évolution de la maladie et de la réponse du patient aux médicaments. Des traitements non pharmacologiques sont également utilisés: médicaments homéopathiques.

L’essence de toutes les méthodes psychothérapeutiques modernes est la communication libre, franche et efficace du patient avec le psychothérapeute. La tâche du spécialiste est d'écouter l'histoire du client, d'aider à identifier les causes profondes de la maladie, d'envoyer pour réévaluer et résoudre les problèmes psychologiques existants, pour motiver des changements dans les réponses comportementales. Un facteur important pour le succès de la psychothérapie est le sentiment que le patient a un réel soutien, une confiance dans les résultats positifs du traitement. Une condition importante pour l’élimination des manifestations du trouble dépressif est le soin et l’attention des personnes proches, la résolution complète et réussie des problèmes familiaux, sociaux et matériels existants.

Les séances d'hypnose permettent d'obtenir de bons résultats dans le traitement des symptômes de la dépression, ce qui permet au patient de quitter rapidement son état dépressif. Les techniques de méditation et d'auto-suggestion assurent l'endurance de l'effet obtenu et constituent d'excellentes mesures pour la prévention du développement ultérieur d'épisodes dépressifs.

Parmi les méthodes non traditionnelles efficaces utilisées pour traiter la dépression névrotique, il convient de noter la technique populaire - la thérapie par les dauphins. En outre, pour soulager l'intensité des symptômes et éviter les récidives, chaque patient doit revoir son régime de travail et de repos, éviter les surcharges physiques et mentales, introduire dans son alimentation des aliments riches en glucides, en vitamines et en minéraux. D’excellents résultats sont obtenus grâce à la pratique régulière d’exercices physiques: natation, aérobic, course à pied, cyclisme.

Quels que soient les moyens dont dispose la médecine moderne dans son arsenal, la condition principale pour vaincre la dépression névrotique est le désir sincère, des efforts volontaires indépendants, la confiance du patient dans la réussite et le respect de toutes les recommandations du médecin traitant.

Syndrome névrotique

Le syndrome névrotique étant souvent confondu avec la névrose, le traitement n'atteint pas le résultat escompté. Un diagnostic complet et l'identification des véritables causes de la formation du syndrome névrotique conduisent toujours à un traitement réussi.

Les médecins de la clinique ont une vaste expérience dans le traitement des troubles de l'activité nerveuse supérieure accompagnés de manifestations du syndrome névrotique et le résultat du traitement est toujours garanti.

Syndrome névrotique - diagnostic

Le syndrome névrotique (névrose) regroupe divers troubles du comportement et états mentaux causés par des causes psychologiques:

- conflit interne non résolu du souhaité et valide.

Tous les troubles du spectre névrotique sont accompagnés d'une attitude critique (par opposition à la psychose, dans laquelle le malade n'est pas conscient du fait de sa maladie),

- lorsque les états névrotiques ne sont pas observés, troubles mentaux grossiers, délires, hallucinations, conscience atténuée.

- pour les états névrotiques caractérisés par une évolution favorable, ils sont complètement réversibles, passent souvent indépendamment, sans traitement.

Les principales manifestations du syndrome névrotique:

toutes sortes d'obsessions

symptômes végétatifs (du mal de tête aux vagues de chaleur dans tout le corps),

troubles du sommeil (de la somnolence grave à l'insomnie).

Syndrome névrotique - traitement

Les psychologues estiment que presque toutes les personnes de la vie traversent des états névrotiques (par exemple, après un traumatisme).

Si le système nerveux est en bonne santé - fort, «résistant au stress», les expériences névrotiques se passent d'elles-mêmes, sans aucune aide extérieure, généralement dans le mois qui suit la situation traumatique et le syndrome névrotique n'est pas formé.

Si, comme le disent les psychologues, la «construction du psychisme» est instable, le syndrome névrotique est retardé, le syndrome névrotique se forme et le recours à un psychothérapeute est nécessaire.

Au traitement du syndrome névrotique l'hospitalisation, en règle générale, n'est pas nécessaire. Habituellement, il s’agit d’un traitement complexe suffisant, en ambulatoire.

Le traitement principal pour les états névrotiques est la psychothérapie.

  • cognitivo-comportemental,
  • psychodynamique,
  • existentielle.

Le traitement médicamenteux est utilisé dans le cas d'une évolution prolongée du syndrome névrotique, la thérapie neurométabolique, les antidépresseurs et les neuroleptiques sont utilisés sous forme d'évolution brève mais active.

Une combinaison adéquate d'une psychothérapie individuelle bien développée et d'une thérapie neurométabolique moderne, utilisée en clinique, donne un résultat assez rapide et stable dans le traitement du syndrome névrotique.

Le cours actif proposé de thérapie complexe est mené par des psychothérapeutes expérimentés de la catégorie la plus élevée. Le traitement est choisi strictement individuellement en fonction des besoins individuels et des paramètres individuels du développement du système nerveux et de l'organisme dans son ensemble.

Syndrome asthéno-névrotique

Le syndrome asthéno-névrotique (syn. Asthénie, syndrome asthénique, syndrome de fatigue chronique, faiblesse neuropsychiatrique) est un trouble psychopathologique à évolution lente qui se manifeste tant chez l'adulte que chez l'enfant. Sans traitement opportun mène à un état dépressif.

La cause la plus fréquente de la formation de la maladie est l’effet prolongé de situations stressantes. Outre ce facteur, de nombreux autres facteurs pathologiques et physiologiques peuvent influer sur la survenue du trouble.

