La survenue de complications avec la concentration et la concentration, ainsi que l'apparition d'un trouble neurocomportemental indiquent la maladie «trouble déficitaire de l'attention» ou ADD abrégé. Les enfants sont particulièrement sensibles à la maladie, mais la manifestation de la maladie chez l'adulte n'est pas exclue. Les problèmes de maladie étant caractérisés par différents degrés de gravité, le TDA ne doit pas être sous-estimé. La maladie affecte la qualité de la vie, sa susceptibilité, ainsi que les relations avec les autres. La maladie est assez complexe, de sorte que les patients ont des problèmes d’apprentissage, de réalisation de tout travail et de maîtrise du matériel théorique.

Ce sont les enfants qui deviennent partiellement otages de cette maladie. Par conséquent, pour éviter une telle insuffisance, il est utile d’en savoir le plus possible, et ce matériel sera utile.

Description et types

Cette maladie représente des anomalies chez l'homme causées par une intelligence élevée. Une personne présentant une telle indisposition a des difficultés non seulement avec le développement mental, mais également avec le développement physique, que l’on appelle déjà trouble déficitaire de l’attention avec hyperactivité.

Enfants - c'est le contingent principal, sujet à la manifestation de cette maladie, mais dans de rares cas, il existe des symptômes de malaise et chez les adultes. Selon des années de recherche, il a été démontré que la survenue d'un trouble d'hyperactivité avec déficit de l'attention chez l'adulte est exclusivement liée à la nature des gènes.

Chez les enfants, le trouble d'hyperactivité avec déficit de l'attention se produit assez souvent et peut être détecté à la fois après la naissance et à un âge plus avancé de l'enfant. Le syndrome survient principalement chez les garçons et rarement chez les filles. Si vous regardez l'exemple, dans presque toutes les classes, il y a un enfant avec un trouble d'hyperactivité avec déficit de l'attention.

Le syndrome est divisé en trois types, qui s'appellent:

  • Hyperactivité et impulsivité. Cette espèce est caractérisée par des signes inhérents d'impulsivité, d'irascibilité, de nervosité et d'activité accrue chez l'homme.
  • Inattention Un seul signe d'inattention se manifeste exclusivement et le risque d'hyperactivité est exclu.
  • Look mixte. La forme la plus fréquente, qui se manifeste même chez les adultes. Il se caractérise par la prédominance des premier et deuxième signes chez l'homme.

Dans le langage de la biologie, le TDAH est un dysfonctionnement du système nerveux central caractérisé par la formation du cerveau. Les problèmes de cerveau sont les maladies les plus dangereuses et les plus imprévisibles.

Les causes

Le développement du trouble d'hyperactivité avec déficit de l'attention repose sur plusieurs raisons qui ont été établies par des scientifiques sur la base de faits. Ces raisons incluent:

  • prédisposition génétique;
  • influence pathologique.

La prédisposition génétique est le premier facteur par lequel le développement du malaise chez les proches du patient n'est pas exclu. De plus, dans ce cas, il joue un rôle énorme, à la fois l’hérédité lointaine (c’est-à-dire que la maladie a été diagnostiquée chez les ancêtres) et le voisin (parents, grands-mères, grands-pères). Les premiers signes de trouble d'hyperactivité avec déficit de l'attention chez un enfant conduisent les parents attentionnés vers un établissement médical, où il s'avère que la prédisposition à une maladie chez le bébé est associée à des gènes. Après avoir examiné les parents, il est souvent apparu clairement que le syndrome était à l'origine de l'enfant, puisque c'est exactement le cas dans 50% des cas.

On sait aujourd'hui que les scientifiques travaillent à l'isolement des gènes responsables de cette prédisposition. Parmi ces gènes, un rôle important est attribué aux sites d’ADN qui contrôlent la régulation des taux de dopamine. La dopamine est la principale substance responsable du bon fonctionnement du système nerveux central. Un dysfonctionnement de la régulation de la dopamine dû à une prédisposition génétique conduit à un trouble d'hyperactivité avec déficit de l'attention.

L'influence pathologique est d'une importance considérable pour répondre à la question sur les causes du trouble d'hyperactivité avec déficit de l'attention. Les facteurs pathologiques peuvent servir:

  • l'impact négatif des drogues;
  • l'influence du tabac et des produits alcoolisés;
  • travail prématuré ou prolongé;
  • menaces d'interruption.

Si une femme pendant sa grossesse s'autorisait elle-même à utiliser des substances interdites, la probabilité d'avoir un enfant hyperactif ou souffrant de ce syndrome n'est pas exclue. Il existe une forte probabilité de présence d'un trouble d'hyperactivité avec déficit de l'attention chez un enfant né entre le 7e et le 8e mois de grossesse, c'est-à-dire prématuré. Dans 80% des cas, la pathologie se présente sous la forme d'un TDAH.

Il existe également des raisons pour le développement de la maladie chez les enfants, si une femme, bien placée, aime prendre des suppléments nutritionnels artificiels, des pesticides, des neurotoxines, etc. Il est également possible de provoquer ce syndrome chez l'adulte en raison de l'enthousiasme suscité par les compléments alimentaires, les hormones artificielles, etc.

Jusqu'à la fin des causes inexplorées de provoquer le trouble d'hyperactivité avec déficit de l'attention sont:

  • la présence de maladies infectieuses chez une femme enceinte;
  • maladies chroniques;
  • incompatibilité des facteurs Rh;
  • dégradation de l'environnement.

Il s'ensuit que le trouble d'hyperactivité avec déficit de l'attention est un trouble inhabituel qui résulte de l'action d'un ou de plusieurs des facteurs ci-dessus. La cause d'influence génétique la plus fondamentale et prouvée est considérée.

Symptômes de la maladie

Les symptômes de la maladie se manifestant de manière prononcée chez les enfants, il convient donc de prendre en compte les principaux signes de trouble déficitaire de l'attention avec hyperactivité chez l'enfant.

Le plus souvent, dans les centres médicaux, les centres médicaux encouragent le traitement, ce sont des éducateurs, des enseignants et des éducateurs qui détectent certaines déviations chez les enfants. Les symptômes de la maladie présentent les symptômes suivants:

La concentration et l'attention sont brisées. L'enfant ne peut pas se concentrer sur une chose, il va constamment quelque part, pense à quelque chose qui lui est propre. L’accomplissement de toute tâche se termine par des erreurs causées par un trouble de l’attention. Si vous vous adressez à l'enfant, vous ressentez un manque de respect de la parole, il comprend tout, mais ne peut pas rassembler la parole entendue. Les enfants présentant un trouble de l'attention sont totalement incapables de planifier, d'organiser et de mener à bien diverses tâches.

Les symptômes s'expriment également sous forme d'absence d'esprit, tandis que l'enfant a tendance à perdre ses effets personnels, à se laisser distraire par une bagatelle. L'oubli apparaît et l'enfant refuse catégoriquement d'assumer des tâches mentales. Les parents ont un sentiment d'éloignement de l'enfant du monde entier.

Hyperactivité Il se manifeste conjointement avec le syndrome, de sorte que les parents peuvent également surveiller les symptômes suivants chez un enfant:

  1. Des mouvements fréquents des bras et des jambes se produisent. L'enfant est constamment pressé quelque part, mais en même temps, il ne fait jamais aucun cycle pour effectuer des actions.
  2. Agitation sur place, gestes constants et hâte: l'enfant rappelle un peu Yule, qui est constamment dans l'action habituelle.
  3. Grimpe constamment là où ce n'est pas permis et en même temps ne s'arrête pas à presque rien.
  4. Quand il passe du temps avec ses pairs, il se comporte de manière agitée, active et ne peut tout simplement pas jouer à un jeu.

Impulsivité Les symptômes de l'impulsivité incluent les manifestations suivantes:

  1. Réponse prématurée à une question qui n'a pas été exprimée jusqu'à la fin.
  2. Mauvaises réponses rapides aux questions posées.
  3. Refus d'exécuter des tâches.
  4. Il n'écoute pas les réponses de ses pairs, il peut les interrompre pendant la réponse.
  5. Discuter constamment hors sujet, peut-être une manifestation de bavardage.

Les symptômes du trouble déficitaire de l'attention avec hypersensibilité ont leurs propres manifestations chez différentes catégories d'enfants, en fonction de leur âge. Considérez plus.

Symptomatologie chez les enfants d'âges différents

Réfléchissez aux symptômes inhérents aux enfants des âges suivants:

À l'âge préscolaire, de trois à sept ans, il est difficile de dépister les symptômes. Le TDAH à un âge précoce est diagnostiqué par un médecin.

Dès l'âge de trois ans, les parents attentionnés peuvent remarquer une manifestation d'hyperactivité sous la forme d'un mouvement constant de l'enfant. Il n'arrive pas à trouver un métier, se précipitant constamment d'un coin à l'autre, il n'est pas pris pour l'exécution de diverses tâches mentales et bavarde constamment. Les symptômes d'impulsivité sont causés par l'impossibilité de se contenir dans une situation donnée, l'enfant interrompt constamment les parents, crie dessus, s'offusque et devient même irritable.

Les jeux avec de tels enfants entraînent des conséquences destructives: ils cassent des jouets et dépensent toute leur énergie; pour eux, cela ne coûte rien de faire du mal à leurs pairs et même aux enfants plus âgés. Les patients atteints de TDAH sont une sorte de vandales pour qui rien n'est substantiel. Leur cerveau n'a presque aucun contrôle sur leurs mouvements. Aussi symptômes inhérents de retards de développement de leurs pairs.

