Des tremblements des membres, des mouvements lents et d'autres signes du syndrome de Parkinson peuvent être causés par un certain nombre de maladies. Dans le cadre de l'amélioration des résultats du traitement de diverses maladies, l'espérance de vie de la population augmente, la fréquence de développement de ce syndrome augmente. Cette affection est caractéristique des groupes d’âge plus avancés, principalement des hommes.

Le concept de syndrome de Parkinson comprend un complexe de symptômes caractérisé par:

  • tremblement;
  • incapacité à garder son équilibre;
  • augmentation du tonus musculaire;
  • l'apparition d'une résistance incontrôlée du tissu musculaire en réponse à une tentative de changement de la position du corps;
  • mouvement lent;
  • incapacité à démarrer le mouvement, vitesse et force adéquates, etc.

Les causes

Le syndrome de Parkinson est une conséquence des maladies suivantes:

  • précédents accidents vasculaires cérébraux hémorragiques ou ischémiques dans les régions basales du cerveau;
  • plusieurs blessures à la tête répétées;
  • une indication d'encéphalite passée;
  • intoxication médicamenteuse avec des neuroleptiques, des préparations de lithium;
  • neurosyphilis;
  • sclérose en plaques, syringomyélie, sclérose latérale amyotrophique, démence;
  • ataxie télangiectasie;
  • gliome du troisième ventricule;
  • dans le contexte d'insuffisance hépatocérébrale, pathologie de la glande thyroïde;
  • atrophie cérébelleuse avec hydrocéphalie associée, augmentation de la pression intracrânienne (PIC);
  • encéphalite aiguë Economo.

Le syndrome de Parkinson est classé par raison:

  1. Idiopathique primaire - maladie de Parkinson.
  2. Le parkinsonisme juvénile est un défaut génétique qui se manifeste à un jeune âge.
  3. Secondaire - Syndrome de Parkinson, qui s'est développé en tant que complication, conséquence d'autres maladies et lésions du système nerveux central (SNC).
  4. Le parkinsonisme plus est une maladie caractérisée par la présence de symptômes associés à d'autres syndromes de maladies graves du système nerveux central, tels que des tremblements essentiels.

Tableau clinique

La maladie de Parkinson, le parkinsonisme juvénile, le syndrome de Parkinson et le parkinsonism-plus sont caractérisés par des symptômes communs et des signes distinctifs.

Symptômes communs

Les symptômes communs incluent ce qui suit:

  • moteur;
  • végétatif;
  • sensoriel;
  • mental;
  • pathologie du sommeil et de l'éveil.

Symptômes moteurs

Les troubles du mouvement sont représentés par l’absence de mouvements actifs, de tremblements au repos, de raideurs et de tensions musculaires.

  1. Les tremblements ou les tremblements des doigts surviennent avec un grand nombre de maladies. Dans chaque situation, il est caractérisé par ses propres caractéristiques:
  2. Les tremblements, qui se produisent au repos, sont plus fréquents dans le parkinsonisme. Faible en mouvement, en marchant, si vous détournez l’attention du patient.
    Les tremblements cérébelleux se manifestent par des tremblements de la tête, des mains et du corps. C'est important! Les mouvements à grande échelle dans la pathologie cérébelleuse se développent principalement au moment de la fin du mouvement, et dans le parkinsonisme - au repos. Vérifié lors de l'exécution d'échantillons paltsenosovoy et talon-genou.
  3. Tremblement, développement dans la pathologie de la glande thyroïde, surmenage psycho-émotionnel, syndrome de sevrage alcoolique, maladies métaboliques. Le maximum manifesté en essayant de maintenir une pose. Bien visible sur le bout des doigts des mains avec les mains étendues.
  4. Le tremblement orthostatique n'est pas observé dans le parkinsonisme, apparaît dans les jambes pendant la marche, il y a un tremblement dans le muscle quadriceps de la cuisse.

La principale différence entre le phénomène tremblant dans le parkinsonisme est l’asymétrie. Avec cette pathologie, le patient a une posture caractéristique du requérant: la tête penchée en avant, les épaules abaissées.

Les troubles du mouvement comprennent:

  • en remuant la démarche;
  • discours lent et monotone;
  • expression faciale hypomimétique;
  • l'écriture devient petite;
  • les mouvements amicaux des mains lors de la marche, que tout le monde a normalement, sont perdus;
  • il est difficile pour une personne de commencer à exécuter un mouvement et il est également difficile de s’arrêter.

Symptômes végétatifs

L’insuffisance végétative est caractérisée par les manifestations suivantes:

  • violation de la déglutition, sensation d'étouffement;
  • une tendance à la constipation;
  • une variété de troubles de la miction, allant de l'urgence à la difficulté avec une vidange incomplète de la vessie, en passant par l'incontinence urinaire;
  • dysfonction érectile, diminution de la libido;
  • tendance à l'effondrement orthostatique;
  • réduction de la transpiration, hyper ou hypo-salivation.

Symptômes sensoriels

Les patients ne font pas attention aux troubles sensoriels ni aux symptômes sensoriels, manifestations précoces du syndrome de Parkinson. Les déficiences sensibles se forment avant les troubles du mouvement parkinsoniens. Ceux-ci comprennent:

  • violation de l'odeur;
  • chair de poule, brûlures ou douleurs dans les membres, principalement dans les jambes.

Symptômes mentaux

La maladie de Parkinson et la maladie de Parkinson s'accompagnent souvent de troubles mentaux:

  1. La dépression Les personnes sujettes à la dépression, à la culpabilité et à une faible estime de soi sont plus susceptibles au parkinsonisme. C'est important! Les patients fixent leur attention sur la violation du mouvement et ne parlent pas de l'anxiété existante, du désespoir. Mais ces phénomènes sont toujours présents.
  2. Psychoses alternant avec apathie, indifférence, léthargie. Peut-être le développement d'une conscience confuse avec des hallucinations et une psychose. Plus les symptômes cliniques du parkinsonisme sont longs, plus les réactions psychotiques apparaissent. Premièrement, la critique est préservée. Au fil du temps, une attitude critique vis-à-vis des hallucinations chez un patient disparaît et une maladie telle que la psychose paranoïaque se développe.
  3. Diminution des performances, sensation de fatigue, léthargie, sensation de fatigue constante. Il n'y a pas d'humeur joyeuse, il n'est pas nécessaire d'avoir du plaisir et du plaisir.
  4. Fonctions cognitives altérées, la viscosité de la pensée apparaît, l'attention est fortement réduite. La perte de mémoire a ses propres caractéristiques. Les patients peuvent mémoriser des informations mécaniques et ne sont pas en mesure de corriger du tout les émotions colorées.
  5. États obsessionnels, envies pathologiques.

Sommeil perturbé et éveil

Les troubles du sommeil et de l’éveil surviennent chez 98% des patients atteints de parkinsonisme et apparaissent 5 à 10 ans plus tôt que les principaux symptômes moteurs du syndrome de Parkinson.

Il y a les manifestations suivantes:

  • le sommeil est perturbé;
  • somnolence diurne;
  • fréquents réveils nocturnes ou tôt le matin;
  • la durée de la nuit de sommeil augmente, le sentiment de fatigue et de faiblesse après le réveil demeure;
  • trop brillants rêves effrayants.

Avec le syndrome parkinsonien, les symptômes de la maladie qui a conduit à son développement sont mis en évidence.

