La schizophrénie est la pathologie la plus mystérieuse et la moins étudiée. Un trouble mental compliqué et grave détruit la nature humaine, affectant négativement la capacité de penser, de parler, de percevoir la réalité. Pour la première fois, le psychiatre suisse Eigen Blair utilisa le nom de "schizophrénie" en 1909.

Avant cela, la pathologie était classée comme un type de démence (démence). Pour la première fois dans le monde psychiatrique, Blair expliqua ce qu’est la schizophrénie et prouva que sa caractéristique n’était pas d’altérer ses capacités cognitives (diminution des fonctions mentales et mentales), mais la désintégration complète de son état mental.

Schizophrénie - trouble mental grave

Schizophrénie: quelle est cette maladie

Le mot "schizophrénie" d'origine grecque veut dire "fendre l'esprit". Il s’agit d’un désordre du plan endogène (c’est-à-dire qui ne découle pas de mécanismes externes mais de mécanismes internes dans lesquels la prédisposition génétique joue un rôle important).

La schizophrénie, ce que c'est, selon Eigen Blair. Le scientifique a classé le trouble en un ensemble combiné de "quatre A":

  1. Autisme Rejet, isolement de la réalité environnante. L'un des principaux symptômes de la pathologie.
  2. Affect. Un choc émotionnel puissant causé par l'impossibilité pour une personne de sortir de situations critiques.
  3. Ambivalence Fractionnement de la conscience, double perception et attitude en quelque chose (lorsqu'un objet provoque simultanément des sentiments opposés chez une personne).
  4. Pensée associative. La présence d'une personne d'un certain processus de pensée, dans lequel diverses images apparaissent dans l'esprit, concrétisant une certaine situation.

La schizophrénie est très souvent accompagnée d'alcoolisme, de toxicomanie et de troubles dépressifs sévères. Contrairement à la croyance populaire, peu de gens souffrent de la maladie mentale la plus grave. Des études menées à grande échelle montrent que le trouble est diagnostiqué chez 0,4 à 0,6% de la population.

Sont plus à risque de faire face à la maladie résidents des grandes villes. Le pic de la maladie présente des caractéristiques liées à l'âge:

  • hommes: 22-30 ans;
  • femmes: 25-33 ans.

On remarque que la maladie dépasse rarement les personnes âgées et les jeunes enfants. Les troubles schizophréniques entraînent de graves problèmes sociaux, allant jusqu’à la désadaptation complète de la personnalité (perte de socialisation). La désadaptation entraîne l'itinérance, le chômage et des pensées de suicide constantes.

Comment se développe la maladie

L'essence du trouble et la définition de la schizophrénie est l'incapacité de l'individu à percevoir correctement la réalité. Le monde environnant du patient comprend des faits, des sons, des odeurs, des actions, des situations dispersées en petits constituants. Un malade ajoute ses propres illusions, créant une réalité inimaginable et inexistante.

Comparaison du cerveau d'un patient schizophrène et d'une personne en bonne santé (à gauche, le cerveau d'une personne en bonne santé, à droite, un patient)

Les processus qui se produisent dans le cerveau enfiévré, le patient ne peut pas mettre en place une sorte de cadre et de règles. Les schizophrènes répondent aux caprices de leur propre cerveau par des réactions inadéquates, atteignant parfois un état épileptique. Les médecins ont été incapables de déterminer avec précision le développement de la pathologie.

La version la plus probable est le développement suivant:

  1. Dans certaines zones du cerveau, des hormones spécifiques (sérotonine, dopamine) sont produites en grande quantité.
  2. Un excès d'hormones provoque l'accélération de la peroxydation lipidique. C'est-à-dire qu'il se produit une oxydation de l'oxygène des graisses, qui constitue le tissu cellulaire, ce qui accélère la mort des cellules du cerveau.
  3. En raison de la destruction globale des cellules cérébrales, les défaillances de la barrière hémato-encéphalique (la membrane qui empêche le contact du cerveau et du sang) commencent.
  4. Il y a une accumulation de débris de cellules mortes, ce qui conduit au développement d'un conflit auto-immun. L'auto-intoxication commence (empoisonnement du corps avec les produits de désintégration de ses propres substances lorsque le système immunitaire du corps commence à combattre les cellules du corps).
  5. De tels processus conduisent à une formation stable dans le cortex cérébral d'un foyer d'excitation constante. L'irritation prolongée des cellules affaiblies provoque le développement d'hallucinations auditives, visuelles, délirantes, caractéristiques du patient.

Le cerveau a besoin de beaucoup d'énergie pour alimenter le centre de l'excitation. En conséquence, le corps prive les nutriments nécessaires d'autres zones du cerveau. Cela conduit à la destruction progressive de la capacité de penser et de raisonner correctement. Souffrez mémoire, attention, émotions, volonté.

Quelle est la cause de la pathologie

La plupart des experts ont tendance à croire que la schizophrénie est une maladie multifactorielle. La pathologie se développe en raison de l'effet complexe sur le corps de facteurs exogènes (externes) et endogènes (internes).

La schizophrénie est héréditaire. Le risque de développer la maladie est multiplié par 25 si le diagnostic de schizophrénie est enregistré dans une série de membres de la famille.

Il est à noter que les schizophrènes sont plus fréquents chez les personnes nées en été et au printemps. Les facteurs prouvés affectant directement l'apparition de la maladie comprennent:

  • anomalies du développement du cerveau;
  • accouchement grave;
  • infection du foetus pendant le développement du foetus;
  • expériences psychologiques à un âge précoce;
  • usage à long terme de substances psychoactives, drogues, alcool.

Symptômes cliniques

L'apparition de la maladie est représentée par une période spécifique, appelée "phase prémorbide". Sa durée varie entre 1 et 2 ans. Cette période est marquée par le développement de la personnalité des symptômes non spécifiques suivants:

  • irritabilité constante;
  • affûter les traits inhérents au caractère;
  • comportement bizarre, inhabituel;
  • réduire le besoin de communiquer avec les autres, prendre soin de soi;
  • l'apparition de dysphorie (humeur morbide, aversion envers les autres).

La phase prémorbide se développe progressivement dans une autre période - le prodrome, précédant le début de la maladie. À ce moment-là, la personne est complètement éloignée des autres, développant une forte distanciation.

Signes cliniques de rechute

Dans la phase prémorbide, les symptômes de la schizophrénie deviennent psychotiques. Développer des troubles à court terme. Ensuite, un type développé de psychose est formé, conduisant à la maladie.

Tous les symptômes de la schizophrénie, les médecins sont divisés en deux catégories principales. Considérez-les plus en détail.

Symptômes positifs

Ce sont des signes qui sont «ajoutés» à une personne, de sorte qu'ils n'étaient pas auparavant (dans un état de santé). Ceux-ci comprennent:

Hallucinations La schizophrénie est plus souvent notée par des hallucinations auditives. Le patient a le sentiment que des voix inexistantes résonnent dans son cerveau ou tentent de capter l'attention de l'extérieur, de divers objets étrangers.