Quand ils atteignent l'âge de sept ans, au moment d'aller à l'école, les enfants atteints de TDAH deviennent de plus en plus touchés. Les enfants atteints d'un trouble d'hyperactivité avec déficit de l'attention ne peuvent pas réussir avec leurs pairs en termes de développement mental. Pendant les leçons, ils se comportent de manière inconsidérée, ne font pas attention aux commentaires de l'enseignant et n'écoutent pas du tout le matériel. Ils peuvent être pris pour la mission, mais après un certain temps, ils basculent activement vers un autre sans terminer le premier.

À l'âge scolaire, le TDAH chez les enfants est plus prononcé, comme le remarque activement le personnel enseignant. Parmi tous les enfants de la classe, les patients atteints de TDAH sont visibles même à l'œil nu, il suffit de tenir quelques leçons et il est facile de détecter la présence du syndrome chez les enfants même avec une personne sans formation médicale.

Non seulement les enfants ont du retard dans leur développement, mais ils tentent par tous les moyens d'inciter leurs camarades à cela: ils interrompent les cours, empêchent leurs camarades de classe de faire quoi que ce soit, et peuvent aussi se disputer et même frapper un enseignant plus tard. Pour l'enseignant en classe, un tel enfant est un véritable test pour lequel les leçons sont insupportables.

Arrivés à l'adolescence, les symptômes du TDAH commencent à s'atténuer légèrement, mais il existe en fait un certain changement des signes de la maladie. L'impulsivité est remplacée par l'agitation et l'émergence de sentiments d'anxiété intérieure. Les adolescents sont pris pour l'exécution de certaines tâches, mais tous se terminent également sans succès, peu importe leurs efforts.

L'irresponsabilité et le manque d'indépendance sont tous des signes de trouble déficitaire de l'attention et d'hypersensibilité chez les adolescents. Ils ne sont pas en mesure (même à cet âge) de suivre seuls les cours, il n’existe pas d’organisation, de planification journalière et de répartition du temps.

La relation avec les pairs se détériore car ils ne communiquent pas au niveau approprié: ils sont impolis, ils ne sont pas contenus dans leurs déclarations, ils ne respectent pas la subordination avec les enseignants, les parents et les camarades de classe. Parallèlement à cela, les échecs conduisent au fait que les adolescents sous-estiment l'estime de soi, ils deviennent moins psycho-résistants et de plus en plus irritables.

Ils ressentent une attitude négative de la part de leurs parents et de leurs pairs, ce qui provoque l’émergence de pensées négatives, voire suicidaires. Les parents les mettent constamment dans un mauvais exemple, provoquant ainsi l'aversion et l'antipathie envers leurs frères et sœurs. Dans une famille, les enfants présentant un déficit de l'attention et une hypersensibilité ne sont plus aimés, en particulier s'il y a plus d'un bébé dans la maison.

Symptômes de la maladie chez l'adulte

Les symptômes chez l'adulte diffèrent de ceux chez l'enfant, mais cela ne change pas le résultat final. La même irritabilité est inhérente, à cela s’ajoutent les troubles dépressifs et la peur de s’essayer dans une nouvelle sphère. Chez l'adulte, les symptômes sont plus discrets car, à première vue, les signes sont dus au calme mais aussi au manque d'équilibre.

Au travail, les adultes atteints de TDAH ne sont pas intelligents et doivent donc travailler avec de simples commis. Souvent, ils ont du mal à faire face aux types de travail mentaux, ils n'ont donc pas à choisir.

Les troubles mentaux et l’isolement font qu’un patient atteint de TDAH est anesthésié pour des problèmes liés à l’alcool, au tabac, aux substances psychotropes et narcotiques. Tout cela ne fait qu'aggraver la situation et causer une dégradation complète de la personne.

Diagnostics

Le diagnostic de la maladie n’est confirmé sur aucun équipement spécial, mais il est effectué en observant le comportement, le développement et les capacités mentales de l’enfant. Le diagnostic est établi par un médecin qualifié qui prend en compte toutes les informations des parents, des enseignants et des pairs.

Le diagnostic du TDAH est effectué à l'aide des méthodes suivantes:

  1. Recueillir des informations sur l'enfant pour aller chez le médecin.
  2. Étude du métabolisme de la dopamine.
  3. Pour identifier le diagnostic, le médecin peut prescrire le passage de l'échographie Doppler, de l'EEG et de la vidéo EEG.
  4. Un examen neurologique est effectué, lorsque l'utilisation de la technique NESS n'est pas exclue.
  5. Examen génétique des parents pour identifier les causes de la maladie.
  6. IRM Une étude humaine complète montrera d’autres anomalies qui pourraient avoir contribué à provoquer la maladie.
  7. Il n’est pas exclu que les méthodes de tests neuropsychologiques pour les enfants d’âge scolaire et les enfants plus âgés soient appliquées.

Sur la base de toutes ces techniques, les diagnostics préliminaires de TDA et d'hypersensibilité sont confirmés ou réfutés.

Traitement

Le traitement du TDAH devrait comporter un effet complexe, dû à l’utilisation de méthodes de correction du comportement, de psychothérapie et de correction neuropsychologique. Le traitement comprend également l'impact non seulement de différentes méthodes sur le patient, mais également de l'aide des parents, des enseignants et des proches.

Dans un premier temps, le médecin discute avec les personnes qui l'entourent et leur explique les particularités de la maladie. La caractéristique principale est qu'un tel comportement négatif et imprudent de l'enfant n'est pas intentionnel. Pour un effet positif sur le patient contribuant à sa guérison, il est nécessaire que les personnes qui l'entourent le traitent de manière positive. Après tout, c'est d'abord à partir de cela que le traitement commence.

Les parents doivent s’acquitter de deux tâches principales et les surveiller:

Problème numéro 1: l'éducation ne doit pas inclure une attitude pitoyable envers l'enfant et une attitude permissive. N'ayez pas pitié de lui, ne vous adressez à lui qu'avec un amour excessif, cela ne fera qu'exacerber les symptômes.

Tâche numéro 2: ne faites pas de grandes exigences et tâches avec lesquelles il ne peut pas faire face. Cela contribuera au fait qu'il aura une nervosité accrue et une perte d'estime de soi.

Pour les enfants atteints de TDAH, un changement d'humeur des parents a un impact beaucoup plus négatif que sur les enfants normaux. Le traitement devrait également venir des enseignants, avec lesquels les enfants passent le plus clair de leur temps. L'enseignant doit contrôler la situation et les relations des enfants dans la classe et inculquer de toutes les manières l'amour et l'intégrité. Lorsque le patient fait preuve d'agressivité, le TDAH ne devrait pas être réprimandé, encore moins appelé parent, mais il vaut la peine d'essayer de lui expliquer la bonne attitude. Après tout, il convient de rappeler que toutes ses manifestations sont non intentionnelles.

Pour votre information! Il est également impossible pour un enfant de sentir, de la part de son entourage, qu'il le traite comme un malade. Cela sous-estimera son estime de soi et ne conduira qu'à une exacerbation des symptômes.

Traitement médicamenteux

Le complexe applique un traitement à l'aide de médicaments, qui sont formés en fonction d'indicateurs individuels. Les médicaments suivants sont utilisés pour traiter les médicaments pour traiter le TDAH:

  1. Pour la stimulation du système nerveux central: méthylphénidate, dextroamphétamine, pémoline.
  2. Antidépresseurs tricycliques: imipramine, amitriptyline, thioridazine.
  3. Substances nootropes: Nootropil, Cerebrolysin, Semax, Phenibut.

Ce sont des stimulants qui ont un impact énorme sur la santé d'une personne atteinte de TDAH. Il a été constaté que le traitement avec ces médicaments implique l’influence de facteurs pathogénétiques qui ont un effet ciblé sur le système cérébral.

Le principal avantage de ces médicaments est la vitesse d’influence sur le rétablissement du patient, c’est-à-dire que l’effet de la convalescence est déjà perceptible presque au cours de la première semaine après l’utilisation des médicaments. Parmi les signes de guérison, il convient de souligner la manifestation d’une attention plus grande, d’une distraction moindre, de tentatives de mener à bien toute affaire.

Le traitement du TDAH a récemment été réalisé avec l’aide du médicament neurologique Gliatilin. Ce médicament se caractérise par une efficacité métabolique et neuroprotectrice élevée. Le traitement par Gliatilin consiste à soulager les symptômes d’inattention et d’hyperactivité. Il convient également de rappeler qu'un traitement rapide contribue à la normalisation rapide de la santé du patient.

Trouble d'hyperactivité avec déficit de l'attention

Publié dans le journal:
consilium medicum, application en pédiatrie | 1 | 2012

N.V.Pizova
GBOU VPO Académie de médecine publique du ministère de la Santé et du Développement social de Yaroslavl

"Philip, promets-tu de t'asseoir tranquillement à la table aujourd'hui?"
-Le père demanda sévèrement à son fils pendant que sa mère se taisait.
Mais le garçon ne les écoutait pas du tout, il se retourna,
Il était prétentieux et influencé - tout est une absurdité pour lui.
"Philip, on n'aime pas du tout ton comportement."
Regardez, les enfants, voir:
"Phillip, tu vas tomber maintenant!"
Il a balancé si fort que la chaise s'est renversée - s'écraser!
Il a attrapé une nappe avec un cri, mais n’était-ce pas si bon?
Vaisselle, nourriture et boisson, tombées sur le sol, le fils crie.
Père est perplexe - que faire ??
Et la mère se figea et se tut.
Sous la nappe, mon fils n'est pas visible et il n'y a rien sur la table:
Les assiettes sont brisées, la famille sans dîner, les parents en colère:
"Voici un fils agité!"