Les symptômes du syndrome asthéno-névrotique ne sont pas spécifiques: fatigabilité rapide, faiblesse constante, diminution des performances, instabilité émotionnelle, problèmes de sommeil et apathie.

Afin de clarifier la cause du développement de l'indisposition, des tests de laboratoire et des examens instrumentaux sont effectués. Une place spéciale dans le diagnostic est occupée par les manipulations effectuées par le clinicien.

Le traitement du syndrome asthéno-névrotique est un changement de mode de vie, de médication et d'utilisation de la médecine traditionnelle. Le traitement ne sera pas complet sans arrêter la maladie sous-jacente.

Dans la classification internationale des maladies, l'anomalie n'a pas sa propre signification, mais appartient à la catégorie «Autres troubles névrotiques» - le code CIM-10 sera F48.0.

Étiologie

La maladie se développe à la fois chez l'adulte et chez l'enfant, mais certains facteurs prédisposants peuvent différer. Par exemple, le syndrome asthéno-névrotique chez les enfants dans la plupart des situations se forme dans le contexte de telles anomalies:

  • hypoxie fœtale;
  • méningites, encéphalites ou autres maladies antérieures ayant des effets néfastes sur le système nerveux central;
  • toute infection de nature bactérienne ou virale, souvent accompagnée de neurotoxicose;
  • activité physique ou mentale excessive constante;
  • apport insuffisant de vitamines et de micronutriments dans les aliments;
  • blessures à la tête;
  • conflits constants dans la famille, la maternelle ou l'école - cette raison agit souvent comme un agent provoquant la maladie chez les enfants à partir de 3 ans.

Chez l'adulte, les conditions suivantes peuvent être des déclencheurs:

  • intoxication chronique du corps avec des substances chimiques, toxiques et toxiques;
  • dépendance à long terme aux mauvaises habitudes;
  • augmentation de la pression intracrânienne;
  • fatigue chronique;
  • manque de sommeil;
  • violation des processus métaboliques dans le cerveau;
  • La dystonie végétative est la cause la plus fréquente d’asthénie chez les femmes enceintes.

Le syndrome névrotique chez un enfant et un adulte se développe dans la plupart des cas à la suite de tels problèmes:

L'influence de l'hérédité accablée ne doit pas être exclue.

Classification

Le syndrome asthéno-névrotique chez les enfants et les adultes, en fonction du facteur étiologique, est:

  • cérébrogénique - a une relation avec les pathologies du cerveau;
  • somatogène - associé aux pathologies des organes et des systèmes internes, à l'exception du système nerveux central;
  • cérébro-somatogène;
  • inadapté - le développement de cette forme est influencé par des charges exorbitantes; par exemple, le décès d'un être cher est plus fréquent chez les enfants;
  • neurasthénie - associée à la diminution de l'activité nerveuse supérieure.

Des spécialistes du domaine de la neurologie ont décidé d’attribuer plusieurs degrés de sévérité du syndrome:

  • Initiale. Exprimé en éclats fréquents d’irritabilité, souvent ignoré des gens. La personne elle-même et ses associés pensent qu'il est simplement "devenu corrompu par la nature", de sorte que le traitement de la maladie est rarement effectué.
  • Moyen lourd. L'instabilité émotionnelle est remplacée par l'indifférence, accompagnée d'une détérioration de la santé.
  • Lourd Dépression, à laquelle le corps est fréquemment sujet aux rhumes.

Symptomatologie

Le tableau clinique de la maladie combine trois composantes:

  • signes directs du syndrome asthénique;
  • des troubles causés par l'influence d'une pathologie fondamentale;
  • troubles provoqués par la réponse psychologique du patient au problème.

Lorsque le syndrome asthéno-névrotique, la présence de tels symptômes:

  • faiblesse constante;
  • fatigue
  • diminution de la capacité de travail;
  • troubles du sommeil - somnolence diurne, réveil fréquent la nuit, réveil matinal ou insomnie;
  • sautes d'humeur fréquentes;
  • irritabilité et nervosité constantes;
  • condition apathique;
  • augmentation des caprices et des larmes chez les enfants;
  • diminution de l'activité mentale;
  • frilosité des membres;
  • fluctuations du tonus sanguin;
  • essoufflement inexpliqué;
  • douleur légère au coeur;
  • la tachycardie;
  • labilité du pouls;
  • avoir chaud partout;
  • manque d'appétit;
  • violation de l'acte de défécation, qui se traduit souvent par la constipation;
  • maux de tête;
  • puissance réduite chez les hommes;
  • violation du cycle menstruel chez les femmes;
  • rhumes ou infections fréquents;
  • attaques de panique;
  • incapacité à exprimer des pensées avec des mots;
  • hypersensibilité aux sons forts, à la lumière vive et à d’autres stimuli externes.

Les manifestations cliniques sont typiques chez les adultes et les petits enfants.

Diagnostics

Avec le diagnostic de syndrome asthéno-névrotique, un spécialiste expérimenté dans le domaine de la neurologie n'a pas de problèmes. Il est beaucoup plus difficile d'établir le facteur étiologique ayant conduit à la formation de la maladie. Le processus de diagnostic doit nécessairement être une approche intégrée.