Diagnostics

Pour traiter correctement le syndrome de Parkinson, il est nécessaire d'identifier la cause qui l'a provoqué et d'exclure des conditions similaires pouvant simuler la maladie.

Le syndrome de Parkinson se développe comme une complication des maladies acquises suivantes:

  • médicament
  • post-traumatique;
  • toxique;
  • postencéphalitique;
  • parkinsonisme avec d'autres neuroinfections;
  • parkinsonisme avec hydrocéphalie;
  • vasculaire;
  • posthypoxique.

Les symptômes des maladies ci-dessus se manifestent principalement, puis, en tant que complication, se joint au syndrome tremblant et rigide.

Dans les maladies dégénératives du système nerveux central, la maladie de Parkinson plus se développe, au cours de laquelle des syndromes neurologiques apparaissent:

  • pyramidal;
  • cérébelleux;
  • dystonie vasculaire végétative;
  • la démence;
  • le dernier à rejoindre le parkinsonisme plus.

Ce groupe comprend:

  • atrophie multisystémique;
  • paralysie supranucléaire progressive;
  • la maladie diffuse Taurus Levi;
  • dégénérescence corticobasale;
  • hémiparkinsonisme-hémiatrophie;
  • La maladie d'Alzheimer;
  • La maladie de Creutzfeldt-Jakob;
  • formes héréditaires;
  • La maladie de Huntington;
  • dégénérescence spinocérébelleuse;
  • La maladie de Galervorden - Spatz;
  • dégénérescence hépatolenticulaire;
  • dégénérescence pallidaire;
  • calcification familiale des noyaux gris centraux;
  • neuroacantocytose;
  • dystonie-parkinsonisme.

Traitement

Il existe 4 domaines de traitement importants:

  1. Traitement de la maladie sous-jacente, si possible.
  2. Les médicaments visant à arrêter les phénomènes de parkinsonisme.
  3. L'utilisation de nootropiques, des moyens vasculaires, vise à protéger le cerveau de toute destruction ultérieure.
  4. Réhabilitation.

Pour un traitement symptomatique utilisant les moyens suivants:

  • préparations de lévodopa;
  • les agonistes des récepteurs de la dopamine;
  • anticholinergiques;
  • médicaments à base d'amantadine;
  • inhibiteurs de la monoamine oxydase de type B;
  • inhibiteurs de la catéchol-O-méthyltransférase.

Le traitement est prescrit individuellement par le médecin traitant, en tenant compte de la maladie sous-jacente, de la gravité d'autres troubles neurologiques et de la sensibilité individuelle.

La tâche principale du traitement des patients atteints de parkinsonisme est la restauration des fonctions motrices altérées. Dans certains cas, lorsque les manifestations de la maladie sont minimes, le médicament ne peut pas être prescrit.

Lorsque les symptômes augmentent, la monothérapie est utilisée et, plus tard, une pharmacothérapie combinée.

Pour le traitement des troubles autonomes sont utilisés:

  1. porter des bas élastiques;
  2. augmentation de la consommation de sel et d'eau;
  3. la fludrocortisone;
  4. "Midodrin" - sympathomimétique de type adrénaline avec effet vasoconstricteur. Nommé à l'intérieur par 2,5 mg 3 fois;
  5. "Indomethacin" soulage bien les maux de tête, muscles, douleurs articulaires avec manifestations sensorielles;
  6. La caféine améliore la résistance du système nerveux central au stress et à la résistance aux facteurs dommageables. Augmente la pression artérielle, utilisé pour traiter les troubles orthostatiques;
  7. "Dihydroergotamine" a un effet stimulant sur les récepteurs de la sérotonine, est un bloqueur des adrénorécepteurs vasculaires. Le médicament contracte les vaisseaux du cerveau.

Lorsque des troubles neurogènes de la miction utilisent:

  1. «Oxybutynin» est utilisé pour traiter la faiblesse neurogénique de la vessie et l’incontinence. Il est également efficace pour augmenter les spasmes des muscles lisses du tractus gastro-intestinal, de l'utérus et de la vésicule biliaire. Durée du traitement jusqu'à 2 ans.
  2. "Tolterodin" - m-anticholinergique, utilisé pour l'hyperactivité de la vessie, l'urgence impérieuse, la miction involontaire.
  3. "Alfuzosin" bloque les récepteurs alpha-1-adrénergiques des organes urinaires, est prescrit pour des troubles fonctionnels de 5 mg 2 fois.
  4. La doxazosine réduit la pression artérielle, le cholestérol et les lipides sanguins à haute densité, a un effet bénéfique sur le syndrome de Parkinson sur fond de maladie cérébrale ischémique chronique avec hypertension artérielle.
  5. "Prazosin" est un médicament hypotenseur qui a la capacité de détendre les muscles des vaisseaux sanguins à la périphérie et n'affecte pas les artères et les veines du cerveau.
  6. La "tamsulosine" est efficace chez les hommes âgés présentant des troubles dysuriques, se développant sur le fond de l'hyperplasie prostatique.
  7. "Terazosin" est utilisé pour le traitement symptomatique de l'hyperplasie bénigne de la prostate, l'hypertension artérielle.
  8. La "desmopressine" est efficace contre les troubles urinaires, la nycturie.

Avec une tendance à la constipation:

  • une alimentation riche en fibres;
  • activité physique suffisante;
  • La «dompéridone» ou «Motilium» améliore la motilité gastro-intestinale en bloquant le centre émétique.
  • "Tsisaprid" est un agent sérotoninergique qui stimule la motilité du tractus gastro-intestinal pendant le reflux gastro-oesophagien, la gastroparésie, l'anorexie, la constipation fonctionnelle et idiopathique, la dyspepsie fonctionnelle, l'hypokinésie de la vésicule biliaire;
  • les laxatifs sont les mieux utilisés d'origine végétale. Ils ont un effet plus doux et progressif, ne causent pas de perturbation de l'équilibre hydrique et électrolytique, ni de carence en vitamines et en micro-éléments dans le corps. Parmi ces médicaments figurent les Guttalaks, Regulaks, Senna, Belladonna, Mukofalk, Rektaktiv.

Pour le traitement des troubles cognitifs, appliquez:

Pour le traitement des troubles affectifs, utilisez:

  • Piribedil;
  • «Pramipexol»;
  • "Mélipramine" - un antidépresseur qui élimine bien les effets de l'anxiété, est appliqué à 25 mg 3 fois;
  • psychothérapie.

Le traitement des problèmes de sommeil nécessite:

  • corriger la dose du soir des médicaments anti-parkinsoniens;
  • si cela ne suffit pas, la clozapine est administrée pendant la nuit;
  • Trazodone, amitriptyline, doxépine;
  • les somnifères sont prescrits pour une très courte période en raison de la menace réelle de dépendance.

Traitement non médicamenteux

Pour maintenir une vie socialement active de haute qualité, le patient doit disposer des informations nécessaires sur sa maladie, apprendre à vivre avec lui afin de contrôler la maladie.

Habituellement, le traitement comprend:

  • entraînement neuropsychologique;
  • orthophonie;
  • Thérapie d'exercice;
  • régime alimentaire, régime quotidien.

Prévention

Il n’existe pas de mesures spécifiques pour la prévention du parkinsonisme. Mais étant donné qu'il se développe en tant que symptôme ou complication d'autres maladies du système nerveux, il est nécessaire de procéder à la prévention primaire des maladies et des lésions du système nerveux central.