Il y a des cas où un schizophrène entend simultanément deux ou trois voix qui se disputent également.

Des hallucinations tactiles s'ajoutent aux hallucinations auditives (il semble au patient que quelque chose lui arrive). Par exemple, mordre la peau des fourmis, des poissons dans l'estomac, provoquant des douleurs, des crapauds visqueux dans les cheveux. Les hallucinations de nature visuelle dans le trouble schizophrénique sont très rares.

Brad Il semble au patient qu'une certaine force surnaturelle d'un autre ennemi exerce un effet puissant sur son psychisme et son subconscient, le poussant à effectuer certaines actions. L'exposition (selon les patients) se produit par la méthode de l'hypnose, certaines forces techniques, la sorcellerie, la télépathie. Les médecins notent d'autres signes fous de schizophrénie:

  • persécution (il semble au patient qu'il est poursuivi, suivi);
  • auto-incrimination (le patient se considère coupable de mort, de malheur, de maladie de parents et d'amis);
  • l'hypocondrie (il existe une croyance persistante selon laquelle une personne est atteinte d'une maladie grave et incurable);
  • la jalousie (le conjoint du patient croit fermement à l’infidélité de la seconde moitié);
  • la grandeur (une personne est convaincue de la présence de capacités surnaturelles ou croit inconditionnellement à ce qui occupe une position élevée dans la société);
  • Dysmorphobe (schizophrène sûr de la laideur personnelle, de la présence d’une déformation inexistante, de l’absence d’une partie du corps, de grosses cicatrices, de défauts).

Idées obsessionnelles. Dans l'esprit du malade, il y a toujours des pensées, des idées d'orientation abstraite. Ils sont globaux, à l'échelle. Par exemple, une personne pense constamment à la collision de la terre avec un astéroïde, à la chute de la lune sur une planète, à l'explosion du soleil, etc.

Le mécanisme de développement de la schizophrénie

Trouble du mouvement. Ces symptômes se manifestent par:

  1. Excitation catatonique. État inadéquat sous forme d'anxiété psychomotrice: sottise, pathos de la parole, arrogance, exaltation.
  2. Stupeur catatonique. Diminution de l'activité psychomotrice. Étant dans un tel état, le patient devient complètement immobilisé, les muscles du corps deviennent très tendus, se figeant dans une posture complexe et inhabituelle.

Troubles de la parole. Les personnes atteintes de schizophrénie tombent dans un raisonnement spatial long et sans signification. Leur discours est rempli de nombreux néologismes et de descriptions trop détaillées. Les schizophrènes en conversation passent rapidement du sujet actuel à un argument différent.

Symptômes négatifs

Ces symptômes sont attribués à la dégradation - la personne disparaît de ces compétences, des capacités qui étaient auparavant (quand la personne était en bonne santé). Ce sont les troubles suivants:

Émotionnel. Le patient a un épuisement marqué des émotions, il y a une détérioration prolongée de l'humeur (hypothymie). Le nombre de contacts est considérablement réduit, une personne cherche la solitude, cesse de s'intéresser aux désirs de ses proches. La schizophrénie mène progressivement à l'isolement social complet.

Volontaire Les troubles de cette sphère se manifestent par la passivité croissante de l'individu. Les patients perdent la capacité de prendre leurs propres décisions, ils vivent par habitude, armés de souvenirs de leur comportement habituel ou copiant les réponses comportementales des autres.

Au début de la maladie, de nombreuses personnes ont des épisodes d'hyperbuline (augmentation du désir et de l'appétit sexuels).

Cela peut conduire au développement de comportements asociaux: actions illégales, alcoolisme, toxicomanie. En même temps, le patient ne reçoit pas de plaisir et ne peut pas adopter une attitude personnelle face à des situations.

Les besoins du schizophrène sont considérablement réduits, l'attrait intime disparaît, la gamme des intérêts communs est réduite. Peu à peu, les patients commencent à oublier l’hygiène et refusent de manger.

Classification de la schizophrénie

Sur la base de la manifestation de certains symptômes, la pathologie est divisée en cinq types principaux:

  1. Catatonique. La maladie passe avec une prédominance de divers troubles psychomoteurs.
  2. Résiduelle. La schizophrénie est caractérisée par des symptômes légers liés à des facteurs positifs.
  3. Désorganisé (ou hébéphrénique). Manifesté par l'appauvrissement de la composante émotionnelle de la personnalité et par un trouble prononcé de la pensée.
  4. Indifférencié. Elle se caractérise par une augmentation des symptômes psychotiques, tandis que la schizophrénie indifférenciée ne correspond pas à l’image des autres types de la maladie.
  5. Paranoïaque Il y a délire, hallucinations obsessionnelles. Les émotions ne souffrent pas de la capacité de penser et de réactions comportementales, qui sont des violations évidentes.

En plus de la classification de base de la pathologie, les psychiatres distinguent deux catégories supplémentaires de la maladie (selon la classification de la CIM-10):

  1. Schizophrénie de type simple avec régression progressive de la personnalité et absence de psychoses aiguës.
  2. Dépression post schizophrénique. Elle se caractérise par une baisse constante des qualités émotionnelles.

Les psychiatres russes ont également une gradation de la maladie selon les nuances de son évolution:

  • paresseux;
  • qui coule continuellement;
  • périodique (récurrent);
  • paroxystique (manteau de fourrure).

Une telle variété de degrés de maladie aide les médecins à mettre au point une pharmacothérapie et à prévoir l'évolution de la pathologie.

Traitement de la maladie

Le traitement de la schizophrénie est une approche intégrée qui comprend les types de traitement suivants:

Médicaments. Le traitement pharmacologique repose sur l'administration d'antipsychotiques. La préférence est donnée aux antipsychotiques atypiques. Pour arrêter l'apparition d'effets secondaires, les antipsychotiques sont associés à des médicaments du groupe des benzodiazépanes et à des stabilisateurs de l'humeur.

En raison de l'inefficacité des médicaments, les psychiatres prescrivent les TIC (thérapie à l'insuline comateuse) et les TEC (thérapie électroconvulsive).

Psychocorrection. La tâche principale de la psychothérapie est la restauration des compétences cognitives du patient, l'amélioration de sa socialisation. Les psychiatres travaillent sur la prise de conscience par le patient de ses propres caractéristiques. La thérapie familiale devient efficace, il est nécessaire de créer un climat favorable dans l'environnement familial du patient.

Objectifs du traitement de la schizophrénie

Pronostic de la maladie

Le résultat final du traitement dépend de nombreux facteurs: le sexe du patient, l'âge auquel la maladie a commencé, les caractéristiques de l'ouverture, le type et la forme de la maladie. Selon les statistiques, le pronostic pathologique est le suivant:

  1. Dans environ 40 à 45% des cas, l'apparition d'une rémission stable dans l'état du patient. Le patient peut retourner au travail et mener une vie normale.
  2. Dans 55 à 60% des cas, la schizophrénie évolue vers une forme chronique morose, se manifestant par des troubles modérés. La qualité de vie des personnes diminue, mais elle se situe dans la zone de confort psychologique.

