Selon une étude internationale de l'OMS, les troubles de la personnalité concerneraient 6,1% de la population. Dans ce cas, les hommes sont le plus souvent touchés. Le trouble de la personnalité est associé à une expression aiguë de certaines de ses propriétés. Une telle sévérité entraîne généralement des sentiments profonds, des conflits dans la société et une perturbation des performances. Les déviations par rapport à une psyché saine ne sont pas associées à la présence de traits de personnalité spécifiques, mais à leur sévérité et à leur domination.

Le trouble se distingue à l'approche de l'adolescence et se poursuit tout au long de la vie. A un âge plus précoce, l'identification des troubles de la personnalité est difficile car il existe une grande variété de manifestations, un manque de clarté de la clinique et une forte dépendance par rapport à la situation.

Il est habituel de distinguer les principaux types de troubles de la personnalité suivants:

Le trouble de la personnalité schizoïde touche 7 à 7,5% de la population, alors que les hommes sont 2 fois plus susceptibles.
Manifesté par: froideur émotionnelle, aliénation; capacité limitée à ressentir des sentiments chaleureux ou de la colère envers les autres; indifférence à louer ou à critiquer les autres; faible désir de relations sexuelles ou absence de relations sexuelles; préférence pour l'activité solitaire; penchant pour la fantaisie et l'observation de soi; en ignorant systématiquement par inadvertance les normes sociales dominantes.

Les personnes atteintes de ce type de trouble de la personnalité ont rarement ou jamais du plaisir. La principale caractéristique de ces personnes est l'isolement. Il existe une petite capacité d'empathie (empathie) et d'intuition, une compréhension non verbale mal développée des autres (la capacité de "lire entre les lignes", etc.). Le monde intérieur de ces personnes est fermé aux autres.

Un trouble de la personnalité paranoïaque survient chez 0,5 à 2,5% de la population, plus souvent chez les hommes. Il existe une prédisposition génétique à ce trouble.
Manifesté par: une sensibilité excessive aux obstacles et aux échecs; méfiance, tendance à une interprétation hostile des actes d'autrui (attribution d'intentions perverses à autrui); soupçon injustifié d'infidélité sexuelle contre un conjoint (partenaire sexuel).

Les personnes aux prises avec un trouble paranoïaque s'offusquent facilement et réagissent en poussant des crises d'agression. Elles n'ont pas le sens de l'humour. Ils ont des idées unilatérales qui dominent l'esprit et se conservent longtemps.

Le trouble de la personnalité dissociale survient chez 3% des hommes et 1% des femmes. Dans les prisons, les personnes présentant ce type de trouble de la personnalité représentent 47% des hommes et 21% des femmes. Il existe une prédisposition génétique à ce trouble.
Manifesté: indifférence aux sentiments des autres; irresponsabilité et négligence des normes sociales et des responsabilités; seuil bas d'agression et de violence; incapacité à entretenir des relations avec d'autres personnes, en l'absence de difficultés dans leur établissement; incapacité à éprouver des sentiments de culpabilité, de regret; une tendance prononcée à blâmer les autres ou à proposer des explications plausibles à leur comportement antisocial.

La principale caractéristique de ces personnes est un comportement antisocial durable, qui ne respecte pas les droits des autres. Le trouble de la personnalité dissociale se manifeste par une agressivité accrue et une longue histoire de violations flagrantes des normes sociales.

Le trouble de la personnalité hystérique survient dans 2 à 3% de la population, principalement chez les femmes. Il y a une prédisposition génétique.
Manifesté: théâtralité et expression exagérée des émotions; insistance insuffisante sur leur attrait sexuel en apparence et en comportement; suggestibilité légère; préoccupation accrue pour l'attrait visuel.

La principale caractéristique de ces personnes est la soif de reconnaissance, la recherche de l’attention des autres. Des menteurs pathologiques, des escrocs, des devins et des charlatans sont souvent formés. Pour satisfaire la soif de reconnaissance, toutes les possibilités sont utilisées, y compris la gloire, l'excentricité dans les vêtements, l'aventurisme et le mensonge. Leur attention, en particulier leur indifférence, est leur point le plus vulnérable.

Le trouble de la personnalité dépendant est rare, représente environ 2,5% de tous les troubles de la personnalité et se développe le plus souvent chez les femmes.
Cela se manifeste: en passant à l'autre la plupart des décisions importantes de leur vie; sentiment d'impuissance et d'inconfort seul; peur excessive de l'incapacité de vivre de façon indépendante; la peur d'être abandonné par une personne avec qui il existe une relation proche; capacité limitée à prendre des décisions de tous les jours sans conseils ni encouragement des autres.

La principale caractéristique de ces personnes est le doute de soi et une faible estime de soi. Les femmes dépendantes vivent longtemps avec des hommes qui abusent de l'alcool, changent, endurent les coups et sont humiliées. Les personnes dépendantes ont peur de la solitude et ne limitent pas les contacts sociaux.

Le trouble de la personnalité anxieux survient chez 0,05 à 1% de la population. Dans leur enfance, ces personnes se sont souvent senties insultées par leurs parents, après quoi elles se sont senties coupables. Le manque de confort et de protection pendant l'enfance contribue également au développement de ce trouble. Manifesté: sentiment constant de tension, lourd pressentiment; souci accru de la critique ou de la non-acceptation par d'autres personnes; conviction de leur incapacité sociale et de leur manque d'attrait par rapport aux autres; refus de nouer une relation sans garantie de plaire; éviter les activités avec des contacts interpersonnels fréquents; limitation du mode de vie en raison du besoin de sécurité physique.

La principale caractéristique de ces personnes est la timidité, la timidité. Ils sont très réceptifs et impressionnables, ils sont très faciles à offenser. Les personnes atteintes de ce trouble essaient d'éviter les relations interpersonnelles, à l'exception des plus nécessaires. Contrairement aux schizoïdes, dans un cercle d'amis proches, les personnes souffrant de trouble d'anxiété sont très sociables.

Un trouble de la personnalité anankastique survient chez 1 à 2% de la population, beaucoup plus souvent chez les hommes. Parmi les facteurs prédisposants, ils notent: l'hérédité, l'éducation de parents durs et rationnels qui inculquent aux enfants un contrôle constant sur eux-mêmes, la discipline et le comportement des adultes. Manifesté par: la présence d'une vanité exagérée; susceptibilité aux fantasmes de grand succès, de pouvoir illimité, de beauté ou d'amour idéal; conviction de leurs caractéristiques; la nécessité d'un culte et d'un enlèvement excessifs; propension à exploiter d'autres personnes pour atteindre leurs propres objectifs; manque de réflexion (capacité à sympathiser, à comprendre les sentiments des autres); l'envie envers les autres et la conviction que les autres sont jaloux de lui; arrogance, arrogance.

Le trouble de la personnalité émotionnelle et labile est de deux types. Le type impulsif est rare, surtout chez les hommes. Manifesté: la tendance à commettre des actes inattendus sans tenir compte des conséquences; propension au comportement conflictuel; dépendance à la colère ou à la violence et incapacité à contrôler son comportement; des difficultés dans des activités qui ne promettent pas de rémunération immédiate; humeur instable et capricieuse.

La maladie se caractérise principalement par des épisodes de perte de contrôle sur les pulsions agressives. Une attaque d'agression se produit lorsqu'il existe une raison clairement inadéquate pour un tel comportement.

Le type de frontière est présent dans 1 à 2% de la population et les femmes sont 2 fois plus susceptibles que les hommes. Le nom du trouble est dû à l'idée d'une position intermédiaire entre les troubles névrotiques, affectifs, de la personnalité et la schizophrénie. Il existe une prédisposition génétique à ce trouble. Jusqu'à 70% des personnes atteintes de ce trouble ont été abusées sexuellement dans leur enfance.

Des troubles de la personnalité peuvent survenir de manière aiguë dans diverses maladies: maladies endocriniennes (hypothyroïdie, hyperthyroïdie, etc.), artérite, lupus érythémateux disséminé. Avec une anémie déficiente en vitamine B12 (voir Vitamine B12), elle peut sembler dépendante ou impulsive, avec la maladie de Wilson, après un infarctus du myocarde - une insuffisance rénale chronique alarmante peut déclencher le développement d’un trouble de la personnalité impulsif.

10 types de troubles de la personnalité et leurs manifestations externes

Les troubles de la personnalité (autrement, les psychopathies constitutionnelles) souffrent d'environ 10% des personnes. Les pathologies de ce type se manifestent de manière externe par des troubles du comportement persistants qui nuisent à la vie du patient et à son environnement. Bien sûr, toutes les personnes qui se comportent de manière excentrique ou inhabituelle pour les autres ne sont pas des psychopathes. Les déviations de comportement et de caractère sont considérées comme pathologiques si elles peuvent être dépistées chez les jeunes, s’étendent à plusieurs aspects de la vie et conduisent à des problèmes personnels et sociaux.