La première étape du diagnostic implique le travail personnel du médecin avec une personne:

  • familiarisation avec l'historique de la maladie, non seulement le patient, mais aussi ses proches - pour identifier le principal provocateur pathologique ou l'influence de l'hérédité accablée;
  • collecte et analyse de l'histoire de la vie - pour confirmer l'impact de causes qui ne sont pas associées à l'évolution d'une maladie, par exemple, quel est le climat émotionnel dans la famille ou si une personne prend des médicaments;
  • mesure du pouls, du tonus sanguin et du rythme cardiaque;
  • évaluation de l'état général;
  • enquête détaillée - pour découvrir la première heure d'occurrence et la gravité des signes de pathologie, qui indiqueront le stade de la maladie.

Les tests de laboratoire les plus informatifs:

  • tests cliniques généraux de sang et d'urine;
  • biochimie de l'urine et du sang;
  • tests sérologiques;
  • coprogramme;
  • Diagnostic PCR;
  • tests immunologiques.
  • surveillance quotidienne de la pression artérielle et de l'ECG;
  • Échocardiographie;
  • FEGDS;
  • TDM et IRM du crâne;
  • radiographie avec ou sans agent de contraste;
  • échographie.

Pour établir la cause de la pathologie, en plus du neurologue, les spécialistes suivants participent au processus de diagnostic:

  • gastroentérologue;
  • cardiologue;
  • gynécologue;
  • traumatologue;
  • néphrologue;
  • oncologue;
  • pneumologue;
  • endocrinologue;
  • spécialiste des maladies infectieuses;
  • urologue;
  • thérapeute;
  • pédiatre

En fonction du médecin du patient, des examens de laboratoire et instrumentaux spécifiques seront attribués. Une fois que le spécialiste a étudié les résultats de toutes les procédures de diagnostic, une tactique thérapeutique individuelle sera établie.

Traitement

Le traitement du syndrome asthéno-névrotique combine:

  • limiter le stress physique et mental;
  • sommeil complet pendant 7 à 8 heures par jour;
  • prendre des médicaments;
  • bonne nutrition;
  • Thérapie par l'exercice, y compris les exercices de respiration;
  • application de recettes de médecine traditionnelle.

Le traitement du syndrome asthéno-névrotique à l'aide de médicaments comprend l'utilisation de tels médicaments:

  • des adaptogènes;
  • les antidépresseurs;
  • somnifères;
  • les tranquillisants;
  • composés nootropes;
  • neuroprotecteurs;
  • des antioxydants;
  • complexes de vitamines et minéraux.

Les patients doivent consommer des aliments riches en tryptophane. La liste de ces produits:

  • les bananes;
  • Le kiwi;
  • chien a augmenté;
  • cassis;
  • viandes diététiques;
  • les abats;
  • des oeufs;
  • des pommes;
  • agrumes;
  • fraises;
  • légumes crus;
  • fromages à pâte dure;
  • pain complet.

Dans le syndrome, le traitement avec des remèdes populaires n'est pas interdit, ce qui implique la préparation à domicile de décoctions médicamenteuses à base de telles herbes:

Avant d'utiliser des méthodes non traditionnelles, il est nécessaire de consulter votre médecin.

Très souvent, le syndrome asthéno-névrotique chez l'adulte et l'enfant implique une visite chez un psychologue ou un psychothérapeute.

Il est impossible de se débarrasser complètement du trouble sans une élimination complexe de la maladie sous-jacente.

Prévention et pronostic

Pour éviter les problèmes liés au traitement du syndrome asthéno-névrotique, il suffit de respecter un certain nombre de règles simples. La prévention des maladies comprend:

  • maintenir un mode de vie sain et actif;
  • nutrition complète et équilibrée;
  • rationalisation de la routine quotidienne;
  • éviter la fatigue mentale et émotionnelle;
  • réduction du stress;
  • utilisation adéquate des médicaments - tous les médicaments doivent être prescrits par le médecin traitant;
  • diagnostic précoce et traitement rapide des pathologies pouvant être compliquées par le syndrome;
  • prendre des vitamines;
  • renforcement constant du système immunitaire;
  • Passer au moins 2 fois par an un examen de routine complet à la clinique.

Le syndrome asthéno-névrotique chez les enfants et les adultes dans la plupart des situations a un pronostic favorable. L'absence totale de traitement conduit au développement d'un état dépressif sévère. N'oubliez pas les complications de la maladie sous-jacente, qui peut dans certains cas être fatale.

Syndrome névrotique réactif

Analyse des données cliniques.

Au total, nous avons observé 2040 patients présentant une névrose, des états névrotiques réactifs et des états ressemblant à une névrose. Parallèlement à l’examen clinique du système nerveux et de la psyché, les patients ont subi un examen de laboratoire aux rayons X, ont été examinés par un oculiste. Selon les indications, un examen psychologique expérimental a été réalisé, dans les cas flous - ponction lombaire, pneumoencéphalographie.

Nos données coïncident principalement avec les données de la littérature ci-dessus. Chez les patients du tableau clinique, deux syndromes névrotiques ou plus étaient principalement associés, mais chez la très grande majorité des patients, il était possible d'isoler le syndrome dominant, tandis que les autres cas étaient observés sous une forme rudimentaire. En fonction du syndrome prévalant, la forme clinique de la névrose était établie.

La neurasthénie (49,5%) était la plus fréquente, la majorité ayant une forme mixte. La deuxième place était occupée par des patients présentant des états ressemblant à une névrose (27%), parmi lesquels l'asthénie post-infectieuse et somatogène était plus fréquente, puis les états névrotiques réactifs (10%), principalement domestiques et industriels, moins souvent de nature sexuelle; une névrose obsessionnelle a été observée dans 8% des cas, une hystérie - dans 5,5% des cas.