Il est possible de parler de rémission lorsque des signes de désordre ne sont pas observés pendant six mois. Mais cela ne signifie pas que le patient a récupéré. Dans le cas de la schizophrénie, il est malheureusement impossible de parler de rétablissement complet. L'état du patient n'est possible que pour améliorer de manière significative et ramener la personne à une vie normale.

Qui est un schizophrène: symptômes, causes et traitement

Les connaissances superficielles, pour la plupart des domaines hautement spécialisés, génèrent souvent des rumeurs et des stéréotypes très différents de la réalité. C'est qui un tel schizophrène? Psycho? Une personne avec une double personnalité? Monstre? Peu de personnes seront en mesure de donner une évaluation correcte de ce trouble mental grave. Nous allons essayer de parler du terme difficile avec des mots simples.

Raisons

Alors, qui est un schizophrène? Et qu'est-ce que la schizophrénie? Essayons de comprendre en raison de certains facteurs négatifs qu'une maladie mentale complexe peut développer. Quel est l'effet sur l'esprit: la génétique ou peut-être l'écologie? Qui est à risque?

La schizophrénie (du grec schizo + phren = "esprit divisé") est un trouble mental chronique progressif, exprimé par une perception déformée de la réalité, une altération de la pensée et un comportement inapproprié.

Le facteur héréditaire joue malheureusement un rôle important. Si l’on en croit les statistiques, la présence de ce diagnostic chez les représentants du premier degré de parenté (parents-enfants) entraîne le risque de contracter la maladie avec une probabilité de 10%. De plus, le trouble peut être hérité. Environ 60% des personnes atteintes de cette maladie, les schizophrènes du genre, sont absentes. Le reste de la génétique est moins chanceux. Cependant, la transmission par la mère d'une prédisposition à un trouble mental ne signifie pas un développement à 100% de la maladie. Le facteur de risque génétique peut rester à jamais dans la catégorie potentielle. Alors, qui est un schizophrène? Et quelles conditions, en plus de la structure anormale du cerveau, causent cette maladie? Voici quelques situations stressantes potentiellement dangereuses:

- travail prolongé / prématuré (hypoxie);

- infections virales transmises dans la petite enfance ou au cours du développement embryonnaire;

- stress (par exemple, perte prématurée des parents ou divorce difficile);

Signes de schizophrénie

Sur la question de savoir comment reconnaître un schizophrène, la tétrade de Bleuler, dite «quatre A», prononcée chez un patient (ensemble ou séparément) répondra scientifiquement (ensemble ou séparément):

1. L’ambivalence est une manifestation d’opinions et de sentiments absolument opposés concernant une situation, un objet ou un objet. Par exemple, un schizophrène peut adorer et détester le jus d'orange, en même temps aimer courir et renier fondamentalement cette profession. L'ambivalence peut également être exprimée en vibrations infinies lors du choix.

2. Un défaut associatif (en bref, alogia) est un trouble de la pensée associé à une violation flagrante de la logique dans la construction du raisonnement ou du dialogue. Caractéristiques principales:

  • avarice (pauvreté) de la parole;
  • déclarations monosyllabiques (petit vocabulaire);
  • retard dans les réponses (longues pauses).

3. Autisme - une distraction des réalités de l'immersion dans votre monde intérieur personnel et artificiel. Cette caractéristique distingue les personnes fermées, incompréhensibles et aux intérêts limités qui cherchent l'isolement. Ils ne sont pas en mesure d'établir une communication normale et n'interagissent donc pratiquement pas avec les autres.

4. Insuffisance affective - réponses complètement illogiques aux événements actuels. Par exemple, rire à la vue d’une personne mourante ou larmes amères avec de bonnes nouvelles.

Ces effets pathologiques permettent de comprendre qui est un schizophrène. Les signes de la maladie n'apparaissent pas forcément tous en même temps: une combinaison des deux facteurs énumérés ci-dessus suffit. En conséquence - changements de personnalité, dissociation, perte d'intérêt pour la vie.

Symptômes principaux

La psychiatrie pratique identifie trois groupes de symptômes de la schizophrénie.

1. syndromes positifs:

  • hallucinations;
  • un non-sens;
  • inhibition de la pensée: irrationnalité et confusion des pensées, incapacité à compléter la phrase, oubli ("Pourquoi suis-je allé là-bas? Pourquoi ai-je pris cet article?");
  • déréalisation - le manque de frontière entre réalité et fiction.

Essayons de préciser visuellement qui est un tel schizophrène, comment le reconnaître, en présence de ce dernier, du syndrome le plus difficile à définir. Un exemple serait une personne incapable de personnaliser sa propre personnalité. Il se considère comme un "monde absorbé", nie les parents et, au contraire, insiste sur la parenté avec des inconnus.

2. Les syndromes négatifs:

  • froideur émotionnelle (expression faciale figée, monotonie de la parole);
  • léthargie (difficulté à maintenir une conversation, incapacité à prendre des décisions rapides);
  • faible concentration de l'attention;
  • perte d'intérêt pour la vie, remplaçant la réalité par des idées obsessionnelles;
  • asocialité: il est difficile pour une personne de faire connaissance, elle a de mauvais contacts avec les autres, puis cesse de communiquer, même avec ses proches.

3. Les syndromes cognitifs permettent également de comprendre qui est un schizophrène. Les symptômes de dysfonctionnement cognitif aideront à dessiner le prototype d'un tel patient sous une forme suffisante pour la perception. Nous parlons ici de diverses violations de l'attention, de la pensée et de la mémoire. La parole du patient est déformée: les conversations deviennent abstraites, le vocabulaire devient plus pauvre. La vie quotidienne d’une personne est en train de changer: les responsabilités sociales, domestiques et professionnelles deviennent difficiles à assumer.

Formes cliniques de la schizophrénie

La classification, qui inclut cinq formes classiques du développement de la maladie, permettra de comprendre en quoi le schizophrène paranoïde diffère de la catatonique:

1. Gebefrenicheskaya schizophrenia. Les traits caractéristiques du patient sont la bêtise, les grimaces, les irritations, l’euphorie. La parole est généralement brisée, comportement imprévisible. Cette forme se distingue par l'évolution la plus maligne avec un développement très rapide de la démence.

2. Circulaire. Associé à des crises récurrentes et à des changements d'humeur: de maniaque (élevé) à dépressif (faible). Les hallucinations et les persécutions sont monnaie courante.

3. simple. Cette forme de schizophrénie se développe lentement et trouve ses origines à l'adolescence. Manifesté par les syndromes négatifs décrits et les délires épisodiques. Procède souvent de manière maligne, conduisant à la formation d'un état défectueux et à un changement complet de la personnalité.

4. Paranoïde. La forme la plus courante était celle des idées patientes de persécution, de jalousie, de manie d'empoisonnement, d'hallucinations et de pseudohallucinations. Le patient ne peut pas restreindre ses émotions et son comportement reflète donc ses propres expériences. Formes schizophréniques paranoïaques, en règle générale, à l'âge adulte.

