Le syndrome de Tourette est une maladie rare et inhabituelle, perçue jadis par la société comme une mauvaise éducation, la gâterie et la permissivité. Et comment le comportement d'un enfant qui, de manière inattendue, a-t-il commencé à crier, a-t-il commencé à crier des jurons, à faire écho à répéter les phrases parlées ou à faire des mouvements étranges que d'autres percevaient avec étonnement?

Il n’est pas surprenant que, restés seuls avec son enfant, les parents se soient agrippés à la ceinture et l’enfant a expliqué en larmes qu’il ne pouvait tout simplement pas imiter les taquineries et ne pas appeler des noms et secouer la tête à ce moment-là. À l'époque où la psychiatrie n'existait pas en tant que science, un tel comportement était perçu comme une obsession.

Tout a changé en 1885, quand un neurologue français, Gilles de la Tourette, a découvert et décrit les symptômes de neuf patients atteints du même syndrome et a créé le concept psychiatrique de la maladie. Nous connaissons aujourd'hui cette maladie sous le nom de syndrome de Tourette (tic généralisé).

Que sait-on de la maladie

Il convient de noter que, de nos jours, le syndrome de Tourette n’est pas rare. Cette maladie neuropsychiatrique touche 0,05% de la population mondiale et, dans 70% des cas, les représentants masculins. Les premières manifestations de la maladie se produisent pendant l’enfance et l’adolescence, c.-à-d. dans la période de 3 à 18 ans et avec l'âge, les symptômes de la maladie s'estompent en général.

Ce qui est intéressant, selon les médecins, la maladie est beaucoup plus répandue. Assez souvent, le syndrome survient sous une forme bénigne, avec des symptômes flous, ce qui explique pourquoi un tic généralisé n'est pas diagnostiqué. Il convient de noter que, malgré le caractère inhabituel des symptômes, la maladie n’affecte pas les capacités mentales du patient ni l’espérance de vie.

Causes de la maladie

A ce jour, la question de l'étiologie de la maladie de Tourette reste ouverte. Cependant, la maladie est associée à des facteurs neurologiques et génétiques. Voici quelques hypothèses pour le développement de cette maladie.

1. Anomalies génétiques
Il existe des preuves confirmant que dans 50% des cas, une tique généralisée est héritée. Très souvent, les manifestations de cette maladie se retrouvent chez des parents d'enfants souffrant de cette maladie. De plus, il est à noter que les garçons qui ont reçu cette maladie de leur mère souffrent le plus souvent du syndrome de Tourette.

2. Processus auto-immuns
Il existe une version selon laquelle ce trouble mental peut survenir en raison de processus auto-immuns causés par la défaite des streptocoques. Selon les scientifiques, l’infection à streptocoque peut être un facteur provoquant chez les personnes ayant une prédisposition génétique.

3. Hypothèse dopaminergique
Apporté des scientifiques et un autre motif caractéristique. Il s'avère que ce syndrome peut être déclenché par des modifications des processus métaboliques dans le cerveau. En particulier, une augmentation de la synthèse de la dopamine ou une sensibilité accrue des récepteurs à cette hormone peut affecter l’apparition d’une pathologie. Cette hypothèse est confirmée expérimentalement, car dans le cas de la prise de médicaments qui inhibent les récepteurs de la dopamine, les tics deviennent moins prononcés.

En outre, un certain nombre de facteurs pathologiques influent sur l'apparition de la maladie. Ceux-ci comprennent:

  • prendre des drogues, de l'alcool ou des stéroïdes anabolisants en portant un enfant;
  • stress sévère et toxicose chez une femme enceinte;
  • hypoxie intra-utérine du fœtus, affectant le fonctionnement du système nerveux central;
  • blessures intracrâniennes subies pendant l'accouchement;
  • la prématurité de l'enfant;
  • intoxication grave;
  • syndrome d'hyperactivité et psychostimulants utilisés dans le traitement.

Symptômes de la maladie de Tourette

En règle générale, les premières manifestations du syndrome surviennent chez les enfants âgés de 3 à 6 ans. Les parents et les gens autour peuvent remarquer les signes suivants de la maladie en ce moment:

- étrangeté dans le comportement de l'enfant. Un enfant peut faire des grimaces, faire des grimaces, cligner de l'oeil, tirer la langue, ciller ou battre des mains sans raison;

- Tout en progressant, les jambes et les mains sont impliquées dans le processus pathologique. Dans ce cas, l'hyperkinésie de l'enfant peut se manifester par un squat ou une éjection des membres inférieurs, le patient peut se balancer assis sur une chaise ou pivoter autour de son axe;

- Les enfants malades sont généralement trop émotifs, capricieux et agités. Ils sont mauvais pour le contact avec les pairs;

- Les enfants atteints de cette maladie sont facilement irritables et prédisposés à la dépression. En outre, ils se distinguent par une humeur variable. Le comportement agressif de ces patients peut être remplacé brusquement par une humeur joyeuse et énergique;

- Blessure Certains tics peuvent constituer un danger pour le patient, car il peut se mordre la lèvre, se blesser les mains ou les pieds ou même se cogner la tête contre un objet dur. Il n’est pas surprenant que les enfants atteints de cette maladie courent le risque de se blesser;

- Distingue le cidre et la présence de soi-disant tics vocaux. Ils sont exprimés dans la répétition de mots sans signification, de sons, de cris, de sifflements, de souffles, de mugissements ou de sifflements. Parfois, le discours du patient contient des tics sonores, ce qui crée l’illusion de bégaiement;

- Symptômes du rhume. Souvent, les personnes atteintes de la maladie de Tourette reniflent ou toussent, ce qui peut tout d'abord être confondu avec un symptôme d'une maladie ORL, par exemple une sinusite, une trachéite ou une rhinite.

De plus, pour les personnes atteintes de la maladie considérée, certains troubles de la parole sont caractéristiques, notamment:

- Coprolalia. Les personnes atteintes du syndrome de Tourette ont tendance à répéter des mots obscènes, incl. à l'interlocuteur. Le patient qui jure prononce fort, criant souvent. Certes, ce symptôme n’est observé que plus souvent dans 10% des cas;

- Palilalia. Ce sont des répétitions multiples du même mot qui peuvent gêner les autres;

- Echolalia La répétition des phrases de l'interlocuteur, qui ressemble à de l'imitation et à une tentative d'imitation d'une autre personne;

- Changement fréquent de la vitesse de la parole et du ton de la voix, de l'accent, du ton ou du volume.

Dans le même temps, la pratique montre que les garçons sont plus susceptibles d'avoir des coprolalias et que les filles ont des tics associés à l'activité physique.

Il convient de noter que le patient est capable de remarquer l'approche de la prochaine attaque. Le fait est que chaque attaque de ce type est précédée de certains symptômes que l'enfant connaît bien, par exemple des démangeaisons, des douleurs aux yeux, une bosse à la gorge, etc. Ces symptômes et provoquent le besoin d'effectuer certains mouvements ou de prononcer certaines phrases. Cependant, avec le temps, le symptôme disparaît et les manifestations externes de la maladie disparaissent.

La fréquence des crises dépend en grande partie de l'état émotionnel du patient. Plus il a d'expériences et plus émotionnel, plus ses tics moteurs et vocaux sont longs et fréquents.

Ces symptômes désagréables n'affectent pas les capacités intellectuelles, mais les tics nuisent à la capacité d'apprentissage de l'enfant et n'influencent pas de manière optimale son comportement.

La symptomatologie atteint son apogée à l'adolescence et, à l'âge adulte, est minimisée, voire disparaît. Le syndrome ne poursuit le patient tout au long de sa vie que dans 1 cas sur 4.