Trouble paranoïaque

Une personne atteinte de trouble de la personnalité paranoïaque ne fait confiance à personne ni à rien. Il perçoit péniblement tout contact, soupçonne tout le monde de mauvaise volonté et d’intentions hostiles, interprète négativement les actions d’autres personnes. On peut dire qu'il se considère comme l'objet d'une conspiration vilaine dans le monde entier.

Un tel patient est constamment insatisfait ou a peur de quelque chose. Dans le même temps, il est agressif: il accuse activement ceux qui l'entourent de l'exploiter, de l'offenser, de le tromper, etc. La plupart de ces accusations sont non seulement infondées, mais elles contredisent également la réalité. Souffrir de troubles paranoïaques est très vindicatif: il peut se souvenir de ses insultes réelles ou imaginaires pendant des années et régler des comptes avec des délinquants.

Trouble obsessionnel compulsif

La personnalité obsessionnelle compulsive est sujette au pédantisme absolu et au perfectionnisme. Une telle personne fait tout avec une précision exagérée, cherche à subordonner sa vie une fois pour toutes à des stratagèmes établis. Toute petite chose, telle que la modification de la disposition des plats sur la table, peut le rendre furieux ou provoquer une crise de colère.

Une personne souffrant de trouble obsessionnel-compulsif considère que son mode de vie est tout à fait correct et qu'il est le seul acceptable. Par conséquent, il impose de manière agressive des règles similaires à d'autres. Au travail, il s'immisce constamment dans ses collègues et, au sein de la famille, il devient souvent un véritable tyran, qui ne pardonne pas à ses proches le moindre écart par rapport à son idéal.

Trouble antisocial

Le trouble de la personnalité asociale se caractérise par le rejet de toute règle de comportement. Une telle personne n’étudie pas bien par manque d’aptitude: elle ne remplit tout simplement pas les tâches de l’enseignant et n’assiste pas aux cours, car c’est un préalable à l’apprentissage. Pour la même raison, il ne vient pas au travail à temps et ignore les instructions de ses supérieurs.

Le comportement de type asocial n'est pas une protestation: une personne enfreint toutes les normes en ligne, et pas seulement celles qui lui paraissent erronées. Et il entre très rapidement en conflit avec la loi, en commençant par une conduite désordonnée et des dommages ou un détournement des biens d'autrui. Les infractions n'ont généralement aucune motivation réelle: une personne bat un passant sans raison et enlève son portefeuille sans avoir besoin d'argent. Ceux qui souffrent d'un trouble social ne sont pas retenus, même dans les communautés criminelles. Ils ont également leurs propres règles de comportement que le patient est incapable de respecter.

Trouble schizoïde

Car le type de personnalité schizoïde est caractérisé par le rejet de la communication. La personne semble être inhospitalière, froide, détachée. Il n'a généralement pas d'amis, ne contacte personne, à l'exception de ses proches parents, choisit son travail de manière à le faire seul, sans rencontrer de personnes.

Schizoïde montre peu d'émotion, indifférent à la critique et aux louanges, presque pas intéressé par le sexe. Il est difficile de plaire à une personne de ce type avec quelque chose: il est presque toujours indifférent ou malheureux.

Trouble schizotypique

Comme les schizoïdes, les personnes atteintes d'un trouble schizotypique évitent de créer des amitiés et des liens familiaux, préférant rester seules, mais leur message original est différent. Les personnes présentant des anomalies schizotypiques sont extravagantes. Ils partagent souvent les superstitions les plus ridicules, se considèrent comme des médiums ou des magiciens, ils peuvent s'habiller de manière étrange et articuler leurs points de vue de manière détaillée, de manière artistique.

Les personnes atteintes de désordre schizotypique ont une variété de fantasmes presque sans rapport avec la réalité, les illusions visuelles ou auditives. Les patients se présentent comme les protagonistes d'événements qui n'ont rien à voir avec eux.

Trouble de l'hystéroïde

Atteint d'un trouble de la personnalité hystérique, il se voit privé de l'attention des autres. Il est prêt à tout faire pour être remarqué. En même temps, l'hystéroïde ne voit pas de différence significative entre les réalisations réelles dignes de reconnaissance et les singeries scandaleuses. Une telle personne perçoit douloureusement les critiques: s’il est reconnu coupable, il devient enragé et désespéré.

Une personne hystérique est sujette à la théâtralité, à la prétention de comportement, à la démonstration exagérée d'émotions. Ces personnes sont très dépendantes des opinions des autres, égoïstes et très condescendantes à leurs propres défauts. Habituellement, ils cherchent à manipuler les parents, le chantage et les scandales afin de les amener à accomplir leurs caprices.

Trouble narcissique

Le narcissisme se manifeste par la confiance en la supériorité absolue sur les autres. Une personne souffrant d'un tel désordre, a confiance dans son droit à l'admiration universelle et a besoin de l'adoration de toutes les personnes qu'elle rencontre. Il est incapable de comprendre les intérêts des autres, l'empathie et l'attitude critique envers soi-même.

Les personnes enclines au narcissisme, se vantant constamment de leurs réalisations (même si en réalité elles ne font rien de spécial), se montrent. Le narcisse explique son éventuel échec par l'envie de son succès, par le fait que ceux qui l'entourent sont incapables de l'apprécier.

Trouble à la frontière

Cette pathologie se manifeste par une instabilité extrême de l'état émotionnel. Une personne passe instantanément de la joie au désespoir, de l'obstination à la crédulité, du calme à l'inquiétude et tout cela sans raisons réelles. Il change souvent les croyances politiques et religieuses, offense constamment les proches, comme pour les écarter délibérément de lui, tout en craignant d'être laissés sans leur soutien.

Le trouble à la frontière signifie qu'une personne va périodiquement déprimer. Ces personnes sont sujettes à des tentatives de suicide répétées. En essayant de se consoler, ils tombent souvent dans une dépendance à la drogue ou à l'alcool.

Trouble d'évitement

Une personne souffrant de trouble évitant, se considère comme absolument sans valeur, peu attrayante et malchanceuse. En même temps, il craint beaucoup que les autres ne confirment cet avis. En conséquence, il évite toute communication (à l'exception des contacts avec des personnes qui ont la garantie de ne pas exprimer un avis négatif), il se cache de la vie: il ne fait la connaissance de personne, essaie de ne pas prendre affaires, craignant que rien ne se passe.

Éviter les troubles de la personnalité peut être considéré comme une forme de timidité hypertrophiée, basée sur un complexe d'infériorité grave.

Trouble addictif

Une personne ayant un trouble de la personnalité addictif souffre d'une confiance totalement infondée en son impuissance. Il lui semble que sans les conseils et le soutien constant de ses proches, il ne survivra pas.

Le patient subordonne complètement sa vie aux exigences (réelles ou imaginaires) de ceux dont il a besoin de l'aide, pense-t-il. Dans le pire des cas, une personne ne peut être laissée seule. Il refuse de prendre des décisions indépendantes, a besoin de conseils et de recommandations, même sur des bagatelles. Dans une situation où il est obligé de faire preuve d'indépendance, le patient panique et commence à suivre ses conseils, quel que soit le résultat auquel ils peuvent donner lieu.

Les psychologues estiment que les troubles de la personnalité ont pour origine les expériences vécues pendant l'enfance et l'adolescence, dans les circonstances qui ont accompagné une personne au cours des 18 premières années de sa vie. Au fil des ans, l'état de ces patients ne change presque pas. Les troubles de la personnalité ne sont pas corrigés par des médicaments. Ces patients sont traités à l'aide de méthodes psychothérapeutiques (séances familiales, de groupe et individuelles) et de méthodes telles que la thérapie environnementale (vivant dans des communautés particulières). Cependant, la probabilité d'améliorer l'état de la majorité des patients est faible: 3 personnes sur 4 souffrant de troubles de la personnalité ne se considèrent pas comme malades et refusent de diagnostiquer et d'aider les spécialistes.

Trouble de la personnalité: classification et symptômes

Trouble de la personnalité, également appelé trouble de la personnalité - une forme distincte d'anomalies pathologiques graves dans la sphère mentale d'une personne. Selon les statistiques, l'incidence des troubles de la personnalité atteint un niveau très élevé - plus de 12% de la population humaine. La pathologie est plus fréquente chez les hommes.

Trouble de la personnalité - Description et causes

Le terme "trouble de la personnalité" est utilisé dans la psychiatrie moderne conformément aux recommandations de la CIM-10 au lieu du nom dépassé de "psychopathie constitutionnelle". Le nom précédent du trouble de la personnalité ne reflétait pas correctement l'essence de la maladie, car il était généralement admis que la psychopathie reposait sur les défauts congénitaux du système nerveux, l'infériorité, apparaissant sur le fond d'une hérédité défavorable, des facteurs négatifs provoquant des défauts de développement du fœtus. Cependant, les mécanismes pathogéniques du trouble de la personnalité sont plus variés et variables selon les sous-espèces de la maladie et les caractéristiques typologiques purement individuelles d'une personne. La cause des troubles de la personnalité peut être une prédisposition génétique, une grossesse défavorable chez la mère de la patiente, un traumatisme à la naissance, des abus physiques ou psychologiques au cours de la petite enfance et des situations de stress graves.