5. Catatonic. Une caractéristique est l'immobilité temporaire. Les patients peuvent rester au lit pendant des jours sans parler du tout. Parfois, ils gèlent dans des poses fantaisistes et restent dans cette position pendant des heures.

Manifestations de la schizophrénie

Comment reconnaître un schizophrène? Voici la question la plus troublante dans le cercle des proches qui ont remarqué des changements dans le comportement d'une personne chère. Essayez d'être attentif, car il est difficile de ne pas remarquer les signes évidents de maladie...

1. Hallucinations. Manifesté dans la création d'un monde fictif avec une réalité déformée. Le patient est perturbé par la perception de tous les sens: les fraudes sont visuelles (images imaginaires), auditives (voix éphémères), olfactives, gustatives et tactiles.

Les hallucinations sont divisées en vrai et en faux. Dans la première variante de la psychose, une personne «entend» des sons ou «voit» des images dans de vraies pièces (par exemple, une histoire sur le chant paradisiaque des oiseaux dans les murs de son propre appartement). Dans le second cas, les images fictives sont concentrées chez le patient lui-même (par exemple, une assurance sur les serpents vivant dans le corps).

Symptômes signalant la présence d'hallucinations et reflétant clairement le comportement du schizophrène:

  • rire sans raison;
  • détachement en conversation;
  • anxiété soudaine;
  • parler de soi;
  • changements brusques de comportement pendant la conversation.

2. Idées folles. Les pensées obsessionnelles et la manie de la persécution se manifestent souvent dans les soupçons de proches dans de mauvaises intentions. La perturbation du travail de conscience peut s'accompagner d'une série de plaintes adressées à divers organismes gouvernementaux exigeant de punir les "coupables". Ou le patient assiège les salles d'hôpital dans une recherche désespérée d'une maladie fictive. Alors, qui est un schizophrène? Toutes les personnes jalouses pathologiques tombent alors dans la nature maniaque du délire... Mais ne vous pressez pas, vous devez rechercher une écriture fantastique, et non crédible, par exemple:

  • l'émergence d'une agression non motivée;
  • histoires invraisemblables;
  • plaintes constantes;
  • peur sans fondement;
  • peur des gens.

3. l'agression. Cette forme de comportement est facilement détectable car elle est associée à des dommages pour un être vivant. Dans le même temps, l'agression n'est pas une réaction à un agent pathogène externe, elle est impulsive par nature et est provoquée par une violation de la pensée. Signes:

  • attitude négative envers les autres;
  • l'insomnie;
  • impulsivité;
  • agitation;
  • suspicion sans fondement;
  • excitation accrue.

De tels symptômes permettent de suspecter une pathologie de nature schizoïde.

4. Troubles du mouvement. Il existe deux types de troubles: la stupeur et l’agitation. Pour la première option est caractérisée par le gel dans la posture immobilisée. Le schizophrène ne prend pas de nourriture et ne réagit pas aux autres, focalisant son regard sur un point. L’excitation, au contraire, s’accompagne d’une agitation et d’une incohérence de la parole, qui se terminent par un soudain silence.

Personnes célèbres

Pensons s'il est possible d'appeler les arriérés mentaux ces «malheureux» qui, étant malades, ont pu impressionner le monde avec leur créativité. Les schizophrènes les plus célèbres sont la preuve directe qu'il est même possible de vivre avec ce diagnostic.

Vincent van Gogh

Éternellement persécuté par la société, un mendiant et un perdant, il n'a pas été reconnu de son vivant et n'a pas pu fonder une famille. Attaques de délire, hallucinations cauchemardesques, masochisme, tendances suicidaires, tristesse et agressivité étaient des «invités» constants de l'artiste, mais ils ont contribué à l'écriture de dizaines de chefs-d'œuvre. Van Gogh se précipita continuellement dans la pièce, puis se figea pendant des heures dans une pose ridicule. Selon une version, dans une phase de folie grave, il se coupa une partie de son oreille, apparemment dans un accès de remords après une autre dispute avec un ami.

Le philosophe allemand a été appelé obsédé, son trait distinctif était la mégalomanie et sa propre supériorité.

Nietzsche dormait souvent par terre, se barricadait, se comportait comme un animal. Parmi les actes féroces commis dans les lieux publics, on peut appeler des cris inarticulés, des calins avec un cheval, et se désaltérer avec une urine.

L'éminent philosophe et voyageur souffrait de paranoïa, exprimée dans la manie de la persécution. Il a vu des conspirations partout, a abandonné ses amis et est devenu un vagabond.

Nikolai Vasilievich Gogol

L’écrivain russe a été constamment tourmenté par des attaques de claustrophobie et de psychose. L'apathie, l'hypochondrie (peur de la mort) et un état d'inhibition pourraient être remplacés de manière drastique par une activité et une excitation excessives. Parfois, Gogol tombait dans une véritable "stupeur", ne réagissant même pas aux effets physiques. Connaissant ses traits, l'écrivain avait très peur d'être enterré vivant.

Mikhail Afanasyevich Bulgakov

Étant accro à la morphine pendant la période de guerre, notre compatriote était étroitement assis sur l'aiguille. Officiellement, l'écrivain n'a pas eu de trouble mental: tout le monde a associé ses effets de mode et ses crises à la drogue.

Principales idées fausses

Hypothèses sur le comportement des schizophrènes, souvent fausses et artificielles. Essayons de répondre aux principales questions stéréotypées.

Schizophrène - qui est-ce et comment le distinguer d'une personne normale?

La schizophrénie est appelée "la maladie de notre temps". En effet, cette déviation mentale est maintenant répandue beaucoup plus large que dans aucune des époques historiques connues.

Mais peu de gens comprennent qui est un schizophrène et en quoi il diffère d'une personne en bonne santé.

Bien entendu, seul un spécialiste peut établir un diagnostic, y compris celui-ci. Cependant, un certain nombre de caractéristiques distinguent ces patients que toute personne est en mesure d'identifier.

Qu'est-ce que la schizophrénie paresseuse? Renseignez-vous sur notre article.

Qu'est-ce que la schizophrénie?

La schizophrénie est l’un des trois principaux troubles mentaux (avec la paranoïa et l’hystérie).

Son essence est de rompre les liens du patient avec le monde, les autres et même avec lui-même.

"Schizo" - en grec ancien signifie "fendre" ou "casser un morceau". "Frenos" - "tête", au sens figuré - "cerveau", "penser", "âme".

L'un des livres les plus talentueux sur la schizophrénie, écrit par le psychiatre anglais Ronald Lang, s'intitule «The Shattered Self».

Une personne ne se sent en bonne santé et à part entière que lorsqu'elle est connectée avec les autres, le monde, est en contact et en harmonie avec elle-même (avec son monde intérieur). La schizophrénie se produit en raison de l'absence de ces connexions.

Un tel état interne est extrêmement douloureux pour le patient, gêne sa socialisation, parfois accompagné de symptômes douloureux associés à une souffrance physique, peut le rendre dangereux pour les autres.