La période initiale de la maladie a été notée chez 18% des patients, 58% dans la période de stabilisation, 24% de récupération, 24% pour les individus accentués et 2% pour le développement de la personnalité névrotique.

Les symptômes résiduels organiques de l'infection, l'intoxication et la genèse traumatique (petits symptômes focaux dispersés, la pâleur de la moitié temporelle du disque optique, exprimé hydrocéphalie légère) étaient plus fréquents chez les patients avec des états comme la névrose, puis chez les patients avec la névrose hystérique et la neurasthénie, les personnes rarement y souffrent névrose obsessionnelle.

Formulation du diagnostic.

Le diagnostic de névrose et d'états semblables à la névrose présente dans certains cas certaines difficultés. Le diagnostic de névrose et sa distinction par rapport aux formes cliniques proches dépendent en grande partie des vues subjectives du médecin sur l’essence de la névrose.

Afin d'éviter la subjectivité, le diagnostic de névrose ou d'états semblables à la névrose ne peut pas être établi uniquement sur la base des plaintes du patient, car cela conduit à un surdiagnostic. Parfois, la névrose est diagnostiquée chez des personnes présentant certaines caractéristiques, ce qui n’est pas une maladie du tout. Par conséquent, lors du diagnostic de ce groupe de maladies à chaque stade de l'examen du patient, vous devez rechercher des données confirmant le diagnostic souhaité. Lors de la collecte des antécédents, il est important de trouver des preuves de la nature psycho- ou physiogénique de la maladie, c'est-à-dire qu'un lien logique doit être établi entre la cause et la maladie. Un examen objectif du patient fait attention aux symptômes objectifs de la maladie: perturbations dans la sphère émotionnelle, symptômes autonomes. Les plaintes du patient doivent être confirmées par l'observation, dans les cas peu clairs, par la réalisation de recherches psychologiques expérimentales. Il faut s’efforcer d’identifier les caractéristiques personnelles qui aident à comprendre pourquoi, dans ce cas particulier, c’est celle qui a émergé, et non un autre syndrome clinique, pourquoi ce type de maladie s’est développée.

Lors de la délimitation de névroses à partir d’états ressemblant à des névroses, il convient de prendre en compte les éléments suivants.

1. La névrose est toujours une maladie indépendante, dans l'étiologie dont le rôle principal appartient au psychotrauma. Les états semblables à la névrose se produisent lorsqu'ils sont exposés à des facteurs exogènes et ne sont pas des maladies indépendantes (VF Matveev, 1979).

2. La spécificité des symptômes névrotiques peut avoir une certaine importance pour distinguer ces deux conditions. Ainsi, la fatigabilité mentale, l'épuisement, l'irritabilité sont caractéristiques de la neurasthénie. Dans l'asthénie à caractère non psychogène, la fatigue physique, l'adynamie et les troubles psychopathologiques prévalent à l'arrière-plan. Avec la neurasthénie, les troubles psychopathologiques, neurosomatiques et neuro-végétatifs sont caractérisés par une variété et une labilité des signes cliniques. Dans l'asthénie non psychogène, les symptômes sont monotones et longs. Le cours de la névrose, l’état de compensation et de décompensation dépendent de la nature du conflit important et des traits de personnalité prémorbides, le type de maladie sous-jacente affectant la dynamique de l’état de névrose. Dans le cas des névroses, le repos, la psychothérapie, procure un bon effet thérapeutique et, dans les états semblables à la névrose, la pharmacothérapie.

La névrose se distingue de la psychose par l'absence de symptômes psychotiques, en particulier de la schizophrénie semblable à une névrose - par son évolution non progressive et par l'absence de changement progressif de la personnalité.

Les névroses diffèrent des psychopathies par la nature partielle des troubles de la personnalité, le maintien d'une attitude critique à l'égard de la maladie et la capacité d'adaptation à l'environnement. Les névroses se produisent après un psychotraumatisme et se manifestent clairement.

À notre avis, le diagnostic de névrose et d’états semblables à la névrose comprend les étapes suivantes: 1. Établissement du moment étiologique (psychophysiogène) 2. Établissement du syndrome clinique: a) psychogène: neurasthénie, hystérie, trouble obsessionnel-compulsif, état réactif-névrotique; b) physiogène: syndrome asthénique, syndrome asthéno-dépressif, etc. c) syndrome asthéno-névrotique. 3. Détermination de la période et de la nature de l'évolution de la maladie: la période initiale; période de stabilisation - avec développement inverse rapide et cours prolongé; période de récupération. 4. Identifiez les caractéristiques de la personnalité du patient: personnalité harmonieusement développée, personnalité accentuée, psychopathie. 5. Détermination du degré d’invalidité: légère, modérée, grave.

Dépression névrotique

Dépression névrotique - une maladie apparue à la suite de l'impact d'un événement traumatique. Le trouble est caractérisé par une forme prolongée de névrose. La maladie peut être accompagnée de divers syndromes: asthénique, anxieux-phobique, hypochondrie.

Les premiers signes du trouble apparaissent après l'exposition à des facteurs de stress chez une personne, et leur intensité peut ne pas être prononcée, mais la situation elle-même est un problème subjectivement important pour le patient. Le rôle héréditaire (prédisposition génétique) dans le développement de la dépression névrotique est minime.

Avec cette maladie, il existe différentes formes de dépression:

  • réactif (situationnel);
  • personnel;
  • non endogène;
  • non psychotique.