Degrés de syndrome de Tourette

Les médecins distinguent quatre degrés de cette maladie:

1. degré facile. Une personne avec un tic généralisé contrôle ses tics moteurs et vocaux sans aucun problème et est capable de les supprimer. Les environs ne soupçonnent même pas le problème qu’il a.

2. degré modéré. La personne contrôle les attaques récurrentes. Entourez en même temps parfaitement voir le comportement douloureux.

3. degré prononcé. Une personne ne contrôle pas ses propres tics ou le gère avec beaucoup de difficulté. Ce problème n'est pas un secret pour les autres.

4. sévère. Le patient a des tics prononcés, à la fois voix et muscle. L'homme ne peut pas les contrôler du tout.

Caractéristiques de la tique

Si nous parlons des signes caractéristiques de tics apparaissant avec la maladie en question, nous pouvons noter ici la monotonie des troubles moteurs que le patient est plus susceptible de supprimer. Il n'y a pas de rythme dans de tels mouvements.

Une autre caractéristique qui distingue les tics du syndrome de Tourette des autres maladies similaires est le besoin qui précède chaque attaque. Les patients le décrivent comme un état de tension ou de pression dont on veut se débarrasser rapidement. Les mouvements ou les cris engagés, selon les patients, les aident à se débarrasser des sentiments désagréables.

Très souvent, de tels patients ressentent: une gêne aux épaules (qui provoque une contraction des épaules), une bosse dans la gorge (provoque une toux) ou une sensation de sable dans les yeux (qui provoque un clignotement sans arrêt). En médecine, ces motifs s'appellent des pulsions prodromiques.

Diagnostic de la maladie

Selon les psychiatres, pour diagnostiquer un patient atteint du syndrome de Tourette, il est nécessaire que les facteurs suivants coïncident:

  • l'apparition de tiques avant l'âge de 18 à 20 ans;
  • la présence d'au moins un tic vocal;
  • la présence de mouvements stéréotypés;
  • durée de la maladie d'au moins un an;
  • l'apparition de tiques ne devrait pas être due à des médicaments.

Ayant suspecté le syndrome de Tourette chez un patient, un spécialiste devrait le différencier d'autres maladies similaires, telles que:

  • Chorée de Huntington (tics spastiques irréguliers impliquant les muscles du visage ainsi que les membres supérieurs et inférieurs);
  • chorée mineure (mouvements lents ressemblant à des vers qui n'affectent que les mains et les doigts);
  • La maladie de Parkinson (qui touche principalement les personnes âgées, caractérisée par des tremblements des membres au repos, une démarche perturbée et un visage masqué);
  • La maladie de Wilson;
  • encéphalite post-infectieuse;
  • l'épilepsie;
  • la schizophrénie;
  • l'autisme;
  • prendre des neuroleptiques (dans ce contexte, il peut y avoir des tics neuroleptiques). Étant donné que les médicaments de ce groupe sont utilisés dans le traitement du syndrome de Tourette, les tics du patient devraient être disponibles avant le début de leur réception.

Avant qu'un diagnostic ne soit posé, le patient est examiné par un psychiatre et un neurologue et une surveillance dynamique est établie après lui. En outre, il subit une tomodensitométrie ou une IRM du cerveau, des électromyographies et de l'électroencéphalographie.

Traitement de la maladie

La lutte contre le syndrome de Tourette a une approche strictement individuelle. Le spécialiste choisit un schéma thérapeutique en fonction des caractéristiques de l'évolution de la maladie, de l'âge du patient ainsi que de la gravité des symptômes de la maladie.

Un degré modéré et modéré du syndrome est assez facilement éliminé au moyen de méthodes psychologiques telles que la musicothérapie, l'art-thérapie ou l'anomalothérapie.

Les deux degrés de la maladie sont ajustés par un soutien supplémentaire qui devrait être apporté à un tel enfant. Par exemple, pour éviter toute excitation, vous pouvez lui donner à l’école la possibilité d’écrire une épreuve test séparément de toute la classe. Il est important que les parents protègent le bébé de l'anxiété et du stress de toutes les manières possibles, afin que les attaques soient minimisées.

Si la maladie est plus compliquée, le patient peut recevoir un traitement médicamenteux. Comme mentionné ci-dessus, pour le traitement sont appliqués:

  • les neuroleptiques (halopéridol, rispéridone, pénfuridol ou pimozide);
  • benzodiazépines (fénozépam ou diazépam);
  • adrénergiques (catapress et clonidine).

Cependant, les médicaments ne sont prescrits que dans des cas extrêmes, car leur efficacité dans le traitement de ce syndrome ne dépasse pas 25%. Plus souvent, l’acupuncture, la thérapie physique, le massage réflexe segmentaire et le traitement réflexe au laser sont utilisés pour combattre la maladie de Tourette.

Ces méthodes de traitement du syndrome telles que l'injection de toxine botulique (soulagement des tics vocaux), ainsi que la thérapie BOS en sont au stade des essais. Chez les patients adultes, le syndrome de Tourette est bien traité avec l’aide de Cerucal, mais des recherches plus poussées sont nécessaires pour l’utiliser en pédiatrie. En attendant, pour les enfants, l'halopéridol reste le médicament de choix.

Conseils aux parents dont les enfants souffrent du syndrome de Tourette

La maladie en question peut gravement ruiner la vie d'un enfant. Ces enfants sont enclins à la panique et à la dépression et ont donc besoin de soins constants de la part de leurs parents.

À cet égard, les parents devraient:

- pour en savoir plus sur la maladie existante et en parler aux autres, en protégeant votre enfant de l'agression de la société;

- trouvez le mécanisme d'apparition du prochain tick, puis construisez une chaîne logique et comprenez ce qui a conduit à l'attaque;

- faire des ajustements dans la routine quotidienne de l'enfant afin de le protéger au maximum des facteurs négatifs conduisant à des convulsions (interruptions supplémentaires du processus d'étude et de travail, permettant à l'enfant d'établir une communication avec ses pairs);

- essayez d'apprendre à l'enfant à contrôler et à prévenir les tics. Ceci, avant tout, devrait traiter avec un psychiatre;

- présentez régulièrement l'enfant au médecin, qui l'invitera et lui apprendra à gérer ses propres pensées, sentiments et comportements;

- dans certains cas, un enfant avec une tique généralisée devrait avoir la possibilité de taper sur le clavier plutôt que d'écrire à la main. Cette question devrait être discutée avec les enseignants. De plus, il est important que l'enseignant supervise un tel étudiant et ne lui permette pas de quitter la classe sans raison. Si nécessaire, l'enfant devrait être transféré à l'école à domicile et au tutorat.
Prends soin de toi et de tes enfants!

Syndrome de Tourette c'est quoi

Le syndrome de Tourette est un trouble neuropsychiatrique caractérisé par des mouvements incontrôlés et des perturbations sonores. Les premiers signes de la maladie surviennent dans l'enfance. Synonymes de la maladie - tic généralisé, maladie de Gilles de la Tourette, actuellement, la pathologie est très rare et se manifeste pour la première fois à l'âge de 2 ans ou pendant la puberté. Le plus souvent, les garçons souffrent.

Raisons

Aucun spécialiste ne peut identifier les causes du syndrome de Tourette, mais a identifié un certain nombre de facteurs pouvant causer cette maladie, notamment:

  • Anomalies génétiques - Les cas où le syndrome de Tourette s'est produit dans la même famille chez différents enfants et la maladie transmise de type autosomique dominant sont décrits. Si l'un des parents souffre du syndrome de Tourette, alors dans la moitié des cas, ce gène est hérité par ses enfants, et la maladie ne survient peut-être pas chez tous les enfants, mais chez une seule personne. Les garçons sont plus sensibles à la maladie. Par conséquent, dans les familles à haut risque, ils doivent faire l'objet d'une surveillance attentive et de soins médicaux rapides.
  • Facteurs auto-immuns - Des recherches scientifiques menées en 1998 ont montré qu'une infection à streptocoque pouvait contribuer au développement du syndrome de Tourette.
  • Augmentation de la production de dopamine - une modification des ganglions neuronaux et une augmentation de la production de dopamine conduisent à l'apparition de tiques, à la fois motrices et liées à la parole.