Qui est un schizophrène? À qui cette étiquette est-elle attribuée inutilement? Le psychologue répond:

Psychologie: comment voient-ils le monde?

Ronald Lang pense que l'incertitude ontologique est la caractéristique psychologique la plus importante de ces patients. Chaque personne dans la vie a un certain nombre de tâches.

Il doit trouver sa place parmi les autres, comprendre ce qu’il est, établir certaines relations avec les autres, décider qui il aime, qui ne l’a pas, trouver sa propre entreprise et réaliser quelque chose en lui, former sa propre vision du monde, devenir adulte responsable.

Face à ces problèmes, sujets à la schizophrénie ou déjà un malade qui se retire, refuse de les résoudre.

L'incertitude «ontologique» est une incertitude dans la résolution du problème principal de notre vie: l'identification de soi, la recherche de soi, la création de soi.

"La principale passion d'une personne est d'être, de se réaliser, de se développer en tant que personne", a déclaré le philosophe Merab Mamardashvili.

Le psychopathe a peur de devenir une personne, une personne, un individu. Il a peur de prendre place. Il part de la décision de cette tâche. Parfois, il le fait parce qu'éviter un problème lui semble être la meilleure solution au problème.

Parfois, il semble trop faible et insignifiant, incapable de le résoudre et l'évite par conséquent. Parfois, il craint que certaines forces perverses, personnes ou structures sociales qui le contrôlent le punissent s'il devient une personne. Cependant, dans tous les cas, il tombe malade.

Le cœur de sa pathologie est la peur du monde et de la vie. Puisqu'il se sent faible et impuissant, le monde et les autres lui semblent complètement séparés de lui, étrangers et même hostiles, capables de «dévorer», de le dévorer.

Lui-même a aussi peur de lui-même, c'est-à-dire qu'il a peur de regarder en lui-même, de comprendre ce qu'il est vraiment. C’est ce contact authentique avec lequel le patient a le plus peur.

Les psychiatres appellent le manque de contact avec leur monde intérieur «alexycémie». Chacun de nous se comprend avec un degré différent de précision et d'objectivité, mais nous savons ce que nous ressentons au moment présent et ce que nous avons ressenti plus tôt, à des moments clés de notre vie. nous savons ce que nous voulons, ce que nous recherchons.

Bien que nous puissions en même temps errer dans l’interprétation de nos motivations, nous ne comprenons pas l’origine de certaines de nos émotions.

Cependant, ce malentendu se situe dans la fourchette normale. Le schizophrène ne sait presque rien de lui-même.

Il parle souvent de parti pris, même de son apparence. Il ne connaît pas ses vrais sentiments et désirs. Au lieu de cela, il appelle fantastiques, souvent absurdes, des désirs et des expériences. À d'autres personnes, il attribue également des qualités et des aspirations imaginaires.

En d'autres termes, le trait caractéristique d'un schizophrène est son existence dans un monde imaginaire, qu'il a lui-même créé, mais qu'il a réellement pris pour lui. Mais le monde réel, avec ses exigences et ses tâches, craint de panique et évite de toutes les manières possibles.

Lisez à propos des symptômes de la schizophrénie hébéphrénique ici.

Comment reconnaître la schizophrénie? Conseils psychologues:

Un grand homme peut-il être malade?

De nombreuses personnalités ont été appelées et appelées schizophrènes. Maintenant, par exemple, ils disent cela de Grigori Perelman, le brillant mathématicien russe.

On sait qu'il ne communique pas du tout avec les gens, pas même avec ses collègues, il a vécu toute sa vie avec sa mère (il a 51 ans), ne cherche pas à se marier, exprime souvent des pensées incompréhensibles et paradoxales, est extrêmement ascétique au quotidien.

La même pathologie a été attribuée, sur la base de certains symptômes, à Nikolai Gogol, à Isaac Newton, à Vincent van Gogh, à Ernst Hemingway, à Franz Kafka et à de nombreuses autres personnes remarquables.

À cet égard, il convient de noter les points suivants.

Le diagnostic n’est pas une opinion publique, pas les médias, mais un médecin. Aucune de ces personnes n'a eu et n'a pas de diagnostic psychiatrique documenté.

"Schizo" est souvent appelé personnes ayant un comportement étrange, inhabituel, incompréhensible. Et parmi les gens talentueux et créatifs, il y en a vraiment beaucoup. Cependant, cela ne signifie pas qu'ils sont des psychopathes.

Dans un certain sens, un Européen ordinaire dans la rue est plus proche de la psychopathie, confiant qu'il est normal, mais Hemingway était un psychotique.

En fait, l'écrivain était une personne extrêmement sensible, vulnérable et dotée d'une vision du monde pessimiste, mais il se distinguait par une capacité de travail et une activité excellentes, était extrêmement sociable et avait des centaines d'amis et de connaissances. Il était beaucoup plus sain que ceux qui le considèrent comme malade.

Dans le même temps, une personne créative peut aussi tomber malade. Cependant, nous sommes en droit d’affirmer que le pourcentage de psychopathes et de personnes sujettes à la psychopathie est beaucoup plus bas parmi ces personnes que parmi ceux qui ne sont pas engagés dans un travail de création.

De toute évidence, la créativité elle-même est un bon remède contre cette maladie.

La schizophrénie est-elle héritée? Découvrez la réponse maintenant.

Symptômes et signes de la maladie

Ronald Lang croit que le schizophrène a peur de la certitude. Il veut paraître (y compris même pour la plupart) mystérieux, incompréhensible, incompréhensible.

Exemple: dans le célèbre conte de fées pour enfants de Lyman Frank Baum, «le magicien d'Oz» (connu dans notre pays sous le nom de «magicien de la cité émeraude», traduit par A. Volkov) est un charlatan Goodwin.

Ceci est une petite personne faible et insignifiante qui a réussi à devenir le souverain de la ville d'émeraude.

Il n'apparaît jamais sur des personnes que sous différents masques, le décrivant comme une bête effrayante ou une créature magique.

Sa ville elle-même est ordinaire, mais tous les résidents et invités, sous peine de mort, sont tenus de porter sans enlever leurs lunettes vertes, ce qui la fait paraître «émeraude». Bien que Goodwin soit un héros littéraire inventé par l'écrivain, il présente des symptômes évidents de schizophrénie.

Une fille, atteinte de cette maladie, a dit à tout le monde qu'elle n'était pas née sur la Terre, mais sur une autre planète, qu'elle se souvenait très bien de sa planète d'origine et que seule cette planète pouvait devenir ce qu'elle était. vraiment

De telles idées étranges, auxquelles le patient lui-même croit sans réserve, sont très caractéristiques de cette pathologie (on les appelle souvent des "illusions schizophréniques"). Pour raisonner des patients caractérisés par l'illogisme, l'absurdité ou une logique très étrange.

Ainsi, un patient adulte de 35 ans qui, à l'âge de 22 ans, a épousé une femme véritablement amoureuse et, comme elle le pensait, son homme bien-aimé, aussitôt après le mariage, de son mari à sa mère, est resté vivre avec elle. le docteur, pourquoi elle a quitté son mari, a déclaré qu'elle ne pouvait s'empêcher de quitter son mari, car il ne la satisfaisait pas sexuellement.