Le trouble de la personnalité implique qu'une personne présente une constitution caractérologique, des structures de la personnalité, des comportements qui causent un inconfort important et une détresse prononcée dans l'existence d'un individu et qui sont contraires aux normes en vigueur dans la société. Plusieurs domaines de la personnalité sont simultanément impliqués dans le processus mental pathologique, ce qui conduit presque toujours à une dégradation personnelle, rend l'intégration impossible et rend difficile pour une personne de fonctionner pleinement dans la société.

Le trouble de la personnalité débute à la fin de l'enfance ou à l'adolescence et les symptômes de la maladie apparaissent beaucoup plus intenses dans la vie future d'une personne. Étant donné que des changements psychologiques particuliers chez un adolescent se produisent pendant la période juvénile, il est très problématique de poser un diagnostic différencié à l'âge de 16 ans. Cependant, il est tout à fait possible d'identifier l'accentuation actuelle de la personnalité et de prédire la direction future du développement des caractéristiques humaines.

Une structure caractérologique est un ensemble de caractéristiques psychologiques stables d'un individu, quels que soient le temps et les situations, dans les domaines de la pensée, de la perception, des façons de réagir et des relations entre lui et le monde qui l'entoure. Un ensemble typique de traits individuels finit par se former jusqu'au début de l'âge adulte et, malgré la poursuite de l'extinction dynamique ou du développement d'éléments individuels, la structure de la psyché reste relativement inchangée dans le futur. Le développement d'un trouble de la personnalité peut être supposé lorsque les composants individuels de la personnalité deviennent extrêmement inflexibles, destructeurs, inadaptés, immatures et rendent impossible le fonctionnement fructueux et adéquat.

Les personnes souffrant de troubles de la personnalité sont souvent frustrées et ne peuvent contrôler leur comportement, ce qui leur pose des problèmes considérables dans tous les aspects de la vie. De telles conditions pathologiques coexistent souvent avec des troubles dépressifs et anxieux, des manifestations hypocondriaques. L'abus de psychostimulants et la violation prononcée des habitudes alimentaires sont typiques chez ces personnes. Souvent, ils se distinguent des membres sains de la société par une claire contradiction dans le comportement, la fragmentation et le caractère illogique des actions individuelles, des manifestations émotionnellement colorées, des actions cruelles et agressives, l’irresponsabilité et l’absence totale de rationalisme.

Selon la Classification internationale des maladies de la 10e révision, dix diagnostics sont distingués en différentes formes de trouble de la personnalité. Les conditions pathologiques sont également regroupées en trois groupes distincts.

Les formes de troubles de la personnalité spécifiques sont similaires à celles observées chez les personnalités accentuées, mais la principale différence entre les phénomènes réside dans une manifestation significative de manifestations, un contraste frappant entre la variation de l'individualité dans la norme humaine. La principale différence de la pathologie est que, lorsque la personnalité est accentuée, les trois principaux signes de la pathologie mentale ne sont jamais déterminés simultanément:

  • impact sur tous les moyens de subsistance;
  • statique dans le temps;
  • interférence significative avec l'adaptation sociale.

Les personnalités accentuées ne possèdent jamais un ensemble de caractéristiques psychologiques excessives qui n’ont pas un impact unique sur toutes les sphères de la vie. Ils ont la capacité de réaliser à la fois des réalisations sociales positives et une charge négative, transformée au fil du temps en pathologie.

Signes de trouble de la personnalité

Malgré le manque de terminologie précise, le terme «trouble de la personnalité» implique la manifestation chez une personne d’un certain nombre de symptômes cliniques et de signes de comportements destructeurs qui causent des souffrances psychiques à un individu et entravent son bon fonctionnement dans la société. Le groupe des "troubles de la personnalité" n'inclut pas les manifestations anormales de la psyché, résultant de lésions cérébrales directes, de maladies neurologiques et ne pouvant s'expliquer par la présence d'une pathologie mentale différente.

Pour déterminer le diagnostic de "trouble de la personnalité", les symptômes observés chez un patient doivent répondre aux critères suivants:

  • Il existe une contradiction tangible dans les attitudes et le comportement de la personne, qui touche plusieurs sphères mentales.
  • Un modèle de comportement destructeur, non naturel a été formé chez une personne pendant une longue période, est chronique, ne se limite pas à des épisodes périodiques de pathologie mentale.
  • Les comportements anormaux sont globaux et rendent difficile, voire impossible, l’adaptation normale d’une personne à diverses situations de la vie.
  • Les symptômes de la maladie ont toujours été observés pour la première fois dans l'enfance ou l'adolescence et continuent à être démontrés chez un individu mature.
  • L'état pathologique est une détresse forte et globale, mais ce fait ne peut être enregistré que lorsque le trouble de la personnalité s'aggrave.
  • Un état mental anormal peut entraîner, mais pas toujours, une détérioration significative de la qualité et de la quantité du travail effectué et une perte d'efficacité sociale.

Formes de trouble de la personnalité et symptômes selon la CIM-10

Dans la pratique psychiatrique traditionnelle, il existe dix sous-espèces de troubles de la personnalité. Nous décrivons leur brève description.

Type 1. Paranoïde

La base du désordre paranoïaque est la fermeté pathologique de la passion, la susceptibilité à la suspicion. Chez un patient de type paranoïaque, les sentiments qui ont provoqué une forte réaction émotionnelle ne s'atténuent pas avec le temps, mais persistent longtemps et se manifestent avec une force nouvelle au moindre souvenir mental. Ces personnes sont excessivement sensibles aux échecs et aux échecs, douloureusement sensibles et vulnérables. Ils ont de l'ambition, de l'arrogance, de l'arrogance. Dans un trouble de la personnalité paranoïaque, les gens ne savent pas comment pardonner le ressentiment, ils se distinguent par le secret et une suspicion excessive, une attitude générale face à une méfiance accablante. Les personnalités du type paranoïaque ont tendance à déformer la réalité, à attribuer à des motivations hostiles et nuisibles toutes les actions d'autrui, y compris non seulement les neutres, mais également les amis. Ces personnes se distinguent par une jalousie pathologique sans fondement. Ils défendent obstinément leur innocence, font preuve de ténacité et tombent dans un litige prolongé.

Type 2. Schizoïde

Une personne atteinte de trouble schizoïde se distingue par un faible besoin de contacts dans la société. Une telle personne est inactive, sujette à l'introversion, à l'ascèse, à l'isolement social, elle tente d'éviter tout lien étroit et toute relation de proximité. Les personnes psychopathes de ce type se distinguent par une tendance à douter, une sagesse douloureuse, un sens insuffisant de la réalité. La personnalité schizoïde est continuellement engagée dans un travail mental infructueux: l'analyse de ses actions, de ses rêves, de ses fantasmes, de sa construction abstraite, séparée de la réalité, de ses structures intellectuelles. Ils ne peuvent pas exprimer leurs sentiments, ils ne ressentent pas la plénitude et la luminosité de la vie.

Type 3. Dissocial

La principale caractéristique du trouble de la personnalité dysociale est l’attitude dédaigneuse d’une personne vis-à-vis des obligations domestiques, sociales et professionnelles existantes. Ces personnes se caractérisent par la dureté et l'indifférence à l'égard des autres, un mépris flagrant des besoins, des sentiments et des droits des autres. Ils font preuve d’hostilité et d’agressivité dans la société, sont rapides et impulsifs, ne tolèrent pas les échecs et leur comportement ne peut être corrigé, même par le recours à la punition. La personnalité dissociale est toujours encline à blâmer, blâmer et à reprocher les autres, choisit des arguments pour se justifier. Un homme sans reproche de conscience exploite les personnes qui l'entourent pour son propre intérêt et son intérêt personnel, recourant souvent à des stratagèmes frauduleux. Souvent, ces personnes ont des difficultés avec la loi, deviennent des alcooliques chroniques ou des toxicomanes.

Type 4. émotionnellement instable

Pour une personne émotionnellement instable, le critère décisif pour le mode de vie et le comportement n'est pas la prudence et les conclusions logiques, mais l'attraction, les instincts et les impulsions. Ils ne sont pas caractérisés par la tolérance et la santé mentale, ils agissent de manière impulsive, ne prenant pas en compte les conséquences probables de leurs actions. Leur humeur est changeante, imprévisible. Caractéristiques distinctives de ces personnes: égoïsme, conflit, sautes d'humeur, tempérament, irritabilité, colère. Ils ne sont pas capables de contrôler leurs émotions et de contrôler leur comportement non motivé et illogique, souvent autodestructeur.