La plupart des psychiatres modernes considèrent la formation des symptômes dominants de la dépression névrotique comme une étape dans le développement d'autres troubles mentaux. La dernière version de la classification de la maladie mentale (DSM-III) ne considère pas la maladie comme un trouble indépendant.

La dépression névrotique se caractérise par un large éventail de manifestations allant de conditions normales à la substitution de formes «effacées, déguisées, presque non symptomatiques». Une telle «dépression sans dépression» pose certaines difficultés pour le diagnostic et la différenciation du trouble dans le cadre des formes nosologiques existantes. L'absence ou la faible manifestation des symptômes empêche la mise en œuvre opportune d'un traitement fondé sur une preuve pathogénique, associé à un risque plus élevé de sous-estimation de la gravité réelle de la maladie.

Dans une certaine catégorie de personnes, y compris les enfants et les adolescents, la maladie survient le plus souvent sous une forme cachée (sous une forme déguisée). Sans remarquer, ne pas comprendre ni ignorer les signes de dépression, les gens modifient leur mode de vie en se basant sur un «comportement destructeur»: ils abusent de l’alcool, prennent des substances narcotiques et toxiques, tentent d’améliorer leur état émotionnel avec de fortes doses de drogues.

Chez certains patients, la dépression est considérée comme une maladie somatique et la personne subit des examens répétés et un traitement infructueux avec divers spécialistes, aggravant ainsi son état émotionnel.

Une complication de la dépression névrotique est une pensée suicidaire et des tentatives qui se produisent au plus fort du développement de la maladie, au moment où il se trouve dans un état aigu de désespoir, de désespoir. La seule méthode prophylactique d'action suicidaire est le diagnostic correct de la dépression, l'accès rapide à un médecin et un traitement complet.

Dépression de la genèse névrotique: causes

La principale raison du développement de la dépression névrotique est l'impact de facteurs traumatiques personnellement importants. En règle générale, une situation stressante pour un individu est en réalité un événement ordinaire de la vie, tel que: une situation de conflit dans une famille, des problèmes professionnels, des difficultés financières.

Très souvent, l’effondrement des plans, des espoirs, des aspirations et des désirs devient un facteur provocateur du développement de la maladie. En outre, le déclencheur est un conflit prolongé entre les besoins réels et les priorités personnelles et les règles strictes de la vie en société. Ce désordre émotionnel peut résulter de la situation difficile et difficile à résoudre dans le présent et en perspective. Par exemple, une femme est obligée de prendre soin d'un mari handicapé paralysé: un effort physique énorme, un stress mental constant, la conscience de l'absence de chances de guérison entraînent un stress intense et provoquent le développement d'une dépression névrotique.

L'accumulation d'énergie négative se produit également sous l'influence de facteurs non intensifs, mais permanents et "monotones", par exemple: un conflit, une atmosphère hostile sur le marché du travail. Incapable de se détendre complètement, de moyens sains de se débarrasser de la tension et de la fatigue, une personne est fixée sur ses sentiments négatifs, tombe dans une dépression et un état d'apathie. En conséquence, la vitalité est épuisée, la personne souffre de «dépression nerveuse» et par la suite, un état dépressif se développe.

Un rôle important dans le développement de la genèse névrotique appartient aux traits de personnalité du personnage. Les personnes qui se caractérisent par une force de réaction accrue aux stimuli minimaux, une fixation sur les événements négatifs et des sensations, une évaluation pessimiste du passé et du présent, la prédominance des émotions négatives sur les émotions positives font partie du groupe à risque. Les chances de tomber dans un état dépressif sont les personnes qui sont hésitantes et passives par nature, qui préfèrent suivre le courant plutôt que de supporter les difficultés d'être. Les personnes avec un arrière-plan émotionnel instable, qui se caractérisent par de fréquents changements d'humeur et une réaction excessive à tous les événements, peuvent également ressentir le syndrome dépressif.

Dépression névrotique: symptômes

Le symptôme principal de la dépression de la genèse névrotique est irrationnel, incompréhensible, expliqué et contrôlé, ainsi que manifestement caractérisé par des sautes d'humeur. Bien que, dans ce trouble, le patient soit dominé par un état de dépression, cependant, les sentiments de mélancolie oppressante sont absents ou légèrement manifestes. La dépression névrotique ne se caractérise pas par une autocritique excessive, une estime de soi sous-estimée et une auto-accusation, les patients ne perdent pas totalement leur intérêt pour les événements et leur efficacité demeure. Lorsque la maladie s'aggrave, les sautes d'humeur deviennent plus prononcées, bien que les sentiments émotionnels négatifs ne se traduisent pas par un état de dépression stable, permanent et intense.

Pour la dépression névrotique caractérisée par les manifestations de:

  • pleurs, apitoiement sur soi-même;
  • les tendances à l'accusation et à la critique de ceux qui l'entourent ne sont pas généralisées, mais se limitent à la zone de l'événement traumatique;
  • sentiment de faiblesse générale, sentiment de faiblesse;
  • anxiété légère et irrationnelle;
  • légère détérioration de l'appétit;
  • troubles du sommeil: sommeil prolongé, réveil précoce, sommeil intermittent;
  • probabilité d'endogénéisation;
  • préservation des biens personnels et des qualités;
  • clarté psychologique des causes de l'apparition et du développement de la maladie;
  • nosognosie;
  • vision ambivalente des pensées suicidaires.