Le médecin a interrogé la patiente en détail sur sa vie sexuelle, a découvert qu'elle était orageuse et diversifiée, que ces dernières années ont été vaines, mais que le seul modèle de la norme dans toute sa vie était exactement la relation avec son mari.

Mais le plus curieux est que la patiente a quitté son mari pour sa mère et non pour un autre homme. Et depuis lors vit avec elle.

Autrement dit, les relations intimes normales avec son mari ne la satisfaisaient pas et elle a donc décidé de vivre avec sa mère et de ne pas avoir de relations intimes permanentes en général.

Imaginez une personne qui a acheté un bel appartement à Moscou, y a vécu pendant un mois, puis est partie en laissant un appartement et s’est installée en Yakoutie. Elle lui a demandé pourquoi il ne voulait pas vivre à Moscou et a répondu: «Il fait trop froid là-bas».

Mais la Yakoutie est un pôle de froid. Moscou, en comparaison, est un endroit très chaleureux. Une telle logique étrange est caractéristique de ces patients.

Lors de la communication avec un tel patient, un sentiment de proximité et de non-contact est créé. Il ne répond directement à aucune question. Ses remarques sont logiquement sans rapport les unes avec les autres, ni avec les remarques de l'interlocuteur.

Les patients sont fermés et refusent souvent de communiquer. Ils n'aiment pas prendre des décisions indépendantes, laissez-les.

Les patients sont caractérisés par la passivité, l'inaction, souvent même physique. Parfois, tout se termine par un «syndrome catatonique», lorsque le patient reste toute la journée et toute la semaine sans se lever, dans la même posture, perdant ainsi la capacité de contrôler son corps.

Les états obsessionnels sont caractéristiques des patients: rêves ou visions récurrents, pensées étranges et récurrentes.

Par exemple, une femme malade se voyait souvent rêver dans une ville qui, à son avis, était Moscou (bien qu’à cette époque où elle avait vu ce rêve pour la première fois, elle n’était jamais allée à Moscou).

Elle était toujours là dans la même rue où elle était supposée trouver une femme nommée Sophia. Ni l'adresse, ni le nom, ni son apparence, elle ne savait pas pourquoi elle avait besoin de cette Sophia, elle ne comprit pas non plus.

Malgré cela, le désir de retrouver cette Sophia par tous les moyens la força à acheter plusieurs fois des billets pour Moscou, à faire le tour de la ville immense à la recherche de cette rue, mais elle ne trouva ni la rue, ni a fortiori la mystérieuse Sophia..

La parole du patient donne souvent l’impression d’un étrange, confus, illogique.

Il peut oublier des mots ordinaires, mais en même temps inventer des mots qui ne sont pas dans la langue.

Les patients ont souvent une écriture incompréhensible, qu’ils ne peuvent pas comprendre eux-mêmes, et ce n’est pas le résultat d’une négligence: ils écrivent avec diligence et même magnifiquement, mais pour que rien ne puisse être compris.

Pourquoi les schizophrènes ne dorment pas? Comme dans beaucoup d'autres pathologies, les troubles du sommeil sont possibles dans la schizophrénie.

Parfois, le patient a peur de s’endormir, car il est certain que c’est dans un rêve qu’une sorte de catastrophe peut lui arriver, qu’il ne pourra pas prévenir.

Dans les relations interpersonnelles, les psychopathes schizoïdes font preuve d'aliénation et de prudence, évitent les relations étroites (spirituelles et souvent physiques), ne sont pas capables d'aimer et de s'attacher, ne ressentent pas les sentiments inhérents aux personnes normales (par exemple, ils ne sont pas attristés par la mort d'êtres chers).

Ils évitent les contacts informels, ne regardent jamais dans les yeux de l’interlocuteur, craignant d’être véritablement compris, vu et reconnu tel qu’il est.

Comment distinguer des gens normaux?

Cette question inquiète beaucoup. Le fait est que beaucoup considèrent les psychopathes comme des personnes dangereuses. Ce n'est pas. Ce sont les mêmes personnes qui ont besoin d'aide. Comment se comportent les schizophrènes?

Il n’existe aucune méthode permettant de distinguer un psychopathe schizoïde d’une personne en bonne santé. Même les experts ont parfois du mal à le faire.

La société moderne de consommation est schizoïde dans son essence. Il est organisé de manière spécifique pour provoquer le plus grand nombre possible de cas de schizophrénie.

La peur des personnes atteintes de maladies mentales inhabituelles est un symptôme du schizoïde. Par conséquent, il vaut mieux ne pas essayer de se diagnostiquer soi-même. Si vous pensez que l'un de vos proches est malade ou malade, consultez votre médecin.

Comment se débarrasser des attaques de panique? Vous pouvez trouver les conseils de psychologues sur notre site web.

Causes et facteurs provoquants

Ronald Lang considère que l'exigence d'obéissance absolue de ses parents à un enfant est le facteur principal. En fait, les parents demandent: «Ne soyez pas vous-même. Sois notre poupée, notre jouet, que nous manipulerons à notre guise. ”

Un autre facteur défavorable est la solitude.

Si personne n'aime un enfant, il n'est le seul au monde, il peut tomber malade.

Cette maladie est facilitée par des relations aliénées avec des personnes pour lesquelles il n’existe aucun intérêt véritable les unes envers les autres: les personnes ne communiquent que de manière fonctionnelle, ne se voyant pas un but mais simplement un moyen d’atteindre certains objectifs aliénés.

Comment communiquer avec un schizophrène et comment l'aider?

Comment se comporter avec un schizophrène dans la famille? Comment lui parler? Communiquer avec une telle personne devrait être exactement comme avec une personne en bonne santé. Dans le même temps, sans oublier que vous avez affaire à un patient. C'est-à-dire, bien se contrôler, si possible, pour ne pas être surpris de rien.

En aucun cas, ne peut pas être ennuyé, crier, montrer l'agressivité. Il est impossible d'intrusion dans le monde intérieur ou le territoire d'une telle personne, par exemple, pour entrer sans frapper dans sa chambre, même s'il s'agit d'un petit enfant.

En même temps, on ne peut pas tout lui livrer, on ne peut tout lui permettre, au motif qu'il n'est pas le même que tout le monde. Même le meilleur médecin ne peut aider un schizophrène contre son gré. Si vous souhaitez traiter les exacerbations, vous devez suivre les recommandations du médecin: elles sont toujours individuelles.

Peut-il vivre seul?

En un sens, tous les psychopathes schizoïdes sont seuls, intérieurement seuls. Cependant, tous ne peuvent se servir eux-mêmes. Tout dépend du stade de la maladie.

S'il est suffisamment profond, le patient peut arrêter de manger (le refus de manger est également l'un des symptômes de cette pathologie; par exemple, N.V. Gogol est décédé pour cette raison) et meurt.