Les principaux domaines de prévention comprennent:

  • éviter le stress;
  • maintenir un mode de vie sain;
  • activité physique suffisante;
  • refus de consommer de l'alcool, de la nicotine;
  • prévention des accidents de la route et des accidents de la route, etc.

Maladie assez fréquente du système nerveux central, en particulier chez les personnes âgées, le syndrome de Parkinson se développe dans le contexte d'une maladie cérébrale ischémique chronique. Les conséquences des accidents vasculaires cérébraux ischémiques et hémorragiques, de l'encéphalopathie dyscirculatoire, des lésions vasculaires athéroscléreuses peuvent entraîner le syndrome de parkinsonisme. Par conséquent, la prévention des maladies ci-dessus est une condition préalable à la prévention du parkinsonisme.

Parkinsonisme - Syndrome Neurologique

Le parkinsonisme désigne un groupe de troubles qui présentent des symptômes similaires aux symptômes de la maladie de Parkinson, mais qui en diffèrent par leur origine. Quelles sont les caractéristiques de cette maladie et quelles méthodes de traitement existent?

Parkinsonisme

Le terme "parkinsonisme" peut être considéré par beaucoup comme synonyme de la maladie de Parkinson, mais ce n'est pas le cas. Bien que ces concepts soient étroitement liés, les différences sont assez substantielles.

La maladie de Parkinson est une maladie neurologique chronique à progression lente.

La maladie de Parkinson (MP) est une maladie du cerveau qui touche principalement les personnes âgées. Elle réside essentiellement dans la mort de groupes de cellules nerveuses appartenant aux structures du système extrapyramidal responsables du contrôle des mouvements. Dans le même temps, il y a une "disparition" progressive des parties correspondantes du cerveau. La maladie se caractérise par un développement asymptomatique lent au fil des ans. Ainsi, la majorité des patients ne soupçonnent pas longtemps leur maladie avant l'apparition des symptômes, ce qui se traduit par une perte persistante de la régulation motrice. Il y a:

  • tremblement involontaire des doigts (tremblement) au repos;
  • la raideur;
  • mouvement lent;
  • instabilité posturale (statique).

Système extrapyramidal - ensemble de structures cérébrales responsables du mouvement des muscles, de leur tonus et du maintien d'une certaine posture chez une personne.

Les premiers symptômes de la maladie de Parkinson sont les suivants: tremblements des mains, mouvements lents, démarche traînante.

Le parkinsonisme est défini comme le syndrome d'une combinaison de troubles neurologiques similaires aux symptômes de la maladie de Parkinson. Cependant, dans ce cas, le tableau clinique n’est pas une conséquence de la MP, mais bien d’une violation parmi d’autres. Certains d'entre eux ne sont toujours pas clairement indiqués.

Le parkinsonisme est un syndrome neurologique dont les symptômes sont similaires au tableau clinique de la maladie de Parkinson.

Les enfants et les adolescents de moins de 18 ans sont extrêmement rares, mais ce que l’on appelle le parkinsonisme juvénile peut également se développer.

Classification et causes de la maladie

Au début, il est assez difficile de distinguer la maladie de Parkinson primaire de nature idiopathique (d'origine inconnue) du syndrome qui l'imite. Le parkinsonisme secondaire survient toujours sur la base d'une autre raison, selon laquelle il est classé dans une sous-espèce particulière:

  1. Drogue - la forme la plus courante de parkinsonisme secondaire (jusqu’à 10% des cas), généralement un effet secondaire des antipsychotiques (antipsychotiques), des bloqueurs des canaux calciques et des stimulants narcotiques, tels que l’amphétamine et la cocaïne, affecte le niveau de dopamine dans le cerveau. D'où le deuxième nom - parkinsonisme neuroleptique. En règle générale, il est inhérent aux patients des établissements psychiatriques. Les symptômes sont difficiles à distinguer de la maladie de Parkinson, bien que les tremblements et l’instabilité posturale (statique) puissent être moins graves. Si le patient arrête de prendre les médicaments, les symptômes s'atténuent avec le temps, parfois jusqu'à un an et demi.
  2. Vasculaire - généralement causé par la formation de thrombus dans le cerveau en raison d'une série de microstrokes, en particulier dans la zone de la substance noire ou d'autres composants du système extrapyramidal. La cause du parkinsonisme vasculaire chronique peut aussi être une encéphalopathie - la défaite de la substance blanche du cerveau. Les personnes chez qui on a diagnostiqué cette forme ont des problèmes prononcés de démarche et de la partie inférieure du corps dans son ensemble. Le trouble évolue très lentement par rapport aux autres types de parkinsonisme. Les patients signalent souvent l'apparition brutale de symptômes ou une détérioration progressive, alternant avec un effet plateau (normalisation de l'état).
  3. Métabolisme - déclenché par des troubles métaboliques systémiques dans le corps, se manifestant notamment par une dysphagie (trouble de la déglutition), entraînant une perte de poids et des carences nutritionnelles.
  4. Toxique - causé par une intoxication chimique: alcool méthylique, mercure, plomb, cyanures, etc. La substance noire, le striatum et le pallidum (boule pâle) - des composants du système extrapyramidal souffrent le plus souvent de dommages toxiques. Signes spécifiques: polynévrite, troubles de la parole, syndromes convulsifs, etc.
  5. Traumatique - se développe à la suite d'une blessure au crâne.
  6. Oncologique - se produit quand une tumeur affecte les structures du système extrapyramidal.
  7. Encéphalique - est l'une des conséquences possibles de l'inflammation du cerveau.
  8. Hémiparkinsonisme - atrophie unilatérale des tissus (hémiatrophie), accompagnée de symptômes parkinsoniens.
  9. Parkinsonisme juvénile - observé dans l'enfance, se développe à la suite d'autres maladies, telles que:
    • coqueluche
    • encéphalite virale (inflammation du cerveau);
    • dystonie (contractions musculaires involontaires de tout le corps);
    • affections neurologiques (nerf nerveux) dues à des mutations géniques, etc.

Il existe également une forme de parkinsonisme associée à une pathologie neuropsychiatrique, appelée parkinsonisme atypique ou parkinsonisme plus. Il représente environ 10% de tous les cas de parkinsonisme diagnostiqués (100 000 personnes) et se distingue par le fait qu'il n'est pas affecté par le traitement par la lévodopa. Les formes suivantes sont distinguées:

  1. Paralysie supranucléaire progressive (PSP) - les symptômes se manifestent vers l’âge de 60 à 65 ans. Les manifestations précoces typiques comprennent l'oubli, des changements de personnalité et une perte d'équilibre lors de la marche, entraînant des chutes gratuites. Les problèmes de vue associés à la PSP se rejoignent généralement trois à cinq ans après le début des difficultés pour marcher et sont associés à l’incapacité de se focaliser correctement en raison de la faiblesse ou de la paralysie des muscles qui contrôlent les globes oculaires.
  2. Atrophie systémique multiple (AMS) - Groupe de troubles dans lesquels un ou plusieurs systèmes du corps cessent de fonctionner. Avec le MCA, le système nerveux autonome est souvent gravement touché au stade initial de la maladie. Les symptômes comprennent des problèmes de vessie (besoin urgent, incontinence) et une hypotension orthostatique lorsque la pression chute en position verticale, ce qui peut provoquer un évanouissement. En même temps, en position couchée, la pression artérielle d'une personne peut être assez élevée. Un signe précoce chez les hommes est souvent la perte de la fonction érectile. Les troubles de la parole, la difficulté à respirer et à avaler et l'incapacité de transpirer sont également caractéristiques. La MSA se caractérise par un manque de réponse au traitement médicamenteux contre la maladie de Parkinson.
  3. Démence du veau Levi (DTL) - se classe au deuxième rang après la maladie d'Alzheimer dans la liste des causes les plus courantes de démence chez les personnes âgées. Provoque des déficiences intellectuelles et fonctionnelles progressives. En plus des signes et des symptômes de la maladie de Parkinson, les personnes atteintes de DTL ont tendance à aggraver leurs pensées, à réduire leur niveau d'attention et de vigilance, ainsi que leurs hallucinations visuelles. Ils n'ont généralement pas de tremblement ou c'est insignifiant. Le traitement à la lévodopa peut être à la fois efficace et infructueux.
  4. La dégénérescence corticobasale (CBD) - est le parkinsonisme atypique le moins fréquent. Développe après 60 ans. Les symptômes incluent une perte de fonction d'un côté du corps, des mouvements involontaires et saccadés des membres et des problèmes d'élocution. Il est difficile voire impossible de contrôler le membre affecté, bien qu’il n’y ait pas de faiblesse ou de perte de sensibilité. Il n’existe actuellement aucun traitement spécifique pour la CBD.

Il est important de comprendre que les nuances symptomatiques de différents types de troubles sont difficiles à déterminer. Souvent, le diagnostic s'appelle simplement le terme général «parkinsonisme».

Symptômes communs

Les symptômes du parkinsonisme incluent:

  • tremblements survenant dans une main lorsque ses muscles sont relâchés (tremblements involontaires des doigts au repos);
  • raideur musculaire;
  • mouvement lent;
  • difficulté à maintenir l'équilibre en marchant, etc.

L'anémie peut également être une preuve en faveur du parkinsonisme secondaire. L’un des signes du parkinsonisme toxique (au plomb) est l’anémie.

Les troubles parkinsoniens provoquent souvent d'autres manifestations ou variations des symptômes parkinsoniens. Certaines d’entre elles indiquent un manque de lien avec la maladie de Parkinson, par exemple:

  • perte de mémoire au cours de la première année de la maladie (indiquant une démence);
  • Symptômes de parkinsonisme apparaissant d'un seul côté du corps (souvent dus à certaines tumeurs ou à la dégénérescence des ganglions corticobasaux);
  • hypotension, troubles du réflexe de déglutition, difficulté à uriner et à faire ses besoins (y compris à cause d'un ACI);
  • chutes et emprisonnement dès les premiers mois ou les premières années du trouble;
  • anomalies des mouvements oculaires;
  • des problèmes d'orientation dans l'espace, des visions (par exemple, le patient peut être perdu à l'emplacement des pièces de sa propre maison), qui se développent à un stade précoce du trouble;
  • des symptômes qui ne diminuent pas en réponse au traitement par Levodopa;
  • incapacité à exprimer ou à comprendre une langue orale ou écrite (aphasie);
  • difficultés à exécuter des compétences simples (apraxie);
  • incapacité à associer des objets à leur rôle ou fonction habituels (agnosie).

La dystonie est également l'un des symptômes possibles du parkinsonisme. Il s’agit d’une condition définie par la contraction d’un muscle ou d’un groupe musculaire, entraînant une position anormale de la partie du corps touchée. Les crampes musculaires peuvent être continues ou intermittentes.

Syndrome akinétique-rigide - inhibition des mouvements actifs sur le fond d'une augmentation spécifique du tonus musculaire - principale manifestation du parkinsonisme.

Le parkinsonisme atypique a tendance à progresser plus rapidement et avec des symptômes supplémentaires, tels qu'une chute à un stade précoce de la maladie, une démence ou des hallucinations.

Diagnostics

Le diagnostic est effectué par un neurologue, qui évalue l'état du patient à l'aide d'un interrogatoire approfondi du patient en cas de plainte, ainsi que de ses proches et de ses amis, concernant d'éventuels changements de comportement (si nécessaire). Le spécialiste découvre s'il y a eu un traitement médicamenteux ou les effets d'autres substances toxiques pouvant causer le parkinsonisme.

La visualisation des méthodes de diagnostic pour évaluer les changements structurels dans le cerveau comprend:

  • La tomodensitométrie (TDM) est un examen dans lequel des images de son corps ou de sa tête sont formées par un rayonnement X et un détecteur tournant autour d'une personne. Un ordinateur les convertit en images qui ressemblent à des sections bidimensionnelles (sections transversales). La tomodensitométrie permet de diagnostiquer les lésions et les pathologies du cerveau;
  • imagerie par résonance magnétique (IRM) - la méthode consiste à utiliser un champ magnétique puissant et des ondes radio haute fréquence pour obtenir des images très détaillées. L'IRM n'utilise pas de rayons X, elle est donc considérée comme une méthode sûre. Il peut être utilisé pour diagnostiquer des tumeurs, des anévrismes et d’autres troubles vasculaires, ainsi que pour des modifications dégénératives des zones du cerveau responsables des mouvements; IRM - une méthode de diagnostic sans danger pour le parkinsonisme

Lorsque le diagnostic est controversé, le médecin lui prescrit de la lévodopa afin d’exclure la maladie de Parkinson. Si le médicament ne conduit pas à une nette amélioration, alors la maladie de Parkinson est probablement la cause de la violation.

Traitement

Le traitement du parkinsonisme commence par l'élimination de la cause qui l'a provoqué. S'il s'agit d'un médicament pharmacologique, son retrait peut guérir le trouble ou réduire considérablement l'apparition des symptômes. Dans toute forme de pathologie, la thérapie vise à minimiser les symptômes qui affectent la qualité de la vie.

Des médicaments

Les médicaments utilisés pour traiter la maladie de Parkinson, tels que la lévodopa, la L-dopa, la Kaldopa, la Doparkin et le Dopaflex, sont inefficaces chez les personnes atteintes d'un parkinsonisme atypique, mais peuvent dans d'autres cas conduire à une amélioration modérée.

Les médicaments anti-parkinsoniques sont basés sur une substance qui précède la synthèse de dopamine dans le corps. Les médicaments compensent le déficit en dopamine et éliminent les symptômes négatifs.

Pour neutraliser les effets secondaires du traitement par de tels agents (nausées, vomissements, dépression, insomnie, etc.), les médecins recommandent d'associer la Lévodopa et ses analogues à des inhibiteurs de la dof-décarboxylase périphérique (Carbidopa, Benserazide). L'effet thérapeutique des médicaments antiparkinsoniens apparaît après une semaine et l'effet maximal est atteint après environ un mois.