En outre, certaines affections de la mère, transférées pendant la grossesse, peuvent provoquer le développement du syndrome de Tourette chez un enfant, notamment:

  • forte toxicose de la première et de la deuxième moitié de la grossesse;
  • l'utilisation pendant la grossesse de stupéfiants, de stéroïdes anabolisants et d'alcool;
  • hypoxie foetale transférée au cours de la période prénatale, ce qui a entraîné des modifications du système nerveux central;
  • naissance prématurée;
  • maladies infectieuses transférées de la mère pendant la grossesse, en particulier dans les premiers stades;
  • l'hyperactivité infantile chez les jeunes enfants d'âge préscolaire et l'utilisation de psychostimulants dans ce contexte;
  • augmentation du stress psycho-émotionnel.

Symptômes du syndrome de Tourette

Les premiers signes cliniques du syndrome de Tourette Les parents remarquent un enfant à l'âge de 2-3 ans, parfois à l'âge de 5 ans. La pathologie est accompagnée des conditions suivantes:

  • sans raison apparente, un enfant commence à cligner de l'œil, cligne des yeux, montre sa langue, bouge ses membres involontairement et bat des mains - son comportement n'est associé à aucune réaction à ce qui se passe, c'est-à-dire qu'il ne peut pas la contrôler.
  • Au fur et à mesure que la déficience progresse, les muscles des membres inférieurs et du torse deviennent impliqués dans le processus pathologique - l'enfant peut inconsciemment et involontairement sauter, lever les bras en l'air, s'accroupir et il ne peut pas expliquer pourquoi.
  • Capricieux, instabilité émotionnelle - dès le plus jeune âge, les enfants atteints du syndrome de Tourette ont davantage d'irritabilité, d'inattention et de vulnérabilité. Il est difficile pour de tels enfants de contacter leurs pairs, ils pleurent souvent sans raison.
  • Dépression et mélancolie - les enfants atteints de ce syndrome se caractérisent par des individus d'humeur instable, c'est-à-dire qu'ils peuvent manifester de l'agressivité envers autrui, sans cause, tomber dans un état mélancolique et ne pas jouer avec qui que ce soit pendant longtemps. L'hyperactivité et la bonne humeur peuvent remplacer brutalement la dépression et la dépression - l'enfant devient sociable et se comporte facilement dans la société.
  • Echopraxia - copie les mouvements des personnes proches et de la cypraxie - l'enfant montre inconsciemment divers gestes offensants aux autres, se mettant en grève pour rien.
  • L’émergence de tics moteurs - ils représentent un danger pour l’enfant, car à ce moment-là, le patient peut se cogner la tête, se mordre la langue et les lèvres, se blesser de toutes les manières possibles.
  • Vocaux ou soi-disant tics vocaux - un enfant peut mooiffer, siffler, respirer, bégayer, crier des mots inintelligibles sans raison apparente. Dans certains cas, les patients peuvent tousser et renifler sans s'arrêter, ce qui amène les parents à consulter un pédiatre, en suspectant un enfant atteint de bronchite, de rhinite et d'autres pathologies des voies respiratoires supérieures.

Troubles de la parole dans le syndrome de Tourette chez les enfants

Pour les enfants atteints de ce syndrome, divers troubles de la parole sont caractéristiques, notamment:

  • coprolalie - cris inconscients et involontaires de mots obscènes et de phrases offensantes;
  • écholalie - répétition involontaire de mots et de phrases que l'enfant entend de l'interlocuteur;
  • palilalia - répétitions répétées du même mot;
  • changer la vitesse de la parole, le ton de la voix, le ton, l'accent des phrases parlées.

Un trouble de la parole de type coprolalia entraîne l'exclusion sociale, le patient prononçant des phrases offensantes souvent et à haute voix.

En plus des troubles de la parole dans le syndrome de Tourette peuvent être attribués, et grognements involontaires, bavardages, sifflements.

Troubles moteurs

Les patients sont caractérisés par divers troubles moteurs du syndrome de Tourette, qui ne feront que progresser. Ceux-ci comprennent:

  • rotation autour de son axe;
  • se balançant d'un côté à l'autre;
  • torsion involontaire des doigts de la main vskidyvaniya membres.

Tous les troubles de la motricité et de la parole apparaissent comme des attaques. À la veille d'une attaque, le patient a une certaine aura: sensation de brûlure aux yeux, bosse à la gorge, démangeaisons cutanées, léthargie ou, au contraire, hyperactivité excessive. Dès que la tique est terminée, toute la tension du patient disparaît instantanément et il ressemble à un enfant en bonne santé.

Il est très important que les capacités mentales et mentales d'un enfant atteint du syndrome de Tourette ne souffrent pas, le pic de la maladie dans ses manifestations cliniques se produisant pendant l'adolescence, après quoi il peut complètement disparaître. Chez certains patients, tous les symptômes de la maladie disparaissent pour toujours ou pendant plusieurs années, après quoi ils se font sentir à nouveau.

Degrés

Selon la gravité des symptômes cliniques de la maladie, le syndrome de Tourette est divisé en plusieurs degrés:

  • facile - le patient peut facilement contrôler ses troubles moteurs et vocaux, les maîtriser et les laisser ainsi invisibles aux autres. Il y a des périodes d'évolution asymptomatique, quand il n'y a absolument aucune manifestation du syndrome.
  • Gravité modérée - le patient est capable de contrôler ses troubles vocaux et moteurs, mais il est incapable de les cacher aux personnes qui l'entourent. Il n'y a aucune période d'écoulement asymptomatique.
  • Symptômes sévères - le patient n'est pas capable de contrôler ses tics et les démontre à ceux qui l'entourent.
  • Les troubles graves de la voix et de la motricité sont prononcés et ne peuvent pas échapper à l'attention des autres, car le patient est absolument incapable de les contrôler et de prévoir le début d'une crise.

Comment comprendre qu'une tique approche?

Les tics moteurs et vocaux atteints du syndrome de Tourette ont leurs propres caractéristiques. Par exemple, les perturbations motrices se produisent toujours de manière monotone et le patient peut les prévoir et les arrêter.

Un trait distinctif des tics atteints de ce syndrome est l’excitation qui les précède, que le patient est incapable d’arrêter - c’est peu de temps avant l’attaque. Les patients décrivent cela comme un stress musculaire et émotionnel croissant, qui doit être immédiatement soulagé pour se sentir mieux. Certains patients à la veille d'une attaque ont des difficultés à avaler et une bosse à la gorge, des douleurs à la poitrine qui les font tousser, des douleurs aux yeux, d'où ils clignotent souvent.

Méthodes de diagnostic

Présumer le syndrome de Tourette chez un enfant ou un adolescent selon les critères suivants:

  • les premiers tics (moteurs ou vocaux) sont apparus entre 2 et 6 ans ou pendant la puberté, mais pas plus tard que 18 ans;
  • pendant le mouvement, les mouvements sont de nature involontaire et se répètent selon un certain scénario: en règle générale, de multiples groupes musculaires sont impliqués dans le processus pathologique;
  • il doit y avoir au moins un cas de tic vocal et plusieurs cas moteurs;
  • les symptômes de la maladie sont observés depuis plus d'un an;
  • la maladie survient par vagues;
  • la raison de l'apparition des tiques ne réside pas dans la prise de médicaments.

Le diagnostic, y compris différentiel, et le traitement du syndrome de Tourette sont effectués par un psychiatre. Pour confirmer la pathologie dans le contexte des conditions énumérées ci-dessus, le patient effectue une série d'études - EEG, TDM ou IRM, électromyographie, une analyse détaillée de l'urine afin de déterminer le niveau de catécholamines, de dopamine et de noradrénaline dans celle-ci.