Les formes modérées et sévères de dépression peuvent se manifester par des symptômes somatiques:

  • troubles du système digestif: constipation ou diarrhée;
  • douleurs articulaires;
  • diminution du désir sexuel;
  • irrégularités dans le cycle menstruel;
  • Céphalées «pressantes» et «constrictives», appelées «casques neurasthéniques»;
  • douleur au coeur, tachycardie ou arythmie.

Les patients sont conscients du lien entre leur état psychologique et le facteur de stress existant, ils souhaitent changer l'atmosphère de stress, le désir de résister à la maladie. La composante du syndrome de dépression névrotique est l’expression des expressions faciales du patient: les expressions faciales, les pantomimes ne reflètent cet état que lorsque des facteurs psycho-traumatiques sont mentionnés et disparaissent lorsque la conversation passe à un autre sujet.

Les manifestations de la dépression névrotique avec la prévalence de traits de personnalité hystériques chez une personne sont clairement des éléments d'influence et de démonstration des actions. Cependant, ces manifestations «théâtrales» peuvent être éliminées par un effort de volonté motivé: si nécessaire, le patient est capable de se «ressaisir» et d'agir de manière adéquate.

Dépression névrotique: traitement

Les méthodes de traitement de la dépression névrotique sont choisies individuellement par un psychiatre en fonction de la forme et de la gravité de la maladie. Pour que le traitement de la maladie donne de bons résultats, il est possible d’utiliser un traitement médicamenteux et psychothérapeutique complet, combiné, correct et cohérent.

Le rôle principal dans le traitement de cette maladie est attribué à la psychopharmacologie. Le cours de thérapie comprend différents groupes de médicaments: antidépresseurs, antipsychotiques, tranquillisants, stabilisateurs de l'humeur, complexes de vitamines. Le choix des médicaments dépend des particularités de l'évolution de la maladie et de la réponse du patient aux médicaments. Des traitements non pharmacologiques sont également utilisés: médicaments homéopathiques.

L’essence de toutes les méthodes psychothérapeutiques modernes est la communication libre, franche et efficace du patient avec le psychothérapeute. La tâche du spécialiste est d'écouter l'histoire du client, d'aider à identifier les causes profondes de la maladie, d'envoyer pour réévaluer et résoudre les problèmes psychologiques existants, pour motiver des changements dans les réponses comportementales. Un facteur important pour le succès de la psychothérapie est le sentiment que le patient a un réel soutien, une confiance dans les résultats positifs du traitement. Une condition importante pour l’élimination des manifestations du trouble dépressif est le soin et l’attention des personnes proches, la résolution complète et réussie des problèmes familiaux, sociaux et matériels existants.

Les séances d'hypnose permettent d'obtenir de bons résultats dans le traitement des symptômes de la dépression, ce qui permet au patient de quitter rapidement son état dépressif. Les techniques de méditation et d'auto-suggestion assurent l'endurance de l'effet obtenu et constituent d'excellentes mesures pour la prévention du développement ultérieur d'épisodes dépressifs.

Parmi les méthodes non traditionnelles efficaces utilisées pour traiter la dépression névrotique, il convient de noter la technique populaire - la thérapie par les dauphins. En outre, pour soulager l'intensité des symptômes et éviter les récidives, chaque patient doit revoir son régime de travail et de repos, éviter les surcharges physiques et mentales, introduire dans son alimentation des aliments riches en glucides, en vitamines et en minéraux. D’excellents résultats sont obtenus grâce à la pratique régulière d’exercices physiques: natation, aérobic, course à pied, cyclisme.

Quels que soient les moyens dont dispose la médecine moderne dans son arsenal, la condition principale pour vaincre la dépression névrotique est le désir sincère, des efforts volontaires indépendants, la confiance du patient dans la réussite et le respect de toutes les recommandations du médecin traitant.

Syndrome de dépression névrotique

L'expression «dépression névrotique» a été introduite dans la pratique clinique de E. Kracpelin en 1895. Dans la littérature abondante, tant nationale qu'étrangère, le complexe de symptômes indiqué est décrit de la même manière que non psychotique, non endogène, réactif (situationnel), dépression, etc. au cours de la dernière période en raison du fait que le tableau clinique moderne de la névrose se caractérise par la prédominance de troubles affectifs, qui se manifeste notamment par la tendance à la formation de volumes de dépression névrotique, en particulier dans les formes prolongées de névrose. La possibilité de la formation d'une dépression névrotique en tant qu'étape du développement névrotique est indiquée par N. D. Lakosina (1974). L'attitude à l'égard de la libération de la dépression névrotique en tant que forme distincte de la névrose varie. Si, dans la Classification statistique internationale des maladies, traumatismes et causes de décès de la 9e révision, il apparaît comme une névrose dépressive indépendante (code 300.4), alors dans la dernière classification américaine des maladies mentales (DSM-III), il n'y a pas de dépression névrotique (il ne reste que la dépression situationnelle).

Un large éventail de manifestations dépressives allant des états purement psychologiques dans l’intervalle normal aux dépressions névrotiques et réactives, en passant par la cyclothymie et la psychose maniaco-dépressive dans des conditions touchant un nombre croissant de patients souffrant de dépressions effacées, aboutit souvent à des difficultés insurmontables pour différencier les manifestations dépressives au sein d’une forme nosologique donnée. Pendant ce temps, une telle différenciation est absolument nécessaire pour une thérapie étayée par pathogénicité. Le déplacement des formes psychotiques effacées de «dépression sans dépression» avec des névroses non psychotiques comporte un risque important de sous-estimer la gravité réelle de la maladie, car ces formes, qui ne sont presque pas exprimées, demeurent fondamentalement psychotiques et se caractérisent donc par une profonde désorganisation mentale.