À propos du syndrome d'hyperactivité chez les enfants est connu depuis longtemps. Par exemple, en Allemagne, les poèmes pour enfants sur Philip Fidget sont toujours populaires, dont l'auteur est le docteur Heinrich Hoffmann. La première édition a été publiée en 1845 et s'appelait "Der Struwwelpeter". Philip Fidget est l’un des poèmes les plus populaires, grâce auquel on appelle encore en Allemagne des enfants aussi hyperactifs. On pense que l'étude de cet état commence avec les publications de GFStilla [1] et S.Tred-gold [2], mais il existait déjà des descriptions cliniques de psychiatres et de neurologues de cas individuels d'hyperactivité. Depuis les années 60 du XX siècle. Les médecins ont commencé à distinguer un tel état de pathologique et l'ont appelé «dysfonctionnement cérébral minimal» (trouble minimal de la fonction cérébrale). Depuis les années 80 du XX siècle. l'état d'activité motrice excessive (hyperactivité) a commencé à être considéré comme une maladie indépendante et a amené à la Classification internationale des maladies (CID) le syndrome de déficience (ou déficience) de l'attention avec hyperactivité. En 1980, l’American Psychiatric Association a mis au point une classification de travail, le DSM-IV (Manuel de diagnostic et de statistique des troubles mentaux, 4e édition), selon laquelle il a été proposé de considérer les cas de dysfonctionnement cérébral minimal décrits précédemment comme des troubles du déficit de l’attention et de l’hyperactivité. Dans la CIM de la 10e révision, le syndrome est traité dans la section «Troubles affectifs et du comportement commençant habituellement dans l'enfance et l'adolescence» dans la sous-section «Perturbation de l'activité et de l'attention» (F90.0) et «Trouble de comportement hyperkinétique» (F90.1).

Trouble déficitaire de l'attention / hyperactivité -ADHD est un trouble du développement neurologique-comportemental qui débute dans l'enfance [3]. Le trouble d'hyperactivité avec déficit de l'attention est un problème extrêmement urgent en raison de la prévalence élevée chez les enfants. La fréquence de ce syndrome, selon les auteurs, varie de 2,2 à 18% chez les enfants d'âge scolaire [4]. Des différences similaires s'expliquent par le non-respect de critères clairs pour le diagnostic. Presque toutes les classes d'école ont au moins 1 enfant atteint de la maladie. Dans l'étude, N.N.Zavo-denko et al. [5] La fréquence du trouble déficitaire de l'attention chez les écoliers était de 7,6%. Les garçons souffrent 2 fois plus souvent que les filles.

La cause exacte du TDAH est inconnue, mais il existe plusieurs théories [6-8]. Les hypothèses étiologiques les plus fréquemment mentionnées sont les suivantes: 1) génétique; 2) neurochimique; 3) neurobiologique; 4) associé à des fonctions exécutives; 5) écologique. La plupart des chercheurs suggèrent la nature génétique du syndrome, car il a été noté qu'il existe souvent des parents proches dans les familles d'enfants atteints de TDAH qui présentaient des troubles similaires à l'âge scolaire [6, 8-10]. Le fait prouvant la prédisposition génétique du syndrome est que les parents d’enfants atteints de cette maladie avaient souvent les mêmes symptômes dans l’enfance que leurs enfants. Ainsi, D.Cantwell rapporte qu'une augmentation de l'activité motrice a été observée chez 8 pères sur 50 durant l'enfance. Dans le groupe témoin, ce rapport était de 1:50. Des scientifiques américains, hollandais, colombiens et allemands ont suggéré que 80% des cas de TDAH étaient liés à des facteurs génétiques [11]. Parmi les plus de 30 gènes candidats, 3, le gène transporteur de la dopamine et 2 gènes du récepteur de la dopamine ont été choisis [12]. Les mêmes auteurs ont noté que les porteurs du gène mutant sont des enfants avec l'hyperactivité la plus prononcée [12]. Cependant, les conditions préalables génétiques pour le développement du TDAH se manifestent en interaction avec l'environnement, ce qui peut renforcer ou affaiblir ces conditions préalables.

Outre les facteurs génétiques, familiaux, pré-et périnatals du TDAH sont distingués. Les facteurs familiaux comprennent le statut social peu élevé de la famille, la présence d’un environnement criminel et les désaccords importants entre les parents. Les troubles neuropsychiatriques, l'alcoolisme et les anomalies du comportement sexuel de la mère sont particulièrement importants [9]. L'asphyxie néonatale, la consommation d'alcool par la mère pendant la grossesse, certaines drogues, l'usage du tabac, l'incompatibilité immunologique (par facteur rhésus), les menaces d'avortement, les maladies maternelles chroniques, le travail prématuré, transitoire ou prolongé, stimulation de l'activité professionnelle, intoxication par narcose, césarienne, complications à la naissance (présentation incorrecte du fœtus, enchevêtrement du cordon ombilical). Selon CDrillen, il existe une corrélation entre le comportement anormal des enfants scolarisés et l'insuffisance pondérale à la naissance, la prématurité. En outre, le Dr Mc-Cormick (1992) a noté que les enfants nés avec une masse corporelle très faible (moins de 1 500 g), au début de l'école, sont beaucoup plus susceptibles de détecter des troubles du comportement, liés notamment à leur activité accrue. Les facteurs post-partum incluent toute maladie des nourrissons et l'utilisation de médicaments puissants. L'asthme, la pneumonie, l'insuffisance cardiaque, le diabète, les maladies du rein peuvent jouer le rôle de facteurs perturbant le fonctionnement normal du cerveau. Un certain nombre d'articles discutent du rôle de la nutrition dans l'origine du syndrome. Selon E.Wender, les compléments alimentaires contenant des salicylates peuvent entraîner une hyperactivité chez l’enfant. L'auteur a observé une amélioration de l'état et une diminution de l'hyperactivité, lorsque les additifs alimentaires étaient exclus du régime alimentaire chez 30 à 35% des enfants. Le régime alimentaire de ces enfants se composait de viande, de lait et de plats préparés exclusivement à la maison. Bien que les facteurs génétiques soient connus pour être la principale cause du TDAH, il est probable que des facteurs génétiques interagissent avec des facteurs environnementaux [8, 13], en plus de l'interaction complexe entre les niveaux de dopamine et de noradrénaline [14, 15] (Tableau 1)..

Tableau 1. Facteurs étiologiques du TDAH

Facteurs

Période

Étiologie

Carence en dopamine, idiopathique

Développement d'anomalies cérébrales, chromosomiques, infections virales, alcool, nicotine, plomb, cocaïne, anémie, hypothyroïdie, carence en iode

Prématurité, insuffisance pondérale à la naissance, encéphalopathie hypoxique-ischémique, méningite, encéphalite

Méningite virale, encéphalite, lésion cérébrale traumatique, carence en fer, carence en acides gras, dysfonctionnement de la thyroïde, etc.

On suppose que la pathogenèse du syndrome est basée sur des violations du système activant de la formation réticulaire, ce qui contribue à la coordination de l'apprentissage et de la mémoire, au traitement des informations entrantes et au maintien spontané de l'attention. Les perturbations de la fonction activatrice de la formation réticulaire semblent être associées à un manque de norépinéphrine dans celle-ci [12]. L'impossibilité d'un traitement adéquat de l'information conduit à ce que différents stimuli visuels, sonores et émotionnels deviennent superflus pour l'enfant, ce qui provoque anxiété, irritation et agressivité. Des perturbations dans le fonctionnement de la formation réticulaire prédéterminent des troubles secondaires du métabolisme neurotransmetteur du cerveau. La théorie du lien entre l'hyperactivité et les troubles du métabolisme de la dopamine a de nombreuses confirmations, en particulier le succès du traitement du TDAH avec des médicaments dopaminergiques. Il est possible que des troubles du métabolisme des neurotransmetteurs conduisant à une hyperactivité soient associés à des mutations dans les gènes qui régulent les fonctions des récepteurs de la dopamine. Des études biochimiques distinctes menées chez des enfants atteints de TDAH indiquent que le métabolisme de la dopamine est perturbé non seulement dans le cerveau, mais également chez d'autres neurodémandeurs, la sérotonine et la noradrénaline. Outre la formation réticulaire, le dysfonctionnement des lobes frontaux (cortex pré-frontal), des noyaux sous-corticaux et des voies qui les relient est probablement important dans la pathogenèse du TDAH [16]. L'une des confirmations de cette hypothèse est la similitude des troubles neuropsychologiques chez les enfants atteints du syndrome de déficit de l'attention et chez les adultes présentant des lésions des lobes frontaux du cerveau. Avec la tomographie spectrale du cerveau, 65% des enfants atteints de TDAH présentaient une diminution du débit sanguin dans le cortex préfrontal avec stress intellectuel, alors que dans le groupe contrôle, ce n'était que 5% [16].

Les premières manifestations du TDAH peuvent parfois être observées dès la première année de vie. Les enfants atteints de ce trouble sont excessivement sensibles à divers stimuli (par exemple, à la lumière artificielle, aux sons, aux différentes manipulations de la mère associées aux soins des miettes, etc.), se distinguent par leurs pleurs, leurs troubles du sommeil (ils s’endorment à peine, dorment peu, sont trop éveillés), ils peuvent être un peu en retard dans le développement moteur (commencer à se retourner, ramper, marcher 1 à 2 mois plus tard que d’autres), ainsi qu’en langage - ils sont inertes, passifs, pas très émotifs. Au cours des premières années de la vie d’un enfant, la principale préoccupation des parents est la quantité excessive de mouvements du bébé, leur caractère aléatoire (agitation motrice). En observant de tels enfants, les médecins remarquent un léger retard dans le développement de la parole, puis les bébés commencent à s’exprimer par des phrases; ces enfants ont également une maladresse motrice (maladresse), ils maîtrisent ensuite des mouvements complexes (sauts, etc.).