Vue 5. Hystérique

L’essence du trouble de la personnalité hystérique est la capacité non naturelle des patients à réprimer. Les personnalités hystériques sont sujettes à la dramatisation, au jeu théâtral, à une exagération significative de leurs sentiments. Ils sont souvent sauvés par la «fuite vers la maladie», cherchant à s'inventer et à s'inspirer de leurs souffrances pour attirer l'attention des autres sur leur personne. Ils se distinguent par l'égocentrisme et l'attitude dédaigneuse envers les autres. Ces personnes sont des menteuses nées, des prétendants sans vergogne et sans vergogne. Leurs émotions sont soulignées par une luminosité excessive et des manifestations tumultueuses, mais leurs expériences sont sincères, superficielles et instables. Souvent, chagrin et délice, les personnes hystériques se montrent dans des représentations théâtrales avec des sanglots convulsifs et des embrassements enthousiastes.

Voir 6. Anankastnoe

Dans un état d'ankast, le pédantisme pathologique est un trait hypertrophique: l'essentialité, le scrupule, la tendance à réfléchir à toutes les nuances vont au-delà des limites du raisonnable. Anankastov se distingue par sa petite scrupuleuse, qui n'a rien à voir avec l'amour de l'ordre. Ils se distinguent par leur extrême prudence et leur prudence, en essayant de réfléchir à tous les détails. Ces personnes sont souvent hantées par des pensées obsessionnelles qu’elles ont oubliées de faire ou qu’elles ont mal agi. Ils revérifient de manière intrusive les actions effectuées, mais l'alarme après la revérification ne diminue pas.

Vue 7. anxieux

Dans le trouble anxieux de la personnalité, la personne est envahie par la peur qu'elle ne comprend pas, par le stress interne et par la prémonition d'une sorte de catastrophe. La personne anxieuse ne se sent pas en sécurité et est convaincue qu'un malheur va lui arriver. Ces personnes se distinguent par un complexe d'infériorité stable. Ils déploient des efforts considérables pour faire plaisir aux autres, pour être remarqués, appréciés, loués. Les personnes troublantes réagissent très douloureusement aux moindres remarques de l'extérieur et aux critiques de l'extérieur. Ils évitent délibérément d'effectuer certaines actions, car ils sont convaincus qu'ils courent un danger potentiel.

Type 8. Dépendant

Le trouble de la personnalité dépendante est décrit comme une passivité profonde, une obéissance totale et inconditionnelle à autrui, une timidité, une humilité, une humiliation volontaire. Ces personnes ne peuvent pas prendre leurs propres décisions et faire un choix conscient. Ils sont passivement d'accord avec les opinions des autres. Les personnalités dépendantes ont très peur de la solitude et croient qu'elles ne peuvent pas prendre soin de elles-mêmes. Ils permettent à d'autres personnes de se dominer et deviennent souvent victimes de violence.

Vue 9. Autres formulaires spécifiques

Ce groupe comprend d'autres types de troubles de la personnalité:

  • excentrique;
  • désinhibé;
  • infantile;
  • narcissique;
  • passif-agressif;
  • psychonévrotique.

Type 10. Trouble de la personnalité non spécifié

Inclut les formes qui ne sont pas décrites dans les neuf catégories de groupes, mais qui répondent aux critères de diagnostic du "trouble de la personnalité".

Traitement du trouble de la personnalité

Étant donné que le trouble de la personnalité est un défaut grave dû aux particularités de la constitution individuelle d'une personne, les mesures thérapeutiques ne sont pas axées sur le changement global de sa structure, mais sur l'atténuation et la minimisation des manifestations, l'élimination des malaises et des expériences négatives vécues par une personne et l'adaptation de la personne à son fonctionnement en société. Dans le traitement des troubles de la personnalité, la préférence est donnée aux techniques psychothérapeutiques individuelles et de groupe, axées sur un travail à long terme cohérent avec le patient.

L'efficacité de l'utilisation de médicaments pharmacologiques dans le traitement des troubles de la personnalité est très incertaine en raison de l'absence d'effet direct des médicaments sur le changement de caractère. Avec l'aide de groupes de drogues distincts, les manifestations individuelles peuvent être éliminées, par exemple: un sentiment d'anxiété, mais elles doivent être utilisées avec une extrême prudence, car les personnes présentant des déficiences dans leur structure personnelle ont tendance à acquérir rapidement des drogues.

INSCRIVEZ-VOUS À UN GROUPE sur VKontakte consacré aux troubles anxieux: phobies, peurs, pensées obsessionnelles, IRR, névrose.

Types de troubles de la personnalité mentale - signes, symptômes, diagnostic et traitement

Les traits de personnalité de la personne deviennent apparents après la fin de l’adolescence et restent inchangés tout au long de la vie, ou changent légèrement ou s’effacent avec l’âge. Le diagnostic de trouble de la personnalité (code CIM-10) comprend plusieurs types de troubles mentaux. Cette maladie touche toutes les sphères de la vie humaine, dont les symptômes conduisent à une détresse prononcée et à une perturbation du fonctionnement normal de tous les systèmes et organes.

Quel est le trouble de la personnalité?

La pathologie est caractérisée par la tendance comportementale d'une personne, qui est très différente des normes culturelles acceptées dans la société. Un patient souffrant de cette maladie mentale présente une désintégration sociale et un inconfort important lors de la communication avec d'autres personnes. Comme le montre la pratique, les signes spécifiques du trouble de la personnalité se manifestent à l'adolescence. Par conséquent, un diagnostic précis ne peut être posé qu'à l'âge de 15 à 16 ans. Auparavant, les anomalies mentales sont associées à des changements physiologiques dans le corps humain.

Raisons

Les troubles de la personnalité mentale surviennent pour diverses raisons, des prédispositions génétiques aux traumatismes à la naissance, en passant par les traumatismes à la naissance et la violence dans différentes situations de la vie. La maladie survient souvent dans le contexte de la négligence de l’enfant par les parents, d’un abus intime ou de la vie de l’enfant dans une famille alcoolique. La recherche scientifique montre que les hommes sont plus sensibles à la pathologie que les femmes. Facteurs de risque causant des maladies:

  • tendance suicidaire;
  • alcoolisme ou toxicomanie;
  • états dépressifs;
  • trouble obsessionnel compulsif;
  • la schizophrénie.

Les symptômes

Les personnes atteintes d'un trouble de la personnalité se caractérisent par un traitement antisocial ou inadéquat de tous les problèmes. Cela provoque des difficultés dans les relations avec les autres. Les patients ne remarquent pas que leurs schémas comportementaux et leurs pensées sont inadéquats. Ils font donc très rarement appel à des professionnels pour se faire soigner. La plupart des personnes atteintes de troubles de la personnalité sont insatisfaites de leur vie, souffrent constamment d'anxiété accrue, de mauvaise humeur, de troubles de l'alimentation. Les principaux symptômes de la maladie comprennent:

  • périodes de perte de réalité
  • difficulté à traiter avec les partenaires du mariage, les enfants et / ou les parents;
  • un sentiment de désolation;
  • éviter les contacts sociaux
  • incapacité à faire face aux émotions négatives;
  • la présence de sentiments tels que l'inutilité, l'anxiété, le ressentiment, la colère.

Classification

Pour diagnostiquer un trouble personnel selon l'un des critères de la CIM-10, il est nécessaire que la pathologie réponde à au moins trois des critères suivants:

  • le désordre s'accompagne d'une dégradation de la productivité professionnelle;
  • les états mentaux mènent à la détresse personnelle;
  • le comportement anormal est complet;
  • la nature chronique du stress ne se limite pas aux épisodes;
  • manque d'harmonie dans le comportement et les positions personnelles.

La maladie est classée par les DSM-IV et DSM-5, regroupant tous les troubles en 3 groupes:

  1. Groupe A (troubles excentriques ou inhabituels). Ils sont divisés en schizotypique (301.22), schizoïde (301.20) et paranoïde (301.0).
  2. Groupe B (troubles fluctuants, émotionnels ou théâtraux). Ils sont divisés en antisocial (301,7), narcissique (301,81), hystérique (201,50), limite (301,83), non spécifié (60,9), désinhibé (60,5).
  3. Groupe C (troubles de panique et d’anxiété). Ils sont dépendants (301,6), obsessionnels-compulsifs (301,4), évitants (301, 82).

En Russie, avant l'adoption de la classification par la CID, il existait sa propre orientation de la psychopathie personnelle selon P. B. Gannushkin. Le système utilisé par le célèbre psychiatre russe, mis au point par un médecin au début du XXe siècle. La classification comprend plusieurs types de pathologies:

  • instable (mou);
  • affectif;
  • hystérique;
  • excitable;
  • paranoïaque;
  • schizoïde;
  • psychasthénique;
  • asthénique.

Types de trouble de la personnalité

La prévalence de la maladie atteint jusqu'à 23% de tous les troubles mentaux de la population humaine. La pathologie de la personnalité a plusieurs types, qui diffèrent par les causes et les symptômes de la manifestation de la maladie, la méthode de l'intensité et la classification. Différentes formes du trouble nécessitent une approche individuelle du traitement. Par conséquent, le diagnostic doit être pris avec un soin particulier pour éviter des conséquences dangereuses.