Il ne fait aucun doute que le syndrome de Tourette se distingue d'autres maladies neurologiques et mentales ayant une évolution clinique similaire:

  • Chorée grande et petite - caractérisée par des tics spastiques irréguliers à caractère moteur, un ralentissement des mouvements, une implication des mains et des doigts uniquement dans le processus pathologique;
  • Maladie de Parkinson - le plus souvent détectée chez les personnes âgées, la maladie se caractérise par des modifications de la démarche, une instabilité, une expression faciale semblable à un masque, des tremblements des membres;
  • La maladie de Wilson;
  • l'épilepsie;
  • l'autisme;
  • la schizophrénie;
  • encéphalite après des infections graves.

Vous devez également distinguer le syndrome de Tourette de l'intoxication neuroleptique du corps, caractérisée par l'apparition de tiques motrices de gravité variable. Un enfant chez qui on soupçonne un syndrome de Tourette doit être référé pour examen et consultation avec un neurologue.

Traitement

Le schéma thérapeutique du syndrome de Tourette est choisi individuellement pour le patient, en fonction de l'âge, du degré de la pathologie, de la gravité des signes cliniques.

Par exemple, un degré léger et modéré de la maladie peut facilement être corrigé par diverses méthodes de traitement alternatif:

Le succès du traitement détermine en grande partie le contexte psycho-émotionnel qui entoure un enfant présentant un syndrome similaire.

Les enfants d'âge scolaire atteints de cette maladie doivent également choisir individuellement un programme de formation et être en mesure de trouver une approche. En règle générale, un contact émotionnel favorable avec le patient suffit à réduire l'intensité des tics moteurs et vocaux.

Traitement médicamenteux

Des médicaments sont prescrits aux enfants dont les tics moteurs et vocaux interfèrent avec la vie normale et nuisent à la qualité de la communication avec les autres. Les groupes de médicaments suivants sont prescrits:

  • Neuroleptiques - Halopéridol, Respiridon et autres à la dose minimale efficace.
  • Adrenomimetics.
  • Benzodiazépines - Fenozépam, Gidozépam.

C'est important! Le traitement médicamenteux n’est utilisé que lorsque cela est absolument nécessaire, car tous les groupes de médicaments énumérés ont une longue liste d’effets secondaires possibles.

Traitements non médicamenteux

Parmi les méthodes thérapeutiques non pharmacologiques, l'acupuncture, la thérapie au laser, le massage, la thérapie par l'exercice sont largement utilisées.

Pour débarrasser le patient de tics vocaux ou moteurs prononcés, la toxine botulique est administrée à des microdoses.

Prévisions

Avec la détection opportune de la maladie et la conduite d'un traitement complexe, la moitié des patients présentent des améliorations significatives après l'entrée dans la puberté ou après 18 ans. Dans certains cas, les tics moteurs ou vocaux ne se prêtent pas à la mise sous vide complète, aussi le traitement est-il recommandé toute la vie.

Bien que le syndrome de Tourette n’affecte pas l’espérance de vie du patient, la maladie peut en réduire considérablement la qualité - les patients développent des attaques de panique, des dépressions prolongées, l’isolement et l’aliénation. Dans de tels cas, les patients ont besoin d’un soutien constant et de la plus grande attention des autres.

Conseils pratiques pour les parents

Tout d'abord, vous devriez en apprendre davantage sur cette maladie vous-même et informer votre entourage sur les particularités du comportement de l'enfant, afin qu'il soit sensible aux éventuelles attaques et aux tiques. Le médecin de premier recours de l’enfant est la source d’information sur la maladie, mais les parents peuvent bien entendu étudier de façon indépendante les caractéristiques de la pathologie dans la littérature médicale.

Il est très important de comprendre le mécanisme des tics - qu'est-ce qui précède l'attaque, comment l'enfant se comporte-t-il avant les tics? Cela permettra aux parents et aux autres personnes de réagir correctement à certains changements de comportement chez un patient.

La vie d'un enfant atteint du syndrome de Tourette nécessite certains ajustements dans son mode quotidien: un visionnage limité de la télévision, des promenades fréquentes en plein air, la création d'un environnement émotionnel favorable au sein de la famille peuvent réduire considérablement la fréquence et l'intensité des tiques. N'ignorez pas les visites chez le médecin - lorsqu'il discutera avec son patient, le médecin notera l'efficacité du traitement prescrit et si une correction du traitement est nécessaire.

Un enfant d'âge scolaire atteint d'une telle maladie est difficile à effectuer et requiert la présence d'une motricité fine - écrire dans des cahiers, couper avec des ciseaux, sculpter dans l'argile, il est donc nécessaire d'avertir l'enseignant. En cas de tics fréquents et d'évolution sévère du syndrome de Tourette, la scolarisation à domicile de l'enfant doit être envisagée.

Causes, symptômes et traitement du syndrome de Tourette

Le syndrome de Tourette est un trouble de nature neuropsychique qui se manifeste par des tics moteurs et sonores incontrôlés. La maladie se manifeste dans l'enfance, ses symptômes sous la forme d'une variété de troubles du comportement ne peuvent pas être contrôlés par le patient.

Les autres noms du syndrome de Tourette sont: maladie de Gilles de la Tourette, tic généralisé, maladie de Tourette. Auparavant, au Moyen Âge, le syndrome de Tourette était reconnu comme une maladie rare et très étrange. Il était uniquement associé à des phrases obscènes, à des propos offensants, à des expressions inappropriées. De plus, les tics moteurs et vocaux ont été pris pour obsession. C'est ainsi que le prêtre souffrant de cette maladie génétique a été nommé pour la première fois dans le livre The Witch's Hammer (1489). L'éponyme de cette maladie a été attribué en l'honneur du neurologue Gilles de la Tourette, initié par son enseignant, J. M. Charcot. C'est Gilles de la Tourette qui, sous la forme d'un rapport, décrit en 1885 l'état et le comportement de 9 personnes atteintes de ce syndrome. Cependant, même avant Tourette, cette condition a été décrite à plusieurs reprises par divers auteurs.

La maladie est actuellement rare. Il affecte jusqu'à 0,05% de la population. Il se manifeste pour la première fois dans la tranche d’âge comprise entre 2 et 5 ans et entre 13 et 18 ans. De plus, les deux tiers des cas sont des hommes, c’est-à-dire que les garçons sont trois fois plus malades que les filles. Les cas familiaux peuvent être retrouvés chez un tiers des patients.

En outre, la plupart des scientifiques modernes indiquent que le syndrome de Tourette n’est pas une maladie très rare. Ils notent que plus de 10 enfants sur 1000 peuvent être exposés à cette anomalie, mais celle-ci se déroule sous une forme bénigne et reste souvent non diagnostiquée. Le niveau d'intelligence et l'espérance de vie de ces personnes ne souffrent pas.

Bien que les scientifiques associent désormais le développement de la maladie à des facteurs génétiques, environnementaux, neurologiques et autres, l'étiologie du syndrome de Tourette reste controversée, car le gène n'a pas encore été cartographié. À cet égard, le syndrome de Tourette, en tant que maladie, intéresse des sciences telles que: la psychologie, la neurologie, la psychiatrie.

Causes du syndrome de Tourette

Bien que la science officielle n’ait pas encore établi les causes exactes du syndrome de Tourette, les hypothèses les plus probables concernant l’étiologie de la maladie sont les suivantes:

Troubles génétiques

En médecine, les cas de maladie sont décrits dans la même famille: frères, soeurs, pères. En outre, une hyperkinésie de gravité variable survient chez des parents proches d'enfants présentant un symptôme de Tourette.