Si un antipsychotique provoque des symptômes gênants de parkinsonisme et qu'il est nécessaire de le prendre pendant longtemps, le neuropathologiste le remplace par un autre agent neuroleptique. Toutefois, s’il est impossible de sélectionner un analogue, des médicaments sont prescrits pour atténuer les symptômes - dopaminomimétiques - les agents responsables des récepteurs de la dopamine dans le cerveau et, en même temps, des stimulants de la libération de dopamine. Ceci est Amantadin et ses analogues:

Les médicaments anticholinergiques (anticholinergiques) sont utilisés pour éliminer les symptômes du parkinsonisme neuroleptique. Dans les pays occidentaux, il s'agit du médicament Benzatropin (Cogentin), mais dans la Fédération de Russie, le médicament n'est pas enregistré. Au lieu de cela, utilisez des analogues - trihexyphenidyl (Cyclodol) ou biperiden (Akineton). Leur action repose sur le blocage et le remplacement du médiateur naturel de l'acétylcholine.

Les médicaments nootropes et Hamkergiques améliorent la fonction des membranes des cellules nerveuses, les stabilisent et forment de nouveaux phospholipides. Les médicaments de ce groupe améliorent les fonctions cognitives et l'activité mentale, réduisent le déficit neurologique. Habituellement prescrit:

Les médicaments qui améliorent la circulation cérébrale agissent comme antioxydants, empêchant la peroxydation lipidique des membranes cellulaires. Augmenter la résistance des tissus à la déficience en oxygène et aux troubles liés à l'oxygène. Représentants du groupe:

  • Le mexidol;
  • La vinpocétine;
  • Cavinton;
  • La cinnarizine;
  • Nicotinate de xantinol.

En outre, des additifs biologiques sont utilisés, par exemple la lécithine, qui fait partie de la gaine de myéline des fibres nerveuses et participe activement à la transmission des impulsions nerveuses. Réduit la fatigue rapide, l'irritabilité, le danger d'épuisement nerveux inhérent aux patients atteints de parkinsonisme.

Traitement médicamenteux du parkinsonisme: galerie

Méthodes modernes de thérapie

Les scientifiques développent depuis longtemps des méthodes pour éliminer la douleur causée par la dystonie, dont les patients souffrent le matin avant de prendre les médicaments symptomatiques nécessaires ou tout au long de la journée. La solution était la toxine botulique.

La toxine botulique a trouvé son application non seulement en cosmétologie, mais également en médecine, en particulier dans le traitement des symptômes du parkinsonisme.

La toxine botulique bloque la libération d'acétylcholine dans la jonction neuromusculaire, coupant ainsi efficacement les «messages» du cerveau et étant transmise par les nerfs (impulsions) aux muscles.

Le plus souvent, le Botox est utilisé et injecté dans les muscles en contraction, déterminés précisément à l'avance par électromyographie. En bloquant l'échange d'impulsions avec ces muscles, le médicament les affaiblit efficacement, permettant ainsi aux muscles de retrouver un état plus sain. Le médicament doit être ré-administré tous les 3-4 mois.

L’action de la toxine botulique est discrète, c’est-à-dire qu’elle affecte exclusivement les muscles où elle a été introduite, contrairement aux médicaments à prise orale (ingérés par ingestion) absorbés par le tractus gastro-intestinal et excrétés par les reins ou le foie, ce qui entraîne un effet négatif sur ces organes.

Perspectives de traitement: activation de la télomérase

Les scientifiques suggèrent que les maladies neurodégénératives, qui sont l’une des causes du syndrome de Parkinson, sont associées à une diminution des télomères, les régions terminales des chromosomes. Une enzyme appelée télomérase peut ralentir, arrêter ou même empêcher la contraction du télomère qui se produit avec le vieillissement. La quantité de télomérase dans le corps humain diminue à mesure qu'elle grandit.

En 2009, le prix Nobel de physiologie et de médecine a été attribué à trois scientifiques qui ont découvert l'importance de l'effet de la télomérase sur les télomères.

L'exposition des cellules humaines à la télomérase ralentit leur vieillissement et vous permet de recommencer à vous diviser. L'activation d'enzymes peut:

  • prévenir la contraction des télomères et le vieillissement cellulaire;
  • aider les cellules à vivre plus longtemps et à continuer à fonctionner correctement;
  • faire fonctionner les vieilles cellules comme elles le faisaient quand elles étaient plus jeunes.

Homéopathie

L'homéopathie est une autre méthode de traitement qui, dans le cas du parkinsonisme, vise à réduire les symptômes à l'aide de médicaments sans risque, ne provoquant pas de dépendance et d'effets secondaires.

  1. Le yodium est une préparation sous forme de sirop à base d'extrait de blé enrichi en iode et en sélénium. Contient les vitamines E et C, le PP et les oligo-éléments: molybdène, fluor, zinc. Yodium est une préparation homéopathique à base d'extrait de blé additionné d'iode et de sélénium.
  2. L'alumine est un remède sous forme de granulés et de gouttes, qui est prescrit aux personnes âgées ayant tendance à l'atonie musculaire, à un engourdissement et à une perte de sensibilité des membres inférieurs. Dans la composition du médicament - oxyde d'aluminium (alumine).
  3. Barite carbonica, ou carbonate de baryum - est utilisé pour influer positivement sur le système nerveux central, il est prescrit par les personnes âgées pour la paralysie causée par une altération de la fonction cérébrale.

Avant d'utiliser un médicament de l'arsenal de remèdes homéopathiques, il est nécessaire de consulter le neuropathologiste traitant.

Remèdes populaires

Les remèdes populaires contre le parkinsonisme ne sont pas considérés comme un traitement, mais peuvent être utilisés pour réduire les symptômes de la maladie. Utilisez les recettes suivantes:

  1. Infusion d'ortie - aide à soulager les mains tremblantes. Cuisson:
    • prendre 1 cuillère à soupe. cuillère de feuilles broyées et versez 250 ml d'eau bouillante;
    • insister sous le couvercle pendant environ une heure;
    • refroidir, filtrer et prendre 50 ml avant les repas.
  2. Les compresses de luzerne - sont également conçues pour réduire les tremblements. Cuisson:
    • prenez un nouveau bouquet de produits frais et maintenez-le sur la vapeur ou plongez-le dans de l'eau chaude;
    • Appliquez l'herbe cuite à la vapeur pendant une demi-heure sur vos mains, en couvrant le dessus avec un tapis chaud.
  3. Infusion d'origan, de lavande, de pourpier et de serpentine - élimine la raideur et l'engourdissement des membres. Cuisson:
    • des parties égales de plantes sèches sont broyées en poudre;
    • Versez 120 g du mélange fini dans un litre d’eau bouillante et laissez-le sous le couvercle dans un endroit chaud pendant 2-3 heures;
    • prendre 50 ml trois fois par jour avant les repas.

Exercice thérapie et massage

Les personnes atteintes de parkinsonisme doivent rester aussi actives que possible le plus longtemps possible. Au besoin, ils doivent au quotidien utiliser des appareils et accessoires fonctionnels, mais ils doivent effectuer les tâches ménagères de manière autonome, même sous une forme simplifiée (par exemple, choisir des vêtements avec des boutons et non avec des boutons).

Les exercices pour le parkinsonisme doivent être simples et viser principalement à étirer les muscles

Pour prévenir la progression de la raideur musculaire, il est utile de pratiquer des étirements et des exercices physiques simples. Ils sont conçus pour aider les patients à faire face aux tâches quotidiennes, en réduisant la douleur et les spasmes musculaires. Voici un exemple d’échauffement simple qu'il est recommandé d’effectuer quotidiennement:

  1. Tenez-vous à une distance de 20 cm du mur et levez la main. Penchez-vous sur le mur pour trouver l'équilibre et sentez les muscles de vos bras et de votre dos s'étirer.
  2. Puis retournez-vous et appuyez-vous sur le mur pour trouver votre équilibre. Marchez doucement en levant les genoux le plus haut possible.
  3. Assis sur une chaise, étirez vos bras derrière son dos, en réduisant les épaules. Soulevez la tête au plafond pendant l'étirement.
  4. Sans vous lever de la chaise, détachez vos pieds du sol et mettez-les en place, en même temps en vous rapprochant les mains derrière la tête, puis en les ramenant à la position devant vous.