Transitoire

Ce trouble de la personnalité est un trouble partiel qui survient après de graves stress ou des bouleversements moraux. La pathologie ne conduit pas à une manifestation chronique de la maladie et n'est pas une maladie mentale grave. Le désordre de transistor peut durer de 1 mois à 1 jour. Stress prolongé provoqué dans les situations de vie suivantes:

  • surmenage régulier dû à des conflits au travail, à une situation nerveuse au sein de la famille;
  • voyage fatigant;
  • le passage du processus de divorce;
  • séparation forcée d'êtres chers;
  • être en prison;
  • violence domestique.

Associatif

Elle se caractérise par l'évolution rapide des processus associatifs. Les pensées du patient sont remplacées si rapidement par un ami qu'il n'a pas le temps de les prononcer. Le trouble associatif se manifeste par le fait que la pensée du patient devient superficielle, que le patient est enclin à changer d'attention chaque seconde; il est donc très difficile de saisir le sens de son discours. Le tableau pathologique de la maladie se traduit par un ralentissement de la réflexion. Lorsqu'il est très difficile pour le patient de passer à un autre sujet, il est impossible d'isoler l'idée principale.

Cognitif

C'est une violation dans la sphère cognitive de la vie. En psychiatrie, un symptôme aussi important du trouble de la personnalité cognitive est indiqué par une diminution de la qualité des performances du cerveau. Avec l'aide de la partie centrale du système nerveux, une personne expérimente la compréhension, l'interconnexion et l'interaction avec le monde extérieur. Les causes de la déficience cognitive de la personnalité peuvent être de nombreuses pathologies, conditions et mécanismes d'occurrence différents. Parmi eux, une diminution de la masse cérébrale ou une atrophie de l'organe, son insuffisance circulatoire et d'autres. Les principaux symptômes de la maladie:

  • troubles de la mémoire;
  • difficulté à exprimer ses pensées;
  • détérioration de la concentration;
  • difficulté à compter.

Destructif

Traduit du mot latin "destructiveness" signifie la destruction de la structure. Le terme psychologique «trouble destructeur» désigne l'attitude négative de l'individu envers les objets externes et internes. La personnalité bloque la production d'énergie féconde due aux échecs dans la réalisation de soi, restant malheureuse même après avoir atteint l'objectif. Exemples de comportement destructif d'un métapsiopathe:

  • destruction de l'environnement naturel (écocide, terrorisme environnemental);
  • dommages causés à des œuvres d'art, monuments, objets de valeur (vandalisme);
  • saper les relations publiques et la société (attaques terroristes, actions militaires);
  • décomposition ciblée de l'identité d'une autre personne;
  • destruction (meurtre) d'une autre personne.

Mixte

Ce type de trouble de la personnalité est le moins étudié par les scientifiques. Le patient manifeste l'un ou l'autre type de troubles psychologiques qui ne sont pas de nature persistante. Pour cette raison, un trouble de la personnalité mixte est également appelé psychopathie mosaïque. L'instabilité de la nature du patient apparaît en raison du développement de certains types de dépendance: jeux, toxicomanie, alcoolisme. Les personnalités psychopathes combinent souvent des symptômes paranoïaques et schizoïdes. Les patients souffrent de suspicion, de menaces, de scandales et de plaintes.

Infantile

Contrairement aux autres types de psychopathie, le trouble infantile se caractérise par une immaturité sociale. Une personne ne peut pas résister au stress, ne peut pas soulager la tension. Dans les situations difficiles, l'individu ne contrôle pas les émotions, se comporte comme un enfant. Les troubles infantiles surviennent pour la première fois à l'adolescence et progressent avec l'âge. Le patient, même avec son âge, n'apprend pas à contrôler sa peur, son agressivité ou son anxiété; il lui est donc interdit de travailler en groupe, il ne fait pas son service militaire ni la police.

Histrionique

Le comportement dissocial dans le trouble histrionique se manifeste par la recherche d'attention et une émotivité excessive. Les patients ont constamment besoin de l’environnement pour confirmer l’exactitude de leurs qualités, leurs actions, leur approbation. Cela se manifeste par une conversation plus intense, un grand cercle de rire, une réaction inadéquate afin de se concentrer à tout prix sur l'attention des autres. Les hommes et les femmes présentant un trouble de la personnalité histrionique ne sont pas assez sexy en vêtements et ont un comportement excentrique-agressif passif, ce qui représente un défi pour la société.

Psychonévrotique

La différence dans la psychonévrose est que le patient ne perd pas le contact avec la réalité, pleinement conscient de son problème. Les psychiatres partagent trois types de troubles psychonévrotiques: la phobie, le trouble obsessionnel-compulsif et l'hystérie de conversion. Un grand effort mental ou physique peut provoquer une psychonévrose. Souvent confronté à un tel stress en première année. Chez l'adulte, les chocs neuropsychiatriques provoquent les situations de vie suivantes:

  • mariage ou divorce;
  • changement d'emploi ou licenciement;
  • la mort d'un être cher;
  • échecs de carrière;
  • manque d'argent et d'autres.

Diagnostic du trouble de la personnalité

Les critères principaux pour le diagnostic différentiel du trouble de la personnalité sont le manque de bien-être subjectif, la perte d’adaptation et de performance sociales et la déficience dans d’autres domaines de la vie. Pour poser un diagnostic correctement, il est important que le médecin détermine la stabilité de la pathologie, prenne en compte les caractéristiques culturelles du patient et compare avec d’autres types de troubles mentaux. Outils de diagnostic de base:

  • listes de contrôle;
  • questionnaires d'auto-évaluation;
  • entretiens de patients structurés et standardisés.

Traitement du trouble de la personnalité

En fonction de l’attribution, de la comorbidité et de la gravité de la maladie, un traitement est prescrit. La pharmacothérapie consiste à prendre des antidépresseurs à la sérotonine (Paroxetine), des antipsychotiques atypiques (Olanzapine) et des sels de lithium. La psychothérapie vise à modifier les comportements, à combler les lacunes en matière d’éducation, à rechercher les motivations.

Trouble de la personnalité: symptômes, types, traitement

Très souvent, un comportement inadéquat ou étrange d'une personne est le résultat non pas d'une mauvaise nature ou de la mauvaise humeur, mais d'un trouble de la personnalité. Qu'est ce que c'est

Quel est le trouble de la personnalité?

Le trouble de la personnalité est un type de trouble mental caractérisé par des actions, des pensées et des idées différentes des normes culturelles généralement acceptées. La pathologie affecte généralement plusieurs domaines clés de la vie et provoque la désintégration sociale. Traduit du grec ancien, le terme sonne comme "souffrance de l'âme" ou "maladie mentale".

Selon différentes sources, environ 12% de la population mondiale souffre de troubles de la personnalité. Le diagnostic de «trouble de la personnalité» est généralement posé chez une personne âgée de dix-huit ans, car les tentatives précédentes d'identification d'une pathologie peuvent donner un résultat faussé. Bien que les adolescents aient déjà clairement constaté le renforcement des traits de caractère individuels, qui peuvent parfois être utilisés pour prédire la progression de la déficience mentale dans le futur.

Un risque accru de trouble est observé dans un environnement familial dysfonctionnel. En outre, une mauvaise hérédité a un effet négatif (s’il existe des cas de problèmes mentaux dans la famille).

Trouble de la personnalité: symptômes de pathologie

Selon la CIM-10, les troubles de la personnalité ne peuvent concerner que des affections qui ne sont pas dues à des maladies du cerveau et qui n'ont pas été provoquées par d'autres pathologies mentales. En même temps, au moins trois des symptômes suivants doivent apparaître:

  1. Un déséquilibre notable dans les comportements et les attitudes personnelles, affectant plusieurs domaines de l’existence active de l’individu, à savoir les processus de pensée et de perception, l’attitude envers autrui, la capacité de contrôler ses pulsions, etc.
  2. La stabilité des symptômes, leur nature chronique, c’est-à-dire que les symptômes du trouble sont apparus depuis longtemps, persistent dans le temps et ne se limitent pas à des épisodes de maladie mentale.
  3. L'incapacité du patient à s'adapter à la majorité des situations de la vie.
  4. La survenue du trouble à la fin de l'enfance ou de l'adolescence et la préservation des symptômes.
  5. Le déclin apparent de la productivité dans le domaine des interactions sociales et dans la sphère professionnelle.
  6. Détresse personnelle grave, qui devient souvent perceptible longtemps après l'apparition du trouble de la personnalité.