L'âge de 3 ans est spécial pour un enfant. D'une part, l'attention et la mémoire se développent activement pendant cette période. Par ailleurs, la première crise de trois ans est observée. Le contenu principal de cette période est le négativisme, l’entêtement et l’entêtement. L'enfant défend activement les limites de l'influence sur lui-même en tant que personne, son «moi». Souvent, dans les 3-4 ans, avant que l’enfant n’arrive à la maternelle, les parents ne considèrent pas son comportement comme anormal et ne consultent pas leur médecin. Par conséquent, lorsqu'un bébé se rend au jardin et que les personnes qui s'occupent de l'enfant commencent à se plaindre du manque de contrôle, de la désinhibition, de l'incapacité de l'enfant de s'asseoir pendant les cours et de remplir les conditions requises, cela devient une mauvaise surprise pour les parents. Toutes ces manifestations «inattendues» s’expliquent par l’incapacité du système nerveux central de l’enfant hyperactif à faire face aux nouvelles exigences qui lui sont imposées dans un contexte de stress physique et mental croissant.

La détérioration de l'évolution de la maladie survient avec le début de la formation systématique (à l'âge de 5 ou 6 ans), lorsque les cours commencent dans les groupes de personnes âgées et les groupes préparatoires de la maternelle. De plus, cet âge est critique pour la maturation des structures cérébrales, un stress excessif peut donc causer de la fatigue. En règle générale, le développement affectif des enfants atteints de TDAH est retardé, ce qui se traduit par une instabilité, une humeur brève et une faible estime de soi. Ces signes sont souvent associés à des tics, des maux de tête et des peurs. Toutes les manifestations susmentionnées sont à l’origine du faible rendement scolaire des enfants atteints de TDAH, malgré leur intelligence relativement élevée. Ces enfants sont difficiles à adapter dans l'équipe. En raison de leur impatience et de leur légère excitation, ils entrent souvent en conflit avec leurs pairs et les adultes, ce qui aggrave les problèmes d'apprentissage existants. Il convient de garder à l'esprit qu'un enfant atteint de TDAH n'est pas en mesure de prévoir les conséquences de son comportement, ne reconnaît pas les autorités, ce qui peut entraîner des actes antisociaux. Un comportement asocial est particulièrement observé chez de tels enfants à l'adolescence, lorsque l'impulsivité vient en premier, parfois associée à de l'agressivité.

Selon l'évolution des symptômes prédominants, il existe 3 options pour l'évolution du TDAH:

• syndrome d'hyperactivité sans déficit de l'attention;
• trouble déficitaire de l'attention sans hyperactivité (le plus souvent observé chez les filles - elles sont assez calmes, silencieuses, "montant dans les nuages");
• un syndrome qui combine une hyperactivité avec déficit de l'attention (l'option la plus courante).

En outre, ils distinguent des formes simples et compliquées de la maladie. Si le premier est caractérisé uniquement par l'inattention et l'hyperactivité, alors pour le second, les maux de tête, les tics, le bégaiement et les troubles du sommeil se joignent à ces symptômes. En outre, le trouble déficitaire de l'attention peut être primaire et secondaire, c'est-à-dire survenir à la suite d’autres maladies ou à la suite de lésions à la naissance et de lésions infectieuses du système nerveux central, par exemple après une grippe.

L'analyse des critères de diagnostic pour un certain nombre de programmes pédiatriques menée par T.Stancin et al. en 1990, il montre que parmi eux le trouble de l'attention est de 95,8%, la distractibilité facile - 89,2%, la difficulté à rester au même endroit - 90%, la difficulté à mener à bien une entreprise - 90,1%, l'impulsivité - 84,2%, suractivité - 83,6%, durée des symptômes supérieure à 6 mois - 79,5%, l'enfant interrompt, interfère avec la conversation - 82,1%, l'enfant interrompt, n'écoute pas - 77%, problème d'étude - 79, 8% changent souvent d’activité - 72,9%, difficultés sociales - 64,1%, apparition de symptômes avant 7 ans - 62%, bavarde - 46,6%, comportement agressif - 31,9%, troubles du sommeil - 21,3%. Les principaux signes diagnostiques du TDAH sont présentés dans le tableau. 2

Tableau 2. Symptômes diagnostiques du TDAH.

Signe

Caractéristique

• apparaître avant l'âge de 8 ans

• présent dans au moins deux domaines d'activité (dans une institution pour enfants et à la maison, au travail et dans les jeux, etc.)

• non causée par des troubles mentaux

• causer une gêne psychologique importante et nuire à l'adaptation

• impossibilité d'achever la tâche sans erreur, en raison de l'incapacité de se concentrer sur les détails

• incapacité d'écouter le discours

• défaut d'achever les travaux

• incapacité à organiser leurs activités

• refus de travail non aimé nécessitant de la persévérance

• la disparition d'objets nécessaires à la réalisation de tâches (matériel d'écriture, livres, etc.)

• l'oubli dans les activités quotidiennes

• détachement du travail et réaction accrue aux stimuli étrangers

• on observe souvent des mouvements perturbés des mains et des pieds; assis sur une chaise, tournant, tournant

• se lève souvent de sa place dans la classe pendant les cours ou dans d'autres situations où il doit rester en place

• montre souvent une activité motrice sans but: courir, tourner, essayer de grimper quelque part et dans de telles situations où cela est inacceptable

• ne peut généralement pas jouer tranquillement, tranquillement ou faire quelque chose à son aise

• est souvent en mouvement constant et se comporte comme «comme si un moteur y était attaché»

• souvent bavard

• répond souvent aux questions sans y penser, sans les avoir écoutées jusqu'au bout

• généralement avec difficulté à attendre leur tour dans différentes situations

• interfère souvent avec les autres, reste collé aux autres (par exemple, interfère avec les conversations ou les jeux)

Le diagnostic nécessite la présence d'au moins six des symptômes d'inattention, d'hyperactivité et d'impulsivité énumérés ci-dessus, qui persistent chez l'enfant pendant au moins 6 mois et sont tellement prononcés qu'ils indiquent un manque d'adaptation et une incohérence avec les caractéristiques d'âge normales. Le tableau clinique du TDAH est déterminé non seulement par une activité motrice excessive et par un comportement impulsif, mais également par une altération des fonctions cognitives (attention et mémoire) et une maladresse motrice provoquée par une insuffisance locomotrice statique. Lors de l'examen neurologique d'un enfant avec ou sans TDAH, les symptômes neurologiques focaux sont généralement absents. Il peut y avoir un manque de motricité fine, une coordination réciproque des mouvements altérée et une ataxie modérée. Les troubles de la parole sont plus fréquents que dans la population pédiatrique générale [17].

Ainsi, un diagnostic adéquat du TDAH est impossible sans un respect strict des critères de diagnostic. Ceux-ci comprennent:

• l'enfant manque d'attention et / ou d'hyperactivité;
• apparition précoce (jusqu'à 7 ans) des symptômes et durée (plus de 6 mois) de leur existence;
• certains symptômes sont observés à la maison et à l’école;
• les symptômes ne sont pas une manifestation d'autres maladies;
• altération de l'apprentissage et des fonctions sociales.

Le diagnostic différentiel du trouble déficitaire de l'attention est réalisé avec un certain nombre de conditions pathologiques et non pathologiques dans lesquelles ce symptôme est observé en tant que manifestations secondaires. Parmi ces affections: lésion cérébrale, système nerveux central, infections (encéphalite, méningite), traumatismes crâniens, hypoxie cérébrale, intoxication par le plomb.

Dans différents pays, les approches de traitement et de correction du TDAH et les méthodes disponibles peuvent varier. Cependant, malgré ces différences, la plupart des experts considèrent l'approche intégrée la plus efficace, qui combine plusieurs méthodes, sélectionnées individuellement dans chaque cas. Des méthodes de modification du comportement, de psychothérapie, de correction pédagogique et neuropsychologique sont utilisées. Le traitement médicamenteux du TDAH est recommandé pour l'inefficacité des méthodes de correction non médicamenteuses. Les psychostimulants, les antidépresseurs tricycliques, les tranquillisants et les médicaments nootropes sont utilisés. Dans la pratique neurologique pédiatrique internationale, l'efficacité de 2 médicaments - l'antidépresseur amitriptyline et le ritalin, appartenant au groupe des amphétamines [18], a été établie empiriquement. Le médicament de premier choix dans le traitement du TDAH est le méthylphénidate (Ritalin, Centedrin, Meredil). L'effet positif du méthylphénidate est observé chez 70 à 80% des enfants. Le médicament est administré une fois le matin à la dose de 10 mg (1 comprimé), mais la dose quotidienne peut atteindre 6 mg / kg. L'effet thérapeutique vient rapidement - pendant les premiers jours de l'admission. Malgré l'efficacité élevée du méthylphénidate, il existe des limitations et des contre-indications à son utilisation associées à des effets secondaires fréquents. Ces derniers comprennent le retard de croissance, l'irritabilité, les troubles du sommeil, la perte d'appétit et de poids corporel, la provocation de tics, les troubles dyspeptiques, la bouche sèche et les vertiges. Le médicament peut développer une dépendance [19]. Malheureusement, le méthylphénidate est absent sur le marché pharmaceutique russe.