L'acupuncture et les massages d'acupuncture peuvent atténuer les symptômes du parkinsonisme, provoquant une réponse neuronale dans les zones du cerveau particulièrement touchées par l'inflammation.

L'acupuncture est censée aider à ralentir la mort cellulaire et à atténuer le stress oxydatif, qui provoque des lésions des neurones dopaminergiques dans la substance noire.

L'acupuncture peut soulager les symptômes du parkinsonisme

Traitement médicamenteux du parkinsonisme: vidéo

Prévisions et conséquences

La maladie de Parkinson causée par l’administration d’antipsychotiques, d’empoisonnements toxiques ou de médicaments est guérie ou est considérablement réduite dans les 12 à 18 mois suivant le retrait du médicament, qui en était la cause fondamentale. Les types restants de la maladie sont considérés comme irréversibles avec une tendance à la progression dans le temps.

Complications possibles du syndrome:

  • symptômes évolutifs allant jusqu’à l’impossibilité d’accomplir des activités quotidiennes, et parfois de la prise alimentaire;
  • blessures après une chute;
  • les effets indésirables des médicaments antiparkinsoniens (dystonie, maladies gastro-intestinales, maladies du foie et des reins);
  • malnutrition et épuisement (en raison de troubles de la déglutition et de la bave).

L'espérance de vie avec le syndrome de Parkinson dépend de nombreux facteurs, notamment:

  • la cause de la maladie;
  • l'âge;
  • état général;
  • la présence de complications.

Dans un quart des patients dans les 5 premières années de la maladie survient une invalidité ou le décès. Avec une thérapie adéquate et initialement en bonne santé (compte tenu du fait que les patients sont en majorité des personnes âgées), ils peuvent vivre en moyenne jusqu'à 10-15 ans avec cette pathologie.

Prévention

Comme la cause du syndrome est imprévisible, il n’ya aucun moyen de prévenir le développement de la maladie. Il n'y a pas de vaccination contre le parkinsonisme, comme celle récemment développée à partir de la maladie de Parkinson et faisant actuellement l'objet d'essais cliniques. La vaccination n'est possible que contre des causes spécifiques de pathologie, par exemple l'encéphalite virale.

La meilleure prévention de la progression de la maladie est le renvoi rapide à un neuropathologiste, un diagnostic compétent et la détermination de la cause de la pathologie.

Parkinsonisme: vidéo

Le parkinsonisme peut être causé par des médicaments, l'exposition à des toxines, des maladies neurodégénératives et d'autres troubles du cerveau. Si possible, il est nécessaire d'éliminer la cause du syndrome tout en prenant des mesures physiques pour maintenir l'activité physique.

Maladie de Parkinson - combien vivent avec, symptômes et traitement

La pathologie provoquée par la mort lente et progressive des cellules nerveuses chez l'homme responsables des fonctions motrices s'appelle la maladie de Parkinson. Les premiers symptômes de la maladie sont des tremblements des muscles et une position instable au repos dans certaines parties du corps (tête, doigts et mains). Ils surviennent le plus souvent entre 55 et 60 ans, mais dans certains cas, l'apparition précoce de la maladie de Parkinson a été enregistrée chez des personnes de moins de 40 ans. À l'avenir, à mesure que la pathologie se développe, une personne perd complètement son activité physique, ses capacités mentales, ce qui entraîne une atténuation inévitable de toutes les fonctions vitales et la mort. C'est l'une des maladies les plus difficiles en termes de traitement. Combien de personnes atteintes de la maladie de Parkinson peuvent vivre avec le niveau de médecine actuel?

Étiologie de la maladie de Parkinson

Physiologie du système nerveux.

Tous les mouvements humains sont contrôlés par le système nerveux central, qui comprend le cerveau et la moelle épinière. Si une personne ne pense qu'à un mouvement intentionnel, le cortex cérébral alerte déjà toutes les parties du système nerveux responsables de ce mouvement. L'un de ces départements est ce que l'on appelle les noyaux gris centraux. C'est un système de moteur auxiliaire qui est responsable de la rapidité d'exécution du mouvement, ainsi que de la précision et de la qualité de ces mouvements.

Les informations sur le mouvement proviennent du cortex cérébral jusqu'aux ganglions de la base, lesquels déterminent quels muscles seront impliqués et combien chaque muscle doit être tendu pour que les mouvements soient aussi précis et ciblés que possible.

Les noyaux gris centraux transmettent leurs impulsions à l'aide de composés chimiques spéciaux - les neurotransmetteurs. La quantité et le mécanisme d'action (stimulant ou inhibant) dépendent du fonctionnement des muscles. Le principal neurotransmetteur est la dopamine, qui inhibe l'excès d'impulsions et contrôle ainsi la précision des mouvements et le degré de contraction musculaire.

La substantia nigra (Substantia nigra) participe à la coordination complexe des mouvements, en fournissant de la dopamine au striatum et en transmettant des signaux des noyaux gris centraux à d'autres structures cérébrales. La substance noire est ainsi nommée parce que cette région du cerveau a une couleur sombre: les neurones contiennent une certaine quantité de mélanine, un sous-produit de la synthèse de la dopamine. C'est la carence en dopamine dans la substance noire du cerveau qui conduit à la maladie de Parkinson.

La maladie de Parkinson - de quoi s'agit-il

La maladie de Parkinson est une maladie neurodégénérative du cerveau qui progresse lentement chez la plupart des patients. Les symptômes d'une maladie peuvent apparaître progressivement sur plusieurs années.

La maladie survient contre la mort d'un grand nombre de neurones dans certaines zones des noyaux gris centraux et la destruction des fibres nerveuses. Pour que les symptômes de la maladie de Parkinson commencent à apparaître, environ 80% des neurones doivent perdre leur fonction. Dans ce cas, il est incurable et progresse au fil des années, même en dépit du traitement entrepris.

Maladies neurodégénératives - groupe de maladies du système nerveux à transmission lente, héréditaires ou acquises.

Une autre caractéristique de cette maladie est la diminution de la quantité de dopamine. Il ne suffit pas d'inhiber les signaux de stimulation constante du cortex cérébral. Les impulsions peuvent passer jusqu'aux muscles et stimuler leur contraction. Ceci explique les principaux symptômes de la maladie de Parkinson: contractions musculaires constantes (tremblements, tremblements), raideur musculaire due à une augmentation excessive du tonus (rigidité), altération des mouvements volontaires du corps.

Parkinsonisme et maladie de Parkinson, différences

  1. parkinsonisme primaire ou maladie de Parkinson, il est plus commun et irréversible;
  2. parkinsonisme secondaire - cette pathologie est causée par des lésions cérébrales infectieuses, traumatiques ou autres, généralement réversible.

Le parkinsonisme secondaire peut survenir à tout âge sous l'influence de facteurs externes.