Les scientifiques suggèrent que le symptôme de Tourette est transmis par un mode de transmission autosomique dominant avec une pénétrance incomplète. Cependant, le mode de transmission autosomique récessif ne doit pas non plus être exclu, de même que la transmission polygénique.

On suppose qu'une personne atteinte du syndrome de Tourette dans 50% des cas transmet les gènes à l'un de ses enfants. Cependant, des raisons telles que l'expression variable et la pénétrance incomplète expliquent l'apparition de symptômes plus ou moins graves chez les proches parents ou leur absence complète. Cependant, seule une faible proportion d'enfants hérite de gènes qui conduisent à de graves violations et nécessitent un suivi médical approfondi.

Chez les hommes, les tics sont plus prononcés que chez les femmes. Par conséquent, on pense que le sexe a un effet sur l'expression des gènes. Les fils dont les mères ont souffert du syndrome de Tourette courent le plus grand risque de développer la maladie. Les femmes porteuses du gène sont plus sujettes à la névrose des états obsessionnels. (lire aussi: Névrose - types et symptômes)

Processus auto-immuns dans le corps (PANDAS)

Ainsi, des scientifiques de l'Institut national de la santé mentale en 1998 ont avancé la théorie selon laquelle les tics et autres troubles du comportement surviennent chez les enfants dans le contexte d'un processus post-streptocoque auto-immun développé.

Les experts soulignent que l'infection à streptocoque transférée et le processus auto-immun qui s'est développé sur ce fond peuvent même provoquer des tics chez les enfants chez qui ils n'ont jamais été observés. Cependant, les recherches sur ce sujet ne sont pas encore terminées.

Hypothèse dopaminergique

L’émergence du syndrome de Tourette s’explique par une modification de la structure et de la fonctionnalité des systèmes des noyaux gris centraux, des neurotransmetteurs et des neurotransmetteurs. Dans le même temps, les scientifiques soulignent que les tics sont dus soit à une augmentation de la production de dopamine, soit à une sensibilité accrue des récepteurs à la dopamine.

Dans le même temps, les tics moteurs et vocaux deviennent moins prononcés lorsque les patients prennent des antagonistes des récepteurs de la dopamine.

En outre, les scientifiques notent un certain nombre de facteurs pouvant déclencher le développement du syndrome.

Tourette, parmi eux:

Toxicose et stress subis par une femme enceinte.

Prendre des stéroïdes anabolisants, des drogues et des boissons contenant de l'alcool lors de la naissance de l'enfant.

Hypoxie intra-utérine du fœtus avec dysfonctionnement du système nerveux central.

Reçu pendant l'accouchement des blessures intracrâniennes.

Intoxication transférée du corps.

Syndrome d'hyperactivité et psychostimulants pris sur ce fond.

Augmentation du stress émotionnel.

Symptômes du syndrome de Tourette

Le plus souvent, les premiers symptômes du syndrome de Tourette se manifestent chez un enfant âgé de 5 à 6 ans.

En général, les signes et symptômes du syndrome de Tourette sont les suivants:

Les parents commencent à remarquer certaines bizarreries dans leur comportement chez leurs enfants. Les enfants font des grimaces, tirent la langue, clignent des yeux, clignent souvent des yeux, battent des mains, etc.

À mesure que la maladie progresse, les muscles du tronc et des jambes sont impliqués dans le processus. Les hyperkinésies deviennent plus complexes et commencent à se manifester en sautant, en rejetant les membres inférieurs, les squats.

Dès leur plus jeune âge, les enfants sont capricieux, agités, inconsidérés, très vulnérables. En raison de ces émotions, il leur est difficile d’établir un contact avec leurs pairs.

Les patients sont sujets à la dépression et à l'irritabilité. Les troubles dépressifs sont remplacés par des accès de colère et d'agression. Peu de temps après, le comportement agressif est remplacé par une humeur joyeuse et énergique. Le patient devient actif et à l'aise.

Il y a souvent des cas d'écopraxie et de cyproxraxie. Les premiers s'expriment en copiant les mouvements d'autres personnes et les seconds en gestes offensants.

Les tics peuvent présenter un certain danger, car les patients peuvent se cogner la tête, exercer une pression sur les yeux, se mordiller les lèvres, etc. En conséquence, les patients eux-mêmes se causent des blessures assez graves.

La voix ou, comme on les appelle aussi, les tics vocaux sont très diverses avec le syndrome de Tourette. Ils sont exprimés dans la répétition de mots et de sons significatifs, de sifflements, de souffles, de mugissements, de sifflements, de cris. Lorsque des tics vocaux sont introduits dans le processus du monologue d'une personne, une illusion de bégaiement, de hésitations et d'autres problèmes liés à la parole du patient est créée.

Parfois, les patients toussent sans arrêt, reniflent. De telles manifestations du syndrome de Tourette peuvent être confondues avec les symptômes d'autres maladies, telles que la rhinite, la trachéite, la sinusite, etc.

Les patients sont également caractérisés par des troubles de la parole tels que:

Coprolalia - l'expression de mots obscènes (n'est pas

Symptôme pathognomonique observé dans seulement 10% des cas);

Echolalia - répétitions de phrases et de mots prononcés par l'interlocuteur;

Palilalia - répétitions répétées du même mot.

La fréquence vocale, la tonalité, le volume, la tonalité, les accents, etc. peuvent être modifiés.

Si les garçons sont caractérisés par la coprolalie, alors pour les filles - les traits obsessionnels compulsifs. La coprolalie est un symptôme grave de la maladie, car elle contribue à l'inadaptation sociale. Une personne prononce des gros mots, parfois même des cris. Phrases abruptes.

Le comportement du patient pendant l'attaque peut être très excentrique. Ils peuvent grogner, se casser les doigts, se balancer d'un côté à l'autre, pivoter autour de leur axe, etc.

Les patients sont en mesure d'anticiper le début de la prochaine attaque, car elle s'accompagne de l'apparition d'une certaine aura. Peut-être l'apparition d'un coma dans la gorge, une douleur aux yeux, des démangeaisons cutanées, etc. Comme l'expliquent les patients, ce sont ces sensations subjectives qui les obligent à reproduire l'un ou l'autre son ou une phrase. La tension disparaît immédiatement après la fin du tick. Plus l'expérience émotionnelle du patient est forte, plus les tics, à la fois vocaux et moteurs, seront intenses et intenses.

Le développement intellectuel des patients ne souffre pas. Mais les tics moteurs et verbaux influencent son apprentissage et son comportement.

Les autres symptômes du syndrome de Tourette sont des réactions comportementales, exprimées par une impulsivité excessive, une agressivité et une instabilité émotionnelle.

La maladie atteint son apogée à l'adolescence et, lorsqu'elle atteint sa maturité, elle décline ou disparaît complètement. Cependant, il est possible que les symptômes de la maladie persistent tout au long de la vie. Dans 25% des cas, la maladie est cachée et s'intensifie au bout de quelques années. La rémission complète est rare.

Selon la gravité des symptômes du patient, il existe plusieurs degrés de syndrome de Tourette:

Degré doux Le patient est capable de contrôler toutes les anomalies vocales et motrices sans problèmes. Parfois, ces troubles ne sont pas reconnus par d’autres personnes. De plus, des périodes asymptomatiques sont possibles, bien qu’elles soient relativement brèves.

Degré modéré Le patient est capable de contrôler les violations existantes, mais il n'est pas possible de les cacher à l'environnement. Dans le même temps, les périodes asymptomatiques sont totalement absentes.

Degré prononcé. L'homme ne peut pas contrôler les symptômes de la maladie ou le fait avec beaucoup de difficulté. Les symptômes de la maladie sont évidents pour tout le monde.