Dans la pratique pédiatrique domestique, l’amitriptyline, médicament qui a moins d’effets secondaires, est plus largement utilisé. L'amitriptyline est prescrit aux enfants jusqu'à 7 ans à une dose de 25 mg par jour et aux enfants de plus de 7 ans à une dose de 25 à 50 mg par jour. La dose initiale du médicament est de 1/4 comprimé et augmente progressivement sur 7 à 10 jours. L'efficacité de l'amit-riptiline dans le traitement des enfants présentant un trouble du déficit de l'attention est de 60%.

En Russie, les nootropes sont des substances qui améliorent le fonctionnement du cerveau, le métabolisme, l’énergie et augmentent le tonus du cortex. Également nommé des médicaments constitués d'acides aminés, qui, selon les fabricants, améliorent le métabolisme du cerveau. En général, le spectre d'activité clinique des nootropes est diversifié et est représenté par les effets principaux suivants:

• action réellement nootropique, c.-à-d. amélioration des capacités intellectuelles (influence sur les fonctions corticales supérieures altérées, niveau de jugement);
• action mnémotropique (amélioration de la mémoire, augmentation du succès de l'apprentissage);
• augmentation du niveau de veille, de la clarté de la conscience (influence sur l'état de conscience opprimée et atténuée);
• effet adaptogène (augmentation de la tolérance à divers effets indésirables exogènes et psychogènes, y compris les médicaments, augmentation de la résistance globale du corps à l'action de facteurs extrêmes);
• action antiasthénique (réduction de la faiblesse, de la léthargie, de l'épuisement, de l'asthénie mentale et physique);
• effet psycho-stimulant (effet sur l'apathie, l'inactivité physique, l'hypobulie, le maintien, la pauvreté d'appauvrissement, l'inertie mentale, le retard moteur et intellectuel);
• action anxiolytique (calmante) (réduisant l'anxiété, la tension émotionnelle);
• effet sédatif, réduisant l'irritabilité et l'irritabilité émotionnelle;
• effet antidépresseur;
• action végétative (effet sur les maux de tête, les vertiges, le syndrome cérébral).

Une des classes de médicaments nootropes est constituée de préparations à base d’acide aminophénylbutyrique. Actuellement, ce groupe comprend des outils tels que Phenibut et Anvifen. L'anvifène est un médicament nootrope qui facilite la transmission de l'influx nerveux par le GABA vers le système nerveux central (effets directs sur les récepteurs GABA-ergiques). L'effet calmant est combiné à un effet activant. Améliore l'état fonctionnel du cerveau en raison de la normalisation de son métabolisme et de son effet sur le débit sanguin cérébral (augmente la vitesse volumétrique et linéaire, réduit la résistance vasculaire, améliore la microcirculation, a un effet antiplaquettaire). En échange, l'admission augmente les performances physiques et mentales (attention, mémoire, vitesse et précision des réactions sensori-motrices). Il aide à réduire les sentiments d'anxiété, de tension et d'anxiété, normalise le sommeil. Le médicament est disponible sous forme de gélules (50, 125 et 250 mg), ce qui augmente son profil d'innocuité, en particulier pour le tractus gastro-intestinal, et la présence de gélules de 50 mg est particulièrement pratique pour la pratique des enfants. Enfants de 3 à 8 ans - 50-100 mg 3 fois par jour; de 8 à 14 ans - 250 mg 3 fois par jour. Une seule dose maximale chez les enfants de moins de 8 ans est de 150 mg; de 8 à 14 ans - 250 mg. Les médicaments nootropes sont généralement pris en 2 à 3 mois, suivis d'une pause. Selon les indications, une réception plus longue, jusqu'à 6 mois, est possible.

Littérature

1. Toujours GF. Certaines conditions psychiques anormales chez les enfants: les conférences de Goulston. Lancet 1902; 1: 1008-12.
2. Tredgold CH. Déficit mental (amentia) 1. New York: Wood, 1908.
3. Hartmann T. "Trouble déficitaire de l'attention, une perception différente" sous-titré "Un chasseur dans un monde paysan".
4- Skounti M, Philalithis A, Galanakis E. Variations du trouble d'hyperactivité avec déficit dans le monde. Eur J Pediatr 2007; 166: 117-23.
5. Zavodenko HH, Petrukhin AS, Semenov PA, etc. Traitement de l'hyperactivité avec déficit de l'attention chez l'enfant: évaluation de l'efficacité de diverses méthodes de pharmacothérapie. Moscou le miel journaux 1998; c. 19-23.
6. Wallis D, Russell HF, trouble Muenke M. hyperracial [Review] J Pediatr Psychol2008; 33: 1085-99.
7. Schonwald A, Lechner E. Trouble du déficit de l'attention / hyperactivité: complexités et controverses. Curr Opin Pediatr 2006; 18: 189-95.
8. Castellanos F, Tannock R. Neuroscience du trouble déficit de l'attention / hypercactivité: recherche d'endophénotypes. Nat Rev Neu-rosci 2002; 3: 617-28.
9. Weinstein CS, Apfel RJ, Weinstein SR. Description des mères atteintes du TDAH avec des enfants atteints du TDAH. Psychiatry 1998; 61 (1): 12-9.
10. Faraone SV, Perlis RH, Doyle AE et al. Génétique moléculaire du trouble déficitaire de l'attention / hyperactivité. Biol Psychiatry 2005; 57: 1313-23.
11. Biederman J, Faraone SV. Concepts actuels sur la neurobiologie du trouble déficit de l'attention / hyperactivité. J Atten Disord 2002; 6 (1): 7-16.
12. Faraone SV, Biederman J. Neurobiologie du trouble d'hyperactivité avec déficit de l'attention. Biol Psychiatry 1998; 44 (10): 951-8.
13. Banerjee TD, Middleton F, Faraone SV. Facteurs de risque environnementaux pour le trouble d'hyperactivité avec déficit de l'attention. Acta Pediatr2007; 96: 1269-74
14. Eaves LJ, Silberg JL, Meyer JM et al. Génétique et psychopathologie du développement: 2. L'étude du développement des adolescents. J Child Psychol Psychiatry 1997; 38: 965-80.
15. Biederman J, Faraone S., trouble d'hyperactivité avec déficit de l'attention. Lancet2005; 366: 237-48.
16. Amen DG, Carmichael BD. Imagerie SPECT cérébrale haute résolution dans le TDAH. Ann Clin Psychiatry 1997; 9 (2): 81-6.
17. Purvis KL, trouble d'hygiène de Tannock R., troubles de la lecture et contrôles normaux. J Abnorm Child Psychol 1997; 25 (2): 133 à 44.
18. Académie américaine de pédiatrie. Guide de pratique clinique: trouble de trouble de la petite enfance / trouble d'hyperactivité de l'enfant en milieu de garde d'enfants Pédiatrie 2001; 108 (4): 1033-4419. Nuttt DJ, Fone K, Asherson P et al. Selon l'Association britannique de psychopharmacologie. J Psychopharmacol 2007; 21 (1): 10-41.

Trouble d'hyperactivité avec déficit de l'attention chez un enfant

Le site fournit des informations générales. Un diagnostic et un traitement adéquats de la maladie sont possibles sous la surveillance d'un médecin consciencieux. Tous les médicaments ont des contre-indications. Consultation requise

Le trouble d'hyperactivité avec déficit de l'attention chez l'enfant ou le TDAH est la cause la plus fréquente de troubles du comportement et de problèmes d'apprentissage chez les enfants d'âge préscolaire et les écoliers.

Le trouble d'hyperactivité avec déficit de l'attention chez l'enfant est un trouble du développement qui se manifeste par des troubles du comportement. Un enfant atteint de TDAH est agité, montre une activité «stupide», ne peut pas s'asseoir en classe à l'école ou à la maternelle et ne fait pas ce qui ne l'intéresse pas. Il interrompt les aînés, joue à des leçons, vaque à ses affaires, peut monter sous le bureau. Dans ce cas, l'enfant perçoit correctement l'environnement. Il entend et comprend toutes les instructions de ses aînés, mais ne peut suivre leurs instructions en raison de son impulsivité. Malgré le fait que l'enfant ait compris la tâche, il ne peut pas terminer ce qu'il a commencé et est incapable de planifier et de prévoir les conséquences de ses actes. Ceci est associé à un risque élevé de blessures domestiques et de perte.

Les neurologues considèrent le trouble d'hyperactivité avec déficit de l'attention chez l'enfant comme une maladie neurologique. Ses manifestations ne sont pas le résultat d'une éducation inappropriée, de la négligence ou de la permissivité, elles sont une conséquence du travail spécial du cerveau.

La prévalence. Le TDAH est présent chez 3 à 5% des enfants. Parmi ceux-ci, 30% «disparaissent» de la maladie après 14 ans, environ 40% de plus s’y adaptent et sont formés pour en atténuer les manifestations. Chez les adultes, ce syndrome ne se retrouve que chez 1%.

Chez les garçons, le trouble d'hyperactivité avec déficit de l'attention est diagnostiqué 3 à 5 fois plus souvent que chez les filles. De plus, chez les garçons, le syndrome se manifeste plus souvent par un comportement destructeur (désobéissance et agressivité) et chez les filles par inattention. Selon certaines études, les Européens aux cheveux blonds et aux yeux bleus sont plus susceptibles à la maladie. Fait intéressant, dans différents pays, l’incidence est significativement différente. Ainsi, des études menées à Londres et au Tennessee ont révélé un TDAH chez 17% des enfants.