    Provoquer une maladie dans ce cas peut:
  • encéphalite;
  • lésion cérébrale;
  • intoxication toxique;
  • maladies vasculaires, en particulier athérosclérose, accident vasculaire cérébral, attaque ischémique, etc.

Symptômes et signes

Comment se manifeste la maladie de Parkinson?

    Les signes de la maladie de Parkinson incluent une perte constante de contrôle de leurs mouvements:
  • tremblement de repos;
  • raideur et mobilité musculaire réduite (rigidité);
  • volume et vitesse de mouvement limités;
  • capacité réduite à maintenir l'équilibre (instabilité posturale).

Le tremblement de repos est un tremblement qui s'observe au repos et disparaît lors du déplacement. Les exemples les plus caractéristiques de tremblement au repos peuvent être les mouvements brusques et tremblants des bras et les mouvements oscillatoires de la tête du type «oui-non».

    Symptômes non liés à l'activité motrice:
  • la dépression;
  • fatigue pathologique;
  • perte d'odeur;
  • augmentation de la salivation;
  • transpiration excessive;
  • troubles métaboliques;
  • des problèmes avec le tractus gastro-intestinal;
  • troubles mentaux et psychose;
  • violation de l'activité mentale;
  • déficience cognitive.
    Les troubles cognitifs les plus caractéristiques de la maladie de Parkinson sont:
  1. troubles de la mémoire;
  2. lenteur de la pensée;
  3. Violations de l'orientation visuelle-spatiale.

Avoir des jeunes

Parfois, la maladie de Parkinson survient chez les jeunes de 20 à 40 ans, ce que l’on appelle le parkinsonisme précoce. Selon les statistiques, il y a peu de patients de ce type - 10 à 20%. La maladie de Parkinson chez les jeunes a les mêmes symptômes, mais elle est plus bénigne et progresse plus lentement que chez les patients plus âgés.

    Certains symptômes et signes de la maladie de Parkinson chez les jeunes:
  • Chez la moitié des patients, la maladie débute par des contractions musculaires douloureuses dans les membres (généralement au niveau des pieds ou des épaules). Ce symptôme peut rendre difficile le diagnostic du parkinsonisme précoce, car il ressemble à la manifestation de l'arthrite.
  • Mouvements involontaires dans le corps et les membres (qui se produisent souvent pendant le traitement par les médicaments dopaminergiques).

À l'avenir, les signes caractéristiques de l'évolution classique de la maladie de Parkinson deviennent perceptibles.

Chez les femmes

Les symptômes et les signes de la maladie de Parkinson chez les femmes ne diffèrent pas des symptômes généraux.

Chez les hommes

De même, les symptômes et les signes de la maladie chez les hommes ne ressortent pas. Est-ce que les hommes sont un peu plus malades que les femmes?

Diagnostics

Pour le moment, il n’existe aucun test de laboratoire dont les résultats pourraient permettre de diagnostiquer la maladie de Parkinson.

Le diagnostic est établi sur la base de l'historique de la maladie, des résultats de l'examen physique et de l'analyse. Un médecin peut vous prescrire certains tests pour identifier ou exclure d’autres maladies pouvant causer des symptômes similaires.

L'un des signes de la maladie de Parkinson est la présence d'améliorations après le début de la prise de médicaments anti-parkinsoniens.

Il existe également une autre méthode d'examen diagnostique appelée TEP (tomographie par émission de positrons). Dans certains cas, l'utilisation du PET peut détecter de faibles niveaux de dopamine dans le cerveau, principal symptôme de la maladie de Parkinson. Mais la TEP n'est généralement pas utilisée pour diagnostiquer la maladie de Parkinson, car il s'agit d'une méthode très coûteuse et de nombreux hôpitaux ne sont pas équipés du matériel nécessaire.

Stades de développement de la maladie de Parkinson selon Hen-Yar

Les docteurs anglais Melvin Yar et Margaret Hen se sont vu proposer ce système en 1967.

0 étape.
La personne est en bonne santé, il n’ya aucun signe de la maladie.

Étape 1
Petits troubles du mouvement dans une main. Manifestations de symptômes non spécifiques: altération de l'odorat, fatigue non motivée, troubles du sommeil et de l'humeur. Ensuite, ils commencent à trembler des doigts lorsqu'ils sont excités. Plus tard, le tremblement est renforcé, le tremblement apparaît et au repos.

Stade intermédiaire ("un et demi").
Localisation des symptômes dans un membre ou une partie du corps. Tremblement permanent qui disparaît dans un rêve. Peut frissonner toute la main. La motricité fine est entravée et l'écriture manuscrite se détériore. Une certaine raideur du cou et du haut du dos, limitant les mouvements de la main lors de la marche, apparaît.

Étape 2
Les troubles du mouvement s'étendent aux deux côtés. Un tremblement de la langue et de la mâchoire inférieure est probable. La salivation est possible. Difficultés de mouvement des articulations, aggravation des expressions faciales, ralentissement de la parole. Transpiration anormale; la peau peut être sèche ou au contraire grasse (les paumes sèches sont caractéristiques). Le patient est parfois capable de contenir des mouvements involontaires. La personne fait face à des actions simples, bien qu’elles soient visiblement lentes.

Étape 3
L'hypokinésie et la rigidité augmentent. Gait acquiert un caractère de «marionnette», qui s’exprime par petites étapes avec des pieds parallèles. Le visage devient masqué. Il peut y avoir un tremblement de la tête du type de mouvement de la tête («oui-oui» ou «non-non»). La formation de la «posture du demandeur» est caractéristique - la tête penchée en avant, le dos courbé, les bras collés au corps et les bras penchés aux coudes, à moitié penchée aux articulations de la hanche et du genou. Mouvement dans les articulations - le type de "mécanisme d'engrenage". Les troubles de la parole progressent - le patient est "déterminé" à répéter les mêmes mots. L'homme se sert lui-même, mais avec suffisamment de difficulté. Il n’est pas toujours possible d’attacher des boutons et d’entrer dans la manche (une aide est souhaitable lors de l’habillage). Les procédures d'hygiène prennent plusieurs fois plus de temps.

Étape 4
Instabilité posturale sévère - il est difficile pour le patient de garder son équilibre au lever du lit (peut tomber en avant). Si une personne debout ou en mouvement est légèrement poussée, elle continue à se déplacer par inertie dans une direction «donnée» (en avant, en arrière ou de côté) jusqu'à rencontrer un obstacle. Chutes fréquentes, qui sont pleines de fractures. Il est difficile de changer la position du corps pendant le sommeil. La parole devient calme, nasale, floue. La dépression se développe, les tentatives de suicide sont possibles. La démence peut se développer. Dans la plupart des cas, une aide extérieure est nécessaire pour effectuer des tâches quotidiennes simples.

Étape 5
Le dernier stade de la maladie de Parkinson se caractérise par la progression de tous les troubles moteurs. Le patient ne peut pas se lever ou s'asseoir, ne marche pas. Il ne peut pas manger seul, non seulement à cause des tremblements ou de la contrainte des mouvements, mais aussi à cause des troubles de la déglutition. Violation de la miction et du contrôle des selles. Une personne est complètement dépendante des autres, son discours est difficile à comprendre. Souvent compliqué de dépression grave et de démence.