Degré lourd. Les tics vocaux et moteurs de Tiki sont prononcés de manière vivante. Les muscles du tronc et des membres sont impliqués dans le processus. L'homme ne peut pas contrôler les symptômes de la maladie.

Caractéristiques des tics dans le syndrome de Tourette

Tiki avec le syndrome de Tourette a ses propres caractéristiques. Ainsi, les troubles moteurs sont toujours monotones, le patient peut les supprimer pendant un certain temps. Le rythme est absent.

Un autre trait distinctif des tics est qu’ils sont précédés d’une impulsion qu’une personne ne peut surmonter. Cela se produit juste avant le début d'une tique. Les patients le décrivent comme une augmentation de la tension, une augmentation de la sensation de pression ou une augmentation de l'énergie à éliminer. Cela doit être fait pour normaliser son état de santé, pour restaurer son «bon» état de santé.

Les patients indiquent qu'ils ont une boule dans la gorge, une gêne à la ceinture scapulaire. Cela les fait hausser les épaules ou tousser. Afin de se débarrasser de la sensation désagréable dans les yeux, les gens clignent souvent des yeux. Phénomènes sensoriels prodromaux, ou impulsions prodromiques - ce sont les noms de ces impulsions que les patients éprouvent avant les tics.

Dans le même temps, tous les patients, surtout dans leur enfance, ne sont pas en mesure d’évaluer ce besoin urgent. Parfois, les enfants ne remarquent même pas qu’ils ont des tics et s’étonnent que l’on leur pose une question sur un problème particulier.

Diagnostic du syndrome de Tourette

Le diagnostic du syndrome de Tourette devient possible selon certains critères:

Debut ticks âgés de moins de 18 ans (dans certains cas jusqu’à 20 ans).

Les mouvements du patient sont involontaires, répétés selon un certain stéréotype. Le processus implique plusieurs groupes musculaires.

La présence d'au moins un tic vocal chez un patient.

La présence de plusieurs tics moteurs.

La durée de la maladie plus d'un an.

La maladie a un caractère vague.

Les tiques ne sont pas causées par d'autres conditions, telles que les médicaments.

Il est obligatoire de poser un diagnostic différencié et de distinguer le syndrome de Tourette des maladies suivantes:

Petite chorée (mouvements lents ressemblant à des vers, le plus souvent, seules les mains et les doigts sont impliqués dans le processus);

Chorée de Huntington (tiques irrégulières, spastiques, impliquées dans les membres et le visage);

La maladie de Parkinson (chez les personnes âgées, caractérisée par une démarche altérée, des tremblements au repos, un visage masqué);

Prise de médicaments (neuroleptiques) contre lesquels des tics neuroleptiques peuvent survenir (ces médicaments sont utilisés pour traiter le syndrome de Tourette; par conséquent, avant de commencer le traitement, vous devez examiner minutieusement tous les tics dont souffre un patient);

L'enfant doit être examiné non seulement par un neurologue, mais également par un psychiatre. L'observation dynamique du patient et la collecte des antécédents familiaux sont non moins importantes.

Examens permettant de clarifier le diagnostic et de distinguer le syndrome de Tourette avec d’autres pathologies: IRM ou TDM cérébrale, EEG, électromyographie, électroneurographie. Il est également possible de collecter l'urine pour déterminer le niveau de catécholamines et de métabolites qu'elle contient. Une augmentation de l'urine dans la dopamine, l'acide homovanillique et l'excrétion de noradrénaline indiquerait une maladie.

Traitement du syndrome de Tourette

Le traitement du syndrome de Tourette est un processus individuel. Le schéma spécifique est suggéré en fonction de l'état du patient et dépend également en grande partie de la gravité des manifestations pathologiques. Un degré léger et modéré de la maladie peut facilement être corrigé à l'aide de techniques psychologiques telles que l'art-thérapie, la musicothérapie, la zoothérapie. Le soutien psychologique, un contexte émotionnel favorable dans lequel il existe, est extrêmement important pour l’enfant.

La thérapie ne peut être optimale que si elle est sélectionnée pour un enfant spécifique:

Avec un léger degré de syndrome de Tourette, seul un soutien supplémentaire est fourni à l'enfant. L'adaptation de son environnement et les modifications du processus scolaire sont possibles (par exemple, donner à un enfant atteint du syndrome de Tourette la possibilité d'effectuer un travail de contrôle non pas dans une classe générale, mais dans une pièce séparée sans la limiter dans le temps). Cela suffit souvent à réduire les symptômes de la maladie. Eh bien, quand le professeur va rencontrer leurs parents. Ainsi, en classe, vous pourrez montrer aux enfants un film scientifique sur les personnes atteintes de la maladie.

Si les tics affectent la qualité de vie du patient, un traitement médicamenteux lui est administré, ce qui minimisera les manifestations de la maladie. Les principaux médicaments utilisés dans ce cas sont les neuroleptiques (pimozide, halopéridol, fluorophénazine, penfluridol, rispéridone), les agents adronomimétiques (Clonidine, Catapress), les benzodiazépines (Diazépam, Fénozépam, Lorazépam). Les médicaments ne sont utilisés que dans des cas extrêmes, car leur réception est menacée par l'apparition de divers effets secondaires. L'utilisation de neuroleptiques peut avoir un effet positif dans environ 25% des cas.

Il a été prouvé que les formes du syndrome de Tourette résistantes au traitement conservateur pouvaient être corrigées par une intervention chirurgicale par stimulation cérébrale profonde (SCP). Cependant, à ce stade, cette technique est en phase de test, il est donc interdit de l'utiliser pour traiter des enfants. La méthode se résume au fait qu'en utilisant des manipulations chirurgicales, des électrodes sont insérées dans certaines parties du cerveau. L'appareil auquel les électrodes sont connectées est placé dans le coffre. Au bon moment, il transmet un signal au cerveau à travers les électrodes, empêchant ou empêchant le développement du prochain tick.

Des méthodes non médicamenteuses telles que le massage réflexe segmentaire, la thérapie par l'exercice, l'acupuncture, la réflexothérapie au laser, etc. sont également largement utilisées.

Dans la perspective du traitement du syndrome de Tourette, il existe des techniques telles que la thérapie BOS, l'injection de toxine botulique afin de débarrasser le patient des tics vocaux. Les effets positifs ont montré que le traitement avec l'aide de Cerucal, cependant, pour pouvoir utiliser le médicament en pédiatrie, il est nécessaire de procéder à des tests supplémentaires, plus approfondis.

À ce stade, l'halopéridol reste le médicament de choix. Son action vise à bloquer les récepteurs de la dopamine dans la zone des noyaux gris centraux. Les enfants sont invités à commencer à administrer une dose de 0,25 mg par jour avec une augmentation hebdomadaire de 0,25 mg. En 24 heures, un enfant peut recevoir de 1,5 à 5 mg du médicament, en fonction de son âge et de son poids. Un médicament tel que Pimozit a moins d’effets secondaires que le Gadloperidol, cependant, il est interdit de l’utiliser pour des violations du fonctionnement du cœur.

Un médecin qui doit être soigné s’il présente des symptômes du syndrome de Tourette est un psychiatre.

Dans le contexte du traitement, l’amélioration du bien-être peut être obtenue chez 50% des patients après leur adolescence ou leur majorité. Si les tics ne se prêtent pas à une élimination complète, un traitement à vie est possible.

Bien que la maladie n’affecte pas la longévité d’une personne, elle est susceptible de perturber sa qualité, et parfois de manière très grave. Les patients sont sujets à la dépression, aux attaques de panique et ont besoin d'un soutien psychologique constant de la part de leur entourage.

Conseils pratiques aux parents d'enfants atteints du syndrome de Tourette

Propre environnement d'éducation et d'illumination. Comprendre ce qui constitue le syndrome de Tourette offre l’occasion d’approfondir les problèmes d’un enfant. Le médecin traitant devrait être la source des connaissances, ainsi que des sources d'informations telles que des manuels médicaux, des journaux et des articles sur ce sujet.