Types de TDAH

  • Le déficit de l'attention et l'hyperactivité sont également prononcés;
  • Le déficit de l'attention prévaut et l'impulsivité et l'hyperactivité ne sont pas significatives.
  • L'hyperactivité et l'impulsivité prédominent, l'attention est légèrement affectée.
Traitement. Les méthodes principales sont les mesures pédagogiques et la correction psychologique. Le traitement médicamenteux est utilisé dans les cas où d'autres méthodes sont inefficaces car les médicaments utilisés ont des effets secondaires.
Si vous laissez le trouble d'hyperactivité avec déficit de l'attention chez un enfant sans traitement, le risque de développer:
  • la dépendance à l'alcool, aux stupéfiants, aux psychotropes;
  • des difficultés d'assimilation des informations qui perturbent le processus d'apprentissage;
  • forte anxiété, qui vient remplacer l'activité motrice;
  • tiques - contractions musculaires répétitives.
  • maux de tête;
  • changements antisociaux - propension au hooliganisme, au vol.
Moments controversés. Un certain nombre de spécialistes de premier plan dans le domaine de la médecine et des organisations publiques, y compris la Commission des droits de l'homme des citoyens, nient l'existence d'un trouble d'hyperactivité avec déficit de l'attention chez un enfant. De leur point de vue, les manifestations du TDAH sont considérées comme une caractéristique du tempérament et du caractère; elles ne peuvent donc pas être traitées. Ils peuvent être une manifestation de mobilité et de curiosité naturelle pour un enfant actif, ou un comportement de protestation résultant d'une situation stressante - abus, solitude, divorce des parents.

Trouble d'hyperactivité avec déficit de l'attention chez un enfant, provoque

Trouble d'hyperactivité avec déficit de l'attention chez un enfant, symptômes

Un enfant atteint de TDAH fait également preuve d’hyperactivité et d’inattention à la maison, à la maternelle, lors de visites d’étrangers. Il n'y a pas de situations dans lesquelles le bébé se comporterait calmement. Ceci est différent de l'enfant actif habituel.

Les signes du TDAH à un âge précoce

Le trouble d'hyperactivité avec déficit de l'attention chez un enfant dont les symptômes sont les plus prononcés entre 5 et 12 ans peut être reconnu à un âge plus précoce.

  • Commencez tôt pour garder votre tête, asseyez-vous, rampez, marchez.
  • Avoir du mal à s'endormir, dormir moins que la normale.
  • S'ils sont fatigués, ils ne pratiquent pas une activité calme, ils ne s'endorment pas tout seuls, mais tombent dans une crise de folie.
  • Très sensible aux sons forts, à la lumière vive, aux étrangers, au dépaysement. Ces facteurs les font pleurer fort.
  • Jetez les jouets, avant même qu'ils aient eu le temps de les examiner.
Ces signes peuvent indiquer une tendance au TDAH, mais ils sont également présents chez de nombreux enfants agités de moins de 3 ans.
Le TDAH impose une empreinte sur le fonctionnement du corps. L'enfant a souvent des problèmes de digestion. Diarrhée - le résultat d'une stimulation excessive de l'intestin par le système nerveux autonome. Les réactions allergiques et les éruptions cutanées apparaissent plus souvent que leurs pairs.

Symptômes principaux

  1. Trouble de l'attention
  • L'enfant ne concentre guère son attention sur un sujet ou un métier. Il ne fait pas attention aux détails, incapable de distinguer le plus important du mineur. L'enfant essaie de faire toutes les tâches en même temps: il peint tous les détails sans les achever, lit le texte, saute la ligne. Cela est dû au fait qu'il ne sait pas planifier. Lorsque vous effectuez des tâches ensemble, expliquez: «Nous faisons d’abord une chose, puis une autre.»
  • Sous quelque prétexte que ce soit, un enfant tente d'éviter les affaires routinières, les leçons et la créativité. Cela peut être une protestation silencieuse lorsque l'enfant s'enfuit et se cache, ou hystérique de pleurs et de larmes.
  • Attention cyclique exprimée. Un enfant d'âge préscolaire peut faire la même chose pendant 3 à 5 minutes et un enfant en âge d'aller à l'école primaire peut aller jusqu'à 10 minutes. Ensuite, pendant la même période, le système nerveux restaure la ressource. Souvent, à ce moment-là, il semble que l'enfant n'entende pas le discours qui lui est adressé. Ensuite, le cycle se répète.
  • L'attention ne peut être focalisée que si l'on reste seul avec l'enfant. Un enfant est plus attentif et obéissant s'il y a du silence dans la pièce et qu'il n'y a pas d'irritants, de jouets ou d'autres personnes.
  1. Hyperactivité

  • L'enfant fait un grand nombre de mouvements inappropriés, qu'il ne remarque pas pour la plupart. L'activité motrice dans le TDAH est caractérisée par son absence d'objectif. Cela peut être la rotation des mains et des pieds, la course, les sauts, les tapotements sur la table ou sur le sol. L'enfant court mais ne marche pas. Grimper sur les meubles. Brise les jouets.
  • Parler trop fort et vite. Il répond sans entendre la question. Crie la réponse, interrompant le répondant. Dit des phrases inachevées, sautant d'une pensée à l'autre. Avale des mots et des phrases de fin. Demande constamment. Ses déclarations sont souvent irréfléchies, elles provoquent et offensent les autres.
  • Les expressions faciales sont très expressives. Le visage exprime des émotions qui apparaissent et disparaissent rapidement - colère, surprise, joie. Parfois des grimaces sans raison apparente.
Il a été établi que, chez les enfants atteints de TDAH, l'activité motrice stimule les structures cérébrales responsables de la pensée et de la maîtrise de soi. C'est-à-dire que pendant que l'enfant court, frappe et démonte des objets, son cerveau s'améliore. De nouvelles connexions neuronales sont établies dans le cortex, ce qui améliorera encore le fonctionnement du système nerveux et sauvera l'enfant des manifestations de la maladie.
  1. Impulsivité
  • Guidé uniquement par leurs désirs et les exécute immédiatement. Agit à la première impulsion, sans tenir compte des conséquences ni de la planification. Pour un enfant, il n'y a pas de situations dans lesquelles il devrait s'asseoir tranquillement. Dans la classe à la maternelle ou à l'école, il se lève et court vers la fenêtre, dans le couloir, fait du bruit, crie depuis l'endroit. Prend des choses préférées de ses pairs.
  • Impossible de suivre les instructions, notamment composées de plusieurs éléments. Un enfant a constamment de nouveaux désirs (impulsions) qui interfèrent avec l'achèvement du travail commencé (faire ses devoirs, collecter des jouets).
  • Pas capable d'attendre ou de tolérer. Il doit immédiatement recevoir ou faire ce qu'il veut. Si cela ne se produit pas, il scandalisera, passera à autre chose ou effectuera des actions sans but. Cela se voit clairement dans la salle de classe ou en attendant leur tour.
  • Les sautes d'humeur se produisent toutes les quelques minutes. L'enfant passe de rire à pleurer. Le tempérament rapide est particulièrement caractéristique des enfants atteints de TDAH. En colère, l'enfant jette des objets, peut se battre ou gâcher les affaires du délinquant. Il le fera tout de suite, sans penser ni avoir un plan de vengeance.
  • L'enfant ne ressent pas le danger. Il peut commettre des actes dangereux pour la santé et la vie: grimper en hauteur, marcher autour de bâtiments abandonnés, sortir sur une glace épaisse, parce qu'il le voulait. Cette propriété entraîne un niveau élevé de blessures chez les enfants atteints de TDAH.
Les manifestations de la maladie sont dues au fait que le système nerveux d'un enfant atteint de TDAH est trop vulnérable. Elle n'est pas capable de maîtriser une grande quantité d'informations provenant du monde extérieur. Une activité excessive et un manque d'attention sont une tentative de se protéger d'un fardeau insupportable pour la SN.

Symptômes supplémentaires

  • Des difficultés d'apprentissage avec un niveau d'intelligence normal. Un enfant peut avoir des difficultés à écrire et à lire. Cependant, il ne perçoit pas les lettres et les sons individuels, ou ne possède pas pleinement cette compétence. L'incapacité à apprendre l'arithmétique peut être une auto-contrefaçon ou peut accompagner des problèmes de lecture et d'écriture.
  • Perturbations de la communication Un enfant atteint de TDAH peut être obsédé par ses pairs et par des adultes inconnus. Il est peut-être trop émotif, voire agressif, ce qui complique la communication et l’établissement de contacts amicaux.
  • Lag dans le développement émotionnel. L'enfant se comporte de manière trop capricieuse et émotionnelle. Il ne tolère pas les critiques, les échecs, se comporte de manière déséquilibrée, "enfantine". Il est établi que dans le TDAH, il y a un retard de 30% dans le développement émotionnel. Par exemple, un enfant de 10 ans se comporte comme un enfant de 7 ans, bien que son développement intellectuel ne soit pas pire que celui de ses pairs.
  • Estime de soi négative. L'enfant entend beaucoup de commentaires par jour. Si, dans le même temps, il est comparé à ses pairs: «Regardez comme Masha se comporte bien!» Cela aggrave la situation. Les critiques et les revendications persuadent l'enfant qu'il est pire que les autres, mauvais, stupide, agité. Cela rend l'enfant malheureux, détaché, agressif, inculquant la haine envers les autres.
Les manifestations du trouble déficitaire de l’attention sont liées au fait que le système nerveux de l’enfant est trop vulnérable. Elle n'est pas capable de maîtriser une grande quantité d'informations provenant du monde extérieur. Une activité excessive et un manque d'attention sont une tentative de se protéger d'un fardeau insupportable pour la SN.