Un autre classificateur (DSM-IV) définit un trouble de la personnalité comme une condition dans laquelle les caractéristiques individuelles d’une personne ne lui permettent pas de s’adapter et de s’adapter à des situations standard, ce qui entraîne une détérioration grave de la qualité de la vie. Guidé par cette approche, on distingue les symptômes suivants:

  • incohérence du comportement et de l'expérience interne avec les exigences culturelles de la société, ce qui affecte au moins deux de ces domaines - cognitif, affectif, responsable du contrôle interne ou de la capacité à contenir l'impulsivité;
  • la rigidité des modèles de comportement et leur distribution dans un large éventail de situations;
  • une détresse prononcée et des problèmes évidents dans des domaines importants de la vie (publique, personnelle, professionnelle, etc.);
  • les comportements sont bien établis, stables dans le temps;
  • les symptômes ne sont associés à aucun autre trouble mental;
  • les schémas pathologiques ne sont pas associés à l'exposition de certaines substances au corps humain et ne sont pas provoqués par des blessures à la tête.

Différents types de troubles de la personnalité peuvent être accompagnés de différents signes. Mais dans tous les cas, il existe: une évolution chronique, un impact sur l’activité de la vie en général et de sérieux obstacles à l’adaptation de la société.

Trouble de la personnalité: types de pathologie

On pense que plusieurs troubles de la personnalité peuvent "s'adapter" à un patient. Diagnostiquer généralement celui qui est le plus prononcé. Les principaux types de trouble de la personnalité:

Troubles de la personnalité

Les troubles de la personnalité sont un ensemble de traits de personnalité rigides et mésadaptés profondément enracinés qui déterminent une perception et une attitude spécifiques à l’égard de soi-même et des autres, un déclin de l’ajustement social et, en règle générale, un inconfort émotionnel et une détresse subjective.

Les troubles de la personnalité sont très proches du concept d '"accentuation". Ce sont des phénomènes similaires, différant principalement par leur gravité. La principale différence entre eux est que l'accentuation ne possède jamais les trois propriétés fondamentales des troubles de la personnalité (influence sur toutes les sphères de la vie, stabilité dans le temps, inadaptation sociale).

Ils surviennent le plus souvent à l'adolescence ou même dans l'enfance, et chaque type de trouble a son propre âge de formation. Dès le début de leur émergence, ces traits de personnalité mésadaptés ne sont plus délimités dans le temps et imprègnent toute la période de l'âge adulte. Leurs manifestations ne se limitent à aucun aspect du fonctionnement, mais touchent tous les domaines de la personnalité - émotionnel-volontaire, pensée, style de comportement interpersonnel.

Pendant longtemps, en psychologie clinique, les troubles patho-caractéristiques ont été appelés "psychopathies". Actuellement, au lieu du terme "psychopathie", il est préférable d'utiliser le terme "trouble de la personnalité". Le changement de terminologie est lié au fait que le concept de «psychopathie» a le caractère d'un «label» dégradant associé à un défaut «moral» de la personnalité. Le plus souvent, le mot "psychopathe" dans le langage de tous les jours est utilisé pour souligner l'asocialité du sujet. Et cela ne reflète pas non plus avec précision l'essence des violations existantes, qui ne sont pas un trouble d'une fonction mentale particulière, mais un changement de la nature de l'interaction sociale de l'individu.

Les principaux critères de diagnostic du trouble de la personnalité sont les suivants:

1. Totalité des traits de caractère pathologiques qui se manifestent dans n'importe quelle situation (à la maison, au travail);

2. la stabilité des caractéristiques pathologiques détectées dans l'enfance et persistantes jusqu'à la maturité;

3. La désadaptation sociale, qui est une conséquence de traits de caractère pathologiques, non causés par des conditions environnementales défavorables.

L'origine des troubles de la personnalité. Les troubles de la personnalité surviennent dans 6 à 9% de la population. Leur origine dans la plupart des cas est ambiguë. Dans leur développement, le rôle de l'hérédité pathologique (principalement l'alcoolisme, la maladie mentale, les troubles de la personnalité chez les parents), divers types d'effets organiques exogènes (lésions cérébrales traumatiques et autres lésions cérébrales non graves avant l'âge de 3 à 4 ans, ainsi que et troubles périnataux), des facteurs sociaux (conditions défavorables d’éducation dans l’enfance, résultant de la perte des parents ou de l’éducation dans une famille incomplète, avec des parents qui ne prêtent pas attention aux enfants alcooliques, des personnalités asociales). conductrice pédagogique installation incorrecte).

Classification des troubles de la personnalité (psychopathie) Il existe de nombreuses classifications des troubles de la personnalité.

Classification selon P. B. Gannushkin:

Type asthénique: pour les personnalités psychopathes de ce cercle, la timidité, la timidité, l’indécision et l’impressionnabilité accrues dans l’enfance sont caractéristiques de l’enfance. Ils sont particulièrement perdus dans un environnement inconnu et dans de nouvelles conditions, tout en éprouvant un sentiment d'infériorité. L'hypersensibilité, la «mimosité» se manifeste à la fois par les stimuli mentaux et par l'effort physique. Bien souvent, ils ne tolèrent pas l’apparition de sang, les changements brusques de température, réagissent douloureusement à l’impolitesse et à l’absence de tact, mais leur réaction de mécontentement peut être exprimée en émotion silencieuse ou en grommelant. Ils présentent souvent divers troubles du système nerveux autonome: maux de tête, sensations désagréables au cœur, troubles gastro-intestinaux, transpiration, sommeil médiocre. Ils sont rapidement épuisés, enclins à se fixer sur leur état de santé.

Type psychasthénique. Les personnes de ce type se caractérisent par une timidité, une indécision, un manque de confiance en soi et une tendance à la méfiance constante. Les psychasthéniques sont facilement vulnérables, timides, timides et en même temps douloureusement fiers. Ils se caractérisent par un désir constant d’introspection et de maîtrise de soi, une tendance à adopter des constructions logiques abstraites, séparées de la vie réelle, ainsi que des doutes et des peurs obsessionnels. Pour la psychasthénie, tout changement dans la vie, une violation du mode de vie habituel (changement de travail, de lieu de résidence, etc.) est difficile, ce qui les pousse à accroître l'insécurité et les angoisses alarmantes. Cependant, ils sont exécutifs, disciplinés, souvent pédants et intrusifs. Ils peuvent être de bons remplaçants, mais ils ne peuvent jamais occuper des postes de direction. La nécessité de prendre une décision indépendante et l'initiative pour eux sont destructives. Le niveau élevé des aspirations et l’absence de sens de la réalité contribuent à la décompensation de ces personnes.

Type de schizoïde: Les personnes de ce type se caractérisent par l'isolement, le secret, l'isolement de la réalité, une tendance au traitement interne de leurs expériences, la sécheresse et la froideur dans les relations avec les êtres chers. La désharmonie émotionnelle est caractéristique des psychopathes schizoïdes: combinaison d’une sensibilité accrue, de la vulnérabilité, d’une impressionnabilité - si le problème est personnellement important, et d’une froideur émotionnelle, d’une impénétrabilité vis-à-vis des problèmes des autres ("bois et verre"). Une telle personne est détachée de la réalité, sa vie est orientée vers une satisfaction de soi maximale sans lutter pour la gloire et le bien-être matériel. Ses loisirs sont inhabituels, originaux, "non standard". Parmi eux se trouvent de nombreuses personnes engagées dans les arts, la musique et les sciences théoriques. Dans la vie, on les appelle généralement des manivelles, des originaux. Leurs jugements sur les gens sont catégoriques, inattendus et même imprévisibles. Au travail, ils sont souvent incontrôlables, car ils travaillent sur la base de leurs propres idées sur les valeurs de la vie. Cependant, dans certains domaines où l'extravagance artistique et le talent sont nécessaires, la pensée non standard, le symbolisme, ils peuvent accomplir beaucoup. Ils n’ont pas d’attachement constant, la vie de famille n’a généralement pas de sens en raison de l’absence d’intérêts communs. Cependant, ils sont prêts à se sacrifier pour des concepts abstraits, des idées imaginaires. Une telle personne peut être complètement indifférente à la mère malade, mais en même temps, elle demandera de l’aide aux personnes affamées de l’autre côté du monde. Passivité et inactivité dans la résolution des problèmes quotidiens sont combinées chez les schizoïdes avec ingéniosité, esprit d’entreprise et persévérance dans la réalisation d’objectifs particulièrement importants pour eux (par exemple, travaux scientifiques, collectes).

Il convient de noter qu’un tableau clinique similaire n’est pas toujours observé. Ainsi, le bien-être matériel et le pouvoir, en tant que moyen de se satisfaire soi-même, peuvent devenir la tâche principale du schizoïde. Dans certains cas, le schizoïde est capable d'utiliser ses capacités uniques (bien que parfois pas remarquées par d'autres) pour influencer le monde extérieur pour lui. En ce qui concerne les activités du schizoïde sur le lieu de travail, il convient de noter que la combinaison la plus réussie se produit lorsque l’efficacité du travail lui donne satisfaction, et quel que soit le type d’activité qu’il exerce (bien sûr, uniquement s’il est lié à la création ou à la création). au moins avec la restauration de quelque chose).