Signes de dépression névrotique

Le syndrome de dépression névrotique apparaît tout le temps psychogène. La composante principale est la mauvaise humeur, un peu n’atteignant pas le degré de désir. La mauvaise humeur est généralement associée à une instabilité émotionnelle évidente, à une légère anxiété, à l'insomnie et à un manque d'appétit. La mauvaise attitude du patient à l’égard du monde qui nous entoure n’est pas généralisée, elle n’est limitée que par la zone de conflit. Le patient comprend le lien qui existe entre sa condition et les moments vécus, la lutte contre la maladie est un élément évident de la lutte contre la maladie et l’effort de changer la situation psycho-traumatique. Les symptômes de la dépression névrotique ne sont pas aussi stables. troubles du sommeil et perte d'appétit - dépression légère, plus facile à traiter que la dépression endogène.

À ce qui précède, ajoutez l'expressivité d'un imitateur du patient; l'expression faciale et la pantomimique ne reflètent la dépression qu'en lien avec la mention ou la discussion de problèmes stressants et disparaissent lorsque l'attention du patient est détournée et basculée vers d'autres sujets. Le déclin de l'estime de soi caractéristique de la dépression endogène est moins prononcé ici.

Manifestation de la maladie

Les manifestations décrites se manifestent sous diverses formes de névrose et sont souvent associées à d'autres symptômes névrotiques. L'affect dépressif, étant le principal dans l'image de la maladie, agit comme les syndromes d'anxiété dépressive, asténo-dépressive, phobique-dépressive et hypocondriaque-dépressive.

Dans les manifestations de la dépression névrotique dans le cadre de la névrose hystérique, les éléments de démonstrativité, de posture, de jeux et autres caractéristiques d'expression externe lumineuse caractéristiques d'une personne hystérique peuvent être plus prononcés.

Cependant, les manifestations hystériques de la dépression névrotique doivent être distinguées des formes hystériques lumineuses des dépressions réactives. Comme le note E. B. Dubnitskaya (1979), ces formes soulignent l’écart marqué entre les manifestations massives de la dépression et la faible adaptation des patients. Motivés par toute action, ils peuvent «se ressaisir», résoudre tous les problèmes nécessaires.

La dépression réactionnelle (situationnelle), à ​​partir de laquelle la dépression névrotique doit être différenciée, est également caractérisée par une «compréhension psychologique des expériences», reflétée dans les expériences et les déclarations de patients présentant des facteurs pathogènes psycho-traumatiques. Cependant, contrairement à la dépression dans les névroses, dans les cas graves de dépression réactive, les symptômes psychopathologiques atteignent un degré de psychose réactive, tandis que l'affect dépressif peut être caractérisé par une mélancolie, une dépression, un retard ou, au contraire, une agitation motrice, des idées suicidaires de nature surévaluée, des pensées suicidaires et d'autres signes de dépression. registre psychotique.

Des facteurs psychogènes peuvent provoquer des crises de dépression endogène. Par conséquent, l'apparition de sautes d'humeur quotidiennes typiques, la dépersonnalisation avec la disparition progressive d'expériences situationnelles peuvent indiquer une dépression circulaire provoquée par des facteurs psychogènes.

Il convient de souligner que chez certains patients atteints de dépression névrotique, les caractéristiques de l'endogénéisation peuvent apparaître clairement, puis se rapprochent de la dysthymie endoréactive décrite par H.J. Weitbrecht (1954).

En tant que schéma aux fins du diagnostic différentiel de la dépression névrotique et psychotique, les critères diagnostiques proposés par M. Breulet (1972) peuvent être utilisés. Les symptômes de la dépression psychotique comprennent les signes suivants:

  • non-organisation grossière de la personne séparée du monde (réel) actuel,
  • apparition fréquente inattendue d'un état psychotique
  • la présence d'anosognosie,
  • la soif de mort est un syndrome plus pathognomonique que l’on peut toujours identifier, mais ce syndrome n’est pas toujours prononcé;
  • idées absurdes de culpabilité, de dépréciation de soi, etc.,
  • troubles affectifs héréditaires,
  • maniaque "tourne" dans l'histoire du patient,
  • bon effet de l'utilisation de la thérapie électroconvulsive,
  • cours récurrent.

Signes de dépression névrotique:

  • sécurité des propriétés principales, qualités, traits de personnalité,
  • apparence et cours psychologiquement clairs
  • nosognosia,
  • vision ambivalente de la pensée suicidaire;
  • la présence dans la dynamique de la formation du tableau clinique des phobies, obsessionnel, maladie hystérique rarement exprimée.

Il est impossible de ne pas être d'accord avec l'auteur sur le fait que les symptômes énumérés ci-dessus n'ont pas une valeur diagnostique différentielle absolue. De manière générale, des symptômes distants peuvent apparaître dans le tableau clinique de types opposés de dépression.

Dépression masquée

Il est particulièrement difficile de distinguer la dépression névrotique de la dépression masquée, caractérisée par l'apparition de symptômes somatiques. La plupart des psychiatres utilisent également les notions de dépressions cachée, larvée, somatisée, végétative, ambulatoire, équivalents dépressifs, etc., jusqu'à présent, la question de l'évaluation nosologique des dépressions masquées reste controversée. Certains auteurs se réfèrent au cycle de la cyclotymie, c.-à-d. psychose maniaco-dépressive, d’autres à des troubles affectifs plus larges.