Qualités positives des enfants atteints de TDAH

  • Actif, actif;
  • Lire facilement l'ambiance de l'interlocuteur;
  • Prêt à se sacrifier pour les gens qu’ils aiment;
  • Pas vindicatif, pas capable de garder une rancune;
  • Sans peur, ils ne sont pas particuliers à la peur de la plupart des enfants.

Trouble d'hyperactivité avec déficit de l'attention chez un enfant, diagnostic

Le diagnostic du trouble d'hyperactivité avec déficit de l'attention peut comprendre plusieurs étapes:

  1. Collecte d'informations - entretiens avec l'enfant, conversation avec les parents, questionnaires de diagnostic.
  2. Examen neuropsychologique.
  3. Consultation de pédiatre.
En règle générale, un neurologue ou un psychiatre établit un diagnostic en se basant sur une conversation avec un enfant et en analysant les informations fournies par les parents, les éducateurs et les enseignants.
  1. Collecte d'informations
Le spécialiste reçoit la plupart des informations tout en discutant avec l'enfant et en observant son comportement. Avec les enfants, la conversation a lieu oralement. Lorsque vous travaillez avec des adolescents, le médecin peut vous demander de remplir un formulaire de questionnaire ressemblant à un test. Compléter la photo aide les informations reçues des parents et des enseignants.

Un questionnaire de diagnostic est une liste de questions conçues pour collecter un maximum d’informations sur le comportement et l’état mental de l’enfant. Habituellement, il a la forme d'un test avec des choix de réponses. Pour la détection du TDAH sont utilisés:

  • Le questionnaire de diagnostic du TDAH pour les adolescents de Vanderbilt. Il existe des versions pour les parents, les enseignants.
  • Questionnaire symptomatique parental pour les manifestations du TDAH;
  • Questionnaire structuré de Conners.
Selon la classification internationale des maladies CIM-10, le diagnostic de trouble d'hyperactivité avec déficit de l'attention chez un enfant est posé lorsque les symptômes suivants sont détectés:
  • Violation d'adaptation. Elle s'exprime par des caractéristiques d'incohérence normales pour cet âge;
  • Attention dérangement lorsqu'un enfant ne peut pas concentrer son attention sur un seul sujet;
  • Impulsivité et hyperactivité;
  • Le développement des premiers symptômes avant l'âge de 7 ans;
  • La violation de l’adaptation se manifeste dans diverses situations (à la maternelle, à l’école, à la maison) et le développement intellectuel de l’enfant est adapté à son âge;
  • Ces symptômes persistent pendant 6 mois ou plus.
Le médecin a le droit de poser un diagnostic de «trouble d'hyperactivité avec déficit de l'attention» si l'enfant présente au moins 6 symptômes d'inattention et au moins 6 symptômes d'impulsivité et d'hyperactivité pendant 6 mois ou plus. Ces signes se manifestent constamment, pas de temps en temps. Ils sont si prononcés qu'ils interfèrent avec l'apprentissage et les activités quotidiennes de l'enfant.

Signes d'inattention

  • Ne retient pas l'attention sur les détails. Dans le travail permet un grand nombre d'erreurs dues à la négligence et à la légèreté.
  • Facilement distrait.
  • Avec difficulté concentre l'attention lors de la réalisation de tâches.
  • N'écoute pas les discours qui lui sont adressés.
  • Incapable de terminer le travail, faire ses devoirs. Ne peut pas adhérer aux instructions.
  • Il a du mal à faire un travail indépendant. A besoin d'être guidé et supervisé par un adulte.
  • Résiste aux tâches nécessitant un stress mental prolongé: tâches à faire à la maison, chez l'enseignant ou chez le psychologue. Évite un tel travail dans différentes occasions, montre le mécontentement.
  • Perd souvent des choses.
  • Dans les activités quotidiennes montre l’oubli et la distraction.

Trouble d'hyperactivité avec déficit de l'attention chez un enfant, traitement

Traitement médicamenteux pour le TDAH

Médicaments prescrits pour des indications individuelles uniquement s’il n’est pas possible d’améliorer le comportement de l’enfant sans eux.

Physiothérapie et massage pour le TDAH

Trouble d'hyperactivité avec déficit de l'attention chez un enfant, correction du comportement

BOS-thérapie (méthode de biofeedback)

La thérapie BOS est une méthode moderne de traitement qui normalise l'activité bioélectrique du cerveau, éliminant ainsi la cause du TDAH. Utilisé efficacement pour traiter le syndrome depuis plus de 40 ans.

Le cerveau humain génère des impulsions électriques. Ils sont séparés en fonction de la fréquence des oscillations par seconde et de l'amplitude des oscillations. Les principales sont: les ondes alpha, bêta, gamma, delta et thêta. Avec le TDAH, l’activité des ondes bêta (rythme bêta) est réduite, ce qui est associé à la focalisation de l’attention, à la mémoire et au traitement de l’information. Simultanément, l'activité des ondes thêta (rythme thêta), qui indique un stress émotionnel, de la fatigue, de l'agressivité et une instabilité, augmente. Il existe une version selon laquelle le rythme thêta contribue à l'assimilation rapide de l'information et au développement du potentiel créatif.

La tâche de la BOS-thérapie est de normaliser les oscillations bioélectriques du cerveau - de stimuler le rythme bêta et de réduire le rythme thêta à la normale. À cette fin, un complexe logiciel et matériel spécialement développé, BOS-LAB, est utilisé.
Les capteurs sont fixés à certains endroits du corps de l'enfant. Sur l'écran, l'enfant voit comment se comportent ses biorythmes et tente de les changer de manière arbitraire. Les biorythmes changent également lors de l'exécution d'exercices sur ordinateur. Si la tâche est correctement effectuée, un signal sonore est émis ou une image apparaît, qui constitue un élément de retour. La procédure est indolore, intéressante et bien tolérée par l'enfant.
L'effet de la procédure - attention accrue, impulsivité réduite et hyperactivité. Améliore les performances et les relations avec les autres.

Le cours comprend 15-25 sessions. Les progrès sont perceptibles après 3-4 procédures. L'efficacité du traitement atteint 95%. L'effet persiste longtemps, 10 ans ou plus. Chez certains patients, le traitement par BFB élimine complètement les manifestations de la maladie. Aucun effet secondaire

Techniques psychothérapeutiques

L’efficacité de la psychothérapie est importante, mais elle peut durer de 2 mois à plusieurs années. Le résultat peut être amélioré en combinant diverses méthodes psychothérapeutiques, des mesures pédagogiques des parents et des enseignants, des méthodes physiothérapeutiques et une adhésion au régime quotidien.

  1. Méthodes comportementales cognitives
Un enfant sous la supervision d'un psychologue, puis indépendamment, forme différents modèles de comportement. A l'avenir, choisissez le plus constructif, "correct". En parallèle, le psychologue aide l'enfant à comprendre son monde intérieur, ses émotions et ses désirs.
Les cours se déroulent sous forme de conversation ou de jeu. On attribue à l’enfant divers rôles - étudiant, acheteur, ami ou adversaire dans un conflit avec des pairs. Les enfants jouent la situation. On demande ensuite à l'enfant de déterminer ce que ressent chaque participant. At-il le faire correctement?
  • Les compétences de gestion de la colère et d’expression de vos émotions sous une forme acceptable. Que ressens-tu? Tu veux quoi Maintenant, dis-le poliment. Que pouvons nous faire?
  • Résolution de conflit constructive. On enseigne à l'enfant à négocier, à rechercher un compromis, à éviter les querelles ou à les laisser de manière civilisée. (Vous ne voulez pas partager - proposez un autre jouet. Vous n'êtes pas intégré au jeu - imaginez une leçon intéressante et offrez-la à d'autres). Il est important d'apprendre à l'enfant à parler calmement, à écouter l'interlocuteur et à exprimer clairement ce qu'il veut.
  • Moyens adéquats pour communiquer avec l'enseignant et ses pairs. En règle générale, l'enfant connaît les règles de comportement, mais ne les respecte pas en raison de son impulsivité. Sous la direction d'un psychologue du jeu, l'enfant améliore ses compétences en communication.
  • Les bonnes méthodes de comportement dans les lieux publics - à la maternelle, en classe, au magasin, chez le médecin, etc. maîtrisé sous forme de "théâtre".
L'efficacité de la méthode est significative. Le résultat est affiché dans 2-4 mois.
  1. Thérapie par le jeu
Sous forme de jeu agréable pour un enfant, la persévérance et l’attention se forment, apprenant à contrôler l’hyperactivité et à renforcer l’émotivité.
Le psychologue sélectionne individuellement un ensemble de jeux en fonction des symptômes du TDAH. Cependant, il peut changer leurs règles si l'enfant est trop facile ou trop difficile.
Au début, la thérapie par le jeu est réalisée individuellement, elle peut alors devenir un groupe ou une famille. En outre, les jeux peuvent être des «devoirs» ou organisés par un enseignant au cours d'une session de cinq minutes au cours d'une leçon.
  • Jeux sur le développement de l'attention. Trouvez les 5 différences dans l'image. Détermine l'odeur. Identifiez l'objet au toucher, les yeux fermés. Téléphone gâté.
  • Jeux sur le développement de la persévérance et la lutte contre la désinhibition. Cache-cache Silence Trier les éléments par couleur / taille / forme.
  • Jeux sur le contrôle de l'activité motrice. Lancer la balle à un rythme donné, qui augmente progressivement. Les jumeaux siamois, lorsque les enfants d'un couple se serrant la taille par la taille, doivent s'acquitter de leurs tâches - battre des mains, courir.
  • Jeux pour supprimer les pinces musculaires et le stress émotionnel. Destiné à la relaxation physique et émotionnelle de l'enfant. “Humpty Dumpty” pour la relaxation alternée de divers groupes musculaires.
  • Jeux sur le développement de la mémoire et surmonter l'impulsivité. "Parlez!" Le présentateur pose des questions simples. Mais vous ne pouvez y répondre qu'après la commande "Parlez!", Avant laquelle il marque une pause de quelques secondes.
  • Des jeux informatiques qui développent simultanément persévérance, attention et retenue.
  1. Art thérapie
La pratique de divers types d’art réduit la fatigue et l’anxiété, atténue les émotions négatives, améliore l’adaptation, vous permet de réaliser des talents et d’élever l’estime de soi de votre enfant. Aide à développer le contrôle interne et la persévérance, améliore la relation entre l'enfant et le parent ou le psychologue.