Type paranoïaque: la principale caractéristique des personnalités psychopathes de ce cercle est la tendance à former des idées surévaluées qui se forment entre 20 et 25 ans. Cependant, depuis leur enfance, ils se caractérisent par des traits tels que l’obstination, la franchise, la partialité des intérêts et les passe-temps. Ils sont susceptibles, vindicatifs, confiants et très sensibles à l’ignorance de leurs opinions. Un désir constant d'affirmation de soi, des jugements et des actions catégoriquement catégoriques, l'égoïsme et une confiance en soi extrême créent la base des conflits avec les autres. Avec l'âge, les traits de personnalité augmentent généralement. Cohérence avec certaines pensées et infractions, rigidité, conservatisme, «la lutte pour la justice» sont à la base de la formation des idées dominantes (surévaluées) concernant des expériences émotionnellement significatives. Les idées surévaluées, contrairement aux idées délirantes, sont basées sur des faits et des événements réels, leur contenu est spécifique, mais les jugements reposent sur une logique subjective, une évaluation superficielle et unilatérale de la réalité, correspondant à la confirmation de leur propre point de vue. Le contenu des idées précieuses peut être des inventions, des réformes. La non-reconnaissance des mérites et des mérites d'une personnalité paranoïaque entraîne un conflit avec d'autres, conflits qui, à leur tour, peuvent devenir une véritable base de comportement indiscret. La «lutte pour la justice» dans de tels cas consiste en des plaintes sans fin, des lettres à diverses autorités et des procédures judiciaires. L'activité et la persévérance du patient dans cette lutte ne peuvent briser ni demandes, ni convictions, ni même menaces. Les idées de jalousie, les idées hypocondriaques (fixation sur sa propre santé avec la marche constante dans les institutions médicales avec les exigences de consultations supplémentaires, les examens, les méthodes de traitement les plus récentes qui n’ont aucune justification réelle) peuvent également revêtir une importance surévaluée pour ces personnes.

Type excitable. Les principales caractéristiques des personnalités excitables sont une irritabilité et une excitabilité extrêmes, une explosivité, des accès de colère, de colère et une réaction qui ne correspond pas à la force du stimulus. Après une explosion de colère ou des actions agressives, les patients «s'en vont» rapidement, regrettent ce qui s'est passé, mais font de même dans les situations appropriées. Ces personnes sont généralement mécontentes de nombreuses personnes, recherchent les raisons de leurs démêlés, entrent en conflit en toutes occasions, faisant preuve d'une véhémence excessive et essayant de crier sur leurs interlocuteurs. Le manque de souplesse, l’entêtement, la justice et la lutte constante pour la justice, qui se résume en fin de compte à la lutte pour leurs droits et au respect de leurs propres intérêts, conduisent à leur haine au sein de l’équipe, à de fréquents conflits au sein de la famille et au travail. Une des variantes de la psychopathie excitable est le type épileptoïde. Pour les personnes ayant ce type de personnalité, ainsi que la viscosité, l'adhérence, la rancune, des qualités telles que la douceur, la flatterie, l'hypocrisie, la tendance à utiliser des mots diminutifs dans la conversation sont caractéristiques. En outre, le pédantisme excessif, la précision, l’impériosité, l’égoïsme et la prédominance d’une humeur sombre et sombre les rendent intolérables au quotidien et au travail. Ils sont sans compromis - qu’ils aiment ou détestent, et les gens qui les entourent, en particulier les proches, souffrent généralement de leur amour et de leur haine, accompagnés de vengeance. Dans certains cas, les violations de la conduite sous la forme d'abus d'alcool, de drogues (soulager le stress), le désir d'errer, deviennent une priorité. Parmi les psychopathes de ce cercle se trouvent des joueurs et des buveurs ivres, des pervers sexuels et des meurtriers.

Type hystérique: pour les personnes hystériques, le plus caractéristique est la soif de reconnaissance, c’est-à-dire le désir d’attirer l’attention des autres par tous les moyens. Cela se manifeste dans leur caractère démonstratif, théâtral, exagéré et enrichissant leurs expériences. Leurs actions sont conçues pour un effet externe, ne serait-ce que pour émerveiller les autres, par exemple avec une apparence brillante, des émotions violentes (enthousiasme, sanglots, mains), des histoires d’aventures insolites, des souffrances inhumaines. Parfois, les patients, pour attirer l’attention sur eux-mêmes, ne s’arrêtent pas devant des mensonges, les auto-reproches, par exemple, s’attribuent des crimes qu’ils n’ont pas commis. On les appelle des menteurs pathologiques. L'infantilisme psychique (immaturité) est caractéristique des personnalités hystériques, ce qui se manifeste dans les réactions émotionnelles, les jugements et les actions. Leurs sentiments sont superficiels, instables. Les manifestations externes des réactions émotionnelles sont démonstratives, théâtrales, ne correspondent pas à la raison qui les a provoquées. Ils se caractérisent par des sautes d'humeur fréquentes, un changement rapide de goûts et de dégoûts. Les types hystériques se caractérisent par une suggestibilité et une auto-suggestibilité accrues; ils jouent donc constamment un certain rôle en imitant la personnalité qui les a frappés. Si un tel patient entre à l'hôpital, il peut copier les symptômes des maladies d'autres patients qui l'accompagnent dans le service. La pensée artistique est propre aux personnalités hystériques. Leurs jugements sont extrêmement contradictoires, souvent sans véritable travail préparatoire. Au lieu d'une pensée logique et d'une évaluation sobre des faits, leur pensée est basée sur des impressions directes et sur leurs propres inventions et fantasmes. Les psychopathes du cercle hystérique réussissent souvent dans une activité créatrice ou un travail scientifique, car ils sont aidés par le désir débridé de rester au centre de l'attention, de l'égocentrisme.

Type affectif: Ce type d’individu est un individu dont le niveau d’humeur est différent, déterminé par la Constitution. Les personnes constamment déprimées forment un groupe de psychopathes hypothétiques (dépressifs). Ce sont toujours des personnes sombres, ennuyeuses, insatisfaites et insociables. Dans leur travail, ils sont trop consciencieux, prudents, exécutifs, car ils sont prêts à voir des complications et des échecs dans tout. Ils se caractérisent par une évaluation pessimiste du présent et une perspective correspondante de l'avenir, associées à une faible estime de soi. Ils sont sensibles aux problèmes, capables d’empathie, mais ils essaient de cacher leurs sentiments aux autres. Dans la conversation, sobres et laconiques, ils ont peur d'exprimer leurs opinions. Il leur semble qu'ils ont toujours tort, recherchant leur culpabilité et leur incohérence dans tout. Les individus hyperthymiques, contrairement aux hypothymiques, se distinguent par une humeur, une activité et un optimisme constamment élevés. Ce sont des gens sociables, vivants et bavards. Dans leur travail, ils font preuve d’esprit d’entreprise, d’initiative, débordent d’idées, mais leur tendance à l’aventurisme et leur manque de cohérence nuisent à la réalisation de leurs objectifs. Les revers temporaires ne les affligent pas, ils reprennent la cause avec une énergie infatigable. Une confiance en soi excessive, la réévaluation de leurs propres capacités, des activités à la limite du droit leur compliquent souvent la vie. Ces personnes sont enclines à mentir, pas obligatoirement dans l'exécution des promesses. En liaison avec l'augmentation du désir sexuel sont aveugles dans les connaissances, entrer dans des relations intimes téméraires. Les personnes avec une instabilité émotionnelle, c'est-à-dire avec des sautes d'humeur constantes, appartiennent au type cycloïde. Leur humeur passe de basse, triste à haute, joyeuse. Périodes de mauvaise humeur ou de bonne humeur, dont la durée varie de quelques heures à plusieurs jours, voire plusieurs semaines. Leur condition et leur activité changent en fonction des sautes d'humeur.

Type instable (volonté faible): les personnes de ce type se distinguent par leur grande subordination aux influences extérieures. Ce sont des individus faibles de volonté, facilement inspirés, «sans caractère» qui sont facilement influencés par d'autres personnes. Leur vie entière n'est pas déterminée par les paramètres cibles ni par des circonstances externes aléatoires. Ils entrent souvent en mauvaise compagnie, boivent de l'alcool, deviennent toxicomanes, fraudeurs. Au travail, ces personnes sont optionnelles, indisciplinées. D'un côté, ils font des promesses à tout le monde et essaient de plaire, mais la moindre circonstance extérieure les élimine de l'ornière. Ils ont constamment besoin de contrôle, de directives faisant autorité. Dans des conditions favorables, ils peuvent bien travailler et mener une vie correcte.

L’une des principales est la classification cognitive des troubles de la personnalité, dans laquelle on distingue 9 profils cognitifs et les troubles correspondants.

Considérez le plus caractéristique.

Trouble de la personnalité paranoïaque

Pour une personne souffrant de ce trouble, il y a une tendance à attribuer de mauvaises intentions aux autres; propension à former des idées surévaluées, dont la plus importante est la réflexion sur la signification particulière de sa propre personnalité. Le patient lui-même demande rarement de l'aide et, si ses proches l'envoient, il nie la manifestation de troubles de la personnalité lorsqu'il parle à un médecin.