Comment comprendre que vous êtes schizophrène? Le patient peut-il comprendre lui-même qu'il est malade? Oui bien sur. Parmi les schizoïdes, il y a beaucoup de gens très intelligents. Le problème n'est pas l'incapacité, mais le refus de se comprendre. Ce qui est souvent propre aux personnes en bonne santé mentale.

Combien de temps vivent les schizophrènes? Pas de statistiques exactes.

On peut certainement dire que les schizophrènes vivent en moyenne un an et demi à deux fois moins sains.

Cela est dû à leur refus de se développer, à la perte du sens de la signification de la vie, au manque de communication et à la gaieté.

Leur état mental provoque l'apparition de nombreux troubles somatiques (cancer, par exemple), souvent à un âge précoce. Cependant, beaucoup de schizophrènes vivent autant que des personnes en bonne santé.

La schizophrénie est vraiment une "maladie du siècle". Même pour cette raison, nous devons apprendre à traiter les psychopathes schizoïdes avec compréhension et sympathie. Ils sont malades, mais ce sont des gens.

Ils se poussent dans un coin, mais ils le font inconsciemment. Nous ne pouvons les aider que si nous voyons en eux, surtout, des personnes comme nous.


Partager avec des amis:

Populaire sur le site:

Abonnez-vous à notre groupe intéressant Vkontakte:

Vous avez une question? Demandez dans les commentaires à l'article. Le psychologue répond aux questions:

La schizophrénie: qu'est-ce que c'est, les signes et les symptômes de la maladie

La schizophrénie est un trouble mental caractérisé par une perception déformée de la réalité environnante, des actions incontrôlables, une instabilité émotionnelle et une attitude inappropriée à l'égard des autres.

Le schizophrène ne réalise pas la réalité de ce qui se passe autour de lui. Les pensées qui surgissent dans son imagination et tous ces événements qui se produisent dans la réalité sont mélangés dans ma tête.

L'information pénétrée dans la conscience d'une telle personne est un ensemble chaotique d'images colorées, de toutes sortes de sons et d'images dénuées de sens. Il arrive souvent que le schizophrène nie complètement la réalité existante: il vit sa vie dans son monde illusoire. Celui qui est condamné à souffrir de ce trouble a de graves problèmes dans tous les domaines de la vie, à commencer par l’école, puis dans la vie adulte. En raison d'une pathologie mentale, une personne devient autonome, a des difficultés de communication.

Il est impossible de se débarrasser de la schizophrénie pour toujours. Tout au long de sa vie, le patient est obligé de prendre des médicaments spéciaux afin de soulager les symptômes de la maladie.

Causes de la schizophrénie

Facteur génétique

Il existe une relation étroite entre la schizophrénie et la génétique. S'il y a des cas de schizophrénie dans la famille parmi les parents au premier degré, il y a automatiquement un risque de déviation chez les autres membres de la famille.

Causes externes

Les données expérimentales et les observations montrent que l'apparition de la schizophrénie est indirectement associée au stress chronique. Les niveaux élevés de l'hormone cortisol provoquent le développement de la schizophrénie.

Notez le groupe de conditions stressantes causées par des facteurs externes qui, à leur tour, peuvent jouer un rôle dans la formation de la schizophrénie:

  • Infection virale qui a frappé le cerveau lors de l'accouchement
  • Hypoxie fœtale
  • Naissance d'un enfant avant la fin de la grossesse
  • L'impact du virus dans la petite enfance
  • Perte de parents ou séparation de la famille
  • Blessures physiques et mentales liées à la violence domestique

Anomalies des structures cérébrales

Une biochimie cérébrale anormale associée à une anatomie altérée est lourde de conséquences pour le développement de diverses formes de schizophrénie. Ainsi, un pourcentage considérable de patients atteints de schizophrénie se voient diagnostiquer une prolifération excessive des ventricules cérébraux, ce qui indique une déficience dans les tissus du reste du cerveau. Il existe des preuves d'un dysfonctionnement du lobe frontal du cerveau, conçu pour les décisions de planification et la pensée logique. Il est prouvé que le développement anormal des lobes temporaux est également associé à l'apparition de la schizophrénie.

Formes de schizophrénie

  • Gebefrenicheskaya. La capacité de penser souffre principalement. Le patient n'est pas capable de réaliser des actions élémentaires - analyser la situation, tirer une conclusion, donner son appréciation de quelque chose. La perte de ces compétences les plus simples conduit au fait qu'une personne perd la capacité de percevoir pleinement la réalité, de sentir qu'elle en fait partie. Le comportement d'un schizophrène est déroutant pour ceux qui l'entourent car il commet des actes contraires au sens commun. Il ne proteste pas contre la société - c'est la perte de la pensée adéquate. Par exemple, après avoir reçu la triste nouvelle, un schizophrène peut tomber dans un rire hystérique. Dans le même temps, une personne se trouve dans une situation difficile: son comportement étrange effraie son entourage, elle perd le soutien d'amis et de collègues. La progression de la maladie ne fait qu'exacerber les comportements conflictuels.
  • Circulaire. Une forme de schizophrénie caractérisée par une alternance de crises maniaques et dépressives. Une humeur élevée peut changer radicalement en une humeur inférieure. Parfois, les patients se plaignent d'hallucinations, ils sentent qu'ils sont suivis. Avec des soins psychiatriques opportuns, le pronostic est relativement favorable.
  • Simple En règle générale, provient de la puberté. Le cours est lent, sans symptômes prononcés. Des hallucinations faibles et des pensées délirantes peuvent parfois se produire. Dans certains cas, est une forme maligne. La structure de la personnalité change, un état défectueux se forme avec un syndrome apato-abulique persistant.
  • Paranoïaque La forme la plus commune de la schizophrénie. Se développe habituellement chez les personnes âgées. Principaux symptômes: délire, persécution, hallucinations. Il semble aux schizophrènes qu'ils le chassent, veulent l'empoisonner ou lui causent des douleurs physiques. Comme le montre la pratique psychiatrique, ces symptômes disparaissent avec le temps. Le comportement du patient commence à être déterminé par le défaut apato-abulique.
  • Catatonique. L'activité physique schizophrénique est une caractéristique distinctive de cette forme de la maladie. Des mouvements particuliers sont observés dès le premier jour de la maladie. De tels mouvements ne peuvent pas avoir de rémission et de rechute. Le patient peut effectuer des mouvements qui, chez une personne normale, provoquent une gêne ou une honte. Dans la schizophrénie, par définition, de tels sentiments ne peuvent pas surgir, de sorte que la maladie est exprimée dans les gestes les plus bizarres. Ces personnes peuvent passer des heures dans une position sans réagir aux commentaires des autres. Les muscles mimiques sont contraints et le visage rappelle en même temps un masque de pierre. Après un certain temps, l'expression du visage change radicalement. Sur le visage, on peut lire un chagrin inapproprié ou une joie excessive. Une personne peut soudainement commencer à applaudir, à taper du pied et à faire des bruits forts. La forme catatonique se manifeste le plus souvent en combinaison avec l’état paranoïaque et l’altération de la pensée.