En interprétant les résultats du travail de l’enfant, le psychologue comprend mieux son monde intérieur, ses conflits mentaux et ses problèmes.

  • Dessin aux crayons de couleur, à la peinture au doigt ou à l'aquarelle. Des feuilles de papier de différentes tailles sont utilisées. L'enfant peut choisir l'intrigue de l'image lui-même ou le psychologue peut suggérer un thème - «À l'école», «Ma famille».
  • Thérapie de sable. Un bac à sable avec du sable propre et humidifié et un ensemble de moules divers, comprenant des figures humaines, des véhicules, des maisons, etc. sont nécessaires. L'enfant lui-même décide de ce qu'il veut reproduire. Il bat souvent des complots qui le dérangent inconsciemment, mais il ne peut pas transmettre cela aux adultes.
  • Sculpture à partir d'argile ou de pâte à modeler. Un enfant moule des figurines de pâte à modeler sur un thème donné - des animaux rigolos, mon ami, mon animal de compagnie. les cours contribuent au développement des fonctions motrices et cérébrales fines.
  • Écouter de la musique et jouer des instruments de musique. Pour les filles, la musique de danse rythmique est recommandée, et pour les garçons - la musique de mars. La musique supprime le stress émotionnel, augmente la persévérance et l'attention.
L'efficacité de l'art-thérapie est moyenne. C'est une méthode auxiliaire. Peut être utilisé pour établir un contact avec l'enfant ou pour les loisirs.
  1. Thérapie familiale et travail avec les enseignants.
Un psychologue informe les adultes sur les caractéristiques de développement d'un enfant atteint de TDAH. Il décrit des méthodes de travail efficaces, des formes d'influence sur un enfant, comment former un système de récompenses et de sanctions, comment communiquer à l'enfant la nécessité de s'acquitter de ses devoirs et d'observer des interdictions. Cela permet de réduire le nombre de conflits et de faciliter la formation et l’éducation de tous les participants.
Lorsqu'il travaille avec un enfant, un psychologue élabore un programme de psychocorrection conçu pour plusieurs mois. Lors des premières séances, il établit le contact avec l'enfant et effectue des diagnostics afin de déterminer comment s'expriment l'inattention, l'impulsivité et l'agressivité. Tenant compte des caractéristiques individuelles, il établit un programme de correction, introduisant progressivement diverses techniques psychothérapeutiques et compliquant les tâches. Par conséquent, les parents ne devraient pas s'attendre à des changements majeurs après les premières réunions.

    Mesures pédagogiques

Les parents et les enseignants doivent prendre en compte la nature cyclique du cerveau chez les enfants atteints de TDAH. En moyenne, un enfant prend 7 à 10 minutes pour assimiler des informations, puis 3 à 7 minutes sont nécessaires pour que le cerveau récupère et se repose. Cette fonctionnalité doit être utilisée dans le processus d’apprentissage, les devoirs et toute autre activité. Par exemple, donnez aux tâches enfants qu'il aura le temps de remplir en 5 à 7 minutes.

Une bonne parentalité est le principal moyen de traiter les symptômes du TDAH. Cela dépend du comportement des parents pour savoir si l'enfant va "s'atténuer" sur ce problème et dans quelle mesure il réussira à l'âge adulte.

Recommandations pour les parents

  • Soyez patient, gardez la maîtrise de soi. Évitez les critiques. Les caractéristiques du comportement de l'enfant ne sont pas de sa faute et non de la vôtre. Les insultes et les abus physiques sont inacceptables.
  • Communiquez avec votre enfant de manière expressive. Les manifestations d'émotions dans les expressions faciales et la voix aideront à garder son attention. Pour la même raison, il est important de regarder dans les yeux d'un enfant.
  • Utilisez le contact physique. Tenez la main, caressez, serrez dans vos bras, utilisez les éléments de massage pour communiquer avec l'enfant. Il calme et aide à se concentrer.
  • Assurer un suivi clair des tâches. L'enfant n'a pas assez de volonté pour accomplir ce qu'il a commencé, il est tenté de s'arrêter à mi-chemin. Le fait de savoir qu'un adulte contrôlera l'achèvement d'une tâche l'aidera à terminer son travail. Fournit la discipline et la maîtrise de soi à l'avenir.
  • Définissez les tâches pour l'enfant. S'il ne fait pas face à la tâche que vous lui avez assignée, simplifiez-la la prochaine fois. Si hier il n'a pas eu la patience d'enlever tous les jouets, alors aujourd'hui, il demande seulement d'assembler les cubes dans une boîte.
  • Donnez à l’enfant une tâche sous la forme de courtes instructions. Donnez une tâche à la fois: «Brossez-vous les dents». Lorsque cela est terminé, demandez un lavage.
  • Prenez des pauses de plusieurs minutes entre chaque activité. Les jouets rassemblés, reposés pendant 5 minutes, allaient se laver.
  • N'interdisez pas à l'enfant de faire de l'activité physique pendant les cours. S'il agite ses jambes, se tord avec divers objets dans ses mains, se traîne autour de la table, cela améliore son processus de pensée. Si vous limitez cette petite activité, le cerveau de l’enfant tombera dans un état de stupeur et ne sera plus capable de percevoir les informations.
  • Louange pour chaque succès. Faites-le individuellement et avec votre famille. L'enfant a une faible estime de soi. Il entend souvent à quel point il est mauvais. Par conséquent, la louange est vitale pour lui. Cela incite l'enfant à être discipliné, à mettre encore plus d'effort et de persévérance dans l'exécution des tâches. Eh bien, si la louange est visuelle. Ceux-ci peuvent être des jetons, des jetons, des autocollants, des cartes que l'enfant peut compter à la fin de la journée. Changer les récompenses de temps en temps. La privation de récompenses est un moyen efficace de punir. Il doit immédiatement suivre l'infraction.
  • Soyez cohérent dans vos exigences. Si vous ne pouvez pas regarder la télévision pendant longtemps, ne faites pas exception à la règle lorsque vous avez des invités ou que votre mère est fatiguée.
  • Avertissez l'enfant ce qui suit. Il lui est difficile d'interrompre des activités intéressantes. Par conséquent, 5 à 10 minutes avant la fin du jeu, avertissez-le qu'il va bientôt finir de jouer et ramasser des jouets.
  • Apprenez à planifier. Ensemble, faites une liste des tâches à effectuer aujourd'hui, puis rayez ce qui a été fait.
  • Faites une routine quotidienne et respectez-la. Cela enseignera à l'enfant à planifier, à allouer son temps et à prévoir ce qui se passera dans un proche avenir. Il développe le travail des lobes frontaux et crée un sentiment de sécurité.
  • Encouragez votre enfant à faire du sport. Les arts martiaux, la natation, l'athlétisme et le cyclisme sont particulièrement utiles. Ils dirigeront l'activité de l'enfant vers le bon parcours utile. Les sports d'équipe (football, volleyball) peuvent causer des difficultés. Les sports traumatiques (judo, boxe) peuvent augmenter le niveau d’agressivité.
  • Essayez différents types d'activités. Plus vous offrez à l'enfant, plus il a de chances de trouver son passe-temps qui l'aidera à devenir plus diligent et attentif. Cela développera son estime de soi et améliorera ses relations avec ses pairs.
  • Protégez-vous de la visualisation prolongée de la télévision et de votre ordinateur. Tarif approximatif - 10 minutes pour chaque année de vie. Un enfant de 6 ans ne devrait donc pas regarder la télévision plus d'une heure.
N'oubliez pas que si votre enfant a été diagnostiqué avec un trouble d'hyperactivité avec déficit de l'attention, cela ne signifie pas qu'il est à la traîne par rapport à ses pairs en développement intellectuel. Le diagnostic indique uniquement une limite entre normal et anormal. Les parents devront faire plus d'efforts, faire preuve de beaucoup de patience dans leur éducation et, dans la plupart des cas, après 14 ans, l'enfant «deviendra» trop grand pour cet état.

Les enfants atteints de TDAH ont souvent un QI élevé et sont appelés «enfants indigo». Si l'enfant est emporté par quelque chose de concret à l'adolescence, il y dirigera toute son énergie et l'amènera à la perfection. Si ce passe-temps se transforme en profession, le succès est garanti. Cela est prouvé par le fait que la plupart des grands hommes d’affaires et des scientifiques éminents de l’enfance souffrent de trouble d’hyperactivité avec déficit de l’attention.

En Savoir Plus Sur La Schizophrénie