De telles personnes sont trop sensibles à la critique, constamment mécontentes de quelqu'un. La méfiance et la tendance générale à déformer les faits, en interprétant de manière hostile les actions neutres ou amicales des autres, conduisent souvent à des pensées sans fondement sur des complots qui expliquent subjectivement les événements de l'environnement social.

Trouble de la personnalité schizoïde

Caractérisé par l'isolement, le manque de communication, l'incapacité de réchauffer les relations émotionnelles avec les autres, la diminution de l'intérêt pour les rapports sexuels, une tendance à la fantaisie autistique, l'introversion d'attitudes, la difficulté à comprendre et à assimiler les normes de comportement généralement acceptées, qui se manifestent par des actes excentriques. Les personnes atteintes de troubles de la personnalité schizoïde vivent généralement selon leurs intérêts et passe-temps inhabituels, dans lesquels elles peuvent obtenir de grands succès.

Ils se caractérisent souvent par un enthousiasme pour diverses philosophies, des idées pour améliorer la vie, des programmes pour instaurer un mode de vie sain par le biais de régimes insolites ou d'activités sportives, en particulier s'il n'est pas nécessaire de traiter directement avec d'autres personnes. Les schizoïdes peuvent présenter un risque assez élevé de dépendance à la drogue ou à l'alcool pour se faire plaisir ou pour améliorer les contacts avec d'autres personnes.

Trouble de la personnalité dissociale

Il se caractérise par un écart flagrant entre le comportement et les normes sociales en vigueur. Les patients peuvent avoir un charme superficiel spécifique et faire forte impression (plus souvent sur des médecins du sexe opposé).

La principale caractéristique - le désir de profiter en permanence, tout en évitant le travail. Depuis leur enfance, leur vie est riche en antisociaux: tromperie, absentéisme, évasions de leur foyer, participation à des groupes criminels, bagarres, alcoolisme, narcotisation, vol, manipulation d'autrui dans leur propre intérêt. Le comble du comportement antisocial se situe à la fin de l'adolescence ( 16-18 ans).

Trouble de la personnalité hystérique

Il se caractérise par une émotivité excessive et le désir d'attirer l'attention, qui se manifestent dans diverses situations de la vie. La prévalence du trouble de la personnalité hystérique dans la population est de 2 à 3%, avec une prédominance chez les femmes. Il est souvent associé à un trouble somatisé et à l’alcoolisme. Nous énumérons les principales caractéristiques de ce trouble: la recherche de l'attention des autres, l'inconstance dans les affections, les caprices, le désir irrésistible de toujours être au centre de l'attention, de susciter la sympathie ou de vous surprendre (peu importe la raison). Ce dernier aspect peut être atteint non seulement par son apparence extravagante, ses vanteries, son mensonge, son fantasme, mais aussi par la présence de "maladies mystérieuses" pouvant s'accompagner de paroxysmes végétatifs prononcés (crampes, sensation d'étouffement pendant l'agitation, nausées, aphonie, engourdissement des membres et autres troubles sensoriels).. Le plus intolérable pour les patients est l’indifférence des autres. Dans ce cas, même le rôle de «héros négatif» est préféré.

Trouble obsessionnel compulsif de la personnalité

Ces personnes se caractérisent par l’inquiétude pour l’ordre, la recherche de la perfection, le contrôle de l’activité mentale et les relations interpersonnelles au détriment de leur flexibilité et de leur productivité. Tout cela réduit considérablement leur capacité d'adaptation au monde. Les patients sont privés de l’un des plus importants mécanismes d’adaptation au monde qui les entoure - le sens de l’humour. Toujours sérieux, ils ne tolèrent pas tout ce qui menace l'ordre et la perfection.

Des doutes constants dans la prise de décision, causés par la peur de se tromper, les empoisonnent avec la joie de travailler, mais la même peur les empêche de changer de lieu de travail. À l'âge adulte, lorsqu'il apparaît que le succès professionnel atteint ne répond pas aux attentes et aux efforts initiaux, le risque de développer des épisodes dépressifs et des troubles somatoformes augmente.

Trouble de la personnalité anxieux (évitant, évitant)

Ils ont tendance à limiter les contacts sociaux, un sentiment d'infériorité et une sensibilité accrue aux évaluations négatives. Déjà dans la petite enfance, ces patients sont caractérisés par une timidité excessive, ils déforment leur attitude envers eux-mêmes, en exagérant leur négativité, ainsi que les risques et les dangers de la vie quotidienne. C’est difficile pour eux de parler en public ou de se tourner vers quelqu'un. La perte de soutien social peut entraîner des symptômes anxieux-dépressifs et dysphoriques.

Trouble de la personnalité narcissique

Les idées sur sa propre grandeur, le besoin d’admiration des autres et l’impossibilité d’expérimenter se manifestent très clairement dès l’adolescence. Une personne n’admet pas qu’elle peut devenir l’objet de critiques - elle le nie indifféremment ou devient enragée. Il convient de souligner les caractéristiques qui occupent une place particulière dans la vie mentale d'une personne présentant un trouble de la personnalité narcissique: une idée injustifiée de son droit à une position privilégiée, la satisfaction automatique des désirs; propension à exploiter, utiliser les autres pour atteindre leurs propres objectifs; l'envie des autres ou la croyance en une attitude envieuse.

Vous trouverez ci-dessous quelques-unes des classifications des troubles de la personnalité les plus en vue et conservant leur signification clinique à l’heure actuelle.

La classification E. Kraepelin (1915) comprend 7 groupes:

2. non contraint (instable);

3. impulsif (les gens conduisent);

5. menteurs et trompeurs (pseudologues);

6. ennemis de la société (antisocial);

7. Débats pathologiques.

Dans cette classification, certains groupes sont combinés selon un principe descriptif clinique, tandis que d'autres sont basés sur des critères socio-psychologiques ou purement sociaux.

Dans la systématique K. Schneider (1928), on distingue 10 types de personnalités psychopathes. Cette classification est basée sur le principe psychologique descriptif.

1. Hypertimics - personnes équilibrées, actives, gaies, optimistes au naturel ou excitantes, débatteuses, qui s'ingèrent activement dans les affaires des autres.

2. Dépressifs - pessimistes, sceptiques, qui doutent de la valeur et du sens de la vie, parfois sujets à la torture de soi et à un esthétisme sophistiqué, qui embellissent la témérité intérieure.

3. Le doute de soi - contraint intérieurement, sujet au remords, aux personnes timides, cachant parfois ce trait trop audacieux ou même audacieux.

4. Fanatique - personnalités expansives et actives se battant pour leurs droits légitimes ou imaginaires, ou excentriques, sujettes à des fantasmes, détachés de la réalité, fanatiques languissants.

5. Les chercheurs confessionnels sont vains, désireux de paraître plus grands qu'ils ne le sont réellement, excentriques par leurs vêtements et leurs actes, sujets à la fiction.

6. Émotionnellement labile - personnes sujettes à des changements d'humeur inattendus.

7. Explosif - colérique, irritable, facilement excitable.

8. Les sans cœur - dépourvus de sentiments de compassion, de honte, d’honneur, de repentir, de conscience.

9. Gutless - instable, facilement sujet aux influences positives et négatives.

10.> Asthénique - personnes ressentant une déficience mentale ou mentale, se plaignant de mauvaises performances, de difficultés de concentration, de mauvaise mémoire, ainsi que de fatigue accrue, d'insomnie, de maux de tête, de troubles cardiaques et vasculaires.

Pronostic et traitement.

L'évolution et le pronostic des troubles de la personnalité sont différents et dépendent du cas spécifique. Dans les troubles de la personnalité schizoïde, des complications telles que le développement de la schizophrénie, des troubles délirants et d'autres psychoses sont possibles. En cas de troubles dissociaux et émotionnellement instables, il est possible d'améliorer l'état du patient à l'âge adulte, mais il existe également des complications sous la forme de mort violente, de toxicomanie et d'alcoolisme, de suicide, de problèmes financiers et financiers. Les psychopathes hystéroïdes peuvent présenter des troubles somatisés, de conversion, dissociatifs, sexuels et dépressifs.

Les patients présentant des troubles de la personnalité ont tendance à attirer l’attention des psychiatres pendant les périodes de décompensation marquée de la maladie; à d’autres moments, ils ne sont pas sujets au traitement. Dans le traitement, ils utilisent divers complexes: psychanalyse, psychothérapie analytique, psychothérapie de soutien, thérapie de groupe, thérapie de famille, thérapie de l'environnement, hospitalisation (à court et à long terme), pharmacothérapie (antidépresseurs, neuroleptiques, tranquillisants).

Gannushkin P. B. - "Clinique de la psychopathie, leur statique, leur dynamique, leur systématique" (1933)

A.B. Smulevich. "Troubles mentaux frontaliers."

Repina N.V. et al., Principes fondamentaux de la psychologie clinique

A.E. Lichko Psychopathie et accentuation du caractère chez les adolescents

En Savoir Plus Sur La Schizophrénie