Il est important de comprendre le mécanisme à l'origine du lancement du prochain tick. Construire une chaîne logique et établir le facteur jerk aidera à enregistrer ce qui précède la prochaine violation vocale et comportementale.

Faire des ajustements. Si vous apportez des modifications appropriées à l'environnement de l'enfant malade, à la routine de sa vie, vous pouvez réduire le nombre de tiques. Aide souvent les pauses dans les devoirs, la possibilité d'un repos supplémentaire à l'école, etc.

La restructuration des compétences existantes. L'enfant devrait essayer d'apprendre à contrôler les tics. Cela devrait être fait par un spécialiste qualifié. Pour restructurer l'habileté, l'enfant devra avoir une compréhension claire du comportement du ticot pour pouvoir ensuite le corriger.

Rencontres régulières avec le médecin traitant. Un psychiatre qualifié est obligé de mener des conversations et des activités avec un enfant qui a pour objectif non seulement un soutien psychologique, mais également une assistance pour faire face à ses pensées, à son comportement et à ses sentiments. Les membres de la famille où l'enfant grandit avec ce problème peuvent également participer à la consultation.

Parfois, un enfant atteint de tics moteurs devrait avoir la possibilité de passer plus de temps à taper au clavier qu'à écrire à la main. Il est obligatoire d'informer les enseignants de l'école. Aussi, n'interdisez pas à l'enfant de bouger ou de quitter la classe s'il en a besoin. Parfois, ces enfants devraient avoir la possibilité d'être seuls.

Si nécessaire, vous pouvez vous entraîner avec un tuteur ou suivre un enseignement à domicile.

Éducation: En 2005, il a effectué un stage à la première université de médecine de Moscou, nommée d'après I. M. Sechenov, et a obtenu un diplôme dans la spécialité «Neurologie». En 2009, études supérieures dans la spécialité "Maladies nerveuses".

Syndrome de Tourette: causes de développement, signes, diagnostic, traitement, pronostic

Le syndrome de Tourette est un trouble neuropsychique qui s'accompagne de tics vocaux et moteurs involontaires, ainsi que de déviations du comportement humain. De plus, le symptôme le plus important de la maladie, en particulier chez les personnes âgées, est un langage obscène, qu’une personne peut crier à tout moment sans raison. Rires inattendus, grattements brusques, contractions musculaires du visage, mouvements spontanés des bras et des jambes - tels sont les principaux symptômes de la maladie qui ne sont pas contrôlés par le patient.

Habituellement, les premiers signes de la maladie deviennent perceptibles dès l’âge de 3 à 5 ans. Dans la plupart des cas, la pathologie affecte les garçons. La maladie peut être héritée et transmise de génération en génération.

Il est établi que le syndrome n’affecte pas le développement intellectuel de l’enfant et n’entraîne aucune complication dangereuse pour sa santé. Pour diagnostiquer un trouble, il est nécessaire de subir un examen psychiatrique et neurologique, ainsi que plusieurs exercices spéciaux. Avec un traitement opportun de la déviation, il est possible de réduire la manifestation de ses symptômes dans les plus brefs délais.

La maladie a été décrite pour la première fois en 1884 par le français Gilles de la Tourette. Il a tiré ses conclusions sur la pathologie grâce aux observations de neuf personnes avec des plaintes similaires. Peu de temps auparavant, un article avait déjà été publié, décrivant également des manifestations similaires de la maladie. Mais la mention la plus ancienne du syndrome est toujours considérée comme étant le chapitre du livre «Le marteau des sorcières», qui décrit l’histoire du prêtre avec des attaques de tics généralisées.

Raisons

Les scientifiques pensent que le syndrome de Tourette, en premier lieu, résulte de la prédisposition génétique d'une personne. Cela est dû à la présence d'un gène défectueux dans le corps humain. En médecine, décrit un nombre suffisant de cas où la pathologie a été héritée et développée chez plusieurs membres de la famille.

Des facteurs environnementaux, infectieux et psychosociaux influent également sur la gravité de la maladie. L'exacerbation de tics est possible en raison d'une infection récente à streptocoques, d'un empoisonnement grave; en raison du manque d'attention, de la communication et de la surmenage émotionnel chez les enfants. Certaines des causes les plus courantes de l'apparition de la maladie sont certains facteurs prénataux:

  • forte toxicose en début de grossesse;
  • blessures lors de l'accouchement;
  • prématurité infantile;
  • hypoxie fœtale;
  • prendre des médicaments enceinte;
  • les maladies qui surviennent avec de la fièvre;
  • habitudes néfastes de la future mère: tabagisme, alcoolisme, toxicomanie.

Les facteurs ci-dessus peuvent conduire au développement de la maladie, mais personne ne peut garantir que la pathologie va survenir.

Classification

Les classifications modernes du syndrome sont basées sur la gravité de la lésion et les principales manifestations de la maladie. La pathologie est divisée en plusieurs degrés, parmi lesquels:

  1. Degré doux Le patient n'est pas différent des personnes en bonne santé. Les attaques de tiques sont assez rares. Il y a des périodes asymptomatiques au cours de l'évolution de la maladie.
  2. Degré modérément prononcé. Les troubles de la voix et du mouvement deviennent perceptibles par les étrangers et inquiètent de plus en plus souvent. La maîtrise de soi est toujours possible, mais dans une moindre mesure.
  3. Degré prononcé. A ce stade, les symptômes du syndrome sont pratiquement incontrôlables.
  4. Degré lourd. Les patients ne peuvent plus réguler leur comportement, perdent leur sens de la moralité et de la compassion. Ils sont grossiers avec les autres, font preuve de gestes obscènes, commettent des actes téméraires. En même temps, leur instinct de conservation est «désactivé».

Au fil des ans, les signes du syndrome deviennent ternes et deviennent moins perceptibles, ou cessent de déranger du tout. Dans de rares cas, la maladie est chronique et persiste toute la vie.

Les symptômes

Les premiers signes du syndrome apparaissent généralement dès l'enfance. Les parents commencent à remarquer des clins d’œil involontaires et des grimaces chez un enfant. Dans ce cas, le bébé tire la langue, cligne souvent des yeux, frappe des mains ou fait d'autres mouvements anormaux.

À mesure que la maladie progresse, les déviations des membres et du tronc commencent à perturber les muscles. Il devient difficile pour un enfant d'exécuter des actions familières: sauter, s'accroupir, toucher différentes parties du corps. La copropraxie (répétition de gestes offensants pour d'autres personnes) et l'écopraxie (reproduction de mouvements) apparaissent. De telles violations peuvent entraîner des blessures graves, telles que se pincer les yeux ou se cogner la tête.

En plus des tics moteurs, ils chantent également des voix, qui se manifestent par des bouffées de chaleur, des sifflements, la répétition de sons dénués de sens, des sifflements et des cris. De tels troubles rendent difficile la compréhension de la parole du bébé et entraînent avec le temps divers défauts de prononciation, dont le bégaiement.

La reproduction de mots récemment entendus, la prononciation d'un langage obscène et les répétitions répétées d'une même syllabe peuvent également être les premiers symptômes de la pathologie. De plus, les phénomènes sonores changent le rythme, la tonalité, le volume et la vitesse de la parole. Dans de rares cas, parmi les signes de la maladie, il existe également une forte toux, reniflant.

Les scientifiques pensent qu'il existe des manifestations émotionnelles de la maladie: démangeaisons de la peau, sensation de nausée dans la gorge, sensation de brûlure aux yeux. Des signes similaires passent juste après la fin de la prochaine attaque.

Il faut dire que la violation du développement intellectuel d’une personne n’a pratiquement aucun effet. Cela ne peut que causer des difficultés de communication avec les autres, ce qui est dû au manque d'attention et à l'hyperactivité du bébé.