La démence est un syndrome dans lequel la dégradation de la fonction cognitive (c'est-à-dire la capacité de penser) se produit dans une plus grande mesure que prévu lors du vieillissement normal. Elle se traduit par un déclin persistant de l'activité cognitive avec la perte des connaissances et des compétences pratiques précédemment acquises.

Raisons

    Les scientifiques n'ont toujours pas été en mesure d'identifier les causes exactes de la maladie de Parkinson, mais certains facteurs peuvent déclencher l'apparition de cette maladie:
  • Vieillissement - avec l’âge, le nombre de cellules nerveuses diminue, ce qui entraîne une diminution de la quantité de dopamine dans les ganglions de la base, ce qui peut provoquer la maladie de Parkinson.
  • Hérédité - le gène de la maladie de Parkinson n'a pas encore été identifié. Cependant, 20% des patients ont des parents présentant des signes de parkinsonisme.
  • Les facteurs environnementaux - divers pesticides, toxines, substances toxiques, métaux lourds, radicaux libres peuvent provoquer la mort des cellules nerveuses et conduire au développement de la maladie.
  • Médicaments - certains médicaments neuroleptiques (par exemple, les antidépresseurs) interfèrent avec le métabolisme de la dopamine dans le système nerveux central et provoquent des effets indésirables similaires à ceux de la maladie de Parkinson.
  • Lésions cérébrales et maladies - ecchymoses, commotions cérébrales, ainsi que l'encéphalite bactérienne ou virale peuvent endommager les structures des noyaux gris centraux et provoquer des maladies.
  • Mauvais mode de vie - Des facteurs de risque tels que le manque de sommeil, le stress constant, une alimentation malsaine, des carences en vitamines, etc. peuvent entraîner l'apparition d'une pathologie.
  • D'autres maladies - l'athérosclérose, les tumeurs malignes, les maladies des glandes endocrines peuvent conduire à des complications telles que la maladie de Parkinson.

Comment traiter la maladie de Parkinson

  1. La maladie de Parkinson aux stades initiaux est traitée avec des médicaments, en injectant la substance manquante. La substance noire est l'objectif principal de la thérapie chimique. Avec ce traitement, presque tous les patients ont un affaiblissement des symptômes, il est possible de mener un mode de vie proche de la normale et de revenir au mode de vie précédent.
  2. Toutefois, si après quelques années, les patients ne s'améliorent pas (malgré une augmentation de la dose et de la fréquence du traitement), ou que des complications apparaissent, une variante de l'opération est utilisée, au cours de laquelle le stimulateur cérébral est implanté.
    L'opération consiste en une stimulation à haute fréquence des noyaux gris centraux du cerveau par une électrode connectée à un électrostimulateur:
  • Sous anesthésie locale, deux électrodes sont introduites successivement (selon un chemin préalablement déterminé par ordinateur) pour la stimulation cérébrale profonde.
  • Sous anesthésie générale à la poitrine, un stimulateur cardiaque est suturé par voie sous-cutanée, auquel des électrodes sont connectées.

Traitement de la maladie de Parkinson, médicaments

Lévodopa. Dans la maladie de Parkinson, la lévodopa a longtemps été considérée comme le meilleur médicament. Ce médicament est un précurseur chimique de la dopamine. Cependant, il se caractérise par un grand nombre d'effets secondaires graves, notamment des troubles mentaux. Il est préférable de prescrire la lévodopa en association avec des inhibiteurs périphériques de la décarboxylase (carbidopa ou bensérazide). Ils augmentent la quantité de lévodopa atteignant le cerveau et réduisent en même temps la gravité des effets secondaires.

Madopar est l’un de ces médicaments combinés. La capsule de Madopar contient de la lévodopa et du bensérazide. Madopar est disponible sous différentes formes. Ainsi, GHP madopar est situé dans une capsule spéciale, dont la densité est inférieure à celle du suc gastrique. Cette capsule est dans l'estomac de 5 à 12 heures et la libération de lévodopa est progressive. Et Madopar dispersé a une consistance liquide, agit plus rapidement et est préférable pour les patients souffrant de troubles de la déglutition.

Amantadine L'amantadine (midantan) est l'un des médicaments avec lesquels le traitement est généralement instauré. Ce médicament favorise la formation de dopamine, réduit sa recapture, protège les neurones de la substance noire en raison du blocage des récepteurs du glutamate et possède d'autres propriétés positives. L'amantadine réduit bien la rigidité et l'hypokinésie, affecte moins les tremblements. Le médicament est bien toléré, les effets secondaires de la monothérapie sont rares.

Miraleks. Les comprimés pour la maladie de Parkinson Miralex sont utilisés à la fois en monothérapie aux premiers stades et en association avec la lévodopa aux derniers stades. Il y a moins d'effets secondaires chez miralex que chez les agonistes non sélectifs, mais plus que chez l'amantadine: nausées, instabilité de la pression, somnolence, œdème des jambes, augmentation du taux d'enzymes hépatiques, apparition d'hallucinations chez les patients atteints de démence.

Rotigotine (Newpro). La rotigotine est un autre représentant moderne des agonistes des récepteurs de la dopamine. Le médicament se présente sous la forme d'un patch appliqué sur la peau. Le patch, appelé système thérapeutique transdermique (TTC), mesure 10 à 40 cm² et est appliqué une fois par jour. Le médicament Newpro sur ordonnance pour la monothérapie de la maladie de Parkinson idiopathique à un stade précoce (sans utilisation de la lévodopa).

Cette forme présente des avantages par rapport aux agonistes traditionnels: la dose efficace est moindre, les effets secondaires sont beaucoup moins prononcés.

Inhibiteurs de la MAO. Les inhibiteurs de la monoamine oxydase inhibent l'oxydation de la dopamine dans le striatum, augmentant ainsi sa concentration au niveau des synapses. Le plus souvent, la sélégiline est utilisée dans le traitement de la maladie de Parkinson. Dans les premiers stades, la sélégiline est utilisée en monothérapie et la moitié des patients sous traitement présentent une amélioration significative. Les effets secondaires ne sont pas fréquents et peu prononcés.

Le traitement par la sélégiline vous permet de retarder la nomination de la lévodopa de 9 à 12 mois. Dans les phases ultérieures, vous pouvez utiliser la sélégiline en association avec la lévodopa - elle vous permet d'augmenter l'efficacité de la lévodopa de 30%.

Mydocalm réduit le tonus musculaire. Cette propriété est basée sur son utilisation dans le parkinsonisme en tant que médicament auxiliaire. Mydocalm est pris par voie orale (comprimés) et par voie intramusculaire ou intraveineuse.

Les vitamines B sont activement utilisées dans le traitement de la plupart des maladies du système nerveux. La vitamine В et l'acide nicotinique sont nécessaires à la transformation du L-Dof en dopamine. La thiamine (vitamine B₁) contribue également à une augmentation de la dopamine dans le cerveau.

Maladie de Parkinson et durée de vie

Combien vivent avec la maladie de Parkinson?

    Il existe des preuves d'une étude sérieuse de scientifiques britanniques, suggérant que l'âge d'apparition de la maladie affecte la durée de vie de la maladie de Parkinson:
  • Les personnes dont la maladie a commencé entre 25 et 39 ans vivent en moyenne 38 ans;
  • à l'âge de 40-65 ans vivent environ 21 ans;
  • et ceux qui tombent malades après l'âge de 65 ans vivent environ 5 ans.

En Savoir Plus Sur La Schizophrénie