Selon les signes de la maladie, la schizophrénie est isolée:

  • courant continu
  • paroxystique
  • paresseux
  • mixte

La schizophrénie continue avec son nom, il est clair qu'il n'a pas de rémission. Ce type de maladie conduit à la désintégration rapide de l'individu.

Le second type de maladie ne se manifeste que par une seule attaque, après laquelle une rémission à long terme se produit. Les crises ultérieures sont plus graves.

Le tableau clinique de la schizophrénie lente ne conduit pas la patiente à la psychose et, même sans traitement médical, ses symptômes peuvent disparaître pendant une courte période.

Signes de schizophrénie

Le psychiatre suisse Eigen Bleuler a révélé un complexe de quatre signes de schizophrénie:

  • Défaut associatif. Manifesté par un manque de capacité à penser logiquement. Dans le raisonnement et le dialogue, le patient démontre la pauvreté du vocabulaire. Dans ses discours, on ne peut pas entendre d'autres composants spontanés. En psychiatrie, un effet similaire a été nommé alogia.
  • Autisme Le patient a des difficultés avec la socialisation. Il est distrait des problèmes quotidiens et immergé dans son monde imaginaire. Une personne rétrécit soudainement le cercle d'intérêts, ses actions sont monotones, la motivation pour commettre des actions significatives disparaît. La personne comme si est déconnectée d'un cercle social. Dans cet état, il est incapable d'établir une communication avec d'autres personnes.
  • Ambivalence Manifesté en présence de jugements évaluatifs diamétralement opposés sur le même objet ou phénomène. Par exemple, un schizophrène peut en même temps déguster un délicieux dessert et le dédaigner.
  • Insuffisance affective. Réponse humaine absolument inadéquate à un événement ou à une action en particulier. Par exemple, après avoir vu une personne égarée, le schizophrène se met à rire et, entendant une blague, se met à pleurer. Les sous-affects comprennent les manifestations externes des expériences internes. Partant de là, les perturbations affectives ne sont rien d'autre qu'un décalage par rapport aux sentiments intérieurs des manifestations externes.

Symptômes de la schizophrénie

La schizophrénie ne se développe pas spontanément. Au début, seuls les symptômes apparaissent, après quoi de nouveaux les rejoignent et les symptômes existants sont sensiblement amplifiés.

Les premiers symptômes de la schizophrénie comprennent les anomalies suivantes:

  • Violation de l'appareil vocal. Le patient ne peut pas donner une réponse détaillée à la question. Toutes ses réponses sont monosyllabiques et non pas logiquement alignées. Il y a de longues pauses entre les phrases.
  • Agedonia Le schizophrène ne reçoit plus de satisfaction morale d'activités qui le fascinaient auparavant. Par exemple, avant sa maladie, une personne adorait la modélisation de l'argile, mais face à la schizophrénie, elle a perdu tout intérêt pour cette activité.
  • Faible expression des émotions, jusqu'à leur absence complète. Une personne ne se concentre pas sur les yeux de l'interlocuteur, lit sur le visage une complète indifférence.
  • Incapacité à effectuer des tâches. Le schizophrène n'y voit tout simplement aucun sens. Par exemple, le patient ne se lave pas les mains, car il ne le considère pas nécessaire, car ils seront à nouveau sales.

L'ensemble des symptômes de la schizophrénie est divisé en plusieurs grands groupes:

Symptômes positifs

Ceux-ci incluent des délires et des hallucinations. Le sujet principal des idées folles - la poursuite, l'impact, les relations. Les illusions d'impact sont exprimées par le fait que le patient a peur des rayons invisibles, des courants, des vagues. Il lui semble qu'avec leur aide ils contrôlent son esprit.

Le schizophrène parvient à chaque fois à présenter de nouveaux arguments, mais ils sont de moins en moins convaincants. Le contenu d'une idée délirante est en grande partie lié à la position sociale de l'individu, à sa sous-culture et à l'époque dans laquelle il vit. Pour les illusions de persécution caractérisées par l'habileté et l'incertitude. Le schizophrène prétend qu'il est la cible d'un clan ou d'un groupe terroriste mystérieux, mais il ne peut pas dire qui le recherche spécifiquement.

En règle générale, la schizophrénie est accompagnée d'hallucinations auditives verbales. Une personne peut entendre des voix qui donnent des ordres ou commentent ce qui se passe.

Symptômes négatifs

Un autre nom pour ces symptômes est une carence. Ils sont discutés lors de la disparition ou de la réduction significative des fonctions antérieures. En d’autres termes, si une personne possédait certaines qualités avant l’apparition de la maladie et qu’elle les avait perdues après la maladie, elles étaient devenues moins prononcées.

Principaux symptômes négatifs:

  • manque de volonté
  • apathie
  • la passivité
  • faible expression des émotions
  • léthargie et léthargie
  • trouble de la parole et de la pensée
  • manque d'initiative
  • détachement
  • incapacité à poursuivre la conversation
  • faible concentration
  • épuisement rapide du système nerveux
  • sautes d'humeur
  • manque de maîtrise de soi
  • incapacité de trouver un moyen de sortir de cette situation
  • problèmes de passer de l'attention d'une activité à une autre

Souvent, en raison de la perte de motivation, les schizophrènes ne veulent pas quitter l'appartement et rencontrer d'autres personnes. Ils ne suivent plus l'apparence, ne suivent pas les règles d'hygiène, à la suite de quoi ils sont repoussés par les passants.

Le discours d'une personne souffrant de schizophrénie se caractérise par les symptômes suivants:

  • Changement constant de conversation
  • Utilisez des mots inexistants dans votre discours que seul le patient lui-même comprend
  • Répétition répétée des mêmes mots, phrases, phrases
  • Rimes insensées
  • Ignorer les réponses à la question, réponses inappropriées
  • Blocage soudain des pensées
  • Un flot inattendu de pensées, qui se traduit par un discours chaotique et rapide

Symptômes désorganisés

Celles-ci incluent la parole incohérente, la pensée et le comportement chaotiques.

Symptômes affectifs

Ceux-ci incluent la dépression, les tendances suicidaires, l'auto-flagellation.

Traitement et prévention de la schizophrénie

Tout trouble mental nécessite un traitement complexe. En plus des médicaments prescrits au patient, il lui est également recommandé de suivre un traitement de psychothérapie et de psychanalyse. Vous devriez vérifier le fond hormonal du patient. Dans certains cas, les médecins utilisent une irradiation laser du sang. La luminothérapie et la thérapie électroconvulsive se sont recommandées du meilleur côté.

La schizophrénie est connue pour être une maladie incurable. Mais la famille et les amis sont tout à fait capables d’arrêter les symptômes du patient et d’assurer sa vie normale. Il est important de créer les conditions nécessaires à la prévention de la schizophrénie: bien aérer l'espace de vie, marcher régulièrement à l'air frais, bien manger et faire de l'exercice. Bien sûr, vous devez isoler le patient des émotions et des expériences négatives. Cela devrait concerner non seulement les événements quotidiens, mais aussi la littérature, les films, les compositions musicales.

En Savoir Plus Sur La Schizophrénie