En tant que traitement contre la maladie, les pédiatres utilisent des exercices spéciaux de manière ludique, qui aident à détendre le psychisme de l'enfant. En outre, les experts recommandent aux adultes de captiver l'enfant par le sport ou, par exemple, par un cercle de musique.

Les patients adultes atteints du syndrome de Tourette sont le plus souvent conscients de la présence de la maladie et comprennent ce qui leur arrive pendant les crises. Ils se sentent quand une tique accélère. Dans le même temps, il est plus facile pour les patients adultes de contrôler leur comportement au moyen d'antipsychotiques. Un défaut se manifeste principalement par des mouvements involontaires contre nature, des troubles de la parole et des cris de jurons sans raison particulière.

Diagnostics

Pour poser un diagnostic, il est nécessaire de subir un examen neurologique et psychiatrique. Le médecin doit évaluer l’état du patient au moment où il contacte l’institution médicale: savoir quand a eu lieu la première attaque; ce qui arrive au patient pendant les tics; comment se sent-il après eux. Le patient doit subir une IRM du cerveau pour réfuter toute anomalie. Si vous soupçonnez un syndrome de Tourette, le patient doit être enregistré pour un suivi annuel de son état.

La confirmation de la maladie ne nécessite pas de tests et toutes sortes de recherches, mais il ne faut pas oublier le diagnostic différentiel: maladie de Wilson, chorée mineure, autisme, épilepsie, dystonie de torsion. Pour exclure de telles maladies, le patient doit subir une électroencéphalographie, une tomodensitométrie et une IRM du cerveau, ainsi que des tests généraux permettant de connaître l'état du corps. Dans de rares cas, l'électroneurographie et l'électromyographie peuvent être nécessaires.

Traitement

Le traitement de la maladie dépend directement du tableau clinique du syndrome et de l'âge du patient. Il n'y a pas de schéma de traitement unique pour la pathologie, chaque cas nécessite une approche individuelle uniquement. Ainsi, avec un stade léger et modérément prononcé, il suffira de suivre un cours de réflexothérapie, de musicothérapie, de thérapie par l'art et de zoothérapie. Ne pas interférer et relaxer le massage pendant plusieurs mois.

Pour l'enfant malade, il est d'abord important de créer une atmosphère de chaleur, de soin et d'amour. Cela mérite une attention particulière, car la pathologie cause plus de tort psychologique que physique. Par exemple, à l'école, les enfants avec le moindre handicap commencent souvent à se moquer ou à se ridiculiser. Dans une telle situation, l'enfant doit ressentir l'amour des parents. Il est important pour lui de savoir qu'il y a toujours des personnes proches qui peuvent venir à la rescousse dans les situations les plus difficiles. Dans ce cas, la maladie cessera de perturber dès la puberté. Dans ce cas, il n’est pas nécessaire de charger l’enfant d’études. Si vous le souhaitez, vous pouvez le transférer en mode d’enseignement à domicile.

Il est également nécessaire d'expliquer à l'enfant qu'il n'est pas différent de ses amis, il a juste ses propres particularités. Un enfant atteint du syndrome ne peut être tenu pour responsable du comportement lors des attaques de tics qui lui arrivent. Il vaut mieux simplement encourager la manifestation de convivialité, de sympathie et de compassion pour les personnes qui l’entourent. Une attention particulière devrait être accordée à l'auto-évaluation du bébé. Très souvent chez les enfants présentant un trouble similaire, il est extrêmement sous-estimé.

Dans les premiers stades du développement de la pathologie, les spécialistes tentent d'aider une personne de manière conservatrice, principalement par le biais d'un traitement non médicamenteux: thérapie par l'exercice, acupuncture, lazareflexothérapie. Dans le même temps, le patient doit suivre un traitement psychothérapeutique qui aidera à gérer les problèmes et les angoisses accumulés. Un tel impact a un effet positif non seulement sur le syndrome lui-même, mais également sur les déviations apparues. Par exemple, l'apathie, l'anxiété, la méfiance et le manque d'attention.

Traitement médicamenteux

Un traitement pharmacologique est nécessaire dans les cas où la pathologie affecte de manière significative la qualité de vie du patient. Le plus souvent, les experts prescrivent des neuroleptiques («Orap», «Haldol»), des benzodiazépines («Seduxen», «Relanium»), des adrénomimétiques («Gemiton», «Barklid»).

Pour améliorer le fonctionnement du système nerveux central, il est recommandé d'utiliser des antihypertenseurs réduisant la pression: "Clonidine", "Guanfacin"; avec obsessive-fluoxétine. L'acceptation de tels médicaments doit être strictement prescrite par le médecin traitant, car tous les médicaments ont des effets secondaires et, en cas de non-respect du dosage, peuvent entraîner une dépendance.

Intervention connue et chirurgicale à l’aide d’un impact profond sur les cellules du cerveau. Mais cette méthode n’est pas largement utilisée, car elle est encore expérimentale et n’est pas entièrement comprise.

Prévention

Il n’existe pas de mesures préventives spéciales visant à mettre fin à la pathologie du nouveau-né. Les scientifiques n'ont pas encore été en mesure de détecter le gène défectueux et il est donc impossible d'éliminer les déviations possibles dans le fonctionnement du système nerveux. Toutefois, certaines recommandations peuvent réduire le risque de signes de maladie. Pour cela, vous avez besoin de:

  • Mener une vie saine. Marcher le soir, charger le matin et pratiquer un passe-temps actif pendant la journée aideront une personne non seulement à ranger son corps, mais également à se relever.
  • Essayez d'être aussi nerveux que possible. Les patients atteints du syndrome de Tourette doivent particulièrement se trouver dans un environnement favorable et ne pas sombrer dans des situations conflictuelles.
  • Trouvez votre passe-temps favori. Par exemple, une chorégraphie, des figures en pâte à modeler ou des cours de chant aideront à détendre le système nerveux.
  • Dormez au moins 8 heures par jour. Les experts ont prouvé que le repos nocturne aidait le patient à faire face à toutes les émotions négatives et à améliorer l'état général du corps.
  • Observez la nutrition appropriée. Il est recommandé d’augmenter l’apport en vitamines, minéraux et fibres végétales. Dans le même temps, vous devriez éviter les produits riches en caféine.
  • Abandonnez le long travail à l'ordinateur. Ce type d'activité nuit au travail du système nerveux central.
  • Excluez les événements psychotiques - longs vols, visionnage de films d'horreur.

Déjà au cours de la gestation, il est possible de déterminer si le gène violé a été transmis à l'enfant. Pour ce faire, effectuez une procédure spéciale - caryotypage. La recherche fondamentale n'affecte pas le déroulement de la grossesse et ne peut pas entraîner de fausse couche, car le sang est prélevé dans les veines des futurs parents.

Prévisions

Le traitement du syndrome apporte généralement des résultats positifs. Quelques mois plus tard, les patients se stabilisent et les premières améliorations deviennent perceptibles. Pour ce faire, un patient n'a besoin que de la visite d'un neurologue et d'un psychologue, ainsi que de cours spécialisés visant à détendre le système nerveux.

Ce n'est que dans les cas graves, lorsque la thérapie est mal exécutée ou tardive, que les tics peuvent durer toute la vie. Dans le même temps, les patients deviennent sujets à la dépression et à un comportement antisocial. Assez souvent, ils ont des attaques de panique et une réaction inadéquate aux événements environnants. Mais, malgré les symptômes prononcés, le syndrome de Tourette n’affecte pas l’espérance de vie d’une personne ni son développement intellectuel. Par conséquent, dans la plupart des cas, les personnes atteintes d'un trouble similaire vivent une vie longue et heureuse.

En Savoir Plus Sur La Schizophrénie