Les caractéristiques comportementales externes, si typiques des formes classiques de la dépression psychotique, ne peuvent servir de caractère diagnostique différentiel fiable pour la dépression latente. Comme ils écrivent Yu. S. Savenko et al. (1974), l'expression de ces patients est dépourvue de chagrin, d'agitation, d'anxiété et de dépression peut agir comme une "dépression hilarante". Les auteurs notent que la luminosité, le dynamisme, la variabilité sont l'expression d'une désorganisation intense, mais en même temps superficielle, inhérente principalement aux états dépressifs névrotiques.

Les patients présentant une dépression masquée et des tendances suicidaires courent un risque accru de suicide, ce qui revêt une importance particulière en raison des difficultés de diagnostic et du diagnostic différentiel avec des dépressions névrotiques.

J. Glatzel (1973) - auteur, largement connu pour ses recherches dans le domaine de la dépression latente, parlant des difficultés de diagnostic différentiel de ces formes, indique que, dans leur tableau clinique, les symptômes classiques de la dépression psychotique peuvent être absents ou même que d'autres manifestations psychopathologiques se manifestent. Ainsi, dans le tableau clinique des dépressions cachées, une humeur dépressive peut ne pas jouer un rôle décisif. De nombreux troubles de la sensation corporelle apparaissent, qui conduisent souvent les patients chez le généraliste, le chirurgien, le gynécologue et d'autres spécialistes. En pratique, écrit-il, il n’existe pas un seul organe qui ne soit pas affecté par une dépression latente, pas une seule maladie avec laquelle il ne se mélangerait pas. Particulièrement difficile pour le diagnostic opportun des cas de dépression latente monosymptomatique, qui prend beaucoup de temps sous la forme d'une maladie somatique avec un symptôme fixe assez défini. Les mêmes difficultés sont souvent la prétendue dépression végétative avec une violation prédominante des sensations corporelles.

N. Edgell (1972) rapporte 150 patients dépressifs ayant subi 740 examens thérapeutiques et chirurgicaux. Dans la moitié des cas, les psychiatres ont par la suite diagnostiqué des dépressions rodées.

Dans le diagnostic différentiel de la dépression névrotique avec des formes de schizophrénie de type névrose accompagnées de symptômes dépressifs, il convient de garder à l’esprit que ces derniers (ainsi que les autres symptômes mentionnés précédemment) se caractérisent par une faible gravité de l’angoisse et une apathie importante.

Psychose de la dépression réactive

Dictionnaire explicatif psychologique et psychiatrique court. Ed. igisheva 2008

Voyez ce que la «psychose de la dépression réactive» dans d'autres dictionnaires:

Psychose dépressive psychogène - Voir synonyme: La psychose est un type dépressif réactif. Dictionnaire explicatif psychologique psychiatrique court. Ed. igisheva 2008... Grande encyclopédie psychologique

Psychose réactive de type dépressif - Psychose dépressive, ressemblant dans ses symptômes à un type dépressif de psychose maniaco-dépressive, mais clairement provoquée par une situation stressante, telle que la perte d'un être cher, une profonde déception ou une perte d'espoir. Par rapport à...... Grande encyclopédie psychologique

PSYCHOSE RÉACTIVE - miel. La psychose réactive est un trouble mental résultant de l’effet du stress psychosocial et semblable à d’autres psychoses, mais sa variabilité, sa labilité et sa saturation affective sont plus prononcées. Etiologie...... Guide des maladies

Liste des codes de la CIM-9 - Cet article devrait être publié. S'il vous plaît faites-le selon les règles des articles. Tableau de transition: de la CIM 9 (chapitre V, Troubles mentaux) à la CIM 10 (section V, Troubles mentaux) (version russe adaptée)...... Wikipedia

Psychoses - (psycho + oz). Formes exprimées de troubles mentaux dans lesquels l'activité mentale du patient est caractérisée par une divergence nette entre la réalité environnante, un reflet du monde réel est grossièrement déformé, ce qui se traduit par des troubles du comportement et...... Dictionnaire explicatif de termes psychiatriques

La psychose - (psychosis: Psychus + oz) est un trouble mental douloureux, qui se manifeste par une réflexion totalement ou en grande partie inadéquate du monde réel avec des troubles du comportement, des changements dans divers aspects de l'activité mentale, généralement avec l'apparition de...... Encyclopédie médicale

L'excitation psychomotrice est un état pathologique caractérisé par une anxiété motrice de gravité variable (de l'agitation aux actions destructrices), souvent accompagnée d'une excitation verbale (multicanal, cris de phrases, mots, sons individuels)... Wikipedia

La parole - I est un mécanisme important d’activité intellectuelle, une forme de communication entre des personnes et un mode d’existence de la conscience. Les systèmes fonctionnels qui fournissent R. sont un mécanisme complexe à plusieurs étapes, impliquant les activités de nombreux...... Encyclopédie médicale

Dépression (dépression) - Le concept de dépression D. Le terme utilisé pour décrire l'humeur, les symptômes et les syndromes des troubles affectifs. En ce qui concerne l'humeur, D. signifie un état de passage, des sentiments de tristesse, de découragement, d'abandon, de manque de joie caractérisent le rygo... Encyclopédie psychologique

CIM-10: Classe F - Liste de classification de la Classification internationale des maladies de la 10e révision, classe I. Certaines maladies infectieuses et parasitaires de classe II. Néoplasme Classe III. Maladies du sang, organes hématopoïétiques et troubles individuels du système immunitaire...... Wikipedia

En Savoir Plus Sur La Schizophrénie